Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

Exploitation des sources et pistes de recherche historiographiques : le domaine byzantin

Nicolas Drocourt

Texte intégral

  • 1 Voir supra, « Le millénaire byzantin : quelles sources pour quelles catastrophes ? ».

1Le constat établi de la nature des sources dont nous disposons pour traiter des catastrophes naturelles comme d’un sujet historique1, il convient d’en tirer quelques éléments d’analyse. La grande diversité des sources ne doit pas cacher, dans quelques cas, le caractère relativement bavard des documents sur le sujet. La réflexion sur la longue durée permet d’ailleurs de mettre d’autant plus en relief leur richesse potentielle, comme de combler les lacunes du reste de la documentation. Plusieurs aspects thématiques se dessinent dans le cadre de leur analyse, et dans l’optique d’une approche de l’historiographie du sujet. Nous souhaiterions traiter deux aspects ici, entre autres éléments thématiques pouvant donner lieu à des développements.

Du traitement inégal dans les sources

  • 2 Arjava A., « The Mistery Cloud of 536 C. E. in the Mediterranean Sources », Dumbarton Oaks Papers, (...)
  • 3 Arjava, « The Mistery Cloud… », op. cit., p. 81-83, et ses conclusions p. 93, où il est déduit de (...)
  • 4 Voir en outre la présentation de la documentation par J. D. Gunn, « A. D. 536 and its 300-Year Aft (...)

2Il convient, tout d’abord de relever le constat d’un traitement inégal des données dans les sources. Même si l’historien se lance dans des investigations relatives à des courtes séquences chronologiques, à des catastrophes naturelles très précises dans le temps ou dont les effets restent limités à des durées brèves, il se doit de mettre en parallèle toutes les sources disponibles. La synthèse récente d’Antti Arjava sur le voile nuageux persistant de 536-537, visible dans une majeure partie de l’Empire byzantin, si ce n’est dans son ensemble, le suggère avec force2. Les témoignages narratifs – sources les plus nombreuses et les plus précises sur le sujet – sont logiquement présentés, jusque dans leurs contradictions apparentes : à ce titre, Arjava tire nombre d’enseignements d’une analyse précise du passage de Jean Lydus décrivant le phénomène – en particulier la sensation d’humidité accompagnant ce voile nuageux et les indications de localisation du phénomène en question3. Seuls, les textes ne peuvent suffire et l’apport de la dendrochronologie s’avère suggestif – quand bien même les résultats donnés par celle-ci ne permettent pas de conclusion définitive sur l’étendue réelle des effets du phénomène. En outre, d’autres types de sources sont passés au crible, qu’elles soient textuelles (législatives, papyri égyptiens) ou archéologiques4.

  • 5 Arjava, « The Mistery Cloud… », op. cit., p. 86-92. Nombre d’éléments observés grâce à ces sources (...)
  • 6 Comme l’ont rappelé récemment, sans connaissance des travaux d’Arjava, I. Antoniou et A. K. Sinako (...)
  • 7 Baillie M. G. L., « Dendrochronology Raises Questions about the Nature of the AD 536 Dust-Veil Eve (...)
  • 8 Stothers R. et Rampino M., « Volcanic Eruptions in the Mediterranean before AD 630 from Written an (...)
  • 9 Antoniou et Sinakos, « The Sixth century Plague… », op. cit., p. 2-3. Notons cependant que les tém (...)

3Dans ces derniers cas, l’absence de preuve formelle est une donnée en soi que met bien en évidence l’auteur. Si aucune d’entre elles ne fait directement référence au dit phénomène, il se peut toutefois qu’elles puissent illustrer certains effets attendus (comme les effets négatifs sur les récoltes), sans qu’il reste possible de bien en distinguer la cause5. Dans ce cadre il reste périlleux d’établir l’origine précise d’un tel phénomène naturel. Certains chercheurs ont pu proposer plusieurs scenarii6. L’hypothèse de la chute d’un astéroïde ou d’une comète7, et leurs effets, a ainsi pu être avancée. Des suggestions qui n’ont pas écarté la proposition initiale de deux chercheurs de la NASA, véritables « découvreurs » du phénomène avant que les historiens ne s’y intéressent, suggérant de voir dans ces longs mois sans été l’effet d’une éruption du Rabaul, volcan de l’actuelle Papouasie-Nouvelle Guinée8. Enfin, les effets à moyen terme de cet épisode climatique ont pu être désastreux, au-delà d’une ou deux années de mauvaises récoltes. Un lien peut être établi entre le dit épisode et la baisse relative des températures d’une part, ainsi que la possible humidité accrue qui s’ensuivit d’autre part et le développement de la peste Justinienne, très peu de temps après – comme le proposent récemment de manière synthétique I. Antoniou et A. K. Sinakos9.

Des informations inégales dans l’espace et le temps

  • 10 Patlagean É., Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance (IVe-VIIe siècles), Paris-La Haye, (...)
  • 11 Kaplan M., Les hommes et la terre à Byzance (VIe-XIe siècle), Paris, 1992, p. 458. Notons aussi le (...)

4Observées sur la longue durée, comme nous y invite le millénaire byzantin, les sources présentent néanmoins d’autres problèmes aux historiens et analystes des dites catastrophes naturelles. Ils concernent d’abord des inégalités d’information dans l’espace et dans le temps. Évelyne Patlagean avait déjà noté à quel point l’histoire des calamités des Ve et VIe siècles du nord Euphrate (autour d’Edesse, Samosate et Mélitène) est largement mieux connue que celle d’autres espaces ou, pour le même lieu, que d’autres siècles du Moyen Âge. Les auteurs syriaques s’y sont en effet largement intéressés, qu’ils soient contemporains de cette période (le pseudo-Josué le Stylite, Elias de Nisibe) ou largement postérieurs comme Michel le Syrien. La conséquence de ces inégalités régionales et spatiales de traitement peut conduire l’historien à une réflexion et mise en perspective historique faussées sur le long terme10. À son tour, Michel Kaplan estime aussi que le VIe siècle est globalement mieux connu grâce aux sources et à une documentation plus abondantes – sans se limiter, du reste, à cette seule région de l’Empire – et qu’il ne faut donc pas exagérer le lourd bilan que l’on pourrait tirer des dits textes sur ces catastrophe naturelles11.

  • 12 Telelis I. G., « Climatic Fluctuations in the Eastern Mediterranean and the Middle East AD 300-150 (...)
  • 13 Ibid., p. 171, fig. 3. Les mentions de phénomènes climatiques de courte comme de longue durée atte (...)
  • 14 Ibid., fig. 4, et commentaire, p. 171-173.
  • 15 Comme l’observe Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 10-11.
  • 16 Failler A., recension du catalogue de Guidoboni et Comastri, dans Revue des Études byzantines, 64- (...)
  • 17 Cf. Telelis, « Climatic Fluctuations… », op. cit., p. 190 ; nous donnerons plus bas quelques éléme (...)

5De telles constatations sont aussi valables si l’on réfléchit à l’aune d’un type de phénomène naturel plutôt qu’un autre. Récemment, Ioannis Telelis l’a bien démontré dans le cas des considérations météorologiques des textes d’époque byzantine. Sur la longue période entre l’an 300 et l’an 1500, il peut établir, statistiques numériques à l’appui, que cet intérêt est plus grand au début de la période (IVe-VIe siècle). L’historien met ce constat en relation avec la persistance d’une tradition historiographique qu’il juge florissante à la fin de la période romaine et la composition des premiers textes ecclésiastiques (du type Histoire de l’Église et Vie de saints12). Au contraire, le VIIIe siècle est un moment bien connu de réduction des sources disponibles, aux conséquences logiques pour la baisse relative des mentions météorologiques. On observe un intérêt croissant pour le sujet ensuite, au moment du renouveau intellectuel à Byzance (IXe-XIe siècle) – avec compilation de chroniques universelles, et écriture accrue de récits hagiographiques. L’intérêt reste important pour les quatre derniers siècles de Byzance, quoi qu’il tende, globalement, à se réduire13. Si l’on réfléchit néanmoins sur l’ensemble de la période, les considérations de nature météorologique sont davantage le fait des sources chronographiques (58 %), suivi des récits de type historique distincts des chronographies (19 %), ensuite des Vies de saints (16 %) et enfin des Histoires de l’Église14 (7 %). Observons du reste que les données disponibles dans les sources relatives aux famines et épidémies connaissent aussi des variations et un pic durant le VIe siècle15. En dernier lieu, dans le cadre de l’étude et de la recension des secousses telluriques, force est de constater que le nombre de ces dernières est croissant, de manière nette, au cours des cinq derniers siècles de l’histoire médiévale – respectivement 44, 51, 60, 96 et 132 événements – dans l’ensemble de l’espace méditerranéen, que l’on peut désormais appréhender grâce au catalogue récent de Guidoboni et Comastri. Il faut souligner, avec Albert Failler, que ce nombre croissant est davantage imputable à une documentation de plus en plus large qu’à une augmentation du phénomène16. Dans le cas des variations relatives aux informations de nature climatique entrevues plus haut, la question reste ouverte du poids de la documentation et de l’intérêt accru porté par certains auteurs de nos textes face aux possibles mutations climatiques elles-mêmes17.

  • 18 Voir supra, « Le millénaire byzantin : quelles sources pour quelles catastrophes ? ».
  • 19 Telelis, « Climatic Fluctuations… », op. cit., p. 176, fig. 6, montrant 152 mentions relevées entr (...)

6Il ne faut pas seulement constater ces inégalités d’informations tirées des textes, mais aussi en évaluer quelques conséquences. Comme nous l’avons souligné dans notre présentation des sources18, nombre des chroniques sont pour l’essentiel rédigées dans la capitale. Les phénomènes naturels extraordinaires enregistrés concernent le plus souvent cette dernière, ou sa zone proche, rarement le reste de l’Empire, encore moins ses zones les plus périphériques, sauf si l’empereur vient à s’y rendre. Les phénomènes météorologiques suivent cette logique quoi qu’il faille souligner, avec Telelis, que les régions d’Asie mineure sont davantage mentionnées que Constantinople, toutes sources confondues néanmoins19.

  • 20 Downey dressait en son temps une première liste chronologique des séismes couvrant l’ensemble du m (...)
  • 21 Waelkens M., « Sagalassos und sein Territorium. Eine interdisziplinäre Methodologie zur historisch (...)
  • 22 Guidoboni E., avec la collaboration d’A. Comastri et de G. Traina, Catalogue of ancient Earthquake (...)

7Cette dichotomie entre une capitale et les provinces impériales semble encore plus vraie dans le cas des séismes. L’évolution de l’historiographie à ce sujet est révélatrice de cette prise de conscience20. À cet égard, les apports récents de prospections archéologiques complètent assurément le silence des textes, révélant quelquefois les effets de secousses majeures oubliées par les sources écrites. Le cas de Sagalassos de Pisidie vient de le démontrer avec éclat21. Un simple regard sur les cartes de synthèse du monde méditerranéen dressées par Guidoboni et alii du VIIIe siècle avant notre ère jusqu’au XVe siècle suffit à percevoir l’écart entre la période où Constantinople devient à la fois capitale et lieu privilégié de rédaction des auteurs de nombre de nos sources, période de recensement intense de séismes, et celle qui précède, pendant laquelle les secousses apparaissent rares, sinon nulles22.

  • 23 Voir les remarques d’É. Limousin, « Jean Skylitzès, les empereurs et les séismes », dans Favier R. (...)
  • 24 Ibid., p. 179.
  • 25 Il décrit ainsi un séisme secouant Constantinople le 4 décembre 1026, précisant que l’événement fu (...)

8À cet égard, les données d’un chroniqueur comme Jean Skylitzès doivent être mises en évidence. Rappelons que son œuvre constitue l’une de nos sources fondamentales pour la connaissance du monde byzantin de la fin du Xe siècle et de la première moitié du siècle suivant. Or, il ne s’intéresse principalement qu’aux conséquences des secousses terrestres dans la capitale, négligeant des zones proches qui ont pu être tout autant, sinon plus, affectées23. Certaines mentions sont si répétitives au sein de son récit qu’elles en viennent à devenir suspectes. On peut ainsi s’étonner, avec Éric Limousin, de la fréquence élevée des secousses dans la capitale entre 1032 et 1042, alors que la période des vingt-deux années suivantes est vide de toute référence en la matière24. Nous soulignerons que cette possible référence à des catastrophes qui n’auraient pas eu lieu n’est pas l’apanage d’un Skylitzès : si l’on reste dans la première moitié du XIe siècle, l’auteur arabe chrétien Yahyâ d’Antioche, autre source narrative majeure pour cette période, peut lui aussi induire l’historien en erreur25.

  • 26 Ainsi que le souligne A. Ducellier, « Les tremblements de terre balkaniques au Moyen Âge : aspects (...)
  • 27 Durliat J., « La peste du VIe siècle. Pour un nouvel examen des sources byzantines », dans Hommes (...)
  • 28 Cf. la réponse donnée à l’étude de Durliat par J.-N. Biraben, « Rapport : la peste du VIe siècle » (...)
  • 29 Voir Zuckerman C., Du village à l’Empire. Autour du registre fiscal d’Aphroditô (525/526), Paris, (...)

9Face à ces réserves, il convient de raison garder et ne pas considérer comme fantaisistes des séismes isolés, mentionnés par une source unique et/ou empreinte de considérations idéologiques ou morales. N’oublions pas que Constantinople, et plus largement les Détroits, Bosphore et Dardanelles, le bassin de la mer de Marmara, les régions du nord-ouest micrasiatique comme la Bithynie sont des zones de l’écorce terrestre que les connaissances géophysiques donnent pour les plus sensibles26. Se garder de l’hypercritique des textes vaut aussi pour l’analyse des épidémies. Si l’on revient à la peste de Justinien et à Constantinople, comme à d’autres grandes villes qui auraient pu être atteintes en masse sur le plan démographique, des réserves ont pu être avancées sur ces mêmes témoignages – au premier rang desquelles celles de Jean Durliat27. C’est oublier, toutefois, la dimension épidémiologique qu’il faut donner à l’analyse de ce phénomène28. L’homme est en effet le vecteur principal des épidémies : il n’est donc pas illogique de trouver des chiffres de mortalité singulièrement élevés dans ces villes populeuses. La constatation n’est, du reste, pas seulement valable pour la haute époque médiévale, ni même le seul espace byzantin. L’analyse récente d’un registre fiscal du village égyptien d’Aphroditô, fournisseur de blé annonaire pour la capitale, conduit Constantin Zuckerman à confirmer les évaluations élevées de mortalité données par Procope et Jean d’Éphèse29.

Grille de lecture, topoï et imprécision des textes

  • 30 Par exemple dans une Chronique brève éditée par Schreiner, 25, 5, p. 199 (séisme de mai 1222) ; cf (...)
  • 31 Cf. Croke B., « Two Early Byzantine Earthquakes and their Liturgical Commemoration », Byzantion, 5 (...)
  • 32 Voir les réflexions de Guidoboni, p. 50 ; de même, Guidoboni E. et Ebel J. E., Earthquakes and Tsu (...)
  • 33 Cf. Congourdeau M.-H., « La société byzantine face aux grandes pandémies », dans Patlagean É., Mal (...)
  • 34 Lemerle P., « Thomas le Slave », Travaux et Mémoires, 1, 1965, p. 257.

10À ces considérations doivent en être ajoutées d’autres, plus classiques pour les médiévistes. Que l’on soit dans le monde chrétien oriental ou occidental, grec ou latin, les auteurs décrivant des catastrophes y voient le plus souvent la main de Dieu. Ce dernier inflige une punition aux hommes car ils ont pêché. La « colère de Dieu » (ή θεοήλατος οργή30) s’exprime donc, qu’elle secoue la terre, dérègle plus ou moins longtemps et sévèrement le climat, s’exprime par le mouvement spectaculaire des astres, inflige une maladie mortelle aux hommes, etc. Un autre terme apparaît fréquemment depuis Sozomène, venant à désigner toute calamité, en particulier les tremblements de terre, celui de θεομηνία31. Soulignons toutefois que si l’origine divine des séismes est régulièrement répétée dans nos textes32, cela n’empêche nullement certains auteurs de proposer d’autres explications en s’appuyant sur d’autres héritages anciens, nous y reviendrons. La sanction venant de Dieu suite à une transgression s’avère une idée répétée tout au long des deux épisodes de pandémie de peste et elle a été souvent remarquée33. Aussi, en lien avec cette idée d’intervention divine, les références plus ou moins explicites à des épisodes bibliques sont-elles récurrentes dans les sources écrites. De ce fait, il est remarquable que dans la lettre de Michel II à Louis le Pieux, le séisme ruinant la cité de Panion, à la fin de la rébellion de Thomas le Slave, soit décrit comme un phénomène envoyé par Dieu « qui jeta bas les murailles comme à Jéricho ». Non seulement, on y retrouve cette idée d’intervention divine jusque dans une lettre officielle, mais la référence biblique est aussi là, car elle relève de la culture chrétienne commune aux deux empereurs34.

  • 35 En particulier avec les passages évangéliques suivants : Luc 21, 11 et 21, 25 ; Math. 24, 7. Cf. S (...)
  • 36 Voir la liste succincte dressée par Hunger, Die hochspraschliche profane Literatur…, op. cit., p.  (...)
  • 37 Ducellier, « Les séismes… », op. cit., p. 109-110. Le fait est net dans la chronique de Jean Skyli (...)
  • 38 Léon le Diacre, op. cit., X, 8, p. 172, et X, 10, p. 175-176. Sur cette comète, cf. Grumel V., La (...)

11Ces références bibliques valent aussi pour d’autres catastrophes, d’autant plus que ces dernières apparaissent rarement seules dans les textes d’époque byzantine. Famines et épidémies sont souvent associées, alors que séismes, signes dans le ciel et astres, ou encore guerres sont fréquemment mentionnés de concert. En lien précisément avec la Bible, et l’apport néo testamentaire, ces maux sont certes présentés comme troubles et signes annonciateurs du Jugement Dernier et de la fin des temps35. La conjonction de phénomènes extraordinaires n’en demeure pas moins un thème régulier dans toute la littérature byzantine, sans lien explicite nécessaire avec le texte saint chrétien. Elle constitue de ce fait un topos littéraire qui rendrait presque suspectes certaines mentions isolées d’une seule catastrophe, non confirmées par d’autres textes ou documentation36. Dans le cas des séismes, Alain Ducellier a bien noté qu’ils surviennent en fait rarement seuls dans la description qu’en donnent les auteurs byzantins : avec une vague de froid en 1010, des colonnes de feu en 1034, 1097 et 1202, des comètes en 1063, des vents violents en 1041 et 1106, des inondations en 1059 etc.37. De telles références peuvent paraître anodines ou tirées de l’imaginaire d’un auteur, précisément au regard du legs biblique. Certaines conjonctions de catastrophes sont bien historiques, et l’étonnement qu’elles ont pu susciter explique l’intérêt qu’un chroniqueur peut leur accorder. Au Xe siècle, Léon le Diacre en donne la mesure. Il établit un lien évident entre la secousse d’octobre 989, qui devait aboutir à la chute d’une partie de la coupole de l’église Sainte-Sophie et l’astre qu’il a décrit quelques lignes plus haut, signe annonciateur d’un échec militaire et du séisme à venir. Or cet astre, dont il se plaît à détailler la course dans le ciel, n’est autre que la comète de Halley, précisément visible depuis l’Eurasie entre août et septembre de la même année38.

  • 39 Georges le Moine, Chronicon, éd. de Boor C., Leipzig, 1904, II, p. 798 ; Joseph Génésios reprend c (...)
  • 40 Théophane, Chronographia, éd. de Boor C., Leipzig, 1883-1885, AM 6124, p. 336 ; trad. anglaise par (...)
  • 41 Sur ce vaste sujet : Magdalino P., « The History of the Future and its Uses : Prophecy, Policy and (...)
  • 42 Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 23-27 ; Id., « Crime and Punishment. The Plag (...)
  • 43 Magdalino, « The History of the Future… », op. cit., p. 27-28 ; Congourdeau, « Les Byzantins face (...)
  • 44 Cf. Magdalino, « The History of the Future… », op. cit., p. 24-26, et, plus récemment, Id., « The (...)

12Si ces conjonctions extraordinaires dépassent l’entendement, on pressent dans quelle mesure de telles références peuvent nourrir d’autres ambitions. Elles constituent une aubaine pour certains qui y lisent les signes d’un règne mauvais. Selon le chroniqueur Georges le Moine, par exemple, le règne néfaste de Théophile est marqué par d’intenses périodes de froid, de même que par une longue famine, outre une sécheresse et autres signes d’intempéries (δυσκρασία) et de dérèglements (ἀνωμαλίαι), aggravés et caractérisés encore par une répétition de séismes proprement effrayants. Et le chroniqueur de conclure que l’ensemble de ces événements étaient révélateurs de la perversité (μοχθηρία) et de la méchanceté (κακουργία) du dit basileus39. Ces conjonctions peuvent aussi s’avérer des références écrites a posteriori d’événements à venir : c’est par un tremblement de terre et l’apparition d’une comète que le chronographe Théophane annonce la conquête arabe qui va suivre dans ses propos40. Dans cette logique, les références aux catastrophes naturelles se multiplient aussi lors des périodes d’intenses spéculations eschatologiques. En ce sens, la fin du Ve siècle et le début du siècle suivant sont caractérisés par de telles mentions répétées, en lien avec les références néo-testamentaires déjà évoquées : le passage du sixième au septième millénaire depuis la Création du monde en est une des causes évidentes, outre les réels maux qui ont affecté le règne de Justinien41. Ces raisons, ajoutées au nombre de textes plus élevé pour le VIe siècle il est vrai, expliquent sans doute le plus grand nombre de références aux famines, pénuries et épidémies relevées par Dionysos Stathakopoulos42. Intérêt pour les catastrophes dans les textes et eschatologie croisent de nouveau leur chemin à la fin de la période impériale43, ainsi qu’autour de l’an 1000 de notre ère, équivalent au passage de l’an 6500 dans le comput traditionnel des Byzantins44.

  • 45 Hunger, Die hochspraschliche profane Literatur…, op. cit., p. 269 (et la longue n. 70). Voir ainsi (...)
  • 46 Pour le début de la période, cf. par exemple : Vie de Sainte Mélanie (Sources chrétiennes, 90), éd (...)

13Bien d’autres écueils se présentent encore à ceux qui se penchent sur ces catastrophes. Les auteurs byzantins, quel que soit le genre littéraire de leur propos, sont friands d’autres lieux communs. Deux méritent d’être mis en avant ici. Tout d’abord, la question de la grande mortalité des contemporains touchés par ces catastrophes et, en particulier bien sûr, les famines et épidémies. Il faut sans doute considérer avec Herbert Hunger que ces mentions de catastrophes conduisant à une « mortalité telle que les vivants n’arrivaient pas à enterrer les morts », comme l’avancent nombre d’auteurs, sont un topos45. Ensuite, l’idée que la catastrophe décrite est telle qu’elle « n’a jamais connu d’équivalent ». Ce thème traverse lui aussi notre période d’étude, quels que soient la nature du phénomène ou le genre littéraire46.

  • 47 Néanmoins, cette faible attention s’explique en partie si l’on considère de telles épidémies comme (...)
  • 48 Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 5.
  • 49 Ibid, p. 5-6.
  • 50 Cf. les réflexions introductives de J. N. Hays, « Historians and Epidemics. Simple Questions, comp (...)

14Au-delà de ces grilles d’écriture de nos auteurs – grilles et topoï qui sont moins contraignants si l’historien veut bien en prendre conscience – retenons une première impression générale d’imprécision des sources. Ceci renforce le caractère lacunaire de l’information ayant trait à ces catastrophes, en plus des nuances de taille apportées à leur connaissance dans le temps et l’espace. Il convient d’insister sur le silence des textes, pouvant paraître surprenant en certains cas – ainsi, dans celui de la peste de Justinien47. D’autres catastrophes en font les frais. Comme le met en exergue Stathakopoulos, l’imprécision des données des sources ne permet pas toujours de clairement distinguer une simple pénurie d’une véritable famine. Il faut reconnaître avec lui que, pour trancher cette question, la part du jugement personnel de l’auteur est importante et qu’elle n’est pas toujours pertinente48. En outre, le manque d’informations est caractéristique des textes lorsque l’historien cherche à circonscrire des maladies endémiques. Seule une analyse sur une région donnée portant sur une longue durée permet de contourner cette contrainte, nous l’avons souligné en ce qui concerne la malaria. Au contraire, les maladies épidémiques attirent et retiennent facilement l’attention des auteurs qui, de ce fait, l’enregistrent49. Il faut, par conséquent, reconnaître qu’au regard des textes au moins, l’histoire biologique des maladies reste toujours délicate sinon impossible, ces textes permettant plutôt une histoire sociale et culturelle de ces affections50.

Entre flou terminologique et précision des témoignages

  • 51 Nous ne présenterons ici que les auteurs hellénisants.

15Ajoutons, enfin, les réserves qui s’imposent au regard d’une étude rigoureuse de la terminologie choisie par les auteurs pour évoquer ou décrire tel ou tel phénomène51. C’est là encore un flou apparent qui semble prévaloir, du moins pour certains maux plus que d’autres. Si, comme nous allons le présenter, les sources s’avèrent relativement précises dans leur dénomination ou description des séismes dans leur ensemble, quelques exceptions peuvent confirmer cette constatation.

  • 52 The Correspondance of Athanasius I Patriarch of Constantinople, éd. Talbot A. M., Corpus Fontium h (...)
  • 53 Voir, en dernier lieu, Stathakopoulos D. C., « Die Terminologie der Pest in byzantinischen Quellen (...)
  • 54 En ce sens, la comparaison avec les sources latines est tentante. En ce qui concerne les textes ar (...)
  • 55 Patlagean, Pauvreté économique…, op. cit., p. 85.
  • 56 Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 4. Pour la période médio-byzantine, cf. Hunge (...)
  • 57 Cf. Congourdeau M.-H., « Pour une étude de la peste noire à Byzance », dans ΕΥΨΥΧΙΑ, Mélanges offe (...)

16Dans une lettre à l’empereur Andronic II Paléologue, le patriarche Athanasius Ier n’évoque qu’un simple « bruit retentissant » (τετρυγὼς κτύπος), sans plus de précision, pouvant désigner un séisme comme un autre événement52. Le cas de ce que nous qualifions de peste est lui aussi significatif et le fait a souvent été mis en avant53. Le qualificatif de λιμός peut désigner la peste – celle des VIe -VIIIe siècles, comme celle des XIVe -XVe siècles – mais aussi tout autre fléau contagieux, ce qui, sans autre précision, rend délicat son attribution aux deux pandémies qui encadrent le millénaire byzantin54. Bien plus, sa confusion est fréquente, sinon inévitable dans la tradition des textes grecs, comme le souligne Évelyne Patlagean, avec le terme de λιμός qui, lui, désigne une famine55. Non seulement les deux termes sont pris l’un pour l’autre, mais ils sont aussi fréquemment associés l’un à l’autre, au-delà de leur prononciation qui semble identique pour la haute période byzantine56. Au reste, d’autres qualificatifs sont génériques et vagues pour désigner des crises démographiques importantes caractérisées par une mortalité accrue ou anormale. Celui de θανατικόν en fait partie. Soulignons qu’il peut connaître des variantes et compléments, indiquant des niveaux de mortalité, avec les expressions de θανατικόν μέγα ou θανατικόν μέγιστον, notamment à l’époque de la peste Noire57.

  • 58 Cf. l’analyse récente de M. Meier, « Beobachtungen zu den sogenannten Pestschilderungen bei Thukyd (...)
  • 59 Cf. Miller T. S., « The Plague in John VI Cantacuzenus and Thucydides », Greek, Roman and Byzantin (...)

17Faut-il rappeler du reste que, dans l’ensemble, ce flou terminologique est aussi un héritage ? Dans le cas des deux épisodes de peste précisément, il est bien connu que plusieurs de nos auteurs principaux s’inspirent en bonne part de la description de la peste ayant touché Athènes pendant la guerre du Péloponnèse, telle que l’a relatée Thucydide. Le fait a été assez présenté pour qu’il soit inutile de le reprendre en détail ici, que ce soit dans le cas de la peste Justinienne58 ou de la peste Noire59.

  • 60 Ainsi, entre autres cas : Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6075, p. 252 ; voir aussi la ment (...)
  • 61 Est-ce le cas derrière la mention d’un simple σεισμός par Théophane, sous l’année du monde 6124 ? (...)
  • 62 Le récit d’Agathias relatif à un séisme à Alexandrie en l’an 551, nous allons le voir, est sans do (...)
  • 63 Cf. Guidoboni, n° 228, pour le séisme du 10 mai 583 décrit par Théophylacte de Symokatta. Un seism (...)
  • 64 Il concerne un séisme en Crète en 796, alors qu’un second, la même année à Constantinople, est jug (...)
  • 65 Die byzantinischen Kleinchroniken, éd. Schreiner P., Corpus Fontium historiae Byzantinae (CFHB), n (...)
  • 66 Guidoboni-Comastri, n° 150, p. 323. Le qualificatif de frikwdšstatoj (par exemple chez Skylitzès, (...)
  • 67 Comme le souligne Failler, op. cit., p. 386. Cette mémoire est entretenue du reste, nous l’avons d (...)

18Au flou terminologique peut être opposée la précision qui apparaît dans la prose de certains auteurs. Le cas des séismes semble, à cet égard, le plus significatif. Souvent, et en reprenant à l’évidence un topos, un tremblement de terre est qualifié de « grand », σεισμός μέγας60. Soulignons toutefois que, s’il ne faut pas voir là un lieu commun littéraire, une telle mention laisse le champ libre à l’existence de secousses jugées plus secondaires par les contemporains, car peu ressenties par ces derniers et/ou dont les conséquences se sont avérées négligeables du fait d’une faible magnitude61. De ce fait, de telles manifestations des mouvements de l’écorce terrestre échapperaient pour une grande part à l’histoire comme à l’historiographie, ce qui n’aurait rien d’étonnant62. Pour introduire une nuance dans l’intensité et les effets de ces mêmes tremblements de terre, la mention de μέγιστος σεισμός apparaît dans certains témoignages63. Le qualificatif de φοβερώ-τατος peut aussi être employé par Théophane64, comme dans une notule de la fin de la période65, et l’on ne recule pas devant l’emphase avec la mention d’un séisme παμμέγιστος66. Ces nuances ne nous semblent nullement anodines, étant donné que les plus redoutables de ces séismes alimentent aussi un souvenir transmis quelquefois sur plusieurs générations67.

  • 68 Agathiae Myrinaei Historiarum libri quinque, éd. Keydell R., Corpus Fontium historiae Byzantinae ( (...)
  • 69 Agathias, V, 3, éd. Keydell R., op. cit., p. 167 : « ἦχος τις βαρὺς και ἂγριος, ὣσπερ χθονία βροντ (...)
  • 70 Cf. Ducellier, « Les tremblements de terre… », op. cit., p. 73, et pour ce qui suit, même s’il dat (...)
  • 71 Pachymérès, Relations historiques, op. cit., t. III, IX, 15, p. 259, séisme du 1er juin 1296 (cf. (...)
  • 72 Variété que Ducellier, « Les tremblements de terre… », op. cit., p. 73, qualifie de « séisme verti (...)
  • 73 Ainsi que l’a justement remarqué Failler, op. cit., p. 386 (avec les références). Plus largement, (...)

19Quelques auteurs vont toutefois plus loin. Ce sont non seulement des secousses que certains textes décrivent, mais aussi des bruits et d’autres sensations physiques perçues. À cet égard, il nous paraît opportun d’insister sur l’ensemble des sens qui semblent alors en éveil dans certaines notations de moments vécus. C’est ainsi une « sensation de mouvement très faible et pas du tout évidente, mais pourtant réelle » que ressent Agathias lors du séisme d’Alexandrie en 55168. Au contraire, quelques années plus tard, c’est « un grondement violent, énorme, tel un tonnerre » venu des profondeurs de la terre, qu’il décrit, alors qu’il se trouve à Constantinople69. De son côté, Georges Pachymère a donné une description du tremblement de terre qui détruisit Dyrrachium/Durazzo en 1270, description qui a pu être qualifiée d’extraordinaire70. Elle l’est, en effet, par sa précision sur la nature de la secousse ressentie : « ce n’était pas un de ces frémissements dont la terre est latéralement agitée, mais une secousse qui se présentait comme une série de pulsations (σφυγμοί) ». Cette mention de pulsations n’est nullement isolée, car on la retrouve plus bas dans l’œuvre du même auteur, relative à un autre séisme71. Elle désigne donc nécessairement une variété de séisme72, et cette précision, qui confère à cet épisode sa singularité, est bien appréhendée comme telle par le rédacteur de la Version brève de ce récit historique qui l’entend comme un terme technique73.

  • 74 Agathias, II, 15, éd. Keydell R., op. cit., p. 60 ; trad. Maraval, op. cit., p. 96-97 et 284, n. 3 (...)

20Il n’est guère surprenant que de telles précisions émanent d’auteurs qui ont aussi été témoins oculaires des faits qu’ils relatent. Pour cette raison, leur description va souvent bien au-delà des seules sensations physiques. C’est le cas d’Agathias, présent dans la cité d’Alexandrie lorsque la terre tremble en 551. Il précise qu’il y est alors pour ses études et indique à quel point la crainte le saisit, lorsqu’il prend conscience du manque de solidité des maisons, car, dit-il, elles ne sont ni imposantes ni à même de tenir ferme si elles sont secouées. Cette crainte, assure-t-il, est partagée par les autres Alexandrins : ces derniers sortent des maisons, se répandent dans les rues, tous paniqués – quoique les plus âgés se montrent étonnés par le phénomène, car il n’avait jamais eu lieu par le passé74. Son témoignage est d’autant plus remarquable qu’il présente les débats qui eurent cours pour tenter d’expliquer le phénomène.

  • 75 Agathias, II, 16, éd. Keydell R., op. cit., p. 61-62 ; trad. Maraval, op. cit., p. 98.
  • 76 C’est donc logiquement la date de 554-558 qui est retenue pour ce tsunami par Guidoboni, n° 221, m (...)
  • 77 Le terme de βρασμός est généralement traduit par celui de « bouillonnement », d’où l’idée de raz d (...)

21Le récit d’Agathias va plus loin. Passant par l’île de Cos en se rendant à Constantinople, il découvre « un spectacle qui passe toute description75 » : l’île a été submergée par le tsunami consécutif au séisme qu’il vient de décrire pour Alexandrie76. Il avance ainsi que « la force du raz de marée (βρασμός) était à ce point extraordinaire qu’il brisa et renversa même là où le flot n’avait pu atteindre77 ». Qu’ils aient ou non choisi la fuite, notamment en se réfugiant dans les temples, les habitants périrent pour une majorité d’entre eux. Le spectacle qu’offre donc la ville qu’Agathias trouve face à lui est des plus désolants : elle n’est que ruines dans lesquelles il dit deviner des fragments de colonnes jonchant le sol ; une épaisse fumée obscurcit l’air rendant toute reconnaissance des lieux aléatoire. Il note surtout que les maisons qui ne s’étaient pas écroulées n’étaient nullement celles de marbre, mais celles bâties de briques cuites et de terre. Enfin, les hommes qu’il croise sont décrits dans un état d’hébétude, « comme complètement indifférents à leur propre vie ». La désorganisation qu’il détaille est d’autant plus critique que l’eau potable vient à manquer. Le seul honneur de cette ville reste « la fierté d’être la patrie d’Hippocrate ».

  • 78 Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6255, p. 434 ; trad. Mango et Scott, p. 601. Cf. Telelis, Μ (...)
  • 79 Nicéphore le Patriarche, Brevarium historicum, éd. et trad. Mango C., Corpus Fontium historiae Byz (...)
  • 80 Ibid., p. 146 : « ἃπερ εἰς τοσοῦτον ὕψος άνέσχεσεν ώς ὄρη δοκεῖν εἷ ναι ὑπερύψηλα ».
  • 81 Ces deux récits constituent la base de nombreux textes grecs postérieurs, dont l’écheveau vient d’ (...)

22D’autres détails abondent de la part d’autres témoins oculaires, au sujet de catastrophes naturelles différentes. Le statut de victime n’est pas toujours mis en avant dans ces témoignages – et ce d’autant plus, sans doute, que les témoins rédigent longtemps après les faits et tendent à éclipser les aspects les plus funestes d’une telle expérience. Si le moine et chronographe Théophane rappelle en détail que le terrible hiver 763-764 provoqua la mort de nombre de ses propres animaux, il aime aussi à préciser que s’il donne tant de détails sur cet hiver, c’est qu’il en fut témoin en personne (αύτόπτης) : il s’amusait à grimper sur les icebergs qui s’étaient formés et passaient par le détroit du Bosphore devant Constantinople, icebergs devenus ainsi terrains de jeux pour lui et une trentaine de ses camarades78. Ce n’est toutefois pas sous ce seul côté ludique que Théophane dépeint cet hiver et ses effets sur le paysage de Constantinople et de ses parages. À ce titre, ses propos rejoignent ceux d’un autre observateur contemporain, le patriarche Nicéphore, lequel avance pour sa part que ce fut un spectacle hors du commun pour ceux qui en furent les témoins79. Leurs deux récits relatent notamment combien la terre et la mer, prises par la neige et la glace, constituaient un ensemble désormais uni : la vue ne permettait plus de distinguer l’une de l’autre. Il était en outre devenu impossible de naviguer dans cet espace maritime, en particulier dans la mer Pontique, comme le souligne Nicéphore ; au contraire, c’était à pied que l’on pouvait passer d’une rive à l’autre de la Corne d’Or, voire de la Thrace à l’Asie. Enfin, certains icebergs, semblables à de petites montagnes selon Nicéphore80, vinrent se heurter aux murailles et les endommagèrent, suscitant la consternation des habitants de la capitale81.

  • 82 Évagre, Histoire ecclésiastique, IV, 29, trad. Festugière A.-J., Byzantion, 45, 1975, p. 389-392. (...)

23Consternation et lamentation sont d’autant plus de mise lorsque le témoin est aussi victime de la catastrophe. C’est le cas, par exemple, d’un des auteurs nous permettant d’appréhender les premiers effets de la peste de Justinien, Évagre le Scholastique. En 591-592, alors qu’il rédige son Histoire ecclésiastique, un retour de peste survient qui lui permet de rappeler l’arrivée de cette épidémie, en 542, à Antioche, où il séjourne encore un demi-siècle plus tard. Non seulement il peut avancer qu’au moment où il rédige il subit son quatrième retour de peste, mais, en plus, il souligne qu’il fut victime du premier épisode, avec fièvres et enflures à la clé, ou qu’il perdit par la suite des membres proches de sa famille82.

  • 83 Voir aussi la richesse de la description des effets d’un séisme sur l’île de Chypre, le 29 juin 11 (...)
  • 84 Voir la comparaison entre une source hagiographique et le récit de Pachymère, tous les deux relati (...)
  • 85 Durliat, « La peste du VIe s.… », op. cit., p. 114, 118-119. Cf. les nouvelles vues tirées du regi (...)
  • 86 Sarris P., « Bubonic Plague in Byzantium. The Evidence of Non-Literary Sources », dans Little (éd. (...)

24Au total, ce sont là des récits tirés de réalités vécues qui présentent l’avantage, pour les historiens, d’offrir des descriptions en général détaillées83. Il ne faut toutefois pas tomber dans le piège qu’elles nous tendent : souvent, les exagérations sont proches84. Certaines d’entre elles, de ce fait, ont pu être remises en cause par l’historiographie. Le cas des morts massives dans les récits de Procope et de Jean d’Éphèse du fait de la peste de Justinien, et des doutes soulevés à la suite du travail de Jean Durliat, est, à cet égard, bien connu85. Notons toutefois que si les chiffres donnés par ces chroniqueurs contemporains paraissent exagérés, ils peuvent néanmoins expliquer le vide documentaire en matière épigraphique pour la même pandémie. De ce vide, relatif nous l’avons vu, Durliat tirait l’un de ses arguments pour minimiser les effets de la peste. Mis en parallèle, cependant, avec les descriptions des chroniqueurs, la rapidité de la diffusion de l’épidémie, le nombre élevé de corps enterrés, les mentions de fosses communes et, plus largement, la grande désorganisation dont nous parlent les textes, tout cela tendrait à expliquer l’absence de témoignages épigraphiques : comme le souligne à son tour Peter Sarris, la mort soudaine est finalement allée plus rapidement que la préparation d’inscriptions et de cénotaphes86.

Catastrophes naturelles et histoire du millénaire byzantin

25Ces éléments présentés, il nous reste à indiquer quelques aspects des multiples conséquences que ces catastrophes naturelles ont pu avoir durant la période byzantine. Plusieurs thèmes se dégagent que nous aborderons sans prétendre à l’exhaustivité une fois de plus.

Des conséquences économiques et sociales

  • 87 Cf. Little, « Life and Afterlife… », op. cit., p. 7 et ses références ; voir aussi le témoignage q (...)
  • 88 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. Bougard F., Paris, 1994, II, 4, p. 39.
  • 89 « Dans les prés ne restaient plus que les bêtes, sans aucun pasteur. Des villages, des places fort (...)

26Premier effet attendu des catastrophes naturelles : elles entraînent des conséquences économiques et sociales, qui sont à la base, quelquefois, de mutations majeures. Dans le monde byzantin comme ailleurs, il n’est pas rare, en premier lieu, que des auteurs se plaisent à décrire les effets dévastateurs d’un tel épisode sur le plan de la désorganisation économique. Les écrits de Jean d’Éphèse relatifs à la désolation semée par la propagation de la peste Justinienne peuvent nous en convaincre. Il se lamente ainsi des nombreux champs de blé qu’il aperçoit tout au long de la route, depuis la Syrie jusqu’en Thrace, n’ayant trouvé personne pour assurer la récolte ni constituer les réserves ; même constat pour les vignes qui perdent leurs feuilles alors qu’elles conservent leurs raisins qui ne sont ni cueillis, encore moins pressés87. Soulignons que de l’autre côté de la Méditerranée, mais dans des territoires toujours byzantins à cette date, c’est-à-dire dans la péninsule Italienne, Paul Diacre devait reprendre les mêmes thèmes en usant de termes quasiment identiques : « Passé le temps des moissons, les blés attendaient encore intacts le moissonneur ; à l’approche de l’hiver, la vigne perdait ses feuilles, intouchée, raisins luisants88. » Comme l’a récemment souligné Lester K. Little, Paul Diacre va plus loin et se répand en détails crus indiquant le choc psychologique causé par l’épidémie, les zones traditionnelles de concentration humaine qui se vident, la remise en cause, de fait, de l’ordre social89.

  • 90 Les récoltants n’eurent que le temps de fuir leurs champs, trouvant refuge sur une colline voisine (...)
  • 91 Comme le montre, par exemple, Patlagean, Pauvreté économique…, op. cit., p. 74 sq.
  • 92 Theophanes Continuatus, Bekker I. (éd.), Bonn, 1838, p. 417-418 ; le passage est repris par Skylit (...)
  • 93 Kaplan, Les hommes et la terre…, op. cit., p. 421-424 ; Lefort J., « The Rural Economy, Seventh-Tw (...)

27C’est quelquefois un phénomène plus surprenant, car moins fréquent, qui peut avoir des conséquences économiques fâcheuses. En juillet 1402, les deux rives du golfe de Corinthe sont touchées par un tsunami suite à un tremblement de terre. La rive nord semble avoir été la plus affectée, d’après un témoignage vénitien contemporain : la mer a pénétré sur plus de deux cents mètres à l’intérieur des terres, réduisant à néant les cultures céréalières que les résidents locaux moissonnaient90. Dans ce cas toutefois, les conséquences ne s’avèrent nuisibles qu’à court terme, car non seulement une catastrophe naturelle peut mettre un terme à un cycle de croissance ou affecter en premier lieu les populations les plus fragiles91, mais elle peut aussi accélérer un processus de mutations économiques et sociales de taille à moyen terme. L’exemple-type est celui des suites du rigoureux hiver 927-928. Celui-ci est bien connu et souvent mentionné comme l’une des causes importantes dans l’appropriation toujours plus importante des terres par les grands propriétaires, au détriment de plus faibles dans l’Empire. Le Continuateur de Théophane raconte combien les 120 jours de gel du dit hiver conduisirent à une grande famine, provoquant tant de morts « que les vivants ne parvenaient pas à ensevelir les cadavres », suscitant jusqu’à l’intervention du basileus pour aménager les places publiques en fonction des contraintes imposées par le froid et la neige92. Le même empereur, Romain Ier Lécapène, tenta aussi de juguler le mouvement de concentration des terres au bénéfice des puissants, mouvement accéléré par les effets de cet hiver, en promulguant une novelle en 934 visant à limiter ceux-ci et à freiner l’accélération de la grande propriété93.

  • 94 Voir, pour les premiers siècles de la période, Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p (...)
  • 95 Il convient, dès lors, de bien séparer les causes naturelles des causes humaines (infrastructures, (...)
  • 96 Entre autres travaux : Teall J. L., « The Grain Supply of the Byzantine Empire », Dumbarton Oaks P (...)
  • 97 C’est le cas à Constantinople en 524, où l’on manque d’huile, ce qui suggère une atteinte des régi (...)
  • 98 Ibid., p. 77, avec le lien entre ces sauterelles et la sécheresse. Dans le cas de la Haute-Mésopot (...)
  • 99 Sur ce point, voir Patlagean, Pauvreté économique…, op. cit., p. 77 ; il va de soi qu’inversement (...)

28Sans avoir des conséquences aussi durables, d’autres dérèglements climatiques (sécheresses, gels tardifs, etc.) conduisent à des remises en cause de l’ordre économique ou social, selon un schéma classique dans les mondes anciens : ils occasionnent des récoltes insuffisantes, synonymes de pénuries propices aux flambées des prix, aboutissant quelquefois à des révoltes, en particulier urbaines94. Au-delà des seules raisons liées à l’environnement naturel, la question des infrastructures et des moyens de communication à l’intérieur de l’Empire est un élément majeur à prendre logiquement en compte95. La question du ravitaillement des villes, en particulier de Constantinople, est à ce titre fondamentale ; elle a été souvent étudiée et elle l’est encore, ce qui nous dispense de la reprendre ici en détail96. De ce fait, il est nécessaire d’être attentif à la chronologie des crises de subsistance telles qu’elles apparaissent dans nos textes, car certaines ne sont pas nécessairement éclairées par des mentions de crises climatiques pouvant a priori être incriminées97. La présence de vers et d’insectes, en particulier de sauterelles, est aussi un indice séduisant dans les textes mais aux effets destructeurs dans les champs et les vignobles – perçus donc comme des calamités conduisant à des crises de subsistance98. La dichotomie entre Constantinople et la province byzantine, décrite plus haut pour d’autres raisons, se laisse de nouveau entrevoir. En cas de crise, suite ou non à une catastrophe naturelle d’ailleurs, les cités provinciales se replient rapidement sur les ressources de leur territoire, alors que Constantinople peut compter sur les exportations égyptiennes jusqu’à la perte de cette province dans le deuxième quart du VIIe siècle99.

  • 100 Telelis, Μετεωρολογικά φαινόμενα, op. cit., n° 603 et 606-609 pour ces exemples.
  • 101 Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6159, p. 351 ; Telelis, Μετεωρολογικά φαινόμενα, op. cit., (...)
  • 102 Voir Woods D., « Jews, Rats, and the Battle of Yarmûk », dans Lewin A. S. et Pellegrini p. (éd.), (...)
  • 103 Dauphin C., « Fièvres et tremblements : la Palestine byzantine à l’épreuve de la malaria », dans B (...)
  • 104 Pachymérès, Relations historiques, op. cit., IX, 31, t. III, p. 303.

29Certaines conséquences militaires peuvent aussi être envisagées ici. Il est fréquent que les chroniqueurs byzantins décrivent à quel point un hiver rude, un froid intense et durable, ou des chutes de neige abondantes peuvent gêner l’armée impériale. Ainsi en est-il des contraintes que ces données naturelles imposent dans le déplacement de l’armée, dans le siège d’une ville – avec, quelquefois, ces deux éléments se superposant dans les textes, comme l’indique Georges Akropolitès au sujet de l’armée durant l’année 1256. Un hiver rude peut conduire à la mort de soldats, comme c’est le cas à la fin de l’année 1242, d’après le témoignage du même chroniqueur100. De tels épisodes peuvent toutefois avoir l’issue inverse : lors du siège d’Amorion, entre décembre 667 et février 668, la neige tombe tellement durant une nuit qu’elle permet aux soldats byzantins de monter plus facilement sur les remparts, d’entrer dans la cité et de s’en emparer, non sans avoir exécuté « tous les Arabes » si l’on en croit Théophane101. Très récemment, un historien a mis en évidence l’influence jusqu’alors négligée de la peste dans l’armée byzantine lors de la confrontation de cette dernière à l’armée arabo-musulmane au moment de la bataille dite du Yarmouk. Les vues qui en découlent invitent à une nouvelle chronologie de cet affrontement décisif102. Dans le même domaine géographique, il est fort probable qu’une maladie endémique comme la malaria ait anémié une population qui, affaiblie, n’ait su défendre la Palestine byzantine face aux conquêtes arabo-musulmanes, comme le suggère Claudine Dauphin103. L’activité diplomatique peut aussi être entravée par des intempéries ou un hiver plus rigoureux que d’habitude, aux conséquences fâcheuses pour les déplacements d’une délégation impériale104.

  • 105 Nicephori Gregorae historiae byzantinae, éd. Bekker I., Bonn, t. III, 1855, livre XXXVII, p. 509. (...)
  • 106 Kaplan, Les hommes et la terre…, op. cit., p. 461. Cette paysannerie est déjà en progression et s’ (...)
  • 107 Cf. les cas analysés par Sidéris, « Quelques aspects des catastrophes naturelles… », op. cit., p.  (...)
  • 108 Voir la reconstitution synthétique de D. C. Stathakopoulos, « Travelling with the Plague », dans M (...)
  • 109 Ibid., p. 103-105 ; Mccormick M., « Bateaux de vie, bateaux de mort. Maladie, commerce, transports (...)
  • 110 Cf. Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6238, p. 422-423, et les multiples commentaires que ce (...)
  • 111 Mccormick, « Bateaux de vie… », op. cit., p. 62-65 ; Id., Origins of the European Economy…, op. ci (...)
  • 112 Congourdeau, « Pour une étude… », op. cit., p. 156 (sous l’année 1386-1387).
  • 113 Entre autres cas, la malaria peut affecter les déplacements diplomatiques au nom du basileus, comm (...)
  • 114 Telelis I. G., « Weather and Climate as Factors affecting Land transport and Communications in Byz (...)

30Soulignons du reste, à la suite de l’exemple donné par Théophane, qu’un épisode naturel présenté comme calamiteux dans nos sources n’a pas qu’une issue négative, même sur le plan économique. Durant l’été 1359, une forte sécheresse n’aurait pas empêché d’abondantes vendanges, d’après Nicéphore Grégoras105. Cet auteur s’attarde sur le fait que chacun s’attendait alors à une piètre récolte, ce qui ne fut nullement le cas, au contraire – sans qu’il n’en donne, du reste, un quelconque élément d’explication. Il s’ensuivit que chacun jugea qu’il s’agissait-là d’une faveur divine. Il y eut tant de vin, assure Nicéphore, que les récoltants manquèrent de récipients, que nombre d’entre eux recueillirent le double ou le triple de l’année précédente, certains jusqu’au quadruple. Et Grégoras d’établir un lien avec la paix retrouvée en Thrace, redevenant accessible et hospitalière, elle qui était peu de temps auparavant couverte de « brigands » – paix assurée par un arrêt temporaire des entreprises militaires entre Byzantins et Ottomans. Par ailleurs, un épisode climatique singulier n’a pas la même portée selon les groupes sociaux. En 927-928, nous l’avons vu, les grands propriétaires tirent leur épingle du jeu des circonstances climatiques et du contexte économique. Plus tôt, dans le cadre de la peste de Justinien, Michel Kaplan a montré que cette épidémie et ses retours touchèrent certes les plus défavorisés dans le monde rural, mais pas la moyenne ou petite paysannerie indépendante106. Enfin, des catastrophes comme des séismes et des sécheresses peuvent avoir à moyen terme des effets favorables pour la population de la capitale, en ce sens qu’elles conduisent, de fait, à une modernisation des infrastructures urbaines107 Ces quelques réflexions invitent à considérer rapidement la question des échanges et communications interrompus ou rendus difficiles par les calamités naturelles. Il faut mettre en avant, tout d’abord, combien les témoignages tirés des textes et de l’épigraphie nous permettent d’appréhender tant l’aire géographique de diffusion de la première pandémie de peste et la chronologie qui lui est associée, que les principales voies qu’elle a pu suivre108. Cette diffusion fut assurée en suivant les voies terrestres comme maritimes, et c’est par ces dernières que Constantinople finit par être atteinte, vers la fin mars 542109. Les retours de peste suivent d’autres itinéraires, toujours intéressants à relever pour l’historien des maladies et du commerce : ainsi celui des années 740, à la fin de cet épisode pandémique110. La question de l’infection des gens de mer qu’aborde l’historiographie récente pour cette même maladie111 est remarquable car elle se pose de nouveau au XIVe siècle, lors de la peste Noire. Ainsi, en 1382, la correspondance de Kydônès nous indique qu’il ne peut se rendre en Italie à cause de la peste sur la route – sans préciser toutefois en quelle zone exacte. Il indique cependant que la voie maritime reste tout autant impraticable, car les marins sont aussi touchés par la peste et que ce serait une folie que de s’embarquer ainsi sur un navire vers l’Occident112. D’autres calamités et contraintes naturelles, du grand froid aux tempêtes – qu’elles soient terrestres ou maritimes – ou, dans une moindre mesure, les séismes, retardent des départs, ralentissent ou empêchent des déplacements113. Le fait est valable dans toutes les régions de l’Empire et pour toute la période ; certains cas ont déjà été présentés et une synthèse récente nous permet de ne pas en dire plus114.

Conséquences mentales et réactions : de la peur à la fuite

  • 115 Cf. les remarques liminaires d’A. Ducellier, Le drame de Byzance. Idéal et échec d’une société chr (...)

31Les conséquences économiques et sociales ne sont pas les seules à compter et nos sources ont déjà laissé entrevoir d’autres aspects importants des réactions des hommes face aux catastrophes naturelles de toute sorte. Les réactions mentales sont sans doute les plus remarquables, à la fois parce qu’elles émanent de témoins directs et livrent ainsi des éléments précis, mais aussi parce que ces détails donnés tranchent globalement avec d’autres attitudes ou traits de mentalité de la vie quotidienne plus difficiles à percevoir car les Byzantins ne s’épanchent guère115. Quelques aspects relatifs aux craintes inspirées par les calamités méritent attention, au-delà de ce qui a déjà été entrevu précédemment, tout comme d’autres éléments du fait de leur caractère récurrent ; enfin certaines réactions, comme la fuite, doivent être appréhendées.

  • 116 Nicéphore Grégoras, Correspondance, éd. Guilland R., Paris, 1927, t. III, l. XXVIII, p. 220-221, p (...)
  • 117 Cf. Guidoboni et Ebel, Earthquakes…, op. cit., p. 85.
  • 118 Ibid., p. 87 ; Guidoboni-Comastri, n° 150, p. 323 (séisme du 13 juin 1296, bien connu par d’autres (...)
  • 119 Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6282, p. 464 (séisme du 9 février 790). Cf. Guidoboni, n° 2 (...)
  • 120 Agathias, II, 16, éd. Keydell R., op. cit., p. 62 : « ἂνδρες ... σκυθρωποί τε ἂγαν καὶ κατηφεῖς ».

32La peur semble une réaction normale suite à une catastrophe, qu’elle soit climatique, tellurique ou pandémique. Ce sont d’ailleurs la soudaineté comme la crainte directe ou rétrospective qui peuvent apparaître dans certains témoignages. Nicéphore Grégoras le dit à sa manière, décrivant le séisme du 1er mars 1354, tant en employant l’adverbe έξαίφνης – lequel apparaît souvent dans les textes pour souligner cette irruption inattendue d’un événement semblable – qu’en décrivant son état d’esprit si troublé qu’il en vint, avoue-t-il, à dire adieu à la vie116. On ne saurait trop insister sur cette peur panique qui semble, légitimement, avoir touché les témoins directs de secousses telluriques. À ce titre, les notulae de certains manuscrits sont riches d’enseignements117. Certaines ont pu être rédigées au moment même d’un séisme. Telle est la déduction qu’il faut faire d’un passage de l’une d’entre elles où le texte décrivant une secousse est brusquement interrompu, laissant la place à un bref commentaire rédigé par une autre main : Φόβος μέγας, « Grande peur118 ». Aux terreurs soudaines – sans doute décuplées lorsque la terre tremble la nuit – s’ajoute le contre-coup psychologique dans les heures et jours qui suivent un cataclysme et les destructions matérielles qu’il a pu engendrer. Le chronographe Théophane dépeint ainsi les habitants de la capitale trop effrayés par d’éventuelles répliques sismiques pour rester dormir la nuit dans leurs habitations, préférant s’installer sous des tentes et dans des jardins, à l’image de l’impératrice et de son fils fuyant le Grand Palais119. La description déjà donnée des habitants de l’île de Cos par Agathias a ici toute sa place : les hommes y sont « hagards et abattus120 ».

  • 121 Sévère d’Antioche, « Sur la dédicace de la Sainte Croix et sur l’anniversaire du tremblement de te (...)
  • 122 Congourdeau, « Pour une étude… », op. cit., p. 153, avec les références (retour de peste de septem (...)
  • 123 Voir ainsi les remarques de C. Dauphin, La Palestine…, op. cit., II, p. 513, relatives au texte de (...)

33Au reste, les conséquences de tels séismes ne sont pas seulement morales, mais aussi physiques, ce que les textes, semblent-ils, décrivent moins, s’en tenant le plus souvent au nombre de tués. Une exception confirme cette tendance. Elle relève d’une description saisissante dans une homélie conservée de Sévère d’Antioche, relative au séisme de septembre 458 dans la cité de Syrie du Nord. Le texte s’attarde, ainsi, entre autres, sur la description d’un homme défiguré à la suite de la chute de ce que l’évêque monophysite qualifie de « grosse pierre » tombée sur lui : il se tient à moitié mort dans la ville dévastée que personne n’est plus en mesure de reconnaître121. Traumatismes physiques comme destructions matérielles jouent certainement beaucoup, comme dans ce dernier cas, dans la perte de repères propice aux troubles psychiques. Ces derniers ne sont toutefois nullement l’apanage des secousses telluriques. Les deux pandémies de peste peuvent être évoquées à leur tour. Dans le cas de la peste Noire, la correspondance de Démétrios Kydonès se révèle particulièrement instructive. Celui-ci confie en effet certains de ses sentiments, comme ses angoisses, à l’évidence partagées par ses contemporains : les maux de tête, les palpitations, mais aussi les étouffements, ou encore la crainte de devenir fou, voire la sensation de ne plus être en vie, sans compter les insomnies122. Ces données ne sauraient être vues comme insolites et, partant, jugées suspectes : la médecine moderne a démontré que la peste bubonique pouvait engendrer des hallucinations et autres troubles psychiques chez les sujets atteints – ce qui pourrait expliquer certains témoignages surprenants de Procope ou de Jean d’Éphèse123.

  • 124 Bartholomaeus Rossanensis, Vita sancti Nili iunioris, éd. G. Giovanelli, Badia di Grotaferrata, 19 (...)
  • 125 Les textes manquent nettement pour d’autres régions que l’on sait régulièrement concernées par l’i (...)
  • 126 On observera le même « réflexe » dans les sources arméniennes ou arabes relatives, pour ces derniè (...)
  • 127 Les mentions sont nombreuses, et nous nous permettrons de renvoyer, là encore, aux catalogues de G (...)
  • 128 Miguel Ataliates, Historia, éd., trad. espagnole et commentaire d’I. Pérez Martín, Madrid, 2002, I (...)

34Notons, au passage, que si les effets d’une calamité quelconque sont physiques ou psychiques pour les hommes, le paysage et l’espace vécu s’en ressentent quelquefois. Les textes peuvent en garder témoignage, comme la Vie de Nil de Rossano, dans un épisode de la seconde partie du Xe siècle. Si l’on en croit l’auteur, en effet, un glissement de terrain modifia singulièrement le paysage de Rossano, en Calabre, à la suite d’une secousse tellurique doublée d’une longue période de pluie. Ceux qui en furent témoins demeurèrent frappés par un tel changement. L’effroi fut d’autant plus marquant qu’au total ni homme, ni bête ne mourut dans ce cataclysme (κατακλυσμός)124. Ce cas est riche d’enseignement pour le monde rural, ressource hagiographique oblige125, alors que les mentions de destructions et d’effondrements dans les villes, en particulier Constantinople, sont fréquentes. Les dommages successifs subis par la coupole de l’église Sainte-Sophie ont déjà été rappelés. D’autres églises, monastères et sanctuaires apparaissent souvent cités dans nos textes, non seulement parce qu’une partie non négligeable de leurs auteurs appartient au monde ecclésiastique, mais aussi parce que ces espaces cultuels sont des points centraux dans les villes, rassemblant de nombreux fidèles126. Pour chrétiens qu’ils soient, nos auteurs ne s’arrêtent toutefois pas là et, en bons Constantinopolitains, évoquent régulièrement, avec plus ou moins de brièveté, le sort de colonnes, statues et autres bâtiments datant de l’Antiquité et bravant les avatars du temps et des séismes. C’est souvent lorsqu’il s’écroule que ce patrimoine apparaît dans les textes, qu’il ait été déjà ou non chargé d’un sens nouveau bien éclairé par les Patria127. Fait rare, à l’occasion du séisme de septembre 1063, Michel Attaleiatès décrit les effets identiques sur un temple ancien à Cyzique, hors de la capitale128.

  • 129 Pachymérès, Relations historiques, op. cit., t. II, V, 7, p. 457. Cf. Ducellier, « Les tremblement (...)
  • 130 Congourdeau, « Pour une étude… », op. cit., p. 156, n. 20 et ses références. Même remarque vingt-t (...)

35À l’occasion, des auteurs peuvent se montrer particulièrement précis à propos des conséquences physiques ou matérielles d’un événement. Nous l’avons entrevu avec Georges Pachymère, mais il faut aller plus loin dans sa description des effets du séisme de Dyrrachium, en mars 1270 ou 1269. Non seulement il décrit une série de pulsations ou encore l’augmentation du nombre de secousses au fur et à mesure que le temps avance, mais il en détaille aussi les conséquences finalement les plus durables. Le tremblement de terre provoque en effet un exhaussement de la zone littorale aux conséquences funestes : bloquant l’écoulement des eaux, il conduit à la constitution de zones de marais – si propices à l’apparition de la malaria129. L’acribie de certains auteurs est aussi remarquable dans le cas de la peste Noire. Des textes précisent en effet que les enfants, et plus encore les nourrissons, sont d’abord affectés par les retours de peste, avant les personnes des autres âges – c’est le cas lors de l’épisode de peste de 1386-1387 dans la capitale, d’après le témoignage du métropolite de Thessalonique, Isidore Glabas, présent sur place130.

  • 131 Serban C., « La peur à Byzance aux XIIIe-XIVe siècles », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinist (...)
  • 132 Agathias, V, 3, éd. Keydell éd., op. cit., p. 167 ; trad. Maraval, op. cit., p. 227. Même critique (...)
  • 133 Ainsi, un certain proèdre Nicéphore, témoin des crevasses (χάσματα) qui avaient englouti cinq vill (...)

36La crainte ou l’effroi qui saisit le témoin d’une catastrophe naturelle engendre des comportements qui méritent étude, eux aussi. Il a déjà pu être noté que la peur conduit à s’affranchir des barrières sociales, précisément lorsque se multiplient les maux dans l’Empire finissant131. Agathias le dit explicitement en présentant les effets du séisme de décembre 557 sur les habitants de la capitale impériale. Sortant dans les rues suite à la violente secousse, les femmes, des rangs sociaux inférieurs comme supérieurs, se heurtent aux hommes ; les esclaves ne font plus cas de leur maître, méprisant les ordres donnés : « le rang social, la décence, la conscience des privilèges, tout ce qui […] doit être respecté était alors bouleversé et foulé aux pieds132 ». Pour d’autres, échapper de peu à un destin tragique pousse à la vocation monastique133.

  • 134 Dans le cas de la peste Justinienne, voir les exemples cités par Little, « Life and Afterlife… », (...)
  • 135 Cf. Guidoboni-Comastri, n° 279, p. 576, et les références.
  • 136 Agathias, V, 5, éd. Keydell R., op. cit., p. 170, trad. Maraval, op. cit., p. 230-231.
  • 137 Nous avons déjà mentionné certaines des processions annuelles se déroulant à Constantinople aux da (...)

37Si quelques témoignages invitent à considérer la remise en cause, plus ou moins brève, des valeurs et repères traditionnels, d’autres insistent au contraire sur une autre réaction, illustrée par le dernier cas : le refuge dans une attitude plus religieuse, marquée par la prière et la participation à des processions. Les exemples sont nombreux, presque autant que les mentions de catastrophe134. Retenons ce témoignage vénitien d’Antonio Morosini à la suite du séisme qui ébranle durement le sud-ouest du Péloponnèse le 13 avril 1422. En dépit des inimitiés, résidants grecs et latins mettent de côté leurs différends et parcourent ensemble les rues de Modone, entonnant le « chiere leixon » (kyrie eleison), s’embrassant et partageant la crainte d’une prochaine secousse doublée d’une probable épidémie (muoria135). La sincérité des attitudes est frappante dans de tels témoignages contemporains. Il faut toutefois s’interroger sur sa pérennité. Agathias de nouveau le dit bien, toujours pour les effets du séisme de 557. Si certains changeaient de vie pour embrasser une vie solitaire là où d’autres abandonnaient leurs richesses, distribuant vêtements et nourriture en abondance aux plus faibles, « tout cela ne durait qu’un temps » et, lorsque le danger commençait à diminuer, la plupart revenaient « à leur conduite habituelle136 ». Les processions sont aussi là pour rappeler le souvenir d’un événement tragique passé137.

  • 138 Les plus anciens recueils…, op. cit., § 37, p. 78 (trad. p. 73).
  • 139 Suite aux séismes : cf. Guidoboni, n° 176 (Constantinople, 25 septembre 437), n° 206 (Antioche, 29 (...)
  • 140 Pachymérès, Relations historiques, op. cit., V, 7, t. II, p. 457-459.
  • 141 Sévère d’Antioche, « Sur la dédicace de la Sainte Croix… », op. cit., p. 121 ; plus haut (ibid., p (...)
  • 142 Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 79, et n° 30 ; Durliat, De la ville antique…, (...)
  • 143 L’événement est reporté par de multiples auteurs grecs, ainsi que par la chronique de Matteo Villa (...)
  • 144 Congourdeau, « La société byzantine… », op. cit., p. 22 (Stéphanos d’Alexandrie), 25 (Anastase le (...)

38Se hâter de trouver refuge dans un sanctuaire est une forme de fuite, comme il ressort d’un passage des Miracles de Saint Demetrius à propos d’un retour de peste à Thessalonique138. La fuite, lorsqu’elle est possible, est l’une des dernières réactions quelquefois détaillées dans les textes139. Pachymère décrit combien certains habitants de Dyrrachium sont pris au piège du violent séisme de 1270, car la contiguïté des édifices écroulés sur eux « s’opposait à leur fuite140 ». Même constat dans l’homélie de Sévère d’Antioche déjà citée : ceux qui étaient prisonniers de leurs maisons « reçurent les pierres qui étaient suspendues au-dessus de leurs têtes et furent écrasés par les tuiles, les solives et les planches141 ». La fuite réussie peut toutefois avoir des conséquences considérables. Économiques tout d’abord. Fuyant la disette en l’an 500, les refugiés d’origine rurale viennent s’entasser à Édesse où leur poids aggrave les restrictions dans la cité : ce sont les premières victimes humaines de la crise de subsistance142. Militaires ensuite. Le 1er mars 1354, la terre tremble dans la mer de Marmara et provoque la chute des murailles de Gallipoli. Ajoutée à la fuite des survivants, dont certains devaient mourir de froid, cette chute facilite la prise de la place par les Turcs – premier point d’appui de la conquête ottomane en Europe143. Observons cependant que la fuite n’est pas un simple réflexe de survie décidé dans le feu de l’action. Des prescriptions médicales antiques l’encouragent, à la suite d’Hippocrate, et elles inspirent plusieurs auteurs byzantins face à la peste144.

Des éléments d’explication

  • 145 Congourdeau, « La société byzantine… », op. cit., p. 34-35.

39Cette question de l’attitude à observer face à une catastrophe et la réponse qu’on veut bien lui donner ne sont nullement anodines. Elles renvoient toutes deux aux éléments d’explication qui peuvent apparaître, ici ou là, sur ces calamités d’origine naturelle qui affectent les hommes. Des études récentes ayant traité le sujet me permettront d’être bref. L’une de ces explications a déjà été entrevue. Elle est spirituelle. Ces catastrophes viennent de Dieu qui punit les hommes pour leurs péchés. Pendant la peste Noire, le traité sur la Providence de Théodore Agallianos, futur métropolite de Médeia, en donne une bonne illustration. L’auteur affirme que la fuite préconisée par certains constitue un péché : cela revient à fuir la volonté divine et, si fuite il y a, elle ne peut qu’être la fuite en Dieu145.

  • 146 Ibid., p. 26-29.
  • 147 Ibid., p. 31. Marc Eugenikos, au siècle suivant, s’inscrit aussi dans cet effort de synthèse.
  • 148 Congourdeau et Melhaoui, « La perception de la peste… », op. cit., p. 123.

40Face à cette conception, on relève un second type d’explication, plus rationnel. Pour en rester avec le cas de la peste, celle-ci relèverait même d’une causalité naturelle, fruit d’un dérèglement des conditions physiques. Anastase le Sinaïte en donne la mesure au VIIe siècle. Sa position est d’autant plus singulières que la peste frappe encore d’une part, mais surtout parce que les contemporains des débuts de la pandémie au siècle précédent (Procope, Évagre le Scholastique) insistaient, eux, sur le défi à l’entendement que posait tout essai de compréhension146. Le plus souvent, en fait, une volonté de synthèse explicative transparaît entre ces deux causalités ; au XIVe siècle par exemple, Alexios Makrembolitès, admet une causalité naturelle mais la soumet à la volonté divine, créateur des humeurs du corps comme des airs corrompus147. Comme l’observent Marie-Hélène Congourdeau et Mohammed Melhaoui, le domaine byzantin et celui de l’Islam convergent sur ce point : l’explication rationnelle « n’implique qu’exceptionnellement une contestation de la théologie traditionnelle148 ».

  • 149 Deux études sont fondamentales : Dagron, « Quand la terre tremble… », op. cit., passim ; Congourde (...)
  • 150 Un même auteur, comme Photius au IXe siècle, peut se montrer le défenseur des deux points de vue.
  • 151 Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne, I, éd. Wolska-conus W., Paris, 1968, Livre I, § 21- (...)
  • 152 Agathias, V, 7-10, éd. Keydell R., op. cit., p. 170-176 ; trad. Maraval, op. cit., p. 231-235.
  • 153 Ibid. Voir Traina G., « Un terremoto artificiale nel VI secolo d. C. ; gli esperimenti di Antemio (...)
  • 154 Cf. Dagron, « Quand la terrre tremble… », op. cit., p. 92 sq.
  • 155 Congourdeau, « Les Byzantins face aux catastrophes… », op. cit., p. 157, où est mis en avant le ca (...)

41De telles tentatives d’explication traversent aussi le millénaire byzantin pour une seconde calamité : les séismes149. Dans le domaine rationnel, Hippocrate est ici remplacé par Aristote, sans qu’il ne soit fait fi du contexte chrétien ; le débat porte plus entre ceux qui opposent causalité rationnelle et causalité spirituelle d’un côté, et ceux qui proposent de les concilier150. Il n’empêche que l’explication purement rationnelle, basée sur les théories aristotéliciennes, est souvent raillée depuis Cosmas Indicopleustès151. Certains ne veulent pas trancher, présentant les positions des uns et des autres, tant pour les séismes que pour les pestes, mais se gardant de dévoiler le fond de leur pensée, à l’instar d’Agathias152. D’autres se livrent à d’ingénieuses reconstitutions visant à reproduire mécaniquement l’effet d’un séisme, tel Anthémios de Tralles153. Enfin, comme pour les astres, à défaut d’expliquer on tente d’interpréter ces signes154. N’allant que rarement seule, nous l’avons dit, une calamité naturelle en annonce nécessairement d’autres. Au point que l’on verra se développer un véritable genre littéraire pour interpréter les séismes, les seismologia, ou les coups de tonnerre, les brontologia155.

Conclusion

  • 156 Dans le cadre de la vie politique et de l’idéologie impériale notamment, aspect qui n’a été traité (...)
  • 157 Comme y invite Michael McCormick, les historiens intégrant ces données ne peuvent travailler en sa (...)
  • 158 Cf. Koder J., « “Zeitenwenden”. Zur Periodisierungsfrage aus byzantinischer Sicht », Byzantinische (...)

42Séismes, coups de tonnerre, tempêtes ou pandémies se livrent encore à nombre d’interprétations dans le monde byzantin. Une brève synthèse ne saurait toutes les présenter. Bien des aspects demeurent encore à explorer tant la référence à ces calamités est fréquente dans nos sources156. Il faut se féliciter d’observer la multiplication des études, en particulier ces dernières années, intégrant ces références dans la compréhension de tout ou partie de l’histoire du millénaire byzantin. Nombre d’entre elles entrent aussi dans l’âge adulte en allant au-delà des seules sources écrites les plus usuelles et en se basant sur l’apport des sciences expérimentales modernes157. Plus largement, l’étude des phénomènes naturels, qu’ils se marquent ou non par l’irruption d’une catastrophe dans le cours de l’histoire, nous conduit à reconsidérer le millénaire byzantin sous un angle nouveau, notamment quant à sa périodisation158.

  • 159 Voir ainsi les études de la section IV dévolue à la peste dans le monde latin dans Little, Plague (...)
  • 160 Telelis I. G., « Medieval Warm Period and the Beginning of the Little Ice Age in Estearn Mediterra (...)
  • 161 Cf. Ducellier, « Les séismes… », op. cit., p. 112. Il faut aussi souligner avec lui l’absence d’ép (...)
  • 162 À ce titre, la carte dressée par Guidoboni-Comastri, p. 838-839, qui présente l’ensemble des épiso (...)

43Restent les catastrophes en elles-mêmes. Gageons qu’elles sont riches d’enseignement pour et par les recensions que l’homme moderne peut tirer de leur documentation. La comparaison avec d’autres espaces contemporains est toujours suggestive et mérite une attention accrue. En effet, une civilisation fonctionnant rarement en vase clos, l’intérêt actuel pour les catastrophes naturelles invite à regarder de près les éléments convergents et divergents sur ce thème chez les deux grands voisins de Byzance, l’Occident chrétien d’un côté et l’Islam de l’autre159. De simples relevés des dits phénomènes peuvent conduire à des constats importants. Comment ne pas mettre en parallèle des conditions climatiques favorables dans l’Empire au XIIe siècle160 ajoutées à une nette accalmie dans les secousses telluriques enregistrées au même moment161, avec le redressement impérial de l’époque des Comnènes ? Les séismes, en particulier, affectent alors singulièrement les voisins italiens et l’Orient, latin comme musulman162.

44Enfin, si la documentation nous livre de multiples informations sur les réactions et attitudes humaines face aux calamités, ces dernières s’avèrent aussi à Byzance, quelquefois, des phénomènes qui ont accéléré le cours de l’Histoire. La peste au sein des armées byzantines en 638 lors des affrontements contre les Arabes au nord-est de Jérusalem, le rude hiver 927-928, ou encore le séisme de mars 1354 et ses conséquences à Gallipoli en sont des exemples reconnus, dans des domaines différents du monde byzantin.

Figure 1 – Mortalité infantile (La dixième plaie d’Égypte). Guiard des Moulins, Bible historiale, Saint-Omer, XIVe s. (Paris, BNF, Français 152, fo 47).

Notes

1 Voir supra, « Le millénaire byzantin : quelles sources pour quelles catastrophes ? ».

2 Arjava A., « The Mistery Cloud of 536 C. E. in the Mediterranean Sources », Dumbarton Oaks Papers, 59, 2005, p. 73-94. Un premier essai de synthèse avait déjà été dressé par A. K. Sinakos, « Ενα περίεργο φυσικό φαινόμενο των χρόνων του Ιουστινιανού : η συννεφιά των ετών 536-537 μχ », Byzantiaka, 22, 2002, p. 31-48.

3 Arjava, « The Mistery Cloud… », op. cit., p. 81-83, et ses conclusions p. 93, où il est déduit de ce témoignage et d’autres que le dit phénomène fut davantage visible, et peut-être uniquement, en Italie et en Asie mineure.

4 Voir en outre la présentation de la documentation par J. D. Gunn, « A. D. 536 and its 300-Year Aftermath », dans Id. (éd.), The Year without Summer. Tracing A. D. 536 and its Aftermath, BAR International Series n° 872, Oxford, 2000, p. 5-20.

5 Arjava, « The Mistery Cloud… », op. cit., p. 86-92. Nombre d’éléments observés grâce à ces sources ne peuvent être appréhendés dans le cadre d’une chronologie fine, à l’année, sinon au mois près ; de ce fait, certaines conséquences apparentes peuvent être la suite d’autres troubles dans les zones concernées : activités militaires, séismes, début de pandémie de peste après 541.

6 Comme l’ont rappelé récemment, sans connaissance des travaux d’Arjava, I. Antoniou et A. K. Sinakos, « The Sixth century Plague, its repeated Appareance until 746 AD and the Explosion of the Rabaul Volcano », Byzantinische Zeitschrift, 98, 2006, p. 1-4.

7 Baillie M. G. L., « Dendrochronology Raises Questions about the Nature of the AD 536 Dust-Veil Event », The Holocene, 4, 1994, p. 216 ; Faquharson P., « Byzantium, Planet Earth and the Solar System », dans Allen p. et Jeffreys E. (éd.), The Sixth century : End or Beginning ? Byzantina Australensia, n° 10, Brisbane, 1996, p. 263-269 (ici p. 267). L’hypothèse de la rencontre d’un nuage interstellaire avec le système solaire est aussi évoquée : cf. Dauphin C., La Palestine byzantine : peuplements et population, II, Oxford, 1998, p. 520 et la bibliographie.

8 Stothers R. et Rampino M., « Volcanic Eruptions in the Mediterranean before AD 630 from Written and Archaeological Sources », Journal of Geophysical Research, 88, 1983, p. 6357-6371. Au regard des données de Jean Lydus, Arjava, « The Mistery Cloud… », op. cit., p. 83 et 93, n’écarte pas l’hypothèse des effets d’une éruption d’un volcan plutôt situé dans l’hémisphère nord.

9 Antoniou et Sinakos, « The Sixth century Plague… », op. cit., p. 2-3. Notons cependant que les témoignages écrits conservés ne concordent pas toujours pour savoir si ce persistant voile nuageux fut plutôt marqué par une sécheresse, comme l’avance Cassiodore, ou par une forte humidité, comme l’explique Jean Lydus : cf. Arjava, « The Mistery Cloud… », op. cit., p. 81.

10 Patlagean É., Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance (IVe-VIIe siècles), Paris-La Haye, 1977, p. 75. Voir notamment les références et analyses pour chacun des événements précis dans Stathakopoulos D. C., Famine and Pestilence in the Late Roman and Early Byzantine Empire. A systematic Survey of subsistence crises and epidemics (Birmingham Byzantine and Ottoman Monographs, 9), Aldershot, 2004, n° 78, 79, 80, 81 (famine à Amida en 504-505), 133, 135, etc.

11 Kaplan M., Les hommes et la terre à Byzance (VIe-XIe siècle), Paris, 1992, p. 458. Notons aussi le constat proche établi pour les séismes par Dagron G., « Quand la terre tremble… », Travaux et Mémoires, 8, 1981, p. 92, pour la fin du Ve et le VIe siècle.

12 Telelis I. G., « Climatic Fluctuations in the Eastern Mediterranean and the Middle East AD 300-1500 from Byzantine Documentary and Proxy Physical Paleoclimatic Evidence – A Comparison », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 58, 2008, p. 170, fig. 1, et 171, commentaire. Dans un second tableau, p. 171, fig. 2, il faut constater le nombre assez élevé de textes du type Vitae Sanctorum dans ces mentions climatologiques – majoritaires en nombre absolu aux IVe et Ve siècles, en nombre relatif au VIe siècle – par rapport aux autres types de texte considérés (Histoire ecclésiastique, Histoire, Chronographie).

13 Ibid., p. 171, fig. 3. Les mentions de phénomènes climatiques de courte comme de longue durée atteignent un pic aux IVe, VIe, XIe et XIIe siècle : voir ibid., fig. 1 et 5, ainsi que les conclusions, p. 189.

14 Ibid., fig. 4, et commentaire, p. 171-173.

15 Comme l’observe Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 10-11.

16 Failler A., recension du catalogue de Guidoboni et Comastri, dans Revue des Études byzantines, 64-65, 2006-2007, p. 385, qui précise que, sur les 383 tremblements de terre signalés, seuls 83 concernent les terres byzantines.

17 Cf. Telelis, « Climatic Fluctuations… », op. cit., p. 190 ; nous donnerons plus bas quelques éléments d’explication possible.

18 Voir supra, « Le millénaire byzantin : quelles sources pour quelles catastrophes ? ».

19 Telelis, « Climatic Fluctuations… », op. cit., p. 176, fig. 6, montrant 152 mentions relevées entre l’an 300 et l’an 1500 pour l’Asie mineure, contre 118 relatives à la capitale byzantine. En valeur absolue comme relative, ces deux chiffres restent toutefois largement supérieurs à ceux des zones suivantes (Mésopotamie, 89 ; Syrie, 78 ; Égypte, 26, etc.), mais surtout ils tranchent singulièrement avec d’autres régions plus proches de la capitale et qui restent plus durablement impériales sur l’ensemble de la période : seules 26 mentions concernent la Thrace et 22 la Macédoine.

20 Downey dressait en son temps une première liste chronologique des séismes couvrant l’ensemble du millénaire byzantin, de l’an 342 à 1454, mais n’ayant affecté que Constantinople et ses régions les plus voisines : Downey G., « Earthquakes at Constantinople and Vicinity AD 342-1454 », Speculum, 30, 1955, p. 596-600. Plus récemment, Vercleyen titrait une étude sur ces mêmes séismes et leur impact sur la population à Constantinople : Vercleyen F. « Tremblements de terre à Constantinople : l’impact sur la population », Byzantion, 58, 1988, p. 165-166. C’est davantage l’ensemble du bassin oriental de la Méditerranée qui a été alors considéré, quitte à réduire le champ chronologique d’investigation, comme le proposait A. Ducellier, « Les séismes en Méditerranée orientale du XIe au XIIIe siècle. Problème de méthode et résultats provisoires », Actes du XVe Congrès International des Études byzantines, Athènes, 1980, t. IV (Histoire), p. 103-113. Plus récemment, les catalogues sous la direction de Guidoboni intègrent bien toutes les données pour l’ensemble du bassin méditerranéen, au-delà des seuls territoires byzantins, et ce pour l’ensemble de la période médiévale. Soulignons enfin que des zones géographiques plus éloignées de la capitale impériale ont pu récemment se prêter à une étude sérielle, comme celle appréhendée par A. Luttrell, « Earthquakes in the Dodecanese : 1303-1513 », dans Zachariadou E. (éd.), Natural Disasters in the Ottoman Empire, Rethymnon, 1999, p. 145-151 (non consulté), de même que les travaux de F. Evangelatou-Notara, « Σεισμοί στην Μικρά Ασία (6ος-12ος αι.) », dans Oikonomidès N. et al., Byzantine Asia Minor (6th-12th centuries), Athènes, 1998, p. 197-214, que l’on peut compléter par une cartographie, pour les trois derniers siècles de notre période, dans Id., Σεισμοί στο Βυζάντιο άπό τὸν 13ο μέχρι καὶ τὸν 15ο αίώνα. ’Ιστορικὴ έξέταση Athènes, 1993, p. 128-129, où l’on observe la référence à des séismes concernant uniquement les régions de Bithynie et de Lydie. La connaissance de l’activité sismique dans l’espace micrasiatique peut être complétée par d’autres monographies urbaines qui ont fourni d’utiles mises au point, comme celle de C. Foss, Ephesus after Antiquity : A Late Antique, Byzantine and Turkish City, Cambridge, 1979, p. 188-192. La série Tabula Imperii Byzantini (notamment les n° 5 et 7) fournit de précieux compléments locaux. Voir encore, pour le Péloponnèse, Evangelatou-Notara F., « … Καὶ τὰ πολλὰ τἢς Πελοποννήσου...σεισμού γεγόνασιν παρανάλωμα », dans Πρακτικὰ Γ’ Διεθνοὺς Συνεδρί ου Πελοποννησιακῶν Σπουδῶν, Athènes, 1987, p. 427-448.

21 Waelkens M., « Sagalassos und sein Territorium. Eine interdisziplinäre Methodologie zur historischen Geographie einer kleinasiatischen Metropole », dans Belke K., Hild F., Koder J. et Soustal p. (éd.), Byzanz als Raum. Zu Methoden und Inhalten der historischen Geographie des östlichen Mittelmeerraumes (Veröffentlichungen der Kommission für die Tabula Imperii Byzantini, Bd. 7), Vienne, 2000, p. 261-288 (ici, p. 271) ; Waelkens M., Sintubin M., Muchez p. et Paulissen E., « Archaeological, Geomorphological and Geological Evidence for a Major Earthquake at Sagalassos (SW Turkey) around the Middle of the Seventh Century AD », dans McGuire W. J., Griffiths D. R., Hancock p. L. et Stewart I. S. (éd.), The Archaeology of Geological Catastrophes, Geological Society, Special Publication n° 171, Londres, 2000, p. 373-383, mettant en évidence que la cité semble avoir été abandonnée vers le milieu du VIIe siècle après un violent séisme dont l’épicentre fut certainement proche. On peut désormais consulter le dernier rapport de fouilles et l’ample bibliographie qu’il offre sur cette question : Degryse p. et Waelkens M. (éd.), Sagalassos VI, Geoand Bio-Archeology at Sagalassos and its Territory, Louvain, 2008.

22 Guidoboni E., avec la collaboration d’A. Comastri et de G. Traina, Catalogue of ancient Earthquakes in the Mediterranean area up to the 10th century, Rome, 1994, p. 414 sq. ; Guidoboni E. et Comastri A., Catalogue of Earthquakes and Tsunamis in the Mediterranean Area from the 11th to the 15th century, Rome, 2005, p. 836 sq. Nous utiliserons désormais les abréviations suivantes : Guidoboni pour le premier catalogue, Guidoboni-comastri pour le second.

23 Voir les remarques d’É. Limousin, « Jean Skylitzès, les empereurs et les séismes », dans Favier R. et Granet-abisset A.-M. (éd.), Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, Grenoble, 2005, p. 175-188 (ici p. 180), dans le cas du séisme de 989, que Skylitzès date de 986. Ce séisme est encore largement décrit par Léon le Diacre, qui, lui aussi, ne porte son intérêt que sur Constantinople : Leonis Diaconi Caloënsis historiae libri decem, éd. Hase C. B., Bonn, 1828, X, 10, p. 175-176 ; cf. Guidoboni, n° 298, p. 404-405. Jean-Claude Cheynet, dans Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, texte traduit par B. Flusin et annoté par J.-C. Cheynet, Paris, 2003, p. 277, n. 81, retient la date d’octobre 986 pour ce séisme. Le constat de la rareté des mentions des séismes dans les provinces byzantines s’impose encore plus si l’on songe aux secousses extérieures à l’Empire, fût-ce dans des régions directement voisines de ce dernier – à l’exception du séisme de Jérusalem en 1034 : cf. Limousin, « Jean Skylitzès… », op. cit., p. 178.

24 Ibid., p. 179.

25 Il décrit ainsi un séisme secouant Constantinople le 4 décembre 1026, précisant que l’événement fut terrible et détruisit de nombreux bâtiments : voir Yahyâ b. Sa’îd al-Antâkî, Histoire, éd. Kratchkovsky I., trad. Troupeau G. et Micheau F., Patrologia Orientalis, t. 47, Turnhout, 1997, p. 483. Or, comme le soulignent Guidoboni et Comastri, aucun autre auteur, notamment de langue grecque, n’en mentionne sous cette date. Ce silence ne serait pas surprenant s’il ne concernait pas, entre autres, le chroniqueur Skylitzès dont on sait qu’il a été très prolixe sur ce genre d’événements, nous venons de le voir : cf. Guidoboni-Comastri, n° 009, qui avancent en outre que ce séisme est inconnu des autres catalogues établis. Il n’est pas impossible que l’auteur arabe ait pu commettre des erreurs d’ordre chronologique dans sa présentation des événements – le séisme le plus proche dans le temps restant celui du 13 août 1032 : Jean Skylitzès, Σύνοψις ιστοριν, éd. Thurn I. H., orpus Fontium historiae Byzantinae (CFHB), n° 5, Berlin-New York, 1973, p. 386 ; Zonaras, Επιτομή ιστοριν, éd. Büttner-Wobst T., III, Bonn, 1897, III, p. 580-581 ; Guidoboni-Comastri, n° 010.

26 Ainsi que le souligne A. Ducellier, « Les tremblements de terre balkaniques au Moyen Âge : aspects matériels et mentaux », dans Bennassar B. (éd.), Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, 1996, p. 64-65 et 69. La capitale impériale est précisément sur la faille nord-anatolienne, comme le rappelle à son tour M.-H. Congourdeau, « Les Byzantins face aux catastrophes naturelles sous les Paléologues », Revue des Études byzantines, 67, 2009, p. 163. Voir aussi Geyer B., « Données géographiques », dans Geyer B. et Lefort J., La Bithynie au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 23-40 (ici p. 27), soulignant que les effets des séismes dans cette zone sont d’autant plus destructeurs que leurs foyers sont à faible profondeur ; Lefort J. « L’évolution de l’occupation du sol et du paysage », ibid., p. 535-545 (ici p. 542), avec les références aux études de géophysique de cette zone.

27 Durliat J., « La peste du VIe siècle. Pour un nouvel examen des sources byzantines », dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, I, (IVe-VIIe siècle), Paris, 1989, p. 118.

28 Cf. la réponse donnée à l’étude de Durliat par J.-N. Biraben, « Rapport : la peste du VIe siècle », dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, op. cit., p. 121-125 (ici p. 122), et pour ce qui suit.

29 Voir Zuckerman C., Du village à l’Empire. Autour du registre fiscal d’Aphroditô (525/526), Paris, 2004, p. 189-212, plus particulièrement les pp. 211-212, contre d’autres analyses historiographiques rejetant ces chiffres élevés, en particulier Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 139-141. D’après Zuckerman, le chiffre invoqué par Jean d’Éphèse de 230 000 morts recensés dans la capitale avant que l’on cesse le décompte peut être jugé correct pour deux raisons : tant par la précision « séduisante » du chiffre lui-même qu’en comparaison avec la population totale de la ville, si celle-ci se situe plutôt dans la fourchette haute des estimations des historiens (plus de 700 000 habitants, citoyens et autres résidents, esclaves, voyageurs inclus).

30 Par exemple dans une Chronique brève éditée par Schreiner, 25, 5, p. 199 (séisme de mai 1222) ; cf. Congourdeau, « Les Byzantins face aux catastrophes… », op. cit., p. 156.

31 Cf. Croke B., « Two Early Byzantine Earthquakes and their Liturgical Commemoration », Byzantion, 51, 1981, p. 123 ; Hunger H., Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, Munich, 1978, I, p. 262.

32 Voir les réflexions de Guidoboni, p. 50 ; de même, Guidoboni E. et Ebel J. E., Earthquakes and Tsunamis in the Past. A Guide to Techniques in Historical Seismology, Cambridge, 2009, p. 235.

33 Cf. Congourdeau M.-H., « La société byzantine face aux grandes pandémies », dans Patlagean É., Maladie et société à Byzance, Spolète, 1993, p. 32 sq. ; Id. et Melhaoui M., « La perception de la peste en pays chrétien byzantin et musulman », Revue des Études byzantines, 59, 2001, p. 101-102. Elle est perceptible tant dans les homélies tardives que dans les Novelles de l’époque de Justinien : voir Stathakopoulos D. C., « Making Use of the Plague : Readings in Sixth Century History », dans Belke K., Kislinger E., Külzer A. et Stassinopoulou M. A. (éd.), Byzantina Mediterranea. Festschrift Johannes Koder zum 65. Geburtstag, Vienne-Cologne-Weïmar, 2007, p. 633-639, ici p. 634-635 (Novelles 122 et 141). Par ces sanctions, Dieu παιδεύει « éduque » ou, mieux, « corrige » (Marie-Hélène Congourdeau) les croyants pour qu’ils reviennent vers lui.

34 Lemerle P., « Thomas le Slave », Travaux et Mémoires, 1, 1965, p. 257.

35 En particulier avec les passages évangéliques suivants : Luc 21, 11 et 21, 25 ; Math. 24, 7. Cf. Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 4 et 25. Pour d’autres références vétérotestamentaires employées dans le cas de la peste, voir Congourdeau et Melhaoui, « La perception de la peste… », op. cit., p. 101-102.

36 Voir la liste succincte dressée par Hunger, Die hochspraschliche profane Literatur…, op. cit., p. 262. On trouvera de multiples exemples, parfois contradictoires, dans les recensions de Stathakopoulos et de Telelis, avec référence précise aux sources ; celles-ci se recoupent éventuellement : cf. Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., n° 170, qui correspond aux données de Telelis I. G., Μετεωρολογικὰ φαινόμενα καὶ κλίμα στό Βυζάντιο (’Ακαδημία ’Αθηνῶν Κέντρον Έρεύνης τἢς Έλληνηκἢς και Λατινικἢς Γραμματείας [Πονήματα 5]), Athènes, 2004, n° 212, mais avec une datation différente.

37 Ducellier, « Les séismes… », op. cit., p. 109-110. Le fait est net dans la chronique de Jean Skylitzès : cf. Limousin, « Jean Skylitzès… », op. cit., p. 186.

38 Léon le Diacre, op. cit., X, 8, p. 172, et X, 10, p. 175-176. Sur cette comète, cf. Grumel V., La chronologie, Traité d’études byzantines, I, Paris, 1958, p. 472 ; Schove D. J. et Fletcher A., Chronology of Eclipses and Comets, AD 1-1000, Woodbridge, 1984, p. 297. Vers la fin de la période, la peste Noire n’est aussi qu’une des épreuves envoyées par Dieu aux croyants, avec les ravages de la guerre, les soulèvements populaires ou les séismes : cf. Congourdeau, « Les Byzantins face aux catastrophes. », op. cit., p. 151-152 ; Id., « La société byzantine… », op. cit., p. 32.

39 Georges le Moine, Chronicon, éd. de Boor C., Leipzig, 1904, II, p. 798 ; Joseph Génésios reprend cette même description : op. cit., p. 74-75 ; pour les séismes, cf. Guidoboni, n° 260.

40 Théophane, Chronographia, éd. de Boor C., Leipzig, 1883-1885, AM 6124, p. 336 ; trad. anglaise par C. Mango et R. Scott, The Chronicle of Theophanes Confessor, Oxford, 1997, p. 467. La comparaison est instructive avec les données des auteurs arabe et syriaque que sont, respectivement, Agapius de Manbidj et Michel le Syrien : cf. Hoyland R. G., Seeing Islam as Others Saw it : A Survey and Evaluation of Christian, Jewish and Zoroastrian Writings on Early Islam, Princeton, 1997, p. 636, n. 33. Ces signes annonciateurs peuvent concerner des troubles internes à l’Empire, par exemple chez Skylitzès où le rude hiver 1010-1011 et les séismes qui s’ensuivent jusqu’en mars de cette même année « présagent la rébellion qu’il y eut ensuite en Italie » : Skylitzès, éd. Thurn, op. cit., p. 347-348 ; trad. Flusin, op. cit., p. 291. Cf. Telelis, Μετεωρολογικὰ φαινόμενα, op. cit., n° 432.

41 Sur ce vaste sujet : Magdalino P., « The History of the Future and its Uses : Prophecy, Policy and Propaganda », dans Beaton R. et Roueché C. (éd.), The Making of Byzantine History. Studies dedicated to D. M. Nicol, Londres, 1993, p. 4-7 ; Meier M., « Zur Warhnehmung und Deutung von Naturkatastrophen im 6. Jahrhundert n. Chr. », dans Groh D., Kempe M. et Mauelshagen F. (éd.), Naturkatastrophen. Beiträge zu ihrer Deutung, Wahrnehmung und Darstellung in Text und Bild von der Antike bis ins 20 Jahrhundert, Constance, 2003, p. 45-64 (ici p. 48-52).

42 Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 23-27 ; Id., « Crime and Punishment. The Plague in the Byzantine Empire, 541-749 », dans Little L. K. (éd.), Plague and the End of Antiquity. The Pandemic of 541-750 Cambridge, 2007, p. 99-118 (ici p. 109).

43 Magdalino, « The History of the Future… », op. cit., p. 27-28 ; Congourdeau, « Les Byzantins face aux catastrophes… », op. cit., p. 151 (et n. 3). Sur le décompte des années depuis la Création du monde (Annus mundi = AM), fixée à l’an 5500 avant la naissance du Christ, cf. Grumel, La Chronologie, op. cit., p. 56 sq., 111 sq.

44 Cf. Magdalino, « The History of the Future… », op. cit., p. 24-26, et, plus récemment, Id., « The Year 1 000 in Byzantium », dans Magdalino p. (éd.), Byzantium in the Year 1000, Leyde-Boston, 2003, p. 233-270, notament les p. 242 et 260-261, d’après Léon le Diacre, op. cit., I, p. 4 (après avoir mentionné les signes prodigieux dans le ciel, les séismes terribles et pluies torrentielles dont il fut témoin, celui-ci avance que nombre de ses contemporains attendaient de ce fait la seconde venue du Christ sur terre).

45 Hunger, Die hochspraschliche profane Literatur…, op. cit., p. 269 (et la longue n. 70). Voir ainsi Skylitzès, éd. Thurn, op. cit., p. 225 (hiver 927-928) et 477 (épidémie de 1054-1055). Dans le cas de la peste de Justinien, on a toutefois entrevu plus haut qu’au-delà de cette image, les chiffres donnés par certains auteurs anciens, jugés exagérés par des historiens modernes, doivent être reconsidérés à l’aune de nouvelles analyses et d’autres documents.

46 Pour le début de la période, cf. par exemple : Vie de Sainte Mélanie (Sources chrétiennes, 90), éd. et trad. Gorce D., Paris, 1962, chap. 56, p. 239 (épisode de grand froid) ; ou encore, Vie de saint Syméon Stylite le Jeune (pour un séisme de juillet 551), dans Guidoboni, n° 218, p. 335. Pour la fin de la période, voir les exemples rassemblés par Congourdeau, « Les Byzantins face aux catascatastrophes.», op. cit., p. 153. De la même manière, pour l’année 536-537, et donc pour un épisode largement antérieur à lui, Michel le Syrien explique qu’un signe dans le soleil qui n’avait jamais été vu ni rapporté par écrit auparavant a paru, aux yeux des contemporains, annonciateur des fameux troubles météorologiques de cette même année : Michel le Syrien, Chronique universelle, éd. et trad. Chabot J.-B., Paris, 1899‑1910, II, p. 220-221. Cette mention est remarquable du fait que le phénomène en question fut singulier et qu’il fut enregistré plusieurs siècles après.

47 Néanmoins, cette faible attention s’explique en partie si l’on considère de telles épidémies comme des vicissitudes de la vie quotidienne qui ont peu de raisons de figurer dans des textes s’étendant plutôt sur des événements publics (guerres, avènements, fins de règne, etc.) : cf. Biraben, « Rapport… », op. cit., p. 124.

48 Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 5.

49 Ibid, p. 5-6.

50 Cf. les réflexions introductives de J. N. Hays, « Historians and Epidemics. Simple Questions, complex Answers », dans Little (éd.), Plague and the End of Antiquity…, op. cit., p. 33-56 (ici p. 33).

51 Nous ne présenterons ici que les auteurs hellénisants.

52 The Correspondance of Athanasius I Patriarch of Constantinople, éd. Talbot A. M., Corpus Fontium historiae Byzantinae (CFHB), n° 7, Washington D. C., 1975, n° 37, p. 78. L’éditrice du texte est très dubitative sur cette mention (voir ibid., p. 345-346), n’y percevant guère un séisme, car il n’est mentionné dans aucune autre source, et analysant cette périphrase comme la référence à d’autres événements possibles, par exemple une attaque turque. L’historiographie retient toutefois ce bruit comme une secousse tellurique ayant affecté Constantinople en 1304 (cf. Ducellier, « Les séismes… », op. cit., p. 106) ou fin 1302 (cf. Guidoboni-Comastri, n° 157, p. 333, qui concluent à un séisme douteux).

53 Voir, en dernier lieu, Stathakopoulos D. C., « Die Terminologie der Pest in byzantinischen Quellen », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 48, 1998, p. 1-7 ; Timplalexi P., Medizinisches in der byzantinischen Epistolographie (1100-1453), Francfort, 2002, p. 99.

54 En ce sens, la comparaison avec les sources latines est tentante. En ce qui concerne les textes arabes, les termes de tâ‘ûn (peste) et de wabâ’(épidémie) ont été jugés distinctifs par Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 111, à la suite de L. I. Conrad, « Ta‘un and waba’. Conceptions of Plague and Pestilence in Early Islam », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 25, n° 3, 1982, p. 268-307. Toutefois, la situation est loin d’être aussi tranchée dans l’Occident musulman de la fin du Moyen Âge : voir Gigandet S., « Trois Maqâlât au sujet des épidémies de peste en Andalousie et au Maghreb », Arabica, 48, fasc. 3, 2001, p. 401-407 (ici p. 403) ; je remercie François Clément pour cette dernière référence.

55 Patlagean, Pauvreté économique…, op. cit., p. 85.

56 Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 4. Pour la période médio-byzantine, cf. Hunger, Die hochspraschliche profane Literatur…, op. cit., p. 269, n. 69.

57 Cf. Congourdeau M.-H., « Pour une étude de la peste noire à Byzance », dans ΕΥΨΥΧΙΑ, Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris, 1998, p. 151. À propos d’autres termes, cf. Stathakopoulos, « Die Terminologie… », op. cit., p. 6-7, qui conclut sur l’absence de terminologie fixe et établie pour désigner cette épidémie et ses effets.

58 Cf. l’analyse récente de M. Meier, « Beobachtungen zu den sogenannten Pestschilderungen bei Thukydides II 47-54 und bei Prokop, Bell. Pers. II 22-23 », Tyche, 14, 1999, p. 177-210, où l’on trouvera les principales références bibliographiques sur cette question ainsi qu’une présentation détaillée des éléments convergents comme divergents entre les textes de Thucydide et de Procope. Voir aussi Soyter G., « Die Glaubwürdigkeit des Geschichtschreibers Prokopios von Kaisareia », Byzantinische Zeitschrift, 44, 1951, p. 541-545.

59 Cf. Miller T. S., « The Plague in John VI Cantacuzenus and Thucydides », Greek, Roman and Byzantine Studies, 17, 1976, p. 385-395 ; Hunger H., « Thukydides bei Johannes Kantakuzenos. Beobachtungen zur Mimèsis », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 25, 1976, p. 181-193.

60 Ainsi, entre autres cas : Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6075, p. 252 ; voir aussi la mention du séisme à Rossano, dans la Vie de Nil de Rossano (cf. Guidoboni, n° 287).

61 Est-ce le cas derrière la mention d’un simple σεισμός par Théophane, sous l’année du monde 6124 ? Cf. Théophane, Chronographia, op. cit., p. 336, pour une secousse qui affecte la Palestine, signe annonciateur de la domination des Arabes, comme nous l’avons vu. Plus bas, le même chronographe mentionne un σεισμὸς οὐ μικρὸς en Syrie et Palestine, sous l’année du monde 6248, ce qui semble un hapax : ibid., p. 430 (séisme daté du 9 mars 757 : voir Guidoboni, n° 250). Pour sa part, l’historien Georges Pachymérès décrit un σεισμός μαλακός à Constantinople le 15 janvier 1303 : Relations historiques, éd. et notes par A. Failler, trad. Laurent V., Corpus Fontium historiae Byzantinae (CFHB), n° 24, Paris, 1984, t. IV, X, 34, p. 397. Il paraît néanmoins douteux (cf. Evangelatou-Notara, Σεισμοί στο Βυζάντιο …, op. cit., p. 41), alors que le suivant, deux jours plus tard, et qui fut plus puissant d’après Pachymère, est davantage retenu pour vrai.

62 Le récit d’Agathias relatif à un séisme à Alexandrie en l’an 551, nous allons le voir, est sans doute une exception qui confirme cette règle : si cet auteur l’enregistre, c’est aussi parce que le phénomène semble alors inhabituel dans cette zone et qu’il donne lieu à des débats quant à son explication.

63 Cf. Guidoboni, n° 228, pour le séisme du 10 mai 583 décrit par Théophylacte de Symokatta. Un seismÕj barÚj peut aussi être mentionné par certains auteurs, ainsi Georges Pachymérès, Relations historiques, op. cit., t. II, IV, 16, p. 376. Il faut l’inclure dans les séismes les plus violents car, dans ce cas, il conduit à l’effondrement d’une partie d’une montagne dans la mer, non loin du lieu où Pachymère se trouve, en Proconnèse, au mois d’août 1265 : cf. Evangelatou-Notara, Σεισμοί στο Βυζάντιο..., p. 26-27 et 115. On lira avec profit les passages consacrés à la terminologie employée par les derniers auteurs du monde byzantin pour décrire les séismes, en lien ou non avec les théories aristotéliciennes (ibid., p. 112 sq.).

64 Il concerne un séisme en Crète en 796, alors qu’un second, la même année à Constantinople, est jugé πάνυ φοβερός : Théophane, Chronographia, op. cit., p. 470. Sur l’activité sismique en Crète, voir les propos et références bibliographiques de C. Bourbou, Health and disease in Byzantine Crete (7th-12th centuries A. D.), Medicine in the Medieval Mediterranean, 1, Farnham-Burlington, 2010, p. 14.

65 Die byzantinischen Kleinchroniken, éd. Schreiner P., Corpus Fontium historiae Byzantinae (CFHB), n° 12/1-3, Vienne, 1975-1979, vol. 1, p. 613, n° 87, § 2 (samedi 6 novembre 1344) ; cf. Guidoboni-Comastri, n° 183, p. 398.

66 Guidoboni-Comastri, n° 150, p. 323. Le qualificatif de frikwdšstatoj (par exemple chez Skylitzès, éd. Thurn, op. cit., p. 347) semble lui aussi renvoyer à une secousse majeure.

67 Comme le souligne Failler, op. cit., p. 386. Cette mémoire est entretenue du reste, nous l’avons dit, par la commémoration liturgique de certains séismes de la première moitié du millénaire byzantin

68 Agathiae Myrinaei Historiarum libri quinque, éd. Keydell R., Corpus Fontium historiae Byzantinae (CFHB), n° 2, Berlin, 1967, II, 15, p. 60 ; Agathias, Histoires. Guerres et malheurs du temps sous Justinien, trad. Maraval P., Paris, 2007, p. 96 (et n. 31), dont nous reprenons la traduction. L’épicentre de ce séisme ne se situe pas en Égypte, mais plus certainement sur le littoral syrien, ce qui explique le ressenti : nous suivons en ce sens Maraval, op. cit., p. 284, n. 31, qui date bien ce séisme de 551, alors que le catalogue de Guidoboni et al. distingue deux séismes : Guidoboni, n° 218 (en l’an 551) et n° 220 (en octobre 554), qui est celui décrit par Agathias pour la cité d’Alexandrie.

69 Agathias, V, 3, éd. Keydell R., op. cit., p. 167 : « ἦχος τις βαρὺς και ἂγριος, ὣσπερ χθονία βροντή°» ; trad. Maraval, op. cit., p. 226. Jean Zonaras parle lui d’un séisme dans une périphrase, κλόνος τἢς γἢς, sous le règne de Constans, qu’il est d’ailleurs le seul à mentionner (cf. Guidoboni, n° 238) – qualificatif non isolé, que l’on retrouve chez Skylitzès, éd. Thurn, op. cit., p. 348, ou chez Michel Glykas, Βίβλος χρονικἠ, éd. Bekker I., Bonn, 1836, p. 620 (cf. Guidoboni-Comastri, n° 039). La sensation auditive n’est pas le seul fait des auteurs grecs : le célèbre al-Maqrizî décrit un bruit assourdissant similaire à ceux des sabots de chevaux lorsque la cité de Brousse, que l’auteur situe alors à tort dans l’Empire byzantin, subit une secousse tellurique le 15 mars 1419 (ibid., n° 273, p. 570).

70 Cf. Ducellier, « Les tremblements de terre… », op. cit., p. 73, et pour ce qui suit, même s’il date cet épisode de 1269, p. 75, n. 60. Le passage en question dans l’oeuvre de Pachymère est le suivant : Pachymérès, Relations historiques, op. cit., t. II, V, 7, p. 457 ; Guidoboni-Comastri, n° 126.

71 Pachymérès, Relations historiques, op. cit., t. III, IX, 15, p. 259, séisme du 1er juin 1296 (cf. Guidoboni-Comastri, n° 150). Selon le témoignage de Pachymère, cette secousse fut telle que « personne, ni vieux ni jeune, n’en pouvait connaître […] Certaines personnes déjà âgées le comparaient à celui qu’on appelle le grand séisme par excellence » (référence, sans doute, au séisme du 11 mars 1231 : cf. le commentaire de Failler, p. 258, n. 96).

72 Variété que Ducellier, « Les tremblements de terre… », op. cit., p. 73, qualifie de « séisme vertical ».

73 Ainsi que l’a justement remarqué Failler, op. cit., p. 386 (avec les références). Plus largement, il faut insister sur l’intérêt porté aux phénomènes naturels par l’historien Pachymère, comme le démontre S. Lampakis, « `Υπερφυσικές δυνάμεις φυσικὰ φαινόμενα καὶ δεισιδαιμονίες στὴν ιστορία τοῦ Γεωργίου Παχυμέρη », Symmeikta, 7, 1987, p. 77-101 (ici p. 91-101).

74 Agathias, II, 15, éd. Keydell R., op. cit., p. 60 ; trad. Maraval, op. cit., p. 96-97 et 284, n. 31, qui le date de 551, en lien avec celui qui affecte plus durement Beyrouth au même moment. Cette date est généralement retenue par l’historiographie : cf. Mccail R. C., « The Earthquake of AD 551 and the Birth-date of Agathias », Greek Roman and Byzantine Studies, 8, 1967, p. 241-247 ; ou encore Dagron, « Quand la terre tremble », op. cit., p. 90. Notons que Guidoboni, n° 220, le date du 14 octobre 554, s’appuyant sur le témoignage de Jean de Nikiou, lequel précise d’ailleurs que le 14 octobre est resté, jusqu’au moment où il écrit, plus d’un siècle plus tard, un événement commémoré par les Égyptiens.

75 Agathias, II, 16, éd. Keydell R., op. cit., p. 61-62 ; trad. Maraval, op. cit., p. 98.

76 C’est donc logiquement la date de 554-558 qui est retenue pour ce tsunami par Guidoboni, n° 221, mais en tenant compte des incertitudes chronologiques du récit d’Agathias (cf. p. 339). Voir aussi le point établi par A. Cameron, Agathias, Oxford, 1970, p. 138-139, et le commentaire général qu’elle donne de cette description du séisme ressenti à Alexandrie, p. 113-115. Plus récemment encore, c’est la date de 556 qui a pu être avancée, avec quelques réserves toutefois : cf. Papadopoulos G. A. et al., « Tsunami Hazards in the Eastern Mediterranean : strong Earthquakes and Tsunamis in the East Hellenic Arc and Trench system », Natural Hazards and Earth System Sciences, 7, 2007, p. 57-64, (ici p. 60, n° 4).

77 Le terme de βρασμός est généralement traduit par celui de « bouillonnement », d’où l’idée de raz de marée, terme choisi par Pierre Maraval dans sa traduction d’Agathias, que nous reprenons ici. Il ne semble pas devoir être confondu avec celui de βροασμός, pourtant proche, mais d’un usage rare, comme le rappelle Albert Failler à la suite de son emploi par Georges Pachymérès, Relations historiques, op. cit., t. II, p. 457, n. 3 (Vitalien Laurent le traduit par « mugissement »). Dans ce passage, du reste, Pachymère mentionne les « bruits insolites qui ébranlèrent la terre de manière continue, bruit qu’en langage commun on pourrait appeler mugissements » ; ils sont annonciateurs de l’important séisme qui suit et détruit Dyrrachium. Ducellier, « Les tremblements de terre… », op. cit., p. 73, souligne que les signes avant-coureurs dépeints par Pachymère sont parfaitement connus de la science moderne et il insiste sur la minutieuse terminologie de l’historien grec.

78 Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6255, p. 434 ; trad. Mango et Scott, p. 601. Cf. Telelis, Μετεωρολογικὰ φαινόμενα, op. cit., n° 271. Ces précisions, sous cette année, posent toutefois problème, car Théophane n’aurait eu que quatre ans à cette date (voir les remarques introductives de Mango et Scott, The Chronicle of Theophanes Confessor, op. cit., p. lviii-lix).

79 Nicéphore le Patriarche, Brevarium historicum, éd. et trad. Mango C., Corpus Fontium historiae Byzantinae (CFHB), n° 13, Washington, 1990, § 74, p. 144-147.

80 Ibid., p. 146 : « ἃπερ εἰς τοσοῦτον ὕψος άνέσχεσεν ώς ὄρη δοκεῖν εἷ ναι ὑπερύψηλα ».

81 Ces deux récits constituent la base de nombreux textes grecs postérieurs, dont l’écheveau vient d’être récemment démêlé par Telelis I. G., Chrysos E. et Métaxas D., « Οι μαρτυρίες των βυζαντινών πηγών για τον δριμύ χειμώνα του έτους 763-4 μ.Χ », Δωδώνη 18/1, 1989, p. 114-117, et, en particulier, le stemma dressé de cette filiation textuelle, p. 126.

82 Évagre, Histoire ecclésiastique, IV, 29, trad. Festugière A.-J., Byzantion, 45, 1975, p. 389-392. Cf. Little L. K., « Life and Afterlife of the First Plague Pandemic », dans Id., Plague and the End of Antiquity…, op. cit., p. 9 ; ainsi que Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., n° 155, pour la date de 591-592 (il souligne que si Évagre est notre seule source pour cette nouvelle peste à Antioche, le fait qu’il en soit un témoin oculaire rend valides ses propos) ; voir aussi ibid., n° 107-108, pour la première mention de peste à Antioche, en 542.

83 Voir aussi la richesse de la description des effets d’un séisme sur l’île de Chypre, le 29 juin 1170, d’après Néophyte Enkleistos, reprenant les propos d’un moine ayant assisté au dit séisme : Guidoboni-Comastri, n° 089, p. 209. Cette secousse est bien connue grâce à la multitude de descriptions que nous en avons conservée, davantage relatives au domaine géographique syrien.

84 Voir la comparaison entre une source hagiographique et le récit de Pachymère, tous les deux relatifs à la secousse tellurique du 15 janvier 1303, la première décrivant un puissant séisme là où le second le décrit si faible (μαλακός) qu’il était difficile de le percevoir : voir Guidoboni-Comastri, n° 159, p. 333-334.

85 Durliat, « La peste du VIe s.… », op. cit., p. 114, 118-119. Cf. les nouvelles vues tirées du registre fiscal d’Aphroditô par Zuckerman, Du village à l’Empire…, op. cit., p. 211-212.

86 Sarris P., « Bubonic Plague in Byzantium. The Evidence of Non-Literary Sources », dans Little (éd.), Plague and the End of Antiquity…, op. cit., p. 125-127, et ses conclusions p. 132. À ce titre, n’est-il pas remarquable que les témoignages épigraphiques concernés ne proviennent nullement de la capitale impériale mais de zones plus isolées ou, en tout cas, moins peuplées ? Comme nous l’avons dit supra (voir « Le millénaire byzantin : quelles sources pour quelles catastrophes ? »), l’étude des charniers du haut Moyen Âge est en cours : Mccormick M., « Molecular Middle Ages : Early Medieval Economic History in the Twenty-First Century », dans Davis J. R. et McCormick M., The Long Morning of Medieval Europe. New Directions in Early Medieval Studies, Aldershot, 2008, p. 96.

87 Cf. Little, « Life and Afterlife… », op. cit., p. 7 et ses références ; voir aussi le témoignage que ce même Jean d’Éphèse donne d’un monastère touché par la peste où quatre-vingt quatre moines furent enterrés : Life of the Eastern Saints, I, éd. Brooks E. W., Patrologia Orientalis, t. 17, Turnhout, 2003, p. 261.

88 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. Bougard F., Paris, 1994, II, 4, p. 39.

89 « Dans les prés ne restaient plus que les bêtes, sans aucun pasteur. Des villages, des places fortes qu’on voyait la veille remplis d’une foule dense, tous s’enfuyaient, et le lendemain n’y régnait partout qu’un épais silence. Les enfants fuyaient, laissant sans sépulture le cadavre de leurs parents ; oubliant toute miséricorde envers leur progéniture, les parents abandonnaient leurs enfants grelottant de fièvre […] On aurait dit ce siècle ramené aux silences d’antan : pas une voix dans les campagnes, pas un sifflement de berger, pas une attaque de bêtes sauvages contre les troupeaux […]. » Cf. Little, « Life and Afterlife… », p. 12.

90 Les récoltants n’eurent que le temps de fuir leurs champs, trouvant refuge sur une colline voisine, avant de découvrir, de retour, leurs cultures ruinées sur des espaces désormais couverts de poissons morts : Guidoboni-comastri, n° 253, p. 547-550.

91 Comme le montre, par exemple, Patlagean, Pauvreté économique…, op. cit., p. 74 sq.

92 Theophanes Continuatus, Bekker I. (éd.), Bonn, 1838, p. 417-418 ; le passage est repris par Skylitzès, éd. Thurn, op. cit., p. 225, et par d’autres auteurs. Cf. Telelis, Μετεωρολογικὰ φαινόμενα, op. cit., n° 373, p. 443-448.

93 Kaplan, Les hommes et la terre…, op. cit., p. 421-424 ; Lefort J., « The Rural Economy, Seventh-Twelth Centuries », dans Laiou A. E. et al., The Economic History of Byzantium, from the Seventh through the Fifteenth century, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2002, I, p. 231-310 (ici p. 283-293) ; voir, de même, l’analyse récente de G. Sideris, « Quelques aspects des catastrophes naturelles à Byzance et de leurs effets sur la société (seconde moitié du VIe-milieu Xe siècle) », dans Buchet L. et al., Vers une anthropologie des catastrophes, Paris, 2009, p. 170-171.

94 Voir, pour les premiers siècles de la période, Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 57-87, où l’ensemble des conséquences sont présentées, de l’inflation au marché noir, des réponses politiques aux attitudes sociales inhabituelles comme les révoltes, etc.

95 Il convient, dès lors, de bien séparer les causes naturelles des causes humaines (infrastructures, etc.) dans la présentation de ces conséquences, comme s’y emploie Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 36 sq., 46 sq.

96 Entre autres travaux : Teall J. L., « The Grain Supply of the Byzantine Empire », Dumbarton Oaks Papers, 13, 1959, p. 87-139 ; Durliat J., De la ville antique à la ville byzantine. Le problème des subsistances, Rome, 1990 ; Magdalino P., « The Grain Supply of Constantinople, 9th-12th centuries », dans Mango C. et Dagron G. (éd.), Constantinople and its Hinterland, Cambridge, 1995, p. 35-47 ; et, récemment, Prigent V., « Le stockage des grains dans le monde byzantin (VIIe-XIIe s.) », Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Âge, 120-1, 2008, p. 7-37.

97 C’est le cas à Constantinople en 524, où l’on manque d’huile, ce qui suggère une atteinte des régions productrices : cf. Patlagean, Pauvreté économique…, op. cit., p. 76.

98 Ibid., p. 77, avec le lien entre ces sauterelles et la sécheresse. Dans le cas de la Haute-Mésopotamie et de la cité d’Édesse au tournant des Ve et VIe siècles, voir Durliat, De la ville antique…, op. cit., p. 407 sq., où est mis en exergue l’isolement continental de la cité et, partant, sa dépendance aux « conditions climatiques locales ». Aux nuées de sauterelles s’ajoutent les attaques des Perses à partir de 502 : ibid., p. 418 sq. La Palestine byzantine est touchée en 516, 517 et 600-601 par ces sauterelles : Dauphin, La Palestine…, op. cit., p. 509-510. Plus largement, voir Camuffo D. et Enzi S., « Locust Invasions and Climatic Factors from the Middle Ages to 1800 », Theoretical and Applied Climatology, 43, 1991, p. 43-73.

99 Sur ce point, voir Patlagean, Pauvreté économique…, op. cit., p. 77 ; il va de soi qu’inversement l’absence de crue du Nil ou tout autre calamité survenant en Égypte fragilise le ravitaillement de la capitale, comme cela se produit vers 464 au témoignage de la Vie de Marcel l’Acémète, le tout conjugué à une déficience des récoltes en Thrace : voir ibid., p. 84.

100 Telelis, Μετεωρολογικά φαινόμενα, op. cit., n° 603 et 606-609 pour ces exemples.

101 Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6159, p. 351 ; Telelis, Μετεωρολογικά φαινόμενα, op. cit., n° 231, p. 307-308.

102 Voir Woods D., « Jews, Rats, and the Battle of Yarmûk », dans Lewin A. S. et Pellegrini p. (éd.), The Late roman Army in the Near East from Diocletian to the Arab Conquest, Oxford, 2007, p. 367-376, et ses conclusions : il faudrait mieux placer le dit affrontement militaire à, ou près de Gabatha, en 638, plutôt que deux ans auparavant, et donc à la veille de la prise de Jérusalem par les Arabes.

103 Dauphin C., « Fièvres et tremblements : la Palestine byzantine à l’épreuve de la malaria », dans Buchet L., Dauphin C. et Séguy I., La paléodémographie. Mémoire d’os, mémoire d’hommes. Actes des 8es journées anthropologiques de Valbonne (5 au 7 juin 2003), Antibes, 2006, p. 114-115 (et les références).

104 Pachymérès, Relations historiques, op. cit., IX, 31, t. III, p. 303.

105 Nicephori Gregorae historiae byzantinae, éd. Bekker I., Bonn, t. III, 1855, livre XXXVII, p. 509. Cf. Telelis, Μετεωρολογικὰ φαινόμενα, op. cit., n° 665, p. 680 (l’auteur avance la date de juin-juillet 1359).

106 Kaplan, Les hommes et la terre…, op. cit., p. 461. Cette paysannerie est déjà en progression et s’enrichit avant ces épisodes et en sort plutôt renforcée, car la main d’œuvre vient à manquer, l’épidémie ayant touché les plus pauvres et les plus démunis. Les paysans indépendants sont recherchés alors par les grands propriétaires en quête de locataires.

107 Cf. les cas analysés par Sidéris, « Quelques aspects des catastrophes naturelles… », op. cit., p. 175-176.

108 Voir la reconstitution synthétique de D. C. Stathakopoulos, « Travelling with the Plague », dans Macrides R. (éd.), Travel in the Byzantine World, Aldershot, 2002, p. 99-106.

109 Ibid., p. 103-105 ; Mccormick M., « Bateaux de vie, bateaux de mort. Maladie, commerce, transports annonaires et le passage économique du Bas-Empire au Moyen Âge », dans Morfologie sociali e culturali in Europa fra tarda antichità e alto medioevo, Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’alto Medioevo, 45, 1998, p. 35-118 (ici p. 53, n. 27). Au regard de cette chronologie, il semble que l’épidémie arrive à bord d’un navire non annonaire.

110 Cf. Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6238, p. 422-423, et les multiples commentaires que ce passage a suscité : Avraméa A., Le Péloponnèse byzantin du IVe au VIIIe siècle. Changements et persistances, Paris, 1997, p. 132-133 ; Biraben J.-N., Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris, 1975, p. 32 et 43, établissant un lien entre cet épisode et le retour des troupes byzantines vers la capitale après un combat contre les musulmans de Sicile ; Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., n° 220, p. 382-384, et la mention des autres sources pour la localisation dans l’espace et dans le temps de phénomènes épidémiques qu’il faut relier à cette peste, mais qui ne livrent pas de données sur la diffusion de l’épidémie comme le fait Théophane ; Mccormick M., Origins of the European Economy. Communications and Commerce, A. D. 300-900, Cambridge, 2001, p. 504-505. Une étude entière a été consacrée à cet épisode de peste et à ses liens avec l’iconoclasme : Turner D., « The Politics of Despair : The Plague of 746-747 and Iconoclasm in the Byzantine Empire », Annual of the British School at Athens, 85, 1990, p. 419-434, passim.

111 Mccormick, « Bateaux de vie… », op. cit., p. 62-65 ; Id., Origins of the European Economy…, op. cit., p. 109.

112 Congourdeau, « Pour une étude… », op. cit., p. 156 (sous l’année 1386-1387).

113 Entre autres cas, la malaria peut affecter les déplacements diplomatiques au nom du basileus, comme cela semble le cas avec Constantin Manassès, prenant part à une mission officielle au nom de Manuel Ier Comnène envoyée en Palestine en 1160, et semblant touché par les symptômes de cette maladie ; voir les arguments d’E. Malamut, « Le récit de voyage (Hodoiporikon) de Constantin Manassès (1160-1162) », dans Bresc H. et Tixier du Mesnil E. (éd.), Géographes et voyageurs au Moyen Âge, Paris, 2010, p. 253-273 (ici p. 266-268).

114 Telelis I. G., « Weather and Climate as Factors affecting Land transport and Communications in Byzantium », Byzantion, 77, 2007, p. 432-462, où l’auteur peut étudier cette question en distinguant quatre phénomènes ayant affecté les communications : le froid et la neige, les pluies, et, dans une moindre mesure, les grosses chaleurs et la grêle.

115 Cf. les remarques liminaires d’A. Ducellier, Le drame de Byzance. Idéal et échec d’une société chrétienne, Paris, 1976, p. 10.

116 Nicéphore Grégoras, Correspondance, éd. Guilland R., Paris, 1927, t. III, l. XXVIII, p. 220-221, passage dont on retient plus volontiers le détail savoureux des livres chutant de sa bibliothèque sous l’effet du séisme. Cf. Guidoboni-Comastri, n° 203.

117 Cf. Guidoboni et Ebel, Earthquakes…, op. cit., p. 85.

118 Ibid., p. 87 ; Guidoboni-Comastri, n° 150, p. 323 (séisme du 13 juin 1296, bien connu par d’autres textes). À Thessalonique, le 26 mars 1430, c’est « la terreur dans tous les esprits » que suscite un autre séisme, d’après le témoignage de Jean Anagnostès (ibid., n° 289, p. 593). Les réactions mentales face aux séismes ont fait l’objet d’une partie des réflexions de Ducellier, « Les séismes… », op. cit., p. 110 sq. ; Id., « Les tremblements de terre… », op. cit., passim. Pour les tentatives d’explication, voir plus bas.

119 Théophane, Chronographia, op. cit., AM 6282, p. 464 (séisme du 9 février 790). Cf. Guidoboni, n° 253.

120 Agathias, II, 16, éd. Keydell R., op. cit., p. 62 : « ἂνδρες ... σκυθρωποί τε ἂγαν καὶ κατηφεῖς ».

121 Sévère d’Antioche, « Sur la dédicace de la Sainte Croix et sur l’anniversaire du tremblement de terre qui eut lieu », Homélie XXXI, éd. et trad. Brière M. et Graffin F., Les Homiliae cathedrales de Sévère d’Antioche. Traduction syriaque de Jacques d’Édesse. Homélies XXVI à XXXI, Patrologia Orientalis, 36/4, Turnhout, 1974, p. 106-131 (ici p. 121). Plus largement, voir Guidoboni n° 183, p. 296.

122 Congourdeau, « Pour une étude… », op. cit., p. 153, avec les références (retour de peste de septembre 1361-août 1362).

123 Voir ainsi les remarques de C. Dauphin, La Palestine…, op. cit., II, p. 513, relatives au texte de Jean d’Éphèse reprenant la description donnée par les habitants du littoral syrien, terrifiés par la vue de bateaux chargés d’hommes noirs décapités infectant les plages avant de disparaître ; pour Procope, voir Stathakopoulos, « Making Use of the Plague… », op. cit., p. 637-638.

124 Bartholomaeus Rossanensis, Vita sancti Nili iunioris, éd. G. Giovanelli, Badia di Grotaferrata, 1972, c. 41, p. 85-86. Cf. Guidoboni, n° 287, et les commentaires p. 396-397. Voir aussi Telelis, Μετεωρολογικὰ φαινόμενα, op. cit., n° 386, p. 457-458 (il date l’épisode des années 950, sans plus de précision).

125 Les textes manquent nettement pour d’autres régions que l’on sait régulièrement concernées par l’instabilité sismique, les pluies torrentielles et autres inondations pouvant entraîner des modifications soudaines et brutales du paysage, telles le Péloponnèse occidental : voir Lambropoulou A., « Le Péloponnèse occidental à l’époque protobyzantine (IVe-VIIe siècles) », dans Belke et al., Byzanz als Raum, op. cit., p. 95-114.

126 On observera le même « réflexe » dans les sources arméniennes ou arabes relatives, pour ces dernières, aux édifices du culte musulman (voir, par exemple, Guidoboni-Comastri, n° 012 ou n° 034, pour ne s’en tenir qu’au XIe siècle). Inversement un texte, d’autant plus s’il est hagiographique, qui décrit un séisme sans souligner de destruction de sanctuaire est douteux : cf. les commentaires de p. Lemerle, Les plus anciens recueils des Miracles de Saint Démétrius et la pénétration des Slaves dans les Balkans, Paris, 1979-1981, vol. II, p. 105, quoique des preuves archéologiques semblent plaider pour la réalité d’une telle secousse (voir ibid., p. 107 et vol. I, p. 170, n. 2 et références, avec les remises en cause de J.-M. Spieser, « Note sur le rempart maritime de Thessalonique », Travaux et Mémoires, 8, 1981, p. 477-485, notamment p. 482-484).

127 Les mentions sont nombreuses, et nous nous permettrons de renvoyer, là encore, aux catalogues de Guidoboni et al., passim, et, pour ne s’en tenir qu’à la première moitié du millénaire byzantin, à Guidoboni, n° 165, 211, 247, 272, 274, entre autres. Voir aussi Janin R., Constantinople byzantine. Développement urbain et répertoire topographique, Paris, 1964, p. 190 ; Anne Comnène, Alexiade, éd. Leib B., Paris, 1943, XII, IV, 5, p. 66 (un violent coup de vent provenant d’Afrique jette à terre une statue de bronze encore présente sur le forum de Constantin). Sur les Patria de Constantinople, voir Dagron G., Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des « Patria », Paris, 1984, index, sub verbo « séismes » ; Mango C., « Antique Statuary and Byzantine Beholder », Dumbarton Oaks Papers, 17, 1963, p. 53-75.

128 Miguel Ataliates, Historia, éd., trad. espagnole et commentaire d’I. Pérez Martín, Madrid, 2002, IX, p. 67.

129 Pachymérès, Relations historiques, op. cit., t. II, V, 7, p. 457. Cf. Ducellier, « Les tremblements de terre… », op. cit., p. 74-75, qui prolonge les propos de l’historien byzantin en soulignant que la chute des murailles de Dyrrachium profite aussi aux Albanais s’installant dans cette zone, avant que la ville ne soit abandonnée aux forces de Charles d’Anjou ; ce dernier ne peut ensuite la repeupler, signe probable du début de la décadence de la cité qui ne fera que se confirmer par la suite.

130 Congourdeau, « Pour une étude… », op. cit., p. 156, n. 20 et ses références. Même remarque vingt-trois ans plus tôt sur l’île de Chypre, où les enfants sont les plus touchés – sans doute sans immunité car n’ayant pas connu la poussée précédente, comme le suggère Marie-Hélène Congourdeau (ibid., p. 154). Une telle constatation est aussi valable pour la peste de l’époque de Justinien, comme l’ont bien noté les historiens : Biraben, Les hommes et la peste…, op. cit., p. 27-32 ; Durliat, « La peste du VIe s… », op. cit., p. 116. Au contraire, ce sont les vieillards qui sont épargnés lors d’un des retours de peste touchant Thessalonique au début du VIIe siècle, d’après Les plus anciens recueils des miracles…, op. cit., § 33, p. 72 et 77.

131 Serban C., « La peur à Byzance aux XIIIe-XIVe siècles », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 32/2, 1982, p. 187-193 (ici p. 187-188).

132 Agathias, V, 3, éd. Keydell éd., op. cit., p. 167 ; trad. Maraval, op. cit., p. 227. Même critique, chez Michel Attaleiatès, de l’attitude des femmes dans le cas du séisme de septembre 1063 : saisies par la peur, elles se ruent dans les lieux sécurisés à grand renfort de cris (op. cit., IX, p. 66 ; voir également la n. 82, p. 273).

133 Ainsi, un certain proèdre Nicéphore, témoin des crevasses (χάσματα) qui avaient englouti cinq villages du thème des Bucellaires, ce dont il faillit être victime lui-même, échappa au péril « d’une façon inespérée » et « se fit donner la tonsure monastique au monastère de Stoudios » : Skylitzès, éd. Thurn, op. cit., p. 398 ; trad. Flusin, op. cit., p. 330.

134 Dans le cas de la peste Justinienne, voir les exemples cités par Little, « Life and Afterlife… », op. cit., p. 25-27, de même que ceux de Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 75-76. Sur l’évolution de la sainteté et la place du saint homme, cf. Meier, « Zur Warhnehmung… », op. cit., p. 60 sq. Dans le cas des phénomènes météorologiques, voir Telelis, Μετεωρολογικὰ φαινόμενα, op. cit., p. 770-780, avec mention et analyse de conceptions superstitieuses. Sur l’ensemble des aspects religieux relatifs aux séismes, voir aussi Guidoboni E. et Poirier J.-P., Quand la terre tremblait, Paris, 2004, p. 147-161, avec des comparaisons avec l’Occident.

135 Cf. Guidoboni-Comastri, n° 279, p. 576, et les références.

136 Agathias, V, 5, éd. Keydell R., op. cit., p. 170, trad. Maraval, op. cit., p. 230-231.

137 Nous avons déjà mentionné certaines des processions annuelles se déroulant à Constantinople aux dates anniversaires des importants séismes. Plusieurs d’entre elles aboutissent à l’Hebdomon, après avoir quitté Sainte-Sophie, traversé plusieurs fora et emprunté la Mésè : cf. Croke, « Two Early Byzantine… », op. cit., p. 126-127 et n. 19, 131-132, 139-140 et les conclusions, p. 145.

138 Les plus anciens recueils…, op. cit., § 37, p. 78 (trad. p. 73).

139 Suite aux séismes : cf. Guidoboni, n° 176 (Constantinople, 25 septembre 437), n° 206 (Antioche, 29 novembre 528) ; Guidoboni-Comastri, n° 203. Pour éviter famine ou épidémies : voir l’analyse de Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 78-80.

140 Pachymérès, Relations historiques, op. cit., V, 7, t. II, p. 457-459.

141 Sévère d’Antioche, « Sur la dédicace de la Sainte Croix… », op. cit., p. 121 ; plus haut (ibid., p. 120), la fuite est rendue impossible pour ceux qui sont trop vieux ou atteints « de quelconque infirmité ». Même constat, et issue identique, lorsque les victimes tombent dans des crevasses. Plusieurs textes décrivent les appels déchirants de ceux qui en sont prisonniers et finissent par y laisser la vie : Guidoboni, n° 282, p. 294 ; Guidoboni-Comastri, n° 023.

142 Stathakopoulos, Famine and Pestilence…, op. cit., p. 79, et n° 30 ; Durliat, De la ville antique…, p. 409 sq.

143 L’événement est reporté par de multiples auteurs grecs, ainsi que par la chronique de Matteo Villani : voir Guidoboni-comastri, n° 203, p. 484-488. Cf. Ducellier, « Les tremblements de terre… », op. cit., p. 68-69, qui souligne combien ce point de départ de la conquête turque en Europe est bien le signe, pour les esprits les plus piétistes à Byzance, que Dieu a abandonné les Byzantins.

144 Congourdeau, « La société byzantine… », op. cit., p. 22 (Stéphanos d’Alexandrie), 25 (Anastase le Sinaïte), 39-41. Congourdeau et Melhaoui, « La perception de la peste… », op. cit., p. 109-110, soulignent par ailleurs que cette fuite a été l’un des vecteurs de la pandémie. Rappelons qu’à défaut de la fuite des sujets a priori sains, d’autres maladies contagieuses comme la lèpre conduisent à l’exclusion, autre fille de la peur, de ceux qui en sont affectés : cf. Sidéris G., « Lèpre et lépreux à Constantinople. Maladie, épidémie et idéologie impériale à Byzance », dans Buchet et al., La paléodémographie…, op. cit., p. 187-207 (ici p. 193, où est soulignée par ailleurs l’alternance de poussées peut-être épidémiques et de phases endémiques de cette maladie pendant le millénaire byzantin).

145 Congourdeau, « La société byzantine… », op. cit., p. 34-35.

146 Ibid., p. 26-29.

147 Ibid., p. 31. Marc Eugenikos, au siècle suivant, s’inscrit aussi dans cet effort de synthèse.

148 Congourdeau et Melhaoui, « La perception de la peste… », op. cit., p. 123.

149 Deux études sont fondamentales : Dagron, « Quand la terre tremble… », op. cit., passim ; Congourdeau, « Les Byzantins face aux catastrophes… », op. cit., p. 153 sq. (également pour ce qui suit). Voir en outre Guidoboni et Ebel, Earthquakes…, op. cit., p. 153-155.

150 Un même auteur, comme Photius au IXe siècle, peut se montrer le défenseur des deux points de vue.

151 Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne, I, éd. Wolska-conus W., Paris, 1968, Livre I, § 21-22, p. 293-295 (l’auteur parle notamment « d’imposture et de contradiction » dans les propos des philosophes avec qui il a discuté du sujet en Égypte ; pour lui, si la terre se gonflait d’air, elle tomberait ou perdrait sa position), et Livre II, § 106, p. 427-429 (explications fondées sur la tradition vétérotestamentaire : les séismes obéissent à l’ordre de Dieu ; « nous ne construisons pas nos hypothèses avec des fables ; nous affirmons simplement qu’ils se produisent sur l’ordre de Dieu »). Cf. Wolska W., La Topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès, Théologie et Science au VIe siècle, Paris, 1962, p. 178 et 212-213, qui souligne les erreurs ou approximations de Cosmas qui travestit les propos des philosophes sur la résistance aux séismes de la terre d’Égypte (cf. Aristote, Meteorologica, II, 8).

152 Agathias, V, 7-10, éd. Keydell R., op. cit., p. 170-176 ; trad. Maraval, op. cit., p. 231-235.

153 Ibid. Voir Traina G., « Un terremoto artificiale nel VI secolo d. C. ; gli esperimenti di Antemio di Tralle a Costantinopoli », dans Guidoboni E. (éd.), I terremoti prima del Mille in Italia e nell’area mediterranea : storia, archeologia, sismografia, Bologne, 1989, p. 186-191.

154 Cf. Dagron, « Quand la terrre tremble… », op. cit., p. 92 sq.

155 Congourdeau, « Les Byzantins face aux catastrophes… », op. cit., p. 157, où est mis en avant le caractère aléatoire de ces prédictions, à la différence du mouvement des astres. Les ouvrages de seismologia vont jusqu’à accompagner en campagne militaire un empereur comme Constantin VII : cf. Dagron, « Quand la terre tremble… », op. cit., p. 93.

156 Dans le cadre de la vie politique et de l’idéologie impériale notamment, aspect qui n’a été traité qu’en filigrane ici : cf. Dagron, « Quand la terre tremble… », op. cit., p. 96 sq. ; ou encore, l’étude de Limousin, « Jean Skylitzès… », op. cit., passim (l’historien démontre dans quelle mesure l’attitude impériale face aux séismes permet, notamment, de juger de la qualité et de la légitimité du souverain) ; de même, Sidéris, « Lèpre et lépreux… », op. cit., p. 200-202 ; Id., « Quelques aspects des catastrophes naturelles. », op. cit., p. 173-174. Sur l’empereur affecté par une maladie épidémique et ses éventuelles conséquences monéraires, Pottier H., « L’empereur Justinien survivant à la peste bubonique (542) », Travaux et Mémoires, 16, 2010 (Mélanges C. Morrisson), p. 685-692.

157 Comme y invite Michael McCormick, les historiens intégrant ces données ne peuvent travailler en savants solitaires, mais en collégialité avec la communauté scientifique du XXIe siècle : Mccormick, « Molecular Middle Ages… », op. cit., p. 97 ; lire aussi les conclusions de Bourbou, Health and Disease…, op. cit., p. 167-172.

158 Cf. Koder J., « “Zeitenwenden”. Zur Periodisierungsfrage aus byzantinischer Sicht », Byzantinische Zeitschrift, 84/85, 1991-1992, p. 409-422.

159 Voir ainsi les études de la section IV dévolue à la peste dans le monde latin dans Little, Plague and the End of Antiquity…, op. cit., p. 135-229. De même, l’étude stimulante de Congourdeau et Melhaoui, qui rappelent notamment que ni les Byzantins, ni les musulmans n’ont désigné les juifs comme responsables de la peste, contrairement à l’Occident chrétien qui livre tant de témoignages du processus de recherche de bouc émissaire (« La perception de la peste… », op. cit., p. 96, n. 7) ; une seule exception, peut-être, avec le cas bien connu décrit dans la Vie de Nikôn le Métanoïète, présentant le saint qui chasse les juifs de la cité de Sparte au Xe siècle, les accusant de colporter une « peste » (ibid., p. 114).

160 Telelis I. G., « Medieval Warm Period and the Beginning of the Little Ice Age in Estearn Mediterranean. An Approach of Physical and Anthropogenic Evidences », dans Belke et al., Byzanz als Raum, op. cit., p. 232-233.

161 Cf. Ducellier, « Les séismes… », op. cit., p. 112. Il faut aussi souligner avec lui l’absence d’épidémie notable et le net recul des crises de subsistance.

162 À ce titre, la carte dressée par Guidoboni-Comastri, p. 838-839, qui présente l’ensemble des épisodes sismiques durant ce siècle, est éloquente.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Mortalité infantile (La dixième plaie d’Égypte). Guiard des Moulins, Bible historiale, Saint-Omer, XIVe s. (Paris, BNF, Français 152, fo 47).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

Auteur

Maître de conférences en histoire médiévale (monde byzantin), université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540