Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Troisième partie. La fabrique des mémoires : les ambiguïtés de la fête dès 1958-1960

Célébrer le passé, construire le futur : l’indépendance et le microcosme médical au Cameroun

Guillaume Lachenal

Texte intégral

  • 1 L’organisation est créée sur le modèle de l’OCCGE (Organisation de coordination et de coopération (...)

1La réaffirmation du lien franco-africain est un des traits les plus marquants – et les plus problématiques – du processus de « décolonisation » qui s’organise à la fin des années 1950 (Dozon, 2003). L’indépendance constitue au Cameroun, comme dans plusieurs anciennes colonies françaises, un paradoxal moment de renforcement des relations politiques et institutionnelles avec la France. Ce rapprochement concerne tout particulièrement le domaine scientifique et médical. Il se matérialise par la création à Yaoundé, au moment de l’indépendance, d’institutions conçues explicitement pour donner un prolongement à l’œuvre médicale française : l’Institut Pasteur du Cameroun (1959) et l’Organisation de coordination et de coopération pour la lutte contre les grandes endémies en Afrique Centrale (OCCGEAC, 1962)1. L’indépendance du Cameroun constitue pour la médecine coloniale française un moment fondateur.

  • 2 Je mets une majuscule à Coopération afin de désigner l’institution, ou le système d’institutions.

2Cet article étudie l’indépendance du Cameroun du point de vue du microcosme médical, comme un moment où se fabrique un futur : celui d’une relation franco-camerounaise définie comme technique, intime et exclusive – la « Coopération2 ». Il propose de montrer comment ce moment d’imagination et d’institution du futur post-colonial est aussi un moment de mise en mémoire : la transition de l’indépendance passe par une réécriture du passé de la médecine coloniale. Il s’agit alors, pour une série d’acteurs français et africains, de décoloniser l’histoire de la médecine coloniale, d’abstraire celle-ci de l’entreprise impériale et de faire de ses héros des incarnations précoces d’une œuvre universelle, amicale, humanitaire et généreuse, que l’on commence à nommer, dans le monde franco-africain, la Coopération.

3Nous examinerons ce processus sous l’angle d’une micro-histoire : celle de l’inauguration en 1959, en plein cœur de Yaoundé, d’un monument à la mémoire du plus célèbre des médecins coloniaux français, Eugène Jamot (1879-1937). Médecin des Troupes Coloniales et ancien élève de l’Institut Pasteur, Jamot a connu le sommet de sa carrière lors de son passage au Cameroun (1925-1930) où il mit en place un service de lutte contre la maladie du sommeil fondé sur des équipes mobiles composées d’infirmiers et de manœuvres camerounais organisant le dépistage et le traitement en masse des populations (Bado, 2011 ; Dozon, 1985 ; Lachenal et Taithe, 2009). Il fut de son vivant une figure à la fois adulée et controversée, et sa carrière fut émaillée de conflits avec sa hiérarchie et ses subordonnés, en particulier suite à l’accident thérapeutique de Bafia au Cameroun (Bado, 2011). Jamot a fait l’objet, dès son décès en 1937, de nombreuses hagiographies et commémorations (Roubaud, 1937 ; Bebey-Eyidi, 1951 ; De Marqueissac, 1955 ; Montestruc, 1955) qui passent sous silence ces aspects et donnent du personnage une image à la fois lisse et romantique. Nous montrerons que si la célébration de 1959 poursuit dans la même veine, elle a ceci de spécifique qu’elle participe d’une entreprise plus vaste, au sens explicitement politique : l’élaboration d’un récit rêvé de la décolonisation camerounaise. En organisant en 1959, moins d’un an avant une indépendance planifiée, l’apothéose nationale d’un des héros de la médecine coloniale, Eugène Jamot, le corps médical parvient à décrire la décolonisation comme une transition pacifique, consentie et prometteuse vers l’amitié franco-camerounaise. On pourra alors voir, par contraste, la part d’ombre que contient ce moment d’apothéose, en mettant en correspondance une chronique politique des années 1958-1960, dont la violence est bien connue (Deltombe, Domergue et Tatsitsa, 2011 ; Joseph, 1986 ; Mbembe, 1996), et les récits produits par les médecins présents au Cameroun.

  • 3 Voir sur ce point les propositions de Jean-Pierre Dozon (2003 : 258-266) sur le capitalisme d’État (...)
  • 4 Frederick Cooper reste très allusif sur le renforcement des relations franco-africaines en évoquan (...)
  • 5 Bernard Mouralis (1997) avait initié la réflexion sur les « fraternités franco-africaines », notam (...)

4Aborder l’indépendance sous l’angle de l’histoire sociale et culturelle permet de renouveler le regard sur le tournant des années 1960 en Afrique. De nombreux travaux ont déjà permis d’éclairer ce moment à l’échelle du Cameroun (Joseph, 1977 ; Bayart, 1979 ; Mbembe, 1996), sur le plan de l’histoire politique de la décolonisation (Mortimer, 1969 ; Chafer, 2002), du rôle des grandes figures françaises et africaines de la IVe et de la Ve République (Institut Charles de Gaulle, 1980 ; White, 1979 ; Bourgi, 1980), ou de l’histoire institutionnelle de la Coopération, en tant que système d’aide au développement et d’influence internationale (Chipman, 1989 ; Meimon, 2007). Ces travaux, quelles que soient leurs orientations critiques, interprètent la destinée commune qui prend forme au moment des indépendances comme un projet conçu au sommet de l’État – projet néo-colonial ou généreux, selon les points de vue (Deltombe, Domergue et Tatsitsa, 2011). Parallèlement, d’autres interprétations du rapprochement franco-africain du début de l’ère post-coloniale ont été proposées. Interprétations culturalistes, d’abord : le rapprochement exprime alors une indépassable affinité culturelle entre France et Afrique, fruit de siècles d’histoire sédimentés (La Guérivière, 2001). Interprétations géopolitiques, ensuite : elles insistent sur des facteurs fondamentaux du déploiement français en Afrique (le contexte de guerre froide, les ressources énergétiques), mais elles ne permettent pas toujours de saisir, en se cantonnant à l’évocation de l’influence à distance du contexte international, la multiplicité des motivations et des stratégies des acteurs, économiques par exemple, de la liaison franco-africaine3. Enfin, l’histoire sociale des politiques coloniales des années 1950, si elle rend bien compte de la décolonisation elle-même, reste évasive sur la question du maintien de « l’influence française » en Afrique (Cooper, 1996 : 451)4. Plus fécond, pour comprendre cette reconfiguration du lien franco-africain, est sans doute le questionnaire proposé par Jean-Pierre Dozon (2003) : identifier les médiations sociales et culturelles qui donnèrent à ce lien sa solidité historique et son ambiguïté fondamentale, entre fraternité et sujétion5.

5En se plaçant à l’échelle du corps médical franco-camerounais, il est possible de comprendre comment le rapprochement franco-africain procède d’une somme de liens sociaux, notamment d’ordre professionnel, qui ont donné à la fraternité franco-africaine un sens pluriel et matériel. La destinée franco-africaine, lorsque l’on suit son invention au Cameroun, apparaît alors comme une voie contingente ; la célébration de l’amitié franco-camerounaise, comme une construction culturelle enchâssée dans des stratégies, non pas géopolitiques, mais individuelles et/ou corporatistes. La décolonisation, les récits qui l’accompagnent et la réactivation du projet impérial français se comprennent alors comme des co-productions, forgées au sein d’un État en cours de transmission, entre (ex-)colonisateurs et (ex-)colonisés. Le corps médical, où s’entrecroisent les carrières des technocrates coloniaux et les trajectoires d’ascension sociale des évolués, où s’entrechoquent les hiérarchies raciales et les idéaux assimilationnistes, constitue au Cameroun l’un des creusets de ce récit commun, tantôt harmonieux, tantôt dissonant.

Micro-histoire du monument Jamot : l’indépendance comme commémoration

6Il est un peu plus de 11 heures, le dimanche 8 février 1959. Une foule dense se masse derrière des barrières, le long des avenues du centre administratif de Yaoundé. Sur l’esplanade devant le ministère de la Santé, une centaine de colons, de notabilités locales et d’officiels du gouvernement ont pris place dans une tribune, installée pour l’occasion et décorée aux couleurs françaises et camerounaises. Un mois auparavant, la pleine autonomie de l’État camerounais a été déclarée et l’indépendance du Cameroun est d’ores et déjà planifiée, pour le 1er janvier 1960. Les trois têtes de l’État du Cameroun arrivent dans la même voiture officielle, encadrée par des motards : Xavier Torre, le haut-commissaire de la République Française au Cameroun, Ahmadou Ahidjo, le premier ministre et Daniel Kémajou, le Président de l’Assemblée Législative. Accueillis en musique par la Garde, ils se dirigent vers le centre de la pelouse, où un monument est dressé, recouvert d’un voile blanc. Le Cameroun est sur le point de consacrer le premier héros national de son histoire. Il s’appelle Eugène Jamot.

  • 6 Il s’agit du Médecin Général Inspecteur Le Rouzic, qui représente à titre honoraire la direction d (...)
  • 7 Le terme de « Jamotain » désigne les infirmiers et auxiliaires des équipes de lutte contre la mala (...)

7Les hymnes nationaux retentissent, et Arouna Njoya, le Ministre de la Santé Publique, dévoile la stèle à l’effigie du médecin français. Les trois « hautes personnalités » viennent s’incliner devant la statue et déposent des gerbes de fleurs, bleu-blanc-rouge et vert-rouge-jaune. Les trois hommes prennent ensuite place au premier rang de la tribune, où ils rejoignent trois vieux médecins-généraux, tout de blanc vêtus, venus pour l’occasion à Yaoundé depuis Paris et de Brazzaville6. Après une remise de médailles à quelques anciens infirmiers « Jamotains7 », tous écoutent Arouna Njoya, en costume sombre, prendre la parole au microphone :

  • 8 IMTSSA (Institut de médecine tropicale du Service de santé des armées), Boîte 101, Chemise Inaugur (...)

« En lui rendant le premier hommage officiel qu’il adresse à un homme, depuis son autonomie, notre pays n’acquitte pas simplement une obligation de reconnaissance, il mesure surtout le chemin immense qu’il a parcouru depuis 40 ans, à l’école de cet éminent précurseur. En acceptant de représenter le Gouvernement de la République Française, en apportant à cette cérémonie l’éclat de votre haute personnalité, vous avez compris, M. Le haut-commissaire, la réalité des sentiments qui unissent le Cameroun à ce grand médecin français […].
Il fallait que le grand monument de son souvenir fût placé au cœur de notre capitale. […] C’est aujourd’hui chose faite, et cette stèle […] atteste la permanence de notre fidélité8. »

8Les premiers mots d’Arouna Njoya ne laissent pas d’équivoque sur l’événement : il s’agit de la commémoration de l’œuvre du Dr Jamot, mais aussi, par la voix du jeune État camerounais, d’une déclaration d’allégeance à la France. La cérémonie est complexe : elle réunit le gouvernement camerounais au grand complet, le haut-commissariat français, des « vieux blancs » du colonat local, nostalgiques d’un médecin qu’ils ont connu, d’anciens auxiliaires camerounais du grand homme, des sommités de l’Empire médical venus célébrer l’un des leurs, et enfin des jeunes médecins coloniaux en poste au Cameroun, ces « hommes d’action » de l’après-guerre qui se voient en héritiers de Jamot. La célébration est l’une des manifestations publiques les plus significatives de l’année : elle occupe l’espace de la ville administrative et réunit tout le sommet de l’État ; par son faste et son message, c’est une sorte de répétition générale des fêtes de l’indépendance.

  • 9 Pour une critique rétrospective de l’amnésie coloniale à l’œuvre dans Les Lieux de Mémoire intégré (...)
  • 10 La contribution de Terence Ranger (1983) au projet The Invention of Tradition commence ainsi par l (...)

9Une telle commémoration invite à une étude d’anthropologie historique. Si le vaste inventaire des « lieux de mémoires » entrepris autour de Pierre Nora a « délibérément oublié » la France impériale (Nora, 1984)9, la question des monuments coloniaux et post-coloniaux a été reprise récemment par des historiens de l’Afrique (Ranger, 1983 ; Chrétien et Triaud, 1999 ; Goerg, 1999 ; Coquery-Vidrovitch, 1999 ; d’Almeida Topor, 1999 ; Moniot, 1999)10. Par ailleurs, historiens et anthropologues des sciences ont démontré l’intérêt de l’étude des commémorations scientifiques et médicales : la mise en mémoire participe de la constitution des disciplines et des professions scientifiques et médicales ; elle met à jour le travail des politiques culturelles d’État et la production des imageries nationalistes (Abir-Am, 1998). Pour reprendre les mots d’Anne-Marie Moulin à propos de l’anniversaire de l’Institut Pasteur de Tunis célébré en 1993, les commémorations scientifiques, particulièrement dans des contextes où le passé est fait de domination coloniale, sont aussi « des entités vectorielles qui désignent la direction dans laquelle s’engage l’histoire. Bien loin d’être une répétition, elles formulent une proposition qui structure un avant-après. La cérémonie qui entend faire vivre le passé s’adresse aux contemporains » (Moulin, 1998 : 207).

10Vu son contexte, la célébration de Jamot ne peut manquer d’interpeller : la célébration du grand pasteurien et de la médecine française intervient quelques mois seulement avant l’indépendance du Cameroun. Nous reprendrons pour éclairer ce moment les trois étapes de la grille d’analyse proposée par Pnina Abir-Am pour guider l’ethnographie historique des rites commémoratifs scientifiques (Abir-Am, 1999). Étude des textes commémoratifs, tout d’abord : discours, mise en scène, comptes rendus de presse, productions visuelles, dont il s’agit d’analyser le message et la symbolique. Études des prétextes sociaux à la commémoration ensuite, pour rendre compte du décalage entre les justifications publiques de la commémoration et les motivations privées qui sous-tendent son orchestration : quels sont les projets et motivations institutionnels, corporatistes, disciplinaires et affectifs des différents acteurs ? Enfin étude du contexte politique de la célébration : comment le contexte est-il convoqué au cœur de la célébration ; quelle chronologie, quelle opportunité, quelles omissions dans l’inscription mémorielle ?

  • 11 En 1954, dans l’est du Cameroun, un accident survenu lors d’une campagne de chimioprophylaxie de l (...)

11Nous pourrons ainsi saisir toute la portée, et tout le paradoxe, de « l’apothéose de la médecine coloniale » qui s’organise devant le ministère en 1959, en pleine décolonisation : au moment où la médecine coloniale, précisément, disparaît en tant que telle, on inscrit dans la pierre sa contribution à la naissance de la nation camerounaise ; au moment où les médecins en charge de la lutte contre la maladie du sommeil viennent de faire l’expérience, lors d’accidents thérapeutiques sans précédent, des contradictions et du danger de leurs méthodes11, on affirme leur grandeur avec une ferveur jamais atteinte ; au moment où la violence politique rend difficile le travail des médecins et incertain le maintien de la présence française, la figure du médecin colonial est utilisée comme modèle des futures relations entre France et Cameroun.

Célébrer le passé, inventer le futur : le texte commémoratif

12Trois messages parcourent simultanément les différents temps de la cérémonie : la mise en scène d’un rituel de soumission, la démonstration d’une fraternité franco-camerounaise et l’invention d’un futur postcolonial.

  • 12 Pour les analyses de Mbembe sur les « récits d’accommodation » de la colonisation produits par les (...)

13La cérémonie reproduit tout d’abord un rituel classique dans la colonie camerounaise : la démonstration publique de la soumission au pouvoir et à la rationalité coloniale. Les discoureurs du gouvernement camerounais sont experts en la matière, précisément parce que la maîtrise de « l’art de l’adhésion » a été une condition nécessaire pour leur accès à l’État colonial. À la tribune, les gouvernants camerounais peuvent déployer leur talent oratoire et surtout leur habilité à « dire ce que l’autre a envie d’entendre » – à utiliser les « lieux de l’autre », comme l’a dit Achille Mbembe (Mbembe, 1996)12. Il n’est d’ailleurs pas exclu que leurs discours aient été écrits par leurs directeurs de cabinet ou adjoints français.

  • 13 Marcel Bebey-Eyidi (Dr), Le Vainqueur de la maladie du sommeil : le docteur Eugène Jamot, 1879-193 (...)
  • 14 Toutes citations de ce paragraphe. IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaound (...)

14Arouna Njoya, tout d’abord, se charge de retracer la vie du grand homme en reprenant les étapes d’un récit répété maintes fois dans les nécrologies et la biographie de Jamot13 : sa vocation coloniale, le génie de sa méthode, sa lutte héroïque « au mépris de tout calcul et de toute prudence » pour faire « chuter les indices », le quadrillage du Cameroun « de Bonabéri à Fort Foureau », et bien sûr la disgrâce – évoquée sans mentionner l’accident thérapeutique de Bafia – et la fin de sa vie « seul, obscur, abandonné » dans sa Creuse natale. Njoya additionne ainsi les figures imposées, dont celle de la grande France personnifiée par le bon médecin : « [Avec Jamot] apparaît un visage de la France qui n’était pas uniquement celui de la puissance, mais celui de la science, de la liberté, de la fraternité14. »

  • 15 Pour des éléments biographiques sur Jean Mabaya, le député du Haut-Nyong, voir (Geschiere, 1986 : (...)
  • 16 Voir les analyses des joutes verbales au parlement, où Mabaya se « frotte » avec verve à Mbida et (...)

15L’appropriation de l’hagiographie coloniale (et de ses silences délibérés sur les épisodes problématiques du passage de Jamot au Cameroun) est encore plus nette lors de la prise de parole de Jean Mabaya, le vice-président de l’Assemblée15, qui succède à Njoya à la tribune. Mabaya s’exprime en tant que député de la région du Haut-Nyong, foyer historique de la maladie du sommeil et haut-lieu de l’action sanitaire française au Cameroun. À la première personne, il se souvient de la « disparition des races » qui menaçait sa région natale : « c’est au moment où nous basculions dans la mort que vint Jamot ». Mabaya, dont les talents d’orateur font souvent mouche à l’assemblée16, interpelle l’auditoire en utilisant, toujours à la première personne, les catégories de l’hygiénisme social :

« Ah ! Messieurs, si vous saviez de quelle renaissance le passage de Jamot et de ses équipes était suivi, si vous aviez vu de nouveau poindre les sourires et s’ébattre les enfants, si vous aviez senti la confiance et l’espoir s’installer à nouveau dans les cœurs, vous sauriez ce que Jamot peut représenter pour nous ! »

  • 17 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin q (...)

16Si la région du Haut-Nyong vit, si d’autres circonscriptions vivent encore et prospèrent, c’est à lui que nous le devons. Aucun d’entre nous ne doit l’oublier. C’est un devoir pour le Cameroun d’en faire un de ses héros et un de ses fils d’élection17.

  • 18 Voir photos.
  • 19 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin q (...)
  • 20 Ibid., discours d’Ahmadou Ahidjo, p. xii.

17La reprise des récits coloniaux de l’épopée Jamot est presque grossière : elle fait écho au slogan de Jamot, inscrit au bas de la statue – « Je réveillerai la race noire18 » ; elle en reprend même les catégories administrativo-raciales en évoquant la survie des « circonscriptions ». Sans forcément signifier que la célébration soit simulée, voilà qui la rend ambivalente : feinte ou non, la soumission est toujours ambiguë, et toujours inscrite dans une tractation. L’importance donnée par l’organisation de la cérémonie aux voix africaines le démontre. Le compte rendu précise ainsi que les discours de Njoya et de Mabaya ont été « longuement », et « très longuement » applaudis19. L’intervention de Mabaya, l’enfant du Haut-Nyong, sert à donner « la preuve éclatante » de la grandeur de Jamot20 ; tout à fait significativement, aucun médecin colonial, y compris les Médecins-généraux qui ont fait le déplacement, ne prend la parole lors de la cérémonie.

  • 21 Discours de l’écrivain-interprète André Nkoumou, cité dans Charles Assalé, « L’inauguration du mon (...)
  • 22 La Gazette du Cameroun, paraît le 15 de chaque mois à Yaoundé, à partir de 1925 et vraisemblableme (...)
  • 23 Charles Assalé, « L’inauguration du monument du docteur Jamot », La Gazette du Cameroun, 142, 1937 (...)
  • 24 Préface de Louis-Paul Aujoulat, Bebey-Eyidi, Le Vainqueur de la maladie du sommeil : le docteur Eu (...)
  • 25 ANY (Archives nationales, Yaoundé), 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, René Mar (...)
  • 26 Préface de Louis-Paul Aujoulat, Bebey-Eyidi, Le Vainqueur de la maladie du sommeil : le docteur Eu (...)

18C’est là un premier glissement introduit par cette commémoration. Jamot avait été déjà célébré avant guerre, avec un monument à Yaoundé, des pavillons hospitaliers à son nom, et une stèle à Ayos (où Jamot avait établi sa base logistique et sa résidence) ; il l’avait été, pour l’essentiel, par la voix des Français : l’administration ou la hiérarchie pasteurienne s’étaient déplacées et avaient pris la parole lors des inaugurations. Certes, les technologies coloniales destinées à mettre en scène la parole des Camerounais avaient utilisé sporadiquement, à l’époque, le personnage de Jamot pour « faire dire » la grandeur de la France, mais toujours au second plan des cérémonies. Lors de l’inauguration de la stèle d’Ayos en 1937, un écrivain-interprète avait, en langue du pays, expliqué le geste des colons à l’assistance : « Cette cérémonie […] a pour but de célébrer la mémoire de notre père, le Docteur Jamot. Cette construction est un « monument » c’est-à-dire ce qui servira à transmettre à notre postérité le souvenir des bienfaits du docteur Jamot envers les noirs du Cameroun21. » Et Charles Assalé avait conclu ainsi son compte rendu dans le « journal indigène », la Gazette du Cameroun22 : « Nous devons remercier la France généreuse qui nous envoie un personnel d’élite et admirer l’esprit vaillant des médecins de l’armée coloniale dont les œuvres humanitaires se font remarquer chaque jour. Vive la France, vive le docteur Jamot23. » Plus tard, la transmission de l’hagiographie jamotaine aux Camerounais avait été annoncée par la biographie de Marcel Bebey-Eyidi, en 1951. Indice évident de la transaction où la parole du médecin africain s’inscrivait, son préfacier, Aujoulat, se félicitait que « la réhabilitation éclatante et totale » de Jamot soit « l’œuvre d’un médecin camerounais24 » – « un de ces Noirs dont il a sauvé la race », allait dire René Maran peu après25. Pour Aujoulat, le Dr Bebey-Eyidi, en rendant hommage à Jamot, s’était acquitté « avec bonheur d’une dette que l’Afrique a contractée envers […] tous ceux qui ont comme lui voué leur vie au salut des Noirs26 ».

19Bien que Bebey-Eyidi, étiqueté nationaliste, en soit visiblement évincé, la cérémonie de 1959 poursuit sur cette lancée. Juste avant la succession des discours, la cérémonie de remise des médailles – l’une des dernières de l’époque coloniale à connaître une telle publicité – procède bien d’une tractation symbolique : il s’agit, pour reprendre une analyse de Mbembe (1996 : 254-284) à propos des distributions de médailles, de rétribuer l’inscription des colonisés dans l’espace mental colonial. En célébrant Jamot avec des mots pourtant déjà entendus, les voix camerounaises sont plus précieuses que jamais : parce qu’elles sont les voix des colonisés, elles rendent « objective » la célébration du médecin colonial ; simultanément, parce que l’ordre colonial n’a plus cours, les acteurs ne s’exposent plus au risque de « mal jouer » leur soumission, tout simplement parce qu’elle n’a plus lieu d’être. Les apologies perdent alors – par définition, et en théorie seulement – leur part de théâtralité ; en s’affranchissant des rapports de pouvoir où elles sont pourtant enserrées, elles deviennent – en apparence toujours – vraies, car désintéressées.

  • 27 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin q (...)
  • 28 Ibid., p. xii.

20En glorifiant Jamot, les discours ne se contentent pas de décliner une version médicale du cérémonial, somme toute classique, du serment d’allégeance à la France. Tous insistent pour aller « au-delà de Jamot27 », pour faire de lui un « symbole » et un « exemple » et pour « méditer sa leçon28 ». Ce faisant, ils donnent à la célébration deux nouvelles significations.

  • 29 Ibid., p. xi.

21La première est une révision historique : la réinterprétation de l’œuvre coloniale comme une étape de la longue marche de l’amitié franco-camerounaise. Le discours de Mabaya, où la phrase « Jamot, symbole de l’action de nombreux Français » a été soulignée dans le compte rendu officiel, insiste en effet sur la portée plus générale du personnage. Jamot donne « la plus belle preuve de l’existence de solidarité humaine, au-delà des particularismes raciaux, des oppositions religieuses et des divergences d’intérêts29 ». Jamot incarne la magnanimité française et surtout l’histoire d’amour et d’amitié qui unit la France et le Cameroun :

  • 30 Ibid., p. xi.

« C’est avec des tels dons de dévouement, c’est avec un tel amour fraternel des hommes, c’est avec une telle culture que Jamot s’impose à nos cœurs et à nos mémoires. C’est avec de tels dons et des qualités semblables que d’autres Français de manière plus discrète parce que dotés de mérites moins éclatants se sont acquis notre reconnaissance et notre amitié30. »

  • 31 Ibid., discours d’Ahmadou Ahidjo, p. xii-xiii.
  • 32 Ibid., p. vi.
  • 33 La Presse du Cameroun, lundi 9 février 1959, p. 1. Jamot occupe aussi la une le lendemain : « L’œu (...)

22La cérémonie porte donc ce message supplémentaire : la fraternité irrigue le passé et le présent de l’œuvre coloniale française et Jamot en est le symbole. Ahmadou Ahidjo, soulignera le compte rendu, veut lui aussi « au-delà de Jamot » rendre « hommage aux Français et étrangers qui ont suivi son exemple ». Commémorer Jamot, c’est donc porter un regard rétrospectif sur ceux qui ont « contribué à forger le Cameroun d’aujourd’hui » et qui ont « amené notre pays à un stade tel qu’il peut aujourd’hui revendiquer son indépendance31 » ; la mémorisation remet l’histoire dans le bon sens, celui de la colonisation vue comme une contribution fraternelle au développement et même à l’avènement d’une nation. C’est du moins le message que les organisateurs veulent extraire de la cérémonie. Le compte rendu commence par rapporter que « dans la tribune officielle, dans la foule venue nombreuse assister à cette manifestation, Camerounais et Français se trouvaient fraternellement mêlés, avec ce naturel qui a frappé les membres de la mission de visite de l’ONU de passage au Cameroun32 ». Les photos diffusées insistent sur cette dimension, en montrant médecins (en costume) blancs et ministres (en costume) noirs assis côte à côte dans l’assistance, et surtout le « couple » Torre-Ahidjo parader, radieux, dans la même voiture décapotable. La Presse du Cameroun, le quotidien officiel, titrera le lendemain, en une : « une belle manifestation d’amitié franco-camerounaise : l’inauguration du monument Jamot33 ».

23Le deuxième thème est le plus original : il s’agit de conjuguer au futur l’exemple de Jamot. Arouna Njoya est le premier à l’évoquer, en affirmant que Jamot restera un souvenir indélébile à l’heure où France et Cameroun renouvelleront leur union :

  • 34 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin q (...)

« Lorsque au premier janvier 1960, le Cameroun définitivement indépendant montrera qu’il ne s’est séparé de la France sur le plan juridique et constitutionnel que pour lui rester plus uni sur le plan de l’amitié et de la compréhension mutuelle, lorsque les Camerounais auront à prendre en charge la grande œuvre accomplie depuis Jamot […], soyez certains, Messieurs, qu’un souvenir, parmi tant d’autres, restera marqué dans le mémoire de chaque Camerounais : celui d’un médecin creusois, qui vint, par le hasard de l’existence, donner la plus belle part de sa vie à ce Cameroun si lointain34. »

24Mais ce sont surtout les deux dernières interventions, celle du Premier ministre Ahmadou Ahidjo et celle du haut-commissaire Xavier Torre, qui utilisent la figure de Jamot comme un moyen de penser l’avenir, bien au-delà du seul engagement à entretenir la flamme du souvenir. Pour les deux orateurs, les plus attendus et les plus éminents, Jamot sert, littéralement, à l’édification du futur.

25Ahidjo, tout d’abord, termine son discours en s’adressant aux Français :

  • 35 Ibid., p. xii-xiii.

« Ceux qui resteront parmi nous auront je l’espère le sentiment de participer à une tâche qui se situe au niveau de la construction d’un État […]. Nous sommes conscients des efforts que nous devons consentir dans tous les domaines et c’est pourquoi nous savons que l’apport de Français et étrangers nous sera d’un puissant secours.
Le rythme de l’histoire en s’accélérant chaque jour nous place devant de lourdes responsabilités. Loin de nous l’idée d’y échapper mais dans le monde actuel qui pourrait prétendre se passer d’autrui ? La collaboration sincère et loyale qui s’est instaurée à tous les échelons entre Camerounais d’origine et d’adoption se renforcera j’en suis certain en même temps que s’accomplira le développement harmonieux de notre pays35. »

26Dans les mots d’Ahmadou Ahidjo, l’indépendance qui s’annonce renverse la ligne de distinction entre citoyens et sujets, pour lui substituer le partage entre « Camerounais d’origine et d’adoption ». Jamot, que les récits camerounais et coloniaux ont inséré depuis des années dans des métaphores familiales, en bon père des sommeilleux du Haut Nyong, en fils d’élection du Cameroun ou encore, avec une belle ambiguïté, en amant de l’Afrique, trouve toute son utilité au moment où l’indépendance redistribue les positions. La figure de Jamot est suffisamment riche, suffisamment équivoque, pour se faire le support d’une nouvelle répartition des rôles et pour adresser un message, non plus aux Camerounais, mais aux Français qui resteront au Cameroun. La « leçon » qu’il tire de Jamot est ainsi pour Ahidjo l’une des premières occasions publiques pour réclamer l’actualisation de l’amitié franco-camerounaise dans un futur plus pur. L’œuvre coloniale y sera réduite à son noyau dur : la technique et l’affectif, le développement et la fraternité.

  • 36 Ibid., Lecture du message de Michel Debré à Ahmadou Ahidjo, p. xiii.

27Xavier Torre est encore plus explicite dans son oraison. Le haut-commissaire, en blanc immaculé du képi aux souliers, commence par transmettre un message de Michel Debré, le premier ministre français depuis quelques mois, qui exprime au gouvernement et au peuple camerounais « son amitié et sa confiance36 ». Puis son propre discours, adressé lui aussi aux Camerounais, fait de Jamot un exemple édifiant :

  • 37 Ibid., p. xiv.

« L’œuvre de Jamot n’est pas seulement le témoignage exaltant de ce que peuvent les forces humaines lorsqu’elles sont au service d’un grand idéal, elle est également un symbole de fraternité auquel nous pouvons avec confiance référer à notre action quotidienne pour construire l’avenir du Cameroun et des relations entre nos deux pays. En ce jour où un gouvernement camerounais qui s’apprête à assumer totalement les responsabilités que l’évolution historique de l’Afrique lui assigne, rend un solennel hommage à l’homme que fut Jamot et à son œuvre, permettez moi d’affirmer que le message que Jamot nous a laissé sera notre guide et notre soutien. À cette heure ou l’homme d’Afrique prend pleinement conscience de sa dignité d’homme et du rôle qu’il doit jouer dans le monde, je suis sûr qu’il saura se rappeler que rien de valable et de durable ne se construit en dehors de la compréhension entre les hommes, en dehors de la véritable fraternité.
Quels que soient les obstacles que nous rencontrerons sur notre route, nous saurons, Camerounais et Français, construire dans l’amitié, et lorsque nous aurons réussi, forts de notre commun idéal, a donner au monde le spectacle de notre entente pacifique, nous aurons la fierté légitime d’avoir suivi un grand exemple et d’avoir bien mérité du Cameroun et de la France37. »

28Difficile d’éviter la formule : célébrer le passé, c’est inventer le futur. C’est aussi, peut-être, oublier le présent : l’insistance, presque moralisatrice, de Torre et Ahidjo sur la nécessaire fraternité entre Français et Camerounais suggère évidemment qu’il existe un arrière-plan à la cérémonie. Des inquiétudes émises sur l’avenir ? Sur « le spectacle » que livrent au monde Français et Camerounais ? Si l’on tient à ce point à lui donner valeur de leçon, c’est peut-être que la commémoration, au-delà de sa fonction immédiate, s’adresse à d’autres destinataires. Ceux-ci, nous allons le voir, peuvent même être complètement étrangers aux objectifs initiaux des « entrepreneurs de mémoire » à qui l’on doit le monument.

Mémoire familiale et commémoration nationale : les prétextes de la cérémonie

  • 38 Voir plus loin notre discussion du contexte politique. Les diplomates étrangers, dont le consul de (...)

29La portée nationale, et même internationale38, que l’État franco-camerounais aimerait faire prendre à la célébration contraste avec la dimension privée, voire familiale, de l’organisation de la cérémonie elle-même. La « grande manifestation d’amitié franco-camerounaise » qui occupera les pages des journaux est en grande partie une interprétation tardive du processus de mémorialisation de Jamot. Le médecin colonial ne devient une figure du futur franco-africain que d’une manière contingente et éloignée des prétextes initiaux de sa commémoration.

  • 39 Les documents concernant les activités du comité en 1954-1955 sont réunis dans : ANY, 3 AC 1125, C (...)
  • 40 ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, médecin-colonel Vaisseau, Procès verbal (...)
  • 41 ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, médecin-colonel Vaisseau, Procès verbal (...)
  • 42 Sur ce film, on peut se reporter à de Pastre, 2004.

30Lorsque le projet de la construction du monument est lancé, vers 1953, il s’agit d’organiser la célébration du 75e anniversaire de la naissance d’Eugène Jamot, prévu en 1954. Un « comité Jamot » est créé pour l’occasion à Yaoundé, sous les auspices officiels de la Direction du Service de la Santé Publique39. Présidé par le Chef du Service, le Médecin Colonel Vaisseau, il réunit notamment le Dr Plantier, l’époux d’Yvonne Desnautes, la fille métisse de Jamot, Louis Desnautes, le fils de Jamot, agrégé de lettres et professeur au lycée Leclerc, et l’assistant sanitaire Peuziat, qui est vraisemblablement un ancien des équipes Jamot. La principale activité du groupe est de lancer une souscription pour financer l’érection d’un monument, et l’édition d’une brochure et d’une carte postale. En avril 1955, le projet d’anniversaire est déjà enterré, car les financements obtenus sont maigres. Certes les gouvernements de l’AEF et de l’AOF ont cotisé pour 150 000 francs, mais au Cameroun « rien n’a été reçu des Régions et Subdivisions ; les fonds recueillis […] semblent vraiment dérisoires40 », déplore-t-on au Comité. Même si après quelques rappels, certaines régions du Cameroun, ainsi que l’École d’Ayos, contribuent finalement à la souscription, le Comité décide de se tourner vers « les grands syndicats (bâtiment, forestiers) » et les « grands laboratoires de spécialités pharmaceutiques41 ». Le médecin-colonel Vaisseau promet de prendre contact avec la Maison Spécia, la filiale de Rhône-Poulenc qui est le fournisseur principal du Service de santé et le partenaire industriel historique de la médecine coloniale française. Spécia, grand producteur de médicaments contre la trypanosomiase, avait aussi produit le film de propagande sur la Mission Jamot de 1931, et l’avait réédité en 194842. D’anciens médecins coloniaux se sont recyclés au sein de la firme, comme De Marqueissac, un ancien « Jamotain ». On reste donc, pour ainsi dire, en famille.

  • 43 ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, médecin-colonel Vaisseau, Procès verbal (...)

31Dès 1955, le projet s’oriente vers la construction d’une stèle « magnifiant l’œuvre plutôt que l’homme en évitant un Jamot en pied ou en médaillon43 ». Le site est aussi choisi : la place située devant la Direction des Services de la Santé Publique. Un appel à candidature est diffusé et une série de sculpteurs sont présélectionnés. Le Comité fournit aux artistes, pour les inspirer, la photo de Jamot mais aussi des photos de « malades sommeilleux graves » et les références des ouvrages spécialisés de Vaucel et Sicé. Plusieurs sculpteurs de renom se manifestent, dont Louis Leygue, Évariste Jonchères et Georges Guiraud. Les sources ne permettent pas de suivre la suite de l’organisation jusqu’en 1959, mais toutes les orientations prises en 1955 seront réalisées : Georges Guiraud s’occupe du monument, où l’on retrouve le visage bonhomme de Jamot et des bas-reliefs représentant des sommeilleux. Il est dressé dans l’axe de symétrie du bâtiment de la direction des services de santé, qui devient ministère en 1957.

  • 44 ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, médecin-colonel Vaisseau, Procès verbal (...)

32Les premiers préparatifs ne laissent donc pas augurer d’une grande célébration franco-camerounaise. Il s’agit d’une entreprise familiale, dont tous les membres ont des liens immédiats avec Jamot. Le gendre Plantier propose même de puiser des photos pour les cartes dans « sa photothèque familiale44 ». L’objectif est modeste : on veut éditer 10 000 cartes postales, éventuellement un timbre, et construire une statue. L’enjeu est, au sens propre, généalogique : on veut célébrer l’ancien, au besoin en mettant à contribution l’État colonial. Aucun « Camerounais », faut-il le préciser, n’est associé à l’organisation – les enfants Desnautes sont français. Le « Cameroun » en tant que territoire participe peu, nous l’avons vu, à la souscription ; le haut-commissariat fournit simplement le patronage officiel et promet l’exonération des droits de douanes pour la livraison des cartes postales. Aucune consigne politique, donc, mais sans doute l’espoir, chez la famille Jamot, de trouver le moment venu un soutien public pour la cérémonie.

  • 45 Charles Assalé, « L’inauguration du monument du docteur Jamot », La Gazette du Cameroun, 142, 1937 (...)
  • 46 ANOM, Agefom 1003, dossier 3515, dossier confidentiel du Dr Jamot et des trois enfants métis Desna (...)

33La continuité avec les commémorations d’avant-guerre et de métropole est nette sur ce point. En 1937, le monument d’Ayos avait été construit et financé par le Service de Santé et les petits colons du poste ; le haut-commissaire s’était déplacé pour l’inaugurer45. En 1939, l’inauguration du monument de l’hôpital de Yaoundé, en présence du Pr. Pasteur Vallery Radot de passage au Cameroun, était elle aussi organisée par les « Jamotains de cœur » du colonat local ; sa signification publique était apparue a posteriori, quand le haut-commissaire avait adressé à l’Agence de la France d’outre-mer un jeu de photos, « qui pourrait être utilement employé à illustrer un article de propagande46 ». En 1954, c’est à Saint-Sulpicedes-Champs, le village natal de Jamot, que son 75e anniversaire était fêté, en grande pompe et en présence du gratin de l’Union Française, dont le Président du Conseil Gaston Monnerville : là encore c’est un comité « localiste », creusois en l’occurrence, qui avait organisé et financé la célébration (Gomart-Jacquet, 1995 : 670-671).

  • 47 On retrouve sans doute une expression de la « statuomanie » républicaine française analysée par Ér (...)
  • 48 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Ministre De La Santé Publique Et (...)

34En 1959 comme auparavant, pas de main invisible derrière le projet, mais l’instrumentation réciproque d’entrepreneurs de mémoire « privés » et d’acteurs politiques « publics » – certains pouvant d’ailleurs jouer simultanément les deux rôles47. C’est sans doute le sens de l’organisation finale de la cérémonie, que le « Comité Jamot » délègue au ministère de la Santé. La date de la cérémonie est choisie assez tardivement, puisque le ministre, par l’intermédiaire de son directeur de cabinet français, n’invite officiellement le directeur du Service de santé de la France d’outre-mer que le 22 janvier, deux semaines avant l’inauguration. Le message de la célébration se définit à ce moment, puisque la lettre évoque « une grande manifestation d’amitié franco-camerounaise » – on peut imaginer que les discours sont alors en cours d’écriture. L’intérêt des États camerounais et français reste mesuré : le ministère prévient le directeur de la rue Oudinot, que le « Comité d’Honneur du Monument JAMOT se trouve dans l’impossibilité de prendre à sa charge le déplacement des personnalités invitées, étant donné l’extrême modicité de ses ressources48 » ; le Service de santé de la France d’outre-mer choisit de son côté de se faire représenter par l’un de ses directeurs honoraires, le médecin général inspecteur Le Rouzic, qui sera en tant qu’ancien Jamotain le seul représentant de la France à venir de métropole.

  • 49 Il s’agit là du terme de l’époque, qui n’avait pas la connotation « totalitariste » qu’il a prise (...)
  • 50 La Presse du Cameroun, 7 février 1959.
  • 51 Le fonctionnement du Service de l’information et ses relations avec l’Agence France Presse, et ave (...)
  • 52 Par exemple La Presse du Cameroun (9 février 1959) décrit l’ambiance ainsi : « sous un ciel lourd (...)

35L’investissement étatique de la cérémonie se fait surtout lors de sa publicisation. L’État camerounais dispose d’un appareil de « propagande49 » particulièrement efficace. Les autorités coloniales, pendant des décennies, ont en effet accordé beaucoup d’importance à la communication, du fait du statut de mandat puis de territoire sous tutelle de la colonie camerounaise (Callahan, 1999 : 145-156, Callahan, 2004). Le Service de l’information de Yaoundé est donc une machine bien rodée de productions de textes, de photos, de tableaux de chiffres et de d’articles de presse qui irriguent en particulier les journaux locaux. Le Service de l’information, qui est sans doute le plus efficace des colonies françaises, est donc mobilisé : ses photographes et ses journalistes sont en action dès la veille de la cérémonie, pour l’accueil du médecin général Le Rouzic à l’aéroport et pour une émission de radio sur la « vie et l’œuvre d’Eugène Jamot, vainqueur de la maladie du sommeil50 ». Le 9 février, le Service de l’information assure la mise en scène de l’arrivée des autorités et de la cérémonie elle-même ; les photos sont prises en grand nombre ; les tirages estampillés « Infocam ». Le lendemain, le compte rendu de la célébration occupe sur neuf pages l’essentiel des « nouvelles du Cameroun » du Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun qui est émis, avec l’aide du service, par l’Agence France Presse51. L’intégralité des discours est reproduite et agencée dans un récit solennel, qui est repris, presque mot pour mot, dans les articles qui paraissent le lundi et le mardi dans La Presse du Cameroun52.

  • 53 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, médecin général inspecteur Le Ro (...)
  • 54 Tropiques, Revue des troupes d’outre-mer, date inconnue (photothèque de l’OCEAC).
  • 55 J’ai pu consulter les photos chez le médecin-général Fernand Merle, qui était le chef du SHMP en 1 (...)

36La « manifestation d’amitié franco-camerounaise » tient donc d’une interprétation tardive et contingente de la commémoration. Elle co-existe avec un usage privé de la cérémonie, qui est celui des subalternes médaillés par le ministre ou des vieux médecins-généraux. La première fonction des photographes qui se pressent à la tribune est d’ailleurs de faire des photos-souvenirs, plutôt que de la propagande d’État : le médecin général inspecteur Le Rouzic, en remerciant le ministre camerounais à son retour en France, réclamera des tirages supplémentaires pour tous les anciens Jamotains retraités en France53 ; l’une d’entre elles fera la couverture de la revue des Troupes Coloniales54. La conservation des photos dans les archives suivra ensuite ces circuits privés55.

37Ces usages multiples, familiaux, publics, coloniaux ou camerounais, rendent le moment ambigu et polysémique. Il est même difficile de catégoriser les acteurs de la cérémonie et de son organisation : les limites formelles entre des entités comme le « comité Jamot », le ministère camerounais de la Santé publique et le Service de santé de la France d’outre-mer n’ont guère de sens pour les médecins coloniaux en poste au Cameroun, qui peuvent comme le chef du Service d’hygiène mobile et de prophylaxie (SHMP) Fernand Merle servir dans les trois entités. Il est tout aussi difficile de présumer une quelconque autonomie à ses acteurs camerounais ou français, tant leur intimité est grande. C’est sans doute parce que la familiarité huile les rouages franco-camerounais du ministère de la Santé que l’image projetée par la cérémonie est si harmonieuse – elle se prolonge d’ailleurs dans la soirée par une réception à l’Hôtel des Relais Aériens dont on imagine sans peine la douceur.

38La présentation de la commémoration de Jamot comme un hommage national – camerounais s’entend – est donc coproduite, contingente et incomplète ; elle n’en est pas moins radicalement nouvelle. C’est en considérant le contexte politique de la célébration que l’on peut saisir l’opportunité et le mécanisme de ce basculement.

Se souvenir pour oublier : le contexte politique

  • 56 Louis Castex, Le Figaro, 28 février 1959, en annexe dans Blandine Gomart-Jacquet, 1995.
  • 57 Assez ironiquement, les médecins coopérants français présents au Cameroun pendant les décennies qu (...)

39La commémoration de Jamot marque un double tournant : l’entreprise mémorielle privée devient une parade fastueuse de l’État-nation camerounais et la célébration de la grande France fait place à celle de l’amitié des nations. Une image forte de ce changement est l’absence de voix coloniales à la cérémonie, hormis celle du haut-commissaire qui prend la parole en tant que diplomate représentant la France. De même, tous les comptes rendus officiels donnent au jeune gouvernement camerounais toute l’initiative de l’action, sans même mentionner l’existence du « Comité Jamot ». Le titre de l’article consacré à la cérémonie dans Le Figaro traduit parfaitement ce renversement : « Le Cameroun honore la mémoire du docteur Jamot vainqueur de la maladie du sommeil56 » ; le public français apprend ainsi que l’une des plus turbulentes de ses colonies célèbre docilement l’action d’un médecin français. La surdétermination d’une telle interprétation ne fait pas de doute : rappelons que le Comité Jamot, exclusivement colonial, se plaignait en 1955 de n’avoir aucun soutien du territoire colonial et qu’il a financé, par des souscriptions privées, le fameux monument57. Le monde a donc changé en quatre ans, pour que le sens même d’une stèle change à ce point.

  • 58 Pour un portrait de Xavier Torre, Chaffard, 1965 : 327. D’après Chaffard, Xavier Torre est lié au (...)

40Un rappel ici : le rythme de la « décolonisation » s’est accéléré considérablement depuis la mi-1956 (Bayart, 1979 : 53-82 ; Le Vine, 1964 : 162-192 ; Gardinier, 1963 : 72-102 ; Mortimer, 1969 : 336-340). Après le vote de la loi-cadre, le remplacement de Roland Pré par le socialiste Pierre Messmer et l’élection fin 1956 de l’Assemblée législative du Cameroun (ALCAM) au suffrage universel, le Cameroun dispose en avril 1957 d’un gouvernement et d’un nouveau statut qui fait de lui un « État sous tutelle », distinct de l’Union française mais toujours représenté au parlement français. Fin 1957, le haut-commissaire Pierre Messmer est remplacé par Jean Ramadier qui organise, avec Ahmadou Ahidjo, la chute du Premier ministre André-Marie Mbida avant d’être rappelé à Paris. Nommé chef du gouvernement en février 1958, Ahmadou Ahidjo compose avec un nouveau Haut-Commissaire, Xavier Torre58. À Paris, la IVe République s’effondre en mai 1958 et le retour du Général de Gaulle donne une nouvelle impulsion et une nouvelle orientation aux possibilités politiques du moment : la perspective d’une ouverture en direction des nationalistes radicaux de l’UPC (Union des Populations du Cameroun) s’éloigne encore, mais celle d’une affirmation nationale en dehors de tout projet assimilationniste s’impose progressivement. Pendant l’été, l’Assemblée camerounaise demande officiellement l’indépendance à la France et donne mandat à Ahidjo pour en négocier les modalités à Paris. Le référendum constitutionnel de septembre 1958, marqué par le fracassant « non » de la Guinée, ne concerne pas le Cameroun, mais un nouveau statut, explicitement conçu pour préparer la transition vers l’indépendance, est proposé par la France pour entrer en vigueur le 1er janvier 1959. Le 24 octobre 1958, l’assemblée législative ratifie le statut et demande, dans une même résolution, l’indépendance et la levée de la tutelle des Nations unies pour le 1er janvier 1960. Le 28 octobre, Xavier Torre annonce officiellement aux Nations unies l’assentiment de la France à l’indépendance du Cameroun. La question qui se pose alors au début de l’année 1959, à Yaoundé comme à Paris, est celle du contenu politique d’une indépendance acquise en principe et programmée pour la fin de l’année.

  • 59 « Nous savons que l’association avec la France est nécessaire et même indispensable pour le Camero (...)

41Les discours prononcés le 9 février au pied de la statue de Jamot en donnent, d’une manière presque transparente, une définition. L’indépendance du Cameroun, telle qu’elle se conçoit dès la fin 1958, sera « plus nationale » que celles des autres colonies françaises : le Cameroun n’est pas inclus dans la Communauté Africaine et Malgache mise en place par de Gaulle à l’été 1958 ; l’indépendance complète, en l’absence de tout lien politique franco-camerounais, est un objectif partagé par la quasi-totalité de l’échiquier politique camerounais, en plus d’être une revendication de l’UPC. L’indépendance du Cameroun, pourtant, se veut aussi franco-africaine. Ahmadou Ahidjo l’avait annoncé dans son discours d’investiture, en février 195859. Dans sa résolution d’octobre 1958, l’ALCAM ajoute ainsi une clause pour rendre hommage au travail de la France et appeler de ses vœux, pour le futur, une association libre et amicale entre les deux pays (Gardinier, 1963 : 86). Les interventions publiques de Torre et d’Ahidjo à propos de Jamot reprennent exactement les termes de cette option politique : il s’agit d’une relation « pure » – le terme revient plusieurs fois – limitée à l’aide technique et à la fraternité, en l’absence de tout cadre institutionnel supranational. L’option camerounaise ménage ainsi une place aux visées franco-africaines du général de Gaulle sans remettre en cause, au contraire, un nationalisme d’État devenu consensuel au Cameroun.

  • 60 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin q (...)

42Lors de la cérémonie, les annonces d’Ahidjo et de Torre concernant les collaborations futures de la France et du Cameroun sont aussi informées par les réorganisations institutionnelles en cours à Paris. Début 1959, la nouvelle politique de « coopération » est, littéralement, dans les cartons. Quelques semaines seulement après la cérémonie, son acte de naissance matériel sera posé, avec la création le 27 mars du Fonds d’aide et de coopération (FAC), qui remplace le FIDES comme outil financier et programmatique du développement franco-africain. De Gaulle est « Président de la République et de la Communauté Franco-Africaine » depuis quelques semaines et la Ve République vit ses premiers mois, dans un climat rendu tendu par les « événements » d’Algérie. Michel Debré, le premier ministre, s’excuse d’ailleurs d’être retenu par les « circonstances » à Alger pendant la cérémonie60. L’amitié franco-camerounaise célébrée autour de Jamot annonce donc, en quelque sorte, ce qui fera le cœur de la politique africaine gaulliste : le renforcement de la grandeur de la France, fragilisée en Algérie, à travers l’avènement des nations africaines. Replacée dans cette chronologie, l’inauguration du monument Jamot n’est bien sûr qu’une manifestation de surface du vaste mouvement de reconfiguration des liens entre la France et l’Afrique après 1958 ; elle donne néanmoins une image particulièrement explicite du processus de coproduction qui a stabilisé ce choix politique, et de la place d’acteurs considérés comme techniques, en l’occurrence la profession médicale, dans l’imagination de ses récits, de ses règles éthiques et de ses objectifs futurs.

43C’est aussi par ses silences, ses omissions ou ses sous-entendus que la célébration est révélatrice. L’opportunité de la célébration, tout d’abord, est évoquée à mi-mots par les comptes rendus : depuis la fin 1958, une session décisive pour l’avenir du Cameroun est en effet prévue pour le 20 février 1959 à l’Assemblée des Nations unies, à New York. L’UPC, et Félix Moumié notamment, n’ont pas renoncé à y jouer un rôle et promettent d’utiliser la tribune pour attaquer la politique répressive et pro-française du gouvernement Ahidjo. Le 25 janvier 1959, la mission de visite de l’ONU, qui a enquêté au Cameroun pendant les trois derniers mois de l’année 1958, a rendu un rapport optimiste et favorable au gouvernement, qui écarte la tenue d’élections avant l’indépendance. La chronologie rend donc évidente la vocation internationale de la cérémonie du 9 février : la plupart des hommes politiques camerounais qui sont à la tribune ont déjà leur billet d’avion pour New York. L’allusion des comptes rendus à la « mission de passage de l’ONU » l’exprime sans détour : les Nations unies font partie des destinataires du message de fraternité que France et Cameroun veulent envoyer au monde en consacrant Jamot. L’opportunité d’une telle démonstration ne fait pas de doute : quelques jours après son discours devant le ministère de la santé, Ahidjo doit parler à la tribune des Nations unies et s’assurer du soutien de la communauté internationale en montrant sa capacité, avec les autorités françaises, à organiser une indépendance sereine et pacifique. Les membres exilés de l’UPC, soutenus par la Guinée de Sékou Touré et les non-alignés, s’apprêtent à participer en nombre aux débats des Nations unies et à argumenter contre la voie « franco-camerounaise » en réclamant la tenue d’élections (Le Vine, 1964 : 172-180).

44Dans ce contexte, la prolifération des références à l’amitié et à la fraternité fonctionne par rapport à un référent implicite, un pôle négatif en quelque sorte. Elle vient désigner, par contraste et sans les évoquer, les « terroristes » de l’UPC, qui refusent de conjuguer au futur la relation franco-camerounaise, tout en euphémisant du même coup l’ensemble du passé colonial et des « campagnes de pacification » en cours, depuis janvier 1958, sous la direction de l’armée française (Mbembe, 1996, Deltombe, Domergue et Tatsitsa, 2011). Elle vient aussi combler, en quelque sorte, un silence. La commémoration se tient, à une dizaine de mètres près, sur le lieu même où la troupe, sous les ordres de son commandant français, fit feu sur la foule lors des émeutes de mai 1955. Il est difficile de ne pas remarquer que la consécration du héros national répond ainsi à d’autres événements qui engagent la mémoire camerounaise, ou en tout cas le passé de la nation. Moins de six mois auparavant, le 13 septembre 1958, une patrouille assassinait Ruben Um Nyobé, le charismatique chef des maquis de l’UPC, dans le pays bassa. En profanant ensuite son corps, en l’immergeant dans un bloc de béton, sans rituel funéraire et sans tombe à son nom, l’État avait d’emblée organisé son oubli : « il s’agissait, au total, d’effacer Um de la mémoire des hommes » (Mbembe, 1996 : 16). Ce faisant, l’état franco-camerounais avait levé la principale « hypothèque » à son plan de décolonisation (Bayart, 1979) : les députés camerounais et l’administration française allait négocier et annoncer l’indépendance quelques jours après. La mise en mémoire de Jamot, coulée elle aussi dans le béton, répond ainsi, comme une image négative, à l’oubli organisé de Ruben Um Nyobé, l’incarnation mythique du nationalisme camerounais (Mbembe, 1986).

*

  • 61 Ibid., p. vi.

45En insistant sur la contingence et les omissions du message commémoratif, le propos n’était pas de démontrer que l’image donnée par la célébration, placée « sous le signe de l’amitié franco-camerounaise et du souvenir »61, est trompeuse. Au contraire, il s’agissait de montrer que l’expérience historique du moment tient dans cette apothéose étrange et paradoxale. Dans un contexte de tension et d’incertitude, un héros colonial se transfigure pour entrer au panthéon de la (future) nation camerounaise, alors même que l’existence et le contenu du référent national est l’enjeu de luttes. Un monde s’effondre apparemment, celui de l’empire, et l’on choisit ce moment pour ériger une statue. À bien des égards, la fête de Jamot, procès de déification tout autant que démonstration de force, est un condensé de l’expérience historique de l’indépendance et de sa signification pour la médecine coloniale.

  • 62 P. Richet, 1965 : 234-254.
  • 63 ANOM, 1 FIDES, Carton 5, dossier 20. Comité directeur du Fonds d’aide et de coopération. « Cette s (...)
  • 64 L’histoire de ces institutions mérite une étude à elle seule, déjà bien amorcée par Jean-Paul Bado(...)
  • 65 L’appellation subsistera informellement jusqu’aux années 1970, alors que les « troupes coloniales  (...)

46Elle révèle la dynamique plus générale qui a fait des indépendances africaines une occasion pour la médecine coloniale française de renforcer sa présence sur le continent – les effectifs de médecins français en poste en Afrique ne cessent de croître sur la période 1945-1970. Singulièrement les institutions médicales qui voient le jour pendant la période 1958-1962 en Afrique permettent à la fois d’organiser le futur de la médecine française en Afrique et de célébrer son passé. C’est le cas à Yaoundé, Bangui ou Dakar où des Instituts Pasteur sont inaugurés ou agrandis (Lachenal, 2010, 2011). C’est le cas à Bobo-Dioulasso, où le centre principal de l’OCCGE reçoit le nom de Gaston Muraz, grande figure du corps médical colonial décédé en 195562. Dès 1960, l’institution inter-États reçoit une subvention massive de la France dans le cadre du premier Fonds d’Aide et de Coopération, pour concrétiser, précise le rapport, « l’intérêt que la République française continue de porter à l’œuvre qu’elle a si bien innovée puis poursuivie depuis Eugène Jamot et qui se donne pour but final l’éradication des grands fléaux sociaux. […] Au moment où les jeunes États recueillent cet héritage, manifestent fermement le désir de continuer l’œuvre déjà accomplie, il apparaît indispensable de les y aider, concrétisant ainsi l’idéal de solidarité de la [Communauté Franco-Africaine]63 ». Doublée d’une institution jumelle créée en 1962 à Yaoundé, l’OCCGEAC64, l’OCCGE restera, avec les Instituts Pasteur, la principale institution d’accueil pour les centaines de médecins « coloniaux65 » français qui feront carrière en Afrique après les indépendances.

Bibliographie

SOURCES

Archives de l’Institut de médecine tropicale du service de santé des Armées (IMTSSA)

IMTSSA, Boîte 101, chemise Inauguration monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959 (1959).

IMTSSA, Boîte 101, chemise Inauguration monument Jamot à Yaoundé, ministre de la Santé publique et de la Population, Lettre à monsieur le directeur du service de santé de la FOM, 22 janvier 1959 (1959).

Archives nationales d’outre-mer (ANOM)

ANOM, Agefom 1003, dossier 3515, dossier confidentiel du Dr Jamot et des trois enfants métis Desnautes, Extraits de presse (1937-1939).

Archives nationales, Yaoundé, Cameroun

ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, Maran, René, Deux Hommes, extrait de « Le cri de la france » (s. d.).

ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, Vaisseau, médecin-colonel, Procès verbal de séance, 8 avril 1955 (1955).

ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, Vaisseau, médecin-colonel, Procès verbal de séance, 26 mai 1955 (1955).

BIBLIOGRAPHIE

Abir-Am Pnina D., La mise en mémoire de la science : pour une ethnographie historique des rites commémoratifs, Amsterdam, Éditions des archives contemporaines, 1998.

Abir-Am Pnina G., « The First American and French Commemorations in Molecular Biology: From Collective Memory to Comparative History », Osiris, 14-Commemorative Practices in Science: Historical Perspectives on the Politics of Collective Memory, 1999, p. 324-372.

Alima Jos Blaise, Les chemins de l’unité : comment se forge une nation : l’exemple camerounais, 2e éd., Paris, ABC, 1977.

Almeida Topor (d’) Hélène, « La ville magnifiée : les fêtes de l’indépendance dans les capitales ouest-africaines francophones », in Odile Goerg (dir.), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs Paris, Karthala, 1999, p. 255-262.

Anderson Perry, La pensée tiède. Un regard critique sur la culture française, Paris, Le Seuil, 2005.

Assalé Charles, « L’inauguration du monument du docteur Jamot », La Gazette du Cameroun, 142, 1937, p. 1-3.

Bado Jean-Paul, Eugène Jamot, 1879-1937. Le médecin de la maladie du sommeil ou trypanosomiase, Paris, Karthala, 2011.

Bado Jean-Paul, « La santé et la politique en AOF à l’heure des indépendances (1939-1960) », in Charles Becker, Saliou Mbaye et Ibrahima Thioub (dir.), AOF : réalités et héritages. Sociétés ouest-africaines et ordre colonial, 1895-1960 Dakar, Direction des Archives du Sénégal, 1997, p. 1242-1259.

Bayart Jean-François, L’État au Cameroun, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1979.

Bebey-Eyidi Marcel (Dr), Le Vainqueur de la maladie du sommeil : le docteur Eugène Jamot, 1879-1937, Paris, l’auteur, 1951.

Bourgi Robert, Le Général de Gaulle et l’Afrique noire : 1940-1969, Paris ; Abidjan, Librairie générale de droit et de jurisprudence ; Nouvelles éditions africaines, 1980.

Callahan Michael D., Mandates and empire: the League of Nations and Africa, 1914-1931, Brighton, Sussex Academic Press, 1999.

Callahan Michael D., A sacred trust: the League of Nations and Africa, 1929-1946, Brighton, Sussex Academic Press, 2004.

Certeau Michel De, L’invention du quotidien, 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

Chafer Tony, The End of Empire in French West Africa. France’s Successful Decolonization ?, Oxford, Berghan, 2002.

Chaffard Georges, Les carnets secrets de la décolonisation, 2 vol., Paris, Calmann-Lévy, 1965.

Chipman John, French power in Africa, Oxford, Basil Blackwell, 1989.

Chrétien Jean-Pierre, et Triaud Jean-Louis (dir.), Histoire d’Afrique : les enjeux de mémoire, Paris, Karthala, 1999.

Cooper Frederick, Decolonization and African Society: The Labor Question in French and British Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Coquery-Vidrovitch Catherine, « Fêtes et commémorations en Afrique occidentales au XXe siècle », in Odile Goerg (dir.), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, p. 255-262.

Deltombe Thomas, Domergue Manuel et Tatsitsa Jacob, Kamerun ! Une guerre cachée aux originies de la Françafrique, 1948-1971, Paris, La Découverte, 2011.

Dozon Jean-Pierre, Frères et sujets. La France et l’Afrique en perspective, Paris, Flammarion, 2003.

Dozon Jean-Pierre, « Quand les pastoriens traquaient la maladie du sommeil », Sciences sociales et santé, III-3-4, 1985, p. 27-56.

Galiard H., « La maladie du sommeil il y a 30 ans : deux hauts lieux de la médecine tropicale, Ayos et Logone (Cameroun) », Presse Méd., 63-45, 1955, p. 947-948.

Gardinier David E., Cameroon: United Nations challenge to French policy, London; New York, Oxford University Press, 1963.

Geschiere Peter, « Paysans, régime national et recherche hégémonique. L’implantation de l’U (N) C, le “Grand Parti National”, dans les villages maka », Politique africaine, 22, 1986, p. 73-100.

Goerg Odile (dir.), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999.

Gomart-Jacquet Blandine, [Le] docteur Eugène Jamot et la maladie du sommeil, 1910-1937, thèse de doctorat nouveau régime, université de Provence, 1995.

Hobsbawm E. J., « Mass producing traditions: Europe, 1870-1914 », in E. J. Hobsbawm et T. O. Ranger (dir.), The invention of tradition Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 263-307.

Institut Charles de Gaulle, La politique africaine du général de Gaulle, 1958-1969 : actes du colloque, Paris, A. Pedone, 1980.

Joseph Richard A., Le mouvement nationaliste au Cameroun : les origines sociales de l’UPC, Paris, Karthala, 1986.

Joseph Richard A., Radical nationalism in Cameroun: social origins of the UPC. rebellion, Oxford; New York, Clarendon Press, 1977.

La Guérivière Jean de, Les fous d’Afrique : histoire d’une passion française, Paris, Le Seuil, 2001.

Lachenal Guillaume, Biomédecine et décolonisation au Cameroun, 1944-1994. Technologies, figures et institutions médicales à l’épreuve, thèse de doctorat en épistémologie, Histoire des sciences et des techniques, université Denis Diderot-Paris 7, 2006.

Lachenal Guillaume, « The intimate rules of the French “Coopération” », in Wenzel Geissler (dir.), Ethos, ethnography and experiment Oxford, Berghan, 2011, p. 373-401.

Lachenal Guillaume, « Franco-African Familliarities: A History of the Pasteur Institute of Cameroon », in Mark Harrison (dir.), Hospitals beyond the West, New Dehli, Orient Longman, 2009, p. 411-444.

Lachenal Guillaume et Taithe Bertrand, « Une généalogie missionaire et coloniale de l’humanitaire : le cas Aujoulat au Cameroun, 1935-1973 », Le Mouvement social 227, 2009, p. 45-63.

Le Vine Victor T., The Cameroons: from mandate to independence, Berkeley, University of California Press, 1964.

Marqueissac (de) H., « Eugène Jamot (1879-1937) », Biologie médicale, XLIV-1, 1955, p. 1-4.

Mbembe Achille, La naissance du maquis dans le Sud Cameroun, 1920-1960, Paris, Karthala, 1996.

Mbembe Achille, « Pouvoirs des morts et language des vivants », Politique africaine, 22, 1986, p. 37-72.

Meimon Julien, « Que reste-t-il de la coopération francaise ? », Politique africaine, 105, 2007, p. 27-53.

Moniot Henri, « Faire du Nora sous les Tropiques ? », in Jean-Pierre Chrétien et Jean-Louis Triaud (dir.), Histoire d’Afrique : les enjeux de mémoire, Paris, Karthala, 1999, p. 13-26.

Montestruc Étienne, « Le docteur Eugène Jamot, vainqueur de la trypanosomiase humaine », Arch. I. P. de la Martinique, VIII-1-2, 1955, p. 50-63.

Mortimer Edward, France and the Africans 1944-1960: a political history, London, Faber, 1969.

Moulin Anne-Marie, « L’”isnad” de l’institut Pasteur de Tunis (1893-1993) », in Pnina G. Abir-Am (dir.), La mise en mémoire de la science : pour une ethnographie historique des rites commémoratifs Amsterdam, éditions des archives contemporaines, 1998.

Mouralis Bernard, République et colonies : entre histoire et mémoire. La république française et l’Afrique, Paris, Présence africaine, 1997.

Nora Pierre, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984.

Onana Janvier, « Apprentissage, savoir-faire politiques et spécialisation de l’activité politique : sociogenèse du métier parlementaire au Cameroun », Polis/Revue camerounaise de sciences politiques, 9, 2002, p. 1-22.

Pastre (de) Béatrice, « Cinéma éducateur et propagande coloniale à Paris au début des années 1930 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51-4, 2004, p. 135-151.

Ranger T. O., « The invention of tradition in colonial Africa », in E. J. Hobsbawm et T. O. Ranger (dir.), The invention of tradition Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 211-262.

Richet P., « L’histoire et l’œuvre de l’OCCGE en Afrique occidentale francophone », Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene, 59, 1965, p. 234-254.

Roubaud E., « E. Jamot (1879-1937) », Bulletin de la Société de pathologie exotique, 30, 1937, p. 337-340.

Sonne Wang, « Des Camerounais dans la lutte contre la maladie du sommeil : les premiers “Jamotains” 1921-1931 », Bull. liais. doc. OCEAC, 85, 1988, p. 27-39.

Sonne Wang, Les auxilliaires autochtones dans l’action sanitaire publique au Cameroun sous administration française (1916-1945), thèse de doctorat (option histoire), université de Yaoundé, faculté des lettres et sciences humaines, 1983.

Sonne Wang, « Les premiers “médecins africains” camerounais : l’évolution d’une élite autochtone au service de l’action sanitaire française au Cameroun 1932-1950 », Revue scientifique et technique, 6-3, 1989, p. 91-110.

Suret-Canale Jean, Afrique noire occidentale et centrale. Tome 3 : De la colonisation aux indépendances (1945-1960), Paris, Éditions sociales, 1972.

White Dorothy Shipley, Black Africa and de Gaulle: from the French Empire to independence, University Park; London, Pennsylvania State University Press, 1979.

Notes

1 L’organisation est créée sur le modèle de l’OCCGE (Organisation de coordination et de coopération pour la lutte contre les grandes endémies) qui reprend les activités des services de médecine mobile de l’ancienne Afrique-Occidentale française. Elle sera rebaptisée peu après sa création Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale, connue sous l’acronyme OCEAC. Elle coordonne les activités de médecine mobile (campagne de vaccination notamment) et plus généralement de santé publique pour le Cameroun et les pays issus de l’Afrique-Équatoriale française.

2 Je mets une majuscule à Coopération afin de désigner l’institution, ou le système d’institutions.

3 Voir sur ce point les propositions de Jean-Pierre Dozon (2003 : 258-266) sur le capitalisme d’État francoafricain. Il manque un prolongement post-colonial aux travaux d’histoire économique de Jean Suret-Canale (1961).

4 Frederick Cooper reste très allusif sur le renforcement des relations franco-africaines en évoquant le maintien des anciennes colonies « dans l’orbite française », p. 451.

5 Bernard Mouralis (1997) avait initié la réflexion sur les « fraternités franco-africaines », notamment à propos de l’armée.

6 Il s’agit du Médecin Général Inspecteur Le Rouzic, qui représente à titre honoraire la direction du Service de santé de la France d’outre-mer, du Médecin Général Lieurade, directeur du Service de Santé de l’AEF, et du Médecin Colonel Kernevez, directeur du Service Général d’Hygiène Mobile et de Prophylaxie d’AEF. Tous trois ont travaillé au Cameroun avec le Dr Jamot à la fin des années 1920.

7 Le terme de « Jamotain » désigne les infirmiers et auxiliaires des équipes de lutte contre la maladie du sommeil formés par E. Jamot lors de son passage au Cameroun. Par extension il désigne les infirmiers et auxiliaires formés à Ayos, le centre de recherche et d’enseignement du service de lutte contre la maladie du sommeil. (Sonne, 1983, 1988, 1989).

8 IMTSSA (Institut de médecine tropicale du Service de santé des armées), Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959 (1959), p. vii-viii.

9 Pour une critique rétrospective de l’amnésie coloniale à l’œuvre dans Les Lieux de Mémoire intégrée dans une histoire intellectuelle de la France des années 1980-1990, voir Perry Anderson, La pensée tiède. Un regard critique sur la culture française, Paris, Le Seuil, 2005 (traduction d’essais parus initialement dans la London Review of Books).

10 La contribution de Terence Ranger (1983) au projet The Invention of Tradition commence ainsi par les monuments, les rituels et les célébrations des colons blancs en Afrique. Dans le domaine français, l’ouvrage dirigé par Jean-Pierre Chrétien et Jean-Louis Triaud (1999) a explicitement tenté de faire du « Nora sous les tropiques » (Moniot, 1999). Des études de célébrations similaires, en particulier en raison leur « syncrétisme », à celles que je propose ici ont été menées par des historiennes de l’Afrique : Goerg, 1999 ; d’Almeida Topor, 1999 ; Coquery-Vidrovitch, 1999.

11 En 1954, dans l’est du Cameroun, un accident survenu lors d’une campagne de chimioprophylaxie de la maladie du sommeil fait plus de 30 morts et une centaine de blessés graves, entraînant l’interruption des campagnes de lutte contre la maladie du sommeil sur le territoire. (Lachenal, 2006 : chap. 3-4).

12 Pour les analyses de Mbembe sur les « récits d’accommodation » de la colonisation produits par les sujets colonisés (Mbembe, 1996 : 273-284). Mbembe construit son concept d’indiscipline en situation coloniale, qui inclut ces pratiques d’appropriation des lieux du pouvoir, à partir du travail de Michel de Certeau (1990), d’où l’expression, « les lieux de l’autre ».

13 Marcel Bebey-Eyidi (Dr), Le Vainqueur de la maladie du sommeil : le docteur Eugène Jamot, 1879-1937, Paris, l’auteur, 1951. Quelques exemples de nécrologie ou d’hommages parus avant 1959 : E. Roubaud, « E. Jamot (1879-1937) », Bull. Soc. Path. Ex., 30, 1937, p. 337-340 ; H. De Marqueissac, « Eugène Jamot (1879-1937) », Biologie médicale, XLIV-1, 1955, p. 1-4 ; Étienne Montestruc, « Le docteur Eugène Jamot, vainqueur de la trypanosomiase humaine », Arch. I. P. de la Martinique, VIII-1-2, 1955, p. 50-63 ; H. Galiard, « La maladie du sommeil il y a 30 ans : deux hauts lieux de la médecine tropicale, Ayos et Logone (Cameroun) », Presse Méd., 63-45, 1955, p. 947-948.

14 Toutes citations de ce paragraphe. IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959 (1959), Discours d’Arouna Njoya, p. vii-x.

15 Pour des éléments biographiques sur Jean Mabaya, le député du Haut-Nyong, voir (Geschiere, 1986 : 88-89).

16 Voir les analyses des joutes verbales au parlement, où Mabaya se « frotte » avec verve à Mbida et Ahidjo, dans (Onana 2002 : 16-17).

17 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959 (1959), discours de Jean Mabaya, p. xi.

18 Voir photos.

19 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959 (1959), p. x et p. xii.

20 Ibid., discours d’Ahmadou Ahidjo, p. xii.

21 Discours de l’écrivain-interprète André Nkoumou, cité dans Charles Assalé, « L’inauguration du monument du Docteur Jamot », La Gazette du Cameroun, 142, 1937, p. 1-3, p. 2.

22 La Gazette du Cameroun, paraît le 15 de chaque mois à Yaoundé, à partir de 1925 et vraisemblablement jusqu’à la guerre. Le journal est, selon sa présentation officielle, rédigé exclusivement par les « indigènes ». Il est mis en valeur par l’administration française qui publie des extraits dans ses rapports à la Société des nations. La médecine et l’hygiène – les « causeries médicales » – occupent plusieurs numéros, rédigés par des infirmiers. Le ton des articles est étonnant, tout comme le système de rédaction : la parole des colonisés reprend celle de l’administration, qui reprend cette parole dans sa communication internationale. L’extrait donné dans le rapport à la SDN de 1924, p. 142, concerne en particulier « l’assistance médicale indigène », rédigé par Jemba Guillaume, écrivain-interprète : « Tout ceci ne revient-il pas à l’honneur de l’Administration française qui est animée de ce vif souci de voir s’améliorer et se développer les races – en l’espèce nous – placées sous sa haute tutelle ? Nous nous devons donc en retour de nous soumettre à ses ordres et à suivre scrupuleusement ses conseils qui ne sont que bienfaisants pour nous, pauvres races, encore arriérées et qui demandent à être guidées ! C’est bien ce que je recommande chaleureusement à mes compatriotes du Cameroun ! »

23 Charles Assalé, « L’inauguration du monument du docteur Jamot », La Gazette du Cameroun, 142, 1937, p. 1-3, p. 3.

24 Préface de Louis-Paul Aujoulat, Bebey-Eyidi, Le Vainqueur de la maladie du sommeil : le docteur Eugène Jamot, 1879-1937, p. 5.

25 ANY (Archives nationales, Yaoundé), 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, René Maran, Deux Hommes, extrait de « Le cri de la France » (s. d.).

26 Préface de Louis-Paul Aujoulat, Bebey-Eyidi, Le Vainqueur de la maladie du sommeil : le docteur Eugène Jamot, 1879-1937, cité p. 5-6.

27 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959 (1959), p. xii.

28 Ibid., p. xii.

29 Ibid., p. xi.

30 Ibid., p. xi.

31 Ibid., discours d’Ahmadou Ahidjo, p. xii-xiii.

32 Ibid., p. vi.

33 La Presse du Cameroun, lundi 9 février 1959, p. 1. Jamot occupe aussi la une le lendemain : « L’œuvre et l’exemple du docteur Eugène Jamot », La Presse du Cameroun, mardi 10 février 1959.

34 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959 (1959), p. x.

35 Ibid., p. xii-xiii.

36 Ibid., Lecture du message de Michel Debré à Ahmadou Ahidjo, p. xiii.

37 Ibid., p. xiv.

38 Voir plus loin notre discussion du contexte politique. Les diplomates étrangers, dont le consul des États-Unis, sont présents à la célébration. Ibid.

39 Les documents concernant les activités du comité en 1954-1955 sont réunis dans : ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot.

40 ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, médecin-colonel Vaisseau, Procès verbal de séance, 8 avril 1955 (1955).

41 ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, médecin-colonel Vaisseau, Procès verbal de séance, 26 mai 1955 (1955), p. 2.

42 Sur ce film, on peut se reporter à de Pastre, 2004.

43 ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, médecin-colonel Vaisseau, Procès verbal de séance, 8 avril 1955 (1955), p. 2.

44 ANY, 3 AC 1125, Comité constitué à la mémoire du Dr Jamot, médecin-colonel Vaisseau, Procès verbal de séance, 26 mai 1955 (1955), p. 2.

45 Charles Assalé, « L’inauguration du monument du docteur Jamot », La Gazette du Cameroun, 142, 1937, p. 1-3, p. 3.

46 ANOM, Agefom 1003, dossier 3515, dossier confidentiel du Dr Jamot et des trois enfants métis Desnautes, Commissaire De La République Française Dans Les Territoires Du Cameroun, Lettre à Monsieur le Directeur de l’Agence Autonome des Territoires sous mandats, 24 janvier 1939 (1937-1939) ; ANOM, Agefom 1003, dossier 3515, dossier confidentiel du Dr Jamot et des trois enfants métis Desnautes, Extraits de presse (1937-1939).

47 On retrouve sans doute une expression de la « statuomanie » républicaine française analysée par Éric Hobsbawn, qui relève dans la plupart des cas d’une initiative et de financements locaux. De la même manière qu’à Yaoundé, la « profusion d’hommes barbus » dans les communes françaises n’est pas l’expression d’une grande propagande (Hobsbawn, 1983 : 272).

48 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Ministre De La Santé Publique Et De La Population, Lettre à Monsieur le Directeur du Service de Santé de la FOM, 22 janvier 1959 (1959).

49 Il s’agit là du terme de l’époque, qui n’avait pas la connotation « totalitariste » qu’il a prise aujourd’hui.

50 La Presse du Cameroun, 7 février 1959.

51 Le fonctionnement du Service de l’information et ses relations avec l’Agence France Presse, et avec l’Agence de la France d’outre-mer en métropole, mériterait une étude. Elle permettrait de discuter l’usage des sources de presse, qui constitue un fonds très utile pour l’histoire coloniale et postcoloniale du Cameroun.

52 Par exemple La Presse du Cameroun (9 février 1959) décrit l’ambiance ainsi : « sous un ciel lourd de gros nuages, à travers lesquels joue le soleil, le monument blanc s’élève voilé de mystère, sur une pelouse verte ». Le compte rendu de l’Agence France Presse évoque aussi : « sous un ciel lourd de gros nuages à travers lesquels jouaient les rayons du soleil équatorial ». Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959, p. vi.

53 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, médecin général inspecteur Le Rouzic, Lettre au ministre de la Santé publique et de la Population, 18 février 1959.

54 Tropiques, Revue des troupes d’outre-mer, date inconnue (photothèque de l’OCEAC).

55 J’ai pu consulter les photos chez le médecin-général Fernand Merle, qui était le chef du SHMP en 1959 et qui était présent à la cérémonie, ainsi que dans les archives de l’OCEAC, où des copies avaient été faites à l’occasion d’une commémoration, vraisemblablement par l’intermédiaire de Wang Sonné.

56 Louis Castex, Le Figaro, 28 février 1959, en annexe dans Blandine Gomart-Jacquet, 1995.

57 Assez ironiquement, les médecins coopérants français présents au Cameroun pendant les décennies qui suivront aimeront à dire que « le peuple camerounais a érigé une statue » à Jamot…

58 Pour un portrait de Xavier Torre, Chaffard, 1965 : 327. D’après Chaffard, Xavier Torre est lié au Cercle des indépendants, qui milite fermement pour l’Algérie française.

59 « Nous savons que l’association avec la France est nécessaire et même indispensable pour le Cameroun mais nous ne saurions accepter ni marché de dupes, ni marché tout court. Elle ne doit comporter ni arrière pensées présentes ou futures ni réserves. Au contraire elle doit être basée sur la confiance. […] La coopération entre la France et le Cameroun, c’est le peuple camerounais qui doit la proposer, une fois émancipé. L’interdépendance suppose d’abord l’indépendance. Une solidarité effective s’est établie entre nos deux pays : nous ne sommes pas prêts de la renier. Mais nous ne pouvons la proclamer et la vivre que dans la liberté totale, dans l’égalité effective, dans l’amitié sans détours. » Discours d’investiture d’Ahmadou Ahidjo à l’ALCAM (1958), cité p. 67-68 dans Alima, 1977.

60 IMTSSA, Boîte 101, Chemise Inauguration Monument Jamot à Yaoundé, Agence France-Presse, Bulletin quotidien d’information pour le Cameroun, no 3 du dimanche 8 et lundi 9 février 1959 (1959), lecture du message de Michel Debré à Ahmadou Ahidjo, p. xiii.

61 Ibid., p. vi.

62 P. Richet, 1965 : 234-254.

63 ANOM, 1 FIDES, Carton 5, dossier 20. Comité directeur du Fonds d’aide et de coopération. « Cette subvention […] concrétisera l’intérêt que la République française continue de porter à l’œuvre qu’elle a si bien innovée puis poursuivie depuis Eugène Jamot et qui se donne pour but final l’éradication des grands fléaux sociaux. […] Au moment où les jeunes états recueillent cet héritage, manifestent fermement le désir de continuer l’œuvre déjà accomplie, il apparaît indispensable de les y aider, concrétisant ainsi l’idéal de solidarité de la Communauté. »

64 L’histoire de ces institutions mérite une étude à elle seule, déjà bien amorcée par Jean-Paul Bado (1997) pour l’OCCGE concernant la création entre 1956 et 1960.

65 L’appellation subsistera informellement jusqu’aux années 1970, alors que les « troupes coloniales » seront rebaptisées « troupes de marine ».

Auteur

Maître de conférence, histoire, SPHERE (UMR CNRS 7219), université Paris 7-Denis Diderot

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540