Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

Les crises sanitaires et climatiques et leur perception dans l’Italie pré-impériale : la question des sources. Quelques réflexions d’ordre méthodologique

Laurent Hugot

Texte intégral

  • 1 On ne connaît, semble-t-il, qu’une seule représentation antique de séisme : le bas-relief trouvé à (...)
  • 2 Voir Bérenger-Badel A., « Les séismes dans la documentation épigraphique et numismatique sous le H (...)

1Lorsqu’on souhaite étudier les crises sanitaires et climatiques avant l’époque impériale, on se trouve face à une difficulté majeure lors de la collecte des sources. Les sources iconographiques ne peuvent être d’un grand secours1, comme par ailleurs l’épigraphie et la numismatique2. La majeure partie des témoignages sont littéraires et essentiellement latins, même si nous bénéficions de l’apport de quelques auteurs grecs. Il faut ajouter que, souvent, c’est de Rome dont on parle et bien peu, en proportion, du reste de l’Italie. Reste l’archéologie, qui vit une véritable révolution dans ses méthodes, mais dont il faut évaluer les apports et préciser les limites.

Les risques naturels et leur perception

Des aléas particulièrement nombreux

  • 3 Sur les catastrophes naturelles dans l’Antiquité, voir l’ouvrage récent et bien documenté de p. Ch (...)
  • 4 Le Gall J., Le Tibre de Rome dans l’antiquité, entre 414 av J.-C. et 398 ap. J.-C., Paris, 1952.
  • 5 Leveau P., « Les inondations du Tibre à Rome : politiques publiques et variations climatiques à l’ (...)
  • 6 Voir, notamment, Bustany C., Problèmes méthodologiques pour la cartographie des incendies et catas (...)
  • 7 Inventaire des principales inondations à Rome entre- 750 et 69 dans Charlier, op. cit., p. 237-238

2Dans l’Italie antique, les aléas sont divers3. Au premier rang, nous trouvons les inondations, puisque nous sommes dans un système climatique méditerranéen où les phénomènes météorologiques sont parfois d’une rare violence. Les trois grands fleuves italiens, l’Arno, le Tibre et le Pô, sont particulièrement sujets à des crues catastrophiques. Nous connaissons relativement bien les inondations du Tibre grâce aux travaux de Joël Le Gall4, Philippe Leveau5 et de Catherine Bustany6, moins celles de l’Arno et du Pô. À Rome, les inondations catastrophiques sont récurrentes7 : le Forum et le Champ de Mars sont si souvent noyés qu’à partir de la moitié du premier siècle av. J.-C., les autorités interdisent les constructions en bord de fleuve. Les ingénieurs romains imaginent diverses solutions pour résoudre ce problème, allant jusqu’à suggérer le détournement du fleuve, mais ces projets trop complexes et trop couteux ne sont pas mis en œuvre, d’autant que l’on considère que ces crues sont porteuses de sens. En effet, pour les Romains, elles annoncent des évènements importants et il serait peut-être alors plus dangereux de s’en priver que de les subir.

  • 8 Pline, Histoire Naturelle, II. c. xcij.
  • 9 Voir ci-dessous (fouilles du village de Croce del Papa, en Campanie).
  • 10 Le séisme antique le mieux documenté et qui est le sujet de multiples controverses est le fameux « (...)
  • 11 Voir Charlier, op. cit., p. 192-217 (en fouille, en dehors de Pompéi et d’Herculanum, on a retrouv (...)
  • 12 Tacite, Annales, XV, 18, 2.

3Les glissements de terrain sont fréquents et parfois dévastateurs. C’est ainsi que la ville de Tyndaris, selon le témoignage de Pline, s’enfonça en partie dans la mer en 70 av. J.-C.8 Les éruptions volcaniques sont, elles aussi, ordinaires, puisque le sud de l’Italie concentre des dizaines de volcans. Nous disposons d’informations depuis le bronze récent9. Les séismes sont presque innombrables10 et provoquent parfois des tsunamis11. En 62, deux cents bateaux coulèrent près d’Ostie12 : on soupçonne aujourd’hui un événement de cette nature. Il faut y ajouter les incendies, même si ceux-ci ne sont pas toujours causés par la foudre (notamment ceux de-210 et de-52).

  • 13 Voir Castex D. et Cartron I. (éd.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaire (...)
  • 14 Blancou J., Les maladies animales transmissibles de l’Antiquité à nos jours, Paris, 2000.
  • 15 Tite Live, Histoire romaine, 3, 6, 2-7. Rome est alors en guerre contre les Eques et les Volsques. (...)
  • 16 Diodore de Sicile, Histoire universelle, Livre XIV, LXXVI.

4Les crises sanitaires sont beaucoup plus difficiles à cerner13. Concernant les épizooties, les études de Jean Blancou montrent qu’elles devaient être nombreuses14. Le vocabulaire pour caractériser les grandes épidémies est pauvre. Les Grecs comme les Romains utilisent des termes génériques qu’on traduit par peste : loimos (fléau, mort), pestilentia et pestis (idée de maladie commune à tous). Nous en avons de nombreuses mentions : en-45915, en-365 (mort de Camille), en-364 (origine du théâtre à Rome), en-174, en-22, etc. Pour la Sicile, on connaît les célèbres pestes qui sévirent lors des luttes entre les Denys et les Carthaginois16.

  • 17 Sur les sécheresses, leurs conséquences politiques et militaires ainsi que leur rôle dans le décle (...)
  • 18 Bouville C.-P., « Les témoins (sépultures, vestiges osseux humains) de catastrophes, massacres, ép (...)

5Nous ignorons ce que recouvrent exactement ces « pestes ». Mais il faut remarquer qu’elles étaient particulièrement nombreuses dans le contexte des sièges de villes (associées aux mentions de malnutrition, de cadavres pourrissants) ou suite à des catastrophes naturelles (des inondations, par exemple, ou des sécheresses17). Le terme regroupait donc probablement quantité de maladies que les Anciens ne différenciaient pas selon leurs symptômes, mais plutôt en fonction de leurs conséquences18.

Des sociétés très vulnérables

  • 19 André Bernand a consacré un excellent chapitre aux « brutalités de la nature » dans le monde grec (...)

6Ces sociétés sont d’une extrême vulnérabilité, car selon des modalités qui sont aujourd’hui bien connues, les espaces les plus sensibles aux aléas sont aussi ceux qui sont les plus propices aux installations humaines, c’est-à-dire à proximité des côtes et des fleuves, sur les riches terres volcaniques, etc.19.

  • 20 Bustany C., Maîtrise du sol et urbanisme à Rome à l’époque républicaine, Paris, Université de Pari (...)
  • 21 Juvénal, Satires, 3, 190-194.
  • 22 Un hiver un peu trop froid comme en 270 avant notre ère, le Tibre gelé qui interdit la navigation (...)

7Ceci est largement aggravé par la tentation de concentration des installations humaines dans les villes, dans des conditions souvent difficiles. Catherine Bustany a bien mis en évidence ce phénomène pour Rome20, où il atteint un paroxysme : constructions en hauteur, habitations en grande partie en torchis et en bois. Nous savons qu’à Rome les maisons s’écroulent le plus souvent par la sape des fondations21. Quant aux incendies, ils sont toujours très dévastateurs, à cause de la densité de peuplement. Du fait de cette importante vulnérabilité, le moindre événement qui s’éloigne un peu de la norme revêt souvent des conséquences catastrophiques22. Ainsi, on remarque que, souvent, un premier phénomène a un effet déclencheur pour d’autres évènements qui naissent de cette extrême vulnérabilité, en aggravant ainsi de manière considérable les conséquences humaines et matérielles des catastrophes.

Une culture de gestion des risques très rudimentaire

  • 23 Favier R. et Granet-abisset A.-M. (dir.), Histoire et mémoire des risques naturels, Actes du sémin (...)

8Les sociétés sont d’autant plus vulnérables qu’il n’y a presque pas de culture et de gestion du risque. Ceci ne signifie pourtant pas que celles-ci n’existent pas et que la population n’est pas consciente des risques23.

  • 24 Allinne C., Les villes antiques du Rhône et le risque fluvial. Gestion des inondations dans les vi (...)
  • 25 Voir supra, notes 4, 5 et 6 ; Charlier, op. cit., p. 236-240.

9Les exceptions concernent le plus souvent les cités construites sur les fleuves, comme le montrent les études menées depuis une dizaine d’années pour la Gaule du Sud24 et pour Rome, cas singulier en tous points. Ainsi, on soupçonne fortement la présence d’un cadastre républicain, l’existence de travaux d’aménagement ainsi qu’une véritable organisation pour contrôler le fleuve et les installations humaines situées sur ses rives, tout cela, sans doute depuis l’époque césarienne25. Pour la prévention du feu, c’est à Auguste qu’on attribue la création du corps des vigiles. Mais les rondes de nuit étaient, semble-t-il, habituelles dans la plupart des villes, sans que jamais, toutefois, on ne prenne les mesures que nous jugerions élémentaires, aujourd’hui, afin de limiter le nombre des incendies.

  • 26 Pline, Histoire naturelle, LXXXI, LXXIX (2), à propos de Phérécyde, maître de Pythagore. Cicéron é (...)

10Les populations s’attachaient à se prémunir seulement des aléas trop récurrents. Pourtant, dans l’Antiquité gréco-romaine, on était tout à fait capable de faire des calculs de probabilité, de prévoir le risque. L’analyse des sources montre que lorsque que des catastrophes sont mentionnées, elles le sont moins pour elles-mêmes (c’est très rare) qu’en leur qualité de prodige et de présage indiquant une rupture de la Pax deorum. De ce fait, les hommes ne peuvent avoir aucune prise sur les évènements par les moyens que nous jugeons logiques. Ce que nous prenons pour de la résignation n’était pas perçu comme tel : prévoir une catastrophe était de l’ordre du divin26.

  • 27 Les évènements les plus graves comme les grandes guerres étaient, selon les historiens antiques, t (...)

11En conséquence, si on ne prenait pas de mesures matérielles ou sanitaires, la raison en était que le problème se situait à un autre niveau. Le retour à un ordre normal des choses passait toujours par une restauration d’une communication « normale » avec les dieux, au moyen de prières publiques et de sacrifices expiatoires. L’aruspicine était donc l’un des procédés de gestion des risques. Ainsi, les catastrophes, pour les Anciens, ne sauraient être qualifiées de naturelles, puisqu’ils voyaient les dieux derrière chacune d’elles27. Elles étaient le symptôme de quelque chose qui se jouait ailleurs et non un objet qu’il était possible d’appréhender par lui-même.

Comment aborder les sources ?

L’apport des sources littéraires

12Pour les Romains et aussi, le plus souvent, pour les Grecs d’Italie du Sud, tout événement considéré comme hors norme était avant tout un signe divin. C’est dans cette perspective qu’il a été le plus souvent consigné. Des évènements qui peuvent être considérés par nous comme des accidents, des phénomènes anecdotiques ou même assez farfelus, comme les pluies de pierres, de sang, de briques cuites ou de chair, étaient considérés comme des signes qui marquaient une rupture de la paix des dieux et qui déstabilisaient l’ordre social de manière beaucoup plus importante que les tremblements de terre ou les inondations. Ce n’est donc pas l’intensité du phénomène et les destructions qui étaient seules prises en compte, mais ce que l’événement annonçait.

13Si on veut étudier les crises sanitaires et climatiques dans l’Italie pré-impériale, on doit ainsi relever, sans discrimination, tous les phénomènes naturels considérés comme anormaux par les Anciens, tout en ayant à l’esprit qu’ils furent interprétés comme des prodiges. Le choix d’un événement est toujours signifiant et il est certain qu’un grand nombre de catastrophes remarquables a été passé sous silence puisque n’induisant pas de crise profonde dans le rapport avec les dieux. À Rome, par exemple, on ne parle presque jamais des destructions de maisons individuelles, alors qu’on s’attache particulièrement aux destructions de bâtiments religieux, même lorsque le sinistre n’entraîne aucune conséquence particulière, sur le plan matériel, pour la population.

  • 28 Cf. Dion Cassius, 45, 17, 3.
  • 29 Cf. Pline, Histoire naturelle, II, LXXXV, LXXXIII (1).

14Le second point est la question de la vraisemblance. Nous n’avons aucun moyen de vérifier qu’un événement s’est réellement produit, ni d’évaluer son intensité, d’autant moins que les mentions sont souvent très imprécises (cas des pestes) et que les sources sont rarement contemporaines de l’événement. La nature du phénomène est généralement proportionnée à l’événement qu’il annonce, ce qui laisse suspecter de nombreuses exagérations28 ou explique les fréquentes invraisemblances29. Des faits qui apparaissent pour nous de nature très différente sont placés exactement sur le même plan, ils sont interprétés comme des signes, on ne se préoccupe pas de leur incidence réelle sur les populations.

L’archéologie

  • 30 Amat Séguin, op. cit., p. 823-827.

15Pour avancer dans nos réflexions, il s’avère indispensable de s’appuyer sur l’archéologie et sur les sciences qu’on appelle improprement annexes, ainsi que sur les travaux des géomorphologues, car ils peuvent nous aider à valider ou non les sources littéraires. Grâce à eux, on a ainsi de sérieux doutes, aujourd’hui, sur l’historicité de l’incendie de Rome, consécutif à la descente des Gaulois en Italie en 390 [386] avant J.-C.30.

  • 31 Par exemple, l’archéologie des épidémies et des catastrophes a beaucoup progressé ces dernières an (...)

16Ces données archéologiques, qu’on considère comme étant plus objectives que les données littéraires, posent cependant un problème évident, celui d’être déconnectées de la perception que les Anciens avaient des phénomènes naturels. Néanmoins, les fouilles nous apportent de plus en plus d’éléments de réflexion sur le sujet31, en particulier lorsqu’elles nous font connaître des catastrophes absentes des sources littéraires et qu’elles nous permettent de mieux comprendre l’attitude des populations face à elles. Deux exemples récents aideront à cerner à la fois les apports de l’archéologie et ses limites.

Fouilles du village de Croce del Papa, près de Nola (Campanie)

  • 32 Nola Quattromila anni fa. Il villaggio del Bronzo Antico distrutto dal Vesuvio, Soprintendenza per (...)

17Dans ce site, les archéologues ont mis au jour trois grandes cabanes dans un état de conservation extraordinaire, car elles avaient été enfouies lors d’une éruption du Vésuve à l’âge du Bronze (1860-1680 avant J.-C.). On a pu constater que la plupart des occupants avaient eu le temps de fuir, les traces fossilisées de leurs pas sont encore parfaitement visibles. Deux cadavres seulement ont été retrouvés, ceux d’un homme et d’une jeune femme qui s’étaient cachés derrière un bosquet et qui furent surpris par la rapidité de la coulée de boue (on estime qu’elle a dévalé à 170 km/h environ). Dans la précipitation, les gens ont abandonné leurs biens, ils n’ont pas libéré leurs ovins parqués dans un enclos, ils ont même oublié de détacher un chien, qui est resté prisonnier et qui est mort dans l’une des cabanes32.

18Grâce à la qualité de ces fouilles récentes, nous pouvons reconstituer sans difficulté les péripéties de l’événement et mieux comprendre l’attitude des populations. Les conséquences de l’éruption ayant été surtout matérielles (destruction des habitations et perte de biens), mais peut-on réellement parler, dans ce cas-là, de catastrophe ?

La ferme de Punta Chiarito à Ischia

  • 33 Gialanella C., « Pithecusa : gli insediamenti di Punta Chiarito. Relazione preliminare », dans D’A (...)

19Le second exemple nous amène sur l’île d’Ischia, au large de la Campanie. Cette île est un lieu d’étude particulièrement important pour les archéologues, car c’est ici, selon la tradition, que se sont installés les premiers colons grecs en provenance d’Eubée. Les fouilles d’une ferme, à Punta Chiarito, ont révélé son abandon partiel, vers 580 av. J.-C., à la suite d’une éruption volcanique – événement dont on ignorait l’existence, puisque les sources littéraires n’en parlent pas. Ici, l’archéologie supplée aux lacunes de la documentation écrite33.

20Ainsi, l’archéologie nous apporte des informations inédites et précieuses. Mais celles-ci sont ponctuelles dans le temps et dans l’espace. L’étude des crises sanitaires et climatiques est largement tributaire de la nature même des aléas. Certaines zones, comme les champs Phlégréens, furent soumis à des aléas très marquants (matériellement et dans l’esprit des populations), et on peut en retrouver les traces longtemps après les évènements. Dans d’autres cas, comme pour les « pestes » ou pour les inondations, les études menées ont très vite montré leurs limites : la plupart du temps, on ne peut établir au mieux qu’une chronologie des évènements sans pouvoir en dire beaucoup plus tant les informations dont nous disposons sont imprécises. Cependant, de nouveaux espoirs naissent des techniques nouvelles convoquées par les archéologues : les analyses ADN permettent d’en savoir plus sur les épidémies, tandis que la paléopathologie et la paléoantropologie permettent parfois d’apporter des informations essentielles à notre compréhension des vestiges archéologiques.

21Le travail de recension des crises sanitaires et climatiques dans l’Italie pré-impériale reste encore à faire. Il faudra, naturellement, procéder à un récolement des sources, sans se limiter aux définitions et aux catégories modernes des catastrophes. Et pour que les données soient utilisables, il conviendra d’accorder à l’analyse contextuelle toute l’importance nécessaire.

Figure 1 – Nola. Cabane 3 en cours de fouille, dégagée des ponces qui la recouvraient. Cliché : C. Albore Livadie [http://www.alborelivadie.eu/​fr_nola_croce_del_papa_htm].

Figure 2 – Nola. Mobilier abandonné sur place (abside de la cabane 3). Source : C. Albore Livadie et al., « Un paysage fossilisé sous les cendres du Vésuve (Nola, Naples, Italie) », dans Paysage… Landschaft… Paesaggio…, L’impact des activités humaines sur l’environnement du Paléolithique à la période romaine, textes édités par J. Studer et al., Cahiers d’archéologie romande, 120 (2011).

Figure 3 – Pomici di Avellino. Empreintes des pas de deux individus fuyant l’éruption volcanique. Source : G. Mastrolorenzo et al., « The Avellino 3780-yr-B. P. catastrophe as a worst-case scenario for a future eruption at Vesuvius », PNAS, 103(12), 2006.

Figure 4 – San Paolo Belsito. Une des deux victimes de l’éruption volcanique. Source : Soprintendenza per i Beni Archeologici delle Provincie di Napoli e Caserta.

Notes

1 On ne connaît, semble-t-il, qu’une seule représentation antique de séisme : le bas-relief trouvé à Pompéi dans la maison de Lucius Caecilius Iucundus, qui montre les dommages provoqués au temple de Jupiter et à l’Arc de triomphe de la ville par le tremblement de terre du 5 février 62 (ou 63 ?) : voir Margottini C. et Kozak J., Terremoti in Italia dal 62 AD al 1908, Rome, ENEA, 1992. Reproduction photographique dans Guidoboni E., Comastri A. et Traina G., Catalogue of Ancient Earthquakes in the Mediterranean Area up to the 10th century, Rome-Bologne, ING-SGA, 1994 ; reproduction gravée dans Hoernes R., Erbebenkunde. Die Erscheinungen und Ursachen der Erdbeben, die Methoden ihrer Beobachtungen, Leipzig, 1893. Les deux illustrations figurent également dans la Jan Kozak Collection, université de Berkeley (CA), sous le n° KZ1 ([http ://nisee.berkeley.edu/elibrary/Image/KZ1] ; page accessible le 17 juin 2010).

2 Voir Bérenger-Badel A., « Les séismes dans la documentation épigraphique et numismatique sous le Haut-Empire : entre élaboration de la mémoire et reconstruction de l’événement », dans Favier R. et Granet-abisset A.-M. (dir.), Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, Grenoble, Publications de la MSH Alpes, 2005, p. 161-174 ; Albore Livadie C. (dir.), Tremblements de terre, éruptions volcaniques et vie des hommes dans la Campanie antique, Paris, Les Belles Lettres, 1986.

3 Sur les catastrophes naturelles dans l’Antiquité, voir l’ouvrage récent et bien documenté de p. Charlier, Male mort, Morts violentes dans l’Antiquité, Paris, Fayard, 2009, p. 191-246 (la cinquième partie de l’ouvrage est entièrement consacrée aux catastrophes naturelles).

4 Le Gall J., Le Tibre de Rome dans l’antiquité, entre 414 av J.-C. et 398 ap. J.-C., Paris, 1952.

5 Leveau P., « Les inondations du Tibre à Rome : politiques publiques et variations climatiques à l’époque romaine », dans Hermon E. (dir.), Vers une gestion intégrée de l’eau dans l’Empire Romain, Actes du colloque international, Université Laval, octobre 2006, Atlante tematico di topografia antica, Supplementi 16, Rome, l’Erma di Bretschneider, 2008, p. 137-146 ; résumé dans Id., « Les inondations du Tibre », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 35, 2009, p. 231-232.

6 Voir, notamment, Bustany C., Problèmes méthodologiques pour la cartographie des incendies et catastrophes naturelles dans la Rome antique, Cahiers de la MRSH, n° 25, février 2001, p. 11-44.

7 Inventaire des principales inondations à Rome entre- 750 et 69 dans Charlier, op. cit., p. 237-238.

8 Pline, Histoire Naturelle, II. c. xcij.

9 Voir ci-dessous (fouilles du village de Croce del Papa, en Campanie).

10 Le séisme antique le mieux documenté et qui est le sujet de multiples controverses est le fameux « séisme universel » du 21 juillet 365 : voir l’article fondamental de F. Jacques et B. Bousquet, « Le raz-de-marée du 21 juillet 365 », MEFRA, 96-1, 1984, p. 423-461.

11 Voir Charlier, op. cit., p. 192-217 (en fouille, en dehors de Pompéi et d’Herculanum, on a retrouvé très peu de victimes de séismes). Voir également Bousquet B., « Les séismes de l’Antiquité, entre nature et société », dans Jouanna J., Leclant J. et Zink M. (dir.), L’Homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Actes du 16e colloque de la villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer les 14 et 15 octobre 2005, Paris, De Boccard, 2006, p. 33-59 ; Bousquet B. et Péchou P.-Y., « Séismes et espaces séismiques : une incursion des géographes dans le domaine de l’Antiquité classique », Pallas, Annales de l’université de Toulouse le Mirail, 17, 1981, p. 45-57. Un tableau des séismes les plus marquants de l’Antiquité figure dans Charlier, op. cit., p. 202-203. Hors de notre période, mais très intéressant du point de vue méthodologique, en particulier pour les tsunamis, voir Jacques F., « Les séismes de l’Antiquité tardive d’après les sources. Problèmes méthodologiques », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 499, 1984, p. 49-55.

12 Tacite, Annales, XV, 18, 2.

13 Voir Castex D. et Cartron I. (éd.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, De Boccard (Ausonius Éditions, Études, 15), 2007.

14 Blancou J., Les maladies animales transmissibles de l’Antiquité à nos jours, Paris, 2000.

15 Tite Live, Histoire romaine, 3, 6, 2-7. Rome est alors en guerre contre les Eques et les Volsques. L’année précédente, la patrie avait été déclarée en danger. Les ennemis des Romains sont aussi victimes de ce mal.

16 Diodore de Sicile, Histoire universelle, Livre XIV, LXXVI.

17 Sur les sécheresses, leurs conséquences politiques et militaires ainsi que leur rôle dans le déclenchement d’épidémies, voir Amat Séguin B., « Diodore XIV, 113 : une catastrophe climatique à l’origine des pérégrinations sénones en Italie péninsulaire », MEFRA, 99-2, 1987, p. 823-846 (en particulier p. 829-832).

18 Bouville C.-P., « Les témoins (sépultures, vestiges osseux humains) de catastrophes, massacres, épidémies », L’Anthropologie, 99-1, 1995, p. 120-124. Voir également Charlier, op. cit., p. 221-234. Il y avait sans aucun doute des grippes aviaires ou bovines, le paludisme était très fréquent, on soupçonne aussi beaucoup de fièvres typhoïdes, cause probable, au moins en grande partie, de la « grande peste » d’Athènes de 430-426 avant J.-C. : voir Charlier, op. cit., p. 228-229. Sur les analyses ADN d’Athéniens victimes de ces pestes, voir Papagrigorakis J. M. et al., « DNA examination of ancient pulp incriminates typhoid fever as a probable cause of the Plague of Athens », International Journal of Infectious Diseases, 10, 2006, p. 206-214 ; Shapiro B. et Gilbert M. T. P., « No proof that typhoid caused the Plague of Athens (a reply to Papagrigorakis et al.) », International Journal of Infectious Diseases, 10, 2006, p. 334-335 ; Papagrigorakis J. M. et al., « Insufficient analysis may not exclude candidacy of typhoid fever as a probable cause of the Plague of Athens (reply to Shapiro et al.) », International Journal of Infectious Diseases, 10, 2006, p. 335-336.

19 André Bernand a consacré un excellent chapitre aux « brutalités de la nature » dans le monde grec dans un ouvrage qui traite surtout de la guerre : Bernand A., Guerre et violence dans la Grèce antique, Paris, Hachette, 1999.

20 Bustany C., Maîtrise du sol et urbanisme à Rome à l’époque républicaine, Paris, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), 1992 (thèse de doctorat) ; Bustany C. et Géroudet N., Rome, maîtrise de l’espace, maîtrise du pouvoir : de César aux Antonins, Paris, S. Arslan, 2001.

21 Juvénal, Satires, 3, 190-194.

22 Un hiver un peu trop froid comme en 270 avant notre ère, le Tibre gelé qui interdit la navigation et la situation devient vite catastrophique dans une grande ville comme Rome, hommes et animaux mourant alors en nombre (voir Charlier, op. cit., p. 242).

23 Favier R. et Granet-abisset A.-M. (dir.), Histoire et mémoire des risques naturels, Actes du séminaire international de Grenoble (25-26 novembre 1999), Grenoble, Publication de la MSH Alpes, 2000.

24 Allinne C., Les villes antiques du Rhône et le risque fluvial. Gestion des inondations dans les villes romaines. L’exemple de la basse vallée du Rhône, Aix-en-Provence, Université de Provence (Aix-Marseille I), 2005 (thèse de doctorat) ; Id. et Leveau P., « Les villes antiques du Rhône et le risque fluvial », dans Favier R. (dir.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Actes du colloque de Grenoble (22-24 mars 2001), Grenoble, Publications de la MSH Alpes, 2002, p. 195-218.

25 Voir supra, notes 4, 5 et 6 ; Charlier, op. cit., p. 236-240.

26 Pline, Histoire naturelle, LXXXI, LXXIX (2), à propos de Phérécyde, maître de Pythagore. Cicéron évoque lui aussi Phérécyde qui, après avoir constaté le tarissement soudain d’un puits, prédit un séisme, ainsi que le physicien Anaximandre qui, semble-t-il, avait prévu le séisme de Sparte en 550 avant J.-C. (Cicéron, De la divination, 1, 50, 112).

27 Les évènements les plus graves comme les grandes guerres étaient, selon les historiens antiques, toujours accompagnés de signes indiquant le mécontentement divin. Le meilleur exemple, même s’il est grec, nous est fourni par Thucydide (Histoire de la guerre du Péloponnèse, I, 23), qui indique que le début de la guerre du Péloponnèse fut accompagné de multiples prodiges et calamités (cité par Charlier, op. cit., p. 191). D’ailleurs, Thucydide, ne se contente pas d’évoquer ces signes, il réfléchit aux évènements et il fait le lien entre séisme et raz-de-marée (Charlier, op. cit., p. 205). Pour Rome, Catherine Bustany (conférence à l’APHG de Caen le 29 janvier 2003), dénombre au moins 15 séismes pour l’époque républicaine (des exemples dans Charlier, op. cit., p. 207 : ce genre de catastrophe et des prodiges précèdent souvent des évènements particulièrement dramatiques, comme la conjuration de Catilina en 63 avant notre ère). Une grave peste s’abattît sur Rome en-174. On est alors en contexte de crise religieuse, le mal frappe les animaux et les hommes et il est accompagné de prodiges (naissance de monstres…). Une expiation religieuse est jugée indispensable, on décide alors de consulter les fameux Livres sibyllins.

28 Cf. Dion Cassius, 45, 17, 3.

29 Cf. Pline, Histoire naturelle, II, LXXXV, LXXXIII (1).

30 Amat Séguin, op. cit., p. 823-827.

31 Par exemple, l’archéologie des épidémies et des catastrophes a beaucoup progressé ces dernières années. Voir Duday H., « Les preuves archéologiques d’une crise brutale de mortalité : simultanéité du dépôt des cadavres, simultanéité des décès ? », dans Castex et Cartron, op. cit., p. 15-21 (il faut un grand nombre de cadavres, morts en même temps et déposés en même temps dans un même espace ; ensuite, l’étude des causes de la mort des victimes peut être précisée grâce à la biologie moléculaire et à la paléopathologie).

32 Nola Quattromila anni fa. Il villaggio del Bronzo Antico distrutto dal Vesuvio, Soprintendenza per i Beni Archeologici delle Province di Napoli e Caserta, Comune di Nola, Nola, Catalogo della mostra, 2002 ; Albore Livadie C., « A First Pompei : the Early Bronze Age village of Nola-Croce del Papa (Palma Campania phase) », Antiquity, 76, 2002, p. 941-942 ; Id. et Vecchio G., « Quattromila anni fa sotto il vulcano », Archeo, anno XVIII, 2002, n° 6 (208), juin 2002, p. 38-47 ; Eid., Il villaggio di Nola – Croce del Papa (Napoli) nel quadro della facies culturale di Palma Campania (Bronzo antico), Pompéi, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, 2005 ; Eid., Delle Donne M. et Pizzano N., « Un paysage fossilisé sous les cendres du Vésuve (Nola, Naples, Italie) », dans Paysage… Landschaft… Paesaggio…, L’impact des activités humaines sur l’environnement du Paléolithique à la période romaine, textes édités par J. Studer, M. David-elbiali et M. Besse, Cahiers d’archéologie romande, 120, 2011, p. 159-174. Pour un exemple semblable, voir Laforgia E., Boenzi G., Amato L., Di Vito M. A., Fattore L., Stanzione M. et Viglio F., « The Vesuvian “Pomici di Avellino” eruption and Early Bronze Age settlement in the middle Clanis valley », Méditerranée, 112, 2009 (version numérique, avec bibliographie : [http://mediterranee. revues. org/index3253. html] ; mise en ligne le 1er janvier 2011, consultée le 22 mars 2011).

33 Gialanella C., « Pithecusa : gli insediamenti di Punta Chiarito. Relazione preliminare », dans D’Agostino B. et Ridgway D. (dir.), APOIKIA. I più antichi insediamenti greci in Occidente : funzioni e modi della organizzazione politica e sociale. Scritti in onore di G. Buchner, Naples, 1994, p. 169-204 ; De Caro S. et Gialanella C., « Novità pitecusane. L’insediamento di Punta Chiarito a Forio d’Ischia », dans Bats M. et D’Agostino B. (dir.), EUBOICA. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente, Atti del Convegno Internazionale di Napoli, 13-16 novembre 1996, Collection Centre Jean Bérard et « AION », sez. Arch. St. Ant., quaderno 12, Naples, 1998, p. 337-353 et 408-413.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Nola. Cabane 3 en cours de fouille, dégagée des ponces qui la recouvraient. Cliché : C. Albore Livadie [http://www.alborelivadie.eu/​fr_nola_croce_del_papa_htm].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Figure 2 – Nola. Mobilier abandonné sur place (abside de la cabane 3). Source : C. Albore Livadie et al., « Un paysage fossilisé sous les cendres du Vésuve (Nola, Naples, Italie) », dans Paysage… Landschaft… Paesaggio…, L’impact des activités humaines sur l’environnement du Paléolithique à la période romaine, textes édités par J. Studer et al., Cahiers d’archéologie romande, 120 (2011).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Figure 3 – Pomici di Avellino. Empreintes des pas de deux individus fuyant l’éruption volcanique. Source : G. Mastrolorenzo et al., « The Avellino 3780-yr-B. P. catastrophe as a worst-case scenario for a future eruption at Vesuvius », PNAS, 103(12), 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Figure 4 – San Paolo Belsito. Une des deux victimes de l’éruption volcanique. Source : Soprintendenza per i Beni Archeologici delle Provincie di Napoli e Caserta.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540