Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village éclaté

 | 
Daniel Pichot

Chapitre 4. Le village et les « villages »

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La dispersion de l’habitat régnait avant l’an mil et la période féodale ne la supprime pas. L’Ouest demeure alors fortement marqué par cette forme démultipliée d’habitat qui combine en fait une semi dispersion en hameaux plus ou moins importants que l’on désigne par « villages » et une réelle atomisation en sites isolés. Le bourg-centre ne rassemblant qu’une partie limitée de la population, la dispersion peut non seulement subsister mais encore prospérer. En effet, il ne semble pas que l’effort d’encellulement enraye une forte tendance quand on observe les campagnes à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne. On ne peut donc interpréter cet aspect fondamental du peuplement comme un fait secondaire ou une survivance plus ou moins archaïque.

  • 1 Pichot D., « L’habitat dispersé dans l’Ouest de la France, xe-xiiie siècle », op cit.

2Il est vrai que la dilution des hommes dans l’espace ne facilite pas une recherche qui ne s’y est guère intéressée, sauf à la considérer simplement dans le rapport établi avec le phénomène de regroupement, tendance fréquente et qui risque de fausser les études. C’est donc pour lui-même qu’il faut étudier le phénomène avant d’établir les relations indispensables avec le centre. L’entreprise ne manque pas de difficulté en raison des sources. Faibles et évanescentes, au moins en ce qui concerne les textes, elles abondent dans une toponymie originale mais mal datée. L’archéologie offre des ressources pour certains aspects, les hameaux en particulier, mais dit peu de chose des sites isolés bien difficiles à repérer. La faiblesse des publications sur le sujet s’explique fort bien et contraint d’abord à dresser une typologie qui n’est pas simple inventaire. De sa diversité et de l’ordre qu’elle fait naître peuvent émerger quelques facteurs de compréhension1. À partir de là, il faudrait tenter de suivre le dynamisme de la dispersion et identifier ses rapports avec les phénomènes de groupement pour voir comment s’articulent sur le même espace deux forces apparemment antinomiques, ce qui semble mettre en échec une tentative d’encellulement dévoilée par le développement des centres paroissiaux.

Les regroupements secondaires : « villages » et hameaux

3Une forte proportion de la population dispersée réside dans des hameaux. Si beaucoup ne comptent que quelques maisons, il n’est pas rare d’en rencontrer qui en regroupent des dizaines, certains ne se distinguant finalement pas très bien des centres, laissant alors percer une nette concurrence. C’est par ce groupe que s’entame cette typologie, à la fois en raison de la puissance qui en émane et aussi parce que c’est celui qui est le moins maltraité par les sources.

Les « villages » concurrents du « bourg »

4Dans toute l’étendue de la zone étudiée, et pas seulement en Bretagne où cependant ils abondent, ces « villages » constituent des points forts de la trame du peuplement et leur importance est d’autant plus notable qu’un certain nombre deviennent des paroisses ; en effet, ils correspondent à un stade de l’évolution des nouvelles unités paroissiales. Cet aspect extrême ne concerne qu’une partie du problème mais en situe bien l’enjeu, tout en soulignant aussi le mouvement dans lequel est pris l’objet de notre étude. Par ailleurs, certaines distinctions ne doivent pas nous abuser, un certain flou ayant longtemps caractérisé le Moyen Âge en ce domaine. La rigueur ne s’affirme vraiment qu’au xiiie siècle, très largement en relation avec la mise en ordre par les évêques du système paroissial.

Origines

  • 2 « [...] Nullum ibi erit cimeturium, nec tintinabulum ibi erit per nos, nisi de assensu et voluntat (...)
  • 3 Chédeville A. et Guillotel H., La Bretagne…, op. cit., p. 100-101.
  • 4 Guillotin de Corson, Pouillés…, t.6, p. 401. Tréffendel (Ille-et-Vilaine, cant. Plélan-le-Grand), (...)
  • 5 Cf. fig. 7.

5Ces gros hameaux présentent des origines très diverses quand on peut les percer et expriment les multiples strates de la mise en place du peuplement. Certains remontent à l’époque carolingienne, à des villae ou de modestes sites habités difficilement identifiables. La Bretagne regorge de hameaux en tré nés pendant le haut-Moyen Âge qui survivent ou même souvent se développent. Ceux qui se déploient autour de Plélan et dans la forêt de Paimpont ont une origine ancienne mais connaissent au xie ou xiie siècles un regain de dynamisme. Celui de Trécoët en Plélan se place au cœur d’une clairière en lisière de forêt où pullulent les toponymes en ière/erie et aie/ais, dénotant une intense mise en valeur à l’époque féodale. Cela suffit à le doter d’une chapelle desservie par un chanoine de Paimpont, ce qui suscite la méfiance de l’abbaye de Saint-Melaine détentrice de la paroisse. Un acte du xiie siècle limite son autonomie et tente d’enrayer l’extension de ses fonctions vers un caractère paroissial2. Le cas se retrouve à de multiples reprises mais les hameaux au nom en tré ne devinrent qu’assez rarement des villages de plein droit, soixante-huit communes seulement possèdent un nom formé sur ce préfixe3. Tréffendel ne se voit reconnaître un statut de trève qu’en 1574 mais devait exister bien antérieurement en tant que hameau4. Il en allait de même pour Tréhorenteuc dont les limites communales indiquent une amputation assez tardive sur le territoire de Paimpont5.

  • 6 Brunterc’h J.-P., « Géographie historique et hagiographie… », op. cit., p. 51 ; Angot A., Dictionn (...)
  • 7 Cart. Évron, 2, Angot A., Dictionnaire, art. le Teil. Hambers (Mayenne, cant. Bais).
  • 8 Idem, Cart. Champagne, 90, BNF, fds. lat. 17 125.
  • 9 Angot A., Dictionnaire, art. Montméart, Hillion Y., Le chartrier… Évron, op. cit., vol.1, t.1, p. (...)

6Dans le Maine, comme dans l’Anjou, de gros hameaux accusent aussi un passé carolingien attesté par la toponymie et parfois les textes. Dans son étude sur la vie de saint Mervé, J.-P. Brunterc’h a identifié maints sites anciens qui se sont perpétués dans des hameaux dont celui des Feux-Villaines en Saint-Pierre-la-Cour, domaine donné dès 616 par saint Bertrand et confirmé à l’Église du Mans au ixe siècle. Son nom latin, Fanum Vicinoniae, indique une origine religieuse antique mais l’endroit conserve assez d’importance pour figurer au xviiie siècle sur la carte de Jaillot6. À Hambers où des sarcophages ont été retrouvés près de la chapelle Saint-Pierre située dans le bourg, le gros « village » du Teil est une villa donnée à Évron dès 9897. Le terme lui donne alors une certaine importance mais il ne deviendra pas paroisse. Cependant, au xiie et xiiie siècle, c’est toujours une villa, c’est-à-dire un village, qui a sa chapelle, sans doute un petit bourg, car on y cite deux burgensiae et une petite famille chevaleresque en porte le nom8. Montméart en Courcité, installé auprès des ruines d’un ancien fanum, est une villula aussi détenue par Évron au xe siècle et un prieuré de l’abbaye de Beaulieu du Mans, signalé seulement dans le pouillé du xve siècle, y possédait une chapelle dotée d’une fenêtre nettement romane9.

7Néanmoins, beaucoup de hameaux doivent leur existence à une création d’époque beaucoup plus tardive et s’identifient au groupe des paroisses fondées à la période féodale, la différence venant de leur échec relatif, puisqu’ils ne purent accéder à un niveau supérieur. Les exemples relativement bien éclairés par les textes ne manquent pas et bien des prieurés sont concernés. En 1138, un miles, Samson de Passavant organise une fondation à Courchamps pour Saint-Aubin :

  • 10 « Dedi [...] triginta sextarias terre apud locum qui dicitur Curtus Campus et duo jota prati super (...)

« J’ai donné […] trente setiers de terre au lieu-dit Courchamps, deux ‘jota’de pré sur le ruisseau du ‘Toer’, un endroit convenable pour y construire une église et faire un cimetière aussi bien pour y ensevelir les corps des défunts que pour y recevoir tous les hommes qui voudront y habiter et pour y édifier la maison des moines autour de l’église avec ses clôtures […] »10.

  • 11 Ibidem, 140 ; Port C., Dictionnaire, art. Brossay, Cizay, La Madeleine.

8Ce prieuré accompagné d’un cimetière habité s’établissait sur la paroisse du Coudray, il fut effectivement bâti mais végéta car il fut affermé un temps avant de revenir en gestion directe dès la fin du xiie siècle et demeura dépendant de la paroisse initiale avant de devenir commune très tardivement (Fig. 32). Suite à des difficultés avec le chapitre Saint-Maurice, La Madeleine du Brossay, prieuré doté d’un bourg dès 1097, est lui aussi demeuré un gros écart de la commune de Cizay-La-Madeleine11.

Figure 32 - Une fondation appelée à devenir paroisse : Courchamps (Maine-et-Loire)
(D’après le cadastre napoléonien, 1829, arch. dép. 3P4/118-1. Cf. Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église et le terroir, p. 89).

Figure 32 - Une fondation appelée à devenir paroisse : Courchamps (Maine-et-Loire)(D’après le cadastre napoléonien, 1829, arch. dép. 3P4/118-1. Cf. Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église et le terroir, p. 89).

Le prieuré de Saint-Aubin est accompagné d’un vaste cimetière destiné à installer des habitations. Le cadastre laisse penser à un développement modeste, ce que confirme l’érection tardive en paroisse. Paradoxalement, le bourg semble s’être autant accru en dehors de l’enclos.

  • 12 Angot A., Dictionnaire, t.1 et t.4 ; Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 363-373.
  • 13 Cart. Abbayette, 10, 21, Savigny, Arch. nat. Fr., L972/640 ; Pichot D., « L’occupation du sol…», o (...)

9Des bourgs castraux peuvent aussi créer des hameaux et ne pas dépasser ce stade. En La Roë, à Poiltrée ou Peltrée, Hugues de Craon éleva un château (castrum) sur motte et le dota d’une chapelle devenue prieuré de l’abbaye toute proche et accompagnée, si l’on en croit le cadastre, d’un cimetière. Un bourg équipé d’un four et d’un moulin compléta cette fondation suffisamment importante pour que l’on se dispute ses parrochiani. Néanmoins, elle ne devint jamais paroisse et déclina sans doute très tôt12. Le « village » de la Tannière illustre une situation plus complexe. Vers 1128, Guillaume de Gorron, seigneur de Saint-Berthevin, érige son château à motte à l’extrémité nord-ouest de la paroisse, à La Tannière, et décide visiblement d’y créer un habitat, puisqu’il adjoint une chapelle confiée à deux moines du Mont-Saint-Michel, four, étangs et moulins, ainsi qu’un marché destinés à favoriser ce que tout désigne comme un bourg, des plateae étant concédées à des hôtes. Le cadastre napoléonien montre bien, les traces de cette implantation et un « village » disposé de part et d’autre d’un chemin central (Fig. 33)13. Le projet visait sans doute à contrôler la mise en valeur de la grande forêt de Héménard et pour cela à fonder une paroisse. Était-ce un peu tard ? La famille manqua-t-elle d’entregent auprès de l’évêque du Mans ? La fondation demeura telle et n’eut qu’une chapelle dépendante. Cependant, sur les paroisses voisines, s’établirent le Bourg-Tourné, cité en 1184 et le modeste Bourg-Philippe, cité en 1225, érigés par deux seigneurs des environs. Une sorte de nébuleuse se bâtissait ainsi au mépris des limites paroissiales sans doute déjà bien établies sur les ruisseaux. Dans les deux cas, l’échec du bourg castral vint peut-être autant de la qualité des entreprises qui ne font guère intervenir les religieux, que de la réticence de l’autorité épiscopale.

  • 14 Zadora-Rio E., « Archéologie du peuplement… », op. cit., p. 39-44.
  • 15 Cart. Abbayette, 18, fin xiie siècle. St-Denis-de-Gâtines (Mayenne, cant. Ernée).
  • 16 Angot A., Dictionnaire, art. Montenay ; Vautorte (Mayenne, cant. Ernée).
  • 17 Ibidem, art. Vautorte, Naveau J., Carte archéologique de la Gaule, La Mayenne, p. 107, Pichot D., (...)

10À l’inverse, à Blou, le manoir de l’évêque d’Angers, suscite un regroupement humain dont le poids contrebalance le noyau paroissial. Cité à partir du xie siècle, le domaine a chapelle et marché, et deviendra même un château à la fin du Moyen Âge, au point qu’un texte du xvie siècle parle de Blou près Ramefort. De façon significative, la disparition du pouvoir épiscopal a entraîné la disparition de ce qui fut pourtant un quasi centre villageois14. Sans doute y eut-il aussi des développements plus ou moins spontanés. On voit dans le cartulaire de l’Abbayette poindre un petit regroupement de paysans défricheurs dans un canton très excentré de Saint-Denis-de-Gâtines au nom révélateur de la Censie qui demandent un desservant pour leur chapelle, mais jusqu’à quel point ont-ils l’initiative quand on découvre au même endroit une motte dont on ne sait rien par ailleurs15 ? Par contre, on suit bien l’apparition de la paroisse de Vautorte qui, partie d’un petit noyau de peuplement sans institution particulière pour le favoriser, va, par étapes, obtenir la séparation de la paroisse mère de Montenay, vieux bourg canonial carolingien16. Le lieu a connu une occupation romaine mais il est longtemps oublié et ne réapparaît que comme séjour de lépreux à la fin du xiie siècle. Il connaît cependant une certaine occupation car des chevaliers portent alors ce nom et l’endroit est soumis à des dîmes17. Progressivement, le hameau qui grossit franchit les degrés de l’indépendance. En 1210, une chapelle est citée, puis quelque temps plus tard un chapelain et c’est alors, en 1217, que l’évêque décide la bénédiction d’un cimetière. Par la suite, en 1225, l’évolution est entérinée, le « village » devient paroisse de plein droit.

Figure 33 - Une tentative arvortée : la Tannière
(St Berthevin-la-Tannière, Mayenne).

Figure 33 - Une tentative arvortée : la Tannière(St Berthevin-la-Tannière, Mayenne).

Interprétation à partir d’un montage de trois feuilles de cadastre, arch. dép. Mayenne, 3P, St-Berthevin-la-Tannière, Montaudin, St-Mars-la-Futaie.

Atouts et faiblesses

  • 18 Origné (Mayenne, cant. Château-Gontier).

11Certains de ces hameaux étaient bien destinés à devenir des centres paroissiaux, d’autres ont pu profiter de circonstances favorables mais beaucoup resteront au stade du gros écart. Tous ont en commun de posséder les éléments indispensables : lieu de culte, cimetière souvent, motte, prieuré, bourg. La différence réside d’abord dans les aléas de leur développement qui ne leur permettent pas toujours d’atteindre une dimension critique. Courchamps ne rencontre pas le succès escompté, pas plus que bien d’autres prieurés comme Origné pour Marmoutier qui ne deviendra paroisse et commune qu’au xixe siècle18. Il ne faut cependant pas se cantonner à une analyse d’échec. Si pour certains, le fait est patent, pour d’autres, leur niveau de développement, sans être considéré comme un succès, atteste d’une influence notable. De toute façon, un raisonnement trop systématique induit en erreur. Si une volonté d’aboutir à un statut paroissial préside à la fondation de certaines, toute chapelle ne s’inscrivait pas obligatoirement dans un tel projet.

  • 19 Guigon Ph., Les sépultures du haut Moyen Âge…, op. cit.

12Un constat semble s’imposer qui mériterait une enquête approfondie mais difficile : la faiblesse qui frappe ces agglomérations, au moins pour les plus anciennes, coïncide avec le fait que peu se sont regroupées sur un cimetière. Le cas existe mais l’examen de l’inventaire des nécropoles met en évidence une certaine rareté dans les relations avec des sépultures du haut Moyen Âge. Quelques cas se repèrent dans la liste établie pour la Bretagne, deux « villages » de Couéron en Loire-Atlantique, ou le « village » de Saint-André à Mazan dans le Morbihan19. Ces hameaux, ne participent donc guère au rassemblement des hommes autour d’un enclos paroissial et cette absence d’attraction majeure a pu les brider dans leur croissance. Bien sûr, pour ceux qui, de fondation récente, sont dotés d’un cimetière, la situation est parfaitement comparable à celle des centres paroissiaux fondés dans des conditions identiques, ce sont d’autres facteurs qui ont fait la différence.

  • 20 Angot A., « Montaigu », BCHAM, t.20, 1904, p. 332-357. Hambers, Ste-Gemme (Mayenne, cant., Bais et (...)
  • 21 Naveau J., Carte archéologique, op. cit.

13On ne peut donc considérer seulement ces agglomérations comme des noyaux paroissiaux qui ne seraient pas parvenus à leur maturité. Beaucoup ne visaient sans doute pas à cela et d’autres ont connu une croissance incontestable et un réel succès. Dans la première catégorie entrent beaucoup de hameaux anciens, survivances d’anciennes villae qui ne pouvaient, en raison de leur modestie et de la concurrence de centres voisins, prétendre à une grande importance. Ils constituent cependant un semis assez dense dans des zones de forte implantation humaine et ils jouent un rôle dans les environs d’Évron où ils évoluent dans une réelle autonomie. Leur nombre d’habitants se révèle non négligeable, peut-être plusieurs dizaines, une chapelle, éventuellement un cimetière et une résidence seigneuriale constituent une armature élaborée. Étudiant le peuplement autour du Montaigu, l’abbé Angot cite ainsi les « villages » d’Étiveau, Neuville, Richebourg, Champfleury, Chelé sur les communes actuelles d’Hambers et Sainte-Gemme-le-Robert20. Les noms gallo-romains y côtoient des noms typiquement médiévaux mais ces derniers semblent bien souvent provenir d’une réorganisation ou simplement d’une mutation toponymique car la plupart sont en corrélation avec des vestiges antiques21.

  • 22 Chédeville A., « Un défrichement en Bretagne… », op. cit.
  • 23 Cart. La Roë, 5, Angot A., Dictionnaire, art. Bourg-l’Evêque, Blochet ; Simplé (Mayenne, cant. Cos (...)
  • 24 Guillotel H. et Meuret J.-C., « Chartrel et Carcraon : les enjeux d’une mise en valeur dans la val (...)

14Pour les créations plus récentes, certains succès tiennent à une implantation volontaire en fonction d’un défrichement. Toutes ne visaient sans doute pas aussi loin que la famille de Gorron à la Tannière, mais nombre d’entre elles, souvent organisées en bourgs ruraux, ont connu une certaine prospérité. André Chédeville a étudié celui de la Lande-Huan en forêt de Combourg où un véritable pariage avec Saint-Florent de Saumur aboutit à l’installation d’une chapelle au centre d’un terroir bien circulaire où pouvait s’établir une trentaine de familles22. Les évêques d’Angers ont pratiqué ce genre de fondation, certaines donnant naissance à des paroisses, d’autres pas, comme le Bourg-l’Evêque à Simplé, œuvre du xiie siècle. Non loin de là, le bourg du Blochet à Livré est fondé aussi au xiie siècle par l’abbaye de La Roë avec l’autorisation de Tison de Craon. Il comprend chapelle, cimetière et moulin23. Au même moment, était établi le bourg rural de Carcraon en Domalain. Signalé seulement au xiiie siècle, il était antérieur et le cadastre montre, près d’une chapelle et d’un moulin, les traces d’un lotissement régulier24.

15Les plus importants de ces hameaux pouvaient concurrencer le bourg-centre, d’autant plus qu’au xie siècle, la hiérarchisation demeure mal fixée pour les structures religieuses. Pourtant, les conflits ou les risques de conflit aidant, des limites sont posées à leur indépendance. Leur lieu de culte n’est qu’une chapelle secondaire dont on précise les compétences. Le prieuré du Chillon a son oratoire mais les droits paroissiaux du Louroux demeurent saufs :

  • 25 « [...] salvo jure ecclesie Loratorii omnino, scilicet tercia parte omnium decimarum, et tali quid (...)

« [...] le droit de l’église du Louroux étant absolument sauf c’est-à-dire le tiers de toutes les dîmes et à telle condition que les hommes qui habiteront dans ce nouveau cimetière et sur les terres des moines iront à leur église-mère les jours de fête et rendront tout ce qui est dû : les oblations, visites, les droits de baptême, de funérailles, de sépulture, étant exceptés les hommes qui vivent du pain des moines, le droit du prêtre du Louroux étant cependant sauf »25.

16Si l’abbaye avait eu le patronage de l’église du Louroux, la partition aurait sans doute eu lieu.

  • 26 Cart. St-Melaine, 293. Lors de la fondation de Jugon, une chapelle est entourée d’un « [...] cemit (...)
  • 27 Acte publié dans, Guillotel H., « Du rôle des cimetières en Bretagne…», op. cit., p. 24-25. On ret (...)

17L’enjeu du cimetière, si déterminant pour la délimitation de la paroisse, fait l’objet de précautions et d’affrontements. Souvent, la chapelle n’en est pas pourvue ou s’il y en a un, il est bridé dans son rôle. À Brécé, près de Rennes, Saint-Melaine impose en 1216, la sépulture des défunts au cimetière paroissial de Noyal, le desservant n’a droit qu’à une concession peu coûteuse, il pourra inhumer les enfants, les pauvres et les étrangers, ceux pour qui les droits de sepultura n’étaient guère intéressants26. On comprend donc mieux l’enjeu caché derrière certaines bénédictions de cimetières un peu hâtives ou aventurées. Le desservant de La Chapelle-Saint-Aubert, en réussissant à faire bénir un cimetière, obtenait une véritable érection en paroisse, ce qui déclencha l’ire de Marmoutier, maîtresse de l’église mère de Saint-Sauveur-des-Landes. L’évêque de Rennes dut reculer. En fait la célèbre formule « ad refugium tantum vivorum non ad sepulturam mortuorum », (pour le refuge des vivants et non pour la sépulture des morts) soumettait l’usage du cimetière à l’autorisation des moines mais maintenait bien son existence27. De tels cas illustrent les rapports qui pouvaient exister entre des centres paroissiaux peu développés et certaines dépendances. Cette situation trouve en Bretagne une solution originale.

En Bretagne, trèves et hameaux

18La Bretagne, surtout sa partie occidentale, présente un certain nombre de traits qui la distinguent certes, mais qui souvent accentuent seulement les données générales. Les plou ne semblent guère avoir favorisé le regroupement et l’on voit bien se constituer des bourgs-centres sur le modèle classique mais souvent faibles alors que la population se répartit volontiers dans de gros hameaux dotés de chapelles et cimetières que les textes dénomment villae.

  • 28 Il s’agit de la transcription latine de tref qui désigne alors un quartier d’une paroisse. Tanguy (...)
  • 29 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale…, op. cit., p. 264 ; Tonnerre N.-Y., Naissanc (...)

19Un phénomène particulier modifie cependant la question : les trèves. Une évidente réticence à la division maintient les énormes paroisses primitives mais donne un statut intermédiaire à des agglomérations secondaires qui, ailleurs, auraient souvent été admises au rang de paroisses de plein droit. Si certaines plou se divisent cependant, telles Tinteniac et bien d’autres, beaucoup demeurent, et d’importantes dépendances restent intégrées dans les vastes ensembles initiaux. Nous sommes fort mal renseignés sur le statut de ces trèves qui n’est connu que plus tard mais le fait existe déjà. Elles représentent une réalité ancienne dans la mesure où elles peuvent assurer une continuité avec les lieux au nom en tré mais elles peuvent correspondre à des fondations nouvelles ou manifester l’identité propre de certains secteurs paroissiaux en particulier ceux que les textes qualifient de tribus28. À la fin du Moyen Âge, elles possèdent lieu de culte et cimetière, un desservant, mais paient certaines redevances à la paroisse-mère et les habitants doivent fréquenter l’église du centre à certaines occasions. Pour le reste, bien des trèves se comportent comme de véritables paroisses à qui il manque seulement une certaine marge de manœuvre29.

  • 30 Chédeville A., « Naissance et développement du réseau paroissial…», op. cit., p. 46 ; Tonnerre N.- (...)
  • 31 Ibidem, p. 438. Noyal-Pontivy, Serent (Morbihan, cant. Pontivy et Malestroit).

20Ainsi décrit, le phénomène se retrouve dans tout l’Ouest, des succursales ou fillettes se signalent ici et là mais de façon exceptionnelle. Dans la Bretagne occidentale, le fait est systématique. À la fin de l’Ancien Régime, le diocèse de Quimper ne compte pas moins de 90 trèves pour 176 paroisses, pour celui de Vannes les chiffres sont respectivement de 57 pour 17130. Dans le doyenné de Porhoët, la période féodale a vu l’apparition de 18 paroisses nouvelles mais de 16 trèves et certaines vieilles paroisses sont littéralement ceinturées de trèves, Noyal-Pontivy en compte quatre, tout comme Serent31.

21La commune de Trimer, ex-trève de Tinténiac, présente un cas représentatif. Vers 1040, ce n’est qu’une terra, son nom révélant quant même un début de peuplement ancien. En 1202, une capella pourvue de dîmes et oblations dessert l’endroit et un règlement de l’évêque de Saint-Malo éclaire le statut de cette dépendance vers 1220-1233.

  • 32 Cart. St-Georges, 25 et app.11, 38. Trimer (Ille-et-Vilaine, cant. Tinténiac).

« Les paroissiens de Trimer viendront à l’église de Tinténiac et il reconnaîtront son droit paroissial en tant qu’église-mère, excepté pour la dîme du blé et du vin que l’abbesse de Saint-Georges percevra comme elle a coutume de le faire depuis longtemps »32.

  • 33 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5569. Les mentions se réduisent à peu de chose. Lors de la fondatio (...)

22Le cadastre de 1834, montre un tout petit centre de type classique autour de son enclos paroissial (Fig. 34). Assez lâche, il compte surtout des exploitations agricoles. Le parcellaire, organisé en fonction de lui, révèle, à l’est et au sud, une nette limite à caractère ovalaire qui détermine le territoire communal à l’est. Sans doute faut-il identifier une clairière initiale qui a vu l’installation d’un hameau et s’est étendue par la suite, la toponymie étant fortement marquée par la mise en valeur avec La Noë, la Buzardière, le Plessis33. Dans de tels cas, sommes-nous encore dans un véritable contexte de dispersion ? On ne peut vraiment parler d’écarts, ces trèves résultent d’une manœuvre à caractère administratif qui traduit une approche des réalités paroissiales sensiblement éloignée des réalités villageoises. À peu de choses près, il s’agit de vrais villages, et plus que les gros hameaux en général qui remettent en question l’unité paroissiale. Cet aspect concurrentiel de noyaux secondaires diminue cependant à mesure que la taille et les atouts se font plus discrets.

Figure 34 - Une trève : Trimer (Ille-et-Vilaine)

Figure 34 - Une trève : Trimer (Ille-et-Vilaine)

(D’après le cadastre de 1834, arch. dép., 3P 5569, Feuille unique)

Les petits hameaux

Des hameaux nombreux mais divers

23Beaucoup plus nombreux, ne regroupant que quelques maisons en général, mais surtout, dénués de lieu de culte, les petits hameaux se présentaient déjà comme un aspect fondamental du peuplement. Des changements ont pu intervenir durant les siècles mais, globalement, la réalité perçue sur les cartes modernes rend assez fidèlement compte de ce qui pouvait exister vers la fin du xiiie siècle.

  • 34 Renard J., Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise, 1976., p. 10.
  • 35 Finistère, cant. Concarneau.
  • 36 Cart. Quimper, cité dans réed. Sée H., Études sur les classes rurales en Bretagne, appendice 2, p. (...)
  • 37 « villam [...] que vocatur Caer guenn in Budoc Capsizun », La Borderie propose cette identificatio (...)

24La carte des « villages » dressée par J. Renard pour la Loire-Atlantique montre un semis très serré, au milieu du xixe siècle, presque sur l’ensemble du département et une telle densité se rencontre souvent en Bretagne comme en dehors34. Ils sont évidemment plus difficiles à identifier au Moyen Âge. En Bretagne, le mot villa les désigne souvent et, si certains peuvent être importants, c’est loin d’être toujours le cas. Le rentier du chapitre de Quimper offre un aperçu pour les deux paroisses de Trégunc et Nevez près de Concarneau35. Les tenanciers se répartissent dans des villae qui correspondent à des hameaux que l’on peut identifier aujourd’hui tel Kaertruc qui se reconnaît dans le « village » de Kerdruc. La liste énumère 23 numéros dont 3 pluriels. Tout laisse à penser que la majorité de cette trentaine de personnes, au moins, se regroupe dans le hameau. Les recensions varient entre 10 et 23 contribuants selon les « villages ». Si l’on considère que ce sont des chefs de feux, les villae prennent une certaine ampleur et elles abriteraient plusieurs dizaines d’habitants36. Il n’est donc pas exclu que certaines soient pourvues d’une chapelle mais sûrement pas toutes et, sans doute pas celle de Kerven, un hameau de Beuzec Capsizun, donnée lors de la fondation de Locmaria de Quimper37.

  • 38 Arch. dép. Mayenne, ms 32, n° 105 à 107.

25Un texte de Savigny donne une description d’un de ces hameaux, malheureusement disparu car introuvable sur les cartes anciennes ou les cadastres. À la fin du xiie siècle ou au début du xiiie, Raoul de Landivy donne cinq masures dans le hameau de Teilleio expressément situé dans la paroisse de Landivy aux confins du Maine, de la Bretagne et de la Normandie. Visiblement, elles sont groupées, formant une agglomération de plusieurs exploitations qui, respectivement, abritent plusieurs personnes liées par le sang, frères et sœurs ou parents et conjoints. Neuf personnes apparaissent, les deux dernières forment peut-être un couple, en tout cas plusieurs hommes sont des chefs de ménage et il n’est pas impossible d’envisager une population de 30 ou 40 âmes. Le hameau pourrait avoir d’autres masures mais les cinq nommées semblent le constituer en entier car les moines veulent libérer les terres en en proposant d’autres aux tenanciers38. Si c’est bien le cas, la question de la relation avec le groupe familial est posée.

Une origine familiale ?

  • 39 Dans le Maine, J. Dufour pense que les petits hameaux sont nés de dédoublement à partir d’un point (...)
  • 40 « [...] mansuris totam terram de la Goulegastière cum pertinentibus et hominibus ibidem manentibus (...)

26Dans tout l’Ouest, ces hameaux naissent par démultiplication à partir d’un centre initial qui a fait penser à une origine familiale. La désignation des lieux souvent basée sur un nom d’homme, de lignée, la présence fréquente de gens de la même famille dans certains hameaux soutiennent cette hypothèse dans une certaine mesure39. Les villae du chapitre de Quimper abritent quelques personnes portant le même nom et la Goulegatière héberge à Fougerolles les frères Goulegate : Raoul, Etienne et Richard, tout le monde ne devant pas vivre sous le même toit40.

  • 41 « Place names do not keep their meanings for ever and places can be named from people without impl (...)
  • 42 Le Mené M., « La forêt du Lattay au Moyen Âge », MA, t.76, 1970, p. 27-60.
  • 43 « Esamplas namque quasdam quam in Lateio homines sanctimonialium in earum dominicatura fecerant. i (...)

27Les exploitations importantes nécessitaient suffisamment de bras pour exiger la présence de plusieurs couples qui, progressivement, ont multiplié les habitats. Un tel processus a certainement trouvé des applications fréquentes mais on ne peut réduire tous les hameaux secondaires à des origines familiales, ce qu’affirme avec netteté S. Reynolds41. Un exemple angevin suggère une naissance basée éventuellement sur ces réalités mais dans le cadre d’une évolution complexe. À Saint-Lambert-du-Lattay, l’abbaye du Ronceray a installé dans des clairières anciennes des familles paysannes sur de vastes exploitations largement consacrées à l’élevage. Elles ont donné naissance à des « villages » qui, au xve siècle, conservent le souvenir des borderies originelles, au moins par une certaine responsabilité collective face aux taxes42. Au départ, quelques familles réunies dans le hameau initial exploitaient ces terres neuves en indivision donnant un caractère de cohésion renforcé à ces « villages » appelés, le Plessis, les Grandes Tailles. Il s’agit du résultat d’un véritable lotissement plus que d’entreprises familiales. Pareillement, les quelques maisons qui se greffent sur un point d’ancrage, par exemple une motte, ne relèvent pas d’un regroupement familial mais plutôt de l’exploitation de la réserve ou de l’exercice du pouvoir sur quelques dépendants. Dans la forêt du Lattay, toujours, Le Ronceray avait établi des paysans pour le défrichement de sa réserve. Vers 1106, le comte d’Anjou remet en cause la donation faite naguère et confie la terre à un vassal qui s’empresse d’élever une maison forte43. Ainsi voit-on, à la fois, naître un hameau et sa prise de contrôle a posteriori par un chevalier, situation assez analogue à celle de la Censie à Saint-Denis-de-Gâtines. Si chartes et censiers citent bien souvent ces hameaux, il demeure la plupart du temps impossible de constater autre chose que leur existence. Trop rares se présentent les éléments un peu descriptifs comme au Teil.

Organisation et habitats

  • 44 Dufour J., op. cit., p. 93.
  • 45 Conlie (Sathe, canton de), arch. dép. Sarthe, E 315/14, 2mi 127.
  • 46 Gahard (Ille-et-Vilaine, cant. St.-Aubin-d’Aubigné), arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5347.
  • 47 Flatrès P., « La structure rurale du Sud-Finistère d’après les anciens cadastres », Norois, n° 15, (...)

28L’observation des plans-terriers et cadastres ne contredit pas les faibles renseignements issus des textes et montre quantité de hameaux regroupant quelques exploitations sur un mode plus ou moins lâche mais réunies autour d’un espace libre, destiné sans doute aux activités agricoles communes (Fig. 35-36). Dans le haut-Maine, les plans-terriers du xviiie en révèlent beaucoup et de toutes tailles. Les plus petits, réduits à quelques maisons, ne présentent pas de forme particulière mais pour peu que le nombre s’accroisse, le modèle évoqué se retrouve régulièrement44. Celui de Crannes en Conlie, s’organise autour d’un espace occupé par des jardins au xviiie siècle mais qui semble d’usage commun à l’origine et comprend une métairie et huit ou neuf maisons non jointives. Un puits assure les ressources indispensables en eau tandis que des jardins et clos ceinturent l’ensemble45. On retrouve la même disposition à Gahard, en haute- Bretagne, à la Rosière : six maisons disposées de façon très lâche autour d’un vague triangle issu de l’élargissement d’un carrefour de chemins46. L’examen du cadastre du début xixe siècle ne dit pas cependant s’il était tel au Moyen Âge. L’iconographie offre quelques indices. L’auteur du relevé du cours de la Vilaine a dessiné au début du xvie siècle quelques hameaux qui semblent de ce type mais le figuré demeure sommaire et ils ne comptent pas plus de deux ou trois maisons (Fig. 45). En Bretagne, une forme particulière apparaît très fréquemment. Les bâtiments ne s’organisent plus autour d’un espace central mais se développent en rangées éventuellement dédoublées, chacune pouvant comprendre jusqu’à cinq ou six fermes au début du xixe siècle47. En l’état actuel des recherches, il n’est pas possible de savoir si ce type de hameau existait déjà à l’époque féodale. Là aussi, les noms d’origine médiévale laissent supposer leur existence mais ne disent rien quant à leur forme.

Figure 35 - Un hameau dans le Maine : Crannes en Conlie (Sarthe)

Figure 35 - Un hameau dans le Maine : Crannes en Conlie (Sarthe)

(Plan-terrier 1784, arch. dép. Sarthe, E 315/4, cliché arch. dép.)

  • 48 La bibliographie de ces sites se caractérise par une abondance de courts articles : mise au point (...)

29Les cadastres offrent donc une image évidemment approximative de ces petits centres d’habitat mais on peut désormais la préciser grâce à l’activité archéologique qui, essentiellement en Bretagne, en a mis au jour plusieurs sans pouvoir, cependant, toujours répondre à nos interrogations. Depuis les années soixante, les fouilles ont révélé les « villages » de Pen-er-Malo en Guidel, Kerlano en Plumelec, Lesturgant en Malguenac, Pont-Callek en Berné, Lann-Gouh en Melrand, dans le département du Morbihan, Karhaes-Vihan en Brennilis et le Goënidou en Berrien dans le Finistère48. Dans tous les cas, il s’agit bien de hameaux comptant autour de la dizaine de maisons ou un peu moins et s’échelonnant du xie au xiiie siècle. Cependant, l’absence de stratigraphie dans la plupart des cas rend délicate et approximative l’étude de l’évolution chronologique. Seul, Lann-Gouh remonte aux environs de l’An mil, les autres comme Pen-er-Malo, datent des xiie et plus souvent xiiie, leur occupation se poursuivant bien au-delà. Par ailleurs, la concentration de ces sites à l’ouest de la Bretagne, et même à l’intérieur des terres oblige, à beaucoup de prudence dans l’extension éventuelle des conclusions.

Figure 36 - Un hameau en Bretagne : La Rosière en Gahard (Ille-et-Vilaine)

Figure 36 - Un hameau en Bretagne : La Rosière en Gahard (Ille-et-Vilaine)

Arch. dép. (D’après le cadastre ancien de 1828, 3P 5347, section F, Lezais, 1refeuille).

30Tous ces « villages » paraissent s’organiser de façon analogue. Pen-er-Malo comprend plusieurs groupes de bâtiments, pas tous bien repérés, datés du xiie siècle mais il y eut une occupation antérieure. Sur les sept identifiées, certaines constructions étaient déjà ruinées lors de l’abandon. À Karhaes Vihan mieux connu, dix bâtiments forment le village et, au Goënidou, au moins trois groupes de quatre bâtiments ont été détectés (Fig. 38-39).

  • 49 Chalavoux J., « Village déserté de Melrand (Morbihan). Premiers résultats », DRAC-CNRSLaboratoire (...)

31La disposition est partout assez lâche, mais à Lann-Gouh, sans parler de véritable plan, on peut identifier une organisation. Le hameau se développe le long d’un chemin de circulation mais une disposition autour d’un espace sans doute communautaire et doté d’un four se remarque nettement tandis qu’une vaste aire limitée par un muret devait regrouper des dépendances et se trouvait réservée aux travaux agricoles (Fig. 37). Le « village » de neuf constuctions dont quatre avec foyer devait être un peu plus grand, Maud Le Clainche en envisageant dix-sept échelonnées jusqu’en 1400, ce qui en fait le site le plus important mais, comme dans les autres, aucun lieu de culte, aucun cimetière n’ont pu être identifiés49. Par contre, si la situation au revers d’une crête manifeste une volonté de perchement, le talus que les premiers fouilleurs avaient décrit autour de l’ensemble s’est révélé non médiéval. Dans l’ensemble, l’observation archéologique s’harmonise plutôt avec l’étude des plans anciens et tendrait à démontrer que, même si les hameaux des xviiie et xixe siècles ne sont pas strictement médiévaux dans leur réalité matérielle, le type d’organisation qui est le leur doit bien remonter au Moyen Âge, confirmant le bien-fondé du recours à ces documents chronologiquement décalés (Fig. 38).

Figure 37 - Le « Village » De Lann-Gouh en Melrand (Morbihan)

(D’après P. André, « Un village médiéval breton », AM, t.12, 1982, p. 16)

Figure 38 - Le « village » de Karhaes-Vihan (Finistère)

Figure 38 - Le « village » de Karhaes-Vihan (Finistère)

(M Batt, Gallia Information-Bretagne, 1990, p. 20)

Figure 39 - Le Goënidou en Berrien (Finistère) : un module du lotissement
(Plan, M. Batt)

Figure 39 - Le Goënidou en Berrien (Finistère) : un module du lotissement(Plan, M. Batt)
  • 50 Batt M., « Medieval Peasant Buildings In Brittany : oval and rectangular, plans and uses », Guerns (...)

32Le Goënidou présente une évidente originalité, un véritable plan de lotissement semble mis en œuvre. Les constructions se présentent en blocs de quatre unités, trois fermant les côtés d’une cour, une quatrième étant nettement à l’écart, au nord (Fig. 39). Le même module est systématiquement répété et M. Batt y décèle un village de défrichement organisé au xiiie siècle. Il propose d’en attribuer la réalisation à l’abbaye cistercienne du Relecq toute proche50. L’installation de paysans par une abbaye cistercienne est possible, au même moment Fontaine-Daniel crée des bourgs dans le Maine mais aucun document ne permet d’étayer cette hypothèse.

  • 51 Meirion Jones Gwyn, « La maison longue en Bretagne », Arch. Br., n° 26 ; idem, « The longhouse in (...)

33Dans tous ces sites, les maisons sont du même type que l’on peut décrire comme la maison longue selon la terminologie anglaise ou maison mixte qui définit plus clairement les fonctions51. De plan rectangulaire ou à abside, elles varient dans leurs dimensions et leur surface peut s’échelonner du simple au double. À Pen-er-Malo, le bâtiment A, ovalaire, mesure 11,75 m sur son grand axe et la superficie est d’environ 50 m2 (Fig. 40).

Figure 40 - Maison de Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan)
(R. Bertrand et M. Lucas, « Un village côtier », AM, t. 5, 1975, p. 80-83)

Figure 40 - Maison de Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan)(R. Bertrand et M. Lucas, « Un village côtier », AM, t. 5, 1975, p. 80-83)
  • 52 Pesez J.-M., « Archéologie de la maison paysanne », Villages et villageois au Moyen Âge, Société d (...)
  • 53 Idem, « Le foyer de la maison paysanne (xie-xve s.) », AM, t.16, 1986, p. 65-92.

34À Lann-Gouh, les constructions sont légèrement inférieures et, au Goënidou, une maison rectangulaire fait 13,75 m x 6,50, ce qui l’approche des 90 m2. M. Batt a montré que les plans n’étaient pas originaux, ce type de maison se découvre ailleurs, et que la différence de forme, ovalaire ou rectangulaire, ne correspondait sans doute pas à une évolution chronologique. Ces maisons sont toutes élevées en murs de pierre peu élevés, en granite le plus souvent et liés à l’argile, il ne s’agit donc pas de véritable maçonnerie. Une charpente imposante couverte de végétaux recouvrait le tout, donnant, comme le note J.-M. Pesez, sa physionomie à la construction52. Une entrée sur le mur gouttereau permettait l’accès, mais à Pen-er-Malo dans un cas, une autre faisant face, avait été supprimée et certaines constructions de Lann-Gouh en ont deux. Ces maisons comportent un foyer, sommaire le plus souvent, quelques pierres posées à même le sol53. Toutes se divisent nettement en deux parties séparées par un mur de refend, l’une avec le foyer destiné aux humains, l’autre au bétail. Au Goënidou, les constructions présentent une plus grande élaboration : une partie haute comprend une pièce peut-être pour les réserves, une zone centrale avec le foyer et, en contrebas, l’étable qui a une porte spécifique (Fig. 39).

Figure 41 - Habitat isolé dans le haut-Maine au xiesiècle
(A. Chédeville, « Mise en valeur… », op. cit. repris dans Flaran 18, p. 92).

Figure 41 - Habitat isolé dans le haut-Maine au xie siècle(A. Chédeville, « Mise en valeur… », op. cit. repris dans Flaran 18, p. 92).

35Dans tous les cas, ces maisons possèdent des dépendances souvent reliées par des murets délimitant cours ou enclos, c’est ainsi qu’une bergerie a été identifiée à Lann-Gouh. À Karhaes Vihan, les bâtiments se placent autour d’une cour et, comme au Goënidou, hormis celui qui abrite les hommes, les autres sont réservés, sans doute, aux fonctions strictement agricoles, l’ensemble formant un module correspondant à une exploitation et peut-être à l’installation d’une famille.

  • 54 Bans J.-C. et Gaillard Bans G., « L’archéologie de l’architecture vernaculaire bretonne, Question (...)
  • 55 Pichot D., « Le médiéviste et les images. Calendrier, société, travail », Atala, n° 3, L’histoire, (...)

36Plusieurs remarques s’imposent. L’évidente similitude qui rapproche ces hameaux relativement éloignés les uns des autres signifie que la diffusion de ce type de regroupements humains est sans doute générale. Le nombre des sites permet de déceler cependant une évolution, non pas tant dans l’organisation interne des hameaux, ni dans la conception des maisons mais plutôt dans l’orientation vers une plus grande complexité et de meilleures conditions de vie. Les maisons du Goënidou, tardives, dénotent une progression par rapport aux maisons de l’An mil de Lann-Gouh. Aussi faut-il demeurer prudent sur la pauvreté que plusieurs publications attribuent à ces « villages ». Il est vrai que les monnaies sont très rares dans ces fouilles, est-ce un indice suffisant ? Certes, les maisons ne respirent pas la prospérité mais c’est l’état assez général des campagnes de l’Ouest et l’on ne peut parler d’une pauvreté particulière de ces « villages ». Ils représentent sans doute assez bien l’habitat du paysan moyen et l’on peut suivre les hypothèses de J. Chapelot établissant un lien entre ces maisons et le statut socio-économique54. Ces demeures avec leur foyer à même le sol et leur mobilier sûrement sommaire s’accordent sans difficulté avec les images des calendriers du Maine qui n’offrent pas, pour autant, une vision pessimiste des paysans55.

  • 56 Prigent D. et Tonnerre N.-Y., La construction en Anjou au Moyen Âge, Angers, 1998.

37Cet éclairage breton sur la maison paysanne demeure exceptionnel et il est révélateur que la table ronde tenue à Angers en 1996 et consacrée à la construction en Anjou ne dise rien de la maison paysanne56. Il est probable que la maison mixte connaisse dans une bonne partie de l’Ouest un certain succès, le système des hameaux et la part de l’élevage dans la vie agraire poussent à l’envisager. Par contre, pour la construction, la part du bois et de la terre devait s’avérer plus forte dans un certain nombre de régions aux ressources minérales peu favorables.

38Par les textes ou par l’archéologie, l’approche des hameaux, phénomène majeur dans l’organisation du peuplement de l’Ouest, se révèle donc non seulement possible mais riche de conclusions. Sans se poser en concurrents notoires des noyaux ecclésiaux, les petits hameaux accueillent une part notable de la population et organisent visiblement de larges pans de la vie sociale. Le faible regroupement des hommes dans un centre et la dispersion n’entraînent donc pas ipso facto une atomisation du peuplement. Pourtant, les formes d’habitat isolé ne manquent pas à l’époque féodale, reste à savoir comment elles s’insèrent dans la trame générale de la répartition des hommes.

Les habitats isolés

39Avec l’étude de l’habitat isolé la difficulté s’accroît. D’abord, parce que le définir ne va pas de soi. Entre, un habitat groupé mais assez lâche et une réelle dispersion, la différence est progressive et la différence malaisée à discerner, sans compter que la toponymie opère souvent des distinctions qui n’ont apparemment pas lieu d’être. De plus, spontanément, l’idée évoque l’exploitation isolée, en fait ce n’est pas la seule catégorie, même si c’est évidemment la plus importante.

Les exploitations agricoles et maisons isolées

Un habitat difficile à identifier

  • 57 Dictionnaire topographique de la Sarthe, p. 591.
  • 58 Carte d’après Chédeville A., « Mise en valeur… », op. cit, p. 211. Mézières et St.-Mars-sous- Ball (...)

40Les exploitations isolées apparaissent nombreuses dès le xie siècle. Le Dictionnaire topographique de la Sarthe indique pour beaucoup de lieux la première date d’apparition et l’on constate sans difficulté leur présence dès l’époque féodale. Certes, des changements ont pu intervenir localement mais pas sur la totalité, cependant, le vocabulaire pose quelques difficultés. Ainsi, le « vicus qui dicitur mansus Corbonis », à Marolles-les-Brault, devient, peu de temps plus tard, bordagium. Aujourd’hui, Mécorbon se présente comme une simple ferme57. Un rapide sondage permet de découvrir ainsi : Marcé en Beillé, cité à la fin du xie, Maumusson en Congé-sur-Orne (1080-1102), Mébouton à Sceaux-sur-Huisne (xie) et les cas se multiplient au xiiie siècle sans que ce soit la conséquence de la multiplication des sources. Cet habitat dispersé est particulièrement patent dans le nord du Maine, le cartulaire de Saint-Vincent y dévoile, principalement dans la seconde moitié du xie siècle, un semis d’exploitations très nombreuses dont l’existence est parfois mentionnée avant celle de la paroisse, ce qui ne prouve cependant pas de façon certaine leur antériorité. Sur le territoire de Mézières-sous-Ballon et de Saint-Mars-sous-Ballon sont cités plus d’une dizaine d’écarts dont les textes suggèrent le statut d’exploitation isolée (Fig. 41)58. La trame de l’habitat n’est pas loin de s’identifier à celle du xixe siècle. L’habitat isolé se développe en même temps que les centres, il ne vient pas combler les vides. On ne peut donc parler de peuplement intercalaire qui serait venu s’installer dans une phase postérieure.

Figure 42 - Défrichement et exploitations isolées : La Gravelle (Mayenne)
(D. Pichot, Le Bas-Maine, p. 105).

Figure 42 - Défrichement et exploitations isolées : La Gravelle (Mayenne)(D. Pichot, Le Bas-Maine, p. 105).
  • 59 Cart. St-Serge, I. 51, Briollay (Maine-et-Loire, cant. Tiercé) ; Cart. St-Vincent, 376.
  • 60 Alouis Victor, « Lucé et ses environs jusqu’au milieu du xive siècle », Rev. hist. et arch. du Mai (...)
  • 61 Astill G. et Davies W., A Breton Landscape, op. cit., chap.6.
  • 62 Anciens évêchés de Bretagne, livre 4, 147.

41La carte dressée par André Chédeville pour une petite contrée du Maine serait réalisable dans bien d’autres zones, pour peu que la documentation le permette, cependant, le terme terra, souvent employé, reste flou et n’implique pas obligatoirement un habitat. À de multiples reprises pourtant, on s’aperçoit qu’il s’agit bien d’une terre où réside un paysan. À Briollay, un clausarius (closier) réside sur la terre qu’il tient, ce qui doit être aussi le cas de Hugue, medietarius (métayer) de Valennarius59. Avec les xiie et xiiie siècles, la documentation se fait beaucoup plus claire. Le Dictionnaire topographique de la Sarthe peut alors relever de nombreux cas et les censiers conservés montrent clairement la dispersion que ce soit celui du Grand-Lucé ou celui de La Couture datant du xiiie siècle60. En Bretagne, dans la région de Ruffiac et Carentoir, les prospections archéologiques constatent une grande dispersion de l’habitat et la présence d’un habitat isolé mais qui ne se distingue que difficilement des hameaux61. Ailleurs, au hasard des textes, peut se rencontrer une maison seule, telle celle en lisière de bois, au bord de l’Elorn qui est signalée dans une description de biens en 128062.

  • 63 Dictionnaire topographique de la Sarthe. St.-Mars-d’Outillé, Auvers-le-Hamon (Sarthe, cant. Ecommo (...)
  • 64 Zadora-Rio E., « Les terroirs médiévaux dans le nord et le nord-ouest de l’Europe », dans, Guilain (...)
  • 65 Cart. La Roë, 18 ; Cart. St-Vincent, 460, aussi 471, 476 ; Liber controversiarum, 202.

42Dans cette catégorie figurent d’abord les plus importantes exploitations : métairies ou gagneries, suivant les régions. Prises sur les réserves, elles se dispersent à travers les finages et paraissent souvent isolées. En effet, les textes les mentionnent en général seules et elles peuvent avoir subsisté ainsi comme la medietaria de Salleia (la Saulaie en Saint-Mars-d’Outillé) citée en 1228 ou celle de Malo Descensu (Maudescent) à Auvers-le-Hamon citée en 123563. Ces grosses exploitations rassemblent une population équivalente à celle d’un petit hameau et l’on peut se demander si ce ne fut pas le cas des borderies installées par le Ronceray dans la forêt du Lattay. Sans que le terme de métairie soit explicitement écrit, ce type d’installation se reconnaît à Saint-Martin-du-Fouilloux où, en limite forestière, subsistent deux clairières, ouvertes sans doute au xiie siècle, commandées par des exploitations aux noms significatifs : la Blottière, la Lombardière, la Hérinière et les Fromalières64. Si les grandes exploitations figurent plus particulièrement dans les habitats isolés, de plus petites peuvent aussi s’y retrouver, des bordages nombreux sont sans doute dans ce cas, voire de simples maisons. Le cartulaire de La Roë évoque bien des bordages visiblement isolés, tel celui de la Fabrica à Peuton, situé en lisière de forêt, mais dès le xie siècle, le cartulaire de Saint-Vincent nous fait découvrir le bordage de la Cressuneria et quelques autres qui, comme lui, sont à l’écart sur leur terre et il en va de même en 1208 pour le bordage de la Vieille Hune à Bazougers65.

  • 66 Naveau J., « Un site rural à Montflours, de l’âge du fer au Moyen Âge », MAH, n° 5, 1983, p. 3-18.
  • 67 Aumasson P., « Pancé, l’enceinte circulaire du xiiie siècle de la Saudrais », Arch. Br., 1978-1979 (...)
  • 68 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 561-570.

43Si l’on peut situer et partiellement inventorier cet habitat dispersé, nous le connaissons très mal par l’archéologie, ces sites étant fort difficiles à repérer. L’un des rares qui aient été fouillés, à Montflours, dans le bas-Maine, ne livre que bien peu de choses : un soubassement de pierre et un toit sans doute de chaume indiquent peut-être une maison paysanne66. Un site pratiquement unique et, à ce titre difficile à situer, a été étudié à la Saudrais, en Pancé. Il y a été retrouvé une ferme du xiiie siècle, bâtiment de pierre de 10 m x 5,50, accompagné sans doute de dépendances67. L’organisation de l’ensemble est délicate à interpréter mais l’enceinte de terre qui l’entoure n’est guère défensive et l’ensemble affiche une fonction agricole bien marquée. Cela peut-il se rapprocher de certains types d’enceintes à caractère agricole étudiés par J.-C. Meuret ? Près de la forêt de La Guerche, subsistent des enceintes annulaires dont talus et fossée présentent une évidente modestie, excluant une fonction défensive alors que les dimensions, un diamètre inférieur à cinquante mètres, limitent les hypothèses en matière de peuplement. Se référant aux travaux de J. Decaens et aux conclusions du colloque de Caen sur les fortifications de terre, J.-C. Meuret avance avec prudence qu’il serait possible d’y reconnaître des enclos à bestiaux et même des sites de fermes pionnières, l’une des enceintes présentant des traces d’habitat68.

Les origines de l’habitat isolé

44L’origine de beaucoup de ces sites demeure une question sans réponse, certains peuvent se révéler fort anciens mais la continuité n’est pas obligatoirement prouvée par un toponyme de type gallo-romain, d’autant plus que la forme de l’habitat a pu se modifier. Quelques cas peuvent peut-être se rencontrer dans le haut-Maine si les identifications proposées par le Dictionnaire topographique sont exactes. Les créations de l’époque féodale se discernent beaucoup mieux et bien des terres défrichées ont pu donner lieu à ce type de peuplement. Les toponymes caractéristiques abondent en lisière de forêt aujourd’hui et la commune de La Gravelle qui doit son existence à une politique de mise en valeur du milieu du xiie siècle présente un finage peuplé de fermes isolées dont les noms disent clairement l’origine médiévale (Fig. 42). Souvent, au moins pour les exploitations d’importance, un parcellaire caractéristique est parfaitement identifiable comme à Saint-Martin-du-Fouilloux. Autour du centre de l’exploitation se développe un terroir circulaire ou plus généralement ovalaire encore souligné par des talus ou même des chemins. À Placé, en lisière de la forêt de Mayenne, l’actuelle exploitation de L’Essart, qui doit remonter au xiie siècle, s’inscrit dans un très net ovale d’environ 500 m de longueur et J.-C. Meuret a étudié de multiples exemples de ce genre entre la Bretagne et l’Anjou. Selon une autre disposition et sans doute pour des exploitations plus modestes, les sites se disposent le long des fronts de défrichement ou d’un chemin ou d’une route comme le long de la voie Laval-Vitré dans la traversée de la paroisse de La Gravelle.

Figure 43 - Exploitations nées par bourgeonnement : Les Torcés (Soulgé-le-Bruant, Mayenne)

Figure 43 - Exploitations nées par bourgeonnement : Les Torcés (Soulgé-le-Bruant, Mayenne)

(D’après A. Bouhier, « Problèmes de structures agraires », p. 16)

  • 70 Bouhier A., « Problèmes de structures agraires… », op. cit., avril-juin 1953, p. 16.

45Sur les terres déjà mises en valeur, peuvent se créér des bourgeonnements autour d’un centre ancien qui n’entraînent pas la naissance d’un hameau mais une série de sites satellites gravitant autour du noyau d’origine.A. Bouhier a bien décrit un cas dans le bassin de Laval, à Soulgé-le-Bruant. Les Torcés, toponyme qui renvoie à une haute époque, sont le siège d’une motte indiquant une implantation aristocratique confirmée par les textes à la fin du Moyen Âge. Un terroir à caractère ovalaire et souligné par des chemins s’organise autour mais une série de petites exploitations portant des noms d’époque féodale : la Fouassière, la Chadaignerie, la Barberie, la Jeuserais se déploie en formant une couronne. S’agit-il d’un démembrement ou d’une extension du domaine avec création de tenures (Fig. 43)70 ?

46Bien des exploitations paysannes échappent donc à tout regroupement et cela dès le xie siècle. Par la suite, le fait ne sera pas atténué bien au contraire et les progrès dans le contrôle du territoire semblent même l’avoir amplifié, ce qui ne peut qu’affaiblir le mouvement de rassemblement. Par contre, jusqu’à quel point cela a-t-il des effets sur les relations sociales ? En réalisant une telle dispersion, le monde paysan ne se singularise cependant pas car d’autres en font de même.

Les domaines des puissants

47L’aristocratie laïque petite ou grande, les dignitaires ecclésiastiques comme les évêques détiennent des domaines isolés qui présentent un caractère nettement résidentiel pour beaucoup et domanial pour tous. Des catégories diverses et qui ont pu évoluer au cours des siècles offrent une panoplie très ouverte où l’on peut cependant au moins distinguer la famille des mottes et celle des maisons fortes qui incorpore ou donne naissance souvent à manoirs et hébergements.

Mottes

  • 71 Meuret J.-C., « Construction et habitat aux confins Anjou-Bretagne du xie au xve s. », des textes (...)
  • 72 Duparc Pierre, « Les tenures en hébergement ou en abergement », Bibliothèque de l’Ecole des Charte (...)
  • 73 Pichot (D.), Le Bas-Maine…, op. cit., p. 316, 343 ; Renoux A., op. cit. ; Meuret J.-C., « Construc (...)
  • 74 Renoux A., op. cit. ; brand’honneur M., op. cit., chap. 1.

48Ces sites terroyés, dont le caractère résidentiel est de plus en plus reconnu, affichent une grande diversité mais les textes ne les éclairent guère. Castrum s’applique à des cas bien particuliers et motta, comme ailleurs, n’est guère courant. Comme J.-C. Meuret le constate en Anjou, des termes très vagues sont d’un usage dominant et domus s’adresse indifféremment à une simple habitation comme à une motte ou une maison-forte71. Herbergamentum, employé dès le xie siècle, désigne bien selon l’avis de Pierre Duparc une tenure issue d’un défrichement mais l’emploi du mot se restreint souvent à la résidence et il peut s’opposer aux terres de l’exploitation72. Progressivement, il prend une nette connotation valorisante pour s’appliquer à des demeures aisées et aristocratiques du style manoir. Cette évolution du xiiie siècle est bien identifiable dans toute la région73. Autant que l’on puisse en juger, les mottes ne possèdent guère de caractère castral n’ayant souvent que des dimensions modestes, même si le modèle classique avec basse-cour est identifiable encore très souvent, 30 % des mottes inventoriées dans le Maine74.

  • 75 Meuret J.-C., Pouvoir et peuplement…, op. cit., p. 363.

49Dans le Craonnais, une hiérarchie se distingue. De grosses mottes de plus de cinquante mètres de diamètre mais sans basse-cour appartenaient aux plus grandes familles directement vassales du baron de Craon et présentaient un net caractère castral. Elles pourraient dater du milieu du xie siècle. Les autres, dotées de basses-cours mais de dimensions beaucoup plus réduites, peuvent, pour une bonne part, être mises en relation avec des lignages de petite chevalerie et appartiendraient à une seconde génération de la fin du xie ou du début du xiie siècle75. Parmi ces dernières, bon nombre sont aujourd’hui totalement isolées, situation qui pourrait bien avoir été la leur dès l’origine. Les diverses recherches menées sur la question ne permettent cependant pas de retrouver ce contraste ailleurs, les mottes du Rennais, bien que d’inégales dimensions ne présentent pas cette typologie.

  • 76 Irien J., « Fouilles d’un site archéologique médiéval : la motte de Leskelen en Plabennec », BSAF, (...)

50Quelques rares sites ont fait l’objet d’études archéologiques. La motte de Leskelen, en Plabennec, a donné lieu à l’un des chantiers les plus poussés. Elle présente le cas d’une construction très élaborée, résidence d’un cadet de la famille des comtes de Léon qui par la suite a nettement perdu de son prestige76. Après l’incendie d’un petit village, un complexe fortifié s’établit dès la fin du xe siècle, non loin d’une ancienne voie romaine et d’un site gallo-romain mais aussi sans doute sur un site aristocratique du haut Moyen Âge comme le laisse entendre le toponyme en lis. La continuité d’occupation est ici notable. Une telle situation peut se retrouver mais ne constitue pas la majorité des cas, du moins en l’état actuel des recherches. La motte présentait un caractère imposant et nettement défensif. D’une quarantaine de mètres de diamètre à la base, d’une dizaine en hauteur, elle était entourée d’un profond fossé et d’un glacis, un second fossé assurant une protection supplémentaire sur le flanc nord. Un bâtiment de bois sommait la motte, tandis qu’une basse-cour accueillait une chapelle et des constructions de bois dont la fonction n’est pas identifiée. Après un incendie, l’ensemble fut repris au xiie siècle. Une tour maçonnée et un complexe fortifié coiffèrent la motte désormais renforcée par une chape de pierre. La basse-cour connut aussi une reconstruction mais on ne la connaît bien qu’à l’époque moderne où l’on y voit des bâtiments nécessaires à la vie du domaine : four, écurie, forge. L’importance de l’ensemble et le développement des constructions dans la basse-cour fait confiner le site à un quasi hameau et montre que la résidence abritait ainsi une petite communauté humaine formée par la familia seigneuriale.

  • 77 Idem, « L’habitat chevaleresque du xie au xiiie siècle. L’exemple du site de Dézerseul dans le com (...)
  • 78 Assé (Sarthe, cant. Beaumont), Javron (Mayenne, cant. de). Guéguen Alain et Monique, « Évolution d (...)

51Le site de Dézerseul, en lisière de la forêt de Rennes, représente un cas plus modeste. Une motte de dimension moyenne, 27 mètres de diamètre à la base, peu élevée et ceinte d’un fossé, est accompagnée de deux basses-cours sans doute successives. L’ensemble a pu être édifié par Guillaume de Dézerseul, forestier du duc de Bretagne et en voie d’accession à un statut aristocratique. Cette motte serait sa résidence et la seconde basse-cour, datée de la fin du xiiie siècle, évoque fortement une évolution vers un habitat de style maison-forte77. Des sites analogues se rencontrent partout. La motte de Possé en Assé-le-Riboul a laissé une métairie peut-être installée dès l’origine mais celle du Serais en Javron, permet une meilleure compréhension78. Il s’agit d’une motte accompagnée d’une basse-cour qui, comme les précédentes, ne s’inscrit pas dans un contexte stratégique et a vu s’installer à proximité une maison-forte, affichant ainsi un aspect résidentiel. L’ensemble toponymique relevant de la fin du Moyen Âge souligne les aspects domaniaux qui existaient déjà aux époques antérieures (Fig. 44).

Figure 44 - Motte et manoir : Le Serais, (Javron, Mayenne)
(A. et M. Guéguen, « Évolution d’un site… », MAH, t.2, 1980, p. 38)

Figure 44 - Motte et manoir : Le Serais, (Javron, Mayenne)(A. et M. Guéguen, « Évolution d’un site… », MAH, t.2, 1980, p. 38)
  • 79 Renoux A., op. cit., p. 410.
  • 80 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale…, op. cit., p. 187-190 ; Pichot D., Le Bas-Ma (...)
  • 81 Tonnerre N.-Y., Naissance…, op. cit., p. 319-325.

52Ces mottes présentent un certain nombre de caractères communs, autant que des études fort inégales et aux objectifs différents permettent de les appréhender. Certes, elles n’étaient pas obligatoirement contemporaines mais leur grand nombre classe l’Ouest dans les régions à forte densité même si, A. Renoux, tout en le reconnaissant, ne juge cependant pas leur prolifération exceptionnelle79. Elles se répartissent fort inégalement dans l’espace mais on note des constantes. Globalement, elles sont nombreuses dans les zones de fort peuplement comme on le constate bien dans la Mayenne ou le Finistère80. Les zones de faible densité correspondent à de faibles densités humaines comme le centre Bretagne mais aussi à des situations politiques particulières. Le territoire dominé par l’abbaye de Redon en est dépourvu et un rapport s’établit entre le pouvoir de certaines grandes seigneuries et la fréquence des mottes. J.-C. Meuret relève le contraste entre le Rennais, constellé de nombreuses mottes, et l’Anjou où elles sont beaucoup moins nombreuses. Il explique cela par la différence marquée dans l’autorité comtale. C’est à cette interprétation que N.-Y. Tonnerre fait appel pour rendre compte de la faible présence des mottes dans le sud de la Bretagne mais la faiblesse des prospections pourrait bien être la première explication81. De façon globale, elles ne semblent pas entretenir de relations étroites avec les défrichements mais la question se révèle complexe. Il n’y a guère de preuve d’opérations organisées à partir de mottes, mais au xiie siècle, celles-ci peuvent se signaler en nombre dans des zones pionnières, comme la forêt de Rennes ou la Charnie, dans ce cas elles semblent plutôt accompagner et encadrer les hommes qui s’installent.

  • 82 Kernevez P., Les fortifications médiévales du Finistère, p. 24 ; Pichot D., Le Bas-Maine, p. 214. (...)
  • 83 Tonnerre N.-Y., op. cit., p. 322.

53Leur répartition dans l’espace villageois soulève bien des interrogations. Leur nombre les impose dans le paysage et il n’est pas rare d’en voir plus de deux dans une seule commune : trois à Scaer dans le Finistère et cinq à Thorigné-en-Charnie dans la Mayenne82. Leur situation ne montre en général guère de souci stratégique et elles affectionnent souvent des sites bas et humides, 51 % des cas dans la marche Bretagne-Anjou et la même remarque vaut pour toute la Bretagne. Même si les cours d’eau peuvent présenter des possibilités défensives éventuelles, ce n’est pas souvent le cas et cela confirme bien la faible qualité militaire de la plupart. Elles peuvent contrôler des routes, des passages et certaines sont nettement en rapport avec une exploitation économique mais cela n’a rien de systématique. Le fait est pourtant net pour les mottes du pays de Rais qui permettent au seigneur de Machecoul de contrôler le trafic du sel83.

  • 84 Cart. St-Serge, I, 148, 420, Cart. d’Azé et du Genéteil (St-Nicolas d’Angers), 5 ; Brand’Honneur M (...)
  • 85 Idem, « La motte et le clocher : l’affrontement des symboles ? », CCM, t.43, 2000, p. 3-31.

54Par contre, un grand nombre, totalement isolées ou en connexion aujourd’hui avec une exploitation, héritage lointain d’un peuplement initial, se placent très nettement à l’extérieur du bourg-centre et s’en éloignent même au point de se situer sur les marges pour ne pas dire les limites des paroisses. 64 % adoptent une telle situation dans la marche de Bretagne-Anjou, 52 % dans le Rennais et, sans que cela soit chiffré, le même constat s’établit ailleurs. La localisation obéit à de multiples facteurs. Des mottes se maintiennent sur des sites très anciens, celle de Leskelen en offre un bon exemple ainsi que certaines dont les fouilles ont montré qu’elles avaient recouvert un bâtiment initial. Dans d’autres cas, un déménagement semble avoir eu lieu. Il n’est pas rare de rencontrer un donateur faisant don, avec l’église, de sa propre maison pour installer les moines. Il faut en conclure qu’il part ailleurs. Cela apparaît clairement dans la charte témoignant de la restitution de l’église de Janzé à Marmoutier par Raoul de Janzé, vers 1070. Il abandonne sa maison près de l’église et s’installe vraisemblablement sur la motte du Bois-Labeau en Piré, la paroisse voisine84. Michel Brand’honneur propose d’y voir un affrontement entre l’Église et la petite aristocratie. Obligés de se défaire de leurs églises, ses membres seraient partis s’établir aux franges de la paroisse pour ne plus cohabiter dans le bourg avec un curé dont le contrôle leur échappait85. Les affrontements ne manquèrent pas, surtout pour les donateurs modestes pour lesquels l’abandon de l’église représentait sans doute une atteinte à leurs revenus. Pourtant, le phénomène n’est pas général et l’opposition pas si marquée, tant les raisons de rapprochement s’imposent. D’ailleurs, la perte ne se présente pas comme si radicale, les dîmes demeurent largement aux laïcs et, comme nous le verrons, la maîtrise de la désignation du curé ne leur échappe pas totalement. L’hypothèse ne rend donc pas complètement compte de cette propension des mottes à s’installer en périphérie des finages.

  • 86 Le Mené M., Les campagnes angevines…, op. cit., p. 126 et 127.

55Le cas de Liré étudié par M. Le Mené offre peut-être une explication. Le centre de la seigneurie installé à la Vieille Cour, au bourg, se déplaça sur le site de la Turmelière beaucoup plus éloigné, en limite de finage, mais cela correspond à une réorganisation de la réserve et à la mise en valeur beaucoup plus poussée du plateau86. Certaines mottes se sont installées sur les terres domaniales et les plus excentrées correspondent à des terres jusque-là moins bien mises en valeur, cela s’inscrirait alors dans le processus de densification de l’occupation de l’espace. De plus, on ne peut exclure une volonté de distinction sociale. Les maisons abandonnées par des donateurs et signalées précédemment ne semblent pas des mottes. L’adoption de ce type d’habitat, imitant le modèle castral prestigieux et l’établissement d’une distance réelle et surtout symbolique avec les paysans qui s’aggloméraient dans le bourg constituaient des moyens de marquer la différence.

  • 87 Brand’honneur M., Manoirs et châteaux, p. 154 ; Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 382.
  • 88 Debord André, « Motte castrale et habitat chevaleresque », Mélanges d’Archéologie et d’histoire mé (...)

56Ces mottes, pour la plupart, affichent d’abord une fonction domaniale et résidentielle et sont visiblement en relation avec la petite aristocratie. Quand les textes le permettent, il est possible d’établir un lien entre elles et des lignages chevaleresques qui en portent le nom. Le pourcentage de réussite est très élevé, surtout au regard de la documentation existante et le rapport paraît bien établi au moins pour l’Anjou, le bas-Maine et la haute-Bretagne. Dans le Rennais, cela concerne plus de la moitié des mottes et dans la marche Bretagne-Anjou, 55 %87. Toutes ne jouent peut-être pas ce rôle mais la plupart, certainement, ce qui ne signifie pas qu’elles constituent l’habitat exclusif de la petite chevalerie qui aurait adopté ce mode de construction évoquant, mais à moindre frais, le prestige dévolu au château. Un tel constat, au moins pour l’Ouest, bat partiellement en brèche l’hypothèse d’A. Debord qui ne voyait pas dans la motte la résidence spécifique du chevalier88.

57En harmonie avec cette fonction première, elle présente aussi un évident caractère domanial. Le maître y réside au cœur de ses terres dont l’auréole peut encore se remarquer dans le parcellaire environnant et la toponymie, et, plus encore, certains textes évoquent les activités agricoles qui animent la basse-cour et les granges qui abritent récoltes et redevances. Faut-il ajouter que bien souvent un moulin les jouxte et témoigne d’un éventuel pouvoir banal, au moins à ce degré ? Même isolées, les mottes marquent donc le paysage, physiquement certes, mais socialement encore bien plus. Elles ne représentent pourtant pas tout l’habitat aristocratique.

58Maisons-fortes et manoirs

  • 89 Cart. St-Vincent, 384.
  • 90 Debord A., op. cit., p. 87 ; Renoux A., op. cit., p. 404.
  • 91 Cart. St-Serge, I, 39, 151, 198, 218 « cum una domo intra plexitium sita ».
  • 92 Cart. Ronceray, 182.

59Dès le xie siècle, certains milites résident dans des domus qui n’ont pas les caractères des mottes, ce qui pourrait aller dans le sens d’A. Debord. Il cite d’ailleurs une charte de Saint-Vincent décrivant la maison donnée par Eudes de Malicorne vers 1080-108189. Même si la demeure possède d’incontestables caractères défensifs, A. Debord et A. Renoux s’accordent pour y voir seulement une maison forte, mais il est difficile de situer correctement Eudes dans l’échelle sociale, à tout le moins, cependant, il est miles90. Rien n’exclut d’ailleurs qu’il quitte ensuite cette demeure pour une motte. Sans être la même chose exactement, cet édifice pourrait sans doute se rapprocher des plessis fréquents au xie siècle dans les cartulaires, par exemple celui de Saint-Serge d’Angers. Des maisons qui, dans certains cas, doivent être résidences chevaleresques sont ceintes d’un plessis, à moins que le mot ne désigne l’ensemble91. Les plessis préfigurent éventuellement la maison-forte, terme qui n’est pas inconnu au xie, puisqu’il se manifeste dans une charte du Ronceray concernant ses biens en forêt du Lattay « domum defensabilem » (maison défendable)92. Dans le Maine, A. Renoux serait tentée de voir dans des sites fossoyés avec mottes très basses une structure de transition vers cette maison-forte.

  • 93 Barral Y Altet X., «Mottes et maisons-fortes en Bretagne au Moyen Âge », dans La maison-forte au M (...)
  • 94 Meuret J.-C., « Construction et habitat… », op. cit., p. 156. Livré-la-Touche, La Boissière (Mayen (...)

60Celle-ci ne tarde pas à se signaler. Caractérisé par une vaste plate-forme rectangulaire légèrement surélevée, en moyenne de 2500 m2, entouré de douves en eau, cet édifice, tout en voulant s’imposer par son aspect, ne présente pas vraiment de caractère militaire. Dans la marche Anjou-Bretagne, on en a repéré de nombreux exemples, bien datés de la fin du Moyen Âge mais dont certains peuvent remonter au moins au xiiie siècle. C’est le cas aussi, en basse-Bretagne, du site de Sainte-Geneviève à Inzinzac dont le bâtiment connaît un premier état avant 130093. Souvent, la maison-forte s’installe sur le site d’une motte, dans la basse-cour même ou à proximité, dans une continuité incontestable. J.-C. Meuret en fournit des cas bien documentés comme à l’Epronnière en Livré-la-Touche ou le Château en la Boissière dans le département de la Mayenne94. On a longtemps pensé qu’elle ne s’était guère développée dans l’Ouest, il n’en est rien, en fait, mais le terme manoir a trompé les observateurs.

  • 95 Renoux A., op. cit., p. 406-407 ; Jones Michaël et Meirion Jones Gwyn, « Seigneurie et résidence d (...)
  • 96 « Gentil fame doit avoir le herbergement son seignour après sa mort jusqu’à tant que cil qui est h (...)

61Le manoir ne se distingue pas bien ou plutôt entérine une évolution de la fin du Moyen Âge qui se dessine dès le xiiie siècle, moment où le mot apparaît. Manerium s’installe nettement dans les textes, en Bretagne après 1270, dans le Maine dès les années quarante mais pour le haut-Maine, on préfère le terme herbergamentum qui recouvre la même réalité95. La coutume du Maine et de l’Anjou, rédigée dans une première version au xiiie siècle, atteste à la fois de l’existence du manoir et de son assimilation à l’hébergement mais elle réserve l’appellation à la demeure de la petite aristocratie dépourvue du droit de posséder un château96.

  • 97 Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 316 ; Meuret J.-C., « Construction et habitat… », op. cit., (...)

62L’usage prend une nette liberté avec cette définition. Le mot désigne un ensemble résidentiel assez important comportant aussi des aspect domaniaux puisqu’il arrive que l’on considère ainsi des granges monastiques, mais c’est le plus souvent une résidence aristocratique97. De plus grands personnages organisent cependant leur réserve suivant le mode du manoir et, au xiiie siècle, les seigneurs de Laval en tiennent plusieurs, établis en lisière des forêts autour de leur siège seigneurial. Ces gros manoirs présentent un aspect complexe, celui de la Bretesche, près de Saint-Berthevin, réunit une résidence et les composantes d’une forte exploitation, sans compter des éléments liés à l’exercice du pouvoir seigneurial. Le testament de Guy VII le décrit ainsi :

  • 98 Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 303, testament de Guy VII, 1265, Bulletin philologique, 188 (...)

« [...] la manoer de la Bretesche por Menart et le Borc Novel o ses franchises et la metairie joianz la Bretesche et o la metairie Menart et le parc de la Bretesche et le moulin Clochet et cel de Valentin et l’autre molin qui est soz la Bretesche en celle rivere »98.

  • 99 « Nos vero ibi paladium lapideum fere centum pedes habens in longitutine, et appendicia et murum i (...)

63La carte de Cassini et la feuille actuelle au 1/25000 montrent ces divers éléments réunis dans un espace limité et la présence d’un bourg neuf manifeste une tentative d’implantation, réduite cependant. La désignation du lieu évoque en outre un minimum de fortification. Sans doute, ce manoir ressemble-t-il à ceux, mieux connus, des évêques cités dans les Actus du Mans ou dans un texte très exceptionnel de l’évêques de Rennes, Etienne de Fougères. Ce dernier reconstruisit le manoir épiscopal de Rannée détruit par un incendie. Il réalisa entre 1168 et 1178 un bâtiment en pierre de 100 pieds de long qui possédait un étage, sans doute, et se développait à l’intérieur d’un enclos ceint par un mur dans lequel se répartissaient les dépendances99. Certes, il jouxtait l’église et se situait donc au cœur du bourg mais son architecture ne s’oppose en rien à celle des autres, isolés dans la campagne.

  • 100 « [...] salvis remanentibus domibus circa dictum fortalicium existentibus », Olim, t.3, 175, cité (...)
  • 101 Port C., Dictionnaire, art. Selaines. Pour la Bretagne, des travaux très importants ont été consac (...)
  • 102 Nassiet Michel, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne xve-xviiie siècle, Rennes, 19 (...)
  • 103 Dans le Maine : le manoir de Tofou est à un écuyer en 1294, Cart. Abbayette, 38 ; le seigneur de P (...)

64Le manoir des petits chevaliers ou écuyers dénote une plus grande modestie. Il n’a ni terrasse ni douve, en règle générale, mais il semble bien que de multiples transitions soient à envisager. En 1306, le Parlement ordonne la destruction des fortifications du manoir de Rolland de Tréméreuc où ce dernier s’était barricadé pour résister aux gens du roi100. D’autres gardent l’apparence de maisons-fortes, le mot manerium étant appliqué sans beaucoup de distinction à tout ce qui n’est pas château. Ce type de résidence se multiplie à la fin du Moyen Âge, en particulier en Bretagne avec une filiation très nette à l’égard des mottes que l’on conserve sans doute pour l’aura seigneuriale qui en émane. Leskelen ou Le Serais en manifestent la réalité parmi bien d’autres et Dézerseul, abrite, une motte, une maison-forte installée dans la basse-cour vers la fin du xiiie siècle ou le début du xive et un manoir à quelques centaines de mètres datant de la fin xive ou début xve siècle, tandis qu’en Anjou celui de Selaines en Tiercé est dit manoir en 1283, plessis en 1296 et l’on y constate la présence d’une double motte101. La majorité abandonne les références défensives et beaucoup n’ont pas de douves. Peut-on dès le xiiie siècle citer les caractères des siècles postérieurs en évoquant un bâtiment plutôt bien construit et sans étage souvent où la salle avec cheminée concentre la vie sociale102 ? En tout cas, ces manoirs abritent l’aristocratie des chevaliers et écuyers qui marquent par ces demeures leur différence sociale concluant ainsi une évolution qui reste fidèle au choix initial103.

Les fondations religieuses

65Le monde religieux, bien que doué d’une évidente force d’attraction, ne rassemble pas toujours et suscite un certain nombre de sites isolés. En règle générale, ils sont le fruit d’une volonté bien définie de fuir le monde et par conséquent découragent, autant que faire se peut, l’éventuelle arrivée d’habitants laïques. Cette catégorie bien particulière connaît une grande diversité mais il n’est pas toujours aisé, comme souvent, de distinguer des types très différents car les évolutions peuvent provoquer des passages de l’un à l’autre.

Les ermitages

  • 104 Diocèse du Mans, Pichot D., « xie-xiie siècles : le temps des réformes », dans Dom Oury, Histoire (...)
  • 105 Courbefosse en Fougerolles (Mayenne, cant. Landivy), arch. dép. Mayenne, ms 33, n° 9 bis.
  • 106 Dom Oury, « Les survivants des ermites du Bas-Maine : Le groupement de Fontaine-Géhard », Mabillon(...)
  • 107 La Borderie A., Actes, 54.

66Isolés par définition et très nombreux, les ermitages s’inscrivent comme une des fortes originalités de l’Ouest. Les forêts connaissent un développement accentué de la poussée érémitique qui caractérise la fin du xie et le début du xiie siècle. Les grandes zones boisées des frontières du Maine, de l’Anjou et de la Bretagne, mais aussi d’autres comme Brocéliande, la Charnie, la forêt d’Andaine et même la vallée du Loir abritent une foule d’anachorètes parmi lesquels brillent particulièrement quelques figures exceptionnelles comme Robert d’Arbrissel, Vital de Savigny, Bernard de Tiron et quelques autres104. En focalisant l’attention sur eux, ils détournent cependant notre regard des multiples personnages qui se réfugièrent, sans bruit, au désert et menèrent une vie cachée dans un modeste ermitage, simple cabane ou vieille ruine plus ou moins aménagée. Pour peu que l’ermite, souvent uni à quelques compagnons, se stabilise quelque temps, naissent une chapelle et une petite clairière où il pratique quelques cultures. Ainsi font les deux solitaires de Courbefosse qui, en 1145, se donnent à l’abbaye de Savigny105. Tel est le cas des constellations de dépendances qui gravitent autour du grand centre de Fontaine-Géhard et de l’abbaye d’Étival106. Ces derniers ermitages subsistèrent en raison de leur incorporation dans le réseau tissé par saint Alleaume mais le lot de beaucoup était la disparition pure et simple à la mort de leur occupant. Parfois, une petite communauté se dessine, telle celle de Haton et de ses frères installés à Louvigné en Acigné et qui s’intègrent, eux aussi, à Savigny vers 1156-1171107.

  • 108 Dictionnaire topographique de la Sarthe, p. 347.
  • 109 Guéguen A., « Erve et Treulon. Chemins et naissances paysagères en Mayenne », MAH, t.8, 1985, p. 3 (...)

67Le nombre de ces petits établissements, souvent éphémères, est difficile à chiffrer mais des enquêtes serrées à travers les cartulaires donneraient des résultats sans doute surprenants. Dans le diocèse du Mans, le bas-Maine seul permet de réunir plus d’une cinquantaine de témoignages dont une trentaine sûrs et les autres liés au toponyme l’ermitage, indice assez crédible pour la période médiévale surtout quand une chapelle vient étayer l’hypothèse. Le Dictionnaire topographique de la Sarthe livre trente trois toponymes de ce type, l’un étant daté de 1217 et désignant une métairie108. Chapelle ou exploitation, les ermitages se sont en partie maintenus mais dans quelle proportion ? Impossible de le savoir, nombre de chapelles ont sans doute perennisé le souvenir d’un ermite comme celle de Saint-Nicolas en Viviers, souvenir d’une retraite de saint Alleaume ainsi que celles qui parsèment les alentours du Montaigu, non loin d’Evron, ou encore d’autres isolées en forêt de Rennes109.

  • 110 Cart. manceau de Marmoutier, Fontaine-Géhard, 6.

68Quelques ermitages, rares, ont connu une réelle fortune et engendré des paroisses, tel est le cas de L’Hermitage au diocèse de Rennes ou de Saint-Isle dans celui du Mans. Si certains ont donné naissance à une exploitation, le plus souvent, quand ils ont subsisté, ils ont évolué vers une structure religieuse stable, un prieuré, après offrande à une abbaye, soit en raison d’une entente spirituelle, soit par essoufflement du mouvement érémitique. La première solution vaut à Savigny, issue du même renouveau religieux, les deux donations évoquées précédemment. La Roë et le Nid de Merle (Saint-Sulpice) bénéficièrent aussi de leurs origines érémitiques. Le second cas, se produit en général après 1120, quand l’élan s’affaisse et que les ermites ne jouissent plus de la même considération, ainsi Fontaine-Géhard, au passé prestigieux, passe-t-il, contraint et forcé par l’évêque du Mans, sous la tutelle de Marmoutier110.

Abbayes, chapelles et prieurés

  • 111 Cart. La Couture, 300, p. 221-222. La carte au 1/25 000 montre aujourd’hui deux hameaux distincts, (...)
  • 112 Le dossier de Rouvadin est l’un des rares qui soit bien documenté pour un ermitage en dehors de Fo (...)

69Beaucoup de simples chapelles et de prieurés du xiie siècle succèdent ainsi à un ermitage. Dans ce dernier cas, il ne s’agit guère de fondations de vieilles abbayes bénédictines qui ont d’abord préféré associer leurs dépendances au peuplement mais possédent pourtant des prieurés ruraux isolés quand ils prennent la forme d’un petit domaine installé sur une paroisse dont l’église ne leur appartient pas. La Ville-au-Moine, possession de La Couture du Mans en Nuillé-sur-Ouette, pourrait bien représenter le cas d’un prieuré de ce genre, le petit hameau qui porte son nom ne semblant guère médiéval mais on peut s’étonner qu’il ne soit pas au centre paroissial puisque La Couture possède l’église. Faut-il envisager une donation postérieure111 ? Le cas du prieuré de Rouvadin perdu dans un canton de la forêt de Pail et rattaché à l’abbaye de Saint-Evroul va à l’encontre d’une affirmation trop stricte. Il s’agit vraisemblablement d’un ermitage qui n’abandonne pas son caractère primitif. Un seul moine y réside, semblant continuer la tradition anachorétique. Bien que dit villa vers 1200, il ne crée pas de village car en 1267, affermé à un religieux, il est alors désigné comme « herbergamentum seu manerium » (hébergement ou manoir)112.

  • 113 Guigon Ph., « Rallion en La Bouëxière… », op. cit., p. 79-80.
  • 114 Angot, Dictionnaire, art. Bonshommes et Montguyon. Meuret J.-C., Peuplement, op. cit., p. 579.
  • 115 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 335. La Réale, communauté de chanoines du diocèse de Poitier (...)
  • 116 Attal François, L’abbaye Notre-Dame de Beauport, Paimpol, 1997.

70Certains prieurés plongent les racines de leur existence dans un passé bien plus lointain. En forêt de Rennes, la chapelle du Rallion, prieuré de l’abbaye de Gastines, érigée en 1138 au diocèse de Tours est signalée seulement vers 1150. Elle est installée sur une nécropole mérovingienne dont le souvenir aurait été perpétué par un oratoire sans jamais provoquer la naissance d’un habitat113. Les ordres nouveaux, du xiie siècle, fortement marqués par la spiritualité érémitique, en particulier Grandmont dont la farouche austérité assure le relais des anachorètes, fondent à travers tout l’Ouest une série de prieurés au désert. Celui de Montguyon, établi en 1198 en forêt de Mayenne, conserve sa solitude, au milieu de sa clairière bien délimitée par un talus tout comme son homologue des Bonshommes à Ballots, fondé vers 1193 au diocèse d’Angers et organisé suivant les mêmes principes114. Ces petites fondations, à l’opposé de celles des bénédictins conservent l’esprit initial et ne provoquent pas la création de hameaux. Quelques prieurés plus tardifs resteront eux aussi à l’écart de tout peuplement comme celui de Port-Ringeart fondé par l’abbaye canoniale de La Réale en plein xiiie siècle sur la paroisse d’Entrammes115. Les chanoines prirent plutôt en charge des églises paroissiales mais, en raison sans doute de leurs origines, ne dédaignèrent pas les petites chapelles isolées et La Roë en posséda plusieurs. Ces abbayes canoniales, elles-mêmes demeurèrent parfois isolées comme celle des Prémontrés de Beauport au diocèse de Saint-Brieuc, en raison de la rigueur de la règle116.

  • 117 Dufief A., Les Cisterciens, op. cit., p. 99-108. On se reportera au tome 2 inédit du manuscrit don (...)

71La constitution d’un habitat volontairement isolé reste cependant d’abord l’apanage des Cisterciens. Le phénomène, bien connu à travers tout l’Occident, a fait l’objet d’une étude approfondie pour la Bretagne par André Dufief117. Les fils de saint Bernard s’installent de préférence à l’intérieur, dans les landes plus ou moins désertes comme Boquen dans le Méné. On retrouverait le même souci dans les diocèses du Mans et d’Angers. La question des implantations cisterciennes peut néanmoins se poser autrement. Les abbayes bâties près des forêts et des landes ne sont pas toujours très éloignées des sites urbains, souvent parce que le seigneur détenteur de la ville proche en est le fondateur ou le bienfaiteur et l’on a pu nuancer le rôle des Cisterciens dans les défrichements.

  • 118 Le fait a été relevé dans le Maine, en Anjou et en Bretagne, Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p (...)
  • 119 Sarrazin J.-L., « Les Cisterciens de Buzay…», op. cit., p. 65 ; Dom Morice, Preuves, I, 673 « Nos (...)

72En pays de hameaux, la tâche n’est pas toujours aisée, au xiie et au xiiie siècles les vrais déserts se font rares. Par ailleurs, l’influence de ces moines présente pour le moins une notable ambivalence. D’une part, ils colonisent de nouveaux espaces et y affirment une présence humaine, d’autre part, ils sauvegardent leur solitude en maintenant la forêt bien souvent, tandis que, sur leurs terres, en particulier sur le territoire des granges, la présence paysanne est inconnue, ce que révèle aujourd’hui la totale absence de toponymes significatifs118. Bien plus, ils n’hésitent pas à créer le désert en déplaçant des paysans initialement installés sur les terres concédées. Au xiie siècle, les moines de Buzay, prenant le contrôle du système hydraulique de la basse-Loire évincent des tenanciers tout comme ceux de Melleray avaient chassé des paysans réinstallés plus tard par l’évêque de Rennes, Étienne de Fougères119. Il y a donc un aspect dissuasif dans les implantations cisterciennes mais qu’il ne faut pas totalement exagérer car bien des abbayes atténueront vite les rigueurs de la règle et Fontaine-Daniel ne sera pas la seule à installer des paysans, voire à fonder des bourgs.

  • 120 La bulle de 1183 du pape Clément III en faveur de Saint-Jacut mentionne pour deux églises « cum om (...)

73Un grand nombre de petits oratoires plus ou moins isolés se disséminaient encore dans les campagnes sans que l’on sache grand-chose sur eux. Les chartes bretonnes citent souvent des chapelles en sus des églises paroissiales. Parmi elles, il faut évidemment compter les trèves mais ce n’est pas la totalité et plusieurs devaient se présenter comme de petits édifices sans habitat accolé, sacralisant l’espace en témoignant d’anciens personnages plus ou moins légendaires ou christianisant des fontaines120.

  • 121 Cart. La Couture, 300, Arch. dép. Mayenne, ms 33, n° 35.
  • 122 Châtillon, Mayenne, ibidem, 10, Mantilly, dép. Orne.

74Une dernière famille de fondations à caractère religieux suscite nombre de sites souvent isolés par fonction ou par obligation. Les petites institutions d’assistance fourmillent : léproseries, aumôneries, hospices. Dans les campagnes reculées, elles viennent offrir leur secours à toute une population de malades, de pauvres ou tout simplement de pèlerins. Peu étudiées, car souvent faiblement éclairées par les documents, elles rebutent le chercheur. Dans le Dictionnaire topographique de la Sarthe, sont recensés 138 toponymes la maladrerie, pour la plupart des lieux-dits, c’est-à-dire des sites isolés, dont certains sont attestés au Moyen Âge. À l’écart, ces refuges abritaient quelques malades comme on le voit à Poillé ou sur le site du futur village de Vautorte dans le bas-Maine121. Quelques hospitulariae ou Maison-Dieu se repèrent à Châtillon-sur-Colmont, la Frénouse en Mantilly122. Leur étude approfondie éclairerait passablement certains aspects du peuplement certes, mais, aussi de la sociabilité villageoise.

Les habitats temporaires

  • 123 En 1233, le seigneur de Mayenne autorise le prieuré de la Futaie à construire dans sa forêt des ab (...)
  • 124 Dictionnaire topographique de la Sarthe, p. 534-537. Coudrecieux (Sarthe, cant. Bouloire).

75Une dernière forme d’habitat, isolé mais plus deviné que vraiment perçu, jouait un rôle non négligeable dans la vie des campagnes. Des habitats, légèrement construits rendaient d’appréciables services à toute une population pas obligatoirement mal fixée mais obligée par ses travaux à des résidences temporaires. Travailleurs des bois, charbonniers ou bûcherons, bergers et autres avaient besoin de s’abriter en forêt123. Des abris éphémères pouvaient aussi s’imposer à certains paysans sur les chantiers de défrichements ou pour certains gros travaux. La tradition a transmis jusqu’au xixe siècle, la pratique des loges, modestes cabanes de branchages, fragiles mais vite construites, qui hébergeaient aussi bien les sabotiers en forêt que des défricheurs sur la lande. Or, le toponyme, la ou les Loges, qui pullule dans tout l’Ouest de langue romane remonte, au moins pour certaines de ses manifestations, à la période médiévale. La Sarthe compte 165 lieux-dits de ce type et, si toutes les époques ont sans doute fourni leur lot, quelques-uns apparaissent dans les textes médiévaux, les loges ayant alors donné naissance à une installation fixe. Une métairie des Loges existe à Tennie dès 1263 et un B. de Logis vivait à Contilly à la fin du xie siècle. Enfin, succès notable, ces modestes huttes ont pu générer une paroisse dès le xiie ou xiiie siècle, celle des Loges aujourd’hui intégrée en Coudrecieux124. Symboles d’un habitat fragile et fuyant, ces loges témoignent d’une réalité sans doute importante mais peu appréhendable.

76L’habitat isolé ne constitue donc pas un phénomène marginal, même s’il n’est pas majoritaire dans les réalités de la dispersion. Il ne se manifeste pas non plus tardivement sous la forme d’un habitat intercalaire venant combler quelques vides. Comme les hameaux, il est constitutif du système d’habitat dès le xie siècle. Cependant ses aspects multiples, aussi, exigent une vision globale car ils forment un ensemble fort mêlé et, qui plus est, doué d’une grande faculté d’évolution.

La dispersion dans l’espace et dans le temps

77La simple typologie des formes de l’habitat éclaire l’étude d’un système des plus divers mais on ne peut cependant s’arrêter à cela. En effet, toutes ces formes s’organisent entre elles et se répondent, constituant un véritable système de peuplement dont les modalités de l’agencement peuvent largement varier. Cela entraîne des situations fort dissemblables et, de plus, évolutives, la faiblesse des implantations les rendant bien souvent peu stables.

Diversité des systèmes de dispersion

  • 125 Niderst R., op. cit., t.3, p. 204.
  • 126 Arch. dép. Maine-et-Loire, 3P/4 118, 1.
  • 127 Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église, le terroir, op. cit., p. 89-90.

78L’étude du système de peuplement dans ses données actuelles ou du xixe siècle n’autorise pas un report complet sur la période médiévale. S’il indique, sans doute, quelques lignes générales qui ont pu se maintenir, il serait risqué de supposer une continuité absolue. La conjonction des textes et des plans anciens autorise cependant quelques conclusions. La dispersion de l’habitat, bien que générale aujourd’hui, subit quelques exceptions qui se révélaient peut-être plus nombreuses à la période médiévale. Dans le sud de l’Anjou, certaines zones présentent un habitat groupé ou faiblement dispersé et selon R. Niderst le fait était patent dès l’époque médiévale dans le Saumurois et la vallée du Thouet125. L’examen du cadastre ancien de Courchamps met en évidence un habitat totalement groupé, le cimetière abritant toute la population à l’exception d’un hameau formé autour du moulin126. Les traces d’un parcellaire en lanières, antérieur à la fondation, identifiées par E. Zadora-Rio, suggèrent un habitat groupé dès cette époque127.

  • 128 Musset R., Le Bas-Maine, op. cit., p. 14-17 ; Dufour J., Agricultures…, op. cit., p. 100-106.
  • 129 Arch. dép. Côtes d’Armor, E 497, feuille 1.

79L’étude de J. Dufour sur la Champagne du Maine met en évidence une évolution. À l’encontre de R. Musset qui en niait l’existence, elle montre la présence, au xviiie siècle, dans l’ouest du haut-Maine, d’une forte tendance à l’open field avec habitat nettement groupé, en relation avec un sous-sol calcaire128. Les grosses exploitations se regroupaient dans des bourgs assez forts et, si un habitat intercalaire existait bien, il s’avérait limité et tardif. Cures en propose un bon exemple et les écarts ne deviennent plus nombreux qu’en dehors de la zone calcaire (Fig. 56). Toutes les communes concernées ne comprennent qu’un nombre limité de toponymes en ière/erie et tout indique une certaine dispersion de l’habitat seulement à partir du xviiie siècle. Ce constat pose la question des nombreuses champagnes que l’on découvre comme dans le Penthièvre mais la tendance au groupement de l’habitat y était beaucoup moins nette au xviiie siècle (Fig. 52)129.

  • 130 Louise G., La seigneurie de Bellême…, op. cit., p. 81.

80En dehors de ces cas, la règle générale demeure la dispersion dès l’époque féodale avec une nette prédilection pour le hameau au détriment de l’habitat vraiment isolé mais les modalités présentent une grande variété. Dans certaines contrées, aucune polarisation ne s’est produite. L’atomisation de l’habitat y est demeurée extrême et G. Louise en donne une description dans le territoire de la seigneurie de Bellême en particulier pour le Passais130. Des paroisses sans véritables centres, dotées d’une église demeurée isolée ou presque se rencontrent de façon erratique ici ou là sans que l’on puisse vraiment comprendre les raisons de l’échec du regroupement (Fig. 30). Malgré tout, cette forme la plus poussée de la dispersion demeure un phénomène marginal.

81Dans l’ensemble de l’espace considéré, l’habitat se répartit entre un centre religieux ou castral et des écarts plus ou moins nombreux où domine le hameau mais en association plus ou moins développée avec les habitats isolés. Il s’ensuit toute une gamme de combinaisons dont on peut esquisser un tableau avec les conséquences qui en découlent. Dans l’Ouest intérieur, une tendance à un bourg assez marqué se dessine nettement. Pas obligatoirement fort, c’est-à-dire capable de regrouper une notable part de la population, il est cependant bien établi, un nombre souvent appréciable de maisons venant s’agglomérer autour de l’enclos ecclésial, sinon à l’intérieur. À mesure que l’on progresse vers la mer, en particulier dans la zone de colonisation celtique, le bourg s’avère moins marqué, souvent faible, il est moins inscrit dans le paysage, sa texture demeurant lâche. S’oppose ainsi Assé-le-Riboul à Plourhan (Fig. 21, 57).

  • 131 Zadora-Rio E., « Archéologie du peuplement… », op. cit., p. 45.
  • 132 Le Mené M., « La forêt du Lattay… », op. cit., p. 36.
  • 133 Zadora-Rio E., Rigny-Ussé 1, p. 32.

82Une autre distinction essentielle s’opère. Le peuplement dispersé, le plus souvent la majeure partie de la population, adopte des formes contrastées. Si partout les écarts sont déjà fort nombreux, plusieurs dizaines souvent dans une paroisse moyenne, ils peuvent différer profondément. Gros hameaux et exploitations isolées se combinent suivant les modalités les plus diverses. À Blou, en Anjou, le regroupement des hommes se constate nettement mais autour de deux centres en fait, le pôle religieux avec l’église et le domaine épiscopal de Ramefort qui devait lui être pratiquement égal. En dehors de cela, le peuplement dispersé se fait remarquer par sa modestie131. Par contre, à Saint-Lambert-du-Lattay, les gros « villages » des borderies voient s’intercaler quelques faibles écarts132. Non loin de là, aux limites de la Touraine, Rigny-Ussé présente un cas assez semblable. L’examen de la paroisse au xviiie siècle montre, outre le site religieux de Rigny dénué de population et celui d’Ussé qui attire le peuplement, un finage qui voit se disperser quelques hameaux de cinq à dix maisons, c’est-à-dire plus gros que le centre ecclésial et quelques exploitations isolées au milieu de clairières133.

Figure 45a - L’habitat dispersé au sud de Rennes

Figure 45a - L’habitat dispersé au sud de Rennes

(M. Mauger, dir., En passant par la Vilaine, Pl. XVI, p. 51, cliché BNF.)

Figure 45b - Croquis d’interprétation de la figure 45a

Figure 45b - Croquis d’interprétation de la figure 45a
  • 134 Dufour J., op. cit., p. 93.
  • 135 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 111.

83Dans le Maine, de nets contrastes se distinguent dès la période médiévale. La région du Saosnois, au nord, connaît une forte dispersion en grosses exploitations parfois sans beaucoup de hameaux. De même, au sud-est, dans la région de Saint-Calais, la dissémination est poussée, alors que, plus au nord, dans les environs de Bonnétable, les hameaux affirment plus nettement leur présence134. Vers l’ouest et jusqu’au bas-Maine, le phénomène s’accentue, sauf en Champagne du Maine, et les écarts se multiplient par dizaines. Le nord y privilégie plus les hameaux de dimensions variables mais une paroisse peut en compter quatre ou cinq importants alors que le bassin de Laval, sans les ignorer, voit plutôt un semis d’exploitations isolées135.

Figure 46 - Sixt-sur-Aff à la fin du xviiiesiècle. (Ille-et-Vilaine)
(Arch. dép. Ille-et-Vilaine, L 1016).

Figure 46 - Sixt-sur-Aff à la fin du xviiie siècle. (Ille-et-Vilaine)(Arch. dép. Ille-et-Vilaine, L 1016).
  • 136 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., cartes des lisières de la forêt de La Guerche, p. 497 et 506- (...)

84La paroisse de défrichement de La Gravelle présente une structure très caractéristique. Les exploitations isolées installées le long de la route de Rennes dominent, les hameaux sont l’exception. Le fait résulte sans doute du mode de mise en valeur, le seigneur de Laval, responsable de cette fondation a visiblement installé des paysans sur de petits bordages à caractère familial (Fig. 42). Les zones de la marche Anjou-Bretagne connaissent une grande imbrication de ces diverses formes et les cartes dressées par J.-C. Meuret offrent une assez claire vision de ce que pouvait être la réalité médiévale136. Autour des centres villageois, des auréoles de défrichement, des parcellaires de champs ouverts s’organisaient en fonction de petits hameaux au nom significatif de Montauban ou Niort. Celui des Valeyettes, en Ballots, comprenait, en 1101, quatre métairies issues d’un défrichement récent tandis que bien des toponymes en ière/erie s’appliquaient à de petits hameaux ou à de grosses exploitations isolées.

  • 137 Souillet G., « Laillé », BMSAIV, p. 39-97.
  • 138 Mauger M., En passant par la Vilaine, op. cit., p. 50-51. Pichot D., « Images du paysage… », op. c (...)

85Ce modèle prévaut encore largement en haute-Bretagne. La Loire-Atlantique actuelle connaît un mélange de gros villages et d’exploitations isolées : les métairies qui paraissent puiser leur origine dans un passé lointain et vraisemblablement médiéval. Dans le Rennais, le hameau prend généralement le dessus et la commune de Laillé en Ille-et-Vilaine, longuement étudiée par G. Souillet, constitue un bon exemple du schéma de peuplement. Le centre paroissial de cette ancienne centaine n’est guère important mais une pléiade d’écarts, une soixantaine, constelle le territoire. Pour la plupart, ces petits hameaux dont les noms attestent une existence au moins médiévale, ne regroupent que quatre ou cinq maisons au xixe siècle mais les vrais sites isolés sont rares et représentent plus des manoirs ou châteaux que des exploitations137. C’est la vision que propose le manuscrit de 1534 décrivant les rives de la Vilaine. Négligé sur certaines planches, l’habitat dispersé se trouve privilégié sur d’autres comme la XIV qui décrit d’ailleurs une petite zone de Laillé dont la comparaison avec la carte de G. Souillet dénote une remarquable stabilité (Fig. 45). Sur la feuille, se repèrent deux petits hameaux, le village du Boylle (le Boël en Bruz) et la Rouenaye. Une exploitation isolée, le Champ-le-Jar, est plantée de façon un peu étonnante au milieu d’une parcelle ce qui traduit en fait sa position au cœur d’un système ovalaire résultat d’un défrichement. Par contre la présence nobiliaire est bien mise en évidence et sans doute privilégiée par plusieurs manoirs invariablement accompagnés de leur petit bois138.

  • 139 Bossard Pierre, Tinténiac, essai de monographie paroissiale et communale, Rennes, 1924.
  • 140 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, L 1016.
  • 141 Davies W. et Astill G., The east Britany survey, fieldwork and field data, Cambridge, 1994 ; idem, (...)

86Les chartes de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes fournissent aussi un état de la grande paroisse de Tinténiac au début du xie siècle et font discerner la progressive apparition de chapelles de plus en plus indépendantes qui prendront le statut de trèves, puis au xiiie siècle, de paroisses pour la plupart139. Enfin, non loin de Redon, à Sixt-sur-Aff, un dossier de 1790 portant sur un redécoupage de la commune est accompagné d’un croquis sur lequel sont reportés les principaux écarts dont les noms, souvent, révèlent une existence médiévale : Tréaba, La Haye, la Guerche, le Faux etc. (Fig. 46)140. Ce document tardif montre assez clairement l’éclatement de l’habitat en hameaux, souvent dotés d’une chapelle bien signalée. Il met aussi en évidence le rôle des moulins, au moins à eau, en ce qui concerne la période médiévale. Le long de l’Aff dont le centre paroissial est écarté, ils égrennent tout un chapelet de sites habités. Dans la même région, à Ruffiac et Carentoir, les prospections archéologiques systématiques font apparaître une grande dispersion des sites mais il est difficile de distinguer petits hameaux et exploitations isolées, par contre, les sites aristocratiques paraissent se distinguer par leur céramique141.

  • 142 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale, op. cit., p. 306-310.
  • 143 Ibidem, p. 301. Tanguy B., « Le Porzay après le Xe siècle », dans Dilasser M., Un pays de Cornouai (...)
  • 144 Ibidem, p. 92

87Plus on progresse vers l’ouest, plus la dispersion se marque ainsi que la prédominance de hameaux souvent importants. La dipersion éclate dans les cartes de toponymes qui ont pu être dressées. Ceux du type La Ville, La Ville-es, La Ville-au ne comptent pas moins de 1500 occurences dans l’est des Côtes d’Armor142. Les toponymes en ker dépassent les 18000 dont la moitié se répartit dans le seul Finistère mais tous ne sont pas médiévaux, la fortune de cette famille s’étant prolongée très tard. B. Tanguy retient néanmoins son témoignage pour l’étude de l’occupation de l’espace au Moyen Âge143. La carte du chapitre 2 relative aux environs de la forêt de Paimpont va dans le même sens et celle des toponymes du Porzay établie par B. Tanguy dans son étude sur le peuplement dans la région de Locronan met en évidence le très grand nombre de « villages » et d’écarts divers (Fig. 7)144. Les toponymes en lok, kenkiz, (plessis), rest et ker, forment un ensemble impressionnant et le cadastre de Cast ne mentionne pas moins de 49 ker dont certains témoignent d’habitats disparus.

  • 145 Guillotel H., Actes, 155.
  • 146 Gallet J., La seigneurie bretonne (1450-1680), Paris, 1983, p. 168.

88Les textes confirment cette approche en donnant quelques détails. Les cartulaires citent de nombreuses villae qui se révèlent des « villages ». En 1146, dans une confirmation des biens de Sainte-Croix de Quimperlé, par Conan III, plusieurs villae apparaissent ainsi que le terme tribus qui paraît s’appliquer à de gros « villages » et préfigurer les trèves que deviendront certains comme « tribus Guynnyn, tribus Guennou, tribus Sancti Tuiani », la première s’identifiant avec Saint-Guénin, trève de Plourai dans le Morbihan145. Plusieurs mentions dans le cartulaire de Landevennec emploient tribus pour désigner un territoire assez vaste groupant plusieurs villae, ce qui semble montrer que le mot recouvre un espace et le lieu habité qui lui donne son unité. Il faut attendre le xve siècle pour obtenir une image précise grâce aux documents fiscaux. Le peuplement de Carnac en 1475 mis au jour par Jean Gallet présente une dispersion en hameaux souvent importants et habitations isolées qui ne doit pas être trop éloignée de celle du xiiie siècle, le nombre des manoirs excepté, peut-être146. Sur un schéma dont on retrouve les principales constantes, se développe donc toute une gamme de variations à travers l’ensemble de l’Ouest et l’on voit que le concept de dispersion recouvre bien des situations qui devaient se traduire par des implications sociales notables.

Les conséquences

  • 147 Roupnel Gaston, Histoire de la campagne française, Paris, 1932, chap.1.

89Avant d’examiner les conséquences directes de cette dispersion, il faudrait pouvoir dépasser le constat et envisager les facteurs de variété. On a établi depuis longtemps que les facteurs physiques ne pouvaient être tenus pour responsables du schéma de peuplement. Cela n’évacue pas leur présence et J. Dufour a montré la moindre dispersion dans la Champagne du Maine. Il n’empêche que le mimétisme l’a emporté, la géographie physique propose un cadre que les hommes adaptent. De la même façon, la variété et surtout l’évolution constatée de l’habitat, ont rendu caduques les hypothèses chères à G. Roupnel relatives à des origines ethniques147.

  • 148 Trochet J. R., Aux origines de la France rurale, Outils, pays et paysages, CNRS, 1993, chap. 1.

90Se plaçant sur un tout autre terrain et tentant une synthèse récemment sur les paysages ruraux, J. R. Trochet a voulu rendre compte de l’opposition : hameau, exploitation isolée. Il retient avec beaucoup de vraisemblance le critère des formes d’exploitation et des pratiques agraires mais il est difficile d’opposer, dès le Moyen Âge, des hameaux bocagers et des hameaux d’open field et l’opposition classique, métairies ou gagneries isolées et bordages regroupés en hameaux est trop systématique148. Pour une part, elle s’est accentuée lorsque l’on créa sur les landes de vastes métairies au xixe siècle. Il est vrai que celles qui furent prélevées sur les réserves seigneuriales s’isolaient plus facilement et que l’on rencontre bien des hameaux où semblent dominer les bordages mais le phénomène n’a rien d’absolu et nombre de fronts de défrichement voient la mise en place de petites exploitations isolées, le cas de La Gravelle en atteste. De plus, métairies et gagneries, par leur importance, peuvent provoquer la naissance d’un habitat développé en hameaux comme l’illustrent les borderies de la forêt du Lattay. Ainsi, l’attention se dirige vers l’histoire de la mise en valeur qui offre sans doute des perspectives. L’opposition du bas-Maine où les hameaux sont plus fréquents au nord, tient peut-être en partie à l’influence de l’époque carolingienne, c’est-à-dire que la polarisation autour du centre y aurait eu moins de force, l’essor se déclenchant un peu plus tard que dans le bassin de Laval plus favorable.

91Cet éclatement de l’habitat, plus ou moins marqué, pose le problème de la cohésion des ensembles villageois et paroissiaux. Plusieurs cas s’offrent à l’examen. Si les bourgs présentent une forte structuration, agglomération importante et bien marquée de la population, ou si, comme fréquemment en basse-Bretagne, ils sont faibles et peu structurés, la vie communautaire doit s’en ressentir. Il faut ajouter à cela le poids des formes de la dispersion. Quand au bourg s’oppose une atomisation d’écarts faibles et inconsistants, la situation n’a pas de commune mesure avec les paroisses semées de puissants hameaux qui, avec leur lieu de culte, se posent en concurrents directs du centre. Les forces centrifuges peuvent alors menacer de l’emporter, ce qui se produit lorsque l’on aboutit à un partage de la paroisse. L’encellulement esquissé et nettement symbolisé par le rassemblement autour du centre paroissial semble alors, au moins partiellement, mis en échec, encore faut-il prendre en compte les facteurs d’évolution car, nous l’avons soupçonné à plusieurs reprises, il s’agit bien d’un processus évolutif.

92Une création continue pendant toute la période féodale doit être envisagée. Les centres paroissiaux s’étoffent ou se créent massivement dès le xie siècle, plus intensément dans la seconde moitié, mais le processus se prolonge sur les xiie et xiiie siècles, en général avec moins de succès et les créations tardives végètent ou échouent. L’habitat dispersé accompagne ce mouvement. Il lui est complètement associé, deux forces parfaitement antithétiques s’affrontent et le réseau de peuplement qui s’instaure est le fruit de cet antagonisme, c’est-à-dire qu’il est toujours le résultat d’un équilibre sans cesse remis en question. La poussée des bourgs se trouve contrebalancée par une propension à la dispersion qu’encourage la mise en valeur des terres souvent opérée par des paysans jouissant d’une large latitude dans leur action.

  • 149 Astill G. et Davies W., « Prospections archéologiques dans l’est de la Bretagne : le bassin de l’O (...)
  • 150 Ibidem, A breton landscape, op. cit., p. 130-150.

93Une évidente fluidité et une certaine fragilité en découlent, évidemment. Certes, les témoignages de continuité ne manquent pas et les prospections archéologiques en mettent souvent en lumière. Pourtant, ces dernières notent de nombreuses disparitions sans compter des décalages par rapport au peuplement du début du xixe siècle. Suivant les zones prospectées à Ruffiac et Carentoir des différences apparaissent. Les prospections de 1982-1983, montraient une relative continuité puisque seulement 10 % des concentrations de céramiques se situaient à plus de 400 mètres des sites du cadastre du xixe siècle. Mais l’année suivante, le bilan montrait que 75 % des concentrations se plaçaient à plus de 100 mètres, trahissant nettement une certaine variation, au moins dans les implantations ce qui ne signifie pas toujours, donc, abandon du site149. Faisant le point quelques années plus tard, les deux auteurs établissent qu’un tiers des sites connus du xiiie au xve siècle ont disparu mais d’autres se sont créés150.

  • 151 Bertrand R. et Lucas M., «Un village côtier…», op. cit., p. 97-98.
  • 152 Tanguy D., « Prospections archéologiques en Basse-Bretagne, les moyennes vallées du Scorff et de l (...)

94Les témoignages d’abandon ne manquent pas, à commencer par la plupart des hameaux fouillés mais il faut prendre en compte d’abord des déplacements. Cela concerne des centres villageois. Nous l’avons constaté à l’Hermitage dans le diocèse de Rennes et au Masse en forêt de La Guerche. Si les centres se déplacent peu, lieu de culte et cimetière obligent, les hameaux présentent une plus grande fragilité et peuvent disparaître, pas toujours à l’époque médiévale cependant. Les maisons de Pen-er-Malo ont été victimes de l’avancée des dunes dès la fin du xiie siècle mais toutes ne furent pas délaissées en même temps151. Lann-Gouh voit partir ses habitants aussi au xiie siècle mais les raisons en demeurent obscures. Les vallées de l’Ellé et du Scorff révèlent des « villages » abandonnés, vraisemblablement médiévaux sans que l’on en sache cependant plus. S’agit-il d’abandon tardif de terres ingrates152 ? Là aussi, le délaissement peut n’être qu’un déplacement, l’entreprise ne présentait pas de grosses difficultés et, sur les sols les plus ingrats, elle pouvait s’avérer bénéfique. De telles pratiques pourraient rendre compte de l’impossibilité de retrouver bien des toponymes. Une souplesse certaine marque l’ensemble de la région mais plus là où la structuration est la moins établie et sans doute se fait-elle beaucoup plus sentir avant que le cadre paroissial ne prenne plus de rigidité.

* * *

95Partout présent ou presque, l’habitat dispersé caractérise bien l’ensemble de l’Ouest. Sa force, sa diversité, semblent remettre en question le regroupement des hommes dans les villages. Ainsi posée la question élude en fait le vrai problème. Le constat majeur réside d’abord dans les multiples formes prises par cet habitat mais qui correspondent à un nombre assez limité de situations. Plus que la maison isolée, le type le plus habituel est plutôt le hameau de taille variable et donc de force très inégale puisque les plus importants ne sont pas loin de se poser en véritables bourgs. L’opposition bourg/habitat isolé, trop schématique, doit intégrer cela pour parvenir à une certaine compréhension des relations qui peuvent s’établir entre les divers éléments.

96Une deuxième conclusion complète cette observation : la dispersion s’affirme comme totalement parallèle à la phase de regroupement identifiée essentiellement autour des enclos ecclésiaux. Il ne s’agit donc en rien ici d’un habitat intercalaire intervenu dans une dernière phase de peuplement. Le processus continu tout au long de la période considérée participe de plus, au moins marginalement, au regroupement. Si les petits écarts, les mottes et maisons fortes encouragent le phénomène de dispersion, les gros « villages » peuvent fort bien s’inscrire dans le contexte de regroupement, surtout quand ils aboutissent, et c’est fréquent, à des créations de paroisses. Par ailleurs, cet habitat ne diminue pas et ne s’affaiblit pas, bien au contraire. Il ne peut donc être envisagé comme une survivance ou un archaïsme, il correspond bien aux réalités de la société en place.

97Il en découle une structure originale. La tension née du développement de deux mouvements antithétiques constitue, de toute évidence, la particularité de l’Ouest. Les effets en sont multiples et si l’on peut s’interroger sur la cohésion du groupe humain, il faudrait sans doute, non pas nier un encellulement qui aurait échoué ou serait demeuré inachevé, mais plutôt y dénoter une adaptation spécifique du système. En effet, le mouvement de rassemblement des hommes s’est dessiné, il reste à savoir comment la communauté humaine s’organise dans un tel contexte. Une organisation réelle s’est mise en place et cela s’observe, d’abord, parce que c’est plus visible, dans la domination d’un finage, élément indispensable du village.

Notes

1 Pichot D., « L’habitat dispersé dans l’Ouest de la France, xe-xiiie siècle », op cit.

2 « [...] Nullum ibi erit cimeturium, nec tintinabulum ibi erit per nos, nisi de assensu et voluntate abbatis et conventus Sancti Melanii Redonensis, ne crisma nec oleum ibi erit nisi cum assensu capellani de Plelan [...] », arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1F 501, fol. 177.

3 Chédeville A. et Guillotel H., La Bretagne…, op. cit., p. 100-101.

4 Guillotin de Corson, Pouillés…, t.6, p. 401. Tréffendel (Ille-et-Vilaine, cant. Plélan-le-Grand), Tréhorenteuc (Morbihan, cant. Mauron).

5 Cf. fig. 7.

6 Brunterc’h J.-P., « Géographie historique et hagiographie… », op. cit., p. 51 ; Angot A., Dictionnaire, t.4, art. Feux-Villaines. St-Pierre-la-Cour (Mayenne, cant. de).

7 Cart. Évron, 2, Angot A., Dictionnaire, art. le Teil. Hambers (Mayenne, cant. Bais).

8 Idem, Cart. Champagne, 90, BNF, fds. lat. 17 125.

9 Angot A., Dictionnaire, art. Montméart, Hillion Y., Le chartrier… Évron, op. cit., vol.1, t.1, p. 107 ; Naveau J., Le chasseur…, op. cit., p. 75. Courcité (Mayenne, cant. Villaines-la-Juhel).

10 « Dedi [...] triginta sextarias terre apud locum qui dicitur Curtus Campus et duo jota prati super fluvium qui dicitur Toer et locum aptum ad ecclesiam construendam et cimiterium faciendum ad corpora defunctorum sepelienda et etiam ad quoscumque homines voluerint in ipso cimiterio recipiendos ad habitandum et domum monachorum circa ipsam ecclesiam cum closuris suis edificandam [...] » Cart. St-Aubin, 710 ; Port C., Dictionnaire, art. Courchamps ; Zadora-Rio E., L’église, le terroir, op. cit., p. 87-90. Courchamps (Maine-et-Loire, cant. Montreuil-Bellay)

11 Ibidem, 140 ; Port C., Dictionnaire, art. Brossay, Cizay, La Madeleine.

12 Angot A., Dictionnaire, t.1 et t.4 ; Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 363-373.

13 Cart. Abbayette, 10, 21, Savigny, Arch. nat. Fr., L972/640 ; Pichot D., « L’occupation du sol…», op. cit., p. 17-18.

14 Zadora-Rio E., « Archéologie du peuplement… », op. cit., p. 39-44.

15 Cart. Abbayette, 18, fin xiie siècle. St-Denis-de-Gâtines (Mayenne, cant. Ernée).

16 Angot A., Dictionnaire, art. Montenay ; Vautorte (Mayenne, cant. Ernée).

17 Ibidem, art. Vautorte, Naveau J., Carte archéologique de la Gaule, La Mayenne, p. 107, Pichot D., « Défrichement et mise en valeur… », op. cit.

18 Origné (Mayenne, cant. Château-Gontier).

19 Guigon Ph., Les sépultures du haut Moyen Âge…, op. cit.

20 Angot A., « Montaigu », BCHAM, t.20, 1904, p. 332-357. Hambers, Ste-Gemme (Mayenne, cant., Bais et Evron).

21 Naveau J., Carte archéologique, op. cit.

22 Chédeville A., « Un défrichement en Bretagne… », op. cit.

23 Cart. La Roë, 5, Angot A., Dictionnaire, art. Bourg-l’Evêque, Blochet ; Simplé (Mayenne, cant. Cossé), Livré, (idem, cant. Craon).

24 Guillotel H. et Meuret J.-C., « Chartrel et Carcraon : les enjeux d’une mise en valeur dans la vallée de la Seiche entre Moutiers et Visseiche, au xiie siècle », BMSAIV, t.97, 1995, p. 35-69. Domalain, (Ille-et-Vilaine, cant. Argentré-du-Plessis).

25 « [...] salvo jure ecclesie Loratorii omnino, scilicet tercia parte omnium decimarum, et tali quidem condicione ut illi homines qui manebunt in novo cymiterio et in terra ipsorum monachorum, eant ad matricem ecclesiam suam in festivis diebus et reddant sue matrici ecclesie omnia debita, scilicet oblationes, visitationes, baptisteria, exequias, sepulturas, exceptis hominibus tantummodo illis qui de pane vivunt monachorum, salvo tamen jure sacerdotis Loratorii », Cart. St-Aubin, 690.

26 Cart. St-Melaine, 293. Lors de la fondation de Jugon, une chapelle est entourée d’un « [...] cemiteriolum ubi peregrinorum et pauperum corpora inhumari solebant », Anciens évêchés…, livre 4, p. 336, xiie siècle.

27 Acte publié dans, Guillotel H., « Du rôle des cimetières en Bretagne…», op. cit., p. 24-25. On retrouve des problèmes du même ordre en Anjou où l’évêque doit annuler la création d’un cimetière près de Daumeray et dans le Maine où un conflit se conclut par une interdiction des sépultures, Zadora-Rio E., « Cimetières habités en Anjou », op. cit., p. 325 ; Cart. St-Vincent, 424.

28 Il s’agit de la transcription latine de tref qui désigne alors un quartier d’une paroisse. Tanguy B., « Les noms d’hommes et les noms de lieux », Cartulaire de l’abbaye St-Sauveur de Redon, p. 65.

29 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale…, op. cit., p. 264 ; Tonnerre N.-Y., Naissance de la Bretagne, op. cit., p. 435-442.

30 Chédeville A., « Naissance et développement du réseau paroissial…», op. cit., p. 46 ; Tonnerre N.-Y., idem., op. cit., p. 436.

31 Ibidem, p. 438. Noyal-Pontivy, Serent (Morbihan, cant. Pontivy et Malestroit).

32 Cart. St-Georges, 25 et app.11, 38. Trimer (Ille-et-Vilaine, cant. Tinténiac).

33 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5569. Les mentions se réduisent à peu de chose. Lors de la fondation du prieuré de Landugen donné à Sainte-Croix de Quimperlé, l’acte évoque seulement « quandam villam juxta Caer Ahes, in qua est Sancti Kigavi ecclesia », il s’agit de Saint-Quijau, trève de Carhaix, villa et ecclesia semblent indiquer que ce statut pourrait être en place dès 1084-1089, Guillotel H., Actes, 97.

34 Renard J., Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise, 1976., p. 10.

35 Finistère, cant. Concarneau.

36 Cart. Quimper, cité dans réed. Sée H., Études sur les classes rurales en Bretagne, appendice 2, p. 183 et suiv.

37 « villam [...] que vocatur Caer guenn in Budoc Capsizun », La Borderie propose cette identification, Actes, 8.

38 Arch. dép. Mayenne, ms 32, n° 105 à 107.

39 Dans le Maine, J. Dufour pense que les petits hameaux sont nés de dédoublement à partir d’un point initial, le fait est souvent probable mais n’est pas certain et d’autres explications peuvent être avancées. Agriculture et agriculteurs…, op. cit., p. 93. L’hypothèse familiale des hameaux fait l’objet d’une étude au chapitre 6.

40 « [...] mansuris totam terram de la Goulegastière cum pertinentibus et hominibus ibidem manentibus vel quam tenent Radulfus Guolegaste et Stephanus et Richardus Guolegaste fratres [...] » (1254-1255), Arch. nat., L970/480. 491.

41 « Place names do not keep their meanings for ever and places can be named from people without implying that all the inhabitants, even at the time that the name is formed, are blood relations », Reynolds Susan, Kingdoms and communities in western Europe, 900-1300, 2e ed., Oxford, 1997, p. 113.

42 Le Mené M., « La forêt du Lattay au Moyen Âge », MA, t.76, 1970, p. 27-60.

43 « Esamplas namque quasdam quam in Lateio homines sanctimonialium in earum dominicatura fecerant. instinctu quorumdam adulatorum, Gaufrido filio Garini contra jus dedit [Martellus junior]. Qui cum domum defensabilem edificare ibi vellet eamque jam erexisset ; [...] », Cart. Ronceray, 182.

44 Dufour J., op. cit., p. 93.

45 Conlie (Sathe, canton de), arch. dép. Sarthe, E 315/14, 2mi 127.

46 Gahard (Ille-et-Vilaine, cant. St.-Aubin-d’Aubigné), arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5347.

47 Flatrès P., « La structure rurale du Sud-Finistère d’après les anciens cadastres », Norois, n° 15, 1957, p. 353-377, n° 16, p. 425- 453.

48 La bibliographie de ces sites se caractérise par une abondance de courts articles : mise au point de campagnes de fouilles ou synthèse rapide obligeant à recourir aux rapports de fouilles déposés au Service Régional de l’Archéologie. Sans être exhaustif on peut ajouter aux articles déjà cités les éléments suivants : André P., « Le site médiéval de Kerlano en Plumélec, (Morbihan) », Arch. Br., 2, 1974, p. 27-34 ; Bardel J.-P., « Berné : Pont Calleck, le village déserté », Arch. Br., 20-21, 1978- 1979, p. 68-71, 24, 1979, p. 37-38 ; Barrère M. et Batt M., « Berrien, Le Goënidou, (Finistère) », Gallia Information-Bretagne, 1990, p. 19 ; Batt M., « Brennilis, Karhaes Vihan, Finistère », ibidem, p. 19-20. Voir carte Fig. 3.

49 Chalavoux J., « Village déserté de Melrand (Morbihan). Premiers résultats », DRAC-CNRSLaboratoire d’anthropologie, Rennes, 1991 ; Le Clainche M., Document de synthèse pour le programme CNRS, Bocages et sociétés, 1997.

50 Batt M., « Medieval Peasant Buildings In Brittany : oval and rectangular, plans and uses », Guernsey connections, Archaeological and historical papers in Honour of Bob Burns, 1998, p. 80-95.

51 Meirion Jones Gwyn, « La maison longue en Bretagne », Arch. Br., n° 26 ; idem, « The longhouse in Brittany : a provisional assessment », Post-Medieval Archaeology, 7, 1973, p. 1-19 ; Chapelot J. et Fossier R., op. cit., p. 229-240.

52 Pesez J.-M., « Archéologie de la maison paysanne », Villages et villageois au Moyen Âge, Société des historiens médiévistes…, op. cit., p. 181-192.

53 Idem, « Le foyer de la maison paysanne (xie-xve s.) », AM, t.16, 1986, p. 65-92.

54 Bans J.-C. et Gaillard Bans G., « L’archéologie de l’architecture vernaculaire bretonne, Question d’orientation et de méthode », Arch. Br., n° 31. Chapelot J. et Fossier R., op. cit., p. 245-246.

55 Pichot D., « Le médiéviste et les images. Calendrier, société, travail », Atala, n° 3, L’histoire, de la source à l’usage, Rennes, 2000, p. 49-70.

56 Prigent D. et Tonnerre N.-Y., La construction en Anjou au Moyen Âge, Angers, 1998.

57 Dictionnaire topographique de la Sarthe, p. 591.

58 Carte d’après Chédeville A., « Mise en valeur… », op. cit, p. 211. Mézières et St.-Mars-sous- Ballon (Sarthe, cant. Marolles-les-Brault et Ballon).

59 Cart. St-Serge, I. 51, Briollay (Maine-et-Loire, cant. Tiercé) ; Cart. St-Vincent, 376.

60 Alouis Victor, « Lucé et ses environs jusqu’au milieu du xive siècle », Rev. hist. et arch. du Maine, t.9, 1881, p. 268-328 ; Cart. La Couture, 300.

61 Astill G. et Davies W., A Breton Landscape, op. cit., chap.6.

62 Anciens évêchés de Bretagne, livre 4, 147.

63 Dictionnaire topographique de la Sarthe. St.-Mars-d’Outillé, Auvers-le-Hamon (Sarthe, cant. Ecommoy, Sablé).

64 Zadora-Rio E., « Les terroirs médiévaux dans le nord et le nord-ouest de l’Europe », dans, Guilaine J., Pour une archéologie agraire, op. cit., p. 181.

65 Cart. La Roë, 18 ; Cart. St-Vincent, 460, aussi 471, 476 ; Liber controversiarum, 202.

66 Naveau J., « Un site rural à Montflours, de l’âge du fer au Moyen Âge », MAH, n° 5, 1983, p. 3-18.

67 Aumasson P., « Pancé, l’enceinte circulaire du xiiie siècle de la Saudrais », Arch. Br., 1978-1979, n° 21-22, p. 77-80, « L’enceinte médiévae du bois de la Saudrais en Pancé-Poligné », ibidem, 1980, n° 26, p. 13-14, Ille-et-Vilaine, cant. Bain-de-Bretagne.

68 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 561-570.

70 Bouhier A., « Problèmes de structures agraires… », op. cit., avril-juin 1953, p. 16.

71 Meuret J.-C., « Construction et habitat aux confins Anjou-Bretagne du xie au xve s. », des textes au terrain, dans La construction en Anjou, op. cit., p. 145-148.

72 Duparc Pierre, « Les tenures en hébergement ou en abergement », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t.122, 1964, p. 5-88.

73 Pichot (D.), Le Bas-Maine…, op. cit., p. 316, 343 ; Renoux A., op. cit. ; Meuret J.-C., « Construction et habitat…», op. cit., p. 146-147 ; Brand’honneur M., Manoirs et châteaux, op. cit., p. 40-54. Le cartulaire de La Roë permet se suivre de façon particulièrement claire l’évolution du terme.

74 Renoux A., op. cit. ; brand’honneur M., op. cit., chap. 1.

75 Meuret J.-C., Pouvoir et peuplement…, op. cit., p. 363.

76 Irien J., « Fouilles d’un site archéologique médiéval : la motte de Leskelen en Plabennec », BSAF, 1977, t.105, p. 127-143, « Le site médiéval de Leskelen en Plabennec : le castel Saint-Ténénan », ibidem, t.109, 1981, p. 103-119 ; M. Brand’honneur, remet en cause certaines datations et envisage l’existence du manoir dès le Moyen Âge central, Manoirs et châteaux, note 39, p. 49.

77 Idem, « L’habitat chevaleresque du xie au xiiie siècle. L’exemple du site de Dézerseul dans le comté de Rennes », MSHAB, t.69, 1992, p. 77-94. Dézerseul, cne de Liffré (Ille-et-Vilaine cant. de), Manoirs et châteaux, op. cit., p. 45.

78 Assé (Sarthe, cant. Beaumont), Javron (Mayenne, cant. de). Guéguen Alain et Monique, « Évolution d’un site médiéval : le Serais en Javron (Mayenne) », MAH, 2, 1980, p. 35-43.

79 Renoux A., op. cit., p. 410.

80 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale…, op. cit., p. 187-190 ; Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 144-147 ; Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 376-381.

81 Tonnerre N.-Y., Naissance…, op. cit., p. 319-325.

82 Kernevez P., Les fortifications médiévales du Finistère, p. 24 ; Pichot D., Le Bas-Maine, p. 214. À Thorigné, une motte est située dans le bourg.

83 Tonnerre N.-Y., op. cit., p. 322.

84 Cart. St-Serge, I, 148, 420, Cart. d’Azé et du Genéteil (St-Nicolas d’Angers), 5 ; Brand’Honneur M., « Mottes et chevaliers : question de méthode et/ou diversité régionale », Mondes de l’Ouest…, op. cit., p. 387-398.

85 Idem, « La motte et le clocher : l’affrontement des symboles ? », CCM, t.43, 2000, p. 3-31.

86 Le Mené M., Les campagnes angevines…, op. cit., p. 126 et 127.

87 Brand’honneur M., Manoirs et châteaux, p. 154 ; Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 382.

88 Debord André, « Motte castrale et habitat chevaleresque », Mélanges d’Archéologie et d’histoire médiévale, en l’honneur du doyen de Boüard, Mémoires et documents publiés par la Société de l’Ecole des Chartes, t.27, Genève-Paris, 1982, p. 83-89 ; Brand’honneur M., «Mottes et chevaliers », op. cit.

89 Cart. St-Vincent, 384.

90 Debord A., op. cit., p. 87 ; Renoux A., op. cit., p. 404.

91 Cart. St-Serge, I, 39, 151, 198, 218 « cum una domo intra plexitium sita ».

92 Cart. Ronceray, 182.

93 Barral Y Altet X., «Mottes et maisons-fortes en Bretagne au Moyen Âge », dans La maison-forte au Moyen Age, Actes de la table ronde de Nancy, Pont à Mousson 1984, Paris, 1986, p. 43-54. Inzinzac, (Morbihan, cant. Hennebont).

94 Meuret J.-C., « Construction et habitat… », op. cit., p. 156. Livré-la-Touche, La Boissière (Mayenne, cant. Craon).

95 Renoux A., op. cit., p. 406-407 ; Jones Michaël et Meirion Jones Gwyn, « Seigneurie et résidence dans la Bretagne médiévale : un bilan des recherches récentes », dans, Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 437-460.

96 « Gentil fame doit avoir le herbergement son seignour après sa mort jusqu’à tant que cil qui est héritier de la terre li ait fait herbergement avenant. Et el le debt tenir en bone estance : et se el ne le tenet, l’en li porret oster par droit, par quoi ce fut en sa defaute [que] li manoirs fus anpiriez », Beautemps-Beaupre M. C. J., Coutumes…, op. cit., t. I, p. 73, (xiiie siècle). La Très ancienne Coutume de Bretagne stipule, quant à elle, pour la veuve « et si elle n’estoit herbregée avenaument, elle devroit estre endoayrée ou dit menoir (de l’époux) ». art. 30, p. 89.

97 Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 316 ; Meuret J.-C., « Construction et habitat… », op. cit., p. 154-161.

98 Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 303, testament de Guy VII, 1265, Bulletin philologique, 1889, p. 233-240.

99 « Nos vero ibi paladium lapideum fere centum pedes habens in longitutine, et appendicia et murum in circuitu, propriis sumptibus reedificavimus. », Dom Morice, Preuves, I, 673. Celui de Touvoie qui appartient à l’évêque du Mans est ceint de fossés en 1269 et celui de Céaucé reconstruit en 1309 comprend grange et portail (portallum), ce qui désigne une sorte de châtelet d’entrée, Nécrologe, 14 novembre, Actus, p. 505.

100 « [...] salvis remanentibus domibus circa dictum fortalicium existentibus », Olim, t.3, 175, cité dans, Anciens évêchés, livre 4, p. 383.

101 Port C., Dictionnaire, art. Selaines. Pour la Bretagne, des travaux très importants ont été consacrés aux manoirs mais essentiellement pour la fin du Moyen Âge, Meirion-Jones G., « L’architecture vernaculaire de la Bretagne : un résumé », MSHAB, t.57, 1980, p. 31-62 ; Mussat André, Arts et Culture de Bretagne, un millénaire, Paris, 1979, Le manoir en Bretagne, Cahiers de l’Inventaire, 1993. Meuret J.-C., op. cit. Tiercé (Maine-et-Loire, cant. de).

102 Nassiet Michel, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne xve-xviiie siècle, Rennes, 1993 ; Jones M. et Meirion Jones G., op. cit., p. 452.

103 Dans le Maine : le manoir de Tofou est à un écuyer en 1294, Cart. Abbayette, 38 ; le seigneur de Prez-en-Pail habite un manoir en 1263, Cart. La Couture, 364 ; Geoffroi de Montenay, chevalier habite un manoir en 1248, Cart. Fontaine-Daniel, 192 ; Eudes de Saint-Berthevin, miles et dominus possède un manoir en 1240, arch. dép. Mayenne, ms 34, n° 314. En Bretagne on trouve la même chose, Anciens évêchés, t.4, 131, Saint-Magloire, n° 50. M. Brand’honneur n’hésite pas à parler de manoirs à motte pour la haute-Bretagne, Manoirs et châteaux, op. cit.

104 Diocèse du Mans, Pichot D., « xie-xiie siècles : le temps des réformes », dans Dom Oury, Histoire religieuse, op. cit., p. 69-75 ; idem, « Histoire du diocèse du Mans du xe au xive siècle », MAH, n° 21, 1998, p. 62-67. Diocèse de Rennes, Chédeville A., « Le temps des réformes et du dynamisme », Histoire du diocèse de Rennes, op. cit., p. 53-55.

105 Courbefosse en Fougerolles (Mayenne, cant. Landivy), arch. dép. Mayenne, ms 33, n° 9 bis.

106 Dom Oury, « Les survivants des ermites du Bas-Maine : Le groupement de Fontaine-Géhard », Mabillon, janvier-juin 1988, t.51, n° 311-312, p. 355-372 ; Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 72-76.

107 La Borderie A., Actes, 54.

108 Dictionnaire topographique de la Sarthe, p. 347.

109 Guéguen A., « Erve et Treulon. Chemins et naissances paysagères en Mayenne », MAH, t.8, 1985, p. 31-49, Viviers (Mayenne, cant. Ste-Suzanne) ; Angot A., « Montaigu », op. cit. ; Guigon Ph., « Rallion en La Bouëxière… », op. cit., p. 81-82.

110 Cart. manceau de Marmoutier, Fontaine-Géhard, 6.

111 Cart. La Couture, 300, p. 221-222. La carte au 1/25 000 montre aujourd’hui deux hameaux distincts, la Ville-au-Moine et le Prieuré ce qui laisse supposer que le prieuré demeurait isolé au Moyen Âge. Nuillé-sur-Ouette, cne réunie à Soulgé (Mayenne, cant. Montsûrs).

112 Le dossier de Rouvadin est l’un des rares qui soit bien documenté pour un ermitage en dehors de Fontaine-Géhard. BNF, ms lat.11 056, fol.108, n° 141. La chapelle Saint-Paul de Regula en Rigny, rattachée à Cormery est dans le même cas, Zadora-Rio E., Rigny-Ussé I, chap.1.

113 Guigon Ph., « Rallion en La Bouëxière… », op. cit., p. 79-80.

114 Angot, Dictionnaire, art. Bonshommes et Montguyon. Meuret J.-C., Peuplement, op. cit., p. 579.

115 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 335. La Réale, communauté de chanoines du diocèse de Poitiers. Entrammes (Mayenne, cant. Laval).

116 Attal François, L’abbaye Notre-Dame de Beauport, Paimpol, 1997.

117 Dufief A., Les Cisterciens, op. cit., p. 99-108. On se reportera au tome 2 inédit du manuscrit dont une partie est consacrée aux implantations des abbayes.

118 Le fait a été relevé dans le Maine, en Anjou et en Bretagne, Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 78 ; Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 549.

119 Sarrazin J.-L., « Les Cisterciens de Buzay…», op. cit., p. 65 ; Dom Morice, Preuves, I, 673 « Nos vero reddidimus eamdem terram agricolis colendam qui ejecti fuerant ab ea tempore monachorum ».

120 La bulle de 1183 du pape Clément III en faveur de Saint-Jacut mentionne pour deux églises « cum omnibus pertinenciis suis et cum omnibus capellis in eadem parrochia constitutis », Anciens évêchés, t.4, St-Jacut, 7.

121 Cart. La Couture, 300, Arch. dép. Mayenne, ms 33, n° 35.

122 Châtillon, Mayenne, ibidem, 10, Mantilly, dép. Orne.

123 En 1233, le seigneur de Mayenne autorise le prieuré de la Futaie à construire dans sa forêt des abris à porcs : haras, c’est-à-dire qu’il autorise les gardiens à passer la nuit en forêt., BNF, nvelle acqu. lat. 1254, fol. 52 v°.

124 Dictionnaire topographique de la Sarthe, p. 534-537. Coudrecieux (Sarthe, cant. Bouloire).

125 Niderst R., op. cit., t.3, p. 204.

126 Arch. dép. Maine-et-Loire, 3P/4 118, 1.

127 Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église, le terroir, op. cit., p. 89-90.

128 Musset R., Le Bas-Maine, op. cit., p. 14-17 ; Dufour J., Agricultures…, op. cit., p. 100-106.

129 Arch. dép. Côtes d’Armor, E 497, feuille 1.

130 Louise G., La seigneurie de Bellême…, op. cit., p. 81.

131 Zadora-Rio E., « Archéologie du peuplement… », op. cit., p. 45.

132 Le Mené M., « La forêt du Lattay… », op. cit., p. 36.

133 Zadora-Rio E., Rigny-Ussé 1, p. 32.

134 Dufour J., op. cit., p. 93.

135 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 111.

136 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., cartes des lisières de la forêt de La Guerche, p. 497 et 506- 507.

137 Souillet G., « Laillé », BMSAIV, p. 39-97.

138 Mauger M., En passant par la Vilaine, op. cit., p. 50-51. Pichot D., « Images du paysage… », op. cit.

139 Bossard Pierre, Tinténiac, essai de monographie paroissiale et communale, Rennes, 1924.

140 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, L 1016.

141 Davies W. et Astill G., The east Britany survey, fieldwork and field data, Cambridge, 1994 ; idem, A breton landscape, Londres, 1998.

142 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale, op. cit., p. 306-310.

143 Ibidem, p. 301. Tanguy B., « Le Porzay après le Xe siècle », dans Dilasser M., Un pays de Cornouaille…, op. cit., p. 91-94.

144 Ibidem, p. 92

145 Guillotel H., Actes, 155.

146 Gallet J., La seigneurie bretonne (1450-1680), Paris, 1983, p. 168.

147 Roupnel Gaston, Histoire de la campagne française, Paris, 1932, chap.1.

148 Trochet J. R., Aux origines de la France rurale, Outils, pays et paysages, CNRS, 1993, chap. 1.

149 Astill G. et Davies W., « Prospections archéologiques dans l’est de la Bretagne : le bassin de l’Oust et de la Vilaine », Cahiers du CerAA, G 1984, p. 250-260, n° 13, 1985, p. 85-98.

150 Ibidem, A breton landscape, op. cit., p. 130-150.

151 Bertrand R. et Lucas M., «Un village côtier…», op. cit., p. 97-98.

152 Tanguy D., « Prospections archéologiques en Basse-Bretagne, les moyennes vallées du Scorff et de l’Ellé », Cahiers du CeRAA, n° 16, p. 63-77.

Table des illustrations

Titre Figure 32 - Une fondation appelée à devenir paroisse : Courchamps (Maine-et-Loire)(D’après le cadastre napoléonien, 1829, arch. dép. 3P4/118-1. Cf. Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église et le terroir, p. 89).
Légende Le prieuré de Saint-Aubin est accompagné d’un vaste cimetière destiné à installer des habitations. Le cadastre laisse penser à un développement modeste, ce que confirme l’érection tardive en paroisse. Paradoxalement, le bourg semble s’être autant accru en dehors de l’enclos.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-1.png
Fichier image/png, 826k
Titre Figure 33 - Une tentative arvortée : la Tannière(St Berthevin-la-Tannière, Mayenne).
Légende Interprétation à partir d’un montage de trois feuilles de cadastre, arch. dép. Mayenne, 3P, St-Berthevin-la-Tannière, Montaudin, St-Mars-la-Futaie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-2.png
Fichier image/png, 6,2M
Titre Figure 34 - Une trève : Trimer (Ille-et-Vilaine)
Légende (D’après le cadastre de 1834, arch. dép., 3P 5569, Feuille unique)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-3.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre Figure 35 - Un hameau dans le Maine : Crannes en Conlie (Sarthe)
Légende (Plan-terrier 1784, arch. dép. Sarthe, E 315/4, cliché arch. dép.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-4.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 36 - Un hameau en Bretagne : La Rosière en Gahard (Ille-et-Vilaine)
Légende Arch. dép. (D’après le cadastre ancien de 1828, 3P 5347, section F, Lezais, 1re feuille).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 38 - Le « village » de Karhaes-Vihan (Finistère)
Légende (M Batt, Gallia Information-Bretagne, 1990, p. 20)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-7.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Figure 39 - Le Goënidou en Berrien (Finistère) : un module du lotissement(Plan, M. Batt)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-8.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 40 - Maison de Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan)(R. Bertrand et M. Lucas, « Un village côtier », AM, t. 5, 1975, p. 80-83)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-9.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 41 - Habitat isolé dans le haut-Maine au xie siècle(A. Chédeville, « Mise en valeur… », op. cit. repris dans Flaran 18, p. 92).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-10.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 42 - Défrichement et exploitations isolées : La Gravelle (Mayenne)(D. Pichot, Le Bas-Maine, p. 105).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-11.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 43 - Exploitations nées par bourgeonnement : Les Torcés (Soulgé-le-Bruant, Mayenne)
Légende (D’après A. Bouhier, « Problèmes de structures agraires », p. 16)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-12.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 44 - Motte et manoir : Le Serais, (Javron, Mayenne)(A. et M. Guéguen, « Évolution d’un site… », MAH, t.2, 1980, p. 38)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-13.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 45a - L’habitat dispersé au sud de Rennes
Légende (M. Mauger, dir., En passant par la Vilaine, Pl. XVI, p. 51, cliché BNF.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-14.png
Fichier image/png, 12M
Titre Figure 45b - Croquis d’interprétation de la figure 45a
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-15.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 46 - Sixt-sur-Aff à la fin du xviiie siècle. (Ille-et-Vilaine)(Arch. dép. Ille-et-Vilaine, L 1016).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11248/img-16.png
Fichier image/png, 5,1M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540