Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'introduction du marxisme en France

 | 
Isabelle Gouarné

Troisième partie. Sciences sociales, marxisme et communisme

Chapitre VI. Rendre compatibles Durkheim et Marx

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La référence conjointe à Durkheim et Marx a longtemps été un des traits distinctifs des sciences humaines et sociales françaises. Le rapprochement entre ces deux pensées était pourtant loin d’aller de soi, ne serait-ce qu’en raison des réticences maintes fois répétées des durkheimiens vis-à-vis du « matérialisme historique ». De fait, à partir des années 1900, la domination de l’école durkheimienne1 s’est traduite en France par la marginalisation d’autres pensées sociologiques, dont celle de Marx et Engels ; et c’est seulement dans la seconde moitié des années 1930 que le rapprochement de Durkheim et Marx, impensable au début du XXe siècle, est enfin devenu légitime2.

Le marxisme vu par les durkheimiens (des années 1890 aux années 1920)

On connaît l’intérêt et la sympathie d’Émile Durkheim pour les idées socialistes, auxquelles il consacra son cours à la Faculté des lettres de Bordeaux en 1895-18963. Il en fut tout autrement pour les thèses de Marx et Engels, qui ne furent pas ignorée...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540