Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chevalerie et christianisme aux XIIe et XIIIe siècles

 | 
Martin Aurell
, 
Catalina Girbea

Troisième partie. Guerre et christianisme

La chevalerie célestielle et son utilisation idéologique dans les sources de la Première croisade : autour de la bataille d’Antioche (28 juin 1098)

Jean Flori

Texte intégral

1Nul ne songe aujourd’hui à minimiser le rôle déterminant joué, dans l’histoire médiévale par la Première croisade et son aboutissement, la prise de Jérusalem en juillet 1099 et la création des états latins d’Outremer. Ces événements ont profondément modifié, pour plusieurs siècles, les relations internationales, en particulier celles du monde chrétien d’Occident avec le monde musulman mais aussi avec la chrétienté orientale en accélérant leur rupture.

  • 1 Voir par exemple J. France, « The crisis of the First crusade : from the defeat of Kerbogha to the (...)

2L’événement majeur de la Première croisade n’est pourtant pas la prise de Jérusalem, but de l’expédition, mais celle d’Antioche survenue une année auparavant, le 3 juin 1098, suivie le 28 du même mois par la victoire décisive remportée sous les murailles de cette ville par les chevaliers chrétiens sur une grande armée musulmane commandée par Karbuqâ, l’atabeg de Mossoul. Cette victoire pose en effet les fondements nouveaux des relations entre les trois mondes. Elle est donc, à ce titre, digne de l’intérêt que lui portent les historiens des faits militaires1.

3L’intérêt que je lui porte aujourd’hui est d’une autre nature. Je me propose en effet d’explorer la manière dont les nombreuses sources racontent cette bataille décisive, de décrypter la signification qu’en donnent leurs auteurs et de m’interroger sur l’éventuelle portée idéologique de leurs interprétations respectives.

4Pour comprendre les composantes des divers climats psychologiques qui ont engendré ces récits, un très bref rappel des principaux événements qui se sont succédés pendant ces trois semaines « cruciales » ne me semble pas inutile.

  • 2 J’utilise ici la chronologie de H. Hagenmeyer, « Chronologie de la Première croisade », Revue de l (...)

5Le 3 juin 1098, après un siège de neuf mois, marqué par les lourdes pertes dues à la famine, aux épidémies, aux pertes dans les combats et aux défections, le Normand Bohémond parvient à convaincre un habitant d’Antioche de faire pénétrer ses guerriers dans la cité. Sous sa conduite, les croisés s’emparent de la ville dont Bohémond revendique la propriété, conformément aux accords passés précédemment entre lui et les chefs croisés2. Le lendemain, l’avant-garde des troupes musulmanes de Karbuqâ apparaît sous les murailles d’Antioche. Le siège commence le surlendemain 5 juin. Le 10 juin, de vifs combats meurtriers ont lieu à l’intérieur même de la cité entre les croisés et les Turcs qui tiennent toujours la citadelle. Dans la nuit qui suit, de nombreux croisés, que l’on nommera « les funambules », jugeant la situation sans issue, s’enfuient en se laissant glisser par des cordes le long des murailles de la ville.

  • 3 Le jugement des historiens sur Étienne de Blois est nuancé. Voir sur ce point les avis divergents (...)

6Le soir même, un Provençal nommé Pierre Barthélémy révèle que saint André lui était apparu plusieurs fois déjà dans le camp des croisés alors qu’ils assiégeaient encore la ville. Ces visions lui indiquent que la lance qui a percé le Christ en Croix est enterrée dans la cathédrale saint Pierre. D’autres visions annoncent que Dieu secourra les croisés après la découverte de cette lance. Malgré les réticences de l’évêque Adémar de Monteil, le comte provençal Raymond de Saint-Gilles croit en ces visions ; il charge un groupe de douze personnes de creuser à l’endroit indiqué. Le 14 juin, en présence du chroniqueur provençal Raymond d’Aguilers, on découvre le fer de cette lance à une grande profondeur. Malgré la famine qui accable alors les chrétiens, le camp tout entier est dans l’allégresse devant la découverte de cette lance. Le 20 juin, alors que Raymond de Saint-Gilles tombe à nouveau malade, Bohémond est nommé commandant en chef des armées chrétiennes en vue de l’affrontement à venir. Le même jour, jugeant la situation désespérée, le « déserteur » Étienne de Blois, qui a décidé de rentrer en France, rencontre à Philomelium l’empereur Alexis qui marchait vers Antioche avec son armée. Il le convainc de faire demi-tour pour ne pas perdre lui aussi toute son armée et son empire3.

7À Antioche, pendant ce temps, on décide d’envoyer une ambassade à Karbuqâ, tandis que les prêtres prescrivent trois jours de jeûne les 25, 26 et 27 juin. Pierre l’ermite, curieusement chargé de cette ambassade, offre à Karbuqâ de se convertir ou d’accepter un combat « chevaleresque » en nombre égal. Karbuqâ refuse et exige un affrontement total des deux camps. La bataille décisive a lieu le lendemain 28 juin. Les chrétiens remportent une victoire complète et mettent en fuite l’armée musulmane.

8Une première constatation saute aux yeux. Les très nombreuses sources qui mentionnent l’épisode soulignent toutes à la fois l’importance capitale de cette victoire et son caractère exceptionnel, contraire à la logique, voire miraculeux.

  • 4 Ibn al Qalanisi, Histoire de Damas, trad. R. Le Tourneau, Damas de 1075 à 1154, Damas, 1952, p. 42  (...)

9Du côté musulman, on souligne sans réticence la dimension anormale de la défaite. Ibn al Qalanisi, qui avait 25 ans lors de l’événement, note par exemple dans sa chronique que les Francs, en dépit de leur épuisement extrême, s’avancèrent en ordre de bataille contre les armées de l’islam qui étaient très supérieur en nombre et en forces, brisèrent les rangs des musulmans et dispersèrent leurs multitudes4. Il ne fournit aucune explication de cette anomalie.

  • 5 Ibn al-Athir, Extrait de la Chronique, RHC, Hist. Or. 1, p. 193 : « Mais Kerboga se mit à mal agir (...)
  • 6 Kamal Ad-Din Ibn aL-Adim, Chronique d’Alep, trad. fr. S. de Sacy, dans R. Röhricht, Beiträge zur Ge (...)

10Les autres chroniqueurs musulmans sont bien plus tardifs et cherchent manifestement à expliquer l’inexplicable par une trahison causée par les erreurs et maladresses de Karbuqâ. Les rares auteurs qui mentionnent la bataille attribuent la victoire des chrétiens à la fuite préméditée des armées musulmanes irritées par le comportement orgueilleux et méprisant de Karbuqâ à leur égard. C’est le cas d’Ibn al-Athir qui, né en 1160, rédige vers 1231, et d’Abou’l Feda, né presque deux siècles après l’événement5. L’auteur de la Chronique d’Alep, né un siècle après cette bataille, attribue la défaite musulmane à une mésentente entre Turcs et Arabes et à la désunion des chefs irrités de constater que Karbuqâ veut laisser sortir toute l’armée franque avant de l’attaquer ; cette désunion aurait entraîné trahison et volteface des Turcomans6.

  • 7 Ibn aL-Athir, RHC, Hist. Or. I, p. 195 : « Mais Kerboga s’y opposa, disant qu’il valait mieux atten (...)
  • 8 Ibn al-Athir, RHC I, p. 195 ; trad. F. Gabrieli, Chroniques arabes des croisades, Paris, 1977, p. 3 (...)
  • 9 Ibid., F. Gabrieli commente ainsi ce passage : « Nous allons assister à l’Invention de la Sainte L (...)

11Ibn al-Athir, tout en insistant sur la défection des émirs causée par l’obstination de Karbuqâ à laisser sortir tous les Francs avant de les attaquer, ce qui entraîna la défection « des musulmans »7, éprouve le besoin de mentionner également la détermination farouche des Francs galvanisés par la découverte, cinq jours plus tôt, de « la lance du Messie » dans la cathédrale d’Antioche. Il s’agit bien sûr à ses yeux d’une supercherie. Selon lui, « un moine » aurait lui-même enterré ce fer de lance dont la découverte avait été prophétiquement annoncée par lui comme un gage certain de victoire8. Francesco Gabrieli, traducteur d’al-Athir, attribue cette interprétation au « rationalisme musulman9 ». Je n’en suis pas sûr. Mieux vaut parler à ce propos de « critique radicale de nature confessionnelle ».

12Les sources chrétiennes sont à la fois plus nombreuses, plus anciennes et plus prolixes. Elles attribuent résolument la victoire à une intervention divine. Celle-ci prend toutefois des formes diverses et évolutives dont il convient d’apprécier toutes les nuances afin d’en déceler les significations profondes et les arrières pensées idéologiques.

La métamorphose psychologique. Passage du désespoir à la certitude

  • 10 Sur les conditions morales et psychologique des croisés à Antioche, voir J. Flori, Pierre l’ermite (...)
  • 11 Anselme de Ribemont, « Deuxième lettre à Manassé, archevêque de Reims (juillet 1098) », éd. H. Hage (...)

13Dans l’analyse qui suit, je citerai principalement les sources issues de témoins directs rédigeant moins de dix ans après l’événement rapporté. Toutes ces sources soulignent la situation désespérée des chrétiens assiégés dans Antioche par Karbuqâ10. Ainsi, dans sa lettre rédigée quelques jours après la bataille, en juillet 1098, Anselme de Ribemont souligne le dénuement et la famine qui régnaient dans Antioche. Il en est de même de la lettre envoyée au pape Urbain II, en septembre 1098, par Bohémond et les autres chefs croisés, et dans la lettre envoyée à tous les fidèles, en octobre 1098, par le Clergé et le peuple de Lucques. L’Anonyme auteur des Gesta Francorum le confirme aussi11 : Les chrétiens, affamés, écrit-il, ont été réduits à manger la plupart de leurs chevaux, leurs mules et leurs ânes. Par ailleurs, beaucoup de croisés, y compris des chefs, sont malades ou blessés, il y a eu de nombreuses défections, et les croisés ne peuvent plus compter sur aucun secours de la part d’Alexis. La situation paraît donc sans issue, comme l’avait jugé Étienne de Blois.

14C’est alors que, selon nos sources, Dieu est intervenu. Il a ranimé le courage de son peuple par l’intermédiaire de divers visionnaires, pour la plupart issus des contingents provençaux dirigés par le comte Raymond de Saint-Gilles et par l’évêque du Puy Adémar de Monteil. Ces visionnaires prophétisent en effet que, s’ils croient en leur message, Dieu secourra les chrétiens. La découverte de la sainte lance dans la cathédrale d’Antioche est l’un des éléments majeurs de ce retour à la confiance et de la victoire des chrétiens.

Le double rôle de la sainte Lance

La découverte, gage de secours divin12

  • 12 La découverte de la sainte Lance, son authenticité, sa contestation et ses implications ont fait l (...)
  • 13 Voir l’analyse et la chronologie de ces visions dans Russo, « Il Liber… » ; J. Flori, Bohémond d’A (...)

15Il n’est pas possible d’analyser ici les diverses visions que Pierre Barthélémy révèle à partir du 10 juin à Adémar de Monteil (qui en doute d’abord avant d’y accorder foi), et à Raymond de Saint-Gilles, qui d’emblée lui fait confiance et met à sa disposition une douzaine de personnes chargées de creuser le sol à l’endroit indiqué13. Le chroniqueur Raymond d’Aguilers, chapelain du comte de Toulouse, était présent lors de cette découverte qui réconforte les croisés. Il en témoigne en ces termes :

  • 14 Raymond d’Aguilers, éd. J. H. et L. L. Hill, Le « Liber » de Raymond d’Aguilers, Paris, 1969, p. 75

« Enfin, par la grâce de sa miséricorde, le Seigneur nous montra sa lance ; et moi qui écris ceci, au moment où l’on ne voyait encore que la pointe paraître au-dessus de la terre, je la baisai. Je ne saurais dire quels transports de joie remplirent alors toute la ville. La lance fut trouvée le 14 juin14. »

16Cette découverte entraîne en effet une véritable métamorphose psychologique, car les visionnaires sont formel : la sainte lance est le gage de la réalité du secours divin, si les croisés se comportent comme Dieu le leur indique par le message des visionnaires.

  • 15 « Anselme », 17, op. cit., p. 159 : « Tandis que ses serviteurs étaient soumis à de tels tourments (...)

17Ces visions et cette découverte miraculeuse avantagent sans aucun doute le clan provençal, puisque tous les visionnaires en sont issus. Mais ils sont à cette date universellement reçus comme d’origine divine, comme en témoigne Anselme de Ribemont, chevalier du Vermandois, dans sa seconde lettre à Manassé de Reims, rédigée quelques jours seulement après la bataille15. Un mois plus tard, dans une lettre envoyée au pape Urbain II au nom de tous les princes croisés, le Normand Bohémond lui-même, bientôt rival acharné de Raymond pour la possession d’Antioche, voit en cette découverte miraculeuse de la lance la main secourable de Dieu qui relève le courage des croisés, leur donne pleine confiance et les rend impatients d’en découdre avec l’ennemi. Il l’exprime sans ambiguïté, en termes forts et clairs :

  • 16 « Bohémond », 8, p. 163. Notons au passage que l’identité du visionnaire et sa qualité provençale (...)

« Mais sur ces entrefaites, par la clémence miséricordieuse du Dieu Tout-Puissant qui veillait sur nous et vint à notre aide, nous avons découvert, dans l’église du bienheureux Pierre, prince des Apôtres, la lance du Seigneur, par laquelle le côté de notre Sauveur avait été jadis percé des mains de Longin. Par trois fois, cette lance avait été révélée auparavant par l’Apôtre saint André à un serviteur de Dieu, lui indiquant même l’endroit précis où gisait cette lance. Nous avons été tellement réconfortés et fortifiés par cette découverte ainsi que par de nombreuses autres révélations divines que nous qui étions auparavant abattus et prostrés, étions maintenant remplis d’audace et d’impatience, et que nous nous exhortions les uns les autres à livrer bataille16. »

18L’Anonyme auteur des Gesta Francorum rapporte lui aussi sans réticences la vision de saint André annonçant la découverte de la sainte lance. Il tait toutefois l’appartenance provençale du visionnaire, qu’il nomme « Pierre, un pèlerin de notre armée », mais souligne que le saint avait dès ce moment annoncé une promesse qui combla d’aise et réconforta les croisés alors dans l’affliction. Pierre devait en effet dire au peuple découragé de ne rien craindre, mais de croire fermement, car ainsi il sera vainqueur. Il ajoute :

  • 17 Anonyme, 25, p. 134-135. L’Anonyme raconte plus loin (28, p. 146-147) la découverte de la sainte l (...)

« Dans les cinq jours, le Seigneur lui enverra un message qui le comblera de joie et d’allégresse et, s’il veut combattre, dès qu’il sortira d’un cœur unanime pour la bataille, tous ses ennemis seront vaincus et nul ne se lèvera plus contre lui17. »

  • 18 Voir sur ce point J. Rubenstein, « What is the Gesta Francorum, and who was Peter Tudebode ? », Re (...)
  • 19 Tudebode, p. 108, plus complet que Gesta, 28, p. 146-147 : « Douze hommes creusèrent à cet endroit (...)

19Le récit de Tudebode, qui n’est autre, selon moi, qu’une version primitive des Gesta Francorum18, souligne lui aussi cette unanimité dans l’allégresse et cette confiance retrouvée, mais attribue la vision au provençal Pierre Barthélémy, rejoignant en cela Raymond d’Aguilers et l’auteur de la lettre du Clergé et du peuple de Lucques qui attribue les visions et la découverte à « un Provençal, l’un des plus pauvres et des plus méprisés de tous » choisi par Dieu pour relever la courage des siens et annoncer leur triomphe19.

  • 20 « Anselme », 18, p. 159 :… quasi duas staturas hominis.
  • 21 Anonyme, 24, p. 128-131 : « Va et dis à mon peuple qu’il revienne à moi et je reviendrai à lui. D’i (...)

20Lors de l’invention de la sainte lance, « à une profondeur de deux hauteurs d’homme », dit Anselme20, tous les chrétiens voient dans la réalité de cette découverte la confirmation d’une autre vision accordée à un prêtre nommé Étienne, dans la nuit du 10 au 11 juin, annonçant elle aussi un grand secours divin dans les 5 jours21. Il s’agit d’Étienne de Valence, appartenant lui aussi au contingent de Raymond de Saint-Gilles.

  • 22 Cf. J. Flori, « Faut-il réhabiliter Pierre l’Ermite ? » Cahiers de Civilisation Médiévale, 38, 1995 (...)
  • 23 Ces épisodes ont donné lieu à deux études importantes dont je partage, avec des nuances, quelquesu (...)

21Les chefs croisés, à cette date, ne savent toutefois pas quelle forme prendra le secours divin. C’est pourquoi ils envoient une ambassade à Karbuqâ, dont ils confient la direction à Pierre l’Ermite, ce qui semble pour le moins hasardeux si Pierre était bien (ce que je ne crois plus depis longtemps) le fugitif honteusement rattrapé précédemment par Tancrède et jeté dans la tente de Bohémond « comme un vil objet », comme l’affirment les sources qui dépendent des Gesta de l’Anonyme22. Pierre l’Ermite affirme hautement à Karbuqâ qu’Antioche appartient de droit à saint Pierre et lui propose vainement de se convertir afin de gouverner Antioche avec les chefs croisés pour vassaux, ou bien encore de trancher le débat juridique par un combat judiciaire, sorte de combat singulier mettant aux prises en nombre égal l’élite des deux chevaleries chrétienne et musulmane. Un tel combat aurait évidemment permis aux croisés affaiblis d’avoir une chance de victoire. Karbuqâ rejette ces offres avec hauteur et exige un affrontement général auquel les croisés doivent se résoudre. Le secours divin sera donc militaire. L’étude de ses diverses modalités et de leurs variations mérite attention23.

La sainte Lance protectrice

  • 24 Raymond d’Aguilers, p. 81-82.

22Selon nos sources, la sainte lance n’apporte pas seulement aux croisés un encouragement psychologique, une affirmation de la miséricorde divine et une promesse de son secours. Elle agit à la manière d’un talisman pour procurer la victoire à l’armée de Dieu, et en particulier à la chevalerie des milites Christi. La lance les protège des traits ennemis. Raymond d’Aguilers, qui la portait lui-même à la bataille, l’affirme : « Grâce au secours de la lance du Seigneur qui était là, ils ne nous blessèrent personne et ne nous lancèrent même pas de flèches24. »

  • 25 Anonyme, 25, p. 134.
  • 26 Albert d’Aix, IV, 52, p. 425 : … nam illi episcopus Podiensis cum omni manu Prouincialium fortiter (...)

23Il n’est pas le seul ! L’Anonyme normand, pourtant panégyrique de Bohémond, rapporte sans le moindre doute les paroles prophétiques qu’aurait adressées saint André au Provençal Pierre Barthélémy : « Sache que quiconque portera cette lance dans la bataille ne sera jamais vaincu25. » Un partisan de Raymond n’aurait pas dit mieux ! Albert d’Aix, qui rapporte de nombreux témoignages de croisés d’Allemagne et de France du Nord – qui ne font nullement partie du clan provençal – témoigne lui aussi de la protection quasi-magique de la sainte lance sur les croisés, et en particulier sur le contingent d’Adémar, qui avait confié la lance à l’un de ses clercs. Alors que les armées de Karbuqâ l’attaquaient, écrit-il, « l’évêque du Puy lui résistait courageusement avec toute l’armée des Provençaux en lui opposant sans cesse la lance du Seigneur ». Le chef musulman, continue Albert d’Aix, était comme frappé de terreur par le ciel, et « il demeura figé devant l’obstacle que constituait pour lui la vue de l’arme céleste26 ».

  • 27 « Anselme », 19, p. 160 : … lancea Domini praeunte et ligno Dominico… ; ce « bois du Seigneur » ne (...)
  • 28 « Clergé », op. cit., 9, p. 167 :...praecedit episcopus de Podio Sanctae Mariæ, portans crucem et (...)

24Anselme de Ribemont note pour sa part que les armées croisées sortirent d’Antioche en ordre de bataille, précédées de la lance du Seigneur et de la croix ; ils engagèrent le combat avec une grande confiance, mettant en fuite les princes turcs27. La lettre du Clergé et du peuple de Lucques évoque également l’évêque du Puy marchant en tête des armées, « portant la croix et la lance triomphale du Seigneur28 ». Dans la lettre envoyée en septembre 1098 à Urbain II, Bohémond, parlant au nom de tous les chefs croisés, reconnaît ouvertement cette protection de la lance sur toute l’armée chrétienne :

  • 29 « Bohémond », 10, p. 163.

« Quant à nous tous, après nous êtres préparés et avoir disposé en bon ordre les piétons et les chevaliers, nous avons audacieusement attaqué, avec la lance du Seigneur, l’endroit où se trouvait leur force la plus puissante et leur plus vaillante et, dès les premiers engagements, nous les avons contraints à fuir29. »

25La protection divine unanimement reconnue s’exerçait donc principalement par le truchement des visionnaires et des clercs provençaux. La dévotion des croisés envers la sainte lance était alors manifeste, accroissant la gloire du comte Raymond qui en concevait probablement une certaine fierté et le poussait à se poser en chef de l’expédition.

  • 30 Raymond d’Aguilers, p. 77. Sur l’importance de ce fait pour la suite des événements et des ambition (...)
  • 31 Albert d’Aix, V, 35, p. 452. Sur le rôle de Tancrède à Antioche, voir T. S. Asbridge, The Creation (...)

26Elle l’encourageait aussi à contester à Bohémond la propriété d’Antioche. Malheureusement pour lui, il était malade lors de la bataille du 28 juin et ne put qu’observer depuis les murailles la victoire des armées chrétiennes commandées par son rival Bohémond, auquel les autres chefs avaient promis d’obéir jusqu’à 15 jours après la bataille30. Le prestige de la victoire remportée par les armées chrétiennes sous sa direction s’ajouta vite au prestige qu’il avait acquis en se faisant livrer Antioche quelques jours plus tôt, et l’obstination de Raymond à contester Antioche au Normand doublement vainqueur embarrassa bientôt les chefs. Ils avaient concédé la ville « à celui qui saurait s’en emparer », et la contestation de Raymond irrita les croisés de base qui étaient prêts à laisser Antioche à Bohémond pourvu que l’on continue la marche vers son véritable but : Jérusalem et le Saint Sépulcre. Il en résulta une animosité croissante envers Raymond de Saint-Gilles, taxé d’avidité et de rapacité par le clan normand, et en particulier par Tancrède, cousin de Bohémond et futur régent d’Antioche après 110531. Raymond apparut comme le principal obstacle à la poursuite de la croisade par les petites gens, y compris dans son propre camp.

  • 32 Raoul de Caen, Gesta Tancredi 94, p. 673, dit que sur son lit de mort Adémar aurait désigné Arnulf (...)

27Le prestige du visionnaire Pierre Barthélémy déclina lui aussi lorsque celui-ci, pendant le siège d’Arqa (mars-mai 1099) auquel tenait Raymond de Saint-Gilles, affirma avoir reçu du Christ en personne l’ordre aux armées croisées de poursuivre ce siège et de châtier sévèrement les récalcitrants. Un autre Normand profita de ces doutes pour jeter le discrédit sur la sainte Lance il s’agit d’Arnoul de Choques, chapelain du comte de Normandie, qui parviendra l’année suivante à se faire nommer patriarche de Jérusalem32. C’est lui qui est à l’origine d’une cabale menée contre la Sainte Lance et ses visionnaires, principal soutien idéologique du comte de Toulouse.

  • 33 Là encore je rejoins C. Morris et J. France dans la revalorisation nécessaire de Raymond d’Aguiler (...)
  • 34 Cette même prévention anti-populaire conduit plusieurs autres récits plus tardifs à attribuer visi (...)
  • 35 Raymons d’Aguilers, p. 117 ss.
  • 36 Albert d’Aix, V, 32, p. 452, présente une version impartiale ; Il narre que pendant le siège, les a (...)

28Raymond d’Aguilers raconte dans le détail le rôle d’Arnoul de Choques et son argumentation33. Arnoul doute que Dieu puisse prononcer des paroles aussi dures ; il s’étonne que Dieu ait choisi de se révéler à un homme aussi simple et rustique, en laissant de côté des princes et des évêques34. Il en vient à émettre des doutes sur l’authenticité de la lance et rappelle qu’Adémar en avait d’abord eu lui aussi. Arnoul continue à en douter malgré les nombreux témoignages d’autres visionnaires qui confirment cette authenticité35. Indigné par ces doutes, Pierre Barthélémy s’emporte et offre de subir une ordalie, le 8 avril 1099, dont l’issue, on le sait, reste controversée, comme en témoigne avec impartialité Albert d’Aix. Albert a sans doute recueilli des avis contradictoires sur ce point, issus de croisés du nord, mais il semble admettre son authenticité36. Selon Raymond d’Aguilers, Pierre, portant la lance, traversa le feu et ressortit sain et sauf, mais fut gravement blessé par ses partisans fanatisés qui se ruèrent sur lui, le renversèrent en lui enfonçant deux côtes, lui brisant la colonne dorsale et lui arrachant des lambeaux de chair. Il serait mort de ces blessures 12 jours plus tard.

  • 37 Guibert de Nogent, VI, 22, p. 218.

29L’Anonyme normand, tout comme « Tudebode », passe sous silence cette ordalie, et les chroniqueurs qui en dépendent n’en disent rien, à l’exception toutefois de Guibert de Nogent qui a comblé cette lacune en puisant ses informations dans d’autres récits oraux ou écrits. Tout en relatant les interprétations opposées de l’ordalie, lui aussi admet l’authenticité de la lance et croit plutôt que le visionnaire a traversé le feu sain et sauf, mais a été bousculé et écharpé par ses partisans fanatiques désireux de conserver de lui une relique. Il serait mort de ces blessures-là37.

  • 38 Raymond d’Aguilers, p. 129 ; Foucher de Chartres, I, 18, p. 345. Sur le rôle politique d’Arnoul, vo (...)
  • 39 Foucher de Chartres, I, 18, p. 244.
  • 40 Ibid., p. 345.

30Non pas de ses blessures, mais de ses brûlures, affirme Foucher de Chartres, seul chroniqueur « pèlerin » contestant l’authenticité de la découverte. Foucher, pourtant, n’était pas à Antioche lors des visions annonciatrices, ni lors de l’invention de la sainte lance, ni lors de l’ordalie de Pierre au siège d’Arqa. Il était resté à Edesse en compagnie de son « patron » Baudouin, devenu prince de cette cité. Il n’est donc pas un témoin direct mais tient probablement ses informations des confidences d’Arnoul de Choques lorsque celui-ci, invalidé comme Patriarche par le pape qui l’écarta au profit de Daimbert de Pise, devint l’un des principaux conseillers de Baudouin, sacré roi de Jérusalem en novembre 1100 à la suite du décès de son frère Godefroy de Bouillon38. Foucher reprend en effet à son compte les accusations d’Arnoul énoncées par Raymond d’Aguilers, et voit dans l’invention de la sainte Lance une supercherie ourdie par Pierre Barthélémy avec la complicité du comte de Toulouse39. Ce faisant, il reconnaît que jusqu’alors, malgré les doutes initiaux d’Adémar, le peuple croisé tout entier « plein de joie, glorifiait le Seigneur de ce que cette lance avait été ainsi découverte ». Mais pour lui, l’échec de l’ordalie avait dessillé les yeux. « Ce jugement accompli », écrit-il, « tous ceux qui, pour l’amour et la gloire de Dieu, avaient vénéré cette lance, cessèrent de croire en elle, mais en furent cruellement attristés. Quant au comte Raymond, il vénéra encore longtemps cette lance40 ».

  • 41 Voir L’introduction à l’édition de Raoul de Caen par E. D’Angelo, Radulphus Cadommensis, Tancredus(...)
  • 42 Comme le supposent B. S. et D. S. et Bachrach, The Gesta Tancredi of Ralph of Caen, Aldershot, 200 (...)

31L’animosité d’Arnoul de Chocques (= Malecouronne) et d’une partie du clan normand à l’encontre des Provençaux et de la sainte Lance s’exprime plus fortement encore dans le panégyrique de Tancrède que rédigea Raoul de Caen entre 1112 et 1118. Son plus récent éditeur, Edoardo d’Angelo, démontre l’ampleur de l’influence d’Arnoul sur ce chroniqueur41. Raoul avait en effet suivi à Caen l’enseignement d’Arnoul avant de se joindre à l’armée de Bohémond recrutée en France pour sa « croisade » anti-byzantine de 1107. Après l’échec de Bohémond en Grèce et sa renonciation à la principauté d’Antioche, Raoul continua sa route vers la Terre Sainte. Là, il retrouva Arnoul qui, déchu de sa fonction de Patriarche, disposait toute de même à Jérusalem, auprès du roi Baudouin, d’un réel pouvoir en tant qu’archidiacre du Saint-Sépulcre et gardien des reliques, parmi lesquelles celle de la Sainte Croix qu’il avait lui-même découverte à Jérusalem peu après sa prise par les croisés, et qui devint par la suite l’emblématique relique protectrice des armées du royaume. Raoul s’attacha bientôt à Tancrède, devenu prince régent d’Antioche. En 1112, Arnoul fut à nouveau nommé Patriarche de Jérusalem (avril 1112-avril 1118) et certains historiens pensent qu’il avait pu nommer Raoul chanoine de la cathédrale de Jérusalem pour lui fournir le moyen de vivre et d’écrire42. Son influence sur Raoul de Caen est manifeste.

32L’hostilité d’Arnoul de Choques au clan Provençal et à sa sainte lance, transmise à Foucher et à Raoul de Caen, s’explique très bien par des raisons d’idéologie politico-religieuse : La sainte Lance favorisait trop les ambitions de Raymond de Saint-Gilles, d’abord sur Antioche, plus tard sur Jérusalem, puis sur Tripoli. Pour Arnoul d’abord, puis pour Bohémond et Tancède, le clan Provençal de Raymond de Toulouse et son allié Alexis étaient des ennemis qu’il fallait déconsidérer.

  • 43 Raoul de Caen, c. 101, p. 677.
  • 44 Idem.

33C’est ce que font Foucher de Chartres et plus encore Raoul de Caen, tous deux s’inspirant d’Arnoul de Choques. Après avoir raconté comment Pierre Barthélémy avait lui-même déposé dans la fosse un vieux fer de lance arabe qu’il avait trouvé, Raoul montre comment ce faussaire avait trompé les croisés en s’écriant : « Voilà, voilà ce que le ciel a promis, ce que la terre a conservé, ce que l’Apôtre a révélé, ce que les prières et la contrition du peuple ont obtenu43. » Il souligne que le peuple, ainsi trompé dans sa simplicité grossière, apportait alors à la lance, donc au comte de Toulouse, de nombreuses offrandes et que Raymond et les siens ne manquaient pas, avant la bataille et plus encore après, d’attribuer la victoire à cette lance « que l’on avait portée en première ligne dans la bataille44 ». Ainsi, ajoute-t-il, le trésor de Raymond s’accroissait indûment.

  • 45 Ibid., c. 102, p. 678

34Mais Bohémond veillait. Raoul de Caen, suivant peut-être en cela un récit d’Arnoul, attribue faussement au Normand Bohémond, dès la découverte de la lance, l’argumentation de ce même Arnoul au moment de l’ordalie. Pour Raoul, c’est Bohémond qui, plein de sagesse, examina le premier tous les détails de la prétendue découverte et en déclara la fausseté45. Puis il aurait fait cette déclaration pleine de sagesse, qui reléguait la sainte lance au rang d’inutile et superstitieux artifice car, dit-il, la victoire ne vient pas d’une lance, mais de Dieu seul :

  • 46 Ibid., éd. D’Angello : 1098 = Nam, quid tantae illi contumeliae rependam, quod nostram, quae desur (...)

« Et maintenant, que dirai-je à propos de ce grand outrage par lequel les Provençaux veulent attribuer à leur fer notre victoire, laquelle vient du ciel, du Père de toute lumière ? Que le comte plein de cupidité, que le vulgaire imbécile attribuent, s’ils le veulent, leur victoire à ce fer… Quant à nous, nous avons vaincu et nous ne vaincrons que par le nom de Notre Seigneur Jésus-Christ46. »

  • 47 Raoul de Caen, c. 110, p. 683 : « Après que Pierre, artisan de la fraude, eut ainsi reçu le châtime (...)

35Vertueuse et pieuse argumentation qui, pourtant, ne traduit guère les comportements réels des croisés. Ce peuple que Raoul dit grossier, avait besoin, lui semble-t-il, d’une présence concrète à sa tête. C’est pourquoi Raoul de Caen lui-même, seul de toutes les sources, imagine un autre « talisman » capable de supplanter la sainte lance : une statue du Christ, en or fin. Et c’est Arnoul de Choques qui, dans ce récit, est chargé de proposer au peuple d’y contribuer, après l’ordalie qui avait selon lui démontré la fausseté de la lance47.

  • 48 Raymond d’Aguilers, p. 129.
  • 49 Ibid., p. 130 ; Selon Raoul de Caen (c. 145, p. 708), Raymond l’offrit à Alexis à Constantinople ve (...)

36Selon Raymond d’Aguilers, peu de temps avant la mort de Pierre Barthélémy, l’évêque Adémar du Puy serait apparu à Étienne de Valence pour demander, conformément au désir de la sainte Vierge elle-même, que l’on n’exposât plus désormais publiquement la lance. Elle devrait être déposée dans une église et manipulée seulement par un prêtre. On la remplacerait, à la tête des armées, par sa propre croix épiscopale qui avait été laissée dans sa chapelle à Laodicée. Le comte de Saint-Gilles aurait alors envoyé Hugues de Monteil, frère de l’évêque Adémar, pour ramener sa croix48. Faut-il voir dans cette décision une désaffection du comte à l’égard de la Lance ? Pas du tout, car plusieurs sources rapportent que le comte continua à lui manifester sa dévotion et Raymond d’Aguilers la porta lui-même à nouveau à la tête des armées pour aller affronter victorieusement l’armée égyptienne près d’Ascalon, dans une bataille aussi décisive que celle d’Antioche49.

  • 50 J. Flori, Chroniqueurs et propagandistes..., op. cit., p. 242 ss.
  • 51 Raymond d’Aguilers, p. 154 ; Foucher de Chartres, I, 30, p. 361 ; Albert d’Aix, VI, 38, p. 488 et V (...)

37Entre-temps, toutefois, la propagande anti-provençale orchestrée par Arnoul de Choques avait commencé son œuvre auprès de certains croisés et, après Ascalon et le départ de la plupart des croisés, la sainte lance était en passe de perdre ce que j’ai nommé ailleurs la « guerre des reliques50 ». Arnoul lui-même, élu Patriarche de Jérusalem par les croisés le 1er août 1099, avait en effet obtenu quatre jours plus tard que des Syriens lui indiquent l’endroit où ils avaient enterré un fragment de la Vraie Croix du Christ51. On redonna à ce fragment la forme d’une croix, on la recouvrit d’or et d’argent et elle fut portée en procession au Saint Sépulcre. Le Patriarche Arnoul la porta lui-même à bataille d’Ascalon, comme Raymond d’Aguilers portait la sainte lance.

38La sainte lance, à cette date, n’était pas déconsidérée, même en dehors des rangs Provençaux. Ainsi Tudebode raconte à ce propos :

  • 52 Tudebode, p. 145.

« Le soir venu, le patriarche portant avec lui la croix de Jésus Christ que les pèlerins avaient trouvée à Jérusalem, et de même le chapelain de Raymond de Saint-Gilles portant la lance de Notre Seigneur Jésus-Christ, se mirent à excommunier de la part de Dieu, du saint Sépulcre, de la très précieuse lance et de la très sainte Croix tout homme qui voudrait se saisir de butin avant que la bataille ne soit terminée52. »

  • 53 Anonyme, 39, p. 212-213.

39L’Anonyme Normand, en revanche, panégyriste de Bohémond, passe déjà sous silence le rôle de Raymond d’Aguilers, chapelain de son rival, et ne retient que celui du patriarche53.

  • 54 Pascal II, « Lettre à tous les croisés triomphant en Asie (28 avril 1100) », éd. H. Hagenmeyer, no (...)
  • 55 Sur le rôle protecteur de cette relique, voir A. V. Murray, « ‘Mighty against the ennemies of Chri (...)

40Le 28 avril 1100, dans sa lettre aux croisés, le nouveau pape Pascal II, mis au courant de la victoire d’Ascalon (12 août 1099), se réjouit de ce que Dieu a renouvelé par les croisés les antiques miracles dont parle l’Écriture. Il met au même niveau leurs deux découvertes, celle de la sainte lance et celle de la vraie croix54. Pourtant, à terme, ni la sainte lance ni la croix de l’évêque du Puy ne pouvaient évidemment rivaliser avec la Vraie croix. C’est cette relique qui, désormais fut portée en avant dans toutes les batailles menées par roi de Jérusalem, ce dont témoigne abondamment Foucher de Chartres, chapelain de Baudouin, nouveau roi de Jérusalem55.

Le secours des armées célestes

41Les visionnaires qui permirent la découverte de la sainte lance ne procurèrent pas seulement aux croisés, dans leur dénuement dramatique, un encouragement psychologique et une protection de nature quasi-magique. Ils annonçaient aussi le prochain secours de la chevalerie céleste. Là encore, ces prophéties sont d’abord formulées par les visionnaires provençaux, à commencer par Pierre Barthélémy. La découverte de la sainte lance, au pire moment des tribulations des croisés, cautionne ainsi cette promesse et incite les croisés à croire en elle.

  • 56 J. Flori, « Les héros changés en saints… et les saints en héros. Sacralisation et béatification du (...)
  • 57 J. Flori, « La formation des concepts de guerre sainte et de croisade aux XIe et XIIe siècles : pr (...)
  • 58 Voir par exemple les positions divergentes de J. Riley-Smith, « Death on the first crusade », The (...)

42Dans un article déjà ancien, j’ai attiré l’attention sur la signification de cet épisode quant à la mentalité religieuse du temps56. Il révèle à quel point, à cette date précoce, s’était répandue la notion du martyre des guerriers chrétiens morts au combat contre les infidèles. L’épisode, tel qu’il est relaté, exprime la sacralisation maximale du combat mené par les croisés. On y trouve ce que j’ai nommé la « sacralisation descendante », due à la présence des saints du ciel dans une bataille terrestre ainsi valorisée. Cette dimension est ancienne et admise depuis longtemps à cette date. Mais on y trouve aussi une « sacralisation ascendante » qui, elle, est nouvelle et n’apparaît guère, à ma connaissance, avant le XIe siècle, et même assez rarement57. Elle n’a en tout cas jamais été exprimée en termes aussi forts. La guerre menée ici par les croisés est tellement sainte qu’elle devient sanctifiante. Les croisés morts auparavant sont, comme les martyrs, admis dans le royaume de Dieu, et ce sont eux qui fournissent leurs contingents aux armées célestes venant secourir les croisés vivants combattant Karbuqâ. Je ne reviendrai donc pas ici sur cette dimension pourtant fort intéressante, qui a nourri et nourrit encore un important débat58. L’analyse qui suit s’intéressera seulement aux manières diverses dont est relaté l’épisode, et tentera d’en extraire les significations.

  • 59 Raymond d’Aguilers, p. 70 : Il ajoute : « Il (Dieu) vous chérit tellement que les saints qui sont d (...)

43Raymond d’Aguilers rapporte par deux fois l’annonce prophétique de saint André à Pierre. La première fois, André affirme seulement que Dieu a pour les croisés une très grande estime. Ce sont les élus de Dieu : « Il vous a élus parmi toutes les nations… car vous êtes supérieurs en mérites et en grâces à tous ceux qui sont venus avant vous et qui viendront après vous, comme l’or est supérieur à l’argent59. » Et Dieu leur réserve de telles grâces que les saints qui sont déjà dans le repos les envient et voudraient se joindre à eux.

44Plus tard, dans une autre vision précédant l’ambassade à Karbuqâ, saint André se montre plus précis : dans la bataille à venir, les croisés vivants recevront l’assistance très efficace de leurs anciens compagnons défunts :

  • 60 Raymond d’Aguilers, p. 78.

« Que votre cri de ralliement soit Dieu nous aide, et en vérité Dieu vous aidera. Tous vos frères qui sont morts depuis le commencement de cette expédition seront aussi avec vous dans cette bataille. Chargez-vous de vaincre la dixième partie de vos ennemis, et vos frères, par la puissance de Dieu, combattront et vaincront les neuf autres dixièmes60. »

  • 61 Ibid., p. 72-74.

45La nuit suivante, un autre prêtre du contingent provençal, Étienne de Valence, vint raconter sa propre vision : Jésus-Christ lui avait annoncé que Dieu viendrait secourir les croisés dans cinq jours61. Les chefs promirent alors qu’ils ne chercheraient pas à fuir Antioche, mais combattront vaillamment.

46Tudebode rapporte également cette vision d’Étienne dans laquelle le Christ lui annonce comment Dieu viendra en aide aux croisés s’ils font pénitence et reviennent à lui. Ils recevront alors l’aide des pèlerins morts en route, conduits par les saints militaires :

  • 62 Tudebode, p. 100.

« Qu’ainsi ils engagent le combat, et je leur donnerai l’aide des bienheureux Georges, Théodore et Demetrius, et le secours de tous les pèlerins qui sont morts sur la route de Jérusalem62. »

  • 63 Foucher de Chartres, I, 20, p. 346A.

47Foucher de Chartres, on s’en doute, ne rapporte pas ces deux visions accordées à des Provençaux. Il n’était pas présent à Antioche lors de la bataille, mais affirme toutefois que Dieu avait réconforté les croisés par de nombreuses visions dont il ne précise pas l’origine, relevant ainsi leur courage et leur promettant une victoire prochaine63. Mais ces visions ont d’autres destinataires, que lui seul mentionne. Ainsi, à un clerc qui s’enfuyait, le Christ recommande de revenir en arrière car, apaisé par la Vierge Marie, il sera favorable aux Francs et les assistera dans le combat. À un autre fugitif, son frère, décédé depuis quelque temps, apparaît et lui dit :

  • 64 Ibid.

« Où fuis-tu, mon frère ? demeure, et ne crains rien ; le Seigneur sera avec vous dans votre bataille ; et ceux de vos compagnons qui sont déjà morts dans ce pèlerinage combattront avec vous contre les Turcs64. »

48Il ne fait pourtant aucune référence à cette aide dans son récit de la bataille, à laquelle il n’a pas pris part. Son intention n’en est pas moins nette ; Foucher récupère l’idée de l’assistance promise des croisés devenus saints aux croisés encore vivants, mais il ôte aux Provençaux le mérite de ces prophéties.

49L’auteur du récit attribué à Tudebode, en revanche, était bien présent, comme Raymond d’Aguilers, et il se montre plus prolixe. Pour lui, l’aide soudaine et miraculeuse d’une multitude de chevaliers blancs, dont l’origine resta d’abord énigmatique, ne pouvait être que la concrétisation de la promesse faite précédemment à Étienne de Valence, à savoir les contingents des croisés morts conduits par les saints militaires :

  • 65 Tudebode, p. 112.

« L’armée des Turcs se mit à avancer des deux côtés. Elle encerclait les nôtres de toute part, lançant des javelots, tirant des flèches et blessant les nôtres. C’est alors que sortirent des montagnes des armées innombrables montées sur des chevaux blancs et dont tous les étendards étaient blancs. Personne ne savait qui était cette armée jusqu’à ce que les nôtres aient pu reconnaître l’aide du Christ comme le leur avait annoncé le prêtre Étienne. Ceux qui les conduisaient étaient saint Georges, le bienheureux Démétrius et le bienheureux Théodore. Ces choses doivent être crues car plusieurs d’entre nous les ont vues65. »

  • 66 Raymond d’Aguilers, p. 82.

50Tudebode rejoint en cela Raymond d’Aguilers selon lequel les armées chrétiennes furent ainsi miraculeusement accrues : les chefs avaient en effet préparé huit corps d’armée, et il en parut cinq de plus sur le champ de bataille, au point que les effectifs chrétiens, très inférieurs à ceux des Turcs, furent en réalité, dit-il, plus nombreux qu’eux66.

51L’auteur des Gesta Francorum, dans sa version finale, gomme un peu le récit conservé dans la version de Tudebode. Il écrit :

  • 67 Anonyme, 29, p. 154-155. Gilon de Paris, pour sa part, dit seulement que Dieu envoya pour les aider (...)

« On voyait aussi sortir de la montagne des troupes innombrables, montées sur des chevaux blancs, et blancs aussi étaient leurs étendards. À la vue de cette armée, les nôtres ne savaient ce qui arrivait ni quels étaient ces soldats, puis ils reconnurent que c’était un secours du Christ dont les chefs étaient les saints Georges, Mercure et Démétrius. Ce témoignage doit être cru, car plusieurs des nôtres vient ces choses67. »

  • 68 L. Russo, « Il viaggio di Boemondo… » p. 3-42 ; J. Flori, Bohémond d’Antioche, op. cit., p. 253-27 (...)
  • 69 Cf. C. Morris, « Picturing the Crusades : the uses of visual propaganda, c. 1095-1250 », The Crusad (...)
  • 70 Au début du XIIe siècle, à la suite de cet épisode, ces saints sont avant tout invoqués par les ar (...)

52En abrégeant ainsi quelque peu le rapport de Tudebode, le panégyriste de Bohémond fait disparaître deux points importants : 1. La mention de la réalisation de la promesse faite auparavant au Provençal Étienne. 2. La mention de la participation des croisés morts. L’armée que Bohémond commande est ici protégée par les légions célestes dirigées par les saints patrons de la chevalerie. Bohémond récupère ainsi à son profit une partie des mérites de la victoire. Il apparaît comme le croisé modèle, le chef invincible béni de Dieu et protégé par le Dieu des armées. Bohémond reprendra ce thème dans sa campagne de recrutement en France68. Cet épisode du secours armé des saints militaires est illustré très peu de temps après l’événement (début du XIIe siècle) dans une sculpture de la porte sud de l’église de Fordington, près de Dorchester, puis dans une fresque du mur nord de l’église Saint-Julien à Poncé-sur-le-Loir69. Il sert de glorification de la croisade et de recrutement pour celle-ci. Il permet aussi une récupération idéologique de ces saints par les pouvoirs politiques qui s’en réclament, d’abord en Terre sainte70.

53Robert le Moine, qui repose principalement sur le récit de l’Anonyme, va dans le même sens, mais à propos d’une autre apparition qu’il est seul à mentionner : il rapporte un dialogue entre Bohémond et un émir turc qui, lors d’une trêve pendant le siège d’Antioche par les croisés, demanda à Bohémond où pouvait bien être situé le camp des chevaliers vêtus de blanc et montés sur des chevaux blancs, qui venaient si souvent dans les combats secourir les chrétiens. Bohémond « éclairé par l’esprit de Dieu », dit Guibert, comprend alors que le Turc parlait d’une vision céleste et il affirme que ces légions sont formées de tous les martyrs pour la foi du Christ. Il ajoute :

  • 71 Robert le Moine, V, 8, p. 797.

« Les principaux d’entre eux, qui portent des bannières, sont Georges, Maurice, Démétrius, qui durant cette vie temporelle menèrent une vie guerrière et reçurent la mort pour la foi chrétienne. Toutes les fois que nous en avons besoin, ils viennent, par ordre de Notre Seigneur Jésus-Christ, nous porter secours, et c’est par eux que nos ennemis sont vaincus71. »

  • 72 Voir sur ce point J. Flori, Bohémond d’Antioche…, p. 193-194.
  • 73 Sur cette comparaison, voir J. Flori, De l’Anonyme normand à Tudebode et aux Gesta Francorum.

54La propagande de Bohémond, orchestrée par lui-même au cours de son voyage en France en 1105, destiné à recruter de nouveaux croisés qu’il entendait diriger contre Alexis et ses alliés, accentue encore cet aspect. La récupération des apparitions célestes par Bohémond, Tancrède et leurs alliés, est ainsi manifeste72. La comparaison minutieuse des récits de Tudebode et de l’Anonyme confirme que la propagande du Normand a su amplifier au maximum les mérites de prince Normand, et diminuer au contraire ceux de Raymond de Toulouse73. Il ne faisait en cela que prolonger un mouvement déjà initié par Arnoul de Choques et relayé par Foucher de Chartres et plus tard par Raoul de Caen.

55Ce mouvement, dont j’ai tenté de déceler les traces dans l’évolution des récits concernant la bataille d’Antioche, reflète aussi un phénomène perceptible ailleurs, et que quelques historiens cherchent à décrire. Il traduit la captation ou pour le moins le contrôle de l’esprit de croisade par les « autorités » politico-religieuses établies, et la dévalorisation concomitante de son caractère populaire, (considérée comme populiste, anarchique et subversif), y compris celle de la dimension eschatologique qui lui est très souvent associée. J’en ai ici relevé, on l’a vu, quelques expressions.

  • 74 Sur cette dimension eschatologique initiale qui, pourtant, perdure dans la plupart des croisades u (...)
  • 75 En revanche, Bohémond n’hésite pas user de tels récits de visions le concernant, en particulier ce (...)

56Les princes croisés en place n’ont pas manqué de développer cette interprétation idéologique restrictive et sélective, évidemment favorisée par la fin des espérances eschatologiques des premiers croisés74. Les visions de Pierre l’ermite et son rôle initiateur sont alors évacuées, tout comme est diminué son rôle au cours même de la croisade. Il en subsiste toutefois de nombreuses traces. Le même mouvement conduit les chroniqueurs porte-parole des puissants à minimiser, contester ou récupérer les visions des pauvres clercs provençaux liées à la sainte lance75.

57Unanimement reconnues comme authentiques et d’origine divine dans toutes les sources les plus anciennes, y compris celles qui émanent du clan normand le plus hostile au clan provençal, ces visions à coloration subversives sont par la suite estompées ; la sainte lance qui les cautionne se voit discréditée et écartée au profit d’une relique tout aussi contestable, mais qui, elle, est entre les mains du pouvoir en place : le fragment de la sainte croix que Raoul de Choques découvre, puis brandit en tant que patriarche à Ascalon, et dont il assure ensuite la conservation en tant que gardien des saintes reliques avant de redevenir patriarche de Jérusalem en 1112. C’est lui qui, conseiller du roi Baudouin, renseigna et inspira Foucher de Chartres et Raoul de Caen, les deux seuls chroniqueurs qui, tardivement, rejettent la sainte lance et contestent les visions accordées au petit peuple provençal, tout comme l’Anonyme et ses suivants avaient déjà déconsidéré aussi le petit peuple de Pierre l’Ermite pour grandir le rôle des chefs en place, à commencer par Bohémond et Tancrède.

58Visions et reliques se doivent désormais de cautionner l’ordre établi. Le phénomène de l’institutionnalisation de la croisade par la papauté trouve là ses premiers propagandistes.

Notes

1 Voir par exemple J. France, « The crisis of the First crusade : from the defeat of Kerbogha to the departure from Arqa », Byzantion, 1970, p. 276-308 ; G. Rice, « A Note on the Battle of Antioch, 28 june 1098 : Bohemund as Tactical Innovator », Parergon, 25, 1979, p. 3-8 ; J. France, Victory in the East. A Military History of the First Crusade, Cambridge, 1994 ; B. S. Bachrach, « The siege of Antioche : a study in military demography », War in History, 6, 1999, p. 127-146 ; J. France, « The fall of Antioch during the First Crusade », M. Balard, B. Z. Kedar et J. Riley-Smith (dir.), Dei gesta per Francos : Etudes sur les croisades dédiées à Jean Richard, Aldershot, 2001, p. 13-20.

2 J’utilise ici la chronologie de H. Hagenmeyer, « Chronologie de la Première croisade », Revue de l’Orient latin, VI, 1898, p. 214-293 ; VI, 1898, p. 490-549 ; VII, p. 275-339.

3 Le jugement des historiens sur Étienne de Blois est nuancé. Voir sur ce point les avis divergents de J. A. Brundage, « An errant crusader : Stephen of Blois », Traditio, 16, 1960, p. 380-395, repris dans J. A. Brundage, The Crusades, Holy War and Canon Law, Londres, 1991, (Collected Studies Series) (= II), et de P. Rousset, « Étienne de Blois, fuyard, croisé, martyr », Geneva, 9, 1963, p. 163-195.

4 Ibn al Qalanisi, Histoire de Damas, trad. R. Le Tourneau, Damas de 1075 à 1154, Damas, 1952, p. 42 ; trad. angl. in H. A. R. Gibb, The Damascus chronicle of the Crusades, extracted and translated from the chronicle of Ibn Al-Qalanisi, London, 2003 (1932), p. 46 : But therafter, the Franks, though they were in the extremity of weakness, advanced in battle order against the armies of Islâm, wich were at the eight of strength and numbers, and they broke the ranks of the muslims and scattered their multitude ; l’auteur, né en 1073, est mort le 18 mars 1160.

5 Ibn al-Athir, Extrait de la Chronique, RHC, Hist. Or. 1, p. 193 : « Mais Kerboga se mit à mal agir envers les musulmans qui étaient sous ses ordres ; ils prirent un ton fier à l’égard des émirs, persuadés que ceux-ci se soumettraient à ce qu’il voudrait ; mais les émirs furent très irrités ; seulement ils dissimulèrent leur mécontentement, attendant, pour le relater, un jour de bataille ; leur intention était de l’abandonner au moment de l’action » ; autre traduction de F. Gabrieli, Chroniques arabes des croisades, Paris, 1977, p. 30 : « Mais Karbuqâ se comporta mal avec les musulmans qui se trouvaient avec lui ; il les indisposa par sa superbe, pensant qu’ils resteraient quand même avec lui. Mais ils en furent courroucés et conçurent le projet de le trahir pendant la bataille en l’abandonnant au moment décisif » ; c’est le cas aussi d’Aboul’l-Feda, Résumé de l’histoire des croisades tiré des Annales d’Abou’l-Feda, RHC Doc. Orientaux, I, p. 4 : « Corbogha commença alors à user de mauvais procédés envers les princes et les émirs qui étaient venus se joindre à lui ; il agit avec tant de hauteur à leur égard qu’il finit par les indisposer contre lui. Les Francs, vivement pressés en manquant de vivres, sortirent de la ville, livrèrent bataille aux musulmans et les mirent en fuite. » (L’auteur est né à Damas en 1273).

6 Kamal Ad-Din Ibn aL-Adim, Chronique d’Alep, trad. fr. S. de Sacy, dans R. Röhricht, Beiträge zur Geschichte der Kreuzzüge, Berlin, 1874 ; éd. S. Dahan, Zubda…, 3 vol. , Damas, 1951-68, éd. et trad. fr. de B. de Meynard, RHC, Hist. Or. III, p. 577ss. L’auteur est né à Alep vers 1191 et est mort au Caire en 1262.

7 Ibn aL-Athir, RHC, Hist. Or. I, p. 195 : « Mais Kerboga s’y opposa, disant qu’il valait mieux attendre, pour les tuer, qu’ils fussent tous sortis. Il ne fut donc pas permis de combattre les Francs. Quelques musulmans s’étant disposés pour faire main basse sur les chrétiens, Kerboga s’avança lui-même pour les en empêcher. Les Francs sortirent successivement de la ville ; quand il n’en resta plus un seul dans Antioche, le combat commença ; mais les musulmans prirent aussitôt la fuite. En effet ils étaient irrités, soit du mépris que Kerboga leur avait témoigné et du dédain qu’il avait manifesté, soit de la manière dont il les avait empêchés d’attaquer les Francs. La déroute fut complète. »

8 Ibn al-Athir, RHC I, p. 195 ; trad. F. Gabrieli, Chroniques arabes des croisades, Paris, 1977, p. 30 : « Mais il y avait aussi un moine dont l’autorité était grande, un fin matois qui leur affirma qu’une lance du Messie était enterrée dans le Qusyân, un grand édifice d’Antioche. Le moine leur déclara : « Si vous la trouvez, vous vaincrez ; sinon, c’est la mort certaine. » Il avait auparavant enterré une lance en un certain lieu et effacé toutes les traces. »

9 Ibid., F. Gabrieli commente ainsi ce passage : « Nous allons assister à l’Invention de la Sainte Lance par Pierre Barthélémy, vue par les yeux du rationalisme musulman. »

10 Sur les conditions morales et psychologique des croisés à Antioche, voir J. Flori, Pierre l’ermite et la première croisade, Paris, 1999, p. 355-392.

11 Anselme de Ribemont, « Deuxième lettre à Manassé, archevêque de Reims (juillet 1098) », éd. H. Hagenmeyer, Die Kreuzzugsbriefe aus den Jahren 1088-1100, Innsbruck, 1901, XV, p. 156 (désormais notée « Anselme ») ; « Lettre de Bohémond et des princes croisés à Urbain II (sept. 1098) », éd. H. Hagenmeyer, no XVI, p. 161ss. (désormais notée « Bohémond ») : « À cause de cela, nous avons tous été poussés jusqu’aux limites de la désolation et de l’affliction, au point que, mourant de faim et de multiples autres privations, nous avons tué nos ânes et nos chevaux qui étaient eux-mêmes affamés et que beaucoup des nôtres les mangèrent » « Lettre du clergé et du peuple de Lucques à tous les fidèles », éd. H. Hagenmeyer, no XVII, p. 165-167, (désormais noté « clergé ») : « Quant à ceux que, dans la cité, une grande famine affaiblissait, ils manquaient déjà de pain et même de viande d’âne et de chevaux et de tout moyen de subsistance. » Anonyme, Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitanorum, éd. et trad. L. Bréhier, Paris, 1964 (1924), 23, p. 128-129.

12 La découverte de la sainte Lance, son authenticité, sa contestation et ses implications ont fait l’objet de nombreuses études. Voir en particulier S. Runciman, « The Holy Lance found at Antioch », Analecta Bollandiana, 68, 1950, p. 197-209 ; C. Morris, « Policy and visions : the case of the Holy Lance at Antioch », War and government in the Middle Ages, Essays in honour of J. O. Prestwich, J. Gillingham et J. C. Holt (dir.), Cambridge, 1984, p. 33-45 ; W. Giese, « Die Lancea Domini von Antiochia (1098-1099) », Fälschungen im Mittelalter, Hanover, 1988, vol. 5, p. 485-504 ; A. Benvenuti, « La « Santa Lancia » d’Antiochia », Boemondo, storia di un principe normanno, F. Cardini, N. Lozito et B. Vetere (dir.), Galatina, 2003, p. 75-93 ; L. Russo, « Il Liber di Raimondo d’Aguilers e il ritravamento della Sacra Lancia d’Antiochia », Studi Medievali, 3e serie, anno 47, fasc. II, déc. 2006, p. 785-837 ; T. Asbridge, « The Holy Lance of Antioche : Power, Devotion and Memory on the First crusade », Reading Medieval Studies, 33 (March 2007), p. 3-36.

13 Voir l’analyse et la chronologie de ces visions dans Russo, « Il Liber… » ; J. Flori, Bohémond d’Antioche, Chevalier d’Aventure, Paris, 2007, p. 153-172.

14 Raymond d’Aguilers, éd. J. H. et L. L. Hill, Le « Liber » de Raymond d’Aguilers, Paris, 1969, p. 75.

15 « Anselme », 17, op. cit., p. 159 : « Tandis que ses serviteurs étaient soumis à de tels tourments, Dieu nous tendit sa droite secourable : Il nous fit découvrir, par une révélation divine, la Lance par laquelle fut percé le corps du Christ. Elle gisait dans l’église Saint-Pierre, sous les dalles, à une profondeur d’environ deux hauteurs d’hommes ! A la découverte de ce précieux trésor, le courage de tous les nôtres fut ragaillardi. »

16 « Bohémond », 8, p. 163. Notons au passage que l’identité du visionnaire et sa qualité provençale ne sont pas ici mentionnées. Dieu s’est révélé à tout son peuple pour fortifier ses armées. Albert d’Aix, IV, 93, p. 419, attribue sans réticence la vision à « un clerc du pays de Provence », souligne la joie de tous les croisés à la découverte de la lance, leur dévotion envers elle et les grandes espérances que fit naître cette découverte.

17 Anonyme, 25, p. 134-135. L’Anonyme raconte plus loin (28, p. 146-147) la découverte de la sainte lance, en soulignant la joie unanime des chrétiens et sans émettre le moindre doute à son propos.

18 Voir sur ce point J. Rubenstein, « What is the Gesta Francorum, and who was Peter Tudebode ? », Revue Mabillon, Nouvelle série, 16, t. 77, 2005, p. 179-204 ; J. Flori, « De l’Anonyme normand à Tudebode et aux Gesta Francorum. L’impact de la propagande de Bohémond sur la critique textuelle des sources de la Première croisade », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 2007, 3/4, p. 717-746 ; argumentation plus large dans J. Flori, Chroniqueurs et propagandistes. Introduction critique aux sources de la Première Croisade, Genève, 2010, p. 83-103 et163-169.

19 Tudebode, p. 108, plus complet que Gesta, 28, p. 146-147 : « Douze hommes creusèrent à cet endroit du matin jusqu’au soir. Ayant creusé une fosse profonde, c’est Pierre lui-même qui trouva la lance de Jésus-Christ comme le Bienheureux André le lui avait indiqué. C’était le quatorzième jour de juin. Ils la reçurent avec une grande joie. Ils louèrent Dieu au chant du Te Deum et la portèrent sur l’autel. Il s’en suivit une grande joie dans toute la ville. L’armée des Francs ayant appris la nouvelle, tous vinrent avec une grande joie à l’église Saint-Pierre pour voir la lance. »

20 « Anselme », 18, p. 159 :… quasi duas staturas hominis.

21 Anonyme, 24, p. 128-131 : « Va et dis à mon peuple qu’il revienne à moi et je reviendrai à lui. D’ici à cinq jours je lui enverai un grand secours et qu’il chante chaque jour le répons : ils se sont rassemblés, complètement avec le vers » ; Tudebode, p. 99 : « Étienne, va donc dire à mon peuple qu’il se convertisse à moi, et je reviendrai vers lui. Dans cinq jours je lui enverrai un très grand secours » ; que chaque jour il chante Ils se sont rassemblés dans toute l’armée ». Raymond d’Aguilers, p. 72-73 : « si vous faites ce que je vous commande, d’ici à cinq jours j’aurai compassion de vous ».

22 Cf. J. Flori, « Faut-il réhabiliter Pierre l’Ermite ? » Cahiers de Civilisation Médiévale, 38, 1995, p. 35-54 ; J. Flori, Pierre l’Ermite et la Première croisade, Paris, 1999, p. 459-492 et passim. Je maintiens mon point de vue malgré les critiques, que l’auteur lui-même juge aujourd’hui quelque peu excessives, de J. Rubenstein, « How, or how much, to reevaluate Peter the Hermit », The medieval crusade, dir S. J. Ridhyard, Woodbridge, 2004, p. 53-69.

23 Ces épisodes ont donné lieu à deux études importantes dont je partage, avec des nuances, quelquesunes des conclusions : celle de C. Morris, « Policy and visions… », p. 33-45, et celle de J. France, « Two types of vision on the First Crusade : Stephen of Valence and Peter Bartholomew », Crusades, vol. 5, 2006, p. 21-38.

24 Raymond d’Aguilers, p. 81-82.

25 Anonyme, 25, p. 134.

26 Albert d’Aix, IV, 52, p. 425 : … nam illi episcopus Podiensis cum omni manu Prouincialium fortiter in faciem resistebat, lanceam dominicam semper obponebat » ; et plus loin :…quia sic inmobilis permanebat in obstaculo et uisione celestis armature.

27 « Anselme », 19, p. 160 : … lancea Domini praeunte et ligno Dominico… ; ce « bois du Seigneur » ne peut que désigner l’une des nombreuses croix qui, portées par les prêtres, manifestaient la protection divine. Il ne s’agit pas de la Sainte croix, dont un fragment fut découvert plus tard à Jérusalem, mais peut-être de la croix de l’évêque Adémar, dont on reparlera plus loin. Voir aussi Gilon De Paris, Historia vie Hierosolimitane, éd. et trad. C. W Grocock et E. Siberry, The Historia vie Hierosolimitane of Gilo of Paris, and a second anonymous author, Oxford, 1997, lib. VII, vers 374-375, p. 184.

28 « Clergé », op. cit., 9, p. 167 :...praecedit episcopus de Podio Sanctae Mariæ, portans crucem et triomphalem Saluatoris lanceam. Il s’agit évidemment d’un raccourci : l’évêque du Puy portait la croix et Raymond d’Aguilers la lance, l’un et l’autre au sein de l’armée provençale.

29 « Bohémond », 10, p. 163.

30 Raymond d’Aguilers, p. 77. Sur l’importance de ce fait pour la suite des événements et des ambitions de Raymond face à Bohémond, voir J. Flori, Chroniqueurs et propagandistes…, p. 192-217.

31 Albert d’Aix, V, 35, p. 452. Sur le rôle de Tancrède à Antioche, voir T. S. Asbridge, The Creation of the principality of Antioche, 1098-1130, Woodbridge, 2000, p. 60 ss.

32 Raoul de Caen, Gesta Tancredi 94, p. 673, dit que sur son lit de mort Adémar aurait désigné Arnulf de Choques pour lui succéder. Je rejoins ici C. Morris, Policy and Visions, p. 33, qui juge ce fait « très improbable », mais estime que cette mention reflète bien l’importance ressentie plus tard à Antioche de maintenir la succession d’Adémar comme leader spirituel de l’expédition. J’y vois surtout, pour ma part, l’intention manifeste de capter à son profit et au profit du clan politique qu’il soutient (celui de Tancrède et des Normands) le prestige d’Adémar qui, jusqu’alors, bénéficiait au clan Provençal.

33 Là encore je rejoins C. Morris et J. France dans la revalorisation nécessaire de Raymond d’Aguilers (ou d’Aiguilhe, près du Puy) dont le récit a probablement été rédigé avant 1100. Voir sur ce point C. Morris, « policy… », p. 39-41, J. France, « Two types… », p. 278-79, et J. Flori, Chroniqueurs et propagandistes…, p. 173 ss, en particulier p. 215-217, pour la date et la relative impartialité de l’oeuvre.

34 Cette même prévention anti-populaire conduit plusieurs autres récits plus tardifs à attribuer vision et découverte de la sainte lance à des personnages plus huppés. Ainsi la Chronique de l’abbaye de Saint-André en attribue le double mérite à son héros le comte Robert de Flandre, Chronique de l’abbaye de Saint-André, édition Le Mire, Diplomata Belgica, 1627, p. 307 et éd. A. Goethals (début XVIe s.), trad. O. Delepierre, Bruges, 1839, p. 17-18 ; voir aussi, la lettre attribuée à l’évêque Baudry insérée dans la même chronique, p. 22 ; De même, Caffaro, dans son liber de liberatione civitatum Orientis, éd. Belgrano, Annali Genovesi di Caffaro, Gênes, 1890, t. 1, p. 99-101, confond et amalgame les rôles de Pierre l’ermite et de Pierre Barthélémy pour en faire bénéficier un groupe de 12 hommes autour de Godefroy de Bourgogne et Raymond de Saint-Gilles, devenus initiateurs de la croisade après un pèlerinage à Jérusalem.

35 Raymons d’Aguilers, p. 117 ss.

36 Albert d’Aix, V, 32, p. 452, présente une version impartiale ; Il narre que pendant le siège, les avis des chrétiens étaient partagés, d’où l’ordalie ; quant à son issue, il semble préférer celle que rapporte aussi Raymond d’Aguilers.

37 Guibert de Nogent, VI, 22, p. 218.

38 Raymond d’Aguilers, p. 129 ; Foucher de Chartres, I, 18, p. 345. Sur le rôle politique d’Arnoul, voir R. Foreville, « Un chef de la première croisade : Arnoul Malecouronne », Bulletin Philologique et Historique, 1953-1954, p. 377-390 ; sur celui de Daimbert, voir A. V. Murray, « Daimbert of Pisa, the Domus Godefridi and the accession of Baldwin I of Jerusalem », A. V. Murray (dir.), From Clermont to Jerusalem ; The crusades and crusader societies 1095-1500, Turnhout, 1998, p. 81-102 ; M. Matzke, « Boemondo e Daimberto di Pisa », F. Cardini, N. Lozito et B. Vetere (dir.), Boemondo, storia di un principe normanno, Galatina, 2003, p. 95-106 cherche à réhabiliter le personnage.

39 Foucher de Chartres, I, 18, p. 244.

40 Ibid., p. 345.

41 Voir L’introduction à l’édition de Raoul de Caen par E. D’Angelo, Radulphus Cadommensis, Tancredus, CCCM 231, Turnhout, 2009.

42 Comme le supposent B. S. et D. S. et Bachrach, The Gesta Tancredi of Ralph of Caen, Aldershot, 2005, p. 4.

43 Raoul de Caen, c. 101, p. 677.

44 Idem.

45 Ibid., c. 102, p. 678

46 Ibid., éd. D’Angello : 1098 = Nam, quid tantae illi contumeliae rependam, quod nostram, quae desursum est, descendens a Patre luminum, victoriam, ferro suo Provinciales deputant ? 1099 = Deputent ipsi suam comes cupidus et vulgus stolidum : nos autem in nomine domini Dei nostri Hiesu Christi vicimus et vincemus !.

47 Raoul de Caen, c. 110, p. 683 : « Après que Pierre, artisan de la fraude, eut ainsi reçu le châtiment qu’il avait mérité, on tint enfin une assemblée afin de chercher de nouveaux secours à la place de ceux dont on venait de reconnaîte l’imposture. Dans cette assemblée, on proposa de faire une image du Sauveur avec l’or le plus pur, sur le modèle du tabernacle d’Israël. On fit appel à la dévotion du peuple […]. Arnoul, qui adressa au peuple ces exhortations, dirigea les coeurs de ses auditeurs ainsi qu’il le voulut. » On ne peut s’empêcher de penser à la confection du veau d’or en l’absence de Moïse.

48 Raymond d’Aguilers, p. 129.

49 Ibid., p. 130 ; Selon Raoul de Caen (c. 145, p. 708), Raymond l’offrit à Alexis à Constantinople vers la mi-mai 1100.

50 J. Flori, Chroniqueurs et propagandistes..., op. cit., p. 242 ss.

51 Raymond d’Aguilers, p. 154 ; Foucher de Chartres, I, 30, p. 361 ; Albert d’Aix, VI, 38, p. 488 et VI, 39, p. 490.

52 Tudebode, p. 145.

53 Anonyme, 39, p. 212-213.

54 Pascal II, « Lettre à tous les croisés triomphant en Asie (28 avril 1100) », éd. H. Hagenmeyer, no XXII, p. 178-179 : « Quelle joie, quel miracle ! Il a révélé à vos yeux la lance qui avait blessé son côté sacro-saint, et une portion de la croix vivifiante ; il les a offertes, par vos mains… Combien nous devons rendre grâce à ce sujet à notre Rédempteur, aucune âme humaine ne peut l’estimer, aucune langue ne réussirait à le dire. »

55 Sur le rôle protecteur de cette relique, voir A. V. Murray, « ‘Mighty against the ennemies of Christ’ : the relic of the True Cross in the armies of the Kingdom of Jerusalem », J. France and W. G. Zajac (dir.), The Crusades and their Sources. Essays Presented to Bernard Hamilton, Aldershot, 1998, p. 217-238 ; et plus récemment J. Flori, Chroniqueurs et propagandistes…, p. 242-257.

56 J. Flori, « Les héros changés en saints… et les saints en héros. Sacralisation et béatification du guerrier dans l’épopée et les chroniques de la première croisade », PRIS-MA, 30, 1999, p. 255-272.

57 J. Flori, « La formation des concepts de guerre sainte et de croisade aux XIe et XIIe siècles : prédication papale et motivations chevaleresques », dans Regards croisés sur la guerre sainte. Guerre, idéologie et religion dans l’espace méditerranéen latin (XIe-XIIIe siècles), D. Baloup B. et P. J Osserand (dir.), Actes du Colloque international tenu à la Casa de Velasquez (Madrid) du 11 au 13 avril 2005, Toulouse, 2006, p. 133-157 ; J. Flori, La croix, la tiare et l’épée, Paris, 2010, p. 269-276.

58 Voir par exemple les positions divergentes de J. Riley-Smith, « Death on the first crusade », The end of strife, D. Loades (dir.), Edinburgh, 1984, p. 14-31 ; de H. E. J. Cowdrey, « Martyrdom and the first crusade », Crusade and Settlement, P. W. Edbury, Cardiff(dir.), 1985, p. 47-56 ; J. Flori, « Mort et martyre des guerriers vers 1100 : l’exemple de la première croisade », Cahiers de Civilisation Médiévale, 34, 1991, p. 121-139 ; C. Morris, « Martyrs on the field of battle before and during the first crusade », Studies in Church History, 30, 1993, p. 93-104 ; J. Flori, La guerre sainte, la formation de l’idée de croisade dans l’Occident chrétien, Paris, 2001, p. 125-152.

59 Raymond d’Aguilers, p. 70 : Il ajoute : « Il (Dieu) vous chérit tellement que les saints qui sont déjà dans le repos, connaissant par avance la grâce de ses dispensations divines, voudraient être eux-mêmes en chair et s’unir à vos efforts. »

60 Raymond d’Aguilers, p. 78.

61 Ibid., p. 72-74.

62 Tudebode, p. 100.

63 Foucher de Chartres, I, 20, p. 346A.

64 Ibid.

65 Tudebode, p. 112.

66 Raymond d’Aguilers, p. 82.

67 Anonyme, 29, p. 154-155. Gilon de Paris, pour sa part, dit seulement que Dieu envoya pour les aider « une légion d’anges » : Mittet in auxilium Deus angélicam legionem ; cf.Gilon de Paris et Continuateur, éd. et trad. C. Grocock et E. Siberry, The Historia vie Hierosolimitane of Gilo of Paris, and a second anonymous author, vers 382, p. 184.

68 L. Russo, « Il viaggio di Boemondo… » p. 3-42 ; J. Flori, Bohémond d’Antioche, op. cit., p. 253-273.

69 Cf. C. Morris, « Picturing the Crusades : the uses of visual propaganda, c. 1095-1250 », The Crusades and their Sources. Essays presented to Bernard Hamilton, J. France, W. G. Zajac (dir.), Aldershot, 1998, p. 195-216, en particulier p. 204.

70 Au début du XIIe siècle, à la suite de cet épisode, ces saints sont avant tout invoqués par les armées des croisés en Terre Sainte. Pour ce qui concerne saint Georges, par exemple, il semble bien que sa qualité de « saint Patron » de l’Angleterre ne remonte pas à Richard Cœur de Lion et moins encore auparavant, mais soit plus tardive. Voir sur ce point O. de Laborderie, « Richard the Lionheart and the birth of a national cult of St George in England : origins and development of a legend », Nottingham Medieval Studies, 39, 1995, p. 37-52. L’interprétation des saints guerriers et la dimension idéologique de leurs représentations figurées font actuellement l’objet de plusieurs études prometteuses, en particulier celles d’Esther Dehoux et de Damien Carraz.

71 Robert le Moine, V, 8, p. 797.

72 Voir sur ce point J. Flori, Bohémond d’Antioche…, p. 193-194.

73 Sur cette comparaison, voir J. Flori, De l’Anonyme normand à Tudebode et aux Gesta Francorum.

74 Sur cette dimension eschatologique initiale qui, pourtant, perdure dans la plupart des croisades ultérieures, voir J. Flori, L’islam et la fin des temps, L’interprétation prophétique des invasions musulmanes dans la chrétienté médiévale, Paris, 2007, passim.

75 En revanche, Bohémond n’hésite pas user de tels récits de visions le concernant, en particulier celle de saint Léonard, dans des récits qui font de lui le modèle même du chef de croisade désigné par Dieu. Un modèle qu’il entend publier en France à la fois par la diffusion des Gesta Francorum dans leur forme le plus favorable possible à sa cause, et par sa prédication orale lors de sa campagne de recrutement dirigée contre Alexis. Voir sur ce point J. Flori, Bohémond d’Antioche, p. 253-264.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540