Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes

 | 
Michel Brand’Honneur

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 « Les fortifications de terre… ».
  • 2 A. Luchaire, Les premiers Capétiens…, et du même auteur, Louis VII…, t. II et III ; « Les fortific (...)
  • 3 J. Flach, Les origines…, p. 169.

1Peu de recherches s’attachent aujourd’hui à définir le rôle des mottes tant la cause paraît entendue depuis le colloque de Caen de 19801. Et pourtant, une rapide synthèse de la façon dont l’historiographie a intégré ce vestige matériel à l’analyse de la société médiévale montre que son traitement varie en fonction de l’angle d’approche privilégié par les auteurs. Le cadre problématique, dans lequel s’inscrivent leurs recherches, les a amenés, soit à minimiser la place des sites à motte, soit à surestimer leur rôle en les assimilant à des châteaux à part entière. Le degré variable de leur prise en compte peut ainsi offrir une grille de lecture des différentes thèses se succédant, voire s’affrontant. La brève rétrospective que nous proposons n’est exhaustive, ni dans les auteurs abordés, ni dans les thèmes qu’ils ont développés. Il importe avant tout d’examiner la manière dont la question de la méthode a été reliée à celle de l’analyse. Les chercheurs de la fin du xixe siècle ou du début du siècle suivant avaient souvent une vision d’une société médiévale destructurée. Leur perception évolutionniste de l’histoire, comme la développait A. Luchaire2, les poussait à prendre pour exemple les règnes des rois, comme ceux de Louis VII ou de Philippe Auguste car participant à la constitution de l’état Nation. Dans cette sombre conception de la société médiévale des xe et xie siècles, J. Flach considérait chaque levée de terre comme autant de poches de résistance propres à défier le pouvoir royal où « tel brigand pouvait être comte demain grâce au château3 ». Cette analyse ne mobilise pas en soi l’approche archéologique, sites à motte, châteaux, ou autres vestiges ayant des aspects apparemment fortifiés, étant mal dissociés.

  • 4 R. Aubenas, « Les châteaux… », p. 548-586 et plus particulièrement 580-582.

2À cette vision bien pessimiste du Moyen Âge central, s’est substituée une approche légaliste et juridique de la société médiévale. L’an mil est analysé alors comme une période temporaire de dislocation du pouvoir d’où renaîtrait, au xiiie siècle, une royauté bien structurée. L’étude du phénomène castral, menée, entre autres, par R. Aubenas en 19384, privilégiait l’exploration des sources écrites. Ainsi, les châteaux, considérés comme relativement peu nombreux, auraient servi au maintien de l’ordre et à l’indépendance de la politique des comtes et des évêques, puis des vassaux. La restauration d’un pouvoir fort apparaîtrait dès le xie siècle et se concrétiserait par l’instauration du droit de fortifier par le prince. Cette grille d’analyse négligeait les vestiges matériels au profit des sources écrites qui sont muettes sur la prolifération des sites à motte. Ces derniers étaient cependant explicitement distingués des places fortes, car les tenants de la thèse légaliste considéraient que d’aussi légères constructions ne pouvaient exercer aucune domination durable sur le territoire.

  • 5 G. Bois, La mutation…
  • 6 M. de Boüard, « Quelques données archéologiques… », Les structures…, p. 41-62.
  • 7 « Les fortifications de terre… », p. 72-123.
  • 8 Ibidem, p. 77-78.
  • 9 A. Debord, « Mottes castrales et habitat chevaleresque », Mélange d’Archéologie…, p. 83-89 ; du mê (...)
  • 10 M. Bur, « Vers l’An Mil… », p. 101-108.

3L’école mutationniste perçoit l’an mil comme une période de grands bouleversements se traduisant par la substitution d’une société qualifiée d’« antique », notamment par G. Bois5, à celle dite « féodale ». Cette dernière serait le lieu d’expression des seigneurs châtelains qui se seraient associés à des cavaliers de basse extraction pour mieux contrer le pouvoir princier et dominer militairement le plat pays à l’aide des forteresses. Cette analyse historique, sensible à l’environnement matériel de la société, a mis en exergue, par le biais de l’archéologie, le rôle des mottes. M. de Boüard6 est le premier, en 1969, à tenter une synthèse intégrant au tableau des châteaux mentionnés par les textes les nombreux sites à motte que seule l’archéologie met en évidence. Ainsi, il remettait en cause la thèse légaliste de R. Aubenas pourtant reprise par J. Yver, É. Perroy et G. Duby. Mais le grand tournant de la recherche fut l’exposition de cette polémique devant de nombreux historiens par A. Debord, lors du colloque de Caen de 1980. En qualifiant les mottes de castrales7, ce dernier opposait à R. Aubenas une autre analyse des fortifications faisant des châteaux l’instrument du processus de désintégration du pouvoir comtal. Ainsi, vers la fin du xe siècle et au début du siècle suivant, les châteaux d’origine publique deviendraient des centres de pouvoirs politique et militaire dominant le plat pays. L’interdiction de construire de nouvelles fortifications, sans l’autorisation du prince, en constituerait une preuve sans appel. Mais le mouvement de destructuration du pouvoir public se serait imposé au xie siècle entraînant la multiplication des fortifications privées. Édifiées par des vassaux ou des alleutiers, ils les auraient utilisées pour se tailler des territoires indépendants de toute autorité supérieure. Ces entités sont appelées « seigneuries châtelaines ». En développant sa problématique, A. Debord critique l’approche de R. Aubenas, qualifiée de « statique » car projetant « dans le passé les usages énoncés par les juristes du xiiie siècle » et d’« abstraite » parce que déconnectée de la réalité archéologique8. D’autre part, A. Debord estime que les mottes ne sont pas associées à la chevalerie9. En fait, il laisse le statut de leurs résidants plus ou moins en suspens, ce qui ne l’empêche pas, avec d’autres, de faire de ces édifices « une arme pour une révolution de l’an mil10 ».

  • 11 Les habitats du lac de Paladru… ; M. Colardelle et C. Mazard, « Les mottes castrales… », p. 69-89.
  • 12 D. Barthélemy, La mutation de l’an mil… ; K.-F. Werner, Naissance… Nous ne citons ici que les ouvr (...)
  • 13 D. Barthélemy, op. cit. p. 237-238 et 282 ; K.-F. Werner, op. cit., p. 451.

4M. Colardelle et son équipe, en étudiant avec minutie le territoire du lac de Paladru en Isère11, ont tenté de résoudre le problème des origines des mottes et de leurs habitants en s’inscrivant dans le cadre paradigmatique de l’école de Caen. Pour ce dernier, les mottes forment autant de bases de conquête de nouveaux territoires et d’embryons de seigneuries châtelaines, phénomène révélateur d’une société se hiérarchisant tout en se fragmentant en de multiples lieux de pouvoir. Cependant, la plupart de ces mottes constitueraient des tentatives sans lendemain. Elles furent abandonnées, sauf quelques-unes qui auraient perduré sous la forme de grandes forteresses de pierres. Cette hypothèse, infériorisant socialement le miles, a du moins l’avantage d’être globalisante. Mais sa dimension ouvertement mutationniste ne prend pas en compte les nouvelles thèses avancées par K.-F. Werner ou D. Barthélemy12 qui, chacun à leur façon, contribuent à renouveler la compréhension de la société médiévale. Tous deux pensent que la chevalerie tirait son statut d’un modèle royal : le premier en scandant la notion d’État, tant au niveau de l’empire carolingien que de celui de la seigneurie châtelaine, le second récusant toute révolution de l’an mil. Cependant, bien que mobilisant différemment les matériaux historiques pour leur analyse, ils laissent dans l’ombre l’approche archéologique des sites à motte se contentant de reprendre quelques aspects des hypothèses émises par A. Debord13. Leur perception de ces vestiges matériels reste, même si leur compréhension de la société médiévale a évolué, entrevue par le biais de l’approche mutationnisme.

  • 14 « Les fortifications de terre… », p. 83-88.

5La question des sites à motte et de leur association, voire assimilation, aux châteaux achoppe donc souvent. Elle illustre, mieux que d’autres objets d’investigation, les clivages disciplinaires, les chercheurs maîtrisant différemment culture littéraire (les sources écrites) et culture matérielle (l’archéologie). La problématique retenue lèse souvent une analyse objective de la diffusion des mottes ; il est vrai qu’elle peut également refléter une dimension idéologique. Comment dès lors peut-on interpréter la diversité d’études régionales mettant en scène châteaux et mottes dans le contexte socio-politique des xie et xiie siècles ? A. Debord distingue, à partir des grandes thèses, trois modèles principaux14 :

  • le Mâconnais et la Picardie où la fortification privée n’aurait pas existé ;
  • la Flandre, la Normandie15 et la Champagne où le pouvoir public aurait été assez bien conservé. Les forteresses adultérines, élevées en période de crise du pouvoir central, auraient été rapidement reprises en fiefs. La Bourgogne, le Chartrain, l’Anjou, et, dans une moindre mesure, le Poitou, offrent des cas de figure relativement voisins, à ceci près que les châteaux sont assez fréquemment d’origine privée dès le début du xie siècle. Puis, ils furent rapidement maîtrisés, contrôlés puis légalisés par le prince ;
  • dans la plupart des pays du sud de la Loire, c’est-à-dire en Auvergne, Toulousain, Charente, Provence, et d’une façon originale en Catalogne16, l’autorité publique s’effondrerait au tournant de l’an mil, entraînant la multiplication des châteaux privés.
  • 17 « Les fortifications de terre… », p. 81-91.
  • 18 Ibidem, p. 75, 84 et 90 ; G. Duby, La société…, p. 100-103 et 141-145.
  • 19 « Les fortifications de terre… », p. 77 et 93.

6En guise de synthèse, A. Debord explique cette diversité régionale par deux traits fondamentaux17. Le phénomène castral aurait été maîtrisé là où la puissance publique se serait à peu près maintenue par le biais du ban ou par une forte féodalisation de l’aristocratie. Dans d’autres lieux, « le prince a dû se résoudre à n’être que le premier des principes, quel qu’ait pu être par ailleurs son prestige, il n’a pu empêcher la prolifération des châteaux ». Cependant, le colloque de Caen de 1980, dans sa volonté d’ériger un modèle d’analyse où les châteaux, y compris tous les sites à motte, occupent une place de premier choix, minimise certains pans d’interprétations, parfois discordants, de la société médiévale. Ainsi, selon G. Duby, le réseau castral du Mâconnais serait d’origine publique et constitué dès la fin du xe siècle, ce qui rapproche l’analyse de cet auteur de celle de R. Aubenas. Or, cette région aurait été soumise au fractionnement du pouvoir comtal au profit des puissances châtelaines18, sans pour autant que ce processus n’engendre une multiplication de châteaux. D’autre part, si la tourmente révolutionnaire de l’an mil a été à l’origine de tant de châteaux, comme le suppose la thèse mutationniste, le nombre de sites à motte considérés comme des forteresses à part entière aurait dû se raréfier dans les régions où le pouvoir princier était resté fort. Or, là encore, la réalité paraît plus complexe. En incluant dans sa synthèse tous les sites à motte qualifiés à dessein de « castraux », A. Debord se rapproche de fait de la vision anarchique de la société féodale hérissée de châteaux de J. Flach qu’il qualifie d’ailleurs, non sans paradoxe, de concrète mais romantique19.

  • 20 M. Colardelle et C. Mazard, « Les mottes castrales… », p. 69-89 ; G. Louise, La seigneurie de Bell (...)
  • 21 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 132 et 147.
  • 22 A. Debord, « Remarques à propos… », p. 327-336.
  • 23 É. Lorans, Le Lochois…, p. 108-109 ; M. Parisse, Noblesse…, p. 662.
  • 24 B. Lemesle, La société…

7Depuis 1980, les nouvelles études régionales n’ont pas permis de dégager un réel consensus sur la signification des fortifications dans l’analyse du pouvoir au sein de la société médiévale. Elles tendent parfois à s’enfermer dans des particularismes régionaux, que nous ne récusons pas forcément, mais qui gênent toute tentative de synthèse. Ainsi, il y aurait un parallèle évident entre la construction de forteresses privées, la création de territoires autonomes et l’affaiblissement du pouvoir public dans les Alpes du Nord et la seigneurie de Bellême d’après M. Colardelle, C. Mazard et G. Louise20. Le Bas-Maine se rattache à cette catégorie de territoires et D. Pichot utilise volontiers la notion de « périphérie » pour le caractériser21. Le schéma normand, revu par A. Debord, s’éloignerait des modèles précédents. Selon cet auteur, une première trame de châteaux publics inféodés quadrillerait le duché, puis, à la faveur des crises du pouvoir ducal, apparaîtraient des forteresses privées. Celles-ci auraient fait l’objet d’un compromis avec l’autorité centrale lorsqu’elle se rétablit. À ce moment, le prince accepterait les nouvelles châtellenies en recevant la soumission de leur détenteur si bien que son pouvoir en ressortirait fortifié22. En Lochois et Lorraine, le modèle serait tout autre : l’emprise comtale resterait très forte. Pour É. Lorans, il n’y a même pas de révolution castrale23. B. Lemesle reprend, pour le Haut-Maine, la thèse défendue par D. Barthélemy24.

  • 25 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 328 et 383.
  • 26 J. Quaghebeur, Comté de Poher…, p. 538-641.
  • 27 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 310-364 ; A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 119-123 (...)

8La compréhension du phénomène castral a fait l’objet d’interprétations diverses en Bretagne. En zone de marche avec l’Anjou, J.-C. Meuret25 estime que les premiers seigneurs châtelains bretons sont issus de l’entourage comtal et que, dans la durée d’une génération, ces derniers construisirent des forteresses de leur propre chef avant de retourner rapidement sous l’emprise de l’autorité comtale. Par contre, le processus de multiplication des mottes, assimilées paradoxalement à des châteaux, ne serait pas le signe d’une anarchie féodale. Les modèles varient du tout au tout lorsque l’on compare les travaux de N.-Y. Tonnerre et de J. Quaghebeur. Pour ce dernier auteur, les châteaux sont le fait uniquement des comtes ou vicomtes en Cornouaille : la puissance publique reste très présente et contrôle les forteresses26. En revanche, selon N.-Y. Tonnerre, le Vannetais et le Nantais, ainsi que l’ensemble de la Bretagne, pris dans un mouvement révolutionnaire au xie siècle, verraient leurs forteresses se multiplier au mépris de tout pouvoir comtal27. De telles études, si antagonistes, laissent perplexes, surtout lorsqu’elles portent sur les mêmes territoires.

Carte 1 : Le comté de Rennes vers 1100

Carte 1 : Le comté de Rennes vers 1100

9Ces diverses approches mettent en évidence les difficultés à remettre en cause le cadre d’explication de la diffusion des mottes exposé lors du colloque de Caen, pourtant devenu moins pertinent dans la vision renouvelée de la société médiévale. Alors qu’il se voulait fondateur, il a plutôt contribué à opacifier l’analyse des sites à motte et les rapports de ces derniers avec les places fortes. Notre problématique de recherche est précisément de revenir sur le lien entre ce type d’édifice et la notion castrale ainsi que leurs places respectives dans l’ordre socio-politique et religieux du Moyen Âge, ce qui nécessite une clarification du débat conceptuel. Il semble en effet que les terminologies de motte, château, souvent associées dans l’unique expression de « motte castrale », ont été, en elles-mêmes, porteuses d’ambiguïté. Ainsi, la motte ne sert à nommer qu’un tertre de terre entouré d’un fossé alors que le château désigne à la fois un habitat et une fonction. Cette différenciation dans le traitement de ces édifices et la terminologie utilisée provient de l’inégale mobilisation des matériaux : tantôt la dimension archéologique l’emporterait, tantôt les sources écrites seraient mises en valeur. La confusion entre ces deux vestiges tient, pour partie, à la reprise de modèles architecturaux. Ainsi les mottes ont-elles d’abord servi d’assises aux tours fortifiées des châteaux majeurs ; mais beaucoup de sites à motte, dont il ne reste plus qu’une modeste butte de terre, ont-ils tous eu cette fonction ? La similitude de certaines formes doit être interprétée avec beaucoup de précaution. A-t-on diffusion en cascade d’un modèle social, militaire et symbolique ? L’association du terme castral à celui de motte l’induit fortement. Nous nous sommes, au contraire, efforcés de dissocier, dans un premier temps, les dimensions morphologique et fonctionnelle des sites à motte, mais pour mieux les relier ensuite. Ces remarques ne valent pas uniquement pour le mot motte, mais également pour ceux de château et manoir, ces derniers édifices, mais aussi notions, étant étroitement associés. Le problème est d’autant plus délicat à résoudre que les textes sont très inégaux dans la façon dont ils évoquent ces différents vestiges. Mais cette distinction dans leur traitement n’est-elle pas en soi porteuse de sens ? C’est au fond cette intuition qui nous a guidés dans l’élaboration de cette recherche. Elle a amené à rompre avec un certain flou terminologique et conceptuel et à proposer l’appellation de « manoir à motte » pour désigner la plupart des sites à motte.

  • 28 M. Frédéric, « Le livre des Ostz (1294). Un éclairage sur les rapports du duc avec la noblesse bre (...)
  • 29 Cf. p. 211-215.
  • 30 Cf. p. 105-108 et p. 118, 119.
  • 31 H. Guillotel, « De la vicomté de Rennes… », p. 15-22.
  • 32 Communication au Congrès de la SHAB d’Ancenis les 3,4 et 5 septembre 1998.
  • 33 Cf. p. 213, 214.

10Notre recherche comparative des manoirs à motte et des châteaux prend appui sur le comté de Rennes (cf. carte 1, p. 13). Ce territoire, pour la période concernée, est difficile à saisir car ses frontières ont évolué dans le temps. Pour déterminer les limites du Rennais, les ouvrages d’histoire se basent généralement sur le livre des Ostz de 129428 divisant la Bretagne en 7 baillies. Or, la période intéressant notre propos porte sur les xie et xiie siècles, plus précisément même sur les années allant de 1050 à 1150 environ, époque de la grande diffusion des mottes. En ce temps, le comté de Rennes n’avait pas des frontières similaires à celles de la baillie du même nom, son héritière de plus de deux siècles. Pour définir cette entité des années 1100, partons d’une époque où le comté et l’évêché ne faisaient qu’un, c’est-à-dire avant 1050 environ29. La limite orientale du Rennais n’a pas bougé à ceci près que le territoire compris entre Sélune, Tronçon et Couesnon lui fut soustrait dès le début du xie siècle au profit de la Normandie et de l’Avranchin. De Sougéal, la frontière obliquait vers le sud-ouest pour se diriger vers Hédé, laissant plus au nord le pagus d’Alet avec l’agglomération de Combourg et celui de Dol. Ces deux derniers centres sont intégrés dans la baillie de Rennes en 1294. Cette annexion territoriale est liée à l’opposition entre Eudes et son neveu Conan II, dès 1047. L’action du premier conduira à la création du Penthièvre, dont l’influence s’étendra jusqu’à Tinténiac et Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine tandis que le comte de Rennes exercera une mainmise sur Dol et Combourg pendant la seconde moitié du xie siècle30. À partir de Hédé, la frontière du Rennais reprend celle de l’évêché se confondant, au sud de la capitale, avec la Vilaine. Cette dernière limite présente des différences notables avec celle de la baillie de 1294 intégrant Lohéac et la vicomté du Porhoët dont le centre était Josselin. Tout ce territoire appartient à l’évêché d’Alet et aucun indice ne laisse à penser qu’il dépendait du ressort du Rennais avant 1148, année du décès de Conan III. Les régions de Lohéac et du Porhoët ont peut-être été intégrées au Rennais après la succession du vicomte Eudes II, l’époux de l’héritière du duché, Constance31. Au regard de cette annexion tardive, nous n’avons pas intégré ce dernier secteur dans notre étude. Les territoires des évêchés de Rennes et Nantes sont complexes à définir puisqu’ils étaient séparés, si l’on suit H. Guillotel32, par celui de la Mée. Après d’incessantes luttes entre les comtes de Nantes et de Rennes, la partie septentrionale de cette entité (de Châteaubriant au Semnon) tomba sous l’autorité de ces derniers vers 105033.

11Le comté de Rennes, pendant la seconde moitié du xie siècle jusque dans les années 1150, s’étend donc sur un territoire allant de la baie du Mont-Saint-Michel à Châteaubriant (116 km) et de la frontière de la Bretagne jusqu’à l’extrémité occidentale des marais de Dol ou au cours de la Vilaine au sud de Rennes (57 km), soit une zone comprenant quelque 248 communes actuelles. L’étude de ce vaste territoire est indispensable pour saisir la politique castrale du comte et comparer le rôle respectif des châteaux et des simples manoirs à motte. Il l’est également si l’on veut croiser les différentes données collectées sur le terrain avec les textes.

  • 34 Ce travail, pour des raisons éditoriales, a été considérablement réduit. Il a été résumé sous la f (...)

12Le choix du comté de Rennes reposait également sur un nombre non négligeable de documents archéologiques. Nous pouvions profiter d’excellents inventaires réalisés pendant la seconde moitié du xixe siècle et au début du siècle suivant, éléments précieux au regard du grand nombre de mottes détruites depuis. Cependant, la compréhension des manoirs à motte nécessite, à chaque fois, une micro-étude originale car les traces laissées par ce type de vestiges sont ténues. Certaines d’entre elles ont fait l’objet de recherches archéologiques plus approfondies, sous la forme de fouilles ou d’analyses environnementales. Seule la multiplication des études de cas permet de fournir des séries numériquement significatives et de donner ainsi un sens à des informations souvent redondantes. Ces dernières ont été réunies sous la forme d’un inventaire ou de tableaux34 et constituent une sorte de publication de sources originales.

  • 35 Les actes sont répartis de la manière suivante : 69 entre 1000 et 1049, 265 entre 1050 et 1099, 20 (...)

13Les écrits, indispensables pour comprendre les enjeux politiques et sociaux, sont aussi relativement bien représentés par 1878 textes répartis du début du xie siècle jusqu’au milieu du xiiie siècle. Ces actes sont inégalement échelonnés. Les premières moitiés du xie et du xiie siècle accusent un fléchissement du nombre de textes comme dans beaucoup de régions35. Mais c’est surtout leur différence de nature qui permet des exploitations variées. Les actes, jusque dans les années 1060, livrent de remarquables renseignements sur la politique du comte et de ses fidèles. La rédaction de notices autour de 1100 permet de connaître assez précisément les détails des donations et de certaines difficultés qui s’ensuivirent. Les enjeux paroissiaux dans lesquels s’inscrivent les chevaliers et les manoirs à motte peuvent être ainsi mis en relief. Durant la seconde moitié du xiie siècle, les textes fournissent, entre autres, d’abondantes listes de témoins portant, pour la plupart d’entre eux, des noms associés à un toponyme servant à établir le lien entre les chevaliers et les mottes. Passé les années 1200, la documentation devient plus stéréotypée mais la diffusion de l’usage de l’écrit permet de glaner diverses informations originales concernant les chevaliers et leur habitat. Par exemple, la terminologie utilisée pour désigner les manoirs à motte commence à apparaître à cette époque. Si une recherche systématique de notre documentation s’arrête en 1250, les aveux du bas Moyen Âge ou de l’époque moderne, les cadastres napoléoniens, ou toutes autres sources concernant les mottes, ont été étudiés attentivement.

14La lecture de ces multiples informations écrites permet d’établir un lien avec les mottes. Nous touchons ici à un point original de notre travail basé sur le croisement des documentations écrite et archéologie. Beaucoup de chercheurs pensent que le rapprochement des deux sources est aléatoire, le contenu des textes ne reflétant pas toujours fidèlement celui du terrain. Leur lecture est effectivement décevante si l’on y recherche la simple mention et la description matérielle des manoirs à motte et des châteaux. Elles livrent cependant d’inestimables informations sur les enjeux comtaux et religieux liés à ces ouvrages ainsi que sur le statut social de leurs possesseurs. Par contrecoup, les raisons de l’édification et le rôle des châteaux et des manoirs à motte s’éclairent souvent, même si ces derniers ne sont pas mentionnés explicitement dans les actes. De telles analyses demandent un va-et-vient constant entre terrain et écrit. Il permet de tisser des liens fructueux entre ces deux types de sources, si dissemblables en apparence. Une telle méthodologie réclame également des retours fréquents sur le terrain, rendant la présence du chercheur sur la zone étudiée quasi indispensable.

15La nécessité d’articuler une connaissance fine du terroir aux textes a orienté notre travail. Le croisement des données est à la base de la mise en évidence d’une impressionnante densité de mottes, environ 233. C’est bien par cet aspect quantifiable et morphologique qu’il faut aborder le débat. Il est à comparer avec le nombre limité de châteaux majeurs du Rennais dont certains éléments, malgré le peu de documents permettant de connaître leur physionomie, peuvent prendre également la forme d’une motte. Ces forteresses se distinguent également des simples manoirs à motte parce qu’elles forment un centre de commandement et de peuplement qu’elles organisent. La troisième partie s’attachera à sonder la consistance de l’autorité comtale. Ce point est fondamental car il conditionne toute la compréhension de la multiplication des mottes. Comme nous le verrons, le comte de Rennes conserve une bonne maîtrise de son réseau castral. Il s’en sert comme élément de sa politique de contrôle du Rennais. Ses châteaux, dont la géographie fluctue jusqu’en 1050 environ, sont en nombre limité. En fait, l’analyse des rapports de force entre le comte de Rennes, les puissances voisines et les seigneurs châtelains du Rennais ne permet pas, a priori, de rendre compte du grand nombre de mottes. Le statut de la chevalerie forme un des aspects essentiels de notre recherche. Il permet de donner toute sa dimension à la constitution du réseau des mottes auquel les milites sont étroitement liés. Cependant, le rapport entretenu entre le château et la motte reste à préciser. La reprise morphologique de certains aspects des places fortes majeures par les manoirs à motte ne doit pas leurrer le chercheur et est, à bien des égards, partielle. L’analyse des formes de solidarité au sein de la parenté chevaleresque, la prise en compte des rapports de dépendance vassalique et l’étude de la fonction économique de la chevalerie paroissiale sont le reflet complexe d’une différentiation mais aussi d’une imbrication avec les puissances comtale et seigneuriale. Reste à comprendre la raison pour laquelle ces chevaliers ont repris l’aspect le plus original de certains châteaux majeurs, la motte, sans pour autant que le pouvoir comtal en soit affecté. En fait, le rôle essentiel semble joué par l’Église. Il est plus que troublant de constater que la diffusion des mottes est concomitante du vaste mouvement de transfert des biens d’église. Il culmine avec l’apogée des moines noirs et la réforme dite « grégorienne ». Les tensions entre le monde des laïcs et celui des religieux semblent ici prendre une forme inattendue : elles conduisent à une nouvelle définition des pouvoirs territoriaux, tant au niveau du comté et de la seigneurie châtelaine, qu’à celui de la paroisse où s’ancre la motte. La multiplication des mottes serait donc liée à une réaction de la petite chevalerie contrainte de céder à l’Église ses droits sur des sanctuaires qu’elle considérait, souvent légitimement d’ailleurs, comme siens.

Notes

1 « Les fortifications de terre… ».

2 A. Luchaire, Les premiers Capétiens…, et du même auteur, Louis VII…, t. II et III ; « Les fortifications de terre… », p. 72-73 et 77.

3 J. Flach, Les origines…, p. 169.

4 R. Aubenas, « Les châteaux… », p. 548-586 et plus particulièrement 580-582.

5 G. Bois, La mutation…

6 M. de Boüard, « Quelques données archéologiques… », Les structures…, p. 41-62.

7 « Les fortifications de terre… », p. 72-123.

8 Ibidem, p. 77-78.

9 A. Debord, « Mottes castrales et habitat chevaleresque », Mélange d’Archéologie…, p. 83-89 ; du même auteur, « À propos… », p. 91-99 et La société…, p. 134-138.

10 M. Bur, « Vers l’An Mil… », p. 101-108.

11 Les habitats du lac de Paladru… ; M. Colardelle et C. Mazard, « Les mottes castrales… », p. 69-89.

12 D. Barthélemy, La mutation de l’an mil… ; K.-F. Werner, Naissance… Nous ne citons ici que les ouvrages les plus récents.

13 D. Barthélemy, op. cit. p. 237-238 et 282 ; K.-F. Werner, op. cit., p. 451.

14 « Les fortifications de terre… », p. 83-88.

15 Revue récemment sous le même angle d’approche dans F. Neveu, La Normandie…, p. 379-411.

16 A. Debord y ajoute le Berry. Cependant, l’auteur de cette thèse se rallie à l’analyse légaliste du château. G. Devailly, Le Berry…, p. 175-176.

17 « Les fortifications de terre… », p. 81-91.

18 Ibidem, p. 75, 84 et 90 ; G. Duby, La société…, p. 100-103 et 141-145.

19 « Les fortifications de terre… », p. 77 et 93.

20 M. Colardelle et C. Mazard, « Les mottes castrales… », p. 69-89 ; G. Louise, La seigneurie de Bellême…

21 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 132 et 147.

22 A. Debord, « Remarques à propos… », p. 327-336.

23 É. Lorans, Le Lochois…, p. 108-109 ; M. Parisse, Noblesse…, p. 662.

24 B. Lemesle, La société…

25 J.-C. Meuret, Peuplement…, p. 328 et 383.

26 J. Quaghebeur, Comté de Poher…, p. 538-641.

27 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 310-364 ; A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne…, p. 119-123 et 140-198.

28 M. Frédéric, « Le livre des Ostz (1294). Un éclairage sur les rapports du duc avec la noblesse bretonne à la fin du xiiie siècle », Noblesses de Bretagne…, p. 37-88.

29 Cf. p. 211-215.

30 Cf. p. 105-108 et p. 118, 119.

31 H. Guillotel, « De la vicomté de Rennes… », p. 15-22.

32 Communication au Congrès de la SHAB d’Ancenis les 3,4 et 5 septembre 1998.

33 Cf. p. 213, 214.

34 Ce travail, pour des raisons éditoriales, a été considérablement réduit. Il a été résumé sous la forme d’un tableau (Annexe 1) et d’un inventaire (Annexe 2).

35 Les actes sont répartis de la manière suivante : 69 entre 1000 et 1049, 265 entre 1050 et 1099, 205 entre 1100 et 1149, 468 entre 1150 et 1199, 583 entre 1200 et 1249 ; ainsi que des textes dont la datation ne permet pas de les classer dans ce découpage chronologique : 2 vers 1000 ou avant cette date, 46 vers 1050, 72 vers 1100, 45 vers 1150, 122 vers 1200 et 1 vers 1250. La première moitié du xiie siècle n’est pas aussi pauvre en actes que le Haut-Maine. Elle se rapproche beaucoup plus de celle du Bas-Maine. B. Lemesle, La société aristocratique…, p. 14 ; D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 19.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Le comté de Rennes vers 1100
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11265/img-1.png
Fichier image/png, 167k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540