Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et nature

 | 
François Clément

L’historien et les phénomènes naturels : un effort d’appropriation

François Clément

Texte intégral

  • 1 Rappelons quelques faits marquants. Ouragan Katrina (26 au 30 août 2005) : 1 464 morts en Louisian (...)

1Depuis la fin du XXe siècle, une succession de phénomènes préoccupants ou dramatiques a mis sur le devant de la scène les questions touchant au climat, aux risques naturels et à la santé : réchauffement climatique, ouragans et tempêtes, inondations, séismes, tsunamis, éruptions volcaniques, sida, maladie « de la vache folle », grippes « aviaire » (A-H5N1) et « porcine » (A-H1N1), etc.1. L’attention qui leur est portée dans l’opinion publique et par les instances politiques lance un défi à la communauté scientifique, dont on attend qu’elle éclaire le débat au moyen de données précises et fiables. Si les travaux des climatologues, des physiciens du globe et des biologistes permettent de mieux comprendre les mécanismes physiques ou physiologiques qui sont à l’œuvre dans les phénomènes observés, ils ne rendent compte que d’une partie de ceux-ci : leur dimension historique et socio-historique apparaît à peine, alors qu’elle devient essentielle lorsque l’on change d’échelle et qu’il s’agit de raisonner à hauteur d’homme.

  • 2 Voir Leveau P., « Comprendre les environnements pour prévenir les catastrophes : la place de l’his (...)
  • 3 Je propose de qualifier de pseudo-naturel tout processus dans lequel un facteur humain participe a (...)

2Il revient donc aux chercheurs en lettres et en sciences humaines, notamment aux historiens, de combler cette lacune, car ils possèdent en propre l’expertise nécessaire, non seulement pour exploiter avec un maximum de crédibilité les informations conservées dans la mémoire humaine2, mais surtout, en sachant replacer les phénomènes dans une trame spatiale et temporelle correcte, ni trop longue ni trop courte, ni trop locale ni trop universelle, pour appréhender l’impact réel des facteurs naturels, pseudonaturels3 ou clairement anthropiques sur le fonctionnement des sociétés. Il faut bien reconnaître que, dans ce domaine, beaucoup reste encore à faire, du moins pour les époques anciennes.

3Une certaine hésitation règne dans les esprits, d’ailleurs, à propos de diverses disciplines qui, travaillant sur des objets à première vue identiques, peuvent donner à penser qu’elles se valent, voire qu’elle se confondent : paléoclimatologie et histoire du climat, sismologie historique et histoire des séismes, paléo-épidémiologie et histoire des épidémies, etc. Sans doute, les convergences sont-elles nombreuses. Mais les points de vue diffèrent, tout simplement parce que ces disciplines ne s’intéressent pas à la même chose. Ainsi, la climatologie ou la sismologie ne voient-elles, dans un événement, que le phénomène naturel lui-même. Que celui-ci perturbe « l’Homme » ou « la société » reste pour l’essentiel hors de leur champ de vision, non par inadvertance de leur part, mais en raison de l’impératif heuristique qui leur fixe pour tâche précise de dire l’événement physique. Or les observations qui vont être effectuées pour qualifier cet événement et le classer sur une échelle de magnitude, les opérations de calcul qui serviront à le caractériser, les courbes de fréquence et les modélisations, même si elles permettent de repérer des rythmes et donc d’évaluer la probabilité de l’aléa, ne peuvent, à elles seules, permettre d’appréhender le risque pour l’homme. Car le risque, faut-il le rappeler, ne se réduit pas à l’éventualité du phénomène, il apparaît lorsque celle-ci met en jeu une vulnérabilité : pour reprendre une formule bien connue, « risque = aléa × enjeux ». Or l’appréciation des enjeux, qu’ils soient d’ordre matériel, économique, financier, social, politique, idéologique, psychologique ou tout simplement humain (victimes potentielles d’une catastrophe naturelle, par exemple), ne relève pas des sciences de la nature et de la Terre.

4Surtout, celles-ci ne peuvent en aucune façon rendre compte de l’impact réel de l’événement réel sur la société réelle. En d’autres termes, le phénomène physique n’apprend pas grand chose sur l’événement historique, la connaissance du premier n’induit pas nécessairement celle du second.

  • 4 Voir, par exemple, Fracassi U. et Valensise G., « Unveiling the sources of the catastrophic 1456 m (...)

5Il en va différemment quand on prend la question en sens inverse, dans la mesure où l’impact d’un phénomène naturel sur la société (dont l’étude relève du domaine historique) permet souvent d’aboutir à la restitution de l’événement-source (qui relève du domaine physique). Le physicien n’a d’ailleurs pas le choix lorsque l’événement en question se produit à l’époque préinstrumentale. Rappelons que c’est à partir des données fournies par les historiens et les archéologues que les sismologues parviennent à reconstruire les tremblement de terre du passé, souvent avec beaucoup de précision : détermination de la magnitude et de l’épicentre, de la zone de propagation de l’onde sismique, de la faille séismogène impliquée, des mécanismes tectoniques mis à l’œuvre, etc.4. L’historien, quant à lui, s’intéresse à un groupe humain défini et, par voie de conséquence, aux éventuelles perturbations que tel ou tel événement a pu occasionner sur lui. Le phénomène naturel ne l’intéresse pas en lui-même.

6Une seconde différence, qu’il est presque inutile de souligner, tient à la spécificité des périmètres de recherche respectifs. Le chercheur en sciences de la nature limite son investigation à la seule catégorie de phénomènes qui constitue l’objet de sa discipline, de sorte que le climatologue ne saurait prendre en compte les séismes, ni le sismologue le climat, et que la peste n’est de la compétence (au sens quasi juridique du terme) ni de l’un, ni de l’autre. L’historien, de son côté, place un groupe humain sous sa loupe (et donc un territoire et une période chronologique), ce qui l’oblige à considérer l’ensemble des paramètres, y compris naturels, qu’il discerne dans son champ d’observation. On pourrait dire, d’une certaine manière, qu’il est investi d’une compétence générale.

7Les sources elles-mêmes le commandent, comme le montre l’extrait suivant, où le compilateur maghrébin Ibn cIḏāri récapitule les événements survenus en Ifrīqiyya (Maghreb oriental) au cours de l’année 307 H (juin 919-mai 920 AD). Je me contenterai de citer les têtes de paragraphe, elles suffiront à ma démonstration. Voici :

  • 5 Je traduis ṭācūn par peste, sans préjuger de la nature exacte de la maladie.
  • 6 Il s’agit du fils du premier calife fatimide, cUbayd Allāh al-Mahdī (909-934). Il devait succéder (...)
  • 7 Récit de la campagne contre Alexandrie et le Fayoum (novembre 919), avec une insistance sur les ex (...)
  • 8 Retour aux événements politiques et récit de la contre-offensive abbasside (reprise d’Alexandrie p (...)
  • 9 Bref développement sur la personnalité de ce magistrat et sur le nom de son successeur à Kairouan.
  • 10 Brèves indications biographiques sur le personnage.
  • 11 L’auteur fournit la première partie d’une liste nécrologique comprenant au total une dizaine de no (...)
  • 12 Circonstances de cette condamnation.
  • 13 Fin de la liste nécrologique.
  • 14 Ibn cIḏārī, al-Bayān al-muġrib fī aḫbār mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib, nouvelle éd. par Colin G. S. (...)

« En l’année 307, il y eut en Ifrīqiyya et dans les régions voisines de l’Égypte, une peste (ṭācūn)5 sévère et une cherté des prix allant de pair avec le despotisme généralisé des chiites et la confiscation, en tous lieux et sous des prétextes divers, des biens des particuliers. En cette [même] année, Abū l-Qāsim b. cUbayd Allāh le Chiite6 envoya contre Alexandrie Sulaymān b. Kāfī, le commandant de son avant-garde7
[…]
Les prix montèrent en flèche en Égypte et dans l’armée. L’épidémie (wabāɔ) s’abattit sur la population, beaucoup de gens quittèrent le pays8
[…]
En cette [même] année, mourut en Ifrīqiyya le cadi Muḥammad b. Maḥfūẓ al-Qamūdī […]9
En cette [même] année, il souffla sur Kairouan un vent jaune, porteur d’obscurité, qui dura plusieurs jours et boucha l’horizon : on ne voyait même plus la personne assise près de soi. Lui succéda l’épidémie (wabā) dont il vient d’être question.
En cette [même] année moururent le faqīh Aḥmad b. cAlī b. Dūdān […]10,
le faqīh Muḥammad b. Aḥmad b. Yaḥyā b. Mahrān […]11
[En cette même année,] fut mis à mort à Kairouan le muezzin cArūs […]12
En cette [même] année, moururent à Kairouan, parmi les faqīh, cAbd Allāh b. Muḥammad b. Yaḥyā al-Rucaynı […]13
Il mourut nombre de marchands, de serviteurs de l’État, de médecins et d’autres personnes qu’il serait trop long de citer dans ce livre14. »

8Comme on le voit, différentes catégories d’éléments sont entrelacées pour former une seule unité textuelle : informations politiques (les exactions fatimides, la guerre d’Égypte), économiques (l’inflation), sanitaires (l’épidémie), ūmétéorologiques (la tempête de sable), nécrologiques (la liste des morts de l’année). Tout semble interagir, du moins dans l’expression de l’auteur, dont le parti pris anti-chiite permet de raccorder les brins de ce qui passerait, autrement, pour un écheveau de coïncidences.

  • 15 Le verbe utilisé, atbafia, dénote la conséquence, c’est-à-dire la subordination autant que la cons (...)

9Parfois, le lien est indiqué de manière explicite : c’est le cas entre le politique et l’économique, la hausse des prix étant clairement imputée au comportement des Fatimides. Mais ce rapport est plus souvent perceptible par le jeu des contiguïtés textuelles, que ce soit entre les mentions de l’inflation et de l’épidémie, qui sont couplées à deux reprises (la répétition n’est pas anodine) ; ou entre celles de la tempête de sable et de l’épidémie – un phénomène dont l’auteur prend le soin de signaler qu’il « succéda » à l’événement météorologique15. Quant au recensement des morts, il semble difficile ne pas le mettre en relation avec l’épidémie, même si l’auteur ne mentionne les causes de décès que dans un seul cas (l’exécution du muezzin) – or cette exception, justement, renforce le sentiment que tous les autres sont attribuables à l’épidémie. Ce qui fait sens, on l’aura compris, ce n’est pas tant chaque événement pris séparément, mais plutôt la conjonction de tous, que ce soit à l’intérieur de l’unité textuelle du discours historiographique (cela concerne l’histoire des représentations) ou dans celle de l’espace-temps considéré, ici le nord-est de l’Afrique durant les douze mois de l’année 307 H.

10Certes, on conçoit que la compétence générale de l’historien puisse être fractionnée et que, dans un objectif d’acuité scientifique, se constituent des espaces de recherche spécialisés et distincts (histoire du climat, histoire des catastrophes naturelles, histoire des épidémies, des épizooties, etc.). Rares, en effet, sont les chercheurs qui investissent deux champs de recherche. Citons néanmoins, en France, Cécile Alline (climat, risque fluvial) et Georges Sidéris (lèpre, catastrophes naturelles) ; Pierre Alexandre en Belgique (climat, séismes) ; Dionysos Stathakopoulos en Grèce (climat, peste) ; ou Michael McCormick aux États-Unis (idem).

  • 16 Signalons à ce propos un travail récent qui, bien qu’il porte sur un sujet très particulier qui ne (...)

11Mais ces domaines particuliers ne sauraient se fixer leur propre délimitation pour finalité – à moins d’admettre qu’il soit possible ontologiquement (et non plus accidentellement) de débiter l’être humain en tranches : Homo politicus, Homo œconomicus, Homo socialis et, à présent, Homo climaticus, Homo sismicus ou Homo morbidus… La pratique de l’histoire enseigne que la réduction du périmètre de travail autour d’une thématique ciblée ne constitue qu’une étape, certainement nécessaire, mais temporaire (comme toute étape), sur le chemin qui mène à la compréhension globale des objets étudiés et qu’il arrive toujours un moment où il faut rouvrir la focale16.

12La ligne de démarcation peut paraître incertaine à tracer, par ailleurs, entre l’histoire de l’environnement et l’histoire écologique (ou éco-histoire) : les deux périmètres entretiennent de nombreux points de contact, au point qu’il est difficile d’opérer une coupe franche. Néanmoins, le critère de l’observateur (ou de l’angle d’observation) sera une nouvelle fois déterminant. On peut donc essayer de préciser quelques différences.

  • 17 Beck C. et Delort R., Pour une histoire de l’environnement, Paris, Éditions du CNRS, 1993 ; L’Homm (...)
  • 18 Éclipse (Environnement et passé du climat : histoire et évolution), sous la dir. de S. Jousseaume,(...)
  • 19 Ophélie (Observations phénoménologiques pour reconstruire le climat de l’Europe), sous la dir. de (...)

13L’histoire de l’environnement s’est développée parallèlement à la prise de conscience, dans de nombreux pays, du paramètre environnemental. Rappelons, en France, l’ouvrage précurseur de Corinne Beck et Robert Delort, Pour une histoire de l’environnement, paru en 1993 aux éditions du CNRS ; ou la série de tables rondes organisées par les mêmes chercheurs en 2001 lors des Rencontres d’Histoire de Blois17. Des programmes de recherche ont été lancés au cours des années 2000, comme Éclipse, consacré à la paléoclimatologie18 ; ou Ophélie, sur le climat de la France depuis l’an mil19.

  • 20 Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967 (rééd. 1983, 2 vol. (...)
  • 21 Fontana Tarrats J. Ma, Entre el cardo y la rosa. Historia del clima en las Mesetas, 1971, inédit ( (...)
  • 22 Alexandre P., Le climat en Europe au Moyen Âge. Contribution à l’histoire des variations climatiqu (...)
  • 23 García Codron J. C. (éd.), La reconstrución del clima en época preinstrumental, Santander, Servici (...)
  • 24 Mccormick M., Dutton p. E. et Mayewski p. A., « Volcanoes and the Climate Forcing of Carolingian E (...)

14Un grand nombre d’études ont également été publiées depuis les travaux pionniers d’Emmanuel Le Roy Ladurie en France20 (fin des années 1960), de José María Fontana Tarrats en Espagne21 (années 1970) et de Pierre Alexandre en Belgique22 (années 1980) : par exemple, les contributions réunies en 2000 par Juan Carlos García Codron, de l’université de Cantabrie à Santander23 ; ou, plus récemment (2007), l’article de Michael McCormick, Paul Edward Dutton et Paul A. Mayewski sur le rôle du volcanisme dans l’évolution du climat à l’époque carolingienne24.

  • 25 Fouache É. (éd.), The Mediterranean World, Environment and History, Actes du colloque Environmenta (...)
  • 26 Jouanna J., Leclant J. et Zink M. (éd.), L’homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et (...)
  • 27 Favier R. (dir.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Actes du colloqu (...)

15L’histoire de l’environnement à partir des données de la géo-archéologie (Éric Fouache, 200325) et celle des calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge (Jacques Jouanna, Jean Leclant et Michel Zink, 200626) ont pareillement fait l’objet de publications appelées à faire date. Signalons, encore, les recherches sur l’histoire des catastrophes et des risques naturels impulsées à Grenoble au début des années 2000 par René Favier et Anne-Marie Granet-Abisset27.

  • 28 Cf. les catalogues de sismicité établis par le BRGM, EDF et l’IPSN en France, ou par ENEL en Itali (...)
  • 29 Alexandre P., Les séismes en Europe occidentale de 394 à 1259. Nouveau catalogue critique, Bruxell (...)
  • 30 Guidoboni E., avec la collaboration de Comastri A. et de Traina G., Catalogue of Ancient Earthquak (...)
  • 31 Pour la méthodologie, on dispose dorénavant d’un guide précieux : Guidoboni E. et Ebel J. E., Eart (...)
  • 32 On peut citer, à titre d’exemple et en nous limitant au domaine sanitaire, les travaux de Marie-Hé (...)
  • 33 DYLIT (Dynamiques littorales, climat et société entre Aude et Petit-Rhône, Languedoc, depuis 8 000 (...)
  • 34 Millenium (European Climate of the Last Millenium), sous la dir. de D. Mccarroll. voir [http://137 (...)
  • 35 MedCLIVAR (Mediterranean climate variability and predictability), programme avalisé par CLIVAR (Cl (...)
  • 36 Voir infra.

16Il existe, par ailleurs, des catalogue critiques (il faut insister sur cette condition, qui n’est pas toujours respectée lorsque les compilations sont l’œuvre de non historiens28), comme celui de Pierre Alexandre sur les tremblements de terre en Europe occidentale29 (1990), qui demeure une référence ; ou ceux publiés à l’initiative d’Emanuela Guidoboni30 (1994 et 2005), sur les séismes et tsunamis en Méditerranée antique et médiévale, qui sont pareillement un modèle du genre31. On dispose également de nombreuses analyses partielles ou locales, que celles-ci aient été menées individuellement32, ou qu’elles s’inscrivent dans le cadre de programmes nationaux, comme DYLIT en France33, et internationaux, comme Millenium34 et MedCLIVAR en Europe35. Mentionnons, également, certains des travaux publiés dans le cadre du RUCHE36.

  • 37 RHISE (Review of Historical Seismicity in Europe), Communauté économique européenne (CEE), 1989-19 (...)

17Dans ce panorama, la sismologie historique occupe une place visible. Dès les années 1980, elle a bénéficié de financements européens, notamment grâce au projet RHISE37. Des études sont régulièrement publiées dans les revues de géophysique, telles que les Annali di Geofisica/Annals of Geophysics, le Journal of Seismology, le Journal of Earthquake Engineering, le Journal of Geophysical Research, le Journal of Structural Geology ou encore le Bulletin of the Seismological Society of America.

  • 38 Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, An International Journal for the Geo-Sciences, (...)

18De la même façon, on trouve des articles relevant de l’histoire de l’environnement (sensu lato) disséminés, en fonction de leur thème, dans les revues spécialisées : Climatic Change, Climate Dynamic, Tsunami Newsletter, Natural Hazards, Palaeo38, Medical History, Anthropozoologica, etc. Sans oublier ceux qui sont accueillis, plus sporadiquement, par les revues généralistes (Nature, Science, Earth and Planetary Science Letters, pour ne citer que les plus connues). Et, bien entendu, par les revues d’histoire, quoique modestement encore (ce qui ne laisse pas de poser question).

  • 39 Cette lacune avait été pointée lors du First MedCLIVAR Workshop on Reconstruction of Past Mediterr (...)
  • 40 Voir, par exemple, la mise au point de López Marinas J. M. et Bisbal Cervello L., « The alleged ea (...)

19Une important quantité de travaux a donc été produite. Toutefois, l’attention des chercheurs demeure la plupart du temps focalisée sur la très longue période, c’est-à-dire à l’échelle des temps géologiques ; ou, à l’inverse, sur la période récente, en raison du corpus de données instrumentales disponibles depuis la fin du XVIIIe siècle. En revanche, les périodes anciennes (Antiquité et Moyen Âge) sont encore prospectées de façon ponctuelle et inégale (on constate, par exemple, une quasi absence de renseignements climatologiques concernant la rive sud de la Méditerranée, malgré la richesse des sources arabes)39 ; voire mal prospectées, lorsque la validation des données ne s’accompagne pas de l’indispensable critique des sources, critique historique40 et philologique – ce qui est le cas, en particulier, lorsque le prospecteur ne maîtrise pas la langue du document ou travaille à partir de traductions, ces belles et parfois moins belles infidèles.

  • 41 Échantillon extrait de la bibliographie générale de plus de 730 titres compilée dans le cadre du p (...)

20L’inégalité de traitement se retrouve de façon frappante entre les grandes catégories de phénomènes étudiés. Pour la période et la zone géographique considérées (le bassin Méditerranéen dans l’Antiquité et au Moyen Âge), une statistique effectuée sur plus de 500 titres concernant directement la thématique qui nous intéresse41 et parus, en grande majorité, au cours des vingt dernières années montre que la moitié d’entre eux (49,5 %) porte sur les événements géophysiques, un cinquième (20,8 %) sur les crises sanitaires, un autre cinquième (20,1 %) sur le climat et moins d’un dixième (9,4 %) sur la perception et la gestion des risques environnementaux.

21Une semblable disparité s’observe à l’intérieur de chacune des catégories. Ainsi, les séismes constituent l’écrasante majorité des événements géophysiques étudiés : 80,8 % (contre 8,4 % pour les tsunamis et 4,5 % seulement pour le volcanisme). En ce qui concerne les crises sanitaires, les travaux d’épidémiologie historique ou relevant du concept de pathocénose sont, eux aussi, très largement majoritaires : 83,6 % (contre 8,1 % pour les épizooties et les pathologies animales, y compris les parasitoses et les zoonoses). Quant au climat, la plupart des travaux sont consacrés à l’histoire générale du climat et à la paléoclimatologie : 58,4 % (contre 12,2 % aux crues et inondations et 2,8 % aux invasions d’acridiens et autres pullulations animales). Quelle que soit la variabilité d’occurrence des phénomènes, leur niveau de traitement apparaît en net décalage avec le volume des données potentiellement disponibles (ce qui pose à nouveau problème).

22Cette sélectivité se vérifie, d’ailleurs, lorsque l’on descend plus bas dans le détail. On constate, par exemple, que la peste vient largement en tête dans les travaux d’épidémiologie historique, loin devant la malaria et les autres pathologies. Et que deux épisodes focalisent l’attention, celui de 541-750 (peste « justinienne » avec ses multiples retours) et celui de 1343-1348 (peste Noire).

  • 42 GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (en anglais IPCC, Intergover (...)
  • 43 Parmi les publications les plus récentes, citons Bourbou C., Health and disease in Byzantine Crete (...)
  • 44 Je ne connais qu’un livre en langue française sur le sujet, celui de J. Blancou, Histoire de la su (...)

23Une telle situation tient, avant tout, à des raisons contingentes et utilitaires. Le volcanisme, par exemple, n’a guère intéressé les historiens entre la fin du XIXe siècle et l’époque la plus récente où, pour l’Antiquité du moins, le dossier est rouvert, sans doute à cause de spectaculaires éruptions de l’Etna, dont les images sont largement médiatisées par la télévision. Les travaux consacrés aux catastrophes naturelles et à la gestion des risques se multiplient depuis quelques années, sous la pression de la demande politique et sociétale. Il en va de même pour la climatologie, dont les financements sont devenus importants depuis la création du GIEC42 en 1988. Mais la situation demeure contrastée concernant les crises sanitaires : la recherche historique, traditionnellement active quand il s’agit d’épidémies et de pathologies humaines43, reste encore très modeste pour ce qui a trait aux zoonoses, aux épizooties et à la santé de l’animal44.

  • 45 Cf., par exemple, Akasoy A., « Islamic Attitudes to Disasters in the Middle Ages. A Comparison of (...)

24Quant à l’abondance manifeste des travaux consacrés à la sismicité historique (ceux d’Ambraseys pour la Méditerranée orientale, de Guidoboni, Traina, Albini ou Boschi pour la péninsule Italique, d’Olivera, Roca, et Riera Melis pour la Catalogne, de Sousa Moreira pour le Portugal, de Stiros et d’Evangelatou-Notara pour la Grèce, de Taher pour le Proche Orient arabe, etc.), elle s’explique par la nécessité de parvenir à une évaluation du risque (hazard assessment). Cependant, cette recherche n’a pas toujours de finalité historienne à véritablement parler et se concentre, d’ailleurs, sur les régions de haute sismicité récurrente : Italie, Méditerranée orientale, Pyrénées (surtout catalanes). On note aussi, lorsqu’il s’agit de travaux proprement historiques, que la perception du phénomène intéresse plus souvent le chercheur que sa dimension historique45. On reste donc, pour l’essentiel, soit en dehors du champ de l’histoire, soit dans l’histoire des représentations.

  • 46 Le RUCHE (Réseau Universitaire de Chercheurs en Histoire Environnementale) est un réseau pluridisc (...)
  • 47 L’expression est de Stéphane Boissellier (communication personnelle).

25La démarche éco-historienne consiste à prendre en considération l’aspect écologique des phénomènes historiques, à réintroduire la nature dans l’histoire (et non l’histoire dans la nature, ce qui est davantage la problématique de l’histoire de l’environnement telle que la défendent, par exemple, les membres du RUCHE46). Sa pertinence ne fait plus guère de doute. Depuis longtemps, les paléontologues et les préhistoriens nous ont appris à expliquer l’évolution de l’espèce humaine ou celle des cultures paléolithiques en tenant compte des facteurs environnementaux tels que les épisodes glaciaires ou les phases de réchauffement climatique. La mutation épistémologique à laquelle ils ont su procéder très tôt, presque dès l’origine de leur science, doit inspirer l’historien, qui demeure encore trop attaché à une vision « prométhéenne »47 de l’histoire, dans le sens où il a tendance à considérer que celle-ci est le fruit de l’action des hommes exclusivement et non, aussi, des conditions de son environnement naturel. Il faut dire que les systèmes de pensée théologiques, philosophiques et idéologiques ne l’ont pas aidé à déconstruire cette forme d’anthropocentrisme. Que l’entité mise en avant soit un dieu créateur, un héros ou un groupe social, y compris sous la forme de ses avatars désincarnés (la société, le politique, l’économie, le marché, etc.), la toute-puissance démiurgique du facteur humain n’est pas contestée. Même les courants écologistes, lorsqu’ils imputent les modifications de la nature aux seules causes anthropiques, n’échappent qu’en apparence à cette centralité de l’Homme.

  • 48 Bertrand G., « Pour une histoire écologique de la France rurale », dans Duby G. et Wallon A. (éd.) (...)
  • 49 Horden p. et Purcell N., The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Londres, Blackwell, (...)

26Or, il n’est pas déplacé de poser l’hypothèse selon laquelle l’évolution des sociétés anciennes et médiévales tient, elle aussi, à des causes relevant, pour partie, de l’évolution de l’environnement naturel. Plusieurs travaux ont ouvert la voie dans cette direction, comme ceux des géographes Georges Bertrand et Mario Pinna dans les années 1970-198048. Du point de vue épistémologique, l’étude de l’historiographie depuis le XIXe siècle montre que la discipline a procédé par élargissements successifs en écho aux préoccupations de l’époque : histoire généalogique et dynastique, histoire militaire et politique, histoire économique et sociale, histoire des mentali‑ tés, histoire culturelle, pour ne citer que les étapes ou, plus exactement, les sédimentations successives. En ce début de XXIe siècle marqué par la crainte des désordres environnementaux, l’heure de l’éco-histoire semble arrivée. On en saisissait déjà certaines prémices dans l’approche micro-écologique qui caractérise l’ouvrage de Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting Sea, paru en 200049.

  • 50 Diamond J. M., Collapse. How Societies Choose to Fail or Survive, Allen Lane, 2005 (rééd., Penguin (...)
  • 51 Haug G. H., « Climate and the collapse of Maya civilization », Science, 399, 2003, p. 1731-1735 ; (...)
  • 52 Pour une discussion du concept d’« effondrement », voir Mcanany p. A. et Yoffee N. (éd.), Question (...)
  • 53 Voir, par exemple, Gallet Y. et alii, « Possible impact of the earth’s magnetic field on the histo (...)
  • 54 Voir Hunt T. L. et Lipo C. P., « Late Colonization of Easter Island », Science, 311, no 5767, mars (...)

27Trois publications, depuis, sont allées plus loin, l’une du géographe et biologiste environnementaliste Jared Diamond, en 200550, les deux autres du géologue Gerald H. Haug, en 2003 et 200751. Ces chercheurs n’hésitent pas, en effet, à établir une corrélation directe entre des épisodes climatiques ou l’action de l’homme sur son environnement et l’« effondrement » (collapse) de sociétés entières (Mayas, Tang, Vikings du Groenland, Pascuans, etc.). Comme toute thèse qui attribue à un facteur unique l’explication d’un phénomène aussi complexe que la disparition d’un modèle de société (et non de la société elle-même, corrigera tout de suite l’historien), les affirmations de Diamond et les suggestions de Haug échappent difficilement à la critique52. Néanmoins, elles ouvrent des perspectives qui méritent d’être explorées, comme toutes celles qui esquissent l’hypothèse d’un possible rapport entre des événements naturels et l’histoire des civilisations53. Ce qui fragilise principalement ces premiers travaux, c’est qu’ils reposent sur des données souvent disparates, voire incertaines, comme dans le cas du paradigme pascuan, où de nouvelles datations et les données anthracologiques contredisent les arguments de Diamond54. Leurs auteurs, qui ne sont pas des historiens, s’exposent ainsi à privilégier sans le vouloir certains éléments, à fausser la démonstration par le caractère partiel, lacunaire et, finalement, peut-être non pertinent des éléments de preuve.

  • 55 Beck et Delort, Pour une histoire de l’environnement, op. cit.

28Si, maintenant, on accepte la proposition énoncée par Robert Delort selon laquelle l’éco-histoire peut se définir comme étant la science humaine de l’espace dans le temps55, du fait qu’elle associe l’écologie, science des relations de l’être humain avec son environnement, et une histoire qui projette le regard des hommes du présent sur le passé, ce qui nécessite, en particulier, une approche des phénomènes dans leur globalité, on voit qu’il n’est pas convenable de se limiter à une zone, à une période ou à un phénomène. De fait, les frontières administratives d’une part, chronologiques et thématiques de l’autre, cloisonnent la recherche et aboutissent, paradoxalement, à perdre de vue la notion même d’éco-histoire. Il faut, au contraire, lever des barrières qui n’ont plus de raison d’être et se saisir de questions que les sciences de la nature s’approprient par défaut, c’est-à-dire parce que les sciences humaines ont, pour l’heure, négligé le terrain.

29Il faut aussi ouvrir les dimensions, en prenant en compte l’ensemble des facteurs naturels ou pseudo-naturels qui affectent les sociétés humaines, en adoptant une échelle temporelle suffisamment longue pour être pertinente, et en délimitant un espace suffisamment large, mais qui doit rester cohérent des points de vue géographique, historique et culturel. Le bassin Méditerranéen avec son hinterland et les deux millénaires qui vont du siècle de Périclès à celui de Christophe Colomb offrent, au vu de ces critères, une mesure qui semble correcte.

  • 56 On pense notamment (et sans porter de jugement) aux grandes constructions anthropologiques de comp (...)

30C’est à un tel effort d’appropriation que les auteurs des contributions réunies ici se sont attelés, dans le respect de leur propre diversité et des prérogatives des autres acteurs de la recherche. Historiens, géographes, philologues, ils appartiennent à une communauté d’experts réunis autour de la conviction, non seulement que la nature et l’Histoire ont à voir ensemble (ce dont un nombre grandissant d’historiens ne doute plus, en proportion du reflux des différents dogmatismes intellectuels qui ont renouvelé, puis bridé la recherche en sciences humaines au cours du XXe siècle56), mais qu’une vision synoptique s’avère nécessaire et que cela concerne également leur horizon disciplinaire.

  • 57 3C2MA (Climat, catastrophes naturelles et crises sanitaires en Méditerranée médiévale et antique), (...)
  • 58 « Histoire et archéologie du climat, des catastrophes naturelles et des crises sanitaires : approc (...)
  • 59 « Climat et histoire des sociétés méditerranéennes à l’époque médiévale : un état de la question ( (...)
  • 60 Dans le cadre des journées d’études 2010 (« Les crises sanitaires en Méditerranée antique et médié (...)

31Avec cet ouvrage collectif, ils entendent aussi poser un jalon, de caractère exploratoire ou topographique, qui marque l’aboutissement de deux journées d’études organisées dans le cadre du programme 3C2MA57, la première à l’université de Nantes en décembre 200758, la seconde à la Casa de Velázquez (Madrid) en décembre 200859. Les textes réunis ici sont les versions développées des travaux présentés lors de ces deux rencontres. La Méditerranée occidentale, en particulier la péninsule Ibérique, et les questions relatives au climat y ont la part belle : il fallait bien choisir une porte d’entrée vers d’aussi vastes territoires. Mais de prochains travaux sont en cours ou réalisés60. Ils portent sur les crises sanitaires et donneront lieu à la publication d’un deuxième volume.

32Il reste un mot à dire sur les contraintes qui ont présidé à l’architecture de l’ouvrage. Celui-ci essaie de combiner, en effet, différents angles d’approche : les réflexions théoriques et méthodologiques, les bilans et pistes de recherche, les études de cas. Encadré par deux contributions de nature méthodologique, l’une, en prologue, de Mariano Barriendos sur la spécificité de la climatologie historique du point de vue de l’historien, l’autre, en épilogue, de Nacima Baron-Yelles sur l’intérêt de la démarche rétrospective dans la gestion prospective des risques, il s’organise par progression chronologique et aires géographiques : monde antique (Bernard Bousquet, Frédéric Le Blay, Laurent Hugot), Byzance (avec deux contributions de Nicolas Drocourt), monde roman médiéval (Juliette Dumasy, Cristina Segura Graiño, Stéphane Boissellier), monde arabe médiéval (François Clément, Yassir Benhima, Christine Mazzoli-Guintard, Mehdi Ghouirgate). Une étude de cas (Eduard Rama-Corredor), qui clôt cette série de contributions, sert d’exemple général illustrant les possibilités offertes par la démarche historienne.

33La multiplicité des niveaux d’entrée laisse au lecteur le choix de suivre différents itinéraires et de construire sa propre lecture hypertextuelle. Cela peut sans doute désorienter ceux qui sont habitués à une organisation plus traditionnelle, plus compartimentée et plus linéaire du discours scientifique. Mais la disposition retenue, plurielle et multilatérale, fait justement partie des éléments de méthode en pratique que l’ouvrage entend promouvoir.

Notes

1 Rappelons quelques faits marquants. Ouragan Katrina (26 au 30 août 2005) : 1 464 morts en Louisiane (Reports of Missing and Deceased, Louisiana Department of Health and Hospitals, 2 août 2006). Tempête Xynthia (26 février au 1er mars 2010) : 47 morts en France (AFP, 25 juin 2010 ; le bilan officiel publié par le ministère de l’Intérieur est de 53 morts : cf. agence Reuters, 4 mars 2010). Inondations du Midi de la France (Nîmes, Vaison-la-Romaine, Aude, Gard, etc.) : 136 morts entre 1988 et 2002 ; coût assuré total : 1,8 milliard d’euros (Caisse centrale de Réassurance). Séisme d’Haïti (12 janvier 2010) : 65 575 morts (BARR Survey Final Report, USAID, 15 mars 2011 ; le bilan officiel haïtien publié le 16 mars 2010 faisait état de 222 570 morts). Tsunami du 26 décembre 2004 : 230 000 morts et disparus (US Geological Survey). Séisme et tsunami du Tohoku (Japon), 11 mars 2011 : 27 048 morts et disparus (bilan officiel publié le 27 mars 2011). Éruption du volcan Eyjafjöll (avril-mai 2010) : 63 000 vols commerciaux annulés entre le 15 et le 18 avril (AFP, 18 avril 2010). Sida : 65 millions de personnes contaminées par le VIH et 29 millions de morts entre 1970 et 2009 (Outlook Report 30, ONUSIDA, 2011). Encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) : 3 millions d’animaux abattus entre 1996 et 1998 ; 216 personnes décédées de la nouvelle variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (The National Creutzfeldt-Jakob Disease Research and Surveillance Unit, Université d’Édimbourg, mars 2011).

2 Voir Leveau P., « Comprendre les environnements pour prévenir les catastrophes : la place de l’historien et de l’archéologue dans l’évaluation du risque », dans Bedon R. et Hermon E. (éd.), Concepts, pratiques et enjeux environnementaux dans l’Empire romain, Limoges, PULIM (Caesarodunum XXXIX), 2005, p. 377-398.

3 Je propose de qualifier de pseudo-naturel tout processus dans lequel un facteur humain participe au déclenchement ou à l’amplification du phénomène naturel. Je pense, par exemple, à l’érosion des sols qui caractérise les sierras de l’Espagne méridionale, là où la déprise agricole consécutive à une décision politique, en l’occurrence l’expulsion des Morisques, a laissé libre cours à l’action de la pluie et du vent : les désordres n’étant plus réparés, les intempéries ont fini par décaper les versants, interdisant toute reprise ultérieure, de sorte que le pays d’en haut, vidé de ses habitants, s’est mué en espace de relégation pour des activités annexes ou périphériques (petit pastoralisme, chasse, cueillette, charbonnage, contrebande, etc.). La transformation apparaît d’autant plus remarquable que piémonts et vallées ont connu, dans le même temps, un essor agricole favorisé par l’épandage des grandes quantités de sédiments arrachés aux pentes. Pour un exemple précis de mutation environnementale liée à des facteurs socio-économiques (mais aussi politiques), voir García Latorre J., Sánchez Picón A. et García Latorre J., « The man-made desert. Effects of economic and demographic growth on the ecosystems of arid southeastern Spain », Environmental history, 6/1 (janvier 2001), p. 75-94.

4 Voir, par exemple, Fracassi U. et Valensise G., « Unveiling the sources of the catastrophic 1456 multiple earthquake. Hints to an unexplored tectonic mechanism in southern Italy », Bulletin of the Seismological Society of America, 3/97 (juin 2007), p. 725-748.

5 Je traduis ṭācūn par peste, sans préjuger de la nature exacte de la maladie.

6 Il s’agit du fils du premier calife fatimide, cUbayd Allāh al-Mahdī (909-934). Il devait succéder à son père sous le nom de règne d’al-Qācim (934-945).

7 Récit de la campagne contre Alexandrie et le Fayoum (novembre 919), avec une insistance sur les exactions commises par les troupe fatimides.

8 Retour aux événements politiques et récit de la contre-offensive abbasside (reprise d’Alexandrie par l’escadre syrienne en mars 920).

9 Bref développement sur la personnalité de ce magistrat et sur le nom de son successeur à Kairouan.

10 Brèves indications biographiques sur le personnage.

11 L’auteur fournit la première partie d’une liste nécrologique comprenant au total une dizaine de noms.

12 Circonstances de cette condamnation.

13 Fin de la liste nécrologique.

14 Ibn cIḏārī, al-Bayān al-muġrib fī aḫbār mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib, nouvelle éd. par Colin G. S. et É. Lévi-provençal, Leyde, E. J. Brill, 1948-1951, I, p. 181-183.

15 Le verbe utilisé, atbafia, dénote la conséquence, c’est-à-dire la subordination autant que la consécutivité. Sur les rapports entre la médecine et la météorologie, voir l’étude de Frédéric Le Blay, infra. On sait que les principaux cadres conceptuels de la pensée antique n’ont guère évolué au Moyen Âge (théories du climat, des humeurs, système des signatures, etc.).

16 Signalons à ce propos un travail récent qui, bien qu’il porte sur un sujet très particulier qui ne relève pas de la problématique du présent ouvrage, montre tout l’intérêt qu’il y a, du point de vue méthodologique, à combiner un grand nombre d’angles d’approche (historique, géographique, ethnologique, sociologique, anthropologique, écologique, etc.) : Moriceau J.-M. et Madeline P., Repenser le sauvage grâce au retour du loup. Les sciences humaines interpellées, Caen, Presses universitaires de Caen, 2010.

17 Beck C. et Delort R., Pour une histoire de l’environnement, Paris, Éditions du CNRS, 1993 ; L’Homme et l’Environnement : quelle histoire ? Les Rendez-vous de l’Histoire. Blois 2001, Nantes, éd. Pleins Feux, coll. « Étude(s) », 2002. On note, depuis une dizaine d’années, un intérêt croissant pour l’histoire des milieux humides et de leur aménagement à partir des sources textuelles. Voir, par exemple, pour le Midi de la France, Abbé J.-L., À la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen (XIIe-XVe siècle), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2006 ; ou, en ce qui concerne l’Italie du Nord, Simonetti R., Da Padova a Venezia nel medioevo. Terre mobili, confini, conflitti, Rome, Viella (Interadria. Culture dell’Adriatico, 12), 2009.

18 Éclipse (Environnement et passé du climat : histoire et évolution), sous la dir. de S. Jousseaume, CNRS, Institut national des Sciences de l’Univers (INSU), 2000 sq. Voir [http/://eclipse.mediasfrance.org].

19 Ophélie (Observations phénoménologiques pour reconstruire le climat de l’Europe), sous la dir. de E. Garnier, E. Le Roy Ladurie et p. Piou, Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, CEA et CNRS, financement ANR 2007.

20 Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967 (rééd. 1983, 2 vol.) ; Histoire humaine et comparée du climat, Paris, Fayard, 2004-2006 (2 vol.).

21 Fontana Tarrats J. Ma, Entre el cardo y la rosa. Historia del clima en las Mesetas, 1971, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Historia del clima en Cataluña. Noticias antiguas, medievales y en especial de los siglos XV, XVI y XVII, 1976, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Quince siglos de clima andaluz, 1976, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Historia del clima del Finis-Terrae gallego, 1977, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Historia del clima en el litoral mediterráneo. Reino de Valencia más Provincia de Murcia, 1978, inédit (manuscrit dactylographié) ; Id., Miró-granada J. et Vidal J. J., El clima de Baleares, hoy y ayer : 1450-1700, 1974-1975, inédit (manuscrit dactylographié).

22 Alexandre P., Le climat en Europe au Moyen Âge. Contribution à l’histoire des variations climatiques de 1000 à 1425 d’après les sources narratives de l’Europe occidentale, Paris, éd. de l’EHESS, 1987. Voir également, du même auteur, Le climat au Moyen Age en Belgique et dans les régions voisines (Rhénanie, Nord de la France). Recherches critiques d’après les sources narratives et essai d’interprétation, Louvain, Centre belge d’Histoire rurale (Publications du CBHR, no 50), 1976.

23 García Codron J. C. (éd.), La reconstrución del clima en época preinstrumental, Santander, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria y Asociación de Geógrafos Españoles, 2000. Voir également, du même auteur, Un clima para la historia… una historia para el clima, Santander, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria, 1996.

24 Mccormick M., Dutton p. E. et Mayewski p. A., « Volcanoes and the Climate Forcing of Carolingian Europe, A. D. 750-950 », Speculum, A Journal of Medieval Studies, LXXXII, no 4, Cambridge (MA), The Medieval Academy of America, octobre 2007, p. 865-895.

25 Fouache É. (éd.), The Mediterranean World, Environment and History, Actes du colloque Environmental Dynamics and History in Mediterranean Areas, Working Group on Geoarchaeology (IAG), Elsevier, 2003.

26 Jouanna J., Leclant J. et Zink M. (éd.), L’homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Cahiers de la villa Kérylos no 17, Paris, Diffusion De Boccard, 2006.

27 Favier R. (dir.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Actes du colloque de Grenoble (22-24 mars 2001), Grenoble, Publications de la MSH Alpes, 2002 ; Favier R. et Granet-abisset A.-M. (dir.), Histoire et mémoire des risques naturels, Actes du séminaire international de Grenoble (25-26 novembre 1999), Grenoble, Publications de la MSH Alpes, 2001 ; Eid., Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, Grenoble, Publications de la MSH Alpes, 2005 ; Eid., Le traitement médiatique des catastrophes dans l’histoire : entre oubli et mémoire, Grenoble, CNRS et Publications de la MSH Alpes, 2005.

28 Cf. les catalogues de sismicité établis par le BRGM, EDF et l’IPSN en France, ou par ENEL en Italie, qui ne sont pas à l’abri d’erreurs et de redondances. Dans certaines compilations, où les données sont enregistrées sans le moindre examen critique, le taux d’erreur dépasse les 75 %, ce qui leur ôte toute valeur.

29 Alexandre P., Les séismes en Europe occidentale de 394 à 1259. Nouveau catalogue critique, Bruxelles, Service de Géophysique, Observatoire royal de Belgique, 1990.

30 Guidoboni E., avec la collaboration de Comastri A. et de Traina G., Catalogue of Ancient Earthquakes in the Mediterranean Area up to the 10th century, Rome-Bologne, ING-SGA, 1994 ; Guidoboni E. et Comastri A., Catalogue of earthquakes and tsunamis in the Méditerranean area from the 11th to the 15th century, Bologne, Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia, Storia Geofisica Ambiente, 2005.

31 Pour la méthodologie, on dispose dorénavant d’un guide précieux : Guidoboni E. et Ebel J. E., Earthquakes and Tsunamis in the Past. A Guide to Techniques in Historical Seismology, Cambridge, 2009.

32 On peut citer, à titre d’exemple et en nous limitant au domaine sanitaire, les travaux de Marie-Hélène Congourdeau (peste Noire à Byzance), de Suzanne Gigandet (peste en Andalus), de Lester K. Little (peste « justinienne ») ou de Robert Sallares (malaria dans l’Antiquité).

33 DYLIT (Dynamiques littorales, climat et société entre Aude et Petit-Rhône, Languedoc, depuis 8 000 ans, d’après les sources biophysiques et textuelles), sous la dir. de P. Blanchemanche et L. Chabal, dans le cadre du projet Éclipse, 2004.

34 Millenium (European Climate of the Last Millenium), sous la dir. de D. Mccarroll. voir [http://137.44.8.2/].

35 MedCLIVAR (Mediterranean climate variability and predictability), programme avalisé par CLIVAR (Climate variability and predictability) et agréé par l’European Science Foundation (ESF) en 2006. L’analyse du climat du passé constitue l’une des cinq tâches définies, voir [http://www. medclivar.eu].

36 Voir infra.

37 RHISE (Review of Historical Seismicity in Europe), Communauté économique européenne (CEE), 1989-1993.

38 Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, An International Journal for the Geo-Sciences, Elsevier.

39 Cette lacune avait été pointée lors du First MedCLIVAR Workshop on Reconstruction of Past Mediterranean Climate (Unexplored sources of high resolution data in historic time, Carmona, Universidad Pablo de Olavide, 9-11 novembre 2006) : Vaquero J., Gallego Ma C., García-herrera R. et García J. A., « Arabic chronicles : an unexplored source for the reconstruction of past Mediterranean climate » ; voir, également, Vaquero J., « Reconstruction of past Mediterranean climate (700-1000 AD) using Arabic chronicles. The cases of Iberia, Syria and Iraq », symposium Climate Extremes During Recent Millenia and their Impact on Mediterranean Societies, Athènes, 13-16 septembre 2008.

40 Voir, par exemple, la mise au point de López Marinas J. M. et Bisbal Cervello L., « The alleged earthquake in Valencia in August 1427 », Bulletin of the Seismological Society of America, LXXIV, no 6 (décembre 1984), dans laquelle les auteurs démontrent qu’il convient de ne pas prendre en considération une information de l’historien égyptien al-Maqrīzī (1364-1441) selon laquelle un violent séisme aurait frappé la ville de Valence en août 1427 : le recoupement avec les autres sources, notamment locales, permet d’affirmer qu’un tel événement n’a pas pu se produire à l’endroit et à la date indiqués. S’il fallait donc rattacher ce séisme à quelque chose de bien attesté, ce serait plutôt à la « série olotine » de 1427-1428 (Olot, actuelle province de Gérone).

41 Échantillon extrait de la bibliographie générale de plus de 730 titres compilée dans le cadre du programme 3C2MA (voir plus loin). Il couvre, sans lacune excessive, tout les champs concernés, de sorte que les chiffres indiqués peuvent être considérés comme significatifs en valeur relative.

42 GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (en anglais IPCC, Intergovernmental Panel on Climate Change), OMM (Organisation météorologique mondiale) et PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement).

43 Parmi les publications les plus récentes, citons Bourbou C., Health and disease in Byzantine Crete (7th-12th centuries A. D.), Medicine in the Medieval Mediterranean, 1, Farnham-Burlington, 2010 ; Castex D. et Cartron I., Épidémies et crises de mortalité du passé. Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Bordeaux, Ausonius, coll. « Études », 2007.

44 Je ne connais qu’un livre en langue française sur le sujet, celui de J. Blancou, Histoire de la surveillance et du contrôle des maladies animales transmissibles, Paris, Office international des Épidémies (OIE), 2000.

45 Cf., par exemple, Akasoy A., « Islamic Attitudes to Disasters in the Middle Ages. A Comparison of Earthquakes and Plagues », The Medieval History Journal, X, no 1-2, 2007 ; Barceló P., « Die Darstellung von Naturkatastrophen in der spätantiken Literatur », dans Olshausen E. et Sonnabend H. (dir.), Naturkatastrophen in der Antiken Welt, Stuttgarter Kolloquium zur Historischen Geographie des Altertums (6), 1996, Stuttgart, 1998, p. 99-104 ; Favier et Granet-abisset, Récits et représentations des catastrophes…, op. cit.

46 Le RUCHE (Réseau Universitaire de Chercheurs en Histoire Environnementale) est un réseau pluridisciplinaire, à statut associatif, créé en septembre 2008, voir [http://leruche.hypotheses.org]. Il constitue la branche francophone de l’ESEH (European Society for Environmental History), créée en 1999 dans le but de promouvoir l’histoire environnementale en Europe (voir [http://eseh. org]). Le RUCHE définit ainsi son objet d’étude : « L’histoire environnementale s’intéresse à la relation entretenue par l’homme et les sociétés avec le reste de la nature. Elle concerne aussi bien la dimension matérielle et économique (aménagement du territoire, structures agraires, construction et gestion des ressources, réseaux techniques, énergie, déchets…) que la dimension culturelle (perception de la nature, des paysages et de l’environnement, rôle de ceux-ci dans la construction des identités, dimension esthétique…), ou les aspects politiques, sociaux, institutionnels et juridiques des questions environnementales (politiques publiques ou privées, modes de régulation, construction et application des normes, gestion des risques, impact des pollutions sur l’homme et l’environnement, inégalités environnementales, etc.). […] Elle s’efforce de prendre en compte les conséquences à long terme des modifications apportées par l’homme à son environnement. » [http://leruche.hypotheses. org/57] Comme on le voit, il s’agit d’une histoire qui s’intéresse principalement aux interventions de l’Homme sur la nature ou à la perception que celui-ci en a.

47 L’expression est de Stéphane Boissellier (communication personnelle).

48 Bertrand G., « Pour une histoire écologique de la France rurale », dans Duby G. et Wallon A. (éd.), Histoire de la France rurale, Paris, Le Seuil, 1975, p. 37-113 ; Pinna M., La storia del clima. Variazoni climatiche e rapporto clima-uomo in etá postglaciale, Memorie della Societá Geografica Italiana, XXXVI, 1984.

49 Horden p. et Purcell N., The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Londres, Blackwell, 2000.

50 Diamond J. M., Collapse. How Societies Choose to Fail or Survive, Allen Lane, 2005 (rééd., Penguin, 2007) ; trad. fr., Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard, coll. « Essais », 2006. Voir, également, son précédent ouvrage, Guns, Germs and Steel. The Fates of Human Societies, New York, W. W. Norton, 1997 ; trad. fr., De l’inégalité dans les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Essais », 2000.

51 Haug G. H., « Climate and the collapse of Maya civilization », Science, 399, 2003, p. 1731-1735 ; Haug G. H. et alii, « Influence of the intertropical convergence zone on the East Asian monsoon », Nature, 445, 4 juin 2007, p. 74-77. Sur les deux « effondrements » de la civilisation maya au IIe et au IXe siècle et un possible lien avec une déforestation massive et/ou des vagues de sécheresse pluriannuelles, le point le plus récent sur l’état de la question, du point de vue de l’archéologie et de l’ethnohistoire, est à rechercher dans les travaux du colloque international Sociétés Mayas millénaires, crises du passé et résilience, Paris, Musée du Quai Branly, 1-2 juillet 2011.

52 Pour une discussion du concept d’« effondrement », voir Mcanany p. A. et Yoffee N. (éd.), Questioning Collapse. Human Resilience, Ecological Vulnerability, and the Aftermath of Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

53 Voir, par exemple, Gallet Y. et alii, « Possible impact of the earth’s magnetic field on the history of ancient civilizations », Earth and Planetary Science Letters, 246, 2006, p. 17-26.

54 Voir Hunt T. L. et Lipo C. P., « Late Colonization of Easter Island », Science, 311, no 5767, mars 2006, p. 1603-1606 ; Orliac C. et Orliac M., « Composition et évolution de la flore de l’île de Pâques du XIVe au XVIIe siècles », Cahiers des thèmes transversaux ArScan, Cahier I, Thème 1 (Environnement, sociétés, espaces), Paris, CNRS, 1998-1999, p. 24-27 ; Orliac C., « Des arbres à l’île de Pâques entre le XIVe et le XVIIe siècle de notre ère », L’Archéologue, Archéologie nouvelle, LI, Paris, 2000, p. 13-15. Pour une réfutation polémique du « catastrophisme » de l’auteur de Collapse, voir Peiser B., « From Ecocide to Genocide : the Rape of Rapa Nui », Energy and Environment, XVI, no 3-4, 2005, p. 513-539.

55 Beck et Delort, Pour une histoire de l’environnement, op. cit.

56 On pense notamment (et sans porter de jugement) aux grandes constructions anthropologiques de compréhension universelle que furent le marxisme, le freudisme et le structuralisme. L’esprit de système ayant horreur du vide, il est à craindre, néanmoins, que notre époque fût tentée par le dogmatisme écologiste, ce qui serait tout aussi sclérosant à terme.

57 3C2MA (Climat, catastrophes naturelles et crises sanitaires en Méditerranée médiévale et antique), sous la direction de François Clément, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA), Université de Nantes. Voir [www.3c2ma.fr].

58 « Histoire et archéologie du climat, des catastrophes naturelles et des crises sanitaires : approches méthodologiques », Université de Nantes, 7 décembre 2007, journée organisée par l’Équipe de recherche sur les échanges en Méditerranée antique et médiévale (EREMAM), Université de Nantes, avec le soutien du laboratoire France méridionale Espagne (Framespa), Université de Toulouse 2 Le Mirail.

59 « Climat et histoire des sociétés méditerranéennes à l’époque médiévale : un état de la question (France, péninsule Ibérique, Maghreb) », Madrid, Casa de Velázquez, 12 décembre 2008, journée organisée conjointement par les Universités de Nantes (CRHIA) et de Barcelone, avec le soutien du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), Université de Poitiers, et du département d’Études arabes de l’Université de Nantes.

60 Dans le cadre des journées d’études 2010 (« Les crises sanitaires en Méditerranée antique et médiévale : un état de la question », Poitiers, CRHIA et CESCM, 26 novembre 2010) et 2011 (« Les crises sanitaires en Méditerranée antique et médiévale, 2 : nouvelles approches », Poitiers, CRHIA et CESCM, 9 décembre 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540