Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Troisième partie. La fabrique des mémoires : les ambiguïtés de la fête dès 1958-1960

Enjeux et usages des commémorations nationales au Cameroun : de la fête de l’indépendance à la fête de l’unité

Hilaire de Prince Pokam

Texte intégral

  • 1 Voir la contribution de Mélanie Torrent dans cet ouvrage, partie II.
  • 2 Ce choix est discuté comme nous le verrons plus loin, surtout de la part des leaders politiques an (...)
  • 3 Voir, dans cet ouvrage, l’article de Carola Lentz qui englobe cet événement.
  • 4 Le Cameroun doit faire face à trois héritages coloniaux, deux langues officielles européennes, deu (...)
  • 5 Pour plus de détails sur cette méthode : Rojot, 2003 ; Brousselle et Champagne, 2004 ; Friedberg, (...)

1En 1960, un grand nombre de pays africains issus principalement des empires coloniaux britanniques et français accèdent à la souveraineté. Le Cameroun, ancien protectorat allemand placé sous mandat français et britannique par la Société des Nations puis par l’Organisation des Nations unies (ONU), acquiert également son indépendance en deux temps : le 1er janvier 1960 pour le Cameroun oriental (administré par la France) et le 1er octobre 1961 pour le Cameroun occidental et méridional (sous administration britannique)1. Ce double événement fait entrer le pays dans une époque de commémorations multiples. Pendant des décennies, les cérémonies du 1er janvier organisées par l’État, sur toute l’étendue du territoire national, ont rythmé la vie du pays. Depuis 1972, la fête nationale est passée au 20 mai, marquant la fin de la célébration du système fédéral initial et le début d’une ère où le pouvoir préfère célébrer l’avènement de l’État unitaire à la suite d’un référendum2. C’est donc le 20 mai 2010 que le Cameroun a célébré le cinquantenaire de son indépendance3. Au-delà de ce moment commémoré, spécifique et complexe, il s’agit ici de déterminer les usages que les acteurs politiques, tant au pouvoir que dans l’opposition, ont faits de ces fêtes dans un contexte de construction nationale fragile4 et d’enclenchement d’un lent processus de démocratisation depuis les années 1990. L’interaction stratégique nous semble le paradigme susceptible de nous éclairer le mieux pour rendre compte de la subtilité des choix opérés par les hommes politiques camerounais sur la scène que constitue chaque nouvelle cérémonie5. À travers cette démarche, notre hypothèse consiste à suggérer que les commémorations du 1er janvier puis du 20 mai constituent un enjeu majeur pleinement investi par le pouvoir comme par l’opposition, suivant des configurations changeantes dans le temps.

Commémorations de l’indépendance et consolidation de l’ordre politique en place

  • 6 « Le pouvoir en vedette cherche à séduire plus qu’à convaincre, à charmer plus qu’à argumenter. Il (...)
  • 7 Yaoundé est la capitale du Cameroun avec une population estimée actuellement à 1,8 million d’habit (...)
  • 8 L’Union des populations du Cameroun fut un parti fondé le 10 avril 1948. Ce mouvement de libératio (...)

2Les commémorations de l’indépendance sont des moments essentiels de la vie politique du Cameroun au cours desquels le pouvoir monopolise voire sature l’espace public6. Les cérémonies permettent d’asseoir l’autorité du chef de l’État en lui offrant une tribune idéale d’autocélébration relayée par un appareil partisan, des réseaux clientélistes, des formes d’encadrement de la population à qui sont offerts des divertissements. Depuis les années 1960, ces cérémonies et manifestations officielles se déroulent dans toutes les circonscriptions administratives du pays. Dans la capitale, Yaoundé7, le chef de l’État, se place au centre de l’attention collective, s’entoure d’invités étrangers, membres du corps diplomatique et de tous ceux qui détiennent une autorité importante dans le pays. Entre 1960 et 1971, le premier président Ahmadou Ahidjo a utilisé ces cérémonies comme moyen de légitimation alors qu’il tentait d’annihiler la rébellion armée de l’UPC (l’Union des populations du Cameroun)8. Son objectif était double : affirmer la normalité de la situation camerounaise aux yeux du reste du monde tout en rassurant la population et gagner pleinement sa confiance.

Le contexte des premières commémorations

3L’indépendance du Cameroun a la caractéristique d’avoir été revendiquée à la fois par les armes (par l’UPC) et par la négociation (par Ahidjo). Après les massacres de 1955 orchestrés par le haut-commissaire Roland Pré contre les nationalistes camerounais, encore engagés dans la voie parlementaire, on assiste à partir de 1956 à une revendication de l’indépendance par les armes. De fait, démarre un conflit qui se poursuit plus de dix ans après le départ français le 1er janvier 1960. Durant cette période, tous les Camerounais devaient se soumettre à des rites « antiterroristes » dans certaines régions, à des manifestations « spontanées » en faveur des dirigeants ou des hôtes étrangers du régime et aux défilés commémoratifs (de l’indépendance et de la réunification, en particulier) (Bayart, 1970 : 712) où Ahidjo s’évertuait à tirer tout seul le bénéfice de l’indépendance.

  • 9 Il affirma que « combien dérisoires et criminelles, dans ces conditions, apparaissent les menées d (...)
  • 10 Il déclara que « ceux qui se sont séparés de nous et ont tenté de conquérir les objectifs qui reve (...)
  • 11 À la faveur du processus de libéralisation politique engagé par P. Biya dès son accession au pouvo (...)

4Lorsque l’indépendance du pays est proclamée pourtant, la situation d’Ahidjo est assez précaire puisqu’il ne représente que le Nord foulbé et musulman ; en outre, il n’a pas participé à la lutte anticolonialiste ce qui pourrait faire de lui une figure nationale ou compenser le soutien qu’il a reçu de la France (Bayart, 1970 : 689). Cependant, il tire assez vite profit de l’exercice du pouvoir en se posant comme le promoteur et le réalisateur de l’indépendance puis de la réunification du Cameroun (Bayart, 1970 : 693). Les commémorations de l’indépendance deviennent très vite une tribune politique où A. Ahidjo s’adresse à ses adversaires en les disqualifiant de manière continue, faisant du langage « une force d’action, et non un outil décrivant une situation » (Murray, 1991 : 168). Ainsi, en 1967 dans son allocution du 1er janvier à la nation, il n’aura pas de mots assez durs pour dénoncer et menacer les dirigeants de l’UPC9. Le discours fut suivi par un imposant défilé de l’armée camerounaise comme prolongement symbolique des paroles (Bailey, 1971 : 43). Dans le même temps, Ahidjo tenta aussi de rallier ses adversaires10 se présentant à la population comme une figure de la fermeté et de la clémence, comblant ainsi son déficit de prestige initial. A. Mbembe appelle cette stratégie « la manipulation négative de l’efficace symbolique nationaliste » (1986 : 68). Il explique cette attitude comme une absence ou une occultation des événements fondateurs de la nation, les images et les symboles du passé sont validés négativement et empêchés, d’autorité, d’exercer une influence durable sur les gouvernés (Mbembe, 1986 : 68). Cette manœuvre ira plus loin à tel point que dans les discours officiels et les manuels d’histoire, l’indépendance est présentée comme un trophée du régime Ahidjo. Les véritables héros de l’indépendance sont décrits comme de « vulgaires maquisards » (Bakoa, 2010). Ainsi, aucune rue, aucun édifice public ne porte le nom de R. Um Nyobe, leader incontesté de l’UPC, et son rôle historique est tout simplement occulté. Ses écrits politiques publiés font l’objet d’une interdiction administrative jusqu’en 198611. Durant ces premières commémorations, Ahidjo met donc en place un modèle commémoratif qui ritualise assez précisément le renforcement de l’autorité.

Une scène pour consolider l’image du chef

  • 12 Pour une connaissance générale du cérémonial ayant lieu à la capitale lors de la fête du 20 mai en (...)

5L’outil protocolaire est d’abord mis au service du pouvoir. Lors de chaque célébration nationale, des dispositions protocolaires sont prises pour que l’on distingue nettement le chef de l’État des autres participants officiels. L’étude de la mise en place du décor et des positions spatiales des uns et des autres apparaît donc hautement significative (Abe, 2008 : 24). Au cours des cérémonies, le chef de l’État qui les préside arrive le dernier et part le premier12. Il occupe également une place exceptionnelle à la tribune d’honneur. S’élevant ainsi au-dessus de ses contemporains et de ses rivaux politiques. Bien plus, il convoque l’Histoire à des fins personnelles tout en retravaillant le sens de celle-ci. Car « le protocole impose un au-delà des préséances qui est à la fois l’Histoire et le parti qu’on y prend » (Montclaire, 1992 : 146). Instrument au service de l’ordre dominant, il concrétise l’autorité du président en en donnant des preuves tangibles : le spectacle de l’allégeance et de la subordination des militaires et des civils qui défilent les uns après les autres sous son regard.

6La veille du jour J, le boulevard du 20 mai est sécurisé par les éléments de la garde présidentielle. Le lendemain à l’aube, les forces de l’ordre s’installent à leur tour. Ensuite, suivant un scénario éprouvé, a lieu la mise en place des populations le long de l’itinéraire présidentiel. Enfin, les invités d’honneur puis les membres des représentations diplomatiques et les personnalités de la République s’installent selon un ordre hiérarchique précis. L’étape cruciale correspond à l’arrivée du chef de l’État. Le défilé militaire démarre alors suivi par des élèves et étudiants, des militants de partis politiques, enfin les associations culturelles qui manifestent de manière plus ou moins explicite leur soutien au président. À partir de cette description qui rend compte du décor, on peut aisément percevoir que le protocole permet au dominant de se différencier des dominés ou prétendants à la domination. Ressource ancienne (Montclaire, 1992 : 141-142), il constitue un pouvoir symbolique dont les présidents camerounais ont utilisé tout le potentiel.

  • 13 Pour conclure, il ajoute qu’en « une demi-dizaine d’années donc, nous avons pu rattraper l’énorme (...)

7Ces cérémonies ritualisées sont aussi des occasions d’autocélébration. Chaque fête amène le chef à dresser un bilan et tracer des perspectives. Ahidjo voulait démontrer à son peuple qu’il était un bon dirigeant soucieux du sort de son pays en dépit du contexte politique monopartite et du conflit de légitimité engagé avec l’UPC (Oyono, 1990 : 31). Arrivé au pouvoir en novembre 1982, le président actuel Paul Biya, s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur en s’appuyant d’avantage encore sur les médias gouvernementaux. Les journalistes du quotidien national Cameroon Tribune ont, par exemple, publié un numéro spécial sur le cinquantenaire en 2010 où Amougou Dzinga soutient que, depuis son arrivée au pouvoir, P. Biya a mené une activité politique sans précédent à l’origine de changements spectaculaires dans le secteur de l’éducation notamment13. Ce bilan passe sous silence les émeutes de 2008 car il souhaitait inciter les Camerounais à accorder, une fois de plus, leur suffrage à P. Biya en 2011 dans une conjoncture politique désormais concurrentielle du fait de l’ouverture démocratique des années 1990.

  • 14 L’Action, no 713, mai 2010, p. 9. Il s’agit du journal du parti Rassemblement démocratique du peup (...)

8Lors de la célébration de l’indépendance de 2010, P. Biya prit aussi l’initiative de tenir une conférence internationale baptisée « Africa 21 », qui visait à « faire le point de la situation de notre continent et de jeter un regard prospectif sur ses chances pendant les prochaines décennies14 ». Contrairement à la plupart de ses homologues, qui ont organisé des colloques internationaux sur le cinquantenaire de leur pays, le chef de l’État camerounais a préféré éluder tout questionnement politique ou scientifique de fond sur le bilan de l’indépendance du Cameroun et de celui de son régime. Raisonner à l’échelle de toute l’Afrique évitait d’aborder les questions locales les plus embarrassantes – d’autant que les universitaires présents se sont davantage illustrés comme intellectuels de cour (Elias, 1985) que comme intellectuels indépendants (Pokam, 2008). Même si le pays s’est démocratisé, les célébrations nationales soulignent la persistance d’une forte emprise de l’État sur la vie publique.

  • 15 Selon Bayart, « la doctrine du régime souligne l’importance de la notion du chef en Afrique. De fa (...)

9À cela, il convient enfin d’ajouter les effets de la personnalisation du pouvoir. « Un seul pays, un seul parti, un seul président », affirmaient des banderoles lors du dixième anniversaire de l’indépendance, à Yaoundé (Bayart, 1970 : 711). C’est ainsi qu’au cours de toutes les commémorations de l’indépendance sous le règne d’Ahidjo, des manifestants le consacraient « père de l’indépendance », « père de la Nation », « bâtisseur infatigable », « grand timonier », « premier Camerounais » à travers chansons et autres supports. Ceci était conforme à la doctrine du régime comme l’explique J-F. Bayart15 qui suggère d’ailleurs que « des enquêtes en profondeur montreraient peut-être qu’à la base M. Ahidjo est sacralisé tout comme l’était le chef traditionnel » (Bayart, 1970 : 709). Ce culte de la personnalité, érigé en système de gouvernement, avait surtout pour fonction de substituer, dans les esprits, la figure du seul Ahidjo à celle d’Um Nyobe et des autres nationalistes et de présenter l’indépendance comme un trophée du régime en place, dans l’optique de son projet hégémonique (Fotsing Magoua, 2007 : 77).

  • 16 Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) est le parti au pouvoir. Il a été créé (...)
  • 17 Comme la JACHABI (organisation de la Jeunesse active pour le soutien à Chantal Biya, dirigée par O (...)
  • 18 Voici un texte assez significatif chanté à chaque manifestation : « Paul Biya, Paul Biya, Paul Biy (...)
  • 19 Ngaoundéré est le chef-lieu de la région de l’Adamaoua. La ville se situe au nord de la région sur (...)

10L’arrivée de P. Biya au pouvoir, n’a pas mis fin à ce système. Tous les éléments entourant les mobilisations de militants de son parti, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC)16 lors de chaque commémoration de l’indépendance et de la fête nationale, participent à la mise en scène de son chef comme à l’époque de l’Union nationale camerounaise (UNC) d’Ahidjo. Comme dans le passé, « le leader est à la fois le lieu géométrique et l’étalon-mètre du groupe » (Jean Lacouture cité par Schwartzenberg, 1977 : 247). Les militants du RDPC et d’organisations pro-gouvernementales17 recourent aux ressources de la propagande au cours de défilés (banderoles, chants, messages à la gloire de P. Biya18 et effigie du président). Depuis Ahidjo, les pancartes glorifiant le président et son régime sont visibles d’un bout à l’autre des défilés. Ainsi, lors de la célébration dunationcinquantenaire de l’indépendance à Yaoundé, les élèves de la maternelle au secondaire, ainsi que les étudiants des universités publiques et des instituts d’enseignement supérieur privés, portaient des messages sur les réalisations du Renouveau avec P. Biya. Dans le même temps, ils entonnaient des chansons patriotiques comme « le Cameroun est une terre de la gloire et un pays paisible ». À Ngaoundéré19, on a vu des associations et mouvements sportifs et culturels portant des banderoles appelant à la préservation de l’unité, de la paix, de la stabilité. L’omniprésence des forces de sécurité lors de chaque commémoration contribue à édifier le grand public, voire à le convaincre de la détermination du Gouvernement à tout mettre en œuvre pour préserver la sécurité. Ceci était particulièrement important en 2010 car des gangs semaient la terreur dans tout le pays par des braquages, des vols à mains armées, des viols et des prises d’otage. Par le biais de ses propres discours et de l’intervention de relais divers, le Chef consolide son prestige, se met à l’abri des critiques et veut démontrer de fête en fête qu’il incarne le mieux la cohésion nationale et la solidité des institutions qui les porte. Pourtant, implicitement, les mêmes fêtes de l’indépendance sont des moments d’affrontement symbolique entre les autorités dirigeantes et les opposants. Pour le RDPC, le seul parti dont les structures couvrent l’ensemble du pays, il convient de démontrer tous les 20 mai, sa capacité à mobiliser ses militants, toujours plus nombreux que ceux des autres partis.

Les fêtes comme démonstration de force du parti au pouvoir

  • 20 Sur les fonctions d’intégration de ces fêtes (Bayart, 1970 : 702).

11Pour les membres de l’UNC et ensuite du RDPC, le président est le « créateur », mieux le « géniteur de la Nation ». Les compétitions sportives, où se mêlent Camerounais de toutes les religions et de tous les groupes linguistiques20, sont l’occasion pour le parti au pouvoir de présenter le chef de l’État comme le garant de l’unité nationale ; l’image paternelle veille sur une « famille unie » avec, le plus souvent, la caution de religieux. Les festivités du cinquantenaire de l’indépendance ont d’ailleurs été initiées par un service religieux qui doit consacrer le passé autant que l’avenir. En effet, comme avec les pancartes, il s’agit de préparer les prochaines échéances électorales.

  • 21 « Si l’on en croit les appels répétés en provenance de tous les coins du pays, ses compatriotes so (...)
  • 22 Bamenda est la capitale régionale du Nord-Ouest, elle a une population de 700 000 habitants et est (...)
  • 23 Le Social Democratic Front (aussi connu comme Front social démocrate) est le principal parti d’opp (...)

12Les professions de foi et marques d’attachement au président sont significatives : « Les militants et militantes du RDPC avec Paul Biya pour la paix, la stabilité et l’unité du Cameroun », « La jeunesse du RDPC avec Paul Biya pour la rigueur et la moralisation », « Non aux manœuvres de diversion », « Bâtissons l’avenir avec Paul Biya ». À un an de l’élection présidentielle, le cinquantenaire a donné aussi l’occasion aux militants du RDPC de s’exprimer en chanson : « Paul Biya, notre président, père de la Nation, Paul Biya, encore 20 ans21. » Cette démonstration de force du RDPC a parfois eu lieu de manière spectaculaire et ciblée comme à Bamenda22, fief du plus grand parti d’opposition, alors que le Social Democratic Front (SDF)23 s’évertuait à boycotter la fête nationale. Efficace, elle lui a permis d’ouvrir la voie à la reconquête de l’espace politique perdu avec l’avènement du pluralisme politique des années 90. Le pouvoir polarise l’attention, soulève les passions, capte les dynamismes. Il consomme une très forte quantité d’énergies émanant ainsi des gouvernés. Encadrés et guidés, les Camerounais transformés en masses doivent accepter la discipline et les contraintes imposées que justifie le « nécessaire progrès commun ». Cela procure l’illusion de la participation mais sans donner le contrôle sur le pouvoir.

Chercher à encadrer et divertir la population

  • 24 À rapprocher de la contribution de J. Bondaz sur le musée national de Niamey (partie III).

13Durant les commémorations sont organisées des réjouissances qui permettent à l’État d’exercer ses « fonctions ludiques » (Schwartzenberg, 1977 : 262). Selon les règles du protocole de la République, la célébration de la fête nationale du 20 mai commence la veille au soir par la tenue, dans tous les chefs-lieux des unités administratives, d’une retraite aux flambeaux et de manifestations diverses dans les quartiers. Dans l’après-midi du 20 mai sont prévues des danses folkloriques et les compétitions sportives (Djilie, 2008 : 79). Lors des cérémonies du cinquantenaire, un concert géant à Yaoundé a complété le programme. Quelques mois plutôt déjà, dans la nuit du 31 décembre 2009 au 1er janvier 2010, le pouvoir avait organisé un « Concert du cinquantenaire » au Musée national de Yaoundé, lieu symbolique célébrant l’unité24. Il était animé par les plus grands artistes du pays en présence de membres du Gouvernement et du corps diplomatique. La plus grande partie de la population apprécie ces réjouissances d’autant plus que certains entrepreneurs politiques et chefs d’entreprises, plutôt proches du régime, font preuve d’une générosité calculée (dons en boisson, argent, engrais…). S’il n’existe pas d’obligation officielle d’assister aux cérémonies – sauf pour les élèves et étudiants des établissements choisis chaque année –, beaucoup de Camerounais, malgré les difficultés économiques, pensent que l’intégration nationale sort fortifiée de ces cérémonies. Pourtant, ce moment de détente et de joie partagée ne peut faire oublier à l’opposition que le « peuple croupit sous le poids de la crise économique et du chômage ». Comment, dans ces conditions, les partis les plus critiques à l’égard du régime se positionnent-ils par rapport aux grandes cérémonies officielles ?

Les commémorations, outils de légitimation/délégitimation de l’ordre politique par l’opposition

14Sous le régime Ahidjo, aucune force politique, en dehors de l’UNC, ne pouvait participer officiellement aux commémorations de l’indépendance, a fortiori à partir de 1966 avec l’adoption du monopartisme. La situation a changé depuis l’arrivée de P. Biya et surtout à la faveur de l’ouverture démocratique des années 90. Les forces politiques d’opposition peuvent participer aux fêtes. Les opposants et leurs partis font cependant un usage variable de ces commémorations. Certains entrent dans le jeu des acteurs dominants en participant aux festivités, légitimant certes l’ordre en place, parfois par opportunisme, mais sortant ainsi de l’invisibilité à laquelle ils étaient contraints auparavant (Pokam, 2000). Les plus radicaux, cependant, tentent de subvertir les célébrations pour dénoncer le pouvoir, voire le cadre même de l’État unitaire.

La légitimation de l’ordre politique

  • 25 Bamenda est la capitale régionale du Nord-Ouest. Elle a une population de 700 000 habitants et con (...)
  • 26 Cameroon Tribune, 25 mai 2010, p. 4.
  • 27 Bafoussam est la capitale régionale de l’Ouest. Elle a une population de 347 517 habitants. C’est (...)

15En prenant part aux commémorations, les opposants répondent aux attentes du pouvoir dans la mesure où ce sont les dirigeants qui, comme on l’a vu, fixent scrupuleusement les règles de fonctionnement des célébrations. S’ils agissent ainsi, c’est pour donner des gages de patriotisme. Ainsi, le SDF décida de ne plus participer aux commémorations de la fête nationale après l’élection présidentielle de 1992 qu’il avait contestée en arguant du fait que sa victoire lui avait été « volée ». À partir de 2001 cependant, il participa de nouveau avec d’autres à la célébration. En 2010, la présence du président du SDF au défilé du cinquantenaire à Bamenda25 et celle de son parti dans tout le Cameroun furent saluées par la presse officielle26 d’autant qu’il y avait eu boycotts ponctuels en 2008 et 2009. Une autre preuve de l’attachement des opposants aux institutions et à l’ordre politique a été donnée à Bafoussam27 lors du cinquantenaire. Les responsables politiques de plusieurs partis du département de la Mifi (région de l’Ouest) ont défilé, main dans la main, précédés d’une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Un seul parti, le Cameroun. » Outre les symboles, le nombre compte aussi. En 2001, quinze partis politiques d’opposition ont défilé dans la capitale. En 2002 et 2003, ils étaient une dizaine. Lors du cinquantenaire en 2010, une trentaine de partis d’opposition légalisés ont pris part au cortège à Yaoundé.

  • 28 Maroua est la capitale régionale de l’Extrême-Nord. Elle compte une population de 450 000 habitant (...)
  • 29 Il déclara en substance que « si le RDPC ne se tient pas bien en 2012, l’UNDP remportera tous les (...)

16Cet intérêt croissant des formations politiques pour la commémoration de l’indépendance recouvre d’autres enjeux qui transcendent l’éventuelle légitimation de l’ordre politique et de son chef. En effet, la plupart considèrent que les commémorations sont incontournables pour conquérir leur propre légitimité dans l’espace public. Tel est le cas du SDF qui, en participant au défilé de 2001, entendait bien prouver qu’il était alors devenu un parti avec lequel il fallait compter. Aussi, la participation aux célébrations est-elle devenue un moment de compétition potentielle entre les formations politiques ayant pignon sur rue dans la capitale et dans les différentes régions du pays. Ces démonstrations de force des partis ont d’abord lieu dans leurs fiefs respectifs. À Maroua28 lors de la célébration du cinquantenaire, la forte mobilisation de l’UNPD a même conduit le président d’une sous-section de Daoualaré à imaginer une possible victoire de son parti lors des élections à venir29. Durant le défilé de 2009, le Cameroon Party for Social Justice (CPSJ), nouvellement fondé par Bernard Kisob, a créé la surprise en faisant défiler des militants dont le nombre a dépassé ce qu’on aurait pu prévoir à Bamenda. L’Alliance des Forces Progressistes de l’avocat Bernard Muna, transfuge du SDF, a montré qu’elle avait clairement attiré des militants et des jeunes déçus par le SDF.

  • 30 Il s’agit de Félix Moumié ancien président, Ndeh Ntumaza, Ossende Afana, R. Um Nyobe, ancien secré (...)

17Les commémorations sont un moyen de promotion des partis mais également de leurs leaders. Lors du défilé du 20 mai 2001, les militants de l’AMEC (Action pour la méritocratie et l’égalité des chances) ont arboré des pagnes sur lesquels on pouvait reconnaître l’effigie de leur président. À l’occasion du cinquantenaire à Bafoussam, l’UPC a encore attiré l’attention des foules à travers une dizaine de portraits de certains nationalistes et martyrs des luttes d’indépendance au Cameroun. « Le cinquantenaire : c’est nous » pouvait-on lire sur une grande banderole de l’UPC. Ceci n’a pas été possible à Yaoundé où des militants de ce parti ont été exclus des rangs, avant le passage de leur formation sur le boulevard du 20 mai. Ils détenaient également une banderole avec les effigies des dirigeants de leur parti à l’époque de la lutte pour l’indépendance sur laquelle il était écrit « Héros de l’indépendance et de la réunification30 ». D’autres militants arboraient des tenues à l’effigie d’Um Nyobe sur lesquelles il était écrit : « Cinquantenaire de l’assassinat de Um Nyobe Issounga Ruben : hommage à notre martyr. »

  • 31 Il déclara que : « en participant avec engouement et discipline au défilé marquant la célébration (...)
  • 32 Il a déclaré à propos de la célébration du cinquantenaire que : « cette célébration et, naturellem (...)
  • 33 Au président de l’UNDP par exemple, il écrit après la commémoration du cinquantenaire : « Au momen (...)
  • 34 Bernard Muna a déclaré : « Il est regrettable que ceux qui ont pris sur eux de moduler l’histoire (...)

18L’acceptation des institutions qui passe par la participation – parfois très critique – aux commémorations de l’indépendance est souvent théorisée de manière explicite par certains opposants comme le président de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP)31. Tous ne sont pas dupes de l’argument patriotique. Un autre opposant, M. Issa Tchiroma, voit bien qu’être présent induit le risque de cautionner le régime32. En effet, comment comprendre le geste du Président de la République qui félicite personnellement chacun des leaders de ces partis d’opposition après les défilés33 ? Le parti de Bernard Muna quant à lui, a fustigé la célébration du cinquantenaire de l’indépendance en dénonçant une « falsification de l’histoire34 ». Cependant, ses propos n’ont reçu que peu d’écho, tant de la part du pouvoir que des autres leaders de l’opposition ce qui illustre la lutte entre ces derniers pour s’approprier cette commémoration – une lutte qui ne peut que renforcer le parti dominant. Pendant que les forces de l’ordre s’évertuaient à saisir les banderoles des partis d’opposition, le RDPC défilait partout avec toutes les siennes et, fait nouveau, pour le cinquantenaire, on vit aussi défiler des portraits de l’épouse du président Biya à Yaoundé, ce qui illustre la place grandissante que celle-ci occupe désormais dans l’espace politique camerounais (Pokam, 2006).

La contestation de la célébration comme stratégie de délégitimation du pouvoir

  • 35 Voir, dans cet ouvrage, la contribution de D. Abwa (partie II) à propos de la peur qui entoure la (...)

19Durant les commémorations de l’indépendance et, à partir de 1972, durant celles de la fête nationale déplacée au 20 mai, les opposants ont toujours cherché à déstabiliser le pouvoir en attirant le regard vers des « contre-commémorations », voire, dans un phénomène classique d’inversion, des anti-commémorations. Cela répond à l’un des principes de l’approche stratégique selon lequel « les joueurs peuvent, par leurs actions, déplacer les enjeux d’un système où ils sont perdants à un autre système où le terrain leur est plus favorable » (Friedberg, 1997 : 244). Ce phénomène a des racines anciennes. L’UPC publia, le 29 décembre 1959, une déclaration qui contestait la valeur juridique de la proclamation d’indépendance qui devait avoir lieu le 1er janvier 1960. C’est la raison pour laquelle les leaders de ce parti déclenchèrent une insurrection. Le 30 décembre 1959, ses membres envahirent les quartiers de Douala, de Yaoundé et d’autres villes importantes de l’ouest et du sud du pays. Au cours de cette nuit qui précédait le jour de l’indépendance, les rebelles frappèrent plusieurs fois la brigade de gendarmerie de Kékem. Beaucoup d’incidents eurent lieu dans d’autres régions mais ne changèrent rien à la situation. Sur les terres où régnaient en maître les colonnes rebelles de Félix Moumié, les cris « Indépendance ! » ont retenti par milliers. À Kékem, première grosse bourgade bamiléké sur la route de Bafang, à un carrefour reliant la plaine des Mbo à Dschang, quatre assauts contre la gendarmerie firent une centaine de morts. Les villes de Dschang, Mbouda, Bafang, Bagangté furent prises par les rebelles (Previtali, 1999 : 165). Le 1er janvier 1960 fut donc très contrasté35. Pendant que bon nombre fêtaient l’indépendance, d’autres subissaient les violences de l’UPC ou ses provocations. Le 2 janvier 1960, à Douala, lors du défilé, on entendit des militants scander : « Um Nyobe n’est pas mort ! Il reviendra ! » alors que le drapeau de l’UPC encore interdite flottait sur le cortège (Gaillard, 1989 : 16). L’historien Engebert Mveng rapporte que l’effigie de Ruben Um Nyobe, présenté comme le « vrai père de l’indépendance », fut portée en triomphe. On chanta « Um Nyobe n’est pas mort ; il reviendra parmi nous ! » (Mbembe, 1986 : 67).

La critique des autorités dirigeantes et de leur pouvoir

20Sous P. Biya, la critique des autorités dirigeantes lors des commémorations s’est traduite par des appels au boycott, essentiellement de la part du SDF. À partir de 1992 et de l’élection présidentielle perdue, son chef qui revendiquait la victoire décida de ne plus participer à la fête nationale. Cela dura jusqu’en 2000. Le but était de démontrer l’illégitimité du chef de l’État. Il usa encore de cette stratégie en 2008 et 2009, après avoir pris part normalement aux célébrations officielles de 2001 à 2007. En 2008, le boycott s’est limité à la province du Littoral. Le président provincial du SDF, Jean-Marie Nitcheu, l’utilisa pour faire pression sur le gouverneur de cette circonscription afin que ce dernier annule un arrêté interdisant les manifestations publiques (15 janvier 2008). Selon lui, cet arrêté non limité dans le temps et l’espace constituait une grave entrave aux libertés fondamentales pourtant garanties par les lois de la République. Il conditionna la participation du SDF Littoral à la fête de l’Unité nationale à la levée sans ambiguïté de cet arrêté. Nitcheu rappela que le gouverneur autorisait les meetings des partis gouvernementaux tout en muselant les partis et les associations civiles hostiles à la modification de la Constitution de 1996.

  • 36 Les députés à l’origine de cette décision ont même été suspendus et menacés d’être exclus du parti

21En 2009, le SDF lança un autre mot d’ordre de boycott, cette fois-ci à l’échelle nationale, pour manifester sa désapprobation à l’égard de la politique du gouvernement (hausse des frais de scolarisation des étudiants) et de son comportement (détournement des deniers publics, formes variées de corruption). Cet appel n’a pas été unanimement approuvé par certains élus et militants, en particulier à Bafoussam et Douala, ce qui témoignait d’un réel malaise au sein du parti36.

  • 37 Elecam (Élections Cameroun) est une structure créée par le chef de l’État en vue de l’organisation (...)

22Lorsqu’ils n’utilisent pas cette arme à l’efficacité toute relative, le SDF et les autres partis d’opposition transforment les fêtes en tribunes de contestation, au besoin en se jouant des forces de police. Au cours du défilé du 20 mai 2003 à Yaoundé, les militants du SDF se font remarquer par une attitude pour le moins insolite. Ceux formant le premier carré étaient vêtus de noir, les mains croisées sur la poitrine. Sans doute une manière de démontrer le caractère désastreux de la gestion publique par les autorités. Le cinquantenaire a été également un grand moment de contestation surtout à Douala, Bafoussam et Yaoundé. Le défilé se mue en moyen de pression sur le pouvoir parce que des messages inscrits sur des pancartes peuvent être lus par des personnalités étrangères se trouvant dans les tribunes officielles, particulièrement à Yaoundé. Les autorités renforcent donc leur vigilance : à Douala, des pancartes du SDF furent saisies par les forces de l’ordre. Néanmoins des militants ont tout de même réussi à exhiber deux banderoles sur lesquelles étaient inscrits d’une part « Nous voulons les vrais chiffres du recensement » et « Non à la décentralisation centralisée », d’autre part « Pour une alternance en 2011 » et « Non à Elecam37 ». À Bafoussam, les militants SDF ont aussi défilé avec des tracts hostiles à Elecam et au dernier recensement des populations. Au moment du passage devant la tribune officielle, ils ont tenu à ce que les messages qu’ils portaient soient entendus par les différentes autorités, politiques, administratives, traditionnelles et religieuses présentes. À Yaoundé, les messages contestataires ont été plus significatifs. Le SDF, favorable au fédéralisme, s’est donc prononcé explicitement contre la réunification du pays fêtée le 20 mai. Il a aussi attaqué l’Elecam. Ses militants ont de nouveau déjoué l’attention des services de l’ordre qui ne voulaient aucun son discordant, en dissimulant sur eux des tracts. C’est à leur arrivée devant les tribunes qu’ils ont sorti de leurs poches leurs messages. Alors que les pancartes et autres effigies qui remettaient en cause l’unité célébrée étaient interdites, les militants SDF ont ridiculisé les précautions des organisateurs.

  • 38 Annembom Monju, secrétaire national à la communication du SDF dans Le jour, no 693, 21 mai 2010, p (...)
  • 39 L’Action, no 713, 26 mai 2010, p. 5.
  • 40 Il déclara : « On doit oublier tout ce qui nous divise pour ne privilégier que ce qui est grand po (...)

23Ce n’était pas la première fois que ce parti manifestait son mécontentement. Ses militants avaient déjà défilé en 2008 à Yaoundé avec un ordinateur et une urne transparente pour revendiquer l’informatisation du fichier électoral et pour exiger la transparence électorale. Le message était non seulement destiné au chef de l’État mais aussi, et surtout, à la communauté internationale représentée à la tribune d’honneur par Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU, et Jean Ping, président de la Commission de l’Union africaine. La convocation du coordonateur du défilé pour le SDF par le préfet du Mfoundi après les cérémonies indique bien que cette stratégie a été payante car il lui a été reproché de « faire honte au Cameroun » en présence « des plus hautes personnalités du monde »38. En fait, le SDF voulait démontrer l’inverse de ce que soutenaient et défendaient médias, militants du parti au pouvoir et hauts responsables de l’État à propos du Cameroun, supposé « véritable foyer de la démocratie ». Cette initiative du SDF n’a évidemment pas été appréciée par le chef de l’État et les autorités de la capitale. L’Action, organe du RDPC, a dénoncé ce qu’il a appelé : « La farce du SDF »39 alors que pour le porte-parole du Gouvernement Issa Tchiroma, Ministre de la Communication, l’attitude du SDF était jugée « rétrograde »40.

*

24Finalement, les commémorations de l’indépendance et de la réunification, loin d’être de simples entreprises de diversion, sont l’objet d’un investissement politique fort. Depuis l’arrivée au pouvoir de P. Biya, la tenue des cérémonies du 20 mai a connu une nette évolution. Davantage de moyens sont engagés, notamment médiatiques. Dans un contexte récent de pluralisme, le pouvoir déploie diverses stratégies de neutralisation de ses adversaires politiques. Pour tous, chaque commémoration représente bien une forme spectaculaire et incontournable d’action publique où tous doivent habilement s’adapter aux circonstances (Friedberg, 1997 : 220). Événements ponctuels mais réitérés, les célébrations structurent ainsi profondément le calendrier politique camerounais. Dans ce jeu, les institutions non gouvernementales, en particulier les églises, semblent dans l’ensemble plus favorables aux autorités dirigeantes. En revanche, certains leaders d’opposition et certaines organisations de la société civile récentes se mobilisent lors de campagnes d’information et de sensibilisation, afin d’inciter la population à participer de manière plus active à la vie politique du Cameroun, surtout dans le sens de sa réforme. Les cérémonies de 2011 et de 2012 confortent cette observation. Ces commémorations ont donné lieu à la création d’un collectif constitué de huit partis politiques et d’une ONG appelée Offre orange, appelant les Camerounais à boycotter la fête en signe de rejet « du code électoral promulgué par le Président de la République adopté à la suite de la démarche unilatérale du RDPC ».

Bibliographie

SOURCES

Périodiques

L’Action

Cameroon Tribune

Défis Actuels

Le Jour

L’info

La Nouvelle Expression

BIBLIOGRAPHIE

Abe Claude, « Le populaire comme catégorie d’observation des dynamiques d’interpellation du politique », Communication présentée lors de la 12e Assemblée générale du Codesria, Yaoundé, 7-11 décembre 2008, p. 24, site internet : http://www.codesria.org/IMG/pdf/Claude_abe.pdf.

Amougou Dzinga, « Le Renouveau national et ses apports », Cameroon Tribune, numéro spécial sur le cinquantenaire, mai 2010.

Ahidjo Ahmadou, Anthologie des discours 1957-1979, 4 tomes, Dakar-Paris, Les Nouvelles Éditions africaines, 1980.

Bailey F. G., Les règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971.

Bakoa Monda, « Prospérité sur fond de répression », Cameroon Tribune, numéro spécial du cinquantenaire, mai 2010.

Bayart Jean-François, « L’Union nationale camerounaise », Revue française de science politique, vol. 20, 1970, p. 681-718.

Bayart Jean-François, L’État au Cameroun, Paris, Presses de Science-Po, 1985.

Bourdieu Pierre, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972.

Bourdieu Pierre, « Les rites comme centres d’institutions », Actes de la recherche en sciences sociales, no 43, 1982, p. 58-63.

Bourdieu Pierre, Choses dites, Paris, Les éditions de Minuit, 1987.

Brousselle Astrid et Champagne François, L’analyse stratégique, modèle d’analyse ou démarche théorique pour l’évaluation de l’implantation ?, 2004, site internet : www.sqep.ca/archives/…/Présentation %20Astrid.ppt.

Crozier Michel et Friedberg Ehrard, L’acteur et le système. Les contraintes de l’action collective, Paris, Le Seuil, 1992.

Djilie Daniel, Le protocole dans la République, Paris, L’Harmattan, 2008.

Elias Norbert, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985.

Fotsing Mangoua Robert, « Ruben Um Nyobe : entre censure quotidienne et survivance mythologique », in Pierre Fandio et Madini Mongi (dir.), Figures de l’histoire et imaginaire au Cameroun, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 68-79.

Friedberg Ehrard, Le pouvoir et la règle. Dynamique de l’action organisée, Paris, Le Seuil, 1997.

Gaillard Philippe, Le Cameroun, Paris, tome 2, L’Harmattan, 1989.

Ghiglione Rodolphe (dir.), Je vous ai compris ou l’analyse des discours politiques, Paris, A. Colin, 1989.

Mbembe Achille « Pouvoir des morts et langage des vivants », Politique Africaine, no 22, Le réveil du Cameroun, juin 1986, p. 37-71.

Montclaire Stephane, « L’usage du protocole. Mise en scène rituelle et travail d’institutionnalisation », in Bernard Lacroix et Jacques Lagroye (dir.), Le Président de la République. Usages et genèses d’une institution, Paris, PFNSP, 1992, p. 141-160.

Murray Edelman, Pièces et règles du jeu politique, Paris, Le Seuil, 1991.

Oyono Dieudonné, Avec au sans la France ? La politique africaine du Cameroun depuis 1960, Paris, LGDJ, 1990.

Pokam Hilaire de Prince, « L’opposition dans le jeu politique en Afrique depuis 1990 », Juridis périodique, no 41, janvier-février-mars 2000, p. 53-63.

Pokam Hilaire de Prince, « La participation des premières dames au jeu politique en Afrique », AfriMAP, mars 2006.

Pokam Hilaire de Prince, « La participation des universitaires au processus de construction/reconstruction de l’espace public au Cameroun », Communication présentée lors de la 12e Assemblée générale du Codesria, Yaoundé, 7-11 décembre 2008, p. 24, site internet : http://www.codesria.org/IMG/pdf/Hilaire_prince_pokam.pdf.

Previtali Stéphane, Je me souviens de Ruben. Mon témoignage sur les maquis camerounais (1953-1970), Paris, Karthala, 1999.

Rojot Jacques, Théorie des organisations, Paris, éditions ESKA, 2003.

Saves Christian, Démystifier la politique. Pour un nouvel ethos politique, Paris, Ellipses, 2003.

Schwartzenberg Roger-Gérard, L’État spectacle. Essai sur le star system en politique, Paris, Flammarion, 1977.

Thoveron Gabriel, La marchandisation de la politique. Du débat à la communication, Bruxelles, Éditions Labor, 2003.

Notes

1 Voir la contribution de Mélanie Torrent dans cet ouvrage, partie II.

2 Ce choix est discuté comme nous le verrons plus loin, surtout de la part des leaders politiques anglophones.

3 Voir, dans cet ouvrage, l’article de Carola Lentz qui englobe cet événement.

4 Le Cameroun doit faire face à trois héritages coloniaux, deux langues officielles européennes, deux monothéismes, des cultes animistes nombreux et, surtout, 245 langues.

5 Pour plus de détails sur cette méthode : Rojot, 2003 ; Brousselle et Champagne, 2004 ; Friedberg, 1997 ; Crozier et Ehrard, 1992.

6 « Le pouvoir en vedette cherche à séduire plus qu’à convaincre, à charmer plus qu’à argumenter. Il invite à choisir un profil plus qu’une politique, une imagerie plus qu’une idéologie. Il simplifie à l’extrême le débat public. Il en évacue ou en occulte toutes les difficultés et complexités. Avec lui, on passe du niveau de l’essai politique à celui de la bande dessinée » (Schwartzenberg, 1977 : 270).

7 Yaoundé est la capitale du Cameroun avec une population estimée actuellement à 1,8 million d’habitants.

8 L’Union des populations du Cameroun fut un parti fondé le 10 avril 1948. Ce mouvement de libération nationale comptait, sept ans après sa fondation, 460 comités de village ou de quartier et 80 000 adhérents, surtout dans la région du Littoral, le Centre, le Sud et l’Ouest, parmi les Bamiléké et les Bassa. Après avoir tenté, sans succès, la voie parlementaire en 1951-1952, l’UPC se tourna vers l’ONU qui avait la tutelle du Cameroun pour demander l’indépendance et la réunification. Sous l’égide de Ruben Um Nyobe qui en devint le deuxième secrétaire général en novembre 1948, le parti alla demander à la 4e Commission de tutelle de l’Assemblée générale de l’ONU (en décembre 1952), la révision des accords de tutelle du 13 décembre 1946 qui avaient été signés sans aucune consultation préalable des populations, la réunification immédiate, la fixation d’une date (à 10 ans) pour mettre fin aux accords de tutelle et donner l’indépendance politique au Cameroun. À partir de 1953, face à l’intensification de la répression par le pouvoir colonial, l’UPC, notamment sous l’impulsion du docteur Félix Moumié, radicalise ses modes d’action. Après une première révolte en mai 1955, brutalement réprimée, le parti est dissous par décret le 13 juillet 1955 et ses dirigeants doivent s’exiler à Kumba (Cameroun britannique), puis au Caire, à Conakry, à Accra ou à Pékin. Ruben Um Nyobe sera tué dans le maquis le 13 septembre 1958. Félix Moumié fut empoisonné à Genève en octobre 1960 par les services secrets français mais l’UPC poursuivit la lutte armée jusqu’à l’arrestation en août 1970 d’Ernest Ouandié, son nouveau chef, fusillé le 15 janvier 1971. Entre-temps, un autre leader de l’UPC, Osendé Afana, a été assassiné dans le sud-est du pays, le 15 mars 1966 par le régime d’Ahmadou Ahidjo.

9 Il affirma que « combien dérisoires et criminelles, dans ces conditions, apparaissent les menées de ces ambitieux, de ces quelques égarés aveugles et sourds, possédés de haine et de violence, qui, en commettant des assassinats odieux veulent entretenir un climat de désordre et de crainte, à la faveur duquel ils espèrent assouvir leurs instincts de domination ! […] Si la clémence est susceptible d’être, comme par le passé, à la mesure des repentirs, la punition, s’ils persistent dans leur égarement, sera, elle, en revanche, inéluctable et implacable » (Ahidjo, 1980 : 717).

10 Il déclara que « ceux qui se sont séparés de nous et ont tenté de conquérir les objectifs qui revenaient à tout un peuple n’ont fait cela qu’à travers la marche de leurs frères. Qu’ils reconnaissent leurs erreurs et leurs défections. Nous oublierons leurs défections et l’histoire ne retiendra que l’action commune d’un peuple épris de dignité, de justice et de liberté », cité par le journal indépendant, L’Info, no 99, 10 décembre 2009, p. 6.

11 À la faveur du processus de libéralisation politique engagé par P. Biya dès son accession au pouvoir, on les retrouve aujourd’hui dans les grandes librairies du pays.

12 Pour une connaissance générale du cérémonial ayant lieu à la capitale lors de la fête du 20 mai en présence du chef de l’État (Djilie, 2008 : 79-80).

13 Pour conclure, il ajoute qu’en « une demi-dizaine d’années donc, nous avons pu rattraper l’énorme retard accumulé pendant les premières années de l’indépendance sur le plan social » (Amougou, 2010).

14 L’Action, no 713, mai 2010, p. 9. Il s’agit du journal du parti Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), parti du chef de l’État créé en 1985.

15 Selon Bayart, « la doctrine du régime souligne l’importance de la notion du chef en Afrique. De fait, le président Ahidjo et tout ce qui a trait à lui, son Premier ministre comme le parti, suscitent des manifestations affectives et émotionnelles teintées de lyrisme, voire de mysticisme et de religiosité » (Bayart, 1970 : 704). Pour une vision d’ensemble de la situation politique du Cameroun à l’époque d’Ahidjo (Bayart, 1985).

16 Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) est le parti au pouvoir. Il a été créé en 1985 pour remplacer l’Union nationale camerounaise (1960-1984), ancien parti unique fondé par Ahmadou Ahidjo qui a dominé la vie politique depuis l’indépendance en 1960. Bien que se voulant le rassemblement de tous les Camerounais, son idéologie est considérée comme plutôt proche de la droite. Cependant parce qu’il s’agit avant tout d’un parti de gouvernement, les adhésions peuvent davantage relever du désir de participer à la gestion des affaires ou du clientélisme que de l’idéologie. Aux élections présidentielles de 1997, son candidat P. Biya (président de la République depuis 1982) a obtenu 92,6 % des voix et le RDPC a remporté 123 des 180 sièges de l’Assemblée aux législatives qui ont suivi. Aux législatives des 30 juin et 15 septembre 2002, ce parti a remporté 149 sièges. À l’élection présidentielle du 11 octobre 2004, son candidat, P. Biya, a remporté 70,8 % des suffrages.

17 Comme la JACHABI (organisation de la Jeunesse active pour le soutien à Chantal Biya, dirigée par Olivier Etoundi) et la PRESBY (President Biya’s Youth) créées à destination des Camerounais anglophones.

18 Voici un texte assez significatif chanté à chaque manifestation : « Paul Biya, Paul Biya, Paul Biya, Paul Biya, notre président, notre président, père de la Nation, notre président, P. Biya toujours chaud gars ! Chaud ! Chaud ! Chaud ! »

19 Ngaoundéré est le chef-lieu de la région de l’Adamaoua. La ville se situe au nord de la région sur le plateau de l’Adamaoua. C’est un carrefour important du commerce régional puisque c’est un passage obligé du transport routier entre les villes du sud du pays et les villes du nord. La voie de chemin de fer venant de Douala s’arrête dans cette ville. Le 17 janvier 2008, la communauté urbaine de Ngaoundéré a été créée. Sa population est de 231 376 habitants.

20 Sur les fonctions d’intégration de ces fêtes (Bayart, 1970 : 702).

21 « Si l’on en croit les appels répétés en provenance de tous les coins du pays, ses compatriotes sont prêts à lui accorder massivement un nouveau mandat à la tête de l’État. Le temps qui passe ne semble donc pas avoir érodé la confiance inébranlable que ses concitoyens ont placée en lui en 1982 », « Paul Biya : un destin exceptionnel », Cameroon Tribune, numéro spécial, mai 2010.

22 Bamenda est la capitale régionale du Nord-Ouest, elle a une population de 700 000 habitants et est parmi les cinq premières villes camerounaises pour les activités économiques.

23 Le Social Democratic Front (aussi connu comme Front social démocrate) est le principal parti d’opposition du Cameroun. Il est dirigé par Ni John Fru Ndi et bénéficie d’un fort soutien populaire dans les régions anglophones de l’ouest du pays ainsi que dans des villes francophones comme Douala, la capitale économique. D’orientation de centre-gauche, il est membre de l’Internationale socialiste. Il a été fondé en 1990 pour s’opposer au RDPC. Fru Ndi s’est présenté comme candidat du SDF à l’élection présidentielle de 1992 et le parti considère que la victoire lui a alors été confisquée. Fru Ndi a été très critiqué par la presse camerounaise pour s’être installé par la suite à Yaoundé. Aux élections législatives des 30 juin et 15 septembre 2002, le SDF a remporté 22 des 180 sièges de l’Assemblée nationale camerounaise. À l’élection présidentielle du 11 octobre 2004, Ni John Fru Ndi, candidat du SDF a obtenu 17,4 % des suffrages d’après les résultats officiels. En 2006, le SDF a tenu deux congrès simultanément suite à des querelles internes : celui des « légitimistes » et celui des « dissidents ». La justice a été appelée à se prononcer sur la légitimité des deux factions. L’aile « légitimiste » a reconduit sans surprise à la présidence Ni John Fru Ndi, fondateur du SDF, à l’issue d’un congrès de trois jours qui s’est tenu à Bamenda. L’aile « dissidente » a tenu des assises concurrentes à Yaoundé et a élu à la présidence du SDF Bernard Muna. Des affrontements entre militants des deux camps ont fait un mort, Grégoire Diboulé, dans les rangs des « dissidents » lors de ce congrès. Ni John Fru Ndi a été mis en examen pour « complicité d’assassinat, blessures simples et blessures légères » avec une vingtaine d’autres dirigeants du parti en août 2006 suite à ce décès. Selon plusieurs enquêtes, dont celles de Xavier Luc Deutchoua et du Comité catholique contre la faim et pour le développement, Ni John Fru Ndi aurait accumulé une fortune de plus de 125 millions de dollars dont « plus de 70 % de l’argent provient de ses deals politiques avec le chef de l’État camerounais en fonction », en particulier entre juin 2002 et 2005. Il est en outre accusé d’avoir perçu 500 millions de Francs CFA lors de la présidentielle de 2004 pour casser la dynamique de l’opposition. Lors de la dernière élection présidentielle de 2011, il a été second avec un résultat de 10,71 % alors que P. Biya obtenait 77,981 %.

24 À rapprocher de la contribution de J. Bondaz sur le musée national de Niamey (partie III).

25 Bamenda est la capitale régionale du Nord-Ouest. Elle a une population de 700 000 habitants et constitue la cinquième ville économique du pays.

26 Cameroon Tribune, 25 mai 2010, p. 4.

27 Bafoussam est la capitale régionale de l’Ouest. Elle a une population de 347 517 habitants. C’est la troisième ville économique du Cameroun.

28 Maroua est la capitale régionale de l’Extrême-Nord. Elle compte une population de 450 000 habitants. Elle fait partie des cinq premières villes du Cameroun.

29 Il déclara en substance que « si le RDPC ne se tient pas bien en 2012, l’UNDP remportera tous les sièges. Les militants du RDPC du quartier Lopere se sont reversés à l’UNDP depuis les casses organisées par le délégué du Gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Maroua. Nous sommes tous vexés et préférons rentrer à l’UNDP, même si nous n’avons rien plutôt que de donner nos vies à un parti qui n’est jamais reconnaissant », La Nouvelle Expression, 21 mai 2010, p. 8.

30 Il s’agit de Félix Moumié ancien président, Ndeh Ntumaza, Ossende Afana, R. Um Nyobe, ancien secrétaire général, Ernest Ouandié, ancien vice-président et Abel Kingué, vice-président.

31 Il déclara que : « en participant avec engouement et discipline au défilé marquant la célébration du 38e anniversaire de l’État unitaire, les militants et militantes de l’UNDP ont témoigné leur respect pour les institutions de la République et démontré leur patriotisme », Cameroon Tribune, 21 mai 2010.

32 Il a déclaré à propos de la célébration du cinquantenaire que : « cette célébration et, naturellement, le défilé de mon parti politique qui, bien entendu, concourt aux suffrages, mais qui apporte également son soutien au chef de l’État pour l’accomplissement de son rêve, de sa mission se devait, pour sa participation, se manifester comme il l’a fait » L’Action, no 713, 26 mai 2010, p. 5.

33 Au président de l’UNDP par exemple, il écrit après la commémoration du cinquantenaire : « Au moment où le peuple camerounais célèbre dans la ferveur et l’enthousiasme le 30e anniversaire de l’avènement de l’État unitaire, les militants et les militantes de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès viennent d’administrer, encore une fois, par leur défilé digne et méthodique, la preuve de leur fidélité aux institutions républicaines et aux idéaux d’unité, de paix, de fraternité et de progrès. En cette circonstance solennelle, je vous demande de leur réitérer mes vives félicitations et de leur transmettre mes encouragements patriotiques », Cameroon Tribune, 21 mai 2002, p. 33.

34 Bernard Muna a déclaré : « Il est regrettable que ceux qui ont pris sur eux de moduler l’histoire du Cameroun aient par la même occasion créé la confusion dans les esprits des jeunes générations. Le Cameroun ne célèbre ni le 1er janvier, jour de l’indépendance du Cameroun francophone, ni le 1er octobre, jour de l’indépendance du Cameroun anglophone. La logique aurait donc voulu que l’on attendît l’année prochaine pour célébrer le cinquantenaire de la réunification. Puisque nous avons banni les journées de nos indépendances », Défis Actuels du 9 au 23 mars 2010, p. 3.

35 Voir, dans cet ouvrage, la contribution de D. Abwa (partie II) à propos de la peur qui entoure la proclamation de l’Indépendance à Yaoundé et à Douala.

36 Les députés à l’origine de cette décision ont même été suspendus et menacés d’être exclus du parti.

37 Elecam (Élections Cameroun) est une structure créée par le chef de l’État en vue de l’organisation et de la supervision des élections.

38 Annembom Monju, secrétaire national à la communication du SDF dans Le jour, no 693, 21 mai 2010, p. 3.

39 L’Action, no 713, 26 mai 2010, p. 5.

40 Il déclara : « On doit oublier tout ce qui nous divise pour ne privilégier que ce qui est grand pour cette Nation. Maintenant, je pense que l’attitude du SDF au cours de ce défilé a été rétrograde ; Elecam est devenu une loi. Vous ne pouvez pas aspirer à gouverner une Nation et vous mettre en travers des lois qui la régissent. Je trouve que cette attitude est rétrograde, en tout cas, elle déshonore le SDF et ses dirigeants. Je souhaite qu’une telle manifestation, surtout en présence des dignitaires et des chefs d’État étrangers, ne se répète plus. C’est désolant et que cela ne se répète plus dans l’avenir », L’Action, no 713, 26 mai 2010, p. 5.

Auteur

Docteur en histoire, université de Dschang, Cameroun

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540