Version classiqueVersion mobile

Georges Ier d'Amboise

 | 
Fagnart Laure
, 
Jonathan Dumont

Première partie. Georges d'Amboise, action et image politiques

Georges d’Amboise, le rêve de l’équilibre

Laurent Vissière

Texte intégral

  • 1 Nicolas Machiavel, Le Prince, dans id., Œuvres, Bec C. (trad.), Paris, 1996, p. 117. Machiavel dat (...)
  • 2 Michelet J., Renaissance, dans id., Œuvres complètes, Viallaneix P. (éd.), t. 7, Paris, 1978, p. 1 (...)

1« Le cardinal de Rouen me disait en effet que les Italiens n’entendaient rien à la guerre, je lui répondis que les Français n’entendaient rien aux affaires » se souvient Nicolas Machiavel dans un célèbre passage du Prince. Cette formule lapidaire, souvent répétée et sans doute apocryphe, a beaucoup contribué à ternir l’image de celui qui, justement à cette époque, dirigeait la politique française1. Francesco Guicciardini ne le sauve pas non plus, puisque, dans son Histoire d’Italie, il souligne sa naïveté, son aveuglement, ses erreurs qui s’enchaînent les unes aux autres. Cette critique a traversé les siècles et Georges d’Amboise est devenu le symbole même d’une certaine médiocrité à la française – « un gros homme, fort et actif, tenace et lourd » pour Michelet, toujours en verve, un « médiocre homme d’État » pour H. Lemonnier, lapidaire, un « gros homme de bonne volonté » pour B. Quilliet, plus conciliant2. La médiocrité du cardinal explique somme toute fort bien, dans la Péninsule, la double défaite de la France, vaincue militairement sur le terrain par les Espagnols et conquise intellectuellement et artistiquement par les Italiens. La politique étrangère de Louis XII, brillante à ses débuts, s’est finalement soldée par de cuisants et impardonnables échecs, dont se gaussent les penseurs italiens du XVIe siècle. Mais il convient de revenir sur leur condamnation, si volontiers admise et reprise par la suite, car elle relève d’une double erreur d’appréciation. Elle est italienne, dans un contexte de rivalité et de guerre avec la France ; elle est surtout rétrospective et anachronique. Machiavel a rédigé Le Prince en 1513, et Guicciardini, son Histoire d’Italie à partir de 1530. Or, le contexte n’est pas indifférent : l’année 1513 voit le premier effondrement de la puissance française en Italie, et Pavie, en 1525, en marque la fin définitive. Aux yeux des écrivains florentins, sensibles aux leçons d’histoire, toute la politique menée dans la première décennie du siècle par le cardinal d’Amboise conduisait ainsi inéluctablement au désastre. Reste à savoir si cet échec était déjà patent lorsque mourut le cardinal le 25 mai 1510…

  • 3 En juin 1501, Jean d’Auton parle ainsi du cardinal comme de celui en qui le roi « avoit parfaicte (...)
  • 4 En vantant le règne de Louis XII, Claude de Seyssel chantait surtout la politique menée par George (...)
  • 5 Sous le titre Lettres du roy Louis XII et du cardinal d’Amboise (Godefroy J. (éd.), 4. t., Bruxell (...)
  • 6 Il faut noter que son grand texte, La Monarchie de France, composé en 1515, constitue en quelque s (...)

2Cette vision noire du cardinal se voit bien sûr contrebalancée par tous les panégyristes du règne de Louis XII, à commencer par Jean d’Auton3 et Claude de Seyssel4, et le personnage apparaît encore comme le fidèle soutien du Père du Peuple, en particulier pour les auteurs du XVIIIe siècle. Une présentation cette fois-ci bien française, dans un monde où l’on aime rappeler que les bons rois sont les rois bien conseillés. Peut-on aller au-delà de ces « masques » ? Il serait intéressant de comprendre les principes et les idées qui ont guidé l’action du cardinal. La tâche demeure ardue, puisqu’il n’a pas laissé de testament politique et que les épaves de sa correspondance ne permettent pas vraiment de suivre sa pensée, ni d’ailleurs de saisir les liens qu’il pouvait entretenir avec les autres membres de la cour5. En revanche, l’œuvre méconnue de Claude de Seyssel offre quelques perspectives pertinentes pour comprendre la philosophie politique du cardinal – Seyssel était l’un de ses proches, voire l’une de ses créatures, et il fut surtout le seul à théoriser l’action du règne6. Savoir si le cardinal fut un esprit puissant ou médiocre relève en quelque sorte de l’anecdote, mais essayer de saisir sa philosophie politique pose un problème considérable, auquel on s’efforcera d’apporter ici quelques éléments de réponse.

Le jeu politique

  • 7 Le 30 avril, le sénat vénitien note à propos du cardinal qu’il est « talis auctoritatis et gratie (...)
  • 8 Sur la cour de Louis XII, voir le travail précurseur de Harsgor M., Recherches sur le personnel du (...)

3Le cardinal d’Amboise fut considéré par tous ses contemporains, français ou italiens, comme une sorte de « roi en second7 » et comme le véritable maître de la diplomatie française. Il convient donc d’étudier, dans un premier temps, son action là où on la suit le mieux, en Italie et face à l’Empire. Mais il serait illusoire de penser qu’il menait seul ce jeu : si puissant qu’il ait été, le cardinal devait tenir compte des volontés du roi et de la reine, et des idées de quelques grands personnages : en un mot de ce petit groupe, à la fois bien connu et insaisissable, qui faisait la cour de France8.

La Franco-Italia

  • 9 Dumont J., Lilia Florent. L’imaginaire politique et social à la cour de France durant les Première (...)
  • 10 Le cardinal gardait dans sa bibliothèque un manuscrit enluminé en Italie, contenant ce fameux pard (...)

4Au commencement était l’Italie – obsession de Charles VIII, puis de Louis XII. L’idée d’une Italie française, d’une Franco-Italia pour reprendre l’heureuse formule de J. Dumont9, n’est évidemment pas due au cardinal. Louis d’Orléans, descendant des Visconti et seigneur d’Asti, rêvait de récupérer ce qu’il considérait comme son héritage. Il avait une première fois tenté la conquête du Milanais en 1494-1495 et il en reprit l’exécution au lendemain de son avènement à la Couronne de France (1499-1500). Il intervint militairement encore à deux reprises, en 1507 et en 1509, pour stabiliser ou réviser les frontières du duché ; après l’avoir perdu, il lança une nouvelle expédition, infructueuse, en 1513, et il mourut un an plus tard, alors qu’il se préparait à repartir en guerre. Le Milanais n’était donc pas un rêve du cardinal, mais celui-ci se présenta sur place comme le meilleur relais du roi. Il l’accompagna dans tous ses déplacements outre-monts, en 1499, 1502, 1507 et 1509, et il y séjourna bien plus souvent que le roi lui-même, puisqu’il supervisa la reconquête du Milanais en 1500, région où il se montra d’ailleurs particulièrement actif dans les années suivantes (1501-1503). Dès 1501, il avait fait nommer gouverneur du duché son neveu, Charles d’Amboise, seigneur de Chaumont (1473-1511) ; toute la diplomatie française dans la Péninsule passa dès lors par ces deux hommes, pourvus des pleins pouvoirs. D’ailleurs, on remarque qu’en 1500 et 1507, Louis XII, pourtant présent sur place, laissa à son ministre le soin de fixer les termes du pardon de Milan10 et de Gênes, et de procéder à la réorganisation administrative de leurs territoires. Bref, tout ce qui relevait de l’action concrète en Italie se trouvait, presque officiellement, à la discrétion du cardinal et celui-ci seconda parfaitement le roi dans le gouvernement du Milanais et de la Ligurie.

5En revanche, dès que l’on s’éloigne de cette zone privilégiée, l’action politique française paraît beaucoup plus hésitante. À deux reprises au moins, dans les années 1500-1503 et 1507-1508, les armées françaises victorieuses semblèrent en mesure d’imposer leur hégémonie à l’ensemble de la Péninsule. Les puissances italiennes, qui avaient longtemps vécu sur les principes de la paix de Lodi et de l’équilibre des forces, se mirent en effet à trembler. À la stupéfaction générale, le roi – qui n’avait vraiment rien d’un « autre César » – licencia ses troupes. En 1508, Claude de Seyssel résume cette politique en quelques phrases bien senties :

  • 11 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 143. Francesco Guicciardini note de son côté : « Dès (...)

« N’eust il pas esté bien aisé au roy Loys, après la conqueste du duché de Millan, de Gennes, et consequemment du royaulme de Napples, subjuguer toute l’Ytallie en suivant l’heur de sa victoire ? Certes il l’eust peu si aiseement faire qu’il eust voullu, mais il s’est contenté d’avoir la part qu’il entendoit lui appartenir par raison, sans voulloir entreprendre sur les autres […]11. »

  • 12 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 144.
  • 13 Jean d’Auton, Chroniques, op. cit., t. 1, 1889, p. 275-276.
  • 14 Selon Guicciardini, la cité de Lucques avait en fait graissé la patte du cardinal (Francesco Guicc (...)
  • 15 Guicciardini rappelle la politique louvoyante de la France à l’égard de Bologne (Francesco Guiccia (...)
  • 16 Jean d’Auton explique qu’après les politesses d’usage échangées entre les deux rois, « ledit roy d (...)
  • 17 C’était dans l’espoir d’être un jour pape que le cardinal flattait les Borgia ou le cardinal Ascan (...)

6En fait, le roi, toujours d’après Seyssel, se contentait de ce qu’il estimait lui appartenir en droit ; il ne chercha jamais à s’étendre, au risque d’être appelé « tyrant et occupateur12 ». Le cardinal, qui n’avait rien non plus d’un dangereux va-t-en-guerre, entendait profiter des victoires françaises pour maintenir une sorte d’hégémonie pacifique sur l’Italie, mais il n’avait pas de consignes claires en ce domaine, ni d’idées personnelles bien arrêtées, et cela se traduisit par un certain nombre d’hésitations et de volte-face. La question de l’Italie centrale le montre parfaitement : en 1500, le cardinal décida ainsi d’aider les Florentins à reprendre Pise plutôt que de recevoir la soumission de cette dernière13 ; en revanche, en 1501, il accepta celle de Lucques14. Peut-être dans l’espoir de coiffer un jour la tiare, il se montra plutôt favorable aux entreprises pontificales, soutenant tour à tour César Borgia et Jules II, qui, en 1506, occupa Bologne avec l’aide de la France, pourtant alliée de la cité15. À aucun moment, on ne sent dans toutes ces opérations une stratégie claire ou une politique suivie. L’affaire de Naples semble un peu plus complexe, car, au début, Louis XII avait pensé pouvoir récupérer le royaume, mais il s’ensuivit une guerre confuse, et, après l’échec de l’expédition de 1503, le roi s’en désintéressa – ni lui, ni le cardinal n’étaient allés à Naples – et il ne chercha pas à rééditer les exploits de Charles VIII. Lors de la fameuse entrevue de Savone, en juin 1507, Louis XII laissa au cardinal le soin de négocier seul à seul avec Ferdinand d’Aragon, à qui l’on finit par reconnaître une suzeraineté sur l’Italie du Sud16. Cela dit, les Français semblaient prêts à tous les accommodements pour favoriser l’élection pontificale de Georges d’Amboise. Machiavel et surtout Guicciardini se moquent de ce hochet qui, sans cesse agité par les ennemis de la France, permit d’abuser complètement le pauvre cardinal. Celui-ci n’arrivait pas à comprendre que les cardinaux italiens ne voulussent pas de lui à Rome (car un pape français aurait renforcé la puissance de Louis XII et fait de la France l’arbitre de l’Europe)17.

  • 18 L’œuvre a droit à une vague notice due à Bresc-Bautier G., « Art. Lorenzo da Muzzano, Louis XII »,(...)
  • 19 Cette carte est en fait très proche de celle produite, quelques années plus tard, par Jacques Sign (...)
  • 20 Il n’est pas du tout anodin que le monument qui se détache le mieux sur cette carte soit préciséme (...)
  • 21 Cette partie n’apparaît pas sur la gravure, au demeurant médiocre, qu’Alexandre Lenoir fit faire d (...)

7En fin de compte, le champ d’action de Louis XII en Italie se trouve à merveille « cartographié » par le sculpteur milanais Lorenzo da Muzzano : en 1508, au moment de l’apogée de la Franco-Italia, celui-ci réalisa en effet pour le château de Gaillon une statue du roi en empereur romain (fig. 11 – cahier couleur)18. Louis XII tient dans sa main gauche une sorte de carte, sculptée en très bas-relief, qui représente l’Italie. Assez schématique, cette carte ne doit rien à la tradition des portulans19 (fig. 12), mais elle met en avant un certain nombre de cités, identifiables par leurs initiales et un monument emblématique. On y découvre au premier plan la ville de Gênes (« IA » pour « Janua »), symbolisée par une énorme forteresse d’artillerie, où l’on reconnaît la Bride – ou Briglia – un monument construit par les Français en 1507 pour surveiller la ville20. La cité de Milan (« MI ») est représentée par son dôme, celle de Venise (« VE »), entourée d’eau, par le palais des doges, Florence (« FL » ou « FI ») par son baptistère, Rome (« R [O] ») par le Colisée, Crémone (« CR ») par une tour qui pourrait être le Torrazzo ; on distingue aussi vaguement une sorte de châtelet avec la lettre « F », qui désigne sans doute Ferrare, et un monument sans aucune indication (Bologne ?) ; quant à la partie droite de la carte, il s’agit en réalité d’une restauration maladroite et les deux villes représentées sont des fantaisies du XIXe siècle, dont on ne peut rien tirer pour la présente étude21. La carte offre une vision tout à fait subjective de l’Italie, centrée sur la plaine du Pô ; les villes de Gênes, Milan, Venise, Florence et Rome délimitent le champ d’action de la France en cette année 1508.

La politique du glacis

8Le maître mot de la diplomatie française dans la première décennie du XVIe siècle fut sans nul doute celui de glacis : le cardinal, actif sur tous les fronts, essaya de constituer un chapelet d’États-tampons aux frontières du royaume afin d’assurer la paix à celui-ci.

Le glacis italien

9Cette politique du glacis apparaît de manière particulièrement nette en Italie, où il s’agissait de remplacer l’équilibre rompu de la paix de Lodi par un autre, qu’on pourrait appeler la Pax Gallica.

  • 22 Louis XII signa un traité d’alliance avec la Suisse, le 16 mars 1499, avec Venise, le 15 avril, et (...)

10Le Milanais, si cher au cœur de Louis XII, ne comportait aucune frontière commune avec le royaume. Il s’avérait donc vital pour les Français de tenir les passages des Alpes. Les principautés alpines (la Savoie, le Montferrat et Saluces), qui se trouvaient déjà plus ou moins sous une sorte de protectorat, furent pour se faire encore plus solidement intégrées au « bloc » français. La « dédition » de Gênes fut tout aussi essentielle dans la mesure où les ports de Ligurie ouvraient sur le Milanais et offraient des points d’appui non négligeables dans la perspective d’expéditions plus méridionales – vers Naples ou l’Orient. Au Sud-Est du duché, les petites principautés de Mantoue, Ferrare et Bologne formaient une zone tampon entre les États du pape et la Terre Ferme vénitienne. Le cardinal soignait ces alliés-là, mais n’accordait en revanche que peu d’attention aux cités toscanes (Lucques et Pise) trop marginales finalement par rapport aux intérêts français. Le système semblait a priori bien conçu puisque la France entretenait de longue date des rapports d’amitié avec les cantons suisses, d’un côté, et la république de Venise, de l’autre22.

Fig. 12 – Carte d’Italie, dans Jacques Signot, La totale et vraie description de tous les passaiges […] des Gaules et Ytalies, et signamment par où passerent Hannibal […], Charles VIII, Louis XII et François […], Paris, T. Dery, 1518, avant fo G1, Paris, BnF, © BnF.

  • 23 Sur cette question, voir Maulde La Clavière R. de, La conquête du canton du Tessin par les Suisses (...)
  • 24 Sur les missions diplomatiques de Seyssel, voir Caviglia A., Claudio di Seyssel (1450-1520). La vi (...)

11Les succès des Français déchaînèrent cependant des convoitises et, durant dix ans, le cardinal dut déployer d’énormes efforts pour maintenir une paix très précaire. Le premier facteur de troubles venait des Suisses qui, en 1500, s’estimant mal payés, occupèrent les cluses alpines du Milanais – notamment Bellinzone23. Le 3 mai 1500, le cardinal reçut à Milan une ambassade helvète devant laquelle il se montra très évasif – les Suisses virent dans ses hésitations la reconnaissance du fait accompli et un indice de faiblesse. En 1508, ils s’attaquèrent cette fois au duc de Savoie, allié fidèle, mais fragile, de la France : le cardinal d’Amboise, qui députa sur place Claude de Seyssel comme conciliateur, préféra laisser les Suisses rançonner le duc plutôt que de lui prêter main-forte24. L’alliance suisse restait en effet vitale face à un autre ennemi potentiel : Maximilien de Habsbourg. C’est de lui que le roi attendait pourtant la très officielle investiture du Milanais : le cardinal négocia cette question à Trente en 1501, à Blois en 1504, à Haguenau en 1505, à Trente encore en 1509, mais ces tractations n’aboutissaient pas car Maximilien, versatile et haineux, ne pouvait se résoudre à donner son accord. À plusieurs reprises, il fit mine d’envahir l’Italie, mais sans aucun effet.

12Contre toute attente, c’est le cardinal lui-même qui allait détruire cet équilibre italien si péniblement entretenu : en 1506, il aida Jules II à occuper Bologne, ce qui fragilisait la frontière Sud du Milanais, et, en 1508-1509, il négocia les accords de Cambrai qui brisèrent la traditionnelle et nécessaire alliance de la France et de Venise. Dès lors, les jours du Milanais français étaient comptés.

Le glacis européen

  • 25 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 218.
  • 26 Ibid., p. 147-148. D’après Seyssel, le roi Jean Ier aurait proposé son aide, en 1507, contre Gênes (...)
  • 27 Ibid., t. 3/2, p. 442-444.
  • 28 Jean d’Auton, Chroniques, op. cit., t. 2, p. 212-217 ; Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., (...)
  • 29 À propos de ce conflit, voir Cauchies J.-M., « Principauté d’Empire, allié de la France. Le duché (...)

13Le cardinal d’Amboise, qui menait une politique européenne, eut tendance à développer un glacis similaire sur toutes les frontières de la France, c’est-à-dire pour l’essentiel à l’est et au nord, face à l’Empire. Arrogant, paranoïaque et impuissant, Maximilien de Habsbourg était particulièrement méprisé en France, mais il n’en représentait pas moins un danger sérieux. Toute la politique française consista à tenir en lisière ce dangereux personnage et à le conforter dans son impuissance légendaire. Claude de Seyssel, dans les Louenges de Loys XII, confirme que le roi a « rejecté la guerre hors du royaulme et amusé ses ennemys de par delà25 », et ce de deux manières. D’une part, il a monté des alliances de revers sur le modèle de l’alliance franco-écossaise face à l’Angleterre : dès 1498, le roi signa en effet un traité d’alliance perpétuelle et de libre-échange avec le Danemark26. En 1500, il prit part à l’alliance anti-turque de Bade, qui unissait la Hongrie et la Pologne27 ; en 1502, Ladislas Jagellon IV (1456-1516), roi de Hongrie et de Bohême, épousa Anne de Foix (1484-1506), comtesse de Candale, cousine germaine d’Anne de Bretagne28. Ces alliances de revers ne débouchèrent en fait sur rien de concret, mais elles avaient de quoi inquiéter Maximilien. D’autre part, le cardinal systématisa la politique des États-tampons : de la Gueldre à la Suisse, l’argent français coulait dans les caisses de tous les ennemis des Habsbourg. Le conflit de Gueldre représente à cet égard un véritable cas d’école29. Le duc Charles d’Egmont (1467-1538), cousin des rois de France, revendiquait ce duché confisqué par les Habsbourg et fit pour le conserver l’une des guerres les plus longues et les plus épuisantes de la période. Seyssel note à son propos :

  • 30 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 248-249.

« […] ses pays sont sur les rivieres du Rin, de la Meuse, de Muselle, […] et si a sur lesdites rivieres des places fortes par lesquelles il peult empescher le passage aux Allemans de naviguer contremont30 ».

  • 31 Seyssel rappelle d’ailleurs que « le peuple et pays liegeois a tousjours esté devot de la couronne (...)
  • 32 Ibid., p. 247-248.

14Un même type d’alliance liait la France à Érard de La Marck (1472-1538) qui avait vécu à la cour et, avec le soutien du roi et du cardinal, avait réussi à se faire élire prince-évêque de Liège contre le candidat des Habsbourg (décembre 1505) ; Louis XII, qui le ménageait beaucoup, lui accorda encore le lucratif évêché de Chartres en 150731. Sur les frontières orientales, le roi tenait enfin sous son aile le duc de Lorraine, René II d’Anjou (1451-1508), puis son fils Antoine (1489-1544), qui furent tous deux des alliés indéfectibles32.

15Cette diplomatie était efficace sur le court terme : elle exaspérait les Habsbourg et les maintenait dans un état d’alerte permanent. À plus longue échéance, elle s’avérait assez pernicieuse, excitant la paranoïa de Maximilien et rendant impossible tout accord durable.

Le royaume d’Utopie

16Si l’on s’en tient à cette stratégie du glacis, on pourrait penser que le cardinal, pour obéir aux objectifs de son roi, menait à sa manière une sorte de « Realpolitik ». Le cynisme politique était alors dans l’air du temps. Mais il se trouvait compensé en réalité par d’autres considérations parfaitement contradictoires, dont la plus importante demeure sans conteste l’irénisme chrétien. Car l’utopie flottait elle aussi dans l’air et le royaume de Louis XII, tel que le rêvait le cardinal d’Amboise et que le décrivit Claude de Seyssel, appartenait au domaine de l’idéal.

L’irénisme chrétien

17La France devait être à la fois un modèle et un moteur pour l’Occident latin, et le roi très chrétien avait un rôle fédérateur à jouer, en concurrence avec l’empereur. Cette idée n’était pas nouvelle, bien sûr, mais elle fut reprise par le cardinal et son entourage. Que signifiait-elle concrètement ? Globalement, que les princes chrétiens devaient se réconcilier et partir en croisade contre l’ennemi commun – en l’occurrence les Turcs, très offensifs en ce début de XVIe siècle.

  • 33 Le Thiec G., « De Milan à Constantinople : Louis XII et la croisade dans la culture politique du t (...)
  • 34 Sur l’expédition, voir notamment Vatin N., « Le siège de Mytilène (1501) », Turcica. Revue d’étude (...)

18Des projets de croisade, le roi et le cardinal ne manquèrent pas d’en concevoir dans les premières années du règne, du moins tant que Naples fit partie de l’horizon politique de Louis XII, et le projet revint sur le tapis à l’occasion des négociations de Cambrai33. Mais les réalisations ne furent pas à la hauteur des discours : l’expédition de Mytilène confiée à Philippe de Clèves servit surtout à convaincre les Français du caractère perfide des Vénitiens34. Le fait, qu’en 1503, un frère du cardinal, Aimery d’Amboise devînt grand maître de Rhodes ne semble pas avoir incité les Français à s’investir plus sérieusement en Méditerranée.

  • 35 Claude de Seyssel, Ad serenissimum et potentissimum Angliae regem Henricum septimum, oratio in pub (...)

19Quant à la réconciliation des princes chrétiens, elle paraissait souhaitable, puisqu’elle eût permis la consolidation de la Franco-Italia. Le roi, satisfait de ses conquêtes, pouvait se montrer accommodant, et c’est en ce sens que le cardinal conduisit sa diplomatie. À l’égard de l’ancienne ennemie, l’Angleterre, on mena la politique la plus aimable : en 1502-1503, les Français ne s’opposèrent pas au rapprochement de l’Angleterre et de l’Écosse, qui risquait pourtant de les priver d’un allié de poids. En 1506, le cardinal envoya Seyssel à Londres expliquer la rupture des traités de Blois, et le diplomate déclama un grand discours presque aussitôt publié en latin et en français35. La guerre de Cent Ans appartenait désormais à un passé lointain… Du côté de l’Espagne et de la maison d’Autriche, rien n’était simple. Mais plusieurs points sont à noter. En 1503-1504, on chercha à se rapprocher de Philippe le Beau, en qui l’on voyait le successeur de Maximilien. L’espoir d’une nouvelle ère de paix commença à se dessiner. Pas pour longtemps. L’idée d’une paix stable fut à nouveau abordée à l’occasion des traités de Cambrai, en 1508-1509, et le cardinal y crut vraiment, puisqu’il chercha alors à calmer le duc de Gueldre, cet allié turbulent, et s’entremit pour réconcilier Maximilien et Ferdinand d’Aragon, « en désaccord sur la question du gouvernement des royaumes de Castille ». C’est Guicciardini qui parle :

  • 36 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, op. cit., t. 1, p. 628.

« Cet accord, qui avait été longuement négocié à la cour du roi de France […], fut mené à son terme grâce au manque de jugement du cardinal de Rouen, qui ne considéra pas combien cette alliance tombait mal à propos pour les affaires de son roi. Il s’entremit en effet avec une diligence et une application très grandes, car il lui semblait sans doute qu’être à l’origine de cette entente pourrait l’aider à parvenir au pontificat36. »

20L’explication du Florentin est en fait celle de tous ses contemporains, surtout en Italie : le cardinal, obsédé par la tiare pontificale, était prêt, pour l’obtenir, à ratifier les traités les plus désastreux et même à soutenir les pires ennemis de la France. Certes, mais le cardinal pensait sans doute qu’en se plaçant au-dessus des partis, il apparaîtrait à tous comme le candidat idéal et le garant de la paix européenne. En ce sens, ses ambitions personnelles ne devaient pas lui sembler en contradiction avec les intérêts de son roi et ceux de la Chrétienté. Louis XII et lui-même proposaient donc à leurs voisins une sorte d’hégémonie pacifique, dont, évidemment, personne ne voulait, à l’exception peut-être des petits États-tampons déjà évoqués.

Le paternalisme, mode de gouvernement

21Si la politique extérieure semble en fin de compte bien précaire, le cardinal a donné toute sa mesure d’homme d’État en développant une conception paternaliste du gouvernement, qui existait certes déjà, mais qui allait culminer durant le règne de Louis XII.

  • 37 Recit de ce qui s’est passé lors de la remontrance faicte au roy Louis XII par les Estats du royau (...)
  • 38 Voir n. 35.
  • 39 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 7-70.

22Le titre de « Père du Peuple » fut accordé à Louis XII au lendemain d’une crise majeure : les traités de Blois, signés en novembre 1504, et la maladie du roi, en 1505, conduisaient le royaume au bord de la ruine et du démembrement. Le Conseil de régence qui se mit alors en place, sous la direction du cardinal, dut reprendre les choses en mains. Lorsque, par miracle, le roi se rétablit, ce fut l’occasion d’un vaste mouvement de réjouissances publiques soigneusement orchestré depuis la cour. S’il y eut bien une spontanéité populaire, elle fut encadrée et même le discours de Thomas Bricot, prononcé lors des États Généraux de Tours, pourrait bien avoir été inspiré par le cardinal37. Le propos de Claude de Seyssel au roi d’Angleterre, publié en latin et en français, révèle clairement une stratégie politique réfléchie, à laquelle on essaya de donner le maximum de publicité38. Seyssel pose dans ce discours les idées qu’il développera ensuite dans les Louenges de Loys XII : les rapports du roi et de ses sujets reposent plus sur l’amour que sur la force, et le souverain doit plutôt exprimer la volonté de son peuple que lui imposer la sienne. On est à l’opposé du cynisme machiavélien. En posant les bases du bon gouvernement monarchique, Seyssel adresse en effet de sévères critiques à tous les prédécesseurs de Louis XII, qui fournissent autant de contre-modèles. Que leur reproche-t-il ? Outre leurs crimes personnels, de ne pas s’être souciés de leurs sujets. Selon Seyssel, trois conditions s’avèrent nécessaires au bonheur populaire : la paix, la justice et une faible fiscalité39. Cela dit, il ne faudrait pas voir seulement là une rhétorique creuse, car ces idées furent réellement mises en œuvre par le cardinal d’Amboise.

23Ces quatre points méritent d’être précisés :

  • Bien qu’il puisse passer pour un roi guerrier, Louis XII apparaît, jusqu’à la crise de 1513, comme un protecteur efficace de son royaume, qui vit en paix. La guerre n’a lieu qu’en Italie, essentiellement aux marches du Milanais. Elle ne concerne donc que l’aristocratie du royaume, qui aime ces jeux martiaux, et des bandes plus ou moins importantes de mercenaires. Le roi veille d’ailleurs à empêcher les débordements des gens d’armes40 et, en 1500, le cardinal d’Amboise applique avec la dernière rigueur cette politique dans le Milanais conquis – il pend pour l’exemple tous les pillards41.
  • Le roi a également baissé la taille qui « se lieve sur le povre et menu peuple tant seullement42 », et durant tout son règne, l’impôt reste en effet très faible, en comparaison de ce qu’on levait sous Louis XI et de ce qui se fera à partir de François Ier43. En Milanais, le cardinal mena la même politique de modération fiscale, mais il n’hésita pas à ponctionner les finances de ses alliés, en particulier florentins.
  • La justice reste le maître mot de ce paternalisme politique. Dès 1499, le roi promulgua une grande ordonnance de justice pour limiter les abus des officiers et les frais des procès, et cet acte fut suivi par la réforme des cours souveraines du royaume : au mois d’avril 1499, sous l’influence de Georges d’Amboise, l’Échiquier de Normandie fut transformé en cour souveraine permanente. L’année suivante, le roi créa sur le même modèle un parlement de Provence et, à Milan, fraîchement conquise, un sénat44. Le cardinal joua un rôle important dans son organisation, et c’est lui qui y fit nommer Claude de Seyssel. Lors des révoltes de Milan et de Gênes, en 1500 et 1507, c’est le cardinal qui régla la crise en traitant les villes insurgées, non comme des ennemies, mais comme des enfants indisciplinés, punis… et pardonnés.
  • À ces trois points, ajoutons également la réforme religieuse. Contrairement à ce que crurent les Italiens, le cardinal, même en conflit avec le pape, rejetait la voie du schisme. Il tenait à l’unité de l’Église et, en tant que légat, il entendait que le service de Dieu se déroulât correctement en France. Il apparaît ainsi comme un réformateur – ce qui n’allait d’ailleurs pas sans heurts, puisqu’il s’en prit aux puissants ordres mendiants45.
  • 46 Nicolas Machiavel, Portrait des choses de France, dans id., Œuvres, op. cit., p. 44-56.

24Le panégyrique de Seyssel trouve un écho inattendu chez Machiavel : dans son Portrait des choses de France, daté de 151046, le Florentin ne manque pas, bien sûr, de critiquer les Français, mais il décrit cependant un pays prospère, où le peuple vit en paix et vénère son roi – ce tableau idyllique, qui contraste fortement avec la Florence contemporaine, correspond bien au royaume de Louis XII et du cardinal d’Amboise, tel qu’il pouvait se présenter à l’observateur extérieur.

Un équilibre artistique

25Cette volonté affichée du bon gouvernement et du juste équilibre ne concerne pas seulement la politique ou la diplomatie, mais aussi les domaines de la culture et de l’art. La question est délicate, d’abord du fait du cloisonnement de nos disciplines, ensuite parce qu’une vision téléologique de l’histoire de l’art continue trop souvent à dominer le discours sur la « Renaissance ». Or, la première décennie du XVIe siècle fut celle d’un engouement pour l’art italien, d’une mode, pas d’une marée irrésistible. C’est le temps des tâtonnements, des adaptations, des métissages. Le cardinal, comme tout prince de son époque, s’intéressait à l’art et aux artistes, et son mécénat revêtait un caractère polymorphe.

  • 47 Sur la découverte de Mantegna en France, voir Vissière L., « Capitale malgré elle ? Aigueperse au (...)
  • 48 Jamet de Nesson, Lettre à Francesco Gonzaga, Milan, 26 octobre 1499, Mantoue, AG, 1633, no 423. Vo (...)
  • 49 « Mando alla Excellentia Vostra per el presente cavallaro il schizo dil cardinale de Roua, lo qual (...)
  • 50 G. Agosti pense avoir identifié une esquisse de ce tableau perdu, conservée aujourd’hui à la Walke (...)

26Le cardinal se tenait très au courant des modes italiennes et ses premières commandes en Italie montrent, sinon un goût très sûr, du moins une bonne connaissance des artistes en vogue. Ses divers séjours en Italie du Nord et à Rome avaient pu le familiariser avec l’art de la Renaissance, tandis que la nomination de son neveu Chaumont comme gouverneur du Milanais facilita bien sûr les transferts culturels, mais la première commande qu’il fit outre-monts s’adressait à Mantegna, un peintre déjà connu en France depuis les années 148047. Il voulut se faire offrir par le marquis de Mantoue une toile du maître, qu’il appelle « el primo pictore del mondo48 », précisant par la suite qu’il voulait être représenté dans une grande composition49 ; malheureusement, on ne sait rien de la destinée de ce tableau, qui n’apparaît même pas dans les inventaires de Gaillon, mais dont on a peut-être conservé une esquisse (fig. 35)50. À ce moment-là, le cardinal se plaçait déjà dans une continuité, puisque c’étaient les Montpensier qui avaient fait découvrir le peintre de Mantoue à la cour de France.

  • 51 La première référence à cette citation célèbre se trouve dans une lettre du cardinal Bibbiena au c (...)
  • 52 En fait, le château actuel résulte d’une « énergique restauration », menée à la fin du XIXe siècle (...)
  • 53 L’étude de Gaillon a récemment été renouvelée par Bardati F., « Il bel palatio in forma di castell (...)
  • 54 Blanquart F., La chapelle de Gaillon et les fresques d’Andrea Solario, Évreux, 1899.
  • 55 Œuvre malheureusement disparue, on verra à son propos Gianeselli M., « La postérité de Mantegna en (...)
  • 56 J.-P. Babelon utilise cette expression pour le château de Meillant (Babelon J.-P., Châteaux de Fra (...)
  • 57 Jestaz reconnaît que « des seigneurs venus pour se battre ou s’enrichir ont pu à l’occasion découv (...)

27Au nom de son neveu, le cardinal fit réaménager divers châteaux, comme Chaumont et surtout Meillant, où furent englouties des sommes fabuleuses (« Milan a fait Meillant », dit le proverbe51). Il s’occupa pour lui-même du château de Vigny, résolument « médiéval » dans son état actuel52. En Normandie, il fit réaménager Gaillon, le château des archevêques de Rouen, qui fut italianisé par des artistes en majeure partie français : des médaillons de marbre, des œuvres d’art pouvaient venir d’Italie, mais pour former un tout plus ou moins harmonieux avec un bâtiment qui restait fondamentalement gothique53. Le modèle mantegnesque s’y retrouve dans l’aménagement intérieur, puisque Andrea Solario y peignit en personne les membres de la famille d’Amboise sur le modèle des Gonzaga au château de Mantoue54, mais également à l’extérieur où une frise sculptée copiait intégralement les Triomphes de César55. La variété de ces monuments, où selon J.-P. Babelon subsiste encore « un esprit bien médiéval56 », montre peut-être que, dans le domaine des arts, le cardinal était aussi indécis et médiocre que dans le champ de la politique et de la diplomatie – les historiens de l’art, formés à l’école de Vasari, n’ont en effet longtemps vu dans les aristocrates français que des brutes mal dégrossies et toujours attachées à un style gothique dépassé57. Il serait cependant plus intéressant de renoncer à cet italocentrisme artistique et de noter la très grande ouverture d’esprit qui marque l’art français des années 1500, mêlant les traditions nationales, les innovations du gothique international, venues de Flandre et de l’Empire, et l’inspiration néo-antique, typiquement italienne : en ce sens, le cardinal ne serait pas un « homme du Moyen Âge », goûtant timidement à l’art de la Renaissance, mais un prélat éclairé sachant apprécier des arts différents, hybrides ou en pleine mutation.

*

28En 1510, à la mort du cardinal, rien n’était en réalité véritablement joué. Si celui-ci fut responsable d’énormes erreurs – la guerre contre Venise, le soutien à Jules II –, il ne serait sans doute pas tombé dans les pièges absurdes qui suivront, et notamment le concile de Pise et le schisme potentiel, qui allaient donner aux adversaires de la France une bonne raison de s’unir contre elle. Cela dit, force est de constater que Georges d’Amboise ne fut jamais un bien habile manœuvrier – et Louis XII encore moins. Les deux hommes restèrent obnubilés par un mirage italien – Milan pour l’un, Rome pour l’autre –, alors que le monde évoluait à toute allure autour d’eux. Tout à son rêve irénique, le cardinal n’a pas su prévenir l’encerclement du royaume par la maison de Habsbourg. Faute d’une véritable flotte, la France ne se lança ni dans l’aventure méditerranéenne, ni dans l’aventure atlantique, alors même que des marins normands touchaient à la même époque le Nouveau Monde. En fait, comme dans un monde utopique, le cardinal cherchait à pérenniser une France idéale, équilibrée… et fantasmée, et c’est pour cela que sa politique était vouée à l’échec.

Notes

1 Nicolas Machiavel, Le Prince, dans id., Œuvres, Bec C. (trad.), Paris, 1996, p. 117. Machiavel date lui-même cet échange de son séjour à Nantes (novembre 1500) ; il précise ensuite : « Car, s’ils s’y entendaient, ils n’auraient pas laissé l’Église atteindre à une telle puissance », ce qui, à cette date, paraît prémonitoire. Il serait assez naïf de prendre pour argent comptant cette anecdote, où Machiavel se donne le beau rôle. Ce dernier, venu traiter en France de la délicate position de Florence dans la nouvelle conjoncture politique, aurait été singulièrement maladroit de se moquer ainsi du personnage le plus influent du royaume. En revanche, trois ans après la mort du cardinal et alors que les Français avaient été chassés de la Péninsule, Machiavel pouvait imaginer de telles paroles sans que cela prête à conséquence.

2 Michelet J., Renaissance, dans id., Œuvres complètes, Viallaneix P. (éd.), t. 7, Paris, 1978, p. 159-160 ; Lemonnier H., La lutte contre la Maison d’Autriche. La France sous Henri II (1519-1559), Paris, 1904, réimpr. Paris, 2010, p. 181 ; Quilliet B., La France du beau XVIe siècle, Paris, 1998, p. 108. Voir aussi Hochner N., Louis XII. Les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, 2006, p. 233. Sur la très pauvre historiographie du cardinal, je renvoie à l’Introduction du présent volume par Dumont J. et Fagnart L.

3 En juin 1501, Jean d’Auton parle ainsi du cardinal comme de celui en qui le roi « avoit parfaicte amour et singuliere fiance, comme en celuy qui tous temps à son service avoit deuement plyé le dos, et au proffit de la chose publicque loyallement son pouvoir employé » (Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, Maulde La Clavière R. de (éd.), t. 2, Paris, 1891, p. 25-26). Des formules similaires se retrouvent tout au long des Chroniques.

4 En vantant le règne de Louis XII, Claude de Seyssel chantait surtout la politique menée par Georges d’Amboise (à ce sujet, voir Claude de Seyssel, Les Louenges du roy Louys XIIe de ce nom (1508), Eichel-Lojkine P., Vissière L. (éd.), Genève, 2009, p. 7-70). L’importance de Seyssel a récemment été réévaluée : Eichel-Lojkine P. (dir.), Claude de Seyssel. Écrire l’histoire, penser le politique en France, à l’aube des Temps modernes, Rennes, 2010 ; Dumont J., « Du souvenir et de l’image : portraits croisés de Louis XI et Louis XII dans les Louenges du roy Louys xii de Claude de Seyssel », McIntosh F., Castellani M.-M. (dir.), Louis XI, une figure controversée. Colloque organisé à l’université de Lille du 3 au 5 octobre 2007, Bien dire et bien aprandre. Revue de Médiévistique, t. 27, 2010, p. 85-102.

5 Sous le titre Lettres du roy Louis XII et du cardinal d’Amboise (Godefroy J. (éd.), 4. t., Bruxelles, F. Foppens, 1712), Jean Godefroy a édité un grand nombre de missives, dont très peu sont signées de ces deux personnages ou adressées à eux. Aucun effort n’a été fait depuis en vue d’une édition scientifique de leur correspondance.

6 Il faut noter que son grand texte, La Monarchie de France, composé en 1515, constitue en quelque sorte aussi un bilan du règne de Louis XII (Claude de Seyssel, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, Poujol J. (éd.), Paris, 1961 ; id., La Monarchie de France, Ragghianti R. (éd.), Paris, 2013).

7 Le 30 avril, le sénat vénitien note à propos du cardinal qu’il est « talis auctoritatis et gratie apud christianissimam Majestatem […] quod reputari potest alter rex » (Venise, AS, Senato, Secreta, Deliberazioni, R 38, fo 24v). Des formules similaires se retrouvent dans les textes italiens de l’époque.

8 Sur la cour de Louis XII, voir le travail précurseur de Harsgor M., Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII, 4 t., Lille-Paris, 1981. Du point de vue de la méthode, on peut se référer aussi à l’ouvrage collectif de Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, 2011.

9 Dumont J., Lilia Florent. L’imaginaire politique et social à la cour de France durant les Premières Guerres d’Italie (1494-1525), Paris, 2013.

10 Le cardinal gardait dans sa bibliothèque un manuscrit enluminé en Italie, contenant ce fameux pardon de Milan, octroyé le 17 avril 1500 (Paris, BnF, ms. Dupuy 628).

11 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 143. Francesco Guicciardini note de son côté : « Dès qu’il [Louis XII] eut repris Gênes, il congédia son armée ; il lui aurait été pourtant facile de poursuivre le cours de ses victoires et de frapper qui il aurait voulu en Italie, car personne n’était préparé à lui résister » (Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, Fournel J.-L., Zancarini J.-C. (trad.), t. 1, Paris, 1996, p. 516). En fait, le roi lui-même dut songer à poursuivre ses conquêtes, puisqu’en relatant sa campagne à M. de Montmorency, il concluait : « Graces et louenges à mon Createur, j’en suis sorty à mon tres grand honneur et reputation si grande par toute l’Italye que, se je voullois, je tireroys bien plus avant » (Louis XII, Lettre à Montmorency, Gênes, 30 avril 1507, dans Documents pour servir à l’histoire de l’établissement de la domination française à Gênes (1498-1500), Pélissier L.-G. (éd.), Gênes, 1894, p. 208).

12 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 144.

13 Jean d’Auton, Chroniques, op. cit., t. 1, 1889, p. 275-276.

14 Selon Guicciardini, la cité de Lucques avait en fait graissé la patte du cardinal (Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, op. cit., t. 1. p. 346 ; voir aussi Jean d’Auton, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 277). Louis XII ratifia le traité de protection, négocié par le cardinal, le 16 avril 1502 (Paris, ANF, JJ 990).

15 Guicciardini rappelle la politique louvoyante de la France à l’égard de Bologne (Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, op. cit., t. 1, p. 345, 498-500). Seyssel y voit un témoignage de la lutte du roi contre les tyrans (Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 127). Voir aussi le récit de Jean d’Auton, Chroniques, op. cit., t. 4, 1895, p. 64-87.

16 Jean d’Auton explique qu’après les politesses d’usage échangées entre les deux rois, « ledit roy d’Arragon et le cardinal d’Amboise se retirèrent dedans une chambre à part ; et là, furent eulx deux ensemble par l’espace de troys grosses heures ou plus ; […] aprés leur conclusion faicte, sortirent de la chambre et s’en allerent en la chambre où estoit le roy, lequel advertirent de tout ce qu’ilz avoyent trecté et conclut » (ibid., p. 354). Cet épisode, mieux que tout autre, montre combien le roi avait délégué toute la diplomatie italienne à Georges d’Amboise. Sur l’affaire, voir Maulde La Clavière R. de, L’Entrevue de Savone (1507), Paris, 1890.

17 C’était dans l’espoir d’être un jour pape que le cardinal flattait les Borgia ou le cardinal Ascanio Sforza entre autres. Guicciardini ne manque jamais de rappeler qu’on se jouait constamment de sa crédulité (Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, op. cit., t. 1, p. 382, 431-432, 436, 441-442, 526).

18 L’œuvre a droit à une vague notice due à Bresc-Bautier G., « Art. Lorenzo da Muzzano, Louis XII », id., Crépin-Leblond T., Taburet-Delahaye E., Wolff M. (dir.), France 1500. Entre Moyen Âge et Renaissance. Catalogue de l’exposition tenue à Paris, Galeries nationales, Grand Palais. 6 octobre 2010-10 janvier 2011, Paris, 2010, p. 362-363, mais celle-ci ne commente pas l’exceptionnel intérêt de cette carte d’Italie, dont les villes sont d’ailleurs mal identifiées. Je remercie ici J.-B. de Vaivre de m’avoir fourni d’excellents clichés de la statue.

19 Cette carte est en fait très proche de celle produite, quelques années plus tard, par Jacques Signot, La totale et vraie description de tous les passaiges […] des Gaules et Ytalies, et signamment par où passerent Hannibal […], Charles VIII, Louis XII et François […], Paris, T. Dery, 1518, avant fo G1.

20 Il n’est pas du tout anodin que le monument qui se détache le mieux sur cette carte soit précisément la seule construction importante édifiée en Italie par les Français à cette époque ; il n’eut d’ailleurs qu’une vie éphémère puisque les Génois le détruisirent en 1514, pour marquer la fin de l’occupation française (Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, op. cit., t. 1, p. 516 ; Nicolas Machiavel, Discours sur la Première Décade de Tite-Live, dans id., Œuvres, op. cit., p. 350-351). Voir aussi Podestà F., « La Fortezza detta “la Briglia” a Capo di Faro. Erezione, assedio, rovina », Rivista ligure di scienze, lettere ed arti, 1909, p. 186-195 ; Grosso O., Pessagno G., « La Briglia », Gazzetta di Genova, 31 mai 1914, p. 1-5. Je tiens à remercier N. Faucherre de m’avoir fourni ces références très utiles.

21 Cette partie n’apparaît pas sur la gravure, au demeurant médiocre, qu’Alexandre Lenoir fit faire de la statue (Lenoir A., musée des monuments français, t. 2, Paris, 1800, pl. 87). Renseignement aimablement fourni par J. Ulrich.

22 Louis XII signa un traité d’alliance avec la Suisse, le 16 mars 1499, avec Venise, le 15 avril, et avec la Savoie, le 13 mai (Dumont J., Corps universel diplomatique du droit des gens, t. 3/2, Amsterdam-La Haye, P. Brunel, R. et J. Wetstein, G. Smith, H. Waesberge, Z. Chatelain-P. Hussos, C. Levier, 1726, p. 406-409).

23 Sur cette question, voir Maulde La Clavière R. de, La conquête du canton du Tessin par les Suisses (1500-1503), Turin, 1890 ; Viganò M., Locarno francese (1499-1513). Per i 500 anni del « rivellino » del Castello visconteo 1507-2007, Bellinzone, 2007 ; Vissière L., Sans poinct sortir hors de l’orniere. Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris, 2008, p. 113-137.

24 Sur les missions diplomatiques de Seyssel, voir Caviglia A., Claudio di Seyssel (1450-1520). La vita nella storia dei suoi tempi, Turin, 1928 ; Vissière L., « Au service discret de Sa Majesté : Claude de Seyssel, agent de Louis XII », Eichel-Lojkine P. (dir.), Claude de Seyssel, op. cit., p. 201-215.

25 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 218.

26 Ibid., p. 147-148. D’après Seyssel, le roi Jean Ier aurait proposé son aide, en 1507, contre Gênes révoltée (ibid., p. 246). Le traité d’alliance est édité dans Dumont J., Corps diplomatique, op. cit., t. 3/1, p. 386-388.

27 Ibid., t. 3/2, p. 442-444.

28 Jean d’Auton, Chroniques, op. cit., t. 2, p. 212-217 ; Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 129-130.

29 À propos de ce conflit, voir Cauchies J.-M., « Principauté d’Empire, allié de la France. Le duché de Gueldre, épine des Valois dans la chair des Habsbourg, et son duc “spoliateur” (1494-1506) », id. (dir.), Entre Royaume et Empire : frontières, rivalités, modèles, Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe -XVIe s.). Rencontre de Porrentruy (27-30 septembre 2001), t. 42, 2002, p. 23-34 ; id., Philippe le Beau. Le dernier duc de Bourgogne, Turnhout, 2003, p. 97-104, 171-176 ; Dumont J., « Subterfuges politiques et manipulations de l’événement : l’opposition entre Louis XII et Maximilien Ier sur la question de Gueldre dans les Chroniques de Louis XII de Jean d’Auton », Cauchies J.-M., Marchandisse A. (dir.), L’envers du décor. Espionnage, complot, trahison, vengeance et violence en pays bourguignons et liégeois, Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.). Rencontres de Liège (20-23 septembre 2007), t. 48, 2008, p. 249-264 ; Docquier G., « Escript de la main de vostre bon et leal pere : la correspondance politique échangée entre Maximilien et Marguerite d’Autriche (1507-1519) », Dumézil B., Vissière L. (dir.), L’Épistolaire politique : Gouverner par les lettres. Actes du colloque de Paris, 26 au 27 novembre 2010, Paris, à paraître.

30 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 248-249.

31 Seyssel rappelle d’ailleurs que « le peuple et pays liegeois a tousjours esté devot de la couronne de France » (ibid., p. 249).

32 Ibid., p. 247-248.

33 Le Thiec G., « De Milan à Constantinople : Louis XII et la croisade dans la culture politique du temps (1498-1512) », Contamine P., Guillaume J. (dir.), Louis XII en Milanais. XLIe colloque international d’études humanistes. 30 juin-3 juillet 1998, Paris, 2003, p. 84-85.

34 Sur l’expédition, voir notamment Vatin N., « Le siège de Mytilène (1501) », Turcica. Revue d’études turques, t. 21-23, 1991, p. 437-459 ; Dumont J., « Entre France, Italie et Levant, Philippe de Clèves et la “croisade de Mytilène” (1501) : portrait d’un seigneur bourguignon par l’historiographe royal Jean d’Auton », Cauchies J.-M. (dir.), Bourguignons en Italie, Italiens dans les pays bourguignons, Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.). Rencontres de Rome (25-27 septembre 2008), t. 49, 2009, p. 51-68.

35 Claude de Seyssel, Ad serenissimum et potentissimum Angliae regem Henricum septimum, oratio in publico conventu ab eodem habita, Paris, Josse Bade, 1506. À ce sujet, voir id., Les Louenges, op. cit., p. 15-16.

36 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, op. cit., t. 1, p. 628.

37 Recit de ce qui s’est passé lors de la remontrance faicte au roy Louis XII par les Estats du royaume, pour l’engager à consentir au mariage de Madame Claude de France avec Monseigneur François, duc de Valois, dans Lettres du roy Louis XII, op. cit., t. 1, p. 43-51 ; Vissière L., Sans poinct sortir, op. cit., p. 191-235 ; Hochner N., Louis XII, op. cit., p. 176-215.

38 Voir n. 35.

39 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 7-70.

40 Ce souci de protection des populations civiles se remarque dans les ordonnances militaires de Louis XII, comme ce Règlement pour la cavalerie du 27 juillet 1498 (Bessey V., Construire l’armée française. Textes fondateurs des institutions militaires, t. 1, De la France des premiers Valois à la fin du règne de François Ier, Turnhout, 2006, p. 148-162). Seyssel s’en fait l’écho enthousiaste (Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 102).

41 Vissière L., Sans poinct sortir, op. cit., p. 139-189 ; Meschini S., La Francia nel ducato di Milano. La politica di Luigi XII (1499-1512), Milan, 2006, p. 135-139.

42 Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 240. La justice fiscale est l’un des leitmotive de Seyssel (ibid., p. 101, 160, 193, 217-218, etc.).

43 Alors que sous Louis XI, les tailles tournaient en moyenne autour de 4 millions de livres par an et qu’elles allaient dépasser très vite 5 millions sous François Ier, elles plafonnèrent autour de 1,5 million sous Louis XII (Quilliet B., Louis XII, père du peuple, Paris, 1986, p. 343-348).

44 Ibid., p. 335-343.

45 Vers 1503, l’humaniste italien Publius Faustus Andrelini (ca 1462-1519) chercha à s’attirer les grâces du cardinal en publiant le De gestis Legati, où il exaltait notamment sa volonté de réformation religieuse (Paris, Gilles de Gourmont, s. d. ; trad. fr. Jean d’Ivry, s. l., s. é., s. d.). Seyssel en parle aussi (Claude de Seyssel, Les Louenges, op. cit., p. 150). Sur la question, voir Renaudet A., Préréforme et humanisme à Paris pendant les Guerres d’Italie (1494-1517), Paris, 1916, p. 160-246, 290-365, 437-462, 524-590.

46 Nicolas Machiavel, Portrait des choses de France, dans id., Œuvres, op. cit., p. 44-56.

47 Sur la découverte de Mantegna en France, voir Vissière L., « Capitale malgré elle ? Aigueperse au temps des Bourbon-Montpensier (ca 1415-1505) », Le duché de Bourbon, des origines au Connétable. Actes du colloque des 5 et 6 octobre 2000 organisé par le musée Anne de Beaujeu de Moulins, Saint-Pourçain, 2001, p. 153-168 ; id., Noblet J., « Autour du Saint Sébastien d’Aigueperse : la Renaissance italienne dans l’Auvergne du XVe siècle », La Revue des musées de France-Revue du Louvre, février 2008, p. 34-46.

48 Jamet de Nesson, Lettre à Francesco Gonzaga, Milan, 26 octobre 1499, Mantoue, AG, 1633, no 423. Voir Lightbown R., Mantegna, with a Complete Catalogue of the Paintings, Drawings and Prints, Oxford, 1986, p. 464; Agosti G., Su Mantegna i, Milan, 2006, p. 110-111, 134-136.

49 « Mando alla Excellentia Vostra per el presente cavallaro il schizo dil cardinale de Roua, lo quale dice vorra che’l fosse in quatro et non tondo como è il designo, et il San Joanne, vole essere piu alto, acioche non sii al paro del cardinale ; il volto suo sii l’ultimo a depingere, peroche mandara il retratto dil naturale insieme cum le sue arme. » Jacopo d’Atri, Lettre à Francesco Gonzaga, Milan, 13 novembre 1499, Mantoue, AG, 1633, no 434. Voir Lightbown R., Mantegna, op. cit., p. 464.

50 G. Agosti pense avoir identifié une esquisse de ce tableau perdu, conservée aujourd’hui à la Walker Art Gallery de Liverpool (Agosti G., Su Mantegna i, op. cit., p. 111, 135-136 ; id. (dir.), Mantegna (1431-1506). Exposition au musée du Louvre du 28 septembre 2008 au 5 janvier 2009, Paris, 2008, p. 412-413).

51 La première référence à cette citation célèbre se trouve dans une lettre du cardinal Bibbiena au cardinal de Médicis en date du 26 novembre 1518 et rapportant un mot de Trivulce ; elle sera ensuite popularisée par Brantôme (Pierre de Bourdeille, dit Brantôme, Grands capitaines françois, dans id., Œuvres complètes, Lalanne L. de (éd.), t. 3, Paris, 1867, p. 27 et n.).

52 En fait, le château actuel résulte d’une « énergique restauration », menée à la fin du XIXe siècle (Babelon J.-P., Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, 1989, p. 724).

53 L’étude de Gaillon a récemment été renouvelée par Bardati F., « Il bel palatio in forma di castello » Gaillon tra « Flamboyant » e Rinascimento, Rome, 2009.

54 Blanquart F., La chapelle de Gaillon et les fresques d’Andrea Solario, Évreux, 1899.

55 Œuvre malheureusement disparue, on verra à son propos Gianeselli M., « La postérité de Mantegna en France au XVIe et XVIIe siècle », Agosti G. (dir.), Mantegna (1431-1506), op. cit., p. 448-453 ; Bardati F., « Il bel palatio », op. cit., p. 94-96.

56 J.-P. Babelon utilise cette expression pour le château de Meillant (Babelon J.-P., Châteaux de France, op. cit., p. 67).

57 Jestaz reconnaît que « des seigneurs venus pour se battre ou s’enrichir ont pu à l’occasion découvrir la beauté » (Jestaz B., « Les rapports des Français avec l’art et les artistes lombards : quelques traces », Contamine P., Guillaume J. (dir.), Louis XII en Milanais, op. cit., p. 273-303). L’idée que les Français de la fin du Moyen Âge ne comprenaient rien à l’art (id est l’art italien) reste aujourd’hui encore très répandue. On s’aperçoit en fait qu’un château comme Gaillon a beaucoup intéressé les humanistes italiens (Smith M.-H., « Rouen-Gaillon : témoignages italiens sur la Normandie de Georges d’Amboise », Beck B., Bouet P., Étienne C., Letteron I. (dir.), L’architecture de la Renaissance en Normandie. Actes du colloque tenu à Cerisy-la-Salle (octobre 1998) et monographies des principaux édifices Renaissance, t. 1, Caen, 2003, p. 41-58). Sur les goûts du cardinal, voir les textes très stimulants de Toscano G., « Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510), collectionneur et bibliophile », Lemerle F., Pauwels Y., Toscano G. (dir.), Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Lille, 2009, p. 51-88 ; Hochner N., Louis XII, op. cit., p. 223-237.

Table des illustrations

Légende Fig. 12 – Carte d’Italie, dans Jacques Signot, La totale et vraie description de tous les passaiges […] des Gaules et Ytalies, et signamment par où passerent Hannibal […], Charles VIII, Louis XII et François […], Paris, T. Dery, 1518, avant fo G1, Paris, BnF, © BnF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search