Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes

 | 
Michel Brand’Honneur

Chapitre VI. Multiplication des mottes et stabilisation de la châtellenie : de nouvelles configurations territoriales pour une redéfinition des centres de pouvoir

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Plusieurs changements importants s’opèrent vers les années 1050 dans le Rennais. La fin de l’édification des châteaux majeurs est l’un des signes et symboles d’une redéfinition du pouvoir central qui jusqu’alors pouvait réorganiser assez facilement le réseau castral en fonction des enjeux géopolitiques. Parallèlement, le comte favorisa la réforme de l’Église, notamment en restaurant les monastères. Or, après le milieu du xie siècle, cette initiative comtale disparaît également tandis que le clergé séculier commence à s’émanciper de sa tutelle. Cette césure entre les pouvoirs comtal et religieux est contemporaine de la multiplication en grand nombre des mottes alors qu’on n’édifie plus de nouveau château majeur, ce qui peut paraître a priori paradoxal. S’agit-il d’une simple coïncidence chronologique ? Ou la distinction entre mondes laïque et religieux aurait-elle entraîné une nouvelle donne dans le rapport entre les centres de pouvoirs civil et ecclésiastique et leurs circonscriptions respectives ? Il semble que différents niveaux d’analyse doivent être mis en relation pour comprendre le rapport existant entre le ressort des civils et celui des ecclésiastiques ainsi que leurs centres. Trois niveaux territoriaux, inscrits dans l’ancien pagus de Rennes, serviront de base à notre réflexion : le comté et son rapport au diocèse, les seigneuries châtelaines et les doyennés, enfin la paroisse où s’exerce le pouvoir des chevaliers et où furent édifiées les mottes.

Quand le diocèse ne rime plus avec le comté (carte 1 p.13)

  • 1 Il s’agit des baillies de Rennes, Nantes, Ploërmel et le Vannetais, Penthièvre, Tréguier, Cornouai (...)
  • 2 J.-P. Brunterc’h, « Le duché… », p. 41.

2L’indépendance des évêques par rapport au pouvoir comtal se traduit, entre autres, par une distinction du ressort du diocèse et de celui du comté. Elle est mise en lumière en 1294 dans le Livre des Ostz du duc. La Bretagne y est découpée en 7 baillies1. Le territoire de ces différentes circonscriptions fut calqué, pour la moitié orientale de la péninsule armoricaine, sur ceux des comtés. Ainsi, la baillie de Rennes se rapporte au comté de Rennes du xiiie siècle, celles de Nantes et Penthièvre aux comtés du même nom. Ces subdivisions civiles ne correspondent qu’approximativement aux diocèses. Or au haut Moyen Âge, le ressort épiscopal était le même que celui du comté. Tel était le cas pour les territoires contrôlés par Agatheus, comte-évêque de Rennes et de Nantes vers 7002. La politique de Charlemagne suit le même principe mais le Carolingien ne plaça qu’un seul comte indépendant de l’évêque dans chaque pagus. Il y a donc eu une évolution entre l’époque carolingienne et le xiiie siècle, c’est-à-dire entre le moment où les ressorts épiscopal et comtal ne faisaient qu’un et celui où ils étaient distincts. L’important pour notre propos est de montrer à quelle époque cette transformation fut définitive.

Une difficile recherche pour l’époque carolingienne

  • 3 J.-P. Brunterc’h, « Géographie historique…», p. 7-63.
  • 4 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 251-260 ; J. Naveau, « Le territoire…», p. 37-112.

3À ce sujet les analyses de H. Guillotel et de J.-P. Brunterc’h divergent. Pour ce dernier, la concession de Charles le Chauve de 851 à Érispoé des pagi de Rennes et de Nantes et des territoires s’étendant jusqu’à la Mayenne et l’Ernée correspond au terminus ad quem à partir du moment où le comté se distingue du diocèse3. En revanche, H. Guillotel estime que le Rennais et le Nantais s’étendaient en 851 jusqu’à la Mayenne et l’Ernée et ce dès la fin de l’Empire romain. Ainsi, comté et diocèse auraient continué à former un seul et même territoire au ixe siècle. Cependant, deux études réalisées par J.-C. Meuret et J. Naveau portant sur le problème des limites des cités à l’époque gallo-romaine semblent contredire le fait que le Rennais et le Nantais avaient pour limite l’Ernée et la Mayenne4.

  • 5 Communication du mois de septembre de 1998 au congrès de la SHAB à Ancenis.
  • 6 Le fait que l’appartenance de Grand-Fougeray à un pagus ne soit pas précisée est assez singulier à (...)
  • 7 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne…, p. 354-356.
  • 8 Cf. p. 213-214.

4L’évolution de la frontière entre ces deux entités livre des indices intéressants. Elle connut d’importantes modifications pendant le haut Moyen Âge. Comme l’a montré H. Guillotel5, un ancien pagus reprenant le territoire de la Mée était localisé entre le Nantais et le Rennais. Cette région fut l’objet d’âpres conflits comme en témoigne les luttes opposant Gurwant et Pascweten. Ce dernier assurait son emprise juste au sud du pagus de Rennes en donnant deux villæ sises dans la paroisse de Grand-Fougeray à Saint-Sauveur de Redon en 875 ce à quoi répondit, la même année, Gurwant en confirmant la donation de la moitié de Pléchâtel effectuée par Salomon et en y ajoutant l’autre moitié du même plebs6. Un an plus tard d’ailleurs, les deux comtes s’affrontaient au pied de Rennes qu’ils convoitaient7. Si nous ne connaissons pas les tenants et aboutissants de ce conflit, il semble du moins avoir eu pour conséquence une avancée du Nantais jusqu’au Semnon (comme le prouvent les actes du xie siècle8) aux dépens de la Mée et du Rennais.

Les dernières modifications des diocèses

Le territoire entre Sélune-Tronçon-Couesnon

  • 9 Cf. le travail de J.-P. Brunterc’h qui synthétise les points de vue des différents tenants du prob (...)
  • 10 Cf. p. 109-110.
  • 11 Recueil des Actes des Ducs de Normandie…, 8, 21, 49 et p. 18-19.

5Tous les exemples analysés ci-dessus comportent une grande part d’incertitudes tant les sources sont rares avant le xie siècle. La modification du territoire entre Sélune-Tronçon-Couesnon qui s’est déroulée dans les années 1020 présente un cas précis et certains où la transformation du ressort comtal entraîna celle du diocèse. Nous savons, depuis les travaux de J.-P. Brunterc’h et de H. Guillotel, que le Rennais s’avançait jusqu’à la Sélune au haut Moyen Âge tandis que le Mont-Saint-Michel dépendait de l’Avranchin9. Puis le monastère fut intégré dans la sphère d’influence des comtes de Rennes contrôlant l’abbaye au plus tard dans le seconde moitié du xe siècle. Mais vers 1024-1026 le duc de Normandie pénétra manu militari dans le Rennais et annexa le territoire entre Sélune-Tronçon-Couesnon. Cet épisode se termina par l’hommage en marche au Mont-Saint-Michel d’Alain III à Richard II en 103010. Très rapidement, la progression des ducs de Normandie fut suivie d’une avancée des évêques d’Avranches. Pour justifier le fait accompli, on instrumenta des faux. Par exemple, un acte de Richard II indique que l’église cathédrale d’Avranches possédait les terres de Juilley, Poilley et Precey toutes trois situées au sud de la Sélune. Il en est de même pour une autre charte du même prince passée en 1022-1026 confirmant une série de biens localisés entre Sélune-Tronçon-Couesnon à l’abbaye du Mont-Saint-Michel. Elle est censée réactualiser un don de Guillaume Longue Épée mais M. Fauroux a démontré que ce dernier était un faux11. Tous ces actes ont été rédigés dans le but d’asseoir la conquête normande et de justifier une situation antérieure qui n’était pas à l’avantage des ducs normands. Cet exemple montre que le clergé était encore étroitement associé au pouvoir laïque dans les années 1020-1030.

La frontière entre Rennais et Nantais au xie siècle

  • 12 J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 60-61.
  • 13 Dom Morice, 417-419.
  • 14 BN, ms fr 22331, p. 236.
  • 15 Dom Morice, 419-419. Sur cette affaire cf. les commentaires de J.-P. Brunterc’h dans « Puissance…» (...)
  • 16 Ce n’est que bien plus tard que l’on peut constater les effets du recul Nantais. En 1145, l’évêque (...)

6Les conflits entre les princes de Nantes et Rennes marquent une étape charnière pour la distinction des territoires diocésain et comtal. Le Nantais s’avançait jusqu’au Semnon. C’est un fait certain ne correspondant plus à la situation de la seconde moitié du xie siècle. On peut suivre, comme l’indique J.-P. Brunterc’h, les empiétements du Rennais sur le Nantais12. En 1063, l’évêque de Nantes, Quiriac, rappelle que les églises situées entre Semnon et Chère relèvent de son autorité13. Mais ne peut-on pas voir dans cette affirmation un aveu d’impuissance de la part du prélat ? En 1068, Quiriac intervient une dernière fois dans le sud du Semnon qui venait d’être intégré au diocèse de Rennes. Il assiste à la donation de la terre de Cerisarius sise en Bain-de-Bretagne concédée par le vicarius Grafion et autorisée par le dominus de cette terre, Tehellus de Châteaubriant14. Là encore, il faut bien comprendre la présence de Quiriac. Elle s’effectue dans le sillage de Tehellus qui a une bonne raison pour se concilier la bienveillance de l’évêque : il venait juste de frôler l’excommunication15 ! Mais la tentative du pontife cherchant à retrouver l’ancienne étendue de son autorité échoua : entre 1073 et 1079, la plainte qu’il déposa au pape Grégoire VII fut sans effet et le diocèse s’étendit définitivement jusqu’aux paroisses d’Ercé-en-Lamée, Fercé, Villepot et Messac16.

  • 17 Cf. p. 97, 98.
  • 18 La situation est toujours identique dans le Livre des Ostz livrant un tableau géopolitique de la B (...)
  • 19 J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 60-61 et 69-70.
  • 20 H. Guillotel, « La pratique du cens…», p 45-49, acte 4.
  • 21 J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 69-70.

7En fait que s’est-il passé ? Comme nous l’avons vu, la seigneurie de Châteaubriant et sans doute celle de Martigné ont été fondées à partir du temporel des évêques de Nantes et leur seigneur faisait partie de la militia de l’évêque Gautier II de Nantes. Cependant, très rapidement, ces deux châtellenies furent intégrées dans la sphère des comtes de Rennes pendant la première moitié du règne de Conan II, c’est-à-dire entre 1040 et 104717. C’est donc à cette époque que le comté de Rennes s’étendit jusqu’à Martigné et Châteaubriant18. Parallèlement, que constatons-nous en ce qui concerne le diocèse ? L’avancée du comté a entraîné dans son sillage celle du diocèse à l’exception notable de Béré et des paroisses entourant le noyau de la seigneurie de Châteaubriant qui restèrent sous le contrôle de l’évêque de Nantes. Ce dernier secteur fait seul l’objet des protestations répétées des évêques de Nantes à l’inverse des territoires situés juste au sud du Semnon19. En 1065, Quiriac confirme l’ensemble des possessions de Marmoutier appartenant à son diocèse : si Béré y est mentionné, Martigné est ignoré20. Cette attitude s’explique fort aisément. Elle est en lien direct avec les intérêts que ce monastère doit défendre dans la région. Or, après un échec de Redon dans la mise en valeur de Béré, Brient Ier de Châteaubriant fit appel aux moines de Marmoutier. Il s’ensuivit un procès opposant les deux monastères. Marmoutier, comme le précise J.-P. Brunterc’h, avait tout intérêt à défendre la juridiction des évêques de Nantes car les moines de Tours pouvaient arguer, contre Redon, de deux accords passés avec Airard et Quiriac21. Fait significatif, ils n’agissent de pair avec l’évêque de Nantes que là où ils ont un intérêt commun : n’étant pas contesté à Martigné, et n’ayant pas d’autres biens au sud du Semnon, Marmoutier ne défend pas l’évêque. Les revendications des prélats nantais avaient plus de chance de réussir là où elles étaient épaulées par la puissante abbaye.

8L’histoire du prieuré de Béré est riche d’enseignements car elle montre le moment où le diocèse, se figeant, ne suivra plus les dilatations ou les contractions du comté. L’accroissement du comté de Rennes dans les régions de Martigné et de Châteaubriant est antérieur à la mise en place de la réforme survenue en 1049 dans le diocèse de Nantes. Celui de Rennes suivra donc l’extension de son comté sauf dans la région de Béré. L’énergique et réformateur évêque nantais Airard s’y opposera avec succès grâce, il est vrai, à l’appui de la redoutable abbaye tourangelle de Marmoutier.

  • 22 O. Guillot, Le comte…, p. 229-233.
  • 23 J.-P. Brunterc’h, « Géographie…», p. 7-63.
  • 24 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 64v ; ADML, H3713, f° 93r.
  • 25 Ces données ne tiennent pas compte des actes dont la fourchette chronologique est à cheval de part (...)
  • 26 A. Chédeville souligne pour le Chartrain une substitution du comté au pagus avec un territoire un (...)

9Ainsi, comme l’a montré O. Guillot pour l’Anjou22, la géographie ecclésiastique consacre l’expansion du comté jusqu’au milieu du xie siècle environ. Malgré tout, il y aurait eu dans certains cas des distorsions entre les territoires comtal et diocésain dès le ixe siècle si l’on suit les conclusions de J.-P. Brunterc’h23. Cependant, à partir de la seconde moitié du xie siècle, la distinction entre les deux entités devient définitive et est en lien avec la réforme de l’Église. Avant, cette différenciation semble probable dans certains cas mais elle ne fut pas systématique. Cette mutation se répercute également sur le vocabulaire utilisé dans les actes. Deux notices de la donation du monastère de Tréméheuc en 1053 mettent en lumière ces changements. Les Livres Noir et Blanc de Saint-Florent de Saumur24 localisent respectivement ce sanctuaire dans le pagus d’Alet et dans celui de Rennes. Ces deux indications semblent a priori contradictoires sauf si le mot pagus signifie, dans le premier cas, diocèse, dans le second, comté. Ainsi, l’utilisation du même mot pour désigner deux territoires différents serait révélatrice de la nouvelle distinction établie entre les entités laïque et religieuse. Cette évolution pourrait également expliquer l’usage de moins en moins fréquent à la référence au pagus pour localiser un bien. Ce type de mentions, très souvent employé dans les actes du cartulaire de Redon au ixe siècle, devient beaucoup moins fréquent pendant la première moitié du xie siècle : sur un ensemble de 69 actes, seulement 7 précisent le pagus de rattachement du bien concédé. Cette proportion tombe rapidement à 8 mentions pour un ensemble de 265 actes dans la seconde moitié du xie siècle25 ; puis les textes du xiie siècle ne font plus référence au pagus. La disparition de ce mot traduirait ainsi un temps révolu, celui où le comté et le diocèse connaissaient souvent un sort identique26.

  • 27 Comme avant le milieu du xie siècle. D. Barthélemy parle de comté « plastique », dans La société…, (...)
  • 28 ADML, H3713, f° 76 ; La Borderie, 20.

10Dès la seconde moitié du xie siècle, le territoire du diocèse de Rennes se stabilisa jusqu’au Concordat de 1801. Quant au comté, il suivit son évolution propre. Elle est le reflet de la politique comtale et s’effectue dans le cadre de la féodalité27. Ayant réussi à s’imposer dans la région de Châteaubriant vers 1040 et dans celle de Dol-Combourg à la même époque, puis vers la fin du règne de Conan II († 1066), ces deux seigneuries ont été intégrées dans la baillie de Rennes. Quant au territoire nord-ouest du Rennais, il fut âprement disputé entre les comtes Conan II et Eudes, son oncle. Vers 1050, ce dernier réussit à s’imposer à Tinténiac et Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine mais dut se retirer ensuite comme le montrent les rencontres en marche de Plouasne en 1078-1079 et de Hédé, le 5 mai 108528.

Le sort distinct des seigneuries châtelaines et des doyennés

  • 29 Les actes mentionnent des pagi correspondant à de petites divisions territoriales que l’on pourrai (...)
  • 30 A. Debord, La société laïque…, p. 88 ; A. Chédeville, Chartres…, p. 273.

11Nous avons montré qu’après la mise en place effective de la réforme grégorienne le ressort du diocèse de Rennes se démarqua définitivement de celui du comté de Rennes. À un niveau inférieur, l’hypothèse d’une évolution comparable entre le doyenné et la vicaria peut être formulée. Cette dernière entité, aussi appelée pagus minor, servit souvent de base territoriale pour la création des seigneuries châtelaines ce que trahirait parfois l’appellation de vicaria castri29. Mais les filiations de la seigneurie châtelaine avec la vicaria ou le doyenné sont problématiques. Nous examinerons la première plus loin. La création de doyennés prête à discussion. Certains pensent, comme A. Debord, qu’ils n’ont vu le jour qu’au xie siècle. Cependant, cet auteur signale qu’en Angoumois, Poitou et Périgord « beaucoup d’archiprêtres sont fixés dans les chefs-lieux de vigueries, c’est-à-dire en fait dans des vici ». Ces doyennés seraient donc antérieurs à la construction des châteaux. En revanche, dans le diocèse de Saintes ou le Chartrain, les doyennés se sont fixés près des castra ce qui indiquerait qu’ils sont postérieurs à l’apparition des forteresses de l’an mil30.

  • 31 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 262-263 ; A. Longnon, Pouillés, t. III, Province (...)
  • 32 J.-F. Boyer, « Les circonscriptions…», p. 244 ; J.-F. Lemarignier, « Quelques remarques…», p. 479  (...)

12En Bretagne, certains doyennés seraient issus de très anciennes circonscriptions comme Fouesnant, le Cap-Sizun et le Cap-Caval dans le diocèse de Quimper, Redon doyenné découpé en fonction du patrimoine de la célèbre abbaye, le Clos-Poulet et le Poudouvre pagi minores cités dans la vie de saint Tudual écrite au xie siècle31. Dès lors, deux hypothèses peuvent être avancées : soit les doyennés ont été créés au Moyen Âge central en reprenant parfois d’anciennes circonscriptions plus anciennes, soit ils existaient dès l’époque carolingienne. Cette dernière proposition, qui a notre faveur, repose sur deux données. Hincmar de Reims et Walafrid Strabo précisent qu’il existait une corrélation entre les administrations civile et religieuse. J.-F. Lemarignier et O. Guillot le confirment en affirmant l’existence des doyennés au haut Moyen Âge32. Notre hypothèse de départ reposera donc sur le fait que le doyenné, dès cette époque, correspondait à la vicaria ou pagus minor.

Le Vendelais et le Vitréen : deux entités exemplaires

  • 33 Guillotel, 46, 68 et 68, p. 239, note 1.
  • 34 Saint-Sulpice, 68.
  • 35 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 340.

13Que constatons-nous alors pour le Rennais ? Comme pour les cas évoqués ci-dessus, il y a parfois correspondance entre un ancien pagus minor et un doyenné. Le Vendelais est exemplaire à ce titre. Il est mentionné à trois reprises au xie siècle, sous la forme de Vendellensi pagus en 1040-1047, de territorium Vendeliacensi en 1040-1066 et de Vendelesium après le 11 décembre 106633. Cette entité servit de base à la constitution d’un doyenné cité pour la première fois en 116534. Cette circonscription ecclésiastique comprenait à l’époque moderne vingt paroisses et une trêve35.

  • 36 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 226.
  • 37 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. VI, p. 429.
  • 38 Ibidem, t. VI, p. 431.

14Le centre du Vendelais était à l’origine Vendel. Cette paroisse formait le point de rencontre de trois voies anciennes dont deux remontaient à l’époque romaine : l’une reliait Corseul au Mans, l’autre Rennes à Bayeux ; la troisième venait de Saint-Marc-sur-Couesnon et se dirigeait vers Javené. Le bourg de Vendel s’est développé à la croisée de ces chemins. Non loin de là, on a retrouvé un mausolée en pierre du Bas-Empire associé, selon P. Galliou, à une villa gallo-romaine36. Vendel constituait un centre de commandement à l’époque mérovingienne puisqu’il était doté d’un atelier monétaire. Plusieurs triens frappés à Vendel (Vindello) ont été retrouvés dans la région et notamment à Vitré. À deux kilomètres du bourg dans le lieu appelé la Rue des Tombeaux, de nombreux sarcophages en pierre de granite ou d’ardoise, en brique et en calcaire coquillier ont été découverts. D’autres ont été également mis au jour dans le bourg même de Vendel37. La paroisse de Vendel, malgré sa petitesse, est fort antique. Son église fut érigée en l’honneur de saint Martin ce qui est un gage d’ancienneté38. Le Vendelais recèle donc, avec son territoire et son centre, toutes les caractéristiques d’un antique pagus minor comprenant une vingtaine de paroisses.

  • 39 Il est dit Vendellensi pagus en 1040-1047 et territorium Vendeliacensi en 1040-1066. Guillotel, 46 (...)
  • 40 Dom Morice 403.
  • 41 « In toto Vitrieiensi territorio ». Guillotel, 53.
  • 42 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 339-340.

15Le Vitréen offre également un bel exemple de ce qui correspondait à la fois à un doyenné, un pagus minor et une seigneurie châtelaine. Les textes du xie siècle établissent parfois une équivalence, comme pour le Vendelais, entre territoire et pays39. Cette correspondance autorise à considérer le territorium castri Vitriaci, cité au xie siècle40, comme un ancien pagus minor. Maintes données viennent confirmer cette interprétation. Cette circonscription a pour chef-lieu l’agglomération de Vitré possédant toutes les spécificités d’un antique et important vicus. Son territoire, mentionné pour la première fois en 104741, servit d’assiette à la création d’un doyenné qui, malgré quelques modifications géographiques souvent difficilement perceptibles, peut livrer une idée approximative de sa superficie initiale. Le doyenné de Vitré renfermait à l’époque moderne 23 paroisses et une trève42. Cet ensemble paraît avoir été relativement stable. La paroisse de Montautour en constituait la limite la plus septentrionale ; au-delà s’étendait le Vendelais.

Tableau 7 : Évolution des doyennés et de leur centre

Tableau 7 : Évolution des doyennés et de leur centre
  • 43 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 338-351, 544-545, 706-709.

16Note 4343

  • 44 A. Longnon, Pouillés…, t. III, p. 169-175, 257-260, 376.

17Note 4444

  • 45 Cf. chap. 2.

18Note 4545

  • 46 Le doyenné de Châteaubriant est mentionné en 1287 avec toutes ses paroisses.

19Note 4646

  • 47 Autrefois Pagialeto.

20Note 4647

  • 48 Appellations simplifiées des doyennés de Rennes-est et Rennes-ouest à la place respectivement du d (...)

21Note 4848

Carte 7 : Les doyennés vers 1330 et les anciens centres de peuplement ou/et de commandement

Carte 7 : Les doyennés vers 1330 et les anciens centres de peuplement ou/et de commandement

Carte 8 : Les doyennés à l’époque moderne et leurs centres

Carte 8 : Les doyennés à l’époque moderne et leurs centres
  • 49 Nous incluons en plus le Clos-Poulet n’appartenant pas au Rennais mais dont une partie du territoi (...)

22Vitréen et Vendelais ont des caractères communs : ils recouvrent un territoire d’une vingtaine de paroisses et possèdent des chefs-lieux dont l’importance et l’ancienneté ne font aucun doute. À partir de ces deux exemples types, est-il possible de déterminer d’autres parallèles entre d’antiques circonscriptions, leur centre et les doyennés ? Pour cela, dressons la liste des doyennés du Rennais vers les années 1330 et à l’époque moderne ainsi que des centres importants du haut Moyen Âge inclus dans ces entités49.

23Ce tableau (7) montre que les doyennés des années 1330, voire 1284 pour celui de Châteaubriant, n’ont pas connu d’évolutions remarquables avec ceux de l’époque moderne (cartes 7 et 8). Seul celui de Louvigné-du-Désert n’existait pas vers 1330 alors qu’il acquiert une identité propre quelques siècles plus tard. D’autre part il n’y a pas toujours correspondance entre un doyenné et un centre antique. C’est le cas du doyenné de La Guerche, comprenant comme localité notable au haut Moyen Âge Martigné, ou celui de Bain ne possédant à notre connaissance aucune agglomération antique digne de ce nom. De plus, la taille très variable des doyennés étonne : celui de Dol comprend presque une soixantaine de paroisses et celui du Clos-Poulet onze. Il y a là vraisemblablement des développements historiques très complexes que nous allons tenter en partie d’expliquer.

Évolution des pagi minores, doyennés et seigneuries châtelaines

  • 50 Le comte Geoffroy Ier donna l’église de Livré-sur-Changeon aux moines de Saint-Florent de Saumur. (...)
  • 51 Saint-Georges, 49.
  • 52 Guillotel, 46.
  • 53 « […] Non possit fieri forteretia aliqua in Vendelesio hinc inde exceptis Chastellonis de Filgerio (...)

24Le doyenné type, qui a très peu changé dans le temps, est celui de Vitré. Son centre, fort important au haut Moyen Âge, formait le chef-lieu d’un territoire d’une vingtaine de paroisses, ancien pagus minor qui a perduré sous la forme d’un doyenné et d’une seigneurie châtelaine. Le doyenné de Vendel, dont le centre est antique, pose une première difficulté. À l’époque moderne il comprenait une vingtaine de paroisses alors que vers 1330 il n’en possédait plus qu’une dizaine. Or le Vendelais, en tant que vieille entité, était au moins deux fois plus grand au Moyen Âge central voire au haut Moyen Âge. Sa frontière sud avec le Vitréen ne semble pas avoir bougé50. En revanche, des modifications importantes sont à noter au nord et à l’ouest. La paroisse de Saint-Hilaire-des-Landes, appelée en 1169-1181 Saint-Hilaire en Vendelais51, et de Saint-Sauveur-des-Landes faisaient partie du Vendelais en 1040-104752 alors que vers 1330 cette dernière ne dépendait d’aucun doyenné. Un acte de 1244 précise que le Vendelais s’étendait de Châtillon-en-Vendelais à Fougères53. Dès lors, ce pagus minor comprenait plus d’une vingtaine de paroisses. Nous interprétons l’emprise territoriale et la petitesse du doyenné du Vendel vers 1330 comme la conséquence de deux faits historiques. Le premier serait la création ou le renforcement de la seigneurie châtelaine de Fougères datée de la première moitié du règne de Conan II (1040-1047). Elle aurait absorbé la partie septentrionale du Vendelais en englobant notamment Fougères où fut construit le château et Saint-Sauveur-des-Landes, le lieu de sépulture des premiers seigneurs de Fougères. La seconde tiendrait serait liée à l’indifférenciation entre ressort territorial civil et religieux jusque vers 1050 : la création du château de Fougères aurait entraîné celle d’un doyenné lui correspondant aux dépens de celui du Vendelais se rétrécissant comme une peau de chagrin car privé de château. Ensuite, et seulement après 1330, l’Église a décidé de rendre au Vendelais une partie de son territoire initial en ôtant au doyenné de Fougères les paroisses l’entourant. Ceci eut pour conséquence de séparer ce chef-lieu de doyenné de son ressort.

  • 54 ADML, H3713, f° 65, 66.
  • 55 Aujourd’hui appelée Coglès.
  • 56 ADML, H3713, f° 65v.
  • 57 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 425.
  • 58 ADIV, 6H33, XII 8.

25Fougères est fort intéressant à analyser. Vers 1330, il dispose d’un territoire très important qui comprend presque cinquante paroisses correspondant à l’énorme seigneurie châtelaine que Conan II a créée. Le Coglès, mentionné à deux reprises vers 1050 sous la forme de pagus qui dicitur Cogleis54, a été ni plus ni moins incorporé dans le Fougerais en 1040-1047 comme nous l’avons vu. Il comprenait les paroisses du Châtellier, de Saint-Jean-en-Coglès55, du Ferré, de Montours, de Parigné, de Poilley, de Saint-Brice-en-Coglès localisée dans le pagus du Coglès en 105056, de Saint-Étienne-en-Coglès, de Saint-Germain-en-Coglès, de La Selle-en-Coglès et d’une partie de celles de Baillé, de Saint-Marc-le-Blanc, du Tiercent et de Villamée, soit un total de 10 paroisses et de 4 portions de paroisses57. Ce territoire est de taille très modeste comparé aux autres pagi minores. Sa petitesse, le fait qu’il intègre des portions de paroisses et qu’il ne se transforme pas ensuite en doyenné, reflètent les bouleversements territoriaux que subit cette entité. Si notre raisonnement est juste, le Coglès aurait dû correspondre à un doyenné vers 1330 or, s’il n’en est rien, c’est parce qu’il a été déstructuré avant 1050. Curieusement, après 1330, cet ancien pagus minor se trouve compris dans le doyenné de Louvigné-du-Désert mentionné dès 1199-120358 avec ses 17 paroisses ce qui est comparable en taille au Vitréen et au Vendelais d’origine. Nous nous demandons dès lors si le Coglès ne s’étendait pas, avant le règne de Conan II, plus au nord, dans le secteur compris entre Couesnon-Sélune-Tronçon. Quant au chef-lieu du doyenné de Fougères, il fut détaché de son territoire de base et ne garda plus, après 1330, que la partie occidentale de son doyenné du début du xive siècle.

26Cette singularité soulève l’étrange problème du vicus de Vieux-Vy et de son supposé ancien château, Orange. Vers 1330, cette paroisse était isolée de son doyenné Aubigné par Sens qui était rattaché à celui de Fougères. Cette curieuse construction territoriale pourrait être la conséquence de la perte d’importance du château d’Orange dès le début du xie siècle et expliquerait l’intégration de cette paroisse dans le ressort castral de Fougères. De plus, le corps principal du doyenné de Fougères à l’époque moderne correspondrait peut-être à un ancien pagus minor d’une vingtaine de paroisses dont le centre aurait été Vieux-Vy.

  • 59 « Friocus filius Gauzberti de Monte Germundi vendidit sancto Martino mansilium quod vocatur Boisiu (...)
  • 60 Ces paroisses faisaient partie du diocèse de Nantes avant 1050.
  • 61 Dom Morice, 403.

27Marcillé-Robert et Martigné présentent des évolutions similaires. Ce dernier château occupe un vieux centre de pouvoir du haut Moyen Âge. Marcillé possède également un important et ancien château dominant un territoire équivalant à une vingtaine de paroisses d’une exceptionnelle unité archéologique depuis l’époque gauloise. De plus, et à l’inverse de J.-P. Brunterc’h, nous pensons que l’acte de Marmoutier de 1040-1060 mentionnant une vicaria ne désigne pas Vitré mais Marcillé. Cependant l’imprécision du texte ne permet pas de trancher59. Quoi qu’il en soit, il est certain que Marcillé et Martigné furent les centres de commandement d’un territoire. Ils auraient dû engendrer des doyennés si leurs châteaux n’avaient pas joué un moindre rôle en raison des modifications territoriales qui bouleversèrent la région vers 1050. En effet, à cause du conflit entre Conan II et le comte d’Anjou, le château de Martigné est abandonné, celui de Marcillé décline tandis que La Guerche constitue la nouvelle forteresse clé de la région. Il s’ensuivit un recentrage sur le pôle de La Guerche et Rannée (l’église mère) aux dépens de Martigné et des paroisses d’Éancé, Fercé, Noyal-sur-Brutz et Villepot60. N’appartenant pas à l’origine au diocèse de Rennes, ces dernières ne pouvaient donc pas être englobées au haut Moyen Âge dans un doyenné du Rennais. Quant à Marcillé, il est étrange que son doyenné de référence se situe à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Rennes. Cette situation résulterait de l’éclatement de son territoire après la création de La Guerche. Cette évolution est tout à fait comparable à celle de Vieux-Vy. Elle montre également une dissociation entre le ressort des doyennés et celui des seigneuries châtelaines : si Marcillé est rattaché au doyenné de Rennes-ouest, il est, en revanche, intégré dans le territoire du castrum de Vitré61.

  • 62 La seigneurie de Châteaugiron est petite et éclatée en différents territoires. Cf. carte 5 p. 189.
  • 63 ADIV, 1F432.

28Les origines des doyennés de Bain et de Châteaugiron sont pour nous beaucoup plus énigmatiques, sans doute parce que la région est très peu couverte par les actes jusque vers 1150, voire au-delà, et qu’elle est peu structurée par des seigneuries châtelaines62. Le doyenné de Bain, mentionné en 122463, ne renferme aucun centre antique notable. Il a été constitué sur les ressorts épiscopaux nantais et rennais. Celui de Châteaugiron a pour centre le château de ce nom dont la localité ne semble pas très ancienne.

  • 64 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 263.
  • 65 La localisation du pagus minor Orcheus est mal déterminée. R. Couffon le situait à l’ouest du Coue (...)
  • 66 « Canonici quoque S. Sansonis concesserunt ea conditione ut neminem sine ex burgensibus castri sin (...)
  • 67 Dom Morice, 693-694, 857-858, 1050 ; Rigord, Gesta…, t. II, p. 165. H. Bourde de la Rogerie et R. (...)

29Les doyennés de Châteaubriant et de Dol sont démesurément grands avec respectivement 50 et 60 paroisses environ. Le second correspond au cœur du diocèse de Dol, issu lui-même du patrimoine de l’antique monastère de ce nom, ce qui ressemble fort à la situation du doyenné de Redon, modelé sur les possessions de son abbaye64, et peut-être aussi à celle de Châteaubriant avec son monastère, Béré. La constitution du diocèse de Dol sous Louis le Pieux aurait entraîné une dilatation extrême de son territoire au détriment du diocèse d’Alet. Cette hypothèse expliquerait la petitesse du Clos-Poulet (une dizaine de paroisses), la forme disloquée de celui de Bécherel et peut-être le fait que personne n’a pu localiser le pagus minor Orcheus, mentionné dans les vies des saints Judicael et Méen65. Le doyenné de Dol correspond aussi à un ancien pagus minor appelé Ratel ou Clos-Ratel évoqué dans la vie de saint Tudual. Cette identification est clairement établie dans les textes du xie au xiiie siècle. En 1078/79, une notice sous-entend que la villa de Mezvoit, la future Abbaye sous Dol, faisait partie du Ratel66. Près d’un siècle plus tard, en 1168-1173, un acte de Henri II Plantagenêt place l’abbaye du Tronchet dans ce pagus minor. Hasculf de Subligny porte, dans une notice de Marmoutier, les titres de seigneur de Combourg et de Ratel (Ego Hasculfus Dei gratia Dominus Comburnii & Ratelli). Ce dernier nom concerne bien évidemment la région de Dol dont les seigneurs de Combourg étaient avoués depuis le début du xie siècle. Une même interprétation ressort de la Philippide, lorsque Guillaume le Breton précise que la cité de Dol fut prise en 1202 et que les Brabançons dévastèrent tout le pays de Ratel jusqu’à Rennes. En 1226, l’évêque de Dol devait à l’ost ducal douze milites du Ratel dont la localisation correspond au doyenné de Dol et à ses deux enclaves de Saint-Coulomb et Saint-Ideuc, sises dans le Clos-Poulet (…milites in Ratello debebant servitium exercitus D. Episcopo Dol67).

  • 68 Nouveau recueil d’actes inédits…, 7.

30Le doyenné de Bécherel est une curieuse construction. Son chef-lieu Bécherel, où fut implanté un château, ne semble pas d’une haute antiquité. Les localités les plus importantes du haut Moyen Âge sont incontestablement Tinténiac et surtout Combourg dont le château remonte à la première moitié du xie siècle. Cette dernière agglomération fut le siège d’un doyenné comme l’indique un acte de 123568 alors que celui de Bécherel n’est cité qu’un siècle plus tard. Cette « anomalie » pourrait correspondre à une distinction entre ressorts ecclésiastique et laïque : le territoire du château de Combourg ne correspondrait plus à un chef-lieu de doyenné après 1235 et aurait été, ensuite, englobé dans une circonscription purement religieuse comprenant une partie du ressort de la forteresse de Bécherel.

  • 69 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 344.

31Cité en 115469, le doyenné d’Aubigné avec sa douzaine de paroisses est de taille modeste. Son chef-lieu ne possède pas les caractères d’un centre antique à l’inverse du pôle Hédé-Bazouges-sous-Hédé et de son château mentionné au xie siècle qui aurait dû donner son nom à son doyenné d’appartenance. La constitution de cette entité religieuse reste pour nous mystérieuse.

  • 70 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 134-136, 206, 221, 225-226, 263.
  • 71 P. Guigon, « Rallion en La Bouëxière : cimetière militaire ou nécropole paroissiale ? », dans Mond (...)
  • 72 «… terram de Landa Hugonis, sicut fluviolus qui dicitur Isla secernit eam a foreste, […]. Sciant p (...)
  • 73 Saint-Melaine, f° 19, 115.
  • 74 Si les doyennés ne quadrillent pas encore systématiquement l’espace au xiie siècle, en revanche, l (...)

32La paroisse de Rennes, chef-lieu de deux archiprêtres dont les ressorts sont localisés à l’est et à l’ouest la cité épiscopale, n’appartient à aucun doyenné. Celui de Rennes-est pourrait correspondre à l’ancien territoire de Rennes, sa quinte s’étendant sur un rayon d’une quinzaine de kilomètres. La structure du doyenné de Rennes-ouest est plus étrange. Enserré entre les territoires de Rennes, Vitré et Vendel, il est caractérisé par la présence d’importants massifs boisés, ceux de Rennes, Liffré, Chevré et Saint-Aubin-du-Cormier appelés autrefois forêt de Rennes. La relative rareté des sites gallo-romains de cette région indiquerait que ce secteur était jadis peu occupé70. En tout cas, aucun centre important et fédérateur n’a pu être repéré. Cette région aurait été colonisée et structurée petit à petit à l’époque gallo-romaine et au Moyen Âge. Le monastère de Gahard, remontant sans doute à l’époque carolingienne, et des tentatives de créations ou les disparitions de paroisses comme Rallion, Sérigné, Saint-Sulpice, Liffré, Saint-Denis, Saint-Aubin ou Saint-Pierre (respectivement dans les forêts de Rennes, Saint-Aubin-du-Cormier et de Saint-Pierre ou de Liffré71) en seraient la preuve. Ce faible peuplement n’aurait pas empêché la naissance d’anciennes paroisses comme Izé, Livré ou La Bouëxière. Dans ce vaste territoire au réseau de sanctuaires en voie d’élaboration, l’univers de la foresta semble dominer. Or ce type de territoire était soumis à un droit spécial le soustrayant à l’encadrement paroissial. C’est ce qu’indique un acte de 1085 rappelant que la Lande Hugan n’était soumise à aucune paroisse parce qu’elle appartenait à la foresta de Bourgouët72. En allait-il de même pour l’encadrement des doyennés ? En 1170, les églises de Noyal-sur-Vilaine et de Brécé ne faisaient partie d’aucun doyenné. Un autre acte de 1156-1161 de Saint-Melaine précise que celles de Cornillé et Saint-Aubin-des-Landes suivaient la même règle ; il fut prouvé par procès que cet état remontait au moins au milieu du xie siècle73. Il est étrange alors de constater que la paroisse de Noyal-sur-Vilaine et sa trève, Brécé, étaient rattachées au lointain doyenné de Rennes-ouest et que celle de Cornillé et de Saint-Aubin-des-Landes étaient comprises dans celui de Rennes-est vers 1330. Qu’en conclure ? Ne serions-nous pas encore en partie dans l’univers de la foresta au xiie siècle dans lequel le réseau paroissial, en voie d’achèvement, serait toujours exclu de l’organisation des doyennés74 ? Cela n’est évidemment qu’une simple hypothèse, toujours est-il que vers 1330 toutes les églises du Rennais appartenaient à un doyenné excepté les prieurés de Saint-Sauveur-des-Landes, la Trinité de Fougères, Gahard, Sainte-Croix de Vitré et Martigné qui bénéficiaient d’une exemption épiscopale.

33Ainsi, les chefs-lieux de doyennés correspondent souvent au siège d’un château majeur (et d’un château mineur pour Aubigné). Uniquement deux d’entre eux n’ont pas abrité de forteresses (Bain, Vendel). En revanche, il y a rarement correspondance entre le ressort du château et celui du doyenné car les deux structures semblent s’émanciper l’une de l’autre vers 1050. Cette distinction serait une des conséquences de la séparation plus accusée entre les mondes laïque et religieux. Par ailleurs, la géographie des doyennés du Rennais semble être liée à celle des pagi minores eux-mêmes issus de plus anciens territoires dont certains remonteraient à la protohistoire. Cependant, les aléas de l’histoire ont pu transformer, parfois dès le haut Moyen Âge, ces antiques centres de peuplement et ou de commandement. Dans d’autres cas, il y a une remarquable continuité à travers les âges entre le pagus minor, le doyenné et le siège de la seigneurie châtelaine comme à Vitré. Mais de tels liens entre ces trois entités soulèvent le problème de la filiation château-vicaria. Examinons-le sans plus tarder.

Le problème des vicariæ

  • 75 M. Garaud, « L’organisation…», p. 444 ; du même auteur « La construction des châteaux…», p. 54-78.
  • 76 A. Debord, La société laïque…, p. 90 et 122-124.
  • 77 J.-P. Brunterc’h, « Le duché…», p. 89-92 ; O. Guillot, Le comte…, planche 1 et pour le Craonnais J (...)

34Cette analyse des ressorts des châteaux, des doyennés et de leurs centres soulève une série de questionnements. Premièrement, les évolutions entre pagus minor et doyenné restent difficilement compréhensibles particulièrement pour les territoires d’Aubigné-Hédé-Bazouges ou Bain. De plus, certains rattachements de paroisses éloignées de leur doyenné restent inexpliqués : Luitré appartenait au Vendelais mais relevait de l’archiprêtre de Vitré vers 1330. Ensuite, parce que la délicate question des vicariæ qui constituent en principe une circonscription de base à l’époque carolingienne n’est pas abordée. Or celle-ci est complexe et les différentes recherches qui lui ont été consacrées ont livré des conclusions contrastées. Pour M. Garaud, il y a souvent une filiation entre les vicariæ et les châteaux en Poitou et les pagi minores qui n’ont pas abrité de château périclitèrent rapidement75. Cette correspondance est aussi soulignée par A. Debord, mais elle est rare : sur 36 vigueries charentaises, seules 5 ont donné naissance à des châteaux76. En revanche, l’inventaire de vicariæ en Neustrie dressé par J.-P. Brunterc’h montre qu’un certain nombre d’entre elles ont souvent servi d’assiette à une forteresse. Par exemple, sur les 8 vicariæ d’Anjou, 6 reçurent un château77.

  • 78 J.-P. Brunterc’h, op. cit., p. 106-107.

35Quatre vicariæ sont citées dans le Rennais : Laillé en 850, Pancé en 855, Saint-Médard-sur-Ille en 1009-1019 et Marcillé-Robert ou Vitré vers 1040-106078. Cette dernière vicaria (quelle que soit l’identification choisie) correspond à un territoire ancien avec un chef-lieu important. Marcillé et Vitré ont d’ailleurs abrité des châteaux. En revanche, assimiler Laillé, Pancé et Saint-Médard-sur-Ille à des centres majeurs de l’époque carolingienne est problématique car toutes les recherches archéologiques ou historiques le démentent. Dès lors trois hypothèses peuvent être avancées :

  • Les vicariæ correspondent à de simples paroisses comme le suggère N.-Y. Tonnerre79.
  • Pour É. Lorans80, les vicariæ ont eu des centres multiples qui ont changé durant les quelques deux siècles de leur existence. Pour le Rennais, cette hypothèse prendrait corps au regard des changements de chefs-lieux que connurent certains doyennés. Les doyens de Fougères étaient basés en 1127 à Fougères, en 1199-1203 à Louvigné et, à l’époque moderne, le recteur de Billé (dans le doyenné du Vendelais !) était archiprêtre de Fougères. Il en est de même pour le doyenné de Châteaugiron où deux doyens sont mentionnés en 1168-1178 et où le recteur de Janzé était systématiquement le doyen de Châteaugiron à l’époque moderne81.
  • D’après J.-F. Boyer, la vicaria était organisée à partir d’un centre important et ancien « mais comportait aussi un domaine rural servant sans doute de dotation ou de résidence au vicarius en charge de la vicarie. Cette dernière était affectée du nom de l’un ou l’autre de ces sites ce qui explique la raison pour laquelle des vicariæ ne renvoient pas toutes à des sites majeurs82. »

36Ne travaillant que sur quatre vicariæ, opter pour une thèse plus que pour une autre semble délicat. Cependant, et quelles que soient les trois hypothèses retenues, il est logique que les vicariæ n’aient pas toutes engendré des châteaux, ces derniers ayant surtout été édifiés dans des anciens centres de commandement. Si l’on suit l’hypothèse de J.-F. Boyer ou celle de N.-Y. Tonnerre, les supposés paroisses ou domaines ruraux des vicarii que pourraient représenter Laillé, Pancé et Saint-Médard-sur-Ille, n’ont pas donné naissance à des forteresses. De même, si les centres de vicaria se sont déplacés dans le temps, il apparaît normal que les châteaux n’aient pas systématiquement occupé les anciens centres déchus.

Conclusion

  • 83 En cela, l’analyse archéologique et l’étude des anciennes circonscriptions montrent que la seigneu (...)

37Les différentes hypothèses exposées s’emboîtent les unes dans les autres et permettent de construire un modèle expliquant dans le temps des filiations de territoire. Le pagus minor constituerait une base territoriale orientée vers un centre de pouvoir et/ou de peuplement ancien, remontant dans quelques cas à la protohistoire. Ces entités auraient perduré non sans modification comme le montrerait la grande taille du Ratel devenu terre monastique puis épiscopale. Dès les Carolingiens jusqu’au milieu du xie siècle, le réseau des châteaux majeurs du Rennais et des doyennés se serait élaboré sur cette base. Les abandons de places fortes comme à Martigné, Orange, Villavran et Marcillé-Robert, les créations de nouvelles forteresses comme Fougères, Châteaugiron ou La Guerche, ou encore l’absence de château comme à Vendel auraient entraîné une redistribution de ces centres de pouvoirs et de leurs territoires. Ainsi expliquons-nous la création d’un immense doyenné centré sur le nouveau château de Fougères qui fut détaché du Vendelais, lequel s’est alors atrophié. Des évolutions similaires se seraient produites dans le secteur de Marcillé-Martigné-La Guerche. Les deux premiers châteaux périclitant, la nouvelle forteresse de La Guerche aurait réussi à organiser la région autour d’elle. D’autres territoires auraient été très stables comme le Vitréen parce qu’il n’y aurait pas eu à proximité de nouveau pôle concurrent83. Cette analyse indiquerait que les structures d’encadrement religieux suivaient le même sort que celles relevant du pouvoir laïque avant 1050.

  • 84 « […] pedagium de omnibus rebus ipsius sancti quæ transibunt per castrum vitriacum sive per castel (...)
  • 85 Cf. à ce sujet toutes les difficultés que rencontra Pierre de Dreux lorsqu’il voulut accroître les (...)
  • 86 Nous sommes tout à fait en accord avec A. Debord pour l’analyse des nouveaux châteaux des xiie et (...)

38Puis, le milieu du xie siècle aurait été témoin d’une rupture importante, l’Église ne tolérant plus que la création de châteaux entraînât une modification de ses propres chefs-lieux administratifs. Doyennés et seigneuries châtelaines issus des antiques pagi minores auraient à ce moment suivi un destin différent. Dès lors, le prince ne pouvait plus restructurer aussi facilement qu’auparavant son comté en fonction des aléas politiques parce que l’Église était réticente à voir son diocèse se transformer au gré des conquêtes militaires et diplomatiques des laïcs, ses églises et leurs droits distribués aux milites et ses doyennés modifiés en fonction des nouvelles constructions géopolitiques civiles. Dans ce cadre, il est frappant de constater que les comtes ou tout autre personnage ne purent édifier de nouvelles forteresses dans le Rennais après la seconde moitié du xie siècle. L’émergence du nouveau terme « castellania », qualifiant le ressort des forteresses, est également symptomatique des transformations en cours. Il aurait été conçu pour désigner une réalité différente du pagus minor et du doyenné. Ce mot apparaît en 1067 en Saintonge, en 1060 en Flandre, en 1132 en Champagne, et en 1055-1070 dans le Rennais84. Ensuite, les nouveaux châteaux, comme celui de Saint-Aubin-du-Cormier fondé par le duc vers 1225, n’eurent eu aucun impact sur le ressort des doyennés. Leur territoire castral est d’ailleurs très modeste. La séparation des sphères ecclésiastique et laïque ne permettait plus, même au duc, la création de vastes seigneuries85. Une importante page de l’histoire des seigneuries venait de se tourner86.

Enjeux paroissiaux et localisation des mottes

39La réforme de l’Église aboutit manifestement à une rupture territoriale entre le diocèse et le comté. Au-delà, c’est la répartition des pouvoirs entre les seigneuries châtelaines et les doyennés qui est réorganisée. La paroisse, soit la division territoriale la plus fine du diocèse, ne pouvait pas ne pas être affectée par cette transformation majeure. Le débat sur les « restitutions » des biens d’église qui transparaît à cette époque illustre une autre dimension de la césure entre les pouvoirs laïque et religieux. La dispersion originale des mottes dans le tissu paroissial est un autre témoignage de l’ampleur de la réforme de l’Église.

Motte de vieux peuplement ou motte de défrichement ?

  • 87 Cf. plans 3 p. 31 et 15 p. 45 (le ruisseau de Dézerseul sert de limite paroissiale).
  • 88 Ces pourcentages ont été calculés de la façon suivante : nous avons établi un rapport entre les di (...)

40Lors de nos prospections archéologiques, nous avions été frappé par le nombre important de mottes localisées en périphérie de paroisse87. Par rapport au tissu paroissial de l’Ancien Régime, l’emplacement des manoirs à motte peut s’évaluer en pourcentage88 :

  • 0,5 % des manoirs à motte ont une position inconnue par rapport à la paroisse89.
  • 10,5 % sont localisés près des églises paroissiales.
  • 36,5 % sont situés dans des positions intermédiaires.
  • 52,5 % sont en périphérie de paroisse (dont 31 % juste en limite de paroisse).
  • 90 A. Debord, « Le mouvement de paix…», Château et territoire…, p. 16.
  • 91 G. Fournier, « La mise en place…», p. 508 et 527-528 ; J. Avril, « La « paroisse » dans la France (...)
  • 92 Guillotel, 19.
  • 93 « […] per omnes enim novem circumjacentes parrochias, hoc est quantumcumque extenditur Lupicini vi (...)

41Cette analyse territoriale de l’emplacement des manoirs à motte revient à considérer que certaines limites de paroisses étaient en place au xie siècle, c’est-à-dire lorsque les mottes se multiplièrent. Or les historiens sont très partagés sur cette question. A. Debord considère que le tissu paroissial du xie siècle n’est pas continu. Il suppose même que la paroisse n’était pas définie par une limite linéaire90. Ne faut-il pas admettre, avec beaucoup d’autres analyses, que l’instauration de la dîme par les Carolingiens a constitué un des éléments de l’assise juridique et territoriale de la paroisse avant le xie siècle ? G. Fournier et J. Avril le confirment en précisant qu’elles étaient déjà clairement délimitée quand apparurent les seigneuries châtelaines91. Pour le Rennais, le territoire paroissial est bien en place dès les premiers textes. En 1040-1047, la villicatio de Louvigné était constituée de neuf paroisses. Entre 1008 et 1019, les frontières de Gahard correspondent à celles des paroisses de Saint-Aubin d’Aubigné, Sens, Vieux-Vy et Mézières92. Plus de vingt ans après, un acte de l’obédience de Gahard précise où se situait la limite paroissiale la séparant de Vieux-Vy93. Elle perdurera jusqu’à nos jours. Ainsi, dans un certain nombre de cas, nous pouvons considérer que les mottes furent installées volontairement en limite de paroisse.

  • 94 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 289-295.
  • 95 « […] terram de Landa Hugonis, sicut fluviolus qui dicitur Isla secernit eam a foreste […]. Sciant (...)
  • 96 Par exemple, Mondevert fait partie de ces rares paroisses créées sur la forêt (ADIV, 6H34, 1 ; Vit (...)

42Cependant, si certaines paroisses étaient bien constituées avant le xie siècle, il est certain que le réseau restait inachevé. A. Chédeville considère que 10 à 20 % d’entre elles furent sans doute créées entre le début du xie et la fin du xiiie siècle en Bretagne94. Cette multiplication des paroisses dut se réaliser selon deux modalités : l’une concernait des créations faisant reculer la foresta, ce territoire encore hors paroisse au xie siècle95 ; l’autre, de loin la plus fréquente, visait à subdiviser des terroirs paroissiaux déjà existants96.

  • 97 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 358-359.
  • 98 Soulvache était encore une chapelle dépendante de Rougé jusqu’au xviiie siècle.
  • 99 Elle fut élevée au rang d’église le 1er juillet 1827. A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 2 (...)

43L’apparente plasticité du réseau paroissial jugulerait toute velléité de localisation des mottes par rapport aux églises des xie et xiie siècles. Cependant, lorsque les textes permettent de connaître l’évolution du réseau paroissial, le pourcentage de mottes périphériques à ces territoires tend à s’accroître aux dépens de celui des localisations en « position intermédiaire » ou proches d’une église. Par exemple, la motte anonyme distante de 1,3 kilomètre au nord-est de l’église de La Chapelle-Thouarault n’est plus à classer en « position intermédiaire ». En effet, ce sanctuaire ne fut érigé au rang d’église paroissiale que le 15 mai 1564. Auparavant, La Chapelle-Thouarault était une dépendance de l’église mère de Mordelles97. Une telle donnée modifie le classement de cette motte, qui passe dans la catégorie des sites en limite de paroisse, car implantée à 6,3 kilomètres du centre paroissial du Moyen Âge central. De même, la motte des Ponts, sise à 300 mètres au nord de l’église de Soulvache, était autrefois éloignée de 5,7 kilomètres de l’église d’origine appelée Rougé98. En revanche, le fait que Landavran ait été une chapelle d’Izé au moins jusqu’au début du xixe siècle99 ne change rien dans notre classement.

  • 100 En 1245, Saint-Aubin-du-Pavail avait le rang de paroisse. ADLA, H113, 24.
  • 101 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant…», acte 1 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. (...)

44Certains cas peuvent être relativement complexes. Par exemple, la Motte de Chaumeré se situait en Saint-Aubin-du-Pavail pendant l’Ancien Régime, tout près de la limite de la paroisse de Chaumeré. Mais en 1028-1049 le sanctuaire de Saint-Aubin-du-Pavail faisait partie de la villa de Piré tout en étant désigné comme église, ce qui pourrait signifier qu’il dépendait autrefois de Piré et/ou qu’il était en passe de devenir autonome100. Une évolution similaire peut être supposée pour Chaumeré par rapport à Piré au regard de la mention tardive de son église (en 1427101) et du découpage paroissial. Cependant, il est difficile de dater avec précision ce démembrement probable et d’attester que la Motte de Chaumeré fut installée avant, pendant ou après l’établissement des paroisses de Chaumeré et Saint-Aubin-du-Pavail. Dans le cas présent, quelle que soit la solution choisie, la Motte de Chaumeré était soit proche de la limite paroissiale de Piré, soit en Saint-Aubin-du-Pavail juste de l’autre côté de la frontière paroissiale de Chaumeré.

  • 102 Saint-Melaine, f° 38r.
  • 103 Saint-Sulpice, 62, 66, 79, 231. Pour la date d’édification de la motte, cf. M. Brand’Honneur, « Le (...)
  • 104 Saint-Sulpice, 96.
  • 105 Saint-Melaine, f° 56 r ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 363-364.

45Le pourcentage de mottes, sises près d’une église au moment de leur édification, est certainement surévalué étant donné que le réseau paroissial s’est étoffé dans le temps. Ainsi, la motte de Montgermont se situe au pied d’une église qui était encore en 1213 une chapelle dépendante de Pacé102. La motte de Sérigné fut édifiée avant la chapelle de ce nom construite en 1164, érigée en église avec son territoire l’année suivante, avant d’être officiellement reconnue comme paroisse en 1199-1202103. De même, l’église du Tiercent, citée pour la première fois en 1221104 et près de laquelle se dressait une motte, pourrait n’avoir été qu’une simple chapelle au regard de l’extrême exiguïté de son ressort paroissial. Tous ces sites considérés dans nos calculs comme localisés au pied des églises paroissiales ne l’étaient pas à l’origine. En revanche, la chapelle de Fontenay, contiguë à une motte, était autrefois église paroissiale puis déchue de son rang au profit du sanctuaire Saint-Martin de Chartres au plus tôt en 1280105. Cependant, de telles rétrogressions statutaires sont rarissimes. Même s’il est souvent difficile de faire la part des choses, le nombre de mottes localisées près des églises paroissiales paraît surestimé, peut-être du double. Inversement, le pourcentage de 52,5 % de mottes sises aux confins des territoires paroissiaux pendant les xie et xiie siècles est minimisé, mais dans une proportion plus délicate à évaluer.

  • 106 A. Debord, « L’église, le château et l’organisation de l’espace dans l’ouest de la France, xe-xive(...)
  • 107 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 374.

46Cet emplacement des mottes en limite de paroisse, ou du moins en marge de l’église et de son finage, a déjà été maintes fois souligné en Alsace, dans le Maine, le Cinglais, la Champagne, la région du lac de Paladru, le Vendômois… En Charente, un peu plus de 22 % des mottes sont situées aux frontières des paroisses et près de 39 % d’entre elles sont totalement isolées des actuels habitats tandis que 36 % sont dans ou près des bourgs. En revanche, 63 % des enceintes et mottes du Pays-de-Caux sont liées au bourg106. Nos données se rapprochent beaucoup plus de celles de J.-C. Meuret étudiant le secteur des marches séparant la Bretagne et l’Anjou : 64 % des mottes sont implantées en périphérie de paroisse tandis que 15 % se trouvent au centre même des bourgs107.

  • 108 M. Fixot, « Les fortifications de terre…», p. 62-65 ; J. Le Maho, « L’apparition des seigneuries c (...)
  • 109 J. Decaëns, « La motte d’Olivet…», p. 190-191 ; M. Colardelle et C. Mazard, « Premiers résultats…» (...)
  • 110 A. Debord, La société…, p. 136 ; du même auteur, « À propos de l’utilisation…», p. 96.
  • 111 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 379.
  • 112 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 108 et note 200 de la même page.
  • 113 J. Burnouf, La motte castrale…, t. I, p. 175-180 et 311.
  • 114 G. Fournier, Le peuplement…, p. 399.
  • 115 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 376-381.

47Ces localisations furent souvent interprétées comme étant consécutives à des défrichements108 et, parfois, un tel parallèle a pu être établi par l’étude approfondie d’un site. Par exemple, grâce à l’examen des pollens, J. Decaëns a déterminé que l’édification de la motte d’Olivet (Calvados) est contemporaine d’un défrichement voisin. De même, les mottes de la région du lac de Paladru, finement étudiées, sont liées à des terroirs de colonisation. Cependant, celles du Romanais, analysées par la même équipe, sont surtout localisées dans les vieux terroirs109. Pour la Charente, A. Debord affirme que la motte a tenu un rôle important dans la conquête de nouvelles terres. Il suggère même que ces tertres auraient pu servir de refuge à des paysans-défricheurs110. Mais, comme le souligne J.-C. Meuret, la démarche de l’historien charentais repose sur une évaluation globale de la répartition des mottes. Or, ce type de site « est l’expression d’un micro-pouvoir et le centre d’un micro-terroir. Son étude ne peut donc se résumer à un survol, à l’échelle d’un département ou même d’un canton ; elle nécessite au contraire une suite de micro-études qui en donnent une connaissance fine111… » Conscients de la nécessité d’analyses précises, d’autres spécialistes ont avancé des réponses plus nuancées. D. Pichot112 relie certaines mottes à des défrichements mais émet un avis prudent en attente d’études archéologiques plus étendues. De même, J. Burnouf113 avoue que la recherche manque souvent d’éléments pour livrer des conclusions assurées. Quant à G. Fournier114, il notait la juxtaposition spatiale des mottes et des mises en valeur du sol sans pour autant affirmer que les deux phénomènes étaient simultanés ou connexes. C’est ce que montre J.-C. Meuret dans trois cas pour le secteur de marche Anjou-Bretagne : la Cour de La Roë, Ballots et la Grande Grange où les mottes, après études fines des sites et de leur environnement, sont antérieures à des défrichements repérables. Ces dernières ont été engagées par des établissements monastiques installés après l’édification de ces tertres. D’autre part, les mottes de cette région sont localisées dans les anciens terroirs. Les secteurs plus tardivement mis en valeur, comme les franges des forêts de Juigné, Javardan, Araize, Teillay entourant la seigneurie de Châteaubriant, ou la lisère nord de la forêt de La Guerche ont de très faibles densités de mottes. Celles-ci sont également absentes des paroisses nées des défrichements monastiques des xie et xiie siècles comme à Mondevert115.

  • 116 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 189-190 et 320. Ceci n’est pas spécifique à la B (...)
  • 117 AN, L 968, 289.

48Nos investigations sur l’ensemble du Rennais confirment les hypothèses de J.-C. Meuret pour le secteur de La Guerche-Craon. N.-Y. Tonnerre les généralise à la Bretagne et plus particulièrement au Nantais et Vannetais où les manoirs à motte sont avant tout implantés dans des zones déjà peuplées116. Ce fut le cas pour ceux du Rennais, même lorsqu’ils sont localisés en limite de paroisse. Ainsi, la plus forte densité de mottes se retrouve dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour de l’antique cité de Rennes. De plus, elles sont particulièrement rares dans les zones tardivement défrichées comme celles de Liffré, Saint-Aubin-du-Cormier, ou des forêts du Mesnil ou de Tanouarn. Lorsque des mottes sont repérées près de secteurs boisés, maints éléments indiquent qu’elles sont liées avant tout à l’exploitation du fer. Tel est le cas du Plessis aux Chats, de Dézerseul, du Masse et peut-être de la Motte de Sévailles. Cette dernière fut édifiée dans un site déjà occupé puisque l’évêque de Rennes y possédait une chapelle qu’il donna aux moines cisterciens de Savigny en 1141-1156117. Si des défrichements sont repérables autour de cette motte, rien n’indique, comme pour la Cour de La Roë, Ballots et la Grande Grange, qu’ils soient contemporains de la motte. En revanche, il y a de fortes chances que la présence des moines de Savigny soit concomitante du recul de la forêt. Mais le cas de la Motte de Sévailles, qui peut être sujet à caution, est unique.

  • 118 D. Pichot, « La grange…», p. 23-30.
  • 119 La lecture systématique de tous les anciens cadastres du Rennais permet de repérer de nombreux déf (...)

49D’autres arguments infirment la thèse d’une corrélation motte-défrichement. Les paroisses nées des défrichements monastiques n’ont pas de motte comme à Saint-Sulpice, Le Tronchet ou Mondevert. La présence des moines n’était-elle pas alors concurrente de celle des chevaliers à motte ? Plus encore, aucun des quelque 225 manoirs à motte inventoriés, sauf celui de la Motte de Sévailles mentionné plus haut, n’est associé à des toponymes ou à des parcellaires caractéristiques des défrichements à la différence des granges cisterciennes comme celles de Chamfleury ou de Fayel118. On peut toujours arguer que les moines se livraient à des défrichements mieux organisés que ceux des chevaliers à motte : ces derniers auraient ainsi laissé peu d’indices visibles de nos jours. Cette hypothèse résiste mal à l’épreuve des faits. Ainsi, de nombreux défrichements anonymes (de simples initiatives paysannes ?) ont laissé des traces119 et on ne voit pas pourquoi il n’en serait pas de même pour les manoirs à motte dont le finage a été durablement marqué par la présence d’étangs, de moulins, de bois, et surtout de parcellaires elliptiques trahissant la présence du cheval.

Plan 37 : Le finage du manoir de la motte de Bésiel à cheval sur deux paroisses d’après les cadastres de 1827 annotés

Plan 37 : Le finage du manoir de la motte de Bésiel à cheval sur deux paroisses d’après les cadastres de 1827 annotés

1 motte
2 enceinte
3 parcellaire ovale

Plan 38 : La motte du Rocher Portail en La Selle et son château de l’époque moderne en Saint-Brice d’après les cadastres de 1833 annotés

Plan 38 : La motte du Rocher Portail en La Selle et son château de l’époque moderne en Saint-Brice d’après les cadastres de 1833 annotés

1 motte
2 étang
3 moulin
4 château du xviie siècle

  • 120 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 82.
  • 121 Ateliers de potiers…, p. 87.

50Parfois, des preuves archéologiques confirment que certaines mottes, en périphérie de paroisse, n’ont rien à voir avec des défrichements. Par exemple, la motte de Trémagouët a été élevée à l’aide de remblai contenant des tegulæ. Ce type de vestige a été retrouvé à plusieurs reprises près de mottes comme à proximité de celle des Tertrais120. Bien sûr, une rupture dans l’occupation de ces sites entre l’époque gallo-romaine et le xie siècle est toujours possible. Toutefois, la découverte de céramiques carolingiennes à Maillechat, où se trouve une motte, montre une continuité certaine de l’habitat121.

  • 122 Des cas similaires ont été repérés par D. Barthélemy. Par exemple, la motte de Rocheux est séparée (...)

51De plus, la localisation de plus de la moitié des manoirs à motte, établis en limite de paroisse ou à cheval sur deux paroisses, suggère des stratégies d’implantation difficilement attribuables, on l’a vu, à la mise en valeur de nouvelles terres. Certaines mottes sont circonscrites par un fossé reprenant un cours d’eau servant de frontière paroissiale : la Motte d’Ercé, du Pontbriand ou du Bois de Labeau (carte 3 p.153) sont respectivement érigées au pied du Semnon, de la Vilaine et de la Seiche. D’autres sites ont été implantés sur deux paroisses. La motte de Bésiel (plan 37) est en Visseiche alors que son enceinte circulaire (et peut-être son parcellaire ovale ?) se situe en Bais. La motte du Guesneau en L’Hermitage est localisée juste au pied de la Flume, alors que son enceinte circulaire fut élevée en Pacé, à une dizaine de mètres de la butte. La motte dite le Grand Pallière (plan 32 p.196) est en Moutiers et son moulin et son parcellaire elliptique se situent en Saint-Germain-du-Pinel. Les sites à motte ont souvent donné naissance à des manoirs édifiés juste de l’autre côté de la limite paroissiale. L’actuel château d’Artois se dresse en Mordelles alors que sa motte est juste en face, en Talensac. Le château du Rocher est en Saint-Brice-en-Coglès et sa motte en La Selle-en-Coglès (plan 38). Plus rarement, les quelques parcelles entourant une motte, comme le domaine proche de celle de Lancé situé en Noyal-sur-Seiche (plan 39), forment une véritable enclave dans la paroisse voisine, en l’occurrence Châtillon-sur-Seiche. De même, la motte du Moulin des Châteaux est localisée à Monthault alors que son manoir et son moulin ont été construits dans une excroissance du territoire de la paroisse voisine, Mellé122.

Plan 39 : Le manoir à motte de Lancé en Noyal-sur-Seiche d’après le cadastre de 1813 annoté

Plan 39 : Le manoir à motte de Lancé en Noyal-sur-Seiche d’après le cadastre de 1813 annoté
  • 123 « Les fortifications de terre…», p. 8-11.

52La position des manoirs à motte en périphérie de paroisse est donc un phénomène central puisqu’il concerne au moins 52,5 % des cas étudiés. De plus, bon nombre d’entre eux semblent jouer de leur emplacement sur deux paroisses (31 %). Ces localisations sont donc par nature différentes de l’habitat isolé de l’ouest de la France, même si, au bout du compte, elles y participent à leur façon. Les possesseurs des mottes auraient ainsi voulu se démarquer d’une emprise de l’Église dont la circonscription de base était justement constituée par la paroisse. Une telle hypothèse est renforcée par la concordance chronologique de la diffusion des mottes, de la réforme grégorienne et des transferts des églises aux moines à partir de la seconde moitié du xie siècle123. En raison de leur caractère contemporain, une éventuelle imbrication de ces éléments dans une société médiévale profondément structurée par le fait religieux mérite de retenir l’attention.

De difficiles transferts de biens d’églises par les chevaliers

  • 124 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 67v-68r ; ADML, H 3713, f° 72v à 73v.
  • 125 J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 34-35, 39 et 62-64 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 279-280 et (...)

53Pour approfondir l’hypothèse d’une relation entre l’édification des manoirs à motte en périphérie de paroisse et la vague de rétrocessions des droits sur les églises et monastères à l’institution religieuse, il convient d’examiner de près le statut des détenteurs d’églises. Ce sont essentiellement les milites qui les possédaient. Par exemple, à Châtillon-en-Vendelais, plusieurs milites tiraient des revenus de l’église paroissiale124. Parfois, de véritables réseaux de milites peuvent être mis en évidence comme dans le secteur de Châteaubriant. J.-P. Brunterc’h a montré que la base foncière d’une importante parenté, dont les premiers membres connus vivaient pendant la première moitié du xie siècle, provenait en partie du temporel des évêques de Nantes. Il s’agit de Rivallon de Soudan et de son frère, Tudual ou Teher. Rivallon de Soudan était basé dans la paroisse de ce nom où se dressait une motte (carte 4 p.181). Les fils de Teher sont bien identifiés. Merihen de Moisdon était implanté dans la paroisse de ce nom, à la Chaussée, dans un manoir à motte. Main Britto semble s’être implanté à Ercé où il avait une motte et des biens. Hervé de Rougé et sa descendance détiennent deux sites à motte, à Soulvache, une trève de Rougé, et à La Chapelle-Glain ; ils perçoivent les dîmes dans ces paroisses ainsi qu’à Saint-Julien-de-Vouvantes. Guidenoc, fils de Teher, eut deux enfants, Brient Bovos et Bovus de Coësmes. Le premier et sa descendance, peut-être liés au Bois Briant en Châteaubriant, avaient des droits en Ercé, Juigné, Moisdon et à Issé. Bovus de Coësmes s’établit dans le Rennais, dans la paroisse de ce nom où il avait un manoir à motte, au Bois de Sainte-Christine. Ce dernier, ou ses successeurs, possédait des biens à Ercé-en-Lamée, Juigné, Fercé, dans la paroisse de Saint-Jean de Béré et à Châteaubriant. Moyses d’Erbray, dont aucun indice n’indique qu’il était apparenté à ce premier groupe, habitait à Erbray où il avait un manoir à motte au Châtellier et bénéficiait des dîmes à Saint-Julien-de-Vouvantes et à La Chapelle-Glain et des terres et des droits sur l’église de Juigné. Or, presque tous ces biens et les localisations des manoirs à motte de ces milites dépendaient de la mense épiscopale des prélats nantais sous les règnes de Louis IV et de Lothaire. Il s’agit d’Issé, Nozay, Béré, Ercé-en-Lamée, Fercé, Soudan, Erbray, Juigné-les-Moutiers, Saint-Julien-de-Vouvantes et des villæ de Courjon et de la Brée en Soudan125.

  • 126 « Eo tempore quo plurimas et pene cunctas Redonensis pagi Ecclesias milites Laïci tenebant…», BN, (...)
  • 127 « […] decimam atque sepulturam non stipendiis militum sed potius sustentationi deberi Monachorum, (...)
  • 128 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 64 v-65 r ; ADML, H 3713, f° 93r. J. Boussard a compris cet acte comm (...)
  • 129 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 70 r ; ADML, H 3713, f° 63 r.
  • 130 « Cui episcopus ewangelice respondit ut ea que Cesaris sunt Cesari redderet, et ea que sunt Dei De (...)

54De tels exemples pourraient être multipliés et les possessions d’églises par des chevaliers se retrouvent dans tout le Rennais. La réforme grégorienne du milieu du xie siècle interdisait cette pratique. Certaines notices le soulignent avec force comme cet acte de Saint-Florent de Saumur des années 1022-1055, rappelant le temps où les milites laïques possédaient les églises126, car, précise une autre notice de 1055, les dîmes et sépultures ne devaient pas servir à stipendier les milites mais plutôt à soulager et entretenir les moines, clercs, pauvres et pèlerins127. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre un texte de 1053 de la région de Combourg qualifiant Ébroin de miles stipendarius parce que son dominus lui avait octroyé les dîmes, droits de sépultures, prémices et oblations du monastère de Trémeheuc128. Les droits des chevaliers sur les églises relevaient bien de beneficium militaris129. Or, comme l’indique solennellement une charte de Saint-Sauveur de Redon de 1047 retranscrivant le conseil de l’évêque de Rennes, Main, à un prêtre agissant contre la cupidité, il faut rendre à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu, donc le séculier aux séculiers, l’église aux ecclésiastiques130. Le temps de la réforme grégorienne était donc déjà ancrée dans les esprits de certains moines et évêques et annonce un vaste mouvement de transfert de biens d’églises appartenant précédemment aux milites – détenteurs ou futurs détenteurs de mottes – aux abbayes.

  • 131 Cartulaire de Landévennec, éd. par R.-F.-L. Le Men et É. Ernault, Paris, 1886, 25.
  • 132 L’emploi du nom Cham est de toute évidence une référence biblique (Genèse, V-X). Il est montré com (...)
  • 133 « […] quorumdam suorum perfidia multa perpessi sunt incomoda, ex quorum execrando collegio Gleuden (...)

55Mais les comtes de Bretagne n’attendirent pas les injonctions pontificales pour établir les moines dans les églises. Dès le milieu du xe siècle, Alain II participa à la restauration de l’abbaye de Landévennec131. Les princes bretons portèrent également leur attention sur les établissements de Redon, Saint-Jacut, Saint-Melaine de Rennes, du Mont-Saint-Michel. Rétablir une abbaye était une tâche de longue haleine. Leurs bâtiments furent délaissés pendant de nombreuses décennies à cause de la présence des Scandinaves en Bretagne. Avant d’entreprendre les reconstructions nécessaires, il fallait s’assurer de moyens matériels et avant tout reconstituer le patrimoine monastique. Le prince commençait par donner ou restituer les biens et droits aux abbayes. Mais cela n’allait pas sans difficulté. En effet, ceux-ci, abandonnés par les moines, avaient été, soit largement distribués par les comtes à leurs vassaux laïcs ou ecclésiastiques, soit récupérés par des nobles, voire sans doute par des paysans pour leur propre compte. Dans un tel contexte, il fallait s’attendre à de fortes réticences de la part des nouveaux maîtres de la terre, établis à demeure depuis plusieurs générations, tant l’absence des moines en Bretagne fut parfois longue. Et ces oppositions à la volonté comtale tournèrent parfois rapidement à la révolte comme à Saint-Méen et à Saint-Gildas. Une des raisons de la rébellion de Gleudennus, personnage appartenant de toute évidence à la noblesse bretonne, serait la restitution des terres aux moines de Saint-Méen. D’après le préambule de l’acte de la restauration de Saint-Méen, Gleudennus Judicæl Cham filius132 s’enferma dans un castrum mais les comtes Alain III et Eudes, avec l’aide de leurs milites, le prirent et condamnèrent à mort le révolté. Puis, les deux comtes donnèrent l’église de Gaël133 avec toute la terre et la foresta alentour. Quelque temps après, ils rendirent visite à l’abbaye pour constater les progrès de la rénovation. Si le texte n’est pas très explicite, il est cependant fort probable qu’il y ait un lien entre le préambule de la notice mentionnant la révolte de Judicael et la restitution s’effectuant dans le cadre de l’imminente belle victoire.

  • 134 « […] nam rustici insurgentes contra dominos suos congregantur. At nobiles, juncto secum comite Al (...)

56La vie de saint Gildas est, quant à elle, plus précise. Un moine de Fleury, Félix, est appelé par Geoffroy Ier en 1008 dans le but de restaurer l’abbaye de Saint-Gildas. Découragé devant l’ampleur de la tâche à accomplir, Félix ne persévéra qu’à la demande expresse de la duchesse, Havoise, et de l’évêque de Vannes, Judicael. Il se mit donc à l’ouvrage, construisant provisoirement de modestes logettes, puis restaura l’église, édifia des maisons, défricha le sol et planta des vignes et des pommiers. L’abbaye redevenait attrayante et attirait de nouveaux disciples. Mais, après seize ans de travail, c’est-à-dire en 1024, Félix dut rejoindre son monastère d’origine car il ne pouvait plus vivre en paix au milieu des tumultes agitant alors la région. Il s’agit tout d’abord d’une insurrection de paysans (rustici) contre leurs domini – c’est-à-dire les moines –. D’après la Vita, Alain III, s’étant joint aux nobles, attaqua les groupes de paysans et ceux-ci, allant au combat sans chef et sans prudence, furent massacrés ou poursuivis et dispersés. Ensuite, un noble se révolta contre le comte Alain III, mais il fut également défait. Peu de temps après, grâce à l’initiative de Havoise et sous l’injonction de Gauzlin, abbé de Fleury promu au titre d’archevêque de Bourges, Félix se vit conférer la dignité abbatiale et, après conseil du duc Alain III, des évêques et de nobles, il choisit de se fixer à Saint-Gildas pour achever son entreprise134.

57Ces trois insurrections ne peuvent pas être interprétées comme le resserrement de l’encadrement des hommes dans le cadre de la seigneurie banale pas plus qu’elles n’attestent l’usurpation du pouvoir à l’aide de l’érection de forteresses. À l’époque d’Alain III, aucun noble – hormis les vicomtes d’Alet dans les années 1030 – n’adopte une politique autonome vis-à-vis du prince. Aucun château n’est construit sans son consentement. La puissance du comte est mise à mal en 1047, et encore, sa faiblesse est toute relative ! Cette grille d’interprétation n’explique non plus les révoltes simultanées des paysans et des nobles. Notre interprétation des événements est toute différente. Le travail de restauration de l’abbaye de Saint-Gildas aurait provoqué la dissidence des paysans et des nobles. D’ailleurs, elle cause la fuite du moine Félix. Tout d’abord, la Vita précise que Félix se découragea rapidement devant l’ampleur des travaux… à moins que ce ne fût à cause de la disparition de son protecteur, Geoffroy Ier qui mourut en 1008, l’année de son arrivée en Bretagne. D’ailleurs, Félix y resta parce que Havoise, la femme de Geoffroy Ier, et l’évêque de Vannes, Judicael, continuèrent à soutenir son action, le moine devant récupérer les terres et droits de l’abbaye. Les nobles et paysans, installés sur le temporel de l’abbaye depuis plusieurs générations, se sentirent dépossédés de ce qu’ils considéraient comme leur bien. Les séditions de Saint-Méen et de Saint-Gildas interviennent d’ailleurs à un moment précis du règne d’Alain III, en 1024. Cette année, le duc a fort affaire pour endiguer l’avance normande dans le nord-est du comté de Rennes. Malgré ses défaites sur ce dernier front, le prince, qui est à l’origine de la restauration des abbayes, n’admet pas l’insubordination. Il mate les factieux, qu’ils soient issus des milieux paysans ou nobles.

  • 135 H. Guillotel, « La pratique…», p. 38, acte II.
  • 136 Comme beaucoup d’actes de ce cartulaire, il est mal daté. Il remonterait au xie siècle. Saint-Geor (...)
  • 137 « […] et quod excommunicati sunt quicumque tenent dona Juhelli…», Allenou, 7 et 15.
  • 138 Dom Morice, 567-568 ; ADIV, 6H33 XII, 2 ; La Roë, 57.
  • 139 Dom Morice, 419-421.

58Ces soulèvements illustrent bien toutes les difficultés que rencontrèrent les moines dans la reconstitution du temporel des monastères ou le transfert d’églises appartenant initialement à des milites. Vers les années 1050, les pressions comtales, relayées par celles des légats, évêques et moines, s’accentuent, si bien que le rythme des transferts s’accroît sensiblement et, avec eux, les résistances. En effet, la nouvelle conception ecclésiastique séparant les mondes sacré et profane paraît aller à l’encontre de l’approche légaliste des milites arguant de la légitimité de leurs droits sur les églises. Il s’agissait dans la plupart des cas de biens possédés en toute propriété ou tenus en fiefs, parfois même d’évêques. Cependant, menacés d’excommunication par Léon IX, beaucoup de laïcs restituèrent les revenus tirés des églises comme le souligne l’évêque de Nantes, Airard, en 1050, notamment en parlant de la fondation de Béré par Brient Ier135. Un autre acte de Saint-Georges de Rennes précise que les laïcs, possesseurs de biens d’église, étaient frappés d’anathème136. Et la menace n’était pas lancée en l’air : tous ceux qui bénéficièrent des dons de l’archevêque de Dol, Juhel, destitué seulement en 1076 (ce qui touchait un nombre non négligeable de chevaliers dont les Montsorel que nous aborderons plus loin), furent excommuniés137. D’autres exclusions de l’Église furent prononcées à Combourg, Landéan après une calumnia élevée par le fils de Garnier Bool de Fougères, Arbrissel138… Parfois, les simples chevaliers ne sont pas les seuls en cause : Tehellus de Châteaubriant fut excommunié parce que, d’après Marmoutier, les moines de Redon l’avaient corrompu139.

  • 140 Guillotel, 49.
  • 141 ADIV, 6H33 XI, 4.
  • 142 Dom Morice, 629-631 ; Guillotel, 136 ; ADML, H 3503, 2 et H 3714, f° 86.
  • 143 « Herveus nomine […] deditque Deo et beato Martino atque nobis ipsam æcclesiam et presbiteragium [ (...)

59Dans d’autres cas, certains chevaliers tentèrent d’élever des réclamations sur les églises sans pour autant que l’on sache si elles étaient réellement justifiées. En 1040-1047, des milites de Main II de Fougères prétendirent avoir le droit de présentation et d’entretien du prêtre de Romagné mais il fut prouvé, par témoignage des anciens, qu’il n’en était rien140. Les mêmes milites revendiquèrent aussi des droits sur le sanctuaire de Saint-Sauveur-des-Landes141. Parfois, les transactions se passèrent non sans brutalité. Ainsi l’église de Billé, sa dîme et son cimetière furent violemment enlevés aux religieux de Saint-Melaine. Le texte souligne même que le sang coula. Les fauteurs, inconnus, furent contraints à restituer le sanctuaire et ses droits. Il est possible que Robert II de Vitré soit ici en cause. En effet, excommunié au plus tard en 1130-1131, il usurpa des dîmes aux moines de Saint-Florent installés à Izé que son fils, Robert III, dut ensuite rétrocéder142. Certaines notices permettent de connaître les circonstances de ces « restitutions » mouvementées. Un acte de 1104 détaille les difficultés rencontrées par Marmoutier à Erbrée. L’église du lieu fut donnée par son prêtre, Hervé, qui la possédait héréditairement. Mais les milites et frères nommés Normand, Frotgier et Adam, enlevèrent de force les droits du sanctuaire. Adam, au seuil de la mort, les rendit aux moines et confirma le don du prêtre Hervé. Mais Claritia, épouse d’Eudon fils d’Almodius, réclama, avec ses fils, l’église. Il est dit qu’elle vint frapper à la tête avec un bâton le prêtre de Marmoutier, le même Hervé, pendant que ce dernier officiait. Les clients d’André Ier de Vitré prirent la femme et l’amenèrent dans l’aula du dominus où toute la parenté, composée de ses fils et de leur oncle, dut se rétracter officiellement de leur prétention sur l’église d’Erbrée. Claritia fut même battue avec des verges devant une assemblée de milites parmi lesquels se trouvaient les premiers usurpateurs d’Erbrée ou leurs fils143. De telles aventures devaient susciter bien des inimitiés à l’égard des moines.

  • 144 « viri fortes ». Le mot fortis en latin médiéval peut avoir le sens de fort, grand, puissant, long (...)
  • 145 Saint-Serge, 106.
  • 146 Cette remarque se rapproche de celle d’A. Chédeville pour qui les détenteurs du banc ne furent pas (...)
  • 147 Guillotel, 49 ; « Documents inédits…», 11 et 12 ; ADIV, 6H33 XI, 4.
  • 148 En 1214, Hamelin se démit d’un dîner pour ses sept hommes et cinq chevaux de Chaudeboeuf. ADIV, 6H (...)

60Ces exemples de contestations, voire de violences, pourraient être ainsi multipliés. Ils montrent une chevalerie parfois très hostile aux idées de la réforme grégorienne. Et pour cause, elle impliquait la concession d’une partie de son patrimoine par le biais des transferts de biens d’églises, ce qui mettait en danger son rang en tant que maître d’une ou de plusieurs paroisses ainsi que de ses sanctuaires. Les milites possédant l’église d’Erbrée sont qualifiés d’hommes importants144 de la paroisse car ils en sont les seigneurs, tout comme Rainier de Denée et les fils de Girbaud, Geoffroy et Rivallon, étaient domini de l’église de Gennes entre 1056 et 1076145. Il est possible d’effectuer des distinctions parmi tous ces milites. Ceux dont le rang est élevé, et qui détenaient les principales places fortes du Rennais, ne furent pas les plus virulents. Bien qu’une documentation beaucoup plus abondante les concerne, les seigneurs châtelains auraient été plus conciliants avec les moines, sans doute parce qu’il y avait moins d’enjeu pour eux : leur position à la tête d’une seigneurie châtelaine les plaçait d’emblée dans une position hors du commun146. Tel n’est pas le cas de certaines parentés tirant une partie de leur prestige et de leur pouvoir de la détention d’églises comme à Erbrée. Certains milites étaient d’ailleurs les descendants de desservants de ces sanctuaires. Hermeniot, prêtre de Saint-Sauveur-des-Landes, avait pour fils Pinel, un miles du dominus Main II de Fougères. Pinel concéda l’église de Romagné et le moulin de Troncay (en Saint-Sauveur), non sans réticence et après les prières de sa sœur et les encouragements de Raoul Ier de Fougères. Il éleva également une calumnia au sujet de la villa de Saint-Sauveur qu’il abandonna en renonçant aux cens et mangier contre 110 sous et une domus. Les transactions ayant été sans doute laborieuses, Pinel et ses fils durent partir en pélerinage après ces accords147. Entre 1199 et 1203, son descendant, Hamelin Pinel, miles, possédait encore des droits sur les moines de Saint-Sauveur. Il dut renoncer à ses prétentions héréditaires. Marmoutier lui donna en échange deux dîners annuels pour sept hommes et cinq chevaux et exempta les hommes de Chaudebœuf de toutes coutumes dans le bourg de Saint-Sauveur148.

  • 149 H. Guillotel, « Combour… », p. 269-298.

61Les parentés les plus touchées par la simonie et le nicolaïsme sont certainement celles qui étaient implantées à Combourg. H. Guillotel149 a mis leurs liens en évidence et a étudié leur réaction vis-à-vis de la réforme grégorienne. Combourg était un ancien centre de peuplement pourvu d’un sanctuaire important, l’église Notre-Dame. Plusieurs prêtres mariés s’y partageaient des droits héréditaires. Ils furent amenés à céder leur part, comme Hamon et Guimond, non sans concessions de la part de Marmoutier. Pour appuyer leur politique d’appropriation des églises de la région, les moines recrutèrent leurs cadres dans les parentés indigènes. Ainsi, Guillaume Le Chat devint prieur de Fougères puis abbé de Marmoutier. Garin, fils de Gautier de Langan et d’Adelise (la sœur de Guillaume Le Chat, abbé de Marmoutier) fut nommé prieur de la Sainte-Trinité de Combourg. Son successeur Jean, fils aîné de Hamon, officiait à Notre-Dame. Ces recrutements répondaient à la nomination de Guillaume, le fils du seigneur Rivallon Ier de Dol-Combourg, à la tête de l’abbaye concurrente de Saint-Florent de Saumur. Ces individus, fervents défenseurs de la réforme grégorienne, étaient tous issus de milieux possédant des droits sur les églises ; ils étaient même parfois les descendants de clercs mariés, comme les Langan-Lanrigan dont une tige provenait des évêques de Rennes (cf. tableaux 15, 18, 31 p. 274, 278, 288).

  • 150 H. Guillotel, « Combour…», p. 277-283.

62De plus, il est remarquable de constater que, parmi les membres de ces parentés, il y avait des milites, comme Boutier, son fils Thomas Boutier, Hamon Le Chat (ou de Lanrigan), et également, selon toute vraisemblance, Hervé et Gautier de Langan (ou de Lanrigan), Rivallon et Guimond Le Chat. Le plus retors de tous – ou le mieux connu – par rapport aux donations d’églises fut Boutier, le fils du prêtre Guimond de Notre-Dame. Après négociation avec Marmoutier, le frère de Boutier, Guillaume, succéda à son père à la cure de Notre-Dame de Combourg tout en pouvant jouir des droits sur le sanctuaire à titre viager. Il mourut en 1131 sous l’habit de moine. Mais le miles Boutier, ne supportant plus l’entourage de moines qui amputaient l’héritage familial, s’empara du corps défunt de son frère et le dépouilla de ses vêtements sacrés ! Il fut aussitôt excommunié, mais, bénéficiant d’appuis auprès de l’abbé de Marmoutier qui était son parent, il put négocier : son fils cadet, Simon, devint clerc et reçut le tiers des revenus de l’autel de Notre-Dame en viager150.

  • 151 Dom Morice, 492, 665.

63De telles tractations, visant à préserver le prestige et le pouvoir des parentés sur leurs églises après une donation à un ordre monastique, ne sont pas rares. Main, frère de Hervé de Langan-Lanrigan, concéda les sanctuaires de Cuguen et de Noyal-sous-Bazouges à Marmoutier. Puis, précise la notice, il supplia l’abbé de Marmoutier, alors en Bretagne, de passer à Cuguen pour rencontrer ses deux fils, Hamon et Gautier, gravement malades. Après le passage de ce dernier, ils guérirent miraculeusement. Gautier, devenu prêtre à Cuguen et Noyal, abandonna le tiers de la dîme de Cuguen151. Ce récit semble cacher un marchandage peut-être âprement mené : la donation aurait été faite à la condition que la cure n’échappât que partiellement la parenté.

  • 152 À cet égard, la chronologie des transferts de biens d’église proposée par G. Devailly est contesta (...)
  • 153 Comme de nombreux auteurs l’ont souligné, les laïcs ne « restituèrent » pas tous les droits qu’ils (...)

64Ainsi, avons-nous retracé quelques exemples de transfert de droits d’église détenus par des parentés de clercs et de milites aux abbayes réformatrices. Ils furent massifs et se déroulèrent essentiellement pendant la seconde moitié du xie siècle jusqu’aux années 1130152, dans des conditions parfois rudes ou violentes. Dans certains cas, les enfants tentèrent avec plus ou moins de succès de se maintenir dans la fonction de leur père tandis que d’autres devinrent milites, preuve que les moines et les donateurs surent assouplir leurs positions respectives. Ces parentés, même si elles restèrent puissantes153, perdirent beaucoup de leur pouvoir et prestige. Toujours à Combourg au xie siècle, elles étaient apparentées aux domini du château et descendants des vicomtes d’Alet. Cent ans après, de telles alliances étaient inconcevables tant l’écart s’était creusé entre ces familles de clercs-chevaliers et les seigneurs châtelains.

  • 154 Guillotel, 99.
  • 155 « Documents inédits…», 9 et Dom Morice, 423-424. Pour le sens du mot familia, cf. p. 148-149.
  • 156 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 532-533.
  • 157 « Illum parrochianum dico qui in sua parrochia mansionarius erit, exceptis illis militibus qui in (...)
  • 158 ADIV, 6H34, 3 ; Dom Morice, 460-461. Pour la traduction de primores, cf. J.-F. Niermeyer, Mediæ…, (...)

65Nous voyons ici tout l’enjeu que représente pour cette chevalerie la préservation de son statut dans les paroisses. Les textes, pourtant rédigés par des clercs et des moines pétris de droit ecclésiastique, retracent les hésitations d’une législation spécifique aux milites par rapport à l’Église une fois la réforme grégorienne bien établie, même s’il restait, ou plutôt parce qu’il restait, ici et là, des foyers de résistances. Les milites, comme les moines noirs, suivent parfois la messe en groupes distincts. Nous les voyons composer la suite du comte Alain IV et écouter l’office spécialement célébré à leur intention dans l’abbaye de Redon en 1089154. Ils ont des droits particuliers concernant les églises paroissiales qui les différencient du commun. À Fougères, le sanctuaire de Saint-Sulpice, sis au pied du château de ce nom, est l’église mère où les paroissiens doivent se rendre à la messe sauf la familia du dominus de Fougères (c’est-à-dire les chevaliers du seigneur) qui entendait l’office divin dans l’église Notre-Dame du château de Fougères155. En 1141-1157, le sanctuaire de Rannée conservait tous les droits paroissiaux sur la chapelle du château de La Guerche à l’exception des confessions et uniquement en faveur du seigneur de La Guerche et de sa familia156. Un acte de 1070-1075, concernant une convention passée entre les clercs de Notre-Dame de Vitré et les moines de Sainte-Croix, est particulièrement clair sur le statut des chevaliers envers l’Église : les paroissiens sont définis comme ceux demeurant dans la paroisse, à l’exception des milites qui sont dans le castellum du dominus Robert Ier pour son bénéfice, car les milites de la châtellenie ne sont coutumiers d’aucune église157. On ne peut pas être plus explicite ! Cependant, les propos des moines doivent être nuancés : en 1104, les milites qui enlevèrent de force l’église d’Erbrée sont qualifiés de « viri fortes et parrechiani » de ce sanctuaire tandis que ceux de Mouazé possédant des droits sur l’église de ce nom sont dits les « grands » de la paroisse (parrochiæ primores158). Même si ces précisions atténuent la portée de l’acte de Vitré, il n’en reste pas moins vrai que les milites cherchaient à se distinguer de l’ensemble des paroissiens.

La motte et le clocher : l’affrontement des symboles ?

  • 159 L’impossibilité d’associer des noms à des toponymes au xie siècle et le trou documentaire de la pr (...)

66Dans ce contexte de réforme grégorienne, avec les transferts des établissements paroissiaux aux moines et les réactions qu’ils engendrèrent chez des milites, l’édification d’un bon nombre de manoirs à motte en périphérie de paroisse s’éclaire sous un jour nouveau. N’est-ce pas là le moyen le plus sûr de se démarquer d’une institution ecclésiastique dont la réforme dépossédait plus particulièrement les milites de paroisse ? Cependant à ce niveau d’analyse, il est très délicat d’avancer des exemples établissant une correspondance entre le terrain et les textes pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que ces derniers ignorent quasiment les manoirs à motte, obligeant le chercheur à reconstituer les faits historiques. Ensuite, seulement environ un tiers des mottes peuvent être affiliées avec assurance à des chevaliers cités dans les actes de la seconde moitié du xie siècle et de la première moitié du siècle suivant159. Il faut également prendre en compte les disparitions de sites. De plus, les actes livrent des renseignements sur un peu moins d’un tiers des églises et de leurs propriétaires à la même époque et, la plupart du temps, nous ne possédons qu’une vision très partielle des donations. Il est alors compréhensible que les exemples abondant dans notre sens soient extrêmement rares. Les textes étudiés recèlent cependant quelques témoignages fort significatifs que nous nous proposons de développer.

Carte 9 : Limites paroissiales, forêts et manoirs à motte du Plessis aux Chats et de la Motte Boutier

Carte 9 : Limites paroissiales, forêts et manoirs à motte du Plessis aux Chats et de la Motte Boutier
  • 160 La Lande Hugan n’était soumise à aucune paroisse parce qu’elle faisait partie de la foresta de Bou (...)
  • 161 Nous nous excusons auprès de nos lecteurs pour l’erreur de localisation commise au sujet de cette (...)
  • 162 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 475, 476, 478, 479.

67La prise en compte de la localisation des mottes de certains milites, plus particulièrement présentés dans le point précédent, permet de faire progresser notre analyse. Ainsi, les milites vassaux des seigneurs de Châteaubriant, possesseurs de droits sur la mense épiscopale de Nantes, sont associés à des mottes. Quatre d’entre elles sont en « position intermédiaire » par rapport au centre de la paroisse, cinq, voire six, sont en situation limitrophe (carte 4 p.181). Mais il y a des cas beaucoup plus précis et éclairants. Les milites d’Erbrée qui concédèrent avec beaucoup de réticence et non sans violence leurs droits sur l’église de ce nom, sont associés au site de la Haie d’Erbrée localisé juste en limite paroissiale. Quant aux parentés détentrices de droits sur l’église de Notre-Dame de Combourg, l’étude de l’emplacement de leur motte est très révélatrice des tensions les opposant aux moines. Hamon, fils de Main et frère du prêtre de Cuguen, édifia sa motte au Plessis l’Épine situé à mi-distance entre l’église de Cuguen et la limite de la paroisse. Les Le Chat se retirèrent au Plessis aux Chats, en Dingé, là où nous soupçonnons la présence d’une motte de nos jours disparue (carte 9). Ce site est remarquable à plus d’un titre car il est lié à l’exploitation du fer et appartient à l’univers de la foresta (celle de Bourgouët), territoire hors paroisse, comme l’indique un acte de 1085160. L’emplacement de la motte de Boutier en Tinténiac, le fils du clerc de l’église Notre-Dame Guimond, est également révélateur des relations de ce dernier avec les religieux. Exaspéré de ses rapports avec les religieux de Marmoutier qui soustrayaient une partie non négligeable du patrimoine familial, il alla jusqu’à prendre le corps de son frère défunt et le dépouiller de ses habits de moine. Un tel acte n’est certainement pas passé inaperçu. Or, il est significatif que ce Boutier donna son nom à une motte, la Motte Boutier, localisée, comme le Plessis aux Chats, dans une forêt, celle de Tanouarn161. Le site, lui aussi lié au travail du fer, est extraordinaire. Il se situe juste à la limite de la paroisse de Tinténiac appartenant à l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, concurrente de celle de Marmoutier possédant Dingé. Or les Boutier détenaient beaucoup de biens dans cette dernière paroisse162. L’emplacement du manoir à motte de Boutier est alors très révélateur des tensions qui l’opposèrent à Marmoutier. La volonté des Le Chat et de Boutier semble claire : contraints d’abandonner une partie de leur patrimoine fondé sur la détention d’églises qui leur donnait une sorte de préséance sur la paroisse, ces milites choisirent d’implanter leur manoir à motte dans la foresta, c’est-à-dire hors de portée de l’emprise ecclésiastique.

  • 163 H. Guillotel, 50 et p. 239, note 1.
  • 164 H. Guillotel, « Du rôle des cimetières…», p. 7
  • 165 BN, nouv. acq. lat., 1930, f° 67 v-68 r ; ADML, H 3713, f° 72 v-73 v.
  • 166 Guillotel, 50.
  • 167 ADIV, 6H33 XI, 4.
  • 168 D. Barthelémy, Le Vendômois…, t. I, p. 646-648.
  • 169 Allenou, 7, 15 et p. 539, note 47.
  • 170 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 162.
  • 171 Ibidem, t. II, p. 223-230 ; Dom Morice, 575-576 et 1140-1141.
  • 172 Ibid., t. I, p. 157-162 ; Guillotel, 49.

68D’autres exemples peuvent être allégués. Guingomar dit Bloc163, un chevalier vivant au milieu du xie siècle et ancêtre des seigneurs de Vendel, donna, comme Boutier, son surnom au moulin et au manoir de Blot, situés en Vendel. Sa motte fut dressée juste de l’autre côté du Couesnon servant de limite paroissiale, en La Chapelle-Saint-Aubert, ancienne trève de Saint-Sauveur-des-Landes164. Si les actions directes de Bloc restent méconnues, en revanche, celles de ses fils et petits-fils permettent de jauger sa richesse composée, en autres, de droits sur les églises de Châtillon-en-Vendelais165, La Selle-en-Coglès, Sougéal, Vendel, et sur le monastère de Cendre (actuellement en Normandie, près de Pontorson)166. Vers 1090, Robert de Vendel, sans doute le petit-fils de Bloc, donna la moitié de la chapelle Saint-Aubert167. Si la localisation frontalière de la motte de Bloc peut être interprétée comme une volonté de mieux contrôler deux paroisses, comme le suppose D. Barthélemy pour quelques sites vendômois168, il n’est pas exclu qu’une réaction contre des restitutions en soit également la cause. L’époque où vécut Bloc s’y prête bien. L’analyse des sites dont l’histoire est mieux connue, le montre. La motte de Montsorel, localisée juste à cheval entre les paroisses de Bonnemain et de Baguer-Morvan, est associée aux chevaliers de ce nom. Ils furent excommuniés (sans doute vers 1076) pour avoir possédé des biens distribués par l’archevêque de Dol, Juhel169. Nous avons vu que Pinel eut aussi des différends avec les moines or la motte de Chaudebœuf, à laquelle il est associé, se situe juste sur la frontière de la paroisse de Saint-Sauveur-des-Landes170. La liste de tous les droits de ces chevaliers et de leurs descendants, au Moyen Âge et même sous l’Ancien Régime, infirme l’hypothèse d’une implantation à la limite de deux paroisses afin de mieux les maîtriser. Les Montsorel ne semblent avoir aucune emprise territoriale sur Bonnemain même. Par contre, ils ont des biens à Baguer-Morvan et à Épiniac171, deux paroisses voisines sans motte. Il en est de même pour les Pinel, dont la motte jouxte Saint-Étienne-en-Coglès et où ils n’ont a priori jamais rien eu. En revanche, dans la perspective de contrôler deux terroirs, il aurait été logique que leur motte fût localisée entre Saint-Sauveur-des-Landes et Romagné où ils avaient un patrimoine172, ce qui n’est pas le cas.

  • 173 Ibid., t. II, p. 1-7.

69Ces exemples éloquents d’emplacement en périphérie d’une paroisse rappellent celui du site de la Motte d’Acigné. Ses chevaliers étaient à la tête d’une petite seigneurie régissant au xie siècle, comme à l’époque moderne, les paroisses de Servon et d’Acigné. Or la Motte d’Acigné est par excellence un site établi entre Acigné et Noyal-sur-Vilaine (plan 13 p.44). Le cœur même de cette demeure se situe exactement en Noyal, juste de l’autre côté de la Vilaine où les chevaliers d’Acigné n’ont jamais eu de droits alors qu’ils contrôlaient au moins partiellement la paroisse de ce nom173. Quel sens faut-il accorder à cette localisation si ce n’est de vouloir échapper à l’encadrement paroissial ?

  • 174 Alors que la motte est distante de 4,2 kilomètres de l’église d’Argentré.
  • 175 Saint-Serge, 411.
  • 176 BN, ms. fr. 22322, p. 415.
  • 177 ADIV, 6H34, 3.

70Le site du Bois du Pinel est également intéressant à analyser. Ce manoir à motte se trouve dans un espace boisé de 2,5 kilomètres de longueur et de 400 mètres de largeur servant de frontière entre la paroisse d’Argentré-du-Plessis où il est implanté, et celle de Saint-Germain-du-Pinel. La localisation de cette demeure, à 1 kilomètre de l’église de Saint-Germain-du-Pinel174 du même nom que le bois, laisse subodorer que le site était en lien avec des personnes citées dès le xie siècle sous le nom de Saint-Germain. Ces derniers possédaient les églises de Brielles et Saint-Germain données respectivement à Saint-Serge en 1076-1096175 et à La Roë en 1107176. Un de leurs membres, Éven de Saint-Germain, prit part à la concession de l’église d’Erbrée déjà mentionnée et donna son accord à la ratification de cette donation en tant qu’époux d’une fille de Normand d’Erbrée177. Les Saint-Germain livrent encore un exemple de milites directement impliqués dans le vaste mouvement de transfert des églises vers 1100 en ayant vraisemblablement fait édifier une motte juste de l’autre côté de la paroisse. Ils portent d’ailleurs le nom de l’église dont ils étaient les possesseurs.

  • 178 ADLA, H112, 5.
  • 179 Pour restaurer Béré, Brient Ier de Châteaubriant appela d’abord les moines de Redon, puis ceux de (...)
  • 180 BN, ms. fr. 22331, p. 234.

71Pour Janzé, nous possédons quelques informations supplémentaires permettant de renforcer notre hypothèse. Vers 1070, Raoul, fils d’Abelin de Janzé, donna à Marmoutier l’église de Saint-Martin de Janzé, « domum suam juxta ecclesiam » et trois jardins à Janzé, un verger, la terre pour construire une grange et celles de la Vilerault (en Janzé) et de Salice, le moulin de Néron (en Amanlis) ainsi que de l’argent pour couler un calice et une croix d’or et d’argent. La concession fut autorisée par son épouse et Raoul, Geoffroy et Silvestre, ses fils, ainsi que Tehellus seigneur de Châteaubriant178. Il est étrange que Raoul ait donné sa maison sise au pied de l’église. Ici, point de trace de motte. Où peut-il bien habiter après cette concession ? Hormis l’église de Janzé, les biens donnés à Marmoutier par Raoul et son fils Geoffroy se situent juste à la frontière des paroisses de Janzé, d’Amanlis et Piré (carte 3 p.153). Que déduire de telles indications ? Premièrement, Raoul a quitté sa maison ; deuxièmement, les lieux-dits mentionnés dans les actes jouxtent la motte du Bois de Labeau. Dès lors, ce lieu n’était-il pas habité par les chevaliers de Janzé ? Si l’acte des années 1070 ne notifie pas de conflit particulier avec les moines, ce changement de site est lourd de sens. La motte du Bois de Labeau se dresse au confluent de la Seiche et du ruisseau appelé Quincampoix, en Piré, juste de l’autre côté de la paroisse de Janzé dont le père de Raoul porte le nom. La butte existe encore de nos jours face au prieuré de la Franceule (en Janzé) appartenant à Marmoutier. Une telle localisation semble être un véritable défi lancé aux bénédictins. Or, nous savons que la concession des droits de l’église de Janzé ne se fit vraisemblablement pas sans difficulté. Les moines de Saint-Florent de Saumur y possédaient les droits de sépulture. Souvent, le changement de choix d’abbaye pour concéder ce type de bien est symptomatique de tensions avec les moines, comme à Béré ou à Fougères179. Le fils de Raoul, Geoffroy, et Dodon, son prévôt, s’opposèrent également à Marmoutier au sujet du moulin de Melon. L’intendance de cette terre relevait de Geoffroy et personne ne devait y moudre le grain sauf les propres hommes des moines. Ces derniers donnèrent à Geoffroy dix sous pour le déguerpissement de toutes réclamations180.

  • 181 Cf. la carte de répartition des mottes en Ille-et-Vilaine dans M. Brand’Honneur, Les mottes médiév (...)

72Ne peut-on pas, à partir de ces quelques exemples particulièrement explicites car associés à des textes, élargir notre analyse à l’ensemble des manoirs à motte localisés en périphérie de paroisses ? Par ailleurs, l’étude de leur répartition dans le Rennais, et notamment des secteurs qui en sont dépourvus, corrobore notre analyse. Il est remarquable de constater que les paroisses où les moines étaient fortement implantés au début du xie siècle, c’est-à-dire avant la réforme grégorienne, ont une très faible densité de mottes. Par exemple, à Gahard, Livré, Izé (sauf sa trève Landavran où s’installèrent les chevaliers de ce nom), il n’y a aucune motte. Or ces paroisses, de grandes tailles, couvrent un territoire non négligeable bordant le nord et l’est du massif forestier de Rennes. Hors du Rennais, le territoire contrôlé par l’abbaye de Redon renferme également très peu de mottes181. Même s’il y a des exceptions, les paroisses où il y a eu d’importantes obédiences, surtout si elles ont été fondées au début du xie siècle, offre une très faible densité de mottes. De même, celles issues de défrichements monastiques comme Saint-Sulpice, Le Tronchet ou Mondevert n’en ont aucune. Tout se passe comme si une forte présence monastique, possédant en seigneurie des paroisses, constituait un phénomène répulsif pour les chevaliers à motte et non pour les châteaux majeurs qui d’ailleurs existaient avant la mise en place de la réforme grégorienne. Au regard des tensions engendrées par les transferts de biens d’églises, cela n’a rien d’étonnant.

  • 182 L’évêque de Rennes ne possédait que des droits très partiels sur quelques paroisses comme à Saint- (...)
  • 183 Le régaire de l’évêque de Dol est facile à cerner grâce à l’enquête par tourbe de 1181 visant à ré (...)
  • 184 Le site du Vieux Chastel en Saint-Coulomb est de nos jours rasé. Un plan du début du siècle montre (...)
  • 185 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 443.

73Mieux encore, il n’y a pas de motte sur les territoires des régaires épiscopaux, hormis celles des châteaux majeurs. Celui de Rennes était extrêmement fragmenté et peu étendu si bien que la proposition ne peut pas être vérifiée182. Mais cette absence totale de manoir à motte est particulièrement frappante dans le régaire de l’évêque de Dol. Ce territoire est pourtant immense (carte 5 p.189). Il recouvre quelque 25 paroisses regroupées allant du Couesnon à Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine, soit environ 25 kilomètres de distance. Or il fut l’objet d’inféodation en faveur de chevaliers depuis fort longtemps. Vers 1030, pas moins de douze fiefs de chevalier ont été créés par l’archevêque Junguenée afin que son frère Rivallon Ier de Dol assurât sa fonction d’avoué de Dol183. Absolument rien ne permet de distinguer ces chevaliers des autres sauf leur difficile localisation dans des paroisses marquées par l’absence troublante de motte. C’est sans doute pour cette raison que leur nom est très tardivement (dans le courant du xiiie siècle) associé à un toponyme. Seules les franges de ce domaine épiscopal renferment quelques mottes, comme à Saint-Coulomb, une paroisse détachée du noyau principal du diocèse de Dol et entourée par le territoire d’Alet, Bonnemain, Meillac ou Plerguer184. L’évêque n’y tenait qu’une partie de la seigneurie. Il devait la partager avec le seigneur de Combourg, comme pour Meillac et Cuguen où se trouvent des mottes185.

  • 186 Ibidem t. I, p. 611-619.
  • 187 Il n’y a également pas de motte autour de Saint-Brieuc qui fut le siège d’un évêché. Cependant, no (...)

74De la même façon, il n’y a pas de mottes, hormis celle de la forteresse de Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine, dans le Clos-Poulet composé de 11 paroisses largement arpentées par les archéologues de Centre de Recherche d’Archéologie d’Alet. Or, le noyau du régaire de Saint-Malo qui est assez étendu se concentre essentiellement sur le pagus minor de ce nom186. Comme le Clos-Poulet est contigu au régaire de Dol, presque tout le secteur côtier nord de l’Ille-et-Vilaine, soit une longueur d’un peu moins de 40 kilomètres sur 10 à 18 kilomètres de profondeur dans les terres, est sans motte (sauf Dol et Châteauneuf qui possèdent un statut à part en tant que châteaux majeurs)187. La réforme grégorienne expliquerait cette situation. La petite ou moyenne chevalerie aurait réagi face aux institutions religieuses, désireuses de créer un pouvoir plus autonome face aux laïcs, en élevant des mottes en limite de paroisse. Là où l’Église était puissamment ancrée, et plus particulièrement dans les régaires épiscopaux bien établis et compacts, elle se serait opposée à l’élévation de ce véritable contre-pouvoir.

75Le parallèle entre très faible densité des mottes et forte présence monastique bien établie avant 1050 est encore plus vrai en ce qui concerne les terres épiscopales. La réforme grégorienne expliquerait cette situation. La petite et moyenne chevalerie aurait perdu beaucoup de son prestige et de son pouvoir au sein des paroisses si elle n’avait pas érigé, en réaction à cette réforme de l’Église (interdiction du mariage des prêtres, dont certains enfants appartenaient à la chevalerie, et de posséder des églises), des mottes volontairement établies en limite de paroisse. Les chevaliers élevèrent alors au pied des manoirs leur motte ce qui peut être considéré comme un contre-symbole du clocher de l’église.

  • 188 ADML, H3713, f° 93.

76En revanche, il nous reste à expliquer la localisation des mottes dans les bourgs. Rappelons d’abord qu’elles furent peu nombreuses puisque l’estimation de 10,5 % est certainement trop élevée. Ensuite, il est certain que tous les chevaliers ne s’opposèrent pas aux transferts des biens d’église vers les monastères. Ces derniers pouvaient d’ailleurs se montrer conciliants. La motte du bourg de Trémeheuc l’illustrerait. Ébroin, miles, ainsi que ses frères et ses cohéritiers donnèrent les droits sur l’église de Trémeheuc. La concession n’a pas, semble-t-il, entraîné de difficulté particulière. Les moines de Saint-Florent leur accordèrent même la possibilité de se réfugier dans le cimetière en temps de guerre (c’est dire le rôle militaire que l’on attribue souvent excessivement aux simples mottes !)188. D’autre part, les châteaux majeurs, composés souvent d’une motte, sont localisés au centre d’importants bourgs. Mais le pouvoir qui les a érigés (c’est-à-dire le comte) était infiniment plus important que celui des simples chevaliers dont l’autorité ne dépassait pas une ou quelques paroisses. De plus, ils ont tous été construits au plus tard vers les années 1050, c’est-à-dire avant que la réforme grégorienne et la puissance des moines ne s’imposent vraiment au prince.

Conclusion

  • 189 K.-F. Werner, Les origines…, p. 498.
  • 190 Création des châteaux de Fougères, La Guerche, Tinténiac, Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine et abandon (...)
  • 191 A. Debord, « Le mouvement de paix…», dans Château et territoire…, p. 20.

77L’autorité des premiers rois chrétiens s’est fondée sur des bases théocratiques unissant les forces laïque et religieuse. Selon K.-F. Werner, « l’idée d’une séparation des responsabilités et des légitimations n’est venue à l’esprit de personne avant l’an mil. La réforme grégorienne exigera la séparation, mais, bien sûr, avec la prépondérance du côté de l’Église189 ». S’il y eut une mutation de l’an mil, voilà où nous la placerions ! Elle engendra une redistribution des pouvoirs entre laïcs et religieux. Ceci se traduisit par une refonte des institutions et des circonscriptions. Ainsi le comté suivit sa propre destinée et se détacha du diocèse vers 1050 en fondant ses propres bases administratives, ce que traduit le découpage de la Bretagne en sept baillies. En outre, le comte, ne maîtrisant plus les biens d’Église, perdait une capacité d’ajustement territorial matérialiée par l’édification des châteaux et par la création de réseau de manoirs à motte qui leur étaient subordonnés. Du coup, la fièvre de construction ou d’abandon de forteresses, comme nous la devinons juste avant 1060190, pourrait être due à une dernière retouche du réseau castral par le comte avant que son pouvoir d’action soit amoindri, à moins qu’il ne s’agisse des hasards des conflits. Toujours est-il que le réseau castral se stabilisa dans le Rennais dès la seconde moitié du xie siècle. Ailleurs, A. Debord souligne qu’« aucun nouveau château [à partir du xiie siècle] n’a été l’origine d’une châtellenie stable191 » ; ne serait-ce pas également lié à la séparation des pouvoirs religieux et laïque ?

  • 192 Cf. J.-F. Lemarignier, « La dislocation…», p. 401-410 ; D. Barthélemy, Le Vendômois…, t. I, p. 351
  • 193 L’agglomération des Provenchères est gallo-romaine mais est établie sur un substrat protohistoriqu (...)
  • 194 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 180-184, 250-260, 292 et 325-326.

78La création des châteaux était au cœur de la stratégie comtale. La nouvelle stabilité du paysage castral eut pour effet d’ôter au comte sa latitude à déplacer ses vassaux à la tête des forteresses comme auparavant. Les seigneurs devinrent plus autonomes dans leur châtellenie sans pour autant faire fi du pouvoir comtal qui restait bien plus considérable. D’autre part, la seigneurie châtelaine ne semble pas avoir disloqué le pagus parce qu’elle en formait tout simplement une des modalités192. Paradoxalement, le Rennais reste assez inchangé dans ses frontières. Certes, il connut des modifications avant 1050, mais les évêques validaient souvent les politiques territoriales comtales par la propre transformation de leur ressort. En revanche, le pagus d’Alet, fut bien démembré mais c’est une histoire de fort longue haleine. La création d’un monastère à l’époque mérovingienne servit déjà de base à la constitution d’un évêché carolingien aux dépens de celui d’Alet. Ensuite la création de deux autres diocèses au milieu du xe siècle, Saint-Brieuc et Tréguier, vint encore emputer son territoire. Sa dislocation résulte avant tout d’une politique princière et non pas de la création des seigneuries châtelaines du xie siècle. Ces dernières ne constituent pas non plus des innovations territoriales majeures parce qu’elles reprennent en partie, comme pour les doyennés dont les chefs-lieux sont d’ailleurs souvent communs, de plus anciennes entités correspondant à des pagi minores, comme celle du Craonnais dont le centre originel, les Provenchères, est à peine décalé de celui de l’époque carolingienne, Craon193. De même, certaines limites de cet antique territoire seront reprises au xie siècle par l’honneur de Craon et son château194. Le ressort de la seigneurie châtelaine de Vitré montre également une remarquable continuité dans le temps. Il prend seulement une dimension nettement plus laïque (comme le comté) après 1050 en se détachant de la circonscription de l’archiprêtre.

  • 195 M. Colardelle et C. Mazard, « Les mottes castrales…», p. 81.
  • 196 F. Eygun, « La Garnache » complété par les renseignements de P.-R. Giot qui était présent lors des (...)
  • 197 J.-M. Poisson, Chronique des fouilles médiévales dans AM, t. 19, p. 352-353, t. 20, p. 430-431, t. (...)
  • 198 La découverte d’une nécropole sous la motte de Torcé pourrait relever d’une telle interprétation. (...)
  • 199 J. Le Maho, « De la curtis… », p. 171-183 et du même auteur, La motte seigneuriale de Mirville…, p (...)

79Les enjeux paroissiaux sont tout autres. De nombreuses parentés de clercs et de milites étaient détentrices de biens sur les églises. Leurs possessions les mettaient d’emblée dans une position statuaire hors du commun par rapport à l’ensemble des paroissiens. Ces clercs et milites furent touchés de plein fouet par la réforme grégorienne (prohibition du mariage des prêtres, dont certains de leurs enfants appartenaient à la chevalerie, interdiction de posséder des églises) qui menaçait leur rang de notable. Elles réagirent rapidement en édifiant des manoirs à motte. Dans une optique différente de la nôtre, le parallèle entre la multiplication des prieurés et des mottes a déjà été souligné dans les Alpes du Nord. C. Mazard et M. Colardelle notent une certaine concurrence, voire des heurts, entre les moines et les habitants des mottes195. Des fouilles ont également livré des résultats particulièrement intéressants. La motte de La Garnache en Vendée recouvrait un sanctuaire religieux et des sépultures mérovingiennes196. J.-M. Poisson a dégagé, à Villars-les-Dombes dans l’Ain197, une nécropole et une église construite sur les bases d’un premier bâtiment en pierres à caractère défensif. Puis, à la fin du xie siècle ou au début du siècle suivant, une motte fut édifiée sur l’église et la base de son clocher servit de socle à une tour en pierres. Certes, ces mottes ne sont pas édifiées en périphérie de paroisse et appartiennent à des chevaliers puissants, mais les enseignements de ces fouilles et l’époque de leur érection semblent très révélateurs de l’opposition entre les chevaliers et l’Église198. J. Le Maho199, grâce à la fouille du site de Mirville et à l’étude des textes, livre un cadre et une chronologie d’action des chevaliers du lieu face aux moines. Après avoir concédé les dîmes et l’église de Mirville à l’abbaye de Jumièges en 1079, le fils du donateur, nommé Adam, reprit de force ces biens vers 1105 et aurait parallèlement érigé sa motte. Ces événements se déroulent dans un contexte de crise du pouvoir central, où les princes ne pouvaient plus apporter une protection aussi efficace aux monastères, notamment celui de Jumièges qui était une fondation ducale.

  • 200 Près de 30 églises du Rennais conservent des parties romanes. Si l’on ajoute celles qui étaient en (...)
  • 201 Il est difficile d’évaluer directement ces pertes de revenus. Elles furent certainement importante (...)
  • 202 L. Beuchet, D. Dufournier, F. Fichet de Clairfontaine, « Les ateliers…», p. 72.

80Pour le Rennais, la situation politique est alors beaucoup plus stable et la construction de manoirs à motte s’effectue surtout à l’encontre des moines. Le choix d’une localisation en périphérie de paroisse est lourd de sens car il défiait l’autorité ecclésiastique. Cependant, tous les milites n’implantèrent pas leur manoir sur ce modèle. Les mottes, placées en « positions intermédiaires » ou près des bourgs, semblent avoir été davantage édifiées par mimétisme social qu’en réaction directe aux transferts de droits des églises. Morphologiquement, le plan reproduit partiellement la butte de beaucoup de châteaux majeurs de l’époque, mais avec des dimensions plus modestes et sans caractère défensif réel. La motte formait ainsi un véritable contre-symbole de l’église et de son clocher, juste au moment où un nombre non négligeable de ces sanctuaires étaient reconstruits en pierres à l’initiative des moines200. Ensuite, le mouvement d’édification des mottes s’essouffla rapidement, dès la seconde moitié du xiie siècle, alors que les transferts de droits d’église étaient quasiment achevés. La reprise de la motte par les petits milites de paroisse signe leur aspiration à garder une place de notables locaux en copiant l’aspect le plus original (et le moins onéreux) des demeures des seigneurs châtelains. Indirectement, la séparation des mondes laïque et ecclésiastique a contribué à l’affirmation des milites qui formaient déjà, au xie siècle, un groupe suffisamment cohérent et dynamique pour réagir de façon homogène à la réforme grégorienne et reconstituer, autour de leur manoir à motte, un nouvel espace économique compensant les pertes de revenus désormais aux mains des moines201. L’Église les a donc contraints, indirectement, à devenir de véritables entrepreneurs ruraux en investissant, entre autres, dans la construction de nombreux moulins. Est-ce seulement un hasard si le développement de la fabrique de poterie de Chartres-de-Bretagne contrôlée par les milites du manoir à motte de Fontenay n’est pas antérieur à la fin du xie siècle202 ? Là encore, la chronologie coïncide avec celle des transferts de biens d’église aux moines.

  • 203 AN, L 977, 1262.
  • 204 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 560 et cf. Annexe 1.

81Les parentés de milites réussirent, en sus de leur manoir à motte, à garder leur place au sein de la paroisse en négociant avec les moines. Quelques-unes d’entre elles obtinrent la cure de l’église à titre viager. Certaines conservèrent, ensuite, un contrôle fort sur l’église et le bourg, tels ces Geoffroy et Jean de Maillechat (en Guipel), respectivement sénéchal du château d’Aubigné et prieur du même lieu en 1250203. À l’époque moderne, bon nombre des descendants de possesseurs de motte maintiendront leur titre de fondateur d’église comme ceux de la Haie d’Erbrée sur le sanctuaire de ce nom204. Mais il s’agit là désormais de droits honorifiques.

Notes

1 Il s’agit des baillies de Rennes, Nantes, Ploërmel et le Vannetais, Penthièvre, Tréguier, Cornouaille et Léon. Dom Morice, 1110-1115.

2 J.-P. Brunterc’h, « Le duché… », p. 41.

3 J.-P. Brunterc’h, « Géographie historique…», p. 7-63.

4 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 251-260 ; J. Naveau, « Le territoire…», p. 37-112.

5 Communication du mois de septembre de 1998 au congrès de la SHAB à Ancenis.

6 Le fait que l’appartenance de Grand-Fougeray à un pagus ne soit pas précisée est assez singulier à cette époque où les actes du ixe siècle situent très fréquemment les biens à partir des pagi. Cette imprécision pourrait traduire l’embarras des moines devant la lutte des deux princes. Redon, f° 120v-121, 128.

7 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne…, p. 354-356.

8 Cf. p. 213-214.

9 Cf. le travail de J.-P. Brunterc’h qui synthétise les points de vue des différents tenants du problème dans « Géographie…», p. 7-63.

10 Cf. p. 109-110.

11 Recueil des Actes des Ducs de Normandie…, 8, 21, 49 et p. 18-19.

12 J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 60-61.

13 Dom Morice, 417-419.

14 BN, ms fr 22331, p. 236.

15 Dom Morice, 419-419. Sur cette affaire cf. les commentaires de J.-P. Brunterc’h dans « Puissance…», p. 60-61, note 199.

16 Ce n’est que bien plus tard que l’on peut constater les effets du recul Nantais. En 1145, l’évêque de Rennes, Alain, donne l’église d’Ercé-en-Lamée à l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt ; en 1146 une bulle d’Eugène III précise que Saint-Malo-de-Teillay appartient au diocèse de Rennes ; en 1168/70 Fercé relève de l’évêque de Rennes et vers 1330 le diocèse de Rennes s’étend à Messac, Bain-de-Bretagne, Martigné-Ferchaud et Villepot. Cf. J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 60-61, note 196.

17 Cf. p. 97, 98.

18 La situation est toujours identique dans le Livre des Ostz livrant un tableau géopolitique de la Bretagne en 1294. Martigné et Châteaubriant font partie de la baillie de Rennes. Dom Morice, 1110-1115.

19 J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 60-61 et 69-70.

20 H. Guillotel, « La pratique du cens…», p 45-49, acte 4.

21 J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 69-70.

22 O. Guillot, Le comte…, p. 229-233.

23 J.-P. Brunterc’h, « Géographie…», p. 7-63.

24 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 64v ; ADML, H3713, f° 93r.

25 Ces données ne tiennent pas compte des actes dont la fourchette chronologique est à cheval de part et d’autre de l’année 1050.

26 A. Chédeville souligne pour le Chartrain une substitution du comté au pagus avec un territoire un peu différent. A. Chédeville, Chartres…, p. 255.

27 Comme avant le milieu du xie siècle. D. Barthélemy parle de comté « plastique », dans La société…, p. 132.

28 ADML, H3713, f° 76 ; La Borderie, 20.

29 Les actes mentionnent des pagi correspondant à de petites divisions territoriales que l’on pourrait comparer à nos actuels cantons. Cependant nous désignerons ces territoires sous le nom de pagi minores afin de les différencier du grand pagus correspondant au territoire épiscopal. Cf. également J.-P. Brunterc’h, « Le duché…», p. 86-87.

30 A. Debord, La société laïque…, p. 88 ; A. Chédeville, Chartres…, p. 273.

31 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 262-263 ; A. Longnon, Pouillés, t. III, Provinces de Tours, Recueil des historiens de la France, 1903, p. 265 ; H. Guillotel, « Le dossier hagiographique de l’érection du siège de Tréguier », Bretagne et pays celtiques, p. 213-226.

32 J.-F. Boyer, « Les circonscriptions…», p. 244 ; J.-F. Lemarignier, « Quelques remarques…», p. 479 ; O. Guillot, A. Rigaudière, Y. Sassier, Pouvoirs…, p. 121.

33 Guillotel, 46, 68 et 68, p. 239, note 1.

34 Saint-Sulpice, 68.

35 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 340.

36 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 226.

37 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. VI, p. 429.

38 Ibidem, t. VI, p. 431.

39 Il est dit Vendellensi pagus en 1040-1047 et territorium Vendeliacensi en 1040-1066. Guillotel, 46, 68.

40 Dom Morice 403.

41 « In toto Vitrieiensi territorio ». Guillotel, 53.

42 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 339-340.

43 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 338-351, 544-545, 706-709.

44 A. Longnon, Pouillés…, t. III, p. 169-175, 257-260, 376.

45 Cf. chap. 2.

46 Le doyenné de Châteaubriant est mentionné en 1287 avec toutes ses paroisses.

47 Autrefois Pagialeto.

48 Appellations simplifiées des doyennés de Rennes-est et Rennes-ouest à la place respectivement du doyenné du Désert et de celui De inter Aquas.

49 Nous incluons en plus le Clos-Poulet n’appartenant pas au Rennais mais dont une partie du territoire fut sans doute distrait, comme nous le verrons plus loin, par celui de Dol.

50 Le comte Geoffroy Ier donna l’église de Livré-sur-Changeon aux moines de Saint-Florent de Saumur. Son territoire était limité à l’orient par le Vendelais ce qui correspond aux paroisses de Mecé et de Chienné (aujourd’hui Saint-Georges-de-Chesné). Guillotel, 62.

51 Saint-Georges, 49.

52 Guillotel, 46.

53 « […] Non possit fieri forteretia aliqua in Vendelesio hinc inde exceptis Chastellonis de Filgeriorum…». Fougères, 40.

54 ADML, H3713, f° 65, 66.

55 Aujourd’hui appelée Coglès.

56 ADML, H3713, f° 65v.

57 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 425.

58 ADIV, 6H33, XII 8.

59 « Friocus filius Gauzberti de Monte Germundi vendidit sancto Martino mansilium quod vocatur Boisium apud Marcilliacum in territorio castri Vitriaci quod situm est in pago Redonensis civitatis… Fidejussores etiam dedit dictus qui reddant tantumdem terre in simili vicinia in eadem vicaria si per alicujus calumpniam perdiderimus illam…», J.-P. Brunterc’h, « Le duché…», p. 107.

60 Ces paroisses faisaient partie du diocèse de Nantes avant 1050.

61 Dom Morice, 403.

62 La seigneurie de Châteaugiron est petite et éclatée en différents territoires. Cf. carte 5 p. 189.

63 ADIV, 1F432.

64 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 263.

65 La localisation du pagus minor Orcheus est mal déterminée. R. Couffon le situait à l’ouest du Couesnon, au bord d’une voie ancienne conduisant à Avranches dans « Les « Pagi » de la Domnonée au ixe siècle d’après les hagiographesbretons », MBSHAB, t. 24, 1944, p. 20-21. Selon L. Langouët, l’étymologie de Orcheus dériverait de ora signifiant rivage. Il en déduit que ce pagus pouvait s’étendre au sud de la baie du Mont-Saint-Michel, dans la région de Dol, ce qui ne semble pas pertinent car la région de Dol correspondait au Ratel : L. Langouët, « La partie septentrionale de la Civitas des Riedones », A.-M. Rouanet-Liesenfelt, La civilisation…, p. 207-208. P. Lanoé propose une autre étymologie de ce nom. Il aurait la même origine que plusieurs mots gallois et irlandais renvoyant à une double conception militaire et frontalière d’un territoire. Il en déduit que le pagus Orcheus a servi de « marche bretonne » contre les Francs. Il aurait englobé un territoire longitudinal isolant les Bretons des Francs : P. Lanoé, Les limites…, p. 97-98. Une telle hypothèse paraît étonnante et ne correspond pas à ce que nous savons de la marche de Bretagne. Le problème de ce dernier pagus minor reste pour nous entier.

66 « Canonici quoque S. Sansonis concesserunt ea conditione ut neminem sine ex burgensibus castri sine ex optimatibus de Ratel sepelirent nisi ipsi gratanter permitterent. », ADML, H3713, f° 75.

67 Dom Morice, 693-694, 857-858, 1050 ; Rigord, Gesta…, t. II, p. 165. H. Bourde de la Rogerie et R. Couffon ont visiblement mal interprété ces textes pourtant explicites. H. Bourde de la Rogerie, « Le pagus…», p. 300-306 ; R. Couffon, « Les Pagi…», p. 22-23.

68 Nouveau recueil d’actes inédits…, 7.

69 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 344.

70 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 134-136, 206, 221, 225-226, 263.

71 P. Guigon, « Rallion en La Bouëxière : cimetière militaire ou nécropole paroissiale ? », dans Mondes de l’Ouest…, p. 67-84 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. III, p. 512-515, t. V, p. 72-75.

72 «… terram de Landa Hugonis, sicut fluviolus qui dicitur Isla secernit eam a foreste, […]. Sciant posteri quod terra ista nulli parrochiæ subjacet ». La Borderie, 20 ; A. Chédeville, « Un projet…», p. 641-645.

73 Saint-Melaine, f° 19, 115.

74 Si les doyennés ne quadrillent pas encore systématiquement l’espace au xiie siècle, en revanche, la foresta est comprise à cette époque dans l’encadrement paroissial comme le précise un acte de Saint-Georges de 1153 : « de decimis et parrochialibus de foresta de Mouscon ». Saint-Georges, 51.

75 M. Garaud, « L’organisation…», p. 444 ; du même auteur « La construction des châteaux…», p. 54-78.

76 A. Debord, La société laïque…, p. 90 et 122-124.

77 J.-P. Brunterc’h, « Le duché…», p. 89-92 ; O. Guillot, Le comte…, planche 1 et pour le Craonnais J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 259-260 et 325-326.

78 J.-P. Brunterc’h, op. cit., p. 106-107.

79 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 242, note 4.

80 É. Lorans, Le Lochois…, p. 33-38.

81 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 341-347 ; ADIV, 1F1801, 17 ; ADIV, 6H33, XII 2 et 8.

82 J.-F. Boyer, « Les circonscriptions civiles…», p. 235-261.

83 En cela, l’analyse archéologique et l’étude des anciennes circonscriptions montrent que la seigneurie châtelaine ne représente pas une innovation territoriale majeure en soi car son ressort est issu, dans la plupart des cas, d’un chef-lieu de pagus minor, lui-même tirant parfois son origine d’une circonscription encore plus ancienne. Cf. O. Bruand, « L’impact des palais royaux du Bassin Parisien sur leur proche environnement aux viiie et ixe siècles : quelques exemples concrets. », Palais Royaux…, p. 93-98.

84 « […] pedagium de omnibus rebus ipsius sancti quæ transibunt per castrum vitriacum sive per castellariam eiusdem castri… ». ADML, H3713, f° 71v ; A. Debord, « Le mouvement de paix et la naissance des châtellenies », dans Château et territoire…, p. 18-19.

85 Cf. à ce sujet toutes les difficultés que rencontra Pierre de Dreux lorsqu’il voulut accroître les fortifications de la ville de Nantes. L’interdit sur tout le duché fut lancé à deux reprises en 1218 et en 1228. J.-P. Leguay et H.Martin, Fastes…, p. 74.

86 Nous sommes tout à fait en accord avec A. Debord pour l’analyse des nouveaux châteaux des xiie et xiiie siècles et de leur territoire. A. Debord, « Le mouvement de paix…», Château et territoire…, p. 20.

87 Cf. plans 3 p. 31 et 15 p. 45 (le ruisseau de Dézerseul sert de limite paroissiale).

88 Ces pourcentages ont été calculés de la façon suivante : nous avons établi un rapport entre les distances de la motte au bourg et à la limite paroissiale la plus proche afin d’obtenir un coefficient. La motte de la Marzelière se situe à 4,1 kilomètres du bourg de Bain et à 1,1 kilomètre de la limite paroissiale : 4,1 + 1,1 = 5,5 : 1,1 = (coefficient) 5. Jusqu’à ce coefficient, les sites sont considérés comme étant en position intermédiaire entre le bourg et la limite paroissiale. Au coefficient 6, nous considérons que le site est en périphérie de paroisse. Ont été exclues de ce comptage les mottes des châteaux majeurs comme celle de La Guerche.

89 Quelques rares mottes, rasées de nos jours, sont formellement attestées par les textes de l’époque moderne ou contemporaine mais leur localisation n’a pu être déterminée avec précision.

90 A. Debord, « Le mouvement de paix…», Château et territoire…, p. 16.

91 G. Fournier, « La mise en place…», p. 508 et 527-528 ; J. Avril, « La « paroisse » dans la France de l’an Mil », dans Le roi de France…, p. 213.

92 Guillotel, 19.

93 « […] per omnes enim novem circumjacentes parrochias, hoc est quantumcumque extenditur Lupicini villicatio, » et « […] Guidhenoc […] vendidit sancto Martino quoddam ripaticum super fluvium Coisnonem [et Hervé vendit] campum quendam quem eidem ripatico adjacentem habebat quantis scilicet habetur usque ad divisionem terræ Veteris Vici. » Ce dernier lieu est identifiable au Moulin aux Moines situé sur la limite de la commune de Vieux-Vy-sur-Couesnon. Guillotel, 47, 52.

94 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 289-295.

95 « […] terram de Landa Hugonis, sicut fluviolus qui dicitur Isla secernit eam a foreste […]. Sciant posteri quod terra ista nulli parrochiæ subjacet », La Borderie, 20 ; cf. également A. Chédeville, « Un projet…». En revanche, la foresta semble être intégrée au territoire paroissial au milieu du xiie siècle. Un acte de Saint-Georges de 1153 parle « de decimis et parrochialibus de foresta de Mouscon », Saint-Georges, 51.

96 Par exemple, Mondevert fait partie de ces rares paroisses créées sur la forêt (ADIV, 6H34, 1 ; Vitré, 65). En revanche, l’église de Trémeheuc, avant de posséder un territoire propre, appartenait à la paroisse de Combourg (ADML, H3713, f° 93 r).

97 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 358-359.

98 Soulvache était encore une chapelle dépendante de Rougé jusqu’au xviiie siècle.

99 Elle fut élevée au rang d’église le 1er juillet 1827. A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 21.

100 En 1245, Saint-Aubin-du-Pavail avait le rang de paroisse. ADLA, H113, 24.

101 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant…», acte 1 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 406.

102 Saint-Melaine, f° 38r.

103 Saint-Sulpice, 62, 66, 79, 231. Pour la date d’édification de la motte, cf. M. Brand’Honneur, « Le lignage…», p. 79-80.

104 Saint-Sulpice, 96.

105 Saint-Melaine, f° 56 r ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 363-364.

106 A. Debord, « L’église, le château et l’organisation de l’espace dans l’ouest de la France, xe-xive siècles », dans L’Église et le château…, p. 34.

107 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 374.

108 M. Fixot, « Les fortifications de terre…», p. 62-65 ; J. Le Maho, « L’apparition des seigneuries châtelaines…», p. 10 ; M. Bur, Inventaire des sites…, p. 8-9 ; G. Fournier, Le château…, p. 188-191.

109 J. Decaëns, « La motte d’Olivet…», p. 190-191 ; M. Colardelle et C. Mazard, « Premiers résultats…», p. 78-79.

110 A. Debord, La société…, p. 136 ; du même auteur, « À propos de l’utilisation…», p. 96.

111 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 379.

112 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 108 et note 200 de la même page.

113 J. Burnouf, La motte castrale…, t. I, p. 175-180 et 311.

114 G. Fournier, Le peuplement…, p. 399.

115 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 376-381.

116 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 189-190 et 320. Ceci n’est pas spécifique à la Bretagne. Cf. par exemple pour la haute vallée du Gers, J.-M. Lassure, « Les mottes féodales et le peuplement de la haute vallée du Gers », dans Châteaux et peuplements…, p. 147-152 ou pour le Romanais, M. Colardelle et C.Mazard, « Premiers résultats…», p. 78-79.

117 AN, L 968, 289.

118 D. Pichot, « La grange…», p. 23-30.

119 La lecture systématique de tous les anciens cadastres du Rennais permet de repérer de nombreux défrichements anonymes, notamment autour des massifs forestiers de Rennes, Châteaubriant, La Guerche, du Mesnil…

120 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 82.

121 Ateliers de potiers…, p. 87.

122 Des cas similaires ont été repérés par D. Barthélemy. Par exemple, la motte de Rocheux est séparée de sa bassecour par la limite communale, dans La société…, p. 301.

123 « Les fortifications de terre…», p. 8-11.

124 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 67v-68r ; ADML, H 3713, f° 72v à 73v.

125 J.-P. Brunterc’h, « Puissance…», p. 34-35, 39 et 62-64 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 279-280 et 292.

126 « Eo tempore quo plurimas et pene cunctas Redonensis pagi Ecclesias milites Laïci tenebant…», BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 67 r et 67 v-68 r ; ADML, H 3713, f° 72 r à 73 v.

127 « […] decimam atque sepulturam non stipendiis militum sed potius sustentationi deberi Monachorum, Clericorum, pauperum atque peregrinorum…», ADML, H 3713, f° 64.

128 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 64 v-65 r ; ADML, H 3713, f° 93r. J. Boussard a compris cet acte comme étant la preuve qu’il existait des mercenaires au xie siècle. En fait, bien des chevaliers prélèvent de tels droits sur les églises sans pour autant être qualifiés de milites « soldés ». J. Boussard, « Services…», p. 163. D. Barthélemy analyse de manière identique ce texte dans La mutation de l’an mil…, p. 280.

129 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 70 r ; ADML, H 3713, f° 63 r.

130 « Cui episcopus ewangelice respondit ut ea que Cesaris sunt Cesari redderet, et ea que sunt Dei Deo ; hoc est, secularia secularibus, æcclesiastica æcclesie. », Guillotel, 53.

131 Cartulaire de Landévennec, éd. par R.-F.-L. Le Men et É. Ernault, Paris, 1886, 25.

132 L’emploi du nom Cham est de toute évidence une référence biblique (Genèse, V-X). Il est montré comme un fils irrévérencieux de Noë parce qu’ayant fait découvrir à ses frères la nudité de son père ivre. Gleudennus pourrait être le fils de Juhel Bérenger, comte de Rennes, et donc l’oncle d’Alain III.

133 « […] quorumdam suorum perfidia multa perpessi sunt incomoda, ex quorum execrando collegio Gleudennus Judicæl Cham filius extitit, qui se cum suis in stricto castro conferens ineptam guerram inde contra eos facere disposuerat. Sed ejus machinamenta injusta, Dei providencia, non multo post facta sunt irrita ; nam quantocius ab Alano et fratre ejus Eudone cum valida manu militum obsessus, castrum in quo se contulerat sine mora captum fuit et ipse peremptus penam mortis subiit. At vero cum jam dicti fratres cum suis essent ante castrum seque prepararent ad bellum, consilio sue matris Hadeguise et boni magistri sui Haymonis, reddiderunt pro anima patris sui et matris sue suorumque et pro inminentis belli victoria et pro tocius Britannie incolumitate, per manus sancti abbatis Hingetheni qui illic presens aderat ecclesiam… », Guillotel, 26.

134 « […] nam rustici insurgentes contra dominos suos congregantur. At nobiles, juncto secum comite Alano, agmina rusticorum invadunt, trucidant, dispergunt, persequuntur, quonjam sine duce et sine consilio venerant in prælium. Deinde quidam nobilium insurrexerunt contra comitem, sed non prævaluerunt, quoniam ipse vir ignavus et sine scientia non erat. Inter hos tumultus Felix, quoniam non poterat quiete et pacifice vivere, statuit ad monasterium suum redire, nam sedecimum annum agebat ex quo ab abbate suo ibidem transmissus fuerat ». « Gildæ Vita et Translatio…», p. 462-465.

135 H. Guillotel, « La pratique…», p. 38, acte II.

136 Comme beaucoup d’actes de ce cartulaire, il est mal daté. Il remonterait au xie siècle. Saint-Georges, 60.

137 « […] et quod excommunicati sunt quicumque tenent dona Juhelli…», Allenou, 7 et 15.

138 Dom Morice, 567-568 ; ADIV, 6H33 XII, 2 ; La Roë, 57.

139 Dom Morice, 419-421.

140 Guillotel, 49.

141 ADIV, 6H33 XI, 4.

142 Dom Morice, 629-631 ; Guillotel, 136 ; ADML, H 3503, 2 et H 3714, f° 86.

143 « Herveus nomine […] deditque Deo et beato Martino atque nobis ipsam æcclesiam et presbiteragium [d’Erbrée…]. Quod audientes milites quidam, Normannus scilicet, Frotgerius atque Adamus fratres atque ipsorum filii calumniati sunt nobis ipsum donum. Et quia viri fortes et parrochiani ipsus æcclesie erant et in ipsa æcclesia eadem non modicam partem habebant, violenter illud nobis multo tempore abstulerunt […]. Evoluto autem aliquanto tempore contigit prefatum Normannum egritudine qua et mortuus est infirmari. Imminente ergo mortis periculo, petiit a domno Rivallonio et fratribus nostris apud Vitreium castrum degentibus ad monachatum suscipi, et impetravit. Susceptus itaque memoratam calumniam non solum dimisit, sed et insuper nobis tam æcclesiam quam presbiteragium cum omnibus ad ipsum pertinentibus concessit et auctorizavit et sic demum obiit. […] Cujus ad hoc usque processit malitia ut die quadam, cum domnus Rivallonius atque Herveus fratres nostri in eadem ecclesia missas celebrare vellent et ante sacrum altare starent, illa in cancellum, omni pudore muliebri [Claritia, épouse d’Eudon fils d’Almodius] impudenter abjecto, domnum Herveum monachum baculo in capite vulneraret et ad terram prostraret. […] Cui filii et parentes sui subvenire satagentes, in aula domini Andree venerunt et in emendationem forisfacti Claritiæ illius […]. Et sic demum pro commisso piaculo suprascripto, coram ipso sancto altari verberata est in satisfatione erga Deum eadem Claritia. Cui pactioni sive concessioni interfuerunt isti : de militibus Frotgerius filius Tetbaldi, Hamelinus filius Normanni, Paganus frater ejus, RaineriusEdus et alii plures […]. » ADIV, 6H34, 3.

144 « viri fortes ». Le mot fortis en latin médiéval peut avoir le sens de fort, grand, puissant, long, gros. Cf. J.-F. Niermeyer, Mediæ…, p. 448.

145 Saint-Serge, 106.

146 Cette remarque se rapproche de celle d’A. Chédeville pour qui les détenteurs du banc ne furent pas appauvris par les « restitutions ». A. Chédeville, Chartres…, p. 326.

147 Guillotel, 49 ; « Documents inédits…», 11 et 12 ; ADIV, 6H33 XI, 4.

148 En 1214, Hamelin se démit d’un dîner pour ses sept hommes et cinq chevaux de Chaudeboeuf. ADIV, 6H33 XII,8 et XIII, 5.

149 H. Guillotel, « Combour… », p. 269-298.

150 H. Guillotel, « Combour…», p. 277-283.

151 Dom Morice, 492, 665.

152 À cet égard, la chronologie des transferts de biens d’église proposée par G. Devailly est contestable (G. Devailly, « Une enquête…»). L’auteur confond dons d’églises et de dîmes, ce qui n’est pas la même chose et biens des dîmes restent aux mains des laïques au xiiie siècle (D. Barthelémy, La société…, p. 270). De plus, la datation des dons d’églises est problématique. G. Devailly classe, par exemple, les 35 églises appartenant à Saint-Melaine de Rennes en 1152 parmi les « restitutions » de la seconde moitié du xiie siècle, justifiant ainsi le caractère tardif de l’application de la réforme grégorienne en Bretagne. Cependant, l’acte mentionnant ces possessions est une charte confirmative des biens de l’abbaye par l’évêque de Rennes (Saint-Melaine, f° 56). Il ne saurait donc, en aucun cas, servir à dater les donations de ces 35 églises et 10 chapelles de l’année 1152. Elles sont forcément antérieures à cette date !

153 Comme de nombreux auteurs l’ont souligné, les laïcs ne « restituèrent » pas tous les droits qu’ils avaient sur les églises. Ceci est particulièrement vrai pour les dîmes.

154 Guillotel, 99.

155 « Documents inédits…», 9 et Dom Morice, 423-424. Pour le sens du mot familia, cf. p. 148-149.

156 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 532-533.

157 « Illum parrochianum dico qui in sua parrochia mansionarius erit, exceptis illis militibus qui in castello domini Roberti erunt propter suum beneficium ; castellani enim equites non sunt consuetudinarii cujusquam ecclesiæ. », A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré…», acte 1 ou ADIV, 1F1801, 16.

158 ADIV, 6H34, 3 ; Dom Morice, 460-461. Pour la traduction de primores, cf. J.-F. Niermeyer, Mediæ…, p. 849.

159 L’impossibilité d’associer des noms à des toponymes au xie siècle et le trou documentaire de la première moitié du xiie siècle empêchent dans bien des cas de reconstituer les filiations de chevaliers.

160 La Lande Hugan n’était soumise à aucune paroisse parce qu’elle faisait partie de la foresta de Bourgouët. La Borderie, 20.

161 Nous nous excusons auprès de nos lecteurs pour l’erreur de localisation commise au sujet de cette motte dans M. Brand’Honneur, « La motte et le clocher…». Il est vrai que cette motte fut une des plus difficiles à déterminer. C’était le nom d’une seigneurie mentionnée à la fin du xive siècle et appartenant aux Boutier (P. Banéat, Le département…, t. I, p. 196). Le toponyme n’existe plus de nos jours. Or, les Boutier étaient prééminenciers de l’église de Plesder où ils avaient leurs armes (Vicomte Frotier de la Messelière, « Contribution…», p. 111) et la Motte Beaumanoir en Pleugueneuc conserve les armoiries où figure un éclaté représentant, entre autres, les armes des Gruel et des Boutier (renseignements communiqués par C. Amiot). Les Boutier n’occupaient donc les lieux avant 1427, date à laquelle le manoir s’appelait la Motte Gruel car possédé par les seigneurs de ce nom (Bibliothèque municipale de Rennes, 1Mi 275, Ancienne réformation de la noblesse de 1427). Cependant, les Boutier n’y vivaient pas encore au xiie siècle. En fait, la recherche de la Motte Boutier du xiie siècle est plus simple, pour peu que l’on rapproche certains textes précis de cette époque. Le fils de Boutier, Thomas, concéda à Savigny en 1141-1156 ce que Guillaume de Montfort avait donné dans la foresta de Tanouarn (BN, ms fr 22325, p. 734). Thomas disposait donc de biens dans cette forêt. Elle se situe en Dingé, là où les Boutier possédaient encore quatre manoirs à l’époque moderne, et à 6 kilomètres de l’église de Notre-Dame de Combourg. Or, il existe encore une motte à la lisère de la forêt de Tanouarn, en Tinténiac, dans une parcelle que l’ancien cadastre de 1836 nomme le Bois de la Plesse. Ce nom est mentionné dans un acte de 1223 de Saint-Florent de Saumur. Hubert Boutier donnait ce que ses ancêtres avaient et réclamaient dans la haiaPleebosq (BN, ms fr 22329, p. 421). Les renseignements des deux actes, les données archéologiques, et la toponymie concordent pour reconnaître en ce site isolé et en forêt la Motte Boutier du Moyen Âge central.

162 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 475, 476, 478, 479.

163 H. Guillotel, 50 et p. 239, note 1.

164 H. Guillotel, « Du rôle des cimetières…», p. 7

165 BN, nouv. acq. lat., 1930, f° 67 v-68 r ; ADML, H 3713, f° 72 v-73 v.

166 Guillotel, 50.

167 ADIV, 6H33 XI, 4.

168 D. Barthelémy, Le Vendômois…, t. I, p. 646-648.

169 Allenou, 7, 15 et p. 539, note 47.

170 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 162.

171 Ibidem, t. II, p. 223-230 ; Dom Morice, 575-576 et 1140-1141.

172 Ibid., t. I, p. 157-162 ; Guillotel, 49.

173 Ibid., t. II, p. 1-7.

174 Alors que la motte est distante de 4,2 kilomètres de l’église d’Argentré.

175 Saint-Serge, 411.

176 BN, ms. fr. 22322, p. 415.

177 ADIV, 6H34, 3.

178 ADLA, H112, 5.

179 Pour restaurer Béré, Brient Ier de Châteaubriant appela d’abord les moines de Redon, puis ceux de Saint-Melaine, pour enfin s’adresser à ceux de Marmoutier. H. Guillotel, « La place de Châteaubriant…», p. 11-12. Dans un premier temps, Raoul Ier de Fougères concéda l’église de Notre-Dame du château de Fougères, mais il fut finalement obligé de la donner à Marmoutier, comme le souhaitait son père, Main II. Dom Morice, 488-489 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 753.

180 BN, ms. fr. 22331, p. 234.

181 Cf. la carte de répartition des mottes en Ille-et-Vilaine dans M. Brand’Honneur, Les mottes médiévales…, p. 29. Pour le Vannetais, cf. la carte dans N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 321.

182 L’évêque de Rennes ne possédait que des droits très partiels sur quelques paroisses comme à Saint-Jacques-de-LaLande, Bruz, Rannée, Poligné… A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 114-123.

183 Le régaire de l’évêque de Dol est facile à cerner grâce à l’enquête par tourbe de 1181 visant à rétablir le domaine épiscopal à cause de la destruction des archives pendant les guerres. Il correspond assez fidèlement à celui de l’époque moderne. Allenou, p. 266-289 et 325-334 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 114-123.

184 Le site du Vieux Chastel en Saint-Coulomb est de nos jours rasé. Un plan du début du siècle montre qu’il s’agissait vraisemblablement d’un site intermédiaire entre une motte et une enceinte. M. Brand’Honneur, Les mottes médiévales…, p. 86-87.

185 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 443.

186 Ibidem t. I, p. 611-619.

187 Il n’y a également pas de motte autour de Saint-Brieuc qui fut le siège d’un évêché. Cependant, nous ignorons la taille de son régaire (S. Hinguant, Les mottes médiévales…, p. 6).

188 ADML, H3713, f° 93.

189 K.-F. Werner, Les origines…, p. 498.

190 Création des châteaux de Fougères, La Guerche, Tinténiac, Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine et abandon de Martigné et peut-être de Villavran, d’Orange.

191 A. Debord, « Le mouvement de paix…», dans Château et territoire…, p. 20.

192 Cf. J.-F. Lemarignier, « La dislocation…», p. 401-410 ; D. Barthélemy, Le Vendômois…, t. I, p. 351.

193 L’agglomération des Provenchères est gallo-romaine mais est établie sur un substrat protohistorique. Elle se situe à cheval entre les paroisses de Craon et d’Athée. L’agglomération des Provenchères est gallo-romaine mais est établie sur un substrat protohistorique. Elle se situe à cheval entre les paroisses de Craon et d’Athée.

194 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 180-184, 250-260, 292 et 325-326.

195 M. Colardelle et C. Mazard, « Les mottes castrales…», p. 81.

196 F. Eygun, « La Garnache » complété par les renseignements de P.-R. Giot qui était présent lors des fouilles.

197 J.-M. Poisson, Chronique des fouilles médiévales dans AM, t. 19, p. 352-353, t. 20, p. 430-431, t. 21, p. 378-390, t. 22, p. 513-514 et « Église et château sur le site de Villars…».

198 La découverte d’une nécropole sous la motte de Torcé pourrait relever d’une telle interprétation. Cependant, les données de cette fouille sont trop ténues pour pouvoir l’affirmer.

199 J. Le Maho, « De la curtis… », p. 171-183 et du même auteur, La motte seigneuriale de Mirville…, p. 7-8.

200 Près de 30 églises du Rennais conservent des parties romanes. Si l’on ajoute celles qui étaient encore visibles au xixe siècle, il faudrait en augmenter le nombre de 58. Ainsi, au minimum, plus d’un tiers des églises du Rennaisont été construites ou rénovées entre le xie et le xiie siècle. P. Guigon, L’architecture pré-romane…, p. 21-32 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, V et VI.

201 Il est difficile d’évaluer directement ces pertes de revenus. Elles furent certainement importantes, si l’on en juge par la richesse des établissements bénédictins et de leurs prieurés. N’oublions pas que ces nouveaux revenus ont permis une campagne de reconstruction d’églises sans précédent.

202 L. Beuchet, D. Dufournier, F. Fichet de Clairfontaine, « Les ateliers…», p. 72.

203 AN, L 977, 1262.

204 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 560 et cf. Annexe 1.

Table des illustrations

Titre Tableau 7 : Évolution des doyennés et de leur centre
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11271/img-1.png
Fichier image/png, 95k
Titre Carte 7 : Les doyennés vers 1330 et les anciens centres de peuplement ou/et de commandement
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11271/img-2.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Carte 8 : Les doyennés à l’époque moderne et leurs centres
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11271/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Plan 37 : Le finage du manoir de la motte de Bésiel à cheval sur deux paroisses d’après les cadastres de 1827 annotés
Légende 1 motte2 enceinte3 parcellaire ovale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11271/img-4.png
Fichier image/png, 906k
Titre Plan 38 : La motte du Rocher Portail en La Selle et son château de l’époque moderne en Saint-Brice d’après les cadastres de 1833 annotés
Légende 1 motte2 étang3 moulin4 château du xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11271/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Plan 39 : Le manoir à motte de Lancé en Noyal-sur-Seiche d’après le cadastre de 1813 annoté
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11271/img-6.png
Fichier image/png, 456k
Titre Carte 9 : Limites paroissiales, forêts et manoirs à motte du Plessis aux Chats et de la Motte Boutier
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11271/img-7.png
Fichier image/png, 3,0M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540