Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes

 | 
Michel Brand’Honneur

Conclusion générale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Nous récusons cette séparation courante des savoirs conduisant à une impasse tant méthodologique q (...)

1Notre problématique correspond-elle à un travail d’historien des textes ou de terrain ? Peu importe et d’ailleurs la question paraît oiseuse. Le choix de sources écrites ou matérielles devrait moins relever de clivages disciplinaires qu’être orienté par les axes de recherche abordés. Certes, dans un certain nombre de domaines d’étude, comme la céramographie ou la diplomatique, textes et vestiges archéologiques se recoupent peu. En revanche, il est de nombreux thèmes où le croisement des deux sources permet d’élargir considérablement le champ de vision du chercheur. Une telle démarche implique forcément un minimum de familiarité, tant avec le latin qu’avec les différentes méthodes archéologiques, indispensable à la compréhension des matériaux. Or, l’infériorisation de l’archéologie dans les savoirs académiques limite souvent la collation des informations. Pour l’archéologue1, l’analyse des textes est orientée par un cadre théorique rarement contesté ; pour l’historien, les vestiges archéologiques, dont les moyens de collecte se sont complexifiés, ne constituent qu’une illustration des thèses préalablement élaborées à partir d’une interprétation des sources écrites. L’absence de débat critique sur les fondements méthodologiques des données mobilisées fragilise les résultats de certains historiens et archéologues, et des châteaux de cartes peuvent parfois être édifiés sur des bases bien fragiles.

  • 2 Par exemple, la datation radiocarbone de la motte de La Garnache en Vendée effectuée dans les anné (...)
  • 3 Seules plusieurs analyses radiocarbones associées à d’autres techniques de datations peuvent livre (...)

2Le débat sur la datation des sites, et donc leur interprétation, reflète à merveille la nécessité d’effectuer des vérifications prudentes des interprétations des sources matérielles et écrites. Par exemple, quelques historiens des textes, pour conforter leur découpage chronologique en s’appuyant sur une unique mesure radiocarbone, n’hésitent pas à faire remonter un site à motte à l’an mil2. Cependant, il faut remettre en perspective les données techniques de ce genre de mesure et ne pas oublier qu’elles livrent le plus souvent un intervalle chronologique d’environ plus ou moins 100 ans, parfois moins, avec toujours une marge d’erreur indiquant que la datation réelle du site peut se situer en dehors de la période proposée. L’époque d’édification des mottes s’étant avant tout déroulée dans une fourchette chronologique aussi lâche que celle établie par le radiocarbone, une seule analyse de ce type est rarement d’une grande utilité3. Inversement, des archéologues vont avoir tendance à privilégier un cadre d’interprétation historique servant de base à l’analyse de leur découverte. Or, il ne faut pas oublier que les xe, xie et xiie siècles font l’objet de débats controversés. Ainsi, la diffusion de la notion de « motte castrale » repose avant tout sur la théorie mutationniste née pour partie des recherches des historiens des textes. Cette proposition a également servi de toile de fond à l’analyse du site de Fougères. Les vestiges mis au jour par ces fouilles ont été interprétés comme les traces d’un château de bois fort modeste de l’an mil et similaire à bien des égards à un simple manoir à motte. Cette analyse archéologique, sujette à caution, conforte en retour la thèse de la dislocation du pouvoir princier de l’an mil.

  • 4 Dom Morice, 493, 567-568

3Datation et compréhension des phénomènes historiques sont donc souvent intimement liées. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle notre ouvrage ne comporte pas un chapitre spécifique traitant cette question, d’autant plus qu’aucune fouille d’envergure ne permet de livrer une grille chronologique relativement fine susceptible d’être insérée dans un cadre événementiel précis. Notre méthode de datation des manoirs à motte s’appuie sur les résultats croisés de la prospection archéologique et de l’analyse des textes qui, eux, autorisent des datations précises. Les différentes étapes de construction des manoirs à motte peuvent a posteriori se décliner à partir des corrélations suivantes. La quasi-absence d’un réseau de mottes autour des châteaux de Marcillé et de Martigné, délaissés dans les années 1050, indique que la multiplication des mottes attachées à des manoirs venait tout juste de débuter. Le temps fort de cette construction correspond à celui de la réforme grégorienne et des dons d’églises aux moines (deuxième moitié du xie siècle, début du xiie siècle) puisque plus de la moitié des mottes ont été édifiées en limite de paroisse. Cette chronologie peut s’appuyer sur quelques exemples précis. La notice d’Erbrée de 1104 relatant l’affrontement des chevaliers de cette paroisse à Marmoutier à cause du transfert des droits de l’église de ce nom, offre par déduction une période relativement étroite de l’érection de leur motte implantée en limite de finage. La motte du Bois de Labeau, localisée juste de l’autre côté de la Seiche, en Piré, dut être élevée par les chevaliers de Janzé, Raoul ou son fils Geoffroy, lorsqu’ils concédèrent leur église, c’est-à-dire entre la seconde moitié du xie siècle et le début du xiie siècle. L’action virulente de Boutier vis-à-vis des moines de Marmoutier le désigne comme le constructeur de la Motte Boutier, cette dernière portant d’ailleurs son nom. Elle est sise à l’orée d’une forêt, du côté de la paroisse détenue par une abbaye concurrente, celle de Saint-Georges de Rennes. Or ce personnage vivait vers 1099 et 11334. D’autres sites semblent également porter les noms de leur premier propriétaire comme Bloc (cf. La Chapelle-Saint-Aubert), Glain (cf. La Chapelle-Glain) ou Hamon de Montsorel (cf. Bonnemain), vivant respectivement vers 1050, 1100 et 1090. Tous ces éléments chronologiques se recoupent et permettent de dater l’édification d’un bon nombre de mottes entre la seconde moitié du xie siècle et la première moitié du siècle suivant.

  • 5 « Illec abvoit une forte maison,/De pierre estoit faitte, de chaulx et de sablon,/Moult y estait d (...)
  • 6 La tapisserie de Bayeux…

4Cet extraordinaire engouement pour les manoirs à motte semble s’affaiblir dès la seconde moitié du xiie siècle. En effet, les nouveaux toponymes, associés à des noms de chevaliers apparaissant à cette époque dans les secteurs bien éclairés par la documentation dès le xie siècle, ne se rapportent plus à des mottes mais aux seuls manoirs. D’autres types de sources, certes moins souvent mobilisées comme le roman d’Aquin composé à la fin du xiie siècle dans la région de Dol, confortent cette chronologie. On y dépeint la demeure type d’un chevalier : il s’agit de maisons fortes (ou manoirs)5 et non plus de sites à motte. Ce terme n’y est d’ailleurs jamais employé. Les temps ont bien changé depuis la seconde moitié du xie siècle où la broderie de Bayeux représentait l’archétype de la demeure noble assise sur une motte6.

  • 7 G. Fournier, Le château…, p. 79.

5Ainsi, nous pouvons finalement distinguer trois phases dans l’histoire des mottes dont certaines se chevauchent en fonction de la nature des sites. La première est traditionnellement placée dès la seconde moitié du xe siècle et concerne uniquement les châteaux. Si ce choix de construction est moins prisé dès le xiie siècle, il perdure cependant assez longtemps : en 1242, le roi d’Angleterre fait encore édifier deux mottes dans l’île de Ré et dans l’Entre-Deux-Mers7. Aucun élément précis propre au Rennais ne peut être versé à ce dossier chronologique. Nous savons seulement que des mottes existaient à Villavran en Louvigné-du-Désert ou à Orange en Vieux-Vy, dans des châteaux délaissés dès les années 1020. Elles étaient donc plus anciennes. Peut-être remontaient-elles à la seconde moitié du xe siècle, mais nous n’en avons aucune preuve.

6La seconde phase est celle de la multiplication, non pas de châteaux à motte, mais de manoirs à motte. Cette distinction terminologique veut suggérer que ces sites ne possèdent de défense autre que symbolique. Cet entichement subit, compris entre les années 1050 et 1130 environ, correspondrait à une réaction des milites envers les moines accapareurs d’églises. La motte, devenant l’élément symbole d’une chevalerie revendiquant son rang, fut également construite par ses homologues, davantage sans doute par mimétisme et par mode que pour des raisons strictement liées au transfert des églises vers le patrimoine des moines. Cette hypothèse expliquerait la localisation de certaines mottes édifiées en des lieux intermédiaires entre le bourg et la limite paroissiale.

  • 8 J. Flori, L’essor de la chevalerie…

7Ensuite, et au cours de la seconde moitié du xiie siècle, la motte ne devient plus un des marqueurs identitaires essentiels de la chevalerie. Mais quelle est la cause réelle de cette transformation de l’habitat manorial ? Coïncide-t-elle avec la fin des transferts d’églises des milites aux moines datable des années 1130 ou tient-elle à l’influence de l’action des Plantagenêt en Bretagne ? Les faits chronologiques s’enchaînent et la société chevaleresque de la seconde moitié du xiie siècle semble issue autant de l’époque où les pouvoirs ecclésiastiques et laïcs étaient distincts que de la nécessité pour les milites de se créer une autre place dans la société, notamment juridique (cf. par exemple l’Assise du comte Geoffroy et la diffusion du droit d’aînesse)8. Quoi qu’il en soit, il est remarquable de constater que les nouveaux manoirs sans motte ne sont plus associés aux fameux parcellaires elliptiques servant de pâture aux chevaux. Ainsi, les nobles montures de ces chevaliers devaient être moins arborées devant leur demeure. Pour autant, les plates-formes des mottes ne furent pas toutes abandonnées et l’on continua pendant de nombreux siècles à habiter à l’ombre de ces buttes de terre. Mais, dès le bas Moyen Âge et jusqu’à l’époque moderne, les mottes servaient avant tout à magnifier une époque glorieuse où les milites combattaient pour délivrer la Terre sainte…

  • 9 Ces petites places fortes sont d’ailleurs directement contrôlées par les seigneurs châtelains.

8Ce découpage en trois phases suggère une classification des sites à motte à partir de la dissociation des sphères publique et privée qui peut paraître, à bien des égards, complexe. Si le château est assurément d’essence publique, car il incarne le droit de faire la guerre, le statut des manoirs à motte paraît moins défini. Certes, il n’est pas totalement exclu que certains d’entre eux aient pu, ponctuellement, appuyer des mouvements guerriers, mais cette fonction castrale paraît plus explicitement réservée aux édifices que nous avons qualifiés de « châteaux mineurs », soulignant ainsi leur rôle auprès des forteresses seigneuriales9. La plupart des manoirs à motte échapperait à cette vocation guerrière, alors même que leurs habitants y étaient tenus. L’étude de la politique comtale, contrôlant un nombre limité de châteaux, corrobore le bien-fondé de cette distinction et aboutit au refus d’assimiler la grande majorité des sites à motte à des forteresses. Ainsi, les avons-nous dénommés manoirs à motte.

  • 10 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 132-139, 196-217.
  • 11 Le nombre de textes concernant les deux régions est comparable : plus de 2 000 pour le Bas-Maine e (...)
  • 12 Ibidem, p. 234.
  • 13 Le recensement des mottes se base sur des inventaires anciens. Ibid., p. 141.
  • 14 Nous en avons visité quelques-uns dont les mottes sont de taille identique à celles du Rennais.

9Mais ce schéma est-il transposable en tout lieu ? Les textes du Bas-Maine étudiés par D. Pichot10 mentionnent 24 castra du xie au milieu du xiiie siècle contre 13 pour le Rennais11, soit, pour des territoires de taille équivalente, une densité presque deux fois moindre. Les détenteurs de ces plates fortes ont le même rang dans les deux régions. Il faut toutefois souligner l’éloignement notable du comte et la présence des puissants et concurrents voisins normands et angevins pour expliquer une certaine latitude des seigneurs châtelains du Bas-Maine, qui, tels ceux de Laval ou de Mayenne, contrôlent respectivement 3 et 5 châteaux. Un tel potentiel militaire dans les mains d’un seul seigneur est inconcevable dans le Rennais. Par ailleurs, la structuration du maillage castral semble la même et les forteresses majeures en contrôlent d’autres que l’on peut qualifier de mineures. En cela, le site de La Gravelle12 ressemble, tant par la taille de sa motte que par la présence du bourg qu’il commande, à celui de Chevré en La Bouëxière. Quant aux sites à motte qui ne sont pas des castra, ils s’élèvent à 150 dans le Bas-Maine contre 225 pour le Rennais, mais ces résultats sont difficilement comparables étant donné que la problématique de base de D. Pichot n’impliquait pas une recherche approfondie sur ce type de vestiges en Mayenne13. Il semble cependant que ces multiples sites à motte non mentionnés dans les actes et souvent associés à des chevaliers ne soient pas différents14 de ceux du Rennais et méritent l’appellation de manoirs.

  • 15 G. Louise, La seigneurie de Bellême…, t. II, p. 21-50, 106-109, 221-291.
  • 16 Ibidem, t. II, p. 245-246, 268-269, sites n° 42, 85.
  • 17 Ibid., t. II, p. 21.

10En revanche, le paysage castral et un certain nombre de sites à motte semblent avoir tenu une place différente dans la seigneurie de Bellême15. Les textes permettent de dénombrer 56 châteaux et Orderic Vital précise que Robert de Bellême en possédait à lui seul 34. Cette multiplication à l’extrême des places fortes est extraordinaire et cette région a joué un rôle particulièrement actif dans les conflits. L’inventaire des sites dressé par G. Louise permet d’utiles comparaisons avec notre comté. Il a recensé 127 ouvrages de terre, presque deux fois moins que dans le Rennais pourtant de surface similaire. Les vestiges de ces sites sont extrêmement variés, essentiellement des enceintes à vocation défensive, éperons barrés et mottes. Ce dernier type d’ouvrages de terre est, en revanche, exclusif dans le Rennais et presque trois fois plus nombreux : 233 contre 80. De plus, la seigneurie de Bellême renferme un nombre plus important de sites à motte aux dimensions beaucoup plus massives que ceux du Rennais. La motte de Courgains atteint 26 mètres de hauteur ; la plate-forme de celle de Peray16 mesure 50 à 48 mètres de diamètre et domine de 25 mètres un fossé profond de 8 mètres. Ce sont là certes les mottes les plus considérables de cette région mais beaucoup d’entre elles possèdent une taille équivalente à celle de nos plus imposantes buttes, comme à Chevré ou à Marcillé-Raoul que nous considérons sans hésitation comme de véritables fortifications. La localisation et la morphologie de certaines mottes invitent à qualifier ces vestiges de la seigneurie de Bellême de châteaux. Cette analyse est confirmée par les actes et les chroniques qualifiant un tiers des sites à motte de castrum. Comme le souligne G. Louise17, Bellême est une seigneurie guerrière hors du commun et d’ailleurs, les chroniqueurs, contemporains de l’érection de ces mottes, ont été, eux aussi, frappés par le nombre et la puissance des châteaux que le lignage contrôlait.

  • 18 Ibid., t. II, p. 24, 45 et 108.
  • 19 Ibid., t. II, p. 286, site n° 117.

11Cependant et sous prétexte de cet environnement conflictuel, faut-il pour autant estimer que tous les sites à motte aux terrassements « défensifs assez modestes » représentent bel et bien une puissance militaire réelle ? G. Louise précise que la taille des mottes des châteaux détenus par les Bellême sont « d’une puissance remarquable18 » par rapport à l’ensemble des autres sites à motte, d’ailleurs la plupart du temps ignorés par la documentation. Ne serait-il pas aussi question, pour ces derniers ouvrages, de manoirs à motte comme pour celui de Saint-Samson19 dont la butte possède les mêmes dimensions que celles du Rennais ? Ainsi, même si des nuances régionales, parfois marquées, existent, il n’est pas sûr que l’apparente similitude de tous les sites à motte conduise à les assimiler systématiquement à des châteaux.

12L’analyse du contexte de l’édification des manoirs à motte suggère une continuité sociologique de la chevalerie de paroisse. Pour autant, nous n’avons pu aborder que partiellement, et souvent implicitement, les questions essentielles de l’origine et du devenir de ce groupe social. Il y a là un réel enjeu pour la recherche dont nous proposons de décliner brièvement quelques facettes. Les matériaux de l’époque carolingienne ont laissé peu d’indices pour reconstituer la genèse de cette chevalerie. Cependant, rétrospectivement, la rapidité et l’homogénéité de la diffusion territoriale des mottes suggèrent la structuration préalable de ce groupe social, manifestement coutumier de la cour du seigneur châtelain et jouissant d’une position de premier plan au sein de la paroisse à cause de la détention des églises.

  • 20 Redon, f° 137v-138.
  • 21 Cf. p. 273, 274, 277, 279, 288.

13La place laissée libre par le départ des moines suite aux invasions scandinaves, aurait sans doute permis leur chasement dès le xe siècle sur des terres de l’Église. Mais la détention d’édifices religieux par des parentés de clercs et de laïcs n’était-elle pas déjà pratique courante sous les Carolingiens ? Cette possession initiale de sanctuaires confère à leurs membres un statut hors pair, celui de noble, par rapport à l’ensemble des paroissiens. L’analyse des actes ne le dément pas. Un texte de Redon de 1062-106720 mentionne les nobles présents lors d’une donation à Juigné. Il s’agit de Gleu, Eudo, Riuallonus, Moises, soit les chevaliers des manoirs à motte de La Chapelle-Glain, des Ponts en Soulvache, de la Cour Soudan et du Châtellier en Erbray. Les pères de ces individus sont eux-mêmes apparentés aux seigneurs châtelains de Châteaubriant liés par mariage aux puissants vicomtes d’Alet. Il n’est aussi question que de noblesse pour les Boutier, Le Chat, Langan, Lanrigan possesseurs de manoirs à motte21 et ayant pour proches parents les évêques de Rennes et les vicomtes d’Alet de la fin du xe siècle et du début du siècle suivant, et pour frère Guillaume, abbé d’un des plus prestigieux monastères de la chrétienté, Marmoutier.

14Mais, ces parentés nobles, contraintes par la réforme de l’Église à la « restitution » des biens des sanctuaires, n’ont-elles pas été de fait touchées dans leur statut ? L’affirmation de l’inscription territoriale des chevaliers, sous la forme d’une référence toponymique est peut-être imputable à la multiplication des écrits et à la nécessaire précision qu’elle induit, mais ne traduit-elle pas un travail de mémoire des moines et des chevaliers rappelant implicitement leurs anciens droits sur les églises. Il est en effet frappant de constater que certains chevaliers implantés hors de leur paroisse d’origine continuent à associer à leur nom celui du sanctuaire dont ils étaient jadis les détenteurs. Ainsi en va-t-il des chevaliers de Janzé, désormais installés au Bois de Labeau en Piré, et réclamant leur attachement à l’église de Janzé qu’ils possédaient.

  • 22 K.-F. Werner, Naissance…, p. 453.

15Cette revendication statutaire est aussi directement liée à la perte de revenus que représentait la concession des droits d’église aux moines. La nouvelle richesse des abbayes, en partie construite sur la possession des églises données par les chevaliers, le suggère. Ces derniers n’avaient-ils pas intérêt alors à valoriser d’autres sources de revenus ? L’étude de l’environnement de leur habitat témoigne qu’ils vont y développer une économie. Or, si l’on suit l’analyse reprise par K.-F. Werner à partir du rôle joué par l’hérédité, la haute noblesse bouleverserait aussi la nature de son intervention dans l’économie médiévale : « l’hérédité en créant des “dynastes”, les a incités à améliorer le rendement des terres, et non à les exploiter sauvagement comme on l’a soutenu […]. Ainsi émergeait une nouvelle civilisation de la “seigneurie rurale” dont le potentiel économique dépassait de loin celui des modèles fournis par le fisc carolingien et les domaines de l’Église, puisque des centaines, puis des milliers de propriétaires laïques, en commun avec leurs “tenants”, pouvaient prendre des initiatives et souvent s’organiser22. » Cette thèse est manifestement en rupture avec une certaine vision de la noblesse, peu préoccupée par le développement économique du territoire. Notre recherche apporte des éclairages complémentaires à une telle analyse en assignant aux chevaliers paroissiaux, comme aux moines cisterciens dont les membres étaient essentiellement composés de leurs parents, un rôle original d’impulsion d’une économie, certes encore rurale dans ses fondements, mais déjà inscrite dans une spécialisation fonctionnelle en lien avec les petits milieux urbains du Moyen Âge.

  • 23 Cf. annexe I, p. 262.

16Il est d’ailleurs significatif de voir cette chevalerie entretenir des liens avec la ville où elle se rend régulièrement pour y prendre demeure. Ne développe-t-elle pas à cette occasion des relations, et sous quelle forme, avec la bourgeoisie naissante ? Rétrospectivement, l’affirmation par ce groupe de sa notabilité n’est-elle pas un signe de la fragilité de son identité sociale ? Ne touche-t-on pas là l’une des frontières de la noblesse dont la perméabilité reste à apprécier ? L’intérêt de la poursuite de l’étude de cette chevalerie réside, à l’évidence, dans une meilleure compréhension de son rôle économique mais aussi dans sa capacité à constituer un vivier d’aspirants nobles (problème de l’hérédité). L’abandon progressif de la motte accolée à des manoirs traduirait ensuite une transformation de sa position sociale grâce à une revalorisation de son rang tant par l’Église que par la royauté. Au bout du compte, et même si l’obtention des rares charges de seigneur châtelain distinguait désormais son détenteur des chevaliers attachés aux manoirs à motte, ces derniers réussirent à maintenir un certain statut : au moins 42,6 %23 de leur seigneurie conservèrent, jusqu’à l’époque moderne, les droits de fondations d’église et/ou une haute justice.

Notes

1 Nous récusons cette séparation courante des savoirs conduisant à une impasse tant méthodologique que théorique confortant bien souvent des positions d’experts.

2 Par exemple, la datation radiocarbone de la motte de La Garnache en Vendée effectuée dans les années 1950 a livré un intervalle, après calibrage, de 800-1280 A.D. Cette chronologie, reprise par des historiens, a été réduite entre 990 et 1010 ! A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 191 et P. Guigon, Les fortifications…, p. 24.

3 Seules plusieurs analyses radiocarbones associées à d’autres techniques de datations peuvent livrer des résultats intéressants. Après 8 mesures radiocarbone, le site de Colletière a été daté entre 994-1021 avec 32% d’erreur. Cet intervalle a été confirmé par les analyses numismatiques et dendrochronologiques (Les habitants du lac de Paladru…, p. 287-289, 371). À Mayenne, les datations radiocarbones livrent une chronologie large allant de 800 à 1000 avec 95 % de confiance et une probabilité plus forte vers le début du xe siècle (Aux marches du palais…, à paraître).

4 Dom Morice, 493, 567-568

5 « Illec abvoit une forte maison,/De pierre estoit faitte, de chaulx et de sablon,/Moult y estait de grant deffension. », Le roman d’Aquin…, t. II, p. 6.

6 La tapisserie de Bayeux…

7 G. Fournier, Le château…, p. 79.

8 J. Flori, L’essor de la chevalerie…

9 Ces petites places fortes sont d’ailleurs directement contrôlées par les seigneurs châtelains.

10 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 132-139, 196-217.

11 Le nombre de textes concernant les deux régions est comparable : plus de 2 000 pour le Bas-Maine et environ 1 800 pour le Rennais. Aux 10 châteaux cités dans les actes jusqu’au xiie siècle, il faut ajouter les mentions des châteaux mineurs de Rougé, Marcillé-Raoul et Châtillon-en-Vendelais.

12 Ibidem, p. 234.

13 Le recensement des mottes se base sur des inventaires anciens. Ibid., p. 141.

14 Nous en avons visité quelques-uns dont les mottes sont de taille identique à celles du Rennais.

15 G. Louise, La seigneurie de Bellême…, t. II, p. 21-50, 106-109, 221-291.

16 Ibidem, t. II, p. 245-246, 268-269, sites n° 42, 85.

17 Ibid., t. II, p. 21.

18 Ibid., t. II, p. 24, 45 et 108.

19 Ibid., t. II, p. 286, site n° 117.

20 Redon, f° 137v-138.

21 Cf. p. 273, 274, 277, 279, 288.

22 K.-F. Werner, Naissance…, p. 453.

23 Cf. annexe I, p. 262.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540