Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

L’exploitation des sources arabes (al-Andalus et Maghreb) dans le cadre du projet 3C2MA

François Clément

Texte intégral

  • 1 Miquel A., La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle, III, Le milieu n (...)

1L’histoire climatique du Maghreb médiéval et d’al-Andalus reste à faire. En effet, elle n’a pas encore donné lieu à des études spécifiques, ni même à des travaux de prospection, malgré la richesse potentielle des sources. Plus globalement, c’est-à-dire à l’échelle de l’ensemble du monde arabomusulman, on constate un pareil désintérêt pour la question. André Miquel consacre bien une trentaine de pages au climat et à la météorologie dans le chapitre IV du troisième tome de sa Géographie humaine du monde musulman, réservé à « L’air ». Mais il s’agit, pour lui, de poursuivre sa réflexion sur la représentation du monde par les géographes arabes, en examinant les cadres de pensée qui permettent à ceux-ci de construire un système combinant les facteurs climatiques, la théorie des quatre éléments (chaud, froid, sec, humide), la typologie des climats, l’action du climat sur le vivant et l’explication d’un certain nombre de phénomènes tels que la pluie, les nuages, la grêle ou la glace.1 Il y est donc moins question du climat que de la pensée du climat.

  • 2 Voir, par exemple, Lévi-provençal É., Histoire de l’Espagne musulmane, II, Le califat umaiyade de (...)
  • 3 Voir Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, op. cit., p. 32, 34, 35, 36, 37, 41, 43, 44, (...)

2Certes on trouve, ici ou là, dans les travaux sur l’histoire et la littérature de l’Occident musulman, la mention d’événements météorologiques remarquables : crues, pluie, coups de vent.2 Cependant, ces données y figurent de façon accessoire, elles n’ont pas été choisies pour leur valeur climatologique, mais seulement en tant qu’élément du contexte ou à titre d’information complémentaire. Peu d’auteurs jugent utile, d’ailleurs, de parler du milieu naturel. Parmi les exceptions, il faut citer Rachel Arié, qui débute son histoire du royaume de Grenade par un chapitre géographique dans lequel elle fournit assez systématiquement de rapides indications de nature climatique (températures, pluviosité, régime des flux d’air maritime)3. Toutefois, si elle prend soin de signaler les changements du paysage depuis le Moyen Âge, elle semble ne pas mettre en doute la pérennité du climat andalou, puisque ses renseignements proviennent, selon toute apparence, de deux ouvrages de géographie contemporaine, L’Espagne du Sud de Jean Sermet (1953) et la Geografía de España y Portugal de Hermann Lautensach (1967).

3Le manque d’intérêt pour le climat saute aux yeux dès qu’on parcourt l’index analytique des publications, monographies, éditions de texte ou traductions. Sauf rares cas particuliers, les mots de la météorologie sont absents : c’est en vain qu’on y cherche « pluie », « neige », « gel », « canicule », « sécheresse », « orage », « tempête » (alors qu’on trouve, par exemple, « maisons » ou « lapin de garenne »). Il en va de même pour les termes désignant les effets des événements climatiques (« boue », « crue », « inondation », etc.).

  • 4 Lagardère V., Campagnes et paysans d’Al-Andalus (VIIIe-XVe s.), Paris, Maisonneuve et Larose, coll (...)
  • 5 Bolens L., Les méthodes culturales au Moyen Age d’après les traités d’agronomie andalous : traditi (...)
  • 6 Mazzoli-Guintard C., Villes d’al-Andalus…, op. cit., p. 127, n. 35.

4Il est également significatif que des travaux comme celui de Vincent Lagardère sur les campagnes d’Al-Andalus4, ou celui de Lucie Bolens sur l’agronomie5, ne consacrent ne fût-ce qu’un paragraphe au climat, c’est-à-dire à ce qui constitue pourtant l’une des contraintes majeures de l’activité agricole et de la vie rurale. De fait, la plupart des chercheurs semblent admettre que, si le climat « a sans doute varié depuis le Moyen Âge », il « connaissait des excès identiques au climat méditerranéen d’aujourd’hui6 ». En d’autres termes, la variation se situerait à la marge. Vision très braudélienne d’une Méditerranée telle qu’en elle-même l’éternité la fige. Que dire de plus, en effet ?

5L’hypothèse d’une constance climatique s’accorde mal, néanmoins, avec des phénomènes comme l’« optimum climatique médiéval » (Xe-XIVe siècle) et le « petit âge glaciaire » (XVIe-XIXe siècle), qui sont maintenant bien documentés pour les régions nord-atlantiques. Sans entrer dans la discussion entre paléo-climatologues pour savoir s’il est correct de généraliser les phénomènes observés à l’ensemble de l’hémisphère nord et donc, pour ce qui nous concerne, au monde arabo-musulman, il ne fait guère de doute que le climat connaît des évolutions d’une certaine amplitude sur des périodes relativement courtes, même pour les sociétés humaines, en l’occurrence quelques centaines d’années. Il serait donc surprenant qu’aucun changement ne soit intervenu au cours des huit siècles qui courent de 670, date de la fondation de Kairouan, à 1492. Ajoutons à cela que la climatologie met en évidence, également, des phénomènes de disparité spatiale du climat, en ce sens qu’un facteur unique à l’échelle planétaire peut induire des réponses locales différentes.

6De ces microclimats, les documents médiévaux conservent la trace aussi bien que la glace ou que les sédiments. Mieux : ils permettent souvent de localiser très précisément l’événement remarquable et, surtout, de le dater parfois au jour, voire à l’heure près.

7Dans le cadre du programme 3C2MA, un corpus de 140 textes a été recensé pour l’Occident musulman. Il se répartit en neuf rubriques :

  • monographies spécialisées (2) ;
  • encyclopédies (4) ;
  • géographies, relations de voyages, recueils de mirabilia (30) ;
  • histoires, chroniques, annales, mémoires (35) ;
  • anthologies et livres d’adab (11) ;
  • dictionnaires biographiques, biographies (siyar), barapplemiπ (35) ;
  • hagiographies (10) ;
  • recueils de jurisprudence (6) ;
  • textes divers (7).

8Compte tenu de la taille très variable de ces documents (de 150 pages pour les Aḫbār mağmūca à dix-huit volumes de 600 pages pour le Bayān wa-l-taḥṣīl d’Abū 1-Walīd Ibn Rušd al-Ğadd), cela représente un volume total de 45 000 pages environ. La quasi totalité du corpus, qui englobe les sources nécessaires à l’histoire des catastrophes naturelles et des crises sanitaires (les deux autres C de 3C2MA), est de nature à contenir des données ayant trait au climat. Toutefois, les sondages effectués montrent que certains types de sources sont plus riches que d’autres.

  • 7 Voir Clément F., « “Que vois-tu ? Je vois du noir rougeâtre que déchire un éclair” ou Les nuages d (...)

9J’écarte d’emblée les deux monographies, celle d’al-Suyūṭī sur les tremblements de terre, hors sujet, mais aussi, et paradoxalement, la Ṣifat al-maṭar wa-l-saḥāb d’Ibn Durayd ou « Description de la pluie et des nuages ». Malgré le titre, il s’agit d’un travail de lexicographie, dans lequel une trentaine de citations servent de support à une glose. Sans localisation précise (si ce n’est chez les « cArab », entendons les Arabes nomades de la péninsule Arabique – ce qui nous éloigne de la Méditerranée occidentale), sans datation autre que le terminus ad quem fourni par les noms des grammairiens ayant collecté le matériel original (entre le milieu du VIIIe siècle et 828)7, ces petits textes, dont il est difficile de décider s’ils relèvent de l’observation directe ou de la fiction, n’ont d’intérêt documentaire que par leurs descriptions souvent très justes du passage d’une dépression.

  • 8 Voir sa contribution, infra.

10Les sources jurisprudentielles semblent moins prometteuses qu’on ne pourrait l’espérer. Sans doute a-t-on consulté les juristes pour des affaires relatives à un événement météorologique : encore faut-il que le litige ou l’incertitude sur la conduite à tenir ait soulevé un point de jurisprudence digne d’être répertorié. Cette possible rareté tient également au fait que la littérature jurisprudentielle concerne surtout le monde citadin, moins affecté que le monde rural par les désordres climatiques. Signalons, à titre d’exemple, une fatwa repérée par Christine Mazzoli-Guintard dans le recueil d’Ibn Sahl, où il est question d’une invasion de vermine et de lapins qui dévastent, en 406 (27 juin 1015-15 juin 1016), les terres appartenant à la grande mosquée de Cordoue8. Bien que ce genre de prolifération puisse avoir des causes variées, on ne saurait exclure, parmi elles, des conditions climatiques particulièrement favorables, comme un hiver ou une série d’hiver doux.

11La littérature géographique n’est pas très riche non plus en données exploitables, à l’exception des relations de voyage (riḥlāt) dans lesquelles le récit de la tempête en mer constitue l’un des morceaux de bravoure convenus, ce qui nous arrange bien. Il suffit alors de dépouiller la tirade de ses artifices rhétoriques, de noter la date et le lieu, c’est-à-dire, faute de repère précis, l’étape du trajet, puis de rapporter celle-ci à la zone marine appropriée du découpage Metarea.

  • 9 al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq fī-ḫtirāq al-āfāq, éd. partielle par M. Hadj-Sadok, Le Maġrib au (...)
  • 10 al-Zuhrī, Kitāb al-ğucrāfiyya, éd. M. Hadj-Sadok, « Kitāb al-djacrāfiyya (sic). Mappemonde du cali (...)

12Les ouvrages de géographie proprement dite s’en tiennent, eux, le plus souvent, à des généralités : « tempêtes fréquentes », « vents violents » écrit al-Idrīsī à propos de l’océan Atlantique9 ; « il fait très froid dans cette ville et il y a beaucoup de neige en hiver à cause du Šulayr (la sierra Nevada) », signale al-Zuhrī dans sa notice sur Grenade10. Quant l’auteur mentionne un événement précis, il omet de le dater, ou alors, il le fait de manière approximative. Ainsi d’une crue de l’oued Tensift sur laquelle s’attarde al-Idrısı :

  • 11 al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muştāq, op. cit., p. 85-86, § 32.

« En hiver, [le Tensift] se transforme en un gros torrent qui ne laisse rien [sur son passage]. L’émir des musulmans cAlī b. Yūsuf avait fait construire un pont sur ce fleuve […] Peu d’années s’étaient écoulées que le torrent le détruisit, il en emporta la majeure partie, l’arche céda et les débris furent jetés à la mer, qui était grosse à déborder (zaḫḫār)11. »

13On en demeure réduit aux hypothèses tant que rien, dans le reste des sources, ne vient préciser la date de construction du pont. cAlī b. Yūsuf ayant régné trente-six ans (1106-1142), la fourchette est large. Peut-être les travaux, dont le géographe précise qu’ils furent exécutés par des maîtres d’ouvrage et des artisans andalous, entrèrent-ils dans le cadre de la campagne de construction des remparts de Marrakech, lancée en 1132 ? L’incertitude est d’autant plus regrettable que des indices convergents laissent deviner un épisode dépressionnaire particulièrement sévère : le pont est haut, bien construit, dit le texte ; on suppose donc qu’il a été conçu pour résister aux habituelles grandes eaux hivernales ; la force du courant entraîne les débris sur quelques 120 km ; l’Océan, enfin, est qualifié de zaḫḫār (gonflé, très agité, qui déborde). Le choix de l’adjectif fait-il référence à un raz-de-marée provoqué par une forte houle poussée par les vents d’ouest ? L’embouchure du Tensift, large de 500 m (de nos jours), encombrée de sables mouvants, se prête au scénario. Mais on ne peut exclure – autre interprétation – un effet rhétorique, la mer et surtout l’Océan ayant le don d’exciter le calame des écrivains. Or, al-Idrīsī est avare, d’ordinaire, de tels débordements. On le voit, il est difficile de faire parler des fragments de texte trop laconiques.

14En voici un second exemple, tiré du même auteur. Cette fois, le géographe s’exprime en témoin oculaire :

« La ville d’Aghmat (il s’agit d’Aġmāt Wārīka, au sud-est de Marrakech) est dominée par le massif du Daran (l’Atlas), comme nous l’avons dit. En hiver, les neiges qui tombent sur le Daran forment un manteau. Lorsqu’elles fondent, l’eau s’écoule jusqu’en ville. »

15Rien que d’anodin, pour l’instant. Mais voici la suite :

  • 12 Ibid., p. 82, § 28.

« Il arrive que la rivière gèle en pleine ville, au point que les enfants la franchissent en marchant sur la glace, qui ne se rompt pas tellement le gel est vif. C’est une chose que j’ai vue de mes yeux plus d’une fois12. »

  • 13 Hong Kong Observatory, « Climatological Information for Marrakech, Morocco », [www.hko.gov.hk].
  • 14 Troin J.-F. (dir.), Maroc. Régions, pays, territoires, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 229.

16L’intérêt du passage tient aux interrogations qu’il soulève. En effet, selon al-Idrısı, l’hiver est rigoureux dans cette partie du Haouz de Marrakech. À titre de comparaison, les statistiques météorologiques portant sur la période 1961-1990 indiquent, pour le mois de janvier, mois le plus froid de l’année, une température minimale moyenne de 5,9 ° C à Marrakech (et une moyenne maximale de 18,4 ° C13). Quant au minimum absolu jamais enregistré, il est de 0,1 ° C14, donc supérieur au point de solidification de l’eau. Certes, ces chiffres concernent Marrakech. Mais Aghmat n’en est située qu’à 35 km, toujours en plaine, et la présence proche des sommets de l’Atlas ne suffit pas à expliquer de telles gelées et surtout leur caractère régulier : « C’est une chose que j’ai vue de mes yeux plus d’une fois », insiste al-Idrīsī.

  • 15 al-Bakrı, Kitāb al-masapplelik wa-l-mamapplelik, éd. et trad. partielles par MAC Guckin de Slane, (...)

17Ajoutons, pour compliquer l’affaire, qu’al-Bakrī (dont les informations sur le Maghreb remontent pour l’essentiel au Xe siècle) mentionne la présence, tout autour d’Aghmat, de « nombreux palmiers dattiers15 ». Or, si les espèces cultivées de nos jours dans la région (oliviers, grenadiers) supportent des gelées assez vives sur une longue période (jusqu’à - 10°/ - 12 ° C), le dattier, lui, est beaucoup plus sensible au froid : - 7 ° C à - 12° C en pointe, mais il ne faut pas que la température reste négative trop longtemps pendant la journée, sinon il gèle. Ces conditions de gel diurne, et de gel intense puisque la glace a une épaisseur suffisante pour supporter le poids des enfants, sont pourtant réunies lorsque al-Idrısı séjourne dans la région.

  • 16 Muɔnis H., « Al-ğuġrāfiyya wa-l-ğuġrāfiyyūn al-cArab fī l-Andalus », Revista del Instituto Egipcio (...)

18Autre interrogation : la date de ce séjour. Nous n’en avons aucune idée, parce que l’auteur ne prend pas la peine de l’indiquer et parce que, de toute façon, nous ignorons à peu près tout de sa vie. On sait seulement qu’il était à Loja, près de Grenade, en 510 H/1116-1117 AD et que, selon Hussein Mones, il s’installa définitivement en Sicile en 533 H/1138-1139 AD16. Là encore, la fourchette est large.

19L’indifférence des géographes à l’égard de la temporalité obéit sans doute à une volonté de transcrire la permanence et la durée du monde : les montagnes, les mers, les cours d’eau, les villes ne changent pas de place. On peut y voir une forme de fixisme en accord avec une vision du monde dominée par le paradigme de la Création. Cela explique, par exemple, que des données géographiques se transmettent à travers les siècles sans modification, sans même le souci de leur éventuelle péremption. Nouvelle difficulté, alors : quel crédit accorder aux compilations, quand les citations ne sont pas identifiées ou identifiables ? Heureusement qu’al-Idrısı, dans le cas d’Aghmat, atteste avoir vu ce dont il parle. Aurait-il omis de le dire, nous étions en droit de nous demander s’il n’avait pas emprunté le passage à un auteur beaucoup plus ancien, comme il en a par ailleurs l’habitude.

20Dans l’univers immuable des géographes, on comprend donc qu’il y a peu de place pour la fugacité des phénomènes météorologiques. C’est pour des raisons comparables que les sources littéraires sont, elles aussi, difficiles à manier : incertitude de la localisation, absence de datation ou datation suspecte. Mais, là non plus, difficile ne saurait signifier impossible, comme deux exemples vont le montrer, tirés de la production poétique des XIe -XIIe siècles.

21Ibn Ḫafāğa d’abord. Dans un tercet, le poète d’Alcira décrit avec force métaphores une catastrophe hydrologique :

  • 17 DīwānIbn Ḫafāğa, éd. M. Gazı, Alexandrie, Munšaɔat al-macārif, 1960, n° 241.

Oh ! tout fut englouti, soudain, par une mer.
Le ciel a déversé de l’eau à pleines mains
Là-bas, les bâtiments se sont jetés à terre,
tels les délégations que reçoivent les rois
On aurait cru des gens qui faisaient la prière
soit en inclination, soit en prosternation17.

  • 18 Loc cit. Voir également Hadjadji H., Vie et œuvre du poète andalou Ibn Khafadja, Alger, SNED (coll (...)

22Laissons de côté l’analyse littéraire de ces vers pour nous intéresser à leur valeur documentaire. En eux-mêmes, ils sont peu exploitables, hormis les généralités : pluie diluvienne, montée brutale des eaux, flot torrentueux, pareil à la mer, qui submerge et dévaste tout, nous reconnaissons les traits distinctifs d’un très violent orage ou de l’un de ces épisodes humides paroxystiques qui scandent, de nos jours, la renverse d’automne en Méditerranée. On en serait réduit à supputer qu’il s’agit d’une crue du Júcar, le fleuve qui arrose Alcira, et qu’elle serait survenue au cours de la vie du poète, entre le milieu du XIe siècle et 1138, date de sa mort, si, par chance, le compilateur du recueil conservé à l’Escorial (ms. 378) n’élucidait l’affaire en indiquant une date : 480 (14 avril 1087 – 1er avril 1088) ; et un lieu : wādī Šuqr, le Júcar18.

23Cependant, toute incertitude n’est pas levée, le scholiaste (ou le copiste) ayant pu commettre une erreur. Car on lit chez Ibn al-Kardabūs, sous l’année 481 (2 avril 1088 – 21 mars 1089), le passage suivant :

  • 19 Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifāɔ fī aḫbār al-ḫulafā, éd. partielle par A. M. al-cABBADI, « Tārīḫ (...)

« En cette année, au mois d’octobre, il y eut l’énorme crue qui dévasta Valence et autres lieux, démolissant la tour du Pont19. »

24Bien. C’est le rio Turia à Valence qui semble être mis en cause ici. Mais le Júcar au niveau d’Alcira n’en est séparé que de 35 km à vol d’oiseau – ou, plutôt, de nuage. Une question vient alors à l’esprit : les deux textes ne renvoient-ils pas au même événement ?

25Trois arguments iraient dans ce sens. Selon l’historien de Tozeur, d’« autres lieux » furent touchés par la catastrophe d’octobre 1088. Pourquoi pas Alcira ? Ensuite, la survenue deux années consécutives, quasiment au même endroit, de crues d’une telle ampleur n’a certes rien d’impossible, mais elle paraît improbable du point de vue statistique. Enfin, Valence et Alcira sont alignées sur un axe nord-sud qui est approximativement parallèle à celui des couloirs dépressionnaires par où circulent les flux humides de sud-est. Il est donc surprenant que l’épisode d’Alcira (1087-1088) ne soit pas signalé à Valence, ville placée sur le même trajet, alors que celui de Valence (octobre 1088) concerne probablement Alcira, comptée collectivement dans les « autres lieux ». Si l’on retient cette hypothèse, il n’y aurait eu qu’un seul événement, touchant l’ensemble du pays valencien, et la date à retenir serait celle d’octobre 1088.

  • 20 Ibn Bassapplem, al-Ḏaḫīra fī maḥāsin ahl al-Ğazīra, éd. I. cabbas, Beyrouth, Dār al-ṯaqāfa, 1399/1 (...)

26Le deuxième exemple est un quatrain, lui aussi « légendé », composé par le poète Abū Bakr cUbāda b. Māɔ al-samāɔ. Dans cette pièce, le panégyriste des Hammoudites médite sur une chute de grêle propre, dit-il, à faire fondre les cœurs les plus durs. Et, notation rare en poésie, le second hémistiche du premier vers indique un date, avec le jour, le mois et l’heure : « l’après-midi du mercredi de ṣafar20 ».

27Ne nous réjouissons pas trop vite, car il manque l’essentiel : le quantième du mois et l’année ! Ibn Bassām, qui rapporte les vers, essaye de préciser les choses en citant Ibn Ḥazm :

  • 21 Loc cit.

« Abū Bakr cUbāda était vivant en ṣafar de l’année 421. La chute de grêle bien connue a eu lieu à cette époque. On n’avait jamais rien vu de pareil21. »

  • 22 Ibid., p. 471.
  • 23 Ibn Baškuwāl, Kitāb al-ṣila, Le Caire, al-Dār al-miṣriyya li-l-taɔlıf wa-l-tarğama, 1966, p. 450, (...)

28En mettant les différentes informations bout à bout, on obtient quatre dates : les mercredis 17 février, 24 février, 3 mars et 10 mars 1030. La marge d’incertitude est donc faible (3 semaines). Nous serions prêts à nous en satisfaire, n’était qu’al-Ḥumaydī, également cité par Ibn Bassām, fait mourir Abū Bakr cUbāda en šawwāl 419 (29 octobre – 26 novembre 1028), soit plus d’un an auparavant… Perplexe, l’auteur de la Ḏaḫīra donne sa langue au chat (« Dieu en sait davantage »), tout en jugeant Ibn Ḥazm plus fiable en matière de dates et de mémoire22 – ce en quoi il se trompe peut-être, puisque le biographe Ibn Pascual fait également mourir le poète en šawwāl 41923. Et comme cette dernière date est fournie par Ibn ˘ayyapplen, référence absolue, nous voici aussi perplexes qu’Ibn Bassām.

  • 24 al-Maqqarī, Nafḥ al-ṭīb min ġuṣn al-Andalus al-raṭıb, éd. I. cAbbas, Beyrouth, Dār Ṣādīr, 1388/196 (...)
  • 25 Ibn cIdārī, al-Bayān al-muġrib fī aḫbār mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib, t. III, éd. É. Lévi-Provença (...)

29À l’inverse, la détermination du lieu pose moins de problèmes. Abū Bakr cUbāda, chiite notoire24, avait mis son talent au service des califes hammoudites. Lorsque Yaḥyā b. cAlī s’installa à Málaga, en février 102325, il est probable qu’il l’a suivi. C’est dans cette ville, en tout cas, que les sources s’accordent à placer sa mort. Il y a donc de fortes présomptions que Málaga soit la localité touchée par la chute de grêle.

  • 26 Voir sa contribution, infra.

30Les charismes météorologiques faisant partie de la trousse à outils du saint thaumaturge (cf. le patronyme Bū Štā, le « Faiseur de pluie », assez répandu au Maroc, ou la localité de Mūlāy Bū Štā, au pied du djebel Amergou, qui tire son nom d’un santon du XVIe siècle), les sources hagiographiques recèlent des données climatiques qui sont exploitables, comme le montre Yassir Benhima26.

31Bien sûr, la prudence est de rigueur dans un domaine où le merveilleux s’imbrique au réel. On peut néanmoins poser le postulat que, dans le cas des phénomènes climatiques, ceux-ci sont antérieurs au récit merveilleux, au sens où ce dernier a moins pour fonction d’inventer la réalité que de l’expliquer de façon cohérente, fût-ce par le biais du merveilleux. Le saint homme, par la pureté de sa foi, est capable d’obtenir la fin de la sécheresse et le retour de la pluie. Il fait cesser le désordre, il répare. Il est donc une lecture des forces naturelles (et de la volonté divine), de sorte que le récit a besoin de cette part de réalité qui distingue l’hagiographie du conte. Le saint homme ne vit pas dans un monde virtuel, il affronte les aléas du monde ordinaire, là où la soif amaigrit les troupeaux et où la pluie embourbe les chemins. Au chercheur de savoir extraire cette part de réalité de la gangue des légendes. Inutile de dire que la question de la datation est encore plus ardue à résoudre, à cause de la fréquente intemporalité des récits.

32Ce n’est pas le cas, en revanche, des sources biographiques et historiographiques sur lesquelles il me reste un mot à dire. Elles appellent peu de commentaires dans la mesure où elles sont de loin les plus riches en informations. Le goût de l’anecdote, propre à l’adab, et le souci de la précision chronologique, propre à la discipline, se conjuguent pour notre plus grand profit. Le biographe rappelle, quand il le peut, les circonstances qui entourent une mort brutale ou accidentelle, tandis que l’historien consigne, en incise au sein du récit dynastique, tout ce qu’il juge mémorable ; dans le registre climatique : intempéries et leurs conséquences, crues et inondations, bourrasques, foudroiements, etc.

  • 27 al-Bayḏaq, Kitāb aḫbār al-Mahdī Ibn Tūmart wa-btidāɔ dawlat al-Muwaḥḥidīn, éd. É. Lévi-Provençal, (...)
  • 28 Rasāɔil muwaḫḫidiyya. Mağmūc ğadīda, I, éd. A. Azzaoui, Kénitra, Publications de la Faculté des Le (...)
  • 29 Ibid., p. 270.

33À plus forte raison, les conditions climatiques sont indiquées quand elles ont un rapport avec le cours du récit. C’est le cas, par exemple, de la période de très mauvais temps dans le nord du Maroc pendant l’hiver 1141-1142, qui dura cinquante jours, provoqua des dégâts un peu partout et, surtout, gela les opérations militaires entre les troupes du Mahdi Ibn Tümart et l’armée almoravide27. C’est le cas, aussi, quand Ibn cAyyāš, le rédacteur des courriers officiels au nom du calife almohade al-Nāṣir, éprouve le besoin d’insister sur les intempéries qui entravent la marche de l’armée en juin 1211 (campagne de Salvatierra28), ou sur la crue du Guadalquivir qui retarde l’acheminement des troupes vers La Navas de Tolosa l’année suivante29. On sent nettement que l’objectif est d’exalter la vaillance des soldats en 1211, puis d’excuser l’échec de 1212 : au cours de cette campagne désastreuse, le ciel fut de bout en bout contre les musulmans.

34La précision que peut atteindre l’information météorologique sera illustrée par l’extrait suivant, dans lequel Ibn Abī Zarɔ dresse un portrait flatteur de l’émir mérinide Abū Sacīd cUṯmān :

  • 30 Ibn Abī Zarc, al-Anīs al-muṭrib bi-rawd al-qirṭās fī aḫbār mulūk al-Maġrib wa-tarīḫ madīnat Fās, é (...)

« Il y eut, cette année-là (711 H/1311-1312 AD), une sécheresse totale (qaḥṭ), si bien que la population [de Fès] demanda qu’on fit les rogations de la pluie. L’émir des musulmans, cUṯmān, se rendit alors à pied à l’esplanade des prières (muṣallā) pour procéder au rite de l’istisqāɔ […] Il s’y rendit le mercredi 24 šacbān de la dite année 711 (13 janvier 1312). Ensuite, le samedi 27 šacbān (16 janvier), il alla dans le djebel Kandar, accompagné de l’ensemble des armées, afin de visiter le tombeau du vénérable cheikh Abū Yacqūb al-Ašqar – Dieu le comble ! Là, il invoqua Dieu le Très-Haut et le Seigneur accepta sa prière, Il eut pitié de lui et de son pays, Il envoya à Ses fidèles une pluie abondante. [L’émir] ne quitta pas les lieux avant que la pluie ne se fût étendue à tout le pays30. »

35Une sécheresse qui se prolonge jusqu’à la mi-janvier et un retour de la pluie qui répond aux prières du souverain : il y avait là de quoi frapper les esprits. Ajoutons qu’Ibn Abī Zarɔ est un contemporain, qu’il habite Fès et qu’il a sans doute assisté aux cérémonies. Leur date exacte a donc pu être enregistrée.

  • 31 Ibn cIḏārī, al-Bayān al-muġrib fī aḫbrā mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib. Qism al-Muwaḥḥidīn, éd. M. I (...)

36Le filtrage fin des textes permet de relever des données qui nous renseignent indirectement sur le climat, comme la cherté de la vie, qui correspond souvent à de mauvaises récoltes, donc à un accident climatique. Au Maroc, en šawwāl 707 (avril 1308), la pénurie des denrées aggravée par l’incompétence des agents de l’État fait flamber les prix, provoque une disette et désorganise les préparatifs de la campagne militaire contre la Castille31.

37Le Kitāb al-istibṣār, dans la description de Salé, confirme cette relation entre le niveau des récoltes et l’activité militaire :

  • 32 Kitāb al-istibṣār wa-cağāɔib al-amṣār, éd. S. Z. cabd Al-hamid, Bagdad, Dār al-Šuɔūn al-ṯaqāfiyya (...)

« Lorsque les armées y font étape ( = à Salé), c’est un des lieux de promenade les plus merveilleux qui soient, notamment les années d’abondance, lorsque la saison est clémente. Il vous suffit [d’imaginer] une plaine qui fait environ deux milles de long et un mille de large emplie de gens, les navires sur le fleuve avec leurs équipages, […] les tentes où siègent les sayyids – Dieu les assiste ! – bien en évidence (etc.)32. »

  • 33 Ibn cIḏārī, al-Bayān al-muġrib fī aḫbrā mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib, t. II, éd. É. Lévi-Provençal(...)

38Ce lien de causalité quasi explicite entre le temps, les récoltes et l’effectif des troupes concentrées à Rabat-Salé doit nous rendre attentifs à la logistique militaire : la facilité ou la difficulté de la mobilisation des soldats, la rapidité ou la lenteur des préparatifs, la poursuite, le report ou l’annulation d’une campagne peuvent nous renseigner sur la situation climatique. Certes, différents facteurs se conjuguent et il est nécessaire de ne pas privilégier l’un au détriment des autres. Mais négliger l’hypothèse climatique serait une erreur. Des mentions explicites nous y autorisent, comme ce passage d’Ibn cIḏārī où il est clairement indiqué qu’aucune ṣayfiyya ne fut organisée en 915 du fait de circonstances « trop difficiles pour qu’on entreprît aucune incursion ou qu’on mît des troupes en campagne », c’est-à-dire à cause de la pénurie alimentaire et de « la faim dont on souffrait partout33 ».

  • 34 Voir sa contribution, infra.

39On voit donc que le climat et les récoltes, d’une part, les rentrées fiscales et l’activité militaire, de l’autre, évoluent sur des lignes parallèles. La gestion des crises frumentaires fournit également des renseignements utiles – Mehdi Ghouirgate en fait la démonstration à propos du Maroc almohade34.

40J’arrête là ce bref aperçu des possibilités offertes par les sources arabes en matière d’histoire du climat. Les données sont réparties dans toutes les catégories de documents, de façon plus ou moins explicite. Elles attendent d’être collectées et exploitées. Pour reprendre l’expression figurant dans les préconisations du programme 3C2MA, il faut « ratisser large et tamiser fin ». Ratisser large, c’est-à-dire n’écarter aucun type de texte, même celui qui, a priori, semblerait par trop improbable. Tamiser fin, ensuite, pour ne laisser filer aucun indice.

41On aura compris que ce travail méticuleux exige deux qualités : l’acuité philologique et la modestie. Il suppose donc de maîtriser la langue du document à un degré suffisant, afin d’être précis et de percevoir les nuances, l’implicite. À cet égard, le crible de la traduction possède des mailles trop larges. Il faut aussi accepter de travailler en réseau, puisque la tâche est immense, bien au-dessus des capacités individuelles de chacun. Le travail en réseau permet de démultiplier l’effort individuel, selon le principe du wiki où chaque contributeur, sous le contrôle de l’ensemble des membres de la communauté d’experts, apporte sa brique à l’édifice. Construction collective qui présente l’avantage non négligeable, en outre, de pouvoir contourner la contrainte financière.

42Système de type ouvert, enfin, que l’on peut quitter ou rallier au gré de ses disponibilités et de son expertise d’un corpus (l’édition ou la traduction d’un texte offrent, par exemple, une occasion privilégiée de nourrir la base de données). Car, à la différence de beaucoup de projets collectifs, le programme 3C2MA ne place pas au centre de son dispositif une équipe de chercheurs mais l’objet de la recherche. Sa légèreté et sa souplesse d’organisation permettent donc à toute personne qui le désire de le rejoindre pour la durée qui lui convient et selon le degré d’investissement qu’elle choisit, le dépouillement des sources ne se limitant pas au climat mais s’appliquant aux deux autres C, les catastrophes naturelles (séismes, tsunamis, volcanisme) et les crises sanitaires (épidémies, épizooties).

Notes

1 Miquel A., La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle, III, Le milieu naturel, Paris, Éditions de l’EHESS et Mouton Éditeur, 1980, p. 284-314.

2 Voir, par exemple, Lévi-provençal É., Histoire de l’Espagne musulmane, II, Le califat umaiyade de Cordoue (912-1031), nelle éd., Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, et Leyde, E. J. Brill, 1950, p. 318 ; Mazzoli-guintard C., Villes d’al-Andalus. L’Espagne et le Portugal à l’époque musulmane (VIIIe-XVe siècles), Rennes, PUR, 1996, p. 127, 191 ; Pérès H., La poésie andalouse en arabe classique au XIe siècle. Ses aspects généraux, ses principaux thèmes et sa valeur documentaire, 2e éd. revue et corrigée, Publications de l’Institut d’Études Orientales (Faculté des Lettres d’Alger), V, Paris, 1953, p. 211 ; Arié R., L’Espagne musulmane au temps des Nasrides (1232-1492), réimpr. suivie d’une postface et d’une mise à jour, Paris, De Boccard, 1990, p. 166 ; Picard C., L’océan Atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc), Paris, Maisonneuve et Larose – Éditions UNESCO, 1997, p. 47, 162.

3 Voir Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, op. cit., p. 32, 34, 35, 36, 37, 41, 43, 44, 46, 47.

4 Lagardère V., Campagnes et paysans d’Al-Andalus (VIIIe-XVe s.), Paris, Maisonneuve et Larose, coll. « Islam-Occident », IX, 1993.

5 Bolens L., Les méthodes culturales au Moyen Age d’après les traités d’agronomie andalous : traditions et techniques, Genève, 1974 ; nouvelle éd. augmentée, Agronomes andalous du Moyen-Âge, Genève, 1981.

6 Mazzoli-Guintard C., Villes d’al-Andalus…, op. cit., p. 127, n. 35.

7 Voir Clément F., « “Que vois-tu ? Je vois du noir rougeâtre que déchire un éclair” ou Les nuages d’Ibn Durayd : tableaux du ciel et de la langue », dans Pigeaud J. (éd.), Nues. Nuées. Nuages, XIVe Entretiens de la Garenne-Lemot, Rennes, PUR, 2010, p. 301-327 (avec trad. partielle p. 311-327).

8 Voir sa contribution, infra.

9 al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq fī-ḫtirāq al-āfāq, éd. partielle par M. Hadj-Sadok, Le Maġrib au 12e siècle de l’hégire (6e siècle après J-C), Paris, Publisud, 1983, p. 179 du texte arabe, § 167 (corriger les dates dans le titre : 12e → 6e et 6e → 12e).

10 al-Zuhrī, Kitāb al-ğucrāfiyya, éd. M. Hadj-Sadok, « Kitāb al-djacrāfiyya (sic). Mappemonde du calife al-Maɔmūn reproduite par Fazārī (IIIe /IXe s.) rééditée et commentée par Zuhrī (VIe /XIIe s.) », Bulletin d’Études orientales, XXI, Damas, Institut français de Damas, 1968, p. 211, § 249.

11 al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muştāq, op. cit., p. 85-86, § 32.

12 Ibid., p. 82, § 28.

13 Hong Kong Observatory, « Climatological Information for Marrakech, Morocco », [www.hko.gov.hk].

14 Troin J.-F. (dir.), Maroc. Régions, pays, territoires, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 229.

15 al-Bakrı, Kitāb al-masapplelik wa-l-mamapplelik, éd. et trad. partielles par MAC Guckin de Slane, Description de l’Afrique septentrionale par Abou-Obeïd-el-Bekri, éd. revue et corrigée, Alger, 1911-1913 [réimp., Paris, 1965], p. 153, trad. p. 292.

16 Muɔnis H., « Al-ğuġrāfiyya wa-l-ğuġrāfiyyūn al-cArab fī l-Andalus », Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos, IX-X, Madrid, 1961-1962, p. 281.

17 DīwānIbn Ḫafāğa, éd. M. Gazı, Alexandrie, Munšaɔat al-macārif, 1960, n° 241.

18 Loc cit. Voir également Hadjadji H., Vie et œuvre du poète andalou Ibn Khafadja, Alger, SNED (coll. Études et documents), s. d. (c. 1968), p. 156.

19 Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifāɔ fī aḫbār al-ḫulafā, éd. partielle par A. M. al-cABBADI, « Tārīḫ al-Andalus li-bni l-Kardabūs wa-waṣfu-h li-bni l-Šabbāṭ. Naṣṣān ğadīdān », Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos, XIII, Madrid, 1965-1966, p. 98-99.

20 Ibn Bassapplem, al-Ḏaḫīra fī maḥāsin ahl al-Ğazīra, éd. I. cabbas, Beyrouth, Dār al-ṯaqāfa, 1399/1979, I, p. 470.

21 Loc cit.

22 Ibid., p. 471.

23 Ibn Baškuwāl, Kitāb al-ṣila, Le Caire, al-Dār al-miṣriyya li-l-taɔlıf wa-l-tarğama, 1966, p. 450, no 966.

24 al-Maqqarī, Nafḥ al-ṭīb min ġuṣn al-Andalus al-raṭıb, éd. I. cAbbas, Beyrouth, Dār Ṣādīr, 1388/1968, I, p. 484.

25 Ibn cIdārī, al-Bayān al-muġrib fī aḫbār mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib, t. III, éd. É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane au XIe siècle, Textes arabes relatifs à l’histoire de l’Occident musulman, II, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1930, I (Texte et indices), p. 133, 144.

26 Voir sa contribution, infra.

27 al-Bayḏaq, Kitāb aḫbār al-Mahdī Ibn Tūmart wa-btidāɔ dawlat al-Muwaḥḥidīn, éd. É. Lévi-Provençal, Documents inédits d’histoire almohade. Fragments manuscrits du « legajo » 1919 du fonds arabe de l’Escurial, Textes arabes relatifs à l’histoire de l’Occident musulman, I, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1928, p. 91 (trad. p. 147-148).

28 Rasāɔil muwaḫḫidiyya. Mağmūc ğadīda, I, éd. A. Azzaoui, Kénitra, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines (série « Textes et documents », n ° 2), 1416/1995, p. 266.

29 Ibid., p. 270.

30 Ibn Abī Zarc, al-Anīs al-muṭrib bi-rawd al-qirṭās fī aḫbār mulūk al-Maġrib wa-tarīḫ madīnat Fās, éd. A. Benmansour, 2e éd., Rabat, Imprimerie royale, 1420 H/1999 AD, pp. 526-527. L’éditeur discute la localisation du tombeau du saint homme, doutant qu’il s’agisse du djebel Kandar, au sud de Fès (voir ibid., p. 526, n. 697). Ce tombeau se trouve actuellement à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de la ville, dans la station thermale éponyme de Moulay-Yâkoub. Par ailleurs, il faut corriger, n. 696, la correspondance des dates qui est erronée.

31 Ibn cIḏārī, al-Bayān al-muġrib fī aḫbrā mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib. Qism al-Muwaḥḥidīn, éd. M. I. Al-kattani, M. Znıbar, M. BIN Tawıt et fiA. Q. Zamama, Beyrouth, Dār al-Garb al-islāmı, et Casablanca, Dār al-ṯaqāfa li-l-našr wa-l-tawzīc, 1406 H/1985 AD, p. 259.

32 Kitāb al-istibṣār wa-cağāɔib al-amṣār, éd. S. Z. cabd Al-hamid, Bagdad, Dār al-Šuɔūn al-ṯaqāfiyya al-cāmma (Afāq carabiyya), 1986, p. 141.

33 Ibn cIḏārī, al-Bayān al-muġrib fī aḫbrā mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib, t. II, éd. É. Lévi-Provençal et G. S. Colin, Histoire de l’Espagne de la conquête au XIe siècle, Leyde, Brill, 1951, p. 167-168 (trad. E. Fagnan, Histoire de l’Afrique et de l’Espagne intitulée Al Bayano’l-Mogrib, II, Alger, Imprimerie orientale Pierre Fontana, 1904, p. 279). Voir Lévi-Provençal É., L’Espagne musulmane au Xe siècle. Institutions et vie sociale, nouv. éd., Paris, Maisonneuve et Larose, 2002 (1re éd. Paris, Larose, 1932), p. 139-140 ; ID., Histoire de l’Espagne musulmane, III, Le siècle du califat de Cordoue, Paris, Éditions G.-P. Maisonneuve et Larose, 1967, p. 41, 86-87.

34 Voir sa contribution, infra.

Auteur

Maître de conférences en langue et civilisation arabes (Andalus et Maghreb), université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540