Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

La vulnérabilité de la côte du Languedoc-Roussillon au risque inondation. De l’utilité d’une démarche rétrospective pour une gestion prospective des risques

Nacima Baron-Yelles

Full text

1Les travaux universitaires qui étudient la prise en compte des aléas climatiques par les sociétés du Moyen Âge en France et en Espagne connaissent un net essor. Certains d’entre eux, à l’articulation de l’histoire sociale et de l’histoire de l’environnement, confrontent différentes méthodologies de reconstruction des climats passés. D’autres décrivent les recherches menées dans des corpus diversifiés (récits de bataille, annales religieuses, registres commerciaux) pour identifier des épisodes ou événements climatiques extrêmes et les intégrer dans les travaux de modélisation du changement climatique en cours. Les deux approches concourent à une meilleure compréhension des évolutions climatiques et sont d’une importance cruciale pour prédire les modifications des équilibres globaux.

2Ce type de recherche s’avère particulièrement nécessaire dans les zones littorales, c’est-à-dire sur l’ensemble des territoires situés à l’interface entre la terre et la mer. En effet, cette bande de terrain attire et fixe les sociétés humaines qui y trouvent de nombreuses opportunités de mise en valeur. Mais la mobilité et la dynamique de la frange littorale sont intenses et les sociétés gardent en mémoire les événements qui font varier brusquement la ligne de côte, comblent ou détruisent les ports, inondent ou assèchent les cultures… Tout au long du rivage de la Méditerranée, depuis dix siècles environ, plusieurs grands événements catastrophiques ont marqué la mémoire des hommes. Il convient de les rechercher et de les intégrer dans une chaîne de faits plus récents et sur lesquels on a des mesures plus fines (notamment des événements survenus à la fin du XXe siècle) pour comprendre les mécanismes de la variabilité climatique et, si possible, localiser les sites à risque et anticiper sur les mesures à prendre. Ce travail est mené à un niveau international, à travers le programme Med Clivar (Mediterranean CLImate VARiability and Predictability) soutenu par une structure de coopération scientifique européenne appelée European Science foundation. Au niveau national, le travail sur la vulnérabilité de la frange maritime du Languedoc-Roussillon est engagé dans une autre étude multidisciplinaire pilotée par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) intitulée Miseeva (Marine Inundation hazard exposure and Social, Economic and Environmental Vulnerability Assessment in regard to Global Change) dans le cadre du programme de l’Agence Nationale de la Recherche « Vulnérabilité, Milieu, climat » (2007-2011).

3Participant à ce second programme, l’auteur est convaincu qu’il est difficile de produire des scenarii d’exposition des populations et des grands équipements aux risques futurs sans se tourner d’abord vers les héritages, et ce pour deux raisons. D’une part, il est nécessaire de reconstituer le fil des événements passés pour connaître le fonctionnement précis des mécanismes associant l’environnement et l’homme et produisant des situations de vulnérabilité. D’autre part, il est indispensable de comprendre la manière dont les communautés locales acceptent, intègrent ou ignorent la réalité de ces risques pour orienter les politiques de prévention actuelles. Pour ce faire, après avoir mené l’étude des grandes étapes de la fixation du trait de côte actuel (objet d’une première partie), une reconstruction de la chronologie des événements catastrophiques survenus au cours des dix derniers siècles sera proposée (dans une deuxième partie). Ce travail rétrospectif met en évidence la très forte accentuation de la vulnérabilité côtière au XXe siècle (troisième partie), ce qui permet d’interroger les conditions actuelles de gestion des risques côtiers, et quelques scenarii d’adaptation des sociétés littorales d’ici la fin du XXIe siècle (quatrième partie).

Historique du trait de côte et de la mobilité des rivages du Languedoc-Roussillon

4L’évolution de la ligne de rivage dépend de trois grands types de composantes : la hauteur relative du niveau de la mer ; l’évolution du climat ; et la composition des matériaux géologiques qui forment le socle continental. La hauteur relative du niveau de la mer est fonction de la quantité de glace présente sur les calottes et les massifs montagneux et donc, indirectement, du régime climatique (glaciaire ou interglaciaire). L’évolution du climat (comportement des masses d’air, température, pluviosité, fréquence des événements extrêmes) induit des dynamiques d’érosion ou d’alluvionnement dans les bassins versants et construit (ou ne construit pas) des flux de matériaux sédimentaires charriés vers la mer. Enfin, la composition géologique du socle continental, la morphologie des reliefs, les évolutions sismiques et eustatiques accentuent ou limitent cette capacité érosive.

5La variabilité historique du trait de côte du Languedoc-Roussillon peut se prêter à une modélisation intégrant ces trois facteurs. La région s’organise selon une succession de basses collines prolongées par une plaine littorale où la mer a inscrit, depuis la Préhistoire, des lignes de rivage mouvantes. Au cœur de la dernière ère glaciaire, entre-12 000 et-8 000 ans, le niveau de la Méditerranée était de plusieurs dizaines de mètres inférieur au niveau actuel. De ce fait, la ligne de rivage se situait bien au large, dans le golfe du Lion, à plusieurs dizaines de kilomètres de la côte actuelle. Puis, tout au long des dix derniers millénaires, dans un climat périglaciaire, deux facteurs ont interagi. D’une part, la remontée progressive du niveau marin (la transgression post-flandrienne) et, d’autre part, la libération d’abondants matériaux continentaux issus du Massif central et de ses bordures (galets, cailloutis, sédiments fins charriés par les rivières). La dynamique érosive a ainsi « raboté » les hauteurs et rehaussé les fonds de vallée, alors que la mer ennoyait les basses plaines, notamment au niveau des embouchures des fleuves côtiers comme l’Aude ou l’Hérault. On connaît bien la localisation des ports et des établissements urbains de l’Antiquité comme Narbonne et Agde et on mesure, en comparant les établissements grecs à une carte actuelle du tracé littoral, l’ampleur des modifications. Les chenaux des fleuves côtiers ont serpenté dans les terrains sableux de la côte et ont construit des bourrelets de rive à la faveur des crues saisonnières. Le fond du lit de ces fleuves côtiers s’est considérablement exhaussé et les sédiments, balayés par les courants marins, ont construit des barres (les lidos) isolant de vastes lagunes, certaines salées, d’autres douces. Malgré les travaux réalisés dès l’Antiquité, de nombreux ports se sont progressivement comblés et ont souffert commercialement du fait de la difficulté d’accès à la mer.

6Durant le Moyen Âge, les axes hydrographiques poursuivent leur alluvionnement et la côte sa progressive régularisation par la construction de barres sableuses. Mais la période est également marquée par une remarquable croissance démographique et économique, qui conduit la société locale à aménager et à tenter de mettre en valeur ce territoire côtier instable. Dès le XIIe siècle, la mise en culture de la basse plaine et des rives des étangs et lagunes se développe pour tirer parti des terres limoneuses, donc fertiles. Mais la plaine est souvent inondée. De grands travaux sont entrepris pour sécuriser les fonds de vallée et « atterrir » une partie du milieu lagunaire. Le creusement de canaux de drainage et la consolidation de chenaux des rivières sont entrepris entre le XIIIe et le XIVe siècle. Ainsi, l’étang de Montady est asséché et mis en culture grâce à la réalisation de drains parallèles à la fin du XIIIe siècle. Un peu plus tard, en 1316, pour réduire les crues dont souffre la ville de Narbonne, on divise l’Aude en deux branches, en creusant un chenal vers l’étang de Capestang. La prise en main d’un territoire encore mouvant par les sociétés rurales et urbaines conduit à la fondation de nombreux villages. Ceux-ci se fixent soit sur les pourtours des lagunes, soit au contact des premiers reliefs (donc en situation d’abri relatif), soit sur les bourrelets fluviaux (la zone est davantage exposée aux caprices des crues), soit au niveau des graus, eux aussi mouvants, mais qui permettent de contrôler la circulation maritime. Les grands travaux se poursuivent jusqu’à la Renaissance. Grâce au creusement d’un canal en 1521, la ville de Narbonne garde un lien avec la mer, et bientôt s’intègre au réseau du Canal du Midi. En parallèle, la diversification des cultures progresse : vigne, maraîchage, champs, pêche dans les étangs, chasse dans les zones humides. Régulièrement, les communautés villageoises et les citadins doivent affronter des événements météorologiques extrêmes qui endommagent les infrastructures hydrauliques et détruisent les cultures et les équipements (ports, constructions). Mais l’ennoiement des terres n’est pas systématiquement une catastrophe. Ainsi, la submersion des champs peut être gérée en hauteur et en durée grâce au réseau de canaux. Elle est utilisée pour contrer les remontées de sel de la nappe phréatique très proche. Plus tard, au XIXe siècle, la submersion volontaire de la vigne devait permettre de limiter la progression du phylloxera.

7Ainsi, dans la plaine littorale du Languedoc-Roussillon, l’implantation de communautés humaines permanentes et de plus en plus nombreuses constitue un facteur croissant d’exposition aux risques. En revanche, le cordon littoral, constitué par les ensembles dunaires et les plages modernes, reste encore une limite mouvante et donc crainte. La fixation de la côte n’est pas effective avant le XVIIIe siècle et l’occupation humaine reste précaire, souvent saisonnière (campements de pêcheurs par exemple). Mais, dans la plaine comme sur le front de mer, la mémoire des sociétés littorales transmet le souvenir d’événements dévastateurs. En 1307, le pont vieux de Narbonne doit être renforcé. En 1340, l’Aude grossie par de fortes pluies emporte l’ouvrage de répartition de Sallèle-d’Aude et emprunte désormais la direction de l’étang de Vendres. En 1531, une nouvelle grosse crue est signalée pour des dégâts aux cultures. En 1632, deux cents hommes de l’escorte de Louis XIII se noient à Coursan. Puis en 1740, et encore en 1772, des tempêtes mémorables et des crues emportent hommes, bétail et ouvrages. Toutes ces dates sont consignées dans des documents écrits, mais, lorsque les chroniques ne suffisent pas à constituer un corpus suffisant, le retour à l’analyse hydrogéomorphologique donne aussi de bons résultats. Les paléogéographes recherchent et datent ainsi des éléments du milieu, comme des terrasses de sédiments et de cailloutis perchées sur des niveaux de culture, des paléochenaux qui marquent des épisodes de défluviation de certains cours d’eau, des crues d’une ampleur inhabituelle ou des intrusions d’eau de mer. Ils trouvent, dans l’analyse de la composition des carottages qu’ils effectuent dans ces sédiments, des preuves de la répétition d’événements catastrophiques assez précisément datables et qui corroborent largement les chroniques historiques.

Connaissance des aléas et des événements catastrophiques dans l’histoire

  • 1 L’aléa est un phénomène d’occurrence et d’intensité données auquel on associe une certaine probabi (...)

8La vulnérabilité du littoral languedocien, bien établie dans les documents historiques, est liée au croisement de deux facteurs : l’existence d’un ou de plusieurs types d’aléas1, d’une part, et la présence d’enjeux (vies humaines, habitations, infrastructures…). Cette vulnérabilité est d’autant plus forte que deux types d’aléas menacent le littoral, surtout s’ils surviennent au même moment. Le premier aléa concerne la crue fluviale, le second la submersion marine. La crue correspond à la montée brutale du niveau d’eau des fleuves côtiers, hélas fréquente. Ce type d’événement est dû à la configuration des reliefs du sud du Massif central, qui recueillent régulièrement, à l’automne, les masses d’eau accumulées dans les courants dépressionnaires formés au-dessus du golfe du Lion. Ces épisodes d’orage dits « cévenols » provoquent le déversement de véritables trombes d’eau (plusieurs centaines de millimètres d’eau en quelques heures) dans des zones très localisées. De petits cours d’eau montagnards entrent alors en crue (exemple : les « vidourlades »), poussant dans leur lit ordinairement très modeste un véritable mur d’eau qui emporte tout. Les basses plaines sont le réceptacle de ces flux et les lagunes naturelles, comme les endiguements réalisés par l’homme, peuvent alors bloquer ces masses d’eau qui inondent parfois durablement d’immenses surfaces.

9Le second aléa, celui de la tempête maritime, présente plutôt une occurrence hivernale et intervient plus rarement. Il se traduit par la hausse du niveau de la mer Méditerranée et par le déferlement de vagues « scélérates » qui créent des ruptures dans les cordons dunaires, inondent les lidos et pénètrent dans les lagunes, voire dans les étangs doux de la plaine, emportant cultures et constructions. Dans une mer sans marée comme la Méditerranée (mais qui présente néanmoins de faibles oscillations), l’élévation du niveau de la surface de l’eau est produite par quatre éléments cumulés. Il s’agit successivement de la conjonction d’un fort vent d’est-sud-est, qui lève une houle très creuse ; d’une dépression dans le golfe du Lion, qui dilate la masse d’eau et crée une « surcote » ; de la réorientation des courants marins, qui peuvent produire un basculement du plan d’eau ; et, enfin, du déferlement des vagues. On peut alors observer des phénomènes de soulèvement de la surface de l’eau marine de plus de deux mètres. Les tempêtes marines et les inondations continentales étant en partie provoquées par les mêmes phénomènes (la dépression atmosphérique), il arrive que les deux effets se conjuguent, ce que confirment les chroniques météorologiques et les témoignages humains au XXe siècle.

10Durant le XXe siècle, la côte languedocienne a connu une douzaine d’événements catastrophiques. La tempête qui s’est produite entre les 6 et 11 novembre 1982 a affecté tous les rivages du golfe du Lion, faisant 24 morts en Espagne et 13 morts en France. C’est d’ailleurs à partir de cet événement majeur que le gouvernement a créé le fameux arrêté de catastrophe naturelle. Deux ans plus tard, les 6 et 7 octobre 1984, le cyclone Hortense a touché l’Aquitaine et le nord de l’Espagne, faisant déborder les fleuves côtiers et ravageant le littoral. En 1988 à Nîmes, puis en 1992 à Vaison-la-Romaine, ce sont des orages cévenols qui ont tué la première fois 10 personnes, la seconde fois 34 personnes. Enfin, en 1999, les crues d’automne de l’Aude, dont le débit a alors dépassé le seuil historique de 3 500 mètres cubes par seconde, causaient 533 millions d’euros de dégâts et faisaient 5 morts dans la basse plaine de l’Aude. Depuis le début des années 2000, d’autres orages cévenols ont régulièrement inondé les vallées et la plaine côtière du Languedoc-Roussillon : septembre 2003, septembre 2005, novembre 2005, janvier 2006… Du côté des catastrophes d’origine maritime, les tempêtes les plus destructrices ont eu lieu en décembre 1997, puis entre le 3 et le 4 décembre 2003, puis enfin le 22 novembre 2007. Celle qui a eu lieu entre le 16 et le 18 décembre 1997 a occasionné des vents d’une vitesse de 180 kilomètres par heure (mesure de la station météorologique de Cap Leucate) et des niveaux maximums observés (basés sur des témoignages visuels) d’environ + 1,50 m au Port d’Argelès.

11La tempête de 1997 est encore dans les mémoires. Quelle était la gravité de cet événement et sa probabilité de retour ? Il n’existe pas aujourd’hui de chronique de niveaux marins suffisante pour déterminer par le calcul la cote produite par une tempête de fréquence centennale, mais on sait que celle de 1982 était de fréquence cinquantennale, c’est-à-dire que, chaque année, elle présente une probabilité de 1/50 de se renouveler. Les compagnies d’assurance déduisent de cette longue liste d’événements que la « sinistralité » de la côte languedocienne ne cesse de s’amplifier, c’est-à-dire que la somme des dommages constatés aux biens et aux personnes, sur cette période et dans cette zone, est clairement à la hausse.

La vulnérabilité croissante du littoral du Languedoc-Roussillon

12La multiplication d’événements considérés comme des catastrophes et l’augmentation du nombre de morts et de dégâts matériels depuis les années 1980 fait que le risque climatique constitue une préoccupation de plus en plus centrale pour les autorités, mais aussi dans la population locale. La « montée des risques », comme l’expriment les médias, s’explique en partie par une augmentation des dangers. Chacun comprend que la côte, plate et formée de sédiments fins, constitue une barrière bien fragile pour les éléments marins. Chacun mesure aussi, quasiment de visu, que cette barrière sédimentaire n’est plus en phase d’accrétion, mais bien en cours d’érosion. Chaque hiver, et a fortiori après une tempête, on constate que la mer grignote les plages, endommage les dunes, cause des brèches renouvelées dans les cordons des lidos et détruit des routes, des maisons, des cultures. En réalité, 52 % du linéaire côtier régional est en régression, et à peine un tiers de ce linéaire littoral est déjà aménagé et géré pour résister aux tempêtes (en recourant à des plantations d’oyats et de gabions pour fixer les dunes, en construisant des épis au droit des plages).

13Mais la montée des risques et le retour plus fréquent d’événements dramatiques sont aussi – et surtout – liés au renforcement de la présence humaine sur le littoral. L’exposition au risque résulte de la combinaison de l’aléa avec la présence d’« enjeux », c’est-à-dire de personnes, de biens ou d’infrastructures pouvant subir des dommages. La vulnérabilité côtière s’est considérablement accentuée du fait de la concentration d’une part essentielle du potentiel démographique et économique de la région au plus près de la frange côtière.

14Tous les indicateurs statistiques confirment l’accentuation de la pression humaine et de la concentration des activités sur le littoral du Languedoc-Roussillon. La population actuelle de la région Languedoc-Roussillon, qui est de l’ordre de 2,5 millions d’habitants, connaît l’essor démographique le plus vigoureux de France. Le taux d’accroissement annuel moyen est de 1,4 % par an. La côte est très attractive, des retraités issus de Paris et des grandes métropoles françaises s’y installent pour y vivre en permanence, s’ajoutant à des populations de jeunes ménages. Selon l’INSEE, la région accueille 23 000 habitants supplémentaires chaque année, dont 7 000 habitants sur les 54 communes du littoral. Il faut ajouter un volant inconnu de population non-résidente, mais présente entre les mois de mars et d’octobre : on l’estime à plusieurs centaines de milliers de personnes (ce sont, par exemple, les ménages qui possèdent une résidence secondaire). Enfin, les millions de touristes français et étrangers qui passent leurs vacances en résidant plus de trois nuitées consécutives dans les hôtels et les campings de la côte se surajoutent aux contingents déjà cités. Au total, la région accueille près de 4 millions de touristes, en additionnant les résidents secondaires, c’est-à-dire les ménages occupant des lits dits « privatifs », dont on ne peut qu’estimer le nombre en une période donnée, et des résidents d’hôtel, camping et centres de vacances, occupant des lits dits « banalisés », et que l’on peut comptabiliser plus précisément. Cela conduit les autorités à calculer que près de 60 000 résidents permanents (au minimum), mais près de 600 000 personnes (au maximum) suivant le moment où surviendrait un événement météorologique majeur, seraient exposées à un danger grave.

15La présence humaine beaucoup plus massive qu’auparavant sur le littoral méditerranéen représente bien le principal facteur responsable de cette vulnérabilité croissante. Cela s’explique par l’essor extraordinaire de la construction en dur sur cette bande de territoire si mouvante historiquement. L’urbanisation du littoral du Languedoc-Roussillon s’est produite en quelques décennies, de la fin des années 1960 à nos jours. Dans les décennies 1960 et 1970, l’impulsion est due à la décision volontariste de l’État qui y dessine six stations modernes sur la base d’un schéma d’aménagement touristique ambitieux. L’objectif est alors de stimuler la fréquentation touristique française et internationale et de concurrencer les plages espagnoles. L’État planifie aussi la construction de multiples infrastructures (routes, ports de plaisance, équipements publics). Il organise la démoustication des lagunes et réalise des boisements. Dans les années 1980, les décisions d’aménagement (conception des plans d’occupation des sols, devenus plans locaux d’urbanisme, instruction des permis de construire) ayant été transférées aux collectivités locales, le rythme de la construction s’effectue en fonction de l’intérêt que portent les élus locaux aux vertus du « développement », et plus prosaïquement en fonction des cycles immobiliers. La forte attractivité démographique des quinze dernières années stimule fortement la demande de logements, notamment de logements permanents ou semi-permanents, et l’espace voué à la construction ne cesse de s’étendre. Dans la dernière décennie, entre le milieu des années 1990 et le milieu des années 2000, juste avant le dégonflement de la dernière bulle immobilière (en 2008), l’articulation entre croissance démographique et croissance résidentielle jouait à plein. Le chiffre d’affaires du secteur du bâtiment et des travaux publics de la région Languedoc-Roussillon a augmenté de + 60 % entre 1998 et 2004. Plus de 3 000 entreprises artisanales de construction (plomberies, maçonnerie, etc.) se sont créées entre 1995 et 2005. En parallèle, la surface dévolue aux espaces ouverts, comprenant des champs, des prés, des lagunes, n’a cessé de régresser.

16En effet, si l’État et les collectivités ont développé une trame d’espaces protégés (créant un parc naturel régional dans la basse vallée de l’Aude, mais aussi des réserves naturelles dans certaines zones humides), l’urbanisation profite de la régression des terres agricoles et de la crise de plusieurs filières, comme celles de la vigne ou de l’horticulture. Aujourd’hui, à peine la moitié des terres du littoral sont cultivées et la surface agricole a diminué de-14 % depuis 1970. La conversion des espaces agricoles ou naturels « ouverts » en espaces artificialisés et étanchéifiés accentue les effets éventuellement destructeurs d’une crue. En parallèle, le développement de nombreux endiguements (par exemple la consolidation de boulevards maritimes au droit des stations balnéaires) et la construction de jetées portuaires pour abriter les ports de plaisance limitent le transit des sédiments marins qui rechargent naturellement les plages durant la belle saison. Ces aménagements accentuent donc la fragilité du trait de côte, tandis que les biens exposés ne cessent de se multiplier. En trois ou quatre décennies, le basculement d’un système économique régional fondé sur l’agriculture à un système économique fondé sur la construction et les services (dont le tourisme) ont conduit à la « littoralisation » de toute la société : c’est cela qui cause la rupture du fragile équilibre entre le milieu, le climat et la dynamique marine, et c’est donc le principal facteur de l’accentuation des risques.

17Les sources d’assurance, en compilant les arrêtés de catastrophe naturelle émis par l’État après chaque drame, calculent que près des trois quarts des communes du Languedoc-Roussillon sont soumises au risque inondation, et qu’entre 7 et 8 % des logements individuels construits dans cette région sont exposés à ce type de risque, ce qui représente le plus fort taux de France. Dans le Gard, l’Hérault et l’Aude, les trois départements littoraux de l’est de la région Languedoc-Roussillon, le ratio établi entre les sinistres et les primes d’assurances est supérieur à 300 %, ce qui signifie que les indemnisations dépassent de beaucoup les bénéfices des professionnels de l’assurance et que, sans la solidarité nationale, les régimes de prime connaîtraient une forte croissance. Mais les géographes qui ont analysé la gestion des crises successives de la fin des années 1980 aux années 2000 repèrent le même vice dans le système assurantiel français : lorsque les dommages restent matériels, l’administration émet un arrêté de catastrophe naturelle, et donc les assurances remboursent. Peu d’années après, il n’est pas rare de retrouver des bâtiments reconstruits à l’endroit même où le risque était le plus important.

18Au-delà des cas individuels, et pour faire face à une situation de risque en nette accentuation, les autorités publiques agissent d’une part sur le plan administratif et réglementaire, d’autre part pour la mise en sécurité de certains secteurs, donc sur le plan de l’ingéniérie. Dans le premier domaine, la mise en œuvre de plans de prévention des risques par les services de l’État est un outil essentiel. Le PPR, une fois approuvé, constitue une servitude d’utilité publique annexée au document d’urbanisme, qui fait connaître les zones à risques et définit les mesures pour réduire les risques encourus. Un plan de prévention des risques inondations est en cours d’instruction sur le littoral languedocien, il s’articule avec d’autres documents d’urbanisme en cours de révision : les plans locaux d’urbanisme à l’échelon de la commune, le schéma de cohérence territoriale à l’échelle intercommunale (SCOT) et, à l’échelle encore plus petite, le schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire.

19Dans le second domaine, sur le plan de la construction de défenses, des programmes d’investissement ambitieux ont été définis par l’État, seul acteur dans le domaine public maritime. Mais, au fil des années, l’esprit avec lequel ces travaux sont entrepris et les techniques elles-mêmes ont évolué. Jusqu’aux années 1980, la seule réponse à l’érosion était locale et des enrochements ou des épis ont tenté de stabiliser le phénomène de manière très ponctuelle. Mais ces travaux isolés ont le plus souvent entraîné une aggravation sur les secteurs voisins (on bloquait le transit sédimentaire et l’engraissement d’un étroit secteur côtier s’effectuait au détriment des secteurs situés plus à l’aval). Les techniques « lourdes » (épis, briselames…) ont souvent été remplacées par des techniques plus légères et des infrastructures plus discrètes, parfois ennoyées au-devant de la plage, en mer. En outre, depuis 2002, les services de l’État ont sélectionné huit sites pilotes particulièrement exposés, comme le lido de Sète, et ils déplacent les équipements stratégiques : une route nationale a été transférée de plus de cinquante mètres en arrière de la ligne de côte pour permettre la reconstitution de la plage et une protection maximale des usagers.

Quelle prospective de la gestion des risques ?

20La connaissance relative aux changements climatiques à venir reste empreinte d’incertitudes au niveau scientifique et l’acceptation de cette réalité par le grand public est une question complexe qui fait débat. Les météorologues et les spécialistes du climat regroupés au sein du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) ne travaillent pas sur un modèle unique, mais sur plusieurs futurs possibles. Ils produisent six scénarios qui couvrent un large panorama de caractéristiques futures, comme les changements démographiques, le développement économique et le changement technologique et, en fonction des quantités de gaz à effet de serre introduites par l’homme dans l’atmosphère au niveau global, ils en déduisent des élévations de température moyenne et des effets en série, comme l’élévation moyenne du niveau de la mer. Aucun scénario n’est considéré comme plus probable que les autres. Suivant le principe du downscaling (descente en échelle), des extrapolations sont faites pour construire des modèles régionaux et évaluer les impacts du changement climatique à l’échelle régionale, comme par exemple à l’échelle du bassin méditerranéen, voire à l’échelle des régions du sud de la France. Les pouvoirs publics français, commanditaires de plusieurs études depuis 2007, veulent en effet faire progresser la qualité de la prévision des catastrophes, c’est-à-dire, par exemple, l’estimation de la date de survenance et des caractéristiques (intensité, localisation) des inondations du littoral du sud de la France.

21Qu’elles soient produites à l’échelle globale, méditerranéenne ou nationale, les mesures disponibles confirment un réchauffement de l’air et de l’eau, ainsi qu’une élévation du niveau de la mer, et donc un renforcement des phénomènes d’érosion et des risques de submersion marine et fluviale. Les conséquences probables pourraient être une augmentation du nombre et/ou de la violence des tempêtes, accompagnée d’une montée du niveau de la mer évaluée entre 18 et 59 cm en 2100. Dans ce cas de figure, l’accroissement des aléas érosion et submersion marine en résultant, combiné au développement de l’urbanisation sur ces zones mobiles, sont susceptibles de produire des situations dramatiques. La protection des personnes et des biens sur le littoral languedocien constitue donc un problème prioritaire pour l’avenir. Les responsables politiques, les acteurs économiques, la société dans son ensemble vont-ils prendre des mesures de mitigation, c’est-à-dire tenter de réduire le degré d’exposition des enjeux ? Comprenant qu’il ne sera pas possible de protéger toutes les zones aménagées sur le littoral, tous ces acteurs vont-ils accepter de défendre des secteurs spécifiques de la côte, certaines constructions privées ou publiques, les bâtiments industriels et commerciaux, ceux nécessaires à la gestion de crise, les réseaux de communication, d’électricité, d’eau, au prix de coûteux investissements et de choix draconiens ? Ou bien ces mêmes acteurs vont-ils s’orienter vers une politique d’acceptation et d’adaptation, si possible anticipée, à ces nouvelles conditions climatiques, allant jusqu’à déplacer préventivement des populations et des zones économiques vers l’arrière-pays ?

22Le projet de recherche MISEEVA s’intéresse précisément aux modifications sociales et économiques qu’entraînera le changement climatique sur le littoral à l’horizon 2030 et 2100. Ce projet regroupe une équipe transdisciplinaire (géologues, océanographes côtiers, modélisateurs, géographes, économistes et sociologues) issus d’organismes de recherche, de laboratoires universitaires et de bureaux d’étude. L’objectif de ce programme est double. Premièrement, le but est de produire des cartes de submersion potentielle du littoral régional en 2030 et en 2100 à partir d’une modélisation régionale appuyée sur les scenarii du GIEC. Deuxièmement, le projet vise à établir une vision prospective de la région en tenant compte des stratégies de mitigation et d’adaptation socio-économique qui auront pu être mises en place à cette date. Cette deuxième démarche s’appuie sur plusieurs axes complémentaires ; elle intègre une collecte très large de données socioéconomiques récentes, afin de définir une sorte de « trajectoire » régionale et, en poursuivant les tendances, de mesurer l’ampleur de l’exposition aux risques d’ici vingt ans et d’ici quatre-vingt-dix ans.

23Plusieurs possibilités sont envisagées. La plus pessimiste serait d’imaginer une absence totale de prise de conscience et de mobilisation et la multiplication d’événements catastrophiques, jusqu’à ce que l’ampleur des pertes soit considérée comme inacceptable (à la fois socialement en termes de vies humaines, et économiquement en termes de dommages matériels). Mais comment savoir à partir de quel degré de gravité la société considèrera les risques inacceptables ? Cette question conduit à interroger non pas la réalité des risques, mais le niveau de perception et de représentation de ces risques par la population. C’est pourquoi la recherche s’appuie sur une enquête effectuée à l’échelle locale, dans un des secteurs les plus exposés (le lido de Palavas-Maguelonne). Les résidents, commerçants, touristes mais aussi les responsables politiques sur le littoral (élus locaux, services de l’État, gestionnaires du littoral) sont interrogés sur leur vision de l’intensité du risque, sur la nécessité d’une protection et sur leur adhésion aux stratégies de gestion actuelles et futures. À l’horizon 2030, la majorité des personnes interviewées accepte le principe d’une maîtrise de l’urbanisation, mais ne songe pas sérieusement à une politique de recul susceptible de limiter par exemple le droit de propriété. La société locale (et sans doute régionale) ne consent pas à des expropriations, ni à un abandon des zones habitées, ni à des destructions volontaires et préventives dans les zones manifestement trop exposées. À l’échelle 2100, beaucoup plus lointaine, sur laquelle il n’est pas possible de fonctionner avec des enquêtes, les scenarii produits par l’équipe de recherche établissent en revanche un panorama plus large des réponses possibles de la société. L’éventail des possibles inclut une situation « zéro » de non-intervention des acteurs publics par déni du changement climatique ou par laisser-faire généralisé, jusqu’à ce qu’un événement majeur ne produise une dévalorisation générale du territoire. À partir de là, la multiplication de friches agricoles (par la salinisation des terres), la multiplication de campings et d’hôtels ravagés, la dégradation de constructions et d’équipements publics pourrait se traduire par un remplacement du peuplement de la zone. Celle-ci serait délaissée par les couches les plus favorisées, peut-être mieux informées, tandis que le littoral deviendrait le lieu d’élection de communautés littorales appauvries, marginalisées, vivant peut-être d’une économie parallèle ou souterraine. À l’opposé de ce scenario très sombre, il faut reconnaître aussi l’éventualité d’une intervention publique qui décide et met en œuvre la protection partielle et sélective de quelques secteurs clés du littoral. Il s’agirait probablement des infrastructures stratégiques comme l’aéroport de Montpellier, les grands axes routiers et autoroutiers, les centres des stations balnéaires. L’État serait sans doute le seul acteur public susceptible de décider le retrait d’autres secteurs, laissant par exemple s’inonder les territoires moins valorisés comme les réserves naturelles et les sites agricoles de moindre valeur.

24À partir de ces visions contrastées, un travail de cartographie et d’évaluation économique débute, conduisant à mettre en perspective les coûts de l’exposition de certains biens, c’est-à-dire les coûts d’indemnisation (en fonction de la typologie du bâti), les coûts de déconstruction et de reconstruction, voire les coûts d’abandon d’une partie du territoire littoral. À partir d’un certain niveau d’intensité ou de fréquence des inondations, la transformation de la configuration du milieu, la réinsularisation des lidos, la mise en communication de certains étangs et la disparition de nombreux kilomètres de plages peuvent entraîner une perte de valeur récréative des espaces et modifier les fondements de l’économie touristique et résidentielle de cette région. Certes, un tel exercice bute sur de nombreuses difficultés méthodologiques, mais il présente néanmoins un double mérite. D’abord, il ne se fait pas en vase clos mais souligne au contraire l’interdépendance des espaces et des secteurs d’activité. En effet, dans la seconde moitié du XXIe siècle, voire avant, l’arrière-pays ou le moyen voire le haut pays languedocien, caractérisé (en dehors des vallées) par l’abondance de zones non exposées, deviendrait le réceptacle des flux de retrait et pourrait connaître un essor humain et économique à la mesure du déclin de la côte. Il se produirait en quelques décennies un basculement territorial inverse de celui qui s’est opéré au XIXe et au XXe siècle avec la littoralisation déjà évoquée. À ce stade, un échange entre les chercheurs de MISEEVA et des historiens permettrait de comprendre quels types de liens fonctionnels unissaient sous l’Ancien Régime le haut pays et les basses plaines languedociennes, et comment de nouveaux liens pourraient sans doute se reconstruire. Le second mérite de ce travail est de constituer un cadre de réflexion et d’évaluation méthodologique transposable et donc susceptible d’intéresser d’autres types de territoire, en Espagne par exemple. Des études sont en cours de l’autre côté de la frontière, car le Maremme (bas Empurdà) proche de Barcelone, le bas Llobregat, au cœur de la métropole, et le delta de l’Ebre présentant les mêmes configurations géographiques.

Conclusion

25Un court retour sur l’actualité des vingt dernières années montre que la région du Languedoc-Roussillon combine différentes caractéristiques qui augmentent le risque. Lors d’une tempête, le niveau de la mer augmente par le jeu des pressions atmosphériques et, surtout si les fleuves sont déjà en crue, l’eau ne s’évacue pas correctement et produit des inondations destructrices. Déjà en voie d’érosion accentuée, demain fragilisé par la surélévation du niveau maritime et l’occurrence renforcée des tempêtes, le littoral restera le théâtre de moments d’une violence à laquelle les populations présentes ne sont pas accoutumées. Devant ce défi, les autorités doivent appréhender simultanément le temps court de la crise et de l’urgence, pour lequel il faut des réponses spécifiques, (y compris en termes d’accompagnement psychologique), et le temps long de l’organisation du territoire.

26Une recherche rétrospective est tout à fait indispensable pour mener à bien une politique de prévention et de précaution tournée vers l’avenir. En effet, le regard vers le passé porte plusieurs vertus qu’on synthétise ici. Premièrement, cette démarche nous montre que l’homme est le principal acteur et facteur de la vulnérabilité. En effet, si la société possède aujourd’hui plus de réponses technologiques et communicationnelles et semble mieux armée pour faire face à des drames, la concentration démographique et l’accumulation des enjeux économiques sur le territoire côtier ont considérablement accru les risques. Les habitants en sont-ils véritablement conscients ? On tient là un deuxième fil reliant l’histoire et le présent. Dans le champ de la perception des risques et des causes des catastrophes, les résultats des recherches actuelles montrent aussi des évolutions importantes. On sait déjà qu’une conscience du changement climatique et de la responsabilité de l’homme dans la rupture des grands équilibres existe au moins depuis le XVIIIe siècle. Après la grande catastrophe de 1709, les contemporains avaient déjà le sentiment de vivre des événements « inconnus de mémoire d’homme ». Dans le contexte d’une société française plus précocement sécularisée que d’autres (par exemple que la société espagnole aux mêmes dates), une interprétation plus rationaliste des aléas météorologiques s’est diffusée. Mais le Français a peut-être remplacé la croyance dans l’intercession d’une transcendance en la confiance (aveugle ?) en un autre acteur clé, l’État.

27Le transfert de l’Église vers l’État de la gestion des crises est intervenu et demeure aujourd’hui incontesté. Au cours des dernières décennies, l’État (à travers ses corps d’ingénieurs spécialisés des ponts et des eaux et forêts) a construit une sorte de réponse politique globale aux grandes catastrophes en s’appuyant sur des principes inamovibles. Parmi ces principes, celui de l’inviolabilité du territoire et celui de la solidarité de l’ensemble de la société à l’égard des risques survenant sur une fraction de l’espace ou du corps social. L’État, comme garant de la protection du territoire, a forgé des outils robustes. Sur le plan administratif, il promeut un type de réponse a priori justifié, mais lourd sur le plan de la procédure. Les plans de prévention des risques doivent d’abord être prescrits, puis instruits au cours de longues études préalables et d’enquêtes publiques, puis approuvés, et enfin susciter la mise en conformité des autres documents d’urbanisme, ce qui prend de longues années. Sur le plan économique, la logique française pousse, par le biais des arrêtés de catastrophe naturelle, les assureurs à indemniser les dommages, quitte à répartir après les coûts à l’échelle de l’ensemble du territoire national. Ce système n’est pourtant pas le seul envisageable et, au vu de l’accentuation de la vulnérabilité, il n’est pas sûr que sa pérennité soit garantie. Dans un certain nombre de pays anglo-saxons où la culture de la responsabilité individuelle est plus forte et où l’État occupe un rôle moins central, des systèmes de partenariat public-privé conduisent à inventer d’autres systèmes assurantiels pour les biens et les territoires les plus exposés. Ainsi, en Australie, autre région du monde très exposée aux effets du changement climatique, les habitations ne sont assurées qu’à la condition de respecter le code de construction mis en place par les assureurs. Il est possible qu’un événement extrême force la France à accepter la rétraction du territoire et l’inégalité de fait (inégalité territoriale, inégalité sociale) produite par le renchérissement de certaines zones au prorata de leur exposition aux risques. Il est également possible que le changement climatique accompagne un lent processus de déclin du modèle étatique et centralisateur français et ne conduise à un retour vers un mode de gestion des crises plus régional, voire plus local, modèle qui a existé au cours de l’histoire.

28On trouve là un autre intérêt de l’étude des catastrophes au cours de l’histoire. Dans le passé, avant la seconde moitié du XXe siècle, la prise en compte des événements catastrophiques et de leurs conséquences se faisait sur un mode plus local, par l’organisation de systèmes de solidarité et d’adaptation des communautés villageoises ou urbaines. Ces systèmes se raniment plus ou moins à chaque événement, mais il se peut qu’on ne leur accorde pas tout le soutien nécessaire, faute de leur insertion dans des procédures « officielles » de gestion de crise. Aussi, les historiens pourraient collaborer aux exercices de prospective en apportant leur connaissance des modalités à travers lesquelles les communautés locales des vallées et des littoraux ont construit dans le passé et pourraient retrouver, demain, une voie vers la « résilience », s’auto-organisant face à la crise en dehors des plans préétablis, en coopérant, en inventant des pratiques innovantes.

29À ce titre, et en guise de perspective plus globale, face à des changements à venir que nous ne connaissons pas entièrement, il est certain que le principal défi de nos sociétés modernes n’est pas de surmonter un déficit de connaissance ou de prise de conscience. Il ne s’agit pas seulement d’élaborer plus de mesures techniques ou d’inventer des montages financiers et juridiques très complexes. Les crises environnementales ne seront pas non plus surmontées – en tout cas pas uniquement – par l’introduction de nouveaux systèmes de gouvernance et de régulation, même si une certaine décentralisation s’instaure dans le domaine de la gestion des risques. La principale clé réside, avant tout, dans la capacité de « rebond » et de bifurcation des collectifs humains. C’est une caractéristique de nature profondément culturelle qui est en jeu, et qui fait appel à l’imagination et à la créativité collective.

Figure 1 – « Comment l’eau couvrit toute la terre » (Le Déluge). Jean Colombe (attribué à), Heures à l’usage de Rome, Lyon ( ?), vers 1480-1485 (Besançon, Bibliothèque municipale, ms. 148, fo 36 v°).

Bibliography

RÉFÉRENCES DOCUMENTAIRES ET BIBLIOGRAPHIQUES

Changement climatique en Méditerranée, colloque de Marseille (22-23 octobre 2008), programme des Nations Unies pour l’environnement-Plan Bleu, 2008.

Chiffres clés du secteur Bâtiments Travaux Publics (Les), INSEE Languedoc-Roussillon, 2009.

Demande potentielle des résidences principales en 2015, INSEE Languedoc-Roussillon, 2004.

Des catastrophes du passé au défi du changement climatique, colloque de l’Association française de Prévention des Catastrophes naturelles, novembre 2008.

Développement durable et changement climatique en Languedoc-Roussillon : facteursclefs, évolutions et risques. Contribution à l’élaboration du Plan d’Action Stratégique de l’État (PASE) pour 2009-2011, groupe de recherche Agropolis International, 2007.

Dubois (Ghislain) et Céron (Jean-Paul), « Changement climatique et tourisme : répondre à un enjeu global », séminaire Développement durable et économie de l’environnement, IDDRI – École Polytechnique, 29 janvier 2008.

Éléments pour un diagnostic prospectif du territoire et de l’économie en Languedoc-Roussillon à l’horizon 2030, INSEE, Groupement de la statistique publique en région, octobre 2007.

Enquêtes logement 2007 et 2008, INSEE Languedoc-Roussillon, 2009.

Étude des effets territoriaux du changement climatique sur cinq régions du sud de la France : PACA, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Auvergne, Corse, délégation interministérielle à l’Aménagement et à la Compétitivité des Territoires, DIACT MEDCIE Grand Sud-Est – Météo France, Ecofys, Alternconseil, 2008 et 2009.

Garnier (Emmanuel) (dir.), Étude des caractéristiques et de la fréquence des événements extrêmes en France depuis 1500, GIS Climat, Environnement, Société, 2008-2011, [http://www.gisclimat.fr/projet/renasec].

Impacts du changement climatique et coûts associés en France, ministère de l’Énergie, de l’Environnement, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire, 2008.

Impacts of climate change in coastal systems in Europe, rapport final du programme PESETA, Commission Européenne, Joint Research Centre, Institute for Prospective Technological Studies, 2009, disponible sur [http://peseta.jrc.es].

Impacts of Europe’s changing climate, European Environmental Agency, World Health Organization, Joint Research Centre, Institute for Environment and Sustainability, 2008, indicator-based assessment.

Lemartinel (Bertrand), « Au chevet d’une catastrophe. Les inondations des 12 et 13 novembre 1999 dans le Sud de la France », actes du colloque du laboratoire de Géographie Physique Médi-Terra (Perpignan, 26-28 juin 2000), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Études », 2001.

Lemartinel (Bertrand), « Vivre et laisser mourir ? Le cas des inondations catastrophiques en Languedoc-Roussillon », actes du festival international de Géographie de Saint-Dié 2003, [http://xxi.ac-reims.fr/fig-st-die/actes/actes2003/lemartinel/articke. htm].

Littoral de Languedoc-Roussillon. Aménagement, passé et avenir, conférence et exposition, académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 19-20 novembre 2009.

Magnan (Alexandre), Garnaud (Benjamin), Billé (Raphaël), Gemenne (François) et Hallegatte (Stéphane), La Méditerranée au futur. Des impacts du changement climatique aux enjeux de l’adaptation, IEP – Iddri – CIRED – Météo France, 2009.

Meschinet de Richemond (Nancy), « Mémoires et cultures locales du risque : quelques enseignements tirés des journées d’échanges du groupe Histoire-Mémoire de l’AFPCN », dans Quelles archives aujourd’hui pour mieux gérer les risques demain ? Approches géographiques et historiques, Géorisques, 3, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2009, p. 45-53.

Meschinet de Richemond (Nancy) et Reghezza (Magali), « Les territoires du risque, l’exemple des inondations », Construire les territoires, 403 (Congrès 2008 de l’UGI à Tunis), 2008, p. 103-111.

Orientations stratégiques pour la gestion de l’érosion sur le littoral, mission interministérielle d’Aménagement du Languedoc-Roussillon, compagnie d’Aménagement du Bas Rhône Languedoc – Entente interdépartementale de Démoustication, 2003.

Parc de logements en région : tendances quantitatives (Le), INSEE Languedoc-Roussillon, 2009.

Proposition d’orientation pour la gestion de l’érosion entre l’Orb et le Rhône et entre l’Espagne Orb, DIREN Languedoc-Roussillon, 2007.

Prospective des transformations démographiques de la région en 2030, conseil Économique et Social Régional du Languedoc-Roussillon, 2008.

Quelles archives aujourd’hui pour mieux gérer les risques demain ?, colloque Géorisque, GESTER, universités de Montpellier 2 et 3, 10-11 janvier 2007.

Résidentialisation des stations du littoral (La), mission interministérielle d’Aménagement du Languedoc-Roussillon – préfecture de région, 2007.

Risques naturels en Méditerranée, centre méditerranéen de l’Environnement, programme RINAMED, [http://www.cme-cpie84.org/rinamed.html].

Schéma régional d’aménagement durable du territoire, conseil régional de Languedoc-Roussillon, 2009.

Schéma régional de développement économique et de l’emploi, conseil régional de Languedoc-Roussillon, 2005.

Sous quelles conditions les assureurs peuvent-ils inciter à la prévention des catastrophes naturelles ?, commissariat général au Développement durable, coll. « Assurance des risques naturels en France », n ° 1, mars 2009.

Vegara (Josep M.) et al. (dir.), El cambio climático: análisis y política económica. Una introducción, colección Estudios económicos, n ° 36, 2009, [www.laCaixa. es/estudios].

Villepontoux (Stéphane), Futurs possibles, impacts sur les territoires, cahier 1, La démarche prospective : objectifs et méthode, Montpellier, université de Montpellier 3, 2007.

Notes

1 L’aléa est un phénomène d’occurrence et d’intensité données auquel on associe une certaine probabilité de réalisation dans une durée et une zone fixées.

List of illustrations

Caption Figure 1 – « Comment l’eau couvrit toute la terre » (Le Déluge). Jean Colombe (attribué à), Heures à l’usage de Rome, Lyon ( ?), vers 1480-1485 (Besançon, Bibliothèque municipale, ms. 148, fo 36 v°).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112763/img-1.jpg
File image/jpeg, 298k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540