Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Troisième partie. La fabrique des mémoires : les ambiguïtés de la fête dès 1958-1960

Retour sur les indépendances africaines : le regard de Jean Rouch en question

Alice Gallois

Texte intégral

  • 1 Depuis la rédaction de cette communication, le film Baby Ghana a été projeté à plusieurs reprises (...)

1Le cinéaste-ethnographe Jean Rouch (1917-2004) a tourné près d’une centaine de films en Afrique de l’Ouest depuis la fin des années 1940. Certains de ses films ethnographiques ou de ses « docu-fictions » sont connus des chercheurs et même parfois du grand public mais nombreux sont ceux qui, n’ayant jamais fait l’objet de diffusion, restent à découvrir. Le récent transfert de l’ensemble de la filmographie de Jean Rouch aux Archives françaises du film (Centre national de la cinématographie) a donné lieu à un vaste chantier de restauration et a permis de rendre accessibles certains de ses films restés jusqu’ici méconnus (de Pastre, 2010). C’est le cas de deux documentaires relatifs aux indépendances que nous proposons d’examiner : Baby Ghana (1957) et Fêtes de l’indépendance du Niger (1962). Par leur caractère inédit1 et leur nature hybride, ces films constituent des sources nouvelles et complémentaires aux documents audiovisuels plus classiques existants, et nourrissent de façon originale la réflexion sur la période cruciale des indépendances africaines.

  • 2 Archives du CNRS : 910024/DPC, « dossier de carrière de M. Jean Rouch ».
  • 3 Sa thèse a été publiée en 1960 sous le titre d’Essai sur la religion Songhay aux Presses universit (...)
  • 4 Le CNRSH, ancien centre de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN), devient l’Institut de reche (...)

2Présent au moment des décolonisations sur la scène africaniste par ses travaux de recherche écrits ou filmiques, Jean Rouch s’est naturellement saisi de sa caméra pour témoigner des événements en cours. C’est au Niger, où il est affecté comme ingénieur des Travaux Publics dès les années 1940, que naît sa vocation pour l’ethnographie qu’il développe au contact de Marcel Griaule, de Germaine Dieterlen et de Théodore Monod (Gallois, 2007). Grâce au soutien du musée de l’Homme Jean Rouch intègre le CNRS à la fin des années 19402 ; après la soutenance de sa thèse de doctorat d’État en 1952, sous la direction de Marcel Griaule3, il est recruté au CNRS où il poursuit son travail de recherche sur les Songhay du Niger. À la veille de l’indépendance du Niger, Jean Rouch effectue des travaux sur les phénomènes migratoires en Afrique occidentale et obtient la direction scientifique du Centre national de la recherche en sciences humaines (CNRSH) de Niamey4. Cette double appartenance lui confère un rôle déterminant dans la coopération entre instituts et programmes de recherche africains et français et renforce son influence dans les réseaux de la recherche « africaniste ».

3L’enquête sur les migrations des Sahéliens en Gold Coast qu’il mène dès le début des années 1950 constitue un tournant essentiel dans son parcours scientifique (Gallois, 2009). Intégrant de nouvelles problématiques proches des thèses défendues par Georges Balandier (1955) et modifiant l’approche méthodologique de la recherche en sciences humaines au moyen de l’outil audiovisuel, Jean Rouch participe au renouvellement de l’ethnologie française. Plus ouverte aux autres disciplines, notamment à la sociologie, l’ethnologie s’approprie la question des transformations sociales et culturelles (Tai, 2001) et les problèmes contemporains du continent africain. Les dynamiques sociales et l’hybridation des pratiques culturelles sont désormais au centre de son travail de chercheur et de cinéaste. Par l’étude des Hauka, notamment révélée dans Les Maîtres fous en 1954, et celle des mutations urbaines et des phénomènes migratoires, thèmes majeurs de ces docufictions des années 1954 avec Jaguar et 1957 avec Moi, un Noir (Delmeulle, 1989), Rouch aborde à sa façon la « situation coloniale » (Balandier, 1951).

4L’œuvre de Rouch témoigne ainsi des évolutions d’une société qui s’est modifiée au contact de la présence étrangère et c’est de façon très naturelle qu’il filme l’accession du Ghana à l’indépendance et les fêtes de l’indépendance au Niger. Dans les deux courts-métrages dont nous proposons ici l’étude, Rouch filme en étant conscient d’être témoin de l’Histoire. À l’instar de ses films ethnographiques, il enregistre ce qu’il considère comme un monde en train de disparaître pour en constituer les archives. Le premier film, Baby Ghana (1957), a été tourné à l’occasion de l’accession à l’indépendance du Ghana le 6 mars 1957. Décrivant l’ambiance de la capitale Accra, Jean Rouch et Adam Al Hadj Kofo, un jeune homme de la ville, commentent les différents moments de cette journée historique. Le second document concerne quant à lui le Niger, terrain de prédilection de l’ethnographe. Coréalisé avec Louis Civatte, Fêtes de l’indépendance du Niger (1961) rend compte de la célébration du premier anniversaire de l’indépendance de ce pays.

  • 5 Fonds Jean Rouch. Département des Manuscrits de la BNF : NAF 28454 – en cours de traitement. Ce fo (...)
  • 6 Archives du CNRS : 910024/DPC : Dossier de carrière de M. Jean Rouch (1947-1971) et 910025/DPAA : (...)
  • 7 Baby Ghana est désormais disponible en DVD auprès de la vidéothèque du CNRS Images ; il peut égale (...)

5Cet article ne prétend pas faire une étude exhaustive des deux films, mais se propose d’examiner la manière dont de tels documents peuvent devenir des sources d’Histoire. Il s’agit de considérer d’une part le film comme un témoin des cérémonies, privées ou officielles, célébrant l’indépendance ou la commémorant. Ces courts-métrages donnent à entendre de multiples témoignages qu’il convient d’analyser pour saisir la manière dont les indépendances sont perçues dans les discours officiels et par les acteurs mis en scène. En filmant, l’africaniste pose lui aussi son regard sur ces événements historiques. La démarche qui sous-tend chacun de ces films doit être mise en perspective suivant une approche comparatiste pour déterminer les spécificités de ces documents inédits et tenter d’évaluer leur valeur d’archive pour l’histoire des indépendances africaines. Ainsi, les films et leurs conditions de production seront attentivement examinés à l’aune du parcours institutionnel et intellectuel de leur auteur notamment au travers des carnets de missions5 et des rapports d’activités rédigés pour le compte du CNRS6, conférant une nouvelle vie à ces documents inédits7.

Filmer les indépendances africaines (1957-1962)

Baby Ghana et Fêtes de l’indépendance du Niger

6Le premier film, Baby Ghana (1957), a été tourné à l’occasion de l’accession à l’indépendance du Ghana le 6 mars 1957. Accompagné par le jeune immigré nigérien Adam Al Hadj Kofo, Jean Rouch filme les lieux-symboles de l’histoire de la Gold Coast. Le spectateur découvre ainsi les fortifications portugaises et la prison où fut détenu Nkrumah, puis le stade voué à devenir à son tour un lieu de mémoire ; c’est en effet là que se déroule une partie des cérémonies d’accession à l’indépendance du Ghana. La duchesse de Kent, représentant la couronne d’Angleterre, et de nombreuses personnalités africaines viennent célébrer cet événement et applaudir les défilés officiels de civils et de militaires. S’ensuit la commémoration des Anciens combattants devant le monument aux morts aux pieds duquel la duchesse de Kent et le dernier gouverneur général pose une couronne de fleurs. Les fêtes se poursuivent par une course en pirogues où deux équipes de « chargeurs de cacao » s’affrontent. Le lendemain, la première Assemblée nationale du Ghana se réunit devant une foule émue. Ce sont les chefs locaux qui viennent clore les cérémonies en saluant une dernière fois la duchesse et annoncer le début des festivités locales. Le surlendemain, les gradins sont démontés et la vie quotidienne reprend son cours. C’est le dialogue enjoué qui s’établit entre Jean Rouch et Adam Al Hadj Kofo qui constitue le récit de ces journées historiques.

7Fêtes de l’indépendance du Niger a été tourné en août 1961, un an après l’indépendance du Niger. On y découvre plusieurs délégations réunies à Niamey pour fêter l’indépendance du pays aux côtés de plusieurs chefs d’État venus du monde entier assister à la commémoration. Hamani Diori, président de la nouvelle République, prononce un discours devant la foule, proposant un bilan de la première année d’indépendance et annonçant les perspectives économiques et politiques du pays. Les populations venues de tout le pays entament le défilé sous le regard des habitants de Niamey présents en nombre. Les festivités se terminent par une soirée réunissant élites nigériennes, journalistes et représentants de l’État français. Le film se veut descriptif ; il porte un regard plus distancié que le précédent. La bande sonore est essentiellement composée de sons réels, enregistrés lors des événements : musique et bruits de foule ponctuent le discours officiel d’Hamani Diori.

Des films hors normes au regard de la production audiovisuelle de l’époque

  • 8 Fête de l’indépendance du Niger, reportage réalisé pour le JT de 13 heures du 22 décembre 1961 par (...)

8Ces deux films constituent des sources nouvelles, distinctes des documents audiovisuels plus classiques tels que les Actualités filmées8. Baby Ghana et Fêtes de l’indépendance du Niger ne sont pas de simples reportages, donnant à voir l’« actualité » filmée par un journaliste. Ils se démarquent d’abord par le format adopté : contre les 40 secondes ou 1 minute 30 requises pour un reportage d’actualité, chacun de ces courts-métrages dure environ 25 minutes, autorisant une plus grande liberté de choix dans les scènes à transmettre à la postérité et permettant de montrer l’événement sous différents angles (de Pastre, 2010 : 56-57). Sur les traces de Marcel Griaule, Jean Rouch ne documente pas seulement la part la plus visible mais l’ensemble de la manifestation, tel que son maître l’enseignait : « il ne s’agit pas de donner quelques coups de sonde dans des contrées diverses, au hasard des voyages et des goûts, mais de s’arrêter longuement partout où il y a des hommes, et de les observer » (Griaule, 1957). La démarche propre à Rouch se distingue nettement de la production de l’époque. Sa connaissance approfondie des enjeux locaux que soulève l’indépendance des deux pays oriente inéluctablement sa perception des événements à l’aune de son travail d’ethnographe (Leprohon, 1945).

9À la différence des films d’actualités qui montrent essentiellement les manifestations officielles sous l’angle de l’ancienne puissance coloniale (Huret, 1984 : 137), le point de vue adopté par Jean Rouch se distancie des anciens pouvoirs politiques en se focalisant davantage sur les expressions populaires des festivités. Ce qui l’intéresse n’est pas tant l’événement politique en lui-même que les transformations dont il est porteur. Il semble que les questions qui taraudent Rouch au cours de la réalisation de ces deux films participent pleinement au travail d’enquêteur qu’il mène depuis de nombreuses années. Quelles seront les répercussions de tels bouleversements politiques sur les structures sociales et culturelles de ces régions ? Comment l’État va-t-il prendre en charge les diversités culturelles ? Le sentiment national va-t-il se substituer au sentiment d’appartenance « ethnique » ? C’est bien d’après une grille de lecture d’ethnographe que Rouch entreprend son analyse de la situation, qu’il entend partager au moyen de ces films.

10Son approche n’est pas simplement liée à son parcours de chercheur mais aussi d’ethnographe-cinéaste tel qu’il en définit l’identité : le chercheur-cinéaste est celui qui réunit la connaissance scientifique et les compétences techniques du cinéaste (Gallois, 2009 : 82-84). Pour Jean Rouch, seul « l’ethnographe est celui qui peut savoir quand, où, comment filmer » (Rouch, 1973 : 61) car son expérience sur le terrain constitue le préalable nécessaire à toute entreprise filmique. Sur les pas de Robert Flaherty dont le célèbre Nanouk l’Esquimau (1922) révolutionne l’approche du documentaire en montrant des autochtones choisis pour jouer leur propre rôle (Gauthier, 1995 : 49 ; Piault, 2000 : 72), Rouch prône l’observation participante ; cette notion de participation suppose de pénétrer un milieu pour en saisir au mieux les différents aspects, notamment grâce à la pratique du tournage à l’épaule : « Si nous étions quelques-uns […] à filmer sans tripode, c’était surtout par économie de moyens et pour permettre des déplacements rapides entre deux prises de vues » (Rouch, 1973 : 62). L’idée consiste à se placer au plus près de la manifestation pour adapter plus facilement la prise de vues à l’action observée. Le cinéma de Jean Rouch affirme donc de nouvelles ambitions qui visent à allier le savoir scientifique aux savoir-faire cinématographiques au sein d’une même démarche.

11Par ailleurs, tout comme Flaherty en son temps, il ne cherche pas à enregistrer une réalité brute ; il se l’approprie et intervient directement dans sa mise en forme (image et son) pour la restituer telle que son expérience de terrain lui a permis de l’interpréter. Le montage des séquences constitue une mise en récit des événements qui sont par ailleurs contextualisés (de France, 1982 : 105). Dans l’un et l’autre film, les événements sont encadrés par un début et une fin. D’un point de vue de la forme, Baby Ghana ressemble au film Les Maîtres fous (1954) dans lequel Jean Rouch manifestait déjà le souci de construire une histoire à partir du réel (de Pastre, 2010 : 50-53). Pour lui, l’événement n’est pas un sujet en soi. Il cherche à l’intégrer à un récit dont il est maître par le choix du montage des images et de la bande sonore et, au-delà, à une certaine mise en scène, procédé inhérent à la fiction, s’éloignant ainsi du reportage d’actualités ou, dans un tout autre registre, du film amateur.

Des contextes de réalisation spécifiques

12Les deux films de Rouch ont comme dénominateur commun de s’intéresser directement au fait politique que constitue l’accession des pays africains à l’indépendance, en partie à travers le prisme des cérémonies officielles que les jeunes nations ont organisées à cette occasion dans leur capitale, « ville magnifiée » par excellence (d’Almeida-Topor, 1999). Pourtant, il existe plusieurs différences. La première concerne la nature même de l’événement : Baby Ghana rend compte de la cérémonie d’accession à l’indépendance elle-même, Fêtes de l’indépendance du Niger de sa commémoration. Ensuite, les conditions d’accession à l’indépendance sont différentes : le Ghana est le premier État africain tandis que la République du Niger voit le jour en 1958 avant d’accéder à l’indépendance en 1960, lors de la vague de décolonisation française. Au regard de ces brèves observations, il semble que comparer deux documents filmiques finalement aussi différents n’a d’intérêt que dans la mesure où ils peuvent éclairer le rapport que l’ethnographe-cinéaste noue avec chacun de ces terrains.

  • 9 Voir dans cet ouvrage l’article de Julien Bondaz en partie III.

13Au-delà des événements en eux-mêmes, ce qui différencie ces deux documents réside essentiellement dans le rapport qu’entretient Rouch avec chacun de ces deux pays. Le Niger est son terrain de prédilection : c’est à celui-ci qu’il a consacré, à la veille de l’événement politique, l’essentiel de son activité de recherche. Par ailleurs, l’ethnographe occupe dès la fin des années 1950 une place de choix dans le processus de structuration de la recherche nationale nigérienne (Gallois, 2009), puisqu’il se voit confier la direction scientifique de l’ancien IFAN par Boubou Hama, président de l’Assemblée nationale9.

  • 10 Rouch Jean, « Critique des méthodes ethnographiques classiques à propos d’une enquête sur les migra (...)
  • 11 Rouch Jean, « Critique des méthodes ethnographiques… », op cit.

14La Gold Coast est un terrain de recherche secondaire pour lui. Il bénéficie pourtant d’un accueil particulièrement bienveillant comme il l’évoque lui-même : « J’avais […] une connaissance de plusieurs années des lieux et des groupes d’origines […] mais surtout des conditions extrêmement favorables10. » « Réquisitionné » par le consul français pour mener des palabres [sic] auprès de groupes songhays originaires de Gao affiliés au Moslem Association Party qui s’était engagé dans une lutte contre les partisans du CPP de Nkrumah, Rouch devient un interlocuteur privilégié. En assumant ce rôle de médiateur, il aurait permis d’aplanir les hostilités, ce qui lui aurait valu la bienveillance des autorités et des migrants sahéliens : « Dès lors, il me fut possible d’aller partout, [notamment] de suivre les émigrants dans les réunions politiques ou dans leurs cérémonies privées, sans être l’objet d’une surveillance particulière11. »

15Rouch a une connaissance de la colonie britannique plus médiatisée que celle du Niger, puisqu’il l’a découverte au travers de ses études sur l’organisation sociale des migrants sahéliens. Il réalise d’ailleurs Baby Ghana en collaboration avec certains d’entre eux. C’est le cas de Damouré Zika qu’il connaît depuis le début des années 1940 et qu’il associe à tous ces films, et d’Adam Al Hadj Kofo, Zerma de Birni migrant très régulièrement en Gold Coast, qui a rejoint l’équipe de Rouch en juin 1954. C’est par le biais de celui-ci que Rouch a pu s’introduire parmi les communautés de migrants venus s’installer à Accra ou à Kumasi. Membre de l’association des migrants français à Accra, Al Hadj Kofo est devenu un interprète et un guide incontournable et c’est, de nouveau, par ses yeux que Rouch appréhende – ou feint d’appréhender – l’indépendance du pays.

Des films comme source directe de l’histoire des indépendances africaines

16Par le lien sonore et visuel direct qu’ils permettent sur le plan technique, les deux films de Rouch transcrivent le déroulement des cérémonies, les pratiques et modes vestimentaires qui y sont associées et montrent la manière dont se représente la nation en gestation ainsi que les interrogations du moment.

Les cérémonies officielles : vitrine de la diversité et de l’unité nationale

  • 12 Au Niger : défilé de femmes touareg sous la conduite de la femme du ministre chargé des affaires n (...)

17Baby Ghana et Fêtes de l’indépendance du Niger montrent essentiellement les cérémonies officielles bien que la caméra de Rouch n’évacue pas pour autant les rassemblements plus populaires qui s’organisent en marge des grandes manifestations. Elle filme les « deux mondes [qui se côtoient] tout en s’interpénétrant » qu’évoque d’Almeida-Topor, « symbolisés, d’une part, par les fanfares, les défilés, les réceptions officielles à l’occidentale et, de l’autre, par les tam-tam, les danses populaires et la foule portant le plus souvent des vêtements locaux » (d’Almeida-Topor, 1999 : 260-261). La diversité des pratiques et des acteurs en présence diffuse l’impression d’enthousiasme et confère une dimension supplémentaire à l’unité nationale revendiquée. Malgré les différences contextuelles évoquées plus haut, les cérémonies filmées dans Baby Ghana et dans Fêtes de l’indépendance du Niger sont relativement similaires dans le protocole qu’elles appliquent et par leur composition même. Les défilés sont l’occasion de témoigner de la diversité nationale à travers les danses, les chants et les vêtements traditionnels12. Chacun revendique son appartenance socio-culturelle et sa légitimité à intégrer la nouvelle nation. Les fêtes de l’indépendance ou ses commémorations sont ainsi l’occasion de fédérer les peuples (d’Almeida-topor, 1999 : 259) et donc de revendiquer « l’unité nationale » :

  • 13 Témoignage d’un jeune Nigérien au début de Fêtes de l’indépendance du Niger.

« Les fêtes du milieu décembre représentent pour le Niger, le point de départ d’une mythique [sic] : la mythique de l’unité nationale. [Elles permettent aux] habitants du Niger habitant les différentes régions de se rencontrer à Niamey […] et c’est dans ce sens que nous avons fait venir des représentants de toutes les ethnies habitant ce pays, pour nous rencontrer d’abord, et pour nous […] apprécier davantage13. »

  • 14 Le terme jaguar provient de la voiture, considérée comme la plus prestigieuse de l’Afrique de l’Ou (...)
  • 15 Hamani Diori : « dans une première phase en effet, il était indispensable que l’État se fortifie, (...)
  • 16 L’armée, « garante » de la nation, qui montre « aux hommes de Ghana comment il faut faire la guerr (...)

18La diversité des groupes socio-professionnels est aussi représentée : ainsi se succèdent écoliers, pompiers, boy-scouts et jaguar14 en Gold Coast. Les vêtements, empruntés à la mode occidentale, rompent avec l’image traditionnelle et multiculturelle mise en avant et témoignent de l’hybridation des pratiques. Chemises blanches et cravates d’un côté, pagnes, tissus colorés et masques de l’autre. Parmi les spectateurs aussi, la diversité est visible. Les deux films montrent les visages radieux et graves de ceux venus emplir les tribunes officielles : élites africaines occidentalisées, rois et chefs historiques des différentes communautés côtoient les représentants politiques et les journalistes internationaux. La multitude d’acteurs conforte l’image d’un vaste rassemblement autour de la construction de la nation. Cette impression est renforcée par la présence de l’ensemble des symboles de la souveraineté nationale, empruntés aux anciennes puissances coloniales. Les drapeaux sont omniprésents. Toutes les institutions, instruments de l’État-nation15, sont également représentées (gouvernement, armée16, école) sans que les particularismes socio-culturels des différentes populations composant la nation en gestation soient pour autant annihilés. Le patriotisme est exhorté par Hamani Diori qui ne cesse de se référer à l’union nationale comme garante de l’indépendance réelle du peuple :

  • 17 Cf. le discours de Hamani Diori dans Fêtes de l’indépendance du Niger.

« Hommes et femmes du Niger, je vous le répète, l’œuvre de rénovation en cours ne se réalisera qu’avec votre labeur, votre abnégation, votre amour de la patrie. Vous avez déjà fortement consolidé l’unité nationale, forgée au sein du parti, dans la lutte commune pour la liberté17. »

19Les cérémonies officielles donnent à voir aux spectateurs locaux et internationaux une « vitrine de la cohésion nationale » (d’Almeida-topor, 1999 : 259) à laquelle toutes les minorités, qu’elles soient d’ordre social, culturel ou religieux, se sentiraient appartenir. La célébration de l’indépendance a clairement été l’occasion d’affirmer l’unité des pays malgré l’existence de multiples minorités et la capacité de ces nouveaux États-nations à figurer en tant que tel sur la scène internationale.

L’État-nation en marche : les perspectives politiques et économiques

  • 18 Idem. : « Sur le plan de la politique mondiale, l’adhésion du Niger aux différentes organisations (...)

20Les deux films témoignent de la mise en marche de ces États-nations qui, chacun à sa façon, annoncent leurs perspectives politiques et économiques, ancrées dans la continuité avec les anciennes puissances coloniales. Celles-ci sont d’ailleurs très présentes dans le déroulement des cérémonies. Dans Baby Ghana, la duchesse de Kent apparaît même comme la véritable maîtresse de cérémonie. Seule une brève apparition de Nkrumah annonce le transfert officiel du pouvoir. Le lendemain de la cérémonie d’accession à l’indépendance, la duchesse de Kent et le dernier gouverneur général britannique viennent se recueillir sur le monument aux morts des Anciens Combattants et lors de la première assemblée générale qui se tient devant une foule joyeuse et émue, c’est encore la duchesse que l’on distingue au premier rang. Dans Fêtes de l’indépendance du Niger, la présence française est logiquement plus discrète (il s’agit du premier anniversaire de l’indépendance). La politique de coopération est évoquée à plusieurs reprises par Hamani Diori dans son discours18 et visible lors de la remise, au nom du général de Gaulle, des insignes de grand officier de l’ordre national de la Légion d’honneur à Boubou Hama, président de l’Assemblée nationale.

  • 19 À l’issue de la commémoration de l’indépendance du Niger, est organisée une fête plus intimiste. R (...)

21Les indépendances africaines ne réunissent pas seulement les anciennes puissances coloniales ; des représentants politiques et des journalistes viennent du monde entier pour assister à ces événements hautement symboliques. En témoigne la présence en mars 1957 au Ghana des représentants gouvernementaux de nombreux pays, venus saluer le nouveau gouvernement de Nkrumah. La présence internationale observée dans ces deux films prouve l’importance qu’accorde le monde aux indépendances africaines, ce qui confère à l’événement une réelle dimension mondiale. Elle rend également compte de l’orientation économique et politique que prennent ces anciennes colonies : la coopération avec les puissances européennes. Le Ghana intègre le Commonwealth. Le Niger s’appuie sur une collaboration plus étroite avec la France19 et revendique une place sur la scène internationale. En témoigne le discours d’Hamani Diori :

« Sur le plan de la politique mondiale, l’adhésion du Niger aux différentes organisations internationales, la signature d’accord de coopération avec les pays puissants et généreux, l’établissement de relations amicales et l’échange de mission de bonne volonté avec des pays lointains ; tout cela [traduit] notre volonté de ne pas nous replier égoïstement sur nous-mêmes. »

22La coopération ne doit pourtant pas engendrer une dépendance économique pérenne et le discours du président nigérien est très clair à ce sujet : « Notre dignité exige que nous nous libérions des aides financières extérieures si amicales et si désintéressées soient-elles. »

  • 20 Cf. le discours de Hamani Diori dans Fêtes de l’indépendance du Niger.

23Ne pas se replier sur soi signifie aussi pour Hamani Diori entretenir et même intensifier les liens qui unissent le pays aux trois pays membres de l’Entente, créée avec Houphouët-Boigny à qui il rend d’ailleurs hommage dans son discours et dont il salue la « mission de rapprochement entre États africains à laquelle il s’est voué20 ». Les fêtes d’indépendance offrent ainsi « l’opportunité d’affirmer la solidarité africaine » (d’Almeida-Topor, 1999 : 260).

24Baby Ghana et Fêtes de l’indépendance du Niger témoignent ainsi des préoccupations des États nouvellement indépendants et traduisent les enjeux majeurs de la période post-coloniale.

Films-témoins, discours filmés ou création cinématographique ?

25Témoins des défis qui attendent la plupart des pays africains au lendemain des indépendances, les deux films ne sont pas une transcription brute de ces événements historiques. Le cinéma n’est pas un simple reflet de son temps. Même lorsqu’il s’agit de films dits « documentaires », les événements sont mis en scène par le montage des images et l’élaboration de la bande sonore. Il n’existe pas de point neutre « d’où la réalité parlerait d’elle-même et il n’est guère possible d’adopter tous les points de vue simultanément sous tous les angles et en durée réelle » (Colleyn, 1993 : 113). La construction filmique, induite par un souci de narration, donne du sens à l’enregistrement audiovisuel dont le propos, ainsi organisé, est à même d’être reçu par le spectateur.

La mise en scène de la parole

26Dans ses deux films, Jean Rouch a recours à plusieurs « voix » : témoignages, discours officiels et commentaires s’entremêlent pour rendre compte des événements. Le discours de Hamani Diori domine Fêtes de l’indépendance du Niger : c’est autour de la parole officielle que se construit le film qui peut ainsi être considéré comme un porte-parole. Les images qui y sont utilisées interviennent principalement comme support au discours intégralement transmis. Un seul témoignage est donné à entendre : celui d’un habitant nigérien qui souligne la volonté unificatrice de la nouvelle nation. Jean Rouch et Louis Civatte s’effacent derrière les propos énoncés par Diori et le Nigérien ; c’est essentiellement le discours qui structure la première partie du film, la suite étant introduite par un commentaire laconique de Rouch annonçant la fin des défilés et le début des jeux, dont les images sont simplement accompagnées d’un fond sonore enregistré simultanément.

  • 21 On voit en effet à plusieurs reprises dans le film Damouré Zika en preneur de son, laissant imagin (...)

27Baby Ghana repose sur une construction narrative très différente. Rouch met en scène le jeune migrant sahélien Al Hadj Kofo dont le regard étranger sur l’indépendance du Ghana constitue la trame narrative. Vraisemblablement à la suite d’un problème d’enregistrement sonore21, le film ne comporte aucun son direct : ni discours, ni témoignage ne viennent dicter le choix de l’image. On sait combien les contraintes techniques ont toujours été un facteur d’inspiration pour Jean Rouch. Ici, il a recours à la post-synchronisation. À l’instar des films « d’ethno-fiction » tels que Moi un Noir (Scheinfeigel, 1981), il propose à Al Hadj Kofo de commenter a posteriori les images qu’il a préalablement montées. Rouch crée de cette façon une trame narrative peu ordinaire pour un documentaire. Se plaçant dans la position de l’observateur étranger aux coutumes du pays et à son évolution politique, Rouch organise un récit didactique. Il donne un rôle (de cinéma) à Al Hadj Kofo qui est censé faire accéder le spectateur à la réalité filmée. D’une certaine manière, Baby Ghana reproduit la position dans laquelle il se trouvait quelques années auparavant, lorsque, ignorant les spécificités de la Gold Coast, il se nourrissait des témoignages de ses informateurs pour construire sa connaissance du pays. Au-delà du simple clin d’œil, Rouch transmet les clefs de lecture de sa propre démarche et propose au spectateur de vivre cette immersion telle que lui l’a vécue.

Le regard de Rouch, entre amertume et espoir face à un avenir incertain

28L’analyse de Baby Ghana et Fêtes de l’indépendance du Niger et de leurs conditions de fabrication permet d’appréhender les interrogations et les préoccupations suscitées par cette époque charnière. Quel point de vue adopte le cinéaste-ethnographe lorsqu’il s’empare de la caméra pour enregistrer l’événement qu’il sait historique ? Par les choix de « fabrication » de ses films, il transmet aux spectateurs son propre regard sur les indépendances et leurs implications. Dans quelle mesure montrent-ils que le cinéaste oscille entre l’enthousiasme et la méfiance ?

  • 22 Sur l’enthousiasme populaire vécu à l’aube des indépendances (d’Almeida-Topor, 1999 : 260-261).

29Jean Rouch éprouve la joie que vivent les populations ghanéenne et nigérienne. En témoigne notamment le ton enjoué qu’il adopte pour commenter Baby Ghana. Malgré une certaine crainte de voir les traditions se déliter, ces films traduisent son réel engouement pour la réunion des peuples sous un même drapeau. C’est surtout par le biais de Al Hadj Kofo que se manifeste la joie suscitée par l’indépendance du pays et l’espoir de toute l’Afrique22. Cet enthousiasme questionne Rouch qui semble prendre ses distances. Son film ne cesse de montrer combien l’événement est orchestré par le pouvoir britannique : Nkrumah n’est visuellement pas présent dans le film bien qu’il soit, comme le rappelle Rouch dans son commentaire introductif, à l’origine de l’évolution politique du pays. Il s’amuse à souligner cette omniprésence coloniale et la permanence des acteurs britanniques, comme la United African Company, principale société britannique au Ghana, qui sponsorise l’ensemble des jeux organisés à l’issue de la cérémonie officielle. En nommant son film Baby Ghana, Rouch pose d’emblée un regard ironique et critique sur le paternalisme de l’Empire britannique et manifeste ainsi son scepticisme face au mot d’ordre « freedom » scandé à de multiples reprises par la foule (de Pastre, 2010 : 56-57). Le point de vue qu’il adopte démontre la défiance dont il fait preuve à l’égard de l’indépendance réelle de l’Afrique et il est aisé d’analyser a posteriori son discours comme un appel au discernement face aux multiples épreuves que devront traverser ces nouvelles nations. Le point de vue d’Al Hadj Kofo demeure peu audible et rejoint en fin de compte celui de Rouch. Brandir un drapeau français le jour de l’indépendance nigérienne pourrait même être interprété comme une volonté de rester sous la domination française. Il est en tout cas certain qu’Al Hadj Kofo et Rouch n’entrevoient pas l’imminence de l’indépendance du Niger et encore moins ne la revendiquent en 1957.

30En revanche, en accordant une place aussi importante au discours d’Hamani Diori dans son film Fêtes de l’indépendance du Niger, Rouch semble partager les grands choix politiques et économiques du Niger, notamment en ce qui concerne la coopération qu’il défend et à laquelle il participe directement (Gallois, 2009). Comme l’a écrit Gilles Marsolais, « il y a un regard derrière la caméra, une conscience qui intervient au moment du montage des images ainsi captées, et une voix qui supporte le commentaire : le cinéaste dispose d’une liberté relative pour interpréter cette réalité » (Marsolais, 1997 : 175). Ce sont donc les partispris de mise en scène et de montage qui construisent le point de vue divergent et complexe de Rouch. Les conclusions des deux films se rejoignent dans leur construction dramaturgique : plutôt que de terminer par la fin des cérémonies, Rouch les prolonge par des vues de la vie quotidienne. Le cinéaste-ethnographe s’attache donc à montrer certaines phases du « hors-spectacle » (de France, 1989 : 105). Dans l’un et l’autre film, le spectateur assiste au démontage des tribunes et des gradins et au décrochage des drapeaux et des guirlandes. En filmant le retour au quotidien, Rouch s’interroge sur le sens des événements qui viennent de se dérouler et laisse planer l’incertitude sur la réalité du changement. Ceux qui fêtaient hier l’indépendance reprennent aujourd’hui le travail, dans les mêmes conditions qu’auparavant. Nous assistons ainsi, dans Baby Ghana, au chargement des sacs de cacao sur les bateaux prêts à regagner l’Europe. Fêtes de l’indépendance du Niger se clôt lui aussi par des scènes de vie quotidienne, suivies de plans de pêcheurs en pirogue sur le fleuve Niger qu’accompagne une musique traditionnelle, plongeant le spectateur dans une Afrique intemporelle. Loin de Niamey et des événements qui viennent de s’y dérouler, on ne peut que s’interroger sur l’impact des cérémonies auxquelles on vient d’assister : grâce à ces séquences liminaires, Rouch est parvenu à transmettre au public ses propres doutes face à l’avenir de l’Afrique.

*

31Par différents procédés cinématographiques, Rouch pose un regard singulier sur les indépendances africaines. Baby Ghana et Fêtes de l’indépendance du Niger constituent de nouvelles sources dans la mesure où ils traduisent les préoccupations d’un africaniste présent sur le terrain depuis le début des années 1940 et lui-même impliqué dans l’avenir de l’un de ces pays. L’originalité de ces films tient moins au contenu visuel qu’à la manière dont celui-ci est construit et donc partiellement transmis. Fêtes de l’indépendance du Niger est un film documentaire relativement classique ; il n’en constitue pas moins pour autant un document audiovisuel précieux. En réalisant un film de près d’une demi-heure, les réalisateurs se démarquent indéniablement de la production documentaire de l’époque, laissant le temps au spectateur de saisir l’atmosphère d’un Niger nouvellement indépendant et l’aiguillant dans sa compréhension de l’événement. Loin d’être à l’unisson avec le discours des anciennes autorités coloniales qui a tendance à souligner leur implication dans le processus d’indépendance, Fêtes de l’indépendance du Niger adopte un point de vue plus ambivalent, davantage construit à partir de questionnements sur l’avenir de ce nouvel État-nation. Il en va de même pour Baby Ghana dont la force provient de son caractère hybride dû en partie à la durée du tournage. Plutôt que de limiter le récit aux moments symboliques de l’accession à l’indépendance du pays, Jean Rouch prend le temps de contextualiser les événements, de s’attarder sur des détails et de continuer à filmer alors même que la fête est terminée et que les journalistes sont repartis dans leurs pays respectifs. Tout en transmettant des informations brutes – visuelles ou sonores – de la réalité de ces manifestations, ces films inédits s’approprient certains codes de la fiction (dimension dramaturgique, subjectivité, effets de mise en scène, dialogue) véhiculant ainsi un point de vue personnel sur les événements en cours et à venir. Mais au-delà de son regard, c’est celui de toute une époque qui, partagée entre espoir et incertitude, scrute l’Afrique indépendante.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Almeida-Topor (d’) Hélène, « La ville magnifiée : les fêtes de l’indépendance dans les capitales ouest-africaines francophones », in Odile Goerg (dir.), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, Identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, p. 255-262.

Balandier Georges, « France. Revue de l’ethnologie en 1952-1954 », Yearbook of anthropology, 1955, p. 525-540.

Balandier Georges, « La situation coloniale. Approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79.

Colleyn Jean-Paul, Le regard documentaire, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1993.

Colleyn Jean-Paul (dir.), Jean Rouch, cinéma et anthropologie, Paris, Cahiers du cinéma (« essais »), INA, 2009, 189 p.

Jean Rouch Une aventure africaine. 1931 à 1984. Dvd (4 disques), Jean Rouch, Marcel Griaule, Luc de Heusch, François Di Dio & Dieterlin [sic], Germaine, Éditions Montparnasse.

Delmeulle Frédéric, Les représentations de l’Empire colonial dans le cinéma français, 1954-1958, maîtrise d’histoire contemporain, P. Levillain et P. Ory (dir.), université de Paris X, 1989.

France (de) Claudine, Cinéma et anthropologie, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989 [1re édition : 1982].

Gallois Alice, « La Caméra et les Hommes. » Un chercheur-cinéaste face à son temps : Jean Rouch (1917-2004), mémoire de master II d’histoire, université de Toulouse-Le Mirail, 2007.

Gallois Alice, « Le cinéma ethnographique en France : le Comité du film ethnographique, instrument de son institutionnalisation ? (Années 1950-1970) », 1895. Revue d’histoire du cinéma, no 58, 2009, p. 80-109.

Gallois Alice, « Jean Rouch et le développement de la recherche scientifique au Niger (1940-1970) », 16 novembre 2009, colloque international « Le projet Jean Rouch », organisé à Paris par le Comité du film ethnographique en collaboration avec la BNF, le CNC-AFF et le CNRS. [publication audiovisuelle en ligne : http://www.cerimes.fr/le-catalogue/projet-jean-rouch-j1-3-communications-1-version-francaise.html].

Gauthier Guy, Le documentaire, un autre cinéma, Paris, Nathan, 1995.

Griaule Marcel, Méthode de l’Ethnographie, Paris, PUF, 1957.

Leprohon Pierre, L’Exotisme et le Cinéma. Les chasseurs d’images à la conquête du monde, Paris, Éditions J. Susse, 1945.

Marsolais Gilles, L’aventure du cinéma direct revisitée, Montréal, Les 400 coups, 1997. [1re édition : Paris, Seghers, 1974].

Pastre (de) B., Gallois A. et alii, Découvrir les films de Jean Rouch. Collecte d’archives, inventaire et partage, Paris, Éditions CNC, 2010.

Piault Marc-Henri, Anthropologie et cinéma. Passage à l’image, passage par l’image, Paris, Nathan cinéma, 2000.

Rouch Jean, Essai sur la religion Songhay, Paris, PUF, 1960.

Rouch Jean, « À propos des films ethnographiques », Positif, no 14-15, 1955, p. 145-149.

Rouch Jean, « Le film ethnographique », in Jean Poirier (dir.), Ethnologie générale, Paris, « La Pléiade », Gallimard, 1968, p. 430-471.

Scheinfeigel Maxime, Film direct, film de voix : « Moi, un Noir. » Qui parle ?, thèse de doctorat en études cinématographiques, université Paris 3, 1981.

Suremain (de) Marie-Albane, « L’IFAN et la mise en musée des cultures africaines (1936-1961) », Outre-Mers. Revue d’histoire, Paris, 2e semestre 2007, p. 151-172.

Tai Li-Chuan, L’ethnologie française entre colonialisme et décolonisation (1920-1960), thèse de doctorat d’histoire, EHESS, 2001.

SOURCES

Fonds Jean Rouch

Département des Manuscrits de la BNF : NAF 28454 – En cours de traitement.

Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)

910024/DPC : Dossier de carrière de M. Jean Rouch (1947-1971).

910025/DPAA : Dossier de carrière de M. Jean Rouch (1971-1983).

Jean Rouch Une aventure africaine. 1931 à 1984. Dvd (4 disques), Jean Rouch, Marcel Griaule, Luc de Heusch, François Di Dio & Dieterlin [sic], Germaine, Éditions Montparnasse.

Notes

1 Depuis la rédaction de cette communication, le film Baby Ghana a été projeté à plusieurs reprises à l’occasion notamment de rétrospectives de Jean Rouch, comme à la Cinemateca portuguesa (Lisbonne) fin octobre 2011.

2 Archives du CNRS : 910024/DPC, « dossier de carrière de M. Jean Rouch ».

3 Sa thèse a été publiée en 1960 sous le titre d’Essai sur la religion Songhay aux Presses universitaires de France.

4 Le CNRSH, ancien centre de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN), devient l’Institut de recherche en sciences humaines (IRSH) en 1964. Cf. Gallois, « Jean Rouch et le développement… », 2009 ; de Suremain, 2007.

5 Fonds Jean Rouch. Département des Manuscrits de la BNF : NAF 28454 – en cours de traitement. Ce fonds est composé de deux ensembles intellectuels, parfois très imbriqués : les archives de Jean Rouch (carnets de missions, enquêtes ethnographiques, documentation diverse (presse…) et les archives du Comité du film ethnographique (CFE) fondé au musée de l’Homme en 1953.

6 Archives du CNRS : 910024/DPC : Dossier de carrière de M. Jean Rouch (1947-1971) et 910025/DPAA : Dossier de carrière de M. Jean Rouch (1971-1983).

7 Baby Ghana est désormais disponible en DVD auprès de la vidéothèque du CNRS Images ; il peut également être visionné sur table de visionnement au centre des Archives françaises du film, à Bois-d’Arcy, sous conditions d ´ accréditation. Fêtes de l’indépendance du Niger, également appelé Fêtes du Niger, peut être consulté sur table à Bois-d’Arcy, toujours sous conditions d ´ accréditation. Cf. : http://www.cnc-aff.fr

8 Fête de l’indépendance du Niger, reportage réalisé pour le JT de 13 heures du 22 décembre 1961 par Michel Colomes. Production : United Press (1’35) [consulté sur le site de l’INA, muet]. Afrique : le Ghana accède à l’indépendance, reportage réalisé pour le JT de 20 heures du 5 mars 1957 par Claude Thomas. Production : United Press (1’14) [consulté sur le site de l’INA, muet]. Naissance d’un nouvel État en Afrique, reportage réalisé par Les Actualités françaises, le 13 mars 1957. Production : Pathé news. [consulté sur le site de l’INA, sonore]. Reportages de « Cinq colonnes à la une » (office national de radiodiffusion télévision française).

9 Voir dans cet ouvrage l’article de Julien Bondaz en partie III.

10 Rouch Jean, « Critique des méthodes ethnographiques classiques à propos d’une enquête sur les migrations en Gold Coast », dactylographié, n. d., 7 p. Fonds Jean Rouch – département des Manuscrits de la BnF : NAF 28454 – En cours de traitement.

11 Rouch Jean, « Critique des méthodes ethnographiques… », op cit.

12 Au Niger : défilé de femmes touareg sous la conduite de la femme du ministre chargé des affaires nomades, courses de chameaux menés par les Touaregs…

13 Témoignage d’un jeune Nigérien au début de Fêtes de l’indépendance du Niger.

14 Le terme jaguar provient de la voiture, considérée comme la plus prestigieuse de l’Afrique de l’Ouest. Ils désignent les jeunes hommes « à la mode », qui empruntent leur style de vie à celui des Occidentaux.

15 Hamani Diori : « dans une première phase en effet, il était indispensable que l’État se fortifie, se durcisse ».

16 L’armée, « garante » de la nation, qui montre « aux hommes de Ghana comment il faut faire la guerre », dit le commentaire d’Al Hadj dans Baby Ghana tandis que Hamani Diori déclare dans son discours filmé : « En ce qui concerne notre jeune armée nigérienne, elle n’entend pas demeurer à l’écart des activités essentielles du pays. À sa mission de défense, elle veut ajouter la formation civique et professionnelle de la jeunesse et est prête à se porter en renfort aux grandes tâches collectives qui seront entreprises par la population des villes et des campagnes. C’est l’armée de la Nation qui guide la Nation, au service de la Nation tout entière. »

17 Cf. le discours de Hamani Diori dans Fêtes de l’indépendance du Niger.

18 Idem. : « Sur le plan de la politique mondiale, l’adhésion du Niger aux différentes organisations internationales, la signature d’accord de coopération avec les pays puissants et généreux, l’établissement de relations amicales et l’échange de mission de bonne volonté avec des pays lointains ; tout cela [traduit] notre volonté de ne pas nous replier égoïstement sur nous-mêmes. »

19 À l’issue de la commémoration de l’indépendance du Niger, est organisée une fête plus intimiste. Réception à l’occidentale, elle accueille les membres du gouvernement et les coopérants français. Un petit concert de jazz accompagne ce dîner qui semble sceller les relations très étroites qu’entretiennent la France et la République du Niger.

20 Cf. le discours de Hamani Diori dans Fêtes de l’indépendance du Niger.

21 On voit en effet à plusieurs reprises dans le film Damouré Zika en preneur de son, laissant imaginer que l’intention première du cinéaste d’utiliser le son direct n’a jamais pu être réalisée.

22 Sur l’enthousiasme populaire vécu à l’aube des indépendances (d’Almeida-Topor, 1999 : 260-261).

Auteur

Docteure en histoire, FRAMESPA (UMR 5136), université de Toulouse-Le Mirail, chargée de l’action culturelle et pédagogique à la cinémathèque de Toulouse

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540