Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Chevalerie et christianisme aux XIIe et XIIIe siècles

 | 
Martin Aurell
, 
Catalina Girbea

Deuxième partie. Paradoxes et compromis : les tensions entre Église et chevalerie

L’Église et les premiers tournois (XIe et XIIe siècles)

Dominique Barthélemy

Testo integrale

  • 1 M. Keen, Chivalry, New Haven et Londres, 1984, p. 83-101.
  • 2 S. Krüger, « Das kirchliche Turnierverbot im Mittelalter », dans Das Ritterliche Turnier im Mittel (...)
  • 3 D. Barthélemy, « The Chivalric Transformation and the Origins of Tournament as seen through Norman (...)

1L’interdiction des tournois par l’Église, entre 1130 et 1316, a souvent retenu l’attention des historiens récents. Il n’y a pas de désaccord fondamental entre Maurice Keen soulignant un certain échec de l’Église1, et Sabine Krüger qui fait le relevé des concessions possibles aux tournoyeurs et d’une certaine ambivalence de l’Église2. Je n’aurais guère plus à faire ici que de citer et de saluer ces études. Par chance, mes récentes recherches sur la première forme des tournois, entre 1060 et 1130 sous le nom d’« exercices de chevalerie3 », me donnent un peu de grain à moudre en recherchant les préludes aux décrets du concile de Clermont de 1130. Je commencerai donc par là et m’y tiendrai pour l’essentiel, avant d’ajouter de brèves remarques à ce qui a déjà été très bien dit sur la période ultérieure.

  • 4 Ce qui ne me rapproche pas de l’hypothèse de D. Crouch, Tournament, Londres et New York, 2005, p.  (...)
  • 5 Voir J. Flori, Chevaliers et chevalerie au moyen âge, Paris, 1998, p. 97-99.

2Il me semble pouvoir identifier les « exercices de chevalerie », avec un vocabulaire et des schémas narratifs caractéristiques dans les chroniques de l’an 1100, comme la première forme des tournois, apparue au sein même de la guerre féodale4. Il s’agit de combats à cheval, qui se déroulent durant des sièges (c’est-à-dire des blocus) de châteaux. Ils mettent aux prises des jeunes chevaliers qui tentent de se désarçonner mutuellement pour se prendre chevaux et rançons, en s’escrimant de la lance5. Préparés et codés, ces exercices chevaleresques (déjà appelés tournois à l’occasion) sont fort nécessaires à la réaffirmation de l’hégémonie sociale de la noblesse guerrière, en un temps d’émergence de la bourgeoisie urbaine. Ils excluent les archers qui risqueraient de tuer les chevaux, et donc de tuer en même temps le spectacle. Ils prennent une allure ludique et sont reconnus bientôt comme des « jeux ». Ils sont d’abord partie intégrante de la guerre féodale, mais tendent peu à peu à s’en détacher. Ils sont, avec l’essor de l’adoubement dans les cours de comtes et de rois, l’un des grands aspects de ce que je propose d’appeler la « mutation chevaleresque » de l’an 1100, à laquelle l’Église n’a pas directement part et à laquelle nous ne pouvons que guetter ses réactions et ses adaptations éventuelles.

  • 6 Dudon de Saint-quentin, De moribus et actis primorum Normanniæ ducum, éd. J. Lair, Caen, 1865 (Mémo (...)

3Les historiens modernes, qui tenaient la guerre féodale pour un déchaînement de violence et la chevalerie du XIIe siècle pour une pure civilisation des mœurs, ont considéré le jeu des tournois, avec ses ménagements entre adversaires, comme un progrès par rapport à cette guerre. Si on les suivait, on comprendrait mal pourquoi l’Église de l’an 1130 et 1200 fait encore la difficile, la dégoûtée devant cette « foire aux vanités », cette occasion, dit-elle, de turbulence. Mais si nous abandonnons cette vue paradigmatique au profit de la lecture des textes et des suggestions de l’anthropologie de la vengeance et de la revendication, alors nous réalisons combien la guerre féodale postcarolingienne était prudente, pusillanime même, frustrante pour bien des jeunes guerriers nobles ou médiocrement nobles qui désiraient y faire leurs preuves, égaler leurs ancêtres ou mériter en mariage une héritière de premier ordre. Le livre de Dudon de Saint-Quentin fait bien voir aux années 1015-1026 une tension entre les jeunes téméraires, en quête d’exploits et de récompenses et les barons d’âge plus mûr, prônant l’esquive devant l’adversaire ou la négociation avec lui6. À partir de l’Histoire de Guillaume le Conquérant par Guillaume de Poitiers, des chroniques normandes mais aussi flamandes laissent discerner le développement d’exercices chevaleresques dans lesquels les jeunes s’efforcent de briller et de faire des gains, tandis que les hommes mûrs pensent à la paix. Ces combats non décisifs (sauf exception), ces défis relevés plus souvent que d’autres, restent dans la logique d’une guerre féodale où les adversaires nobles ne cherchent pas essentiellement à se tuer, mais ils mettent probablement dans la guerre féodale davantage de turbulence qu’avant. Il se produit alors une sorte de surenchère chevaleresque. Quand par la suite, peu avant le concile de 1130 à Clermont, des chevaliers ou certains princes organisent des tournois en dehors de la guerre déclarée, cela représente un accroissement potentiel de violence contre lequel nous pouvons comprendre que l’Église ou certains rois réagissent, et auxquels est ainsi mis probablement, tout de même, un certain frein.

4Mais l’Église a-t-elle attendu 1130 pour s’inquiéter de ces turbulences nouvelles ? Sans doute l’expression même de « détestables foires », qui inaugure la critique des gains excessifs, surgit-elle cette année-là, en plein essor de foires comtales de Champagne que l’Église soutient. Cependant, il me semble que les réticences ou les ambivalences de chroniqueurs ecclésiastiques sont perceptibles presque dès les premières attestations d’exercices chevaleresques, lorsqu’ils les tiennent pour des combats futiles, où l’on peut mourir ou tuer pour rien. Feuilletons rapidement leurs livres.

  • 7 J. Gillingham « Holding the Rules of War (bellica iura tenentes): Right Conduct before, during and (...)
  • 8 Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. et trad. R. Foreville, Paris, 1952, (...)

5L’Histoire de Guillaume le Conquérant est un grand texte, dont John Gillingham a admirablement commenté le penchant « chevaleresque » au sens miséricordieux du terme7, et qui recèle en même temps une justification du duc par « l’idéologie carolingienne du glaive » : défense des faibles, guerre menée pour de justes causes. Lorsque le jeune Guillaume s’adoube, alors les églises et les paysans ont trouvé leur défenseur, assure Guillaume de Poitiers. Et pourtant, ce chroniqueur, ancien chevalier lui-même, ne s’interdit pas de restituer dans l’allégresse, avec une véritable complaisance, la fugue aventureuse et le désir de gloire personnelle de Guillaume le futur conquérant, au siège de Mouliherne en 10498.

  • 9 Geoffroi Malaterra, De rebus gestis Rogerii Calabriæ et Siciliæ comitis et roberti Guiscardi Ducis (...)
  • 10 P. Toubert, « La première historiographie de la conquête normande de l’Italie méridionale (XIe siè (...)
  • 11 Raoul de Caen, Gesta Tancredi in expeditione hierosolymitana, (Historiens des Croisades. Historiens (...)

6À ce moment et dans son livre, il n’y a pas du moins d’exercices chevaleresques en tant que tels. Ceux-ci apparaissent davantage dans le récit des exploits du comte Roger, conquérant de la Sicile, par Geoffroi Malaterra. Avant même de pousser ses raids au-delà du détroit de Messine, avec une véritable furia francese que légitime la cause chrétienne, Roger a prêté main-forte à son frère aîné, rude et rusé, Robert Guiscard. C’est lors d’une brouille sérieuse entre les deux frères que Geoffroi Malaterra peut placer le bref récit d’authentiques exercices chevaleresques, devant Mileto. Ils sont endeuillés par la mort du jeune beau-frère de Roger, et dérapent ainsi quelque peu, le comte faisant des morts pour sa vengeance. Mais Geoffroi Malaterra ne glisse aucune réprobation explicite du principe même de ces combats conventionnels, il en mentionne d’autres dans les années suivantes, dans le cours de guerres intestines qui opposent sur la Terre Ferme « les nôtres9 ». En dépit de la douleur que lui cause l’accident mortel de 1062, il ne les réprouve pas, il en parle plutôt comme de démonstrations appropriées, rapides, en prélude à des stratégies de pacification, de ce que l’ardeur guerrière et le talent ne faiblissent pas chez les conquérants du Mezzogiorno. Il parle de ce que l’on y fait d’approprié à la chevalerie, lui dont Pierre Toubert a éclairé le goût pour la factiositas des héros10. Dans le contexte de cette conquête, comme dans celui de la première croisade, où Raoul de Caen glisse le récit d’un « jeu » de ce type en 109711, l’heure n’est pas à déplorer l’impétuosité des jeunes chevaliers. Raoul de Caen note qu’un jeune prince est blessé, mais en réchappe. Le dérapage de Mileto était exceptionnel, normalement ces démonstrations suffisent à sauver la face des chevaliers en conflit, avant un accord, et après cela très vite l’impétuosité s’exerce contre le véritable ennemi : l’Infidèle. Il reste que les combats singuliers multiples et ludiques ne sont en rien assimilables à des jugements de Dieu comme le sont en principe les duels et les batailles, ils constituent un espace de hasard et d’aléa, un territoire de la fortuna, où Dieu ne peut manifester le Droit…

7C’est lorsque les exercices de chevalerie se déroulent en France, que les chroniqueurs ressentent nettement de la gêne. Ainsi Orderic Vital, Hermann de Tournai (tous deux écrivant peut-être après 1130), ou Galbert de Bruges (qui écrit avant).

  • 12 D. Bates, Normandy before 1066, Londres et New York, 1982, p. 236.
  • 13 The Ecclesiastical History or Orderic Vitalis, éd. et trad. M. Chibnall, 6 vol., Oxford, 1969-1980, (...)
  • 14 Ibid., t. 6, p. 204.
  • 15 Ibid., t. 4, p. 238-248.
  • 16 Ibid., t. 4, p. 268.

8Orderic Vital, écrivant à partir de 1109, nous livre sur la période 1030-1145, en Normandie et ailleurs, un témoignage un peu touffu. Son livre comporte assez peu de véritables scènes et dialogues, beaucoup de choses sont mises en une ou deux phrases rapides, parfois sibyllines – mais tout de même quel texte de premier ordre, quelle richesse d’information, avec ce qu’il faut de partialité et d’affabulation pour nous intéresser vraiment ! David Bates l’a particulièrement bien caractérisé comme « un livre merveilleux à la lecture, parce que son auteur ne pouvait pas sélectionner systématiquement sa matière et parce qu’il ne perdit jamais cette capacité de s’émerveiller devant son sujet qui est essentielle à toute grande œuvre historique12 ». C’est tout à fait le cas devant les premiers tournois : Orderic prend un évident plaisir à relater les péripéties du siège de Breteuil en 1119, devant lequel virevolte Raoul de Gaël13, comme celles du siège de Laigle en 1118, où Thibaud de Blois est pris puis délivré, avant que son oncle Henri Beau Clerc ne prenne une pierre sur la tête… Heureusement son heaume le protège, mais après cela le combat devient plus âpre14 ! Il s’agit pourtant d’exercices coutumiers désormais, régis donc par des normes, et qu’Orderic Vital ne dit pas détestables dans le principe. Il ne met pas de tournoyeurs en tant que tels, dans la maisnie d’Hellequin15. À leur propos sa plume ne s’emballe pas comme lorsqu’elle veut stigmatiser la fête scandaleuse dans les châteaux, moins courtoise qu’excentrique, où les jeunes nobles se laissent dépouiller de tout par les jongleurs et les putains16.

  • 17 On le voit dans sa manière même de parler de Guillaume de Moulins-la-Marche, qui tuait à tout coup (...)
  • 18 Ibid., t. 5, p. 242.
  • 19 Ibid., t. 5, p. 218.
  • 20 Ibid., t. 6, p. 240 ; cette page figure en exergue de M. Strickland, War and Chivalry. The Conduct (...)

9La réprobation affleure tout de même plusieurs fois. Orderic Vital souligne comme à plaisir le danger des combats légers de jeunes chevaliers, inutiles et gouvernés par le hasard (la fortuna). Il l’exagère sans doute17, même si certainement le risque même faisait partie, pour les jeunes nobles, du jeu et de la démonstration. C’est ce qu’Orderic Vital dit presque en mentionnant des rencontres entre chevaliers manceaux et normands, en 1098 : « à l’approche du roi (Guillaume le Roux), des chevaliers sortirent de la ville (du Mans) pour le rencontrer, et tout le jour ils combattirent virilement avec les Normands. Des deux côtés, il y eut des hauts faits de chevalerie. Des combattants renommés s’efforçaient, dans les deux camps, de montrer leur force, et de mériter de la part de leurs princes et de leurs confrères en chevalerie des éloges teintés de sang18. » Ce qui vaut réprobation, de la part d’un Orderic Vital qui considère au contraire comme un bon acte chrétien, la même année en 1098, que les archers français démontent les cavaliers anglo-normands devant Chaumont-en-Vexin, empêchant ce genre de démonstration sanglante19. Et c’est encore à propos d’une bataille où les archers ont tué le spectacle des exercices de chevalerie, que le moine de Saint-Evroul analyse et apprécie le souci des chevaliers chrétiens de s’épargner entre adversaires20. Mais ce souci, il oublie de le voir ou de le signaler lorsqu’il s’agit des tournois eux-mêmes !

10Orderic Vital écrit son livre IX vers 1135, n’est-il pas déjà sous l’influence du concile de 1130 ? Ce n’est pas probable puisqu’il ne le cite pas, ne reprend pas l’expression choc de « détestables foires », et ne vise pas ici des tournois classiques, organisés comme tels. Il témoigne donc d’une gêne déjà répandue dans le monde ecclésiastique.

  • 21 PL 180, col. 53-54.

11Hermann de Tournai, de son côté, relate avec réprobation un exercice chevaleresque fort mal venu. Le jeune comte Henri de Bruxelles, au cours d’un siège, entend que le châtelain de Tournai a avec lui de très vaillants chevaliers, et il en défie un, par ailleurs son vassal, en combat singulier. Ce dernier craint pourtant l’accident fortuit, il faut que le comte le blesse en parole pour le contraindre à jouter avec lui, et l’autre lui porte un coup mortel, en voulant seulement le désarçonner… Quelle sottise, de mourir ainsi sans postérité, en un combat léger, pour un comte d’autre part si utile par sa répression efficace du brigandage dans sa terre21 !

  • 22 Galbertus notarius Brugensis: de multro, traditione et occisione gloriosi Karoli comitis Flandriar (...)
  • 23 Ibid., p. 5.

12Galbert de Bruges mentionne à plusieurs reprises, sur le vif (puisqu’il tient une sorte de journal en 1127 et 1128) ces « tournois » qui sont comme l’écume de la guerre féodale. Il ne les réprouve pas, et ne mentionne que des prises, pas de morts d’hommes22. Toutefois son témoignage est important, à propos des vrais tournois : les exercices chevaleresques organisés désormais aux frontières des principautés, auxquels Charles le Bon a conduit les chevaliers de Flandre et leur a permis de briller avec lui. Il s’agit alors manifestement de vrais tournois, dégagés de toute guerre féodale explicite. Et c’est à leur sujet que Galbert éprouve le besoin de nous donner cette précision : « de toutes les fautes qu’il put commettre en cela, il fit réparation à Dieu par de nombreuses aumônes23 ». Il témoigne de la même gêne qu’Orderic Vital, mais cette fois à propos de tournois détachés de la guerre (tournois classiques).

  • 24 Bien décrits, avec leur évolution au XIIIe siècle, par M. Parisse, « Le tournoi en France des orig (...)
  • 25 Orderic Vital, t. 6, p. 230 : mention trop brève pour qu’Orderic ait le temps d’émettre un jugement (...)
  • 26 J. Morsel, L’aristocratie médiévale, Ve-XVe siècle, Paris, 2004, p. 148-150.

13C’est en partie grâce à ces deux chroniqueurs, que l’origine des tournois classiques24 peut être située dans le temps et dans l’espace : en des principautés où la paix du prince commence de faire régresser la guerre féodale. Orderic Vital lui-même en mentionne un (il est vrai proposé comme un piège, pour détourner une petite troupe) dans la Normandie pacifiée de Henri Beau Clerc, en 111925. La condamnation conciliaire de 1130 suit logiquement d’assez peu cette mutation, quasiment darwinienne, des tournois première manière, et elle est parfaitement compréhensible, comme réponse à un dérapage dans le pur jeu et probablement à un emballement dans la quête du gain : la formule de « détestables foires » fait mouche (et Joseph Morsel insiste sur les circuits d’échange qui s’organisent là, en dépit de l’Église – d’où son hostilité26). Notons aussi que les jeux de guerre, à la différence des batailles arramies dont à présent ils se détachent, ne peuvent pas être annulés au nom de la paix, cela fait donc peut-être une augmentation paradoxale de la turbulence. Des réticences d’un chroniqueur comme Orderic Vital à propos des premiers tournois, inclus dans la guerre féodale, on passe alors à une franche réprobation de principe.

14Le concile de Clermont, en 1130, puis d’autres (Reims en 1135, plus près de la zone des tournois, Latran II en 1139) interdisent formellement « ces foires détestables » – trait inédit jusqu’alors « où les chevaliers ont coutume de se retrouver, pour montrer leur force et leur audace insensée, et d’où il s’ensuit la mort d’hommes et le péril des âmes » – l’exagération du péril était déjà dans Orderic Vital. Tombe donc la sanction : « Si l’un d’eux y meurt, il sera privé de la sépulture ecclésiastique ; en revanche la pénitence et le viatique ne lui seront pas refusés. »

15Assurément cela fait une critique blessante au début, reprise de ou par saint Bernard (des chevaliers, aller en « foire » comme des marchands ?), une argumentation très juste au milieu, et à la fin une mesure spectaculaire dans le principe. Notons tout de même que cette interdiction appartient à un train de mesures sur la paix civile et contre l’incendie, dont le pape est vite obligé de reconnaître que les évêques sont « trop tièdes » à leur application, et dont bientôt (je pense à la paix) l’Église va se dessaisir largement au profit des rois et princes.

  • 27 Voir D. Barthélemy, La chevalerie. De la Germanie antique à la France du XIIe siècle, Paris, 2007, (...)

16Dans les années 1160-1170, une paix relative entre Louis VII et les Plantagenets est compensée par de grands tournois, où vont et tentent de briller de jeunes princes et barons. Leurs chroniqueurs ne manquent pas de vanter leurs victoires, non sans être, tel Gislebert de Mons et Lambert d’Ardres, un peu gênés aux entournures et inquiets de la dépense27. Pour autant, ils ne laissent pas vraiment craindre que leurs jeunes seigneurs, à ce jeu se damnent – pas plus que, dans les romans, les chevaliers adoubés au sortir de la messe et qui, tout de suite, s’élancent dans des tournois !

  • 28 Cité par Krüger, « Das kirchliche Turnierverbot… », p. 405.
  • 29 L’Histoire de Guillaume le Maréchal, comte de Striguil et de Pembroke, éd. P. Meyer, 2 vol., Paris, (...)

17À dire vrai, dès le départ, les conciles ont mis une réserve : on admet le chevalier mourant à la pénitence et au viatique, ce qui relativise la mesure sur la sépulture. C’est dire d’emblée que les tournois sont pardonnables, et nul ne songe, comme le note Pierre le Chantre, à poursuivre encore les vieux chevaliers pour leurs tournois, leurs péchés de jeunesse28 – ou alors, il faut voir comme les moines se font éconduire par Guillaume le Maréchal, encore crane sur ce point à l’article de la mort, lorsqu’ils le pressent de rendre ses gains illicites29. Les moines n’insistent pas, et sa rebuffade ne prive pas Guillaume le Maréchal des secours de la religion. Nul enfin ne refuse spectaculairement à ma connaissance, aux familles éplorées et charitables, l’enterrement des jeunes accidentés, tel Geoffroi de Bretagne en 1186.

  • 30 « Les miracles de Notre-Dame de Chartres, texte latin inédit », éd. A. Thomas, Bibliothèque de l’É (...)
  • 31 Gautier de Coincy, « Miracles de la Sainte Vierge », éd. Abbé Poquet, Paris, 1857, p. 531-8 (où cep (...)
  • 32 Il est dans Césaire de Heisterbach, « Dialogus miraculorum », éd. J. Strange, 3 vol., Cologne, 185 (...)
  • 33 M. Aurell, La noblesse en Occident (Ve-XVe siècles), Paris, 1996, p. 119.

18L’Église accepte même l’idée que Notre-Dame vienne en aide aux tournoyeurs en danger. Un chevalier sauve ainsi sa vie, lors d’un « exercice de chevalerie, qu’on appelle en langue vulgaire tournoi », avant 1210 entre Montoire et Lavardin. Un adversaire lui ayant arraché les rênes en tentant de lui prendre son cheval, ce dernier s’emballe et le précipite dans un fleuve très profond. Ce n’est rien de plus tout de même que le Loir, mais empêtré dans son armure et dans son harnachement, on comprend que le chevalier « risque alors davantage que si l’adversaire le capturait » ; il fait vœu à Notre-Dame d’aller à Chartres en action de grâce si elle le sauve – mais non de s’abstenir à l’avenir de ces jeux dangereux30… Ce renoncement, Notre-Dame demande tout de même à un chevalier dans les miracles écrits par Gautier de Coincy31. Et pourtant la Vierge Marie peut conserver un faible pour l’exploit des jeunes nobles. Dans un exemplum bien connu, un chevalier pour l’amour d’elle s’est privé de tournoi pour aller à la messe le jour de sa fête. Du coup, par une métamorphose dont elle est peu coutumière, elle se fait prendre pour lui et remporte le prix. Pareil récit32, concédé sans doute à la pression sociale, semble témoigner qu’il y a de la miséricorde dans l’air, à l’égard des tournoyeurs – car enfin, raconterait-on cela d’une opération commerciale usuraire ? En contrepoint de ces concessions, il existe toutefois, au XIIIe siècle, des visions de tournoyeurs punis dans l’au-delà (Martin Aurell dans son bel essai sur la noblesse, cite ainsi Mathieu Paris33).

  • 34 Histoire de la France religieuse, J. Le Goff et R. Rémond (dir.), t. 1, Paris, 1988, p. 367-381.
  • 35 Son sermon contre les tournois développe, dans la ligne des conciles, la critique de la vanité, de (...)

19Et il ne faut pas oublier les invectives de saint Bernard, puis des penseurs et prédicateurs de « l’offensive pastorale », autour de 1200, dont André Vauchez a montré toute l’importance34. L’interdiction des tournois comporte d’ailleurs des réserves sur lesquelles la scolastique réfléchit, et Sabine Krüger a bien distingué entre deux courants, l’un rigoriste (Pierre le Chantre, Jacques de Vitry35), l’autre plus accommodant (Guillaume de Rennes, Humbert de Romans). Il est remarquable aussi que la sanction même fasse débat, et qu’au fond l’interdiction soit surtout invoquée en période de croisade prêchée.

  • 36 Cité par Krüger, « Das kirchliche Turnierverbot… », p. 404.
  • 37 A. Luchaire, La société française au temps de Philippe Auguste, Paris, 1909, p. 333-335.

20Ainsi lorsque saint Bernard, en 1149, presse Suger d’empêcher un tournoi prévu entre Henri de Champagne et Robert de Dreux36 tandis que le roi est encore outremer. Ensuite l’offensive pastorale de l’an 1200 coïncide avec une période de croisade urgente, et souvent différée. C’est alors que de vraies tensions et interdictions sont le mieux attestées : ainsi en 1207, dans une lettre d’Innocent III commentée naguère par Achille Luchaire37.

  • 38 Parisse, « Le tournoi… », p. 184.
  • 39 MGH SS 20, p. 503-504.
  • 40 Guillaume de Rennes, cité par Krüger, « Das kirchliche Turnierverbot… », p. 413.

21Mais du coup, quand la croisade s’éloigne, le tournoi n’est-il pas toléré dans les faits ? Ce repli tactique évoque la législation de trêve de Dieu (par laquelle il n’y a au fond d’interdiction de la guerre féodale que durant les jours saints). Il laisse du champ à la chevalerie tournoyeuse, et à vrai dire il est dans la logique même de la position de clercs de l’an 1100. Dans un précieux article sur les tournois en France, jusqu’à la fin du XIIe siècle38, Michel Parisse introduit avec bonheur le discours d’Adalbéron de Chiny, évêque de Liège, à ses paroissiens et vassaux pour une guerre sérieuse, contre un château rebelle. Il les invite à déployer pour la bonne cause les qualités mêmes qu’ils montrent futilement, dangereusement dans les tournois39. Ceci montre bien la condamnation des tournois, mais il me semble aussi que cela ne montre pas une condamnation trop virulente des principaux tropismes chevaleresques : la quête de gloire et de gain. Il ne s’agit pas tant de refoulement que de réorientation. Mais dès lors, l’exercice de chevalerie qu’est toujours un tournoi ne devient-il pas utile à la guerre juste40 ?

  • 41 Ibn Al-Athir, cité par A. Zouache, Armées et combats en Syrie (491/1098-569/1174). Analyse comparée (...)

22De toute manière, on ne peut pas être tous les jours à la guerre sainte. Chez les Musulmans, on le reconnaît aussi : interpellé par des religieux qui lui reprochent de préférer le polo au jihad, Nûr al-Dîn rétorque que les combattants ne sont pas toujours disponibles, et qu’il faut maintenir l’entraînement et la sveltesse des chevaux41 !

  • 42 Parisse, op. cit., p. 210 et note 160.
  • 43 P. Contamine, « Les tournois en France à la fin du Moyen Âge », dans Das ritterliche Turnier…, p.  (...)

23Durant toute la période, en Europe, le tournoi et la croisade (ou les guerres justes de princes) figurent normalement dans un bon cursus chevaleresque, sans choquer. Pourtant les réserves de l’Église peuvent nourrir des interdictions princières ou royales, celles notamment des Capétiens. L’interdiction expresse de saint Louis en 126042 fait naître au début du XIVe siècle un débat que Philippe Contamine a bien éclairé : l’argument de la croisade se retourne en faveur de l’utilité des tournois, et après des décisions papales en sens contradictoire, en un temps où l’on ne fait plus de croisade, l’Église se fait relativement indifférente sur le principe même des tournois43.

  • 44 Guillaume de Rennes, op. cit., p. 414.

24Il n’y a pas de véritables preuves, à ma connaissance, d’une influence directe de la condamnation ecclésiastique sur la forme même des tournois et des joutes, qui se font peu à peu plus courtois – à moins de considérer comme tel le rappel d’un scolastique comme Guillaume de Rennes aux « règles des tournois44 ».

  • 45 Keen, Chivalry…, p. 100.
  • 46 Krüger, « Das kirchliche Verbot… », p. 418.

25La résistance des chevaliers aux mises en garde des moines noirs, puis aux mesures conciliaires édictées à partir de 1130 est donc largement victorieuse, Maurice Keen a sans doute raison de le souligner et d’envisager une classe chevaleresque plus « chrétienne » que soumise aux prêtres (qu’ecclésiastique, selon ses termes). Ce grand historien note plaisamment que les tournois ont sur les croisades l’avantage d’être somme toute moins dangereux, et plus visibles45. La critique ecclésiastique de leur futilité s’est accompagnée dès le début, avec Orderic Vital, d’une majoration du danger. Elle s’est nuancée, dès le début également, d’une tendance cléricale (incarnée vers 1200 par Notre-Dame des Miracles) à se laisser prendre au spectacle de l’exploit et au jeu. L’Église a besoin des chevaliers, rappelle Sabine Krüger46, elle ne peut les contrarier tout à fait.

  • 47 Voir P. Bénichou, Morales du grand siècle, Paris, 1988 [1948], p. 107 : « le christianisme portait (...)
  • 48 Voir la contribution ci-dessous de L. Hablot à ce volume.

26Cela fait à vrai dire, entre les deux forces que sont, disons, « l’Église et la chevalerie », une confrontation historique intéressante47 sur laquelle les autres communications de ce colloque livrent des aperçus plus neufs et plus suggestifs que celui-ci. On y marque notamment l’essor, jusque dans les sanctuaires, du système des armoiries, tout à fait profane, élaboré au temps et largement à l’occasion sans doute des premiers tournois48. Je me serai efforcé du moins, de déceler une première forme de réticence devant les tournois, avant 1130, et de souligner le lien entre croisade et prohibition des tournois, même si l’argumentation peut le renverser en faveur des seconds, à l’aube du XIVe siècle.

Note

1 M. Keen, Chivalry, New Haven et Londres, 1984, p. 83-101.

2 S. Krüger, « Das kirchliche Turnierverbot im Mittelalter », dans Das Ritterliche Turnier im Mittelalter. Beiträge zu einer vergleichenden Formen und Verhaltungsgeschichte des Rittertums, éd. J. Fleckenstein, Göttingen, 1985, p. 401-422.

3 D. Barthélemy, « The Chivalric Transformation and the Origins of Tournament as seen through Norman Chroniclers », The Haskins Society Journal. Studies in Medieval History 20, 2008, p. 141-160, et « Les chroniques de la mutation chevaleresque en France (du Xe au XIIe siècle) », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2007, p. 1643-1665.

4 Ce qui ne me rapproche pas de l’hypothèse de D. Crouch, Tournament, Londres et New York, 2005, p. 3-9 : il suggère que les tournois seraient nés par une sorte de réaction profane aux idéaux de la « paix de Dieu ». Le problème, c’est de savoir ce qu’est la « paix de Dieu » : autour de 1100, un amalgame de trêve de Dieu (« paix de Dieu » stricto sensu) et de ligue diocésaine dite de « paix » et susceptible de faire, par conséquent, au nom de la paix, des guerres justes. Au point que les exercices chevaleresques devant Breteuil en 1119, sont le fait, côté français, de communes diocésaines composées de vassaux des évêques de Noyon et de Laon.

5 Voir J. Flori, Chevaliers et chevalerie au moyen âge, Paris, 1998, p. 97-99.

6 Dudon de Saint-quentin, De moribus et actis primorum Normanniæ ducum, éd. J. Lair, Caen, 1865 (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie. 23), spécialement IV. 108-109 (p. 271-2).

7 J. Gillingham « Holding the Rules of War (bellica iura tenentes): Right Conduct before, during and after Battle in northwestern Europe in the eleventh century », Anglo-norman Studies 29, 2006, p. 1-15.

8 Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. et trad. R. Foreville, Paris, 1952, I. 11 à 13, p. 22-28.

9 Geoffroi Malaterra, De rebus gestis Rogerii Calabriæ et Siciliæ comitis et roberti Guiscardi Ducis fratris eius, éd. E. Pontieri, Bologne, 1928 (Rerum Italicarum Scriptores V.1), p. 3-108, II. 23 (p. 36-37), II. 39 (p. 48), III. 5 (p. 59).

10 P. Toubert, « La première historiographie de la conquête normande de l’Italie méridionale (XIe siècle) », I caratteri originari della conquista normanna, R. Licinio et F. Violante (dir.), Bari, 2006, p. 15-49 (spécialement p. 42).

11 Raoul de Caen, Gesta Tancredi in expeditione hierosolymitana, (Historiens des Croisades. Historiens occidentaux, III, Paris, 1866) 43 (p. 638).

12 D. Bates, Normandy before 1066, Londres et New York, 1982, p. 236.

13 The Ecclesiastical History or Orderic Vitalis, éd. et trad. M. Chibnall, 6 vol., Oxford, 1969-1980, t. 6, p. 246.

14 Ibid., t. 6, p. 204.

15 Ibid., t. 4, p. 238-248.

16 Ibid., t. 4, p. 268.

17 On le voit dans sa manière même de parler de Guillaume de Moulins-la-Marche, qui tuait à tout coup : ibid., t. 4, p. 232 (c’était donc l’exception).

18 Ibid., t. 5, p. 242.

19 Ibid., t. 5, p. 218.

20 Ibid., t. 6, p. 240 ; cette page figure en exergue de M. Strickland, War and Chivalry. The Conduct and Perception of War in England and Normandy, 1066-1217, Cambridge, 1997.

21 PL 180, col. 53-54.

22 Galbertus notarius Brugensis: de multro, traditione et occisione gloriosi Karoli comitis Flandriarum, éd. J. Rider, Turnhout, 1994, p. 67, p. 79, p. 109 et p. 116.

23 Ibid., p. 5.

24 Bien décrits, avec leur évolution au XIIIe siècle, par M. Parisse, « Le tournoi en France des origines à la fin du XIIIe siècle », dans Das ritterliche Turnier…, p. 175-211

25 Orderic Vital, t. 6, p. 230 : mention trop brève pour qu’Orderic ait le temps d’émettre un jugement de valeur.

26 J. Morsel, L’aristocratie médiévale, Ve-XVe siècle, Paris, 2004, p. 148-150.

27 Voir D. Barthélemy, La chevalerie. De la Germanie antique à la France du XIIe siècle, Paris, 2007, p. 331-337, et p. 314.

28 Cité par Krüger, « Das kirchliche Turnierverbot… », p. 405.

29 L’Histoire de Guillaume le Maréchal, comte de Striguil et de Pembroke, éd. P. Meyer, 2 vol., Paris, 1891-1894 (Société de l’histoire de France), t. 2, p. 305.

30 « Les miracles de Notre-Dame de Chartres, texte latin inédit », éd. A. Thomas, Bibliothèque de l’Écoles des Chartes, 42, 1881, p. 527.

31 Gautier de Coincy, « Miracles de la Sainte Vierge », éd. Abbé Poquet, Paris, 1857, p. 531-8 (où cependant les tournois ne sont mentionnés qu’en passant, parmi d’autres éléments de la chevalerie)

32 Il est dans Césaire de Heisterbach, « Dialogus miraculorum », éd. J. Strange, 3 vol., Cologne, 1851-7, t. 2, p. 49.

33 M. Aurell, La noblesse en Occident (Ve-XVe siècles), Paris, 1996, p. 119.

34 Histoire de la France religieuse, J. Le Goff et R. Rémond (dir.), t. 1, Paris, 1988, p. 367-381.

35 Son sermon contre les tournois développe, dans la ligne des conciles, la critique de la vanité, de l’agressivité et de la cupidité : J. Le Goff, « Réalités sociales et codes idéologiques au début du XIIIe siècle : un exemplum de Jacques de Vitry sur les tournois » [1980], dans Id., L’imaginaire médiéval, Paris, 1985, p. 248-261 (avec le texte en appendice).

36 Cité par Krüger, « Das kirchliche Turnierverbot… », p. 404.

37 A. Luchaire, La société française au temps de Philippe Auguste, Paris, 1909, p. 333-335.

38 Parisse, « Le tournoi… », p. 184.

39 MGH SS 20, p. 503-504.

40 Guillaume de Rennes, cité par Krüger, « Das kirchliche Turnierverbot… », p. 413.

41 Ibn Al-Athir, cité par A. Zouache, Armées et combats en Syrie (491/1098-569/1174). Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes, Damas, 2008, p. 543.

42 Parisse, op. cit., p. 210 et note 160.

43 P. Contamine, « Les tournois en France à la fin du Moyen Âge », dans Das ritterliche Turnier…, p. 425-449.

44 Guillaume de Rennes, op. cit., p. 414.

45 Keen, Chivalry…, p. 100.

46 Krüger, « Das kirchliche Verbot… », p. 418.

47 Voir P. Bénichou, Morales du grand siècle, Paris, 1988 [1948], p. 107 : « le christianisme portait en lui un principe d’universalité et de contrainte, une loi d’en haut opposable à l’orgueil des grands », et l’idéalisme chevaleresque lui-même est bâti sur un compromis : « il est à la fois une conquête du christianisme sur la société laïque et un recul du christianisme devant les valeurs issues spontanément des conditions de la vie noble ».

48 Voir la contribution ci-dessous de L. Hablot à ce volume.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540