Version classiqueVersion mobile

Douarnenez de 1800 à nos jours

 | 
Jean-Michel Le Boulanger

Troisième partie. Désenchantement, banalisation et déclin : quand Douarnenez doute

Chapitre VI : Déclin démographique et banalisation urbaine

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

L’entre-deux-guerres :
vieillissement démographique et extension communale

Les premiers signes du vieillissement

1La crise économique du début du siècle a des conséquences multiples et entraîne, sur le plan démographique, une mutation importante de la population douarneniste. Le mouvement naturel, qui était responsable d’une part notable de l’accroissement démographique, s’équilibre, en raison de la baisse rapide des taux de natalité, diminués de moitié en onze ans, de 1902 à 1913 !

Tableau 15 : taux de natalité et de mortalité, 1902-1913 (Dubois, 1964)

Tableau 15 : taux de natalité et de mortalité, 1902-1913 (Dubois, 1964)

2Le taux d’accroissement naturel de la population est seulement dû à une diminution de la mortalité. On se trouve, en fait, devant un cas de croissance malthusienne. Cet accroissement naturel est en partie absorbé par le mouvement d’émigration qui intervient très vite ; la résistance à l’émigration est en effet moins durable que lors de la première crise sardinière, mais les départs sont moins nombreux qu’entre 1886 et 1891.

Tableau 16 : solde d’émigration apparente, 1901-1911 (Dubois, 1964)

Tableau 16 : solde d’émigration apparente, 1901-1911 (Dubois, 1964)

3La stagnation démographique, qui se traduit par un nouveau vieillissement, s’accentue pendant la durée de la guerre. Le taux de natalité tombe à 10 ‰ alors que le taux de mortalité s’élève, du fait du conflit, à près de 20 ‰. Le mouvement de départ reprend entre 1911 et 1921 ; mais dorénavant, il frappe plus fort : l’émigration apparente s’élève à 1197, durant ces dix années.

4Le recensement de 1921 montre bien ce vieillissement, surtout si ses résultats sont rapprochés de celui de 1876.

Tableau 17 : comparaison de la population par grands groupes d’âges, 1876-1921 (Dubois, 1964)

Tableau 17 : comparaison de la population par grands groupes d’âges, 1876-1921 (Dubois, 1964)

5Après la guerre, ce phénomène prend une tournure si aiguë, qu’il s’amplifie de lui-même. Les taux de natalité deviennent inférieurs aux taux nationaux, alors que les taux de mortalité leur sont supérieurs. En 19 ans, entre 1921 et 1939, Douarnenez perd 314 habitants par le seul jeu du mouvement naturel. Il serait toutefois imprudent d’attacher à cette évolution une trop grande importance. En effet, depuis la fin de la guerre, une partie des migrations se fait à l’intérieur de l’agglomération de fait qui regroupe les quatre communes voisines, Douarnenez, Ploaré, Pouldavid, et Tréboul et correspond au désir d’espace des ménages douarnenistes. Si la population douarneniste tombe en effet de 12 259 habitants en 1921 à 10 556 en 1936, celle des quatre communes reste stable autour de 21 500 habitants.

6Il n’en reste pas moins que l’évolution démographique est inquiétante. L’important excédent de naissances de la période 1921-1925, lié à la guerre et donc peu significatif, est vite remplacé par un équilibre lui-même suivi par un déficit considérable. 220 décès en excédent pour la période 1936-1939 sont dénombrés dans l’agglomération. Ce déficit est une conséquence immédiate du déclin de la nuptialité et du vieillissement de la population. En 1939, à peine 20 % des Douarnenistes sont âgés de moins de 15 ans, alors que 17 % ont plus de 65 ans (respectivement 24,5 % et 10 % pour l’ensemble de la France).

7Dans l’histoire démographique de Douarnenez, la crise de la sardine marque un basculement. À partir des premières années du siècle, la ville s’engage dans un long déclin, que rien, à ce jour, n’a endigué.

Vers le grand Douarnenez

  • 1 Archives municipales de Douarnenez, registre des délibérations des conseils municipaux.

8Il est intéressant d’étudier plus précisément l’évolution urbaine de l’agglomération car si Douarnenez perd des habitants, Ploaré en gagne beaucoup : 2 831 habitants en 1921, 2 858 en 1926 (+1 %), 3 069 en 1931 (+7,4 %), 4 013 en 1936 (+30,1 %). L’accroissement est spectaculaire. La raison essentielle est à rechercher dans le solde migratoire. En effet, le mouvement naturel ploariste n’est guère brillant. Le taux brut de natalité de 20,8 ‰ en 1921 est de 14,2 ‰ en 1931 et de 11,2 ‰ en 1936. Le taux brut de mortalité, quasi constant, s’élève à 14,5 ‰. En 19 ans, par le seul jeu du mouvement naturel, Ploaré gagne 8 habitants mais en perd 3 dans l’intervalle 1931-1936. Reste le solde migratoire : –39 de 1921 à 1926 ; + 205 de 1926 à 1931 ; + 947 de 1931 à 1936. Le mouvement est logique. La densité urbaine atteinte à Douarnenez est très forte, trop forte. Plus de 12 000 habitants, en 1921, s’agglutinent sur les 70 hectares de la commune. Dans le quartier du port, l’entassement est patent. Tréboul est éloigné, en cette époque où peu de voitures automobiles circulent : il faut passer, traverser la rivière de Port-Rhu, barrière psychologique et vraie coupure urbaine. Pouldavid aussi est bien loin, au fond de la ria. Ploaré, par contre, est tout proche. Reste évidemment à monter la côte. En 1932, le conseil municipal de Ploaré fait le recensement des nouvelles rues : rue Laënnec, Aviateur Le-Brix, Halna-du-Fretay, Anatole-Le-Bras, Tristan-Corbière, Charles-Le-Goffic, Frédéric-Le-Guyader, de Croas-Talud, du Cimetière, allée Kerlien, venelle du Stancou, Brizeux, Théodore-Botrel, Ernest-Renan, François-Andro, Chateaubriant, Du Couëdic et de la Tour-d’Auvergne. « Tout l’espace au nord de l’église, entre les routes de Châteaulin et de Quimper, se bâtit1. » En 1936, Ploaré entreprend la construction d’une nouvelle mairie, sur la place de l’église, et d’un groupe scolaire. En attendant, Douarnenez, manquant de terre, manquant d’air, intégralement urbanisée, est étouffé et ne peut plus rien entreprendre à l’intérieur de ses limites communales.

  • 2 Ibidem, matrices cadastrales.

9Entre 1915 et 1939, 936 immeubles d’habitation, représentant 1840 logements, sont construits à Douarnenez, ce qui représente en moyenne 76 logements par an2. Aucune modification profonde n’apparaît dans l’organisation urbaine héritée de la grande période du développement économique, 1860-1880. Les constructions nouvelles s’y insèrent. Notons seulement les logements sociaux, créés par la municipalité sur les places de la ville (« les baraques à Flanchec »), ou dans quelques interstices encore libres.

10Ce problème de l’espace étant posé, la municipalité douarneniste lance, en 1926, une procédure d’extension des limites communales. Le projet vise 200 à 250 hectares… dont le bourg de la commune de Ploaré ! Ni plus, ni moins. L’enquête qui s’ensuit est intéressante. À Douarnenez, on ne se mobilise guère et les Ploaristes ne manquent d’ailleurs pas de le faire remarquer. Une seule déclaration est inscrite sur le registre ouvert en mairie du 26 juillet au 4 août 1926 et destiné à recevoir les propositions de la population. Elle témoigne, si besoin est, du contexte social et politique de l’époque. L’usinier Désiré Guy, fabricant de conserves proteste :

« contre le projet d’extension de la ville tant qu’elle sera gérée par des gens indésirables, parce que :

  • Soudoyés par un parti de désordre, dont le but est de fomenter des troubles sociaux par la lutte des classes.
  • Parasites notoires, organisateurs de délation, amènent par persuasion, intimidation et autres moyens, les salariés à leur verser de l’argent.
  • Administrateurs partiaux et incompétents dilapideront les ressources nouvelles résultant de l’extension projetée du territoire communal3. »

11Cette violente diatribe ne semble pas émouvoir M. Savina, professeur de l’école primaire supérieure et commissaire enquêteur.

« Les commissaires du roi chargés de la délimitation de la nouvelle commune de Douarnenez, ne pouvant prévoir la rapide extension de cette bourgade, se contentèrent de donner satisfaction au vœu anciennement exprimé par les habitants et n’attribuèrent à la nouvelle commune qu’une étendue dérisoire de 70 hectares. La population de Douarnenez a décuplé depuis 1790. Cependant, pour le territoire, la commune demeure la plus petite du département du Finistère, exception faite des îles. Cette situation est fâcheuse à bien des égards : la ville n’a sur son territoire ni sa gare, ni son cimetière, ni son école primaire supérieure, ni son usine à gaz, ni ses abattoirs. Si la ville de Douarnenez a légèrement décru depuis la guerre, c’est que, faute d’espace, son agglomération déborde de plus en plus rapidement sur les trois communes voisines : Ploaré, Tréboul, Pouldavid. D’autre part, Douarnenez a de lourdes charges. Il serait équitable que les faubourgs qui bénéficient de tous les avantages de la ville… participent aux charges… qui, d’année en année, retomberaient sur un plus petit nombre d’habitants… »

  • 4 Quartiers du Stancou, Kerbervet, Kerlien, Pen ar C’hoat, Croas Talud, Pen ar Menez, Plomarc’h tost (...)

12Aussi M. Savina émet un avis favorable à l’extension de Douarnenez sur Ploaré, au sud de la ville4. « Ce projet lèsera évidemment quelques intérêts particuliers ; mais, dans l’ensemble, il nous paraît raisonnable. Des raisons d’hygiène autant que des raisons d’ordre économique, en imposeront, sans doute, la réalisation dans un avenir prochain ». Mais le préfet ne suit pas cet avis. En raison de « l’opposition formelle des habitants et du conseil municipal de Ploaré », il rejette la demande, le 5 février 1930.

13Il faut dire que François Halna du Fretay, maire et conseiller général, a de bonnes raisons de refuser le projet. Il ampute sa commune de plus des deux cinquièmes de sa population et de ses quartiers urbanisés, dotés d’une canalisation de gaz et de lignes électriques financées par ses contribuables. Aussi, il repousse cette éventualité qu’il juge injustifiée et proteste énergiquement « contre toute extension de la commune de Douarnenez sur la commune de Ploaré, laquelle était autrefois la plus étendue et la plus importante du canton, puisqu’englobant la commune du Juch et l’agglomération de Douarnenez ». Les faits de l’histoire sont parfois longs à digérer.

  • 5 Archives municipales de Douarnenez. Plan d’occupation des sols, notice explicative.
  • 6 Ibidem. Plan d’aménagement, d’assainissement et d’embellissement de Douarnenez.

14L’idée d’étendre la ville de Douarnenez ressurgit, dès 1932, dans le cadre d’un vaste plan d’aménagement, d’assainissement et d’embellissement réalisé par la municipalité. Cette volonté locale d’aménagement n’est pas isolée ; elle s’intègre dans un vaste mouvement d’ensemble, ponctué par les lois du 14 mars et 19 juillet 1924. Les rues, à Douarnenez, sont en nombre insuffisant et d’une largeur trop réduite pour faire face à une circulation hippomobile, mais aussi automobile, intense. Les places publiques sont d’autant plus exiguës que des baraquements nombreux s’y élèvent pour loger des familles sans abri. Le terrain à bâtir manque cruellement. Aussi, embellir et assainir ne peuvent être réellement possibles que si, en même temps, et dans un seul mouvement, la commune s’agrandit. Il faut décongestionner Douarnenez, suivant les lois de l’hygiène, installer un réseau d’égout, un service d’eau… Comment le faire, sans déborder sur Ploaré ? Ainsi le projet élaboré à la demande de Le Flanchec par les architectes Mony et Ruer conçoit-il l’aménagement de Douarnenez dans un ensemble plus vaste. Une zone limitrophe de cent hectares environ, délimitée par une ligne rejoignant l’école primaire supérieure à Pen ar Menez, est annexée. Le but est de donner à la ville « un caractère moderne très influencé par la cité jardin5 ». De nombreuses rues sont alignées, des îlots supprimés, « des grands axes perspectifs avec jardin dans le prolongement des futurs édifices publics6 » sont créés, ainsi qu’un boulevard circulaire, ceinturant l’agglomération. « Certaines parties de Douarnenez, notamment celles du port, sont nettement surpeuplées et, comme, d’autre part, la cité ne possède aucun parc public, aucun terrain de jeu, très peu d’organisations sociales, il est évident qu’il y a bien à faire pour la transformer en ville moderne », écrit l’architecte Mony.

  • 7 Ibid.

15La commission d’enquête préfectorale, nommée pour avis, est composée de Jean Andro, propriétaire au Stancou en Ploaré, Hascoët père, ancien négociant, rue Duguay-Trouin à Douarnenez, Pierre Morvan, propriétaire à Douarnenez, Marius Gloux, mareyeur, Eugène Jacq, conserveur et Jules Schemitt, mareyeur. À l’unanimité, cette commission rejette la demande douarneniste. Son président, Jean Andro, propose « qu’à défaut de l’annexion totale demandée, nous puissions approuver une annexion partielle qui comprendrait les terrains à gauche (en allant vers le Ris) et au nord-est de la route de Douarnenez à Châteaulin ». Cette proposition d’englober les Plomarc’h est acceptée, par 4 voix contre 37. Mais avant de se séparer, les membres présents en profitent pour demander que « les mesures d’hygiène et de salubrité envisagées et qui sont en tous points excellentes, soient dès maintenant réalisées à Douarnenez, où elles sont actuellement loin de l’être ». Nous sommes, ne l’oublions pas, en 1932. Le maire de Douarnenez est toujours Daniel Le Flanchec.

  • 8 Archives municipales de Douarnenez, service de l’urbanisme.

16La commission supérieure d’aménagement, d’embellissement et d’extension des villes au ministère de l’Intérieur, est bien loin des turbulences de la vie politique locale. Ce qui l’intéresse, c’est uniquement le dossier présenté, au nom de la ville de Douarnenez, par les architectes Mony et Ruer. Elle adopte le dossier modèle, sans réserve, tant il est intelligemment conçu. Qu’on en juge : « Les principes généraux d’urbanisme, que tant de nos éminents collègues ont prêché ces dernières années, n’ont pas été entendus des seuls indifférents […] dans des provinces si éloignées, ils ont été l’objet des méditations des bons esprits8. » Le maire de Ploaré, Halna du Fretay, admet qu’effectivement la proximité des quartiers urbanisés de Douarnenez et de Ploaré pose de nombreux problèmes (de voirie, d’hygiène, d’eau, d’électricité, de gaz, de pompes funèbres…). Mais plutôt qu’une réponse à la hussarde, par pure annexion de territoires, il propose la constitution d’un syndicat intercommunal regroupant non pas deux, mais quatre communes : Douarnenez, Ploaré, Tréboul, Pouldavid. C’est une première… immédiatement refusée par Douarnenez. Puisque Ploaré refuse le plan douarneniste, Douarnenez refuse la création d’un syndicat intercommunal.

17Le préfet lance, en mars et avril 1933, une dernière proposition, pour débloquer une situation enlisée. Sous son autorité, la commission départementale d’aménagement, d’embellissement et d’extension, reprend les conclusions de la commission d’enquête et propose l’annexion du quartier vert, quasi inhabité, des Plomarc’h. Douarnenez refuse, le 10 juin et le 23 juin, et rappelle son hostilité à une conférence intercommunale proposée par le ministère de l’Intérieur. Par la suite, Douarnenez maintient, le 7 décembre 1935 comme en mai 1938, son projet initial, sans que suite soit donnée, évidemment.

18En 1942, sous l’occupation, le conseil douarneniste souhaite, afin de répondre à un problème dont les conséquences s’aggravent au fil des ans, une entente intercommunale avec Ploaré, Pouldavid et Tréboul. Les Ploaristes le suivent car « la division en communes ne provient d’aucune conception logique. Elle constitue un écueil ». L’idée d’un regroupement des quatre communes fait rapidement son chemin. Après un rapport favorable en septembre 1943, la délégation spéciale présidée, en décembre 1944, par Jos Pencalet, souhaite l’accélération des procédures. Une enquête est ouverte en avril 1945. Personne ne se déplace. L’affaire est dès lors entendue puisque les quatre entités se prononcent, très favorablement, en faveur de ce regroupement. Elles affirment d’ailleurs, dans une délibération commune du 7 janvier 1945, que le moment est propice, puisqu’aucune question de préséance ne se pose tant que les communes sont administrées par des délégations provisoires. Un arrêté préfectoral, le 14 juin 1945, entérine la situation. Le grand Douarnenez, fort de 2 457 hectares, est né.

Les grandes évolutions de l’après-guerre

Une ville vieillie

19Une lecture rapide des données des recensements illustre le problème constant de Douarnenez depuis la guerre : 20 564 habitants en 1946, 20 089 en 1954, 19 887 en 1962 et 19 705 en 1975. Arrêtons-nous là pour le moment, le pire est à venir…

20Un regard plus précis ne peut empêcher une analyse pessimiste. L’immédiat après-guerre secrète toujours un très léger excédent de naissances qui peut seulement être imputé à la poursuite du mouvement de baisse de la mortalité, ce qui entraîne un nouveau vieillissement. L’analyse des taux comparatifs de natalité, qui permettent d’éliminer ces déséquilibres de la structure par âge, montre combien l’émigration qui frappe Douarnenez, presque en permanence, influence de manière décisive le rythme des naissances. Ces émigrations qui ne s’étaient pas interrompues pendant la guerre, enlèvent de nouveau à la ville une part de sa substance parmi la plus riche. Entre 1946 et 1954, alors que le mouvement naturel laisse un excédent de 283 naissances, l’émigration apparente atteint 754 personnes. Cette vague de départs s’explique surtout par la vaste mutation des structures économiques locales et elle atteint essentiellement des marins et leurs familles. Le vieillissement est donc encore plus prononcé. Le recensement de 1954 montre un déficit des classes les plus jeunes, compensé par un fort excédent de classes âgées. La comparaison avec les moyennes finistériennes et françaises illustre bien ce processus de dévitalisation.

Tableau 18 : recensement de 1954, répartition de la population par grands groupes d’âges (Dubois, 1964)

Tableau 18 : recensement de 1954, répartition de la population par grands groupes d’âges (Dubois, 1964)

21La population douarneniste ne peut même plus procéder normalement à son renouvellement. En effet, lorsque le rapport de la population des 15-39 ans à la population des 40-64 ans est inférieur à l’unité, on peut admettre que le renouvellement de la population adulte se fait mal. Les 25 générations les plus jeunes sont moins nombreuses que les 25 générations les plus âgées ; elles devront les remplacer après avoir subi elles-mêmes l’influence de la mortalité ; or ce rapport ne dépasse pas 0,85 pour Douarnenez en 1954. Cette tendance se prolonge durant la décennie suivante qui fait de Douarnenez la seule ville bretonne de sa taille à perdre une nouvelle partie de sa population entre 1954 et 1962.

Tableau 19 : population totale sans double compte, 1801-1990

Tableau 19 : population totale sans double compte, 1801-1990

(Le canton de Douarnenez est constitué des communes de Douarnenez, Pouldergat, Le Juch, Guengat, Plogonnec, Poullan-sur-Mer.)

Tableau 20 : les mouvements de population, 1954-1990

Tableau 20 : les mouvements de population, 1954-1990

Tableau 21 : évolution des taux de natalité et de mortalité, 1954-1990

Tableau 21 : évolution des taux de natalité et de mortalité, 1954-1990

22Le mouvement d’émigration, lié à un déficit chronique d’emplois, touche, durant la période 1954-1975, 821 personnes. Cette situation est d’autant plus préoccupante pour la ville que l’excédent naturel diminue progressivement jusqu’en 1968 et se transforme, entre 1968 et 1975, en déficit naturel. Cet excédent naturel négatif peut s’expliquer par un double phénomène. D’une part de nombreux retraités viennent résider en ville et d’autre part les jeunes couples sont attirés par les lotissements des communes périphériques. Le taux de natalité est en baisse constante de 1954 à 1982, alors que le taux de mortalité, durant cette période, augmente régulièrement. Le dernier recensement apporte à cet égard un résultat plus encourageant. Il résulte de cette combinaison du mouvement naturel et de l’émigration, une diminution constante de la population totale de Douarnenez entre 1954 et 1975. Les plus de 65 ans représentent, en 1954, 14,3 % de la population totale. Ce pourcentage atteint 20,7 % en 1975. 14,9 % des Douarnenistes sont âgés de moins de 10 ans en 1954, ils ne sont que 11,9 % en 1975. Le Douarnenez de 1975 est vieillissant. L’âge moyen de la population frise les 40 ans quand il avoisinait 35 ans en 1954.

23La décrue persiste durant les deux dernières décennies. Si, de 1954 à 1982, Douarnenez perd 2 437 habitants, soit 12 % de sa population, la ville en perd encore 1 444, 7,6 % de sa population, entre 1975 et 1982, puis, durant la dernière période intercensitaire, 1195 habitants soit 6,7 % de la population. Cette baisse brutale s’explique partiellement par les phénomènes de développements périphériques qu’ont connus tous les pôles urbains pendant la période. Mais les chiffres montrent que cette explication est partielle, trop partielle. La structure par âge nous prouve que le mal est autrement profond. Depuis le dernier recensement et jusqu’en 1997, 1470 décès ont été enregistrés sur la commune pour 1 041 naissances. Le solde naturel reste largement négatif, – 429. Il ne fait pas de doute qu’il en soit de même du solde migratoire. Indication, simple indication, le nombre des inscrits sur les listes électorales : 13 506 en 1989, 12 900 en 1995, 12 639 en 1997. Alors, en 1998, Douarnenez, combien d’habitants ? Vraisemblablement autour de 15 700, ce qui veut dire que la ville pourrait, à la charnière des siècles et des millénaires, descendre sous les 15 000 habitants. Depuis la guerre, Douarnenez aurait alors perdu le quart des siens.

24Autre grave sujet d’inquiétude : la ventilation de la population par grand groupe d’âges, qui démontre le vieillissement et, surtout, le non­renouvellement des classes jeunes. Ce mouvement s’accentue depuis 1975.

Tableau 22 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1975-1990

Tableau 22 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1975-1990

25La population de Douarnenez apparaît ainsi en situation défavorable par rapport aux moyennes régionales ou nationales. De 1982 à 1990, la ville subit même la plus forte baisse de population de tout l’arrondissement de Quimper, avec Le Guilvinec, autre port de pêche, ancien centre industriel. Mais, à Douarnenez, en raison du vieillissement marqué de la population, le pire reste à venir. Par simple effet mécanique, la chute démographique n’est pas achevée…

Un espace banalisé

26Les données brutes d’évolution démographique apportent évidemment des éléments intéressants. Mais la distribution spatiale permet de mieux appréhender les mutations profondes que vit l’agglomération douarneniste. N’hésitons pas à remonter le temps.

27Au recensement de 1911, quatre communes distinctes cohabitent : Douarnenez, Ploaré, Pouldavid, Tréboul. L’agglomération abrite alors environ 24 000 habitants répartis ainsi :

Tableau 23 : recensement de 1911, répartition par quartiers

Tableau 23 : recensement de 1911, répartition par quartiers

28En 1936, l’agglomération possède 21 212 habitants.

Tableau 24 : recensement de 1936, répartition par quartiers

Tableau 24 : recensement de 1936, répartition par quartiers

29Ploaré vient alors de connaître une exceptionnelle décennie s’enflant des migrations douarnenistes. En 1962, 19 886 habitants :

Tableau 25 : recensement de 1962, répartition par quartiers

Tableau 25 : recensement de 1962, répartition par quartiers

30C’est maintenant au tour de Tréboul de se développer. Les pyramides des âges par quartier prouvent le vieillissement de Douarnenez centre où la population féminine est très majoritaire (58 %), surtout chez les plus de 65 ans (69 % de femmes). Ploaré également connaît une population féminine forte, 54 %, avec le même phénomène hégémonique dans les classes les plus âgées (63,5 %). Cette évolution n’est pas pour nous surprendre.

31En 1990, enfin, 16 457 habitants :

Tableau 26 : recensement de 1990, répartition par quartiers

Tableau 26 : recensement de 1990, répartition par quartiers

32L’évolution est si nette qu’elle pourrait se passer de commentaires. Douarnenez-centre est passé, dans la période, de 57 % de la population totale de l’agglomération à 23,65 %. De 13 753 habitants à 3 893… Or, toute l’organisation urbaine, commerciale, administrative est, c’est l’évidence, héritée du temps passé et donc en discordance, chaque année plus grande, avec les réalités du temps présent.

33L’agglomération est née des conserveries et celles-ci, installées à Douarnenez-centre, ont créé, là, le pôle urbain essentiel. L’histoire du siècle est l’histoire d’une perte de substance urbaine, une fuite régulière, une aspiration à laquelle Douarnenez ne peut résister. Un véritable écroulement même, les chiffres en témoignent. Ce phénomène s’est particulièrement aggravé lors de la décennie 1980-1990 puisque durant la dernière période intercensitaire, Douarnenez centre perd 12,2 % de sa population et Tréboul en gagne encore 0,3 %.

34Depuis 1990, nous n’avons pas de données chiffrées irréfutables.

35Indication : les inscrits des listes électorales. De 1989 à 1997, Douarnenez-centre perd encore 514 inscrits, soit plus de 13 % ! Pouldavid en perd plus de 10 %, 133 ; la baisse, à Tréboul et Ploaré, est moindre : entre 2 et 3 %, respectivement 122 et 87. Attention, l’inscription sur les listes électorales n’est pas, en France, obligatoire. Mais le sens des chiffres est suffisamment éloquent pour qu’on puisse en conclure que Douarnenez, au cours de la décennie, poursuit sur la pente savonneuse du déclin.

36Cette évolution est capitale. Elle est la conséquence de la courbe démographique et de la politique de l’habitat. Cette dernière est directement liée aux localisations de terres disponibles pour la construction. On imagine aisément, en ce registre, que Douarnenez-centre présente quelques faiblesses…

37En 1954, la commune compte 3 293 immeubles d’habitation, représentant 6 805 logements occupés à titre de résidence principale. Leur âge est, en moyenne, beaucoup plus élevé que dans la moyenne des villes françaises de 10 000 à 50 000 habitants. 23,9 % sont antérieurs à 1871 et 9 % sont centenaires. Cela correspond à la grande période sardinière. Une ventilation par quartier n’est pas permise par les données statistiques. Nul doute qu’elle eût prouvé un pourcentage bien plus fort pour Douarnenez-centre.

38De la même manière et pour des raisons identiques, le nombre de pièces par logement est très inférieur à la moyenne nationale : 75 % des logements ont 1 ou 2 pièces contre 36,4 % pour les villes de 10 000 à 50 000 habitants. L’entassement des familles à proximité du port dans la période sardinière l’explique. La plupart de ces logements sont, en 1954, occupés par des personnes âgées. Mais la crise du logement est véritablement démontrée par un troisième élément mis en valeur par Jean-Pierre Dubois. Selon les normes ministérielles alors en vigueur, 2 022 logements soit 29,7 % sont, alors, en état de surpeuplement critique et 21,3 % en état de surpeuplement temporairement admissible. 36,5 % des logements disposent de l’eau courante contre 74,6 % en France, dans les villes de 10 000 à 50 000 habitants.

39Douarnenez entre dans la deuxième moitié du xxe siècle avec une structure héritée du siècle précédent. Aussi, fort logiquement, la municipalité de Douarnenez se lance, en 1952, dans un vaste programme de construction de logements, mené en liens avec l’office HLM. À Tréboul, 44 logements en maisons jumelées sont construits à Menez Birou (en 1954) et 116 logements, en collectif, à Kermabon (de 1955 à 1959). De 1959 à 1962, 110 logements à Tréboul sortent de terre, route de Poullan, à Kerguesten. En 1961, 44 logements sont construits à la grève des Dames et 38, rue Barbusse, à Douarnenez.

40À la même époque, des lotissements importants, pour partie fruit de l’initiative privée, pour partie fruit de la volonté du mouvement « castors », voient le jour : 275 maisons individuelles sont construites à Ploaré, entre la route du Ris et l’allée de Sainte-Croix. À Kerlien, la société anonyme coopérative de Cornouaille, sous l’égide de la chambre de commerce et d’industrie de Quimper réalise, en 1959, un lotissement de 42 maisons et une société privée construit 20 logements à Pouldavid.

41Le bilan de la période est néanmoins éloquent : le grave sous-équipement de 1954 s’est atténué ; notons aussi que seulement 82 des 689 logements nouveaux sont construits dans l’ex-commune de Douarnenez. Quand tout bouge dans la pêche, dans les conserveries, tout frémit dans la répartition de l’espace. Après le flux, le reflux.

42Depuis 1970, aucun lotissement n’est sorti du sol douarneniste. Ploaré, surtout, avec 510 constructions, et Tréboul, avec 116 lots, en ont profité. Pouldavid aussi, avec 52 lots, mais à une moindre échelle… Le phénomène est similaire pour les maisons individuelles. Lors de la décennie 1980-1989, 511 maisons individuelles ont obtenu un permis de construire. 272 sur Tréboul (53,5 %), 166 sur Ploaré (32,5 %), 59 sur Pouldavid (11,5 %) et 14 sur Douarnenez-centre (2,7 %). Les données ne sont pas disponibles pour la décennie en cours, mais quelques indications nous prouvent, si besoin était, que les tendances demeurent.

Carte 12 : Douarnenez, 1970. (N. Piriou, J.-M. Le Boulanger)

Carte 12 : Douarnenez, 1970. (N. Piriou, J.-M. Le Boulanger)

43Il n’y a là nul hasard. À Douarnenez-centre, sauf cas d’espèce, seule la réhabilitation est possible. Deux opérations programmées d’amélioration de l’habitat ont d’ailleurs permis d’importants programmes, avec cinq cents logements rénovés sur Douarnenez-centre, puis autant sur Pouldavid, Ploaré et Tréboul, au cours des vingt dernières années. Ces opérations importantes ont accompagné le phénomène général d’adaptation de l’habitat local aux demandes du marché. Le nombre moyen d’habitants par logement était de 2,4 en 1975, de 2,2 en 1982 et de 2,30 au recensement de 1990. Ce chiffre est sensiblement égal à la moyenne départementale.

44Dernier élément qu’il nous faut mettre en évidence : la notion, non usurpée, de bassin d’habitat. Entre les deux derniers recensements, le parc de logements a davantage augmenté, dans les quatre communes rurales qui jouxtent Douarnenez, que dans la commune centre, jusqu’à +10,4 % à Pouldergat et plus de 20,6 % à Poullan-sur-Mer. Ce sont les communes rurales qui ont enregistré la création des deux tiers des résidences principales nouvelles et le taux d’utilisation de leur parc de logements s’est nettement amélioré puisque le nombre de logements vacants a diminué. À Douarnenez, c’est l’inverse : le nombre de résidences secondaires (+15, 6 %) augmente plus rapidement que le parc des résidences principales (+1,6 %).

45L’évolution spatiale de l’espace urbanisé, depuis la deuxième guerre mondiale, est particulièrement nette. Nous l’appelons la banalisation pour une raison simple. Hier, la structure urbaine quadripolaire était très fortement hiérarchisée. Un Douarnenez industriel et portuaire, surpeuplé, s’opposait à un Tréboul plus aéré, à un Ploaré rural et au petit bourg, un peu lointain, de Pouldavid. La ville s’est tertiairisée, élargie, et les concentrations douarnenistes se sont étalées sur les communes voisines ; HLM et lotissements restructurent un habitat maintenant moins original, forcément plus banal (Carte 12)…

Sur l’urbanisme commercial

  • 9 Cécom, 1990 ; Quéré, 1991.
  • 10 Piriou, 1960 ; Dubois, 1964.

46Nous allons nous arrêter quelques instants sur la situation commerciale de Douarnenez, non qu’elle révèle quelques originalités qualitatives, mais car elle illustre bien la complexité de l’aménagement de l’espace de cette commune. D’assez récentes études9 nous permettent d’en approcher précisément l’évolution et de répondre, au-delà du temps, à deux autres recherches, menées, sur le même sujet, vers 196010.

47Nicole Piriou et Jean-Pierre Dubois, en 1960 et 1964 nous montrent un appareil commercial douarneniste plus dense que les moyennes nationales : commerces alimentaires, 1 pour 113 habitants, contre 1 pour 129 ; commerces multiples de détail, 1 pour 52 contre 1 pour 68 ; les débits de boisson, 1 pour 112 contre 1 pour 339… Cela ne peut nous étonner, le Douarnenez de l’époque est encore un Douarnenez à quatre têtes et même si Douarnenez-centre s’impose largement, les autres quartiers gardent un réseau hérité de l’histoire. Les découpages administratifs n’ont jamais d’influence immédiate sur l’espace vécu. Ils ne sont pas suffisants, à eux seuls, pour modifier les pratiques de vie. La localisation des commerces banals montre leur grande dispersion. Les services de proximité sont présents à Douarnenez-centre, dans les anciens bourgs, le long des axes de communication… Par contre, les commerces anomaux, correspondant à des achats réalisés à intervalles assez éloignés, sont surtout concentrés dans le quartier de la Croix, et de la rue Duguay-Trouin…

Tableau 27 : répartition des commerces de « l’hypercentre »

Tableau 27 : répartition des commerces de « l’hypercentre »

48Les cinq rues totalisent près des 2/3 du commerce anomal de la ville : 40 magasins de tissus, laines, confection sur 57, tous les magasins de chaussures. Jean-Pierre Dubois ajoute, en 1964, que la construction d’immeubles HLM à Kermabon, Menez Birou, route de Poullan, n’a pas encore provoqué le déplacement des commerces banaux. Mais il prévoit, à terme, ce transfert, ainsi que la baisse progressive du rôle de « la Croix », qui perdra une partie de ses commerces anomaux…

49Qu’en est-il trente ans après ? Les faits tout d’abord. Il y a, à Douarnenez, en 1990, 393 commerces. Ils étaient 470 en 1976. La population commerçante est assez âgée : un tiers a plus de 50 ans et un autre tiers de 40 à 49 ans. La surface moyenne globale est de 83 m2 et les trois-cinquièmes disposent de moins de 60 m2… ce qui est faible. Les franchises sont très rares, 2 % ; à Douarnenez, les commerçants sont indépendants, à 92 %. Indépendants et bien formés puisque 35 % ont dépassé le baccalauréat et 35 % disposent d’un BEP ou d’un CAP.

50La disposition spatiale du commerce traditionnel douarneniste est très intéressante. Gilles Quéré note toujours quatre noyaux principaux :

  • le « centre-ville », dont l’hypercentre est situé à « la Croix ». C’est le quartier des commerces anomaux, à 70 %. Équipements de la personne et de la maison, les loisirs et la culture y règnent ;
  • le port de plaisance, à Tréboul, où l’on recense 47 % des commerces tréboulistes ;
  • le quartier de l’église de Ploaré ;
  • la rue Eugène-Lucas à Pouldavid ;

51Quelques modules isolés, dont les Sables Blancs, le Port-Rhu et le vieux port de pêche, sous influence touristique, s’ajoutent à ces quatre noyaux.

52Les évolutions de ces pôles sont très différenciés. Le « centre-ville » s’anomalise, de 62 % en 1976 à 70 % en 1991, et se rétracte. Les activités banales y déclinent. Les commerces significatifs d’un centre ville s’y renforcent donc. Mais il ne faudra pas s’arrêter à ce constat commercial pour en conclure que cette zone joue aujourd’hui encore le rôle moteur d’un véritable centre. D’ailleurs, elle se rétracte et, quantitativement, devrait encore se réduire, en raison de l’âge, élevé, des commerçants. Sur les bases actuelles, Pouldavid est « condamné » (Quéré, 1991), et devait perdre plus du tiers de ses commerces au cours de la décennie 1990. Le secteur commerçant ploariste est jugé, lui, « préoccupant » (Quéré, 1991), devant voir disparaître un quart des siens, dont la moitié des commerces alimentaires. Seul Tréboul garde des chances certaines de maintien de son activité. Le renouvellement commercial y est régulier. Les commerces tenus depuis moins de 5 ans, 42 %, sont plus nombreux que ceux tenus depuis plus de 10 ans, 34 %. Le renforcement de la vocation touristique de la ville devrait aider cette continuité.

53On le voit, le bilan global du commerce traditionnel, très déclinant, est assez inquiétant. Ce phénomène n’est guère pour nous surprendre. La situation démographique de Douarnenez est difficile. L’attractivité de Quimper est forte, aussi forte que l’arrière pays douarneniste est faible. Seules zones intégrées à l’aire douarneniste : le nord du cap Sizun, en grandes difficultés et l’ouest du Porzay. La baie n’abrite guère de clients et au sud, sud-ouest et ouest, l’attractivité quimpéroise se manifeste immédiatement. Enfin, les analyses démographiques ont montré l’importance du salariat secondaire, peu payé. Le revenu moyen, à Douarnenez, est assez faible. Et puis, il y a les « grandes surfaces ».

54Un centre Leclerc de la première génération existait à Douarnenez, depuis 1966. Installé aux marges du centre-ville, il reflète les pratiques de l’époque : les supermarchés des années 1960 s’ouvrent en zone centrale.

Carte 13 : Douarnenez, 1991. (N. Piriou, J.-M. Le Boulanger)

Carte 13 : Douarnenez, 1991. (N. Piriou, J.-M. Le Boulanger)

55À partir des années 1970, Douarnenez va découvrir le « phénomène » périphérique : c’est plus tard que dans beaucoup de villes… Cela nous rappelle que Douarnenez n’est qu’un pôle commercial secondaire. C’est en 1979 qu’apparaît le premier supermarché périphérique : Suroi (1 000 m2) devenu Rallye en 1984, puis Casino. Sur la sortie de ville, direction Quimper, à proximité de plusieurs cités HLM, il est idéalement situé. En 1983, s’ouvre Intermarché (1 200 m2), à Ploaré, direction Brest, et en 1984, Leclerc (1 200 m2), à Tréboul. Tous les deux, faciles d’accès, s’installent à proximité de zones urbanisées en développement. Intermarché dispose aujourd’hui de 2 700 m2 avec cafétéria et galerie marchande. Leclerc de 3 000 m2, avec cafétéria. Dans leur foulée, une voie de liaison, appelée rocade, voit le jour et relie ces pôles nouveaux du développement. Le boulevard Jean-Moulin, de Rallye à Leclerc, construit entre 1984 et 1988, la nouvelle route de Brest, de Rallye à Intermarché, en 1984 (Carte 13).

56Les trois supermarchés ont des zones d’attraction qui dépassent les limites communales douarnenistes. 48 % des achats alimentaires effectués par les habitants des communes limitrophes y sont réalisés. Mais la couronne douarneniste n’est pas très étendue… et la concurrence des commerces quimpérois s’impose vite. Ces trois supermarchés ont défini une nouvelle organisation de l’espace commercial, engendrant, pour deux d’entre eux, de petites zones artisanales et commerciales. La principale est située à Tréboul, dans l’orbite du centre Leclerc, avec une quinzaine d’établissements. Une nouvelle génération de supermarchés, basés sur le discount, dont l’enseigne allemande Lidl, s’est installée, depuis les dernières années, à leur proximité immédiate, renforçant encore leur pouvoir d’attraction. Les quatre noyaux primitifs, basés sur l’organisation initiale des paroisses et des communes, ne résistent pas à cette explosion. Ils ne font aujourd’hui, à Pouldavid et Ploaré, que subsister, sporadiquement, en peau de chagrin. Les nouveaux moteurs de la consommation, liés entre eux par une voie de liaison, définissent un nouveau territoire qu’ils marquent et enserrent. S’émancipant des vieilles césures, ils inventent le nouveau Douarnenez, ce « grand Douarnenez », créé administrativement en 1945, mais véritablement fruit de leurs œuvres. Ce pouvoir conféré aux structures commerciales est renforcé par l’évolution spatiale de l’habitat, plus haut évoqué.

57Le Douarnenez que nous connaissons est né, en 1945, de la fusion de quatre organisations urbaines qui ont cohabité pendant quarante ans, gardant chacune la charpente et le cœur de leur ancienne structuration ; quatre mentalités, quatre quant-à-soi, quatre histoires. Peu à peu, néanmoins, les verrous ont sauté. Le développement de vraies politiques de l’habitat allait mettre fin à l’entassement maritime du vieux Douarnenez. Les HLM, les lotissements s’implantent là où la terre est disponible… en périphérie du noyau initial, trop densément construit. Et puis, les usines quittent les unes après les autres le milieu urbain pour trouver des zones spécialement aménagées plus fonctionnelles, plus rationnelles. Et puis, le port de pêche se sépare physiquement de la ville à la fin des années 1950 et un port de plaisance naît au début de la décennie suivante. Et puis, et puis, et puis… l’urbanisme commercial, au début des années 1980 donne le coup de grâce à toutes ces hiérarchies issues du passé. Fort logiquement, c’est là que la ville se développe : lotissements, zones commerciales, zones artisanales. Quand les centres anciens doutent, la périphérie sourit. Elle a raison, l’avenir lui appartient. Cette nouvelle hiérarchie spatiale invente un nouveau Douarnenez, ville maintenant bien complexe. Quatre anciennes communes, autour de leurs clochers, des pôles en développement (Sables Blancs, port de plaisance…), une périphérie qui décolle. Et, au milieu, une coupure urbaine, la ria du Port-Rhu. Pour comprendre la ville, il faut de la patience et puis encore de la patience. Combien de touristes cherchant Ploaré ne se retrouvent-ils pas à Tréboul, ou inversement. Et le centre-ville dans ce concert, où peut-on le situer ?

58L’habitude veut que l’on appelle centre-ville l’espace situé entre le pont et le port du Rosmeur, dont l’hypercentre se concentre place Gabriel Péri, « place de la Croix ». C’est là que le commerce était le plus florissant, que les administrations siégaient, que, hier, la population était la plus nombreuse. Aujourd’hui, on l’a vu, rien de tout cela ne se vérifie encore. La population de Douarnenez-centre, s’élève à 3 893 habitants quand Tréboul en accueille 5 550 et Ploaré 5 497. La mairie, la poste et les affaires maritimes sont excentrées, l’hôpital, les ASSEDIC, l’ANPE s’installent en périphérie, bientôt rejoints par l’hôtel des Impôts.

59L’anomalité croissante du commerce donne l’illusion de centralité, mais, l’espace commercial diminue et son attractivité n’est pas forte. Pire, le marché qui s’impose est, depuis peu, celui de Tréboul. Les facilités d’accès et de stationnement n’y sont pas étrangères. L’église ne remplit pas de rôle structurant de l’espace. Que dire du seul édifice public dont la masse s’impose : le bâtiment des PTT tourne le dos aux perspectives urbaines ! Bref, le seul symbole douarneniste est, de nouveau le Bolomig, statuette égyptienne, installée sur une fontaine en 1861, année de l’arrivée de l’eau à Douarnenez-centre, chassée en 1932 par l’automobile. Les places de stationnement, déjà, étaient chères. Le retour du balancier, la mise en voie semi­piétonne de l’hypercentre, permet, en 1990, le retour du Bolomig. Mais s’il fut hier le symbole d’une ville bien structurée, et sûre d’elle-même, il ne peut plus aujourd’hui remplir ce rôle. Car la ville est destructurée et à la recherche de son avenir.

60Alors quel centre ?

61Notons pour l’instant trois lieux en « centralité potentielle » : le port de plaisance dont la fonction commerciale est maintenant connue ; le Port-Rhu qui devrait devenir un espace d’attractivité, diurne et nocturne, mais d’une attractivité essentiellement fugace, éphémère, et estivale ; le « centre ancien », bien sûr, qui a pour lui l’antériorité, la mémoire, les pratiques urbaines. Le nouveau centre de Douarnenez n’est-il pas l’addition de ces lieux en (re) devenir ? Nous quitterions ainsi le « centre ancien », étriqué et inadapté à la circulation automobile pour un centre nouveau, élargi, aéré, mieux adapté à la civilisation de la voiture et d’une réelle complémentarité de fonction.

Une diversification de l’économie11

  • 11 Le port de pêche et les conserveries font l’objet de chapitres spécifiques.

62Peu d’éléments permettent aujourd’hui de distinguer des originalités dans la structure de l’emploi, à Douarnenez. L’INSEE, dans le Tableau de l’économie bretonne publié en 1994, estime seulement que le secteur tertiaire y reste inférieur aux moyennes des villes de cette taille et le secondaire légèrement supérieur. Le taux de tertiairisation atteindrait 59,4 %, pour une moyenne départementale de 63,5 %, et une évaluation régionale de 61,3 %. Les villes, en général, dépassent, et c’est bien logique, ces derniers chiffres. Il y a donc là une originalité douarneniste. Elle s’explique aisément. Une fois de plus l’histoire, d’une part, et la géographie, d’autre part, donnent les clés de compréhension. Douarnenez, depuis un siècle, était une ville industrielle, peu dotée de services, tant publics que privés. Ceux-ci fleurissaient à Quimper, la ville-préfecture située à seulement vingt kilomètres. Et Douarnenez ne bénéficie pas d’un arrière-pays riche en population, lui permettant d’atteindre une masse critique entraînant son développement commercial. Ce dont dispose Pont-l’Abbé, ville plus proche encore de Quimper, mais située au centre d’un pays compact à forte identité, et peuplé de 60 000 habitants… La tertiairisation de Pont-l’Abbé s’élève, d’après L’INSEE, à 67,6 %.

  • 12 Archives municipales de Douarnenez, Douarnenez 2000.
  • 13 Octant, n° 72, 1998.

63Le secteur secondaire présente également un écart avec les moyennes départementales ou régionales. Avec 29,5 % des emplois classés dans cette catégorie, Douarnenez est au-dessus, de 3 ou 4 points, des données finistériennes et bretonnes. Là encore, cette réalité est parfaitement logique : le tissu industriel, même s’il n’a plus l’influence de son passé, reste très présent sur la ville. Le taux de féminisation de l’emploi secondaire est très important : 45 %12, chiffre correspondant au taux de féminisation de l’emploi local, 44 %13. Si ce dernier chiffre est banal et proche des moyennes régionales, il n’en est rien du premier. Douarnenez reste une ville de main-d'œuvre féminine, une ville d’ouvrières.

  • 14 Le Télégramme, novembre 1990, cité par Quéré, 1991.

64Lors du recensement de 1990, Douarnenez offrait 7 219 emplois sur son territoire et comptait 6 574 actifs, (taux d’activité de 47,5 %), dont 5 758 ayant un emploi, (taux de chômage de 11,4 %). Ces chiffres expriment une réalité non démentie depuis : Douarnenez joue le rôle de petit centre d’un pays qui regroupe quelques communes limitrophes. On peut parler de bassin d’emplois. À cet égard, les migrations alternantes apportent des éléments de réflexion très importants. En 1968, ce phénomène n’est pas engagé, la péri-urbanisation n’étant pas développée. En 1982, sur les 6 901 salariés à Douarnenez, 22,5 % habitent dans les communes périphériques. En mai 1990, « 876 salariés de 11 entreprises douarnenistes employant 2 377 personnes (soit 37 %) vivaient dans les communes voisines (53 % des salariés de chez Matra, 20 % de chez Paulet)14. »

65Sur les quatre communes limitrophes à Douarnenez, Le Juch, Kerlaz, Pouldergat et Poullan-sur-Mer, 1 117 habitants actifs travaillent en dehors de leurs communes de résidence, soit 61,2 %. Pour 755 d’entre eux, ils travaillent à Douarnenez. À Douarnenez, ils sont 1 079 à quitter la ville (19,8 % des actifs), dont 436 pour Quimper, principalement dans le tertiaire.

66L’essentiel du potentiel économique de Douarnenez réside toujours dans les activités maritimes. Nous ne reviendrons pas sur le port de pêche et sur les conserveries, amplement détaillés par ailleurs. À ces deux piliers de l’activité économique locale s’ajoute toujours une usine fabriquant des boîtes de fer blanc, qui emploie 322 salariés : la Franpac. Née en 1911, cette entreprise créée sur le port du Rosmeur s’est développée à Tréboul, à proximité immédiate de la gare SNCF. Elle était la seule entreprise industrielle installée près du rail. Depuis 1975, elle se développe près de la zone industrielle de Lannugat où elle assure le tiers de la production française. En 1990, le marché breton représente la moitié de son chiffre d’affaires de 175 MF. En constante évolution depuis, Franpac réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de plus de 230 MF. 250 millions de boîtes métalliques y sont fabriqués. Son capital appartient, à 99 %, au groupe Marcilly. C’est aussi un signe de la période : l’une après l’autre, les entreprises industrielles locales passent sous contrôle extérieur. Ce n’est pas un processus original, loin s’en faut. Disons qu’il trouve, à Douarnenez, nombre d’illustrations. Ajoutons deux autres entreprises spécialisées dans l’emballage, Isobox, fabrique de boîtes en polystyrène, et Foubert, fabrique de sacs en plastique, de trente à quarante salariés à elles deux, et nous voyons se dessiner un pôle-emballage important.

67Hier, exclusivement rattachées au port de pêche, deux filatures existent à Douarnenez : Kersaudy-Le Meur, et S.N. Pensec. La seconde, après une décennie de turbulences, s’est reconvertie vers les filets de sports. Le phénomène est courant. En 1975, la France comptait une douzaine d’entreprises fabriquant des filets de pêche. Aujourd’hui, elles ne sont plus que quatre, localisées dans le Sud-Finistère. L’enjeu, pour les survivants, outre la recherche de gains de productivité, réside dans la diversification de la production.

68Enfin, les chantiers de construction ou de réparation navale souffrent aujourd’hui au rythme des inquiétudes des pêches bretonnes. Les chantiers de Douarnenez, appartenant à Glehen, simple annexe, depuis une dizaine d’années, du chantier bigouden et la Scop Navale de Cornouaille, seuls rescapés, doivent bien souvent trouver en dehors du quartier maritime, voire même hors la pêche, les marchés de la survie : cabotage ou patrimoine maritime, prospections à l’étranger.

69Autre secteur important, constamment développé depuis quarante ans, le tourisme nautique. Douarnenez dispose d’un port de plaisance, à Tréboul, qui peut accueillir 460 unités. Autour du port, de nombreuses entreprises se sont installées, accastillage, moteurs marins, réparation navale, location de bateaux… Ce port de plaisance, intégré au cœur urbain, dispose de nombreuses facilités, commerces, boutiques, côté terre… et d’un plan d’eau remarquable, côté mer. Malheureusement, il est aujourd’hui saturé et ne pourrait être agrandi qu’à grands frais. Par ailleurs, des mouillages de plaisance existent à Douarnenez, dans le vieux port de pêche, en aval du Port-Rhu, près de l’anse du Guet, comme à l’amont de la rivière. Il y a là, au fond du Port-Rhu, un vaste espace propice à l’hivernage et au mouillage de bateaux qui ne « prennent » pas la mer au quotidien. Il sera aménagé dans un avenir proche.

70Aux côtés de cette capacité d’accueil, Douarnenez propose de nombreuses animations ou équipements nautiques : école de voile et centre nautique, kayak de mer…

71Notons un fait, très intéressant : port de pêche, au Rosmeur ; port de plaisance, à Tréboul ; Port-Musée au Port-Rhu. Trois ports, trois lieux. Rajoutons les mouillages et pontons du vieux port, au Rosmeur et en amont de la rivière de Pouldavid. Notons l’existence de la passerelle enjambant le Port-Rhu et le cheminement piétonnier longeant le linéaire côtier. C’est l’ensemble de la frange littorale qui est maîtrisée et animée. Élargissons le propos : de la plage du Ris au sentier côtier des Roches Blanches, tout le linéaire côtier communal est aménagé. Tout. Et cela est très récent, moins d’une décennie… L’aménagement des côtes, est, à Douarnenez, un processus nouveau à l’échelle du temps, cent cinquante ans. Sa systématisation, elle, est très récente. L’homme a d’abord dominé les criques ou les estuaires les plus facilement aménageables, au Rosmeur ou au Port-Rhu. Puis nécessité économique a fait loi et, au pied des conserveries, des quais parfois instables ont été construits. Il faut cependant attendre la période la plus récente pour voir deux phénomènes cumuler leurs effets : d’une part, les capacités d’aménager les espaces les plus réfractaires, en témoigne localement la construction ex nihilo du port en eau profonde ; d’autre part la volonté d’organiser la déambulation aux bords des flots, en témoigne l’organisation du ruban de sentiers qui longe la totalité du linéaire côtier de la commune. La mer est, aussi, à voir.

72Aux côtés des activités traditionnelles, pêche et transformations, nautisme et plaisance, d’autres secteurs économiques vivent, pour tout ou partie, de la mer. Citons quelques réalisations. Tout d’abord, pour mémoire, car nous lui consacrerons un chapitre ultérieur, la mouvance patrimoniale. L’entreprise d’édition Le Chasse-Marée, le musée du Bateau et les diverses structures qui travaillent dans ces secteurs économiques font vivre une centaine de salariés. Ce qui, dans le secteur culturel, n’est pas ridicule et devient une spécificité douarneniste. D’autant que ces initiatives sont, presque toujours, liées aux médias et entraînent des actions de communication importantes, touchant un vaste public, les fêtes de vieux gréements en étant l’exemple le plus connu. Nous y reviendrons.

73Le centre de rééducation fonctionnelle de Tréboul est un autre des fleurons de la vie économique locale. 143 personnes y travaillent. Centre de cure spécialisé dans les problèmes d’articulation, il accueille, entre autres, de nombreux sportifs. Aux côtés des activités paramédicales, un restaurant et un hôtel, d’une capacité de vingt chambres, classé 3 étoiles, ont ouvert leurs portes en 1990.

74La mer se décline maintenant de multiples manières. Mer nourricière, au port de pêche, mer loisir au port de plaisance, sur les plages ou les sentiers, mer patrimoine au Port-Rhu, mer vecteur de communication et d’images durant les fêtes de vieux bateaux, mer outil de santé ou de bien-être au centre de cure marine, mer sportive durant les régates… Douarnenez, comme toutes ses consœurs des bords de mer a diversifié son propos et tenté de s’émanciper de son port de pêche, en restant fidèle aux activités maritimes. Par volonté, certes, mais aussi par défaut (Carte 13).

75Cependant, un élément symptomatique des grandes évolutions en cours doit attirer notre attention : le premier employeur douarneniste n’est plus lié aux activités maritimes. Cette révolution tranquille s’est déroulée au cours de la décennie passée à travers les développements de Matra Communication qui emploie près de 550 salariés. Matra est même l’un des principaux établissements secondaires de la Cornouaille. La division Communication de Matra a repris, en 1979, l’usine de matériel téléphonique Depaepe, implantée, en 1972, à Douarnenez, lors de la dernière vague des décentralisations industrielles. Matra n’a pas seulement repris les usines Depaepe de Pont-de-Buis et Douarnenez, elle a établi son siège et un centre de recherche et de production à Quimper. L’agrandissement et la modernisation continue des bâtiments s’accompagnent d’une politique de formation permanente des personnels. Les fabrications demandant une compétence technique accrue, sont passées de la téléphonie pure aux Minitels pour parvenir aujourd’hui aux visiophones, à la radiocommunication pour les systèmes de défense, et à toute la gamme téléphonique élargie, voiture, sans fil, mobiles… Au cours des dernières années, le capital de Matra Communication a bien évolué. Il est aujourd’hui majoritairement détenu par le géant canadien Northern Telécom, qui, dans un premier temps avait acheté 49 % des actions.

76Matra, premier employeur de la ville, l’affaire n’est pas anodine. Jamais dans l’histoire, cette place de premier employeur n’avait échappé aux activités maritimes. Matra et ses 550 salariés œuvrent, de plus, sur la zone industrielle de Lannugat, bien extérieure à l’espace aggloméré. Ces deux remarques illustrent, mieux que toute autre considération, la formidable mutation de Douarnenez, depuis trois ou quatre décennies. Sa pluriactivité nouvelle, comme sa banalisation.

77Citons, pour finir, parce que l’exemple est significatif, la société Le Guellec, installée zone de Pouldavid, qui produit, avec 55 salariés, des tubes de haute précision. Parmi ses clients, la NASA. Cette entreprise, née de la volonté d’acteurs locaux, appartient maintenant à des capitaux majoritairement extérieurs, aux aussi, à la région.

78Le secteur illustré par Matra et Le Guellec, la construction électrique et électronique, est prometteur : pour le premier cas, les centres de décision et de recherche sont insérés dans le tissu local ; pour le second les capacités d’innovations locales sont prouvées. Mais des défis se posent aux deux entreprises :

  • nécessité d’intégrer de façon permanente les innovations les plus performantes pour faireface à une compétition mondiale accrue ;
  • besoins constants d’une main d’œuvre adaptée et qualifiée ;
  • recours accrus à des masses croissantes des capitaux pour faire face aux investissements répétés ;
  • redéfinitions nécessaires de stratégies fines de spécialisations sur des marchés porteurs identifiés.

Notes

1 Archives municipales de Douarnenez, registre des délibérations des conseils municipaux.

2 Ibidem, matrices cadastrales.

3 Archives municipales de Douarnenez, service de l’urbanisme.

4 Quartiers du Stancou, Kerbervet, Kerlien, Pen ar C’hoat, Croas Talud, Pen ar Menez, Plomarc’h tosta.

5 Archives municipales de Douarnenez. Plan d’occupation des sols, notice explicative.

6 Ibidem. Plan d’aménagement, d’assainissement et d’embellissement de Douarnenez.

7 Ibid.

8 Archives municipales de Douarnenez, service de l’urbanisme.

9 Cécom, 1990 ; Quéré, 1991.

10 Piriou, 1960 ; Dubois, 1964.

11 Le port de pêche et les conserveries font l’objet de chapitres spécifiques.

12 Archives municipales de Douarnenez, Douarnenez 2000.

13 Octant, n° 72, 1998.

14 Le Télégramme, novembre 1990, cité par Quéré, 1991.

Table des illustrations

Titre Tableau 15 : taux de natalité et de mortalité, 1902-1913 (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 16 : solde d’émigration apparente, 1901-1911 (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-2.png
Fichier image/png, 9,0k
Titre Tableau 17 : comparaison de la population par grands groupes d’âges, 1876-1921 (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-3.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 18 : recensement de 1954, répartition de la population par grands groupes d’âges (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Titre Tableau 19 : population totale sans double compte, 1801-1990
Légende (Le canton de Douarnenez est constitué des communes de Douarnenez, Pouldergat, Le Juch, Guengat, Plogonnec, Poullan-sur-Mer.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-5.png
Fichier image/png, 32k
Titre Tableau 20 : les mouvements de population, 1954-1990
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-6.png
Fichier image/png, 39k
Titre Tableau 21 : évolution des taux de natalité et de mortalité, 1954-1990
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-7.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 22 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1975-1990
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-8.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 23 : recensement de 1911, répartition par quartiers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-9.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 24 : recensement de 1936, répartition par quartiers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-10.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 25 : recensement de 1962, répartition par quartiers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-11.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 26 : recensement de 1990, répartition par quartiers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-12.png
Fichier image/png, 18k
Titre Carte 12 : Douarnenez, 1970. (N. Piriou, J.-M. Le Boulanger)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-13.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Tableau 27 : répartition des commerces de « l’hypercentre »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-14.png
Fichier image/png, 40k
Titre Carte 13 : Douarnenez, 1991. (N. Piriou, J.-M. Le Boulanger)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11298/img-15.png
Fichier image/png, 1,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search