Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes

 | 
Michel Brand’Honneur

Chapitre IV. Mottes et chevaliers : question de méthode et/ou de diversité régionale ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les manoirs à motte ne participent pas, du moins directement, aux enjeux géopolitiques du comté, leur rôle défensif étant, il est vrai, essentiellement symbolique. Dès lors, il semble peu probable que les seigneurs châtelains aient été à l’origine de l’érection de la plupart des mottes. En fait, leur grand nombre est problématique. Cependant, définir le profil des habitants de ces résidences est essentiel pour comprendre leur raison d’être. Mais sur ce point, la recherche tâtonne encore et une vision d’ensemble des multiples études qui leur sont consacrées est délicate. Les méthodes sont parfois difficilement comparables dans la mesure où elles croisent de manières variables les données archéologiques à l’étude des actes. A. Debord a cependant tenté d’élaborer un schéma d’analyse globale sur les demeures chevaleresques et les habitants des sites à motte. Mais, à bien lire d’autres auteurs, plusieurs travaux nuancent son propos. Faut-il les comprendre comme autant de variantes régionales ou comme un débat sur la méthode non sans lien avec les différentes conceptions que les chercheurs ont de la chevalerie ?

Le point sur la recherche

Des mottes distinctes de la chevalerie

  • 1 A. Debord, La société…, p. 132-138.
  • 2 M. Colardelle et C. Mazard, « Premiers résultats… », p. 65-95 et « Les mottes castrales… », p. 69- (...)
  • 3 A. Debord, « À propos… », p. 89-96.
  • 4 A. Debord, « Châteaux et forêts… », La chasse…, p. 29.
  • 5 A. Debord, « Mottes castrales et habitat chevaleresque », Mélange dArchéologie…, p. 83-89.
  • 6 Pour ce dernier auteur, la motte relève « plus de l’étude de la seigneurie rurale que de la géogra (...)
  • 7 D. Barthélemy, La société…, p. 811-813 et du même auteur, Les deux âges…, p. 137-153 et 172.
  • 8 G. Giuliato, Châteaux…, p. 26 et 66.

2A. Debord est le premier « historien archéologue » à s’être penché sur le profil des habitants des sites à motte. Celui-ci, qui n’exclut pas le fait que certains chevaliers, mais en nombre limité, auraient pu posséder une telle demeure, estime que ce type d’habitat ne constituait pas leur résidence caractéristique. Prenant appui sur la région charentaise1, il a comptabilisé, en excluant celles qui ont été le centre d’une châtellenie, 90 mottes surtout concentrées près des massifs forestiers alors qu’il a dénombré plus de 500 lignages chevaleresques répartis uniformément. De cette discordance, il déduit que les sites à motte ne constituent pas l’habitat commun de la chevalerie. Les mottes anonymes seraient dues à des échecs inconnus de constitution de châtellenies, comme pour quelques mottes dauphinoises2. Dans d’autres cas, ces tertres auraient pu servir, selon A. Debord, « de refuge à des paysans défricheurs plutôt que constituer un habitat aristocratique3 » à cause de leur fréquente implantation près des massifs forestiers. Cette remarque est surprenante pour qui assimile tous les sites à motte à des châteaux ! Sept ans plus tard, A. Debord précise sa pensée en indiquant qu’elles furent érigées par des seigneurs pour encadrer des défrichements, soit à partir de leur initiative, soit pour imposer après coup leur autorité sur les paysans défricheurs4. Quant à l’habitat chevaleresque, le problème reste, d’après le même auteur, en suspens sur le plan national puisque ni l’archéologie ni les textes n’apporteraient d’éléments à la question. Leur demeure serait constituée d’une maison « dont la structure reste incertaine pour le xie siècle » mais qui « a dû très souvent comporter des éléments défensifs, qu’on entrevoit pour le xiie siècle5 ». Ce dernier avis avait déjà été émis par P. Héliot en 1955 et par A. Chédeville en 19736. Les sites à motte ne seraient également pas la demeure habituelle de la petite chevalerie de village dans les terres des sires de Coucy ou dans le Vendômois pour D. Barthélemy7 faisant sienne l’approche d’A. Debord. L’absence d’indication toponymique accompagnant le nom des chevaliers avant la seconde moitié du xiie siècle est un trait commun des terrains d’étude de ces deux historiens : les milites castri n’étant généralement pas chasés avant 1150, ils ne pouvaient pas, par conséquent, posséder de motte. La même analyse caractériserait la Lorraine où les mottes sont le fait de quelques nouveaux seigneurs bravant l’autorité des princes et il faut attendre le xiiie siècle pour voir les chevaliers construire des maisons fortes8.

D’autres pistes de recherche

  • 9 M. Bur, Inventaire des…, n° 1, p. 9 ; J. Burnouf, La motte castrale…, p. 391 et 429 et du même aut (...)
  • 10 G. Fournier, Le peuplement rural…, p. 377 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 325 ; J. Decaëns, « De (...)
  • 11 « Les fortifications de terre… », p. 20.
  • 12 A. Renoux, Fécamp…, p. 279 ; G. Louise, La seigneurie de Bellême…, t. I, p. 108.

3Cependant, d’autres propositions ont été avancées pour déterminer le profil des habitants des sites à motte. Ainsi, les parvenus des offices princiers, les ministériels, ou des alleutiers, seraient à l’origine de la construction de certaines mottes. Habiter de tels sites constituerait le trait marquant de leur ascension sociale9. D’autres auteurs ont souligné qu’elles étaient intimement liées à la vassalité. Les travaux notamment de G. Fournier, N.-Y. Tonnerre et J. Decaëns pour la motte de Rivray (Orne)10, vont dans ce sens. Dans cette conception, R.-A. Brown regrettait, lors du colloque de Caen de 1980, l’abandon de l’expression « motte féodale11 ». Ce type d’habitat serait, comme l’indique A. Renoux et, dans quelques cas, G. Louise, le fait de l’aristocratie moyenne et mineure12.

  • 13 M. Parisse, Noblesse lorraine…, p. 466.
  • 14 Y. Laborie, « État de l’inventaire des structures fortifiées médiévales du Périgord », Sites défen (...)
  • 15 G. Castelui, « Les mottes… », p. 23.
  • 16 J. Quaghebeur, Comté de Poher…, p. 617-641.
  • 17 P. Kernevez, Les fortifications médiévales…, p. 28-30.

4Ces derniers exemples évoquent, même si tous les auteurs ne le mentionnent pas en tant que tel, la chevalerie dont l’autorité, déléguée ou non par un pouvoir supérieur, s’étend sur une paroisse ou sur un territoire encore plus restreint. Cependant, à ce sujet, la recherche relève souvent d’études très fines nécessitant l’analyse d’actes fournissant des données très précises. Ainsi, pour M. Parisse, certains chevaliers de villages lorrains pourraient habiter des sites à motte mais le phénomène ne serait pas perceptible dans les textes13. Y. Laborie, en Périgord, précise que quelques donateurs de biens à l’Église portent des patronymes se rapportant à des mottes mais qu’il est difficile de percevoir leur rang, les termes de miles et de dominus étant rares14. Dans le Roussillon, G. Castelui préfère ne pas trancher pour une solution ou une autre ; la nature de ses sources ne permet pas de dire si les mottes sont l’expression d’un pouvoir indépendant ou si elles sont en relation avec le système vassalique et constitueraient alors un réseau de châteaux secondaires rattaché aux principaux châteaux15. Dans les textes cornouaillais, les noms des milites ne sont associés à aucune indication d’ordre toponymique pendant tout le xiie siècle et même au début du xiiie siècle. J. Quaghebeur estime cependant que les mottes sont associées aux domini et milites16. Le lien motte-chevalier serait difficile à établir, comme le souligne P. Kernevez, même s’il est parfois probable17.

  • 18 F. Delacampagne, « Seigneurs…», p. 175-207. Dans le même registre : J. Pouëssel, « Les structures (...)

5Dans d’autres cas, certains chercheurs restent très allusifs sur un possible lien entre les mottes et la chevalerie ou tout autre groupe d’individus. Quelquefois même, tel inventaire ou telle étude ignore toutes données livrées par les textes ou par les historiens ayant travaillé sur la zone analysée. Leurs points de vue se veulent strictement archéologiques. C’est souvent fort regrettable mais parfois compréhensible tant la lecture des textes médiévaux est rebutante pour qui ne comprend pas le latin ou n’a pas reçu une formation d’historien. Mais parfois, même si le rapport entre l’archéologie et les textes a fait l’objet d’une étude soignée, des interrogations subsistent quant aux statuts exacts des individus occupant les mottes. L’expression générale et passe-partout de « seigneur », non traduite du latin dominus, peut correspondre à des statuts socio-juridiques bien différents, et non des moindres. Cette désignation peut aussi bien concerner un puissant seigneur châtelain qu’un simple hobereau de village. Dans ce dernier cas, nous ne pouvons que soupçonner, même si cela n’est pas précisé, qu’il s’agit d’un chevalier. Tel est le cas, par exemple, de F. Delacampagne dont l’étude sur les mottes du Cotentin, de qualité, repose sur une problématique différente de la nôtre, ce qui ne facilite pas certains types de comparaisons18.

Vers une association motte-chevalier

  • 19 D. Barthélemy, La société…, p. 811-813.
  • 20 Les habitats du lac de Paladru…, p. 340.
  • 21 G. Noyé, « Les fortifications de terre… », p. 151.
  • 22 J. Burnouf, La motte castrale…, p. 390-391 ; C.-L. Salch, Dictionnaire…, p. 367-371.
  • 23 É. Affolter et J.-C. Voisin, Lhabitat…, p. 107-109.

6Cependant, certaines régions ont la chance d’être plus riches en textes ou ont fait l’objet d’une étude approfondie. Les mottes ont pu être associées à des chevaliers mais dans des proportions variables. A. Debord comme D. Barthélemy d’ailleurs en conviennent, mais le lien serait marginal19. Pour M. Colardelle et É. Verdel, que de simples milites aient eu, dans les Alpes-du-Nord, des mottes « ne fait pas de doute20 ». La seigneurie de Toucy possède également des chevaliers portant le nom d’un village ou lieu-dit où se dresse une motte21. Quant à l’Alsace, J. Burnouf qualifie de « château misérable » les mottes occupées par des vassaux, chevaliers et ministériels22. Les mottes et maisons fortes de Haute-Saône sont associées à des domini ou à des milites, mais, selon les auteurs, ces derniers ne les auraient pas eues en toute propriété23.

  • 24 R. Borremans, « Fouilles… », p. 6-7.
  • 25 M. de Boüard, « Quelques données archéologiques… », Annales du Midi, t. 80, 1968, p. 391 ; du même (...)
  • 26 J. Le Maho, « L’apparition des seigneuries châtelaines…», p. 9-10 ; M. Fixot, Les fortifications d (...)
  • 27 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 143.
  • 28 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 331-384.

7Dans d’autres régions, le rapport motte-chevalier est beaucoup plus fréquent. Il serait même courant en Belgique où R. Borremans précise qu’il s’est généralisé avec l’établissement des chevaliers sur un territoire24. M. de Boüard25 l’avait déjà souligné à plusieurs reprises lorsqu’il indiquait que les chevaliers, une fois chasés, « n’avaient d’autre possibilité que de se construire un château de bois sur motte » ? Ses élèves, J. Le Maho et M. Fixot, établirent le même parallèle sur des terres inféodées par le duc de Normandie à des chevaliers en Grand-Caux dès 1030-1040, ou à l’occasion de crises du pouvoir central en Cinglais26. D. Pichot a pu vérifier qu’au moins un tiers des mottes de la Mayenne serait le fait de chevaliers27. L’étude de J.-C. Meuret est particulièrement intéressante à cet égard. Travaillant sur la marche Anjou-Bretagne au niveau de La Guerche et de Craon, il a comparé deux comtés différents. Dans « 55 % des cas, un miles ou un lignage de milites ont pu être rattachés à une motte ». Dans la seigneurie de La Guerche-Martigné, dix mottes sur onze correspondent à un chevalier. Dans ce cas, « rien ne permet, sous prétexte du silence des textes, de les attribuer à une couche très éloignée des chevaliers », comme parfois à ses puissants forestarii dont les pouvoirs et les comportements sont les mêmes que les milites28.

Conclusion

  • 29 J.-M. Pesez, « Maison forte… », dans La maison forte…, p. 336 et « Approches méthodologiques… », p (...)

8Ce rapide tour d’horizon de différentes régions de France montre que la détermination du profil des habitants des mottes est loin d’être évident et consensuel. Un modèle unique a du mal à ressortir. De telles divergences peuvent trouver trois sources d’explications. Les diversités régionales ne sauraient être sous-estimées ; les méthodologies utilisées seraient différentes ; le nombre et le contenu inégaux des textes ne permettraient pas toujours une étude fine. Cependant, si la Charente, la Lorraine ou le Vendômois ne semblent pas avoir connu le lien motte-chevalier, il a été mis en évidence dans plusieurs régions. On le retrouve notamment dans un grand Ouest comprenant au moins la Normandie, la Mayenne, une partie de l’Anjou et la Haute-Bretagne. Dans ces contrées, les milites ont fait des sites à motte leur résidence ordinaire. Ceci permet en outre d’expliquer le grand nombre de ces tertres de terre, ce que ne font pas les chercheurs n’établissant pas cette relation. Car, comme le précise J.-M. Pesez, assimiler chaque site à motte à un siège de seigneurie châtelaine n’est plus de mise de nos jours. Cet auteur suggère même que leur proximité avec des maisons fortes, dont tout le monde admet qu’elles étaient l’habitat des chevaliers, « signifie peut-être que les mottes ont pu, dans certains cas, jouer le même rôle que la maison forte et avoir le même contenu socio-politique. […] “Que des membres de la petite aristocratie chevaleresque aient, en certains cas, voire assez fréquemment, résidé sur des mottes, ne saurait être mis en doute29.” » Cette analyse lie le manoir – ou la maison forte – au chevalier et à la motte, ce qui n’est pas sans rappeler la terminologie de manoir à motte que nous avons forgée.

La chevalerie à travers les actes de la pratique : débat d’idées, problème de méthode

  • 30 D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie… », p. 15-74.

9Après avoir sondé les différentes orientations de la recherche quant à la détermination du statut des habitants des sites à motte, examinons le cas du Rennais. D’emblée, indiquons à nos lecteurs que les manoirs à motte constituent, pour nous, l’habitat caractéristique de la chevalerie, même si elle pouvait posséder d’autres types de demeures. Mais avant de le démontrer, il faut aborder une question essentielle : qui est miles dans les actes de la pratique allant du xie au milieu du xiiie siècle ? Le problème est d’importance. En effet, nous avons montré que les résultats de certaines recherches concernant les mottes sont difficilement comparables avec d’autres tant le vocabulaire utilisé (seigneur, aristocratie) reste parfois vague. Mais surtout, l’établissement du lien motte-chevalier ne peut pas être sans interférence avec la conception que l’on a de ces deux notions. Sur ce point, nul ne peut ignorer les divergences d’interprétation que les historiens ont de la chevalerie aux xie et xiie siècles30. Si l’on suit les tenants de la mutation sociale de l’an mil, on comprend qu’il soit délicat de soutenir le lien motte-miles surtout si ces derniers ne sont que des cavaliers sans prestige, de simples subalternes armés et montés à la solde de puissants seigneurs. En effet, on voit mal comment ces cavaliers auraient pu édifier, dès le xie siècle, des mottes dites « castrales » – c’est-à-dire des châteaux – en grand nombre tout en restant les domestiques armés vivant dans le château majeur de leur seigneur. Si tel avait été le cas, on serait en droit de parler d’extrême anarchie féodale, or plus personne de nos jours ne soutient cette perception du xie siècle. La seule solution pour les historiens mutationnistes serait de faire dater le gros des mottes du xiie siècle, époque à partir de laquelle on trouverait des personnages de rang de plus en plus élevé épousant certaines valeurs de la rustre cavalerie des premiers temps.

10Le rapprochement motte-miles semble plus compatible avec une vision « noble » de la chevalerie et ce, bien avant le xiie siècle. Dans cette conception du mot, il est moins surprenant d’associer les milites à un habitat dont un certain nombre de caractéristiques morphologiques s’inspire incontestablement de celles des châteaux majeurs qui étaient tenus, personne n’en doute plus aujourd’hui, par des personnages de haut rang. Nous voyons donc tout l’enjeu qu’il y a à déterminer le statut de ces chevaliers du Rennais afin d’établir leur lien avec les mottes.

Les difficultés d’interprétation des sources

  • 31 Ainsi, André de Fleury classait les hommes en quatre catégories : les moines (dont il fait partie) (...)

11Traiter de la notion de militia pour les xie, xiie et xiiie siècles n’est pas une tâche aisée. L’historien est tributaire de sources délicates à interpréter. Elles émanent essentiellement d’établissements monastiques enregistrant les dons qui leur étaient adressés. Leur but n’était donc pas de livrer un tableau de la société du Moyen Âge, même si, ici ou là, au hasard de la plume des scribes, nous pouvons glaner quelques informations plus originales. Un second type de sources peut aider l’historien dans sa recherche. Il s’agit des écrits des intellectuels du Moyen Âge, avant tout des religieux. Pour comprendre leur société, ces derniers se référèrent à des schémas classificatoires simples. Le plus connu est celui des trois ordres constitués par ceux qui prient, combattent et travaillent. G. Duby, dans un superbe ouvrage intitulé « Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme », a montré que cette vision tripartie de la société s’est modifiée dans le temps mais aussi en fonction des idéologies et intérêts que les intellectuels avaient à défendre31.

  • 32 J. Flori, L’essor… ; L. Genicot, La noblesse…
  • 33 D. Barthélemy, La mutation…, 1997.
  • 34 K.-F. Werner, « Du nouveau sur… », p. 186-200 ; K.-F. Werner, Naissance…

12Toutes ces sources (écrits d’intellectuels et actes monastiques), complexes à analyser, sont à l’origine de représentations parfois très contrastées des historiens de la société médiévale. Elles opacifient notamment la perception que l’on peut avoir des milites. Certains traduisent volontiers ce mot latin, jusqu’à la première moitié du xie siècle environ, par cavalier, considérant ce dernier, souvent de basse extraction, comme l’antithèse de la notion de noblesse. Ensuite, les valeurs guerrières se diffusant chez les nobles, le miles deviendra petit à petit un chevalier pour finir, vers le xiiie siècle, par se fondre dans la noblesse32. Un autre courant historique pense, à l’inverse, que la chevalerie serait bien antérieure à l’an mil33. D’autres enfin distinguent les milites de la militia d’avant l’an mil et associent cette dernière notion à la noblesse d’Empire34.

  • 35 Cf. les tableaux dressés dans D. Barthélemy, La mutation…, p. 286-296 ; J. Flori, L’essor…, p. 119 (...)

13Le statut chevaleresque est donc perçu de façon très divergente par les historiens. Leurs travaux et réflexions reposent, entre autres, sur des analyses régionales portant sur l’évolution du mot miles, souvent entre les xie et xiiie siècles35. Parfois, le comptage terminologique a été utilisé comme fondement de l’analyse, ce qui n’empêche d’ailleurs pas d’aboutir à des résultats contradictoires. Cependant, une telle méthode implique que les sources de référence désigneraient systématiquement des catégories explicites d’individus. Or, à partir des données du Rennais, nous nous proposons de montrer que ces textes sont loin de s’appuyer sur une catégorisation homogène et univoque des individus mentionnés. Cette démarche amènera à cerner de près certains personnages qualifiés de miles. Une approche méthodologique critique de la recension du mot miles dans les actes de la pratique des années 1000 à 1250 sera menée pour ensuite examiner, à partir de sources variées, les origines sociales de ce groupe.

La mention des milites dans les actes : une catégorisation sans fondement ?

14L’essentiel des recherches régionales portant sur les miles repose sur l’analyse des actes de la pratique. Or, ces derniers sont souvent d’une utilisation malaisée car ne traitant qu’indirectement des problèmes préoccupant l’historien. Ainsi, la mention explicite de l’appartenance à ce statut semble aléatoire. Dès lors, la question méthodologique paraît centrale à l’étude de ce type de documentation si particulière et semble devoir être le préliminaire à cette recherche.

Les limites d’une approche quantitative

  • 36 Ce chiffre ne peut être qu’approximatif en raison de la confusion possible entre deux individus po (...)
  • 37 Allenou, 7.
  • 38 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 370 ; cf. p. 188.
  • 39 Cf. p. 174-175.

15A contrario de ce qui est parfois posé comme un élément d’objectivité, l’étude des milites à partir de la statistique des actes de la pratique semble délicate à réaliser. Prenons en exemple les quelque 1 878 actes collationnés sur le Rennais entre le xie et le milieu du xiiie siècle. Le mot miles et son pluriel se retrouvent dans 18,1 % de ces textes. Ces mentions permettent de dresser une liste d’environ 521 individus36. Ce nombre de milites, formellement attestés dans les actes, doit être examiné avec attention. Si l’on compte, sur la période 1000-1250, la succession de 8,3 générations (soit une génération tous les trente ans), chacune de ces époques aurait donc connu en tout et pour tout 62 chevaliers dans le Rennais. Si l’on affecte équitablement ces individus aux dix châteaux majeurs de ce comté, il y aurait eu 6,2 milites par forteresse, ce qui est fort peu, voire dérisoire. D’autres documents indiquent que les chevaliers étaient nettement plus nombreux. Par exemple, l’archevêque de Dol, Junguenée, créa, vers 1030, douze fiefs de milites pour servir le château de Dol37 ; mais il existait avant cette époque d’autres milites attachés au service de cette place forte. D’autre part, grâce à des investigations liant les textes à la recherche archéologique, des réseaux de manoirs à motte habités par des chevaliers qui devaient le service au seigneur du château principal ont été mis en évidence. On compte ainsi, en moyenne, une vingtaine de mottes liées à une forteresse dans le Rennais ou le Craonnais38. Il est également certain qu’il y avait plus d’un miles à habiter le même manoir à motte39. Ces recherches indiquent qu’il y aurait au moins une quarantaine de milites affectés à chaque place forte majeure. Le nombre d’environ 571 milites mentionnés dans les actes de la pratique entre 1000 et 1250 est donc bien en deçà de la réalité.

16Malgré tout, est-il possible de suivre une quelconque évolution de la chevalerie dans le temps à travers cette documentation partielle ? Le comptage distinct des mentions par acte de miles ou de son pluriel par période de 50 ans en fonction de la variation du nombre d’actes, pourra, éventuellement, livrer une réponse. En effectifs, nous obtenons les résultats suivants :

Graphique 1 : Pourcentage d’actes mentionnant ou ne mentionnant pas les termes miles ou milites

Graphique 1 : Pourcentage d’actes mentionnant ou ne mentionnant pas les termes miles ou milites

n actes avec mention de miles actes sans mention de miles

  • 40 Guillotel, p. CXLI.
  • 41 Ibidem, 23.
  • 42 Dom Morice, 864.
  • 43 Ibidem, 857-858.

17D’emblée, soulignons que les pourcentages de mentions de miles/milites par rapport au nombre d’actes de la première moitié du xie siècle (26 %) et entre 1200 et 1249 (30,5 %) sont proches. Il n’y a ni plus ni moins de chevaliers dans ces textes de 150 à 250 années d’écart. Cependant, il est nécessaire d’affiner cette approche car les écrits ont changé de nature dans le temps. Grosso modo, les actes de la première moitié du xie siècle revêtent un caractère archaïque qui n’est pas sans rappeler, quant à leur forme, les diplômes carolingiens, même si leur aspect s’en détache quelque peu40. Dans ce type de texte, les donateurs aiment à préciser leur statut, entre autres celui de miles annoncé dès la suscription. Il prend le plus souvent la forme suivante : « ego Rivellonius, provinciæ Redonensis miles41 ». Dans les actes de la première moitié du xiiie siècle, les donateurs de biens soulignent leur titre un peu de la même manière que 250 à 150 ans auparavant. Se retrouvent fréquemment, dans la suscription, les formules du type : « Jodoinus de Dolo miles42 ». Mais le terme miles, ou son pluriel, peut être utilisé dans d’autres contextes, par exemple dans les listes de milites dus en service à tel seigneur43 ou dans le protocole d’un acte.

  • 44 ADIV, 1F1801, 13.

18Entre 1050 et 1199, les mentions de chevaliers dans les textes se raréfient (trois fois moins pour le xiie siècle). Cela ne signifie pas que les effectifs de milites diminuent. La nature des textes change avant tout. La forme solennelle des actes de la première moitié du xie siècle tend à disparaître rapidement pour être remplacée par des notices. Ces dernières, riches en détails vivants, soulignent parfois le statut de leurs protagonistes selon des expressions classiques du genre : « quidam miles Herveus nomine de Vitreio castro44 ». Les témoins des donations peuvent être également classés en groupes distincts, une colonne étant spécialement affectée à la liste d’individus qualifiés de milites. Cependant, l’essence des textes de la seconde moitié du xie siècle reste moins propice à la mention de son appartenance à la chevalerie que dans les années 1000-1049 (17,4 % contre 26 %). Ceci est encore plus vrai pour l’ensemble du xiie siècle, époque où les notices se font plus rares : seulement un peu plus de 9 % des actes emploient le mot miles ou son pluriel. L’approche quantitative de la chevalerie est donc ambivalente : l’utilisation du mot miles a un sens mais qui ne renvoie pas à un mode de catégorisation de la chevalerie. On ne peut pas comprendre autrement les raisons pour lesquelles les individus mentionnés dans les textes semblent rarement désignés par leur titre.

Des hommes dont la chevalerie est rarement citée

  • 45 Saint-Serge, 192.
  • 46 Guillotel, 17.
  • 47 Vitré, 154.
  • 48 Il s’agit de Robert III de Vitré, André II de Vitré, Robert de Sérigné en La Bouëxière, Odon de Co (...)

19Les chevaliers semblent beaucoup plus nombreux que les textes ne le laissent paraître de prime à bord. Comptabiliser les mentions de miles selon les différentes périodes s’avère donc un exercice sans grande signification car c’est raisonner sans tenir compte de l’évolution de la nature des écrits. Du moins, cette démarche présente-t-elle l’intérêt de montrer que les effectifs des milites n’ont sans doute, ni augmenté, ni diminué, du début du xie siècle jusqu’aux années 1250. Ainsi, après avoir tenté une analyse quantitative des actes, essayons de voir si la chevalerie des individus est précisée régulièrement. Plusieurs indices montrent qu’il n’en est rien. En effet, certains détails, rarement mentionnés mais que l’on retrouve sur toute la période considérée, prouvent que l’on parle bien de chevalerie sans pour autant la nommer explicitement. Par exemple, Merellus fils de Rainier de Taillis, qui participa à la donation de la chapelle de Bréal-sous-Vitré entre 1087 et 1092, est un pur chevalier puisque les moines de Saint-Serge lui donnèrent, pour qu’il retire sa calumnia, un haubert de 40 sous de deniers45. D’autres textes évoquent clairement le service à cheval que les vassaux doivent à tel seigneur sans toutefois les qualifier de miles. Ainsi, au tout début du xie siècle, les moines du Mont-Saint-Michel devaient fournir à Gradelon et à ses deux fils, Ansgier et Hervé, deux chevaux à chaque fois qu’ils iraient à la guerre46. Parfois même, nous avons la quasi-certitude que la plupart des personnages cités dans certains actes sont sans conteste des milites. N’est-il pas question exclusivement de chevalerie lors du traité de paix passé entre Robert III de Vitré et Robert de Sérigné en 1156-116147 ? Ce dernier doit entrer dans la familia du seigneur de Vitré avec ses armes, chevaux et habits. Les 18 protagonistes de cette paix appartiennent incontestablement à la chevalerie et pourtant le mot miles n’est jamais mentionné ! Une vérification du statut de ces individus à partir d’autres textes confirme notre hypothèse48. S’ils ne sont pas dits miles dans cet acte de paix, c’est probablement que les scribes n’en ressentaient pas le besoin. Cela leur semblait aller de soi.

  • 49 Dom Morice, 631.
  • 50 L’abbaye Toussaint…, 47.
  • 51 M. Brand’Honneur, « L’habitat chevaleresque… », p. 84-85.
  • 52 Les forestarii sont également des milites, comme pour Jean de Champeaux portant ces statuts dans d (...)

20Ainsi, le terme miles n’est pas utilisé systématiquement. Certaines parentés, comme les Landavran, mentionnées dans une quarantaine de textes différents entre 1050 et le début du xiiie siècle et comprenant 12 individus distincts, ne sont dits miles qu’à trois reprises49. Cependant, il est vraisemblable que d’autres Landavran le furent également. Citons également un autre exemple couramment rencontré. Bonabes II de Rougé, cité à plusieurs reprises dans les actes entre 1225 et 1242, n’est dit formellement miles qu’une fois, en 1226. Et pourtant, il l’était sans aucun doute, sinon avant 1226, du moins jusqu’à sa mort50. Si la chevalerie s’acquiert durant son existence, une fois qu’on y rentre, c’est pour la vie, à moins de prendre l’habit de moine, souvent du reste sur son lit mortuaire. En croisant diverses approches, on pourrait estimer qu’il y a environ une chance sur dix à vingt que le statut d’un chevalier soit indiqué. Partant de ce constat, on peut d’ores et déjà affirmer qu’un bon nombre d’entre eux ne seront jamais enregistrés comme tels dans les textes. Serait-ce le cas de Guillaume de Dézerseul ? Il exerce, en 1155, la charge de forestier du duc de Bretagne. Nous le retrouvons témoignant, ainsi que quelques autres personnages, dans un seul autre texte daté de 1161. Si ces témoins ne sont pas mentionnés en tant que miles en 1161, ils le sont tous, hormis Guillaume, dans d’autres textes et notamment vers 1157-116151. Pour autant, il semble permis d’assimiler Guillaume de Dézerseul à un chevalier52.

  • 53 Dom Morice, 623-624.

21L’historien-archéologue possède d’autres moyens d’investigation pour déterminer le statut des individus cités dans les actes. En effet, lorsque le nom des témoins ou acteurs des actes est associé à une indication toponymique (sous la forme : x de tel lieu-dit), la plupart du temps, ce dernier nom correspond à un manoir à motte constituant l’habitat caractéristique de la chevalerie des xie et xiie siècles. Ainsi, le forestier Guy de Betton, cité dans un acte du comte Eudes en 1155, était bien un miles car ce toponyme est lié à un manoir près duquel se dressait une motte53. Il en est de même pour Guillaume de Dézerseul. Grâce à la mention de ce lieu-dit, nous avons pu retrouver la motte inédite lui correspondant en Liffré.

  • 54 Guillotel, 10.
  • 55 ADML, H3713 f° 59r.
  • 56 Dom Morice, 808.
  • 57 Vitré, 3233.
  • 58 Guillaume le Breton, Gesta…, p. 210 et t. II, p. 162.
  • 59 H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 211-212 ; Orderic Vitalis, Historiæ…, t. IV, p. 245.

22D’autres textes, en petit nombre mais à peu près uniformément répartis tout au long des 250 années étudiées, désignent uniquement un témoin parmi tant d’autres comme étant miles alors que ses homologues, au regard d’autres actes, possèdent le même statut. Par exemple, dans une liste de souscripteurs d’une donation datée de 1009-1019, Alfred, l’ancêtre de la maison de Fougères, est qualifié de miles alors que le vicarius Rivallon -un authentique chevalier lui aussi- ne porte aucune désignation statutaire54. Ceci n’est pas sans surprendre a priori. A y regarder de plus près, il serait possible d’expliquer cette apparente singularité par le fait qu’Alfred venait d’être fait chevalier et le scribe le soulignait. C’est une manière de mise en valeur de ce rituel de passage, d’indiquer que le nouvel adoubé possédait désormais le même statut que ses collègues. Un acte de Saint-Florent de Saumur daté de 1079-1083 semble corroborer notre hypothèse. Parmi une liste d’une vingtaine de témoins, un seul individu, Goscelin de La Haie, est dit explicitement « qui tunc erat miles55 ». De même, un scribe se plaît en 1207 à indiquer que Robert de Domagné fut fait chevalier en présence d’André II de Vitré, lorsque ce dernier confirmait un don du nouvel adoubé56. Quelques textes précisent également que tel personnage ne peut pas valider de son sceau un acte parce qu’il n’est pas encore chevalier57. Devenir chevalier est un fait remarquable qui mérite, à l’occasion, d’apparaître dans les actes comme dans les chroniques. Ainsi, Rigord et Guillaume le Breton soulignent qu’Arthur, l’héritier de la couronne de Bretagne et prétendant au trône d’Angleterre, a été armé chevalier par Philippe Auguste en 120258. De même, Orderic Vital précise que le croisé Gervais de Bretagne, fils du vicomte Haimon, fut fait chevalier à Antioche en 111959.

23Ces différents exemples montrent que l’appartenance au statut de miles est loin d’être systématiquement mentionnée. Si les textes, dans leur ensemble, présentent des caractères assez rigides tant sur le fond que sur la forme, certaines variations restent possibles, et en particulier celle de citer ou non le statut des acteurs des actes. Même pendant les premières moitiés du xie et du xiiie siècles plus propices à la récurrence du terme miles, il n’y a pas de règle précise et rigoureuse à ce sujet. Dans la plupart des écrits (91,9 %), leur rédacteur se dispense de mentionner la chevalerie des personnes citées car elle est notoire.

La hiérarchisation implicite de la chevalerie dans les textes

24Après avoir souligné un certain nombre de difficultés dues aux non-dits dans les textes, examinons maintenant le profil des chevaliers. A-t-on à faire à des individus aux origines modestes autour de l’an mil, et dont certaines valeurs auraient été reprises par la noblesse à partir du xiie siècle ? Ou bien la chevalerie du xie siècle est-elle l’héritière d’une ancienne tradition la liant à la noblesse avant le xie siècle ?

Une chevalerie de haut rang

25Les seigneurs châtelains. Pour répondre à ces interrogations, il suffit d’examiner les premiers actes du comté de Rennes rédigés au début du xie siècle. Qui y est dit miles ? D’abord et avant tout ceux que l’historiographie traditionnelle qualifie d’ascendants des principaux lignages des seigneuries châtelaines des xie, xiie et xiiie siècles. Soit, pour le Rennais :

  • Rivallon Ier de Dol dit à trois reprises miles entre 1040 et 106660,
  • Mainguené, en 1037, dont la descendance s’installera à La Guerche61,
  • Hervé de Martigné entre 1066 et 107662,
  • le vicarius Rivallon, entre 1008 et 1033, dont les héritiers s’établiront à Vitré63,
  • Brient Ier de Châteaubriant à deux reprises entre 1028 et 104964,
  • Geoffroy Ier de Châteaugiron en 109565,
  • Alfred, à deux reprises entre 1008 et 1019, dont la postérité se fixera à Fougères66.
  • 67 H. Guillotel, « La place…», p. 7-8 ; K.-F. Werner, « Du nouveau…», p. 186-200 ; D. Barthélemy, « Q (...)

26Il s’agit des seigneurs détenant les principales places fortes du Rennais. Tous sont des chevaliers et ce, dès que les textes apparaissent, c’est-à-dire au début du règne d’Alain III (1008-1040). Cette conception de la chevalerie fleure bon avec celle de H. Guillotel pour la Bretagne ou celles de K.-F. Werner et de D. Barthélemy, dans une version, il est vrai, moins étatique67. Voilà qui s’accorde peu avec des milites dont les origines seraient, au xie siècle, modestes.

27Cependant, sans ces actes de la première moitié du xie siècle, nous n’aurions peut-être pas porté le même regard sur cette chevalerie relevant incontestablement de la noblesse. Car, il faut bien avouer qu’ensuite ce statut n’est pratiquement plus rappelé. En tout, pour le xiie siècle, période où les principaux seigneurs figurent abondamment dans les actes, nous avons retrouvé seulement quatre mentions de leur appartenance à la chevalerie pour :

  • Geoffroy junior de Châteaubriant en 110668,
  • Jean II de Dol en 1137-62 où l’acte indique que la majorité est obligatoire pour appartenir à la militia et avoir un sceau69,
  • Hasculf de Subligny, seigneur de Dol, en 1167-79, précisant qu’il utilise les sceaux de son père Jean de Subligny car il n’était pas encore miles et n’avait donc pas le sien. Hasculf sera dit miles quelque temps après70,
  • Raoul II de Fougères en 116371.

28Signalons que la chevalerie est souvent mentionnée juste avant l’adoubement, lorsque l’individu ne peut pas sceller un acte car n’ayant pas encore l’âge adulte. Pour la première moitié du xiiie siècle, les mentions sont tout aussi rares :

  • André III de Vitré, en 1217, précisant qu’il scellera des actes dès qu’il sera fait miles et aura son sceau72,
  • Geoffroy (V ?) de Châteaubriant en 123773,
  • Guy de Laval, époux de Philippa de Vitré, en 124874,
  • Guidon et Guidonem, fils de Guy de Laval, seigneur de Vitré, 124975.
  • 76 Dom Morice, 528.

29Faut-il en déduire que très peu de seigneurs châtelains étaient chevaliers ? Assurément non, tous les historiens en conviennent à partir du xiie siècle. En fait, leur statut est tellement notoire qu’il est superfétatoire de le préciser. En revanche, ces grands seigneurs se plaisaient à montrer explicitement leur appartenance à la chevalerie dans des sources de nature différente de celle des actes. Il s’agit des rares épitaphes qui nous sont parvenues. Ainsi a-t-on écrit en 1116 : « Egregius Princeps Gaufredi Principis hæres/Militiæ splendor, procerum decus, horror in hostes,/Pertulit ob patriam letale Brientius istam/Vulnus, & hic jacuit prima sub luce Decembris76. »

30Les représentations des gisants ne laissent également aucun doute. Sont représentés en habit de chevalier :

  • Hasculf de Subligny, seigneur de Combourg, mort en 119777,
  • Guillaume III de La Guerche, mort en 1223,
  • Alain, fils de Robert III de Vitré, seigneur de Dinan, mort en 1197-1199.
  • Sont également miles les seigneurs utilisant des sceaux équestres dont le plus ancien de l’ouest de la France est, à notre connaissance, celui de Guy de Laval (1095). Pour le Rennais, nous possédons ceux de :
  • Robert III de Vitré en 1161, André II de Vitré en 1173-9978, André III de Vitré en 1230,
  • Raoul II de Fougères en 1162,
  • Geoffroy III de Châteaubriant en 1192-121279 et son homonyme en 1247,
  • Alain, fils de Robert III de Vitré, seigneur de Dinan, avant 119980.

31Si l’on croise toutes les sources disponibles (épitaphes, gisants, actes, sceaux), les principaux seigneurs du Rennais étaient indubitablement des chevaliers. Comme pour les périodes précédentes, la mention de son appartenance à la chevalerie dans les actes reste aléatoire. André II de Vitré, seigneur de Vitré entre 1173 et 1211, figurant dans 132 textes, n’est jamais dit miles. Et pourtant, c’est en tenue de chevalier qu’il choisit de se faire représenter sur son sceau. Tout ceci montre que les sources sont très délicates à analyser et qu’il faut aussi interpréter les silences des textes, avec prudence toutefois.

  • 81 ADML, H 3357, 1. Cf. sur ces vicomtes H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 201-215.
  • 82 Dom Morice, 812-813.
  • 83 B. Peterborough, Vita…, p. 467.
  • 84 Guillotel, p. CLXXIX.
  • 85 La tapisserie de Bayeux…, scènes 19-20.
  • 86 K.-F. Werner, « Du nouveau… », p. 186-200 et Naissance…, p. 472-474.

32Les comtes et vicomtes. Tentons de voir maintenant si les comtes et vicomtes possèdent le statut de chevalier. Le problème est encore plus complexe à résoudre pour ces personnages de très haut rang que pour les principaux seigneurs châtelains du Rennais. Leur notoriété chevaleresque occulte paradoxalement leur désignation précise dans les actes. Il existe cependant une mention d’un vicomte, Raoul, descendant des vicomtes d’Alet, qualifié de miles castri de Dinan entre 1070 et 111881. En 1209, le comte de Penthièvre, Henri, pourra recevoir l’hommage lige de tous ses barons et chevaliers uniquement quand il sera lui-même fait chevalier82. Si l’on regarde du côté des chroniques, elles nous informent de l’adoubement de Gervais, fils du vicomte d’Alet Hamon, en 1119 à Antioche et d’Arthur, l’héritier de la couronne de Bretagne, fait chevalier en 1202 par Philippe Auguste. La chevalerie des comtes n’est donc pas explicitement précisée dans les actes et dans les chroniques, sauf parfois au moment de l’adoubement qui inaugure l’entrée d’un individu dans la majorité. Faut-il attendre une anecdote contée par les chroniqueurs Rigord ou Guillaume l’Armoricain pour affirmer que le comte Geoffroy II était bien chevalier parce qu’ayant participé à un tournoi à Paris en 118683 ? Faut-il encore attendre l’apparition du sceau équestre de ce même Geoffroy II ou celui de Conan III (1141-1148)84 pour faire de ces comtes d’authentiques chevaliers ? Et n’est-ce pas en habit de chevalier que la broderie de Bayeux représente le comte Conan II remettant les clefs de la ville de Dinan à Guillaume le Bâtard en 106485 ? Nous le voyons, l’historien est tributaire de la nature des sources et de leurs non-dits. Ces exemples montrent, comme le souligne K.-F. Werner, que les notions de militia et de miles ont fusionné pour donner naissance à la chevalerie86.

Et les chevaliers de moindre rang…

  • 87 ADIV, 1F204, acte de 1240.

33Des chevaliers dont le pouvoir s’étend sur une paroisse. La chevalerie est un statut que revêtent les comtes, les vicomtes, les grands seigneurs au xie siècle. Mais ils ne sont pas les seuls à arborer un tel titre. Il est également porté par des individus au rang plus modeste. Il y a d’abord des seigneurs, certes puissants, mais dont le statut social est légèrement inférieur à celui des seigneurs châtelains. Citons, en exemple, les Goranton/Hervé de Vitré, les d’Aubigné dont l’ancêtre était Raoul le Large, les Rougé (en Soulvache) possédant une fortune considérable autour de Châteaubriant. Mais la plus grande partie des chevaliers est représentée par ces quelques centaines de groupes d’individus dont l’influence ne dépasse guère le territoire d’une paroisse. Leur nom est souvent suivi d’une indication toponymique permettant de les localiser. Les milites de Cherrueix87 sont liés à la paroisse de ce nom tout comme les La Ville Cuite habitant un manoir à motte, sis en Saint-M’Hervé. Ainsi, du xie au milieu du xiiie siècle, chaque paroisse comprend en moyenne un à trois groupes de chevaliers. Ceux mentionnés aux xie et xiie siècles demeurent essentiellement dans un manoir à motte. D’autres, apparaissant dans les actes à partir de la fin du xiie siècle, logeaient dans des habitats dont la structure, mal connue pour les xiie et xiiie siècles, correspond également, quelques centaines d’années après, à des manoirs.

  • 88 ADLM, H 3357, 1 ; H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 213-214.
  • 89 Guillotel, 122.
  • 90 Guillotel, 122.

34Les chevaliers de basse extraction ont-ils existé ? Souvent « l’école mutationniste » estime que le xie siècle aurait vu naître une cavalerie de basse extraction qui se serait hissée ensuite au rang de la chevalerie. Ce courant de pensée intègre dans ce groupe social les ministériaux, c’est-à-dire les agents seigneuriaux chargés de responsabilités administratives et dont on soupçonne parfois l’origine servile. On y trouverait des forestiers, prévôts, sergents soldés et les milites castri, ces « cavaliers » non fieffés attachés au service d’un maître de château. Commençons par ces derniers. L’expression milites castri est quasiment absente de notre corpus de textes. Elle est mentionnée une seule fois dans un acte de Saint-Florent de Saumur de 1070-1118 où figure une liste de milites du château de Dinan. Parmi eux se trouve le vicomte Raoul identifié par H. Guillotel comme étant un des descendants des puissants vicomtes d’Alet88. À Vitré89, la demande adressée à l’évêque de Rennes en 1116 pour que l’église de Notre-Dame et son important patrimoine soient donnés à Saint-Melaine est le fait des barons (soit les vassaux-milites) et les domini (André Ier de Vitré et ses fils) du château, ce qui souligne leur pouvoir de décision et donc leur rang. Un autre acte de Marmoutier, daté de la seconde moitié du xie siècle, mentionne « quidam miles Herveus nomine de Vitreio Castro », qui donna la moitié du tonlieu dudit château. Il s’agit également d’un chevalier lié à un château, soit un miles castri. Cet individu appartenait à une importante parenté incontestablement liée à la noblesse90. Ces quelques rares exemples montrent que les milites castri ne sont absolument pas de basse origine et qu’il ne faut pas interpréter trop rapidement une expression qualifiant des individus sans auparavant examiner leur statut à l’aide d’autres actes.

  • 91 « […] decimam atque sepulturam non stipendiis militum sed potius sustentationi deberi Monachorum, (...)
  • 92 J. Boussard a interprété cet acte comme étant la preuve qu’il existait des mercenaires au xie sièc (...)
  • 93 D. Barthélemy, La mutation…, p. 280.

35Les milites soldés ou les sergents ont été également souvent considérés comme ayant une humble origine. Cependant, il faut bien comprendre le sens du mot stipendarius lorsqu’il est employé par des moines cherchant à récupérer des biens d’Église comme l’exigeait la réforme grégorienne. Une notice de 1055 précise en effet que les dîmes et sépultures ne devaient pas servir à stipendier les milites mais plutôt à soulager et entretenir les moines, clercs, pauvres et pèlerins91. Le mot stipendarius est lié aux refus et mépris des moines de voir des biens d’Église utilisés pour chaser des chevaliers. Si Ébroin est qualifié miles stipendarius dans une notice de Saint-Florent de Saumur de 1053, c’est parce qu’il tenait en fief du dominus Bloc de Hercac des dîmes et des droits de sépultures, prémices et oblations sur le monastère de Trémeheuc. D’ailleurs cet Ébroin n’est nullement un personnage de basse extraction car il finit sa vie en habit de moine de Saint-Florent92. D. Barthélemy souligne, dans ce cas précis, qu’il s’agit d’une marque indubitable de noblesse93.

  • 94 J.-F. Niermeyer, Mediæ…, p. 407-408.
  • 95 Vitré, 154.

36D’autres milites furent considérés comme proches du statut de serf car appartenant à la familia d’un seigneur94. Un acte de 1156-1161 autorise une interprétation fort différente. Il mentionne l’entrée dans la familia du seigneur Robert III de Vitré de Robert de Sérigné95. Or ce dernier présente tous les caractères d’un puissant chevalier. Son lien de dépendance est négocié dans le cadre d’une paix orchestrée par le roi Henri II Plantagenêt à Valognes. Les dispositions de cette paix sont clairement explicitées. Les deux hommes devront s’entraider en cas de guerre et l’entrée de Robert de Sérigné dans la dépendance de Robert III s’effectue avec armes, chevaux et habits. La familia du seigneur se rapporte donc ici à l’ensemble des vassaux d’un seigneur. Ces derniers sont des chevaliers au nom souvent associé à une désignation toponymique se rapportant à un manoir à motte comme c’est le cas à Sérigné en La Bouëxière. Nous sommes donc bien loin de personnages d’origine modeste.

  • 96 ADML, H3713 f° 73v, 86v-87r, 90r.
  • 97 BN, nou. acq. lat., 1930 f° 62.
  • 98 ADML, H3713 f° 77v-78r.
  • 99 Guillotel, 96.

37Hamo de Livré, dit caballarius, eques, miles et famulus des moines de Saint-Florent, semble avoir une filiation non moins honorable96. Il éleva une calumnia en 1055-1070 contre Saint-Florent sur les droits de la prepositura de Livré composés du pasnage et du tonlieu qu’il possédait héréditairement. Hamo abandonna ses prétentions contre un poulain, un setier d’avoine, un porc, des deniers et son admission avec son épouse aux bénéfices des prières des moines97. Il reçut également de Saint-Florent en 1085 un palefroi appelé Grain d’Or et 40 livres de deniers lorsque ses deux vassaux se démirent de la dominicatura de leur père comprenant le cimetière et la dîme de Pleine-Fougères98. De telles marges de négociation auprès des moines montrent que Hamo n’était pas un simple et modeste miles. D’ailleurs, lorsque Alain IV convoque ses fidèles pour témoigner dans ses actes, Hamo de Livré est qualifié de baron du duc99. Ce chevalier devait donc le service aux moines de Saint-Florent comme au duc.

  • 100 Ibidem, 35, 42, 45.
  • 101 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 116.
  • 102 D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie… », p. 64 et La mutation…, p. 276.
  • 103 O. Guillot, Le comte…, p. 381.

38Ce dernier exemple montre qu’il existait des chevaliers attachés au service des abbayes. Le fait est loin d’être exceptionnel. On le retrouve au Mont-Saint-Michel qui fut sans doute très tôt une forteresse et à Saint-Georges de Rennes. En 1034-1040 et en 1040, Alain III et Conan II donnent des equites à Pleubihan et à Plougasnou. Mainguené, l’ancêtre des sires de La Guerche, fait de même lorsqu’il se dessaisit du monastère de Saint-Cyr de Rennes en faveur de Saint-Julien de Tours en 1037100. Ces concessions d’equites ont été souvent interprétées comme une preuve formelle de l’existence de cavaliers professionnels de la guerre de basse extraction, voire d’origine servile101. Cependant, même si ces donations se font en même temps que des vilains et métayers (cum equitibus, villanis et meditariis), elles peuvent être comprises de façon différente comme le souligne D. Barthélemy. Le donateur ne concéderait que les droits de services qu’il possède sur ces equites102. Si cette interprétation est exacte, nous nous trouverions devant un modèle assez classique. Des chevaliers sont chasés sur une terre et doivent le service. Le don de la terre à une abbaye entraîne la concession du service des milites afin que l’abbaye puisse servir à l’ost comtal. Cette hypothèse n’a rien d’extravagant et O. Guillot a bien montré que les moines de Saint-Aubin d’Angers étaient chargés de rendre le service militaire pour la garde des châteaux comtaux en marche103. Le don d’equites ne signifierait qu’un transfert de service chevaleresque d’un seigneur laïque à un abbé.

Conclusion

  • 104 Elle existe cependant dans un acte du cartulaire de Redon de 1096. Redon, f° 163.r.
  • 105 ADIV, 1F1801, 1 ; Dom Morice, 460-461.
  • 106 D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie… », p. 62.
  • 107 M. Nassiet, Noblesse…, p. 375-380.

39Une chevalerie de haut rang et appartenant indéniablement à la noblesse existe bel et bien dans le Rennais au début du xie siècle. Elle décore les comtes et les seigneurs châtelains. Cependant, l’historien est confronté aux non-dits des sources. Souligner la noblesse ou la chevalerie d’un comte relève presque du pléonasme. De même, l’expression « nobilis miles » ne se rencontre presque jamais car elle est redondante104. Mais la chevalerie la plus nombreuse est celle dont le pouvoir s’étend sur une partie ou sur quelques paroisses. Ces individus habitent fréquemment après 1050 un manoir à motte, ce qui constitue un signe ostentatoire de leur rang social. Ils occupent en effet une place de choix au sein de la paroisse et y sont qualifiés de « viri fortes et parrechiani » ou de principaux de la paroisse105. En deçà, les marges de la chevalerie restent plus difficiles à cerner et il faut prendre garde à ne pas interpréter trop hâtivement certains profils d’individus. Cependant, peut-on pour autant refuser toute ouverture de la chevalerie vers des individus d’origine plus modeste. Sans renouvellement, cette dernière n’aurait pas été aussi vigoureuse. D. Barthélemy montre que les franges inférieures de la noblesse et de la chevalerie sont mouvantes au xie siècle106. Elles le sont tout autant aux xve et xvie siècles107. Le problème majeur de nos sources est de ne pas le mettre en évidence car, témoigner dans un acte, c’est déjà posséder un peu de notabilité.

La micro-étude, élément fondamental de l’établissement du lien motte-chevalier dans le Rennais

40La détermination du profil des habitants des sites à motte et des chevaliers est loin d’être consensuelle. Elle implique l’analyse d’un grand nombre de sites car les destructions de mottes et/ou la rareté des textes peuvent influer sur les résultats. De plus, le rapport motte-chevalier est souvent si subtil qu’il nécessite une multitude de micro-études alliant textes et prospections archéologiques. Quelques exemples types des différents problèmes méthodologiques qu’il faut contourner pour établir le lien motte-chevalier seront présentés.

Les manoirs à motte, un habitat chevaleresque ?

Mottes et chevaliers : une connexion toponymique évidente

  • 108 Cf. p. 191-192.

41Une fois précisée la façon dont nous repérons mottes et chevaliers, tentons de les relier. Commençons par les mottes avérées ayant eu comme titulaire un chevalier de haut rang. Au moins quatre cas peuvent être recensés comme chefs-lieux d’une seigneurie châtelaine ou d’un comté : la motte de Rennes possédée par le comte de ce nom et celles de Dol, La Guerche et de Châteaubriant liées à des milites à la tête de seigneuries châtelaines dès le xie siècle. Quelques autres mottes, comme celles de Chevré en La Bouëxière et du Châtel en Marcillé-Raoul, sont à associer à des sites dépendant des puissants domini de Vitré et de Fougères108. Il s’agit des forteresses secondaires de seigneuries importantes. Comme nous l’avons vu, ces buttes font partie des mottes « hors norme » du comté de Rennes ; leurs dimensions imposantes ou leur aspect défensif évident les distinguent de la majorité des autres tertres.

  • 109 Redon, f° 141v-142.
  • 110 La Roë, 159.
  • 111 BN, ms fr 22319, p. 203.

42Mais la grande majorité des sites, qui sont indubitablement des mottes, reste à étudier. Les chevaliers dont le nom est suivi d’une indication toponymique se rapportant à une motte sont relativement fréquents. Prenons pour exemple le manoir de la Rouvraie en Argentré-du-Plessis où se dresse toujours une motte. Elle est à associer au chevalier de ce nom mentionné pour la première fois en 1047109. Ce type de rapport indiscutable se retrouve dans plus d’un tiers des cas. En revanche, la possession explicite d’un domaine ayant une motte est rarissime. Entre 1141 et 1152, Bernard Busson donna à l’abbaye de la Roë une terre « et etiam cum omni Buxonaria sua110 » où se trouve une motte. L’épouse du chevalier Ivon de Tallia confirma, dans la domus de Chalonge appartenant à son mari, le don d’une vigne à Melleraye en 1196111. Suit une liste de témoins facilement localisables dans une région d’une vingtaine de kilomètres. Or, le seul lieu-dit Chalonge existant dans ce secteur est un bois sis au Petit-Fougeray et où se dresse une superbe motte.

Les transformations toponymiques

  • 112 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 324-325.
  • 113 Ibidem, t. I, p. 450.
  • 114 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 738, t. VI, p. 451 ; P. Banéat, Le département…, t. IV (...)
  • 115 Ibidem, t. IV, p. 565 ; Ibidem, t. I, p. 555 ; BN, ms fr 22331, p. 235.
  • 116 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 356-360.

43Cependant, il est des manoirs à motte dont l’appellation se rapporte plus difficilement à un chevalier. Les noms de lieu en la Motte, faisant référence dans un tiers des cas à une motte, relèvent souvent de ce cas. Par exemple, doit-on associer la motte de la Motte, localisée à 1 kilomètre du bourg de Brielles, aux chevaliers de ce nom cités pour la première fois entre 1055 et 1076 ? Sans aucun doute si nous approfondissons nos recherches et lisons dans un texte de 1573 que le manoir de la Motte était voisin de celui du Châtelet de Brielles112, toponyme aujourd’hui disparu. Souvent les lieux-dits composés du mot motte ont été raccourcis. S’y adjoignait un autre nom apportant de précieuses indications permettant d’effectuer le lien entre motte et chevalier. Un aveu précise que la Motte sise à 1 kilomètre du bourg du Theil-de-Bretagne se dénommait la Motte du Tail en 1628113, du nom d’une parenté de chevaliers connue à partir de la seconde moitié du xiie siècle. Il faut cependant se méfier des changements de désignation de ce type de toponymes. Ainsi la Motte Beaucé en Vezin-le-Coquet s’appelait autrefois la Motte de Vezin. Elle est liée à Juhel le Porc, baron de ce lieu en 1257 ; en 1427, elle appartenait aux Beaucé114. De telles modifications de dénomination sont dues à des changements de propriétaires. La Motte des Vaux en Ercé-en-Lamée appartenait aux Vaux au xviie siècle. Appelée auparavant la Motte d’Ercé, elle était sans doute liée à Main fils de Tudual qui donna à Marmoutier, entre 1034 et 1063, une terre proche de la chapelle d’Ercé115. Certaines transformations toponymiques peuvent être parfois totales. Le manoir de Pontavice en Tremblay tient son nom d’une famille qui le possédait en 1414. Le lieu devait s’appeler avant la Motte du Tronchay comme l’indique un aveu de 1540116. Cependant, les textes concernant ce site ne remontant pas au-delà du xve siècle, nous ne pouvons pas affirmer que ce premier toponyme est lié à un quelconque chevalier.

Disparition ou non-correspondance toponymique

  • 117 ADLA, H 75, 38 ; C. Rulon, t. I, p. 29.
  • 118 Saint-Georges, 35.
  • 119 J. Geslin de Bourgogne et A. de Barthélémy, Anciens évêchés…, t. VI, p. 97 ; A. Guillotin de Corso (...)
  • 120 « Documents inédits… », 19.

44Les disparitions de toponymes, même du cadastre dit napoléonien, peuvent compliquer la recherche. Ainsi nous n’aurions pu rapprocher la motte de Vergéal en Bain-de-Bretagne de Geoffroy de Beaumont, qui possédait en 1243 des droits sur la coutume et le péage du chemin de Bain, si une note dans une monographie communale n’avait gardé le souvenir d’un certain manoir de Beaumont sis au pied de ce site et disparu depuis fort longtemps117. De même, la motte sans lieu-dit (située non loin de la Ville Chevron) à 1 kilomètre du bourg de Mordelles pourrait être associée à Heslourinus de Mordelles. Celui-ci donna la moitié de la dîme de cette paroisse et son mangerium lors de l’entrée de sa fille au monastère de Saint-Georges de Rennes118. Mais, dans ce dernier exemple, aucun autre indice ne peut valider cette hypothèse. Quant à la motte des Ponts en Soulvache, ancienne trève de Rougé, doit-on l’associer aux chevaliers de Rougé connus du xie au xiiie siècle ? Le site est distant de 5,8 kilomètres du bourg de ce nom. Cette seigneurie comprenait trois grands fiefs en 1554 dont un appelé Rougé à Rougé, dénommé ensuite Rougé à Soulvache. Ces deux toponymes n’existent plus. Cependant, un acte de 1245 relate le don du miles Bonabes de Rougé au Temple de 70 sous de monnaie usuelle à rendre sur son passage de Soulvache. Or, la motte des Ponts se situe, comme son nom l’indique, au pied d’une ancienne chaussée franchissant la rivière du Semnon. De plus, un aveu de 1628 précise que la « motte […] sise ès marais de Soulvache » était le chef-lieu de la seigneurie de Rougé119. De même le nom de la motte de la Pierrelaye située à 2 kilomètres de l’église de Louvigné-du-Désert, ne semble pas a priori être liée aux Louvigné. Pourtant, un acte de Marmoutier précise que Guérin de Louvigné attacha le service qu’il devait au dominus Raoul II de Fougères à son domaine de Pierrelaye120.

Les transferts de sites

  • 121 M. Brand’Honneur, « L’habitat chevaleresque… », p. 77-94.
  • 122 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 181-186.

45Si la désignation toponymique du chevalier correspond assez souvent à un lieu-dit possédant une motte, certains cas sont plus réfractaires à ce type de rapprochement. Des transferts de sites peuvent en être la cause. Guillaume de Dézerseul, forestier du duc de Bretagne en 1155, est associé au manoir de ce nom sis en Gosné. C’est grâce à cette indication que nous avons découvert la motte inédite qui lui est liée. Elle est fort bien dissimulée puisqu’elle se situe 800 mètres plus loin, en Liffré. Ce déplacement de site peut s’expliquer par la volonté de choisir un terrain moins marécageux121. Le cas des chevaliers de Coësmes est encore plus complexe. Ils apparaissent dès les années 1070 dans les actes de Béré de Châteaubriant. La paroisse de Coësmes possède bien une motte dans le Bois de Sainte-Christine, mais elle est distante de 2, 8 kilomètres du bourg. Un manoir, appelé le Plessis, se trouve à 800 mètres du site. Des recherches complémentaires indiquent que cette maison noble se dénommait en 1459 le Plessis de Coësmes. En 1471, un aveu est rendu à la seigneurie de Rougé pour le fief des Mottes en Coësmes, toponyme aujourd’hui disparu mais pouvant désigner notre site. Le domaine proche de la seigneurie de Coësmes se composait, en 1513, des manoirs du Plessis de Coësmes, de la Coëfferie et de la Georgerie. Ces trois lieux-dits forment un triangle de 1300, 1200 et 500 mètres de côté au milieu duquel se dresse notre motte. Enfin, au xviiie siècle, cette seigneurie comprenait le Bois de Sainte-Christine renfermant une chapelle fondée par les sires de Coësmes122. Parfois la distance du transfert du site à motte au nouveau manoir peut être importante. Les Montsorel avaient sans doute une motte au lieu-dit de ce nom en Bonnemain ; ils établirent ensuite leur nouvelle demeure à Landal en Broualan, c’est-à-dire à 7,5 kilomètres du site initial.

Les sites sur les frontières paroissiales

Carte 3 : Les Janzé et la motte de Bois de Labeau

Carte 3 : Les Janzé et la motte de Bois de Labeau

— cours d'eau
….. limite paroissiale sous l'Ancien Régime
0 le moulin de Néron
2 le moulin de Melon
3 La Vilerault

  • 123 Ibidem, t. II, p. 360.
  • 124 ADLA, H 112, 5, 11 ; BN, ms fr 22331, p. 234. La Vilerault se situe en Janzé, le moulin de Néron e (...)

46Parfois, certains sites se situent à cheval sur deux paroisses. Si le château du Rocher Portail est localisé en limite de la paroisse de Saint-Brice-en-Coglès, sa motte se dresse, non loin de là, en La Selle-en-Coglès. Lui sont liés plusieurs chevaliers du Rocher, dont le membre le plus anciennement connu vivait au milieu du xiie siècle. Cette localisation correspond d’ailleurs aux biens seigneuriaux qu’avaient les sires du Rocher Portail dans le bourg et l’église de La Celle à l’époque moderne : une haute justice, deux foires et des prééminences avec banc et enfeu123. Un tel site amène à reconsidérer celui du Bois de Labeau, aujourd’hui distant de tout lieu-dit. Cet ouvrage est localisé en Piré-sur-Seiche, juste à la frontière des paroisses de Janzé et d’Amanlis. Or, dans les années 1070, Raoul fils de Abelin de Janzé donna à l’abbaye de Marmoutier la terre de la Ville Raoul, le moulin de Néron et sa domus proche de l’église de Janzé. Puis, son fils Geoffroy entra en conflit avec ledit monastère au sujet du moulin Montem Mellosum. Que pouvons-nous en déduire ? Premièrement, Raoul a quitté sa maison ; deuxièmement, les lieux-dits mentionnés dans les actes se situent à proximité de la motte du Bois de Labeau. Dès lors, ce lieu n’était-il pas habité par les chevaliers de Janzé124 ?

Les chevaliers ne portant pas d’indication toponymique

  • 125 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 652.
  • 126 ADML, H3713 f° 93r.

47Une autre catégorie de mottes correspondrait à des chevaliers dont le nom n’est pas suivi d’une indication toponymique. Ces cas sont difficiles à traiter sauf lorsque les textes apportent des précisions géographiques précises. Ainsi, la Vieille Motte distante de 300 mètres de l’église de Chelun semble devoir être mise en relation avec le miles Alveus qui donna, entre 1081 et 1093, aux moines de Saint-Aubin d’Angers ladite église, une terre toute proche et une prairie125. De même, le miles Ébroin qui concéda en 1053 ses droits sur le monastère de Trémeheuc devait être lié au manoir à motte dit de Trémeheuc sis dans le bourg de ce nom126.

L’absence de texte : la filiation motte-manoir de l’époque moderne

  • 127 Cf. Annexe 1 p. 259-262.

48Les quelques exemples donnés précédemment ont souvent établi un rapprochement entre une motte et un manoir plus récent. Un tel lien concerne plus des trois quarts des mottes avérées de notre inventaire. La trilogie motte-manoir de l’époque moderne-chevalier n’est pas rare. Parfois, il y eut un léger déplacement de localisation entre la motte et le manoir comme pour les sites de Dézerseul, de Coësmes ou encore de Montsorel-Landal analysés plus haut. Le plus souvent, ce dernier fut construit dans la basse-cour même de la motte, comme à Villavran en Louvigné-du-Désert. De plus, les mottes se trouvent souvent comprises dans le domaine proche d’une seigneurie possédant des droits de prééminences ou de fondation d’une église ainsi qu’une haute justice127. Il y a là une remarquable continuité des seigneuries à travers les siècles.

  • 128 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 152.
  • 129 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 242.
  • 130 Guillotel, 92, 102, 103 ; Dom Morice, 428.

49Certaines mottes se montrent rétives à tout rapprochement avec un quelconque chevalier mentionné dans les actes du xie au milieu du xiiie siècle. La motte de Launay Québriac en Betton relève de ce cas. Un manoir fut érigé près d’elle mais aucun texte, à notre connaissance, ne mentionne le site avant le xviie siècle128. Parfois, la chance nous sourit plus et permet de remonter au xive siècle, comme pour la motte et le manoir de la Marzelière en Bain-de-Bretagne129. Comment expliquer ces cas ? La majorité d’entre eux est localisée dans des secteurs du Rennais où les textes d’avant le milieu du xiiie siècle sont rares. Cela concerne le sud de la sphère d’influence des seigneurs de Combourg à la région de Bain-de-Bretagne, l’ouest de Rennes et de la seigneurie de La Guerche jusqu’à la Vilaine, en gros là où aucune puissance châtelaine majeure ne se fait sentir. Ces territoires, que nous pensons relever plus directement du comte de Rennes, ne forment cependant pas une entité particulière. Les mottes, associées à un manoir de l’époque moderne, y sont aussi nombreuses qu’ailleurs. Pour peu qu’un texte nous éclaire ou qu’il s’agisse d’un personnage bien placé à la cour du duc de Bretagne, le lien motte-chevalier apparaît, comme ce Tehellus de Lancé, prévôt du duc Alain IV et possédant la motte de ce nom en Noyal-sur-Seiche130.

50Ce tour d’horizon du comté de Rennes a permis d’associer plus de la moitié des mottes à des chevaliers. Ce résultat ne prend en compte que les associations toponyme-chevalier-motte. Ont été exclues de ce pourcentage les correspondances moins systématiques ou problématiques comme celles, mentionnées plus haut, du Tronchay en Tremblay, de Mordelles, du Bois de Labeau en Piré-sur-Seiche et de Launay Québriac en Betton. Cependant, la dialectique motte-chevalier est si prégnante et repose sur des traces parfois si ténues qu’il faut probablement ajouter à ce résultat les sites dont un chaînon manque pour effectuer ce lien (comme pour les mottes citées ci-dessus). Si la méthode testée auprès des mottes avérées est étendue, presque 9 associations sur 10 sont à comptabiliser.

Tous les chevaliers ont-ils eu une motte ?

À la recherche des mottes disparues

  • 131 L’auteur de cette photographie est C. Amiot.
  • 132 ADLA, H 112, 16.
  • 133 Redon, f° 141v-142.

51Si les manoirs à motte constituent indubitablement l’habitat des chevaliers, l’inverse est-il vrai ? La disparition des sites archéologiques ne facilite pas la démonstration. Parfois le repérage de ce type de vestige tient à peu de chose. Les chevaliers de Saint-Aubin [-d’Aubigné], mentionnés pour la première fois entre 1150 et 1194, n’avaient pas de motte connue jusqu’au jour où le propriétaire des lieux a vu, un beau matin et une seule fois, de la fenêtre de son manoir, un superbe anneau d’herbe de couleur vert foncé d’une trentaine de mètres de diamètre dans son parc. La photographie prise à ce moment ne laisse aucun doute : il s’agit bel et bien d’une motte rasée131. Cette difficulté amène à rechercher les éventuels sites disparus, notamment ceux dont le toponyme est formé à partir du mot motte. Un nombre non négligeable d’entre eux sont liés à une motte avérée. Plus des trois quarts d’entre elles sont associées à un chevalier comme la Motte de Chevaigné. Est-il alors imprudent de supposer que le manoir seigneurial de la paroisse de Nouvoitou, appelé la Motte de Nouvoitou, et associé à un chevalier de ce nom vivant à la fin du xiie siècle132, eut une motte dont il ne reste plus aucune trace ? De nombreux exemples attestent que des chevaliers désignés par le nom d’une paroisse possédaient une motte. Ainsi, il est fort probable que les Landavran, cités pour la première fois en 1047133, avaient la leur au pied du manoir du Haut Landavran situé à 1 kilomètre de l’église de ce nom. L’ensemble du site comprend un parcellaire ovale de 250 et 500 mètres de diamètre si caractéristique du voisinage immédiat des mottes.

Les chevaliers sans motte

52Cependant, tous les chevaliers n’ont pas forcément une motte. Cela dépend en partie de l’époque où ils vivaient. L’histogramme comparatif de la première mention des noms de chevaliers associés à un toponyme se rapportant à un manoir avec ou sans motte suggère quelques grandes tendances.

  • 134 Par exemple, Fougères est cité pour la première fois en 1040-1047 et leurs seigneurs sont encore p (...)
  • 135 Dom Morice, 653 ; P. Banéat, Le département…, t. III, p. 400.
  • 136 M. Brand’Honneur, « Seigneurs… »

53Si l’apparition d’un nom associé à un toponyme ne peut pas dater l’édification d’une motte ou d’un château134, les nouvelles installations de chevaliers dans la seconde moitié du xiie siècle portent de plus en plus des toponymes correspondant à un manoir sans motte. Cette tendance s’affirme nettement au xiiie siècle mais il existe toujours des exceptions tenant essentiellement à des secteurs géographiques où la documentation n’existe pas avant 1200. Là où les textes abondent sur toute la période considérée, il est remarquable de constater que les nouveaux noms de chevaliers liés à un toponyme ne se rapportent plus à une motte dès la seconde moitié du xiie siècle. Ceci est particulièrement notable dans les régions de Fougères et de Vitré : sur 45 nouveaux lieux-dits associés à des noms de chevaliers apparaissant entre 1150 et 1210, 40 à 38 sont associés à des manoirs sans motte. Tel est le cas de la demeure noble de Marigny en Saint-Germain-en-Coglès possédée par Guillaume de Marigny cité pour la première fois en 1163135. Aucun indice de motte n’y est décelable. Ces remarques indiquent que la motte n’était plus guère construite dès la fin, voire même dès le milieu du xiie siècle136.

Graphique 2 : Premières mentions de noms de chevaliers associés à un toponyme et correspondant à des manoirs avec ou sans motte

Graphique 2 : Premières mentions de noms de chevaliers associés à un toponyme et correspondant à des manoirs avec ou sans motte

n milites liés à un manoir à mottes □ milites liés à un manoir seul

  • 137 Guillotel, 13, 19, 29. Le prieuré d’Izé n’est cité qu’en 1086 lorsque l’abbé de Saint-Florent de S (...)
  • 138 Allenou, p. 537.

54Par ailleurs, si les chevaliers sont à peu près uniformément répartis sur tout le territoire du comté de Rennes, tel n’est pas le cas des mottes. Elles sont quasiment absentes des grands massifs forestiers. Il n’en existe aucune là où les moines sont fortement établis territorialement avant le milieu du xie siècle, comme à Gahard, Livré-sur-Changeon, Val-d’Izé ou Chavagne137. Il s’agit pourtant de grandes paroisses. Le régaire épiscopal de Dol, composé de plus d’une vingtaine de paroisses, ne possède également pas de motte hormis celle de Dol-de-Bretagne qui est associée à un castrum majeur. Des chevaliers y sont pourtant bien présents. Une enquête, réalisée en 1181, précise que Guiguené, archevêque de Dol au début du xie siècle, donna « feuda XII militum » dont nous suivons la trace tout le long de notre période138. Faut-il en déduire, comme le fait A. Debord, que les mottes ne constituent pas l’habitat des chevaliers sous prétexte que ces derniers sont uniformément répartis sur le territoire alors qu’il n’en est pas de même pour les mottes ? On peut en douter. Comment ne pas lire ces déséquilibres géographiques comme une concurrence entre les pouvoirs laïc et religieux ? Sur certaines de ses terres, l’Église semble s’être opposée à cette représentation ostentatoire de la chevalerie qu’est la motte. Nous en reparlerons.

Conclusion

  • 139 A. Debord, La société laïque…, p. 196-207 et 423-424.
  • 140 D. Barthélemy, La société…, p. 750-762 et 811-813.
  • 141 Cf. p. 161.

55La proposition tendant à limiter l’association des chevaliers aux manoirs à motte sur l’ensemble de la France est problématique. A. Debord139 et D. Barthélemy140 pensent que les milites n’habitaient pas dans des sites à motte et qu’il faut attendre la seconde moitié du xiie siècle, voire le xiiie siècle, pour que ces derniers construisent des demeures aux allures fortifiées. Cependant, leur vision du statut des milites et de la société du Moyen Âge central est antinomique. Le premier, dans une perspective mutationniste, affirme que la féodalisation « de la petite aristocratie [charentaise] a dû rester très modeste encore dans les premières années du xiiie siècle » ; le second refuse l’idée de révolution de l’an mil et souligne, au contraire, l’aspect féodal très précoce de la société vendômoise. Mais l’un comme l’autre évoquent le caractère tardif (seconde moitié du xiie siècle) de la désignation des milites décorés d’un nom de lieu et s’en servent comme argumentation pour ne pas les lier aux mottes. Cependant, l’évolution chronologique du mode de désignation de la chevalerie rennaise141 est sensiblement la même ce qui n’empêche pas d’associer les milites aux mottes. Même si des nuances régionales existent, les manoirs à motte constituent bien l’habitat caractéristique de la chevalerie dans plusieurs contrées et notamment dans un grand Ouest comprenant au moins la Normandie, la Mayenne, une partie de l’Anjou et la Haute-Bretagne. Leurs réseaux reflètent ceux des chevaliers témoignant régulièrement dans les actes des mêmes seigneurs et gravitant autour de leurs châteaux majeurs. Mais cette question n’est pas neutre. Les débats historiographiques sur la notion de chevalerie, et plus généralement sur l’interprétation du xie siècle, interfèrent également. Tout se passe comme si la diversité de perception que les chercheurs avait de l’an mil faisait obstacle à une analyse consensuelle de l’explication de la multiplication des mottes.

  • 142 M. Bloch, La société…, p. 418-419 ; J.-M. Pesez, « Maison forte… », La maison forte…, p. 331-339.

56En dernier lieu, ajoutons que, comme le souligne J.-M. Pesez, M. Bloch142 n’avait pas tout à fait tort en associant motte, manoir et chevalier. Ces derniers « avaient comme résidence ordinaire un manoir champêtre. La maison seigneuriale […] se distingue nettement des chaumines environnantes -comme d’ailleurs, dans les villes, des habitations des humbles- non seulement parce qu’elle est mieux bâtie, mais surtout parce qu’elle est, presque toujours, organisée pour la défense. […] Ces édifices étaient généralement d’un type très simple. […] Habituellement, un fossé se creusait au pied. Parfois une enceinte de palissades et de terre battue, entourée à son tour d’un autre fossé, courait à quelque distance. […] Tour et enceinte enfin se dressaient assez fréquemment sur une motte, tantôt naturelle, tantôt -partiellement du moins- élevée de main d’homme. »

Notes

1 A. Debord, La société…, p. 132-138.

2 M. Colardelle et C. Mazard, « Premiers résultats… », p. 65-95 et « Les mottes castrales… », p. 69-89.

3 A. Debord, « À propos… », p. 89-96.

4 A. Debord, « Châteaux et forêts… », La chasse…, p. 29.

5 A. Debord, « Mottes castrales et habitat chevaleresque », Mélange dArchéologie…, p. 83-89.

6 Pour ce dernier auteur, la motte relève « plus de l’étude de la seigneurie rurale que de la géographie des grandes puissances féodales ». A. Chédeville, Chartres…, p. 180-183 et 277 ; P. Héliot, « Les demeures… », p. 577-579.

7 D. Barthélemy, La société…, p. 811-813 et du même auteur, Les deux âges…, p. 137-153 et 172.

8 G. Giuliato, Châteaux…, p. 26 et 66.

9 M. Bur, Inventaire des…, n° 1, p. 9 ; J. Burnouf, La motte castrale…, p. 391 et 429 et du même auteur, « Géographie et toponymie… », p. 217.

10 G. Fournier, Le peuplement rural…, p. 377 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 325 ; J. Decaëns, « De la motte… », p. 110.

11 « Les fortifications de terre… », p. 20.

12 A. Renoux, Fécamp…, p. 279 ; G. Louise, La seigneurie de Bellême…, t. I, p. 108.

13 M. Parisse, Noblesse lorraine…, p. 466.

14 Y. Laborie, « État de l’inventaire des structures fortifiées médiévales du Périgord », Sites défensifs…, p. 28.

15 G. Castelui, « Les mottes… », p. 23.

16 J. Quaghebeur, Comté de Poher…, p. 617-641.

17 P. Kernevez, Les fortifications médiévales…, p. 28-30.

18 F. Delacampagne, « Seigneurs…», p. 175-207. Dans le même registre : J. Pouëssel, « Les structures militaires…».

19 D. Barthélemy, La société…, p. 811-813.

20 Les habitats du lac de Paladru…, p. 340.

21 G. Noyé, « Les fortifications de terre… », p. 151.

22 J. Burnouf, La motte castrale…, p. 390-391 ; C.-L. Salch, Dictionnaire…, p. 367-371.

23 É. Affolter et J.-C. Voisin, Lhabitat…, p. 107-109.

24 R. Borremans, « Fouilles… », p. 6-7.

25 M. de Boüard, « Quelques données archéologiques… », Annales du Midi, t. 80, 1968, p. 391 ; du même auteur « Quelques données archéologiques…», Les structures…, p. 49 ; Manuel…, p. 94 ; « La motte », Archéologie du village…,

p. 45.

26 J. Le Maho, « L’apparition des seigneuries châtelaines…», p. 9-10 ; M. Fixot, Les fortifications de terre…, p. 65.

27 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 143.

28 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 331-384.

29 J.-M. Pesez, « Maison forte… », dans La maison forte…, p. 336 et « Approches méthodologiques… », p. 82.

30 D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie… », p. 15-74.

31 Ainsi, André de Fleury classait les hommes en quatre catégories : les moines (dont il fait partie), les clercs et les chevaliers chargés de servir, enfin le peuple. G. Duby, Les trois ordres…, plus particulièrement p. 223-235.

32 J. Flori, L’essor… ; L. Genicot, La noblesse…

33 D. Barthélemy, La mutation…, 1997.

34 K.-F. Werner, « Du nouveau sur… », p. 186-200 ; K.-F. Werner, Naissance…

35 Cf. les tableaux dressés dans D. Barthélemy, La mutation…, p. 286-296 ; J. Flori, L’essor…, p. 119-141.

36 Ce chiffre ne peut être qu’approximatif en raison de la confusion possible entre deux individus portant, par exemple, le même nom ou un même personnage portant des noms différents.

37 Allenou, 7.

38 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 370 ; cf. p. 188.

39 Cf. p. 174-175.

40 Guillotel, p. CXLI.

41 Ibidem, 23.

42 Dom Morice, 864.

43 Ibidem, 857-858.

44 ADIV, 1F1801, 13.

45 Saint-Serge, 192.

46 Guillotel, 17.

47 Vitré, 154.

48 Il s’agit de Robert III de Vitré, André II de Vitré, Robert de Sérigné en La Bouëxière, Odon de Cornillé, Silvestre de Cornillé, Geoffroy de Cornillé, Hervé III de Vitré, Robert de Landavran, Raoul Papillon, Raoul de Domagné, Hamelin de Pinel en Argentré, Hervé Bésiel en Visseiche, Ruellon de Champeaux, Hervé vicarius, Hamelin de Taillis, Geoffroy de Leberta et de Geoffroy fils d’Hervé.

49 Dom Morice, 631.

50 L’abbaye Toussaint…, 47.

51 M. Brand’Honneur, « L’habitat chevaleresque… », p. 84-85.

52 Les forestarii sont également des milites, comme pour Jean de Champeaux portant ces statuts dans deux textes. AN, L969, 404 ; Dom Morice, 631.

53 Dom Morice, 623-624.

54 Guillotel, 10.

55 ADML, H3713 f° 59r.

56 Dom Morice, 808.

57 Vitré, 3233.

58 Guillaume le Breton, Gesta…, p. 210 et t. II, p. 162.

59 H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 211-212 ; Orderic Vitalis, Historiæ…, t. IV, p. 245.

60 Guillotel, 57, 65, 66.

61 Ibidem, 35.

62 BN, ms lat. 5441, t. 3, p. 292-293.

63 Guillotel, 23.

64 H. Guillotel, « La place… », acte 1.

65 Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois…, 149.

66 Guillotel, 19 et 10.

67 H. Guillotel, « La place…», p. 7-8 ; K.-F. Werner, « Du nouveau…», p. 186-200 ; D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie… », p. 15-74.

68 Recueil des actes de Philippe Ier…, 157.

69 Dom Morice, 596.

70 Ibidem, 691, 770.

71 ADIV, 1F296.

72 Vitré, 3233.

73 ADLA, H75, 29.

74 Vitré, 432.

75 ADIV, 1F908.

76 Dom Morice, 528.

77 Hasculf de Subligny est mort en 1197 et non vers 1070 comme l’indique par erreur J.-Y. Copy dans Art…, p. 277-278.

78 Vitré, t. 5, p. 293.

79 Sur le sceau est inscrit : « S. Gaufridi Castri Brientii militis ». ADLA, H75, 59.

80 Pour les autres sceaux, cf. É. Lefort des Ylouses, « Armes… », p. 185-200.

81 ADML, H 3357, 1. Cf. sur ces vicomtes H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 201-215.

82 Dom Morice, 812-813.

83 B. Peterborough, Vita…, p. 467.

84 Guillotel, p. CLXXIX.

85 La tapisserie de Bayeux…, scènes 19-20.

86 K.-F. Werner, « Du nouveau… », p. 186-200 et Naissance…, p. 472-474.

87 ADIV, 1F204, acte de 1240.

88 ADLM, H 3357, 1 ; H. Guillotel, « Des vicomtes d’Alet… », p. 213-214.

89 Guillotel, 122.

90 Guillotel, 122.

91 « […] decimam atque sepulturam non stipendiis militum sed potius sustentationi deberi Monachorum, Clericorum, pauperum atque peregrinorum… », ADLM, H3713 f° 64.

92 J. Boussard a interprété cet acte comme étant la preuve qu’il existait des mercenaires au xie siècle dans, « Services féodaux… », p. 163 ; BN, nou. acq. lat., 1930 f° 64v-65r ; ADLM, H3713 f° 93r.

93 D. Barthélemy, La mutation…, p. 280.

94 J.-F. Niermeyer, Mediæ…, p. 407-408.

95 Vitré, 154.

96 ADML, H3713 f° 73v, 86v-87r, 90r.

97 BN, nou. acq. lat., 1930 f° 62.

98 ADML, H3713 f° 77v-78r.

99 Guillotel, 96.

100 Ibidem, 35, 42, 45.

101 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 116.

102 D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie… », p. 64 et La mutation…, p. 276.

103 O. Guillot, Le comte…, p. 381.

104 Elle existe cependant dans un acte du cartulaire de Redon de 1096. Redon, f° 163.r.

105 ADIV, 1F1801, 1 ; Dom Morice, 460-461.

106 D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie… », p. 62.

107 M. Nassiet, Noblesse…, p. 375-380.

108 Cf. p. 191-192.

109 Redon, f° 141v-142.

110 La Roë, 159.

111 BN, ms fr 22319, p. 203.

112 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 324-325.

113 Ibidem, t. I, p. 450.

114 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 738, t. VI, p. 451 ; P. Banéat, Le département…, t. IV, p. 307.

115 Ibidem, t. IV, p. 565 ; Ibidem, t. I, p. 555 ; BN, ms fr 22331, p. 235.

116 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 356-360.

117 ADLA, H 75, 38 ; C. Rulon, t. I, p. 29.

118 Saint-Georges, 35.

119 J. Geslin de Bourgogne et A. de Barthélémy, Anciens évêchés…, t. VI, p. 97 ; A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. III, p. 354-355.

120 « Documents inédits… », 19.

121 M. Brand’Honneur, « L’habitat chevaleresque… », p. 77-94.

122 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 181-186.

123 Ibidem, t. II, p. 360.

124 ADLA, H 112, 5, 11 ; BN, ms fr 22331, p. 234. La Vilerault se situe en Janzé, le moulin de Néron en Amanlis et le moulin de Melon en Piré-sur-Seiche, soit, respectivement à 2,6, 2,2 kilomètres et 500 mètres de la motte du Bois de Labeau.

125 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers…, 652.

126 ADML, H3713 f° 93r.

127 Cf. Annexe 1 p. 259-262.

128 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 152.

129 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 242.

130 Guillotel, 92, 102, 103 ; Dom Morice, 428.

131 L’auteur de cette photographie est C. Amiot.

132 ADLA, H 112, 16.

133 Redon, f° 141v-142.

134 Par exemple, Fougères est cité pour la première fois en 1040-1047 et leurs seigneurs sont encore parfois dénommés sans être associés à ce toponyme comme Juhel fils de Main II, mort dans les années 1060-1070 (ADIV, 6H33, 4) ; J. Burnouf, « Les châteaux sur motte… », p. 188.

135 Dom Morice, 653 ; P. Banéat, Le département…, t. III, p. 400.

136 M. Brand’Honneur, « Seigneurs… »

137 Guillotel, 13, 19, 29. Le prieuré d’Izé n’est cité qu’en 1086 lorsque l’abbé de Saint-Florent de Saumur y séjourna. Cependant, tout porte à croire que cette fondation est contemporaine de celle de Livré-sur-Changeon, c’est-à-dire du début du xie siècle. Dom Morice, 462.

138 Allenou, p. 537.

139 A. Debord, La société laïque…, p. 196-207 et 423-424.

140 D. Barthélemy, La société…, p. 750-762 et 811-813.

141 Cf. p. 161.

142 M. Bloch, La société…, p. 418-419 ; J.-M. Pesez, « Maison forte… », La maison forte…, p. 331-339.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Pourcentage d’actes mentionnant ou ne mentionnant pas les termes miles ou milites
Légende n actes avec mention de miles actes sans mention de miles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11269/img-1.png
Fichier image/png, 17k
Titre Carte 3 : Les Janzé et la motte de Bois de Labeau
Légende — cours d'eau….. limite paroissiale sous l'Ancien Régime0 le moulin de Néron2 le moulin de Melon3 La Vilerault
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11269/img-2.png
Fichier image/png, 306k
Titre Graphique 2 : Premières mentions de noms de chevaliers associés à un toponyme et correspondant à des manoirs avec ou sans motte
Légende n milites liés à un manoir à mottes □ milites liés à un manoir seul
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11269/img-3.png
Fichier image/png, 11k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540