Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

« Analyse raisonnée » des crises du milieu géographique de la Méditerranée orientale pendant l’Antiquité

Bernard Bousquet

Texte intégral

Nous avons fait de tels progrès dans la connaissance et les techniques
que les hommes qui ont l’esprit scientifique sont capables,
peut-on dire, de soumettre n’importe quelle conjoncture
à une analyse raisonnée.
(Polybe, Histoire, Liv. IX, chap. I, § 2-5)

1Le milieu physique fonde le paysage d’oekoumène qui est à la fois écogéographique et géopolitique. Ce dernier inséré dans le milieu naturel devenu ainsi géographique, est assimilé à une mosaïque dans l’espace et à un palimpseste dans la durée, car il résulte d’un entrelacs de mises en valeur diversifiées et d’une accumulation de configurations territoriales changeantes, raisons de sa complexité. Selon l’échelle, il peut être altéré par l’intrusion de crises environnementales ou mésologiques à l’origine d’un paysage de risque et, pour le pire, de catastrophe. On peut individualiser de la sorte une séquence marquée par le passage du paysage de fin d’un monde au paysage de risque et de catastrophe à l’origine de l’effondrement ou de la ruine du précédent. Cette séquence se clôt par le déploiement ultérieur d’un paysage de nouveau monde qui annonce un milieu géographique autre. Chacun de ces états est séparé par une phase de transition ou de substitution, car le facteur de propagation est la vitesse à laquelle s’opère la transformation non seulement du paysage d’oekoumène, mais aussi de l’anthroposystème et de ses ordres, résilience/rupture, inertie/variabilité, régulation/désordre qui lui assurent organisation et fonctionnement.

2La prospection géoarchéologique menée en Méditerranée orientale, en particulier à sa rive sud et dans le désert libyque, contribue à reconnaître ces différents faciès paysagers. La démarche géographique qui lui est associée, permet de restituer la série relevant de l’intrusion de crises environnementales et mésologiques pendant l’Antiquité, de rendre compte des effets dromologiques propres aux périodes d’évolution plus rapide, quelles qu’en soient la cause ou l’origine, et de vérifier par une « analyse raisonnée » la réalité et l’actualité de ces notions autant pour la géographie de notre époque que pour celle d’époques plus anciennes. Le faciès d’abandon ou faciès géoarchéologique observé peut en surface relever d’un des trois paysages de la séquence évolutive, ou couronner une stratification subdivisée par des surfaces de discordance qui équivalent donc à un épisode de substitution ou de transition, selon la vitesse de propagation de la crise. L’agencement de ces faciès, véritable objet géoarchéologique obtenu par effraction, commutation, héritage ou confinement du milieu géographique ancien, justifie que l’on conserve ou sauvegarde en tant que patrimoine ce dispositif paysager semblable à une mosaïque et à un palimpseste. Cet imbroglio résulte en effet des caractéristiques dynamiques du milieu géographique méditerranéen à risques et dangers récurrents.

L’état de l’oekoumène antique en Méditerranée orientale

  • 1 Les observations de terrain en Cyrénaïque et en Syrtique ont été menées dans le cadre des missions (...)

3En Cyrénaïque, en Syrtique et dans les oasis du désert libyque de la Haute-Égypte1, on dénombre de nombreux sites qui datent de l’Antiquité. Leurs restes attestent une présence humaine ancienne, permanente, vagabonde ou sédentaire, que suggèrent le groupement ou l’éparpillement de l’habitat et l’extension des aménagements paysagers. Leur état de conservation inégal sollicite la raison de leur abandon. Ce dernier se montre graduel en raison du rétrécissement progressif de l’étendue des lieux exploités et habités, ou bien il se révèle soudain à la suite d’événements qui ont conduit ces lieux à leur ultime état d’utilisation ou de destruction observé. Leur fondation, puis leur désertion s’inscrivent dans un milieu géographique dont l’évolution disparate est en relation avec l’existence de risques ou de catastrophes. L’occurrence et la récurrence des menaces et de leurs contraintes écogéographiques éprouvées à l’échelle du lieu, mais aussi géopolitiques puisque rencontrées à l’échelle du territoire, ont contribué à l’établissement de faciès paysagers dont certains peuvent être rattachés à l’oekoumène de l’Antiquité.

4Il s’agit donc de démêler l’agencement de ces structures paysagères et de préciser la signification de la terminologie qui les identifie. Pour les régions au sud de la Méditerranée orientale, après avoir établi à travers la maîtrise de l’eau la matérialité de crises environnementales et mésologiques dès l’Antiquité, on est conduit à envisager pour les sites et leurs territoires les implications qui en résultent. Leur faciès découle en effet de combinaisons géographiques dont la mobilité amène les témoins archéologiques de ces contrées à leur état d’abandon actuel.

La complexité du paysage d’oekoumène

5Les ruines persistent dans un paysage dont les caractéristiques écogéographiques ont été transformées par dilapidation ou déprédation de leur environnement, au point d’occasionner, dès leur époque, le délaissement des lieux et de leurs aménagements, selon des rythmes hétérogènes. On observe en conséquence le déploiement d’une mosaïque paysagère, en raison des usages, des abandons et des retours qui ont diversifié le milieu géographique pendant et depuis l’Antiquité.

  • 2 Peyras J., « Frontières et écosystème », dans Bedon R. et Hermon E. (éd.), Concepts, pratiques et (...)

6Les mêmes ruines appartiennent également à des territoires dont les limites géopolitiques ont été modifiées plusieurs fois dès l’Antiquité, selon des cadences distinctes, au point d’entraîner reconfiguration des contours, changement des aptitudes et des statuts, modification de l’étendue et de la morphologie de ces contrées, outre la transformation de leur paysage On considère de la sorte ce paysage de nature géopolitique comme un palimpseste, en raison, au cours de son histoire, de la multiplicité et de la superposition des strates d’occupation, d’abandon et de division de l’espace2.

7Cette double caractéristique du paysage d’oekoumène subit les conséquences de l’irruption de risque et de catastrophe. Les crises, environnementales à l’échelle du lieu et mésologiques à l’échelle du territoire, scandent en effet l’évolution écogéographique et géopolitique du milieu géographique, de phases de transition ou de substitution capables d’entraîner des changements d’état que matérialise la formation d’un faciès d’abandon tenant un rôle comparable à celui d’une surface de séparation ou de discordance.

8Le paysage de fin d’un monde se rapporte à ce qui subsiste de l’état antérieur. Les reliquats observés permettent de mesurer la puissance de la perturbation et la résilience des lieux et territoires soumis à une situation de crise.

  • 3 Plutarque, Sur la disparition des oracles, chap. 8.

9Le paysage de risque et de catastrophe se substitue au précédent et rend compte autant de la dégradation des conditions écogéographiques des lieux que de la déshérence géopolitique des territoires, comme le prouve l’état désastreux de la Béotie au temps de Plutarque3. Le laps de temps au cours duquel s’opère graduellement ou subitement ce changement, caractérise un processus de transition ou de substitution.

  • 4 Procope, La guerre contre les Vandales, Liv. II, chap. VI, § 4-13.
  • 5 Polybe, Histoire, Liv. VI, chap. II, § 5, 5.

10Un paysage de nouveau monde, indice de l’installation d’une nouvelle géographie, succède aux états et aux phases de transition antérieures. Procope4 compare les modes de vie opposés des Vandales et des Maures. Ceux-ci conditionnent des paysages différents dans l’oekoumène de l’Africa. L’un, de luxe, de villes et de parcs ; l’autre, de masures, de pauvreté et de mœurs campagnardes. Ce contraste préfigure l’amorce d’un nouveau paysage d’ordre écogéographique et géopolitique. Il inaugure une nouvelle séquence d’évolution dont le déroulement sera similaire à celui des précédentes, puisque dès l’Antiquité l’opinion des lettrés considère que les mêmes risques et catastrophes peuvent se répéter5.

  • 6 Atlas historiques des cadastres d’Europe, action COST G2 « Paysages anciens et structures rurales  (...)

11La succession de ces types contribue à l’aspect de mosaïque et de palimpseste et participe à la complexité structurale du paysage d’oekoumène antique, comme l’a démontré la série des Atlas historiques des cadastres d’Europe dont certains des exemples traités sont situés en Afrique proconsulaire6.

Concepts de paysage et « analyse raisonnée » des crises

  • 7 Bousquet B., « Les séismes de l’Antiquité entre Nature et Société », dans Jouanna J., Leclant J. e (...)
  • 8 Polybe, Histoire, Liv. XXXVI, chap. V, § 17, 2-3.
  • 9 Charpentier M.-C. (éd.), Les espaces du sauvage dans le monde antique : approches et définitions, (...)
  • 10 Jacob C., La Description de la terre habitée de Denys d’Alexandrie ou la Leçon de Géographie, préf (...)

12Comme ces types paysagers peuvent dépendre de manifestations d’origine climatique avec leur répercussion sur la biogéographie des lieux, ou participer en raison de la dégradation des conditions originelles à des symptômes pernicieux d’ordre sanitaire, ou bien résulter d’événements telluriques7 ou météorologiques de type catastrophique, les sites archéologiques, en particulier à la rive sud de la Méditerranée orientale posent la question des raisons de leur désertion. Cette dernière procède-t-elle, entre autres causes, du saccage ou de la dilapidation des ressources naturelles du lieu ? Dans ce cas, l’origine est d’abord humaine. Ou bien est-elle due à une telle déprédation de la physis des lieux que ces derniers deviennent inhabitables, à cause d’une insuffisante maîtrise par l’homme de la dynamique du milieu naturel qui s’exerce à l’intérieur du territoire et au-delà ? L’origine relève alors de la nature. Ou bien les deux origines sont-elles conjuguées au point de provoquer une tension qui aboutit, selon l’échelle, à une crise environnementale pour les sites, mésologique pour les territoires des cités ou des États, jusqu’à provoquer chez leurs habitants un sentiment de « perplexité », selon Polybe8 ? Cette phase à son apogée installe un milieu géographique qui force à reconsidérer la façon d’habiter et d’organiser autrement l’oekoumène, y compris sa part sauvage9, celle de la « terre habitée », selon Polybe, ou bien, par exemple, celle de la Libye, telle qu’elle est présentée par Denys d’Alexandrie dans la Description de la terre habitée10.

13On pourrait ainsi retenir que la crise environnementale pour les lieux de l’oekoumène est ce moment pendant lequel une géographie autre se met en place à l’intérieur d’une séquence d’évolution où le paysage de risque et de catastrophe tient le premier rôle. Ce dernier se substitue à l’agencement précédent et à son paysage de fin d’un monde devenu obsolète pour les communautés humaines de l’époque. Ultérieurement, à partir des terroirs modifiés, s’installe une géographie où se met en place, à l’échelle des lieux, le paysage d’un nouveau monde.

14De même, on peut convenir que la crise mésologique se définit dans les territoires comme une période de perturbation pour l’anthroposystème du moment. Elle affecte à des degrés divers et selon des rythmes dissemblables les trois systèmes qui composent ce dernier : l’écosystème (la nature devenue environnement) ; le sociosystème (la société, son organisation et ses dispositifs de régulation) ; le géosystème (l’oekoumène avec ses lieux et territoires dont le nombre, la forme et l’aspect dépendent de la mobilité de leurs bornages et de la densité de leur occupation).

15Cette crise se manifeste par une modification de l’énergie et de la dynamique des éléments de l’écosystème qu’indique l’intensité inhabituelle des processus du milieu physique. Elle se traduit par le déplacement des limites qui séparent les zones bio-climatiques et, à l’échelle d’une vie humaine et des lieux, par la modification rapide du profil des pentes, le changement du tracé et de la morphologie du lit des cours d’eau, en raison des variations du débit à l’intérieur des bassins versants, par l’élargissement du lit du vent pour le désert et l’instabilité du trait de côte au littoral. Elle conduit à une métamorphose du milieu naturel à travers le paysage de risque et de catastrophe dont les stigmates défigurent le paysage de fin d’un monde et persistent dans le paysage de nouveau monde.

  • 11 Clavel-Léveque M., « Paysages et cadastres de l’Antiquité. Chronique 1995 », Dialogue d’Histoire A (...)
  • 12 Hygin. L’œuvre gromatique. Corpus Agrimensorum Romanorum V Hyginus, action COST G2 « Paysages ancie (...)
  • 13 Peyras J., « Écrits d’arpentage et hauts fonctionnaires géomètres de l’Antiquité tardive », Dialog (...)
  • 14 Schiavone A., L’histoire brisée. La Rome antique et l’Occident moderne, Paris, Belin, 2003 (cf. le (...)

16Elle est avérée quand elle investit entièrement la structure du sociosystème. Celle-ci est traditionnellement définie à partir de ses éléments constitutifs que sont le socio-démographique, l’économique, le politique et le culturel. La conjonction de ces quatre composants se manifeste par le paysagement du milieu géographique lequel introduit dans l’oekoumène la durée par son histoire. Si ces référents canoniques du sociosystème ne sont touchés qu’à des degrés divers, la crise n’est que latente et installe un paysage de risque ; si par amplification, tous le sont d’une façon concomitante et avec intensité, la crise s’accroît et impose un paysage de catastrophe. Elle détermine la transformation de l’environnement des lieux habités par l’implantation d’aménagements qui propagent un nouveau paysagement pour le territoire. Ainsi la crise serait à l’origine de sociétés paysagères11 comme le rappellent au cours de l’Antiquité les débats et affrontements autour des lois agraires, les campagnes de redistribution des terres par centuriation et cadastration des territoires conquis et les textes des agrimensores romains, tels ceux d’Hyginus12, qui posent les principes et la jurisprudence de leur travail de délimitation des territoires et des finages13. Celles-ci deviennent ainsi plus conscientes de l’oekoumène, comme on peut le déduire du discours d’Ælius Aristide En l’honneur de Rome14, dans lequel il considère la Ville avec son sociosystème auquel il rend hommage, comme à l’origine d’un géosystème initiateur d’une géographie pour l’oekoumène de son temps, sans que ce dernier soit considéré comme un environnement, au sens moderne du terme, car l’espace y est fini et délimité et non ouvert et incertain comme le nôtre.

  • 15 Plutarque, Sur la disparition des oracles, chap. 5.
  • 16 Polybe, Histoire, Liv. XXXVI, chap. V, § 17, 3.

17La perturbation gagne aussi les spécificités du géosystème qui soustendent le paysage. Ces singularités relèvent de la réalité la plus matérielle, tels les effets du saccage par la guerre des ressources du milieu dans la Béotie du temps de Plutarque qui redevient sauvage puisqu’on n’y rencontre que des bergers et leurs troupeaux, autant que de la réalité la plus immatérielle, tels les sacrifices et les cérémonies à rites purificatoires pratiqués pour rétablir un équilibre harmonieux avec le milieu naturel maltraité. Autant de faits ou d’événements qui agissent sur l’oekoumène de l’Antiquité et dont les historiens de cette époque mentionnent les effets lorsqu’ils rapportent la chronique des cités en lutte ou quand ils décrivent les multiples normes, prescriptions, usages et comportements appliqués ou suivis par les peuples du moment, à l’intérieur de leur territoire. Ainsi Plutarque fait état de l’abandon, si ce n’est de la disparition, de sanctuaires dans la Grèce de son temps anémiée par les guerres15. De même, Polybe écrit : « Nous adressons des supplications à la divinité, nous lui offrons des sacrifices pour l’apaiser, nous envoyons demander aux dieux ce qu’ils nous faut dire ou faire pour que la situation s’améliore et pour que cessent les maux qui nous affligent16. »

18Ces maux, on les constate à Kysis, l’actuel Tell Douch du désert libyque. Puisque depuis plus de deux mille ans la dynamique éolienne du désert y sévit, on peut observer comment, très tôt, les maisons se sont défendues contre l’ensablement, en barrant le seuil des portes, comment, à un moment, à la suite d’une combinaison inhabituelle, la galerie de drainage a été ajustée au puits pour améliorer le rendement aléatoire des nappes phréatiques et pourquoi, en raison de l’aridité croissante et de la fréquence des vents de sable, a été ainsi expérimentée l’association du puits et du qanât, contre ce double danger de nature, devenu risque pour l’oekoumène oasien. Installation qui relève d’un paysage de catastrophe.

  • 17 Ibid., § 17, 2-3.

19L’incertitude assujettie à la crise, génératrice d’« embarras » et de « perplexité17 » pour les résidants des lieux menacés, s’immisce dans le fonctionnement et l’organisation du milieu géographique, puisque les particularités du géosystème sont connectées aux éléments constituant le sociosystème et l’écosystème.

Organisation et fonctionnement du milieu géographique

20Pour comprendre l’intrusion d’une crise environnementale ou mésologique, on propose que le milieu géographique soit organisé selon une combinaison d’ordres dont chacun remplit un rôle et possède son caractère. Tous participent au fonctionnement du milieu géographique à partir des corrélations écogéographiques et géopolitiques établies entre les éléments de l’anthroposystème. Ces ordres se trouvent ainsi associés aux métamorphoses qui affectent les caractéristiques géographiques du milieu et participent à la mutation de l’oekoumène, jusqu’à devenir le contraire de ce qu’ils sont.

21Le changement influence l’ordre de la résilience sur lequel est fondé l’oekoumène, et que conditionne le bilan énergie/dynamique, attesté par la vigueur des processus physiques et du remodelage du milieu, corroboré par la puissance d’intervention des acteurs et confirmé par la répercussion du paysagement sur le milieu. On en déduit le degré de déprédation atteint, par exemple en Cyrénaïque, quand on considère l’extension des chênes kermès qui transforme en maquis les champs de l’ancien ager ; en Syrtique, quand sur les versants des oueds on constate le démantèlement des mursvannes par des griffures de ravinement, ou leur enfouissement sous les sables ; à Kysis, quand on dégage les habitats et les parcellaires des oasis de l’Antiquité, ensevelis sous les dunes ou rongés par le vent.

22En conséquence, pour l’ordre de l’inertie qui explique une certaine immuabilité du paysage rassurante et fallacieuse pour ses occupants, la tension qui transforme les caractères de l’écosystème et du sociosystème, introduit une cinétique inégalement élevée et détermine de la mobilité dans le géosystème, aussi bien pour l’environnement, ce qui se traduit par l’intrusion des dangers de nature, que pour les communautés humaines qui se montrent inégalement conscientes de la menace des risques qu’elles encourent. Elles en sont conscientes, quand elles intériorisent par l’« embarras » qu’elles ressentent, les phénomènes hors normes qui affectent leur environnement et les insèrent dans une évolution dont elles se savent à l’origine ; en revanche, inconscientes, ce que traduit leur « perplexité », quand elles considèrent ces aléas comme des incidents autonomes, aléatoires et casuels qui relèvent plus de la dynamique de la nature, de la turbulence du monde sublunaire, que de leurs agissements. Les effets dromologiques de cette amplification de la cinétique engage la métamorphose du milieu géographique, à toutes les échelles du temps et de l’espace. Ils expliquent l’effraction morphologique commandée par l’installation dans les territoires d’un paysage de risque et de catastrophe qui modifie leurs aptitudes et leur périmètre ainsi que la finalité des ordres.

  • 18 Bernand A., La carte du tragique, la géographie dans la tragédie grecque, Paris, éd. du CNRS, 1985

23La crise environnementale détermine une nouvelle direction ou trajectoire au projet anthropologique qui a modelé le milieu environnant. Elle engage, pour l’ordre de la régulation fondé sur des normes, principes et valeurs symboliques18 auxquels se réfère ce projet, vers une orientation paysagère dissemblable et une représentation singulière de l’oekoumène. L’objectif est que ce dernier redevienne un environnement séduisant et attractif, alors qu’il est devenu un milieu géographique autre avec son paysage d’un nouveau monde adapté à des conditions d’habitabilité des lieux et de configuration du territoire différentes. C’est le constat que l’on peut faire en Cyrénaïque, en Syrtique et en Haute-Égypte où se retrouve la succession de ces différents types de paysages pendant l’Antiquité, à la suite des modifications de l’anthroposystème local provoquées par la colonisation grecque, ou l’urbanisme romain, ou le paysagement libyco-romain des oueds dans les steppes voisines ou l’aménagement des puits artésiens dans le désert libyque de l’Égypte pharaonique, ou l’installation de qanâts quand le royaume d’Égypte était devenue une satrapie.

24Ce temps d’adaptation et d’ajustement à de nouveaux paramètres de l’écosystème et à de nouvelles façons d’user du géosystème à partir d’une restructuration des éléments constitutifs du sociosystème peut donc conduire à un état de crise dans l’anthroposystème. Référents canoniques de l’anthroposystème et constituants fonctionnels du milieu géographique, soit énergie, dynamique, mobilité pour l’écosystème, et mobilité, orientation, trajectoire, représentation du projet anthropologique pour le sociosystème, doivent réaliser, avec les contraintes dues à la modification du géosystème, des connections de nature écogéographique, comme l’introduction de galeries de drainage à Douch par les Perses, et géopolitique, comme l’intégration des steppes dans l’Empire romain en Syrtique, qui redonnent à l’anthroposystème par son paysagement renouvelé, une nouvelle performance géographique capable de maintenir l’habitabilité des lieux comme d’améliorer l’usage des territoires.

25Pour l’oekoumène, on conclut que le paysage de catastrophe, le pire pour un milieu géographique à son apogée de déprédation, à la suite des risques introduits, est un état d’une durée variable, situé entre le paysage de fin d’un monde et celui d’un nouveau monde. Il participe à la métamorphose du milieu par la scission ou discordance paysagère qu’il impose. Les différents processus qui provoquent la métamorphose du milieu géographique modifient en leur contraire les ordres, plus vécus qu’aperçus par les résidants de l’oekoumène, alors qu’ils assurent le fonctionnement de l’anthroposystème.

26En effet comme la résilience devient rupture ; l’inertie, variabilité ; la régulation, désordre, l’« analyse raisonnée » démontre que l’enchaînement systémique d’états repose sur l’existence de disparités qui agit sur les ordres de l’anthroposystème. Par l’intermédiaire de la cinétique du milieu géographique, les trois systèmes qui le composent se modifient puisque la vitesse est leur facteur commun. L’étendue et la persistance de phénomènes à effets dromologiques sont de la sorte considérées comme les particularités d’un environnement, si ce n’est en état de crise, du moins qui tend vers une évolution écogéographique et géopolitique dont l’organisation et le fonctionnement, de plus en plus perturbés, introduisent des situations de risque pouvant aboutir à la catastrophe.

  • 19 Comme le pense Plutarque, admirateur de la pax romana : cf. Sur les oracles de la Pythie, § 28.

27Quand on rapproche la description de l’Attique par Platon et celle de la Béotie par Plutarque, malgré un intervalle de plusieurs siècles, on se rend compte de l’étendue et de la durée de la propagation d’une crise environnementale et mésologique dans la Grèce de l’Antiquité. Les raisons avancées dès cette époque concernent l’anthroposystème de ces régions et leurs caractéristiques écogéographiques et géopolitiques. On constate, d’après ces auteurs, l’existence d’une perte d’énergie à travers la crise démographique que traverse le sociosystème où l’inertie devient variabilité, celle d’un renforcement de la dynamique du milieu en fonction de la dégradation atteinte par l’écosystème dont la résilience devient rupture, et celle d’un accroissement de la mobilité liée à la déshérence des territoires du géosystème où la régulation devient instabilité. Polybe conclut à la nécessité de changer « d’ambition », c’est-à-dire de projet anthropologique. Ce que Rome réalisera, tout en s’hellénisant19.

28Ces descriptions démontrent que la complexité du paysage découle de la métamorphose du milieu géographique. Les moyens, outils et techniques de la géographie à l’aide d’une « analyse raisonnée » d’ordre systémique peuvent matérialiser, à l’échelle des lieux et des territoires, ses manifestations en les individualisant, localisant et cartographiant. Ces démarches rendent compte également que l’aspect de palimpseste est également tributaire d’échelles temporelles disparates. On en déduit que les faciès paysagers retrouvés peuvent ne pas se rapporter, dès l’Antiquité, malgré un état d’abandon partagé, à la même phase et donc au même type paysager des séquences évolutives qui rythment la métamorphose du milieu géographique et en tout dernier lieu de l’oekoumène.

Méthodologie de l’« analyse raisonnée »

29Les effets dromologiques caractérisent un temps de crise à la suite d’usages ou de phénomènes qui ont modifié le milieu géographique et ses dispositifs de régulation. Plusieurs démarches peuvent être empruntées pour les caractériser et rendre compte de leurs impacts.

  • 20 Guilaine J. (éd.), Pour une archéologie agraire, Paris, Armand Colin, 1991.

30D’une part la démarche naturaliste, en particulier celle de type géomorphologique, fondée sur l’examen des formes et processus de morphogenèse rapide révélatrice d’anomalies climatiques historiques que traduisent les dépôts corrélatifs récents, accumulés sur les versants, dans les vallées, au trait de côte et dont les débris sont mêlés aux témoins des sites archéologiques, pendant ou après leur occupation. Leur examen permet d’apprécier l’énergie, la dynamique et la vitesse de propagation des processus à l’origine de la modification paysagère observée, que confirment de leur côté les études des sédiments, des sols et des pollens20.

  • 21 Dunand F., Heim J.-L., Henein N. et Lichtenberg R., La nécropole de Douch (Oasis de Kharga). Explo (...)
  • 22 Cusset C. (éd.), La Météorologie dans l’Antiquité entre science et croyance, Actes du colloque int (...)

31D’autre part, une démarche propre aux sciences humaines et sociales. Soit la démarche historique et archéologique qui repose sur des sources variées, souvent écrites, et sur une prospection systématique de l’environnement des sites archéologiques. Ces données constituent une double matière pour l’approche géographique des catastrophes naturelles, des crises sanitaires en raison de la dégradation de l’état des lieux21 et des perturbations météorologiques et des dérèglements climatiques, en fonction de l’échelle du temps22. Elles apportent des précisions sur l’aptitude de l’anthroposystème à s’adapter ou non aux nouvelles conditions cinétiques concernant les lieux, en comparant leur évolution à des intervalles de temps inégalement longs et en permettant de dater les phases de leur occupation, par le mobilier mis au jour.

  • 23 Inglebert H., Histoire de la civilisation romaine, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2005, p. 3 (...)

32Soit la démarche géographique qui repose sur deux interrogations. La première d’ordre écogéographique cherche à savoir comment les lieux ont été habités et le pourquoi de leur dégradation qui peut être d’origine naturelle ou anthropique. Elle cherche à connaître comment la déprédation du site résulte de la conjonction synchrone ou non de ces deux origines. Sont ainsi associés les effets d’un changement de la dynamique bio-climatique du milieu physique à l’extension d’un oekoumène, cette entité conceptualisée et personnifiée dès l’Antiquité et qu’identifie l’épigraphe tronquée…] OYMEN [… inscrite sur le grand arc de Salonique édifié par Galère (305-30723). Cette approche renseigne sur la mobilité du géosystème et sur les mutations de conception du monde que se donne une société.

33La seconde de nature géopolitique cherche à définir quels usages et fonctions, à la suite d’une modification des conditions géographiques, les autorités de l’époque, entre autres politiques et administratives, ont-elles retenus pour les territoires placés sous leur juridiction ? Elle interroge les types de représentation et d’orientation associés à la dimension stratégique accordée au territoire, et assumés par la société.

  • 24 Wagner G., Les oasis d’Égypte à l’époque grecque, romaine et byzantine d’après les documents grecs (...)

34Chacune de ces deux interrogations a son propre objet d’étude. L’approche écogéographique s’intéresse aux aménagements et aux ouvrages qui ont permis d’abord de jouir des lieux, puis de les modifier pour les maintenir en l’état, et enfin avant leur abandon, de sauvegarder leur affectation, malgré l’évolution désastreuse du milieu. Dans le cas bien documenté par les ostraca se rapportant à l’irrigation pratiquée à Kysis, l’analyse des systèmes techniques utilisés (puits et qanâts) confirme les étapes de cette évolution. La dynamique économique et culturelle qui en dépend lie en effet ouvrages et habitants par sodalité (réalisation collective de puits ou de galeries de drainage), par sociabilité (entente par contrat pour définir en jours la quantité d’eau dévolue à chacun), et socialité (entraide en période de famine24). La prise en compte de ces aspects anthropologiques est un moyen pour déceler l’ampleur des changements écogéographiques in situ auxquels l’oekoumène et son système technique, qu’ils les aient provoqués ou subis, ont pu ou dû faire face au cours de leur histoire.

35La démarche de nature géopolitique vise à saisir dans quel espace territorial local ou régional les systèmes techniques ont été implantés, maintenus ou abandonnés et si l’état des lieux relève de motifs d’ordre historique ou naturel. Il s’agit alors d’apprécier la performance géographique des contrées étudiées, à partir d’indices matériels relatifs à la sensibilité du milieu (ouvrages de défense contre les aléas naturels) et à la vulnérabilité des lieux (réaménagements, mutation ou réparations paysagères) ; de déterminer si les raisons retenues sont univoques, de l’ordre de l’Histoire (transfert de technique et remodelage territorial) ou de l’ordre de la physis (adaptation à un milieu physique devenu autre) ; ou si ces deux référents, dans la durée et l’étendue retenues, ne se sont pas entre-tissés au point de faire apparaître un temps et un espace de crise d’origine écogéographique et géopolitique, au sein du milieu géographique.

  • 25 Platon, Critias, 111.
  • 26 Plutarque, Sur la disparition des oracles, chap. 8.
  • 27 Polybe, Histoire, Liv. VI, chap. II, § 5, 5.

36Le personnage allégorique de l’oekoumène représenté sur l’arc de Galère renvoie en outre au système de représentation du monde, de telle sorte que, par exemple, alors qu’ils l’excluent théoriquement, le chaud et le sec sont corrigés par l’humide, grâce à l’irrigation. Par ce détour, le projet anthropologique de l’époque exprime la distinction que les philosophes de la nature dans l’Antiquité faisaient entre la terre habitable, la physis, et la terre habitée, l’Oekoumène. Il renvoie aussi à la relation qu’ils établissaient entre ces deux notions. Aussi peut-on se demander si la perception de risques environnementaux que traduit la dégradation dénoncée par Platon25 dans sa description d’une Attique au paysage de fin d’un monde ou reconnue par Plutarque26 dans son tableau d’une Béotie au paysage de catastrophe, si cette dégradation donc a conduit pendant l’Antiquité à faire prendre conscience de l’existence de crise environnementale ou mésologique à laquelle notre époque est sensible ? Sûrement, si on se réfère à Polybe27 qui par « raisonnement » rappelle que les calamités et catastrophes du passé se répèteront et n’épargneront pas les temps futurs. De ce constat, l’historien retient la réalité de la répétition d’un paysage de catastrophe appartenant à un monde considéré alors comme corrompu au sein de l’ordre du cosmos.

  • 28 Bousquet B., Tell Douch et sa région…, op. cit., notamment la 3e partie (Un paysage humanisé de la(...)

37Pour repérer de telles crises dans le passé, on peut donc choisir la démarche naturaliste et définir par quels processus s’est modifiée l’habitabilité des lieux. On peut emprunter la démarche historique et archéologique et analyser comment les sociétés ont changé culturellement et se sont matériellement et techniquement adaptées à de nouvelles conditions géographiques. Enfin on peut considérer les interactions écogéographiques et géopolitiques entre milieu et société, décrire les transformations des lieux face à l’évolution nouvelle du milieu et observer les ajustements d’usages dans le territoire que la société du moment réorganise à partir des techniques adoptées pour exploiter différemment les ressources naturelles, à l’aide de moyens capables de les transformer en richesses d’oekoumène et localement en biens collectifs ou individuels28.

  • 29 Polybe, Histoire, L. XXXVI, chap. V, § 17, 1-11.

38Normes et principes du droit d’alors peuvent aider à définir le type de changement intervenu, enregistrant la modification du projet anthropologique originel. En effet, si les aléas naturels, tels que « pluie ou neige tombant d’une façon ininterrompue et avec une violence exceptionnelle », ou des « périodes de sécheresse ou de gelées capables de détruire les récoltes », ou des « épidémies et leurs ravages » ou « tout autre accident » provoquent de la « perplexité » ou de « l’embarras », en raison de la connaissance encore approximative des mécanismes à leur origine, Polybe affirme que pour les phénomènes qui affectent l’oekoumène et dont les hommes peuvent maîtriser les effets, il faut modifier les « ambitions » du projet anthropologique qui gouverne les cités ou « à défaut faire passer des lois », sinon « tout comme les essaims d’abeilles, les cités, elles aussi, se vident de leur substance et s’étiolent peu à peu29 ».

  • 30 Ibid.
  • 31 Marc Aurèle, Pensées, V, 7, citant la prière qu’adressaient les Athéniens : « Fais pleuvoir, ô bon (...)

39Les parades existent donc et, pensent les auteurs, « dépendent de nous… Il n’est pas besoin pour cela de devins ni de prodiges30 ». Elles justifient le passage d’un paysage de risque et de catastrophe à un paysage de nouveau monde. La maîtrise de l’eau à la marge sud de la Méditerranée montre qu’au-delà des prières pour la pluie31, la technique d’alors peut aider à la résolution de crise ou atténuer les risques liés aux aléas naturels.

Maîtrise et utilisation de l’eau

  • 32 Pline, Histoire naturelle, XVIII – 188.

40Pour étudier de telles situations à la rive sud de la Méditerranée, le mieux est de retenir les lieux habités pendant l’Antiquité et situés dans les bandes bioclimatiques qui font passer du domaine méditerranéen aux étendues désertiques sahariennes par l’intermédiaire d’un milieu steppique semi-aride, et dont les limites sont susceptibles de se modifier. D’autant plus que les marges de ces zones ont été des territoires de conquête aux frontières des thalassocraties ou des empires méditerranéens pendant l’Antiquité, autant que des lieux d’échanges économiques et culturels comme le montrent l’invention et le maintien du paysage d’oasis32. Cet héritage qui ne se comprend que dans un cadre de type écogéographique et d’ordre géopolitique, s’exprime par les témoins géoarchéologiques des systèmes d’irrigation développés sur la rive sud de la Méditerranée, en Cyrénaïque, en Syrtique (Libye) jusque dans le cœur hyper-aride du Sahara, en Haute-Égypte, dans la dépression de Khargé, en particulier dans le secteur de Tell Douch, la Kysis de l’Antiquité.

41En Libye, les habitants de la Cyrénaïque et de la Syrtique ont cultivé leurs chôras à partir de systèmes hydrauliques différents. En Cyrénaïque, plateau calcaire élevé (600 m) en domaine méditerranéen, l’utilisation de l’eau se matérialisait par le captage des sources des écoulements souterrains. L’eau des résurgences karstiques était conduite par des aqueducs vers des citernes et de là, vers les champs qu’humidifiait par débordement une inondation contrôlée, pour faire face à des périodes de longue sécheresse que la pratique habituelle de la jachère cultivée d’été ne pouvait atténuer, faute de pluies efficaces.

42En Syrtique, bande steppique d’un soubassement calcaire de plus basse altitude et de latitude plus méridionale, les cultures se réalisaient dans les vallées à partir des eaux de ruissellement pluvial, les interfluves étant laissés aux troupeaux. À l’amont du versant, des retenues qui associaient mursbarrages et vannes guidaient l’écoulement au bas de la pente. L’eau était alors absorbée et stockée par le colmatage alluvial des oueds. Par sa texture, le colmatage argilo-sableux du talweg jouait le rôle de réservoir naturel dont l’humidité était destinée aux semailles de champs enclos de murs surmontés d’épineux.

43En Haute-Égypte, au cœur d’un désert hyper-aride, les oasis s’implantèrent au près de sources artésiennes actives communiquant avec des nappes phréatiques héritées de périodes humides antérieures. L’eau sous pression qui débordait de l’orifice de la source s’écoulait par gravité à l’aide d’un chenal vers le parcellaire situé à proximité du puits d’irrigation. Ou bien elle était captée à l’intérieur de roches-réservoir par des galeries, qanâts ou foggaras, dont les aqueducs à leur débouché conduisaient l’eau jusqu’aux parcelles situées au piedmont des collines ou dans la plaine voisine.

44En bordure de la Méditerranée libyenne, on utilisait donc l’eau de pluie. En Cyrénaïque, cette dernière alimentait par infiltration des circulations vadoses peu profondes (captage de source) ; en Syrtique, le ruissellement de surface guidé par les murs-barrages des versants entretenait l’humidité des fonds alluviaux des oueds. Dans l’une et l’autre région, le rythme méditerranéen à pluies hivernales servait autant des installations à caractère grec (captage de source, citerne avec aqueduc) que des aménagements libycoromains de steppe (murs-barrages, champs enclos).

  • 33 Briant P. (éd.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanâts et canalisations souterraines en (...)

45En Haute-Égypte, l’eau provenait de l’exploitation de nappes fossiles par des puits de type égypto-saharien, ou par des galeries souterraines (qanâts), conçues au Moyen-Orient (Perse et contrées de la rive arabe du golfe Persique) et adoptées à partir de la domination de l’Égypte par les Achéménides33.

46Le mode d’utilisation diffère d’une bande bioclimatique à l’autre, mais parfois sans être totalement adapté aux conditions géographiques des lieux quand on observe, par exemple à Kysis, le choix du qanât iranien aux dépens du puits artésien, puis son abandon pour revenir plus tard au puits saharien. Un paysage de risque a été ainsi introduit par le qanât, puis corrigé momentanément par un retour au puits, avant que ne s’introduise le paysage de catastrophe lié au tarissement des nappes phréatiques et à l’invasion des sables menant à l’abandon des sites et de leurs installations hydrauliques. En effet le « modèle climatique » qui fondait principes et pratiques de l’irrigation était celui de l’Égée et des régions où les pluies d’hiver sont assurées. Or, au sud de la Méditerranée orientale, si on conserve un climat méditerranéen, le rythme pluviométrique devient plus aléatoire et le milieu physique plus sec et de plus en plus aride. Installer dans ce milieu à pluies efficaces moins abondantes et plus rares, un géosystème fondé sur l’archétype « égéen » dont la performance dépend d’une saison hivernale pluvieuse assurée, c’est introduire le risque dans un oekoumène placé sous la menace et les dangers du désert hyper-aride.

  • 34 Polybe, Histoire, Liv. XXXVI, chap. V, § 17, 2.

47Comme le diagnostic géoarchéologique établit des fluctuations d’usages, il s’agit de savoir si leur variabilité dépend ou non des conditions mésologiques considérées à l’échelle des zones bio-climatiques de cet ensemble saharo-méditerranéen, ou bien d’un « embarras » technique face à des situations écogéographiques ou géopolitiques « difficiles à expliquer » et/ou à maîtriser, car génératrices de « perplexité » pour les habitants34.

Vers un diagnostic de situation de crise ?

48En fonction du constat géographique touchant les pratiques de l’irrigation, la question se pose de savoir s’il y a eu des fluctuations climatiques capables de faire varier d’une façon tangible l’approvisionnement en eau dans ces régions, pendant l’Antiquité et après. Peut-on par l’analyse du système technique et du paysage écogéographique qui en dépend, reconnaître de telles fluctuations et suivre leurs effets. Ou bien les facteurs géopolitiques rendent-ils compte par eux seuls des modifications de la mise en valeur des territoires, en dehors des influences ou des contraintes du milieu naturel ?

49En Cyrénaïque, le tarissement de certaines sources dépendrait autant de la variation naturelle de la circulation vadose des chenaux souterrains du karst que de la variabilité des précipitations, puisqu’à Cyrène, la source à l’origine de la ville grecque est toujours active et que la pratique de la jachère cultivée subsiste. On demeure dans le domaine méditerranéen dont le climat est défini par sa mobilité. Si, dans cette contrée, on reconnaît un paysage de fin d’un monde historiquement daté, on peut rester dans son paysagement puisque certains champs sont toujours cultivés dans les limites d’un bornage antique encore en place et selon le même mode cultural, celui dit du dry farming. La géoarchéologie ne conduit pas à définir une crise environnementale, mais seulement des changements d’ordre culturel plus que de nature catastrophique. Les désastres naturels qui pourraient être historiquement retenus correspondraient à des aléas météorologiques anecdotiques relevant de la variabilité du climat méditerranéen à tendance steppique plutôt qu’à des événements liés à une fluctuation climatique irrémédiable.

50En Syrtique, les installations hydrauliques de versant sont actuellement détruites par ravinement ou bien ensablées. Ces équipements à l’abandon sont situés dans un paysage de zone plus aride que pendant l’Antiquité. Par glissement vers le nord, les limites de cette dernière se substitueraient donc actuellement à celles de la zone semi-aride d’alors. On peut, pour expliquer cette mobilité, invoquer autant l’abandon de l’agriculture de vallée et la pratique d’un élevage devenue exclusive en Syrtique que le résultat de fluctuations climatiques récentes s’orientant vers une aridification de la zone et contrariant la pratique de l’agriculture pluviale d’appoint. Ces causes ne sont pas exclusives l’une de l’autre et s’expliqueraient autant par l’écogéographie locale que par la géopolitique régionale. La question est de définir l’ordre et le rythme de succession et le type de corrélation entre les facteurs, à toute échelle du temps et de l’espace, ainsi que les moments de conjonction pendant lesquels s’additionnent les différents facteurs. L’évolution du paysage est-elle ainsi due à un processus de co-variation des facteurs anthropiques et climatiques dont les effets indépendants aboutissent cependant aux mêmes conséquences, celle de la dégradation de l’oekoumène, ou à une corrélation univoque par effet de domination d’une des causes sur les autres ? Pour ce qui concerne le milieu physique actuel, on observe que la pluie reste un agent d’érosion comme dans la zone méditerranéenne, alors que les apports sableux résultent d’une déflation éolienne caractéristique du désert, désormais plus active dans cette zone steppique, en raison d’une plus grande ouverture de la couverture végétale herbeuse et buissonnante. La steppe, malgré la présence de certains traits paysagers découlant d’une dynamique de désert, telles les dunes, relèverait toujours d’un climat semi-aride à rythme pluviométrique méditerranéen et sa dégradation s’expliquerait autant par la géopolitique remodelant les territoires et leurs usages depuis l’Antiquité que par une possible mobilité bioclimatique récente qui pourrait être de la sorte autant circonstancielle que tendancielle. Si le diagnostic reste équivoque pour les temps postérieurs à l’Antiquité, pour cette époque, on peut estimer en revanche que l’humidité pouvait être mieux préservée à l’échelle d’un bassin-versant, en raison de l’aménagement écogéographique alors mis en place, et plus apte à valoriser ainsi l’apport des précipitations hivernales, elles-mêmes peut-être plus abondantes ou régulières. La performance écogéographique aurait été ainsi meilleure, car la territorialisation du bassin-versant à l’époque romaine aurait été, elle-même, plus accomplie dans le cadre de territoires tribaux mieux insérés dans l’oekoumène de la pax romana. La Syrtique présente un paysage de risque plus que de catastrophe, et discret car possiblement réversible. De nos jours, le relais entre un paysage de fin d’un monde et un paysage de nouveau monde assuré par l’aménagement de l’actuelle Grande Rivière explique la modération des effets de cette transition paysagère par une subdivision des usages du territoire qui s’adapte à la zonalité bio-climatique du milieu physique.

  • 35 FHG 4, 64, 33, dans Wagner G., Les oasis d’Égypte, op. cit., p. 279-280.

51En Haute-Égypte, l’eau provient de nappes captives inégalement profondes et non renouvelables. Sa maîtrise repose sur deux techniques : le puits et la galerie souterraine. Actuellement, ce double système ne fonctionne plus, ensablé par des dunes très mobiles. Le puits saharien fut à l’origine de l’irrigation. À partir de la période perse de l’histoire de l’Égypte antique, s’ajouta la galerie ou qanât. Les deux installations ont fonctionné simultanément, mais indépendamment l’une de l’autre. Elles furent rarement associées, sauf au moment de la déshérence progressive des lieux au cours du Bas-Empire et au temps de Byzance. Le puits est ensuite resté l’unique moyen d’irriguer, car l’aridité s’affirmant, le puisage demeura le seul procédé par quoi il était possible d’atteindre les nappes situées plus en profondeur, comme le rapporte Olympiodore dans sa description du creusement d’un puits dans les oasis au début du Ve siècle35. Ainsi l’abaissement des nappes phréatiques dû à l’accentuation de l’aridité et à une sollicitation plus intense brida au cours même de l’occupation des lieux l’usage des qanâts, puis l’utilisation du puits saharien dont par creusage on ne pouvait atteindre que quelques dizaines de mètres. Ce puits est abandonné de nos jours pour des forages profonds avec pompe, descendant jusqu’à-600 m. Le paysage de l’Antiquité subsiste sous son aspect de témoin archéologique. Il a été métamorphosé en un paysage dunaire de catastrophe irréversible. Le paysage actuel, homothétique de celui de l’Antiquité par son paysagement, installe aussi à partir de techniques modernes un paysage d’oasis mais qui est celui d’un nouveau monde.

52On peut estimer qu’une crise environnementale n’a que peu touché la Cyrénaïque. La contrée est restée dans le domaine méditerranéen, bénéficiant des pluies de saison fraîche. Des précipitations moindres ont peut-être eu de l’influence sur la circulation vadose supérieure, entraînant l’assèchement des sources les plus sensibles aux variations du débit et à la variabilité des précipitations.

53Pour la Syrtique, il y a crise puisque les anciens lieux habités sont désormais situés dans une bande aride qui n’était pas celle dans laquelle avait été développée une agriculture de fond de vallée. La bande semi-aride n’est pas pour autant devenue un désert puisque la steppe même dégradée reste le terrain de parcours des troupeaux, alors qu’elle subit actuellement une dynamique éolienne de type désertique. On peut parler de crise latente et de paysage de risque installé à la marge du climat « égéen ».

54En Haute-Égypte, la crise environnementale est liée à l’exploitation par les oasites des nappes phréatiques peu profondes. L’affaissement de ces réserves hydriques a été cependant commandé par le développement d’une aridification accentuée d’origine climatique. Le rythme des pluies est devenu plus lâche, les précipitations moins soutenues et le régime d’un alizé plus régulier ont entraîné un ensablement généralisé contre lequel il était matériellement difficile de s’opposer. Ce fut le cas pour le puisage de l’eau, procédé devenu incapable de parvenir à la profondeur atteinte par le niveau de reflux des nappes phréatiques. Le paysage de fin d’un monde subsiste à travers des témoins : habitat, parcellaires d’oasis, puits et qanâts, mis au jour par la prospection et les campagnes archéologiques. Son état présente l’aspect d’un paysage de risque puis de catastrophe (tarissement des puits et des qanâts, salinisation des parcelles, ensablement des habitats et des parcellaires d’oasis, abandon progressif mais inévitable face à l’invasion imparable des sables).

55Actuellement le paysage d’un nouveau monde s’implante à proximité (mise en valeur des dépressions du désert libyque à partir de plans d’aménagement), sous l’aspect de périmètres d’irrigation, aux parcellaires homothétiques de ceux de l’Antiquité, mais dont l’extension est fondée sur la technique moderne du forage profond ou du canal d’irrigation alimenté par l’eau du barrage d’Assouan. La parenté paysagère avec l’oasis antique est frappante, et le danger de nature comme autrefois reste un risque pour cet oekoumène d’un nouveau monde ainsi implanté après plus de quinze cents ans d’abandon. Le danger reste permanent car assujetti à la vitesse de l’ensablement.

56La situation critique par l’abandon qu’elle provoque conduit ces phases paysagères à devenir des archives. Les restes archéologiques finissent par revêtir une dimension patrimoniale qui pose la question de l’efficacité rétrospective de l’« analyse raisonnée » et des méthodes géographiques employées.

Usage et efficience diachroniques des concepts géographiques

57Les approches méthodologiques de la géographie moderne peuvent-elles être en effet utilisées pour les périodes historiques antérieures ? La typologie actuelle définie par les expressions crise environnementale, paysage de fin de monde, de risque et de catastrophe, paysage d’un nouveau monde peut-elle désigner des situations similaires se rapportant à l’oekoumène de l’Antiquité ? La diversité et l’usage évolutif des installations hydrauliques de cette période semblent le prouver. En effet, les données écogéographiques et géopolitiques du terrain, des terroirs et des territoires (système 3T) peuvent être confrontées, à toute échelle du temps et de l’espace, aux évolutions environnementales relatées par les sources écrites historiques ou littéraires et ces dernières, comparées aux données géoarchéologiques du terrain, se voir enrichir d’une interprétation géographique comparable à celle proposée pour notre époque. Les approches méthodologiques de la géographie auraient ainsi une efficience diachronique que justifient en outre deux autres raisons.

58D’abord, pour répondre aux paradigmes du développement durable et de la gestion intégrée, il est en effet utile pour nos contemporains de connaître comment les lieux habités peuvent rester pérennes (Cyrénaïque) ou non (Syrtique et Haute-Égypte), et de savoir quel est le degré de résilience du milieu géographique et quel rôle y jouent les provinces écogéographiques et les territoires géopolitiques. Le paysage du milieu géographique s’explique en effet à partir des disparités géopolitiques du palimpseste et des discontinuités écogéographiques de la mosaïque. Cet agencement résulte de l’entretissage des limites des structures instituant pour l’oekoumène le maintien des caractéristiques écogéographique des lieux et la continuité des dispositions géopolitique des territoires. En fonction des usages, la contrée ne présente pas en effet le même degré de résilience écologique face aux impacts des interventions humaines. Certains sites correspondent à des secteurs sensibles aux effets de déprédation locale, d’autres leur opposent une meilleure résistance. Dans la durée, comme les limites des territoires de l’oekoumène ne sont pas formellement ajustées aux limites des provinces écogéographiques, certaines de ces étendues paysagères s’expliquent par la mobilité plus incessante des frontières territoriales ; d’autre part une situation spatiale plus à l’écart des saccades de l’histoire. Le paysage d’oekoumène acquiert ainsi l’agencement d’un palimpseste d’ordre géopolitique dans la durée, et dans son étendue, celui d’une mosaïque de nature écogéographique. Il correspond à des situations géoarchéologiques soit de confinement (paysage relicte), d’équilibre (paysage hérité), d’effraction (paysage dénaturé) ou de commutation (paysage substitué).

  • 36 Beck C., Luginbühl Y. et Muxart T. (éd.), Temps et espaces des crises de l’environnement, Paris, É (...)

59La restitution de la géographie des sites et des territoires de l’Antiquité permet, en second point, de constater, pour cette période comme pour la nôtre, l’existence d’espaces d’usages et de temps de crise36. Cette reconnaissance s’appuie méthodologiquement sur des données matérielles et des situations géoarchéologiques d’ordre écogéographique et géopolitique qui ont ainsi une valeur diachronique en raison de l’influence qu’elles peuvent toujours exercer aux différentes échelles du temps et de l’espace. Les premières permettent de caractériser la variabilité de l’énergie, de la dynamique et de la mobilité du milieu physique (écosystème) ; les secondes, de définir le rythme de la mobilité du milieu géographique (géosystème), ainsi que le sens de la trajectoire du paysagement, la signification et la représentation de ces types paysagers pour l’anthroposystème qu’installent les sociétés (sociosystème) dans les milieux géographiques qu’elles habitent et organisent en lieux, territoires et paysages d’oekoumène.

60Cette marqueterie entrecroise des épisodes qui n’ont pas la même place chronologique au sein de la séquence évolutive du paysage d’oekoumène. Autrement dit, à quel épisode correspond le faciès paysager d’abandon parvenu jusqu’à notre époque ?

La disparité des échelles du milieu géographique

61L’examen d’un oekoumène antique dans les régions où il est observé, en raison de son aspect diversifié de mosaïque et de palimpseste, amène à se poser la question de savoir quel faciès paysager est observé hic et nunc au voisinage d’un site archéologique ? Le faciès géoarchéologique ou faciès d’abandon correspond-il à un paysage d’une fin de monde, comme celui hérité des anciennes chôras de l’Antiquité, parfois encore en usage sur le plateau de la Cyrénaïque (paysage relicte de confinement) ? Ou bien est-ce un paysage de catastrophe comme à Tell Douch, permanent, car depuis l’Antiquité, les sites sont toujours sous la menace des offensives du désert (paysage dénaturé par effraction). Mais les oasis modernes appuient l’irrigation sur le puits foré, dernier avatar de la famille du puits saharien (paysage substitué de commutation). Le paysage des oueds de la Syrtique est le paysage du nouveau monde libyco-romain, à l’abandon pour des raisons plus géopolitiques qu’écogéographiques. Ce « modèle » expérimenté pendant l’Antiquité a été en effet repris (paysage hérité d’équilibre) pour aménager les oueds au moment de la colonisation italienne, puis lors de la phase suivante lancée par la Libye devenue indépendante désireuse de mettre en valeur la steppe. Cet archétype d’aménagement devient l’agent d’un paysage de risques qui métamorphose l’ancien paysage de nouveau monde, hérité de l’Antiquité.

62Ainsi les faciès paysagers ne correspondent pas au même temps de l’histoire de l’oekoumène antique alors que leur condition les renvoie à un état et à un épisode d’abandon qui peut paraître indistinct. Ce faciès d’abandon est-il en outre toujours le résultat d’une situation critique in situ ou peut-il résulter d’un état de crise à une plus grande échelle que celle du territoire dont il relève ?

63Dans la région de Tell Douch, on peut chronologiquement distinguer des paléo-puits utilisés avant l’apparition des qanâts et des néo-puits creusés après l’assèchement des galeries de drainage. De même, on peut distinguer des parcellaires d’âges différents non seulement en surface, mais aussi en coupe. À Ayn Manawir, un paysage d’ancien monde perse a été recouvert par des dunes stigmatisant un paysage de catastrophe. Ces dernières ont été elles-mêmes enrobées par une couche de limon, intentionnellement étendue pour fixer le sable, et dont la surface a été transformée en parcellaires appartenant à un paysage d’un nouveau monde gréco-romain, et dont l’épaisseur à quoi il faut ajouter en coupe l’assise sableuse, additionne les temps de transition entre les deux périodes d’usage.

  • 37 Comme le rappelle Plutarque, Sur les délais de la justice divine, § 5 : « La nature de l’univers, (...)
  • 38 Polybe, Histoire, Liv. XXXVI, chap. V, § 17, 2.

64Le milieu géographique de l’oekoumène évolue de la sorte dans un entrelacs d’héritages et d’échelles paysagères, morphologiques, temporelles et spatiales, dont la mobilité allie les éléments du microcosme local aux faciès du macrocosme géographique. En travaillant sa parcelle, le paysan agit à une grande échelle, alors que la structure agraire dont fait partie son lopin de terre, n’est saisie qu’à la petite échelle d’une scène satellitaire. Le paysage définit le macrocosme géographique auquel de leur parcelle les agriculteurs accèdent, sans qu’ils aient eu pourtant la prétention de modeler la planète. Le paysage, ici agraire, peut être ainsi considéré comme une élaboration anonyme, puisqu’il ne résulte pas d’un objectif intentionnel, délibérément poursuivi par les habitants des lieux. Sa configuration intègre des différences d’échelles et des adaptations successives. Cependant, au sein des systèmes qui composent l’anthroposystème, des relations existent entre le paysage et la parcelle cultivée. Mais cette interrelation qui relie les échelles et fait passer du local au planétaire dans le « monde ordonné37 » des Anciens, n’est systémiquement établie qu’avec confusion lors d’une crise environnementale et/ou mésologique. La difficulté d’établir ce lien explique peut-être « l’embarras » ou la « perplexité » des contemporains de Polybe, quand ce dernier fait allusion aux « événements dont une intelligence humaine ne peut pas ou ne peut que très difficilement découvrir les causes38 ».

65En effet, si ce n’est par un jeu d’échelles perturbé où la distinction entre microcosme et macrocosme est moins tranchée, comment expliquer que la somme des griffures de ruissellement dans un champ détermine un paysage de bad-lands dommageable pour le géosystème, que le surpâturage qui se généralise à l’échelle d’un bassin-versant modifie le milieu biotique de l’écosystème, et que pour le sociosystème, le travail singulier du cultivateur participe au faciès de la mégaforme paysagère dont la configuration s’acquiert à travers les crises environnementales et mésologiques qui sévissent ainsi à la dimension écogéographique des lieux et géopolitique des territoires.

66La disparité des échelles du milieu géographique concourt au développement du risque et de la catastrophe et engage l’évolution des types et des faciès paysagers par la vitesse avec laquelle se propagent les processus morphogéniques des crises. Les modifications du projet anthropologique font que l’on passe d’un écosystème successivement déterministe, contrôlé et perturbé, à un oekoumène successivement écologique, culturel et rationalisé à partir de lieux et territoires successivement pragmatiques, modélisés et vectorisés à l’origine des faciès paysagers reconnus d’ordre écogéographique et géopolitique.

Crises environnementales et mésologiques, paysages, vitesse

67Le pavage des sites constitue une mosaïque, et les multiples traces enchevêtrées de ces derniers, un palimpseste. Le temps et l’espace des territoires résultent de multiples ajustements qui résultent de l’« embarras » et de la « perplexité » des habitants devant des situations critiques.

68Les crises environnementales et mésologiques, latentes ou brutales, ont donc pour effet de perturber l’oekoumène. Ce dernier considéré comme leur enveloppe fait office d’environnement et de milieu pour les lieux et les territoires, condition qui explique la double qualification de la crise qui par ailleurs au-delà des phases de tension atteint son apogée catastrophique. La crise présente ainsi des degrés d’intensité, en fonction du nombre de systèmes interagissant au sein de l’anthroposystème. Tension quand la crise résulte de l’interférence de deux des trois systèmes qui le composent. Apogée quand elle est provoquée par l’interaction synchrone de l’ensemble des systèmes.

  • 39 Varron, De re rustica, 1, 4, 3-5.

69Les crises en fonction de leur gravité ont pour conséquence d’altérer ou de détruire le paysage antérieur qu’elles réduisent à l’état de paysage d’ancien monde inégalement conservé. Le paysage de risque et de catastrophe, dans l’écosystème, découle de phénomènes naturels dont l’ampleur est d’origine physique, mais possiblement accrue par les agissements humains. En fonction du sociosystème, les crises deviennent des événements d’histoire dont les suites sont inégalement inscrites dans le temps et la mémoire des sociétés. Dans le cadre du géosystème, elles caractérisent, bien que diversement diffusées, le territoire et les lieux en y déterminant des zones à risques ou catastrophes par déprédation ou dilapidation. L’atténuation de leur propagation amène la formation du paysage de nouveau monde. Ce dernier dépend de la résilience du milieu et des interventions techniques opérées sur l’environnement, car un environnement défavorable peut être amélioré par la science d’après Varron39, comme des commutations d’ordre culturel accomplies par les sociétés pour corriger les conséquences des crises environnementales et mésologiques et rendre aux lieux leur capacité d’habitabilité et aux territoires leur performance géographique. La décroissance de la crise dépend de la vitesse avec laquelle s’opère par transition ou substitution le passage d’un paysage à l’autre. Elle résulte en définitive de la dromologie des phases de transition.

  • 40 Plutarque en fait un historique dans Sur les oracles de la Pythie, § 24-25.

70La mobilité reste ainsi un facteur commun pour les systèmes de l’anthroposystème40. Elle conduit à se projeter dans le temps et à envisager le futur. En effet les paysages reconnus par l’analyse géographique amènent à faire le récit de la mobilité de l’oekoumène et, dans l’étendue et la durée, à définir ce que l’on pourrait appeler la dromologie d’une géographie dont l’évolution de la sensibilité mésologique et l’affirmation de la vulnérabilité environnementale, résultats des situations de crise, expliquent leur établissement progressif ou brutal. Autrement dit, la vitesse, facteur de propagation, engendre et dissémine la crise que les effets de la résilience peuvent brider sans toujours l’éviter.

71Ainsi les disparités de la cinétique permettent-elles de comprendre comment le sentiment d’appartenance à un lieu a pu se transformer par nécessité en décision de changer de lieu, et en façon autre d’habiter et de gouverner. Nouveauté qui rendrait compte de l’installation d’un état de crise et de son paysage de risque et traduirait le franchissement d’un seuil d’irréversibilité quand apparaît le paysage de catastrophe. La rapidité de la transition entre les phases de paysage et la vitesse d’atténuation de la crise expliquent l’aspect de mosaïque et de palimpseste si caractéristique du paysage d’oekoumène hérité de l’Antiquité.

72Le faciès d’abandon d’un oekoumène ancien ou faciès géoarchéologique peut ainsi correspondre en surface à un des faciès de la série évolutive proposée, comme il peut couronner la stratification d’un empilement de séries dont, en épaisseur, les couches paysagères sont séparées par une limite, assimilable à une surface de discordance qui représente la durée d’une phase de substitution ou de transition. Cet agencement des faciès signalés par des indices faibles, discrets ou indistincts, ou des vestiges imposants et persistants est conforme aux caractéristiques de la dynamique du milieu géographique méditerranéen ancien et actuel où pour l’oekoumène les situations critiques sont récurrentes.

Figure 1 – El-Deir (Égypte). Parcellaire antique (Cliché R. Lichtenberg).

Figure 2 – Tell Douch (Égypte). Puits d’aération d’un qanat (Cliché IFAO).

Notes

1 Les observations de terrain en Cyrénaïque et en Syrtique ont été menées dans le cadre des missions franco-libyennes sous l’égide de l’UNESCO et en Haute-Égypte dans celui des campagnes de fouilles menées par l’IFAO dans la dépression de Khargé. Voir Bousquet B., Tell Douch et sa région. Géographie d’une limite de milieu à une frontière d’Empire, Le Caire, IFAO, 1996 ; ID. et Péchoux P.-Y., « Géographie de l’espace libyen au rivage du Syrte depuis l’Antiquité », dans Aux rivages des Syrtes : la Libye. Espace et développement de l’Antiquité à nos jours, Centre des Hautes Études sur l’Afrique et l’Asie modernes (CHEAAM), 2000, p. 28-55.

2 Peyras J., « Frontières et écosystème », dans Bedon R. et Hermon E. (éd.), Concepts, pratiques et enjeux environnementaux dans l’Empire romain, Actes du colloque de l’université Laval (14-16 mai 2004), Caesarodunum, XXXIX, Limoges, PULIM, 2005, p.  67-76.

3 Plutarque, Sur la disparition des oracles, chap. 8.

4 Procope, La guerre contre les Vandales, Liv. II, chap. VI, § 4-13.

5 Polybe, Histoire, Liv. VI, chap. II, § 5, 5.

6 Atlas historiques des cadastres d’Europe, action COST G2 « Paysages anciens et structures rurales », Commission européenne, 1998-2002.

7 Bousquet B., « Les séismes de l’Antiquité entre Nature et Société », dans Jouanna J., Leclant J. et Zink M. (éd.), L’homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Cahiers de la villa Kérylos no 17, Paris, Diffusion De Boccard, 2006, p. 33-59.

8 Polybe, Histoire, Liv. XXXVI, chap. V, § 17, 2-3.

9 Charpentier M.-C. (éd.), Les espaces du sauvage dans le monde antique : approches et définitions, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2004.

10 Jacob C., La Description de la terre habitée de Denys d’Alexandrie ou la Leçon de Géographie, préface de Marcel Detienne, Paris, Albin Michel, 1990, p. 90-91, § 170-220.

11 Clavel-Léveque M., « Paysages et cadastres de l’Antiquité. Chronique 1995 », Dialogue d’Histoire Ancienne, 21 (2), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 1995, p. 349-391 ; Berque A., Les raisons du paysage, Paris, Hazan, 1995.

12 Hygin. L’œuvre gromatique. Corpus Agrimensorum Romanorum V Hyginus, action COST G2 « Paysages anciens et structures rurales », Commission européenne, 2000.

13 Peyras J., « Écrits d’arpentage et hauts fonctionnaires géomètres de l’Antiquité tardive », Dialogue d’Histoire ancienne, 21 (2), 1995, op. cit., p. 149-204 ; Favory F., « Limites et territoires d’après les corpus gromatiques », Caesarodunum, XXXIX, 2005, op. cit., p. 153-195.

14 Schiavone A., L’histoire brisée. La Rome antique et l’Occident moderne, Paris, Belin, 2003 (cf. le chap. 1, « Un siècle d’or ») ; Veyne P., L’Empire gréco-romain, Paris, Le Seuil, 2005, p. 244-246 ; Fedeli P., Écologie antique. Milieux et modes de vie dans le monde romain, Gollion (CH), Infolio, 2005.

15 Plutarque, Sur la disparition des oracles, chap. 5.

16 Polybe, Histoire, Liv. XXXVI, chap. V, § 17, 3.

17 Ibid., § 17, 2-3.

18 Bernand A., La carte du tragique, la géographie dans la tragédie grecque, Paris, éd. du CNRS, 1985.

19 Comme le pense Plutarque, admirateur de la pax romana : cf. Sur les oracles de la Pythie, § 28.

20 Guilaine J. (éd.), Pour une archéologie agraire, Paris, Armand Colin, 1991.

21 Dunand F., Heim J.-L., Henein N. et Lichtenberg R., La nécropole de Douch (Oasis de Kharga). Exploration archéologique. Structures sociales, économiques et religieuses de l’Égypte romaine, Le Caire, IFAO, 1992.

22 Cusset C. (éd.), La Météorologie dans l’Antiquité entre science et croyance, Actes du colloque international interdisciplinaire de Toulouse (2-4 mai 2002), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Etienne (Mémoires du Centre Jean Palerne, no 25), 2003.

23 Inglebert H., Histoire de la civilisation romaine, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2005, p. 310.

24 Wagner G., Les oasis d’Égypte à l’époque grecque, romaine et byzantine d’après les documents grecs (recherches de papyrologie et d’épigraphie grecques), Le Caire, IFAO (Bibliothèque d’étude, t. C), 1987.

25 Platon, Critias, 111.

26 Plutarque, Sur la disparition des oracles, chap. 8.

27 Polybe, Histoire, Liv. VI, chap. II, § 5, 5.

28 Bousquet B., Tell Douch et sa région…, op. cit., notamment la 3e partie (Un paysage humanisé de la Région de tell Douch et la maîtrise de l’eau) et la conclusion (La toparchie de Kysis).

29 Polybe, Histoire, L. XXXVI, chap. V, § 17, 1-11.

30 Ibid.

31 Marc Aurèle, Pensées, V, 7, citant la prière qu’adressaient les Athéniens : « Fais pleuvoir, ô bon Jupiter, fais pleuvoir sur nos champs et sur tout le terroir d’Athènes. »

32 Pline, Histoire naturelle, XVIII – 188.

33 Briant P. (éd.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanâts et canalisations souterraines en Iran, en Égypte et en Grèce. Séminaire du Collège de France, Paris, Thotm Éditions, coll. « Persika », 2, 2001.

34 Polybe, Histoire, Liv. XXXVI, chap. V, § 17, 2.

35 FHG 4, 64, 33, dans Wagner G., Les oasis d’Égypte, op. cit., p. 279-280.

36 Beck C., Luginbühl Y. et Muxart T. (éd.), Temps et espaces des crises de l’environnement, Paris, Éditions Quæ, coll. « Indisciplines », 2006.

37 Comme le rappelle Plutarque, Sur les délais de la justice divine, § 5 : « La nature de l’univers, d’abord chaotique, a commencé à se modifier, pour donner naissance au monde ordonné que nous voyons, par ressemblance et participation à la vertu divine. »

38 Polybe, Histoire, Liv. XXXVI, chap. V, § 17, 2.

39 Varron, De re rustica, 1, 4, 3-5.

40 Plutarque en fait un historique dans Sur les oracles de la Pythie, § 24-25.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – El-Deir (Égypte). Parcellaire antique (Cliché R. Lichtenberg).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 2 – Tell Douch (Égypte). Puits d’aération d’un qanat (Cliché IFAO).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112700/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540