Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Douarnenez de 1800 à nos jours

 | 
Jean-Michel Le Boulanger

Préface

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Paul Claval

2Université de Paris-Sorbonne

3Comment parler d’une ville comme Douarnenez ? Comment l’expliquer ? Comment la faire aimer ? En évoquant bien sûr le site où elle s’est développée et le cadre bâti qu’elle offre. Jean-Michel Le Boulanger le fait admirablement, d’une prose rapide et nerveuse, qui saisit les yeux du soleil sur la baie et rappelle l’insistance du crachin des temps gris dans des rues étroites aux bâtiments ternes. Douarnenez est un port, mais la mer dont elle est née et qui la fait vivre ressemble davantage à un lac qu’à l’océan, puisque la péninsule de Crozon cache l’entrée de la baie : paradoxe d’une cité aux horizons marins apparemment limités, mais qui a su regarder au loin.

4Rendre présente aux lecteurs une ville, au-delà du cadre bâti et du site, c’est montrer comment le passé y opère aujourd’hui à travers une mémoire partagée. L’histoire de Douarnenez est courte. Jusqu’au xviiie siècle, la zone demeure rurale : hameaux et villages, pas même un bourg. L’essor de la ville est parallèle à celui de la pêche à la fin du xviiie et au xixe siècles. La pointe entre le port du Rosmeur et le Port-Rhu, jusque-là rurale se construit et s’urbanise. La société qui s’y met en place manque des traditions présentes dans les bourgs ruraux. Elle est jeune, dynamique, faite de gens prêts à profiter de toutes les opportunités.

5Le poisson, la sardine, a toujours visité saisonnièrement la baie et les fonds voisins. Ce qui limitait l’essor de la pêche, c’étaient les débouchés. Il faut vendre le poisson sur des marchés lointains, le conserver donc. La première formule qui connaisse le succès, c’est la sardine en baril, qui se vend bien dans le Sud-Ouest et dans le Midi. Pour appâter le poisson, on emploie de la rogue de Norvège : les importateurs en contrôlent le prix ; on est à deux doigts de la constitution, à partir de leurs entreprises, d’une pêche d’armateurs capitalistes.

6Un bouleversement majeur intervient alors : la boîte de conserve. La technique, inventée dans la région nantaise, est vite adoptée à Douarnenez. Les gens qui ont de l’argent se désintéressent de l’armement : la pêche reste artisanale. La transformation du poisson ne l’est plus : la ville se couvre de conserveries. Les hommes pêchent ; les femmes travaillent à l’usine.

7Douarnenez offre un magnifique exemple d’épopée capitaliste, avec ses familles d’entrepreneurs que rien n’arrête, et, paradoxe, un prolétariat féminin, fait des mères, des femmes, des filles des marins-pêcheurs qui ramènent le poisson. Cette épopée capitaliste est traversée de luttes, qui pèsent lourd dans la mémoire collective – surtout celles du premier xxe siècle et de l’entre-deux-guerres : un dur mouvement de grève, un leader charismatique, un entrepreneur sans scrupule et aux idées courtes, et le drame éclate.

8La sardine se fait plus rare. Il faut aller la chercher plus au sud. Des concurrents se développent au Portugal puis au Maroc. La pêche continue, mais se reconvertit. Les conserveries, dont le déclin commence, travaillent de plus en plus de la sardine venue d’ailleurs. Les pêcheurs de Douarnenez se spécialisent dans la langouste. Ils oublient la baie et les fonds voisins : ils s’embarquent pour des campagnes de plusieurs mois au large de la Mauritanie, du Sénégal ou plus loin. L’argent afflue, que l’on flambe rapidement en fin de campagne.

9La ville n’a pas le temps de soigner sa présentation : elle se développe autour du port du Rosmeur, dans un site pentu, et sur l’étroit plateau à l’ouest. Conserveries et petites maisons s’y mêlent. L’époque n’est pas à l’urbanisme. La ville prospère, mêlant misère et réussite éclatante. Elle est vivante, colorée. La vue sur la baie, le pittoresque des bateaux, l’animation des quais et des ruelles séduisent les touristes. Peintres et vacanciers commencent à affluer dès la fin du xixe siècle et logent volontiers au-delà de l’estuaire du Port-Rhu, à Tréboul, où la plage des Sables Blancs les attire.

10Entre les deux guerres mondiales, Douarnenez ne parvient pas à prendre le tournant des nouveaux modes de pêche. La ville continue à vivre de la conserverie grâce à des achats faits au loin, et d’une grande pêche dont la décolonisation sonne rapidement le glas. Dans les années 1970, un cycle se clôt : Douarnenez port de pêche a de moins en moins de pêcheurs et de bateaux ; les conserveries disparaissent, et avec elles, le prolétariat féminin qui avait longtemps caractérisé la ville. Un effort de construction et d’équipement marque les années 1950 et 1960 : il génère, à la périphérie de la ville, le paysage banal de HLM, de déviations routières et de centres commerciaux que l’on retrouve d’un bout à l’autre de la France.

11Comment donner un second souffle à une ville dont l’histoire est courte, les orientations traditionnellement peu diversifiées et les spécialisations menacées ? Douarnenez hésite : la ville attire des ateliers et des usines ; elle essaie de redonner vie à la pêche et se dote d’un port moderne ; elle tente de monnayer la mémoire à laquelle elle a donné naissance : elle conserve le souvenir de ses luttes sociales, magnifie son passé marin et décide de devenir le grand centre du nouveau culte du patrimoine de la pêche et de la voile qui se répand sur toutes les côtes d’Europe en équipant le Port-Rhu.

12Jean-Michel Le Boulanger note ce qui, à Douarnenez comme ailleurs, fait l’activité d’une ville, ses usines, ses commerces, ses écoles. Il sait que sans les touristes, les fins de mois seraient difficiles pour beaucoup. Mais ce qu’il montre surtout, c’est qu’une ville est une création collective et qu’elle se perpétue à travers une mémoire commune. L’étude qui nous est présentée porte sur l’histoire de Douarnenez, mais ce n’est pas de l’histoire au sens classique du terme : son but n’est pas de retracer tous les épisodes d’une évolution, mais de souligner ceux qui ont marqué les habitants de la ville et restent présents dans leur esprit et dans celui de ses responsables. La ville dont nous parle Jean-Michel Le Boulanger, dont il nous peint les couleurs, nous décrit les formes et nous évoque les ciels changeants, est aussi celle d’un passé qui habite toujours la mémoire de tous et marque les comportements d’aujourd’hui.

13N’y-a-t-il pas quelque danger à garder si vivantes les images du passé ? Jusqu’à quel point convient-il de protéger l’histoire qui nous a faits ? N’y-a-t-il pas un paradoxe à voir une société dont la jeunesse et le dynamisme, au xixe siècle, venaient de ce qu’elle n’avait pas d’histoire, pas de tradition, pas d’éléments qui la figent, se transmuer ainsi en une société de la nostalgie ? C’est la question que pose l’analyse fascinante que nous propose Jean-Michel Le Boulanger. Il aime passionnément sa ville, est fasciné par son histoire heurtée, dure, flamboyante, mais se demande si un attachement trop fort au passé ne risque pas d’obérer son futur.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540