Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Troisième partie. La fabrique des mémoires : les ambiguïtés de la fête dès 1958-1960

Fêter la nation, la mettre en débat. Cinquante années d’indépendance et de construction nationale en Afrique

Carola Lentz
Traduction de Fadhila et Pierre-Yves Le Meur

Texte intégral

  • 1 La traduction française a été réalisée par Fadhila et Pierre-Yves Le Meur.
  • 2 Voir aussi sur ce thème Calhoun, 2007 : 11-26, 147-67.

1En1 décembre 2010, les fastes des cérémonies de commémoration de l’indépendance au Burkina Faso ont marqué la fin de « l’année de l’Afrique » qui a vu dix-sept pays africains fêter le cinquantième anniversaire de leur accession à l’indépendance. D’autres événements politiques ont rapidement repris le devant de la scène médiatique : la crise en Côte d’Ivoire et la partition de fait du pays dont l’ancien président refuse catégoriquement de reconnaître sa défaite électorale ; la « naissance » d’un nouvel État-national au Sud-Soudan après la victoire du « oui » lors du référendum sur l’indépendance ; les mouvements de protestation en Afrique du Nord qui chassent la vieille classe politique et exigent la démocratie. Pourtant, au Soudan, en Côte d’Ivoire et en Afrique du Nord, tout comme dans le cas des fêtes de l’indépendance, ce qui est en jeu, ce n’est pas le seul pouvoir politique, mais aussi la nation. La « nation » reste une « communauté imaginée » (Anderson 1983), vis-à-vis de laquelle les gouvernements africains se voient demander des comptes (ou devraient se voir demander des comptes, comme le réclament les médias critiques et les mouvements de protestation). Elle constitue encore le cadre dominant au sein duquel passé, présent et futur ont été, et continuent, d’être débattus2.

  • 3 L’hypothèse selon laquelle les commémorations de l’indépendance sont avant tout des « fêtes d’État (...)
  • 4 Sur la dualité des fêtes publiques comme recommitment holidays, qui rappellent des valeurs partagé (...)

2Pourtant, le marathon des festivités de 2010 a tout d’abord servi de scène pour une mise en spectacle des gouvernements au pouvoir et, dans certains cas, les cérémonies ont plus ou moins ouvertement endossé un rôle électoral3. En même temps, elles ménageaient un espace pour des prises de position critiques dépassant les clivages partisans. À l’occasion de conférences et d’expositions, dans les médias tout comme dans les conversations entre voisins, au café ou dans les lieux associatifs, on a débattu de l’histoire d’États-nations africains encore jeunes de leur demi-siècle, des enjeux contemporains et aussi de leurs perspectives d’avenir. Enfin, les programmes des festivités affichaient presque partout des concerts donnés par des musiciens en vogue, d’immenses feux d’artifice, des kermesses et des fêtes populaires de quartier, offrant ainsi des réjouissances collectives et un moment de temps libre très apprécié4. Dans tous les cas, les cérémonies ont constitué un moment très dense d’auto-affirmation nationale – si ce n’est dans la fierté partagée des réalisations, du moins dans le souvenir de souffrances communes, et sur la base d’une autocritique souvent vive des négligences et des insuffisances frustrantes vécues au quotidien. Un regard comparatif porté sur ces festivités peut nous donner un point de vue intéressant sur les différentes voies empruntées par la construction nationale et les enjeux de l’État-nation dans l’Afrique postcoloniale. On en apprendra ainsi beaucoup sur la manière dont les gouvernements africains et les élites intellectuelles, mais aussi plus généralement les populations, voient, et veulent que soient vus, leur pays et leur nation.

  • 5 Sur le concept de « travelling models », voir Reyna (2007) et Behrends (2008).
  • 6 Les recherches ont été menées au Cameroun (20-5), à Madagascar (26-6), en République démocratique (...)

3La première section de cet article offre un aperçu du marathon commémoratif de 2010, afin de montrer à quel point les anniversaires des indépendances ont été fêtés sur des modes différents. Le répertoire des rituels, symboles et modes cérémoniels nationalistes était certes globalement partagé. On peut à cet égard parler de travelling models5 mobilisés dans pratiquement toutes les commémorations, qui alliaient des formes éprouvées de célébration nationaliste – discours à la nation, défilés, dépôts de gerbe, lever du drapeau et retraites au flambeau – à des modalités nouvelles – expositions, tournois de football, élection de miss, « caravanes du jubilé » parcourant le pays, montgolfières arborant les portraits des présidents et gâteaux anniversaires recouverts d’un glaçage orné des couleurs nationales et des contours du pays. Chaque pays s’est toutefois approprié différemment la forme commémorative et les emblèmes nationalistes, mettant l’accent sur des thèmes différents, qui reflétaient leurs histoires politiques respectives et des enjeux et clivages actuels spécifiques. Cela est aussi clairement apparu dans la manière dont les célébrations se sont emparées de l’histoire nationale et ont mis en débat la situation issue de l’indépendance – questions sur lesquelles revient la seconde section du texte. Le matériel qui alimente la comparaison est pour partie issu de mes propres observations à l’occasion des « noces d’or » de l’indépendance du Ghana, du Nigeria et du Burkina Faso. Mais je m’appuie surtout sur les résultats de recherche d’étudiant(e)s en master et en thèse de Mayence qui ont mené ensemble une enquête de terrain de plusieurs mois dans neuf pays africains à l’occasion des anniversaires des indépendances6.

Cinquante année d’indépendance – un marathon commémoratif

  • 7 Sur les festivités au Ghana, voir Lentz et Budniok 2007, Anyidoho et Asante 2008 ainsi que Lentz 2 (...)

4En mars 2007, le Ghana a célébré avec éclat le coup d’envoi des commémorations nationales, se présentant avec fierté sous le slogan Championing African excellence comme le pionnier historique des indépendances en Afrique sub-saharienne et un modèle de démocratisation depuis 19907. L’anniversaire de l’indépendance guinéenne a suivi en 2008 celui du Ghana, mais il est resté dans l’ombre d’une crise politique persistante, au point qu’hormis l’inévitable défilé militaire et civil, il ne s’est quasiment rien passé, et que les médias, pour autant qu’ils fussent tolérés, en ont tiré un bilan très critique (McGovern, 2010).

  • 8 Le groupe de jeunes chercheurs de Mayence a proposé un rapport de ses expériences, observations et (...)
  • 9 Médiathèque de la ZDF, Le prix de la liberté, documentaire sur le Cameroun, le Nigeria et la Répub (...)

5Même dans le cas des cérémonies de 2010, il est peu de pays où le patriotisme a transgressé à ce point les clivages partisans et où les festivités ont été aussi populaires qu’au Ghana8. Au Gabon par exemple, des représentations culturelles, des grands concerts de rock et des cocktails gratuits dans tous les quartiers de la capitale devaient faire des cérémonies de l’indépendance une fête populaire tout en « intronisant » comme nouveau chef de l’État, Ali Ben Bongo, fils du président Omar Bongo Ondimba, mort en 2009 après des décennies de règne. Pourtant, l’ambiance de fête nationale n’était pas au rendez-vous, et surtout des critiques massives s’élevèrent contre les coûts pharaoniques des cérémonies, environ 48 millions d’euros – critiques prévisibles si l’on songe à l’ampleur de la pauvreté dans un pays pourtant riche de son pétrole (Fricke, 2010). Au Cameroun au contraire, les festivités ont semblé d’emblée être confisquées par les membres et les clients du gouvernement. La population y est manifestement habituée – appliquant la devise : « laissons le président en paix tant qu’il nous laisse en paix9 » – et sur les pelouses des réceptions, on retrouvait essentiellement les membres et sympathisants du parti au pouvoir, pour lesquels le cinquantenaire marquait le lancement de la campagne électorale (Tiewa, 2010).

6Au Nigeria aussi, les fêtes de l’indépendance, qui avaient pour slogan « Celebrating greatness », se sont déroulées sous le signe de la lutte électorale. Le président Umaru Yar’Adua est décédé en mai 2010 et l’intérim présidentiel assuré par Goodluck Jonathan a coïncidé avec le démarrage d’une campagne pour la succession caractérisée par son âpreté. Les défilés, dîners de gala et remises de décorations dans toutes les capitales des États de la fédération et dans la capitale fédérale Abuja ont essentiellement servi de plateforme au gouvernement en place et au président intérimaire pour présenter leur bilan et appeler plus ou moins explicitement au vote en leur faveur. Le cinquantenaire n’était quasiment pas visible en dehors des festivités officielles et la plupart des manifestations, jusqu’aux quelques conférences et expositions organisées, sont restées très fermées. À Abuja, l’épouse du président s’est efforcée de se rapprocher du peuple et elle a distribué gratuitement des sacs de riz lors d’une manifestation de bienfaisance qui a tourné au chaos et fait de nombreux blessés.

7De manière générale, les festivités ont été des fêtes « d’en haut » et non « d’en bas » et cette tendance a été vertement critiquée par de nombreux commentateurs dans la presse. En particulier, l’énormité des dépenses occasionnées par les cérémonies – plus de 32 millions d’euros – a été dénoncée, argent qui, selon la presse d’opposition, aurait été mieux employé pour remédier à la faiblesse des infrastructures ou lutter contre la pauvreté. D’autres voix se sont toutefois élevées pour dire que l’on pouvait être fier, et que l’on devait absolument fêter le fait que le Nigeria, en dépit d’une guerre civile et de grandes différences régionales, continue d’exister comme État-nation, ajoutant qu’il faudrait utiliser cette commémoration pour changer de cap dans les cinquante années à venir. Le point culminant des festivités a cependant été terni par un attentat à la bombe à Abuja par lequel un groupe rebelle du delta du Niger, qui entendait protester contre les dégâts environnementaux et la marginalisation vécus dans les zones pétrolières de la région côtière, a voulu exprimer haut et fort ses revendications. Cet attentat a jeté une lumière crue sur la difficulté de parvenir à faire tenir dans un cadre national un pays hétérogène au plan régional, ethnique et religieux, malgré toutes les prières officielles en faveur d’une « unity in diversity ».

8En République démocratique du Congo, le grand défilé civil et militaire de l’anniversaire de l’indépendance à Kinshasa ne s’est pas non plus déroulé comme prévu. Pour des raisons d’horaires, le défilé a soudainement été interrompu et la ruée incontrôlable de la foule des spectateurs sur les espaces auparavant interdits pour glaner chaises de plastique, bouteilles d’eau et panneaux de tissu a montré à quel point le pays était rongé par la pauvreté et la lutte pour l’accès aux ressources. Au Congo, les célébrations officielles se sont plus attachées au futur qu’au passé. « La RDC résolument tournée vers l’avenir » : tel était le slogan des cérémonies, et sur de nombreux panneaux publicitaires, on voyait un léopard, l’emblème national du Congo, vanter « l’assurance d’un avenir radieux » (Petzold, 2011).

9En Côte d’Ivoire – pays toujours déchiré après la guerre civile et dont les élections de novembre 2010 ont encore approfondi la partition de fait –, le président Laurent Gbagbo voulait surtout mettre en lumière les succès de ses dix années au pouvoir et se rallier le peuple, en particulier dans sa dénonciation bruyante de l’ancienne puissance coloniale, la France. À la place du traditionnel défilé militaire, Gbagbo a convié une conférence internationale à réfléchir sur la nécessaire « renaissance » africaine, au-delà du néocolonialisme européen, et sur la « refondation » de la Côte d’Ivoire – naturellement sous sa houlette (N’Guessan, 2010, 2011).

10En revanche, des pays comme le Bénin et le Mali, dont on vantait depuis quelques années la stabilisation relative de la démocratie, ont su poser un regard assuré sur leur passé, incluant les gouvernements précédents, et ils pouvaient s’appuyer sur un large consensus populaire en faveur de ces commémorations. Le gouvernement du Bénin voulait, à travers des manifestations à l’organisation bureaucratique rigoureuse, s’en tenir à une « célébration modeste », loin des mises en scène opulentes et dispendieuses des pays voisins. Toutefois, pour le grand concert qui s’est tenu la veille de l’anniversaire de l’indépendance à Porto-Novo, ni les efforts, ni l’argent n’ont été épargnés pour enthousiasmer les jeunes avec des stars musicales nationales et internationales et un groupe d’artistes chinois qui avait spécialement fait le déplacement pour l’occasion (Gabriel, Mauer et Liebisch, 2011). La mise au point des célébrations au Bénin a toutefois été accompagnée de tensions entre le comité central d’organisation installé au siège du gouvernement à Cotonou et la commission locale de préparation implantée dans la capitale officielle, Porto-Novo, qui est dirigée par un maire d’opposition – tensions qui ont non seulement reflété la concurrence entre partis à l’approche des élections présidentielles mais aussi des conflits structurels liés à la décentralisation. Le centre politique s’était réservé le contrôle ultime sur le protocole, malgré la rotation « décentralisée » de la fête nationale, et l’on a vu les défilés civils qui avaient démarré en retard être brutalement interrompus sur décision présidentielle. Pourtant, le gros de la population qui n’avait pu regarder le spectacle des défilés qu’à la télévision ou depuis des rues adjacentes hermétiquement bouclées, n’en a pris connaissance que le jour suivant, via des commentaires de presse critiques.

11Au Mali, le regard ne s’est pas uniquement porté comme au Bénin sur le passé récent. Le président, Amadou Toumani Touré voulait utiliser cet anniversaire pour tendre la main aux anciens dirigeants et chefs militaires dans un geste de réconciliation symbolique. Toutefois, les moments clefs des cérémonies, suivies avec excitation par un public nombreux, ont plutôt célébré l’histoire précoloniale et les « précurseurs » médiévaux du Mali contemporain, ainsi que les premiers mouvements de résistance à la colonisation française. Le mois des festivités a commencé avec la reconstitution d’une bataille contre les Français et, le lendemain, le défilé du 22 septembre, dans le plus grand stade de Bamako. Un ensemble de danseurs, composé de plus de 2 300 membres du conservatoire de Bamako, du Ballet national et de l’École nationale supérieure des Beaux-arts, a fait parcourir à une foule de spectateurs enthousiastes l’histoire du Mali, des empires médiévaux à la déclaration de l’indépendance et à la récente démocratisation. De plus, des archives sonores et visuelles ont été exhumées, incluant le discours historique de Modibo Keita sur l’indépendance et, en fin de soirée, le président Touré a proclamé l’ancien serment de Modibo Keita s’engageant à servir pour le bien de la nation malienne. La représentation s’est achevée par un feu d’artifice tiré au-dessus du siège du gouvernement (Leyh et Müller, 2011).

12Les festivités furent également bien organisées au Burkina Faso, pays qui ne peut se targuer d’être un modèle de démocratie, mais dont le président Compaoré venait d’être réélu juste avant les célébrations. Il pouvait donc en toute quiétude organiser la cérémonie sous le mot d’ordre d’un « Burkina émergent ». Ici, la mobilisation d’une multitude d’associations et organisations de base pour l’accueil des invités et le défilé civil, ainsi que la mise en scène haute en couleur du pays comme nation multiculturelle, furent impressionnantes (Haberecht et Lentz, 2011). Contrairement au Mali, ce n’est pas tant la grandeur « nationale » précoloniale que la pluralité régionale et ethnique contemporaine qui fut mise à l’honneur. Le principe de rotation, qui veut, comme au Bénin (et au Gabon), que chaque année, ce soit une autre province qui commémore l’indépendance, a particulièrement favorisé la mise en scène de cette diversité. Le cinquantenaire ne fut pas centré sur la capitale Ouagadougou mais transféré vers la « capitale de la culture » Bobo-Dioulasso, qui se sent souvent marginalisée dans la lutte pour la répartition des ressources de l’État. Les mesures en matière d’infrastructures prises dans le cadre des célébrations de l’indépendance étaient effectivement supposées l’intégrer plus solidement à l’État-national, également au plan politique.

13À Madagascar, le jour de l’indépendance est célébré, depuis des années et de manière tellement habituelle, comme une fête populaire et familiale et non essentiellement officielle. Même la longue crise gouvernementale – l’ancien maire de la capitale, Andry Rajoelina, arrivé au pouvoir à la faveur d’un coup d’État militaire n’est alors toujours pas reconnu par la communauté internationale – n’a guère perturbé cet aspect (Späth, 2010a, 2010b ; Molter et Späth, 2011). Il est vrai que beaucoup de Malgaches se demandaient comment un État sans chef légitime pourrait célébrer l’indépendance. Mais même l’opposition et les médias critiques appelèrent à fêter le cinquantenaire avec éclat, non pas au nom du gouvernement mais par « patriotisme et fierté nationale ». Le président Rajoelina eut lui-même l’intelligence de ne pas s’exprimer sur le plan politique pendant les festivités et d’endosser le rôle que les Malgaches attendent du chef de l’État pour l’anniversaire de l’indépendance, à savoir leur offrir une belle fête. Il fit organiser un concert gigantesque avec les musiciens préférés de la Grande île et des stars internationales, prépara un grand feu d’artifice, et renonça au discours à la nation que le président tient habituellement le soir précédant l’anniversaire, au profit d’une courte allocution qui fut diffusée par les médias locaux à une heure matinale. Et il resta très en retrait durant l’incontournable défilé militaire, à la satisfaction générale. Rétrospectivement, les Malgaches affirmèrent que cette fête avait été la plus réussie qu’avait jamais connue le pays. Cela ne signifiait pas pour autant que Rajoelina avait gagné leur soutien politique. Peu de temps après les festivités, une polémique éclata au sujet d’un projet de constitution qui visait de fait à consolider la position de Rajoelina. Les patriotes qui avaient fêté le cinquantenaire avec enthousiasme furent nombreux à voter contre le projet, voire à boycotter le vote. Pourtant, malgré – ou peut-être même à cause de – la polarisation politique, les fêtes de l’indépendance constituèrent un moment de communion, une fête pour le peuple, pour la nation, non pour le parti au pouvoir.

Construction de la nation et anniversaires

14Les festivités prirent donc des tournures biens différentes dans les divers pays : plus ou moins éclatantes, soumises aux polarisations partisanes ou portées par un patriotisme transcendant les clivages, élitistes ou populaires, ancrées dans l’histoire ou tournées vers l’avenir. Et même dans des démocraties bien établies, il y eut des débats critiques pour savoir s’il y avait une quelconque raison de fêter quelque chose, et se demandant si l’argent ne serait pas mieux employé à construire des écoles, des hôpitaux ou des routes. Les controverses portaient sur les festivités en tant que telles ou avaient trait leur organisation, au financement, au programme et au protocole, aux discours, images et représentations. Elles reflétaient en miroir les lignes de fractures sociales et politiques. Étaient ainsi rendus visibles des projets politiques concurrents, des différences sociales entre générations, classes et genres, tout comme la diversité régionale, ethnique et religieuse.

  • 10 Voir à ce sujet et sur ce qui suit Bierschenk, 2003 ; pour une présentation concise de l’histoire (...)

15Dans tous les cas, la journée commémorative était, et reste pour tous, une date symboliquement importante, indépendamment du fait qu’elle ait effectivement œuvré à l’unité nationale ou, au contraire, approfondi des controverses et des lignes de clivage. Le marathon festif et commémoratif, tout comme les questions critiques autour du fait de savoir s’il y avait vraiment quelque chose à fêter, montrent aussi que les pays africains sont devenus des nations « normales », comme les autres, qui connaissent, à l’instar des pays européens, patriotisme et engagement tout autant que lassitude, critique et doute politiques quant à l’unité de la nation. En Afrique comme en Europe, les nations ne préexistaient pas à l’État-nation. Elles sont bien plus le produit des nouveaux États qui ont souvent été conquis par des mouvements nationalistes, initialement minoritaires10.

16La construction nationale ne s’est pas faite au même rythme partout en Afrique, mais on peut tout de même identifier des modèles de base. Dans plusieurs pays comme Madagascar, les nouveaux États-nations ont pu s’arrimer à des États précoloniaux et à un sentiment d’appartenance profondément enraciné. Dans d’autres cas, au Nigeria par exemple, la situation linguiste, culturelle et politique initiale était bien plus hétérogène. Mais partout, la construction nationale a, au plus tard, commencé à l’époque coloniale. L’administration commune, l’homogénéisation politique du pays, l’émergence d’un nouvel espace économique (incluant les migrations internes), tout comme l’introduction d’écoles qui ont formé des fonctionnaires en poste dans tout le pays, tels furent les fondements matériels du nouveau sentiment d’appartenance, à savoir la conscience nationale. Dans plusieurs endroits, les élites intellectuelles locales avaient, dès la fin du XIXe siècle, formulé des idéologies nationalistes aux accents critiques à l’endroit de la colonisation, qui avaient été relayées par une presse émergente. Après la seconde guerre mondiale, le combat commun contre la puissance coloniale unifia donc une nation en devenir dans plusieurs pays africains tout en offrant un horizon idéologique commun, et ce même si la voie politique vers l’indépendance restait très controversée.

  • 11 À propos du développement des modes de consommation « nationale », voir aussi Nugent, 2011.

17Les États indépendants africanisèrent leurs appareils administratifs et s’efforcèrent de construire l’infrastructure de la nation. Ils améliorèrent le réseau de transport et les moyens de communication – presse, radio et plus tard télévision – à l’échelle du pays ; ils élargirent le système scolaire, construisant ainsi un espace d’expérience commune ; ils mirent en contact dans les armées nationales ou dans les programmes de services sociaux des jeunes hommes (et femmes) originaires de tous les coins du pays ; ils promurent le sport national et plus encore. C’est ainsi qu’émergèrent des modes de vie nationaux culturellement distincts au quotidien et qui nourrissaient un sentiment national11.

  • 12 Sur la signification du calendrier des jours fériés et l’appropriation différentielle des événemen (...)

18Les symboles nationaux apportèrent une contribution essentielle à cet égard, à commencer par la monnaie et les timbres, jusqu’au nouveau nom du pays, de ses rues et de ses places, en passant par l’hymne national et les armoiries de l’État. Les institutions culturelles nationales, théâtres et orchestres, musées et mémoriaux écrivent l’histoire du pays, fêtent les héros de la nation et mettent en scène les mythes fondateurs. Les jours anniversaires contribuent bien sûr aussi à la production symbolique de la nation, en tant qu’événements structurant la mémoire de l’histoire nationale. Le plus important est « l’anniversaire » de l’État-national, en général le jour de l’indépendance12. Les quelques exemples de la section à venir traiteront de la manière dont l’histoire nationale est ainsi construite et discutée via le thème de l’indépendance, et de la façon dont les « héros » du pays sont définis.

Débats autour de l’indépendance, le souvenir des héros et la construction des histoires nationales

19Le cinquantenaire constitue un moment de souvenir politique particulièrement significatif, dans la mesure où il se situe à la charnière entre mémoire « communicationnelle » et « culturelle » (Assmann, 1992 : 56 ; Assmann, 2002 : 183-90). La « mémoire communicationnelle » renvoie à la période qui suit des événements remémorés, dont des témoins sont encore en vie et dont des souvenirs et des récits circulent, polyphoniques, complémentaires, contradictoires ou concurrents. Ce fut encore le cas lors du « jubilé d’or » : l’on vit souvent s’exprimer dans les médias des acteurs qui avaient eux-mêmes vécu l’époque de la décolonisation, pour venir contredire la version officielle et unifomisée de l’histoire nationale. Lorsqu’une société ne peut plus recourir qu’à des récits transmis ou à des documents pour se souvenir d’événements historiques, on passe alors de la « mémoire communicationnelle » à la « mémoire culturelle » – mutation qui apparaît au plus tard deux générations après les événements « originaux ». Et de fait, pour la plupart des jeunes Africains, l’ère des indépendances représente déjà une époque éloignée, qui se réduit à des clichés en noir et blanc, et qu’ils ne connaissent qu’à travers le prisme des livres d’école et de récits épars au sein du cercle familial.

  • 13 Cette thématique est abordée de manière approfondie dans Jean-Pierre Chrétien et Jean-Louis Triaud(...)

20Le souvenir est toujours médiatisé et traversé d’images et de récits collectifs (Rigney, 2005), mais les tendances à la sélectivité et au remodelage par des modèles culturels spécifiques augmentent avec le temps. La mémoire culturelle constitue « un souvenir représenté, ancré dans des formes précises d’objectivation, extrêmement construit et ritualisé, en particulier dans le temps culturel de la fête » (Erll, 2005 : 28). Les « lieux de mémoire » (Nora, 1984-1992) sont d’autant plus importants, en tant que points de cristallisation spatiale – scènes historiques, monuments commémoratifs ou autres –, mais aussi sous la forme de nœuds temporels, les journées anniversaires par exemple. L’« instant de la naissance » de la nation, symbolisé par la déclaration d’indépendance, est par excellence l’un de ces « lieux de mémoire13 ». Dans beaucoup de fêtes d’indépendance, on ne s’est pas seulement souvenu de la phase de la décolonisation mais aussi des périodes antérieures ou ultérieures de l’histoire « nationale » – procédures de condensation et de convergence dans un symbole unique de mémoires plurielles et divergentes au plan temporel, qui sont typiques des « lieux de mémoire » (Rigney, 2005 : 12). On l’a déjà vu dans l’aperçu des cérémonies, les différents pays ont mis l’accent sur des phases différentes de leur histoire. Au Mali, la référence à l’histoire des empires médiévaux de la boucle du Niger a favorisé la prise de conscience de la profondeur des racines historiques de la nation contemporaine. À Madagascar aussi, on a mis en exergue le fait qu’avec la puissante expansion du royaume merina au XIXe siècle, bien avant la colonisation française, il existait déjà un État autonome voire une nation malgache, ce qui explique que l’année 1960 ait été fêtée comme celle de « l’indépendance retrouvée ». En Côte d’Ivoire au contraire, le président Laurent Gbagbo a cantonné les commémorations officielles à la décennie écoulée, celle de son règne. Les cérémonies en République démocratique du Congo ont placé l’avenir plutôt que le passé au centre des festivités.

21Certes, lorsque l’on se livre à ces comparaisons, on ne doit pas perdre de vue le fait que coexistent dans chacun des pays des « communautés mémorielles » (Zerubavel, 2003 : 330) qui ont toutes un point d’ancrage différent. En outre, les mémoires sont transmises par différents médias qui eux-mêmes ajoutent leurs propres répertoires de signification. L’histoire nationale a ainsi été thématisée dans le cadre d’exposés ou de conférences émanant du gouvernement, d’universités, d’associations ou d’initiatives individuelles, tandis que des expositions ou des journaux montraient des photographies historiques déployant leur propre tissu de signification. En maints endroits, on procéda à de nouvelles mises en scène théâtrales d’événements historiques incarnés par des acteurs où – par exemple au Ghana – le parlement organisa lui-même une manifestation historique. On vendit partout des calendriers et des affiches avec les portraits des différents présidents du pays et des photos emblématiques des moments phares du mouvement vers l’indépendance, et quantité d’archives filmées et d’émissions d’information furent retransmises à la télévision. En bref : le travail de mémoire s’est accompli, et s’accomplit encore, simultanément dans différents médias et à travers des acteurs divers, et si toutes les versions mises en circulation n’ont pas eu le même impact, aucune version standardisée, autorisée et incontestée de « l’histoire » nationale n’a prévalu, ni ne prévaut.

Quelle date commémorer ?

  • 14 Concernant le « travelling model » de l’heure de minuit de la déclaration d’indépendance, qui trou (...)
  • 15 Sur le jour et la fête de l’indépendance au Togo, voir Koffi, 1999.

22Pour la plupart des pays qui ont fêté le cinquantenaire de leur indépendance en 2010, la date de commémoration ne posait pas de problème particulier : il s’agissait du jour et de l’heure de lever du drapeau national et de la déclaration d’indépendance devant la caméra par le président africain de l’État-nation fraîchement éclos14. Dans beaucoup d’endroits, cette journée a été déclarée fête nationale dès la première année, et le cinquantenaire s’est dans ces cas inscrit dans une tradition solidement établie. Dans certains pays toutefois, des dictateurs militaires et des présidents un peu mégalomanes ont entre-temps décidé que le jour de leur arrivée au pouvoir deviendrait le jour de fête nationale ; à cette fin, ils ont même supprimé la journée anniversaire de l’indépendance, en particulier là où celle-ci était liée à un président que le nouveau détenteur du pouvoir avait chassé, pour employer un euphémisme – comme au Togo ou en République démocratique du Congo, où les « pères » de l’indépendance furent assassinés. Toutefois, avec le retrait des putschistes, leurs journées anniversaires ont le plus souvent également disparu, tandis que la fête de l’indépendance persistait ou était restaurée15.

23Malgré tout, dans plusieurs pays, la fixation de la date précise d’anniversaire fut l’objet de controverses. La colonie française du Cameroun a ainsi accédé à l’indépendance le 1er janvier 1960, tandis que la partie ouest du pays, qui s’était prononcée par référendum en faveur du rattachement au Nigeria et non au Cameroun, est seulement devenue indépendante le 1er octobre 1961. Quelle date fêter dans ce cas, en particulier au vu du sentiment de marginalisation ressenti par les provinces anglophones ? Le président Paul Biya décida de fixer le jour du cinquantenaire au 20 mai, de fait une date anniversaire ancienne. Elle n’évoque toutefois ni 1960, ni 1961, mais 1972, lorsque la fédération des provinces anglophones et francophones céda la place à une république centralisée. Il n’est pas surprenant que cette décision ait suscité des controverses, en particulier au Cameroun anglophone où beaucoup regrettaient la perte d’autonomie qui suivit la création d’une république unitaire. Le choix de la date anniversaire a donc lui-même déclenché des discussions intenses et motivé un travail minutieux de compilation des méandres de l’histoire coloniale et postcoloniale du Cameroun (Tiewa, 2010).

24Au Burkina Faso, où l’indépendance avait été proclamée le 5 août 1960, le cinquantenaire fut célébré le 11 décembre, date à laquelle la Haute-Volta est devenue une république. Les critiques reprochèrent au président Blaise Compaoré d’avoir choisi cette date pour faire oublier le 4 août 1983, jour de la révolution de Thomas Sankara, assassiné en 1987 mais que bien des Burkinabés vénèrent toujours comme un héros du peuple, un Che Guevara africain. Les supporters de Compaoré déclarèrent au contraire que depuis 1961 l’indépendance serait fêtée le 11 décembre et non le 5 août, essentiellement parce que le mois d’août tombe en pleine saison des pluies et de vacances scolaires, et que par conséquent, ni les écoliers, ni les paysans ne pourraient participer aux festivités et aux défilés à une telle date (Haberecht et Lentz, 2011 : 105).

25Dans tous ces cas, la date à célébrer renvoyait à une interprétation particulière du passé et les controverses autour du jour anniversaire concernaient tout autant des débats relatifs à l’évaluation de l’histoire de la décolonisation et de la déclaration d’indépendance qu’à des questions liées aux développements postcoloniaux. Des débats analogues portèrent sur la signification et le contenu du concept d’« indépendance ».

À quel point l’Afrique est-elle « indépendante » ?

26Que signifie finalement « l’indépendance » et à quel point est-on réellement indépendant ? Les discussions autour de ces questions ne sont en aucun cas restées cantonnées dans les cercles des élites intellectuelles et des historiens professionnels ; elles ont traversé toutes les couches de la société, ont occupé les journaux, les restaurants et les bars, et se sont poursuivies dans la rue et à la maison. La nature de l’indépendance vis-à-vis de la métropole, formelle mais aussi réelle – au plan économique, politique et avant tout militaire – a tout particulièrement été interrogée de manière critique dans les ex-colonies françaises. Pour beaucoup, cette question a culminé dans le débat sur la réponse à apporter à la demande française de participation à la fête nationale du 14 juillet. À Paris, on fêtait non seulement la prise de la Bastille mais aussi « l’année de l’Afrique », pour laquelle un chargé de mission auprès du gouvernement avait été nommé ; Sarkozy avait convié les présidents et les délégations militaires des anciennes colonies françaises à un grand défilé. Le gouvernement français avait certes refusé le voyage au président malgache et aux autres « non-démocrates » (notons que l’armée malgache avait été invitée et participa aussi au défilé militaire à Paris). Certains hommes au pouvoir en Afrique, notamment le président de la Côte d’Ivoire, boycottèrent les exigences françaises. Gbagbo expliqua son attitude ainsi : « Cinquante années d’indépendance, c’est notre anniversaire, pas celui de la France. Ce n’est pas à la France d’organiser cet anniversaire. Nous avons une histoire commune, mais aujourd’hui, nous ne fêtons pas le colonialisme, mais l’ère de l’indépendance » (N’Guessan, 2011 : 61-3). En Côte d’Ivoire, les souvenirs récents liés aux actions de l’armée française – en 2002 des soldats français avaient tiré sur des manifestants ivoiriens et en 2004 les Français avaient anéanti l’aviation militaire ivoirienne – éveillaient des souvenirs encore douloureux, et Gbagbo reprochait à la France d’appuyer les rebelles dans le nord du pays. Pour le président sénégalais Wade, les contingents français encore stationnés en Afrique, dont le retrait n’était prévu qu’en 2010, constituaient aussi le symbole durable des prétentions hégémoniques françaises dont il fallait se libérer. Gbagbo félicita Wade en tant que leader de la nécessaire « guerre contre la France », position que la presse ivoirienne d’opposition dénonça sans ambages comme de la vulgaire propagande car en vérité, jamais Gbagbo ne mettrait en danger la coopération avec la France.

27Il est toutefois clair que le sentiment national africain ne peut qu’être renforcé par l’opposition à un « ennemi » extérieur puissant, à savoir l’ancien pouvoir colonial. D’autres gouvernements mirent plutôt en avant leurs bonnes relations avec la France ou, dans le cas du Congo, avec la Belgique dont le roi fut invité à assister aux commémorations de l’indépendance à Kinshasa (Petzold, 2011 : 36), tout en insistant sur le caractère égalitaire d’une relation relevant du partenariat et non du clientélisme. Par ailleurs, on vit émerger la question générale de savoir si la pauvreté durable, la faiblesse des infrastructures et le déficit en matière de « bonne gouvernance » ne montraient pas qu’il était impossible de parler d’une « véritable » indépendance. Mais en même temps, il y avait toujours des voix pour s’élever, comme dernièrement celle du président du Gabon, Ali Ben Bongo, et affirmer qu’il fallait arrêter de rendre l’ancienne puissance coloniale responsable de la misère actuelle, et plutôt prendre son destin en main (Fricke, 2011 : 80-1).

28Le concept d’« indépendance » a donc été élevé au rang de symbole chargé de significations différentes – ou selon les termes de Rigney (2005 : 18), il est devenu un « lieu de mémoire » abritant un « maximum de sens dans un minimum de signes ».

Qui sont les héros nationaux dignes d’être fêtés ?

29Les fêtes de l’indépendance n’offrirent pas seulement une occasion de débattre des relations avec l’ancien colonisateur, elles furent aussi le déclencheur d’une réflexion sur les réalisations propres du pays – thème qui a généralement été abordé sous l’angle des contributions individuelles au progrès du pays. La proclamation d’une galerie des ancêtres dignes de mémoire fut dans beaucoup d’endroits liée à des remises de décorations, fort appréciées. Au Nigeria par exemple, une exposition photographique honora les « pionniers » (« firsts ») nationaux dans tous les domaines, sciences et art, droit, art militaire et politique, médecine et économie, et le président Goodluck Jonathan, lors d’un diner de gala, décerna à cinquante Nigérians et Nigérianes d’exception, parfois de manière posthume, l’ordre du mérite, créé à l’occasion, pour services rendus à la nation (Fricke et al., 2011 : 95-96, 102-103). Au Nigeria et ailleurs, les discussions furent vives, pour savoir qui pouvait prétendre au titre de « héros de la nation ». Qui avait combattu pour l’indépendance ? Et qu’en était-il des précurseurs radicaux de ces luttes, qui ont été expulsés de la mémoire officielle par les premiers présidents finalement arrivés au pouvoir par des moyens diplomatiques ? Ne devait-on pas se souvenir aussi des utopies inachevées, des projets importants mais inaboutis et de leurs initiateurs originels ? Et qui avait finalement le droit (ou le devoir) de rendre publiques des interprétations de l’histoire, de construire des mémoriaux, de déposer des couronnes ? Ces questions rallumèrent des discussions houleuses relatives aux projets politiques passés et actuels.

30Dans la plupart des cas existe ou existait déjà un canon plus ou moins solidement établi des héros nationaux, des martyrs et des « pères » (très rarement des « mères ») de l’indépendance et de la nation, dont les livres d’école, les monuments et les autres médias entretiennent le souvenir. Des anniversaires particuliers, comme le cinquantenaire de l’indépendance, offrent toutefois l’opportunité non seulement de réaffirmer ce canon mais aussi de le redéfinir – que ce soit par extension ou par suppression. En l’occurrence, on a pu identifier différentes pratiques, selon qu’il s’agissait de se souvenir d’acteurs d’avant ou d’après l’indépendance.

  • 16 Un exemple intéressant à ce sujet – bien qu’extérieur au cinquantenaire – est constitué par le mém (...)

31Une mémoire honorable constitue toujours une ressource rare et toute galerie des ancêtres est nécessairement sélective ; pourtant, concernant les acteurs du temps « d’avant » la naissance du nouvel État-nation, ce sont les pratiques inclusives qui prédominèrent. Même lorsque la question de l’évaluation des services rendus par le prétendant au souvenir restait controversée, la réaction officielle à la demande d’extension du canon passait le plus souvent par une « politique d’inclusion » – sous la forme de la construction d’un nouveau mémorial (parfois anonyme, comme pour les « combattants de la liberté »), l’attribution posthume d’un ordre national ou l’émission de nouveaux billets. Au Ghana, la figure du « père fondateur » Kwame Nkrumah, premier président du pays, déclencha de vives controverses, tout comme le fait de savoir si les membres moins radicaux de la United Gold Coast Convention, dont avait fait sécession le parti nationaliste radical de Nkrumah, ne devaient pas eux aussi être honorés en tant que pères fondateurs de la nation. L’émission de nouveaux billets de banque constitua une sorte de jugement de Salomon : sur l’un d’entre eux figurait Nkrumah seul, sur les autres les « Big Six » ensemble, à savoir Nkrumah et ses anciens compagnons de route, devenus ultérieurement ses ennemis politiques. Des articles de presse ou des conférences ont dans beaucoup de pays réveillé le souvenir de précurseurs de l’indépendance, figures « oubliées » ou à dimension jusqu’alors seulement régionale, et un peu partout, on proposa d’intégrer à la galerie des ancêtres des figures de souverains ou de « rebelles » bien plus anciennes. Cela n’empêcha pas les controverses autour de telles exceptions : favorisaient-elles la cohésion nationale ou bien nourrissaient-elles des identités particulières, ethniques, régionales ou politiques ? Il semblerait malgré tout que plus les prétendants au titre de « héros national » étaient éloignés dans le temps, plus la pratique allait vers l’inclusion16.

32En ce qui concerne la mémoire des développements récents dans le cadre du nouvel État-nation, les pratiques divergeaient plus nettement, en particulier en fonction de l’histoire politique spécifique des différents pays. En général, la mémoire de l’histoire fut, dans ce cas aussi, personnalisée et liée aux gouvernements successifs et à leurs présidents (parfois également à des vice-présidents et gouverneurs régionaux). On est ici dans une logique systématique de prise en compte de l’intégralité de la série des gouvernants, qui rend bien plus difficile l’oubli d’une figure particulière que dans le cas de la composition d’une galerie des ancêtres rassemblant de manière plus libre les précurseurs de l’indépendance. Mais de ce fait, les organisateurs de la commémoration se trouvaient souvent confrontés à la délicate question de la gestion des changements violents de régime qui avaient marqué l’histoire de nombre d’États africains – parfois très précocement, comme au Congo ou au Togo, où le « père » de l’indépendance et premier président avait été assassiné, parfois bien plus tard, comme en Côte d’Ivoire, où la mort d’Houphouët-Boigny déclencha une âpre guerre de succession.

33Par rapport à la reconstruction mémorielle des régimes postcoloniaux, on peut observer deux pratiques différentes. La première dominait dans les pays où un président avait régné pendant des décennies, la seconde dans les États qui connurent plusieurs va-et-vient entre putschs militaires et régimes démocratiques et où bien peu de gouvernements avaient pu se maintenir plus de quelques années.

34Le Gabon représente un exemple du premier type. Le président Omar Bongo Ondimba, décédé en juin 2009, a gouverné le pays pendant 42 ans. À l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance, le titre de « père de l’indépendance » a été attribué à son prédécesseur, Léon Mba, tandis que lui était réservé celui de « père de la nation » ; le jour du premier anniversaire de son décès, partout dans Libreville furent accrochées des bannières et affiches surdimensionnées, arborant son portrait et des citations extraites de ses discours. L’ardeur avec laquelle Bongo a été dépeint en héros national démontre à quel point sa présidence était et reste contestée, ce qui est peu surprenant eu égard aux énormes inégalités économiques et aux autres problèmes du pays. Si l’on en croit le numéro spécial de 100 pages qui lui a été consacré, en vente dans tous les kiosques, les mérites de Bongo au plan national et international seraient immenses : unité nationale, paix, bien-être, intégration et promotion des groupes marginaux, construction de la voie ferrée transgabonaise et du port, barrages et centrales électriques, extraction pétrolière, modernisation des villes, construction de monuments de prestige, fondation de la compagnie aérienne nationale, de la poste et des télécommunications, investissements dans la formation et la santé, reconnaissance internationale… En bref : tout ce qui a fait le Gabon moderne. La tentative de ramener toute l’histoire de l’État indépendant du Gabon aux mérites d’un seul homme fait de Bongo un symbole national extraordinaire, garant de l’unité nationale. Ainsi les affiches exhibaient le portrait de Bongo à l’intérieur des contours du pays environnés des armoiries des neuf provinces et surplombés d’un titre explicitant encore l’ensemble. Après la mort de Bongo, alors que la paix civile chancelait, il était d’autant plus important pour son successeur et fils Ali Bongo de cultiver le mythe collectif « Omar Bongo » (Fricke, 2010, 2011).

35En Côte d’Ivoire en revanche, où Houphouët-Boigny avait également gouverné le pays des décennies durant, le président Laurent Gbagbo, qui était autrefois apparu sur la scène politique comme un adversaire de l’héritage « houphouëtien », fit tout ce qu’il put pour ne pas commémorer cette figure trop surplombante. Il n’y eut pas de nouveau mémorial, aucun dépôt de gerbes, aucune exposition vantant les mérites du premier président de la Côte d’Ivoire, uniquement des omissions et des silences lourds de sens. Gbagbo fêta essentiellement ses dix années au pouvoir, sa décennie de « refondation » de la Côte d’Ivoire et, à Yamoussoukro, il substitua au traditionnel défilé un colloque scientifique sur le thème de « L’indépendance et ses perspectives en Afrique sub-saharienne ». Gbagbo voulait donner de lui et de son gouvernement une image de pionniers d’une nouvelle et véritable indépendance vis-à-vis de la France (N’Guessan, 2010). Or il est simplement impossible de penser l’histoire de la Côte d’Ivoire sans référence à l’ancien président, tout comme il est impossible de faire actuellement de la politique sans ce point d’ancrage. Laurent Gbagbo a dans une certaine mesure choisi la fuite en avant, se mettant en scène comme le seul héritier authentique. Un spot de sa campagne électorale titrait ainsi : « Houphouët-Boigny et Gbagbo : le même combat. » Hormis cette brève référence, l’attention des commémorations s’est presque exclusivement tournée vers les réalisations des dix dernières années. Le parti des héritiers d’Houphouët-Boigny taxa bien sûr Gbagbo de « faux Houphouëtien », de renégat et de pilleur de tombe ; s’ensuivit un débat intensif pour savoir qui pouvait bien être le véritable héritier d’Houphouët-Boigny. Or la « politique de paix et de dialogue », proposée même par les soutiens de Gbagbo, était celle-là même qu’ils critiquaient seulement quelques années auparavant comme une « paix sous une chape de plomb » (N’Guessan, 2011 : 65-68).

36Le second mode de gestion des « héros de la nation » et des anciens présidents est celui de la dépolitisation : on les range dans une série chronologie apparemment équilibrée et non conflictuelle, quelle que soit la manière – élection ou coup d’État – par laquelle les gouvernants sont arrivés au pouvoir. Ainsi au Ghana, où des dictateurs militaires se sont débarrassés physiquement des membres des gouvernements renversés, les photos de l’ensemble des présidents, avec leurs épouses, paisiblement juxtaposées, furent imprimées sur les pages des calendriers populaires. Les dates des périodes au pouvoir inscrites sous les photos suggèrent une succession sans heurt. Des formes similaires de mémoires dépolitisées furent également mises en scène au Nigeria. À Abuja par exemple, les portraits de tous les couples présidentiels et vice-présidentiels avec les dates de fonction furent peints sur d’énormes ballons arrimés côte à côte sur un espace vert près du monument pour le soldat inconnu. Au Burkina Faso aussi, le toujours controversé Thomas Sankara trônait à côté de l’ensemble des autres présidents (parmi lesquels seul Compaoré figurait en couleur) sur des montgolfières flottant au-dessus du stade. Le feu d’artifice de la soirée précédant l’anniversaire dans la capitale malgache fut ouvert par un spectacle au cours duquel furent projetés sur des jets d’eau les portraits de tous les présidents. Au Bénin et au Nigeria, tous les anciens présidents encore en vie furent invités au grand défilé. Au Mali, le président eut la même idée, dans un geste de réconciliation, mais certains invités de marque menacèrent de boycotter la soirée si Moussa Traoré, ex-dictateur militaire, siégeait à la tribune d’honneur. Au Ghana, l’ancien président Jerry Rawlings avait au contraire refusé de participer à toute fête officielle. On voit bien à quel point les gestes d’inclusion peuvent être contestés, s’ils dépassent le stade de la représentation visuelle.

37Pourtant, on peut avancer que les présidents en exercice se présentent à travers cette série de mises en scène comme les héritiers légitimes de la longue série des gouvernements passés et comme les exécutants des promesses de l’indépendance – peu importe qu’ils aient bâti sur les épaules de leurs prédécesseurs ou qu’ils prétendent corriger leurs erreurs. Au moins dans le cadre des pratiques commémoratives officielles, l’hommage rendu aux « combattants de la liberté », « pères de la nation » et ex-présidents est en général resté dépolitisé, en particulier quand les projets politiques passés de ces héros de la nation pouvaient contredire la ligne du gouvernement en place. Et c’est avec d’autant plus d’avidité que les critiques du régime profitèrent de l’opportunité pour discuter de ces projets passés et de ces espoirs déçus.

Conclusion : les fêtes d’indépendance comme puissant « lieu de mémoire »

38Dans toutes les cérémonies commémoratives, les garants officiels de la politique de la mémoire, tout comme les groupes oppositionnels ou marginalisés, tentèrent, à la faveur du moment, d’élargir (ou de restreindre) la galerie des ancêtres dans le sens de leur intérêt. Lorsque des politiciens, jusque-là exclus de la mémoire officielle, furent intégrés au panthéon national, ce fut le plus souvent au prix d’une transformation du souvenir en un pathos formel et vide de sens, qui nommait des personnes mais passait sous silence leurs projets potentiellement subversifs ou oppositionnels. Toutefois, la commémoration permit au moins de prêter une oreille et de donner un visage à ces oppositions et à ces visions alternatives à l’écart des cérémonies officielles, et ainsi de les arracher à l’oubli. Nulle part les gouvernements ne réussirent à totalement contrôler à leur profit les mémoires, pas plus que les critiques du présent et les visions alternatives du futur qui les accompagnent.

39Mise en scène « par le haut » ou fête « par le bas », scène de campagne électorale ou opportunité d’une célébration de l’unité nationale dépassant les clivages partisans : dans tous les cas, la journée anniversaire fut et reste une date symbolique importante. Que les festivités aient effectivement – et comme cela avait en général été souhaité – fait progresser l’unité nationale ou au contraire mis sur le devant de la scène ou, peut-être, approfondi des lignes de clivage et des controverses lourdes, reste une question ouverte. D’un point de vue général, les fêtes nationales ne sont pas supposées consolider, en tant que telles, l’unité nationale. Mais elles créent un espace de débat, elles génèrent des thèmes communs et, dans cette mesure, une communauté communicationnelle – la base de la construction nationale, ainsi que Karl W. Deutsch (1966) et Benedict Anderson (1983) l’ont montré. Comme Charles Turner le postule (2006 : 209), une « tradition » nationale ne doit pas nécessairement être fabriquée sur un mode substantiel, par le biais de contenus partagés : « A national tradition […] may consist in an extended argument that a nation conducts with itself about the good internal to that tradition […] or in extreme cases about whether there is such a tradition at all. »

40L’anniversaire de l’indépendance, qui commémore la « naissance » de la nation, constitue un « lieu de mémoire » (Nora) particulièrement puissant, justement parce qu’il offre un espace pour des souvenirs et des conceptions du futur contrastés et qu’il construit l’unité par ce moyen même. Pour Nora, les mémoires consensuelles, les lieux ressentis comme importants par la plupart des membres de la communauté nationale et les loyautés patriotiques ainsi consolidées occupent une position clef. Cependant les recherches récentes sur la mémoire ont élargi le concept et interprété les espaces traversés de souvenirs controversés et concurrents également comme des lieux de mémoire (Erll, 2005 : 13-39). Dans ce sens, les cérémonies de l’indépendance constituent des « lieux de mémoire » qui concentrent un maximum de significations dans un minimum de « signes », comme l’a dit Nora. En tant que souvenir de la date historique de la déclaration de l’indépendance, cet anniversaire rassemble tous les critères qui, selon Lyn Spillman (2003), caractérisent des fêtes nationales durables, survivant sur des décennies à tous les changements politiques : en dépit des controverses interprétatives, tous les groupes et acteurs s’appuient sur la même perspective, celle de la « naissance » de l’État-nation, parce que ce cadre permet parfaitement de légitimer des projets politiques concurrents et les différentes visions du futur qui leur sont associées. Dans cette mesure, les fêtes de l’indépendance ont peut-être approfondi le sentiment commun d’appartenance nationale, malgré toutes les disputes relatives à l’organisation et au contenu des festivités.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anyidoho Nana Akua et Kofi Takyi Asante, « Truly national ? Social exclusion and the Ghana@50 celebrations », Ghana Studies 11, 2008, p. 139-173.

Assmann Aleida, « Vier Formen des Gedächtnisses », Erwägen, Wissen, Ethik 13 (2), 2002, p. 183-190.

Assmann Jan, Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, München, Beck, 1992.

Behrends Andrea, « Traveling models in conflict resolution: a new approach to conflict research and intervention », Africa Peace and Conflict Network, Briefing # 2, 2008. Online. http://www.africaworkinggroup.org/files/BehrendsBriefing2.pdf (dernière consultation 7-10-2008).

Benedict Anderson, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nations, London, Verso, 1983.

Bierschenk Thomas, « Staat und Nation im postkolonialen Afrika: ein Forschungsprogramm », Arbeitspapiere des Instituts für Ethnologie und Afrikastudien der Johannes Gutenberg-Universität Mainz 26, 2003.

Calhoun Craig, Nations Matter: Culture, History, and the Cosmopolitan Dream, London, New York, Routledge, 2007.

Deutsch Karl W., Nationalism and Social Communication: An Enquiry into the Foundations of Nationality. Cambridge: MIT Press, 1966.

Erll Astrid, Kollektives Gedächtnis und Erinnerungskulturen, Stuttgart, Metzler, 2005.

Etzioni Amitai, « Holidays and rituals: neglected seedbeds of virtue », in Amitai Etzioni und Jared Bloom (dir.), We Are What We Celebrate: Understanding Holidays and Rituals, New York, New York University Press, 2004, p. 3-40.

Fauré Yves-André, « Celebrations officielles et pouvoirs africains : symbolique et construction de l’État », Canadian Journal of African Studies 12 (3), 1978, p. 383-404.

Fricke Christine, « Just a little bit of history repeating? Nationalfeiern, kollektive Erinnerung und das Jubiläum der Unabhängigkeit in Gabun », Mondial. Journal für interkulturelle Perspektiven 16 (2), 2010, p. 3-5.

Fricke Christine, « Gabun », in Carola Lentz (dir.), « Afrika@50 », 2011a, p. 73-81.

Fricke Christine, Eva Grimm, Carola Lentz et Helen U. Okafor, « Nigeria », in Carola Lentz (dir.), « Afrika@50 », 2011a, p. 91-104.

Gabriel Marie-Christin, Mauer Maximilian et Liebisch Julius, 2011a: « Benin », in Carola Lentz (dir.), « Afrika@50 », p. 43-57.

Haberecht Svenja et Lentz Carola, « Burkina Faso », in Carola Lentz (dir.), « Afrika@50 », 2011a, p. 98-112.

Koffi Kodjo, « Réjouissances privées et cérémonies officielles. Une histoire socio-politique de la fête à Lomé », in Odile Goerg (dir.), Fêtes urbaines en Afrique. Espace, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, p. 311-322.

Lentz Carola et Budniok Jan, 2007 : « Ghana@50 − celebrating the nation : an eyewitness account from Accra », Arbeitspapiere des Instituts für Ethnologie und Afrikastudien der Johannes Gutenberg-Universität Mainz 83 (sowie die online-Publication in : Zeitgeschichte-online Dezember 2010 ; URL : http://www.zeitgeschichte-online.de/Themen-Lentz-Budniok-12-2010, dernière consultation 15-2-2011).

Lentz Carola, « Ghana@50 : celebrating the nation, debating the nation », Arbeitspapiere des Instituts für Ethnologie und Afrikastudien der Johannes Gutenberg-Universität Mainz 120, 2010 [URL : http://www.ifeas.uni-mainz.de/workingpapers/AP120.pdf].

Lentz Carola (dir.), « Afrika@50. Vor-Ort-Berichte von den Unabhängigkeitsjubiläen in Kamerun, Madagaskar, DR Kongo, Benin, Côte d’Ivoire, Gabun, Mali, Nigeria und Burkina Faso », Arbeitspapiere des Instituts für Ethnologie und Afrikastudien der Johannes Gutenberg-Universität Mainz 126, 2011a [URL : http://www.ifeas.uni-mainz.de/workingpapers/AP126.pdf].

Lentz Carola (dir.), Celebrating Africa@50: The Independence Jubilees in Madagascar, the DR Congo, Benin, Mali and Nigeria. Working Papers of the Department of Anthropology and African Studies of the Johannes Gutenberg University Mainz 130, 2011b. [URL: http://www.ifeas.uni-mainz.de/workingpapers/AP130.pdf].

Lentz Carola, « Die Nation feiern, die Nation debattieren. Fünfzig Jahre Unabhängigkeit und Nationenbildung in Afrika », in Thomas Bierschenk und Eva Spies (dir.), 50 Jahre Unabhängigkeit in Afrika. Kontinuitäten, Brüche, Perspektiven, Köln, Köppe (Mainzer Beiträge zur Afrikaforschung 29), 2012.

Leyh Elena et Müller Aline, « Mali », in Carola Lentz (dir.), « Afrika@50 », 2011a, p. 82-90.

McGovern Mike, « The refusal to celebrate the fiftieth anniversary of the 1958 No », in Odile Goerg, Céline Pauthier et Abdoulaye Diallo (dir.), Le Non de la Guinée (1958). Entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, Paris, L’Harmattan (Cahier Afrique 25), 2010, p. 17-27.

Molter Céline et Späth Mareike: « Madagaskar », in Carola Lentz (dir.), « Afrika@50 », 2011a, p. 20-33.

Owen Nicolas, « More than a transfer of power: Independence Day ceremonies in India, 15 August 1947 », Contemporary Record 6 (3), 1992, p. 415-451.

N’Guessan Konstanze, « Vom Alten und vom Neuen. Ein Erinnerungsfest à la Ivoirienne », Mondial. Journal für interkulturelle Perspektiven 16 (2), 2010, p. 12-15.

N’Guessan Konstanze, « Côte d’Ivoire », in Carola Lentz (dir.), « Afrika@50 », 2011a, p. 53-67.

Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, I-III, Paris, Gallimard, 1984-1992.

Nugent Paul, Africa Since Independence: A Comparative History. Houndsmill, Palgrave Macmillann 2004.

Nugent Paul, « Do nations have stomachs ? Food, drink and imagined community in Africa », Africa Spectrum 45 (3), 2011, p. 87-113.

Petzold Vanessa, « Demokratische Republik Kongo », in Carola Lentz (dir.), « Afrika@50 », 2011a, p. 34-42.

Reyna Stephen, « The traveling model that would not travel: oil, empire, and patrimonialism in contemporary Chad », Social Analysis 51 (3), 2007, p. 78-102.

Rigney Ann, « Plenitude, scarcity and the circulation of cultural memory », Journal of European Studies 35 (1), 2005, p. 11-28.

Späth Mareike, « Alles Gute zum Geburtstag, Madagaskar! » Mondial. Journal für interkulturelle Perspektiven 16 (2), 2010a, p. 9-12.

Späth Mareike, « Woher und Wohin? Das goldene Jubiläum zwischen Feiern und Gedenken in Madagaskar », Zeitgeschichte-online Dezember 2010 (URL: http://www.zeit-geschichte-online.de/Themen-Spaeth-12-2010).

Speitkamp Wilfried, « Demokratisierung und Erinnerungspolitik in Kenia seit der Jahrtausendwende », conférence au séminaire de l’Institut d’ethnologie et d’études africaines, université Johannes Gutenberg, Mainz, 26 janvier 2010.

Spillman Lyn, « When do collective memories last? Founding moments in the United States and Australia », in Jeffrey Olick (dir.), States of Memory: Continuities, Conflicts and Transformations in National Retrospection, Durham, Duke University Press, 2003, p. 161-192.

Tiewa Kathrin, « Kamerun und das goldene Jubiläum der Unabhängigkeit », Mondial. Journal für interkulturelle Perspektiven 16 (2), 2010, p. 6-8.

Turner Charles, « Nation and commemoration », in Gerard Delanty et Kumar Krishan (dir.), The Sage Handbook of Nations and Nationalism, London, Sage, 2006, p. 205-213.

Williams Sue, Holland Robert, Barringer Terry A., « The midnight hour », The Round Table 97 (398), 2008, p. 637-647.

Zerubavel Eviatar, « Calendars and history: a comparative study of the social organization of national memory », in Jeffrey Olick (dir.), States of Memory : Continuities, Conflicts and Transformations in National Retrospection, Durham, Duke University Press, 2003, p. 315-337.

Notes

1 La traduction française a été réalisée par Fadhila et Pierre-Yves Le Meur.

2 Voir aussi sur ce thème Calhoun, 2007 : 11-26, 147-67.

3 L’hypothèse selon laquelle les commémorations de l’indépendance sont avant tout des « fêtes d’État » servant à légitimer les gouvernements en place et à démontrer leur capacité à organiser des cérémonies de grande ampleur a déjà été proposée par Fauré dans un essai ancien (1978) sur les anniversaires officiels en Afrique.

4 Sur la dualité des fêtes publiques comme recommitment holidays, qui rappellent des valeurs partagées et renforcent des liens communautaires par des rituels, d’une part, et tension management holidays, d’autre part, qui agissent indirectement sur le mode interactif, recourant au divertissement et au renversement partiel de hiérarchies sociales pour diminuer les tensions, voir Etzioni 2004 : 11-3.

5 Sur le concept de « travelling models », voir Reyna (2007) et Behrends (2008).

6 Les recherches ont été menées au Cameroun (20-5), à Madagascar (26-6), en République démocratique du Congo (30-6), au Bénin (1-8), en Côte d’Ivoire (7-8), au Gabon (17-8), au Mali (22-9), au Nigeria (1-10) et au Burkina Faso (11.12) – entre parenthèses figure la date anniversaire principale, mais le programme des festivités a en général couvert plusieurs semaines, si ce n’est plusieurs mois. Je tiens tout particulièrement à remercier le groupe de doctorants « Politique de la mémoire et fêtes nationales en Afrique » − Christine Fricke, Svenja Haberecht, Godwin Kornes, Konstanze N’Guessan, Mareika Späth et Kathrin Tiewa – pour des discussions stimulantes. Je dois aussi des remerciements aux participantes et participants au projet d’étude sur les commémorations de l’indépendance − Marie-Christin Gabriel, Eva Grimm, Elena Leyh, Julius Liebisch, Maximilian Mauer, Céline Molter, Aline Müller, Helen U. Okafor et Vanessa Petzold – qui ont bien voulu partager leurs observations et leurs notes avec moi. Enfin, mes remerciements vont également aux organisateurs et discutants du colloque « Vivre les indépendances africaines au tournant des années 60 », Laboratoire SEDET, université Paris Diderot-Paris 7, décembre 2010, pour des discussions passionnantes et des questions ouvrant à la réflexion sur les commémorations africaines et les enjeux de la politique de la mémoire.

7 Sur les festivités au Ghana, voir Lentz et Budniok 2007, Anyidoho et Asante 2008 ainsi que Lentz 2010.

8 Le groupe de jeunes chercheurs de Mayence a proposé un rapport de ses expériences, observations et impressions dans chacun des pays, avant, pendant et après les fêtes de l’indépendance, dans un « Afrika-Spezial » sur le site Internet de l’université de Mayence ; voir http://www.uni-mainz.de/36193.php. On trouve une sélection de ces rapports de terrain dans Lentz 2011a et Lentz 2011b.

9 Médiathèque de la ZDF, Le prix de la liberté, documentaire sur le Cameroun, le Nigeria et la République démocratique du Congo pendant l’année anniversaire de l’indépendance (URL : http://www.zdf.de/ZDFmediathek/beitrag/video/1162640/Der-Preis-der-Freiheit?setTime=5#/beitrag/video/1162640/Der-Preis-der-Freiheit ; envoyé le 14-10-2010, consulté le 15-11-2010).

10 Voir à ce sujet et sur ce qui suit Bierschenk, 2003 ; pour une présentation concise de l’histoire de la décolonisation et de la construction de l’État en Afrique, voir aussi Nugent, 2004 : 7-105.

11 À propos du développement des modes de consommation « nationale », voir aussi Nugent, 2011.

12 Sur la signification du calendrier des jours fériés et l’appropriation différentielle des événements historiques dans le cadre des fêtes nationales, voir plus généralement Zerubavel, 2003.

13 Cette thématique est abordée de manière approfondie dans Jean-Pierre Chrétien et Jean-Louis Triaud (éd.), Histoire d’Afrique. Les enjeux de mémoire, Karthala, 1999.

14 Concernant le « travelling model » de l’heure de minuit de la déclaration d’indépendance, qui trouve son origine en Inde en 1947, voir Owen, 1992 ainsi que William, Holland et Barringer, 2008.

15 Sur le jour et la fête de l’indépendance au Togo, voir Koffi, 1999.

16 Un exemple intéressant à ce sujet – bien qu’extérieur au cinquantenaire – est constitué par le mémorial érigé par le président kenyan Kibaki en souvenir de Kimathi, un des principaux combattants Mau-Mau, qui avait longtemps été « oublié », à l’instar du mouvement Mau-Mau et du rôle que celui-ci avait joué dans l’histoire de l’indépendance du Kenya (Speitkamp, 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540