Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chevalerie et christianisme aux XIIe et XIIIe siècles

 | 
Martin Aurell
, 
Catalina Girbea

Première partie. Piétés chevaleresques

Les chevaliers dans les cartulaires monastiques de la région parisienne

John W. Baldwin

Texte intégral

1Lorsque Martin Aurell m’a invité à participer dans notre colloque, ma réponse a été immédiate, positive et pleine d’enthousiasme. Le problème du chevalier et du moine m’a longuement occupé (ici, j’entends toute l’aristocratie comprise dans le terme « chevalier » et tous les ecclésiastiques par « moine »). Qu’est ce que nous, en tant qu’historiens, pouvons apprendre sur le premier en dehors des renseignements fournis par le second ? Comme on le sait, pas beaucoup. En tant qu’historiens nous sommes bien conscients que les moines ont écrit des chroniques, des récits hagiographiques, des livres liturgiques et des obituaires en latin, leur propre langue, et pour leurs propres fins. Mais quid des chartes ? Ces actes qui restent les témoins les plus fiables de notre métier et dont la vénérable École des Chartes nous a appris la mode d’emploi… Ce sont pourtant bien les moines qui ont produit les chartes en latin ; ils les ont transcrites de leurs propres mains ; et, plus important, ils les ont préservées dans leurs propres archives et cartulaires. Faute d’archives de laïcs, il reste très peu de documents qui ne soient pas d’origine monastique. Tous les médiévistes le savent, mais cette problématique est rarement abordée pour la simple raison qu’il n’existe pas d’autres solutions. Bien entendu, ce questionnement relève d’une querelle de clercs qui n’intéresse que les spécialistes du Moyen Âge. Et parce que ma communication assumera une position critique, je serai l’avocat du diable qui prendra en premier la parole. Ma question principale est aujourd’hui comment les moines dans leurs chartes ont formé ou déformé notre connaissance de la chevalerie. Il ne faut pas oublier que le « sous-texte » de ma communication reste l’immense fardeau de l’économie du salut que les moines ont chargé sur le dos des chevaliers. Dans cette présentation, je vous prie enfin de m’excuser de proposer des conclusions des plus sommaires.

2Je soulève cette question dans le cadre d’un projet en cours, ou je me propose d’étudier l’aristocratie dans la région parisienne au temps de Philippe Auguste, un règne que fournit un créneau de cinquante ans, ou d’une voire, tout au plus, deux générations. Donc un petit instantané de la chevalerie. À mon âge, je n’ai plus le loisir de faire une étude longitudinale et magistrale comme celles de William Mendel Newman, Georges Duby, Pierre Toubert, Dominique Barthélemy ou Théodore Evergates.

Les chartes monastiques

  • 1 Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, Paris, 1899, t. 1, no. 1074-1076.

3Depuis longtemps les diplomatistes ont reconnu que la morphologie de la charte monastique subit un tournant important pendant le règne de Philippe Auguste. Auparavant la charte est publiée par un prélat (évêque ou abbé) ou, moins souvent, par un grand seigneur. Elle est scellée par ce haut dignitaire ecclésiastique ou par un seigneur laïque, mais elle est aussi authentifiée par des nombreux témoins ajoutés dans son eschatocole. En général la charte est longue et diserte, exprimant la motivation religieuse de la transaction, c’est-à-dire un acte de pénitence, de piété ou une demande des prières pour l’âme du donateur. Tout cela change au cours de notre période. Le prélat est souvent remplacé par l’official de l’évêque. Le sceau reste en place, mais les témoins disparaissent. Les grands seigneurs sont moins fréquents, et à leur place intervient un nouveau personnage, le chevalier. La longueur de la charte est nettement abrégée, et elle parle rarement de la motivation de l’acte (moins de 16 % des cas étudiés). En effet, la charte typique de notre époque est donnée par un chevalier à son propre nom et scellée de son propre sceau. Elle est courte, très stéréotypée, et presque vide de motivation religieuse. Est-ce que cette nouvelle charte montre que le chevalier se libère de l’emprise des moines ? Pas du tout. Le document est toujours écrit en latin par le moine (la calligraphie le montre) et dans un style figé par un formulaire établi plutôt par les institutions que par les chevaliers individuels. Bien que le sceau du chevalier proclame sa propre autorité, la charte, à laquelle il est appendu, demeure un instrument contraignant, comme Beaumanoir le fait remarquer1. En appendant son sceau, le chevalier se déclare prêt à respecter les engagements en faveur des moines qui ont rédigé la charte. Et il ne faut jamais oublier que cette charte nous parvient précisément parce que les moines l’ont conservée.

  • 2 Voir l’Annexe pour la bibliographie des cartulaires.

4Pour mon étude sur les chevaliers et les moines, j’ai rassemblé 1 729 chartes tirées des trente-deux cartulaires de la région, concernant des transactions entre les chevaliers et les moines à l’époque de Philippe Auguste2.

Profil d’un chevalier

TRANSACTIONS 1729 tirées de 32 cartulaires

ACTIVITÉS

Donations

65 %

Ventes

22 %

Contre-dons

8 %

Échanges

3 %

Litiges

14 %

Transactions entre laïcs

2 %

RICHESSE

Biens immobiliers

45 %

Rentes

33 %

Dîmes

17 %

Forêts

2 %

Juridiction

10 %

Espèces

3 %

Tableau 1 : Chartes monastiques

5Quel est le profil d’un chevalier tiré de cette documentation monastique ? Quelles sont ses activités et sa richesse ? Selon les chartes, notre chevalier consacre 87 % de ses transactions à transmettre des biens au monastère (65 % des donations, 22 % des ventes), pour lesquels il reçoit des compensations dans 11 % des cas (8 % en contre-dons et 3 % en échanges). 14 % de ses chartes portent sur des litiges avec les moines, où le chevalier perd inévitablement son procès, renonce à ses prétentions et déclare son accord. Toutes ses transactions concernent des monastères, à l’exception de 2 % des chartes où il traite avec un autre chevalier. Toute la richesse transmise au monastère provient de la terre (45 % en biens immobiliers, 52 % en revenus terriens dont 33 % de rentes, 17 % en dîmes, 2 % en forêts).

6Ce tableau montre que les chartes monastiques sont une source excellente pour révéler la richesse et l’économie des moines. Mais quelle drôle de figure y fait, par contraste, notre chevalier ! Son cheval ne se voit jamais ; il n’assume jamais la garde d’un château ; il ne part jamais en guerre ; et il ne participe jamais à la chasse ou aux tournois. Quels sont nos moyens pour échapper à cette caricature monastique de la vie du chevalier ?

La documentation royale

7Évidemment, la documentation royale peut nous aider parce que le roi se trouve tout près, à Paris. La chancellerie de Philippe Auguste expédie 323 chartes qui traitent des transactions de chevaliers dans le domaine royal, mais il faut essayer de comprendre comment ces actes ont survécu. En effet, 173 (soit 54 %) n’existent que dans les archives ecclésiastiques.

TRANSACTIONS

CHARTES MONASTIQUES (1729)

CHARTES ROYALES ARCH. ECCLÉS. (173)

ACTIVITÉS

Donations

65 %

52 %

Ventes

22 %

22 %

Contre-dons

8 %

8 %

Échanges

3 %

3 %

Litiges

14 %

27 %

Transactions entre laïcs

2 %

10 %

RICHESSE

Biens immobiliers

45 %

46 %

Rentes

33 %

21 %

Dîmes

17 %

12 %

Forêts

2 %

8 %

Juridiction

10 %

21 %

Espèces

3 %

6 %

Tableau 2 : Chartes royales

8Lorsque nous comparons le profil du chevalier tiré des chartes monastiques avec celui qui sort des actes royaux d’origine ecclésiastique, nous nous apercevons que les similarités l’emportent largement. Cette comparaison montre l’influence énorme du modèle monastique. Bien que le roi, comme les autres seigneurs, publie les actes concernant les chevaliers, ses chartes ressemblent à toutes les autres pour une raison bien évidente : elles ont été conservées uniquement par les moines.

TRANSACT.

CHARTES MONASTIQUES (1729)

CHARTES ROYALES : ARCH. ECCLÉS. (173)

CHARTES ROYALES : REGISTRES (108)

ACTIVITÉS

Donations

65 %

52 %

68 %, 60 % dons du roi aux fidèles

Ventes

22 %

22 %

11 %

Contre-dons

8 %

8 %

5 %

Échanges

3 %

3 %

7 %

Litiges

14 %

17 %

7 %

Transactions entre laïcs

2 %

10 %

78 %

RICHESSE

Biens immobiliers

45 %

46 %

60 %

Rentes

33 %

21 %

20 %

Dîmes

17 %

12 %

2 %

Forêts

2 %

8 %

5 %

Juridiction

10 %

21 %

11 %

Espèces

3 %

6 %

1 %

Tableau 3 : Chartes royales

9Mais lorsque nous comparons le profil du chevalier tiré des 108 (33 %) actes des registres royaux, quelques similarités demeurent, mais il y a des différences frappantes. 78 % contre 2 % contiennent des transactions entre laïcs, bien entendu entre le roi et le chevalier. En plus, 60 % des donations concernent les dons des fiefs effectués par le roi aux chevaliers. Nous voyons donc tout un pan des activités qu’entraînent les fiefs, cachées dans les chartes monastiques.

10D’importance égale, les registres royaux fournissent un autre point de comparaison : les inventaires de fiefs et de vassaux, dont deux conviennent à notre propos. Tous les deux sont fondés sur les châtellenies du domaine royal.

  • 3 Recueil des historiens de la France, éd. L. Delisle, t. 23, 1876, p. 646-655.

11Le premier est un inventaire des fiefs (Scripta de feodis) lancé par les Anglo-Normands dans le duché et mis en forme par Philippe Auguste dans le Registre E. Le roi poursuit cette tâche dans le Vermandois et dans quelques châtellenies au sud de Paris, comme nous le voyons sur la carte (cercles)3. Très développé, cet inventaire enquête sur les hommages des vassaux royaux, les services de garde de châteaux, la richesse immobilière des chevaliers et l’identité de leurs sous-vassaux. Malheureusement pour nous, les inventaires des Scripta sont situés aux marges de la région parisienne.

Carte 1 : Châtellenies de Philippe Auguste.

  • 4 Ibid., t. 23, p. 686-689.

12Dans chaque châtellenie, un deuxième inventaire royal (Nomina) dresse une liste des chevaliers munis de revenus annuels de soixante livres ou plus, en leur demandant s’ils sont vassaux du roi ou non (triangles)4. Donc, nous avons un deuxième répertoire de chevaliers bien dotés.

13Le grand avantage de ces inventaires est qu’ils fournissent des enquêtes systématiques des chevaliers au lieu du hasard présidant à la conservation des chartes monastiques. Mais ils soulèvent deux problèmes : les Scripta sont extérieurs à la région parisienne et les Nomina nous fournissent des renseignements minimaux. Malgré ces défauts, je propose de confronter rapidement les chartes monastiques aux inventaires royaux sur cinq questions.

La démographie

  • 1 57 % fournis par le Cartulaire d’Abbecourt

CHÂTELLENIE

NOMBRE DES CHEVALIERS, 60 LIVRES OU PLUS

FAMILLES DES CHEVALIERS REPÈRÉS DANS LES CHARTES MONASTIQUES

Paris

30

77 %

Senlis

22

60 %

Dammartin

19

53 %

Corbeil

41

37 %

Melun

75

32 %

Montlhéry

20

30 %

Poissy

14

64 %1

Abbé de Saint-Germaindes-Prés (1182)

66

0 % dans son Cartulaire 23 % par les autres Carts.

Évêque de Paris (1206)

43

12 % dans son Cartulaire 37 % par les autres Carts.

Jean II, seigneur de Nesle

149 (dont 123 familles)

41 %

Tableau 4 : Démographie

  • 5 Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, éd. R. Poupardin, Paris, 1909, t. 1, p.  (...)
  • 6 Cartulaire de l’église de Notre-Dame de Paris, éd. B. Guérard, Paris, 1850, t. 1, p. 5-11.
  • 7 Scripta de feodis, p. 656. W.M. Newman, Les Seigneurs de Nesle en Picardie (XIIe-XIIIe siècle), leu (...)

14Dans les sept châtellenies de la région parisienne combien de chevaliers riches sont mentionnés par les chartes monastiques ? Les résultats ne surprennent guère. La châtellenie de Paris, peut-être la région la plus riche en cartulaires du royaume, contient 70 % des familles ; les châtellenies voisines, Senlis et Dammartin, produisent des chiffres comparables (60 % et 53 %). Ces résultats sont bien impressionnants, mais un tiers d’identifications est plutôt la norme, comme il ressort des châtellenies de Corbeil, Melun et Montlhéry : Poissy reste une exception à cause du cartulaire d’Abbecourt. Ces résultats sont confirmés par deux autres enquêtes sur les fiefs dans la région. En 1182, l’abbé de Saint-Germain-des-Prés dresse une liste de soixante-six de ses chevaliers, dont aucun ne se trouve dans son propre cartulaire, et seulement de 23 % dans les cartulaires de la région5. En 1206, l’évêque de Paris fait la même enquête avec les résultats suivants : sur 43 vassaux, 12 % sont repérés dans son cartulaire et 37 % dans d’autres cartulaires6. Mais l’étalon-or d’un tel exercice est Jean II, seigneur de Nesle, étudié par William Mendel Newman. Dans le Registre E, vers 1214, Jean de Nesle déclara au roi Philippe Auguste les noms de 149 chevaliers (dont 123 familles) qui furent ses propres vassaux. Newman lui-même a passé la plupart de sa carrière à dépouiller les chartes de la région pour étudier la famille de Nesle et ses voisins et il a publié les résultats de sa recherche dans deux gros volumes d’érudition. En fin de compte, il n’a pu identifier que 41 % des familles des vassaux dans les chartes monastiques, un résultat un peu supérieur à nos propres recherches7. Il s’ensuit que les cartulaires sont de loin les instruments les plus utiles pour retrouver les chevaliers les plus importants de la région. Mais, bien plus important encore, les cartulaires monastiques dégagent des centaines de noms de chevaliers qui échappent aux enquêtes royales. Les cartulaires monastiques sont donc bien plus utiles pour repérer les chevaliers de la petite noblesse.

La propriété

* Basé sur 39 chartes d’origine ecclésiastique de l’époque de Philippe Auguste.
Tableau 5 : La Propriété

15Deuxième question. Comment les 1 700 chartes monastiques représentent-elles les biens immobiliers des chevaliers ? En fait, les inventaires Scripta s’occupent des mêmes catégories que les chartes monastiques : biens immobiliers ainsi que revenus provenant des terres et des juridictions. Le problème, cependant, qui gêne notre comparaison, comme nous l’avons vu, est d’ordre géographique : le Scripta sont situés là où les cartulaires monastiques sont moins nombreux. Bien que les cartulaires contiennent des chiffres convenables de familles concernées (66 %, 46 %, 30 %), leur prise en compte des propriétés reste faible (8 à 10 %).

  • 8 Recueil des historiens de la France… t. 23, p. 656. Newman, Les Seigneurs de Nesle, t. 1, p. 36-50.

16Vers 1214, dans le Registre E, Jean de Nesle, après avoir identifié ses 149 vassaux, déclare qu’il tient du roi cinquante-neuf propriétés qu’il nomme explicitement. Dans les chartes monastiques, Newman ne trouve que onze (ou 19 %) de ces propriétés déclarées, mais il découvre neuf autres propriétés que Jean de Nesle négligea d’inclure8. C’est un problème important aussi pour mon propos, parce qu’il y a, sans doute, maintes propriétés dans les chartes monastiques omises dans les inventaires féodaux. La possibilité existe donc que les inventaires et les chartes se réfèrent à des catégories différentes, reproduisant peut-être la distinction entre le fief et le domaine, le premier ayant pour but de soutenir les obligations féodales, l’autre la famille et les aumônes aux monastères. Les spécialistes qui s’appuient sur l’une des sources, sans tenir compte de l’autre, risquent de manquer l’ensemble de la richesse de terre. La distinction entre les deux catégories de propriété indique l’importance de la troisième question, celle du fief et la tenure féodale.

Les fiefs

SCRIPTA DE FEODIS

CHÂTELLENIE

VASSAUX

SOUS VASSAUX

Melun

9

153

Montlhéry

72

61

Ferté-Milon

10

33

Crépy-en-Valois

24

93

Montdidier

27

48

Chauny

40

384

Ribemont

25

126

Péronne

29

168

Saint-Quentin

15

124

TOTAUX

251

1190

CHARTES MONASTIQUES
Laudatio domini = 22 % des transactions dans les cartulaires monastiques
Tableau 6 : Les Fiefs

  • 9 Voir supra, n. 6 pour Notre-Dame et M.-A. Dor, Seigneurs en Île-de-France : contribution à l’histo (...)

17Dans les inventaires des fiefs, l’intérêt principal du roi est la relation entre le seigneur et le vassal. 60 % des actes concernant le roi et les chevaliers, conservés dans les registres royaux, s’occupent des fiefs accordés aux chevaliers, les rendant ainsi vassaux. Dans les deux séries d’inventaires, le roi indique lesquels des chevaliers sont ses homines et la nature de leur hommage (homo ou homo ligius). La même préoccupation transparaît dans les inventaires de l’évêque de Paris en 1206 et également dans celui du comte de Montfort en 12189. En plus, dans le Scripta, la chancellerie prend note des sous-vassaux de chaque vassal royal. Dans le domaine de Vermandois, neuf châtellenies produisent 251 vassaux suivis de 1 190 sous-vassaux, mettant ainsi en lumière un vaste réseau de liens féodaux.

  • 10 L’étude fondamentale est S. D. White, Custom, Kinship, and Gifts to Saints: The Laudatio Parentum (...)

18L’intérêt que les chartes monastiques portent sur les relations seigneur-vassal se limite à la laudatio domini, c’est-à-dire, à l’accord du seigneur pour la donation, la vente ou l’échange effectués dans la charte10. Par cette formule, que contiennent 22 % des chartes, les moines se protègent contre toute contestation ultérieure des seigneurs féodaux. Parfois, un seigneur supérieur est également mentionné, suggérant ainsi un sous-vassal. Lorsque nous rencontrons une laudatio domini, nous pouvons présumer que la propriété ou revenu est tenu en fief.

  • 11 Par exemple: Adela, regina… hospites illi non de feodo nostro nec de dominicatura nostra… Melun, 1 (...)
  • 12 Par exemple : Bartholomeus miles de Antiquavilla… decima… jure hereditario… longa prescripta… fév. (...)

19Est-ce que cette mention veut dire que toutes les autres propriétés et revenus (c’est-à-dire 78 %) ne sont pas tenus en fief, et donc sont domaniaux ou allodiaux ? Cette question n’apparaît que sporadiquement dans les chartes. Néanmoins, de temps en temps, les fiefs sont mentionnés explicitement. Nous trouvons certes la formule « fief et domaine11 », mais dans l’ensemble des chartes je ne suis pas tombé que sur une seule citation d’un alleu. Plus répandue est la désignation jure hereditario qui nous amène à notre quatrième question, à savoir, le rôle de la famille dans les transactions12.

La famille

FAMILLE

POURCENTAGE DES TRANSACTIONS DANS LES CHARTES MONASTIQUES

Laudatio parentum

57 %

Époux – Épouse

38 %

Fils — fille

22 %

Frère – sœur

21 %

Père – Mère

4 %

COMBINAISONS

Époux – Épouse

19 %

Les Époux – Enfants

13 %

15 % des transactions dans les cartulaires monastiques engagent les femmes comme parties principales ou comme possesseurs des dots et douaires.
Tableau 7 : La Famille

  • 13 L’étude fondamentale reste toujours White, Custom, Kinship…

20Suivant les chartes monastiques, la famille du chevalier jouait un rôle prépondérant dans ses transactions avec les moines. 57 % d’entre elles contiennent la pratique de la laudatio parentum, c’est-à-dire l’accord de la famille13. En fait, dans les transactions concernant les donations, les ventes, les échanges et les litiges, au moins un membre de la famille accorde son consensus à la partie principale de l’acte. Naturellement, la raison évidente en est que les moines ont cherché à se protéger contre toute contestation que les héritiers de la partie principale pourraient soulever plus tard contre la transaction. Dans 38 % des transactions, l’accord est pris par l’époux ou l’épouse de la partie principale ; dans 22 % par les enfants ; dans 21 % par les frères et les sœurs et dans 4 % par les pères et les mères. Beaucoup d’autres combinaisons étaient aussi possibles, par exemple, 19 % parlent de l’époux et l’épouse seuls, ou 13 % des époux et des enfants, etc. D’autres parents apparaissent aussi, mais ils sont moins nombreux : les oncles, les tantes, les cousins de la famille agnatique ; les époux des enfants et des sœurs de la famille cognatique. Mais c’est la famille conjugale qui l’emporte sur tous. Il va sans dire que le stock des membres réels de la famille biologique gouvernait tout choix. Il est aussi évident que le consensus accordé n’a pas dépassé normalement deux générations de la famille.

  • 14 G. Duby, « Lignage, noblesse et chevalerie au XIIe siècle dans la région mâconnaise : Une révision (...)

21Pourquoi donc quelques membres particuliers étaient choisis pour apporter leur accord ? La question a été longuement posée par des spécialistes éminents sans qu’ils soient arrivés à une solution nette14. On doit s’imaginer que généralement la discussion était précédée d’une supposition que ne visait que le stock, ou l’offre des membres disponibles de la famille chevaleresque. Donc, selon les spécialistes, il apparaît que c’est la famille elle-même qui proposait les candidats pour donner leur accord. Dans cette perspective, la laudatio parentum répondait fondamentalement à la structure de la famille aristocratique qui s’organisait autour de la famille conjugale.

22Mais la charte monastique que nous avons sous les yeux est un instrument contraignant. À mon avis, il convient donc de reformuler la question. Il n’est plus question d’une offre mais d’une demande. Quels membres disponibles sont choisis par les moines pour donner leur accord à la transaction et pour assurer l’accomplissement de la charte ? Ce n’est pas le chevalier qui propose la laudatio, mais le moine qui l’exige. Parce que les moines ont proposé la laudatio à la famille chevaleresque, elle émerge de la conception ecclésiastique de la famille conjugale. L’Église a toujours privilégié le mariage fondé sur le consentement mutuel des époux, et logiquement cette perception se prolonge aux héritiers du mariage légitime. La laudatio parentum est plus révélatrice des moines que de la chevalerie, et elle explique l’absence du divorce et des bâtards dans la documentation monastique, malgré les exemples bien connus de la royauté et de la haute noblesse.

Les femmes

23L’influence ecclésiastique sur les chartes apparaît encore plus clairement dans notre dernière question. Comment les femmes ont-elles participé aux transactions avec les moines ? Seulement 15 % des transactions engagent les femmes en tant que parties principales ou en tant que possesseurs de dots et douaires. Normalement l’époux d’une femme mariée agit à la place de son épouse. Si exceptionnellement la femme agit comme partie principale, elle le fait avec l’accord de son mari. Il s’ensuit un fort pourcentage (38 %) des époux dans les laudationes. Si la femme est veuve, elle a le droit d’agir seule, mais elle est considérée une miserabilis persona, qui bénéficie de la protection et de la juridiction de l’Église.

  • 15 Barthélemy, La Société… Vendôme… p. 543-549 ; Lemesle, La Société… Haute-Marne… p. 124-131 ; D. Bar (...)
  • 16 Bernardus Papiensis, Summa decretalium, éd. E.A.T. Laspeyres, Ratisbonne, 1860, p. 190-193; Martinu (...)
  • 17 Glanvil, Tractatus legibus et consuetudinibus Angliœ, éd. et trad. G.D.G. Hall, Oxford, 1965, p. 58 (...)
  • 18 Dot : in maritagio… hereditatis, 1201, Cartulaire d’Ourscamp, p. 384 ; Petronilla… terra… iure her (...)

24Pour distinguer entre la dot (maritagium, ou don de l’épouse ou de sa famille à l’époux) et le douaire (dos, ou don du mari à sa femme) les spécialistes se sont penchés souvent sur le vocabulaire latin15. Mais puisque les chartes sont abrégées, il faut examiner les détails derrière la terminologie, une voie qui n’est pas toujours possible. En droit canon, cependant, le mot dos signifie toujours la dot, et il est possible que beaucoup des dotes des chartes monastiques recouvrent également les dots. Dans le droit de l’Église, la dot est une donation de la partie de l’épouse pour soutenir les dépenses du mariage, quasi proprium patrimonium de la femme. Elle se trouve sous la juridiction de l’Église, et suivant le droit romain, l’aliénation des biens provenant de la dot ne pouvait pas être faite sans l’accord de l’épouse et sans une compensation en sa faveur16. Par contre, le douaire appartient à la coutume du pays et accorde au mari plus de contrôle sur la propriété17. Ce que nous constatons dans les chartes monastiques, cependant, est que la plupart des aliénations des dots aussi bien que des douaires sont effectuées avec l’accord de l’épouse, qui est très souvent récompensée pour les pertes18. Encore une fois, nous posons la question : est-ce que ces chartes qui protègent exceptionnellement les biens de la femme proviennent de la coutume chevaleresque ou est-ce qu’elles sont imposées par la doctrine ecclésiastique sur la chevalerie ? Au vu du cadre de la charte monastique et du penchant des hommes de l’Église à encourager les femmes à devenir des donatrices de l’Église, je miserais sur la seconde possibilité.

Conclusions

25Cette communication, survolant bien vite un problème complexe, ne peut qu’aboutir à des conclusions trop sommaires, pour lesquelles l’on voudra bien me pardonner – surtout en tant que débutant parmi les nombreux spécialistes expérimentés du public. Mais la question de fond reste toujours la même : quelle est l’utilité de la charte monastique pour l’étude du chevalier ? Naturellement l’on ne saurait accuser la charte de privilégier les relations avec les moines au détriment des activités spécifiques à la chevalerie.

26Comme instrument heuristique, la charte monastique dépend totalement du hasard de l’implantation des monastères dans la région et de la survie des archives monastiques. Nous avons vu que, bien que les chartes de la région proche de Paris contiennent 70 % des familles de chevaliers, dotés des revenus de soixante livres ou plus, la proportion la plus fréquente reste néanmoins de seulement 30 % d’entre eux cités dans les chartes. Deux sur trois chevaliers échappent donc au filet des cartulaires. Par contre, le succès des chartes monastiques touche surtout la petite chevalerie. L’acte des moines est ainsi moins efficace pour les relations féodales. Les vastes réseaux des fiefs sont peu évidents dans les cartulaires. La défaillance est encore plus problématique à l’heure de repérer les propriétés sur lesquelles les fiefs sont fondées. Mais la charte monastique, en fait, laisse entrevoir les terres qui ont échappé aux inventaires féodaux du roi, suggérant ainsi une séparation nette entre fief et domaine.

27Pour l’historien, la plus grande utilité de la charte monastique réside dans le domaine de la famille chevaleresque, éclairée en apparence par la laudatio parentum et par la dot et le douaire de la femme. Mais ici aussi, à mon avis, de forts doutes sont permis. Est-ce que les époux et les enfants donnant leur accord sont ceux qui sont proposés par leurs familles ou plutôt ceux que les moines ont exigés ? Dès lors, en quoi pourrait-on y voir l’émergence de la famille conjugale ou l’indépendance de la femme au sein de la chevalerie ? Est-ce plutôt le résultat de l’idéologie ecclésiastique que de la structure de la famille chevaleresque ? Bien entendu, une négociation importante entre les deux parties précède la rédaction de la charte que le chevalier se sent contraint de respecter. La motivation et les intérêts économiques des moines sont clairement exprimés dans les chartes qu’ils ont préservées. Appartenant à une corporation perpétuelle, les moines cherchaient à constituer un vaste réseau de richesses terriennes et à le protéger dans l’avenir contre toute contestation de la famille. À cette fin, ils cherchaient aussi à établir des liens amicaux avec les familles locales. Et il faut reconnaître, bien que je ne l’aie pas examiné, que beaucoup des moines et chevaliers entretenaient des relations familiales intimes. En fait ils appartenaient à la même fratrie ; ils étaient des cousins germains.

  • 19 Voir, par exemple, les ouvrages de Theodore Evergates, Feudal Society in the Bailliage of Troyes u (...)

28Certes, nous les historiens savons que les cartulaires monastiques sont une des sources les plus abondantes de notre métier. Devant des conclusions si pessimistes, que devons-nous faire ? Brûler tous les cartulaires ? Il n’en est pas question ! Il faut continuer de travailler comme nous l’avons fait jusqu’à présent, mais en lisant nos chartes, il nous faut garder une conscience aiguë et durable que c’est le moine qui parle de la part de notre cher chevalier et que la charte monastique passe sous silence tout un pan de la vie chevaleresque. De la part du chevalier, il faut revenir à sa motivation religieuse, le « sous-texte » de ma communication. Bien que cette motivation ne soit explicite que dans 16 % des transactions, elle est toujours sous-entendue. Que le moine puisse toujours parler à la place du chevalier montre le poids énorme de l’économie du salut, pesant sur les laïcs médiévaux. Et il faut aussi conclure qu’en France, dans les régions bien dotées d’inventaires laïques, comme la Champagne, la Normandie, et dans une certaine mesure, la région parisienne, nous sommes mieux renseignés sur la chevalerie et la féodalité, au tournant du XIIe et XIIIe siècles, que pour les régions qui dépendent exclusivement des chartes monastiques19.

Annexes

ANNEXE

CARTULAIRES UTILISÉS DANS CETTE ÉTUDE

– Cartulaire blanc de Saint-Denis, Paris, AN, ms LL 1157, 1158, 2 tomes ; Cartulaire de Chaalis, Paris, BnF, ms lat. 11 003 ; Cartulaire de Val-Notre-Dame, Paris AN, ms LL 1541 ; Cartulaire de Longpont (Soissonnais), Paris, BnF, ms lat. 11 005 ; Le Prieuré de Saint-Leu d’Esserent, Cartulaire, éd. E. Müller, Pontoise, 1900-1901 ; Cartulaire de Saint-Corneille de Compiègne, éd. E. Morel, Montdidier, 1904-1977, 3 tomes.

– Cartulaire du chapitre de Noyon, Oise, Arch. Dép. ms G 1984 ; Livre rouge de l’église collégiale de Saint-Quentin, Paris, AN, ms LL 985B ; Cartulaire du Mont-Saint-Martin, Paris, BnF, ms lat. 5478 ; Le Cartulaire de Saint-Nicholas-des-Prés sous Ribemont, éd. H. Stein, Saint-Quentin, 1883.

Cartulaire de l’église de Notre-Dame de Paris, éd. B. Guérard, Paris, 1850, 4 tomes ; Archives de l’Hôtel-Dieu de Paris, éd. L. Brièle, Paris, 1894 ; Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. J. Depoin, Paris, 1912-1921, 5 tomes ; Cartulaire de Saint-Victor de Paris, Paris, AN, ms LL 1450 ; Cartulaire de Sainte-Geneviève de Paris, Paris, Bibl. Sainte-Geneviéve, ms 356 ; Recueil des actes de Saint-Lazare de Paris, éd. S. Lefévre et L. Fossier, Paris, 2005 ; Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, éd. R. Poupardin, Paris, 1909, 1930, 2 tomes ; Cartulaire de Saint-Antoine de Paris, Paris, AN, ms LL 1595.

Cartulaire de Notre-Dame d’Ourscamp, éd. Peigné-Delacourt, Amiens, 1865 ; Cartulaire de Saint-Médard de Soissons, Paris, BnF, ms lat. 9986 ; Cartulaire de Saint-Jean-des-Vignes, Paris, BnF, ms lat. 11004 ; Le Chartrier de Saint-Yved de Braine, éd. O. Guyotjeannin, Paris, 2000 ; Cartulaire de Saint-Crépin-en-Chaye, Paris, BnF, ms lat. 18372.

— Cartulaire noire de Saint-Maur-des-Fossés, Paris, AN, ms LL 46 ; Cartulaire de Porrois au diocèse de Paris, éd. A. de Dion, Paris, 1903 ; Cartulaire de Barbeau, Paris, BnF, ms lat. 10943 ; Cartulaire d’Yerres, Paris, AN, ms LL 1599B ; Le Chartrier de la collégiale de Saint-Martin de Champeaux, éd. J. Dufour, Genève, 2009 ; Cartulaire de Notre-Dame des Vaux de Cernay, éd. L. Merlet et A. Moutié, Paris, 1857-1858, 3 tomes ; Abbecourt-en-Pincerais, monastère de Prémontré, éd. J. Depoin, Pontoise, 1913, t. I ; Cartulaire de Notre-Dame de la Roche, éd. A. Moutié, Paris, 1862, 2 tomes ; Cartulaires de Saint-Thomas d’Éperon et de Notre-Dame de Maintenon, éd. A. Moutié et A. de Dion, Rambouillet, 1878.

Notes

1 Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, Paris, 1899, t. 1, no. 1074-1076.

2 Voir l’Annexe pour la bibliographie des cartulaires.

3 Recueil des historiens de la France, éd. L. Delisle, t. 23, 1876, p. 646-655.

4 Ibid., t. 23, p. 686-689.

5 Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, éd. R. Poupardin, Paris, 1909, t. 1, p. 308-312.

6 Cartulaire de l’église de Notre-Dame de Paris, éd. B. Guérard, Paris, 1850, t. 1, p. 5-11.

7 Scripta de feodis, p. 656. W.M. Newman, Les Seigneurs de Nesle en Picardie (XIIe-XIIIe siècle), leur chartes et leur histoire, Philadelphie, 1971, t. 1, p. 44, 45.

8 Recueil des historiens de la France… t. 23, p. 656. Newman, Les Seigneurs de Nesle, t. 1, p. 36-50.

9 Voir supra, n. 6 pour Notre-Dame et M.-A. Dor, Seigneurs en Île-de-France : contribution à l’histoire des seigneurs de Montfort-l’Amaury, des comtes d’Evreux et de leur entourage au XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, thèse École des Chartes, 1992, p. 372-511. Je remercie l’Abbé Dor pour m’avoir permis de consulter sa thèse.

10 L’étude fondamentale est S. D. White, Custom, Kinship, and Gifts to Saints: The Laudatio Parentum in Western France, 1050-1150, Chapel Hill, 1988.

11 Par exemple: Adela, regina… hospites illi non de feodo nostro nec de dominicatura nostra… Melun, 1182, Cartulaire de Barbeau, fol. 191r°.

12 Par exemple : Bartholomeus miles de Antiquavilla… decima… jure hereditario… longa prescripta… fév. 1211, Cartulaire de Saint-Jean-des-Vignes, fol. 51v°. Renaudus de Bestiaco… terram… possideo… jure hereditario… 1209, Cartulaire du chapitre de Noyon, fol. 129r°.

13 L’étude fondamentale reste toujours White, Custom, Kinship…

14 G. Duby, « Lignage, noblesse et chevalerie au XIIe siècle dans la région mâconnaise : Une révision », Hommes et structures du moyen âge, Paris, 1973, p. 395-422 ; White, Custom, Kinship… ; D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, 1993, p. 519-523 ; E. Z. Tabuteau, Transfers of Property in eleventh-century Norman law, Chapell Hill, 1988, p. 175-179 ; B. Lemesle, La société aristocratique dans la Haute-Marne (XIe-XIIe siècles), Paris, 1999, p. 114-117.

15 Barthélemy, La Société… Vendôme… p. 543-549 ; Lemesle, La Société… Haute-Marne… p. 124-131 ; D. Barthélemy, « Note sur le maritagium dans le grand Anjou des XIe et XIIe siècles », Femmes, mariages, linages, XIIe-XIVe siècles. Mélanges offerts à Georges Duby, J. Dufournet (dir.), Bruxelles, 1992, p. 9-24.

16 Bernardus Papiensis, Summa decretalium, éd. E.A.T. Laspeyres, Ratisbonne, 1860, p. 190-193; Martinus, De jure dotium dans Hermann Kantorowicz, Studies in the Glossatores of Roman Law, Oxford, 1938, p. 255-258; M. Sheehan, « The Influence of canon law on property rights of married women in England », Mediæval Studies, 25, 1963, p. 109-113.

17 Glanvil, Tractatus legibus et consuetudinibus Angliœ, éd. et trad. G.D.G. Hall, Oxford, 1965, p. 58, 69 ; Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, t. 1, ch. 13 ; P. Corbet, « Le douaire dans le droit canonique jusqu’à Gratien », Dots et douaires dans le haut moyen âge, F. Bougard, L. Feller, R. le Jan (dir.), Rome, 2002, p. 43-55.

18 Dot : in maritagio… hereditatis, 1201, Cartulaire d’Ourscamp, p. 384 ; Petronilla… terra… iure hereditario… 1202, Cartulaire de Longpont, p. 67-68 ; Agnes… vinagia… hereditate… Cartulaire de Saint-Médard de Soissons, fol. 97v-98r. Douaire : nomine dotalici a Bolengero… Recueil des actes de Saint-Lazare, p. 123 ; Gaufridus… Jacquelinam… in uxorem accipo et do ei in dotem, Cartulaire blanc de Saint-Denis, t. 2, p. 59.

19 Voir, par exemple, les ouvrages de Theodore Evergates, Feudal Society in the Bailliage of Troyes under the Counts of Champagne, Baltimore, 1975, and The Aristocracy in the County of Champagne, Philadelphie, 2007, qui en dehors des chartes monastiques se servent de la riche documentation des comtes de Champagne. Les inventaires anglo-normands et capétiens reproduits dans les Registres de Philippe Auguste demandent d’être exploités pour la chevalerie et pour la féodalité normande.

Notes de fin

1 57 % fournis par le Cartulaire d’Abbecourt

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Châtellenies de Philippe Auguste.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende * Basé sur 39 chartes d’origine ecclésiastique de l’époque de Philippe Auguste.Tableau 5 : La Propriété
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540