Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village éclaté

 | 
Daniel Pichot

Chapitre 3. Le village et son centre

Un regroupement incomplet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Quelques dizaines de maisons, mais souvent moins, serrées autour de leur clocher, de la mairie et de l’école, une place, quelques commerçants et artisans ; aux alentours, disséminée en multiples écarts, une population souvent bien supérieure en nombre: tel se présente le village type de l’Ouest jusqu’à la veille de la dernière guerre mondiale. Peut-on faire remonter ce modèle à l’époque féodale ? La question pose en termes originaux le débat du regroupement des hommes. Les hypothèses générales proposées: incastellamento ou encellulement semblent infirmées mais, pourtant, les créations procédant des détenteurs du pouvoir laissent supposer des tentatives inabouties. Si cela se vérifie, il faudrait alors parler de regroupement incomplet, inachevé, voire enrayé.

  • 1 Pichot D., « L’habitat dispersé dans l’Ouest de la France : état de la question », Flaran 18, p. 6 (...)

2Ainsi posé, le problème montre l’intérêt de procéder, autant que possible, à la description de ces villages entre le xie et le xiiie siècles. Quel aspect prennent-ils et comment se met en place la distribution entre le centre et les éléments périphériques ? Quelles sont les tensions qui président au déploiement de cette forme d’habitat ? L’identification du processus se révèle d’autant plus cruciale que la forme classique de ces villages se dégage pendant ces siècles qui voient en même temps, et ce n’est pas sans rapport, le perfectionnement de l’encadrement seigneurial et paroissial. La réponse ne se découvre pas facilement. Les textes, comme l’iconographie, ne se soucient guère de délivrer directement une image, aussi faut-il emprunter des voies quelque peu contournées. L’église, le château ou tout simplement les maisons, les hameaux surgissent fréquemment dans les textes qui livrent les composantes d’une mosaïque cependant difficile à reconstituer si nous ne disposions pas des ressources offertes par les plans-terriers et surtout les cadastres anciens. L’iconographie, malheureusement tardive, apporte aussi quelque secours dans cette démarche régressive. La mise en œuvre permet dans un premier temps de cerner la constitution ou le renforcement des centres villageois, les bourgs-centres, en examinant les pôles favorisant la fixation des hommes ce qui exige aussi l’identification des moyens utilisés pour susciter leur éventuel développement1.

Les pôles

3Le château ou la motte, l’église offrent aux centres villageois un point de fixation, s’érigeant en véritables pôles. Pourtant, tous ces centres ne présentent pas les mêmes caractères et la polarisation s’accomplit fort inégalement suivant des modalités variées. La congregatio hominum s’amorce ainsi autour de lieux privilégiés mais dans quelle mesure reflète-t-elle véritablement une volonté de regroupement ?

Un incastellamento limité

Châteaux, mottes et centres paroissiaux

  • 2 Les fortifications de terre en Europe occidentale du xe au xie siècle, Colloque de Caen, A.M., t.1 (...)
  • 3 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 360-373 ; Zadora-Rio E., « L’église et le regroupement de (...)

4Le terme château implique une construction mais aussi la présence d’un pouvoir, un dominus ou son représentant exerçant, au moins, une part du ban. La motte, rarement citée dans les textes mais très présente sur le terrain, ne recouvre que partiellement une telle définition2. Elle se présente très largement comme un concept archéologique englobant des constructions appartenant à des catégories très différenciées. Si les plus puissantes possèdent un caractère castral manifeste, beaucoup, les plus nombreuses, accusent une évidente modestie et leur valeur militaire ne constitue sans doute pas leur intérêt principal. À part une certaine ressemblance d’aspect, tout distingue les imposantes mottes du Craonnais ou celle de Vihiers, véritables forteresses, et les nombreux édifices terroyés et fossoyés aux dimensions réduites qui foisonnent dans les inventaires3.

  • 4 Fournier G., Le château dans la France médiévale, Paris, 1978. Debord A., Aristocratie et pouvoir, (...)
  • 5 Bachrach Bernard S., « The angevin strategy of castle building in the reign of Fulk Nerra (987- 10 (...)
  • 6 Debord A., « Les bourgs castraux dans l’ouest de la France », Flaran, 1, Châteaux et peuplement en (...)
  • 7 Chédeville A., « La naissance du réseau urbain dans l’ouest de la France au xie siècle et le rôle (...)

5La catégorie des châteaux dont les liens avec l’habitat se révèlent des plus étroits, revêt une importance primordiale mais, paradoxalement, d’une façon indirecte pour notre propos4. Foulque Nerra instaure dans son comté d’Anjou toute une série de forteresses dont les fonctions politique et militaire fondent leur raison d’être mais il leur adjoint systématiquement une paroisse, berceau d’un peuplement voulu et organisé, au caractère urbain délibérément souhaité, l’exiguïté de leur territoire en apportant la première preuve ; tels se présentent les cas de Vihiers ou de Montfaucon-sur-Moine5(Fig. 9). Plus fréquemment, ces castra s’adjoignent un ou des bourgs castraux qui fixent la population et amorcent un développement urbain6. C’est ainsi qu’accompagnant le renouveau économique qui s’esquisse très tôt dans l’Ouest, fin xe ou début xie siècle, ils contribuent à la mise en place d’un réseau de petites villes, élément pratiquement absent dans les siècles antérieurs. Que l’on cite, Durtal, Fougères, Château-du-Loir, à chaque fois c’est une entité urbaine qui se distingue. Le château a donc partie liée avec l’habitat, principalement les villes, mais à des degrés différents. Une étude d’A. Chédeville met en lumière la naissance d’un réseau de centres urbains secondaires qui deviendront dans l’avenir chefs- lieux de département ou sous-préfectures. Sur les 29 en place au début du xxe siècle, au moins 20 sont issus d’une agglomération castrale7. À un niveau inférieur, les châteaux correspondent massivement à nos chefs-lieux de cantons dont le caractère urbain demeure moins affirmé. Ces villes doivent retenir notre attention car, sièges de pouvoir, et donc, lieux de perception, de concentration de richesses et de marché, elles dominent et régissent le plat pays, domaine des villages.

Figure 9 - Montfaucon-sur-Moine (Maine-et-Loire) : œuvre de Foulque Nerra

Figure 9 - Montfaucon-sur-Moine (Maine-et-Loire) : œuvre de Foulque Nerra

Source: ZADORA-RIO E.,» L’église et le regroupement de l’habitat en Anjou… », p. 140)
La motte avec sa basse-cour, élevée vers 1026 crée un nouveau centre de peuplement. Une paroisse est alors prélevée sur le territoire de St-Germain-sur-Moine. Le tracé cadastral laisse apparaître une série d’enceintes complétant les fortifications.

  • 8 Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 242-243. Meslay et Montsûrs sont devenus de gros chefs-lieu (...)
  • 9 Ibidem. Bazougers, Bouère (Mayenne, cant. Meslay et Grez-en-Bouère). Plan de Bazougers dans, Fourn (...)
  • 10 Pirmil (Sarthe, cant. Brûlon), plan dans, Fournier G., op. cit., p. 372. Péray et Saint-Rémy-du- P (...)

6La relation château-ville ne s’impose cependant pas toujours. D’abord, elle n’est importante que pour les créations du xie siècle, après, elle devient plutôt rare ; les forteresses tardives demeurent isolées la plupart du temps. Dès le xie pourtant, il ne suffit pas d’établir un château pour faire naître une ville, les bourgs castraux ne fleurissent qu’au pied des châteaux centres de seigneuries banales et résidences d’un dominus. Dans la seigneurie de Laval, il n’en existe qu’à Laval et à La Gravelle, site bien modeste mais fréquent séjour de chasse seigneurial. Meslay ou Montsûrs, de puissance bien plus grande mais qui n’abritent guère le sire, n’en disposent pas8. Ailleurs, la naissance progressive d’une petite ville n’est pas exclue, mais plus rare. Des villages, en effet, peuvent s’associer à un château. Si ce n’est pas de façon générale, une minorité non négligeable se trouve concernée. Certaines forteresses n’ont engendré ou fixé, pour des raisons diverses, que de bien faibles agglomérations. Dans le Maine, les châteaux de Bouère et Bazougers dont les domini, vassaux de Laval, détiennent le ban, entraînent respectivement la création de deux bourgs qui connaissent un certain succès, sans pour autant accéder au stade urbain9. Dans le Maine toujours Pirmil ne se développe guère, de même que Péray et Saint-Rémy-du-Plain10. Dans ces derniers cas, de puissantes mottes surmontées de tours de pierre élevées par les seigneurs de Bellême n’ont provoqué la naissance que de regroupements très limités comme l’attestent les cadastres du début du xixe siècle.

  • 11 Marcillé (Ille-et-Vilaine, cant. Retiers). Château initial de la puissante famille de Vitré, le ch (...)
  • 12 Anciens évêchés de Bretagne, t.4, p. 331-336, Jugon, 1, Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretag (...)

7Il en va de même en Bretagne pour Marcillé-Robert délaissé très tôt par le lignage de Vitré et La Chèze, qui, malgré la fondation de l’abbaye toute proche de Lantenac et la puissance de la famille résidente, les comtes de Porhoët, demeure une agglomération des plus faibles11. La construction tardive de cette dernière forteresse, sans doute au début du xiie siècle, fournit l’explication. Plus généralement, des châteaux bretons fondés au xie siècle, mais encore au xiie ne suscitent au départ qu’un habitat limité, même la constitution éventuelle d’un prieuré n’entraîne pas obligatoirement la création d’une paroisse. Le château de Jugon apparaît en 1108 presqu’isolé, la mise en place d’un prieuré de Marmoutier fixera une certaine population mais l’ensemble demeurera modeste12. On peut d’ailleurs penser que bien des petites villes castrales bretonnes ne devaient aux xie et xiie siècles guère dépasser le stade du gros village. Cependant en général, les châteaux assument un rôle notoire et leur présence accentue la consistance des bourgs-centres.

  • 13 Verdier R., 400 mottes…, op. cit., p. 55-56, (Sarthe, cant. de).
  • 14 Montgermont (Ille-et-Vilaine, cant. Betton) ; Brand’honneur M., Les mottes médiévales, op. cit., p (...)
  • 15 Hinguant S., Les mottes médiévales des Côtes d’Armor, p. 38. Lézardrieux (Côtes d’Armor, cant. de)

8Les simples mottes, jamais qualifiées de castra et liées à de petits lignages peuvent apparaître dans les centres paroissiaux. Le plan de l’agglomération s’organise parfois complètement en fonction de leur présence et l’église se situe à leur pied. Il arrive même que l’on puisse vérifier que le lieu de culte et les habitations s’inscrivent dans une ancienne basse-cour, témoignage fort probable d’une origine de ce centre par regroupement autour d’une motte initiale. Ce type de formation se repère à de multiples reprises, en général sur le cadastre napoléonien, plus rarement in situ, quand la commune ayant peu évolué, la butte de terre subsiste avec son entourage. R. Verdier estime, non sans arguments, que Bouloire, aujourd’hui dans la Sarthe, s’est développé dans un baile, à l’abri d’une motte13. Montgermont, tout près de Rennes, est visiblement né de la même manière. Il faudra d’ailleurs un délai assez long pour que le statut paroissial soit reconnu14. Simple chapelle castrale dépendant de Pacé au milieu du xiie siècle, l’église devient paroissiale au début du xiiie (Fig. 10). Le développement autour de la motte peut, éventuellement, mais rarement, prendre un caractère marqué, évoquant un bourg castral. L’exemple de Lézardrieux paraît en ce sens assez exceptionnel (Fig. 11). Une motte y subsiste encore dominant le port sur le Trieux. L’église, peut-être l’ancien prieuré de l’abbaye de Saint-Jacut, à ses pieds, détermine l’axe d’un lotissement, dont la régularité dénote un bourg castral. Un tel ensemble se présentait seulement comme une trève de Pleumeur, mais aurait pu être paroisse ailleurs. L’intérêt du témoignage cadastral fait d’autant plus regretter l’absence de toute documentation écrite15.

Figure 10 - La motte de Montgermont (Ille-et-Vilaine)
(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5417)

Figure 10 - La motte de Montgermont (Ille-et-Vilaine)(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5417)

1-Motte 2-Chapelle castrale – Limite de la basse-cour

Figure 11 - Lézardrieux (Côtes d’Armor)
(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Côtes d’Armor)

Figure 11 - Lézardrieux (Côtes d’Armor)(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Côtes d’Armor)

1- Motte 2- Eglise 3- Bourg ?

  • 16 Bazouges-la-Pérouse, Cormillé (Ille-et-Vilaine, cant. Antrain, Vitré), Brand’honneur M., Le châtea (...)

9Une autre configuration se rencontre assez fréquemment. La motte se situe dans le bourg ou le jouxte mais ne semble pas avoir organisé l’implantation humaine, laissant supposer une installation postérieure. Cela se découvre à Bazouge-la-Pérouse, Cornillé, en Ille-et-Vilaine, La Motte et Plouasne dans les Côtes d’Armor, enfin, Thorigné-sur-Dué dans la Sarthe16. Dans tous ces cas, une motte se place soit dans l’agglomération, soit à quelques centaines de mètres seulement, si bien qu’il peut s’avérer difficile de définir son rapport exact avec elle, s’y est-elle accolée, lui offrant protection ou lui imposant son contrôle ? À La Motte elle a pu provoquer sa naissance puis s’en écarter (Fig. 12).

Figure 12 - La Motte (Côtes d’Armor)
(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Côtes d’Armor)

Figure 12 - La Motte (Côtes d’Armor)(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Côtes d’Armor)

La forme ovalaire près de l’église pourrait laisser supposer un emplacement initial de la motte

  • 17 On peut citer Les Murailles en Saint-Christophe-du-Luat ou les Châteaux en Thorigné. Le puissant c (...)
  • 18 Ibidem, tableaux p. 196-218.
  • 19 Renoux Annie, « Mottes et habergements fossoyés dans le Maine (xie-xve siècles) : état de la reche (...)

10Si châteaux et mottes sont les agents d’un incastellamento dans un certain nombre de régions, force est de constater ici leur relative discrétion. Les enquêtes ne permettent pas des calculs précis globalement mais, pour des espaces limités, les conclusions se montrent plutôt concordantes. Dans les Côtes d’Armor, seulement 15 % des centres villageois portent la trace ou le souvenir d’une motte, à l’exclusion des châteaux de pierre. Dans le bas-Maine, sur 245 communes actuelles, 31 seulement ont vu un château ou une motte installé en leur centre, soit à peine 13 %. Par contre, 21 châteaux sur 29, sûrement apparus avant le xive siècle, se trouvent concernés, soit 72 %, et ceux qui demeurent isolés se révèlent les plus tardifs, à de rares exceptions17. Les mottes se comportent de façon totalement inverse. En comptabilisant celles qui ne sont pas des châteaux, seulement 7 % sont présentes dans un centre villageois18. Sans donner de chiffres, A. Renoux faisant la synthèse de l’enquête entamée sur l’ensemble du Maine, constate: « Certains de ces ouvrages sont liés aux villages et ont joué un rôle dans leur développement, mais la proportion de spécimens isolés l’emporte »19. Dans le Rennais, les recherches de M. Brand’Honneur aboutissent aux mêmes conclusions. Les châteaux majeurs se situent tous dans une agglomération qu’ils n’ont cependant pas obligatoirement fondée et les châteaux mineurs présentent un succès moindre mais pas négligeable. Par contre, les simples mottes se situent rarement dans une agglomération ou à quelques centaines de mètres, 10,5 % seulement du total. Bien plus, l’auteur demeure sceptique quant à leur rôle effectif. Pour beaucoup dans ce groupe, il ne voit guère plus qu’une juxtaposition motte-agglomération, conclusion que l’examen des cadastres cités précédemment suggérait et que l’on peut généraliser. Dans le Finistère, le catalogue des Fortifications médiévales accentue encore ces observations car, si les châteaux assument le rôle attendu, quelques mottes seulement se signalent au cœur des villages.

11La faiblesse de l’influence du phénomène castral sur les formes du peuplement éclate et l’Ouest demeure étranger à l’incastellamento de type méditerranéen, au moins de façon générale. Il en connaît, pourtant, quelques manifestations. Les châteaux se multiplient à partir du début du xie, un peu plus vite en Anjou et dans le Maine. Les mottes posent plus de problèmes en raison de la rareté des fouilles et du quasi silence des textes. Si elles apparaissent dès la fin du xe siècle, en Bretagne, et sans doute ailleurs, leur grande diffusion se place au xie, la seconde moitié, plus particulièrement, selon ce que pense A. Renoux pour le Maine, mais partout on en élève encore au xiie. Cette diffusion révèle un parallélisme avec l’accroissement du peuplement et la création de centres nouveaux, coïncidence cependant ne vaut pas démonstration, aussi faut-il examiner de plus près les relations qui s’installent. Le lien agglomération-châteaux ou motte, prend d’autant plus de force que le pouvoir manifesté est plus marquant. En soi, la remarque ne surprend pas mais doit être approfondie.

  • 20 Maison de Laval…, 131-149 et cadastre, arch. dép., Mayenne 3P. Le cadastre de Courbeveille montre (...)
  • 21 « [...] Gaufridus tunc temporis ipsius municipii jure hereditario dominus et ecclesie Sancti Jacob (...)
  • 22 Sérigné, paroisse disparue en la Bouëxière (Ille-et-Vilaine, cant. Liffré), Cart. Saint-Sulpice, 6 (...)

12Un certain nombre de fondations nouvelles prennent leur essor à partir de l’installation d’un château ou d’une motte. Confirmant le tracé cadastral qui peine à donner des références précises dans le temps, les textes, à l’occasion, apportent le complément souhaité. Le château de La Gravelle, élevé au milieu du xiie siècle en pleine zone forestière suscite la création de deux bourgs dont l’un est bien connu par une donation à Marmoutier20. À la Possonnière, en Anjou, « Geoffroy alors seigneur de cette forteresse par droit d’héritage et principal fondateur de l’église Saint-Jacques qui y est située », vers 1138-1141, installe un prieuré de Saint-Serge destiné à développer une agglomération encore largement en gestation car les alentours de l’église demeurent en vigne et terre21. Il en va de même en forêt de Rennes où la motte de Sérigné donne bientôt naissance à un bourg dont la chapelle sera promue église paroissiale22. Une telle volonté politique paraît liée souvent à des fondations pionnières dont le défrichement constitue l’objectif premier, une généralisation serait cependant téméraire, Montgermont ou Lézardrieux ne s’inscrivant guère dans un tel projet.

  • 23 Bouère, Angot A., Dictionnaire, art. Bouère, Tinténiac (Ille-et-Vilaine, cant. de), Cart. St-Georg (...)
  • 24 Brand’honneur M., Manoirs et châteaux…, op. cit., p. 289 ; Meuret J.-C., op. cit., p. 342-343.
  • 25 Beaumont-Pied-de-Boeuf (Sarthe, cant. Château-du-Loir), La motte, à l’écart du village actuel, se (...)

13Fréquemment, cependant, la situation se montre plus complexe. La position dans le plan suggère que les châteaux ou plus souvent les mottes n’organisent pas l’espace et cela converge avec des textes montrant qu’ils viennent s’implanter souvent sur des lieux déjà occupés. Pour les premiers, la chose est assez démontrée même pour ceux que l’on peut penser assez modestes. Le château de Bouère se manifeste au xie siècle dans une localité où l’église dédiée à saint Cyr et sainte Julitte surmonte une nécropole et celui de Tinténiac s’installe dans un village déjà existant comme l’indique l’autorisation de construction et les premières chartes du prieuré de Saint-Georges23. Pour les mottes, malgré la rareté des fouilles archéologiques pratiquées, des niveaux d’occupation antérieure ont pu, dans quelques cas, être identifiés. En haute Bretagne, celle de Vezin reposait sur un sol portant des traces indiscutables et au Masse, ancien centre villageois abandonné, tout l’aménagement de l’espace pourrait être lié à la motte encore visible mais la présence sur le site de tuiles et céramiques romaines laisse planer un doute24. Un processus de ce genre pourrait bien s’appliquer à des mottes de la région du Loir érigées sur une falaise truffée d’habitats troglodytiques, des « caves », dont Beaumont-Pied-de-Bœuf offre un exemple convaincant25. À vrai dire, à ce stade de la recherche, on ne peut que constater la succession de périodes d’occupation. La présence de sépultures tendrait à indiquer un phénomène d’agglomération autour du cimetière difficile à dater que la motte aurait pu simplement favoriser, à moins qu’elle ne soit intervenue plus tard pour contrôler la population.

  • 26 Zadora-Rio E. et alii, Rigny-Ussé 1…, op. cit., I. 3 La répartition des fonctions.
  • 27 Cart. Ronceray, 130, 131, 136 et Port C., Dictionnaire, art. Seiches, Suette, Mathefelon.

14Quelles que soient les lacunes dans les inventaires et les recherches, une conclusion s’impose: l’incastellamento, sans être vraiment absent, demeure fort limité et très incomplet. Même quand il se manifeste, il ne réunit jamais la population entière. Il convient cependant de noter la forte attraction des châteaux, en règle générale, qui peut aller jusqu’à nuire au centre paroissial, comme à Rigny où l’église demeure presqu’isolée quand la forteresse d’Ussé focalise le peuplement26. À l’inverse, mais le cas est plutôt exceptionnel, le château de Mathefelon, pourtant siège d’un puissant lignage, ne peut parvenir à assembler les hommes qui se regroupent, en partie, à Seiches à faible distance27. Malgré cet exemple, le pouvoir seigneurial doit jouer son rôle, mais c’est en pleine conjonction avec l’église paroissiale dans la presque généralité des villages envisagés.

Le pôle religieux: l’église et le cimetière

15Sans beaucoup d’exceptions, le centre villageois se rassemble autour de l’église. L’observation de l’état actuel, aussi bien que les cadastres anciens et les plans terriers, voire l’iconographie de la période moderne ou de la première moitié du xixe siècle le mettent en évidence. Les textes suggèrent une situation un peu plus complexe en associant systématiquement l’espace cimitérial à l’église.

Un cas particulier: les monastères

  • 28 Guillotel H., Actes, 19 ; Angot A., Dictionnaire, art. Châlons.

16Les monastères se présentent comme un pôle religieux assez particulier dont le rôle dans l’organisation et la fixation du peuplement est statistiquement limité. Globalement, peu de villages y doivent leur naissance. Quelques fondations bénédictines, éventuellement fort anciennes, ont pu susciter de petites villes ou du moins des bourgades aspirant à ce rôle. Telles se présentent Redon et peut-être Évron. Des monastères du haut Moyen Âge, ayant survécu ou non, sont à l’origine de villages identifiés à la période féodale, c’est souvent le cas pour de petites fondations à caractère celtique, comme Tréal qui se détache de Ruffiac au xie siècle, Gahard qui conserve un petit monastère, Saint-Spire, transformé en prieuré de Marmoutier ou Châlons-du-Maine, qui doit son existence à un monastère de femmes richement doté par un évêque au viiie siècle mais dont on ne sait plus rien par la suite28. Les fondations du xiie siècle ne donnent naissance qu’à de faibles villages: Saint-Sulpice en Bretagne, Etival dans le Maine, ou La Roë et Nyoiseau dans l’Anjou. Par contre, l’effet s’inverse avec les Cisterciens qui, bien sûr, évitent ce genre de situation. Les religieux: moines et chanoines jouèrent ainsi un rôle qui n’a rien de comparable avec avec celui de leurs innombrables prieurés.

L’église paroissiale

  • 29 Barral I. (Dir.), Le paysage monumental, op. cit., chap. Bretagne et Pays de Loire.

17Modestes, les églises paroissiales exercent une influence plus massive et assument des fonctions complexes. Bien peu d’édifices antérieurs au xe siècle ont passé le cap de l’An mil et c’est souvent inconsidérément que l’on en a vieilli certains29. Une phase de reconstruction ou de construction se déclenche avec le xie siècle. Sans gloser sur « le blanc manteau d’églises », il n’est pas inopportun de s’interroger sur ses raisons et ses aspects, d’autant plus que les historiens et les historiens d’art y ont d’abord perçu les grandes réalisations architecturales ne découvrant que récemment les petites églises rurales conservées en grand nombre et qui témoignent, à leur manière, de l’activité villageoise. La reconstruction paraît souvent coïncider avec les restitutions ou les fondations de prieurés dont elle était souvent l’une des conditions mais, très tôt, des laïcs s’en soucient. Yves de Saint-Berthevin, maître de l’église d’Avénières, entreprend de son propre chef une reconstruction au début du xie siècle:

  • 30 « [...] Fuit igitur quidam miles Yvo nomine apud predictam Vallem Guidonis degens, in cujus jus ab (...)

« […] Cette église ruinée par le temps et presque rasée au sol était échue par droit d’héritage de son grand-père et de son aïeul à un chevalier de Laval nommé Yves. Un jour, il lui parut bon, Dieu l’inspirant, de la réédifier et de la relever, de l’agrandir un peu et de l’embellir par ses propres moyens. Il la réédifia donc comme il l’avait proposé et la releva puis la fit dédicacer à la Bienheureuse Marie toujours vierge […] »30.

  • 31 « [...] Quando igitur Hamelinus Altanosiacensis reportavit ad Altanosiam quasdam reliquias, in hon (...)

18De la même façon, le père d’Hamelin d’Anthenaise, Roscelin, avait érigé l’église de la Chapelle-Anthenaise et l’avait pourvue de reliques, il est fort probable cependant, que ce fut au départ, une chapelle castrale31.

  • 32 Chasné, Ercé, Tremblay, Romazy, Gahard, (Ille-et-Vilaine, cant. Liffré, idem, Antrain, St-Aubind’A (...)
  • 33 « [...] ita ut cum adiutorio illorum monachi sancti Florentii eandem ecclesiam que tunc omnino lig (...)

19Plus fréquemment, mais c’est peut-être une illusion des textes, des bâtiments en ruines, ou plutôt de médiocres édifices de bois, sont confiés à des monastères afin d’être reconstruits en pierre, plus grands et plus dignes. C’est le cas, en haute-Bretagne, pour les églises de Chasné-sur-Ilet, Ercé-près-Liffré, Tremblay et Romazy données à Saint-Florent de Saumur entre 1050 et 1075, ou comme le monastère ruiné de Gahard confié à Marmoutier32. À Chasné, les membres de la famille détenant l’église ne pouvaient achever l’œuvre de reconstruction et à Romazy, le programme est clairement établi: « […] que cette église entièrement de bois et non convenable les moines de Saint-Florent la fassent refaire avec leur aide [des donateurs] grâce aux revenus de la dîme, en pierre d’abord et convenable »33.

  • 34 Les volumes de la collection Zodiaque, Tillet L.M., Bretagne, Deyre J., Maine, Anjou privilégient (...)
  • 35 Il est significatif qu’à Tremblay les moines doivent reconstruire le chevet, « [...] ut monachi fe (...)
  • 36 Cart. St-Serge, I. 192, Bréal (Ille-et-Vilaine, cant. Vitré).

20Les résultats ne se font pas attendre et nombre d’églises neuves surgissent alors. Beaucoup aujourd’hui témoignent de cet élan mais relativement rares sont celles qui présentent encore un minimum d’homogénéité. Les effets du temps et, surtout, l’intérêt du sanctuaire aux yeux de la communauté ont multiplié les interventions et modifications, sans parler des restaurations abusives et surtout de la grande phase de reconstruction déclenchée au xixe siècle qui a été fatale à bien des édifices anciens dans les régions de forte pratique religieuse de la haute-Bretagne, de l’ouest du bas-Maine ou du Segréen34. En gros, s’identifient deux types d’églises. Le premier, regroupant le plus de cas, est constitué par les églises paroissiales non priorales. Elles se caractérisent par une grande simplicité et une certaine communauté de traits à travers toute la région, la plus grande différenciation provenant de l’emploi des matériaux: grès, schiste ou calcaire, suivant les ressources locales. Le bâtiment se réduit à une nef de faible ampleur, rectangulaire, non voûtée, sans bas-côtés et prenant le jour par d’étroites fenêtres haut placées. D’éventuels contre-forts plats peuvent venir soutenir les murs et encadrer la porte au mur occidental. Les dimensions demeurent limitées, moins de 20 m de long, entre 8 et 10 de large et une hauteur à peu près équivalente, si bien que partout semble pratiqué le rapport 2 x 1 x 1, ou 2 x 1,5 x 1. Le chœur était dans le prolongement, plus ou moins profond mais plus bas, séparé de la nef par un mur percé d’un arc triomphal. Un chevet plat ou une abside semi-circulaire et voûtée en cul de four achevait le bâtiment vers l’est35. Telle se présente l’église de Bréal-sous-Vitré, simple chapelle donnée à Saint-Serge d’Angers et demeurée à peu près dans son état initial (Fig. 13)36.

Figure 13- L’église de Bréal-sous-Vitré (Ille-et-Vilaine)
Cliché D. Pichot

Figure 13- L’église de Bréal-sous-Vitré (Ille-et-Vilaine)Cliché D. Pichot

Plan extrait de R. Grand, L’art roman en Bretagne, p. 228

Plan extrait de R. Grand, L’art roman en Bretagne, p. 228

Fig. 14 Église de la Boissière (Mayenne)

Fig. 14 Église de la Boissière (Mayenne)

Aquarelle xixesiècle, arch. dép. Mayenne, O 389, cliché, arch. dép.

  • 37 La Boissière (Mayenne, cant. Craon).

21Une évolution vers plus d’élaboration se dessine vers la fin du xie et surtout le xiie siècle. Le chœur terminé en hémicycle se propage, en Anjou une croisée voûtée apparaît fréquemment mais surtout, se diffuse le clocher d’abord accolé à côté de la nef comme le montre bien l’aquarelle figurant l’église disparue de la Boissière en Anjou, soit érigé devant la façade occidentale ou sur la croisée (Fig. 14)37. Cet élément est alors jugé indispensable. Le fait ne se justifie guère par des raisons militaires, fort peu de clochers présentent un caractère défensif et, s’ils abritent les cloches, ces dernières n’étaient pas absentes auparavant et s’installaient sur un bâti de charpente. Il faut donc invoquer une autre raison. L’influence urbaine n’est pas impossible, d’autant plus que l’abbatiale du monastère qui détient le patronat impose souvent son modèle, le fait est patent en Anjou, mais cet attribut relativement audacieux et coûteux doit aussi être ressenti comme emblématique de la communauté en s’affichant dans le paysage.

  • 38 Livré (Ille-et-Vilaine, cant. Liffré), Grand R., op. cit., p. 329-330. Échemiré, (Maine-et-Loire, (...)
  • 39 Deschamps P., « Les fresques romanes de l’église de Poncé-sur-le-Loir », dans Congrès archéologiqu (...)
  • 40 Bonnet Philippe et Subes-Piquot Marie-Pasquine, « L’église Saint-Vigor de Neau et ses peintures mu (...)

22Pour les églises priorales, les communautés monastiques consacrent beaucoup plus de moyens et disposent d’artisans compétents, mais la construction s’aligne sur l’importance relative du prieuré. Les dimensions prennent de l’ampleur, le plan se complique, s’adjoignant éventuellement transept et bas-côtés, mais en Anjou, la nef unique prédomine comme en ville. Témoignent encore de ces choix l’église de Livré-sur-Changeon, prieuré de Saint-Serge en Bretagne ou celle d’Échemiré, en Anjou, œuvre de Saint-Julien de Tours, et bien d’autres38. Le décor s’enrichit, les chapiteaux sculptés fleurissent même parfois en Bretagne mais surtout, les pays ligériens recourent systématiquement aux peintures murales. Certains prieurés, comme Poncé, conservent un vaste programme recouvrant tous les murs où les épisodes de la vie du Christ voisinent avec les saints les plus honorés ou le calendrier dont il subsiste de nombreux exemplaires39. L’abbaye d’Evron semble avoir disposé d’une équipe de peintres qui décorèrent l’abbatiale mais se déplaçaient aussi pour embellir les prieurés des alentours comme Bais ou Neau40. Le xiiie siècle et le gothique enfin, reconstruisent souvent des chœurs plus élaborés et mieux éclairés et la voûte se fait alors plus fréquente.

  • 41 Cf. supra ; Cart. St-Vincent, 442.
  • 42 « 24- Firmiter inhibetur ne supellectilia sacerdotis seu aliena in ecclesiis admittantur, nisi pro (...)

23Cet effort de construction modifie profondément le rapport des fidèles avec leur lieu de prière et les initiatives prises très tôt par des laïcs soulèvent l’intérêt. Si un élan de piété ne semble pas à exclure, les dons évoqués précédemment sous condition de reconstruction semblent motivés, en partie, par la situation. Les lignages détenteurs des églises estiment nécessaire l’entreprise, or, celle-ci pourrait bien coïncider avec des besoins réels issus du gonflement de la population, à moins qu’elle ne corresponde aussi à un souci de mieux organiser la population. Ces nouveaux édifices, plus grands, plus solides et imposants – ce sont les seuls bâtiments de pierre – participent au renforcement ou à l’établissement des centres paroissiaux, est-il déplacé d’y voir un élément de l’encellulement et, par ailleurs, un point fort de l’identité villageoise ? Les diverses fonctions de l’église justifient l’attachement des paroissiens qui participent indirectement aux travaux de construction et d’entretien. Il est mentionné parfois que le produit des dîmes sera utilisé pour la construction de l’église comme à Romazy ou à Bazougers41. Si le sanctuaire réunit régulièrement l’assemblée pour le culte, il est aussi le siège des grandes manifestations communes et c’est devant les paroissiens assemblés dans l’église que sont solennellement dressés certains actes. D’autre part, sans en exagérer la portée, l’église apporte suffisamment de sécurité pour servir de dépôt pour des objets considérés comme particulièrement importants ou précieux. Les statuts synodaux du xiiie siècle, voulant mettre un peu d’ordre, stipulent que: « le prêtre ou les villageois ne pourront y déposer de meubles si ce n’est en cas de danger, guerre ou incendie », ce qui reconnaît la fonction de refuge et y interdisent les danses, condamnant certains usages désormais jugés profanes42.

  • 43 Cart. St-Serge, I, 110, il en va de même à Javron ou Cuillé, Angot A., Dictionnaire et E. Zadorari (...)

24Le sanctuaire, enfin, se renforce de son caractère unique, les vieux centres qui avaient hérité de groupes ecclésiaux ne conservent qu’un seul sanctuaire majeur, les autres tombent en ruine ou sont ravalés au rang de chapelle cimitériale à moins que, cas fréquent, ils ne servent à la fondation d’un prieuré. Il est remarquable que dès le xie siècle, un seul prêtre soit responsable des églises de l’ancien vicus de Savennières43. La réforme grégorienne par le transfert aux mains ecclésiastiques et la réforme pastorale plus tardive renforçant la cohésion du système paroissial ne pourront qu’accentuer et développer le prestige et l’attraction de l’église étroitement liée au cimetière.

Le cimetière

  • 44 Chauvin Y., op. cit., t. 2. Depuis longtemps, les cimetières ont fait l’objet d’une abondante litt (...)
  • 45 Zadora-Rio E. et Galinié H., « Les changements dans l’organisation spatiale du cimetière paroissia (...)
  • 46 Cures (Sarthe, cant. Conlie), plan-terrier, 1784, arch. dép. Sarthe, E 316/38.

25La majorité des actes du xie siècle traitant de l’église et de sa restitution, évoquent le cimetière, désigné comme cimiterium, et la sepultura figure tout aussi systématiquement, et en bonne place, dans la liste des droits inhérents au presbiteratus. À titre d’exemple: l’index de la publication des cartulaires de Saint-Serge, relève 53 occurences de cimiterium et 122 de sepultura44. Le mouvement de réunion du lieu de culte et du cimetière atteint son plein aboutissement, ainsi se trouvent matériellement associés les vivants et les morts de la communauté, manifestant son existence et son histoire à travers les générations. C’est donc fort logiquement que fonder un cimetière revient à fonder une paroisse comme le disent les actes angevins. Les cadastres et plans-terriers confirment le discours des textes: l’église paroissiale se place au milieu d’un espace cimitérial qui, visiblement, remonte au Moyen Âge, sans que, pour autant, cet espace désigné comme tel au xviiie se confonde totalement dans son étendue, avec celui des textes des xie ou xiie siècles ; E. Zadora-Rio l’a bien démontré à Rigny45. Le bourg de Cures, dans le haut-Maine, peut être retenu comme représentatif. Au xviiie siècle, un petit groupe de maisons et de bordages se réunit autour d’un enclos ecclésial modeste mais le cimetière qui, au Moyen Âge, devait s’étendre au sud et au nord de l’église se présente comme le cœur du rassemblement humain46 (Fig. 15).

Figure 15 - Le bourg de Cures (Sarthe)

Figure 15 - Le bourg de Cures (Sarthe)

Plan-terrier 1784, arch. dép. Sarthe, E 316/38, cliché arch. dép.

  • 47 « De cimiterio vero hoc ab eis constitutum est ut, cum recte mensuratum fuerit, in monachorum domi (...)
  • 48 Zadora-Rio E. et Galinié H., op. cit., p. 65-66 ; Guillotel H., « Du rôle des cimetières », op. ci (...)
  • 49 Montautour (Ille-et-Vilaine, cant. Vitré), Saint-Isle (Mayenne, cant. Loiron). Musée de Laval, n° (...)

26Lors de la donation, il est nécessaire de définir le cimiterium. À Romazy, il ne sera de plein droit aux moines qu’une fois mesuré47. Une délimitation précise est alors inscrite sur le sol, ce qui explique en partie la survivance de son tracé dans le cadastre. À Rigny, les fouillesmettent au jour un cimetière dont les limites sont mal connues, un mur n’apparaissant qu’au xiiie siècle mais, ailleurs, quelques actes mentionnent une clôture qui prend la forme d’un fossé (fossatum cimiterii) ou d’un talus (vallum), voire d’une haie, cela, à travers toute la région, que ce soit à Combourg, en Bretagne, ou à Sautré, en Anjou48. Une lithographie de J.-B. Messager, du xixe siècle, représente la vieille église de Montautour encore entourée de son cimetière ou plutôt d’un espace qui en fit partie, avec la croix (Fig. 16). Les restes d’un fort talus délimitent ce terrain ; s’il ne remonte pas à l’époque médiévale, il a toute chance d’en évoquer une certaine réalité. Un dessin à la mine de plomb du même artiste donne une image analogue pour Saint-Isle49.

Figure 16 – L’église et le cimetière de Montautour (Ille-et-Vilaine)

Figure 16 – L’église et le cimetière de Montautour (Ille-et-Vilaine)

J.-B. Messager, lithographie réalisée entre 1858 et 1867, Musée de Laval, 437 x 336 mm,
Inv. 2966, cliché Musée, Charbonnier.

  • 50 « dedit […] dimidiam ecclesiam de Geneste cum dimidia sepultura et toto plaxitio in circuitu sito  (...)

27Exceptionnellement, au moins dans les textes, le vallum prend un caractère nettement défensif. Un plessis cerne l’église de la Chapelle-du-Genêt, et ce n’est sans doute pas une simple délimitation. Le doute est levé à Saint-Vincent-du-Lorouer, quand des hommes de guerre viennent abattre levallum qui cerne l’enclos ecclésial et doit comporter talus et palissade50.

  • 51 « Si quis novam munitionem in illis extruxit, postquam fuerit submonitus ab episcopo, si non destr (...)

28En Anjou, outre le cas un peu particulier de Saint-Florent-le-Vieil, cet aspect devait se rencontrer avec suffisamment de fréquence à la fin du xie siècle pour que le concile de Clermont de 1095 interdise toute nouvelle fortification de ce genre dans le comté51. Des caractères militaires ne sont donc pas à exclure et l’on peut imaginer que l’enclos ait pu devenir une sorte de réduit, bien fragile cependant. Cela devait demeurer d’autant plus rare que la localisation et l’étendue de certains cimetières ne favorisaient pas la défense.

  • 52 « [...] et cymiterium mansuratum habentem in anteriori parte ad mensuram ecclesiae duas cordas et (...)
  • 53 « Cimiterium de quo agitur in spacio duorum arpennorum terre extendetur et sacrabitur […] », Cart. (...)
  • 54 Pichot D., Le Bas-Maine… op. cit., p. 233 ; Helsens Alexandra, « Le peuplement autour d’Évron du v(...)

29La superficie, rarement indiquée, semble variable. La décision de la mesurer dans certaines donations dénote un certain flou ou plutôt une variabilité liée aux différents usages du cimetière. À Saint-Germain-sur-Ille, il est précisé qu’il s’étend sur deux cordes en avant de l’église et trois en arrière, ce qui ne fait pas bien grand, si c’est bien ici une unité de surface comme le pense H. Guillotel, la corde, au xviiie siècle, valant dans les 25 m252. Au Guécélard, dans le Maine, le nouveau cimetière doit s’étendre sur deux arpents53. Des renseignements plus nombreux et plus précis sont offerts par les plans cadastraux, le parcellaire ayant conservé souvent les traces de l’enclos. Beaucoup d’églises paroissiales y apparaissent inscrites dans l’espace grossièrement ovalaire ou carré du cimetière au xixe siècle mais des indices, par exemple l’implantation de certains prieurés, des pièces proches et visiblement distraites de la parcelle d’origine signalent une plus grande extension antérieure. À Gahard, le cimetière devait s’étendre largement autour de l’église dans un ensemble rectangulaire comprenant les bâtiments du prieuré, l’ensemble pouvait dépasser un hectare (Fig. 18). D’autres se contentaient de dimensions modestes. Dans le bas-Maine, celui de Chammes n’excédait pas 0,3 hectare et ceux de Livet-en-Charnie et Saint-Georges-sur-Erve se faisaient encore plus discrets54.

  • 55 Zadora-Rio E., « La topographie des lieux d’asile dans les campagnes médiévales » et chap.V. « Tou (...)

30Les études sur ce sujet ont conduit à opérer une classification assez grossière dans laquelle s’inscrivent bien les cimetières de l’Ouest. Beaucoup ressortent de la catégorie des petits, moins de 30 ares, mais de nombreux appartiennent à la seconde, un demi-hectare et plus. La troisième, celles des très grands, plusieurs hectares, est rare et E. Zadora-Rio n’en cite que quelques-uns dans l’Ouest: Broc, Juvardeil et Courchamps, tous associés à un prieuré55. À l’examen, la dimension initiale de certains cimetières liés à des bourgs ou à des prieurés pouvait, cependant, les intégrer dans cette catégorie, comme nous le soupçonnons à Gahard.

  • 56 « [...] modicum terrae, juxta ecclesiam Cepie, ad faciendum cimiterium […] ad cimiterium construen (...)

31La superficie a varié dès l’époque féodale. Il n’est pas sûr, d’abord, que ceux qui ont succédé à des nécropoles en aient épousé les limites mais surtout, entre les xie et xiiie siècles, accroissement et rétraction se succèdent. Un dossier développé nous éclaire sur celui de Seiches, siège d’un prieuré du Ronceray. Une église de villa citée au ixe siècle y fut donnée aux moniales par le comte d’Anjou, vers 1028. Au début du xiie s’entament des opérations complexes. Trois frères donnent: « un muid de terre, près de l’église de Seiches, pour faire un cimetière ». Quelque temps plus tard, le seigneur de Blazon donne: « pour construire un cimetière, la seigneurie et la voirie d’une terre située près du ruisseau appelé Voisin parce que proche du bourg de Seiches ». L’affaire se conclut alors, en 1137, l’évêque vient tout exprès: « pour qu’il accroisse le cimetière et le bénisse »56. Un cimetière devait préexister car les religieuses construisent, sur le premier terrain donné, des maisons, une extension de leur prieuré sans doute, plutôt qu’un lotissement. La deuxième étape envisage un accroissement près du bourg et donc de l’église. Ici, comme dans beaucoup de cas, un espace stratégique, plus lié au nombre des vivants que des morts, s’inscrivait au cœur de la communauté ; ses dimensions dépassaient souvent les besoins des inhumations et son statut particulier ne laissait pas indifférent.

  • 57 Une mise au point sur le statut des cimetières, Fixot M. et Zadora-Rio E., op. cit., p. 12-13 ; Tr (...)
  • 58 Les mentions de bénédictions sont soigneusement précisées et l’on comprend pourquoi, et dans deux (...)
  • 59 « [...] ad crucem in capite cymiterii […] », Cart. Ronceray, 158.

32Ce statut n’est guère nouveau mais, sur certains points, il joue un rôle renouvelé et crucial. L’intérêt de l’enclos ecclésial réside dans le droit d’asile et l’immunité dont il profite par extension du privilège du sanctuaire. Depuis le ve siècle, la force publique ne pouvait intervenir contre les fugitifs dans un certain rayon autour de l’église et la période carolingienne avait renforcé cette mesure. La période féodale reconnaît une zone de paix qui s’étend en dehors de l’église sur un espace théorique de 60 pas mais qui, dans la pratique, comprenait le cimetière ou plutôt l’enclos57. À partir du xe siècle, les actes font régulièrement mention d’une bénédiction solennelle uniquement par l’évêque qui, en présence des grands et de la foule, délimite et bénit l’espace désormais protégé58. Cette consécration de l’espace se manifeste symboliquement par l’érection d’une croix dont l’existence est attestée dès le xie siècle à Seiches59. Tout cela ne place pas, cependant, le cimetière en dehors du système seigneurial, des laïcs peuvent y exercer les coutumes et le cens y est très normalement perçu. En 1217, le tribunal de l’évêque du Mans réaffirme l’usage manceau à propos d’un conflit à Saint-Longis:

  • 60 « [...] generalis consuetudo antiqua et approbata in tota Cenomannia obtinet que domini villarum, (...)

« L’ancienne coutume générale approuvée dans tout le Maine stipule que les seigneurs de villages, clercs ou laïcs, même pour ceux situés dans des cimetières, y ont cens, coutumes et autres services […] »60.

33Ce ferme rappel vaut sans doute, à quelques détails près, pour les terres voisines et souligne incidemment les enjeux de pouvoirs et de revenus qui peuvent venir troubler la paix des cimetières.

34L’évolution religieuse esquissée aux temps carolingiens se généralise et confirme le cimetière dans un statut privilégié. C. Treffort a montré comment l’on passait de la sépulture ad sanctos pour profiter de la protection des reliques à une sépulture en terre consacrée, profitant d’abord des prières rédemptrices de la communauté et comment la sépulture dans le cimetière paroissial manifestait la prise de conscience de l’appartenance au groupe villageois. La conjonction de ces éléments, canoniques, religieux et aussi symboliques, explique l’attirance de cet espace et le rôle multiple qu’il assume.

  • 61 « Corpora quidem defunctorum illius castri ad cruces in quadruviis et in terris ad cimiterium non (...)
  • 62 « Si aliquis reus vel a vinculis absolutus ad cimiterium confugeret, per cimiterium liberaretur », (...)
  • 63 Maison de Laval, 128. Evoque un acte de Gui III (vers 1093-vers 1119).
  • 64 Pontal O., op. cit., canon 30.
  • 65 « [...] possint vendere vinum, cervesiam, medonem et carnes…, et in diebus festivis in cimiterio, (...)

35Classiquement, le cimetière va accueillir les morts mais, nouveauté, tous les morts de la paroisse comme le précise par deux fois l’évêque de Saint-Brieuc, au début du xiie siècle. La terre qu’il consacre doit obligatoirement accueillir tous les défunts, aucune sépulture en dehors, en particulier aux croix des carrefours, ne peut plus être acceptée61. La volonté épiscopale bien affirmée manifeste qu’au moins en Bretagne, cela ne va pas encore de soi ; conséquence de la grande dispersion des habitats ou effet dissuasif des droits de sepultura exigés ? Le respect de la paix du cimetière et de son immunité provoque aussi de nombreux rappels. En 1199, l’abbaye de Saint-Jacut fait reconnaître ses droits sur le cimetière de Lannion, en particulier le droit d’asile et en 1261, l’évêque de Saint-Malo demande réparation au duc de Bretagne pour l’arrestation d’un de ses hommes dans celui de Saint-Nicolas-de-Beignon62. Les troubles guerriers n’épargnent cependant pas la paix du lieu mais, dans ce cas, les fautifs doivent lourdement réparer leur agression, tel Gui de Laval après l’incendie du cimetière de Gennes63. Mis à part ces incidents, le cimetière jouit d’une réelle sécurité, si bien qu’il devient un refuge et le siège de multiples activités très profanes mais qui peuvent s’épanouir plus tranquillement, en faisant un lieu de vie, un véritable espace public. Des actes solennels y sont passés, tout comme dans l’église mais il devient aussi un centre de dépôt ou d’activités économiques. Dans certains, les dimensions permettent des cultures et les statuts synodaux du xiiie siècle exigent: « que ni fumier, ni autres immondices ne soient déposés dans les cimetières »64. Les granges dîmières, les fours y fleurissent et les activités commerciales s’y développent en toute liberté. À Lannion, le prieur fait reconnaître que, les jours de fêtes, les habitants pourront y vendre, vin, cervoise, hydromel et viande65. Globalement, les fréquentes mentions de coutumes perçues dans les cimetières mettent en évidence la diversité des activités qui s’y déroulent, néanmoins la célèbre formule de l’évêque de Rennes, reprise par celui du Mans, affirmant bénir un cimetière pour l’accueil des vivants et non l’inhumation des morts, tout en dépassant sa pensée réelle, n’en indique pas moins que l’habitat dans le cimetière est normal et même habituel, ce qui sera étudié ultérieurement.

  • 66 « [...] participes cimiterii concesserunt partes suas […] », Guillotel H., op. cit., Pièce annexe, (...)
  • 67 Ibidem.

36Ces usages éclairent l’implication des laïcs dans la possession des cimetières. Les actes des xie et xiie siècles multiplient les donations, et à chaque fois l’on découvre un laïc, voire souvent plusieurs: les six branches d’une famille à Chasné. Le partage du territoire en parts se révèle fréquent et, à Tramel, la donation le dit expressément « […] les co-possesseurs du cimetière donnèrent leurs parts […] »66. Souvent, ces laïcs paraissent de rang plutôt modeste, de petite aristocratie, voire moins. Tous ces gens perçoivent donc la sepultura, et diverses coutumes, ce qui signifie que jusqu’au déssaisissement qui peut-être relativement tardif, ce centre névralgique de la communauté est contrôlé par le pouvoir seigneurial ou plutôt ses proches. Le rôle que peut assumer le cimetière ne relève donc pas uniquement de l’Église, le fait ne manque pas d’importance s’il s’agit d’encadrement des hommes. Certes, une nette pression des autorités religieuses se fait jour avec la réforme grégorienne et il apparaît parfaitement logique à l’archevêque de Dol de proclamer dès 1130: « nous considérons que [détenir] le cimetière n’est guère utile sans l’église et le presbyteratus de celle-ci »67.

  • 68 Cart. Evron, 102.

37Les restitutions suivent donc le même rythme que celle des églises et, moines ou évêques prennent rapidement le contrôle du cimetière. Prolongeant sa réflexion, le monde ecclésiastique qui cherche à affirmer la distinction entre clercs et laïcs remet bientôt en cause les activités profanes et les statuts synodaux du xiiie siècle tentent de supprimer ce qui est désormais jugé comme un excès mais il faudra bien du temps et des réitérations des canons pour aboutir. Cependant, très nettement le cimetière évolue, il se rétracte, comme à Rigny vers le xiiie siècle. Vers 1225, indigné, l’évêque du Mans interdit le commerce des bouchers dans le cimetière d’Évron, c’est ce dernier qui se déplaça et l’on érigea des halles. Entendons bien que les morts n’abandonnèrent pas la terre consacrée aux abords de l’église mais que l’on cantonna les inhumations dans un espace distinct, « convenable »68. La situation changeait assez radicalement mais, en deux siècles, le cimetière avait assumé un rôle majeur, étroitement associé à l’église dont il se présentait comme la prolongation naturelle.

  • 69 Cart. St-Serge, I, 74 ; Cart. St-Vincent, 343.

38Au terme de cet examen, il apparaît que le pôle religieux exerce une forte attraction sur les hommes et favorise de façon majeure un éventuel regroupement. Très nettement, l’enclos paroissial n’est pas, au début du xie siècle, encore centre de peuplement. Lors des grandes donations, il ne trône pas au centre d’une agglomération dans bon nombre de cas, sinon peut-être dans d’anciens vici comme Javron, en 1047. Les terres offertes voisinent avec l’église et ne sont pas construites puisque, souvent, elles sont destinées aux fondations projetées. À Huillé, trois arpents de pré et une ouche de terre s’étendent autour de l’église, un manse de terre jouxte l’église de Saint-Gervais-en-Belin69. Il n’en va plus de même, quelque temps plus tard, des maisons figurent plus nombreuses, des bourgs sont cités. Cependant, le pouvoir d’attraction de l’enclos paroissial, même renforcé par celui d’un château ou d’une motte, suffit-il car certaines églises demeurent isolées ? Spontanément les hommes vont-ils se précipiter et s’agglomérer ? Rien n’est moins sûr quand on remarque les moyens mis en œuvre pour favoriser cela.

Les moyens

39Systématiquement, trois moyens pour attirer et fixer les hommes sont employés conjointement par l’aristocratie détentrice du ban et les forces religieuses, épiscopales et surtout monastiques. Les fondations de prieurés, la pratique de l’habitat dans les cimetières et enfin l’érection de bourgs concourent au même but, d’autant plus que, bien souvent, deux de ces réalisations, sinon les trois, se trouvent associées. S’agit-il cependant d’une politique délibérée de peuplement et de regroupement ? La question devra être posée mais, avant, il importe de constater les effets majeurs de ces entreprises sur l’évolution des sites d’habitat et le renforcement des centres paroissiaux.

Les prieurés

L’ampleur des créations

  • 70 Gantier O., « Recherches sur les prieurés et les possessions de l’abbaye de Marmoutier du xe au xi (...)

40Comme bien d’autres régions, l’Ouest connaît dès le xie siècle une véritable floraison de prieurés qui va s’épanouir jusqu’à la fin du xiie siècle, même si l’intensité faiblit un peu après une brillante seconde moitié du xie. C’est par centaines que ces dépendances de grandes abbayes se fixent jusque dans de modestes villages, manifestant la dilatation considérable des temporels monastiques. Les monographies consacrées à de grandes abbayes n’attachent pas toujours suffisamment d’intérêt aux prieurés, sauf exceptions notables comme ceux de Marmoutier longuement étudiés par Odile Gantier70. La question n’est pas simple, à commencer par le repérage de ces maisons souvent petites et dont l’appellation n’est pas bien fixée avant la fin du xie siècle, quand les termes obedientia et surtout prioratus deviennent d’un emploi courant. L’institution avait connu des débuts antérieurs mais, avec le xie siècle, les prieurés ne répondent pas seulement aux besoins de gestion de vastes patrimoines fonciers, ils assument un rôle beaucoup plus complexe où l’aspect spirituel n’a souvent rien de négligeable mais de plus, leurs liens avec les familles seigneuriales et le renforcement de la trame de l’habitat ouvrent des perspectives pour la compréhension de la société.

  • 71 Niderst R., L’occupation du sol, op. cit., t.3, Annexes, tableau 7, Prieurés et paroisses.
  • 72 Miyamatsu H., op. cit., t.2, tableau 9.
  • 73 Bouton A., op. cit., p. 331-343.
  • 74 Dufief A., « L’implantation monastique en Bretagne (vers1100-1300) », dans, Mondes de l’Ouest…, op (...)

41Leur nombre d’abord attire l’attention. Un inventaire allant jusqu’en 1300, dressé pour l’Anjou par R. Niderst, en enregistre 219, établis dans les 542 paroisses du diocèse d’Angers71. La proportion de paroisses concernées est considérable même si certaines peuvent en abriter plusieurs. Les grandes abbayes d’Angers ou de Tours les comptent par dizaines. Saint-Serge n’en détient pas moins de 40, Saint-Aubin, 23, Saint-Florent, 2172. Dans le Maine, la liste dressée par A. Bouton pèche un peu par optimisme et son chiffre qui frôle les 450, pour les départements de la Sarthe et de la Mayenne et non le diocèse, inclut quantité de prieurés-cures détenus par des abbayes canoniales dont la signification est un peu différente73. Ces réserves faites, le chiffre s’avère sans doute supérieur à celui de l’Anjou. En Bretagne, une carte dressée par A. Dufief recense presque 400 prieurés, ce qui, compte tenu de l’étendue des neuf diocèses, donne une densité un peu moins forte74. La faiblesse documentaire de la basse-Bretagne n’explique pas tout. À la différence des régions précédentes où les contrastes de répartition ne s’affirment pas nettement, une opposition haute/basse-Bretagne se remarque notoirement. La rareté des sources ne peut intervenir comme argument car cette dernière découle visiblement d’une faible implantation monastique en basse-Bretagne. Malgré quelques nuances donc, l’installation de prieurés s’affirme comme un phénomène massif et omniprésent, et cela, dès le xie siècle (Fig. 17, 20).

Figure 17 - Les Prieurés en Bretagne

Figure 17 - Les Prieurés en Bretagne

La carte est réalisée à partir de Dufief A., « L’implantation monastique en Bretagne », op. cit. qui réunit souvent prieurés et églises dépendantes, la distinction étant souvent difficile. Elle est complètée par Le Gallo Y., « Le Finistère… », op. cit.

  • 75 Miyamatsu H., op. cit., p. 329-333-337.

42Les courbes de création ou d’apparition de ces fondations coïncident assez largement. La seconde moitié du xie siècle s’impose comme un moment privilégié, la période faste se prolongeant dans la première partie du xiie siècle, seul le Maine se distingue par une plus grande importance du xiie75. Ces prieurés appartiennent à l’ensemble des vieilles abbayes bénédictines, la plupart en structurent le domaine foncier et se répartissent en général à des distances modérées. Un phénomène frappe cependant à l’examen des cartes, les grandes abbayes ligériennes: Marmoutier, Saint-Florent, Saint-Aubin et Saint-Serge, ainsi que le Ronceray et Saint-Nicolas se taillent de véritables empires et plus particulièrement les trois premières qui sont présentes sur toute la région. Le prestige de Marmoutier, abbaye tôt réformée, joue son rôle mais aussi un indéniable savoir-faire. Les implantations dans le sud du diocèse du Mans ne surprennent guère, mais on assiste à une véritable colonisation de la Bretagne jusqu’à des places déjà très avancées dans la basse-Bretagne.

La politique de création

  • 76 La Borderie A., « Trinité de Fougères », p. 194, St. Sauveur (Ille-et-Vilaine, cant. Fougères).
  • 77 Durtal (Maine-et-loire, cant. de), Brûlon (Sarthe, cant. de).
  • 78 « Dedi… ecclesiam Sancti Marcelli apud meum castellum Brioledum liberam ab omnibus consuetudinibus (...)
  • 79 Prieuré de Saint-Aubin qui concurrençait l’église du Brossay détenue par le Chapitre et qui se tro (...)

43Ces fondations répondent, au départ, aux besoins de gestion du domaine mais très vite s’imposent d’autres motifs. Des seigneurs, souvent châtelains, au moins au début, instaurent ces petits centres monastiques préférés aux collégiales par sentiment de piété et souci parfois de se constituer une nécropole familiale comme la famille de Fougères à Saint-Sauveur-des-Landes76. Ils viennent renforcer le prestige des châteaux d’une aura sacrée et contribuent au développement de leur force d’attraction, comme pour Durtal, Brûlon et tous ceux qui sont centres de seigneurie77. Le cas de Briollay offre un bon exemple. Vers 1040-1046, Burchard, laïc, trésorier de la cathédrale d’Angers, fonde près de son château, un prieuré richement doté qu’il confie à Saint-Serge. Il donne l’église, une terre près du château, des droits sur le marché qui se développera et complète avec un domaine foncier important auquel s’adjoignent des moulins, divers droits et des dîmes. D’autre donateurs viendront agrandir cette fondation et les moines feront solennellement consacrer l’église reconstruite dès 1048-105578. Sans que le nom soit prononcé, tout assimile cette création à un bourg castral, dont elle assume visiblement les fonctions. Cependant, beaucoup d’autres fondations présentent un caractère rural et s’installent au centre paroissial ou même dans un site isolé, tel Gahard pour le premier cas ou le prieuré de la Madeleine de Saint-Aubin79.

  • 80 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit. p. 77. Idem dans le Lochois, Lorans E., op. cit., p. 133-134.

44Un examen plus précis des localisations montre une prédilection, dans un premier temps, pour les zones de peuplement ancien. Le schéma classique du xie voit la fondation d’un prieuré accompagnée par la donation d’une église paroissiale bien antérieure. Une carte du bas-Maine, met bien en évidence une installation à l’écart des défrichements et, au contraire, une nette préférence pour de vieux centres qui portent des noms d’origine gallo-romaine et dont les églises sont souvent installées sur des nécropoles à sarcophages, que ce soit à Bouère, Arquenay, Bazougers, Parné, Saulges, Quelaines, pour prendre quelques exemples80. Le xiie siècle connaît des implantations différentes, des zones neuves se trouvent alors beaucoup plus concernées. Ce schéma se remarque ailleurs mais sans rigidité excessive et, quelle que soit leur localisation, la présence de ces institutions ne peut manquer de se répercuter sur le peuplement.

  • 81 « [...] dedit et vendidit monachis Sancti Sergii dimidiam ecclesiam Sancti Joannis de Ulliaco et d (...)
  • 82 Cart. St-Aubin, 376.
  • 83 « [...] quod monasterium de antecessoribus nostris idem vir ita honorabiliter in beneficium tenere (...)
  • 84 Chédeville A. a développé l’idée que les prieurés étaient autant de petites seigneuries qui exerça (...)

45La fondation classique repose sur la restitution de l’église paroissiale accompagnée du don d’une terre pour établir les bâtiments monastiques, d’un domaine foncier complété ultérieurement par d’autres donations où figure un certain nombre de revenus seigneuriaux. En 1074, Aubri, fils de Foucroi, donne la moitié de l’église de Huillé, la moitié des revenus de l’église, sépulture et presbytérat, il ajoute la moitié du cimetière pour établir les bâtiments des moines et un four. Le tout lui vaut sept livres et sa femme et ses filles obtiennent une vache81. À Brion, la fondation est assez comparable mais on ajoute qu’elle est prévue pour deux moines82. À Gahard, Guiddenock donne le monastère Saint-Spire avec une série de coutumes qui dénotent la détention du ban et des terres et droit d’usage en forêt pour installer des paysans car un défrichement est envisagé83. Dans ces trois cas, nettement associés à une restitution, le projet dépasse le simple transfert de l’église pour créer un petit domaine et même très nettement à Gahard, une seigneurie monastique84.

Figure 18 – Gahard (Ille-et-Vilaine)

Figure 18 – Gahard (Ille-et-Vilaine)

(D’après le adastre napoléonien, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5347, section B de Morée et A de Val Joie, 1refeuille)

46Ces fondations obéissent à des finalités un peu différentes de celles des prieurés castraux. Le donateur ou fondateur qui reçoit souvent un paiement non symbolique peut se décharger ainsi d’une onéreuse reconstruction de l’église mais surtout organise mieux le service du culte. Les moines s’en chargeront eux-mêmes parfois, mais plus généralement, installeront un desservant. Même si l’amélioration ne se révèle au début que très relative, le pôle religieux s’en trouve fortement conforté. Désormais, le bloc église-cimetière s’enrichit de la présence d’un prieuré attenant à l’église et donc installé dans le cimetière conformément aux textes de fondation et comme cela se constate sur nombre de cadastres anciens. La présence de quelques moines apporte le prestige et la qualité des prières monastiques et, si l’on ajoute que le prieuré peut devenir aussi, en raison de ses droits seigneuriaux, centre de rassemblement de dîmes ou abriter un instrument banal comme un four, tout concourt à doter d’un nouveau pouvoir attractif cet ensemble religieux. Il devient donc légitime d’interpréter ces créations aussi comme un élément d’une phase de renforcement des centres paroissiaux. À Gahard, le relèvement du monastère par Marmoutier coïncide avec une sorte de refondation paroissiale marquée par l’installation de paysans. Le cadastre napoléonien montre le prieuré érigé dans le cimetière formant avec l’église le noyau autour duquel s’est concentré l’habitat et l’acte du début du xie siècle marque sans doute le début de l’agglomération des hommes, le monastère était isolé et sans doute pas seulement en raison de sa ruine. Il n’avait jamais encore attiré beaucoup d’hommes sous sa protection (Fig. 18). La dénomination villani attribuée aux futurs paysans installés par les moines, dans ce qui est dit une parrochia, peut dès lors s’interpréter comme celle des habitants de la villa, qui ne peut se comprendre totalement comme domaine mais déjà comme village. Les paysans se grouperont autour de l’église et le cadastre fait apparaître un bourg-centre serti dans un parcellaire grossièrement carroyé qui pourrait être la trace du lotissement monastique. L’installation systématique des premiers prieurés dans de vieux centres paroissiaux correspond donc à une phase peut-être en partie délibérée de polarisation de la population autour de l’église.

  • 85 Cart. St-Serge, I. 9, 192 ; La Borderie A., « Origines paroissiales… », op. cit.

47Dès ce moment, certains prieurés occupent des sites neufs et sont destinés à réunir une population pour aboutir à une fondation paroissiale. Dans ce cas, un bourg leur est souvent associé mais pas toujours et Bréal-sous-Vitré présente un bon exemple. Une modeste chapelle fut donnée à un vassal par Gui de Laval, puis échut à Saint-Serge vers 1046-1056. Elle était encore isolée en forêt puisque Gui III de Laval, vers 1082-1092, quand Saint-Serge envisagea de s’y installer, put y adjoindre une importante terre de trois charruées jouxtant (contigua) la chapelle. Après un procès avec Saint-Jouin-de-Marne, le succès vint et la chapelle était église paroissiale en 110885.

  • 86 Avril J., Le gouvernement des évêques…, op. cit., p. 271-272, carte dans Favreau R., Atlas histori (...)

48Par la suite, au xiie siècle, nombre de prieurés seront créés sur ce modèle, mais on voit se diffuser de nombreux prieurés-cures tenus par des abbayes canoniales. La Roë auréolée du prestige de son fondateur, Robert d’Arbrissel, contrôle ainsi une soixantaine de paroisses86. Le rôle de ces institutions semble un peu différent. Elles jouent toujours une fonction valorisante pour le centre paroissial et le prieuré peut avoir une certaine consistance mais le processus de rassemblement est alors bien engagé et le rôle dominant paraît déjà beaucoup plus pastoral. Une telle évolution suffit à démontrer la force des prieurés et pousse à reconsidérer leur rôle dans la société et dans la formation des villages par les peuplements qui leur sont associés.

Les cimetières habités

  • 87 Bonnassie P., « Les sagreres catalanes… », op. cit., p. 68-79 ; Catafau Aymat, Genèse des villages (...)

49L’originalité du fait a poussé depuis longtemps les historiens à étudier l’habitat dans les cimetières, cependant, les recherches récentes et systématiques en liaison avec l’archéologie ont notoirement modifié l’approche, montrant d’ailleurs que le phénomène n’était pas spécifique à l’Ouest. L’étude des sagreres catalanes par P. Bonnassie ainsi que la thèse de A. Catafau sur les celleres du Roussillon qui mettent en avant le cimetière comme lieu de regroupement de l’habitat ouvrent des perspectives, même si les processus ne sont sans doute pas identiques dans la France atlantique87.

L’attraction du cimetière

  • 88 Zadora-Rio E., « The role of cemeteries in the formation of medieval settlement patterns in Wester (...)
  • 89 Tous ne sont pas des cimetières paroissiaux mais ils se groupent en haute-Bretagne. Arbrissel, Bri (...)
  • 90 Zadora-Rio E., « Les cimetières habités en Anjou aux xie et xiie siècles », 105eCongrès national d (...)

50Les enquêtes de E. Zadora-Rio recensent une soixantaine de cas pour l’Anjou, le Maine et la Bretagne mais soulignent la quasi absence des cimetières habités en Touraine88. Un inventaire non exhaustif effectué en Bretagne aboutit à 2589. De tels chiffres prouvent que le phénomène est loin d’être marginal, mais, en raison de la nature de la documentation qui signale la plupart du temps l’habitat du cimetière incidemment, on peut penser légitimement que le fait relève d’une grande banalité. Maints textes qui se réfèrent à un usage courant le suggèrent, tels celui déjà cité concernant Saint-Longis qui évoque la coutume mancelle en ce domaine et surtout un accord entre le chapitre Saint-Jean-Baptiste et Saint-Lézin d’Angers avec Eudes de Blaison sur les conditions du lotissement de l’ensemble des cimetières détenus par les religieux90. Aussi, lors des donations, rien n’interdit de penser que souvent le cimiterium abritait des maisons.

  • 91 Duparc Pierre, « Le cimetière, séjour des vivants », Actes du 89e congrès national des Sociétés Sa (...)

51L’origine de cet habitat demeure quelque peu obscure car il apparaît commun vers le milieu du xie siècle quand les textes deviennent assez abondants. Cela semble quand même une nouveauté, le haut Moyen Âge l’ignorait. L’évolution de l’attitude à l’égard des morts a suffisamment évolué pour désormais engendrer cette familiarité. Cependant, l’espace libre ne manquant pas autour des églises, pourquoi s’établir précisément dans le cimetière ? Invoquer la croissance démographique comme P. Duparc ne satisfait guère91. Si elle est réelle, rien n’oblige les gens à cotôyer les morts. Le statut particulier de l’enclos cimitérial semble une piste plus sûre empruntée déjà par H. Guillotel et E. Zadora-Rio. Le droit d’asile, et, plus globalement, la zone de paix qui s’étend dans le périmètre de l’église attirent certainement mais il faut distinguer deux aspects qui peuvent parfaitement devenir complémentaires.

  • 92 « Quicumque vero de hereditariis in eodem cimiterio prope guerram habitare necesse habuerit non co (...)

52La capacité de refuge pourrait être retenue la première car plusieurs chartes y font clairement allusion, en particulier en Bretagne. À Romazy, l’hypothèse d’une installation provisoire en temps de guerre est nettement envisagée mais des bourgeois semblent déjà installés et, à Trémeheuc, ceux qui se réfugiaient dans le cimetière en temps de guerre étaient exemptés de taxes. Cependant, très clairement, l’hypothèse du maintien de cet habitat est envisagé, tant à Romazy qu’à Saint-Germain-sur-Ille92. La possibilité de refuge a certainement poussé les hommes vers le cimetière mais ce n’est peut-être pas l’origine de l’occupation car les textes évoquent aussi un déménagement, la paix revenue. Mettre cette habitude en relation avec les institutions de paix s’avère assez séduisant et, visiblement l’Église a, dans l’Ouest étranger aux institutions de la Paix de Dieu, insisté sur cet aspect mais on peut y voir un encouragement plus qu’une cause.

  • 93 « [...] ab exactione censuum et custumarum et quorumdam aliorum servitium que dicti abbas et monac (...)

53Sans doute faut-il invoquer des usages, en particulier la présence assez systématique des bâtiments des prieurés dans le cimetière et la conviction des habitants de résider dans un territoire privilégié. Le cimetière, malgré sa paix, n’échappe pas aux coutumes. Sauf exemptions particulières, on y est soumis à la justice seigneuriale, à la taille, aux dîmes mais, sans doute, moins qu’ailleurs, car l’arbitraire s’y exerce plus difficilement malgré tout et c’est, indubitablement, l’opinion des habitants du cimetière de Saint-Longis qui s’expriment par la voix de leur curé. Ce dernier demande que « […] l’abbé et les moines [de Saint-Vincent] cessent les exactions des cens et des coutumes et autres services qu’ils ont dans le village de Saint-Longis parce que ce village est situé dans un cimetière »93. Habiter une terre consacrée, présente un intérêt incontestable.

Des modalités variées

  • 94 Zadora-Rio E., L’église, la campagne…, op. cit., p. 9 ; « [...] et alii milites qui in cimiterio p (...)
  • 95 Zadora-Rio E., idem p. 79 ; Meuret J.-C., op. cit., p. 404.

54Aussi, l’habitat des cimetières se répand-il dans tout l’Ouest mais non sans variété. Son intensité diffère largement et une distinction entre cimetières anciens et nouveaux s’impose. Dans les anciens, l’habitat peut être occasionnel, mais aussi limité. Outre les bâtiments monastiques et, souvent, la résidence du curé, les habitations sont en nombre restreint. À plusieurs reprises, le donateur de l’église, un chevalier, habite dans le cimetière, comme à Beaufay ou Broc et un groupe de chevaliers qui doivent des services au prieuré occupe celui de Saint-Martin de Combourg94. À Pommérieux, l’évêque d’Angers installe deux bourgeois sur deux plateae (emplacement) du cimetière, à Montreuil-sous-Pérouse, le curé y place son fils dans une maison avec jardin95. Plus fréquemment, c’est un habitat systématique qui est évoqué. Au cimetière de Breulis cité par la cartulaire de Redon, sept hommes disposent de plateae. À Beaufay, les donateurs abandonnent les cens des maisons existantes et le cimetière de Saint-Longis au diocèse du Mans paraît suffisamment habité pour susciter les réclamations de ses habitants contre les taxes. L’examen du cadastre pose cependant problème. Au début du xixe siècle le centre est bien modeste et assez éclaté. Le cimetière du Moyen Âge correspondait-il à cet ensemble ?

Figure 19 – Romagné (Ille-et-Vilaine)

Figure 19 – Romagné (Ille-et-Vilaine)

(D’après le cadastre napoléonien, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P, section du Bourg).

55À Romagné, le plan se lit plus clairement à la lumière d’un texte un peu étonnant mais fort précis. Quand le prieur de Saint-Sauveur-des-Landes agrandit le cimetière en raison du manque de place il expose le cas ainsi:

  • 96 « Eo tempore quo domum Sancti Salvatoris Alfredus prior regebat cymiterium de Romaniaco licet anti (...)

« Au temps où le recteur Alfred gouvernait le prieuré de Saint-Sauveur [des Landes], le cimetière de Romagné, bien que très ancien, n’était plus pleinement suffisant tant pour inhumer les corps que pour édifier des maisons. Constatant le resserrement étroit du lieu, le prieur entreprit, autant qu’il le put par son zèle, d’agrandir ce cimetière. Une terre s’étendait près et autour de ce cimetière sur le fief d’Olivier fils de Guinard et appartenait au patrimoine de Gautier Loup et de ses frères Mainard, Daniel et Gui. Ces derniers la donnèrent en aumône à Dieu et à saint Martin pour accroître le cimetière […] »96.

  • 97 Idem, cadastre napoléonien, 3P, et Henot A., Les moines…, op. cit., p. 95-96.

56Le cadastre suggère que le cimetière a pu s’accroître aux dépens de l’îlot voisin au sud mais le parcellaire décrit autour de cet ensemble un quadrilatère approximatif de 125 m x 75 m qui tranche avec la trame environnante et dans lequel s’inscrit le bourg du xixe siècle (Fig. 19). Cette forme correspond vraisemblablement à l’ancien cimetière, dont le fossé qui le délimitait a fossilisé l’emplacement. Ainsi, le bourg de Romagné et son cimetière coïncidaient et la superficie d’un hectare à peu près, place cet espace dans la deuxième catégorie évoquée précédemment où les habitats sont fréquents97.

  • 98 Rimoux (Ille-et-Vilaine, cant. Antrain) ; St-Georges-sur-Erve (Mayenne, cant. Evron).
  • 99 Marchegay P., « Chartes mancelles de St-Florent de Saumur », Revue d’hist. et d’arch. du Maine, 18 (...)

57Le même type de parcellaire, dans des dimensions équivalentes, se rencontre ailleurs, à Rimoux, non loin de là mais aussi à Saint-Georges-sur-Erve, par exemple98. Ces villages, mal ou pas documentés, ne permettent pas de conclure avec sûreté mais l’hypothèse d’une naissance du regroupement à partir du cimetière paraît plausible. Autour des églises anciennes encore pratiquement isolées, les habitants se seraient installés dans l’espace libre et mal délimité du cimetière. À Romazy, les limites ne sont pas fixées lors de la rédaction de la donation et cela expliquerait aussi les activités agricoles occasionnellement rencontrées, à Placé n’a-t-on pas semé de l’orge99 ?

  • 100 Hôtes, le verbe hospitari est fréquent, Zadora-Rio E., « Les cimetières habités…», op. cit., p. 32 (...)
  • 101 « [...] tam qui intra cymiterium quam extra positus est […] », arch. dép. Ille-et-Vilaine, 6H16, ( (...)
  • 102 « [...] in burgo qui tunc erat et excrescet circa cimiterium et monasterium », Cart. de St-Serge, (...)
  • 103 Tous ces cas sont étudiés par E. Zadora-Rio, dans L’église, le terroir, op. cit.

58Il devient alors assez naturel d’installer de véritables bourgs dans le cimetière d’autant plus que le statut de ses habitants s’assimile bien à celui de bourgeois ; ici, ils se nomment hôtes et là, carrément bourgeois100. Dans quelques cas, le bourg se distingue du cimetière mais assez mal, au point qu’il lui arrive de déborder dessus ce qui s’explique bien si les délimitations manquent de netteté, au moins au départ. À Louvigné-du-Désert, près de l’église, s’étend un bourg « qui est situé tant dans le cimetière qu’à l’extérieur », mais, à Gennes-sur-Seiches, si le cimetière est peut-être habité car on y lève des cens, le bourg se développe autour101. Enfin, à Bazougers, un conflit compliqué démontre que le châtelain a usurpé le cimetière pour étendre son bourg102. Néanmoins, il n’est pas rare de rencontrer de véritables bourgs fondés dans les cimetières, une dizaine en Anjou. Le bourg castral de Juvardeil est dans ce cas mais un certain nombre de bourgs ruraux s’établissent ainsi, Saint-Georges-du-Puy-de-la-Garde, Courdemanche ou Saint-Longis103. Les plans cadastraux montrent parfois des traces de ce lotissement: à Juvardeil, l’église se place au milieu d’un rectangle qui paraît résulter d’une volonté organisatrice (Fig. 24). D’un habitat d’abord occasionnel ou limité, on est passé à un lotissement systématique.

  • 104 « [...] ad ecclesiam construendam, ad cimiterium et burgum et herbergamentum monachorum faciendum (...)
  • 105 Bienvenu J. M., « Un défrichement angevin au temps de la réforme grégorienne : la co-seigneurie de (...)

59Allant plus loin, un certain nombre de créations du début du xiie siècle prennent la forme de bourgs cimitériaux. Le cimetière est alors destiné à héberger les vivants dès sa création. Des paroisses naissent ainsi à Belle-Noue, à Brigne, à Courchamps. À Brigne, en pleine forêt, l’abbaye de La Couture reçoit vers 1097-1120, une masura de terre plus une terre: « pour construire une église et faire un cimetière et un bourg ainsi qu’un hébergement pour les moines ». Il s’agit d’un accord de co-seigneurie car le cimetière est partagé en deux, une moitié pour les deux donateurs, l’autre pour les moines, un four installé lui aussi dans le cimetière demeurant commun104. À Belle-Noue est établi un accord du même type entre l’évêque d’Angers et un modeste seigneur et tous les deux s’engagent à attirer des pionniers et à aider à leur installation dans le cimetière qui, après quatre ans, sera divisé en deux105. Dans ces cas, il y a parfaite coïncidence du prieuré, du cimetière et du bourg mais le succès sera très mitigé, Brigne disparaîtra et Courchamps comme Belle-Noue ne se développeront guère.

60Malgré ces échecs, ces tentatives si bien organisées sur le cimetière démontrent l’attention qu’on lui accordait pour une politique de peuplement et confirment clairement ce qui était déjà sous-jacent dans les cas précédents: l’initiative seigneuriale encourage ce type d’habitat ou même le crée, politique qui s’accorde parfaitement avec celle de fondation des bourgs. Si l’impact sur le réseau paroissial demeure limité, l’importance du cimetière pour le regroupement des hommes autour du centre paroissial est primordiale. Il a joué son rôle de rassembleur des vivants, les statuts synodaux ne pourront l’effacer.

Les bourgs

Les raisons du succès

  • 106 Lors de la fondation de bourgs, la mention d’un habitat antérieur est rare. L’un des cas les plus (...)
  • 107 Ces calculs ont été opérés à partir de la recension de H. Miyamatsu, op. cit., tableaux dans annex (...)
  • 108 L’exemple de Vaulandry regroupe tous les traits habituels : « [...] dedit […] ecclesiam villae que (...)

61Moyen privilégié de peuplement dans l’Ouest, les bourgs présentent une grande diversité, conséquence de la très grande souplesse de leur statut, néanmoins, ils conservent un certain nombre de caractères communs. En règle générale, ils ne constituent pas des fondations ex nihilo mais se greffent sur un pôle existant qui leur sert de point de fixation et ils peuvent venir renforcer un habitat. À plusieurs reprises, des habitations préexistent mais, surtout, ils s’établissent près d’un château, d’une église et entretiennent des rapports étroits avec les prieurés106. Dans la région étudiée, environ 70 % des localités possédant un bourg ont aussi un prieuré, le pourcentage monte à 80 % en Bretagne et atteint respectivement 72 % et 62 % pour l’Anjou et le Maine107. Pour les grandes abbayes ligériennes, la fondation d’un prieuré accompagne presque systématiquement une restitution d’église et de cimetière et la création d’un bourg108.

  • 109 Cf. cartes dans Miyamatsuh., op. cit. t.2.

62L’examen de la carte ne peut que confirmer la forte liaison bourg-prieuré mais surtout met en évidence l’intensité du phénomène des bourgs à travers tout l’Ouest (Fig. 20)109. La densité maximale se manifeste dans l’Ouest intérieur: le sud du Maine et le nord de l’Anjou, en particulier entre les vallées de la Mayenne, de la Sarthe et la Loire. Le nord du Maine semble inégalement pourvu ainsi qu’une partie de l’Anjou: les franges occidentales et orientales présentant là aussi quelques faiblesses. De façon générale, la liaison avec la densité du peuplement s’affirme nettement. En Bretagne, le même phénomène joue au bénéfice du bassin de Rennes et de la basse-Loire mais le contraste entre la haute et la basse-Bretagne tient à d’autres raisons. La carte des bourgs recoupe celle des prieurés, la faiblesse de l’encadrement monastique rejaillit alors et, à l’extrême ouest, ne figurent guère que quelques sites dont Locronan.

63La relation avec les prieurés apparue comme fréquente met en lumière une association générale dans le développement des villages. Les bourgs castraux, beaucoup mieux connus, sont moins nombreux que les bourgs ruraux, sauf en Bretagne, mais souvent leur importance est tout autre, leur fondation donnant naissance à un réseau de petites villes. Néanmoins, un certain nombre de bourgs castraux ou d’agglomérations qui en présentent tous les caractères en l’absence de document écrit, n’ont pas dépassé le stade du simple village, tels ceux de La Gravelle, de Pirmil, de Frossay ou de Bazougers. Bouère, doté pourtant de deux bourgs a laissé la direction du canton moderne à Grez-en-Bouère. Les bourgs ruraux forment la majorité de l’ensemble, leurs finalités apparaissent beaucoup plus modestes mais, eux aussi, contribuent visiblement au regroupement d’habitants et au développement de villages.

  • 110 Assé-le-Riboul (Sarthe, cant. Beaumont) ; cadastre, arch. dép. Sarthe, PC 012.
  • 111 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale, p. 402

64Il faut aussi souligner un contexte historique particulier et bien marqué. Le développement des bourgs coïncide chronologiquement avec les restitutions d’églises, au moins au début, et assez largement avec le développement de la seigneurie châtelaine. Le bourg, étroitement lié à l’affirmation de l’autorité, qu’elle soit laïque ou religieuse, s’insère dans un système dont il forme un élément déterminant. Assé-le-Riboul se révèle exemplaire, le château à motte a suscité un bourg castral encouragé par la présence du prieuré de Saint-Nicolas d’Angers, les trois parties étant bien distinctes dans l’espace mais formant un système très cohérent (Fig. 21)110. L. Musset et A. Chédeville ont souligné la symbolique de cette association du château, du prieuré et du bourg qui incarne les trois fonctions traditionnelles. Au-delà du caractère idéologique de la référence, il est certain que l’ensemble regroupait les trois ordres de la société et, conformément au poème d’Adalbéron de Laon, la trilogie manifestait leur complémentarité et donc l’unité et l’harmonie de la société. Cette capacité à incarner l’ensemble social n’est pas étrangère à bien des réussites de sites castraux ; dans les plus modestes villages, la motte ou la maison du donateur peuvent, à une moindre échelle, signifier la même cohésion111.

Figure 20 - L’association prieuré-bourg en Anjou.

Figure 20 - L’association prieuré-bourg en Anjou.

1-Les prieurés
(D’après Favereau R., Atlas historique de l’Anjou et Myamatsu H., op. cit.)

2- Bourgs et prieurés
(D’après Miyamatsu H., op. cit., t. 2, p. 384-409)

Figure 21 - Assé-le-Riboul (Sarthe)
(Cadastre, 1835, arch. dép. Sarthe, PC/012/009, Section B4 du Bourg).

Figure 21 - Assé-le-Riboul (Sarthe)(Cadastre, 1835, arch. dép. Sarthe, PC/012/009, Section B4 du Bourg).
  • 112 « Dimidium autem cimiterium Roberti et Hervei erit, ita ut ipsi sciant suam partem ad homines suos (...)

65À l’origine des bourgs se place toujours un pouvoir important, les chartes dites de « fondation » émanent de hauts personnages détenteurs du ban ou sont approuvées par eux: le comte de Bretagne ou ses principaux vassaux, les grands maîtres de châteaux dans le Maine et il en va de même en Anjou. L’identification du fondateur permet toujours d’atteindre une strate élevée de l’échelle du pouvoir et il n’y a guère que les créations tardives qui font apparaître des gens plus modestes mais, de là, vient sans doute en grande partie leur échec. Un nombre notable de bourgs naît en co-seigneurie mais la nature de la documentation, essentiellement monastique, exagère certainement cet aspect. L’intérêt des deux parties étant à considérer, il est probable que, dans beaucoup de ces cas, une sollicitation monastique soit intervenue. Si le laïc donne une terre et abandonne une part de ses coutumes, les moines organisent le bourg et installent les nouveaux arrivants, les deux associés se partageant les revenus. À Brigne, cette parité est éclatante, puisque la fondation est l’œuvre conjointe de Robert Chalopin et Hervé Garmerelle, donateurs d’une terre en forêt et de l’abbaye de La Couture qui se charge des travaux. Les donateurs reçoivent six livres d’angevins et le cimetière où s’installe le bourg sera partagé entre les deux parties ainsi que le four, au moins au départ112.

  • 113 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 431 (1087-1120), Brigne, cne de Bousse (Sarthe, cant. Mali (...)
  • 114 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 234.

66Il ne peut s’agir seulement d’une œuvre pie, un projet précis est de toute évidence mis en application. On s’est souvent penché sur ces accords de co-seigneurie. Le savoir-faire monastique et les possibilités financières jouent très certainement leur rôle et l’échec de la création du bourg de Béré à Châteaubriant successivement confiée à Saint-Sauveur de Redon et Saint-Melaine de Rennes avant que Marmoutier, à l’expérience incontestable, ne réussisse, milite en ce sens113. Ceci expliquerait le succès des abbayes ligériennes et, dans une moindre mesure, des grandes abbayes mancelles au palmarès plus modeste. Fréquemment, le choix est de créer deux bourgs. Un bourg castral laïc que le seigneur a développé ou a laissé se développer se double d’un bourg confié aux moines comme à La Gravelle. Une charte témoigne du don d’un bourg à Marmoutier, le seul connu par la documentation, il apparaît sur le cadastre sous le nom de Bourg Valet mais, au pied de la motte, le plan dévoile un bourg seigneurial bien organisé dont aucun texte ne souffle mot114 (Fig. 22).

  • 115 Cart. St-Nicolas, 52, 55.
  • 116 Chédeville A., « La “guerre des bourgs” dans l’ouest de la France (xie-xiie siècles) », dans Morne(...)

67Par ailleurs, quantité de bourgs ruraux, sinon la majorité, sont confiés à des moines. Plutôt que d’évoquer simplement la logistique de l’entreprise qui, comme le dit André Chédeville, ne représentait guère un gros investissement, il faut envisager aussi la force d’attraction conjointe du prieuré et du bourg dans le cadre paroissial. Si le château peut déclencher l’ébauche du bourg castral, le centre paroissial isolé a besoin de l’épaulement du prieuré qui signifie présence des moines et desserte améliorée du culte dans un bâtiment rénové sinon reconstruit. La donation totale ou partielle de certains bourgs ruraux déjà existants comme celui de Parné partagé entre Guillaume de Parné, Saint-Nicolas d’Angers et sans doute d’autres laïcs pourrait provenir du souci d’améliorer le développement du bourg115. La coïncidence globale avec la réforme grégorienne prend alors tout son sens. Il n’est pas impossible de rapprocher de ces cas, certaines fondations royales ou ducales à la fin du xiie siècle et au xiiie, comme les deux villae qui accompagnent les forteresses de Saint-Aubin-du-Cormier et de Gâvres érigées par le duc de Bretagne, Pierre Mauclerc116.

  • 117 « [...] burgum facere quantum grandiorem potuerint per attractum suum de cunctis hominibus […] », (...)
  • 118 « [...] de quo pejus isset castello suo […] », Cart. St-Serge, I, 234. Cré-sur-le-Loir (Sarthe, ca (...)

68Une volonté commune préside à ces créations. Si certaines peuvent être liées à des défrichements et réclament donc des bras, toutes les autres visent un autre but. Girois de Beaupréau, vers 1056-1082, donne l’église d’Andrezé aux moines de Saint-Serge qui: « […] pourront faire un bourg aussi grand qu’ils le pourront en attirant un grand nombre d’hommes…] »117. Une autre charte de Saint-Serge ne fait que répéter la même chose quand elle met en scène Guillaume Chamalard multipliant les agressions à l’égard des moines installés à Cré-sur-le-Loir tant il craint qu’ils n’y fondent un bourg « […] duquel viendrait bien du mal pour son château […] »118. Il ne faut donc pas imaginer une lointaine migration, le bourg regroupe, en profitant de la croissance démographique, des hommes des alentours, éventuellement dépendant d’un voisin.

  • 119 Miyamatsuh., op. cit., Annexes 3 et 4.
  • 120 Meuret J.-C., « La métallurgie ancienne au sud-est de l’Ille-et-Vilaine », MSHAB, t.66, 1989, p. 3 (...)

69Les facteurs économiques n’interviennent que modérément en ce qui concerne les simples villages. Les bourgs concentrent artisans et marchands, certes, mais essentiellement les bourgs castraux et encore assez peu pour ceux qui nous retiennent et qui comptent parmi les plus petits. Bouère ou Acigné, Andrezé ou Saint-Georges-du-Puy-de-la-Garde accueillent foires ou marchés mais, globalement, les bourgs ruraux ne jouissent que fort rarement de ces avantages qui drainent les foules. Même en admettant les lacunes de notre documentation, tous les bourgs ne bénéficient pas de ces institutions119. Si quelques artisans peuvent se rencontrer dans les bourgs, leur concentration a pu jouer un rôle discernable uniquement en ce qui concerne deux productions: le fer et la poterie. Dans ces deux cas, des bourgs ont pu être favorisés ou même se créer mais le phénomène est loin d’être obligatoire. Celui de Martigné-Ferchaud, profite certainement des activités métallurgiques environnantes mais Forges, tout proche et au nom révélateur, littéralement posé sur les minières n’a pas suscité de fondation particulière. Les ateliers de céramique à Saint-Pierre-le-Potier, près de Laval, prospèrent sans créer de bourg tandis que Fontenay près de Rennes organisé comme un véritable centre artisanal à l’ombre de son église et d’une motte donne l’impression d’un bourg organisé, d’un véritable village de potiers120.

Figure 22 - Deux exemples contrastés
La Gravelle (Mayenne)

Figure 22 - Deux exemples contrastésLa Gravelle (Mayenne)

Ces deux bourgs illustrent deux cas bien différents. Brion est cité comme vicus pendant le haut Moyen Âge puis villa auxiesiècle. C’est un bourg de Saint-Aubin au xiie. Une nécropole a été découverte sur l’éminence appelée le Tertre. Le bourg succède-t-il au vicus ou correspond-il à une nouvelle localisation du peuplement près de l’église et du prieuré après l’abandon d’un éventuel site perché ? À l’opposé, de ce site ancien, La Gravelle est un village neuf créé de toute pièce par le seigneur de Laval autour de son château destiné à surveiller la frontière avec la baronnie de Vitré.

Brion (Maine-et-Loire)

Brion (Maine-et-Loire)

(D’après le cadastre napoléonien, Arch. dép. Maine-et-Loire, 3P 1/51/1, section du Bourg, 2efeuille, section F du Mottais, 2efeuille – arch. dép., Mayenne 3P 2703, section B du Bourg, 3efeuille).

Un système souple

  • 121 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 246, 256-261.

70Sous le vocable de bourg s’abrite une gamme de réalisations fort diverses : entreprises d’envergure assurant d’indéniables avantages sinon des privilèges ou limitées, n’accordant qu’un statut des plus modestes à ceux qui n’ont encore rien ou bien peu de choses du bourgeois à venir. Une évolution se fait sentir, pourtant, si le bourg se présente, aux xie et xiie siècles, comme un moyen de développement de l’habitat et de concentration des hommes, dès la fin du xiie et surtout au xiiie, il tend de plus en plus à désigner le regroupement humain au centre du village, ce qui va devenir traditionnellement pour tout l’Ouest, le « bourg »121.

  • 122 Cart. de St-Nicolas, 103 ; Liber Albus, 98.
  • 123 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale, op. cit., p. 399, les deux charruées faisant (...)
  • 124 Cart. Ronceray, 390.

71La variété des créations défie donc en partie la description, cependant, certains éléments constants peuvent se mettre en évidence. Sauf exception, surtout près des grands châteaux, les bourgs présentent des dimensions réduites qui traduisent des ambitions limitées. Si le programme du puissant bourg de Chemillé donné à Saint-Nicolas d’Angers prévoit une centaine de maisons, celui d’Allonnes, au diocèse d’Angers, plus restreint, envisage seulement un minimum de 25 hôtes, soit plus de 100 personnes, si ce sont des chefs de feu122. Mise à part la concession de Saint-Pern en Bretagne qui s’étend sur deux charruées mais dans ce cas des tenures sont sans doute envisagées, l’usage est de donner un ou deux arpents et plus communément une ouche, voire une demie, ce qui n’autorise pas un grand nombre de maisons123. Le censier d’Avénières près de Laval, dépendant d’un prieuré du Ronceray, recense 47 noms en 1150, ce qui correspond sans doute à autant de chefs de feu, soit plus de 200 personnes mais cela doit correspondre déjà à un bourg d’assez belle dimension car il ne tiendrait pas dans une ouche124.

Figure 23 - Prieuré et bourg : Saint-Sauveur-des-Landes (Ille-et-Vilaine)
(D’après le cadastre napoléonien, Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P, Section du Bourg, 2
efeuille)

Figure 23 - Prieuré et bourg : Saint-Sauveur-des-Landes (Ille-et-Vilaine)(D’après le cadastre napoléonien, Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P, Section du Bourg, 2e feuille)

Le prieuré de Marmoutier s’installa au xiesiècle dans le cimetière qui entourait l’église et qui s’étendait donc très au-delà de la parcelle qui l’enveloppe au sud, sur le cadastre. Deux manses contigus au cimetière ont pu servir au développement du bourg dont le schéma de mise en place semble avoir été fossilisé dans les parcelles étroites et bien délimitées. Ce point de départ a orienté la croissance postérieure et la voie nord-sud qui sert d’axe forme le côté d’un ovale qui pourrait être la trace d’un défrichement initial.

Figure 24 - Un bourg dans un cimetière : Juvardeil (Maine-et-Loire)
(Extrait de Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église, le terroir, p. 82. Dessin, N. Joulin).

Figure 24 - Un bourg dans un cimetière : Juvardeil (Maine-et-Loire)(Extrait de Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église, le terroir, p. 82. Dessin, N. Joulin).

Le cimetière loti correspond au grand quadrilatère approximatif qui entoure l’église. D’une étendue de plus de deux hectares, il pourrait avoir fait l’objet d’un plan initial assez orthogonal. Le parcellaire qui le jouxte au sud est peut-être le témoignage de l’ancien château.

  • 125 Zadora-Rio E., L’église, le terroir, op. cit., p. 80-82.
  • 126 « Sequenti vero die dominica hora prima figens palum in castello edificando, ut mes est, fundavit (...)

72L’organisation interne demeure mal connue. Les textes signalent seulement que les bourgeois s’installent sur une platea ou une area, c’est-à-dire un emplacement pour bâtir une maison auquel s’adjoint souvent un jardin, ortus. Un lotissement régulier et planifié n’apparaît guère au xie siècle. Dans la mesure où les cadastres peuvent conserver des traces de ces installations, on ne discerne généralement aucun plan précis ou même vaguement géométrique. À Brion, le cadastre de 1825 montre un petit bourg aligné le long d’une rue principale avec une excroissance formée par l’église, le cimetière et l’ancien prieuré (Fig. 22). Par contre, à Saint-Sauveur-des-Landes, la disposition paraît plus systématique. L’état du xixe siècle conserve le souvenir d’une parcellisation relativement régulière qui pourrait avoir été influencée par le bourg et la rue pricipale correspond à la limite d’un vaste ensemble ovalaire en rupture avec le parcellaire environnant, faut-il y voir le témoignage d’une installation liée à un défrichement ou à une réorganisation (Fig. 23) ? De la même façon, le cimetière de Juvardeil doté d’un bourg castral à la fin du xie siècle présente une certaine organisation dans un enclos grossièrement rectangulaire (Fig. 24)125. De toute évidence, des opérations de cadastration ne sont pas inconnues et l’acte faux, certes, de la fondation du château de Josselin montre, qu’au xiie sans doute, on les pratiquait. Le rédacteur de Redon précise: « Le dimanche suivant, à la première heure, fichant un pieu dans la forteresse à édifier, ainsi que c’est l’usage, il fonda et confirma tout cela devant tous les hommes présents ». Comme le précise A. Chédeville, il s’agit moins d’un rite de fondation que d’une opération qui consiste à placer un pieu initial qui servira de référence pour tracer la construction126. Ce n’est pas un bourg officiel mais, visiblement, un habitat castral est prévu.

Figure 25 - Le Bas-Bourg de Saint-Georges-Buttavent (Mayenne)
(Cadastre napoléonien, arch. dép. Mayenne, 3P).

Figure 25 - Le Bas-Bourg de Saint-Georges-Buttavent (Mayenne)(Cadastre napoléonien, arch. dép. Mayenne, 3P).

Figure 26 - Le Bas-Bourg de Châtillon-sur-Colmont (Mayenne)
(Enquêtes rurales, n° 4, 1998, p. 16. MRSH-Caen DAO- D. Moreau).

Figure 26 - Le Bas-Bourg de Châtillon-sur-Colmont (Mayenne)(Enquêtes rurales, n° 4, 1998, p. 16. MRSH-Caen DAO- D. Moreau).

Ce bourg se présente bien comme un peuplement secondaire (4), résultat d’un lotissement qui manifeste une certaine régularité. Il est séparé du noyau initial (1, 2) qui a pu aussi être un bourg par un espace sans doute à usage commun, les Friches (3).

  • 127 Pichot D., L’occupation du sol…, op. cit., p. 10 et 16.

73Avec le temps, l’organisation d’un lotissement peut se dessiner beaucoup plus clairement. Déjà, le bourg castral de La Gravelle, du xiie siècle, montre des parcelles à peu près équivalentes alignées de part et d’autre d’une rue centrale, cette géométrisation s’impose encore plus à Lézardrieux mais l’absence de tout texte ne permet guère de commentaire (Fig. 11). Enfin au xiiie, une organisation élaborée qui ne va pas sans évoquer les bastides du Sud-Ouest met en évidence une véritable cadastration. Le Maine en conserve des traces évidentes. Le Bas-Bourg de Saint-Georges-Buttavent fondé par l’abbaye cistercienne de Fontaine-Daniel et cité en 1204 en constitue un bon exemple. 15 à 20 lots dont on retrouve le module s’organisent de part et d’autre d’une rue centrale tandis que deux chemins les délimitent à l’arrière. Ceux de l’ouest mesurent approximativement 100 m x 40, ceux de l’est présentant un aspect plus massif (Fig. 25). Un même plan s’identifie, non loin de là, au Bas-Bourg de Châtillon-sur-Colmont révélé à la même époque mais dont on ignore tout127 (Fig. 26).

  • 128 Zadora-Rio E., «Morphogenèse des villages et des petites agglomérations en Anjou-Touraine…», dans, (...)
  • 129 Louise G. et Lavigne C., « Dernières fondations de villages à la frontière de la Normandie et du M (...)

74Enfin, des opérations dont les motivations sont sensiblement différentes présentent un aspect aussi très nettement organisé. Un projet ambitieux du comte d’Anjou, Geoffroy Plantagenêt, à Château-Neuf-sur-Sarthe, dès le second tiers du xiie siècle n’avait guère rencontré de réussite128. Un peu plus tard, Henri II Plantagenêt tente une expérience semblable et rachète au chapitre du Mans Bourg-l’Evêque pour y construire une forteresse. Il y adjoint un nouveau bourg qui plus tard sera doté d’une enceinte. G. Louise a mis en évidence la complexité du plan cadastral qui permet d’identifier un lotissement à caractère urbain. Le succès ne viendra pas, non plus, et le bourg se révélera un échec. À la frontière du Maine et de la Normandie, le fils de Philippe-Auguste, Philippe Hurepel, agit de même avec un certain succès à l’Epinay-le-Comte. Le but est d’établir une population nouvelle dans une zone à défricher mais avant tout pour fixer la frontière et affirmer la présence du roi. Pour ce faire, un lotissement est mis en place dans le cadre d’un village-rue, véritable ville-neuve qui s’assimile aux bastides royales129.

  • 130 Latouche R., « Un aspect de la vie rurale dans le Maine au xie et au xiie siècle », Études d’histo (...)
  • 131 « [...] vicariam totius burgi nostri et omnium domuum nostrarum et totius terrae que infra fossata (...)
  • 132 Miyamatsu H., op. cit., p. 113.
  • 133 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 433-435. Ballots (Mayenne, cant. St-Aignan-sur-Roë).

75La délimitation des bourgs n’apparaît pas clairement. Une trace matérialisée s’imposait cependant, ne serait-ce que pour l’application des règlements et des droits respectifs de chacun. Les chemins périphériques et surtout les marques dans le cadastre pouvant perpétuer un talus ou un fossé déjà évoqués pour les cimetières jouaient sans doute ce rôle. Dans ce cas, la clôture présentait-elle un caractère militaire ? Ce qui conduit à examiner la question controversée des bourgs fortifiés. À propos du conflit opposant Saint-Vincent du Mans au seigneur de Bazougers, R. Latouche tirait des textes la preuve de la non fortification des bourgs, l’interprétation contraire n’est pas impossible d’autant plus que plusieurs présentaient quelques défenses130. Comment comprendre le cas de Souday ? L’église donnée vers 1090 à Saint-Vincent est entourée de terres non construites où les moines pourront élever un bourg, ce qui est accompli vers 1130 quand, Pierre fils d’Achard, abandonne « la voirie de tout notre bourg et de toutes nos maisons et de toute la terre qui est enclose par les talus extérieurs »131. Ce talus peut n’être qu’une démarcation mais l’exemple de Saint-Longis ne peut faire évacuer une fonction plus défensive. Dans les bourgs castraux, le souci militaire prenait, par la force des choses, de l’importance. À Bazougers et à Bouère, l’obligation de mise en défense du bourg est clairement affirmée132. Dans la mesure où la configuration le permettait, une fortification, au moins sommaire, devait être élevée sur les sites castraux. Le cadastre de La Gravelle le montre, tout comme celui de Ballots mais, pour les bourgs ruraux, le fait devait demeurer assez rare133. J.-C. Meuret donne des exemples de fossés uniquement pour des bourgs castraux si bien que sa conclusion privilégiant l’aspect juridique et symbolique de cette clôture pour les bourgs des moines ne peut être entièrement acceptée. Si cette dimension existe certainement, la présence du château oblige à envisager des aspects militaires au moins légers.

Bourgs et formes de l’habitat

  • 134 Le Genest (Mayenne, cant. Loiron). Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 245.
  • 135 Sceaux-sur-Huisne (Sarthe, cant. Tuffé), Pirmil (idem, cant. Brûlon). Cart. St-Vincent, 143, (1050 (...)

76Tout l’indique, les bourgs offrent un moyen très souple de création d’habitat mais une nécessaire clarification s’impose. Si l’on reconnaît traditionnellement que le bourg s’agrège à un habitat préexistant ou a besoin d’un pôle de fixation, cela se produit dans des contextes fort différents qui se répercutent sur le développement des villages. Une première catégorie se présente comme un peuplement adventice qui vient gonfler un noyau existant. Ce n’est pas la plus facile à identifier alors que l’on aurait tendance à la croire plutôt répandue. Ainsi, le Bourg Nouveau du Genest près de Laval ne complète pas le Bourg Vieil, il y a déplacement et succession chronologique134. Dans quelques cas, un bourg vient s’installer sur un peuplement antérieur limité auquel il doit apporter quelque dynamisme. À Sceaux-sur-Huisne, quelques maisons seulement sont établies près de l’église avant que Hubert Clericus ne donne une terre à Saint-Vincent pour fonder un prieuré et un bourg. La situation semble identique à Pirmil, encore que l’habitat déjà présent fasse soupçonner l’embryon d’un bourg castral laïque135.

  • 136 St.-Georges-Buttavent (Mayenne, cant. Mayenne), Châtillon (idem, cant. Gorron).
  • 137 Bouère (Mayenne, cant. Grez-en-Bouère), Bazougers (idem, cant. Meslay), Pichot D., Le Bas- Maine, (...)

77Deux bourgs tardifs, du xiiie siècle, viennent nettement renforcer des noyaux préexistants: le Bas-Bourg à Saint-Georges-Buttavent et à Châtillon-sur-Colmont. Le qualificatif novus souligne une naissance récente mais n’exclut pas une opposition à un bourg antérieur. Le cadastre n’est pas très significatif pour le premier en raison des perturbations causées par le tracé d’une route royale au xviiie siècle mais pour le second, se distinguent nettement deux noyaux, l’un né autour de l’enclos ecclésial et le second séparé par un espace, sans doute commun, dit Les Friches qui présentent tous les caractères d’un lotissement organisé (Fig. 26)136. Ces deux cas conduisent peut-être aux bourgs multiples. Fort courants dans les futurs sites urbains, ils peuvent se rencontrer autour de plus modestes châteaux ou dans de simples villages dont l’église se révèle bien antérieure. Bouère comme Bazougers comptent un bourg du seigneur et un des moines et Champagné en accueille un de Saint-Vincent et un de Saint-Aubin137. Dans ce cas, rien n’indique un habitat ayant précédé. Bien des bourgs paraissent ainsi apporter le premier habitat un peu important autour de l’église et de son cimetière. À Champagné, un bourg se place devant la porte de l’église, l’autre dans le cimetière, c’est dire à la fois l’importance réduite de chacun mais aussi l’absence d’agglomération auparavant.

  • 138 « [...] medietatem ecclesiae ejusdem burgi Coloniarum », Quelaines, Cart. St-Aubin, 899, « ecclesi (...)
  • 139 Cart. manceau de Marmoutier, Laval, 1.
  • 140 Pour Quelaines, l’identification n’est pas sûre, mais la dédicace aux saints Gervais et Protais, t (...)

78Ainsi s’éclaire la situation de très anciennes paroisses connues dès le haut Moyen Âge. En soi, le phénomène n’étonne pas mais à plusieurs reprises le terme burgus s’applique à l’ensemble du noyau villageois. On relève cela pour le Maine, à Quelaines, Saint-Gault ou Bourgon138. Les formules employées ne donnent lieu qu’à une interprétation possible, si le burgus et le bourg-centre se confondent. Il faudrait envisager moins une création qu’une transformation de statut. En l’absence de tout texte de fondation concernant ces bourgs ruraux, une comparaison avec certains sites castraux éclaire quelque peu. Il est bien évident que lorsqu’une charte des environs de 1060 règle les droits et devoirs des bourgeois de Marmoutier à Laval, elle organise une population qui a déjà commencé à s’agglomérer139. Par ailleurs, il n’est guère possible que le mot burgus puisse déjà avoir l’acception future de bourg-centre, aussi faut-il voir dans ce burgus tout l’habitat regroupé et la nouveauté du terme pourrait bien alors traduire la nouveauté de l’habitat. Malgré une fondation attribuée aux premiers évêques du Mans, Quelaines et Bourgon ne sont jamais appelés vici en dehors des listes des Actus140. L’hypothèse d’églises plus ou moins demeurées isolées puis dotées d’un bourg leur assurant une population environnante au xie siècle paraît pouvoir être étayée.

79Enfin, bien des prieurés accompagnés de bourgs sont des créations totales. À Brigne déjà étudié, on peut adjoindre les bourgs abbatiaux de Saint-Méen ou Saint-Sulpice ou la paroisse de Sérigné qui voit une église, un cimetière et un bourg se serrer autour d’une motte. Cependant, ces nouvelles fondations n’accèdent que rarement au stade paroissial, sinon tardivement et l’on a souligné leur fragilité fréquente. En règle générale, les bourgs ont donc d’abord contribué et sans doute de façon majeure, voire systématique à créer de vraies agglomérations autour des enclos ecclésiaux, notons cependant leur modestie, si bien que l’on peut s’interroger sur les projets de leurs fondateurs. Voulaient-ils vraiment regrouper toute la population ou simplement une partie ?

Naissance du centre villageois ?

80La fixation de la population autour de pôles entraîne sinon la naissance, encore que ce soit le cas souvent, du moins l’affirmation des agglomérations appelées à jouer un rôle directeur dans l’organisation des communautés humaines qui s’élaborent dans le cadre paroissial. Ces centres villageois se dessinent suffisamment entre le xie et le xiiie siècle pour que nous puissions en cerner l’image, tout au moins approximativement.

Le problème de la continuité

  • 141 Renart J., op. cit., p. 5.
  • 142 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 342-345. Le Masse, lieu-dit en Rannée (Ille-et-Vilaine, ca (...)
  • 143 Ibidem, p. 274-288 ; idem, «Welita, la nécropole et Retiers », op. cit., p. 85-103. Retiers, Visse (...)
  • 144 Naveau J., Le chasseur, l’agriculteur et l’artisan, (Catalogue du musée de Jublains), Laval, 1998, (...)
  • 145 « [...] dederunt ecclesiam Sancti Martini de Bosco cum duabus partibus oblationum… Postea placuit (...)

81Le mouvement de réorganisation du peuplement aboutit à modeler la trame villageoise que nous connaissons, même si l’érection en paroisse tarde parfois. Les sites d’implantation recouvrent une grande variété mais le caractère du relief ne privilégie guère certaines situations. On peut noter, mais ce n’est pas original, une prédilection pour les cours d’eau et les vallées attirent nettement, pour peu qu’elles offrent un espace suffisant et protégé. Souvent, comme le remarque Jean Renart pour la région nantaise, les centres villageois affectionnent les versants et s’établissent au contact des terroirs des plateaux où ils s’installent moins volontiers141. Pour beaucoup, une évidente continuité historique s’affirme, encore faut-il s’entendre sur la signification de l’expression. La continuité d’utilisation du site s’impose, en particulier, quand on constate l’existence d’habitats centrés sur des églises installées sur des nécropoles du haut Moyen Âge. Le Masse, village abandonné en forêt de la Guerche, réunit quelques emplacements de maisons autour d’une motte et la découverte d’un morceau de reliquaire émaillé du xiiie siècle atteste bien d’une occupation médiévale. La présence sur le site d’inhumations en coffres de schiste, une fibule des vie-viie siècles et des tegulae des premier et second siècles démontrent une utilisation funéraire bien antérieure, les tegulae pouvant indiquer aussi une présence humaine142. L’habitat n’est peut-être venu ou revenu qu’après le xe siècle quand l’église, suivie de la motte ? s’est installée sur cette nécropole. L’état des lieux isolés en forêt et l’absence de fouilles ne permettent guère de trancher. Dans la même zone, les nécropoles du haut Moyen Âge, à Retiers ou Visseiche, voisinaient avec un habitat antique mais la continuité exacte sur le site n’est pas prouvée143. Ailleurs, très nettement, les morts ont fixé le bourg-centre, des dizaines sont dans ce cas: 55 rien que pour le département de la Mayenne mais cela ne signifie en rien permanence de l’habitat144. Beaucoup d’églises étant demeurées longtemps isolées ou presque, tout au plus peut-on faire l’hypothèse d’une continuité pour certains vici qui présentaient très tôt un aspect aggloméré et peut-être pour certains centres de plou. Cela ne fait pas oublier les multiples fondations établies sur un site totalement neuf. Le cas de Laignelet, près de Fougères, permet de saisir clairement un processus qui fut peut-être fréquent. Vers 1074-1080, Raoul de Fougères et sa mère donnent à l’abbaye d’Évron l’église de Saint-Martin-des Bois, alors en forêt. L’église fut ensuite réédifiée dans le cimetière dit de Agnellus, puis une terre près du cimetière et un pré complétèrent l’ensemble. Une église est donc transférée dans un cimetière visiblement isolé et de là va naître, avec le prieuré, un centre paroissial145.

  • 146 « [...] qui est in villa Rothoenge », Cart. St-Serge, I, 28, 213. Rouans (Loire-Atlantique, cant. (...)
  • 147 « [...] villam que dicitur Vilers cum ecclesia in eadem villa sita… dimietatem marechie que ville (...)

82L’évolution du sens du mot villa porte sans doute la marque de cette histoire, ce qui rend encore plus dommageable la difficulté rencontrée pour la dater. Cette question évoquée dans le premier chapitre montre une transition durant le xie siècle mais dont la progressivité et les décalages régionaux ne laissent pas de créer une certaine obscurité. En 1046-1047, avec ses trois églises, Javron désigné comme villa doit présenter depuis longtemps un aspect de village, tout le contexte des écrits invite à le comprendre ainsi. L’église « qui est dans la “villa” de Rouans » et flanquée d’un bourg peut être église de domaine ou de village, le second sens étant possible peut-être en 1036, mais à Cré, vers 1082-1093, quand les moines veulent construire un four dans leur partie du burgus, on leur dénie le droit de le faire dans cette villa, le terme désignant nettement l’agglomération autour de l’église et, nous l’avons vu, le sens est encore plus évident quand la villa s’oppose à la parrochia146. En Bretagne, pourtant réticente à cette évolution sémantique, l’abbaye Saint-Georges reçoit vers 1040, la villa appelée Villiers avec l’église située dans la même villa, il s’agit bien d’un village, devenu Saint-Georges-de-Grehaigne, car le texte poursuit: « la moitié du marais qui touche à la ditevilla” »147. L’idée d’agglomération s’est désormais accrochée au mot et sauf exception, villa va désigner le village, quelque chose s’est donc passé.

La physionomie des « bourgs »

83Le bourg-centre qui se développe alors demeure flou si l’on se limite aux textes fort peu descriptifs. Le recours aux plans et cadastres ainsi qu’à l’iconographie ancienne, mais postérieure à la période étudiée, offre d’appréciables secours malgré leurs limites. L’ensemble église-cimetière constitue le noyau de base, la prééminence du château et dans une moindre mesure d’une simple motte, ne se faisant sentir que dans un nombre de cas limité. L’agglomération, au départ, ne présente guère de caractère organisé, cela n’interviendra que peu à peu et surtout à partir du xiie siècle pour certains bourgs. Les maisons se regroupent autour du noyau central, de multiples textes les plaçant près ou autour de l’église, quand elles ne sont pas, dans le cimetière, terrain plus ou moins vaste où s’exprime une grande part de la vie sociale communautaire.

  • 148 Helsens A., op. cit., p. 80.
  • 149 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 110, Crennes-sur-Fraubée (Mayenne, cant. Villaines-la-Juhel)
  • 150 Fournier G., op. cit., p. 373. La motte castrale subsiste complètement isolée de l’habitat.

84Le cadastre donne une idée assez approximative de ces établissements humains et il faut rester prudent dans l’examen de leur morphologie, les évolutions postérieures, l’histoire particulière des villages ont pu modifier sensiblement leur aspect et l’on ne peut discerner que les tendances initiales qui ont cependant régi la croissance. L’enclos paroissial apparaît bien comme le point de focalisation. L’église et le cimetière dont les dimensions au début du xixe siècle s’avèrent moindres qu’à la période féodale organisent un petit amas d’habitations comme à Gahard (Fig. 18)148. Si l’ensemble prend quelque importance, il s’étire le long d’une rue, voire de plusieurs, l’enclos paroissial ne se plaçant pas obligatoirement dans une position de carrefour mais assez fréquemment en bordure de cette voie. Saint-Sauveur-des-Landes, met bien en évidence ce type de plan. Le prieuré et l’église ont joué un rôle organisateur aux alentours de l’enclos, le bourg ayant ensuite réparti ses maisons assez régulièrement autour d’une rue (Fig. 23). Le cas du vrai village-rue disposant ses maisons de part et d’autre d’une voie centrale et souvent caractéristique des défrichements, se rencontre mais ne constitue pas une forme habituelle. Nous sommes ici en présence d’un regroupement marqué que l’on retrouve fréquemment mais des dispositions beaucoup plus lâches peuvent se retrouver, en particulier en Bretagne, mais pas seulement: Plourhan, dans les Côtes d’Armor, en offre un bon exemple. Les maisons paraissent isolées dans un enclos particulier et constituent un ensemble fort distendu (Fig. 57). Dans le Maine, Crennes-sur-Fraubée, modeste village que les textes ne font découvrir qu’au xiiie siècle se présente comme une série de hameaux échelonnée le long de la route sur plus de trois kilomètres149. Paradoxalement, dans le cas assez rare de noyau constitué de deux bourgs, l’agglomération n’adopte pas obligatoirement un plan polynucléaire. Le cadastre ancien de Bazougers ne permet pas de cerner les différences, les deux bourgs devaient être contigus, celui du seigneur touchant le cimetière et non le château, à La Gravelle, le bourg du château l’a emporté sur celui des moines (Fig. 22)150.

  • 151 (Maine) Auvers-le-Hamon, 1281, Cart. La Couture, 396 ; (Anjou) Précigné, 1272-1286, Cart. La Besch (...)
  • 152 « Elevassent postes cum panetis et laqueis simul conjunctis et concavillatis », (Ex) Libro de mira (...)
  • 153 « Domus petrina », (1062), Cart. manceau de Marmoutier, Bouère, 1, « domus lapidea », (1144), rési (...)
  • 154 Zadora-Rio (E.), « Rigny, rapport préliminaire », RACF, 1992, p. 105-106.
  • 155 Cart. évêché du Mans, 102. St.-Julien (Mayenne, cant. Lassay).
  • 156 « [...] cum domo optima, fossatu firmissimo atque ligno munita undique cum rupe quoque concava […] (...)

85Des maisons, par contre, nous ignorons à peu près tout, les fouilles n’ayant mis au jour que celles des écarts. Imaginer que ce sont les mêmes ne semble pas aventuré mais il est préférable d’étudier celles-ci dans le cadre qui était le leur. Les textes en disent fort peu. Les habitations s’élèvent sur des emplacements, plateae, assez vastes pour qu’elles disposent d’un jardin, en conséquence elles ne doivent pas être jointives. Cela arrive cependant au xiiie siècle151. Les concessions de droits forestiers citent trop souvent le bois à construire pour n’y voir que les besoins des charpentes. Ces bâtisses incorporaient, surtout là où la pierre faisait défaut, une forte proportion de bois et le Livre des miracles des Saints de Savigny évoque la construction d’une maison de planches152. Dans le Maine au moins, celles qui sont en pierre, signe de puissance sociale et économique, font l’objet d’une mention spéciale153. À Rigny, les traces d’un bâtiment érigé, au moins au xiiie siècle, révèlent un bâtiment de pierre, comprenant un rez-de-chaussée peut-être à usage de cellier et un étage. L’ensemble paraît suffisamment riche pour que soit émise l’hypothèse du presbytère154. Quelques constructions un peu exceptionnelles apparaissent comme le presbytère du curé de Saint-Julien-du-Terroux qui semble un vrai petit manoir155. Dans cette catégorie se classent aussi les résidences chevaleresques quand elles se situent dans le bourg. Souvent dites simplement domus, elles pouvaient s’identifier à celle d’Eude de Malicorne à Noyen-sur-Sarthe, une vraie maison forte près du château avec fossé et palissade ainsi qu’une cave156.

Figure 27 - Oisseau au xviiesiècle (Mayenne)
(Plan-terrier de la seigneurie de Loré, arch. dép. Mayenne)

Figure 27 - Oisseau au xviie siècle (Mayenne)(Plan-terrier de la seigneurie de Loré, arch. dép. Mayenne)

Figure 28 - Nuillé-sur-Vicoin (Mayenne) vu par un peintre du xviiiesiècle

Figure 28 - Nuillé-sur-Vicoin (Mayenne) vu par un peintre du xviiie siècle

(Dessin de Legay de Prélaval, Coll. Musée de Laval, n° inv. 5563, cliché François Lasa.)

86Un minimum d’équipement complète ce tableau. Un four souvent mentionné en raison des multiples conflits entraînés par les revenus espérés est établi au milieu des habitants, éventuellement dans le cimetière. Les premiers sont signalés tôt et leur présence semble systématique au xiiie siècle. Les moulins se situent moins souvent dans le bourg, les exigences techniques ne le permettaient pas toujours, mais pour peu qu’un cours d’eau ou un étang soient présents, le moulin s’installait. Une chapelle dans le cimetière, une grange dîmière pouvaient fréquemment s’ajouter pour les villages les plus importants. En Bretagne, un placître, espace commun qui peut accueillir les animaux, se rencontre assez généralement, souvent aux limites de l’agglomération mais un tel terrain existe aussi ailleurs. Le lieu-dit les Friches, qui sépare les deux noyaux de Châtillon-sur-Colmont, semble bien correspondre à une telle destination (Fig. 26).

  • 157 Arch. dép. Mayenne, Antoine A. et Vennel J.-P., « La voie royale et le paysage », MAH, 17, 1994, p (...)
  • 158 Angot A., Dictionnaire, art. Oisseau.

87Ces quelques renseignements s’enrichissent de ce qu’offre l’iconographie. Un dessin d’Oisseau dans le Maine figure dans un terrier de la seigneurie de Loré datant du xviie siècle (Fig. 27)157. Sans être médiéval, ce bourg d’époque moderne porte pourtant l’héritage des siècles antérieurs. Les maisons ont très vraisemblablement évolué mais l’agglomération a conservé sa forme initiale et la mise en place de l’enclos ecclésial et de la voirie correspond à la réalité perceptible dans le cadastre. Seuls les moulins, bien que correctement situés quant à la direction, sont en fait plus éloignés, la Colmont coulant en contrebas. Oisseau a peut-être un passé très ancien, l’identification avec l’Oxellum des Actus est possible mais mis à part que la cure était au chapitre, rien ne vient renforcer cette interprétation. Nous retrouvons un schéma classique: l’enclos constitué par une église simple, les chapelles formant transept ayant été ajoutées tardivement, et un cimetière délimité par un fossése place au cœur de l’ensemble. S’ajoute une croix et une chapelle est établie sur la clôture. Autour, se regroupe un nombre limité de maisons, une quinzaine, alignées autour de l’enclos et le long des chemins. Sans doute est-ce la trace du burgus mentionné seulement en 1236. La modestie de ce centre frappe d’autant plus que la paroisse, fort grande, comprenait 402 feux en 1695158. Le dessinateur a-t-il rendu le réel ou utilisé des conventions ? Le cadastre du début xixe et une visite sur le terrain tendraient à pencher assez fortement pour la première réponse. Au xviiie siècle, dans le carnet de croquis de Legay de Prélaval figurent des vues d’Azé, près de Château-Gontier et de Nuillé sur-Vicoin. Azé, possède au Moyen Âge prieuré et bourg et profite de l’activité fluviale qui anime la Mayenne. Le peintre suggère une agglomération réduite mais assez dense et la vue plongeante sur Nuillé détaille remarquablement ce petit village qui, paradoxalement, donne une impression de plus grande importance (Fig. 28). On distingue parfaitement l’église romane, siège d’un petit prieuré de Saint-Vincent, environnée d’un étroit cimetière, l’enclos là aussi est entouré d’une ceinture de maisons tandis que d’autres s’allongent le long des chemins.

Figure 29a - Les villages des bords de la Vilaine au xviesiècle.

Figure 29a - Les villages des bords de la Vilaine au xvie siècle.

(Mauger M. dir, En passant par la Vilaine, p. 33, cliché BNF).

Figure 29b - Croquis explicatif de la figure 29a

Figure 29b - Croquis explicatif de la figure 29a
  • 159 Mauger M. et alii, En passant par la Vilaine, op. cit., p. 32-33 et 38-39.

88De telles observations accentuent l’intérêt du manuscrit de 1543 décrivant le cours de la Vilaine qui, malgré les conventions, affiche l’évident souci de rendre compte du réel. La planche V fait figurer deux villages: Langon et Brain. Le premier, pourtant très ancien, ne comprend que trois ou quatre maisons, le second s’étoffe un peu plus (Fig. 29a). À gauche de l’église, le manoir abbatial de Redon se remarque à ses tourelles, à droite, séparées par un espace vague: le cimetière, s’étendent les maisons, ceinturées par des arbres, évocation des ouches, courtils et jardins qui cernent les habitations. Le plan cadastral du début du xixe siècle s’accorde totalement avec cette vue mais le peintre a inversé l’ensemble. Sur l’autre rive, Beslé, doublé d’un petit port, n’est qu’une trève de Guémené-Penfao. La planche VIII présente Messac et une partie de Guipry sur la rive opposée. Le centre réduit de Messac s’est dédoublé vers la Vilaine où le port de transbordement, nécessaire en raison d’une barre rocheuse, a créé le long de la berge une agglomération d’importance159. Si l’on ajoute, le cas de Pléchâtel réduit à une poignée de maisons, en partie aussi parce que le peintre néglige ce qui n’est pas un port, en cette fin du Moyen Âge, les bourgs-centres de la région ne réunissent, sauf exception, qu’une population limitée. Évoquer les troubles des siècles précédents ne serait pas pertinent car globalement ce constat révélé par l’iconographie recoupe ce que les textes laissent entrevoir.

Des « bourgs » réduits

  • 160 Musset R., Le Bas-Maine, op. cit., p. 457-458.

89À vrai dire, les historiens modernistes ont noté la faiblesse générale des bourgs-centres de l’Ouest mais les études chiffrées, quoique possibles au prix d’un long travail, n’ont guère été abordées. Partir de l’époque contemporaine présente un avantage certain en donnant comme base des données sûres mais aussi en faisant prendre conscience des évolutions sensibles qui contredisent le cliché sur l’immobilisme des campagnes. René Musset a donné un état de la population du bas-Maine au début du xxe siècle où il notait une faible concentration dans le bourg qui n’est pas toujours le plus gros regroupement de la commune. Il ne réunit que de 10 à 40 % de la population et 89 % des communes voient plus de la moitié de la population dans les écarts160.

  • 161 Antoine A., Fiefs et villages du Bas-Maine, op. cit., p. 36-37 et annexe V, p. 486.
  • 162 Gallet J., La seigneurie bretonne du xve à la fin du xviie siècle, Paris, 1979, p. 169.
  • 163 Flatres P., « La structure rurale du Sud-Finistère d’après les anciens cadastres », Norois, n° 16, (...)

90Pour le xviiie siècle, Annie Antoine établit un constat analogue et s’est livrée à une analyse de 21 paroisses à partir des rôles de taille. En comptant la part des feux taillables des bourgs, elle constate que la proportion, globalement variable de 5 à 29 % du total des feux paroissiaux, demeure néanmoins faible et que la variation ne dépend pas de l’importance des paroisses161. On peut noter en comparant avec les travaux précédents que la concentration s’est accrue au cours du xixe siècle, les nouveaux services offerts par le centre: mairie, école, ont sans doute favorisé le fait. Le bourg d’Argentré ne regroupait que 29 % de la population vers 1770-1780, 39 % à la fin du xixe et, toutes les communes étudiées connaissent cette nette augmentation, celui d’Astillé même, l’un des plus faibles, passe de 6 à 25 %. Le taux médiéval était-il plus bas ? Ce n’est pas certain, mais une réponse positive serait assez vraisemblable. Les bourgs établis sur une ouche, voire moins, ne pouvaient accueillir beaucoup de monde, or, dans plusieurs cas c’est là toute la population. Si certains textes envisagent des chiffres beaucoup plus élevés, dépassant nettement la centaine, en plein xve siècle les bourgs-centres du Morbihan ne comprennent souvent encore que quelques maisons: 4 à Baden, 7 à Ploeren, 10 ? à Elven et 6, plus 5 exploitations à Carnac162. Dans le Finistère, au début du xixe siècle, bien des centres paroissiaux ne regroupaient pas plus d’une demi-douzaine de maisons, voire moins163. Flagrante, cette faiblesse se révèle aussi bien inégale.

Figure 30 - L’absence de regroupement : le Lou-du-Lac (Ille-et-Vilaine)
(D’après le cadastre ancien, arch. dép., Ille-et-Vilaine, 3P)

Figure 30 - L’absence de regroupement : le Lou-du-Lac (Ille-et-Vilaine)(D’après le cadastre ancien, arch. dép., Ille-et-Vilaine, 3P)

Malgré son ancienneté, l’église est restée isolée, seul, le château moderne est venu s’y associer.
La motte n’a pas rencontré plus de succès.

Un rassemblement inégal

  • 164 Ille-et-Vilaine, cant. St. Brice-en-Cogles et Montauban-de-Bretagne.
  • 165 Flatres P., op. cit. ; Louise G., La seigneurie de Bellême, op. cit., t.2, p. 81. Au début de ce s (...)

91Le regroupement des hommes est loin d’avoir connu des résultats identiques. Parfois, le mécanisme ne s’enclenche pas et l’église demeure isolée ou presque avec son cimetière. En haute-Bretagne le Tiercent et le Lou-du-Lac entrent dans cette catégorie (Fig. 30)164. Ils avaient pourtant des arguments sérieux: églises anciennes, nécropole pour le premier, une motte pour le second. Or, les hommes ne sont pas venus, sans que l’on puisse invoquer une incommodité particulière. La basse-Bretagne n’ignore pas le phénomène, de tels exemples se repèrent à Trégarvan ou Tréguennec et des paroisses dénuées de centre se rencontrent aussi sur l’ancienne frontière du Maine et de la Normandie où, encore aujourd’hui, quelques rares maisons ne parviennent pas à constituer un bourg165.

Figure 31 - Andel (Côtes d’Armor) : une faible polarisation

Figure 31 - Andel (Côtes d’Armor) : une faible polarisation

Plan-terrier du duché de Penthièvre, 1785-1789, arch. dép. Côtes d’Armor, E 494, Andel, 1refeuille, cliché arch. dép.

  • 166 Andel (Côtes d’Armor, cant. Lamballe), arch. dép., E494, feuille1.
  • 167 Idem, 3P plan 74.Cadastre de 1822. Plourhan (Côtes d’Armor, cant. Etables).

92Plus fréquemment, des centres se sont constitués mais leur dimension réduite et surtout leur aspect lâche et même disséminé dénote une polarisation fort limitée. Il peut s’agir d’agglomérations assez inconsistantes comme à Crennes-sur-Fraubée, théorie de hameaux étirée sur plusieurs kilomètres, souvenir peut-être des pionniers qui attaquèrent la forêt de Pail. Si l’on retrouve ce fait dans les régions limitrophes de la Normandie, il caractérise cependant fortement la Bretagne à mesure que l’on progresse vers l’ouest. Beaucoup de bourgs présentent une certaine inconsistance. Celui d’Andel sur le plan-terrier du duché de Penthièvre de la fin du xviiie siècle se réduit à quelques exploitations: La Boulaye, la Salle, la Cour Neuve (témoignages seigneuriaux), qui esquissent un vague regroupement autour de l’église (Fig. 31)166. L’exemple de Plourhan, dans les Côtes-d’Armor aussi, représente assez bien les caractères généraux de cette catégorie. Le bourg, un peu mieux formé, tend à s’organiser autour de l’enclos ecclésial mais très imparfaitement, au point que la limite entre lui et l’habitat dispersé est peu perceptible, la motte comme souvent ne joue guère de rôle (Fig. 57)167.

  • 168 « Vicum Cepie cenobio S. Marie cum tota integritate religiosissima comitissa Hildegardis ad usum e (...)

93Certains bourgs ont rencontré d’autres problèmes et leur apparence peut provenir non d’une faible polarisation mais de concurrences ou de tiraillements internes. Deux pôles ont pu se partager l’influence donnant un dédoublement qui peut aller jusqu’à la mise en place de deux noyaux bien distincts comme à Seiches en Anjou. Au bord du Loir, le puissant château de Mathefelon s’est élevé à l’écart du vieux centre paroissial doté d’un prieuré du Ronceray et d’un bourg et a provoqué l’apparition de ce qui semble un bourg castral. Ainsi à quelque 500 mètres de distance se font face deux centres dans la même paroisse168. Cas extrême, l’église de Rigny est demeurée pratiquement isolée, le peuplement s’effectuant auprès du château d’Ussé. L’attraction du site castral a largement profité cependant de l’incommodité du site religieux.

  • 169 Pour Aubigné, un croquis dans Banéat P., Le département d’Ille-et-Vilaine, t.1.

94Enfin, et c’est la majorité des cas de haute-Bretagne, Maine et Anjou, le regroupement a pu s’effectuer sans résistance apparente et se sont alors développées des agglomérations relativement homogènes et organisées, autour de l’église le plus fréquemment. Saint-Sauveur-des-Landes ou Brion peuvent être retenus comme modèles (Fig. 22-23). Les mieux constituées sont aussi les plus importantes et pour certaines, il n’est pas impossible d’y voir un minimum d’organisation à caractère urbain comme Aubigné en Bretagne où le château commande une agglomération qui esquisse un plan en damier ou Bourg-le-Roi dans le Maine où la volonté organisatrice des Plantagenêts ne rencontra pas le succès escompté169.

  • 170 Le Genest (Mayenne, cant. Loiron), Forges-la-Forêt (Ille-et-Vilaine, cant. Retiers). Meuret J.-C., (...)
  • 171 Chauvin M. et Reydellet Ch., op. cit., p. 149-154.
  • 172 Tonnerre N.-Y., Naissance, op. cit., p. 512-513.
  • 173 « Notum sit […] Sanctum Sulpicium in Paillo parrochiam habuisse, metas cujus adhuc plures ruricole (...)

95Cette diversité et cette faiblesse générale des bourgs-centres n’entraînent cependant pas de fragilité marquée comme on pourrait le croire. Les disparitions ou déplacements demeurent fort limités, même si tous les cas ne sont pas recensés. Les villages disparus se rencontrent, et pas seulement dans les traditions orales fréquentes mais difficiles à vérifier. Les deux bourgs successifs du Genest doivent correspondre à un déplacement dont J.-C. Meuret a étudié un bel exemple en forêt de la Guerche. Le village du Masse en Rannée se transporta au xiiie siècle ? en lisière de forêt pour se fixer à Forges170. Les textes mentionnent quelques autres exemples. La paroisse de l’Hermitage près de Rennes naquit sans doute vers la fin du xiie siècle d’un défrichement sur le lieu de Frétillé doté d’une chapelle et d’un cimetière, pourtant, l’installation définitive se fit ailleurs171. Le bourg de Castennec périclita quand le château se déplaça à Rohan, il avait alors perdu sa raison d’être172. Dans la difficile région des Avaloirs, la paroisse de Saint-Sulpice-les-Chèvres aurait été désertée par ses habitants en raison des vexations du seigneur, la chose n’est pas impossible mais sans doute faut-il y voir la contradiction entre une mise en valeur pénible et peu rentable et l’exploitation seigneuriale, la tentative de restauration menée par l’abbaye de Tiron pour le compte sans doute des nouveaux seigneurs avorta et le petit prieuré installé ne put attirer des habitants173. Plutôt qu’à une réelle disparition, le texte fait penser à une création difficile et finalement inaboutie. Il préfigure une situation commune plus tard: les fondations de paroisses qui, pour des raisons diverses, qualité du finage, insuffisance des revenus, viabilité, se révélèrent sans suite. Elles s’effacèrent rapidement, souvent dès le Moyen Âge, laissant de simples hameaux. Finalement, ce ne sont guère que des exceptions et la puissance du noyau fédérateur, en règle générale religieux, incapable d’attirer la majorité des hommes, suffit pourtant à imposer la permanence.

  • 174 Cf. Fig. 11 ; Martin H., « Locronan du xie au xve siècle. L’affirmation progressive d’un sanctuair (...)
  • 175 Antoine A., op. cit., Annexe 5.

96Enfin, l’inégalité dans les capacités d’agglomérer, non liée à l’importance des paroisses suscite l’interrogation. Il faudrait une enquête systématique qui jusqu’ici n’a pu être menée mais le nombre de cas étudiés permet d’élaborer des hypothèses qui demanderont à être étayées plus solidement. L’examen de la carte des bourgs et des prieurés, les rares études portant sur la population agglomérée permettent de supposer un lien entre la qualité de l’agglomération et la présence d’un élément structurant: château voire motte, mais surtout prieuré et bourg, que ces éléments s’additionnent ou ne soient que partiellement présents. Les bourgs-centres perdent nettement de la consistance vers la basse-Bretagne, or cela correspond à la carte des prieurés et des bourgs, l’un allant largement avec l’autre. Le sous-encadrement monastique de l’ouest breton a été identifié depuis longtemps et des localités possédant un bourg ou un prieuré présentent notoirement un aspect aggloméré. Lézardrieux le manifeste clairement tout comme Locronan, doté d’un bourg dès 1031174. L’étude d’A. Antoine, malheureusement limitée à 21 paroisses et pas toutes rurales, milite dans le même sens. La proportion de population agglomérée est globalement d’autant plus faible que les éléments structurants ne sont pas présents. Si les 29 % de Saint-Georges-le-Fléchard ne trouvent guère d’explication, Argentré, avec aussi 29 % est doté d’un bourg, Entrammes (26 %) a motte et bourg et Nuillé-sur-Vicoin (24 %) possède un petit prieuré. Ces éléments se font plus rares à mesure que la proportion baisse. En dessous de 15 %, 6 centres seulement sur 13 en possèdent quand à 15 % et plus, 4 sur 6 sont concernés175. Les prieurés et les bourgs seraient donc nécessaires pour que le centre paroissial puisse naître, l’attraction de l’enclos ecclésial semble avoir besoin d’un cadre structurel pour prendre effet de façon significative.

  • 176 Penvénan, Plougrescant (Côtes d’Armor, cant. Tréguier). Merdrignac B., « En relisant la Vie de sai (...)

97Le phénomène de regroupement des hommes esquissé seulement durant le haut Moyen Âge prend donc vraiment son essor à partir du xie siècle dans tout l’Ouest. Les centres paroissiaux majoritairement constituent le point de polarisation. L’église et le cimetière jusque-là sans doute isolés accueillent les vivants ou du moins une partie qui vivent sur le territoire paroissial. L’intensité du phénomène semble s’affaiblir à mesure que l’on s’avance vers l’ouest mais on ne peut nier son existence. Dans une zone fort peu documentée du nord de la Bretagne, B. Merdrignac a pu déceler les principaux éléments du processus dans les pages peut-être exceptionnellement favorables de la Vita de saint Cunual rédigée au cours du xie siècle. Le saint semble avoir suscité autour de son petit monastère un petit « village » devenu centre paroissial. Autour de l’église desservie par quelques clercs et du cimetière, s’agglomère une villa qui domine désormais les autres habitats puisqu’on la dit optima. La paroisse de Penvénan naît ainsi du démembrement de Plougrescant suivant un modèle que l’on a reconnu à travers toute la région étudiée176.

* * *

98Un mouvement de regroupement de la population a incontestablement animé les campagnes de l’Ouest entre les xie et xiiie siècles. L’hypothèse d’un incastellamento ne peut être retenue, les conditions s’éloignent par trop des terres méridionales, ce qui n’empêche pas les châteaux d’exercer une réelle influence, cependant faible dans le monde des villages. La concentration s’exerce très nettement au bénéfice du pôle religieux, l’enclos paroissial où l’église est établie au milieu du cimetière. C’est là que, les changements de sensibilité religieuse aidant, les vivants viennent résider. Pour beaucoup de centres paroissiaux, les mieux développés, des moyens spécifiques favorisent le mouvement. Prieurés, cimetières habités et bourgs offrent une panoplie de possibilités largement mise en œuvre. Le résultat est la création de petites agglomérations qui, jusque-là, n’étaient qu’embryonnaires ou sans doute inexistantes. En ce sens, au moins, parler de naissance du village ne semble pas excessif. Mais quel village ?

99Ce regroupement en effet se réduit en général à assez peu de chose. Une nette impression d’inachèvement se dessine donc mais les raisons peuvent s’en révéler diverses. Les prieurés et les bourgs arrêtent de se créer au xiiie siècle et n’ont pas de relais mais alors leur trame dense suffisait aux besoins. Est-ce alors une certaine atonie qui vient frapper la région après une période de dynamisme ? En deux siècles, la concentration aurait pu être plus forte. Des entraves gênaient-elles la progression ou l’impulsion manquait-elle de vigueur ? À vrai dire, la volonté de réunir l’ensemble des hommes ne semblait pas à l’ordre du jour. Les fondateurs de bourgs voulaient certainement rassembler des hommes mais pas tous les hommes. Inachèvement ne serait pas alors le terme le plus approprié. Beaucoup, la majorité, demeuraient à l’écart et la dispersion constituait bien l’une des données fondamentales de la vie rurale. Était-ce perçu comme une anomalie ou un phénomène appelé à disparaître ?

Notes

1 Pichot D., « L’habitat dispersé dans l’Ouest de la France : état de la question », Flaran 18, p. 65-95 ; idem, « Encellulement et villages de l’Ouest français (xie-xiiie siècle) », Mondes de l’Ouest…, op. cit., p. 445-456.

2 Les fortifications de terre en Europe occidentale du xe au xie siècle, Colloque de Caen, A.M., t.11, 1981, p. 5-123.

3 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 360-373 ; Zadora-Rio E., « L’église et le regroupement de l’habitat… », op. cit., p. 139-141. Vihiers (Maine-et-Loire, cant. de).

4 Fournier G., Le château dans la France médiévale, Paris, 1978. Debord A., Aristocratie et pouvoir, le rôle du château dans la France médiévale, Paris, 2000 ; une synthèse pour l’Ouest, idem, « L’église, le château et l’organisation de l’espace dans l’ouest de la France, xe-xive siècles », Cahiers de Commarque, 1, 1988, p. 26-43.

5 Bachrach Bernard S., « The angevin strategy of castle building in the reign of Fulk Nerra (987- 1040) », American historical review, t.88, 1983, p. 533-560 ; Zadora-Rio E, « Construction de châteaux… », op. cit.

6 Debord A., « Les bourgs castraux dans l’ouest de la France », Flaran, 1, Châteaux et peuplement en Europe occidentale du xe au xviiie siècle, Auch, 1981, p. 57-73.

7 Chédeville A., « La naissance du réseau urbain dans l’ouest de la France au xie siècle et le rôle du pouvoir », dans Jarnut Jörg et Johanek Peter (dir.), Die frügeschichte der europaïschen im 11. jahrhundert, Köln, Weimar, Wien, 1998, p. 119-134.

8 Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 242-243. Meslay et Montsûrs sont devenus de gros chefs-lieux de canton du département de la Mayenne mais La Gravelle est demeuré un village.

9 Ibidem. Bazougers, Bouère (Mayenne, cant. Meslay et Grez-en-Bouère). Plan de Bazougers dans, Fournier G., Le château…, op. cit., p. 373. Les deux localités ne sont pas devenues chefs-lieux de canton malgré les éléments dont elles disposaient au départ. Le maintien d’un lignage seigneurial puissant doit aussi entrer en ligne de compte.

10 Pirmil (Sarthe, cant. Brûlon), plan dans, Fournier G., op. cit., p. 372. Péray et Saint-Rémy-du- Plain en St Rémy-du-Val (dép. Sarthe, cant. Marolles-les-Braults et cant. Mamers), Louiseg., La seigneurie de Bellême…, op. cit., p. 212, 215 ; Verdier R., 400 mottes, fortifications, enceintes en terre du haut-Maine, Le Mans, 1978, p. 65-66, 70.

11 Marcillé (Ille-et-Vilaine, cant. Retiers). Château initial de la puissante famille de Vitré, le château fut, dès le xie, délaissé. Guillotin de Corson A., Les grandes seigneuries de haute-Bretagne, Rennes, 1897-99, t.1, p. 291. La Chèze (Côtes d’Armor, cant. de), le château, centre de seigneurie, n’est cité qu’au xiiie siècle.

12 Anciens évêchés de Bretagne, t.4, p. 331-336, Jugon, 1, Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale…, op. cit., p. 402.

13 Verdier R., 400 mottes…, op. cit., p. 55-56, (Sarthe, cant. de).

14 Montgermont (Ille-et-Vilaine, cant. Betton) ; Brand’honneur M., Les mottes médiévales, op. cit., p. 75.

15 Hinguant S., Les mottes médiévales des Côtes d’Armor, p. 38. Lézardrieux (Côtes d’Armor, cant. de).

16 Bazouges-la-Pérouse, Cormillé (Ille-et-Vilaine, cant. Antrain, Vitré), Brand’honneur M., Le château et la motte du ixe au xiie s., une clé d’analyse de la société féodale. L’exemple du comté de Rennes, thèse, 1998, Rennes, ms., t.2, Inventaire ; Ploeuc-sur-Lié, Plouasne (Côtes d’Armor, cant. de. Et cant. Evran), Hinguant S., Les mottes médiévales des Côtes d’Armor. Thorigné-sur-Dué, (Sarthe, cant. Bouloire), Verdier R., op. cit.

17 On peut citer Les Murailles en Saint-Christophe-du-Luat ou les Châteaux en Thorigné. Le puissant château de Sainte-Suzanne ne parvient pas à fixer la population, le développement d’une agglomération est tardif et limité. Gueguen A., La demeure seigneuriale des Murailles : aula des xie-xiie siècles, MAH, t.19, 1996, p. 5-38 ; Pichot D., Le Bas-Maine…, op. cit., p. 235-236.

18 Ibidem, tableaux p. 196-218.

19 Renoux Annie, « Mottes et habergements fossoyés dans le Maine (xie-xve siècles) : état de la recherche », dans Mondes de l’Ouest…, op. cit., p. 409.

20 Maison de Laval…, 131-149 et cadastre, arch. dép., Mayenne 3P. Le cadastre de Courbeveille montre l’installation du village dans la basse-cour, Courbeveille (Mayenne, cant. Laval).

21 « [...] Gaufridus tunc temporis ipsius municipii jure hereditario dominus et ecclesie Sancti Jacobi, que ibi sita est, principuus fundator », Cart. St-Serge, I, 369-371. La Possonnière (Maine-et-Loire, cant. St-Georges-sur-Loire).

22 Sérigné, paroisse disparue en la Bouëxière (Ille-et-Vilaine, cant. Liffré), Cart. Saint-Sulpice, 66, 231.

23 Bouère, Angot A., Dictionnaire, art. Bouère, Tinténiac (Ille-et-Vilaine, cant. de), Cart. St-Georges, 3, 5.

24 Brand’honneur M., Manoirs et châteaux…, op. cit., p. 289 ; Meuret J.-C., op. cit., p. 342-343.

25 Beaumont-Pied-de-Boeuf (Sarthe, cant. Château-du-Loir), La motte, à l’écart du village actuel, se situe au sommet d’une falaise creusée de nombreuses caves, plusieurs sites de la vallée du Loir sont construits sur ce modèle, Verdier R., 400 mottes…, op. cit.

26 Zadora-Rio E. et alii, Rigny-Ussé 1…, op. cit., I. 3 La répartition des fonctions.

27 Cart. Ronceray, 130, 131, 136 et Port C., Dictionnaire, art. Seiches, Suette, Mathefelon.

28 Guillotel H., Actes, 19 ; Angot A., Dictionnaire, art. Châlons.

29 Barral I. (Dir.), Le paysage monumental, op. cit., chap. Bretagne et Pays de Loire.

30 « [...] Fuit igitur quidam miles Yvo nomine apud predictam Vallem Guidonis degens, in cujus jus ab avis et atavis ecclesia illa devenerat, vetustate confracta et ad solum pene redacta. Placuit autem ei inspirante Deo eam quandoque reedificare et renovare et de suis facultatibus aliquantulum amplificare et honorare. Reedificavit igitur sicut proposuerat et renovavit et dedicare in honorem Beate Marie virginis fecit […] », Cart. manceau de Marmoutier, Laval, 6 (1062). Avénières a été intégré dans Laval au xixe siècle.

31 « [...] Quando igitur Hamelinus Altanosiacensis reportavit ad Altanosiam quasdam reliquias, in honore quarum pater suus sibi unam ecclesiam inibi edificaverat […] », Cart. St-Vincent, 465. (fin xie s). La Chapelle-Anthenaise (Mayenne, cant. Argentré).

32 Chasné, Ercé, Tremblay, Romazy, Gahard, (Ille-et-Vilaine, cant. Liffré, idem, Antrain, St-Aubind’Aubigné, idem) ; Chédeville A., « Construction d’églises en pierre au xie siècle dans le diocèse de Rennes », dans Barral I Altet X. et alii, Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Âge, Rennes, 1983, p. 107-109.

33 « [...] ita ut cum adiutorio illorum monachi sancti Florentii eandem ecclesiam que tunc omnino lignea et inhonesta erat ex eadem decima primo lapideam atque honestam facerent », ibidem, d’après copie du Livre Noir de Saint-Florent, p. 109.

34 Les volumes de la collection Zodiaque, Tillet L.M., Bretagne, Deyre J., Maine, Anjou privilégient les édifices plus prestigieux, les églises rurales font l’objet d’une plus grande attention dans, Grand Roger, L’art roman en Bretagne, Paris, 1958, Mallet Jacques, L’art roman de l’ancien Anjou, Paris, 1984, Latron André, Les églises rurales du Maine de l’An Mil à nos jours, Le Mans, 1991.

35 Il est significatif qu’à Tremblay les moines doivent reconstruire le chevet, « [...] ut monachi fecissent caput ejusdem ecclesie de calcia et petre, quod ita fecerunt », Dom Morice, I, 407.

36 Cart. St-Serge, I. 192, Bréal (Ille-et-Vilaine, cant. Vitré).

37 La Boissière (Mayenne, cant. Craon).

38 Livré (Ille-et-Vilaine, cant. Liffré), Grand R., op. cit., p. 329-330. Échemiré, (Maine-et-Loire, cant. Baugé).

39 Deschamps P., « Les fresques romanes de l’église de Poncé-sur-le-Loir », dans Congrès archéologique de France, 1961, Maine, p. 189 ; Davy C., La peinture murale romane dans les Pays de la Loire, Laval, 1999.

40 Bonnet Philippe et Subes-Piquot Marie-Pasquine, « L’église Saint-Vigor de Neau et ses peintures murales », 303, n° 34, 1992, p. 23-31.

41 Cf. supra ; Cart. St-Vincent, 442.

42 « 24- Firmiter inhibetur ne supellectilia sacerdotis seu aliena in ecclesiis admittantur, nisi propter hostiles incursus, aut incendia repentina, seu alias urgentes necessitates ad eas oporteat refugium haberi ; sic tamen ut necessitate cessante, ad loca pristina reportentur. 28- 29- Item prohibeant sacerdotes sub poena excommunicationis in cimiterio vel ecclesiis choreas duci ». Pontal Odile, Les statuts synodaux français du xiiie siècle, t.1, op. cit., canons 24, 28, 29.

43 Cart. St-Serge, I, 110, il en va de même à Javron ou Cuillé, Angot A., Dictionnaire et E. Zadorario constate le fait en Anjou pour des lieux de culte devenus « surnuméraires », « L’église et le regroupement… », op. cit., p. 142-143.

44 Chauvin Y., op. cit., t. 2. Depuis longtemps, les cimetières ont fait l’objet d’une abondante littérature qui connaît une nette évolution avec l’intervention des archéologues apportant uneproblématique nouvelle. On ne citera que quelques exemples : Guillotel H., « Du rôle des cimetières en Bretagne dans le renouveau du XIe et de la première moitié du xiie siècle », MSHAB, t.52, 1972- 1974, p. 1-26 ; tous les travaux sur Rigny-Ussé ; Galinié H. et Zadora-Rio E., Archéologie du cimetière chrétien, RAC, supplt, Tours, 1996.

45 Zadora-Rio E. et Galinié H., « Les changements dans l’organisation spatiale du cimetière paroissial de Rigny, Indre-et-Loire (xie-xiie-xixe siècle) », ibidem, p. 62 et suiv.

46 Cures (Sarthe, cant. Conlie), plan-terrier, 1784, arch. dép. Sarthe, E 316/38.

47 « De cimiterio vero hoc ab eis constitutum est ut, cum recte mensuratum fuerit, in monachorum dominio totum sit », Chédeville A., op. cit., p. 108.

48 Zadora-Rio E. et Galinié H., op. cit., p. 65-66 ; Guillotel H., « Du rôle des cimetières », op. cit., p. 10-11 ; Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église, le terroir, op. cit., p. 71.

49 Montautour (Ille-et-Vilaine, cant. Vitré), Saint-Isle (Mayenne, cant. Loiron). Musée de Laval, n° d’inventaire 3224.

50 « dedit […] dimidiam ecclesiam de Geneste cum dimidia sepultura et toto plaxitio in circuitu sito », Cart. St-Serge, I, 151 (1056-1082) ; La Chapelle-du-Genêt (Maine-et-Loire, cant. Beaupréau) ; St- Vincent-du-Loroüer (Sarthe, cant. Grand-Lucé), « Luciaco castello casu destructo, venerunt castellani, jussu Gervasii, cujus castellum erat, et abstulerunt vi vallum de quo ecclesia Sancti Vincentii Curtis Dominice cingebatur, ad illum claudendum […] », Cart. St-Vincent, 255.

51 « Si quis novam munitionem in illis extruxit, postquam fuerit submonitus ab episcopo, si non destruxerit, Pacem Domini violabit […] », Mansi, t.20, c. 912, cité par Zadora-Rio E., op. cit., p. 13.

52 « [...] et cymiterium mansuratum habentem in anteriori parte ad mensuram ecclesiae duas cordas et in posteriori tres […] », Guillotel H., op. cit., p. 10 ; St-Germain-sur-Ille (Ille-et-Vilaine, cant. St-Aubin-d’Aubigné), Pouillés, t.6, p. 47-49.

53 « Cimiterium de quo agitur in spacio duorum arpennorum terre extendetur et sacrabitur […] », Cart. La Couture, 49.

54 Pichot D., Le Bas-Maine… op. cit., p. 233 ; Helsens Alexandra, « Le peuplement autour d’Évron du ve au xiie siècle, un territoire de défrichement précoce », MAH, n° 16, 1993, p. 80.

55 Zadora-Rio E., « La topographie des lieux d’asile dans les campagnes médiévales » et chap.V. « Touraine, Anjou, Maine » dans L’église, La campagne…, op. cit., p. 11-16 et 71-80. Les trois cimetières cités sont en Anjou. Courchamps restera longtemps une dépendance de Coudray.

56 « [...] modicum terrae, juxta ecclesiam Cepie, ad faciendum cimiterium […] ad cimiterium construendum, dominatum et vicariam cujusdam terrae que est sita juxta torrentem qui nuncupatur Vicinus quia burgo Cepiensi proximus est […] ut cimiterium cresceret et benedicere », Cart. Ronceray, 149, 150, 151.

57 Une mise au point sur le statut des cimetières, Fixot M. et Zadora-Rio E., op. cit., p. 12-13 ; Treffort C., L’Église carolingienne…, op. cit., chap.1 Sépulture et espace sacré.

58 Les mentions de bénédictions sont soigneusement précisées et l’on comprend pourquoi, et dans deux cas la cérémonie fait l’objet d’une description, à La Roë et à Vitré, Cart. La Roë, 2, Dom Morice, Preuves, I, 424-425 ; simples mentions, Cart. Ronceray, 151, arch. dép., Ille-et-Vilaine, 6H33, Cart. St-Serge, I, 156 etc.

59 « [...] ad crucem in capite cymiterii […] », Cart. Ronceray, 158.

60 « [...] generalis consuetudo antiqua et approbata in tota Cenomannia obtinet que domini villarum, sive sint clerici sive laïci, quamvis etiam ville in cimiteriis sint site, habent in eis census, custumas et alia servitia sua […] », Liber controversiarum, 153.

61 « Corpora quidem defunctorum illius castri ad cruces in quadruviis et in terris ad cimiterium non consecrates ex auctoritate sanctorum canonum inhumari et sepeliri prohibemus qui ad hoc predictum cimiterium faciendo sanctificavimus ut corpora fidelium illius castri in eodem cimiterio sepulture traderentur […] », Cart. Morbihan, 210 (Josselin, Morbihan, cant. de). Le même évêque reprend la formule pour Jugon (Côtes d’Armor, cant. de), Anciens évêchés…, livre 4, Jugon, 2.

62 « Si aliquis reus vel a vinculis absolutus ad cimiterium confugeret, per cimiterium liberaretur », Anciens évêchés, livre 4, St Jacut, 8 ; La Borderie, Actes, 133.

63 Maison de Laval, 128. Evoque un acte de Gui III (vers 1093-vers 1119).

64 Pontal O., op. cit., canon 30.

65 « [...] possint vendere vinum, cervesiam, medonem et carnes…, et in diebus festivis in cimiterio, […] », Anciens évêchés, St-Jacut, 8.

66 « [...] participes cimiterii concesserunt partes suas […] », Guillotel H., op. cit., Pièce annexe, 1. Tramel (trève en Combourg, Ille-et-Vilaine, cant. Combourg).

67 Ibidem.

68 Cart. Evron, 102.

69 Cart. St-Serge, I, 74 ; Cart. St-Vincent, 343.

70 Gantier O., « Recherches sur les prieurés et les possessions de l’abbaye de Marmoutier du xe au xiiie siècle », Revue Mabillon, t. 53, 1963, p. 93-110, 161-167, t.54, 1964, p. 15-24, 56-67, 125- 135, t.55, 1965, p. 32-44, 65-79.

71 Niderst R., L’occupation du sol, op. cit., t.3, Annexes, tableau 7, Prieurés et paroisses.

72 Miyamatsu H., op. cit., t.2, tableau 9.

73 Bouton A., op. cit., p. 331-343.

74 Dufief A., « L’implantation monastique en Bretagne (vers1100-1300) », dans, Mondes de l’Ouest…, op. cit., p. 167.

75 Miyamatsu H., op. cit., p. 329-333-337.

76 La Borderie A., « Trinité de Fougères », p. 194, St. Sauveur (Ille-et-Vilaine, cant. Fougères).

77 Durtal (Maine-et-loire, cant. de), Brûlon (Sarthe, cant. de).

78 « Dedi… ecclesiam Sancti Marcelli apud meum castellum Brioledum liberam ab omnibus consuetudinibus quietam sicuti eam tenuisse dignoscor pridem a Fulcone comite et nunc a filio ejus Gaufrido necnon a domno Huberto Andegavensium episcopo. Dedi etiam […] omnem terram quae est dextrorsum a castello usque ad monasterium per viam publicam gradientibus, cum dimidia aqua fluminis Sarthae usque in Busciam […] », Cart. St-Serge, I, 51, 52.

79 Prieuré de Saint-Aubin qui concurrençait l’église du Brossay détenue par le Chapitre et qui se trouve aujourd’hui en Cizay (Maine-et-Loire, cant. Montreuil-Bellay), Port C., Dictionnaire, art. Brossay et la Madeleine.

80 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit. p. 77. Idem dans le Lochois, Lorans E., op. cit., p. 133-134.

81 « [...] dedit et vendidit monachis Sancti Sergii dimidiam ecclesiam Sancti Joannis de Ulliaco et dimidietatem sepulturae et presbiteratum dimidium tantum que cymiterii ubi claustrum posset fieri conveniens monachis ad habitandum ad de eodem cymiterio furnile quod in aeternum eorum usibus deserviet », Cart. St-Serge, I, 146.

82 Cart. St-Aubin, 376.

83 « [...] quod monasterium de antecessoribus nostris idem vir ita honorabiliter in beneficium tenere visus est, ut nec comes vel ullus ex vicariis ejusdem regionis nec alia prorsus aliqua persona praeter ipsum habere visa sit ullam dominationem in hominibus parrochiae distringendis, nec annonaticum, nec friscingaticum, nec fumaticum, nec vaccaticum, nec ullam redhibitionem nec vel ipsum bannum […] cum aquis aquarumve decursibus, pratis, pascuis, molendinis, cum omnibus etiam ab eodem monasterio jam jure possessionis […] », Guillotel H., Actes, 19.

84 Chédeville A. a développé l’idée que les prieurés étaient autant de petites seigneuries qui exerçaient le ban, « Étude de la mise en valeur…, » op. cit., p. 224-225.

85 Cart. St-Serge, I. 9, 192 ; La Borderie A., « Origines paroissiales… », op. cit.

86 Avril J., Le gouvernement des évêques…, op. cit., p. 271-272, carte dans Favreau R., Atlas historique français. Monumenta Historiae Galliarum, II, l’Anjou, Paris, 1973.

87 Bonnassie P., « Les sagreres catalanes… », op. cit., p. 68-79 ; Catafau Aymat, Genèse des villages en Roussillon, Toulouse, 1998.

88 Zadora-Rio E., « The role of cemeteries in the formation of medieval settlement patterns in Western France », dans Redman C. (dir.), Medieval archaeology. Papers of the seventeenth annual conference of the Center for Medival and Early Renaissance Studies, Binghampton, 1989, p. 171-186.

89 Tous ne sont pas des cimetières paroissiaux mais ils se groupent en haute-Bretagne. Arbrissel, Brielles  ?, La Chapelle-Saint-Aubert, Dingé, Gennes-sur-Seiches, Guer, Juigné, Louvigné-du- Désert, Molac, Montreuil-sous-Pérouse, Brenlis en Noyal, Oudon, Pleine-Fougères, Prigny, Romagné, Romazy, Roz-sur-Couesnon, Saint-Broladre, Saint-Georges-de-Gréhaigne, Saint- Georges en Champagné, Saint-Germain-sur-Ille, Saint-Martin-de-Combourg, Tramel, Tremeheuc, Tremblay.

90 Zadora-Rio E., « Les cimetières habités en Anjou aux xie et xiie siècles », 105e Congrès national des sociétés savantes. Section archéologie, Caen, 1980, p. 319-329.

91 Duparc Pierre, « Le cimetière, séjour des vivants », Actes du 89e congrès national des Sociétés Savantes, 1964, BPH, p. 483-504.

92 « Quicumque vero de hereditariis in eodem cimiterio prope guerram habitare necesse habuerit non cogeretur aliquid solvere debitum ; si domum fecerit ibi, recuperata pace, poterit eam inde portare […] », Chédeville A., Artistes…, op. cit., p. 108 (Romazy) ; Guillotel H., « Du rôle des cimetières…», op. cit., p. 17.

93 « [...] ab exactione censuum et custumarum et quorumdam aliorum servitium que dicti abbas et monachi in villa Sancti Lenogisili habebant cessarent, eo quod dicta villa in cimiterio est sita », Liber controversiarum, 153.

94 Zadora-Rio E., L’église, la campagne…, op. cit., p. 9 ; « [...] et alii milites qui in cimiterio plateas habent consimilia servitia debent exhibere monachis », (1099-1131), Guillotel H., op. cit., p. 24.

95 Zadora-Rio E., idem p. 79 ; Meuret J.-C., op. cit., p. 404.

96 « Eo tempore quo domum Sancti Salvatoris Alfredus prior regebat cymiterium de Romaniaco licet antiquissimum foret nondum ad plenum sufficiens erat tam ad humanda corpora quamque ad domos edificandas. Cujus siquidem loci angustam strictitatem cernens, jamdictus prior eo quo potuit studio cimiterium illud ampliaret elaboravit. Erat namque terra juxta vel circa cimiterium in feodo Oliverii filii Guinardi et de patrimonio Gauterii Lupi et fratrum ejus Mainardi, Danielis et Guidonis. Quam ipsi dederunt Deo et beato Martino in elemosinam ad cimiterium crescendum […] », arch. dép. Ille-et- Vilaine, 6H33 (1141-1157).

97 Idem, cadastre napoléonien, 3P, et Henot A., Les moines…, op. cit., p. 95-96.

98 Rimoux (Ille-et-Vilaine, cant. Antrain) ; St-Georges-sur-Erve (Mayenne, cant. Evron).

99 Marchegay P., « Chartes mancelles de St-Florent de Saumur », Revue d’hist. et d’arch. du Maine, 1878, ch.17. Placé (Mayenne, cant. de Mayenne).

100 Hôtes, le verbe hospitari est fréquent, Zadora-Rio E., « Les cimetières habités…», op. cit., p. 320, Maison de Laval, 149 ; les mentions de bourgeois sont nombreuses, par exemple à Pommerieux ou St-Longis.

101 « [...] tam qui intra cymiterium quam extra positus est […] », arch. dép. Ille-et-Vilaine, 6H16, (vers 1040).

102 « [...] in burgo qui tunc erat et excrescet circa cimiterium et monasterium », Cart. de St-Serge, I, 315, c’est par erreur que St-Sulpice de Gena est traduit par St-Sulpice-du-Genêt ; Cart. St Vincent, 443. Cf. Fournier G., op. cit., p. 318-319.

103 Tous ces cas sont étudiés par E. Zadora-Rio, dans L’église, le terroir, op. cit.

104 « [...] ad ecclesiam construendam, ad cimiterium et burgum et herbergamentum monachorum faciendum […] », Cart. La Couture, 31.

105 Bienvenu J. M., « Un défrichement angevin au temps de la réforme grégorienne : la co-seigneurie de Belle-Noue », Annali de Storia Economica e Sociale, n. 8, 1967, p. 75-90.

106 Lors de la fondation de bourgs, la mention d’un habitat antérieur est rare. L’un des cas les plus nets concerne Sceaux-sur-Huisne dans le diocèse du Mans : « domos quas circa ecclesia haberet […] », Cart. St-Vincent, 143 (1050-1100).

107 Ces calculs ont été opérés à partir de la recension de H. Miyamatsu, op. cit., tableaux dans annexes, p. 370-409.

108 L’exemple de Vaulandry regroupe tous les traits habituels : « [...] dedit […] ecclesiam villae que vocatur Vallis Landrici quae ei ex paterno jure competebat […]. Dedit autem hoc modo, dimidiam decimam totius parrochiae […]. Dedit et totam sepulturam cymiterii ejusdem ecclesiae et dimidiamburgi atque furnilis quae in eo fierit medietatem videlicet totius cymiterii ; quamdam quoque olchiam quam habebat sub ipsa ecclesia promisit se traditurum ad burgum construendum, cujus medietatem eodem modo monachis concessit, excepto quod de eodem cymiterio vel de supradicta ecclesia ad habitationem monachorum construendam sufficienter portionem se praebiturum promisit […] », Cart. St- Serge, I. 221, Vaulandry (Maine-et-Loire, cant. Baugé).

109 Cf. cartes dans Miyamatsuh., op. cit. t.2.

110 Assé-le-Riboul (Sarthe, cant. Beaumont) ; cadastre, arch. dép. Sarthe, PC 012.

111 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale, p. 402

112 « Dimidium autem cimiterium Roberti et Hervei erit, ita ut ipsi sciant suam partem ad homines suos hospitandos et monachi suam ad suos et de illorum hominibus quidquid ad ecclesiam pertinet monachi abebunt […] », Cart. La Couture, 31.

113 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 431 (1087-1120), Brigne, cne de Bousse (Sarthe, cant. Malicorne).

114 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 234.

115 Cart. St-Nicolas, 52, 55.

116 Chédeville A., « La “guerre des bourgs” dans l’ouest de la France (xie-xiie siècles) », dans Morne E., Campagnes médiévales…, op. cit., p. 501-512.

117 « [...] burgum facere quantum grandiorem potuerint per attractum suum de cunctis hominibus […] », Cart. St-Serge, I, 151.

118 « [...] de quo pejus isset castello suo […] », Cart. St-Serge, I, 234. Cré-sur-le-Loir (Sarthe, cant. La Flèche). Cf. Chédeville A., op. cit.

119 Miyamatsuh., op. cit., Annexes 3 et 4.

120 Meuret J.-C., « La métallurgie ancienne au sud-est de l’Ille-et-Vilaine », MSHAB, t.66, 1989, p. 356-375. Bucur I. et alii, « La céramique à « l’œil de perdrix » et la production de la Hardelière à Laval (Mayenne) », AM, t.14, 1984, p. 162-219 ; Fichet de Clairfontaine Fr. et Beuchet L., « L’atelier 1 de Fontenay », dans, Ateliers de potiers… op. cit., p. 89-111 ; AM, 1996, Chronique des fouilles.

121 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 246, 256-261.

122 Cart. de St-Nicolas, 103 ; Liber Albus, 98.

123 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale, op. cit., p. 399, les deux charruées faisant peut-être une soixantaine d’hectares, cette surface convenait à une dotation foncière globale. Ouches à Vaulandry: « olchiam ad burgum construendum », Cart. St-Serge, I, 221, idem, 438, Cart. St-Vincent, 130. À Parné, une demie ouche suffit, Cart. St-Nicolas, 52.

124 Cart. Ronceray, 390.

125 Zadora-Rio E., L’église, le terroir, op. cit., p. 80-82.

126 « Sequenti vero die dominica hora prima figens palum in castello edificando, ut mes est, fundavit et supradicta omnia coram omnibus hominibus suis qui adevant confirmavit. », Cart. Redon, 292 ; cf. Chédeville A., Le cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur…, op. cit., p. 41.

127 Pichot D., L’occupation du sol…, op. cit., p. 10 et 16.

128 Zadora-Rio E., «Morphogenèse des villages et des petites agglomérations en Anjou-Touraine…», dans, Fabre G. et alii, Morphogénèse du village médiéval, ixe-xiiie s., 1996, p. 76-77.

129 Louise G. et Lavigne C., « Dernières fondations de villages à la frontière de la Normandie et du Maine à l’initiative des Plantagenêts et des Capétiens (fin xiie-début xiiie siècle) », Mondes de l’Ouest…, op. cit., p. 457-469.

130 Latouche R., « Un aspect de la vie rurale dans le Maine au xie et au xiie siècle », Études d’histoire médiévale.

131 « [...] vicariam totius burgi nostri et omnium domuum nostrarum et totius terrae que infra fossata exteriora concluditur », Cart. St-Vincent, 201, 205 ; Souday (Loir-et-Cher, cant. Montdoubleau).

132 Miyamatsu H., op. cit., p. 113.

133 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 433-435. Ballots (Mayenne, cant. St-Aignan-sur-Roë).

134 Le Genest (Mayenne, cant. Loiron). Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 245.

135 Sceaux-sur-Huisne (Sarthe, cant. Tuffé), Pirmil (idem, cant. Brûlon). Cart. St-Vincent, 143, (1050-1100), 351, Fournier G., Le Château…, op. cit., p. 317.

136 St.-Georges-Buttavent (Mayenne, cant. Mayenne), Châtillon (idem, cant. Gorron).

137 Bouère (Mayenne, cant. Grez-en-Bouère), Bazougers (idem, cant. Meslay), Pichot D., Le Bas- Maine, op. cit., p. 232, 241 ; Champagné (Sarthe, cant. Montfort), Miyamatsu H., op. cit., p. 386.

138 « [...] medietatem ecclesiae ejusdem burgi Coloniarum », Quelaines, Cart. St-Aubin, 899, « ecclesiam sancti Galli, cum toto burgo et cemeterio, […] », ibidem, 91, Bourgon, Cart. St-Serge, 1, 109. Quelaines et Saint-Gault constituent aujourd’hui la même commune (Mayenne, cant. Cossé). Bourgon (idem, cant. Le Bourgneuf).

139 Cart. manceau de Marmoutier, Laval, 1.

140 Pour Quelaines, l’identification n’est pas sûre, mais la dédicace aux saints Gervais et Protais, titulaires de la cathédrale, constitue un indice. À l’inverse de ces deux paroisses, parmi les vici identifiés comme tels, aucun n’aura de bourg, sauf Brûlon.

141 Renart J., op. cit., p. 5.

142 Meuret J.-C., Peuplement…, op. cit., p. 342-345. Le Masse, lieu-dit en Rannée (Ille-et-Vilaine, cant. La Guerche).

143 Ibidem, p. 274-288 ; idem, «Welita, la nécropole et Retiers », op. cit., p. 85-103. Retiers, Visseiche (Ille-et-Vilaine, cant. de. et La Guerche).

144 Naveau J., Le chasseur, l’agriculteur et l’artisan, (Catalogue du musée de Jublains), Laval, 1998, p. 134.

145 « [...] dederunt ecclesiam Sancti Martini de Bosco cum duabus partibus oblationum… Postea placuit prefatae Adelai et filio ejus Radulpho quatenus alia ecclesia aedificaretur Sancti Martini in cimiterio quod Agnellus dicitur […] », arch. dép. Ille-et-Vilaine, G 503. Laignelet (Ille-et-Vilaine, cant. Fougères).

146 « [...] qui est in villa Rothoenge », Cart. St-Serge, I, 28, 213. Rouans (Loire-Atlantique, cant. Le Pellerin), Cré (Sarthe, cant. La Flèche).

147 « [...] villam que dicitur Vilers cum ecclesia in eadem villa sita… dimietatem marechie que ville predicte adjacet », Cart. St-Georges, 26. St.-Georges-de-Grehaigne (Ille-et-Vilaine, cant. Pleine-Fougères).

148 Helsens A., op. cit., p. 80.

149 Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 110, Crennes-sur-Fraubée (Mayenne, cant. Villaines-la-Juhel).

150 Fournier G., op. cit., p. 373. La motte castrale subsiste complètement isolée de l’habitat.

151 (Maine) Auvers-le-Hamon, 1281, Cart. La Couture, 396 ; (Anjou) Précigné, 1272-1286, Cart. La Beschère, 35.

152 « Elevassent postes cum panetis et laqueis simul conjunctis et concavillatis », (Ex) Libro de miraculis sanctorum Savignacensium, Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t.23, p. 592C.

153 « Domus petrina », (1062), Cart. manceau de Marmoutier, Bouère, 1, « domus lapidea », (1144), résidence du curé de Soulgé, Cart. La Couture, 61 ; « domus lapidea », (1223) résidence d’un miles à Fresnay, Bilard, 382.

154 Zadora-Rio (E.), « Rigny, rapport préliminaire », RACF, 1992, p. 105-106.

155 Cart. évêché du Mans, 102. St.-Julien (Mayenne, cant. Lassay).

156 « [...] cum domo optima, fossatu firmissimo atque ligno munita undique cum rupe quoque concava […] », Cart. St-Vincent, 384 ; Debord A., « Motte castrale et habitat chevaleresque », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire médiévale, en l’honneur du doyen de Boüard, Mémoires et documents publiés par la Société de l’Ecole des Chartes, Genève-Paris, 1982, t.27, p. 83-89.

157 Arch. dép. Mayenne, Antoine A. et Vennel J.-P., « La voie royale et le paysage », MAH, 17, 1994, p. 53.

158 Angot A., Dictionnaire, art. Oisseau.

159 Mauger M. et alii, En passant par la Vilaine, op. cit., p. 32-33 et 38-39.

160 Musset R., Le Bas-Maine, op. cit., p. 457-458.

161 Antoine A., Fiefs et villages du Bas-Maine, op. cit., p. 36-37 et annexe V, p. 486.

162 Gallet J., La seigneurie bretonne du xve à la fin du xviie siècle, Paris, 1979, p. 169.

163 Flatres P., « La structure rurale du Sud-Finistère d’après les anciens cadastres », Norois, n° 16, 1957.

164 Ille-et-Vilaine, cant. St. Brice-en-Cogles et Montauban-de-Bretagne.

165 Flatres P., op. cit. ; Louise G., La seigneurie de Bellême, op. cit., t.2, p. 81. Au début de ce siècle dans 15 communes mayennaises le bourg ne réunissait pas 50 habitants et souvent bien moins, Musset, R., op. cit., p. 457.

166 Andel (Côtes d’Armor, cant. Lamballe), arch. dép., E494, feuille1.

167 Idem, 3P plan 74.Cadastre de 1822. Plourhan (Côtes d’Armor, cant. Etables).

168 « Vicum Cepie cenobio S. Marie cum tota integritate religiosissima comitissa Hildegardis ad usum elemosine dedit, in cujus parrochia castrum Matefelon postea constitutum est et in eo capella quedam lignea constituta. Que cum ad Deo serviendum, gentibus in terra multiplicatis, non satis esset idonea […] », Cart. Ronceray, 130.

169 Pour Aubigné, un croquis dans Banéat P., Le département d’Ille-et-Vilaine, t.1.

170 Le Genest (Mayenne, cant. Loiron), Forges-la-Forêt (Ille-et-Vilaine, cant. Retiers). Meuret J.-C., Peuplement, op. cit., p. 342-347.

171 Chauvin M. et Reydellet Ch., op. cit., p. 149-154.

172 Tonnerre N.-Y., Naissance, op. cit., p. 512-513.

173 « Notum sit […] Sanctum Sulpicium in Paillo parrochiam habuisse, metas cujus adhuc plures ruricole sciunt sicuti ab antecessoribus acceperunt, sed sevicia dominorum in quorum feudo illa ecclesia erat, fugato Vitale presbytero et pene omnibus cultoribus ipsius parrochie, totus locus in desertum conversus est […] Tandem […] ecclesia illa cum suo cimiterio et parte parrochie que vocatur Chia [lacune] », Cart. Tiron, 254.

174 Cf. Fig. 11 ; Martin H., « Locronan du xie au xve siècle. L’affirmation progressive d’un sanctuaire et d’un bourg marchand », dans Dilasser M., Un pays de Cornouaille…, op. cit., chap.6.

175 Antoine A., op. cit., Annexe 5.

176 Penvénan, Plougrescant (Côtes d’Armor, cant. Tréguier). Merdrignac B., « En relisant la Vie de saint Cunual. Un monastère et ses dépendants en Trégor au tournant des xe-xie siècles », Actes du colloque : Campagnes de l’Ouest, stratigraphie et relations sociales dans l’histoire, Rennes, 1999, p. 237-250.

Table des illustrations

Titre Figure 9 - Montfaucon-sur-Moine (Maine-et-Loire) : œuvre de Foulque Nerra
Légende Source: ZADORA-RIO E.,» L’église et le regroupement de l’habitat en Anjou… », p. 140)La motte avec sa basse-cour, élevée vers 1026 crée un nouveau centre de peuplement. Une paroisse est alors prélevée sur le territoire de St-Germain-sur-Moine. Le tracé cadastral laisse apparaître une série d’enceintes complétant les fortifications.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 10 - La motte de Montgermont (Ille-et-Vilaine)(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5417)
Légende 1-Motte 2-Chapelle castrale – Limite de la basse-cour
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-2.png
Fichier image/png, 788k
Titre Figure 11 - Lézardrieux (Côtes d’Armor)(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Côtes d’Armor)
Légende 1- Motte 2- Eglise 3- Bourg ?
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-3.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Figure 12 - La Motte (Côtes d’Armor)(D’après le cadastre ancien, arch. dép. Côtes d’Armor)
Légende La forme ovalaire près de l’église pourrait laisser supposer un emplacement initial de la motte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 13- L’église de Bréal-sous-Vitré (Ille-et-Vilaine)Cliché D. Pichot
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-5.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Plan extrait de R. Grand, L’art roman en Bretagne, p. 228
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-6.png
Fichier image/png, 339k
Titre Fig. 14 Église de la Boissière (Mayenne)
Légende Aquarelle xixe siècle, arch. dép. Mayenne, O 389, cliché, arch. dép.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-7.png
Fichier image/png, 9,9M
Titre Figure 15 - Le bourg de Cures (Sarthe)
Légende Plan-terrier 1784, arch. dép. Sarthe, E 316/38, cliché arch. dép.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-8.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Figure 16 – L’église et le cimetière de Montautour (Ille-et-Vilaine)
Légende J.-B. Messager, lithographie réalisée entre 1858 et 1867, Musée de Laval, 437 x 336 mm,Inv. 2966, cliché Musée, Charbonnier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-9.png
Fichier image/png, 790k
Titre Figure 17 - Les Prieurés en Bretagne
Légende La carte est réalisée à partir de Dufief A., « L’implantation monastique en Bretagne », op. cit. qui réunit souvent prieurés et églises dépendantes, la distinction étant souvent difficile. Elle est complètée par Le Gallo Y., « Le Finistère… », op. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-10.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Figure 18 – Gahard (Ille-et-Vilaine)
Légende (D’après le adastre napoléonien, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P 5347, section B de Morée et A de Val Joie, 1re feuille)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-11.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Figure 19 – Romagné (Ille-et-Vilaine)
Légende (D’après le cadastre napoléonien, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P, section du Bourg).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-12.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 20 - L’association prieuré-bourg en Anjou.
Légende 1-Les prieurés(D’après Favereau R., Atlas historique de l’Anjou et Myamatsu H., op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-13.png
Fichier image/png, 1006k
Légende 2- Bourgs et prieurés(D’après Miyamatsu H., op. cit., t. 2, p. 384-409)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-14.png
Fichier image/png, 632k
Titre Figure 21 - Assé-le-Riboul (Sarthe)(Cadastre, 1835, arch. dép. Sarthe, PC/012/009, Section B4 du Bourg).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-15.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Figure 22 - Deux exemples contrastésLa Gravelle (Mayenne)
Légende Ces deux bourgs illustrent deux cas bien différents. Brion est cité comme vicus pendant le haut Moyen Âge puis villa auxie siècle. C’est un bourg de Saint-Aubin au xiie. Une nécropole a été découverte sur l’éminence appelée le Tertre. Le bourg succède-t-il au vicus ou correspond-il à une nouvelle localisation du peuplement près de l’église et du prieuré après l’abandon d’un éventuel site perché ? À l’opposé, de ce site ancien, La Gravelle est un village neuf créé de toute pièce par le seigneur de Laval autour de son château destiné à surveiller la frontière avec la baronnie de Vitré.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-16.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Brion (Maine-et-Loire)
Légende (D’après le cadastre napoléonien, Arch. dép. Maine-et-Loire, 3P 1/51/1, section du Bourg, 2e feuille, section F du Mottais, 2e feuille – arch. dép., Mayenne 3P 2703, section B du Bourg, 3e feuille).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-17.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 23 - Prieuré et bourg : Saint-Sauveur-des-Landes (Ille-et-Vilaine)(D’après le cadastre napoléonien, Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 3P, Section du Bourg, 2e feuille)
Légende Le prieuré de Marmoutier s’installa au xie siècle dans le cimetière qui entourait l’église et qui s’étendait donc très au-delà de la parcelle qui l’enveloppe au sud, sur le cadastre. Deux manses contigus au cimetière ont pu servir au développement du bourg dont le schéma de mise en place semble avoir été fossilisé dans les parcelles étroites et bien délimitées. Ce point de départ a orienté la croissance postérieure et la voie nord-sud qui sert d’axe forme le côté d’un ovale qui pourrait être la trace d’un défrichement initial.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-18.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 24 - Un bourg dans un cimetière : Juvardeil (Maine-et-Loire)(Extrait de Fixot M. et Zadora-Rio E., L’église, le terroir, p. 82. Dessin, N. Joulin).
Légende Le cimetière loti correspond au grand quadrilatère approximatif qui entoure l’église. D’une étendue de plus de deux hectares, il pourrait avoir fait l’objet d’un plan initial assez orthogonal. Le parcellaire qui le jouxte au sud est peut-être le témoignage de l’ancien château.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-19.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 25 - Le Bas-Bourg de Saint-Georges-Buttavent (Mayenne)(Cadastre napoléonien, arch. dép. Mayenne, 3P).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-20.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 26 - Le Bas-Bourg de Châtillon-sur-Colmont (Mayenne)(Enquêtes rurales, n° 4, 1998, p. 16. MRSH-Caen DAO- D. Moreau).
Légende Ce bourg se présente bien comme un peuplement secondaire (4), résultat d’un lotissement qui manifeste une certaine régularité. Il est séparé du noyau initial (1, 2) qui a pu aussi être un bourg par un espace sans doute à usage commun, les Friches (3).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-21.png
Fichier image/png, 674k
Titre Figure 27 - Oisseau au xviie siècle (Mayenne)(Plan-terrier de la seigneurie de Loré, arch. dép. Mayenne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-22.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 28 - Nuillé-sur-Vicoin (Mayenne) vu par un peintre du xviiie siècle
Légende (Dessin de Legay de Prélaval, Coll. Musée de Laval, n° inv. 5563, cliché François Lasa.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-23.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Figure 29a - Les villages des bords de la Vilaine au xvie siècle.
Légende (Mauger M. dir, En passant par la Vilaine, p. 33, cliché BNF).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-24.png
Fichier image/png, 12M
Titre Figure 29b - Croquis explicatif de la figure 29a
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-25.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 30 - L’absence de regroupement : le Lou-du-Lac (Ille-et-Vilaine)(D’après le cadastre ancien, arch. dép., Ille-et-Vilaine, 3P)
Légende Malgré son ancienneté, l’église est restée isolée, seul, le château moderne est venu s’y associer.La motte n’a pas rencontré plus de succès.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-26.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 31 - Andel (Côtes d’Armor) : une faible polarisation
Légende Plan-terrier du duché de Penthièvre, 1785-1789, arch. dép. Côtes d’Armor, E 494, Andel, 1re feuille, cliché arch. dép.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11247/img-27.png
Fichier image/png, 2,3M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540