Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Troisième partie. La fabrique des mémoires : les ambiguïtés de la fête dès 1958-1960

La fabrique des mémoires : les ambiguïtés de la fête dès 1958-1960

Pour les références bibliographiques, voir la bibliographie en fin d’introduction générale

Full text

  • 1 Entretiens réalisés au Nigeria et au Benin, avril-août 2010, avec d’ancien(ne)s militant(e)s de l’(...)

1Comme cela a été largement souligné lors des colloques et dans les publications éditées en 2010 à l’occasion du cinquantenaire des indépendances africaines, les populations ne se sont pas passionnées pour l’événement (Outre-Mers, 2010 : 9). Les expressions et les raisons en sont multiples. À Porto-Novo, le 1er août 2010, la foule était clairsemée le long du parcours du défilé, les neuf chefs d’état à la tribune officielle ne faisaient pas recette, pas plus que le régiment français présent. Si l’on se pressait la veille au soir sur la place de l’indépendance au spectacle de cirque offert par le gouvernement chinois, la dimension historique et politique de la fête échappait aux jeunes présents qui avaient seulement trop peu souvent l’occasion de se voir offrir un spectacle de cette ampleur. Certes, l’enthousiasme des gouvernements eux-mêmes était contraint par le contexte économique, ce que de nombreux citoyens reconnaissaient, mais, quels qu’aient été les choix budgétaires, l’opinion et la presse les critiquaient. En général, les plus jeunes s’interrogeaient sur la pertinence de dépenses festives quand les besoins de base étaient si criants et les plus anciens se demandaient si les chefs d’état avaient bien compris que « Cinquante ans, ça se fête ». Pourtant l’indifférence n’était pas qu’une question de générations car, chez les plus anciens également, la question, teintée de scepticisme et de dépit, était aussi paradoxalement « qu’avons-nous à fêter ? » ou « qu’avons-nous fait de ces cinquante années qui mérite une fête1 » ? Au regard de l’indifférence des peuples, l’activité universitaire sur la question de la fabrication de la mémoire depuis 1960 peut paraître disproportionnée. Elle a pourtant son utilité : elle explique en partie qu’en l’absence d’une mémoire unique, légitimée, de l’indépendance où peuples comme gouvernements se reconnaîtraient, la multiplicité des mémoires constituait une base bien fragile pour que le Cinquantenaire soit unanime. Conflictuelles ou concurrentes, ces mémoires se pérennisent et se renouvellent en effet depuis 1960. Ce n’est pas là, bien sûr, un phénomène spécifiquement africain comme l’ont montré les bicentenaires de l’Indépendance étatsunienne ou de la Révolution française.

  • 2 Avec une mise au point éclairante de Deslaurier & Roger (2006 : 8-10) qui nous convient à « insist (...)
  • 3 Almeida Topor (d’) (1996 ; 1999), Coquery-Vidrovitch (1999), Fauré (1978). Les revues qui ont consa (...)
  • 4 Sur le cas rwandais, consulter Jean-Pierre Chrétien, « Les aventures de la conscience historique a (...)

2Cependant si le champ mémoriel a largement été investi par les chercheurs spécialistes de l’Afrique2, rares sont encore les études portant sur les indépendances et leurs commémorations3. Sur ce continent comme ailleurs, la pluralité de la mémoire est indéniablement liée à la multiplicité des cadres sociaux (Halbwachs, 1925) susceptibles de l’entretenir : groupes sociaux, milieux confessionnels, formations politiques. Pourtant elle est aussi indissociable de la capacité ou des difficultés des États à promouvoir une culture historique « en partage » (Jewsiewicki, Létourneau, 1996). Or les conditions de transmission de la mémoire de l’indépendance par l’école, lieu majeur de « l’éducation au national » (Thiesse, 2011 : 240-241), posent problème puisque cette institution est loin de répondre aux attentes de la population, constituée pourtant aux deux tiers par des moins de 25 ans. D’autre part, certains pays ayant fêté leur cinquantenaire en 2010, ont connu des régimes autoritaires qui muselaient toute prétention à des lectures alternatives du passé, voire jouaient délibérément la carte des amalgames et de la confusion pour pérenniser la fiction de l’unanimisme national. Enfin, la plupart des pays ont été confrontés à des périodes de crises politiques et économiques, voire à de profondes ruptures, dont le cas le plus dramatique est celui du Rwanda4.

3La troisième partie de cet ouvrage se propose de regrouper des contributions qui rendent compte des différents moments et de différentes modalités de la construction des mémoires collectives entre 1960 et les commémorations du cinquantenaire. Toutes contribuent dans la durée, par-delà la succession des régimes, à la construction d’imaginaires nationaux qui tendent, de manière performative le plus souvent, à se substituer à l’absence d’État ou à l’État faible à moins que la fragmentation des mémoires qui se cumulent et/ou se combattent ne rendent précisément impossible cette construction. À cet égard, on ne peut qu’être frappé par l’effondrement de l’état malien en 2012 et son profond délitement quelques mois seulement après les célébrations de 2010 sans que personne, citoyens, institutions ou organisations civiques, ne tente la moindre action de soutien au pouvoir légal, largement discrédité il est vrai. Les commémorations officielles ont, depuis les années 1960, constitué en soi des repères fondamentaux pour la constitution d’un sentiment d’appartenance nationale. Elles ont, de ce fait et pour ce faire, fortement orienté, parfois occulté, les souvenirs dont certains segments de la société étaient dépositaires, collectivement ou individuellement. Force est de constater que le succès des fabricants d’identité nationale n’est pas toujours au rendez-vous nonobstant les multiples tentatives. C’est la raison pour laquelle plusieurs auteurs mettent l’accent sur les enjeux politiques des grandes célébrations passées ou plus récentes, véritables « lieux de mémoire » selon l’anthropologue Carola Lentz.

4Guillaume Lachenal et Julien Bondaz choisissent le prisme de l’éloge monumental pour rendre compte du moment 1960, à la fois fondateur et charnière, avec son prolongement national post-indépendance. Au Cameroun, G. Lachenal étudie, à travers le « microcosme médical », la difficulté initiale de l’institution médicale, cautionnée par le nouveau pouvoir, à couper le cordon ombilical avec l’ancien colonisateur. En 1959, l’inauguration à Yaoundé du monument en l’honneur d’un médecin colonial, Eugène Jamot, dont le nom est lié à la maladie du sommeil, apparaît comme un acte d’allégeance symbolique de l’État camerounais naissant à l’égard de la France, faisant un pont entre « mission civilisatrice », dans son versant sanitaire, et les prémices de la coopération. Cette « réaffirmation du lien franco-africain » oriente les regards vers un avenir que le gouvernement camerounais en place ne conçoit pas sans la France alors que la répression fait rage dans certaines régions du pays. Cette contribution ajoute un contenu nouveau à la complexité déjà dévoilée par D. Abwa et M. Torrent (partie II). Aux « mémoires embrouillées » (C. Deslaurier & A. Roger, 2006 : 4) du fait de la complexité géographique de la construction camerounaise, le monument Jamot ajouta, dès 1959, un contenu en contradiction nette avec la quête de souveraineté en cours.

5Dans le champ monumental toujours, mais cette fois autour d’une réalisation tournée vers la célébration de l’indépendance, J. Bondaz s’intéresse à l’inauguration du Musée du Niger en décembre 1959 et à son évolution au cours des décennies suivantes. Il adopte l’angle du monument surgissant, emblématique de la nation en train de se construire, et insiste sur les intrications de la politique muséale conduite par les régimes successifs à Niamey avec la construction nationale, dès le premier anniversaire de la République du Niger (proclamée le 18 décembre 1958). Ce musée, dont les concepteurs restent pour l’essentiel des Européens, rencontra un grand succès populaire et devint un espace de rassemblement festif où des anniversaires de la proclamation d’Indépendance, des fêtes religieuses, voire des cultes de possession, furent organisés. Cette inauguration, véritable célébration anticipée de l’indépendance, s’inscrivit dans un calendrier commémoratif qui se prolongea au cours des décennies suivantes. J. Bondaz analyse les procédés de mise en scène de la nation, qui supposent des choix forcément politiques mais dont la portée et le symbolisme ne s’imposent souvent que rétrospectivement. Il explore l’écriture d’une nouvelle muséographie, servant de modèle alentour, valorisée comme un moyen de décoloniser la muséologie caractéristique auparavant de l’Occident (Ardouin 1997 ; Gaugue 1997 ; CEA 1999). Ce « musée vivant », paradigme de l’écomusée, se propose selon lui comme lieu de savoir historique et ethnographique mais aussi de production artisanale, représentative de la diversité nationale, et espace de détente. Le musée construit et expose la nation. Il est devenu Musée national du Niger, puis, tout récemment, en 2008, musée national Boubou Hama du Niger.

  • 5 Les études concernant Jean Rouch sont nombreuses (voir infra, Gallois).
  • 6 La représentation de la nation par ses régions stéréotypées est récurrente dans les constructions (...)

6Ce moment charnière 1957-1961 où anciens colons et Africains bientôt souverains collaborent à l’écriture d’un futur national est aussi interrogé par Alice Gallois. Elle analyse en effet deux sources inédites jusqu’à récemment qu’elle met en parallèle : deux films méconnus de Jean Rouch (1917-2004), ethnologue et documentariste français, l’un tourné à Accra en 1957, l’autre à Niamey en 19615. Ces films participent à maints égards à la construction de mémoires complexes de l’indépendance qui coexistent : ils fixent les mises en scènes officielles, les discours politiques phares, le regard de l’auteur français conscient de consigner l’Histoire, le regard du témoin nigérien, acteur déambulant dans Accra. Toutefois, comme on ignore si ces films ont été diffusés en Afrique et à quel moment, on ignore en quoi ces films ont pu pérenniser le discours mémoriel initié par les films, et lequel. Cela dit, leur ambition seule mérite qu’on s’y arrête. Anticipant le procédé adopté pour Moi un noir (1958) son premier long docu-fiction, Rouch restitue l’ambiance du 6 mars 1957 à travers les yeux et les commentaires d’un migrant du Niger dans Accra, témoignage à la fois proche et distancié sur ce jour fondateur pour le Ghana. Jour exceptionnel qui ouvre la marche des indépendances au sud du Sahara, moment fort pour les citadins présents dans la capitale, le 6 mars rompt le rythme du quotidien qui reprend ses droits une fois les dignitaires étrangers ou locaux repartis et les gradins démontés. Prises sur le vif, les images sont certes recomposées et montées en studio et sont ainsi le produit d’un tri et d’un regard extérieur mais elles enregistrent directement des événements vécus. Nonobstant un certain recul que lui confèrent son statut universitaire, sa nationalité, le statut décalé de son témoin ou le montage final, Jean Rouch participe néanmoins de/à la fabrication d’une mémoire officielle de l’indépendance ghanéenne. C’est encore plus le cas en 1961, avec le film réalisé sur le premier anniversaire de l’indépendance du Niger au titre d’une commande d’état. Il y donne largement la parole au premier ministre et aux cérémonies officielles dont un défilé rigoureusement ordonné. Toutes les régions du pays, identifiées à leur folklore « traditionnel », ainsi que les groupes socio-professionnels (policiers, cheminots, employés des administrations) y participent6. Ce discours non verbal (costumes, objets renvoyant au développement, présence des femmes) double le discours exaltant l’unité nationale prononcé par le président Hamani Diori. Jean Rouch transmet les images d’un passé où apparaissent des lieux-symboles (stade, prison, places publiques) appelés à être lourdement investis de sens par la nation jusqu’à en devenir – parfois – des lieux de mémoire.

7Aux contributions consacrées à la fabrique consciente de la mémoire au moment de l’indépendance, succèdent celles qui examinent les processus de construction des représentations de la nation souveraine de 1960 jusqu’à 2010.

8Ces fêtes nationales ont constitué des outils de contrôle politique importants comme l’indique Prince Hilaire de Pokam, qui se concentre sur le cas du Cameroun. Dans ce pays, les dispositifs cérémoniels faisaient du chef de l’État, depuis le premier président Ahmadou Ahidjo (1960-1982), l’unique médiateur essayant d’imposer sa lecture de l’Histoire. Cependant dès les années 1980, ces cérémonies officielles ont laissé peu à peu une certaine place à l’opposition. Cette dernière a alors été confrontée à un dilemme : participer aux cérémonies était indispensable pour se légitimer au nom de l’unité nationale. Mais n’était-ce pas aussi servir indirectement le régime en place, maître du jeu, voire le cautionner ? Néanmoins, à différentes reprises, les fêtes de l’indépendance ont servi de tribunes à une critique ouverte du régime aussi bien dans les principales villes (Yaoundé, Douala) que dans des localités de plus faible importance (comme Bafoussam ou Dschang).

9À côté des mémoires officielles « prescrites » (Cottret, Hennetton, 2000 : 7) ou des contre-mémoires se rattachant à des oppositions anciennes et nationalistes, comme l’UPC (Union des Populations du Cameroun) ou le MDRM (Mouvement démocratique de la rénovation malgache), subsistent des mémoires collectives constituées d’énoncés et de silences (Baussant, 2007 : 389). Les dernières contributions montrent à quel point l’anniversaire des indépendances a été perçu de façon si plurielle puis, ultérieurement, mémorisé si diversement par les différents segments de la société. Pour faire émerger ce matériau, source de complexité et parfois de confusion, l’anthropologue Kathrin Heitz a interrogé des femmes et des hommes aux professions et aux profils sociaux variés (agriculteurs, artisans, anciens fonctionnaires, lettrés/illettrés, etc.) dans la région de Man (Côte d’Ivoire) dans des zones rurales éloignées de la capitale ivoirienne et dont le rapport à l’événement entrecroise histoires individuelles, familiales et régionales, dans un contexte de crise politique. K. Heitz s’appuie sur une enquête effectuée pour comprendre les raisons de la confusion faite par les personnes âgées interrogées entre la date officielle de la fin du travail forcé (1946) et celle de l’indépendance (1960). Selon ses interlocuteurs, le travail forcé a représenté une violence qui l’a rendu paradigmatique de la colonisation. Ce traumatisme, encore repérable aujourd’hui dans une région pourtant marquée récemment par la guerre civile, explique pourquoi sa disparition constitue le marqueur temporel symbolisant l’émancipation par excellence. Ce constat est renforcé par l’éloignement de la capitale, d’où ne parviennent que de faibles échos des festivités du 6 août 1960, alors qu’il faut attendre 1969 pour que se déroule sur place, à Man, une fête nationale commémorative de grande ampleur qui continue de marquer durablement les souvenirs, d’où un second brouillage.

10Cette réinterprétation de l’indépendance et de la colonisation en fonction des milieux et des générations est aussi explorée par Didier Gondola à propos, cette fois, de très grandes villes : Kinshasa et de Brazzaville, ces « villes miroirs », réunies par le fleuve Congo mais séparées par la colonisation, l’une belge, l’autre française (Gondola, 1996). Pour cet historien, la mémoire des indépendances congolaises constitue bien un « espace mouvant et fuyant », lieu d’un clivage entre les jeunes sensibles à quelques icônes (dont celle de Patrice Lumumba) et les plus anciens, qui font souvent preuve d’une certaine « nostalgie coloniale », révélatrice des heurts et malheurs postérieurs à 1960. C’est en effet dans un contexte troublé, où les plaies ouvertes par les conflits passés n’ont pas été refermées, qu’a été érigé récemment de manière symptomatique le mausolée de Savorgnan de Brazza, figure emblématique de la colonisation (Bazenguissa-Ganga, 2011) qui n’est pas sans rappeler le monument à Jamot au Cameroun… cinquante ans plus tôt (voir infra, Lachenal).

  • 7 Certains régimes perdurent depuis plusieurs décennies (près de 30 ans pour Paul Biya au Cameroun e (...)
  • 8 Deux des présidents au moment des cinquantenaires ont été renversés depuis : Laurent Gbagbo et Ama (...)

11Pour finir, Carola Lentz, dans l’enquête collective qu’elle a dirigée autour du Cinquantenaire dans dix pays africains, analyse ces moments privilégiés d’affirmation nationale. Ils ont révélé des modèles communs qui, toutefois, rendent toujours compte de trajectoires et de réceptions singulières. Ces cérémonies continuent de mettre en scène une vision par le haut du lien à la nation et à l’histoire. Pourtant, aux marges de ces événements parfois convenus, dont l’organisation révèle beaucoup de chacun des pays concernés (tant sur le plan de la diversité linguistique et régionale que socio-culturelle ou de genre), filtrent des demandes sociales et des contre-discours traduisant frustrations, rivalités politiques, voire portant en germe de véritables contestations. De fait, la question du bilan de l’indépendance s’est souvent confondue avec celui des pouvoirs en place soit qu’ils puissent se targuer d’une longévité exceptionnelle7, soit qu’ils soient en place depuis peu (Bénin, Mali, voire Sénégal) mais souffrant encore d’un manque de légitimité et/ou d’efficacité que les commémorations ne peuvent compenser8.

12Finalement grâce à ces études de cas et à leurs sources multiples, les auteurs montrent la diversité des lectures possibles du moment des indépendances et des célébrations ultérieures ; ils insistent sur la notion de processus : la fête du jour J ne clôt pas un cycle ; elle est une ouverture, parfois anticipée par d’autres célébrations, un début, un moment exceptionnel parfois consensuel, le plus souvent déjà porteur de conflits.

Notes

1 Entretiens réalisés au Nigeria et au Benin, avril-août 2010, avec d’ancien(ne)s militant(e)s de l’Action Group et du RDA.

2 Avec une mise au point éclairante de Deslaurier & Roger (2006 : 8-10) qui nous convient à « insister sur le caractère fondamentalement composite des phénomènes mémoriels. […] Les mémoires grises ont la nuance incertaine de la convocation contemporaine d’un passé colonial qui lui-même s’inscrit dans une nébuleuse de faits mal connus et de sens disputés. […] s’intéresser aux mémoires coloniales suppose d’abord d’étudier des mémoires collectives – c’est-à-dire des représentations socialement élaborées et partagées du passé, reconstruites par le souvenir à l’aune des préoccupations présentes du groupe et des individus concernés ».

3 Almeida Topor (d’) (1996 ; 1999), Coquery-Vidrovitch (1999), Fauré (1978). Les revues qui ont consacré un numéro spécial au Cinquantenaire ont très peu exploré en fait ce sujet. À leur décharge, il était très difficile de mener un travail d’enquête en 2010 et de tenir un calendrier éditorial qui devait coïncider avec cette même année. Outre-Mers, Revue d’histoire (no 368-369, 2010) sous un titre de chapitre prometteur « Le moment des indépendances » ne propose qu’une seule contribution qui rend compte du point de vue des Africains (Anignikin, 2010 : 21-36), encore n’est-ce pas à propos de 1960 car il consacre son analyse aux évolués du Dahomey de 1917 à 1958. Le numéro d’Africa Spectrum, dirigé par Thomas Bierschenk et Eva Spies (2010), livre, y compris dans l’introduction, une étude des évolutions en Afrique au cours des cinquante dernières années qui laisse penser que l’Afrique aurait gagné en complexité après 1960, donnant à lire entre les lignes qu’elle est alors d’un fonctionnement simple (« to become significantly more complex than they were at the time of independence »). Le riche numéro des Cahiers d’études africaines, « 50 ans », Jean-Loup Amselle (dir.), no 197-198-199, 2010, est centré sur le cinquantième anniversaire de la revue qui coïncide avec celui des indépendances ; il fait le point sur les études africanistes et pose des jalons pour l’avenir de la recherche sur l’Afrique.

4 Sur le cas rwandais, consulter Jean-Pierre Chrétien, « Les aventures de la conscience historique au Rwanda », Esprit, 2010/5, p. 103-121 ; Pascal Bianchini, « Une tâche problématique : enseigner l’histoire au Rwanda après le génocide », Cahiers Afrique, no 27, SEDET, « L’école en situation postcoloniale », Paris, L’Harmattan, 2012, p. 217-241.

5 Les études concernant Jean Rouch sont nombreuses (voir infra, Gallois).

6 La représentation de la nation par ses régions stéréotypées est récurrente dans les constructions culturelles post-indépendance.

7 Certains régimes perdurent depuis plusieurs décennies (près de 30 ans pour Paul Biya au Cameroun et 25 ans pour Blaise Compaoré au Burkina Faso, à la suite d’un coup d’État), ou ne représentaient guère des alternatives démocratiques (Ali Bongo, successeur de son père au Gabon).

8 Deux des présidents au moment des cinquantenaires ont été renversés depuis : Laurent Gbagbo et Amadou Toumani Touré. A. Wade a été battu aux élections de mars 2012. La sincérité du processus qui a conduit à la réélection de T. Boni Yayi au Bénin en mars 2011 a été souvent mise en doute, en particulier à cause de la non-tenue d’un second tour.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540