Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

Environnement et société médiévale portugaise, historiographie et pistes de réflexion

Stéphane Boissellier

Texte intégral

Bilan historiographique1

  • 1 Une connaissance globale de l’historiographie médiévistique portugaise est fournie par Coelho M. H (...)
  • 2 Voir par exemple le récent colloque organisé par l’université d’Évora, les 15-17 mai 2008, sur Tra (...)

1Commençons par une carence relative, tout au moins d’un point de vue bassement corporatiste : ce sont les antiquisants portugais, même historiens des textes, qui, sous l’influence des préhistoriens (ancienne depuis Leroi-Gourhan) et plus généralement de la pratique archéologique, sont les premiers à afficher clairement le point de vue des rapports hommes-milieu2.

  • 3 Notice sur « Mudança do nível do oceano », O Archeologo portuguêz, II (1896), p.  301.

2Certains historiens portugais ont très tôt pressenti que l’homme n’est pas le seul objet possible de la recherche historique ou, plus exactement, que son étude implique celle du monde matériel qui l’entoure et le détermine, au moins en tant qu’espèce animale. Un savant de la dimension de José Leite de Vasconcelos, à la fois médecin, naturaliste, linguiste, ethnographe, archéologue et historien, dont la science sociale s’étendait de la préhistoire à son époque, était bien placé pour s’intéresser, même fugacement, aux variations du niveau marin3. Plus près de nous (dans les années 1950-1970), F. Castelo-Branco a consacré une partie de sa recherche médiéviste et moderniste aux fleuves, aux ports et au littoral.

  • 4 Notamment les travaux de « géographie historique » de Suzanne Daveau (par exemple « Espaço e tempo (...)
  • 5 Voir les réflexions méthodologiques de N. Baron et S. Boissellier, « Sociétés médiévales et approc (...)
  • 6 Travaux de José Leite de Vasconcelos (encore lui), José Joaquim Nunes, Joseph-Maria Piel… Pour le (...)

3Mais l’essentiel de ces travaux sur l’environnement restaient alors, comme encore actuellement4, le fait de géographes qui, quittant le contemporain, adoptaient la dimension chronologique de l’historien et analysaient les paléo-environnements, sur la base de données fournies par les préhistoriens et les géologues ; la période médiévale y est peu abordée en tant que telle, à cause de l’échelle temporelle, très vaste, et parce que l’information historique, notamment textuelle, n’y est intégrée, au mieux, que de seconde main5. Plus que parmi les folkloristes et ethnographes, dont le souci encyclopédique d’inventaire était alors tourné plutôt vers les « mœurs », d’autres précurseurs se sont trouvés également parmi les philologues, étudiant la toponymie relative à la faune, la flore, le relief ou les cours d’eaux, généralement sur la base de recueils onomastiques des XVIIIe-XXe siècles6.

  • 7 On peut noter en particulier l’article pionnier de M. Â. R. Beirante, « Relações entre o homem e a (...)

4L’intérêt des médiévistes académiques portugais pour les problématiques environnementales commence à la fin des années 19807. C’est l’influence de l’archéologie médiévale, alors à ses débuts au Portugal, qui est probablement la plus directe dans cette orientation des historiens « des textes » – on y reviendra plus longuement dans le bilan des travaux. Mais cette première historiographie n’est pas sans défaut méthodologique, et c’est logique, puisque les historiens évoluent souvent par des pratiques empiriques, avant de prendre le recul épistémologique nécessaire.

  • 8 Cf. la brève étude de A. M. S. S. Soares et al., « Ocupação do concelho de Almodôvar no período mu (...)

5La notion, d’origine géographique, de milieu « naturel » a retardé l’appréhension de l’environnement global (plus ou moins fortement anthropisé) et surtout a longtemps coupé l’approche de ce sujet d’avec la réflexion sur les nombreuses données environnementales des études classiques, à orientation socio-économique, sur le monde rural ; les premières recherches à explorer l’environnement se sont cantonnées aux milieux apparemment les moins influencés par l’homme, revêtant une tonalité « naturaliste » et occultant, surtout dans les approches archéologiques, la dimension sociale des relations entre l’homme et le milieu8 – à l’inverse, les historiens « des textes » ont étendu aux milieux moins anthropisés leurs études socioéconomiques sans les modifier. Or, on sait que, sur le plan écologique, ce cloisonnement n’est pas pertinent, car ce que fait l’homme dans les zones d’occupation intensive agit sur les autres zones : pour prendre les cas les plus simples (les seuls accessibles à un profane), les espèces animales chassées par les brûlis vont surcharger les forêts restantes, les espèces végétales cultivées se répandent dans les zones incultes, la mise à nu des sols modifie la répartition des précipitations, etc.

6Une autre pesanteur épistémologique a entravé la prise en compte du milieu. Les historiens des textes (et même les archéologues non environnementalistes), par leur perspective « prométhéenne » des phénomènes sociaux, tendent à minimiser l’action directe des facteurs naturels, notamment parce que ces derniers opèrent à une échelle temporelle et spatiale trop vaste pour les analyses sociales – cf. la gêne éprouvée pour donner leur place à l’optimum climatique dans la phase féodale de développement agricole ou à la peste Noire dans les évolutions sociales et culturelles du bas Moyen Âge (ce qui nie carrément les phénomènes de crise).

  • 9 Principalement Pina I. C., A encosta ocidental da Serra da Estrela. Um espaço rural na Idade Média (...)
  • 10 Conde M. S. A., Uma paisagem humanizada. O Médio Tejo nos finais da Idade Média, Cascais, Patrimon (...)
  • 11 Ainsi, malgré son titre prometteur, la brève étude de Medeiros C. A., « Environnement, agriculture (...)

7C’est donc seulement depuis une dizaine d’années que des monographies classiques d’histoire rurale interprètent résolument les pratiques agricoles et pastorales dans leur rapport avec l’environnement, souvent parce que ces travaux prennent pour cadre un écosystème au lieu de s’inscrire dans une circonscription administrative9 ; ces études sont principalement des thèses de mestrado, ce qui montre que l’intérêt pour l’environnement est le fait des plus jeunes médiévistes. Il convient de mettre particulièrement en valeur la thèse doctorale de Manuel Sílvio Conde10. Ces études, comme tout travail pionnier, restent très dépendantes des informations fournies par les prédécesseurs, c’est-à-dire les études géographiques, qui éclairent le sub-contemporain et leur font courir le risque d’anachronisme et de continuisme11.

8L’approche environnementaliste actuelle, encore très discrète chez les historiens des textes, ne sort pas, évidemment, d’une pure mode écologiste. On peut trouver ses racines empiriques dans une longue tradition historiographique (en-dehors même des précédents isolés). Pour les régions ibériques, soumises au mouvement d’humanisation conventionnellement nommé « repeuplement », les médiévistes ont toujours manifesté une certaine sensibilité au milieu, passant parfois à la limite du concept d’anthropisation, même si cette sensibilité a surtout été « géographique », c’est-à-dire tournée vers la localisation des hommes dans l’espace, donc vers leurs formes de peuplement et d’habitat : pour qui étudie les entreprises de peuplement, l’impact de l’homme sur la nature n’est jamais loin, et le rapport entre société et environnement est finalement plus sensible que pour les observateurs de sociétés plus stables, dont les activités à impact écologique sont abordées en termes économiques et géographiques, dissociant les pratiques agraires et industrielles des « conditions naturelles ».

  • 12 Un bon exemple, parmi une énorme bibliographie potentielle (qui serait de peu d’intérêt), est four (...)
  • 13 C’est le cas de l’étude, par ailleurs excellente pour une approche sociale, de J. A. C. F. de Oliv (...)

9Jusqu’aux toutes dernières années, l’histoire rurale constitue le berceau, plus potentiel qu’effectif, de l’étude du milieu. Les défrichements, la structuration des terroirs, les effets de l’élevage, l’adaptation des espèces cultivées aux sols et aux conditions atmosphériques, etc., sont autant de thèmes classiques des thèses d’histoire ruraliste régionale, qui contiennent implicitement la problématique de l’insertion des activités humaines dans l’écosystème12. Le courant actuel de recherches ruralistes sur les environnements du passé reste fortement subordonné à la notion de paysage. Il faut souligner dans ce secteur l’intérêt et le dynamisme du programme récemment lancé et dirigé par Iria Gonçalves au Centre d’Études historiques de l’Université Nouvelle de Lisbonne, intitulé « Paysages ruraux et urbains » ; si l’on peut regretter qu’il n’associe pas les archéologues aux historiens des textes – en partie parce que ceux-là sont attirés par les sciences instrumentales –, il mobilise les médiévistes les plus actifs dans l’étude des rapports entre société et environnement (Isabel Castro Pina, Manuel Sílvio Conde, Maria Manuela Catarino, etc.). Cette approche est très géographique, et il n’est pas étonnant que s’y retrouvent principalement des spécialistes d’histoire économique et sociale, traditionnellement attentifs aux conditions « naturelles » de l’action matérielle et du lien social, et des spécialistes de l’organisation médiévale de l’espace. Il faut cependant se garder d’une définition trop large des paysages, qui ferait de ceux-ci un simple contenant13 et viserait au mieux à reconstituer un tableau visuel de l’organisation rurale – celle-ci restant abordée strictement en termes économiques et sociaux. La notion d’écosystème conduirait plus sûrement les travaux à prendre fortement en compte l’environnement.

  • 14 Henriques A. C., « As origens do lameiro barrosão. Ecologia e transformação social », dans Gonçalv (...)
  • 15 Mingote Calderón J. L. : « La necesidad de una visión etnológica en los estudios arqueológicos. El (...)

10Dans cette tradition historiographique principalement ruraliste, la dette des médiévistes envers les géographes est donc considérable, au Portugal comme ailleurs. Mais les abondantes données fournies par les enquêtes ethnographiques, particulièrement cultivées au Portugal sous l’Estado Novo salazariste, ont parfois nourri, elles aussi, la réflexion des médiévistes sur les pratiques agraires, même si la méthode régressive n’est pas dominante dans ces études historiques. Parmi les études récentes, il faut signaler notamment celle d’António Castro Henriques, qui est un exemple rare d’analyse écologique médiévistique, lisant les sources médiévales à la lumière d’études ethnographiques, géographiques et biologiques14 (que les médiévistes emploient très rarement) ; les limites de cet exercice sont une certaine intemporalité des pratiques agraires et une tendance déterministe. Il me semble toutefois que, au Portugal, les archéologues restent moins attirés par les perspectives ethnologiques qu’en France ou en Espagne15, sans cependant les méconnaître.

11Il est clair que les fondements épistémologiques de l’archéologie ont pesé dans l’approche plus environnementaliste des recherches récentes, aussi bien celles à partir des textes que celles utilisant principalement les données matérielles. Les pratiques instrumentales de l’archéologie (instruments physiques de prospection, fouille proprement dite) attirent forcément le chercheur vers l’environnement ; la photographie aérienne, en particulier, replace les établissements humains à leur échelle réelle et dans leur entourage moins anthropisé, ce dont nous prive la lecture atomisée des textes. Au risque d’une archéologie « archéologisante », focalisée sur les objets et oublieuse des hommes, les témoignages physiques du passé mettent l’historien en prise directe avec l’univers matériel des hommes : l’analyse chimique des métaux éclaire les lieux d’extraction, l’étude des dépotoirs alimentaires révèle la faune et la flore, domestiquées ou sauvages, la simple stratigraphie des sols éclaire les phénomènes géologiques (glissements de terrain, érosion, inondations).

  • 16 Silva A. M. et Ribeiro M., « Castelos de Arouca numa terra de fronteira. Simbolismo e estrategia d (...)

12Le principal risque épistémologique est que les recherches historiennes se fondent quelque peu dans les sciences naturelles, perdant de vue les problématiques sociales ; cet oubli, par les archéologues eux-mêmes, est largement dû au fait que l’échelle chronologique est une temporalité vaste, peu liée au rythme du changement social. Dans le récent IVe congrès national de géomorphologie, réuni à Braga en octobre 2008, une des 15 sections a été réservée à l’« arqueologia dos espaços naturais », ce qui montre bien que c’est l’archéologie qui est potentiellement la meilleure interface entre sciences instrumentales et humaines. Sans surprise, on observe que les communications traitent généralement de problèmes (pas toujours strictement environnementaux) pour les périodes antérieures au Moyen Âge et généralement sur la très longue durée. Mais, parmi celles qui abordent des sujets plus strictement historiens, logiquement liés au peuplement – qui est à la conjonction entre l’homme et le milieu –, deux (seulement) sont plus strictement médiévales et abordent d’ailleurs toutes deux les habitats fortifiés16. Dans l’approche de l’environnement, historiens des textes et archéologues perpétuent la divergence entre géographes humanistes et géographes physiciens.

13Mais cette orientation a ses limites. L’archéologie médiéviste portugaise de type universitaire, plus développée, d’ailleurs, pour la période andalouse que pour la phase « chrétienne », reste attachée à l’étude des artefacts, donc reste du côté de la « culture » (l’histoire des techniques, par exemple) plutôt que de la « nature ». Les données environnementales de la fouille sont donc parfois ignorées ou sous-exploitées, et c’est irréversible, puisque la fouille détruit l’objet même de son étude. À l’inverse, quand ces informations naturalistes sont recueillies et traitées, les auteurs ne vont généralement pas jusqu’à une interprétation écosystémique globale, à l’échelle d’un terroir ou d’une région tout entière – et ils n’infèrent pas beaucoup les formalisations sociales sur cette base.

  • 17 Par exemple, Pita A., Roteiro pelo património histórico-ambiental, concelho de Castelo de Vide. Um (...)

14Les cadres institutionnels de la recherche ont joué un rôle d’amplificateur, sinon de premier moteur, à l’orientation environnementaliste et surtout ont provoqué ses excès scientistes. Ce rôle est récent, car l’évolution des cadres reflète avant tout les préoccupations globales des sociétés actuelles. Le double souci patrimonial et écologique et le prestige des sciences dures font en sorte que fleurissent des centres municipaux d’étude archéo-environnementale, souvent sur la base des équipes préexistantes de técnicos archéologues et ethnologues employés à des recensements patrimoniaux (cf. celui, tout récent, de la Serra dos Campelos à Lousada). Leur conception du patrimoine, selon les nouvelles orientations de l’UNESCO, englobe la nature et la culture, et on rédige donc de plus en plus des inventaires et surtout des guides touristiques combinant histoire, ethnologie et écosystème17. Il faut noter aussi l’apparition d’une entreprise privée (ERA arqueologia), qui s’est dotée d’un « Núcleo de Investigação Arqueológica » publiant depuis le début de l’année 2008 la revue Apontamentos de Arqueologia e Património, avec une focalisation sur la Préhistoire et donc une approche très « naturaliste » de l’archéologie (nombreuses études de paléo-biologie sur la faune et la flore et de paléo-industrie). Ceci reflète une dynamique socioculturelle générale (et même une orientation économique), influençant également les stratégies scientifiques des archéologues universitaires.

  • 18 Annonce faite par l’archéologue Henrique Mendes dans Público et diffusée par la liste Internet arc (...)

15L’actuel intérêt pour les conditions « naturelles » des sociétés ne doit pas ramener à un déterminisme réducteur. Ainsi, l’étude d’un tronçon récemment découvert de la célèbre voie romaine entre Braga et Olisipo, à Vila Franca de Xira, attribue son abandon du XVe siècle, au profit d’une route passant par l’actuelle rua direita de la ville, à une élévation des eaux du Tage18 : si cela peut être exact sur le plan factuel, l’explication « naturelle » ne doit pas occulter l’évolution d’ensemble du système de peuplement, qui a conduit à disqualifier le réseau antique et à ne plus l’utiliser que très partiellement.

  • 19 Sur les difficultés méthodologiques de la pluridisciplinarité dans le domaine des relations hommes (...)

16Pour une approche vraiment historique, c’est-à-dire intégrant l’étude de l’environnement dans la perspective des sociétés, ces cadres ne sont pas les plus efficaces : dans les équipes multidisciplinaires locales, les spécialistes des textes restent malheureusement cantonnés à des travaux de pure archivistique19 – et d’ailleurs, étant donnée la structure des sources locales au Portugal, ce sont rarement des médiévistes. Sans que ce travail ne soit, évidemment, à sous-estimer, c’est de véritables équipes pluridisciplinaires formées de chercheurs académiques que peuvent venir les approches les plus pertinentes et une diffusion sous forme d’études problématisées efficaces (monographies locales ou études ponctuelles dans des revues scientifiques, notamment archéologiques, comme O arqueólogo português, Arqueologia medieval, Portugalia, etc.).

  • 20 Pour la région que je connais le mieux, les traditionnelles revues A cidade de Évora et Arquivo de (...)

17En effet, un autre problème d’organisation de ce champ d’étude est la diffusion de l’information, principalement celle de nature archéologique. Traditionnellement, les données de terrain ont fait l’objet de publications très partielles, progressives et dispersées entre de nombreux organes écrits (notamment le très utile « noticiaire » Informação arqueológica, dont la parution, depuis 1977, a été malheureusement chaotique). Désormais, l’information patrimoniale « élargie », collectée majoritairement par les services culturels des câmaras municipais ou même des juntas de freguesia, bénéficie de la diffusion sur le Web en format électronique, alors qu’elle restait auparavant à usage interne ou apparaissait dans des publications locales à peine accessibles (en-dehors de quelques revues municipales, dont certaines d’excellente tenue20). La masse des données disponibles s’en trouve considérablement accrue, mais son atomisation aussi, puisqu’elle nécessite le recours à d’innombrables sites Internet locaux – mais cette atomisation est épistémologique en même temps que technique, car elle est amplifiée par la facilité de publication, qui pousse à livrer l’information brute, sans travail heuristique ni mise en perspective.

  • 21 Particulièrement l’ouvrage ancien mais jamais remplacé – il commence à l’être par l’excellente mai (...)
  • 22 Voir surtout le classique (et lui aussi non remplacé) Marques A. H. O., Introdução à história da a (...)

18Quels sont les principaux thèmes et champs d’enquête ? On notera d’abord que le climat reste le parent pauvre de recherches, qui sont, si j’ose dire, plus « terrestres » et « aquatiques » qu’« aériennes ». Évidemment, les médiévistes connaissent bien les mentions de sécheresses, « tempêtes » et autres déluges des annales monastiques et royales, ébauchant une histoire du climat, et beaucoup d’autres textes en contiennent ; mais, faute d’intérêt pour une climatologie historique, ce sont surtout les histoires générales ou celles de la « vie quotidienne », ébauchant un tableau des « conditionnalismes » naturels de la vie sociale, qui utilisent ces données21. Toutefois, l’histoire agricole médiéviste est parfois allée au-delà des données sub-contemporaines ou trans-historiques fournies par les géographes et a tenté de rassembler les mentions climatiques explicites dans les actes de la pratique22.

  • 23 Neves C. M. B. (dir.), História florestal, aquícola e cinegética. Colectanêa de documentos existen (...)
  • 24 Notamment, parmi les études géo-historiques spécifiques, Devy-Vareta N., « Para uma geografia hist (...)
  • 25 Carrilho A. et Martins M. O. S., « Recursos florestais no Portugal medievo », Media Aetas. Revista (...)
  • 26 Le modèle de ce genre d’études a été fourni par le directeur du recueil de sources curieusement, p (...)
  • 27 Durand R., « De urso manus : l’exploitation de la faune du saltus au Portugal », dans Milieux natu (...)

19Dans la tradition ruraliste soucieuse d’éclairer le rôle des « communaux », l’étude des forêts et milieux végétaux moins anthropisés (incults) constitue la plus ancienne recherche sur les rapports entre l’homme et l’environnement. Cette priorité s’explique largement par la publication, dans la décennie 1980, sous l’égide du Secrétariat d’État aux forêts, d’un excellent recueil de documents médiévaux relatifs aux « eaux et forêts23 », qui fournit encore actuellement l’essentiel des données utilisées par les chercheurs. Venue de la géographie24, cette thématique fait toujours l’objet de travaux ponctuels25. Sur la base des textes, principalement à partir du XIVe siècle, il s’agit de reconstituer les usages sociaux des espaces végétaux, voire la stricte sylviculture26 ; la connexion reste donc faible avec les études de paléobotanique et de paléozoologie. Une des rares études à analyser les espèces animales sauvages plutôt que les pratiques sociales de la chasse est un article de Robert Durand, significativement publié dans un hommage au maître des études environnementalistes médiévales, Robert Delort27. Or, la présence de certaines espèces animales, au sommet de la chaîne biotique, est un indicateur précieux pour l’état de l’écosystème dans son ensemble.

  • 28 Cf. le récent A. C. Araújo, J. L. Cardoso, N. G. Monteiro, W. Rossa et J. V. Serrão, O terramoto d (...)

20Grâce à l’abondance des informations contenues dans les annales, les séismes attirent depuis longtemps l’attention des recherches historiques, aussi bien dans leur dimension terrestre (« tremblement de terre » proprement dit) que maritime (tsunamis induits par les secousses telluriques) ; mais les événements médiévaux sont ici éclipsés par le tremblement de terre dit « de Lisbonne » (en fait d’Algarve) de 175528.

  • 29 Catarino M. M., « Águas de todos os dias… (Sizandro, um rio estremenho, nos sécs. XIV e XV) », dan (...)

21Si les fleuves ont longtemps été étudiés pour leur usage de transport des marchandises, quelques travaux commencent à considérer les eaux, sous leur forme pluviale phréatique et fluviale, comme une ressource29, et éventuellement comme un facteur de risque.

  • 30 Blot M. L. p. , « Problemática da arqueologia náutica e portuária no quadro do estudo de portos an (...)
  • 31 Andrade A. A. et Silveira A. C., « Les aires portuaires de la péninsule de Setúbal à la fin du Moy (...)

22Pour ce dernier problème, le dessin du littoral portugais est actuellement l’objet d’études, qui sont généralement une archéologie sous-marine des ports30 ; mais les textes, là encore, peuvent être exploités pour une approche fonctionnelle31.

  • 32 Voir, par exemple, le problème de la pollution des eaux dans Melo A. S., « O convento de S. Doming (...)

23De ces travaux que l’on vient d’évoquer brièvement, beaucoup n’ont pas de perspective strictement environnementale. Sauf dans les études sur l’élevage, la simple et « évidente » attention, très écologique, aux déséquilibres introduits par l’homme dans son occupation du milieu reste rare quand les dégâts ne font pas l’objet d’un discours explicite des sources32. Même si ce n’est jamais aussi efficace que quand une stratégie guide l’exploitation directe des sources, ces études peuvent au moins être lues dans le sens d’une interprétation globale des rapports entre l’homme et le milieu.

Pistes de recherches (à partir des sources écrites)

24N’étant habitué à manipuler savamment – j’espère ! – que les données textuelles, je ne présenterai que les perspectives qui me semblent offertes par celles-ci ; cela n’empêche pas de souligner qu’une grande part des nouvelles problématiques requiert un recours essentiel, sinon exclusif, aux données du terrain. De fait, les données archéologiques sont indispensables, et, je n’hésite pas à le dire, pour une fois prioritaires par rapport aux textes, car les phénomènes abordés sont au départ strictement matériels, et leur appréhension culturelle par l’homme n’en modifie pas la nature ; il est vrai que cette construction mentale est digne du plus grand intérêt, et les sources écrites y sont alors essentielles.

  • 33 Nous avons tenté cet exercice dans Boissellier S., Menjot D. et Darbord B., Textes médiévaux ibéri (...)

25Il n’existe pas encore de tableau de l’univers documentaire médiéval portugais, et il n’entre pas dans notre propos de le dépeindre ici33.

26On peut distinguer deux types de sources écrites : celles qui sont sensibles à la brutalité des phénomènes « naturels » et qui sont aptes à en rendre compte (sources discursives, de types narratif, scientifique et moralistique) ; et celles qui n’invoquent les phénomènes naturels que comme légitimation ou cause technique d’une action sociale (sources de types réglementaire et diplomatique), ou comme information dont la mention est nécessaire à l’administration – ces dernières ne rendent pas bien compte de la brutalité, mais elles signalent des phénomènes progressifs, que les sources de l’autre type ne restituent pas.

  • 34 Le livre de R. Delort, La vie au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, no 62, 1982, a popularisé chez les mé (...)
  • 35 Voir l’Annexe.
  • 36 Par exemple, un texte du prieur de Sainte-Croix de Coimbra décrivant une pluie diluvienne à Coimbr (...)

27Les annales monastiques expriment une forte sensibilité aux aspects les plus sensationnels (tempêtes, séismes34, famines, épidémies)35. L’attention portée au ciel par les moines, pour des besoins de calcul astronomique des dates, est bien connue ; malgré leur interprétation comme présages, ces mentions sont dignes de foi, même si les manifestations célestes peuvent être exagérées ou légèrement modifiées pour les besoins d’un discours providentialiste. La notation de menus événements locaux, sans signification idéologique ni dignité mémorielle (dates de vendanges ou « mauvaise année », qui ne peut l’être que dans le domaine agricole), montre peut-être une sensibilité cléricale à la nature pour elle-même, alors que les clercs valorisent pourtant la culture par rapport à une nature dé-divinisée par le christianisme (sauf dans la spiritualité franciscaine). Ce corpus d’informations chronologiques est peu étendu au Portugal, mais les sèches mentions des annalistes peuvent parfois synthétiser des notices plus détaillées. On en conserve malheureusement peu après le XIe siècle, car le succès de la forme juridique a chassé les notices informelles. Cependant les registres du bas Moyen Âge montrent la richesse de celles qui ont bénéficié d’une tradition documentaire36.

  • 37 On connaît bien la saisissante description de la crue de l’Arno par Giovanni Villani.

28Ce sont surtout les annales et chroniques urbaines, quand elles commencent à être tenues par des laïcs au bas Moyen Âge (principalement dans les communes italiennes), qui fournissent les descriptions les plus techniques37 ; malheureusement, les communautés urbaines portugaises attendent l’époque moderne pour se doter d’une mémoire propre et ne nous offrent donc pas ces notations si utiles. Certes, cette carence des témoignages mémoriels locaux peut être palliée par cette « forme littéraire brève » que sont les inscriptions épigraphiques, dont l’objectif commémoratif est essentiel ; mais, en tant qu’instruments de persuasion et de glorification d’un individu ou d’un groupe, elles mentionnent plus d’événements « culturels » que naturels, et ce sont probablement les graffitis, très mal conservés, qui mentionnent ces derniers.

29Ces narrations, fondamentalement littéraires, posent des problèmes d’interprétation complexes. Il est bien connu que la frontière entre prodige et miracle n’est pas nette, ce qui implique que la spécificité « naturelle » des événements n’est pas bien perçue par les auteurs. Plus précisément, l’irruption de l’eau, du feu, de la maladie dépassent parfois l’entendement, c’est-àdire la recherche de causes rationnelles, non pas à cause d’une ignorance des données scientifiques ou d’une incapacité à sortir du providentialisme, mais à cause de leur imprévisibilité : la rupture d’un ordre normal ne peut pas venir de l’intérieur mais seulement de l’extérieur (Deus ex machina). Cette interprétation providentialiste ne facilite pas l’appréhension de la notion de risque et donc l’anticipation, puisque toute calamité est en quelque sorte extérieure à l’action matérielle humaine (même celle qui en résulte, comme l’érosion ou les incendies ?). En revanche, la tradition cosmologique biblique implique une conception systémique de la Création, qui devrait pousser les penseurs à établir des relations entre phénomènes naturels et sociaux ; mais cette conception totalisante va chez eux dans le sens d’une spéculation théologique, car elle part d’une révélation et non de l’expérience.

30Les sources délibérément descriptives (récits de voyages, chorographies) offrent théoriquement le meilleur rapport investissement/résultats, car, par leur nature même, la densité d’informations y est grande, et le raisonnement causal y est plus discret que dans les narrations (elles sont une juxtaposition d’informations sans recherche de relations). Le genre géographique arabe, attentif aux richesses « naturelles », offre d’intéressants renseignements sur le Portugal andalou, mais les récits de voyageurs occidentaux du bas Moyen Âge (principalement des étrangers) ne s’intéressent qu’aux productions culturelles et aux incidents du voyage – il est vrai que les incidents climatiques y sont dûment signalés.

  • 38 Et l’« effet de réel » recherché par les auteurs, qui visent à être crédibles pour persuader, gara (...)

31Les recueils de miracles (de type hagiographique) et, dans une bien moindre mesure, les nécrologes et obituaires – ces derniers, comme les testaments, ne signalent les causes de mort que quand elles sont exceptionnelles, comme lors de la peste Noire – ont été exploités surtout pour une histoire de la maladie individuelle. Mais seules les sources narratives rendent compte de la mortalité dans sa dimension quantitative, quoique de façon très impressionniste (effets psychologiques, chiffrages très peu fiables). En fait, les recueils de miracles, séries de récits brefs et finalement peu encombrés de morale, constituent la seule véritable narration du quotidien que nous ait laissé le Moyen Âge ; or, le genre se prête particulièrement à mentionner les obstacles posés par la nature à la vie humaine38.

  • 39 En Occident chrétien, la qualité des sols est mentionnée surtout par une littérature agronomique b (...)
  • 40 Livro das Aves. Edição do texto latino a partir dos manuscritos portugueses, tradução do latim e i (...)
  • 41 Entre autres, Infant D. Duarte, Livro da ensinança de bem cavalgar toda sela, éd. Piel J., Lisbonn (...)

32Dans les traités savants, la réflexion porte principalement sur le climat, à travers l’astronomie39 ; c’est une branche de l’histoire naturelle de tradition hippocratique et plinienne, mais qui est devenue plus spéculative qu’expérimentale – l’expérience, devenue chose du vulgaire, ayant perdu sa dignité aristotélicienne – et qui ne permet donc pas de localiser ni dater des phénomènes climatiques précis. Il existe certainement aussi une connaissance populaire empirique du « temps qu’il fait », mais sa seule trace conservée se trouve dans les proverbes. Une autre source importante pour la paléozoologie, à savoir la littérature zoologique et cynégétique, bien représentée au Portugal depuis le Livre des oiseaux40 jusqu’aux traités de chasse, d’hippiatrie et de fauconnerie des princes d’Avis (au XVe siècle41), a été abordée surtout dans une optique d’histoire des sciences.

  • 42 Foral de Salvaterra de Magos, Ed. ANTT et Câmara municipal de Salvaterra de Magos, 1992, exploité, (...)

33Les textes réglementaires, qui organisent l’action de groupes humains, éclairent directement l’action matérielle et l’attitude mentale vis-à-vis de l’environnement, même si celui-ci n’est pas l’objet essentiel de l’organisation de la vie en société. À l’inverse de l’attitude fataliste affichée dans le discours clérical, ces écrits (législations édilitaires, notamment), mettent en œuvre des actions concrètes d’aménagement de l’environnement, principalement pour la construction de digues. Si les législations municipales (de toute façon peu conservées) sont peu exploitables à cet égard, à cause de la faiblesse des moyens des concelhos, une charte monarchique comme celle de Salvaterra de Magos atteste une bonification de grande ampleur des rives du Tage42. Il est parfois difficile de dire si ces actions sont purement palliatives ou préventives – de la même façon que la construction de terrasses de culture, qui échappe aux sources écrites, peut constituer une anticipation de l’érosion. Les réglementations forestières manifestent aussi une préoccupation écologique directe et d’ailleurs totalement empirique (et qui nous semble généralement palliative, mais peut-être à tort). La conception cléricale agonistique de la culture comme une « contre-nature » (donc comme une victoire violente) n’est donc peut-être pas partagée par les élites laïques et la population.

34Les actes de la pratique, notamment les contrats agraires, sont des témoignages indirects sur des phénomènes trop lents pour être perçus en tant que tels (les deux ou trois grandes phases médiévales du climat, notamment). Mais ils posent d’abord le problème de l’interprétation immédiate des données : le passage d’une culture à une autre, dans un contrat agraire, est-il une adaptation à une évolution pédologique et climatique ou un phénomène économique ? La création de haies végétales est-elle une nécessité juridique de délimiter ou une réponse à un phénomène écologique comme la multiplication des bourrasques ? On a tendance à interpréter les actions à l’échelle d’une exploitation ou d’une parcelle dans un sens socio-économique, faute de pouvoir généraliser à l’échelle, écologique elle, d’un terroir ou surtout d’une région toute entière. En effet, la difficulté majeure est la mise en série des écrits pragmatiques, qui sont par définition ponctuels. S’il ne faut pas sous-estimer la capacité informative de chaque écrit pragmatique (surtout juridictionnel et foncier) pris isolément, qui peut signaler incidemment, par exemple, la divagation des fleuves (en mentionnant l’ancien et le nouveau cours), il faut des séries convergentes pour inférer des phénomènes globaux. Or, l’enregistrement des écrits les plus modestes, en prise avec les phénomènes matériels (registres notariaux ou judiciaires), fait défaut au Portugal. De procès isolés pour l’usage des incults ou des eaux, on ne peut inférer une surcharge pastorale ou un affaiblissement des nappes phréatiques et des cours d’eaux.

  • 43 Voir les remarques de Catarino M. M. : « Fontes documentais na “re-construção” da paisagem : em to (...)
  • 44 Gonçalves I. et al. (éd.), Tombos da Ordem de Cristo, I, Comendas a sul do Tejo (1505-1509), Lisbo (...)
  • 45 Botão M. F., « As fontes contabilísticas na retratação de um espaço em movimento », dans Gonçalves (...)

35Ce sont les sources administratives, malheureusement tardives et mal conservées au Portugal (à l’exception, magnifique, des grandes enquêtes royales du XIIIe siècle), qui, par la systématicité de leurs données43, peuvent éclairer le plus efficacement les emprises humaines ayant des conséquences environnementales (aménagements de bords de fleuve, par exemple). L’usage de ces documents a été particulièrement stimulé par le lancement récent d’une publication, enfin systématique, de terriers (tombos), là encore sous l’instigation d’Iria Gonçalves44 ; beaucoup des travaux cités précédemment se fondent exclusivement sur ces textes. Si les terriers ne font que mentionner incidemment des structures et phénomènes matériels, les sources comptables montrent les relations entre l’homme et le milieu en action – mais les intéressants commentaires méthodologiques de Fátima Botão sur ces registres financiers montrent bien que l’essentiel de l’action publique est tournée vers l’aménagement des tissus d’habitat eux-mêmes et n’éclaire bien que le paysage urbain45.

  • 46 Livro das lezírias d’El-Rei Dom Dinis, de Sá Nogueira B. de (éd.), Lisbonne, Centro de história da (...)
  • 47 Toutes les grandes monographies d’histoire rurale régionale déjà citées ont étudié ce problème. Pl (...)

36Certains dossiers de textes pragmatiques portent sur des espaces sensibles, où la relation entre la société et le milieu est particulièrement visible ; ces espaces sont éclairés d’autant plus vivement qu’ils sont souvent l’objet de disputes allant jusqu’à des procédures contentieuses. Les médiévistes ont, légitimement, utilisé ces dossiers : c’est le cas des conflits tardomédiévaux entre agriculteurs et éleveurs (notamment les nombreuses concessions de défens couto par les monarques aux élites locales et à l’aristocratie). En revanche, les milieux humides sont moins éclairés ; pourtant, la richesse des lezírias du Tage, connue depuis al-Râzî (qui l’interprète comme la crue du Nil), a poussé les monarques à en désirer le monopole, ce qui a engendré un gros dossier, dont une pièce essentielle est aisément accessible (grâce à son édition récente46). Il est vrai que certaines études fournissent au moins de nombreuses données pour éclairer l’impact des activités humaines sur les eaux47. Plus généralement, le milieu urbain, dense donc fortement anthropisé, rend plus sensibles les problèmes environnementaux (plus explicites dans la documentation écrite) ; de ce fait, les études sont nombreuses à s’orienter vers les villes, aux dépens des phénomènes, plus lourds mais moins visibles (car plus diffus et plus ponctuellement renseignés), qui affectent les campagnes. Ce milieu urbain est pourtant peu représentatif, car, malgré le caractère très « rural » des villes portugaises médiévales, on est dans un écosystème totalement déséquilibré par l’impact d’activités humaines hyper denses.

  • 48 Par exemple, Conde M. S. A., « Ocupação humana e polarização de um espaço rural do Gharb al-Andalu (...)
  • 49 Une approche étayée par la meilleure réflexion épistémologique se trouve dans Conde, Uma paisagem (...)
  • 50 Ainsi Beirante M. Â. R., Santarém medieval, Lisbonne, Ed. Universidade Nova de Lisboa, 1980 ; Id.,(...)

37Un des principaux intérêts de ces textes pragmatiques (en excluant ceux qui sont purement réglementaires) est de fournir une métasource, qui est la toponymie ; les actes de la pratique – qui ont toujours une cohésion de type sériel, puisque rassemblés dans des chartriers locaux ou des cartulaires – et plus encore les registres (censiers et terriers) permettent à l’historien de reconstituer un véritable système micro-toponymique, qui reflète indirectement (avec de nombreux biais culturels) le système que l’environnement constitue pour l’homme. Au-delà des usages traditionnels de l’onomastique, soit dans un but philologique, soit par l’utilisation historique ponctuelle des noms pour identifier ou dater telle structure matérielle, au-delà également de l’usage systématique des macro-toponymes pour étudier le peuplement48, il y a là un champ d’études, apparemment ancien mais en fait presque vierge, à peine défriché par les travaux d’Iria Gonçalves, de Manuel Sílvio Conde et de Maria Manuela Catarino49 – il est certes parcouru par les études urbaines, mais dans l’optique du paysage architectural50.

  • 51 Des éléments dans Delort R., « Percevoir la nature au Moyen Âge : quelques réflexions », dans Morn (...)

38Si les attitudes mentales des clercs ressortant des textes savants ont été bien étudiées, le domaine de la sensibilité populaire au milieu, c’est-à-dire celle des paysans, qui sont les principaux acteurs de l’environnement, reste ignorée51. Elle est certainement grande, avec une obsession climatique bien connue.

39On postule une certaine modération de l’impact des pratiques agropastorales, apparemment plus limité que sous Rome ; elle n’est peut-être pas due seulement à la faiblesse des moyens – au contraire, on sait que les pratiques les plus frustes sont les plus dégradantes (cf. la culture sur brûlis) – mais peut-être aussi à de véritables stratégies d’équilibre écologique. Ce dernier résulte probablement d’une conscience du milieu. Mais on ne la perçoit qu’à travers un ensemble immense de pratiques empiriques très mal documentées : par exemple, il faut aller voir dans les traités zoologiques ou agronomiques si les apiculteurs savent que les abeilles sont des indicateurs écologiques et supposer ensuite que cette connaissance est largement répandue chez les cultivateurs. En outre, les pratiques écologiquement raisonnables (on dirait actuellement éco-responsables), champs complantés d’arbres par exemple, ne peuvent être mises en œuvre qu’au niveau local, celui d’un terroir. On peut donc se demander si l’aspect systémique des phénomènes (cycle déboisement → érosion → ruissellement → crues) et leur dimension à grande échelle échappent aux acteurs. Empiriquement, une pratique comme la transhumance, qui évite le surpâturage, manifeste une appréhension supra-locale ; mais faut-il l’interpréter comme une anticipation ou comme une réponse technique mécanique à l’accroissement des troupeaux ?

40Curieusement, ce problème de la conscience et donc de l’anticipation, presque insoluble dans toutes les sources pragmatiques, est éclairé par l’existence des rituels religieux de conjuration (processions, prières), qui sont souvent palliatifs mais qui peuvent être préventifs (rogations). Il est facile aussi d’interpréter la localisation des habitats perchés, en Méditerranée, par un souci de salubrité par rapport aux endémies des zones basses (et non pas seulement pour des raisons militaires ou de symbolique politique) – d’ailleurs, les traités agronomiques romains sont explicites sur la localisation des villae. Du coup, les montées et descentes des villages pourraient être les marqueurs de poussées microbiennes, probablement liées aux déprises sur le milieu, en relation avec les fluctuations démographiques.

41Quel que soit le type de témoignage, c’est à la violence des phénomènes naturels que les témoignages explicites sont le plus sensibles, ce qui donne une appréhension assez négative de l’environnement, perçu comme potentiellement hostile, très loin du « sentiment de la nature » (une nature sauvage sympathique et bienfaisante) qui se constitue à partir de la Renaissance et qui nourrit le discours écologique récent ; mais c’est aussi un effet de source, car une éventuelle communion avec l’environnement « naturel » nous échappe.

  • 52 Explication avancée récemment par les archéologues antiquisants Carlos Tavares da Silva et Françoi (...)

42Pour finir ces quelques remarques, j’enfoncerai une porte ouverte en insistant sur l’intérêt du croisement des sources. Je prendrai un des rares exemples que je ne connais pas trop mal, celui du littoral occidental portugais au Moyen Âge : malgré sa rectilinéarité globale, les portulans des XIIIe - XVe siècles le décrivent comme indenté dans le détail et donc susceptible d’abriter de nombreux petits établissements humains – et ceux-ci sont d’ailleurs bien attestés pour l’époque romaine, avec des ports qui sont principalement des fabriques de garum. Pourtant, les textes médiévaux sont quasiment muets sur ces établissements (sauf le port de Sines, village existant avant 1340), contrairement à ceux d’Algarve. Ceci peut s’expliquer d’abord par deux biais documentaires : l’insuffisance (avérée) de la documentation écrite d’époque chrétienne et une exagération des angles par la technique de projection des portulans. Ensuite, les raisons historiques expliquant une éventuelle disparition ont été récemment multipliées par la recherche : désertion antérieure à cause de la guerre maritime contre les Almohades puis les flottes marocaines (cf. le ribat d’Arrifana et l’organisation défensive globale de l’Arrábida à l’époque almohade) ; ou progressive régularisation du littoral (cf. les cartes modernes, à partir du XVIe siècle) ; ou encore, sismicité importante de la région52 dans les années 50, peut-être 150-300, et 350, avec des tsunamis éliminant les établissements, même dans les zones (Arrábida) où ils sont viables (cf. les multiples mentions de tremblements de terre dans les annales du XIVe siècle).

Conclusion

43Sans offrir la même densité de sources de la pratique qu’en Catalogne, la documentation médiévale portugaise présente une diversité suffisante pour que les types d’écrits les plus utiles à l’étude de l’environnement y soient représentés. Une enquête systématique dans cette optique pourra donc identifier un grand nombre de phénomènes « naturels » ; leur ponctualité exigera une connaissance particulièrement développée des mécanismes écologiques pour reconstituer les relations systémiques entre les faits. Mais, par rapport à l’historien travaillant sur le lien social, qui est d’une incroyable ubiquité, l’historien de l’environnement travaille fondamentalement sur la matière, dont les lois sont immuables. S’il est un domaine où l’on peut isoler le « fait » de son interprétation, c’est bien celui-ci.

Annexes

ANNEXE

Exemple de données environnementales extraites des Anais crónicas e memórias avulsas de Santa Cruz de Coimbra (éd. António Cruz), Biblioteca municipal do Porto, 1968.

1. Version courte des Annales portugalenses veteres

1079

Seule e mention, au milieu des batailles et des règnes, d’un phénomène atmosphérique (nuit en plein jour, due à une éclipse)53, p. 27.

2. Livro das eras

1033

éclipse et tremblement de terre en même temps (sans allusion au millénaire de la Passion), p. 75.

1122

« annus malus », p. 70.

1172

famine et « prurit » mortifère affectant les hommes et les chevaux, p. 72.

1249

éclipse totale de soleil (le jour de la Passion, disant explicitement que c’est une reproduction des signes décrits dans les Évangiles), p. 73.

1309

séisme.

1318

« terremotus in Portugalia » (précision locale rare), p. 77.

1321

séisme (3 secousses de force croissante).

1333

éclipse (« foy eclisi do sol ») ; mauvaise année (hausse générale, chiffrée, des prix céréaliers et viticoles), causant une mortalité sans précédent54, p 79 ; obscurcissement du soleil, p. 80.

1337

« tremeu a terra ».

1347

« tremeu a terra en Coymbra ».

1348

mortalité des 2/3 du genre humain à cause des bubons55, p. 81.

1355

double tremblement de terre à Coimbra et année de grande sécheresse.

1356

séisme durant un quart d’heure (dont les manifestations sont décrites pour la première fois : effondrement des maisons et agitation des cloches)56.

1365

tremblement de terre dans tout le Portugal durant le temps de trois pater noster.

1380

(après un récit détaillé des guerres fernandines) déluge d’eau et de pierres (grêlons ?)57, p. 86.

1394

pluie de sang à Coimbra (attestée par de nombreux témoins)58, p. 82

1395

séisme (attesté par témoins)59 à Coimbra et ailleurs pendant la durée d’un ave maria.

1404

séisme (attesté par témoins) pendant la durée d’un miserere

3. Première partie du Livro das lembranças (annales royales compilées au XVe siècle)

1232

éclipse et nuit en plein jour, p. 98.

1331

crue majeure à Coimbra (effets décrits précisément), p. 96.

133360

pestilence tuant les 2/3 des hommes, p. 91.

1356

sécheresse provoquant une famine au Portugal.

1357

séisme durant toute l’année.

Figure 1 – Pluie de grêle (L’ange de la première trompette). Beatus de Ferdinand Ier, vers 1407 (Madrid, Biblioteca Nacional, vitr. 14-2).

Figure 2 – Pluie de grêle et de feu (L’ange de la première trompette). Beatus de San Pedro de Cardeña, XIIe s. (Madrid, Museo Arqueológico Nacional, ms. 2, fo 8A).

Notes

1 Une connaissance globale de l’historiographie médiévistique portugaise est fournie par Coelho M. H. C., « Historiographie et état actuel de la recherche sur le Portugal au Moyen Âge », Memini. Travaux et documents, 9-10, Québec, 2005-2006, p.  9-60 ; Id., « O que se vem investigando em história da Igreja em Portugal em tempos medievais », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, 16, Madrid, 2006, p.  205-223. Cf. également Boissellier S. et Vasconcelos e Sousa B., « Pour un bilan de l’historiographie sur le Moyen Âge portugais au XXe siècle », Cahiers de Civilisation Médiévale, 49, fasc. 195 (La médiévistique au XXe siècle, bilan et perspectives), Poitiers, 2006, p.  213-256. Dans les domaines les plus proches de notre thématique, voir Duarte L. M., « Sociedade e economia medievais : fraquezas e forças da historiografia portuguesa », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 106/2, Rome, 2004, p.  273-298 ; Fernandes I. C. F., « Arqueologia medieval em Portugal : 25 anos de investigação », Portugalia, 26 (n. s.), Porto, 2005, p.  149-173.

2 Voir par exemple le récent colloque organisé par l’université d’Évora, les 15-17 mai 2008, sur Transformações da paisagem. O impacto das cidades romanas no Mediterâneo ocidental ; on y passe de la cité comme élément du paysage et des études classiques sur la centuriation à la dynamique des territoires comme systèmes socio-environnementaux, généralement sur une durée qui dépasse l’Antiquité romaine proprement dite.

3 Notice sur « Mudança do nível do oceano », O Archeologo portuguêz, II (1896), p.  301.

4 Notamment les travaux de « géographie historique » de Suzanne Daveau (par exemple « Espaço e tempo. Evolução do ambiente geográfico de Portugal ao longo dos tempos pré-históricos », Clio, 2, 1980, p.  13-37), António M. Rochette Cordeiro, M. C. Freitas et bien sûr Orlando Ribeiro.

5 Voir les réflexions méthodologiques de N. Baron et S. Boissellier, « Sociétés médiévales et approches géographiques : un dialogue de sourds ? », dans Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle. XXXVIIIe congrès de la SHMESP (Cergy-Pontoise, Évry, Marne-la-Vallée, Saint-Quentin-en-Yvelines, 31 mai-3 juin 2007), Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p.  163-177.

6 Travaux de José Leite de Vasconcelos (encore lui), José Joaquim Nunes, Joseph-Maria Piel… Pour le public francophone, voir un exemple de ces travaux chez Chaves L., « La toponymie des eaux. Les eaux dans la toponymie portugaise », dans Cortés L. et al. (éd.), 5e Congrès international de toponymie et d’anthroponymie. Salamanca, 12-15 avril 1955. Actes et mémoires, I, Salamanque, 1958.

7 On peut noter en particulier l’article pionnier de M. Â. R. Beirante, « Relações entre o homem e a natureza nas mais antigas posturas da Câmara de Loulé (séculos XIV-XV) », dans Actas das I jornadas de história medieval do Algarve e Andaluzia, Câmara municipal de Loulé, 1987, p.  231-242.

8 Cf. la brève étude de A. M. S. S. Soares et al., « Ocupação do concelho de Almodôvar no período muçulmano II : reconstituição regressiva da paisagem », dans V jornadas arqueológicas (20, 21 e 22 de maio de 1993), I, Lisbonne, Associação dos arqueólogos portugueses, 1994, p.  49-64.

9 Principalement Pina I. C., A encosta ocidental da Serra da Estrela. Um espaço rural na Idade Média, Cascais, Patrimonia, 1998 ; Catarino M. M., Na margem direita do Baixo Tejo. Paisagem rural e recursos alimentares (sécs. XIV e XV), Cascais, Patrimonia, 2000 ; de Oliveira J. A. C. F., Organização do espaço e gestão de riquezas. Loures nos séculos XIV e XV, Lisbonne, CEH-UNL, 1999.

10 Conde M. S. A., Uma paisagem humanizada. O Médio Tejo nos finais da Idade Média, Cascais, Patrimonia, 2000.

11 Ainsi, malgré son titre prometteur, la brève étude de Medeiros C. A., « Environnement, agriculture et élevage au Portugal à l’époque des découvertes maritimes », dans Durand R. (dir.), L’homme, l’animal domestique et l’environnement du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Nantes, Ouest éditions, 1993, p.  307-313, ne fait que reprendre un tableau très général de la géographie du Portugal.

12 Un bon exemple, parmi une énorme bibliographie potentielle (qui serait de peu d’intérêt), est fourni par Coelho M. H., « L’action de Sainte-Croix sur le paysage agraire du Bas Mondego aux XIIe et XIIIe siècles », dans Bourin M. et Boissellier S. (dir.), L’espace rural au Moyen Âge. Portugal, Espagne, France (XIIe-XIVe siècle). Mélanges en l’honneur de Robert Durand, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p.  113-123.

13 C’est le cas de l’étude, par ailleurs excellente pour une approche sociale, de J. A. C. F. de Oliveira, « Entre o simbólico e o real : a paisagem como cenário nos rituais das tomada de posse », dans Gonçalves I. (coord.), Paisagens rurais e urbanas. Fontes, metodologias, problemáticas. Actas das terceiras Jornadas, Lisbonne, Centro de Estudos Históricos, Universidade Nova de Lisboa, 2007, p.  109-119.

14 Henriques A. C., « As origens do lameiro barrosão. Ecologia e transformação social », dans Gonçalves, Paisagens rurais… terceiras Jornadas, 2007, op. cit., p.  311-325.

15 Mingote Calderón J. L. : « La necesidad de una visión etnológica en los estudios arqueológicos. El mundo agrícola », dans Azuar R. (coord.), IV Congreso de arqueología medieval española : sociedades en transición. Actas, Alicante, 4-9 de octubre 1993, II, Comunicaciones, Alicante, Asociación española de arqueología medieval/Diputación provincial de Alicante, 1994, p.  57-80.

16 Silva A. M. et Ribeiro M., « Castelos de Arouca numa terra de fronteira. Simbolismo e estrategia dos castelos roqueiros da região de Arouca, sécs. IX-XI » ; Azevêdo T. et Nunes E. « Condicionamento geológico e geomorfológico da implantação de castros e de castelos em Portugal ».

17 Par exemple, Pita A., Roteiro pelo património histórico-ambiental, concelho de Castelo de Vide. Um ponto de partida para chegar à história e natureza, Câmara municipal de Castelo de Vide, s. d. Il n’est pas indifférent que ce soit l’équipe archéologique du Campo Arqueológico de Mértola qui réalise un remarquable travail de valorisation du patrimoine « traditionnel ». Notons toutefois que les grandes entreprises nationales d’inventaire patrimonial, depuis l’inachevé Inventário artístico de Portugal, Lisbonne, Académia Nacional de Belas Artes, 1943-1993 (10 vol. recompilés en Cd-rom en 2000), restent attachées à la définition artistique du patrimoine : cf. Património arquitectónico e arqueológico classificado, rééd., Lisbonne, IPPAR, 1993 ; ou de Azevedo J. C. de, Inventário artístico ilustrado de Portugal, Lisbonne, Ed. Nova Gesta, 1992 (8 vol.). À côté d’une immense majorité de monuments architecturaux, le plus récent inventaire, de Almeida Á. D. et Belo D. (coord.), Portugal património. Guia – inventário, Círculo de leitores, 2006-2008 (10 vol.), signale, principalement sous forme de simples mentions, quelques tronçons de fleuve comme éléments du patrimoine.

18 Annonce faite par l’archéologue Henrique Mendes dans Público et diffusée par la liste Internet archport-request.

19 Sur les difficultés méthodologiques de la pluridisciplinarité dans le domaine des relations hommesmilieu, voir Burnouf J. et al., « Sociétés, milieux, ressources : un nouveau paradigme pour les médiévistes », dans Être historien…, op. cit., p.  95-132.

20 Pour la région que je connais le mieux, les traditionnelles revues A cidade de Évora et Arquivo de Beja, ou les plus récentes Al-Mansor (Montemor-o-Novo), Vipasca (Aljustrel), al-Ulya (Loulé) ou A cidade (Portalegre).

21 Particulièrement l’ouvrage ancien mais jamais remplacé – il commence à l’être par l’excellente mais partielle História da vida privada, Lisbonne, 2010 – d’A. H. O. Marques, A sociedade medieval portuguesa. Aspectos da vida quotidiana, Lisbonne, Sá da Costa, 1987 (1e éd. 1963).

22 Voir surtout le classique (et lui aussi non remplacé) Marques A. H. O., Introdução à história da agricultura em Portugal. A questão cerealífera durante a Idade Média, Lisbonne, Ed. Cosmos, 1978 (1e éd. 1968), et les grandes thèses d’histoire régionale rurale des années 1980 : Durand R., Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, Fundação Calouste Gulbenkian, 1982 ; Coelho M. H., O baixo Mondego nos finais da Idade Média, 2e éd., Lisbonne, INCM, 1989 ; Gonçalves I., O património do mosteiro de Alcobaça nos séculos XIV e XV., Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, 1989. On trouvera une bibliographie détaillée et commentée dans Coelho M. H., « Balanço sobre a história rural produzida em Portugal nas últimas décadas », dans A cidade e o campo. Colectânea de estudos. Coimbra. 2001, p.  23-40.

23 Neves C. M. B. (dir.), História florestal, aquícola e cinegética. Colectanêa de documentos existentes no A. N. T. T. Chancelarias reais, Lisbonne, Ed. Ministério da agricultura e pescas, Direcção geral do ordenamento e gestão florestal, 1980-1988.

24 Notamment, parmi les études géo-historiques spécifiques, Devy-Vareta N., « Para uma geografia histórica da floresta portuguesa. As matas medievais e a “coutada velha” do rei », Revista da Faculdade de Letras – Geografia, 1, Porto, 1985, pp. 47-67.

25 Carrilho A. et Martins M. O. S., « Recursos florestais no Portugal medievo », Media Aetas. Revista de estudos medievais, 1 (2e série), Paisagens medievais, I, Ponta Delgada, 2004-2005, p.  47-58 (qui exploitent l’História florestal. et réalisent une utile analyse chiffrée des concessions de défens couto, mais dont l’interprétation, très peu écologique ni même socio-économique, se restreint aux préoccupations personnelles des rois) ; ou de Oliveira J. A. C. F., « Exploração das matas nos finais do século XV : aspectos da desflorestação na Outra Banda », Media Aetas. Revista de estudos medievais, 2 (2e série), Paisagens medievais, II, Ponta Delgada, 2005-2006, p.  55-65.

26 Le modèle de ce genre d’études a été fourni par le directeur du recueil de sources curieusement, pour un ingénieur agricole – vers l’administration forestière ; cf. Neves C. M. L. B., « Quelques aspects fondamentaux de la politique forestière au Portugal avant le XVIIe siècle », dans Actes du Symposium international d’histoire forestière, Nancy, 24-28 septembre 1979, Nancy, École nationale du génie rural des eaux et des forêts, 1982, p.  247-251.

27 Durand R., « De urso manus : l’exploitation de la faune du saltus au Portugal », dans Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997. Du même auteur, de brèves remarques dans « Animal-outil et animal-aliment au Moyen Âge : le cas portugais », dans Guintard C. et Mazzoli-guintard C. (dir.), Élevage d’hier, élevage d’aujourd’hui. Mélanges d’ethnozootechnie offerts à Bernard Denis, Rennes, PUR, 2004, p.  89-95.

28 Cf. le récent A. C. Araújo, J. L. Cardoso, N. G. Monteiro, W. Rossa et J. V. Serrão, O terramoto de 1755. Impactos Históricos, Lisbonne, Livros Horizonte, 2007.

29 Catarino M. M., « Águas de todos os dias… (Sizandro, um rio estremenho, nos sécs. XIV e XV) », dans Gonçalves, Paisagens rurais… terceiras Jornadas, 2007, op. cit., p.  157-170. Même si sa perspective est traditionnellement technique (étude de l’hydraulique), un colloque des années 1990 a recueilli des articles manifestant parfois un intérêt pour le système hydrique dans son ensemble : de Mascarenhas J. M. p.  B. et al. (éd.), Actas do simpósio internacional Hidráulica monástica medieval e moderna. Convento da Arrábida, 15-17 de novembro de 1993, Lisbonne, Fundação Oriente, 1996.

30 Blot M. L. p. , « Problemática da arqueologia náutica e portuária no quadro do estudo de portos antigos e medievais em Portugal », Arqueologia medieval, 9, Porto, 2005, p.  207-220 ; Id. et Alves J. G., « Représentations cartographiques et iconographiques des principaux ports de l’Algarve post-médiéval. Les premières expériences archéologiques de sites portuaires dans le territoire portugais », dans De Maria L. et Turchetti R. (éd.), Rotte e porti del Mediterraneo dopo la caduta dell’Imperio romano d’Occidente. Continuità e innovazioni tecnologiche e funzionali. IV seminario, Genova, 18-19 giugno 2004, Rubbettino, 2004, p.  189-218.

31 Andrade A. A. et Silveira A. C., « Les aires portuaires de la péninsule de Setúbal à la fin du Moyen Âge : l’exemple du port de Setúbal », dans Bochaca M. et Sarrazin J.-C. (dir.), Ports et littoraux de l’Europe atlantique. Transformations naturelles et aménagements humains (XIVe-XVIe siècles), Rennes, PUR, 2007, p.  147-165.

32 Voir, par exemple, le problème de la pollution des eaux dans Melo A. S., « O convento de S. Domingos e os curtumes. Abastecimento de água, poluição e paisagem no Porto dos séculos XIV e XV », dans Gonçalves, Paisagens rurais… terceiras Jornadas, 2007, op. cit., p.  121-156.

33 Nous avons tenté cet exercice dans Boissellier S., Menjot D. et Darbord B., Textes médiévaux ibériques, Turnhout, Brepols (coll. « L’atelier du médiéviste »), à paraître.

34 Le livre de R. Delort, La vie au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, no 62, 1982, a popularisé chez les médiévistes français les notices sur l’effondrement du Mont Granier au XIVe siècle.

35 Voir l’Annexe.

36 Par exemple, un texte du prieur de Sainte-Croix de Coimbra décrivant une pluie diluvienne à Coimbra en 1411 ; il a été réédité par Ma J. A. Santos, Da Visigótica à carolina. A escrita em Portugal de 882 a 1172 (Aspectos técnicos e culturais), Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian – JNICT, 1994, p.  293 sq.

37 On connaît bien la saisissante description de la crue de l’Arno par Giovanni Villani.

38 Et l’« effet de réel » recherché par les auteurs, qui visent à être crédibles pour persuader, garantit la vraisemblance des cas racontés, surtout quand leur notification notariale implique la sincérité.

39 En Occident chrétien, la qualité des sols est mentionnée surtout par une littérature agronomique bien moins riche que dans le monde arabo-musulman.

40 Livro das Aves. Edição do texto latino a partir dos manuscritos portugueses, tradução do latim e introdução, Gonçalves M. I. R. (éd.), Lisbonne, Ed. Colibri, 1999.

41 Entre autres, Infant D. Duarte, Livro da ensinança de bem cavalgar toda sela, éd. Piel J., Lisbonne, INCM, 1986 (1e éd. 1944).

42 Foral de Salvaterra de Magos, Ed. ANTT et Câmara municipal de Salvaterra de Magos, 1992, exploité, avec beaucoup d’autres, dans Boissellier S., Naissance d’une identité portugaise. La vie rurale entre Tage et Guadiana (Portugal) de l’Islam à la Reconquête (Xe-XIVe siècles), Lisbonne, Ed. Imprensa Nacional – Casa da Moeda, 1998.

43 Voir les remarques de Catarino M. M. : « Fontes documentais na “re-construção” da paisagem : em torno da vila da Castanheira no início dos Tempos Modernos », dans Gonçalves I. (coord.), Paisagens rurais e urbanas – Fontes, metdologias, problemáticas. Actas das primeiras Jornadas, Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, Centro de Estudos históricos, 2005, p.  207-223. L’auteur utilise deux terriers de 1473 (monastère S. Vicente de Fora de Lisbonne) et de 1508.

44 Gonçalves I. et al. (éd.), Tombos da Ordem de Cristo, I, Comendas a sul do Tejo (1505-1509), Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, Centro de Estudos Históricos, 2002 (et volumes suivants).

45 Botão M. F., « As fontes contabilísticas na retratação de um espaço em movimento », dans Gonçalves, Paisagens rurais… primeiras Jornadas, 2005, op. cit., p.  123-131.

46 Livro das lezírias d’El-Rei Dom Dinis, de Sá Nogueira B. de (éd.), Lisbonne, Centro de história da Universidade de Lisboa, 2003 (édition du livre V de la chancellerie du roi Denis).

47 Toutes les grandes monographies d’histoire rurale régionale déjà citées ont étudié ce problème. Plus spécifiques sont Farelo M. S., « Os recursos hídricos na paisagem medieval portuguesa através do estudo dos documentos da chancelaria régia (1208-1521) », Media Aetas. Revista de estudos medievais, 1 (2e série), Paisagens medievais, I, Ponta Delgada. 2004-2005, p.  9-46 (l’auteur exploite seulement l’História florestal ; il réalise une bonne analyse de la structure de la documentation, mais son enquête ne commence réellement qu’au XVe siècle) ; ou Pereira M. T. L., « A paisagem ribeirinha de Alcácer do Sal, em finais do século XV », Media Aetas. Revista de estudos medievais, 2 (2e série), Paisagens medievais, II, Ponta Delgada, 2005-2006, p.  101-124.

48 Par exemple, Conde M. S. A., « Ocupação humana e polarização de um espaço rural do Gharb al-Andalus : o Médio Tejo à luz da toponímia arábica », dans Id., Horizontes do Portugal medieval. Estudos históricos, Cascais, Patrimonia, 1999, p.  11-40. Sur l’usage de registres hagionymiques à très grande échelle, voir Boissellier S., « Organisation sociale et altérité culturelle dans l’hagionymie médiévale du Midi portugais », Lusitania sacra, 17 (2e série), Clérigos e religiosos na sociedade medieval, Lisbonne, 2005, p.  255-298.

49 Une approche étayée par la meilleure réflexion épistémologique se trouve dans Conde, Uma paisagem humanizada…, op. cit. Une excellente étude, sur la base de terriers du tout début du XVIe siècle, offrant un tableau général des toponymes et de nombreuses cartes de localisation (mais qui, malheureusement, éclatent l’écosystème en une série de facteurs isolés les uns des autres, faune, flore, hydrographie, etc.), est celle de Moiteiro G. C., « Paisagens históricas : a flora e a fauna na toponímia meridional beirã de Quinhentos », dans Gonçalves, Paisagens rurais… primeiras Jornadas, 2005, op. cit., p.  25-63.

50 Ainsi Beirante M. Â. R., Santarém medieval, Lisbonne, Ed. Universidade Nova de Lisboa, 1980 ; Id., Évora na Idade Média, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian – JNICT, 1995 ; Conde M. S. A., « Madînat Shantarîn. Uma aproximação à paisagem da Santarém muçulmana (séculos X-XII) », dans Id., Horizontes do Portugal medieval…, op. cit., p.  41-84 ; et surtout, l’approche très méthodique de Viana M., « Notas sobre a organização paroquial e a toponímia de Portalegre em 1304 », A cidade, 6, Portalegre, 1991, p.  67-74, et Espaço e povoamento numa vila portuguesa (Santarém 1147-1350), Lisbonne, Caleidoscópio – Centro de Historia da Universidade. de Lisboa – Casal de Cambra, 2007.

51 Des éléments dans Delort R., « Percevoir la nature au Moyen Âge : quelques réflexions », dans Mornet É. (éd.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p.  31-41.

52 Explication avancée récemment par les archéologues antiquisants Carlos Tavares da Silva et Françoise Mayet, à l’occasion du II encontro de arqueologia da Arrábida (Homenagem a António Inácio Marques da Costa).

53 Idem, Livro das eras, p.  75.

54 Idem en 1re partie du Livro das lembranças, p.  97 (daté de 1381 !).

55 Idem en 1re partie du Livro das lembranças, p.  95.

56 Idem en 1re partie du Livro das lembranças, p.  95.

57 Idem en 1re partie du Livro das lembranças, p.  95.

58 Idem en 1re partie du Livro das lembranças, p.  95.

59 Notons que ce souci d’authenticité, récent, s’applique même à des événements dont l’interprétation n’est pas douteuse.

60 Ainsi dans le texte.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Pluie de grêle (L’ange de la première trompette). Beatus de Ferdinand Ier, vers 1407 (Madrid, Biblioteca Nacional, vitr. 14-2).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Figure 2 – Pluie de grêle et de feu (L’ange de la première trompette). Beatus de San Pedro de Cardeña, XIIe s. (Madrid, Museo Arqueológico Nacional, ms. 2, fo 8A).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540