Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes

 | 
Michel Brand’Honneur

Annexe II : inventaires des manoirs à mottes, des châteaux et de leurs chevaliers

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Préambule

  • Il est assez peu fréquent d’associer systématiquement les manoirs à motte et châteaux à leurs chevaliers. Reconstituer ici la démarche qui fut la nôtre serait trop long dans la mesure où la méthode est avant tout un élément intrinsèque de l’analyse (développée surtout dans les chapitres 1, 4 et 5) qui conditionne les choix de l’inventaire et les modalités de sa réalisation.
  • Pour des raisons éditoriales, nous n’avons pas accompagné cet inventaire de la référence aux sources et des plans dont seuls les plus représentatifs ont été reproduits dans le développement du livre (cf. M. Brand’Honneur, Le château…, t. II et, du même auteur, Les mottes médiévales…).
  • Cet inventaire rectifie ou annule certaines imprécisions ou erreurs se trouvant dans M. Brand’Honneur, Les mottes médiévales
  • Le recensement des manoirs à motte et châteaux intègre des sites disparus dès lors que les renseignements en notre possession s’avéraient relativement conformes à la morphologie et à l’environnement de ces édifices (cf. chapitres I, IV et V).

1L’inventaire est organisé par ordre alphabétique des communes.

Acigné, la Motte d’Acigné

2Ensemble de 4 ha composé d’un petit dôme circulaire de 17 m de diamètre et haut de 2 m (motte arasée ?) entouré d’une douve, de deux basses-cours dont une abritait une chapelle fondée en 1240 et d’un enclos pouvant être antérieur au Moyen Âge. Plusieurs personnages appartenant à des parentés distinctes sont liés à Acigné :

  • parenté A : les Goranton-Hervé de Vitré dits également, en 1040-1076, d’Acigné (cf. Vitré).
  • parenté B : une branche cadette des seigneurs de Vitré, représentée par Gervais de Vitré, fils d’André Ier de Vitré († en 1121-1131), et père des milites Guillaume de Vitré et de Renaud de Vitré, dominus d’Acigné.
  • parenté C, dominus possesseur de la domus d’Acigné en 1246, cf. p.172.
  • parenté D, quatre Alain (pères et fils) dits milites, nobles et domini vivant des années 1150 à 1240 et possédant l’« herbergamentum de mota Accigneii » brûlé vers 1233 par les hommes de Pierre de Dreux.
  • D’autres d’Acigné ne se rattachent apparemment à aucune de ces parentés : Gautier en 1062-1063, Suhard en 1050-1054 probablement en lien avec les Suhard de Craon, Rodald dont le nom n’est pas associé à Acigné mais qui donna l’église d’Acigné à Saint-Melaine de Rennes avant 1116.

Antrain, la Motte (château mineur ?)

3Ancienne motte nivelée ? chef-lieu d’une seigneurie dépendant de Fougères à l’époque moderne. Ce site pourrait être lié au dominus Hervé car il possédait au xie siècle les droits de l’église d’Antrain (cf. Pontavice en Tremblay), puis correspondre à la curia de Guillaume de Fougères citée en 1194-1204.

Argentré-du-Plessis, le Bois du Pinel

4Motte de 30 m de diamètre, haute de 7 m, associée à deux basses-cours en forme de demi-cercle, à deux enclos quadrangulaires et à une enceinte polygonale de 35 sur 30 m de diamètre environ entourée de talus-fossé de petite taille. Le site, distant de 900 m du bourg de Saint-Germain-du-Pinel, est localisé dans le Bois du Pinel servant de limite de séparation entre cette commune et celle d’Argentré-du-Plessis. Cette homonymie (Pinel) permet de subodorer que cette motte était liée aux Saint-Germain avec Lucius, Hugo, Éven et Hubert miles vers 1110 et Renaud en 1219.

— le Pinel

5Motte rasée associée au miles Hamelin du Pinel (fils Gautier de Landavran miles, cf. cette commune, et père de Hugon vers 1200) vers 1170 et à Robert du Pinel dont la fille épousa Robert Geffrei, miles et dominus du Pinel en 1228.

— le Plessis d’Argentré

6Parcellaire de 700 sur 400 m de diamètre caractéristique des mottes situé dans le parc du Plessis d’Argentré et lié aux d’Argentré (Tableau 1).

— la Rangeardière

7Motte rasée.

— la Rouvraie

8Motte de 36 à 30 m de diamètre, haute de 6 m, associée à une basse-cour de 39 et 36 m de diamètre et à un second enclos rasé d’un diamètre de 36 à 39 m. Le site est lié aux La Rouvraie avec Rivallon en 1047, Alain vers 1090 et Brice en 1158.

Aubigné, le bourg (château mineur)

9Motte de 37 sur 46 m de côté, haute de 8 à 11 m, surmontée d’un shell-keep de pierres polygonal de 25 sur 15 m de côté environ datable de la fin du xiie à la fin du xiiie siècle. La motte est entourée d’un puissant fossé, profond de 7 m et large de 20 m suivi par un impressionnant boulevard lui-même renforcé par un second fossé de même dimension que le premier, et associée à une basse-cour de forme quadrangulaire de 35 à 57 m de côté. Plus au nord s’étend le bourg et son église. Un acte de 1213 mentionne plusieurs églises à Aubigné. Le site est lié aux d’Aubigné (Tableau 2).

Availles-sur-Seiche, la Motte d’Availles

10Motte détruite située dans le bourg d’Availles liée à Tuguiald d’Availles en 1168-1178.

— le Grand Ossé

11Motte rasée liée à Eudes d’Ossé, frère Silvestre de Pallière (cf. Moutiers) en 1148-1178.

Baillé, les Flégés

12Motte rasée liée aux Flégés avec Guillaume vers 1160, Hamo moine à Rillé vers 1170 et Guillaume miles en 1220.

Bain-de-Bretagne, le Coudray et les Bain

13Motte de 25 m de diamètre, haute de 7 m, associée à une petite basse-cour demi-circulaire de 30 m de diamètre contenant des bâtiments en pierres en partie fouillés, et à un parcellaire de 370 sur 230 m de diamètre. Appartenant à la seigneurie de Bain à l’époque moderne, ce site est lié aux Bain avec Sénebrun au début du xiie siècle, Auffroy, Guillaume dominus de Bain, Mathieu et Jean moine à la fin du xiie siècle, Pierre miles vers 1210, Bernard miles en 1230 et Pierre en 1243.

— Beaumont

14Motte de 35 m de diamètre, haute de 5 m et liée à Guillaume et Geoffroy de Beaumont en 1223 et 1243.

— la Marzelière

15Motte rasée liée aux La Marzelière en 1342.

Bais, la Motte

16Motte détruite à 800 m à l’ouest du manoir d’Elberte dont les seigneurs étaient les fondateurs de l’église de Bais et de la chapelle Saint-Père. Ces indications permettraient de relier ce site à Geoffroy Lebert vers 1170, Guillaume Lebert vers 1232 et peut-être à Pierre et Juhel fils de Brient de Bais et Raoul de Bais vers 1170.

Balazé, la Berrue

17Butte intermédiaire entre une motte et une plate-forme de manoir, d’un diamètre de 20 m, haute de 3 m et associée à une basse-cour de 55 à 60 m de diamètre.

— la Basse Berrue

18Motte détruite liée à Robert et Guillaume de La Berrue en 1093 et 1250.

— la Couëfferie

19Forte probabilité de motte de 30 m de diamètre associée à une éventuelle basse-cour de 110 à 150 m de diamètre et à un parcellaire de 600 et 400 m de diamètre. Ce site pourrait être lié à Pierre de Balazé vivant en 1120-1123 car le manoir du Châtelet, ayant les droits de fondation de l’église de Balazé, semble remplacer celui de la Couëfferie.

LA Bazouge-du-Désert, la Bignette

20Motte rasée peut-être liée à Robert de La Bazouge en 1168, et aux milites Gwado et Guy de La Bazouge en 1173 et 1213.

— le Petit Monthorin

21Motte rasée.

— le Plessis Chasné ou Haut Plessis

22Motte rasée tirant son nom d’une parenté appelée Channé propriétaire des lieux en 1513.

Bazouges-la-Pérouse, le Bourg

23Motte rasée à 20 m de l’église de Bazouges liée à Ansgier, Matfred et le miles Robert de Bazouges en 1040-1047, vers 1090 et en 1173.

— les Portes

24Motte rasée.

Beaucé, la Chaudronnerais

25Motte rasée.

— la Motte Beaucé

26Motte rasée associée à un parcellaire de 420 et 200 m de diamètre et liée au miles Juhel de Beaucé en 1247.

Betton, le Manoir de Betton

27Motte rasée liée à Guy de Mosterbeton, forestier du duc Eudes en 1155.

— Launay Québriac

28Motte rasée.

Bille, la Ronce

29Motte affaissée peut-être liée à Ruelon de La Forêt, miles, qui donna un champ sur son domaine près du bourg de Billé en 1228.

Boistrudan, la Motte de Connay

30Forte probabilité de motte associée à un parcellaire de 300 à 200 m de diamètre et liée à Berhaud fils de Conei en 1024-1034 et Robin, Geoffroy et Rivallon de Connay en 1216.

Bonnemain, la Motte Montferrand

31Forte probabilité de motte associée à Geoffroy de Montferrand père de Hélie dans la seconde moitié du xiie siècle.

— Montsorel

32Forte probabilité de motte à la queue d’un des trois étangs de Montsorel où s’y dressait les 4 piliers des fourches patibulaires de la seigneurie de Montsorel. Ce site est lié aux Montsorel qui s’installèrent dans la domus de Landal située en Broualan, au plus tard en 1191-1194 (Tableau 3).

La Bouëxière, le Manoir de la Bouëxière

33Forte probabilité motte dans le bourg (parcelles du cadastre de 1826 n° 721, 723 et 727, appelées la Motte Robert), au pied du manoir de La Bouëxière lié aux individus de ce nom (Tableau 4).

— Chevré (château mineur)

34Puissante motte de 38 m de diamètre, haute de 11 m, entourée d’un fossé large de 16 m et profond de 5 m. Sur la plate-forme de 18 m de diamètre, tour circulaire de pierres de 15,5 m de diamètre externe, haute de 11,25 m et possédant 3 ou 4 niveaux. Datant de la première moitié du xiiie siècle, elle est située au chœur d’un grand village, lieu d’un marché cité en 1235 et renfermant une chapelle romane. Robert III de Vitré (vers 1155-1173) fit construire cette motte. La première mention de Chevré remonte à 1173-1184. Vers 1233, les hommes de Pierre, duc de Bretagne, brûlèrent la domus de Chevré. Parvo de Chevré est cité dans les actes d’André II de Vitré (1173-1211).

— la Motte de Sévailles

35Motte rasée associée à un parcellaire de 300 sur 200 m et liée à Hervé de Sévailles, miles vers 1209.

— Sérigné (château mineur)

36Motte de 33 m diamètre, haute de 7 m, flanquée d’une basse-cour délimitée par un grand talus-fossé en forme de fer à cheval (34 m de diamètre). La dîme de Sérigné est citée en 1150-1156. En 1164, Goranton IV de Vitré y fonda un cimetière et une chapelle, qualifiée d’église paroissiale l’année suivante et dont le territoire fut érigé en paroisse en 1199-1202. Le miles Robert de Sérigné vivait pendant la seconde moitié du xiie siècle.

Bourgbarré, Châteauloger

37Motte rasée associée à un vaste enclos quadrangulaire de 185 sur 120 m de côté délimité par des fossés et talus et situé en Saint-Erblon. Cette dernière structure pourrait être plus ancienne que la motte. Robin Raguenel, sénéchal de Rennes en 1297, était propriétaire de ce manoir.

— le Manoir de Bourgbarré

38Motte haute de 6,7 m, d’un diamètre de 25 m, associée à une basse-cour (47 x 70 m) et ancien chef-lieu de la seigneurie de Bourgbarré connue seulement au début du xve siècle.

Brie, le Bourg

39Butte rasée, rectangulaire, de 40 sur 45 m de côté, entourée d’un fossé large d’une dizaine de mètres et surmontée d’une tour. P. Banéat date ce « donjon » du xie siècle ce qui paraît très discutable. Ce site fait plutôt penser à un manoir fortifié construit au pied d’un bourg et de son église romane. Près de cette butte s’élevait un autre tertre circulaire de taille plus réduite ; il pourrait s’agir d’une motte.

— la Pommeraie

40Motte d’un diamètre de 25 et 28 m, haute de 4,5 à 6 m par rapport au fond du fossé, peut-être associée à une basse-cour ovale renfermant un manoir appelé la Pommeraie Bintin, du nom de leurs propriétaires au début du xive siècle.

Brielles, la Motte

41Motte rasée près de deux manoirs dont un s’appelait le Châtelet de Brielles ce qui indique qu’elle était associée à Hamelin de Brielles vers 1075-1090 et Guillaume de Brielles, sénéchal de Vitré en 1172.

Broons-sur-Vilaine, la Motte

42Plate-forme de 50 sur 45 m de côté, probable motte arasée, appelée la Prairie de la Motte. La tradition l’associe à une ancienne demeure noble. Le site pourrait être lié aux forestiers Pierre et Ansgier, fils Guillaume, vivant vers 1180, parce qu’ils passèrent des accords avec les moines de Savigny sur des droits liés à la forêt concernant le secteur de Broons. En 1201-1207, André II de Vitré donna à Guillaume de Saint-Gilles une terre délimitée par le fossé aux moines et le Pont Saint-Pierre au-dessous de Broons, ce qui correspondrait à la localisation du site.

Bruz, Carcé

43Motte rasée associée aux seigneurs de Carcé, prévôts des évêques de Rennes en 1387.

— Châtillon

44Motte rasée située à 600 m de l’église de Bruz et liée à Pierre de Bruz en 1247.

— Cicé

45Motte rasée d’environ 20 m de diamètre et accolée à une basse-cour de forme rectangulaire.

Cesson-Sévigné, la Motte de Châtillon

46Sans doute liée à la motte rasée appelée la Butte de la Justice ou la Motte de Châtillon, petite butte haute de 1,5 à 2 m, d’un diamètre de 6 m au sommet et de 13 m à la base, entourée d’un fossé large de 6 m suivi d’un talus large de 3 à 4 m et haut de 1 m. Le manoir de la Motte de Châtillon était la demeure seigneuriale de Cesson (Tableau 5).

— Moucon

47Motte rasée de 20 à 30 m de diamètre associée à un parcellaire de 300 sur 200 m de diamètre et aux Moucon (Tableau 6).

— le Bas Sévigné ou le Pontbriand

48Motte de 30 m de diamètre liée à Gaillard de Sévigné ou de Cesson en 1184-1198, Raoul de Sévigné en 1233 et Jeunet de Sévigné, miles en 1279.

Champeaux, la Motte

49Près du manoir de Rabaud, motte rasée et parcellaire de 150 sur 300 m de diamètre liée à Pierre Rabaut, père d’André dominus et grand-père de Robert et Pierre en 1247.

— la Motte au Porcher

50Forte probabilité de motte associée à un parcellaire de 170 et 300 m de diamètre. Les Champeaux devaient y demeurer d’après la localisation de leurs biens au Moyen Âge et à l’époque moderne. Ensuite, le manoir de Champeaux fut déplacé dans le bourg de ce nom (Tableau 7).

Chancé, le Manoir de Chancé

51Forte probabilité de motte liée à Brient de Chancé vers 1050.

— le Pré Frault

52Probable motte ou plate-forme de manoir.

Chanteloup, le Manoir de Chanteloup

53Cf. Chalonge au Petit-Fougeray.

— Pouez

54Motte rasée.

Chantepie, les Loges

55Motte rasée associée à un parcellaire de 350 sur 250 m de diamètre.

la Chapelle-des-Fougeretz, le Plessis

56Motte rasée, associée à un parcellaire de 350 sur 250 m de diamètre et aux Plessis en 1388.

La Chapelle-Glain, la Motte Glain

57Forte probabilité de motte au château de la Motte Glain portant le nom de Glain de Rougé vivant vers 1100 (cf. Soulvache).

La Chapelle-Saint-Aubert, la Motte de Blot

58Motte rasée de 30 m de diamètre et éventuel parcellaire long de 300 m (Tableau 8).

La Chapelle-Thouarault, Entre la Réhannais et le Champ Rougeul

59Motte rasée au milieu d’un enclos rectangulaire de 85 sur 110 m de côté, avec possible parcellaire en demi-cercle de 250 m de diamètre.

Chartres-de-Bretagne, la Basse Motte

60Motte rasée.

— Fontenay

61Motte rasée, au pied d’une ancienne église datant au moins du xie siècle, associée à une basse-cour rectangulaire de 120 sur 110 m de côté et à un parcellaire rectangulaire de 400 et 500 m de côté, liée aux Fontenay avec Thomas vers 1150, Payen, Josselin et Raoul milites vers 1190, Olivier en 1213 et Guillaume marié à Agnès, fille de Goranton IV de Vitré, en 1240.

Chasné-sur-Illet, le Manoir de Chasné

62Au pied de l’église, motte rasée liée aux Chasné avec Constantin et Osbert vers 1050, Pierre en 1175 et Pierre vers 1210.

Châteaubourg, non localisé (ancien château majeur ?)

63Possible château majeur lié à Hervé de Castelburg qui concéda, en 1084, avec Évrard fils d’Odric, ses parts de dîme des moulins de Châteaubourg.

Châteaubriant, le Bois Briant

64Motte rasée de 28 m de diamètre peut-être liée à Brient Le Bœuf possédant des biens autour de Châteaubriant et ayant sans doute laissé son nom à ce site (Tableau 9).

— le Château (château majeur)

65Forteresse de pierres dont les plus anciens vestiges remonteraient aux alentours de 1100, avec tour maîtresse entourée d’une motte et dont la datation reste mal assurée (cf. arbre généalogique p.180)

— les Grands Fougerays

66Motte rasée associée à un parcellaire de 500 et 250 m de diamètre.

Châteaugiron, le Château (château majeur)

67Forteresse de pierres dotée d’une chapelle romane et près de laquelle il fut retrouvé un fossé, témoin hypothétique d’un château plus ancien. En 1086-1114, mention du castrum Ansquetil in domo eiusdem Gironis (Ansquetil vivait vers 1030). En 1122, cette place forte s’appelait Châteaugiron. La parenté des Châteaugiron se divise en deux branches principales, l’une seigneur de ladite forteresse, l’autre implantée à Amanlis où se trouve une plate-forme de manoir quadrangulaire de 35 sur 50 m de côté, de même niveau que le sol environnant et partiellement entourée d’une douve large de 10 m. En 1209, les moulins de la Seiche de la paroisse d’Amanlis appartenaient au dominus Philippe Ier de Châteaugiron dit aîné d’Amanlis (Tableau 10).

68D’autres Châteaugiron sont mentionnés mais nous ne savons pas s’ils appartiennent tous à l’une ou l’autre des deux parentés, ou bien à aucune : Pierre moine à Savigny vers 1162, Robert cité dans le nécrologe de la cathédrale de Rennes, Raoul moine en 1194-1204, Alain, vivant entre 1185 et 1206 environ et semblant être un personnage important présent dans les cours de Philippe Ier, des ducs et des principaux seigneurs de Bretagne.

Châtillon-en-Vendelais, les Blairons

69Motte détruite.

— le Château (château mineur)

70Forteresse rasée citée en 1244 et sans doute édifiée vers 1160 par Robert III de Vitré. Un ancien plan et une gravure indique que ce château était construit en pierres au xiiie siècle.

Chaumeré, la Motte de Chaumeré et la Cour de Chaumeré

71Cf. Saint-Aubin-du-Pavail.

Chelun, la Motte de Chelun

72Alveus, miles et fils de Hervé de Martigné, donna en 1082-1093 l’église de Chelun près de laquelle se dresse une motte haute de 3,5 m et de 25 m de diamètre, associée à une basse-cour. Vers 1160, Geoffroy de Chelun est dit homme de guerre de Chelun.

Chevaigné, la Motte de Chevaigné

73Motte rasée liée à Robert de Chavenne ? vers 1160, Geoffroy de Chavenneio vers 1200 et Raoul de Chevaigné, miles et père de Roland aîné en 1258.

Cintré, le Plessis Cintré

74Motte rasée associée à une basse-cour formant un quadrilatère de 80 sur 140 m et liée à Theobaud du Plessis en 1182-1183 et à Alain de Verrières, dominus du Plessis en 1245.

Coësmes, le Bois de Sainte-Christine

75Motte, d’un diamètre de 23 m, haute de 5,5 m, liée aux Coësmes (cf. aussi Retiers) (Tableau 11).

Combourg, le Château (château majeur)

76Forteresse de pierres dont les parties les plus anciennes remonteraient au xiiie siècle et près de laquelle se trouvait un premier château, comprenant sans doute une motte, édifié par l’archevêque Junguenée et remis à son frère Rivallon Ier de Dol dans les années 1030. Rivallon est parenté aux Boutier (cf. Tinténiac), Le Chat (cf. Dingé), Lanrigan et Langan (cf. à ces communes) et à une parenté cléricale de Combourg (cf. Hédé) (Tableau 12).

— Saint-Mahé

77Motte rasée (25 m de diamètre, haute de 3 à 4 m) surmontée d’un édifice en pierres quadrangulaire de 10 m de côté environ (datable du bas Moyen Âge ?) et liée à Stéphane fils de Mahé en 1167-1197, H. Mahé vers 1200, Éven Mahé miles, père de Jean évêque de Dol en 1266-1279.

Combourtillé, le Manoir de Combourtillé

78Motte rasée près de l’église romane de Combourtillé au centre d’un parcellaire de forme grossièrement ronde de 2 km de diamètre, liée aux Combourtillé avec Robert miles, Guillaume, Hamelin, Jean moine de Savigny vers 1142-1172, Robert vers 1173-1192 et Guillaume, miles en 1247.

Cornillé, le Bourg et le Bois Simon

79Motte rasée près de l’église de Cornillé, associée à un parcellaire de 200 à 300 m de diamètre et, à 150 m de cette butte dans le bois de Bois Simon, à une enceinte de 32 à 37 m de diamètre. Le manoir du Bois Cornillé ou Bois d’Ysé au Val-d’Izé appartenait en 1229 à Geoffroy de Cornillé (Tableau 13).

Cuguen, le Plessis Épine

80Deux mottes, distantes de 150 m l’une de l’autre, (diamètre de 20 à 25 m et haute de 4 à 5 m ; diamètre de 25 m et haute de 4 à 6 m). Ce site semble s’être déplacé 1700 m plus au sud, à la Roche Montbourcher où il reste les vestiges d’un château en pierres remontant au bas Moyen Âge et s’appelant autrefois la Roche Épine (Spina Forta vers 1200, métairie de la Roche citée vers la fin du xie siècle). Les Épine sont apparentés aux Langan-Lanrigan (cf. à ces communes) (Tableau 14).

Dingé, le Plessis aux Chats

81Forte probabilité de motte au lieu-dit la Butte d’Ille et liée aux Le Chat apparentés aux Combourg (cf. à cette commune et à la Chattière en Tremblay) (Tableau 15).

Dol-de-Bretagne, Dol (château majeur)

82La ville de Dol avait plusieurs châteaux.

  • Le plus ancien est cité en 1014 mais on ignore sa forme et son devenir. Il pourrait remonter à l’archevêque Wicohen, vers 960-970.
  • Un second fut construit sans doute vers 1050 par Rivallon Ier de Dol. C’était une motte surmontée d’une tour. L’emplacement de ce château pourrait correspondre à une tour des remparts de la cité appelée la Tour de la Motte.
  • Un troisième servait de demeure à l’évêque de Dol. Il ne s’agit pas d’un château car les textes le qualifient de manoir. Il aurait été fortifié au plus tard en 1291, lorsqu’on y éleva une tour.

Domagné, Brachet

83Motte ou plate-forme de manoir quadrangulaire de 25 m de côté entourée d’un fossé et associée au miles Guillaume Branchu, fils de Simon de Visseiche en 1204 (cf. Visseiche).

Domalain, le Plessis Hoguerel

84Motte rasée, associée à un parcellaire de 350 m de diamètre, liée aux Plessis. Il n’est pas facile de les distinguer de leurs homonymes demeurant au Plessis Raffray en Domagné. Rivallon et Ruellan du Plessis, Havoise du Plessis épouse de Raoul de Sévrigné miles, Jamc tü Hogurel, Geoffroy du Plessis miles, sont cités vers 1173-1211, en 1233, 1249 et 1263.

Domloup, le Bas Fail

85Manoir construit sur une butte, sans doute une ancienne motte érodée de 50 sur 40 m de diamètre et de 3 m de hauteur, associé à une basse-cour en forme de croissant de 90 et 40 m de diamètre et à un parcellaire de 290 et 180 m de diamètre. Il est lié aux Fail avec Raoul vers 1150, Robert et Raoul miles vers 1200 et Raoul miles possédant en 1220 l’herbergamentum de Fail.

— la Mercerais

86Site de transition entre la motte et la plate-forme d’un manoir tendant vers l’ovale, de 27 et 23 m de diamètre, surélevée de 1,7 m par rapport au sol environnant et entourée d’une douve.

Dourdain, le Plessis Pillet et le Plessis Dourdain

87Motte rasée aux manoirs du Plessis Pillet et Plessis Dourdain, comprise dans un parcellaire de 350 et 200 m de diamètre, liée à Hervé Pillet en 1173-1205, Robert de Pillet miles et père de Robicher en 1205-1226 et aussi au sénéchal de Dourdain en 1136-1160, à Raoul de Dourdain miles en 1194-1212 et à Jean de Dourdain miles et père de Geoffroy en 1239.

Drouges, la Motte de Drouges

88Manoir de la Motte de Drouges dans le bourg de ce nom lié à Geoffroy de Drouges en 1204 et James de Drouges en 1425.

Épiniac, la Corbonnais et les Mottes

89Toponyme les Mottes à la queue de l’étang du manoir de la Corbonnais lié à Hamon fils de Corbin en 1137, à Robert Corbon en 1167-1197, et au miles Jean Corbon en 1226.

Erbray, le Châtellier et les d’Erbray

90Motte rasée, comprise dans deux enclos de 100 sur 120 m de côté datant sans doute de l’époque gallo-romaine, et peut-être liée aux d’Erbray avec Moyse, noble, dominus et miles et son frère, Godebert dominus et miles en 1034/80, Pierre, père de Geoffroy et Guillaume, et Ruellon père de Rainaud en 1145-1177.

Erbrée, la Haie d’Erbrée

91Forte probabilité de motte associée à ce manoir cité en 1251 situé en limite de paroisse, près d’un bois et d’un étang, et lié aux d’Erbrée (Tableau 16).

Ercé-en-Lamée, la Motte de Vaux ou d’Ercé

92Motte rasée, de 30 m de diamètre, peut-être liée à Main (fils de Tudual et frère de Hervé de Rougé, cf. Soulvache) qui donna des terres en 1034-1063 à Ercé.

Étrelles, la Matelais

93Motte rasée associée à un enclos de 100 et 120 m de diamètre et à un second parcellaire de plus vastes dimensions.

— la Motte d’Étrelles

94Motte détruite, d’une trentaine de mètres de diamètre et recouvrant une zone charbonneuse contenant des foyers, associée à une basse-cour et à un parcellaire de 210 sur 330 m de diamètre, et liée à Normand d’Étrelles vers 1064-1075.

Le Ferré, la Rouaudière

95Motte défigurée associée un parcellaire de 400 et 300 m de diamètre et liée à Hugues Roaut fils de Roaut et père d’Alvered et de Torgis vers 1150, Olivier et Pierre Roaut (fils de Hasculf) vers 1180, Hervé et Pierre Roaut (miles et père de Pierre) vers 1220-1240.

— Valaines

96Cf. Montours.

Fleurigné, Furgon

97Motte rasée liée à Robert de Furgon en 1162.

— le Bas Montbrault

98Motte rasée associée à un parcellaire de 250 et 150 m de diamètre.

— la Motte Anger

99Motte rasée associée à un parcellaire tendant vers un cercle de 450 m de diamètre et liée à Stéphane fils de Guillaume Ansgier en 1112 et à Payen Ansgier, fils d’Équelemer au xiie ou xiiie siècle.

— la Motte d’Igné

100Motte rasée liée aux d’Igné avec le dominus d’Igné (père de Guillaume, Hamelin et Robert), Herbert et Bernard à la fin du xie siècle, Payen en 1112-1150, Gautier et Jean en 1141-1156, Orric miles, Hamelin miles et Ruellan (frère de Guillaume et père de Robert et de Béatrice) vers 1180, Hamelin (miles et père Jean aîné, Payen et Hamelin), Jean et Thomas diacre vers 1200.

Fontenelle, Vaublin

101Motte rasée liée aux Vaublin en 1513.

Fougères, la Fontaine la Chèze

102Motte rasée associée à un parcellaire de 450 à 300 m de diamètre et à Odon de La Fontaine cité avant 1184.

— le Château (château majeur)

103Le château de Fougères fut sans doute construit ou renforcé vers 1040-1047. Il possède d’importants vestiges de maçonnerie datant de la première moitié du xiie siècle, voire de la fin du xie siècle (Tableau 17).

104D’autres Fougères sont cités dans les actes sans pour autant se rattacher forcément aux seigneurs de Fougères : Gautier en 1122, Étienne chapelain du roi Henri II et évêque de Rennes de 1168 à 1178, Galenbrun en 1170, Gautier en 1210 et Pierre, chanoine de Rillé puis évêque de Rennes de 1210 à 1222.

Gennes-sur-Seiche, la Cour Saint-Laurent

105Motte d’un diamètre de 30 à 50 m et haute de 5 m, associée à un baile, à un parcellaire d’un diamètre de 300 et 200 m et au prieuré Saint-Laurent de Goulias dont les seigneurs de Gennes étaient, avec l’église de Gennes, les fondateurs. De ce fait, ce site pourrait être lié à Jean de Gennes vers 1070. En 1206, G. Vicecomes donna la moitié du pré dit d’Andeg. sous la Mota de Geni. Cette appellation correspond à la plate-forme d’un manoir situé près du manoir de la Motte de Gennes. Le site initial était sans doute implanté à la Cour Saint-Laurent.

— la Motte de Denée

106Motte rasée recouvrant une sépulture avec deux vases et les débris d’une épée et liée aux Denée avec Geoffroy en 1040-1055, Rainier dominus de l’église de Gennes en 1064-1076, Guy moine, Fulcouin et Eudes vers 1100, Guillaume en 1173-1199, Hervé en 1202/19 et Guillaume dominus en 1240.

Gévezé, Champagné

107Motte d’un diamètre de 20 m, haute de 3 à 6 m, associée à une possible basse-cour ovale de 70 m de diamètre et liée aux Champagné avec Guihenoc en 1085, Herio vers 1110, Main en 1128, Philippe (père de Conan miles et oncle de Guillaume d’Orgères) en 1158-1181, Raoul vers 1200, Goherius miles, Guillaume, Bertrand miles, Philippe miles et dominus en 1225-1238 et Conan en 1269.

— Launay Geoffroi

108Motte rasée, d’un diamètre de 25 m, haute de 3 m, liée aux seigneurs de Piedevache en 1427 (manoir possédant une motte en Langouët).

— la Motte Marcillé

109Motte endommagée présentant un cylindre de terre de 13 m de diamètre et haut de 5 m, liée aux seigneurs de Marcillé en 1407. Des horizons stratigraphiques, dont un au moins forme une couche d’occupation, sont visibles sur son pourtour.

La Guerche-de-Bretagne, la Guerche (château majeur)

110Du château de La Guerche cité pour la première fois en 1064-1076 comme oppidum, il ne reste plus qu’une motte de 50 à 40 m de diamètre et haute de 4 à 5 m. Elle supportait un édifice en pierres. Des individus autres que ceux de la parenté des seigneurs de La Guerche (cf. arbre généalogique p.177) sont associés à ce toponyme : Manerius miles en 1081-1093, Pichon en 1097, Olivier et son fils Robert en 1096-1123, Havis en 1112-1148, Hervé et Étienne en 1123, le miles Josse et son fils Ruellan, clerc à La Guerche, en 1231.

Guipel, Maillechat

111Motte de 25 m de diamètre associée à une basse-cour de 60 à 70 m de diamètre et peut-être à un parcellaire de même forme, liée aux Maillechat avec Jean en 1167, Olivier (croisé et père de Harcoët aîné) en 1167-1197, Eudes miles et G. chanoine de Dol vers 1200, Geoffroy sénéchal d’Aubigné et Jean prieur d’Aubigné en 1250.

Hédé, Hédé et la Motte Jouhan (château majeur)

112Toponyme la Motte Jouhan situé à 450 m de l’ancien château de pierres de Hédé cité en 1085 et dont certains vestiges pourraient remonter au xiie siècle. Orvenna, noble épouse du prêtre de Notre-Dame de Combourg, eut comme enfants Jean moine prieur de la Sainte-Trinité de Combourg et chapelain du dominus de Combourg, Hingand, Orri et Flandrine, morte au château de Hédé au plus tard en 1097 et enterrée à Combourg. Ils étaient apparentés aux sires de Combourg. Pichon de Hédé est cité en 1155-1162. Raoul II de Montfort se maria, avant 1143, à Havoise de Hédé. Son petit-fils, Raoul de Montfort était dominus de cette forteresse en 1190-1114. Au xiiie siècle, un sénéchal du duc avait la charge du château.

L’hermitage, entre le Haut Breil et le Guesneau

113Motte de 21 m de diamètre associée à une enceinte située en Pacé, de 12 à 14 m de diamètre et entourée d’un petit fossé. La tradition prétend que la justice seigneuriale pendait ses condamnés sur cette motte. Cette seigneurie semble être celle liée au manoir du Haut Breil (en Pacé).

Janzé, les Janzé

114Cf. le Bois de Labeau en Piré-sur-Seiche,

— Lanceule

115Motte rasée associée à une basse-cour et à un parcellaire de 400 à 300 m de diamètre.

— Teillay

116Motte rasée associée à un parcellaire de 300 à 250 m de diamètre et à Olivier de Tasleya en 1156, à Hugon et Tebald de Tallie milites en 1204 et à la domina Ameto de Tellei en 1248. Il est possible que ce dernier nom corresponde aux Theil (cf. Le Theil-de-Bretagne) ou plutôt aux Taillis (cf. Taillis).

— la Tullaye

117Possible motte rasée de 25 m de diamètre localisée à 700 m à l’est du manoir de la Tullaye appartenant aux seigneurs de ce nom en 1633.

Javené, la Marche et les Javené

118Motte rasée peut-être associée à Geoffroy de Javené cité avant 1150-1157.

Laignelet, Malhaire

119Motte rasée associée à une basse-cour de 80 à 135 m de côté et à Letard et Hugues de Malhaire vers 1070.

Laillé, le Rachat

120Motte de 20 m de diamètre et haute de 4 à 5 m associée à une basse-cour. Il semble que le Rachat soit le site originel des sires de Laillé (mentionnés en 1379) car le domaine proche de leur château comprenait, à l’époque moderne, le Rachat.

Landavran, le Haut Landavran

121Forte probabilité de motte associée à un parcellaire de 500 sur 250 m de diamètre et aux Landavran (Tableau 18).

Landéan, Entre les Mâts et la Belle Place

122Motte de 25 m de diamètre et haute de 6,5 m, pouvant être associée à Beldouin de Landéan en 1150-1157. Une seconde butte rasée haute de 2 m devait être liée à l’exploitation d’argile.

— la Grande Artoise

123Motte rasée liée aux sires du Hallay en 1269.

Langan, la Chaussais

124Motte rasée de 20 m de diamètre, associée à une basse-cour grossièrement circulaire de 50 à 40 m de diamètre. Situé à 900 m du bourg de Langan, ce site semble correspondre aux Le Chat-Langan-Lanrigan (cf. Lanrigan et Dingé) lesquels étaient les fondateurs de l’église de Langan et dont les seigneurs du manoir de Saubois au xve siècle possédaient la haute justice de la paroisse et la Chaussais.

Lanhélin, Cobac

125Possible motte associée à un parcellaire de 130 m de diamètre et à Guigo de Chobar dont les sœurs avaient épousé Robert Gruel, Geoffroy de Meillac et Roland de Trémigon.

Lanrigan, Lanrigan

126Probable motte au château de Lanrigan du xvie siècle liée aux seigneurs de ce nom apparentés aux sires de Combourg (cf. Combourg). Ils possédaient des droits sur les églises de Cuguen (où les descendants de Hamon fils de Main s’installèrent, cf. Cuguen) (Tableau 19).

Liffré, Dézerseul

127Motte de 28 m de diamètre et haute de 5 à 6,5 m par rapport au fond du fossé (fouillé) associée à deux basses-cours, un enclos et une petite enceinte de 5 à 6 m de diamètre. Des restes de bâtiments de pierres, de clayonnage et d’ardoises ainsi que deux fosses et une structure de chauffe (four domestique ?) y ont été dégagés avec un matériel caractéristique des xiie-xive siècles, voire xve siècle. Ce site est lié à Guillaume de Dézerseul, forestier du duc Eudes en 1155.

Le Loroux, la Motte

128Toponyme en la Motte peut-être lié à Rainald du Loroux et à Anitia domina (épouse de Payen du Loroux et mère de Raoul, Hugo, Geoffroy et Robert) vers 1133.

Louvigné-du-Désert, Monthorin

129Motte rasée.

— la Pierrelaye et les Louvigné

130Motte comprise dans un parcellaire de 250 et 400 m de diamètre et liée en 1194 à Guérin de Louvigné qui attacha le service qu’il devait au dominus Raoul II de Fougères à son domaine de la Pierrelaye (Tableau 20).

— Villavran (château majeur devenu manoir à motte)

131Important site castral abritant une motte et deux basses-cours établies sur un promontoire de vaste dimension. Il fut transformé en manoir à motte pendant la première moitié du xie siècle. C’était le chef-lieu de la sergenterie de Louvigné qualifiée de villicatio au début du xie siècle. De ce fait, Villavran semble être lié aux Villicus avec Geoffroy en 1112, Roger dominus (père de Marchius et de Payen) qui donna un étang et son moulin dans la voirie de Louvigné vers 1141-1155, Jean, Horric et Hamo père d’Aeles, Jeanne et Mathilde vers 1200 et Guy miles en 1240.

Marcillé-Raoul, le Châtel (château mineur)

132Motte d’un diamètre de 75 à 70 m, haute de 16 m, entourée d’un puissant fossé, accolée à une basse-cour en forme de fer à cheval d’un diamètre de 55 à 60 m. En 1204, Geof­froy Ier de Fou­gères possédait ce château mineur auquel étaient affiliés des milites. En 1239, le duc Jean Ier autorisa Raoul III de Fougères à fortifier le castrum de Marcillé.

Marcillé-Robert, le Château de Marcillé (château majeur)

133La forteresse primitive de Marcillé devait être établie près de la Ville Bedon, non loin du château de pierres, là où une parcelle s’appelait la Motte à Madame. Le site fut délaissé vers le milieu du xie siècle et sa tour fut recouverte, au plus tard en 1161, par les eaux de l’étang de Marcillé. C’est à cette époque que Robert III de Vitré fit construire sur l’éperon rocheux un château dont les parties visibles les plus anciennes remontent au xiiie siècle.

Martigné-Ferchaud, la Chouannière

134Motte rasée liée à Choannus et Haimo Choan vers 1050.

— le Château de Martigné et la Motte (ancien château majeur)

135Site castral sans doute composé d’une motte et d’un édifice barrant un éperon. Ce château, appartenant aux seigneurs de Martigné, fut abandonné au milieu du xie siècle au profit de Pouancé. Des individus autres que ceux de la parenté des seigneurs de Martigné (cf. arbre généalogique p.177) sont associés à ce toponyme : Gautier et Guiheneuc fils de Rainald vers 1070, Bartholomé et Ysamberd en 1205.

Meillac, la Motte et les Meillac

136Motte de 24 et 21 m de diamètre, haute de 4 m, située à 500 m de la chapelle Nazarie donnée en 1147 par Manascher de Meillac (Tableau 21).

— les Tertrais et les Meillac ? (château mineur ?)

137Motte de 35 à 39 m de diamètre, surmontée d’un bâtiment en pierres (quadrangulaire ?) d’une longueur de 15 à 20 m, avec les restes d’un talus à une centaine de mètres de la motte (possible enclos long de 170 m) et peut-être liée aux Meillac cités plus haut.

Messac, la Bodinais de Bœuvres

138Motte presque entièrement détruite.

Mézières-sur-Couesnon, la Motte

139Lieu-dit la Motte à 400 m au sud du bourg de Mézières et lié aux Mézières avec Caradoc père de Guihenocus en 1055-1076, les milites de Mézières, Angier (fils de André), Main (père de Geoffroy miles), Robert (père de Geoffroy miles en 1232) et Jean vers 1209.

Moisdon-La-Rivière, La Chaussée et les Moisdon

140Motte rasée liée sans doute aux Moisdon (Tableau 22).

— Entre la Maison Neuve et la Métairie

141Parcelle semi-circulaire, bordée par une douve reliée à la rivière du Don, pouvant indiquer la présence d’une motte rasée.

Montgermont, le Manoir de Montgermont

142Motte de 30 m de diamètre, haute de 4 m, associée à une basse-cour renfermant une chapelle citée en 1158 et dont le territoire fut érigé en paroisse vers 1218. Elle est liée aux Montgermont avec Frioch miles, Guillaume Frioch (fils de Gausbert de) et Raoul en 1050-1076, Guihénoc Frioch fils de Frioch en 1067-1077, Guillaume Éven à la fin du xie siècle ?, Guillaume miles puis clerc ? en 1158-1198, Raoul prêtre en 1218 ?, Guillaume miles en 1231, Bernard archidiacre et chanoine de Rennes et Jeanne noble demoiselle domina de Montgermont et de Châtenay en Orgères (xive siècle ?).

Monthault, l’Étang des Châteaux ou le Moulin des Châteaux (château mineur ?)

143Vaste plate-forme de 100 sur 80 m de diamètre environ, protégée par un important dénivelé naturel et par un puissant talus-fossé de 6 m de hauteur environ. Son centre était occupé par une motte et une basse-cour surélevée. Elle pourrait être liée aux Monthault avec Jean chanoine à Rillé en 1150, Guillaume magister et Hervé en 1163.

Montours, Valaine (château mineur ?)

144Plate-forme en partie naturelle d’environ 40 m de diamètre et dont le flanc nord-est présente une forme arrondie et une pente similaire à celle d’une motte haute de 5 m. Le côté sud-ouest du site ne rappelle par contre pas la morphologie d’une motte. Ce site est difficilement datable. Raoul II de Fougères confirma le don de la dîme du passage, moulin, four, marché et cens de Valaine en 1163 à Rillé. Il pourrait être lié à Pichon de Valhai vers 1150, Gautier de Valaine en 1163 et Samson de Valaine famulus vers 1194.

Montreuil-Des-Landes, la Motte

145Motte rasée.

Mordelles, Beaumont

146Motte de 33 m de diamètre, haute de plus de 6 m, associée à une enceinte circulaire détruite, liée aux Beaumont avec Guillaume vers 1150, Pierre chanoine de Rennes et Hervé en 1184-1112, Eudes miles vers 1200, Pierre miles (père de Guillaume moine de Saint-Melaine puis archidiacre de Rennes décédé après 1266), Jean et Robert dominus et miles vers 1235.

— Artois

147Cf. Talensac.

— Près de la Ville Chevron et les Mordelles

148Mordelles était une seigneurie dont le chef-lieu n’est pas connu. La motte, rasée et située au sud de la Ville Chevron, pourrait en être le site primitif et donc liée à Heslourin de Mordelles, père de Mainfinit, Orscauht, Cuvinier et d’une fille nonne, et aux trois barons de Heslourin au xie ou xiie siècle et à Raoul de Mordelles en 1220.

Mouazé, la Piguelais

149Motte rasée liée à Gautier fils d’Abelin, Gautier fils de Hervé et Bernard dits principaux de la paroisse de Mouazé en 1086 ; aux frères Juhel de Mouazé, Bernard et Herbert et à Jeanne et Legard (mariée à Raoul du Plessis dominus de Mouazé) filles de Nivae domina de Mouazé en 1221.

Moutiers, la Motte de Moutiers

150Motte rasée liée aux Moutiers (Tableau 23).

— le Grand Pallière

151Motte rasée associée à deux parcellaires elliptiques de 150 à 200 m de diamètre et de 300 m de longueur et liée à Gautier de Pallière vers 1120, Eudes d’Ossé (cf. Availles) et son frère Silvestre de Pallière en 1160.

Nouvoitou, la Motte de Nouvoitou

152Forte probabilité de motte. Hervé de Coglès reçut en dot de la fille de l’évêque de Rennes, Yvette, des biens dans la curte Novestoci avant 1050. Geoffroy de Nouvoitou est cité vers 1200.

Noyal-sur-Seiche, Brécé

153Motte rasée associée à un parcellaire de 400 sur 200 m de diamètre dont les seigneurs étaient, à l’époque moderne, les fondateurs de Noyal-sur-Seiche.

— Lancé

154Motte de 32 et 25 m de diamètre, haute de 4 m, flanquée d’une basse-cour quadrangulaire de 75 sur 80 m de côté et liée aux Lancé avec Tehellus prévôt vers 1080, Tehel vers 1150, Robert et Guillaume vers 1175, Jean, Raoul, Geoffroy, Olive et Julienne enfants de Hervé en 1208 et Olivier fils de Olivier (non daté).

— Mouillemeuse

155Motte de 25 m de diamètre et haute de 5 m.

Noyal-sur-Vilaine, Bénazé Briand

156Motte rasée liée à Joldevin de Bénazé en 1154 et Briand de Bénazé en 1379.

— la Motte de Noyal

157Motte rasée liée à Geoffroy de Noyal, prieur de Saint-Cyr de Rennes en 1185, et à Hervé prêtre, Hilaire diacre chargé du service paroissial de Noyal et Robic fils de Renaud de Noyal en 1184-1191.

— les Tertrais

158Motte rasée.

Orgères, le Châtenay

159Motte de 25 m de diamètre, haute de 5,5 m, surmontée des vestiges d’une chapelle bâtie en 1551. La seigneurie d’Orgères comprenait à l’époque moderne le manoir de Châtenay avec sa motte et les droits de fondation de l’église d’Orgères et de la chapelle de Saint-Laurent de Châtenay si bien que ce site pourrait être lié aux d’Orgères avec Payen en 1148, Hervé et son frère Évelin en 1181, Mathieu et Guillaume miles (marié à Théophane, père de Pétronille de Tesnière et neveu de Philippe de Champagné, cf. Gévezé) en 1180/10, Pierre en 1216, Eustache domina d’Orgères et Jean dominus d’Orgères et du Plessis Bardoul (non daté).

Pacé, Champagné

160Motte rasée.

— le Haut Breil

161Cf. le Guesneau en L’Hermitage.

— la Mandardière

162Motte rasée de 20 m de diamètre environ, haute de 3,5 m, liée aux Mandart en 1301.

— la Motte de Pacé ou le Bois de Pacé

163Toponyme la Motte de Pacé associé à une seigneurie ayant les droits de fondations de Pacé et une haute justice.

— Tixue

164Motte rasée haute de 3 m liée à Guillaume de Tixue doyen d’Aubigné en 1232 et aux Tixue en 1357.

Parcé, Champassault

165Motte rasée de 20 m de diamètre environ, haute de 4 m, associée à une basse-cour et à un parcellaire de 200 sur 350 m de côté.

— les Dérouaries

166Motte rasée haute de 4 à 5 m et sans doute associée à un parcellaire elliptique.

Parigné, la Forêterie

167Possible motte peut-être associée aux Parigné dont la seigneurie avait, à l’époque moderne, les droits de fondation de l’église de ce nom et pour chef-lieu le château des Acres situé à 1,3 km du manoir de la Forêterie. Elle serait donc liée aux Parigné avec Roger en 1113, Fulcon, Stéphane vers 1170 et Roger en 1213.

Le Pertre, la Marche

168Motte rasée de 35 m de diamètre, contenant un caveau rectangulaire d’assez grande dimension, couvert d’une voûte d’ogive « de la forme du xiie et xiiie siècles », liée aux La Marche avec Orricus vers 1070, Ruellon en 1173-1211 et Guillaume en 1201-1207.

Le Petit-Fougeray, Chalonge et les Chanteloup

169Motte de 33 m de diamètre, haute de 4 m, associée à un baile ayant la forme d’un fer à cheval de 50 m de diamètre renfermant deux structures rectangulaires, de 10 sur 6,5 m et de 9,5 sur 5 m de côté, indiquant l’emplacement d’anciens bâtiments. Le miles Ivon de Tallia possédait la domus de Chalonge en 1196. Le Petit-Fougeray appartenant autrefois à la paroisse de Chanteloup, cette motte pourrait être également associée aux Chanteloup avec Robert en 1168/81, Payen pendant la seconde moitié du xiie siècle ?, Jean dominus en 1184-1198, Foulques miles, Robert sénéchal de La Guerche, Geoffroy prêtre et Guillaume prêtre vers 1200.

Piré-sur-Seiche, le Bois de Labeau

170Motte triangulaire de 47, 37 et 57 m de côté, renfermant des horizons et du matériel archéologiques mis au jour dans les années 1890, haute de 3 m, associée à une basse-cour de 180 et 110 m de côté et liée aux Janzé avec Raoul fils d’Abelin et père de Raoul, Geoffroy, Silvestre, Hubert, Qualdus et Gautier vers 1070, Odo moine et Hervé prieur de Fougères vers 1100, Geoffroy dit Roussel miles vers 1200 et Jacques dominus (non daté).

— le Château de Piré ou le Plessis Guériff

171Motte rasée liée à Geoffroy de Piré oncle de Payen clerc de la Franceule en 1195 et à Guerrivo de Piré en 1248.

Pléchâtel, Bagaron

172Motte rasée près d’une chapelle romane.

— la Motte Mardin

173Motte en partie détruite haute de 3 m.

— Non localisé (ancien château majeur ?)

174Hypothétique château lié au toponyme Pléchâtel cité en 875.

Plerguer, Beaufort (château mineur)

175Tour presque rectangulaire de 26 sur 9 m de côté datée d’avant le milieu du xive siècle associée à une basse-cour tendant vers un quadrilatère de 50 sur 60 m et aux sénéchaux de Dol (Tableau 24).

— la Motte Chourcin

176Forte probabilité de motte liée aux Chaorcin avec Jean et Maione en 1150-1174, Hervé miles, Jean et Garin (oncles du miles Hervé de Trémigon) en 1167-1183, Jean miles et dominus en 1214-1235. Ces Chaorcin pourraient être originaires de la région de Craon où ils avaient une motte appelée la Motte Sorsin.

Pocé-les-Bois, la Grande Courbe

177Motte rasée liée aux La Courbe avec Guihenoc en 1093, Nicolas prieur de Fougères vers 1170, Geoffroy clerc ? en 1195, Hamelin et Mathieu (époux de Laurence, fille aînée de Guillaume de Chartres miles) vers 1245 et Raoul miles en 1269.

Poilley, Poilley

178Motte rasée liée aux Poilley (Tableau 25).

Québriac, le Rolin

179Motte rasée.

— Trémagouët

180Motte de 15 m de diamètre, haute de 3,8 m, contenant une couche de cendre surmontée par un remblai renfermant des tegulae et quelques poteries (gallo-romaines ?), associée à une basse-cour. Nomenœ tenait la terre de Trémagouët en 1024-1040.

Rannée, la Grande Grange

181Motte rasée de 25 m de diamètre environ.

— les Forges et le Masse

182Motte de 20 m de diamètre, haute de 2,5 à 3 m, associée à une enceinte quadrangulaire de 200 sur 150 m de côté renfermant des vestiges d’anciennes constructions, une chapelle, des émaux de Limoges du début du xiiie siècle, des coffres funéraires en plaques de schiste, une fibule du vie-viie siècles, des tuiles à rebord et des céramiques communes des ier et iie siècles après J.-C. Le site, lié au miles Robert des Forges en 1127-1145, était appelé vers 1330 Moustereul de Forges.

— la Bussonnière

183Motte presque carrée de 25 m de côté, haute de 7 m, associée à un parcellaire elliptique de 250 m de rayon et aux Busson avec Robert vers 1100, Bernard miles vers 1130, Raoul et Babin vers 1175 et Babin miles et sénéchal de Vitré vers 1245.

Rennes, la Bellangerais

184Yves de Rosmadec, évêque de Rennes de 1347 à 1349, fit reconstruire la maison de la « Berangaria que vocatur Mota Sancti Golvini ». Ce lieu semble correspondre au manoir de la Bellangerais.

— la Motte Brûlon

185Parcelle de 50 m de diamètre environ entourée d’un fossé correspondant à une motte ou une enceinte liée à Jean sire de la Motte Brûlon en 1484.

— Rennes (château majeur)

186Le château de Rennes était composé d’une motte surmontée d’une tour, aula, capella et camera. Il s’appelait la Tour de Rennes ou la Tour au Comte et appartenait aux comtes de Rennes. Un premier château aurait existé au sud de la cathédrale, à l’emplacement de l’ancienne place la Motte Saint-Pierre (cf. arbre généalogique p.94).

Retiers, la Borderie

187Enceinte annulaire rasée d’environ 50 sur 70 m de diamètre intérieur avec possible motte liée à Brient de Coës­mes qui fit édifier une chapelle en 1223 dans sa domus ou herbergamentum de la Borderie (cf. Coësmes).

— la Motte de Retiers

188Motte rasée près de l’église de Retiers liée à Geoffroy de Retiers en 1093-1123, au dominus de Retiers en 1198 et à Geoffroy de Retiers en 1206.

Le Rheu, Apigné

189Motte détruite de 20 à 30 m de diamètre liée aux d’Apigné avec Hugues frère d’Ananor en 1096, Eudes (et ses frères Jungueneus, Guillaume et Rolland) à la fin du xie siècle ?, Alain trésorier et chanoine de Rennes, Olivier dominus père de Guillaume moine de Saint-Florent et de Robert miles (père d’Olivier miles et Alain clerc) en 1136-1200 et Hodierne nonne à Saint-Georges en 1181-1208. La domus d’Apigné est mentionnée en 1208.

— Moigné

190Motte rasée au pied de l’église romane de Moigné appartenant aux Brays en 1383.

— la Motte au Vicomte ou du Rheu

191Motte de 26 et 29 m de diamètre, haute de 5,5 m, associée à une basse-cour ovale de 100 et 60 m de diamètre, et à Jean, dominus de Mota Vicecomitis (non daté).

Rimoux, le Bourg (château mineur ?)

192Motte rasée. En 1163, Raoul II de Fougères confirmait à Rillé le don de la dîme de ses moulins, du cens et du passage de Rimoux. À l’époque moderne, cette seigneurie dépendait des sires de Fougères.

— la Cour Rimoux

193Motte rasée peut-être associée à Hamon de Rimoux en 1162-1174.

Romagné, la Marche

194Motte rasée liée à Guy de La Marche en 1142 et à Renaud de La Marche miles en 1173.

Saint-Armel, la Motte Saint-Armel

195Forte probabilité de motte liée à Geoffroy de Saint-Armel chanoine de Rennes entre 1152 et 1174.

Saint-Aubin-D’aubigné, la Gavouillère

196Motte, en partie rasée, de 28 m de diamètre, encore haute 2 m, liée aux Gavouillère en 1397.

— Saint-Aubin

197Motte rasée liée aux Saint-Aubin avec Hubert vers 1160, Juhel vers 1180, Rivallon miles et son frère Raoul vers 1220 et Ruellan, père de Juhel et Baudouin, en 1240.

Saint-Aubin-des-Landes, la Charonnière

198Parcelle de forme circulaire de 20 m de diamètre environ devant correspondre à une ancienne motte liée à Guillaume Charon vers 1210 et Hamelin Charon miles en 1251.

— la Motte au Voyer

199Motte détruite, citée en 1325 et localisée près de l’hébergement de la Motte au Voyer. En 1247, Georges Villicus, miles, possédait la maison du domaine de Fouesnel (manoir en Louvigné-de-Bais) (Tableau 26).

Saint-Aubin-du-Pavail, la Motte de Chaumeré

200Forte probabilité de motte.

Saint-Brice-en-Coglès, le Grand Frontignier et le Champ Pinel

201Motte de 35 à 30 m de dia­mètre, haute de 4 à 5 m, associée à un parcellaire de 330 à 200 m de diamètre. Ce lieu pourrait être lié au manoir du Champ Pinel distant seulement de 200 m de cette motte. Le Champ Pinel, mentionné en 1422, faisait partie du domaine proche de Chaudebœuf possédé par Jean Pinel en 1401 (cf. Saint-Sauveur-des-Landes).

— la Motte ou le Château de Saint-Brice

202Motte haute de 6 à 7 m, de 27 m de diamètre, surmontée par un mur de pierres. À la fin du xiie siècle, Payen était dominus du domaine de Hamo de Flégés (cf. Baillé). Ruellon de Saint-Germain tenait en fief des droits sur l’église de Saint-Germain-en-Coglès du dominus Geoffroy de Saint-Brice. Ce dernier, tenant une curia, était également dominus de Hugo du Rocher (cf. La Selle-en-Coglès) (Tableau 27).

Le vicarius du Coglès

203Au regard de l’importance des Saint-Brice dès le xiie siècle, leur seigneurie pourrait être en lien à l’origine avec le vicarius Ansgier, sionior vers 1050 de terres dans la villa Branche (à moins de 1 km de la motte de Saint-Brice). Or ce lieu-dit appartenait, à l’époque moderne, au Rocher-Portail (cf. La Selle-en-Coglès) qui dépendait de la seigneurie de Saint-Brice. Ansgier vicarius (père de Guillaume ou Guillaume Ansgier ou Guillaume de Coglès ?, Ramnulf, Hervé et Corbin, père de Hilgerius, et Gradelon), Guillaume et Hervé de Coglès (époux d’Yvette fille de l’évêque de Rennes, Gautier) étaient fils de Gradelon vers 1050. Un certain Gradelon fut l’époux de Guidogonia qui se remaria à Alvered, le frère bâtard de Main II de Fougères.

Saint-Didier, la Motte Mérioul et les Saint-Didier

204Motte rasée associée à une basse-cour, à un parcellaire de 400 à 250 m de diamètre et sans doute aux Saint-Didier avec Hamon miles et Costard peut-être fils de Tetbaldus vers 1060, Robert sénéchal de Vitré, Hervé et Luce vers 1200, Ruellon miles (époux d’Eustache fille de Guillaume de Chartres) en 1241 et sans doute père de Luce.

Saint-Erblon, Tellé

205Motte de 28 à 24 m de diamètre, haute de 5 m, associée à une autre butte rasée contenant une chambre pavée de petites briques que recouvraient des ossements et à un parcellaire de 350 sur 250 m de diamètre.

Saint-Germain-du-Pinel, les Saint-Germain

206Cf. le Bois du Pinel en Argentré-du-Pinel.

Saint-Gilles, le Château de Saint-Gilles ou de la Porte

207De « l’ostel, mote et mannoir de Saint-Gilles » cité en 1349, il ne subsiste qu’un fossé en demi-arc de cercle de 30 m de diamètre intérieur renforcé par un talus extérieur de 10 m de largeur et de 2,5 m de hauteur. Le site est lié aux Saint-Gilles (Tableau 28).

— la Motte Henry

208Motte rasée liée aux Henry en 1513.

Saint-Grégoire, les Aulnayes Golidec

209Motte de 30 m de diamètre, haute de 4 m, associée à un parcellaire de 570 sur 150 m de diamètre.

— la Saudrais

210Motte rasée.

Saint-Hilaire-des-Landes, Linières

211Possible motte liée aux Linières avec Anigod vers 1090, Hervé en 1130-1150 père de Robert (père de Hervé et Guillaume vers 1190) et de Henri moine de Savigny, Jual vers 1160, Hervé junior, miles en 1219 et père de Raoul miles en 1253 (père de Hervé aîné).

Saint-Melaine-sur-Vilaine, le Bourg

212Parcelles s’appelant la Motte à Madame et la Douve près de l’église liées aux Saint-Melaine avec Bernard chanoine de Rennes en 1132, Renaud en 1160-1180 père de Pierre et de Geoffroy.

Saint-M’Hervé, Près du Bourg et les Saint-M’Hervé

213Motte rasée près du bourg liée aux Saint-M’Hervé avec les frères Poisson, Ruellon et Rainier vers 1100, Guillaume vers 1170 et Raoul miles en 1250.

— la Ville Cuite

214Motte rasée contenant des briques « noircies par le feu » liée à Chalopin de La Ville Cuite et son fils Guillaume vers 1160.

Saint-Ouen-la-Rouërie, la Rouërie

215Deux parcelles, situées à l’entrée du parc du château de la Rouërie, appelées la Butte et la Fosse, pourraient conserver le souvenir d’une motte.

Saint-Ouen-des-Alleux, l’Asnerie

216Motte rasée appartenant aux Lasne au début du xive siècle

Saint-Rémy-du-Plain, la Cheronnaye et les Saint-Rémy

217Reste de motte encore haute de 4,5 m, accolée à un enclos quadrangulaire de 40 sur 60 m de côté, située à 800 m de l’église et donc peut-être liée à André de Saint-Rémy chanoine de Rennes en 1168 et Eudo de Saint-Rémy en 1209.

— le Plessis Guette et les Cordon

218Motte rasée de 55 à 60 m sur 30 à 35 m de diamètre, haute de 6 à 7 m, située près du manoir du Plessis Guette, dans le bois de la Cordonnais, appelé encore Bois du Plessis. Elle est liée aux Cordon avec Poupardus et Haimeri (époux de la fille de Raoul de Vendel) vers 1090 et à Hamo père de G. et Igier vers 1160.

Saint-Sauveur-des-Landes, Boisnouault

219Motte rasée de 30 m de diamètre, associée à un parcellaire de 300 à 200 m de diamètre et à une basse-cour rectan­gulaire de 70 et 100 m de côté. Il est possible qu’une autre basse-cour de forme courbe se situait légèrement plus à l’est.

— Chaudebœuf

220Motte rasée citée en 1540 liée aux Chaudebœuf avec Geoffroy vers 1100, Gautier moine au Mont-Saint-Michel vers 1120, Guillaume en 1154 et Guillaume vers 1200. Ce site est aussi associé aux Pinel puisque, vers 1200, Marmoutier devait à Hamelin Pinel, miles, deux dîners annuels pour sept hommes et cinq chevaux de Chaudebœuf (Tableau 29).

— le Haut Tayer

221Motte rasée associée à un parcellaire grossièrement ovale de 200 et 450 m de diamètre et à Raoul de Telley en 1163.

Saulnières, la Motte et les Saulnières

222Forte probabilité de motte à 200 m de l’église de Saulnières liée à Bernard de Saulnières chanoine de Rennes entre 1163 et 1200.

La Selle-en-Coglès, le Rocher Portail

223Motte rasée liée aux frères Juhel et Hugues du Rocher (père de Guillaume et Juhel) vers 1150 et à Hugues du Rocher père de Guillaume en 1219.

Servon-sur-Vilaine, Tatoux

224Motte de 54 et 36 m de diamètre, haute de 7, associée à une basse-cour ( ?) de 95 sur 80 m environ de diamètre, à un éventuel parcellaire elliptique de 500 m de longueur et à Raoul dit le Bret (en Saint-Aubin-des-Landes), miles, qui donna une rente de seigle sur sa métairie de Tatoux en 1246, à Alain de Tatoux écuyer en 1267 et peut-être aussi aux Servon avec Arthur en 1050-1054, Geoffroy en 1066-1076, Hubert et Arnulf vers 1095, Raoul pendant la seconde moitié du xiie siècle, Moget, André prêtre et Hervé vers 1180/1210.

Soudan, la Cour Soudan

225Motte rasée à l’ouest du château de la Grande Garenne et à 300 m de la Cour Soudan, liée aux Soudan avec Rivallon père de Guidenocus, Hervé, Robert et Bernard vers 1050, Aimericus père de Lambert vers 1075, Rivallon miles vers 1110, Eudon et Bernard à la fin du xiie siècle (cf. Soulvache).

Soulvache, les Ponts (château mineur)

226Motte de 50 m de diamètre, haute de 12 m, surmontée d’une tour circulaire datant de la première moitié du xiiie siècle ( ?) de 3,45 m de diamètre intérieur. La motte était protégée par un étang au sud-ouest et par un fossé large de 20 m et suivi par un important talus à l’ouest. Au sud-est, s’étend une plate-forme sur laquelle fut construite une chapelle. Ce site est situé à 150 m de la rivière du Semnon enjambée par l’ancien chemin Châteaubriant-La Guerche et à 250 m de l’église de Soulvache, ancienne trève de Rougé. De fait, cette motte est liée aux Rougé, ce qui est confirmé par la possession de Bonabes III de Rougé, en 1245, de droits sur son passage de Soulvache. Les membres de cette parenté s’installèrent dans des manoirs à motte autour de Châteaubriant, cf. Soudan, Moisdon, Coësmes, Ercé-en-Lamée, Châteaubriant au Bois Briant, La Chapelle-Glain, Le Theil-de-Bretagne où les Rougé avaient un sénéchal appelé Mathieu du Theil, miles (Tableau 30).

Taillis, les Cours Taillis

227Forte probabilité de motte associée à un parcellaire de 350 et 300 m de diamètre. Le domaine de Taillis appartenait en 1246 au miles Hamelin de Taillis (Tableau 31).

Talensac, Artois

228Motte rasée tout près du manoir d’Artois situé en Mordelles et appartenant aux seigneurs de ce nom au début du xive siècle.

Teillay, la Chapelle Saint-Eustache ou Teillay (château mineur)

229Possible motte surmontée d’une tour rasée au centre d’une enceinte de forme ovale de 55 sur 70 m de diamètre, possédant quatre tours d’angle, une chapelle placée sous l’invocation de saint Eustache et des doubles talus-fossés de grandes dimensions. En 1221, Geoffroy de Châteaubriant fonda une chapellenie à Teillay et son herbergamentum est cité en 1225.

Le Theil-de-Bretagne, la Motte Robert

230Motte ou simple butte de 35 m de diamètre liée à l’exploitation du minerai de fer, haute de 10 m par rapport au fond des fossés.

— la Motte du Theil ou l’Étang des Mottes

231Motte haute de 10 m par rapport au fond du fossé, renfermant un souterrain long de 8 m, large et haut de 2 m, sans doute associée à deux basses-cours dont une conservait les structures d’un bâtiment en dur. À 100 m delà, enceinte annulaire d’une quarantaine de mètres de diamètre. Le site est lié à Geoffroy du Theil fils de Bonabes Ier de Rougé vers 1200 et à Mathieu du Theil miles et sénéchal de Bonabes III de Rougé en 1245.

Thorigné-sur-Vilaine, le Saut du Cerf

232Motte rasée haute d’environ 3 m.

Thourie, la Motte du Guesclin

233Possible motte située en limite de paroisse et liée à un manoir.

Le Tiercent, le Tiercent

234Motte rasée associée à un parcellaire de 150 à 200 m de diamètre englobant l’église martinienne et romane du Tiercent et aux Tiercent avec H. vers 1160, Hamelin, Gautier, Robert miles et Hervé vers 1210-1220 et Juhel père de Jacques en 1241.

Tinténiac, la Motte Boutier

235Motte de 30 m de diamètre très érodée située dans la forêt de Tanouarn, en Tinténiac, juste à la limite de la paroisse de Dingé. Ce site semble être lié aux Boutier qui avaient, à l’époque moderne, beaucoup de biens à Dingé. De plus, Thomas, fils de Boutier, concéda le don de Guillaume de Montfort dans la foresta de Tanouarn et Hubert Boutier céda ce qu’il avait sur la haie Pleebosq en 1223, nom donné par le cadastre de 1836 à la parcelle où se situe la motte (le Bois de la Plesse). La seigneurie de la Motte Boutier est citée à la fin du xive siècle (Tableau 32).

Torcé, la Motte de Torcé

236Motte rasée, recouvrant des cercueils en calcaire coquillier, associée à un parcellaire de 400 et 350 m de diamètre et aux Torcé avec Ansgier en 1064-1076, Hamelin en 1093, Hervé et Geoffroy vers 1200.

Trans, la Motte

237Toponyme en la Motte situé près du château de Trans.

Tremblay, la Chattière et le Manoir (château mineur ? devenu manoir à motte)

238Motte occupant un éperon long de 200 m et large de 50 m dominant de 20 m deux cours d’eau. Elle est haute de 8 m environ avec un diamètre d’une quarantaine de mètres. Le site est associé à deux manoirs, appelés le Manoir et la Chattière, et à la chapelle Notre-Dame citée en 1186. Il est possible que cette motte soit en relation avec les Le Chat basés au Plessis aux Chats (cf. Dingé). En effet, le miles Geoffroy Le Chat avait des droits dans un bois situé en Saint-Ouen-La-Rouërie ; or, la motte se situe juste à la limite de la paroisse de Tremblay, le manoir de la Chattière étant en Saint-Ouen-La-Rouërie.

— Pontavice

239Le chef-lieu de la seigneurie de Pontavice était localisé près du Bois de Pontavice où se trouvait une motte appelée Tronchay. Sa chapelle, nommée Saint-Aubin-sur-Couesnon, est citée en 1186. Cette seigneurie comprenait, à l’époque moderne, une haute justice et les droits de fondation de l’église de Tremblay. De ce fait, il se pourrait que Hervé, fils de Buchard, occupait ce lieu car il possédait au milieu du xie siècle les droits de cette église (cf. Antrain).

Trémeheuc, Trémeheuc

240Motte rasée près du bourg de ce nom liée à Ébroin, miles qui donna en 1053 avec l’accord de son dominus Bloc de Hercac les droits sur le monastère de Trémeheuc, et à Geoffroy de Trémeheuc en 1133.

Vendel, la Motte de Blot et les Vendel

241Cf. La Chapelle-Saint-Aubert.

Vergéal, la Métrie et les Vergéal

242Motte quadrangulaire de 18 m de côté et haute de 5 m associée à un baile quadrangulaire peut-être liée à Geoffroy de Vergéal, moine de Saint-Aubin d’Angers en 1167, et à Haimericus de Virgali en 1195-1223.

Vern-sur-Seiche, la Motte de Vern

243Forte probabilité de motte liée aux Vern avec Alberico baron de Conan II en 1050, Aubrey qui fit souche en Angleterre et devint comte d’Oxford en 1141 et Esgare vers 1150.

Vezin-le-Coquet, la Motte Beaucé ou la Motte de Vezin

244Motte de 30 m de diamètre et haute de 3 à 5 m associée à un parcellaire de 200 et 150 m de diamètre. Des bâtiments en bois ont été découverts sous la butte. Juhel le Porc est baron de Vezin en 1268.

Vieux-Viel, la Motte Bertier

245Motte de 30 m de diamètre, hau­te de 6 m, associée à un parcellaire elliptique et aux Bertier en 1513.

— Tréet

246Motte de 25 à 30 m de diamètre et haute de 5 m liée à Hamelin La Tree cité au xiie siècle.

Vieux-Vy-sur-Couesnon, Orange (ancien château majeur devenu manoir à motte)

247Ancien château majeur sur un promontoire fortifié possédant une motte et déclassé vers 1020 pour être transformé en manoir à motte lié aux d’Orange avec Raoul et Guillaume miles vers 1170, Guy et Guillaume père vers 1220 de Guillaume aîné et vicarius de Dinan.

Vignoc, Montbourcher

248Motte de 28 m de diamètre et haute de 6 m associée à une petite basse-cour en forme de croissant de 42 m de diamètre, à un parcellaire ovale de 400 m de longueur, et, à 50 m de la motte, à une petite enceinte de 32 sur 26 m de diamètre limitée par un modeste talus-fossé. Le site est lié aux Montbourcher avec Geoffroy, Guillaume et Payen fils de Domicilla qui donnèrent la dîme de Montbourcher vers 1130, Simon en 1166, Ragnald miles (époux de la fille du miles Geoffroy de Sion) en 1247 et Guillaume, père de Raoul junior et de Geoffroy aîné et miles (époux de la fille de Pierre de Bruz puis de Tiphaine de Tinténiac), vers 1247.

Visseiche, Bésiel

249Motte rasée associée à une enceinte de 25 à 30 m de diamètre et aux Bésiel avec Hervé miles et baron du seigneur de La Guerche vers 1135, Hervé miles vers 1180 et Hugo au xiie siècle.

— la Motte de Visseiche

250Motte de 20 à 25 m de diamètre et haute de 6 à 7 m associée à une basse-cour en forme de fer à cheval de 25 m de diamètre, à un parcellaire de 700 et 425 m de diamètre et aux Visseiche avec Normand miles en 1081/93, Tisson en 1096-1123, Raoul en 1156, Aufred Marcol et son frère Simon (miles, père de Guillaume Branchu miles – cf. Domagné – et grand-père de Hervé) en 1184.

Vitré, le Pont d’Étrelles

251Motte rasée de 30 m de diamètre liée à une basse-cour quadrangulaire d’une soixantaine de mètres de côté.

— le Château (château majeur)

252Un vieux château, mentionné entre 1066 et 1076, occupait l’emplacement de l’église Sainte-Croix de Vitré. Sa forme est inconnue. Il fut abandonné au profit de l’actuel emplacement de la forteresse de Vitré présentant des vestiges en pierres datable du xiie siècle. Le château et la châtellenie étaient tenus par deux parentés, les Goranton-Hervé de Vitré et les Robert-André de Vitré qui finirent par s’imposer aux premiers (Tableaux 33 et 34).

Tableau 34

253D’autres Vitré témoignent dans les actes : Thomas, Guillaume prieur, Jean clerc, Raoul, Olivier dans la seconde moitié du xiie siècle, P. en 1208 et

Table des illustrations

Titre Tableau 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-1.png
Fichier image/png, 555k
Titre Tableau 2
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-2.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Tableau 3
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-3.png
Fichier image/png, 336k
Titre Tableau 4
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-4.png
Fichier image/png, 305k
Titre Tableau 5
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-5.png
Fichier image/png, 319k
Titre Tableau 6
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-6.png
Fichier image/png, 393k
Titre Tableau 7
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-7.png
Fichier image/png, 521k
Titre Tableau 8
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-8.png
Fichier image/png, 724k
Titre Tableau 9
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-9.png
Fichier image/png, 279k
Titre Tableau 10
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-10.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Tableau 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-11.png
Fichier image/png, 1016k
Titre Tableau 12
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-12.png
Fichier image/png, 871k
Titre Tableau 13
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-13.png
Fichier image/png, 445k
Titre Tableau 14
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-14.png
Fichier image/png, 566k
Titre Tableau 15
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-15.png
Fichier image/png, 584k
Titre Tableau 16
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-16.png
Fichier image/png, 475k
Titre Tableau 17
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-17.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Tableau 18
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-18.png
Fichier image/png, 353k
Titre Tableau 19
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-19.png
Fichier image/png, 625k
Titre Tableau 20
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-20.png
Fichier image/png, 296k
Titre Tableau 21
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-21.png
Fichier image/png, 277k
Titre Tableau 22
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-22.png
Fichier image/png, 352k
Titre Tableau 23
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-23.png
Fichier image/png, 298k
Titre Tableau 24
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-24.png
Fichier image/png, 261k
Titre Tableau 25
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-25.png
Fichier image/png, 402k
Titre Tableau 26
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-26.png
Fichier image/png, 278k
Titre Tableau 27
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-27.png
Fichier image/png, 243k
Titre Tableau 28
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-28.png
Fichier image/png, 420k
Titre Tableau 29
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-29.png
Fichier image/png, 283k
Titre Tableau 30
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-30.png
Fichier image/png, 553k
Titre Tableau 31
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-31.png
Fichier image/png, 309k
Titre Tableau 32
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-32.png
Fichier image/png, 543k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-33.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Tableau 33
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11274/img-34.png
Fichier image/png, 444k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540