Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village éclaté

 | 
Daniel Pichot

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Le village éclaté

1Le village des contrées de l’Ouest existe bien dans toute l’acception du terme et s’inscrit dans le mouvement général que connaît l’Occident à la période féodale. Il réunit une communauté humaine, consciente de son existence et qui s’identifie à un territoire délimité. Ainsi se met en place une trame de l’habitat qui va fixer pour des siècles les formes d’occupation de l’espace dans un « monde plein ». Pour autant, ce village rompt avec la représentation la plus classique pour qui il correspond d’abord à une agglomération des hommes serrés autour de leur clocher ou d’un château. Aujourd’hui encore, les villages manifestent une évidente diversité et la réunion de tous ou quasiment tous les habitants ne concerne finalement qu’une série de régions. Pour ne prendre que la France, le village de l’Ouest ne ressemble pas aux castra perchés du Midi pas plus qu’aux grosses bourgades des plaines du Nord, et cela dès les xie-xiiie siècles.

2Le constat remet-il en cause les hypothèses élaborées ces dernières années sur la naissance ou le développement des villages ? Malgré les apparences, on ne peut conclure à leur rejet. L’Ouest s’inscrit bien dans le processus général d’encellulement et l’on ne peut voir dans ses villages, un échec ou un inachèvement qui correspondraient à une lecture pessimiste et quelque peu dévalorisante de ces contrées, alors qu’aux xie et même xiie siècles, elles affichent un dynamisme que pourraient lui envier bien d’autres régions. En fait, elles adaptent à leur situation propre les éléments généraux pour élaborer une synthèse originale. Il y a bien village même s’il peut-être qualifié d’éclaté.

3Un long processus se dessine sans doute dès le haut Moyen Âge, viie, plus probablement viiie siècle, qui débute par la réunion fondamentale des morts et de l’église. Progressivement, les vivants, rompant avec une attitude multiséculaire, viennent s’agréger à ce noyau où ils trouvent, sinon la paix, du moins une nouvelle identité. Ce mouvement profond est épaulé ou capté plus tard par l’action des puissants et des autorités qui y voient le moyen de mieux contrôler les hommes, que ce soit pour assurer le salut de paroissiens ou mieux appliquer l’autorité du ban sur des dépendants. Que ces faits se soient dessinés très tôt est sans doute possible, mais qu’ils aient connu une accélération à partir du xie siècle paraît évident. C’est alors que se manifeste une originalité profonde. Le mouvement de réunion des hommes, la congregatio hominum, incontestable, se heurte à une série de contraintes si bien que l’élaboration du village médiéval de l’Ouest se trouve être le fruit de forces antithétiques, il se situe donc à un point d’équilibre jamais vraiment stabilisé qui, autant qu’une difficulté, peut aussi constituer une source de vitalité.

4Un noyau de peuplement s’élabore donc assez systématiquement autour principalement du centre ecclésial formé par le sanctuaire et son cimetière dont le rôle apparaît fondamental dans la constitution de l’identité du village mais aussi dans sa réalité physique, puisque le champ des morts est aussi très largement un lieu de vie et même d’habitation. À côté, l’incastellamento intervient sur un registre beaucoup plus discret. Il n’y a pas regroupement des populations dans un cadre fortifié. En fait, ce dernier n’est pas absent. Il se manifeste, et très fortement, autour des châteaux, centres de pouvoir, mais ne concerne alors qu’un nombre limité de sites qui, par contre, vont assumer un rôle dirigeant et favoriser la mise en place d’un réseau structurant de petites villes et plus rarement de villages, il est vrai que la distinction reste floue à cette époque.

5Est-ce à dire pour autant que l’Église l’emporte nettement sur le pouvoir laïque ? Une telle assertion méconnaît trop la réalité médiévale qui distingue peu ou pas du tout les deux domaines, au moins encore au xie siècle, période cruciale pour le village, l’église paroissiale apparaissant le plus souvent comme l’un des constituants de la seigneurie et de son pouvoir. Les autorités disposent néanmoins d’un pouvoir limité. Si l’Église parvient, au fil des réformes, à construire un cadre efficace mais qui doit reconnaître ses limites, la seigneurie ne peut en raison de ses caractères locaux prétendre s’imposer aux hommes par une contrainte trop pesante. La rareté des hommes, leur liberté, le bénéfice de la croissance dissuadent largement les aristocrates de tenter l’expérience, sans doute d’ailleurs n’y ont-ils pas vraiment songé. La réunion s’est visiblement constituée avec l’accord de la population qui trouvait dans le processus un certain nombre d’avantages : force de la communauté et plus grande sécurité, sans parler des retombées possibles venues de la proximité des puissants.

6Le résultat est la constitution d’un noyau autour de l’église et de son cimetière qui jusque-là demeuraient, sauf exception, isolés ou entourés de bien peu d’habitants. Le mouvement reçoit le renfort d’une série de structures créées par les autorités dont l’association est manifeste, lotissement des cimetières mais surtout véritable floraison des prieurés et des bourgs, qui, se greffant sur le pôle religieux, offrent un cadre d’accueil dont beaucoup vont profiter. La faiblesse des moyens d’action mais certainement aussi la conscience des spécificités locales limitent la croissance de ces noyaux dont il ne fut jamais envisagé de faire un havre pour tout le monde.

  • 1 Dans un article de synthèse, Jean-Marie Pesez émet l’hypothèse d’un lien entre habitat dispersé et (...)

7La dispersion était trop ancrée dans les pratiques sociales et sans doute les mentalités pour être totalement remise en cause. La difficulté de maîtriser un espace trop vaste pour des hommes trop rares, les limites de l’emprise seigneuriale laissèrent s’exprimer dès le xie siècle les tendances centrifuges, ou plutôt, multiplièrent les petits centres1. Avec le temps, la hiérarchisation s’établit clairement et les centres paroissiaux se distinguèrent plus clairement des hameaux que, significativement, l’usage de l’Ouest désigne par le terme de « village ». Ce regroupement secondaire doué d’une véritable personnalité et souvent doté d’une partie des éléments du pouvoir paroissial constitue l’une des originalités profondes du système d’habitat et de fonctionnement social. Le peuplement vraiment isolé existe déjà, lui aussi : grosses exploitations ou maisons fortes de petits chevaliers, mais il ne donne pas vraiment le ton.

8L’ensemble trouve progressivement sa cohésion essentiellement dans le système paroissial qui définit le groupe et favorise la délimitation d’un territoire à la fois conquis et approprié, source d’approvisionnement mais aussi référence identitaire pour les hommes qui le peuplent, même si hameaux et écarts composent leur propre finage, la paroisse faisant figure d’assemblage de ces diverses composantes.

9Une telle situation doit être interprétée à la lumière des structures sociales. Le village est bien le fruit d’une forme d’encellulement mais qui s’adapte aux possibilités de la seigneurie, à la dimension de l’espace et aux réalités de la société paysanne. Plutôt que pour un regroupement impossible pour des raisons tant techniques que politiques et sociales, la seigneurie a opté pour un système plus souple de présence et de quadrillage du terrain définissant sans doute des rapports sociaux étroits entre dominants et dominés où les données du pouvoir ne sont pas les seules à envisager.

10Les villageois sont partie prenante dans ce processus d’organisation et, loin de subir, s’y intègrent assez largement, à moins que leur résistance au regroupement ne s’affirme et ne les maintienne dans des écarts où ils peuvent afficher une certaine indépendance. Cela ne justifie pas pour autant la référence à un individualisme plus ou moins exacerbé. Les villages de l’Ouest constituent de véritables communautés humaines où des solidarités diverses peuvent se manifester même si le hameau se présente comme un niveau inférieur de sociabilité. L’individualisme réel mais pas absolu dans le travail de la terre trouve ses limites dans la vie sociale, peut-être s’accentuera-t-il plus tard à la faveur d’une évolution des structures sociales favorisant une certaine désagrégation des liens. Le mouvement d’encellulement est donc bien perceptible mais il n’est pas très poussé ou plutôt prend des formes originales qui s’installent un peu différemment suivant les régions.

Scansion et diversité

11Pour des raisons évidentes, le plan suivi dans ce travail a privilégié l’analyse d’un système et sans renier toute référence chronologique, n’a pas mis en avant les étapes et les éventuels décalages. Cela ne doit pas empêcher une réflexion sur la durée et les étapes éventuelles de construction du village. En fait, il s’agit d’abord d’un phénomène qui s’inscrit dans la longue durée et la continuité ou les ruptures, au moins en l’état de la recherche, ne s’imposent pas, tout au plus, peut-on repérer des moments d’accélération. Si, très généralement, le mouvement se déclenche vers le viiie siècle quand intervient l’association cimetière sanctuaire, on ne peut trancher alors, sauf exception, en faveur de l’apparition d’un réel village. Après, malgré des décalages, on peut considérer que le regroupement autour de pôles prend forme au xie siècle, le contexte de croissance qui multiplie les hommes joue alors un rôle majeur, mais l’accélération la plus nette se place dans la seconde moitié du xie siècle pratiquement partout dans l’Ouest. Se conjuguent alors les effets du perfectionnement de l’encadrement seigneurial et ceux très importants de la réforme grégorienne. Ce n’est pas un hasard si la grande époque de fondation des bourgs coïncide avec celle des prieurés et même la grande vague de restitution des églises. Le fait est avéré pour l’Anjou et le Maine, un peu moins pour la Bretagne, encore que la haute-Bretagne affiche une nette tendance à suivre le mouvement.

12Le xiie siècle présente moins d’unité. La Bretagne continue alors la fondation des bourgs alors que le Maine connaît une première moitié du siècle difficile qui paralyse, en partie, les efforts. De façon générale, s’assoient et se renforcent les œuvres multiples et un peu éclatées du siècle précédent. Bourgs et prieurés se fondent plutôt moins, sauf dans les régions qui n’avaient guère connu le mouvement mais ce sont essentiellement les régions neuves qui logiquement connaissent ce que celles d’ancien peuplement avaient pratiqué en premier. C’est ainsi que fleurissent de nouvelles paroisses et que les grandes zones boisées sont vraiment pénétrées. La dispersion reçoit alors, sans doute, le renfort de la petite aristocratie chevaleresque qui vient s’établir dans des mottes et maisons fortes, de préférence sur des écarts. Certains quittent le château où ils servaient, d’autres abandonnent la proximité de l’église paroissiale qu’ils contrôlent moins bien. Cependant, l’apport le plus net du xiie siècle réside dans la stabilisation des créations précédentes, leur hiérarchisation. L’église paroissiale s’affirme face aux chapelles secondaires, les pôles dominants se dégagent mieux, favorisant ainsi la cohérence de l’ensemble paroissial qui s’affirme comme le cadre majeur de référence.

13Le xiiie, d’une part confirme tout cela et l’organisation prend nettement le pas, la législation épiscopale en ce sens le démontre amplement. La hiérarchisation des villages se développe notoirement, chacun se trouve inclus dans un système pyramidal qui manifeste que l’on n’est plus seulement au stade du maillage mais déjà d’un véritable réseau commandé par les sites majeurs où dominent les châteaux et les institutions ecclésiastiques associés. Dans les régions pionnières, comme les marges mancelles et certaines contrées bretonnes, le mouvement de mise en valeur et de développement de l’habitat continue, formant parfois une seconde vague qui peut se prolonger au delà de 1250.

  • 2 Idem, p. 32.

14On l’a remarqué, si le processus est globalement le même, il peut suivre des étapes différentes mais peut, aussi se traduire par des applications qui, tout en reposant sur les mêmes principes, aboutissent à des réalisations sensiblement différentes. Le choix d’une vaste région, outre les ressources documentaires, offrait la possibilité de repérer ces variations qui, si elles compliquent un peu l’étude, rendent aussi de grands services. Cela évite de généraliser trop rapidement à partir d’un point de vue trop localisé et les variantes locales peuvent éventuellement nous éclairer sur certains éléments du processus. Les grandes lignes du schéma résumé dans les paragraphes précédents s’appliquent surtout dans les régions de l’Ouest intérieur : Maine, Anjou et haute-Bretagne mais des irrégularités peuvent s’y produire et l’habitat éventuellement y être complètement atomisé ou totalement groupé. La situation des marges fait émerger des différences utiles à notre compréhension. Vers la Loire et surtout au sud, les éléments les plus caractéristiques s’affaiblissent et les villages groupés sont plus nombreux, une transition s’opère vers un autre monde. Le statut des hommes et de la seigneurie n’est pas tout à fait le même et l’espace surtout, non plus, les plaines du Poitou n’ont rien d’armoricain et un autre modèle s’esquisse. A l’opposé, la Bretagne occidentale exagère la dispersion, souvenir de l’influence celtique ? J. M. Pesez remarque que la dispersion bretonne se distingue fort de celle d’Irlande mais l’hypothèse ne peut être rejetée sans approfondissement2. En tout cas le système n’opère pas tout à fait comme ailleurs et la tentative d’encellulement paraît moins marquée, l’encadrement monastique s’y montrant assez faible. Ainsi se développe un peu une contre-démonstration.

L’originalité de l’Ouest

  • 3 Toubert P. fait des castra un phénomène radical de changement, Les structures du Latium médiéval, (...)
  • 4 Bonnassie P., Les « sagreres » catalanes…, op. cit ; Catafau A., Genèse des villages en Roussillon (...)

15L’enquête partait de l’idée que l’Ouest devait posséder une personnalité en général assez méconnue. Le village en tant qu’habitat éclaté mais communauté humaine organisée et cohérente y prend des aspects profondément originaux qui tranchent avec la vision classique du village groupé. Sans échapper aux traits de l’évolution générale, la région compose une partition originale qui n’est en rien archaïsme ou échec. La différence avec l’incastellamento des régions méditerranéennes saute aux yeux mais certains traits ne sont pas totalement absents, d’autant plus que ce dernier connaît des modalités assez diverses, le modèle du Latium n’étant pas le seul3. Le caractère défensif, la contrainte fréquente ne se retrouvent guère. Le type des grandes plaines du nord groupant de gros villages où s’établit toute la population est tout autant absent. Par contre, certains traits se rapprochent beaucoup de ceux de régions éloignées, en particulier en ce qui concerne les cimetières. L’habitat à l’intérieur de ceux-ci apparaît certes comme une spécificité mais on retrouve des cimetières fortifiés, par exemple, en Alsace et des analogies surprenantes s’établissent avec les cimetières du sud, sagreres de Catalogne et encore plus ceux du Roussillon où le processus de naissance de l’habitat à partir du cimetière, sans se révéler identique, invite à des comparaisons fructueuses4.

  • 5 On trouvera un aperçu des travaux de Cursente B., « Église et habitat dans les villages gascons : (...)
  • 6 Tricard J., L’habitat dispersé en Limousin aux xive et xve s., op. cit.

16Certaines régions du sud-ouest présenteraient bien des similitudes, l’habitat y est resté en partie dispersé et les regroupements en castelnaux n’est pas sans évoquer les bourgs, mais les structures montrent quand même bien des différences5. La proximité la plus grande se retrouve évidemment dans les régions qui ont adopté clairement l’habitat dispersé comme le Limousin ou certaines régions de la périphérie du Massif Central6. La différence des paysages intervient sans doute dans ces comparaisons, mais si l’open field et l’organisation rigoureuse du finage se met déjà en place, le bocage ne l’est encore que faiblement et il est plutôt la conséquence de la structure de l’habitat que sa cause. L’habitat dispersé affirme donc bien l’originalité des sociétés de l’Ouest et la géographie des variantes évoquée plus haut renforce le constat. Cet aspect ne constitue sans doute que l’une des affirmations, mais pas la moins visible des caractères propres de l’Ouest.

17En ce qui concerne le village, cette synthèse n’est que le bilan provisoire de recherches à poursuivre. Sur un aussi vaste territoire, il est indispensable de préciser le travail d’inventaire, les hypothèses émises exigeant, pour être confortées ou controuvées, des études plus nombreuses qui feraient émerger peut-être plus de types différents ou des variantes intéressantes mais surtout permettraient de vérifier les premières conclusions et de susciter de nouvelles pistes. Les choix indispensables n’ont pas permis, pour l’instant, certains approfondissements. Il semble qu’en l’état actuel des travaux, on puisse attendre, sans doute, beaucoup de l’archéologie, les derniers chantiers ayant passablement fait progresser nos connaissances mais il serait à souhaiter, ce qui semble évidemment difficile, qu’un vrai centre villageois puisse être ainsi approché. Sur un autre plan, le matériel découvert ainsi que les études liées à l’archéologie agraire devraient pouvoir faire avancer l’enquête sur la vie et les activités des habitants, voire certaines pratiques sociales.

18L’exploitation des textes peut aussi apporter beaucoup, ils n’ont été que faiblement interrogés sur la réalité villageoise et le monde paysan, des milliers de chartes attendent d’être mises en œuvre. Cela supposerait aussi une exploration plus poussée de certains domaines, en particulier celui de la seigneurie que nous connaissons mal. Une évaluation, même grossière du prélèvement seigneurial constituerait sans aucun doute un point fondamental dans l’approche du monde villageois.

19Ce livre avait pour but la mise au net du bilan de recherches en cours. Il reste à poursuivre et approfondir car s’ouvre une piste riche pour la compréhension profonde de la société d’époque féodale. Le village, fondamentalement, se présente comme l’assise du système seigneurial et paroissial la cellule majeure dans laquelle s’organise l’immense majorité de la société de ce temps. Le pouvoir des puissants s’y assoit par l’encadrement de ces hommes qui façonnèrent discrètement le visage d’un espace dont nous avons largement hérité et que nous n’avons pas totalement perdu.

Notes

1 Dans un article de synthèse, Jean-Marie Pesez émet l’hypothèse d’un lien entre habitat dispersé et le maintien d’une situation politique plus calme. A priori, il est difficile de retenir cette dernière et lui-même estime que la Bretagne s’inscrit mal dans un tel schéma, Pesez J.-M., « L’habitat dispersé : un problème historique pour l’archéologue », dans, Cursente B., L’habitat dispersé…, op. cit., p. 17-38.

2 Idem, p. 32.

3 Toubert P. fait des castra un phénomène radical de changement, Les structures du Latium médiéval, op. cit., et Delumeau Jean-Pierre constate le maintien d’un habitat dispersé, en dépit des castra, en Toscane, Arezzo espace et société (715-1230), École Française de Rome, 1996, p. 178-179. Dans le Languedoc, le phénomène de regroupement existe nettement mais n’empêche pas le maintien d’un peuplement dispersé, Bourin M., Villages médiévaux en bas-Languedoc, Paris, 1987.

4 Bonnassie P., Les « sagreres » catalanes…, op. cit ; Catafau A., Genèse des villages en Roussillon, op. cit.

5 On trouvera un aperçu des travaux de Cursente B., « Église et habitat dans les villages gascons : quelques aspects topographiques (xie-xive s.) », dans Fixot M. et Zadora-Rio E., L’environnement des églises…, op. cit., p. 122-130 ; « Quelques réflexions sur les villages “ronds” de la Gascogne » dans, Fabre G. et alii, Morphogenèse du village médiéval, op. cit.

6 Tricard J., L’habitat dispersé en Limousin aux xive et xve s., op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540