Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chevalerie et christianisme aux XIIe et XIIIe siècles

 | 
Martin Aurell
, 
Catalina Girbea

Troisième partie. Guerre et christianisme

Les guerres des ordres militaires furent-elles des guerres chevaleresques ? L’exemple de la conquête de la Prusse par l’ordre teutonique (1230-1283)

Sylvain Gouguenheim

Texte intégral

  • 1 Pour se limiter aux deux ouvrages les plus détaillés : J. Voigt, Geschichte Preussens, von den ält (...)
  • 2 Chronique de la terre de Prusse (Cronica terræ Prussiæ), éd. J. Wenta et S. Wyszomirski, Piotr z Du (...)
  • 3 Ce qualificatif fait actuellement l’objet d’une remise en question ; je l’utile dans son acception (...)

1Les opérations militaires conduites en Prusse au XIIIe siècle par l’Ordre teutonique ont souvent été présentées et bien décrites dans l’historiographie, en particulier sous l’angle des informations concrètes que l’on pouvait en retirer (dates des expéditions, gains et pertes subis, armes employées, étude des forteresses, etc.1). Mais il reste intéressant de rechercher ce qui fit la spécificité de ces combats, ce qui les rapprocha ou les éloigna des conflits menés à la même époque en Europe occidentale. On écartera de cette présentation l’étude du comportement des nobles faisant le voyage de Prusse, pour se concentrer sur celui des Teutoniques. Le texte de référence est constitué par la Chronique de la terre de Prusse, due à Pierre de Dusburg (mort vers 13312) dont nous tirerons l’essentiel de nos informations, étant entendu que cette présentation n’est qu’une ébauche préparatoire à une recherche de plus grande ampleur consacrée au phénomène de la guerre en Prusse. Il ressort des premières enquêtes que cette guerre est appréhendable sous plusieurs angles : ceux d’une guerre « totale3 », d’une guerre religieuse, et d’une guerre peu inspirée par les modèles chevaleresques, où les Teutoniques sont présentés comme l’ultime avatar des Maccabées.

Une guerre totale

Une guerre de professionnels

2La Prusse fut un polygone de formation militaire. Les Teutoniques, comme les Templiers, constituaient une armée permanente et leurs membres étaient des combattants professionnels, appelés à combattre jour et nuit, se distinguant ainsi de tous ceux pour lesquels la guerre était une occupation parmi d’autres. Ils faisaient de la guerre leur métier, ce qui ne les empêchait pas par ailleurs d’être des seigneurs dotés de pouvoirs régaliens. La guerre n’est donc pas pour eux un passe-temps noble, ni même seulement une manière d’exercer sa domination, elle est un devoir, la raison d’être de leur présence sur les rives de la Vistule, puisqu’elle est la condition de l’évangélisation.

  • 4 Dusbourg, Prologue, p. 5.
  • 5 Renuntiaverunt propria voluntate, ibid., p. 6.
  • 6 Ibid., p. 6.
  • 7 Victus autem cibi et potus arctus fuit nimis, ibid., p. 6.

3Cette mission leur a été confiée par le Christ. Pierre de Dusbourg dresse le parallèle entre les Teutoniques et les Juifs sortis d’Égypte. Ils ont imité le Seigneur, abandonnant tout pour lui, ne se souciant pas de leur apparence extérieure, se contentant du strict nécessaire et renonçant à eux-mêmes (abnegabant semetipsos4). Faisant fi de leur noblesse, de leur nom et de leurs richesses, ils abdiquent toute volonté propre5 pour accomplir celle de Dieu, reprenant à leur compte le cri « Dieu le veut ! » des premiers Croisés. Ils suivent donc le Christ, s’exposent aux dangers et sont prêts nuit et jour à supporter l’opprobre et le supplice de la mort (cum omni die et hora parati fuerunt contumeliam et mortis supplicium pro defensione fidei sustinere6) pour la défense de la foi. À l’instar des premiers Croisés aussi ils ont terriblement souffert de faim et de soif7.

  • 8 Kl. Scholz, Beiträge zur Personengeschichte des Deutschen Ordens in der ersten Hälfte des 14. Jahr (...)
  • 9 Règle, Coutumes, 9 (Die Statuten des Deutschen Ordens, éd. M. Perlbach, Halle, 1890, p. 98).

4Le recrutement de l’Ordre favorisa cet état de fait : la grande majorité des Teutoniques présents en Prusse étaient issus de la ministérialité, cette couche inférieure de la noblesse, composée encore en partie de non-libres qui devaient leur position, voire leur réputation, à la qualité des services rendus à leurs seigneurs, services souvent d’ordre martial8. Aux membres de l’Ordre chevaliers (milites) on doit ajouter les frères sergents (« Sariantbrüder »), dont le statut était inférieur à celui des frères combattants, mais dont la fonction était largement militaire9.

  • 10 Kl. Militzer, Von Akkon…, p. 391.
  • 11 M. Dorna, Braci Zakonu…, p. 86.

5Pour la période qui nous intéresse Kl. Militzer évalue qu’entre 1230 et 1309, à peu près 2 800 Teutoniques furent présents en Prusse10. Selon M. Dorna, la branche prussienne aurait compté au total pour la même période environ 2 700 hommes11. Au tournant des XIIIe et XIVe siècles il y avait sur place à peu près 600 frères (dont une centaine de clercs).

6Kl. Militzer évalue à 168 chevaliers, soit 6 % des membres de la branche prussienne de l’Ordre, le nombre de ceux dont on connaît avant 1309 la provenance sociale : 127 sont des ministériaux, soit 75 % de l’ensemble, proportion que l’on doit sans doute majorer car les sources ont tendance à retenir en priorité les noms des nobles. Les membres de la couche la plus élevée de l’aristocratie sont au nombre de 21 soit 12,5 % du total, les nobles dit « Edelfrei », 13 (7,7 %), et l’on compte un seul noble dit « Schöffenbar », c’est-à-dire l’échelon immédiatement supérieur aux ministériaux ; enfin les fils de bourgeois sont au nombre de 6 soit 3,6 %. Seuls ces derniers n’avaient sans doute pas une réelle expérience du maniement des armes ; tous les autres en revanche, soit plus de 96 % des effectifs, étaient aptes à se battre.

  • 12 Hermann von Salza Bericht über die Eroberung Preussens, éd. Th. Hirsch, Scriptores rerum Prussicar (...)
  • 13 Ainsi lors de la destruction de la forteresse de Christbourg 12 frères et 500 hommes à leur servic (...)
  • 14 Ibid., III, 66, p. 98 et III, 84, p. 109-110.

7Ces effectifs ne sont pas impressionnants. Dietrich de Bernheim lors de la prise de la forteresse de Sardewicz (1242) n’aurait eu sous ses ordres que quatre frères chevaliers ce qui est bien peu, même si l’on garde en mémoire le fait que ces combattants étaient accompagnés de valets d’armes12. Le nombre des hommes tombés sur la champ de bataille aide à donner un aperçu des effectifs engagés, pour peu que les indications fournies soient fiables. Celles de Pierre de Dusbourg paraissent à tout le moins plausibles. Il évalue en dizaines ou en centaines les victimes de l’Ordre (pour les chevaliers, car les pertes étaient plus lourdes selon toute vraisemblance pour les piétons, les sergents, valets d’armes ou écuyers13) : 54 frères sont tués en Natangie en 1249, 150 tombèrent lors de la défaite de Durben de 1260, etc.14.

  • 15 Ibid., III, 71, p. 102.

8Dans ces conditions on comprend l’importance de l’aide que l’Ordre pouvait recevoir de la part des princes européens ; Ottakar II de Bohême serait venu, écrit Pierre de Dusbourg, avec 60 000 hommes en 125415. Le nombre est sans doute excessif mais il est vraisemblable que le puissant souverain tchèque disposait de plusieurs milliers de combattants et apportait un renfort appréciable.

Une guerre médiévale « classique »

  • 16 Ibid., III, 77, p. 107.
  • 17 Ibid., III, 138, p. 141 (vers 1260).
  • 18 Ibid., III, 147, p. 148.

9Les méthodes sont celles de la guerre des XIIe-XIVe siècles : rares batailles rangées, nombreux sièges, chevauchées dévastatrices au détriment des paysans. Le terrain a en outre favorisé le développement d’une guerre d’embuscades, de coups de main : en somme une guérilla et une contre-guérilla pratiquées alternativement par les deux partis. Le sol et le climat déterminent en partie la nature et la durée des affrontements : il suffit que l’hiver 1255 soit trop doux et que les marais ne gèlent pas pour rendre impossible les opérations16. Ces marais servent de cachette, où l’on attire l’ennemi en simulant une fuite et d’où d’autres combattants surgissent pour mettre à mort ceux qui s’y sont aventurés17. Les Teutoniques semblent s’être maintes fois fait piéger : ainsi lors de la seconde apostasie (1260), ils sortent de la forteresse de Marienwerder pour affronter en rase campagne les païens venus les assiéger. Ils les mettent en déroute mais sont aussitôt surpris par d’autres Prutènes jusque-là cachés, qui viennent anéantir les imprudents défenseurs de la ville18.

  • 19 Thorn en 1231, Culm en 1232 (III, 8, p. 56), Marienwerder en 1233 (III, 9, p. 57), puis Elbing (12 (...)
  • 20 Ibid., III, 46, p. 85.

10Des deux côtés on érige des forteresses, la plupart sont en bois, qui constituent aussitôt des points de rassemblement, des centres de départ d’expédition, des lieux de refuge et le théâtre de sièges incessants. Leur construction fut menée de manière systématique ; les Teutoniques érigèrent ainsi un limes adossé à la Vistule puis à la côte baltique dans les premières années de leur présence19. Les édifications d’ouvrages défensifs, leurs déplacements, leurs incendies et leur reconstruction figurent en abondance au fil des pages de la Chronique de la terre de Prusse. Dès que l’on voit l’ennemi à l’œuvre pour édifier un fort, on cherche aussitôt à l’en empêcher, ce que tente le duc Swantopolk de Pomérélie à Schwetz vers 124220.

  • 21 Les adversaires disposent cependant d’engins de sièges, de « balistes » notamment (ibid., III, 104 (...)
  • 22 Ibid., III, 58, p. 94.
  • 23 Ibid., III, 62, p. 96.
  • 24 Ibid., II, 7, p. 55.

11La prise d’une forteresse s’opère souvent à la suite d’une ruse, ou de préparatifs secrets21. C’est de nuit (noctis medio) que les troupes du maître de Prusse Henri de Weida (1239/1242-1244) s’emparent furtivement (occulte) en 1244 (?) du fort des Pomésaniens, qu’ils baptisent aussitôt « Chistbourg22 ». On peut aussi prendre un fort à la suite d’un assaut combinant des attaques de plusieurs côtés : c’est ce que fait Swantopolk lorsqu’il reprend Christbourg aux Teutoniques. Ceux-ci n’ayant pas assez d’hommes laissent un mur dégarni, par lequel entrent leurs ennemis23. Il est à noter que lorsque l’on s’empare d’une forteresse ennemie on se contente parfois de la réduire en cendres et on ne songe pas à l’utiliser au sein de son propre dispositif défensif, sans doute faute d’espérer pouvoir s’y maintenir : c’est ce que font les Teutoniques avec le castrum de Rogow après l’avoir ôté à un chef païen au début de leur arrivée dans le Culmerland24.

  • 25 Ibid., III, 199, p. 178.
  • 26 Ibid., III, 154, p. 151.

12Les ruses sont fréquentes. On tue par surprise, le soir, en frappant les hommes à table ou dans leur bain25. Des Prutènes patientent cachés treize jours d’affilée dans les bois, attendant que les habitants de Culm se croient assez en sécurité pour sortir de la cité faire les moissons26. Ils sont alors capturés par les païens sortis de leur cachette, les hommes massacrés, les femmes et les enfants réduits en esclavage. Voici un autre stratagème : le chef des Natangiens, Monte, a appris l’allemand auprès des missionnaires et il sait en profiter. Il attire ainsi dans un piège des chrétiens réfugiés dans des cachettes :

  • 27 Ibid., III, 167, p. 158.

« Monte, qui se rendait avec de nombreux hommes en armes, là où il supposait que des chrétiens se cachaient, s’adressait à eux en usant par ruse de paroles pacifiques et leur disait en allemand : « Si quelqu’un se cache ici, qu’il sorte sans crainte, car l’armée des infidèles est partie. » Prêtant foi à ces paroles les hommes sortaient et Monte se ruait alors sur eux, les tuant tous ou les réduisant en captivité27. »

  • 28 Ibid., III, 210, p. 182 (Doleo de turbatione tua, s’exclame Skomand, et, si audes, vindica iniuria (...)

13Ni d’un côté, ni de l’autre, ne semble avoir été observé un quelconque code d’honneur dans une guerre où tous les coups paraissent permis. On observe rarement des comportements nobiliaires, comme il s’en rencontre fréquemment en Europe occidentale. Un épisode intéressant montre toutefois qu’un captif avait le droit de défendre son honneur. Aux mains du chef païen Skomand, le frère Ludovic de Libencele est admis au banquet. Provoqué par un Prutène il s’insurge de l’affront qui lui est fait et Skomand l’autorise à se venger, s’il l’ose précise-t-il !, s’engageant même à l’aider28 : les lois de l’hospitalité sont sacrées et, entre nobles, un code d’honneur pouvait à l’occasion s’imposer ; mais de tels exemples sont très rares dans l’œuvre de Pierre de Dusbourg.

« Tuant, capturant et brûlant tout ce qu’ils rencontraient en chemin29. » Une guerre sans merci

  • 29 Occidendo, capiendo et incremando, quicquid in via eis occurrit, Dusbourg, III, 143, p. 144 (à prop (...)
  • 30 Ecce mirabilia forcia, quomodo per fratres predictos omnes gentes, quæ inhabitabant terram Prussie, (...)
  • 31 Dusbourg, III, 31, p. 69 et III, 89, p. 113. Lors du premier emploi du terme, Pierre de Dusbourg ut (...)
  • 32 Ibid., II, 2, p. 24.
  • 33 Ibid., III, 144, p. 146.
  • 34 Ibid., III, 181, p. 166.

14Dès le prologue Pierre de Dusbourg parle de l’extermination des peuples prutènes30. Dans la pratique, le souci d’épargner les vies humaines de ceux qui ont un statut social équivalent, la volonté de conduire des opérations limitées dans leurs conséquences semblent la plupart du temps absents. On ne cherche guère à rançonner l’ennemi, encore que l’on prenne soin de capturer des otages. Comment s’en étonner ? La guerre féodale met aux prises des gens de même religion, celle de Prusse fait s’affronter des chrétiens et des païens, pire encore aux yeux de l’Ordre : des apostats31. Il est vrai aussi que du côté prutène les comportements n’ont guère été miséricordieux : les églises et les maisons étaient incendiées, les hommes occis, les femmes et les enfants réduits en servitude, sort qui conduisit d’ailleurs Conrad de Masovie à faire appel à l’Ordre souligne Pierre de Dusbourg32. Mais les Teutoniques eux-mêmes n’hésitent pas à passer par le glaive tous leurs adversaires (totum populum occiderunt33), et à conduire en captivité femmes et enfants. Lors de la prise du fort de Ragnit ils massacrèrent « à coups de glaive la multitude des infidèles » et emmenèrent avec eux les femmes et les enfants34.

  • 35 Ibid., III, 11, p. 58
  • 36 Ibid., III, 26, p. 67.
  • 37 Ibid., III, 37, p. 74
  • 38 Ibid., III, 53, p. 89.
  • 39 Ibid., III, 98, p. 120.

15Les batailles provoquent des hécatombes élevées, à en croire Pierre de Dusbourg. En 1231 près du lac de Drausen, 5 000 Prutènes auraient été tués, après que l’Ordre et ses alliées poméraniens leur aient barré toutes les issues, les empêchant de trouver un salut dans la fuite35. Les troupes de l’Ordre et du duc de Brunswick se livrent à un massacre de leurs adversaires lors du siège de Balga (1239/1240), « les tuant jusqu’au dernier, de telle sorte qu’il n’en resta pas un seul qui put raconter l’événement36 ». Ce sont 900 païens qui sont tués lors de la prise de Sardewicz en 124237, 1 500 hommes de Swantopolk sont occis par une petite troupe de chevaliers commandée par Poppon d’Osterna38, 3 000 en Samland par les troupes des comtes de la Marche et de Juliers en 126239, etc.

  • 40 Ibid., III, 68, p. 101.
  • 41 Les indications abondent et, sans chercher l’exhaustivité, on peut renvoyer à plusieurs passages : (...)
  • 42 Dusbourg, III, 38, p. 76.
  • 43 Ibid., III, 40, p. 78-79.
  • 44 Ibid., III, 55, p. 90.
  • 45 Ibid., III, 48, p. 86. R. Mazeika, « ‘ Nowhere wass the Fragility of their Sex Apparent’. Women Wa (...)

16On dévaste le territoire de l’ennemi par le feu et le pillage, per incendium et rapinam40. L’incendie de l’habitat et des terres est chose fréquente : chacun des deux adversaires cherche à anéantir les ressources de l’ennemi et à faire disparaître toute trace de sa présence sur le sol41 ; « tout ce qui pouvait être brûlé par le feu, ils le brûlèrent » écrit Pierre de Dusbourg à propos des combats menés contre le duc Swantopolk vers 124242. Chaque expédition militaire est propice à exercer la dévastation et à expulser toute vie humaine des terres parcourues, réduites à l’état de « désert », de solitudo comme ce fut le cas du Culmerland dévasté par les Prutènes en 124943. Les ravages peuvent durer plusieurs jours d’affilée, neuf par exemple vers 1244/1245 lors d’une expédition contre Swantopolk44. Guerre totale enfin puisqu’elle voit parfois les femmes y participer. Lorsque Swantopolk fait le siège d’Elbing il se heurte aux femmes de la cité, qui l’obligent par leur défense « virile » à abandonner le terrain45.

17Pierre de Dusbourg a donné l’image de combats très violents, où les protagonistes étaient animés par une haine inexpiable. Que cela ait ou non correspondu à la réalité sur le terrain, le texte du chroniqueur, appelé à servir de modèle, risquait d’inviter à mener une guerre sans merci.

Une guerre religieuse

  • 46 Ibid., II, 6, p. 31 (reprise de 1 Mac. 4,8-11).

18« Ce n’est pas votre combat, mais celui de Dieu », écrit le chroniqueur en s’adressant à ses frères, en leur proposant le modèle de Judas Maccabée, qui, alors qu’il faisait face avec peu d’hommes à une immense foule de peuples, conforta les siens par ces propos : « ne craignez pas leur multitude ni leur assaut46 … » La guerre de Prusse est religieuse, opposant chrétiens et païens. Les papes lui ont donné le même statut qu’aux Croisades de Terre Sainte, et elle poursuit un objectif initial clair, la conversion des païens.

Contre « les fils de Belial47 »

  • 47 Ibid., III, 95, p. 118.
  • 48 Ibid., II, 1, p. 22.
  • 49 Présentation des modalités d’action de « l’ennemi du genre humain » : Dusbourg, III, 31, p. 69-70.

19Inspirés par le diable, les Prutènes n’ont cessé d’agresser les chrétiens du Culmerland et de Masovie, ce qui a entraîné le duc Conrad à faire appel aux Teutoniques, rappelle dans un condensé des événements Pierre de Dusbourg au début de sa Chronique48. Massacrant les uns, réduisant en servitude les autres, refoulant les derniers dans des forêts, ils avaient transformé en désert le Culmerland, écrit-il non sans exagération. C’est bien « l’antique serpent » et ses séides que l’Ordre doit affronter49.

  • 50 Dusbourg, III, 40, p. 80.
  • 51 Preussisches Urkundenbuch, éd. R. Philippi, Königsberg, 1882, I/1, no 87 (lettre du 23 janvier 1232 (...)

20Plusieurs épisodes attestent la cruauté des païens. Lors du conflit contre Swantopolk, un Prutène, encombré par ses otages, ne peut fuit aussi vite qu’il le voudrait et ouvre d’un coup d’épée le ventre d’une femme enceinte : « l’enfant tomba vivant sur le sable, tandis que sa mère expirait50 ». Pierre de Dusbourg a pu s’appuyer sur des témoignages oculaires comme sur les lettres pontificales développant à loisir le thème de la violence et de la cruauté des païens qui, selon la formule employée par Grégoire IX « s’abreuvent de sang humain51 ».

  • 52 Ibid., III, 101, p. 121.
  • 53 Ibid., III, 211, p. 183.
  • 54 Ibid., III, 219, p. 189.
  • 55 Ibid., III, 220, p. 189.

21La violence des conflits fait passer le thème de la conversion au second plan dans la chronique mais Pierre de Dusbourg y fait parfois allusion. Après de rudes combats en Samland, les frères de Königsberg vinrent à bout du chef païen Nabulo, « à l’esprit féroce et au cœur indomptable », qui, fatigué par une lutte incessante, accepta enfin de se soumettre et se convertir au point de devenir un « saint homme, à la foi digne d’éloges52 ». Le puissant chef des Sudoviens, Skomand, fit de même en 1280, entraînant à sa suite sa famille et sa maisonnée53 ; un noble de sa terre se convertit peu après, et avec lui près de 1 500 personnes des deux sexes54. Au XIIIe siècle et lors des procès qui leur furent intentés au cours du siècle suivant les Teutoniques furent souvent accusés d’avoir négligé l’œuvre de conversion, voire de l’avoir entravée par la dureté de leur régime. Pierre de Dusbourg tente de les disculper dans un paragraphe entièrement consacré à la mansuétude dont l’Ordre aurait fait preuve55. Les Prutènes nobles demeurèrent des puissants, les autres servirent l’Ordre et leur fidélité leur valut des récompenses, voire la liberté, faisant d’eux des nobles (ce qu’atteste l’analyse des chartes de donations délivrées par les Teutoniques).

Un combat spirituel

  • 56 Ibid., Prologue, p. 7.

22Cette guerre était vécue comme un combat spirituel. L’important était non seulement de combattre mais de subir, pour Dieu, pour le service de la foi, des épreuves. Ascétisme, abnégation et engagement total dans la voie du Christ sont les qualités attendues. L’œuvre de Pierre de Dusbourg est un livre de guerre : Set quot pericula et angustias in exercitibus, tum in bello, cum proficiscerentur contra infideles, patiebantur, novit ille, qui nihil ignorat56.

  • 57 Singula ergo arma carnalia et spiritualia sibi moraliter correspondentia, ibid., II, 8, p. 34.

23Dans un passage célèbre Pierre de Dusbourg trace un parallèle entre les armes matérielles dont usent les Teutoniques et les armes spirituelles, les vertus qui leur correspondent métaphoriquement57. Cette équivalence repose sur la perméabilité entre le monde charnel et le monde spirituel et révèle l’action efficace du second sur le premier.

  • 58 Unde dicitur in libro Macchabeorum quod cum Lisias « confidens in multitudine bellatorum, nunquam (...)
  • 59 Pierre de Dusbourg prend appui ici sur 2 Cor., 10,3-5 et J. Wenta souligne son emploi des commenta (...)
  • 60 iste est gladius, quo Iudas castra filiorum Israel protegebat, ibid., II, 8, p. 35 (« De gladio  (...)
  • 61 Ibid., II, 8, p. 35 (1 Mac. 3,23).

24Les armes terrestres sont nécessaires, mais insuffisantes ; la guerre des Maccabées contre Lysias (2 Mac 14,22 ; 2 Mac 11,4-12) démontre l’importance des armes charnelles58. Citant les psaumes, rappelant l’épisode de Judith et Holopherne, Pierre de Dusbourg s’appuie également sur l’Épître aux Ephésiens (6,11) où saint Paul appelle à induere armaturam Dei, id est virtutes, quæ solæ beatum faciunt hominem. C’est par l’arme de ses vertus que l’on peut vaincre ses ennemis. Les armes charnelles sont faibles, « débiles », tandis que les armes spirituelles, les vertus, sont la puissance et la force59. Les armes matérielles sont faites pour être employées : c’est bien par le glaive que Judas a défendu les forteresses d’Israël60. Mais c’est en usant d’armes spirituelles, que l’Ordre allemand a pu se rendre égal aux Maccabées qui ont repris et purifié Jérusalem. Pierre de Dusbourg rappelle « combien fut grande la foi de Jonathan et Judas Maccabée lorsqu’ils dirent : ‘ il ne t’est pas difficile, Seigneur, de sauver tant la multitude que le petit nombre’61 ».

  • 62 Le système n’est pas complet puisque la fronde n’a pas d’équivalent spirituel. Pierre de Dusbourg (...)
  • 63 De hoc Iudas Macchabeus dicitur singulos suorum armasse, non clipei nec haste municione, sed sermo (...)

25Dans un long paragraphe, il met en place toute une série de paires : bouclier (scutum)/foi, glaive/œuvres, lance/intention droite, bouclier (clipeus)/parole de Dieu, cuirasse/justice, arc, carquois et flèche/obéissance, chasteté et pauvreté, bâton (baculum)/bâton de la croix, casque/salut62. Au sein de cet ensemble l’association du bouclier et du glaive, de la foi et des œuvres, constitue le socle qui assure le triomphe sur les ennemis de Dieu. Le bouclier, si utile au combattant, n’a pourtant pas l’efficacité des paroles du Seigneur, qui sont le meilleur rempart qui soit63. On note aussi dans « l’intention droite » associée à la lance une image martiale, celle de la force mentale qui donne à l’action physique sa pleine efficacité.

26Ces armes furent celles de Jacob, données à Joseph, et par lesquelles les « fils d’Israël s’emparèrent de la Terre Sainte après avoir exterminé leurs possesseurs, David vainquit ses ennemis et les Maccabées reprirent la sainte cité de Jérusalem détruite ». Où l’on voit que les Teutoniques se situent dans une glorieuse lignée. Pierre de Dusbourg les exhorte à se battre « pour reprendre la Terre Sainte due aux chrétiens et occupée par les infidèles », sans que l’on sache si l’expression désigne le royaume de Jérusalem ou la Prusse ; l’ambiguïté étant peut-être voulue de façon à escamoter la distance géographique qui pourrait mettre en doute leur glorieuse généalogie.

27Les armes concrètes ne sont pour autant pas à négliger. Il importe de s’exercer à leur maniement, d’acquérir l’habitude de se battre (consuetudinem proeliandi) en s’entraînant par le biais des tournois et des ludi militares, les jeux militaires. Que vaudrait en effet au combat celui qui ne se serait pas exercé aux armes, interroge le chroniqueur, suggérant ainsi que les membres de l’Ordre sont des combattants professionnels. Pierre de Dusbourg associe à l’expérience militaire les obligations de la militia, entendue comme l’engagement au service de Dieu. Or cette militia est « la vie de l’homme sur terre ». En d’autres termes, la vie est un combat, qui commence dès le jour où l’homme vient au monde et où il doit affronter les « puissances aériennes ». Les armes servent ensuite à s’opposer aux agressions des ennemis, contre lesquelles il faut veiller jour et nuit.

  • 64 Ibid., II, 9, p. 44.

28Depuis leur arrivée en Prusse les Teutoniques ont chaque jour montré leur capacité à résister aux attaques et aux embûches. Mais on ne doit pas perdre de vue que l’emploi des armes a comme but ultime la paix, qui passe par la récupération des biens perdus et leur « possession tranquille ». Le chroniqueur retrouve les enseignements de saint Augustin sur la guerre juste. De même donc que les Juifs ont su défendre la terre que Dieu leur avait donnée, de même les Teutoniques doivent garder celle de Prusse. En dernier lieu l’ostension des armes permet d’effrayer l’ennemi ; ainsi s’enfuirent, épouvantés, les amis d’Holopherne le voyant baigner dans son sang après que Judith l’ait tué64

29Il y a dans cette construction une volonté de spiritualiser le combat, sans escamoter la dimension concrète. Il ne s’agit pas de couvrir d’un manteau de religiosité la pratique martiale. Pierre de Dusbourg s’adresse aux membres d’un ordre militaire, à des religieux chargés de prier et de combattre et qui ne pourront gagner sans avoir prié. Les armes matérielles ne sont pas inutiles mais ne sont efficaces que soutenues, investies, par une dimension spirituelle. Il n’y a que deux puissances au monde, disait Napoléon, le sabre et l’esprit… : les combattants de Prusse doivent associer l’un et l’autre pour accomplir leur mission.

  • 65 Ibid., III, 8, p. 56.
  • 66 Voir par exemple la prise de la forteresse de Balga en 1239 : et ibi contra dictos Pruthenos proel (...)

30La venue de l’Ordre en Prusse est donc logiquement décrite comme une croisade : « lorsque le son de la prédication de la croix du Christ eut retenti dans toute la terre du royaume d’Allemagne, et que fut prêchée la nouvelle guerre que Dieu avait choisie pour la terre de Prusse, ainsi que la liberté et les indulgences de cette nouvelle guerre, des combattants élus et célèbres de Germanie, ayant fixé une croix sur leur épaule, prirent les armes65 … ». Les Teutoniques accomplissent en Prusse non une « guerre sainte », l’expression ne semble pas se trouver dans la Chronique de la terre de Prusse, mais les « combats du Seigneur », les prælia Domini66, les guerres au service de Dieu, de même que les Croisés accomplirent les Gesta Dei, selon les termes de Guibert de Nogent. La guerre en soi n’est pas sainte, elle est méritoire, mais ne l’est que parce qu’elle s’effectue au nom de la volonté divine et pour venger Dieu. L’important était, souligne Pierre de Dusburg, non seulement de combattre mais de subir, pour Dieu, pour le service de la foi, des épreuves.

Une guerre faite de souffrances méritoires

  • 67 Ibid., III, 66, p. 98 ; III, 123, p. 133.

31La guerre menée en Prusse est méritoire, d’une part par ses objectifs, d’autre part en raison des souffrances qui l’accompagnent et assimilent les combattants de l’Ordre à des martyrs, terme que Pierre de Dusbourg emploie à plusieurs reprises67. Les premiers Teutoniques arrivés sur place se trouvèrent plongés dans la tourmente de combats inégaux et cruels.

  • 68 Ibid., II, 10, p. 45.
  • 69 Ibid., II, 10, p. 46.

32Pierre de Dusbourg l’indique lorsqu’il décrit la première installation dans le castrum de Volgelsang68. Les frères avaient quitté « le doux sol du pays natal » pour entrer dans une « terre étrangère », y subir de longues années des afflictions sans nombre sans espoir de retour : « Ils avaient quitté une terre féconde, pacifique, paisible et étaient entrés dans une terre d’horreur et de vaste solitude » (Deut., 32,10), une terre emplie de la plus dure des guerres… Ils s’étaient ainsi « engagés dans d’infinis dangers69 ».

  • 70 Ibid., III, 172, p. 162.

33La description des souffrances pourrait rebuter ou dissuader les lecteurs, mais Pierre de Dusbourg les supplie de ne pas se détourner en raison des horreurs décrites et de songer qu’elles serviront à la correction de leur comportement, tant les pécheurs agissent moins par sagesse que par crainte des châtiments70

34Cette violence est illustrée par la sauvagerie d’un épisode qui a lieu en 1249 lors des combats menées en Natangie :

  • 71 Ibid., III, 66, p. 99.

« Parmi eux un frère subit ce martyre : les Prutènes l’attachèrent par la main à un arbre. Ayant ouvert son ventre à hauteur du nombril, auquel les viscères étaient attachés, ils les fixèrent à l’arbre, lui causant de nombreuses blessures, et le forcèrent à courir autour de l’arbre, jusqu’à ce que tous ses viscères y soient collés. Il rendit ainsi le dernier soupir en confessant la vraie foi. Lisez et relisez les écrits des martyrologes et vous ne trouverez aucun martyre de ce genre. Même Tarquin le S, premier inventeur de toutes les tortures, n’en avait pas trouvé de telle71. »

  • 72 Et quos eis placet turpi occubitu mulctare, umbilicum eis perforant, caput vitaliorum abstrahunt, (...)

35Ce passage célèbre trouve en fait son inspiration dans le texte de Robert le Moine sur la première Croisade, qui livre la même histoire72, ce qui amène à s’interroger sur l’authenticité de l’épisode prussien…

  • 73 Ibid., III, 123, p. 133.
  • 74 Ibid., III, 170, p. 160.
  • 75 Ibid., III, 206, p. 180.

36Personne, écrit Pierre de Dusbourg, ne pourrait décrire dans leur totalité les dangers, les épreuves, les souffrances intolérables subies alors. Les Teutoniques morts au combat sont des martyrs : en 1264 un ermite vit après un combat violent dans la terre de Löbau des chandelles brûler dans la nuit, indiquant sans équivoque que les membres de l’Ordre tués la veille avaient reçu « la couronne du martyr73 ». Les chrétiens tués en 1273 lors du siège d’Elbing ont été introduits directement au ciel par des anges, ainsi que le rapportent de « nombreux témoins dignes » de foi ; il est vrai que les combats avaient été si violents que « le fleuve avait perdu sa couleur naturelle et apparaissait rouge de sang74 ». Les violences subies identifient les hommes au Christ, dont ils partagent les blessures : vers 1280 Ulrich de Bavière, commandeur de Tapiau, avait déclaré qu’il ne craignait pas d’affronter les Sudoviens, quitte à recevoir d’eux cinq blessures, de même que le Christ avait été blessé pour lui. De fait, il meurt, navré à cinq reprises75.

  • 76 Dusbourg, III, 305. La mesure fut reprise par le grand maître Werner d’Orseln.
  • 77 III, 209, p. 182. Il y a bien d’autres exemples identiques non seulement au XIIIe mais aussi au XI (...)

37À ces combattants de Dieu, la Vierge vient souvent en aide. On sait qu’elle est la patronne de l’Odre, qui porte son nom dans son titre officiel ; elle a donné à maintes églises et à deux villes de Prusse son prénom (Marienwerder et Marienbourg) et Pierre de Dusbourg en fait la protectrice et la sainte secourable par excellence. Après avoir relaté le transfert du siège de l’Ordre à Marienbourg, il indique dans une rubrique intitulée De Ave Maria, que le grand maître Sigfried de Feuchtwangen fit introduire des prières à la Vierge, en raison des « nombreuses tribulations » qui affectaient l’Ordre76. On part au combat, si possible, le jour d’une des fêtes de la Vierge, comme le maître de Prusse Manegold de Sternberg (1280-1282) qui entre en Sudovie le 2 février, jour de la Purification de Marie (128077).

  • 78 Dusbourg, III, 12, p. 60.
  • 79 Ibid., III, 79-81 et 85, p. 107-108 et 111.
  • 80 Ibid., III, 41, p. 81.
  • 81 Ibid., III, 87, p. 112.
  • 82 Ibid., III, 141, p. 143.

38Nombreux sont les apparitions de la Vierge ou ses miracles. Elle exhibe les blessures des Teutoniques morts pour la défense de la foi, afin de dissuader un membre de l’Ordre désireux d’intégrer une congrégation religieuse à la vie plus stricte78. Grâce aux ferventes prières qu’il lui adresse, le frère Hermann, dit « le Sarrasin », est sauvé de la mort. Plus tard, la Vierge lui annonce, alors qu’il part en guerre en Courlande, qu’elle le convie à la table de son fils79. Un autre passage met en scène un citoyen de Culm laissé à moitié mort sur le champ de bataille et qui rapporte à sa femme avoir vu la Vierge encenser les combattants tués ; elle lui aurait annoncé qu’il mourrait dans trois jours, ce qui advient en effet80. Autre exemple, celui de ce paysan qui voit dans le ciel combattre Teutoniques et païens : la Vierge entourée d’anges, emmène au Paradis les âmes des frères tombés81. Ne serait-ce pas la Vierge elle-même qui serait apparue aux païens dans un combat dans la région de Christbourg ? Plusieurs d’entre eux en tout cas affirmèrent avoir vu « une très belle vierge portant dans le ciel la bannière des frères » ; ils furent tellement effrayés de cette apparition que le cœur leur manqua et qu’ils cessèrent de défendre leur place-forte82.

  • 83 Ibid., III, 92, p. 117.

39La palme du martyre est toutefois réservée à ceux qui sont venus en Prusse par piété et non par seul goût de la guerre : Pierre de Dusbourg rapporte une vision d’une recluse allemande en 1264, qui aurait vu entrer au Paradis les âmes des Teutoniques morts au combat, à l’exception de trois d’entre eux « qui n’étaient pas venus par dévotion mais pour se livrer à des actions militaires »83. Martyriale, la guerre de Prusse ne fut pas sanctifiante : on ne connaît pas de membre de l’Ordre qui ait été canonisé. Les frères des ordres militaires en général ne purent accéder à la plus haute récompense que fût en droit d’attendre un fidèle…

Une guerre chevaleresque ?

Prisonniers et otages

  • 84 Ainsi de la part des défenseurs des forts prutènes d’Ochtolite et Gundau dans la région de Königsb (...)
  • 85 Ibid., III, 71, p. 103.
  • 86 Ibid., III, 60, p. 95.

40Un point est commun aux opérations de Prusse et aux guerres féodales : la livraison d’otages afin de mettre fin aux hostilités84 ou pour garantir le respect des accords de paix ou d’armistice. En 1254 après avoir vaincu les Samlandais, le roi de Bohême Ottakar II oblige ainsi leurs chefs à livrer leurs fils à l’Ordre, avec menace de les exécuter en cas de reprise du soulèvement85. Le puissant duc de Dantzig, Swantopolk, laissa un de ses fils aux Teutoniques, ce qui n’a pas empêché le conflit qui l’opposait à l’Ordre de rebondir en 1265/1266. Lors des négociations avec le maître de Prusse Henri de Liechtenstein, il se déclare prêt à remplir ses obligations, à condition que son fils lui soit rendu86.

  • 87 Les occurrences sont très nombreuses : chaque raid, païen comme chrétien, ou presque procure sa pa (...)

41Pour autant qu’on puisse l’approcher le sort des captifs a en revanche peu à voir avec celui du monde féodal : les exécutions et les conversions plus ou moins forcées (dans le sens du paganisme au christianisme) sont nombreuses. Les femmes et les enfants sont systématiquement emmenés comme esclaves comme le laisse entendre la fréquence de l’expression in captivitatem perpetuam87.

  • 88 Ibid., III, 38, p. 76 (occisis pluribus et mulieris captis et parvulis cum præda maxima redierunt)
  • 89 Ibid., III, 36, p. 73.
  • 90 Ibid., III, 39, p. 78.
  • 91 Ibid., III, 76, p. 106.

42Les Teutoniques font également des captifs : après avoir incendié les domaines frontaliers du duc de Pomérélie Swantopolk (vers 1242) et tué leurs adversaires, ils s’en retournent dans leurs terres emmenant avec eux femmes et enfants capturés88. Après s’être emparés de la forteresse de Sardewicz (1242) ils ligotent 150 femmes et des enfants capturés sur place89. Lors d’un précédent accord de paix avec le même prince l’Ordre avait restitué les femmes qu’il détenait, parmi lesquelles 70 « matrones nobles et honnêtes90 » ! Vers 1255/1256 le commandeur de Königsberg, après avoir tué un chef samlandais, Goducke, capture son épouse et toute sa familia avec femmes et enfants et « les emmène avec le reste du butin », le terme de præda étant sans équivoque91.

  • 92 Ibid., III, 119, p. 130.
  • 93 Ibid., III, 135, p. 139.
  • 94 Ibid., III, 145, p. 146.

43Tortures et exécutions ne sont pas rares et les mises à mort ou les mutilations calculées de sorte à provoquer l’effroi. Lorsque tombe au combat le valeureux frère Miligedo, les Teutoniques, pour le venger, exécutent 30 otages prutènes qu’ils pendent devant la forteresse de Bartenstein92. Une fois capturé, le terrible chef des Natangiens Henri Monte est pendu à un arbre et transpercé à coups de glaive93. Du côté prutène on fait subir d’immenses souffrances à ceux que l’on capture, en particulier des convertis qui persistent à aider l’Ordre. Ainsi lors du siège de Christbourg, un noble pomésanien, Namile, avait réussi à ravitailler les assiégés. Pris par les païens, il a le visage ébouillanté puis il est plongé dans les flammes, avant d’être remis aux Teutoniques, à moitié mort94.

  • 95 Ibid., III, 91, p. 116.
  • 96 Ibid., III, 94, p. 118.

44Les cruautés de la guerre sont aggravées par les pratiques religieuses des Prutènes : en 1261 lors des combats dans la région de Brandenbourg, un bourgeois de Magdebourg venu aider les Teutoniques fut capturé par le chef païen Henri Monte. Désigné par le sort pour être offert en offrande aux dieux, il est attaché sur son cheval puis livré aux flammes95. Les Teutoniques ne se montrent pas toujours enclins à la douceur : obligés de fuir la forteresse d’Heilsberg, ils arrachent les yeux de douze otages prutènes, qu’ils rendent ensuite à leurs parents96 !

Des héros « homériques » ou « romains »

45Les actes de bravoure relevés par Pierre de Dusbourg ne sont pas le fait de hauts dignitaires de l’Ordre mais de commandeurs locaux, voire de simples chevaliers, parfois connus uniquement par son récit. Sans doute le chroniqueur jugeait-il plus efficace de montrer que des héros pouvaient surgir du rang, sans que la noblesse des origines ou l’importance de la fonction fussent des conditions nécessaires.

  • 97 Ibid., III, 122, p. 132.
  • 98 Ibid., III, 156, p. 152.
  • 99 Ibid., III, 157, p. 152-153.

46Plusieurs exemples attestent l’excellence martiale des Teutoniques. Dans les années 1260, lors de la seconde apostasie, un certain Henri Tupadel défend avec succès la forteresse de Wilow ; Pierre de Dusbourg le dit pleinement accompli dans l’art de manœuvrer les balistes97. Il tue un païen et cloue une de ses mains à la baliste, suscitant l’effroi des assaillants. Aux abords de Redin, Martinus de Golin et un autre frère se perdent dans la forêt98. Ils rencontrent trois Prutènes, en tuent deux et se font guider par le dernier qui, traîtreusement, les conduit dans un piège. Faits prisonniers, ils sont sur le point d’être décapités : Martinus demande aux deux hommes qui les gardent de pouvoir ôter ses vêtements afin que ceux-ci ne soient pas maculés de sang et il profite d’avoir les bras libres un court instant pour saisir son épée et les tuer. Puis il libère de ses entraves son compagnon et tous deux mettent ensuite à mort les trois autres Prutènes qui s’étaient éloignés un instant à la poursuite d’un cheval. Le nombre des combattants (cinq) rend plausible l’histoire et en fait un bel exemple à l’adresse des lecteurs de la Chronique. Martinus de Golin est crédité d’un autre exploit99. Lancé avec dix-sept hommes à la poursuite de vingt païens il est surpris par une attaque nocturne. Il se lance alors nu au milieu de la mêlée, armé d’un bouclier et d’un glaive. Couvert de blessures, les chairs pendantes à plusieurs endroits, laissé à demi-mort il fut ramené par un de ses compagnons à Redin. Là encore l’histoire doit raviver l’ardeur martiale des contemporains de Pierre de Dusbourg.

  • 100 Ibid., III, 119, p. 130.

47Lorsque la forteresse de Bartenstein est attaquée par les Prutènes (1263/1264), un membre de l’Ordre, Miligedo, se distingue par de multiples exploits, au point que les païens pensaient qu’en le tuant ils élimineraient la moitié des forces adverses100. À l’image de Goliath provoquant les Juifs, un Prutène vient défier les défenseurs ; aussitôt Miligedo répond à la provocation, sort du fort et se trouve attiré dans un piège. Il parvient néanmoins à tuer son adversaire, à échapper à ses ennemis et à rentrer dans Bartenstein.

  • 101 Ibid., III, 126, p. 134.
  • 102 Ibid., III, 218, p. 188.

48Certains exploits défient la raison et relèvent d’une mythologie herculéenne. Vers 1265/1266, Ulrich de Magdebourg, membre de la commanderie de Königsberg, et dont la force dépassait celle de plusieurs hommes, fut capable de soulever deux ennemis avec un seul doigt en les agrippant par leur baudrier. On lui confia la surveillance des bateaux. Alors qu’il était en faction accompagné d’un petit nombre de frères, il vit venir à eux cinq vaisseaux chargés de païens. Se saisissant du mat de son navire il en éperonna les vaisseaux ennemis et les fit couler, noyant ainsi cinquante hommes101 ! Plus modestement, mais non sans une force peu commune, Frédéric de Holle est capable de frapper si violemment un adversaire qu’il le jette à terre avec son cheval et le tue ainsi d’un seul coup sans pourtant qu’aucune blessure ne soit visible102.

  • 103 Ibid., III, 143, p. 145.

49Un autre n’est pas loin de rappeler les prouesses d’Horatius Coclès : lorsque la forteresse de Christbourg fut violemment assiégée, ses avant-postes et le faubourg conquis, une grande partie de la garnison massacrée, seuls trois frères et trois familiers de l’Ordre parvinrent à se réfugier dans la dernière enceinte103. Avec eux un Pomésanien du nom de Sirenes, enchaîné pour avoir commis des délits, brisa ses entraves et barra à lui seul l’accès du pont menant au fort, tel un « lion intrépide », jusqu’à ce que la porte soit fermée.

De la légende à l’histoire : les Maccabées de Prusse

Les Teutoniques, « Nouveaux Maccabées »

  • 104 […] venerabilibus et religiosis fratribus sancte domus hospitalis Teutonicorum vicem Macchabeorum (...)
  • 105 Ibid., no 321. Elle se trouve de nouveau insérée dans un mandement d’Honorius, non daté (ibid., no (...)
  • 106 Die Statuten…, éd. M. Perlbach, p. 22-26, ici cap. 3 et 5, p. 26.

50En avril 1212, Léon d’Arménie récompense par la donation de la forteresse d’Amudain « les frères religieux de la sainte maison de l’hôpital des Allemands » : il voit en eux ceux « qui luttent à la place des Maccabées pour la défense de la maison d’Israël104 ». L’expression fut reprise dans la bulle Milites Templi qu’Honorius III renouvelle le 16 janvier 1221105. L’Ordre teutonique bénéficiait de la comparaison antérieurement établie au profit du Temple. La permanence des textes pontificaux ne traduit pas un archaïsme de la chancellerie mais la volonté de traiter de manière identique les ordres militaires : à un siècle de distance les Teutoniques n’ont pas d’autre mission que celle des Templiers et le modèle des Maccabées demeure prégnant. Dans le Prologue de la Règle de l’Ordre, figurent d’ailleurs trois citations empruntées aux livres des Maccabées106.

  • 107 … cum veri, ut sepe probatum est, Machabei pro amplianda fide catholica quamplurima passi sunt detr (...)
  • 108 Il cite ou utilise les Maccabées à une trentaine de reprises. Plusieurs références servent à illus (...)

51Même hors de la Terre Sainte la comparaison conserva sa force évocatrice. On la retrouve dans un diplôme de l’évêque d’Ermland, Anselme, daté du 27 avril 1251, qui qualifie les Teutoniques de « vrais Maccabées107 ». Mais c’est la Chronique de la terre de Prusse de Pierre de Dusburg qui établit de manière systématique l’identification entre les Teutoniques et les combattants juifs108 :

  • 109 Dusbourg, I, 1, p. 16.

« Cette chevalerie [l’Ordre teutonique] semble avoir été préfigurée, seule et principalement, comme type originel sur terre et au ciel, elle qui souffre comme le Christ l’opprobre de la croix et s’est fixée comme devoir de récupérer la terre sainte opprimée par les païens, et qui revient de droit aux chrétiens109. »

52Le chroniqueur prête au pape Grégoire IX des paroles directement modelées sur la harangue de Judas Maccabée exhortant ses troupes au combat, à ne pas craindre de mourir à la guerre ni d’affronter un ennemi supérieur en nombre :

  • 110 Ibid., II, 6, p. 30 (reprise de 1 Mac., 3,58-59 : Accingimini et estote filii potentes, estote par (...)

« Équipez-vous, soyez des braves, tenez-vous prêts à combattre demain ces nations qui sont massées contre nous pour notre ruine et celle de notre sanctuaire, car il vaut mieux pour nous mourir dans la bataille qu’être spectateurs des malheurs de notre nation et de notre lieu saint110. »

  • 111 Ibid., II, 6, p. 31 où sont repris 1 Mac., 2,62-63 ; 1 Mac. 2, 50-51 ; 1 Mac. 2, 64 et 1 Mac. 2,67 (...)
  • 112 Ibid., I, 1, p. 16.

53L’exorde s’achève par plusieurs autres emprunts aux appels de Judas Maccabée, enchaînés les uns à la suite des autres111. Les Teutoniques poursuivent donc les combats inaugurés dans l’Ancien Testament, dès Moïse et Josué112. Pierre de Dusbourg poursuit la généalogie en rappelant les figures de David et de Salomon, puis en dressant le parallèle avec les Maccabées :

  • 113 Image déformée issue de 2 Mac 4,12 où il est question de conduire les éphèbes au gymnase…
  • 114 Dusbourg, I, 1, p. 17 (reprise de 2 Mac. 5,27).

« Cette admirable guerre des Maccabées, digne de Dieu, conforte l’esprit. Ceux-ci se retirèrent dans le désert, ne mangeant que des herbes afin de ne pas contracter de souillures. Emplis de zèle pour la loi et la foi, soutenus par l’aide de Dieu, ils broyèrent Antiochos Épiphane et la racine de l’iniquité, qui s’efforçaient de détourner le peuple de Dieu vers les rites des Gentils et les lupanars des éphèbes113. De la sorte, ils purifièrent à nouveau les lieux saints, reprirent la citadelle de Sion et ramenèrent la paix sur terre114. »

54Reprendre la citadelle de Sion et rendre la paix à la terre entière : on retrouve le programme des Croisades et la lecture qui fut faite de la prise de Jérusalem par les chroniqueurs comme par les poètes des XIIe et XIIIe siècles. En Prusse, l’Ordre allemand accomplit des prouesses qui lui valent d’être l’égal des Maccabées. Aux yeux de Pierre de Dusbourg, elle est une nouvelle Terre Sainte. Là réside une des innovations du chroniqueur, commandée par le déplacement géographique du théâtre des opérations et par la nécessité, à l’époque où il écrit, de justifier aux yeux de l’ensemble des frères – dont certains étaient réticents – l’installation du grand maître à Marienbourg. En quittant la Terre Sainte, puis Venise siège éphémère mais encore orienté vers Jérusalem et Acre, l’Ordre ne trahissait donc pas sa mission.

Un nouveau livre des Maccabées

  • 115 M. Lesaffre, La littérature biblique de l’Ancien Testament dans l’Ordre teutonique au Moyen âge, A (...)
  • 116 K. Helm lui en a attribué la paternité (Das Buch der Makkabäer, in mitteldeutscher Bearbeitung, Tü (...)
  • 117 1 Mac. 16, 23-24. Des extraits de ces Annales apparaissent dans l’œuvre de Flavius Josèphe.

55Ce fut aussi dans cette perspective que furent confectionnés plusieurs poèmes bibliques sous la direction des grands maîtres de l’Ordre, au temps de Luther de Bunswick (1331-1335) et de Dietrich d’Altenbourg (1335-1341)115. On doit sans doute à Luther la rédaction d’un poème de 14 410 vers composé entre 1313 et 1322/1331, reprenant et amplifiant le texte des Maccabées116. Celui qui était alors commandeur de Christbourg avait trouvé un modèle parfait pour stimuler ses frères. Le contexte militaire récent (conquête de la Pomérélie, conflit contre la Pologne, guerre contre la Lituanie) nécessitait que leur détermination fût renforcée. Le poème reprend les deux Livres des Maccabées (vers 387-7012 et vers 7079-11261) puis y ajoute un troisième (vers 11301-1421) consacré à l’histoire de Jean Hyrcan. Le premier livre des Maccabées faisait référence à un livre des « Annales de son pontificat », aujourd’hui disparu, qui relatait longuement la politique de Jean Hyrcan117. Or Luther de Brunswick avait trouvé dans l’Histoire scolastique de Pierre le Mangeur des renseignements à ce sujet. Ce troisième livre lui permettait de marquer la continuité entre les Maccabées et le Christ (il y retrace la période allant jusqu’au règne d’Hérode et à la naissance de Jésus) et de renforcer l’idée que ceux-ci avaient transmis leur héritage à l’Ordre.

  • 118 da machte et mite isa/ein Xenodochium alda,/daz ist in dutschen ein spital/allen der armen uberal/u (...)

56Dans le prologue à cette troisième partie l’auteur explique la raison de l’ajout. Jean Hyrcan a combattu et fortifié des villes mais a aussi fondé un hospice pour les pauvres (il « fit bâtir là, pour tous les pauvres et le bien de tous les hôtes, un xénodochium, ce que l’on appelle en allemand hôpital118 »). L’épisode permet de souligner l’autre facette de l’activité des Teutoniques, leur mission caritative et hospitalière, qui plongeait ses racines dans leurs origines : l’hôpital de campagne fondé au pied des murailles de Saint-Jean d’Acre. L’univers des Maccabées est le prototype biblique de l’aventure prussienne.

  • 119 Sa « verbosité contraste avec la sobriété du texte biblique » indique M. Lesaffre (« La guerre… », (...)
  • 120 M. Perlbach, Die Statuten…, 1890, p. 149-151.

57L’ensemble est précédé de deux prologues, dont le second (vers 357-386), faussement attribué à saint Jérôme, présente une apologie de la guerre juste et du martyre, à travers les récits des combats des Juifs contre les Séleucides et de la persécution des sept frères119. La lecture du livre de Luther de Brunswick fut recommandée par son successeur Dietrich d’Altenbourg (1335-1341) qui la fit inscrire dans les nouveaux statuts de l’Ordre120.

  • 121 Il reprend les lettres de Raban à Louis le Germanique et à l’archidiacre Gérold aux vers 157-264.
  • 122 L’intérêt pour les récits de conquête et de bataille se lit dans le long passage sur Alexandre qui (...)

58Luther s’est inspiré de plusieurs ouvrages : L’Histoire scolastique de Pierre le Mangeur, la Sächische Weltchronik (composée vers 1230), la Weltchronik de Jans Jansen Enikel (seconde moitié du XIIIe siècle), ainsi que la Glose ordinaire à laquelle il emprunte les explications de Raban Maur121. S’il montre une scrupuleuse fidélité envers le texte de la Vulgate, il manifeste une plus grande liberté à l’égard des autres ouvrages. Au total les passages originaux sont cependant peu nombreux ; M. Lesaffre en estime la part à 3 % de l’œuvre. Autrement dit le poème s’apparente de fort près aux compilations en vogue à l’époque. Avec l’apologie du combat pour la foi, assortie de quelques exemples concrets de tactique guerrière122, l’accent est aussi mis sur le rôle de l’intercession des prières entre les vivants et les morts.

  • 123 Vers 1996-1997.
  • 124 Vers 4095-4101.

59Un des axes essentiels tourne autour de la figure de Judas Maccabée, ce princeps militiæ (1 Mac, 2,66) : und Judas Macchabeus sol/uch vurste sin der ritterschaft123 (Et Judas Maccabée dut/Aussi être le prince de la chevalerie), ce combattant exemplaire qui risqua sa vie devant un ennemi supérieur en nombre124 et triompha grâce à sa piété, priant Dieu pour qu’il lui donne la victoire (Got bat er um sinen segen). Il pouvait ainsi apparaître comme le modèle et la préfiguration d’un dignitaire d’un ordre militaire. La piété était nécessaire à la victoire.

La nouvelle guerre des Maccabées

  • 125 Ibid., (Apoc. 3,12).
  • 126 Ibid., Prologue, p. 4.
  • 127 1 Mac. 2,46 et 16,2.

60L’analogie avec les Maccabées comporte également des aspects eschatologiques. Pierre de Dusbourg s’appuie ainsi sur le passage de l’Apocalypse rappelant que Jean a vu les armées célestes combattre les ennemis de la foi : les Teutoniques sont à l’image de ces guerriers du ciel125. La participation aux combats de l’Église militante est la mission essentielle de l’Ordre et le prologue de la Chronique rappelle que les actions remarquables des Teutoniques en Prusse ont fait de ces derniers les instruments de Dieu. Pour la défense de la foi ils n’ont pas hésité à risquer la mort, affrontant en infériorité numérique les « si puissantes, féroces et innombrables tribus païennes126 », formule où l’on retrouve le thème du petit nombre vainqueur d’un ennemi supérieur127. Malgré ce handicap, les Teutoniques ont accompli une tâche extraordinaire, menant à bien en une cinquantaine d’années la conquête de toute la Prusse, puis entamant les campagnes contre la Lituanie.

  • 128 Ibid., Prologue, p. 8, (1 Mac. 1,26).
  • 129 Ibid., III, 31, p. 69.
  • 130 Ibid., III, 84, p. 110.
  • 131 Ibid., III, 40, p. 80-81.

61Les membres de l’Ordre n’ont donc pas hésité à faire le sacrifice de leur vie, que Pierre de Dusburg implore le Christ d’accepter en empruntant encore au Livre des Maccabées : accipe ergo, Iesu, sacrificium istud pro universo populo tuo et custodi partem tuam et sanctifica128. Vaincus ou vainqueurs, les Teutoniques sont les dignes héritiers des Maccabées et les citations des livres bibliques éclairent les aléas des combats menés contre les Prussiens, les Polonais ou les Lituaniens. En 1242 les frères se sont distingués « comme d’autres Maccabées, dans l’extension et la dilatation des frontières de la Chrétienté et dans l’affrontement de ses ennemis129 ». Lorsque meurent, lors d’un combat en Courlande, 150 Teutoniques, Dusbourg écrit qu’ils combattirent comme les « anciens Maccabées130 ». Et après une défaite subie contre les troupes de Swantopolk, une tirade attribuée aux Teutoniques est issue de 1 Mac. 6,14, déplorant le trépas des jeunes et des vieillards, la dévastation du pays et la réduction en servitude131.

  • 132 Ibid., III, 128 p. 135 sur la mort de Swantopolk (1266) : decidit in lectum et ut cognovit quod mo (...)
  • 133 Ibid., III, 214 p. 185 : prosperatumque fuit bellum contra infideles in manibus ipsorum (1 Mac. 2, (...)
  • 134 Ibid., II, 7, p. 32-33.

62La mort des ennemis de l’Ordre, qu’ils décèdent dans leur lit ou qu’ils soient frappés par Dieu, est également signalée à l’aide de citations des Maccabées132. De même, faisant l’éloge funèbre du maître de Prusse Conrad de Thierberg le Jeune (1283-1288), Pierre de Dusbourg trouve naturellement la formule adéquate dans le livre des Maccabées133. Il faut se conformer à l’exemple biblique, non seulement par le courage physique mais par la piété, car, si l’on ne prie pas on perd la guerre : Judas omit de prier à deux reprises et perdit chaque fois, contre Antiochos Eupater d’abord, puis contre Bacchidès et Alkime et il trouva la mort dans cette seconde bataille134.

  • 135 Ibid., III, 251 p. 208 (1 Mac. 3,18-19).
  • 136 Ibid., III, 32 p. 70-71.

63Des exhortations à faire face à l’ennemi placées dans la bouche des dignitaires de l’Ordre reprennent la harangue de Judas Maccabée. Conrad Stange, commandeur de Ragnit résiste aux Lituaniens en 1292 et ranime le courage de ses troupes : « il est facile de vaincre un grand nombre par la main d’un petit nombre et il n’y a pas de différence au regard du Dieu du ciel entre libérer par un grand ou un petit nombre, car la victoire d’une armée ne réside pas dans la multitude, mais la force vient du ciel135 ». Enfin les souffrances des chrétiens sont dépeintes dans les termes empruntés au même Livre136.

  • 137 Ibid., I, c. 1, p. 15. Saint Bernard reprenait déjà l’appellation de Dominus Sabaoth dans l’Eloge (...)
  • 138 Ibid., Prologue, p. 8.

64En se montrant l’égal des Maccabées, les Teutoniques avaient sanctifié la terre qui leur avait été donnée à conquérir. Il ne s’agit pas de métaphores : les Teutoniques incarnent les Maccabées, la Prusse est une terre de nouvelle chrétienté, une « nouvelle plantation de la foi », analogue à la Terre Sainte où le christianisme apparut pour la première fois. L’analogie autorise l’assimilation entre les deux régions où s’est engagé l’Ordre allemand. On remarque d’ailleurs que dans le récit de la création et des origines de l’Ordre Pierre de Dusbourg explique que « la vigne du Seigneur » fut transplantée en Prusse ; significativement il choisit à cette occasion l’épithète de « Dieu Sabaoth », le dieu des armées137 … L’atmosphère des combats de Prusse est bien celle des guerres bibliques, qui offrent une grille de lecture adéquate aux faits d’armes des XIIIe et XIVe siècles. L’action de l’Ordre allemand était une œuvre purificatrice, qui avait débarrassé de leur pollution les « lieux saints » (loca sancta) de Prusse138. Il y a donc des lieux saints en Prusse, ou celle-ci est elle-même une nouvelle Terre Sainte.

  • 139 Dî werdin rittre lidin ê/Dî Macchabêi hîzin […]/Disen strîten ebin hât/Gevolgit nâch mit vrechir t (...)

65Dans la version versifiée en allemand qu’il donna en 1344-1346 de la Chronique de Pierre de Dusburg, Nicolas de Jeroschin a repris la comparaison entre les Teutoniques et les Maccabées139 :

« Furent jadis des chevaliers qui souffrirent/Et qui s’appelaient les Macchabées/[…]/Ces combattants directement a/Imité avec témérité/Le saint ordre chevaleresque/De la maison des Allemands). »

66Et il brosse un long parallèle entre l’Ordre et les Maccabées :

  • 140 Ibid., vers 5865-5877 (Iz wer zu ho, zu breit, zu land,/Minen cleinen sinnen cranc/Daz gar zu intr (...)

« Il serait trop dur, trop vaste, trop long/Pour mes maigres et faibles capacités/De montrer complètement et de narrer en détail/Combien grands, combien puissants/Combien magnifiques et combien chevaleresques/Le maître et ses frères furent/Qui là viennent d’être nommés/Exactement comme la troupe des Maccabées/Ils dirigèrent à pleine force/Leurs mains/Afin que la Chrétienté/soit étendue et renforcée140. »

Novum Bellum

  • 141 tot magna signa, tam mirabilia facta insolita et a sæculo inaudita, Dusbourg, Prologue, p. 4.
  • 142 Nec tantum est novitas in bello, sed etiam in novo genere bellandi, ibid., II, 7, p. 32.
  • 143 Dusbourg, II, 7, p. 33 (Sic habemus novum bellum et novum genus bellandi, quo armis spiritualibus h (...)

67Selon Pierre de Dusbourg les performances de l’Ordre sortaient de l’ordinaire ; ses membres ont accompli « tant de grands signes, tant d’actes admirables, inhabituels et jamais vus dans le siècle141 ». C’est une « guerre nouvelle » qui fut menée en Prusse, une guerre d’un genre nouveau, au double sens du terme, « nouveau » et « dernier ». Les Teutoniques menèrent une guerre d’un nouveau genre voire – dans une perspective eschatologique – la dernière des guerres missionnaires. Guerre d’un genre inédit car menée par un ordre contre un peuple : les deux adversaires ne relèvent pas de la même catégorie. La nouveauté réside aussi dans la manière de faire la guerre142, parce que l’on se bat à l’aide d’armes spirituelles et non seulement matérielles : la guerre se déroule sur deux plans simultanés et la victoire n’est en dernier ressort donnée que par les armes spirituelles143, en particulier la prière, l’oratio. Ne pas prier, c’est se voir promis à la défaite.

  • 144 Ibid., II, 7, p. 33 (Nobile vincendi genus est patientia ; vincit qui patitur ; si vis vincere dis (...)
  • 145 Citation finale de L’homme qui tua Liberty Valance.

68Pour vaincre il faut aussi accepter la souffrance : « si tu veux vaincre, apprends à souffrir144 », assène Pierre de Dusbourg. Guerre de guerriers, de professionnels du combat, guerre éprouvante au service de Dieu, guerre aussi réaliste que possible, loin de la codification chevaleresque, voilà comment apparaît, sous la plume du plus grand chroniqueur de l’Ordre teutonique, la conquête de la terre de Prusse. Une terre où, comme dans l’Ouest de John Ford, « lorsque la légende devient la réalité, on imprime la légende145 ».

Notes

1 Pour se limiter aux deux ouvrages les plus détaillés : J. Voigt, Geschichte Preussens, von den ältesten Zeiten bis zum Untergange der Herrschaft des Deutschen Ordens, 9 vol., Königsberg, 1827-1839 ; M. Biskup, G. Labuda, Dzieje Zakonu kzyzackiego w Prusach. Ggospodarka – Spoleczenstwo – Pantswo – Ideologia, Gdansk, 1986, trad. allemande J. Heyde et H. Kodur, Die Geschichte des Deutschen Ordens in Preussen : Wirtschaft, Gesellschaft, Staat, Ideologie, Osnabrück, 2000.

2 Chronique de la terre de Prusse (Cronica terræ Prussiæ), éd. J. Wenta et S. Wyszomirski, Piotr z Dusburga, Pomniki Dziejowe Polski, Seria II, Tom XIII, Cracovie, 2007 (désormais : Dusbourg).

3 Ce qualificatif fait actuellement l’objet d’une remise en question ; je l’utile dans son acception première, par simple commodité.

4 Dusbourg, Prologue, p. 5.

5 Renuntiaverunt propria voluntate, ibid., p. 6.

6 Ibid., p. 6.

7 Victus autem cibi et potus arctus fuit nimis, ibid., p. 6.

8 Kl. Scholz, Beiträge zur Personengeschichte des Deutschen Ordens in der ersten Hälfte des 14. Jahrhunderts. Untersuchungen zur Herkunft livländischer und preussischer Deutschordensbrüder, Munster, 1971 ; D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte des Deutschen Ordens im 13. Jahrhundert, Wiesbaden, 1971 (Quellen und Studien zur Geschichte des Östlichen Europas, 3) ; Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg. Verfassung, Verwaltung und Sozialstruktur des Deutschen Ordens 1190-1309, Marbourg, 1999 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 56). Du même auteur : « Die Aufnahme von Ritterbrüdern in den Deutschen Orden. Ausbildungsstand und Aufnahmevoraussetzungen », Das Kriegswesen der Ritterorden im Mittelalter, Z.-H. Nowak (dir.), Torun, 1991 (Ordines Militares – Colloquia Torunensia Historica 6), p. 7-17 ; M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego w Prusach w latach 1228-1309. Studium prozopograficzne, Poznan, 2004.

9 Règle, Coutumes, 9 (Die Statuten des Deutschen Ordens, éd. M. Perlbach, Halle, 1890, p. 98).

10 Kl. Militzer, Von Akkon…, p. 391.

11 M. Dorna, Braci Zakonu…, p. 86.

12 Hermann von Salza Bericht über die Eroberung Preussens, éd. Th. Hirsch, Scriptores rerum Prussicarum, Bd. 5, Leipzig, 1874, p. 153-168, ici p. 164.

13 Ainsi lors de la destruction de la forteresse de Christbourg 12 frères et 500 hommes à leur service seraient tombés (Dusbourg, III, 143, p. 144).

14 Ibid., III, 66, p. 98 et III, 84, p. 109-110.

15 Ibid., III, 71, p. 102.

16 Ibid., III, 77, p. 107.

17 Ibid., III, 138, p. 141 (vers 1260).

18 Ibid., III, 147, p. 148.

19 Thorn en 1231, Culm en 1232 (III, 8, p. 56), Marienwerder en 1233 (III, 9, p. 57), puis Elbing (1237) et Balga en 1239, (Dusbourg, III, 15, p. 61), etc.

20 Ibid., III, 46, p. 85.

21 Les adversaires disposent cependant d’engins de sièges, de « balistes » notamment (ibid., III, 104 et 105 p. 124-125).

22 Ibid., III, 58, p. 94.

23 Ibid., III, 62, p. 96.

24 Ibid., II, 7, p. 55.

25 Ibid., III, 199, p. 178.

26 Ibid., III, 154, p. 151.

27 Ibid., III, 167, p. 158.

28 Ibid., III, 210, p. 182 (Doleo de turbatione tua, s’exclame Skomand, et, si audes, vindica iniuriam tibi factam, ego te iuvabo).

29 Occidendo, capiendo et incremando, quicquid in via eis occurrit, Dusbourg, III, 143, p. 144 (à propos des meurtres commis par les Prutènes lors de la destruction de la cité de Christbourg pendant la seconde apostasie).

30 Ecce mirabilia forcia, quomodo per fratres predictos omnes gentes, quæ inhabitabant terram Prussie, quarum innumera multitudo inferius apparebit, exterminatæ sunt et urbium et municiorum suarum portæ æreæ contritæ et vectes ferrei sunt confracti, Dusbourg, Prologue, p. 8. Les historiens réfutent actuellement toute extermination des tribus prutènes.

31 Dusbourg, III, 31, p. 69 et III, 89, p. 113. Lors du premier emploi du terme, Pierre de Dusbourg utilise la forme grecque ὰποστασία.

32 Ibid., II, 2, p. 24.

33 Ibid., III, 144, p. 146.

34 Ibid., III, 181, p. 166.

35 Ibid., III, 11, p. 58

36 Ibid., III, 26, p. 67.

37 Ibid., III, 37, p. 74

38 Ibid., III, 53, p. 89.

39 Ibid., III, 98, p. 120.

40 Ibid., III, 68, p. 101.

41 Les indications abondent et, sans chercher l’exhaustivité, on peut renvoyer à plusieurs passages : Dusbourg, III, 14 p. 60 ; III, 18, p. 63 ; III, 45, p. 84, III, 74, p. 105, etc.

42 Dusbourg, III, 38, p. 76.

43 Ibid., III, 40, p. 78-79.

44 Ibid., III, 55, p. 90.

45 Ibid., III, 48, p. 86. R. Mazeika, « ‘ Nowhere wass the Fragility of their Sex Apparent’. Women Warriors in the Baltic Crusade Chronicles », in From Clermont to Jerusalem. The Crusade and Crusader Societies 1095-1500, (International Medieval Research, 3), Turnhout, 1998, p. 229-248.

46 Ibid., II, 6, p. 31 (reprise de 1 Mac. 4,8-11).

47 Ibid., III, 95, p. 118.

48 Ibid., II, 1, p. 22.

49 Présentation des modalités d’action de « l’ennemi du genre humain » : Dusbourg, III, 31, p. 69-70.

50 Dusbourg, III, 40, p. 80.

51 Preussisches Urkundenbuch, éd. R. Philippi, Königsberg, 1882, I/1, no 87 (lettre du 23 janvier 1232 ; cf. S. Gouguenheim, « Face aux païens de la Baltique », Le problème de la christianisation du monde antique, H. Inglebert, S. Destephen, B. Dumézil (dir.), Paris, 2010, p. 375-392).

52 Ibid., III, 101, p. 121.

53 Ibid., III, 211, p. 183.

54 Ibid., III, 219, p. 189.

55 Ibid., III, 220, p. 189.

56 Ibid., Prologue, p. 7.

57 Singula ergo arma carnalia et spiritualia sibi moraliter correspondentia, ibid., II, 8, p. 34.

58 Unde dicitur in libro Macchabeorum quod cum Lisias « confidens in multitudine bellatorum, nunquam recogitans potestatem Dei, sed mente effrenatus » vellet civitatem sanctam Ierusalem et templum Dei destruere et iam « presidium expugnasset, Macchabeus sumptis armis et, qui cum eo erant, hoc cognito cum fletu et lacrimis rogabant Dominum, ut eis bonum angelum mitteret ad salutem. Convaluerunt animo et viribus et irruentes impetu in eos prostraverunt XI milia peditum ex eis et equites mille et sexcentos universosque in fugam verterunt ; plures ex eis vulnerati nudi evaserunt, sed et ipse Lisias turpiter fugiens evasit, Dusbourg, II, 9, p. 43.

59 Pierre de Dusbourg prend appui ici sur 2 Cor., 10,3-5 et J. Wenta souligne son emploi des commentaires de Pierre Lombard aux Épîtres de saint Paul (Piotr z Dusburga, note σ-σ, p. 43).

60 iste est gladius, quo Iudas castra filiorum Israel protegebat, ibid., II, 8, p. 35 (« De gladio », reprise de 2 Mac., 15,15-16).

61 Ibid., II, 8, p. 35 (1 Mac. 3,23).

62 Le système n’est pas complet puisque la fronde n’a pas d’équivalent spirituel. Pierre de Dusbourg évoque seulement à son endroit l’épisode victorieux de David contre Goliath.

63 De hoc Iudas Macchabeus dicitur singulos suorum armasse, non clipei nec haste municione, sed sermonibus optimis ibid., II, 8, p. 37 (2 Mac. 15,11). Le passage suivant, consacré à la cuirasse, renvoie aussi à Judas Maccabée qui « revêtit la cuirasse tel un géant et protégea ses forteresses » (1 Mac. 3,3 ; cf. « De lorica », ibid.).

64 Ibid., II, 9, p. 44.

65 Ibid., III, 8, p. 56.

66 Voir par exemple la prise de la forteresse de Balga en 1239 : et ibi contra dictos Pruthenos proelia Domini Dei exercituum gloriosius proeliabantur (III, 19, p. 63).

67 Ibid., III, 66, p. 98 ; III, 123, p. 133.

68 Ibid., II, 10, p. 45.

69 Ibid., II, 10, p. 46.

70 Ibid., III, 172, p. 162.

71 Ibid., III, 66, p. 99.

72 Et quos eis placet turpi occubitu mulctare, umbilicum eis perforant, caput vitaliorum abstrahunt, ad stipitem ligant, et sic flagellando circumducunt, quoadusque extractis visceribus solo prostrati corruunt (Robert le Moine, Histoire de la Première Croisade, éd. et trad. F. Guizot, Collection des mémoires relatifs à l’Histoire de France, Paris, 1824, Livre I, 1).

73 Ibid., III, 123, p. 133.

74 Ibid., III, 170, p. 160.

75 Ibid., III, 206, p. 180.

76 Dusbourg, III, 305. La mesure fut reprise par le grand maître Werner d’Orseln.

77 III, 209, p. 182. Il y a bien d’autres exemples identiques non seulement au XIIIe mais aussi au XIVe siècle cf S. Gouguenheim, Les chevaliers teutoniques, 2007, Paris, p. 137.

78 Dusbourg, III, 12, p. 60.

79 Ibid., III, 79-81 et 85, p. 107-108 et 111.

80 Ibid., III, 41, p. 81.

81 Ibid., III, 87, p. 112.

82 Ibid., III, 141, p. 143.

83 Ibid., III, 92, p. 117.

84 Ainsi de la part des défenseurs des forts prutènes d’Ochtolite et Gundau dans la région de Königsberg vers 1255 (ibid., III, 75, p. 106).

85 Ibid., III, 71, p. 103.

86 Ibid., III, 60, p. 95.

87 Les occurrences sont très nombreuses : chaque raid, païen comme chrétien, ou presque procure sa part de butin humain voué à cette « perpétuelle servitude » / perpetuam servitutem (Dusbourg, III, 34, p. 72 ; III, 90, p. 114 ; III, 108, p. 126, III, 129, p. 136, etc.).

88 Ibid., III, 38, p. 76 (occisis pluribus et mulieris captis et parvulis cum præda maxima redierunt).

89 Ibid., III, 36, p. 73.

90 Ibid., III, 39, p. 78.

91 Ibid., III, 76, p. 106.

92 Ibid., III, 119, p. 130.

93 Ibid., III, 135, p. 139.

94 Ibid., III, 145, p. 146.

95 Ibid., III, 91, p. 116.

96 Ibid., III, 94, p. 118.

97 Ibid., III, 122, p. 132.

98 Ibid., III, 156, p. 152.

99 Ibid., III, 157, p. 152-153.

100 Ibid., III, 119, p. 130.

101 Ibid., III, 126, p. 134.

102 Ibid., III, 218, p. 188.

103 Ibid., III, 143, p. 145.

104 […] venerabilibus et religiosis fratribus sancte domus hospitalis Teutonicorum vicem Macchabeorum pro defensione domus Israel gerentibus…, éd. E. Strehlke, Tabulæ ordinis Theutonici, Berlin, 1869, no 46).

105 Ibid., no 321. Elle se trouve de nouveau insérée dans un mandement d’Honorius, non daté (ibid., no 403) : Cum fratres domus Hospitalis sancte Marie Theutonicorum Ierosolimitani tanquam veri Macchabei crucem dominicam in proprio corpore baiulantes sese pro defensione christianitatis extremis exponant periculis… G. Wiechert [« Die Spiritualität des Deutschen Ordens in seiner mittelalterlichen Regel », Die Spiritualität der Ritterorden im Mittelalter, éd. Z. H. Nowak, Torun, 1993 (Ordines militares. Colloquia Torunensia Historica, 6), p. 131-146] avait souligné le parallèle établi entre l’Ordre teutonique et les Maccabées. S. Gouguenheim, « les Maccabées, modèles des guerriers chrétiens des origines au XIIe siècle », Cahiers de Civilisation médiévale, 54e année, janvier-mars 2011, p. 3-20.

106 Die Statuten…, éd. M. Perlbach, p. 22-26, ici cap. 3 et 5, p. 26.

107 … cum veri, ut sepe probatum est, Machabei pro amplianda fide catholica quamplurima passi sunt detrimenta et cottidie paciantur…, Codex diplomaticus Warmiensis oder Regesten und Urkunden zur Geschichte Ermlands, éd. C. P. Woelky, M. Saage, H. Schmauch (Monumenta Historiæ Warmiensis oder Quellensammlung zur Geschichte Ermlands), Mayence/Braunsberg, 1860, vol. I, no 27.

108 Il cite ou utilise les Maccabées à une trentaine de reprises. Plusieurs références servent à illustrer la persécution du duc de Pomérélie Swantopolk contre les chrétiens (1 Mac. 1,13 ; 1 Mac. 1,36-37 ; 1 Mac. 1,32 ; 1 Mac. 5,3 ; 1 Mac. 5,34 ; 1 Mac., 8,4 ; 1 Mac. 1,39). Je relèverai encore la relation de la prise de la forteresse pomérélienne de Sardewicz en 1242 (III, 36 p. 73) : Unde fratres hiis visis consternati mente elegerunt « pocius mori in bello quam videre tot mala gentis sue et sanctorum » (1 Mac. 3,59) ; toujours à propos de cet assaut, plusieurs emprunts à 1 Mac 1,32 ; 3,18 ; 5,3 ; 5,34, 8,4 (Livre III, c. 37, p. 75), etc.

109 Dusbourg, I, 1, p. 16.

110 Ibid., II, 6, p. 30 (reprise de 1 Mac., 3,58-59 : Accingimini et estote filii potentes, estote parati…).

111 Ibid., II, 6, p. 31 où sont repris 1 Mac., 2,62-63 ; 1 Mac. 2, 50-51 ; 1 Mac. 2, 64 et 1 Mac. 2,67-68.

112 Ibid., I, 1, p. 16.

113 Image déformée issue de 2 Mac 4,12 où il est question de conduire les éphèbes au gymnase…

114 Dusbourg, I, 1, p. 17 (reprise de 2 Mac. 5,27).

115 M. Lesaffre, La littérature biblique de l’Ancien Testament dans l’Ordre teutonique au Moyen âge, Amiens, 1999 ; idem, « La guerre dans les adaptations bibliques et chroniques de l’Ordre teutonique au Moyen Âge », La guerre au Moyen Âge. Réalité et fiction, D. Buschinger (dir.), Actes du colloque du centre d’études médiévales de l’Université de Picardie, Amiens, 2000, p. 105-120.

116 K. Helm lui en a attribué la paternité (Das Buch der Makkabäer, in mitteldeutscher Bearbeitung, Tübingen, 1904, XCVI-432 p., ici p. LXXXVII) arguant du fait que son blason figure au f° 52v° (début du prologue de l’auteur, à l’initiale N du vers 267). M. Lesaffre reprend cette analyse, que rejette au contraire J. Wenta (Studien zur Ordensgeschichtsschreibung am Beispiel Preussen, Toruń, 2002, p. 152). L’élément de doute vient du fait que le seul manuscrit dont on dispose (Stuttgart, Staatsbibliothek, XIII, 11, f ° 52ra-96rc, deuxième moitié du XIVe siècle voire début du XVe siècle) est originaire de Mergentheim, mais comme il a été copié au moins soixante ans après la rédaction du poème, cela ne prouve guère que le succès et la diffusion du texte (cf. M. Lesaffre, La litterature biblique de l’Ancien Testament dans l’Ordre Teutonique au Moyen-Âge, Amiens, 1999, p. 83-84). Klaus Vogelgsanga proposé une nouvelle hypothèse dans : « Klaus Kranc als Verfasser der ‘Makkabäer’ ? », dans J. Wenta, S. Hartmann et G. Vollmann-Profe, Mittelalterliche Kultur und Literatur im Deutschordenstaat in Preussen : Leben und Nachleben, Torun, 2008, p. 441-448.

117 1 Mac. 16, 23-24. Des extraits de ces Annales apparaissent dans l’œuvre de Flavius Josèphe.

118 da machte et mite isa/ein Xenodochium alda,/daz ist in dutschen ein spital/allen der armen uberal/und den gesten zu gemache (vers 11475-11479).

119 Sa « verbosité contraste avec la sobriété du texte biblique » indique M. Lesaffre (« La guerre… », p. 115).

120 M. Perlbach, Die Statuten…, 1890, p. 149-151.

121 Il reprend les lettres de Raban à Louis le Germanique et à l’archidiacre Gérold aux vers 157-264.

122 L’intérêt pour les récits de conquête et de bataille se lit dans le long passage sur Alexandre qui occupe les vers 455-1330. L’épisode de la conquête de Tyr comportait des éléments tactiques intéressant des combattants.

123 Vers 1996-1997.

124 Vers 4095-4101.

125 Ibid., (Apoc. 3,12).

126 Ibid., Prologue, p. 4.

127 1 Mac. 2,46 et 16,2.

128 Ibid., Prologue, p. 8, (1 Mac. 1,26).

129 Ibid., III, 31, p. 69.

130 Ibid., III, 84, p. 110.

131 Ibid., III, 40, p. 80-81.

132 Ibid., III, 128 p. 135 sur la mort de Swantopolk (1266) : decidit in lectum et ut cognovit quod moreretur, vocavit ad se filios suos (1 Mac., 1,6-7) ; III, 150 p. 149 ; III, 165 p. 157 sur la mort de Diwan chef des Bartiens ; occisus a Deo « concidit in terram et qui cum multis cursoribus et satellitibus ingressus fuit, nullo sibi auxilium ferente in sella gestatoria portabatur (1 Mac 3,27-28).

133 Ibid., III, 214 p. 185 : prosperatumque fuit bellum contra infideles in manibus ipsorum (1 Mac. 2,47 ; 16,2)

134 Ibid., II, 7, p. 32-33.

135 Ibid., III, 251 p. 208 (1 Mac. 3,18-19).

136 Ibid., III, 32 p. 70-71.

137 Ibid., I, c. 1, p. 15. Saint Bernard reprenait déjà l’appellation de Dominus Sabaoth dans l’Eloge de la nouvelle chevalerie, IV, 8, p. 70.

138 Ibid., Prologue, p. 8.

139 Dî werdin rittre lidin ê/Dî Macchabêi hîzin […]/Disen strîten ebin hât/Gevolgit nâch mit vrechir tât/Der heilige ordin rittirlîch/Des dûtschin hûsis… (Die Kronike von Pruzinlant des Nicolaus von Jeroschin, éd. E. Strehlke, Scriptores Rerum Prussicarum, t. 1, Leipzig, 1861, p. 91-624, vers 784-828 ; trad. S. Gouguenheim).

140 Ibid., vers 5865-5877 (Iz wer zu ho, zu breit, zu land,/Minen cleinen sinnen cranc/Daz gar zu intrichtene/Und enzellich zu tichtene/Wie grozlich, wi geweldiclich/Wi herlich und wi ritterlich/Der meistir und die brudre sin/Die da vor genennet sin/Recht als der Macchabein trucht/Wantin mit volliger tucht/Daruf ire hende/Daz sie der cristnen ende/Gebreittin und gemachtin wit…, trad. S. Gouguenheim).

141 tot magna signa, tam mirabilia facta insolita et a sæculo inaudita, Dusbourg, Prologue, p. 4.

142 Nec tantum est novitas in bello, sed etiam in novo genere bellandi, ibid., II, 7, p. 32.

143 Dusbourg, II, 7, p. 33 (Sic habemus novum bellum et novum genus bellandi, quo armis spiritualibus hostes fidei et ecclesiæ superamus).

144 Ibid., II, 7, p. 33 (Nobile vincendi genus est patientia ; vincit qui patitur ; si vis vincere disce pati).

145 Citation finale de L’homme qui tua Liberty Valance.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540