Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

Les recherches sur le climat dans la Couronne de Castille au Moyen Âge

Cristina Segura Graiño
Traduction de F. Clément

Texte intégral

  • 1 Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967 ; trad. esp., Histo (...)

1Je crains qu’il n’existe pas assez de travaux pour être en mesure de dresser convenablement l’état des recherches relatives à l’histoire du climat durant le Moyen Âge castillan. Ce n’est pas un sujet qui a attiré l’attention des chercheurs, hommes et femmes. En son temps, l’ouvrage de Le Roy Ladurie1 a eu un impact important, il a été lu et commenté, mais ce fut surtout entre les spécialistes des autres périodes historiques et non parmi les médiévistes. Il ne faut pas oublier, non plus, qu’il faut attendre le début des années quatre-vingt, après le franquisme, pour que commencent à être connus en Espagne les travaux qui se réalisaient de l’autre côté des Pyrénées. Mais à ce moment-là, la priorité était d’appliquer d’abord les concepts de l’histoire marxiste, puis de l’histoire sociale, paradigme dans lequel nous évoluons toujours, formant un groupe – minoritaire – d’historiens/historiennes, surtout spécialistes d’histoire contemporaine et, dans une bien moindre mesure, des autres périodes historiques, même si l’on trouve des représentants pour chacune d’elles. À mon avis, cependant, la recherche historique connaît actuellement une régression par rapport aux dernières années du siècle écoulé, surtout dans certains secteurs, comme l’histoire médiévale, où la chose ne fait pas de doute.

2À la fin du XXe siècle, avec la crise du gouvernement socialiste, la quasi disparition du parti communiste, l’arrivée au gouvernement des néo-conservateurs, l’emprise de ces derniers sur le pouvoir économique et sur la pensée dominante, il s’est produit un recul politique et social qui a eu des répercussions sur la conception de l’histoire. S’est alors amorcé un retour vers des approches d’histoire « contributive » déguisée en histoire quantitative, totalement aseptisée, puisque la production de données l’emporte sur les interprétations qualitatives. Cette évolution est surtout sensible en histoire médiévale, domaine dans lequel l’histoire sociale n’avait rencontré qu’une audience très restreinte, limitée à quelques groupes bien identifiés. Cependant, dans les années quatre-vingt, une atmosphère novatrice est apparue dans les études médiévales, plus particulièrement au sein des nouvelles communautés autonomes de l’État espagnol, qui commencèrent alors à construire leur propre histoire. Actuellement, cet objectif est en grande partie réalisé, mais on a accordé peu d’intérêt aux nouvelles tendances. Dans les universités des communautés autonomes, la recherche en histoire demeure consacrée aux événements qui se sont produits sur le territoire actuel de la communauté. Néanmoins, on y trouve toujours un groupe représentatif des nouvelles tendances.

3Compte tenu de ce qui vient d’être dit, je pense qu’on est en train de faire actuellement, en ce qui concerne la Couronne de Castille, une histoire médiévale où priment les études sur les hauts personnages, les faits exceptionnels et les grandes dates. Dans les équipes considérées comme les plus en pointe, l’histoire traditionnelle a évolué vers des thématiques auxquelles on n’avait pas trop prêté attention jusqu’alors, comme les institutions, les mentalités, les marginaux, le peuplement et le repeuplement, c’est-à-dire ce qu’on appelle aujourd’hui l’organisation sociale de l’espace – cette dernière thématique étant la plus novatrice. Telle est la tonalité générale. Il est vrai qu’il existe des équipes au sein desquelles l’histoire sociale est bien représentée : c’est le cas dans les universités de Salamanque et de Valladolid, ou à l’Association d’Histoire sociale (Asociación de Historia Social) – sans oublier les chercheurs/chercheuses isolé(e) s dans d’autres universités.

4Il ne fait pas de doute que les axes de recherche mentionnés ci-dessus sont précieux, en ce qu’ils permettent de nouvelles avancées des connaissances, lesquelles, dans certains cas, ressemblent à ce qu’on savait déjà pour d’autres lieux ou zones de la Couronne de Castille, et ne font que confirmer des réalités similaires attestées à d’autres époques ou dans d’autres régions. Mais, de mon point de vue, il n’y a pas eu d’apports novateurs ayant ouvert de nouvelles pistes, avec la nécessaire contextualisation par rapport à des réalités sociales précises, que ce soit du point de vue temporel (Haut, Moyen ou Bas Moyen Âge) ou géographique, les territoires relevant de la Couronne de Castille étant très divers. En outre, ces recherches ne sont pas connectées, non plus, à ce qui s’est fait dans les autres communautés autonomes, ce qui aurait supposé de bâtir une constante et d’établir des variables pour les diverses époques et régions.

5Tout cela constituerait, à n’en pas douter, un net progrès pour l’histoire du Moyen Âge hispanique, car il serait possible de déterminer les identités et les réalités sociales propres à chaque territoire ; lesquelles, mises en relation entre elles, fourniraient des indications précieuses et inédites qui aideraient à analyser en profondeur un passé complexe du fait des différentes formations politiques qui ont cohabité dans la péninsule Ibérique, de la relation qu’elles entretenaient entre elles et de leur projection sur d’autres époques, jusqu’au temps présent. De cette façon, l’Histoire pourrait apporter des réponses à nombre des problèmes politiques actuels.

6De ce fait, des thématiques de recherche qui, de nos jours, peuvent être considérées comme solidement établies dans d’autres pays, telles que les relations de genre ou de classes sociales, sont encore, dans une large mesure, cantonnées à certains groupes de médiévistes en Espagne, et elles n’ont pas intégré comme il le faudrait les enseignements académiques.

  • 2 Segura Graiño C., « ¿ Historia ecológica en la Edad Media ? Fuentes y bases teóricas », Imago temp (...)
  • 3 Voir par exemple Clemente Ramos J. (éd.), El medio natural en la España medieval. Actas del I Cong (...)
  • 4 Furió Diego A., « La domesticación del medio natural. Agricultura, Ecología y Economía en el País (...)

7Cette longue introduction était nécessaire pour faire comprendre ce qui peut expliquer la maigre attention accordée à l’histoire du climat, pour l’Espagne d’une façon générale, et pour le Moyen Âge castillan en particulier – du moins, à ma connaissance. On peut en dire autant à propos de l’histoire écologique ou histoire de l’environnement2, dont l’incidence est faible également. Bien qu’elle ait joui d’un intérêt plus soutenu, elle non plus ne marche pas très fort. Parfois, les contenus de ces deux domaines de recherche, histoire écologique et/ou histoire du climat, ne sont pas clairement définis. C’est surtout le cas de l’histoire écologique, qui est parfois confondue avec l’histoire rurale3, même si l’on note, ici ou là, une sensibilisation au fait que le développement de l’agriculture ou l’évolution des systèmes hydrauliques peuvent permettre d’analyser les phénomènes climatiques. Antoni Furió, par exemple, dans son étude de cas sur les pays valenciens, pointe à juste titre l’influence du régime pluviométrique propre à chaque zone sur le développement de l’agriculture4.

  • 5 Voir Segura Graiño C., « Historia ecofeminista », dans Puleo A., Segura C. et Cavana Ma L. coord.) (...)

8Il convient de souligner, enfin, le rôle de l’éco-féminisme, car il a ouvert une voie importante, fondée sur une solide assise méthodologique, menant à une histoire des femmes en relation avec l’environnement où elles vivent5. Néanmoins, les travaux sont plus développés en philosophie, en anthropologie et en sociologie qu’en histoire. La base théorique de l’éco-féminisme repose sur la différence, en fonction du sexe, du rapport à l’environnement naturel ou urbain dans lequel se déroule la vie de l’individu : le rapport des femmes est lié à l’approvisionnement, celui des hommes à l’obtention de plus-values.

L’histoire du climat

  • 6 Castillo S. (éd.), La Historia social en España. Actualidad y perspectivas, Madrid, 1994.
  • 7 La Historia Medieval en España. Un balance historiográfico (1968-1998), Pampelune, 1999.
  • 8 Historia a Debate (HAD), réseau et forum historiographique qui organise périodiquement des congrès (...)
  • 9 del Val Ma I., « La Historia social en España. La investigación sobre la Edad Media en los últimos (...)

9L’intérêt que l’histoire du climat et l’histoire écologique suscitent dans les études médiévales officielles est très mince. La preuve en est le très petit nombre de références à ces deux possibilités de faire de l’histoire où de l’enrichir qu’on trouve dans les derniers bilans des tendances en histoire du Moyen Âge. L’éventualité n’en a pas été prise en compte, ni lors du premier congrès de l’Association d’Histoire Sociale6, ni pendant les Semaines d’Estella7. Et dans aucun des congrès d’Histoire en Débat8, on ne leur a accordé l’importance qu’elles me paraissent mériter. Notons seulement l’allusion faite par María Isabel del Val, au cours du IVe congrès de l’Association d’Histoire Sociale, à « l’histoire écologique qui commence à être prise en compte […] et à nouer des liens avec le féminisme et l’histoire des femmes9 » – ce qui est une référence transparente à l’éco-féminisme.

  • 10 Fontana J., Historia. Análisis del pasado y proyecto social, Barcelona, Crítica, 1982 ; La Histori (...)
  • 11 Historia, espacio y recursos naturales : de la geografía humana a la « ecohistoria ».

10Dans les principaux travaux consacrés à la situation de la construction de l’histoire en Espagne, il est rare qu’on fasse allusion à la possibilité d’une histoire du climat ou de l’environnement. Fontana10 avait éludé le sujet dans son livre Histoire. Analyse du passé et projet social, publié en 1982. En revanche, il y fait brièvement référence dans L’histoire depuis la fin de l’Histoire, qui date de 1992, au chapitre intitulé « Histoire, espace et ressources naturelles : de la géographie humaine à l’“écohistoire”11 ». La relation entre l’histoire du climat et l’histoire écologique est assez récurrente, même si cette récurrence ne me paraît pas du tout correcte, car je pense qu’il faut relativiser la relation entre les deux et identifier à chaque fois l’objet et le sujet social. En effet, même si le sujet est le même, la relation ne l’est pas. Je reviendrai sur ce point.

11Fontana pointe quelque chose d’important en ce qui concerne le climat et les crises de subsistance. Il dit – ceci peut s’appliquer à la crise du XIVe siècle – que l’on considère toujours qu’une pénurie est la conséquence d’une altération climatique. Effectivement, il s’agit d’un lieu commun invoqué trop souvent. Fontana explique que le changement climatique affecta de larges zones et que l’on constate que la pénurie ne s’est pas manifestée partout de la même façon, ni avec la même intensité. Dans certaines régions, les crises furent plus sévères, tandis que dans d’autres, qui sont soumises actuellement à un climat similaire, ce qui laisse penser qu’il en allait de même dans le passé, la pénurie n’eut pas d’incidence, ou ce fut d’une façon différente. Fontana avance comme argument que les structures sociales et économiques différaient d’une région à l’autre, ce qui influa sur le développement de la crise au point qu’elle fut imperceptible dans certaines localités. Par conséquent, Fontana considère, avec un grand discernement, qu’il n’est pas possible de faire porter au climat la responsabilité de beaucoup des crises de subsistance pour lesquelles on l’avait incriminé pendant longtemps.

  • 12 Segura Graiño C., « Mujeres y medioambiente en la Edad Media Castellana », dans Cid López R. M. (é (...)

12L’histoire écologique et l’histoire du climat ont en commun d’être des façons émergentes de faire de l’histoire. Mais je ne pense pas qu’on puisse les tenir pour identiques. L’histoire écologique connaît un plus grand développement scientifique, mais elle manque de sources documentaires propres pour être menée à bien. C’est aussi le cas de l’histoire du climat (elles ont cela en commun), mais leur contenu est différent – bien que, dans les deux cas, il y ait le rapport à la nature. L’histoire écologique doit analyser les relations des personnes avec les espaces dans lesquels leur vie se déroule, espaces urbains et espaces naturels, qui peuvent être plus représentatifs. Ces relations produisent des transformations de ces espaces, provoquées volontairement par les individus et pouvant influer sur les dits espaces et les modifier12.

  • 13 Segura Graiño C., « La tala como arma de guerra en la Frontera », dans VI Estudios de Frontera. Po (...)

13En ce qui concerne l’histoire du climat, celui-ci affecte la vie des personnes et le développement économique et social des différentes formations sociales, mais il n’est pas possible d’intervenir sur lui ni de le modifier ; en tout cas, il s’agit de se protéger contre ses excès. Le climat et la nature ont chacun une certaine forme et une certaine façon d’agir, il y a un rapport entre les deux et ils entretiennent des relations réciproques. Mais leur influence mutuelle est différente, la nature dépendant en large mesure du climat, alors que les modifications que la nature provoque sur le climat ne sont pas aussi évidentes ni marquantes, et qu’elles ont lieu sur le long terme. Néanmoins, quand on fait de l’histoire écologique, on doit prendre en compte le climat ; mais également, quand on fait de l’histoire du climat, il faut prendre en compte l’environnement. Enfin, il me semble que toute analyse historique doit tenir compte du climat et de l’environnement. Le premier est un élément fortement déterminant, il a une influence sur la vie des individus et, par là même, sur ce qui advient sur le plan historique. Mais, généralement, on ne lui accorde pas d’importance. Pareillement, on doit faire référence à l’impact écologique que peuvent avoir les divers événements historiques, par exemple l’abattages des arbres en tant qu’élément de la guerre d’usure contre l’ennemi13.

  • 14 Voir infra, « L’exploitation des sources arabes (al-Andalus et Maghreb) dans le cadre du projet 3C (...)

14L’histoire du climat et l’histoire écologique entretiennent une relation incontournable avec l’histoire du paysage. Les modifications qui se produisent dans les espaces naturels, dans le paysage, sont le résultat de l’interaction entre la nature et les êtres humains. Le paysage, par lui-même, n’a pas de temporalité propre, différente de celle des humains (je serais donc d’accord pour qu’il intègre l’histoire du climat et l’histoire écologique), comme l’a remarqué François Clément dans sa contribution14.

15Le problème fondamental qui se pose pour faire l’histoire du climat est relatif, avant tout, aux sources documentaires et, par conséquent, à l’établissement d’une méthode de travail et d’une méthodologie propres. À mon avis, dans l’état actuel des études historiques, il est plus facile de dire ce qui n’est pas de l’histoire du climat, ou comment elle ne doit pas être faite. En revanche, il est beaucoup plus compliqué d’indiquer quels sont les objets d’étude et, surtout, le ou les sujets de l’histoire du climat. Relever les mentions relatives au climat rencontrées dans tel document, ce n’est pas faire de l’histoire du climat. En tout cas, il vaudrait mieux parler de « climatométrie ». En ce qui concerne le Moyen Âge, faire de l’histoire du climat est très difficile, car il est très rare de trouver des références qui puissent être utiles, et plus rare encore de trouver des séries, qu’on puisse relier entre elles et à un lieu déterminé, dans lesquelles il serait question de pluies, de froids ou de chaleurs.

16On pourrait croire qu’une chronique, quand elle fait référence à un fait exceptionnel, se devrait de mentionner s’il faisait froid ou s’il pleuvait. Mais on ne trouve presque pas de renseignements utiles à ce propos. Dans les récits de la bataille de Las Navas de Tolosa (province de Jaén, Andalousie) le 16 juillet 1212, entre chrétiens et musulmans, on s’attendrait à ce qu’il soit fait allusion à la forte chaleur qui devait régner ce jour-là. Mais dans la foule de détails concernant le combat, les morts, les blessures des combattants, on trouve uniquement l’indication que « le jour fut si long qu’il semblait ne plus jamais finir ». C’est un renseignement qui serait pourtant utile, je pense, pour établir une relation entre le climat et des faits historiques.

17Les modifications qui se produisent tout au long de l’année à cause du passage des saisons ont et ont eu un rapport avec les faits historiques, comme on le voit dans le cas d’une bataille. Sans aucun doute, les guerres et les grandes batailles avaient lieu au printemps et en été, quand les jours allongent, qu’il ne pleut pas et qu’il fait moins froid. Pendant l’hiver, en revanche, outre la neige, la glace et le froid, le soleil n’éclaire qu’un nombre restreint d’heures par jour, raison pour laquelle ont préférait les autres saisons, la durée de lumière naturelle y étant supérieure. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il existait des tactiques militaires indiquant les meilleures époques de l’année, en fonction des variations météorologiques, pour faire la guerre ; mais je suis convaincue qu’il y avait une pratique empirique et un savoir transmis de façon également empirique, c’est-à-dire qu’il était indispensable, pour faire la guerre, de tenir compte des changements résultant du passage des saisons.

18L’histoire du climat, j’insiste, ne peut pas être élaborée séparément des réalisations sociales, économiques et même politiques. Une histoire du climat qui se limiterait à établir les variations météorologiques survenues au cours du temps dans des endroits délimités serait peut-être très utile, mais elle ne constituerait qu’un simple apport d’informations. Néanmoins, je crains qu’il ne soit assez compliqué, pour les historiens/historiennes, d’analyser le climat et d’évaluer son rôle. Car, à partir des seules sources écrites ou matérielles, il y a peu de chances d’arriver à reconstruire le déroulement des variations climatiques tout au long de l’année ou dans le cours du temps. Il appartient à d’autres spécialistes, en évaluant l’extension ou le retrait des glaciers, les cernes de croissance des arbres, la progression, disparition ou transformation des cultures, de retracer l’évolution du climat au cours des âges, et notamment à l’époque médiévale.

19Grâce à leurs travaux, on sait qu’il y a eu une phase de hausse des températures qui va du VIIIe au XIIe siècle, avec un pic de chaleur aux XIe et XIIe siècles. Il ne fait pas de doute que c’est d’une grande importance, et que cela peut fournir une réponse, ou contribuer à trouver une explication, à des événements qui se sont produits à d’autres époques plus ou moins proches. Mais, plus important encore, est le rapport entre cet éventuel réchauffement et, par exemple, le développement urbain, les débuts de la société bourgeoise, l’augmentation de l’activité commerciale ou les croisades, élément qui n’a pas été pris en compte. Le réchauffement a dû aider, certainement, au développement de l’agriculture, lequel a eu une incidence sur l’augmentation de la population et le développement de la vie urbaine. Dans la péninsule Ibérique, le phénomène a eu des conséquences sur les rapports de forces et d’occupation du territoire entre chrétiens et musulmans ou, par exemple, sur l’essor de la fréquentation du chemin de Saint-Jacques.

  • 15 Segura Graiño C., Bases socioeconómicas de la población de Almería (siglo XV), 1979, p. 3-5. Je pr (...)

20Par conséquent, je pense que l’appréciation du rôle du climat doit être présente en tant qu’élément subsidiaire dans les études ayant trait à l’histoire sociale. Il est évident que certaines s’y prêtent mieux que d’autres, et que les thématiques relatives à l’organisation sociale de l’espace doivent tenir compte des conditions climatiques du territoire étudié. Connaître empiriquement le climat d’un lieu donné est important. Mais on doit aussi évaluer s’il existe des informations sur des modifications dans le passé ou sur des événements ayant un rapport avec le climat. Il ne me paraît pas du tout correct, comme on le fait souvent, et comme il m’est arrivé de le faire moi-même15, de plaquer le climat actuel de la zone étudiée sur celui du Moyen Âge. Pourtant, si le climat a conditionné la distribution des cultures, l’établissement des populations et les événements militaires, il n’a pas toujours été déterminant de manière uniforme. Il convient donc de savoir ce qu’il était, et non de l’utiliser comme une référence obligée, sans nuances. De même, il y a des cas où l’influence climatique est très faible, d’autres éléments ayant concouru au processus. C’est pourquoi le climat et ses éventuelles variations au cours de l’année, et surtout sur le long terme, doivent être étudiés en les replaçant dans le contexte de la réalité sociale de l’époque et en tenant compte de ce qui se passe sur le plan historique.

21On ne doit pas oublier, non plus, la toponymie, aussi bien la macrotoponymie que la microtoponymie, car il existe des noms de lieux qui renvoient à des perturbations atmosphériques ou à des changements climatiques importants. On peut en dire de même à propos de l’archéologie. L’étude d’un site antique peut offrir les indices d’un changement climatique ou livrer des vestiges végétaux ou animaux suggérant des modifications de la flore et de la faune à la suite d’altérations climatiques.

Les sources documentaires. Quelques exemples pour la recherche

22Je viens de faire allusion à la nécessité de prendre en considération les études physiques, botaniques, géologiques ou paléontologiques lorsqu’on cherche à décrire le climat qu’il faisait en tout lieu et à toute époque au cours de l’Histoire. Mais on ne doit pas écarter la démarche empirique. C’est une bonne source de connaissances, car le climat de chaque lieu, dans ses grandes lignes, ressemblait – mais ressemblait seulement – au climat actuel, en dépit des transformations propres au développement urbain et aux concentrations de population. Je vais donner quelques exemples de sources qui peuvent concerner notre sujet, en partant du principe qu’on manque de sources directes. Il faut également tenir compte du fait que l’estimation du climat doit toujours porter sur une zone bien définie. Dans le cas de la Couronne de Castille, par exemple, on ne peut pas faire d’estimation générale, car il s’agit d’un territoire très vaste, avec une orographie variée, où l’on peut rencontrer des climats différents.

23Les calendriers sont une source iconographique de premier ordre. Ils contiennent des références au temps de chaque mois ou de chaque saison. Certains sont dessinés, d’autres sculptés, ils sont très nombreux et très beaux. Dans ces images, en se basant sur les vêtements des personnages ou sur les travaux agricoles, on obtient des informations. Il s’agit probablement des sources les plus directes dont nous disposons. Pour le reste, l’information est indirecte. Lorsque les documents livrent quelque renseignement potentiellement utile à l’étude du climat, ce n’est pas intentionnel, mais parce qu’il était nécessaire de compléter ou de nuancer le sujet traité.

24Dans les sources documentaires relatives à la situation de l’agriculture, on trouve de nombreux renseignements passés inaperçus ou qui n’ont pas été utilisés. Ces sources peuvent être les cartulaires des monastères, les censiers seigneuriaux ou les comptes-rendus de visites aux commanderies des ordres militaires. Dans tous ces documents, on se réfère à la situation du bien économique qui procure des rentes au seigneur. Par conséquent, quand il s’est produit un épisode climatique inhabituel qui a affecté les rendements, grêle ou gelée par exemple, on l’allègue systématiquement pour justifier la baisse de la production, ou la diminution des revenus, et donc la difficulté à faire face au paiement de la redevance stipulée. Jusqu’à présent, ces informations d’ordre climatique ont généralement été négligées. Mais en les mettant en relation, elles sont susceptibles de donner des résultats originaux. En ce qui concerne le paiement des redevances lors des années de mauvaises récoltes, on allègue l’abondance des pluies, ou leur manque, ou qu’elles ne sont pas tombées au bon moment, ou encore qu’il y a eu des gelées, ou que la chaleur a été excessive, etc.

25Toutes ces données fournissent des informations décousues, incomplètes. Mais il faut les relier entre elles, les identifier et, surtout, pouvoir apporter la preuve qu’elles constituent une référence indispensable pour apprécier l’incidence des variations climatiques sur l’évolution de la situation économique et sociale. On peut également établir, si les sources le permettent, des suites séquentielles de températures propices ou néfastes dans un endroit donné, ou documenter un changement perceptible du climat. Tout cela doit être effectué au moyen de séries étendues et l’évaluation doit porter sur une longue période.

  • 16 Del Pulgar H., Crónica de los Reyes Católicos, de Mata Carriazo J. (éd.), Madrid, Espasa Calpe, 19 (...)

26Dans les chroniques de règnes ou de grands faits historiques, on trouve des références à des épisodes climatiques qui peuvent aider, si on les met en valeur et qu’on les relie, à construire une histoire du climat. N’importe quel document de caractère biographique peut contenir une allusion à des variations météorologiques inhabituelles ayant pesé sur le cours des événements. Par exemple, dans la chronique de Hernando del Pulgar sur le règne des Rois Catholiques16, une longue partie est consacrée à la Guerre de Grenade. Il en ressort que les armées partaient en campagne quand il faisait beau, car les opérations militaires commençaient toujours au printemps et s’achevaient au début de l’automne. Il me semble que Pulgar, comme la majorité des chroniqueurs médiévaux, aurait pu faire davantage référence à la situation climatique qui prévalait lors de chaque épisode relaté, ou donner des détails, mais ceci n’était pas dans les habitudes. C’est seulement lorsque se produit un événement climatique extraordinaire qu’il en parle.

  • 17 Ibid., II, p. 408 : « por el tiempo de invierno que se venía presto, en el cual sería imposible se (...)

27Prenons le cas du siège de Baza, qui dura presque huit mois et s’acheva en décembre 1489. Il était devenu urgent d’en finir d’une façon ou d’une autre, « à cause de l’arrivée prochaine de l’hiver, au cours duquel les gens, du fait de la qualité de la terre, ne pourront plus rester en rase campagne17 ». La « qualité de la terre » fait allusion au climat propre à ce lieu en hiver. Mais comme la cité ne capitulait pas et que les troupes castillanes n’étaient pas prêtes à se retirer, le siège ne fut pas levé. Pour améliorer la situation de la troupe, le roi Fernando prit donc des mesures :

  • 18 Ibid., II, p. 409 : « […] mando hacer casas en el real, para defensa del frio e de las aguas que co (...)

« Il ordonna de construire des maisons dans le camp, en protection contre le froid et les eaux attendues avec l’hiver. […] Ils construisirent des maisons en pisé, couvertes de bois et de tuiles, de façon à ce qu’elles soient une protection contre les aléas du froid et du soleil. […] Ils construisirent des cabanes, de façon à ce qu’elles [les] protègent contre le froid et les eaux. Mais, une fois ces maisons construites, il survint une si grande pluie qu’elle démolit beaucoup d’entre elles, que les gens du camp souffrirent une grande peine et que moururent des hommes et beaucoup de chevaux et de bêtes [de somme]. Outre les travaux [du siège] qui pâtirent de cette pluie, les chemins furent tellement endommagés que les bêtes de charge apportant le ravitaillement ne purent pas passer, à cause de la crue des rivières et des grandes fosses et ravines que les hasards des eaux avaient creusées18. »

28Dans ce texte, on le voit, il est fait mention des pluies torrentielles qui durent s’abattre en septembre ou octobre, et de leurs conséquences. Quant on connaît le climat actuel de la région, on peut facilement imaginer qu’il s’agissait d’un phénomène de « goutte froide », très habituel dans ces contrées au début de l’automne.

  • 19 La publication des Libros de Acuerdos del Concejo Madrileño a débuté à Madrid en 1932. N’ont été p (...)

29Les livres d’actes des conseils renferment aussi d’abondants renseignements indirects sur les événements relatifs aux manifestations climatiques. Cependant, les rassembler prend du temps. On peut y trouver référence à des épisodes ordinaires ou sortant du commun, dans la mesure où la chaleur, le froid et la pluie sont des facteurs importants qui modifient la situation du fait des perturbations climatiques. Dans les Libros de Acuerdos de la ville de Madrid19, on mentionne régulièrement les réparations de ponts. De telles réparations étaient la conséquence des crues des rivières que ces ponts enjambaient. La force du cours d’eau sortant de son lit détériorait les ouvrages et les terrains situés dans le voisinage. C’est pourquoi le conseil devait pourvoir à la réparation de tout ce qui avait été endommagé.

30Cette situation perdure de nos jours en ce qui concerne l’arroyo Meaques, qui traverse la Casa de Campo et se jette dans l’actuel río Manzanares (qui portait le nom de Guadarrama au Moyen Âge). Ces deux cours d’eau, le Meaques et le Manzanares, débordaient en cas de pluies torrentielles, en automne ou au printemps. Le premier continue de le faire, il inonde le périphérique intérieur de Madrid (calle 30) au point que le trafic automobile est interrompu. Le lit du Manzanares a été régulé récemment par la construction de retenues en amont. La situation devait être similaire au XVe siècle, à en juger par les nombreuses réparations faites aux ponts détruits par les crues.

  • 20 Muñoz Á., « Metáforas del agua en la cultura urbana madrileña (siglos XIII al XVI) », dans Macias (...)

31Une autre source à prendre en compte, même si elle est d’une nature très différente, est constituée par les textes religieux et hagiographiques. Les rogations pour la pluie, directement liées au climat, répondaient aux sécheresses persistances qui affectaient les cultures et la vie des gens. Ángela Muñoz a étudié, pour Madrid, les rogations documentées entre le XIIIe et le XVe siècle (et au-delà)20. Le procès en canonisation du patron de la ville de Madrid, San Isidro, qui s’est déroulé au XVIe siècle, prend en compte les nombreuses rogations conduites par le saint lors de périodes de sécheresse. Grâce à cela, on connaît les années de sécheresse, au cours desquelles on a dû procéder à des rogations, et les années où la pluviométrie était suffisante. Tout cela mis ensemble, il est possible de déterminer les années sèches et les années humides, ainsi que leur fréquence.

32En comparant maintenant les mentions de rogations aux informations sur les crues fournies par les Libros de Acuerdos, on peut ébaucher une description du climat madrilène, où alternaient des épisodes d’inondations échappant à tout contrôle et des sécheresses persistantes. Les vies de saintes et de saints sont également intéressantes, car leurs miracles étaient parfois directement liés à la thématique de l’eau, et aussi aux questions climatiques. Un exemple est fourni par le miracle de Santa María de la Cabeza, la femme de San Isidro, qui allait prier dans un ermitage éloigné du bourg, Torrelaguna, et qui devait traverser le río Jarama pour y arriver. En cas de crue, elle étendait son châle sur l’eau et traversait la rivière au moyen de cette passerelle.

  • 21 Macias J. Ma y Segura Graiño C. (éd.), Agua e ingenios hidráulicos en el valle del Tajo. De Estrem (...)

33Dans la documentation qui fait référence aux constructions hydrauliques, il est facile de rencontrer des allusions à des épisodes météorologiques extrêmes. En étudiant les systèmes hydrauliques du Tage21, on découvre ainsi une longue série de mentions concernant des situations qui contiennent des données sur des épisodes climatiques. En voici un double exemple, à propos du canal d’irrigation (acequia) de Colmenar de Oreja :

  • 22 Archivo General de Palacio (AGP), leg. 252, fo 105 : « en la dicha acequia no se pueden sembrar ni (...)

« en la dite acequia, ne se peuvent semer ni ne sème-t-on le chanvre, le lin, les oignons, ni aucune espèce de graines et de légumes, si ce n’est exclusivement le blé, l’orge, le seigle et autres semences qui n’ont pas besoin de plus d’irrigation jusqu’à la mi-juin, époque où le fleuve (le Tage) fournit d’ordinaire de l’eau en quantité et abondance […] depuis la mi-juin jusqu’à l’automne où il est de règle que l’eau manque22… » (12 mars 1568).

  • 23 AGP, caja 14.243 : « porque los vecinos de la dicha villa (Colmenar) dicen que ordinariamente desd (...)

« parce que les habitants de la dite ville (Colmenar) disent qu’ordinairement, du milieu du mois de juin, où la dite irrigation est interdite, jusqu’à la fin du mois de juillet, il est de règle que fleuve (le Tage) transporte tant d’eau que, même si on en prélevait une certaine quantité pour la dite irrigation, on ne constaterait aucun préjudice pour la meunerie […] Parce que certaines années les pluies d’automne arrivent trop tard pour semer23… » (20 juin 1588).

34Les deux textes font référence à un canal construit pour irriguer avec les eaux du Tage les terres proches de Colmenar de Oreja (Madrid). On dit qu’il ne faut pas semer de plantes maraîchères, gourmandes en eau, mais des céréales, puisqu’on ne peut irriguer que jusqu’au mois de juin, c’est-à-dire tant que le débit résultant du dégel printanier se maintient. Par la suite, il ne va plus pleuvoir jusqu’au moment où l’automne est bien avancé, avec un étiage sévère, voire un manque d’eau total. En conséquence, il convient de préserver ce qu’on appelle aujourd’hui le niveau écologique. Autrefois, en période de basses eaux, il fallait garantir la quantité d’eau nécessaire au fonctionnement des moulins. La description des conditions climatiques pourrait confirmer que la situation était semblable à ce qu’elle est aujourd’hui dans la même région et dans une grande partie de la Meseta méridionale.

35Sachant que des mentions similaires concernant les mêmes municipalités se succèdent jusqu’au XVIIIe siècle dans la documentation de la région, des données telles que le climat actuel incitent à penser que l’empirisme est une méthode fiable qui permet de reporter les conditions climatiques actuelles sur les époques antérieures, en étant toutefois attentif à d’éventuelles différences, et ceci avec un degré de fiabilité suffisant pour qu’il soit possible d’appliquer les conditions d’aujourd’hui aux siècles médiévaux. Par ce moyen, on peut évaluer l’incidence de ces conditions sur des événements en tout genre qui se sont produits dans le passé et sur lesquels on n’a pas conservé d’informations relatives au climat. Il serait possible, grâce à cela, d’estimer si les références au climat en tant qu’élément déterminant dans les événements historiques sont plausibles, ou s’il s’agit d’affirmations sans fondement énoncées quand on ne parvient pas à trouver d’autres causes aux faits.

Conclusions provisoires

36D’abord, je voudrais souligner le défi important que représente la construction de l’histoire du climat. Elle a encore besoin de nombreux apports et elle doit se faire, dans une large mesure, en liaison avec l’histoire écologique : autant l’une que l’autre peuvent profiter de cette relation. La difficulté, à mon avis, réside dans le manque de sources directes, lesquelles facilitent toujours le chemin. À la place, il faut rechercher les informations dans de nombreux documents en tout genre, où figurent de courtes références souvent d’un grand intérêt. Une bonne méthode pourrait être, dans chaque travail de recherche, de tâcher de consacrer un paragraphe à la question du climat – non pas l’actuel, car je pense que cela peut conduire à des appréciations susceptibles d’induire en erreur. Le climat actuel peut certainement renvoyer à celui du passé et la méthode régressive peut se révéler utile à quelqu’un qui ne connaît pas la région ou l’espace dans lequel évolue l’objet de sa recherche. Mais il me semble que ce qui est véritablement de première importance pour le développement de cet axe de recherche, c’est de ne pas sous-estimer les courtes mentions qui figurent dans les documents à propos des pluies, des chaleurs, des gelées, des inondations ou des sécheresses, qu’on considère fréquemment comme étant sans rapport avec la question et qui n’apparaissent pas de façon claire dans les analyses historiques.

37Les exemples que j’ai donnés visent à mettre en évidence les possibilités que des sources documentaires très variées peuvent offrir pour tenter de construire le climat des époques antérieures, le Moyen Âge dans le cas présent. Ainsi, j’ai cherché à montrer que ces divers documents permettent de connaître l’environnement dans lequel s’est déroulée la vie des gens, le froid, la chaleur ou la peur face à l’eau que l’on ne maîtrise pas. Tout cela conduit peut-être à réfléchir à l’importance que les événements climatiques peuvent avoir dans la vie des êtres humains, et aussi sur des événements de nature exceptionnelle, comme les batailles, les crises de subsistance ou la prospérité. Une telle recherche est un défi pour les jeunes chercheurs et chercheuses, pour autant que l’on soit conscient de la pertinence de l’histoire et de son rapport avec les problèmes sociaux et politiques de chaque époque : dans le cas précis, le changement climatique, qui requiert d’urgence l’attention.

Figure 1 – Calendrier agricole : le mois d’août. Fresque, XIIe siècle, León, Panthéon royal de la collégiale de San Isidro.

Figure 2 – Calendrier agricole : le mois de décembre. Fresque, XIIe siècle, León, Panthéon royal de la collégiale de San Isidro.

Notes

1 Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967 ; trad. esp., Historia del clima en el año mil, Mexico, 1991 (date à laquelle on a commencé à lire effectivement cette œuvre en Espagne).

2 Segura Graiño C., « ¿ Historia ecológica en la Edad Media ? Fuentes y bases teóricas », Imago temporis. Medium Aevum, 3, 2009, p. 21-43.

3 Voir par exemple Clemente Ramos J. (éd.), El medio natural en la España medieval. Actas del I Congreso sobre ecohistoria e historia medieval, Cáceres, 2001, très intéressante contribution à l’histoire rurale, mais qui ne contient aucune communication concernant l’histoire écologique à proprement parler.

4 Furió Diego A., « La domesticación del medio natural. Agricultura, Ecología y Economía en el País Valenciano en la Baja Edad Media », dans Clemente Ramos J. (éd.), El medio natural…, op. cit., p. 57-103.

5 Voir Segura Graiño C., « Historia ecofeminista », dans Puleo A., Segura C. et Cavana Ma L. coord.), Mujeres y Ecología. Historia, Pensamiento y Sociedad, Madrid, Almudayna, 2004, p. 35-50 ; Id., « Historia ecofeminista », Observatorio Medioambiental, 9, 2006, p. 45-60.

6 Castillo S. (éd.), La Historia social en España. Actualidad y perspectivas, Madrid, 1994.

7 La Historia Medieval en España. Un balance historiográfico (1968-1998), Pampelune, 1999.

8 Historia a Debate (HAD), réseau et forum historiographique qui organise périodiquement des congrès internationaux (1993, 1999, 2004, 2010). Voir [http://www.h-debate.com].

9 del Val Ma I., « La Historia social en España. La investigación sobre la Edad Media en los últimos diez años », dans Castillo S. et Fernández R. (éd.), Historia social y ciencias sociales. Actas del IV congreso de historia social de España, Lérida, 2001.

10 Fontana J., Historia. Análisis del pasado y proyecto social, Barcelona, Crítica, 1982 ; La Historia después del fin de la Historia, Barcelona, Crítica, 1992.

11 Historia, espacio y recursos naturales : de la geografía humana a la « ecohistoria ».

12 Segura Graiño C., « Mujeres y medioambiente en la Edad Media Castellana », dans Cid López R. M. (éd.), Las mujeres en la Historia de Castilla y León. Oficios y saberes de Mujeres, Université de Valladolid, 2002, p. 159-188.

13 Segura Graiño C., « La tala como arma de guerra en la Frontera », dans VI Estudios de Frontera. Población y poblamiento. Homenaje a Manuel González Jiménez, Diputación Provincial de Jaén, 2007, p. 717-724.

14 Voir infra, « L’exploitation des sources arabes (al-Andalus et Maghreb) dans le cadre du projet 3C2MA ».

15 Segura Graiño C., Bases socioeconómicas de la población de Almería (siglo XV), 1979, p. 3-5. Je préfère renvoyer à moi-même, afin de ne pas froisser des susceptibilités, bien que ce soit une pratique très commune.

16 Del Pulgar H., Crónica de los Reyes Católicos, de Mata Carriazo J. (éd.), Madrid, Espasa Calpe, 1943.

17 Ibid., II, p. 408 : « por el tiempo de invierno que se venía presto, en el cual sería imposible según la calidad de la tierra, seguir gente en el campo ».

18 Ibid., II, p. 409 : « […] mando hacer casas en el real, para defensa del frio e de las aguas que con el tiempo del invierno se esperaban […] ficieron casas de tapias e cubiertas de madera e teja, de tal manera que era defensa para las fortunas del frio e del sol. […] ficieron chozas de tal manera que defendían del frio e de las aguas. Pero después que estas casas se hicieron, sobrevino una lluvia tan grande que derribó muchas dellas, y la gente del real sufrió tanta pena, e murieron algunos onbres, e muchos cavallos e bestias. Que allende de los trabajos que padecieron con aquella lluvia, se dañaron los caminos de tal manera, que las recuas que andavan con los mantenimientos no los podían pasar, por el crecimiento de los ríos e por las grandes hoyas e barrancos que la fortuna de las aguas fizo. »

19 La publication des Libros de Acuerdos del Concejo Madrileño a débuté à Madrid en 1932. N’ont été publiés que 5 volumes, qui couvrent la période allant de la première année conservée, 1464, jusqu’à 1515. Le reste est consultable aux archives de la ville de Madrid (Archivo de la Villa de Madrid).

20 Muñoz Á., « Metáforas del agua en la cultura urbana madrileña (siglos XIII al XVI) », dans Macias J. Ma et Segura Graiño C. (coord.), Historia del abastecimiento y usos del agua en la Villa de Madrid, Madrid, Confederación Hidrográfica del Tajo y canal de Isabel II, 2000, p. 161-182.

21 Macias J. Ma y Segura Graiño C. (éd.), Agua e ingenios hidráulicos en el valle del Tajo. De Estremera a Algodor entre los siglos XIII al XVIII, Madrid, Confederación Hidrográfica del Tajo y canal de Isabel II, 1998.

22 Archivo General de Palacio (AGP), leg. 252, fo 105 : « en la dicha acequia no se pueden sembrar ni siembran cáñamos, linos, ni cebollas, ni otro género alguno de semillas y legumbres, sino solamente trigo, cebada, centeno y otras semillas que no tengan necesidad de riego más hasta mediado junio, que en este tiempo ordinariamente trae el rio (Tajo) agua en cantidad y abundancia […] desde mediado de junio en adelante hasta otoño que suele faltar el agua… »

23 AGP, caja 14.243 : « porque los vecinos de la dicha villa (Colmenar) dicen que ordinariamente desde mediados del mes de junio, que se prohíbe el dicho riego, hasta el fin de mes de julio el río (Tajo) suele llevar tanta agua que aunque de él se sacase alguna cantidad para el dicho riego no ver ni a perjuicio las moliendas […] Porque algunos años tarda en no llover en el tiempo del otoño para poder sembrar… »

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Calendrier agricole : le mois d’août. Fresque, XIIe siècle, León, Panthéon royal de la collégiale de San Isidro.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112724/img-1.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Figure 2 – Calendrier agricole : le mois de décembre. Fresque, XIIe siècle, León, Panthéon royal de la collégiale de San Isidro.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112724/img-2.jpg
Fichier image/, 280k

Auteur

Catedrátic de historia medieval (Castilla), Universidad Complutense de Madrid.
F. Clément (Traducteur)
Maître de conférences en langue et civilisation arabes (Andalus et Maghreb), université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540