Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

Histoire et nature : quand les historiens recherchent le paléo-environnement à travers des traces culturelles. Conclusion ouverte

Stéphane Boissellier

Texte intégral

  • 1 Puisque le directeur du volume me fait l’amitié et l’honneur de conclure le riche ensemble ici pro (...)

1Le vaste et ambitieux programme lancé par F. Clément sur les accidents climatiques, géologiques et biologiques dans l’histoire pré-industrielle des hommes trouve ici sa première concrétisation, avec ce volume qui rassemble les actes des deux premières journées d’études ; de ce fait, il juxtapose (harmonieusement, me semble-t-il) des mises au point générales, listant les sources et exposant les principaux problèmes dans un cadre généralement régional, et des études consacrées plus précisément aux phénomènes climatiques des temps anciens et médiévaux1. Certes, le volume, intitulé assez largement « Histoire et nature », semble dépasser quelque peu le cadre du programme de recherche, centré sur les événements naturels brutaux ; mais il est tout à fait logique de baliser préalablement les bases générales d’une histoire sociale de l’environnement.

2Toute l’histoire de l’hominisation est celle d’un progressif dégagement par rapport aux contraintes naturelles, au moyen d’artefacts intellectuels et matériels. Ces hommes du passé, pourtant, ont ressenti le poids de la nature, sa colère ou sa bienveillance ; ils en ont laissé mille témoignages, volontaires, incidents ou involontaires, et ils ont bâti sur leurs relations avec le monde matériel des représentations mentales d’une étonnante complexité. Même si, contre le fantasme d’un homme totalement « culturel », l’environnement et la matière vivante viennent encore nous rappeler régulièrement leur relative autonomie et leur puissance (mais aussi leur fragilité, en ce qui concerne le climat et la biodiversité), les historiens ont été peu attentifs, pendant longtemps, à l’inscription des sociétés dans un milieu « naturel », préférant étudier les liens entre hommes. Pourtant, toutes les sciences dures qui appréhendent l’environnement, biologie, géologie, climatologie, de même qu’une science plus humaine comme la géographie, intègrent fortement la dimension temporelle et fondent leurs analyses sur la longue durée – une très longue durée, au regard des civilisations humaines – ; certes, leurs données sont uniquement matérielles et sont fournies directement par la nature (carottes de glace et autres sondages sédimentaires, fossiles, cernes de croissance des ligneux…). Alors, pourquoi ne pas les suivre, et, avec d’autres indices, culturels ceux-ci, ne pas feuilleter à notre tour, dans ses pages les plus récentes, le grand livre de la nature ?

  • 2 Peut-être pourrait-on rappeler le jalon qu’ont constitué les travaux de Charles Higounet, aboutiss (...)
  • 3 On peut se demander si les auteurs n’ont même pas fait preuve d’autocensure, en n’utilisant dans c (...)
  • 4 Les contributions qui intègrent le plus fortement les apports de l’histoire traditionnelle du mond (...)

3Le retard de ce champ de recherches est unanimement souligné par les auteurs du volume, qui ont remonté le fil d’une courte tradition historiographique (particulièrement dans l’enquête serrée d’historiographie médiévistique française de Juliette Dumasy2). Même le dépouillement par les historiens ruralistes de centaines de milliers de chartes et de centaines de registres administratifs a été réalisé, jusqu’aux années 1980, sans penser à y relever les innombrables indices concernant le milieu ambiant. Certes, ces savants, les plus en prise avec l’environnement, par l’étude des pratiques agricoles et de l’élevage, éclairent une partie de la relation entre l’homme et le milieu (les actions de celui-là sur celui-ci, telles que les célèbres « défrichements »), et nourrissent encore les bibliographies de certaines contributions3 – d’ailleurs, la dépendance de l’éco-histoire envers l’histoire agraire est d’autant plus grande que l’émergence du thème environnemental est tardive (en Espagne occidentale plus qu’en France ou en Catalogne4).

4Or, après avoir appris de Robert Delort que Les animaux ont une histoire, voici donc que « la nature a une histoire » ; certes, on savait depuis Pline qu’il existe une histoire naturelle, et le rapprochement récent des historiens des textes et plus encore des archéologues avec des sciences dures telles que la climatologie ou la géologie et avec les approches des préhistoriens allait dans le sens d’une histoire de l’environnement. D’ailleurs, depuis longtemps, on se souciait des « conditions naturelles » de l’histoire des peuples, mais elles étaient censées déterminer celle-ci, et on laissait aux géographes le soin d’en dresser un tableau, évidemment immuable.

5Bien sûr, l’histoire est une science humaine, dont l’objet d’étude est l’homme en société, et l’historien n’a pas à se faire paléobotaniste ou tout autre paléo… sinon paléographe. L’introduction de François Clément rappelle donc utilement que son projet, maintenant connu sous l’acronyme 3C2MA, est fondé sur des bases épistémologiques saines : son objectif n’est pas d’étudier pour eux-mêmes tous les phénomènes extérieurs à l’homme, mais d’étudier leurs relations avec ce dernier – d’ailleurs, la notion de « catastrophe » est éminemment sociale et culturelle, et elle est indispensable pour assigner à l’historien son juste rôle. Mais, pour identifier et interpréter correctement les données très fragmentaires que nous offrent les sources antiques et médiévales, autrement dit pour reconstituer les phénomènes environnementaux anciens, le dialogue avec les spécialistes des sciences de la terre, de la vie et du climat et avec les spécialistes de l’espace des sociétés est indispensable. L’environnement est un système dans lequel tout est lié, et l’historien maîtrise mal cette complexité : la contribution de Nacima Baron, géographe, apporte aux historiens une expertise, même sur le simple plan du lexique, dont ils ne sauraient se passer. À l’inverse, c’est au spécialiste du passé de nourrir les bases de données à partir desquelles les environnementalistes élaboreront des modèles chronologiquement affinés, nouveaux pour eux, qui sont nécessaires à l’échelle de temps historique. Une fois bien identifiés, les accidents affectant le milieu, le comportement et les représentations des hommes face à ces phénomènes (donc de l’histoire sociale) seront l’objet de la réflexion.

6Il me semble que le livre coordonné par François Clément remplit parfaitement ces objectifs.

7Tout d’abord, ces seize contributions, malgré leur richesse, offrent un volume d’informations maîtrisable et surtout constituent un ensemble cohérent, ce qui devient un atout majeur dans l’atomisation ambiante de la recherche. D’un simple point de vue informatif, les contributions ici réunies fournissent déjà une bonne base bibliographique actualisée, non pas exhaustive mais synthétisant déjà une quantité considérable d’informations.

  • 5 Précisons : ceux dont l’homme n’est pas le seul agent.

8L’espace méditerranéen, principal cadre de ces études, est couvert assez systématiquement – et la convergence des approches des différents contributeurs permet de parler vraiment de « couverture ». Pour des raisons d’organisation pratique, il n’a pas été possible que la péninsule italienne, si riche en sources écrites à partir du XIIe siècle, fasse l’objet d’un bilan « médiéviste » répondant à la contribution antiquisante de Laurent Hugot. La large présence d’al-Andalus et du Maghreb médiévaux n’étonnera pas ceux qui connaissent les travaux de François Clément – un programme de recherche se met toujours en place sur la base d’un réseau personnel préexistant –, et la forte représentation ibérique se justifie par le lieu d’accueil de la deuxième journée d’études – qui, du coup, rend plus sensible l’absence d’un bilan sur l’Espagne antique. Pour une fois que le Maghreb est mieux représenté que la France méridionale (deux contributions, par Juliette Dumasy et Nacima Baron) dans une enquête novatrice, on ne va pas chipoter… Il est logique que les contributions antiquisantes, étant moins nombreuses que les médiévistes, soient plus généralistes, à l’exception de l’originale étude de Frédéric Le Blay – qui donne l’indispensable approche fournie par l’histoire des sciences. En revanche, la réflexion sur les crises environnementales des temps médiévaux a pu faire l’objet d’approches plus pointues, portant surtout sur les aires géographiques les mieux représentées (l’étude d’un cas andalou par Christine Mazzoli-Guintard, la focalisation du travail de Mehdi Ghouirgate sur l’époque almohade, la présentation d’un type de source par Yassir Benhima…). On notera l’excellent enchaînement (la complémentarité géo-chronologique) entre les contributions de Bernard Bousquet et de Nicolas Drocourt. La contribution, originale et courageuse, de Nacima Baron, achève d’élargir le spectre chronologique, rappelant que la connaissance des temps antérieurs est indispensable à l’anticipation, non pas parce que le passé fournirait des « leçons » (dans la tradition de l’histoire moralistique), mais parce que, pour les faits matériels5, l’accumulation de données permise par l’épaisseur temporelle est la base des seules modélisations efficaces – celles dont l’efficacité est prouvée par leur capacité prédictive. En outre, cette réflexion d’une géographe introduit une véritable interdisciplinarité – au-delà, bien sûr, de celle qui associe, plus traditionnellement, historiens et philologues.

  • 6 C’est plutôt l’appréciation personnelle de l’ampleur des événements qui est sujette à caution : qu (...)

9Bien sûr, les (indispensables) listes de sources dressées dans les différentes contributions posent le problème de cohérence du corpus. Comme l’homme, quoi qu’il en ait, ne peut échapper à son milieu ambiant, toute trace de son activité entretient un rapport plus ou moins direct avec les systèmes physiques et chimiques qui l’environnent ; pour parler de l’énorme masse des indices indirects, dès longtemps connus des historiens des faits sociaux et économiques, Mariano Barriendos emploie judicieusement le terme de proxy-data. Les inventaires de ces traces ratissent donc fort large. Mais, même dûment datés et localisés, peut-on croiser le miracle d’un saint faisant pleuvoir, des remises de cens et des cernes de croissance d’arbres plus minces pour en déduire une phase de sécheresse ? Il est vrai que le problème ne se pose pas avec la même acuité selon les phénomènes : un tremblement de terre, quelles que soient la nature de la source et la forme de la mention, n’est pas susceptible d’interprétations factuelles aussi variées qu’une mortalité ou qu’un phénomène atmosphérique violent. La fiabilité des sources écrites dans ce domaine est attestée par le simple nombre des mentions de séismes importants, apparemment supérieur en Méditerranée orientale – ce qui semble bien correspondre à la réalité géologique6. Quoi qu’il en soit, les auteurs ont bien dégagé l’apport et les usages des sources selon leur typologie, en particulier dans l’étude très systématique, presque statistique, de François Clément.

  • 7 . En ce qui concerne l’historiographie au sens strict, il faut attendre le bas Moyen Âge pour que l (...)

10Si le monde romain péri-méditerranéen présente une certaine uniformité de ses sources écrites et même de sa tradition de fouilles, pour les temps médiévaux, la diversité typologique des sources écrites assure a priori la supériorité de la documentation latino-(et, dans une moindre mesure, gréco-) chrétienne par rapport à la documentation arabo-musulmane ; n’insistons pas, puisque le problème est bien connu. Mais le fossé quantitatif et qualitatif, cette fois en défaveur de l’Occident, est presque aussi important entre les hauts « Moyen Âge » latin et byzantin (plus précisément l’époque proto-byzantine et le début de la phase qualifiée de méso-byzantine). De toute manière, la grande richesse de l’Occident latin en chartes et registres administratifs, pour la seconde moitié du Moyen Âge, est atténuée par l’utilité relative des différents types de sources pour l’étude de l’environnement : même si les actes de la pratique, mis en série, sont d’une richesse insoupçonnée – par leurs allusions (notamment la toponymie) et par leur signification propre – pour repérer certaines évolutions du milieu, ce sont encore les sources discursives qui offrent le meilleur rapport dépouillement/résultats à l’historien traquant les événements violents ; or, les zones non latines de la Méditerranée sont amplement pourvues en ce domaine, comme le montrent clairement les différents bilans7.

11Au moins la critique des sources disponibles est-elle largement convergente. Partout, les hommes écrivant l’histoire (les chroniqueurs, hagiographes et annalistes) ou la représentant par des images ont été attentifs à certains phénomènes, notamment atmosphériques et même ultralunaires – pour parler comme Aristote –, qui servaient leur conception providentialiste du monde ; de là à en abuser, comme instruments rhétoriques, il n’y a qu’un pas, mais au moins le genre narratif les force-t-il à être assez précis. Fort heureusement, nous bénéficions d’une tradition historiographique qui prête depuis longtemps la plus grande attention à ces sources. D’autres, bien plus nombreuses, nous éclairent indirectement sur les accidents environnementaux, à travers leurs conséquences matérielles et surtout sociales. Épitaphes – qui relèvent parfois de la narration générale – et nécrologes signalent des décès, qu’il nous faut ensuite interpréter. Les normes et mandements – à distinguer soigneusement car n’ayant pas le même impact – promulgués par l’autorité sont des réponses à des situations ponctuelles ou durables, mais elles peuvent être tardives, mal conçues, et il est parfois difficile de repérer une agression environnementale derrière la réorganisation sociale opérée.

12Il appert aussi de tous ces bilans documentaires que la répartition chronologique et spatiale des sources écrites est fonction d’évolutions politiques et culturelles, et que leur représentativité en matière de phénomènes naturels est donc forcément faible (à l’exception des calamités majeures, qui sont toujours l’objet d’un discours ou d’une allusion ou au moins de réponses assez explicites), ce qui pose le problème fondamental de l’effet de source : la multiplication des mentions de récoltes pourries par les pluies reflète-t-elle une évolution climatique effective ou émane-t-elle d’une heureuse conjonction d’informations ? Contre la relative fiabilité des mentions de séismes, que j’ai évoquée avec quelque optimisme ci-dessus, Nicolas Drocourt nous signale que Constantinople est d’autant plus frappée par les tremblements de terre qu’elle focalise l’attention des chroniqueurs byzantins…

13Quelques convergences particulièrement notables des études rassemblées ici posent des jalons pour une future synthèse.

14Les textes narratifs, sous des formes très diverses – allant de la chronique universelle à la notice diplomatique (ou à la fatwa), en passant par les recueils bio-bibliographiques du monde musulman malikite, les témoignages dans les enquêtes et les colophons de manuscrits –, doivent être privilégiés pour l’identification des violences environnementales, parce que, quelles que soient leur charge idéologique et leurs contraintes rhétoriques, ce sont des sources « synthétiques », exposant une connaissance intuitive de la totalité du monde ; à cet égard, l’expression de cette connaissance par des mots nécessite particulièrement l’expertise du philologue. En comparaison, les écrits pratiques – de gestion (listes), d’édiction de la norme (lois) ou de mise en œuvre des actions sociales (chartes) – sont enfermés dans des fonctions trop précises, opératoires ou probatoires, pour exprimer efficacement les phénomènes naturels. Les textes littéraires seront encore privilégiés pour étudier les représentations mentales des catastrophes. En revanche, le rapport se rééquilibre un peu entre les deux types de sources pour l’étude des attitudes concrètes des acteurs sociaux.

15C’est dans ce dernier domaine que les données matérielles élaborées par l’archéologie « traditionnelle » (celle des habitats et des objets) seront les plus utiles. Mais si ces données, aussi bien que celles – éclairant plus directement le milieu – fournies par les archéosciences, sont signalées et présentées dans presque tous les bilans de ce volume, il faut insister sur le fait qu’elles nous renseignent beaucoup plus sur des évolutions environnementales (et les adaptations sociales subséquentes) relativement lentes que sur des « catastrophes » perceptibles à une échelle temporelle allant de quelques jours à quelques mois.

  • 8 La vigoureuse mise au point de Cristina Segura sur la médiévistique castillane dépasse le thème du (...)

16Des problèmes émergent, également, qu’ils soient allusivement signalés ou attaqués frontalement8 ; mentionnons-les, car ils peuvent contribuer à la bonne orientation des recherches.

17Tout d’abord la nécessité de préciser les qualifications ; Juliette Dumasy, en particulier, signale utilement les incertitudes conceptuelles (notamment la pertinence de la notion même d’environnement) : les historiens, meilleurs connaisseurs des faits sociaux et culturels – qui sont en partie immatériels –, doivent se prononcer et ne pas laisser la parole aux seuls spécialistes des données matérielles.

  • 9 Comme le mentionne Nicolas Drocourt, il faut aller chercher un volcan de l’autre côté du globe pou (...)

18Sans parler des données de terrain, recueillies sur des chantiers qui sont forcément très localisés, il est inévitable que le dépouillement des textes, même strictement littéraires, s’opère dans un cadre géographique plus ou moins restreint, ne serait-ce qu’à cause de leur diversité linguistique ; il était donc logique que les bilans et études proposés dans ce premier volume couvrent le plus souvent des zones correspondant à une juridiction politique majeure (royaume médiéval, nation actuelle). Mais la collecte locale ou régionale n’est pas le cadre adapté à l’identification des grandes tendances environnementales – qui sont souvent à l’échelle d’un continent ou de tout le globe – ni même à celle des catastrophes écologiques majeures9.

19L’effet d’échelle spatiale est donc essentiel, y compris pour qualifier correctement l’objet de l’étude : un glissement de terrain ou un orage dévastant une communauté villageoise ou même un seul groupe en son sein est-il une catastrophe au même titre que la peste Noire (ou Justinienne) ? Mais, à cause de la grande discontinuité des sources antiques et médiévales, il faut aussi pouvoir recouper des témoignages isolés et éloignés pour déterminer l’emprise géographique d’un phénomène climatique ou sanitaire « discret » (mais potentiellement majeur, comme une épizootie ou une transgression marine). En revanche, dans les sociétés antérieures à la communication de masse, la réponse sociale, y compris à des agressions majeures, est toujours mise en œuvre localement.

20Si le cadre spatial de la collecte pose problème, tous les auteurs – à commencer par François Clément dans l’introduction du volume – ont ressenti et exprimé l’inadéquation du temps social avec le temps environnemental, à l’exception précisément des catastrophes. D’une part, la collecte des données par les sciences naturelles fournit des séries sur des millions d’années ; d’autre part, l’observation rationnelle, systématique et instrumentale de l’environnement par l’homme ne commence que sous l’Ancien Régime (à l’exception de l’astronomie). Les historiens du millénaire antique et du millénaire médiéval se sentent donc bien pauvres, avec leurs témoignages culturellement construits – et c’est en toute logique que ce livre s’est ouvert à des spécialistes d’histoire des temps modernes (Mariano Barriendos) ou de l’espace contemporain (Nacima Baron). Mais la spécialisation que nécessite l’accès aux témoignages du passé justifie tout à fait la définition chronologique du volume : c’est seulement en recourant aux meilleures compétences de chaque champ du savoir que le croisement interdisciplinaire des données et des approches sera efficace – nous ne suivrons pas en ce domaine, contrairement à tant de politiques publiques régissant la recherche scientifique, la boutade d’Alphonse Allais, comme quoi « tout est dans tout, et inversement »…

Notes

1 Puisque le directeur du volume me fait l’amitié et l’honneur de conclure le riche ensemble ici proposé, je le ferai, faute de véritable expertise dans le sujet, avec un regard assez extérieur, celui de l’historien des faits sociaux et économiques.

2 Peut-être pourrait-on rappeler le jalon qu’ont constitué les travaux de Charles Higounet, aboutissant la proposition d’une « géohistoire », certes très sociale mais qui fait la transition entre l’histoire rurale classique et l’intérêt actuel pour les rapports entre l’homme et le milieu.

3 On peut se demander si les auteurs n’ont même pas fait preuve d’autocensure, en n’utilisant dans cette masse de travaux que ceux qui sont le plus clairement « environnementalistes » (comme la thèse pionnière de Thérèse Sclafert sur les déboisements en Provence) ; la relecture de cette immense littérature d’histoire rurale des années 1950-1990, même la plus traditionnelle, fournirait des données importantes et rarement systématisées sur l’évolution des sols et du climat, sur les épizooties, sur les variations des fleuves…

4 Les contributions qui intègrent le plus fortement les apports de l’histoire traditionnelle du monde rural me semblent être celles de Cristina Segura et Stéphane Boissellier, portant sur la Castille et le Portugal. Pour le Maghreb, le problème est plus simple, puisqu’il n’existe pas de véritable tradition d’histoire agraire, surtout pour le Moyen Âge : au moins sur le plan conceptuel, l’étude environnementale peut y commencer sans ce legs parfois encombrant.

5 Précisons : ceux dont l’homme n’est pas le seul agent.

6 C’est plutôt l’appréciation personnelle de l’ampleur des événements qui est sujette à caution : qu’est-ce qu’un « grand » séisme ou une épidémie per totam terram ?

7 . En ce qui concerne l’historiographie au sens strict, il faut attendre le bas Moyen Âge pour que l’Occident latin (à l’exception de l’Italie communale) atteigne le volume et la densité informative des chroniques arabes.

8 La vigoureuse mise au point de Cristina Segura sur la médiévistique castillane dépasse le thème du volume mais sera appréciée par tous les historiens qui se soucient de savoir « d’où l’on parle ».

9 Comme le mentionne Nicolas Drocourt, il faut aller chercher un volcan de l’autre côté du globe pour expliquer une année sans été dans le VIe siècle byzantin.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540