Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Ier d'Amboise

 | 
Fagnart Laure
, 
Jonathan Dumont

Première partie. Georges d'Amboise, action et image politiques

« Se Milano haveva fatto Moian, forse Ciateau Brian disfaria Milan »

La Lombardie française entre Jean-Jacques Trivulce et Georges d’Amboise (1499-1500)

Marino Viganò

Texte intégral

Les jugements des historiographes

1Parmi les conséquences géopolitiques des Guerres d’Italie, prises dans leur entièreté (1494-1559), la chute du duché de Milan sous la domination étrangère est sûrement l’une des plus significatives. Aucun autre État de la Péninsule ne connaît un destin semblable : certains apparaissent, comme le duché de Parme et celui de Plaisance (1545) ou encore l’État des Presidios de Maremma (1557) ; d’autres disparaissent, comme la république de Sienne (1555) ; d’autres migrent d’une seigneurie italienne à une autre, comme la principauté de Piombino (1501, 1509 et 1548) ou le marquisat de Montferrat (1536) ; certaines, enfin, sont déjà entrées dans l’orbite de maisons étrangères, comme le Piémont savoyard, la principauté impériale de Trente, les royaumes aragonais de Naples, de Sicile et de Sardaigne. Mais seul le Milanais – et pendant quelque temps son appendice maritime, la république de Gènes – passe, même entre de brèves restaurations, de la souveraineté d’un seigneur italien à celle permanente d’un seigneur étranger.

2L’origine de ce processus remonte à l’occupation française de 1499 pour aboutir, après bien des péripéties, à celle de l’Empire en 1535, de l’Espagne en 1701, de l’Autriche en 1706, de la France en 1796 et de l’Autriche, à nouveau, en 1814, des périodes d’occupations entrecoupées des brefs épisodes d’indépendance (1512-1515, 1521-1525, 1529-1535, 1733-1736, 1797-1798, 1800-1802 et 1848), au total une vingtaine d’années sur 350 ans d’histoire. Il n’y a donc pas à s’étonner si l’historiographie italienne – milanaise en particulier – a jugé sévèrement l’un des principaux artisans – certaines sources disent même le principal – de l’arrivée des puissances étrangères dans la Lombardie ducale, artisan qui sera marqué, pendant longtemps, du sceau de l’infamie et qui, pour certains, deviendra un « traître à la patrie », je veux parler de Jean-Jacques Trivulce, général de Charles VIII, compagnon d’armes de Louis XII, stratège et conseiller de François Ier.

3Si de son vivant le panégyriste Andrea Assaraco explique, dans sa Trivultias (1516), que trois divinités – Athéna, Junon, Minerve – se disputent l’honneur de surnommer le condottiere Magnus, « le Grand ». Après sa mort, Francesco Arsillo, dans son poème pour l’historien Paolo Giovio (1524), joint à un pamphlet de Biagio Pallai, se demande ce qui l’a amené à inquiéter sa patrie :

  • 1 Francesco Arsillo, Francisci Arsilli Senogallien.[ sis] de Pöetis Urbanis, Ad Paulum Iovium Libell (...)

«Sacceus invicti celebrat nunc gesta Trivlti, Invictasq[u]e Aquilas magnanimumq[u]e senem. Fortunate senex, quis te furor impius egit? Cur geris in patrios arma nefanda lares1

4Giovo lui-même, qui l’a connu, en trace un portrait opaque (1554) :

  • 2 Paolo Giovio, Gli Elogi Vite brevemente scritte d’huomini illustri di guerra, antichi et moderni, (...)

«[…] huomo veramente celeberrimo et ottimo fra capitani italiani, se mentre ch’egli era il primo a mettere il giogo delle nationi straniere alla patria sua, nõ s’havesse acquistato gravissimo et quasi immortale odio, con bestemmie et biasimo de cittadini fatti schiavi2».

  • 3 Verri P., Storia di Milano, t. 2, Milan, 1798, p. 176.
  • 4 Ricotti E., Storia delle compagnie di ventura in Italia, t. 4, Turin, 1845, p. 3, 7-8.
  • 5 Muoni D., Governatori luogotenenti e capitani generali dello Stato di Milano, Milan, 1859, p. 7.
  • 6 Sommi Picenardi G., Cremona durante il dominio de’veneziani (1499-1509), Milan, 1866, p. 6.
  • 7 Bonfadini R., « La conquista francese (verso l’anno 1500) », Conferenze di storia milanese tenute (...)
  • 8 Bignami L., Sotto l’insegna del biscione. Condottieri viscontei e sforzeschi, Milan, 1934, p. 434.

5Cette tradition historiographique se perpétue chez plusieurs auteurs, et ce jusqu’au Risorgimento avec la déclamation d’un P. Verri « Trivulzi con la sua ambizione rovinò la Patria, scaccionne i naturali suoi Duchi, e la immerse nelle miserie che l’afflissero per più di un secolo3 » ; d’un E. Ricotti qui le dit « Grande […] forse egli sarebbe veramente stato tale, se fosse nato in tempi, in cui avesse potuto servire, anziché lo straniero, la propria patria4 » ; d’un D. Muoni qui le désigne « capitano tanto valente, quanto tristo cittadino5 » ; d’un G. Sommi Picenardi qui le dépeint tel un « uomo agli Italiani d’infausta memoria »6 ; d’un R. Bonfadini faisant croire que peut-être « dopo Coriolano, nessun privato ha trattato così duramente il suo paese7 » ; d’un L. Bignami indiquant que « Gli rimane purtroppo la macchia indelebile di aver fatto trionfare in Italia, e a danno di questa, le armi e il dominio degli stranieri8 ». Une telle renommée est seulement écornée par quelques auteurs mieux documentés.

  • 9 Rosmini C., Dell’istoria intorno alle militari imprese e alla vita di Gian-Jacopo Trivulzio detto (...)

6On peut dès lors affirmer, à juste titre, que les témoins des succès et des défaites de Trivulce ainsi que ses panégyristes et ses déctracteurs sont partagés entre des jugements opposés. Deux courants historiographiques s’affrontent dès le XVIIIe siècle : l’un, représenté par C. Rosmini avec sa biographie pro-trivulcienne9, s’est efforcé d’établir quelques comparaisons entre la mémoire historique et les sources ; l’autre semble encore s’inspirer de l’historiographie du Risorgimento, qui veut que Trivulce soit responsable d’avoir « livré » la Lombardie et, parfois, toute l’Italie aux étrangers, c’est-à-dire aux Français.

7Un livre ne suffirait pas pour restituer le profil ou, à tout le moins, un profil le plus équilibré possible qui soit de ce soldat, de ce grand feudataire, de cet homme d’État. Dans ce genre d’investigations, trouver un juste milieu entre les deux camps est certes nécessaire, mais ce n’est pas suffisant pour écrire une biographie satisfaisante. Nous avons entamé ce travail depuis plusieurs années et celui-ci va demander encore des mois de rédaction à partir des nombreuses données tirées des sources (chroniques, pièces de circonstance et archives des XVe et XVIe siècles) afin de conférer à ce travail la crédibilité qui sied à toute bonne biographie, avant tout, quant au repérage, à l’analyse et à l’interprétation de sources primaires.

  • 10 Chronicon Parmense, Vigevano, ASC, Fondo librario antico Roncalli, ms. 5, fo 156r.

8La restitution équilibrée de la vie du maréchal est difficile. Au début, elle est strictement liée à l’histoire de la conquête et de la soumission de l’État des Sforza : Trivulce sera en effet brièvement gouverneur du duché de Milan – de septembre 1499 à mai 1500 –, mais un gouverneur malheureux puisque cet épisode lui bâtit une autre très mauvaise réputation. « Insatiabilis, abstulit, eripuit, spoliavit, expurgavit » assure Bernardino Carlevari, de même que « Aures attentas ad malum semper habuit ; provus ad vindictam ; surdus ad justitiam, quottidie petiit et decepit deo et gentibus ingratissimus, proprie patrie ducem regnumque proditor, populorum desctructor10. » Un tyran donc.

  • 11 Klein M., Die Beziehungen des Marschalls Gian Giacomo Trivulzio zu den Eidgenossen und Bündnern (1 (...)
  • 12 Arcangeli L., « Gian Giacomo Trivulzio marchese di Vigevano e il governo francese nello stato di M (...)

9Vérité ? Diffamation ? Alors même que nous disposons désormais de deux travaux récents et documentés sur Trivulce – le premier concernant ses liens féodaux avec les Suisses et les Grisons11, le second sur les années de son pouvoir à Milan12 – il demeure toujours difficile d’établir le portrait de ce personnage. Pour l’instant, on essayera de définir les grandes lignes du sujet : j’évoquerai les différents aspects de la biographie de Trivulce ; j’aborderai ensuite les « problèmes » suscités par son gouvernement dans le Milanais ; enfin, j’établirai une comparaison avec la régence de son successeur, le cardinal d’Amboise.

Trivulce condottiere et feudataire

  • 13 Girolamo Cardano, Libelli Quinque, Nuremberg, J. Petreium, 1547, col. 136.

10Selon les sources connues, Jean-Jacques Trivulce naît à Crema – une citadelle des Visconti sur le fleuve Oglio – d’Antoine, commissaire ducal, et de Franchina Aicardi Visconti. La date exacte est révélée par l’horoscope, publié par Girolamo Cardano : « 1442. die 24 junii13 ». Le lieu est confirmé par son chancelier Pietro Terni, dans l’histoire manuscrite de cette place forte :

  • 14 Pietro Terni, Historia di Crema 570-1557, Verga M. et C. (éd.), Crema, 1964, p. 189.

«La gloria di la etade nostra et dil nome italiano, Gian Giacomo Trivultio […] nela terra nostra nasce14

  • 15 Viganò M., « Art. Jean-Jacques Trivulce (1442-1518) », Michon C. (dir.), Les conseillers de Franço (...)
  • 16 [Delaporte Y.], « L’épitaphe de Jean-Jacques Trivulce », Mémoires de la Société archéologique d’Eu (...)

11Les étapes de sa biographie sont, pour le reste, assez connues. Ses débuts, il les fit au service de Louis XI lors de la guerre du Bien Public (1465). Rentré à Milan en 1466, à la mort de Francesco Ier Sforza, avec l’héritier du duché, Galeazzo Maria, il se bat contre les milices de Venise et de Savoie en 1467 et participe à la guerre de Rimini en 1469. Après un voyage de formation en Terre sainte, il est appelé par Bonne de Savoie en 1477 au sein du Conseil secret de régence de Gian Galeazzo Maria, successeur de son père assassiné. Dès ce moment, les expéditions militaires s’enchaînent avec de brèves interruptions : en Toscane en 1478, dans le Parmesan en 1479, le Ferrarais en 1482, le Crémonais en 1484, à nouveau en Toscane en 1486, dans les Marches et le Napolitain de 1487 à 1495. Le tournant décisif se place à Capoue lorsqu’il passe au service de Charles VIII et débute une nouvelle et splendide carrière civile et militaire, en tant que gouverneur d’Asti et capitaine d’une compagnie de 100 lances (600 hommes). Il accumule dès lors les titres et les fonctions : marquis de Vigevano et de nombreux autres lieux, maréchal de France, gouverneur de Milan et lieutenant général sous Louis XII en 1499, conseiller et organisateur de la campagne d’Italie de François Ier en 151515. Avec la parenthèse de son exil en France (1513-1514), l’épilogue du voyage à Ancenis et sa mort à Chartres dans la maison d’un officier des finances le 5 décembre 151816, il est alors marqué par la disgrâce et l’exil.

12Il prit femme à deux reprises : Margherita Colleoni, fille de Nicolino et de Cia Visconti de Pavie, qu’il épouse avant août 1466 et avec laquelle il reste uni jusqu’à la mort de cette dernière, le 18 décembre 1483 ; et Béatrice de Avalos, fille d’Íñigo Ier et d’Antonella d’Aquino, de Naples, avec laquelle il se marie le 22 avril 1487. Après avoir eu beaucoup d’enfants naturels, il engendre son héritier légitime, Gian Nicolò, avec sa première femme, semble-t-il en 1479. La succession familiale dans les titres et les fiefs demeure, on peut le dire, un souci constant dans la vie de Trivulce, âgé de 60 ans, quand Gian Nicolò se marie, le 26 janvier 1501, avec Paola Gonzaga, fille de Rodolfo et de Caterina Pico della Mirandola ; de 70 ans, quand le couple donne le jour, le 5 octobre 1509, à son unique héritier, Gian Francesco ; de plus de 70 ans, quand, pendant son exil en France, le fils, Gian Nicolò s’éteint à Turin, le 7 juillet 1512, laissant un enfant – Gian Francesco – de moins de trois ans à sa mère et à son énergique grand-mère, un rejeton qui, par ailleurs, n’égalera pas les prouesses de son aïeul.

13Le théâtre de son engagement militaire et politique est l’Italie de la seconde moitié du XVe et du début du XVIe siècle, partagée entre plusieurs États indépendants et – le plus souvent – ennemis. Plus précisément, nous nous situons en Lombardie, qui, au moment de la conquête française, réunit les territoires de la république de Gènes et du comté d’Asti, mais qui est diminuée des régions saisies au nord par les Suisses. Il s’agit d’un espace politique au sein duquel Trivulce joue un double rôle : celui de gouverneur pour Louis XII et celui de grand feudataire qui essaie, sans aucun doute, de se bâtir « lo Stato », un État.

  • 17 Tagliabue S., « La signoria dei Trivulzio in valle Mesolcina, Rheinwald e Safiental », Archivio St (...)

14Cet État s’articule autour de ses possessions « anciennes » : la vallée Mesolcina – de Bellinzone au pas Saint-Bernardin – achetée en 1480 en accord avec le régent Ludovico Maria Sforza, dit le More, pour bloquer de potentielles descentes des Suisses et des Grisons dans la plaine ; les vallées de Rheinwald et Safiental, au nord du Saint-Bernardin, achetées en 1493, elles, en désaccord avec le More pour établir un État tampon entre l’Empire et la Lombardie, des possessions soumises à la ligue grise, elle-même en partenariat défensif avec Trivulce en 1496 et en conflit ouvert avec le More reconnu duc (1494)17.

15Ce projet d’État princier devient de plus en plus concret suite à la donation par Louis XII de possessions nouvelles : Melzo, Galliate, Vespolate et, surtout, Vigevano, place forte frontière avec le Piémont, capitale « en nuce », où Trivulce installe une cour, riche et prestigieuse. C’est alors l’apogée de son pouvoir. Entré à Milan, le 6 septembre 1499, en lieutenant général du roi, il est officiellement créé, le 11 novembre, gouverneur de par-delà les monts avec la faculté et le privilège d’installer aux différents offices du duché les collaborateurs du régime, ceux de son parti guelfe en premier lieu. Flatté par les hommes de lettres, les courtisans et les artistes, présenté tel un héros classique, un nouveau Marc-Aurèle, il ne sent pas la révolte qui gronde contre lui et finit par éclater. Le 2 février 1500, Ludovico Sforza, avec le soutien de l’armée de Maximilien Ier, le roi des Romains, entre dans Milan.

  • 18 Pélissier L.-G., Louis XII et Ludovic Sforza (8 avril 1498-23 juillet 1500), 2 t., Paris, 1896.
  • 19 Meschini S., La Francia nel Ducato di Milano. La politica di Luigi XII (1499-1512), t. 1, Milan, 2 (...)
  • 20 Vissière L., Sans poinct sortir hors de l’orniere. Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris, 20 (...)

16Je n’ai rien de nouveau à ajouter sur la campagne militaire contre le More organisée par Trivulce et Louis II de La Trémoille : je fais référence aux études classiques de L.-G. Pélissier18 et à celles, plus récentes et établies sur des sources nouvelles, de S. Meschini19 et de L. Vissière20. L’après-guerre m’intéresse plus particulièrement. En juillet 1500, suite à la révolte et à la campagne des Français contre Ludovico, l’étoile de Trivulce s’éteint momentanément : le roi envoie d’abord Georges d’Amboise dans le Milanais, puis il nomme Charles II d’Amboise lieutenant général du duché. Le cardinal demeure même en Lombardie jusqu’au 26 octobre 1501, pendant la mission à Trente et la première invasion des Suisses.

  • 21 Giovan Giorgio Seregni, Lettre à Ercole Ier d’Este, Milan, 29 mars 1503, Modène, AS, Archivio Segr (...)

17Pourtant, Trivulce continue à jouer, dans le courant des années suivantes, un double rôle : chef militaire – dans des pièces on lit que le grand maître et gouverneur Charles II d’Amboise ne fait un « jotta21 », c’est-à-dire « rien », sans le consulter. Il sera même quatre fois gouverneur par intérim de Lombardie (février-septembre 1504, décembre 1506-février 1507, février-mai 1511, avril-décembre 1517). Il n’a donc pas perdu définitivement tout crédit vis-à-vis de Louis XII. Il en aura davantage auprès de François Ier. Que s’est-il donc passé, en effet, pendant les quatre mois de sa « domination » en Milanais ? Ce sont là encore les sources primaires et les pièces de circonstance qui peuvent restituer, sinon la vérité, à tout le moins l’atmosphère qui régnait dans la ville, les opinions des citoyens et des membres de chaque parti. Mais il faut les consulter toutes sous peine de ne restituer la vision que d’une seule tendance. Une tâche lourde que je réserve à plus tard. Je me limiterai ici à citer dans les grandes lignes les diverses des opinions qui s’affrontent.

L’« affaire » de Milan

  • 22 Girolamo Priuli, I Diarii (1494-1512), Segre A. (éd.), t. 1, Città di Castello, 1912, p. 226.
  • 23 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano in continuazione ed emenda del Corio. Dall’anno 1499 sino (...)

18Charges, honneurs, larges prérogatives, réputation prestigieuse, quand Trivulce entre à Milan, le 6 septembre 1499, il compte parmi les dignitaires les plus puissants et les plus influents de la cour de Louis XII. Une position qui se confirme lors du séjour du souverain dans la cité entre le 6 octobre et le 7 novembre, lorsque, selon Girolamo Priuli, diariste de la république de Venise, « avantti la sua partita de Milam per poner ordine et governo alla cità de Milam, azioché siguramente se potesse mantenir, lassò mis. Zuam Iacobo de Treulzi governator di Milam del civil et del criminal, et che tuto fosse facto et guidato et ordenato per lui22. » Mais un mois seulement après la conquête, voilà qu’éclatent des désordres contre les impôts – « abolis » par le nouveau régime –, quand « maxime borghesi, cominciarono a gittare a terra quelli lochi nelli quali li dacii se exercitavano », remarque un chroniqueur et témoin, Giovanni Andrea Prato23.

19Des semaines plus tard, la rébellion n’est pas éteinte. Furieux, le condottiere affronte les insurgés, ainsi que le souligne Ambrogio da Paullo :

  • 24 Ambrogio da Paullo, Cronaca milanese dall’anno 1476 al 1515, Ceruti A. (éd.), dans M.S.I., t. 13, (...)

«[…] lui in persona con soi gente d’arme venne in porta Tizinesa, in la quale era la contesa, et fattosi avanti de contro de uno gentilhomo, quale teneva col popolo minuto in non volere assentire se mettesseno li datii, dopo poche parole col stocco lui proprio lo feritte a morte in cospetto de tutto il populo milanese. […]. Per la qual cossa non fu più omo che ardisse de parlare, et cossì si sostenne da poi li datii, voltandosi però da tutti milanesi l’amore, il quale li portavano, in grand’odio, et sempre in andare inante crescette, perché se diceva che lui volea privarli de quello li avea promisso et concesso il re de Franza24».

  • 25 Girolamo Priuli, I Diarii, op. cit., p. 257.
  • 26 Ambrogio da Paullo, Cronaca, op. cit., p. 130.
  • 27 Antonio Grumello, Cronaca dal mcccclxvii al mdxxix, Müller G. (éd.), Milan, 1856, p. 40.

20Mécontentements, agitations de « gentilshommes » et du « peuple », dès l’apparition aux confins du duché de l’armée de Ludovico Sforza, c’est l’émeute : « heranno gionti Squizeri da zercha 5 000 benissimo in puncto per nome del signor Ludovico, olim ducha de Millano », écrit Priuli à la mi-janvier 1500, et désormais « tutti li populi, sì de Milano, come de tutte le altre terre, se tenivanno malissimo contentti deli Francesi deli soi modi et deli governi loro et de tiranie et chiamavanno et desideravanno molto il suo signor Ludovico25. » Une dernière tentative d’accord entre les deux factions de la cité – les Gibelins, dépouillés de leurs biens et de leurs charges acquis sous les Sforza, et les Guelfes justement dirigés par Trivulce – est suggérée par les partisans modérés des deux partis lesquels, assure Ambrogio da Paullo, « trattavano col signor Iovanni Iacobo de volere far fare la pace con li altri gentilhomini milanesi, dicendoli che cercasse de amare et bianchi et negri senza altra partialità26. » Trop tard, les chefs gibelins, avertis de l’arrivé du cardinal Ascanio Sforza, frère du More, avec l’armée des « todeschi, pigliate le arme in mane contra Iohanne Iacobo Triuulcio, qual hera facto pregione, se non hera Francesco Bernardino Vesconte, che per il suo consulto fu lassato andare al castello di porta Giobia », écrit le chroniqueur Antonio Grumello27.

21La suite est connue, la retraite des Français avec Trivulce à Mortara, le siège de Novare par Sforza, la cession de la place à ce dernier, le contre-siège français avec le More retranché dans la ville, la capitulation sous conditions des Suisses, la remise de Ludovico aux Français. Moins connu est peut-être le stratagème imaginé par Trivulce pour disperser les forces ennemies avant une bataille aux issues incertaines ainsi que le déclare Prato :

  • 28 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 244.

«[…] fare che Novaresi con accordio al principe Ludovico se rendessino acciò non avessero a patire il saccomano, el quale non seguindo, era oportuna causa de sdegnare i Todeschi; il che poi con facilità se sariano possuti subvertire28».

22Ce qui se passera. Amborgio da Paullo est tout aussi explicite quant à la réussite du stratagème :

  • 29 Ambrogio da Paullo, Cronaca, op. cit., p. 139.

«Così intervenne al Moro et Ascanio, che dopo la presa de Novaira, perché non volse che andasse a sacco, como promisso avea, li todeschi sempre cercorno de tradir il Moro; et scripto al signor Io. Iacobo et a’signori francesi: Quid vultis michi sive nobis dare, et nos eum vobis trademus29?»

23C’est également à Trivulce, en ces circonstances, de rassurer Milan. Grumello note que :

  • 30 Antonio Grumello, Cronaca, op. cit., p. 55.

«Iohanne Iacobo Triuulcio datta expedicione a soi legati che pigliassino il camino di la citta Mediolanense et facesseno publichare cride che niuno si douesse mouere da caxa sua et fare como faceano auante che se desseno a Ludovicho Sforza, et che niuno non dubittasse de Galli30

24Quant à Prato, il se répand en détails signifiants :

  • 31 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 249.

«[…] si facea le guardie a Milano, mandando al Trivulzio ambasciatori, pregandolo che l’errore de pochi non fusse a tutto il povero populo ascritto. Da l’altra parte Sviceri lo instavano a la depopulazione di questa calamitosa città: unde agitato il Trivulzio da dubbiose cure, da l’un de lati temendo il tumulto de impetuosi Sviceri, da l’altra la strage della propria patria, no sapea che se fare. Finalmente deliberò di non volere un tanto male sopra il capo suo aggiongere: unde, con parole bone in parte et in parte minacciose, cominciò a Sviceri dissuadere il saccomano, dicendoli aver lettere del Re che li comitteano non volesse per modo alcuno disfare Milano; et per ricompensa di ciò li promise Belinzona, terra ne suoi confini: il che invitamente acceptato, se partirno31».

25Louis XII décide entre-temps de laisser dans la ville son gouverneur par intérim. Le 14 avril 1500, le cardinal Georges d’Amboise arrive à Milan, afin d’achever de mater la rébellion, et recompose le tissu politique de la ville déchiré entre Guelfes triomphants et Gibelins abattus. Quid de Trivulce ? Son retour au gouvernement semble déjà, à la mi-mai, probable, si l’on en croit Giovan Giorgio Seregni, orateur d’Ercole Ier d’Este, duc de Ferrare :

  • 32 Giovan Giorgio Seregni, Lettre à Ercole Ier d’Este, Milan, 10 mai 1500, Modène, AS, Archivio Segre (...)

«Assetate queste cose il predicto cardinale se ne ritornera in Franza e lassarà qua un gouernatore che non sera suspecto ad alcuno ni se porra dire sii partiale et dicendo io ad epso amico como non li restara il signor Zoan Jacomo me rispose credere de no tuttauia nol sapete certo32

  • 33 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 250.
  • 34 Pietro Antonio Piatti, Epigrammi ed elegie, Milan, 1502 [1503], fo B iiiv.
  • 35 « Huic quasi seditioni fomentum non exiguum praestant memoratus Lignyaci comes et Lutionensis epis (...)

26« Inde essendo esso Trivulzio (credo per schivare emulacione) non più gubernatore a Milano, vi venne il Cardinale Roano Francese33 », ajoute Prato ; tandis que Pietro Antonio Piatti, lettré du cercle trivulcien, annonce dans un poème, « Ad Illustrissimum ac reverendissimu[m ] Cardinalem Rothomagensem », que le « Triuulcius heros » se hâte de célébrer l’accord mutuel : « Cum Rothomagensis Triuulcius omnia sentit. Maximus iste ducum : maximus ille patrum34. » Tout ceci est compréhensible. De violentes dissensions éclatent pourtant entre le condottiere et les deux conseillers du roi, Louis de Luxembourg, comte de Ligny, un militaire, et Pierre de Sacierges, évêque de Luçon et chancelier. Le juriste Gerolamo Morone, allié aux Gibelins et de toute façon adversaire lui aussi du condottiere, présente en effet les deux hommes comme des ennemis de Trivulce, des « Trivultii aemuli35 ». Ce sera à Seregni d’enregistrer l’âpre altercation, le 21 mai, entre maréchal et évêque :

  • 36 Giovan Giorgio Seregni, Lettre à Ercole Ier d’Este, Milan, 22 mai 1500, Modène, AS, Archivio Segre (...)

«Il signor Zoan Jacomo et Monsignore de Lison sono in tanta altercatione insieme che heri alla tauola del Reverendissimo cardinale se dixeno alta voce de gran parole mordace et vehementer luno laltro per modo chel Reverendissimo cardinale se corrozo et doppo disnare fece stare il signor Zoan Jacomo piu de 3 hore ne la guardacamera sua che mai il volse admettere et Lison andaua inante et indreto senza che se apellaxero insieme con dimostrarse odio mortalissimo et cussi epso signor Zoan Jacomo se leuo da li senza chel potesse parlare al predicto signor cardinale per modo che se comprehende al aperta il facto suo non essere con costoro in troppo bon termine36

27« Preso il Moro », témoigne Giovanni Antonio Rebucco, chambellan de Trivulce, et il ajoute :

  • 37 Giovanni Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, Milan, Archivio privato Trivulzio, Codici scio (...)

«[…] monsignore de Lini fra pochi giorni andò in Franza e comenzò a aprocessare il signor bona memoria in significare al re che la rebelione de Milano era proceduta per sua causa. Significando al re che lui haueua suscitato il populo a non volere che si metessi suso li datii: Perche quando si prese la prima volta Milano che il signor ge l’hauea promesso al populo37».

28Dans ces conditions, il ne reste au condottiere qu’à se rendre à la cour afin de démentir les accusations, bien que Seregni assure au duc de Ferrare, le 3 juin, que Philibert de Clermont, seigneur de Montoison :

  • 38 Giovan Giorgio Seregni, Lettre à Ercole Ier d’Este, Milan, 3 juin 1500, Modène, AS, Archivio Segre (...)

«[…] me certificaua che seben Zoan Jacomo andera in Francia con fasto et pompa et vora fare de man et de pedi tamen mai ritornera a dicto governo38».

29Des nouvelles divergentes arriveront de Lyon quant aux résultats de cette mission. Fin juin, plusieurs voix des « partesani del signor Zoan Jacomo », dont l’écho nous est parvenu via Seregni, affirment comment le roi :

  • 39 Ibid., Milan, 27 juin 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Ambas (...)

«[…] al predicto signor Zoan Jacomo ha dicto volere ch’el ritorni a questo gouerno non con auctorita primera ma con tanto piu quanto sapessi dimandare39».

30Au début du mois de juillet, le même Seregni précise :

  • 40 Ibid., Milan, 9 juillet 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Amb (...)

«[…] li zentilhomeni milanesi andati col predicto signor Zoan Jacomo non porriano restare pegio contenti perché seben per facie li fu facto bona cera tamen de cosa che habiino recercato mai son sta exauditi40».

31Enfin, à la mi-juillet, on apprend que :

  • 41 Ibid., Milan, 14 juillet 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Am (...)

«[…] monsignor Zorzo Triulcio è venuto et dice al aperta ch’el signor Zoan Jacomo presto finita la dieta se fara con li oratori imperiali fra quali e uno electore del Imperio venera qua a questo gouerno con magiore auctorita havesse mai41».

32En effet, remplacé à partir du mois de juin par deux gouverneurs, Charles II d’Amboise et Bérault Stuart d’Aubigny, Trivulce ne réapparaît en Lombardie qu’à la fin du mois de novembre. Le vieux soldat est tenu loin du pouvoir pendant encore des mois et il ne sera plus véritablement gouverneur à plein titre. Mais, après un second voyage en France, entre mai et juin 1501, son autorité sera rétablie : il supervisera partiellement les actions du jeune Amboise et assumera par intérim la charge de gouverneur du Milanais pendant les absences des titulaires.

  • 42 Meschini S., La Francia nel Ducato di Milano, op. cit., p. 87, n. 96.

33Voilà les faits. Comment les interpréter ? L’historiographie, cela aussi a été dit, est partagée, mais, en général, elle reste hostile au maréchal. Encore récemment, on peut lire « da ascrivere al governo del Trivulzio in questi mesi, con i suoi favoritismi di fazione, l’origine della violenta reazione dei ghibellini42 ». La situation se présente-t-elle de la sorte ou cache-t-elle autre chose ?

Entre documents et témoignages

  • 43 Milan, ASC, Dicasteri, Registri delle Lettere Ducali, reg. 15, fo 239r ; ibid., reg. 16, fos 46, 9 (...)
  • 44 Milan, AS, Governatore degli Statuti, Registri degli Atti Sovrani o Panigarola Statuti, s. L, reg. (...)

34Il ne fait aucun doute que Trivulce, entré à Milan en tant que gouverneur le 6 septembre 1499, a favorisé la faction guelfe. Pour s’en rendre compte, il suffit de feuilleter, aux archives de Milan, les papiers des registres ducaux43 et du registre Panigarola44 des premiers mois du règne de Louis XII. La redistribution des charges et des bénéfices aux partisans et aux clients de la famille Trivulce saute en effet aux yeux. Il s’agit sûrement d’une série d’indemnisations obtenues suite aux vexations et confiscations subies par Trivulce sous le règne du More, dès 1494 et surtout dès le début des dissensions qui les ont opposés jusqu’à les conduire sur le champ de bataille, dans le courant de l’été et de l’hiver 1499. Ces acquisitions sont souvent le résultat d’actions impulsives, selon Gian Jacopo Caroldo, ambassadeur de Venise à Milan de 1516 à 1520, et témoin « neutre » :

  • 45 [Gian Jacopo Caroldo], 1520 Primo Luglio, dans id., Quattro opuscoli inediti del secolo XVI, Rosmi (...)

«[…] uero è, ch’el Signor Zuan Jacomo nelo primo aquisto de Milano fece qualche vendeta, sachizò Case, una delli Criuelli, et ammazzò etiam de man sua45».

35Francesco Guicciardini, florentin, « neutre » lui aussi, précise que :

  • 46 Francesco Guicciardini, Storia d’Italia, t. 1, Libri i-iv, Panigada C. (éd.), Bari, 1929, p. 385.

«[…] importava molto che a tutta la fazione ghibellina, potentissima nella città di Milano e nell’altre terre, era molto molesto che al governo fosse preposto Gianiacopo capo della fazione guelfa; la quale mala disposizione era molto accresciuta da lui, che di natura fazioso e di animo altiero e inquieto favoreggiava con l’autorità del magistrato, molto più che non era conveniente, quegli della sua parte46».

36Mais ces éléments poussent à réévaluer la responsabilité du condottiere en attribuant le déchaînement des passions dans la ville à la dynamique interne des factions. Celles-ci n’étaient en réalité jamais assoupies ; elles étaient d’autant plus attisées dans une configuration politique inédite où la participation au pouvoir garantie par le duc Ludovico venait d’être abolie.

  • 47 Girolamo Priuli, I Diarii, op. cit., p. 257.

37Au-delà du ressentiment suscité par la suprématie de Trivulce, on peut en réalité dénombrer trois causes concomitantes à la rébellion de cet hiverlà : la colère des gens, qui « se tenivanno malissimo contentti deli Francesi deli soi modi et deli governi loro et de tiranie47 », ainsi qu’en témoignent plusieurs sources, mettant en exergue des moments de désordre que la répression trivulcienne ne réussit pas à mater ; la réintroduction des impôts, pourtant abolis ; la mobilisation, au frontière du duché, d’une armée, sous le commandement du More, signe d’une possible restauration de la puissance des Sforza. Trivulce finira par être écrasé par ces forces, de même que par d’autres éléments, pas toujours imputables à ses propres décisions, tels la cession du Crémonais à Venise, les pressions des Suisses pour obtenir la place de Bellinzone, les jalousies et les rivalités des Français qui favorisent donc la faction gibeline. Prato en témoigne :

  • 48 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 237.

«[…] ma como si fosse, o per invidia d’altri, o per parcialità che in esso regnasse, o per favore che Monsignor de Lisson facesse a Gibellini, sì come emulo di lui, si fu cominciato a coniurarli contra, maxime per alcuni amici del scacciato Prencipe48».

38Sur l’émeute, il ajoute :

  • 49 Ibid.

«Et la causa fu che, essendo Frate Ieronimo Landriano, Generale de’ frati Umiliati; et D. Leonardo Vesconte, Abbate de Sancto Celso; et M. Baptista Vesconte, et D. Alexandro Crivello, Preposito de Sancto Petro a l’Olmo, molto emuli del Signor Io. Iacobo Trivulzio, et intestini amici del Duca de Milano espulso, cominciarono a suscitare il mobile vulgo49

39Il y a autre chose. Priuli, fonctionnaire vénitien, étranger et disposant des ressources de la diplomatie de la Sérénissime attribue à Louis XII lui-même la décision d’introduire à nouveau des impôts en Lombardie, restaurant par là l’imposition oppressante du More :

  • 50 Girolamo Priuli, I Diarii, op. cit., p. 219.

«Il re di Franza avendo facto il sumario dele intrade de Milanno, per le qual trovò, che molto menor summa de danari el scodeva di quelo facea il signor Ludovico, et questo hera processo perché il re havea facto molti asenti de angaria et a molti etiam havea donato molte cosse, donde, avendo bisogno de danari, deliberò de chavar tanto del ducato de Milanno, quanto faceva Ludovico. Et principiò ad inchantar li datij in Milanno, oltra la promessa facta per il re al populo de Milanno de farli axenti per qualche anno. Di la qual cossa il populo, visto che non li hera observato quanto li hera stato promesso, se levò a romor critando: Moro, Moro50

  • 51 « Tu enim in primis negasti universitatem Mediolaniensium a fide defecisse et eos qui in civitate (...)

40Morone, partisan des Gibelins, flattera le gouverneur par intérim, le cardinal d’Amboise, dans une lettre du 17 avril, affirmant que lui-même s’était aperçu que les « responsables » de la révolte étaient Trivulce et le parti guelfe, le parti gibelin ayant été, avance-t-il, « contraint » à prendre les armes pour se défendre contre leurs iniquités51. Il revient d’ailleurs sur les événements du 1er mai et rappellent un vote du peuple, « formulé publiquement », afin que le roi et son représentant licencient le gouverneur :

  • 52 « Demum effeci, ut ne dum primates sed omnis populus postposito omni timore quod valde appetebant (...)

«[…] ne amplius proregem habeant Io. Iacobum Trivultium; nec desunt rationes efficacissimae quas libuit in mandato exponere52».

41Et ceci, selon Priuli, ferait partie de la stratégie des Gibelins, lesquels, vaincus à la mi-avril 1500, avaient peur que « intrando li Francexj in Milanno poneranno ogni chossa a focho et fiama ». Ils dépeignent donc Trivulce, et lui seul, comme étant la cause de la rébellion ainsi que celui que ladite rébellion, qui se proclame d’ailleurs toujours fidèle au roi, cherche à renverser. Le soulèvement est dirigé contre le gouverneur seul, Trivulce, présenté comme un oppresseur :

  • 53 Ibid., p. 279-280.

«[…] et per questo il populo de Milanno dette fama che tuta questa mutatione del stato hera processa da mis. Zuam Jacopo de Treulzi, che voleva piuj presto mantelizar et favorirar una parte piui che l’altra, zoè piuj li Gelfi, che li Gibellini et che li populli che desideravanno justitia et equalitade, et non partialitade, non volevanno simel parte in la loro citade, et questa famma dettenno, azioché il re di Franza vedendo simel partialitade, et parendoli etiam quasi ragionevolle, dovesse dar la colpa al governo de tal mutatione seguita, azioché non havesse causia intrando in Milanno ussar grande crudelitade. Tamen cum verità li populli heranno quelli che per chossa alchuna non volevanno veder li Francesi et desideravanno piui presto aver per signor Ludovico et morir, ut ita dicam, che star cum Francexi in tranquillitade et pace53».

42En somme, comme en témoignent les sources, peu nombreuses mais explicites, on doit conclure que Trivulce, sans être exempt de partialité, non sans avoir commis des excès et des fautes, a payé pour les erreurs d’autrui. Certes, il conduit à nouveau les Français en Italie et, de toute façon, il ne peut pas en être autrement s’il veut entrer à nouveau à Milan, d’où il a été chassé, et récupérer son propre « État ». En effet, il favorise sa propre faction, mais cela lui est nécessaire pour consolider son pouvoir avec les nouveaux dirigeants de la cité. Oui, il frappe avec dureté les insurgés, mais comment pourrait-il tolérer des désordres attisés par ses adversaires et ceux qui désirent rassembler un « parti des mécontents », sorte de cinquième colonne appuyant le retour de Ludovico Sforza ?

43De manière plus générale, toutefois, et sans se référer à l’historiographie du XIXe siècle qui utilise l’idée de la « nationalité » pour une époque où elle n’a pas cours, il convient de rappeler que le More lui-même a attisé les appétits de France – puissance « étrangère » – sur Naples et sur la Péninsule, en général ; que ce même More s’appuie lui-même sur une armée « todesca », impériale et suisse pour reconquérir le duché, sans que cela ne crée de scandale parmi ses partisans milanais ; enfin, que les adversaires français de Trivulce, des Ligny ou des Sacierges ont favorisé les Gibelins pour éliminer Trivulce, peut-être par rivalité « nationale ». Si l’on veut donc débattre de la « question nationale » ou « patriotique » dans le cadre du Milanais du début du XVIe siècle, il serait partial d’énumérer les revers subit par le condottiere sans restituer tous les éléments qui l’ont conduit à prendre les décisions qui lui furent néfastes.

44Quant à son gouvernement, si une imposition plus lourde – motif de la rébellion – est réintroduite par le roi, si les troupes françaises se permettent tout en Milanais, si la faction adverse complote pour rappeler le duc déposé, si le « parti » des rebelles cible Trivulce comme l’objectif à atteindre par la révolte pour éviter des représailles sur la ville, si les dignitaires français eux-mêmes utilisent le condottiere comme bouc-émissaire pour masquer leurs propres négligences, si le roi, enfin, est prêt à sacrifier Trivulce, comme le veulent les Gibelins, pour mettre fin à la crise, il faut donc conclure que tout ceci ne peut être imputé au gouverneur. En fin de compte, Trivulce se retrouve pris dans un conflit entre deux « nationalités » : d’un côté, il doit faire face à ses concitoyens milanais vis-à-vis desquels il se présente comme le représentant d’une domination étrangère, avide, déréglée et violente, de l’autre, il y a les Français pour qui il demeure un « italien », très mal vu notamment par la noblesse.

Un « autre » voyage de France

45Gouverneur par intérim du duché, le cardinal d’Amboise n’a évidemment pas d’intérêts de ce type à ménager pendant sa lieutenance. Il ne doit pas gouverner le pays en chef de parti, ni conserver ou augmenter un territoire héréditaire, ni encore se venger des confiscations de l’ancien duc de Milan. De plus, membre à plein titre de l’aristocratie française et étrangère, il peut se présenter comme un élément équilibrant entre les Français et les Italiens, qu’ils soient guelfes ou gibelins. Il prend surtout ses fonctions dans un territoire et une ville anéantis par une immense défaite, prêts à accepter n’importe quelles conditions pour éviter une punition exemplaire. Son gouvernement a-t-il donc été plus doux que celui du maréchal ou le contexte politique, militaire et international a-t-il changé radicalement en sa faveur ? Enfin, Amboise n’a-t-il pas « tiré » – ou plus précisément, profité – de son pouvoir ?

  • 54 Delle Lettere di Principi, le quali o si scrivono da Principi, o a Principi, o ragionano di Princi (...)

46Chartres, à treize lieues au sud-ouest de Paris, paroisse de Sainte-Foix, maison de Guillaume Lemoine, « receveur du domaine », novembre 1518 : « Se Milano haveva fatto Moian, forse Ciateau Brian disfaria Milan », murmure Jean-Jacques Trivulce54. Le vieillard s’est rendu à la cour de François Ier pour démentir de nouvelles accusations. C’est son destin… Milan a été occupée pendant trois ans, de juin 1512 à septembre 1515, par une coalition rassemblant les États pontificaux, les Espagnols, les Vénitiens, les Suisses et Massimiliano Sforza – fils du More – installé en tant que duc par les étrangers. Pendant la retraite forcée, le seul fils légitime et héritier du maréchal, Gian Nicolò Trivulce, comte de Mesocco, s’éteint à Turin le 7 juillet 1512. Il ne laisse qu’un fils en bas âge, Gian Francesco. Rentré à Milan, à la tête de l’armée de François Ier en 1515, Jean-Jacques Trivulce doit se soucier de la succession dans ses États d’entre Lombardie et ligue grise alors que le nouveau gouverneur du Milanais, Odet de Foix, seigneur de Lautrec, tente de s’emparer de son château de Vigevano et de ses riches possessions.

47Sentant sa fin approcher, il resserre encore – à l’aide du testament du 14 avril 1518 – les liens avec les confédérés suisses et les Grisons, en leur faisant des dons considérables afin d’assurer la protection de ses fiefs de Mesocco, Rheinwald et Safiental, dans l’attente que son neveu, alors âgé de neuf ans, atteigne sa majorité. Calomnié par Lautrec, qui l’accuse d’être devenu sujet des Suisses, sans aucun soutien royal, vieux et malade, il se dirige en France comme maintes fois par le passé, pour tenter d’éclaircir les choses avec François Ier. Arrivé en civière à Ancenis, en Bretagne, il est accueilli avec froideur et est contraint de faire amende honorable. Il se retire alors de la cour et se rend à Chartres où, le 27 novembre, il dicte le codicille prévu par le roi afin de lui accorder son pardon et de le faire rentrer en grâce. Il meurt le 5 décembre 1518.

48À la veille de la signature de l’acte, le 26 novembre, il lance donc cette phrase sibylline : « Se Milano haveva fatto Moian, forse Ciateau Brian disfaria Milan. » Un jeu de mots, explique le cardinal Dovizi au cardinal Jules de Médicis, « voulant insinuer que Lautrec avait la faveur grâce à sa sœur », Françoise de Châteaubriant, maîtresse en titre du roi ; et encore que « Moian » renvoyait au riche château de Meillant, un palais que Georges d’Amboise avait bâti avec l’argent du Milanais. « Milan avait fait Meillant »…

49Quels sont les souvenirs personnels et les preuves dont il dispose pour l’affirmer ? Pour le moment, rien n’a permis d’établir les dires de Trivulce. Peut-être une recherche dans les registres de l’administration de la maison d’Amboise pourrait établir des liens directs entre la fortune du cardinal et l’exercice de sa lieutenance par intérim en Milanais. Si les accusations du maréchal devaient se révéler exactes, si le cardinal a bel et bien confisqué des prébendes lucratives de manière licite ou illicite, c’est l’avidité présumée de Trivulce dans sa façon d’administrer la Lombardie française qui serait à reconsidérer ou, à tout le moins, à recontextualiser, de la même manière qu’il semble nécessaire de le faire, ainsi que je viens de le montrer, pour son rôle dans la conquête et le gouvernement de Milan entre septembre 1499 et mai 1500.

Notes

1 Francesco Arsillo, Francisci Arsilli Senogallien.[ sis] de Pöetis Urbanis, Ad Paulum Iovium Libellus, dans Blosio Palladio [Biagio Pallai], Blossius Palladius Ro.[manus] Iano Corycio Lucumburgen.[sio] à libellis iust. v.c.s.p.d., Rome, Ludouicum Vicentinum et Lautitium Perusinum, 1524, fo MM ii.

2 Paolo Giovio, Gli Elogi Vite brevemente scritte d’huomini illustri di guerra, antichi et moderni, Florence, L. Torrentino, 1554, p. 259-262.

3 Verri P., Storia di Milano, t. 2, Milan, 1798, p. 176.

4 Ricotti E., Storia delle compagnie di ventura in Italia, t. 4, Turin, 1845, p. 3, 7-8.

5 Muoni D., Governatori luogotenenti e capitani generali dello Stato di Milano, Milan, 1859, p. 7.

6 Sommi Picenardi G., Cremona durante il dominio de’veneziani (1499-1509), Milan, 1866, p. 6.

7 Bonfadini R., « La conquista francese (verso l’anno 1500) », Conferenze di storia milanese tenute per cura del circolo filologico milanese nel marzo e nell’aprile 1896, Milan, 1897, p. 355-356.

8 Bignami L., Sotto l’insegna del biscione. Condottieri viscontei e sforzeschi, Milan, 1934, p. 434.

9 Rosmini C., Dell’istoria intorno alle militari imprese e alla vita di Gian-Jacopo Trivulzio detto il Magno, 2 t., Milan, 1815.

10 Chronicon Parmense, Vigevano, ASC, Fondo librario antico Roncalli, ms. 5, fo 156r.

11 Klein M., Die Beziehungen des Marschalls Gian Giacomo Trivulzio zu den Eidgenossen und Bündnern (1480-1518), Zurich, 1939.

12 Arcangeli L., « Gian Giacomo Trivulzio marchese di Vigevano e il governo francese nello stato di Milano (1499-1518) », Chittolini G., Andenna G. (dir.), Vigevano e i territori circostanti alla fine del Mediœvo, Milan, 1997, p. 15-80.

13 Girolamo Cardano, Libelli Quinque, Nuremberg, J. Petreium, 1547, col. 136.

14 Pietro Terni, Historia di Crema 570-1557, Verga M. et C. (éd.), Crema, 1964, p. 189.

15 Viganò M., « Art. Jean-Jacques Trivulce (1442-1518) », Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, 2011, p. 145-153.

16 [Delaporte Y.], « L’épitaphe de Jean-Jacques Trivulce », Mémoires de la Société archéologique d’Eureet-Loir, t. 20, 1954-1957, p. 200-204.

17 Tagliabue S., « La signoria dei Trivulzio in valle Mesolcina, Rheinwald e Safiental », Archivio Storico della Svizzera Italiana, t. 1, 1926/2-3, p. 157-199, n. 4 ; p. 233-274 ; Viganò M., « L’Età dei Trivulzio : dall’acquisto alla demolizione (1480-1526) », Quaderni Grigionitaliani, t. 79, 2010/2, p. 101-122.

18 Pélissier L.-G., Louis XII et Ludovic Sforza (8 avril 1498-23 juillet 1500), 2 t., Paris, 1896.

19 Meschini S., La Francia nel Ducato di Milano. La politica di Luigi XII (1499-1512), t. 1, Milan, 2006, p. 96-108.

20 Vissière L., Sans poinct sortir hors de l’orniere. Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris, 2008, p. 147-159.

21 Giovan Giorgio Seregni, Lettre à Ercole Ier d’Este, Milan, 29 mars 1503, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Ambasciatori, Agenti e Corrispondenti Italia, Milano, b. 18, fasc. Lettere, stf. 8, nos 2097-2098.

22 Girolamo Priuli, I Diarii (1494-1512), Segre A. (éd.), t. 1, Città di Castello, 1912, p. 226.

23 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano in continuazione ed emenda del Corio. Dall’anno 1499 sino al 1519, Cantù C. (éd.), dans Archivio Storico Italiano, t. 3, 1842, p. 173.

24 Ambrogio da Paullo, Cronaca milanese dall’anno 1476 al 1515, Ceruti A. (éd.), dans M.S.I., t. 13, 1873, p. 128.

25 Girolamo Priuli, I Diarii, op. cit., p. 257.

26 Ambrogio da Paullo, Cronaca, op. cit., p. 130.

27 Antonio Grumello, Cronaca dal mcccclxvii al mdxxix, Müller G. (éd.), Milan, 1856, p. 40.

28 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 244.

29 Ambrogio da Paullo, Cronaca, op. cit., p. 139.

30 Antonio Grumello, Cronaca, op. cit., p. 55.

31 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 249.

32 Giovan Giorgio Seregni, Lettre à Ercole Ier d’Este, Milan, 10 mai 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Ambasciatori, Agenti e Corrispondenti Italia, Milano, b. 17, fasc. 144, stf. 66.

33 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 250.

34 Pietro Antonio Piatti, Epigrammi ed elegie, Milan, 1502 [1503], fo B iiiv.

35 « Huic quasi seditioni fomentum non exiguum praestant memoratus Lignyaci comes et Lutionensis episcopus, senatus cancellarius et iustitiae (ut aiunt) caput, qui ambo, ut sunt Trivultii aemuli, aegre ferunt quod apud eum remaneat illum nudum proregis nomen sperantque hac ratione regem coactum iri, ut Trivultium deponat. » Gerolamo Morone, Lettere ed orazioni latine, Müller J., Promis D. C. (éd.), dans M.S.I., t. 2, 1863, p. 52-53.

36 Giovan Giorgio Seregni, Lettre à Ercole Ier d’Este, Milan, 22 mai 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Ambasciatori, Agenti e Corrispondenti Italia, Milano, b. 17, fasc. 144, stf. 66.

37 Giovanni Antonio Rebucco, Vita del Magno Trivulzio, Milan, Archivio privato Trivulzio, Codici sciolti, cod. 2135. Il s’agit d’une copie de 1807 d’un codex du XVIe siècle.

38 Giovan Giorgio Seregni, Lettre à Ercole Ier d’Este, Milan, 3 juin 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Ambasciatori, Agenti e Corrispondenti Italia, Milano, b. 17, fasc. 144, stf. 66.

39 Ibid., Milan, 27 juin 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Ambasciatori, Agenti e Corrispondenti Italia, Milano, b. 17, fasc. 144, stf. 66.

40 Ibid., Milan, 9 juillet 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Ambasciatori, Agenti e Corrispondenti Italia, Milano, b. 17, fasc. 144, stf. 66.

41 Ibid., Milan, 14 juillet 1500, Modène, AS, Archivio Segreto Estense, Cancelleria Ducale Estero, Ambasciatori, Agenti e Corrispondenti Italia, Milano, b. 17, fasc. 144, stf. 66.

42 Meschini S., La Francia nel Ducato di Milano, op. cit., p. 87, n. 96.

43 Milan, ASC, Dicasteri, Registri delle Lettere Ducali, reg. 15, fo 239r ; ibid., reg. 16, fos 46, 91-92, 95-97, 99, 100-101, 103-104, 111, 115-116, 119, 124, 127, 129-130, 133, 134, 178.

44 Milan, AS, Governatore degli Statuti, Registri degli Atti Sovrani o Panigarola Statuti, s. L, reg. 13 (5 février 1479-8 février 1518), doc. 140, fos 175v-175v bis ; ibid., s. N, reg. 14 (22 mars 1438-30 octobre 1512), doc. 87, fos 103v-105r ; ibid., doc. 113, fos 134r-137v ; ibid., doc. 118, fo 140r-v ; ibid., doc. 139, fos 160v-163r ; ibid., doc. 143, fos 168v-169r ; ibid., doc. 185, fos 222v-227v ; ibid., s. O, reg. 15 (17 novembre 1402-4 février 1523), doc. 75, fos 111v-113r ; ibid., doc. 124, fo 183r-v ; ibid., doc. 155, fos 211r-213v ; ibid., doc. 156, fos 213v-215r ; ibid., doc. 157, fos 215r-216v ; ibid., doc. 214, fo 292r-v ; ibid., s. EE, reg. 23 (19 août 1438-16 novembre 1501), doc. 246, fos 254v-255r.

45 [Gian Jacopo Caroldo], 1520 Primo Luglio, dans id., Quattro opuscoli inediti del secolo XVI, Rosmini C. (éd.), Milan, 1819, p. 75.

46 Francesco Guicciardini, Storia d’Italia, t. 1, Libri i-iv, Panigada C. (éd.), Bari, 1929, p. 385.

47 Girolamo Priuli, I Diarii, op. cit., p. 257.

48 Giovanni Andrea Prato, Storia di Milano, op. cit., p. 237.

49 Ibid.

50 Girolamo Priuli, I Diarii, op. cit., p. 219.

51 « Tu enim in primis negasti universitatem Mediolaniensium a fide defecisse et eos qui in civitate mansissent deliquisse, at potius eorum culpam quae a Mediolaniensbus patrata fuerunt, in ipsosmet accusatores idque merito reiecisti atque ipsum Ioannem Iacobum Trivultium et guelphos, eius asseclas, malorum omnium originem causamque fuisse demonstrasti, quod ipsi seditionem concitassent et primi arma sumpsissent, non pro regis imperii tuitione, sed partium studio moti et ob id gebellinos quasi coactos extitisse, ut et ipsi arma capescerent quibus iniuriam vimque propulsarent. » Gerolamo Morone, Lettere ed orazioni latine, op. cit., p. 84.

52 « Demum effeci, ut ne dum primates sed omnis populus postposito omni timore quod valde appetebant fecerint, tua in primis auctoritate, dehinc sollicitudine mea promoti ; per singulas enim parochias secundum civitatis usum congregati omnibusque solemniis adhibitis, regi tibique preces universitatis nomine dandas decreverunt, ne amplius proregem habeant Io. Iacobum Trivultium ; nec desunt rationes efficacissimae quas libuit in mandato exponere. » Ibid., p. 95-96.

53 Ibid., p. 279-280.

54 Delle Lettere di Principi, le quali o si scrivono da Principi, o a Principi, o ragionano di Principi. Libro Primo, Venise, Francesco Ziletti, 1581, p. 52.

Auteur

Università della Svizzera italiana (Lugano/ Mendrisio), Fondazione Trivulzio(Milano), marino.vi@bluewin.ch

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540