Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

Bilan et tendances de la recherche en paléoclimatologie et éco-histoire pour la France méridionale, VIIIe-XVe siècle

Juliette Dumasy

Texte intégral

1À la fin du XXe siècle, parallèlement à la montée de l’inquiétude écologique, s’est développé un intérêt inédit des historiens pour l’histoire du climat et de l’environnement – au sens de milieu physique dans lequel s’épanouit une société humaine. Ces préoccupations ont rejoint celles des chercheurs en climatologie, géomorphologie et botanique, qui cherchaient à replacer les données actuelles, très nombreuses, dans une perspective de long terme, et étaient en quête de références historiques. Cette conjonction des bonnes volontés a entraîné l’essor d’un des domaines de recherche les plus dynamiques de ces dernières années, qui, fort conscient de sa nouveauté, n’a cessé, outre de chercher des faits et des résultats, de se poser des questions de définition, de méthode et d’épistémologie sur son propre champ. Aussi, après plus d’un quart de siècle de travail, semble-t-il opportun aujourd’hui de tenter d’en dresser un bilan ; dans la mesure où la production scientifique a été abondante, on privilégiera, dans cet article, les études consacrées à la France méridionale du Moyen Âge, qui offrent un bon éventail des tendances de cette recherche.

L’émergence de l’histoire du climat et de l’éco-histoire

  • 1 Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an Mil, Paris, Flammarion, 1967.
  • 2 Lamb H. H., Changes of climat, Londres, 1963.

2Dans l’historiographie française, c’est Emmanuel Le Roy Ladurie qui, le premier, a consacré une étude approfondie à l’histoire du climat, dans son livre Histoire du climat depuis l’An Mil, publié en 19671. Cette problématique avait déjà occupé des historiens en Europe, et ce dès le XIXe siècle. Mais, dans l’historiographie française des années 1960, alors dominée par l’héritage des Annales et par l’histoire sérielle, la question était tout à fait négligée. Le Roy Ladurie explique d’ailleurs qu’il n’est arrivé que de manière indirecte, presque par hasard, à cette histoire : ce sont les sources qu’il consultait pour élaborer sa thèse sur les paysans du Languedoc, qui, contenant de multiples et récurrentes informations sur le climat, l’ont incité à s’intéresser à la question. Par acquit de conscience, mais aussi par intuition semble-t-il, il enregistra ces données de manière systématique et commença à caresser le projet de cette histoire. Consultant les travaux de biologistes et d’historiens étrangers, il remarqua que l’évolution du climat, quand elle n’avait pas été négligée, avait fait l’objet d’approximations, voire d’erreurs, et d’interprétations exagérées, mis à part de rares ouvrages fiables, comme ceux de l’Anglais Hubert Horace Lamb2. C’est pourquoi son livre s’ouvre sur un plaidoyer et un véritable discours de la méthode pour l’histoire du climat.

  • 3 Il cite, par exemple, le travail du Suédois Gustav Utterstrom, qui explique les migrations et évol (...)
  • 4 Bloch M., Apologie pour l’histoire ou Le métier d’historien, Paris, 1949.

3Dès les premières pages, il dénonce le travers qui consiste à expliquer l’histoire par le climat, comme certains l’ont fait pour les mouvements migratoires ou pour la crise du XIVe siècle : il s’agit d’une vision anthropocentrique qui fausse le raisonnement3. À l’inverse, il regrette que la question du climat ait été trop longtemps négligée en France ; il explique cette réticence par la volonté des historiens de ne se préoccuper que de phénomènes sociaux ou humains, ce que résume la célèbre phrase de Marc Bloch à propos de l’ogre historien dont les papilles frémissent à l’odeur de la chair humaine4. Pour Le Roy Ladurie, cette objection ne tient pas : l’histoire du climat, une fois établie en dehors de toute considération anthropocentrique, doit permettre, in fine, de revenir à l’histoire humaine, afin d’élaborer une histoire écologique, une histoire des interactions entre l’homme et son milieu. Cette tension présupposée entre les phénomènes « naturels » et les phénomènes humains ou sociaux, autrement dit et pour raccourcir, entre « nature » et « culture », est importante : elle traverse, peu ou prou, toutes les recherches en histoire environnementale qui ont été entreprises jusqu’à aujourd’hui, comme on le verra plus loin. D’autre part, Le Roy Ladurie condamne le manque de rigueur dans l’utilisation des données climatiques, qui peut aboutir à des erreurs grossières. Formé à l’école de l’histoire sérielle, il souligne la nécessité de constituer de copieuses séries de données, dont l’observation minutieuse des variations pourra donner des indices sur l’évolution du climat. C’est ce qu’il a fait, par exemple, avec des séries de dates de vendanges à l’époque moderne. Ces considérations épistémologiques posées, dans la suite du livre, Le Roy Ladurie propose une chronologie générale, à une échelle continentale et pluri-séculaire, de l’évolution du climat en Europe depuis l’an Mil.

  • 5 Le Roy Ladurie E., Montaillou, village occitan, Paris, 1975. Le Roy Ladurie est revenu récemment à (...)
  • 6 Alexandre P., Le climat en Europe au Moyen Âge. Contribution à l’histoire des variations climatiqu (...)

4Ce travail précurseur n’eut guère de suite dans les années 1960-1970, plus marquées par l’histoire quantitative et sociale, et par l’essor de l’approche anthropologique. Emmanuel Le Roy Ladurie lui-même se détourna quelque peu du climat pour épouser l’anthropologie historique, avec Montaillou, qui fut le succès que l’on sait5. De manière assez isolée, l’historien belge Pierre Alexandre reprit le dossier des évolutions climatiques à une échelle plus précise, puisque l’étude, réalisée à partir de textes de chroniques uniquement, part d’une restitution chronologique de l’ensemble des événements climatiques rapportés, pour aboutir à une reconstitution des grandes tendances de l’évolution climatique pendant les derniers siècles du Moyen Âge (1000-14256).

  • 7 Delort R., « L’histoire entre le cosmos et le hasard : entretien avec Robert Delort », Médiévales, (...)
  • 8 Beck C. et Delort R. (éd.), Pour une histoire de l’environnement. Travaux du programme interdiscip (...)
  • 9 Des oppida aux métropoles. Archéologues et géographes en vallée du Rhône, publication du programme (...)

5Dans les années 1980, comme en écho à l’histoire du climat, un nouveau thème de recherche apparut, celui de l’histoire des milieux et des conditions environnementales dans lesquelles les sociétés humaines évoluent. Il fut porté par des historiens et archéologues médiévistes ; l’émergence de l’archéologie médiévale, à la même époque, n’est pas étrangère au phénomène. En 1985, Robert Delort appela à l’émergence d’une éco-histoire7. À la suite de cet appel, le CNRS lança, en 1986, un programme de recherches appelé PIREN (programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement), sur la thématique « Environnement, vie et société ». Ce programme interdisciplinaire réunissait des biologistes, des paléo-environnementalistes, des archéologues et des historiens ; en 1993, il aboutit à la publication d’un livre manifeste intitulé Pour une histoire de l’environnement8. Au même moment (1992), le projet Archaeomedes, qui regroupait des géographes et des archéologues pour étudier les dynamiques anthropiques et naturelles impliquées dans la dégradation de l’environnement méditerranéen, voyait le jour avec l’aide financière de l’Union Européenne9. Ces deux programmes, qui concernaient historiens, géographes, archéologues et biologistes, donnèrent le coup d’envoi à deux décennies de recherches dynamiques.

Vingt ans de recherches

6Depuis les années 1990 et jusqu’à aujourd’hui, l’histoire et l’archéologie du milieu ont donné naissance à un véritable foisonnement intellectuel.

  • 10 Dion R., Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, 1934. La tradition vidalienne ac (...)

7L’orientation qui semble avoir remporté le plus de suffrages, dès les années 1990 et encore en partie aujourd’hui, est l’histoire du paysage. Les géographes s’étaient depuis longtemps penchés sur ce thème10 ; il s’agissait, désormais, de porter sur eux le regard de l’historien et de l’archéologue. Deux approches doivent être distinguées :

  • l’une qui considère le paysage comme le produit dialectique des données bioclimatiques et de l’action humaine. Cette approche mêle l’approche environnementale et sociale, et traite les deux aspects de façon conjointe. Elle se fonde sur des monographies locales, qui permettent d’envisager, à grande échelle, cette interaction. C’est le cas des travaux réalisés dans les années 1990 à Paladru ou dans le Languedoc11 ;
  • l’autre qui fait des paysages, de leur forme et de leur évolution, un objet de recherche à part entière et autonome. Le colloque sur « La dynamique des paysages », dont les actes ont été publiés en 1997, suit cette approche : il ne s’agit pas de travailler sur une région ou un site en particulier, mais de dégager des caractéristiques globales de l’histoire des paysages12. Cette démarche est à l’origine de la revendication de nouvelles approches scientifiques fondées sur l’objet « paysage » ou « environnement », que leurs auteurs ont appelé géoarchéologie, éco-archéologie, ou encore archéogéographie13.

8Dans ce contexte, il s’est produit une évolution importante pour l’histoire du climat : elle n’a plus été envisagée en tant que telle, comme dans les travaux de Le Roy Ladurie et d’Alexandre, mais comme partie d’une histoire générale de l’environnement, menée à l’échelle locale. Ainsi, les travaux de l’équipe de Paladru et ceux d’Aline Durand apportent du nouveau sur le climat, à partir de monographies qui font le lien entre évolution climatique et évolution d’écosystèmes et de paysages locaux.

  • 14 Beck C. et Marinval M.-C., « Pour une approche de la biodiversité historique : l’exemple médiéval  (...)
  • 15 Delort R., Les animaux ont une histoire, Paris, Le Seuil, 1993.
  • 16 Guintard C. et Mazzoli-Guintard C. (éd.), L’élevage médiéval : journée d’étude de la Société d’eth (...)
  • 17 « Peut-on faire l’histoire des grands prédateurs carnivores en Europe ? », journée d’étude de Bloi (...)
  • 18 Ruas M.-P., Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale. Le grenier cast (...)

9L’histoire des espèces animales et végétales, aujourd’hui appelée histoire de la biodiversité, est apparue avec retard et moins de force14. Pour l’histoire des espèces animales, il faut citer les travaux précurseurs de Robert Delort15 et noter qu’elle reste encore assez mal connue en dehors des espèces élevées pour leur intérêt agraire16 ; de nouvelles initiatives à ce sujet sont en train de voir le jour, comme le montre une récente journée d’étude sur l’histoire des animaux sauvages17. L’histoire des espèces végétales a longtemps été faite de manière ponctuelle, dans le cadre d’ouvrages sur les écosystèmes locaux ; ce n’est que très récemment qu’elle a été traitée en tant que telle, dans les travaux de Marie-Pierre Ruas18.

  • 19 Berlioz J., Catastrophes naturelles et calamités au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 1998.
  • 20 Alexandre P., Les séismes en Europe occidentale de 394 à 1259, Bruxelles, Observatoire royal de Be (...)

10L’histoire des catastrophes naturelles est connexe à l’histoire de l’environnement, mais il faut souligner qu’elle implique un glissement de point de vue. Car le terme lui-même de catastrophe signifie que l’on se place du point de vue humain, de l’impact d’un phénomène naturel brutal sur l’histoire humaine. De fait, les ouvrages qui y ont été consacrés s’intéressent davantage à la réception, au récit, aux représentations de la catastrophe qu’à l’événement lui-même et à ses conséquences, comme le montrent les travaux de Jacques Berlioz, plus proches, en réalité, de l’histoire des représentations que de l’éco-histoire19. En outre, on manque de données fiables et complètes, malgré les premiers jalons posés par Pierre Alexandre pour l’histoire des séismes20. Une autre problématique se trouve à l’amont de celle des catastrophes : celle des risques. Elle reste, pour l’histoire médiévale, à un stade embryonnaire.

  • 21 Des oppida aux métropoles…, op. cit.
  • 22 Barceló M. et Toubert p. (dir)., L’incastellamento, Actes des rencontres de Gérone (26-27 novembre (...)

11L’étude de l’environnement s’étend aussi à la façon dont les sociétés humaines occupent et organisent leur espace. L’analyse des formes du peuplement et de ses relations à l’environnement a ainsi été un des aspects majeurs du programme Archaeomedes21. Les travaux des historiens sur les formes de l’habitat, par le biais notamment des concepts d’incastellamento, d’inurbamento et d’encellulement, peuvent être rattachés, de façon lâche, à cette orientation, même si, au départ, ils participent plus d’un questionnement sur l’organisation sociale que d’une interrogation environnementale22.

  • 23 De manière approfondie : Sclafert T., Cultures en Haute-Provence. Déboisement et pâturages au Moye (...)
  • 24 Abbé J.-L. et Portet P., « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire (...)

12L’histoire de l’aménagement et de l’exploitation des écosystèmes se situe dans le prolongement de l’axe précédent. Il s’agit de se demander comment l’homme modifie, aménage, exploite son environnement. L’exploitation des ressources est largement abordée dans tout travail sur l’histoire agraire et l’histoire des campagnes, de manière plus ou moins approfondie23. La question de l’aménagement proprement dit est, elle, plus neuve, comme le montrent les travaux de Jean-Loup Abbé sur les étangs et en particulier celui de Montady (avec Pierre Portet)24.

  • 25 Colloque « Les fleuves aussi ont une histoire », dont les Actes ont été publiés par Burnouf et Lev (...)
  • 26 Dans ces deux derniers cas, il s’agit toutefois de colloques orientés sur une problématique plus s (...)

13Enfin, l’orientation la plus récente porte sur l’histoire des milieux et écosystèmes spécifiques : les milieux humides25, montagnards, herbeux26, etc. Cette approche permet de concilier les deux tendances signalées plus haut en matière d’histoire du paysage. C’est celle qui a montré le plus grand dynamisme ces cinq dernières années.

14Avant de dresser un bilan de ces travaux, il convient de se pencher sur les sources exploitées, dont le nombre et la variété n’ont cessé de croître au fil des années, et qui influent directement sur les orientations de la recherche.

Des sources toujours plus nombreuses et variées

15Les sources peuvent être classées en deux grandes catégories, distinctes par leur nature : les sources documentaires et celles issues des vestiges matériels des sites anciens. Grâce aux progrès de l’archéologie et de l’analyse scientifique des matériaux, ces dernières n’ont cessé de croître et de se diversifier ; du côté des sources écrites, le renouvellement est moins impressionnant mais il est réel, grâce à des documents jusqu’alors négligés et de nouvelles formes d’exploitation des données.

Les sources géomorphologiques, archéologiques et archéobotaniques

16Ces sources sont tributaires des prélèvements effectués sur des sites particuliers ou des chantiers archéologiques. Elles dépendent donc directement du dynamisme et du financement de recherches de terrain, et sont, pour cette raison, encore peu nombreuses et parcellaires. J’en présenterai les principales, sans prétendre à l’exhaustivité.

  1. Les sources géomorphologiques et sédimentaires. L’étude des couches morphologiques renseigne sur le degré d’érosion, et partant sur les rythmes de précipitation, ainsi que sur le niveau des plans d’eau et des glaciers. Ainsi, les variations de niveau du Rhône et le mouvement des glaciers alpins ont fourni des renseignements précieux sur les variations climatiques27. La composition des couches sédimentaires délivre des informations sur la composition des sols anciens ; par exemple, la présence d’apports phosphatés signale une pratique agricole, les tourbes indiquent l’existence de marais et de milieux humides, etc.28.
  2. Les vestiges des espèces végétales. L’anthracologie (étude des charbons de bois), utilisée par Aline Durand dans son travail sur les paysages du Languedoc29, donne des résultats satisfaisants sur la composition du paysage arboré, malgré quelques limites : les restes relevés sur un foyer attestent l’existence d’une espèce, mais n’informent guère sur sa fréquence30. La dendrologie permet, à partir de l’observation de la section des troncs d’arbres, de connaître partiellement les variations climatiques (anneau de croissance large : année favorable ; anneau mince, étroit, à peine marqué : année défavorable). Elle est particulièrement fiable dans les régions au climat extrême, où les facteurs pour la pousse de l’arbre sont restreints, comme par exemple dans l’ouest des États-Unis où les séquoias ont révélé que le XIIIe siècle a été aride, le XIVe humide31. Pour l’Europe médiévale, elle ne peut guère être utilisée, sauf conditions exceptionnelles, comme à Paladru, où des troncs ont été parfaitement conservés au fond du lac32. La palynologie étudie les vestiges de pollens emprisonnés dans les couches sédimentaires. Les zones humides (étangs, tourbières) sont particulièrement favorables à une bonne conservation des pollens et graines. Depuis les années 1990, les prélèvements palynologiques sur les chantiers de fouille sont devenus presque systématiques, avec succès33. Enfin, il existe des méthodes isotopiques d’analyse des vestiges végétaux : il s’agit de faire des prélèvements sur les matières organiques d’origine végétale (bois fossiles par exemple), pour mesurer la teneur en oxygène 18. Plus la teneur est élevée, plus l’hygrométrie est faible. Cette méthode a été utilisée à Paladru34.
  3. Les vestiges des espèces animales : ils sont exploités par l’archéozoologie35.
  4. Enfin, bien sûr, les vestiges de l’activité humaine de manière générale permettent de connaître les aménagements réalisés et informent sur les variations du milieu environnemental, comme cela a été montré sur les sites de Lattes ou de Paladru36.

Les sources documentaires

17Ces sources ne renseignent pas de manière directe sur l’environnement, mais, traitées sous l’angle de l’environnement, elles apportent un éclairage indispensable.

  1. La toponymie. Bon nombre de toponymes renseignent sur le paysage et ses évolutions : par le signalement d’espèces (la Bruguiera, Castagnède), de défrichements (l’essart, l’artigue), de zones humides (Stagno), etc.37.
  2. Les chroniques et actes divers témoignent, de manière indirecte, de l’évolution du paysage ou des conditions bio-climatiques. Mais Le Roy Ladurie a souligné la nécessité de les traiter avec une grande rigueur, au risque de faire de fausses interprétations, voire de se tromper. Ces documents donnent des informations de nature très variée. Il peut s’agir de données phénologiques (qui renseignent sur la maturité des fruits et plantes). Ainsi, Le Roy Ladurie a utilisé les dates de vendanges à partir du XVIIe siècle38. Pour le Moyen Âge, les comptes de l’abbaye de Winchester donnent des indications sur la qualité des récoltes et les variations climatiques au XIVe siècle39. D’autre part, certaines chroniques rapportent des phénomènes climatiques anormaux et des catastrophes naturelles (séismes, glissements de terrain, etc.). Pierre Alexandre a recensé, de manière systématique, ce genre d’indication, qu’il a ensuite croisées de façon à constituer un faisceau d’indices concordants (ou non) pour établir les variations climatiques40. Lorsque les données existent, le résultat est probant. Pour l’Europe du Nord, elles commencent au XIIe siècle, mais pour la France méditerranéenne, elles ne démarrent qu’à partir de 1396, ce qui est bien tard ! Le même travail peut être fait pour les catastrophes41. Enfin, toute une série d’actes divers apportent des renseignements sur l’exploitation, la mise en valeur et les aménagements des ressources naturelles et des terroirs : par exemple, les actes d’acensement, les contrats de paréage qui mentionnent des défrichements, les baux, etc.42.
  3. Les documents figurés sont rares au Moyen âge, mais ils peuvent apporter un témoignage inédit pour l’étude des paysages. Pour la France méridionale, on peut citer la vue figurée de la vallée de Château-Dauphin, qui représente de façon très distincte l’étagement du paysage montagnard43, celle de l’étang de Mauguio et de ses pêcheries, graus et paluds, ainsi que plusieurs autres44. Ces documents, mal connus et regardés avec méfiance, commencent tout juste à être exploités dans une perspective environnementaliste ou paysagère45.
  4. Les sources planimétriques de l’époque moderne et contemporaine, telles que les cadastres ou plans-terriers, sont également instructives, dans une démarche régressive. Elles sont à la base des travaux des archéogéographes, spécialisés dans l’interprétation des parcellaires. Il s’agit de mesurer les transformations du paysage exploité, du terroir et de ses caractéristiques (forme des parcelles, des chenaux d’irrigation, question du bocage, de l’openfield etc.)46.

Bilan et tendances actuelles

18Les sources de l’histoire de l’environnement, fort nombreuses et en permanente augmentation comme on l’a vu, ont entraîné la mise au point de protocoles d’analyse toujours plus exigeants, de questionnements méthodologiques et épistémologiques toujours renouvelés, et de résultats toujours plus précis. Je tenterai d’en résumer les principaux aspects dans les lignes qui suivent ; on me pardonnera les lacunes induites par les contraintes d’édition.

19En premier lieu, il faut souligner l’apport incontestable de l’éco-histoire en matière de connaissances nouvelles. Je ne pourrai aborder ici l’ensemble des résultats obtenus, aussi ne parlerai-je que des travaux qui me paraissent les plus emblématiques pour la France méridionale médiévale.

  • 47 Aline Durand dresse une synthèse très utile sur les variations du climat méditerranéen depuis l’ho (...)

20Pour l’histoire du climat, l’ouvrage fondateur de Le Roy Ladurie et les travaux suivants ont permis d’établir un certain nombre de certitudes quand aux variations climatiques européennes. Concernant le sud de la France, l’apport des sources écrites étant tardif (seulement après 1396, comme l’a montré Pierre Alexandre), il faut utiliser d’autres sources, en particulier les sources géomorphologiques et archéologiques. Elles font apparaître des cycles nets entre épisodes pluriséculaires pluvieux et frais et phases d’amélioration47. À l’holocène, les couches géomorphologiques révèlent une torrentialité intense et une forte érosion, liées à un climat frais et humide. Puis, au début de notre ère, l’érosion diminue, le niveau de plans d’eau s’abaisse (Rhône, marais, glaciers alpins), suggérant que le climat est devenu moins humide et plus doux. À la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge, on note la reprise d’un climat plus humide, qui se manifeste en particulier par la montée des fleuves et plans d’eau (par exemple le Rhône ou le lac de Paladru) ; c’est une sorte de parenthèse dans un trend d’amélioration du climat pluriséculaire. De fait, à partir des derniers siècles du millénaire (VIIIe siècle dans le Languedoc, Xe siècle à Paladru), l’amélioration du climat est tangible : l’humidité est moindre, les températures plus douces. C’est le « petit optimum climatique » du Moyen Âge central. Au XIVe siècle, le retour d’une forte érosion et de fortes précipitations est cette fois attesté par les sources écrites. Ce sont les prémices du « petit âge glaciaire » qui deviendra prégnant entre 1590 et 1850.

  • 48 Espèces qui vivent dans des conditions moyennes d’humidité.

21Pour l’histoire des paysages et de la végétation, Aline Durand est parvenue à reconstituer les fortes modifications du paysage végétal et habité dans le Languedoc du Moyen Âge central. Ces transformations sont issues à la fois de l’évolution du climat et de l’action humaine. Vers l’an Mil, sous les coups des défricheurs et de l’assèchement du climat, disparaissent les espèces arborées montagnardes et mésophiles48 (hêtre, noisetier et sapin), vestiges du climat frais et humide du haut Moyen Âge. Dans le même temps, les terroirs exploités (l’ager) progressent au détriment de la forêt et des espaces humides et palustres, qui sont en partie asséchés par des aménagements. Tout cela contribue à la baisse de l’hygrométrie et à l’accentuation de l’érosion. De fait, à partir du XIVe siècle, une érosion intense fait avancer les terres à végétation dégradée ; la garrigue et la pelouse prennent le pas sur la forêt. Aline Durand parle, à propos de ces modifications, d’une « révolution bioclimatique » : c’est à ce moment que se forme ce que l’on appelle le paysage méditerranéen. Celui-ci n’a rien de naturel : il est une production historique, née de la conjonction d’un réchauffement climatique et de l’action humaine.

  • 49 Durand, Les paysages médiévaux…, op. cit., p. 304.
  • 50 Formation végétale des bords de cours d’eau.

22Dans un second temps de l’étude, de la même façon que le paysage a été analysé en prenant en compte l’action humaine, les habitats et les réalisations humaines sont envisagés sous le prisme des conditions naturelles. Aline Durand propose ainsi une intéressante définition écologique des manses, ces habitats neufs ou hérités de l’époque antérieure qui vont être les organisateurs de l’exploitation du terroir49 : elle distingue les manses détachés de la forêt, situés en plein ager pour cultiver céréales et vignes ; les manses liés à la ripisylve50, situés en bordure de cours d’eau, d’étang ou de lagune ; enfin les manses liés aux forêts de l’étage supérieur du milieu méditerranéen (arrière-pays). En somme, ce travail fournit des résultats majeurs, à la fois sur le plan de la reconstitution paysagère et sur le plan méthodologique : reposant sur l’exploitation de données anthracologiques, géomorphologiques et documentaires, il parvient à montrer de manière très convaincante la conjonction de phénomènes naturels et sociaux dans la constitution d’un paysage, sans tomber dans le débat quelque peu vain entre le « naturel » et l’« anthropique ».

23À Paladru, le programme de fouilles a également donné de très beaux résultats. La variation du niveau du lac confirme les évolutions climatiques déjà décrites et permet de connaître d’une façon très précise les transformations de l’écosystème local. Au début de notre ère, le site a été faiblement colonisé, à la faveur d’une baisse du niveau du lac ; puis, à la fin de l’Antiquité, il est abandonné, lors d’une phase climatique humide qui le fait remonter. En 1003 (les analyses permettent cette formidable précision chronologique), alors que le niveau du lac s’est abaissé fortement (4 m par rapport à son niveau actuel) suite à la baisse des précipitations (qui sont sa principale source d’approvisionnement), des habitats sont implantés sur les rives nouvellement exondées. La technique de construction des bâtiments est remarquable, elle révèle une organisation et un savoir-faire éprouvés. Le déploiement de ces nouveaux habitats entraîne déforestation et agriculture (seigle, froment, avoine, orge, millet). Les habitants, dont certains ont un mode de vie aristocratique (présence d’instruments de musique élaborés, armes, pièces d’échec), ont aussi des activités artisanales importantes (métallurgie) et semblent insérés dans des échanges commerciaux partiellement monétarisés. Puis, subitement, vers 1034, les sites sont abandonnés ; les couches sédimentaires révèlent qu’à ce moment, les eaux ont remonté. Il semble que les familles aristocratiques se soient alors installées dans des mottes castrales (qui fleurissent précisément dans les années 1030-1040), puis des châteaux, et que le reste de la population ait été regroupé dans des villages.

24L’apport de cette étude est remarquable. Elle révèle que, sans aucune source écrite, la conjonction des sources archéologiques et des analyses paléo-environnementales permet de reconstituer de manière très précise, à la manière d’un ethnologue, le mode de vie des populations. Elle permet d’avancer une hypothèse forte sur la croissance du Moyen Âge central : le changement climatique en serait le principal déclencheur (même si d’autres causes ont également joué). Enfin, elle décrit, comme dans le Languedoc, la transformation d’un paysage sous l’influence et du climat et de l’action humaine, et montre comment l’interaction homme/milieu façonne les particularités d’un pays et peut donner naissance à des transformations extrêmement rapides et radicales.

  • 51 On pourrait citer également le travail de Christine Rendu sur la montagne pyrénéenne ou encore le (...)

25Ces différents travaux montrent que l’histoire environnementale est indissolublement liée à l’histoire des sociétés humaines51. Elle fournit des hypothèses sur la conjoncture, les modes d’habitat, d’organisation sociale et économique des sociétés médiévales. L’approche locale, par l’étude d’un site exceptionnel comme celui de Paladru, ou d’une région précise comme le Languedoc, paraît très fructueuse.

  • 52 Burnouf J. et al., « Sociétés, milieux, ressources, un nouveau paradigme pour les médiévistes », d (...)

26En second lieu, il faut remarquer que ces recherches ont été le fruit d’une collaboration entre disciplines variées : la biologie, la géographie, l’histoire, l’archéologie, etc. L’éco-histoire ou histoire environnementale ne peut que s’en féliciter. Cette collaboration est appelée à progresser encore, comme le montre l’appel récent d’historiens et archéologues à développer de manière encore plus étroite les collaborations, dans le sens de l’interdisciplinarité (et non multidisciplinarité), qui suppose la création d’un programme de recherche intégré, dans lequel les participants se mettent d’accord sur un objet de recherche, un protocole, des méthodes, une échelle d’analyse, des questionnements épistémologiques52. Ce genre d’approche a été appliqué pour le colloque intitulé « Les fleuves aussi ont une histoire », dont les actes sont parus sous le titre Fleuves et marais. Nul doute qu’il sera un des points forts de la recherche en éco-histoire ces prochaines années.

27Cette histoire a aussi démontré un très fort dynamisme méthodologique et conceptuel, comme en atteste la diversité des termes pour la désigner : histoire environnementale, histoire de la biodiversité, histoire des paysages, archéologie environnementale, géoarchéologie, archéogéographie, paléoenvironnement, etc. Ce foisonnement provient en partie de l’interdisciplinarité, car il faut définir, au début du projet, des objectifs, des concepts et des protocoles communs, quitte à les faire évoluer ensuite. Mais il est aussi dû à certaines difficultés conceptuelles posées par l’objet et la discipline eux-mêmes.

  • 53 Chouquer G., Quels scénarios…, op. cit.
  • 54 Ce dernier sens est celui que retient R. Delort, « L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléoenviron (...)

28Tous les chercheurs ne sont pas d’accord, par exemple, sur l’utilisation du terme d’environnement : certains considèrent qu’il s’agit d’un anachronisme pour les sociétés anciennes53, d’autres que le terme est trop vague et mal délimité, et que l’on ignore s’il renvoie seulement au milieu physique ou bien à l’ensemble des conditions de vie de l’homme en société54. Cette hésitation est liée au débat récurrent sur la place à accorder, au sein de l’éco-histoire, aux phénomènes « naturels » et humains et aux rapports qu’ils entretiennent. Tous les avant-propos, introductions, conclusions ou réflexions épistémologiques sur l’éco-histoire font allusion à cette tension. Emmanuel Le Roy Ladurie posait déjà la question en 1967.

  • 55 Burnouf J., « Conclusion », dans Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit.

29Mais, finalement, comme l’ont montré les travaux les plus marquants, du Languedoc d’Aline Durand au lac de Paladru en passant par le programme Archaeomedes ou l’histoire des fleuves, le débat paraît vain, tant il paraît artificiel de distinguer les deux et tant, en fin de compte, l’histoire environnementale ne peut se faire qu’en considérant ces deux aspects d’une même réalité. Joëlle Burnouf et Philippe Leveau estiment ainsi que l’histoire de l’environnement a pour objet l’interaction même entre le milieu et les pratiques sociales. Elle a pour but d’étudier ce que Joëlle Burnouf appelle l’anthroposystème : « un système né des relations dialectiques entre société et milieu ; il ne peut être compris que par l’observation et la compréhension des interactions entre processus naturels et dynamiques sociales55 ». L’observation de l’anthroposystème permet de mettre en avant sa temporalité et ses évolutions propres, autour des notions d’opportunisme (des sociétés par rapport au milieu), de résilience (la capacité de l’écosystème à retrouver un développement normal après un traumatisme), de récurrence et d’héritage (l’anthroposystème est hérité et s’impose aux générations), de seuil (lorsque le seuil de résilience ou d’adaptabilité est dépassé, un nouvel anthroposystème se met en place).

  • 56 Chouquer, Quels scénarios…, op. cit.

30Enfin, certains chercheurs, considérant l’histoire des paysages comme une nouveauté radicale, insistent sur la pertinence d’un travail de (re) définition des concepts employés en histoire et sur la nécessité, pour le chercheur lui-même, de ne pas se laisser piéger par ses propres présupposés, voire préjugés inconscients. C’est le propos de l’école de l’archéogéographie, qui revendique une forte spécificité par la voix de son fondateur, Gérard Chouquer, par ailleurs rédacteur en chef de la revue Études rurales. Elle a pour objectif premier de reconstituer le paysage par l’interprétation de la forme des parcellaires, mais, au-delà, elle entend s’emparer des problèmes méthodologiques et conceptuels soulevés par l’émergence de l’archéologie environnementale, pour proposer de nouveaux concepts et une nouvelle épistémologie. Chouquer a d’abord travaillé sur la reconstitution des parcellaires antiques. Mais, au cours de ses recherches, ce qui l’a intéressé est moins la reconstitution du parcellaire à une époque donnée que son évolution dans le temps, la manière dont il se maintient en même temps qu’il est profondément modifié, dont il est à la fois hérité et transformé. C’est ce que Chouquer appelle la transformission, mélange de transmission et de transformation ; il parle aussi de mémoire du paysage, et de résilience, comme Joëlle Burnouf et Philippe Leveau. Il s’agit d’envisager le paysage dans le temps long car, même s’il peut être radicalement modifié en quelques dizaines d’années, comme on l’a vu dans le cas de Paladru, il a une temporalité propre, pluriséculaire, souvent en inadéquation avec le temps des sociétés humaines56. Chouquer mène aussi une réflexion épistémologique qui se veut refondatrice. Il critique l’utilisation, par les historiens et les archéologues, de mots-valises, qu’ils utilisent sans réellement réfléchir à leur définition et qui finissent par avoir une vie autonome, éloignée des réalités historiques ou bien sujette à malentendu. C’est le cas par exemple des mots de « bocage », « openfield », qui désignent une réalité qui apparaît au XVIIIe siècle et sont plaqués sur des époques antérieures de manière abusive. Ou encore, des mots comme nation, territoire, politique et… environnement.

31Ce dernier terme, apparu à l’époque moderne (en anglais, pendant la révolution industrielle), est à ses yeux flou et anachronique pour les sociétés anciennes, car il décrit le rapport de l’homme au monde dans le cadre de sociétés modernes, dans lesquelles l’homme a dominé la nature. Mais il est inadéquat pour les sociétés traditionnelles. Chouquer critique également l’utilisation de ce qu’il appelle des objets nationalitaires, c’est-à-dire des objets qui entrent dans la définition identitaire d’un pays : le paysage de la France éternelle, le village, etc., qui donnent lieu à des développements plus idéologiques que conformes à la réalité historique. En somme, c’est à un travail de redéfinition globale des objets, et à l’invention d’un nouveau langage pour l’ensemble des sciences sociales, que nous convie Gérard Chouquer.

  • 57 Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit.
  • 58 Dosse F., L’histoire en miettes, Paris, La Découverte, 1987.

32Revenons au bilan des deux décennies de recherche en éco-histoire. Force est de constater que les historiens sont restés en retrait de ces nouvelles approches sur l’environnement. L’appel de Robert Delort n’a pas eu l’effet escompté. Lorsque les historiens se sont penchés sur l’éco-histoire, c’est plus à l’invite des archéologues que comme organisateurs : l’exemple est très net pour Fleuves et marais57. De plus, leurs travaux se sont faits de manière plutôt éclatée et parcellaire : peut-être faut-il y voir un symptôme supplémentaire de ce que François Dosse appelle l’histoire en miettes58. Cette discrétion des historiens s’explique principalement, à mon sens, par le fait que ce type d’approche nécessite des sources autres qu’écrites et donc des compétences pluridisciplinaires – que les historiens ne peuvent acquérir que rarement (le cas d’Aline Durand, qui s’est faite anthracologue, reste exceptionnel) – ou, mieux, la mise en place d’une équipe interdisciplinaire ; ce qui, pour des raisons à la fois institutionnelles et coutumières, est également difficile à mettre en œuvre pour des historiens habitués à travailler en solitaire, du moins pendant leurs années de thèse.

  • 59 Bien entendu, je ne prétends pas que l’éco-histoire soit la seule explication de ce goût des histo (...)

33Pour autant les historiens ne se sont pas désintéressés de la problématique. Il me semble que leur grand intérêt, dans les années 2000, pour « l’espace » et les questions spatiales et territoriales est la forme un peu particulière, détournée, mais sans doute plus adaptée à la discipline historique, qu’a pris la thématique de l’environnement en histoire59. La question de l’organisation spatiale des sociétés est une manière de s’interroger sur les interactions entre l’homme et son environnement, en exploitant les sources habituelles de l’historien et sans nécessairement passer par les sciences paléo environnementales, et d’élargir la problématique à des horizons très vastes. En outre, c’est une manière de résoudre la difficulté pour l’historien de faire de l’histoire sur un objet « non humain », difficulté que soulignait d’emblée Le Roy Ladurie en 1967 : l’espace, le territoire, sont des productions éminemment humaines.

  • 60 Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit.

34Enfin, signalons que la tendance actuelle de la recherche en éco-histoire est à l’étude des milieux et écosystèmes spécifiques : milieux humides, montagnes, etc. Les colloques sur l’histoire des fleuves en sont un bel exemple60. Ce genre d’approche est très fédérateur et promet des résultats rapides. Par la multiplication d’exemples locaux, il promet d’augmenter le savoir sur des phénomènes plus généraux et, à terme, de réaliser des synthèses fructueuses. Par ailleurs, une autre tendance a pour but de (re)visiter des champs de l’éco-histoire qui ont été insuffisamment explorés : les catastrophes naturelles, les risques, la biodiversité et le climat lui-même, dont l’histoire, à l’échelle continentale ou régionales, n’a guère été renouvelée depuis les ouvrages de Le Roy Ladurie et d’Alexandre. C’est la raison d’être du programme 3C2MA, qui est à l’origine de la publication du présent ouvrage.

Conclusion

35L’éco-histoire, ou histoire environnementale, constitue l’un des domaines les plus dynamiques de la recherche historique actuelle au sens large, en incluant l’archéologie. Depuis une vingtaine d’années, elles a apporté un lot de connaissances entièrement nouvelles, mais aussi des questionnements méthodologiques et conceptuels inédits. Elle a poussé des disciplines aussi variées que l’histoire, l’archéologie, la biologie, la géomorphologie, la géographie, la botanique, etc., à collaborer étroitement, dans un travail d’équipe toujours plus fécond, alors même que le travail collectif et interdisciplinaire est souvent difficile à mettre en œuvre en histoire. Elle a influencé les historiens des textes, en les poussant à s’intéresser aux problématiques spatiales et territoriales. Même si les interrogations conceptuelles demeurent, elle paraît aujourd’hui arrivée à une certaine maturité, qui se manifeste par le dépassement du débat nature/culture, et par la réalisation d’un relatif consensus autour de sa propre définition : l’histoire de l’interaction entre l’homme et son milieu. Une nouvelle impulsion est actuellement donnée par le lancement de problématiques liées à des milieux et écosystèmes particuliers (milieux humides, montagnes, etc.) et par la réactivation de problématiques générales quelque peu délaissées, comme l’histoire du climat et des catastrophes naturelles.

Figure 1 – Pluie de grêle et de feu (La première trompette). Beatus de Saint-Sever, XIe s. (Beatus Liebanensis, Commentarius in apocalypsin, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Latin 8878, fo 137 v°).

Figure 2 – Victimes d’une inondation (Le déluge). Beatus de Saint-Sever, XIe s. (Beatus Liebanensis, Commentarius in apocalypsin, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Latin 8878, fo 85).

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES COMPLÉMENTAIRES

Nous indiquons ici les références qui intéressent directement la thématique de cette contribution, mais qui n’ont pas été données dans les notes de bas de page.

Allee (Philippe) et Lespez (Laurent) éd., L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement, Actes de la table-ronde en l’honneur du professeur Neboit-Guilhot, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2006.

L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen âge, Cahiers du Léopard d’Or, t. 2.

Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen âge [Castrum 5], Actes du colloque de Murcie, 8-12 mai 1992, Madrid-Rome-Murcie, Casa de Velázquez-Ecole française de Rome-Ayuntamiento de Murcia, 1999.

Barrue-Pastor (Monique) et Bertrand (Georges) (dir.), Les temps de l’environnement, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000.

Barry (Jean-Paul) et Le Roy Ladurie (Emmanuel), « Histoire agricole et phytogéographie », Annales ESC, 17, 1962, p. 434-447.

Beck (Corinne), Muxart (Tatiana) et Luginbühl (Yves), Temps et espaces des crises de l’environnement, Paris, Quae, 2006 (consultable sur Internet).

Berthe (Maurice), Famines et épidémies dans les campagnes navarraises à la fin du Moyen Âge, 1984.

Bloch, Marc, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931.

Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949.

Burnouf (Joëlle), « La nature des médiévistes », Études rurales, 167-168, 2002.

Caucanas (Sylvie), Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XIVe siècle, Paris, CNRS, 2002.

Chouquer (Gérard), L’étude des paysages : essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, Errance, 2000.

Chouquer (Gérard) (éd.), Les formes des paysages, Paris, Errance, 2000.

Delumeau (Jean) et Lequin (Yves) (dir.), Les malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, 1987.

Histoire des catastrophes naturelles : paysages, environnements, no 33 de Sources, travaux historiques, 1993.

Hocquet (Jean-Claude) et Sarrazin (Jean-Luc) (dir.), Le sel de la baie : histoire, archéologie, ethnologie des sels atlantiques, Actes du colloque de Nantes (septembre 2004), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

L’homme et la nature au Moyen âge, Actes du Ve congrès international d’archéologie médiévale (Grenoble, octobre 1993), Paris, Errance, 1996.

Labeyrie (Jacques), L’homme et le climat, Paris, Denoël, 1985.

Laneyrie-Dagen (Nadeije) (dir.), Les grandes tragédies, Paris, Larousse, 1994.

Leveau (Philippe), « Forêt et pastoralisme dans les Alpes du Sud du tardiglaciaire à l’époque actuelle à l’interface des dynamiques naturelles et des dynamiques sociales », dans Boëtsch (G.) (dir.), Evolutions biologiques et culturelles en milieu alpin, Actes de l’Université d’été 2000, Marseille, CRDP de l’Académie d’Aix-Marseille, 2001, p. 37-53.

Leveau (Philippe) et Provansal (Mireille) (dir.), Archéologie et paléopaysages, Méditerranée, 90-4, 1998.

Leveau (Philippe), Livet (P.) et Provansal (Mireille), « Reconstruire des temporalités : la vallée des Baux, le temps des hommes et le temps de l’environnement », dans Barrue-Pastor (Monique) et Bertrand (Georges) (dir.), Les temps de l’environnement, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000, p. 139-148.

Leveau (Philippe), Trément (Frédéric), Walsh (Kevin) et Barker (Graeme) (éd.), Environmental Reconstruction in Mediterranean Landscape Archaeology, Oxford, Oxbow Book, 1999.

Leveau (Philippe), Provansal (Mireille), Bruneton (Hélène), Palet i Martínez (Josep Maria.), Poupet (Pierre) et Walsh (Kevin), « La crise environnementale de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen âge : définition d’un modèle et retour aux milieux réels », dans Richard (Hervé) et Vignot (Anne) (dir.), Équilibres et rupture dans les écosystèmes depuis 20 000 ans en Europe de l’Ouest, Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 291-304.

Martin (Jean-Marie) (dir.), Zones côtières et plaines littorales dans le monde méditerranéen au Moyen âge : défense, peuplement, mise en valeur [Castrum 7], Rome-Madrid, École Française de Rome et Casa de Velázquez, 2001.

Muxart (Tatiana), Vivien (Franck-Dominique), Villalba (Bruno) et Burnouf (Joëlle) (éd.), Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées, Paris, Elsevier, 2003.

La nature en partage. Connaître et exploiter les ressources naturelles, Médiévales, 53, automne 2007.

Pinna (Mario), « Il clima nell’alto medioevo. Conoscenze attuali e prospettive di ricerca », L’ambiente vegetale nel medioevo, 37e settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo (30 mars-5 avril 1989), Spolète, 1990, p. 431-451.

Richard (Hervé) et Vignot (Anne) (dir.), Équilibres et ruptures dans les écosystèmes depuis 20 000 ans en Europe de l’Ouest, Actes du colloque de Besançon (2000), Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2002.

Van der Leuw (Sander) (éd.), L’homme et la dégradation de l’environnement, Actes des XVes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (1994), Sophia-Antipolis, 1994.

Vogt (Jean) (dir.), Les tremblements de terre en France, Orléans, Éditions du BRGM (Mémoires du BRGM, no 96), 1979.

Notes

1 Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an Mil, Paris, Flammarion, 1967.

2 Lamb H. H., Changes of climat, Londres, 1963.

3 Il cite, par exemple, le travail du Suédois Gustav Utterstrom, qui explique les migrations et évolutions sociales des débuts de l’époque moderne par les fluctuations climatiques : « Climatic fluctuations and population problems in early modern history », The scandinavian economic history review, 1955.

4 Bloch M., Apologie pour l’histoire ou Le métier d’historien, Paris, 1949.

5 Le Roy Ladurie E., Montaillou, village occitan, Paris, 1975. Le Roy Ladurie est revenu récemment à cette histoire, avec la parution d’une Histoire humaine et comparée du climat depuis le XIIIe siècle, en trois tomes : Canicules et glaciers, XIIIe-XVIIIe s., Paris, Fayard, 2004 ; Disettes et révolutions (1740-1860), Paris, Fayard, 2006 ; Le réchauffement de 1860 à nos jours, Paris, Fayard, 2009. La notion d’« histoire humaine du climat » résume parfaitement la démarche qu’il préconisait en 1967.

6 Alexandre P., Le climat en Europe au Moyen Âge. Contribution à l’histoire des variations climatiques de 1000 à 1425, d’après les sources narratives de l’Europe occidentale, Paris, éd. de l’EHESS, 1987.

7 Delort R., « L’histoire entre le cosmos et le hasard : entretien avec Robert Delort », Médiévales, 9, 1985, p. 7-18.

8 Beck C. et Delort R. (éd.), Pour une histoire de l’environnement. Travaux du programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement, Paris, CNRS éditions, 1993.

9 Des oppida aux métropoles. Archéologues et géographes en vallée du Rhône, publication du programme Archaeomedes, Paris, Anthropos, 1998.

10 Dion R., Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, 1934. La tradition vidalienne accorde une importance essentielle aux paysages.

11 Colardelle M. et Verdel É. (dir.), Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement. La formation d’un terroir au XIe siècle, Paris, DAF, 1993 ; Durand A., Les paysages médiévaux du Languedoc (Xe-XIIe siècles), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2003.

12 Burnouf J., Bravard J.-C. et Chouquer G. (éd.), La dynamique des paysages, Actes des 17e rencontres d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Nice, 1997.

13 Chouquer G., Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéogéographie, Coimbra-Porto, 2007.

14 Beck C. et Marinval M.-C., « Pour une approche de la biodiversité historique : l’exemple médiéval », dans Burnouf J. et Leveau p. (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Paris, CTHS, 2004, p. 177-183.

15 Delort R., Les animaux ont une histoire, Paris, Le Seuil, 1993.

16 Guintard C. et Mazzoli-Guintard C. (éd.), L’élevage médiéval : journée d’étude de la Société d’ethnozootechnie, Paris, 1997 ; Eid., Élevage d’hier, élevage d’aujourd’hui. Mélanges d’ethnozootechnie offerts à Bernard Denis, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

17 « Peut-on faire l’histoire des grands prédateurs carnivores en Europe ? », journée d’étude de Blois (oct. 2008), coordonnée par Jean-Marc Moriceau et Corinne Beck.

18 Ruas M.-P., Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale. Le grenier castral de Durfort (Tarn), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2002 ; Id., « Prés, prairies, pâtures : éclairages archéobotaniques », dans Prés et pâtures en Europe occidentale, Actes des XXVIIIes journées d’histoire de Flaran (15-16 septembre 2006), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, p. 13-44.

19 Berlioz J., Catastrophes naturelles et calamités au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 1998.

20 Alexandre P., Les séismes en Europe occidentale de 394 à 1259, Bruxelles, Observatoire royal de Belgique, 1990. L’auteur souligne d’ailleurs la fréquence des faux séismes : « Les compilations séismologiques et le prétendu cataclysme provençal de 1227 », dans Bennassar B. (éd.), Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XVes journées internationales d’histoire de Flaran (1993), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1996, p. 175-185.

21 Des oppida aux métropoles…, op. cit.

22 Barceló M. et Toubert p. (dir)., L’incastellamento, Actes des rencontres de Gérone (26-27 novembre 1992) et de Rome (5-7 mai 1994), Rome, École française de Rome et Escuela española de Historia et Arqueología en Roma, 1998 ; Fossier R., Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, I, « L’homme et son espace », Paris, PUF, 1982.

23 De manière approfondie : Sclafert T., Cultures en Haute-Provence. Déboisement et pâturages au Moyen âge, Paris, SEVPEN, 1959.

24 Abbé J.-L. et Portet P., « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire. L’exemple emblématique de Montady », dans Medieval Europe Basel 2002, 3rd International Conference of Medieval and Later Archaeology (Bâle, 2002), Hertingen, 2002, t. 3, p. 33-39 ; Abbé J.-L., A la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen (XIIe-XVe siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2006.

25 Colloque « Les fleuves aussi ont une histoire », dont les Actes ont été publiés par Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit.

26 Dans ces deux derniers cas, il s’agit toutefois de colloques orientés sur une problématique plus sociale qu’environnementale : Montagnes médiévales, Actes du congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004 ; Prés et pâtures…, op. cit.

27 Le Roy Ladurie, Histoire du climat…, op. cit. ; Jorda M. et Roditis J.-C., « Les épisodes de gel du Rhône depuis l’an Mil. Périodisation, fréquence, interprétation paléoclimatique », Méditerranée, 3-4, 1993, p. 19-30.

28 Colardelle et Verdel, Les habitats du lac de Paladru…, op. cit. ; Brochier J.-E., « Deux mille ans d’histoire du climat dans le Midi de la France : étude sédimentologique », Annales ESC, 1983, p. 425-438.

29 Voir les bonnes pages de son livre sur les protocoles de recueil et d’analyse : Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc, op. cit. Cf. également Audouze F. et Fiches J.-L., « L’archéologie française et les paléo-environnements », Annales ESC, 1993, p. 17-41.

30 En revanche, Aline Durand considère que les vestiges de vidanges dispersées sont représentatifs de la fréquence de l’espèce, mais on peut en douter.

31 Le Roy Ladurie, Histoire du climat…, op. cit.

32 Colardelle et Verdel, Les habitats du lac de Paladru…, op. cit.

33 Ruas, Productions agricoles…, op. cit.

34 Colardelle et Verdel, Les habitats du lac de Paladru…, op. cit., p. 121.

35 Voir Hommes et animaux en Europe de l’époque antique au temps modernes : corpus de données archéozoologiques et historiques, Paris, CNRS éd., 1993.

36 Blanchemanche P., Chabal L., Jorda C. et Jung C., « Le delta du Lez dans tous ses états : quels langages pour quels dialogues ? », dans Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit, p. 157-174 ; Colardelle et Verdel, Les habitats du lac de Paladru…, op. cit.

37 Voir l’utilisation magistrale du toponyme « artigue » pour le sud-ouest de la France : Higounet C., Paysages et villages neufs du Moyen âge, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1975.

38 Le Roy Ladurie, Histoire du climat…, op. cit.

39 Duby G., L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1962.

40 Alexandre, Le climat en Europe…, op. cit.

41 Alexandre, Les séismes…, op. cit. ; Berlioz, Catastrophes naturelles…, op. cit.

42 On trouvera ce genre de sources exploitées dans toutes les monographies d’histoire rurale, et singulièrement celles qui étudient les aménagements de l’espace. Cf., entre autres, Sarrazin J.-L., La campagne et la mer : les pays du littoral poitevin au Moyen Âge (fin XIIe-milieu XVe siècle), Lille, ANRT, 1999 ; Abbé, À la conquête des étangs…, op. cit.

43 Les hommes et la montagne en Dauphiné au XIIIe siècle, Grenoble, Presses universitaires, 1997.

44 Cf. la présentation de ces vues dans ma thèse : Dumasy J., Le feu et le lieu. La baronnie de Sévéracle-Château à la fin du Moyen âge, université de Paris I, 2008.

45 Pichot D., « Images du paysage : les bords de la Vilaine au XVIe siècle », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, LXXVIII, 2000, p. 261-283 ; Id. et Marguerie D., « Approche pluridisciplinaire sur l’aménagement des petits cours d’eau par les sociétés médiévales dans l’ouest de la France », dans Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit., p. 111-125 ; Noizet H., Carcaud N. et Garcin M., « Rive droite rive gauche : la Loire à Tours (XIIe-XVe siècle) », ibid., p. 137-155 ; Berthier K. et Benoît P., « Les aménagements hydrauliques au Moyen Âge et au XVIe siècle à Corbeil-Essonnes », ibid., p. 321-330 ; Dumasy J., « Le paysage des vues figurées », 135e congrès des sociétés historiques et scientifiques (Neuchâtel, avril 2010), à paraître sur le site Internet du CTHS.

46 Burnouf et al., La dynamique des paysages, op. cit. ; Leturcq S., Un village, la terre et les hommes : Toury-en-Beauce, XIIe-XVIIe s., Paris, Éd. du CTHS, 2007.

47 Aline Durand dresse une synthèse très utile sur les variations du climat méditerranéen depuis l’holocène dans Les paysages médiévaux…, op. cit., p. 237, d’après les travaux de Maurice Jorda, Mireille Provansal et Jean-Paul Bravard. Cf. notamment Jorda M., « Morphogenèse et fluctuations climatiques dans les Alpes françaises du Sud, de l’âge du Bronze au haut Moyen âge », Les nouvelles de l’archéologie, 50, 1992, p. 14-50 ; Bravard J.-P., Verot-bourrely A. et Salvador P.-G., « Le climat d’après les informations fournies par les enregistrements sédimentaires fluviatiles étudiés sur des sites archéologiques », ibid., p. 7-13. Voir aussi la synthèse présentée dans Colardel et Verdel, Les habitats du lac de Paladru, op. cit., p. 361.

48 Espèces qui vivent dans des conditions moyennes d’humidité.

49 Durand, Les paysages médiévaux…, op. cit., p. 304.

50 Formation végétale des bords de cours d’eau.

51 On pourrait citer également le travail de Christine Rendu sur la montagne pyrénéenne ou encore le programme Archaeomedes sur la vallée du Rhône : Rendu C., La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Canet-en-Roussillon, Trabucaire, 2003 ; Des oppida aux métropoles…, op. cit.

52 Burnouf J. et al., « Sociétés, milieux, ressources, un nouveau paradigme pour les médiévistes », dans Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle, 38e congrès de la SHMES, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008.

53 Chouquer G., Quels scénarios…, op. cit.

54 Ce dernier sens est celui que retient R. Delort, « L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléoenvironnement des sociétés européennes », dans L’homme et la nature au Moyen Âge, Actes du Ve congrès international d’archéologie médiévale (Grenoble, octobre 1993), Paris, Errance, 1996.

55 Burnouf J., « Conclusion », dans Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit.

56 Chouquer, Quels scénarios…, op. cit.

57 Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit.

58 Dosse F., L’histoire en miettes, Paris, La Découverte, 1987.

59 Bien entendu, je ne prétends pas que l’éco-histoire soit la seule explication de ce goût des historiens pour l’espace et le territoire ; on peut en trouver d’autres (l’écologie de manière générale, le nouveau rapport à l’espace et au temps induits par la mondialisation et les nouvelles technologies, etc.). Mais elle a probablement joué un rôle majeur.

60 Burnouf et Leveau, Fleuves et marais…, op. cit.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Pluie de grêle et de feu (La première trompette). Beatus de Saint-Sever, XIe s. (Beatus Liebanensis, Commentarius in apocalypsin, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Latin 8878, fo 137 v°).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 2 – Victimes d’une inondation (Le déluge). Beatus de Saint-Sever, XIe s. (Beatus Liebanensis, Commentarius in apocalypsin, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Latin 8878, fo 85).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540