Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes

 | 
Michel Brand’Honneur

Chapitre II. Les châteaux du Rennais du xie au milieu du xiie siècle

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Le manoir à motte est remarquable par la présence de sa butte de terre entourée d’un fossé et de certains bâtiments généralement assez vastes, voire cossus. Il se différencie donc nettement des habitats ordinaires. Cependant, il se distingue également du château. Mais cette dernière comparaison ne peut se justifier pleinement que par un examen des places fortes du Rennais contemporaines de l’époque de l’édification des manoirs à motte. Comme une des bases de notre enquête est terminologique, il importe en premier lieu d’analyser le vocabulaire servant à désigner des sites castraux dans les textes des xie et xiie siècles. L’énumération des forteresses dans ces sources servira de guide à leur étude morphologique. Nous examinerons également les types de sites où elles ont été édifiées. Ce chapitre permettra de montrer que, par delà une apparente similitude, la fonction du manoir à motte n’est pas la même que celle du château.

Première approche quantitative et chronologie du phénomène castral d’après les textes

2À défaut de pouvoir étudier le phénomène castral dans le Rennais en l’absence de sources antérieures au xie siècle, dressons une première liste des châteaux lorsque les écrits deviennent plus abondants. Cette documentation repose avant tout sur les actes de la pratique, les annales et les chroniques. Mais il faut également tenir compte de l’exceptionnelle source que représente pour la Bretagne la broderie de Bayeux. Ces châteaux y sont mentionnés sous la forme d’un vocabulaire usuel pour l’époque : castrum, castellum, turris ou oppidum. Onze places fortes peuvent être ainsi répertoriées :

Tableau 1 : Les châteaux majeurs du Rennais d’après les sources écrites

Tableau 1 : Les châteaux majeurs du Rennais d’après les sources écrites
  • 1 ADML, H 3713, f° 86 v°.

3Note 11

  • 2 2 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », acte 1 ; Guillaume le Breton, Gesta…, t. II, p. 36 (...)

4Note 22

  • 3 Guillotel, 57 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. I, p. 353.

5Note 33

  • 4 Mont-Saint-Michel, f° 38 r° et v° ; Guillaume de Jumièges, Gesta…, t. II, p. 26.

6Note 44

  • 5 Guillotel, 46 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 42.

7Note 55

  • 6 Saint-Serge, 107 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 46.

8Note 66

  • 7 La Borderie, 20 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 6.

9Note 77

  • 8 ADIV, 1F1801, 2, 1F909, 83.

10Note 88

  • 9 Juhel, l’archevêque de Dol destitué, se réfugie au Mont-Saint-Michel en 1076, (Vita de saint Geldu (...)

11Note 99

  • 10 10 Guillotel, 133 ; La tapisserie de Bayeux…, scènes 18-19.

12Note 1010

  • 11 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 62 v° ; « Catalogue des actes de Pierre de Dreux…», acte 142 ; il s’a (...)

13Note 1111

  • 12 Nous suivons en ce sens les analyses d’A. Debord, d’A. Chédeville ou de J.-F. Verbruggen. A. Debor (...)
  • 13 ADIV, 1F1801, 1.
  • 14 Guillotel, 122.
  • 15 ADIV, 6H16, 5.
  • 16 Allenou, 6.
  • 17 La Roë, 56.

14Le vocabulaire des xie et xiie siècles servant à désigner les châteaux est peu varié et interchangeable12. Les scribes ont utilisé avant tout les mots castrum et castellum, sans qu’une distinction puisse être vraiment faite entre ces deux termes. Par exemple, André Ier de Vitré est « castri dominus13 » ; ce dernier et ses fils sont « dominis castelli Andrea et filiis ejus et ceteris baronibus castri14 ». Ce texte mentionne également l’« ecclesia beate Marie in Vitreio castro » qui se situe hors du château mais à l’intérieur des remparts de la ville. Le mot oppidum désigne une fois La Guerche et Fougères15 mais n’apporte aucun élément distinctif. Seule la mention de turris, à Rennes, Dol16, et Marcillé, semble correspondre à une construction plus spécifique du château. En revanche, la domus est un terme générique et désigne divers habitats, fortifiés ou non, nobles ou paysans. Sa mention ne doit pas servir d’argument pour affirmer qu’un site n’est pas pourvu de château. La domus de La Guerche17 appartenant à Guillaume Ier est citée quelque 30 à 50 années après la mention de l’oppidum.

  • 18 ADIV, 1F1801, 18.
  • 19 Guillotel, 45.

15La plus ancienne attestation d’un château ne doit pas non plus constituer un élément déterminant pour dater sa construction. Les attestations des places fortes se multiplient au fur et à mesure que le nombre d’actes augmente, c’est-à-dire à partir du xie siècle. Il s’agit donc avant tout d’un effet documentaire et la quasi-absence de textes avant cette période ne doit, en principe, en rien préjuger la chronologie du phénomène castral. La mention, dans le même acte, d’un ancien et nouveau château à Vitré en 1066-107618 le montre. Le château d’Anquetil, cité uniquement en 1086, porte un nom faisant référence à un personnage vivant avant 104019. La différence de datation des premières attestations de places fortes dans les actes de la pratique ou les chroniques et annales, constitue un argument supplémentaire. Le château de Rennes, figurant sur la borderie de Bayeux en 1064, n’est cité par les textes que 64 années après. Inversement, l’existence de la forteresse de Châteaubriant est confirmée par les actes quelque 180 années avant sa mention dans la chronique de Guillaume le Breton.

  • 20 Ibidem, 65.
  • 21 Ibid., 66.

16Ces remarques pourraient faire douter que les sources écrites puissent servir à l’élaboration d’un inventaire exhaustif des châteaux du xie siècle. Cette documentation, relatant avant tout des thèmes propres aux affaires concernant l’Église, n’a traité des fortifications que d’une manière subsidiaire. Ces dernières sont généralement mentionnées pour qualifier le statut du donateur ou du seigneur supervisant une transaction passée avec les moines. Tel dominus sera désigné, par exemple, de « castri possessor20 ». Le château peut être également cité pour localiser un bien ou pour indiquer le lieu où un acte a été ratifié. Ainsi, Rivallon de Dol concéda à Marmoutier la moitié des dîmes en grain de l’église Notre-Dame de Combourg située « non longe a prædicto castro ». L’acte de cette donation fut passé « apud castrum Brientii in claustro monachorum21 ». Ces mentions paraissent anecdotiques. Cependant, plus d’une centaine de récurrences du mot castrum dans les actes des xie et xiie siècles concernent toujours les mêmes sites, laissant supposer que le tableau du réseau castral ainsi dressé est relativement fidèle à la réalité. D’ailleurs, les chroniques et annales mentionnent uniquement des forteresses déjà signalées dans les chartes ou notices. Seul le Mont-Saint-Michel n’est pas qualifié, dans les actes concernant le Rennais, de château alors qu’il l’est tardivement dans la chronique de Guillaume le Breton en 1204. Mais son statut d’abbaye était plus important que celui de place forte.

  • 22 O. Guillot, Le comte dAnjou…, p. 281-299 ; J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 124 ; D. Barthélemy, La (...)
  • 23 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 122 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 315 ; J. Qu (...)
  • 24 C. Amiot, Lignages…

17Au moins onze châteaux existaient dans le Rennais au xie siècle d’après les sources écrites. Ces forteresses sont distantes en moyenne de 10 à 30 kilomètres les unes des autres. Une telle densité peut être comparable, à quelques nuances mineures près, à l’Anjou, au Vendômois, à la Charente, au Bas-Maine et au Chartrain22. Le réseau castral du Rennais est donc similaire à ce que l’on dénombre pour le xie siècle dans le grand Ouest de la France. Quant à la Bretagne proprement dite, le nombre de châteaux à l’est d’une oblique nord-est sud-ouest passant de Dinan à Auray paraît conforme aux autres régions mentionnées ci-dessus tandis que celui recensé à l’ouest de cette ligne semble moindre23. Cette différence pourrait correspondre aux sources beaucoup plus lacunaires en Basse-Bretagne qu’en Haute-Bretagne, car il ne semble pas qu’il y ait moins de châteaux lorsque l’on étudie les vestiges archéologiques de forteresses majeures24.

  • 25 É. Lorans, Le Lochois…, p. 90-97 ; G. Duby, La société…, p. 100-103 et 175.
  • 26 « apud S. Albinum quoddam Castrum nostrum novum situm in Foresta nostra Rhedonensi », Dom Morice, (...)
  • 27 « De firmatura autem castri de Marcilleio concessit predictus Comes quod ipse Radulphus firmet ips (...)
  • 28 Odricus, son frère Brient, Haimo de Saint-Didier et Rivallon fils de Guiomar, milites, le vicarius (...)
  • 29 Les châteaux que nous qualifions de mineurs ne sont pas mentionnés dans les textes en tant que tel (...)
  • 30 « quod de cetero non possit fieri forteretia aliqua in Vendelesio hinc inde exceptis Chastellonis (...)
  • 31 « Thomasse, ma fame, ait en douayre le chastel de Chasteillon, le moulin et l’estange dou dit lieu (...)

18Cependant, comparer la densité des châteaux entre les différentes régions peut paraître aléatoire car certains réseaux se sont stabilisés très tôt, comme dans le Lochois ou le Mâconnais25, d’autres évoluèrent constamment. Pour le Rennais, tout est en place au xie siècle, même dès les années 1050 comme nous le verrons. Il faut attendre les années 1220 pour qu’un nouveau château majeur soit construit par le duc Pierre à Saint-Aubin-du-Cormier vers 122526 et la seconde moitié du xiie siècle pour que soient érigées quelques forteresses secondaires, comme à Marcillé-Raoul dit castrum seulement en 123927 et à Châtillon-en-Vendelais. Aucun acte avant 1244 ne mentionne la présence de ce dernier château malgré un nombre non négligeable de textes concernant cette localité dès le milieu du xie siècle28. Il aurait été édifé par Robert III de Vitré vers 116129. Cette demeure prendra ensuite de l’importance comme le montre une charte de 1244 précisant qu’aucune forteresse autre que celles de Fougères et de Châtillon ne sera construite en Vendelais30. À partir de cette date, les actes concernant les seigneurs de Vitré font régulièrement mention de cette place forte, comme en 1248 où le chastel, le moulin et l’étang de Châtillon constituent le douaire de Thomasse, épouse d’André III de Vitré31.

  • 32 A. Debord, « Remarques à propos des châtelains normands…», p. 334 ; D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 1 (...)

19Ainsi, le maillage de forteresses majeures du Rennais a été soit achevé, soit interrompu, au xie siècle. Une telle situation contraste fortement avec certaines régions. En effet, le nombre de châteaux s’accroît de 63 unités en Normandie entre 1106 et 1152, de 10 dans le Bas-Maine et de 15 en Charente au xiie siècle32. Mais, si l’on compare les densités de ces régions à celle du Rennais au milieu du xie siècle, elles sont similaires.

Les différents types de localisation des sites castraux du Rennais

20Les onze châteaux du Rennais forment un maillage nettement plus lâche que celui des manoirs à motte : ces derniers sont environ vingt fois plus nombreux. Cette différence s’explique par la fonction des uns et des autres. Alors que les manoirs à motte sont le plus souvent installés à l’écart de tout peuplement, les places fortes des xie et xiie siècles sont situées au cœur des agglomérations formant, pour l’essentiel, l’actuel réseau des villes principales et secondaires. S’agit-il de nouveaux noyaux urbains nés à l’ombre des forteresses ou ces dernières ont-elles été édifiées à dessein sur d’anciens centres de pouvoir et/ou de peuplement ? N’arriverait-on pas ainsi à éclairer l’origine de bien des châteaux et les raisons de leur localisation ? Pour analyser leur emplacement, des méthodes ont été mises au point par les historiens et archéologues du haut Moyen Âge. Elles reposent sur le relevé d’indices convergents dans les écrits et sur le terrain permettant de déceler la présence d’anciens pôles importants :

  • la densité et la chronologie des vestiges archéologiques situés près du château ;
  • la présence d’atelier monétaire du haut Moyen Âge ;
  • la découverte de nécropoles du haut Moyen Âge détectées par la présence de sarcophages ou par la réutilisation de fragments de sarcophages, le plus souvent en calcaire coquillier, dans les murs d’un édifice plus récent33 ;
  • la topographie des sites laissant soupçonner que la forteresse du xie siècle a repris un éventuel éperon protohistorique ;
  • le patronage des sanctuaires, comme ceux des saints Martin, Ouen, Pierre, Étienne, Symphorien, Jean-Baptiste, Germain d’Auxerre… : C. Pilet a montré que l’âge d’un lieu de culte pouvait être établi à partir des noms de saints qui leur sont affectés34. Cependant, la méthode doit être utilisée avec précaution ;
  • l’existence de plusieurs sanctuaires proches les uns des autres révélant la présence d’anciens lieux de culte.

Reprise d’anciens sites

21La plupart des forteresses du Rennais furent construites sur des sites revêtant déjà au haut Moyen Âge une certaine importance. Nous examinerons en premier lieu les plus importants.

Rennes

22Le site du château de Rennes est bien connu. Cette forteresse fut bâtie au cœur même de l’antique cité gallo-romaine, ce qui en fait le premier centre de peuplement de la civitas des Riedones. Nous ne nous y attarderons donc pas.

Vitré (plan 19)

  • 35 P. Guigon, Les sépultures…, p. 61.
  • 36 Communication d’A. de La Borderie dans BMSAIV, t. 7, 1869-1870, p. 19-20.
  • 37 A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », p 97-158.
  • 38 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 260-261.

23Le château de Vitré, attesté en 1055-1076, est incontestablement construit dans une ancienne et importante agglomération. On y a découvert une nécropole mérovingienne ou carolingienne d’au moins cent sépultures toutes orientées nord-ouest sud-est. Il s’agit de coffres d’ardoise, à l’exception de deux sarcophages en calcaire coquillier35. Cette trouvaille fort importante a été effectuée lors de travaux de terrassement de la ville en 1870. Elle a été rapportée succinctement par A. de La Borderie en 187036. Six ans plus tard, cet historien affirmait qu’aucune découverte archéologique ne fut faite à Vitré37 malgré les importants travaux effectués tant pour l’établissement du chemin de fer et de nouvelles rues que pour la démolition et la reconstruction d’un grand nombre de maisons ! A. de La Borderie, mû par un fort nationalisme, voulait faire de Vitré une création coûte que coûte bretonne donc d’époque féodale car il savait, plus que tout autre, que le Rennais avait appartenu à la Neustrie avant 851. Ce préjugé était si fort qu’il orienta son article sur les paroisses de Vitré dans ce sens, quitte à mentir sans vergogne. Il y écrivait : « On n’a pas découvert un seul objet de l’époque gallo-romaine. » L’année de l’édition de cette étude (1877), Mowat annonçait la découverte de tessons de céramique sigillée, identifiés comme des Drag. 37 du iie siècle ainsi que de trois monnaies, l’une de Constance II, les deux autres d’origine mérovingienne38.

Plan 19 : Le site de Vitré

Plan 19 : Le site de Vitré

1 collégiale Notre-Dame
2 église St-Pierre
3 église St-Martin
4 emplacement du vieux château transformé en prieure et bourg avec église Ste-Croix et St-Blaise et chapelle St-Sauveur
5 chapelle St-Julien
6 chapelle St-Julien
7 château de Vitré
8 rempart de la ville

  • 39 Guillotel, 122.
  • 40 Recueil des actes de Lothaire…, 24. Bien que ce diplôme relate des événements largement falsifiés, (...)
  • 41 O. Guillot, Le comte dAnjou…, t. I, p. 138-139.
  • 42 Monachi qui in cella habitabunt non recipient parrochianum Sanctæ Mariæ et Sancti Petri neque debi (...)
  • 43 « matrem ecclesiam Beati Petri », A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », acte 5. Cette in (...)
  • 44 P. Banéat, Le département…, t. IV, p. 344.
  • 45 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. VI, p. 499. Cet auteur pense que l’église de Saint-Pierre ne (...)
  • 46 Guillotel, 122.
  • 47 A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », p. 103 et 106-109.

24Ces différentes trouvailles amènent à revoir entièrement les origines de Vitré telles que A. La Borderie les avait jusqu’ici présentées. Cette agglomération est pourvue d’un ensemble de lieux de culte aux dédicaces fort anciennes. Il y a d’abord l’église collégiale dédiée à sainte Marie, située à quelque 250 mètres du château. Ce sanctuaire possédait un important patrimoine, cité en 1116, composé des églises Saint-Pierre et Saint-Martin de Vitré, de Balazé, Mecé, Saint-Symphorien de Rennes, Billé, Marpiré, la moitié de celle de Saint-Didier ainsi qu’un certain nombre de droits parmi lesquels il faut mentionner le huitième de toutes les coutumes des foires de saint Pierre et de mars à Vitré et la moitié des revenus de celle de Pocé39. Un tel ensemble de biens étonne. Cette collégiale pourrait remonter au moins au xe siècle, comme pour le Mont-Saint-Michel alors contrôlé par les ducs de Bretagne40, ou celles des provinces voisines, l’Anjou par exemple. Selon O. Guillot, les laïcs préféraient souvent, au xe siècle, le statut de chanoines à celui de moines bénédictins : la règle de ces premiers, autorisant la possession d’un patrimoine propre à chaque clerc, débarrassait leur abbé laïc du souci de préserver les biens de la communauté41. Quoi qu’il en soit, le sanctuaire de Notre-Dame ainsi que celui de Saint-Pierre avaient le statut d’églises paroissiales en 1070-1075 comme l’indique un acte relatant les premiers accords survenus entre ces chanoines de Vitré et de nouveaux arrivants à Vitré, les moines de Marmoutier42. Un texte de 1208 précise que le sanctuaire de Saint-Pierre était l’église-mère de Vitré43. L’établissement a disparu mais son emplacement primitif peut se retrouver grâce au nom d’une poterne des remparts de Vitré dite Saint-Pierre44. Tout près de là, fut construit, en 1550, autour d’un petit cimetière devant marquer l’emplacement de l’ancien sanctuaire, une chapelle consacrée au même saint45. L’église-mère de Vitré se situait fort près de celle de Notre-Dame, à une centaine de mètres plus à l’ouest. Le culte très rapproché de différents saints antiques n’est pas sans rappeler la topographie des établissements d’origine mérovingienne ou carolingienne. À 500 mètres de là se dresse un autre sanctuaire dédié à saint Martin. Cette église dépendait du patrimoine des chanoines de Notre-Dame de Vitré en 1116 et possédait un cimetière46. Elle était desservie par deux vicaires perpétuels exerçant alternativement chaque semaine la charge paroissiale, soit à Notre-Dame, soit à Saint-Martin47. L’égale ancienneté et primauté des deux édifices serait à l’origine de ce statut singulier.

  • 48 « ad cellam construendam videlicet illam terram quæ est sita juxta Castellum meum Vitriacum in qua (...)
  • 49 A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », actes 2 et 3.
  • 50 « sub invocatione Sanctæ Crucis et Sancti Blasii martyris », A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. (...)
  • 51 BN, ms lat 5441, t. 3, p. 291.

25D’autres établissements religieux pourraient bien être également anciens. Il s’agit tout d’abord du monastère Sainte-Croix dépendant de l’abbaye de Marmoutier. Cette dédicace peut être tout aussi antique que se rapporter à l’ère des croisades. Cependant, l’établissement fut fondé en 1066-1076 par Robert Ier de Vitré sur l’emplacement du vetus castrum de Vitré48. Cette dernière précision est importante car la fondation de la cella de Sainte-Croix pourrait très bien avoir été effectuée à partir d’un sanctuaire associé à ce vieux château. Si cela était le cas, cet établissement n’aurait tenu qu’un rôle secondaire, celui de chapelle castrale par exemple, l’église du prieuré de Sainte-Croix n’ayant été élevée au rang de paroisse qu’en 1120-112349. Le sanctuaire était également sous l’invocation du martyr saint Blaise et une chapelle, bâtie sous le patronage de Saint-Sauveur à l’honneur sous les Carolingiens, se tenait dans le cimetière du prieuré50, ce qui constitue des gages d’ancienneté. De plus, la fondation du prieuré de Sainte-Croix indiquant que les moines devaient construire un bourg (burgum ædificandum) ne doit pas nous leurrer, car, un autre acte de 1066/76 souligne que « Robertus de Vitriaco dederat B. Martino fossati veteris interiorem ambitum, quem Burgum Veterem nominabant, ubi ecclesiam fundavit in honore Sanctæ Crucis et burgum fieri concessit51 ». Il y avait donc déjà un vieux bourg avant que les moines n’en fondent un !

  • 52 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. VI, p. 498.
  • 53 Idem, t. VI, p. 498.
  • 54 P. Quentel, « Les noms en Lok… », p. 11-22.
  • 55 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 260-261.

26Une seconde chapelle, localisée au pied de l’actuel château de Vitré, est dédiée à saint Julien52. Une telle dédicace trahit généralement une haute antiquité. La chapelle Saint-Michel de l’actuel château, construite vers 152653, pourrait avoir remplacé un édifice plus ancien. Les lieux vénérés en l’honneur de saint Michel sont considérés comme antiques par certains historiens et semblent s’être substitués à de très anciens cultes païens de hauteur54. Telle est l’exacte situation de cette chapelle située sur un imposant éperon rocheux surplombant le cours de la Vilaine d’une trentaine de mètres. Ce socle, sur lequel furent construits l’actuel château et la ville de Vitré, possède toute les caractéristiques d’un éperon barré d’origine gauloise de plus de 10 hectares. Des monnaies de cette époque, attribuées aux Aulerques Cénomans mises au jour à Vitré -sans plus de précision-, renforceraient une telle hypothèse55. Cependant, la prudence doit rester de mise, en l’absence d’autres indices.

  • 56 A. Chédeville, « La naissance du réseau urbain… », p. 128.
  • 57 M.-T. Morlet, Les noms…, t. II, p. 116 ; A. Longnon, Les noms…, p. 18.

27Ces données ne sont pas sans soulever le délicat problème de l’étymologie de Vitré. D’après A. Chédeville, ce toponyme « peut même rappeler une origine gallo-romaine56 ». Pour A. Longnon et M.-T. Morlet57, Vitré, avec son suffixe Vitriacus, accuserait une origine gauloise ou latine et pourrait dériver du mot vicus. En tout cas, une telle étymologie caractériserait exactement Vitré qui formait déjà une des plus importantes agglomérations du Rennais au haut Moyen Âge.

Fougères (plan 20)

Plan 20 : Le site de Fougères

Plan 20 : Le site de Fougères

1 église Notre-Dame et aula de la Ire moitié du xiie siècle
2 église St-Sulpice
3 église de la Ste-Trinité
4 église St-Léonard
5 chapelle St-Nicolas
6 secteur fouillé en 1985/88
7 rempart de la ville

  • 58 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 95-96.

28Fougères présente certaines caractéristiques similaires à Vitré. Le site formait le point de jonction de trois voies anciennes. Elles prenaient les directions de Rennes-Bayeux, Avranches-Angers et Jublains-Alet, sans pour autant affirmer qu’elles y conduisaient. La forteresse de Fougères fut donc établie au pied d’un ancien carrefour routier et on s’attendrait à y trouver des traces d’occupation antique. Or, aucune structure ancienne n’a été mise en évidence, mais le secteur a été peu prospecté par les archéologues. Malgré tout, quelques découvertes fortuites ont été signalées. Il s’agit de deux monnaies d’or romaine et mérovingienne et, près de Fougères – sans plus de précision –, 34 autres monnaies gauloises, trois inhumations considérées comme romaines et des tombeaux anciens en calcaire semblant remonter au haut Moyen Âge58. Soulignons également que le site de la vieille ville de Fougères, celle qui était entourée de remparts, pourrait avoir servi, vu son escarpement, à abriter un hypothétique oppidum antique.

  • 59 « æcclesia sanctæ Mariæ de Castro Filgereriensi cum æcclesiis », « Documents inédits… », 14.
  • 60 A. Guillotin de Corson prétend, sans en apporter la preuve, qu’Auffroy, qu’il fait seigneur de Fou (...)
  • 61 Dom Morice, 488-489 ; « Documents inédits… », 4.
  • 62 BN, ms fr 22329, p. 675 ; « Documents inédits… », acte 16.
  • 63 « Dederunt quoque Adelaidis atque Radulfus ecclesiam sancti Sulpicii in valle que subjacet Filgeri (...)

29L’étude des sanctuaires de Fougères peut apporter quelques éléments plus convaincants quant à l’ancienneté des lieux. En 1112, le pape Pascal II confirmait à l’abbaye de Marmoutier la possession de l’église de Notre-Dame du château avec ses églises59. Quels sont ces sanctuaires et de quand datent-ils ? Notre-Dame est citée pour la première fois dans un acte de Main II de Fougères décédé vers 106060. Cette église se dressait dans l’enceinte même du château de Fougères et appartenait à l’origine à des chanoines, ce qui n’est pas sans rappeler la situation de Vitré. Deux autres édifices étaient consacrés en l’honneur de saint Sulpice et de la Trinité. Ils sont évoqués respectivement en 1050-1076 et vers 107061. Ces trois sanctuaires, compris dans un secteur restreint de 300 mètres, pourraient constituer un ensemble remontant au haut Moyen Âge. Mais l’histoire de Fougères est complexe. Toutes ses églises, appartenant à une seule paroisse au xie siècle, ont été créées à partir du territoire de l’église de saint Martin de Lécousse62. Cependant, on ne sait de quelle époque date cette scission. Elle doit être ancienne puisque vers 1070 le sanctuaire de Saint-Sulpice est qualifié d’église paroissiale63.

  • 64 « ecclesia sancti Nicolai », « Documents inédits… », 7.
  • 65 BN, ms fr 22329, p. 675.

30Faisaient également partie de Lécousse les établissements localisés dans le Bourg Neuf, c’est-à-dire aux antipodes des trois premières églises mentionnées ci-dessus. Ils étaient placés sous le patronage des saints Léonard et Nicolas. La dédicace de ce dernier sanctuaire, citée en 109264, accuse une origine récente tandis que celle de l’église Saint-Léonard, mentionnée en 1143, pourrait en faire un lieu de culte remontant au haut Moyen Âge. Une troisième église, dédiée à l’apôtre Pierre, fut donnée aux chanoines de Notre-Dame afin que ces derniers fondent un monastère augustinien. Ce sanctuaire fut élevé au rang paroissial dès sa fondation et son territoire fut détaché de celui de Lécousse. En échange, les moines de Pontlevoy, qui possédaient Saint-Martin de Lécousse, reçurent en 1143 des chanoines la chapelle Saint-Nicolas et l’église Saint-Léonard65.

31Il semble, à défaut d’information archéologique déterminante, que le site de Fougères soit plus ancien qu’on ne l’a dit jusqu’ici. Le nombre de ses églises mentionnées dès le xie siècle, leur dédicace et la proximité des sanctuaires de Notre-Dame, Saint-Sulpice et de la Trinité, laissent à penser que Fougères formait un centre de peuplement, voire abritait un monastère, dès le haut Moyen Âge.

Combourg66 (plan 21)

  • 66 Étymologiquement, Combourg devrait s’écrire sans le «g » final qu’on lui adjoint de nos jours. Cet (...)
  • 67 H. Guillotel, « Combour… », p. 269-298. « ecclesia Beate Marie que est mater ecclesiarum totius Co (...)
  • 68 Guillotel, 66.
  • 69 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 443.
  • 70 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 464.

32Le château de Combourg, cité en 1064, a été également érigé dans une ancienne agglomération d’importance. H. Guillotel a montré que l’église-mère Notre-Dame de Combourg était desservie et possédée par plusieurs parentés au moins dès la fin du xe siècle67. Les autres sanctuaires étaient placés sous les patronages de saint Martin et de la Trinité. Cette dernière église, donnée à Marmoutier par Rivallon de Dol en 1064-106668, pourrait reprendre un lieu de culte plus ancien. La chapelle Saint-Martin était, en revanche, assurément plus antique au regard de sa dédicace. Sa localisation reste mal assurée. Un acte de 1638 précise que la chapelle du château de Combourg était associée au culte martinien. Une seconde tradition place la chapelle Saint-Martin dans l’enclos du prieuré de la Trinité69. Cette localisation validerait alors l’hypothèse de l’ancienneté du lieu où s’installa la Sainte-Trinité. Il est possible que Combourg fût doté, à l’origine, d’une autre église. La mention, en 1652, d’une chapelle placée sous les vocables des saints Pierre et Paul et localisée au nord des halles de la ville en aurait conservé le souvenir70.

Plan 21 : Le site de Combourg d’après le cadastre de 1826 annoté

Plan 21 : Le site de Combourg d’après le cadastre de 1826 annoté

1 château (partie les plus ancienne xiiie siècle
2 église Notre-Dame
3 église de la Ste-Trinité
4 chapelle St-Martin
5 chapelle St-Paul et St-Pierre

  • 71 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 80.
  • 72 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 447.
  • 73 P. Guigon, Les sépultures…, p. 54.

33Parmi tous ces lieux de culte, plusieurs remontaient certainement au haut Moyen Âge et conféraient à Combourg un rang indéniable. Cependant, aucune trace de nécropole ancienne n’a été découverte dans le bourg même. Et pourtant, les vestiges de sarcophages ne manquent pas dans cette grande paroisse. Des blocs de calcaire coquillier, mélangés à des tegulæ, imbrices et tessons post-médiévaux71 et un couvercle de sarcophage « en forme de toit72 » ont été découverts à la Vieux Cour et au Grand Trémaudan, situés respectivement à 4 et 4,5 kilomètres du bourg. On signale également la trouvaille d’une monnaie de Charles le Chauve, mais on ne sait où exactement73.

  • 74 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 79-81.

34Combourg connut une occupation très dense depuis l’Antiquité. Pas moins de trente-cinq sites gallo-romains ou à tegulæ, dont quatre villæ, ont été repérés sur le territoire de cette paroisse. Elle était traversée par la voie romaine Corseul-Le Mans passant à 500 mètres au sud de l’actuel bourg. Mais le site le plus important, hormis le centre paroissial, se situe au lieu-dit des Cinq Chemins. Il s’agit d’un très important gisement s’étendant sur une superficie de 25 hectares. Des substructions ont été mises en évidence grâce à la prospection aérienne et au sol. Tegulæ, briques, fragments de marbre, meules à céréale, céramique des iie et iiie siècles y ont été exhumés. G. Leroux et A. Provost le qualifient de vicus74. La surprenante densité de sites archéologiques et l’existence de plusieurs églises au xie siècle font certainement de Combourg une importante agglomération au haut Moyen Âge.

Dol [-de-Bretagne] (plan 22)

Plan 22 : Le site de Dol

Plan 22 : Le site de Dol

1 tour de la Motte
2 manoir épiscopal
3 porte St-Michel
4 église Notre-Dame
5 cathédrale St-(Samson
6 rempart de la ville –église St-Martin : non localisée

  • 75 Ibidem, p. 92.
  • 76 Cf. le plan de Dol dans P. Banéat, Le département…, t. I, p. 485-486.
  • 77 P. Quentel, « Les noms en Lok… », p. 11-22.
  • 78 Notons, mais ce n’est là sans doute qu’un simple hasard, la présence d’une figure de bronze représ (...)
  • 79 Ibidem, p. 92.

35Le site du château de Dol remonte avec certitude à l’époque mérovingienne. Quelques découvertes fortuites pourraient indiquer une présence plus ancienne. Un dépôt de monnaies et un bracelet gaulois y ont été trouvés75. Les noms d’une porte et d’une tour de Dol auraient gardé le souvenir d’un lieu de culte consacré à saint Michel76. Selon l’hypothèse de P. Quentel, les édifices placés sous la protection de ce saint tireraient leur origine d’anciens lieux cultuels de hauteur, liés notamment à Mercure77. Telle est l’exacte localisation de cette cité située sur un rebord de plateau dominant d’une vingtaine de mètres les marais de Dol78. Des monnaies romaines ont été trouvées lors de la destruction des remparts de la ville79.

  • 80 L’emplacement originel de cette église pourrait avoir été utilisé pour la construction du manoir é (...)

36Dol entre rapidement dans l’histoire. Saint Samson y fonda un monastère au vie siècle. Cet établissement reprend la topographie des sanctuaires des grandes abbayes de la fin de l’époque mérovingienne. La plus ancienne vie de saint Turiau mentionne deux lieux de cultes à Dol : l’église Notre-Dame, actuellement localisée à 250 mètres de la cathédrale80 et la basilique Saint-Martin, disparue de nos jours. H. Guillotel pense qu’un troisième lieu de culte s’élevait à l’emplacement même de la cathédrale. Le monastère fut érigé en évêché, vraisemblablement sous Louis le Pieux, puis en archevêché, faisant de Dol un centre de commandement et de peuplement en plein essor pendant le haut Moyen Âge.

Châteaubriant et Béré (plan 23)

  • 81 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 189.
  • 82 « Cartulaire des évêques de Nantes… », p 119-120 ; C. Bouvet, « À propos… », p. 102, note 133.
  • 83 Son emplacement devait se trouver près de la porte Saint-Michel. Nous nous demandons si l’actuelle (...)

37Châteaubriant se situe au centre d’une vaste clairière ovale, de 15 et 20 kilomètres de diamètre, entourée par les forêts de Teillay, Javardan, Araize, Juigné, Pavée et Domnaiche. Mis à part quelques points sporadiques d’occupation gallo-romaine, ce secteur ne semble pas avoir été densément peuplé81. Cependant, Châteaubriant et Béré forment incontestablement un site ancien. Son imposant château fut construit sur un promontoire rocheux qui a moins d’allure actuellement, son relief ayant été en partie atténué par d’importants remblais ou masqué par des constructions. Il se situe à l’intersection du ruisseau de Rollard et de la rivière de la Chère qu’il domine d’une quinzaine de mètres. Cet éperon abritait deux lieux de culte : l’« ecclesia sancte Marie de castello Brient » citée en 1142-1147 et connue sous le nom de Notre-Dame-de-Jouvance82 et la chapelle Saint-Michel. Bien que fondée en 1198 par le seigneur de Châteaubriant83, un tel vocable et sa localisation sur une hauteur rappellent les sites de Vitré, du Mont-Saint-Michel ou de Dol qui sont assurément antiques.

Plan 23 : Le site de Châteaubriant

Plan 23 : Le site de Châteaubriant

1 tour maîtresse avec motte
2 chapelle St-Nicolas
3 porte St-Michel
4 chapelle castrale
5 église Notre-Dame de Jouvance
6 vieux Château
7 Château Neuf

  • 84 C. Bouvet, « À propos… », p. 87-96 ; H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », p. 13-14.
  • 85 H. Guillotel, op. cit., p. 34-40, acte 1, seconde rédaction.
  • 86 M. Provost, La Loire-Atlantique…, p. 139.
  • 87 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 268 et 271 ; P. Guigon, Les sites religieux…, p. 370.

38Cependant, Châteaubriant connut un destin différent de celui de Vitré, Fougères ou Combourg. Le site, occupé actuellement par le château, semble avoir été plus au moins délaissé au profit de Béré, distant de 1 kilomètre. Ce lieu abritait trois églises citées au xie siècle et bâties en l’honneur de saint Jean-Baptiste, saint Sauveur et saint Pierre. Elles étaient confinées dans un espace de moins de 100 mètres. Cette disposition et ces dédicaces évoquent ceux des monastères mérovingiens et carolingiens84. D’autres témoignages viennent appuyer, s’il en était besoin, cette démonstration. Une foire établie le jour de la fête de saint Hilaire, évêque de Poitiers au ive siècle, se tenait à Béré. Elle est rapportée en 1028-104985. De nombreuses trouvailles archéologiques sont également à mentionner : des sarcophages en calcaire coquillier et en ardoise dont certains fragments ont été réutilisés dans la construction de l’église de Saint-Jean de Béré au xie siècle, des briques à rebord et des tuiles cintrées (sans doute des tegulæ et imbrices ?), des statères et un bracelet en or gallo-romain ainsi qu’une statuette de Vénus en plomb86. Un atelier monétaire mérovingien y est également attesté : des monnaies portent la frappe BAIORATE87. Tous ces éléments montrent que le pôle de Béré et de Châteaubriant formait un centre de commandement du haut Moyen Âge.

Marcillé [-Robert] (plan 24)

Plan 24 : Le site de Marcillé-Robert d’après le cadastre de 1829 annoté

Plan 24 : Le site de Marcillé-Robert d’après le cadastre de 1829 annoté

1 Motte à Madame : le premier château
2 second château implanté vers 1161
3 étang
4 moulin

  • 88 « altare S. Audoeni », ADIV, 1F544, 8. J.-C.Meuret précise que ce sanctuaire changea de vocable. L (...)
  • 89 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 416 et 421.
  • 90 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 282.

39Le site choisi pour établir le château de Marcillé, évoqué seulement en 1161, remonte au haut Moyen Âge. Son église est dédiée à saint Ouen88, évêque de Rouen au viie siècle. La chapelle du prieuré et une foire liée à ce sanctuaire étaient respectivement placées sous les vocables des saints Jacques et Barthélemy89. Ces dédicaces sont caractéristiques des établissements chrétiens du haut Moyen Âge. Des fragments de sarcophages en calcaire coquillier réemployés dans la façade sud de l’église de Marcillé et dans le mur nord de la chapelle Saint-Jacques90, trahissent la présence immédiate d’une nécropole mérovingienne ou carolingienne et confirment l’ancienneté des lieux de culte.

  • 91 M. Gautier, G. Leroux, J.-C Meuret et P. Naas, Enclos…, p. 83-90.
  • 92 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 214.
  • 93 Guillotel, 23.
  • 94 J.-C. Meuret émet également cette hypothèse dans, Peuplement…, p. 317.

40Mais la proximité de deux ou trois sanctuaires relativement fréquente au haut Moyen Âge ne saurait servir d’argument pour prouver l’importance des lieux à une époque reculée. Cependant, d’autres éléments plus déterminants le montrent. À 600 mètres de l’église Saint-Ouen se dresse le château de Marcillé. Il est campé sur un éperon rocheux dominant de 35 mètres un méandre de la Seiche. Un tel site, d’environ 40 hectares, n’est pas sans rappeler les oppida protohistoriques. Cette supposée continuité d’un centre de peuplement important dès l’époque gauloise se trouve confortée par les données de la prospection archéologique. Marcilllé-Robert est au centre du plus dense noyau de peuplement gaulois et gallo-romain du sud de l’Ille-et-Vilaine91. Il perdure à l’époque mérovingienne en accueillant un atelier monétaire comme le prouve la découverte d’un triens d’or frappé Marcilliaco92. Les nombreux textes du xie siècle relatifs à cette paroisse et son terroir ne démentent pas cette hypothèse. Rivallon, vicarius, un des plus importants personnages de l’entourage du comte Alain III, possédait de nombreux biens dans la région de Marcillé93. Son activité gravitait essentiellement autour du vicus de Marcillé si bien qu’il y a de fortes présomptions pour que ce centre constituât toujours au début du xie siècle un pôle de commandement important94.

Le Mont-Saint-Michel

  • 95 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne…, p. 329.
  • 96 Millénaire monastique…, 2 tomes et p. 109-110.

41Si le Mont-Saint-Michel fut fortifié à une époque délicate à établir, l’occupation du site est ancienne au regard des trois oratoires dédiés aux saints Étienne et Symphorien et à l’archange Michel (notons la plus célèbre dédicace à saint Michel liée à un site de hauteur mentionné vers 865-87095). Ce monastère carolingien attira rapidement de nombreux pèlerins. Il fut contrôlé par la puissance bretonne dès le règne de Salomon, puis intégré à la Normandie au début du xie siècle96. Cette célèbre abbaye constituait donc un important pôle de commandement à l’époque carolingienne.

Hédé (plan 25)

Plan 25 : Le site de Hédé d’après le cadastre de 1835 annoté

Plan 25 : Le site de Hédé d’après le cadastre de 1835 annoté

1 la Motte Jouhan
2 château
3 église Notre-Dame
4 rempart de la ville

  • 97 La Borderie, 20.
  • 98 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 122.
  • 99 Ibidem, p. 122.
  • 100 En 1152, l’évêque de Rennes, en confirmant les différentes possessions de l’abbaye de Saint-Melain (...)
  • 101 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 709-710.
  • 102 P. Guigon, Les sépultures…, p. 53. Nous avons également noté la présence, dans le mur du presbytèr (...)

42Le château de Hédé est cité pour la première fois dans un acte de Saint-Florent en 108597. Un superbe éperon rocheux, surplombant de près de cinquante mètres le paysage environnant, sert d’assise à cette puissante forteresse et à sa ville, autrefois protégée par des remparts. L’ensemble atteint une surface de près de 20 hectares et pourrait avoir servi d’oppidum à une époque reculée. Hédé était en effet situé au pied de la voie romaine Rennes-Alet et juste à la frontière entre ces deux pagi98. Vers 1840, on mit au jour à Hédé, dans une excavation, une grande quantité de monnaies romaines frappées à l’effigie de Gallien, Claude II, Victorin et Tétricus99. L’église de Hédé, placée sous le vocable de Notre-Dame, était jadis prieurale. Son bourg abritait au moins en 1152 une seconde église dont il ne reste aucune trace100. Si Hédé ressemble, à maints égards, à Marcillé et Vitré, son histoire semble un peu plus complexe et son importance moindre. Malgré la présence de plusieurs églises, Hédé n’aurait pas eu le statut de paroisse. Ces sanctuaires auraient dépendu de l’antique basilique martienne de Bazouges-sous-Hédé101. Des sarcophages en calcaire coquillier et en granite y ont été découverts102.

Les sites nouveaux

43Si la majorité des châteaux ont été implantés dans des sites du haut Moyen Âge, voire dans des centres de pouvoir et de peuplement, d’autres seraient des créations nouvelles.

La Guerche [-de-Bretagne] (plan 26)

Plan 26 : Le site de La Guerche

Plan 26 : Le site de La Guerche

1 motte
2 basse-cour supposée
3 chapelle St-Mainbœuf
4 église Notre-Dame
5 rue St-Nicolas
6 chapelle de la Ste-Trinité
7 rempart de la ville

  • 103 Sur l’origine du mot, cf. p. 91-92.
  • 104 La Roë, 159.
  • 105 Dom Morice, 529.
  • 106 Maimboeuf fut évêque d’Angers entre 610 et 660. Cf. J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 273.
  • 107 « matrem ecclesiam de Radenice », A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 532-533.

44À l’inverse des sites castraux décrits plus haut, celui de La Guerche103, dont la forteresse apparaît dans les actes en 1064-1076, aurait été installé dans un lieu peu occupé. Les rares trouvailles archéologiques sur cette commune et l’étude des sanctuaires ne démentent pas cette impression. Trois lieux de culte sis à La Guerche appartenaient à Saint-Melaine de Rennes : Saint-Maimbœuf, Notre-Dame et Saint-Nicolas. Une quatrième chapelle, dédiée à la Trinité, fut édifiée entre 1141 et 1152 par Bernard Busson104. Cependant, ce sanctuaire, ainsi que celui de Saint-Nicolas fondé en 1081-1093 par les seigneurs de La Guerche105, ne semble pas reprendre un édifice antérieur. En revanche, Saint-Maimbœuf possède une dédicace indubitablement ancienne106. Tous ces établissements avaient le statut de chapelle et étaient rattachés à l’église paroissiale de Rannée, comme le précise un acte de 1141-1157107. Malgré le développement de l’agglomération de La Guerche, l’élévation au rang d’église paroissiale de Notre-Dame ne se fit qu’au xviiie siècle.

  • 108 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 533.

45La Guerche ne formait donc pas un ancien noyau de peuplement antérieur au xie siècle, à l’inverse de Rannée, localisé à 2 kilomètres de là. Son église, dédiée aux saints Crépien et Crépinien, frères martyrs du iiie siècle, accrédite sa lointaine origine. La découverte de fragments de pierre en calcaire coquillier dans les murs de ce sanctuaire trahit en effet la présence d’une nécropole du haut Moyen Âge108.

Châteaugiron (plan 27)

  • 109 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 68.
  • 110 Saint-Melaine, f° 56.
  • 111 L’église Marie-Madeleine se situe dans l’enceinte du château. Elle est romane. A. Guillotin de Cor (...)
  • 112 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 346 et t. IV, p. 383.

46La place forte de Châteaugiron ne semble pas non plus constituer un ancien centre de peuplement. Aucune preuve archéologique significative ne permet de remonter au haut Moyen Âge. La voie gallo-romaine de Rennes-Angers passait à 1,8 kilomètre plus au sud de cette agglomération, dans le bourg de Venèffles109. Cependant, les textes concernant Châteaugiron, bien que tardifs et peu nombreux, laisseraient supposer que les lieux étaient sans doute modestement occupés avant le xie siècle. La confirmation des biens de l’abbaye de Saint-Melaine de 1152 par l’évêque de Rennes, Alain, indique qu’il y avait déjà plusieurs églises à Châteaugiron110. Ces sanctuaires devaient correspondre à ceux de Sainte-Croix et de Sainte-Marie-Madeleine, qualifiés d’église respectivement au xvie siècle et en 1184111. Une chapelle dédiée à la Sainte-Trinité avait la réputation d’être ancienne. La tradition, au xviiie siècle, en faisait le siège du doyenné de Châteaugiron112.

Plan 27 : Le site de Châteaugiron

Plan 27 : Le site de Châteaugiron

1 église Ste-Croix
2 église Ste-Marie-Madeleine et le château
3 chapelle de la Ste-Trinité
4 chapelle St-Nicolas
5 angle de la rue du Porche et de la Grande Rue: découverte d'un fossé
6 la Loriette : découverte de douves, vestiges d'une ancienne forteresse ou, plutôt, aménagement du parc du château

Synthèse sur les différents profils de sites castraux

  • 113 Pour J. Briard, « beaucoup [d’oppida] ont d’ailleurs été réutilisés aux époques médiévales », La p (...)
  • 114 A. Colin, Chronologie des oppida…, p. 11-112.

47Les forteresses du Rennais citées au xie siècle dans les textes ont souvent été installées sur des éperons, voire des bords de plateau, comme à Vitré, Hédé, Marcillé, Fougères, Châteaubriant, Dol et le Mont-Saint-Michel. Ainsi, la recherche d’un site de hauteur constitue un élément important pour le choix de leur localisation, à la différence des manoirs à motte. Parmi ces places fortes, quelques-unes auraient pu servir de base à des oppida de la fin de la période gauloise. Mais, dans ce domaine, il est très risqué, en l’absence de fouilles, d’être affirmatif. Le développement urbain a bien souvent enseveli à jamais de précieuses données. Cependant, le fait que les sites du haut Moyen Âge s’établissent sur des hauteurs, à une époque où la fortification ne semble pas avoir été de mise, suggérerait un lien de continuité avec l’époque gauloise113. Mais, il faut avouer que ces fameux oppida gaulois semblent avoir été peu occupés en Bretagne et Basse-Normandie, à la différence de ceux du centre et de l’est de la France114. Il s’agit en partie d’une histoire à écrire et il serait aventureux de croire que tous les sites de hauteurs ont été systématiquement occupés avant le Moyen Âge. Avec l’époque gallo-romaine, l’archéologie est souvent confrontée à des problèmes similaires. Les centres urbains, où furent dressés les châteaux du Rennais, n’ont pas fait l’objet de fouilles, hormis Rennes centre de la civitas des Riedones. Ailleurs, les découvertes fortuites d’objets gallo-romains, s’ils peuvent être souvent l’indice d’une présence humaine, ne fournissent guère d’indications sur l’ampleur des sites considérés, excepté Combourg qui pourrait constituer un centre d’une certaine taille dès cette époque.

48L’ère chrétienne apporte des indices plus précieux car plus sûrs. La découverte de nécropoles du haut Moyen Âge à Vitré, Marcillé-Robert et Béré indique une présence humaine organisée. Certes, ce critère ne saurait suffire en lui-même à prouver qu’il s’agit de centres de peuplement et/ou de commandement car l’archéologie a montré que ces cimetières étaient très répandus. La multiplicité des sanctuaires dans une même agglomération à une haute date constitue, en revanche, une preuve plus solide quant à l’importance des sites. Dans la plupart des futurs sites castraux, plusieurs églises paraissent en place bien avant que les textes ne les mentionnent. Certains ensembles sont déjà relativement élaborés comme à Fougères, Vitré, Combourg, et peut-être, dans une moindre mesure, à Marcillé-Robert. Ils attestent la présence de centres de peuplement bien structurés. Les ateliers monétaires mérovingiens de Béré et Marcillé-Robert ou les monastères du Mont-Saint-Michel, Béré, Dol (élevé au rang d’archevêché) et sans doute Vitré et Fougères, indiquent qu’ils étaient des lieux de pouvoir.

49Mais tous les châteaux du xie siècle, même s’ils peuvent être installés près de sanctuaires remontant au haut Moyen Âge, n’ont pas été systématiquement élevés dans des lieux notables. Tel semble être le cas de Châteaugiron et de La Guerche. Ce dernier château paraît même avoir été édifié en terrain quasiment vierge. Seule la chapelle Saint-Maimbœuf indiquerait un embryon de présence humaine antérieure au site castral. Châteaugiron ne semble pas non plus très ancien, malgré le peu de sources relatives à cette localité. En tout cas, s’il y eut un habitat avant le xie siècle, il aurait été modeste et témoignerait de places fortes sans doute récemment construites. Hédé représenterait un site intermédiaire, plus proche sans doute de Châteaugiron que de Marcillé-Robert, sans doute parce que la basilique de Bazouges-sous-Hédé aurait davantage concentré l’activité humaine au haut Moyen Âge.

  • 115 A. Renoux, Fécamp…

50Ce dernier exemple montre que l’histoire de ces centres de commandement et/ou de peuplement semble plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord. Plusieurs fonctions peuvent s’y chevaucher et, selon les différentes périodes, l’une peut évincer l’autre ou la dominer. Les établissements de Dol et du Mont-Saint-Michel, bien que servant de forteresses, étaient avant tout des centres religieux de première importance. L’éperon de Hédé où se dresse l’actuel château aurait pu être plus ou moins délaissé ou relégué à un second rôle lorsque fut établie la basilique de Bazouges. Ce parallèle entre déplacement de site et changement de fonction est également décelable à Châteaubriant et Béré. Ce dernier lieu a constitué le principal pôle de commandement de la région avec son monastère avant que Châteaubriant ne devienne un centre de pouvoir majeur. Cependant Béré ne fut pas pour autant abandonné puisque ce sanctuaire fut réoccupé par les moines de Marmoutier. De même, il se pourrait que Châteaubriant ne soit pas un lieu désert avant le xie siècle, avec l’église de Notre-Dame de Jouvance et la chapelle Saint-Michel. Mais, si cette pseudo-reconstitution de l’histoire de Châteaubriant s’appuie sur peu de certitudes et beaucoup d’hypothèses, elle a été exposée pour montrer que bien des possibilités peuvent être envisagées. Tous ces changements graduels demeurent très difficiles à cerner en l’absence de fouilles approfondies. Un parallèle peut être effectué avec les recherches menées par A. Renoux115 à Fécamp. Seulement les données sont plus fiables car la documentation y est riche et le site remarquablement fouillé. Ainsi, le monastère de Fécamp a vu le jour au viie siècle. Après un abandon partiel et bref à la fin du ixe siècle, il fut réaménagé en résidence princière puis en forteresse. Les moines, après un retour progressif, finiront par s’imposer en reconstruisant une abbaye fortifiée au bas Moyen Âge.

La morphologie des castra d’avant les grandes forteresses de pierres

51La distinction entre manoirs à motte et châteaux est nette lorsqu’on examine leurs emplacements. Les premiers sont avant tout établis sur un site isolé et sans relief ; les seconds tirent parti souvent des hauteurs et, s’ils ne furent pas toujours édifiés dans des anciens centres de pouvoir et/ou de commandement, ils ont toujours donné naissance à une petite ville. Cette différence est-elle de mise si l’on compare la morphologie des manoirs à motte et des châteaux d’avant les grandes constructions de pierres, datant, pour la plupart d’entre elles en Bretagne, à partir du xiiie, voire xiie siècle ? En effet, on considère souvent qu’un des archétypes des premières places à partir de la seconde moitié du xe siècle réside en la tour et sa motte. C’est du moins ce que laisse entrevoir la broderie de Bayeux avec les célèbres représentations des châteaux de Rennes, Dol et Dinan.

  • 116 Ibidem, p. 275 et 275.
  • 117 Aux marches du palais…, à paraître.
  • 118 M. de Boüard, « De l’aula au donjon… », p. 5-110 ; A. Renoux, Fécamp…, p. 275.
  • 119 K.-F. Werner, « L’acquisition… », p. 268-269.
  • 120 Renseignement aimablement communiqué par J.-P. Brunterc’h préparant une nouvelle édition du texte (...)

52Cette nouvelle conception de la défense mettant en valeur un espace privilégié se manifeste au xe siècle, peut-être même à la fin du ixe siècle. Les premières tours apparaissent dès le règne de Charles le Chauve, notamment à Compiègne116. Celle du château de Mayenne remonterait sans doute au début du xe siècle117 tandis que celles de Doué-la-Fontaine et de Laon furent construites au milieu du xe siècle118. Vers la même période, Thibaud le Tricheur fit édifier les tours de Blois, Chinon et Chartres à partir de la moitié des revenus de la cité de Nantes119. Signe du nouvel engouement pour ce type de fortification, Flodoard, dans ses annales, évoque surtout des tours à partir des années 950120.

  • 121 P. Demolon et J. Barbieux, « Les origines médiévales…», p. 301-329 et M. Rouche, « Vinchy : le plu (...)
  • 122 M. de Boüard, « De l’aula au donjon… », p. 5-110.

53Quant à la motte, son élaboration semble plus tardive. Mais cet édifice, à l’inverse de la tour, constitue un élément incontestablement nouveau dans l’histoire de la fortification. Les plus anciennes mottes dateraient de la seconde moitié du xe siècle. M. Rouche ferait remonter celle de Douai aux années 950-963. Cet auteur date également la motte de Vinchy d’avant 979121. La fouille de Doué-la-Fontaine montre bien la continuité qui s’inscrit entre la tour et la motte puisque cette dernière vient la renforcer au début du xie siècle122. Mottes et tours sont souvent complémentaires et procèdent de la même conception de la fortification : elles visent à renforcer un point spécifique d’un château.

  • 123 M. de Boüard, Le château de Caen…
  • 124 A. Renoux, Fécamp…, p. 274-275.

54Cependant, comme le souligne A. Renoux, la morphologie des nouvelles forteresses ne prend pas systématiquement l’aspect d’une motte ou d’une tour. D’autres solutions plus compliquées ou moins novatrices ont été adoptées. Certaines places fortes ont été élaborées à partir des mêmes conceptions que celles des grands oppida antiques ou protohistoriques comme à Caen présentant pendant tout le xie siècle une vaste enceinte linéaire123. Parfois, on a opté pour des plans associant modernité et archaïsme en ajoutant, par exemple, une tour à un ensemble plus vaste, comme à Compiègne124.

55L’évolution des forteresses pendant ces périodes est complexe. Qu’en est-il pour le Rennais ? A priori, la recherche paraît veine tant la construction de vastes forteresses de pierres postérieures au xiie siècle empêche la lecture archéologique des vestiges antérieurs. Il faut donc user d’autres méthodes pour reconstituer leur morphologie d’origine. Deux types de sites aideraient à éclaircir certains aspects des premières forteresses des xe et xie siècles : la découverte de motte ou la mention de castrum près des actuelles places fortes.

Quelques indices sur la morphologie des premiers châteaux

56Quelques places fortes du Rennais semblent avoir gardé en partie leur forme originelle. Dans d’autres cas, les textes permettent de saisir la morphologie de certaines forteresses au xie siècle. À ce sujet, les mentions de castrum ou castellum ne livrent aucune indication sur la nature des fortifications, en revanche, celles de tour se rapportent à une certaine réalité de la construction.

Les mottes de Châteaubriant et La Guerche

  • 125 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », acte 1.
  • 126 É. Mare, Cour médiévale…, p. 10, 35, 36.

57Châteaubriant (plan 23 p.67). Le castrum de Châteaubriant est cité pour la première fois entre 1028 et 1049125. Des fragments de murs de fondations ont été retrouvés sous les bases de la chapelle du xiiie siècle, à plus de 2 mètres sous le niveau actuel126. Ils sont liés à un niveau d’occupation renfermant un denier de Foulques IV ou V d’Anjou (1060 à 1129) et pourraient dater de la fin du xie ou du xiie siècle.

  • 127 C. Amiot, Lignages…, p. 323-324.
  • 128 Toutefois, cette remarque reste à confirmer. Il faudrait déblayer l’intérieur de la tour rempli de (...)
  • 129 C. Amiot, Lignages…, p. 228.

58Quant à la tour maîtresse, elle forme un quadrilatère de 16 sur 17 mètres de côté environ aux murs épais de 3,80 mètres à la base. Cet édifice daterait des xive et xve siècles mais des parties pourraient remonter à l’époque romane127. Il est protégé à sa base par un amoncellement de terre formant une motte. Les dimensions de cette butte sont assez difficiles à calculer à cause des divers remaniements du site. Elle doit avoir une hauteur maximale de 8,50 mètres et, du fait qu’elle se trouve campée sur un éperon rocheux, sa base domine la rivière de la Chère de 15 mètres environ. Cette motte forme un quadrilatère de 45 mètres de côté à la base et de 25 mètres de côté sur sa plate-forme sommitale. Entre la tour et le début de la plate-forme, il y a un terre-plein de 3,50 mètres. Les parois de la motte étaient renforcées par un revêtement maçonné en pierres resté intact côté est. Deux interprétations sont plausibles : soit la butte sert de point d’appui à la tour et dans ce cas elle pourrait lui être antérieure, soit elle fut élevée pendant ou après la tour pour en protéger la base. La dernière solution semble plus probable. En effet, l’édifice possède un ou deux sous-sols : ainsi, sa base intérieure semble être approximativement au même niveau que celle de la motte128. Mais, en l’absence de fouilles, bien d’autres hypothèses peuvent être envisagées… Quant à l’aspect général du château, il remonte au xiiie siècle129.

  • 130 Saint-Serge, 107.
  • 131 J.-C. Meuret, Les mottes…, p. 4-5 et J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 311-315.
  • 132 « Guillermus de Guircheia […] super pontem domus sue », La Roë, 56.
  • 133 La Roë, 277.

59La Guerche (plan 26 p.70). Le château de La Guerche, situé dans la ville de ce nom, est qualifié pour la première fois en 1064-1076 d’oppidum130. Le site a l’aspect d’une motte qui devait mesurer de 50 à 40 mètres de diamètre et de 4 à 5 mètres de hauteur. Mais ce tertre peut aussi bien être une véritable motte qu’une butte constituée par les gravats d’un bâtiment en ruine. Bien des tours effondrées peuvent prendre l’aspect d’une motte de nos jours. Cependant, nous optons, en attente d’une fouille, pour la première hypothèse. Quoi qu’il en soit, des constructions en pierres sont attestées sur la motte en 1734. Au début du siècle, les fondations d’une tour carrée furent découvertes à sa base est131. En 1107-1117, Guillaume Ier de La Guerche concéda un don sur le pont de sa maison132. Une aula est mentionnée en 1170-1180133. Elle pourrait avoir été édifiée dans sa basse-cour, située au sud ou à l’est de la motte, ou sur cette dernière.

Dol et Rennes : des mentions de tour et de motte

60En l’absence de tout vestige archéologique, les textes permettent parfois de reconstituer certains aspects des châteaux des xie et xiie siècles, comme c’est le cas à Dol et à Rennes. La mention de tour et de motte livre alors quelques détails morphologiques sur ces forteresses.

Figure 1 : La motte et la tour de Dol d’après la tapisserie de Bayeux (scène 18)

Figure 1 : La motte et la tour de Dol d’après la tapisserie de Bayeux (scène 18)
  • 134 Guillaume de Jumièges, Gesta…, t. II, p. 26.
  • 135 « combuxerunt omnia ostia fenestrarum domus episcopi, et cathedram ejusdem episcopi, et mensas ali (...)
  • 136 M. Deceneux, « La résidence…», p. 233 ; M. Casset, « Dol (Ille-et-Vilaine), palais épiscopal », Pa (...)

61La tour de Dol (figure 1, plan 22 p.66). Peu de document concerne le château de Dol. La mention d’un castrum en 1014134 peut tout aussi bien désigner une enceinte urbaine qu’un château. Il est certain qu’il y eut deux châteaux à Dol. L’un, appartenant à l’évêque de la cité, ne devait pas être fortifié en 1230. Du moins les enquêtes menées après le conflit ayant opposé le duc Pierre à Louis IX ne le suggèrent pas. La domus épiscopale fut pillée par les hommes du duc ; les fenêtres et le vieux portique de la maison furent détruits135. Cette demeure semble avoir été fortifiée seulement à la fin du xiiie siècle, lorsque l’on lui adjoignit en 1291 une tour136.

  • 137 « Et quod turris ædificata est vi et contra voluntatem archiepiscopi. Et quidam eorum viderunt loc (...)
  • 138 Cf. p. 114.
  • 139 « castri terræ suæ Doli », Guillaume de Poitiers, Histoire…, p. 110-111.
  • 140 La tapisserie de Bayeux…, scène 18.
  • 141 Nous sommes en accord avec L. Musset sur cette question. L. Musset, La tapisserie…, p. 18-20 et 22
  • 142 « turris de Dolo », Benoît de Peterborough, Vita…, p. 155-156.
  • 143 « Joannes Rex statuit (legendum stravit) turrim Dolensem, & vastavit patriam », Chronicon Britanni (...)
  • 144 ADIV, 1F204, en avril.
  • 145 « unne veie à aler en Carcou par sus la motte », A. de La Borderie, « Essais de géographie… », act (...)

62Le deuxième château, plus ancien, devait revêtir l’aspect d’une tour. C’est la seule fortification du Rennais, avec celle de Rennes, qui est régulièrement qualifiée de turris dans les actes de la pratique, chroniques et annales. L’enquête de 1181 par Tourbe indique qu’elle fut élevée contre le gré de l’archevêque, à un emplacement inoccupé137. Nous attribuons cette construction à Rivallon Ier de Dol, sans doute entre 1052 et 1064138. En 1064, ce castrum139 est assiégé par Conan II. La broderie de Bayeux représente la forteresse sous la forme d’une motte surmontée d’un tour140. Cette figuration relèverait davantage de l’archétype de la forteresse du xie siècle que d’une reproduction fidèle de cet édifice141. Cependant, celle de Dol est bien qualifiée de tour dans les chroniques relatant des événements postérieurs aux années 1150. Cette construction, ou une autre si elle avait été réédifiée depuis, devait être d’une belle taille puisque s’y abritèrent quelque 81 milites en 1173142. Jean sans Terre la fit raser en 1203143. Il s’agissait sans doute d’une tour sur une motte puisque le nécrologe de Dol mentionne la maison de Hamon Morin située près de la « Motam Dolensem144 ». Une enquête de 1240 précise son emplacement : on passait à côté d’elle pour se rendre à Quercout145. Ceci correspondrait assez bien à une tour des remparts de Dol appelée la Tour de la Motte.

  • 146 La tapisserie de Bayeux…, scènes 18-19.
  • 147 En 1128, « in turri Redonensi », en 1187 « facta est Redonis in presentia nostra in Turre Comitis  (...)
  • 148 « Rex Henricus senior misit exercitum in Britanniam, et obsederunt turrem Redonensem et ceperunt, (...)
  • 149 J.-P. Leguay, La ville de Rennes…, p. 108 et 203.
  • 150 « Erat in urbe Redonensi turris modica, muro contigua, super quam mater mea ecclesiolam sumptibus (...)
  • 151 En 1101, « Actum Redonis in camera aulæ », vers 1150 « Actum hoc in camera juxta Turrim », Guillot (...)

63La tour de Rennes (plan 28 et figure 2). Le château de Rennes est encore moins bien connu. Il se situait à l’intérieur des remparts construits au Bas-Empire. La broderie de Bayeux le représente en 1064 sous la forme d’une tour érigée sur une motte146. Cet édifice est mentionné à plusieurs reprises comme étant la tour du Comte ou la tour de Rennes147. Elle fut prise, détruite puis reconstruite en 1181 par Henri II, pour être aussitôt ravie par son fils, Geoffroy148. Cette tour fut édifiée sur une motte comme le précisent des sources du bas Moyen Âge. En 1477, elle est appelée « Mote du Viel Chastel » ou « Tour de Rennes149 ». Ce château était également composé d’une chapelle construite vers 1100 sur la tour comtale150, d’une camera et d’une aula151.

Plan 28 : Emplacements des châteaux de Rennes. Plan tiré de J.-P. Leguay, La ville de Rennes…

Plan 28 : Emplacements des châteaux de Rennes. Plan tiré de J.-P. Leguay, La ville de Rennes…

1 la motte du Viel Castel
2 cathédrale St-Pierre
3 la Motte St-Pierre : emplacement présumé d'un premier château

Figure 2 : La motte et la tour de Rennes d’après la tapisserie de Bayeux (scène 18-19)

Figure 2 : La motte et la tour de Rennes d’après la tapisserie de Bayeux (scène 18-19)

64Ces deux exemples livrent des indices sur la partie centrale de ces fortifications : la tour. Leur motte n’est mentionnée que bien après, lorsque leur fonction initiale n’est plus. Elles servent simplement comme point de repère remarquable dans le paysage. Ainsi, les actes de la pratique et les chroniques soulignent, pour qualifier un château, avant tout la présence d’une tour plus que celle de la motte.

La présence de la pierre à Fougères et Vitré

  • 152 F. Champagne, 35 Fougères… ; F. Fichet de Clairfontaine, F. Champagne et J. Cucarull, « Le premier (...)
  • 153 Raoul de Diceto, Imaginibus…, p. 187.

65Fougères, un château de bois de la fin du xe siècle ? D’importantes fouilles ont été réalisées de 1985 à 1988 par F. Champagne et J. Cucarull152 sur la troisième enceinte du château de Fougères (plan 20 p.64). Elles ont permis de dégager, sur un talus empierré d’une hauteur maximale de 4 mètres, 5 trous de poteaux, d’un diamètre de 0,95 à 0,6 mètre environ, alignés sur une longueur de 15 mètres. Ils ont été interprétés comme les traces d’une palissade en bois. Une petite tour de 2 mètres de côté accolée à cette enceinte aurait été retrouvée. D’autres trous de poteaux, beaucoup plus petits, marqueraient l’emplacement d’appentis adossés à la palissade. Au sommet de l’affleurement rocheux, d’autres excavations, d’un diamètre moyen de 0,9 mètre, auraient servi à soutenir ce que les auteurs de la fouille appellent un « donjon » de bois de 8,5 sur près de 7 mètres de côté. Comme ce dernier secteur avait été mis à nu dans les années 1930, aucun horizon archéologique ne subsistait lors de cette dernière fouille. Cet ensemble forme grossièrement un triangle de 45, 30 et 50 mètres de côté environ. Les structures mises au jour ont été datées de la fin du xe, voire du début du xie siècle, à cause de la découverte, dans le talus surmonté de la palissade en bois, de deux deniers de Rennes frappés à la fin du xe siècle. Ce château aurait perduré sous cette forme jusqu’au siège de 1166 par Henri II Plantagenêt qui l’aurait incendié et détruit, ce qu’atteste le récit de Raoul de Diceto153. Cette destruction a été identifiée à une couche noire, épaisse de 1 à 0,2 mètre, contenant deux deniers dont un du comte Étienne († en 1138) frappé à Guingamp, des carreaux d’arbalète à tête en tétraèdre courte et montée sur une douille conique, des pointes de flèches, un fragment d’éperon ainsi qu’un lot de quelque 118 vases.

  • 154 C. Amiot, Lignages…, p. 216-218 et « Nouvelles observations…», p. 401-434. D’après cet auteur, l’é (...)

66L’interprétation de la fouille de la troisième enceinte est problématique. Tout d’abord, les deux deniers de la fin du xe siècle « recueillis dans le talus » ne permet absolument pas de dater, ni la palissade, ni la tour de bois. D’abord parce qu’un tel objet peut être réutilisé longtemps après son émission, ensuite parce qu’il a été découvert dans le talus ayant pu être élevé à l’aide d’un remblai plus ancien, enfin parce que les trous de poteaux supposés soutenir la tour ont été découverts hors contexte stratigraphique. Par ailleurs, il serait très étonnant que l’un des plus grands seigneurs de Bretagne, Raoul II de Fougères, ait eu pour forteresse ce modeste ensemble protégé par une palissade et une tour de bois. Cette étude ne tient aucun compte de nombreux vestiges de pierres dont les plus visibles sont une aula, une cheminée et les bases de la tour Coëtlogon. Ils ont été pourtant mis en évidence par C. Amiot qui les date d’avant 1166154.

  • 155 Raoul de Diceto, Imaginibus…, p. 187 ; pour davantage de détail, cf. M. Brand’Honneur, « Seigneurs (...)
  • 156 Robert de Torigni, Chronica…, t. I, p. 42.
  • 157 Benoît de Peterborough, Vita…, p. 155-156 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. I, p. 42-45.
  • 158 Communication de L. Beuchet qui a étudié les céramiques des fouilles de Fougères. Qu’il en soit re (...)
  • 159 Saint-Sulpice, 71.
  • 160 C. Amiot, Lignages…, p. 218, 383, 399-400, 596-597 et « Nouvelles observations… », p. 401-434.

67Dès lors, il faut reconsidérer les conclusions émises car, si l’on prend bien garde aux indications livrées par les différentes chroniques, le site pourrait être interprété de la manière suivante. En 1166, Henri II prit le château de Raoul II et le rasa partiellement155 : il s’agirait du premier château de pierres mis en évidence par C. Amiot. En 1173, Raoul II le relève, comme l’indique Robert de Torigni156. Or, il est fait prisonnier par le roi anglais le 23 août 1173 à Dol. C’est donc en l’espace de quelques mois que le château de Fougères fut reconstruit. Cet édifice correspondrait à la tour de bois et à la palissade mises en évidence par F. Champagne et J. Cucarull, fortifications bien sommaires rasées par les Brabançons qui prirent Fougères comme toutes les munitiones de Raoul II157. La couche d’incendie découverte lors de la fouille correspondrait à cet événement. Selon L. Beuchet, le matériel céramique mis au jour dans cette couche ne démentirait pas une telle interprétation158. Ensuite, Raoul II finit par rejoindre la cause de Henri II159. D’après les conclusions de C. Amiot, c’est après 1173 qu’il faut dater une bonne partie de l’enceinte du château de Fougères : il s’agirait alors d’une construction de forte inspiration plantagenaise160.

  • 161 Raoul de Diceto, Imaginibus…, p. 187.

68Cette reconstitution d’une partie de l’histoire du château de Fougères reste bien évidemment à prendre au conditionnel. Cependant, elle a l’avantage de livrer une nouvelle interprétation à une fouille dont les conclusions ont été un peu trop hâtivement tirées. Ainsi, nous récusons le fait que la place forte de Fougères découverte par les fouilles ait été édifiée à la fin du xe ou au début du siècle suivant. Si la morphologie du château cité pour la première fois en 1040-1047 reste inconnue, il est toutefois certain que cette fortification fut munie de constructions en pierres de grande ampleur avant 1166, sans doute dès le début du xiie siècle, voire à la fin du xie siècle. Elle avait l’aspect, d’après C. Amiot, d’une grande enceinte linéaire munie d’au moins un logis seigneurial avec une cheminée monumentale, une église appartenant à des chanoines puis à Marmoutier et une tour-porte, peut-être celle citée par Raoul de Diceto161.

  • 162 Ibidem, p. 219-220.
  • 163 ADIV, 6H34, 3 ; Guillotel, 145.
  • 164 F. Tournier, « Vitré… ».

69Vitré. Là encore, nous livrons un bref aperçu des conclusions de C. Amiot162. Le château de Vitré présente des vestiges en pierres. Le plus ancien consisterait en une cheminée à foyer semi-circulaire. Elle se situe à environ un mètre sous le seuil d’un portail roman qui était surmonté d’une tour de 6,30 sur 7,30 mètres de côté flanquée de contreforts d’angle. Le mur reliant le châtelet à la tour de la Madeleine est également roman. L’ensemble est daté, d’après des comparaisons stylistiques, du xiie siècle. Cette place forte comprenait une aula et une camera citées respectivement en 1104 et 1136163. Un sondage dans la basse-cour située juste devant l’entrée du château a permis de dégager un sol daté approximativement des xie et xiie siècles. Un denier de Foulques IV ou V (1067/1068-1129) y a été découvert. Cependant, des niveaux antérieurs existent certainement mais, pour des raisons de sécurité liées à la profondeur des excavations, il n’a pas été possible de poursuivre la fouille164.

Les déplacements de sites : un moyen pour retrouver la morphologie des premiers châteaux ?

70L’étude des déplacements de places fortes pourra éventuellement livrer quelques indices sur leur morphologie primitive. En effet, si la présence d’une forteresse de pierres a généralement gommé toute trace d’occupation plus ancienne, à l’inverse, un site abandonné précocement est susceptible d’avoir préservé l’aspect des premiers châteaux. De tels transferts paraissent relativement fréquents si l’on examine avec attention les traces écrites et les vestiges archéologiques.

Vitré

  • 165 « terram quæ est sita juxta Castellum meum Vitriacum in qua suit olim vetus Castellum », Dom Moric (...)
  • 166 « Robertus de Vitriaco dederat B. Martino fossati veteris interiorem ambitum, quem Burgum Veterem (...)

71Vitré constitue l’exemple le mieux connu du Rennais car il est explicitement mentionné dans un texte de Marmoutier. Entre 1066 et 1076, Robert Ier de Vitré concéda une terre, située près de son château de Vitré sur laquelle était autrefois l’ancien château, avec toutes les coutumes pour construire un bourg et un prieuré consacré à sainte Croix165. Peu de temps après, le même Robert rappela le don de l’enceinte (ambitus) intérieure du vieux fossé qu’on appelait Vieux Bourg166. Ce site et les sanctuaires qui lui sont associés (Saint-Sauveur, Saint-Blaise et Sainte Croix) sont sans doute plus anciens qu’il n’y paraît. Ce château n’existe plus. Il était installé à 200 mètres environ de l’actuelle forteresse campée sur un éperon rocheux (plan 19 p.61). Cette première demeure noble devait être relativement étendue pour accueillir un bourg et quelques sanctuaires.

Rennes

  • 167 « censum de burgo qui edificatus est ubi castellum esse solebat » et « censum de quodam veteri fos (...)
  • 168 P. Banéat, Le Vieux Rennes…, p. 136. Cette place se situe 13 rue des Dames.

72Un tel déplacement semble également avoir eu lieu pour le château de Rennes. Dans un acte de Conan III daté de 1141 évoquant la tour de Rennes, il est précisé que l’emplacement d’un château a servi pour édifier un bourg. La présence de maisons au lieu d’un ancien fossé est également mentionnée167. La localisation de cette première forteresse pourrait correspondre à une ancienne place citée en 1596 est appelée la Motte Saint-Pierre ou de Vauclerc (plan 28 p.76)168.

Marcillé [-Robert]

  • 169 P. Banéat, Le département…, t. II, p. 337.
  • 170 « super dimidia parte videlicet castilli de marcilliaco, et dimidia turre […] que inundatione stag (...)
  • 171 C. Amiot, Lignages…, p. 257-258.

73À 300 mètres au nord-ouest du promontoire sur lequel se dresse le château de Marcillé, près de la Ville Bedon, se trouvait une parcelle de terre s’appelant la Motte à Madame (plan 24 p.68)169. Il ne reste plus aucun vestige de cette éventuelle motte. Ce site est mentionné indirectement dans un acte de Marmoutier, en 1161 : suite au rehaussement de la chaussée de l’étang de Marcillé, les terres que les moines possédaient depuis fort longtemps, c’est-à-dire la moitié de la châtellenie et de la turris ainsi qu’une prairie, avaient été recouvertes par les eaux170. Cette tour ne peut pas être un élément de l’actuel château dominant l’étang de 35 mètres et dont les plus anciens vestiges semblent remonter au xiiie siècle171. En revanche, son emplacement convient à merveille au lieu-dit la Ville Bedon qui borde la retenue d’eau de Marcillé.

Combourg

  • 172 C. Amiot, Lignages…, p. 294 ; P. Banéat, Le département…, t. I, p. 436 ; A. Guillotin de Corson, P (...)

74L’actuel château de Combourg est construit dans le bourg de ce nom, sur un petit affleurement rocheux dominant le Linon. Cette forteresse ne semble pas remonter au-delà du bas Moyen Âge, voire du xiiie siècle pour la tour nord-est appelée la Tour du More ou de l’Horloge. Elle abritait une chapelle castrale placée sous le patronage de saint Martin172.

  • 173 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 434.

75P. Banéat mentionne l’éventuelle présence d’un premier château à 800 mètres du second (carte 9 p.240). Il se situerait à la queue de l’étang de Combourg, près du lieu-dit le Vieux Châtel173. Des parcelles appelées la petite motte (n° 86), la pièce du vieux Château (n° 88) et la grande motte (n° 89) accréditeraient cette tradition. Seule la parcelle n° 89 a pu être visitée. C’est une petite plate-forme en croissant entourée par un marécage. Elle est délimitée au sud-ouest par un vaste talus érodé, de près de 190 mètres de longueur et d’environ 2 à 3 mètres de hauteur et de 5 mètres de largeur. Il est suivi par un fossé de 4 à 6 mètres de largeur et de 1 mètre de profondeur. La parcelle dite la pièce du Vieux Château (n° 88) est un marécage où l’on ne décèle actuellement aucun relief mais un important aménagement routier a coupé en deux cette pièce de terre. La Petite Motte est actuellement très difficile d’accès, une végétation très dense poussant dans l’eau ne permet pas de s’y rendre, même en barque. Il semble qu’elle forme une petite butte tendant vers une forme circulaire d’une quarantaine de mètres de diamètre environ. Il pourrait s’agir d’une motte rasée. L’ensemble du site est d’une lecture difficile ; d’importants aménagements réalisés à la queue de l’étang sans doute avant-guerre, notamment en recreusant le lit du Linon, ont dû sérieusement l’altérer.

  • 174 Note prise dans les archives du CeRAA ; G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 81.

76À 300 mètres de là, au Vieux Châtel, ont été découverts des fragments de tegulæ et des tessons de sigillée du iie siècle. Une voie ancienne, prenant la direction Corseul-Le Mans, passait à la queue de l’étang de Combourg174.

Châteaugiron

  • 175 A. Garnier, Notice…, p. 178.
  • 176 Ibidem, p. 7.
  • 177 C. Amiot, Lignages…, p. 338-339.

77À Châteaugiron, les indices sont plus difficiles à décrypter. En 1859, lors de travaux à l’angle de la rue du Porche et de la Grande Rue (ou rue de la Madeleine), on découvrit à 3 ou 4 mètres de profondeur, dans ce qui a été interprété comme un fossé, des poutres carbonisées (plan 27 p.71)175. Mais il faut sans doute prêter plus d’attention à une seconde trouvaille : à 200 mètres à l’est de l’actuelle place forte de Châteaugiron qui se dresse sur un rebord de plateau, ont été mises au jour, près des jardins de la Loriette, de larges douves. Elles correspondraient à celles d’une antique forteresse. Les bases d’une tour, au nord-est des mêmes jardins, auraient été reprises plus tard par un colombier176. Si cette dernière interprétation peut paraître suspecte, la présence de douves pourrait suggérer l’emplacement d’un ancien château, à moins qu’il ne s’agisse des restes d’un parc en contrebas de l’actuelle forteresse dont la chapelle est romane et la tour maîtresse remonte au xive siècle, voire au xiiie siècle177.

Hédé

  • 178 P. Banéat, Le département…, t. II, p. 179.
  • 179 C. Amiot, Lignages…, p. 220.

78Le toponyme la Motte Jouhan178 se situe sur le sommet d’un plateau se terminant, 400 mètres plus loin, par une cassure au bord de laquelle se dresse le château de Hédé (plan 25 p.69). Il peut s’agir d’un déplacement de site, d’une fortification de siège, ou d’un ouvrage complémentaire au château principal implanté sur le bord de l’éperon et dont la tour maîtresse, délicate à dater, pourrait remonter à la seconde moitié du xiie siècle179.

Châteaubriant

  • 180 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 319.

79Selon J.-C. Meuret180, la première forteresse de Châteaubriant pourrait avoir été localisée au Bois Briant où se dressait autrefois une motte dont l’emplacement se distingue encore très nettement. Son nom correspond du moins au premier seigneur des lieux appelé Brient. Cependant, il n’est pas le seul à se dénommer ainsi. Ce nom est assez répandu dans la région aux xie et xiie siècles. Brient Le Bœuf pourrait être associé à ce site qui correspond à un manoir à motte et non à un château majeur.

  • 181 A. de Barthélémy et J. Geslin de Bourgogne, Anciens…, t. VI, acte 20.
  • 182 F. Le Boulanger, Lévolution du peuplement…, p. 133-136.
  • 183 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 376-377.
  • 184 C. Amiot, Lignages…, p. 564-574.
  • 185 Pour Oudon, communication de M. Rouau ; J.-C.Meuret, Peuplement…, p. 319 ; J. Naveau, « La voie ro (...)
  • 186 G. Fournier, Le château…, p. 74-75 et 154.

80Les déplacements de châteaux sont finalement nombreux : ils concernent 4 sites sur 14. Le fait que les mentions dans les actes et les traces archéologiques ne se recoupent qu’une seule fois, à Marcillé, laisse supposer qu’ils étaient encore plus fréquents. Malgré des témoignages peu explicites et ténus, des indices de motte et de tour peuvent être détectés dans trois cas. De tels transferts de site ne sont ni rares, ni spécifiques au Rennais. En 1164, une charte de Roland de Dinan précise qu’il y avait, à côté de la nouvelle forteresse de Bécherel sise au sommet d’un promontoire, un vieux château181. Le château (sans doute à motte) de Tinténiac construit sur une plaine vers 1050 a été abandonné au profit d’un escarpement rocheux situé à plus de 4 kilomètres, à Montmuran182. À Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine, une motte a été édifiée à 300 mètres de la forteresse de pierres183. Une vingtaine d’exemples ont été recensés en Bretagne184. Ces déplacements se retrouvent à Segré, Laval où il existait avant le château de pierres une place forte à motte, à Bellême où la nouvelle fortification s’est installée sur le point le plus élevé185. G. Fournier mentionne également plusieurs cas à Lâcon, Vodable, à Andone fouillé par A. Debord, mais aussi en Italie du Nord ou en Allemagne186.

  • 187 C. Amiot, Lignages
  • 188 G. Fournier, Le château…, p. 154-155.
  • 189 N.-Y. Tonnerre, « Quelques remarques sur les origines de Machecoul », dans Mondes de l’Ouest…, p. (...)
  • 190 É. Lorans, Le Lochois…, p. 97.

81Les datations de ces transferts ne sont généralement pas connues. La donation du vieux castrum à Vitré en 1006-1076 ne permet pas de dater son abandon ni la construction de l’actuel château. Les changements de site à Marcillé et Bécherel datent respectivement de 1161 et avant 1164. Celui de Tinténiac187 pourrait être relativement tardif (fin xiie siècle, xiiie siècle ?). G. Fournier188 note que ces déplacements sont liés aux conceptions récentes de la défense elles-mêmes commandées par les nouveaux enjeux politiques et sociaux. Ils semblent être le signe, dans bien des cas, du développement de la construction d’importantes forteresses de pierres nécessitant des sites de hauteur aux assises solides. Cela pourrait correspondre à Combourg ou Marcillé où l’on abandonna les lieux bas et marécageux au profit d’affleurements rocheux. Cependant, cette hypothèse n’est pas vérifiable dans tous les cas. L’implantation du nouveau château de Machecoul se fit au profit de bas-fonds189. Ici, le contrôle d’un axe routier en serait la cause. Ailleurs, la concurrence entre pouvoirs religieux et laïque peut être à l’origine du déplacement, ce qui pourrait être le cas à Tinténiac, agglomération appartenant à l’abbaye de Saint-Georges. Par ailleurs, la présence d’une motte près d’un château plus important a été interprétée comme des ouvrages de siège ; c’est du moins l’hypothèse retenue pour la motte de Bazonneau dans le Lochois190. Elle n’est pas vérifiable pour Hédé : la Motte Jouhan pourrait aussi bien garder le souvenir d’un premier château ou d’un édifice complémentaire de celui situé à l’extrémité de l’éperon. En fait, les raisons de la proximité de ces sites semblent être variées et complexes.

Le repérage d’autres châteaux par similitude de localisation et de morphologie

82Les hauteurs, notamment les éperons rocheux, ainsi que les centres de peuplement et/ou de pouvoir, ont été des lieux de prédilection pour les châteaux. L’analyse morphologique de ces premières places fortes montre qu’elles auraient pris souvent la forme au moins d’une motte surmontée d’une tour. Peut-on dès lors, par similitude de localisation de site et par ressemblance physique, retrouver d’autres forteresses majeures qui n’auraient pas été mentionnées dans les actes de la pratique et les chroniques ?

Trois châteaux inédits

83Trois sites, absents de la documentation, regroupent des caractéristiques permettant de les assimiler à des châteaux majeurs.

Martigné [-Ferchaud] (plan 29)

Plan 29 : Le site du château de Martigné

Plan 29 : Le site du château de Martigné

1 la Motte
2 le Logis : ancien manoir succédant à un ouvrage plus ancien barrant l'éperon ?
3 possible éperon barré
4 les Forges
5 églises St-Pierre eft St-Symphorien
6 étang de Martigné

  • 191 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 319.
  • 192 Cartæ de Carbaio…, p. 9.
  • 193 Cf. p. 101-102.

84Le cas de Martigné191 est particulièrement intéressant et ressemble fort à celui de Marcillé. Il était le centre d’une seigneurie englobée au xiie siècle dans celle de La Guerche. Un important personnage, Hervé de Martigné, vivant au milieu du xie siècle, est associé à ce lieu. Il tenait curia à Martigné192 et reçut du comte d’Anjou l’honor de Lorareis et le château de Pouancé193. Cette cour devait être localisée près d’un éperon de 25 hectares environ pouvant avoir été occupé à une époque fort ancienne. On sait peu de chose sur cette forteresse. Les parcelles 890 à 893 du cadastre napoléonien s’appellent le Logis. Il correspondait à une demeure en ruine dès 1500 barrant l’entrée de l’éperon. Le logis de Martigné suggère davantage un site de manoir dont les parcelles 894, 892 et 898 délimiteraient une plate-forme de 75 sur 50 mètres de côté ; mais cette demeure aurait pu succéder à un château plus ancien.

  • 194 Idem.

85À 400 mètres de là, se trouve le toponyme la Motte. Une telle localisation, proche d’un promontoire, n’est pas sans rappeler la situation de Hédé. Il s’agit donc d’un ouvrage complémentaire à un éperon barré ou d’une motte de siège, ou encore d’un déplacement de site. D’autre part, si Martigné n’a pas donné naissance à une importante forteresse de pierres, c’est parce que Hervé a abandonné ce lieu vers 1050 au profit de celui de Pouancé194.

  • 195 Les autels de ces lieux de culte sont cités en 1049/64. Dom Morice, 415. Cf. également pour le cul (...)
  • 196 Sur une de ces sépultures était gravé « HIC REQUIESCIT BERTHILD[IS] ». J.-C.Meuret, Peuplement…, p (...)

86La localisation du château de Martigné ressemble fort à celle de Marcillé. La paroisse de Martigné semble ancienne. L’église et la chapelle du prieuré, sises dans le bourg, étaient consacrées respectivement en l’honneur de l’apôtre Pierre et de saint Symphorien. Le culte de ce dernier remonte à l’époque mérovingienne et est d’influence nantaise195. En 1867, lors de la destruction de cette chapelle, plusieurs cercueils en ardoise constituant les vestiges d’une ancienne nécropole mérovingienne furent exhumés196. Comme pour Hédé, Martigné se situait juste aux confins des cités de Rennes et de Nantes. Ainsi, tous ces éléments font de cette place un petit centre de peuplement frontalier du haut Moyen Âge, reprenant peut-être un site de hauteur plus ancien. Si ce château, une des places fortes majeures du Rennais, n’est pas cité dans les textes, c’est parce qu’il fut très rapidement délaissé.

Villavran et Louvigné [-du-Désert] (plan 30)

Plan 30 : L’ancien château de Villavran en Louvigné-du- Désert

Plan 30 : L’ancien château de Villavran en Louvigné-du- Désert

1 motte
2 basse-cour 1
3 basse-cour 2
4 chapelle St-Étienne

  • 197 P. Guigon, Les fortifications…, p. 42-43.

87Villavran remontrerait, d’après P. Guigon197, au haut Moyen Âge. C’est un promontoire de vaste dimension (450 mètres sur une centaine de mètres) abritant une motte et deux basses-cours. La motte est de forme ovale avec un diamètre de 29 et 37 mètres. Haute est de 6 à 10 mètres, sa plate-forme sommitale a un diamètre de 14 à 18 mètres. À l’est, elle domine un étang marécageux de près de 17 mètres (par rapport au sommet de la butte). Cet ouvrage, entouré par un fossé en partie comblé atteignant encore 5 mètres de largeur, sauf côté est, et son emplacement sur le flanc d’un site de hauteur, la distinguent des autres mottes. Cette remarque se confirme par l’importance des retranchements qui lui sont associés.

88Une première basse-cour (1) s’étendait à l’ouest de la motte. Elle renfermait un espace de 75 sur 75 mètres environ. Le talus sud-sud-ouest existe encore. Ses dimensions sont impressionnantes. Sa largeur est de 6 mètres à la base et de 2 mètres au sommet. Il a une hauteur de 2 mètres par rapport à l’intérieur de la basse-cour, mais, se situant en bord d’un promontoire, il domine de plus d’une dizaine de mètres le paysage environnant. Côté sud-ouest, là où le site bénéficie moins d’une protection naturelle, le talus s’épaissit pour atteindre une largeur de 9 mètres en son sommet. Son fossé reprend une petite vallée naturelle encaissée. Une entrée était aménagée au sud-ouest. Cet enclos abritait une chapelle et un manoir. Une seconde basse-cour (2), de nos jours rasée, s’élevait juste devant la première. Sa forme tendait vers un rectangle de 90 et 40 mètres de côté. Son talus, haut de 3 mètres, était suivi d’un fossé de 10 mètres de profondeur à l’ouest et par un second talus d’une hauteur de 5 mètres par rapport au fond du fossé et d’une largeur 2 mètres en son sommet. La distance entre les sommets des deux talus était de 15 mètres.

  • 198 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 121.
  • 199 P. Guigon, Les fortifications…, p. 42-43.
  • 200 Guillotel, 47. Le château de Châtillon-en-Vendelais, sans doute élevé en 1161, était aussi le cent (...)
  • 201 Vicomte Le Bouteiller, Notice…, t. II, p. 19.
  • 202 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 137-138.
  • 203 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 119-121.
  • 204 Guillotel, 46.

89Le vocable de la chapelle, Étienne198, est un indice d’ancienneté. Cette datation haute est confirmée par la présence de sarcophages en calcaire coquillier199. Si des éléments archéologiques attestent une occupation de ce lieu au haut Moyen Âge, le site de Villavran était localisé à la périphérie d’une grande paroisse, Louvigné. Elle est mentionnée dès la fin du xe siècle ou au début du siècle suivant comme le chef-lieu d’une villicatio 9 paroisses200. Villavran semble commander cet ensemble car la motte est liée à des villici cités dès 1112 et était toujours à l’époque moderne le chef-lieu de la sergenterie de Louvigné201. Malgré la quasi-inexistence des recherches archéologiques dans le canton de Louvigné, cette paroisse recèle en son sein maints traits des vieux centres de peuplement202. Son église est liée au culte martinien. À proximité, s’élevait la chapelle Saint-Jean. La tradition locale faisait de cet édifice l’ancienne église paroissiale à une époque où la cure et le prieuré auraient été séparés203. Cette localité était qualifiée de vicus en 1040-1047204.

Orange et Vieux-Vy [-sur-Couesnon] (plan 31)

Plan 31 : L’ancien château d’Orange en Vieux-Vy-sur- Couesnon

Plan 31 : L’ancien château d’Orange en Vieux-Vy-sur- Couesnon

1 motte
2 plate-forme de manoir ?
3 actuel manoir
4 chapelle de la Ste-Trinité
5 moulin d'Orange
T talus

90L’antique promontoire d’Orange domine de près de 70 mètres les cours d’eau du Couesnon et de l’Alleron. Ses dimensions sont de 500 mètres de longueur sur 300 mètres de largeur. Il était barré au sud et à l’est par un rempart (T1), épais d’environ 15 mètres à la base et haut de 5 à 6 mètres, et par un fossé. Ce talus contenait des blocs vitrifiés. Cependant, la description d’A. Millon au début du siècle est trop lacunaire pour qu’on puisse conclure à l’existence d’un murus gallicus incendié. Côté est, ce talus-fossé était doublé, à 15 mètres de distance (la largeur du fossé à ce niveau) par un second talus (T2) large de 10 mètres et haut de 4 à 5 mètres. Un troisième talus, haut de 3 mètres (T3), distant de plus de 150 mètres du talus T1, renforçait le dispositif et était suivi par un fossé de 2 mètres de profondeur et de 7 mètres de largeur. Un quatrième talus (T4) au nord du promontoire servait à défendre un endroit du site faiblement protégé par le relief. D’autres talus rasés étaient localisés à l’intérieur de l’enceinte mais ils pourraient correspondre à un ancien parcellaire.

91Sur le flanc est du promontoire, là où le site est puissamment défendu par le relief, s’élève une motte haute de 6 à 7 mètres par rapport à l’intérieur du promontoire. Elle devait avoir un diamètre de 40 mètres à la base et de 16 mètres au sommet. On y installa un petit kiosque à musique. La motte est entourée de fossés en partie comblés dont la taille reste très importante. Il est possible qu’une plate-forme de manoir se situait juste à l’ouest de la motte, près de son fossé. Un ancien château, mentionné dans un aveu de 1499, pourrait correspondre à cette plate-forme, à moins qu’il ne se trouvât 200 mètres plus au nord-ouest, à l’emplacement d’une maison bourgeoise.

  • 205 L. Goulpeau, « Les monnaies gauloises… », p. 53-60.
  • 206 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 223-224.
  • 207 R. Vandenbroucque, « Contribution… », p. 229-234 ; A. Millon, « Camp romain… », p. 287-295 ; P. Gu (...)

92Ce site est occupé depuis la Tène. On y a découvert une vingtaine de monnaies gauloises dont la majorité appartient aux Riedones205, des tegulæ, imbrices, tessons de poterie commune, meules en granite et monnaies romaines206. Au centre du promontoire, s’élevait une chapelle placée sous l’invocation de la Trinité. P. Guigon estime qu’elle pouvait remonter, d’après son plan, aux xie-xiie siècles. On y exhuma plusieurs objets de diverses époques dont des pièces gauloises ainsi qu’un « amoncellement d’ossements et de crânes humains, dont l’un avait les fosses nasales bouchées par de la cire rouge ». Pour P. Guigon, ceci évoque la préparation d’une relique207.

  • 208 Guillotel, 43.
  • 209 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. VI, p. 461.
  • 210 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 224.
  • 211 Ibidem, p. 223-224.

93Le bourg de Vieux-Vy-sur-Couesnon, situé au pied du promontoire, possède toutes les caractéristiques d’un ancien centre. En 1034-1040, le duc des Bretons, Alain III, fit don de nombreux droits dans la paroisse de Vieux-Vy (Vetus Vicus)208. Son église a une origine antique puisqu’elle est vénérée en l’honneur de saint Germain d’Auxerre209. Un sarcophage « en forme d’auge » était conservé près de ce sanctuaire. D’autres sépultures en granite ou en calcaire coquillier ainsi que trois fers de lance à douille ou framées d’époque mérovingienne furent découvertes dans le bourg à Vieux-Vy, sans plus de précision. La paroisse était traversée par deux voies antiques se dirigeant vers Rennes-Avranches et Corseul-Le Mans210. Un autre oppidum protohistorique, les Moulinets, a été repéré. On y aurait trouvé des projectiles en fer ( ?) ainsi que des meules gallo-romaines211.

Des châteaux problématiques

94Deux paroisses portent un nom tiré du mot château et un site, Taillepied, a été interprété comme le siège d’une place forte.

Pléchâtel

  • 212 Redon, f° 120v°-121.
  • 213 Cf. pour les Plous A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne…, p. 95.
  • 214 Cf. p. 95-101 et 212.

95Le toponyme de Pléchâtel, cité en 875212, soulève maintes interrogations. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une mention de château mais d’un nom de paroisse constitué à partir de deux mots : castel et plé. Les toponymes reprenant le mot « château » font souvent référence à une forteresse du Moyen Âge, comme Châteaubriant ou Châteaugiron, pour ne citer que des exemples rennais. Cependant, dans le cas de Pléchâtel, aucun indice archéologique ne correspond à une quelconque place forte, ce qui ne signifie pas qu’il n’y en a jamais eu une. Le mot plé peut apporter un élément de datation pour la formation du toponyme. Plé ou plou vient du latin plebs signifiant paroisse. D’après A. Chédeville213, les plous remontent « pour la plupart au cours du vie siècle et dans la première moitié du VIIe siècle ». La forme Pléchâtel daterait donc entre le vie siècle et 875. Notons enfin que cette paroisse, comme pour celle du site de Martigné, était située sur la frontière séparant le Rennais du Nantais, si disputée des années 875 à 1050214.

Châteaubourg

  • 215 Redon, f° 161 bis.
  • 216 A. Chédeville, La ville médiévale…, p. 63-78.
  • 217 Vitré, 165.

96Châteaubourg est tout aussi problématique que Pléchâtel. Cité en 1084 dans un acte de Redon sous la forme Castelburg215, ce toponyme est composé à partir des mots castrum et burgus. Ce dernier terme est utilisé au haut Moyen Âge216 mais sa diffusion ne semble pas être assurée avant le xie siècle en Bretagne. Du moins, il n’apparaît pas dans les actes du ixe siècle du cartulaire de Redon. Ce toponyme daterait donc plutôt du xie, voire du xe siècle. Il pourrait faire référence à un château mais les données archéologiques sont plus que ténues. Une photographie aérienne prise par A. Provost révèle, à 800 mètres à l’est de l’église de Châteaubourg, l’existence d’un fossé en arc de cercle sur une longueur de 115 mètres. Il n’est pas évident que ce maigre vestige constitue les restes d’une basse-cour de motte ou d’une quelconque fortification. On sait seulement qu’un château de pierres, dont il ne reste plus aucune trace de nos jours, était en ruine en 1681. Notons que Castelburg est mentionné à plusieurs reprises dans les actes de Savigny pendant la seconde moitié du xiie siècle comme simple point de repère dans le paysage217.

Taillepied

  • 218 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 306-308.
  • 219 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 304, note 1 ; H. Guillotel, « Les premiers temps… », p (...)
  • 220 ADIV, 6H33, 5 ; ADML, H3713, f° 64.
  • 221 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 150.

97Quant à Taillepied, J.-C. Meuret suppose, avec réserve toutefois, qu’il pourrait appartenir aux châteaux du xie siècle218. Son argumentation repose sur un texte légendaire, recueilli en 1864. Il relate la prise du château de Taillepied par les alliés de Henri II Plantagenêt. Cependant, comme le souligne J.-C. Meuret, tous les protagonistes de cette histoire n’ont aucune dimension historique, notamment ceux qui sont liés à Taillepied. Aucun membre de la parenté des sires de Taillepied, que la légende mentionne, n’est connu de sources fiables et contemporaines des événements. D’autre part, des érudits locaux, à une époque assez tardive (xviiie, xixe siècle ?) auraient élaboré ce récit en reprenant des faits historiques connus de la seconde moitié du xiie siècle et en les localisant, de façon fantaisiste, à Taillepied. De telles narrations ne sont pas rares : une prétendue inscription gravée sous le piédestal d’une statuette en bois de saint Sulpice concernerait la donation du duc Conan en 1151 d’un château, sis dans la forêt de Rennes, en faveur de l’abbaye Saint-Sulpice219. Comme pour l’imaginaire place forte de la forêt de Rennes, aucun vestige archéologique convaincant et aucun fait historique ne viennent attester la présence d’un château à Taillepied. Ce lieu-dit se situe dans la paroisse de Martigné-Ferchaud, à 2,5 kilomètres seulement du château du xie siècle de Martigné. Une telle proximité serait pour le moins singulière. Cependant, un certain Ansgier de Taillepied existe bien dans les actes du xie siècle. Il témoigne à deux reprises lors de donations effectuées à Ercé-près-Liffré et à Saint-Sauveur-des-Landes en 1055 et en 1047-1064220. Mais cette désignation toponymique semble correspondre à un lieu-dit situé au sud de Bazouges-la-Pérouse, commune proche des lieux où furent accordées les concessions mentionnées plus haut. Si la présence d’un château semble plus que douteuse à Taillepied, sis en Martigné, il existait cependant un manoir et une chapelle en 1552221 dont les traces, prises sans doute pour un souterrain au xixe siècle, ont nourri l’imagination des hommes de ce siècle passé.

98La similitude d’éléments morphologiques des premières places fortes attestées par les textes, ainsi que leur localisation, ont permis de trouver trois autres sites qui étaient vraisemblablement des châteaux. En effet, Martigné à tout d’une forteresse majeure du Rennais au regard de l’important seigneur qui la contrôlait et de sa ressemblance avec les sites de Marcillé ou de Hédé. Villavran et Orange semblent être également des châteaux majeurs. Ils reprennent des lieux indubitablement occupés au haut Moyen Âge. Leur implantation sur des sites de hauteur est également une caractéristique commune aux forteresses mentionnées au xie siècle dans les sources écrites. La présence de motte atteste leur utilisation pendant la seconde moitié du xe ou au xie siècle. Ces buttes et leurs fossés se distinguent des autres par leur taille. Elles ressemblent aux gros tertres de Chevré en La Bouëxière, de Marcillé-Raoul ou des Ponts en Soulvache. Si ces trois forteresses (Orange, Villavran et Martigné) sont inconnues des actes et des chroniques des xie et xiie siècles, c’est parce que leur influence semble avoir été moindre au moment où les écrits commencent à apparaître. Cette hypothèse sera ultérieurement renforcée par l’analyse des forces géopolitiques du Rennais. Si le château de Martigné tombe dans l’oubli, c’est parce que Hervé de Martigné s’installa à Pouancé. De même, les places fortes d’Orange et de Villavran devaient encore jouer un rôle pendant la première partie du gouvernement d’Alain III, juste avant que la région nord-est du Rennais ne soit complètement réorganisée. Quant aux toponymes Pléchâtel et Châteaubourg, ils restent bien énigmatiques et aucun vestige archéologique visible, si tant est qu’ils aient bien existé, ne leur a survécu.

Pour conclure sur la morphologie et la localisation des premiers châteaux

  • 222 D. Pichot, Le village éclaté…

99Le terme castrum et ses synonymes désignent uniquement les principales places fortes du Rennais. Ce mot avait donc un sens précis dans les textes des xie et xiiie siècles et les scribes n’assimilaient pas l’ensemble des sites à motte appelés manoirs ou hébergements à des châteaux. Cette distinction repose sur des critères fonctionnels. Les châteaux perpétuent et renforcent assez souvent d’anciens centres de commandement et/ou de peuplement. Lorsqu’une forteresse est édifiée sur un site sans passé, par exemple pour des raisons géopolitiques précises comme nous le verrons pour La Guerche, elle possède la capacité d’attirer un peuplement important. Tous ces châteaux sont à l’origine du réseau des villes secondaires222. L’isolement des sites comme Orange ou Villavran tient à leur abandon précoce ou à leur déclassement en simples manoirs à motte. Cette fonction principale des places fortes, intiment liée au pouvoir de commandement, explique la faiblesse de leur nombre par rapport aux manoirs à motte (20 fois moindre).

  • 223 Peut-être est-ce le sort réservé aux hypothétiques places fortes de Châteaubourg et Pléchâtel ?
  • 224 Il s’agit des châteaux mineurs de Châtillon, Chevré et de l’ancienne et importante place forte de (...)

100Ce réseau possède une certaine fluidité. Certaines forteresses sont récentes comme La Guerche, d’autres ont été abandonnées, sans doute dès le début du xie siècle, voire avant223. Ainsi, sur 14 forteresses inventoriées, seule une dizaine fonctionnait en même temps à partir des années 1050. Après cette période, le réseau est figé. Il connaît quelques retouches mineures sous l’emprise des Plantagenêt224 dans le Rennais avant d’être renforcé durant la première moitié du xiiie siècle.

101Les châteaux se distinguent également des manoirs à motte par leur morphologie. Afin de faciliter une analyse globale des premiers, un certain nombre de données ont été réunies sous la forme d’un tableau.

Tableau 2 : Morphologie des premiers châteaux du Rennais aux xe et xie siècles

Tableau 2 : Morphologie des premiers châteaux du Rennais aux xe et xie siècles

102Note *

  • 225 C’est-à-dire château attesté par les écrits, du xie au début du xiiie siècle.

103225

  • 226 A. Renoux, Fécamp…, p. 188-290 et 335.

104Malgré le peu d’éléments recueillis, certains caractères des fortifications du Rennais peuvent être cernés. Les sites naturellement défendus par des hauteurs ont eu la préférence. Ceci différencie nettement châteaux et manoirs à motte. Ailleurs, les emplacements semblent avoir été choisis en fonction de la protection offerte par l’eau, comme à Combourg et peut-être à Marcillé. En revanche, le château de La Guerche fut implanté dans un lieu peu propice à la défense. La nécessité de protéger des lieux géopolitiques précis pourrait expliquer ce choix. La localisation de la première forteresse de Vitré paraît singulière. Elle n’implique pas forcément que ce site ait été dépourvu de toute velléité défensive, des contraintes inconnues auraient pu dicter son emplacement226.

105La morphologie proprement dite des châteaux reste, pour beaucoup, en continuité avec les périodes antérieures. Les reprises d’anciens sites similaires aux oppida le montrent comme à Orange occupant un site fortifié protohistorique. La trilogie traditionnelle des aulæ, camercæ et capellæ se retrouve sans doute aussi fréquemment dans les châteaux. Elle est attestée à Rennes et seulement en partie à Vitré, Fougères et La Guerche. La défense repose également souvent sur de grands ensembles linéaires. Cela n’est pas spécifique à la Bretagne. Les forteresses normandes de Caen ou de Fécamp atteignaient plusieurs hectares et cette caractéristique s’est maintenue fort longtemps. Le tracé de Châteaubriant remontant au plus tard au xiiie siècle s’étend sur plus de 5 hectares. Le château de Fougères du xiie siècle, dont la surface est plus modeste (environ 1,5 hectare), était constitué d’une importante enceinte linéaire percée d’une tour-porte. La pierre y était omniprésente. Châteaubriant et Vitré possédaient également des ouvrages en pierres.

  • 227 G. Fournier, « Vestiges de mottes… », p. 163-164 ; A. Renoux, Fécamp…, p. 288.

106Cependant, des éléments plus novateurs émergent, notamment avec la réduction de la surface défendue occupant désormais l’extrémité d’un éperon. Ainsi, les places fortes de Châteaugiron, Vitré et Hédé avoisinent seulement le demi-hectare. Mais ce rétrécissement des fortifications n’est souvent que relatif et tiendrait davantage à la séparation du château de l’enceinte proprement urbaine. L’érection de tour et surtout de motte présente en revanche un caractère résolument original. Elles sont révélatrices d’une nouvelle conception de la défense. Elles hiérarchisent l’ensemble du site en lui donnant une plus grande cohésion227. Elles se rencontrent dans la plupart des châteaux du Rennais. Cependant, certains points restent obscures. Nous ne savons même pas comment interpréter la présence des mottes à quelques centaines de mètres des châteaux de Hédé ou de Martigné. Étaient-elles solidaires de grands ensembles fortifiés ou bien des organes distincts (premier château ou ouvrage de siège) ? Les vestiges encore visibles à Orange et à Villavran montrent que leur motte participait pleinement à la fortification des sites déjà naturellement défendus. Ce caractère morphologique les différencie nettement des manoirs à motte.

  • 228 A. Renoux, Fécamp…, p. 302-303.

107Dans un certain nombre de régions comme la Normandie, la motte ne semble pas avoir eu beaucoup de succès chez les princes. Ces derniers préféraient asseoir leur pouvoir à l’aide de monuments plus ostentatoires et traditionnels, telles l’aula et la porte d’accès, la défense étant assurée par une simple et vaste enceinte. Ce modèle caractériserait, souligne prudemment A. Renoux, les demeures des souverains des anciennes et puissantes principautés, « plus soucieux de prestige que de démonstrations de force militaire ». En revanche, les princes, comme les comtes de Blois, qui tiraient leur pouvoir de nouvelles entités territoriales, auraient davantage recouru à des édifices présentant un réel potentiel militaire. Ils auraient donc choisi la tour, édifiée ou non sur une motte, ceci afin d’affermir leur puissance récente228.

  • 229 J. de Meulemeester, « Quelques réflexions… », p. 87-113.

108Mais cette hypothèse ne semble pas valable pour la Flandre, pourtant une vieille principauté. Leurs comtes n’hésitèrent pas à ériger des mottes surmontées d’une tour, même dans leur résidence principale, comme à Gand229. Un constat identique semble pouvoir être dressé en Haute-Bretagne. Les comtes de Rennes, qui furent à la tête d’une des plus vieilles principautés de France constituée en regnum dès le milieu du ixe siècle, utilisèrent la tour, souvent implantée sur une motte, dans leur demeure principale comme à Rennes ou Vannes. Il en est de même pour la plupart des châteaux majeurs du Rennais. La motte forme un élément essentiel et original de ces places fortes. Elle connaîtra une diffusion sans précédent ce qui n’est peut-être pas le cas pour la tour. En effet, il n’est pas certain, à l’inverse des châteaux, que les mottes de manoirs aient été surmontées d’une tour. Quoi qu’il en soit, ce tertre servit de construction symbolique à toute une génération de chevaliers de paroisse. Mais l’enjeu désormais ne sera plus, pour ces derniers, réellement défensif même s’il restera, à sa façon, un signe de pouvoir.

Annexe : le problème des guerches

  • 230 M. Rouche, LAquitaine…, p. 119-120 et 355-357.
  • 231 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne…, p. 58-60.
  • 232 J.-P. Brunterc’h, « Le duché du Maine… », p. 39 et 80-81.

109Les guerches seraient parmi les fortifications susceptibles d’avoir été édifiées vers le ixe siècle. Ce toponyme se retrouve surtout en Haute-Bretagne et le long de la Loire, de son estuaire jusqu’à son confluent la Vienne. Mais il existe également dans les Côtes-d’Armor et la Creuse. De nombreuses hypothèses ont été avancées afin de mettre ce toponyme en relation avec des faits historiques. Retenons les plus récentes. La plupart des chercheurs s’accordent à faire dériver ce terme du francique werki ayant pour sens « fortification ». Remarquant que ce toponyme est localisé entre le territoire des Bretons et l’Aquitaine, M. Rouche suppose que les guerches ont été établies vers 749 et correspondent au duché formé de douze comtés que Pépin le Bref investit à Griffon afin de contrôler ces deux régions rebelles à son autorité230. Mais cette hypothèse ne prend pas en compte les guerches localisées en territoire proprement breton de cette époque. Pour résoudre ce problème, A. Chédeville place leur origine vers le milieu du vie siècle, lorsque les Francs durent lutter contre un rapprochement entre Aquitains et Bretons et possédaient encore quelques attaches dans la région de Plélo (Côtes-d’Armor) où se trouve la guerche la plus occidentale231. Cependant, J.-P. Brunterc’h souligne que le terme n’est pas aussi ancien et était d’un usage fréquent au xie siècle car il est précédé d’un article et qu’aucune forme antérieure au xie siècle ne lui est connue. De plus, les guerches ne sont presque jamais devenues le centre d’une paroisse. Les seuls cas connus sont tardifs comme pour La Guierche dans la Sarthe ou La Guerche-de-Bretagne érigées respectivement en paroisse en 1208 et 1791. J.-P. Brunterc’h les fait remonter à l’époque carolingienne. Elles auraient servi dans un premier temps à lutter contre les Bretons. Une telle hypothèse n’est pas incompatible avec les guerches localisées dans les pagi d’Alet et de Vannes puisque, à partir de la fin du viiie siècle, les Carolingiens les contrôlaient. Elles correspondraient aux castella et firmitates pris et occupés par les troupes de Charlemagne en 786. Ensuite, ces structures auraient été utilisées pour combattre les Scandinaves ce qui expliquerait leur concentration le long de la vallée de la Loire232.

  • 233 G. Fournier, Le château…, p. 38-39.
  • 234 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 104.
  • 235 Cf. p. 70.

110Cependant, toutes ces hypothèses faisant remonter les guerches au haut Moyen Âge se heurtent à l’absence de leur mention dans les textes de cette époque. D’autre part, si les guerches étaient en lien avec la lutte contre les Normands, comment peut-on expliquer leur absence de maintes régions touchées par leurs raids, et notamment celle de la future Normandie ? On sait que Charles le Chauve fit édifier des places fortes le long de la Seine pour empêcher les Scandinaves de remonter ce fleuve. On construisit également des fortifications le long du littoral flamand233. Enfin, les guerches, sauf exception, ne se situent pas dans des positions stratégiques reprises par des châteaux du xie siècle234. Pour le Rennais, seule La Guerche-de-Bretagne correspond à un site à motte qualifié de castrum. Mais ce château fut construit vers 1050 dans un lieu où aucun indice archéologique et toponymique, à la différence de la plupart des autres forteresses du xie siècle, ne permet de déceler une présence humaine notable plus ancienne235. Quant aux neuf autres guerches de l’Ille-et-Vilaine, aucune trace de fortification ne leur est associée. L’enquête reste ouverte et doit porter sur l’ensemble des secteurs où ce toponyme existe. Ce travail déborde donc largement le cadre de cet ouvrage.

  • 236 C.-L. Salch, Dictionnaire…, cf. aux mots Guerche et Guierche.

111Notons seulement qu’une rapide consultation de simples cartes routières et du dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France a permis de découvrir deux guerches inédites, ce qui laisse à penser que les recensements actuels ne sont pas complets : Guercheville (sans l’article) au sud de Fontainebleau, dans le département de la Seine-et-Marne et La Guierche dans le département de l’Allier, commune de Hérisson. Ces deux nouvelles localisations agrandissent l’aire d’extension de ce toponyme d’une façon non négligeable ce qui peut fausser par avance toute réflexion historique s’appuyant sur une étude spatiale des guerches. Par ailleurs, traduire ce mot du francique werki signifiant fortification n’est peut-être pas dénué de tout fondement archéologique, même si on ne le vérifie qu’une fois sur dix en Ille-et-Vilaine. En effet, le dictionnaire des châteaux de France de C.-L. Salch qui est loin d’être complet, associe 7 fortifications à un toponyme formé à partir du mot guerche. S’agirait-il d’un hasard ou la reconstruction philologique de ce nom serait-elle finalement pertinente ? Aucun des sites mentionnés plus haut ne remonte au haut Moyen Âge. Deux guerches correspondent à une motte, une à un château du xve siècle construit à l’emplacement d’un édifice plus ancien (sans plus de précision) et quatre à des maisons fortes du bas Moyen Âge236. À défaut d’une étude globale qui mériterait d’être entreprise, il est permis de se demander si l’on n’a pas trop vieilli l’utilisation des guerches…

Notas

1 ADML, H 3713, f° 86 v°.

2 2 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », acte 1 ; Guillaume le Breton, Gesta…, t. II, p. 362.

3 Guillotel, 57 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. I, p. 353.

4 Mont-Saint-Michel, f° 38 r° et v° ; Guillaume de Jumièges, Gesta…, t. II, p. 26.

5 Guillotel, 46 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 42.

6 Saint-Serge, 107 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 46.

7 La Borderie, 20 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. II, p. 6.

8 ADIV, 1F1801, 2, 1F909, 83.

9 Juhel, l’archevêque de Dol destitué, se réfugie au Mont-Saint-Michel en 1076, (Vita de saint Gelduin dans A. Du Paz, Histoire…, p. 502). Vers 1091, Henri Beauclerc est assiégé pendant 15 jours au Mont, Guillaume de Jumièges, Gesta…, t. II, p. 206. Guillaume le Breton, Gesta…, t. I, p. 220.

10 10 Guillotel, 133 ; La tapisserie de Bayeux…, scènes 18-19.

11 BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 62 v° ; « Catalogue des actes de Pierre de Dreux…», acte 142 ; il s’agit d’une lettre de G. de Wulward adressée à l’évêque de Chichester.

12 Nous suivons en ce sens les analyses d’A. Debord, d’A. Chédeville ou de J.-F. Verbruggen. A. Debord, « Castrum…», p. 97-113 ; A. Chédeville, Chartres…, p. 274 ; J.-F. Verbruggen, « Note sur le sens… », p. 147-155

13 ADIV, 1F1801, 1.

14 Guillotel, 122.

15 ADIV, 6H16, 5.

16 Allenou, 6.

17 La Roë, 56.

18 ADIV, 1F1801, 18.

19 Guillotel, 45.

20 Ibidem, 65.

21 Ibid., 66.

22 O. Guillot, Le comte dAnjou…, p. 281-299 ; J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 124 ; D. Barthélemy, La société…, p. 614 ; A. Debord, La société laïque…, p. 132 ; D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 135 ; 145 ; A. Chédeville, Chartres…, p. 269.

23 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 122 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 315 ; J. Quaghebeur, Comté de Poher…

24 C. Amiot, Lignages…

25 É. Lorans, Le Lochois…, p. 90-97 ; G. Duby, La société…, p. 100-103 et 175.

26 « apud S. Albinum quoddam Castrum nostrum novum situm in Foresta nostra Rhedonensi », Dom Morice, 854. Cf. également J. Cucarull et B. Leprêtre, « L’évolution… », p. 129-162.

27 « De firmatura autem castri de Marcilleio concessit predictus Comes quod ipse Radulphus firmet ipsum castrum secundum quod sibi melius placuerit », Fougères, 29.

28 Odricus, son frère Brient, Haimo de Saint-Didier et Rivallon fils de Guiomar, milites, le vicarius Teuthalius et son miles, Letardus de Saildre, possédaient de nombreux biens sur l’église de Châtillon-en-Vendelais qu’ils donnèrent à Saint-Florent vers 1050, BN, nouv. acq. lat. 1930, f° 67v à 68 ADML, H3713, f° 72v à 73.

29 Les châteaux que nous qualifions de mineurs ne sont pas mentionnés dans les textes en tant que tel, à la différence des forteresses majeures. Cf. p. 191-192.

30 « quod de cetero non possit fieri forteretia aliqua in Vendelesio hinc inde exceptis Chastellonis de Filgeriorum que possunt infortiari », Fougères, 40.

31 « Thomasse, ma fame, ait en douayre le chastel de Chasteillon, le moulin et l’estange dou dit lieu », Vitré, 431.

32 A. Debord, « Remarques à propos des châtelains normands…», p. 334 ; D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 135 et 145 ; A. Debord, La société laïque…, p. 132.

33 Cf. à ce sujet J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 277-282.

34 C. Pilet, Les premières églises rurales. Lévangélisation de la Normandie, Les Dossiers d’Archéologie, t. 144, janvier 1990, p. 42.

35 P. Guigon, Les sépultures…, p. 61.

36 Communication d’A. de La Borderie dans BMSAIV, t. 7, 1869-1870, p. 19-20.

37 A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », p 97-158.

38 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 260-261.

39 Guillotel, 122.

40 Recueil des actes de Lothaire…, 24. Bien que ce diplôme relate des événements largement falsifiés, notamment en ce qui concerne l’intervention de Richard Ier de Normandie dont le pouvoir ne s’est jamais étendu jusqu’au Mont, nous pensons pouvoir apporter un certain crédit au fait que les moines prirent la place de chanoines. Millénaire monastique…, t. I, p. 270 ; L. Musset, « Recherche… », p. 9-10.

41 O. Guillot, Le comte dAnjou…, t. I, p. 138-139.

42 Monachi qui in cella habitabunt non recipient parrochianum Sanctæ Mariæ et Sancti Petri neque debita quæ reddere debent matri ecclsiæ, sine consesu canonicorum », A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », acte 1.

43 « matrem ecclesiam Beati Petri », A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », acte 5. Cette indication éclaire le texte de 1070-1075 cité plus haut. Il lève le doute et permet d’affirmer la primauté de l’église de Saint-Pierre sur celle de Sainte-Marie.

44 P. Banéat, Le département…, t. IV, p. 344.

45 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. VI, p. 499. Cet auteur pense que l’église de Saint-Pierre ne fait qu’un avec celle de Sainte-Marie et prétend qu’elle n’avait aucun lien avec la chapelle Saint-Pierre.

46 Guillotel, 122.

47 A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », p. 103 et 106-109.

48 « ad cellam construendam videlicet illam terram quæ est sita juxta Castellum meum Vitriacum in qua suit olim vetus Castellum », ADIV, 1F1801, 18 ou Dom Morice, 424-425.

49 A. de La Borderie, « Les paroisses de Vitré… », actes 2 et 3.

50 « sub invocatione Sanctæ Crucis et Sancti Blasii martyris », A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 446 et t. VI, p. 500.

51 BN, ms lat 5441, t. 3, p. 291.

52 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. VI, p. 498.

53 Idem, t. VI, p. 498.

54 P. Quentel, « Les noms en Lok… », p. 11-22.

55 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 260-261.

56 A. Chédeville, « La naissance du réseau urbain… », p. 128.

57 M.-T. Morlet, Les noms…, t. II, p. 116 ; A. Longnon, Les noms…, p. 18.

58 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 95-96.

59 « æcclesia sanctæ Mariæ de Castro Filgereriensi cum æcclesiis », « Documents inédits… », 14.

60 A. Guillotin de Corson prétend, sans en apporter la preuve, qu’Auffroy, qu’il fait seigneur de Fougères et fondateur de la ville, bâtit, vers 1024, l’église de Notre-Dame et la donna à des chanoines. Aucun acte corroborant une telle information n’existe à notre connaissance. A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 614.

61 Dom Morice, 488-489 ; « Documents inédits… », 4.

62 BN, ms fr 22329, p. 675 ; « Documents inédits… », acte 16.

63 « Dederunt quoque Adelaidis atque Radulfus ecclesiam sancti Sulpicii in valle que subjacet Filgeriis a parte Australi cum tota parrochia atque sepultura Castelli Filgeriensis », « Documents inédits… », 9 ; Dom Morice, 423-424.

64 « ecclesia sancti Nicolai », « Documents inédits… », 7.

65 BN, ms fr 22329, p. 675.

66 Étymologiquement, Combourg devrait s’écrire sans le «g » final qu’on lui adjoint de nos jours. Cette remarque a son importance car ce toponyme ne tire pas son origine du mot bourg. Sa forme est Combornium au xie siècle.

67 H. Guillotel, « Combour… », p. 269-298. « ecclesia Beate Marie que est mater ecclesiarum totius Comburnii ». BN, ms lat 5441, t. 3, p. 237 ou Dom Morice, 493.

68 Guillotel, 66.

69 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 443.

70 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 464.

71 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 80.

72 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 447.

73 P. Guigon, Les sépultures…, p. 54.

74 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 79-81.

75 Ibidem, p. 92.

76 Cf. le plan de Dol dans P. Banéat, Le département…, t. I, p. 485-486.

77 P. Quentel, « Les noms en Lok… », p. 11-22.

78 Notons, mais ce n’est là sans doute qu’un simple hasard, la présence d’une figure de bronze représentant un Mercure gaulois, découverte, non loin de là, à Carfantin. G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 92.

79 Ibidem, p. 92.

80 L’emplacement originel de cette église pourrait avoir été utilisé pour la construction du manoir épiscopal jouxtant la cathédrale. Son ancienne localisation aurait été conservée par le nom d’une porte et tourelle des remparts de Dol du bas Moyen Âge. Cf. le plan de Dol dans P. Banéat, Le département…, t. I, p. 485-486.

81 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 189.

82 « Cartulaire des évêques de Nantes… », p 119-120 ; C. Bouvet, « À propos… », p. 102, note 133.

83 Son emplacement devait se trouver près de la porte Saint-Michel. Nous nous demandons si l’actuelle chapelle castrale, dont la dédicace n’est pas connue, ne correspondrait pas avec cette chapelle Saint-Michel. B. Hauréau, Gallia Christiana…, col. 1026.

84 C. Bouvet, « À propos… », p. 87-96 ; H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », p. 13-14.

85 H. Guillotel, op. cit., p. 34-40, acte 1, seconde rédaction.

86 M. Provost, La Loire-Atlantique…, p. 139.

87 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 268 et 271 ; P. Guigon, Les sites religieux…, p. 370.

88 « altare S. Audoeni », ADIV, 1F544, 8. J.-C.Meuret précise que ce sanctuaire changea de vocable. La référence qu’il donne renvoie au Pouillé de Rennes mais la tomaison et la pagination ne sont pas exactes. A. Guillotin de Corson ne mentionne à aucun moment un tel changement de dédicace. A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 421 ou t. V, p. 135-136 ; J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 270.

89 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 416 et 421.

90 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 282.

91 M. Gautier, G. Leroux, J.-C Meuret et P. Naas, Enclos…, p. 83-90.

92 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 214.

93 Guillotel, 23.

94 J.-C. Meuret émet également cette hypothèse dans, Peuplement…, p. 317.

95 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne…, p. 329.

96 Millénaire monastique…, 2 tomes et p. 109-110.

97 La Borderie, 20.

98 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 122.

99 Ibidem, p. 122.

100 En 1152, l’évêque de Rennes, en confirmant les différentes possessions de l’abbaye de Saint-Melaine dans son diocèse, précise que Hédé avait des ecclesiæ. Saint-Melaine, f° 56.

101 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 709-710.

102 P. Guigon, Les sépultures…, p. 53. Nous avons également noté la présence, dans le mur du presbytère de Bazouges-sous-Hédé, de pierres en calcaire coquillier.

103 Sur l’origine du mot, cf. p. 91-92.

104 La Roë, 159.

105 Dom Morice, 529.

106 Maimboeuf fut évêque d’Angers entre 610 et 660. Cf. J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 273.

107 « matrem ecclesiam de Radenice », A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 532-533.

108 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 533.

109 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 68.

110 Saint-Melaine, f° 56.

111 L’église Marie-Madeleine se situe dans l’enceinte du château. Elle est romane. A. Guillotin de Corson la distingue de la chapelle castrale qui n’existe plus de nos jours. A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 88, t. IV, p. 383 ; Saint-Melaine, f° 132.

112 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. I, p. 346 et t. IV, p. 383.

113 Pour J. Briard, « beaucoup [d’oppida] ont d’ailleurs été réutilisés aux époques médiévales », La protohistoire…, p. 91.

114 A. Colin, Chronologie des oppida…, p. 11-112.

115 A. Renoux, Fécamp…

116 Ibidem, p. 275 et 275.

117 Aux marches du palais…, à paraître.

118 M. de Boüard, « De l’aula au donjon… », p. 5-110 ; A. Renoux, Fécamp…, p. 275.

119 K.-F. Werner, « L’acquisition… », p. 268-269.

120 Renseignement aimablement communiqué par J.-P. Brunterc’h préparant une nouvelle édition du texte de Flodoard. Cf. Flodoard, Annales… L’apparition du mot tour semble être plus tardive chez Adémar de Chabannes. D’après A. Debord, il daterait du xie siècle, dans « Castrum… », p. 102.

121 P. Demolon et J. Barbieux, « Les origines médiévales…», p. 301-329 et M. Rouche, « Vinchy : le plus ancien château à motte », Mélange dArchéologie…, p. 365-369. Des mottes de la France méridionale ont été datées du Xe siècle, mais J.-M. Pesez est sceptique quant à cette chronologie si haute. J.-M. Pesez, « Conclusion…», Sites défensifs…, p. 206.

122 M. de Boüard, « De l’aula au donjon… », p. 5-110.

123 M. de Boüard, Le château de Caen…

124 A. Renoux, Fécamp…, p. 274-275.

125 H. Guillotel, « La place de Châteaubriant… », acte 1.

126 É. Mare, Cour médiévale…, p. 10, 35, 36.

127 C. Amiot, Lignages…, p. 323-324.

128 Toutefois, cette remarque reste à confirmer. Il faudrait déblayer l’intérieur de la tour rempli de gravats pour y effectuer des mesures précises.

129 C. Amiot, Lignages…, p. 228.

130 Saint-Serge, 107.

131 J.-C. Meuret, Les mottes…, p. 4-5 et J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 311-315.

132 « Guillermus de Guircheia […] super pontem domus sue », La Roë, 56.

133 La Roë, 277.

134 Guillaume de Jumièges, Gesta…, t. II, p. 26.

135 « combuxerunt omnia ostia fenestrarum domus episcopi, et cathedram ejusdem episcopi, et mensas aliquas, et porticum domus veterem », A. de La Borderie, Nouveau recueil…, 5.

136 M. Deceneux, « La résidence…», p. 233 ; M. Casset, « Dol (Ille-et-Vilaine), palais épiscopal », Palais médiévaux…, p. 141.

137 « Et quod turris ædificata est vi et contra voluntatem archiepiscopi. Et quidam eorum viderunt locum vacuum et de dominico esse archiepiscopi », Allenou, p. 534-535.

138 Cf. p. 114.

139 « castri terræ suæ Doli », Guillaume de Poitiers, Histoire…, p. 110-111.

140 La tapisserie de Bayeux…, scène 18.

141 Nous sommes en accord avec L. Musset sur cette question. L. Musset, La tapisserie…, p. 18-20 et 22.

142 « turris de Dolo », Benoît de Peterborough, Vita…, p. 155-156.

143 « Joannes Rex statuit (legendum stravit) turrim Dolensem, & vastavit patriam », Chronicon Britannicum, Dom Morice, 107.

144 ADIV, 1F204, en avril.

145 « unne veie à aler en Carcou par sus la motte », A. de La Borderie, « Essais de géographie… », acte 5.

146 La tapisserie de Bayeux…, scènes 18-19.

147 En 1128, « in turri Redonensi », en 1187 « facta est Redonis in presentia nostra in Turre Comitis », Guillotel, 133 ; Dom Morice, 713.

148 « Rex Henricus senior misit exercitum in Britanniam, et obsederunt turrem Redonensem et ceperunt, et combustam reædificaverunt et muniverunt », Robert de Torigni, Chronica…, t. I, p. 115.

149 J.-P. Leguay, La ville de Rennes…, p. 108 et 203.

150 « Erat in urbe Redonensi turris modica, muro contigua, super quam mater mea ecclesiolam sumptibus suis edificavit », Guillotel, 153. Un autre acte de 1206 précise qu’elle fut bien construite « in Turri Comitis », ADIV, 1F432.

151 En 1101, « Actum Redonis in camera aulæ », vers 1150 « Actum hoc in camera juxta Turrim », Guillotel, 104 ; Dom Morice, 624.

152 F. Champagne, 35 Fougères… ; F. Fichet de Clairfontaine, F. Champagne et J. Cucarull, « Le premier château…», p. 333-337.

153 Raoul de Diceto, Imaginibus…, p. 187.

154 C. Amiot, Lignages…, p. 216-218 et « Nouvelles observations…», p. 401-434. D’après cet auteur, l’étude du logis du château réalisée par J. Cucarull est complètement à revoir. J. Cucarull, « Le logis… », p. 67-89.

155 Raoul de Diceto, Imaginibus…, p. 187 ; pour davantage de détail, cf. M. Brand’Honneur, « Seigneurs… ».

156 Robert de Torigni, Chronica…, t. I, p. 42.

157 Benoît de Peterborough, Vita…, p. 155-156 ; Robert de Torigni, Chronica…, t. I, p. 42-45.

158 Communication de L. Beuchet qui a étudié les céramiques des fouilles de Fougères. Qu’il en soit remercié.

159 Saint-Sulpice, 71.

160 C. Amiot, Lignages…, p. 218, 383, 399-400, 596-597 et « Nouvelles observations… », p. 401-434.

161 Raoul de Diceto, Imaginibus…, p. 187.

162 Ibidem, p. 219-220.

163 ADIV, 6H34, 3 ; Guillotel, 145.

164 F. Tournier, « Vitré… ».

165 « terram quæ est sita juxta Castellum meum Vitriacum in qua suit olim vetus Castellum », Dom Morice, 424-425.

166 « Robertus de Vitriaco dederat B. Martino fossati veteris interiorem ambitum, quem Burgum Veterem nominabant, ubi ecclesiam fundavit in honore Sanctæ Crucis et burgum fieri concessit », BN, ms lat 5441, t. 3, p. 291.

167 « censum de burgo qui edificatus est ubi castellum esse solebat » et « censum de quodam veteri fossato de singulis etiam domibus annis duodecim denarios », Guillotel, 153.

168 P. Banéat, Le Vieux Rennes…, p. 136. Cette place se situe 13 rue des Dames.

169 P. Banéat, Le département…, t. II, p. 337.

170 « super dimidia parte videlicet castilli de marcilliaco, et dimidia turre […] que inundatione stagni ejusdem Ro[berti] », ADIV, 1F1801, 2.

171 C. Amiot, Lignages…, p. 257-258.

172 C. Amiot, Lignages…, p. 294 ; P. Banéat, Le département…, t. I, p. 436 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 463-464.

173 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 434.

174 Note prise dans les archives du CeRAA ; G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 81.

175 A. Garnier, Notice…, p. 178.

176 Ibidem, p. 7.

177 C. Amiot, Lignages…, p. 338-339.

178 P. Banéat, Le département…, t. II, p. 179.

179 C. Amiot, Lignages…, p. 220.

180 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 319.

181 A. de Barthélémy et J. Geslin de Bourgogne, Anciens…, t. VI, acte 20.

182 F. Le Boulanger, Lévolution du peuplement…, p. 133-136.

183 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 376-377.

184 C. Amiot, Lignages…, p. 564-574.

185 Pour Oudon, communication de M. Rouau ; J.-C.Meuret, Peuplement…, p. 319 ; J. Naveau, « La voie romaine…», p. 33-42 ; du même auteur, « Données nouvelles… », p. 96 ; G. Louise, la seigneurie de Bellême…, p. 471.

186 G. Fournier, Le château…, p. 74-75 et 154.

187 C. Amiot, Lignages

188 G. Fournier, Le château…, p. 154-155.

189 N.-Y. Tonnerre, « Quelques remarques sur les origines de Machecoul », dans Mondes de l’Ouest…, p. 158-161.

190 É. Lorans, Le Lochois…, p. 97.

191 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 319.

192 Cartæ de Carbaio…, p. 9.

193 Cf. p. 101-102.

194 Idem.

195 Les autels de ces lieux de culte sont cités en 1049/64. Dom Morice, 415. Cf. également pour le culte de saint Symphorien J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 271, note 42.

196 Sur une de ces sépultures était gravé « HIC REQUIESCIT BERTHILD[IS] ». J.-C.Meuret, Peuplement…, p. 283 et note 68 ; P. Guigon, Les sépultures…, p. 56.

197 P. Guigon, Les fortifications…, p. 42-43.

198 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 121.

199 P. Guigon, Les fortifications…, p. 42-43.

200 Guillotel, 47. Le château de Châtillon-en-Vendelais, sans doute élevé en 1161, était aussi le centre d’une villicatio, Cf. M. Brand’Honneur, « Seigneurs… ».

201 Vicomte Le Bouteiller, Notice…, t. II, p. 19.

202 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 137-138.

203 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 119-121.

204 Guillotel, 46.

205 L. Goulpeau, « Les monnaies gauloises… », p. 53-60.

206 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 223-224.

207 R. Vandenbroucque, « Contribution… », p. 229-234 ; A. Millon, « Camp romain… », p. 287-295 ; P. Guigon, Les fortifications…, p. 48-51.

208 Guillotel, 43.

209 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. VI, p. 461.

210 G. Leroux et A. Provost, L’Ille-et-Vilaine…, p. 224.

211 Ibidem, p. 223-224.

212 Redon, f° 120v°-121.

213 Cf. pour les Plous A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne…, p. 95.

214 Cf. p. 95-101 et 212.

215 Redon, f° 161 bis.

216 A. Chédeville, La ville médiévale…, p. 63-78.

217 Vitré, 165.

218 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 306-308.

219 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 304, note 1 ; H. Guillotel, « Les premiers temps… », p. 60-62.

220 ADIV, 6H33, 5 ; ADML, H3713, f° 64.

221 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 150.

222 D. Pichot, Le village éclaté…

223 Peut-être est-ce le sort réservé aux hypothétiques places fortes de Châteaubourg et Pléchâtel ?

224 Il s’agit des châteaux mineurs de Châtillon, Chevré et de l’ancienne et importante place forte de Marcillé-Robert. M. Brand’Honneur, « Seigneurs… »

225 C’est-à-dire château attesté par les écrits, du xie au début du xiiie siècle.

226 A. Renoux, Fécamp…, p. 188-290 et 335.

227 G. Fournier, « Vestiges de mottes… », p. 163-164 ; A. Renoux, Fécamp…, p. 288.

228 A. Renoux, Fécamp…, p. 302-303.

229 J. de Meulemeester, « Quelques réflexions… », p. 87-113.

230 M. Rouche, LAquitaine…, p. 119-120 et 355-357.

231 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne…, p. 58-60.

232 J.-P. Brunterc’h, « Le duché du Maine… », p. 39 et 80-81.

233 G. Fournier, Le château…, p. 38-39.

234 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 104.

235 Cf. p. 70.

236 C.-L. Salch, Dictionnaire…, cf. aux mots Guerche et Guierche.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1 : Les châteaux majeurs du Rennais d’après les sources écrites
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-1.png
Archivo image/png, 36k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-2.png
Archivo image/png, 68k
Título Plan 19 : Le site de Vitré
Leyenda 1 collégiale Notre-Dame2 église St-Pierre3 église St-Martin4 emplacement du vieux château transformé en prieure et bourg avec église Ste-Croix et St-Blaise et chapelle St-Sauveur5 chapelle St-Julien6 chapelle St-Julien7 château de Vitré8 rempart de la ville
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-3.png
Archivo image/png, 389k
Título Plan 20 : Le site de Fougères
Leyenda 1 église Notre-Dame et aula de la Ire moitié du xiie siècle2 église St-Sulpice3 église de la Ste-Trinité4 église St-Léonard5 chapelle St-Nicolas6 secteur fouillé en 1985/887 rempart de la ville
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-4.png
Archivo image/png, 642k
Título Plan 21 : Le site de Combourg d’après le cadastre de 1826 annoté
Leyenda 1 château (partie les plus ancienne xiiie siècle2 église Notre-Dame3 église de la Ste-Trinité4 chapelle St-Martin5 chapelle St-Paul et St-Pierre
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-5.png
Archivo image/png, 994k
Título Plan 22 : Le site de Dol
Leyenda 1 tour de la Motte2 manoir épiscopal3 porte St-Michel4 église Notre-Dame5 cathédrale St-(Samson6 rempart de la ville –église St-Martin : non localisée
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-6.png
Archivo image/png, 351k
Título Plan 23 : Le site de Châteaubriant
Leyenda 1 tour maîtresse avec motte2 chapelle St-Nicolas3 porte St-Michel4 chapelle castrale5 église Notre-Dame de Jouvance6 vieux Château7 Château Neuf
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-7.png
Archivo image/png, 873k
Título Plan 24 : Le site de Marcillé-Robert d’après le cadastre de 1829 annoté
Leyenda 1 Motte à Madame : le premier château2 second château implanté vers 11613 étang4 moulin
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-8.png
Archivo image/png, 1,2M
Título Plan 25 : Le site de Hédé d’après le cadastre de 1835 annoté
Leyenda 1 la Motte Jouhan2 château3 église Notre-Dame4 rempart de la ville
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-9.png
Archivo image/png, 1,5M
Título Plan 26 : Le site de La Guerche
Leyenda 1 motte2 basse-cour supposée3 chapelle St-Mainbœuf4 église Notre-Dame5 rue St-Nicolas6 chapelle de la Ste-Trinité7 rempart de la ville
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-10.png
Archivo image/png, 283k
Título Plan 27 : Le site de Châteaugiron
Leyenda 1 église Ste-Croix2 église Ste-Marie-Madeleine et le château3 chapelle de la Ste-Trinité4 chapelle St-Nicolas5 angle de la rue du Porche et de la Grande Rue: découverte d'un fossé6 la Loriette : découverte de douves, vestiges d'une ancienne forteresse ou, plutôt, aménagement du parc du château
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-11.png
Archivo image/png, 994k
Título Figure 1 : La motte et la tour de Dol d’après la tapisserie de Bayeux (scène 18)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-12.png
Archivo image/png, 783k
Título Plan 28 : Emplacements des châteaux de Rennes. Plan tiré de J.-P. Leguay, La ville de Rennes…
Leyenda 1 la motte du Viel Castel2 cathédrale St-Pierre3 la Motte St-Pierre : emplacement présumé d'un premier château
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-13.png
Archivo image/png, 1,7M
Título Figure 2 : La motte et la tour de Rennes d’après la tapisserie de Bayeux (scène 18-19)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-14.png
Archivo image/png, 1019k
Título Plan 29 : Le site du château de Martigné
Leyenda 1 la Motte2 le Logis : ancien manoir succédant à un ouvrage plus ancien barrant l'éperon ?3 possible éperon barré4 les Forges5 églises St-Pierre eft St-Symphorien6 étang de Martigné
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-15.png
Archivo image/png, 312k
Título Plan 30 : L’ancien château de Villavran en Louvigné-du- Désert
Leyenda 1 motte2 basse-cour 13 basse-cour 24 chapelle St-Étienne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-16.png
Archivo image/png, 409k
Título Plan 31 : L’ancien château d’Orange en Vieux-Vy-sur- Couesnon
Leyenda 1 motte2 plate-forme de manoir ?3 actuel manoir4 chapelle de la Ste-Trinité5 moulin d'OrangeT talus
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-17.png
Archivo image/png, 533k
Título Tableau 2 : Morphologie des premiers châteaux du Rennais aux xe et xie siècles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11267/img-18.png
Archivo image/png, 131k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540