Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Douarnenez de 1800 à nos jours

 | 
Jean-Michel Le Boulanger

Première partie. Émergence, croissance et crise : quand Douarnenez s'ébroue

Chapitre II : Douarnenez, ville industrielle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Une population qui déborde

Le boom démographique

1Globalement, les trente années qui suivent l’installation, à Douarnenez, des premières usi­nes, représentent pour la ville une progression démographique étonnante : la population totale est multipliée par 2,5.

Tableau 4 : évolution de la population, 1851-1881, base 100 en 1851 (Dubois, 1964)

Tableau 4 : évolution de la population, 1851-1881, base 100 en 1851 (Dubois, 1964)

2Dans l’intervalle, la population de Douarnenez passe de 4193 à 9809 habitants, celle de Ploaré s’élevant de 2352 à 2858.

3Cet accroissement a deux sources : le mouvement naturel et l’immigration.

4Les taux de natalité sont, pendant la période, extrêmement élevés, et la mortalité reste à des niveaux élevés avec des « à-coups » considérables dus à des épidémies (1881) :

Tableau 5 : évolution des taux de natalité et de mortalité, 1851-1881 (Dubois, 1964)

Tableau 5 : évolution des taux de natalité et de mortalité, 1851-1881 (Dubois, 1964)

5La balance naissance-décès laisse en permanence un excédent de naissances :

Tableau 6 : solde naturel, 1851-1881 (Dubois, 1964)

Tableau 6 : solde naturel, 1851-1881 (Dubois, 1964)

6L’autre source d’accroissement réside dans les mouvements migratoires. Les recensements font ressortir un solde d’immigration apparente de :

Tableau 7 : solde d’immigration apparente (Dubois, 1964)

Tableau 7 : solde d’immigration apparente (Dubois, 1964)

7L’envol peut être daté aux environs de 1866, c’est-à-dire 13 ans après l’implantation de la première usine sur l’agglomération. Durant la première décennie, le développement de l’activité est assuré par les habitants de la commune. Rappelons-le : il n’y a que trois fritures jusqu’en 1865. La population locale suffit à leur marche. Mais en 1866, le développement est net.

8Quatre unités s’implantent cette année­là, à Douarnenez. C’est la première faille importante dans l’organisation sociale et économique du temps des presses.

9Puis, avec l’installation des nouveaux usiniers, les immigrants affluent ; jeunes, ils accroissent encore la fécondité.

10En 1876, sur 8637 habitants, 24 % (2251) sont nés hors de Douarnenez dont 877 à Ploaré, Pouldergat et Poullan (Piriou, 1960).

Un important apport rural

Tableau 8 : origine de la population douarneniste en 1876 (Piriou, 1960)

Tableau 8 : origine de la population douarneniste en 1876 (Piriou, 1960)

11On peut mesurer l’influence de ces nouveaux pôles économiques sur toute la vie du département. Les usines de Douarnenez attirent les populations rurales de tout le Finistère et débordent même assez largement : 125 personnes recensées à Douarnenez en 1876 sont nées en dehors du Finistère.

12Pour A.-M. d’Avigneau, les usines nouvellement apparues constituent un pôle d’attraction pour deux raisons : l’ouverture d’une usine comporte la nécessité de recruter un personnel beaucoup plus nombreux que celui employé par la presse, et, d’un autre côté, « l’extension des débouchés ouverts aux diverses activités connexes attire vers les centres sardiniers anciens ou nouveaux, des producteurs chaque année plus nombreux » (cité par Dubois, 1964).

13Les milieux professionnels de la conserve évaluent à 70 000 le nombre de personnes passées de l’économie rurale à l’économie maritime entre 1850 et 1880.

14Le nombre des pêcheurs a beaucoup augmenté, car, si les salaires sont relativement bas, ils permettent de vivre quand l’agriculture n’offre plus de rémunérations suffisantes. Les campagnes surpeuplées excluent de fait de très nombreux jeunes. Cette émigration, cas particulier d’exode rural, est un véritable transfert professionnel, avec le passage d’une économie agricole à une économie maritime et industrielle. Il s’agit même d’un changement de vie, tant sont importantes les différences sociales et culturelles entre ces deux mondes qui, souvent, s’ignorent.

15L’exercice de la pêche ne va pas sans difficultés pour ces hommes nés de la terre ; mais la pêche à la sardine demande de moins grandes « qualités » que les pêches plus lointaines… aussi de nombreux marins douarnenistes viennent des campagnes voisines.

16En 1876, sur 3 200 inscrits maritimes, 2 000 ont vu le jour à Douarnenez ; 1 200 sont originaires de 93 communes, le plus souvent rurales, quasi exclusivement finistériennes, précédemment citées.

  • 1 Archives notariales. Maître Malette, Douarnenez.

17Embarqués sur des bateaux, certains paysans vont également acheter des chaloupes. Entre autres et très nombreux exemples, nous en citerons deux : le 26 avril 1861, Jean-Marie Granger, négociant à Douarnenez vend à M. Jacques Étienne Ménesguen, cultivateur à Crozon, un bateau de 9 ans, pour la somme de 380 F1. L’année suivante, le même Jean-Marie Granger vend un autre bateau, âgé de 11 ans ( !), à Yves Lozac’h, cultivateur d’Audierne. La chaloupe se nomme Salomon.

18Douarnenez, au cours de son histoire ne connaîtra plus d’autres grandes vagues d’immigration. Le fonds de sa population s’est formé, là, en ces années décisives. Pire, à partir des années 1880, l’émigration apparaîtra peu à peu.

19Le Douarneniste est donc ce mélange de familles de marins du vieux port du Rosmeur, mâtiné, lors des décennies 1860-1870 d’un très fort apport rural issu, pour l’essentiel, du cap Sizun et du Porzay. La coiffe douarneniste des « Penn Sardin » serait issue d’une coiffe paysanne du cap Sizun, transplantée en ces années d’émigration rurale.

20Cette présence paysanne forte est l’une des raisons du maintien de l’attachement religieux des Douarnenistes. Il est vrai que les difficultés des métiers de la mer, la persistante angoisse qui s’installe quand les naufrages rythment les saisons sont d’autres explications, très valables, de cette permanence. Disons que les deux phénomènes conjuguent leurs effets.

21L’importance et la proximité de cette immigration paysanne est attestée par quelques auteurs, qui sourient sur son évolution et les attitudes très exclusivement maritimes qui en naîtront, une ou deux générations plus tard :

22« La rupture avec le passé paysan ne pouvait être que totale, pour ces apprentis pêcheurs et citadins d’adoption ; sans doute la volonté d’adaptation à tout prix passe-t-elle par un zèle accru à adopter les comportements maritimes les plus provocants ? » (Ar Vag, 1978, citant un article de M. Frostin, publié dans la Revue coloniale et maritime, 1885.)

23Mais par réaction à cette arrivée massive de jeunes paysans, les vieilles familles de pêcheurs se resserrent et, continuant à pratiquer l’industrie de leurs parents, en viennent à former une aristocratie maritime fermée, dont les membres se marient très souvent entre eux, dans la fierté et l’honneur de partager un savoir.

24Ces dynasties conserveront les valeurs spécifiquement maritimes et considéreront les unions avec les « étrangers » comme autant de mésalliances.

25En opposition à cet apport rural, quelques Douarnenistes, des marins pour l’essentiel, émigrent. Depuis très longtemps, les pêcheurs douarnenistes, comme la plupart des pêcheurs du Finistère et du Morbihan, vont à la recherche de la sardine très au sud, vers la Vendée et la Loire Inférieure ; mais leur principal centre d’activité, en dehors de la baie, se trouve dans les eaux de la baie d’Audierne et de la côte bigoudenne. Aussi, certains de ces déplacements deviennent, peu à peu, définitifs et une colonie douarneniste importante s’implante sur cette côte, autour d’un havre de la commune de Plomeur : Le Guilvinec. En 1859, le patron Pencalet y avait découvert des parages très fréquentés par le maquereau. « Les vieux décrivent à qui veut les entendre ces départs de Douarnenez vers le mois de mai, sur des camions à chevaux où étaient juchés les canots de pêche, avec les meubles et toute la marmaille. La famille s’installait jusqu’à la mi-novembre et repartait semblablement. Certains ont converti leur émigration temporaire en émigration définitive ; en 50 ans, à la place d’une lande déserte, s’est élevée une agglomération de 4 500 habitants. » (D’Avigneau, 1958.)

26Ces importants jeux migratoires façonnent un nouveau Douarnenez ; les jeunes émigrants de la terre rajeunissent la population locale et modifient sa structure professionnelle. Cas habituel des économies en croissance, la part des actifs diminue : les 15-60 ans passent de 58 à 55,7 %, de 1836 à 1876. La force de la natalité en est la raison principale qui porte en elle le germe d’une augmentation du potentiel de croissance.

27À noter la part prépondérante des femmes : 4 534 contre 4 083 hommes en 1876. Cette proportion féminine est d’ailleurs supérieure dans toutes les tranches d’âge au-dessus de 10 ans. La surmortalité masculine inhérente à leur travail et leur émigration en d’autres ports pour la durée des campagnes en sont les raisons principales. Il faut également ajouter la prépondérance des immigrations féminines. Les fritures embauchent principalement des femmes…

28La structure professionnelle de la famille douarneniste est alors extrêmement simple : le mari est pêcheur, la femme ouvrière, le fils mousse, la fille « fille d’usine ». Extrêmement simple donc, mais tout aussi dangereuse ; victime de la monoproduction elle sera touchée de plein fouet par les crises.

29Les résultats de la pêche et de l’industrie de la sardine commandent donc la vie de l’ensemble de la ville. Outre la vulnérabilité particulière aux crises, sur laquelle nous reviendrons, ce phénomène est source d’un autre inconvénient : le caractère saisonnier et imprévu de la pêche rythme la vie entière ; les revenus reposent sur une pêche qui ne « donne » vraiment que cinq mois par an.

30Mais il n’y a pas que les familles archétypes ; en effet, l’ensemble des activités connexes devient plus rentable et se développe : chantiers de construction de bateaux, filatures… Un métier nouveau apparaît : les boîtiers-soudeurs.

31Et, enfin, il y a ceux dont l’ombre s’impose à toute la ville, à toute la vie : les usiniers, les « messieurs », dont certains amasseront des fortunes considérables, quand d’autres céderont, la première crise venue…

  • 2 Ibidem. Maître Malette, maître Poitevin, Douarnenez.

32Les contrats de mariage montrent l’enrichissement extraordinaire de ces usiniers2. Tel, à titre d’exemple, celui d’Auguste Chancerelle et Mme Mathilde Grivart, fille de Jérôme Louis Grivart et dame Clémentine Émilie Le Guillou de Pénanros, le 17 Décembre 1870 ; Auguste est veuf de dame Henriette Bernard… Mathilde veuve de Émile Chancerelle… le propre frère d’Auguste. Les avoirs du nouveau couple sont éloquents.

33Auguste possède 92 500 F, mais, en léguant d’entrée 17 500 F à sa fille Henriette, il en garde 75 000 F, 35 000 F de marchandises et créances commerciales, 40 000 F de deniers comptants ; il possède la moitié d’un établissement de pêche au Guilvinec ; le tiers d’un établissement à Tréboul et le tiers de deux maisons au Port-Rhu. Mathilde Grivart, quant à elle, apporte 25 000 F, dont quatre chaloupes de pêche, du matériel de magasin (manestrants, ­caisses pour saler la sardine, barres de presse et porte fonds) ; le tiers d’une maison au Guet, un magasin à Douarnenez… et 13 000 F en deniers comptants. Mathilde meurt malheureusement très jeune, et l’état estimatif des biens meubles, établi à son décès, donne, s’il est encore besoin, une image précise de ces grandes fortunes locales : 7 000 F de meubles ; 2 000 F de chevaux ; 5 000 F de sardines pressées et de sel à Tréboul et Douarnenez, à Crozon-Morgat (1500 F), au Guilvinec (1 500 F) ; des ferblancs et métaux à Tréboul (6 000 F), à Morgat (5 000 F) ; du matériel mobile de friture à Tréboul et du matériel mobile de presses à Tréboul et Douarnenez (5 500 F) ; du matériel mobile de friture et de presse à Morgat (3 000 F) ; de presse au Guilvinec (1 500 F) ; 190 barils de rogues à Douarnenez (19 000 F), des huiles à Tréboul (9 800 F) ; des créances commerciales (14 000 F). À ces biens meubles s’ajoutent des actions de participation à huit navires, trois chaloupes de pêche, la propriété d’un navire et de trois chaloupes, 20 000 F de deniers comptants…

34Nous arrivons à un total de 142 833 F d’avoir !

35Prenons un deuxième exemple, permettant d’approcher concrètement les fortunes de ces familles d’usiniers : en 1871, le 23 septembre, a lieu le mariage de Charles Chancerelle, 25 ans, avec Mlle Stéphanie Granger, 18 ans, membre d’une autre grande famille locale.

36Aux 70 000 F de Charles, dont 58 000 F de « gains et économies », s’ajoutent les 40 000 F de Stéphanie Granger, dont 17 200 F de succession mobilière de son père et 10 000 F de dot maternelle.

37Donnons un chiffre terrible et insolent : un soudeur gagne alors, en moyenne, un peu plus de 500 F par an… Les deux mondes de Douarnenez ne se situent pas sur les mêmes bases.

38Et quand un « monsieur » tire un mauvais numéro au tirage des appelés au service militaire, il lui en coûte quelques écus pour trouver un remplaçant. Tel, Joseph Chancerelle qui, en 1872, « ayant tiré un mauvais numéro », se fait remplacer, pour 2 000 F, par Gilles-Marie Normant, maçon de Cléden-Cap-Sizun. Quelques écus, une signature… et l’autre part pour un bail, pour toujours…

39Bien sûr, la crise des années 1880 et les distorsions structurelles qu’elle révèle ne sont pas sans influence sur les conserveurs. Beaucoup ferment leurs ateliers. Les autres, les grands, investissent sur tout le littoral du Finistère, du Morbihan, mais aussi sur la frange atlantique du sud-ouest français et dans la péninsule Ibérique. La diversification des implantations leur permet de jouer sur de multiples tableaux. Maîtres du jeu, ils dominent, eux et eux seuls, les crises de production. Les autres, tous les autres, sont touchés de plein fouet. Dramatique pour les familles, dramatique pour Douarnenez, la crise fait émerger, de manière sensible et durable, les failles d’une économie basée sur la monoproduction. Son caractère exclusif est sa grande faiblesse. Sa réussite exceptionnelle engendrera de bien noirs lendemains.

Les incidences de la crise de 1880

40En 1880, les quantités de sardines débarquées ne représentent que le cinquième des apports de 1879. Le poisson, trop gros, se vend mal. Jusqu’en 1886, les pêches restent médiocres, exception faite de 1883, où la pêche, à Douarnenez, semble à peu près conforme à la décennie précédente. Les raisons de cette désaffection du poisson ne sont pas clairement définies : l’emploi abusif du chalut, cause très avancée, n’explique en rien les remontées spectaculaires de 1887 et le rythme général, en dents de scie, des pêches de sardines.

41Des conséquences immédiates se font sentir sur le plan démographique.

Tableau 9 : évolution de la population, 1881-1891 (Dubois, 1964)

Tableau 9 : évolution de la population, 1881-1891 (Dubois, 1964)

42Douarnenez, ville où la monoproduction règne en maîtresse absolue, est particulièrement touchée.

43Dans le même temps, la structure par classes d’âge de la population se modifie : les naissances et les décès diminuent, la partie moyenne de la pyramide enfle, la base se rétrécit. Le phénomène sera très lourd de conséquences.

Tableau 10 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1882-1906 (Dubois, 1964)

Tableau 10 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1882-1906 (Dubois, 1964)

44La balance du mouvement naturel laisse apparaître, entre 1881 et 1886, un excédent de 736 naissances et, entre 1886 et 1891, de 334 naissances. La population, de 9 809 habitants en 1881, passe à 10 905 en 1886 et à 10 021 en 1891.

45Il reste donc encore un appréciable excédent de naissance, mais la part des classes âgées augmente rapidement entraînant un vieillissement encore peu prononcé mais qui s’accentuera nécessairement.

46Le solde migratoire des années 1886-1891 est très largement négatif : –1298. Il est toutefois intéressant de constater que le mouvement d’émigration intervient cinq ans après le début de la crise alors que celle-ci est pratiquement terminée. Cette résistance à l’émigration dure jusqu’au moment où la décision ne peut plus être ajournée. Mais ce sont les plus jeunes, les plus dynamiques, qui partent, accroissant ainsi le vieillissement de la ville.

47Parmi ces émigrants de temps de crise, un cas significatif est à noter. En 1887, la chambre de commerce de Philippeville et la municipalité de Stora, en Algérie, demandent à l’État de favoriser le déplacement d’un certain nombre de pêcheurs bretons pour participer aux campagnes locales de pêche sardinière. Après un premier refus de l’État et des pétitions douarnenistes, la réponse gouvernementale est favorable. Dès 1891, cinq chaloupes douarnenistes sont chargées sur le pont d’un vapeur. D’entrée, c’est un grand succès qui dure… quatre ans. Mais, la cinquième année, la pêche est nulle et les Douarnenistes déçus rentrent au pays. La tentative n’en est pas moins significative de l’état d’esprit des pêcheurs de l’époque, acculés à tenter une « colonisation maritime »…

Une explosion urbaine

48Cette population qui s’agglutine, ces jeunes qui « grouillent », ces agriculteurs journaliers qui s’installent, il faut bien les loger.

49Nous avons vu, avant l’éclosion industrielle, ce quartier du port déjà fort peuplé. Il va vivre une extraordinaire concentration avec un problème, toujours le même : les pentes sont raides et les femmes doivent répondre rapidement aux appels de l’usine. Il leur faut être au plus près du quai et les familles se tassent, se tassent, jusqu’à l’excès. Il est étonnant de remarquer combien le parcellaire primitif, forgé par les presses, va être respecté. Les usines nouvelles s’insèrent dans les îlots anciens, s’adaptant à la trame tissée par les habitations. Une rupture d’importance cependant avec ce parcellaire ancien : le comblement des deux anses portuaires, exigé par le développement de l’activité. L’habitat primitif, sur lequel s’est superposée une première vague de constructions, était perpendiculaire à la mer. Partant de ces comblements, l’urbanisation s’effectue parallèlement aux quais.

50À partir de la décennie 1860-1870, on assiste à un double mouvement. D’une part, la concentration accrue des îlots existants ; d’autre part, un début de colonisation des terres non bâties. L’habitat se relâche, des traits d’union entre quartiers se mettent en place. Ce mouvement, fortement accru dans la décennie suivante (1870-1880), étend l’urbanisation à toutes les parcelles du vieux Douarnenez. Un plan d’alignement en naîtra.

51Les années 1872-1873 voient une formidable éclosion du quartier du Rosmeur, balisé par l’usine Wenceslas Chancerelle : la concentration urbaine de ce vieux quartier est alors telle que les élémentaires normes d’hygiène sont très largement bafouées. Cette surpopulation a des implications étroites sur la vie douarneniste. Ici encore, espace et société s’influencent mutuellement. Les différenciations espace public/espace privé sont faibles, les maisons sont entassées, sans règle aucune. Les familles vivent les unes sur les autres ; les enfants jouent et vivent dans les cours intérieures et dans les ruelles. Cette surpopulation a des influences multiples sur les caractères des hommes, des femmes, sur leurs réactions de groupe dans un conflit… L’espace module les esprits. Phénomène classique de tous les quartiers ouvriers. Phénomène connu. Mais phénomène qui trouve là une illustration parfaite.

52« Vel just a va kalz bugale en ti, ha deus ar marese na va nemet or gram tre pep familh. An huni a noe kram ha kegin va dija tud en o aes. » (Hor yezh, 1979.)

53« Il y avait beaucoup d’enfants dans la maison et à cette époque-là, il n’y avait qu’une chambre pour chaque famille. Ceux qui avaient chambre et cuisine étaient déjà des gens à l’aise. » (Tud ha bro, 1982.)

54Une véritable communauté naît de cet entassement.

55La fin du processus d’urbanisation (l’après 1880) voit l’achèvement de la colonisation de la presqu’île, suivant les critères définis dans les décennies précédentes.

Carte 3 : Douarnenez, 1829, réduction du cadastre (Piriou, 1960)

Carte 3 : Douarnenez, 1829, réduction du cadastre (Piriou, 1960)

56Regardons l’ancien cadastre (Carte 3). À une exception d’importance près (la « route neuve »), il constitue toujours la trame de l’organisation de l’espace urbain douarneniste. Tout y est. Le grand chemin de Douarnenez à Quimper (rue Jean-Bart) sépare la presqu’île en deux zones est et ouest, descendant vers les anses. Son aboutissement : le Guet.

57Remarquons au passage que cet ancien chemin suit la ligne de crête s’avançant dans la presqu’île. Le Guet et les deux anses sont les pôles de fixation de l’activité maritime. Sur le versant est de la presqu’île, trois routes descendent sur la mer, ayant chacune un sens économique bien précis :

  • la rue Sainte-Hélène menant à la chapelle puis au « petit port » ;
  • la « grande rue » menant à la « place à tout le monde » puis au « grand port » ;
  • la rue du Moulin, plus au nord, qui menait au moulin à vent détruit en 1866 ; elle prendra tout son sens avec les conserveries de la pointe du Rosmeur.

58Sur le versant ouest, une route principale descend au Port-Rhu. C’est le « chemin de Port-Rhu à Douarnenez ». Les habitants de Poullan­Tréboul venant à Douarnenez y débarquent et lui donnent une importance particulière.

59L’organisation de l’espace, que nous voyons sur cet ancien cadastre, est donc d’une extrême simplicité. Elle marque aujourd’hui encore le développement de ce quartier ; en règle générale les anciens chemins ruraux ont été élargis ; les petites rues, les traverses ont été intégrées.

60L’essor des fritures, l’essor démographique, l’explosion brutale de Douarnenez vont néanmoins impliquer de très violentes contraintes.

61D’ailleurs, le nombre annuel de constructions de maisons et les courbes démographiques présentent des similitudes intéressantes.

62Comme pour la population, l’envol urbanistique date de 1866 ; le Douarnenez de 1846 compte 490 maisons. En 1851, il y en a 485 puis 517 en 1856, 535 en 1866 et 640 en 1872.

63On peut ainsi, très concrètement, mesurer l’étendue de l’influence de la sardine, monoproduction, mono-transformation, permettant l’essor extraordinaire des conserveries, organisant les immigrations, influençant le bâtiment.

  • 3 Archives départementales du Finistère, 6 M 254, 6 M 255.

64Si, durant la période, certains quartiers gardent la même population, d’autres évoluent. Notons le rôle de la rue Jean-Bart où s’édifient les maisons de notables, en bordure de l’agglomération, sur la ligne de crête. Un receveur des douanes, un juge de paix, un professeur d’hydrologie, une directrice des postes, un docteur en médecine, un notaire, le commissaire de police, un pharmacien… y cohabitent avec quelques négociants, commerçants ou propriétaires3.

  • 4 Ibidem.

65Notons aussi l’arrivée, dans les décennies 1840 et 1860, de nombreux maçons ou couvreurs appelés par les besoins de construction. Ils s’installent rue de Pouldavid4 ou à Kérantré, à l’extérieur de la ville. Bientôt, à Pouldavid, ils formeront un milieu social très original de maçons­pêcheurs, rejoignant les embarcations le temps de la saison sardinière.

66Une ville vit au rythme de son activité.

67L’espace urbain a donc été, dans un premier temps, un produit des exigences économiques.

68En 1871, la municipalité, s’inquiétant du développement mal connu et encore moins maîtrisé de Douarnenez, demande un nouveau plan de la ville.

  • 5 Archives municipales de Douarnenez, délibérations des conseils municipaux.

« Considérant que le plan actuel de la ville existe depuis 1840, alors que Douarnenez ne possédait qu’une population de 4 000 âmes au plus ;
Considérant que la population actuelle de la ville est de près de 7 000 âmes ;
Considérant en outre, que la ville prend de jour en jour de l’extension et qu’elle est appelée à devenir une ville importante, le Conseil… émet le vœu qu’un nouveau plan… soit fait le plus promptement possible5. »

69Ce premier souci, louable, doit être prolongé par un désir d’organisation. La municipalité tente de dompter le développement urbain, quand les exigences économiques l’ont, déjà, bel et bien, marqué. Ces tentatives sont des réponses, après coup, à une organisation de l’espace, née de l’innovation. C’était l’ère de l’économique dominant. Mieux, de l’industriel dominant.

Un espace qui s’organise

70Dans les années 1860 plusieurs rues, et non des moindres, sont frappées d’alignement et élargies. Tout d’abord la rue du Moulin, en réponse à la construction du grand môle de la pointe du Rosmeur, de 1860 à 1866. Puis la rue du Rosmeur est élargie, passant de 5 à 8 m, à partir de 1866. Cette décision « d’une grande urgence pour les intérêts commerciaux », ne fait pas l’affaire de M. Debon, conserveur, dont la friture est amputée. La rue du Guet est également élargie après une très vive polémique opposant les Chancerelle à leur confrère et concurrent Le Guillou de Pénanros, alors maire de la ville. Cet épisode est révélateur de rapports de force qui n’apparaissent que très rarement. Économiquement liés, unis par les mariages « internes », les industriels ont très souvent des intérêts convergents. Mais la concurrence existe, évidemment, sévère et insidieuse, et la solidarité objective, née de la fonction économique, se craquelle à l’occasion. Ainsi, au détour d’un conflit médiocre et anodin, comme l’élargissement d’une rue, apparaissent à la surface des archives les inimitiés, les rancœurs, les antipathies. La magnifique et trop parfaite opposition usiniers-Douarnenistes ne doit pas faire oublier cette réelle concurrence du quotidien.

71Après 1870, les « élites » tentent de régulariser le développement de cette ville née de l’industrie. Le point d’orgue de cette volonté est le plan d’alignement de la ville mis en place à partir de 1875.

72Le 5 mars 1874, le maire, M. Hurtel, prend les choses en main et prescrit un arrêté concernant la salubrité publique et la voirie urbaine. Dans un texte très volontariste, on peut lire qu’il est désormais demandé :

  • 6 Ibidem, registre des arrêtés du maire.

« de ne rien jeter par les fenêtres… ni d’y déposer des immondices [dans les rues]. Le manque de latrines dans la plupart des maisons de Douarnenez étant la plus grande cause de l’intolérable malpropreté, qui se remarque en ville, les propriétaires ou locataires ayant cours ou jardins auront d’ici le 1er juin 1874 à se pourvoir de fosses d’aisances6 ! »

73Il est vrai que l’absence d’hygiène publique est souvent source de drames. En 1881, lors de la grande épidémie de variole, un journal écrivait : « Il est de tradition que, lorsqu’une épidémie s’abat sur notre région, Douarnenez paie double tribut de victimes […] les conditions sanitaires étant si mauvaises. » (Cité par Le Floc’h, 1988.)

74En 1888, une nouvelle épidémie de variole emporte 228 Douarnenistes au cours du seul premier trimestre. La surpopulation et l’absence d’aération de l’habitat amplifient largement ces problèmes, comme en toute concentration ouvrière.

  • 7 Ce plan d’alignement sera complété par un nouveau « plan général des alignements des rues », en 19 (...)

75L’arrêté du maire prescrit également pour sa ville des alignements de construction et une réglementation stricte de la voirie urbaine… Enfin des décisions volontaristes7 !

  • 8 Archives municipales de Douarnenez, registre des arrêtés du maire.

76À partir de cette date et jusqu’à la guerre, de très nombreuses voies sont empierrées, des trottoirs installés ainsi que des caniveaux, dans les rues Duquesne, ­du Stancou, de la Corderie, Lammenais, Duguay-Trouin, du Rosmeur, d’Ys, Grivart8

77La rue Sainte-Hélène est définitivement percée et organisée. À cette fin, pas moins de dix-neuf procédures d’acquisition de terrain s’avèrent nécessaires.

78Un peu plus au sud, l’actuelle rue des Plomarc’h est créée, à partir de 1875, à la suite de quelques expropriations. L’idée est ancienne car cette voie permet une arrivée directe et rapide sur le port. Dès 1862, le principe est admis de lier et d’élargir les deux rues alors existantes, la rue du Coajou, dans la partie haute, la rue de la Verdure, dans la partie basse, qui vont former cette voie des Plomarc’h. Mais le maire, M. Gustave Le Guillou de Pénanros, doit alors affronter un prédécesseur à la mairie, propriétaire de plusieurs parcelles qu’il n’entend pas céder : M. Daniélou. Maire de Douarnenez en 1855, M. Daniélou l’est à nouveau de 1871 à 1873, de 1882 à 1888 puis de 1892 à 1896. Et il n’entend pas se séparer de ses parcelles. Après des appels divers, des plaintes nombreuses et une procédure bien longue, Auguste Hurtel, maire en 1875, exproprie celui qui est son prédécesseur et qui sera aussi son successeur.

79Au-delà de ces péripéties de la vie politique locale, retenons ce fait majeur : cette rue, bientôt appelée rue des Plomarc’h, est alors l’axe « extérieur » desservant le port du Rosmeur en évitant le centre-ville. Nous sommes en limite d’agglomération. Nous parlerions aujourd’hui de rocade…

80Ainsi, peu à peu, naissent des voies nouvelles, jalonnées de bâtiments publics importants. L’espace urbain est contrôlé, pensé, compris. De Ploaré à la rue de la Verdure, un damier est mis en place, comme de Ploaré au champ de Foire.

81De l’Enfer au Guet, des voies sont également projetées qui ne verront pas toutes le jour. La partie nord de la presqu’île, déjà urbanisée, ne subira en effet que peu de modifications. Les chemins ruraux seront simplement élargis et les parcelles anciennes respectées.

82La partie sud au contraire, qui reçoit l’empreinte de l’innovation industrielle, est aménagée et les grands champs sont morcelés de manière assez régulière.

83Un nouvel axe est créé. « La route neuve », aujourd’hui rue Duguay-Trouin, appelée, sur le plan d’alignement : « la route nationale n° 165 de Nantes à Audierne ». Cette rue part d’une placette qui devient le centre commercial de Douarnenez, la Croix.

84Un mouvement en ce sens s’amorçait dès la fin des années 1830, avec l’installation de nombreux commerçants : Riou, cabaretier, en 1832 ; Auffret et Renot, tonneliers ; Saout, « marchand de comestibles » en 1835 ; Bouilly, négociant en 1836 ; Auffret, voiturier en 1835 ; Gaingant, voiturier également, en 1840. Sur trente et une maisons édifiées autour de la Croix dans la décennie 1830-1840, onze abritent des commerces. Le mouvement continue dans les décennies suivantes, de façon plus étendue, touchant directement les trois rues menant à la place : rue Jean-Bart (alors bien souvent notée « Jambart » !), rue Sainte-Hélène, rue Neuve. S’y installent des marchands de comestibles, un notaire, un épicier au détail, un forgeron, un arpenteur, des boulangers, des marchands ( ?), un pharmacien, un menuisier, dans la rue Jean-Bart baptisée « rue de Paris » pour cette unique occasion.

85La Croix, centre spatial, centre commercial, devient vite le lieu principal d’activités communautaires de la ville. Tout y passe.

86« Nign a va e chom e Tal a’Groaz, setu an holl da von pe var du Tréboul pe var du Ploaré a dremene tre kreiz ker, ‘vel an akipachou pa teuen ue deus ar mour. Ar boutou koad ‘va tachet, setu an drae a rae miac’h a drouz. » (Hor yezh, 1979.)

87« Nous habitions à Tal ar Groaz, alors tous ceux qui allaient vers Tréboul ou vers Ploaré passaient par le centre-ville. C’était la même chose avec les équipages quand ils rentraient. Les sabots avaient des clous, et ça faisait beaucoup de bruit ! » (Tud ha bro, 1982.)

88Plaque tournante de la ville, la Croix va même dépasser ces fonctions bien précises pour devenir dans l’esprit de la population… « ce qu’était le forum pour les Romains… Elle n’a rien qui aguiche l’œil, cette petite place banale, grande comme un mouchoir de poche, avec son horloge qui sert de mur d’affichage aux proclamations municipales. Ses maisons, ses magasins, pas davantage. À ses angles, un magasin de chaussures, un bazar, à l’instar de Paris, enfin un débit bien effacé… La Croix est le centre de la vie civique. C’est le lieu de rassemblement. C’est à la Croix qu’en période de grève se réunissent ouvriers et manœuvres » (Mével, 1927).

89Durant les mouvements sociaux de 1924, la Croix remplit quotidiennement ce rôle central. Plus de soixante ans après, Charles Tillon se souvenait encore que là, chaque matin, il affichait les mots d’ordre de la CGTU devant les quolibets des socialistes-libertaires.

90La démolition d’une maison occupant le centre de la place va transformer la Croix. La maison appartient à M. Bréthel fils, l’enquête commodo-incommodo pour acquisition de gré à gré de cette bâtisse a lieu en septembre 1857. Personne ne se déplace. Le projet municipal est de construire une fontaine publique. Installée en 1861, bientôt surmontée du célèbre « Bonnomig », statuette représentant un petit égyptien, cette fontaine devient l’important point d’eau central de la ville. Car l’eau manque dans la presqu’île ; cette absence est l’une des principales raisons de la difficile diversification de la production industrielle, les conserves de légumes ayant un grand, très grand, besoin d’eau.

91Centre social évident, symbolisé par le Bonnomig, Tal ar Groas s’affirme le lieu de rassemblement des Douarnenistes à toutes les grandes heures de l’histoire.

92« Chonj am eus e velar potred ar vaneuverien azeet e Tal a’Groaz, pugur ae va an emgav evit an holl arok mon da labourat, ha pa vie or grev, e Tal a’Groaz nani teue ato an dud da n’im vodin, azeet var bord ar riblenn a c’hotoz or c’helou bennak da zon. » (Hor yezh, 1979.)

93« Je me rappelle avoir vu les manœuvres assis à Tal ar Groas, car c’était là le lieu de rendez-vous avant d’aller au travail. Quand il y avait une grève, c’était à Tal ar Groas que les gens se rassemblaient, assis sur le bord du trottoir, attendant quelque nouvelle. » (Tud ha bro, 1982.)

94Le Bonnomig, ce petit égyptien, affectueusement adopté par les Douarnenistes, devient leur symbole et, en 1888, une horloge à cinq pendules est édifiée à ses côtés.

95« E Tal a’Groaz a va on orolaj hag an dud a teue d’ar marc’had a dole or zell da welar hag-en noe ke kollet re a amzar da flepin gad un bennak. » (Hor yezh, 1979.)

96« À Tal ar Groas, il y avait une horloge et les gens qui venaient au marché y jetaient un coup d’œil pour voir s’ils n’avaient pas perdu trop de temps à bavarder. » (Tud ha bro, 1982.)

97Arrêtons-nous un instant pour bien comprendre ce moment de l’histoire urbaine de Douarnenez.

98Au temps des presses artisanales et familiales il n’y avait pas de système urbain, mais un gros village organisé autour du port du Rosmeur. La première vague d’urbanisation a surtout rempli les espaces vacants de ce tissu primitif, créant un extraordinaire conglomérat urbain de ruelles, d’escaliers, de venelles et de placettes…

99La seconde vague d’urbanisation, quantitativement plus importante, fait éclater le verrou, colonise toute la presqu’île. Alors, apparaît le sens véritable de la « Croix », trait d’union entre les différents quartiers naissants, symbole du nouveau système urbain. Cette deuxième vague, maîtrisée par un plan d’alignement, crée des îlots, un ordonnancement en damier ; l’hygiène y est meilleure ; l’économique n’est plus si outrageusement dominant. La municipalité joue le rôle de relais et tente l’organisation. C’est l’apparition, raisonnée et ambitieuse, de la puissance publique, régulatrice.

100La Croix, centre géographique de la presqu’île, centre social de l’espace urbain, régente un système clair et géométrique de rues. Cinq routes de première importance s’y rencontrent. Quatre anciennes, aux sens économiques bien définis ; une nouvelle qui va vite devenir une artère primordiale : la « Route Neuve ». Cette rue qui tirera tout son sens et sa force de la gare et du pont, est née bien avant l’implantation de la voie ferrée ; elle fixe, à proximité de la Croix, les grandes places des marchés – le champ de Foire et le champ de Bataille – agrandies et équilibrées dans les années 1860-1863. Autorisation est d’ailleurs donnée au maire de Douarnenez de clore le Champ de Foire, en mars 1863. Des deux maisons faisant directement face à la Croix, l’une, la « maison de la Croix » avait été détruite en 1845. L’autre est démolie, en 1860, pour être cédée à la voie publique.

101En 1847, la parcelle 715 du vieux cadastre avait été coupée pour aménager, de la Croix vers Pouldavid, un chemin, « route de Pouldavid », qui donnera plus tard une partie de la rue Duguay-Trouin. Il est intéressant de noter que le petit chemin appelé « rue du Champ-de-Foire » qui joignait la Croix à cette grande place n’a pas été modifié ; il a longtemps été appelé « Karn an tachar »… « Ha n’ouzi ke perak a vei karn an tachar ? An hentig a ya ae a-drenv an otel de Frans ? Ta’kouzh Grifon a va tachar kezeg, ha pugur a va tachar kezeg, an drae va karn an tachar. » (Hor yezh, 1979.)

102« Vous ne savez pas pourquoi c’était Karn an tachar, le petit chemin qui donne là, derrière l’hôtel de France ? Le grand-père Griffon était maréchal-ferrant (tachar), et puisqu’il était maréchal-ferrant, c’était Karn an tachar. » (Tud ha bro, 1982.)

Un nouveau visage

103La route Neuve devient, bien naturellement, l’axe central commerçant. Partant de la Croix, dont on saisit l’importance, elle passe par les grandes places, par l’octroi (situé au « bout du pont » ou « penn ar pont ») et se déploie jusqu’au dernier réverbère, au Stankou ; près de ce réverbère, s’ouvrira plus tard le premier cinéma de la ville, la « salle Venise »… Nous sommes là aux frontières de Douarnenez… c’est dire l’étendue de la ville ! Cette route Neuve devient le lieu de promenade favori des Douarnenistes. Une expression en est née : « Faire la route Neuve ».

104Ainsi, peu à peu, Douarnenez se donne un nouveau visage.

105Face à l’actuelle poste, un moulin à vent, construit en 1837, est démoli en 1860. Le moulin à vent du Men Leon, lui survit six ans et est détruit en 1866. En 1861, Henri Jacq est exproprié de sa pâture de la pointe du Rosmeur pour l’établissement d’un sémaphore. Théophile Le Guillou de Pénanros, lui, n’est pas exproprié, il cède sa parcelle à l’amiable. Le maire, il est vrai, s’appelle Gustave Le Guillou de Pénanros… son frère !

106En 1871, les halles sont érigées. Les précédentes halles, installées dans la « grande rue » (au débouché actuel de la rue Sébastien-Velly) menaçaient ruine ; le nouveau bâtiment est érigé à proximité immédiate. Mais sa taille impose un important curetage, qui rompt avec l’urbanisation passée de ce vieux quartier, et dix maisons sont démolies, après expropriation. Les rues débouchant sur ces halles nouvelles sont bientôt élargies. La rue Sainte-Hélène et la « grand rue », d’abord, puis la rue « Monte-au-Ciel », élargie à huit mètres ; la partie de la rue du Coajou faisant suite à la rue des Halles (rue née de la construction) est, elle, élargie à neuf mètres.

107On peut mesurer l’importance de ces bouleversements. L’ancien centre du bourg sardinier, maintenant trop petit, trop encastré, est ouvert et aéré, au prix de très importants travaux.

  • 9 Le poète Roger Judrin, s’y promenant, aura cette répartie : « La rue Monte-au-Ciel est la seule ru (...)

108Si quelques bâtiments publics sortent de terre, il en est de même d’établissements privés, comme l’école libre des filles, bâtie en 1869, dans des locaux ouverts rue des Trépassés. Cette rue qui tenait son nom des passages réguliers des convois mortuaires menant les défunts de Sainte-Hélène au cimetière, à Ploaré, deviendra la rue Monte-au-Ciel9 ! L’école est ouverte au nom de Sœur Saint-Jean, Victorine Jenny Rault. La société anonyme d’Écoles libres de filles du Finistère en assure bientôt la responsabilité et procède à son agrandissement, vers 1894. Les sœurs qui sont à l’initiative de cette création avaient été appelées par la municipalité dès 1854 (Le Floc’h, 1988). Sœurs de Saint-Esprit de Saint-Brieuc, elles étaient venues assurer l’éducation et l’instruction des jeunes filles et 600 francs par an leur étaient alloués à cette fin. Mais cette école, devenue aujourd’hui l’école des « Saints-Anges », n’est pas la première installée à Douarnenez.

109La loi Guizot de 1833 obligeait en effet les communes à se doter d’une école de garçons. Douarnenez n’avait pas attendu ce texte de loi pour accueillir sa première institutrice, ouvrant une classe, le 5 novembre 1829 : Mlle Ducléguer, institutrice publique. Le 24 mars 1838, M. Bossennec est autorisé à tenir une autre école, dans une maison bâtie sur un terrain qui sera plus tard acheté par l’hospice, à Penn ar C’hoat.

110En 1840, Douarnenez compte donc deux écoles : l’école de M. Bossenec, aidé par deux autres instituteurs, MM. Salaün et Monin, réservée aux garçons, et l’école des filles, créée par Mlle Ducléguer, maintenant tenue par Mlle Louise Lavaure avec l’aide de Mlle Manon Lavaure et Mlle Célina Rabot.

  • 10 Archives départementales du Finistère, 2 O 364.
  • 11 Ibidem.

111Pour le maire de Douarnenez cette école des filles est importante car « ce sont les femmes qui reçoivent le poisson et qui en prennent note. Ce sont les femmes qui s’occupent de sa confection, qui règlent le compte avec les saleuses, les ramailleuses, les tonneliers… c’est sur les femmes que repose tout le poids de l’administration10. » Mlle Lavaure reçoit alors chaque mois 200 F pour s’occuper de 20 petites filles : « on ne peut lui demander plus11. » Pourtant une quarantaine d’élèves s’entassent parfois dans la petite pièce. Cette exiguïté des locaux est partagée par l’école des garcons où s’entassent au moins 120 à 130 enfants… Ils y sont parfois 200 voire 250, répartis en trois classes, chacune dirigée par un maître.

  • 12 Ibid.

112Ceux qui ne peuvent, ou ne veulent, y venir lorsque les travaux de la pêche leur en laisseraient le temps, s’adonnent « à l’oisiveté et aux actions blâmables12 ».

  • 13 Ibid.

113Une seule solution : construire un bâtiment scolaire suffisamment spacieux. Un premier devis, en 1841, s’élevant à 38500 F13, est jugé trop onéreux. Un second projet est refusé, en 1843, par le comité supérieur d’instruction primaire de l’arrondissement : il prévoyait, dans un même local, la classe des garçons et celle des filles et, sous un même toit, les logements de l’instituteur et de l’institutrice !…

114Après divers autres projets et grâce à des aides gouvernementales, un projet est finalement approuvé, installant l’école des garçons à proximité immédiate de la mairie, rue Sainte-Hélène.

115De nombreuses « écoles » suivront, parfois de manière bien éphémère, après le vote du principe de la gratuité scolaire, le 19 novembre 1865, par le Conseil municipal de Douarnenez. La population scolarisée double alors. Retenons l’école communale des filles, construite en 1872, sur un terrain donnant sur la place du Champ-de-Foire ; c’est l’ancien emplacement de l’école de musique, place du Bicentenaire. Laïcisée en 1879, elle eut pour directrice Mlle Delaville puis, en 1889, Mlle Rolland, qui a sous ses ordres huit institutrices-adjointes.

116L’établissement des garçons quitte la mairie en bénéficiant de la construction, en 1882, d’un nouvel édifice, rue de la Corderie (actuelle école Victor Hugo).

117Cette décennie est, en France, la grande époque du développement scolaire. Douarnenez n’échappe pas à la règle. En 1881, « rue de Ploaré » dans un « grand champ » appartenant à Alexandre Gaingant, une nouvelle école est bâtie. Les Frères de M. de Lamennais ouvrent leur établissement congrégationiste, qui fonctionne d’abord uniquement en externat, pendant six ans. En 1887, ils créent un pensionnat ainsi annoncé :

  • 14 Archives du lycée-collège Saint-Blaise.

« En prenant cette détermination, on a cru répondre aux légitimes préoccupations des pères de famille de la région soucieux de procurer à leurs enfants le bienfait d’une éducation chrétienne. […] Ce vaste établissement des Frères de Douarnenez admirablement situé sur le penchant d’une colline où l’on respire à pleins poumons l’air salubre de la mer, réunit au suprême degré toutes les conditions d’hygiène et d’appropriation. D’un autre côté, Douarnenez, par ses foires et ses forts marchés, attire tous les jours les cultivateurs des communes voisines et même des cantons environnants ; ils en profiteront pour voir leurs enfants et leur apporter la petite provision de la semaine ; car il va sans dire qu’on recevra pensionnaires et demi-pensionnaires aux prix les plus réduits et en tenant compte de l’état de gêne où sont tombées les meilleures familles de nos campagnes14. »

118C’était la naissance d’une école toujours bien présente à Douarnenez : l’école Saint-Blaise.

119« L’école primaire supérieure », l’EPS, elle, est ouverte en 1885, dans l’actuelle rue des Plomarc’h (dans une ancienne école primaire). Mais, construits pour 45 élèves, ses locaux s’avèrent rapidement trop petits. Un nouvel établissement est bâti, en 1888, à Kerbervet. Très vaste et dominant le Port-Rhu, il accueillera des générations d’élèves. Notons un détail : cet établissement, comme tant d’autres équipements publics demandés par les Douarnenistes, est construit sur la commune de Ploaré. Le Douarnenez industriel est décidément enfermé dans une coquille bien trop étroite…

120Sortie de terre en quelques décennies, organisée et dotée des indispensables équipements urbains, Douarnenez reçoit également quelques consécrations administratives ou religieuses, et non des moindres.

121En 1869, Douarnenez est promue au rang de quartier maritime. Le sous-commissaire Dary et le professeur d’hydrographie Millet (Le Grand, 1985), y prennent leurs fonctions dans les locaux ouverts aux côtés du consulat de Norvège. Par la suite, ces locaux seront installés chez Mme Berrehouc, face à l’école Marie Curie, puis rue Barbusse, dans l’imposant édifice actuel.

122Mais cette consécration administrative doit, dans l’esprit des Douarnenistes, être suivie d’une autre, bien plus importante : l’érection de Sainte-Hélène en église paroissiale et, mieux encore, le transfert du titre curial de Ploaré à Douarnenez.

Douarnenez enfin paroisse

123Le 14 février 1869, le conseil de fabrique de l’église paroissiale de Ploaré se réunit pour étudier deux demandes déposées par les habitants de Douarnenez : l’érection de Sainte-Hélène en église paroissiale et le transfert du titre curial de Ploaré à Douarnenez.

  • 15 Archives municipales de Douarnenez, construction de l’église.

124Si la première « revendication » est approuvée à l’unanimité et reconnue « utile et même nécessaire pour la population15 », l’idée même du transfert de titre curial vers Douarnenez se voit opposer un redoutable et laconique : « le conseil de fabrique désapprouve et regrette, purement et simplement ». On ne peut jouer impunément avec les titres.

125Quelques semaines plus tard, le 30 mai, M. Auguste du Fretay, maire de Ploaré, réunit son conseil municipal, pour débattre des mêmes questions émises par les voisins Douarnenistes.

  • 16 Ibidem, délibérations des conseils municipaux de Ploaré.

126Le projet d’érection de Sainte-Hélène en église paroissiale ne choque pas les élus « n’ayant pas à s’occuper des ressources de la commune de Douarnenez, ni des obligations qu’elle veut bien contracter pour érection16 »… Ils s’en remettent donc à la sagesse de Monseigneur l’évêque, de Monsieur le préfet et du Conseil d’État.

127Par contre considérant « qu’il n’y a aucune raison, civile ou religieuse, pour enlever à l’église de Ploaré l’honneur que l’on doit à une église-mère […], que l’église de Ploaré estimée des plus belles du diocèse de Quimper et son clocher un des plus beaux du Finistère tandis que Sainte-Hélène n’est qu’une petite chapelle pouvant à peine contenir 300 personnes », le conseil municipal de Ploaré estime qu’il « y aurait injure pour la commune et l’église de Ploaré, ni convenance pour la religion et pour le titre lui-­même, à faire transfert et proteste, à l’unanimité contre le projet. »

128Mais qui pourrait longtemps s’opposer aux évidences ? La chapelle est bien trop petite pour recevoir les Douarnenistes, et une église s’impose ; chacun, à vrai dire, le sait bien.

129Une pétition est organisée en ce sens par les paroissiens et transmise par Monsieur le curé, en poste à Ploaré, aux élus Douarnenistes. Ceux-ci, le 18 février 1872, regrettent de ne pouvoir y donner suite, en raison de la situation financière difficile et de la faiblesse des aides de l’État. Le maire, il est vrai, est Eugène Lucien Napoléon Daniélou, connu pour la vigueur de ses convictions anticléricales.

130Ces raisons ne peuvent satisfaire les paroissiens qui, en octobre 1872, redéposent une nouvelle pétition auprès du maire de Douarnenez :

  • 17 Archives municipales de Douarnenez, construction de l’église.

« À Messieurs les membres du Conseil municipal de Douarnenez.
Les soussignés, membres de la commission de l’église projetée à Douarnenez ont l’honneur de vous adresser la pétition suivante :
Le 26 janvier 1872, dans une pétition signée par plus de cent des habitants les plus notables de la ville, le concours de l’administration municipale a été demandée pour la construction d’une église neuve à Douarnenez. On vous demandait, Messieurs, un terrain pour servir d’emplacement et un secours en argent.
Vous n’avez pas cru, Messieurs, pouvoir donner une réponse favorable. Depuis, l’œuvre de l’église neuve a marché. Un terrain a été acheté avec le consentement et l’argent des principaux souscripteurs… au Guerlosquet… Nous vous conjurons donc, Messieurs, d’unir vos efforts et vos ressources aux nôtres… Nous consentirions à sacrifier le terrain du Guerlosquet à condition que la commune achète immédiatement un terrain suffisant dans le parc de Mme Delécluse, le seul endroit qui puisse dans l’esprit de la population soutenir avantageusement la concurrence avec le terrain déjà acquis.
[signé :] Pouliquen, curé et Le Guillou de Pénanros, Wenceslas Chancerelle, Revault, Eugène Jacq17. »

131Notons, au passage, la forte présence des usiniers dans l’organisation locale de l’église. Sur les cinq membres de la « commission de l’église », trois sont conserveurs : Le Guillou de Pénanros, Wenceslas Chancerelle, Eugène Jacq.

132Mais le conseil municipal, présidé par le maire Daniélou, ne modifie pas sa position, et, le 29 novembre 1872, réaffirme ses regrets…

133Qu’à cela ne tienne. Le curé, Yves Pouliquen, à la tête du comité pour la construction de l’église, est bien décidé à aller vite et à forcer le destin. Les plans dressés par l’architecte diocésain Bigot, des terrains disponibles au Guerlosquet… la première pierre est posée, le 20 avril 1873, par Monseigneur Nouvel, évêque de Quimper… Faute de crédits, pendant quelques mois, cette première pierre reste cependant désespérément seule.

134Pourtant la pression démographique s’affirme chaque année davantage.

135Ploaré est décidément bien éloigné et Sainte-Hélène trop exiguë. Et puis, tout arrive. Le maire Daniélou est battu aux élections de 1874 et son successeur Hurtel a l’écoute de M. le curé ! En attendant une grande église, celui-ci s’adresse alors, le 20 août 1874, au nouveau maire de Douarnenez, afin de lui demander la jouissance des halles pour les offices religieux du dimanche. Le 1er septembre, le maire de Douarnenez accepte l’idée d’organiser, aux halles, les offices. L’autel, la chaire à prêcher et les nécessaires aménagements font l’objet d’une adjudication et les halles de Douarnenez se transforment ainsi, « les jours de dimanche et fériés », en église provisoire dédiée à Saint-Maurice. La première messe y est célébrée le 15 août 1875.

  • 18 Ibidem.

136Durant cette période, deux pétitions sont lancées sur Douarnenez18, qui recueillent 380 et 93 signatures. Elles demandent, l’une et l’autre, à Monsieur le ministre de la Justice et des Cultes le transfert du titre curial de Ploaré vers Douarnenez. D’ailleurs, disent les Douarnenistes, « ce changement n’occasionnerait aucun détriment à Ploaré, simple village pour lequel ce titre n’a aucune valeur ». Par contre, Douarnenez, chef-lieu de canton, possède une population de 6 000 âmes, ce chiffre s’élevant au moins à 9 000 pendant quatre mois de l’année… Et, « cette ville se trouve pour ses besoins spirituels tributaire de la commune de Ploaré siège du curé et de tout le clergé cantonal. Cette situation, compréhensible à une époque où Douarnenez n’était qu’un hameau habité par quelques pêcheurs, constitue actuellement une anomalie dont on ne trouverait peut-être pas un exemple dans tout l’Empire. »

137Ploaré ? un simple village !

138Le renversement de la hiérarchie, l’érection de Douarnenez au titre de paroisse disposant du titre curial, est entériné, le 3 juin 1875, par un décret signé par M. Wallon, le ministre de l’Instruction pubique et des Cultes, au nom du Maréchal de Mac Mahon, président de la République.

  • Art. 1 : le titre de la cure cantonale, attribuée à l’église de Ploaré, est transféré à l’église de la commune de Douarnenez, chef-lieu du canton civil. La circonscription de cette cure comprendra le territoire entier de la commune de Douarnenez.
  • Art. 2 : l’église de la commune de Ploaré, canton de Douarnenez, arrondissement de Quimper, est érigée en succursale. La circonscription de cette succursale comprendra le territoire entier de la commune de Ploaré […].

139Le 10 juin 1875, le maire, Auguste Hurtel, annonce à son conseil la bonne nouvelle.

  • 19 Ibid.

140Sur la note manuscrite qu’il rédige avant cette réunion, Auguste Hurtel écrit simplement, en caractères hachés et nerveux, « nous sommes paroissiens de Douarnenez19 ».

141Le premier conseil de fabrique est installé le 28 juillet 1875. Nommé moitié par l’évêque et moitié par le préfet, il est composé du curé Pouliquen et du maire Hurtel, de Laurent Belbeoc’h, marin ; Honoré Spitalier, trésorier des Invalides ; Jean Magne et Michel Guéguen, commerçants ; Wenceslas Chancerelle, négociant ; Raphaël Beleguic, industriel ; Jean-Marie Orven et Eugène Jacq.

142Le curé de la paroisse devant être hébergé à Douarnenez, il est logé, jusqu’en 1882, dans une maison de la rue du Couëdic, faisant office de presbytère. Cette maison, avec toutes ses dépendances, cour, bâtiments de service et jardin, appartient à M. Auguste Chancerelle, négociant ; il signe l’acte de mise à disposition de cette propriété avec le trésorier de la fabrique curiale de Douarnenez, M. Wenceslas Chancerelle…

  • 20 Ibid., délibérations des conseils municipaux.

143À peine le décret du Maréchal de Mac Mahon est-il signé que, le 30 juin 1875, le conseil municipal de Douarnenez se préoccupe de la construction d’une église « qui nous est indispensable20 ». Le conseil vote, à l’unanimité, un emprunt de cent mille francs, au taux de 5 % sous réserve d’un apport de 50 000 F du conseil de fabrique. Le maire parle alors du temps des sacrifices.

144Les terrains achetés au Guerlosquet, neuf parcelles de terre labourable et un courtil, font l’objet, en 1876, d’un don de M. Pouliquen, curé de Douarnenez, à la fabrique de la paroisse.

145Commencent alors les travaux… Notons, au passage que le maire précédent, Daniélou, avait réussi à éviter que l’église nouvelle ne devienne centre de l’agglomération. En ne cédant aucun terrain il contraignait la paroisse à bâtir sur une parcelle enclavée. Ainsi, l’église ne peut définir une perspective structurant l’espace douarneniste, que ce soit de la rue Jean-Bart, du port, ou du Port-Rhu ; elle est décalée par rapport à tous les axes de l’agglomération. Aucune place de l’Église n’organisera jamais l’espace alentour. Le petit-fils de Daniélou se vengera : il sera cardinal. Il ne faut jamais jurer de rien.

146Le 16 septembre 1877, 1’église neuve est consacrée par Mgr Nouvel, sous le patronage du Sacré-Cœur.

147Lorsqu’on établit les comptes, on constate que l’édifice a déjà coûté 309 998,75 F… et le clocher n’est pas achevé ! Malgré une délibération municipale, en juillet 1878, l’affaire en reste là. L’ameublement, très sommaire au début, est simplement peu à peu complété.

148Une cloche en location fait entendre son timbre jusqu’au 31 mars 1879, date à laquelle sont bénites et mises en place les trois cloches définitives, pesant respectivement 2 190, 635 et 235 kg.

149Telle qu’elle est, l’église neuve, avec ses proportions de cathédrale, est l’une des plus vastes du diocèse… mais ne résiste pas aux railleries des Tréboulistes :

« Paotred Treboull neuze a lavare de baotred Douarnenez :
“Tour flastret ! Tour flastret !”
Neuze va ket graet c’hoazh… An iliz va graet met ar c’hloc’hdi va ket echu.
“Laer ar c’hilhog” va respontet dezho.
N’ouzon ket pelec’h noe laeret ar re Treboull ar c’hilhog da lakaat war o iliz, met an dra-se a va. Sur a-walc’h a noe bet ur c’hilhog pe aet da glask ur c’hil­hog da lakaat war o iliz. Erfin, “laer ar c’hilhog” ha “Tour flastret” a va. Ha me respont mat deoc’h ! » (Hor yezh, 1979).
« Les gars de Tréboul alors disaient aux Douarnenistes :
“Tour écrasée ! Tour écrasée !”
À cette époque-là… l’église était terminée, mais pas le clocher.
“Voleurs de coq !” leur répondait-on.

150Je ne sais pas où les Tréboulistes avaient été voler leur coq, mais c’est cela qu’on leur répondait. Ils avaient dû aller chercher un coq quelque part pour le mettre sur leur clocher. Et je vous dis bien que ça ne traînait pas. » (Tud ha bro, 1982.)

151Face à la nouvelle église et surveillant son clocher inachevé… les gendarmes, s’installent en 1879, dans une maison sise 51-52, rue Fontenelle, vendue par M. Eugène Dahirel, médecin et ancien maire, au département.

152Cette maison fera office de caserne de gendarmerie jusqu’à la création du bâtiment actuel.

153Tour flastret ! Il faudra encore attendre longtemps avant que les Tréboulistes ne cessent de railler l’honneur douarneniste. Après une tentative en 1914, c’est seulement en 1939 qu’un accord interviendra entre la municipalité et la paroisse, pour la construction de la flèche de l’église. Le maire, alors, s’appelle Le Flanchec, et, après avoir été le plus grand pourfendeur d’ecclésiastiques du département, c’est lui qui achèvera la construction de cet édifice…

154Soixante-deux ans après, le clocher trouvera achèvement, l’église intégrité et le Douarneniste, honneur perdu. Quant à Le Flanchec, peut-être y a t-il gagné le paradis.

155En attendant, avec cette église du Sacré-Cœur construite et consacrée, ce titre curial enfin obtenu, la prééminence sur Ploaré enfin affirmée, l’intemporel se met au diapason des réalités économiques. Cette construction et ce titre s’avèrent les marques d’une victoire décisive de Douarnenez, dans le long bras de fer qui l’opposait à la paroisse mère. Son émancipation.

Un territoire bien trop étroit

156Cette même année 1876 voit l’arrivée à Douarnenez d’un grand symbole de la révolution industrielle, bien temporel celui-ci : l’établissement d’une usine à gaz, pour l’éclairage et le chauffage de la ville de Douarnenez.

157Les négociations sont engagées, depuis quelques années, avec la société Dalifol Huet et Cie, manufacturiers à Paris. Un accord de principe est voté par le conseil municipal de Douarnenez, en janvier 1874 et un terrain envisagé, à Ploaré, au Stancou.

158Des fouilles pour l’établissement des tuyaux de conduite de gaz ont lieu durant l’hiver 1876, après la signature d’un cahier des charges précis où les manufacturiers s’engagent à établir :

  • 21 Ibid.

« entièrement à leurs frais l’usine et le matériel nécessaire à la fabrication et à la distribution du gaz, sur un terrain appartenant à la ville de Douarnenez, en la commune de Ploaré, acquis de M. Durest Le Bris, au Stancou. La ville donnera accès au dit terrain dès qu’elle aura obtenu de l’État la concession d’une portion de grève qui lui est pour cela nécessaire. […] Les concessionnaires disposeront l’usine pour la fabrication du gaz au moyen de la houille, il sera parfaitement épuré de manière à fournir une lumière blanche et éclatante21. »

159Cette usine à gaz sera cédée par Dalifol et Huet à M. Violette, en 1878, puis deviendra propriété de Arnaud Planchet en 1900, de la Compagnie franco-belge en 1922, puis de la compagnie Lebon.

160Elle permet, dès son installation, l’éclairage de l’église du Sacré-Cœur. Ainsi, c’est une église éclairée, trop petite pour la circonstance, qui accueille, le 13 janvier 1881, la dépouille mortelle d’Yves Pouliquen, le premier curé de Douarnenez, décédé à Saint-Pol-de-Léon, deux jours auparavant. Une foule immense l’accompagne, dans le froid, à sa dernière demeure, « en Ploaré »…

161À la fin du xixe siècle, une ville industrielle est née, extrêmement peuplée, ponctuée d’édifices publics, dans une tentative désordonnée d’ordonnancement et d’aménagement. Mais son territoire communal est saturé. Le cimetière, l’usine à gaz, l’école primaire supérieure, se trouvent enclavés dans les terres ploaristes.

162Le Douarnenez des marins et des femmes d’usines, serré dans ses soixante-dix hectares a éclaté, progressivement, sur Ploaré et Tréboul. Même Pouldavid, au fond de la ria du Port-Rhu, bénéficie de la croissance démographique douarneniste.

  • 22 La gare est inaugurée le 24 mars 1884 et le pont livré à la circulation en mai 1885.

163La construction du pont, à partir de 1883, et l’installation de la gare, à Tréboul22, sont des éléments décisifs d’une nouvelle organisation de l’espace intercommunal qui émerge à la fin du siècle. Par le pont et la gare, les liens économiques entre Douarnenez et Tréboul se développent considérablement. La gare devient la plaque tournante des relations entre le port de pêche, les conserveries, et leurs marchés. Les limites communales n’ont dès lors plus grand sens. Douarnenez, Tréboul, Ploaré et Pouldavid lient, définitivement, leurs destins. Pour répondre à ces évolutions lourdes, et aux réels problèmes qui en résultent, les élus douarnenistes souhaitent régulièrement étendre les limites de leur commune.

164Déjà en 1888, après la construction de l’école primaire supérieure, le maire de Douarnenez avait espéré annexer le quartier environnant. Aucune suite n’avait été donnée. Puis, lors de la séance du conseil municipal de Douarnenez, le 10 mars 1894 :

  • 23 Les abattoirs de Douarnenez ont été construits en 1889, en bordure du Port-Rhu, sur le territoire (...)

« M. Daniélou, maire, expose que, depuis plusieurs années, la section du Juch de la commune de Ploaré demande sa séparation et son érection en commune distincte. Cette demande semble justifiée par l’éloignement du bourg de Ploaré et la diversité des intérêts ; Le Juch est absolument agricole, tandis que Ploaré en contact direct avec Douarnenez, borné au Nord et à l’Ouest par la mer, a sa population composée en grande partie de marins et d’ouvriers occupés dans les bateaux et usines de Douarnenez et a beaucoup d’intérêts communs avec les nôtres. D’autre part, Douarnenez, en y comprenant l’île Saint-Michel et l’île Tristan, n’a qu’une superficie de 69 hectares, insuffisante pour une population fixe de 11 000 habitants qui, en temps de pêche, s’élève à 14 000 âmes. Cette insuffisance de territoire a obligé la commune à construire plusieurs de ses édifices publics sur la zone de Ploaré, entre autres, l’École Primaire Supérieure, l’abattoir23, le cimetière, un lavoir public, l’usine à gaz. Les intérêts maritimes de Douarnenez s’étendent sur Ploaré ; nos chaloupes hivernent dans la rivière de Pouldavid, nous y avons des chantiers de construction de navires, notre port, devant la ville, est en partie en Ploaré, enfin le chemin longeant la mer pour se rendre au Ris traverse la commune de Ploaré.
Nos octrois ne peuvent être régulièrement perçus, les habitations des deux communes se confondant à Pen ar C’hoat et au Stancou. La fraude ne peut dans ces conditions être réprimée. En raison même de cette contiguïté des habitations les mesures d’hygiène ne peuvent donner de sérieux résultats. Il en est de même pour ce qui concerne les mesures de sécurité et de police. Il résulte de cette situation que l’agrandissement du territoire de Douarnenez s’impose et qu’il y a lieu, pour l’intérêt général, d’y annexer la partie de Ploaré limitée par la mer jusqu’au Ris, le chemin de grande communication n° 7, le chemin de traverse passant par la chapelle Sainte-Croix et la route nationale n° 165.
Cette solution permettrait :

  1. De sauvegarder les intérêts en souffrance de Douarnenez ;
  2. De donner satisfaction à la section du Juch, érigée en commune distincte, augmentée de toute la partie de Ploaré qui ne serait pas attribuée à Douarnenez ;
  3. D’éviter la création d’une commune nouvelle n’ayant pas de ressources pour subsister24. »

165Inutile de préciser, qu’à l’unanimité, les Ploaristes répondent par un grand haussement d’épaules à cette motion radicale qui élimine, purement et simplement, leur commune.

166Érigée commune en 1790, Douarnenez a longtemps œuvré pour être reconnue paroisse titulaire du titre curial. La reconnaissance tant attendue date de 1875. Commune et paroisse, Douarnenez se devait de vivre dans ces 70 hectares octroyés en 1790, à l’heure où les presses restaient encore artisanales et les ports limités dans les anses naturelles.

167Avec sa spécialisation maritime qui tourne à l’exclusive, l’émergence très forte des marchands et des négociants puis l’arrivée de l’industrialisation, de ses machines, ses cortèges ouvriers et son habitat surpeuplé, tout sépare Douarnenez de Ploaré.

168Exemple parmi beaucoup d’autres, bien significatif : de 1810 à 1818, de 1818 à 1845, de 1846 à 1887, de 1893 à 1908 et enfin de 1920 à 1944, les maires de Ploaré sont des Halna du Fretay. Famille de vieille noblesse bretonne, issue des Côtes-du-Nord et installée à Ploaré au xviie siècle, propriétaire du manoir de Kerlouarnec, les Halna du Fretay règnent sans grand partage sur ce Ploaré rural, durant près d’un siècle et demi. Ainsi, de père en fils, la tradition familiale est respectée pendant 115 années.

169Le temps n’a alors pas la même valeur à Douarnenez et à Ploaré. Comment envisager une quelconque coopération intercommunale ? Si Douarnenez veut bâtir une usine à gaz ou un abattoir il lui faut d’abord acquérir un terrain sur les terres voisines. Même au cimetière, une répartition Douarnenez-Ploaré s’avère nécessaire. On comprend que les élus douarnenistes, forts de la vitalité économique de leur territoire et contraints, jusqu’à l’asphyxie, par des limites trop étroites, désirent singulièrement étendre leur commune. On comprend aussi que les Ploaristes s’y opposent.

170Pendant ce temps, quelque peu à l’écart du bourdonnement de la ruche, sur les hauteurs du Guet, du Men Leon ou de Port-Rhu, des châteaux d’usiniers se drapent en leurs parcs.

171Là encore, Douarnenez s’exprime jusqu’à la caricature.

Des ports qui restent indignes

L’émergence du port du Rosmeur

172Port-Rhu à l’ouest, Rosmeur à l’est. Deux havres portuaires délimitent la presqu’île. On sait que ces ports naturels n’ont que médiocrement profité d’aménagements portuaires.

  • 25 Pour les travaux réalisés entre 1857 et 1879, les sources proviennent des archives de la direction (...)

173En 1857, se repose la question de l’amélioration du port du Rosmeur par la construction d’un môle, ajournée en 182025.

174La même année, la construction du phare de l’Île Tristan améliore la sécurité à l’entrée du Port-Rhu. Mais la transformation de la cale Ouillac en un môle destiné à empêcher la propagation de la lame de long du quai dont le projet, déposé en 1856, est approuvé le 24 décembre 1859… ne sera réalisé qu’en 1891 !

175Il est vrai, qu’entre temps, l’augmentation considérable du nombre de barques de pêche rend absolument nécessaire l’aménagement du môle du Rosmeur.

176Un avant-projet, se montant à la somme de 300 000 F, est dressé, à la date du 26 novembre 1857. Diverses variantes sont étudiées, les années suivantes, tant pour donner satisfaction aux demandes formulées dans les conférences ou les commissions nautiques, que pour réduire le chiffre de la dépense, en diminuant la hauteur et la largeur de l’ouvrage.

177Un décret, le 5 avril 1861, décide que le môle aura 170 mètres de longueur, 4 mètres de largeur en couronne et 2,40 mètres de hauteur au-dessus du niveau des hautes-mers. Les projets définitifs sont aussitôt rédigés et approuvés, par décision du 18 février 1862.

178La dépense prévue est de 265 000 F.

179Les travaux sont menés de 1862 à 1868, sans difficultés imprévues. La dépense est même notablement inférieure au crédit alloué et ne s’élève qu’à 222 707 francs, y compris les frais de construction d’un quai attenant au môle.

180Ce quai et celui construit en 1835 contre le petit môle présentent entre eux une lacune de 65 m, rendant difficiles les communications entre ces ouvrages et les usines. Les économies réalisées dans la construction du môle permettent d’ailleurs de combler le vide existant, par la construction d’un mur de quai soutenant un terre-plein de dix mètres de largeur. Un projet est présenté dans ce but, en 1869, et immédiatement mis à exécution ; les travaux, terminés en 1870, coûtent 22 500 F.

  • 26 Sauf indication particulière, la Notice complémentaire sur les ports de Douarnenez et de Tréboul, (...)

181Après 1870, plusieurs chantiers sont engagés26. À Port-Rhu tout d’abord où, entre 1892 et 1894 et pour une dépense totale de 103 862,19 F (dans laquelle la ville de Douarnenez contribue pour un fonds de concours de 25 000 F) les ouvrages suivants sont édifiés :

  • approfondissement du port ;
  • suppression de la cale Ouillac ;
  • prolongement du grand quai vers l’aval jusqu’à l’anse de l’Enfer ;
  • établissement d’un môle à l’extrémité de ce quai ;
  • comblement de l’anse de Kerharo à l’extrémité amont du port et établissement d’un quai en bordure du remblaiement ainsi opéré.

182En 1901, la ville de Douarnenez remblaye, à ses frais, avec l’autorisation de l’administration supérieure, la totalité de l’anse de l’Enfer, et établit un quai en bordure de ce remblaiement.

  • 27 Archives municipales de Douarnenez, délibérations des conseils municipaux.

183Au port du Rosmeur, entre 1877 et 1881, est exécuté le prolongement du quai entre le petit môle et le vieux môle. Le conseil municipal de Douarnenez du 23 juillet 1871 avait demandé de construire ce nouveau quai « formant, au sud, le prolongement du quai actuel de Rosmeur entre le petit môle et le vieux môle et de concéder à la commune, sous certaines conditions, les terrains à créer par suite du comblement de l’anse comprise entre ces deux ouvrages, en arrière de l’alignement du nouveau quai27. »

184La longueur de ce quai est de 83,69 m. Une cale pavée est installée le long du parement nord du vieux môle et un escalier à double rampe vers le milieu du quai.

185En 1878, l’éclairage des quais de ce même port de Rosmeur est établi par les soins de la ville de Douarnenez avec une subvention de l’État.

  • 28 Archives départementales du Finistère, 2 O 386.
  • 29 Archives municipales de Douarnenez, cadastre.

186Sur l’anse nouvellement comblée, MM. Gire et Desjardins, négociants à Paris, construisent en 1891 une « criée de poissons ». Ce bâtiment en maçonnerie, de 29,80 m de long sur 19,90 m de large, très mal entretenu par ses premiers propriétaires, est concédé à Tanguy Hamon en 1903. La toiture fait eau, les bureaux et magasins sont alors constamment inondés28. La vente en gros du poisson se fait sur les quais, les cales, dans les rues du port, aucun poisson n’entrant alors dans cette première criée. En 1919, le bâtiment est revendu à la société Dyle et Bacalan pour l’établissement d’une usine à glace et frigorifique. Elle sera rachetée par la maison Courtois, de Quimper29.

187Tout cela est bel et bon mais nullement en relation avec le développement exceptionnel de l’activité portuaire. Aussi, le 26 mai l883, le conseil municipal de Douarnenez demande la création d’un véritable port en eau profonde.

188Le conseil d’arrondissement et le conseil général votent même un vœu rejoignant les souhaits douarnenistes… et chacun attend.

  • 30 Archives de la direction départementale de l’Équipement, subdivision de Douarnenez.

189De 1886 à 1889, on construit le prolongement du grand môle dont la longueur primitive de 150 m est ainsi portée à 285 m30. La partie prolongée sera consolidée en 1899 et la cale adossée au vieux môle agrandie de 40 mètres.

190Ne renonçant pas à l’idée d’un grand port, les élus douarnenistes votent, le 20 août 1892, une importante délibération :

  • 31 Archives municipales de Douarnenez, délibérations des conseils municipaux.

« considérant – que le port abri du Rosmeur fut utile contre les vagues du large, que le côté sud du port est semé de roches sur lesquelles se démolissaient les chaloupes au mouillage et celles échouées – que le commerce ne peut être desservi dans des conditions normales, les steamers et voiliers d’un moyen tonnage n’ayant pas de point d’accostage, le Port-Rhu manquant d’eau – que le grand centre de consommation se trouve devant la ville et qu’on doit éviter des charrois onéreux et inutiles. » Le conseil « demande une étude complète sur : – la création d’un môle partant des Plomarc’h à l’abri du brise lame actuel, d’une largeur suffisante pour permettre le débarquement des marchandises aux forts des navires et steamers, et d’une longueur voulue pour arrêter le ressac – le quai devant relier son môle au quai actuel, l’espace nécessaire aux chaloupes pour réparation et nettoyage – l’enlèvement des roches comprises dans le port31. »

191Mais ce vœu, comme tant d’autres, restera pieux.

  • 32 Archives de la direction départementale de l’Équipement, subdivision de Douarnenez.

192Divers déroctages sont réalisés, de 1890 à 190432, pour une dépense totale de 10 600 F environ, avec, en particulier, ceux d’un groupe de rochers émergeant, aux basses mers, de la zone de mouillage, à l’est du vieux môle.

193Un autre groupe de rochers, voisins des quais, gêne l’accostage entre les petits et grands môles. Ces déroctages importants commencent le 25 mai 1899.

194Si aucun projet d’amélioration d’ensemble du port ne voit le jour, les plus petites améliorations (ou replâtrages) ont souvent des difficultés à s’imposer. Tel ce garde-corps en fer (à installer sur le quai du petit môle), demandé par le conseil municipal de Douarnenez en juin 1894. N’obtenant pas de réponse, le conseil municipal réitère sa demande lors de sa séance de février 1896, puis le 31 mai 1896 et enfin le 1er août 1896.

  • 33 Ibidem.

195Pour le conseil municipal, comme pour les marins, le garde-corps servira au séchage des filets et évitera les accidents. Mais pour les Travaux maritimes, ce garde-corps sera une gêne à l’accostage des bateaux. La décision d’installation sera prise le 4 janvier 190133 et suivie d’effets courant 1901-1902. Il aura quand même fallu 8 ans !

  • 34 Ibid.

196D’autres projets intéressant le Rosmeur ne verront, eux, jamais le jour. Par une délibération du 10 mai 1902, le conseil municipal de Douarnenez demande à l’administration le dragage du port du Rosmeur « à cause de l’envasement et pour éviter échouages et avaries » ; c’est-à-dire l’approfondissement du port, aux abords de la grande cale et du petit môle, pour accoster à marée basse. Les Travaux maritimes lui répondent que l’envasement provient… des égouts de la ville. Comme de plus « il est très lent et non nuisible pour les échouages34 », les choses en restent là jusqu’en 1905.

  • 35 Ibid.

197Une nouvelle délibération du conseil municipal de Douarnenez, le 11 novembre 1905, est soumise à une commission nautique en… 1911 ( !). Cette commission admet le bien-fondé de la requête. Le manque de profondeur du port en morte eau et l’impossibilité d’y entrer la nuit, faute de feux, nécessite bien ce projet d’approfondissement et d’élargissement. Les travaux commencent en octobre 1912 (10 ans après la première demande)… pour s’arrêter en septembre 1913, « l’expérience montrant que les dépôts enlevés se reforment en quelques jours »… « des dépôts se formant en certains endroits, des remous et des courants en d’autres35 ».

  • 36 Ibid.

198Douarnenez n’a décidément pas de chance. D’autant plus que la tempête s’y mêlant les 22 et 23 octobre 1906, une partie du môle de Rosmeur s’écroule à 90 m de son point d’origine36.

199Les travaux de reconstruction sont menés en 1907.

200Le 11 juin 1908, les syndicats de marins­pêcheurs du Finistère demandent la construction, au port du Rosmeur, d’un môle partant de la pointe du Goret et se dirigeant vers le môle du Rosmeur. Le ministère apporte son veto à ce projet qualifié de « pas opportun » et « trop onéreux ».

201En 1911, les marins-pêcheurs de Douarnenez demandent, à leur tour, le curage du port du Rosmeur, la mise a l’abri des vents Nord-Est et Est-Nord-Est de la flottille et la construction d’un môle de 200 mètres, à la pointe de Coataneach, avec la construction de 350 mètres de quai. Cette demande essuie un net refus de l’administration. Les marins de Douarnenez ne s’estiment pas aidés par une administration qui protège ainsi, le sait-elle, ce qui deviendra la réserve verte de la ville de Douarnenez : les Plomarc’h.

202Voilà donc retracé un demi siècle de l’histoire du port et de ses équipements. La conclusion s’impose d’elle-même : décousues, au coup par coup, les améliorations apportées n’ont pas été à la hauteur de la vie économique douarneniste.

203Souvent de qualité, mais quelquefois médiocres, les travaux tiennent plus du replatrâge que du projet d’ensemble ; seul un projet à long terme serait devenu l’indispensable support à une activité économique riche et indispensable pour la ville.

204Car, ne l’oublions pas, Douarnenez est, à cette époque, le principal port de pêche du Finistère. Toute l’activité industrielle de la localité se porte sur la préparation du poisson et, surtout, sur la sardine, abondante dans la baie jusqu’à l’orée du siècle

205Le nombre des chaloupes armées par le port est alors supérieur à six cents ; s’y ajoutent souvent un certain nombre de barques venant d’autres ports !…

206Plus de vingt conserveries font de la ville le premier centre de transformation.

207Devant toute cette activité, le port est plus qu’insuffisant, il est indigne.

208Douarnenez accumule là un retard préjudiciable, qu’elle devra rattraper bien vite pour éviter l’asphyxie.

209Un autre point, capital pour une bonne compréhension de la période, doit attirer notre attention. La fin du xixe siècle est une intense période d’investissements publics, parfois lourds, sur ce sol rocailleux de la presqu’île douarneniste. Enjeux financiers, plans d’ensemble, visions d’avenir s’y projettent et s’y coordonnent. Rien de tel sur la frange littorale et ses havres portuaires. Le centre de la filière maritime est alors le bureau du conserveur. Les pêches s’adaptent à son bon vouloir. Que les six cents chaloupes lui apportent, sans trop d’embûches, les sardines nécessaires lui suffit. Conserveur, il est aussi membre du conseil municipal ou du conseil de fabrique. Il domine la ville. Son problème est la liaison avec ses marchés et les quelques rues qui mènent à la gare doivent être de bonne qualité. Le pont, gigantesque chantier, est d’abord construit pour lui. Pour le reste, les investissements publics concernent les halles ou le gaz, la vie quotidienne de la presqu’île. Pas le port, où les travaux à la mer, très difficiles à organiser, s’avèrent toujours onéreux. D’ailleurs, les marins trouvent toujours place pour débarquer et pour nourrir les usines. Que demander d’autre ?

Le port de commerce

210Les insuffisances du port du Rosmeur n’ont d’égales que les faiblesses du port de commerce. On se rappelle que celui-ci, jusqu’aux années 1850, n’offre qu’un bien faible linéaire de quai aux navires qui l’accostent, dans des conditions bien difficiles. Certes, en 1857, la construction du phare de l’île Tristan améliore la sécurité à l’entrée de la rivière. Mais la transformation de la cale Ouillac en un môle destiné à empêcher la propagation de la lame le long du quai, dont le projet est déposé en 1856 et approuvé le 24 décembre 1859… n’est réalisée qu’en 1891 !

211Avec les travaux déjà cités, réalisés de 1892 à 1894, puis en 1901, la rivière de Pouldavid prend le visage qu’elle va garder tout au long du xxe siècle : des quais, sur une rive droite accessible aux seules marées hautes. En amont, rochers et grèves, en aval, rochers et grèves. Les seuls accès « terrestres » se font du cœur de la ville, par des rues en forte pente.

212La série 4S-139 des Archives départementales du Finistère nous apporte des renseignements très précieux sur le trafic de ce port, de 1847 à 1899.

213Dans la liste des ports de commerce du département du Finistère, le nom de Douarnenez n’apparaît qu’à partir de 1855. Pour les années antérieures, c’est Port-Rhu qui est inscrit. Cela ne change rien aux réalités portuaires puisque, quel que soit le nom utilisé, Port-Rhu ou Douarnenez, c’est bien du même site qu’il s’agit.

214Complètes de 1847 à 1851 inclus, ces archives reprennent en 1855, pour se poursuivre jusqu’en 1899, avec quelques interruptions (1870, 1879, 1880, 1889, 1892, 1894, 1897). Elles donnent un tableau d’ensemble très précis sur le trafic portuaire et son évolution dans la deuxième moitié du xixe siècle. Les archives de la capitainerie du port de Douarnenez complètent très utilement ce fonds. Les dossiers de trafic, d’entrée et de sortie du port, sont complets pour les années 1864 à 1874, puis de 1888 à nos jours. Ces deux séries rassemblées nous permettent d’étudier cent cinquante ans de trafic commercial à Port-Rhu.

215De 1847 à 1873, de 150 à 200 navires viennent accoster chaque année au quai du Port-Rhu. Et parfois plus, comme en 1849, 1850 et 1851 avec 237, 232 et 227 navires.

216La nature du trafic est stable ; à partir de 1858, les registres dissocient les produits importés et les matériaux exportés. Il est ainsi possible de mieux approcher les réalités du port. En fait, nous n’apprenons rien. Les produits débarqués ? Rogues, chaux, épicerie, résine, merrains, vins, eaux-de-vie. Les produits embarqués ? Sardines pressées, poissons salés, maquereaux, chanvre. Les premières sardines à l’huile apparaissent dans les registres en 1861.

217Phénomène remarquable de la période, les exportations ne sont pas négligeables. Par exemple en 1849, année de fort trafic, 9073 tonnes sont débarquées et 6744 tonnes embarquées. Sardines en vert et poissons séchés, pour l’essentiel.

218La nature des navires fréquentant le Port-Rhu est alors des plus variées. À partir de 1864, les archives de la capitainerie du port nous permettent une étude précise de ces caboteurs. Cette année-là 137 navires rentrent à Port-Rhu : 65 lougres, 40 sloops, 18 goélettes, 4 bricks-goélettes, 3 chasse-marée, 1 chaloupe, 1 flambart, 1 galiote, 1 dogre, 1 « yagt » et 1 bisquine. Soit onze types de bateaux différents.

219Les lougres dominent alors le trafic ; leur nombre diminuera dans les années 1870, pour s’éteindre dans les années 1880.

220Le trafic, calme en hiver, s’anime au printemps et devient plus important en été. C’est alors que les goélettes, galiotes ou dogres norvégiens accostent à Port-Rhu, chargés de rogue ou de bois du nord. En 1864, les navires étrangers arrivent au nombre de 13 : 3 hollandais, 10 norvégiens, ils apportent tous de la rogue de Bergen, Christiansund ou Aalesund, ou des planches et des madriers.

221Durant l’été, la majorité du trafic est basée sur cette rogue qui va nourrir les chaloupes sardinières du port de pêche. Le reste de l’année, sel, boissons, chaux ou houille l’emportent. La houille est anglaise ou, plutôt, galloise. Elle vient pour l’essentiel de Cardiff.

222À l’export, les sardines en vert ou en barils forment la base du trafic, vers Bordeaux, pour l’essentiel.

223En 1865, deux vapeurs brestois de l’armement Chevillote apparaissent, le Paris-et-Londres et le Brestois, avec dix hommes à bord. De Brest à Bordeaux, ils vont entamer un commerce très régulier, qui va perdurer presqu’un siècle.

224Notons le rôle des conserveurs qui, au cours de ces années 1860, arment ou affrètent de nombreux navires pour le transport de la rogue ou du sel, l’exportation de sardines en baril ou en caisse, ou d’huile. Les noms de Chancerelle, Rabot, Pénanros, Delecluse, Dubois se présentent régulièrement. Les navires affrétés par Pénanros n’accostent pas à Port-Rhu mais à l’île Tristan, au devant de l’usine construite là, en 1860, par celui qui fut aussi maire de Douarnenez.

225Le nom de Nicolays en apparaît pour la première fois en septembre 1866. Il est alors noté dans la colonne « armateur ou consignataire » pour un sloop danois. En 1867, il apparaît à trois reprises, pour le White et l’Ebenezer, goélettes norvégiennes, et pour le Dolen, un brick chargé de madriers. Mais les autres norvégiens ne sont pas affrétés par lui : Bekken, pour le dogre Soblomsten, Oben pour la goélette Gerda, et même Pénanros pour le brick norvégien La Fayette… La présence de Nicolaysen reste très épisodique dans les registres portuaires jusqu’en 1874. Les archives de 1874 à 1888 manquent aujourd’hui. En 1888, Nicolaysen, nommé vice-consul de Suède et de Norvège en 1876, maîtrise l’essentiel du trafic avec les pays nordiques.

226À partir de 1873, le trafic portuaire augmente assez sensiblement. Le nombre de navires fréquentant chaque année le Port-Rhu oscille entre 200 et 240 jusqu’en 1891, sauf en 1886 (195) et en 1887 (184). À la fin du siècle, le trafic annuel dépasse les 300 navires, grâce à une sensible augmentation des débarquements, rogues, charbon, bois, chaux, sel…

227Quelle que soit cette évolution, Douarnenez garde la même place dans le classement finistérien des ports de commerce.

228Pour les entrées, Douarnenez arrive régulièrement après Brest, Morlaix, Landerneau, Quimper et Port-Launay. Durant la période, le trafic départemental s’élève de 262 374 tonnes, en 1875, à 350 060 tonnes, en 1890. Celui de Douarnenez, de 7 200 à 8 771 tonnes, très loin derrière Brest, qui s’impose largement. Ce trafic est très stable, autour de 8 000 tonnes. Une pointe en 1883, 12 990 tonnes, est l’exception confirmant la règle.

229Pour les sorties, le rôle de Douarnenez est encore bien moindre. 165441 tonnes sont embarquées dans le Finistère, en 1875. Avec ses 3017 tonnes, Douarnenez est alors le treizième port départemental. En 1883, avec 5248 tonnes, Douarnenez se classe dixième. Pour les exportations, sa place reste constante tout au long de cette fin de siècle, derrière Brest bien sûr (matériaux de construction et engrais), Loctudy (pommes de terre, froment, orge), Morlaix (céréales, légumes, beurre…), Quimper (céréales, bois, poteaux de mines, glace, fûts vides), Concarneau (métaux, farine…), Pont-l’Abbé (pommes de terre, céréales, matériaux…).

230À Douarnenez, l’essentiel du trafic marchand, à l’export, est évidemment basé sur la sardine. À partir de 1867, le terme « sardines à l’huile » remplace définitivement les « sardines en barils et en caisses » ou « sardines pressées ». La mutation a alors eu lieu.

231Lisons, en parallèle, deux documents : le premier donne des indications sur la pêche de la sardine, le second, les quantités exportées au port de commerce de Douarnenez.

232« En 1881 et 1882, la pêche est très faible. En 1883, elle est revenue normale à Douarnenez. En 1884, par contre, aucune sardine n’est débarquée. En 1885 et 1886, les apports sont très médiocres, et c’est seulement à la fin de la campagne 1887 que la sardine apparaît en abondance. » (Dubois, 1964.)

  • 37 Archives départementales du Finistère, 4 S 139.

233« 4451 tonnes sont exportées de Douarnenez en 1881, 4107 en 1882, 5248 en 1883, 2445 en 1884, 3456 en 1885, 2298 en 1896 et 2707 en 1887. À partir de 1888, les tonnages vont augmenter à nouveau jusqu’à 7682 tonnes en 189637. »

234Il semble bien qu’il ait corrélation entre quantités pêchées, sardines mises en boîtes et exportation par le port de commerce.

235Mais à partir de 1888-1889, le chemin de fer commence son œuvre et pèse lourdement sur les statistiques portuaires. Un rapport du directeur de l’école primaire supérieure, M. Glâtre, daté de 1895, nous enseigne en effet que si « les objets importés viennent par mer… le commerce d’exportation se fait principalement par le chemin de fer » (Mémoire de la ville, 1983).

236En cette fin de siècle, le Port-Rhu, qui accueille vapeurs brestois ou goélettes de Norvège, trois-mâts ou galiotes, d’Allemagne ou de Swansea, est un petit port de commerce comme il y en existe plusieurs sur les côtes finistériennes. Notons cependant un fait capital, sur lequel nous reviendrons, pour une bonne compréhension de Douarnenez : le port du Port-Rhu, niché au pied de la presqu’île douarneniste, est diamétralement opposé au port de pêche. La vie qu’entraîne son activité reste limitée. Plus important encore, cette vie ne participe pas aux élans du port sardinier. Le Port-Rhu est isolé. La ville lui tourne le dos.

L’avènement du tourisme

Les artistes vinrent et Douarnenez fut

237« Lorsque j’ai visité Douarnenez pour la première fois, c’était un bourg ignoré ; les touristes ne le connaissaient pas : une vingtaine de peintres tout au plus y venaient camper pendant la saison d’été »… écrit André Theuriet en 1881, dans ses souvenirs publiés par la Revue des Deux Mondes. Les peintres et les écrivains sont, en fait, les premiers « touristes » qui arrivent à Douarnenez à partir de 1850. Mais tout va réellement débuter vers 1863.

238Cette intrusion n’est pas pour nous étonner. Le phénomène est général. La Bretagne, mise à la mode par le mouvement romantique est alors visitée par la plupart des écrivains, peintres ou poètes.

239« Je passai à Douarnenez l’été et l’automne de 1863. Nous étions là toute une bande dans une maison dont le premier avait été transformé en dortoir pour les derniers venus : Pablo Martinez, Georges Lafenestre, Jules Héreau, Sully Prud’homme, Hippolyte Moulin, José Maria de Hérédia… Jules Breton… Combien ont passé par Douarnenez ! » s’écrie le peintre Emmanuel Lansyer, fidèle entre les fidèles de la vie douarneniste (cité par Mémoire de la ville, n° 4, 1985).

240Si les grands noms du romantisme s’arrêtèrent peu à Douarnenez, Emmanuel Lansyer, lui, s’y ancre en 1863, pour y réaliser la majeure partie de son œuvre. Son ardeur déclenche vers le vieux port sardinier un exode d’artistes. Le voyage à Douarnenez appelé alors « La Rome des paysagistes » est considéré comme un pélerinage. Retenons simplement quelques noms : Mallarmé, John Antoine Nau, premier prix Goncourt, Guy de Maupassant… Chateaubriant… plus tard, Max Jacob ou Jacques Prévert…

241C’est cette intrusion des artistes, à partir de 1860, qui permet à la classe dirigeante bretonne de découvrir ses sites, ses plages… D’où la naissance des stations de Dinard, Paramé, Le Pouliguen, Le Croisic. Ce tourisme reste limité ; les conditions sont difficiles, notamment sur le plan du logement. Seules Saint-Malo et Dinard possèdent alors un casino…

242« Le paysage appartient aux sens, donc peut-être à celui qui le regarde et le traduit, le peintre. » (Debray, 1998.)

243À l'origine, les artistes. Ceux-ci, assez nombreux, investissent Douarnenez, rencontrent la bourgeoisie locale autour des tables de l’hôtel du Commerce, rue Jean-Bart. Tout le quartier latin connaît alors la renommée de cet hôtel, dont le patron, Georges Vedeler, de nationalité norvégienne, passe pour le bienfaiteur des artistes : il établit, à l’intention de ces hôtes privilégiés, des prix modestes et un service à horaires spéciaux.

244La fille du peintre Jules Breton, Virginie Demont-Breton parle, dans ses Souvenirs d’enfance, de l’initiateur du mouvement, Emmanuel Lansyer qui « était tout fier d’être, au point de vue artistique, le Christophe Colomb de ce port maritime, très connu des industriels en sardines, et des commis voyageurs en rogue de Norvège ». Sous l’impulsion enthousiaste et fervente de Lansyer, les plages de la région, les criques de la baie sont, peu à peu, connues et appréciées.

245Ainsi le 20 avril 1865, un ancien marchand de Douarnenez propose dans le Journal domestique des « appartements pour les baigneurs » (cité par Tanneau, inédit). Un mouvement est lancé.

246Ce qui nous intéresse ici, concerne, l’espace, les lieux. Vers quels lieux, vers quelles plages se tournent ces premiers touristes ?

247En 1865, seules quatre usines de conserves sont ouvertes à Douarnenez (Dubois, Rabot, Debon, au Rosmeur, Gustave le Guillou de Pénanros à l’île Tristan) et deux à Tréboul (Lemarchand et Chancerelle). La cité n’est pas encore sous la complète emprise des fumées et odeurs de fritures. Aussi n’est-il pas étonnant de voir, parmi les premières mentions de plages fréquentées, la grève du Pironic, devenue bien vite la plage des Dames. C’est là, en contrebas de terrains appartenant à de grandes familles d’usiniers que ces demoiselles de bonnes familles se baignent, en jupon de dentelle.

248En 1871, le maire de Douarnenez, préoccupé par le devenir touristique de sa ville écrit :

  • 38 Archives municipales de Douarnenez, registre des arrêtés du maire.

« Vu l’utilité, pour l’avenir de notre localité, de procurer aux baigneurs toutes les facilités et commodités de nature à les engager à revenir [et] les sollicitations tendant à affecter aux dames, pour leurs bains de mer, la grève du Pironic, qu’elles ont choisie par prédilection, de même que ces plaintes portées contre la tenue indécente de quelques baigneurs, arrêtons : défense de se baigner dans la grève de Pironic sans un costume de bain complet38. »

  • 39 bidem.

249Cet arrêté, outre son intérêt anecdotique, est intéressant à étudier par comparaison avec un document concernant cette fois d’autres grèves ou plages : Pors Cad ; de la pointe de Rosmeur au Stigadou ; du Guet à la fontaine du Stancou sur le Port-Rhu ; là, les baigneurs doivent être « revêtus d’au moins un caleçon39 » !… Sur les plages où dames de la société et rares touristes ne se prélassent pas, le costume de bain complet n’est pas obligatoire… Nous pourrions ainsi faire une géographie sociale des tenues de bain, strict négatif de la fréquentation populaire…

250Premier véritable lieu de tourisme : la grève du Pironic, ou plage des Dames. Vers 1880, la revue Les Plages de France signale :

« à Douarnenez, une plage ravissante… de grands arbres au feuillage épais s’élèvent sur le talus qui la borde… à l’abri de ces arbres, des cabines de bain sont installées sur la rive. Par de grandes chaleurs, rien de plus charmant que de descendre les quelques degrés qui nous séparent de la mer et de recevoir la caresse de la vague… C’est la plage des Dames : on y passe les matinées, les journées, on y mange, on y dort, on y coucherait même, si l’on avait point facilement dans la haute ville, non seulement des logements chez l’habitant, mais encore des hôtels assez confortables. » (cité par Tanneau, inédit.)

251Outre l’hôtel du Commerce, un hôtel ouvre ses portes, en 1867, l’actuel hôtel de France ; un autre, toujours au centre de Douarnenez, près de la Croix, ouvre en 1877.

252Le tourisme pénètre donc, peu à peu, Douarnenez, sous l’impulsion de cercles de peintres et écrivains qui entraînent derrière eux la bourgeoisie locale. Un lieu y puise sa force et son nom : cette plage des Dames, proche des hôtels du centre, entourée de terrains appartenant aux usiniers. La plage du Ris, très grande, mais éloignée du centre, ne reçoit encore que bien peu de visiteurs. On ne parle même pas de Tréboul.

Quand on découvre Tréboul

2531880 - Douarnenez connaît une exceptionnelle expansion économique. Les fritures s’implantent sur tout le territoire communal. Chaque quartier est touché ; la grève des Dames, encerclée.

2541884 - La voie ferrée parvient à Tréboul… un comble quand toute la vie économique s’organise et s’articule à Douarnenez ! Que faire cependant contre la topographie et ce rédhibitoire manque d’espace qui limite tout développement de la commune industrielle. Un pont métallique, reliant les deux rives, est construit.

255Ces deux faits, primordiaux pour l’histoire de l’agglomération, vont révolutionner les liens entre le tourisme et l’espace. Douarnenez, noyautée par les fritures, et les touristes s’éloigneront… Tréboul, terminus du chemin de fer, et les touristes s’implanteront. Une nouvelle époque commence.

256Tréboul, en 1880, est une trève de la commune rurale de Poullan. Un double noyau urbain s’articule autour de la vie maritime : « Tréboul gouz », autour de la chapelle Saint-Jean, et le quartier du port. Tout autour, des immenses zones incultes, des landes : les montagnes de Tréboul. En arrière encore, les fermes, nombreuses, parfois assez riches.

257Un voyageur, J.-F. Brousmiche, décrit le Tréboul des années 1830 (qui ressemble à s’y méprendre au Tréboul des années 1880) : « Rien de plus frais, de plus coquet, que le joli village de Tréboul ; ses aspects sont enchanteurs. D’un côté de l’anse où il est situé, les terres inclinées vers le rivage développent les parcelles de leurs méchoux ; de l’autre les maisons blanches, les magasins se groupent sur la côte, et, dans le fond, des arbres à l’épais feuillage sont jetés là pour compléter le plus joli, le plus agréable paysage. » (Brousmiche, 1978.)

258Rappelons la description de Douarnenez par Cambry : « Il est difficile de voir une ville plus mal tenue… il est impossible, même en hiver, de sentir des odeurs plus infectes que celles qu’on respire en approchant de la ville. » (Cambry, 1800.) Ce qui était écrit au début du siècle pouvait l’être encore en 1880.

259Ne comparons cependant pas trop vite ; l’une et l’autre de ces deux appréciations sont exagérées… la première respire trop la littérature de prospectus publicitaires, quand l’autre noircit à volonté un tableau déjà bien sombre. Néanmoins, les différences sont d’évidence. Tréboul a, dès 1880, de nombreux atouts touristiques dans les mains, quand Douarnenez s’affirme grand pôle industriel.

260Et nous allons découvrir que non seulement Douarnenez a été façonnée par les usiniers qui y possédaient tout, mais également Tréboul. Nous allons découvrir que non seulement l’espace douarneniste porte la marque des grands seigneurs de la conserve, mais également Tréboul. Nous allons découvrir que quelques familles d’usiniers, au destin industriel parfois incertain, ont su miser sur le tourisme à une époque où celui-ci n’était qu’embryonnaire.

De la vente des communaux à un nouvel espace touristique40

  • 40 Les noms de lieux sont indiqués dans l’orthographe de l’époque.

2611863 - arrivée « massive » des artistes. Les bourgeois locaux les fréquentent. Apprennent la beauté des sites, des rivages, des plages…

2621872 - Un avis, a priori bien anodin, est affiché dans le porche de l’église, à l’issue des grandes messes de Tréboul-Poullan, les 16 et 23 juin. Le texte avait d’ailleurs été publié, dès le 1er juin, dans le journal quimpérois L’Impartial. Cet avis, quel est-il ?

263Tréboul, nous l’avons déjà dit, possède de nombreux « communaux », terres vaines et vagues, qui recouvrent ses « montagnes », le Birou, le Run, le Roc’hou, Menez Poas, Roz ar Goff, Menez Golvez, Kerleac’h, Ruhoat, souvent qualifiées de « sécheries de filets ». Leur importance est très grande alors dans l’organisation économique du village. Sécheries de filets pendant le temps de la pêche de la sardine, ils sont aussi aires de ­pâturage pour les bestiaux, et « il y en a une grande quantité » (Tanneau, 1983), ou encore carrières de pierres pour toutes espèces de construction.

264Déjà en 1836, le conseil municipal de Poullan-Tréboul attirait l’attention sur une éventuelle « privatisation » de ces lieux publics et ouverts. Cela « tournerait au désavantage de la classe malheureuse qui, dans l’état actuel des choses, coupe de la lande pour se chauffer en toutes saisons, peut conserver une ou deux vaches, suivant leurs faibles moyens, ce qui lui est d’un bien grand soulagement » (Tanneau, 1983). En 1861, les élus reviennent sur ce rôle éminent des terres vaines et vagues, où paissent vaches et moutons, et où sèchent les filets.

265Arrive cet avis, en juin 1872, qui informe les habitants que l’ensemble des terres vaines et vagues va être vendu aux enchères publiques, conformément aux prescriptions de la loi des 25, 27 novembre et 6 décembre 1850, loi spéciale pour le partage des terres vaines et vagues dans les cinq départements de l’ancienne province de Bretagne.

266Le papier modeste lu, les 16 et 23 juin 1872 dans le porche des églises, va, en fait, révolutionner Tréboul.

  • 41 Archives notariales, vente des communaux de Tréboul-Poullan. Maître Mallette, Douarnenez.

267Nous allons particulièrement nous intéresser aux montagnes de bord de côte : le Birou (4,60 ha) ; le Run (9,43 ha) ; le Roc’hou (20,25 ha) ; Menez Poas (11,72 ha)41, soit un total de 46 ha. Pour l’ensemble de toutes ces parcelles concernées, les archives nous donnent des renseignements bien intéressants (Carte 4).

Carte 4 : Vente des communaux de Tréboul. (J.-M. Le Boulanger, G. Couix)

Carte 4 : Vente des communaux de Tréboul. (J.-M. Le Boulanger, G. Couix)

268Ce sont principalement des landes, bonnes, moyennes, voire médiocres, et, quelquefois rocheuses, beaucoup plus rarement des terres cultivables ou des prés.

269Le prix de base à l’hectare nous est donné. Il est principalement fonction de la valeur de la terre, et non de la situation par rapport à la mer. Le critère principal est donc économique, et non géographique.

270Des exemples : au Rhun, les parcelles de front de côte qualifiées de « gazon sablonneux » ont un indice bien inférieur aux parcelles plus reculées qualifiées de « zone marécageuse devant faire de bons prés ». Au Rhun toujours, « à l’entrée de Tres-Guen ou Sables Blancs, entre la route de Loperec et la mer », est réservé un terrain de 24,34 ares de terre sablonneuse, « pour dépôt du goémon recueilli à la grève, dans l’intérêt de l’agriculture ».

271De même, au lieu-dit Rubeguel, une terre est réservée pour sécherie de filets, comme les fontaines et lavoir de Prat Allin et Prat Anoen, également réservés pour le service public.

272Au Birou, les parcelles donnant sur la mer, « landes rocheuses », sont également moins cotées que d’autres, plus en recul mais appelées « bonnes landes ».­ Préalable notable, un hectare du Birou restera indivis et réservé aux sécheries de filets :

« les habitants de Tréboul et des villages voisins, étant tous pêcheurs et ayant tous des filets à faire sécher… considérant l’utilité générale, nous avons jugé à propos, de réserver pour cet usage, ce lieu qui sert de temps immémorial et qui apparaît souvent dans les titres que nous avons débrouillés. Ce terrain situé dans la partie sud du Birou… restera commun à tous les habitants de Tréboul et alentour, sans que la commune de Poullan puisse jamais prétendre y avoir des droits. »

273À Menez Poas, situation par rapport à la côte et qualité de la terre sont confondues : les parcelles donnant sur la mer, « bonnes landes », s’opposent aux terrains reculés, « landes rocheuses »… comme à Menez Rohou, où la parcelle cotée « bonne lande et pâture » a un indice 190F/ha contre 97 ou 98 F/ha pour toutes les autres, « landes rocheuses ».

274Les ventes ont lieu le 3 juin 1874 pour le Birou et le Rhun. Le 10 juin, pour le Rohou et Menez Poas.

275Une évidence : en dehors d’un médecin, de deux agriculteurs et d’un marin pêcheur, les acquéreurs sont presque toujours liés à l’industrie de la conserve : Le Guillou de Pénanros, Lemarchand, Chancerelle, Mme Veuve Gueguen. Sur 109 parcelles, Gustave Le Guillou de Pénanros en acquiert 46, il lui en coûte 47580 francs. Lemarchand en achète 6 pour 14 670 F dont une, au Birou, 7950 francs. Les Chancerelle investissent très peu à Tréboul : 4 parcelles pour 8075 francs. Notons, car le prix est intéressant, que Wenceslas achète en 1866, le 31 juillet, des communaux situés, eux, à Douarnenez, à Pors Laouen. Deux parcelles de 51,62 m2 et de 432,35 m2 sont achetées 191,70 francs soit 2,50 francs le m2. Parmi les autres acquéreurs, des industriels et élus de Tréboul-Poullan : Sauvage, Lauvergnat, Treutel.

  • 42 Au Birou : mise à prix des 22 lots : 2 214 F. Acquisition pour 37 885 F ; au Rhun : mise à prix de (...)

276Les prix d’achat, après enchères donc, sont intéressants à étudier en fonction des mises à prix initiales, aussi nous avons fait ce rapport : prix d’adjudication à l’hectare/prix de base à l’hectare42.

277L’indice obtenu est un bon indicateur de la concurrence, de la pression exercée sur les différents terrains. Ce chiffre monte jusqu’à 113 ( !), pour une parcelle du Birou, achetée par Lemarchand… parcelle, il est vrai idéalement située : dominant la baie, la plage et la chapelle Saint-Jean, dans un cadre magnifique… et surplombant le cimetière ! De cette parcelle, se dégage une des plus belles vues de Tréboul et de la baie. Lemarchand, évidemment, y construira une maison.

278D’ailleurs, ce sont les parcelles « hautes » du Birou (au-dessus du cimetière !) qui voient leurs prix s’enflammer. Non pas tant à cause de la valeur de la terre et du prix de base à l’hectare (moyen ou faible) que de la situation.

279Au Birou toujours, mais plus à l’est, nous retrouvons le même phénomène pour les parcelles dominant la baie, le Port-Rhu et l’île Tristan.

280À la place des landes du siècle passé, s’y élèvent aujourd’hui des résidences magnifiques, bien calées dans les bois de pins…

281Tout s’est joué en 1873, et, ce n’est pas une surprise, ces terrains aux prix enflammés sont achetés par de grands usiniers Chancerelle, Le Guillou de Pénanros, Lemarchand.

282Au Rhun et aux Sables Blancs, la concurrence s’exerce également pour les terrains surélevés. De Pénanros n’a pas à surenchérir beaucoup pour acquérir les parcelles bordant la baie, à l’est de la plage. Ces terrains, très sablonneux, n’étaient pas très cotés. En arrière de la plage, autour des sources de Prat al lin et du petit ruisseau, la pression a été plus forte. Toutes les autres terres sont acquises par Le Guillou de Pénanros. Il saura, ô combien, les faire fructifier.

283Les prix de Menez Rohou et Menez Poas (plus éloignés des plages) n’ont pas subi d’aussi fortes poussées ; seules les parcelles en bordure de côte ont vu leurs prix multipliés par 5 à 7, ainsi que la bande de terre prolongeant la plage.

284En général trois leçons sont à retenir :

  • les terrains proches des plages et dominant la baie ont flambé.
  • les terrains ou proches des plages ou sur les flancs des montagnes ont beaucoup augmenté.
  • les terrains éloignés des plages ont subi moins de pression ; ainsi que les parcelles qui, bien qu’élevées, ne sont pas directement à flanc de coteau. La vue sur la baie leur serait cachée par des maisons construites en bordure de « montagne ».

285On le voit, la valeur initiale des terrains, n’a pratiquement pas influencé la flambée des enchères.

  • 43 Archives municipales de Douarnenez, matrices cadastrales.

286Partis d’une typologie économique de l’espace, où la nature de la terre l’emporte sur sa situation, nous en arrivons, après les enchères, à une typologie géographique de l’espace. Des critères nouveaux entrent en jeu, introduits par des bourgeois de la conserve qui, en 1873, pressentent qu’une parcelle vaut parfois plus que la valeur de sa terre. Les conserveurs qui, en quelques heures, achètent Tréboul, devenant ainsi de grands propriétaires devant l’éternel, sauront vite faire fructifier cette richesse nouvelle. Les voilà possédant Douarnenez et organisant cette ville autour d’un axe central : les usines. Les voilà possédant des hectares de terres vierges à Tréboul ; terres en bordure de côte, terres proches des plages… Vont-ils construire, vont-ils morceler et vendre ? Non, ils vont geler et attendre. Certes, ici et là, ils construisent maison ou château43. Certes, ici et là, ils boisent de pins leurs parcelles de lande. Mais en règle générale, ils attendent.

  • 44 Archives notariales. Maître Mallette, maître Poitevin, Douarnenez

287Le Guillou de Pénanros se lance le premier, sur ses terrains du Rhun et quelques terres de Menez Rohou. Nous sommes en 1892. (Nous n’avons malheureusement pas retrouvé les noms des acquéreurs et le prix d’achat. Seules les parcelles vendues et la mise à prix…). Nous sommes en 1892, et depuis 8 ans, les touristes fortunés descendent du train, à Tréboul. Les premières cabines de bain ont fait leur apparition. Le Guillou vend des terrains qu’il a défrichés et travaillés, les terres labourables du Rhun, ou boisés, à Menez Rohou où s’élèvent dorénavant des bois de sapins44.

288Ces mises à prix sont intéressantes puisque nous pouvons les comparer avec celles de 1873. Au Rhun, les parcelles côtières sont passées de 482 F/ha (moyenne pour 5 parcelles) à 5534 F/ha ; soit une multiplication de 11,5 en 20 ans ! Vingt années durant lesquelles le coût de la vie est relativement stable (Mayeur, 1973)… C’est naturellement sur ces terrains que seront édifiés les grandes maisons, les grands hôtels, les « lotissements » de standing.

  • 45 Si nous ne connaissons pas les acheteurs de ces parcelles, un plan de l’extrême fin de siècle nous (...)

289Au Rhun toujours, mais en arrière cette fois, le prix de base de 1873, 126 F/ha, passe à 977 F/ha. Soit une multiplication par 7,75. À Menez Rohou, pour cinq parcelles revendues, les prix de base à l’hectare passent de 96 à 422 F/ha (x 4,4)45.

290Là encore, phénomène caractéristique, le critère géographique et donc touristique, est dominant. Plus les parcelles sont proches de la plage, plus la pression est forte.

291Peu à peu, une hiérarchie spatiale nouvelle s’impose. Tréboul devient une station touristique.

292À partir du début du siècle, les hôtels apparaissent les uns après les autres. Tous en bordure des Sables Blancs, ou à proximité de Saint Jean. La plage des Dames est reléguée à un rôle subalterne… En 1898, la municipalité de Tréboul demande à l’administration l’établissement d’une recette des postes. Un des arguments principaux s’énonce ainsi : « considérant que pendant la saison des bains, les étrangers sont en nombre assez élevé dans notre localité… et que malgré la bonne volonté du facteur, le service de la distribution laisse également à désirer » (Tanneau, inédit)…

293Tréboul prend un nouveau visage (Carte 5).

294Un syndicat d’initiative est créé. Une brochure publicitaire est diffusée ; on peut y lire, concernant les Sables Blancs et Ménez-Rohou : « En quittant la plage, prenons vers le N.O., le chemin des villas toutes grâcieuses dans leur encadrement de verdure. »

295Douarnenez vit au rythme de la pêche, du port, de la conserverie ; il suffit de traverser le Port-Rhu pour trouver d’autres moteurs économiques. Tréboul connaît vite l’hôtellerie de luxe.

Carte 5 : Douarnenez à la fin du xixe siècle. (J.-M. Le Boulanger)

Carte 5 : Douarnenez à la fin du xixe siècle. (J.-M. Le Boulanger)

296L’hôtel des Sables Blancs, en bordure de plage, ouvre le premier, suivi par une pension de famille, La Vacquinier, puis par Le grand hôtel du Coteau et la Mer, en 1912. Ceux-là, comme tous ceux qui s’ouvriront dans les années suivantes, s’élèvent en totalité ou en partie, sur les anciens communaux de Tréboul, comme des lotissements huppés, le « bois d’Isis », construit sur les terres du Menez Rohou, ou les tennis…

297Nous avons pu, à grands traits, brosser l’évolution spatiale d’une agglomération confrontée à un phénomène nouveau : l’arrivée, puis le développement, de pratiques touristiques.

298La bourgeoisie de la conserve a maîtrisé cet espace et l’a façonné.

299On a pu apprécier combien le découpage foncier préexistant a conditionné, orienté, facilité, le choix touristique. Ailleurs, et le plus souvent, l’intervention touristique ne se plie pas à l’espace foncier rural convoité mais y introduit brutalement de nouvelles normes et des rythmes spéculatifs. À Tréboul pas de conflits économiques, car cet espace, aujourd’hui strictement touristique, était un espace socialement important, certes, mais économiquement sans grande valeur. (Il serait intéressant de poursuivre cette étude : il paraît étonnant que tant de terrains indivis passent propriétés privées sans réactions de la population, mais où en trouver traces aujourd’hui ?) Cette privatisation exclusive de toute la bordure côtière a fixé ­l’avenir de Tréboul dès 1873, et la lecture de l’espace actuel se comprend à travers cet événement majeur. Cette stricte hiérarchie spatiale est liée à une vraie hiérarchie sociale. Le Tréboul des Sables Blancs et du bois d’Isis est un Tréboul riche où les personnes non-originaires de la région sont légion.

300Tout cela naît de la vente des communaux. Archives précieuses, qui nous montrent, concrètement, en direct, le basculement d’un sens donné à un territoire. L’invention du lieu touristique est un détournement de l’utilisation traditionnelle du territoire (Knafou, 1992). La signification du lieu change. La fonction utilitaire fait place à la fonction touristique, idéelle. Le paysan étendant du goémon, bien matériel et odorant, est suppléé par le voyageur, le touriste, qui regarde les vagues. L’acteur est remplacé par le spectateur. Le matériel par l’immatériel. Ce dossier trébouliste est passionnant car il exprime concrètement, précisément, sous nos yeux, ce tranfert du sens, cette création d’une valeur nouvelle, ex nihilo. Voilà des terres peu utilisées, presque ignorées, de faibles valeurs marchandes, peu intégrées, qui, par cette invention, basculent dans une nouvelle sphère de référence. Le décalage doit être patent pour la population laborieuse locale, étrangère aux nouvelles valeurs qui s’imposent. Mais le débat n’est pas ici entre une population locale et une population touristique extérieure. Non, les intermédiaires existent : les conserveurs qui achètent les terres et les feront fructifier. Les conserveurs qui sentent et peut-être savent que la période est aux mutations. Les terres vaines et vagues peuvent devenir, pour eux, nouvelles sources de profit. Les forces du changement trouvent là des partenaires puissants… Les artistes, les peintres et les poètes qui, chaque fois, reviennent à Tréboul, à la recherche des lumières de la baie, parlent dorénavant le même langage que les bourgeois locaux rencontrés dans les hôtels, autour des jeux de cartes. Un langage nouveau, qui fait de la baie un décor, un paysage.

301En moins de cinquante ans, tout a changé. Un hameau maritime, humble et méconnu, né de la proximité d’une baie poissonneuse, s’est transformé en une véritable ville industrielle. L’une des plus populeuses du Finistère. Ne nous trompons pas sur les origines et ne mythifions pas la souche de ce Douarnenez nouveau, souche morcelée et déjà bien parcourue de contradictions et de rapports de force. La vie de la chambre de lecture en est un éloquent exemple. Les racines ne sont pas confortables consensus, elles ne vivent pas en communion idyllique. Non, les destinées peuvent évidemment être partagées, comme les lieux, mais le groupe ne fait pas, toujours, corps. Les regards des générations suivantes embellissent les matrices originelles. Le travail, sécurisant, d’une mémoire sélective sépare sans fin son bon grain de l’ivraie. Ne nous leurrons pas, dans les ruelles du petit port collé à son rocher, s’engoufre déjà le vent des ruptures et des cris.

302Cette petite souche portuaire va engendrer grand destin. Comment ? Par l’arrivée de capitaux extérieurs, multiples et parfois originaux. La société de base, organisée, séquencée, va résister longtemps à ces corps étrangers. Mais on ne s’isole pas des réalités d’un temps qui se sont imposées de Nantes à Concarneau, comme de Londres à Turin, hypothétique entité protégée des mouvements du monde. La résistance retarde, ponctuellement, d’inéluctables échéances. Mais les échéances finissent toujours par arriver.

303Voilà des Nantais à Douarnenez, pour y fructifier leur savoir-faire et leurs capitaux. Ils font fortune et sont bien souvent imités par les bourgeois locaux, ravalant leur rancœur, oubliant leurs sarcasmes initiaux. Ces conserveries nouvelles, portées par des circonstances économiques favorables, se développent et prospèrent. Elles attirent des femmes très nombreuses et des hommes, les soudeurs. Les chaloupes s’emplissent de paysans. La baie est un nouvel éden.

304Mais les paradis n’existent que dans les rêves. La sardine déserte, parfois, et les bateaux non pontés du xixe siècle ne peuvent la pourchasser trop loin. Alors les usines ferment et les femmes commencent à jouer les Bécassines. Puis revient la sardine ironique et les bruits de sabots qui emplissent les nuits de la ville nouvelle, tassée, entassée, concassée sur le port. Cette ville s’organise autour de quelques investissements publics qui la structurent : des halles, des abattoirs, une usine à gaz, une église, une mairie. Des rues. Une gare, bientôt, qui nécessite trop de place et s’expatrie à Tréboul, de l’autre côté de la ria. Un pont trait d’union afin de lier les usines et le chemin de fer qui mène aux grands marchés. Tout un espace s’organise, ainsi, autour des volontés des usiniers, ces rois de la conserve, qui font Douarnenez. Les grands programmes d’investissements publics s’adaptent à leurs volontés. L’espace est façonné par le fait industriel ; la ville en est dominée. Les usines doivent être au plus près de l’eau : le bord des flots leur est consacré et la frange littorale devient frange industrielle. Les usines ont besoin de lien rapide avec la gare : un pont est bâti, gigantesque, et les rues y menant sont consolidées. Pour le reste, la puissance publique pare au plus pressé. Les populations nouvelles s’agglomèrent à flanc de coteau pour être aussi proches que possible des lieux du travail. Les femmes d’usine doivent répondre immédiatement aux appels de l’usine. Comment pourraient-elles habiter Ploaré ou Pouldavid ? Elles se pressent, par milliers, autour du port, repoussant sur les hauteurs de la presqu’île les espaces plus aérés qui formeront places et lieux publics.

305Les conserveurs qui, un temps, investissent dans les navires de pêche, centrent leurs capitaux sur leurs activités propres, à partir des années 1870. Pour nourrir leurs usines, il leur faut du poisson et encore du poisson. Les infrastructures portuaires sont indigentes ? Certes, mais le poisson arrive et il est débarqué. Les quais sont insuffisants ? Certes, mais leurs établissements sont approvisionnées, en temps et en heure. Certains construisent des quais au droit de leurs usines. Ainsi, sur le Port-Rhu, au Guet, à l’île Tristan, sur l’îlot Saint-Michel les marins accostent au pied de la friture. La fonction portuaire est éclatée et dominée, elle aussi, par les conserveurs. C’est bel et bien un véritable système, cohérent, global, qui se met en place et utilise la matière urbaine à des fins économiques précises. C’est l’ère de la friture, le cœur du système.

306Cette cohérence porte en elle les germes de formidables explosions et de revanches inéluctables. Sur le terrain social, on le comprend d’évidence. Les premiers temps sont ceux de la nouveauté. Des ruraux qui s’installent et découvrent une ville qu’ils créent sans même le savoir. Des conserveurs, aux parcours parfois chaotiques, qui investissent une activité à fort pouvoir lucratif. Eux aussi débarquent, eux aussi découvrent. Les deux ou trois premières décennies, disons la première génération, les tréteaux de la scène sont posés. La pièce va venir bien vite. Les fils des conserveurs de la première génération naissent cuillère d’argent à la bouche. Ils emploieront des gérants et s’occuperont de leurs chasses. Les fils et filles des paysans de Saint-Nic, de Crozon ou Beuzec, naîtront entassés dans des masures de misère. Ils formeront syndicats et s’enflammeront bientôt. Parmi eux, les soudeurs, en première ligne, vivront un affrontement total, mortel, avec les patrons de la friture.

307Le socialisme et ses riches utopies trouveront là terrain fécond. Les spasmes réguliers attireront la troupe et les défenseurs de l’ordre. Peu à peu, la République se voilera et prendra, pour les enfants de la saumure, les traits d’une vieille dame, acariâtre et répressive. Après le socialisme, on chantera communiste. Mais c’est là une autre histoire, sur laquelle, naturellement, nous reviendrons. En attendant, les germes des ruptures prospèrent et se lève, régulièrement, le vent de la révolte.

308Cette population, enflée si vite des mille apports de la vie rurale, se stabilise et régresse, même, quand les filets bleus reviennent à vide et que la baie est exsangue. Là encore, il faudra tenir extraordinaire pari : nourrir, sur la durée, au-delà du temps des hommes, génération après génération, nourrir une population attirée à Douarnenez par les fritures, la saumure, la sardine. Trouver les moyens de vivre et de gagner son pain, quand disparaîtra le poisson d’argent. Terrible fragilité d’un système. Terribles désillusions qui se dressent en filigrane derrière les images que traquent les premiers touristes. Tout change, mais qui le sait alors ? La mer nourricière, la mer jardin de cocagne ou tombeau de l’innocence, cette mer qui alimente la collectivité nouvelle devient, en peu de temps, la destination de la découverte. Ils sont si drôles ces messieurs de Paris ou d’ailleurs, avec leurs accoutrements bizarres et leurs chevalets à l’épaule. Si drôles. Ils peignent la baie ! Pourquoi ne pas peindre les champs, tant qu’ils y sont ! Eh bien ! Ils peindront les champs et les vaches aussi, les chaloupes et les marins. La banalité, le quotidien. Le rien. La vie, quoi.

309Car la vie d’ici n’est pas celle d’ailleurs. Ils parlent français quand le Douarnenez du port parle breton. Ils parlent riche quand les marins parlent godaille et ardoise chez tante Fine. Ils parlent de splendeurs de la baie quand les rues parlent du sprat annoncé pour bientôt. Ils parlent des couleurs de l’eau, de ses reflets et du soleil quand les quais s’enflent des prix de misère que concèdent les acheteuses du bout de la digue. On les appelle les artistes. On les appellera les touristes. Un autre monde. Des étrangers… Hors quelques exemples, seuls les bourgeois de la conserve fréquentent ces parisiens aux mains blanches. Ils se retrouvent chez Vedeler, autour de jeux de cartes ou de quelques verres.

310Leur regard nouveau posé sur l’espace marin va cependant changer le monde. La baie devient décor, on invente des paysages. On structure le littoral, quand les conserveurs, encore eux, achètent les coteaux de Tréboul, où s’élèvent vite maisons de luxe et premiers hôtels. Viennent les tennis, les régates et une littérature de découverte qui présente le pittoresque de Douarnenez, la pauvreté des siens et l’ardeur des marins. Imageries d’Épinal à la recherche, déjà, d’une authenticité perdue.

311En ces cinquante années règnent, sans partage, les conserveurs. Ils créent Douarnenez, ils façonnent Tréboul, sur l’autre rive de la rivière. D’un côté les fumées, les sabots qui claquent sur les pavés quand, dans la nuit, remontent de l’atelier, les filles de l’insomnie, les carmagnoles de la jeunesse ouvrière.

312De l’autre, autour des Sables Blancs et de Saint-Jean, les dames en ombrelle, descendues des trains de la Compagnie d’Orléans, le tennis gourmé des premiers âges, les bouteilles d’absinthe et les échos des salons parisiens.

313Des deux côtés, les conserveurs possèdent la terre qu’ils font fructifier. Cette terre est littorale. Ici, les usines et des quais rudimentaires. Là-bas la vue, matière première. Ici, une multitude qui s’entasse. Là-bas, au contraire, de l’espace et de l’air.

314Ainsi, est né un système cohérent où chacun trouve sa place. Ce système, comme tout système, porte en son sein ses fractures et ses crises. Quand la sardine désertera, quand l’anonyme multitude deviendra saga, quand les jeux de capitaux quitteront cet éden éphémère pour en rejoindre d’autres, plus jeunes, plus beaux ; quand le temps des découvertes et des élans se recouvrira des points de rouille des habitudes, et que préserver l’existant tiendra lieu de gageure. Mais le système aura vécu près de cinquante ans et maintiendra une influence dominante sur la vie de Douarnenez pendant tout le xxe siècle. Derrière le navire, les vagues, longtemps, remuent la mer.

Notes

1 Archives notariales. Maître Malette, Douarnenez.

2 Ibidem. Maître Malette, maître Poitevin, Douarnenez.

3 Archives départementales du Finistère, 6 M 254, 6 M 255.

4 Ibidem.

5 Archives municipales de Douarnenez, délibérations des conseils municipaux.

6 Ibidem, registre des arrêtés du maire.

7 Ce plan d’alignement sera complété par un nouveau « plan général des alignements des rues », en 1903.

8 Archives municipales de Douarnenez, registre des arrêtés du maire.

9 Le poète Roger Judrin, s’y promenant, aura cette répartie : « La rue Monte-au-Ciel est la seule rue que l’on monte en descendant. »

10 Archives départementales du Finistère, 2 O 364.

11 Ibidem.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Archives du lycée-collège Saint-Blaise.

15 Archives municipales de Douarnenez, construction de l’église.

16 Ibidem, délibérations des conseils municipaux de Ploaré.

17 Archives municipales de Douarnenez, construction de l’église.

18 Ibidem.

19 Ibid.

20 Ibid., délibérations des conseils municipaux.

21 Ibid.

22 La gare est inaugurée le 24 mars 1884 et le pont livré à la circulation en mai 1885.

23 Les abattoirs de Douarnenez ont été construits en 1889, en bordure du Port-Rhu, sur le territoire de Ploaré.

24 Archives municipales de Douarnenez, délibérations des conseils municipaux.

25 Pour les travaux réalisés entre 1857 et 1879, les sources proviennent des archives de la direction départementale de l’Équipement, subdivision de Douarnenez.

26 Sauf indication particulière, la Notice complémentaire sur les ports de Douarnenez et de Tréboul, parue en 1909, éditée par le ministère des Travaux Publics, des Postes et des Télégraphes, nous renseigne sur les travaux réalisés de 1879 à 1908.

27 Archives municipales de Douarnenez, délibérations des conseils municipaux.

28 Archives départementales du Finistère, 2 O 386.

29 Archives municipales de Douarnenez, cadastre.

30 Archives de la direction départementale de l’Équipement, subdivision de Douarnenez.

31 Archives municipales de Douarnenez, délibérations des conseils municipaux.

32 Archives de la direction départementale de l’Équipement, subdivision de Douarnenez.

33 Ibidem.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Archives départementales du Finistère, 4 S 139.

38 Archives municipales de Douarnenez, registre des arrêtés du maire.

39 bidem.

40 Les noms de lieux sont indiqués dans l’orthographe de l’époque.

41 Archives notariales, vente des communaux de Tréboul-Poullan. Maître Mallette, Douarnenez.

42 Au Birou : mise à prix des 22 lots : 2 214 F. Acquisition pour 37 885 F ; au Rhun : mise à prix des29 lots : 3 547 F. Acquisition pour 26 335 F ; au Roc’hou : mise à prix des 9 lots : 2 010 F.Acquisition pour 12 085 F.

43 Archives municipales de Douarnenez, matrices cadastrales.

44 Archives notariales. Maître Mallette, maître Poitevin, Douarnenez

45 Si nous ne connaissons pas les acheteurs de ces parcelles, un plan de l’extrême fin de siècle nous indique les propriétaires des Sables Blancs : Richepin, Le Guillou, Veuve Grivart, Béziers, Veuve Le Clech.

Table des illustrations

Titre Tableau 4 : évolution de la population, 1851-1881, base 100 en 1851 (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-1.png
Fichier image/, 18k
Titre Tableau 5 : évolution des taux de natalité et de mortalité, 1851-1881 (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-2.png
Fichier image/, 49k
Titre Tableau 6 : solde naturel, 1851-1881 (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-3.png
Fichier image/, 15k
Titre Tableau 7 : solde d’immigration apparente (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-4.png
Fichier image/, 14k
Titre Tableau 8 : origine de la population douarneniste en 1876 (Piriou, 1960)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-5.png
Fichier image/, 102k
Titre Tableau 9 : évolution de la population, 1881-1891 (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-6.png
Fichier image/, 18k
Titre Tableau 10 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1882-1906 (Dubois, 1964)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-7.png
Fichier image/, 36k
Titre Carte 3 : Douarnenez, 1829, réduction du cadastre (Piriou, 1960)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-8.png
Fichier image/, 717k
Titre Carte 4 : Vente des communaux de Tréboul. (J.-M. Le Boulanger, G. Couix)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-9.png
Fichier image/, 2,4M
Titre Carte 5 : Douarnenez à la fin du xixe siècle. (J.-M. Le Boulanger)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11292/img-10.png
Fichier image/, 804k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540