Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes

 | 
Michel Brand’Honneur

Chapitre I. La prolifération des mottes aux xie et xiie siècles : signe et symbole d’une rupture archéologique

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 La question de la datation des mottes est complexe. Elle suppose de bien comprendre ce qu’un tel é (...)
  • 2 Mota de Geni, Dom Morice, 806-807. Le mot mota peut aussi bien désigner une vallée (en 1059), une (...)

1L’inventaire des sites à motte du comté de Rennes constitue la base de notre réflexion. Cet important travail de collecte de données au caractère redondant est réuni sous la forme d’annexes à la fin de cet ouvrage. La méthodologie mise en œuvre pour son élaboration conditionne toute tentative d’analyse objective des sites à motte. Il importe donc de la justifier. La prospection archéologique forme un des éléments incontournables de notre enquête. En effet, constituer un inventaire à partir des mentions des mots mota ou castrum et de leurs synonymes cités dans les actes de la pratique ou dans les textes narratifs livrerait des résultats fort éloignés de la réalité. Seule une dizaine de places fortes majeures du Rennais, apparues au plus tard dans les années 1050, sont qualifiées de château ; elles sont toutes le centre d’importantes seigneuries châtelaines ; leur édification est donc juste antérieure à la grande vague de diffusion des mottes débutant pendant la seconde moitié du xie siècle1. Quant au terme mota, il n’apparaît dans notre corpus de textes qu’en 1206, lorsque l’édification des mottes est passée de mode. De plus, cette mention tardive ne correspond pas à la définition donnée par l’archéologue2. La reprise des anciens inventaires de mottes ne saurait également suffire ; certains sont d’ailleurs peu fiables. Les vestiges de ces sites, tertres de terre et talus-fossés souvent peu spectaculaires, ont été parfois confondus avec tous types d’enceintes voire des carrières de pierres… Nous avons donc été contraint à une vérification systématique des ouvrages de terre. Ce travail de terrain est également le seul permettant d’établir une typologie des divers sites découverts. Il montrera d’ailleurs que le manoir, souvent distingué chronologiquement de la motte, est en fait intiment lié à cette dernière.

L’élaboration de l’inventaire des sites à motte du Rennais : une méthodologie de recherche

  • 3 La Motte d’Étrelles, la Motte d’Ercé, Apigné, la Motte Mérioul.

2Une cinquantaine de mottes existe encore de nos jours dans le Rennais. Elles constituent des vestiges archéologiques fragiles que les actuelles campagnes de sensibilisation n’arrivent pas toujours à préserver des engins de terrassement. Depuis une quinzaine d’années, au moins cinq mottes ont été rasées3 dont celle de Saint-Mahé qui avait conservé un édifice en pierres. Leur fragilité indique qu’elles étaient autrefois bien plus nombreuses. Or, il est fondamental d’élaborer un inventaire comprenant aussi bien les mottes encore en élévation que celles détruites, parfois depuis fort longtemps. Pour réaliser un tel travail, plusieurs méthodes ont été sollicitées et la conviction de l’existence d’une motte totalement rasée tient souvent au croisement de plusieurs données.

Les formes du parcellaire conservées grâce au cadastre napoléonien

3Le cadastre dit napoléonien, établi entre les années 1810 et 1860, est une source de première importance pour rechercher les mottes. Son dépouillement systématique est indispensable. Ce type de document livre des informations sur la toponymie et la microtoponymie ainsi que sur la forme des parcellaires. Ce dernier aspect nous retiendra tout d’abord.

4Les pertes d’information du cadastre actuel par rapport à celui de la première moitié du xixe siècle sont importantes. Elles sont liées aux nombreuses destructions de mottes et aux regroupements des parcelles, mais pas seulement. Le nouveau cadastre a été conçu selon des normes plus rationnelles que l’ancien si bien que beaucoup d’indications de nature non fiscale ont été écartées. C’est donc l’ancien cadastre qu’il faut consulter, commune par commune. Ce long travail permet de détecter de nombreuses mottes. Elles sont généralement représentées par un cercle d’une douzaine de millimètres de diamètre (pour un plan au 1/2500e), parfois entouré d’un anneau de couleur bleu symbolisant des fossés en eau. Dans la plupart des cas, ce type de graphisme est un bon indicateur de motte. Quelques rares pièges existent cependant. Par exemple, le site de la Rozière en La Bouëxière est figuré par un cercle ressemblant à s’y méprendre à une motte. L’analogie est d’autant plus tentante que des parcelles proches du site portent les noms de la Butte de Clairay et de la Prairie du Château. En fait, il s’agit d’une plantation d’arbres en cercle intégrée au parc d’une maison bourgeoise. La figuration sur le cadastre napoléonien du site du Bois Simon en Cornillé et son appellation la Butte incite à l’identifier à une motte. Pourtant, il s’agit d’une enceinte circulaire (plan 35 p.204). Mis à part ces quelques contre-exemples, les représentations cadastrales en forme de cercle constituent un sérieux indice de présomption de motte. Environ un quart des sites inventoriés figurent ainsi sur l’ancien cadastre. Les plans sont généralement assez précis pour distinguer une motte d’une plate-forme de manoir. Ces dernières sont représentées par une forme quadrangulaire comme pour la Motte de Gennes qui n’est pas une motte (plan 7 p.41) ou Tizé en Thorigné-sur-Vilaine. Moins d’un quart des sites sont matérialisés par des formes partielles. Par exemple, au Grand Pallière (plan 32 p.196), la motte est symbolisée uniquement par un demi-anneau représentant une douve ; mais le site était peut-être déjà partiellement rasé dès le début du xixe siècle.

5Le cadastre napoléonien, aussi précieux soit-il, ne signale pas toutes les mottes. Plus de la moitié d’entre elles existant de nos jours n’y figurent pas. Le cadastre manque totalement de précision dans les secteurs boisés. Ni le site de Dézerseul, ni celui du Masse, situés en forêt, ne sont représentés. Parfois, la figuration des mottes semble très aléatoire et varie d’un plan communal à un autre. Aucune des cinq mottes d’Argentré-du-Plessis n’est dessinée sur le cadastre ; or, au moins trois d’entre elles existaient lors de sa réalisation. En revanche, le plan de Balazé les représente toutes fidèlement. Si les mottes ne sont pas systématiquement symbolisées, leurs basses-cours le sont encore moins. Il est vrai que la plupart d’entre elles étaient soit déjà rasées, soit partiellement transformées parce que réoccupées par un manoir de l’époque moderne. De plus, le cadastre livre de précieuses informations sur l’environnement des mottes. Comme nous le verrons ultérieurement, les traces de parcellaire elliptique, de moulins ou d’étangs, souvent localisées près de ces sites, sont autant d’éléments à enregistrer.

Les indications toponymiques

  • 4 M. Gautier, G. Leroux, J.-C Meuret et P. Naas, Enclos…

6Les informations toponymiques livrées par les anciens cadastres ne sont en générale guère différentes de celles de l’actuel cadastre, à l’exception des zones périurbaines. Dans l’ensemble, les mottes n’ont pas été à l’origine de toponymes particuliers, sauf pour ceux contenant le mot motte. Les dérivés de château sont rarement utiles. Ils désignent des forteresses majeures du xie siècle ou des chefs-lieux d’importantes seigneuries de la fin du Moyen Âge ou de l’époque moderne comme pour le Château de Saint-Brice appelé autrefois la Motte de Saint-Brice. Les Châtelliers désignent assez souvent des enclos remontant généralement à la protohistoire4. Les toponymes formés à partir des mots bois ou haie n’indiquent pas spécialement la présence de motte. Ils sont cependant intéressants à relever lorsqu’ils sont associés à ce type de site. Ainsi, le Bois Hamon en Baguer-Morvan semble tirer son origine du chevalier Hamon de Montsorel vivant à la fin du xie siècle. Ce dernier est vraisemblablement lié à la motte de Montsorel située à 1,3 kilomètre de là, en Bonnemain. Cependant, beaucoup de ces toponymes ne doivent remonter qu’au bas Moyen Âge, voire à l’époque moderne. Ils correspondent le plus souvent à des manoirs sans motte. Il en est de même pour les lieux-dits formés à partir des noms en cour (comme la Cour Bardoul en Messac) ou en plessis. Relativement fréquents, ils indiquent généralement la présence de manoirs postérieurs au Moyen Âge central plutôt que de mottes, même si des exceptions existent comme pour le Plessis Cintré ou le Plessis Pillet.

  • 5 ADIV, 1F 1724, 1725. Une grande partie de ce travail a été publiée par P. Banéat dans Le départeme (...)

7Seul le lieu-dit la Motte ou son pluriel (47 cas) désigne une fois sur cinq un site à motte. Assez souvent, ces toponymes étaient associés à un autre nom tombé dans l’oubli de nos jours. Les aveux et actes notariaux de l’époque moderne, dépouillés en grand nombre par A. Guillotin de Corson5, permettent d’en reconstituer les formes anciennes. Ainsi, la Grande Motte en Visseiche s’appelait la Motte de Visseiche. 68 toponymes de ce type ont été comptabilisés. La moitié d’entre eux correspond à une motte toujours en élévation ou signalée par les archéologues du xixe ou du début du xxe siècle. Mais il est permis d’augmenter ce rapport d’une douzaine de cas grâce à divers indices caractéristiques des mottes, comme celui de la mention d’un miles aux xie et xiie siècles dont le nom est suivi d’un lieu-dit. Nous en reparlerons. Au total, près de 70 % des toponymes « la Motte » associés à un autre nom désignent des sites à motte. Ce rapport est encore plus important lorsque ce toponyme est associé à un nom de paroisse, comme pour la Motte du Rheu.

  • 6 AN, 4J626, 148 ; A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 5-7.

8Toutefois, il existe certains pièges. Parmi tous les sites inventoriés, seulement trois d’entre eux, la Motte de Gennes, la Motte Ferchaud (plans 7 et 11 p.41, 43), et la Motte d’Acigné, correspondent actuellement à des sites de manoir sans motte. Rien ne permet d’affirmer cependant qu’il n’y eut jamais de motte, du moins dans le dernier cas. Le site d’Acigné (plan 13 p.44) fut reconstruit plusieurs fois, notamment vers 1234 après sa destruction par le feu, et en 1373, date à laquelle le duc permit à Jean d’Acigné de fortifier sa demeure6. Ces aménagements successifs ont modifié de fond en comble cette demeure. Cependant, les vestiges d’un petit dôme de 17 mètres de diamètre et de 2 mètres de hauteur entouré d’une douve pourraient marquer l’emplacement d’une motte arasée ou, du moins, d’un site intermédiaire entre une motte et une plate-forme de manoir. Dans d’autres cas, nous doutons que de tels toponymes tirent leur origine d’une motte. Par exemple, les lieux-dits la Belle Motte en Amanlis ou la Motte aux Chouans en Saint-Sulpice-La-Forêt ne présentent aucun indice de motte.

  • 7 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 420.
  • 8 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 513.

9Quelques buttes de terre appelées la Motte sont localisées près des enceintes urbaines. A. Chédeville en mentionne deux à Nantes7. Elles se trouvaient près de la cathédrale. Elles pourraient correspondre à des ouvrages défensifs du type boulevard protégeant les bases des remparts contre les boulets de canon. Tel était peut-être le cas de la Motte à Madame située près du manoir épiscopal de Dol, à l’extérieur des remparts de la cité8. Parfois, ce toponyme peut désigner des exploitations de pierres. Le lieu-dit les Mottes en Sainte-Colombe tire son appellation des neuf cônes formés par les déchets d’une carrière. La Motte Rouxel au Val-d’Izé, appelée encore la Motte Saint-Gervais, correspond également à un site d’extraction de pierres. Mais le cas prêtant le plus à confusion est celui de la Motte aux Anglais en Dingé. Il l’est d’autant plus que le cadastre napoléonien représente le site à l’aide de deux cercles. L’un correspondrait à une motte d’une trentaine de mètres de diamètre ; l’autre, d’un diamètre d’une centaine de mètres, ressemble fort à une basse-cour. Cette représentation graphique associée à un tel toponyme désigne presque systématiquement une motte. Cependant, la visite du site ne laisse subsister aucun doute ; il s’agit d’une carrière de falun. Les buttes de terre, dont une seule a été représentée sur le cadastre, proviennent du décapage de la terre arable. La présumée basse-cour de la motte est en fait un trou d’extraction. Il est nettement en contrebas par rapport au sol environnant et a été transformé, avec le temps, en un marais insalubre. Nous sommes donc bien loin d’un site à motte et à baile. Cependant, sur les centaines de sites prospectés dans le Rennais, la Motte aux Anglais représente, fort heureusement, un cas unique.

  • 9 Il faut consulter les états de sections les plus anciens car il y a une grande perte d’information (...)

10La microtoponymie, correspondant à l’appellation des parcelles, a été enregistrée dans les états de sections correspondant aux plans du cadastre napoléonien9. Leur dépouillement, fastidieux, apporte rarement des informations précieuses sur les mottes. C’est la raison pour laquelle les microtoponymes ont été si peu repris dans les plans de notre inventaire, principalement calqués sur ceux de l’ancien cadastre. Ces appellations sont plutôt de nature descriptive. Une motte sera généralement nommée la Butte, comme d’ailleurs la plupart des reliefs, qu’ils soient naturels ou non. Ainsi le relevé des pléthoriques la Butte est inutile. Il en est de même pour les microtoponymes la Motte. Quelques-uns désignent une motte mais la grande majorité correspond à une simple parcelle, qu’elle se trouve sur une hauteur ou dans des bas-fonds. Leur relevé systématique pour la commune de Balazé montre bien le peu d’intérêt de ce genre de travail. 19 Mottes ont été recensées et aucune ne fait référence aux trois mottes repérées. Il en est de même pour d’autres appellations moins fréquentes comme la Salle ou le Château. Les seules indications microtoponymiques réellement intéressantes sont celles associant la Motte ou la Butte à la Douve ou au Vivier. Elles décrivent en fait une motte et son fossé comme pour la Motte en Brielles.

  • 10 J.-P. Ogée, Dictionnaire…, t. II, p. 240.
  • 11 Cf. p. 39.
  • 12 A. de La Borderie, Histoire…, t. II, p. 108.
  • 13 L. Beuchet, « Plélan… », p. 51-52.
  • 14 G. Chouquer, « Les mottes… », p. 26.

11Globalement, les noms des parcelles donnent l’impression d’être de formation récente. On voit mal d’ailleurs comment une transmission orale aurait pu figer des noms de parcelles pendant plusieurs siècles. Même l’établissement des états de section des cadastres au xixe siècle n’a pas toujours suffi à les fixer. Certains sont en constante évolution. La motte de Saint-Brice est appelée, dans le cadastre napoléonien de 1833, le Délice, ce qui ne rappelle en rien la fonction originelle de ce type terrassement. L’état de section de 1981 la dénomme la Dolue ! Il ne serait pas impossible, dans certains cas, que quelques microtoponymes désignant des mottes tirent leur origine de la visite d’un archéologue du xixe siècle. Par exemple, l’appellation le Fort pour les mottes de Tatoux et de Bénazé Briant est originale. Or, ces deux sites ont été vus par J.-P. Ogée10 avant que le cadastre de ces deux communes ne soit établi. Les trois ouvrages de terre de la commune de Meillac s’appellent la Butte Seigneuriale, ce qui est unique dans tout notre corpus de sites. Deux d’entre eux sont de véritables mottes, le troisième, la Ville d’Ahaut, est une enceinte circulaire dont la fonction est bien distincte de celle des mottes11. Ces noms sont liés à la conception que se faisaient les historiens-archéologues du xixe siècle de ce type de vestiges. L’exemple le plus probant est la plate-forme circulaire du Gué de Plélan, située à l’est du Rennais, près de la forêt de Paimpont. A. de La Borderie12 l’avait identifiée à une motte. Il l’associa au roi Salomon († 874) qui avait des biens dans la région : elle fut du coup appelée la Motte Salomon. Malgré les investigations de L. Beuchet13 montrant que le site fut occupé entre la fin du xiiie et le début du xive siècle, elle risque encore longtemps d’être qualifiée de la sorte. Cet exemple montre comment un microtoponyme peut se former à une époque assez récente en fonction du savoir du moment. De telles appellations se retrouvent dans toute le France : à Vésigneul-sur-Coole (Marne), une motte fut nommée le Tombeau d’Attila14. Ces microtoponymes ne doivent en rien servir de base à notre analyse de ces terrassements.

  • 15 Cf. p. 80.

12Le microtoponyme la Motte ou la Butte à Madame désigne assez fréquemment des mottes comme au Pont Briand. À Saint-Melaine-sur-Vilaine, deux parcelles près de l’église se nomment la Motte à Madame et la Douve, ce qui doit faire référence à une motte rasée. L’appellation Motte à Madame se trouve à Marcillé-Robert (plan 24 p.68) et semble correspondre à l’emplacement de l’ancien château15. Une ancienne motte affaissée sise en Billé s’appelle la Butte à Madame. Cependant, ces désignations ne datent pas du Moyen Âge central et ne correspondent pas toujours à de véritables mottes. Nous en reparlerons.

Les anciens inventaires

13Les anciens inventaires sont de précieuses sources, car un certain nombre d’entre eux remontent au xixe siècle, c’est-à-dire à une époque où les mottes étaient bien plus nombreuses qu’aujourd’hui. Il est important d’évaluer le sérieux de ces travaux de qualité très variable car, parfois, nous nous appuyons uniquement sur leurs auteurs pour confirmer ou non l’existence d’un site de nos jours rasé.

  • 16 J.-P. Ogée, Dictionnaire…
  • 17 Cf. p. 43.
  • 18 Abbé Brune, « Répertoire… ».

14Les premières mentions de mottes datent du xviiie siècle mais restent exceptionnelles. J.-P. Ogée16 en mentionne quelques-unes. Son ouvrage, souvent imprécis, a été de faible utilité. Cependant, sans lui, nous n’aurions pas retrouvé le site de Verrières dissimulé dans la forêt de Rennes17. Le véritable travail de prospection ne débute, en Ille-et-Vilaine, que dans les années 1850-1860, soit quelque vingt ans après l’inauguration du cours d’antiquités monumentales d’A. de Caumont à Caen. Les premiers inventaires, notamment celui de J. Brune18, n’abordent le problème des mottes que de manière très anecdotique.

  • 19 L. Maupillé, « Notices historiques… ».
  • 20 Vicomte Le Bouteiller, Notice…

15Les écrits de L. Maupillé19, portant sur tout le nord-est du Rennais, ont une dimension nettement archéologique. Cet auteur est cependant décevant et n’a pas facilité nos recherches. En effet, il a inventorié comme motte tout monticule de terre, plate-forme de manoir entourée d’une douve, talus-fossé un peu plus important que d’ordinaire, voire simple relief naturel. Par exemple, le site gallo-romain de la Salle en Beaucé est confondu avec une motte. À La Bazouge-du-Désert, L. Maupillé recense plus de 6 mottes. Seules deux ont été authentifiées comme telles. Il s’agit de la Bignette et du Petit Monthorin. La mention d’une motte au Petit Plessis est une erreur ; elle se trouvait au Plessis Chasné. Les sites de la Motte du Lattay et de la Fresnaye sont en fait des plates-formes de manoir. La mention de plusieurs mottes au Bas Monthorin n’est pas vraisemblable car les cas de mottes multiples sont rarissimes. En fait, les travaux de L. Maupillé ne peuvent être pris en compte que lorsque des indices supplémentaires viennent conforter ses observations ou lorsque cet auteur donne suffisamment de détails pour se faire une idée de la morphologie du site. Ainsi, la mention d’une motte entourée d’une douve au Petit Monthorin devient un peu plus crédible. Elle est confirmée par la représentation d’un cercle sur le cadastre napoléonien correspondant à une motte d’une trentaine de mètres de diamètre. La présence d’un tel tertre à la Bignette est également corroborée par la prospection archéologique. La définition de la motte par L. Maupillé était donc très approximative. Le vicomte Le Bouteiller, qui a écrit une « notice » très dense de quatre volumes sur la seigneurie de Fougères, n’est pas d’une plus grande aide car il reprend les travaux de son prédécesseur en matière archéologique20. Ce secteur nord-est du Rennais reste donc celui où notre inventaire doit être un peu plus incomplet qu’ailleurs parce que ne pouvant pas vraiment bénéficier de travaux antérieurs fiables.

  • 21 P. Bézier, « Retranchements… » ; Inventaire… ; Supplément…
  • 22 Un tertre tumulaire a été rasé au Plessis à Bourg-des-Comptes (fichiers du Service Régional de l’A (...)
  • 23 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries… ; Pouillé…
  • 24 Une motte dans un aveu peu tout aussi bien désigner une motte telle que la définissent les archéol (...)
  • 25 En revanche, A. Guillotin de Corson, malgré son important travail de dépouillement des actes de la (...)
  • 26 Aveu de 1579 concernant la motte de la Fontaine la Chèze cité dans A. Guillotin de Corson, Les gra (...)

16L’ouvrage de P. Bézier portant sur les monuments mégalithiques du département d’Ille-et-Vilaine21 est digne d’intérêt même si l’auteur ne différencie pas mottes et tumuli. La rareté de ce type de monument de la préhistoire dans le Rennais rend son travail très utile22. Les ouvrages d’A. Guillotin de Corson23 sont précieux à plus d’un titre. Ce chanoine de Rennes a réalisé un travail laborieux représentant la lecture de milliers d’actes notariaux et d’aveux. À chaque fois qu’il relevait dans un ancien document la mention d’une motte24, il la notait. De plus ses ouvrages, s’ils manquent souvent de profondeur car conçus comme de simples inventaires, montrent que cet auteur avait une bonne perception de ce qu’est une motte ; il savait qu’elle était intimement liée à la noblesse du Moyen Âge central25. Il semble, au regard de la justesse de ses mentions, qu’il avait également une bonne connaissance du terrain, certainement facilitée par sa fréquentation des milieux nobles de son époque. Ces derniers continuaient de considérer que la motte était, comme le précise certains aveux de leurs archives, l’« intersigne d’un gouvernement noble selon l’assise du comte Geoffroy26 ».

  • 27 P. Banéat, Le département…
  • 28 ADIV, 1F1724 et 1725.
  • 29 Par exemple, les tumuli de P. Bézier deviennent des mottes avec P. Banéat.
  • 30 Comme celles du Masse, la Bussonnière et la Grande Grange, Moutiers, Martigné et la Chouannière, B (...)

17Les recherches de P. Banéat27 sont aussi extrêmement utiles. Dans son ouvrage intitulé « Le département de l’Ille-et-Vilaine » publié en 1927, il recense presque toutes les mottes existantes. Rares sont les sites ayant échappé à son attention. Son travail est en fait, pour partie, la compilation de tout ce qui avait été réalisé jusqu’alors. Ainsi, P. Banéat reprend les informations déjà publiées par P. Bézier et A. Guillotin de Corson. Il les complète par un important travail que le chanoine avait laissé sous la forme d’un manuscrit appelé les Cartons Guillotin de Corson28. Ces notes sont en fait un répertoire systématique de tous les manoirs d’Ille-et-Vilaine et de la filiation de leurs propriétaires, remontant généralement jusqu’au bas Moyen Âge. La publication de ces informations est indispensable pour établir le lien motte-manoir. Mais l’ouvrage de P. Banéat présente quelques indéniables faiblesses. S’il reprend des auteurs fiables, parfois en les corrigeant29, il s’inspire aussi des travaux de L. Maupillé, généralement sans les vérifier. En fait, la qualité des données de P. Banéat dépend largement du sérieux de ses informateurs et des prospections qu’il a lui-même menées sur le terrain. Il est évident qu’il est fort peu renseigné sur le nord-est du Rennais et la région de La Guerche-Martigné ce qui permit à J.-C. Meuret de découvrir des mottes inédites dans ce dernier secteur30.

  • 31 Par exemple, les mottes de Dézerseul ou de Sérigné sont inconnues de P. Banéat.
  • 32 P. Banéat, « Communication… » ; « Les Mottes… » et, avec J. Harcouët de Keravel, « La Douve… ».
  • 33 « on ne trouve à l’intérieur aucune trace de motte » écrit-il sur cette enceinte. P. Banéat et J. (...)
  • 34 Ibidem, p. 283-285.
  • 35 Comme en Luitré où il mentionne « une butte allongée » et non une motte, ce qui est exact. Banéat, (...)

18En revanche, là où P. Banéat avait une connaissance fine du terrain, c’est-à-dire de la région de Dol à celle de Grand-Fougeray et de Vitré à l’ouest de Rennes, très peu de mottes ont été oubliées31. Il participa lui-même à plusieurs relevés et fouilles de sites32. Il sait également différencier une motte d’une enceinte de terre. C’est là une qualité peu fréquente que certains prospecteurs actuels n’ont pas forcément tous acquise ! Ainsi, il distingue bien l’enceinte circulaire appelée la Douve en Orgères d’une motte et reste donc très prudent quant à sa datation33. De même, il qualifie le site de Bois Ferchaud (plan 11 p.43) de retranchement et non de motte et arrive, malgré tout, à le dater du Moyen Âge central34 ce qui paraît tout à fait pertinent. À l’inverse de beaucoup de ses contemporains, il ne prend pas toute butte de terre pour une motte35. Parfois, cependant, P. Banéat se trompe. Le site du Bois Halbran (plan 6 p.41) n’est pas une motte mais une plate-forme de manoir. Mais ces erreurs sont très rares. L’ensemble de son travail, sauf pour les régions de Fougères et de La Guerche, est de première utilité et, là où il mentionne une motte dont il ne reste de nos jours plus aucune trace, il y a une très forte probabilité que l’information soit exacte.

  • 36 É. Orieux et J. Vincent, Histoire…
  • 37 L. Maître, « La tour… ».
  • 38 J.-F. Caraes, « Au fil… ».

19Quant à la région de Châteaubriant, elle a été très peu étudiée. Plus généralement, la Loire-Atlantique ne bénéficie pas d’inventaires anciens et les travaux de L. Maître, É. Orieux et J. Vincent ne se sont pas attachés à cet aspect de la recherche36. Pour la région de Châteaubriant, seule la motte de Soulvache a fait l’objet d’un article37. Depuis, hormis quelques études ponctuelles et un inventaire effectuée dans le Pays de Retz38, aucun travail n’a vraiment été réalisé sur ce département. De fait, aucune conclusion sérieuse ne peut être tirée sur la présumée faible densité des mottes de la Loire-Atlantique par rapport à celles du Finistère et de l’Ille-et-Vilaine. Elle est avant tout le résultat d’une prospection peu avancée : seulement deux mottes avaient été inventoriées autour de Châteaubriant alors que nous en avons retrouvées quatre fois plus.

  • 39 Pour le Rennais : M. Wheeler, Carnets… ; P. Aumasson, « Bain-de-Bretagne…», p. 22-25 ; P. Guigon, (...)
  • 40 La Motte aux Anglais en Dingé ; la forêt du Teillay en Ruffigné.
  • 41 P. Lanos, « Les mottes… ».
  • 42 Par exemple la Roche Montbourcher en Cuguen, la Ville d’Ahaut et le Pont Saint-Pierre en Meillac.
  • 43 L. Langouët, J.-Y. Hamel-Simon et L.-R. Vilbert, « Les mottes…», p. 4.
  • 44 La maison forte… ; « Les fortifications de terre en Europe… », p. 5-123.
  • 45 Erreur que nous avons commise en 1988. M. Brand’Honneur, Les mottes dans la baronnie de Vitré…, t. (...)

20Généralement, les travaux de ces dernières décennies sont fiables. On doit même en souligner l’excellente qualité39. Cependant, certains laissent à désirer. Parfois des sites, comme cette enceinte quadrangulaire de la forêt du Teillay ou une carrière de falun en Dingé40, ont été recensés comme mottes. Les exemples de ce genre sont encore relativement fréquents. Dans l’inventaire de l’arrondissement de Saint-Malo41, sur les 17 sites concernant le Rennais et considérés comme mottes, 6 n’en sont pas42. Pour la région dinanaise, le relief naturel où est construit le château de Léhon a été pris pour une « maxi-motte43 » ! La définition d’une motte, malgré les avertissements des colloques de Caen et de Pont-à-Mousson44, semble parfois être peu assimilées. Il est vrai que certains sites peuvent prêter à confusion et seule la visite d’un grand nombre d’entre eux permet d’affiner sa propre expérience du terrain. Tel est le cas de la Visseule en Saint-M’Hervé. C’est une butte quadrangulaire de 20 sur 17 mètres de côté présentant une petite plate-forme sommitale de 12 sur 10 mètres de côté s’élevant à 4 mètres de hauteur. Elle est entourée d’un fossé de 5 mètres de largeur suivi par un léger talus. La morphologie du site laissait à penser qu’il s’agit d’une motte45. Mais plusieurs éléments montrent qu’il n’en est rien. En contrebas de la butte s’étend un petit talus-fossé (de la taille d’un talus de bocage) délimitant un espace formant un triangle très allongé et dont la pointe est ouverte ; il s’agit d’un parcellaire de champ et non d’une basse-cour de motte. Une autre butte, formant un triangle de 15 mètres de côté et haute de 4 mètres, est séparée de la première par une dépression de 5 mètres de largeur. Ces deux tertres sont en fait des cônes de déjection d’une ancienne carrière de pierres les jouxtant.

De la méthodologie à l’élaboration de l’inventaire

  • 46 Photographie G. Leroux dans Le passé vu du ciel…, p. 2.

21Les formes de parcellaires, les toponymes en la Motte, les aveux et les recensements de mottes ont constitué les principales bases de notre inventaire. La vérification de toutes ces données sur le terrain est cependant indispensable pour les confirmer ou infirmer. Elle permet d’apprécier le sérieux du travail de nos prédécesseurs. De plus, la prospection archéologique constitue un des moyens essentiels pour recueillir des informations sur la morphologie et l’environnement des mottes. Ainsi, tous les sites de notre inventaire ont fait l’objet d’une visite de notre part. Les résultats de la photographie aérienne ont été très décevants : soit la majorité des mottes rasées ne sont pas repérables d’avion, soit elles n’ont pas retenu l’attention des prospecteurs, ces derniers recueillant généralement des informations concernant les périodes antérieures au Moyen Âge central. Seuls deux sites détruits ont été ainsi repérés. Il s’agit de la motte du Pont d’Étrelles46 déjà connue grâce au cadastre napoléonien. Cette photographie a permis de retrouver sa basse-cour. En revanche, le site de la Motte Henry en Saint-Gilles découvert par A. Provost est inédit.

  • 47 Cf. p. 154-155, 227, chap. 5.

22La recherche de mottes se fonde sur d’autres critères examinés ultérieurement dans la mesure où ils s’appuient davantage sur une analyse du contexte historique. Leur lien avec les milites cités dans les actes de la pratique et avec les petites seigneuries de l’époque moderne est évident, si bien qu’il constitue un élément capital pour le repérage de mottes. Les sites de Sérigné ou de Dézerseul ont été retrouvés grâce à la mention de Robert de Sérigné et de Guillaume de Dézerseul dans les chartes du xiie siècle. Ils sont également tous deux le centre d’une seigneurie à l’époque moderne. La présence d’une motte a également marqué de façon particulière son environnement : manoir, moulin, étang, bois, parcellaire ovale, exploitation du fer, forment autant d’indices permettant de la détecter. Les emplacements des mottes sont aussi assez caractéristiques. Elles ont été souvent implantées près des cours d’eau et des limites de paroisse47.

23Tous ces critères sont à prendre en compte et à recouper avec les informations cadastrales, toponymiques, les anciens inventaires et aveux ainsi que la prospection. La constitution de notre recensement repose donc sur des raisonnements déductifs et inductifs. Il y a d’abord les sites, toujours en élévation ; leur réalité est constatée par la prospection archéologique. D’autres, détruits de nos jours, ont fait l’objet d’une description suffisamment détaillée, soit écrite, soit orale (par des renseignements que nous avons pris auprès des occupants des lieux) pour qu’aucun doute ne subsiste. Mais, dans la plupart des cas, les mottes ont été rasées depuis fort longtemps et c’est seulement le croisement de plusieurs indices qui permet d’induire leur existence. Pour comprendre notre démarche, il faut partir de sites toujours en élévation et ayant conservé plusieurs éléments caractéristiques des mottes. Par exemple, la motte de Sérigné, en limite de paroisse, est entourée d’étangs et de bois. Elle était liée à l’activité métallurgique. Le site est vraisemblablement associé à un manoir dont les traces subsistent sous la forme d’un amas de pierres. Le miles Robert de Sérigné habitait ce lieu qui resta jusqu’à l’époque moderne le centre d’une seigneurie. Le site de Visseiche (plan 1), cité dans un aveu de 1550, réunit également des éléments propres aux mottes. Son manoir possédait, à l’époque moderne, les moulins de Visseiche et leurs seigneurs étaient les fondateurs de l’église de ce nom. Cette motte, dont le nom est repris par des chevaliers du xiie siècle, est associée à un grand parcellaire ovale de 700 et 425 mètres de diamètre. À partir de ces deux exemples, on peut déduire que le Haut Landavran (plan 2) possédait une motte bien qu’il n’y ait plus aucun vestige de butte sur le terrain et que le cadastre napoléonien ne la représente pas par un petit cercle. En effet, s’y retrouvent un manoir centre d’une petite seigneurie à l’époque moderne associé à un étang, un toponyme reprenant celui de la paroisse et désignant également un bois tout proche du lieu. Mais les deux arguments ayant le plus de poids sont l’existence, dès 1047, de chevaliers dont le nom est associé à Landavran et la présence d’un parcellaire elliptique. Le site de la Motte Montferrand, parce qu’étant en limite de paroisse, lié à l’activité métallurgique, avec des bois, un étang, un manoir, des chevaliers cités au xiie siècle et un toponyme caractéristique, possédait certainement une motte.

Plan 1 : Le manoir à motte de Visseiche et son finage d’après le cadastre de 1827 annoté

Plan 1 : Le manoir à motte de Visseiche et son finage d’après le cadastre de 1827 annoté

1 motte et basse-cour
2 manoir de l'époque moderne
3 parcellaire ovale
4 possible ouvrage quadragulaire antérieur à la motte ?

Plan 2 : Le manoir du Haut Landavran et son finage caractéristique des sites à motte

Plan 2 : Le manoir du Haut Landavran et son finage caractéristique des sites à motte

1 manoir de l'époque moderne
2 parcellaire ovale
3 bois de Landavran
4 étang

  • 48 A. Renoux, «Mottes et habergements fossoyés dans le Maine (xie-xve siècle) : état de la recherche  (...)
  • 49 A. Debord, La société…, p. 135 ; J. Clémens et A. Dautant, « Mottes et camps au Moyen Âge en Lot-e (...)
  • 50 P. Kernevez, Les fortifications…, p. 19 ; S. Hinguant, Les mottes…, p. 6 ; J. Le Maho, « L’apparit (...)

24Ainsi, notre inventaire comprend, entre autres, des mottes retrouvées par raisonnement induit. Par ces méthodes de recherches, environ 233 sites ont été répertoriés. Cette densité semble être une des plus fortes de France. Le nombre de mottes du Rennais paraît 2,5 à 4 fois plus important que celui de bien des régions, comme le Maine, le Cotentin, l’Orne48, ou, pour prendre des exemples plus méridionaux, le Charentais, le Lot-et-Garonne, le Bazadais, les Alpes du Nord49. Même les régions présentant de fortes concentrations de mottes comme le Finistère, les Côtes-d’Armor, le Pays-de-Caux, le Cinglais (si l’on ajoute aux mottes les enceintes circulaires), le Bas-Maine50, semblent en posséder moins. Mais l’utilisation de diverses méthodes dans l’établissement des inventaires, comme la mise en évidence par raisonnements induits d’anciennes mottes détruites, pourrait expliquer ces apparentes différences de concentration.

Étude morphologique des mottes

  • 51 G. Fournier, Le château…, p. 66 ; « Les fortifications de terre… », p. 6-19.

25L’ouvrage de G. Fournier intitulé « Le château dans la France médiévale » et le colloque de Caen de 198051 définissent la morphologie de la motte. Il s’agit d’un tertre modelé à partir d’un relief naturel ou entièrement factice fait de terre rapportée. Leur forme est en général en tronc de cône régulier circulaire ou plus rarement quadrangulaire. Ces buttes ont une hauteur variable atteignant plusieurs mètres de hauteur par rapport au sol environnant, les plus importantes pouvant dépasser 20 mètres. Leur diamètre à la base varie également : de plusieurs dizaines de mètres, il avoisine rarement 100 mètres. Ces tertres sont entourés d’un fossé. Le plus souvent, une basse-cour est associée à la motte. Elle peut être de taille très variable. Elle est délimitée par un talus puis un fossé. Cette description correspond exactement aux mottes du Rennais. Contrairement à certaines régions de France, ces dernières rassemblent cependant des caractéristiques très normatives qu’il convient d’examiner.

Une utilisation différenciée des mottes en fonction de leur taille ?

26Si la prospection archéologique est un travail fondamental pour établir un inventaire des mottes, elle permet aussi de livrer, lorsque les sites sont toujours en élévation, des indications morphologiques. Il existe en effet différentes formes de mottes. Elles se distinguent les unes des autres par la grosseur de leur butte et l’importance de leur fossé. Déterminer le mode d’occupation de leur plate-forme est également primordial. Mais ces critères correspondent-ils à une utilisation différenciée des mottes ?

La butte et son fossé

27Les morphologies des quelque 233 mottes du Rennais ne sont pas toutes connues, car beaucoup ont été rasées depuis fort longtemps. Cependant, des informations sur leur forme ont pu être recueillies dans une cinquantaine de cas. Ainsi, presque toutes les mottes ont été édifiées sur un modèle comprenant très peu de variantes. Elles possèdent généralement un diamètre compris entre une vingtaine et une trentaine de mètres (coupes plans 1 ou 36 p.28 et207) et sont grossièrement de forme circulaire. Quelques-unes sont franchement ovales comme pour la Pommeraie, la Cour Saint-Laurent ou Tatoux dont le diamètre à la base mesure respectivement 25-28, 30-50 et 36-54 mètres. Ce type de motte semble être choisi en fonction de la forme de la plate-forme souhaitée : ce décalage de diamètre à la base permet d’établir au sommet une surface tendant vers le rectangle. Tout aussi rares sont les mottes formant un quadrilatère aux angles fortement arrondis. Seulement deux ont été repérées à la Métrie et à la Bussonnière. Elles mesurent respectivement 18 et 25 mètres de côté à la base pour des plates-formes carrées de 7,5 et à peine 10 mètres de côté. Leur sommet présente donc une surface relativement modeste par rapport à l’ensemble des mottes dont le plateau est d’une quinzaine de mètres de diamètre en moyenne. Seule la motte du Bois de Labeau avait une forme tendant vers un triangle de 47, 37 et 57 mètres de côté. Cette caractéristique tient au fait que la butte fut élevée à la confluence de deux cours d’eau.

  • 52 P. Bézier, Inventaire…, p. 126.
  • 53 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 55.

28Les mottes au diamètre de beaucoup inférieur à 20 mètres sont rares. Celle de Trémagouët atteint 15 mètres pour une hauteur de 3,8 mètres. Sa plate-forme sommitale est de 5 mètres environ. En deçà de cette dimension, il est difficile de parler de motte et tous les sites ayant une aussi petite taille semblent suspects. P. Bézier52 signale à la Rangeardière un tumulus de 10 à 12 mètres de diamètre de nos jours rasé. D’après la description de P. Banéat53, cette motte mesurait 4 à 5 mètres de hauteur et était entourée d’une douve de 2 à 3 mètres de largeur, ce qui correspond à une taille classique. Dès lors, les indications données par le premier auteur étonnent. Une erreur de publication ou une évaluation un peu hâtive de ses dimensions pourraient en être la cause, à moins que son diamètre évalué à 10-12 mètres ne corresponde à celui de la plate-forme de la motte. La morphologie de la Motte de Châtillon laisse également perplexe. Actuellement, il ne reste qu’une butte de 1,5 à 2 mètres de hauteur. Ses diamètres sont de 13 mètres à sa base et de 6 mètres à son sommet. Elle était entourée d’un fossé dont il ne reste plus qu’un fragment au nord. Celui-ci, à moitié comblé, atteint une largeur de 6 mètres et est suivi d’un talus de 3 à 4 mètres de largeur et de 1 mètre de hauteur. Cette butte semble avoir gardé sa forme initiale. Elle peut difficilement être qualifiée de motte au regard de ses dimensions. Elle ne correspond pas non plus à la description que P. Banéat donne de la Motte de Châtillon précisant que le tertre était déjà en partie nivelé lors de sa visite. S’agirait-il d’une petite enceinte intégrée à un plus grand ensemble qui aurait compris une motte ? La localisation du site, dans une grande zone commerciale périurbaine, ne permettra jamais plus de trancher.

  • 54 Ce tertre a été sondé comme un tumulus : deux tranchées creusées perpendiculairement se croisent e (...)

29Les mottes du Rennais possèdent une hauteur moyenne actuelle de 5,7 mètres, les maxima ne dépassant guère 7 mètres, (comme au Coudray plan 17 p.48 ou à Tatoux). Une quinzaine de mottes (soit un tiers des sites en élévation) mesure 3 à 4 mètres de hauteur mais leur taille initiale devait être un peu plus importante et l’érosion explique bien souvent l’état actuel des sites. La forme légèrement bombée de certaines plates-formes et évasée des pentes de motte en serait la marque. Le site de Beaumont en Bain a ce genre de profil et la multitude de trous de blaireau semble en être la cause. Si la motte du Haut Breil ne s’élève plus qu’à 2,5 mètres, c’est parce qu’une partie des matériaux de sa butte a dû servir à combler son fossé. Dans l’ensemble, la plupart des mottes devait être un peu plus élevée à l’origine. En revanche, celles possédant des traces de construction en leur sommet ont dû conserver leur hauteur initiale comme à la Rouvraie ou à la Motte de Saint-Brice avec, respectivement leurs 6 et 6-7 mètres de hauteur. Finalement, seul un petit nombre de sites semble avoir eu à l’origine une faible hauteur légèrement supérieure à 3 mètres. La motte de Dézerseul pourrait appartenir à cette catégorie malgré la fouille clandestine qui a défiguré sa plate-forme sommitale54.

  • 55 Ils peuvent d’ailleurs, dans certains cas, avoir été recreusés. C’est le cas de la Motte en Meilla (...)

30Ces mottes de terre de 20 à 30 mètres de diamètre sont généralement entourées d’un fossé à sec, beaucoup plus rarement en eau, d’un peu plus de 6 mètres de largeur, pour une profondeur de 2 à 3 mètres. Mais les dimensions initiales des fossés sont difficiles à évaluer à cause de leur comblement progressif55. Les sites fouillés montrent que le remplissage naturel du fossé peut atteindre une épaisseur d’un bon mètre. Ainsi, ceux de Dézerseul et du Bois Briant étaient respectivement profonds de 3 et 2,5 mètres pour une largeur de 5,75 et 5,25 mètres. Les plus petits fossés mesurent à peine 5 mètres de largeur. Ceux de la motte de Beaumont en Mordelles sont particulièrement importants : de 10 à 13,5 mètres de largeur pour une profondeur maximale de 4 mètres.

  • 56 Comme au Bois du Pinel, Chalonge, le Tertrais, Montbourcher, plans 14 et 16 p. 45, 46.

31Certains fossés de motte sont suivis par un talus de faible dimension. Leur taille est similaire aux talus délimitant les champs. Celui du Coudray (plan 17 p.48) mesure 1,5 mètre de hauteur et 3 mètres de largeur à la base tandis que celui de Dézerseul (plan 15 p.45) n’excède pas 0,5 mètre de hauteur pour 2 mètres de largeur. Ces talus précédant le fossé de la motte pourraient être plus fréquents que les témoignages archéologiques parvenus jusqu’à nous ne le laissent supposer. En effet, on les retrouve dans les sites particulièrement bien conservés56.

  • 57 Cf. p. 153, 243.

32Certaines mottes, élevées au bord d’un cours d’eau, peuvent bénéficier de leur lit comme douve. Le site du Bois de Labeau utilise la confluence du Quincampoix et de la Seiche. Mais ce parti pris a été rarement choisi et ne relève pas d’un choix défensif comme nous le verrons plus tard57. Bien souvent, la motte a été édifiée seulement à quelques dizaines de mètres d’une rivière, ce qui ne lui permettait pas de tirer profit de la protection offerte par un cours d’eau comme à Launay-Geoffroi ou à la Motte de Vezin (plan 3). Si la butte d’Apigné était accolée à la Vilaine, son fossé en était distinct : en surélévation par rapport au niveau de l’eau, il était donc à sec.

33Plus largement, l’ensemble des mottes ne profite ni des cours d’eau, ni des dénivelés naturels, pour renforcer leur défense. Elles ont été massivement implantées sur des sites sans relief. La motte de la Chattière tire parti d’une langue de terre escarpée, mais c’est bien là une exception. Leur localisation défie le bon sens si la fonction de ces ouvrages était avant tout militaire. Parfois même, leur emplacement semble aberrant. La plate-forme de la motte de Sérigné est totalement dominée par une colline et la présence d’une basse-cour au talus et au fossé trapus ne pallie en rien la médiocrité militaire de l’emplacement.

Plan 3 : Le manoir de la Motte de Vezin d’après le cadastre de 1813 annoté

Plan 3 : Le manoir de la Motte de Vezin d’après le cadastre de 1813 annoté

1 manoir de l'époque moderne
2 parcellaire ovale
3 moulin

34Seules quelques mottes possèdent réellement un potentiel militaire et utilisent les escarpements pour le renforcer. Celles d’Orange ou de Villavran (plans 30 et 31 p.84 et85) sont élevées au bord d’éperons barrés utilisés bien avant le Moyen Âge central. Leur vocation paraît nettement défensive. Elles se distinguent également de la majorité des autres mottes par leur taille légèrement supérieure à la moyenne. À ce sujet, il faut prendre garde à certaines dimensions livrées par le cadastre napoléonien. Si le cercle figurant la motte comprend son fossé, certains sites peuvent passer d’un diamètre d’une trentaine de mètres à plus d’une quarantaine de mètres (les douves faisant en moyenne 6 mètres de largeur). De plus, certaines erreurs de mesure des géomètres au xixe siècle ne sont pas à exclure. Un décalage de 4 millimètres sur une planche de cadastre correspond à une imprécision de 10 mètres sur le terrain. Le plan d’Aubigné représente une motte triangulaire de 40, 55 et 60 mètres de côté. En réalité, elle est grossièrement rectangulaire et mesure 37 et 46 mètres de côté. Les dimensions livrées par l’ancien cadastre présente une erreur de près d’un quart par rapport à la taille réelle du site. Ainsi, il n’est pas certain que les mottes de la Chouannière, de la Motte en Bais ou de Cornillé aient atteint environ 40 mètres de diamètre.

Plan 4 : Un château mineur : le site à motte du Châtel en Marcillé-Raoul d’après le cadastre de 1823 annoté

Plan 4 : Un château mineur : le site à motte du Châtel en Marcillé-Raoul d’après le cadastre de 1823 annoté
  • 58 Comme La Guerche, Orange, Villavran et Châteaubriant, plans 23, 30 et 31 p. 67, 70, 84, et 85.
  • 59 Comme Chevré, la Chapelle Saint-Eustache, Aubigné, les Ponts et le Châtel, cf. p. 191-192.

35La plupart des sites à motte à vocation défensive appartiennent à des centres de pouvoir important du Moyen Âge si bien que nous les qualifions de châteaux, soit majeurs58, soit mineurs59. Ces mottes ont des diamètres compris entre 37 et 50 mètres. Celle de La Guerche mesure 50 sur 40 mètres. Ces dimensions, sauf pour la butte du Châtel (75 à 70 mètres de diamètre et 16 mètres de hauteur, plan 4), ne marquent pas un écart significatif avec la majorité des autres buttes : quelques rares mottes examinées précédemment peuvent atteindre des dimensions respectables sans pour autant revêtir l’ampleur d’ensemble de ces sites. Si celle de Tatoux a un diamètre à la base de 54 et 36 mètres, ses douves ne dépassent pas 7 mètres de largeur. Les mottes à vocation défensive se distinguent des autres surtout par leurs fossés considérables. Ceux d’Aubigné atteignent respectivement une vingtaine de mètres de largeur pour une profondeur de 7 mètres. Ils sont doublés par un impressionnant talus suivi d’un second fossé de même dimension que le premier. Le fossé de Chevré mesure 16 mètres de largeur pour une profondeur de 5 mètres (plan 34 p. 203). La motte du Châtel est entourée d’un fossé un peu plus modeste mais ce dernier est renforcé par un talus fort de 15 mètres de largeur et de 4 à 6 mètres de hauteur. Ce type de talus précédant un fossé existe pour les mottes de taille ordinaire, mais ces derniers ne sont pas plus grands que de simples talus de bocage, ce qui leur confère une valeur symbolique et les différencie nettement de ceux des grandes mottes.

  • 60 P. Kernevez, Les fortifications…, p. 20.
  • 61 D’après la consultation de la chronique des fouilles dans AM et de différents inventaires. Certain (...)
  • 62 C. Amiot arrive, pour l’ensemble de la Bretagne, aux mêmes conclusions. C. Amiot, Lignages…, t. I, (...)

36Dans l’ensemble, les mottes du Rennais possèdent des morphologies relativement uniformes. Le tertre type présente un diamètre à la base de 25 mètres pour une hauteur de 5 à 6 mètres. Il est entouré par un petit fossé à sec de 6 mètres de largeur et de 2 à 3 mètres de profondeur. Ces dimensions se rapprochent de celles des mottes du Finistère60. Cependant, même si de tels calibres ne sont pas rares dans d’autres régions de France, la majorité des mottes semblent plus massives. Les diamètres d’une quarantaine ou d’une cinquantaine de mètres à la base sont fréquents61. Beaucoup de ces mottes, entourées d’un fossé dépassant couramment 10 mètres de largeur, sont assez souvent campées sur des reliefs. Ces traits morphologiques sont beaucoup plus rares pour le Rennais. Seulement 5 % des mottes possédaient de telles caractéristiques. La fonction de ces dernières revêtait un caractère fortifié réel. Quant aux autres mottes, les plus nombreuses, leur défense est avant tout symbolique62.

Les édifices sur les plates-formes sommitales

  • 63 Comme à Chevré, Orange, Villavran et les Ponts.
  • 64 C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 323-324.
  • 65 Un tel lien se retrouverait à Boutavent en Iffendic. C. Amiot, « Le château d’Aubigné… », p. 45-46 (...)
  • 66 M. Brand’Honneur, « Le lien… », p. 54-55 ; C. Amiot, Lignages…, t. II, p. 334-335.

37Les mottes à caractère défensif présentent les vestiges les plus faciles d’interprétation. Ils reposent souvent sur des plates-formes de taille à peine supérieure à la moyenne, soit 16 au lieu de 15 mètres de longueur63. Deux mottes présentent par contre de grandes plates-formes. La plus importante est celle de la tour maîtresse de Châteaubriant (plan 23, p. 67) ; de forme quadrangulaire, elle mesure 25 mètres de côté et atteint une surface de 625 mètres carrés. Elle sert d’assiette ou entoure la tour maîtresse de Châteaubriant. C’est un bâtiment quadrangulaire de 16 sur 17 mètres de côté, à maintes reprises remanié. Sa base serait vraisemblablement antérieure au xive siècle, certaines parties pourraient même remonter à l’époque romane mais, en l’absence de fouilles, la prudence doit rester de mise64. La plate-forme de la motte d’Aubigné, surmontée par un shell-keep polygonal en pierres mesurant 25 sur 15 mètres de côté environ, aurait été érigée entre la fin du xiie siècle et celle du xiiie siècle. Cet édifice pourrait même, selon une hypothèse de C. Amiot, être lié au mariage de Stéphanie d’Aubigné à Foulques Paynel et trahir ainsi une influence normande. Dans ce cas, il remonterait aux années 121065. La tour de Chevré (plan 34 p.203), d’après sa morphologie et le contexte historique, correspondrait aux années 1220-1230. Ses diamètres externe et interne sont de 15,5 et 9 mètres. Sa hauteur totale devait dépasser les 11,25 mètres. La tour des Ponts a un petit diamètre interne de 3,45 mètres si bien qu’elle ne pouvait guère servir d’habitat noble. Elle pourrait remonter au début du xiiie siècle66. Même si tous ces ouvrages défensifs sont assez tardifs, il est probable que la majorité de ces buttes servaient d’assise à des tours dès le xie siècle, comme le montre la broderie de Bayeux pour Rennes, Dol et Dinan (dessins 1 et 2 p.75-76).

  • 67 Cf. p. 75.
  • 68 Fougères, 29.

38D’autres mottes à vocation défensive supportaient des constructions de pierres mais le repérage de leurs traces n’est pas toujours évident. Par exemple, la motte de La Guerche possédait un bâtiment de pierres attesté en 1734 ; au début du siècle, les fondations d’une tour carrée furent découvertes67. Cependant, la visite du site ne permet absolument pas de la repérer. De même, la motte du Châtel devait servir d’appui à un édifice en pierres. Le duc Jean Ier autorisa Raoul III de Fougères à fortifier le site en 123968. Mais aucune trace n’est repérable sur la motte recouverte d’une épaisse couche de broussaille. Seule sa basse-cour conserverait des traces de maçonnerie ancienne noyées dans une grotte récente placée sous le patronage de la Vierge. Le site des Tertrais pourrait également être classé parmi les ouvrages à caractère défensif au regard de sa position nettement dominante et de ses dimensions. Cette butte, d’un diamètre de 35 à 39 mètres à la base, est entourée d’un fossé de 6,5 à 13,5 mètres de largeur et de 1 à 4,5 mètres de profondeur suivi d’un petit talus partiellement empierré. Cet ouvrage conserve encore des traces d’un bâtiment qui pourrait être quadrangulaire et mesurer de 15 à 20 mètres de côté. Aucune proposition de datation ne peut être avancée en l’absence de fouilles.

  • 69 Cf. p. 111-113.

39Les mottes à vocation défensive servaient donc d’assiette à des ouvrages revêtant le plus souvent l’aspect d’une tour en pierres guère antérieure au xiiie siècle. Il s’agit de reconstruction. Nous n’avons aucune indication sur les édifices d’origine. Seule une excavation sur le sommet de la motte d’Aubigné permet d’observer une possible couche d’occupation contenant des cendres et des os. Elle est assise sur une sorte de chape. Les murs du shell-keep reposent sur ce niveau qui lui est forcément antérieur, mais nous ne pouvons pas en dire davantage. Les mottes de Villavran et d’Orange ne présentent aucun vestige de construction ancien sur leur sommet. Peut-être étaient-elles surmontées de tour en bois dont il ne reste rien. L’absence de constructions en dur plus tardives semble s’expliquer par le fait que ces fortifications perdirent très rapidement de leur importance, dès la première moitié du xie siècle69.

  • 70 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 360-362.

40L’analyse des édifices sur les mottes dont la fonction n’est pas défensive est beaucoup plus ardue. La surface disponible sur leur sommet conditionne le type de bâtiment que la plate-forme peut recevoir. Cette superficie est en moyenne de 15 mètres de diamètre mais il existe des différences de taille considérables. Le plateau de la motte de Trémagouët forme grossièrement un carré de 5 mètres de côté, soit une surface de 25 mètres carrés, tandis que ceux de la Cour Saint-Laurent ou de Tatoux ont respectivement un diamètre de 15-35 mètres et 20-30 mètres, soit une surface de 490 mètres carrés. Ces importantes variations de taille de plates-formes (rapport de 1 à 20) sont sans doute liées aux choix des bâtiments construits sur la motte. Il est évident qu’une surface de 490 mètres carrés peut recevoir plusieurs bâtiments. Tel était sans doute le cas des mottes du Craonnais d’un diamètre dépassant couramment 50 mètres. Il s’agit, d’après J.-C. Meuret70, d’ouvrages à fonction résidentielle et leur taille expliquerait qu’elles soient dépourvues de basse-cour. Cependant, très peu de renseignements peuvent être glanés à leur sujet.

  • 71 Châteaux et manoirs, dir. par M. Mauger…, p. 33.
  • 72 A. Orain, Géographie…, p. 281.
  • 73 C. Amiot, « Le château d’Aubigné… », p. 65.
  • 74 Un aveu de 1539 mentionne la présence de « vieilles maçonneries » qui pourraient correspondre à ce (...)
  • 75 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 380. Tel est le cas de la motte de Maillechat.
  • 76 P. Banéat, Le département…, t. II, p. 168.
  • 77 Ces réutilisations de mottes ne sont pas caractéristiques du Rennais. Beaucoup de mottes furent ut (...)

41Les aveux de l’époque moderne signalent parfois des vestiges sur une motte. Un texte de 1645 précise que celle de Bénazé Briand était surmontée « de vieilles ruisnes d’un chasteau71 », mais on ignore la date de construction et la morphologie de ce bâtit. A. Orain mentionne la présence, dans la motte de la Marche, d’un caveau rectangulaire d’assez grande dimension, couvert d’une voûte d’ogive « de la forme du xiie et xiiie siècles72 ». Le site est rasé et nous ignorons si cette datation est pertinente. La construction la mieux connue est celle de la motte de Saint-Mahé. C’était un bâtiment quadrangulaire en pierres. De petite taille (environ 10 mètres de côté), ses murs mesuraient de 80 à 90 centimètres de largeur. Cet édifice possédait au moins deux niveaux avec une porte d’entrée ouvrant au rez-de-chaussée. Il ne revêtait donc aucun caractère défensif73. Des ouvrages analogues auraient pu être élevés sur plusieurs mottes. Mais l’état des vestiges ne permet pas de le confirmer. La Motte de Saint-Brice a une plate-forme sommitale formant un rectangle de 13 et 8,7 mètres de côté délimitée par un mur de pierres composé de petits mœllons en granite74. Cette construction est indatable et sa fonction reste indéterminée. De même, la motte du Coudray (plan 17 p.48) devait servir de base à un bâtiment en pierres, mais l’ensemble des mœllons ayant été récupérés jusqu’à la base des fondations, il ne subsiste plus qu’un énorme cratère. La plate-forme sommitale de 16 sur 11 mètres de la motte de la Rouvraie présente une petite cuvette rectangulaire de 4 sur 9,5 mètres de côté divisée en deux par une cloison de terre cachant peut-être un mur de pierres. Là encore, il faudrait fouiller pour en savoir davantage. Certaines de ces bâtisses peuvent être très récentes. Toujours la même motte du Coudray a servi de base à la construction d’un télégraphe. La motte de la Bussonnière a reçu un petit bâtiment moderne à la couverture effondrée. Celle de Châtenay a une plate-forme sommitale de 8 à 10 mètres de diamètre surmontée d’une construction en pierres et en briques. Il s’agit des vestiges d’une chapelle bâtie en 155175. La motte de Maillechat reçut également des vestiges du même genre76 tandis que celle d’Orange présente quelque construction liée à un kiosque à musique. Ces cas de figure sont assez fréquents et il ne sert à rien d’épiloguer sur la découverte de quelques ardoises au sommet d’une motte comme au Bois du Pinel ou à la Motte de Chelun77.

  • 78 M. Brand’Honneur, La Motte de Marcillé…, Rapport de sondage de la motte de Dézerseul…, Rapport de (...)
  • 79 ADIV, 4J 120 (Gévezé) ; P. Banéat, Le département…, t. I, p. 292.
  • 80 Le plus fréquemment, les trous de poteaux ont un diamètre de 0,7 mètre en Normandie. Les grands bâ (...)

42Dans la plus part des cas, aucun vestige n’est décelable sur les mottes. Mais peut-être étaient-ils en bois ? Cependant, aucune structure n’a été retrouvée au sommet des mottes de Dézerseul, de la Motte de Vezin, de Trémagouët, de la Motte Marcillé78, malgré des coupes qui auraient pu mettre en évidence des vestiges. Seul le site de Moucon a fait l’objet vers 1900 de quelques découvertes délicates d’interprétation79. Cette motte contenait des incinérations, des débris de poteries rougeâtres, des couches de cendre et des ossements ainsi que des excavations circulaires. Ces dernières mesuraient environ 28 centimètres de diamètre sur 40 centimètres de profondeur et renfermaient de la terre noire et des cendres. Il pourrait s’agir des traces de trous de poteaux d’un bâtiment en bois de taille fort modeste80, mais il est impossible d’en dire davantage. Le manque de précision de ces données ne permet pas de savoir si cette couche était localisée dans la motte même ou juste en son sommet.

  • 81 À Mérey, dans l’Eure. J. Le Maho, « Remarques… », L’architecture normande…, t. I, p. 244.
  • 82 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Nord, P. Demelon, t. 19, 1989, p. 324 ; Haute- (...)
  • 83 G. Fournier, Le château…, p. 290.
  • 84 J. Decaëns, « La motte d’Olivet… », p. 182-185.
  • 85 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Côte-d’Or, M. Mærten, t. 18, 1988, p. 349 ; Sa (...)
  • 86 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Nord, P. Demelon, t. 19, 1989, p. 324 (avec, i (...)
  • 87 Bouches-du-Rhône, D. Mouton, dans Chronique des fouilles, AM, t. 17, 1987, p. 258, t. 18, 1988, p. (...)
  • 88 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Pas-de-Calais, B. Segers, t. 25, 1995, p. 296  (...)
  • 89 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Indre-et-Loire, M.-P. Feuillet, t. 18, 1988, p (...)
  • 90 P. Kernevez, Les fortifications…, p. 118.
  • 91 J.-M. Pesez, « Conclusion : Où l’on voit que le Sud ressemble au Nord, ce qui ne va pas sans poser (...)

43Doit-on admettre que chaque motte servait d’assise à la tour ? L’absence fréquente de tout vestige sur leurs plates-formes ne permet pas de répondre. Même les fouilles récentes ne livrent pas toujours des éléments pour se faire une idée exacte à ce sujet. J. Le Maho rappelle qu’une seule tour de bois sur une motte a été archéologiquement identifiée en Normandie81. La présence d’une tour est indéniable, ou possible, dans certains cas comme à Escaillon, Aubazat, Bretoncelles ou Rivray82. Des structures en bois découvertes sur d’autres mottes ont été identifiées, par analogie avec les vestiges de constructions en pierres et certains textes célèbres comme celui de Lambert d’Ardres83, à des tours. Mais en est-on absolument toujours certain ? Les modestes structures dégagées sur la motte d’Olivet en Grimbosq sont interprétées comme les bases d’une petite tour ne pouvant servir que de poste de guet84. Mais beaucoup de mottes ont été fouillées sans retrouver la moindre trace sur leur plate-forme comme à Argilly, Charmée, Monferran-Plaves ou Segré85. D’autres sites présentaient des structures de bois ou de torchis difficilement identifiables. De simples fonds de cabanes ou des bâtiments en bois ou en pierres plus importants (Escaillon, Molleville, Laurac, Bougue, Butenheim86), parfois entourant une cour centrale (Saint-Paul-Lez-Durance87), voire des silos (Hervelinghem, Mauguio, Murinais88) ou des structures de chauffe (Betz-le-Château, Loisy89). À Motreff dans le Finistère, une construction quadrangulaire de 15 sur 17 mètres et aux murs larges d’environ 0,7 mètre surmontait une motte90. Bien des recherches restent donc à réaliser sur ce sujet et il ne semble pas évident que toutes les mottes aient servi de support à une tour en bois ou en pierres. Et J.-M. Pesez souligne, avec justesse, que « dans l’Europe entière, les fouilles de mottes qui ont révélé des structures conformes à l’image que proposent et la tapisserie de Bayeux et des textes comme la vie de Jean de Thérouanne, sont rarissimes. […] les fouilles montrent plutôt des vestiges d’édifices construits en pierres, ou des trous de poteaux qui […] ne s’organisent pas suivant le schéma classique91. » Reste à déterminer quels types de bâtiments campaient sur beaucoup de mottes. Avaient-ils tous des allures de fortification ? La distinction, effectuée dans le Rennais et en Bretagne, entre les sites à motte à vocation défensive et ceux qui ne le sont pas se reflète-t-elle sur le bâti surmontant leur tertre ?

Quelques sites distincts des mottes

44Lors de nos prospections, nous avons découvert quelques buttes de terre ou enceintes circulaires dont la forme ou/et la fonction pourraient évoquer celles des mottes. Mais leur étude montre qu’il s’agit de constructions bien distinctes.

Les « buttes de jardin »

  • 92 J. Le Maho, « Genèse… », p. 188.

45Souvent les mottes ont été intégrées dans les parcs des châteaux ou manoirs de l’époque moderne. On aménagea certaines de leurs plates-formes en lieu de loisir, comme à Orange où un kiosque à musique fut construit. Cette fonction tardive vaut à ce tertre l’appellation de Jardin Anglais. De même, le cadastre napoléonien nomme la Motte de Saint-Brice le Délice. Parfois, une petite rampe facilitant l’accès à la motte a été creusée sur ses flancs comme pour le site de Beaumont en Mordelles. J. Le Maho a retrouvé de tels aménagements tardifs à Mirville92. Ces changements d’affectation pourraient être, dans certains cas, à l’origine des mystérieuses appellations de Motte ou Butte à Madame portées par bien des mottes.

Plan 5 : Une butte dite « de jardin » : la Petite Mévrais en Betton d’après le cadastre de 1818 annoté

Plan 5 : Une butte dite « de jardin » : la Petite Mévrais en Betton d’après le cadastre de 1818 annoté

1 butte de jardin
2 plate-forme d'un ancien manoir ?
3 manoir de l'époque moderne

  • 93 P. Banéat, Le vieux Rennes…, p. 361-363 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 257.
  • 94 À 1 kilomètre au sud-est de la place forte de Vitré. Il fut également appelé Château Marie, nom po (...)

46Parfois même, quelques buttes de terre, distinctes morphologiquement des mottes (absence de fossé, taille et forme du tertre différentes) ont été dressées près de manoirs. Il s’agit d’un phénomène de mimétisme à dimension nettement symbolique. Par exemple, à Rennes, une Motte à Madame, appelée également Motte à l’Abbesse, se dressait près du monastère de Saint-Georges93. Elle conservait le souvenir de l’ancien droit de haute justice de l’abbaye. Cette butte est représentée sur un plan de 1685 par un grand quart de cercle d’environ 100 mètres de rayon. De telles dimension et forme ne peuvent absolument pas correspondre à une motte. Le manoir de la Petite Mévrais (plan 5) conserve une butte de terre quadrangulaire de 16 mètres de côté et de 6 mètres de hauteur. Sa plate-forme sommitale, carrée, mesure 2 mètres de côté. Ce site ne semble pas avoir été entouré à l’origine d’un fossé. Ce dernier, même lorsqu’il est comblé, se repère assez facilement grâce à une petite dépression. Des sites similaires existent encore au manoir de la Motte aux Rochers en Québriac et au Bordage en Ercé-près-Liffré. Cette dernière butte forme un triangle allongé d’une trentaine de mètres et ne possède pas de fossés. Elle ne ressemble en rien à une motte. Le parc du château de l’Épinay en Champeaux avait aussi une petite butte ne dépassant pas une douzaine de mètres de diamètre. Près de la motte du château de Saint-Brice, un petit îlot circulaire de 2 mètres de hauteur et de 11 mètres de diamètre a été aménagé au milieu d’un étang appelé Dieulegard. Ce tertre s’appelle la Croix Madame. Parfois même, la butte n’est même plus reproduite. On se contenta, dans le parc du château des Rochers, d’aménager une petite parcelle quadrangulaire de 15 mètres de côté appelée la Motte à Madame. Elle figure sur un plan daté de 1763 conservé dans le château. Elle existe toujours de nos jours et elle est plantée d’arbres. Le site ne présente aucun relief. Toutes ces buttes ne ressemblent pas morphologiquement aux mottes des xie-xiie siècles même si elles en portent parfois le nom. Quelquefois, une telle appellation peut désigner un habitat noble. Émilie de Hesse-Cassel, femme de Henri-Charles de La Trémoïlle baron de Vitré, fit construire vers 1670, dans le parc du château de Vitré, un manoir nommé le Château Madame94. Ainsi, les Motte ou Butte à Madame pourraient tout simplement être les éléments d’un parc de manoir ou de château de l’époque moderne, voire du bas Moyen Âge : soit elles reprenaient les bases de véritables mottes, soit elles étaient constituées de buttes récentes ou tout simplement de terre-pleins.

Des enceintes circulaires à vocation agraire ou artisanale

  • 95 É. Zadora-Rio, « L’enceinte fortifiée… » ; « Les fortifications de terre… », p. 39-71 ; J. Decaëns (...)
  • 96 J. Decaëns, Les enceintes circulaires… ; « Les fortifications de terre… », p. 39-71.
  • 97 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 561-570.
  • 98 Le Bois du Pinel, Cornillé, le Haut Breil, Dézerseul, Beaumont, la Motte du Theil, Montbourcher, B (...)
  • 99 D. Marguerie, Le site de Dézerseul…

47Certaines enceintes circulaires ont été identifiées à des sites castraux comme celle du Plessis Grimoult fouillée par É. Zadora-Rio95. La taille de leurs talus et fossés est impressionnante ce qui permet de les distinguer de simples enceintes dont la vocation, comme l’a montré J. Decaëns96, revêt un caractère agricole. La proximité avec les bois et les forêts de celles de la région de La Guerche-Craon97 permet de supposer qu’elles servaient d’habitat à des essarteurs ou d’enclos à bétail. Toutes les enceintes circulaires détectées dans le Rennais ont une fonction identique. Aucune ne ressemble à ces puissantes enceintes servant de demeure seigneuriale et dont certaines peuvent être légitimement qualifiées de château. Elles semblent devoir être classées en trois catégories. La première serait liée à de simples parcs à bétail. Aucune structure d’habitat n’y est décelable. Elles sont localisées dans des secteurs forestiers. Huit d’entre elles se dresseraient à une centaine de mètres d’une motte98, ce qui permet de supposer que ces deux types de structure peuvent être contemporains l’un de l’autre. Certains enclos possèdent des tailles très modestes. L’enceinte du Haut Breil mesure de 12 à 14 mètres de diamètre. Séparée de la motte par la Flume, elle est seulement entourée d’un petit fossé. L’enceinte circulaire de Dézerseul (plan 15 p.45) est accolée à la basse-cour 1 de la motte. Formée d’un petit talus de 10 à 11 mètres de diamètre, de 0,5 mètre de hauteur au maximum sur 1,5 mètre de largeur, elle se trouve englobée dans un enclos délimité par une très faible ondulation de quelques dizaines de centimètres de hauteur seulement. Se greffant sur la basse-cour 1, elle forme une sorte de quart d’ovale s’étendant sur 40 mètres de longueur et 20 mètres de largeur. Ce petit enclos circulaire a été fouillé sur un peu plus de 10 % de sa surface. Aucune structure n’y a été repérée. Des mesures de teneur en phosphore ont été réalisées afin de mettre en évidence une zone d’activité différenciée. Les résultats ont été négatifs. Cependant, le milieu hydromorphe du site a dû, avec le temps, lessiver toute trace anormalement élevée en phosphate99. Cette structure aurait pu servir d’enclos à bétail.

  • 100 À moins que le site n’ait repris une ancienne motte complètement transformée, ce qui reste à prouv (...)
  • 101 L. Beuchet, « Plélan-Le-Grand… », p. 51-52.
  • 102 P. Aumasson, « Pancé… » et « L’enceinte… ».
  • 103 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 562-563.

48D’autres enceintes annulaires pourraient être liées à l’exploitation du minerai de fer, comme celle de la Ville d’Ahaut en Meillac. Plusieurs ferriers et des bas-fourneaux, récemment découverts au pied du site, sont actuellement étudiés par J.-B. Vivet. Le tertre du Gué de Plélan, qui a été confondu avec une motte100, semble relever du même cas. Cette plate-forme circulaire, fouillée par L. Beuchet101, servait d’assise à des bas-fourneaux datables de la fin du xiiie ou du début du xive siècle. Une autre catégorie d’enceintes circulaires semble avoir joué le rôle de résidence pour des paysans-défricheurs. Celle du bois de la Saudrais en Pancé-Poligné, fouillée par P. Aumasson102, a un diamètre de 25 mètres et est cernée par un talus-fossé. Elle abritait des foyers et une forge à métaux ainsi qu’un ensemble de bâtiments en pierres dont un mesurait 10 sur 5,5 mètres de côté. Les prélèvements de céramique ont permis de dater l’abandon de ce site entre 1260 et 1320. Cette enceinte avait une vocation probablement agricole. D’autres auraient eu la même fonction, comme celles de la Guigne en Bois103 sise dans la forêt de La Guerche ou des Haies en Trans.

  • 104 J.-Y. Hamel-Simon, L. Langouët, F. Nourry-Denayer et D. Mouton, « Fouille d’un retranchement… ».
  • 105 Pour plus de détails, cf. M. Brand’Honneur, Le château et la motte…, t. I, p. 207-213 ; P. Guigon, (...)

49Ce dernier site a fait l’objet d’un petit sondage par le CeRAA104 et a été considéré comme ayant été le lieu d’un affrontement entre Bretons et Scandinaves en 939. Il s’agit en fait de deux enclos. L’un est de forme trapézoïdale de 80, 50, 80 et 70 mètres de côté environ. Il est partiellement délimité par un talus-fossé formant une dénivellation maximale de 4 mètres. Un mur, situé à l’intérieur, délimite un espace d’environ un tiers de la surface du site. Ce premier ensemble porte le nom de Vieux M’na. À 500 mètres de là, se trouve un second enclos à peu près circulaire (de 30 à 33 mètres de diamètre) délimité par un talus-fossé formant une dénivellation totale de 1,5 mètre. Le premier site a été interprété comme les vestiges du castellum des Normands de 939 mentionné par Flodoard de Reims. Le second aurait servi de base d’attaque aux comtes de Rennes et de Nantes ainsi qu’au duc des Francs, Hugues le Grand. Mais cette interprétation est sujette à caution tant dans sa dimension historique qu’archéologique105. En fait, l’enclos des Haies pourrait être un site du Moyen Âge central. Il se trouve actuellement en lisière de la forêt de Villecartier et est au centre d’une vaste ellipse de forme ovale de 600 à 500 mètres de diamètre dont le côté est sert de limite à la paroisse de Trans. Ces caractéristiques pourraient indiquer que l’enclos des Haies est en lien avec un défrichement. Ce site possède les mêmes caractéristiques, tant typologiques qu’environnementales, que d’autres enceintes circulaires du Rennais, notamment celle du Bois du Coudrais en Pancé, datée des xiiie et xive siècles et dont la vocation était agricole.

50Les enceintes circulaires du Rennais sont donc des structures biens distinctes des mottes, même si parfois elles peuvent être en relation avec ces dernières, notamment lorsqu’elles servent d’enclos agricole ( ?). Contrairement à la Normandie ou à d’autres régions, aucune de ces enceintes ne peut être assimilée à un habitat chevaleresque ou à un château.

La motte et le manoir

  • 106 Le terme maison forte n’existe pas dans notre corpus d’actes de la pratique. Les scribes écrivant (...)

51La motte est généralement liée à une enceinte délimitée par un talus et un fossé, appelée basse-cour ou baile par les archéologues. La présence courante de manoirs au pied des mottes du Rennais indique un lien étroit entre ces deux édifices. L’examen des quelques sites intermédiaires entre les mottes et ce que les chercheurs appellent une maison forte ou un manoir106, la structure des bailes encore bien préservés de certaines mottes et l’analyse des termes utilisés entre le xie siècle et le milieu du xiiie siècle pour désigner les demeures nobles permettront de saisir certains aspects de leurs basses-cours et de leurs liens avec le manoir.

Des sites assimilables à des manoirs

  • 107 I. Bucur, D. Dufournier, L. Goulpeau et alii, « La céramique…». Ce mortier est du même type que l’ (...)
  • 108 Un ancien manoir autrefois associé à un droit de haute justice se situe d’ailleurs au pied du site (...)

52Très peu de structures formant des plates-formes de manoirs ont été retrouvées. Certaines sont très proches de la morphologie de la motte comme celle de la Berrue en Balazé. C’est certainement le tertre le plus difficile à classer de tous nos sites. Il est singulier à plus d’un titre. C’est une butte de 20 mètres de diamètre. Elle possède une plate-forme sommitale de 3 mètres de hauteur environ. Elle a un diamètre de 12 mètres et est bordée par un talus qui pourrait cacher un mur en pierres. Ses parois, très abruptes, plongent dans un fossé de 7,5 mètres de largeur et de 3 mètres de profondeur. Cette butte a été endommagée et une coupe permet d’effectuer quelques observations stratigraphiques. On y remarque de nombreuses ardoises de couverture, des tessons et un mortier à œil de perdrix ne remontant sans doute pas au-delà du xiiie siècle107. Ce site pourrait être classé parmi les mottes. Pourtant, la faible hauteur du tertre, la présence d’un talus délimitant sa plate-forme sommitale, ses parois escarpées, forment autant de points distinctifs des mottes du Rennais. Nous qualifierons volontiers ce site d’ouvrage intermédiaire entre la motte et la plate-forme d’un manoir entouré d’un fossé108.

  • 109 Dom Morice, 806-807.

53Trois autres sites se démarquent plus franchement de la motte tout en reprenant certaines de ses caractéristiques. Il s’agit de la Vannerie, du Bois Halbran (plan 6) et de la Mercerais. Ils sont caractéristiques de la transition entre la motte et la plate-forme d’un manoir. Ces ouvrages sont sans doute tous associés à une basse-cour. Leur plate-forme, entourée d’une douve, présente cependant la particularité d’être très faiblement élevée par rapport au sol environnant (de 1,5 à 0,5 mètre). Leur plan est intermédiaire entre l’ellipse et le quadrilatère alors que les plates-formes de manoir tendent plus franchement vers le rectangle, comme c’est le cas d’Amanlis, du Ménoir en Chanteloup, de Tizé en Thorigné-sur-Vilaine ou de la Motte de Gennes. Ces trois derniers sites sont particulièrement intéressants du point de vue terminologique et morphologique. Le Ménoir est une butte rectangulaire de 25 sur 50 mètres de côté et d’environ 1 mètre de hauteur. Elle supportait une construction en pierres, sans doute recouverte d’ardoises. Son nom tire son origine du mot manoir. Tizé possède une plate-forme trapézoïdale de 45 sur 25 mètres de côté. Un aveu de 1669 qualifie le site de « motte et château de tizé ». La Motte de Gennes (plan 7) est une plate-forme quadrangulaire de 30, 31, 33 et 31 mètres de côté. Ses deux angles ouest présentent des arrondis en légère excroissance pouvant constituer des vestiges de base de tourelle. Le site, entouré d’un fossé de 3 à 4 mètres de profondeur et d’une douzaine de mètres de largeur, est à peu près au même niveau que le sol environnant. Il est qualifié, en 1206, de Mota de Geni109. C’est la première mention du mot motte connue du Rennais et elle désigne ce que l’archéologue appelle une plate-forme de manoir.

  • 110 Ou au Gué de Servon, P. Banéat, Le département…, t. II, p. 312-313 et t. IV, p. 187-189.

54Beaucoup de manoirs évoluèrent ensuite en fusionnant leur plate-forme non surélevée et entourée d’une douve à leur basse-cour. La surface du terre-plein augmente ainsi sensiblement pour atteindre des dimensions et des formes similaires aux basses-cours quadrangulaires de beaucoup de mottes (de 50 à 100 mètres de côté). Ces sites abritaient, à l’intérieur de leurs douves, un manoir, une cour et des annexes pouvant comprendre une chapelle, des tourelles, un petit mur d’enceinte, des bâtiments à vocation agricole ou d’élevage, des écuries, un jardin, un puits…, comme à Fouesnel en Louvigné-de-Bais (plan 8)110. Nombre de ces manoirs étaient habités ou encore construits à l’époque moderne.

Plan 6 : Plate-forme du manoir du Bois Halbran en Saint-Germain-du-Pinel d’après le cadastre de 1810 annoté

Plan 6 : Plate-forme du manoir du Bois Halbran en Saint-Germain-du-Pinel d’après le cadastre de 1810 annoté

1 plate-forme du manoir appelée la Motte
2 vestige de basse-cour
3 manoir de l'époque

Plan 7 : Plate-forme de la Motte de Gennes d’après le cadastre de 1811 annoté

Plan 7 : Plate-forme de la Motte de Gennes d’après le cadastre de 1811 annoté

1 plate-forme du manoir
2 manoir de l'époque moderne

  • 111 Ibidem, t. II, p. 309-315.
  • 112 Comme Guy du Gué cité pour la première fois en 1213 et habitant au Gué de Servon, manoir construit (...)

55La densité de ces vastes plates-formes entourées d’une douve et servant d’assise à un manoir et ses annexes peut être assez forte. On en dénombre quatre pour la seule commune de Louvigné-de-Bais111. Ces habitats sont dans la continuité directe de ceux des sites à motte et à basse-cour. Les nouveaux toponymes de la fin du xiie ou du xiiie siècle associés aux noms de chevaliers correspondent assez souvent à ce type de manoir sans motte112, ce qui ne signifie pas forcément que leur forme actuelle remonte à cette époque. Une étude de vaste ampleur mériterait d’être menée à ce sujet.

Plan 8 : Plate-forme du manoir de Fouesnel en Louvigné-de-Bais. Plan de 1785 tiré de P. Banéat, Le département…, t. II, p. 312.

Plan 8 : Plate-forme du manoir de Fouesnel en Louvigné-de-Bais. Plan de 1785 tiré de P. Banéat, Le département…, t. II, p. 312.

Plan 9 : La tour et la basse-cour du château mineur de Beaufort en Plerguer

Plan 9 : La tour et la basse-cour du château mineur de Beaufort en Plerguer
  • 113 C. Amiot, « Les logis-portes », dans Le Manoir en Bretagne…, p. 133.
  • 114 Le cas le plus remarquable est celui de Fougères avec ses quatre tours-portes. La plus ancienne es (...)
  • 115 C. Amiot, « Les donjons quadrangulaires… », p. 69 ; et du même auteur, « Le château d’Aubigné… », (...)
  • 116 Dom Morice, 857-858.

56La reprise de la tour comme principal élément ostentatoire constitue une autre variante de manoir. Elle peut prendre la forme de tour-porte. Celle du Plessis Pillet date du xviie siècle et l’illustre parfaitement113. Ce manoir possédait autrefois une motte. Mais aucun exemple remontant au-delà du bas Moyen Âge n’est connu en Bretagne pour les manoirs, à la différence d’autres régions comme la Normandie ou de quelques châteaux majeurs du Rennais114. Dans d’autres cas, la tour pouvait jouer le rôle de pièce maîtresse du manoir. Celle de Beaufort (plan 9) est un bâtiment presque rectangulaire et mesure de 26 sur 9 mètres de côté. Ses murs ont 1,20 mètre d’épaisseur. Deux contreforts renforçaient ses angles est. C. Amiot date ce bâtiment d’avant le milieu du xive siècle115. Il est isolé du bord d’un plateau par un fossé creusé dans le roc, large de 10 mètres et profond de 5 mètres environ. Sa basse-cour, tendant vers un quadrilatère de 50 sur 60 mètres, est accolée à la tour. Elle est délimitée par un fossé de 4 à 5 mètres de profondeur et d’une dizaine de mètres de largeur. Cette demeure est qualifiée en 1547, de « manoir et forteresse de Beaufort ». Ce toponyme sert pour la première fois de surnom en 1226 (Alanus de Belloforti116) à un lignage de sénéchaux de Dol connus dès le milieu du xie siècle. Beaufort présente, avec sa basse-cour et sa tour, une analogie indéniable avec certains sites à motte défensifs, à la différence près que la plate-forme est au même niveau que la basse-cour.

  • 117 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 217.

57Le bourg de Brie conservait les vestiges d’une butte rectangulaire de 40 sur 45 mètres de côté. Elle était entourée d’une douve large d’une dizaine de mètres et était surmontée d’une tour également carrée en son angle nord-est. Cette construction avait encore 3 mètres de hauteur à la fin du xviiie siècle. P. Banéat date ce « donjon » du xie siècle117, ce qui paraît très discutable. Cet ouvrage fait plutôt penser à un manoir fortifié flanqué d’une tour. Il ne serait pas impossible que la butte provienne de la chute des murs du bâtiment.

  • 118 Liffré, Carrefour… ; Villard A. et Gruel K., « Le trésor… ».
  • 119 « manerium illud quod edifficari ». Un autre acte mentionne la construction d’un étang sur les ter (...)
  • 120 C. Amiot, « Les donjons… », p. 72.

58À Verrières (plan 10), une vaste enceinte semi-ovale de 210 sur 220 mètres d’axe datée de la Tène moyenne ou finale118 est limitée par un petit talus-fossé et par un étang. Cet enclos abrite les vestiges d’une tour carrée de 8 mètres de côté en petits mœllons. Sa base est au même niveau que le sol environnant et est entourée d’un fossé de 7 mètres de largeur et de 1 à 2 mètres de profondeur. Au nord de cet édifice, des murs, cachés par des talus, formaient une demeure constituée d’au moins cinq pièces totalisant une superficie de 270 mètres carrés environ. La tradition y place le rendez-vous de chasse des ducs de Bretagne. Ce site semble correspondre au manerium cité dans un acte daté du mois de février 1216. Le duc Pierre y affirme qu’il n’avait pas l’intention de diminuer les privilèges de l’abbaye de Saint-Sulpice malgré l’édification dudit manoir et d’un étang119. D’après C. Amiot, la datation de cette tour n’est pas incompatible avec le xiiie siècle120.

Plan 10 : Le manoir à tour de Verrières en Liffré

Plan 10 : Le manoir à tour de Verrières en Liffré

1 vesstige de tour entourté d'un fossé
2 vestiges d'un manoir en pierres
3 ancien étang
4 enclos de la Tène

Plan 11 : Le manoir à tour de la Motte Ferchaud en Crévin

Plan 11 : Le manoir à tour de la Motte Ferchaud en Crévin

1 vesstige de tour
2 enceinte

59Le site de la Motte Ferchaud (plan 11) est assez similaire à celui de Verrières. C’est un vaste talus-fossé en forme de fer à cheval de 70 et 65 mètres de diamètre environ, probablement médiéval. Ce terrassement atteint 12 mètres de largeur et 8 mètres de dénivelé aux points les plus forts. Le côté ouest est seulement protégé par un petit ravin au fond duquel coule le ruisseau de Loisellère. L’entrée de l’enceinte se situe au nord, juste là où se dressait un bâtiment en pierres. Cette construction, dont il ne reste plus que des talus et de nombreuses pierres, forme un carré de 8 mètres de côté environ et semble être la base d’une tour.

  • 121 M. Jones, G.-I. Meirion-Jones, J. Pilcher, F. Guibal, « Un des grands manoirs…» ; C. Amiot, Lignag (...)
  • 122 M. Jones G.-I. Meirion-Jones, F. Guibal et alii, « The seigneurial…», p. 82 et planche XIb ; C. Am (...)
  • 123 P. Kernevez, Les fortifications…, p. 76, 92, 111-112 ; M. Deceneux, Manoirs…, t. II, p. 47.
  • 124 C. Amiot, « Le château de la Roche Montbourcher… ».

60Tous ces sites, composés d’une petite tour aux murs peu épais, évoquent les édifices construits sur certaines mottes comme celui de Saint-Mahé. Ils ne semblent pas remonter au-delà du xiiie siècle et paraissent avoir eu une diffusion relativement limitée par rapport à celle des vastes plates-formes de manoir entourées d’une douve. On les dénomme maison-tour. Nous préférons l’appellation de manoir-tour. Le plus célèbre d’entre eux a été mis en évidence par M. Jones et G.-I. Meirion-Jones au Hac (Le Quiou, Côtes-d’Armor). La partie est de cette demeure a conservé les vestiges d’une tour carrée de 8 mètres de côté. Elle est datée du xiiie ou xive siècle selon différents auteurs121. La tour quadrangulaire ouest du château de Suscinio (6,4 sur 12 mètres, Sarzeau, Morbihan) relèverait de la même conception. Elle serait l’œuvre de Pierre de Dreux (1213-1237)122. D’autres petites tours, non campées sur une motte, ont été observées par P. Kernevez dans le Finistère ou par M. Deceneux à la Houssaye (Saint-Maden, Côtes-d’Armor)123. On construisait encore des demeures nobles avec des petites tours quadrangulaires, dont la valeur est essentiellement symbolique, dans la seconde moitié du xive siècle, comme à la Roche Montbourcher en Cuguen ou à l’Épinay en Champeaux124. Ces constructions traduisent la réussite sociale de leurs possesseurs.

Le rapport entre la motte et le manoir

  • 125 M. Deceneux, Manoirs gothiques…

61Deux sites postérieurs à la motte et à sa basse-cour ont été mis en évidence : le manoir-tour ou la vaste plate-forme entourée d’une douve et servant d’assise à une demeure noble. Un autre cas très fréquent de manoir réside en une demeure cossue dépourvue de toute velléité défensive, même symbolique. Les premiers exemples remonteraient au bas Moyen Âge125. Un nombre non négligeable d’entre eux ont été construits non loin d’une motte ou au pied de cette dernière, dans leur basse-cour. C’est le cas de 3 mottes sur 4 dans le Rennais (par exemple plans 1, 3, 12, 38 p.28, 31, 44, 231 et annexe 1). Cette proximité montre la filiation entre ces deux types d’édifices et amène à analyser la structure et le contenu des basses-cours des mottes.

La morphologie des basses-cours des mottes

Plan 12 : Basse-cour quadrangulaire du Boisnouault en Saint-Sauveur-des-Landes d’après le cadastre de 1833 annoté

Plan 12 : Basse-cour quadrangulaire du Boisnouault en Saint-Sauveur-des-Landes d’après le cadastre de 1833 annoté

1 motte
2 vestige d'une ancienne basse-cour
3 basse-cour
4 manoir de l'époque moderne
5 parcellaire de l'époque moderne

Plan 13 : Les multiples basses-cours de la Motte d’Acigné d’après le cadastre de 1819 annoté

Plan 13 : Les multiples basses-cours de la Motte d’Acigné d’après le cadastre de 1819 annoté

1 motte supposée
2 et 3 basse-cour
4 basse-cour abritant une chapelle citée en 1240
5 enclos d'âge indéterminé (antérieur au Moyen Age ?)

  • 126 Trois bracelets en bronze remontant à 1000 avant Jésus-Christ ont été exhumés dans ce site. C.-T. (...)

62Dans la plupart des cas, une ou des basses-cours s’étendaient au pied de la motte. Beaucoup ont été de nos jours rasées ou transformées si bien qu’il est souvent difficile de reconstituer leur morphologie initiale. La raison de leur destruction tient, lorsque le site a été abandonné, à la faible résistance que leurs talus et fossés présentent aux travaux agraires. Mais la permanence de l’occupation de ces sites par des manoirs très souvent encore habités de nos jours explique les nombreuses transformations de ces bailes. En général, si des enclos peuvent se détecter au pied d’une motte, leurs formes ne paraissent pas toujours remonter aux xie et xiie siècles. Par exemple, les basses-cours bien quadrangulaires de Fontenay ou du Boisnouault (plan 12) ont un aspect identique aux vastes plates-formes de manoirs entourées d’une douve analysées plus haut. Elles semblent assez récentes. Certains bailes ont subi maints agrandissements. La Motte d’Acigné (plan 13) se compose de trois enclos. Le premier (2 sur le plan) entoure en partie une petite butte (1) qui pourrait être les vestiges d’une motte ou d’un site intermédiaire entre une motte et une plate-forme de manoir-tour. Il a une forme de fer à cheval de 100 sur 100 mètres environ et est seulement délimité par un méandre de la Vilaine. Une seconde basse-cour (3), de 50 sur 40 mètres de côté de forme quadrangulaire aux angles très arrondis, est incluse dans la première enceinte (2). Elle est délimitée par la Vilaine ou par un talus de 2 mètres de hauteur contenant beaucoup de petites pierres en schiste ardoisier. Une troisième basse-cour (4) de 100 à 50 mètres de côté fut installée sur une île de la Vilaine. Une quatrième enceinte quadrangulaire (5) de 100, 120, 80 et 100 mètres de côté environ, se situait au nord du site. Délimitée par un talus-fossé, elle pourrait aussi bien remonter à la protohistoire qu’au Moyen Âge126. L’ensemble du site, recouvrant une superficie avoisinant les 4 hectares, a dû subir de nombreuses transformations : il fut brûlé vers 1230 puis reconstruit, fortifié à nouveau en 1373 pour être enfin abandonné en 1510. Le site du Bois du Pinel (plan 14) est tout aussi complexe. Cette motte est associée à deux bailes (2 et 3 sur le plan) formant des demi-cercles délimités uniquement par un fossé. Deux autres basses-cours quadrangulaires, de 42 sur 37 mètres (4) et de 19 sur 22 mètres (5) de côté entourées de talus et de fossés, sont juxtaposées à la seconde basse-cour. Elles semblent être postérieures à la motte et aux deux premières basses-cours.

Plan 14 : Les multiples basses-cours du manoir à motte du Bois du Pinel en Argentré

Plan 14 : Les multiples basses-cours du manoir à motte du Bois du Pinel en Argentré

1 motte
2 à 5 basse-cour
6 enceinte

Plan 15 : Les deux basses-cours du manoir à motte de Dézerseul en Liffré

Plan 15 : Les deux basses-cours du manoir à motte de Dézerseul en Liffré

1 motte
2 basse-cour 1
3 enceinte
4 basse-cour 2
5 structure de chauffe
6 trou de poteau
7 ancienne chaussée coupée par la basse-cour
8 et 9 fosse

63Le site de Dézerseul (plan 15) possède deux basses-cours peut être construites successivement. La première est délimitée par un talus de terre de 5 mètres de largeur environ et 2 mètres de hauteur au maximum. Ce talus est renforcé par un fossé de 4 mètres de largeur et 1,5 mètre de profondeur (fossé fouillé). Ce baile possède une forme inédite de demi-croissant d’une longueur de 20 mètres et d’une largeur maximale de 10 mètres. Généralement les basses-cours sont circonscrites par un talus-fossé en forme de fer à cheval. Il ne serait pas impossible que la construction de la seconde basse-cour soit à l’origine de cette forme étrange : elle aurait en partie détruit le premier baile. Cette seconde basse-cour mesure 40 à 45 mètres de longueur et 28 (côté nord-ouest) à 13 mètres de largeur (côté sud-est) et est délimitée par un fossé profond de 1,5 à 2 mètres et large de 4 mètres en moyenne. Elle concentre la majeure partie du matériel, datable des xiie-xive voire xve siècles, et toutes les structures archéologiques, ce qui pourrait indiquer qu’elle fut la dernière à avoir été occupée. De plus, la première basse-cour fait réellement corps avec la motte dont elle épouse la forme. Son talus prend d’ailleurs naissance autour de la butte. Le second baile est, en revanche, relativement détaché de la motte. Cette dernière et la basse-cour 1 paraissent contemporaines l’une de l’autre alors que le baile 2 semble postérieur. Cette hypothèse est renforcée par un indice stratigraphique. Seules la motte et la basse-cour 1 ont été construites sur une couche de couleur blanchâtre d’une épaisseur de 20 à 40 centièmes contenant de minuscules bouts de charbon. Elle ne se retrouve pas sous le talus du baile 2. Ainsi, la basse-cour 1 serait contemporaine de la motte. Elle aurait été en partie détruite lors de la construction de la seconde basse-cour.

Plan 16 : Basse-cour et motte du manoir de Chalonge au Petit-Fougeray

Plan 16 : Basse-cour et motte du manoir de Chalonge au Petit-Fougeray
  • 127 34 mètres pour Sérigné, 40 sur 50 mètres pour la Chaussais, 100 sur 60 pour la Motte du Rheu, 30 m (...)
  • 128 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 360-362 et 375-376.
  • 129 Un enclos de 6,25 hectares délimite le village de Chevré mais aucune trace archéologique n’indique (...)

64Ces différents exemples montrent que les basses-cours des mottes ont subi de nombreuses transformations dans le temps et qu’il est souvent difficile de connaître leurs formes initiales. Le problème peut être en partie résolu en examinant les quelques sites qui ne semblent pas avoir été trop bouleversés. Ils présentent des basses-cours généralement en forme de fer à cheval. Leur taille est, le plus souvent, proche de celle de la motte comme pour celle de Chalonge qui mesure 50 mètres de longueur (plan 16)127. Les bailes du Bois de Labeau et de la Motte du Rheu sont en revanche plus grands. Ils mesurent respectivement 180 à 110 mètres et 100 à 60 mètres de diamètre. Même si les formes arrondies ou en fer à cheval semblent dominer, cela ne signifie pas que tous les bailes quadrangulaires soient systématiquement postérieurs aux mottes. Par exemple, la basse-cour de la motte du Pont d’Étrelles, repérée par photographie aérienne, forme une enceinte quadrangulaire d’une soixantaine de mètres de côté. Quelques mottes, mais en nombre très limité, auraient pu être sans baile. J.-C. Meuret128 signale également, pour le Craonnais, l’existence de mottes dépourvues d’une basse-cour. Il s’agit d’habitats se différenciant de ceux du Rennais par leur taille particulièrement importante. Ces mottes dépassent couramment 50 mètres de diamètre. D’après cet auteur, leurs plates-formes auraient été suffisamment vastes pour recevoir l’essentiel des bâtiments. Chevré appartiendrait à cette catégorie de site129.

  • 130 P. Aumasson, « Bain-de-Bretagne… », p. 22-25.

65Comme pour les mottes, l’ensemble des basses-cours du Rennais ne présente aucun aspect défensif réel. Leur talus et fossés sont généralement inférieurs à ceux des mottes. Dans l’état actuel des sites, les talus les plus importants ne dépassent pas 2 mètres de hauteur et leurs fossés varient entre 1 et 2 mètres de profondeur. Même après fouille, les fossés des basses-cours 1 et 2 de Dézerseul oscillent entre 1,5 et 2 mètres de profondeur seulement. Le baile 2 présente en son angle sud-ouest une petite butte de terre de 6 mètres de diamètre et de 2,2 mètres de hauteur par rapport au niveau intérieur de l’enclos. Ce tertre ne renforçait pas la défense du site : il servait d’assise à une structure de chauffe, sans doute un four domestique. Les talus et les fossés de la première phase d’occupation de la motte du Coudray étaient également de taille très modeste puisqu’ils ont été rehaussés et élargis pour atteindre une largeur de 5 mètres et une hauteur de 1 mètre pour le talus, une profondeur de 2 mètres pour une largeur de 5 mètres pour le fossé130. Quatre sites réutilisent des anciennes enceintes pouvant remonter à la protohistoire ou à l’époque gallo-romaine. L’archéologie a démontré qu’il s’agissait de fermes indigènes sans caractère défensif. La motte du Châtellier était implantée dans un des deux enclos mesurant 100 sur 120 mètres de côté. Si l’on en croit P. Lisle du Dreneuc, ces enceintes étaient délimitées par d’énormes talus de 7 mètres de largeur et de 4 à 5 mètres de hauteur. Les fossés étaient larges de 9 mètres. La motte de La Chapelle-Thouarault semble avoir été édifiée dans une telle enceinte de 85 sur 110 mètres de côté. Mais la protection, même symbolique, que pouvait offrir de telles levées de terre, n’a pas toujours été mise à profit : les mottes de Visseiche (plan 1 p. 28) et de Châteauloger ont été implantées à 150 mètres environ de ces enclos. Seules quelques basses-cours de mottes à caractère défensif présentent des retranchements fortifiés. Les deux talus de 7 mètres de largeur et le fossé du baile du Châtel (plan 4 p. 32) présentent des dénivelés de 7 mètres. Les deux basses-cours de Villavran (plan 30 p. 84) ont également des dimensions impressionnantes : 9 mètres de largeur au sommet pour un talus et 10 mètres de profondeur pour un fossé.

Des manoirs dans les basses-cours des mottes ?

  • 131 M. Jones, G.-I. Meirion-Jones, F. Guibal et alii, « The seigneurial…», p. 80 ; C. Amiot, Lignages…(...)

66Les manoirs de l’époque moderne, voire du bas Moyen Âge, ont été bâtis dans les basses-cours des mottes ou à côté dans une proportion de trois quart pour le Rennais. Ce fait a été également souligné pour l’ensemble de la Bretagne ou pour la Mayenne131 montrant le lien étroit entre ce type d’édifice et les bâtiments qui se dressaient initialement dans les basses-cours. Mais le Rennais offre peu d’exemples de constructions contemporaines des mottes situées dans leurs basses-cours. Le baile de la motte de Chalonge (plan 16 p.46) conserve deux structures rectangulaires, de 10 sur 6,5 mètres et de 9,5 sur 5 mètres de côté délimitées par un léger talus. Il s’agit de bâtiments. À Dézerseul, une ou plusieurs bâtisses, dont les traces ont été découvertes indirectement, avaient été édifiées dans la basse-cour 2. Les nombreuses pierres dégagées dans une fosse ainsi que des fragments de clayonnage contenant des matières ligneuses d’éricacée et de frêne, indiquent qu’une partie des constructions étaient en pierres et en terre. Certaines étaient recouvertes d’ardoises dont plusieurs fragments ont été retrouvés. Cette basse-cour devait également abriter une chapelle comme le suggère la découverte de trois fragments de pierre provenant d’un même bénitier. Ce dernier objet, ainsi que plusieurs tessons de mêmes poteries et des vestiges de clayonnage mis au jour dans les différents endroits de cette basse-cour et de son fossé, indique que le ou les bâtiments qui s’y trouvaient ont été détruits et leurs gravats étalés sur une partie du site.

Plan 17 : Les bâtiments de la basse-cour du manoir à motte du Coudray en Bain-de-Bretagne

Plan 17 : Les bâtiments de la basse-cour du manoir à motte du Coudray en Bain-de-Bretagne
  • 132 P. Aumasson, « Bain-de-Bretagne… », p. 22-25.
  • 133 C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 448.
  • 134 Le plan de cette cheminée ressemble fort à celui du bâtiment A de la basse-cour de Bretoncelles (O (...)

67L’habitat le plus intéressant est celui du Coudray (plan 17)132. Sa basse-cour, en forme de fer à cheval d’un diamètre de 30 mètres, a été fouillée par P. Aumasson en 1977. Une première bâtisse rectangulaire de 10 sur 6 mètres composée d’un mur en pierres fut dégagée au nord de la basse-cour. À l’intérieur de ce bâtiment, furent mis au jour 5 trous de poteaux longeant le mur ainsi que des dépôts d’argile inclus dans les couches archéologiques attestant que le mode de construction devait être un alliage de pierres, bois et torchis. La découverte de murs fantômes vers le nord de cette construction indique qu’elle était plus vaste. Un second bâtiment fut édifié en partie sur les fondations du premier. Il est rectangulaire (14 sur 9 mètres) sauf au nord où le mur pignon forme un demi-cercle. Délimitée par des murs en pierres, cette construction est divisée par un cloisonnement séparant deux espaces interprétés, par C. Amiot133, comme les éventuels restes d’une grande salle et d’une cuisine. Un four domestique, blotti contre le talus de la basse-cour avec sa fosse de déjection, a été dégagé dans la première pièce. La grande salle était chauffée à l’aide d’une cheminée à parement de poudingue caractéristique de l’époque romane. Elle est logée au milieu du mur gouttereau et semble dater du xiie siècle. Son foyer, imposant, mesure presque 3 mètres de largeur et 1,7 mètre de profondeur134. Les murs de ce bâtiment, épais de 0,9 à 1 mètre, devaient porter une charpente recouverte d’ardoises et dont les déchets de taille ont été découverts dans des fosses creusées dans le site. Lors de cette seconde phase d’occupation, on élargit et rehaussa le talus de la basse-cour. Un troisième bâtiment, matérialisé par un mur de pierres de 13 mètres de longueur, fut découvert au sud de la basse-cour dans les derniers jours de fouille. Des indices topographiques indiquent qu’il y avait d’autres bâtisses.

  • 135 Un matériel céramique de 780 tessons a été découvert surtout dans l’abside du second bâtiment et a (...)

68Cette fouille a révélé deux niveaux d’occupation dans le bâtiment nord de la basse-cour. La première, composée d’une couche de charbon sans matériel, correspond à la structure initiale de l’habitat. La seconde est en relation avec la construction en pierres possédant une cheminée romane et un four135. La mise au jour d’un pot à parfum et de deux à trois coupes à boire en verre, au pied décoré de petites bandes légèrement creusées et directement en contact avec la coupe, indiquent que le site était occupé par des individus appartenant à la noblesse ou proche d’elle.

  • 136 J. Decaëns, « La motte d’Olivet… », p. 173-181.
  • 137 J. Irien, « Fouilles…» et « Le site… », p. 103-119 ; P. Kernevez, Les fortifications…, p. 122.
  • 138 P.-R. Giot et F. Fichet de Clairfontaine, « Quelques aspects… », Ateliers de potiers…, p. 60.
  • 139 Plusieurs datations proposées par J. Irien sont problématiques. La première chapelle a été datée, (...)
  • 140 A. Guéguen, « La demeure seigneuriale… ».
  • 141 Respectivement Les habitats du lac de Paladru…, p. 332-3340 ; Chronique des fouilles médiévales en (...)
  • 142 J. Le Maho, « Remarques… », dans L’architecture normande…, t. I, p. 252 et 256.

69Des bâtiments résidentiels existaient donc dans les basses-cours des mottes. Leur concentration semble même avoir été assez dense si l’on se réfère à la surface des bailes guère supérieure, dans la plupart des cas, à celle des mottes. Des fouilles ont mis en évidence des structures assez similaires sur plusieurs sites en France. Celle de la motte d’Olivet136 a permis de dégager un grand bâtiment de pierres contemporain de la motte dans le baile nord ainsi qu’une chapelle et une cuisine. La concentration du bâti est telle que cette basse-cour est presque entièrement occupée par des constructions. La motte de Lezkelen137 présente également de nombreux vestiges de bâtiments dans sa basse-cour. Une chapelle, deux fours, une cour et un manoir s’y dressaient. Le manoir a été daté de la fin du xive siècle à l’aide de céramiques vernissées que l’on croyait, dans les années 1970, dater du bas Moyen Âge. Or, les progrès de la recherche ont permis de reculer la fabrication de ces céramiques de plusieurs siècles138. Il n’est pas sûr que le manoir soit aussi récent et qu’il ait été construit uniquement après l’abandon de la tour perchée sur la motte139. Nous pensons que le manoir de pierres et les bâtiments de bois qui lui sont antérieurs sont contemporains de l’utilisation de la motte. Le site mayennais des Murailles140 a conservé un bâtiment dont les parties les plus anciennes remontent à l’époque romane, sans doute au xie siècle. Cette demeure se situe dans la basse-cour d’une motte et est qualifiée d’aula par A. Guéguen. Beaucoup de bailes de motte ont livré des bâtiments en terre, bois ou pierres dont certains servaient de demeures nobles comme au Châtelard (Isère), à Bretoncelles (Orne), ou à Hordain (Nord)141. Toutes ces constructions, si elles n’avaient pas été découvertes à côté d’une motte, auraient sans doute été volontier qualifiées de manoirs au lieu de châteaux, d’autant plus qu’elles ne présentent, en elles-mêmes, aucun caractère défensif. J. Le Maho n’hésite d’ailleurs pas à qualifier de manoir la vaste demeure de Mirville de la seconde moitié du xie siècle ou le logis central de Notre-Dame de Gravanchon142. Mais, pour mieux asseoir notre raisonnement, examinons la terminologie utilisée par les textes.

De la terminologie des textes à celle du chercheur

  • 143 AN, L976, 1141.
  • 144 Acte de 1232, AN, L976.
  • 145 ADIV, 1F1619, 17.
  • 146 Mota de Geni, soit la Motte de Gennes. Dom Morice, 806-807, (plan 7 p. 41).
  • 147 Mota Acigneii, soit la Motte d’Acigné. Saint-Melaine, f 114, (plan 13 p. 44).
  • 148 Cf. p. 76-77.

70Les basses-cours possédaient donc des bâtiments en dur (pierres ou pisé) et aussi en bois contemporains des mottes. Comment les textes les qualifient-ils ? La présence de manoirs plus récents dans ces mêmes bailes interroge sur leur filiation avec ces constructions antérieures. Les sources des xie, xiie et xiiie siècles livrent à ce sujet quelques indications terminologiques intéressantes. Le mot mota se retrouve utilisé sous la forme d’un surnom accompagnant le nom d’individu. La plus ancienne mention date de 1179-1182 : Raginaldus de Motta143. Il s’agit, dans certain cas d’une personne noble, tel ce Guillaume de Motta miles144, mais pas uniquement. En 1252, Hervé de la Motte est meunier145. Le mot mota désigne pour la première fois, en 1206146, un site correspondant à une plate-forme de manoir et non à une motte. La seconde mention remonte à 1240147 et sert de lieu-dit à un site sans doute composé des vestiges d’une motte ou d’un site intermédiaire entre une motte et une plate-forme de manoir. Il est significatif que le mot motte soit de plus en plus employé (surtout dans les aveux de l’époque moderne) alors que sa fonction n’est plus. Les exemples les plus précoces de ce changement se rencontrent dès le xiiie siècle. Ils concernent deux châteaux majeurs. La place forte de Dol est toujours qualifiée de castrum ou de turris jusqu’au xiie siècle, alors qu’en 1240, on ne cite plus que la mota Dolensem. De même, le château de Rennes est dénommé turris, et lorsqu’il ne sert plus que de carrière de pierres, on mentionne la « mote du Viel Chastel148 ». Somme toute, les quelque 233 mottes du Rennais ne sont pas mentionnées explicitement dans les textes du Rennais lorsqu’on les construisait aux xie et xiie siècles. Mais faut-il s’en étonner ? On sait que les écrits du Moyen Âge ne livrent que très peu de descriptions d’habitats or le mot mota semble souvent désigner, dès son apparition dans notre corpus de textes, seulement la butte de terre et non l’ensemble résidentiel noble. C’est d’ailleurs cette définition que nous retenons en tant qu’archéologue du xxie siècle.

  • 149 Dom Morice, 857-858.
  • 150 BN, ms lat 5441, t. 3, p. 76. Guillaume de Machua donne à Marmoutier deux gerbes de sa dîme à la S (...)
  • 151 C. Amiot, « Le château de la Roche Montbourcher… ».
  • 152 La Roche Montbourcher, autrefois la Roche Épine, appartenait dès 1095 aux ancêtres des l’Épine. El (...)
  • 153 Aelez, fille d’Alain sénéchal de Dol et miles, épousa Geoffroy l’Épine vers 1175. Lui ou un autre (...)

71Les mots castrum, castellum et oppidum ne sont pas d’un grand secours, car, au lieu de désigner les sites à motte, ils servent avant tout à qualifier la dizaine de châteaux majeurs du Rennais. Deux noms de sites font explicitement référence à des demeures fortifiées : Bellofortis en Plerguer en 1226149 et la Spina forta en Cuguen en 1188-1231150. Le premier sert de surnom à Alain, fils du sénéchal de Dol. Il se rapporte à un site présentant d’indéniables capacités défensives (plan 9 p.42). Le second peut soit désigner un site à motte (le Plessis Épine), soit un petit château fort situé à 1,7 kilomètre de là et dont les vestiges apparents remontent au xive siècle151. Il s’agit d’un transfert d’habitat mais on ne sait pas à quelle époque il eut lieu152. Quelle que soit l’hypothèse retenue, il est significatif de constater que seuls ces deux sites -hormis les châteaux majeurs- portent des noms soulignant leur vocation défensive et qu’ils appartiennent à des personnages ayant eu les importantes charges de sénéchal de Dol ainsi que de nombreux fiefs en Angleterre153.

  • 154 Cf. Thomas Zotz, « Palatium et curtis. Aspects de la terminologie palatiale au Moyen Âge », dans P (...)
  • 155 Guillotel, 104 ; ADIV, 1F543, 23.
  • 156 En 1184/1218 ; Dom Morice, 785.
  • 157 Saint-Melaine, f° 146 ; Dom Morice, 909.

72Examinons maintenant les termes ne rappelant pas la nature fortifiée des édifices. L’emploi de l’aula est réservé aux châteaux majeurs ou aux palais épiscopaux. Ainsi sont citées, en 1101, la camera aulæ de Rennes appartenant au duc Alain IV (le mot désigne ici la résidence et non la salle154) et, en 1200, l’aula de l’évêque de Rennes Alain155. Le mot plessis ne désigne pas particulièrement des sites à motte, aussi bien dans la toponymie que dans les textes. Si Plaisitium156 correspond au site à motte du Plessis l’Épine, un plessis peut être tout simplement un champ ou une clôture comme celle entourant le monastère de la Fontaine Harvis dans la forêt de La Guerche157.

  • 158 Tout comme dans le Bas-Maine. D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 316. Le premier sens de l’herbergamentu (...)
  • 159 ADIV, 1F908 et 1F 1F160 1 ; Saint-Melaine, f 51.
  • 160 L’herbergamentum des chanoines de Rennes est cité en 1230. Saint-Georges, app. 26.
  • 161 Saint-Sulpice, 3 105 ; AN, 1AP*2151, 83.
  • 162 Situé à l’entrée du bourg du Châtellier. AN, L975, 1039.
  • 163 Saint-Melaine, f 55, 178 ; Saint-Georges, app. 21.

73Notre enquête sur la désignation des sites à motte dans la documentation s’avère jusqu’ici décevante. Les mentions de manerium ou d’herbergamentum sont beaucoup plus intéressantes. Ces deux mots sont équivalents158 comme le montrent les expressions courantes : herbergamentum seu manirium, manerium herbergamentum (d’Alain de Châteaugiron vivant vers 1200), herbergamentum suum de Mota Accigneii159. Elles correspondent à des demeures nobles, appartenant à des laïcs ou à des clercs160. Il peut s’agir de résidences secondaires liées à l’activité cynégétique des grands seigneurs. Elles se situent dans des secteurs boisés comme l’herbergamentum de la Chapelle Saint-Eustache (patron des chasseurs) cité en 1225, le manerium d’André de Vitré ou celui de Verrières (plan 10 p.43) construit en 1216 par le duc Pierre161, localisés respectivement dans les forêts du Teillay, Vitré et Rennes. Ce dernier site, bien conservé, correspond à ce que l’archéologue nomme manoir. Le manerium du Châtellier cité en 1250162 et appartenant au miles Guillaume du Châtellier correspond aussi à un habitat noble. D’autres désignent des sites à motte comme l’herbergamentum de Hervé de Lancé (plan 39 p.232) ou ceux de Geoffroy de Montbourcher et Raoul de Fail163. Cette dernière demeure a actuellement d’ailleurs l’aspect d’un manoir construit sur une motte affaissée.

  • 164 En 1107/17, Guillaume de La Guerche concède un don super pontem domus sue. Comme le souligne J.-C. (...)
  • 165 C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 133-136.
  • 166 Châteaux et manoirs, dir. par M. Mauger…, p. 33 ; A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…(...)
  • 167 En 1579 : « une motte de terre enlevée à laquelle on entrait par un pont clos et couvert, ladite m (...)
  • 168 A. Renoux, « Mottes et habergements… », Mondes de l’Ouest…, p. 405.

74Les mêmes termes servent donc à qualifier indifféremment les manoirs ou les sites à motte au pied desquels s’élevaient d’ailleurs des demeures manoriales. Quant au mot domus, il désigne tout type de demeure : une simple maison dans un bourg, un site à motte comme Chevré, ou un château majeur164. En revanche, il y a une distinction nette entre ce groupe d’habitats nobles et les châteaux majeurs à qui les scribes du xie au milieu du xiiie siècle réservent les mots de castrum, oppidum et leurs dérivés ainsi qu’aula. Ce fait n’est pas spécifique au Rennais ; il concerne toute la Bretagne165. Cette différentiation n’est plus de mise à l’époque moderne. Il faudrait étudier cette évolution terminologique qui semble se produire au xive ou xve siècle, dans un autre contexte historique. Quoi qu’il en soit, les aveux de l’époque moderne utilisent couramment et indistinctement les mots manoirs et châteaux. En 1645, le site de Bénazé Briand est décrit comme étant « une ancienne motte en laquelle il y a encore de vielles ruisnes d’un chasteau entourées de douves » tandis que le site de Châtenay est dénommé, en 1745, comme étant un ancien manoir avec sa motte et celui de Tizé en Thorigné-sur-Vilaine, en 1463, de « motte, manoir et chasteau166 ». Mais, plus que de se servir d’un vocabulaire juridique caractérisant la fonction de tel ou tel type de demeure, l’enjeu était de montrer l’ancienneté de sa noblesse. Certains aveux sont particulièrement clairs à ce sujet : la présence de la motte est la preuve de son appartenance à une noblesse issue du Moyen Âge central167. Elle sert, dans le Maine, à justifier des droits seigneuriaux en plein xve siècle168.

Conclusion

  • 169 P. Contamine, « Conclusion », dans Palais royaux…, p. 214.
  • 170 Dom Morice, 673.
  • 171 J. Kerhervé, « Temps des ducs, temps des rois. Manoirs et histoire », dans Le Manoir en Bretagne…, (...)
  • 172 A. Debord, « Hébergements… », p. 205-222 ; J.-C. Meuret, « Construction… », plus particulièrement (...)
  • 173 R. Benoit-Cattin, « Le manoir… » ; J. Le Maho, « remarques… », dans L’architecture normande…, t. 1 (...)
  • 174 M. Jones, G.-I. Meirion-Jones, F. Guibal et alii, « The seigneurial… », p. 87-98.

75Toutes ces associations variées de mots soulignent l’ambiguïté des terminologies. Le château du Louvre n’est-il pas parfois appelé manoir ou hostel au début du xive siècle169 ? Inversement, le manoir qu’Étienne de Fougères, évêque de Rennes entre 1168 et 1178, fit reconstruire en pierres est qualifié de palatium170. Les désignations retenues par le chercheur pour qualifier tel ou tel type de structure, si elles ont une fonction heuristique, participent d’une classification typologique, ce qui constitue toujours une forme de simplification d’une réalité plus complexe. Certains mots du Moyen Âge ont un sens beaucoup moins arrêté qu’il n’y paraît, ou du moins, ils sont parfois, comme le manoir, à l’intersection de plusieurs réalités juridique, féodale et domaniale, ainsi qu’architecturale171. Les sites à motte sont distingués du manoir par le chercheur car ces deux structures d’habitat seraient morphologiquement bien différenciées. La motte est essentiellement composée d’un tertre de terre factice flanqué d’une basse-cour. Mais, implicitement, la distinction se veut aussi chronologique. Les mottes « castrales » auraient été édifiées pendant l’effondrement de l’autorité publique, les maisons fortes caractériseraient la Guerre de Cent Ans, et la fin du Moyen Âge verrait la naissance du manoir172. Or, les réalités semblent être plus complexes. Les plus anciens manoirs normands remontent au xie siècle173, c’est-à-dire lorsque des mottes étaient construites. En Bretagne, certaines parties de manoirs dateraient du xiiie siècle, voire de la fin du xiie siècle174. Mottes et manoirs sont donc contemporains.

  • 175 A. Guéguen, « La demeure seigneuriale… », p. 5-38.
  • 176 M. Jones, G.-I. Meirion-Jones, F. Guibal et alii, « The seigneurial…», p. 82-83 ; J.-M. Pesez, « M (...)
  • 177 J. Kerhervé parle de la place médiane du manoir. J. Kerhervé, «Temps des ducs…», Le Manoir en Bret (...)
  • 178 J.-M. Pesez, « Maison forte… », La maison forte…, p. 335-336.
  • 179 F. Delacampagne, « Seigneurs… », p. 197.
  • 180 J.-L. Antignac, dans Chronique des fouilles médiévales, AM, t. 12, 1982, p. 363-364.
  • 181 M. Élie, dans Chronique des fouilles médiévales, AM, t. 27, 1997, p. 228.
  • 182 Les sites intermédiaires entre la motte et la plate-forme de manoir sont, par contre, beaucoup plu (...)
  • 183 G. Fournier, Le château…, p. 300-301 ; A. Debord, « Mottes castrales… », Mélange d’Archéologie…, p (...)
  • 184 Fougères, 40.

76D’un point de vue morphologique, certains éléments des sites à motte ne sont pas si différents que cela du manoir. Si les bâtiments de la basse-cour de la motte du Coudray en Bain-de-Bretagne avaient été découverts dans un autre contexte, ils auraient été qualifiés de manoir. De même, le bâtiment de pierres des xie et xiie siècles sis dans le baile de la motte des Murailles (Mayenne), est qualifié d’aula par A. Guéguen175. Mais l’aula est-elle si différente de la salle du manoir ? La tour sur la motte constituerait-elle un autre élément de différenciation ? Mais, on l’a vu, beaucoup de mottes ne correspondent pas à ce schéma pourtant considéré comme classique et le rôle de la tour dans le manoir, tant en Bretagne que dans d’autres régions de la France comme en Bourgogne, a été souligné à maintes reprises176. Certains chercheurs ont opéré une césure franche entre le manoir et les bâtiments situés à l’intérieur d’une basse-cour de motte, sans doute parce que les sites à motte sont considérés traditionnellement comme des châteaux à part entière alors que le manoir est un bâtiment médian, à la limite du château sans en être un177. J.-M. Pesez178 souligne que certains manoirs fortifiés ont été établis au pied des mottes. Il en conclut que leur rôle et leur contenu socio-politique respectifs sont, dans certains cas, complémentaires. Et certains vestiges ou textes incitent à abonder dans ce sens. Un aveu du Cotentin de 1451 parle de « manoir à motte179 ». À Saint-Yrieix-Le-Dejalat (Corrèze), la motte sert d’assise à une demeure possédant une grande salle de 11,30 sur 5,70 mètres qualifiée de « maison forte » par le fouilleur180. Plus souvent, le manoir se retrouve dans la basse-cour, comme à Ceton (Orne)181. Ce cas de figure est particulièrement fréquent en Bretagne et expliquerait la rareté des structures intermédiaires entre les sites à motte et les plates-formes de manoir182. Tout se passe comme si l’appellation de « motte castrale », désignant une fortification en tant que telle, interdisait d’assimiler les bâtiments les plus importants de sa basse-cour à des manoirs, car ces derniers, s’ils peuvent posséder des organes de défense, ne sont pas considérés, à raison semble-t-il, comme de véritables places fortes. Or, si certains sites à motte sont indubitablement des fortifications, la plupart, au regard de la dimension de leur tertre, de leur fossé et talus ainsi que de leur localisation, ne possèdent pas un potentiel militaire supérieur à bien des manoirs fortifiés. Avec leur fossé de 2 à 3 mètres de profondeur, bon nombre de mottes ne devaient guère correspondre à ce que la législation normande du xie siècle considérait comme étant une fortification183. Un acte passé entre les sires de Vitré et de Fougères en 1244184 confirme cette interprétation : dans l’énumération des forteresses du Vendelais, seules Fougères et Châtillon sont citées ; la quinzaine de sites à mottes s’y trouvant n’étaient donc même pas considérés comme places fortes.

77Il paraît donc judicieux de réserver le terme de motte aux tertres de terre du Moyen Âge central car ce type de construction est très caractéristique. Mais il est également indéniable que la notion de manoir est intimement liée à la motte et il ne semble pas pertinent d’opposer ces deux notions. En effet, comment qualifier les bâtiments résidentiels des basses-cours des mottes autrement que de manoirs ? Et les sites à motte, qui sont peut-être un peu trop abusivement et systématiquement appelés châteaux, ne paraissent pas présenter des défenses supérieures à bien des manoirs fortifiés. Ainsi parlerons-nous désormais de manoir à motte et non de « motte castrale ».

Annexe

Quelques cas hors normes et problématiques

  • 185 P. Banéat, Le département…, t. IV, p. 95.

78Tous les sites que nous avons visités ne sont généralement pas trop difficiles à dater et à identifier. Le plus souvent, une origine médiévale est facilement détectable comme pour les mottes, les vestiges de châteaux forts ou les manoirs. Cependant, deux sites sont particulièrement difficiles à interpréter. Le premier s’appelle la Cour du Château. Il a été entièrement rasé ce qui ne facilite pas son étude. Il fut cependant décrit par deux archéologues à la fin du xixe siècle et dans les années 1930. L’autre est quasi inédit. P. Banéat mentionne simplement la présence d’une « importante fortification quadrilatérale en terre » dans le bois du Champ Lion185. Cette dernière est intacte et se situe dans une paroisse chargée d’histoire.

La Cour du Château

  • 186 L. Lavallée, « Hypothèse… » et M. Wheeler, Carnets…, t. IV, p. 20.
  • 187 M. Gautier, G. Leroux, J.-C Meuret et P. Naas, Enclos…, p. 55.
  • 188 P. Guigon, Les fortifications…, p. 45-46.
  • 189 Guillotel, 10.
  • 190 L. Lavallée, « Hypothèse… », p. 139-140.

79Le site de la Cour du Château, de nos jours disparu, se trouvait en Saint-Médard-sur-Ille. Il se dressait à 100 mètres à l’est de l’église, au confluent de la rivière de l’Ille et du ruisseau d’Andouillé. C’était un enclos en forme de trapèze de 65, 35, 35 et 25 mètres de côté. Le talus sud était le plus long et le plus faible : il atteignait une hauteur de 0,60 à 0,80 mètre. En revanche, le côté nord était délimité par une forte levée de terre de 6 mètres de hauteur et surplombait de 20 mètres une pente naturelle très accentuée vers la rivière de l’Ille. Dans la partie centrale de l’enclos furent découvertes des pierres ainsi que des briques de type inconnu186. Dater un tel site est problématique. Il pourrait correspondre aux plus petits enclos construits à l’époque de la Tène ou gallo-romaine187. Prudemment, P. Guigon l’attribuerait à l’époque médiévale sans plus de précision188. Cet ouvrage n’est apparemment pas en lien avec la vicaria de Saint-Médard citée en 1019-1019189. Il ne rappelle en rien les habitats du xie au xiiie siècle. Dans le même sens, rappelons également la remarque pertinente de L. Lavallée précisant qu’aucune demeure seigneuriale n’est associée à ce site190. Cet enclos laisse donc perplexe à plus d’un titre.

Le Champ Lion (plan 18)

80Champ Lion est un bois localisé en Saint-Sauveur-des-Landes. Il renferme différentes structures relativement difficiles à interpréter. Il s’agit d’une enceinte quadrangulaire de 47, 57, 38 et 50 mètres de côté. Le talus ouest présente, en son milieu, une ouverture d’environ 5 mètres de largeur. Une autre, plus petite, se situe côté nord, près de l’angle est. Le talus-fossé délimitant cet enclos présente un dénivelé de 2 mètres au nord et devient de plus en plus important vers le sud. Il atteint une hauteur de plus de 3 mètres (du fond du fossé au sommet du talus). Son fossé est doublé, sur l’extérieur, par un second petit talus de moins de 1 mètre de hauteur. Il le borde sur sa moitié sud du côté ouest de l’enceinte. L’intérieur de ce site est divisé en deux parties, à peu près égales, par une légère dénivellation. On remarque, juste sous les feuilles mortes, des amas de pierres de granite, quartz (et grès ?) longues de 50 centièmes en moyenne de part et d’autre de l’entrée la plus large, et surtout dans l’angle sud-ouest, sur un espace de 100 mètres carrés environ. Il est à peu près évident qu’il y eut une importante construction de pierres dans cette enceinte.

Plan 18 : Un site énigmatique : Champ lion en Saint-Sauveurdes-Landes

Plan 18 : Un site énigmatique : Champ lion en Saint-Sauveurdes-Landes

1 affleurement de pierres
2 fond de cabane

81Une petite dépression carrée de 30 centimètres de profondeur et de 6 mètres de côté se trouve à l’extérieur de l’enclos, à 4 mètres de son angle sud-est. Il pourrait s’agir du fond d’un quelconque bâtiment. Au nord et à l’ouest de l’enceinte, s’élèvent toute une série de talus-fossés dont les profils sont variables et peuvent atteindre 2 mètres de dénivelé pour les plus importants. Un ancien chemin, formant un dôme de 13 à 14 mètres de largeur et cerné de chaque côté par un petit talus puis un fossé, traverse le bois du nord au sud. Il est conservé sur une longueur de 250 mètres et borde l’enceinte. Il mène, au nord, à un manoir ruiné s’appelant Clisson, situé en dehors du bois, à 150 mètres de l’enclos. Sa trace se perd ensuite. Un autre chemin, ayant laissé des indices plus ténus, d’une largeur vraisemblablement identique au premier, le coupait perpendiculairement.

  • 191 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 105-161.
  • 192 M. Gautier, G. Leroux, J.-C Meuret et P. Naas, Enclos…, p. 42-43, 49.
  • 193 P. Guigon, Les fortifications…, p. 53.
  • 194 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 238.
  • 195 Dom Morice, 423-424 à compléter avec « Documents inédits…», 9.

82L’ensemble de ce site est très délicat à analyser. Par sa taille et sa forme, le profil de ses talus-fossés, son environnement, il se rapproche des plus petites enceintes quadrangulaires découvertes dans le secteur de La Guerche-Craon191. Elles remontent le plus souvent à l’époque gauloise ou gallo-romaine et étaient des centres d’exploitations agricoles. Cependant, quelques-unes datent du haut Moyen Âge192. Il n’est pas à exclure que l’enceinte du Champ Lion fut réutilisée ou construite au Moyen Âge. Quelques indices iraient dans ce sens : la proximité avec le manoir de Clisson, toponyme signifiant « construction de bois », et ne semblant pas remonter au-delà du xe siècle193, la présence importante de pierres et la tradition orale plaçant dans l’enclos une chapelle. Notons que Champ Lion, autrefois Champ Léon faisait partie du domaine proche de la seigneurie de la Haie en Saint-Hilaire à l’époque moderne194. Ce site se trouve également à 1 kilomètre de l’église de Saint-Sauveur qui était le lieu de sépulture de Main II de Fougères, de sa femme Adelaïde et de leur fils Juhel, décédés vers 1060-1080195. Y aurait-il un lien avec ces puissants seigneurs qui distribuèrent des terres du sanctuaire de Saint-Sauveur à plusieurs milites et qui fondèrent un important prieuré lié à Marmoutier et ce mystérieux enclos de Champ Lion ? Ou bien s’agirait-il des vestiges d’un manoir plus récent ? En l’absence de toute fouille, il est beaucoup trop hardi d’apporter une quelconque réponse. Cependant, une occupation de ce site au Moyen Âge semble malgré tout probable.

  • 196 P. Guigon, Les fortifications…, p. 69-98.

83Ces deux sites montrent que, devant des cas atypiques, l’archéologue se trouve souvent démuni. Les parallèles pouvant être établis avec d’éventuels textes sont également loin d’être évidents. Seules des fouilles pourraient véritablement apporter une réponse sur la chronologie et sur la fonction de ces enclos. Cependant, il paraît à peu près assuré que ces sites n’ont pas eu une vocation militaire au regard de la faible dimension de leurs talus-fossés. En effet, la présence de tels terrassements semble être rarement un signe d’habitat fortifié. Le site de Locronan, une demeure aristocratique abandonnée peu après 877, possède plusieurs enclos dont les talus-fossés, de dimensions variables, présentent un dénivelé allant de 1 à 4-5 mètres. L’auteur de la fouille, P. Guigon, considère pourtant que ce site n’a jamais eu le moindre rôle militaire196. Il en est de même avec la plupart des enceintes que l’on qualifiait autrefois de retranchements car munies de talus-fossés et qui ne sont en fait que des fermes indigènes gauloises.

Notes

1 La question de la datation des mottes est complexe. Elle suppose de bien comprendre ce qu’un tel édifice signifiait. Nous préciserons donc, au fur et à mesure de notre propos, leur chronologie.

2 Mota de Geni, Dom Morice, 806-807. Le mot mota peut aussi bien désigner une vallée (en 1059), une motte de terre, la plate-forme d’un manoir qu’une motte dans le sens où l’entendent les archéologues. M. de Boüard, « Quelques données françaises… », Château-Gaillard…, p. 19-26

3 La Motte d’Étrelles, la Motte d’Ercé, Apigné, la Motte Mérioul.

4 M. Gautier, G. Leroux, J.-C Meuret et P. Naas, Enclos…

5 ADIV, 1F 1724, 1725. Une grande partie de ce travail a été publiée par P. Banéat dans Le département…

6 AN, 4J626, 148 ; A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. II, p. 5-7.

7 A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 420.

8 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 513.

9 Il faut consulter les états de sections les plus anciens car il y a une grande perte d’information dans ceux qui ont été réalisés après guerre.

10 J.-P. Ogée, Dictionnaire…, t. II, p. 240.

11 Cf. p. 39.

12 A. de La Borderie, Histoire…, t. II, p. 108.

13 L. Beuchet, « Plélan… », p. 51-52.

14 G. Chouquer, « Les mottes… », p. 26.

15 Cf. p. 80.

16 J.-P. Ogée, Dictionnaire…

17 Cf. p. 43.

18 Abbé Brune, « Répertoire… ».

19 L. Maupillé, « Notices historiques… ».

20 Vicomte Le Bouteiller, Notice…

21 P. Bézier, « Retranchements… » ; Inventaire… ; Supplément…

22 Un tertre tumulaire a été rasé au Plessis à Bourg-des-Comptes (fichiers du Service Régional de l’Archéologie). P.-R. Giot et C.-T. Le Roux estiment qu’il doit en exister d’autres mais les recherches n’ont pas encore été entreprises à l’est de la Vilaine.

23 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries… ; Pouillé…

24 Une motte dans un aveu peu tout aussi bien désigner une motte telle que la définissent les archéologues qu’une plate-forme de manoir. Certaines mentions peuvent donc induire en erreur. Cependant, la rareté des sites de plateforme de manoir retrouvés dans le Rennais rend le risque de confusion très faible.

25 En revanche, A. Guillotin de Corson, malgré son important travail de dépouillement des actes de la pratique du Moyen Âge central, concevait la noblesse sans grande évolution du xie au xviiie siècle, ce qui rend son ouvrage sur les grandes seigneuries de Haute-Bretagne de piètre qualité lorsqu’il remonte aux périodes nous concernant.

26 Aveu de 1579 concernant la motte de la Fontaine la Chèze cité dans A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 210.

27 P. Banéat, Le département…

28 ADIV, 1F1724 et 1725.

29 Par exemple, les tumuli de P. Bézier deviennent des mottes avec P. Banéat.

30 Comme celles du Masse, la Bussonnière et la Grande Grange, Moutiers, Martigné et la Chouannière, Bésiel, etc. sont inconnues de P. Banéat. J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 332-360.

31 Par exemple, les mottes de Dézerseul ou de Sérigné sont inconnues de P. Banéat.

32 P. Banéat, « Communication… » ; « Les Mottes… » et, avec J. Harcouët de Keravel, « La Douve… ».

33 « on ne trouve à l’intérieur aucune trace de motte » écrit-il sur cette enceinte. P. Banéat et J. Harcouët de Keravel, « La Douve… », p. 282.

34 Ibidem, p. 283-285.

35 Comme en Luitré où il mentionne « une butte allongée » et non une motte, ce qui est exact. Banéat, Le département…, t. II, p. 331.

36 É. Orieux et J. Vincent, Histoire…

37 L. Maître, « La tour… ».

38 J.-F. Caraes, « Au fil… ».

39 Pour le Rennais : M. Wheeler, Carnets… ; P. Aumasson, « Bain-de-Bretagne…», p. 22-25 ; P. Guigon, Les fortifications… ; J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 332-384 ; C. Amiot, « Le château d’Aubigné… ».

40 La Motte aux Anglais en Dingé ; la forêt du Teillay en Ruffigné.

41 P. Lanos, « Les mottes… ».

42 Par exemple la Roche Montbourcher en Cuguen, la Ville d’Ahaut et le Pont Saint-Pierre en Meillac.

43 L. Langouët, J.-Y. Hamel-Simon et L.-R. Vilbert, « Les mottes…», p. 4.

44 La maison forte… ; « Les fortifications de terre en Europe… », p. 5-123.

45 Erreur que nous avons commise en 1988. M. Brand’Honneur, Les mottes dans la baronnie de Vitré…, t. II, p. 172-173.

46 Photographie G. Leroux dans Le passé vu du ciel…, p. 2.

47 Cf. p. 154-155, 227, chap. 5.

48 A. Renoux, «Mottes et habergements fossoyés dans le Maine (xie-xve siècle) : état de la recherche », dans Mondes de l’Ouest…, p. 409 ; F. Delacampagne, « Seigneurs… », p. 204 ; J. Decaëns, « Les châteaux du XIe au xiiie siècle dans l’actuel département de l’Orne. Essai d’inventaire et de classement », dans Autour du château médiéval…, p. 25-35.

49 A. Debord, La société…, p. 135 ; J. Clémens et A. Dautant, « Mottes et camps au Moyen Âge en Lot-et-Garonne », dans Sites défensifs…, p. 11 ; J.-B. Marquette, « Habitats fortifiés en Bordelais, Bazadais, pays landais du xie au xve siècle : état de la recherche », dans Sites défensifs…, p. 49 ; M. Colardelle et C.Mazard, « Les mottes castrales…», p. 84.

50 P. Kernevez, Les fortifications…, p. 19 ; S. Hinguant, Les mottes…, p. 6 ; J. Le Maho, « L’apparition… », p. 142 ; M. Fixot, « Les fortifications… », p. 64 ; D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 146.

51 G. Fournier, Le château…, p. 66 ; « Les fortifications de terre… », p. 6-19.

52 P. Bézier, Inventaire…, p. 126.

53 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 55.

54 Ce tertre a été sondé comme un tumulus : deux tranchées creusées perpendiculairement se croisent en son centre. Un sondage effectué par nos soins montre que cette première fouille n’a que peu modifié la hauteur de la motte qui devait initialement mesurer un peu plus de 3 mètres.

55 Ils peuvent d’ailleurs, dans certains cas, avoir été recreusés. C’est le cas de la Motte en Meillac dont le fossé a été considérablement élargi pour transformer le site en étang.

56 Comme au Bois du Pinel, Chalonge, le Tertrais, Montbourcher, plans 14 et 16 p. 45, 46.

57 Cf. p. 153, 243.

58 Comme La Guerche, Orange, Villavran et Châteaubriant, plans 23, 30 et 31 p. 67, 70, 84, et 85.

59 Comme Chevré, la Chapelle Saint-Eustache, Aubigné, les Ponts et le Châtel, cf. p. 191-192.

60 P. Kernevez, Les fortifications…, p. 20.

61 D’après la consultation de la chronique des fouilles dans AM et de différents inventaires. Certaines ont des proportions considérables. Celles de Bourdonnay (Moselle) et de Grezet-Cavagnan (Lot-et-Garonne) mesurent 100 à 85 et 180 mètres de diamètre ; respectivement dans AMdans Chronique des fouilles G. Giuliato, t. 17, 1987, p. 228 ; J. Clémens, t. 6, 1976, p. 336.

62 C. Amiot arrive, pour l’ensemble de la Bretagne, aux mêmes conclusions. C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 204.

63 Comme à Chevré, Orange, Villavran et les Ponts.

64 C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 323-324.

65 Un tel lien se retrouverait à Boutavent en Iffendic. C. Amiot, « Le château d’Aubigné… », p. 45-46 et du même auteur, Lignages…, t. I, p. 150-151 et 199-200.

66 M. Brand’Honneur, « Le lien… », p. 54-55 ; C. Amiot, Lignages…, t. II, p. 334-335.

67 Cf. p. 75.

68 Fougères, 29.

69 Cf. p. 111-113.

70 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 360-362.

71 Châteaux et manoirs, dir. par M. Mauger…, p. 33.

72 A. Orain, Géographie…, p. 281.

73 C. Amiot, « Le château d’Aubigné… », p. 65.

74 Un aveu de 1539 mentionne la présence de « vieilles maçonneries » qui pourraient correspondre à ce mur, C. Amiot, « Le château d’Aubigné… », p. 77.

75 A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. V, p. 380. Tel est le cas de la motte de Maillechat.

76 P. Banéat, Le département…, t. II, p. 168.

77 Ces réutilisations de mottes ne sont pas caractéristiques du Rennais. Beaucoup de mottes furent utilisées tardivement pour servir d’assiette à un bâtiment seigneurial comme à Villeneuve-d’Ascq dans le Nord, à une maison avec son fournil, colombier et étables à la fin du xvie ou au xviie siècle à Douai dans le Nord, à une grange au xive siècle à Simencourt dans le Pas-de-Calais, à un pressoir à olives dès le xie siècle à Niozelles dans les Alpes-de-Haute-Provence, ou encore à un moulin vers 1770 puis à une chapelle en 1870 à Seiches-sur-Le-Loir dans le Maine-et-Loire (Respectivement, dans les Chronique des fouilles, AM, S. Calonne, t. 12, 1982, p. 365-366 ; P. Demolon, t. 26, 1996, p. 285 ; F. Perreau, t. 22, 1992, p. 512-513 ; D. Mouton, t. 25, 1995, p. 305 ; T. Géhan, t. 23, 1993, p. 448).

78 M. Brand’Honneur, La Motte de Marcillé…, Rapport de sondage de la motte de Dézerseul…, Rapport de fouille programmée de la motte de Dézerseul…, La Motte de Vezin…

79 ADIV, 4J 120 (Gévezé) ; P. Banéat, Le département…, t. I, p. 292.

80 Le plus fréquemment, les trous de poteaux ont un diamètre de 0,7 mètre en Normandie. Les grands bâtiments à étage étaient bâtis sur des poutres enterrées dans des trous de 2 mètres de diamètre et de 1,6 mètre de profondeur. J. Le Maho, « Remarques sur la construction de bois en Haute-Normandie aux xie et xiie siècles », dans L’architecture normande…, t. I, p. 245.

81 À Mérey, dans l’Eure. J. Le Maho, « Remarques… », L’architecture normande…, t. I, p. 244.

82 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Nord, P. Demelon, t. 19, 1989, p. 324 ; Haute-Loire, M.-F. Legland, t. 10, 1980, p. 416 ; Orne, J. Decaëns, t. 23, 1993, p. 414 ; du même auteur, « La motte de Rivray… ».

83 G. Fournier, Le château…, p. 290.

84 J. Decaëns, « La motte d’Olivet… », p. 182-185.

85 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Côte-d’Or, M. Mærten, t. 18, 1988, p. 349 ; Saône-et-Loire, G. Auloy, t. 26, 1996, p. 278-279 ; Gers, J.-M. Lassure, t. 15, 1985, p. 276-277 ; Maine-et-Loire, I. Zadora-Rio, t. 10, 1980, p. 430.

86 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Nord, P. Demelon, t. 19, 1989, p. 324 (avec, il est vrai, une tour en bois) ; Aude, M. Dauzat, t. 12, 1982, p. 356-357 ; Aude, M. Dauzat, t. 17, p. 242-243 ; Landes, P. Gardes, t. 22, 1992, p. 480-481 ; Butenhein…

87 Bouches-du-Rhône, D. Mouton, dans Chronique des fouilles, AM, t. 17, 1987, p. 258, t. 18, 1988, p. 369.

88 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Pas-de-Calais, B. Segers, t. 25, 1995, p. 296 ; Hérault, A. Parodi, t. 21, 1991, p. 366 ; Isère, C. Mazard, t.23, 1993, p. 435-436.

89 Dans la Chronique des fouilles, AM, respectivement, Indre-et-Loire, M.-P. Feuillet, t. 18, 1988, p. 349-350 ; Saône-et-Loire, G. Huron et G. Berthoud, t. 3-4, 1973-1974, p. 409-410.

90 P. Kernevez, Les fortifications…, p. 118.

91 J.-M. Pesez, « Conclusion : Où l’on voit que le Sud ressemble au Nord, ce qui ne va pas sans poser quelques questions », dans Sites défensifs…, p. 205-206.

92 J. Le Maho, « Genèse… », p. 188.

93 P. Banéat, Le vieux Rennes…, p. 361-363 ; A. Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 257.

94 À 1 kilomètre au sud-est de la place forte de Vitré. Il fut également appelé Château Marie, nom porté par la bellemère d’Émilie, Marie de La Tour. P. Banéat, Le département…, t. 4, p. 399.

95 É. Zadora-Rio, « L’enceinte fortifiée… » ; « Les fortifications de terre… », p. 39-71 ; J. Decaëns, « L’enceinte de la Chapelle-Colbert dans la forêt de Saint-Gatien près du Vieux Bourg (Calvados) », dans Mélange d’Archéologie…, p. 91-104 ; du même auteur., « L’enceinte fortifiée de Sébécourt…».

96 J. Decaëns, Les enceintes circulaires… ; « Les fortifications de terre… », p. 39-71.

97 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 561-570.

98 Le Bois du Pinel, Cornillé, le Haut Breil, Dézerseul, Beaumont, la Motte du Theil, Montbourcher, Bésiel, plans 14, 35 et 37 p. 45, 204 et 231.

99 D. Marguerie, Le site de Dézerseul…

100 À moins que le site n’ait repris une ancienne motte complètement transformée, ce qui reste à prouver.

101 L. Beuchet, « Plélan-Le-Grand… », p. 51-52.

102 P. Aumasson, « Pancé… » et « L’enceinte… ».

103 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 562-563.

104 J.-Y. Hamel-Simon, L. Langouët, F. Nourry-Denayer et D. Mouton, « Fouille d’un retranchement… ».

105 Pour plus de détails, cf. M. Brand’Honneur, Le château et la motte…, t. I, p. 207-213 ; P. Guigon, Les fortifications…, p. 48.

106 Le terme maison forte n’existe pas dans notre corpus d’actes de la pratique. Les scribes écrivant avant la seconde moitié du xiiie siècle préférèrent employer les mots d’herbergement ou de manoir. Ce dernier terme semble caractériser le grand Ouest de la France puisqu’il se rencontre en Brie et s’impose, sur tout autre terme, dès le Perche ou la Normandie. J.-M. Pesez, «Maison forte, manoir, bastide, tour, motte, enceinte, moated-site, wasserburg, ou les ensembles en archéologie », La maison forte…, p. 334.

107 I. Bucur, D. Dufournier, L. Goulpeau et alii, « La céramique…». Ce mortier est du même type que l’atelier n° 3 de la Hardelière.

108 Un ancien manoir autrefois associé à un droit de haute justice se situe d’ailleurs au pied du site. P. Banéat, Le département…, t. I, p. 97.

109 Dom Morice, 806-807.

110 Ou au Gué de Servon, P. Banéat, Le département…, t. II, p. 312-313 et t. IV, p. 187-189.

111 Ibidem, t. II, p. 309-315.

112 Comme Guy du Gué cité pour la première fois en 1213 et habitant au Gué de Servon, manoir construit à l’intérieur d’une vaste plate-forme rectangulaire entourée d’une large douve. ADIV, 1F909 ; P. Banéat, Le département…, t. IV, p. 187-189. Cf. p. 155-156.

113 C. Amiot, « Les logis-portes », dans Le Manoir en Bretagne…, p. 133.

114 Le cas le plus remarquable est celui de Fougères avec ses quatre tours-portes. La plus ancienne est antérieure à 1166. La Normandie en offre quelques célèbres exemples avec le Plessis Grimoult, le château de Caen ou l’enceinte d’Audrieu datés respectivement de la première moitié du xie siècle, vers 1060 et vers la fin du xiie siècle. É. Zadora-Rio, « L’enceinte fortifiée du Plessis Grimoult… », p. 227-239 ; M. de Boüard, Le château de Caen ; A. Renoux, « L’enceinte fortifiée d’Audrieu… » ; C. Amiot, Lignages…, p. 399-403.

115 C. Amiot, « Les donjons quadrangulaires… », p. 69 ; et du même auteur, « Le château d’Aubigné… », p. 66.

116 Dom Morice, 857-858.

117 P. Banéat, Le département…, t. I, p. 217.

118 Liffré, Carrefour… ; Villard A. et Gruel K., « Le trésor… ».

119 « manerium illud quod edifficari ». Un autre acte mentionne la construction d’un étang sur les terres de la même abbaye. Il doit s’agir d’un des deux étangs du site de Verrières. Saint-Sulpice, 3 et 4 ; La Borderie, 95.

120 C. Amiot, « Les donjons… », p. 72.

121 M. Jones, G.-I. Meirion-Jones, J. Pilcher, F. Guibal, « Un des grands manoirs…» ; C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 194.

122 M. Jones G.-I. Meirion-Jones, F. Guibal et alii, « The seigneurial…», p. 82 et planche XIb ; C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 59.

123 P. Kernevez, Les fortifications…, p. 76, 92, 111-112 ; M. Deceneux, Manoirs…, t. II, p. 47.

124 C. Amiot, « Le château de la Roche Montbourcher… ».

125 M. Deceneux, Manoirs gothiques…

126 Trois bracelets en bronze remontant à 1000 avant Jésus-Christ ont été exhumés dans ce site. C.-T. Le Roux, « Informations… ».

127 34 mètres pour Sérigné, 40 sur 50 mètres pour la Chaussais, 100 sur 60 pour la Motte du Rheu, 30 mètres pour le Coudray, à peine 20 mètre pour Montbourcher et la Motte de Visseiche, plans 1 et 17 p. 28 et 48.

128 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 360-362 et 375-376.

129 Un enclos de 6,25 hectares délimite le village de Chevré mais aucune trace archéologique n’indique qu’il pouvaits’agir d’une vaste basse-cour (plan 34 p. 203). Des mottes importantes comme celle de Rivray (Orne) ne possèdent également pas de basse-cour. Cependant, de nombreuses mottes de très grande taille pouvaient être flanquées de baile, comme au Petit Landau (Haut-Rhin) ou à Viviers (Moselle). Cf. respectivement J. Decaëns, « La motte de Rivray… » ; Butenhein… ; G. Giuliato, dans Chronique des fouilles médiévales, AM, t. 17, 1987, p. 264.

130 P. Aumasson, « Bain-de-Bretagne… », p. 22-25.

131 M. Jones, G.-I. Meirion-Jones, F. Guibal et alii, « The seigneurial…», p. 80 ; C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 177 ; D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 334-335.

132 P. Aumasson, « Bain-de-Bretagne… », p. 22-25.

133 C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 448.

134 Le plan de cette cheminée ressemble fort à celui du bâtiment A de la basse-cour de Bretoncelles (Orne). J. Decaëns, dans Chronique des fouilles médiévales, AM, t. 27, 1997, p. 226.

135 Un matériel céramique de 780 tessons a été découvert surtout dans l’abside du second bâtiment et au niveau de son entrée, à l’extérieur. L’ensemble de ce mobilier, en raison de sa morphologie et de la présence fréquente de traces de glaçure, ne semble pas être antérieur, d’après I. Caziot, au xiiie siècle. I. Caziot, Étude…

136 J. Decaëns, « La motte d’Olivet… », p. 173-181.

137 J. Irien, « Fouilles…» et « Le site… », p. 103-119 ; P. Kernevez, Les fortifications…, p. 122.

138 P.-R. Giot et F. Fichet de Clairfontaine, « Quelques aspects… », Ateliers de potiers…, p. 60.

139 Plusieurs datations proposées par J. Irien sont problématiques. La première chapelle a été datée, grâce à une mesure radiocarbone, entre 900 et 1205 et à des céramiques que l’on pensait remonter à l’époque au milieu du xe siècle. Elle aurait été détruite par les Scandinaves ce qui aurait entraîné l’édification de la motte. De nos jours, plus personne ne lie la construction des mottes aux invasions scandinaves. De plus, le type de construction de la chapelle semble appartenir à la fin de l’époque romane. P. Guigon, L’architecture pré-romane…, p. 18-19.

140 A. Guéguen, « La demeure seigneuriale… ».

141 Respectivement Les habitats du lac de Paladru…, p. 332-3340 ; Chronique des fouilles médiévales en France, AM, J. Decaëns, t. 26, 27, 28, 1996 à 1998, p. 275-277, 226, 262-263 ; B. Fayolle-Lussac, t. 11, 1981, p. 309-310 ; É. Louise, Recherches sur le château…

142 J. Le Maho, « Remarques… », dans L’architecture normande…, t. I, p. 252 et 256.

143 AN, L976, 1141.

144 Acte de 1232, AN, L976.

145 ADIV, 1F1619, 17.

146 Mota de Geni, soit la Motte de Gennes. Dom Morice, 806-807, (plan 7 p. 41).

147 Mota Acigneii, soit la Motte d’Acigné. Saint-Melaine, f 114, (plan 13 p. 44).

148 Cf. p. 76-77.

149 Dom Morice, 857-858.

150 BN, ms lat 5441, t. 3, p. 76. Guillaume de Machua donne à Marmoutier deux gerbes de sa dîme à la Spina forta. Machua correspond à la Massue, maison noble ayant une haute justice en Cuguen (P. Banéat, Le département…, t. I, p. 466). D’autres textes soulignent l’équivalence entre Machua et Mazura, surnom associé à Jordan (Dom Morice, 693-694 ; BN, ms lat 5441, t. 3, p. 178). Le lieu, autrefois appelé Trémon, est localisé en Cuguen en 1181. Allenou, 18 et 27.

151 C. Amiot, « Le château de la Roche Montbourcher… ».

152 La Roche Montbourcher, autrefois la Roche Épine, appartenait dès 1095 aux ancêtres des l’Épine. Elle comprenait alors une métairie. BN, Baluze t. 77, p. 134.

153 Aelez, fille d’Alain sénéchal de Dol et miles, épousa Geoffroy l’Épine vers 1175. Lui ou un autre Geoffroy l’Épine devint sénéchal de Dol au plus tard en 1213. Dom Morice, 823 ; BN, ms fr 22337 f 97 ; K. Keats Rohan, « Le rôle des Bretons dans la politique de colonisation normande de l’Angleterre (vers 1042-1135) », MBSHAB, t. 74, 1996, p. 199 et 206.

154 Cf. Thomas Zotz, « Palatium et curtis. Aspects de la terminologie palatiale au Moyen Âge », dans Palais royaux…, p. 10.

155 Guillotel, 104 ; ADIV, 1F543, 23.

156 En 1184/1218 ; Dom Morice, 785.

157 Saint-Melaine, f° 146 ; Dom Morice, 909.

158 Tout comme dans le Bas-Maine. D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 316. Le premier sens de l’herbergamentum est celui d’une tenure agraire mais, vers 1200, il désigne une demeure noble. P. Duparc, « Les tenures en hébergement et en abergement », Bulletin de l’École des Chartes, t. 122, 1964, p. 5-88.

159 ADIV, 1F908 et 1F 1F160 1 ; Saint-Melaine, f 51.

160 L’herbergamentum des chanoines de Rennes est cité en 1230. Saint-Georges, app. 26.

161 Saint-Sulpice, 3 105 ; AN, 1AP*2151, 83.

162 Situé à l’entrée du bourg du Châtellier. AN, L975, 1039.

163 Saint-Melaine, f 55, 178 ; Saint-Georges, app. 21.

164 En 1107/17, Guillaume de La Guerche concède un don super pontem domus sue. Comme le souligne J.-C.Meuret, ce pont ne peut désigner que la passerelle amenant au bâtiment construit sur la motte de La Guerche, à moins qu’il ne s’agisse du pont enjambant les fossés de la basse-cour de la motte. J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 311). « Recueil de documents… », éacte 3 ; AN, J626, 148 ; La Roë, 56.

165 C. Amiot, Lignages…, t. I, p. 133-136.

166 Châteaux et manoirs, dir. par M. Mauger…, p. 33 ; A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 477 et t. II, p. 312.

167 En 1579 : « une motte de terre enlevée à laquelle on entrait par un pont clos et couvert, ladite motte intersigne d’un gouvernement noble selon l’assise du comte Geoffroy », pour la Fontaine la Chèze et, en 1678, « une motte ronde faite de terre, qui est la marque que les seigneurs d’Apigné ont autrefois esté à la guerre pour la foy en la Terre-Sainte », pour Apigné. A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 210 et t. II, p. 12.

168 A. Renoux, « Mottes et habergements… », Mondes de l’Ouest…, p. 405.

169 P. Contamine, « Conclusion », dans Palais royaux…, p. 214.

170 Dom Morice, 673.

171 J. Kerhervé, « Temps des ducs, temps des rois. Manoirs et histoire », dans Le Manoir en Bretagne…, p. 20-22.

172 A. Debord, « Hébergements… », p. 205-222 ; J.-C. Meuret, « Construction… », plus particulièrement p. 152-153. Ce dernier auteur avoue que les sites à motte ne sont pas qualifiés de castellum dans les textes des xie et xiie siècles ; pour autant, il les dénomme château parce qu’il suppose que le pouvoir comtal rennais est particulièrement faible, ce qui reste à prouver.

173 R. Benoit-Cattin, « Le manoir… » ; J. Le Maho, « remarques… », dans L’architecture normande…, t. 1, p. 50.

174 M. Jones, G.-I. Meirion-Jones, F. Guibal et alii, « The seigneurial… », p. 87-98.

175 A. Guéguen, « La demeure seigneuriale… », p. 5-38.

176 M. Jones, G.-I. Meirion-Jones, F. Guibal et alii, « The seigneurial…», p. 82-83 ; J.-M. Pesez, « Maison forte…», La maison forte…, p. 331.

177 J. Kerhervé parle de la place médiane du manoir. J. Kerhervé, «Temps des ducs…», Le Manoir en Bretagne…, p. 22.

178 J.-M. Pesez, « Maison forte… », La maison forte…, p. 335-336.

179 F. Delacampagne, « Seigneurs… », p. 197.

180 J.-L. Antignac, dans Chronique des fouilles médiévales, AM, t. 12, 1982, p. 363-364.

181 M. Élie, dans Chronique des fouilles médiévales, AM, t. 27, 1997, p. 228.

182 Les sites intermédiaires entre la motte et la plate-forme de manoir sont, par contre, beaucoup plus fréquents dans le Maine. Ils représentent un quart des structures apparentées aux mottes. A. Renoux, «Mottes et habergements…», Mondes de l’Ouest…, p. 410.

183 G. Fournier, Le château…, p. 300-301 ; A. Debord, « Mottes castrales… », Mélange d’Archéologie…, p. 86. J. Burnouf considère que la motte ne peut pas être considérée comme une fortification si l’on se réfère aux descriptions livrées par le droit, La motte castrale…, p. 453.

184 Fougères, 40.

185 P. Banéat, Le département…, t. IV, p. 95.

186 L. Lavallée, « Hypothèse… » et M. Wheeler, Carnets…, t. IV, p. 20.

187 M. Gautier, G. Leroux, J.-C Meuret et P. Naas, Enclos…, p. 55.

188 P. Guigon, Les fortifications…, p. 45-46.

189 Guillotel, 10.

190 L. Lavallée, « Hypothèse… », p. 139-140.

191 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 105-161.

192 M. Gautier, G. Leroux, J.-C Meuret et P. Naas, Enclos…, p. 42-43, 49.

193 P. Guigon, Les fortifications…, p. 53.

194 A. Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries…, t. I, p. 238.

195 Dom Morice, 423-424 à compléter avec « Documents inédits…», 9.

196 P. Guigon, Les fortifications…, p. 69-98.

Table des illustrations

Titre Plan 1 : Le manoir à motte de Visseiche et son finage d’après le cadastre de 1827 annoté
Légende 1 motte et basse-cour2 manoir de l'époque moderne3 parcellaire ovale4 possible ouvrage quadragulaire antérieur à la motte ?
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-1.png
Fichier image/, 1,3M
Titre Plan 2 : Le manoir du Haut Landavran et son finage caractéristique des sites à motte
Légende 1 manoir de l'époque moderne2 parcellaire ovale3 bois de Landavran4 étang
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-2.png
Fichier image/, 529k
Titre Plan 3 : Le manoir de la Motte de Vezin d’après le cadastre de 1813 annoté
Légende 1 manoir de l'époque moderne2 parcellaire ovale3 moulin
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-3.png
Fichier image/, 1,0M
Titre Plan 4 : Un château mineur : le site à motte du Châtel en Marcillé-Raoul d’après le cadastre de 1823 annoté
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-4.png
Fichier image/, 1,2M
Titre Plan 5 : Une butte dite « de jardin » : la Petite Mévrais en Betton d’après le cadastre de 1818 annoté
Légende 1 butte de jardin2 plate-forme d'un ancien manoir ?3 manoir de l'époque moderne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-5.png
Fichier image/, 564k
Titre Plan 6 : Plate-forme du manoir du Bois Halbran en Saint-Germain-du-Pinel d’après le cadastre de 1810 annoté
Légende 1 plate-forme du manoir appelée la Motte2 vestige de basse-cour3 manoir de l'époque
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-6.png
Fichier image/, 622k
Titre Plan 7 : Plate-forme de la Motte de Gennes d’après le cadastre de 1811 annoté
Légende 1 plate-forme du manoir2 manoir de l'époque moderne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-7.png
Fichier image/, 448k
Titre Plan 8 : Plate-forme du manoir de Fouesnel en Louvigné-de-Bais. Plan de 1785 tiré de P. Banéat, Le département…, t. II, p. 312.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-8.png
Fichier image/, 1,9M
Titre Plan 9 : La tour et la basse-cour du château mineur de Beaufort en Plerguer
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-9.png
Fichier image/, 618k
Titre Plan 10 : Le manoir à tour de Verrières en Liffré
Légende 1 vesstige de tour entourté d'un fossé2 vestiges d'un manoir en pierres3 ancien étang4 enclos de la Tène
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-10.png
Fichier image/, 700k
Titre Plan 11 : Le manoir à tour de la Motte Ferchaud en Crévin
Légende 1 vesstige de tour2 enceinte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-11.png
Fichier image/, 587k
Titre Plan 12 : Basse-cour quadrangulaire du Boisnouault en Saint-Sauveur-des-Landes d’après le cadastre de 1833 annoté
Légende 1 motte2 vestige d'une ancienne basse-cour3 basse-cour4 manoir de l'époque moderne5 parcellaire de l'époque moderne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-12.png
Fichier image/, 792k
Titre Plan 13 : Les multiples basses-cours de la Motte d’Acigné d’après le cadastre de 1819 annoté
Légende 1 motte supposée2 et 3 basse-cour4 basse-cour abritant une chapelle citée en 12405 enclos d'âge indéterminé (antérieur au Moyen Age ?)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-13.png
Fichier image/, 1,3M
Titre Plan 14 : Les multiples basses-cours du manoir à motte du Bois du Pinel en Argentré
Légende 1 motte2 à 5 basse-cour6 enceinte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-14.png
Fichier image/, 1,5M
Titre Plan 15 : Les deux basses-cours du manoir à motte de Dézerseul en Liffré
Légende 1 motte2 basse-cour 13 enceinte4 basse-cour 25 structure de chauffe6 trou de poteau7 ancienne chaussée coupée par la basse-cour8 et 9 fosse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-15.png
Fichier image/, 1,3M
Titre Plan 16 : Basse-cour et motte du manoir de Chalonge au Petit-Fougeray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-16.png
Fichier image/, 665k
Titre Plan 17 : Les bâtiments de la basse-cour du manoir à motte du Coudray en Bain-de-Bretagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-17.png
Fichier image/, 502k
Titre Plan 18 : Un site énigmatique : Champ lion en Saint-Sauveurdes-Landes
Légende 1 affleurement de pierres2 fond de cabane
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11266/img-18.png
Fichier image/, 1,1M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540