Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

Reconstruction environnementale et climatique pendant l’optimum climatique médiéval à partir des sources documentaires. Le cas de la Catalogne

Eduard Rama-Corredor
Traduction de F. Clément

Texte intégral

  • 1 Millennium European Climate. European Climate of the Last Millennium, ECSN-EU collaborative project (...)

1La présente contribution présente les progrès réalisés pour la mise en route d’une reconstruction environnementale et climatique en Catalogne (NE de l’Espagne) à partir des sources documentaires. Ce travail a été effectué dans le cadre du projet Millenium de reconstruction du climat au dernier millénaire1. Afin de pouvoir mener à bien cette recherche, qui nécessite la consultation de sources documentaires, il importe d’avoir en tête non seulement la documentation disponible, mais aussi l’histoire de la région étudiée, ainsi que celle des documents et que les critères de conservation qui leur ont été appliqués dans les différentes archives. Chaque région a ses critères spécifiques de production et de conservation de la documentation. Cette dernière a subi, à diverses occasions, des destructions et des transformations dans son mode de conservation, ce qui conditionne la masse documentaire qu’il est possible de consulter actuellement.

2Le cas de la Catalogne est un des meilleurs exemples qu’on puisse trouver pour comprendre le travail préalable au dépouillement des sources documentaires. Tout au long de son histoire, la Catalogne, zone frontalière et de passage, a connu un grand nombre de guerres et de révoltes populaires propices à la destruction d’une partie de son patrimoine documentaire, qui était conservé en différents endroits et qui a disparu à de nombreuses reprises. En d’autres termes, on ne conserve que 30 %, à peu près, de ce qui a pu exister un jour. Le reste fut détruit pour diverses raisons, soit par les flammes, soit de la main d’individus indésirables qui semaient le chaos là où ils passaient. Bien qu’on ne dispose pas de la totalité de la documentation produite en son temps, on conserve encore une énorme quantité de pièces qui sont à la portée du chercheur, parmi le flot de documents en tous genres existant sur le territoire catalan. En ce qui concerne une grande partie des thèmes susceptibles d’être sélectionnés en vue d’une recherche, il y a de fortes chances que la quantité de documents conservés sera l’élément clef permettant de choisir tel lieu plutôt qu’un autre, lequel serait sans doute plus attractif du point de vue géographique ou historique, mais dont il apparaît que la pauvreté documentaire est importante. En bref, la démarche à suivre avant de commencer le dépouillement des documents est la suivante : localiser où ces derniers se trouvent, évaluer leur diversité, recenser ce qui est conservé et se renseigner sur l’histoire de la région, ce qui en facilitera la lecture et la compréhension. Par exemple, une disette dans un village ne sera pas forcément l’indice d’une sécheresse, une guerre pouvant constituer l’un des facteurs qui l’ont provoquée.

3Ce travail de recherche comporte deux parties bien distinctes : la première est consacrée à la reconstruction de l’environnement, la seconde à celle des extrêmes météorologiques aux époques médiévales et moderne. Le chemin à parcourir est encore long et il reste encore beaucoup d’archives à consulter. Pour cela, il faudra continuer à parcourir le territoire et à aller consulter toutes les sources jugées utiles à cet égard. En Catalogne, c’est à partir du XIVe siècle qu’on trouve, dans certaines villes, une masse de documentation plus continue et plus riche en descriptions des conditions environnementales – raison pour laquelle cette étude contribue à alimenter, en quantité et en qualité, l’information relative à l’environnement pour des époques encore peu étudiées. Afin de ne pas tomber dans des défis quichottesques, il est toujours préférable de procéder à une sélection préalable des sources à consulter. Ensuite, il s’avère nécessaire de s’armer de patience pour aller consulter les mètres ou les kilomètres de rayons des différentes archives qui contiennent la documentation désirée. Parmi l’éventail des possibilités offertes par chaque fonds d’archives, le nombre potentiel des documents consultables à des fins climato-historiques est très réduit par rapport au total des pièces conservées. La reconstruction environnementale et climatique pour le Moyen Âge catalan en est encore à ses balbutiements. La documentation consultée jusqu’à présent de donne qu’une faible idée du grand scénario que fut l’optimum climatique médiéval (OCM).

4En fonction du type de documents, nous aurons plus ou moins de chances de trouver de l’information sur les phénomènes environnementaux ou climatiques. Voyons donc d’abord, à grands traits, ce qu’il en est des différents types de documents que l’on rencontre en ce qui concerne la Catalogne médiévale.

Les sources documentaires

  • 2 Par exemple, dans les comarques du Pallars Sobirà, du Pallars Jussà ou du Ripollès.
  • 3 Par exemple, dans les royaumes et comtés d’Aragon, de Catalogne, de Valence ou de Majorque.

5L’historiographie catalane, de façon constante, a divisé le Moyen Âge en deux périodes caractérisées par les événements historiques survenus dans chacune d’elles : ce qu’on appelle les Haut et Bas Moyen Âge. Mais, du point de vue documentaire, le Moyen Âge catalan peut se diviser en deux séquences qui se distinguent par le type de documentation produite et par son contexte. La première est l’époque féodale (IXe -XIIe siècle), la seconde le Bas Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle). À l’époque féodale, la documentation conservée est rare et peu variée. On la trouve dans quelques zones de Catalogne2. Prédominent les contrats de vente de propriétés, les permutations, les donations, etc. Les petits royaumes en formation ne produisent généralement pas de documentation administrative. En outre, les guerres continuelles entre les différents comtes ou contre les taifas andalouses détournaient l’attention de ces petits royaumes vers les questions militaires, au détriment de la production de documents dont nous pourrions tirer profit, aujourd’hui, à des fins climatologiques. Ce n’est pas avant le XIIIe siècle que certains royaumes et comtés, plus solidement assis et contrôlant mieux leurs seigneurs féodaux, créent une documentation d’une plus grande diversité3, comme le sera celle de caractère royal (XIIIe-XVe siècle), avec le récit des hauts faits des souverains. Cependant, ce type de documentation n’est pas toujours fiable, étant donné qu’un fort contenu de propagande royale risque de fausser la réalité des faits.

  • 4 Voir, par exemple, Baraut C., « Els documents dels segles IX i X conservats a l’Arxiu Capitular de (...)

6Pour l’époque féodale, la documentation se trouve réunie dans les registres notariaux, qui se composent d’une énorme masse de documents d’une grande richesse et peu exploités. On les utilise habituellement pour l’étude de l’histoire économique et sociale. À l’instar de ce qui se fait aujourd’hui, l’homme médiéval allait chez le notaire afin que celui-ci authentifie l’acte conclu. Le notaire appartient à l’administration relevant de l’évêché. Chaque document fournit une information précise sur le bien mentionné : localisation et superficie, type de récolte, bâtiments, etc.4. À partir des documents notariaux, nous disposons d’une information relative aux cultures, dans le cadre d’actes divers : donations, réclamations, ventes, gages, permutations, requêtes en préjudice, litiges, compromis, testaments, serments de fidélité, consécrations d’églises, bulles, cabreos (sortes de terriers), etc. Cette information, comme nous allons le voir, est utilisable en recherche environnementale.

  • 5 Pour la Catalogne médiévale, citons par exemple, la Chronica, o Descripcio dels fets e hazanyes de (...)
  • 6 Voir le Llibre dels Feyts del Rey en Jacme, Barcelone, Bilioteca de la Universitat de Barcelona (U (...)

7Les chroniques sont des œuvres littéraires faisant le récit des événements historiques en suivant l’ordre chronologique5. Le chroniqueur s’efforçait de raconter les faits de la façon la plus véridique possible. Il arrivait même qu’il eût participé en personne aux événements. Dans le cas des royaumes hispaniques, on dispose d’une documentation municipale continue et homogène du XIVe siècle à nos jours. Cette séquence servirait donc de base pour travailler avec une marge d’erreur acceptable. Pour une période plus haute dans le Moyen Âge, entre le VIIIe et le XIIIe siècle, il faut recourir à des chroniques qui souffrent de problèmes de fiabilité et de discontinuité. De même que d’innombrables chevaliers apparaissent dans le récit et y jouent un rôle plus ou moins central, les phénomènes météorologiques en sont parfois les protagonistes à certaines occasions. Ainsi, grâce au roi Jacques Ier qui a voulu conquérir l’île de Majorque en septembre, nous recensons un bon nombre d’épisodes météorologiques en une seule campagne6.

8Voici deux exemples de la façon dont les phénomènes météorologiques sont décrits dans les chroniques médiévales catalanes, le premier tiré de la chronique de Jacques Ier (Le Livre des Faits), le second du Chronicon de Perpignan :

  • 7 Llibre dels Feyts…, op. cit., fo CLXXIX r° : « e en lo diluns féu pus fort temps que no havia feyt (...)

« Et le lundi, le temps forcit plus encore que le samedi et le dimanche. Les quatre vents se combinèrent et se battirent entre eux tous les quatre. Cela dura ainsi le mardi toute la journée et toute la nuit suivante jusqu’au mercredi, sans que ce mauvais temps ne cesse7. »

  • 8 Cronicó de Perpinyà, Barcelone, Arxiu de l’Abadia de Montserrat (AAM), ms. 1036, fo 1 : « En el año (...)

« En l’an MCCCCXXI, à minuit environ le VIII jour d’octobre, une grande inondation des eaux rompit les trois premières arches du dit pont sur la Têt8. »

  • 9 Voir, par exemple, Codina J., Inundacions al delta del Llobregat, Barcelone, 1971, passim ; ou les(...)

9Les procès-verbaux des conseils municipaux compris, en gros, entre le XIIIe et le XXIe siècle attestent de tout ce qui s’est passé lors des sessions plénières. Cette documentation est l’une des plus utiles, car chaque fois qu’il se produit une catastrophe dans la ville à la suite d’un événement météorologique ou géologique, il est fait mention de ses effets et de l’action entreprise afin de remédier à la situation difficile. Les diverses municipalités interviennent pour réparer les dégâts subis par les infrastructures municipales ou privées (chemins, ponts, maisons, etc.)9. Ce n’est pas avant le XIVe siècle que la documentation devient continue et homogène, tant dans les villes d’une certaine importante que dans celles qui se créent.

  • 10 Arxiu Diocesà i Capitular de la Seu d’Urgell, série 5 : Protocols Notarials (1255-1798), 272 livre (...)

10La documentation ecclésiastique constitue une des sources documentaires les plus communes que nous pouvons trouver de nos jours sur le Moyen Âge. Il y a là une multitude de documents qui n’ont pas été explorés. Dans le cadre de cette recherche, n’a été consulté qu’un seul fonds notarial appartenant à des archives ecclésiastiques, en l’occurrence celles du diocèse de la Seu d’Urgell10. Ajoutons à ces documents les manuels de rentes concernant les principaux monastères et couvents. Cette documentation, à l’égal des contrats de vente, peut apporter d’utiles informations sur l’environnement. Les visites pastorales sont une autre source documentaire qui peut également fournir des renseignements précieux sur l’environnement de zones bien déterminées, en particulier sur celle que visite le religieux envoyé par l’évêque.

  • 11 Voici, à titre d’exemple, trois titres choisis parmi les 123 qui ont été consultés : Coy Cotonat A (...)

11Les histoires et les monographies locales (XIXe -XXIe siècle) forment le complément des sources documentaires primaires11. Elles reconstruisent, au moyen des documents disponibles et de la tradition orale, l’histoire de la localité choisie. Elles ont de l’importance, du fait que tous les documents ne se sont parvenus jusqu’à notre époque. Elles donnent également une idée de ce que pourraient être les documents les plus intéressants pour entamer une recherche, avant de se disperser dans la mer des informations.

12En gardant à l’esprit cette densité documentaire, nous diviserons la présente étude en deux parties, une première consacrée à l’environnement, et la seconde aux événements météorologiques extrêmes. Pour la partie environnementale, nous avons choisi comme zone à tester en premier une région de haute montagne. Plus précisément, la vallée du río Segre et de ses affluents (voir la carte, illustration 1). On y trouve des localités situées entre 700 m et 1 500 m d’altitude. De telles localisations, à cause du contexte montagnard, rendent ces régions plus sensibles aux extrêmes climatiques. Le fragile équilibre dû à l’altitude nous fera percevoir plus facilement les changements environnementaux qui se sont produits au cours des siècles.

Figure 1 – Carte de la Catalogne avec les lieux cités (E. Rama, 2011).

  • 12 Les séries de documents notariaux de l’évêché de la Seu d’Urgell se composent, comme il a été dit, (...)

13Un autre facteur favorable pour démarrer une étude sur l’environnement tient à la documentation disponible dans ces vallées. La présence de l’évêché de la Seu d’Urgell, dont le titulaire est le seigneur féodal des Pyrénées centrales catalanes au Moyen Âge, a contribué à la production d’une imposante masse de documentation à caractère notarial, conservée de nos jours12. Voici les différents éléments qu’on trouve d’habitude dans des documents de ce type. Il s’agit, en l’espèce, d’un modèle d’acte très représentatif du niveau de détail auquel il est possible de parvenir :

  • nom du vendeur ou du donateur ;
  • terrain vendu ou donné ;
  • nom de l’acheteur ou du bénéficiaire de la donation ;
  • description du bien ;
  • limites de la propriété ;
  • signatures des témoins et du notaire13.

La reconstruction environnementale

  • 14 En anglais : Medieval Warm Period (MWP) ; en castillan : Episodio Cálido Medieval (ECM).
  • 15 En anglais : Little Ice Age (LIA) ; en castillan : Pequeña Edad de Hielo (PEH).

14La reconstruction environnementale aidera à mieux connaître les températures qu’il devait faire approximativement au cours de ce qu’il est convenu d’appeler l’optimum climatique médiéval (OCM)14. Cet épisode a créé des conditions favorables dont les hommes de l’époque ont su profiter pour réaliser des prouesses qui nous sembleraient aujourd’hui inconcevables sans l’aide des conditions environnementales. Dans la série des anomalies de températures du dernier millénaire, nous nous concentrerons sur celles qui concernent l’OCM. Compris entre le IXe et le XIIIe siècle, celui-ci fut marqué par des températures élevées, très différentes de celles que l’on trouve à partir du XIVe siècle, qui est le début de ce qu’on appelle le petit âge glaciaire (PAG)15.

15Au Moyen Âge, de bonnes conditions météorologiques ont favorisé la conquête de territoires auxquels nous avons du mal à croire, compte tenu des faibles moyens technologiques dont l’homme médiéval disposait pour surmonter les fortes contraintes imposées par la nature. L’exemple qui illustre le mieux ces conquêtes de territoires improbables est fourni par la colonisation du Groenland par les Vikings. Ou, sur le vieux continent, et en Catalogne en particulier, par l’ouverture à l’agriculture de territoires de montagne. Cette colonisation agricole fut probablement la conséquence d’une pression féodale accrue. Et, liée à l’arrivée de populations dans de nouveaux lieux, va de pair l’arrivée d’agents extérieurs, étrangers dans de tels espaces et à de telles altitudes, en l’occurrence diverses espèces cultivées qui, dans le cas des Pyrénées catalanes, contribuèrent à la diversification de l’agriculture.

  • 16 Voir, par exemple, le parchemin du 29 août 1089, Arxiu Diocesà i Capitular de la Seu d’Urgell, Per (...)

16Des températures plus élevées et des pluies plus régulières ont, en effet, facilité l’introduction d’espèces tout à fait méditerranéennes qui, à peu de moyens et grâce à la douceur du climat, ont trouvé un emplacement de choix sur les versants montagneux. La demande émanant du seigneur féodal de la région, l’évêque de la Seu d’Urgell, a entraîné la mise en culture de zones occupées autrefois par la forêt et la prairie alpine. Cette demande a contribué à la banalisation, pendant plusieurs siècles, de la vigne, des céréales en tout genre et des oliviers dans des vallées situées à plus de 700 m d’altitude. Leur culture s’accompagnait de celle d’arbres fruitiers dont la production servait à compléter le régime alimentaire ou à pallier le manque de nourriture ordinaire en temps de pénurie. Citons, par exemple, les pommiers et les chênes. Il faut signaler également des cultures destinée à la production, probablement à but autarcique dans les petits villages isolés de haute montagne, de textiles et de fibres végétales : lin et chanvre. On peut enfin trouver des arbres cultivés pour répondre à une commande de l’évêque, par exemple des mûriers, arbres nécessaires à la production de la soie, qui constitue une matière très recherchée pour les habits de cérémonie ecclésiastiques16.

  • 17 Voir le parchemin du 30 mai 1095, Arxiu Diocesà i Capitular de la Seu d’Urgell, Pergamins, dans le (...)

17Quand quelqu’un décidait de cultiver sur ses terres une céréale ou tout autre végétal, il devait tenir compte de nombreux facteurs qui feraient qu’il obtiendrait de bons résultats ou, qu’au contraire, ce serait pour lui une perte de temps et d’argent. Au Moyen Âge, dans les Pyrénées catalanes, le petit agriculteur qui dépend du seigneur féodal représente l’élément le plus communément rencontré. Il avait à payer au seigneur une redevance à échéance fixe. Par conséquent, étant donné que l’agriculture de subsistance ne lui permettait pas de dégager une marge très importante à cet effet, il ne pouvait se risquer à pratiquer des cultures qui n’auraient pas été productives17.

18En montagne, le froid et les gelées conditionnent les variétés de céréales et de plantes à fruits qu’il est possible de cultiver. Or durant l’optimum climatique médiéval (OCM), on trouve des vignes et des céréales qui, non seulement résistent à l’altitude et au froid, mais aussi qui sont indifférentes à leur emplacement et à l’orientation de la vallée. On observe des vignes dans les vallées du massif du Cadí, qui est orienté au nord, ce qui signifie que les cultures de ces vallées bénéficiaient d’une durée d’ensoleillement plus courte qu’ailleurs et qu’elles risquaient davantage de souffrir des gelées. Mais les bonnes conditions climatiques à l’époque médiévale ont été propices à cette expansion agricole sans précédent.

  • 18 Voir la donation au monastère de Santa Maria de la Seu d’Urgell, le 19 octobre 1057, Arxiu Diocesà (...)

19Dans le cas de la culture de la vigne, qui est une des choses les plus surprenantes que l’on puisse trouver dans les hautes vallées du Segre, nous voyons avec netteté ce que devaient être approximativement les températures aux différentes moments de l’année pendant le Moyen Âge. La vie de la plante est tributaire d’une certaine marge de températures aux différentes saisons et mois de l’année afin de croître, fleurir, etc. Quand la vigne est jeune et n’a pas encore fructifié, elle a besoin de températures douces qui ne mettent pas en péril les jeunes pousses. Au moment de la floraison, elle peut également mourir si certaines températures sont trop basses ou s’il gèle continuellement. Les raisins qui seront ensuite utilisés pour faire du vin sont également très sensibles à la température au moment de la maturation, en l’occurrence en été. Des températures plus ou moins élevées influent sur les sucres, de sorte que le vin titrera plus ou moins d’alcool, ce qui affectera sa commercialisation. L’évêque de la Seu d’Urgell était un des destinataires d’une grande partie du vin produit, qui lui parvenait sous forme d’impôt ou de don pour les cérémonies religieuses18. Ceci pourrait servir d’indicateur de qualité.

  • 19 Voir supra, n. 9.

20La compilation des informations tirées des sources documentaires notariales conservées dans le fonds d’archives ecclésiastiques étudié19 a du sens dans l’hypothèse de départ selon laquelle les étages bioclimatiques pourraient servir à reconstruire ce qu’étaient les possibles paysages du Moyen Âge. Ces étages, pour les Pyrénées centrales catalanes, devraient répondre à des valeurs similaires à celles qui figurent dans le schéma ci-après (illustration 2), correspondant approximativement au paysage durant les phases chaude et froide. Les sources documentaires notariales contiennent de l’information indirecte sur les seuils écologiques applicables à différentes cultures et à la végétation naturelle. Si on effectue ce travail sur un espace montagnard, il devient possible d’identifier, le long du gradient d’altitude, les changements qui affectent la distribution des ceintures écologiques/climatiques.

  • 20 Voir Baraut C., « Els documents dels anys 1191-1200 de l’Arxiu Capitular de La Seu d’Urgell », Urg (...)

21Or les premiers résultats, recueillis en 2008, ne montrent pas un étagement clairement identifiable (illustration 3). En effet, les bonnes conditions météorologiques ont entraîné une extension de la végétation qui ne permet pas de différencier les différentes terrasses naturelles. On peut trouver des céréales et de la vigne à des altitudes qui, en phase froide, étaient occupées par la forêt et la prairie alpine. La multitude des petits agriculteurs et la diversification des terrains cultivables ont favorisé le fait que la population n’a pas toujours opté pour une culture spécifique. Le plus souvent, on trouve des terroirs produisant des céréales, de la vigne, des arbres fruitiers et autres plantes nécessaires à l’homme20, ce qui complique la tâche pour séparer les étages bioclimatiques.

Figure 2 – Hypothèse des étages bioclimatiques dans les Pyrénées catalanes. Échelle des altitudes en mètres (E. Rama, 2008).

Figure 3 – Reconstruction possible du paysage médiéval. (E. Rama, 2008).

  • 21 Voir Batlle i Gallart C., « Pere de Narbona, bisbe d’Urgell (1342-1347), i l’inventari dels seus b (...)
  • 22 Voir les documents appartenant à la collection de parchemins des archives diocésaines de la Seu d’ (...)

22En cours d’étude, vont apparaître dans les divers documents des indices permettant de vérifier la fiabilité de l’information. L’existence, dans la cathédrale de la Seu d’Urgell, d’une cellier où étaient collectées les redevances et les dons21 nous révèle que la viticulture était pérenne. Autre exemple : la présence de jeunes vignes attestée à différentes époques. Il y a un mot, en catalan, pour désigner un jeune cep : mallol. Celui-ci apparaît tout au long des siècles. On le trouve dans des documents en latin mélangé de termes propres au catalan22.

  • 23 Voir le document du 24 décembre 1188, Arxiu Diocesa i Capitular de la Seu d’Urgell, fonds Pergamin (...)
  • 24 Voir Baraut C., « Diplomatari de Sant Sadurní de Tavèrnoles (segles XIV-XVI) », Urgellia, 14, 1998 (...)

23Un des indices qui nous permettent de vérifier que nous allons dans la bonne direction, c’est de tomber, à partir du milieu du XIVe siècle, sur des signes de dégradation du climat, c’est-à-dire sur ce qu’on appelle la miniglaciation (PAG). Certaines années, dans la vallée du Segre, on vendangeait le raisin, à une date tardive, comme fruit et non pour en faire du vin, car ce dernier aurait été de mauvaise qualité23. Cette dégradation se note également dans le domaine de la fiscalité féodale, le seigneur de la région, l’évêque, étant obligé de réduire les redevances ou de les annualiser afin que les paysans, qui subissaient le préjudice de conditions climatiques alors défavorables aux cultures typiquement méditerranéennes, pussent s’en acquitter d’une façon ou d’une autre24.

24Il est une question qu’on peut se poser : ce type de paysage a-t-il une chance de réapparaître dans un futur proche ? Aujourd’hui, les prévisions pour les années qui viennent, établies par les modèles climatiques, sont consultables. Compte tenu des perspectives annoncées, l’avenir de la vigne en Catalogne est critique. Beaucoup de cépages aujourd’hui plantés ne pourront avoir un rendement commercial que si la viticulture se lance dans la reconquête de terroirs d’altitude, comme au Moyen Âge.

  • 25 Sort X., « Effect of Global Climate Change on Catalan Viticulture », Climate Change and Wine, Barc (...)
  • 26 Sur l’indicateur thermique de Winkler (Thermal Index of Winkler), voir Amerine M. A. et Winkler A. (...)

25L’exemple par excellence d’une telle pratique nous est apporté par l’une des entreprises catalanes spécialisées dans la production de vins et de spiritueux, les Bodegas Miguel Torres. Afin d’être en mesure de maintenir la qualité de ses produits, cette entreprise a effectué des études agro-climatiques pour voir quelles seraient les régions qui conviendraient le mieux à la vigne dans l’optique du futur scénario de réchauffement planétaire. Des cartes agro-climatiques comme celle reproduite ici25 (illustration 4) montrent les seuils de tolérance pour une viticulture de type commercial, en Catalogne, en fonction de la température (zone I de Winkler : températures les plus basses, zone peu propice ou impropre à la production de vin ; zone V : températures élevées, zone convenant uniquement aux cépages résistant le mieux à la chaleur26). Une des solutions déjà mises en œuvre est l’achat de terres dans la comarque du Pallars (Pré-Pyrénées catalanes).

Figure 4 – Zones de Catalogne aptes à la viticulture selon l’indicateur thermique de Winkler (X. Sort, 2008).

  • 27 Les caves Casa Beal à Nagol (San Julià de Lòria) produisent à 1 100 m d’altitude un vin blanc bapt (...)

26Les effets du changement climatique sur la viticulture catalane peuvent déjà s’observer dans certaines localités qui essaient peu à peu de récupérer leurs cultures médiévales. Le cas le plus éclatant est celui du village d’Enviny, situé à 1 200 m d’altitude au nord-ouest de la Catalogne, dans la comarque du Pallars Sobirà (illustration 5). Lors des travaux de mise en train du sol pour la plantation de vigne en 2007 (illustration 6), on a découvert des traces de l’activité agricole à l’époque médiévale. Enviny est l’un des premiers villages des Pyrénées catalanes à se préparer aux nouveaux scénarios induits par le changement climatique planétaire. Autre exemple de région pyrénéenne qui est en train de se reconvertir du point de vue agricole : le sud du pays d’Andorre, où quelques particuliers se sont lancés dans la viticulture et la production de vin27.

Figure 5 – Vue du village d’Enviny (Pallars Sobirà) (M. Barriendos, 2007).

Figure 6 – Préparation d’un plantier à Enviny (M. Barriendos, 2007).

  • 28 Voir [http://www.terrazasdelosandes.com/ENG/altitude/ideal_altitude.asp] (page consultable le 26 j (...)

27Nous disposons, dans l’hémisphère sud, d’un précédent qui montre comment il est possible de tirer profit des étages bioclimatiques en zone de montagne. Il est tout à fait valable dans le cas de régions qui, situées en altitude, ont ainsi la capacité de perpétuer la viticulture si les conditions environnementales deviennent défavorables dans les zones d’origine ou d’appellation contrôlée. La production du vin, qui est une tradition séculaire dans de nombreuses régions du vieux continent, peut s’inspirer de l’exemple argentin : les Bodegas Terrazas de los Andes, près de la ville de Mendoza, se servent de l’altitude pour obtenir des crus différents. Leur expérience de la viticulture de montagne depuis plus de quarante-cinq ans leur a permis de déterminer l’altitude idéale de chaque cépage (Syrah : 800 m ; Sauvignon : 980 m ; Petit Manseng : 1 000 m ; Malbec : 1 067 m ; Merlot : 1 150 m ; Chardonnay : 1 200 m28).

Les extrêmes météorologiques

  • 29 Voir Rama-Corredor E., « Hydrometeorological extremes over Catalonia (NE Spain), AD 1000-2000. Tem (...)
  • 30 Dates extrêmes consultées, par municipalité : Ajuntament de Girona, 1301-1850 ; Ajuntament de Barc (...)

28La seconde partie de l’étude, qui a trait à la récupération de données sur des événements extrêmes liés à un excès ou à un déficit hydrique29, a été réalisée sur la base de six séries documentaires continues provenant de différentes localités du territoire catalan (Gérone, Barcelone, Tarragone, Tortosa, Vic, Cervera et la Seu d’Urgell). Ces séries fonctionnent principalement à partir de l’information municipale de localités urbaines ayant une forte tradition d’élaboration de ce type de documents. Les séries ne commencent pas toutes à la même date30 ; par conséquent, elle ne fonctionnent pas toujours en même temps, ce qui se sent dans les résultats, comme on peut le voir dans le graphique reproduit ci-dessous (illustration 7), lequel nous informe sur le nombre des événements extrêmes. Le Moyen Âge, peu étudié jusqu’à présent, donne un nombre d’inondations très inférieur à celui enregistré en pleine miniglaciation (PAG). Ces résultats sont imputables à la rareté des événements extrêmes liés à un excès hydraulique à l’époque médiévale ou au manque d’information, beaucoup des documents contemporains n’étant plus à notre disposition. Ce qu’on peut distinguer clairement, c’est le calme des XIe, XIIe et XIIIe siècles par rapport au XIVe siècle, qui forme la transition avec des siècles plus marqués par des inondations continuelles qui eurent un effet préjudiciable sur la vie des gens, détruisant leurs récoltes et facilitant la propagation de nombreuses épidémies. Comme on peut le voir, quatre périodes se détachent en termes de magnitude : la fin du XVIe siècle ; le début du XVIIe siècle ; la fin du XVIIIe siècle ; le milieu du XIXe siècle.

Figure 7 – Graphique des inondations catastrophiques en Catalogne au cours du dernier millénaire (E. Rama, 2008).

  • 31 Rama-Corredor E., « Hydrometeorological extremes… », op. cit. ; Barriendos M., « Extreme flood eve (...)
  • 32 Sala i Giralt C., Dades històriques d’Olot ; segle XVI, Olot, 1985, p. 75 et 76 : « Pos assi per m (...)

29En ce qui concerne les sécheresses, les résultats obtenus31 sont assez similaires à ceux du graphique précédent. C’est durant la période où les six séries fonctionnent en même temps que les valeurs sont les plus élevées (illustration 8). Mais dans le cas des sécheresses, leur présence dans la documentation porte davantage la marque de l’élément humain et de l’agriculture. En règle générale, le terme de sécheresse apparaît toujours avec le plus d’impétuosité aux époques de l’année où la région a besoin d’un minimum d’apport d’eau de pluie pour que les cultures aillent à terme. Par conséquent, les étés méditerranéens secs et chauds ne sont d’ordinaire pas bien représentés si nous nous basons sur la documentation historique. Les saisons les plus citées sont l’automne, époque de la semaison, et le printemps. En hiver, les seules notations concernent des anomalies thermiques très accusées32.

Figure 8 – Graphique des sécheresses extrêmes en Catalogne au cours du dernier millénaire (E. Rama, 2008).

30Les premiers résultats portant sur la Catalogne confirment que le XXe siècle a été beaucoup plus calme que les siècles précédents. Ce qu’on ne sait toujours pas clairement, c’est ce que seront les comportements hydrométéorologiques extrêmes qui accompagneront le changement climatique dans les prochaines décennies. Les communautés humaines qui ont fait l’expérience de l’épisode climatique médiéval ont vécu peu d’événements extrêmes propres à une période chaude. À l’inverse, les premières années du XXIe siècle semblent obéir à un modèle hydrique qui ressemble plus à celui de la miniglaciation (PAG) qu’à celui de l’optimum médiéval (OCM). C’est-à-dire, avec davantage d’inondations accompagnées de périodes de grande sécheresse, comme celles dont nous avons souffert ces dernières années.

31Il faut bien comprendre que les sociétés actuelles sont plus vulnérables que celles du passé en raison de l’accroissement de la population et du nombre de constructions situées dans des zones à risque (campings implantés dans le lit des rivières, ensembles urbains édifiés à flanc de montagne, etc.). Pareillement, la population, peu consciente des risques encourus, s’expose de façon inconsidérée et devient parfois la victime de catastrophes qui auraient pu être évitées.

Figure 9 – Le mois d’août (Préparation d’un cuveau ou d’un foudre en prévision des vendanges de septembre). Bas-relief représentant les douze mois de l’année (détail), Ripoll, monastère de Santa María, milieu du XIIe siècle. © [www.romanicocatalan.com].

Notes

1 Millennium European Climate. European Climate of the Last Millennium, ECSN-EU collaborative projects. Voir [http://137.44.8.2/] (consultable le 26 juin 2011).

2 Par exemple, dans les comarques du Pallars Sobirà, du Pallars Jussà ou du Ripollès.

3 Par exemple, dans les royaumes et comtés d’Aragon, de Catalogne, de Valence ou de Majorque.

4 Voir, par exemple, Baraut C., « Els documents dels segles IX i X conservats a l’Arxiu Capitular de La Seu d’Urgell », Urgellia. Anuari d’estudis històrics dels antics comtats de Cerdanya, Urgell i Pallars, d’Andorra i la Vall d’Aran, 2, Montserrat, 1979, p. 7-146.

5 Pour la Catalogne médiévale, citons par exemple, la Chronica, o Descripcio dels fets e hazanyes del inclyt rey don Iaume Primer, rey Darago, de Mallorques, e de Valencia, compte de Barcelona e de Muntpesller, e de molts de sos descendents, de Ramon Muntaner ; la Cronica de Perre III ; le Cronicó de Perpinyà ; la Crónica del rey En Pere e dels seus antecessors pastas, de Bernat Desclot ; ou le Llibre dels Feits del rei en Jaume.

6 Voir le Llibre dels Feyts del Rey en Jacme, Barcelone, Bilioteca de la Universitat de Barcelona (UB), Réserve, ms. 1, f° XXXII r° et suivants.

7 Llibre dels Feyts…, op. cit., fo CLXXIX r° : « e en lo diluns féu pus fort temps que no havia feyt lo dissapte nil digmenge que tots los. IIII. vents sajustaren e tots. IIII. combatiense sí quens durà lo dimars tot dia e tota la nuyt entrò al dimecres que anch aquest mal temps no cessà… » (à propos de la tempête qui, fin septembre 1269, fit échouer le départ en croisade de Jacques Ier).

8 Cronicó de Perpinyà, Barcelone, Arxiu de l’Abadia de Montserrat (AAM), ms. 1036, fo 1 : « En el año MCCCCXXI : hora casi media noche a VIII días de octubre gran inundación de aguas rompieron tres primeras arcadas del dicho puente del Tet (río). »

9 Voir, par exemple, Codina J., Inundacions al delta del Llobregat, Barcelone, 1971, passim ; ou les Rúbriques de Bruniquer. Ceremonial dels magnífichs consellers y regiment de la ciutat de Barcelona, Barcelone, Colección de documents histórichs inèdits del Arxiu Municipal de la Ciutat de Barcelona (AHCB), 1912-1916, passim. Exemple : en 1459, les consellers de Barcelone visitent la ville de Sant Boi afin d’évaluer les réparations du pont sur le río Llobregat, endommagé à la suite d’une inondation.

10 Arxiu Diocesà i Capitular de la Seu d’Urgell, série 5 : Protocols Notarials (1255-1798), 272 livres ; Testaments (1287-1412), 6 livres ; Pergamins (815-1787), 5 950 parchemins. Les documents médiévaux jusqu’en 1200 ont été édités par C. Baraut, « Els documents […] conservats a l’Arxiu Capitular d’Urgell », Urgellia, vol. 2 à 11, 1979 à 1992-1993.

11 Voici, à titre d’exemple, trois titres choisis parmi les 123 qui ont été consultés : Coy Cotonat A., Sort y comarca Noguera-Pallaresa, Tremp, 1906 ; Vilardaga y Cañellas J., Efemérides bergadanas : colección de todos los hechos acaecidos en Berga que han llegado a nuestra noticia desde los primitivos tiempos hasta nuestros días, Manresa, 1919 ; Bosch V., Crónica de Talarn. 1060-1908, Talarn, 1997.

12 Les séries de documents notariaux de l’évêché de la Seu d’Urgell se composent, comme il a été dit, de 272 volumes et de 5 950 parchemins conservés dans ce fonds d’archives entre le IXe et le XVIIIe siècle. Ce à quoi il faut ajouter les séries notariales des localités qui ne dépendaient pas de l’établissement ecclésiastique, comme par exemple la série notariale du district de Puigcerdà, conservée aux archives comarcales de Cerdagne : Arxiu Comarcal de la Cerdanya, Districte notarial de Puigcerdà (1375-1885) et Forans (1415-1791), encore à consulter.

13 Exemple d’acte de donation (résumé du latin) : Eubimia donne à son neveu Guisad une parcelle de terre située dans le comté d’Urgell, sise au lieu dit Ad Salas, et une vigne qui appartenait à ses serfs Félix et Moderata ; la terre a pour limites la voie publique, une terre appartenant à Tudosindus et une aire (area) ; la vigne a pour limites trois vignes appartenant respectivement à Ispanesindus, Tudericus et Magnentius. Parchemin daté du 27 août 829, Arxiu Diocesà i Capitular de la Seu d’Urgell, Pergamins, n ° 3. Ce document est retranscrit dans Mateu Ibars J. et Mateu Ibars M. D., Colectánea paleográfica de la Corona de Aragón. Siglos IX-XVIII, I, Barcelone, Publicaciones Universitat Barcelona, 1991, p. 409-411.

14 En anglais : Medieval Warm Period (MWP) ; en castillan : Episodio Cálido Medieval (ECM).

15 En anglais : Little Ice Age (LIA) ; en castillan : Pequeña Edad de Hielo (PEH).

16 Voir, par exemple, le parchemin du 29 août 1089, Arxiu Diocesà i Capitular de la Seu d’Urgell, Pergamins : « et a Sancta Maria Sedis mancones. III., et ad Sancto Iacobo mancones. III., et a opera Sancti Felicis mancones. III. cum ipso ortal de ipsa Morera ad propium alaudem per lumen, pro anima… » Autre exemple dans le cabreo du XIe -XIIe siècle, loc. cit., où l’on peut lire ce qui suit : « VI mansiones i un ort XXXIII, VII moreres VIII vineas… » La présence de mûriers sous ces latitudes mérite l’attention, car il ne s’agit pas d’une espèce indigène.

17 Voir le parchemin du 30 mai 1095, Arxiu Diocesà i Capitular de la Seu d’Urgell, Pergamins, dans lequel il est question d’un versement annuel en échange d’une protection. Le paiement consiste notamment en pain de froment, vin, seigle et orge : « panem frumenti et X canades de vi et II modios et medio de segele propter carn et II modios et medio de civada… » Dans le parchemin du 25 janvier 1194, loc. cit., les versements se font uniquement en céréales (blé, froment, orge) : « Un mug de blat, mig de foment i mig d’ordi ».

18 Voir la donation au monastère de Santa Maria de la Seu d’Urgell, le 19 octobre 1057, Arxiu Diocesà i Capitular de la Seu d’Urgell : « Modios I de annona et quinals II de vino […] quinals II de vino ad ipsa opera […] quinals I de vinocubo I maiore et uno barril et archeta I […] cubo I et quinal I de vino […] modio I de forment et quinals II de vino puro et modios IIII de annonaque abeo in ipsa Mazana per carne […] quinals II de vino puro, quaterniones V de oficiero et uno barril meliore… » ; autre exemple dans la donation du 14 mai 1065 au même monastère, loc. cit., qui stipule le versement de cinq canadas de vin tous les cinq ans ; ou encore la rente sur les biens d’un manse de Vila Palau (Berga), acte du 10 novembre 1120 : « X quart annone se ibi vinum miserint, sin autem V pernas I porci et medium molto, et per alberga perna I porci et unum quarter de molto et pariliumn unum gallinarum et quartal I de ordi et V fogaces formenti et kanada I vini, mediante augusto sextario I de ordi… »

19 Voir supra, n. 9.

20 Voir Baraut C., « Els documents dels anys 1191-1200 de l’Arxiu Capitular de La Seu d’Urgell », Urgellia, 11, 1992-1993, p. 7-160, en particulier les cabreos des XIe -XIIe siècles du val de La Vansa, d’Alàs et Ortedó, d’Oliana, de La Valldan ou de Tost.

21 Voir Batlle i Gallart C., « Pere de Narbona, bisbe d’Urgell (1342-1347), i l’inventari dels seus béns », Urgellia, 14, 1998-2001, p. 467-493. Y est cité l’inventaire du cellier de la cathédrale Santa Maria de la Seu d’Urgell, situé dans la tour épiscopale : « Vuit recipients o botes plenes de vi vermell i dues de vi blanc. D’aquí passem al celler gran provist de cinc recipients de vi roig o vermell, quatre plens de vi d’aigua llevat d’un que és definit com a semiplè, i un recipient buit. El vi procedent dels delmes i d’altres impostos senyorials omplia els dos cellers de la verema pasada per al consum dels habitants del palau i per a usos litúrgics. »

22 Voir les documents appartenant à la collection de parchemins des archives diocésaines de la Seu d’Urgell, par exemple la pièce du 13 décembre 1055, où figure le terme mallol ; ou celle du 20 janvier 979, qui fait référence à une propriété appelée Mallol, au village d’Estoher, dans le Conflent (France, département des Pyrénées-Orientales), localité appartenant, durant le Moyen Âge, à la zone d’influence de l’évêque d’Urgell ; ou encore celle du 21 juin 1195, dans laquelle l’expression vineam malolam désigne une jeune vigne.

23 Voir le document du 24 décembre 1188, Arxiu Diocesa i Capitular de la Seu d’Urgell, fonds Pergamins, où il est fait donation du tiers des fruits des douze terrains et cinq vignes dont se compose la propriété : la donation n’est pas effectuée en vin, comme à l’accoutumée. Autre exemple dans Marquès B., « Els documents de Santa Cecília d’Elins (881-1198) », Urgellia, 15, 2002-2005, p. 9-175, document du 30 août 1171 : « el fruit de les vinyes i els arbres plantats ».

24 Voir Baraut C., « Diplomatari de Sant Sadurní de Tavèrnoles (segles XIV-XVI) », Urgellia, 14, 1998-2001, p. 315-467, document du 28 septembre 1316, où les impôts sont abaissés en volume pour cause d’insolvabilité.

25 Sort X., « Effect of Global Climate Change on Catalan Viticulture », Climate Change and Wine, Barcelone, 15-16 février 2008 ; voir la cartographie complémentaire à l’adresse suivante [www.thewineacademy.com/web/esp/xavier-sort.pdf] (page consultable le 26 juin 2011).

26 Sur l’indicateur thermique de Winkler (Thermal Index of Winkler), voir Amerine M. A. et Winkler A. J., « Composition of quality of musts and wines of California grapes », Hilgardia, 15, University of California, 1944, p. 493-673 ; Winkler A. J., General viticulture, Berkeley, University of California Press, 1962 (2e éd. revue et augmentée, Berkeley, UCP, 1974). Voir également Tonietto J. et Carbonneau A., « A multicriteria climatic classification system for grapegrowing regions worldwide », Agricultural and Forest Meteorology, 124/1-2, 2004, p. 81-97.

27 Les caves Casa Beal à Nagol (San Julià de Lòria) produisent à 1 100 m d’altitude un vin blanc baptisé Cim de Cel (cime du ciel), élaboré à partir du cépage gewürztraminer. Voir [http://www.casabeal.com] (site consultable de 26 juin 2011).

28 Voir [http://www.terrazasdelosandes.com/ENG/altitude/ideal_altitude.asp] (page consultable le 26 juin 2011).

29 Voir Rama-Corredor E., « Hydrometeorological extremes over Catalonia (NE Spain), AD 1000-2000. Temporal and spatial distribution of extreme floods and droughts from documentary sources », symposium Climate Extremes During Recent Millennia and their Impact on Mediterranean Societies, Athènes, 13-16 septembre 2008 ; Barriendos M., « Extreme flood events over Spain, AD1300-2000. Analysis of chronologies obtained from documentary and bibliographical sources », ibid. ; Rama-corredor E. et Barriendos M., « Extreme Meteorological Events from documentary sources on old Aragon Kingdom, AD1000-1500. First results after a systematic approach to data availability », European Geosciences Union (EGU) General Assembly 2010, 2-7 mai 2010, Vienne (résumé dans Geophysical Research Abstracts, vol. 12, 2010).

30 Dates extrêmes consultées, par municipalité : Ajuntament de Girona, 1301-1850 ; Ajuntament de Barcelona, 1301-1850 ; Ajuntament de Tarragona, 1301-1850 ; Ajuntament de Tortosa, 1301-1850 ; Ajuntament de Cervera, 1301-1850 ; Ajuntament de Vic, 1301-1850 ; Ajuntament de la Seu d’Urgell, 1035-1850.

31 Rama-Corredor E., « Hydrometeorological extremes… », op. cit. ; Barriendos M., « Extreme flood events… », op. cit.

32 Sala i Giralt C., Dades històriques d’Olot ; segle XVI, Olot, 1985, p. 75 et 76 : « Pos assi per memoria de homens, jo Sebria Closells, notari real de la vila de Olot, com lo Dissapte Sant (31 març) que era la vigilia de Pasqua de lany 1579, en la nit a les onze hores va venir y caure tant grans frets que va matar tots els blats y totas las fruitas que eren los arbres que els noguers pareixien quels haguessin cremats y socarrats, los quals frets foren tan generals que duraren fins a Barcelona y Urgell y deles hores enlla fins al blat novell de l’any 1580… » ; Galceran Vingué S., Dietari de la fidelíssima vila de Puigcerdà. Puigcerdà, 1977, sous l’année 1588, mois de novembre : « dura lo siti set ho vuyt dies y alsarenlo per no poderhi estar per lo temps tant mal y fret… »

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte de la Catalogne avec les lieux cités (E. Rama, 2011).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-1.jpg
Fichier image/, 149k
Légende Figure 2 – Hypothèse des étages bioclimatiques dans les Pyrénées catalanes. Échelle des altitudes en mètres (E. Rama, 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-2.jpg
Fichier image/, 122k
Légende Figure 3 – Reconstruction possible du paysage médiéval. (E. Rama, 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-3.jpg
Fichier image/, 139k
Légende Figure 4 – Zones de Catalogne aptes à la viticulture selon l’indicateur thermique de Winkler (X. Sort, 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-4.jpg
Fichier image/, 162k
Légende Figure 5 – Vue du village d’Enviny (Pallars Sobirà) (M. Barriendos, 2007).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-5.jpg
Fichier image/, 133k
Légende Figure 6 – Préparation d’un plantier à Enviny (M. Barriendos, 2007).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-6.jpg
Fichier image/, 178k
Légende Figure 7 – Graphique des inondations catastrophiques en Catalogne au cours du dernier millénaire (E. Rama, 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-7.jpg
Fichier image/, 116k
Légende Figure 8 – Graphique des sécheresses extrêmes en Catalogne au cours du dernier millénaire (E. Rama, 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-8.jpg
Fichier image/, 108k
Légende Figure 9 – Le mois d’août (Préparation d’un cuveau ou d’un foudre en prévision des vendanges de septembre). Bas-relief représentant les douze mois de l’année (détail), Ripoll, monastère de Santa María, milieu du XIIe siècle. © [www.romanicocatalan.com].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112754/img-9.jpg
Fichier image/, 313k

Auteur

Investigador, Departament de Història moderna, Universitat de Barcelona.
F. Clément (Traducteur)
Maître de conférences en langue et civilisation arabes (Andalus et Maghreb), université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540