Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Douarnenez de 1800 à nos jours

 | 
Jean-Michel Le Boulanger

Avant-propos

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Quel que soit le lieu vers lequel nous tournons nos regards, les clameurs identitaires s’y font entendre. Identité, identité, identité, lit-on sous toutes les plumes, à l’image d’une Europe, jadis scandée sur toutes les tribunes par des commentateurs sautillant comme des cabris et moqués par un général goguenard.

2Ces tumultes se doublent souvent de bruits de bottes, à défaut de canonnades ; des ruines bosniaques aux cicatrices encore vives du Liban, de l’Afrique déchirée aux confins du Mexique, les titres de nos quotidiens présentent une valse sans fin de continents en crise.

3Le sang gicle au rythme des pulsations de la haine.

4L’Europe, d’ailleurs, n’est pas épargnée. Serbie, Croatie, Bosnie, puis Irlande et Pays basque, Padanie ou Wallonie, les soubresauts sont nombreux. Toujours au nom des identités.

5Discours, publications et gloses foisonnent ; essais ou revues pullulent qui approchent régulièrement ces phénomènes complexes sans les comprendre toujours…

6En 1998, comme en 1997, des dizaines d’ouvrages fouillent les entrailles de ces identités en mouvement. Prolongeons le constat : malaise social, problème identitaire ; résurgences racistes, problème identitaire. Jusqu’aux mouvements corporatistes qui trouveraient sens dans des logiques identitaires.

7Que dire alors des passions s’exerçant autour de nos stades ?

8Premier constat simple, peut-être simplificateur : souvent, très souvent, l’identité est conçue comme une globalité. Un bloc devenant carcan.

9Comme si nous n’étions traversés de mille caractères identitaires. Comme si, à une identité culturelle, posée comme postulat, devait correspondre automatiquement une traduction politique.

10Cette réduction trouve concrétisation dans l’usage immodéré de l’article défini : le ou les Tutsis ; l’immigré ; le Breton. Trop simple en effet pour ne pas éveiller les suspicions.

11Et d’où viennent-elles ces éruptions identitaires ? D’où, de quels fondements ? De quelles profondeurs des temps ?

12Ainsi l’identité est appelée, ici et là, pour expliquer les racines de nos maux, les moteurs de nos actions, les espérances de lendemains.

13Mais elle est aussi conviée aux jours de fêtes. Un exemple, un seul, pour en rester à cette récente actualité : la Bretagne a vécu l’été 1996 à l’écoute des musiques jouées à Brest 96. En éditorial de Ouest-France, premier quotidien français, François-Régis Hutin, le président du groupe de presse, écrit :

14« Toute la Bretagne maritime était là pour accueillir ces étrangers venus en foule, parfois de très loin. C’était la fête de la mer, la fête des bateaux qui ont une âme, la fête des marins qui ont toujours au fond du cœur une petite veilleuse où brillent discrètement la nostalgie et l’espérance. »

15Les bateaux qui ont une âme, les marins au cœur toujours partagé entre nostalgie et espérance… la Bretagne maritime…

16Bien vite se déversent les terminologies devenues habituelles, patrimoine maritime, l’identité qui repointe son nez, l’authenticité…

17Tout cela mérite vraiment que l’on s’y arrête.

18Nous allons le faire à travers un exemple, un exemple breton. Celui de Douarnenez, ville du Finistère, du bout du monde.

19Une ville disposant aujourd’hui d’un port de pêche bien malade, présentée dans les médias comme ville-portuaire ou ville maritime par excellence.

20Une ville semblant atone, parfois amorphe, et, pourtant, présentée animée et turbulente. Une ville semblant se vivre au passé, ressassant sans cesse des heures qui furent grandes, la mémoire des soubresauts d’un siècle agité, les spasmes des conflits sociaux et des agitations industrielles. Des ravines ravivées pour oublier le présent ?

21Le sentiment lancinant d’une perte de substance, d’une banalisation qui, là comme ailleurs, rime avec mondialisation, alors que s’élève une très forte affirmation de soi qui confine parfois à l’arrogance.

22Quel que soit l’angle d’approche, cette ville semble insaisissable, morcelée, compliquée et farouche.

23Pour tenter de la comprendre, si tant est que cela soit possible, pour disposer plus correctement les pièces du puzzle identitaire qui émerge dans sa complexité, il va falloir une importante recherche dans la géographie historique du lieu. Il faut remonter aux sources, en effet. Aux premières strates, du moins, celles qui fondent une ville aux couleurs d’aujourd’hui.

24Douarnenez est né de la conserve. Partons pour un voyage dans le temps qui nous fera remonter à l’arrivée de la première friture, aux temps du far-west et des diligences.

25Nous poursuivrons dès lors la route qui, du milieu du xixe siècle, nous mène aux portes du troisième millénaire. Là, au cœur de cent cinquante ans d’histoire, nous nous arrêterons, régulièrement, pour tenter de comprendre les évolutions, les mutations. Écrire une histoire linéaire, sorte de biographie, de cette ville singulière, chronologique et régulière, n’est pas notre propos. Les creux et les bosses nous intéressent davantage. Les crises, les arrêts, les avancées soudaines, les distorsions et les chutes, nous apprennent bien plus que toute autre période. C’est la tempête qui découvre la mer et non le calme plat.

26C’est pourquoi nous allons voguer d’innovations en replis, pour cerner les réactions de la ville en ces périodes qui la fécondent, en survolant les quelques décennies d’accalmie relative qui séparent ces spasmes parfois violents.

27Il peut paraître téméraire, voire hasardeux, de focaliser des recherches sur l’identité, à travers cet exemple unique d’une ville de 15 000 à 20 000 habitants. Discussion sans fin.

28Dans son Traité du Tout-Monde, Édouard Glissant nous livre une anecdote très significative. Une lectrice lui écrivait son étonnement devant son étude sur William Faulkner et son comté de Yoknapatawpha : « Elle s’étonne que je me sois intéressé à ce petit coin borné du Mississippi. »

29« Répondre pourtant que Faulkner, à questionner la légitimité de ce lieu enfermé, à en montrer les perversions de filiation, a ouvert le lieu à la dimension monde. » (Glissant, 1997.)

30Questionner un lieu, c’est l’ouvrir.

31Reviennent en écho les propos du poète, médecin et philosophe portugais, Miguel Torga : « L’universel, c’est le local, moins les murs. » (Torga, 1986.)

32Oui, les murs changent, en effet, et les couleurs et les formes, les rythmes et les vents. Les murs changent mais le questionnement reste ? Et, au-delà des apparences, des certitudes et des carapaces, s’ouvre le monde. Et dans ce Tout-Monde, Douarnenez, en Bretagne.

Les villes comme les hommes, ont-elles une identité ?

33Oui, les villes, comme les hommes, ont-elles une identité ?

34Cette question nous mène à la croisée de chemins multiples de la recherche : géographie, psychologie, sociologie, anthropologie et histoire, offrent des angles d’attaque et des champs de compréhension qui se complètent. De l’identité individuelle aux identités collectives, plusieurs marches sont à gravir afin d’entrevoir l’identité de villes ou celles de territoires.

35Allons, dès lors, au plus simple et contentons-nous, en guise de premier palier, des apports de dictionnaires ou d’encyclopédies. À partir de cette base, bien solide et stable, nous pourrons poursuivre notre route.

36Un Petit Robert usuel, édition 1983, donne pour étymologie : « bas-latin identitas, racine idem, le même ». Plusieurs éléments de définition suivent :

37« Caractère de ce qui est identique.

  • Caractère de deux objets de pensée identiques. Voir similitude, communauté.
  • Caractère de ce qui est un. Voir unité.
  • Psycho : identité personnelle, caractère de ce qui demeure identique à soi-même. Problème psychologique de l’identité du moi.

38Droit et langage courant. Le fait pour une personne d’être tel individu et de pouvoir être également reconnue pour tel, sans nulle confusion, grâce aux éléments (état civil, signalement) qui l’individualisent ; ces éléments. Établir l’identité de qqn. Pièce d’identité, pièce officielle prouvant l’identité d’une personne. Carte, photo d’identité.

39Logique. Relation entre deux termes identiques, formule énonçant cette relation. Principe d’identité : “ce qui est, est ; ce qui n’est pas, n’est pas.”

40Mathématiques. “Égalité qui demeure vraie quelles que soient les valeurs attribuées aux termes qui la constituent…” »

41Cette définition est bien riche d’éléments prometteurs. Sur l’ambivalence de l’identité, « ce qui est un » et « ce qui est identique »… mieux : « ce qui demeure identique », montrant l’importance de la notion du temps qui peut, a contrario, altérer. Sur les éléments qui aident à la distinction, à l’individualisation : éléments objectifs, tels ceux cités. Éléments subjectifs aussi qui « individualisent » une personne ou un groupe. Cette individualisation a une conséquence d’évidence, non citée par la définition de ce dictionnaire mais toujours en toile de fond : l’altérité. L’identité est ce qui distingue.

De l’identité au sentiment d’identité

42Poursuivons notre quête et penchons-nous maintenant sur L’Encyclopaedia universalis, édition 1990, corpus 11, pages 896 à 899, notes de Fernando Gil, philosophie, Pierre Tap, psychologie, et Nicole Sindzingre, anthropologie.

43« Caractère paradoxal de l’identité, qui se construit par la confrontation de la similitude et de la différence […].

44En un sens restreint, l’identité personnelle concerne le “sentiment d’identité”, c'est-à-dire le fait que l’individu se perçoit le même, reste le même, dans le temps.

45En un sens plus large, on peut l’assimiler au “système de sentiments et de représentations” par lequel le sujet se singularise. Mon identité, c’est donc ce qui me rend semblable à moi-même et différent des autres ; c’est ce par quoi je me sens exister aussi bien en mes personnages (propriétés, fonctions et rôles sociaux) qu’en mes actes de personne (significations, valeurs, orientations). Mon identité, c’est ce par quoi je me définis et me connais, ce par quoi je me sens accepté et reconnu comme tel par autrui.

46Les dimensions de l’identité personnelle dépendent, en effet, pour une large part des idéologies de la personne qui traverse une culture donnée. »

47Plusieurs éléments clés apparaissent : l’identité suscite un sentiment d’identité ; ce sentiment, une idée, dépend pour une large part de faits objectifs (propriétés, fonctions) mais aussi de faits subjectifs, immatériels (les valeurs, les principes…), voire des idéologies qui pèsent sur moi. Cette identité est renforcée par l’approche de la différence, de l’altérité.

48« C’est toujours une réflexion sur l’altérité qui précède et permet toute définition identitaire » (Augé, 1997).

49Dès lors, autre notion clé, on imagine facilement qu’une identité n’est pas immuable. Ça bouge. Ça se modifie. Ça évolue. L’identité « se construit par la confrontation de la similitude et de la différence ».

50L’Encyclopaedia universalis élargit le sens premier pour l’introduire dans une réflexion anthropologique. L’identité est partout culturellement codée par des rituels jalonnant le cycle de vie. Des attributs distinctifs (noms, devises, signes extérieurs), des rituels d’appartenance, qui produisent également des marques d’identité. L’identité génère des faits culturels qui produisent de l’identité…

51À cette lecture, on imagine aisément les similitudes unissant l’identité individuelle et l’identité collective. Cette dernière répond aux mêmes exigences ; elle est confrontée aux mêmes conséquences. Mais sa trajectoire, à travers les épreuves du temps, est obligatoirement plus chaotique encore que l’identité individuelle. Pour une raison d’évidence, consubstantielle à son existence. Une identité est aussi un sentiment d’identité, on le sait. Ce sentiment traversera une entité collective à travers les prismes sociaux, les forces culturelles, les idéologies qui la fondent, où des forces centripètes s’opposeront à d’autres, centrifuges, dans une dynamique mouvementée.

52Dès lors, les éléments qui cimentent le groupe doivent être étudiés de près.

L’identité d’une ville

53Concentrons-nous sur une ville. Les milliers d’individus qui la composent en auront une vision évidemment personnelle. Mais ils ne pourront nier son identité, dès lors qu’elle existe, qu’elle a nom, qu’elle façonne un espace. Qu’ils revendiquent, comme part d’eux-mêmes, cette identité-là est une autre affaire. Encore faut-il, en effet, qu’ils se soient appropriés l’espace, qu’ils en aient fait leur territoire. Que le sentiment d’appartenance l’emporte. Ainsi, si l’identité est une construction, l’identité d’un lieu en est une autre, et des plus complexes.

54Un lieu peut susciter l’indifférence, quand rien ne permet de signifier un « ici » par rapport à un « ailleurs » (Bailly, Ferras, Pumain, 1995). Nous sommes alors en plein océan, au cœur du désert ou de la forêt tropicale, où « ailleurs ne diffère en rien d’ici, sauf à inventer des coordonnées géographiques, par voie rationnelle… ».

55Un lieu par contre, est doté d’une identité dès qu’un « ici » est avéré différent d’un « ailleurs ».

56Pour Bailly, six lois d’identité du lieu peuvent être développées :

  1. Le lieu possède d’autant plus d’identité qu’il est plus clos pour le regard.
  2. Le point “ici” est d’autant mieux déterminé que la qualité des parois respectives qui servent à le délimiter est plus élevée.
  3. De même, ce point est mieux individualisé s’il est mécaniquement ou topologiquement plus fermé aux intrusions.
  4. Le lieu a d’autant plus d’identité que les actes que le sujet y mène sont plus nombreux et plus denses dans le temps.
  5. Le lieu a d’autant plus de prégnance perceptible qu’un plus grand nombre d’objets s’y trouvent accumulés.
  6. Le point “ici” a d’autant plus d’identité qu’il possède une dénomination plus claire et que celle-ci est plus utilisée. »

57Ainsi, dans cette optique, des réalités objectives et mesurables, principalement liées à la topographie, sont fondatrices d’identité. S’y ajoutent des réalités vécues, là encore bien quantifiables… des actes denses, des objets accumulés, un nom largement utilisé. Bref, l’identité d’un lieu serait basée sur des critères objectifs, physiques ou mesurables.

58Il n’en est pas de même pour l’appropriation d’un lieu par les siens, qui intègre des caractères plus existentiels, plus subjectifs, liés à l’histoire, à la mémoire, aux rappels de souvenirs qu’évoquent ce lieu. Là, la quantité n’est pas nécessaire à l’appropriation. Un seul souvenir, très cher et inoubliable, peut créer un lien indéfectible entre un lieu et une personne. Mais ce lieu a t-il pour autant une identité ? Non, pour qu’un lieu ait identité il faut qu’il bénéficie d’une reconnaissance collective. Pour cela, une dénomination, des pratiques communes, sont nécessaires et préalables. Pour que ce lieu soit approprié il faut qu’il prenne chair…

59On peut discuter à l’envi sur cette distinction identité-appropriation.

60Elle semble en effet critiquable dès lors que l’on intègre à la notion identitaire, comme les définitions premières du terme nous y invitaient, le sentiment même d’identité. Un lieu ne pense pas. Un lieu ne sent pas. Un lieu ne raisonne pas, même si, sans jeu de mot, un lieu résonne. Méfions-nous des excès de l’anthropomorphisme. Si une identité inclut un sentiment d’identité c’est que l’on rentre dans le champ des représentations ; l’identité naît alors du regard porté par l’homme. La médiation doit avoir lieu.

61Certes, des critères topographiques et géographiques, clairement quantifiables, servent de références à ce regard.

62Si l’on ajoute simplement des critères objectifs pour définir un lieu, eh bien oui, on obtient une ville qui s’appelle X ou une « espèce d’espace » qui s’appellera Y. Mais l’identité ne naît pas du sol. Elle naît du sentiment et donc de l’alchimie étrange entre l’homme et son espace.

63Poussons plus loin. Même les critères dits objectifs d’identité (lieu fermé…), sont ou peuvent être objets de représentations mentales, d’appréciation, de perception différentes selon les individus. La qualité de l’isolement n’est pas la même pour tous. Les mesures n’ont pas mêmes significations. Chacun, en fonction de pratiques sociales ou culturelles pourra les appréhender différemment. Il n’en reste pas moins que l’espace est un fournisseur d’identité sollicité à toutes les sauces. Il n’est de lieu de la planète qui ne bruisse de revendications identitaires.

64Là encore tentons d’être précis, et, pour en revenir aux dictionnaires, rapprochons-nous maintenant des Mots de la géographie, dictionnaire critique de Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Thery. L’identité y bénéficie de trois colonnes et quelques lignes… ce qui est plus que pour le mot territoire ! Signe des temps…

65D’abord, un rappel : « Mot à double sens, définissant à la fois le caractère de ce qui est pareil et de ce qui est distinct », et un constat : en la matière, le territoire est fortement sollicité. « La quête d’identité individuelle et collective est une attitude permanente de l’humanité, elle fonde la distinction, la différence, et, en retour, elle s’exprime par celles-ci. Elle implique des signes de reconnaissance par la langue, la culture, une manière d’être,… elle s’exagère en période de difficultés, de crise, de changement… quand se déplacent ou s’évanouissent les repères. » Enfin, et c’est bien naturel, cette notice se termine sur les liens identité-territoire. Se graver dans l’espace, y produire un territoire, confère « l’identité à la fois au territoire et à l’homme : celui-là est dénommé, celui-ci renommé d’après celui-là. »

66Dialectique permanente du sol approprié et de l’individu, du territoire et de l’identité. Ainsi des villes, appropriées par leurs habitants, pour tout ou quartier, sont dotées d’une identité qui, par reflet, influent sur celle des leurs. Certes, mais que le phénomène est aujourd’hui complexe…

67L’homme n’appartient plus exclusivement à une communauté de vie et de destin. La pluri-appartenance est devenue monnaie courante et l’identité de chacun est la somme de ses appartenances (Maalouf, 1997), dans une éternelle transformation, une continuelle mise en jeu. En choisir une, et une seule, est maintenant mutilation. En chacun, se superposent des strates mouvantes d’identité, de son territoire du quotidien aux réseaux planétaires qu’il se choisit ou dont il subit les influences. En chaque ville, le phénomène se reproduit autant de fois qu’elle possède d’habitants. On parle de déterritorialisation. L’identité d’une ville ne serait-elle que le plus petit dénominateur commun, ce qui unifie mille êtres, pour reprendre la formule d’Augustin Berque ? Et alors, en ce cas, comment la définir ?

L’identité incarnée dans un territoire

68C’est une terre d’abord. Un sol aménagé, recouvert des rêves, des réussites et des lâchetés de ceux qui l’ont foulé et habité. Cette terre aménagée, cette terre où prennent racines les sentiments d’appartenance des communautés, cette terre que nomme le droit, elle devient territoire. On s’en revendique comme on la revendique. Les ancêtres, que l’on en-terre, y dorment de leur sommeil éternel, marquant le sol au-delà des siècles. « Le territoire est à l’espace ce que la conscience de classe est à la classe : quelque chose que l’on intègre comme partie de soi et que l’on est prêt à défendre. » (Brunet, 1993.) Et oui,… « que l’on est prêt à défendre ».Le territoire est utile à la cohésion des groupes sociaux. C’est une terre partagée, appropriée par une somme d’individus qui s’y reconnaissent. Mais la terre se convoite aussi et l’histoire humaine est faite d’hostilités, de haines, de guerres menées au nom de la conquête des territoires. Identité-territoire, dialectique capitale. Mais quel territoire ? Celui que l’on vit, ou celui que l’on rêve ? Celui de son enfance, espace-refuge ou espace-mythe, que l’on voudrait préserver ? Celui de son quotidien, espace-repère que l’on voudrait embellir ? Celui de son avenir, espace-dynamique que l’on voudrait développer ? Personne n’a la même idée de la France mais ses citoyens puisent en son territoire des références identitaires fondamentales. Leurs sentiments d’identité, disparates et personnels, s’y incarnent.

69Un autre terme, employé à l’excès, accompagne ce duo majeur, identité et territoire : patrimoine. Pas plus qu’un territoire, un patrimoine n’existe a priori. Tout objet peut même acquérir le statut patrimonial. Au cours de notre siècle, le concept de patrimoine s’est étendu à des domaines jusqu’alors inexplorés : du bâtiment remarquable mais isolé au paysage lui-même. Peu à peu, par cercles concentriques, le patrimoine recouvre nos territoires. En 1913, une loi institue un rayon de protection de 500 m autour de tout monument classé ou inscrit. En 1962, sont protégés des « secteurs sauvegardés ». En 1983, les zones de protection du Patrimoine architectural et urbain, les ZPPAU, développent encore leurs aires d’influence, avant la loi du 18 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages qui donne des moyens nouveaux aux collectivités locales. Et l’on va même plus loin encore puisque aujourd’hui on peut lire la montagne Sainte-Victoire ou Auvers-sur-Oise à travers les analyses qu’en firent Cézanne ou Van Gogh. Le lieu lui-même devient patrimoine. Des vallées peuvent être sauvegardées, comme le littoral, objet d’une loi spécifique…

70Dans le Finistère, un sixième de l’espace est maintenant protégé.

71« L’immobilisation des paysages apparaît à la fin de ce siècle comme un désir collectif des Français, troublés, voire angoissés par la disparition réelle ou annoncée de leurs repères visuels habituels. » (Augoyard, 1995.)

72La nature pittoresque est comme nourrie d’un sens prospectif : être l’un des territoires de la sécurité génétique de la nation. Une sorte d’amer. Toujours sans jeu de mot ?

73En effet, la protection juridique renforcée des sites s’apparente à un cadenas posé sur des devenirs que l’on juge incertains. On fige. Sur des certitudes révolues, que l’on souhaite voir perdurer. Des images fixes. Des photographies. Quel avenir pour ces sites protégés, inscrits dans des futurs qui se vivront aux couleurs du passé ?

74Et que l’on ne parle pas de beauté « naturelle » à préserver sur le littoral ou dans les montagnes. Si la montagne et la mer étaient « naturellement » belles, pourquoi a t-il fallu attendre le xviiie siècle pour les juger telles ?

75D’ailleurs, en guise de clin d’œil, associer beauté et nature est un exercice lui-même très récent. La nature est d’abord force, naissance et destruction, tempêtes, tornades, feux et foudres. « De natura rerum » est, d’abord, un réquisitoire. Ensuite, au long des siècles, il s’est, peu à peu, avéré nécessaire de donner forme, de dompter la nature dans une réponse sécurisante de l’ordre au désordre. « Cette forme ce sera le paysage », avec, en guise de première ébauche, les jardins des villas romaines, « première mise en scène à usage intime du monde extérieur. Une répétition » (Conan, 1995).

76De ces jardins aux espaces aménagés du temps présent, la route du paysage a été longue. Elle nous permet de rappeler qu’aujourd’hui, en nos sociétés, bien peu d’endroits restent réfractaires à la main de l’homme. Tout l’espace est aménagé. Il est nécessaire de le rappeler tant, pour certains, espace vert signifie toujours espace naturel.

77Ainsi, d’un objet, monument punctiforme, nous en sommes arrivés à l’environnement spatial de l’objet puis à des formes immatérielles, abstraites comme le paysage lui-même. Ce siècle qui étend ainsi la notion de territoire en fait de même avec celle de patrimoine. Guy Di Méo parle de « parenté conceptuelle » entre les deux termes (Di Méo, 1991). Partant d’une notion juridique (bien transmis par le père à ses enfants), le patrimoine s’étend lui aussi régulièrement pour recouvrir maintenant objets et paysages. Un bateau devient patrimoine, comme une ancienne usine. On parle, et depuis 1970, de patrimoine ethnologique. La recherche de la distinction, de l’originalité, de l’authenticité, gages de réussites touristiques et commerciales, en vient à créer du patrimoine à foison. La crêpe, le kouignamann, le carnaval, les bistrots du port, entrent ainsi dans la formidable valse patrimoniale, reconstitution d’un passé idéalisé, expurgé de ses contradictions, figé. Un passé qui rassure en ces périodes de malaise général de post-modernité. Alors, on invente du patrimoine comme on valorise du territoire afin de raffermir son identité. Afin d’être certain de bien exister.

78Le risque demeure, cependant, de la pure construction, ex nihilo, sur des bases qui ne doivent rien à une histoire sélectionnée et tamisée, mais tout à une logique publicitaire.

79C’est un nom, ensuite. Le territoire est dénommé, c’est même un des actes fondateurs de son identité. « Nommer l’espace, c’est produire du territoire » dit Gumuchian (Gumuchian, 1991). Produire du territoire, c’est produire de l’identité, pourrions nous ajouter. Ce nom, à son tour, participe à la définition de l’identité de ceux qui y habitent, dans l’usage commun comme dans les documents administratifs ou juridiques. La « carte d’identité » d’un citoyen intègre le nom de la ville ou du village où il réside.

80Ce nom peut être revendiqué à son tour et devenir enjeu. Là encore, que d’hostilités et parfois que de haines autour de cette dénomination à charge symbolique forte.

81C’est une mémoire, aussi. Là encore, attention ! Les chausse-trappes sont nombreuses car la mémoire est soumise, ô combien, aux manipulations du temps et des sociétés. « Trop privilégier la mémoire c’est s’immerger dans le flot indomptable du temps » écrit Jacques Le Goff (Le Goff, 1988) ; ajoutons que l’on n’y surnage pas toujours… L’histoire, l’analyse scientifique, les faits recoupés et digérés, viennent alimenter la mémoire ; mais ils ne l’empêchent en rien d’être le fruit des rapports complexes de l’oubli et du souvenir, des traces du passé et des reconstructions du présent. La mémoire aussi est une construction. Les rapports de force qui meuvent nos sociétés sous-tendent nos mémoires, tant se rendre maître du souvenir collectif est un acte fort, conscient ou non, de tout pouvoir. Notre époque est friande des apports de la mémoire qu’elle goûte jusqu’à l’excès. Les doutes qui se lèvent de plus en plus nombreux sur toutes les voies de l’avenir amènent des retours nostalgiques vers les racines. La mémoire collective est un puissant ferment d’identité. Mais quelle mémoire ? La mémoire n’est pas neutre.

82Elle décrit aujourd’hui des événements d’avant-hier et engage autant l’événement que le conteur. Les deux s’y retrouvent parfois… mais pas toujours !

83Altérée par les tamis successifs posés par les générations qui se succèdent, la mémoire collective est une construction permanente, en réécriture constante. Maurice Halbwachs montre combien la mémoire des groupes s’enracine dans la terre : « Il n’est point de mémoire collective qui ne se déroule dans un cadre spatial… c’est sur l’espace qu’il faut tourner notre attention… pour que réapparaisse telle ou telle catégorie de souvenirs ».

84« C’est l’image seule de l’espace qui, en raison de sa stabilité, nous donne l’illusion de ne point changer à travers le temps et de retrouver le passé dans le présent ; mais c’est bien ainsi qu’on peut définir la mémoire ; et l’espace seul est assez stable pour pouvoir durer sans vieillir ni perdre aucune de ses parties. » (Halbwachs, 1968.)

85À partir de là, quelques réflexions s’imposent à nous.

  • De l’histoire au mythe, on le sait, les frontières sont étroites. Sachons-le, tentons de mesurer les poids respectifs des faits bruts et des jeux de réécriture, mais n’oublions pas, cependant, combien histoire et mythe nourrissent la saga identitaire.
  • Les images du passé sont véhiculées par les générations successives, parce que le groupe voit des facteurs d’unification dans sa prétendue unité passée.
  • Si la mémoire est naturellement liée à l’espace, on en vient aujourd’hui à concevoir et protéger des « lieux de mémoire », à partir d’un concept qui enracine dans l’espace des valeurs a priori immatérielles. Ainsi les sociétés créent en permanence de nouveaux « lieux de mémoire ».

86Les autres référents du territoire, langues, croyances, fêtes, pratiques sociales, culturelles ou cultuelles, ne se retrouvent que rarement à l’échelle, locale, d’une ville. Quoique… nous aurons l’occasion d’y revenir !

87Reste la sublimation, ces mythes déjà évoqués, les constructions de l’esprit, fruit des jeux de la mémoire, de l’oubli, des pouvoirs et des rapports de force. S’y intègre la tradition, qui est une interprétation du passé, message culturel résultant de sélections multiples.

88L’identité d’une ville a « moins le caractère d’une réalité que d’une représentation sociale relevant du mythe et de l’idéologie, représentation par laquelle une collectivité figure son unité par différenciation des autres » (Lipiansky, 1995).

89Ainsi, par glissements successifs, on en arrive à estimer que l’affirmation de l’identité est davantage un moyen par lequel un groupe cherche à construire sa propre unité que le reflet de cette unité. Ainsi, l’identité n’est plus seulement le fondement de l’unité d’un groupe mais aussi la résultante des processus par lesquels ce groupe cherche à fonder sa cohésion. L’identité est un terreau d’affirmation.

90Nous rejoignons dès lors Jean-François Bayart, qui, étudiant la Yougoslavie, l’Afrique des grands lacs ou l’Algérie, conclut « qu’il n’y a que des stratégies identitaires, rationnellement conduites par des acteurs identifiables, et des rêves ou des cauchemars identitaires auxquels nous adhérons parce qu’ils nous enchantent ou nous terrorisent » (Bayart, 1996). Il y a là belle réflexion à poursuivre…

91Une terre, un nom, des liens multiples que tissent les communautés avec ces lieux qu’elles investissent, forment cette identité, forcément morcelée, éclatée, mais qui néanmoins peut unir, au nom justement, des points d’ancrage qu’elle autorise, dans le cadre de stratégies bien identifiables.

92Ajoutons une quatrième problématique : l’identité est contextuelle. Oui, un habitant de Douarnenez s’affirme Douarneniste devant un Vannetais ou un Rennais. Il sera Finistérien ou Breton devant un Parisien ou un Marseillais, Français devant un Roumain. Européen face à un Américain. Mais il sera aussi malade face au médecin, ouvrier face aux patrons, catholique face aux musulmans. L’identité est multiple, relative, et fortement dépendante du contexte. Jean-François Bayart va plus loin encore, en étudiant l’idée de communauté. Pour lui une communauté est moins une « solidarité de base » qu’une « inimitié de base ». La réaction à l’autre prime.

93La solidarité avec les siens n’est que le ricochet de cette inimitié, de cette altérité fondatrice.

94Stéphane Ferret, dans son éclairante recherche sur Le Bateau de Thésée (Ferret, 1996), nous amène à poursuivre la réflexion sur un point capital : dans quelle mesure l’identité est compatible avec le changement. Par définition première on sait que l’identité accepte, sans remise en cause, un certain type de changement. Mais voilà, on sait aussi que tous les changements ne préservent pas l’identité… Tout le problème consiste à faire la différence entre la persistance d’un particulier à travers le changement et son remplacement par un autre particulier. Stéphane Ferret nous raconte à cet égard les discussions des sophistes athéniens sur l’épineuse question du bateau de Thésée. Si l’on remplace régulièrement une planche usagée du bateau, à partir de quelle planche cruciale cette embarcation n’est plus la même ?

95Jusqu’où le changement est-il acceptable sans remettre en cause l’identité ?

96Énigme insondable, mais problème passionnant. À travers la matière douarneniste, au cœur de la geste de cette ville, où trouver la planche cruciale qui rompt avec une logique identitaire pour, sitôt, participer à la construction nouvelle ? Où ?

97Un arbre qui ne change pas est un arbre mort. Mais où est donc la planche cruciale ? Au-delà de la question reste une évidence : l’identité est évolutive. Jean Chesneaux développe également cette idée, tout à fait fondamentale, en reprenant les thèses d’Husserl sur la notion de temps. La continuité de l’être, tant personnel que social, son identité profonde, se réalisent dans la durée, et « c’est au fil du temps que cet être devient autre, qu’il se transforme » (Chesneaux, 1996).

98L’identité d’une ville est ce conglomérat complexe et mouvant, formé de marqueurs nombreux : faits objectifs, contexte social, économique et politique, la langue, les croyances et les fêtes… faits subjectifs, résultant de discours, d’images, des élaborations de la mémoire collective, ce vaste tamis qui sépare l’événement devenant mythe et celui qui sombrera dans l’oubli.

99Terminons ces remarques préalables par une réflexion rapide sur des expressions à la fortune certaine : identité maritime, patrimoine maritime, mémoire maritime… Depuis quelques années, le maritime se décline, et se vend, sur tous les tons. Soyons très circonspects sur ces propos de circonstance. La mode est à la mer, dernier espace de la surface du globe non encore pleinement maîtrisé. La mer est à la confluence de toutes les évolutions profondes de nos sociétés. Les pratiques de loisirs et de sports s’y multiplient. Les regards nostalgiques y trouvent des images magnifiques et… magnifiées. Douarnenez 86, Douarnenez 88, Brest-Douarnenez 92 puis 96… sont des exemples éloquents. L’aventure et l’extrême, les rêves inaccessibles des terriens, y trouvent espace à leurs mesures, comme l’illustre le Vendée Globe Challenge. Alors, fort de ces constats et de quelques autres, on enrobe et on décerne des attributs maritimes à tout va. On maritimise à tour de bras. Voilà le souper du pêcheur, la vocation maritime, l’appel du large et le vrai ciré marin, l’authentique. Les bateaux quittent les ports et envahissent les ronds-points. Les embruns nourrissent les métaphores. Le « patrimoine maritime » est ainsi pleinement entré dans les mœurs, sans que l’on se pose, à son sujet, quelques salutaires questions… Ce qui permet, au passage, de jeter dans l’escarcelle de cette expression à la mode des faits ou des objets qui ne sont ni patrimoniaux, ni maritimes. De même « identité maritime » se lit sous de nombreuses plumes. Avec pertinence ?

100Notre étude tentera d’apporter quelques réponses à travers des exemples concrets. Disons simplement, pour l’instant, que la fixation d’une population au bord de la mer n’implique pas, par je ne sais quel automatisme, sa participation volontaire à la vie maritime. Elle peut même en rester tout à fait éloignée… La vie des bords de mer ne peut être isolée des mouvements généraux de la société. Bien sûr, et nous le verrons, l’association des termes peut avoir quelques pertinences pour définir des périodes historiques particulières. Mais la particularité ne fait jamais généralité. Le plus souvent, et c’est la logique même en des territoires peu ou prou innervés par les grands mouvements culturels ou politiques, par les césures des classes sociales, par les idées et les médias, la teinte maritime, qui résulte tout simplement de réalités économiques fortes, ne peut, seule, qualifier l’identité locale.

101Il en est de même du patrimoine maritime. Quel est-il, défini par quel groupe social, au profit de qui ? Existe t-il comme une entité clairement discernable, prête à être valorisée, voire sacralisée comme tant d’autres veaux d’or ?

102En guise de jeu, retenons simplement dès maintenant cette association originale de deux termes phonétiquement et étymologiquement bien complémentaires. Le patrimoine, issu du père ; maritime, issu de la mer. Le tout servant à exprimer le bien commun de ces territoires qui, dit-on, vivaient sous le régime matriarcal… Simples jeux de mots, un peu faciles ? Pas si sûr… Ces presque anagrammes qui fondent des mythes si populaires aujourd’hui ne sont ils pas les Janus à double face de nos bonnes consciences identitaires ? Ne nous apportent-ils pas, sur un plateau aux odeurs iodées, ces racines qui manquent aux urbains, aux déracinés de notre monde. Des racines idéales. Celles qui se marient avec nos rêves d’ailleurs, en gardant à la mémoire les nostalgies d’épopée, de courage et de lutte jamais achevée contre les éléments.

À la recherche de Douarnenez

103Le travail qui suit est une recherche sur cette identité de Douarnenez, ville finistérienne des bords de mer, peuplée de 16 000 habitants, qui fut grand port de pêche et ville industrielle. Cette étude de cas nous semble particulièrement révélatrice des évolutions connues, et parfois subies, par le littoral depuis deux siècles. Douarnenez est petit port sardinier quand, au cœur du xixe siècle, résonne la révolution industrielle et s’élèvent les fumées des conserveries nouvelles. En quelques décennies une ville sort de terre, s’affirmant premier port européen pour la pêche à la sardine et grand centre ouvrier. La crise du début du siècle entraîne des mutations importantes au sein de la filière et le redéploiement vers de nouvelles pêches. La ville, dans le mouvement général de découverte de la Bretagne engagé avec les années 1850, connaît une fréquentation touristique qui va augmentant.

104Une petite station se développe face au Douarnenez industriel, Tréboul.

105Depuis la Deuxième Guerre mondiale, les crises endémiques frappant la pêche et les activités annexes portent des coups terribles aux équilibres économiques de l’agglomération. Aujourd’hui, cette petite ville, aux fonctions tertiaires évidentes, tente de maintenir des activités maritimes diversifiées et complémentaires autour de trois ports, pêche, plaisance, musée.

106Comme hier, la mer reste la principale matière première. Douarnenez a investi avec des succès bien divers et parmi mille difficultés, dans la construction d’un port-musée, symbole de la popularisation de ce patrimoine maritime après lequel il nous faudra courir un peu…

107Alors, l’identité : concept opératoire ou aporie philosophique ? Les quelques réflexions qui précèdent illustrent la complexité d’un concept qui subit les influences multiples de facteurs eux-mêmes en mouvements constants. L’identité, disions-nous, peut se définir par un territoire ou par une mémoire. Pour l’un comme pour l’autre, nous avons posé les mêmes questions : mais quel territoire, mais quelle mémoire ? En réponse, nous avons employé les mêmes termes : territoire et mémoire sont des constructions.

108Pour conclure nous sommes obligés d’insister sur la subjectivité d’une notion décidément bien mouvante. Mérite t-elle que nous nous y arrêtions longuement et que nous cherchions, à partir d’exemples concrets, les jeux, les glissades ou les envolées d’une notion si difficilement palpable ? Oui, incontestablement oui. Car si l’identité est une substance molle, bulle de gélatine qui glisse entre les doigts et ne s’en laisse pas conter, le sentiment d’identité, lui, s’incarne dans mille certitudes. Il tue, parfois, excommunie, souvent, exclut ou rejette et se fige alors dans le rictus du pire. Il unit et rassemble, aussi, prenant même parfois des couleurs de fêtes. Ce sentiment-là, si prégnant, si présent et insistant, mérite largement que l’on s’arrête pour l’observer un moment.

109L’identité est une construction, on le sait. Cette construction est en perpétuel mouvement, comme les sentiments d’appartenance qui l’accompagnent, comme le territoire, qui bouge, s’agrandit, s’appauvrit parfois et rebondit encore. Du vieux Douarnenez recroquevillé sur les quais du Rosmeur, entassé dans la saumure, au Douarnenez d’aujourd’hui, aéré, intégrant les coteaux ploaristes, les collines de Tréboul et la campagne de Pouldavid, il y a plus qu’une différence d’échelle. Un monde a bougé. Un territoire donc, mais aussi une identité. Celle d’une ville à la recherche de laquelle nous allons consacrer ce travail.

110Cette étude, qui mêle territoire approprié et identité en mouvement, s’enracine dans l’histoire. Le territoire, notion spatiale, a une dimension temporelle d’évidence. L’identité, notion psychologique, implique un enracinement géographique tout aussi fondamental. Ainsi identité et territoire, à la croisée des deux disciplines, imposent des études de géographie historique. Le double regard est indispensable sous peine d’incompréhension absolue. Roger Dion estimait que c’est « toujours aux marges floues des disciplines qu’il se passe quelque chose et que progresse la connaissance ».

111En cette étude, par volonté comme par obligation, nous travaillerons aux marges. Sans oublier ce que le même Roger Dion affirmait dans sa leçon inaugurale au Collège de France, reprenant une formule de Jean Brunhes :

112« La géographie, c’est la projection du vouloir humain sur la partie superficielle de l’écorce terrestre. » Alors, nous tenterons d’appréhender les mouvements d’un territoire en devenir, de deviner les évolutions d’une identité en permanente construction, sur cette petite partie de l’écorce terrestre que l’on appelle Douarnenez.

113Pas question cependant, nous l’avons déjà dit, d’écrire une biographie linéaire de cette ville. Sans que celle-ci ne disparaisse de l’arrière plan, nous nous concentrerons sur les moments de basculement, de ruptures et de changements. Si l’identité est une construction qui se déroule à travers le temps par à-coups, par jeux d’accélérations et d’emballements, succédant aux calmes des marasmes et des interrogations, étudions ces temps particuliers où la sève irrigue et donne des couleurs nouvelles. Nous nous arrêterons alors sur la révolution industrielle qui transforme ce petit village sardinier en ville ouvrière, sur les mutations de la pêche, sur les refus et les coups d’arrêt donnés aux évolutions économiques, sur l’espace qui tremble, bouge, craque parfois et sans cesse évolue, bref, sur tout ce qui fonde une différence, tout ce qui unit ou sépare les êtres, tout ce qui détermine une identité.

114Avant de nous enfoncer dans les strates du passé, nous regarderons le Douarnenez d’aujourd’hui, tel qu’il apparaît aux regards du promeneur, tel qu’il est présenté dans les publications, livres ou brochures, ainsi que dans les émissions de radio ou de télévision, tel, enfin, qu’il se lit dans la rigueur des chiffres.

115Ainsi, armés des réalités, des impressions et des mythes du présent, nous pourrons engager ce voyage dans le temps, cette étude des relations entre les hommes et la mer, à Douarnenez, en Bretagne, de 1800 à nos jours.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540