Version classiqueVersion mobile

Georges Ier d'Amboise

 | 
Fagnart Laure
, 
Jonathan Dumont

Deuxième partie. Georges d'Amboise, bâtisseur, bibliophile et amateur d'art

Georges d’Amboise et l’architecture

Passions, modèles, nécessités, objectifs

Flaminia Bardati

Texte intégral

1Pendant les douze premières années du règne de Louis XII, la politique française a été dominée par l’imposante figure de Georges d’Amboise. À la fin de 1509, quand des maladies répétées le tiennent quelques semaines éloigné de la cour, l’ambassadeur florentin Alessandro Nasi prévoit l’écroulement politique et diplomatique qui se produirait à la mort du tout-puissant cardinal :

  • 1 Alessandro Nasi, Lettre au gonfalonier Piero Soderini, Blois, 23 janvier 1510, dans Négociations d (...)

«Donde se’l Nostro Signore Iddio levassi el legato dalle faccende, o per morte, o per un tale impedimento nella persona che etiam vivendo non vi potessi varare, apparirebbe in questa corte tanta confusione nel trattare e maneggiare faccende, che forse alli dì nostri non fù vista tale1

  • 2 Bardati F., « Il bel palatio in forma di castello ». Gaillon tra « Flamboyant » e Rinascimento, Ro (...)

2Bien que la politique ait occupé la plupart de son temps, le cardinal d’Amboise accorda une importance fondamentale aux arts – et à l’architecture en particulier – en y consacrant des moyens fabuleux. Son activité de bâtisseur de 1494 à 1510 est étonnante : parmi les édifices relevant de l’archevêché de Rouen, il agrandit le palais archiépiscopal, participant aussi aux travaux d’achèvement de la cathédrale ; il transforma le petit château de Gaillon en demeure princière et le manoir de Déville-lès-Rouen en maison de plaisance. C’est encore lui qui gère pour son neveu les reconstructions des châteaux de Chaumont et de Meillant. Pouvant compter sur ces berceaux familiaux en Val-de-Loire et en Berry, il se contente d’un petit hôtel particulier à Blois où, toutefois, l’un des premiers escaliers rampe sur rampe fait son apparition. Soucieux d’assurer la présence de la famille Chaumont-d’Amboise en Île-de-France, il achète la seigneurie de Vigny où il fit élever un château et plusieurs bâtiments dans le parc. Enfin, il laisse des indications assez précises en vue de l’édification de son monument funéraire2.

3Le but de ce texte, sans trop s’attarder sur Gaillon, la plus connue des résidences du cardinal, est de mettre en évidence la qualité – outre la quantité – de la commande architecturale de Georges d’Amboise, en soulignant les choix typologiques, distributifs et formels, et, par là, de préciser d’une part les modèles, d’autre part les objectifs qui peuvent avoir guidé ses actions.

  • 3 Sur ce sujet, voir Guillaume J., « Styles and Manners: Reflections on the “longue durée” in the Hi (...)

4Quelques considérations préliminaires doivent tout d’abord être développées : premièrement, l’attention et les moyens financiers consacrés à l’architecture sont doublés par les dépenses concernant les jardins, les parcs et les nombreuses dépendances qui y sont établies et qui constituent parfois de vrais édifices. Deuxièmement, dans les dispositions d’ensemble comme dans le décor, Georges d’Amboise oscille toujours entre deux pôles : la tradition des grands châteaux français, comme Montargis ou Amboise, et les nouveautés de la recherche architecturale française et italienne, le Flamboyant et le Quattrocento, considérés comme deux courants contemporains et constituant l’avant-garde entre le XVe et le XVIe siècle3. Enfin, les choix distributifs – assez caractéristiques – se retrouvent dans la plupart des résidences et semblent indiquer la référence à des modèles assez précis.

  • 4 Pour la chronologie du chantier de Gaillon et l’évolution du projet, voir Thomas É., « Gaillon : l (...)
  • 5 Voir l’ensemble des descriptions de Gaillon dans ibid., p. 183-202.

5Le château de Gaillon est l’emblème de la politique mécénale du cardinal, mais également des caractéristiques que l’on vient d’énoncer. Le souci de régularisation du plan, à dater d’après le séjour romain de 1503 et réalisé grâce à la construction de la galerie de Gênes, et les solutions ornementales qui mêlent moulures flamboyantes et sculptures à l’antique en sont les preuves les plus évidentes4. Si les silhouettes élancées relèvent de l’imaginaire médiéval des grandes demeures princières françaises, l’éblouissante décoration témoigne toujours d’une synthèse entre flamboyant et Renaissance. Synthèse par ailleurs très appréciée par les visiteurs étrangers, les Italiens en premier lieu, qui ne sont pas du tout gênés par cette cohabitation5.

  • 6 Ibid., p. 67-82. Voir aussi Chatenet M., La Cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architec (...)

6La distribution de l’étage noble s’inspire des demeures royales du XIVe siècle et ducales du XVe siècle, mais également d’Avignon et des palais papaux et cardinalices romains de la fin du Quattrocento6. Elle est restituée grâce aux inventaires de 1508 et 1550 ainsi que par le biais des minutieuses descriptions des ambassadeurs et visiteurs italiens durant la première moitié du XVIe siècle.

  • 7 Crozet R., « Un plan de château de la fin du Moyen Âge », B.M., t. 110, 1952, p. 119-124 ; Chirol (...)
  • 8 Bardati F., « “Loghi da spasso et da piacere” : i giardini del cardinale Georges d’Amboise a Dévil (...)

7Dans le premier projet de Gaillon, connu grâce au plan dit de Poitiers (fig. 17)7, la grande vis (19) donne directement accès à la grande salle (18), suivie par une « chambre à parer » (17), une chambre (15), une « garde robbe » (c), une « estudde » (a) et un oratoire (b) dans la tour carrée. De la chambre partait une galerie (13) conduisant à une chapelle (11) et au pavillon (10) qui la joignait au sud, desservi par un escalier rampe sur rampe donnant accès à un petit jardin privé (12). Le logis du cardinal est également agrémenté d’un jardin privé (14) avec une fontaine (16). Dans le château réalisé, la distribution du logis est presque la même, à l’exception de la tour septentrionale qui, en conservant son plan circulaire, n’abrite qu’une pièce (fig. 18). En ce qui concerne les dispositions d’ensemble, la galerie de Gênes coupe en deux parties l’espace vide initial et crée ainsi une cour presque carrée, bordée de portiques sur trois côtés. La chapelle est rapprochée de la grande salle, directement accessible par la grande vis et la loggia. Au-delà de l’appartement d’apparat et de la galerie/bibliothèque de Georges d’Amboise se trouve, à la place de la chapelle du projet, le pavillon du portail menant au jardin et au parc. Comme le cabinet et la bibliothèque, la chambre située au premier étage de ce pavillon offrait une vue panoramique sur les jardins, décrits avec beaucoup d’enthousiasme par les visiteurs italiens8. Dotée de deux cabinets, la « première chambre du portail sur le jardin » est ornée de six tapisseries « à chasseurs de Louvyns », un « lict de camp » aux piliers dorés, avec des tentures également dorées, en soie, taffetas et velours et d’autres meubles décorés. La richesse de l’ornementation dénote un usage particulier et, si l’on considère que, dans le projet, un pavillon avec jardin et escalier indépendant était prévu de ce côté de l’édifice, on peut supposer qu’il s’agissait d’un deuxième appartement pour le cardinal, séparé du logis d’apparat par la galerie, agrémenté de la vue et consacré à un usage privé.

  • 9 Id., « Napoli in Francia ? L’arco di Alfonso e i portali monumentali del primo Rinascimento france (...)

8Enfin, dans l’éblouissante ornementation de Gaillon, une série d’éléments – tels que les profils d’empereurs, l’ordonnance de la porte de Gênes, la copie sculptée des Triomphes de Mantegna – mettent en lumière la volonté d’une mise en relation directe avec l’iconographie impériale9.

Fig. 17 – Plan dit de Poitiers. Projet pour le château de Gaillon, redessiné par René Crozet, Poitiers, Archives départementales de la Vienne. 1 : « grande cour » ; 2 : « chambre pour la lingerie » ; 3 : « petite boullengerie » ; 4 : « cuisine » ; 5 : « salle » ; 6 : « chambre basse » ; 7 : « grant four » ; 8 : « bourrellerie » ; 9 : « grant boullangerie » ; 10 : « pavillon » ; 11  : « chapelle » ; 12 : « petit jardin » ; 13 : « gallerie » ; 14 : « jardin » ; 15 : « chambre » ; 16 : « fontaine » ; 17 : « chambre à parer » ; 18 : « salle » ; 19 : « grand viz » ; 20 : « bouteillerie » ; 21 : « cuisine  » ; 22 : « chambre » ; 23 : « chambre » ; 24 : « chambre » ; 25 : « chambre » ; 26 : « garde robe » ; a : « estudde » ; b : « oratoire » ; c : « garde robe ».

Fig. 18 – F. Bardati, Restitution du plan du 1er étage du château de Gaillon, © F. Bardati, L.Menegatti.

9Les commandes moins connues du cardinal sont également richissimes.

  • 10 Le Verdier P., « Le manoir des archevêques de Rouen à Déville », Bulletin de la société d’Histoire (...)
  • 11 Rouen, ADSM, G 479, fos 6v-7r.
  • 12 L’inventaire, bien qu’il ne soit pas précisé à quel moment, doit forcément passer au rez-de-chauss (...)
  • 13 Le Pogam P.-Y., « Sources textuelles pour l’étude de la distribution dans les châteaux normands »,(...)

10Dès son arrivée à Rouen, Georges d’Amboise commence des travaux à Déville, résidence située aux abords de la ville et privilégiée par son prédécesseur, Robert de Croixmare10. Bâti au bord de la rivière, le manoir, aujourd’hui disparu, comportait deux cours, dont la première était entourée par deux corps de bâtiments en équerre ; le logis principal, contenant la « grant salle », était desservi par une vis hors d’œuvre, placée dans l’angle. La salle donnait sur la première cour, où le cardinal fit aménager une fontaine11. Il ne modifia pas la distribution des pièces, composée d’une « salle du tinel », suivie d’un « drecheur » et d’une « depense ». Puis de la séquence « chambre de parement », « chambre de monseigneur », « garderobe » et « chapelle haut », et d’autres logis, réservés aux collaborateurs et hôtes du cardinal12. Proche de la « chambre de monseigneur » se trouvait une « galerie ». Au rez-de-chaussée, il y avait, entre autres, encore une chapelle et une grande salle. À l’étage noble, la séquence petite salle (« salle du tinel ») et chambre des parements pour les parties publiques et chambre, garde-robe, chapelle et galerie pour les parties privées répète, en petit, l’organisation de Gaillon. Une telle distribution renoue avec le cérémonial royal et papal du XIVe siècle, mais elle est documentée aussi dans plusieurs manoirs normands au Moyen Âge13.

  • 14 Rouen, ADSM, G 480, fos 4v-5r. Voir aussi Bardati F., « Loghi da spasso et da piacere », art. cit. (...)
  • 15 Id., « Cardinaux aux champs », art. cit., p. 152.

11Dès la fin de 1496, les travaux concernent uniquement le parc et le jardin14. D’imposants travaux hydrauliques permettent de dévier le cours de la Clairette sur la Seine et de créer des canaux artificiels et un vivier dans le nouveau jardin. Ce dernier est organisé par des allées flanquées d’arbres, obtenues en éliminant des parties traditionnellement cultivées avec des arbres fruitiers et en plantant de nouvelles essences ornementales. Le jardin abrite plusieurs « tonnelles » en bois finement ornées de fresques ou dorées ou encore complètement couvertes de plantes grimpantes. Le parc est peuplé d’animaux de toutes sortes, même exotiques. Le manoir agricole aux portes de la ville a été transformé en une demeure suburbaine, précédent direct des maisons de plaisance qui se développeront quelques années plus tard autour de Paris et de Lyon. Dans cette résidence, où l’on maintient pourtant certaines activités productives, Georges d’Amboise ne dort jamais. Il s’y rend pour la journée seulement, accompagné de ses hôtes et de ses intimes, pour des moments consacrés à l’otium, à la pêche et à de somptueux banquets, ainsi qu’aux chasses dans le parc15.

  • 16 Id., « Georges d’Amboise à Rouen : le palais de l’archevêché et sa galerie de marbre », Flon-Grand (...)

12À Rouen, les travaux débutent en 1495 avec la construction d’un logis nouveau, sur deux étages, suivi par une première galerie, conduisant à la tour Saint-Romain, puis par une deuxième jusqu’à la tour Notre-Dame, puis, après le voyage à Rome en 1503, par une galerie en équerre, nommée dans les documents « grant galerie » ou « galerie aux belles vitres », accessible uniquement de l’appartement de Georges d’Amboise, situé au premier étage du logis sur la rue Saint-Romain16. L’ensemble de ces galeries délimite un grand jardin carré (fig. 19). Comme à Gaillon, on avait deux chapelles superposées, mais à Rouen celle de l’étage, pourvue d’un petit oratoire, n’était accessible que depuis la « chambre de Monseigneur ». Au bout de douze ans de travaux, le palais était organisé autour de quatre espaces vides : une première cour, irrégulière, en partie destinée aux écuries ; une grande cour quadrangulaire, identifiée sur le plan de la ville dressé par Gomboust par le nom « Archevesché », au fond de laquelle se dressait le corps de logis de Georges d’Amboise ; une cour irrégulière, souvent appelée la « cour de l’église », bordée au nord par le logis d’Estouteville avec sa propre tour d’escalier ; du côté est, enfin, quatre portiques entouraient le jardin, conçu comme un espace privé, accessible uniquement des appartements du cardinal. Comme à Gaillon, Georges d’Amboise faisait preuve ici d’une volonté de régularisation du plan, dont l’organisation spatiale sépare nettement les parties publiques et privées.

  • 17 Allinne M., « Deux bas-reliefs d’origine italienne provenant de l’Archevêché de Rouen », Bulletin (...)
  • 18 La toque est une gaze d’or ou d’argent, fabriquée d’abord en Italie, qui est utilisée en ameubleme (...)

13La distribution est la même qu’à Gaillon et à Déville (fig. 20) : d’après un plan de 1707, la grande vis de Georges d’Amboise donnait, à l’étage, sur une salle de dimensions moyennes, suivie d’une « chambre de parement » et de la « chambre de Monseigneur ». À la suite se trouvaient la garde-robe et la chapelle, flanquée au sud par l’oratoire du cardinal. La « grande galerie », pour laquelle on avait fait venir 23 piliers de marbre d’Italie et probablement commandé à Pace Gagini, des bas-reliefs de marbre à sujet antique17, devait sa forme curieuse, en équerre, à sa fonction : desservir le pavillon Notre-Dame qui abritait un logis dont les finitions sont très riches et furent confiées à des artistes de premier plan, tel Pierre Delorme. À l’intérieur, au premier étage, la « chambre dorée », où se trouvait, dès 1503, un tableau aux « armes de Monseigneur », était ornée de « vingt-une pieces de tocques d’or18 », d’un lit doré, semblable à celui de la « chambre de Monseigneur » dans l’appartement d’apparat, d’une cheminée au manteau peint et doré et aux jambages sculptés avec des motifs à l’antique. La richesse de son ameublement et sa relation directe avec la chambre, par la galerie, font penser que le pavillon Notre-Dame abritait, comme à Gaillon, un appartement réellement privé, sorte de logis « satellite » par rapport à l’organisation officielle de la demeure.

Fig. 19 – F. Bardati, Restitution du plan du rez-de-chaussée du palais archiépiscopal de Rouen, © F. Bardati.

Fig. 20 – F. Bardati, Restitution du plan du 1er étage du palais archiépiscopal de Rouen, © F. Bardati.

14L’ensemble des dispositions du palais archiépiscopal, de la salle des États à l’appartement du pavillon Notre-Dame, rappelle un modèle romain : le palais de Venise. Si la suite des pièces publiques/privées s’inspire du modèle papal mis en place à Rome par le vénitien Pietro Barbo, le jardin de Rouen semble s’inspirer du « giardino segreto » du même palais, accessible depuis la chambre du cardinal vénitien, entouré sur quatre côtés par deux étages de loggias. De ce même modèle pourrait venir l’idée de l’appartement « satellite » puisqu’un deuxième logis utilisé pour se tenir à l’écart de la vie publique de Rome, était situé au bout de la galerie partant de sa chambre et longeant le côté nord du jardin.

  • 19 Pour Meillant, en l’absence de sources, le rôle joué par Georges d’Amboise relève d’une lettre de (...)

15En même temps que les travaux de Déville et de Rouen, Georges d’Amboise gère ceux de Meillant et de Chaumont19. Que le cardinal d’Amboise, mécène passionné d’architecture mais aussi « bâtisseur » clairvoyant de la carrière politique de son neveu, ait décidé d’améliorer l’image de Charles de Chaumont en restructurant ses résidences est tout à fait possible. Par ailleurs, il a associé l’image de son neveu à la sienne dans le groupe statuaire qui ornait le château de Gaillon, dans une optique de célébration dynastique très évidente.

  • 20 Dumoulin M., « Le château de Meillant », C.A.F., 1931-1932, p. 154-174 ; Babelon J.-P., Châteaux d (...)

16À Meillant où, en l’absence du maître des lieux, c’est Georges d’Amboise qui reçoit Louis XII, l’édification d’un nouveau bâtiment prolongeant l’ancien château vers le sud est terminée sous Charles II de Chaumont20. La richesse décorative, dont le sommet est représenté par le grand escalier, chef-d’œuvre de l’architecture flamboyante, relève des travaux contrôlés, voire conçus, par Georges d’Amboise. À la même campagne pourrait appartenir un autre bâtiment, aujourd’hui disparu mais représenté sur une gravure de Claude Chastillon, comprenant au rez-de-chaussée une galerie ouverte en portique par sept arcades en plein cintre et ornée par des médaillons avec les profils de certains empereurs romains, selon le même modèle adopté par le cardinal à Gaillon (fig. 21).

17L’agrandissement de Chaumont est aussi géré par Georges d’Amboise. Son rôle de bâtisseur est documenté par la mention qu’Alberto Pio, comte de Carpi, en fait dans une lettre adressée au marquis de Mantoue, le 6 juillet 1506 :

  • 21 Sabattini A., Alberto III Pio. Politica diplomazia e guerra del conte di Carpi. Corrispondenza con (...)

«[…] essendo andato il re a certi vilagi qua vicini, me ne andai cum monsignor legato a Chiaumon, dove lo edifica uno belo castelo a monsignor lo gran maestro21».

  • 22 Sur les travaux, voir Gebelin F., Les châteaux de la Renaissance, Paris, 1927, p. 79-80 ; Lesueur (...)
  • 23 Id., « Le château de Chaumont », art. cit., p. 93, ne précise pas si cette dénomination est issue (...)
  • 24 Ibid., p. 92 et fig. 20.

18Entre 1498 et 1510, on édifie les ailes sud-est et sud-ouest, soulignées par les puissantes tours à plan circulaire, garnies de chemins de ronde et mâchicoulis et couvertes par de hautes toitures en ardoise22. Selon F. Tesnier, les deux tours du châtelet d’entrée abritaient chacune un logis indépendant ; dans l’aile sud-est, il y avait, à l’étage, une succession de salle, chambre de parement23, donnant sur la chapelle, et chambre située dans la tour orientale, avec un système de circulation complexe confié à des coursières et deux vis (fig. 22)24. La chambre de parement se révèle donc un espace récurrent dans les édifices relevant de Georges d’Amboise, car on la retrouve à Gaillon, à Déville, à Rouen et, vraisemblablement, à Chaumont.

Fig. 21 – Claude Chastillon, Château de Meillant-en-Berry (sur la droite la galerie en portique), © F. Bardati.

Fig. 22 – F. Bardati, L.Menegatti, Restitution du plan du premier étage du château de Chaumont-sur-Loire, © F. Bardati.

  • 25 Rouen, ADSM, G 89, fo 30r.

19L’hôtel particulier que le cardinal d’Amboise possédait au château de Blois a disparu mais on en connaît l’existence par une mention, non datée, contenue dans les comptes de l’archevêché de Rouen pour la période 1503-150525, date à laquelle il semblerait que les travaux soient très avancés, voire terminés.

  • 26 Lesueur P., Études et documents sur le château de Blois. Le donjon. La poterne Saint-Martin. La ch (...)

20Cette résidence secondaire se composait de deux pièces par étage, dont celle du sud-ouest de 8 x 9 mètres environ, qui faisait probablement office de salle ou de salle à manger, et celle du sud-est, un carré de 6 x 6 mètres environ, qui pouvait abriter la chambre et, grâce à des cloisonnements en bois, une garde-robe et un petit cabinet. Malgré des dimensions assez réduites, l’hôtel comprenait un escalier rampe sur rampe, dont le premier volet était hors d’œuvre et desservait le rez-de-chaussée, légèrement surélevé, tandis que les deux autres, dans œuvre, montaient à l’étage noble, où il y avait une galerie, probablement ouverte en loggia, qui s’étendait sur toute la largeur de la façade26. Si cette typologie de galerie pouvait interpréter une tradition blésoise, l’escalier rampe sur rampe est sans nul doute une innovation surprenante à cette date, même si cette typologie apparaît déjà dans le projet de Gaillon du plan de Poitiers.

  • 27 Tubeuf G., Maire A., Monographie du château et de l’église de Vigny, Paris, 1902 ; Somers A., Chou (...)

21En 1504, enfin, le cardinal achète une seigneurie en Île-de-France, à Vigny, sur la route de Rouen, à mi-chemin entre Paris et Gaillon (fig. 23 – cahier couleur)27. Précédé d’une basse-cour, le château, avant les transformations du XIXe siècle, complétait une cour presque carrée et comprenait une galerie aboutissant à la chapelle – une solution d’avant-garde pour l’époque de Georges d’Amboise et qu’il faut peut-être attribuer à son neveu Georges II. Comme à Gaillon, parc et jardins entouraient la demeure, avec une série de bâtiments d’agrément, dont témoigne encore la maison dite La Comté. La galerie était ouverte en portique sur la cour et ses arcades reposaient sur des piliers sculptés de fleurs de lys et d’hermines, comme à Gaillon et à Blois. En l’absence de sources capables de témoigner de l’état original de l’édifice avant les imposantes restaurations du XIXe siècle, il est impossible de rétablir la distribution interne.

  • 28 Barbier de Montault X., « Le château de Dissais (Vienne) », Paysages et monuments du Poitou, Poiti (...)

22Le puissant châtelet, tout comme les décors des baies et l’ornementation, renouent avec les formes très traditionnelles que l’on voit dans d’autres châteaux relevant de la famille d’Amboise : Chaumont-sur-Loire, berceau familial et modèle de base, et Dissay, demeure appartenant aux évêques de Poitiers, reconstruite en 1493 par Pierre d’Amboise, l’un des frères du cardinal Georges28. À Vigny, propriété privée à léguer à sa famille, le cardinal ne reçoit pas les ambassadeurs ni les grands, mais il y fête le mariage de sa nièce et d’autres célébrations familiales. Par rapport à ses résidences officielles, il donne ici d’autres types de messages, sans, toutefois, que cela signifie qu’il renonce à l’emploi d’éléments à la mode, comme les vestiges du portique le montrent : à Vigny, il y avait une complémentarité entre formes nouvelles et caractères propres aux édifices de famille. La citation presque littérale du châtelet de Chaumont s’explique par la volonté de signaler, en Île-de-France, la présence de la famille Chaumont d’Amboise. Il n’est pas nécessaire ici de faire preuve de magnificentia : on préfère la commodité et le recours à des formes qui rappellent le berceau de la famille, dont la dignité a été restaurée par les nombreux frères et sœurs d’Amboise devenus religieux, une armée que guide le puissant cardinal-ministre.

23Le nombre et l’importance des chantiers patronnés par Georges d’Amboise, l’emploi des marbres et d’autres matériaux précieux, la participation des artistes italiens et français au service de la Couronne reflètent les moyens économiques et la puissance du cardinal. Cette image de magnificentia, qui inclue richesse, puissance, culture, appartenance à l’élite, est bien perçue par les visiteurs étrangers et, sans aucun doute, très éloquente aussi pour la cour de France.

24Quel était le moteur d’une telle « frénésie architecturale » ? La passion, sans doute, mais également des buts politiques, qui vont au-delà de l’habitude, partagée par les grands bâtisseurs, de souligner les succès politiques par des entreprises architecturales car, dans la biographie de Georges d’Amboise en tant que bâtisseur, la date fondamentale est 1503. Toutefois, cette date correspond à sa plus grande erreur politique : avoir accordé sa confiance à Giuliano della Rovere et Ascanio Sforza, et avoir, par conséquent, vu son rêve d’accéder à la dignité pontificale s’en aller en fumée. Trop naïvement parti « pape avant conclave » de son pays, Georges d’Amboise y retournait cardinal, ayant perdu sa pire bataille diplomatique et politique sur la scène cosmopolite constituée à l’époque par la cour pontificale. Rétablir sa propre image, à la fois en France et à l’étranger, devenait urgent.

25Si l’image du « prince-cardinal », qui se répand en Italie dès la fin du Quattrocento, peut avoir encouragé Georges d’Amboise à se lancer dans autant d’entreprises architecturales, entrent aussi en jeu des objectifs relevant des équilibres politiques français du règne de Louis XII ainsi que de la compétition personnelle existant entre lui et Jules II, dès le lendemain du conclave de 1503. Et, dans ce cadre, complexe, qui mêle objectifs politiques et ambitions personnelles, il faut chercher les modèles, français et italiens, qui ont été privilégiés par le cardinal.

26La distribution choisie par Georges d’Amboise pour son logis d’apparat, documentée à Rouen, Gaillon et Déville, plausible à Chaumont, relève de plusieurs modèles : au XIVe siècle, il s’agit de la distribution adoptée en même temps par les papes à Avignon et par Charles V ; au XVe siècle, par les papes et les cardinaux à Rome mais également par les ducs en France. L’appartement « satellite », présent à Gaillon et à Rouen, en revanche, relève du palais de Venise à Rome, donc un palais cardinal devenu résidence papale.

  • 29 En 1503, le palais passe de Lorenzo Cibo à Domenico Grimani, avec lesquels il ne semble pas que Ge (...)

27Les modèles italiens regardés par le cardinal correspondent à ses expériences personnelles : la Lombardie, pour ce qui est des dispositions d’ensemble de Rouen et du projet de Poitiers, puis, après 1503, Rome, avec le Vatican, le palais Sforza-Cesarini, le palais de Venise et celui de Domenico della Rovere à Scossacavalli ; des demeures où Georges d’Amboise a résidé, à l’exception du palais de Venise29, qui était tout de même un édifice très connu par les Français étant donné le séjour qu’y fit Charles VIII lors de sa descente vers Naples en 1494.

  • 30 Bardati F., « Napoli in Francia », art. cit.

28Par le rôle de leurs commanditaires, ces bâtiments reflètent l’image du mode de vie pontifical et, s’agissant des palais les plus réputés de l’époque, il est plausible que Georges d’Amboise en ait retenu et admiré les dispositions. La circulation, la succession des pièces, leur fonction et leur décor sont les éléments essentiels qui rapprochent le mode de vie des cardinaux italiens les plus influents de celui du pape, et Georges d’Amboise semble avoir eu à cet égard des exigences claires. Une mise en relation directe avec les princes de l’Église ainsi qu’une compétition avec Jules II sont sans doute à la base du choix de ces modèles30.

  • 31 Rouen, ADSM, G 2079.

29Georges d’Amboise semble en effet chercher à s’approprier le mode de vie, le luxe et les typologies distributives « pontificales », mais également à suivre et même à surpasser Jules II en ce qui concerne les références à l’Antiquité impériale et, en particulier, à l’image de Jules César, à laquelle les deux prélats font directement allusion, l’un par son nom, l’autre par un arbre généalogique31.

  • 32 Blanquart F.M.A., La chapelle de Gaillon et les fresques d’Andrea Solario, Évreux, 1899 ; Huard G. (...)
  • 33 Harsgor M., Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII, t. 2, Li (...)
  • 34 Jacopo Prodo d’Atri, Lettre à Isabella d’Este (1510), dans Weiss R., « The Castle of Gaillon in 15 (...)

30Mais en même temps, il y a un deuxième registre, national, pour ainsi dire. À Gaillon, le luxe de l’ornementation déployée dans la chapelle32 ainsi que la représentation de tous les membres de la famille d’Amboise signalent également la volonté du cardinal de glorifier, dans son pays, sa carrière politique et religieuse, ainsi que celles de ses frères et sœurs, tous placés aux rangs les plus élevés de la hiérarchie ecclésiastique33, malgré la chute de leur père, en 1465. Cette glorification familiale et personnelle allait de pair avec les hommages rendus au roi car, comme le raconte Jacopo Probo, la loggia qui, au rez-de-chaussée, regardait vers la vallée de la Seine était ornée de statues représentant la famille royale34. De plus, avec le triptyque statuaire représentant Louis XII, le cardinal et Charles de Chaumont, Georges d’Amboise instituait une relation étroite entre sa famille et le roi. D’autre part, même dans les dispositions d’ensemble et la distribution, les références aux châteaux de la tradition royale et ducale, vont de pair avec les emprunts aux modèles italiens, révélant une attitude qui caractérise l’ancienne noblesse face aux parvenus. On la retrouve aussi chez le maréchal de Gié ainsi qu’à Châteaudun et elle montre la volonté du cardinal de mettre en évidence l’ancienneté de la maison des Chaumont-d’Amboise.

*

31De ce bref excursus, il ressort que les objectifs poursuivis par Georges d’Amboise et les messages qu’il confie à l’architecture sont nombreux. À l’adresse du pape et des « collègues » cardinaux, il s’agit de la compétition déclenchée au lendemain du conclave de 1503 et, après lequel, le cardinal exprime toute la déception face à l’échec politique : légat a latere, c’est-àdire représentant du souverain pontife en France, il se montre toujours au courant des mouvements de Jules II et en propose une version « gallicane », où l’iconographie impériale détient une place primordiale.

  • 35 Michon C., « Georges d’Amboise, incarnation du prélat d’État », Au seuil de la Renaissance, op. ci (...)
  • 36 Pour les médaillons, voir Jestaz B., « Les rapports des Français avec l’art et les artistes lombar (...)
  • 37 Demouveaux C., « Le château de La Motte-Glain », C.A.F., 1968, p. 221-230 ; Babelon J.-P., Château (...)
  • 38 Demouveaux C., « Le château de Mortier-Crolles », C.A.F., 1964, p. 301-310 ; Babelon J.-P., Châtea (...)
  • 39 Montaiglon A. de, « Le David de bronze du château de Bury », G.B.-A., t. 13, 1876, p. 242-246.

32Mais, dans une période de mobilité sociale où le rôle prépondérant d’un conseiller peut être discuté à tout moment35, l’échec subi à Rome doit être forcément exorcisé en France où, en réalité, il risque d’être beaucoup plus dangereux : si l’on peut imaginer que Guillaume Briçonnet n’attend qu’une erreur de la part de Georges d’Amboise pour récupérer sa place, à la fin de l’année 1503, Pierre de Rohan est encore très puissant et, en ce qui concerne la commande architecturale et artistique, très en avance par rapport au cardinal. Rohan a déjà commandé à Milan des médaillons au profil des empereurs pour le Verger36 – le château le plus novateur de France avant que Georges d’Amboise ne modifie le projet de Gaillon ; il a fait construire les châteaux de la Motte-Glain37 et de Mortier-Crolles38 et commandé à Michel-Ange le David de bronze qui sera ensuite récupéré par Robertet à Bury39.

33Ce n’est pas un hasard, alors, si dès le retour de Rome, les projets de Déville, Rouen et Gaillon prennent une autre allure, si l’on entreprend les travaux de Vigny et Blois et si les chantiers de Meillant et Chaumont sont dirigés par Georges d’Amboise. Malgré la déception personnelle et l’échec politique, le tout-puissant cardinal ne se laisse pas abattre. Au contraire, il se montre en pleine forme et construit, au moyen de la commande architecturale, l’image d’un prince de l’Église qui n’a rien à craindre chez lui et tout à faire craindre à Rome.

Notes

1 Alessandro Nasi, Lettre au gonfalonier Piero Soderini, Blois, 23 janvier 1510, dans Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Canestrini G., Desjardins A. (éd.), t. 2, Paris, 1891, p. 460.

2 Bardati F., « Il bel palatio in forma di castello ». Gaillon tra « Flamboyant » e Rinascimento, Rome, 2009, p. 28-33.

3 Sur ce sujet, voir Guillaume J., « Styles and Manners: Reflections on the “longue durée” in the History of Architecture », Dacosta Kaufmann T., Pilliod E. (dir.), Time and Place. The Geohistory of Art, Aldershot, 2005, p. 37-58 ; id., « Conclusion : Moyen Âge et Renaissance, le piège des mots », Esquieu Y. (dir.), Du gothique à la Renaissance. Architecture et décor en France 1470-1550, Aix-en-Provence, 2003, p. 313-315 ; Bardati F., « “Flamboyant” e “Première Renaissance” : due modernità a confronto », Israëls M., Waldman L. (dir.), Renaissance Studies in Honor of Joseph Connors, Cambridge (Mass.), 2013, p. 493-498.

4 Pour la chronologie du chantier de Gaillon et l’évolution du projet, voir Thomas É., « Gaillon : la chronologie de la construction », Beck B., Bouet P., Étienne C., Lettéron I. (dir.), L’Architecture de la Renaissance en Normandie. Actes du colloque tenu à Cerisy-la-Salle (octobre 1998) et monographies des principaux édifices Renaissance, t. 1, Caen, 2003, p. 153-162 ; Bardati F., « Il bel palatio », op. cit., p. 43-66.

5 Voir l’ensemble des descriptions de Gaillon dans ibid., p. 183-202.

6 Ibid., p. 67-82. Voir aussi Chatenet M., La Cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, 2002, p. 265-269.

7 Crozet R., « Un plan de château de la fin du Moyen Âge », B.M., t. 110, 1952, p. 119-124 ; Chirol É., « Nouvelles recherches sur un plan de château de la fin du Moyen Âge. Projet pour le château de Gaillon », B.M., t. 116, 1958, p. 185-195.

8 Bardati F., « “Loghi da spasso et da piacere” : i giardini del cardinale Georges d’Amboise a Déville, Gaillon e Vigny », Venturi G., Ceccarelli F. (dir.), Delizie in Villa : il giardino rinascimentale e i suoi committenti, Florence, 2008, p. 289-315.

9 Id., « Napoli in Francia ? L’arco di Alfonso e i portali monumentali del primo Rinascimento francese », I Tatti Studies. Essays in the Renaissance, t. 11, 2007, p. 115-145 ; id., « Il bel palatio », op. cit., p. 83-108 ; id., « Antiquité et architecture chez Georges d’Amboise : choix et motivations », Chaline J.-P. (dir.), Au seuil de la Renaissance. Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510). Actes du colloque Georges d’Amboise, l’homme et son œuvre (Rouen, 8-9 octobre 2010), Rouen, 2012, p. 121-137.

10 Le Verdier P., « Le manoir des archevêques de Rouen à Déville », Bulletin de la société d’Histoire de Normandie, t. 14, 1925-1930, p. 20-37 ; Bardati F., « Cardinaux aux champs. Georges d’Amboise à Déville-lès-Rouen et Antoine Du Prat à Vanves », Chatenet M. (dir.), Maisons des champs dans l’Europe de la Renaissance, Paris, 2006, p. 151-158.

11 Rouen, ADSM, G 479, fos 6v-7r.

12 L’inventaire, bien qu’il ne soit pas précisé à quel moment, doit forcément passer au rez-de-chaussée, car il mentionne encore la « chambre de monseigneur de saint ouayn », la « chambre des cappelains », celle « des escuriers », celle de « maistre Pierre de Peguy », vicaire et secrétaire de l’archevêque, celle de « Laurençoit, maître d’ostel », avec garde-robe, celle « Denisot du Mesnil » et enfin un autre logis.

13 Le Pogam P.-Y., « Sources textuelles pour l’étude de la distribution dans les châteaux normands », Histoire de l’art, nos 42-43, octobre 1998, p. 59-65.

14 Rouen, ADSM, G 480, fos 4v-5r. Voir aussi Bardati F., « Loghi da spasso et da piacere », art. cit., p. 291-294.

15 Id., « Cardinaux aux champs », art. cit., p. 152.

16 Id., « Georges d’Amboise à Rouen : le palais de l’archevêché et sa galerie de marbre », Flon-Grandveaud C. (dir.), C.A.F.. Rouen et Pays de Caux. 161e session 2003, Paris, 2005, p. 199-213.

17 Allinne M., « Deux bas-reliefs d’origine italienne provenant de l’Archevêché de Rouen », Bulletin de la Société libre d’Émulation, du Commerce et de l’Industrie de la Seine-Inférieure, 1934, p. 352-367 ; sur l’attribution éventuelle à Pace Gagini, voir Bardati F., « Georges d’Amboise à Rouen », art. cit., p. 207-209.

18 La toque est une gaze d’or ou d’argent, fabriquée d’abord en Italie, qui est utilisée en ameublement.

19 Pour Meillant, en l’absence de sources, le rôle joué par Georges d’Amboise relève d’une lettre de Bernardo Dovizi Bibbiena : « Cioè, disse che se Milano haveva fatto Moian, forse Ciateau Brian disfaria Milan ; volendo inferire che Lotrec haveva favore per conto della sorella, et subsequenter Moian è un bel palazzo in Francia, fatto dal quondam Cardinal di Rohano, in tempo che governava il mondo, et venne in motto qua, che ancor vive : che Milan havea fatto Moian, volendo caricare il Cardinale de’danari di Milano etc. La già detta sorella di Lotrec è Madama di Ciateau Brian. » Bernardo Dovizi da Bibbiena, Epistolario, Moncallaro G. L. (éd.), t. 2, 1513-1520, Florence, 1965, lettre cclii, p. 158.

20 Dumoulin M., « Le château de Meillant », C.A.F., 1931-1932, p. 154-174 ; Babelon J.-P., Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 66-68.

21 Sabattini A., Alberto III Pio. Politica diplomazia e guerra del conte di Carpi. Corrispondenza con la corte di Mantova, Carpi, 1994, p. 102.

22 Sur les travaux, voir Gebelin F., Les châteaux de la Renaissance, Paris, 1927, p. 79-80 ; Lesueur F., « Chaumont », C.A.F., 1927, p. 454-469 et, surtout, Tesnier F., « Le château de Chaumont », B.M., t. 152/1, 1994, p. 67-99 ; id., Le château de Chaumont, Paris, 2003.

23 Id., « Le château de Chaumont », art. cit., p. 93, ne précise pas si cette dénomination est issue d’un document contemporain ou s’il s’agit d’une interprétation.

24 Ibid., p. 92 et fig. 20.

25 Rouen, ADSM, G 89, fo 30r.

26 Lesueur P., Études et documents sur le château de Blois. Le donjon. La poterne Saint-Martin. La chapelle Sainte-Constance. L’hôtel d’Amboise, Blois, 1930 ; Cosperec A., Blois : la forme d’une ville, Paris, 1994, p. 138-139.

27 Tubeuf G., Maire A., Monographie du château et de l’église de Vigny, Paris, 1902 ; Somers A., Choublier-Grimbert N., « Le château de Vigny », Bulletin de l’Association des Amis du Vexin français, t. 39, 1994, p. 5-12.

28 Barbier de Montault X., « Le château de Dissais (Vienne) », Paysages et monuments du Poitou, Poitiers, 1892, p. 1-12 ; Villard F., « Pierre d’Amboise. Évêque de Poitiers (1481-1505) », Gallais P., Riou Y.-J., Mélanges offerts à René Crozet à l’occasion de son 70e anniversaire par ses collègues, ses amis, ses élèves, t. 2, Poitiers, 1966, p. 1381-1387 ; Crozet R., « Textes et documents relatifs à l’histoire des arts en Poitou. Moyen Âge-début de la Renaissance », Archives historiques du Poitou, t. 3, 1942, p. 184 ; Souchal G., « Le mécénat de la famille d’Amboise », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, t. 13, 1976, p. 485-526, 567-612, en particulier p. 522-524.

29 En 1503, le palais passe de Lorenzo Cibo à Domenico Grimani, avec lesquels il ne semble pas que Georges d’Amboise ait eu des contacts particuliers.

30 Bardati F., « Napoli in Francia », art. cit.

31 Rouen, ADSM, G 2079.

32 Blanquart F.M.A., La chapelle de Gaillon et les fresques d’Andrea Solario, Évreux, 1899 ; Huard G., « La chapelle haute du château de Gaillon », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1926, p. 21-31 ; Marquet de Vasselot J.-J., « Les boiseries de Gaillon au musée de Cluny », B.M., nos 3-4, 1927, p. 321-369 ; Suida W.E., « Andrea Solario in the Light of Newly Discovered Works », The Art Quartely, t. 3/1, 1945, p. 16-23 ; Bardati F., Chatenet M., Thomas É., « Le château de Gaillon », Beck B., Bouet P., Étienne C., Lettéron I. (dir.), L’Architecture de la Renaissance en Normandie, op. cit., t. 2, p. 28-29 ; Crépin-Leblond T., Taburet-Delahaye É., L’art des frères d’Amboise. Les chapelles de l’hôtel de Cluny et du château de Gaillon. Catalogue de l’exposition tenue à Paris, musée national du Moyen Âge et à Écouen, musée national de la Renaissance. 3 octobre 2007-14 janvier 2008, Paris, 2007.

33 Harsgor M., Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII, t. 2, Lille-Paris, 1980, p. 918-979. Sur le mécénat de la famille, voir Souchal G., « Le mécénat de la famille d’Amboise », art. cit. ; Girard-Pipau F., « Le mécénat de Charles d’Amboise. 1500-1511 », L’information de l’Histoire de l’Art, 1972/4, p. 176-181.

34 Jacopo Prodo d’Atri, Lettre à Isabella d’Este (1510), dans Weiss R., « The Castle of Gaillon in 1509-1510 », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, t. 16, 1953, p. 1-12. Voir aussi Bardati F., « Il bel palatio », op. cit., p. 189.

35 Michon C., « Georges d’Amboise, incarnation du prélat d’État », Au seuil de la Renaissance, op. cit., p. 11-26. Sur les dynamiques du Conseil précédant l’avènement de François Ier, voir, plus généralement, Harsgor M., Recherches sur le personnel, op. cit. ; Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, 2011, p. 14-34.

36 Pour les médaillons, voir Jestaz B., « Les rapports des Français avec l’art et les artistes lombards : quelques traces », Contamine P., Guillaume J. (dir.), Louis XII en Milanais. XLIe Colloque international d’Études humanistes. 30 juin-3 juillet 1998, Paris, 2003, p. 273-303. Sur le château, voir Babelon J.-P., Châteaux de France, op. cit., p. 37-38 ; Masson F., Le château du Verger, mémoire de maîtrise, Tours-Poitiers, CESR-université de Poitiers, 1989.

37 Demouveaux C., « Le château de La Motte-Glain », C.A.F., 1968, p. 221-230 ; Babelon J.-P., Châteaux de France, op. cit., p. 33.

38 Demouveaux C., « Le château de Mortier-Crolles », C.A.F., 1964, p. 301-310 ; Babelon J.-P., Châteaux de France, op. cit., p. 34-36.

39 Montaiglon A. de, « Le David de bronze du château de Bury », G.B.-A., t. 13, 1876, p. 242-246.

Table des illustrations

Légende Fig. 17 – Plan dit de Poitiers. Projet pour le château de Gaillon, redessiné par René Crozet, Poitiers, Archives départementales de la Vienne. 1 : « grande cour » ; 2 : « chambre pour la lingerie » ; 3 : « petite boullengerie » ; 4 : « cuisine » ; 5 : « salle » ; 6 : « chambre basse » ; 7 : « grant four » ; 8 : « bourrellerie » ; 9 : « grant boullangerie » ; 10 : « pavillon » ; 11  : « chapelle » ; 12 : « petit jardin » ; 13 : « gallerie » ; 14 : « jardin » ; 15 : « chambre » ; 16 : « fontaine » ; 17 : « chambre à parer » ; 18 : « salle » ; 19 : « grand viz » ; 20 : « bouteillerie » ; 21 : « cuisine  » ; 22 : « chambre » ; 23 : « chambre » ; 24 : « chambre » ; 25 : « chambre » ; 26 : « garde robe » ; a : « estudde » ; b : « oratoire » ; c : « garde robe ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 18 – F. Bardati, Restitution du plan du 1er étage du château de Gaillon, © F. Bardati, L.Menegatti.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 19 – F. Bardati, Restitution du plan du rez-de-chaussée du palais archiépiscopal de Rouen, © F. Bardati.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112851/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 20 – F. Bardati, Restitution du plan du 1er étage du palais archiépiscopal de Rouen, © F. Bardati.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112851/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 21 – Claude Chastillon, Château de Meillant-en-Berry (sur la droite la galerie en portique), © F. Bardati.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112851/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 22 – F. Bardati, L.Menegatti, Restitution du plan du premier étage du château de Chaumont-sur-Loire, © F. Bardati.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112851/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search