Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village éclaté

 | 
Daniel Pichot

Chapitre 1. Le village et les chercheurs

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Guilaine Jean (dir.), Pour une archéologie agraire, Paris, 1991 ; Chouquer Gérard (dir.), Les form (...)

1Enquêter sur le village suscite quelques difficultés particulières dont le recours à des sources et à des méthodes sinon totalement nouvelles, du moins bien adaptées à leur objet. Une telle affirmation ne prétend ni à l’originalité ni à la nouveauté, de nombreuses études ont bien mis ce thème en évidence en recourant largement à l’archéologie ou à l’étude des terriers et plans cadastraux. Des publications à caractère méthodologique ont essayé de réfléchir à la mise en œuvre de ces sources, néanmoins, il importe d’examiner de près la situation inhérente à une étude de l’Ouest car elle diffère assez profondément de celle des régions méridionales plus souvent étudiées1.

2Beaucoup plus que de traditionnels préliminaires, un tel examen permet de mieux cerner les apports mais aussi les limites de certaines sources ou méthodes. Les textes diffèrent, sans doute, mais on ne peut étudier non plus de la même façon des villages bien groupés dans un paysage ouvert et un habitat totalement dispersé, aujourd’hui enchâssé dans un bocage; la simple transposition des méthodes ou questionnements se montrerait totalement inopérante sinon dangereuse. Une telle réflexion conduit obligatoirement à un retour sur l’historiographie et à un examen approfondi des travaux antérieurs non pas tant, dans un premier mouvement, sur le fond, que sur les objectifs et les démarches. En effet, le village et le système complexe formé par l’habitat, le paysage, la voirie ont donné lieu depuis longtemps à des études où ils intervenaient mais assez indirectement, voire à la marge. Des acquis précieux ont été ainsi élaborés mais non sans a priori et idées plus ou moins erronées, en décalage avec les interrogations actuelles. Cependant, à partir de là, peut s’élaborer une démarche prenant en compte les réalités de la documentation, du terrain et de la problématique d’aujourd’hui.

Les sources et leurs caractères

Les apports des textes

3Les sources écrites offrent des possibilités beaucoup plus considérables que ce que l’on pensait il y a peu encore. Même si l’on peut regretter des déficits criants, le médiéviste dispose d’une masse importante, pas toujours suffisamment répertoriée d’ailleurs mais en général, identifiée, voire publiée avec des qualités fort variables. Bien entendu, rares sont les textes apportant une forte contribution à notre travail, sauf sur les rapports sociaux. Seuls les clercs maniaient l’écriture certes, mais encore, bien des faits et des actes n’étaient pas confiés à la mémoire des parchemins. Néanmoins, comme le village et ses habitants apparaissent ici et là dans de multiples détails, un large dépouillement s’impose pour obtenir une moisson de renseignements susceptible d’être exploitée sans tomber dans l’impressionnisme ou focaliser l’attention sur quelques documents exceptionnellement riches mais peu représentatifs. Cependant, le problème majeur consécutif au statut de l’écrit, c’est que le village et les villageois n’intéressent guère les puissants en dehors de la manifestation de leur pouvoir et que cette documentation ne donne jamais qu’une vision sur les paysans, dédaignant de leur accorder la parole.

Textes narratifs, normatifs, d’enquêtes ou de gestion

  • 2 En raison de cela, l’étude des textes narratifs n’a pas été poussée. Ont été lus deux historiens n (...)
  • 3 « […] vaccam, quam ad suae sustentamentum vitae solam possidebat, pro melle mellis vendidit vendit (...)

4Ces textes présentent un intérêt fort inégal. Globalement, ceux qui relèvent du genre historique ne disent que bien peu des villageois. Historiens normands ou angevins ne les évoquent qu’au hasard d’un pillage, d’une révolte ou d’une rencontre au caractère stéréotypé2. Quelques chroniques livrent des détails sur les accidents climatiques ou la vie quotidienne, sans plus. Il en va de même pour les Actus des évêques du Mans, les rares fois où apparaît le peuple, c’est plutôt celui de la cité. On a souvent plus à puiser dans les Vies de saints, nombreuses et de grande qualité, en particulier celles des grands ermites de la fin du xie siècle : Robert d’Arbrissel, Vital de Savigny ou Bernard de Tiron. Derrière les exigences de l’hagiographie transparaissent quelques bribes de la réalité paysanne. Dans la Vie de Guillaume Firmat, Delicata, épouse du seigneur de Landivy, réduite à la condition de pauvre paysanne, ne possède qu’une vache qu’elle est contrainte d’abandonner à un marchand pour se procurer un rayon de miel3. Le même constat est dressé pour des œuvres assez proches : Le Livre des miracles des Saints de Savigny et l’enquête de canonisation de saint Yves, riches en détails de la vie quotidienne et remplis de personnages de la vie villageoise.

  • 4 « Erant autem in confinio Cenomannicae Britanniaeque regionis vastae solitudines, quae tunc tempor (...)

5Paradoxalement, aucune description, même succincte, de l’environnement n’intervient dans ces textes, pas plus l’habitat, le village que le paysage lui-même. Il est remarquable que dans les multiples Vies d’ermites qui se retirent en forêt on ne rencontre aucun arbre. Geoffoy le Gros décrit de « vastes solitudes » dans la Vie de Bernard de Tiron et Baudri de Bourgueil nous montre Robert d’Arbrissel fuyant vers l’eremum, « pour se faire le compagnon des bêtes », la forêt devenue le désert représente avant tout une catégorie culturelle et morale4.

6Plus riches se révèlent les documents plus tardifs relatifs à l’administration, à la justice, à la gestion et, plus globalement, au souci de codifier et de gouverner. Se placent en premier les coutumiers, apparus dès le xiiie siècle pour l’Anjou et le Maine, au début du xive siècle pour la Bretagne et les statuts synodaux de la première moitié du xiiie siècle. On peut s’interroger sur l’intérêt de tels textes, normatifs avant tout, mais l’examen, en particulier des statuts synodaux, montre le très grand souci du corps épiscopal de fournir au clergé un outil pour les cas très concrets. Aussi, tout en faisant la part due à l’autorité et en évitant de mettre en avant ce qui est marginal, on peut approcher certains éléments de la vie paroissiale : l’entretien de l’église, la vie du cimetière ou les rapports du curé avec ses ouailles.

7La progression et l’affirmation du pouvoir royal ou ducal font naître de nouveaux documents éventuellement précieux. Dès 1181, une enquête par tourbe suscitée par l’administration Plantagenêt et destinée à définir les droits du régaire de l’archevêque de Dol offre un tableau minutieux du marais en cours de mise en valeur. Quelque soixante-dix ans plus tard, les soucis religieux mais aussi de bon gouvernement de Louis IX nous valent les remarquables enquêtes de 1247 menées par les envoyés royaux. Certes, ces textes ne sont pas absents d’arrière-pensées mais leur conservation et leur publication introduisent, comme c’est rarement le cas, au niveau des plus simples administrés et évoquent de multiples scènes de la vie courante, même si les courts résumés qui nous en sont livrés produisent chez l’historien bien des frustrations.

8Avant le xive siècle, il n’existe guère de documents comptables vraiment développés et exploitables mais, dès le xiiie siècle, se rencontrent quelques inventaires de revenus, censiers ou fragments de censiers, dont l’usage se révèle délicat. Nous possédons, par exemple, une importante recension des revenus de l’abbaye de La Couture du Mans, du xiiie siècle, un censier de la seigneurie du Grand Lucé, de la même époque ou un rentier de la cathédrale de Quimper, sans doute du début du xive siècle. L’intérêt de tels documents ne peut échapper, ils procurent un tableau de l’habitat avec sa dispersion, suggèrent l’importance respective des hameaux, voire la hiérarchie des fortunes, pourtant, outre leurs fréquentes lacunes et les difficultés éventuelles d’identification, ils demeurent des sources limitées. Inventaires de seigneuries, ils ne nous livrent pas obligatoirement le recensement général des exploitations ou des chefs de feux sauf si, par ailleurs, nous avons la preuve qu’il y a un inventaire complet. De plus, le titulaire d’une tenure peut fort bien en détenir une ou plusieurs autres en un autre endroit. Le bilan s’annonce finalement assez maigre malgré tout l’intérêt que peuvent présenter un certain nombre de documents. On ne peut pourtant négliger cette catégorie mais les documents que l’on appelle de la pratique se présentent comme autrement utilisables.

Les actes de la pratique

9Chartes et cartulaires offrent un vaste champ à exploiter, d’autant plus que l’Ouest possède, malgré certaines idées reçues un peu trop rapidement, des fonds considérables tant par leur importance numérique que par leur valeur historique. S’ils sont souvent publiés, au moins pour les pièces antérieures à 1200, ils sont loin d’avoir été étudiés et certains demeurent, sinon inexploités, du moins sous-exploités. Le cas le plus manifeste est fourni par l’abbaye de Marmoutier. Cette très importante maison qui rayonnait sur tout l’Ouest, a été victime d’une gestion archivistique néfaste au xixe siècle. Le nombre considérable de chartes qui subsistait a été dispersé dans les départements où se situaient ses prieurés, dissémination qui a beaucoup nui à l’étude de cette abbaye. Plusieurs cartulaires régionaux reconstitués ont été publiés par des érudits au début de ce siècle, en particulier pour le Maine mais nous n’avons rien pour l’Anjou et surtout la Bretagne, sinon des publications partielles et confidentielles. Cela présente un grand inconvénient quand on sait le rôle joué par Marmoutier dans la reconstruction religieuse de la Bretagne et l’organisation même de certaines structures d’habitat.

10Hormis Marmoutier, numériquement le bilan est impressionnant. Les grandes abbayes ligériennes nous ont laissé une masse de chartes, que ce soit Saint-Florent de Saumur ou surtout le groupe des abbayes d’Angers : Saint-Aubin, Saint-Serge, Saint-Nicolas et le Ronceray. La publication du seul cartulaire reconstitué de Saint-Aubin ne compte pas moins de 700 pièces. Les autres maisons installées en Anjou ont conservé également d’intéressantes archives, peut-être faut-il signaler plus spécialement le fonds de La Roë, l’abbaye fondée par Robert d’Arbrissel; son cartulaire du xiie siècle est constitué de pièces regroupant de véritables dossiers qui ne sont pas très éloignées des chartes chroniques. Les grandes abbayes mancelles, surtout Saint-Vincent du Mans et La Couture, soutiennent assez bien la comparaison avec celles de la Loire et il faut ajouter à ce premier ensemble celui des grandes abbayes cisterciennes comme Fontaine-Daniel, Champagne, Bellebranche, Perseigne, Tironneau. Enfin, un apport non négligeable est offert par des abbayes normandes, le Mont-Saint-Michel et surtout Savigny dont l’influence s’exerce sur les terres proches du Maine et de la Bretagne.

11À Angers ou au Mans, les fonds des évêchés ne sont pas négligeables, d’autant plus que beaucoup d’évêques déployèrent une grande activité, tant lors de la réforme grégorienne qu’au xiiie siècle. Ils s’intéressèrent de fort près aux paroisses, même si les abbayes en détenaient une majorité. Au total, ces archives de l’Anjou et du Maine comprennent des milliers de pièces, sans doute plus de 15000 selon une estimation grossière et il y a là un gisement considérable.

  • 5 Pour une mise au point sur la documentation bretonne : Chédeville André et Tonnerre Noël- Yves, La (...)
  • 6 Pour les archives des abbayes cisterciennes un inventaire complet est dressé dans : Dufief André, (...)

12En Bretagne, la situation diffère très sensiblement et l’on ne peut guère compter que sur quelques milliers de chartes dont au moins la moitié se concentre sur les deux évêchés de haute-Bretagne : Rennes et Nantes, les maisons ligériennes procurant d’ailleurs une part essentielle5. Il s’ensuit un fort contraste entre l’est relativement bien pourvu, presque comparable aux régions voisines et l’ouest, très mal éclairé, la côte sud étant la moins mal connue grâce à des fonds comme ceux de Landévennec, Sainte-Croix de Quimperlé ou Quimper. Par contre, toute la partie nord-ouest demeure dans une quasi obscurité. À l’inverse, la région sud-est bénéficie de l’éclairage exceptionnel offert par le cartulaire de Redon, dès le ixe siècle et les abbayes de Saint-Melaine et Saint-Georges dévoilent largement le Rennais. Pour le reste, il faut surtout retenir quelques fonds cisterciens tel celui de Buzay6. Un dernier domaine reste à noter, l’effort effectué pour réunir et rendre accessibles les actes des ducs en un corpus de haute valeur.

13Un bilan nuancé découle de ce tour d’horizon. Le nombre d’actes impressionne et la documentation paraît devoir satisfaire le médiéviste souvent réduit à bien moins. La seconde moitié du xie siècle se présente comme particulièrement favorisée mais il faut cependant noter que le dixième siècle et même le début du xie siècle demeurent fort mal éclairés. Après un recul souvent sensible au début du xiie siècle, la fin de ce siècle et la première moitié du xiiie siècle bénéficient de conditions favorables. Un tel constat ne suffit pourtant pas car tous ces documents ne parlent que bien indirectement du village sans parler des problèmes qu’ils soulèvent de façon générale.

  • 7 Barthélemy Dominique, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, 1993, (...)

14Les cartulaires de l’Ouest n’échappent pas aux caractères communs mais l’étude très serrée de D. Barthélemy sur l’évolution des actes de Marmoutier et de La Trinité de Vendôme a révélé une transformation majeure par l’introduction de la narrativité dans les notices aux alentours de 1060. Les pièces, beaucoup moins soucieuses de formalisme, introduisent alors toute une série de renseignements appartenant au contexte qui font de certaines de véritables récits organisés, bien sûr en fonction de la vision des moines et de leurs objectifs7. La pratique s’est répandue et des notices riches de faits, regroupant éventuellement les données d’un dossier, sont produites aussi bien à Saint-Aubin d’Angers qu’à Saint-Georges de Rennes La narrativité s’estompe avec le xiie et le xiiie siècle voit s’épanouir un nouveau style, beaucoup plus juridique et formaliste qui offre une autre vision.

15Si l’on prend en compte de telles études, les actes se montrent susceptibles de fournir quantité de renseignements. Le village, en effet, intéresse les rédacteurs des actes mais dans des buts spécifiques, une charte ou une notice doivent conserver la mémoire d’un patrimoine : des terres, des droits seigneuriaux, la domination d’hommes. Il ne faut donc guère espérer de vues d’ensemble mais plutôt une grande précision de détail. Par contre, le village dans sa réalité physique ne se voit guère que par la mention d’une maison, de l’église ou du cimetière, ce qui n’est d’ailleurs pas négligeable. En poussant l’analyse, les textes livrent quantité de noms de lieux, avec des dates, reste à savoir s’ils sont habités. Ils favorisent aussi l’établissement d’une chronologie relative de la mise en place de paroisses, signalent l’installation de bourgs parfois accompagnée de leur statut ou laissent filtrer une série d’éléments sur la mise en valeur.

  • 8 Lacoste Yves, Paysages politiques, Paris, 1990, partie I.
  • 9 Pichot D., « L’occupation du sol en pays bocager. Sources textuelles et cartographiques dans le Ba (...)

16Est-il possible de mener plus profondément l’enquête ? Les orientations de la recherche qui s’inspirent fortement de l’archéologie agraire se dirigent par exemple vers l’étude du paysage en diversifiant les sources : photographies, plans cadastraux, en raison de l’insuffisance des textes. Cette dernière est bien réelle mais le paysage n’est cependant pas vraiment ignoré par l’écrit. En tant que concept, le paysage n’apparaît qu’à la Renaissance mais le géographe Y. Lacoste a bien montré que son apparition n’a rien de gratuit. S’il intéresse les peintres, il intéresse aussi les ingénieurs militaires8. Tel que nous le concevons, le paysage est bien absent des actes de la pratique mais il est difficile d’admettre que des gens dominés par une nature mal maîtrisée, n’aient pas vu l’espace qui les entourait. Il s’agit donc d’essayer de retrouver la vision qu’ils en avaient et, pour cela, en quoi ce dernier provoquait leur intérêt9.

  • 10 Pour une région différente et pour une époque plus tardive : Sivéry Gérard, La description du pays (...)

17Fortement impliquées dans les problèmes fonciers, chartes et notices trahissent une vision précise du paysage. Malgré leur minutie, elles n’autorisent pourtant pas une vraie reconstitution, même si tous les éléments y figurent : sources, talus, haies, bois, « champs » etc… Cette vision fragmentée n’en témoigne pas moins d’une intime connaissance des détails mais inscrite dans des finalités précises. Le moine rédacteur qui prend soin de préciser les confronts et leurs possesseurs veut fixer pour l’avenir les limites d’une possession foncière, non décrire un paysage, il donne seulement les repères nécessaires à cette identification. Le paysage est donc bien présent mais il faut le décrypter et cet exemple illustre assez précisément les difficultés que présente l’écrit pour l’ensemble de cette étude mais aussi son intérêt10.

18Étant donnée l’ampleur de la masse documentaire, il ne pouvait être question d’en faire une étude exhaustive. Il fallait procéder à des choix ne déformant pas trop les réalités. En conséquence, ont été sélectionnés des fonds suffisamment étoffés et représentatifs de chaque région. Autant que possible ont été consultés les actes de Marmoutier, leur richesse et leur diffusion dans tout l’ensemble étudié l’exigeait. Ensuite, Saint-Aubin et Saint-Serge, ainsi que La Roë ont représenté l’Anjou, Saint-Vincent et La Couture ainsi que les actes concernant le bas-Maine consultés pour un travail précédent et ceux des évêques du Mans, le Maine. Pour la Bretagne, à Redon, Saint-Melaine et Saint-Georges, Sainte-Croix de Quimperlé ont été joints les actes publiés par dom Morice et ceux des ducs de Bretagne. Bien sûr, des actes épars mais intéressants ont été pris et il a été pratiqué un recours fréquent à des dossiers bien fournis ou remarquables. Malgré cela, les textes trouvent leurs limites et l’appel à d’autres sources s’impose.

Richesse des autres sources

19Le recours à des sources, autres que textuelles, ne présente pas une grande nouveauté mais leur importance, en particulier dans l’étude du peuplement, oblige à une présentation de leurs apports mais aussi de leurs limites.

La toponymie

  • 11 Beszard Lucien, Etude sur les noms de lieux habités du Maine, Paris, 1910.

20D’un emploi classique et ancien, la toponymie a trouvé dans l’étude de la mise en valeur et de l’habitat une utilité renouvelée, ce qui ne doit pas évacuer les difficultés identifiées depuis longtemps. Toute présentation générale du problème serait superflue mais il importe de souligner ce qui se présente comme plus spécifique de l’Ouest. Au début du siècle ont été élaborées des enquêtes générales sur des régions dont l’exemple le plus achevé s’incarne dans le travail de Lucien Beszard : Étude sur les noms de lieux habités du Maine11. Une étude soigneuse des différentes couches toponymiques lui permettait de retracer les grandes phases de l’occupation humaine mais il négligeait une originalité de la période médiévale : l’énorme développement des noms en ière/erie et aie/ais. L’oubli fut réparé par de nombreux successeurs.

  • 12 Souillet Guy, « Chronologie et répartition des noms de lieux en ière et en ais dans la haute-Breta (...)
  • 13 Maitre Léon, Dictionnaire topographique de la Mayenne, Paris, 1878 ; Pichot D., Le Bas-Maine du xe(...)
  • 14 Angot Alphonse, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, t.1, p. 239.
  • 15 Synthèse de ces débats et travaux dans Chédeville A. et Guillotel H., La Bretagne des Saints et de (...)

21Ces toponymes diffusés par milliers s’identifient bien avec les territoires de l’Ouest comme le manifeste une carte dressée par Guy Souillet et ils constituent dans les zones de l’Ouest intérieur la couche toponymique majeure12. Un dépouillement de la moitié du Dictionnaire topographique de la Mayenne a fourni 9547 noms de ce type qui forment 48 % des noms enregistrés, cela dit assez leur prééminence13. Or, ils s’avèrent très clairement médiévaux puisqu’on en discerne l’apparition vers 1060-1080 pour les premiers, aussi bien dans le cartulaire de Redon que dans les actes manceaux alors que les seconds ne se développent qu’au xiie siècle. Bien sûr, leur formation s’est poursuivie très tard, en dehors du Moyen Âge mais de façon beaucoup moins intense. Il faut se montrer moins rigide que les érudits du début du siècle comme l’abbé Angot, leur formation n’obéit pas systématiquement à des règles immuables et même les deux groupes ne sont pas bien distingués dans la graphie latine14. Ces réserves faites, ils n’en offrent pas moins un témoignage fondamental sur l’habitat dispersé et ses réalités. La toponymie assume aussi un rôle majeur dans la Bretagne celtique. Dans cette contrée peu riche en écrits, la présence d’une toponymie profondément originale n’a pas manqué de susciter de nombreuses recherches, que ce soit pour la période d’installation des Bretons ou plus tard, aux siècles féodaux. Depuis Joseph Loth, les travaux se sont multipliés et les thèses affrontées favorisent un dynamisme qui ne se dément pas15.

  • 16 Le Moing Jean-Yves, Les noms de lieux bretons de Haute-Bretagne, Spezet, 1990.
  • 17 Zadora-Rio E. « Archéologie du peuplement : la genèse d’un terroir communal », AM, t.17, 1987, p. (...)

22Le développement des études a orienté les travaux vers les microtoponymes des cartes mais plus généralement des matrices cadastrales. Il y a là une masse que l’utilisation de l’informatique favorise comme l’illustre le travail de Jean-Yves Le Moing : Les noms bretons de haute-Bretagne16. Les résultats se révèlent d’un grand intérêt pour l’évolution du milieu végétal ou l’habitat, en particulier dispersé, si difficile à saisir. Cependant, ce travail ne peut s’accomplir qu’en respectant une certaine prudence comme le souligne E. Zadora-Rio dans son étude sur la commune de Blou17. Plus que les toponymes, les microtoponymes sont fragiles et peuvent disparaître, sans parler des variations de graphie ou des incompréhensions des employés chargés de lever les cartes ou les cadastres, surtout dans des zones où ils n’étaient pas familiers avec la langue. D’autre part, toponymes et microtoponymes ne peuvent pas dater avec précision un site et ne correspondent pas obligatoirement à un habitat qui peut d’ailleurs se déplacer avec une certaine marge sans que sa désignation se modifie. Malgré cela, ces multiples noms portent un précieux témoignage de la présence d’hommes dont l’écrit ne dit à peu près rien et ce n’est pas le moindre de leur intérêt.

L’iconographie

  • 18 Asnières (Sarthe, cant. Sablé), Neau (Mayenne, cant. Evron).

23L’apport de l’iconographie, moins riche qu’on aurait pu l’espérer, ne doit pas être négligé mais il faut distinguer les peintures de l’époque médiévale et celles des siècles postérieurs. Les xie-xiiie siècles nous ont légué dans les pays ligériens et dans le Maine une magnifique série de peintures murales dont on redécouvre fréquemment de nouveaux éléments dissimulés sous des badigeons. Les églises prieurales, même de modestes villages, reçurent alors une décoration, fruit d’un programme savamment élaboré par les moines qui nous livrent ainsi, par la médiation de l’artiste, leur vision du monde dont trop souvent, à notre gré, le paysan se trouve absent. Les programmes picturaux touchent essentiellement aux thèmes religieux, il s’agissait de louer Dieu et d’édifier et, quand des laïcs apparaissent, ce sont le plus souvent des chevaliers. Pourtant, au détour d’une œuvre religieuse, peuvent se manifester quelques modestes villageois, fuyant un chevalier pillard à Neau ou renseignant les soldats d’Hérode à la poursuite de la Sainte Famille à Asnières-sur-Vègre18.

  • 19 Mane Perrine, Calendriers et techniques agricoles. France-Italie : xiie-xiiie siècles, Paris, 1983 (...)
  • 20 Pichot D., « Le médiéviste et les images, calendrier, société, travail », Atala, n°3, L’Histoire, (...)

24Le bilan demeurerait bien maigre si les moines n’avaient eu fréquemment recours au thème du calendrier qui, sans être entièrement paysan, consacre au labeur des champs une place majeure. Perrine Mane et Georges Comet ont réussi à mettre en valeur le témoignage social et idéologique de ces sources classées un peu trop vite comme stéréotypées et de peu de valeur historique19. En tenant compte des problèmes techniques d’organisation de l’image, de représentation de l’espace, de perspective hiérarchique et de la grille idéologique et théologique qui a présidé à son élaboration – il s’agit moins de montrer le travail que de l’offrir à Dieu dans une perspective rédemptrice – les images des calendriers peuvent être considérées comme une source intéressante sur les techniques de travail, le déroulement de la vie paysanne20.

  • 21 Musée de Laval.
  • 22 Fonds du Chevalier de Freminville, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1F, (début xixe siècle) ; Frottier (...)

25Si l’apport médiéval en matière iconographique se présente finalement comme assez limité, il ne faut pas oublier l’iconographie des époques postérieures. Les œuvres plutôt rares dans le domaine qui nous intéresse sont, de plus, difficiles à utiliser, les conceptions artistiques ignorant, par exemple, la peinture sur le motif jusqu’au xixe siècle. Par contre, des gravures, des carnets de croquis livrent une image relativement précise des paysages et de l’habitat. En l’absence de dessins médiévaux, ceux d’un modeste artiste du xviiie siècle comme Legay de Prélaval qui a accumulé les représentations de villages du Maine et de l’Anjou fournissent des éléments antérieurs aux grandes transformations de la période contemporaine21. Le décalage dans le temps ne doit pas être oublié mais la faiblesse de maints centres paroissiaux corroborée par nombre de gravures du xixe siècle interroge le médiéviste. Avec le xixe siècle d’ailleurs, l’image se multiplie et, malgré certaines déformations romantiques, développe son utilité. Cela devient encore plus vrai quand interviennent les premiers érudits dont nous avons conservé les notes. Certains ont effectué des relevés dont l’intérêt permet de passer outre à des faiblesses dans les qualités du travail et le chevalier de Fréminville ou Frottier de la Messelière, pour la Bretagne, offrent deux bons exemples22. Avec l’arrivée de la photographie, une nouvelle source multiplie les images et, grâce à de nombreux fonds sur plaques de verre ou plus récents, bien des villages ou des monuments se voient restituer des aspects anciens aujourd’hui évanouis.

Cartes, plans et photographies aériennes

26Étudier le village, c’est, pour une bonne part, étudier l’occupation et l’organisation de l’espace. La carte devient alors un instrument irremplaçable, accompagnée de la photo aérienne verticale qui s’en rapproche, au moins pour le type de renseignement qu’elle peut fournir. L’ensemble de l’Ouest a bien sûr été couvert par la carte de Cassini au xviiie siècle, mais les provinces ont pu avoir leur cartographe comme le Maine qui bénéficie de la carte de H. Jaillot dressée dès 1706 et, en Bretagne, les cartes des défenses des côtes du xviiie siècle rendent de grands services. À une autre échelle, les plans de grande qualité abondent pour ce même siècle dans les fonds des Intendances.

  • 23 Arch. dép. Sarthe, H 37 ; de très nombreux plans-terriers subsistent, seuls certains ont été étudi (...)
  • 24 Chouquer G. (dir.), op. cit., 3 vol., 1996-1997.
  • 25 Chouquer G. et Favory François, « Apports et limites de la lecture récurrente des parcellaires », (...)

27Décrivant la réalité à grande échelle, interviennent alors les plans-terriers, première approche du parcellaire possible dans les archives. Ces documents établis au xviiie siècle se répartissent fort inégalement sur le territoire considéré. Les archives départementales de la Sarthe et du Maine-et-Loire en conservent de très belles séries, d’origine ecclésiastique comme celui de l’abbaye de La Couture ou laïque23. Par contre, le bas-Maine en est à peu près dépourvu comme la haute-Bretagne. Ailleurs, il en subsiste quelques-uns, souvent fort précieux, en particulier dans les Côtes d’Armor. Les plans cadastraux dits napoléoniens mais réalisés vers 1830, constituent une source déjà largement mise à contribution mais qui peut encore fournir de très grands services. Les deux types de documents, relativement proches à de multiples points de vue, apportent quantité de renseignements, pour les travaux qui s’inspirent de l’archéologie agraire néanmoins, il faut se garder de conceptions trop simples et une réflexion critique s’est élaborée dont on découvre les conclusions dans des publications récentes, au premier rang desquelles se placent les trois volumes dirigés par Gérard Chouquer sur Les formes du paysage24. Ce dernier a repris dans un court article certaines conclusions pour préciser le degré de fiabilité autorisé par ces enquêtes et un récent colloque consacré spécifiquement aux plans-terriers a permis de faire le point sur cette question25.

  • 26 Dufour Jeanne, Agriculture et agriculteurs dans les campagnes mancelles. Le devenir des régions ag (...)
  • 27 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 2En 178 et cadastre ancien.

28Dans les deux cas, il s’agit de documents qui ne visaient pas fondamentalement à décrire le paysage et l’habitat. Ils se trouvaient inclus dans un projet de renforcement des droits seigneuriaux pour l’un, de fiscalité pour l’autre. Leur exactitude peut se montrer variable, et surtout, ils négligent ou exagèrent certains détails. Les remarques de Jeanne Dufour pour le haut-Maine décrivant le nécessaire travail de restitution et de comparaison se généralisent sans peine26. S’ils exigent de fastidieuses reconstructions, les meilleurs indiquent non seulement les parcelles mais aussi le type de clôture, haies ou bornes. Seulement, ces documents réalisés aux xviiie et xixe siècles affichent un décalage de 7 à 800 ans avec la réalité que l’on y recherche. Certes, la méthode régressive a fait ses preuves mais il ne peut être question d’y lire clairement les constructions du Moyen Âge. Si des permanences indiscutables sont constatées, ces plans nous livrent l’accumulations des différentes strates apportées par de multiples générations, un paysage est un organisme vivant qui évolue, pas un musée figé. On pourra donc retrouver par exemple, les pôles d’origine d’un village et ses axes d’extension mais pas son état au xiie siècle, tout comme le parcellaire du cadastre livre de grandes directions, une organisation générale mais pas la reconstitution exacte d’un parcellaire d’époque féodale. La comparaison d’un même site, la motte de Gennes-sur-Seiche, vu par un terrier de la fin du xviiie siècle et le cadastre napoléonien de bien peu postérieur ne va pas sans déclencher une certaine perplexité. On reconnaît bien l’organisation générale de l’espace mais passablement bouleversée et les événements révolutionnaires ne peuvent suffire à expliquer un tel phénomène27.

  • 28 Une grande partie de la région étudiée a été touchée par la construction très rapide des « routes (...)
  • 29 À titre d’exemple, Delumeau Jean (dir.), Histoire du diocèse de Rennes, Paris, 1979, p. 249-250 ; (...)

29Les plans-terriers et cadastres ont été mis en œuvre d’abord pour cerner l’évolution de l’habitat. Bourgs et hameaux y apparaissent dans un état ancien avant certaines modifications d’urbanisme et de voirie. Les rectifications de routes, voire les nouveaux tracés et surtout le déplacement du cimetière qui abandonne l’église pour un site en marge de l’agglomération, ont complètement modifié l’aspect et même l’organisation de certains28. Dans bien des paroisses de forte pratique religieuse, le xixe siècle a fait disparaître l’ancienne église pour reconstruire un imposant monument néo-gothique ou néo byzantin effaçant le vieux pôle religieux formé par l’enclos ecclésial29. Pour restituer ou approcher cette organisation primitive du village, ces documents seigneuriaux ou fiscaux s’avèrent alors irremplaçables. De la même manière, ils ont conservé en partie la mémoire de l’organisation du terroir, des anciens paysages et, dans le tracé des chemins, la dispersion des hameaux et des exploitations ainsi que dans l’apparent désordre du parcellaire, se lisent des bribes de la longue histoire villageoise. Pèsent lourdement cependant sur l’utilisation de ces documents le handicap de l’absence de chronologie ainsi que la difficulté de lire des ensembles dans ces plans, par obligation, très émiettés. La reconstitution de l’ensemble du parcellaire sur un finage présente alors beaucoup d’avantages mais est fort longue. La diffusion récente de la numérisation et la mise en œuvre d’outils informatiques bouleversent cependant cette situation.

30Deux autres documents ou types de documents sont joints malgré leur apparence à cet ensemble et peuvent, en partie, résoudre les inconvénients du cadastre. Les photographies aériennes verticales de l’I.G.N., d’ailleurs destinées à la confection des cartes, apportent la vue d’ensemble qui nous faisait défaut et laissent souvent apparaître des détails ignorés des cartes mais leur lisibilité peut poser problème. Un certain nombre de clichés ont été étudiés, mais comme ils éclairent surtout l’organisation des finages et le parcellaire, autant que possible, ont été sélectionnées des missions anciennes, datant de la fin des années quarante ou du début des années cinquante, avant que les abattages de talus et les grandes entreprises de remembrement ne modifient complètement l’aspect du paysage.

  • 30 Mauger Michel (dir.), En passant par la Vilaine, de Redon à Rennes en 1543, Rennes, 1997.

31Le second document n’a rien à voir avec cette modernité, puisque c’est un objet unique à bien des points de vue, du début du xvie siècle. On a redécouvert récemment un manuscrit de 1543 qui réunit 22 planches décrivant le cours de la Vilaine entre Rennes et Redon30. Malgré les apparences, on ne doit pas y voir une œuvre artistique comme celles évoquées plus haut mais bien un dossier technique concernant les travaux de canalisation de la Vilaine. L’auteur a soigneusement représenté le cours du fleuve, les écluses, les bateaux ce qui constituait le but majeur de son travail mais aussi, et généreusement, le paysage rural sur les deux rives (Fig. 29 et 45).

  • 31 Pichot D., « Images du paysage : les bords de la Vilaine au xvie siècle », MSHAB, t. 78, 2000, p. (...)

32La technique employée, la chorographie, n’est ni de la cartographie, ni une véritable peinture. Très en vogue à l’époque, elle est destinée à donner un effet de réel sans vraiment représenter totalement la réalité en incluant un certain nombre de conventions. Cela nous vaut, un paysage très détaillé avec les bourgs serrés autour de leur église, les champs et les hameaux. Avons-nous là une sorte de chaînon manquant, un document nous présentant un état du paysage qui nous ferait gagner deux siècles en nous situant juste à la fin du Moyen Âge ? Il nous faudra un peu déchanter, car l’observation nous montre que le peintre, s’il manie assez correctement la perspective non sans s’accorder quelques libertés, ne se soucie guère de l’échelle, brossant sur des planches normalement équivalentes, tantôt de vastes paysages, tantôt une vue beaucoup plus rapprochée. Pourtant, la réalité subsiste. Le paysage n’y est pas authentique mais tous les éléments mis en œuvre le sont bien comme le suggèrent aussi les « portraits » de Rennes et Redon. Nous n’avons donc pas le paysage réel qui importait peu au technicien mais une reconstruction proche de la réalité, qui s’en inspire pour nous en livrer une idée au sens fort et par là même un témoignage historique majeur31.

  • 32 Antoine Annie, « La voie royale et le paysage », MAH, n° 17, p. 35-57. Les plans anciens de villag (...)

33Les plans des routes royales au xviiie siècle comportent en bordure des voies une reconstitution dans le même esprit, figurant un cadastre en partie imaginé et les fonds d’archives contiennent quelques rares croquis ou dessins de villages, en général des xviie et xviiie siècles, en plans visuels avec figuration des bâtiments rabattus sur le plan ou, de façon plus précise, en plan géométrique32. De tels documents nous introduisent insensiblement à un autre domaine de recherche en plein épanouissement.

L’archéologie

34Le village est fortement redevable à l’archéologie qui a contribué à l’instituer comme champ de recherche. Les résultats fort inégaux se présentent comme suffisamment développés pour permettre de mieux poser les problèmes et esquisser des hypothèses. Tous les départements concernés connaissent aujourd’hui une activité archéologique mais ce ne fut pas toujours le cas, si bien qu’un certain déséquilibre se manifeste si l’on établit une carte des principales opérations qui intéressent notre sujet (Fig. 3).

  • 33 Pour une approche de l’aspect archéologique, Chapelot J. et Fossier R., Le village et la maison, o (...)
  • 34 Dans les années 70, la revue Archéologie en Bretagne, rapporte de multiples travaux ayant trait à (...)

35Une première phase, dans les années 1960-70, distingue particulièrement la Bretagne dont plusieurs sites sont parvenus à une certaine notoriété. Deux hameaux d’époque féodale sortent de l’obscurité, Pen-er-Malo en Guidel et Lann-Gouh en Melrand, petite agglomération déjà connue naguère mais classée comme protohistorique33. D’autres chantiers moins célèbres intéressent aussi l’habitat rural comme le hameau de Karhaes-Vihan dans le Finistère ou la ferme de la Saudraie à Pancé en Ille-et-Vilaine34. À la même époque, la motte de Leskelen et l’habitat qui lui était lié font l’objet d’une fouille très poussée qui annonce certaines réalisations futures. Par la suite, les chantiers se sont mutipliés, souvent sur des nécropoles du haut Moyen Âge, sur quelques mottes mais assez peu sur des sites ruraux, d’une certaine importance, au moins. Aujourd’hui, il faut surtout noter l’importance de l’archéologie de prévention ou de sauvetage, les chantiers autoroutiers ont ainsi provoqué quantité de découvertes, parmi lesquelles se distinguent des sites du haut Moyen Âge mis au jour en Ille-et-Vilaine sur le tracé de l’autoroute des estuaires et des sites miniers d’époques différentes dans la Sarthe.

Figure 3 - Les principaux sites archéologiques concernant le monde des campagnes
Cette carte a pour but de localiser les sites les plus intéressants. On ne doit pas y voir un inventaire complet des recherches archéologiques et encore moins tenter d’établir un raisonnement historique à partir d’un document qui ne traduit que l’activité archéologique contemporaine.

Figure 3 - Les principaux sites archéologiques concernant le monde des campagnesCette carte a pour but de localiser les sites les plus intéressants. On ne doit pas y voir un inventaire complet des recherches archéologiques et encore moins tenter d’établir un raisonnement historique à partir d’un document qui ne traduit que l’activité archéologique contemporaine.
  • 35 Voir l’ouvrage collectif sous la direction de Guilaine J., op. cit.

36Souvent en liaison avec cette archéologie de fouilles, s’est développée ce que l’on a coutume d’appeler l’archéologie agraire. Même si l’expression recouvre des entreprises différentes, ces dernières gardent en commun la volonté d’étudier le paysage dans la très longue durée et d’avoir recours aux ressources les plus variées : travail sur cartes et cadastres, photographies aériennes verticales et obliques, enquêtes sur le terrain et aussi, éventuellement, fouilles35. L’ambition s’avoue large et affiche une volonté d’englober de vastes espaces. Ce type d’archéologie a poussé à des enquêtes-inventaires dont les répertoires de mottes symbolisent bien les caractères. Aujourd’hui, seuls le Morbihan et la Loire-Atlantique ne font l’objet que d’enquêtes partielles mais la thèse de N.-Y. Tonnerre pallie en partie ce déficit. Dans les Pays de Loire, le travail avance mais n’est pas achevé. Dans le Maine-et-Loire, E. Zadora-Rio fait souvent référence à des mottes mais n’a pas produit de catalogue et s’il en a été dressé un pour la Mayenne, il demeure manuscrit. Notre propre travail publié en annexe du Bas-Maine : étude d’une société, n’est pas un travail d’archéologue et comporte bien des imperfections. Dans la Sarthe enfin, un premier travail multigraphié présente quelques avantages mais il faut attendre les résultats de l’enquête entreprise à l’Université du Maine.

  • 36 Ce projet mené par Wendy Davies et George Astill a donné lieu à deux volumes, The East Brittany Su (...)

37Parallèlement se menaient des études de longue haleine pour étudier de façon exhaustive des terroirs, la prospection jouant alors éventuellement un rôle de premier plan. Une équipe anglaise se lança entre 1982 et 1987 dans une vaste campagne pluridisciplinaire sur les bassins de l’Oust et de la Vilaine autour de Ruffiac et Carentoir et devant aboutir à une synthèse sur l’occupation humaine36. En Anjou-Touraine, E. Zadora-Rio ne tarda pas à suivre l’exemple. Elle consacra une enquête à trois communes du Maine-et-Loire : Blou, Saint-Martin-du-Fouilloux et Marigné. Par la suite, outre de nombreuses études de cas sur les bourgs castraux et les cimetières, elle a entrepris une fouille approfondie du cimetière de Rigny-Ussé, qu’accompagnent des travaux tout aussi exhaustifs sur l’ensemble de la commune et son histoire. L’intérêt de ce travail est considérable, d’abord en raison du projet d’étude générale de cette commune mais aussi parce qu’est ouverte une enquête sur un phénomène particulièrement caractéristique de l’Ouest, un cimetière habité.

  • 37 Abbé Jean-Loup, « Permanences et mutations des parcellaires médiévaux », dans Chouquer G. (dir.), (...)
  • 38 Visset Lucien, en collaboration avec N.-Y. Tonnerre, « Contribution à l’étude du peuplement de l’A (...)

38Le paysage rural, suscite nombre de publications abordant tant l’organisation des parcelles que la voirie, les défrichements ou le bocage. Un article de Jean-Loup Abbé dresse sur la question des parcellaires une synthèse des perspectives actuelles qui résume fort bien les acquis et les interrogations37. Outre le recours classique aux cartes et à la photographie aérienne, les recherches peuvent s’orienter vers la mise en œuvre de techniques scientifiques très élaborées, le recours à la palynologie, en particulier, obtenant des résultats précieux38.

39L’archéologie modifie très sensiblement l’approche que l’on peut avoir de la société rurale et il s’avère incontestable qu’une parole est donnée à ceux que les textes négligent passablement; reste à examiner pour dire quoi exactement. Elle nous donne à voir d’abord le village et ses maisons, le terroir et les hameaux là où quelques bribes de phrases et de rares dessins n’esquissaient qu’une idée approximative. Pourtant, une certaine prudence dans l’interprétation demeure de mise. Nous connaissons un nombre appréciable de sites mais pour autant, peut-on généraliser les observations ? Ce sont des villages abandonnés, c’est-à-dire des échecs le plus souvent. Les villages médiévaux qui ont subsisté, en gros, les nôtres, nous demeurent inaccessibles. Les fouilles dans les centres d’aujourd’hui se limitent à d’étroits chantiers excluant tout décapage d’importance. Le site de Rigny lui-même garde son ambiguïté, ce cimetière habité ne peut être étudié que parce qu’il n’a jamais pu regrouper que quelques maisons, jusqu’à quel point est-on autorisé à extrapoler à partir de ce cas unique et particulier ? Certes, l’apport de connaissances est et sera considérable mais il faut se garder des dangers de la surinterprétation.

  • 39 Gautier Maurice, Naas Patrick et Leroux Gilles, « Archéologie des paysages agraires armoricains, é (...)

40Le repérage des sites et l’étude du parcellaire n’échappent pas non plus aux modalités de la recherche et la carte archéologique doit être examinée avec circonspection. Elle exprime d’abord des conditions naturelles, la photographie aérienne dans les régions de bocage rencontre des difficultés particulières et la disparition des talus rend le sol beaucoup plus lisible au point que certains déséquilibres spatiaux, cela a bien été démontré dans le Morbihan, ne sont que le fruit des contrastes du remembrement39. Si E. Zadora-Rio comme W. Davies et G. Astill consacrent beaucoup de pages à la technique de la prospection ce n’est pas pure affaire de spécialistes et de technique. La distance séparant les prospecteurs favorise ou non le repérage des sites en conditionnant l’apparition de certains types d’habitat ou modes d’occupation du sol, ce qui n’a rien d’anodin quand le projet vise justement à rendre compte de l’ensemble de l’occupation humaine. Enfin, l’archéologie n’appréhende pas les mêmes faits que les textes ; le bâti, les traces paysagères informent sur la vie matérielle, les aspects économiques mais beaucoup moins sur les relations sociales, voire les conceptions religieuses, même si toute possibilité n’est pas exclue. E. Zadora-Rio y perçoit une difficulté majeure, historiens des textes et archéologues ne cernent pas la même réalité, n’observent pas le même village :

  • 40 Zadora-Rio E., « Le village des historicus… », p. 147.

« Peut-être convient-il […] de s’interroger sur la capacité de l’archéologie à appréhender le village tel qu’il est caractérisé par les historiens […] s’il n’existe pas de critère purement archéologique permettant d’estimer la présence ou l’absence des fonctions villageoises et d’une communauté rurale organisée, comment pourrait-on se fonder sur les résultats des fouilles pour dater l’émergence du village tel qu’il est défini par les historiens ? »40

41Une telle recension des possibilités documentaires mais surtout des possibilités d’approche du village de l’ouest de la France révèle la richesse et la diversité du matériel utilisable. Chance pour le médiéviste, ce vaste éventail exigeait non seulement l’inventaire des sources mais surtout celui des informations qu’elles induisent pour le travail de recherche et les lacunes qui se dessinent. Si la finalité de ce projet se présente d’abord comme sociale, considérant le village comme un habitat mais, aussi et surtout, comme une communauté humaine, consciente de son existence, il faut pousser plus loin la réflexion. Dépassant l’inventaire, il importe d’examiner comment mettre en œuvre la diversité de sources qui, multipliant les regards différents sur le sujet, risquent fort de brouiller passablement la vision que l’on peut en acquérir.

La mise en œuvre des sources

42Travailler à partir de cet ensemble de matériaux demande donc un certain type de démarche et sans doute quelques précautions qui deviennent ici particulièrement utiles. La variété des sources permet, grâce à leur croisement, des progrès significatifs mais qui peuvent devenir illusoires si l’on n’y prend garde. Une telle attitude évite bien des déconvenues mais autorise aussi à s’appuyer sur les acquis fort divers de la recherche passée.

Le croisement des sources

  • 41 Louise G., La seigneurie de Bellême, xe-xiie siècle, Flers, 1993, chap. 2, p. 41-96.

43Chaque type de source favorise un ou des aspects envisagés, de la diversité naît alors une complémentarité remarquable. Les textes parlent d’abondance des statuts sociaux et des rapports de pouvoir mais ne donnent guère à voir le village, ce que l’archéologie peut faire avec un certain bonheur. De la même façon, le recours aux cartes et plans autorise une reconstruction du paysage qui, il y a peu encore, nous demeurait sinon inaccessible, du moins très flou et des aspects entiers de l’activité villageoise ne sont apparus que par les fouilles, en particulier tout le domaine de l’artisanat. Les chartes signalent fort parcimonieusement quelques artisans, en général seulement par une brève mention de témoins et privilégient alors le forgeron ou le boulanger pour des raisons évidentes qui ne se rapportent pas entièrement au critère de leur puissance économique. Depuis quelques années, les fouilles ont fait sortir de l’anonymat des potiers et leurs ateliers tout comme ceux des travailleurs du fer, modifiant ainsi assez largement la vision de la société. Plus simplement, certaines sources viennent suppléer au silence des autres ou à leur faiblesse. La toponymie bretonne a pris beaucoup d’importance pour des raisons certes linguistiques et culturelles, mais elle présente aussi le grand avantage de demeurer souvent le seul témoignage utilisable, ce qui lui confère un statut privilégié. Dans une zone mieux favorisée par les sources, les limites de la Normandie et du Maine, Gérard Louise a brossé un tableau convaincant du peuplement à la fin du xe siècle à partir des vestiges archéologiques et surtout de la toponymie41.

  • 42 Cart. La Roë, n°49, « Hugo dominus Credonensium…rogavit domnum Albinum abbatem quod haïam inter te (...)

44Les documents se complètent aussi entre eux, se répondent, confortant les renseignements que chacun peut apporter. La faiblesse majeure de la toponymie demeure la grande difficulté de dater les toponymes et de dire à quoi correspondent les lieux-dits à une époque donnée. De façon beaucoup plus évidente, l’écrit va servir de dateur pour bien des phénomènes repérés mais qui, sans place dans l’échelle du temps, perdent une grande partie de leur valeur pour l’historien. Le cas suivant, bien que rare, démontre l’importance d’une telle opération. Près de La Roë, en Anjou, subsiste aujourd’hui un fort talus que l’on peut très directement mettre en relation avec un texte du cartulaire de l’abbaye. Vers 1116-1123, Hugues de Craon demanda à l’abbé d’ériger une haie (haïa), pour marquer les limites des terres de son abbaye avec celles de son domaine de Peltrée42 Dans d’autres cas, les textes précisent l’information. Les plans cadastraux offrent l’image d’un parcellaire mais rarement la nature des limites, ce que donnent assez souvent les plans-terriers, d’ailleurs. Par contre, les textes qui décrivent mal les contours définissent éventuellement l’aspect des délimitations, bornes, fossé et talus ou haie.

  • 43 Lambert Claude et Rioufreyt Jean, « L’habitat rural antique dans le Maine et la photographie aérie (...)
  • 44 Chédeville A., « Un défrichement en Bretagne à la fin du xie siècle : histoire économique et géogr (...)
  • 45 Brand’honneur Michel, « L’habitat chevaleresque du xie au xiiie siècle. L’exemple du site de Dézer (...)

45À l’inverse, le texte réprouve des interprétations et modifie radicalement la lecture proposée de certains phénomènes. Parmi les cas les plus nets se présente celui du parcellaire de l’Epinay-le-Comte. Autour de l’agglomération, un parcellaire très géométrique avait été reconnu par des archéologues comme une cadastration romaine. G. Louise, utilisant une charte de l’abbaye de Savigny, a montré que cette régularité relevait d’un bourg créé au xiiie siècle. L’opération antique disparaît au profit d’une ville neuve des plus médiévales43. Plus généralement, l’écrit vient compléter le plan ou la fouille pour constituer un dossier, l’un étayant l’autre, voire prouvant l’autre. Une question, cependant, se pose en permanence : les textes de donation ou de fondation eurent-ils des suites concrètes ? Les fondations de bourgs ou les décisions de défrichement peuvent n’avoir jamais connu de réalisation ou avoir avorté. Quand le parcellaire permet une vérification, les perspectives se trouvent nettement améliorées. André Chédeville en a apporté la démonstration à la Lande-Huan, près de Combourg. Un contrat associa les moines de Saint-Florent de Saumur à un petit aristocrate local pour la mise en valeur d’un terrain médiocre, à la fin du xie siècle. Tout autoriserait à envisager un échec mais le cadastre napoléonien conserve la trace d’un magnifique parcellaire radio-concentrique de 175 hectares prouvant que l’acte a été suivi d’effet44. Dans un autre domaine, combien de mottes prennent une importance nouvelle quand on établit une relation avec un personnage ou une famille, comme à Dézerseul ou des deux côtés de la limite entre l’Anjou et la Bretagne ?45

  • 46 Zadora-Rio E., Rigny-Ussé, l’état des lieux d’après les sources écrites, 5e supplt à la RACF, 1992
  • 47 Dépt. Maine-et-Loire. Zadora-Rio E., « Archéologie du peuplement… », op. cit.
  • 48 Idem, «Morphogenèse des villages et des petites agglomérations en Anjou-Touraine : la part des fon (...)
  • 49 Meuret J.-C., op. cit. ; Laurens Elisabeth, Le Lochois du haut Moyen-Age au xiiie s. : territoire, (...)

46Enfin, E. Zadora-Rio a démontré l’intérêt de recourir aux aspects multiples de la documentation même avant le chantier de Rigny46. Plus précisément en ce qui concerne l’habitat, l’analyse des plans de villages ou de hameaux s’éclaire à la lumière d’une charte. Les deux noyaux de peuplement concurrents à Blou s’expliquent par les textes; face au modeste centre paroissial se dressait le manoir épiscopal origine du puissant hameau de Ramefort qui s’effaça d’ailleurs avec le déclin de la puissance seigneuriale de l’évêque47. Bien des enclos ecclésiaux peuvent être mis en relation avec l’existence d’un prieuré et certains parcellaires d’une grande régularité témoignent du lotissement d’un bourg48. Globalement, tous les travaux actuels sur le paysage ou l’habitat mettent en œuvre une telle méthode qui porte ses fruits et deux thèses consacrées au peuplement des marches de Bretagne et du Lochois y font référence expressément49.

  • 50 Dépt. Ille-et-Vilaine, cant. Châteaubourg. Pichot D., « La grange du Fayel et la mise en valeur du (...)

47Malgré des résultats incontestables, sans doute ne faut-il pas se départir d’une certaine prudence. Chaque type de source possède ses caractères et ses finalités rendant certaines coïncidences incertaines ou plutôt artificielles. Or, en raison de la faiblesse de la documentation, l’historien risque fort de vouloir passer outre. Il est vrai que reconstituer l’histoire d’une terre, d’un hameau ou même d’un village dans la durée se heurte à bien des difficultés. En règle générale, nous ne disposons que de brèves périodes documentées. Nombre de centres paroissiaux ne sortent de l’ombre qu’au moment de la création d’un prieuré, souvent à la fin du xie siècle, puis le silence retombe pour des décennies, sinon plus. Tel est le cas de la plupart des prieurés ruraux des grandes abbayes ligériennes. Mettre alors en relation des textes lacunaires avec un phénomène archéologique, une organisation spatiale, comporte quelques risques. Un parcellaire oppose bien des résistances; un lotissement régulier, la trace cadastrale d’une motte peuvent se rattacher directement à des actes écrits, certes, encore faut-il établir la localisation avec un minimum de certitude, le cas de la Lande-Huan évoqué précédemment représente presque un cas d’école exceptionnel, le rapport des textes et du cadastre étant établi sans hésitation. Souvent, l’emplacement d’un bourg dans l’espace paroissial demeure imprécis et les limites d’une terre décrite avec minutie résistent quand même à un report sur la carte. La grange de l’abbaye de Savigny installée au Fayel en Saint-Jean-sur-Vilaine, a laissé un fonds notable de 50 actes, essentiellement du xiie siècle, et présente aujourd’hui des traces évidentes sur le terrain : l’emplacement de bâtiments, un étang, l’absence de toponymes en ière/erie trop liés au système des tenures, mais, si l’on peut relever quelques repères, tracer les contours exacts du domaine foncier s’avère impossible, signe d’ailleurs que le paysage et la toponymie se modifient plus qu’on ne le croit au long des siècles50.

48Le recoupement des renseignements, pour réel qu’il soit, oblige souvent à beaucoup de modestie et E. Zadora-Rio fait montre dans son analyse de cette démarche d’un pessimisme justifié quoique peut-être trop poussé :

  • 51 Zadora-Rio E., Morphogenèse…, op. cit., p. 70.

« Le recours aux plans de l’époque moderne et contemporaine s’impose donc, même si la démarche qui consiste à confronter directement les sources écrites des xie-xiie siècles avec des relevés des xviiie-xixe siècles présente des inconvénients bien connus : elle ne peut conduire qu’à « reconnaître » les éléments générateurs qu’on connaît déjà par les textes et à évaluer leur impact sur la morphologie des agglomérations contemporaines à l’aide de critères simples, sans doute trop simples… »51.

49La question majeure est touchée du doigt, il ne s’agit plus de recoupement mais de la recherche de ce qui est attendu et l’on risque alors d’analyser un plan uniquement en fonction d’un texte, établissant des rapports faussés et négligeant les aspects originaux mais imprévus. Plus grave même, la volonté de faire coïncider conduit à des rapprochements inadéquats, la tentation poussant souvent à établir un lien à tout prix. La même tentation conduira à établir une relation douteuse ou imaginaire entre un fait archéologique, un texte, avec un événement marquant, siège, fondation etc…, ou un personnage, les documents demeurant trop limités dans la précision de leur information.

  • 52 Pichot D., Le Bas-Maine,op. cit., p. 232-234.

50Néanmoins, la remarque de E. Zadora-Rio, pèche peut-être un peu par excès. Le rapprochement des textes et des plans permet un approfondissement de la connaissance et, même si l’on cherche dans le plan ce qui se raccroche au texte, on pourra y trouver des éléments neufs : la manière d’établir un lotissement, la disposition particulière d’un parcellaire. Sur le plan cadastral de La Gravelle, apparaît bien le château sur motte du seigneur de Laval signalé dans une charte ainsi que le bourg des moines de Marmoutier, mais le parcellaire conserve une empreinte de la forteresse primitive bien plus précise que prévu et suggère la présence d’un deuxième bourg seigneurial52. Dans ce cas précis, le château a créé le village, texte et organisation du plan le disent clairement, mais dans combien de cas la présence de la motte au milieu d’un habitat laisse le chercheur dubitatif ? L’exemple choisi met en lumière un enjeu qui n’est pas mince et en même temps la complexité de la démarche qui ne peut se cantonner à des vues « trop simples ».

51Malgré tout, une certaine retenue demeure de mise et un perfectionnement des méthodes de travail pourrait y contribuer, les réflexions actuelles de G. Chouquer vont dans ce sens. Les perspectives offertes par une démarche mettant en relation la diversité des ressources documentaires présente trop d’avantages pour qu’on la rejette mais cela exige aussi un approfondissement et une réflexion globale sur l’objet de la recherche, en particulier les mots, tant ceux employés par les sources que ceux d’aujourd’hui et qui, on le sait de mieux en mieux, sont rien moins qu’innocents.

Problèmes des mots et du temps

52Tout travail d’histoire a besoin d’une réflexion préalable sur les mots et les concepts utilisés. La question du village ne peut y échapper d’autant plus que, outre les classiques difficultés de traduction, sur plusieurs points règne un certain flou pour ne pas dire un certain désordre qui obscurcit la vision ou même la déforme, c’est assez dire l’enjeu que représentent l’usage des mots et sa clarification.

Le concept de dispersion

  • 53 Derruau Max, Précis de géographie humaine, Paris, rééd. 1966, p. 322-324. Pour une critique de l’u (...)
  • 54 Charré Jacques Gilbert, L’espace dans le territoire français, morcellement et vacuité, Paris, 1973

53A priori, rien de plus clair que la dispersion, pourtant, à l’usage, les difficultés se manifestent. Les géographes emploient ce concept depuis longtemps. Les grandes thèses régionales n’ont pas manqué de s’y référer et de proposer une étude plus ou moins poussée, calculant le pourcentage de population agglomérée. Très tôt, Albert Demangeon proposait même un indice de dispersion non exempt de critiques53. Certaines analyses actuelles portant sur l’occupation et l’organisation de l’espace ont repris la question. Jacques-Gilbert Charré, en 1973, montrait la diversité du concept et l’importance de ses différentes modalités pour l’appréhension de l’espace, s’essayant, pour être plus précis, à utiliser aussi un coefficient de dispersion54.

  • 55 Barthélemy D., La société…, op. cit., p. 142.

54Quel que soit le calcul, la dispersion implique un espace de référence. Pour les géographes, la question ne se pose guère, implicitement, elle se pense dans le cadre communal. La population peut s’y grouper dans une agglomération unique mais dans une situation de dispersion, ce centre n’agglomère qu’une part de la population communale. Une telle analyse se lie donc à une institution qui constitue bien un cadre de vie mais n’a qu’une existence limitée dans le temps. Certes, l’historien des époques récentes n’en sera pas gêné. Globalement, la commune a pris la suite de la paroisse sous une forme laïcisée, et, en zone rurale elles continuent fortement à coïncider. Le médiéviste se trouve, quant à lui, dans une situation beaucoup plus délicate. Peut-il se référer à une unité qui existe, sans doute, mais achève de se mettre en place à l’époque féodale ? La parrochia ne s’érige pas comme référence avant la fin du xie siècle, et encore. Pour le xe siècle et même une bonne part du xie siècle, la réalité paroissiale demeure floue, les lieux de culte se développent dans une certaine concurrence et D. Barthélemy, pour le Vendômois, se demande avec à propos : « s’il est bien raisonnable de raisonner en terme de paroisse pour une époque non paroissiale »55.

  • 56 Célier Léonce, Catalogue des actes des évêques du Mans jusqu’à la fin du xiiie siècle, Paris, 1910 (...)

55Même plus tard, que signifie la dispersion quand un gros écart se trouve érigé en paroisse ? Il suffit d’un décret épiscopal pour cela. Dans le diocèse du Mans, Courcelles devint paroisse séparée de Ligron dans la seconde moitié du xiie siècle, tout comme Vautorte à l’égard de Montenay en 122556. Un réel changement intervient sans doute dans la vie des villageois mais l’habitat n’a pas changé. À l’inverse, les évêques bretons préféreront maintenir d’énormes paroisses, acceptant l’existence de trêves qui, ailleurs seraient des paroisses. Pour juger pleinement, il faudrait pouvoir mieux connaître les éléments d’organisation de l’espace. À défaut, la paroisse restera une référence, à peu près fiable à partir du xiie siècle; avant, il serait nécessaire de prendre en compte dans la mesure du possible, les paroisses primitives, les villae et autres réalités territoriales et sociales, malheureusement mal connues.

  • 57 Meynier André, Les paysages agraires, Paris, 1958, p. 26.

56À vrai dire, si l’on considère la dispersion dans sa forme extrême, l’exploitation isolée, le problème perd de son acuité mais dans le cas de la dispersion en hameaux plus ou moins gros, il devient nettement plus présent. Deux agglomérations de même importance numérique, dotées éventuellement d’un lieu de culte, peuvent se révéler l’une un bourg-centre, l’autre un simple hameau. La deuxième difficulté du concept se trouve ainsi posée. A. Meynier le faisait remarquer : « Cette expression cache peut-être une variété plus grande que son antonyme l’habitat groupé »57. La population groupée suppose l’agglomération de toute la population sur un seul site, tout en admettant éventuellement quelques cas peu nombreux d’habitats indépendants, la situation est claire. Pour l’habitat dispersé, il importe au plus haut point d’examiner sous quelle forme s’opère cette dispersion car les modalités en sont multiples et les implications, en particulier sociales, en portent les conséquences.

  • 58 Renard J., op. cit., p. 8.

57La dispersion présente d’abord une intensité variable, ce qui donnerait du poids à un indice s’il était possible de le calculer. Le bourg centre accueille éventuellement une part importante de la population paroissiale ou communale mais, dans l’Ouest, ce cas présente peu de fréquence; au mieux, ce bourg doté d’une réelle force domine son territoire. La population non agglomérée peut se répartir dans des écarts : gros hameaux de plusieurs dizaines de maisons qui peuvent jouir de quelques fonctions d’un centre ou modestes écarts de quelques feux. Ces regroupements secondaires se multiplent et atteignent la dizaine, et plus, sur une grande commune. Ce type de dispersion conserve donc un élément de groupement, modeste et incomplet mais réel, ce qui fait écrire à un géographe de la région nantaise où cette situation abonde que ce n’est qu’un aspect de l’habitat group58. Si l’on se cantonne à un examen purement formel, l’assertion est recevable mais la notion de dispersion recouvre des conséquences sociales et ces hameaux n’assument pas toutes les fonctions du village, même s’ils peuvent en exercer quelques-unes, voire dans certains cas, presque toutes.

  • 59 Louise G., op. cit., t. 2, p. 81.

58La deuxième possibilité ne présente pas cette ambiguïté. L’habitat se dilue complètement en exploitations ou résidences totalement isolées. La population peut alors atteindre des degrés extrêmes de dispersion et ignorer toute forme de regroupement y compris celle d’un bourg même modeste. Aujourd’hui, subsistent de ces communes, vastes finages où s’égaillent des exploitations, la mairie, l’église, l’école, dispersées elles aussi dans l’espace communal, demeurant étrangères à tout regroupement, fut-il minime. Telle se présente une partie des campagnes de la région de Bellême59. Il ne s’agit pas là de situations récentes, consécutives à l’exode rural mais de phénomènes anciens.

59La présente étude, comme celles de géographie consacrées au peuplement aborde la dispersion dans sa complexité, c’est-à-dire dans ses aspects divers. Si l’on veut tenter de comprendre les modalités et les origines d’une telle répartition de la population, la globalité du phénomène doit être prise en compte : les bourgs, tout comme les regroupements secondaires, du hameau au simple écart et les habitats isolés. Le moindre problème n’étant cependant pas l’identification de ces habitats, le piège des mots, comme souvent, se révélant redoutable.

Le piège des mots

  • 60 Dubled Henri, « Quelques observations sur le sens du mot villa », MA, 1953, t.59, p.1- 9 ; sur l’a (...)

60L’historien perçoit largement le passé par le truchement des mots et les acquis de la linguistique lui ont depuis longtemps fait sentir la difficulté de cerner le contenu de mots qui s’intègrent dans la logique d’un discours et traduisent l’originalité d’une société. Si l’on ajoute que pour le médiéviste l’usage du latin accroît un peu plus l’opacité, il devient nécessaire d’expliciter les aspects spécifiques que cette question fort générale peut adopter en ce qui concerne notre sujet. Incontestablement prime la compréhension du vocabulaire employé par les sources et très généralement, la traduction des termes désignant une forme d’habitat soulève d’épineuses questions, à commencer par villa, mot essentiel et passe-partout mais au sens glissant et évolutif, sans parler du débat majeur qu’il suscite pour le haut Moyen Âge60.

  • 61 Cf. les Gesta Aldrici qui multiplient les diplômes donnant des listes de villae restituées au patr (...)

61Le mot, d’emploi courant, du haut Moyen Âge au xie siècle et même plus tard dans tout l’espace considéré, recouvre, suivant les régions et les siècles, voire aussi suivant les auteurs, des réalités différentes. À l’exception de la zone bretonne, la villa se présente comme un grand domaine foncier dont le nom se retrouve dans un certain nombre de paroisses et dans les communes actuelles. Les cas les plus nombreux et les plus représentatifs peuvent être identifiés dans les textes du Mans, en particulier dans les grands diplômes énumératifs des Gesta Aldrici61. En zone bretonne, le cartulaire de Redon emploie le terme pour traduire des réalités assez différentes dans une langue approximative. Il s’applique à des ensembles modestes et souvent désigne un treb, une fraction de paroisse. Dans tous les cas, la villa correspond à des habitats plus ou moins importants qui ont provoqué un glissement de sens : le contenu territorial, sans disparaître, a laissé place à l’idée d’agglomération. Au xie siècle, le passage s’accomplit.

  • 62 « [...] villam Martiniacum juxta Ligerim sitam cum decem mansuris ».
  • 63 Cart. Saint-Serge, I.18-28-126b-213.

62Les cartulaires de Saint-Serge d’Angers permettent de suivre l’évolution sémantique. Les quelques diplômes carolingiens obéissent aux constatations effectuées précédemment puis, à la fin du xe siècle et au xie siècle, se dessine une période d’hésitation. Jusqu’aux environs de 1050, le caractère foncier, voire domanial, subsiste fortement, l’acte n° 18, daté 1007-1031 évoque : « La villa de Martigneau située sur la Loire avec dix mansurae »62. Vers 1082-1093, la villa de Cré désigne le village avec son bourg et son four, et vers 1100, la villa de Luigné est entourée d’une enceinte de terre, il s’agit donc bien d’agglomérations63.

  • 64 Barthélemy D., La société…, op. cit., p. 182 ; Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., op. cit., p. 306-3 (...)

63Le mot villa ne s’applique cependant pas uniquement au centre paroissial mais de façon générale, à tout habitat comme l’a constaté D. Barthélemy dans le Vendômois, depuis les grosses bourgades jusqu’aux simples terrae, pourvu qu’elles soient chargées d’un habitat; la même conclusion demeure recevable pour l’ensemble de l’Ouest et, à travers toute la Bretagne, les hameaux peuvent être dits villae64. Le souvenir du sens ancien n’est cependant pas annihilé. N.-Y. Tonnerre fait remarquer à juste titre que villa peut désigner une seigneurie foncière, et, dans les cartulaires de Saint-Serge, l’emploi du mot pour désigner un village va éventuellement de pair avec une référence aux droits seigneuriaux tels que la vicaria. Villa, à travers cette histoire difficile à clarifier, traduit, à sa façon, les modifications du peuplement et ses rapports avec les pouvoirs, attestant par là même que le langage est bien l’expression d’une société.

  • 65 Miyamatsu Hironori, Bourgs et bourgeois dans l’Ouest de la France (xie-xiiie siècles), Thèse de do (...)
  • 66 Les cadastres anciens fournissent des exemples de lotissements alignés de part et d’autre d’un che (...)

64Tous les mots ne présentent pas les mêmes difficultés mais pas non plus la même richesse. Vicus, rendu habituellement par village pose quelques problèmes car, si le vocable sous-entend bien une idée de regroupement, est-il bien l’équivalent de ce que nous appelons une bourgade, au moins pendant le haut Moyen Âge ? Par la suite, son usage limité recouvre une certaine diversité de sens65. Le vicus peut être une agglomération, mais aussi quelque chose de plus limité, un simple écart. Parfois quasi synonyme de bourg, il se réduit aussi au sens de quartier et de rue, ce qui suggère à Hironori Miyamatsu l’hypothèse séduisante mais qui reste à vérifier que vicus possède une connotation descriptive où l’idée de rue domine. Cela expliquerait la confusion avec le burgus qui s’étend fréquemment le long d’une rue. La référence faite aux villages-rues peut rencontrer quelques exemples sur le terrain mais il demeure difficile de généraliser ou même de penser que ces villages abondaient dans l’Ouest66.

  • 67 C’est la définition classique proposée par tous les auteurs, en particulier A. Chedeville dans L’H (...)
  • 68 Miyamatsu H. croit discerner dès la fin du xiie siècle une évolution vers le sens moderne de bourg (...)

65Le burgus qui a fait couler beaucoup d’encre recouvre aussi des réalités diverses. Très souvent présenté comme une fondation adventice, il lui arrive de s’appliquer à une agglomération fort ancienne dans sa totalité. Quelaines, dont les textes et une dédicace aux saints Gervais et Protais attestent une existence bien antérieure à l’an Mil est désigné comme burgus au xie siècl677. Il est difficile de reconnaître en plein xie siècle une évolution que tout porte à placer au xiiie siècle, ce burgus ne peut guère désigner ce qui deviendra plus tard simplement le « bourg »68. Comme souvent au Moyen Âge, le concept est suffisamment fluide pour épouser des situations des plus diverses. Cependant, outre la définition à caractère juridique d’un habitat, le mot semble impliquer l’idée très concrète de groupement, ce qui justifie le glissement de sens qui ne pourrait être que la spécialisation vers une acception déjà contenue. Malgré tout, dans certaines conditions, se recoupent les trois termes villa, vicus, burgus sur la même entité, alors que fondamentalement ils expriment des nuances différentes de l’habitat.

  • 69 Martin-Dumezil Jean, « “Haie” dans la terminologie forestière de la Loire moyenne », BPH, 1968, Pa (...)
  • 70 Ibidem, p. 450.
  • 71 Le Mené Michel, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge, Nantes, 1982, p.117.

66Les mêmes difficultés se présentent dans un domaine fortement lié à l’habitat, celui du paysage, en particulier agraire. Nous ne reviendrons pas sur le vocabulaire forestier, la valeur de foresta, silva et boscus a été depuis longtemps clairement précisée. Par contre, subsistent des questions pour haïa ou campus. Haïa s’applique d’abord à un bois caractérisé par ses fonctions de défense et de limite69. Jusqu’au xiie siècle, cela désigne des espaces forestiers peu importants mais fortement liés à la puissance seigneuriale, de forme allongée et faisant limite avec une autre seigneurie, c’est ainsi que les défricheurs dans la région de La Roë en ont laissé subsister aux confins des paroisses70. Le phénomène perdure car Michel Le Mené souligne la présence de ces bois vaireaux dans le paysage angevin aux xive et xve siècles71.

  • 72 Rares sont les textes comme cette pièce angevine de 1234 décrivant le village de Juvigné-en- Monta (...)
  • 73 Cf. les index de Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 113-114 ; Chauvin Yves, Cartulaires de l’ab (...)
  • 74 Il lui arrive dans le Maine de prendre le même sens que haïa, ibidem, p.52. Un acte de La Roë préc (...)
  • 75 Tous les auteurs ayant travaillé sur l’Ouest s’accordent et Niermeyer J.-F. dans son dictionnaire (...)

67Par glissement, vers le xiiie siècle, haïa peut devenir une haie, simple clôture, mais, à moins que le texte soit assez explicite, nous n’en sommes jamais sûrs et d’ailleurs, son emploi demeure limité avant le xive siècle72. Elle figure peu dans le bas-Maine et, dans les deux volumes des cartulaires de Saint-Serge d’Angers elle n’apparaît que quatre fois et aucune dans le Liber controversiarum de Saint-Vincent du Mans73. La clôture se retrouve mieux dans le mot sepes d’un emploi assez général sans être très courant mais on ne distingue pas bien ce qu’il décrit : une simple haie, vive ou morte ou le talus avec fossé74. Pour cela, il faut retenir le fossatum qui, sans ambiguïté, désigne l’ensemble classique du bocage : fossé plus talus surmonté d’une haie végétale75.

  • 76 Gaffiot Felix, Dictionnaire illustré, latin, français, Niermeyer J.-F., op. cit.
  • 77 « Quod dederunt Pascic et Rinnan et Jarnuuoret et Catic et Tanethic illum campum qui est situs jux (...)
  • 78 La Borderie A. (de), Histoire de la Bretagne, t.2, p. 233.

68Une autre réalité paysagère se découvre sous le mot campus. Assez curieusement, si F. Gaffiot dans son Dictionnaire du latin classique donne comme tout premier sens : plaine, champ cultivé, J. F. Niermeyer, pour le latin médiéval ne fait intervenir cela qu’en sixième position mais dans les deux cas se retrouvent bien les notions de terre labourable et de vaste étendue76 Dans l’Ouest, un tel terme prend un intérêt particulier car, de toute évidence, ce n’est pas banalement un champ. Au ixe siècle, dans le cartulaire de Redon, le campus de Brontro, en Plélan, apparaît étendu d’après la description qui en est faite et surtout parce qu’il appartient à plusieurs personnes, cinq au moins, qui en détiennent des parts77. Il se présente comme une terre en labours, divisée en plusieurs parcelles que A. de La Borderie rend avec raison par champagne, c’est-à-dire un open field78. Les textes postérieurs confirment largement cette hypothèse.

  • 79 Follain Antoine, « Les communautés rurales en France, définitions et problèmes (xve-xixe siècle) » (...)

69Une recherche sémantique demeure donc indispensable malgré les réels progrès opérés, encore faut-il tenir compte des pratiques locales et d’une inégale connaissance du latin par les scribes. Au xie siècle, le cartulaire de Saint-Serge préfère villa et celui de Saint-Georges, vicus, tout laisse à penser qu’il s’agit surtout d’un usage, sans plus. Par contre, n’intervient pas seulement la pratique culturelle des clercs médiévaux, le français contemporain ne favorise pas toujours la clarté et le vocabulaire des chercheurs manque d’unité. Une gêne évidente provient de l’évolution historique et de l’emploi particulier de certains mots, le burgus n’est pas le bourg actuel et le village du dictionnaire n’est pas le simple hameau désigné par les habitudes de langage locales. Sans se limiter à cet aspect, Antoine Follain a bien mis en lumière pour les siècles modernes la complexité et l’ambiguïté de la notion de village que nous aimerions réduire à une unité simple et administrative dont le modèle successif fut la paroisse puis la commune79.

  • 80 Tonnerre N.-Y., Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Breta (...)

70Bien plus, la langue manque cruellement de précision dans la définition des termes décrivant l’habitat. Nous disposons d’une palette : village, hameau, écart, qui ne convient pas toujours et se trouve employée de manière différente par les divers auteurs. N.-Y. Tonnerre se refuse à employer village qui prête à la confusion évoquée précédemment et écart qui peut avoir une connotation quelque peu péjorative et suppose un centre qui n’existe peut-être pas80. Opter pour l’emploi systématique de hameau comme il le propose semble séduisant mais tous les regroupements secondaires très différents peuvent difficilement se réunir sous une appellation unique, c’est pourquoi il a paru plus satisfaisant de garder une pluralité de mots comme le font André Meynier ou Pierre Flatrès en précisant bien que hameau ou « village » supposent un minimum d’importance et, autant qu’on puisse le soupçonner, de réalité sociale.

  • 81 Meynier A., op. cit., p. 8.
  • 82 Chouquer G., « Chronique. Parcellaires, cadastres et paysages », RACF, t.32, 1993, p. 205-207.

71Le terme parcelle suscite aussi quelque difficulté. A. Meynier soulignait son sens fiscal lié à l’administration cadastrale ce qui pouvait entraîner une distorsion avec la réalité agricole ou paysagère81. Aujourd’hui, le débat renaît sous un autre aspect : la distinction parcellaire/cadastre qui se pose d’abord aux historiens de l’Antiquité. G. Chouquer regrette un emploi anarchique des deux termes ou alors trop lié à une interprétation, le second traduisant une organisation volontaire du territoire82. La distinction peut devenir ambiguë et il écrit avec raison que le parcellaire d’une villeneuve est bien une cadastration mais que si une ellipse bocagère ne peut en être une, elle comporte cependant une évidente part d’aménagement concerté. En conséquence, il semble logique d’employer le dernier terme dans quelques cas évidents de planification du paysage. Parcellaire n’élimine pas une volonté d’organisation mais il s’applique bien aux réalités médiévales dans la mesure où, souvent, il ne résulte pas d’une cadastration contraignante.

72Une clarification s’impose donc, à défaut d’une unité du vocabulaire qu’A. Meynier appelait déjà de ses vœux dans les années cinquante, la progression en ce sens aplanirait sans doute un certain nombre de problèmes, voire de malentendus. Outre ces difficultés attachées à la complexité des mots et qui supposent des recherches lexicographiques et sémantiques, plus sournoisement, les mots contribuent à une perception faussée du temps.

Temps long, temps immobile

73L’étude privilégiée des structures dans le cadre d’un temps très long, l’usage de la méthode régressive qui contraint à des sauts considérables dans le temps, sans compter certains clichés et a priori qui reviennent fréquemment, parfois quasi à l’insu des esprits les plus prudents, tendent à faire considérer les campagnes comme un monde profondément conservateur, immuable, presque hors du temps. Certes, les continuités ne manquent pas et des évolutions, comme celles du système agraire, peuvent se montrer particulièrement lentes mais la vigilance intellectuelle doit demeurer aux aguets car temps long et temps immobile ne s’identifient pas et la recherche doit rester consciente des changements possibles, ce qui peut compliquer le travail.

  • 83 Fondation, cart. La Roë, 2, « fondation de bourgs, dom Morice », Preuves…, t.1 col.103, la guerre (...)

74Le village n’échappe pas à l’Histoire et tout un tissu d’événements, souvent d’importance, nous manque en raison du caractère plus que lacunaire des sources. Cependant, ici où là, subsistent le récit d’une fondation, d’un déplacement du centre paroissial, de la reconstruction de l’église, du passage de soldats avec son cortège de destructions, sans parler de la chronique des aléas météorologiques, préoccupation fondamentale dans la vie des gens83. Cette histoire, plus soupçonnée que réellement connue, constitue pourtant un élément éventuellement majeur de compréhension.

  • 84 Astill G. et Davies W., « Prospections archéologiques dans l’est de la Bretagne : le bassin de l’O (...)
  • 85 Meuret J.-C., op. cit., p. 527.
  • 86 Argentré (Mayenne, cant. de), Antoine Annie, Fiefs et villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Maye (...)

75Les documents cadastraux ou photographiques nous induisent en erreur facilement. S’ils offrent des lignes plus ou moins générales, la vision des détails est beaucoup plus aléatoire car, même les choses les plus immuables en apparence, bougent. Talus et limites de parcelles ne se retrouvent que partiellement dans la durée et, avant le xiiie siècle, n’existait qu’une faible part des talus observables au xixe siècle. L’habitat lui-même n’a pas la fixité que l’on serait tenté de lui attribuer. Si de remarquables cas de continuité abondent, les prospections de G. Astill et W. Davies dans le Morbihan ont mis en lumière des déplacements limités mais réels et les disparitions ne manquent pas, concernant de simples exploitations ou de petits hameaux84. J. C. Meuret a montré comment le village abandonné du Masse s’est transporté quelques kilomètres plus loin, à Forges85. Plus banalement, la nature même de l’habitat a pu évoluer au cours des temps, une exploitation isolée se démultiplier en hameau ou, à l’inverse, un hameau se rétracter. Celui de la Turpinière en Argentré disparaît dans le remembrement opéré au xviiie siècle pour créer une métairie86.

  • 87 Les tournes étaient assez fréquentes dans le Maine. Elles ne sont connues qu’à l’Epoque Moderne ma (...)
  • 88 Meuret J.-C., op. cit., p. 289-290.

76Si l’habitat évolue, lentement certes, les limites paroissiales que l’on admet stables depuis les xie-xiie siècles, se révèlent plus fluctuantes que prévu. Globalement, l’idée de leur fixité est acceptable mais une analyse fine laisse percevoir des modifications non négligeables. Bien des paroisses connaissaient le système des « tournes » attribuant alternativement certains cantons en marge à des paroisses voisines et une étude poussée de trois communes des Côtes d’Armor : Quintenic, Maroué et Trégomar manifeste des distorsions entre le plan-terrier du xviiie siècle et le cadastre moderne. Les modifications ne sont pas considérables, sauf à Maroué pour des raisons particulières, mais, si cours d’eau et chemins constituent des frontières assez intangibles, il n’en va pas de même avec les zones en landes et les lisières de forêt87. Enfin, cette forêt elle-même « surgie de la nuit des temps » n’a peut-être pas la longévité qui transcende les époques, la forêt de La Guerche que l’on pensait frontière immémoriale a été créée de toutes pièces durant le haut Moyen Âge88.

77De telles réflexions ne visent évidemment pas à mettre en cause la validité de la méthode régressive – le choix d’un plan thématique serait alors contradictoire – mais à essayer moins d’en percevoir les limites sur le plan technique que de se prémunir contre l’illusion sans cesse renaissante de l’immobilité du village. Ce dernier est le fruit d’une histoire qu’il vit de façon propre et qui s’exprime non par une simple évolution linéaire mais bien comme une véritable histoire, avec ses avancées et ses reculs. C’est à l’élucidation de cette dernière qu’ont concouru bien des érudits et chercheurs, même si là n’était pas toujours leur but avéré.

Des approches successives et multiples

78Si l’étude du village et du peuplement s’impose comme l’une des voies actuelles empruntées par les chercheurs de l’Ouest, c’est bien sûr sous l’impulsion de travaux menés depuis un certain nombre d’années dans les régions méridionales. Cependant, ils ne s’aventurent pas en terres complètement inconnues et peuvent s’appuyer sur nombre de travaux anciens et récents produits par des disciplines diverses pour qui le village, sans être au cœur des questions soulevées, faisait ou fait partie, au moins partiellement, des préoccupations. Des résultats d’une grande valeur, mais aussi d’une grande disparité ont été acquis, chaque discipline étant porteuse de la richesse de ses méthodes et de ses questionnements. La diversité des objectifs, des pratiques, et souvent, une insuffisance à cerner l’évolution chronologique constituent autant de faiblesses aux yeux de l’historien, mais retracer les grandes étapes de ces travaux et les remettre en perspective ne peut que contribuer à une synthèse salutaire et à l’élaboration d’une problématique.

Le temps des inventaires

79Une première étape qui se termina pratiquement avec la Première Guerre mondiale privilégia l’érudition et la publication de nombreux inventaires locaux dont la valeur demeure étroitement liée à la qualité des auteurs qui les ont élaborés. Ce type de travail trouve son accomplissement dans les Dictionnaires historiques et les Dictionnaires topographiques. Les premiers, fruit du labeur d’une vie, offrent une masse de renseignements sur tous les lieux habités, donnent les éléments principaux de l’histoire des villages, citent éventuellement les sources, devenant pour certains d’incomparables ouvrages de référence. L’Indre-et-Loire, la Sarthe mais surtout le Maine-et-Loire et la Mayenne bénéficient de tels ouvrages. La collection des Dictionnaires topographiques, quant à elle, demeure inachevée mais couvre les départements de la Loire-Atlantique, de la Mayenne, du Morbihan et de la Sarthe. On peut rattacher à ce type d’enquête les premiers inventaires rigoureux de témoignages archéologiques et les premiers travaux scientifiques de toponymie.

80La forme de répertoires alphabétiques de la plupart de ces publications ne doit pas masquer leurs orientations. Il s’agissait d’inventorier les richesses d’un passé régional, voire local, et de retrouver les traces d’abord du Moyen Âge à travers les grandes familles et les anciennes seigneuries, ce qui nous vaut une riche documentation sur bien des lieux mais à laquelle manque parfois la précision des références et le patriotisme local ou des choix idéologiques sollicitent un peu les sources. Les Dictionnaires topographiques se veulent plus froidement scientifiques et offrent un inventaire des toponymes et parfois leur date d’apparition, autorisant cartographie et statistiques. Finalement, de cette première phase subsistent surtout de précieux instruments de travail.

Le temps des géographes

81Des études sur le peuplement et son histoire avaient déjà été entamées par les géographes qui, pendant de longues années, allaient en faire un fructueux secteur de recherche. La liaison traditionnelle entre l’Histoire et la Géographie et l’intérêt poussé porté, au début de ce siècle, à la France rurale par les principaux représentants de l’école française de Géographie nous valent alors des premières études très élaborées sur l’histoire de l’organisation de l’espace et de la mise en valeur. Elles constituent des chapitres essentiels de plusieurs grandes thèses régionales dont la première, celle de René Musset, consacrée au Bas-Maine et soutenue en 1917, constitue le modèle et l’une des réussites les plus brillantes. En 1933, Roger Dion publie la sienne sur le Val-de-Loire et ce style d’étude se poursuit après la Seconde Guerre mondiale, avec une évolution bien sûr, produisant, entre autres, le travail de Jacques Gras : De la vallée de l’Anjou au plateau du Baugeois. Dès les années trente, ces travaux aboutissaient aux premiers essais de synthèse et à l’élaboration d’hypothèses sur la naissance du bocage, l’historien Marc Bloch proposant dès 1931 ses Caractères originaux tandis que les géographes Gaston Roupnel et R. Dion publiaient leurs synthèses en 1932 et 1934.

  • 89 Il faut faire un sort particulier à l’article fondamental qui propose un modèle d’élaboration du b (...)

82Poursuivant dans cette voie, A. Meynier s’orientait bientôt vers l’étude des paysages agraires et, sous son impulsion, le laboratoire de géographie de l’Université de Rennes produisit nombre de travaux sur les paysages et surtout le bocage. Ainsi fut alimentée une chronique fournie dans les Annales de Bretagne, à partir de 1943, puis dans Norois, allant de la courte étude de cas à l’ébauche de synthèses qui trouvera son aboutissement dans divers colloques et surtout l’ouvrage classique : Les paysages agraires, paru en 1958 qui, dépassant l’indispensable stade descriptif, proposaient un véritable modèle explicatif du bocage89. Tout à fait dans la même ligne, se placent les travaux de P. Flatrès qui, outre un souci historique marqué par un recours au cartulaire de Redon, ouvrit largement ses préoccupations au comparatisme en étendant ses investigations vers les provinces celtiques et scandinaves et de A. Bouhier qui, après avoir analysé avec minutie le bocage du bas-Maine et du Poitou, consacra sa thèse à la Galice.

  • 90 Dufour J., op. cit., p. 100.

83Les géographes doivent donc être crédités d’un bilan remarquable. La mise au point de l’enquête sur les documents cartographiques et photographiques, une analyse globale et approfondie des paysages agraires et surtout, l’élaboration de modèles explicatifs, fournissent à l’historien des ressources précieuses, une part essentielle de tous ces travaux demeurant parfaitement recevable. Cependant, il faut constater une plus grande sensibilité à l’analyse du bocage en tant que système de clôture qu’à l’habitat et à la voirie, souvent réduits à une place secondaire90. Enfin, se pose la question chronologique. Bien des géographes, à commencer par A. Meynier, ne l’ont pas négligée, recourant à l’occasion aux archives. Cependant, globalement, l’historien ne peut se satisfaire de propositions encore assez sommaires.

84Parallèlement un outil classique avait connu une évidente faveur. Dans les années quarante et cinquante, les Annales de Bretagne publiaient une chronique régulière de toponymie. Ainsi ont pu être éclairées les étapes du peuplement, par exemple, pour la commune de Laillé ou le marais de Dol. Guy Souillet, l’un des auteurs les plus actifs s’est aussi penché sur les toponymes caractéristiques de l’Ouest, en ière/erie et ais/aie, fournissant une approche fondamentale de l’habitat dispersé, même si, récemment, D. Barthélemy a souligné le problème des changements toponymiques. L’héritage a persisté et, avec prudence et plus de rigueur que par le passé, la toponymie demeure une alliée indispensable. Elle a d’ailleurs connu un sort très particulier dans la Bretagne d’héritage celtique à la suite de l’impulsion donnée par le chanoine Falc’hun dès les années cinquante et relayée par Bernard Tanguy si bien qu’elle occupe dans l’historiographie bretonne, surtout du haut Moyen Âge, une place de premier plan.

85Les historiens ne demeuraient pas inactifs mais le domaine villageois ne paraissait pas alors une priorité de leur recherche. Il est totalement absent de l’œuvre pionnière d’Henri Sée : Étude sur les classes rurales en Bretagne publiée dès 1896. Avant guerre, les bourgs avaient suscité quelques études en Bretagne et surtout dans le Maine où les travaux de Robert Latouche les mettaient en liaison avec le progrès des défrichements. Ensuite, il faut attendre 1960 pour voir A. Chédeville s’intéresser aux formes du peuplement dans le haut-Maine, la thèse de R. Niderst sur l’occupation du sol en Anjou étant demeurée inédite.

Archéologues et historiens

86Avec les années soixante-dix, un tournant se dessine. L’étude du monde paysan et du village intéresse des disciplines diverses dont on soulignera ici plutôt l’orientation des préoccupations sans énumérer la variété des productions. La Géographie poursuit sur sa lancée et Jean-Max Palierne propose une analyse qui aboutit à une typologie du bocage et dégage le concept de bocage mimétique qui met à mal les explications trop strictement physiques. Les études rurales produisent de nouvelles monographies régionales intégrant la dimension historique dans leur étude du parcellaire et de l’habitat. Parmi les plus marquées en ce sens figurent la thèse de Jean Renard consacrée au Nantais et celle de Jeanne Dufour au haut-Maine et l’on peut voir un aboutissement de ce type de recherche dans la tentative de synthèse récente esquissée par J. R. Trochet. L’introduction des techniques liées à la télédétection fait augurer l’ouverture de champs d’étude renouvelés mais les résultats dans le domaine qui nous intéresse demeurent encore à attendre. Par contre, en dehors de la géographie que l’on peut qualifier de rurale, l’historien de l’habitat peut sans doute s’inspirer des réflexions et des travaux sur l’occupation et l’organisation de l’espace qui se sont développés en particulier autour de Roger Brunet. Des essais en ce sens, mais strictement limités au réseau urbain, commencent à voir le jour.

87L’archéologie médiévale, nouvelle venue, semble prendre le relais et se manifeste par quelques coups d’éclat. Une série de maisons et de hameaux de la période féodale est alors mise au jour en Bretagne. Outre les sites de Pen-er-Malo et de Lann-Gouh, la simple lecture de la revue Archéologie en Bretagne révèle des découvertes foisonnantes. Un peu partout dans l’Ouest, des nécropoles du haut Moyen Âge sont fouillées et font l’objet d’une problématique renouvelée par l’anthropologie dont le chantier de Saint-Urnel réouvert par Pierre-Roland Giot constitue le prototype. Aujourd’hui, les fouilles préventives liées aux grands travaux routiers et la pratique développée des vastes décapages multiplient les perspectives sur l’habitat haut médiéval mérovingien ou carolingien.

88Chez les historiens, l’histoire rurale reçoit un large écho. Le monde paysan, la mise en valeur, se retrouvent plus ou moins éclairés par une floraison d’études, souvent dans la tradition des thèses à cadre régional. L’Anjou bénéficie des travaux de Michel Le Mené sur les campagnes et de Jean Avril qui, dans son étude du diocèse d’Angers, aborde largement le problème de la paroisse. Le Maine, outre l’ouvrage épais mais parfois discutable d’André Bouton, voit paraître celui de Gérard Louise sur la seigneurie de Bellême et le nôtre consacré au bas-Maine. Aux limites de la province, apparaît l’importante thèse de Dominique Barthélemy dont les analyses et les conclusions profondément nouvelles peuvent s’appliquer sur bien des points à l’ensemble de l’Ouest. La Bretagne profite de l’importante synthèse consacrée à son histoire médiévale sous la direction d’André Chédeville. On y découvre un vaste renouvellement du sujet tandis que les travaux de Jean-Pierre Brunterc’h et Noël-Yves Tonnerre éclairent brillamment la Bretagne méridionale. Là encore, le développement de la toponymie, en liaison avec les études de celtique enrichit la connaissance du peuplement et surtout des paroisses anciennes avec les publications d’Erwan Vallérie. Commençent alors à entrer dans la problématique des historiens la paroisse et le village, les cellules sociales majeures, et par là même, l’originalité de certaines réalités propres à l’Ouest.

89Cette réflexion, renouvelée par les recherches menées dans les régions méditerranéennes ou le Bassin Parisien, les pratiques de l’archéologie agraire, aboutit à ouvrir des pistes nouvelles où sont mises en œuvre les approches diverses. Après avoir prospecté des terroirs de l’Anjou, Élisabeth Zadora-Rio s’est tournée vers l’analyse du peuplement en particulier par l’étude des bourgs castraux, mettant à contribution texte, cadastre et archéologie. Sa démarche aboutit au projet, actuellement en cours de réalisation, d’étude de la commune de Rigny avec fouille exhaustive de son cimetière paroissial. Partout, après des enquêtes sur les mottes et ouvrages de terre qui ne sont pas encore achevées, se sont développées des études du paysage agraire basées sur les cadastres anciens en s’inspirant fortement du travail pionnier des spécialistes de l’Antiquité et en partant, bien sûr, des acquis des géographes. L’habitat a aussi profité d’un regain d’intérêt, en liaison avec l’hypothèse de l’incastellamento, ce qui a conduit à privilégier les formes du regroupement avec en priorité les bourgs. La thèse de Joëlle Quaghebeur sur la Cornouaille et celle de Bruno Lemesle sur le haut-Maine ne font qu’effleurer notre sujet mais il y a, par contre, beaucoup à puiser dans celle soutenue récemment sur le Rennais par Michel Brand’honneur. Plus ou moins, ces travaux tendent à utiliser la diversité des sources pour tirer de leur croisement le maximum, ce qui nous vaut des enquêtes axées sur le peuplement comme celle de Jean Claude Meuret sur la marche Bretagne-Anjou.

90Tout cela forme un ensemble particulièrement foisonnant, qui couvre très inégalement les aspects de la question mais aussi les différents espaces. Beaucoup de voies ont été ouvertes, une masse de renseignements est disponible mais le village n’est que partiellement conçu comme objet d’étude et surtout, même si le fait est souvent constaté, la dispersion de l’habitat ne fait que peu souvent l’objet d’une réflexion soutenue, or là se situe une question fondamentale pour la compréhension des sociétés de l’Ouest. Par ailleurs, les hommes dans leur statut et leur vie sociale ne focalisent que secondairement les travaux, sauf en ce qui concerne la vie paroissiale et les bourgs.

* * *

91La recherche ne manque visiblement pas de possibilités. Les sources connaissent, bien entendu, leurs limites mais sans doute guère plus qu’en bien des régions et révèlent des richesses souvent sous-évaluées. Seule la Bretagne occidentale paraît assurément démunie, mais les autres contrées recèlent une masse documentaire très inégalement sollicitée. L’Ouest peut faire bonne figure face au midi méditerranéen et le constat n’a pas qu’un intérêt anecdotique. Les seules différences reposent sur la nature des sources mais surtout, et c’est tout l’intérêt de l’étude, dans la nature de l’habitat, très généralement dispersé qui pose donc d’une manière originale les questions relatives au village.

92Les méthodes de travail pratiquées dans les régions méridionales ou du Bassin Parisien, au prix d’une nécessaire mais modeste adaptation, peuvent supporter une transposition sans problème. En raison de la relative nouveauté des démarches, particulièrement pour l’histoire médiévale, un examen de ces méthodes n’a pas été inutile. Si le croisement des sources diverses apporte d’inestimables richesses, il importe de ne prendre ces sources que pour ce qu’elles sont et de ne pas les solliciter de façon intempestive. De plus, une part importante du travail ressortissant de l’archéologie agraire doit faire appel à la méthode régressive, qui a depuis longtemps fait ses preuves mais il convient d’en cerner de possibles dérives, spécialement dans le monde des campagnes que l’on a tôt fait de figer dans un immobilisme multiséculaire.

93Il apparaît aussi possible de faire fond sur un héritage historiographique multiple mais inégal. La difficulté majeure réside dans un émiettement, parfois un cloisonnement, des recherches, mais leur ensemble autorise cependant le projet qui est le nôtre : approcher le village et les villageois dans leur globalité, dans leur originalité, celle des sociétés de l’Ouest. Tout semble indiquer que ces dernières ont vécu de façon particulière les grands problèmes soulevés actuellement par les chercheurs, à commencer par la question des origines.

Notes

1 Guilaine Jean (dir.), Pour une archéologie agraire, Paris, 1991 ; Chouquer Gérard (dir.), Les formes du paysage, t.3, L’analyse des systèmes spatiaux, Paris, 1997 ; Zadora-Rio E., « Le village des historiens et le village des archéologues » dans, Mornet Elisabeth (dir.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Etudes offertes à R. Fossier, Paris, 1995, p. 145-156. Brunel Ghislain, « Des paysans introuvables  ? Traces écrites et données démographiques en France septentrionale (xie-xiiie siècle) », Enquêtes rurales, n°2, 1997, p. 7-30.

2 En raison de cela, l’étude des textes narratifs n’a pas été poussée. Ont été lus deux historiens normands Robert de Torigni et Orderic Vital, pour l’Anjou, les recueils de chroniques publiés, pour la Bretagne, la chronique de Nantes et l’œuvre de Le Baud. Afin de ne pas surcharger les notes, les références bibliographiques ne sont pas reprises ici mais nous renvoyons globalement pour toute cette étude à la bibliographie finale.

3 « […] vaccam, quam ad suae sustentamentum vitae solam possidebat, pro melle mellis vendidit venditori », Vita sancti Guilielmi Firmati, AASS, Aprilis, t.3, p. 342 B.

4 « Erant autem in confinio Cenomannicae Britanniaeque regionis vastae solitudines, quae tunc temporis quasi altera Aegyptus florebant multitudine eremitarum, […] », Vita beati Bernardi abbatis Tironensis, AASS, Aprilis, t.2, p. 227 C-D ; « Dies affuit, quo ad eremum diu concupitam, ascito sibi quodam presbytero, mundo renuntians, convolavit : divertit in silvam, hominum aspernatus collegium, factus contubernalis bestiarum […] », AASS, Februarius, t.3, p. 610 E.

5 Pour une mise au point sur la documentation bretonne : Chédeville André et Tonnerre Noël- Yves, La Bretagne féodale, xie-xiiie siècles, Rennes, 1987, p. 14-20.

6 Pour les archives des abbayes cisterciennes un inventaire complet est dressé dans : Dufief André, Les Cisterciens en Bretagne, xiie-xiiie siècles, Rennes, 1997, p. 213-223.

7 Barthélemy Dominique, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, 1993, p. 30-38.

8 Lacoste Yves, Paysages politiques, Paris, 1990, partie I.

9 Pichot D., « L’occupation du sol en pays bocager. Sources textuelles et cartographiques dans le Bas-Maine (xe-xiiie siècles) », Enquêtes rurales, n°4, 1998, p. 5-27.

10 Pour une région différente et pour une époque plus tardive : Sivéry Gérard, La description du paysage rural par les scribes et les paysans du Hainaut à la fin du Moyen Âge dans, Le paysage rural : réalités et représentations, Revue du Nord, n°264, t.62, 1980, p. 60-67.

11 Beszard Lucien, Etude sur les noms de lieux habités du Maine, Paris, 1910.

12 Souillet Guy, « Chronologie et répartition des noms de lieux en ière et en ais dans la haute-Bretagne », A.B., t.50, 1943, p. 90-98.

13 Maitre Léon, Dictionnaire topographique de la Mayenne, Paris, 1878 ; Pichot D., Le Bas-Maine du xe au xiiie siècle, étude d’une société, Laval, 1995, p. 86-91.

14 Angot Alphonse, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, t.1, p. 239.

15 Synthèse de ces débats et travaux dans Chédeville A. et Guillotel H., La Bretagne des Saints et des Rois, chap. 4, p. 89-112.

16 Le Moing Jean-Yves, Les noms de lieux bretons de Haute-Bretagne, Spezet, 1990.

17 Zadora-Rio E. « Archéologie du peuplement : la genèse d’un terroir communal », AM, t.17, 1987, p. 7-65.

18 Asnières (Sarthe, cant. Sablé), Neau (Mayenne, cant. Evron).

19 Mane Perrine, Calendriers et techniques agricoles. France-Italie : xiie-xiiie siècles, Paris, 1983 ; Comet Georges, Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, ixe-xiiie siècle), Rome- Paris, École française de Rome, 1992, Le thème du calendrier, p. 504-561.

20 Pichot D., « Le médiéviste et les images, calendrier, société, travail », Atala, n°3, L’Histoire, de la source à l’usage, p.49-70.

21 Musée de Laval.

22 Fonds du Chevalier de Freminville, arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1F, (début xixe siècle) ; Frottier de la Messeliere, arch. dép. Côtes d’Armor, 1F 60 (fin xixe siècle-début xxe).

23 Arch. dép. Sarthe, H 37 ; de très nombreux plans-terriers subsistent, seuls certains ont été étudiés.

24 Chouquer G. (dir.), op. cit., 3 vol., 1996-1997.

25 Chouquer G. et Favory François, « Apports et limites de la lecture récurrente des parcellaires », Enquêtes rurales, n°4, 1998, p.43-59. Terriers et plans-terriers, colloque de l’Association d’Histoire des Sociétés Rurales et de L’École nationale des Chartes, 23-25 septembre 1998.

26 Dufour Jeanne, Agriculture et agriculteurs dans les campagnes mancelles. Le devenir des régions agricoles, Le Mans, 1981, p. 93.

27 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 2En 178 et cadastre ancien.

28 Une grande partie de la région étudiée a été touchée par la construction très rapide des « routes stratégiques » décidée par la Monarchie de Juillet après la tentative avortée de chouannerie en 1832. Ces routes rectilignes, de clocher à clocher, ont opéré une violente intrusion dans l’organisation traditionnelle de l’espace mais ont aussi beaucoup contribué au désenclavement.

29 À titre d’exemple, Delumeau Jean (dir.), Histoire du diocèse de Rennes, Paris, 1979, p. 249-250 ; pour le département de la Mayenne, Denis Michel, Les royalistes de la Mayenne (xixe-xxe siècles), Paris, 1977, carte p. 357.

30 Mauger Michel (dir.), En passant par la Vilaine, de Redon à Rennes en 1543, Rennes, 1997.

31 Pichot D., « Images du paysage : les bords de la Vilaine au xvie siècle », MSHAB, t. 78, 2000, p. 261-283.

32 Antoine Annie, « La voie royale et le paysage », MAH, n° 17, p. 35-57. Les plans anciens de villages ne sont pas nombreux et pas toujours bien recensés, on peut citer celui de Oisseau (Mayenne) ou ceux de Sens-de-Bretagne, Le Crouais et Sixt-sur-Aff aux archives départementales d’Ille-et- Vilaine, 2Eg 131, 1Q 382, L 1 016.

33 Pour une approche de l’aspect archéologique, Chapelot J. et Fossier R., Le village et la maison, op. cit.

34 Dans les années 70, la revue Archéologie en Bretagne, rapporte de multiples travaux ayant trait à l’archéologie du milieu rural médiéval. Bibliographie dans Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., op. cit., p. 362.

35 Voir l’ouvrage collectif sous la direction de Guilaine J., op. cit.

36 Ce projet mené par Wendy Davies et George Astill a donné lieu à deux volumes, The East Brittany Survey, fieldwork and field data, Cambridge, 1994 et A Breton landscape, Cambridge, 1998.

37 Abbé Jean-Loup, « Permanences et mutations des parcellaires médiévaux », dans Chouquer G. (dir.), op. cit., t. 2, p. 223-232.

38 Visset Lucien, en collaboration avec N.-Y. Tonnerre, « Contribution à l’étude du peuplement de l’Armorique pendant le haut Moyen-Âge : l’intérêt des analyses palynologiques », Actes des vie journées de l’Association française d’Archéologie mérovingienne, 1984, p. 33-39.

39 Gautier Maurice, Naas Patrick et Leroux Gilles, « Archéologie des paysages agraires armoricains, éléments pour une nouvelle approche », dans Chouquer G., op. cit., t.2, p. 45-56.

40 Zadora-Rio E., « Le village des historicus… », p. 147.

41 Louise G., La seigneurie de Bellême, xe-xiie siècle, Flers, 1993, chap. 2, p. 41-96.

42 Cart. La Roë, n°49, « Hugo dominus Credonensium…rogavit domnum Albinum abbatem quod haïam inter terram suam et terram Peltronie faceret […] », c’est un cas rare de date précise pour la construction d’un talus, le texte mentionnant de plus la fonction qui lui était dévolue, Meuret J.-C., op. cit., p.455.

43 Lambert Claude et Rioufreyt Jean, « L’habitat rural antique dans le Maine et la photographie aérienne », MAH, n°3, 1981, p. 68-69 ; Louise G. et Lavigne Eric, « Dernières fondations de villages à la frontière de la Normandie et du Maine à l’initiative des Plantagenêts et des Capétiens (fin xiie début xiiie s.) » dans, Laurent C., Merdrignac B., Pichot D., Mondes de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, 1998, p. 457-469.

44 Chédeville A., « Un défrichement en Bretagne à la fin du xie siècle : histoire économique et géographie féodale » dans, Duvosquel Jean-Marie et Thoen Erik (dir.), Peasants and townsmen in medieval Europe : studies in honorem Adriaan Verhulst, Gent, 1995, p. 429-444.

45 Brand’honneur Michel, « L’habitat chevaleresque du xie au xiiie siècle. L’exemple du site de Dézerseul dans le comté de Rennes », MSHAB, 1992, t.69, p.77-94 ; Meuret J. C., op. cit., p. 374-383.

46 Zadora-Rio E., Rigny-Ussé, l’état des lieux d’après les sources écrites, 5e supplt à la RACF, 1992.

47 Dépt. Maine-et-Loire. Zadora-Rio E., « Archéologie du peuplement… », op. cit.

48 Idem, «Morphogenèse des villages et des petites agglomérations en Anjou-Touraine : la part des fondations des xie-xiie siècles, dans Fabre G., Bourin M., Caille J., Debord A. (dir.), Morphogenèse du village médiéval, ixe-xiiie siècles», Actes de la table ronde de Montpellier, 22-23 février 1993, 1996, p.69-80. Dans cette dernière publication, le cas du village de Bourg-l’Evêque (Maineet- Loire) est exemplaire : le parcellaire révélé par le cadastre montre l’imbrication d’un parcellaire nouveau surimposé à un ancien, le nouveau étant en rapport avec la fondation d’une paroisse par l’évêque d’Angers, Ulger, chartes n°130, 191, 194, 223, 227 du Cart. noir de la cathédrale d’Angers.

49 Meuret J.-C., op. cit. ; Laurens Elisabeth, Le Lochois du haut Moyen-Age au xiiie s. : territoire, habitat et paysages, Tours, 1996.

50 Dépt. Ille-et-Vilaine, cant. Châteaubourg. Pichot D., « La grange du Fayel et la mise en valeur du pays de Vitré au xiie siècle », BMSAIV, t.79, 1976, p. 21-30.

51 Zadora-Rio E., Morphogenèse…, op. cit., p. 70.

52 Pichot D., Le Bas-Maine,op. cit., p. 232-234.

53 Derruau Max, Précis de géographie humaine, Paris, rééd. 1966, p. 322-324. Pour une critique de l’utilisation des indices de dispersion dans le bocage : Renard Jean, Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise, 1975, p. 8 : « Toutes les tentatives pour calculer le degré réel de dispersion ont achoppé en ne donnant qu’une vue partielle des choses, dans la mesure où elles sont effectuées dans le cadre administratif de la commune. »

54 Charré Jacques Gilbert, L’espace dans le territoire français, morcellement et vacuité, Paris, 1973.

55 Barthélemy D., La société…, op. cit., p. 142.

56 Célier Léonce, Catalogue des actes des évêques du Mans jusqu’à la fin du xiiie siècle, Paris, 1910, n° 37 et 507 ; Pichot D., « Défrichement et mise en valeur dans la forêt de Mayenne, xe-xiiie siècle », MAH, 1981, n° 3, p. 255-269. Courcelles et Ligron (Sarthe, cant. Malicorne), Montenay et Vautorte (Mayenne, cant. Ernée).

57 Meynier André, Les paysages agraires, Paris, 1958, p. 26.

58 Renard J., op. cit., p. 8.

59 Louise G., op. cit., t. 2, p. 81.

60 Dubled Henri, « Quelques observations sur le sens du mot villa », MA, 1953, t.59, p.1- 9 ; sur l’approche fiscaliste : Durliat Jean, « Le manse dans le polyptyque d’Irminon », dans Atsma Henri (dir.), La Neustrie, les pays au nord de la Loire de 650 à 850, 1989, p. 465-504 ; Magnou-Nortier Elisabeth (dir.), Aux sources de la gestion publique, t.1, Enquête lexicographique sur fundus, villa, domus, mansus, Lille, 1993.

61 Cf. les Gesta Aldrici qui multiplient les diplômes donnant des listes de villae restituées au patrimoine épiscopal. Des actes du même genre abondent dans les Actus du Mans. N.-Y. Tonnerre a pu procéder à une étude de villae du Nantais grâce à des recoupements avec des textes postérieurs, « Les biens des évêques mérovingiens en Armorique » dans, Magnou-Nortier E. (dir), op. cit., t. 2, L’invasio des villae ou la villa comme enjeu de pouvoir, Lille, 1995, p. 195-206.

62 « [...] villam Martiniacum juxta Ligerim sitam cum decem mansuris ».

63 Cart. Saint-Serge, I.18-28-126b-213.

64 Barthélemy D., La société…, op. cit., p. 182 ; Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., op. cit., p. 306-310.

65 Miyamatsu Hironori, Bourgs et bourgeois dans l’Ouest de la France (xie-xiiie siècles), Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Rennes 2, 1986, p. 80-84, dactylographié.

66 Les cadastres anciens fournissent des exemples de lotissements alignés de part et d’autre d’un chemin central. (voir Fig. 25-26).

67 C’est la définition classique proposée par tous les auteurs, en particulier A. Chedeville dans L’Histoire de la France urbaine, t.2, La ville médiévale, 1980, p. 64. 1087 – Cart. Saint-Aubin, 899; Angot A., Dictionnaire…, art. Quelaines ; Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 241.

68 Miyamatsu H. croit discerner dès la fin du xiie siècle une évolution vers le sens moderne de bourg, ce qui peut être discuté.

69 Martin-Dumezil Jean, « “Haie” dans la terminologie forestière de la Loire moyenne », BPH, 1968, Paris, 1971, vol 2, p. 455-463 ; Bonnaud Pierre, « La haie et le hameau, les mots et les choses », Revue d’Auvergne, t.84, 1970, p. 1-28 ; Zadora-Rio E., « De la haie au bocage : quelques remarques sur l’Anjou » dans Le village médiéval et son environnement, Etudes offertes à Jean Marie Pesez, Paris, 1998, p. 671-682. Meuret J.-C., op. cit., ch. XVI, p. 443-460.

70 Ibidem, p. 450.

71 Le Mené Michel, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge, Nantes, 1982, p.117.

72 Rares sont les textes comme cette pièce angevine de 1234 décrivant le village de Juvigné-en- Montanadais (auj. des Landes, Mayenne, cant. de Chailland), qui cite « haya et plessa inter ortos », arch. dép. Maine-et-Loire, H 1816.

73 Cf. les index de Pichot D., Le Bas-Maine, op. cit., p. 113-114 ; Chauvin Yves, Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers, Angers, 1997 ; Chédeville A., Liber controversiarum sancti Vincentii cenomannensis, Paris, 1968.

74 Il lui arrive dans le Maine de prendre le même sens que haïa, ibidem, p.52. Un acte de La Roë précise cependant clairement : « Totas sepes et boscum qui super creverat in terra nostra […] », Cart. La Roë, 200, (xiie siècle).

75 Tous les auteurs ayant travaillé sur l’Ouest s’accordent et Niermeyer J.-F. dans son dictionnaire indique bien comme deuxième sens : Levée de terre, rempart, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden, 1976.

76 Gaffiot Felix, Dictionnaire illustré, latin, français, Niermeyer J.-F., op. cit.

77 « Quod dederunt Pascic et Rinnan et Jarnuuoret et Catic et Tanethic illum campum qui est situs juxta Scriou […] », ch. 80, « [...] quod dederunt supra scripti viri totam portionem suam in illo campo nuncupante Brontro […] », ch. 82, Duval Jean-François, Occupation et mise en valeur du sol dans la région de Plélan-Le-Grand au Moyen Âge, Mémoire de Maîtrise, Rennes 2, 1998, ms., p. 70, 76- 77.

78 La Borderie A. (de), Histoire de la Bretagne, t.2, p. 233.

79 Follain Antoine, « Les communautés rurales en France, définitions et problèmes (xve-xixe siècle) », Histoire et Sociétés Rurales, n°12, 1999, p. 11-62.

80 Tonnerre N.-Y., Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du viiie s. à la fin du xiie s., Angers, 1994, p. 125, note 5.

81 Meynier A., op. cit., p. 8.

82 Chouquer G., « Chronique. Parcellaires, cadastres et paysages », RACF, t.32, 1993, p. 205-207.

83 Fondation, cart. La Roë, 2, « fondation de bourgs, dom Morice », Preuves…, t.1 col.103, la guerre qui provoque l’exode des reliques et sans doute des habitants, « Hamelinus Altanosiacensis reportavit ad Altanosiam (la Chapelle-Anthenaise, Mayenne, cant. d’Argentré) quasdam reliquias, in honore quarum pater suus sibi unam ecclesiam inibi edificaverat, iste autem easdem ad Bazogers (cant. de Meslay) exinde jam antea portaverat ; timens si forte eas raperent Bigoti, qui in partes nostras tunc temporis hostiliter festinaverunt, […] », Cart. Saint-Vincent, 465 (fin xie siècle).

84 Astill G. et Davies W., « Prospections archéologiques dans l’est de la Bretagne : le bassin de l’Oust et de la Vilaine », Cahiers du CeRAA, G, 1984, p. 251-260 ; idem, A Breton landscape, op. cit., chap.9.

85 Meuret J.-C., op. cit., p. 527.

86 Argentré (Mayenne, cant. de), Antoine Annie, Fiefs et villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Mayenne, 1994, p. 164-165.

87 Les tournes étaient assez fréquentes dans le Maine. Elles ne sont connues qu’à l’Epoque Moderne mais leur existence était évidemment bien antérieure, Bouton André, Le Maine, histoire économique et sociale, t.2, le Moyen Âge, Le Mans, 1976, 2e ed., p. 239-240 ; Quintenic, Maroué, Trégomar, (Côtes d’Armor, arr. Dinan), Hervé François, La forêt de la Hunaudaye et ses abords, esquisse de l’évolution des paysages, Mémoire de Maîtrise, Université de Rennes 2, 1991, p. 164-165.

88 Meuret J.-C., op. cit., p. 289-290.

89 Il faut faire un sort particulier à l’article fondamental qui propose un modèle d’élaboration du bocage breton : Meynier A., « La genèse du parcellaire breton », Norois, 13, 1966, p. 595-610.

90 Dufour J., op. cit., p. 100.

Table des illustrations

Titre Figure 3 - Les principaux sites archéologiques concernant le monde des campagnesCette carte a pour but de localiser les sites les plus intéressants. On ne doit pas y voir un inventaire complet des recherches archéologiques et encore moins tenter d’établir un raisonnement historique à partir d’un document qui ne traduit que l’activité archéologique contemporaine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11245/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540