Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Douarnenez de 1800 à nos jours

 | 
Jean-Michel Le Boulanger

Première partie. Émergence, croissance et crise : quand Douarnenez s'ébroue

Chapitre III : La grande crise, raisons et conséquences

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La désertion de la sardine

1Le système qui engendre Douarnenez de 1850 à 1900 est basé sur une activité hégémonique : la pêche de la sardine, ce poisson aux migrations étonnantes, déroutantes.

2En 1880 survient une première alerte, mais revient le poisson d’argent et rien ne change. Pourquoi tirer des leçons d’une crise passagère puisque tout semble, naturellement, revenir en place ?

3Mais voilà 1902 et la crise, terrible, qui prive Douarnenez de ressources. Les années qui suivent lui ressemblent. Et les suivantes encore. Tant et tant que le système né dans les années 1850 s’effrite et se morcelle.

4Qu’en restera-t-il aux lendemains de cette désertion de la sardine qui entraîne une mutation complète du calendrier des pêches ?

5Qu’en restera-t-il quand Douarnenez après avoir chancelé sur le socle de ses certitudes aura trouvé, pour un temps, un nouvel équilibre ?

651 millions de tonnes de sardines pêchées de Camaret aux Sables-d’Olonne en 1898 ; 39 millions en 1900 et 1901 ; 9 millions en 1903 !

7À Douarnenez, c’est la misère noire qui s’abat. À Douarnenez comme en d’autres ports du littoral, évidemment. Mais à Douarnenez tout particulièrement, car ici, rappelons-le, pas d’alternative, pas de pluriactivité. La pêche, rien que la pêche.

8Et puis voilà que les années qui suivent, 1904 et ses suivantes, la sardine, jusqu’alors fantasque, se fait rebelle. Elle tourne le dos. Elle ne revient plus. Elle a déserté les côtes bretonnes… On appelle cela une crise. Elle est frontale.

9Cette misère qui ronge les joues, braque sur la Bretagne maritime les projecteurs des médias nationaux. On ne compte plus les reportages, les mobilisations, les appels au secours. Cette irruption massive des marins-pêcheurs dans l’univers national est misérabiliste. Les sauveteurs dont le courage avait régulièrement été salué à la fin du xixe siècle nappaient l’image portuaire d’un halo d’héroïsme, de rudesse et de grand cœur. Le siècle avait deux ans et les marins devenaient « nos pauvres marins-pêcheurs ».

10Plusieurs accusés sont régulièrement convoqués devant le grand tribunal de la crise. Le filet droit, ce filet traditionnel, nappe rectangulaire jetée verticalement à l’eau, est le premier de la cohorte. Le marquis de l’Estourbillon, député, s’exclame à la tribune de l’Assemblée, le 31 janvier 1913, lors d’un des débats consacrés à la crise sardinière : « On voit, par la description de l’engin, qu’il faut évidemment tomber sur un poisson qui ait envie de se suicider pour arriver à le prendre. » (Journal officiel de la République française, le 1er février 1913).

11Face à ces filets droits, où maille la sardine, les seines, ces poches qui enserrent les bancs et les piègent. Solution efficace pour les uns, car les pêches y seraient plus abondantes ; solution dangereuse pour les autres, car le poisson, souvent endommagé, y serait de moindre qualité et la reproduction des stocks moins respectés, en raison de la capture d’immatures.

12Autres accusés, les bélugas, ces longs poissons de 10 à 12 pieds, qui détruisent les filets et font fuir les sardines. Tout sera fait pour les chasser, des fusils Lebel aux bombardements de la baie, en passant par du sang de bœuf épandu sur les flots. Les pétards, la mitrailleuse lourde… tout sera fait, en pure perte…

13Citons encore les premiers vapeurs qui affoleraient les bancs…

  • 1 La Dépêche de Brest, le 15 septembre 1912.
  • 2 Le Matin, 3 septembre 1912.

14Bref, la sardine a disparu, personne ne sait pourquoi, et la conserve bretonne souffre. Les conserveries, qui organisent l’essentiel de leurs activités autour de cette matière première, traversent rapidement des difficultés très sérieuses. En 1913, seules 20 des 26 usines ouvrant leurs portes en 1902 subsistent toujours (D’Avigneau, 1958). Et encore ! La Dépêche estime que 10 ateliers seulement gardent une certaine activité, en « végétant1 ». « Mais avec quelle peine ? » répond, en écho, le quotidien Le Matin2. D’autant plus sérieuses, d’ailleurs, que la concurrence est maintenant vive avec la péninsule Ibérique qui inonde les marchés.

15Les premières usines installées outre-Pyrénées l’ont été dans les années 1880, à l’époque de la première grande crise. Le Français Delory inaugure le mouvement au Portugal, en 1880 (Bernier, 1973). Au nord de ce pays, l’un des plus importants pôles sardiniers du monde, Matosinhos, accueille sa première friture en 1883. Cette même année, Delory fonde une autre usine en Algérie, à Lagos. Un processus est lancé. En 1884, le Portugal compte 18 usines, près de 60 en 1886. « Aujourd’hui encore, écrit Marie-Annick Bernier en 1973, on dit à Sétubal que les premiers ouvriers soudeurs étaient des Bretons, ils venaient travailler dans les usines et souvent se mettaient à leur compte. »

16En six années de mauvaises pêches sur les côtes bretonnes, la moitié des usines disparaît… quand elles sont 123 dans la péninsule Ibérique. En 1913, le port de Vigo, à lui seul, compte 137 usines !

  • 3 Georges Le Bail, Assemblée nationale, séance du 7 février 1913.

17Les statistiques de la Marine dénombrent, en 1909, 159 usines de conserves de poissons sur la côte de Camaret à Saint Jean-de-Luz ; la côte Ibérique, de La Corogne à Vigo, en compte au moins le double, plus importantes, travaillant toute l’année, exportant en France à bas prix. La pêche espagnole s’effectue à l’aide de filets tournants, de traînières, dont quelques-unes, immenses, ont jusqu’à 1 500 m de long ! À Vigo, la « saccada » ou grande seine, au Portugal, la « madrague »… La France, qui exportait, en 1900, 11 000 tonnes de conserves, n’en exporte plus que 4850 tonnes en 1911. Par contre, Espagnols et Portugais envahissent tous les marchés et exportent, en 1911, 38 600 tonnes3.

18Deux logiques s’affrontent.

19À Douarnenez, une longue tradition économique et sociale fait du pêcheur sardinier un patron qui soigne une pêche de grande qualité, au filet droit, et vend à des usines qui ne souffraient, jusqu’alors d’aucune concurrence.

20En Espagne, le marin est salarié d’un armement dont les madragues ramènent des quantités extraordinaires de sardines de qualité discutable et qui, traitées avec des huiles médiocres et soudées à la machine, envahissent vite le monde.

21Le prix de revient des fabrications ibériques est de 40 à 50 % inférieur au prix français.

22En 1905, l’usinier espagnol achète le poisson 2 à 3 F le mille. Sur le marché français, une boîte de 10 sardines venant d’Espagne est vendue 0,26 F alors que l’usinier français achète les sardines 30 à 35 F le mille, soit 0,35 F les 10.

23Les machines à souder font le travail de 10 bons ouvriers pour un prix six fois moindre. En France, toujours en 1905, on paie 2,50 F le cent de boîtes de quart (fabrication et soudage) soit 25 F le mille. En Espagne ?

  • 4 Ibidem.

244 F4 ! Sans parler des huiles, huile d’olive importée en France, huile espagnole, d’arachide ou de coton, en Espagne.

25En concurrence directe sur les marchés mondiaux, le résultat ne fait pas l’ombre d’un doute : la conserve française est condamnée.

26Le marché français lui-même est attaqué au grand dam des conserveurs qui voient là une des principales causes de la crise. Des droits de douane bien trop faibles, sur les produits espagnols et portugais, constituent le leitmotiv de conserveurs qui oublient parfois ce que Jean Jaurès leur rappelle à la Chambre, le 3 décembre 1909 : « N’y a-t-il pas de grands patrons français qui ont installé des pêcheries précisément sur les côtes d’Espagne ? » (Journal officiel de la République française, le 3 décembre 1909.)

  • 5 Ibid.

27Sachons, de plus, que les conserves espagnoles empruntent à la langue française les dénominations les plus ingénieuses et les plus variées : Le Glouton, La Renommée, L’Hirondelle, Sainte Thérèse, Sainte Eugénie, Les Joyeuses, Les Savoureuses, L’Aigle d’or ou encore Le Faisan d’or5. Cruelle ironie de l’histoire.

  • 6 Le Finistère, 29 février 1896.
  • 7 Ouest-Éclair, 20 août 1902.

28Mais la concurrence ne s’arrête plus aux seuls pays ibériques. On fabrique aussi des conserves de sprats en Angleterre et de petits harengs aux États-Unis, sous le nom de sardines… Qu’il s’agisse de sprats, d’allaches, de harengs ou de sardines, les fabricants installés à l’étranger, sans exception, imitent les marques françaises, étiquettent leurs boîtes avec des noms de fantaisie et certains audacieux contrefont même, servilement, les marques françaises les plus estimées. Le marché est envahi par des boîtes contenant harengs ou sprats sous couvert de la bonne tradition française… Le Japon vend également des conserves de sardines, de sprats et même de crabe. La Norvège lance, d’une manière intensive, une industrie de conserve : anchois, petits harengs et sprats, commercialisés sous le nom de truites saumonées… Que dire des États-Unis6, où la première usine naît, en 1875, à Eastport et où on en compte déjà 45 en 1886 et 75 en 1902, principalement à Eastport sur la baie de Passamaquodly, le long de la côte de l’état du Maine et dans le Nouveau-Brunswick. L’un des plus grands industriels américains, Burnham, de la société Burnham et Morill, vient étudier, en France, les méthodes de conservation. En 1867, il réalise ses premiers essais, avec des harengs. En 1902, les industriels américains produisent 1 200 000 boîtes et emploient 6 000 salariés7. Mais comme d’autres, comme beaucoup d’autres, ils fabriquent bien souvent des boîtes portant des étiquettes françaises… Au moins jusqu’en 1906, année de l’adoption d’une loi Le Bail, vite contournée.

29Ainsi, à la veille de la Première Guerre mondiale, alors qu’en notre pays le prix moyen du poisson s’élève pour atteindre 10 F le 1 000 environ, il varie dans la péninsule Ibérique entre 2 et 4 F, pour un poisson plus gros que le poisson français. Une caisse de 100 boîtes, dite 1/4 bas, qui coûte aux fabricants français, dans une année ordinaire, de 35 à 40 F au minimum, est vendue couramment 25 à 26 F par les concurrents étrangers. La qualité supérieure des produits français leur a valu la préférence des consommateurs ; mais, à mesure que grandit l’écart entre le prix de vente des produits français et celui des étrangers, la commercialisation de ces derniers augmente. Lorsque le prix de revient de la caisse de 1/4 bas monte, en France, à 50 et 60 francs, voire davantage, les sardines françaises ne sont plus consommées que par la clientèle riche, plus restreinte. La masse des consommateurs populaires se contente alors de conserves étrangères.

30Ces questions font l’objet d’importants débats parlementaires, en 1904, 1905, 1909, puis en 1913.

  • 8 Archives départementales du Finistère, fonds Louis Hémon.

31En 1904, Georges Le Bail dépose, avec M. Guilloteaux, une proposition de loi demandant que les droits de douane perçus aux frontières sur les conserves étrangères soient considérablement augmentés et que les produits importés portent l’estampille de leur pays d’origine… Quelques semaines auparavant, le journal espagnol El Imperial du 29 novembre 1903, mentionnait l’aveu fait à la tribune du Sénat espagnol par un membre du gouvernement, el Senior Garcia Alix, que l’Espagne seule exporte chaque année les sardines pour plus de 20 millions de pesetas en or8.

32Lors du débat parlementaire, Georges Le Bail relaye le cri d’alarme poussé par les professionnels de la conserve contre :

  • l’introduction en France de conserves de poissons ou de légumes en boîtes blanches ou en boîtes illustrées, sans lieu d’origine, auxquelles on accole des étiquettes françaises ;
  • l’introduction en France de boîtes blanches dont on change les étiquettes ;
  • l’introduction des boîtes aux mentions compliquées, où l’inscription du pays d’origine étrangère est habilement dissimulée ou dénaturée, créant la confusion dans l’esprit du consommateur ;
  • l’entrée en France, de grands formats, inusités dans le commerce ou peu usuels comme les 4/4 et les triples, du poids de 1 à 3 kilos, qu’on dépote pour remplir de petits formats aux marques françaises ;
  • la fabrication en France ou à l’étranger, par des fabricants français, de boîtes vides à leurs marques, qui sont remplies dans leurs succursales d’Espagne et de Portugal et vendues comme marchandises françaises.

33Georges Le Bail propose donc que « toute marchandise étrangère conservée, qui entrera en France pour être consommée ou mise en vente devra porter, en caractères latins bien apparents, d’au moins 4 mm, l’estampage en creux ou en relief du pays d’origine […] il faut encore revêtir nos produits destinés à l’exportation d’une marque nationale de garantie, qui empêche toute confusion chez nos voisins, les peuples consommateurs dont la clientèle est acquise à la France. »

34M. Delécluse, fabricant et maire de Douarnenez, prend très clairement position en faveur de cette proposition dans un article paru dans La Dépêche de Brest, le 8 mai 1904.

35Le 10 avril 1905, à Lorient, le congrès des fabricants français de conserves de sardines à l’huile qui regroupe 51 fabricants propriétaires de 120 usines vote, à l’unanimité, un vœu en faveur de la proposition Le Bail.

36Elle est votée à l’Assemblée, en première lecture, le 6 avril 1906, et définitivement adoptée quelques semaines plus tard, le 11 juillet 1906.

37Mais ne nous réjouissons pas trop vite. Les industriels français possédant des usines en Espagne jouent avec la loi et la contournent. Yves Ropers peut écrire : « la possibilité de réaliser des bénéfices énormes en vendant comme produits français des conserves étrangères a suscité les ingéniosités de l’imagination et l’avidité des appétits. » Voilà « le remplissage », art d’expédier à l’étranger des boîtes vides fabriquées en France. Ou encore l’opportunité, pour ces industriels français, d’inscrire leur nom et siège social en gros caractères et le pays d’origine de manière bien plus discrète. Et c’est « le dépotage » : importation en grandes quantités de sardines espagnoles redistribuées en petites boîtes de marques françaises. Cette pratique, cependant, est rapidement éradiquée puisqu’un amendement voté interdit toute importation de boîtes supérieures à 1 kg (Ropers, 1906).

38Et puis le risque est grand, en augmentant considérablement les droits d’entrée des sardines espagnoles, d’en interdire l’accès aux milieux populaires qui ne peuvent déjà plus consommer les conserves françaises, « hors d’œuvre de luxe ».

39Bref, le problème est insoluble.

40Les réalités du système économique s’imposent à tous. M. Le Bail finit par se lamenter sur les refus de modernisation des conserveurs français en des temps de bonne production.

« Les causes du mal ? Oh ! Je reconnais que la situation des fabricants est devenue très difficile. Mais je me demande s’ils ont tout fait dans le passé pour éviter la situation qui leur est faite aujourd’hui. Je ne reviens pas sur l’exode de quelques-uns des leurs en Espagne et au Portugal, en 1880 et 1881, alors qu’un état de choses dû à des causes naturelles, et qui pouvait cesser du jour au lendemain, n’autorisait nullement ce départ. Je me demande seulement si les fabricants ont tout fait pour agrandir leurs usines, pour les doter d’une capacité d’absorption plus considérable au point de vue de l’industrialisation du poisson. Ont-ils tout fait, aussi, pour se ménager des débouchés ? » (Journal officiel de la République française, 8 février 1913.)

41En somme, à la veille de la guerre, rien n’a changé, ou si peu.

42Georges Le Bail, interpelle, à nouveau, le 14 février 1913, le gouvernement :

« Vous allez continuer à faire bénéficier ce pays [l’Espagne] du tarif minimum de 25 francs par 100 kg [droits de douane] ; demandez-lui donc d’estamper toutes ses boîtes destinées à l’exportation de façon que nos marchandises puissent concurrencer loyalement les siennes sur tous les marchés de l’étranger. Si vous obtenez cela, et si vous généralisez ces exigences dans vos traités avec les autres pays producteurs, vous aurez fait faire à l’industrie de la sardine, aujourd’hui en recul, un pas très important dans la voie de la renaissance et de la prospérité. »

43Note d’optimisme, vœu pieu. À la veille de la guerre, la conserve française, qui a vécu cinquante années de quasi monopole, se trouve, durablement, confrontée à un phénomène qui la met en péril : le temps est maintenant à la concurrence, et elle peut être féroce…

Les remèdes à la crise

Une nouvelle organisation des pêches

44Pour la première fois dans l’histoire de Douarnenez, la sardine n’arrive qu’en troisième position des espèces débarquées, en 1907 et 1911, dans les statistiques des pêches. Après la guerre, de faibles campagnes se succèdent, de 1919 à 1927, avec, en moyenne annuelle, 1560 tonnes débarquées contre 5 000 tonnes en année normale, à la fin du xixe siècle. Les plus jeunes marins quittent la sardine, trop aléatoire et trop peu rémunératrice. 440 unités exercent encore en 1926 mais seulement 200 dans les années 1930.

45La crise a rompu une autre évidence : à Douarnenez, pour la première fois peut-être, on ne naît plus marin, par un quasi automatisme des filiations. Les jeunes, en nombre, quittent la région. Des 4 800 inscrits maritimes de 1920, il en reste 3 470 en 1937. La pointe, le maximum est atteint en 1927 : 5 460 inscrits. Douarnenez est alors, en nombre d’inscrits, le port le plus considérable de toutes les côtes françaises. Mais, phénomène notable : le vieillissement de cette population maritime et la diminution du nombre des inscrits les plus jeunes. En 1938, 40 % des inscrits ont plus de 50 ans.

46De plus, les jeunes s’engagent plus facilement dans les pêches hauturières laissant aux plus âgés les pêches côtières, nécessitant des efforts moins soutenus et aux retours quotidiens au port.

47« C’en est fini de l’homogénéité des flottilles et des conditions sociales. » (Dubois, 1964.)

Le thon

48En 1880, la première crise sardinière provoque une très grande extension de l’armement thonier dans les ports du Morbihan et du sud de la Loire ; mais Douarnenez, ainsi que Concarneau, n’enregistrent que de très faibles apports ; en 1901, les tonnages absorbés par Concarneau se multiplient, mais à Douarnenez, il faut attendre 1905 pour voir les thoniers fréquenter le port et les unités locales se livrer à cette pêche. Une raison simple explique ce décalage dans le temps. Les usines douarnenistes peuvent bénéficier, depuis longtemps, d’approvisionnements divers, principalement maquereaux et sprats. Lorsque la sardine disparaît, les conserveurs les utilisent volontiers. Le thon, au prix élevé, travaillé depuis longtemps dans les usines du sud, intéresse moins les industriels locaux.

49Dans les années vingt, les pêcheurs douarnenistes, devant les prix élevés atteints par le germon, se tournent en grand nombre vers cette pêche pratiquée de mai à octobre. 15 unités sont armées en 1921 puis 80 en 1925. Cette pêche hauturière est pratiquée au large des côtes espagnoles et dans le golfe de Gascogne, en début de campagne. En juillet et août, le thon qui migre vers le nord est pêché au large des côtes bretonnes, voire même en septembre dans les eaux du Sud-Irlande.

50L’évolution du bateau lui-même, passant d’un dundee à voiles à un dundee plus puissant, motorisé et équipé de chambres froides, limite le nombre d’unités dans les années vingt. L’usage d’un nouveau type de bateau, polyvalent, le malamock, qui permet de pratiquer le thon, les palangres et le maquereau de dérive, se développe. De 1920 à 1937, le tonnage thonier débarqué passe de 147 à 953 tonnes, soit à 14 % du chiffre d’affaires global du port, au lieu de 4, 2 %.

51En 1938, Douarnenez est le troisième port thonier de France, loin derrière Concarneau où le thon représente 70 % des apports.

La langouste

52La disparition de la sardine pousse également les pêcheurs douarnenistes à rechercher de nouvelles espèces, en l’occurrence la langouste. L’implantation de cette activité se fait à Douarnenez, dès les premières années du siècle. Certes, la langouste rouge est déjà connue, mais la langouste verte, très différente, n’a jamais été pêchée auparavant. Des méthodes nouvelles sont utilisées et la technique ancienne de pêche au casier est remplacée par la pêche au filet droit. En 1910, le patron Pernes, avec son dundee Philanthrope se dirige vers les côtes du Rio del Oro. Ses premiers essais sont infructueux mais il sélectionne et améliore ses engins ; il parvient à localiser très exactement les lieux de forte concentration et augmente considérablement ses rendements. L. Bronkhorst relate ces essais : « au début, Pernes mouilla des casiers, comme il l’avait fait jusqu’alors pour la langouste vulgaire, et, à titre d’essai, quelques trémails. Au bout de 24 heures, quand il alla relever ses engins, les trémails eux, n’avaient rien pêché. Pernes se douta que cet insuccès provenait de ce qu’à l’inverse de la langouste rouge, la langouste verte est un crustacé peu vif, qu’il faut aller prendre dans le creux des rochers. Il abandonna donc définitivement les casiers et modifia ses trémails, leur supprimant la moitié des lièges et les lestant au maximum. Après ces modifications, Pernes prit six langoustes le premier jour, 50 le second, 600 le troisième et 1 100 le quatrième… » (Cité par D’Avigneau, 1956.)

  • 9 Un article de l’Union Agricole et Maritime, daté du 19 janvier 1911, parle de « bateaux de Douarne (...)

53En fait, il semble attesté aujourd’hui que les premiers Douarnenistes à partir pour la Mauritanie furent Jean-Baptiste Moallic, de Tréboul, surnommé « Moalig Prins », avec le Santez Anna, et Laurent Le Nouy, à bord de la Jeanne d’Arc9.

  • 10 Union agricole et maritime, 28 décembre 1911. Chaque navire perçoit, pour ces campagnes lointaines (...)
  • 11 Après l’Afrique de l’ouest ou les Antilles, la Corse, que rejoint, en 1913, le Grand Friant, patro (...)

54Ces premières langoustes ramenées des côtes africaines sont dénommées, à Douarnenez, « les crustacés des Touaregs ». En décembre 1911 et janvier 1912, ils sont huit, les navires douarnenistes, à gagner ces côtes avec à bord, 64 inscrits maritimes10. En 1913, 33 langoustiers bretons arment pour la pêche lointaine sur les côtes d’Afrique occidentale ; sur ce nombre, 17 sont douarnenistes11.

55La connaissance de la pêche des crustacés aux filets de raie, facilite, pour ces derniers, la mise au point rapide de procédés influencés par les techniques de pêche des ports nord-bretons (filet à langouste utilisé de Mogueriec à Perros). Les habitudes sociales propres à la pêche aux filets multiples (propriété individuelle des engins), l’existence d’annexes puis de canots à misaine et tape-cul servant à la pose de filets, semblables à ces petits canots qui arment, par centaines, autour de la baie de Douarnenez, sont autant d’autres raisons expliquant ce rush douarneniste.

56Les dundees pratiquent la Mauritanie d’octobre à février, se mettent au maquereau de dérive de mars à juin, puis au thon jusqu’à septembre.

57À partir de 1913, grâce à des bateaux spécifiques bien mieux adaptés, les Mauritaniens se spécialisent et fondent, peu à peu, un groupe social nettement défini au sein de l’agglomération douarneniste. Leurs navires disposent de plus grands viviers et leurs qualités nautiques, renforcées, améliorent leur rentabilité. Ils sont la propriété du patron ou de sa famille. Après la guerre, le patron, demeurant le gérant de son navire, fait appel à quelques quirats ou actionnaires. Toute la communauté locale participe ainsi aux investissements. Chaque homme possède une centaine de filets. Dans les années 1920, les annexes sont équipées de moteurs à essence, de 7 à 10 CV et le travail des hommes en est facilité.

58En 1913, la part versée à chaque marin s’élève à 550 F pour un voyage de 45 jours à bord du Philanthrope, à 1 000 F sur la Jeanne d’Arc. 1 000 francs ! Cette même année, un ouvrier gagne à peu près cette somme en douze mois, tout comme le pêcheur sardinier. On comprend mieux l’attrait de la Mauritanie.

59Dans le but d’éviter l’épuisement des fonds, les patrons langoustiers se livrent à diverses recherches, en Gambie, dans les Caraïbes, en Corse… sans grands résultats, en général.

60En 1923, le niveau des apports atteint 277 tonnes contre 121 tonnes en 1913. La production atteint même 429 tonnes en 1933. Les bateaux sont alors équipés d’un moteur auxiliaire et les gréements sont simplifiés. Les moteurs, de 75 à 100 CV, servent surtout, alors, pour les manœuvres portuaires.

61Mais les stocks s’épuisent et, les captures devenant médiocres, d’autres tentatives sont menées vers les Petites Antilles en 1933, 1934 et 1935 avant que l’on revienne sur les côtes africaines. Il faut, néanmoins, attendre les années 1950, pour que la découverte de la langouste rose, en des fonds importants, de l’ordre de 100 à 300 mètres, relance cette pêche.

62Retenons, cependant, que les Mauritaniens ont inauguré, dès 1912 et 1913, l’ère des pêches non saisonnières. C’est un premier coup porté à une solide tradition. Cette pêche permanente, tenant bien souvent de l’épopée, a donné naissance à une tradition très haute en couleurs. Un autre moyen d’expression pour les « seigneurs de la mer ».

Le maquereau de ligne, le maquereau de dérive

63La pêche au maquereau de ligne, très ancienne, se déroule en général de juin à septembre-octobre au sud de l’île de Sein, dans la « mer de droite ». C’est une alternative à la sardine de rogue, pour les patrons qui ne peuvent ou ne veulent y armer. Si le maquereau de ligne engage peu de dépenses, les gains restent, souvent, modestes.

64La pêche au maquereau de dérive, elle, se développait anciennement au large du Guilvinec. Mais au début du xxe siècle, les lieux de pêche évoluent. Dès 1896, les chaloupes commencent à fréquenter le sud-ouest du raz de Sein. Puis la pêche se déplace vers l’ouest d’Ar Men, l’Iroise et Ouessant.

65Au printemps, de février à juin, le maquereau de dérive se pêche à bord de fortes chaloupes. La crise de la sardine lui donne un vrai regain d’intérêt. 15 constructions sont livrées en 1910, 9 en 1911, 27 en 1912, 40 en 1913. À la mauvaise saison, ces chaloupes sont parfois les seules à donner du travail. En février 1922, deux équipages douarnenistes prennent la mer à bord de dundees thoniers pour se rendre vers des lieux de pêche plus lointains : Sorlingues et mer d’Irlande. Les patrons sont Prosper Belbeoc’h et Henri Doaré. C’est le succès. D’autres les imitent à bord de dundees entièrement pontés. En 1927, Bronkhorst signale que 75 des 91 dundees qui se livrent à cette pêche sont douarnenistes (cité par D’Avigneau, 1956). La production de maquereau de dérive passe de 1880 tonnes en 1910 à 4400 tonnes en 1937. Dès 1924, en effet, la majorité des fortes chaloupes du port ont été repontées pour participer à ces campagnes difficiles et dangereuses. Le coût de ces navires fait que le patron n’en est plus le propriétaire exclusif mais généralement le premier actionnaire. La communauté des marins reste, cependant, exceptionnellement soudée. D’une part, les équipages sont souvent pléthoriques : on embarque jusqu’à 22 hommes, pour éviter aux matelots chômage et inactivité. « Le fait d’embarquer plus d’équipiers, avec moins de filets par tête, permettait à un plus grand nombre de gagner leur vie. » (Tud ha bro, 1982.) Une veuve de pêcheur peut faire embarquer à bord des filets qui lui rapporteront une demi-part, l’autre demi-part revenant à un homme embarqué sans filet. Cette pratique à l’égard des veuves, qui s’exerce pleinement dans le cadre de la pêche au maquereau de dérive, est un vrai exemple de solidarité maritime. Pratiquée aux lendemains de la Deuxième Guerre mondiale, en très grande vogue même, cette pêche dispense alors de bons rapports. Mais la chair peu délicate de ce maquereau en fait, progressivement, un poisson déprécié, dont la demande s’affaiblit. Sa rentabilité se discute au cours des années 1950. Et si, en 1955, 77 bateaux pratiquent la pêche au maquereau de dérive, ils ne sont plus que 25 en 1960.

Les palangres

66Les cordes de 50 brasses, armées de 20 hameçons, que l’on attache sur plusieurs kilomètres parfois, vont connaître une certaine faveur auprès des dériveurs maquereautiers douarnenistes.

67« Cette pêche, ingrate et exigeante, pratiquée au large par le plus mauvais temps, ne s’oppose pas aux valeurs professionnelles des Douarnenistes : on ramène, sans détruire les fonds, un poisson de qualité dans un état impeccable. » (Ar Vag, 1978.)

  • 12 Le Télégramme, les 14, 15 août 1958, article de Auguste Dupouy.

68Quand tous les autres ports se mettent au chalut, à Douarnenez c’est la palangre que l’on utilise pour capturer les poissons de fond. Cette dernière n’est pas destructrice et « laisse petit poisson devenir grand12 ». Et puis la palangre est un métier difficile qui nécessite une connaissance parfaite des côtes et des fonds. Le métier se pratique, en général, autour de Ouessant, au large du raz de Sein et d’Ar Men, ou, lorsque le temps est mauvais, dans l’embouchure de la baie.

Le filet de raie

69Le « filet de raie » est le métier d’hiver par excellence. À Camaret « parmi les marins, il y avait deux catégories : ceux qui possédaient un lopin de terre et qui restaient le travailler l’hiver et ceux qui faisaient les filets de raie. » (Ar Vag, 1978.)

70Jusqu’au xviiie siècle, le « filet de raie » était pratiqué dans la baie de Douarnenez à 400 mètres de la côte, par des fonds de 20 à 25 mètres. En 1898, « ce sont des Douarnenistes qui explorèrent, les premiers, les fonds du terrible plateau de Rochebonne, et révélèrent à toute la côte sa richesse en crustacés, donnant ainsi le signal de l’épopée langoustière des ports de l’Iroise » (Ar Vag, 1978). En effet, si la prise principale de ces longues barrières de filets reste la raie, les langoustes et les autres poissons de fond y sont également capturés. Les Tréboulistes avaient une bonne pratique de cette pêche que les Douarnenistes adoptent et développent, l’hiver, en chaussée de Sein ou au large d’Ar Men. Cette pêche, dangereuse, demande, alors, une connaissance parfaite de la navigation.

71Ainsi, différentes pêches sont dorénavant développées, en réponse à la crise. N’omettons cependant pas la sardine qui, même si elle ne s’impose plus hégémonique, garde toujours grande importance dans l’activité portuaire.

72La sardine de dérive « sardine sauvage du printemps, adulte et grainée, ne se laisse prendre qu’aux longues barrières de tessures en dérive » (Ar Vag, 1978). La sardine de rogue, sardine d’été « immature, tendre et grégaire lève à la rogue et maille par bancs entiers dans le court filet droit » (Ar Vag, 1978). Cette campagne mène les Douarnenistes, bien souvent dès le 15 juin, dans les ports du sud. « Mont war su », aller sur le sud, disent-ils alors en rejoignant Belle-Île, Quiberon, l’île d’Yeu, les Sables-d’Olonne, la Rochelle, Royan ou Arcachon. Les Douarnenistes accompagnent la lente remontée de la sardine jusqu’à la baie de Douarnenez, en général autour de la Saint-Michel. La campagne se termine en novembre ou décembre, selon la présence du poisson.

73La crise sardinière, la guerre, mettent fin à une monoactivité. L’heure est à la diversification des pêches. Un calendrier original se met en place autour d’activités majoritairement (mais non plus exclusivement) saisonnières, sardine-thon-maquereau.

74Jamais encore, l’armement capitaliste n’a pénétré Douarnenez. Même si l’ouverture à des capitaux extérieurs à la famille se fait, très largement, par le système de quirataires, le patron embarqué reste très majoritaire.

75Plus cette diversification des pêches s’intensifie, plus le recours au mareyage est nécessaire. Auparavant, seule la sardine s’affirmait pêche lucrative. Les autres pêches relevaient, alors, de la cueillette et permettaient surtout de nourrir la collectivité.

76Maintenant la situation est autre : il faut vendre.

77Dès l’avant-guerre, on peut compter à Douarnenez une vingtaine de magasins de marée qui achètent surtout la sardine pour le compte des usiniers. Ce nombre s’amplifie après 1918.

78À noter qu’à la même époque, une nouvelle glacière s’installe à la place de la criée désaffectée : la maison Dyle et Bacalan. Elle permet aux maquereautiers de s’équiper de glace ou de chambres froides (en planches de bois) dans lesquelles le poisson est mélangé à la glace concassée. La vente a alors lieu en salle de criée, rue du Rosmeur, dans un local loué par la société des acheteurs de poisson du port de Douarnenez à un conserveur, René Béziers.

79Elle se fait en breton, aux enchères descendantes, chaque jour, même le dimanche et les jours de fêtes, jusqu’en 1933. Seule réserve pour les jours de culte : que la vente ne commence pas avant la fin de la messe de 6 heures à Sainte-Hélène.

80À partir de 1933, tous les bateaux disposent de glacières et le poisson, alors, peut attendre un peu.

81C’est aussi dans les années 1930 que quelques mareyeurs achètent leurs premiers camions automobiles pour transporter à la gare leurs produits. Le temps des chevaux soufflant et souffrant pour monter les rues du Môle, de la Marine ou du Couëdic, sera alors révolu.

82À l’issue de cette terrible crise du début du siècle « de port sardinier, Douarnenez devenait port de pêches saisonnières. Cette mutation apparaît davantage un moyen de survie qu’un effort de développement », estime Guy Leclerc (Leclerc, 1966). Disons qu’elle est fruit de la nécessité. Ainsi, un nouveau Douarnenez émerge des années 1920. Le règne de la sardine ayant pris fin, le règne de ses commenseaux s’achève. Et parmi eux, au premier plan, la chaloupe, qui, si elle résiste encore, se doit dorénavant d’être pontée pour affronter le maquereau de dérive. La pêche au thon se développe et avec elle dundees et malamocks, navires polyvalents adaptés à la multiplicité des pêches. La langouste apparaît et avec elle ces dundees mauritaniens, appelés bientôt langoustiers.

83En quelques années, Douarnenez a changé de visage. Le port sardinier s’est mué en port artisanal, développant un très original calendrier de pêches saisonnières, unique sur tout le littoral.

Un calendrier unique

84« Des siècles d’application d’une pêche soigneuse où les filets adaptés à chaque taille de sardines les ramènent intactes, le souci de chaque équipage étant de présenter à la vente le poisson le plus frais possible, sans la moindre blessure » (Ar Vag, 1978), font de Douarnenez ce pôle de résistance aux sennes, aux filets tournants et, bientôt, à l’industrialisation et au chalutage. En attendant, c’est un passionnant calendrier des pêches, complexe peut-être, mais unique en son genre, qui émerge des années de crise.

Tableau 12 : le calendrier des pêches douarnenistes

Tableau 12 : le calendrier des pêches douarnenistes

85« Associer différentes pêches qui se complètent et s’équilibrent, en soi est une bonne idée, mais aucune d’entre elles n’est suffisamment rentable pour assurer la situation du port. » (Piriou, 1960.)

86« À la fin de la sardine de rogue, on commençait par donner un “coup de balai” de 3-4 jours sur la sardine profonde. Puis on passait au filet de sprats (de dérive) pendant 8-10 jours avec la lune, du premier au dernier quartier : une fois par mois, comme ça pendant trois mois. Entre temps on était reparti aux filets de raie, et puis, après les trois mois, au maquereau, de nouveau. » (Ar Vag, 1978.)

87Durant la belle saison, en alternative à la sardine de rogue, les fortes chaloupes peuvent armer au maquereau de ligne. Le rapport est faible, mais assuré : nulle rogue n’y est nécessaire. Auparavant, au printemps, les déplacements du maquereau sur les rebords de la plateforme continentale auront été troublés par les immenses barrages de filets dérivants : c’est l’époque du maquereau de dérive.

88Cette richesse dans les pêches artisanales, ces capacités maintes fois prouvées d’innover, de rechercher de nouvelles pêches au sein d’un environnement économique et social traditionnel, ont fait la célébrité des Douarnenistes, appelés, en 1927, les « Seigneurs de la mer » (Mével, 1927).

89L’organisation sociale des équipages reste basée sur un mode de financement « à la part », qui lie l’équipage et de très nombreuses familles, les quirataires, aux destinées d’un bateau. On ne modifie pas un tel monde.

90« An dud a breste arc’han d’ar mest da zevel ar vag… Ar re a lake arc’han a noe neuze ol loudenn deus ar beskerezh… Toud bagou Douarnenez, ar bagou bras, zo be saet egise… Ha goude neuze a jomoc’h da gowet perzh e gwerzh ar pesked e-pad ar vag… » (Hor yezh, 1979.)

91« Les gens prêtaient de l’argent au patron pour construire le bateau… Les pêcheurs avaient alors une part de la pêche… Tous les bateaux de Douarnenez, les grands bateaux, ont été construits comme ça… Ensuite vous aviez votre part sur la vente des poissons, tant que le bateau pêchait… » (Tud ha bro, 1982.)

92Les auteurs d’Ar Vag en tirent une conclusion résumant parfaitement l’ambiguïté de l’évolution des pêcheurs douarnenistes : « Les champions des pêches saisonnières sont, sans conteste, les Douarnenistes qui, en certaines circonstances, pratiquent près de 10 métiers différents au cours de la même année… Ainsi armés, ils sauront tenir une étonnante gageure : prolonger avec succès l’histoire millénaire de la pêche traditionnelle, jusqu’au cœur de l’âge industriel. » C’est justement là que le bât blessera. Cruel paradoxe, sur lequel nous reviendrons !

La motorisation de la flottille

93Avant la Première Guerre mondiale, le moteur marin est pratiquement inconnu sur la côte bretonne. Certes, « à Douarnenez, quelques usiniers ont fait pétarader des “canots à pétrole” au fond des ports, tel Araok Atao, à Xavier de Pénanros, en 1904, et Glaneuse, à Charles Chancerelle, en 1906 » (Ar Vag, 1978).

94Deux voiliers motorisés sont encore lancés, en 1909, par des industriels, MM. Poriel et de Pénanros. Mais il faut attendre les dernières années de la guerre pour qu’une première tentative d’utilisation des moteurs soit associée à la pêche professionnelle.

95À Arcachon, en ces mêmes années, les pinasses sont motorisées. Ces « pirogues étroites, vives et légères, aux fonds plats, conviennent merveilleusement au milieu très particulier du bassin d’Arcachon » (Ar Vag, 1978). Leur architecture est essentiellement adaptée à la propulsion à l’aviron. Le calme de ces eaux leur permet une étonnante seconde carrière avec l’arrivée du moteur à explosion, qui remplace avantageusement l’énergie humaine. Le faible coût de construction des coques autorise de nombreux pêcheurs et armateurs à mécaniser leurs bateaux sans trop s’endetter. Les résultats de l’été 1906 sont excellents. Non seulement la pêche est abondante mais elle se prolonge tout l’hiver. Au 1er juillet 1908, on compte 142 bateaux motorisés, répartis entre les ports d’Arcachon, La Teste, Gujan et Mestras.

96« En 1913, la totalité des grandes pinasses, à sept ou huit exceptions près, est motorisée. » (Ar Vag, 1978.)

97En Bretagne, le contexte de départ est tout différent. Les bateaux de pêche, beaucoup plus grands et lourds, sont de purs voiliers ; les réserves monétaires de la plupart des patrons s’avèrent très faibles. C’est donc à des mareyeurs que revient l’initiative de la motorisation ; en 1916, Laurent Dezon, le premier, envoie son Pornicais n° 2 acheter la sardine fraîche sur les lieux de pêche ; il est vite rejoint par Athanase Le Rouge, avec Santez Anna. Peu à peu, les annexes sont motorisées. Les petits 5/7 Beaudouin ou 6/8 Peugeot, qui suffisent à propulser ces canots, n’entraînent que des frais modérés ; la mode des annexes à moteur se développe ainsi rapidement, malgré quelques problèmes initiaux.

98« Quand sont arrivés les petits canots, on y avait mis de petits moteurs : “Et ce n’est pas permis !” C’est Marc’hadour le premier à en avoir mis : “la sardine sent mauvais !… Il ne vendra pas son poisson !” Mais ensuite, évidemment, quand Marc’hadour avait mis son moteur en route, pas un souffle de vent, son petit canot pêchait de la sardine alors que les autres n’avançaient pas. Et nous avions tous dû mettre des moteurs à bord. » (Mémoire de la ville, n° 9, 1988.)

99Avec le canot annexe qui sert désormais à pêcher, le bateau creux sardinier se transforme en petit cotre ponté ou en dundee plus confortable, permettant de s’éloigner davantage des ports d’attache. Le progrès est réel, mais les pêcheurs, adoptant ce canot annexe, décident qu’il n’y en aura qu’un par bateau sardinier, sauf dans le quartier des Sables-d’Olonne où deux canots annexes sont autorisés. À Douarnenez, des Tréboulistes prendront bientôt l’initiative de ces deux petits canots. « Tu sais bien qu’avec deux petits canots tu pêchais bien plus de sardines qu’avec un seul… Les cris d’indignation !… Vous allez ruiner la baie, disait-on. » (Mémoire de la ville, n° 9, 1988.)

100Une réunion est organisée pour interdire ce deuxième canot ; les Douarnenistes obtiennent gain de cause… pour un an. L’année suivante les deux canots se généralisent.

101Le souci douarneniste de gérer au plus près la production se vérifie souvent dans l’histoire, tant la mémoire d’effondrements des cours, liés à des périodes de surproduction, reste très vivace. Leur souci de protéger la baie, leur baie, se vérifie tout autant.

102D’ailleurs, à Douarnenez, les bateaux sont alors tenus de rester à terre le lundi, « tant le principe de limiter la pêche est sacré » (Ouizille, 1926). À cet égard, la motorisation est, en elle-même, un danger. De plus, il faut bien dire que les chaloupes se prêtent bien mal à la pose d’un moteur. Leurs fonds très évidés, la quête de leurs étambots, rendent l’implantation de la mécanique fort délicate (Ar Vag, 1978). Aussi ne faut-il pas s’étonner si le premier patron à faire construire un canot motorisé est plutôt un spécialiste des palangres, activité où le moteur rend plus de services en pêche que pour les trajets.

103En 1924, François Saliou dote sa chaloupe, Jeanne (DZ 388) d’un moteur Bolinders. Sa tentative est couronnée de succès. Toute la communauté, solidairement, saute alors le pas, et, en deux ou trois ans la motorisation des grandes chaloupes est générale.

104« A ben, ar moter kentan zo deut gant Fanch ar Voular, gant ar Saliou er bloaz 24 ; Boular gamm’gist vez lavaret dezhan. Hennezh noe lacaet ar c’hentan. Moter Bolouter aze moter gaz-oil. Hennezh ‘domme gant ul lamp aze, ‘gist ul lamp da soudin. Gast ! Ur voull ruz aze ! Ben, va ben u-unan. Bloavezh goude, e 25 neuze, va dent, o marteze va un hanter dousenn bagou ya. Ha me zo deut d’ar bloavezh 25 d’ar ger ; aze lakaet ar moter bentan ivez gant ma eontr… »

105« Eh bien, le premier moteur était celui de F. ar Voular, un Saliou, l’année 24 ; Boular Gamm, disait-on de lui. Un moteur Bolinders. Le premier qui fut mis. Un moteur gas-oil là, qui devait être chauffé avec une lampe. Comme une lampe à souder. Gast ! Cela vous faisait une grosse boule de feu ! L’année suivante, en 25, près d’une demi-douzaine de bateaux s’était motorisée. Et moi qui suis rentré en 25 ; et bien mon oncle avait également mis un moteur… » (Mémoire de la ville, n° 4, 1985.)

106C’est le temps du moteur, lancé à l’essence. Pour faire quelques économies, on le fait tourner au pétrole : « Le litre de pétrole coûtait moins cher que l’essence… Par la suite on a délaissé le pétrole pour ne garder que l’essence. C’était bien plus simple… » (Mémoire de la ville, n° 4, 1985.)

Tableau 13 : évolution du nombre de bateaux à moteur, par région maritime, de 1908 à 1923 (Ouizille, 1926)

Tableau 13 : évolution du nombre de bateaux à moteur,  par région maritime, de 1908 à 1923 (Ouizille, 1926)

1071 060 bateaux à moteur en France en 1923. Quelques-uns en Bretagne-Ouest… 6000, alors, au Danemark.

108Mal adapté aux chaloupes, merveilleux voiliers qui, en région ventée, travaillent bien, le moteur va néanmoins se développer rapidement après 1923. Une tentative, lancée aux Sables-d’Olonne, tente de prouver l’utilité de cette motorisation. Du 7 juin 1923 au 30 septembre 1923, deux bateaux, montés par des patrons douarnenistes, obtiennent des résultats exceptionnels. Une société est même alors créée pour promouvoir les moteurs.

109Mais les armateurs de voiliers ne s’en laissent pas conter. Craignant de voir les meilleurs équipages abandonner les bateaux, ils font tous leurs efforts pour amener les pêcheurs à se soulever contre la soi-disant industrialisation de la pêche.

110Dès 1925 cependant, aux Sables, à Saint-Jean-de-Luz, à Quiberon, la pêche se motorise. En plusieurs lieux, notons que des Douarnenistes sont à l’initiative de l’évolution (à Quiberon, pinasse Saint-Pierre).

111À Douarnenez même, nous l’avons dit, ce sont des spécialistes des palangres et non les purs sardiniers qui, les premiers, passent le cap « pa eo bet deut ar moterien dija a va ur mell avantaj » – « avec les moteurs l’avantage était énorme » (Mémoire de la ville, n° 5, 1986).

112Que faire contre une évolution aussi logique ?

113De 1930 à 1940, la flottille achève sa motorisation. C’est une mutation capitale dans l’histoire de la pêche. Les soucis douarnenistes de préservation de la ressource vont bien vite être balayés.

114Viendra le temps de la pêche industrielle.

Une vague d’innovations

115Le 6 février 1913, devant une Assemblée nationale turbulente, la question sardinière est débattue. Georges Le Bail, député de la circonscription de Douarnenez, dresse un tableau général de la situation et des perspectives d’avenir s’offrant aux ports de pêche touchés par la désertion de la sardine.

116« J’en arrive maintenant à la question des remèdes… ils peuvent être examinés à trois points de vue différents : au point de vue scientifique, au point de vue législatif et administratif et au point de vue économique. »

117Au point de vue scientifique : Le Bail en appelle aux savants et aux chercheurs afin que, par un travail continu en liens étroits avec les pêcheurs, de vastes recherches soient menées. « Il est grand temps que nous utilisions nos savants, payés par l’État, pour travailler non pas seulement à des recherches théoriques, mais aussi à des recherches qui améliorent pratiquement le rendement des pêches et profitent aux intéressés. »

118Au point de vue législatif et administratif, Le Bail demande des prolongements à sa loi de juillet 1906, souhaitant qu’elle soit élargie à toutes les espèces de poissons.

  • 13 Drawback : remboursement des droits de douane payés à l’entrée de matières premières, lorsque les (...)

119Enfin, le volet économique… L’Espagne et le Portugal bénéficiant de tarifs douaniers qui les aident, selon le député radical, à envahir le marché français, le drawback13 doit être institué, en faveur de nos industriels importateurs de fer blanc. Pour les marins, il souhaite que soient reconsidérées les ventes de la pêche. Les produits frais du matin sont beaucoup mieux vendus que ceux de l’après midi. Des prix de 14 ou 15 francs, obtenus le matin, tombent à 4 francs, voire même 2 francs, l’après-midi. Les fabricants n’y perdent pas, mais les marins sont pénalisés. « Lorsque sur 400 chaloupes, 70 ont vendu convenablement le produit de leur pêche, les 330 autres l’écoulent dans des conditions désavantageuses. » Une solution préconisée est de créer un crédit industriel maritime permettant aux pêcheurs d’investir dans la diversification des pêches. Le Bail souhaite, également, que baissent les tarifs de transport par voie ferrée et que soient développés les wagons frigorifiques. Enfin, un enseignement maritime efficace et diversifié permettrait aux jeunes pêcheurs de bien connaître plusieurs métiers.

120Ainsi, dans un discours général, parfois très technique, Le Bail souhaite une remise à plat de tout le système halieutique, né dans les années 1850.

121Le même jour, à la Chambre, Ernest Lamy, député libéral du Morbihan, développe, lui, l’idée de prix paritairement fixés : prix plancher, prix plafond. Cette fourchette connue, les pêcheurs, organisés, pourraient déterminer le volume de leur pêche.

122Le député socialiste brestois, Goude, pose, lui, le problème sur le terrain politique.

123« En cette espèce comme en toutes les autres, il n’y a pas trois solutions, il n’y en a que deux : ou bien les usiniers feront des marins-pêcheurs leurs salariés, leurs exploités, ou bien ce sont les marins-pêcheurs qui, un jour, s’empareront des usines. » Applaudissements à l’extrême gauche, stipule Le Journal officiel.

124De toutes ces discussions, où l’idéologie n’est pas absente, retenons ce vaste tableau dressé par le député de Douarnenez, Georges Le Bail, qui étudie, en profondeur, tous les rouages des professions maritimes. C’est la première fois, d’une manière si précise, que la pêche échappe aux vagues des mises en scène larmoyantes ou héroïques. La pêche est une activité économique, comme une autre. Il n’est pas question, ici, de « nos pauvres marins », mais de formation, de marges et de crédits. C’est un des acquis formidables de la crise. Oui, pourquoi faut-il toujours attendre les crises pour poser les problèmes et tenter d’y remédier ?

125Une des solutions premières pour la sortie du marasme réside, on le comprend, dans l’ajustement nécessaire de l’offre à la demande. Or, cette dernière est faible. Beaucoup trop faible. L’amélioration des structures d’expédition de la marée fraîche s’impose donc. Mais, aucun port de pêche breton n’est desservi, directement, par la voie ferrée, en ces premières années du siècle, quand Boulogne, Berck, Fécamp, Dieppe, La Rochelle sont déjà reliés aux grands marchés. Le port le plus proche du chemin de fer est Douarnenez, en bout de ligne. Encore faut-il passer le pont, ce qui n’est pas une mince affaire, après avoir monté les côtes…

126En 1905, Le Bail, intervenant à l’Assemblée nationale sur ces questions, estime même que les délais de transport du poisson vers les centres de consommation ne se sont pas améliorés depuis 1866 ! En 1900, 60 000 tonnes de poisson sont, en France, transportées par le fer ; en Angleterre, 500 000 tonnes ! « En vérité, à quoi nous sert de perfectionner nos pêches, à quoi nous sert d’appeler toutes nos populations de marins à la vie syndicale, à la vie coopérative, si nous n’améliorons pas nos moyens de transport et si nous n’étendons pas chaque jour nos débouchés ? C’est ce qu’on a fait en Irlande, en Angleterre et en Allemagne ? »

127En France, non seulement les délais d’approvisionnement sont plus longs, mais, de plus, les coûts de transport sont beaucoup plus importants. De Hambourg à Bâle, la distance est de 880 km. Le prix d’expédition par tonne kilométrique au tarif allemand est de 85,50 F. De La Rochelle à Bâle, la distance est également de 880 km. Le prix d’expédition est de 151,80 F la tonne.

128Enfin, et cet handicap n’est pas le moindre, en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, des wagons-glacières sont employés pour le transport du poisson… Il en est de même en Russie, aux États-Unis, au Canada… En France, des wagons persiennes, favorisant la ventilation, existent dans les trains des compagnies de l’Ouest et d’Orléans. Par ailleurs, des wagons frigorifiques sont autorisés à circuler sur la ligne de l’Ouest, mais ces wagons doivent appartenir aux expéditeurs… Bref, l’archaïsme règne. Tel ce règlement, en usage dans les compagnies de chemins de fer, qui stipule que toute denrée animale doit être présentée à la gare au moins trois heures avant le départ du train. De plus, à chaque changement de train, il faut respecter ce même délai d’attente. On mesure l’incongruité de cet arrêté pour des produits frais, périssables. Et comment augmenter la consommation française de produits de la mer si les délais d’approvisionnement et les moyens de conservation ne permettent pas la livraison de produits sains et frais ?

129Il faut, une fois de plus, une crise économique grave pour que ce problème soit posé avec force dans la presse et les milieux décisionnels (des études sont présentées dans la Revue générale de la Marine marchande, des articles nombreux publiés dans la presse, des vœux d’organisations professionnelles sont votés, et de multiples interventions ont lieu, sur ces questions, à la Chambre des députés).

130Quoi qu'il en soit, il faut maintenant attendre l’entre-deux-guerres pour qu’une logistique plus opérationnelle se mette en place. Contemporaine de cette évolution, la fabrication industrielle de la glace complétera, alors, les conditions favorables au développement de la pêche et du commerce du poisson frais.

131De la même manière, le problème de l’accessibilité des marins au crédit se trouve posé dans les premières années du siècle.

132La création de ces caisses de crédit s’inscrit dans une double évolution. Réponse à la crise, on l’a vu, mais aussi émergence de sociétés mutualistes et coopératives. La Société de l’enseignement professionnel et technique des pêches maritimes née, en 1893, à Saint-Malo, vise à susciter ce vaste mouvement coopératif par lequel les marins, unis, pourront peser sur leur destin.

  • 14 Notons que la première chaloupe entièrement pontée, construite à Douarnenez, est commandée par Dan (...)

133Au congrès de Douarnenez, en 1904, les pêcheurs demandent la fondation d’un Crédit maritime sur le type du Crédit Agricole, qui existe depuis 1884. En 1903 déjà, dans la Revue générale de la Marine marchande, Léon de Seilhac, délégué du Musée social et pionnier de la coopération maritime, appelle une telle création de ses vœux. Pour financer des bateaux pontés14, plus à même de régulariser les pêches, il faut instituer un système de crédit : « avec ce puissant mécanisme, on solutionnerait les deux graves questions de l’amélioration des bateaux et du système d’achat de la rogue ».

134En 1905, des caisses de Crédit maritime existent à Douarnenez, Tréboul, Crozon, Audierne, Le Guilvinec, Morgat, Concarneau, Loctudy et Lesconil. Ces caisses locales, qui aident les marins à acquérir filets, appâts ou rogue, vont également faciliter les mutations de flottilles. La caisse d’Audierne, mise en place par Léon de Seilhac lui-même, tente de vendre directement la pêche audiernaise aux halles de Paris. Elle bénéficie du soutien du député Le Bail et de tous ceux qui, autour de lui, développent et popularisent la nécessité d’organisation et de coopération des marins pêcheurs, tel l’actif M. Rivoal, directeur très républicain de l’école de pêche de Douarnenez. Dans la foulée, la « Caisse Nationale de prêts et de sociétés de Crédit Maritime » est créée, en 1905, devançant les caisses régionales, nées en 1909. En 1913, le Crédit maritime mutuel est doté d’une organisation quasi définitive. Les prêts individuels y deviennent possibles, aux côtés des prêts collectifs aux coopératives d’achat, créés dès l’origine. Cette évolution est importante : depuis l’émancipation des marins pêcheurs, dans les années 1870, les débits de boisson assuraient des prêts sans intérêt, pour la rogue, les filets, les réparations. Ce système bancaire original soudait chaloupes et bistrots et permettait quelques initiatives. Mais son étroitesse limitait les développements trop onéreux. Après la Première Guerre mondiale, ces éléments communautaristes relâcheront, progressivement, leur emprise.

135La formation des marins semble également un élément nécessaire à une redynamisation des pêches. Les jeunes marins, auparavant abandonnés à l’empirisme et à la tradition, doivent maintenant apprendre non seulement les techniques de pêche, mais aussi les rudiments de mécanique, imposés par l’évolution technologique. « Le pêcheur, routinier à l’excès, exerce l’art du père, sans se livrer à un autre genre de pêche… Cela justifierait largement la création d’écoles professionnelles régionales de pêche maritime » estime le Congrès national de la pêche côtière, en 1893.

136En 1895 et 1904, toujours à l’initiative de la Société de l’enseignement professionnel et technique des pêches maritimes, des écoles de pêche sont ouvertes, aidées par les municipalités et les chambres de commerce. Ainsi, à Groix, Les Sables-d’Olonne, Dieppe… Concarneau ou Fécamp, des écoles dispensent un enseignement général doublé d’un enseignement professionnel.

137À Douarnenez, l’École de navigation élémentaire et de pêche est ouverte le 20 novembre 1904. Très vite, la classe s’avère trop petite : pour 36 places, 58 élèves adultes se présentent. S’y ajoutent les enfants, de 12 à 16 ans, presqu’aussi nombreux.

138M. Rivoal, le directeur de l’école, organise, pour contenter tout le monde, deux cours parallèles à partir du 10 décembre, jour où les bateaux de Douarnenez arment pour la pêche à la dérive. À partir de cette date, un cours est mené le matin, de 8 heures à 10 heures, pour les marins adultes qui ne peuvent assister aux cours du soir. « L’empressement que montrent les jeunes gens et les marins d’un certain âge pour l’étude de la navigation est une preuve que M. le préfet du Finistère, en créant l’école de Douarnenez, a fait œuvre utile et durable », écrit alors la Revue générale de la Marine marchande, en 1904.

139Enfin, et parallèlement à ces écoles, d’autres lieux de formation permanente s’ouvrent, en 1904, les Abris du Marin, sous l’impulsion de Jacques De Thézac. « Lieux de sociabilité, de rencontre, d’éducation, ces abris s’inscrivent dans la ligne tracée par le fondateur, philanthrope à la manière de son temps. » (Mollat, 1987.) Quelques années auparavant, Jacques de Thézac a fondé le célèbre Almanach du Marin Breton. Une douzaine d’abris verront le jour, dont celui de Douarnenez, ouvert en octobre 1914, rue du Môle. Des cours de perfectionnement, des conférences, du cinéma, des bibliothèques, des ateliers… y sont proposés aux marins ainsi que la tisane d’eucalyptus, l’alcool étant interdit. On sait l’influence de l’alcool sur les marins. C’est d’ailleurs l’une des raisons, bien souvent invoquées, pour expliquer les difficultés des ports de pêche. Certes, à terre, le marin boit et souvent plus que de raison. Gardons-nous cependant de porter un jugement définitif. Les chaloupes douarnenistes sont en mer 11 mois sur 12, et l’alcool n’y est pas toujours embarqué. Alors quand les hommes sont à terre, sans autre activité que… l’attente, dans un milieu urbain très densifié, où la vie s’épanche dans les rues, ils se retrouvent et ils trinquent.

140Ne sous-estimons pas, cependant, l’ampleur du phénomène. Louis Ropers et de nombreux autres auteurs ont sur le sujet des développements éloquents. « Nous pouvons affirmer sans aucune exagération que la consommation d’alcool absorbe un quart du gain du pêcheur… » (Ropers, 1906.) En 1902, un médecin de passage à Douarnenez estime que, chaque soir, avant de partir en mer, l’équipage se réunit « au débit attitré du bateau », où chaque homme vide « un barjaron ou un quart de tord-boyaux »…

141Alcoolisme institutionnel, entretenu par les usiniers qui payent la sardine avec argent et bouteilles ; alcoolisme défoulement, alcoolisme de groupe ou alcoolisme de déprime… l’alcool est très présent, trop présent, et, à Douarnenez, plus que partout ailleurs.

Pour les marins, parfois, l’exode

142« Au point culminant de la crise, l’exode des marins commence à s’organiser. » (Ar Vag, 1978.)

143À Douarnenez, nombreux sont les sardiniers qui répugnent à changer de métier. Beaucoup quittent leur baie pour continuer, selon les habitudes, à pêcher la sardine ; ils partent, par centaines, s’établir à Belle-Île, au Croisic, et jusqu’à Saint-Jean-de-Luz, dans tous les ports où ils avaient déjà leurs repères saisonniers. À Saint-Jean-de-Luz, en particulier, les Douarnenistes sont chez eux et forment un véritable quartier.

144D’autres vont vers le nord laisser traîner leurs filets à la recherche du hareng. À partir de 1903, de très nombreux marins, bien vite suivis de leurs familles, s’installent en Normandie ou dans le Nord. « En 1912, c’est une véritable flottille qui appareille pour la Normandie. Une nouvelle habitude saisonnière s’instaure à Douarnenez : de novembre à février, on va pêcher le hareng à Cherbourg ou au Havre, ce qui permet de mieux rentabiliser la saison d’hiver en attendant le maquereau. » (Ar Vag, 1978.) Quelques jeunes mareyeurs accompagnent ces chaloupes. Les employés de marée logés à l’hôtel, reçoivent cinq ou dix francs la semaine. Le hareng est vendu aux poissonniers ou aux ateliers de salaison et le sprat rejoint les conserveries de Douarnenez, de Concarneau ou du pays Bigouden. Des liens se tissent et quelques mariages unissent encore davantage les deux régions. Pour les mareyeurs, c’est le début d’une pratique maintes fois reconduite : l’essaimage d’ateliers le long de la côte, que tiennent le fils ou le gendre.

145Et puis, certains quittent la pêche et rejoignent les mines du Nord, du Pas-de-Calais, les régions industrielles. C’en est fini, alors, de Douarnenez, c’en est fini de la Bretagne.

146Cette réponse à la crise des ports sardiniers mérite que l’on s’y arrête. Des marins, nombreux, s’expatrient en d’autres ports, partant à la recherche de la sardine ou d’espèces compatibles avec leurs modes de pêche. Le métier, leur métier, s’est imposé au territoire comme la sardine s’est imposée à Douarnenez. Il y a là une remarque importante pour notre étude sur les constructions identitaires.

147Quand la faim impose des changements, quand les pratiques du quotidien doivent être modifiées, sous peine d’irrémédiable misère, l’exode, en nombre suffisant pour maintenir l’illusion du groupe, est une réponse adaptée, dès lors que les métiers habituels sont préservés. On continue les mêmes pêches et l’on se retrouve, dans une rue ou un quartier, ensemble. Un appendice territorial. Une annexion. Les références culturelles peuvent non seulement s’y maintenir mais s’y renforcer. Il n’y a pas plus Douarnenistes que les expatriés…

148Mais cette solution n’est viable que sous certaines conditions. Un autre exemple d’exode, voué lui à l’échec, nous le prouve aisément.

149« On peut attribuer, dans une certaine mesure, l’état misérable des populations qui demandent à la mer leur subsistance à la rupture de l’équilibre entre le nombre des producteurs et les ressources de leur industrie. Un remède se présente alors : décongestionner le littoral. »

150C’est là le principe de la colonisation africaine basé sur un double avantage : « Améliorer la situation des pêcheurs demeurés en Bretagne en diminuant la concurrence ; permettre aux émigrés de créer sur les bords de la méditerannée une industrie nouvelle et lucrative. » (Ropers, 1906.)

151L’idée est ancienne. En 1845, sur la côte algérienne ; en 1872, à Sidi Ferruch ; en 1892, à Philippeville, Stora et Collo, des tentatives de transplanter des marins bretons sont menées, qui, toutes échouent. En 1892, quarante pêcheurs bretons, dont huit de Douarnenez, arrivent près de Tunis, à la Goulette, avec femmes et enfants. Chaque pêcheur reçoit cent francs du ministère de la Marine pour acheter des filets ; mais ils arrivent sans filet ni embarcation et, bien probablement, sans argent. Ils sont provisoirement hébergés à l’hôtel, par les soins du consul de France, et la direction des Travaux publics peut, par ses bons offices, leur procurer deux embarcations et un sardinal à des prix très réduits ; le gouvernement tunisien intervient encore pour leur procurer le logement et le couchage ; il fait remorquer gratuitement les embarcations jusqu’à Tabarka et autorise, dans les forêts de l’État, le prélèvement gratuit du bois dont les pêcheurs ont besoin. Ceux-ci, livrés ensuite à eux-mêmes, très mal organisés, sont bientôt dépourvus de ressources malgré les 65 francs par mois alloués à chacun. Les Bretons abandonnent Tabarka, partie en 1892, partie en 1893. Au premier trimestre, les 28 derniers émigrants sont rapatriés. La société des pêcheries de Tabarka est liquidée en 1894 ; elle avait tiré quelques maigres ressources de… l’élevage des porcs dans les forêts de la Kroumirie !

152En 1893, 1894 et 1897, trois colonies sont créées, dans la région du cap Matifon, 62 familles s’y installent, autour d’une église, d’une école et de ports de pêche mal situés, car bien trop exposés. En 1906, seules vingt familles « se débattent encore contre la misère » (Ropers, 1906).

153Tous ces échecs ont les mêmes racines :

  • mauvais recrutement des pêcheurs,
  • difficultés d’écoulement des produits,
  • absence d’usine,
  • imperfection des engins de pêche,
  • manque de capitaux…

154La crise persistante des pêches bretonnes, au début du siècle, fait renaître, une fois encore, cette grande utopie d’un éden de la sardine, d’un ailleurs préservé, de côtes bienheureuses.

  • 15 Ouest-Éclair, 13 août 1903.
  • 16 Revue générale de la Marine marchande, 1903.

155La forte présence économique des nations méditerannéennes sur ces côtes africaines donne d’ailleurs à réfléchir aux autorités françaises. Les Italiens, en particulier, dominent les activités maritimes, en Algérie comme en Tunisie et le gouvernement français souhaite lutter contre cette hégémonie. En 1903, une grande mission est menée dans l’ensemble des ports bretons par M. Violard, fonctionnaire du service de la colonisation en Tunisie. Il s’agit, tout simplement, de recruter des volontaires. Si l’accueil s’avère hostile dans le Morbihan, il n’en est pas de même dans le Finistère. « Partout, à Concarneau, à Douarnenez, à Audierne… le délégué de l’Algérie et de la Tunisie a constaté le même accueil et le même empressement à faciliter l’émigration de nos pêcheurs en l’entourant des meilleures chances de réussite15. » Marc Parker16 indique que 87 marins se sont portés volontaires pour cette émigration ; mais il ajoute qu’un référendum général chez les pêcheurs amènerait de façon certaine une forte majorité contre le projet…

156Cette grande affaire de l’émigration nord-africaine mobilise presse et pouvoirs publics pendant plusieurs mois. Les journaux, nationaux ou régionaux, développent nombre d’études, d’articles, de prises de position.

157Chacun s’exprime. La presse internationale relaie ce grand débat français et des quotidiens belges, londoniens ou québécois en développent de longues analyses.

158Pour certains, cette émigration est un des premiers remèdes à apporter à la grande crise de la misère. Deux exemples : La Cocarde du 24 novembre 1903 affirme, péremptoire, « qu’il est démontré aujourd’hui que la Tunisie offre là au commerce et à la main-d'œuvre française un vaste champ ».

159Charles Le Goffic, dans L’Éclair du 13 octobre 1903, estime que la surpopulation des ports de pêche, due à l’afflux de populations agricoles vers les côtes durant l’essor industriel, est un handicap que l’émigration peut résorber. Aussi, il faut l’encourager…

160Si, dans le Finistère, La Dépêche de Brest apporte un soutien à ces tentatives, les hommes politiques, en règle générale, sont peu enthousiasmés.

161Des parlementaires bretons, comme Delobeau, de Cuverville, Lamy ou Guilloteaux affichent même leur scepticisme.

162La maison Amieux Frères apporte d’intéressants éléments d’analyse. Le regard d’usiniers sur ce problème est capital puisque leur présence en Tunisie serait indispensable à un bon développement de sa colonisation.

« Nous ne croyons pas à la possibilité de l’émigration des pêcheurs bretons dans un pays tel que la Tunisie. Si l’industrie de conserves de poissons devait être développée en Tunisie, les industriels français devraient veiller à ce que l’encouragement donné à son développement ne soit pas un encouragement à la fraude et à la concurrence déloyale, fraude qui consiste à mettre dans des boîtes étiquetées “sardines” des poissons qui n’en ont ni le goût ni la valeur ; concurrence déloyale qui consiste à apposer sur des boîtes des mentions d’origine amenant la confusion avec la fabrication bretonne. Il faudrait également veiller à ce que les droits d’entrée en France fussent maintenus à un juste taux et que les encouragements donnés à la création d’une industrie qui fait vivre surtout des étrangers, Maltais et Italiens, n’aient pas pour conséquence d’augmenter les difficultés au milieu desquelles se débattent les producteurs français et la misère qui est la conséquence de la crise sardinière pour les pêcheurs qui vivent de nos industries. »

163À l'encontre de la maison Amieux, un autre usinier M. Bonduelle, émet l’idée, « ingénieuse » pour Mark Parker, d’expédier là-bas des maisons et usines démontables avec doubles parois laissant passer le courant d’air.

« Les maisons et usines, construites sur le modèle des maisons et usines de Bretagne, auraient pour avantage la fraîcheur, le bon marché et la possibilité de transporter le village breton, ainsi installé sur la côte d’Afrique, vers les points les plus poissonneux du littoral. D’autre part, nos marins pêcheurs se sentiraient moins dépaysés au milieu de ces constructions où, avec un peu d’imagination, et on sait qu’ils n’en sont pas dépourvus, ils retrouveraient Audierne, Concarneau ou Douarnenez. »

164En 1903, les usiniers songent réellement à une installation en Algérie et Tunisie, puisque le syndicat des fabricants de conserves du Finistère et du Morbihan décide de mener les nécessaires études préalables. L’idée n’est pas nouvelle et fait suite à des tentatives d’installation, en 1891 comme en 1897. Tentatives soldées, elles aussi, par des échecs.

165Devant tous ces jugements et analyses contradictoires et afin d’étudier, de visu, les possibilités de colonisation, six marins pêcheurs finistériens (dont deux Douarnenistes Guyader et Droalain, accompagnés de MM. Caradec, Guinguenou, Niger, Guyomar) visitent, du 24 mars au 23 mai 1904, les côtes de Tunisie et d’Algérie. Plusieurs centres retiennent favorablement leur attention : « nous sommes fermement persuadés qu’avec de bons éléments et l’appui des gouvernements intéressés, on pourrait gagner largement sa vie et celle de sa famille, surtout à Hammamet et Tabarka pour la Tunisie, Herbillon et Djidjelli pour l’Algérie. »

166À Douarnenez, de nombreux pêcheurs semblent alors manifester leur désir de partir. Ils indiquent même que, contre prime, ils s’engagent à rester sur les côtes d’Afrique. À Concarneau, les marins sont plus circonspects puisque seule l’idée d’un départ limité aux saisons de sardines est envisagée. Cette idée de campagne volante retient l’attention de Marc Parker pour qui la « tradition est un point délicat pour lequel on n’aura jamais assez de prévenance ». Et plutôt que de courir à l’échec en tentant des greffes hasardeuses, peut-être vaudrait-il mieux envisager une approche graduée, par le biais de simples déplacements, liés aux campagnes de pêche. Sinon, et Hervé Diraison, le précise dans un nouvel article de Ouest-Éclair, le 7 septembre 1903 : « il y a beaucoup trop de chances… que l’émigration ne soit, en dernière analyse, qu’un simple déplacement d’infortunes… » Aussi, selon lui, c’est en petit nombre et sans enthousiasme que les pêcheurs s’inscrivent sur les registres de l’expatriation… et ce, malgré les souffrances endurées depuis de nombreuses années.

167Laissons le mot de la fin au journaliste de L’Étoile belge qui, quelques mois avant cette étude menée par des pêcheurs finistériens eux-­mêmes, écrivait : « le Breton qui affronte chaque jour la mort quand il part à la pêche dans l’océan, n’a pas l’énergie du moindre effort une fois transplanté. Le Breton a l’alcool dans le sang, il en vit. Le Tunisien a le soleil. On peut supporter une des deux choses, pas les deux à la fois. Mais comment faire entendre raison à un Breton bretonnant ? »

168Ont-ils entendu raison ces Bretons bretonnants, ces Douarnenistes, qui, à la suite des six enquêteurs, sont partis sur les côtes africaines ? Ont-ils pensé, comme Marc Parker, que la « baie de Tabarka pouvait rappeler celle de Douarnenez » ? Ou alors la misère était-elle si forte que seul l’exode pouvait y répondre. L’exode et l’espoir mêlés, avant que la faim, la douleur et l’éloignement ne vainquent à leur tour et n’imposent le retour.

169Nous nous sommes arrêtés sur ces débats nombreux parce qu’ils ont mobilisé l’attention de décideurs pendant des années et inondé les médias. Il y aurait vraisemblablement beaucoup à écrire sur les liens virtuels entre le développement imaginé de nos territoires d’Afrique du Nord et les marins bretons. La manière dont les responsables parisiens de ce début de siècle voyaient et les uns et les autres serait source de belles réflexions. Toutes ces tentatives de colonisations maritimes ont évidemment échoué car elles faisaient fi d’un élément capital : les marins de Douarnenez ou d’ailleurs sont des hommes avant d’être des acteurs économiques. Aucun projet, si séduisant soit-il, ne peut faire l’abstraction de cet élément fondamental. Autant se déplacer en nombre à Saint-Jean-de-Luz et y bâtir un quartier douarneniste est envisageable, autant quelques familles perdues dans le désert, assommées par un soleil forcément assassin, ne pouvaient pas prendre racine. Misère pour misère, mieux vaut connaître la misère chez soi que sous le soleil de Satan.

170La crise sardinière et les mesures prises par Douarnenez pour rebondir nous apportent quelques éléments intéressant directement notre étude.

171Le premier est d’évidence : Douarnenez a su réagir, innover, s’adapter. Le port de 1920-1930 ne ressemble plus à celui de 1900. Cette évolution est le fruit de la nécessité, comme toujours. Elle est permise par la richesse du groupe humain qui domine le port : les marins pêcheurs. Richesse quantitative tout d’abord. Le nombre donne la masse critique indispensable à toute mobilisation. Mobilisation locale, évidemment. Mobilisation du parlement et des sphères politiques. Mobilisation des médias et des registres de l’émotion. C’est le nombre qui permet ces signes d’intérêt et ces recherches de solution.

172Richesse qualitative, aussi. Parmi les milliers de marins qui inondent les quais du Rosmeur, combien, en des circonstances favorables, auraient pu engager et réussir des études faisant d’eux des ingénieurs, des professeurs, des amiraux ? À Douarnenez, en ce temps-là, on ne naît plus sardinier, mais, sauf exception, on naît toujours marin, bout à la main, épissure à l’esprit. Ces vraies intelligences savent s’exercer en mer mais peuvent également participer à tous les débats sur l’avenir de leurs métiers.

173Il en résulte un étonnant et complexe calendrier, qui mélange les espèces pourchassées, additionne les champs où jeter les filets, et les horizons où gagner sa pitance. L’année tout entière est organisée, et le Douarneniste s’affirme grand marin, polyvalent, curieux et insatiable.

174Les solutions déterminées à Douarnenez pour maintenir l’importance du port de pêche naissent, comme partout, de rapports de force mêlant des éléments fort disparates : le poids des savoir-faire et des traditions, les analyses politiques, le pouvoir des conserveurs, les jeux du hasard… Ainsi, quand Douarnenez entend rester fidèle au filet droit, la tradition et l’analyse unissent leurs effets, tant l’enjeu idéologique est patent. Le filet droit est celui des ancêtres, et présenté comme tel, certes ; il est aussi l’outil des producteurs face aux seines qui menacent les équilibres économiques et la cohésion du groupe. Ce dernier élément est le pivot de cette vaste mutation. La clé.

175Douarnenez retient toutes les innovations qui préservent le groupe social des marins pêcheurs dans ses ressorts essentiels. Non que ce groupe ait la volonté et les moyens de s’organiser collectivement, l’exemple de la rogue le prouve. Mais des principes sacrés sont toujours préservés : l’armement reste familial, ou purement local, et les patrons embarqués. Les coûts des navires imposent un élargissement du système des quirataires, mais jamais encore sa remise en cause. L’encadrement républicain, très puissant, favorise cette évolution, qui fait du producteur le centre d’un dispositif efficace. Les conserveurs, du moins ceux d’entre eux qui dominaient jusqu’alors le système, ont su essaimer tout au long des côtes sardinières atlantiques. Nantes fut leur premier centre, d’où partaient initiatives et décisions. Douarnenez fut un centre secondaire, névralgique pour l’ouest-Bretagne. Mais la crise apporte essaimage et dilution. Les préoccupations des conserveurs couvrent un littoral d’autant plus important que le rail s’est imposé. Ils ne jouent plus, à Douarnenez, comme dans les autres ports de pêche, le rôle dominant, voire exclusif, qui était le leur. Ils ont créé la ville et leur règne fut court. Cinquante années sans partage, tout au plus. Maintenant la parole est aux marins-pêcheurs. Ils sauront la saisir.

Notes

1 La Dépêche de Brest, le 15 septembre 1912.

2 Le Matin, 3 septembre 1912.

3 Georges Le Bail, Assemblée nationale, séance du 7 février 1913.

4 Ibidem.

5 Ibid.

6 Le Finistère, 29 février 1896.

7 Ouest-Éclair, 20 août 1902.

8 Archives départementales du Finistère, fonds Louis Hémon.

9 Un article de l’Union Agricole et Maritime, daté du 19 janvier 1911, parle de « bateaux de Douarnenez partis faire la pêche aux langoustes et aux dorades de Mauritanie sur les côtes occidentales d’Afrique dans les parages de Port-Étienne et du Cap-Blanc… Un autre bateau douarneniste est parti pour inaugurer une pêche plus lointaine encore : c’est la Sainte Anne, n° 1697, patron Bobinnec. Ce dundee qui mesure 27 mètres de long et jauge 87 tonneaux s’en va aux Antilles et à la Martinique où il fera la pêche aux langoustes. »

10 Union agricole et maritime, 28 décembre 1911. Chaque navire perçoit, pour ces campagnes lointaines, une subvention de 19 200 F du gouvernement.

11 Après l’Afrique de l’ouest ou les Antilles, la Corse, que rejoint, en 1913, le Grand Friant, patron Emmanuel Nicolas, pour y pêcher les crustacés… sans succès.

12 Le Télégramme, les 14, 15 août 1958, article de Auguste Dupouy.

13 Drawback : remboursement des droits de douane payés à l’entrée de matières premières, lorsque les produits manufacturés, qu’elles ont servi à fabriquer, sont exportés.

14 Notons que la première chaloupe entièrement pontée, construite à Douarnenez, est commandée par Daniel Vraz, un rescapé de l’Algérie qui, entre temps, a pêché en Normandie et à Boulogne.Double constat : la nécessité et les expériences extérieures aident à la prise de risque.

15 Ouest-Éclair, 13 août 1903.

16 Revue générale de la Marine marchande, 1903.

Table des illustrations

Titre Tableau 12 : le calendrier des pêches douarnenistes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11293/img-1.png
Fichier image/, 32k
Titre Tableau 13 : évolution du nombre de bateaux à moteur, par région maritime, de 1908 à 1923 (Ouizille, 1926)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11293/img-2.png
Fichier image/, 51k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540