Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Douarnenez de 1800 à nos jours

 | 
Jean-Michel Le Boulanger

Introduction : En visitant Douarnenez, à travers l’espace et le temps

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Promenades à Douarnenez

  • 1 Phrase trouvée au détour d’une exposition consacrée à Heather Dohollau, Saint-Brieuc, musée d’Art (...)

1« Si vous voulez bien penser, bien parler, bien écrire et bien agir, faites-vous d’abord des lieux. » Joubert1.

2Une ville, comme un homme peut-être, se découvre dans l’ordinaire des jours qui se ressemblent et non dans l’apparat des habits de fêtes, le clinquant des jours d’exception. C’est là, au creux d’un apparent ennui, au fil d’un temps qui semble se répéter, que la vérité, si vérité il y a, se révèle et s’étale.

3Quoique ! Il y a fête et fête, et, à Douarnenez, le carnaval, si tant est que le carnaval soit une fête, nous en apprend beaucoup sur la ville et les siens… Mais laissons le carnaval de côté et intéressons-nous à la banalité plus qu’à la curiosité.

4Un paysage est affaire de sens, des cinq sens. Un paysage se voit et la vue est même son médiateur premier. Sans vision, pas de paysage. Le paysage d’une ville des bords de mer est fait de terre, d’eau et de ciel dont les mélanges savants enfantent mille richesses, en un mouvement permanent.

5Le travail des hommes s’y immisce et participe à ces jeux de couleurs et de rythmes. Parfois avec humilité ; souvent avec l’indécence de ceux qui veulent, à tout prix, s’imposer.

6Un paysage s’écoute aussi et les ports livrent des bruits qui les qualifient. Un paysage s’éprouve, avec les pieds, on le touche, physiquement, on se mesure à lui et les ports, là encore, livrent un contact original qui se termine, forcément, les pieds dans l’eau. L’air du large, chargé de fraîcheur ou d’odeurs marines semble plus léger, plus aérien que les souffles de la terre.

7Un paysage se respire, évidemment. L’iode et les algues vertes de l’été, les sardineries et le mazout des chalutiers forment des mélanges parfois âcres mais qui, toujours, rappellent la nature des lieux. Une vasière ici, une zone portuaire là, ajoutent leurs effluves, quand il ne s’agit pas des fragances ou des miasmes d’une station d’épuration recueillant les déchets des usines de poisson. Reste que le bouquet qui s’impose et qui flatte est celui du large, chargé de sel et d’embruns, chargé du parfum incomparable de l’océan. Restent le goût et les fruits que fournit la mer, les plats que mijotent les traditions, les poissons que ramènent les filets. Tous donnent aussi au port une odeur, une saveur, particulière.

8Pensant à Douarnenez, l’esprit se fixe sur les rivages. Les bords de mer sont uniques. Comment confondre la baie de Douarnenez et celles de Saint-Brieuc, Concarneau ou Bourgneuf ? On peut les comparer, mesurer leurs profondeurs, la richesse des couleurs, l’harmonie des paysages. On peut préférer l’une à l’autre. On peut choisir. Pas confondre. Les jeux de la terre et de la mer sont rarement répétitifs. La découpe du rivage, les falaises du cap Sizun, les reculs de la vue, les îles ou îlots, les paysages qui s’ouvrent, les couleurs du granit, les rochers de Trébeurden, l’horizon, les plages de Guidel ou la vase de Saint-Brieuc, tout est comparable, rien n’est semblable.

9Douarnenez a la chance d’être visible de loin, de participer, ainsi, à la création d’un paysage. De bénéficier du recul autorisant parfaite intégration visuelle à son site. D’émerger. Rares sont les villes qui se présentent ainsi aux leurs ou à leurs visiteurs.

10De la route de Quimper l’on découvre la baie et la colline de Ploaré glissant vers les flots. Du Ris, le port semble posé sur l’eau.

11La vue la plus belle est pour moi celle qui s’offre au promeneur des hauteurs nord du Ris, vers Treiz Malaouen. La perception est presque globale. Ploaré et son clocher dominant le port qui semble tassé contre l’eau. L’étagement du site. Les verdures des Plomarc’h venant se glisser jusqu’au Rosmeur. Même la côte de Tréboul se dessine, fuyant vers le Cap, bordant la baie.

12La baie. De là, elle apparaît tout entière avec son ouverture au couchant. Douarnenez est bien le port de cette baie qui porte son nom…

13Venant de mer, la ville ne s’imagine qu’au revers de l’île Tristan et ne se dévoile qu’au dernier moment. Il faut presque passer les digues du nouveau port pour découvrir, face à soi, les rideaux de maisons.

14Douarnenez se cache dans les replis d’une côte qui dessine une impasse. Une baie est souvent une impasse. Celle de Douarnenez plus que les autres. Bordée par un raz de Sein craint et parfois menaçant, elle est profonde, très profonde. Pas assez cependant pour que d’autres ports s’y soient installés et y multiplient les raisons de s’y engouffrer. Sa profondeur est éloignement. Son isolement aussi. Ainsi, au bout d’une péninsule par la terre, au bout d’une baie, par la mer, Douarnenez se retrouve deux fois éloignée de grandes routes. C’est beaucoup.

15Il n’y a pas d’approches de Douarnenez. Pas de banlieue. Pas de faubourg. On pénètre immédiatement dans la ville, sans longs cheminements où s’imposent les zones interchangeables et les panneaux publicitaires. De Quimper l’arrivée se fait, en général, à Pouldavid, amont de la ria qui coupe l’agglomération en son milieu. De Châteaulin, ou du nord de Quimper, c’est Pen ar Menez et les hauteurs du plateau qui s’apprêtent à dévaler sur le port, aperçu sur la droite.

16Venant de mer, c’est Tréboul, son port de plaisance et ses commerces, ou Douarnenez, le vieux port de pêche et ses bistrots. Images de centralité et souvent de convivialité. Le bateau vous conduit au centre d’une ville qui ne présente aucun espace intermédiaire aux véhicules automobiles. Peu d’étendues urbaines le long des axes pénétrants. Peu d’impersonnalisation. Peu d’espaces neutres à force d’être partout semblables. Que de villes offrent en effet leurs remises, leurs dépôts ou leurs arrière-boutiques en guise de hall d’accueil ! Les enseignes criardes et dépareillées se succèdent dans un désordre bien dommageable. Rien de tel ici, le long des axes principaux. Le centre de la ville se présente sans oripeaux ni artifice. À Douarnenez, on en vient vite à l’essentiel.

17La ville se déroule le long de la mer. Le linéaire de côtes, déjà important, est augmenté des rives de la ria.

18Tout l’aménagement urbain trouve sa raison d’être dans la relation à la mer. Vieux port du Rosmeur et enclave de Tréboul, encastrés dans des criques abritées des vents d’ouest. Anciens ports de commerce enfoncés dans la ria. Seules les plages semblent s’en remettre aux éléments, n’ayant pu s’en cacher, s’en protéger.

19Chaque aménagement a permis à l’homme de gagner sur les flots. Le fond de la ria, largement comblé, le boulevard, la place de l’Enfer, le port de plaisance, gagné sur une anse bien plus ample, le vieux port, et, bien sûr, le port de pêche, entièrement construit sur l’eau.

20Tous témoignent d’un grand combat, du grand combat, séculaire, jamais achevé, visant à dompter, en cette frange littorale et urbaine une mer bien rétive.

21Chaque mètre du littoral est aménagé. On ne compte plus les môles et les digues. Les rivages, hier inaccessibles, aujourd’hui vaincus par ce désir prométhéen de faire s’incliner les vagues devant les volontés humaines, accueillent voitures et visiteurs. Comment oublier, cependant, que ce pouvoir insolent de l’homme s’arrête à quelques brassées de la terre ferme. La mer a plié, peut-être, mais elle n’est pas vaincue et se venge souvent de l’outrage. Il n’empêche, le front de mer aujourd’hui est entièrement aménagé. À chaque pas, nous trouvons trace du travail des hommes. Et le visiteur, qui se promène ici à la recherche d’une certaine idée de l’authenticité, trouve des bords de mer où rien n’est le fruit du hasard et tout, celui de la nécessité. Cela ne l’empêchera pas de s’illusionner parfois et d’en appeler, ici ou là, à la contemplation d’une nature qui n’a plus rien de naturel…

22Douarnenez est complexe. Quatre anciennes communes en forment l’actuel territoire. Quatre centres anciens, donc, répartis autour de la rivière du Port-Rhu, l’axe médian. Médian et non central, car elle n’organise pas l’agglomération, ne la structure pas. Aujourd’hui la ria s’avère surtout axe de communication le long de sa rive droite et sur ce pont qui la surplombe. Axe nord-sud au niveau de l’eau. Axe est-ouest au premier étage !

23Car la complexité de la ville provient de son caractère multimodal, certes, mais aussi des deux niveaux que nous impose la topographie. Les bords de l’eau et les hauteurs que raccorde le pont.

24Au niveau de l’eau, une frange littorale parfois très escarpée, parfois plus large, mais qui n’excède pas la centaine de mètres, à l’exception des places du port de plaisance et de l’ex-anse de Pouldavid.

25Deux niveaux, quatre anciennes organisations spatiales, deux rives. Difficile à comprendre pour le nouvel arrivant qui tâtonne et s’égare. Les quatre bourgs anciens autour de leurs clochers se lisent toujours dans le parcellaire de la ville. Des commerces du quotidien s’y regroupent. Une vie de proximité s’y développe. On « est » de Pouldavid ou de Tréboul, de Ploaré ou de Douarnenez.

26Une île et pas n’importe laquelle : l’île Tristan où Tristan, dit-on, aima Yseult.

27Une baie et pas n’importe laquelle : celle d’une ville d’Ys qui, expiant les fautes humaines, en est submergée.

28Une ville et deux grandes légendes européennes.

29La relation entre l’île et Douarnenez est étonnante. Elle est fondatrice, matrice originelle. Douar an enez, c’est le territoire de l’île. L’île nomme. Elle crée l’identité.

30L’île est chaque jour visible, isolée dans son légendaire, à marée haute, dispensant ses appels à visite, à marée basse. L’île est sécurité. Elle est là. Peu la connaissent et nombreux sont les Douarnenistes à n’y avoir jamais posé le pied. Mais malheur à celui qui la touche. Une extraction de roches, avant guerre, avait alors mobilisé jusqu’à l’Académie. Toucher à l’île, c’est toucher aux fondements de l’identité locale. Au-delà de tout rationnel.

31Récemment achetée par le Conservatoire du Littoral, l’île est, juridiquement, revenue dans le patrimoine public. Petite anecdote, au passage. Le Conservatoire ayant organisé une journée portes-ouvertes payante vit peu de Douarnenistes affluer. Le prix était modique pourtant. Quelques mois plus tard, d’autres journées furent mises sur pied, gratuites cette fois. Une foule très importante en profita. L’île appartient aux gens de ce pays qui n’imaginent pas payer pour la visiter. Pourtant l’île était privée depuis plus d’un siècle et la famille Richepin propriétaire depuis 1911. Mais l’imaginaire sait transcender le droit. Payer pour visiter l’île Tristan ? On ne paye pas pour rentrer chez soi.

32De partout sur le linéaire côtier douarneniste, la baie est visible. Mais jamais comme une baie. Toujours comme un lac. Pour la découvrir baie, par la terre, il faut quitter Douarnenez et monter vers le nord. De la ville, la baie reste un lac et tout change. Un lac est sécurisant, un lac n’ouvre sur aucun ailleurs, aucune angoisse, aucune aventure. La baie, dès lors, devient espace protecteur, nourricier, par les poissons qu’elle offre et la vie qu’elle permet. Mais un lac s’entretient et se protège aussi, comme le jardin attenant à la maison ou la vallée alpestre où s’égarent les troupeaux. Douarnenez vivra pendant des siècles cette double relation : la baie semble protéger la ville des incertitudes et des ailleurs. La ville, en retour, veille sur la baie qui est sienne. Relation ambivalente. Ici, la mer est circonscrite, maîtrisée. Elle n’est pas océan (Cartes 1 et 2).

33Mais elle le devient parfois, par la grâce de brumes, d’hiver ou d’été, qui se posent sur les vagues et que s’évanouit l’horizon. Dès lors, tout devient possible, les grands larges imaginaires s’offrant au-devant de la ville. On se prend à rêver. Et si la presqu’île de Crozon et le Menez-Hom n’étaient pas, avant tout, les empêcheurs de regarder l’infini, de danser en rond dans des rêves d’ailleurs. Et si la presqu’île était là, posée telle une barrière, pour fermer la route des grands chemins du monde. Si, par sa présence castratrice, elle imposait à la ville sa solitude, son repli sur ses quais, sur sa mer intérieure, sur ce lac qu’on appelle baie ? Quand elle sombre dans le néant des grands brouillards, le large s’invite à Douarnenez.

34Mais la brume, toujours, finit par s’envoler. Le Menez-Hom réapparaît, mécontent des rêves de ceux qu’il domine de sa présence tranquille, massive, somme toute réconfortante. La liberté entrevue en son absence sera à conquérir.

35Ainsi, au long des jours et des années, la baie présente des dimensions variables, selon les lumières, les lueurs et les saisons. La presqu’île bordière qui s’absente les jours de brume ou de grisaille apparaît nette, presque métallique après la pluie des jours d’été. Elle semble alors à portée de main et la baie simple rivière. Changent les contours de cette mer, changent les images qu’elle dispense, siècle après siècle, elle reste là, aux portes de Douarnenez. Nourricière et bienfaitrice, ses colères, parfois, la transfigurent en linceul aux mille maléfices. Elle a souvent conjugué la vie avec la mort, s’arrogeant le pouvoir rare de quelques dieux.

36Arrêtons-nous un instant sur ces changements qui nous apparaissent, dès que nous regardons, tout simplement, ce paysage offert. De mon bureau, de ce micro-ordinateur sur lequel j’écris à l’instant, je vois le fond de la baie, l’île Tristan, dominée par le Menez-Hom, les villages de Tréfeuntec ou de Saint-Nic, aux murs si blancs, face au soleil couchant ; un érable, au premier plan, sépare les deux clochers, hier rivaux, de Ploaré et de Douarnenez. Voilà pour les faits, le tangible, l’inaltérable. Ce que la cartographie révèle. Et pourtant. Prenez ce paysage aux matins des premiers soleils, rouges, du printemps, annonciateurs d’heures chaudes ou embrassez-le le soir, à la lumière rasante. La côte de granit se découpe, parfaitement nette, dans les contrastes précis des ocres et des verts. La mer est bleue, tout simplement. La presqu’île apparaît, à ce moment-là, reposant sur une lame blanche, immaculée, qui sépare l’eau de la terre. Une lame métallique. La clarté est précision et le paysage ressemble alors à sa cartographie. Revenez aux houles de l’hiver ou aux pluies de l’automne. Vous ne retrouverez rien. Des confusions de gris, des limites floues, l’absence de presqu’île, le ciel, la mer et la terre fuyant dans un indiscernable et humide amalgame. Après les découpes nettes d’Yves Tanguy, voici les jeux d’aquarellistes. Où est alors votre cartographie ? Et la baie ? Des ridelles tranquilles baguenaudant sur sa sage surface ; des légers moutons blancs émergeant dans un désordre chahuteur ; des vagues et des houles, parfois quelques creux, qui des gris virent aux noirs… et l’écume qui s’envole, par-dessus les digues et les quais ; et les bateaux qui à force de se pousser du coude, sur tous les pontons, finissent par s’enivrer dans des danses de Saint-Gui ; tout bouge dans ce paysage qui ne peut être décrit. C’est peut-être là une leçon à retenir. Comment raconter un paysage en permanentes variations ? Sa marche est irrégulière, faite de balancements, d’hésitations et de ruptures. Chaque matin qui se lève livre son secret du jour. Les couleurs, les distances, les alchimies secrètes qui unissent les éléments définissent une palette éphémère. Le paysage est éphémère. Au risque de l’absurde, il ne se ressemble pas, il ne se ressemble jamais. À moins de se contenter des traits qui semblent essentiels : une presqu’île, une côte, un port, une île, un érable et deux clochers. Mais si le regard se contente de cela, autant lire un guide touristique.

37Les seuls bateaux visibles des espaces de déambulation sont navires de plaisance ou objets de musée. Rares sont les bateaux de pêche. Le principal marché de la ville se déploie à Tréboul à proximité des coques en plastique et sous le permanent cliquetis des drisses dansant la gigue le long des mâts. Seuls bruits marins que l’on entend au cœur de la ville, avec le cri des omniprésents goélands.

38Port de plaisance et port-musée s’enfoncent dans la chair urbaine. Ils présentent leurs quais et estacades en bordure de voies passantes ou de places animées. Quelques petits bateaux de pêche isolés, des côtiers, seules présences de cette activité économique dans ces lieux de grandes fréquentations, bénéficient d’un ponton réservé au sein du port de plaisance. Le port de pêche, lui, cache ses activités aux regards de la ville. Parfois, par vent du nord, les appels de la sonorisation interne de la criée, parviennent aux oreilles de la ville. Trop rarement, cependant, pour en imposer la présence. Dorénavant, les marins, mareyeurs ou dockers se cachent pour travailler.

Carte 1 : Douarnenez, au fond de la baie qui portre son nom (carte IGN au 1 :100 000e)

Carte 1 : Douarnenez, au fond de la baie qui portre son nom (carte IGN au 1 :100 000e)

Carte 2 : Douarnenez (carte IGN 1 :25 000e)

Carte 2 : Douarnenez (carte IGN 1 :25 000e)

39Une ville se comprend avec les pieds. Douarnenez ne les flatte pas. Dorsale s’avançant dans la mer, le centre-ville est une presqu’île à deux versants s’enfonçant l’un dans le Rosmeur, l’autre dans le Port-Rhu. L’ensemble n’est pas très large, 500 mètres environ de l’Enfer au vieux port. Seulement voilà, la dorsale est très affirmée et les versants bien pentus. Deux conséquences : difficultés de communication et absence de perspectives.

40Difficultés de communication car si la distance est faible, la pente est forte et, jusqu’à une période récente, aucun boulevard circulaire longeant la mer n’encerclait la ville au ras de la marée. Charrettes à bras ou chevaux, il fallait monter une pente bien pénible. À éviter. La vie est restée suspendue au seul versant est, où s’organisait le port de pêche. À l’ouest existait le nécessaire.

41Car, de plus, manque la vue et les seules perspectives, ici, sont maritimes. De la ville on ne devine que quelques rideaux de maisons à l’assaut du coteau. Le Rosmeur ne verra jamais le Port-Rhu. La vie existe-t-elle de l’autre côté ? Le port, jadis ville, niche sur l’eau au pied d’un versant abrupt. La ville tombe, elle dégouline. Elle se freine pour ne pas sombrer.

42Ainsi le Rosmeur et le Port-Rhu mènent leurs vies, séparément. D’autant que le Port-Rhu est zone frontière. De l’autre côté vit Tréboul, un autre monde. Une certaine idée de l’altérité.

43La recherche du centre est périlleuse. Où est-il ?

44Des parcelles ou des lambeaux de centres se lisent autour des bourgs anciens. Églises et bistrots, boulangeries et boucheries maintiennent les prérogatives des anciennes paroisses. On y vient à pied, on y traîne le pas, on y collecte les nouvelles du jour et les rumeurs nappées de fantasmes, concernant voisinage ou cousinage. Ils sont nos petits centres sans prétention. Des centres de peu, comme il y a des gens de peu.

45Pour l’agglomération, appelée hier, le « grand Douarnenez », c’est une autre paire de manches.

46Où est le centre ? Le raisonnement est négatif. Pas au port de pêche, séparé de la ville. Pas au vieux port, chargé d’histoire et de convivialité mais peu suspect de centralité. Les halles ? Un point focal, c’est certain, mais sans symbolique, sans force. Le Bolomig et la place de la Croix ? sympathiques, centres géométriques du vieux Douarnenez peut-être, mais c’est tout. La mairie ? Encore faut-il la trouver. L’église ? À l’écart…

47Seul bâtiment public d’importance s’ouvrant sur une vaste esplanade : le dos de la Poste. Si encore la Poste présentait sa façade… mais non… elle tourne le dos.

48Aucun lieu n’additionne fonctions symboliques, commerciales ou administratives référantes. Aucun. Dès lors, où est le centre ? En quelques rues commerçantes, peut-être…

49À Tréboul, la situation est plus simple, le port de plaisance, les commerces permanents et le marché régulier remplissent leur office. Mais globalement, l’agglomération douarneniste souffre d’un manque. Un grand manque. Ses centres sont situés dans le mythe, l’histoire ou la mémoire. Pas dans la géographie. Le mythe ? l’île Tristan. L’histoire ou la mémoire ? le quai, les halles et l’ancienne mairie, les rues adjacentes, commerçantes et jadis peuplées, puis la remontée vers la croix et le Bolomig. Centre d’une douce nostalgie, sans héros statufié ou bâtiment imposant, à l’image d’une population laborieuse, ouvrière, innombrable et anonyme. Ainsi, à Douarnenez, les centres de la ville se dénichent dans un immatériel complexe et non dans le granit d’une monumentalité qui s’impose et structure.

50En dehors de la zone portuaire elle-même, la ville porte peu de traces d’activités maritimes. Mais on peut s’interroger sur l’enchevêtrement urbain, le tissu aux mailles serrées de ruelles étroites, les maisons assez hautes des vieux quartiers. On apprendra bien vite ce que doit cet espace aux pêches de sardines. Mais de traces visibles, concrètes, immédiates, il y a peu. Quoique… une lecture attentive des maisons, une écoute attentionnée des pierres nous en apprend beaucoup.

51Ce bâtiment, rue du Couëdic, trop grand pour être simple maison d’habitation, qu’était-il ? Et cette inscription, gravée sur la façade, témoignage d’évidence, « Capitaine Cook »… Et ces vastes friches, seuls exemples de monumentalité industrielle, usine en brique rouge adossée à la colline des Plomarc’h, ancien bâtiment Supergel, en bordure du port de pêche… Et ces HLM aux volumes étonnants, rue Anatole-France, avec un séchoir à linge aux figures de séchoir à thon, ou au Guet, les pieds dans l’eau. Certains détails même trahissent l’histoire. Un trou dans le granit, au pied d’une façade, rue Boudoulec, rappelle le passage des mâts de chaloupe de la cave à la rue.

52La taille de certains bâtiments ne trompe pas davantage. Si celle de l’Inscription maritime est proportionnelle à l’activité passée du port et au nombre de ses marins, nul doute sur l’importance économique de Douarnenez. Les Affaires maritimes cumulent nécessité d’accueillir grand nombre et marquage républicain. Grand escalier, large couloir, corpulence assurée d’un monument satisfait. Oui, les Affaires maritimes portent témoignage.

53À leurs côtés, un autre bâtiment s’impose au regard, l’Abri du Marin. Lui aussi résonne de l’innombrable. Sa taille trahit Douarnenez, le port des grands nombres.

54Aujourd’hui seule « usine en ville » Wenceslas Chancerelle règne sur toute une portion de quartier. Là, nulle équivoque, l’enseigne, 1853, date la création, atteste l’enracinement, prouve l’ancienneté d’une relation Douarnenez-Chancerelle. Un siècle et demi, ça compte…

55Pour le reste et surtout pour les images d’Épinal des ports de pêche, chères aux touristes, il faut chercher un peu.

56À défaut d’autres points majeurs, de nombreuses traces itinérantes prouvent, cependant, l’activité maritime. Camions de marée, camions de conserves, transports frigorifiques, camions chargés de thons congelés dont têtes et queues dépassant des plateaux, dégagent un halo d’évaporation… On ne peut se promener à Douarnenez sans croiser ces ambassadeurs permanents du port de pêche. Jadis, et les friches le prouvent, le port investissait dans la pierre. Il a reflué sur ses quais, a quitté les maisons, les quartiers et les ruelles, mais a multiplié les cordons qui le relient aux marchés. Ainsi, le long du Port-Rhu, mais en ville aussi parfois, les passages réguliers de camions témoignent du travail des hommes. La ville est passage. Trait d’union entre un port, serré sur ses quais, et ses marchés, de Rungis ou d’ailleurs. Mais port et marchés, aujourd’hui, vivent, extérieurs à la ville.

57Certes, quelques points de rencontre existent, comme ces étals des halles et du marché de Tréboul. Du poisson frais, de belle qualité. Ces côtiers, vendant leurs poissons de la nuit, rappellent quotidiennement que Douarnenez est aussi un port de belle pêche fraîche.

58Se promener à Douarnenez n’est pas toujours leçon d’optimisme.

59Des rues vides des heures entières, seulement parcourues par une population âgée, à mobilité limitée, quand vient l’heure des « commissions ». Le marché, les halles, s’éveillent chaque matin autour des produits frais, de la terre comme de la mer. Sans cet atout, le centre ville sombrerait bien vite. Mais ne l’enterrons pas. Un réseau de commerces anomaux et des marchés attractifs maintiennent une certaine vitalité commerciale. D’autres lieux cependant attirent davantage une population automobile : les centres commerciaux, à Tréboul, Ploaré ou Pouldavid.

60Le plus important d’entre eux est situé à Tréboul. Il dépasse les 3 000 m2, et draine une chalandise venant de toute l’agglomération mais aussi de nombreuses communes du cap Sizun. Une zone commerciale et artisanale s’organise maintenant autour de lui.

61Comme en toute ville moyenne, les lieux de vie se situent aussi là, dans les travées, dans les rayons des grands commerces.

62Un autre lieu mérite, une nouvelle fois, d’être cité, le port de plaisance de Tréboul, avec ses marchés, en développement constant, qui s’imposent même marchés majeurs de la ville. Les jeux de pétanque, les cafés assez nombreux et surtout la longue rangée de commerces diversifiés y sont autant d’arguments d’importance. Le centre de Douarnenez peuplé de maisons centenaires, hautes de plusieurs étages, avec un entrelacs de ruelles étroites, sans lumière excessive, est habité aujourd’hui par une population vieillissante et par des néo-Douarnenistes attirés par la proximité du vieux port, son histoire, ses couleurs et ses lumières. Les HLM, les lotissements, grands dévoreurs de terres, se dispersent au pourtour de l’agglomération. Des familles plus jeunes et plus mobiles y vivent. Comme partout. À cet égard comme en quelques autres, Douarnenez n’échappe pas à la banalisation.

63Le port de pêche se mérite. Il ne s’offre pas aux regards. Il se gagne. Dans la journée, bien souvent, il est vide d’activités. Du moins l’image grouillante que l’on attend d’un port n’y est pas vérité. Quelques bateaux à quai. Parfois un grand cargo frigorifique. Des pêcheurs à la ligne. Des anciens qui regardent. Un paysage se doit de ressembler à l’image que l’on en a. Un paysage se doit à la docilité. Il ne manquerait plus en effet qu’il ne soit conforme à l’idée préconçue du touriste. Où irions-nous ? Gérard Lenclud cite ces oliveraies de Delphes où s’élève une cimenterie (Lenclud, 1995). Des oliveraies impossibles à photographier sont-elles toujours des oliveraies ? Ainsi un port de pêche doit ressembler à l’attente de l’œil en villégiature. À Douarnenez, la déception peut être au rendez-vous si le viseur de l’appareil cherche une nuée de côtiers rentrant au bercail. Ici, la tension est nocturne. C’est en fin de nuit que la vente a lieu réunissant les mareyeurs sous l’autorité d’un crieur aux déclamations énigmatiques. Un ballet d’automates, compréhensible pour les seuls initiés. Les heures précédentes, les dockers avaient déchargé les bateaux. Animations, bruits, chairs flasques et humides des poissons, odeurs salées, caisses traînées, treuils et chariots, résonances multiples. La criée s’enfle vite et n’usurpe pas son nom. Scansions lapidaires et toniques surgies des entrailles du temps. Le jour y fait taire la rumeur du travail et cette résurgence infinie de poissons sur nos quais.

64À Douarnenez, ainsi, port de pêche et ports de plaisance s’opposent. Ces derniers ne s’activent qu’en journée, et encore, surtout le week end. Le premier s’éveille à minuit pour s’endormir à midi. L’été, les lieux de plaisance s’activent davantage et connaissent à toute heure des mouvements de bateaux, l’affairement des aménagements nouveaux, peinture rajeunie ou ponçage des ponts.

65Les côtiers arrivant à Tréboul au ponton des pêcheurs apportent aux touristes la parcelle « d’authenticité » qu’ils recherchent ici. Jeux de filets, taches jaunes de cirés, bouts enroulés ou couleurs vives des bouées.

66Le bruit de leurs moteurs, le débarquement de leurs caisses sous les regards, à proximité d’une voie passante et fréquentée, est une trace, importante, visible, de la présence de la pêche. Plus facilement visible à Tréboul qu’à Douarnenez ! Paradoxe ! À Tréboul le bateau vient aux abords de lieux fréquentés. À Douarnenez, c’est l’inverse, le passant se doit d’aller sur le port.

67Les animations régulières du centre nautique, les nuées d’optimists, se déroulent, l’année scolaire durant, au cœur de la ville. De l’entrée du port de Tréboul à la ria de Port-Rhu, tournant autour de l’île Tristan, les apprentissages de la voile décrivent mille figures. Voiles hissées, canot à moteur proche, les cris des enfants rebondissent sur les flots. Les voix « portent », dit-on alors. Au bout des digues ou des môles, génération après génération, d’autres enfants plongent dans une eau à la clarté parfois douteuse. Ils prolongent ainsi une expérience sans âge, aussi vieille que les ports. D’autres, plus petits, jettent à la mer cailloux ou graviers, ne se lassant jamais de ces ronds infinis qui éclatent en surface. Plus tard, ils tenteront de multiplier les ricochets en jetant des pierres plates, scrupuleusement recherchées. Ils passeront alors des heures à ces jeux éternels qui formeront, pour certains, bonne part de leur « patrimoine » maritime.

68Et puis, voici les plages, nombreuses et variées. Au levant, le Ris, dernière des grandes plages du fond de la baie, après Sainte-Anne-la-Palud ou Kervel. Séparée du centre de Douarnenez par les bois des Plomarc’h, elle vient mourir au pied de ses hautes falaises. Les Plomarc’h protègent d’autres plages, petites et secrètes, offertes aux seuls initiés. Leur charme tourmenté se refuse aux curiosités indiscrètes. En pleine ville, au pied de vastes demeures, Pors Kad et la plage des Dames, jadis bien nommée. Sur la rive gauche du Port-Rhu, devant les HLM de Kermabon, une plage nouvelle, née du seuil à marée récemment construit ; une plage sans nom qui ne se découvre qu’à marée basse. Saint-Jean se cache à Tréboul entre chapelle et cimetière. Enfin, voici la plage des Sables Blancs, accompagnée de tous les emblèmes de la station balnéaire, hôtels, tennis, thalassothérapie, boîte de nuit et jeux d’été, qui lui font escorte et lui confèrent sa dignité.

69Au soleil estival, toutes ces plages sont également fréquentées. Notons, tout au long de l’année, les développements bien visibles de nouveaux sports de glisse qui succèdent à la planche à voile, body board, surf ou skim. Des adolescents fascinés par Hawaii y scrutent, en fonction des vents et des marées, les vagues qui les feront surfer. Pour beaucoup maintenant, la mer, c’est la vague, la vague idéale, que l’on recherche toujours et que l’on trouve parfois…

70Les zones industrielles sont extérieures à la ville. On ne voit pas la principale, celle de Lannugat, encaissée dans un vallon à l’écart d’axes de circulation. Nombreux sont les Douarnenistes qui ne s’y sont jamais aventurés. Il faut y travailler pour connaître Lannugat. La surprise est grande lors de la découverte car la zone est imposante, s’organisant autour des immenses bâtiments de Matra Communication. La très moderne Cobreco bat en brèche l’image vétuste de la conserverie, comme sa récente consœur, Chancerelle-Le Connétable, deuxième établissement de la doyenne des usines de la ville, installée sur le port. Lannugat est le lieu d’une vie intense et insoupçonnée, où l’on vient aujourd’hui de très loin. Le ballet de centaines de véhicules automobiles rythme ses jours.

71L’autre zone industrielle, Pouldavid, plus petite, est imbriquée dans l’espace urbanisé. Elle se développe autour de Petit Navire dont le logo, immense, ne peut passer inaperçu. D’autant plus qu’à l’entrée de la ville, le visiteur est prévenu, par un panneau publicitaire permanent : « Douarnenez est la ville du Petit Navire. »

72Surprise sur les bords de mer, en milieu urbain, les HLM sont nombreuses, à Tréboul surtout, mais aussi à Douarnenez, côtoyant quelques immeubles de bon standing. Hasard de l’histoire, friches industrielles réhabilitées, volonté politique… trois éléments se mélangent et permettent une étonnante mixité sociale en des lieux de relative pression immobilière.

73Ainsi, en aval du Port-Rhu, HLM de l’ancienne usine Audren et HLM de Kermabon se font face avec, autour d’elles et sur chaque rive, « châteaux » d’usiniers ou belles maisons bourgeoises. La vue n’est pas privilège. La mer est à tout le monde…

74Sur les collines surplombant la baie, à Tréboul en particulier, l’habitat de « standing » domine largement. La vue, là, est sélective. Ce qui n’est pas vrai sur les rives mêmes, au bord des flots, le devient dès que l’on s’éloigne et que l’on s’élève. Si le littoral est partagé, les collines alentour, sur leurs versants regardant la baie, gardent leur « quant à soi ». Mais attention, ce qui est vrai à Tréboul, ne l’est pas sur le plateau de Ploaré qui domine la baie et le port de toute sa hauteur. D’abord, parce qu’aucun obstacle minéral d’importance n’altère la vue de la route, ce cordon déplié en bordure du plateau, au faîte de la falaise dégringolant sur l’eau. Les maisons s’élèvent à l’ouest. À l’est s’ouvre, sans retenue autre que la haie vive des arbres alignés, le panorama. Chacun peut, à son aise, en profiter.

75Toute l’agglomération de Douarnenez est parsemée de témoignages offrandes aux dieux. Aux Plomarc’h, un Hercule en marbre de Carrare est découvert ainsi que les restes d’une autre statue dédiée à Neptune. Les Romains marquaient leurs territoires et imposaient leurs divinités aux païens qui les avaient précédés. Puis vint la religion chrétienne. La chapelle Sainte-Hélène, sanctuaire des pêcheurs, bâtie au xve siècle, au Rosmeur ; celle dédiée à Saint-Michel, à l’instigation du père Maunoir, à partir de 1663 ; l’église de Ploaré, joyau architectural dont la première pierre est posée en 1548. La chapelle Saint-Jean à Tréboul, Saint-Vendal, nichée dans un enclos boisé de Pouldavid ; « la Sainte-Croix » à Ploaré, l’église Saint-Jacques de Pouldavid accrochée à sa colline, celle de Tréboul ou encore, évidemment, l’église paroissiale du Sacré-Cœur, achevée en 1940… Le territoire communal tout entier est bâti d’édifices cultuels.

76Et comment oublier les calvaires, dont celui de Tréboul, peint un jour par Renoir, ou la fontaine Saint-Pierre, invoquée pour bonifier les pêches.

77Ici, comme partout en Bretagne, la présence de cette relation si particulière à « l’au-delà » est profonde et féconde. La terre en est balisée, jalonnée. L’empreinte traversera les siècles. Pourtant, là encore, nulle monumentalité qui s’impose et domine. Non, en dehors de Ploaré, et encore…, une omniprésence tranquille. Sereine. Une pratique de l’humilité. Notons le parallèle avec les usines qualifiées parfois, en d’autres lieux, de « cathédrales industrielles ». À Douarnenez, à l’image des actes de foi et de religion, elles restent, en dehors de « l’usine rouge », humbles et discrètes, lovées dans l’habitat préexistant.

78Une promenade découverte à Douarnenez nous révèle ainsi quelques données qui semblent fondamentales. La première, incontournable, est la présence, l’omniprésence marine. Non seulement, le linéaire côtier est important mais, de plus, toutes les activités semblent s’y dérouler. De la promenade des Plomarc’h à celle des Roches Blanches, les pas sont guidés à travers trois ports, pêche, patrimoine et plaisance, en passant par des plages parsemées tout au long du parcours, et une longue ria. Des déambulations tranquilles sur terrain plat aux sentiers escarpés à fleur de côtes, la mer est partout. Toute la ville s’y organise et le bâti présente à la baie, tout le long de la côte, ses façades, en parallèle, et ses rues, en perpendiculaire. Tout converge, tout glisse, tout interpelle les vagues et les reflux. La mer est regardée. Scrutée. Interrogée. Elle domine la ville.

79Deuxième élément : la construction de cette ville est complexe, multipolaire. Coupée en deux par cette ria qui s’étire. Les lieux centraux, multiples, se tournent le dos et n’engagent aucun dialogue. Le vieux port, haut lieu de convivialité, et le port de plaisance de Tréboul, lieu de marché, sont tournés vers l’est. Le premier tourne le dos au second. Les plages regardent au nord. Face au couchant s’organise maintenant une rive du Port-Musée. Chacun regarde la mer, mais personne dans la même direction.

80Troisième élément : la vie terrestre de cette ville semble banale dans la juxtaposition de ses quartiers, dans son organisation générale. Dès que l’on quitte le rivage, en effet, rien ne retient particulièrement l’attention, sauf les pentes, quand, à l’occasion, il faut les gravir.

81Douarnenez semble alors une ville, tout simplement, comme tant d’autres…

82Alors, ville banale, Douarnenez ? Pas si sûr… Une lecture attentive des textes produits sur elle, une écoute des propos tenus, montrent à l’évidence qu’au-delà des apparences, derrière la banalité de certains traits, se cache une vie originale et forte.

Carte de visite de la « ville aux trois ports »

83Plusieurs documents étayent le propos. Regardons d’abord l’image que la ville, à travers quelques institutions, mairie et office du tourisme, entend donner d’elle-même. La plaquette de présentation de la ville, éditée par la municipalité, date de 1985 et est trop ancienne aujourd’hui pour être, à ce titre, retenue. Non, regardons plutôt la publication de l’année 1996 de l’office du Tourisme, dont les textes principaux ont été repris en 1997 et en 1998 : « Douarnenez, le port d’attache de vos vacances en Bretagne », avec, en couverture, un tableau de Jean Toth, artiste hongrois, récemment décédé, qui s’était installé, depuis quelques années, à Douarnenez. Cette œuvre représente, à travers une intense mise en couleurs du lieu, le Port-Rhu fréquenté par de nombreux bateaux. Couleurs vives de maisons et de coques, image vivifiante, presque gaie. Au-dessus de la langue terrestre dominant le quai, le clocher de l’église rappelle la Bretagne. Heureusement, pour un peu on se croyait dans une Irlande méditerranéenne. L’éditorial est explicite : « Douarnenez, la ville aux trois ports », est la « ville maritime par excellence » ; ses activités essentielles sont « résolument » orientées vers la mer à travers la pêche et ses industries. S’y ajoutent le tourisme et la thalassothérapie… « Autour de la ville, trois ports s’organisent » : le port de pêche, le Port-Rhu, « site exceptionnel de conservation du patrimoine maritime » et le port de plaisance… Bref, « Douarnenez est multiple »…

84Pour le reste, le document, précis et documenté renseignera, en détail, le touriste sur les commerces et les lieux de visites. Mais il ne présente ni la ville, ni son économie ni son histoire. Rien de particulier si ce n’est le port de plaisance, « au pied des ruelles authentiques chargées de l’histoire maritime du petit port de pêche sardinier »…

85Non, pour aller plus loin, il faut chercher encore. Dans les publications récentes, par exemple, celles que l’on trouve encore en toute librairie.

86La seule plaquette de présentation de Douarnenez aujourd’hui disponible en librairie, la carte de visite de la ville, en somme, est le texte écrit en 1995 par Michel Mazéas aux éditions Ouest-France (Mazéas, 1995). 32 pages, un coût très abordable, de nombreuses photographies, autant d’arguments facilitant une vente qui s’avère aisée. « Brassée aux vents de la légende et de l’histoire, Douarnenez, au fond de sa baie, l’une des plus belles du monde, est un joyau original de l’art de vivre contemporain. La mer a marqué de son sceau les paysages et les hommes… ces générations lancées à la poursuite du soleil déclinant… »

87Professeur d’histoire et de géographie mais aussi, et peut-être surtout, maire de la ville pendant 24 ans, Michel Mazéas allie le savoir et la passion. Le fil conducteur de l’ouvrage est la chronologie. Elle nous apprend ce que Douarnenez doit à la commercialisation du poisson, base de sa très importante activité depuis l’époque romaine. Elle nous apprend aussi ce que doit la ville au légendaire, à Ys et à Tristan qui aurait donné son nom à l’île fondatrice. Les siècles sont traversés par une plume qui n’omet rien d’essentiel et privilégie l’histoire à toute autre considération. Les dernières pages sont plus surprenantes. La chute, en 1883, du pont en construction liant Douarnenez à Tréboul, par-dessus la rivière de Pouldavid, dispose d’une page complète quand les conserveries, le Douarnenez ouvrier, ne bénéficie que de quelques lignes. Pour finir, la belle évocation du port de pêche, plume trempée dans la nostalgie, fait part belle aux songes des hommes de ce pays qui, « sur les quais, rêvaient depuis longtemps du soleil. Ils le voyaient se coucher par les jours de beau temps, vers l’horizon de l’ouest. Après un long soupir, ils ont décidé d’aller le retrouver derrière cette ligne que chaque soir il franchissait, rouge du plaisir de leur jouer un bon tour »… Et ce sera la Mauritanie, l’océan Indien et maintenant l’Ouest-Irlande ou le Nord-Écosse. « Pour la grande saga des marins de Douarnenez… sur les mers parcourues le soleil ne se couche jamais ! »

88Ainsi la mer est quête et les marins sans cesse courent à la recherche de leurs songes, à la recherche d’une transcendance, éternels insatisfaits.

89La conclusion en appelle cependant à l’avenir. Sous le titre « la ville aux trois ports » l’auteur présente les inquiétudes rodant autour de la pêche, les promesses qui courtisent la plaisance, les ambivalences d’un port-musée à la fois riche de devenirs et pourtant menacé. Ces trois ports s’ajoutent aux activités industrielles, dont certaines résolument tournées vers l’avenir. Michel Mazéas conclut : « Douarnenez hisse la toile dans ce contexte-là, tumultueux et agité. On espère que le vent sera bon. » Conclusion métaphorique. Ce qui ne rime pas toujours, on le voit, avec euphorique.

90Une chose est sûre, cependant, à la lecture de ce petit livre. Douarnenez a un destin. Du moins l’auteur, qui incarne cette ville à travers toutes ses fibres, la présente comme telle. Une originalité, une force, une saveur. Ne seraient-ce pas là des traces, fécondes, d’identité ?

Le port des aventuriers, les seigneurs de la mer

91En 1996, est publié aux éditions Ouest-France un ouvrage signé par Jean-Claude Boulard et intitulé Les aventuriers de la langouste verte. Voilà qui va nous en apprendre sur Douarnenez, sa vie et son histoire… (Boulard, 1996.)

92D’ailleurs, la quatrième page de couverture est explicite. Le livre raconte « l’histoire de ces marins-pêcheurs bretons de Douarnenez et de Camaret partis au début du siècle pour explorer les gisements langoustiers des côtes du Rio del Oro, de la Mauritanie et du Sénégal, là où les embruns du Sahara se mêlent à ceux de l’Atlantique, là où dériva le radeau de la Méduse, là où personne avant eux n’avait mouillé un filet. Avec ces hommes, ces seigneurs de la mer, qui vécurent à une époque où l’aventure ne se dissociait pas de la vie, vous rencontrerez la fortune de mer et le drame. Alors, embarquez donc pour une pêche lointaine, avec l’assurance au retour, de mieux connaître et d’aimer la vraie mer. Celle des marins. » Tout est dit, tout y est : « les embruns », le « radeau de la Méduse », « les seigneurs de la mer » qui vont là « où personne n’avait encore mouillé un filet »…, « l’aventure », « la fortune de mer et le drame ». Avec, en conclusion « la vraie mer. Celle des marins ». Touche d’authentique, de « vérité vraie », sans laquelle, bien sûr, il ne saurait y avoir d’épopée.

93Le principe du livre est simple. Au cours d’une dernière pêche à la langouste, dans l’ouest d’Ar men, le patron, Yves Kernaléguen, raconte à un « Parisien » intéressé et éclairé (il est secrétaire général adjoint de la Marine marchande) son histoire et, à travers elle, l’histoire de la pêche langoustière.

94Dans ce technocrate avide de connaissances, ici Jean Moreau, on retrouve quelques traits de l’auteur qui fut directeur de cabinet de Louis Le Pensec, alors ministre de la Mer. Le patron porte le nom d’une figure incontournable du port de Douarnenez, patron langoustier. Le nom et le visage. Nulle confusion possible.

95Ainsi, nous allons en apprendre beaucoup sur la pêche langoustière, à travers mille faits évoqués par une écriture vive. Des chapitres très courts et un rythme bien tenu rendent la lecture facile. Mais l’anecdote l’emporte sur une rigueur historique souvent malmenée. De plus, attribuer au seul Yves Kernaléguen toutes les histoires présentées se révèle un peu risqué. Certes, le nom est ici terme générique représentant l’ensemble de la flotte langoustière plutôt qu’un patron bien individualisé. Il n’empêche, l’ouvrage emprunte à une personnalité connue et son nom et nombre de ses aventures… en la dotant d’autres faits, en l’affublant d’autres exploits. À Douarnenez, on le comprend, ce glissement a été fort commenté. Mais Boulard n’est pas Daudet, ni Douarnenez Tarascon…

96Le premier chapitre s’ouvre sur une évocation des tombes du cap Blanc où sont inscrits des noms aux consonances bien étranges pour les chameliers peuhls. Marec, Pencalet, Kérivel ou Caradec. Autant le dire tout de suite, la mer, qu’elle hurle en Irlande ou s’ébroue aux confins du désert, la mer est vorace et jamais assouvie. De la découverte de cette pêche par Pernès et quelques autres, en 1909, chassés qu’ils étaient des mers bretonnes par la désertion de la sardine, le propos nous mène à travers le siècle. Les anecdotes se succèdent, l’histoire étant au passage victime de quelques soubresauts étonnants voire détonnants.

97Que retenir ? La Mauritanie est une pêche qui a rapporté gros. En hiver, elle se déroulait au soleil quand les autres équipages partaient pour des campagnes dangereuses au maquereau, à la raie. La langouste du large des côtes d’Afrique vous épargnait le gros temps et les embruns glacés qui fouettent le visage. Mais voilà : cette pêche dure des mois. « Les hommes aimaient cette pêche lointaine qui leur permettait de vivre entre eux, entre pêcheurs, pendant de longues semaines, heureusement coupées des agitations et des événements qui occupaient les terriens. » Loin des idées de deuil et « des clichés sur ces femmes habillées de noir »… « Toutes ces images mises dans la tête des terriens par le père Hugo sont un peu éloignées de la vraie vie des pêcheurs. Nos vies ne sont pas des drames, même si le drame éclate souvent dans nos vies. Partir représentait une double liberté. Au retour, c’était la chance d’une nouvelle lune de miel surtout si la fortune de mer s’était montrée au rendez-vous. »

98Mais la fortune de mer n’est pas toujours au rendez-vous… Les filets appartiennent aux marins ; chacun, quand arrive le danger, tente désespérément de les ramener à bord. Au-delà des risques, parfois, et de ces rouleaux de 10 mètres qui, chargés de sable et de menace, savent si bien ensevelir à jamais.

99La Mauritanie, c’est aussi ça…

100« La langouste avait créé une petite société, les seigneurs parmi les seigneurs. Déjà qu’à Douarnenez la tendance des pêcheurs est à se situer au sommet d’une hiérarchie, composée dans l’ordre des Krandons, des Capistes, des Bigoudens, des paysans et des pâtissiers. Les Mauritaniens vont couronner la hiérarchie. »

101Plus encore que leurs maris, ce sont les femmes qui « flambent » et aiment à faire étalage de leurs richesses nouvelles. Seulement voilà « le gisement de langoustes vertes connaissait le sort de tous les gisements lorsque la flottille ne se contente plus de prélever les intérêts de la mer, mais commence à taper dans le capital. La ressource s’épuise. L’économie de cueillette ne résiste pas à la modernité. »

102Alors, après la verte, la pêcherie se lance dans la rose et les problèmes, bien vite, recommencent. « La mer n’est pas comme la terre. Il n’y a pas d’accroissement des rendements à l’hectare d’océan. Le rythme de la production reste celui de la vie sauvage. »

103Entre deux évocations d’une carrière bien remplie, Yves Kernaléguen livre le fond de sa pensée : « Grâce à la liberté de la mer, être marin-pêcheur, patron de pêche, c’est toujours partir loin chercher quelque chose qui n’appartient à personne et qu’on a du plaisir à ramener… En pourchassant la langouste, nous remontons dans un temps où les hommes n’avaient pas encore posé sac à terre pour cultiver leurs champs de patates, le temps de la cueillette et de la chasse, un temps sans maître, sans immobilité, sans domestication, un temps de liberté. »

104Phrase magnifique, que l’on entend sonner dans la voix de ce personnage qui est un véritable conteur, généreux et charmeur. Et pour un conteur, ne l’oublions pas, la vérité n’est pas dans la précision du propos mais dans le regard de l’auditoire. Alors, souscrivons, sans retenue ni rémission, à cette vision d’un monde qui confine au mythe. Les mythes sont tellement beaux quand ils sont lus dans les yeux des témoins.

105Cette chasse à la langouste sera menée au large du Brésil, aux Caraïbes ou dans l’océan Indien, à l’île Saint-Paul… Cette chasse sera menée au bout du monde et plus loin encore si cela était possible. Tout au long de ces aventures qui se succèdent et se succèdent encore, parfois contées avec vivacité et évident plaisir, une notion s’impose : celle de la liberté, partout recherchée, au-delà de toutes les folies destructrices. La langouste a « au-delà de sa saveur subtilement iodée et sucrée, le goût de l’aventure et de la liberté ».

106Ainsi, le marin de Douarnenez, homme généreux, aimant la fête et les excès, est un descendant de tous les pionniers de la terre, jamais assouvis, toujours en recherche de nouveaux ailleurs. Un baroudeur, rétif à toute autorité, insoumis, prêt à toute aventure. Sa vie, sa « vraie » vie, est, définitivement, en mer.

107Le choix des Mauritaniens pour illustrer un livre publié par une grande maison d’édition, n’est pas le fruit du hasard. Ils évoquent l’aventure. Un certain far west, pour une fois situé au sud. Au chalutier colle l’image de la pénibilité, de la dureté du travail et des tempêtes. Une image austère, laborieuse, presque besogneuse. Au Mauritanien, l’aventure, la peau tannée par tous les soleils d’Afrique, l’argent à foison. Image plus valorisante peut être. Plus épique. Plus colorée. Les pêches du nord avaient leurs héros, du côté de Paimpol et de Loti. Voici le temps des pêches du sud, des visages rougis et des relents de corsaires. Notons que l’image surgit précisément quand disparaît la pêche, vaincue par des coups de chaluts dévastateurs, amoindrissant la ressource, l’amputant peu à peu jusqu’à mettre fin à cette lucrative activité.

108Quand une pêche se termine, les livres s’éditent et voguent les mythes.

À la radio, la mémoire de la mer

109Après l’écrit et la lecture du dernier livre publié, en 1996, sur Douarnenez, retenons l’oral et la dernière importante émission de radio dédiée à cette ville. Là, il s’agit davantage d’une série puisque France-Inter y a réalisé, en octobre 1993, deux heures de « Là-bas si j’y suis », de Daniel Mermet, sur le thème de « la mémoire de la mer » à plusieurs reprises rediffusées depuis, en 1996 comme en 1997 ou en 1998. Un grand succès de la série.

110Des moments de haute, très haute tenue, sur, c’est clair, le passé du port. Douarnenez symbolise « la mémoire de la mer », et cela est lourd de signification. Pour une approche des réalités aujourd’hui vécues, les micros vont se tendre en d’autres ports.

111Aucun commentaire sur les propos tenus ne peut en traduire ou seulement en exprimer la force. Alors, autant les citer. Bruts. Parfois brutaux.

112La première émission, consacrée à trois femmes qui, en 1993, ont de 87 à 91 ans, est intitulée « femmes de marins, femmes de chagrin ». Toute une couleur.

« J’ai perdu mon père en mer, j’ai perdu des cousins en mer. Je n’avais qu’un fils et j’ai perdu mon fils en mer. Il avait 25 ans. Il était sur le Jules Verne. En septembre 1953. Je n’ai plus personne. Eh ben, j’ai peur pour les autres… car je sais qu’il y a toujours quelqu’un sur l’eau. »
« Je n’avais jamais voulu que mon fils soit marin. J’ai voulu le tirer de là. Mais ses camarades étaient patrons et l’ont attiré. La mer ? Je ne pouvais pas la voir ! J’ai été des années comme ça. J’avais la colère après elle. »
« La femme était maître chez elle. L’homme posait la paie sur la table. Voilà. Nous on ramassait. On a fait ce qu’on pouvait sans jamais tendre la main. On avait sa dignité. On montrait pas. On crânait, au contraire. Personne ne savait dans quelle situation on était. »
« C’était la misère, mais on était heureux. À Douarnenez, il y a eu beaucoup de misère dans le temps. »
« C’était terrible quand ils partaient, forcément. On disait au revoir, bonne pêche et que Dieu te garde. Avec la grâce qu’ils reviennent. Quand ils rentraient c’était le baiser salé, comme cadeau. »
« La femme de marin a été une esclave. Quand ils rentraient ils savaient faire des enfants, aussi. Mais à qui la charge ? Papa allait en mer, et maman ? Et quelquefois il n’y avait pas un sou. Il fallait les habiller, les amener à l’école. Et les filets ? Et l’usine ? La misère… la grande misère. »
« Le premier jour que j’ai travaillé, à 13 ans, le premier mai 1919, j’ai commencé à 8 heures jusqu’à midi, de 13h30 à 18 heures, de 19 heures à 22h30. Debout toute la journée. Pas de vacances, jusqu’en 36. 15 jours de vacances en 36, c’était quelque chose… Enfin, vacances, façon de parler. Les vacances c’était pour ramender. 14 jours à ramender. Restait 1 : on a refait la tapisserie de ma chambre. »
« La grève de 24 on a fait. C’était la misère qui nous a poussés. On n’arrivait plus. La vie augmentait. L’heure n’augmentait pas. On a fait les manifestations. Du monde de Paris est venu nous aider, heureusement. Lucie Colliard et Tillon. Vive Tillon ! Il y a eu la grande révolte. On a tenu plus d’un mois. On avait mis le feu à l’hôtel de France puisque des briseurs de grève avaient tiré sur Flanchec, le maire communiste de l’époque. Des briseurs de grève. On avait payé ces gens pour venir nous faire la misère… On a obtenu 25 sous de l’heure. Notre gorge était irritée à force de crier “25 sous on aura. Pemp real a vo !” »
« Jamais Douarnenez ne sera si triste qu’elle a été durant la grève. Tous les magasins fermés, tout était baissé. Tout. La tristesse. Le deuil ! Mais, Dieu merci, on a réussi. Le drapeau rouge flottait et on chantait [elle chante] :
“Le voilà, le voilà, regardez
Sur la foule immense qui bouge
Il jette ses flots empourprés
Osez, osez le défier
Notre superbe drapeau rouge
Rouge du sang de l’ouvrier
Rouge du sang de l’ouvrier”
On était chrétiennes malgré tout… »
« Jamais j’aurais voulu me marier avec autre chose qu’un marin. Avec un paysan, ah, non merci !… Pour nous, filles de marins, il fallait un marin. »
« On n’avait pas besoin ni qu’il mette du tabac dans son nez, ni qu’il lève le verre, non. »
« Quelquefois, les bateaux ne revenaient pas. C’était plutôt rare les années où on ne perdait pas des hommes en mer… Je ne sais pas comment elle les attire mais il y a quelque chose. Elle est jolie mais traître. J’ai jamais aimé la mer. Et quand je regardais le fond… oh la… »
« Des mois je suis allée sur la digue pour voir si le corps allait revenir. J’ai prié la Sainte-Vierge pour lui demander de l’envoyer… J’ai eu de drôles de moments… L’été, c’est joli quand tous les touristes sont là sur les plages… mais, nous, on a beaucoup pleuré. »

113Ces propos de femmes de Douarnenez sont émouvants, fascinants. Ils ouvrent, sur cette ville, sa mémoire, ses fondements, des perspectives insoupçonnables dans ses rues ou ses murs, bien peu bavards.

114La deuxième émission s’avère aussi forte, aussi enrichissante que la première. Maintenant, les hommes ont la parole. Et eux ne sont jamais veufs… Parmi eux, toujours lui, emblématique, Yves Kernaléguen. Un marin ? Non, un Mauritanien.

« Comme disent les vieux marins “horizons pas nets, tu restes à la buvette ; si t’écoutes trop la météo, tu perds ton temps au bistrot”. »
« La mer et les filles ont quelque chose en commun. On sait jamais ce qu’elles pensent. On sait jamais ce qu’elles vont faire. Mais elle, la mer, on peut jamais la prendre ! Elle prend beaucoup, elle donne peu. C’est la femme idéale, celle qu’on veut avoir à soi, qu’on n’a pas et qu’on cherche. »
« Si j’avais 20 ans, je repartirais encore pour les eaux lointaines chercher quelque chose qui n’appartient à personne et qu’on a du plaisir à ramener. »
« La mer c’est un virus. La mer, elle a toujours quelque chose à dire pour nous. Elle est jamais pareille. C’est le seul coin où on est libre. Je suis beaucoup plus à l’aise en mer qu’à terre. C’est là, notre place à nous. »
« Le gars qui n’a pas peur en mer, c’est un menteur. C’est peut-être pas une peur, mais on la craint. Quelle que soit la taille des bateaux, on ne sait jamais ce qui va se passer. On a le sentiment d’être petit, très petit même. Chaque fois c’est un combat nouveau. Et on est content quand on a gagné. »
« On ne parle pas des tempêtes. Un jour on a attrapé trois cyclones… on faisait cap à l’ouest, vers la Martinique. On avait défoncé toutes les planches du bastingage pour que l’eau s’en aille. On était à la limite. On veillait sur des déferlantes de 10-12 mètres. Pendant 10 jours. On était conscient d’être à la limite. Les carreaux étaient cassés par des paquets de mer. J’avais de l’eau jusqu’aux épaules, dans la passerelle. Si le bateau coulait, personne n’en réchappait.
La mer, on la craint et on l’admire. Mais on est fier parfois de l’avoir domptée. »
« Il y avait deux castes, les femmes de marins-pêcheurs et les femmes de Mauritaniens. La Mauritanie c’était un métier qui rapportait beaucoup. On partait très loin. 5, 6, 8 mois. Quand on revenait c’était la fête, la tournée des bars. On en rajoutait un peu. On imageait. C’était un peu l’aventure, comme les corsaires du Roi. On imaginait ça dans notre jeunesse. J’ai très peu vu mon père. 3, 4 fois par an. Au rythme des campagnes. C’était la fête. On voyait tous ces gars pas rasés. Pour nous, c’étaient les corsaires. On nous parlait de Surcouf. À la maison il y avait des repas améliorés. Des veillées avec 15, 20 personnes. C’était à chaque fois une épopée. Quand ils partaient, tout l’équipage amenait femmes, enfants, amis. On passait une journée avec eux dans la baie de Douarnenez, et puis, ils partaient. Les marins sont discrets. Ils ne pleurent pas. »
« J’ai toujours connu ma mère en noir. Mes oncles, mes cousins, sont perdus en mer. Beaucoup de femmes étaient veuves. On ne nous incitait pas à être marin. Moi, on m’a envoyé à l’école mais je foutais le camp, je voulais pas rester. Je voulais naviguer. »
« Bien sûr, c’est un métier à risques. On peut comparer avec les mineurs, sauf que nous on était libre et eux ne l’étaient pas, et on voyait le ciel. Tu as un bateau à toi, tu es maître de ta destinée. Tu vas où tu veux. Y’a quelque chose de plus qu’on connaît pas à terre. Je crois que c’est la liberté. Être au-dessus de quelque chose. Sentir que tu vas maîtriser quelque chose. Parce que la mer n’est pas toujours belle… je crois que c’est ça, le sentiment d’orgueil. Et nous, il nous fallait l’espace… »

115Ces émissions de Daniel Mermet, populaires et écoutées, nous apprennent énormément sur les Douarnenistes. Notons le choix des interlocuteurs, sans les juger mais pour mieux comprendre les propos. Les femmes étaient femmes d’usine, épouses de marins, de patrons peut-être, mais sardiniers, artisans armant pour les pêches saisonnières, proches du port et de ses odeurs. Leurs vies, leurs drames, étaient connus de tous. Les hommes étaient Mauritaniens, aventuriers, goûtant le risque, gagnant de l’argent, vivant en mer, loin des yeux de la ville, dans des pays de fantasmes, d’où ils ramenaient les langoustes d’or et des histoires à foison. Histoires magnifiées, nées de la gouaille de quelques-unes et des échos de la flottille. Pourquoi raconter au pays les coups de lames, les ruptures et les drames ? Autant garder pour les proches les souvenirs salés et ensoleillés de pays aux couleurs de rêves.

116Ce choix des interlocuteurs se retrouve dans nombre de publications sur cette ville. La femme est ouvrière de la conserve, ramendant les filets, élevant les enfants, travaillant le jour, la nuit, ivre de café, de labeur et de peines. L’homme est un seigneur de la mer, indomptable, indompté. Sinon, il reste, à tout jamais, perdu en mer. Ainsi les archétypes retenus ne se correspondent pas. Les hommes interrogés et présentés à longueur de publications ne sont pas les maris des femmes d’usine. Pour chaque sexe une tranche d’histoire est découpée, retenue, délayée. Pour les femmes, la vie des usines dans les années 1920 ou 1930, voire même plus récemment, jusqu’aux années 1960. Pour les hommes les aventures de pêche lointaine et principalement les épopées langoustières des années 1950 ou 1960. Quand s’enfouit le monde ouvrier sous les irruptions de la post-modernité surgissent les mémoires des femmes d’usine, révolutionnaires et héroïques. Quand disparaissent les pêches langoustières, apparaissent leurs mémoires revisitées… Fruits de hasards ?

117Retenons également quelques traits majeurs émergeant au fil des mots. Et d’abord une dichotomie fondamentale, presque fondatrice. Hommes et femmes ne tiennent pas mêmes discours, ne conçoivent pas leurs destins avec les mêmes mots, les mêmes approches. La femme vit dans le deuil, l’homme dans l’aventure, face au vent, à l’infini d’un océan. La femme à l’usine, dans l’odeur moite de la saumure, confinée dans un atelier, sous le cri des commises.

118Chacun craint la mer. Mais la femme la fuit quand elle attire son mari. L’homme ne parle pas de misère que vit sa femme ou sa mère. Son quotidien n’a pas les mêmes couleurs.

119La mémoire des révoltes, des grèves, est féminine. Masculine, l’emphase, une certaine idée de la liberté, de l’espace… et cette volonté de surtout ne retenir que les bons moments… « parfois on en rajoutait un peu… » À force d’en rajouter, de sélectionner, d’imager, on bâtit une épopée, une saga. Celle des seigneurs de la mer.

120Nous sommes loin, alors, et des rues et des sites. Loin de l’apparence des jours qui s’écoulent. Loin d’une ville banalisée des bords de l’eau. Nous sommes au cœur d’un territoire original. La vie ne s’y est pas écoulée comme ailleurs. Nous sommes « ici », justement, et non « ailleurs ». À ne pas confondre. Une certaine idée de l’altérité est régulièrement évoquée : « Jamais j’aurais voulu me marier avec autre chose qu’un marin. Avec un paysan, ah, non merci ! » Et voilà aussi les briseurs de grève, autres symboles d’une altérité refusée…

121Le rôle social et familial des femmes, évidemment, transparaît nettement : « La femme était maître chez elle. L’homme posait la paie sur la table. Voilà. Nous, on ramassait. »

122La religion également surgit au détour d’un chant révolutionnaire, en contrepoint, presque en antidote exorcisme, dans les plis de « notre superbe drapeau rouge, rouge du sang de l’ouvrier »… Ainsi, rouge, révolutionnaire à l’occasion, communiste souvent, et chrétienne pratiquante…

123Et la mer, la mer, toujours réapparaît. Appel pour les uns, objet de jalousie, de désespoir et d’abandon pour les autres. Mais quelle que soit l’approche, la mer s’impose aux discours et aux souvenirs.

À la télévision, les caprices de la sardine

124Le 2 juillet 1996, puis en 1997, est présentée sur Canal Plus une émission dédiée à Douarnenez. 52 minutes de Caprices de la sardine dans une série consacrée à l’histoire du siècle. Une fois encore, une fois de plus, Douarnenez rime avec la mémoire de temps bientôt enfouis.

125Le documentaire, fort bien nourri, est quelque peu confus. Sardine et langouste alternent sans que l’on comprenne bien le sens de l’histoire. Les femmes d’usine émaillent les images d’anecdotes parfois piquantes. Là encore, la rigueur historique est évacuée au profit de l’émotion. Nous savons combien cette émotion, et les mises en scène qu’elle entraîne, est aujourd’hui un moteur essentiel des médias de l’image. La mer est d’ailleurs, à cet égard, un formidable terrain d’expression. Douarnenez, présentée ville d’émotion plus que de raison, n’échappe pas à ce pathos. L’émotion saigne quand un ancien marin ne peut trouver les mots pour dire sa haine et son amour de la mer. Répulsion et attirance. On sent le propos à fleur de cœur, mais les mots ne peuvent sortir, ne peuvent témoigner. Passage poignant sur cette indicible relation. Seuls les yeux et les mains portent témoignage. Mais quel témoignage !

126L’émotion toujours, quand un ancien Mauritanien discute avec sa fille. Constat terrible de l’absence du père : « Papa, ça ne veut rien dire. C’était une image, un vide. » Le papa sera absent à la naissance de ses trois filles, comme à la mort de ses parents. D’ailleurs, il demande à sa fille les années de décès de ses propres parents… Sa chronologie à lui, elle est au large de l’Afrique, en quelques tempêtes essuyées à la recherche de langoustes, en quelques campagnes menées là-bas, loin des siens, en quelques silences qui s’éternisent parfois. Y’a t-il une vie sur la terre ferme ?

127Comme toujours la mémoire de la misère, des jours à ventre creux, est évoquée par les femmes, femmes d’usine, cela va de soi. Le titre de l’émission Les Caprices de la sardine ne s’enracinant pas dans les méandres du passé, une touche d’actualité colore le fil de l’émission, avec l’interview du seul sardinier d’aujourd’hui, René Lastennet, fils et petit-fils de sardinier. Jeune marin-pêcheur, fier de son activité et sachant en parler avec profondeur et intelligence. Une bien belle image, d’ailleurs : « Hier, les bateaux de plaisance étaient marginaux parmi les bateaux de pêche. Aujourd’hui, le marginal, c’est moi. » Le propos est révélateur d’un climat peu propice, somme toute, au développement. René Lastennet en vient à espérer qu’un autre, un deuxième sardinier se lance dans le métier, dans ce port où des centaines de chaloupes ont sillonné la baie. « Si il y avait un autre, ce serait mieux… je suis tout seul et c’est difficile quand on est tout seul. » Même si le réalisateur s’en défend, ces mots, tenus après quelques évocations très imagées de la flottille passée, riche en voiles et en grandes gueules, sont nappés de nostalgie. Nostalgie d’un temps qui n’est plus. Nostalgie d’un port qui court après son passé. Nostalgie d’une ville qui se lamente après son port. Cela fait beaucoup de nostalgies. Pourtant quelques espoirs se glissent quand l’œil de René Lastennet se fait malicieux, presque goguenard : « Oui, le salaire à la part est inexistant quand les pêches sont nulles… Oui, c’est sûr… mais quand vient le bon coup ? Hein, quand vient le bon coup ? » Au milieu des quotas, des licences, des plans Mellick ou Puech, des contraintes, des règlements multiples qui régissent leurs jours, René Lastennet, d’une phrase, rappelle que le pêcheur est aussi prédateur. Un joueur, à la recherche de ce bon coup… qui inverse les logiques qui étranglent et redonne sourire à l’avenir.

Les palimpsestes d’une identité recherchée

128Le choix des dernières publications, écrites, radiodiffusées, télévisées, consacrées à Douarnenez et diffusées uniquement sur les années 1996, 1997 ou 1998, peut sembler arbitraire. Il n’en n’est rien. Allant au-delà et étudiant toutes les publications dédiées à cette ville dans la période récente, nous en arrivons aux mêmes constats. Ici, la mémoire envahit le présent.

129Cette mémoire est riche d’enseignements multiples, de pistes de réflexion, de clins d’œil et de certitudes. Nous en retrouverons les matrices en sondant les reins et les cœurs de cette ville qui nous apparaît maintenant construite de strates particulières, marques entrecroisées de multiples héritages. Palimpseste complexe et ô combien irrégulier, fait des abandons de la mémoire et de ses lâchetés aussi ; envahi à l’envi par d’autres résurgences, mythifiées, de son passé ; peuplé des affleurements du corps social, des conflits et des peines ; chevauché par les épopées mirifiques ; ontologie d’une ville, écartée du néant par la volonté, les passions et les rêves des siens.

130Ce palimpseste-là, il participe à une identité. Poursuivons, dès lors, notre chemin et après une promenade dans l’air du temps, après les images renvoyées par les médias, analysons les chiffres, souvent terribles et brutaux. Car Douarnenez, avant tout imaginaire peut-être, se définit aussi et surtout, par des données chiffrées…

131Au recensement de 1990, Douarnenez présente 16457 habitants. Cette population est en baisse continue depuis le début du siècle. L’hémorragie est violente. En 1911, au sommet de son art sardinier, l’agglomération de Douarnenez compte 24 000 habitants. Violente et continue. De 1975 à 1990, en effet, la baisse de population s’élève à 2639 habitants, dont 1195 depuis 1982. Le temps n’est donc plus à l’expansion. Classique, peut-on dire, en toute ville, centre d’un petit pays ; les communes rurales alentour se développant d’autant. Le phénomène fut longtemps vérifié ici aussi, il est vrai. Mais maintenant le canton également s’est engagé sur une pente déclinante. 26125 habitants en 1975, 25768 en 1982, 24823 en 1990 : le résultat est là, la baisse est faible mais néanmoins bien réelle. D’autant plus grave certainement que Douarnenez présente la situation la plus dégradée de toutes les villes finistériennes de sa taille. Et de loin.

132Une analyse plus fine prouve combien le mal est profond. Solde naturel et solde migratoire sont déficitaires depuis 1962. Lors de la dernière période intercensitaire, le solde naturel s’avère négatif de 613 habitants, le solde migratoire de 583. Une comparaison avec les périodes précédentes montre une accélération du problème.

133Le taux de natalité, victime d’une chute continue de 1954 à 1982 (de 16 ‰ à 11,5 ‰), montre, entre les deux derniers recensements, un signe encourageant : il s’est stabilisé à 11,9 ‰. De la même manière, le taux de mortalité, en augmentation constante de 1954 à 1982 (de 14,6 ‰ à 16,4 ‰), s’est lui aussi maintenu à ce dernier chiffre.

134Néanmoins, la gravité du problème reste entière : on constate, depuis 1968, un large excédent du taux de mortalité. On comprend, dès lors, que la structure par âge de la population ne laisse augurer aucune amélioration dans un avenir proche.

135La ventilation de la population par grands groupes d’âges démontre son vieillissement et surtout le non-renouvellement des classes jeunes.

Tableau 1 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1975-1990

Tableau 1 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1975-1990

136La population de Douarnenez apparaît ainsi, dans la dureté des données chiffrées, déclinante, vieillie, peu dynamique.

137C’est là un indicateur majeur sur la santé de la ville.

138Arrêtons-nous un instant sur la répartition géographique de cette population, au sein de l’agglomération douarneniste.

139Lors du recensement de 1990, l’ancien Douarnenez compte 3893 habitants, soit 23,66 % de la population totale de la ville ; Tréboul, 5550, soit 33,72 % ; Ploaré 5497, soit 33,40 % et Pouldavid 1517, soit 9,22 %.

140Jetons un simple regard en arrière. En 1911, l’agglomération abrite 23732 habitants, ainsi répartis :

  • Douarnenez, 13 753 habitants, soit 57,95 % du total ;
  • Tréboul, 5 292, soit 22,30 % ;
  • Ploaré, 3 287, soit 13,85 % ;
  • Pouldavid 1 400, soit 5,90 % (dépendant alors de Pouldergat, Pouldavid ne dispose pas de recensement propre. Ce chiffre est une approche tout à fait crédible, à quelques unités près).

141La nature même de ce phénomène ne peut surprendre tant il est connu. Mais son ampleur doit, ici, retenir notre attention. Ce quartier champignon, l’ancienne commune de Douarnenez, né de la révolution industrielle n’a pas résisté aux crises qui l’ont heurté de plein fouet. De 13753 habitants en 1911, il passe à 3893 habitants en 1990. L’évolution est si nette qu’elle pourrait se passer de tout commentaire.

142Notons cependant déjà que toute l’organisation urbaine, commerciale, administrative, née en ces années de population abondante et concentrée, craque, à chaque nouvelle décennie, sous le poids des évolutions. Phénomène classique, une fois encore, dans sa nature, mais dont la profondeur, ici, s’avère particulièrement marquée.

143Cette évolution s’est aggravée lors de la décennie 1980-1990, puisque, durant la dernière période intercensitaire, Douarnenez-centre perd 12,20 % de sa population quand Tréboul en gagne encore 0,3 %. Ce mouvement est capital. Ses causes comme ses conséquences et implications sont multiples. Nous y reviendrons.

144Parmi les autres données nécessaires à une approche des réalités de cette ville, l’emploi.

145Lors du dernier recensement de la population, la répartition par grand secteur d’activités s’énonçait comme suit : primaire, 5,5 % ; secondaire, 31,10 % ; tertiaire, 63,30 %, pour un nombre global d’emplois offerts sur la ville, s’élevant à 7 219 unités. 5 758 des 6 574 actifs Douarnenistes ont un emploi. Le taux d’activité s’élève à 47,5 % de la population totale de la ville. La part d’emplois salariés est importante, surtout chez les femmes : 80,6 % des femmes actives et 76,8 % des hommes sont salariés. À noter que le taux d’activité féminine est important : 40 %.

146Lors du recensement de 1990, 747 chômeurs sont recensés à Douarnenez soit, alors, 11,4 % de la population active, quand la moyenne départementale est, justement, de 11,4 %.

147Douarnenez exerce un rôle important sur son arrière-pays, accueillant, chaque jour, 1461 actifs demeurant dans des communes limitrophes. La première couronne (Poullan, Pouldergat, Le Juch et Kerlaz) étant, de loin, la plus concernée.

148Mais près de 20 % des actifs douarnenistes, 1 079, quittent quotidiennement leur ville pour rejoindre leur travail, dont 436 à Quimper. Les liens avec la préfecture du département s’accroissent régulièrement. Pour le travail, évidemment, mais aussi pour les loisirs comme pour les pratiques commerciales.

149On peut être surpris d’apprendre, qu’en 1997, Douarnenez compte 258 inscrits maritimes, dont 183 embarqués, à la pêche, sur des bateaux de Douarnenez, soit 2,7 % de la population active… 183 ! À comparer avec les 515 salariés de l’hôpital, les 330 de la mairie… Intégré à une région maritime puissante, le port de Douarnenez, lié au cap Sizun et au pays Bigouden, dépendant de centres de décision extérieurs, est, de plus en plus, un port sous influence… Nous y reviendrons.

150Certes, les activités annexes de la pêche engendrent de nombreux emplois. Au total, la filière bleue créait 2 168 emplois en 1989, 1844 en 1992. Le chiffre est vraisemblablement de 1 600 aujourd’hui, en intégrant les 730 postes des conserveries, les 350 emplois de l’emballage… Le nombre d’emplois liés directement à la vie du port de pêche s’élève maintenant à 600. En effet, les conserveries ne mettant plus en boîte de poisson « douarneniste », port et usines vivent aujourd’hui séparés.

151183 marins-pêcheurs embarqués, en 1997, sur les navires douarnenistes, 600 emplois portuaires, 1 600 emplois liés au poisson, à sa transformation ou à sa vente, voilà les réalités chiffrées d’un port où sont maintenant débarquées, chaque année, de 4 500 à 7 000 tonnes de pêche fraîche, plaçant Douarnenez entre le 15e et le 20e rang des ports français. Il y a quinze ans, en ce port, 4e ou 5e du tableau d’honneur national, 15 000 à 20 000 tonnes étaient débarquées…

Balade dans l’histoire de Douarnenez

152Après cette promenade à Douarnenez, à la recherche de quelques confidences, de ces éphémères parcelles de vérité qui transparaissent parfois, au coin de la rue, nous allons maintenant approcher l’histoire de cette ville, nous attachant à la période contemporaine, qui a vu son émergence. Le Douarnenez que nous connaissons aujourd’hui est né de la conserve et celle-ci révolutionne le port à partir de 1850. Au cours de cette évocation du passé, nous tenterons de repérer les périodes de mutations, ces ruptures qui imposeront analyse précise, comme les éléments fondateurs des images de la ville, sur lesquelles s’adossent ses discours identitaires.

153Répétons-le : l’enjeu ne réside pas dans l’écriture d’une histoire linéaire, mais dans la compréhension de ses caractéristiques, de ses échecs ou difficultés, de ses traits, qui semblent originaux, du jeu, parfois si complexe, de ses acteurs. Nous sommes à la recherche d’une identité, peut-être illusoire, peut-être insaisissable, plus que d’une histoire, ordonnée et exhaustive… À la recherche des interstices, des fissures, plus que des pans de certitudes. Il faut se méfier des certitudes.

154Avant de s’engager dans les méandres de l’histoire de Douarnenez, rappelons, car le sujet est d’importance, que deux grands moments du légendaire européen se fixent en ses franges : la ville d’Ys ; Tristan et Yseult. Les travaux récents de Bernard Tanguy nous apprennent beaucoup sur la localisation de ces grands mythes qui nourrissent l’imaginaire occidental depuis plus d’un millénaire (Tanguy, 1988, 1996).

155Au débouché de la rivière de Pouldavid, cette ria qui s’enfonce profondément dans la chair douarneniste, une île fait le guet, l’île Tristan. Cette île est appelée Saint-Tutuarn de 1118, date de sa première mention, jusqu’au milieu du xive siècle. Tutuarn serait Tugdual, un saint bien connu en Bretagne. Pour Bernard Tanguy, la dénomination Tutuarn, « bel et bien factice », imposée par les gens d’église, ne serait jamais entrée dans le langage populaire. Le retour de Tristan, au xive siècle ne serait alors « que la résurgence du nom populaire sous lequel était connue l’île. »

156L’île Tristan est occupée par les civilisations humaines, depuis des temps très anciens. Des traces attestent la présence de l’homme à l’âge du bronze, pendant la période gauloise et, bien sûr, à l’époque romaine.

157Dans le Roman de Tristan, la patrie du héros est appelée Loonois ou Leones. Pour Bernard Tanguy, ce Leones, qui a laissé perplexe des générations de chercheurs, serait Legionense, un centre romain important… situé, très exactement, à l’emplacement de Douarnenez. Bernard Tanguy étaye sa démonstration sur les travaux cartographiques d’un géographe arabe du xiie siècle, Idrisi. Il serait dès lors inutile de chercher l’explication du nom de l’île… cette île où Tristan aima Yseult.

158Mais ce Leones-Legionense ouvre la porte sur une deuxième légende, celle de la ville d’Ys, car, en Cornouaille britannique, la ville engloutie s’appelle Lionesse… La disparition du grand centre romain comme du nom Leones, aurait enrichi le mythe, qui aurait trouvé là deux sources complémentaires : la baie semble un vaste plan d’eau effondré entre deux caps surélevés et les grands murs de pierre, traces de la civilisation romaine qui s’élèvent, aux Plomarc’h, devant les flots, se révèlent les signes d’une ville disparue.

159Ces deux grandes sources de l’imaginaire européen cultivent donc des liens très étroits avec Douarnenez. Curieusement, cette proximité n’est que rarement mise en musique, comme si la ville laborieuse considérait avec méfiance, voire dédain amusé, les envolées mythiques, les aventures de Tristan ou le destin cruel de Ys, la ville maudite.

160Quittons maintenant le légendaire pour survoler l’histoire de Douarnenez, et repérer dans sa substance les éléments clés qu’il nous faudra étudier, afin de tutoyer son identité.

161Les cuves à garum des Plomarc’h, la statue dédiée à Neptune, les vestiges de thermes découverts au Ris, attestent l’importance de la cité au début de notre ère et son activité maritime. Les cuves à garum, ce condiment épicé apprécié des Romains, les plus importantes de tout l’empire romain, témoignent d’un commerce prospère et d’une baie très fréquentée pour ses richesses halieutiques (Peuziat, 1995). Peut-être Douarnenez, alors, s’appelait-elle, effectivement Leones…

162Cette industrie ne peut évidemment résister à l’effondrement de l’Empire et aux invasions, qui déferlent sur les côtes au iiie siècle. C’en est alors fini de la prospérité de ce port de fond de baie et il faut attendre quelques siècles pour que ce havre réapparaisse dans l’histoire.

163En 1118, l’île Saint-Tutuarn, l’actuelle île Tristan, qui barre l’entrée de la rivière du Port-Rhu, est donnée par Robert de Locuan, évêque de Cornouaille, à l’abbé de Marmoutiers, près de Tours, qui y fonde un prieuré. C’est la première mention de l’île dans un document historique : Insula Sancti Tutuarni Episcopi. Le fief du prieuré déborde l’île pour intégrer, sur la rive droite de la ria, des terres, souvent bien caillouteuses. Mais, en 1118, il ne semble pas qu’un bourg soit déjà constitué en ce lieu. Ce territoire dépendant de l’île Tristan sera, plus tard, appelé « la terre de l’île », douar an enez. Il faut cependant attendre 1540 et 1541 pour trouver mentions de Douarnenez comme entité bien définie. Un premier écrit parle du « terroir de Douarnenez, paroisse de Ploelre », un second qualifie Alain de Pencoet, chanoine de Cornouaille de « prieur de l’île Tristan et Douarnenez » (Tanguy, 1988, 1996).

164De nombreux documents prouvent que ce douar an enez se consacre principalement, voire exclusivement, aux activités maritimes (Tanneau, 1966). Mais rien ne permet à ce port de s’illustrer durablement. Quoique !

165En amont extrême de la ria du Port-Rhu, s’établit un autre port, très bien abrité, le port de Pouldavid. Ce havre devient, au Moyen Âge, le centre d’un trafic intense et très varié. Vins, poissons séchés, blés, transitent par ces quais. Une denrée en fait la richesse : les toiles à voile, fabriquées à Locronan et dans le Porzay. Des dizaines de navires participent à ce commerce et traversent continuellement la Manche, vers la Grande-Bretagne, comme vers les ports du Nord. Ces toiles à voiles, connues dans toute l’Europe, sont alors dénommées les « poldavys » (Tanguy, 1995). Pour les cartographes qui représentent la péninsule armoricaine, seuls l’île Tristan et Pouldavid mérite alors mention.

166L’essor est, un temps, rompu, quand, durant les guerres de la Ligue, Guy Eder de La Fontenelle, se retranche dans l’île Tristan, qu’il fortifie, pour résister aux troupes du roi. La région est alors au cœur d’exactions nombreuses qui entraînent sa misère. Cet épisode douloureux laisse des traces durables à Douarnenez, soumise pendant plus de cinq années aux drames de la guerre, à la désolation et aux destructions, comme Pouldavid, dévastée, qui ne se remettra jamais de cette aventure tragique.

167Dom Michel Le Nobletz, à partir de 1618, puis son disciple le père Maunoir, prédicateurs célèbres, évangélisent toute la région, à partir de Douarnenez, où ils élisent domicile. Dom Michel arrive en ce port seize ans après la mort de La Fontenelle, roué en place de Grève, en 1602. La bourgade, ruinée, « est un lieu rempli de pauvres personnes qui mangent leur pain à la sueur de leur visage » (Tanneau, 1966). Les hommes, pour la plupart, sont en mer et les rudiments de la foi sont transmis aux femmes, à l’aide d’une imagerie très dynamique, les taolennou, clé du succès du « beleg foll » et de son successeur.

168À partir de 1650, la cartographie signale un important changement : dorénavant, le nom de Douarnenez, qui n’était encore jamais cité (Tanguy Bernard, 1995), s’impose. L’explication est simple et se lit sur la carte de William Blaeu, cartographe hollandais, publiée en 1629 : sur la baie, une indication lourde de conséquences multiples est inscrite : « peches de sardines ». La pêche se développe et, avec elle, les presses. Douarnenez sort de l’anonymat… devenant le plus important port sardinier de Bretagne. La sardine, pêchée, pour l’essentiel, d’août à novembre, est principalement pressée et exportée, essentiellement vers les ports du Sud de la France. À côté de ce poisson, base de la vie économique, d’autres espèces sont pêchées, dans une baie poissonneuse qui assure la subsistance de la communauté locale, forte, en 1794, de 1400 habitants (Cambry, 1800).

169Le port dépend alors de la paroisse mère de Ploaré, aux activités agricoles variées et aux terres opulentes. Ploaré s’impose à ce havre maritime, comme sa magnifique église du xvie siècle à la flèche dentelée, d’essence gothique panachée de Renaissance, s’impose aux deux chapelles douarnenistes.

170Celles-ci, cependant, tout au long du xviiie siècle, accueillent de plus en plus de fidèles, attirés par des pêches qui permettent de survivre à défaut de s’enrichir. Les presses se développent considérablement et leurs propriétaires sont parfois des bourgeois éclairés, qui vivent l’air de leur temps, ouverts aux avancées des idées, liés aux marchés de France et d’ailleurs, soucieux d’affirmer l’indépendance du conglomérat urbanisé de ce Douarnenez portuaire, face aux rythmes plus réguliers et plus lents des paysans ploaristes.

171Ce bourg sardinier participe très peu à la vie de son arrière-pays. Calé contre les flots, c’est un village de pêcheurs organisé autour des deux anses abritées de son littoral, ses deux pôles de fixation portuaires et urbains : l’anse de l’Enfer, limitant le quartier de la chapelle Saint-Michel, en bordure du Port-Rhu ; l’anse du Rosmeur, où se répartissent les barques des pêcheurs, avec, à proximité, la chapelle Sainte-Hélène.

172Ainsi, à la fin du xviie siècle, Douarnenez peut être qualifiée de simple bourgade, bien éloignée des riches traces de civilisation latine qui bordent son littoral.

173Nous nous arrêterons sur cette population qui évolue, qui augmente et qui s’enrichit, régulièrement, d’apports nouveaux, comme nous regarderons vivre ces bourgeois des presses, abonnés à une chambre de lecture liée aux mouvements révolutionnaires.

174Ces bourgeois, en 1790, obtiennent gain de cause : Douarnenez est dorénavant une commune, indépendante de sa voisine.

175Progressivement, au cours de la première moitié du xixe siècle, ce petit port, bénéficiant des mannes d’une baie qui sait être généreuse, et des efficaces réseaux commerciaux des presseurs, enfle de centaines de familles nouvelles. Ils sont 3303, les Douarnenistes, en 1832 (Dubois, 1964), 3303, qui s’entassent en quelques ruelles dégringolant sur un port du Rosmeur, indigent, presque insalubre.

176C’est alors que ce petit bourg sardinier, dont la seule originalité réside dans l’immédiate proximité de sa baie, son jardin, va être bousculé, éreinté, secoué et même renversé par un changement fondamental, sur lequel nous nous arrêterons longtemps : l’arrivée des conserveries. Tout change, en effet, en quelques décennies fondatrices. De 1853, date de la création des deux premiers ateliers de friture, à 1881, date de la première crise sardinière qui marque un palier dans l’essor de la ville, Douarnenez passe de 4193 à 9809 habitants. En trente ans, la population fait plus que doubler ! En 1909, Douarnenez compte 13 500 habitants ! Cette population qui grouille est jeune, très jeune et, essentiellement, composée de marins et de femmes d’usine. Les premiers se comptent à 3 200 en 1876… Nous tenterons de présenter ces Douarnenistes attirés par l’eldorado de la sardine, ces marins et ces femmes d’usine, mais aussi les soudeurs, pionniers du syndicalisme et des révoltes ouvrières, et, enfin, les usiniers qui fécondent Douarnenez et règnent sur la ville nouvelle. L’essor industriel est suivi par un long, très long, cortège de dos courbés, de crises spasmodiques, de révoltes. Un cortège outré et tragique, une saga aux couleurs de la vie, quand la dignité est une conquête, et que, dans les ruelles saumâtres et sombres, les rires se mêlent aux cris et, parfois, aux pleurs.

177Nous développerons ces luttes et ces clameurs, bornes-témoins d’une histoire singulière, qui, au fil des décennies, doteront Douarnenez, comme d’autres ports du littoral, de l’image colorée de ville insolente, impertinente et rebelle.

178Entassement de populations nouvelles, dans des conditions de salubrité bien discutable, mais aussi émergence d’équipements publics, nombreux : écoles, halles, usine à gaz, abattoirs… qui s’organisent, au hasard d’une distribution foncière peu maîtrisée. Des rues apparaissent, cependant, qui tentent d’organiser ce maelström qui projette Douarnenez bien loin de ces certitudes anciennes. Et, symbole non discutable, une église est édifiée, plus grande encore que celle de Ploaré. Les industriels tiennent leur vengeance, d’autant que l’intemporel se met au diapason de l’administratif et que Douarnenez devient paroisse et, même, satisfaction suprême, titulaire du titre curial. Nous sommes en 1875, et la ville s’impose à la campagne. Ce demi-siècle qui suit l’arrivée de la première conserverie sera étudié de près. Le Douarnenez d’aujourd’hui, dans ses rues, comme dans les bâtiments qui structurent son espace, est né là. Le xixe siècle en forme le socle. Aucune compréhension ne serait possible sans un long arrêt sur les ressorts de ce temps.

179Et nous n’avons pas encore parlé de Tréboul…

180Tréboul, séparé de Douarnenez par une ria profonde, la rivière de Pouldavid, maintenant appelé Port-Rhu, aurait pu rencontrer le même destin que la cité sardinière. Tréboul, trêve maritime de la paroisse rurale de Poullan, dispose, au xixe siècle, comme sa voisine, d’un petit port de pêche qui accueille les deux premières conserveries de l’agglomération, en 1853. Mais le port est petit, trop petit, et c’est sur la frange littorale de Douarnenez que se développe l’innovation technique. Question de masse critique. Pour autant, Tréboul ne reste pas sur le bord du chemin : la gare s’y implante, ne pouvant le faire à Douarnenez, épine dorsale aux surfaces planes trop rares et déjà trop urbanisées. La gare s’implante à Tréboul et les premiers touristes y arrivent, dans la foulée d’artistes nombreux, subjugués par les couleurs de la baie, dans les années 1880. Près des plages tréboulistes s’érigent des hôtels et des tennis, signes visibles d’une station balnéaire, d’un lieu de villégiature de bourgeois oisifs. Nous étudierons cette mutation de l’espace trébouliste, qui de rural ou maritime devient touristique, par la grâce des propriétaires des terrains des bords de mer, qui les vendent ou y investissent quand s’ouvre ce nouveau marché. Ces propriétaires qui sont, pour l’essentiel, les conserveurs douarnenistes. Ainsi, les grands bourgeois de la sardine façonnent un Douarnenez industriel puis un Tréboul touristique. Ils sont bien les maîtres de l’espace et du temps.

181Un système, qui semble cohérent et global, s’impose à l’agglomération douarneniste. Un système issu de la volonté des conserveurs. Un système fragile, terriblement fragile. Car quand déserte la sardine, pour des raisons obscures que chacun ignore, l’édifice s’écroule. On appelle cela, à Douarnenez comme partout en Bretagne, la grande crise. Pour les marins, la disette. Pour les femmes de la saumure, le chômage. Pour certains usiniers, les plus faibles, la faillite. Seuls alors restent debout les seigneurs de la conserve, ceux qui peuvent investir de Douarnenez à Saint-Jean-de-Luz, voire en péninsule Ibérique ou au Maroc.

182Cette crise de la production survient à partir de 1902 et touche Douarnenez jusqu’aux abords de la guerre. Ensuite, de 1914 à 1918, voilà la Grande Guerre, bientôt dénommée la der-des-der. Autant dire que de 1902 à 1919, le système érigé au xixe siècle vacille tellement, qu’il en finit par s’écrouler, comme château de cartes. Une autre organisation émerge du chaos, non plus centrée sur une sardine trop peu fiable, mais sur des pêches polyvalentes, où le flair et les compétences des marins douarnenistes trouvent pleinement à s’exercer. Formation des marins, crédit maritime, nouvelles pêches, et les plus lointaines, motorisation de la flottille… tout est remis sur le métier. Cette vaste étape de mutations, marquée par une spectaculaire perte de populations, lancées dans les affres des émigrations sans retour, devra être approchée de près tant elle va modeler un nouveau Douarnenez.

183Si, dès 1902, Douarnenez vacille sur son socle, d’autres événements, tragiques, plongent le monde dans le drame. C’est la guerre, et en 1918, rien n’est plus comme avant. D’autant plus qu’en 1917 une révolution balaye le vieux régime des tsars et que la voix des bolcheviques porte haut. Jusqu’aux rives de Douarnenez, où, très vite un maire communiste est élu. Revanche des gens de rien, étendard des filles de la saumure, le drapeau rouge flotte sur le port sardinier. Il est porté par un braillard incandescent, ancien anarchiste proche de la bande à Bonnot, qui se sert du drapeau pour embrocher les bourgeois et hurler ses révoltes. Il a du bagou, il est généreux et rigolard, il est serviable, il n’a peur de rien, s’appelle Le Flanchec, est élu maire et le restera longtemps. Durant cette période il imprime, fortement, l’image d’une ville qui s’abandonne à lui. Dans le Finistère, en Bretagne, en France aussi, Douarnenez, dorénavant n’est pas seulement la ville rouge, mais aussi cette ville impertinente dont le maire, borgne et tatoué, porte un « mort aux vaches » sur la main, témoin de son passé libertaire et de sa fréquentation des geôles de la République. Cette image est renforcée par une histoire qui fait la une de l’actualité nationale en décembre 1924 et en janvier 1925 : les grèves de la conserve. Après les spasmes sociaux du début du siècle, les soudeurs luttant contre le machinisme et les femmes se battant pour l’obtention du paiement à l’heure, la révolte, qui jusqu’alors grondait, déferle sur les usines en novembre 1924. Toutes les femmes sont en grève, pour une augmentation de salaire, elles qui sont alors parmi les moins payées de France. Tous les hommes sont solidaires et refusent de prendre la mer. Usines paralysées, ville paralysée. Tous les yeux journalistiques se braquent sur le port cornouaillais et tous les leaders du jeune Parti Communiste viennent s’époumoner dans les halles. La grève dure longtemps, longtemps. Novembre passe et bientôt décembre. Le Flanchec est de toutes les estrades, de toutes les manifestations, de tous les meetings, à Douarnenez comme en région parisienne où s’organise la solidarité avec la grève de la misère. Le premier janvier 1925, il chante, dans un bistrot du centre ville. On le demande… des messieurs de Paris. Quand il approche, de sang froid, on l’abat comme on tire un lapin et il s’écroule, donné pour mort. Il s’en relèvera et l’on apprendra bien vite que le bras qui a tiré était armé par les conserveurs de Douarnenez qui, voulant faire taire la voix de la colère, pensait annihiler la colère. Par ce geste insensé, les conserveurs ont fondu statue à l’effigie d’un Le Flanchec, maintenant adulé, lui, le héros, le martyr, le symbole des luttes ouvrières. L’affaire a un retentissement extrêmement important et la Chambre des députés tremble sous la violence des débats qui l’animent. Douarnenez, ville ouvrière, est désormais une ville révolutionnaire. Cette image lui collera à la peau pendant très longtemps et il en reste encore des traces… Suffisamment pour que nous étudions, précisément, cette période et ses acteurs, qui s’identifient alors pleinement à Douarnenez.

184Ainsi, le Douarnenez des années 1920 ne ressemble plus aux Douarnenez des jeunes années industrielles. Le peuple a osé prendre la parole et se soustraire à la tutelle des puissants. Ce n’est pas rien. Les marins ont su diversifier leurs pêches, restant fidèles à une organisation artisanale, autour d’un patron embarqué qui paye, à la part, son équipage. Cette proximité du quotidien, entre les patrons et les matelots, ces bourrasques affrontées ensemble, dans le silence de la crainte, quand tremble la vieille carcasse de la chaloupe, ces pêches miraculeuses toujours espérées, forgent des liens que rien ne peut dissoudre. Chaque équipage revenu au port « cassera la caisse » dans les mêmes bistrots, souvent tenus par la veuve d’un marin, un jour parti et jamais revenu. Après les nuits de veille sous Ar Men, voici les nuits de libation, accrochés ensemble au comptoir d’une halte familière. Comme liés par un fil invisible, le fil qui tresse les destinées des marins de Douarnenez.

185De 1919 à 1927, un débat passionné parcourt les ruelles du port. Le gouvernement a décidé de soutenir financièrement la construction d’un port industriel sur les côtes de Bretagne, un port où domineraient les chalutiers. Le choix se porte sur Douarnenez, grâce à l’influence d’un ministre issu de la région. Mais ces chalutiers s’avèrent une menace trop lourde pour le groupe des marins douarnenistes. Leur organisation économique et sociale serait entravée par des intérêts trop puissants, les armements capitalistes, les chalutiers industriels, les messieurs de la finance. Ce groupe montre sa solidarité d’autant plus affirmée que la voix qui les représente sait parler et sait être écoutée. Sous la houlette de Le Flanchec, Douarnenez refuse les crédits d’État qui rejoignent Lorient-Keroman. Est venu le temps du basculement. À l'écart des évolutions du monde, Douarnenez s’arc-boute sur ses habitudes et sur les quais, étroits et vétustes, du Rosmeur. Cette décision très lourde de conséquences multiples devra être analysée en profondeur, tant son influence va s’exercer tout au long des décennies suivantes. Évidemment, on ne peut vivre impunément à l’écart des avancées du monde. Douarnenez prendra la décision de construire un grand port au cours des années 1930, mais suite à des affaires aux origines bien diverses, ce nouvel équipement ne sera inauguré qu’en 1958, quarante ans après que l’idée en fut lancée. Entre temps, Lorient et Concarneau se lancent dans le chalutage et les pêches industrielles, à l’aide de plusieurs armements et de moyens financiers importants. Douarnenez ne rattrapera jamais son retard.

186Sur le plan urbain, cet entre-deux-guerres est marqué par un desserrement régulier de l’habitat, qui colonise les coteaux de Ploaré, les abords de Pouldavid et les vastes espaces tréboulistes. Mais l’essentiel concerne évidemment les quartiers limitrophes de Ploaré, l’ancienne tutelle. L’idée semble légitime aux Douarnenistes, entassés dans des limites trop étroites, de réclamer un agrandissement de leur commune, en annexant une part non négligeable de cette voisine, si riche en terre. Des dossiers sont bâtis, qui font sourire Ploaré. Jusqu’à la guerre, Douarnenez est obligée de vivre dans un corps trop étroit, avec son cimetière, ses abattoirs et son usine à gaz, pris en otage, à Ploaré. À la fin de la guerre, alors que des délégations spéciales sont mises en place, et avant de nouvelles élections municipales, la décision est prise de réunir les quatre communes qui enserrent la rivière de Pouldavid, Douarnenez, Ploaré, Tréboul et Pouldavid. La nouvelle commune est appelée « le grand Douarnenez ».

187S’ouvre alors la dernière partie de l’histoire de cette ville. L’âge de la banalisation. Au fil des décennies, Douarnenez devient une ville tertiaire comme tant d’autres, avec des fonctions supérieures bien faibles, tant la proximité de Quimper nuit à ces développements. L’espace, maintenant relativement desserré, s’y organise d’une manière assez complexe, autour des quatre anciens noyaux urbains, corrigés par des spécificités, liées aux pratiques touristiques très localisées.

188Son évolution économique retiendra davantage notre attention, et principalement, son évolution portuaire. Crispée autour de ses pêches saisonnières depuis les années 1920, Douarnenez, qui avait refusé la construction d’un grand port industriel, lutte longtemps contre les évolutions techniques qui, partout ailleurs, s’imposent, inexorablement. Un épisode, où le tragique le dispute parfois à l’écume du ridicule, reste significatif de ces rétractations douarnenistes. Un conflit appelé la guerre de la bolinche, ni plus ni moins. Au cours du siècle, les chasseurs de sardine, ici et là, quittent le filet droit, le vieux filet bleu des ancêtres, pour adopter le principe des vastes poches, appelées sennes, appelées bolinches. Du Pays basque à la pointe bretonne, tous les ports y viennent. Tous, sauf Douarnenez. Non que les Douarnenistes soient partout et toujours hostiles à l’adoption de cette bolinche, d’ailleurs. Ils l’utilisent en d’autres ports. Mais, dans la baie, dans leur baie, cet engin honni reste prohibé, en raison d’une réglementation spécifique. Le vrai conflit, la guerre, éclate en 1958, quand de jeunes marins bigoudens ou audiernais, lassés par ces pratiques ancestrales qu’ils jugent trop peu rémunératrices et symboliques d’un temps maintenant révolu, pénètrent dans la baie, armés de bolinche, y pêchent et créent l’incident. Une bataille navale oppose les sardiniers des deux camps, à coups de tangon et de mâts cassés. Les Douarnenistes, dont les bateaux, serrés à l’entrée du port et reliés par des bouts et des filins, érigent barrage, tentent d’empêcher l’accès au port de ces hérétiques étrangers. Rien n’y fait. À la force de leurs plus puissants moteurs, les Bigoudens et les Audiernais rompent les digues et accostent, dans une indescriptible ambiance et un formidable chahut, où s’immisce la haine. Toutes les sardines du jour sont renvoyées à la mer… mais rien ne sera plus jamais comme avant. L’année suivante, la bolinche est admise à Douarnenez, et des dizaines de vieux marins quittent le métier. Les couleurs du port, ses odeurs, ses bruits et ses rythmes changent alors, pour toujours. Ce moment très fort de l’histoire locale nous arrêtera, pour au moins deux raisons : les liens entre les Douarnenistes et leur baie s’avèrent si étroits, qu’ils en deviennent significatifs de secrets, d’intimités et de mystères, qui participent, ô combien, aux émergences identitaires ; cette capacité de résistance aux évolutions de la pêche, cette force d’inertie qui propulse les Douarnenistes de la réaction au refus, doit être approchée, tant, elle aussi, participe à l’identité de cette ville. Il n’est pas anodin qu’un grand port persiste à refuser une technique partout ailleurs employée. Encore faut-il savoir pourquoi.

189La bolinche, qui s’impose aux réfractaires douarnenistes, marque la fin d’une vaste période historique qui commence au xixe siècle, avec l’arrivée des premières fritures. À cet égard, 1958 est une date aussi importante que 1853. Un siècle ! La grande aventure de Douarnenez grand port de pêche a duré un siècle… Depuis 1958, en effet, le port est engagé sur la voie d’un inéluctable déclin, freiné un moment par deux pêches aux réussites diverses, le chalutage, dans les eaux froides des mers du Nord, et l’épopée mauritanienne, à la recherche de la langouste rose. Le chalut nous intéressera particulièrement et nous tenterons de montrer combien Douarnenez, restée fidèle à l’esprit des pêches saisonnières et à son organisation artisanale, s’est montrée rétive à son développement. La nouvelle épopée langoustière, elle, de faible durée, influence peu durablement la vie portuaire. De quoi nourrir les mythes, cependant. Ce qui n’est pas rien.

190Les années 1950 marquent également une autre césure, elle aussi importante, à l’échelle de l’histoire. Les conserveries, dont le nombre diminue sans cesse, après faillites comme après rachats ou restructurations, se détournent du Rosmeur, pour acheter leur poisson sur tous les marchés du monde. Les moyens, nouveaux, de stockage et de conservation, leur permettent une gestion des stocks indépendante des arrivages journaliers du port de pêche. Trois ou quatre décennies plus tard, les conserveries, les trois qui persistent à vivre l’aventure industrielle, n’achètent quasiment plus de poisson sur les quais douarnenistes.

191Dans le port d’aujourd’hui, ce convalescent qui reprend quelques forces, sachant que jamais plus il ne marchera sur les traces de son passé, les bateaux semblent perdus, comme dans un costume bien trop grand. Le port ne nourrit plus la ville. Douarnenez a échappé à sa tutelle, comme à celle de Ploaré, jadis.

192Depuis une dizaine d’années, Douarnenez tente de diversifier ses atouts économiques en misant sur la culture maritime, secteur aux potentiels touristiques prometteurs. À partir de 1989, la ria du Port-Rhu, d’où partaient au Moyen Âge les toiles à voiles de Locronan, retrouve un lustre longtemps perdu. Le Port-Musée des côtes de France y trouve son écrin, dans un nouveau port, construit là, de 1991 à 1994, parmi mille difficultés qu’il faudra développer. Ce lieu, comme le vieux port du Rosmeur, accueille, régulièrement, de grands rassemblements de bateaux anciens, qui attirent des foules considérables. La vogue patrimoniale, mais est-ce une simple vogue, trouve à Douarnenez un ferment des plus toniques. Intéressant à étudier, quand s’écroule le port de pêche et que fuient les usines de conserve…

193La grande crise de la sardine et ses conséquences, les débats des années 1920 concernant l’éventualité de la construction d’un grand port industriel, la guerre de la bolinche, ce chant du cygne d’une génération perdue dans le siècle, les difficultés du chalutage, greffe acceptée en reculant par le vieux port sardinier, sont les quatre mutations que nous étudierons tout particulièrement. D’une part en raison de leur importance intrinsèque dans l’histoire de la ville, mais aussi parce qu’elles témoignent des ressorts internes de cette population et de ses acteurs principaux. Les témoins éclairants de l’identité de cette ville.

194Dans une dernière partie nous tenterons d’approcher les images, multiples et parfois contradictoires, données par Douarnenez, en approchant leurs modes de constructions et les mythes qui s’en dégagent.

195Nous analyserons, dans un premier temps, les images données par les écrivains, à travers les nombreux livres édités sur cette ville. Nous nous arrêterons, en particulier, sur l’emblématique Les Seigneurs de la mer, écrit, en 1927, par le docteur Mével, au titre si flatteur et si doux.

196Douarnenez, la ville rouge, dit-on souvent. Cela mérite également examen approfondi, comme cette image souvent véhiculée de Douarnenez, la ville en fête.

197Douarnenez, aujourd’hui capitale du patrimoine maritime… De la construction du Port-Musée aux grands rassemblements de vieux gréements, nous nous interrogerons sur les faces cachées d’un intérêt patrimonial aux facettes bien multiples.

198Ainsi, confrontant les images qui « collent aux bottes » de Douarnenez, avec les enseignements d’une histoire cahotant, comme toujours, sur des chemins lourds, peuplés d’ornières et de caillasses glissantes, nous approcherons d’une compréhension globale de cette ville aux contradictions multiples. Ce qui nous permettra, en conclusions, de tirer quelques enseignements et quelques perspectives.

Notes

1 Phrase trouvée au détour d’une exposition consacrée à Heather Dohollau, Saint-Brieuc, musée d’Art et d’Histoire, 1997.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Douarnenez, au fond de la baie qui portre son nom (carte IGN au 1 :100 000e)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11289/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Carte 2 : Douarnenez (carte IGN 1 :25 000e)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11289/img-2.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Tableau 1 : évolution de la population par grands groupes d’âges, 1975-1990
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11289/img-3.png
Fichier image/png, 21k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540