Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

La climatologie historique : aspects méthodologiques. Sa contribution à la reconstruction climatique

Mariano Barriendos
Traduction de F. Clément

Texte intégral

Remerciements:
Projet IP 017008-2 « European climate of the last millennium » (MILLENNIUM). Acción Estratégica « Salvá-Sinobas. Caracterización del clima de la Península Ibérica durante el período 1750-1850 », Ministerio español de Medio Ambiente y Medio Rural y Marino. Código : 200800050083542.

1La société actuelle connaît des innovations qui se succèdent à un rythme qui aurait été inimaginable à l’époque historique. Les capacités de travail et de connexion entre les individus et les ensembles d’individus se sont également accrues de façon extraordinaire. La capacité actuelle d’échanger de l’information et des données a engendré, en définitive, une conception nouvelle de ce que peut être la recherche scientifique. Les frontières géographiques et thématiques n’existent déjà presque plus, ce qui autorise une activité scientifique coordonnée et en temps réel entre personnes et groupes de personnes, et cela sans limites ou à peine.

2Les nouveaux cadres de travail ouvrent des possibilités à des disciplines qu’on avait pu considérer, jusqu’alors, comme peu conventionnelles ou comme relevant d’approches extrêmement interdisciplinaires ou transversales. Non seulement la singularité thématique ou le manque de moyens humains ne constituent plus un facteur limitant pour la recherche, mais ils sont même une incitation à étendre et à élargir les limites de la recherche en améliorant de façon substantielle le potentiel de résultats et la diffusion de ceux-ci.

3Nous essaierons de montrer, dans la présente contribution, le développement qu’a connu la climatologie historique dans ce contexte nouveau, ses potentialités et les objectifs qu’elle est en mesure d’atteindre. Nous insisterons particulièrement sur les caractéristiques d’une telle recherche, en raison de sa singularité en tant que discipline transversale et à cause de son développement encore fragile dans quelques pays européens. Par conséquent, les questions méthodologiques soulevées ne sont pas le fruit d’une longue expérience de recherche, qui serait éprouvée et définitive. La méthodologie proposée résulte d’une expérience limitée, elle est améliorable et amendable.

4De fait, les règles méthodologiques élaborées jusqu’à présent en climatologie historique répondent en grande partie à des initiatives à échelle restreinte, dont les résultats sont ensuite assemblés dans des travaux de synthèse. Il y a donc intérêt à faire des propositions et à favoriser la réflexion à l’intérieur de la discipline, comme à destination des chercheurs intéressés, afin de créer des outils méthodologiques permettant de récupérer au mieux l’information climatique du passé. Le partage d’expérience est également utile : il facilite l’application des règles méthodologiques déjà expérimentées dans des contextes historiques différents. On peut ainsi évaluer leur utilité et apporter les améliorations les plus pertinentes.

Aspects conceptuels

5La climatologie historique est une discipline relativement jeune. On comprendra alors qu’il faille encore insister sur les questions de définition, afin de savoir où sont les éléments de base de la discipline en tant que spécialité particulière, mais également pour la situer elle-même dans le paysage académique actuel et dans celui de la recherche.

6Par son activité propre, la climatologie historique est la discipline dont l’objet est de reconstruire la variabilité climatique ou les épisodes météorologiques extrêmes en employant exclusivement l’information contenue dans les sources documentaires historiques. Pour cette raison, la période sur laquelle il est possible de travailler dépend directement de ce qui est disponible dans ce que chaque patrimoine documentaire de chaque pays a pu conserver. En ce qui concerne le domaine européen, il est très courant que la documentation conservée soit suffisamment fournie et continue à partir des XIIIe-XIVe siècles. Quant au type d’information à récupérer, il dépend des conditions physiques de la zone à étudier. Habituellement, les phénomènes enregistrés et décrits avec la plus grande précision sont ceux dont la fréquence et la sévérité élevées ont eu un impact sur les activités essentielles de la population (agriculture et élevage, transports, production d’énergie hydraulique, etc.). Mais dans des espaces culturels où l’on accorde une attention particulière à l’observation environnementale, il est possible de trouver également de la documentation spécifiquement produite pour enregistrer les conditions du milieu, c’est-à-dire décrivant la situation météorologique (froid, chaleur, pluie, neige, grêle, brouillard, etc.), ou l’état d’avancement d’activités précises du monde paysan (dates des vendanges, floraison, récolte, semailles, etc.).

7La climatologie historique a un autre domaine de recherche spécifique : le repérage et la récupération des anciennes observations météorologiques instrumentales. La particularité de ce type de données est qu’il s’agit de relevés quantitatifs à peu près identiques à ceux qui sont établis par les stations météorologiques actuelles. En d’autres termes, les données ont une application immédiate dans le prolongement des relevés actuels, ce qui permet de multiplier par deux ou par trois la longueur des séries utilisées pour analyser la variabilité climatique récente.

8La raison justifiant qu’on étudie ces séries dans le champ historiographique tient au fait que de tels relevés d’observations se trouvent dans des documents manuscrits. Leur localisation et leur récupération ne peut par se faire par des moyens conventionnels (catalogues et bases de données accessibles au public sur des supports informatiques). Il est donc nécessaire de consulter des archives historiques et d’effectuer un travail d’exploration des sources documentaires et de dépouillement des manuscrits qui est propre à l’historiographie. Ceci constitue l’un des meilleurs exemples de l’effort d’interdisciplinarité en recherche climatique, puisqu’il suppose un travail étroit entre historiens et climatologues en direction du même objectif final, mais chacun apportant ses propres compétences.

La climatologie face au changement climatique

9Le climat représente à l’époque actuelle un grave problème social à cause des répercussions que peut avoir, dans le futur, la modification de sa variabilité naturelle du fait de la pollution de l’atmosphère par les émissions de gaz à effet de serre. Le système climatique est en soi très complexe, à tel point que la modification de sa variabilité génère beaucoup d’incertitudes et requiert un important et constant effort de recherche dans les temps à venir.

10La demande sociale se porte vers les questions qui se posent sur les conditions climatiques dans un futur à court ou à moyen terme. L’atmosphère est un système très compliqué, avec des interrelations à de multiples niveaux. Cela implique un effort important pour répondre aux incertitudes provoquées par le changement climatique. Durant le XXe siècle, on était arrivé à une bonne connaissance du système climatique, et les moyens technologiques modernes avaient permis une lente amélioration de la capacité de prévision climatique. Cependant, cet objet d’étude devient d’une grande complexité lorsqu’il faut introduire les effets de la pollution atmosphérique par les gaz à effet de serre. Les défis, en effet, sont multiples, étant donné que le réchauffement diagnostiqué est un processus global. Il implique un changement du climat introduit comme nouveau facteur dans le système climatique – phénomène inconnu dans le passé et dont les répercussions seront globales, altérant simultanément des écosystèmes complets, la distribution des espèces animales, la disponibilité en ressources hydriques, la biodiversité et la survenue des épisodes météorologiques extrêmes.

11Le milieu scientifique a mis en œuvre d’importants moyens afin d’être capable de développer une modélisation climatique suffisamment puissante pour permettre de simuler le climat à venir en ajoutant aux facteurs naturels le forçage que représente la participation des gaz à effet de serre. Cette tâche est réalisée grâce à l’outil informatique et en utilisant de grandes quantités de données instrumentales. Ce qui freine le plus cet effort, c’est peut-être la nécessité de disposer de données objectives sur une durée de temps aussi longue que possible : de cette façon, seulement, les modèles climatiques seront en mesure de présenter de meilleures garanties de fiabilité quant aux résultats qu’il obtiennent en matière de projections concernant le climat futur.

12Les données disponibles se limitent pratiquement au XXe siècle et, pour l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord, à quelques rares décennies supplémentaires du XIXe siècle. Étant donné ces limites, la paléoclimatologie doit s’efforcer de récupérer des informations sur le climat du passé susceptibles d’être transformées en séries de données possédant des propriétés de fiabilité et de résolution aussi proches que possible de celles des relevés instrumentaux modernes. De cette façon, les modèles climatiques peuvent mieux fonctionner et offrir une plus grande précision dans leurs projections sur la variabilité du climat futur et sur le comportement de ses manifestations extrêmes.

13Pour y parvenir, la reconstruction climatique développée à partir de différentes disciplines scientifiques essaye d’identifier et de caractériser avec le maximum de précision et de fiabilité les comportements du climat du passé antérieurs à l’existence de systèmes d’observation instrumentale. La recherche paléoclimatique nécessite donc des efforts multidisciplinaires et internationaux de grande amplitude afin que la production de données soit féconde pour la modélisation climatique et la reconstruction des épisodes météorologiques extrêmes. Dans le domaine des sciences humaines, la climatologie historique dans la péninsule Ibérique peut contribuer à cet effort en recueillant les informations conservées dans les sources documentaires historiques.

14Les questions méthodologiques liées à ce type de recherche doivent être analysées minutieusement, en distinguant l’époque moderne, pour laquelle on dispose de sources administratives abondantes et sans solution de continuité, et l’époque médiévale, dont les sources sont éparses, fragmentaires et peu abondantes. Les résultats spécifiques tirés des sources historiques se limitent au régime des précipitations, depuis les sécheresses sévères jusqu’aux épisodes de pluies torrentielles. Mais ils offrent, en contrepartie, un grand degré de précision et de fiabilité en ce qui concerne la datation absolue des informations. Les oscillations climatiques détectées se rapportent aux 500 à 750 dernières années. On peut les comparer à celles d’autres régions d’Europe et les mettre en relation avec les courbes de température déjà établies pour l’Europe centrale.

15Un des points du débat scientifique a trait à l’exploration des sources documentaires pour la reconstruction du climat à l’époque médiévale. Les difficultés sont notoires, mais l’information qu’on pourrait obtenir serait très utile pour effectuer une projection vers l’avenir des conditions de l’épisode chaud qu’a connu l’époque médiévale et que les modèles climatiques indiquent comme susceptibles de se réaliser dans un futur scénario de changement climatique.

Place de la climatologie historique

16Avant de commencer à examiner ce qu’est le travail en climatologie, il convient de faire quelques remarques sur la place académique de la discipline. La recherche scientifique rencontre actuellement un vif succès quand elle parvient à impliquer différentes disciplines dans une activité coordonnée et intégrée, en ce que cela représente comme résultats novateurs qui permettent de comprendre une réalité complexe et dotée de multiples facettes. Mais cette interdisciplinarité souhaitable dans la recherche scientifique a encore du chemin à faire pour intégrer le système universitaire. Il s’agit d’un problème transitoire qui trouvera peut-être une solution quand la discipline aura acquis une assise stable dans un avenir prochain. Mais cela reste un problème considérable, tant en ce qui concerne le positionnement professionnel des chercheurs actuels que la possibilité de former des générations de jeunes chercheurs prêts à poursuivre un travail qui exige toujours un grand effort personnel.

17Sur le premier point, les perspectives sont positives. La création d’un espace commun de l’enseignement supérieur (processus de Bologne) encourage la mobilité et les échanges d’étudiants et d’enseignants. Petit à petit, ce contexte nouveau favorise l’apparition d’enseignants qui peuvent développer une activité transversale dépassant les rigides structures universitaires, telles qu’elles existent dans divers pays. Jusqu’à présent, le diplôme universitaire est resté un critère beaucoup plus décisif que l’activité professionnelle pour les chercheurs qui postulent un poste d’enseignement ou même de recherche. Ces barrières constituent une limite déterminante lorsque la spécialisation professionnelle est de type transversal ou qu’elle échappe aux structures académiques classiques, qui sont liées à un diplôme officiel. Il s’agit de difficultés propres à une discipline nouvelle, considérée comme « étrangère » au système universitaire, sans place clairement assignée, et qui n’a aucune chance de bénéficier d’occasions très intéressantes. Le nouveau système universitaire européen peut aider à ce que la climatologie historique cesse d’être située nulle part, dans un inconfortable et peu productif no man’s land.

18Sur le second point, c’est-à-dire la formation des nouveaux chercheurs, les perspectives sont encore négatives à court et à moyen terme. Les cursus ne prévoient pas de mettre en place des spécialités transversales et un étudiant qui a un intérêt spécifique pour la matière doit suivre un parcours de formation très compliqué. Il est évident que les besoins actuels de connaissance dans le domaine de la variabilité et du changement climatiques sont apparus à un rythme plus rapide que celui que peuvent soutenir les structures académiques. Il en résulte que l’étudiant n’a pas la possibilité d’acquérir ces savoirs de façon commode dans le cadre de l’Université espagnole. Tout au plus dispose-t-il, au département d’Histoire moderne de l’Université de Barcelone, d’un cours quadrimestriel consacré à l’analyse climatique à partir des sources documentaires. Actuellement, les études d’histoire sont encore peu sensibles aux thématiques environnementales. Et, symétriquement, les études de géophysique et de sciences de l’environnement sont rarement sensibles aux temporalités à haute résolution.

19On peut prendre comme exemple de cette situation l’éparpillement universitaire que connaît la paléoclimatologie. Ses différentes spécialités s’étudient dans diverses facultés qui partagent peu d’affinités entre elles et où les covalidations sont très compliquées. La transmission des savoirs, méthodologies et techniques paléoclimatiques se fait en faculté de Biologie, de Géologie, de Sciences de l’Environnement, de Physique, de Chimie, de Statistiques, d’Ingénierie civile (hydrologie, hydraulique), de Géographie, d’Histoire et même en Sciences économiques. Avec les structures actuelles, un bon paléoclimatologue, bien formé et polyvalent, est quelqu’un qui aura atteint le seuil de la retraite !

L’évolution de la climatologie historique en Espagne

20Le développement de la climatologie historique en Espagne suit un parcours similaire à celui qu’ont connu les pays d’Europe centrale, à la seule différence d’un notable retard du point de vue temporel et du très petit nombre de chercheurs ayant participé à chacune des étapes par lesquelles est passée la progression de la discipline.

21Le mouvement des Lumières, qui illumina l’Europe au XVIIIe siècle, a pris en Espagne la forme d’un élan vers le progrès culturel et scientifique malheureusement interrompu par les guerres napoléoniennes. Différents secteurs de l’administration publique comprirent alors l’intérêt de collecter, à travers l’ensemble du territoire étatique, de l’information sur les conditions environnementales, sur la situation sanitaire et sur la production agricole. Le plus intéressant, c’est qu’il ne s’agissait pas d’une simple enquête statistique sollicitant des données récentes, mais qu’on demanda des références relatives à des anomalies du passé, y compris communication de dossiers antérieurs, par exemple les résultats du recouvrement des impôts sur la production agricole. L’objectif affiché était seulement de contrôler et de gérer les ressources agricoles et démographiques du pays. Mais les autorités locales suspectèrent un alourdissement de la pression fiscale ou un contrôle plus strict, si bien que le projet se solda par un échec, le volume de données reçues ayant été insuffisant.

  • 1 Archivo de la Real Academia Nacional de Medicina de Madrid, Manuel Rico Sinobas, Manuscritos, 23-4 (...)
  • 2 Les Inondations en France depuis le VIe siècle jusqu’à nos jours, recherches et documents contenan (...)
  • 3 Bentabol H., Las Aguas de España y Portugal : evaluación y aprovechamiento urbano, agrícola é indu (...)

22Au milieu du XIXe siècle, le médecin et physicien Manuel Rico Sinobas prit une initiative personnelle. Ce savant, né à Valladolid et mort à Madrid, conçut le projet d’ouvrir un registre des épisodes météorologiques extrêmes, organisé en fiches manuscrites qui seraient compilées à partir de différentes archives municipales et publications à caractère historique. Son intention était de créer une base de données à laquelle seraient incorporées les informations collectées par des travaux et des chercheurs successifs. Il y aurait eu là une mine d’informations potentielles tout à fait précieuses pour connaître la fréquence des sécheresses et des inondations. Mais l’absence de suivi dans le travail fit que l’initiative se résuma à un modeste document conservé dans un fonds d’archives madrilène1. Le positivisme avait ainsi perdu une excellente occasion de lancer un travail collectif de compilation systématique de l’information dans les archives historiques. L’exemple de la France, avec le projet de Maurice Champion de recueil des données sur les inondations2, fut sans incidence non plus. Seuls certains archivistes, au niveau local, ont produit des travaux similaires, mais à une échelle très réduite. Quelques années plus tard, un ingénieur des mines réalisa un travail qui, quoique de faible envergure, couvre l’ensemble de la péninsule Ibérique3.

  • 4 Olagüe I., La decadencia española, Madrid, Mayfe, 1950-1951, 4 vol.

23Le déterminisme a gravement affecté la climatologie historique. Ce courant historiographique, dont les implications politiques étaient fortes avec les fascismes de la première moitié du XXe siècle, prétendit faire du climat le facteur explicatif de nombreux processus historiques, y compris pour justifier certains grands échecs. De là à établir des principes racistes sous la « couverture » de critères bioclimatiques, il n’y avait qu’un pas. En Espagne, avec une dictature inspirée du fascisme italien et du nazisme allemand, et qui perdure jusqu’en 1975, divers auteurs eurent tout loisir de porter à leur apogée les critères déterministes. On admettra qu’ils furent peu nombreux. Mais l’extension dans le temps de leur activité empêcha que d’autres courants historiographiques pussent se développer pleinement, du moins dans le domaine de la climatologie historique. Un exemple paradigmatique, quoique tardif par rapport à notre cadre culturel, serait la production d’Ignacio Olagüe4.

  • 5 Giralt E., « En torno al precio del trigo en Barcelona durante el siglo XVI », Hispania, 18, Madri (...)

24À la même époque, cependant, il exista des projets en avance sur leur temps. Emili Giralt, de l’Université de Barcelone, participa à l’école des Annales, ce courant historiographique français qui introduisit de nouveaux objets dans la recherche historique. Sa participation à différentes manifestations scientifiques internationales lui permit de faire connaître le potentiel des rogations à motif environnemental enregistrées dans la documentation administrative, en tant que sources d’information pour la détection et la définition de comportements climatiques et de conjonctures démographiques et économiques5.

  • 6 Fontana Tarrats J. Ma, Entre el cardo y la rosa. Historia del clima en las Mesetas, 1971, inédit ( (...)

25Plus tard, dans la seconde moitié du XXe siècle, on trouve José María Fontana Tarrats, personnage singulier dans la climatologie historique espagnole. Cet homme politique, très proche du centre de décision du régime franquiste, développa une intense activité dans le domaine de la climatologie historique, mais au niveau privé. Il fut mû par un intérêt exclusivement personnel, alors que sa carrière politique n’avait déjà plus une importance comparable à celle qu’elle avait connue pendant les vingt premières années de la dictature. On peut considérer que Fontana Tarrats est une personnage de transition, à cause de son environnement nettement déterministe et parce que l’objectif général de la recherche qu’il avait entreprise était de justifier par des causes environnementales le déclin de la dynastie des Habsbourg dans la monarchie espagnole. Ses points de vue et ses convictions personnelles, basés sur une information accumulée pendant de longues années de labeur, furent publiés sous la forme de manuscrits dactylographiés consacrés aux différents royaumes et régions d’Espagne : Galice, deux Castilles, Andalousie, Valence, Murcie, Baléares, Catalogne6. Son activité aurait pu se limiter à des exposés de type déterministe. Néanmoins, Fontana Tarrats a réalisé un travail correct du point de vue méthodologique. Il a pu constater l’énorme quantité de documentation contenant des informations sur le climat qui est consultable en Espagne, que ce soit dans les sources de nature publique, privée ou ecclésiastique. Mais, également, il a eu le souci de sauvegarder l’information collectée sous la forme de fiches manuscrites, avec les références complètes de la source. Bien que Fontana Tarrats ne soit pas allé jusqu’à produire une analyse de reconstruction climatique, ses matériaux restent utilisables aujourd’hui. Plus de 3 000 fiches à contenu climatique ont été récupérées dans le fonds original conservé au siège central de l’Institut national météorologique (Instituto Nacional de Meteorología).

Aspects méthodologiques

L’essor de la climatologie historique en Espagne

  • 7 Albentosa L. M., « La importancia del conocimiento de las fluctuaciones climáticas en los estudios (...)
  • 8 áLvarez Vázquez J. A., « Drought and rainy periods in the province of Zamora in the 17th, 18th, an (...)
  • 9 Grimalt Gelabert M., Geografia del risc a Mallorca. Les Inundacions, Palma, Institut d’Estudis Bal (...)
  • 10 Barriendos M., El clima histórico de Catalunya. Aproximación a sus características generales (ss. (...)
  • 11 Sánchez Rodrigo F., Cambio climático natural. La Pequeña Edad del Hielo en Andalucía. Reconstrucci (...)

26Les collectes d’information effectuées par Fontana Tarrats ont montré qu’il était possible de mener des études d’un niveau scientifique acceptable en climatologie en utilisant uniquement les témoignages des sources documentaires historiques. Petit à petit, des prospections au niveau universitaire furent réalisées en Catalogne7 et dans la vallée du Douro en Castille8. L’étape suivante fut une thèse de doctorat sur les risques d’inondation à Majorque, dans laquelle l’utilisation de sources historiques manuscrites et imprimées a permis de reconstruire des chronologies d’événements sur une période de plusieurs siècles9. Peu après, furent conduites en parallèle deux thèses de doctorat dans lesquelles on trouve déjà la consultation systématique des sources documentaires et la mise au point d’indices pour décrire et analyser la variabilité climatique à l’échelle de plusieurs siècles. Ces projets ont été menés en Catalogne10 et en Andalousie orientale11.

  • 12 Voir plus bas.

27À partir de ce moment, la climatologie historique évolua de façon modeste mais constante à l’intérieur du cadre universitaire, travaillant à partir de la documentation provenant de différentes régions historiques et de différents types de fonds documentaires. Directement ou indirectement, des recherches furent lancées dans les universités d’Alicante, d’Almería, de Barcelone, de Madrid, de Tarragone et de Saragosse. Le financement de projets au niveau national ou européen fut la clef qui permit de former de jeunes chercheurs et de nouer des contacts réguliers avec des équipes européennes déjà confirmées. De cette façon, malgré le retard existant, des recherches coordonnées purent se développer et les données de la péninsule Ibérique purent être présentées. Il convient de signaler, en particulier, les projets européens ADVICE, IMPROVE, CLIWOC, SPHERE, EMULATE et MILLENIUM, sur la reconstruction climatique à partir de « proxy-data12 », mais aussi grâce au repérage et à la récupération de séries instrumentales anciennes.

  • 13 Coordinateur : Ricardo García Herrera. RECLIDO : [www.ucm.es/info/reclido/].

28En ce début de XXIe siècle, la progression de la recherche, toujours à une échelle modeste et avec des ressources limitées, a connu une accélération significative du fait de l’aptitude des équipes à collaborer et de la possibilité de mener des recherches plus ambitieuses. Il serait trop long d’énumérer ici les résultats déjà obtenus sur le plan national. Il faut citer cependant RECLIDO, qui est un Réseau Thématique (Red Temática) pour l’étude du climat à partir des sources documentaires. Ce projet s’est consolidé avec le temps. Il prend la forme d’un forum où les équipes peuvent apporter leur expérience, leurs informations, et où elles peuvent coordonner les projets de recherche. Son caractère interdisciplinaire et intégrateur favorise à égalité tous les axes de travail et toutes les approches. La coordination de ce Réseau Thématique est assurée par la Faculté de Physique de l’Université Complutense de Madrid13.

Les sources d’information en climatologie historique

29Le patrimoine documentaire dans les zones étudiées constitue la source d’information de base, et quasiment unique, pour toute recherche en climatologie historique. En Europe, continent ayant une histoire très complexe, conflictuelle et longue, les documents conservés par les entités sociales et territoriales ne sont que le reflet de cette complexité. La tâche d’identifier et d’évaluer ce patrimoine incombe aux historiens, qui sont spécialisés dans les questions touchant à la compréhension et à l’interprétation correcte des témoignages écrits aux différentes époques.

30Mais les objectifs propres de la recherche en climatologie présentent en soi une difficulté supplémentaire : tout document, pratiquement, est susceptible de contenir une information de caractère météorologique ou climatique, soit de façon directe et spécifique, comme le seraient les observations météorologiques instrumentales consignées par tel savant illustre, soit sous la forme d’informations indirectes et sporadiques, comme tel bref commentaire sur les conditions atmosphériques dans une lettre entre particuliers. Ce qui pouvait sembler positif au départ se transforme en problème quand on envisage une recherche concrète : il est impossible de faire face à un dépouillement systématique lorsque l’on sait ou que l’on se doute que tout document de n’importe quel type et dans n’importe quel fonds d’archives de telle zone étudiée peut présenter de l’intérêt pour la recherche.

31Cette circonstance oblige à procéder à une certaine forme de sélection. On commence toujours les recherches en sachant que l’on n’aura pas accès à toute l’information possible, ni même que l’on parviendra à consulter toutes les sources documentaires potentiellement intéressantes. La sélection, pour être de quelque utilité, doit conduire à fixer un cadre de travail comportant la meilleure documentation possible, aussi bien en fiabilité qu’en utilité par rapport à l’information recherchée. Cela semble évident. Encore faut-il disposer d’auteurs qui se soient décidés à proposer une méthodologie capable de déterminer ces critères et de les instaurer en procédé conventionnel permettant de construire des séries de données.

  • 14 Alexandre P., « Les variations climatiques au Moyen Âge (Belgique, Rhénanie, Nord de la France) »,(...)
  • 15 Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967.

32Heureusement, il existe dans l’historiographie française deux modèles qui vont dans ce sens. D’un côté, Pierre Alexandre expose dans ses travaux14 des critères pour classer les sources documentaires en fonction de leur fiabilité et de leur originalité. Il préconise d’axer la recherche uniquement sur les sources originales et contemporaines des faits. Par ce moyen, on récupère une information offrant le meilleur degré possible de fiabilité. D’autre part, une fois le travail commencé sur des sources suffisamment fiables, l’effort doit porter sur la collecte d’informations permettant de procéder à des reconstructions utiles pour l’analyse du climat. À l’orée du développement de la discipline, Emmanuel Le Roy Ladurie avait déjà établi, dans ses travaux, qu’il est nécessaire de chercher à produire des séries de données. Selon lui, il est essentiel que l’information récupérée dans la documentation historique réponde à quatre conditions : être parfaitement datable ; être continue dans le temps ; avoir été produite avec un minimum d’homogénéité, sans altération dans les critères de base ; enfin, être un tant soit peu quantifiable15.

33En utilisant ces critères, de nombreuses équipes ont lancé des enquêtes à travers toute l’Europe, sachant que cette recherche disposait d’un atout : la possibilité de procéder sans difficultés excessives à des analyses comparées, dans la mesure où le matériau de départ répondait aux conditions communes de qualité et de fiabilité. Le développement est inégal selon les pays, mais le chemin est tracé et, dans un délai raisonnable, on parviendra à un rendement optimal qui permettra de mettre à la disposition de la communauté des climatologues des séries de données très profitables.

34En ce qui concerne les potentialités du patrimoine documentaire espagnol, les sources valides pour la climatologie historique selon les critères précédemment évoqués sont variées, mais sans trop d’excès. Le « problème », pour les chercheurs, est que chaque type de source dispose de fonds dans des dizaines d’archives et que leur volume est énorme. Les types de fonds documentaires dépendent des institutions ou des individus qui ont rédigé et conservé les documents qu’ils contiennent. Il existe autant de types de documents que de types de relations ou de procédures ayant cours dans une société donnée. Les documents qui sont susceptibles d’offrir les meilleurs résultats en climatologie historique sont, dans l’ordre, ceux qui ont été produits à des fins administratives, puis les documents fiscaux et économiques, enfin ceux qui ont une origine professionnelle et privée. Les premiers sont produits dans des institutions, ils se réfèrent à la description et à la gestion du fonctionnement quotidien d’une instance ou d’une institution. Mais ils documentent également tous les faits et événements, y compris environnementaux, qui affectent le fonctionnement normal de l’institution en question. Ce sont des documents objectifs, produits sur une longue période, sans évolution ou à peine, et ils sont conservés dans des archives publiques facilement accessibles. Citons, par exemple, les procès-verbaux des conseils municipaux, dans lesquels sont enregistrés les phénomènes naturels néfastes : inondations, épidémies, catastrophes, séismes. Dans ces documents, le phénomène est daté, il est décrit avec une précision acceptable et son impact sur la collectivité est relaté en détails.

  • 16 Chuine I., Yiou P., Viovy N., Seguin B., Daux V. et Le Roy Ladurie E., « Grape ripening as a past (...)
  • 17 García R., Macías A., Gallego D., Hernández E., Gimeno L. et Ribera P., « Reconstruction of the Pr (...)

35Les autres sources, celles de nature économique et fiscale, peuvent donner un aperçu de l’activité de la paysannerie ou de l’exploitation des ressources naturelles et de leurs variations au cours du temps. Chaque fois qu’il est possible de garantir la fiabilité de l’information, en particulier fiscale, on obtient un matériau sans solution de continuité, homogène et fortement quantifiable. Les déclarations concernant les récoltes, si elles comportent en outre des notations de nature phénologique, constituent des sources de données qu’il est facile de calibrer grâce aux séries instrumentales modernes. Les relevés de dates de vendange ont été testés en France avec des résultats satisfaisants16. Les registres de la dîme sont également une source d’information très intéressante. La nécessité de procéder à des dépouillements laborieux reste toujours un obstacle, mais les premiers essais réalisés ont donné des résultats très prometteurs17.

36Les sources privées, enfin, couvrent toute la gamme de qualité et de richesse de l’information. On peut trouver un large éventail de documents mais, en général, les livres de comptes, les livres de raison des métiers urbains et les journaux d’exploitation du monde agricole sont les seuls à offrir un excellent niveau de description. Par mesure de précaution, il n’est pas recommandé de les utiliser seuls pour établir des séries de données. Mais c’est un bon appoint qui permet d’enrichir l’information tirée des sources administratives officielles.

  • 18 Voir [www.ucm.es/info/cliwoc/].

37On classera dans une catégorie à part un autre type de documents qui contiennent de l’information météorologique directe et qui sont produits dans un contexte également singulier. Ce sont, d’une part, les observations instrumentales effectuées par des personnes éclairées dans des observatoires astronomiques officiels ou privés (projet IMPROVE) ; de l’autre, les observations concernant la force et la direction du vent, de même que l’état du ciel et la houle, qui figurent dans les livres de navigation et les journaux de bord (projet CLIWOC18).

38En plus de la documentation qui contient spécifiquement de l’information météorologique et climatique, la recherche nécessite parfois de consulter des documents renseignant sur le contexte dans lequel se produisent les phénomènes étudiés. Dans ce cas, les sources documentaires locales fournissent d’habitude une information d’une grande richesse. Un cas typique est celui qui consiste à savoir quelles sont les caractéristiques d’un cours d’eau quand on étudie son comportement. La documentation administrative municipale contient suffisamment d’informations sur les infrastructures et les bâtiments pour qu’il soit possible de connaître en détail des portions d’un fleuve dans sa traversée des lieux habités. À partir de là, la description des inondations permet de mieux reconstruire la façon dont il se comporte sur les plans hydrologique et hydraulique. Les sources habituelles sont les documents cartographiques, les dossiers des travaux effectués, les relevés épigraphiques (repères de crues) et même les photographies historiques.

Les types d’informations qu’on peut obtenir

39L’analyse des différentes sources documentaires peut déjà donner une idée du type d’information qu’on manie d’ordinaire en climatologie historique en Espagne. L’information la plus abondante, la plus fiable et la plus continue dans le temps est celle qui a trait aux extrêmes climatiques et à leurs impacts sur la population. Ces descriptions figurent dans les documents administratifs émis par les autorités locales et dans la documentation privée : inondations, sécheresses, catastrophes, vagues de froid, grosses chutes de neige ou tempêtes – c’est-à-dire tout ce qui rompt la routine quotidienne et qui occasionne des réparations, des reconstructions, ou qui justifie des aides à ceux qui en ont besoin.

40Il s’agit d’une information directe sur des phénomènes météorologiques, à l’instar des observations instrumentales ou des relevés des journaux de bord. Cependant, il existe également de nombreux types d’information « proxy » : en d’autres termes, de données qui ne font pas référence directement à une circonstance climatique, mais qui s’y rapportent de façon indirecte ou approchante. Par exemple, feraient partie des « proxy-data » les registres fiscaux, qui portent trace de la variabilité climatique à travers les fluctuations de la production agricole.

  • 19 Martín-Vide J. et Barriendos M., « The use of rogation ceremony records in climatic reconstruction (...)

41Autre « proxy » d’un caractère particulier : les cérémonies de rogations. On peut les considérer comme des « proxy-data » de nature culturelle, qui satisfont à tous les critères permettant de les trier et d’en tirer des données quantitatives. Les rogations se déroulaient, en effet, dans un cadre institutionnel, avec des contrôles stricts, et leur réalisation possédait la rigueur formelle propre à la liturgie catholique et aux relations entre autorités religieuses et civiles. Pour cette raison, leur datation et l’évaluation de leur durée, l’identification de l’aléa climatique qui en est la cause et une classification minimale de ce dernier en termes de sévérité sont possibles, avec la certitude que le document lui-même fournit toute information à ce sujet19.

Processus de quantification des « proxy-data » historiques

42La quantification de l’information obtenue est l’étape la plus importante du protocole méthodologique. En climatologie historique, on travaille sur une information produite par des individus ayant vécu dans un passé plus ou moins proche, et qui traite de phénomènes environnementaux affectant la population, avec des pertes en vies humaines et la destruction de ses équipements collectifs et de ses biens privés. Bien que l’information soit objective, il est toujours difficile de quantifier un problème humain en raison du lien d’émotion qui se noue avec le témoignage analysé. Les autres spécialistes en paléoclimatologie ne connaissent pas ce problème, étant donné que leurs protocoles de quantification reposent sur des éléments physiques ou biologiques : carottes de glace, sédiments, pollens, anneaux de croissance des arbres, etc.

43Une fois cette difficulté surmontée, l’historien se trouve confronté à une masse de documents dont le volume est inhabituel en recherche historiographique. La nécessité de produire des séries de données sur une longue période l’oblige à une consultation massive de la documentation. Malgré une stricte sélection des documents, il faut reconnaître que ce genre de recherche n’aurait pas été possible sans l’existence des ressources informatiques. La saisie et le traitement de l’information en l’absence des outils informatiques auraient impliqué qu’on leur consacre un tel temps de travail que, probablement, aucun programme n’aurait pu voir le jour compte tenu des standards exigés par les instances de financement de la recherche. En plus de cette consultation de grande envergure, le fait de mener une étude diachronique, à travers des époques très différentes, nécessite de se spécialiser ou d’acquérir l’expérience indispensable pour travailler dans des « environnements » historiographiques très variés : sociétés agraires féodales et seigneuriales, sociétés urbaines bourgeoises, cours royales, institutions ecclésiastiques, milieux savants, etc. Dans une telle situation, il est évident qu’il faut connaître parfaitement les techniques auxiliaires de l’histoire, comme la paléographie, la chronologie ou la métrologie. Le chercheur doit pouvoir comprendre et interpréter des textes d’époques très différentes et savoir en extraire l’information sous un format actuel et conventionnel.

44La paléoclimatologie compte parmi ses procédés méthodologiques de base l’élaboration de séries chiffrées dans lesquelles est décrit le comportement dans le temps des variable climatiques analysées. Cette reconstruction utilise un système d’indices qui, de façon conventionnelle, transforme le témoignage textuel en allocations numériques. Le niveau de résolution temporelle habituellement utilisé est de l’ordre de l’année et de la saison, bien que, récemment, différentes équipes de recherche se sont efforcées de travailler à un niveau de résolution mensuel. Quant aux échelles numériques, elles étaient très simples au départ, ne comportant que trois ou cinq valeurs. Actuellement, on a l’habitude d’employer une échelle de six valeurs, qui va de-3 pour les valeurs déficitaires à + 3 pour les valeurs excédentaires, le 0 étant considéré comme définissant la normalité ou, par défaut, l’absence d’information. Les variables généralement reconstruites sont la température et – de façon encore embryonnaire – les précipitations.

45À la suite de cette quantification initiale, les séries de valeurs générées peuvent déjà fournir une première interprétation de la dynamique climatique, grâce à l’utilisation de techniques de traitement statistique. Le stade final du traitement de l’information historique, ainsi que c’est le cas pour les « proxy-data » d’origine physique ou biologique, consiste à procéder à des calibrages avec les séries météorologiques instrumentales modernes. L’objectif terminal de cette étape méthodologique est l’obtention de séries ayant des valeurs numériques similaires à celles qui sont obtenues par l’observation météorologique instrumentale.

Résultats possibles et potentiel de la climatologie historique

46On peut reconstruire le comportement de la variabilité à partir d’un seul « proxy-data » ou d’une seule source d’information. Ce faisant, les problèmes méthodologiques ou de fiabilité des relevés se reportent intégralement sur l’interprétation finale des résultats. Depuis qu’il existe une climatologie historique, on est donc conscient de ses limites propres. Essayons de proposer, aujourd’hui, des solutions a priori.

47Afin d’obtenir des reconstructions de bonne qualité, il serait nécessaire que l’information obtenue dans les archives historiques perdure jusqu’au moment où la période moderne est déjà bien entamée, c’est-à-dire quand on dispose de relevés instrumentaux. En effet, seules de larges plages de chevauchement permettraient de mettre au point des systèmes d’indices de haute précision et de grande fiabilité. Or le problème de la documentation historique, c’est que l’évolution récente de la société a modifié beaucoup de ses processus de fonctionnement, de ses habitudes sociales et de ses ressources technologiques. Nous sommes, de fait, à la frontière entre la société traditionnelle et la société techno-industrielle. La transformation des contenus entre les documentations historique et contemporaine est tellement profonde que nous ne pouvons plus, pour le temps présent, utiliser les méthodes de la climatologie historique. Cette césure empêche les chercheurs de pouvoir établir des séries qui chevauchent celles des relevés instrumentaux. Le XIXe siècle a été une période critique à cet égard. Au XXe siècle, dans un contexte de modernité, les administrations publiques, les organismes privés et les particuliers produisent rarement des documents historiques obéissant aux mêmes critères que ceux de l’Ancien Régime. Au XIXe siècle, tandis que les structures de l’Ancien Régime allaient en s’effaçant, l’État s’est mis à construire sa trame. En voici un exemple précis. À Barcelone, au début du XIXe siècle, les cérémonies de rogations ont cessé d’être considérées comme un acte public, c’est à peine si on les a enregistrées dans la documentation municipale. En revanche, c’est seulement vers 1865 que l’État espagnol a installé un petit et modeste réseau d’observatoires météorologiques. Il s’est donc produit un hiatus, qui a duré quelques quarante années, durant lesquelles, péniblement, des observateurs privés nous ont fourni de l’information concernant la ville. Et, bien sûr, on ne dispose d’aucun chevauchement durable entre les deux types d’information.

48Ce problème, les autres sources d’information « proxy » ne le connaissent pas et leurs séries se prolongent jusqu’au temps présent. En ce qui concerne la documentation historique, il faut savoir travailler avec cette limitation. Une des pistes pour trouver une solution consisterait à miser résolument sur les approches « multi-proxy ». Autrement dit, à générer des séries d’indices, en utilisant non pas une seule source d’information, mais des sources multiples, chacune d’entre elles étant quantifiée conformément à ses propres protocoles méthodologiques. De cette façon, chaque source de « proxy-data » pourrait apporter le meilleur de ce qu’elle a à donner. Les points forts de la documentation historique sont le haut degré de précision offert, la fiabilité absolue de la datation des événements et la possibilité d’évaluer directement les témoignages contemporains par le biais des impacts subis, y compris leur estimation sur le plan économique. La capacité des manifestations extrêmes du climat d’affecter le milieu anthropique et le milieu naturel peut être reconstruite avec une grande précision, puisque l’information est récupérée dans des sources contemporaines, ce qui dispense d’avoir à effectuer des extrapolations ou des calculs comparatifs.

  • 20 Alberola A., « La percepción de la catástrofe : sequía e inundaciones en tierras valencianas duran (...)

49Un thème revêt un intérêt croissant par rapport au futur scénario de changement climatique : celui des perceptions du climat par l’Homme et des comportements que ce dernier adopte en réponse. La documentation historique contient d’abondants matériaux sur les perceptions, comportements, stratégies de réponse ou de dépassement. En fin de compte, il s’agirait de procéder à une évaluation complète et à une classification des réactions humaines face aux problèmes environnementaux20.

Notes

1 Archivo de la Real Academia Nacional de Medicina de Madrid, Manuel Rico Sinobas, Manuscritos, 23-4-15, c. 1850.

2 Les Inondations en France depuis le VIe siècle jusqu’à nos jours, recherches et documents contenant les relations contemporaines, les actes administratifs, les pièces officielles, etc. de toutes les époques, avec détails historiques sur les quais, ponts, digues, chaussées, levées, etc., publiés, annotés et mis en ordre par M. Maurice Champion, Paris, V. Dalmont, 1858-1864, 6 vol. (rééd., Lyon, CEMAGREF, 2001.)

3 Bentabol H., Las Aguas de España y Portugal : evaluación y aprovechamiento urbano, agrícola é industrial de las mismas y atenuación de los daños causados por los arrastres, inundaciones é insalubridad, debidos al defectuoso régimen hidrológico actual, Madrid, Est. Tip. de la Viuda é Hijos de M. Tello, 1900.

4 Olagüe I., La decadencia española, Madrid, Mayfe, 1950-1951, 4 vol.

5 Giralt E., « En torno al precio del trigo en Barcelona durante el siglo XVI », Hispania, 18, Madrid, 1958, pp. 38-61.

6 Fontana Tarrats J. Ma, Entre el cardo y la rosa. Historia del clima en las Mesetas, 1971, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Historia del clima en Cataluña. Noticias antiguas, medievales y en especial de los siglos XV, XVI y XVII, 1976, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Quince siglos de clima andaluz, 1976, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Historia del clima del Finis-Terrae gallego, 1977, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Historia del clima en el litoral mediterráneo. Reino de Valencia más Provincia de Murcia, 1978, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Miró-Granada J. et Vidal J. J., El clima de Baleares, hoy y ayer : 1450-1700, 1974-1975, inédit (manuscrit dactylographié).

7 Albentosa L. M., « La importancia del conocimiento de las fluctuaciones climáticas en los estudios históricos. Aproximación al clima de Tarragona durante el siglo XVIII », Universitas Tarraconensis, 4, Tarragone, Faculté de Philosophie et de Lettres, 1981-1982, p. 73-90.

8 áLvarez Vázquez J. A., « Drought and rainy periods in the province of Zamora in the 17th, 18th, and 19th centuries », dans López Vera F. (dir.), Quaternary climate in western Mediterranean, Madrid, Université autonome de Madrid, 1986.

9 Grimalt Gelabert M., Geografia del risc a Mallorca. Les Inundacions, Palma, Institut d’Estudis Baleàrics, 1992.

10 Barriendos M., El clima histórico de Catalunya. Aproximación a sus características generales (ss. XV-XIX), université de Barcelone, Département de Géographie physique et d’Analyse géographique régionale, 1994, thèse de doctorat, sous la dir. de Javier Martín Vide (inédite).

11 Sánchez Rodrigo F., Cambio climático natural. La Pequeña Edad del Hielo en Andalucía. Reconstrucción del clima histórico a partir de fuentes documentales, université de Grenade, Département de Physique appliquée, 1994, thèse de doctorat, sous la dir. de Yolanda Castro Díez (inédite).

12 Voir plus bas.

13 Coordinateur : Ricardo García Herrera. RECLIDO : [www.ucm.es/info/reclido/].

14 Alexandre P., « Les variations climatiques au Moyen Âge (Belgique, Rhénanie, Nord de la France) », Annales ESC, 32, Paris, 1977, p. 183-197 ; Id., Le climat en Europe au Moyen Âge, Paris, École des Hautes Études en Sciences sociales, 1987.

15 Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967.

16 Chuine I., Yiou P., Viovy N., Seguin B., Daux V. et Le Roy Ladurie E., « Grape ripening as a past climate indicator. Summer temperature variations are reconstructed from harvest dates since 1370 », Nature, 432, 2004, p. 289-290.

17 García R., Macías A., Gallego D., Hernández E., Gimeno L. et Ribera P., « Reconstruction of the Precipitation in the Canary Islands for the Period 1595-1836 », Bulletin of the American. Meteorological Society, 81, 2003, p. 1037-1039.

18 Voir [www.ucm.es/info/cliwoc/].

19 Martín-Vide J. et Barriendos M., « The use of rogation ceremony records in climatic reconstruction : a case study from Catalonia (Spain) », Climatic Change, 30, Hingham (MA), Kluwer Academic Publishers, 1995, p. 201-221 ; Barriendos M., « Climate and Culture in Spain. Religious Responses to Extreme Climatic Events in the Hispanic Kingdoms (16th-19th Centuries) », dans Behringer W., Lehmann H. et Pfister C. (éd.), Kulturelle Konsequenzen der “Kleinen Eiszeit”, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, no 212), 2005, p. 379-414.

20 Alberola A., « La percepción de la catástrofe : sequía e inundaciones en tierras valencianas durante la primera mitad del siglo XVIII », Revista de Historia Moderna, 15, 1996, p. 257-269 ; Id., « Temps de sequera, rogatives i avalots al sud del País Valencià (1760-1770) », Estudis d’Història Agrària, 17, 2004, p. 35-48.

Auteur

Professor d’història moderna, Universitat de Barcelona.
F. Clément (Traducteur)
Maître de conférences en langue et civilisation arabes (Andalus et Maghreb), université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540