Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Douarnenez de 1800 à nos jours

 | 
Jean-Michel Le Boulanger

Première partie. Émergence, croissance et crise : quand Douarnenez s'ébroue

Chapitre I : Les conserveries, naissance et développement

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Douarnenez au début du xixe siècle

L’émergence d’une ville

1« Présentons les choses de manière schématique, puisque les études cohérentes font défaut. Au temps de l’émigration bretonne, se crée sur le rivage de la baie de Douarnenez – le golfe de la pêche aux sardines, selon Dubuisson-Aubenay (1636) – un plou (plebs) Ploaré. L’essentiel est dans les champs, et non point sur le littoral, où se développe cependant un port de pêche, dont l’activité enrichit la paroisse et par conséquent le bourg paroissial… toute l’histoire politique de Douarnenez jusqu’à la fin de l’ancien régime, tient dans ce conflit entre un patriarcat rural d’une part, et d’autre part, les bourgeois et les “poissonniers” – autrement dit, dans un conflit entre une campagne et sa ville. » (Le Gallo, 1975.)

2Voilà rapidement définie l’histoire de Douarnenez. Installée au fond de cette baie, pour une situation nautique privilégiée, Douarnenez ne participe que très peu à la vie d’un pays. Calée contre les flots, c’est un village de pêcheurs qui deviendra vite un bourg sardinier. Les deux anses abritées de Douarnenez ont été les pôles de fixation portuaires et urbains : l’anse de l’Enfer, limitant le quartier Saint-Michel et dominant le trafic du Port-Rhu ; l’anse du Rosmeur, vite répartie en petit et grand ports, qui formeront plus tard, bien plus tard… le port du Rosmeur. Ces deux anses ont imposé la création de deux villages principaux, où les maisons s’agglutinent, groupées autour de deux chapelles : Saint-Michel et Sainte-Hélène.

3Les difficultés de la pente, la nécessité, pour les presses, d’être au plus près de l’eau expliquent cette bien logique fixation.

4Le Douarnenez de la première moitié du xixe siècle est un agglomérat mal maîtrisé d’une population jeune, attirée là, en ce bout du monde, par les activités maritimes. Des chaloupes nombreuses battent leurs flancs en des criques mal abritées que l’on s’efforce d’appeler ports. Ces chaloupes pêchent la sardine, l’été, et toutes les autres espèces de la création, chaque jour que Dieu fait, les maquereaux, les anchois, les sprats et les lieux, comme les merlus, qui enrichissent cette ville qui émerge. Entre 300 et 400 chaloupes, plus de mille marins assurément, nourrissent les presses où la sardine, expurgée de son huile, est vendue par des industriels, aux marchés du sud-ouest, de Bordeaux ou La Rochelle.

5Depuis les années pré-révolutionnaires, ce travail attire de nombreux paysans, en rupture de terre, du cap Sizun ou de la presqu’île de Crozon.

6Certes, le brassage est de faible envolée. On vient de Pouldergat ou des confins de Poullan. Oui, mais l’on vient de la terre pour monter sur une barque. On quitte ses choux pour traquer la sardine. Les armées sont faites de civils et les ports de ruraux… Ces notations pour rappeler un fait trop oublié : la communauté maritime est une permanente construction. Il n’y a pas d’essence pure, salée d’embruns, tannés de suroîts, sorte de matrice originelle. À quelque période que nous nous référions, 1790, 1890, 1990, le constat est le même : si les ampleurs diffèrent, la vision englobante et culturaliste, visant à faire du Douarnenez initial un port de pêche exclusif, rétif à tout mélange, fort de son originalité maritime est une vue de l’esprit. Une œuvre d’imagination. Un espoir déçu ?

7Retenons également qu’à partir de 1787 se développe à Douarnenez une société nouvelle, un club, à l’image de ces sociétés littéraires ou chambres de lecture qui naissent, nombreuses, en milieu urbain. Ses créateurs, bourgeois des presses pour la plupart, l’appellent la chambre de lecture de Douarnenez. Elle participe à toute l’aventure révolutionnaire et à cette lutte, frontale, qui oppose la ville et ses bourgeois, aux hobereaux des campagnes. Ici, le choc est rude entre le quartier portuaire, populeux, entassé, puant la saumure, et les campagnes ploaristes, fortes de ce clocher magnifique, du titre envié de paroisse, de ses seigneurs et de ses riches terres.

8Instruits par les philosophes et informés par les revues, les bourgeois des presses rêvent d’autonomie, espérant la création prochaine de la commune de Douarnenez, libérée de la tutelle paysanne. Liés, par les marchés, aux grands mouvements économiques, mêlés, par les livres, les revues et les débats, aux mouvements des idées, parlant le français, se déplaçant en France et parfois en Europe, ils sont pleinement intégrés aux courants de leur temps. Quels liens ont-ils avec les marins du port du Rosmeur, en dehors de relations marchandes et d’un espace portuaire, ponctuellement partagé ? Peut-on, véritablement, parler de communauté ? Non, si communauté il y a, elle est formée de ceux qui partagent un même destin, qui montent sur les barques de pêche, traquent la sardine et la déposent sur les cales. Eux parlent breton, vivent aux rythmes de leurs pêches et ne lisent ni Diderot ni Camille Desmoulins.

9Et ces bourgeois ambitieux et enfiévrés obtiennent gain de cause, évidemment ! Douarnenez devient commune, en 1790. Religieusement, elle restera sous tutelle jusqu’en 1875. En attendant, cette commune arrachée n’a que la taille de son port… C’est une motte de terre détachée de la puissance paysanne ; un bout de rocher. 70 hectares ! La plus petite commune du Finistère, dit-on, après les îles. Ne travaillant pas les champs, les Douarnenistes s’en contentent. Leur jardin à eux, c’est la baie !

10Durant les décennies précédant 1850, la population augmente rapidement : 1 708 habitants en 1800, 3 952 en 1850. La ville est un port et l’on y pêche, surtout, la sardine. Mais, et cette situation est très rare, les marins de Douarnenez sont uniquement marins. Si, sur le littoral, être marin et paysan reste une pratique courante, Douarnenez est une exception. La raison en est simple : la baie est poissonneuse. Le lien qui en résulte entre les Douarnenistes, seuls marins permanents de son pourtour de la baie, et cette dernière, va façonner l’histoire de la région pour de nombreuses générations. « Tout village occupe un espace… il est une cellule biologique qui permet la colonisation, au premier sens du terme, du facteur de production “sol”. En fait, ce sol, ce “terroir”, ce “finage”, sont plus importants que le groupement même des maisons. » (Braudel, 1986.) À Douarnenez, ce sol, c’est la baie !

11Les ports, au Rosmeur comme au Port-Rhu, sont plus des abris que des infrastructures véritables. Certes, ils font l’objet de projets ambitieux, à partir de 1820… mais les travaux réalisés, de faible envergure, ne peuvent satisfaire les marins. Citons, pour mémoire, la Cale ronde, née dans les années 1830. Citons également le vaste projet de création d’un bassin à flot, à Port-Rhu, qui attendra longtemps, très longtemps, sa concrétisation.

12Au cœur du xixe siècle, la situation économique de la basse Bretagne est difficile. En 1846, la sécheresse s’abattant après une dure vague de froid, la récolte des céréales est presque nulle dans les campagnes. Toute la vie rurale en est gravement touchée. Sur ce fond de disette, le destin, à Douarnenez, frappe et frappe fort. Dans cette ville de pauvreté, le choléra s’invite et se nourrit de la glèbe. En 1949, en l’espace de deux mois, deux cent cinquante-six Douarnenistes sont emportés ; Tréboul, Ploaré, Pouldavid ne sont guère épargnés. Au total : 507 décès dus à ce fléau sont recensés. 507 ! En deux mois !

  • 1 Archives départementales du Finistère, 2 O 374.

13Tous les valides œuvrent pour panser les plaies… on fait appel aux sœurs de Saint-Brieuc… mais que faire quand rôde l’arbitraire ? Même la prison est le reflet de l’hygiène ambiante. « La prison est sous terre et ne reçoit le jour que par une petite fenêtre insuffisante pour que l’air puisse se renouveler. Elle est insalubre, infecte, la santé de ceux qui y passent la nuit est compromise1… » En 1835, il n’y a pas encore d’eau potable dans la commune, seuls existent quelques puits et deux fontaines qui donnent des eaux fades et saumâtres. Il faut alors parcourir un kilomètre sur Ploaré pour trouver de l’eau potable et abondante.

14En 1850, à Douarnenez, le macadam n’a pas encore figé la lande. C’est alors l’âge de tous les possibles. La ville, désorganisée, s’ébroue dans des rapports de force incessants ; elle possède alors un capital, un potentiel, riche de devenirs : sa population. Elle fréquente de près, de très près, une richesse dont elle s’apprête à exploiter toutes les ressources : la baie.

15Et ce village boueux, sans installation aucune, va se transformer, en une trentaine d’années, en une ville industrielle de première importance !

La sardine pressée

16« Arok ma va deut ar friturioù e Douarnenez, a vie graet sardin preset. ‘Vie salet a zardin lakeet aneo e paneroù bihen ha pouezet avarno… » (Hor yezh, 1979.)

17« Avant l’arrivée des usines à Douarnenez, on fai­sait des sardines pressées. On salait les sardines, on les mettait dans de petits paniers et on pesait dessus… » (Tud ha bro, 1982.)

18Avant « l’invention » de la sardine à l’huile, les sardines étaient pressées dans tous les ports de pêche sardiniers. Le Finistère comptait la plus grande partie de ces presses artisanales et surtout Douarnenez et Concarneau qui fabriquaient à eux deux 33 000 barils. Il y avait 150 ateliers à Douarnenez (dont 60 à Tréboul) en 1832 ; 600 femmes environ y trouvaient emploi.

19La recette de la sardine pressée est simple : « On lave le poisson à la mer, puis après l’avoir saupoudré de sel, on le jette dans des barriques (manestrans, malestrands… voire manestrands) au bout de 24 heures, le sel fond en partie et la sardine baigne dans une saumure, où on la laisse séjourner de 10 à 15 jours au moins… Quand le fabricant veut faire presser, on retire le poisson du manestran, on le lave de nouveau dans la saumure, puis on le couche par rangs circulaires dans des barils de hêtre. » (Caillo, 1855.)

20Les presses ont une place prépondérante dans la vie locale. Elles apportent une activité supplémentaire à la côte, valorisant la pêche, lui permettant de se développer et d’atteindre ainsi un nombre élevé de chaloupes et de pêcheurs.

21Les presses permettent, de plus, la régularisation du marché et elles alimentent un important commerce d’exportation, source évidente d’enrichissement. Les presses étaient presque toujours installées dans le domicile privé de leurs propriétaires où elles occupaient seulement une pièce ou deux.

22La simplicité de la préparation, le peu d’investissements nécessaires et la faible place demandée permettaient à de nombreuses familles de marins pêcheurs de commercialiser ce produit, mais, dès le début du xixe siècle, de grandes familles de négociants vont s’imposer.

23Neuf bourgeois font le commerce des sardines, en 1836, à Douarnenez ; ce sont des fabricants-­négociants-armateurs : Béléguic, Belot, Debon, Delécluze, Grivart, Madézo Daniel, Madézo Martin, Veuve Roye, Mlle Kerdreach. Deux grandes familles, étrangè­res à Douarnenez, vont s’y installer et peser d’un poids considérable sur la ville : la maison Chancerelle Frères, sur laquelle nous reviendrons, et les Le Guillou de Pénanros.

24Louis Marie Le Guillou devint notaire à Elliant le 21 novembre 1735. Son fils, notaire lui aussi, fut pourvu le 6 janvier 1774 de l’office de notaire royal dans la maréchaussée de Concarneau en résidence à Elliant.

25« Nous ne savons pas à quel moment il a entrepris son commerce de sardines ; il semble bien cependant qu’en 1789, il ne soit pas encore établi à Concarneau »… La mutation d’un notaire en marchand de sardines, étonnante de prime abord, était alors phénomène assez courant. « Nous voyons que, tout récemment, depuis 1788, des avocats, procureurs, chirurgiens, notaires se mirent à faire le commerce de sardines. Les marins s’en plaignaient, et le sénéchal de Concarneau, M. Du Laurens De La Barre, dans une lettre du 22 avril 1789 déclare : “Pourquoi les avocats, les procureurs, les chirurgiens, etc., sont-ils aussi devenus, depuis un an seulement, marchands de sardines et ne se contentent-ils pas du fruit de leur premier état ?

26N’est-ce pas parce qu’ils voient les marchands de rogues et de sardines venir sous peu de temps à la tête d’une fortune surprenante, en ne travaillant que cinq mois par an.” » (Hayem, 1929.)

27Tentés par l’aventure, les Le Guillou vont, eux aussi, s’intéresser à la sardine. François, fils de Louis Marie, installé à Douarnenez, possède vite quatre bateaux de pêche. Ne se contentant pas de sa propre pêche, il a recours à celles des marins et se fournit également chez les poissonniers. Il est, en effet, fabricant : il presse la sardine, la met en baril et l’expédie. Il exporte aussi la sardine en vert.

28Les Le Guillou se procurent le sel à Guérande et au Croisic où leur fournisseur attitré est Caillot Jeune. Mais la famille se livre également au commerce de la rogue, au commerce des vins et eaux-de-vie (comme fret de retour aux bateaux qui ont apporté à Bordeaux, La Rochelle et Nantes, les trois produits de la pêche).

29Partout présents, investissant dans tout secteur commercial rentable, les Le Guillou, alliés aux Pénanros et achetant leur titre nobiliaire, s’imposent sur la société douarneniste.

30Le dynamisme des grandes familles est vite, dans le contexte de cette industrie, générateur de tensions, qui, plus tard, se trouveront exacerbées.

31La domination de quelques-uns sur une ville qui, économiquement, ne peut s’en remettre qu’à eux, la très grande étendue du pouvoir de ces industriels, le manque d’activités économiques diversifiées et l’absence de classes sociales intermédiaires amènent des distorsions dans tout le système urbain douarneniste.

32Des « élites » économiques font face à toute la population… Nous retrouverons plus tard, dans cette ville socialement inachevée, le même phénomène avec les conserveurs et nous pourrons alors en mesurer les conséquences sur tout l’espace urbain.

33Cette rigidité, structurelle, n’empêchera pas l’innovation de la conserve… mais elle la ralentira.

34Dominant, de toute sa force, la vie locale, maîtrisant tous les rouages, quels intérêts pousseraient la bourgeoisie locale à délaisser les presses pour l’aventure de la conserve ? Le pouvoir sera un frein sur l’avenir ; pouvoir présent et oppressant d’une industrie passée et déjà archaïque, il hypothèque l’avenir !

Les conserveries : naissance et balbutiements

Nicolas Appert, le « génial inventeur »

35Nicolas Appert exerçait, depuis 1780, le métier de confiseur à Paris. Il s’installe à Nantes sous la Restauration, rue des Lombards. Il décrit ainsi son invention : « L’action du feu détruit ou au moins neutralise tous les ferments qui, dans la marche ordinaire de la nature, produisent des modifications qui, en changeant les parties constituantes des substances animales et végétales, en altèrent les qualités. Mon procédé… consiste principalement :

  1. à enfermer dans des bouteilles ou bocaux les substances que l’on veut conserver ;
  2. à boucher ces différents vases avec la plus grande attention, car c’est principalement de l’opération du bouchage que dépend le succès ;
  3. à soumettre ces substances, ainsi renfermées, à l’action de l’eau bouillante d’un bain-marie, pendant plus ou moins de temps, selon leur nature, et de la manière que j’indiquerai pour chaque espèce comestible ;
  4. à retirer les bouteilles du bain-marie au temps prescrit. » (Delcroix, 1964.)

36Les premières conserves vendues par Nicolas Appert le sont en 1796 dans des bouteilles de Champagne. Il fait bientôt fabriquer spécialement des bouteilles à large goulot plus faciles à remplir. En 1802, Nicolas Appert crée une petite usine à Massy, directement approvisionnée par une exploitation agricole de quatre hectares. Son brevet est déposé. Il donne naissance à une industrie qui envahira bientôt l’ensemble du littoral.

37L’idée d’embarquer ses produits à bord des bâtiments au long cours est acceptée en 1806 par le ministère de la Marine. Le 6 décembre 1806, Le Festin de Brest, accueille ses premières conserves. Le résultat est qualifié d’encourageant.

38Appert vulgarise son invention en 1810 dans Le livre de tous les ménages au sous-titre prometteur : « l’art de conserver pendant plusieurs années toutes les substances animales et végétales. » L’ouvrage, soumis au bureau consultatif des arts et manufactures et revêtu de son approbation, est publié sur invitation de S.E. le ministre de l’Intérieur.

39En juin de cette même année un Anglais, Peter Durand, obtient un brevet pour la conservation des aliments suivant le procédé Appert. Peter Durand adopte la boîte de fer blanc et lance sa production. En 1814, ses conserves figurent dans les approvisionnements normaux de la marine britannique.

Joseph Colin, confiseur nantais

40Le procédé Appert, affaibli par les pertes et les avaries, était quelque peu tombé en discrédit lorsque le Nantais Colin fit une découverte exceptionnelle. Confiseur, ambitieux, Joseph Colin va prolonger l’invention d’Appert et lui donner ses lettres de noblesse. Il met patiemment au point des procédés qui limitent les pertes. Il expérimente, perfectionne et construit la première conserverie, 9, rue des Salorges à Nantes, en 1824, après avoir produit de 1821 à 1824 dans son ancien et modeste atelier de confiseur.

  • 2 Journal de Nantes et de la Loire-Inférieure, 8 juin 1822.

41Dès 1822, le capitaine de vaisseau Freycinet déclare : « Dans le voyage de circum navigation que je viens de terminer, j’avais emporté une certaine quantité de conserves d’Appert : elles ont supporté parfaitement et au-delà des espérances toutes les épreuves auxquelles je les ai soumises depuis 38 mois de navigation. La reconnaissance et l’équité m’engagent à faire connaître des faits si honorables2. »

42Faisant travailler cinquante à soixante personnes et une trentaine de ferblantiers, l’établissement a un approvisionnement de 300 000 boîtes dont 100 000 de sardines en 1836. La production est donc très vaste mais elle est aussi très variée : bœuf, cailles, petits pois, civets, saumons truffés, légumes et sardines à l’huile. Le prix assez important des sardines à l’huile impose à Colin une importante publicité.

43La presse est inondée de mérites de cette invention, exprimés parfois de façon originale : « Grâce à cette invention précieuse, l’opulent nabab de Calcutta qui marie sa fille peut, sur les bords du Gange, copier dans le cuisinier royal, le menu du banquet des noces. Il lui suffit de prendre son temps à propos et d’écrire six mois à l’avance, rue des Salorges, n° 9 à Nantes. » (D’Avigneau, 1956.) La publicité est d’autant plus nécessaire que les sardines pressées sont nettement moins onéreuses que les sardines à l’huile : le baril de 85 kg de sardines pressées revient à 40 F en années moyennes vers 1835-1837, le prix du kilo est donc de 0,45 F quand, au détail, il est vendu entre 0,90 et 1 F. Les conserves, elles, coûtent de 2,72 F à 3,04 F le kilo en 1837. La différence est d’importance…

44Mais, en Bretagne, la sardine des premiers mois est difficilement utilisée pour la presse en raison de sa petite taille ; cette sardine est tendre, sans huile.

45De plus, lors des fortes chaleurs d’été les sardines pressées se décomposent rapidement… Ce sont là des créneaux dont profitera l’innovation pour s’affirmer et s’imposer.

Les Nantais

46Il peut sembler étonnant que l’innovation, qui devait révolutionner le contenu et la structure de l’économie sardinière, soit apparue à Nantes et non dans l’un des ports sardiniers d’importance, comme Douarnenez.

47Les principales raisons sont à chercher dans la grande vitalité du capitalisme nantais : capitalisme commercial implanté depuis plusieurs siècles, qui a créé de nombreuses fortunes pouvant être investies. Après la Restauration, le retour à la paix amène la reprise active du commerce et permet une stimulation de l’industrie. La bourgeoisie commerciale locale, créant en 1818 une banque propre à la ville, se donne les moyens de son développement. À partir de 1825, la situation devient véritablement florissante, un nouvel afflux de matières premières et de capitaux, dus à la normalisation des rapports avec Saint-Domingue, crée des conditions favorables à des réinvestissements et à des spéculations. Une nouvelle classe d’entrepreneurs, pas toujours très scrupuleux, surgit, attirée par des perspectives de profits faciles. Les créations d’usines se font plus nombreuses, même si beaucoup sont éphémères.

48Après 1830, l’évolution s’accélère ; le développement le plus remarquable est perceptible dans la construction navale et dans la conserverie alimentaire.

49L’élan n’est possible que par l’utilisation de plus en plus intensive des machines à vapeur, dont la plupart étaient construites à Nantes même. En 1839, une soixantaine de machines fonctionnaient dans les usines et une cinquantaine de navires à vapeur sillonnaient la Loire.

50Le travail de clarification du capitalisme n’est cependant pas accompagné d’un processus de croissance très dynamique. Les entreprises restent frêles. À partir de 1840, ayant à l’esprit l’exemple anglais, les capitalistes nantais prennent conscience de cette torpeur en se lançant dans un mouvement général d’accroissement de la taille des entreprises. Il ne s’agit pas encore d’un phénomène de concentration systématique, impliquant une absorption des adversaires. On assiste plutôt à une concurrence acharnée, mais bénéficiant d’un champ de profit suffisamment large, pour que leur coexistence et leur expansion soient possibles immédiatement. Dès cette époque, émergent les fondateurs des dynasties capitalistes de l’industrie nantaise… que nous retrouverons bientôt à Douarnenez.

Innovateurs et imitateurs

51L’innovateur ayant ouvert la voie, les imitateurs vont propager l’invention. Grâce au dynamisme, à l’esprit d’initiative de ces derniers, les usines de conserves vont vite former un pilier de l’économie bretonne. Ces « imitateurs » qui feront, plus ou moins tôt, un pari sur l’avenir de cette industrie, ont diverses origines. Pour beaucoup, ce sont des professionnels de l’alimentation ; un confiseur à Nantes, un traiteur et un restaurateur toujours à Nantes, un maître d’hôtel à Audierne, un charcutier, un épicier, deux marchands de bestiaux. De nombreux fabricants sont saleurs ou presseurs. Propriétaires de presses, installés sur les lieux de pêche, disposant de relations anciennes avec les pêcheurs, ils s’assurent ainsi contre la baisse d’activité, de plus en plus sensible, de leurs presses.

52Sans, pour autant, supprimer les ateliers, ils jouent sur deux tableaux et se garantissent des risques que peut comporter l’industrie nouvelle. Nous en retrouverons à Douarnenez.

53D’autres, enfin, exerçaient divers métiers en rapport indirect avec la nouvelle industrie : capitaine au long-cours comme Lucas à Belle-Île, armateur négociant comme Philippe et Canaud, armateur négociant et banquier comme Ouizille à Lorient, ferblantiers enrichis par leur travail, tel, ce Lemarchand, originaire de Nantes, qui ouvrira une usine à Tréboul.

54Professionnels de l’alimentation, de la mer ou des presses, les négociants sont riches. Très peu recourront aux banques avant 1914.

55Nous avons trouvé un cas, doublement original, à Douarnenez : Théodore Boyer. Le 17 mars 1869, M. Boyer achète un établissement de pêche à Antoine Rabot, sur le grand port à Douarnenez. Pour cela il fait appel au Comptoir du Finistère, banque de MM. Lemonnier frères, établie à Brest. Le 16 janvier 1868, un crédit de 12 000 francs lui est ouvert.

56Le 17 mars 1869, il achète l’établissement de M. Rabot pour la somme de… 12 000 F. Original par cet appel aux banques, M. Boyer l’est également par sa profession… pharmacien !

57M. Boyer défraya quelques années plus tard la chronique douarneniste en se plaçant au centre d’une polémique qui fit couler autant d’encre que de salive : Isaac Pereire, le grand Pereire, fit une demande de construction de conserverie dans un immeuble de M. Boyer, toujours au grand port.

58L’arrivée de ce grand capitaliste, dans le monde clos de la bourgeoisie douarneniste, fit plus de vagues qu’une marée d’équinoxe. Nous y reviendrons…

59En attendant, les conserveries, de plus en plus nombreuses, font leur apparition sur la côte atlantique après l’ouverture de l’usine Colin en 1824.

60Dans un premier temps les conserveurs s’installent à Nantes, à l’instar de Joseph Colin. Le poisson est alors amené de la côte, du Croisic jusqu’à Nantes, par de légers et rapides voituriers, avec un ou deux relais fournis par de vigoureux bidets.

61M. Levesque, le premier, ancien maire de Nantes et armateur, installe sa friterie sur les lieux de pêche croisicais. Bientôt, divers points de la côte Sud sont conquis. Le mécanisme est courant : l’usine qui se crée est succursale, établissement autonome, assez semblable, sur le plan de la gestion, aux comptoirs lointains des grands armateurs.

62En voiture, pour aller de Nantes à la Turballe, il faut deux jours en 1823. De Nantes à Douarnenez, par les messageries Laffite et Gaillard, il en faut bien quatre ou cinq. De 1830 à 1850 et même 1860 la gérance est une nécessité !

63En 1825, l’usine Blanchard ouvre à Lorient et l’usine Camus à La Rochelle. En 1830, Millet à Nantes et Soymie à Étel. En 1832, Juette aux Sables-d’Olonne ; cette usine fut un moment refusée par l’administration ; « ce refus insolite irrita, paraît-il, les marins sablais qui se mirent en grève pendant une journée, prévoyant bien tous les services que la nouvelle industrie était appelée à rendre à la pêche sardinière dans un port dépourvu de tout débouché extérieur. » (Ar Vag, 1979.) En 1833, Leydic et Bertrand s’installent à Nantes… En 1834, Chatelain et Basset à Saint-Gilles et Gillet à Kernevel près Lorient. En 1837, Deffes ouvre son usine à Nantes ; il embauche un ouvrier du nom de Jos Colin, homonyme de l’inventeur, et produit des conserves, sous ce nom, jusqu’à l’intervention des tribunaux. En 1837, Levraud ouvre à Nantes. À cette date, le capitalisme nantais domine toujours assez largement mais de grands centres urbains sont touchés. Apparaissent, alors, les succursales d’établissements, avec, en 1839, à Piriac, l’installation de Deffes Jeune de Nantes ; en 1839 également, à Port­Louis, l’ouverture d’une usine Bertrand et Feydeau. Au cours des années 1840, d’autres ports sont touchés : Concarneau en 1840, avec Lemarie ; La Turballe (en Guérande), en 1841, avec les frères Pellier du Mans. Le Croisic par Colin, en 1842 et Belle-Île avec Lucas, en 1845.

64Durant cette même période, des ports, où l’industrie de la conserve est déjà connue, voient s’ouvrir une deuxième « friterie ». C’est le cas des Sables, en 1838, avec l’usine Drouet, d’Étel, en 1841, avec Rodel de Bordeaux, de Kernevel, en 1842, avec Colin, de Belle-Île, en 1846, avec un conserveur nantais ; de Saint-Gilles et de La Turballe, en 1847, grâce à Millet de Nantes.

65Un phénomène remarquable, touchant au fond du problème de l’innovation, est à noter : peu de créateurs sont issus du port même où les usines sont créées. La plupart viennent des centres urbains et surtout de Nantes. Nous retrouverons le problème à Douarnenez. L’innovateur est souvent un expatrié.

66Parlant du Croisic, Caillo souligne, en 1842, l’absence d’initiatives locales pour la fondation d’usines de conserves. Parlant de Douarnenez, nous pourrions faire la même remarque, avec néanmoins un début d’explication : les presses qui sont, nous l’avons dit, un frein à l’innovation « interne » du fait même de leur essor. « Mieux vaut tenir que courir » durent se dirent en cette moitié du xixe siècle les industriels douarnenistes.

67Industriels bientôt menacés, car la contagion gagne ; les années 1850 seront, à cet égard, décisives.

68Selon Libaudière, trois stimulants principaux jouèrent (cité par D’Avigneau, 1956). Tout d’abord, la première exposition internationale de Londres, en 1851, qui permit une large émulation. Les conserveurs s’y rendent comme ils se rendront à l’exposition internationale de Paris en 1855 (on en dénombrera dix-sept).

69Ensuite, la découverte des mines d’or de Californie (1848-1853) et le rush célèbre dans ce far west non productif de matières alimentaires. Ce qui fait écrire à MM. Guéguen et Le Maître : « On imagine les caisses de conserves concarnoises embarquées par les tortillards du far west, les boîtes de sardines ouvertes à la lueur des feux de camps, empilées sur les étagères des premiers “drugstores” de Californie. » (Guéguen, Le Maître, 1979.) Les États-Unis seront les premiers clients du marché français de la conserve à partir de 1834. Les ventes extérieures passent de 40 tonnes en 1827 à 120 en 1836 et à 400 en 1845.

70Enfin, l’inauguration du chemin de fer Paris-Nantes, en 1851, permet l’élargissement des marchés et la diffusion plus nette, plus importante, des produits. Ces trois facteurs favorisent l’extension de la conserve et la création d’usines.

71En 1851, Philippe et Canaud s’installent à Concarneau, suivis par Ouizille et par Pereire, en 1854. Amieux ouvre en 1851 une usine à Étel ; Louis Levesque à Belle-Île en 1854. Huette et Dinaut de Nantes s’installent au Croisic en 1853, avec Blon également de Nantes et Lavallée du Mans. Tertrais et Ballereau (encore des Nantais !) s’établissent à Saint-Gilles-Croix-de-Vie en 1854 ; et Martin de La Rochelle aux Sables-d’Olonne, en 1853, suivis par Pellier, du Mans, en 1855. C’est alors que les « fritures » apparaissent à Quiberon (l850), au Guilvinec, par l’intermédiaire d’un Danois et d’un Nantais, et, enfin, à Douarnenez-Tréboul en 1853, grâce à Eugène Clairian.

Le Douarnenez des inquiétudes

72« Village boueux et mal bâti », Douarnenez est alors formé de villages tassés contre la mer, cerné par des terres hostiles.

73« Y avait-il du monde aujourd’hui au Pardon ? Peuh ! répond l’autre, personne, il n’y avait que des paysans ! » Phrase célèbre, maintes fois ressassée, fierté du Douarneniste, elle n’est pas sans rappeler un ancien conte… birman !

74Le maître de maison dit à son serviteur : « Regarde à la fenêtre, j’entends des gens marcher. » Le serviteur regarda et répondit : « Sire, il n’y a pas de gens dans la rue, seulement trois étrangers. » (dans Hoselitz-Moore, 1963.) Ce conte birman est l’exemple choisi pour définir un système social non intégré fait de l’isolement de communautés, d’absence de contacts, de communications… En somme, tout ce qui peut caractériser Douarnenez en 1850… Douarnenez coincée entre la mer et une campagne étrangère est de plus, nous l’avons vu, socialement inachevée, « c’est-à-dire privée de structures sociales équilibrées » (Lucas, 1975).

75Il y a les industriels de la presse, souvent futurs conserveurs, qui, dominant la ville, dominent la vie. En 1849, Douarnenez vit sous le signe absolu de la presse ; on y remplit 90 000 barils de 80 kg et d’une contenance de 25 000 sardines chacun, soit en tout, 225 millions de sardines. Le négoce de la presse est solide et ses « industriels » heureux.

76Et puis, il y a les autres… toute cette population douarneniste, marins, pêcheurs, petits artisans, soudés, unis. Cette population qui augmente largement sous les doubles coups de boutoir du mouvement naturel et de l’immigration due à l’activité maritime.

77En 1837, 3 303 Douarnenistes sont recensés et l’on sait que 1578 d’entre eux ont moins de 20 ans, 47,7 % ! Cette population est jeune et habituée aux métiers de la mer.

78Douarnenez est, dans la première moitié du xixe siècle, le premier port sardinier de France. Les équipages sont nombreux et la situation géographique de la ville, à la fin de la « remontée » des bancs de sardines, favorise d’abondantes pêches d’un poisson de qualité. Le Douarnenez des industriels de la presse et des autres pourrait donc s’avérer très perméable à l’innovation. Tradition industrielle, main-d’œuvre féminine abondante, déjà aguerrie au travail des presses, équipages nombreux, port très vivant, proximité des lieux de pêche… Tout y est… Tout semble y être… Car il y a une réserve, et d’importance. Certes, les entrepreneurs sont présents (et ô combien !…), certes, ils possèdent des capitaux, certes, ils sont (certains du moins) dynamiques, mais ils s’avéreront enserrés dans une chape de plomb. Préoccupés à maintenir leur rang, leurs privilèges, ils voient l’avenir de la conserve avec inquiétude. Le phénomène est logique, trop logique. Répétons-le : mieux vaut tenir que courir. Alors, l’aventure ? Pas question.

79À moins que l’étranger ne les brusque, ne les fasse sortir de leur torpeur. Et l’étranger à Douarnenez, il s’appelle Clairian, il s’appelle Lemarchand et il s’appelle, surtout, Chancerelle.

80Il aura ainsi fallu un quart de siècle aux conserveries pour passer de Nantes à Douarnenez. Évidemment, la position très excentrée de Douarnenez ne facilitait pas les choses, vu l’insuffisance du réseau de transports et l’absence de réseau de chemin de fer. Mais, sans la résistance « structurelle » des industriels locaux, on peut penser que le premier port sardinier de France aurait pu voir ouvrir sa première conserverie avant les années 1850.

Eugène Clairian et les Lemarchand

81« Le groupe de Douarnenez-Tréboul ne fut doté d’une friture que sur le tard. Ce fut M. Clairian qui la fonda à Tréboul. » (Le Gall, 1904.)

  • 3 Archives municipales de Douarnenez, État civil.

82Eugène Clairian est responsable de la société Clairian Drouet Pillet de Nantes. Cette société devient Clairian et Drouet puis, en 1847 Clairian et Cie de Douarnenez. La plus ancienne mention de Eugène Clairian à Tréboul date de 1843 quand, le 19 mai, la société Clairian-Drouet Pillet achète à Robert et Toussaint Laurent Chancerelle (déjà !…), devant Me Brettenière à Nantes, un magasin qui allait devenir, quelques années plus tard, la première conserverie de Douarnenez-Tréboul. En 1843, Clairian est propriétaire à Tréboul de trois maisons avec presses et d’une ruine, le tout acheté, de Nantes, aux Chancerelle, eux aussi Nantais. La petite histoire révèle que, le 19 juin 1844, une naissance est enregistrée dans la famille de « Monsieur Eugène Clairian, négociant, âgé de 37 ans, domicilié à Tréboul ». L’enfant de sexe masculin se nomme Césaire Jules3

  • 4 Ibidem, matrices cadastrales.

83En 1845, Clairian construit une maison avec presse, toujours à Tréboul. Toutes ses possessions s’élèvent en 1847 à une valeur de 31 000 F4.

  • 5 Ibid., délibérations des conseils municipaux.

84Eugène Clairian est conseiller municipal de Poullan-Tréboul quand, en 1852, les élus prêtent serment de fidélité au prince-président de la République Louis-Napoléon Bonaparte. Avec un adjoint, Brélivet, « MM. Guivarc’h, Blavon-Duchesne, Debon, Celton, Le Brusq et Clairian » refusent le serment5. Tous ces opposants quittent alors le conseil municipal et Clairian disparaît des archives municipales…

85Ces mésaventures ne l’empêchent pas, le 30 juin 1853, d’acheter une bâtisse à Tréboul, appelée maison de la Montagne, à Jean-Guillaume Béléguic, négociant. Cette bâtisse possède une presse au rez-de-chaussée, deux chambres à l’étage et un grenier.

  • 6 Archives notariales, étude de Maître Malette, Douarnenez.

86Mais, Eugène Clairian ne se contente pas d’investir à Tréboul. À Douarnenez, il possède également une presse au quartier du Rosmeur, d’une valeur de 6 000 F en 1847 ; ainsi que dix bateaux de pêche : La Proserpine (construit en 1834), le Triton (1834), Petit Maxime (1836), La Fauvette (1837), Pauline (1839), Ernest (1839), Petit François (1842), Gabriel (1843), Saint-Jean (1844), L’Océan (1844), la valeur totale de ces bateaux est de 4 450 F en 18476.

87Dans les années 1850, Clairian transforme ses ateliers de presse en usine de conserves alimentaires, suivant en cela l’exemple propagé depuis vingt ans le long de la côte bretonne.

88Le Livre d’or de la conserve, de l’Union des syndicats français des fabricants de conserves de poisson, nous indique qu’» en 1850, le Nantais Clairian s’installe à Douarnenez, il fait faillite, son usine est rachetée par Chancerelle ». Nous avons vu que Clairian s’installe dans la ville, bien avant 1850. Peut-être, alors, est-ce en 1850 qu’il ouvre sa première conserverie ?

89L’Illustration, dans son numéro spécial « Le Finistère » en 1929, nous apporte quelques explications.

« En 1855, la zone sur laquelle allait se perpétrer l’industrie sardinière atteignait sa frontière nord par l’acquisition et la mise en exploitation par Chancerelle-Frères de Nantes d’une usine à Tréboul près Douarnenez. Cette usine ouverte seulement deux ans avait dû fermer ses portes par suite de l’erreur de son propriétaire de conserver la sardine à l’huile dans des boîtes en bois. Entre les mains des Chancerelle-Frères elle prit toute sa vitalité. »

90Ce texte contient de très intéressantes informations. L’usine ouverte par Clairian ne fonctionna que deux ans. Or, en 1855, le 24 décembre, Clairian vend toutes ses possessions de Douarnenez-Tréboul aux Chancerelle et, en particulier, « un établissement de pêche, situé au dit Tréboul Ster Bihan… avec les deux grandes bassines qui s’y trouvent à droite en entrant dans la cour, et la caisse à huile étant dans le fond du grand magasin ».

91Clairian, en faillite, vend toutes ses propriétés et disparaît de Tréboul. Rien de plus normal. Si Clairian avait ouvert sa « friture » en 1850, il aurait fait faillite en 1852. Pourquoi attendre trois ans avant de vendre ?

92Comment, en faillite, en 1853, acheter à J.-G. Béléguic cette maison, appelée maison de la Montagne. II nous semble donc que la première conserverie de l’agglomération remonte au début 1853. Située à la pointe de Tréboul, rachetée par les Chancerelle, elle fermera ses portes, définitivement cette fois, début 1980.

93Mais l’élément le plus riche enseigné par L’Illustration est l’anecdote, suivant laquelle Clairian « conservait » la sardine à l’huile dans des boîtes en bois. « Erreur », dit l’Illustration… erreur certes, mais tellement grossière, qu’elle nécessiterait explication.

94Clairian, riche négociant possédant plusieurs presses à Douarnenez-Tréboul, Clairian le Nantais, devait bien connaître ces fritures qui remontaient, année après année, les côtes de Bretagne. Il devait en maîtriser les mécanismes, lui, l’innovateur.

95Et pourtant il utilisa, comble absurde, des boîtes en bois, donc, non hermétiques pour « conserver » ses sardines à l’huile. Ou bien, aussi étonnant que cela puisse paraître, il ignorait la technique de base de la conserverie, ou bien, esprit malin, il voulait allier à la sardine à l’huile, les habitudes commerciales de Douarnenistes habitués à recevoir leurs fortes sardines pressées dans des barils de bois. Différents textes de l’époque montrent la méfiance des Douarnenistes envers les boîtes de fer blanc et leur attachement aux barils de bois. Clairian voulut-il jouer sur les deux tableaux ? Cela est possible ; mais à défaut d’archives précises cela ne peut rester que supposition…

96C’est ainsi que le 24 décembre 1855, Eugène Clairian « agissant au nom et comme liquidateur de la société E. Clairian et Cie » vend toutes ses propriétés à M. Robert Chancerelle, négociant au Guet à Douarnenez et à Toussaint Laurent Chancerelle, négociant à Nantes.

97Rappelons que E. Clairian les avait déjà achetées à ces mêmes négociants, à Nantes, en 1843.

98Douze ans pour une faillite et un retour dans le « clan » Chancerelle. Douze ans pour un espoir… et puis s’en va.

99Présenté, dans plusieurs ouvrages, comme le second de Clairian, Lemarchand ouvre également son usine en 1853. Lemarchand fut le premier à fabriquer les sardines sans arête et sans incision, suivant le procédé qu’il avait trouvé, et pour lequel il prit un brevet en 1855. Par suite de perfectionnement dans sa fabrication, il prit un second brevet en 1864.

100La brochure Le Mois littéraire et pittoresque de janvier-juin 1902 qui se penche sur l’industrie française de la sardine à l’huile écrit :

  • 7 Dans toute la bibliographie concernant cette question, c’est la seule mention, semble-t-il fantais (...)

« M. Carayon fabriquait donc, suivant la manière qu’il avait inventée7. Il n’en était ni plus riche, ni plus fier avec ses subalternes. Un jour il invita à sa table un simple ouvrier, dont il appréciait l’esprit avisé, M. Lemarchand. L’habile cuisinière de l’industriel servit des sardines grillées, qui furent déclarées parfaites ; mais l’attention de Lemarchand fut éveillée par un fait insignifiant. Elles n’avaient pas d’arêtes. On pouvait les manger sans peine, ni ennui. Après le déjeuner, l’ouvrier interroge la bonne, et celle-ci lui montre comment elle s’y prend pour ne pas détériorer le poison. De retour chez lui, Lemarchand répète l’opération et le perfectionne. En deux coups de couteau il incise la queue, et tirant d’un coup sec, il amène l’arête sans déformer la sardine. À la hâte il prend un brevet, trouve un associé et commanditaire à Bordeaux… et réalise assez rapidement une fortune de plusieurs millions avec ses sardines sans arête. Aujourd’hui son fils tient son usine fermée aux indiscrets, mais son secret est un peu celui de polichinelle. »

101Cet extrait – écrit non par un spécialiste mais par un journaliste parisien – est, au-delà de son intérêt anecdotique, en parfaite contradiction avec d’autres renseignements concernant ce Lemarchand. Présenté ici comme ouvrier, présenté parfois comme propriétaire terrien, étranger aux métiers agro-alimentaires, Lemarchand est, en fait, signalé dans les matrices cadastrales, comme ferblantier à Nantes. Ce cas n’est pas isolé. De nombreux ferblantiers enrichis ont créé des conserveries. Nous pouvons fort bien imaginer, suivant le journaliste du Mois littéraire, un ferblantier, Jules Lemarchand, travaillant pour une usine de conserves et mangeant le soir à la table du propriétaire… avant de s’installer, courant 1853, à Douarnenez­Tréboul… Cette usine sera une des plus importantes de l’agglomération avec le descendant de « Monsieur Jules », « Monsieur Camille ».

102En 1860, Jules Lemarchand est élu conseiller municipal de Poullan-Tréboul, après les élections du mois d’août. Réélu en juillet 1865, il est membre, en 1880, du premier conseil municipal de Tréboul nouvellement érigé en commune et élu maire (premier maire républicain) de Tréboul ; il est d’ailleurs élu contre M. Auguste Chancerelle, candidat de la droite.

103Démissionnaire en 1894, il est remplacé par M. Guillaume Urcun, lui-même supplanté en 1900 par… Auguste Chancerelle !

Le Douarnenez des interrogations

104En 1853, sous l’impulsion de deux Nantais Clairian et Lemarchand, un mouvement important d’industrialisation est lancé. La carapace fermée de la bourgeoisie locale, attachée à son pouvoir, soucieuse de le préserver, voit sauter ses premiers verrous. Certes, Clairian est installé depuis quelques années à Tréboul mais, membre d’une importante société nantaise, il n’est pas intégré. Son départ immédiat après faillite en est une preuve.

  • 8 Imitateurs d’une technique qui a déjà, en 1853, fait ses preuves, ils n’en sont pas moins, vu la r (...)

105Les deux imitateurs-innovateurs8 ont amorcé, en 1853, un extraordinaire mouvement de l’histoire économique et sociale de Douarnenez.

106Michel Guéguen et Louis Pierre Le Maître parlent, dans leur livre sur Concarneau, des réactions suscitées par une telle incursion dans la vie industrielle des ports du xixe siècle ; réaction d’hostilité et de méfiance à l’égard (là encore !) des « étrangers » : « [Les bourgeois]… sont en fureur. Les “étrangers” peuvent faire les jolis cœurs si cela leur chante mais lorsque les filets ramèneront à nouveau du gros poisson, ils n’auront plus qu’à plier bagages ! » (À Concarneau les « innovateurs » ont en effet profité de la présence en nombre de petites sardines, refusées par les presses, pour lancer leur entreprise. Quelle bien heureuse coïncidence !…) (Guéguen, Le Maître, 1978.)

107On peut imaginer les réactions certainement tout aussi vives et passionnées des Douarnenistes devant ces usines vite surnommées « fritures ».

108Non seulement, elles représentent pour eux la grande industrie perturbatrice avec son cortège de nuisances, mais elles symbolisent aussi l’« étranger », l’» autre », ce bourgeois, mal aimé, ne parlant que le français, possédant des capitaux importants, bouleversant les traditions bien établies, bien assises sur la vie du port. Et surtout ces bourgeois des presses sont menacés, eux, chez eux !

109Bien sûr, statistiquement, Douarnenez, correspond aux normes classiques d’acceptation de l’innovation, avec sa main d’œuvre nombreuse et qualifiée, habituée au travail du poisson, avec cette tradition de la transformation et de la commercialisation de la sardine, qui s’est épanouie à travers les presses… Mais l’activité productrice ne se résume pas uniquement aux réalités économiques et on ne peut la réduire à des données statistiques, tant elle engendre des éléments de cohésion, à travers les structures sociales, politiques ou culturelles, qui impliquent difficultés et distorsions lors de tout changement.

110Dans cette société, non encore industrielle, à activité « artisanale » développée et quasiment hégémonique, l’unité essentielle de la cohésion sociale est la notion de groupe.

111« Il n’y avait personne… que des paysans… » Les relations personnelles, mutuelles et prolongées dans un espace déterminé, impliquant des relations rares avec l’extérieur, sont le ferment de la cohésion. Dans le processus de développement il y a rupture de l’isolement et ce, de double manière :

  • d’une part par l’intrusion de relations sociales nouvelles,
  • d’autre part par un élargissement de l’espace.

112C’est pourquoi, malgré toutes les données statistiques favorables, le « milieu » douarneniste n’a pu que se raidir lors de l’arrivée de l’étranger, ce perturbateur qui allait modifier et les relations sociales et les relations à l’espace.

113Rajoutons un autre facteur, capital. Il semble que l’innovation soit fruit de la nécessité. Les presses « marchent bien », à Douarnenez, en 1850. Les marchés sont là, les processus de fabrication bien maîtrisés. Tout irait parfaitement dans le meilleur des mondes saumurés. Pourquoi changer ? Nous retrouverons ces réactions face aux innovations en d’autres moments de l’histoire. Nous pourrons alors en tirer des conclusions plus générales.

114D’autant plus que le « perturbateur » du moment persiste et signe. Clairian, en faillite, est racheté par les Chancerelle, symbole même de « l’étranger ». Grande famille nantaise de la conserve, sans racines profondes à Douarnenez, elle s’impose et dominera.

115D’autant plus qu’au centre de Douarnenez­ les premières usines voient le jour, prenant vite le relais de Tréboul.

116Sire, une révolte ou une révolution ?

Vers un nouveau Douarnenez

Quand les fritures s’imposent

117Clairian, Lemarchand, Chancerelle… tous Nantais. Les propriétaires locaux de presses, attentifs à ce développement, ne se décident toujours pas. Au contraire même, certains s’entêtent, construisant encore de nouvelles presses. Tel ce Grivart, grand commerçant, grand négociant de Douarnenez, membre d’une importante famille locale, qui construit une presse en 1857. En 1857 toujours, M. Guéguen, armateur à la pêche, fait de même. Améliorant la qualité de leurs produits, les industriels de la presse dominent même leur rancœur et leur hostilité pour tenter divers « arrangements » avec les « étrangers ». Ils se débarrassent de leurs sardines de primeurs en les vendant à des prix élevés à leurs « confrères » de la sardine à l’huile, qui n’en ont jamais trop.

  • 9 De 544 en 1848, le nombre d’embarcations armées à Douarnenez va passer à 561 en 1853 et à 624 en 1 (...)

118En 1860, Douarnenez pêche 300 millions de sardines (Trévédy, 1889) : la moitié est pressée ou expédiée en vert, l’autre moitié est cuite à l’huile par les deux usines de Douarnenez ou par celles de Concarneau et de Lorient. La pêche ayant partout été mauvaise, 500 bateaux de Concarneau, Lorient et Belle-Île, viennent se joindre aux 600 chaloupes de Douarnenez, dans une baie épargnée9.

119Après avoir perturbé puis dérangé les habitudes anciennes des presseurs, un équilibre bien instable s’instaure. Mais la cohésion, le caractère compact de la communauté douarneniste, accentués du fait que les rôles économiques, intimement liés, sont interdépendants, forment un formidable frein à ce changement. Seule la désagrégation de la communauté, ou une infiltration de l’extérieur, peut modifier la donne. La communauté ne s’est pas désagrégée, mais l’infiltration extérieure a eu lieu. Les bourgeois locaux, attachés à leurs presses, ont suivi l’évolution, contraints et forcés, sous peine d’asphyxie et de mort ; ils ont d’abord amélioré leurs ateliers, les ont rendus compétitifs, s’y sont accrochés ; le poisson, jadis livré un peu jaune et huileux, est devenu sec et blanc. Mais, un jour, ils ont franchi le pas… vaincus ou séduits par une inévitable évolution.

120Un très intéressant rapport du commissaire de la Marine de Quimper, en date du 21 mars 1859, nous apporte de précieux renseignements sur l’état de la pêche douarneniste, à cette période charnière de son histoire (Tanneau, 1984).

121Sur la pêche du maquereau, d’abord. Le maquereau de primeur, pêché en mars-avril et mai, est expédié sur les grands centres de population et, principalement Paris : « une société composée de quatre personnes vient d’établir un service de voitures, avec relais, pour transporter maquereaux et langoustes de Quimper à Lorient, où elle a traité avec une autre société pour arriver au chemin de fer de Nantes. » Le maquereau de seconde saison, en juillet et août, lui, est pressé, tout comme l’essentiel de la production de la sardine. Cette sardine pressée « n’est généralement consommée que par la classe ouvrière de nos villes et les habitants de nos campagnes… ce n’est pas un aliment mais seulement un excitant que l’on donne en guise de fromage ou de fruits pour aider à manger le pain ou les pommes de terre.

122La sardine pressée n’est donc jamais un article ni de luxe ni de primeur, elle n’est pas non plus une nourriture comme les autres poissons et, en outre, par sa nature, elle demande à être consommée quelques mois après sa mise en sel. »

123Pourtant, le commissaire de la Marine ne croit pas à un développement rapide de la conserve à Douarnenez, la sardine y paraissant trop grosse et trop grasse. Il reprend cette question de la transformation de la sardine, dans le cadre d’un rapport daté du 25 juin 1859 (Tanneau, 1984). La question posée par son administration concerne les voies utilisées pour la vente : « La vente s’opère par des voies de mer et de terre ; seulement la quantité est cent fois plus considérable par la voie de mer que celle que l’on dirige par l’autre voie, qui, du reste, est beaucoup plus dispendieuse…

124De Quimper à Rennes le prix moyen du transport est de 45 F le tonneau, et il n’est que de 12 F pour Bordeaux par voie de mer. Le prix élevé du transport par terre provient bien évidemment de l’absence de fer dans le département du Finistère. »

125Le commissaire de la Marine, M. Mouflet, lance alors une idée originale et très intéressante : il se propose de réunir les 150 propriétaires de Douarnenez, afin qu’ils arrivent à donner à leurs produits la marque particulière de marins saleurs de Douarnenez : « Cette association peut leur être utile et, si elle est conduite avec intelligence je ne doute pas que les 150 propriétaires n’arrivent à bien placer leurs produits. Étant ainsi réunis, ils trouveront facilement à fréter des bâtiments pour leur compte… »

126Cette idée de label douarneniste, support d’une politique de commercialisation, est reprise, en 1903, dans la Revue générale de la Marine marchande. La crise de la production, la concurrence ibérique, les difficultés du littoral devant la chute des exportations amènent cette revue à lancer l’idée de « syndicales de publicité ». Aujourd’hui encore, un siècle après M. Mouflet, nous recherchons souvent, en cette ère de communication, labels, logos, et divers supports permettant des pratiques commerciales ancrées sur l’idée même de Douarnenez… L’idée était belle. M. Mouflet avait bien mérité d’être présenté à l’empereur et à Eugénie de Montijo de Guzman, le 12 août 1858, quand le couple impérial visitait Quimper. Tous les ports de la région étaient représentés par plusieurs de leurs chaloupes, mouillées sur l’Odet. Au total, soixante-dix-huit embarcations, dont douze chaloupes douarnenistes, avec, à bord, équipages et mousses, saluant l’empereur et l’impératrice.

127En attendant, il est bien dur pour la « vieille » bourgeoisie locale de tuer une poule aux œufs d’or, les presses, qui entraîne dans sa chute tout un système social et des décennies d’organisation. Perplexe, elle réfléchit, cette vieille bourgeoisie, car les expériences des Nantais sont bien concluantes.

128À chaque ouverture d’usine, des marins, de plus en plus nombreux, quittent les presses pour y vendre leur poisson. L’équilibre est sérieusement menacé.

129C’est alors que les premiers Douarnenistes décident de se lancer. Debon, rue Gralon, et Le Guillou de Pénanros, le maire, dans son île Tristan. Nous sommes en 1860.

130L’absence d’enquêtes commodo-incommodo (qui n’interviendront qu’en 1862) ne permet pas de disposer de renseignements concernant ces deux créations.

131On peut néanmoins imaginer que l’initiative du maire, d’une déjà vieille et grande famille locale, porte un coup définitif à la tradition. Son choix, suivant le chemin tracé par les « étrangers », est décisif. Rappelons également que Debon faisait partie, en 1836, des neuf grandes familles de l’économie des presses.

132À leur suite, en 1862, l’industriel Rabot, originaire de Quimper, se décide à son tour à passer le cap, en construisant son usine à la pointe de Rosmeur. Pour la première fois, cette ouverture d’usine est soumise à une enquête commodo-incommodo. Enquête passée inaperçue… personne ne se déplaçant. L’avis est à l’évidence favorable et l’usine autorisée par le préfet, le 4 juin 1862. L’année précédente, ce même Rabot avait déjà construit une usine à Concarneau, « les presses, disait-il alors, sont condamnées à court terme » (Guéguen, Le Maître, 1978). La faute en reviendrait principalement au traité de commerce avec l’Angleterre qui a abaissé les droits à l’exportation du quintal de poisson de 50 à 10 francs. Comme l’Angleterre pêche beaucoup de grosses sardines à la senne et sans rogue, le poisson pressé s’y vend moitié moins cher qu’en France « l’an dernier même, nous avons été obligés de vendre aux établissements de conserves à l’huile, le poisson anglais n’étant point propre à se préparer à l’huile, il faut donc que l’industrie se rejette sur cette dernière fabrication qui est aussi la plus avantageuse à la population maritime comme aux femmes et aux enfants des classes pauvres… Désormais la vie de Concarneau se trouve dans les usines de sardines à l’huile et avant peu d’années la condition d’existence des armateurs sera la transformation de leurs presses en usine de conserves… » (Guéguen, Le Maître, 1978).

133Rabot, négociant éclairé…

Une brèche est ouverte

  • 10 Archives départementales du Finistère. 5 M, enquêtes commodo-incommodo, Douarnenez.

134Cette même année 1862, Debon, le riche Debon, demande l’autorisation de transférer sa fabrique rue d’Ys, dans une maison appartenant à M. Delécluse père. Cette demande de transfert et l’enquête commodo-incommodo qui s’ensuit sont particulièrement intéressantes. Avant toute chose, M. Debon s’étonne de l’utilité de l’enquête. Dans une lettre au préfet, il déclare, le 7 décembre 1862, que cette enquête est une « disposition tombée en désuétude10 ». Ainsi à Douarnenez sur « trois fritures qui existent [Le Guillou de Pénanros, Debon, Rabot], pour une seule elle a été remplie » (Rabot, en l’occurrence). Debon va plus loin : « M. le Maire lui-même en a établi une en 1860 dans son île Tristan, c’est vrai, mais qui cependant est dans la commune de Douarnenez et cela sans aucune formalité. » Jalousie ? Rivalité industrielle naissante ?

« À Tréboul, il en existe deux de même… La mienne est aussi établie depuis 1860 dans le local que je désire quitter comme insuffisant… J’ose donc espérer, M. le Préfet, que vous me dispenserez de la formalité de l’enquête qui est fort longue […] Quant au préjugé d’insalubrité, les faits sont là pour le démontrer, car lors de l’épidémie de choléra en 1849 Douarnenez qui fut si éprouvé n’avait pas une seule friture… tandis que Concarneau fut épargné quoiqu’on fut en pleine fabrication. »

135L’enquête est néanmoins ouverte et les habitants de Douarnenez invités à donner leur avis… ce qu’ils font ! M. Alfred Grivart, juge suppléant au tribunal civil de Châteaulin… mais propriétaire rue d’Ys, s’oppose. Il estime la friture gênante pour ses locations. Quatre voisins (MM. Jacq, Dérédec, Le Gall, X [illisible], riverains, estiment que les odeurs seront insupportables et l’insalubrité générale pour le voisinage. M. Vancel, docteur en médecine à Brest, mais lui aussi propriétaire rue d’Ys, trouve arguments dans les odeurs créant des infections dans ce quartier populeux, aux rues étroites. Un autre M. Grivart, voisin, parle de « foyers d’infections attentatoires à la salubrité publique », tout comme MM. Kerbrian et Ladvenand, locataires de M. Vancel. Les opposants trouvent arguments dans l’insalubrité et les odeurs. Éternel débat du seuil des nuisances ! M. Stot, adjoint au maire, intervient par contre favorablement. Après avoir indiqué que Concarneau, qui avait déjà des usines en 1849, a été épargné par le choléra, à la différence de Douarnenez, qui, pourtant, n’en avait pas, M. Stot juge l’usine « économiquement intéressante » et donne son accord. Mais la procédure s’avère longue pour Debon, impatient de vite produire… Il s’en inquiète au préfet :

« Je viens d’apprendre […] que le retard apporté à votre décision […] proviendrait de ce que les commissaires chargés de vous présenter un rapport […] n’étaient pas suffisamment éclairés sur la façon dont je cuis le poisson. La voici : le poisson étant cru et lavé est rangé sur des grilles à roulettes lesquelles sont posées sur un petit chemin de fer, elles traversent un fourneau de 3 m de long à double paroi et très fortement chauffé. Ce trajet qui dure deux minutes environ suffit pour cuire complètement le poisson. Il n’y a donc comme vous le voyez aucune immersion dans l’huile et par conséquent pas d’odeur. Ce mode est donc improprement appelé friture, mais c’est un nom générique appliqué à toute la fabrication des conserves de sardines. Une fois le poisson refroidi et rangé en boîtes, j’y mets bien de l’huile mais alors il n’y a plus d’odeur possible puisque huile et poisson, tout est froid et en outre soudé immédiatement… »

136M. Debon intervient à la fin de l’enquête pour répondre à ses détracteurs : « les fritures n’ont pas plus d’odeurs que les presses, dont on ne se rend même plus compte… Il est d’une importance capitale pour la classe ouvrière que la friture remplace la presse autant que possible. »

137C’est la première argumentation « économique » et « positive » que nous lisons sous la plume d’un homme qui, de longue date, trouvait dans les presses sa raison sociale d’existence. Debon, avec Le Guillou de Pénanros, s’affiche résolument derrière les Nantais. La brèche est ouverte. Un nouveau Douarnenez va naître.

138L’enquête imposée à Debon a donc une issue favorable « considérant qu’il importe de favoriser cette nouvelle modification de l’industrie vitale de la localité », (le maire est Gustave Le Guillou de Pénanros…) et le préfet l’autorise le 28 février 1863. L’usine sera construite au printemps.

139En 1863, Douarnenez compte donc trois fritures et Tréboul, deux.

140Ultraminoritaires au pays des presses, elles vont, néanmoins, très vite absorber autant de sardines que l’ancienne industrie. Attirant des pêcheurs en plus grand nombre, donnant un salaire à leurs femmes, leurs filles, créant un « nouveau » métier, les soudeurs, leur influence va vite devenir déterminante.

141Profitant de la mise en service, en 1863, de la ligne Lorient-Quimper, les pôles industriels « terminaux » se développent considérablement ; de nouveaux débouchés apparaissent. En 1866, tour à tour, Wenceslas Chancerelle, Ispa, ferblantier à Douarnenez, « au quartier du Rosmeur », Hippolyte Dubois, négociant nantais, « à la pointe du Rosmeur », demandent l’autorisation de construire une friture. À enquêtes sans histoires… autorisations sans histoire…

142Nous voyons que les fritures s’installent sans provoquer de mécontentements profonds. Les enquêtes se déroulent, généralement, dans l’indifférence. Elles apportent du travail dans les foyers, des débouchés aux pêcheurs. Elles vont surtout tout bouleverser à Douarnenez. Une nouvelle organisation sociale se met en place ; l’espace est façonné, un nouveau Douarnenez naît. Une date est importante : 1866, quand Wenceslas Chancerelle installe sa friture, toujours en activité…

143Il est temps de connaître un peu mieux cette grande famille nantaise, cette dynastie de la conserve, dont nous avons déjà relevé le nom à Tréboul, où des membres du clan avaient racheté la première usine du Nantais Clairian.

144Mais avant, notons, au passage, que ces usines nouvelles ont une influence presqu’aussi considérable sur la proche vallée du Juch : comme le bois de chauffage ou le bois servant à la construction des bateaux, le charbon de bois employé pour la fabrication des sardines à l’huile provient alors, essentiellement, des forêts donnant sur cette belle vallée (Tanneau, 1979).

« Les Chancerelle »…

  • 11 Archives notariales. Étude Maître Malette, Douarnenez.
  • 12 Ibidem.

145La maison Chancerelle Frères de Nantes est créée en 1828. Industriels de la presse, Toussaint, l’aîné, et son frère Laurent, les fondateurs de la dynastie, s’installent sur toute la côte bretonne, du Pouliguen et du Croisic à Camaret et Douarnenez. Cette maison compte vite onze établissements de presse, échelonnés sur le littoral. La première mention de Chancerelle trouvée à Douarnenez date de 183511. C’est un protêt (acte généralement dressé par un huissier, à la requête du porteur d’un effet de commerce, faute de paiement à l’échéance, protêt faute de paiement, ou en cas de refus d’acceptation d’une traite par le tiré, protêt faute d’acceptation) « faute de paiement d’un billet, ou du moins d’une lettre de change de 180 F fait à la requête du sieur Robert Chancerelle contre demoiselle Julie Spitallier, les deux de Douarnenez ». Dès 1835, Robert Chancerelle semble donc installé à Douarnenez même si le siège social de la maison est toujours à Nantes et le restera encore quelques années. Le 15 février 1838, nous trouvons une « quittance générale de 13 200 F pour prix de vente d’immeubles consentie par sieur Henry Jacq de Douarnenez, et autres aux sieurs et dames Chancerelle de Nantes12 ». Notons l’importance de la somme : 13 200 F. Pour comparaison, l’établissement de pêche acheté en 1841 par Robert Chancerelle, à Tréboul, (la « Maison Carrée » appartenant à M. Armand Lauvergnat) valait 6 000 F. Pour comparaison encore, le salaire d’un ouvrier aisé, en 1835, est à Nantes, de 600 à 1 000 francs annuels ; le salaire moyen étant de 500 à 600 F (Guin, 1975).

  • 13 Archives municipales de Douarnenez, cadastre.

146Voici, au cours des années 1830, les Chancerelle installés à Douarnenez. En 1840, ils ne possèdent pas moins, à Douarnenez, de 12 maisons (dont 2 au Rosmeur, 2 sur le vieux port, 2 au Port-Rhu, 1, rue du Moulin) ; 6 magasins, (2 au port, 3 au Guet, 1 au Port-Rhu) ; 3 jardins et 2 parcelles de terre labourable13.

147À Tréboul, Robert Chancerelle achète une maison à la famille Kerdréac’h et la « Maison carrée » à M. Lauvergnat.

148Bien assise à Douarnenez, y possédant de nombreuses presses, la famille se contente, au cours des années 1840, d’acheter quelques « chaloupes de pêche » et quelques presses…

149En 1842, l’établissement de pêche de feu M. Raymond Grivart du Guet est vendu à Robert et Dame Jeanne Rose Giteau, son épouse, avec… onze bateaux pour la somme de 30 000 F ! La semaine suivante, Robert Chancerelle met en vente publique tous les anciens meubles de l’établissement du Guet et en reçoit 1 569,05 F.

150En 1844, Robert Chancerelle achète un chasse-marée La Jeune Lise et deux chaloupes de pêche. Par contre, il vend un établissement de pêche au grand port à Douarnenez à Marie-Louise Carnec née Queinnec pour 9 400 F.

151En 1845, achat de bateaux de pêche : La Philomène et La Bonne Mère. Puis, en 1847, de la chaloupe L’Indépendant ; en 1850, du Saint-Laurent et du Saint-François, en 1852, de la Marie-Espérance ; en 1856, d’une maison couverte en ardoises, située quartier du grand port, en la ville de Douarnenez, achetée 1 800 F à M. Maurice-Gabriel Bonaventure Le Clech, notaire…

152On peut ainsi mesurer les capitaux possédés par une famille qui, jamais, ne semble faire appel aux banques.

153En 1855, rappelons-le, les Chancerelle investissent dans leur première friture à la pointe de Tréboul. Devenue la célèbre usine Auguste Chancerelle, dont, en 1929, nous parle L’Illustration :

  • 14 L’Illustration, « Le Finistère », n° spécial, 1929.

« La maison occupe 400 personnes – il y a d’autres usines – parmi lesquelles un grand nombre d’employés décorés de la Médaille d’honneur de 30 ans de services… La conserverie Auguste Chancerelle et Cie est connue comme une grande famille, où la confiance et la cordialité règnent entre employeurs et employés. Ce n’est point en son sein que l’on pourrait prôner la lutte des classes. On peut citer en exemple la collaboration intelligente et dévouée des Sohm, des Cabon, des Larour, des Lemerdy, des Lerouge, des Laouénan, des Autret14. »

154En 1866, Wenceslas crée la fameuse usine de Pors Laouen. Il avait acheté, l’année précédente, le 10 décembre 1865, à Joséphine Delecluse, Veuve Guéguen, en l’état de presse, ce « grand magasin, dit la Poissonnerie, avec l’appentis et le terrain en dépendant », pour la somme de 5 500 F. Le cadre est ainsi posé. Robert Chancerelle, responsable de la société avec son frère Toussaint-Laurent, installé à Nantes, peut, dans la sérénité, passer le relais à ses nombreux fils ; il meurt en 1868.

155« M. Chancerelle père était un chrétien fervent. Sa probité commerciale était légendaire. Quand vint pour le vrai chrétien, l’heure d’aller recevoir la récompense d’une vie faite de vertu, il voulut la terminer par un dernier acte de charité. Il réunit autour de son lit de mort ses onze enfants et leur recommanda de prélever chacun 1 000 F pour les pauvres sur leur part d’héritage… » Car Robert eut 15 enfants, dont trois moururent très tôt… et « il en donna cinq à Dieu » (Kerviler, 1985).

  • L’aîné, Robert, né à Nantes en 1832 est vicaire à Sainte-Anne de Nantes de 1861 à 1875 et bénédictin à Solesmes en 1875.
  • Wenceslas, négociant à Douarnenez, marié à Marie Granger, donne son nom à une des plus grandes conserveries de la région. Son fils, Robert, épouse en 1892, à Paris, Marie Boucher, fille d’un député du Finistère. Il a un autre fils, René, qui, avec Robert dirige et l’usine paternelle et une usine à Audierne.
  • Eugénie, religieuse.
  • Anna, religieuse.
  • Émile, marié à Mathilde Grivart. Décède à 26 ans.
  • Paul, né à Douarnenez, à l’île Tristan, en 1839 ; prêtre.
  • Auguste, né en 1842 à Douarnenez, au Guet, dirige avec son fils et M. Le Moing, son gendre, les usines de Tréboul, Audierne, Concarneau, Gujan-Mestras en Gironde et L’Herbaudière en Vendée. Maire de Tréboul pendant 14 ans ; épouse en premières noces Mlle Henriette Bernard (décédée en 1869) dont il a Marie Henriette, mariée en 1892 avec M. Le Moing ; épouse en secondes noces, en 1870, Mathilde Grivart, fille de Jérôme Louis Grivart et Clémentine­Emilie Le Guillou de Pénanros et veuve de son frère Emile. Cette deuxième épouse meurt en 1874 après avoir donné naissance à deux enfants : Auguste et Hélène. Auguste se remarie encore… avec Élisabeth de Roquancourt Keravel. Sa troisième femme décède en 1893… avant lui !…
  • Marie, religieuse.
  • Charles, né à Nantes en 1846. Créateur des usines « Charles Chancerelle et fils » à Douarnenez, Sauzon, Audierne, Lomenez. Il a trois fils : Gaston, en 1873, Jacques, en 1883 et Étienne qui fonde, en 1905, à Douarnenez, une biscuiterie « fabrication nantaise ». Charles Chancerelle, très mêlé à la vie politique, est un pilier du conservatisme douarneniste, très lié au clergé local (Lucas, 1975). Charles Chancerelle a épousé la fille d’une grande famille douarneniste de la « bourgeoisie des presses » : Mlle Granger.
  • Henri, qui épouse Claire Grivart, autre fille de Jérôme Louis Grivart.
  • Joseph, né à Douarnenez en 1851, possède deux usines ; l’une à Douarnenez, l’autre au Guilvinec.
  • Pierre, également mêlé à la gestion des usines familiales.
  • 15 Ces indications doivent beaucoup au Répertoire général de bibliographie bretonne (Kerviler, 1985), (...)

156Ces quelques, et fastidieuses, indications généalogiques15 n’ont d’autre but que de montrer l’influence tentaculaire de la famille Chancerelle. Chaque fils possède plusieurs usines ; à Douarnenez et ailleurs…

157Un facteur très important est à noter : les Chancerelle, famille industrielle nantaise, ont su s’allier les puissantes familles locales, les veilles dynasties bourgeoises enracinées dans leurs presses : Wenceslas et Charles sont mariés à des filles Granger ; Auguste et Henri à des filles Grivart. La famille Grivart est liée aux Le Guillou de Pénanros… un fils Le Guillou est marié à une fille Granger… La liste est longue de ces mariages « internes », où cette micro-société se referme davantage encore sur elle-même.

158Les Chancerelle, étrangers à Douarnenez, mais mêlés aux grandes familles locales, sont partout présents sur les chemins des décisions. Pouvoir économique, pouvoir politique, pouvoir moral (alliance étroite avec le clergé… Wenceslas est, en 1874, trésorier de la fabrique de Ploaré). L’omniprésence devient symbole.

159Les Chancerelle représentent à Douarnenez, LA grande famille d’industriels.

Les années décisives

Un essor global

160À partir des années 1860 et jusqu’en 1901, il n’y eut pas moins de trente-trois enquêtes commodo-incommodo pour création de fritures. Plusieurs dossiers d’enquête ayant disparu, c’est plus d’une quarantaine d’usines qui allaient être construites jusqu’au début de ce siècle.

  • 16 Archives départementales du Finistère, 5 M, enquêtes commodo-incommodo, Douarnenez, Poullan-Trébou (...)

161Voici, avec réserves, la liste de ces usines implantées à Douarnenez16.

1621860 : Debon

163Le Guillou de Pénanros

164Gustave

1651862 : ( ?) Rabot

1661866 : Chancerelle Wenceslas

167Rabot

168Dubois

1691868 : Ispa

1701873 : Béziers

171Le Guillou de Penanros

172Théophile

1731874 : Grivart

174Bourriquen-Quenerdu

175Rabot

1761878 : Chancerelle Joseph

177( ?) Chancerelle Henri

178Pallier

1791879 : Stéphan

180( ?) Bernard

1811880 : Le Gall

182Guyard

183Chancerelle Charles

184Guillou

185( ?) Ispa

186Vermillard

187Delecluse

188Julien

189Le Guillou de Penanros

190Gustave

191( ?) Renot

192( ?) Carnec

1931881 : Le Guillou de Penanros Émile

194Besnier

195Queinnec

196Boyer

197Chancerelle Henri

1981883 : Le Fur

1991884 : Amieux

2001891 : Saunier et Tessier

2011893 : Jacquier

2021897 : Laurent

2031898 : Pennamen

2041900 : Poriel

2051901 : Chancerelle Auguste et Charles

2061902 : Delebarre de Bay

207Cet extraordinaire essor trouve ses racines profondes dans plusieurs facteurs. Tout d’abord, les incontestables améliorations techniques apportées à la fabrication. La conserve de sardines à l’huile n’offrait pas toutes les garanties de sécurité souhaitables. Le manque d’expérience des fabricants (Clairian ?…) est autant à incriminer que l’insuffisance du matériel dont ils disposaient. Entre 1847 et 1849, on déplore encore de nombreux empoisonnements dus à des conserves stockées par la marine et dont la température de chauffage n’avait pas été suffisante pour amener la stérilisation.

208Une invention du propre gendre de Nicolas Appert, Raymond Chevalier Appert supprime ce risque en 1860 : il s’agit de l’autoclave qui permet la stérilisation à des températures supérieures à 100° C, par utilisation de vapeurs sous pression. Cette découverte de l’autoclave permet un fantastique développement des industries de conserve.

209Le libre échange entre la France et la Grande-Bretagne, l’explosion de la guerre civile aux États­Unis vont également avoir une forte influence sur les fritures en créant de nouveaux débouchés.

210En 1850, cette industrie fabrique 3 millions de boîtes (25 usines). En 1851-1852, 6 millions ; en 1854, 10 millions et en 1879, 82 millions de boîtes ! (pour 160 usines).

211Une enquête officielle de 1861-1865 compte 55 usines : 6 en Vendée, 2 à La Rochelle, 10 en Loire-Inférieure, 22 dans le Morbihan et 15 dans le Finistère. Le marché intérieur français est entièrement touché dès 1864.

212Le grand boom des années 1870 porte, en 1880, le nombre total d’usines à 159. Le Finistère rejoint alors le Morbihan avec 59 usines, la Loire-Inférieure en a 14, la Vendée 25, la Charente-Inférieure, une, ainsi que la Gironde. La main-d’œuvre totale comptabilise 500 ouvriers, 13 500 ouvrières et 1 500 à 2 000 ferblantiers-soudeurs.

213Nantes garde toujours le rôle majeur ; non plus centre géographique mais pôle économique principal. Les maisons nantaises sont implantées partout. Plus de 100 usines sur 160 sont nantaises d’origine. C’est de Nantes que partent plusieurs initiatives d’ensemble concernant l’industrie, et surtout de la chambre de commerce, où les conserveurs sont représentés et où se manifestent vœux et doléances concernant la pêche et ses industries dérivées. Les bases du premier syndicat de fabricants de conserves de sardines sont jetées à Nantes, le 5 mars 1875.

214Douarnenez, à l’image de l’irrésistible envol de cette industrie, passe de trois usines, en 1860, à près de trente, en 1880. Le port s’affirme alors principal centre sardinier de la côte et capitale de l’industrie de la conserve. Les presses, après avoir offert une belle résistance s’effritent. Ce mouvement s’accompagne d’une autre mutation économique et sociale qui concerne l’organisation des pêches maritimes et la place qu’y prennent les propriétaires de presses. Un rapport rédigé en 1832 par M. Bouilly, maire de Douarnenez, nous apprenait que la plupart des 281 chaloupes appartenaient à des négociants-armateurs, pour la plupart propriétaires de presse (Mémoire de la ville, 1985).

215En 1865 le port de Douarnenez compte 786 chaloupes, 595 appartenant à des négociants et 191 à des patrons-pêcheurs. Notons l’exceptionnelle expansion du port qui « gagne » 505 chaloupes en 33 années, l’espace d’une génération (une chaloupe est alors montée par un patron, deux matelots, un novice et un mousse, soit 5 hommes).

  • 17 Le développement de l’expédition des sardines en vert nécessite, pour leur livraison, la création (...)

216Mais, à partir de cette date, une vraie mutation s’opère au cœur de l’organisation sociale. En 1875, 552 patrons sont propriétaires de leur navire et en 1904, sur 850 chaloupes immatriculées à Douarnenez, 776 sont la propriété de patrons embarqués. Pourquoi cette inversion aux conséquences sociales, économiques et culturelles fondamentales pour l’évolution ultérieure de la ville ? Plusieurs éléments ont conjugué leurs effets. Ar Vag cite plusieurs causes, dont l’influence du rail : « Nous avons montré l’importance de l’établissement des chemins de fer dans le développement des pêches d’hiver. Au milieu du xixe siècle les maquereaux primes des dériveurs bretons atteignent des prix élevés sur les marchés parisiens… Là, point de bénéfices mangés par la spéculation sur la rogue, point d’avilissement des prix en usines ; les patrons les plus hardis, les marins les plus sérieux, les familles les plus nombreuses et les plus économes peuvent après quelques saisons s’équiper à leurs frais et même acheter des chaloupes en toute propriété. » Rappelons que le train arrive à Quimper en 186317.

  • 18 Le partage de la pêche entre le patron du bateau et son équipage se fait suivant des coutumes diff (...)

217De plus, en mer, les bateaux artisans ont quelques avantages sur ces « bagoù borc’hizien » (bateaux de bourgeois) : bien souvent on laisse à ces derniers le « privilège » de jeter la rogue en fortes quantités pour faire lever la sardine. Les patrons embarqués sont, eux, très vigilants sur la consommation de leur rogue ; la forte structure familiale de la pêche bretonne permet aux patrons de faire assurer tout l’entretien des filets par leurs femmes, filles ou même belles-sœurs. L’armateur, lui, paie les ramendeuses ; enfin, le patron embarque généralement son ou ses fils à bord, ce qui réduit, largement, ses charges18.

218Ar Vag cite la statistique officielle des pêches qui estime qu’à partir de 1868, 25 patrons qui naviguaient pour des armateurs deviennent propriétaires de leur chaloupe.

219Ajoutons une autre raison, profonde, peut-être même dominante, à ces modifications structurelles de la société maritime : 1865-1870 sont les années décisives du basculement presse/friture. Les propriétaires de presses sont alors directement confrontés à des mutations techniques et économiques qui nécessitent des investissements importants. Autant vendre les bateaux et redéployer ses capitaux. Ce qui est fait.

220Un Douarnenez nouveau apparaît donc et, logiquement, en 1869, Douarnenez est promu quartier maritime. Adaptation administrative logique.

221Pour mieux percevoir ces années décisives, il est nécessaire d’étudier les enquêtes commodo-incommodo intervenues durant la période. Révélatrices des opinions du moment elles permettent de sonder les résistances et de mesurer les pesanteurs.

222Il est néanmoins important de relativiser le rôle et l’importance de ces enquêtes. Le caractère officiel du lieu, la mairie, gardant une image de respectabilité, la quasi-inaccessibilité des principaux notables locaux, dont le maire, l’obligation de remplir les formulaires en français, langue mal connue et encore moins maîtrisée… autant d’obstacles dressés devant d’éventuels intervenants. Plus grave encore pour notre étude, certains dossiers ont, purement et simplement, disparu.

Béziers « l’autodidacte » et Grivart « le yachtman »

  • 19 Rapport du Jury International pour l’exposition de 1889.

223Après la construction de l’usine Wenceslas Chancerelle, Douarnenez va vivre quelques années calmes. Le fléchissement des résultats de la pêche entraîne un affaiblissement de l’industrie de la conserve. « La production semble dépasser les besoins de la consommation et les prix de vente s’abaissent. En même temps, les prix de revient s’élèvent ; le poisson devient plus cher par suite du développement inégal des instruments de pêche et des moyens de fabrication19. »

  • 20 En 1873, Douarnenez livre à la consommation : 4325114 kilogrammes de sardines dont 985824 kg press (...)

224Après 1871-1872, la production, se relevant, permet un redéploiement important des unités de production20.

225En 1872, René Béziers demande l’autorisation de construire son usine face à l’usine Wenceslas Chancerelle, rue du Moulin. L’enquête ne suscite pas d’oppositions.

226La même année un membre de la famille Le Guillou de Pénanros (Théophile) construit une usine à la pointe de Rosmeur après une enquête sans problème. Puis, un membre du « clan » Grivart, Auguste, construit lui aussi sa friture, au Guet, dans d’anciennes presses : incendiée le 2 août 1914, elle ne sera jamais rebâtie.

227« Fritur Grivart, honne’zo be devet ; fritur Grivart er yed ae, va kroget an tan enenni just er bla pavarzek d’an daou a viz eost, hag e deus Treboul a va gwel a zae kalz mouged du deus ar fritur-se. Ha va deut on den var neun betek ar yed da lavar sur a va on dramenak iskis er fritur. Pa va klasket chikour, a va re zuveet. Hag aboe n’eus ke be saet tra var an douarenn-se. Ha, pa e be rannet Douarnenez deus Ploaré, ar maer kentan’zo bet e Douarnenez a ya an otrou Grivart. » (Hor Yezh, 1979.)

228« L’usine Grivart, au Guet a brûlé juste en 1914, le 2 août, et de Tréboul on s’était rendu compte qu’il sortait beaucoup de fumée noire de cette usine-là. Et quelqu’un était venu à la nage jusqu’au Guet pour dire qu’il y avait sûrement quelque chose d’anormal dans l’usine. Quand on avait cherché de l’aide c’était trop tard. Et depuis on n’a rien construit sur ce terrain. Quand Douarnenez a été séparé de Ploaré, le premier maire de Douarnenez a été Monsieur Grivart. » (Tud ha bro, 1982.)

229Le destin de cette usine Grivart est bien étrange. Le lundi 19 novembre 1883, vingt-et-une femmes et jeunes filles de Tréboul, qui rentrent chez elle après leur journée de travail aux usines Grivart et Chancerelle, surchargent le treizhour basé au Guet. Le mascaret est fort mauvais et la barque est aussitôt retournée. Dix-sept ouvrières périssent noyées ainsi qu’un jeune homme, qui s’était joint à elles pour rentrer à Tréboul. Cette catastrophe est restée aujourd’hui encore bien vivante dans les mémoires… tout comme la triste fin d’une usine calcinée (Mémoire de la ville, n° 14, 1991).

  • 21 Extrait du journal Le Yacht, cité par Ar Vag.

230Cette histoire est-elle représentative du peu d’esprit d’entreprise de cette ancienne famille ? Très présente dans l’histoire économique, sociale et politique de la ville avant 1850, son déclin commence avec l’arrivée des conserveries. Investissant semble-t-il dans la terre, recherchant les fonctions honorifiques, notabilisantes, les Grivart n’ont eu dans l’industrie ni dynanisme, ni volonté profonde d’investissement. Famille bourgeoise, typique du monde rural elle ne s’est pas adaptée. Elle disparaîtra bien vite du devant de la scène. Mais M. Grivart n’en restera pas moins « un yachtman compétent et très ardent21 ».

« L’affaire » Pereire

231Les Pereire sont loin d’être des inconnus. D’ailleurs, depuis quelques années, ils possèdent une usine à Concarneau.

  • 22 À Concarneau.

232« D’origine portugaise, Émile et Isaac Pereire ont certainement le sens du commerce. Montés de Bordeaux à Paris pour s’initier à la comptabilité chez les grands banquiers de l’époque, ils s’intéressent tout de suite à la construction des chemins de fer, puis, dès 1854, affirment que “le moment est venu de tourner les capitaux vers les grandes entreprises maritimes”. Aussitôt créée, leur Compagnie Générale Maritime se propose des buts multiples : armement et affrètement des navires, constructions navales, pêche à la morue, établissement d’élevage à La Plata, exploitation des engrais animaux, fabrication, transport et vente des conserves alimentaires. Misant sans doute sur les besoins en engrais de l’agriculture bretonne, la Compagnie ouvre, en 1854, au Passage Lanriec22 un entrepôt de guano sud-américain, auquel elle joint, immédiatement, une fabrique de sardines à l’huile. L’année suivante, elle ajoute une presse, tous les goûts n’étant pas encore formés à la sardine à l’huile. La guerre de Crimée survient ; la Compagnie fait de mauvaises affaires, ses actions s’effondrent. Les Pereire les achètent alors, à bas prix, et ont tôt fait de redresser la situation. En 1860, l’année même où ils obtiennent la concession des services postaux pour l’Amérique, ils font abattre les locaux presque neufs qu’ils ont au Passage et transférer leur usine dans le quartier de la Croix, lui donnant le nom d’usine Palmer à cause d’une propriété, le château Palmer, qu’ils possèdent dans le Bordelais. L’usine aura sa propre flottille de bateaux sardiniers commandés par des gars du pays ; une trentaine de bateaux, qui, en hommage à la science porteront des noms de savants : Berranger, Arago, Volta… » (Guéguen, Le Maître, 1978.)

233Que Clairian, Dubois ou les Chancerelle s’installent à Douarnenez, passe encore ! Ce sont des professionnels de la presse qui investissent dans les fabriques. Bien sûr, ils sont Nantais, mais n’avaient-ils pas raison en misant sur cette nouvelle industrie… et puis ils apportent du travail aux femmes !

234Pereire, c’est autre chose. Cette grande bourgeoisie d’Empire ne mise, et sur cette industrie et sur Douarnenez, que par pur intérêt. Ce ne sont pas des professionnels de la presse. Ce sont des grands bourgeois, des banquiers qui inventent les trusts naissants.

  • 23 Archives départementales du Finistère, 5 M, enquêtes commodo-incommodo.

235Et quand, le 7 décembre 1876, M. Jules Herpe, représentant Isaac Pereire, fait la demande d’autorisation de construction d’une usine, dans l’immeuble « de M. Boyer située sur le grand port à Douarnenez, où il existe déjà une presse pour la sardine pressée23 », nombreux sont ceux qui retiennent leur souffle. Avec les Pereire, la boucle est bouclée. Cette intrusion, de ce qui est déjà « le grand capital », fait sauter le verrou douarneniste. Des voisins s’insurgent : Mme Veuve Guichaoua née Guéguen ; M. Le Gall Louis, mareyeur ; Mme Julien Bossenec, propriétaire ; MM. Louis Cren, Gabriel Queinnec et Vincent Kervarec, marins pêcheurs, propriétaires ; M. Guéguen, charcu­tier ; Mme Marie-Anne Queinnec (qui a peur pour la valeur locative de sa maison) ; M. Guil­laume Bossenec… tous déclarent avoir peur… des incendies. Le fait est remarquable et nous le retrouverons à maintes reprises. Les opposants à un projet ne raisonnent jamais (du moins sur les papiers officiels d’enquête) en termes économiques mais toujours en terme de risques, d’insalubrité…

236Nous savons pourtant que les idées économiques, voire politiques, ne faisaient pas défaut. Elles ne parviendront jamais à la surface de l’enquête.

237Malgré les protestations, le 7 janvier 1877, la mairie donne un avis favorable :

« La fabrication des conserves de sardines à l’huile est l’industrie la plus importante du pays ; c’est en grande partie à elle qu’est due sa prospérité. Les usines Debon, Ispa, Giffo, Pénanros, Chancerelle et Béziers sont situées sur les bords des quais et dans des conditions analogues à celles projetées par la maison Isaac Pereire et Herpe. »

238Mais cet avis, qui n’est, rappelons-le, qu’indicatif, ne clôt pas l’affaire, loin de là. Le 13 janvier 1877, quatorze personnes s’y opposent en signant une pétition. Elles développent leurs craintes du feu et des odeurs,

« craintes basées sur la considération que l’usine sera tout à fait encaissée dans un îlot de maisons… Les usines mentionnées dans le procès-verbal ne se trouvent plus dans les mêmes conditions… Nous osons espérer que vous voudrez bien ordonner une contre-enquête. »

239La commission d’enquête du conseil départemental d’hygiène suit cette pétition et conclut, le 20 février 1877, après avoir visité l’établissement que :

« M. Boyer avait jusqu’à ce jour consacré, près du grand port de Douarnenez, à la préparation des sardines pressées : tous ces magasins étroits et obscurs exhalent l’odeur repoussante des établissements de presses à sardines à un degré excessif. C’est dans le centre de tout l’édifice que doit se placer le fourneau destiné à la friture du poisson […]. Les liquides infects résultant de cette industrie et les eaux ménagères mêlées de vidanges sont universellement répandues dans les venelles qui servent de rue à ce quartier et il est important de noter ici qu’il n’y a pas de fosses d’aisances établies là où tous les recoins des maisons sont occupées par une population qui y grouille jusque sous les toits […]. Il est certain pour la commission que la nouvelle usine serait placée dans des conditions bien plus mauvaises que celles des usines déjà établies. »

240La commission conclut :

« qu’il serait difficile, sans violer les droits de l’hygiène et les droits des propriétaires voisins, d’autoriser le changement d’industrie demandée par MM. Pereire et Herpe dans l’immeuble de M. Boyer et que si des considérations d’un autre ordre pouvaient primer les exigences de l’hygiène publique il y avait nécessité à obliger les pétitionnaires et l’administration de la ville à remplir les conditions suivantes :

  • élever la cheminée principale au-dessus des fourneaux à friture à la hauteur de vingt mètres environ ;
  • établir des auvents au-dessus des mêmes fourneaux pour recueillir les gaz et les vapeurs nauséabondes qui seraient aspirés par un tuyau métallique parallèle et adhérent au tuyau de cheminée principale ;
  • construire des égouts souterrains dans tout le quartier pour conduire à la mer les eaux ménagères des maisons habitées et les eaux de toutes les usines ;
  • obliger la police à tenir la [illisible] à ce que les altercations habituelles aux femmes employées de nuit dans la friterie ne puissent nuire au repos de la population voisine. »

241Les dés sont lancés mais avant qu’ils ne s’arrêtent, le fondé de pouvoir de M. Isaac Pereire, M. Émile Leroullet, intervient une dernière fois auprès du préfet : « au printemps de l’année 1863, M. Debon a installé, près de l’usine que je me propose de créer, une autre usine ayant semblable but et n’a rencontré aucune opposition. »

242Rien n’y fait et le préfet, par arrêté du 27 février 1977, rejette la demande Pereire-Herpe.

243Le 3 mars suivant, une pétition, recueillant 95 signatures, s’insurge contre cette mesure :

« Nous soussignés, habitants, industriels, commerçants, propriétaires, marins et pêcheurs de Douarnenez… estimons que la commission de salubrité… a méconnu les véritables intérêts de notre cité. Ses développements sont liés intimement à ceux des usines par la préparation de la sardine et l’interdiction contre laquelle nous nous élevons est de nature à jeter une grave perturbation dans cette industrie en empêchant les capitaux étrangers de s’y consacrer. »

244Suivent les signatures et, parmi elles, les Chancerelle, Quenerdu, négociant, le docteur Paugam, Magne, ancien maire ; des soudeurs, de nombreux marins-pêcheurs et commerçants… Rien n’y fait.

245Alors, M. Boyer s’énerve et dans une lettre rageuse proteste à son tour :

« Au nom de la liberté commerciale et du droit de propriété, […] la plupart [des commerçants] ont été excités par des rivalités jalouses, individualités qui se dérobent toutes, redoutant la libre concurrence de M. Pereire et Cie. […] de ce qui précède il résulte, M. le Préfet, que votre conscience a été surprise par des influences mauvaises. […]. Il y aura appel devant le Conseil d’État. »

246En marge de cette lettre, le préfet, d’une main laconique, écrit : « Répondre sévèrement à M. Boyer que ma décision subsiste et que ses insinuations n’atteignent pas les honorables membres du conseil d’hygiène qui en sont l’objet. »

  • 24 Ibidem.

247Une nouvelle demande est alors déposée, le 8 mars 1877, cette fois par M. Émile Leroullet, toujours pour Isaac Pereire24.

248Au nom de MM. Pereire, M. Leroullet, qui a loué les bâtiments de M. Boyer, redépose la demande déjà formulée par M.-J. Herpe, son mandataire à Douarnenez :

« Permettez-nous de vous faire remarquer que l’immeuble de M. Boyer est appliqué depuis plus de 40 ans au pressage de la sardine et que l’industrie de la cuisson est loin de présenter, au point de vue de la salubrité, des inconvénients aussi grands que l’industrie de la presse. Nous nous proposons d’élever la cheminée de notre four assez haut pour que tout danger disparaisse et nous nous engageons à creuser sous la rue des égouts pour l’écoulement des eaux sales… Nous savons que le rejet de notre première demande a ému vivement la population de Douarnenez car elle craint avec raison, que les capitalistes parisiens prêts à s’intéresser dans l’industrie de la sardine ne soient arrêtés par la restriction dont elle vient d’être l’objet. »

249L’affaire se dilue alors ; il semble même que Pereire abandonne son projet… Mais le feuilleton de la « maison Boyer » connaît de nouveaux soubresauts. Une dernière demande, liée à la précédente, est en effet déposée à la mairie, en juillet 1877, par un certain M. Freündenson. Il se propose de construire une usine au même endroit que Pereire… dans la maison de M. Boyer. Celui­ci lui avait-il reloué ses bâtiments ? Difficile de le savoir, toujours est-il que :

« la demande formulée par le sieur Freündenson n’est autre chose que la reproduction d’une demande semblable, en date du 7 décembre 1876, par laquelle M. Herpe, mandataire de M. Isaac Pereire, sollicitait l’autorisation d’établir à Douarnenez, dans le même quartier et dans la même maison, une usine pour la fabrication de la sardine à l’huile ; considérant que cette dernière demande a été rejetée à la suite d’une enquête établissant que l’emplacement choisi offre des inconvénients sérieux, en ce sens qu’il est placé au milieu d’un quartier très insalubre, où les habitations sont, en quelque sorte, entassées les unes sur les autres. »

250Cette demande essuie également un refus. M. Freündenson s’indigne et se pourvoit en Conseil d’État. Rien n’y fera, sa requête est rejetée, la création d’usine refusée.

  • 25 Ibid.

251Mais un Pereire n’abandonne jamais totalement des projets qu’il juge intéressants. Dès le 4 avril 187725, il dépose une nouvelle demande d’autorisation d’ouverture d’usine, dans les bâtiments de l’ancienne friture Gustave Pénanros, au Guet.

252Cette demande, déposée en son nom par M. Gaston de Louis, est étudiée lors de l’enquête qui s’écoule à partir du 13 avril. Aucune remarque ne se fait jour et l’avis, donné par le maire, le 1er mai 1877, s’avère favorable. L’autorisation préfectorale est signée le 12 du même mois. Mais peut-être déçu par sa précédente aventure liée à la maison Boyer, aucune suite n’est donnée et Pereire quitte alors Douarnenez, pour quelques années…

253Car les Pereire sont têtus ! En 1887, Eugène Rodrigue Pereire achète, en toute tranquillité, l’usine construite en 1879 sur l’îlot Saint-Michel… Il est, enfin, conserveur à Douarnenez.

254Douarnenez a ainsi résisté dix ans aux prétentions des Pereire. Cette longue résistance constitue sans doute un record. Nous nous interrogeons plus loin sur sa véritable portée. En attendant, citons la remarquable ténacité de ce Boyer, qui, après tant d’accrocs, ne désespère toujours pas de voir sa propriété transformée en conserverie.

255Pereire-Herpe refusé, Pereire-Leroullet abandonné, Freündenson repoussé, M. Boyer reprend la demande à son compte et obtient, après trois années de palabres, une nouvelle enquête. Nous sommes en 1881.

256M. Boyer est entêté. D’autant plus entêté, d’ailleurs, que sa situation, il est alors pharmacien à Pont-Croix, est menacée. Par qui ? « l’affaire » devient là du Clochemerle. Écoutons-le :

  • 26 Ibid.

« En m’établissant pharmacien à Pont-Croix, il y a bientôt quatre ans, j’avais la confiance d’y faire mes affaires ; le canton compte douze communes et 24 000 habitants… J’avais compté sans les sœurs. Énumérer, M. le Préfet, les nombreux abus qu’elles commettent et les inconvénients qui en résultent, serait trop long : il suffit de vous signaler qu’il ne vient pas un malade chez moi, qui n’ait été drogué au préalable par les sœurs dites de charité, contre bon argent comptant… cette âpreté au gain m’inquiète, compromet ma situation et me place dans cette alternative : obtenir la cessation de ces abus ou quitter cette localité. Mes prix sont modérés et conformes à la gêne des populations de ce rayon ; mais les sœurs ont beau jeu, au milieu de population en retard, où l’influence cléricale est tellement prépondérante qu’elle détermine les maires, malgré leur amour de l’argent, à mettre cap sur Lourdes. Les sœurs vendent notamment les purgatifs variés, les fébrifuges divers26… »

257Dans cette lettre au préfet, en date du 2 mai 1881, M. Boyer définit clairement son problème. Ainsi des religieuses, vendant, à prix défiant toute concurrence, des médicaments, font de lui, honnête pharmacien, un usinier de Douarnenez !

258Les chemins de la vocation sont parfois bien sinueux. Ils illustrent parfois, avec pittoresque, l’influence de cette intrusion industrielle sur toute une région. Pour certains, qui disposent de quelques capitaux, les fritures peuvent s’avérer source de rentabilité et de profit. Il suffit d’investir ! Pour eux, Douarnenez est une vraie opportunité. Ils déchanteront.

259L’enquête suscitée par cette nouvelle demande de Boyer est bien moins passionnée que les précédentes. Tout semble, à vrai dire, être entendu. La logique de l’industrialisation fait naturellement du pharmacien pontécrucien un nouvel usinier ; le nombre de fritures bâties en 1877 et 1881 lui ouvre, logiquement, le droit de construction. L’avis de l’enquête est favorable ; les riverains vaincus par le poids de l’évolution historique ne réclament, ni ne s’opposent. En avril 1881, le conseil municipal donne, lui aussi, avis favorable et le maire, dans une lettre au préfet, estime que le premier refus était le fait,

« directement ou indirectement d’industriels craignant la concurrence d’une puissante maison, la maison Pereire, qui cherchait à établir à Douarnenez d’immenses magasins et usines pour le commerce de la sardine… La meilleure preuve c’est que, lors de la dernière enquête, la maison Pereire ayant abandonné ses projets, pas une seule protestation ne s’est produite. »

260Extraordinaire aveu, ô combien révélateur du climat et de l’ambiance de non-dits qui règnent dans les milieux industriels. En effet, aucun industriel ne s’est officiellement opposé, lors de la première enquête. Seuls, les riverains craignant incendies ou nuisances, pétitionnent et utilisent les registres mis à leur disposition ; ces oppositions, banales, maintes fois retrouvées, n’ont jamais été suivies. Sauf une fois : pour les demandes liées aux intérêts des Pereire. Les industriels locaux, eux, ne se manifestent jamais sur les registres d’enquêtes. Ils n’en ont guère besoin, connaissant parfaitement le chemin de la mairie ou de la préfecture, où ils savent intervenir et peser de tout leur poids.

261Ce comportement de la bourgeoisie locale, ayant plus peur de la concurrence que de ses paradoxes, n’est pas pour nous étonner. Celle-là même, qui s’accrochait à des presses antiques, protège jalousement les fritures qu’elle s’est vue imposer puis refuse l’implantation des Pereire, quand la logique même de son système économique l’impose.

262Le 30 juin 1881, par une autorisation de bâtir, le préfet clôt une affaire vieille de quatre ans. Affaire riche d’enseignements multiples, d’anecdotes piquantes, elle nous permet de bien mesurer le poids des pouvoirs. Derrière la saveur des mots, la force des pétitions ou la primordiale importance des silences, c’est toute une société que nous voyons vivre et que nous voyons se bâtir, Douarnenez. Nous y reviendrons.

263Nous disions plus haut que les Pereire régnaient sur un immense empire commercial et financier. Leur intrusion dans la vie des fritures, placée sous le seul signe de l’intérêt, ne pouvait s’arrêter à la simple fabrication de conserves de sardines.

264En 1890, le monde des conserveurs est agité par des tentatives d’organisation de la profession, non seulement sur le terrain syndical, mais, bien plus largement, sur le vaste champ économique et financier, les modes de calcul des prix de vente ou la mise en place de systèmes de crédit.

265En janvier 1890, le journal Le Populaire, de Nantes, nous apprend qu’un groupe de financiers étudie le moyen de « monopoliser » les fabriques de sardines à l’huile. Ces financiers, de Paris, Londres et Bruxelles, auraient même déjà engagé les pourparlers avec les fabricants.

266La rumeur s’étend vite et, le 4 février 1890, Le Finistère publie la lettre d’un « abonné fricasseur » qui révèle la face cachée de cette vaste entreprise vite dénommée « combinaison » : afin d’augmenter les prix de vente « la combinaison » vise à maintenir la production inférieure à la demande de consommation. Cet arrangement se poursuivant par un petit Yalta du fer blanc : à Nantes se fabriquent les boîtes « pour la partie est » et à Douarnenez « pour l’ouest ». Le fricasseur conclut sa lettre par « je crois tout de même qu’à l’avant de ce bateau colossal on peut graver, dès à présent, cette devise : Mergitur nec fluctuat ! »

267C’était, une fois de plus, ne pas compter sur les intérêts supérieurs des conserveurs et sur la constance des Pereire à les favoriser. Car, si l’on apprend vite que ce projet assez flou est abandonné, un nouveau surgit aussitôt, dans un but similaire mais aux bases mieux définies. Son promoteur principal en est évidemment M. Eugène Pereire, directeur de la Compagnie Générale Transatlantique, chef de la maison désormais bien connue à Douarnenez.

  • 27 L’Union agricole et maritime, 14 février 1890.

268Il s’agit de constituer une grande compagnie, en vue d’exercer une influence décisive sur les cours. La compagnie se propose de rapprocher, en toutes circonstances, les fabricants, pour la défense de leurs intérêts communs et recherche les moyens de leur procurer le crédit qui leur ferait défaut. Les membres du syndicat des fabricants de sardines à l’huile du Finistère et du Morbihan soutiennent pleinement une idée qui permettrait « le relèvement de notre industrie nationale27 ».

269La Société générale d’industrie sardinière de France, « Sardine Union Limited », au capital de 25 millions de francs (10 0000 livres Sterling), est officiellement créée, en juillet 1890, à Londres…

270Toute la classe financière internationale est concernée par cette opération, enracinée sur les côtes de Bretagne, d’Espagne et du Portugal, mais qui, par le fait des exportations, rejaillit sur tout l’ouest européen. Le directeur général est M. Louis Janne ; le président du conseil d’administration, M. De Heredia, ancien ministre, ancien député ; le vice-président, M. G. V. Hastings, parlementaire anglais. Parmi les membres du conseil : MM. Chémery (de la société Hughes Chémery and Cie) ; le colonel Clapeyron (censeur de la Compagnie générale transatlantique), M. W. G. Greig, ancien directeur de la « Hong and Shanghaï Banking Corporation »…

271Les usines adhérentes sont au nombre de 105 sur les 109 existantes, des côtes de Vendée à la pointe de Bretagne. La société fait également l’acquisition de 61 bateaux de pêche.

272C’est ainsi, qu’après avoir attendu dix années son implantation douarneniste, Pereire organise l’ensemble de la profession et la lie de manière structurée à la banque mondiale et aux milieux financiers internationaux… les intérêts communs des industriels prennent alors, largement, le pas sur les rivalités commerciales.

273Restons encore quelques instants sur ces souhaits répétés de Pereire se brisant sur le mur des convictions douarnenistes. Des convictions et des intérêts, évidemment. Les globalisations perdant parfois sens à force d’être trop rapides, il est nécessaire de rappeler ici que « les usiniers » ne forment un ensemble ni figé ni soudé. Quand les intérêts de la profession sont en jeu, ils s’unissent. Ici, en l’occurrence, ils vont s’unir sous la bannière des Pereire et de leur Société générale d’industrie. Il s’agit d’organiser les cours. De peser sur la vie économique. D’exister en lobby, dirions-nous aujourd’hui. Là, tout le monde est uni. L’intérêt commande.

274Mais quand Pereire veut s’installer, à Douarnenez, c’est le vent mauvais qui se lève. Chacun « met en cape », résiste pendant l’orage. De Pereire on ne veut point, ici, chez nous. Trop grand. Trop puissant. Trop menaçant. Un autre monde. Oui, un autre monde. En dehors des réseaux maîtrisés, familiaux ou quotidiens, tissés depuis des années. Bref, une certaine idée de l’altérité. Au nom de quoi ? De l’intérêt, bien sûr.

275Ainsi les approches s’avèrent à géométrie bien variable. Comme le sentiment d’identité lui-même. Conserveurs de Douarnenez face à Pereire ; conserveurs, avec Pereire, face aux banques et aux marchés. Cette tonitruante intrusion du capitalisme international dans les horizons bordés du Rosmeur nous renseigne ainsi, concrètement, sur un phénomène du plus haut intérêt. Étude de cas, en sorte…

Épanouissement et premières crises

1877-1880, à Douarnenez, le printemps de la conserve

276Pendant les quatre années d’atermoiements, de débats et de non-dits autour des projets Pereire, les Chancerelle, eux, continuent d’investir : après l’usine de l’» Enfer », autorisée le 27 décembre 1877, c’est la friture du Rosmeur, d’Henri Chancerelle, qui est autorisée (le 3 janvier 1878). En ces années d’essor, les Chancerelle s’affirment, sans contestation possible, les premiers usiniers de la ville.

277Après Martial Pallier, qui établit son usine au Guet, dans un ancien entrepôt de sel, appartenant à Aristide Grivart, nous arrivons au grand boom des années 1879-1880, pendant lesquelles quinze demandes de création vont être déposées.

278Au niveau national, la croissance de l’industrie s’est affaiblie, à la suite du fléchissement des résultats de la pêche. En 1867 déjà, une baisse des écoulements de conserves avait alerté les professionnels. La chambre de commerce de Morlaix écrivait alors à Monsieur le ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics en lui recommandant « que le département de la Guerre fit entrer la sardine à l’huile dans la nourriture du soldat en campagne dans les pays d’outre-mer. »

279Mais, à Douarnenez, favorisée par l’importance nouvelle des moyens de production (le nombre des chaloupes sardinières est passé de 400 à 600 entre 1850 et 1870), par la poussée démographique, par l’amélioration incontestable des moyens de communication… l’industrie a continué son ascension. De très nombreuses entreprises se créent, quelquefois bien éphémères. On se souvient de l’expérience Clairian. D’autres entrepreneurs feront vite faillite, les périodes de crise sachant démarquer le bon grain de l’ivraie.

280En 1878, on évalue à 230 millions le nombre de sardines livrées au commerce par Douarnenez : 160 mille caisses de cent boîtes (quarts) chacune, à raison de 10 sardines par boîte, soit 160 millions de sardines à l’huile ; d’autres sont pressées, d’autres encore expédiées en vert (Trévidy, 1889).

281À l’exportation, ces produits sont vendus en Allemagne, en Angleterre, aux États-Unis. Pour ce dernier pays, la voie suivie est le chemin de fer de Douarnenez à Brest, par Quimper, le cabotage, de Brest au Havre, puis la ligne transatlantique. Mais pour cela bien sûr, il faut attendre l’implantation du rail, par la Compagnie d’Orléans, en 1884.

  • 28 N’oublions, néanmoins, jamais que la conserverie d’alors travaille cent jours par an, en moyenne. (...)

282Sur l’ensemble du littoral français, l’année 1878 marque l’apogée de l’industrie sardinière. Cent-soixante usines fonctionnent alors en France28. Une première entreprise a ouvert ses portes au Portugal et huit en Espagne (ou l’on pêche onze mois sur douze). Sait-on alors que, bientôt, viendront les mauvais jours ?

283Dans l’attente, sept demandes d’ouverture sont déposées en 1879. Aucune enquête ne passionne les populations. La première, néanmoins, échappe au ronronnement, par un inhabituel avis « tout à fait » favorable. Il est vrai que sur l’îlot Saint-Michel, M. Le Gall ne dérange pas grand monde, ne brusque pas d’irascibles voisins, comme semble l’être cette Mademoiselle Martin-Grivart qui s’oppose à la création de deux usines, se plaignant des risques de fumée et des dangers d’incendie. Celle de M. Isidore Besnier, rue… Grivart, usine qui deviendra propriété de Désiré Guy et aura longue vie, et celle de Charles Chancerelle, toujours rue Grivart, dans des entrepôts et bâtiments de presses. Ces deux demandes sont cependant acceptées…

  • 29 Archives départementales du Finistère, 5 M, enquêtes commodo-incommodo.

284Si Émile Le Guillou de Pénanros n’a pas d’opposition et peut construire son usine « dans sa propriété sise à Saint-Michel quartier de Port-Rhu », toutes les autres demandes voient arriver, en nombre, des voisins plaignants. Ainsi, en cette année 1879, persiste la longue litanie des oppositions pour « risque de fumée », ou « incendie ». Pour commencer, c’est la demande d’un mareyeur, Bastien Stéphan, qui reçoit critiques et oppositions ; Madame Bursel, rue Duguay-Trouin, refuse cette usine qui rendra sa maison inhabitable. Auguste Kerangal est plus poète quand il déclare : « la fumée ferait mourir légumes et fruits du jardin » ! Madame Lesteven, qui, par ailleurs, dénonce le projet à cause des risques d’incendie l’obligeant à augmenter l’assurance de son magasin voisin, déclare, superbe : « [je] crains en outre que le bruit fait par les filles employées dans l’établissement tels que chants ou autres ; lesquels sont motivés par leur travail de nuit, ne [me] trouble dans [mon] repos29 ! »

285Magnifique phrase qui, à elle seule, pourrait résumer une belle part de l’histoire sociale de Douarnenez.

286« Merc’hed Douarnenez a gane brav. Mouechou skiltr a n’eus, mouechou uhel. Glebor ar mour na rouilh ket o mouezh. » (Hor yezh, 1979.)

287« Les femmes de Douarnenez chantent bien. Elles ont la voix aiguë, la voix haute. L’humidité de la mer ne rouille par leur voix. » (Tud ha bro, 1982.)

288Malgré la fumée et les chants, l’usine est autorisée. Elle deviendra propriété de Parmentier puis de Paulet. L’usine Paulet, transférée depuis sur la zone industrielle de Pouldavid, et maintenant propriété du groupe américain Starkist-Heinz, est même devenue l’une des plus importantes conserveries européennes.

289Mme Annette Guyard, qui dépose, le 4 juillet 1879, la demande de créer « une petite friture dans le local que j’habite passage des pêcheurs », ne pense certainement pas amener de si nombreux intervenants dans la salle de la mairie. Sept marins-pêcheurs et propriétaires, du quartier du Men Leon, s’opposent à son projet, dès le début de l’enquête. C’est, disent-ils, un « danger permanent pour les habitants… en raison du risque d’incendie dans un quartier populeux et privé d’eau »… À leur encontre, dix-sept personnes, des voisins pour la plupart, approuvent cette création. L’avis rendu est favorable et l’autorisation préfectorale survient le 13 septembre 1879. À l’automne, une autre demande est déposée, par M. Henri Bernard, rue du Moulin. La profession de cette personne est intéressante : il est percepteur. Son usine, autorisée, a-t-elle été construite ? Les matrices cadastrales parlent de… maison.

290Et si, à Douarnenez, de nouvelles usines apparaissent jusqu’en 1880, il n’en est pas de même sur l’ensemble du littoral. Car les caprices de la sardine mènent la danse… et les paradoxes de l’économie font qu’au-delà de certains plafonds, les quantités pêchées nuisent. La surproduction est là et, le 22 février 1875, les fabricants de Douarnenez rédigent un « pacte » commun où ils s’engagent de façon draconienne à contrôler les quantités fabriquées. Mais pour être réellement efficace, il faut s’organiser collectivement, à une large échelle, et l’idée d’un syndicat se concrétise, en cette même année 1875. Le Syndicat des fabricants de conserves de sardines à l’huile fondé, le 5 février, à Nantes, a pour premier président, M. Louis Levesque, remplacé, en 1882, par M. Louis Amieux.

291Aucun syndicat cependant, aucune organisation, quelle que soit son ampleur, ne peut s’imposer aux migrations de la sardine. Est-ce un signe avant coureur, cher à l’esprit des Bretons ? En cette fin d’année 1879, au mois de décembre, les 3 et 4, une tempête « subite et affreuse » (Le Floch, 1988), soufflant de l’est provoque un désastre inouï dans le port du Rosmeur. On dénombre soixante bateaux fracassés, démantelés, aux flancs ouverts et aux voiles déchirées. Planches brisées, lambeaux de filets, tronçons de mâts jonchent une mer colérique. Quarante-cinq bateaux étaient déjà armés pour la pêche hivernale. C’est le drame et l’Ankou qui rôde sur une ville menacée.

292Le curé Pouliquen, qui avait déjà lancé des appels à la générosité lors de la tempête précédente du 3 septembre 1876 qui avait provoqué la mort de treize hommes, ouvre à nouveau un comité de secours aux sinistrés. Mais comment lutter contre cette mer qui tient si souvent à rappeler sa loi ?

293Cette loi, dans les années 1880, est terrible. Cette tempête dévastatrice est suivie d’une redoutable baisse de la production. A-t-elle eu peur, la sardine qui déserte ainsi le vieux port ?

294Au cours de l’année 1880, l’euphorie de la construction d’usines est pourtant toujours de mise. Huit enquêtes commodo et incommodo ont lieu, dans l’indifférence ; une seule personne se déplace ! C’est Wenceslas Chancerelle lui-même, qui signe, sur le registre de Lucien Vermillard, un accord sous condition. I1 n’est en rien hostile au principe de la création de cette usine, mais demande instamment que les murs soient en maçonnerie et non en bois et que le toit soit recouvert d’ardoises et non de tuiles… précaution salutaire qui n’est pas retenue par le commissaire enquêteur. Cette usine Vermillard, plus tard Ramell, plus tard encore Leray, est restée dans la mémoire des Douarnenistes : fritur coat, l’usine en bois.

295À l'exception de cette intervention, toutes les enquêtes se déroulent sans la moindre passion. Douarnenez vit un état de fait.

296Ville industrielle, capitale de la conserve, la ville se caractérise par sa mono-production industrielle. Douarnenez doit obéir au rythme saisonnier de la sardine et à ses volontés, souvent cruelles. Quand la pêche est en crise, à Douarnenez, tout s’écroule.

297Certes, l’arrivée du chemin de fer permet un réel accroissement de la vente du poisson frais. Peu à peu, quelques marins-pêcheurs-saleurs abandonnent leur premier métier pour se consacrer à celui de mareyeur-expéditeur ; ils embauchent même des employés. On commence alors à intensifier la pêche aux palangres pour la raie, le congre, la julienne, la lotte, autant de poissons expédiés frais et prisés sur les grands marchés. Bien sûr, ces diversifications naissantes influent encore bien peu sur la vie économique locale. La sardine règne toujours. Et quand elle disparaît, rode la misère. Un défaut de matière première n’aurait pas un caractère gravissime, s’il existait des substitutions. Mais ici il n’y a rien, rien que la sardine.

Les rançons de la monoproduction

298« En 1880, les quantités de sardines débarquées ne représentent que le 1/5 des apports de 1879 et le poisson se vend mal car il est très gros. En 1881 et 1882, la pêche est très faible. En 1883, elle est revenue normale à Douarnenez et Concarneau, alors qu’elle est nulle à Camaret. En 1884, par contre, aucune sardine n’est débarquée à Douarnenez. En 1885 et 1886, les apports sont très médiocres. (Le poisson est trop gros, trop dur) et c’est seulement, à la fin de la campagne 1887, que la sardine réapparaît en abondance, aussi bien dans la baie que sur l’ensemble des côtes bretonnes. » (Dubois, 1964.)

299Les causes des crises sardinières ont été très largement étudiées, depuis qu’en souffrent les ports. Tout a été dit sur ce sujet, à travers une littérature extrêmement abondante. Tout… et son contraire.

300Un article du Finistère du 18 juin 1889 fait un large inventaire, non exhaustif, des causes présumées d’appauvrissement du littoral :

  1. extension de la pêche de la sardine sur la côte ouest de la péninsule Ibérique
  2. emploi abusif du chalut et des dragues de toutes natures
  3. destruction des bancs par les animaux voraces : squales, marsouins, merlus, goélands
  4. passages fréquents des bateaux à vapeur
  5. déplacement de branches du Gulf Stream
  6. emploi des grandes sennes Belot et Erraud
  7. persistance des vents froids ; hivers rigoureux
  8. capture de la sardine de « dérive », dite aussi sardine d’hiver ou sardine coureuse
  9. emploi de la rogue dite artificielle
  10. coupes des herbes marines
  11. extension de la pêche de la sardine sur nos côtes ; pêches exterminatrices. »

301Mais d’autres causes encore ont été développées. Le Finistère du 5 mai 1883 nous apprend que « les femmes de Fort Philippe, autrement dit Sauzon, commune très réactionnaire de Belle-Île, sans s’être instituées en commission, ont bien signalé une autre origine au mal dont elles souffrent et même découvert le remède : si la République était sabordée la sardine reviendrait en masse sur nos côtes ! Avec cette s… de République, il n’y a seulement plus de maquereau dans le “coureau” [bras de mer qui sépare Belle-Île du continent]. »

302Une République dispose toujours de canons en grand nombre. La pointe de Gavres, en Morbihan, en est bien pourvue et « je n’hésite pas à penser que le mal est là, pour une grande part ; il ira grandissant à mesure qu’on augmentera le calibre des pièces ; s’il y a des mesures à prendre pour la prospérité de la pêche, il me paraît donc que la première en importance serait d’écarter des côtes le tir de canons » écrit, en 1873, M. Guillou, pilote lamaneur à Concarneau, dans un rapport au ministère de la Marine (Guéguen, Le Maître, 1978).

303Mais laissons, pour l’instant, le mot de la fin à la sagesse d’un journaliste du Temps qui peut écrire, le 28 avril 1893 :

« Si l’on vous demande ce que vous savez sur la sardine, quand vous aurez dit que vous la connaissez pour un poisson qu’on trouve décapité dans des boîtes généralement incommodes à ouvrir, vous serez sans doute en grand embarras d’en dire plus. N’en rougissez point, vous êtes ignorant en bonne compagnie. Un des savants les plus considérables, M. Pouchet, le professeur du Muséum, après de nombreuses recherches, conclut ainsi : “nous ignorons tout de l’existence de la sardine : en quels lieux, en quels temps elle fraye ; la durée de sa croissance, les causes qui la poussent ou l’attirent sur nos côtes et ensuite l’en éloignent.” »

304Nous reviendrons sur les causes de ces crises. Leurs conséquences sont multiples et directes : sur le plan démographique, sur l’espace urbain, sur l’industrie de la conserve. Même la création de la voie ferrée Quimper-Douarnenez ne peut en ralentir les effets. Rien n’y fait. Plusieurs usines ferment, les plus petites unités, les plus mal armées pour tenir le choc frontal. Une première sélection s’opère. Sur l’ensemble de la côte, le nombre d’usines passe de près de deux cents, en 1881, à cent trente en 1884, puis à cent six en 1886.

305À Douarnenez elles sont six les usines qui ferment leurs portes. Néanmoins, quelques entrepreneurs tentent malgré tout l’aventure et compensent, quelque peu, les pertes.

306L’usine Queinnec, en plein centre-ville, près du champ de foire, est autorisée, le 25 janvier 1881. Elle sera très éphémère.

307Puis une nouvelle usine Chancerelle au Guet, « loin de toutes habitations », reçoit son autorisation le 6 septembre 1881.

308Une seule demande en 1883, celle de M. Le Fur, « dans la propriété qu’il possède rue du Moulin ». Plusieurs personnes s’opposent à cette demande mais l’avis est favorable et l’autorisation accordée.

309En 1884, la maison Amieux s’installe à Douarnenez. L’intrusion de cette riche maison nantaise, appartenant à Louis Amieux, alors président du syndicat des fabricants de conserves, confirme Douarnenez dans son rôle de pôle français de la conserve.

310L’absence des registres d’enquête concernant cette arrivée ne nous permet pas de savoir si Amieux eut autant de peine que Pereire à s’installer. On peut raisonnablement penser que non. L’affaire étant entendue.

311La maison Amieux, saluée à l’Exposition nationale de Nantes, en 1861, possède seize fabriques, dont trois sur les côtes du Finistère : à Douarnenez, Concarneau et Saint-Guénolé.

312En 1887, Douarnenez possède vingt-six usines de conserves ; certaines, au fonctionnement très intermittent, s’avèrent davantage des ateliers que de véritables conserveries. Quinze « usines » sont retenues dans les statistiques industrielles. Elles emploient 15 contremaîtres, 48 surveillant(e)s, 278 ouvriers, 115 manœuvres, 694 femmes et 295 enfants. Soit, au total, 1445 salariés (Denez, 1991).

313La situation économique reste très variable, d’une année à l’autre. En 1888, la pêche redevient très abondante. En 1889, au contraire il y a peu de poissons et quatre usines douarnenistes se tournent vers la mise en boîte des pois verts, diversifiant ainsi leurs productions.

314Après l’arrivée d’Amieux, il faut attendre plusieurs années et 1891, pour voir l’installation de la maison Saunier et Tessier, autre grande maison nantaise.

  • 30 Ibidem, 6 O 1030.

315Puis, en 1893, dans un climat général morose, « l’étranger fabricant à bien meilleur marché30 » M. Jacquier ouvre une usine nouvelle sur un terrain « situé au Kerlosquet, bordant la mer, entre les grèves de Porscat et du Pironic », usine rapidement achetée par… Amieux.

316Lors d’une enquête réalisée en 1894 par le procureur général de Rennes sur la situation de l’industrie bretonne (Geslin, 1990), quelques données concernant l’économie douarneniste apparaissent. Sur les vingt-et-une usines de l’agglomération, les capitaux locaux en contrôlent treize, les Nantais trois et les « Parisiens », Ramell et Pereire, deux. Les trois autres usines appartiennent à des industriels bretons. Quatre conserveries persistent à produire du « pois vert », avec des résultats jugés satisfaisants.

317Concarneau est alors le second centre finistérien, avec dix-huit usines dont sept contrôlées par des Nantais pour cinq qui le sont par des Concarnois.

318Cette décennie 1880, en demi-teinte, apporte son lot d’importantes leçons. Dès la première crise des apports, les plus faibles sont tombés, ceux qui avaient été attirés à Douarnenez par cet éden de la sardine, ces revenus prometteurs, cette richesse assurée. Seuls subsistent les vrais professionnels de la conserve. Une sélection s’est opérée et apparaissent maintenant, au premier plan, les industriels puissants, les grandes maisons, présentes dans tous les grands ports de la côte, les Pereire, Amieux, ou Saunier et Tessier. Quelques-uns tentent une diversification, difficile, vers les petits pois. Tous savent qu’il faut maintenant gérer une activité économique irrégulière…

Vers le temps de la misère

  • 31 Ibid., 5 M, enquêtes commodo-incommodo.

3191897 voit la construction d’une usine toujours bien vivante : celle de Mme Veuve Laurent « dans mon terrain sis en bordure de la rue du Môle31 ». Cette usine, autorisée le 12 juin 1897, sera reprise par Eugène Jacq, son gendre, qui la fera prospérer.

  • 32 L’Illustration, n° spécial Finistère, 1929.

« Déjà initiée au commerce, Mme Laurent surmonta très vite les difficultés du début et ne manqua pas de prendre, au bout de quelques années, par son intelligence, son activité et sa loyauté en affaires, une place des plus importantes dans l’industrie sardinière. Aux usines de Douarnenez et des Sables-d’Olonne (Vendée) que Mme Laurent avait créées, M. Eugène Jacq joignit celle de Brigneau et Audierne (la plus grande)32. »

320Cette usine, en tout cas, ne fait pas la joie de M. René Chancerelle, héritier de Wenceslas : « La construction de l’usine en bois de Mme Veuve Laurent dans la rue du Môle, contre mes bureaux et ma maison d’habitation, présente des dangers d’incendie… Je signale de plus… que l’usine a été commencée avant l’ordonnance de l’enquête. » Mesquinerie ?

321Il n’en reste pas moins que les craintes de René Chancerelle s’avèrent pertinentes. Le 11 Juillet 1898, une partie de l’usine en bois de Mme Laurent brûle. Quelques mois plus tard, loi des séries, c’est l’usine Delory qui est partiellement endommagée par un début d’incendie… dont les causes, accidentelles et fortuites, tiennent à de la gazoline enflammée par erreur.

322L’année suivante, en 1898, une seule friture voit le jour : l’usine Pennamen, rue du Môle. Un mareyeur de la ville s’y oppose pourtant, Michel Poriel, qui est :

« non pas précisément contre la construction de M. Pennamen mais qui s’inquiète de l’étendue de cette usine… Une partie de l’usine projetée vient entièrement masquer la rue du Sémaphore. Il en résultera pour l’avenir de graves inconvénients pour le commerce de ce quartier… la rue du Sémaphore ne pourra plus être prolongée. » L’avis favorable sera agrémenté de cette justification : « le prolongement de la rue du Sémaphore n’ayant jamais figuré au plan des alignements. »

323Ce même Michel Poriel construit la première usine du siècle, dans sa « propriété située quartier du Rosmeur », bornée au Nord par la rue du Môle, à l’Ouest par la rue du Sémaphore, au Sud par la place du Leuren et à l’Est par le jardin Pénanros… c’est-à-dire face à la partie de l’usine Pennamen dont il contestait l’existence ! Plutôt que la perspective de la rue du Sémaphore n’est-ce pas son propre débouché sur la grève (et sur un quai possible) qui le préoccupait ?

  • 33 Ibidem.
  • 34 Appelée salle Crozon, du nom de son nouveau propriétaire.

324À l’aube de ce siècle, deux autres usines sont construites. L’une, très célèbre, est la fameuse « usine rouge », l’usine Gaston Chancerelle, alors propriété de Charles et Auguste Chancerelle. Cette usine, construite sur un terrain acquis de la ville, est située au petit port en bordure du quai. Selon L’illustration, « construite en ciment armé, elle présente tous les avantages de l’usine moderne33 ». Elle est autorisée le 6 juillet 1901, quelques jours après l’usine De La Barre de Bay. Celui-ci, beau-fils de Daniélou, l’ancien maire, bâtit son usine dans ses immeubles « situés rue Monte-au-ciel, rue des Trépassés et rue Plomarc’h ». Cette usine, éloignée de la mer, ne fait pas l’unanimité, puisque M. Trocmé François, marin-pêcheur, de la rue du Coajou s’y oppose : « risques d’incendie… dégagements insuffisants. » À son encontre, huit pétitionnaires des rues Laënnec, Sainte-Hélène et des Plomarc’h donnent leur accord et l’accord officiel est ratifié par le préfet, le 4 juillet 1901 : « Cette industrie a une telle importance, qu’on doit passer outre aux questions de simple incommodité et de désagréments. » Cette usine, en recul par rapport à la mer, eut une existence des plus éphémères : deux ans. L’autre friture construite au centre du tissu urbain, l’usine Queinnec, eut aussi une existence très brève… elle fut remplacée par une salle de danse34 !

  • 35 À leurs côtés, de nombreux chantiers de construction navale travaillent à Douarnenez (Le Gall-Blou (...)

325En ce début de siècle, 30 usines fonctionnent à Douarnenez35. De Trébeurden aux Sables-d’Olonnes, cent cinquante conserveries donnent du travail à 15 000 femmes, entre 1 500 et 2 000 ouvriers soudeurs et 600 manœuvres. Le fruit de la pêche des 21 000 pêcheurs de Bretagne trouve ainsi son débouché principal.

326L’ensemble de l’industrie du poisson fait vivre, en France, près de 200 000 salariés pour une production de 10 millions de kilogrammes de conserves.

327Depuis l’éclosion des conserveries, Camaret est passé de 912 habitants à 2 360 et Douarnenez de 2 018, en 1830, à 13 607, en 1906 : « Le Guilvinec et Tréboul sont pour ainsi dire sortis du sol en l’espace d’une génération et comptent en 1906, 3759 et 5046 habitants. » (Ropers, 1906.)

328Mais le siècle naissant va tout balayer. Le poisson qui disparaît… et tout bascule dans le néant. Les usines ferment, le travail manque… Les crises précédentes, celle des années 1880 en particulier, nous avait appris les caprices de la sardine. Mais après quelques patiences, elle revenait. M. Couste, un scientifique, dans le journal le Finistère du 23 avril 1884, pensait même que la baie de Douarnenez pouvait :

« rester éternellement poissonneuse : Cette heureuse baie aura toujours le privilège d’être recherchée de préférence par ce poisson et de lui servir de centre aux excursions qu’il lui plaît de faire, par les temps calmes sur les points voisins (Audierne, Pont-l’Abbé, Concarneau…). Nous disons : toujours. Il faut entendre par là : tant que durera la constitution physique de notre globe. Et, à cet égard, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles ; et quand on vous parlera de déplacements du Gulf Stream ou d’autres courants marins, répondez : Est-ce que l’axe du monde a changé subitement ? »

329Ce « toujours répété » et souligné doit résonner aux oreilles des marins de Douarnenez qui, à partir de 1902, courent désespérément après le poisson.

330Car la sardine a ses raisons que le pêcheur ignore. Apparaissant au large de Lannion, de 1861 à 1872, elle en disparaît peu après… Les mauvaises années succèdent aux meilleures sans que l’homme ne maîtrise le cycle qui va de l’abondance à la disette. 1878-1879 sont d’excellentes années mais 1880 et ses suivantes s’avèrent fort médiocres. De 1888 à 1901, les pêches sont importantes, à l’exception de 1891 et 1892. Pourquoi ?

331Avec le siècle nouveau, la misère, la vraie, s’abat sur les côtes. De 1902 à 1913, la crise s’étend, entrecoupée un instant, en 1909, par une éphémère reprise.

332L’ensemble de la côte atlantique est atteint ; la moyenne des apports, de 32 300 tonnes pour la période 1894-1901 tombe à 12 900 tonnes, de 1902 à 1913. Elle frappe dramatiquement Douarnenez en 1906 et 1907, années où la production ne dépasse pas 89 et 218 tonnes ! Et vient le règne du malheur.

« La faim est venue en Bretagne
La faim noire ! ses os saillent à travers la peau
Ses dents claquent comme des galets
Roulés sur la grève par le flot
Sa face est blême ; ses yeux brillants
la font ressembler à un spectre.
Coiffée d’un chiffon sale, habillée D’une guenille, ses cheveux gris en
Broussaille sur son front
Elle est venue la misère impitoyable
Le tablier empli de malédictions et de souffrances. »
Charles Le Goffic,
traduisant des vers de H. Le Carguet
Pont-Croix, 1902.

« Le projet grandiose36 »

  • 36 Institut français d’histoire sociale, Paris, Correspondance de Charles Brunellière, liasse 14 AS 1 (...)

333Nous avons évoqué, au cours des pages précédentes, ce groupe très hétéroclite des conserveurs, addition de grandes dynasties locales, d’entrepreneurs internationaux, liés aux affaires du monde, et de volontés opportunistes, pharmacien en déroute ou « fricasseur » bien improvisé. Au début du siècle, alors que déjà la crise fait rage, Douarnenez a vu germer un projet de type bien original, tranchant radicalement avec toutes les autres entreprises de la ville : une sardinerie ouvrière… Il semble intéressant de s’y arrêter quelques instants.

334En ce début de siècle, la gauche tente (déjà…) de s’organiser dans l’union ; elle y parviendra, en 1905, avec la création de la SFIO. En Bretagne, ces tentatives aboutissent dès 1900, avec la fondation de la Fédération socialiste bretonne, FSB, fédérant 69 syndicats et 34 groupes socialistes des 5 départements bretons. La FSB se joindra à la SFIO en 1907.

335Cette fédération, fondée par le socialiste nantais Charles Brunellière, trouve écho à Douarnenez. La correspondance de Brunellière nous indique qu’il est en relation, dès la création, en 1900, avec les responsables du syndicat local des marins-pêcheurs : Trévidic ou Tréhuidic, domicilié 33, rue Jean-Bart, son secrétaire, et Swartzmann, 11 rue Obscure, son trésorier.

336Brunellière organise même, le 8 juillet 1900, une réunion à Douarnenez, en lien avec Rolland, de ce même syndicat des marins-pêcheurs, qui adhère à la FSB, le 5 septembre 1900. Son président est alors Le Gloaguen.

337En 1903, Brunellière entre en relation avec d’autres Douarnenistes : Guyader, nouveau secrétaire du syndicat des marins-pêcheurs et créateur, en 1904, d’un groupe d’études sociales, qui adhère également à la FSB, et, surtout, Le Gall, secrétaire du syndicat des ouvriers ferblantiers-boîtiers. C’est avec ces derniers que Brunellière travaille à ce qu’il appelle le « projet grandiose » : la sardinerie-coopérative de la FSB.

338L’idée en est étudiée lors du comité fédéral de la FSB de février 1903. Au cours de cette même réunion, une autre question est à l’ordre du jour… la création d’une coopérative de rogue au Danemark ou en Norvège ! Ambitieuse idée qui ne pourra voir le jour.

339Le 1er mars 1903, la FSB lance un « appel aux socialistes et aux démocrates » :

  • 37 Notice introuvable. A-t-elle existé ?

« La F.S.B. vient de décider la création d’une sardinerie-coopérative et elle espère que tous les socialistes voudront contribuer, par leur concours personnel, à réaliser l’œuvre qu’elle entreprend… la famine des marins-pêcheurs de tout le littoral a sa source dans l’âpreté au gain des usiniers, des mareyeurs et des marchands de rogue… Nous aussi, socialistes, nous voulons contribuer à vaincre une famine endémique… c’est pour cela que nous entreprenons la création d’une sardinerie-coopérative, qui sera l’embryon de toute cette œuvre d’organisation et de libération. Nous exposerons bientôt dans une notice détaillée37 la base même de l’œuvre, le projet de statuts futurs de la sardinerie coopérative. Qu’il nous suffise d’ajouter aujourd’hui, que cette sardinerie sera une œuvre socialiste ; le point de ralliement de toutes les intelligences libérées… pour fleurir parmi l’or de nos landes, la grande fleur rouge du socialisme et de l’internationalisme. »

340Louis Ropers, dans son ouvrage sur la crise sardinière, développe ce projet et énonce quelques-uns de ses principes directeurs :

341« La sardinerie ouvrière ne fonctionnera d’ailleurs pas dans l’intérêt exclusif de ses membres, elle sera en contact immédiat avec la population maritime, elle entretiendra avec elle des rapports constants ; elle intéressera un certain nombre de patrons de barque à son entreprise. Les relations de la coopérative avec les marins-pêcheurs sont caractérisées comme suit :

  • elle s’adjoindra un magasin de rogue ;
  • elle s’entendra avec un certain nombre de patrons de barque ;
  • elle s’entendra avec le syndicat rouge (pour son approvisionnement) ;
  • achat au cours du marché et attribution d’un tant pour cent sur le bénéfice du marin-pêcheur. » (Ropers, 1906.)

342L’idée est lancée, certes, mais tout de suite les embûches sont nombreuses ; premier et principal barrage : les finances. Le capital nécessaire à la fondation de l’entreprise est évalué à 100 000 francs (2 000 actions de 50 F) ; il serait obtenu par « un appel à la presse, une tombola, l’attribution d’une part des fonds votés par les chambres et par l’émission d’actions ».

  • 38 Brunellière, correspondance, 16 juin 1903.

« N’espérons pas de sitôt réunir un capital aussi important […] que celui qui serait nécessaire pour l’exécution du projet grandiose […] notre ambition doit se… [illisible], pour le moment, à fonder une modeste sardinerie coopérative, avec l’aide, comme actionnaire, des coopératives de consommation françaises, belges et anglaises. Nous espérons d’ailleurs, que notre sardinerie ne sera que l’embryon d’une organisation plus vaste38. »

343En décembre 1903, le congrès de Lorient de la FSB (où sont présents Guyader, pour les soudeurs, et Trividic ou Tréhuidic, pour les marins-­pêcheurs de Douarnenez) discute et délibère. Deux positions sont défendues : se lancer immédiatement dans la création d’une petite coopérative, ou attendre et chercher des financements complémentaires. La réponse de Brunellière, le 4 janvier 1904, est nette :

« Nous avons bien fait d’abandonner le projet de fonder une petite coopérative dans la baie de Douarnenez… Nous ne serions arrivés qu’à une somme de 1 000 francs…, nous ne pouvons pas fonder une coopérative de petite importance, sous la direction et la responsabilité de la FSB seulement, pour les raisons suivantes : L’emploi des chalutiers à vapeur pour la pêche à la sardine se généralise ; ceux-ci détruisent les bancs de sardines en huit jours et il en résulte que toutes les petites usines vont être ruinées car… ne subsisteront que les usines qui pourront mettre en boîte 100 000 sardines par jour au moins… Nous arrivons à une ère dure qui va ruiner la petite industrie au bénéfice de la grande. »

344Le congrès décide donc de voir grand :

« ne serait-ce que pour échapper aux convoitises des « faiseurs » et aux pièges des cléricaux, nous devons traiter l’affaire en grand, faire appel, non seulement, à la bourse des coopératives, mais au parti socialiste belge et aux grandes organisations anglaises. »

345Ces premières années du siècle, très difficiles à Douarnenez, provoquent un grand conflit social et politique. Les conserveurs, pour rationaliser les procédés de fabrication, mais aussi pour éliminer les soudeurs, à l’activisme syndical incessant, investissent dans des machines, les sertisseuses. Mobilisés par cette lutte tragique contre ces machines honnies qui les menacent et bientôt les tuent, les soudeurs, délaisseront le « projet grandiose » puis l’abandonneront. Nous reviendrons plus loin, et longuement, sur ce temps fort de la vie sociale des ports de pêche. Cet épisode, en effet, marque un tournant dans l’image de Douarnenez, qui devient alors, et pour longtemps, symbole d’une ville de révoltes et de luttes ouvrières. La grande saga de la ville rouge était née.

346La sardinerie ouvrière ne vit donc jamais le jour… Il s’en fallut pourtant de bien peu, les organisations ouvrières belges et anglaises ayant donné leur accord pour participer à son financement. Dans un livre paru en 1904, Théodore Le Gall écrit : « Nous aurons bientôt sur nos côtes bretonnes, à Douarnenez probablement, une société coopérative de production. C’est la sardinerie-coopérative dont s’occupe actuellement la FSB et ses membres les plus en vue : MM. Brunellière, Yves Le Febvre… nous souhaitons bon vent et longue vie à cette œuvre sociale, admirable d’initiative, qui donnera aux pêcheurs de Douarnenez un exemple frappant de ce que peut l’association. » (Le Gall, 1904.)

347Mais la crise ronge la côte et le glas d’un développement économique, toujours basé sur la sardine, sonne, à Douarnenez comme ailleurs.

348Notons néanmoins que l’idée de la FSB, reprise par la Fédération des Coopératives de Bretagne, où l’on retrouve Brunellière, est concrétisée en juin 1906 par la création, à Nantes, d’une conserverie de petits pois, haricots verts, thon et pâtés… Les idées, les recherches et les épreuves douarnenistes ne sont pas restées sans lendemain.

349Louis Ropers, en épilogue à ce dossier, tente d’en mesurer les incidences et les effets : « Une entreprise de ce genre rendra, si elle réussit, de merveilleux services ; cela pourra être comme une école modèle de coopératisme, enseignant à nos populations les bienfaits de l’association économique. Mais l’expérience rencontrera, nous le craignons, d’insurmontables difficultés. Non seulement les difficultés intérieures ou la lutte ouverte des usiniers rivaux mais les méfaits de son isolement. Pourquoi les usiniers ont-ils échelonné leurs usines tout le long du littoral ? Croit-on que ce soit par caprice qu’ils ont augmenté leurs frais généraux… non certes, c’est parce que la fabrication est soumise aux aléas de la pêche. La crise de la pêche dans un endroit force les usines à fermer leurs portes et à licencier leur personnel. Mais la production d’autres usines, placées en d’autres points du littoral plus favorisés compensera en partie le chômage de celle­ci. Les industriels ont donc semé leurs usines sur toute la côte, tandis que les socialistes rêvent de créer une seule usine ; à la première crise cette œuvre coopérative sera ruinée. » (Ropers, 1906.)

  • 39 Léon de Seilhac, Revue Générale de la Marine Marchande, 1903, p. 1159 et suivantes ; Marc Parker, (...)

350Amusons-nous à remarquer que, par ces termes, Louis Ropers recopie, presque mot pour mot, un article de Léon de Seilhac, déjà repris par Marc Parker en 190539.

351Seul un projet global mené de pair, sur l’ensemble du littoral, par les syndicats de marins et les organisations de soudeurs aurait pu résister aux crises et aux tempêtes. Mais la misère, en ce siècle naissant, impose ses stigmates, et « l’œuvre sociale » s’efface sous son ombre maléfique. D’autant que le mouvement social ne dispose pas des ressources financières et humaines permettant de mener à bien un dessein si ambitieux. Ainsi, la conserverie internationaliste de la FSB, cette autre usine rouge… ne vit jamais le jour.

Notes

1 Archives départementales du Finistère, 2 O 374.

2 Journal de Nantes et de la Loire-Inférieure, 8 juin 1822.

3 Archives municipales de Douarnenez, État civil.

4 Ibidem, matrices cadastrales.

5 Ibid., délibérations des conseils municipaux.

6 Archives notariales, étude de Maître Malette, Douarnenez.

7 Dans toute la bibliographie concernant cette question, c’est la seule mention, semble-t-il fantaisiste, de cet « inventeur ».

8 Imitateurs d’une technique qui a déjà, en 1853, fait ses preuves, ils n’en sont pas moins, vu la rigidité des structures sociales locales, des innovateurs.

9 De 544 en 1848, le nombre d’embarcations armées à Douarnenez va passer à 561 en 1853 et à 624 en 1858. Dans la même période, Concarneau passera de 228 à 276, puis à 348 navires.

10 Archives départementales du Finistère. 5 M, enquêtes commodo-incommodo, Douarnenez.

11 Archives notariales. Étude Maître Malette, Douarnenez.

12 Ibidem.

13 Archives municipales de Douarnenez, cadastre.

14 L’Illustration, « Le Finistère », n° spécial, 1929.

15 Ces indications doivent beaucoup au Répertoire général de bibliographie bretonne (Kerviler, 1985), mais aussi à François Chancerelle, « Les fritures à Douarnenez, d’utiles précisions », Mémoire de la ville, n° 19, 1991.

16 Archives départementales du Finistère, 5 M, enquêtes commodo-incommodo, Douarnenez, Poullan-Tréboul, Ploaré, Pouldavid. Archives municipales de Douarnenez, matrices cadastrales des propriétés bâties. Archives notariales. Enquêtes orales. La confrontation de ces diverses sources ne peut permettre de certifier toutes ces installations, d’où les points d’interrogations…

17 Le développement de l’expédition des sardines en vert nécessite, pour leur livraison, la création de deux « entrepôts salorges », sous la houlette de deux expéditeurs douarnenistes : MM. Guichaoua et Chancerelle. Pour beaucoup, 1e sel que ces deux négociants livrent est vendu à des tarifs trop élevés. De nombreuses plaintes s’élèvent. Tant et si bien que le 13 juillet 1866, le maire de Douarnenez prend l’initiative de demander la construction d’un entrepôt de sel public, « assez vaste pour satisfaire à tous les besoins ». En bordure du quai, de l’autre côté de l’escalier attenant au magasin Debon, cet entrepôt est autorisé en 1867. (Archives départementales du Finistère, 2 O 383.)

18 Le partage de la pêche entre le patron du bateau et son équipage se fait suivant des coutumes différentes selon les ports. À Douarnenez, le montant des ventes est partagé en deux parties absolument égales. L’une de ces moitiés revient au patron pour son bateau, ses filets et leur ramendage, la rogue et les tourteaux d’arachide. Sur la deuxième moitié, on prélève les frais de nourriture à bord et le paiement des boissons prises en arrivant à terre. L’argent restant est ensuite partagé en autant de parts qu’il y a d’hommes à bord (le patron compte pour un homme et le mousse pour trois-quarts), plus une. Cette dernière est mise de côté par le patron et sert à payer, en fin de campagne, les invalides de l’équipage.

19 Rapport du Jury International pour l’exposition de 1889.

20 En 1873, Douarnenez livre à la consommation : 4325114 kilogrammes de sardines dont 985824 kg pressés en barils, 2 115 752 kg préparés à l’huile, 1 325 114 kg salés en vert, qui sont vendus dans les rues de Paris sous la rubrique : « sardines fraîches ». Chiffres cités par G. de Cherville dans Le Temps, 10 mai 1876.

21 Extrait du journal Le Yacht, cité par Ar Vag.

22 À Concarneau.

23 Archives départementales du Finistère, 5 M, enquêtes commodo-incommodo.

24 Ibidem.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 L’Union agricole et maritime, 14 février 1890.

28 N’oublions, néanmoins, jamais que la conserverie d’alors travaille cent jours par an, en moyenne. Bien sûr, certaines journées de travail, en pointe, durent de 16 heures à 18 heures Il faut alors travailler sans discontinuer pour éviter la perte d’un poisson frais.

29 Archives départementales du Finistère, 5 M, enquêtes commodo-incommodo.

30 Ibidem, 6 O 1030.

31 Ibid., 5 M, enquêtes commodo-incommodo.

32 L’Illustration, n° spécial Finistère, 1929.

33 Ibidem.

34 Appelée salle Crozon, du nom de son nouveau propriétaire.

35 À leurs côtés, de nombreux chantiers de construction navale travaillent à Douarnenez (Le Gall-Blouet et Rochedreux) ou à Tréboul (Simon et Le Meur). Les filatures Béléguic et Bonamy sont également installées en bordure maritime comme les voiliers, Jacquin sur le Port-Rhu et Le Joncour-Doaré, quai du petit port. La ville entière est zone portuaire.

36 Institut français d’histoire sociale, Paris, Correspondance de Charles Brunellière, liasse 14 AS 116 1B.

37 Notice introuvable. A-t-elle existé ?

38 Brunellière, correspondance, 16 juin 1903.

39 Léon de Seilhac, Revue Générale de la Marine Marchande, 1903, p. 1159 et suivantes ; Marc Parker, ibidem, 1905, p. 96 et suivantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540