Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Deuxième partie. Contestation et envers de la fête : acteurs et partis politiques

Les deuils de l’indépendance : le Cameroun face à sa réunification (1959-1962)

Mélanie Torrent

Texte intégral

Je tiens à remercier chaleureusement John Hare et Shirley Ardener d’avoir accepté d’évoquer avec moi le temps des référendums et des transferts de pouvoir aux Cameroun britanniques, période dont ils furent les témoins. Shirley Ardener a dirigé, entre autres, Kingdom on Mount Cameroon, Studies in the History of the Cameroon Coast, 1500-1970 (Berghahn Books, 2002), qui rend également hommage aux travaux de son époux Edwin. En 2013, John Hare publiera les mémoires de sa carriere au Nigeria et au Cameroun septentrional, Last Man In (harecamel@aol.com).

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement John Hare et Shirley Ardener d’avoir accepté d’évoquer avec m (...)

1Protectorat1 allemand entre 1884, date des traités germano-duala, et 1916, lorsque les Britanniques et les Français conquirent l’espace camerounais au cours des combats de la Première Guerre mondiale, le Cameroun fut officiellement placé sous mandat international le 20 juillet 1922, clause du Traité de Versailles. Le territoire fut alors divisé entre un mandat français d’environ 432 000 km2 et un mandat britannique d’environ 89 000 km2, lui-même divisé entre Cameroun septentrional (North Cameroons) et Cameroun méridional (South Cameroons), respectivement administrés, depuis le Nigeria britannique, par les gouvernements régionaux de Kaduna (Northern Nigeria) et d’Enugu (Eastern Nigeria). En 1954, dans le cadre du processus de la marche vers l’indépendance, un gouvernement régional propre au South Cameroons fut formé à Buéa mais la province de North Cameroons resta sous la tutelle de Kaduna (Fanso, 2009).

2L’indépendance du Cameroun a donc été pensée en termes pluriels. L’avenir de ces territoires sous mandats britannique et français – mais aux statuts si divers – a été imaginé autant par les autorités françaises et britanniques que par les populations des territoires elles-mêmes, les Nations unies et les leaders nigérians et camerounais. À la suite de nombreux débats au Conseil de tutelle de l’Organisation des Nations unies (ONU) au cours des années 1950, et conformément à la résolution 1352 (XIV) des Nations unies du 16 octobre 1959, les deux territoires sous tutelle britannique furent appelés à se prononcer sur leur avenir, au cours de référendums organisés les 11 et 12 février 1961.

  • 2 Au Cameroun méridional, seuls 97 741 électeurs firent le choix nigérian, et au Cameroun septentrio (...)

3Ils offraient le choix entre un rattachement à la République du Cameroun, indépendante depuis le 1er janvier 1960, et une intégration à la Fédération du Nigeria, indépendante depuis le 1er octobre 1960. Les résultats entérinèrent alors la coupure territoriale effectuée par les Britanniques : alors qu’au Cameroun méridional, 233 571 électeurs votèrent pour la réunification avec le Cameroun indépendant, au Cameroun septentrional, 243 955 des suffrages exprimés approuvèrent l’option nigériane2.

Les territoires camerounais au début de 1961.
Source: New Times, 27, 5 July 1961 (Movement for Colonial Freedom, 38, MCF/10/24, MCF/COU/021).

4Les tout premiers mois de l’indépendance camerounaise marquent ainsi une disjonction problématique entre trois événements, dates concurrentes et objets de commémorations. Le 1er janvier 1960 est le jour fondamental qui vit ainsi la République du Cameroun célébrer la fin du mandat français et le transfert des pouvoirs au Président Ahmadou Ahidjo et à son gouvernement. Mais le Cameroun, dans sa configuration géographique actuelle, ne surgit qu’au 1er octobre 1961, jour de la réunification des Camerounais francophones avec leurs « frères » du Cameroun méridional, où l’Union Jack fut amené et dont les Britanniques se retirèrent. Entre ces deux dates, le 1er juin 1961 marque également profondément l’imaginaire camerounais dans les toutes premières années de l’indépendance, car c’est alors que le Cameroun septentrional rejoignit la Fédération du Nigeria, brisant les espoirs d’un retour à un grand Kamerun idéalisé.

5L’année 1961 fut ainsi rythmée par deux grands moments festifs – le 1er janvier, premier anniversaire de l’indépendance de la République du Cameroun et le 1er octobre, moment de la réunification – et par une célébration en creux, un deuil orchestré et mis en scène par les autorités de Yaoundé lors de l’union du Cameroun septentrional avec le Nigeria le 1er juin. Ces trois dates jouèrent un rôle fondamental dans le processus de construction nationale et dans les discours qui l’accompagnèrent alors que les autorités de Yaoundé étaient confrontées au décalage entre indépendance et réunification, réunification et désintégration, dans un contexte de lutte armée féroce à l’encontre de l’Union des Populations du Cameroun (UPC), premier mouvement nationaliste camerounais.

6Le Cameroun réunifié du 1er octobre s’inscrit face à une double contestation, contraire aux forces centripètes sur lesquelles le Président Ahmadou Ahidjo entendait fonder la construction nationale camerounaise. D’une part, le gouvernement camerounais de Yaoundé dénonça l’organisation du référendum au Cameroun septentrional et porta l’affaire devant la Cour Internationale de Justice. D’autre part, plusieurs individus, groupes de pression et communautés traditionnelles remirent en cause l’organisation du plébiscite au Cameroun méridional, rejetant la réunification, réclamant l’union avec le Nigeria ou l’indépendance séparée, envoyant une série de pétitions à l’ONU, au gouvernement et à l’administration britanniques entre février et octobre 1961. Si les pétitions furent vaines et la plainte du gouvernement camerounais rejetée en 1963 par la Cour internationale de justice, elles sont extrêmement significatives en ce qu’elles éclairent la manière dont la réunification, officiellement célébrée, a pu être vécue de façon tout à fait différente au niveau individuel, local ou communautaire. Au-delà des négociations officielles et des quatre conférences qui, entre mai et août 1961, déterminèrent les modalités d’organisation des structures de pouvoir dans la nation camerounaise, les commémorations de 1961 jouèrent un rôle fondamental dans le processus de réunification (Ngoh, 2000 ; Mbile, 1999).

7De la veille des référendums au jour de la réunification, il s’agit ici d’évaluer comment les commémorations de 1961 s’inscrivent dans les stratégies de construction nationale et participent à la définition d’une identité camerounaise post-réunification, à travers les deux grandes dialectiques constitutives du territoire camerounais : la double contestation des référendums de février 1961, officielle par Yaoundé, populaire par certaines communautés du Cameroun méridional ; le deuil du 1er juin et les célébrations du 1er octobre, tous deux orchestrés par Yaoundé. Envisager la manière dont l’indépendance a été vécue au Cameroun implique d’aller au-delà de 1960, fin du mandat français et année de l’Afrique, pour analyser trois dynamiques qui eurent une influence durable sur les populations du Cameroun méridional : les incertitudes, l’appréhension et la violence, réelle ou imaginée, qui marquèrent la campagne des référendums au début de l’année 1961 ; les modalités du départ des Britanniques, à une époque où la présence française continuait de peser sensiblement en territoire camerounais ; et l’influence de Yaoundé sur la construction d’une mémoire collective dans un nouveau Cameroun en pleine effervescence.

1961, année des référendums : expression et limites de l’auto-détermination

  • 3 Entretien avec John Hare, 23 août 2011.

8C’est dans l’incertitude et la fébrilité que l’année 1961 débuta dans les territoires camerounais. À la veille des référendums prévus pour février, peu nombreux étaient ceux qui s’aventuraient à prédire la voie que choisiraient les électeurs camerounais de plus de vingt et un ans des territoires britanniques. Trois difficultés majeures pesaient sur la campagne électorale. À l’inexpérience d’une grande partie des électeurs s’ajoutaient celle des officiels britanniques sur le terrain, le manque de moyens et les contraintes de temps. John Percival (Percival, 2008), Plebiscite Officer au nord de Bamenda au Cameroun méridional, et John Hare3, District Officer dans la région de Mubi au Cameroun septentrional, tous deux âgés d’une vingtaine d’années à l’époque, soulignent le poids de leurs responsabilités et leur isolement dans des régions où voies et moyens de communication transformaient tout déplacement en aventure et limitaient par conséquent la circulation de l’information au sein du territoire. Si leurs connaissances limitées du pays et des politiques locales étaient au départ un gage crucial de l’impartialité dont le gouvernement britannique voulait faire preuve, leurs récits soulignent également l’incertitude qui régnait alors sur le processus.

  • 4 The National Archives (TNA), CO 554/2338, Southern Cameroons Plebiscite, 1961, The Two Alternative (...)

9Alors que le gouvernement britannique entreprenait d’éclairer les populations sur l’alternative qui s’offrait à elles, l’option camerounaise se caractérisait essentiellement par le flou, l’imprécision, voire le mystère. À la fin de l’année 1960, après de nombreux délais imposés par les impératifs de l’indépendance du Cameroun francophone et les difficultés à réunir les parties intéressées par la question, le gouvernement britannique put enfin publier un document, The Two Alternatives4, qui récapitulait les enjeux politiques, économiques et juridiques d’une union avec le Nigeria ou la République du Cameroun. Certes, il est relativement difficile d’évaluer la circulation et l’impact d’un tel fascicule mais son caractère à la fois tardif et technique, produit uniquement en français et anglais, laisse à penser qu’il joua en réalité un rôle peu important auprès des électeurs. Il semble même, selon John Percival, que le livret suscita plus de questions qu’il n’offrit d’assurances aux autorités locales qui s’intéressèrent aux enjeux des référendums (Percival, 2008). À cet égard, The Two Alternatives présente un contraste flagrant entre les deux propositions. Face aux détails constitutionnels d’une union avec le Nigeria, où la répartition des pouvoirs et le fonctionnement fédéral sont spécifiés, le Président Ahidjo et John Ngu Foncha, chef du gouvernement du Cameroun méridional depuis février 1959, ne présentèrent aux Camerounais méridionaux qu’une série de grands principes censés garantir leurs traditions et promirent, sans plus de précisions, qu’un Cameroun réunifié ne rejoindrait ni la Communauté française, ni le Commonwealth des Nations. Pour John Percival, le déséquilibre entre ces « deux » alternatives, réel obstacle à l’information impartiale, contribua largement aux tensions qui parcoururent la campagne d’information des électeurs au Cameroun méridional.

  • 5 Convaincus de la non-viabilité économique du territoire, le gouvernement britannique conclut entre (...)

10Pour le Cameroun méridional, la fébrilité qui se dégage des archives et mémoires s’explique également par les divisions au sein de la classe politique du territoire. John Foncha et le Kamerun National Democratic Party (KNDP) s’étaient prononcés publiquement en faveur d’une réunification qui rassemblerait un peuple camerounais séparé par le brutal partage territorial opéré par les puissances européennes. Mais, au tournant de l’année 1961, le Premier ministre régional espérait toujours qu’une indépendance séparée, ne serait-ce que temporaire, accorderait au Cameroun méridional une position plus favorable dans les négociations avec la République du Cameroun, pleinement souveraine, en vue de la réunification. Criante dans le plébiscite de 1961 est donc l’absence d’une troisième possibilité, celle d’une indépendance pleine et entière pour le Cameroun méridional, rejetée par les Nations unies comme par le Royaume-Uni, avec le soutien de la France5. Enfin, le principal parti d’opposition, la Cameroon Peoples’ National Convention (CPNC) du Dr Emmanuel Endeley, soutenait fermement l’union avec le Nigeria, héritier des mêmes traditions britanniques mais partageant surtout des liens sociaux, culturels et politiques antérieurs à la période coloniale. Les tensions au sein de la majorité gouvernementale sur la question d’une indépendance séparée et sur les modalités de la réunification, couplées aux tensions entre gouvernement et opposition, contribuèrent largement à exacerber les arguments présentés dans les semaines qui précédèrent les référendums. La campagne électorale orchestrée par les partis politiques camerounais s’appuya alors fortement sur l’évocation de peurs liées à la République du Cameroun et à la Fédération nigériane.

  • 6 Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE), La Courneuve, Afrique Levant, Cameroun, 4 (...)
  • 7 Archives du Movement for Colonial Freedom (MCF), box 38, MCF/10/24, MCF/COU/021, A brief look at t (...)

11Jouant sur les craintes déjà suscitées par les commerçants ibos présents dans la région, certains pamphlets du KNDP prévinrent les Camerounais méridionaux que, s’ils votaient pour le Nigeria, ils « feraient d’[eux] et de [leurs] enfants les esclaves des Ibos, maintenant et pour les siècles des siècles » (Le Vine, I, 1961). À l’inverse, le CPNC dressa le portrait d’une République du Cameroun violente, sanglante, qui porterait atteinte à l’intégrité physique et morale du Cameroun méridional. De fait, l’indépendance de la République du Cameroun le 1er janvier 1960 fut célébrée alors même que les forces armées françaises et camerounaises intensifiaient la répression des poches de résistance de l’UPC dans le sud du pays. Premier mouvement nationaliste camerounais, revendiquant dès 1948 l’indépendance, la réunification des Cameroun et la non-intégration à l’Union française, l’UPC fut accusée de sympathies communistes, violemment réprimée puis interdite en 1955 (Joseph, 1977 ; Um Nyobé, 1984, 1989). Terriblement amputée lorsque son leader, Ruben Um Nyobé, fut assassiné dans le maquis le 13 septembre 1958, ses membres furent poursuivis jusqu’au début des années 1970 (Delthombe et al., 2010). Marc Michel parle à juste titre d’une « guerre oubliée » et la lutte armée imprégna les premiers mois du Cameroun indépendant, avec la proclamation de l’état d’urgence le 8 mai 19606. Bob Edwards, parlementaire britannique membre du Movement for Colonial Freedom, fait état à l’époque de cadavres laissés au bord des routes en guise d’avertissement en République du Cameroun et de l’incertitude, voire du désarroi, au Cameroun méridional7. Même si un ordre relatif était revenu au début de l’année 1961, le pays bamiléké et les frontières de l’ouest demeuraient sous haute surveillance.

  • 8 MAEE, La Courneuve, Afrique Levant, Cameroun, 40QO/6, Note sur la situation en pays bamiléké, 22 n (...)
  • 9 Ahmadou Ahidjo nourrissait en privé de graves réserves à l’égard du projet réunificateur à une épo (...)
  • 10 Au Cameroun septentrional, John Hare rapporte que l’image de la bombe atomique, à une époque où le (...)

12L’UPC constitue un élément fondamental pour comprendre les enjeux, l’atmosphère et l’interprétation des référendums de 1961. Du côté francophone, diplomates et militaires français alors en poste craignaient que les référendums au Cameroun britannique ne viennent perturber un climat encore explosif8 tandis que pour Ahmadou Ahidjo, fort réservé en privé sur les conséquences possibles des référendums9, la promotion d’un grand Cameroun réunifié, placée au cœur de ses discours publics, lui permettait de poursuivre la lutte contre l’UPC en se réappropriant ses revendications clés (Mbembe, 1985 : 470). Du côté anglophone, l’UPC suscita une double série de menaces. Dénoncé par les autorités britanniques, françaises et camerounaises comme un mouvement terroriste, prêt à mettre à feu et à sang le Cameroun méridional où certains de ses dirigeants s’étaient réfugiés après 1955, l’UPC, acteur d’une indépendance armée, symbolisait la violence des transferts de pouvoir dans la sphère francophone. Mais l’imaginaire des Camerounais méridionaux fut tout aussi marqué par l’intransigeance des autorités françaises avant 1960 ainsi que par la férocité de la répression menée par le gouvernement Ahidjo avec le soutien de la France après l’indépendance10.

  • 11 MCF, box 38, MCF/10/24, MCF/COU/021, Union des Populations du Cameroun, Message sent to the Moveme (...)
  • 12 L’urne accueillant les bulletins en faveur du Nigeria était verte ; voir Le Vine, I, 1961 ; Perciv (...)
  • 13 CPNC, Plebiscite Message to All Voters of the Cameroons (Ngoh, 2000 : 151).
  • 14 La majorité a décidé de reporter la décision sur l’avenir du territoire à une date ultérieure.
  • 15 John Hare, John Percival et Nerius Mbile s’accordent sur ce point.

13Au discours officiel diabolisant l’UPC répondait un discours UPC stigmatisant la République du Cameroun, repris d’une certaine manière par les leaders du CPNC dans la campagne électorale de 1961. Alors que l’UPC dénonçait les « meurtres, exécutions et massacres des patriotes kamerunais [sic] sur instructions de de Gaulle » et par l’entremise du gouvernement Ahidjo11, le CPNC faisait circuler au Cameroun méridional des « photographies de cadavres mutilés et de tête coupée » (Le Vine, I, 1961), jouait sur la symbolique de l’urne blanche, couleur de la mort, qui accueillerait les bulletins favorables à la réunification12 et parlait, peu de temps après l’assassinat à Genève du leader UPC Félix Moumié, en termes de dangers, tueries et pillages dans un pays où « fusils et poison13 » réglaient les différends politiques. Même les partisans de la réunification tentèrent d’instrumentaliser la violence en République du Cameroun. John Hare fait état d’agitateurs, agents camerounais ou anciens coloniaux français, opérant au Cameroun septentrional tandis qu’au Cameroun méridional, un sympathisant du KNDP tenta de faire croire aux électeurs que les « terroristes » (Le Vine, II, 1961) de la République assassineraient toute personne qui voterait contre la réunification. Si l’on peut douter de l’efficacité de ces méthodes d’intimidation, elles ne sont pas moins représentatives du climat fébrile qui s’empara de certaines localités. Les peurs exprimées au cours de la campagne ne sauraient cependant donner lieu à des généralisations inconsidérées. Au Cameroun septentrional, le premier plébiscite en novembre 1959 qui avait donné la préférence au maintien temporaire14 de la tutelle britannique plutôt qu’à l’union immédiate avec le Nigeria, fut essentiellement un vote anti-Fulani de la part de populations animistes et chrétiennes, majoritaires sur l’ensemble du territoire. Selon John Hare, la constitution de Native Authorities sur le modèle nigérian, après ce premier plébiscite, offrit de précieuses garanties à un Cameroun septentrional qui, administré par les Britanniques depuis le Northern Nigeria, avait perdu pratiquement tout lien avec la République francophone. Au moins une partie des votes en faveur de l’option camerounaise, estime John Hare, furent exprimés plus par sympathie pour l’ancien empire du Borno que par référence à la République du Cameroun – les sentiments envers elle, qu’il s’agisse de peur ou d’empathie, semblent avoir assez peu compté. Dans les deux territoires, les dynamiques politiques locales, plus que la préférence des électeurs pour un quelconque concept nigérian ou camerounais, déterminèrent le choix de beaucoup15.

  • 16 Cameroon National Archives (CNA), Annex (Buea) : « Final plebiscite results : Nkambe, Kumba, Bakwe (...)

14Au Cameroun méridional, peurs et incertitudes, fortement mobilisées pendant la campagne, ne se dissipèrent toutefois pas immédiatement. L’absence d’une troisième proposition, d’une indépendance séparée, obligea une partie des électeurs à un choix par défaut – comme cet homme pour qui, rapporte John Percival, les Nigérians étaient des cannibales et les Camerounais francophones des voleurs (Percival, 2008 : 32 et 45). Par ailleurs, si la majorité y vota en faveur du Cameroun, l’option nigériane l’emporta dans quelques circonscriptions dont celle du nord-ouest de Victoria qui comprenait Buea, capitale du Cameroun méridional. La presse s’intéressa aux résultats au niveau local, soulignant ainsi la diversité des opinions exprimées, la frustration de certaines communautés et prolongeant de fait les débats de la campagne électorale au-delà de l’annonce des résultats16.

Après les référendums, les pétitions : le Cameroun méridional dans l’incertitude de la transition

  • 17 CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, Our Guest Writer N.N. Mbile, « The Cameroons Experiment Fai (...)
  • 18 Voir l’édition du 15 février, CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, 2 : 7.
  • 19 Note datée du 12 février et publiée dans Cameroons Champion, 2 : 7.
  • 20 Réunion du conclave des Bakweri à Membea, le 18 février 1961, CNA, Annex (Buea), Cameroons Champio (...)
  • 21 TNA, CO 554/2439, Petition from the People of Modelle to the Secretary General of the UNO General (...)
  • 22 TNA, CO 554/2439, Petition from Ngaw Iwisi Njesi & co. against the unfairness of the recent plebis (...)
  • 23 TNA, CO 554/2440, Petition from Esmibi Women, 13 avril 1961.
  • 24 TNA, CO 554/2439, Petition from Chiefs and People of Wum West Clans Plebiscite District, 22 févrie (...)
  • 25 TNA, CO 554/2439, Petition from the Cameroon People’s National Convention, Bamenda, 7 February 196 (...)

15Le dépouillement des bulletins de vote dans les territoires britanniques fut loin de mettre un terme aux incertitudes et craintes liées à la réunification, ainsi qu’en témoigne la lecture du Cameroons Champion de l’époque. Tout d’abord, la violence en République du Cameroun demeura un des principaux sujets de reportage. Nerius Mbile, membre du CPNC et opposé à la réunification, accusa Foncha, dans le Cameroons Champion du 25 février, d’avoir livré ses compatriotes « aux mains de meurtriers et d’assassins, dont les mains dégoulinent encore du sang de milliers de leurs propres concitoyens qu’ils ont massacrés17 ». Les effets étaient d’autant plus dévastateurs que les nouvelles en provenance de la République étaient régulièrement placées à côté des articles dédiés à l’ex-Congo belge, où la guerre civile faisait rage et où la première grande intervention des Nations unies peinait alors à rétablir l’ordre18. Par ailleurs, certains hommes politiques laissaient entendre que les vœux de chaque circonscription seraient pris en compte dans l’élaboration des nouvelles frontières du Cameroun. Dès le 12 février, l’administration britannique rappelait qu’elle assurerait le maintien de l’ordre avec fermeté, dans un climat passionné qu’elle tentait alors de maîtriser19. Le 18 février, le conclave des Bakweri à Membea se réunit et prit, à l’unanimité, la décision de s’unir avec le Nigeria, conformément à leur vote, et d’engager un dialogue avec les Nations unies afin d’obtenir gain de cause20. Il ne s’agit pas d’un événement isolé. Dans de nombreuses localités, dont Modelle21, Aghem22, Esimbi23 et Wum24, des pétitions émanant des autorités locales, de groupes de femmes ou d’individus isolés, furent envoyées aux Nations unies et au gouvernement britannique, accusant les partis politiques d’intimidation et de manipulation de l’information. À Bamenda, la branche locale du CPNC rapporta que dans la région de Ndop et dans « le village du Premier ministre, Bafreng, dans la région de Bafut, les officiers chargés du référendum ont été attaqués et chassés. Les brochures officielles et les prospectus détaillant les deux alternatives ont été détruits afin d’empêcher le public de connaître les implications des deux alternatives25 ». Dans d’autres localités, l’honnêteté des autorités locales elle-même, fut mise en cause. Les pétitions qui contestaient la réunification étaient loin de toutes appeler à une union avec le Nigeria ; plusieurs mettaient en valeur les spécificités du Cameroun méridional. Mais, dans leur grande majorité, leurs auteurs soulignèrent leur préférence pour les traditions britanniques de réforme, de transferts des pouvoirs négociés et de garanties des libertés, face à un assimilationnisme français, pourtant plus théorique que réel, nourri de pratiques révolutionnaires et sanguinaires. De nombreuses pétitions furent coordonnées par les élites locales, chefs inclus, mais elles n’en sont pas moins représentatives de l’appréhension d’un nombre important de Camerounais méridionaux à l’approche de la réunification (Torrent, 2011).

  • 26 Traduction de l’auteur ; voir aussi West Africa, 26 August 1961 ; voir également West African Revi (...)
  • 27 CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, 2 : 46, 22 août 1961.
  • 28 Même si, à l’été 1961, le Royaume-Uni était candidat à la Communauté Economique Européenne, gouver (...)
  • 29 «Anxiety in the Cameroons: British troops to withdraw», «British families to leave S. Cameroons »,(...)
  • 30 Edwin Ardener, « Cautious Optimism in West Cameroon », West Africa, 30 septembre 1961.

16Il apparut rapidement que les pétitions étaient vaines. En revanche, au cours de l’été 1961, au Cameroun méridional, il fut vite clair que l’incertitude des décisions politiques le concernant marginalisait les Britanniques et favorisait la souveraineté de la République du Cameroun en confortant une présence française forte, au-delà de l’indépendance formelle de 1960. Les conférences de Foumban en juillet et Yaoundé en août confirmèrent que le Cameroun oriental dominerait politiquement, économiquement, culturellement et linguistiquement la République Fédérale du Cameroun qui naîtrait au 1er octobre 1961 (Ngoh, 2000). À la mi-août 1961, les rapports que l’anthropologue britannique Edwin Ardener, alors en poste au Cameroun méridional, publia dans West Africa, faisaient état d’une double peur des Camerounais méridionaux : face aux activités de l’UPC qui redoublaient à l’approche de la réunification et face à l’extension des pratiques héritées de la période française car les populations craignaient avant tout la propension des gendarmes camerounais à « tirer d’abord et poser les questions après » (Ardener, 1961)26. Ces impressions furent renforcées par les choix rédactionnels du Cameroons Champion. Il transforma le départ des Britanniques en un véritable exode : le 22 août, le quotidien titra « Most Expatriate Officers to Go ! Hostilities feared27 ! » Il ne s’agissait pas uniquement des militaires britanniques, précisait-il, mais également des hommes d’affaires. Ils craignaient, en effet, pour leur sécurité et ne voyaient pas avec enthousiasme une fédération avec la République du Cameroun, francophone, qui entraînerait le Cameroun méridional dans la zone franc ; en outre, à terme, les flux commerciaux de l’ensemble du pays privilégieraient sans doute la France28. Si certains quittèrent le pays par la route de Mamfe, en direction du Nigeria, la plupart embarquèrent du port de Douala, à bord de vaisseaux français : le Général Mangin le 20 août, le Foch le 4 septembre, le Leclerc le 8 septembre, le Jean Mermoz le 19 septembre et enfin le Brazza le 22 septembre. Les informations relayées par le Times à Londres n’étaient guère différentes. Le port d’armes fut autorisé aux entrepreneurs britanniques pour assurer leur propre défense. Les familles britanniques furent encouragées à rentrer au Royaume-Uni ou à y rester, pour celles qui étaient venues y passer l’été29. Si les conditions de sécurité s’étaient améliorées à la veille de la réunification, souligne Edwin Ardener, nombreux étaient les fonctionnaires britanniques qui avaient déjà démissionné30. Au Cameroun méridional, l’exode britannique était d’autant plus visible qu’il contrastait très nettement avec la permanence d’une présence française à l’est, à une époque où les accords de coopération franco-camerounais, conclus en décembre 1960, allaient être étendus à l’ensemble de la fédération.

  • 31 CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, 2 : 51, 15 septembre 1961.
  • 32 Entretien avec l’auteur, 30 août 2011.

17Le 13 septembre, le haut-commissaire britannique, J.O. Field, prononça son discours d’adieu à l’Assemblée du Cameroun méridional, tandis que le speaker, E.H. Sainsbury, était remplacé par le juriste camerounais Emmanuel Egbe31. Mélancolique, Emmanuel Endeley, ancien Premier ministre régional du Southern Cameroons (1958) et chef de l’opposition régionale, évoqua les « doutes, peurs et inquiétudes » de son parti face à un avenir qui ne semblait, pour le maintien des traditions britanniques au Cameroun méridional, ni « certain [ni] heureux » (Ardener, sept. 1961). Comme le souligne l’anthropologue britannique Shirley Ardener32, l’arrivée des gendarmes à l’ouest du Mungo devait marquer fortement et durablement les esprits : même pour les partisans de la réunification, le rapport de la République du Cameroun à la force, à l’usage de la force et au maintien de l’ordre s’inscrivait dans une logique de contrôle armé qui leur était parfaitement étrangère.

La réunification, entre protestations et célébrations : le difficile rapport à l’héritage britannique

  • 33 TNA, DO 35/10454, Lettre de l’ambassadeur de Grande-Bretagne au Ministre des Affaires étrangères, (...)
  • 34 TNA, CO 554/2338, Lettre du ministère des Affaires étrangères de la République du Cameroun à l’Amb (...)

18Les mois qui séparèrent les référendums sur la réunification doivent également être lus à la lumière des tensions persistantes entre la Grande-Bretagne et la République du Cameroun sur l’organisation même des référendums dans les territoires camerounais, et au Cameroun septentrional en particulier. Là encore, l’UPC cristallisa les tensions. La méfiance des autorités de Yaoundé envers la Grande-Bretagne s’explique en partie par la conviction que la lutte contre l’UPC au Cameroun méridional n’avait pas été menée de façon assez acharnée et que la Grande-Bretagne influençait la politique du Ghana33, grand soutien de l’UPC en Afrique occidentale. Ce dernier point a beau être le fruit d’interprétations erronées, il n’en demeure pas moins qu’il nuisit durablement aux relations anglo-camerounaises – et que jamais les Britanniques n’employèrent la panoplie de moyens utilisés contre l’UPC de l’autre côté du Mungo. En revanche, si les accusations de manipulation électorale de la part des Britanniques semblent infondées, les archives démontrent que le Royaume-Uni fut toujours favorable à l’option nigériane. L’utilisation de matériel nigérian de tous ordres pour l’organisation du référendum34 encouragea Ahidjo et son ministre des affaires étrangères, Charles Okala, à accuser ouvertement les Britanniques de bloquer la réunification au début de l’année 1961.

  • 35 Archives nationales du Cameroun (ANC), Yaoundé, La Presse du Cameroun, 19 février 1961.
  • 36 ANC, Yaoundé, La Presse du Cameroun, 15 février 1961.
  • 37 MAEE, Nantes, Londres (Ambassade), 378PO/1/1453, AL. 30.1, Cameroun, Situation d’ensemble, Rapport (...)

19L’annonce des résultats au Cameroun septentrional, où l’option camerounaise fut largement défaite, déclencha la colère de Yaoundé. Si l’affaire du Cameroun septentrional à la Cour Internationale de Justice a été documentée (Kombi, 1996), une attention relativement moindre a été portée aux manifestations antibritanniques, anti-nigérianes et anti-Commonwealth qui eurent lieu en territoire camerounais au lendemain des premiers résultats des référendums. Dans la capitale, Yaoundé, « une foule, y compris des députés », rapporte Victor Le Vine dans West Africa, « attaqua l’ambassade du Liberia, croyant qu’il s’agissait de l’ambassade du Nigeria » (Le Vine, II, 1961) tandis que l’ambassade et le drapeau britannique furent pris pour cible le 15 février. L’élite politique mobilisa les foules lors des manifestations du 19 février lorsque des députés camerounais prirent l’initiative des événements, organisant des discours place de la Cathédrale35. Dans La Presse du Cameroun, journal lié aux autorités, des reportages constants sur des émeutes au Cameroun méridional et au Nigeria, qui se seraient déroulées sous le regard complaisant ou indifférent des Britanniques, portant atteinte à la sécurité personnelle et matérielle des populations camerounaises, nourrirent considérablement l’agitation populaire36. De fait, les sentiments anti-britanniques furent si vifs en mars qu’une délégation du Colonial Office exclut au dernier moment Yaoundé d’une mission en Afrique occidentale37. Toutefois, les manifestations anti-britanniques doivent être relativisées : la mobilisation ne toucha qu’un nombre relativement faible de Camerounais – pas plus d’une cinquantaine de personnes à chaque fois ; dans plusieurs localités, dont Douala, ce furent surtout les quelques personnes originaires du Cameroun septentrional qui participèrent aux mouvements ; et dans l’ensemble, très peu de violence, matérielle ou physique, fut notée – les rapports diplomatiques français et britanniques de l’époque confirment les reportages de La Presse du Cameroun qui soulignaient le pacifisme des manifestations camerounaises.

20Les tensions anglo-camerounaises, toutefois, favorisèrent le jeu des autorités de la République sur les dynamiques de réunification et la centralité de Yaoundé par rapport à Buea. Suite à la résolution 1608 (XV) des Nations unies du 21 avril 1961, qui confirma les résultats des référendums, le gouvernement d’Ahmadou Ahidjo décréta une journée de deuil national le 1er juin, à l’occasion de l’intégration du Cameroun septentrional à la Fédération nigériane.

21Les missions diplomatiques de Yaoundé furent ainsi informées des dispositions prises par les autorités préfectorales suite à la décision du Conseil des ministres :

  1. Tous les drapeaux (nationaux ou étrangers) seront mis en berne durant toute la journée du 1er juin 1961.
  2. Un arrêt de toutes les activités publiques et privées interviendra dans la matinée du 1er juin 1961 jusqu’à 12 heures. Ces heures chômées seront payées. Cette matinée sera donc une matinée de silence et de recueillement.
  3. Des services religieux seront organisés dans tous les cultes de 9 à 10 heures.
  4. La radiodiffusion du Cameroun organisera exclusivement des programmes d’informations ou d’émissions parlées, sans musique. Toutes les manifestations publiques, mouvements de masses, cortèges ou rassemblements, de même que les discours et déclarations ne seront pas autorisées38.
  • 39 Archives nationales (AN), AG/5 (FPU)/467, Télégramme de l’Ambassade de France (Yaoundé) au Premier (...)

22La suggestion qu’émit l’ambassadeur allemand de fermer les ambassades fut fermement rejetée par Charles Okala39, qui laissa entendre que sans drapeau, le gouvernement camerounais ne pourrait pas répondre de la sécurité des missions étrangères. Seuls les ambassadeurs britannique et nigérian prirent la décision de s’absenter, soulignant à quel point les relations s’étaient alors envenimées.

  • 40 En Afrique de l’Ouest, la Sierra-Leone accéda à l’indépendance en avril 1961, suivant ainsi le Gha (...)

23Au Cameroun septentrional, les cérémonies de transfert de pouvoirs furent relativement discrètes et, selon John Hare, présent sur la piste d’aviation de Mubi pour l’occasion, la grande majorité des Camerounais septentrionaux n’entendit pas ou peu parler du deuil du 1er juin. De l’autre côté de la frontière, en revanche, la surexposition du 1er juin permit au gouvernement d’Ahidjo de renforcer son autorité au sein de la future Fédération en présentant les partenaires historiques du Cameroun méridional – Grande-Bretagne, Nigeria, Commonwealth – comme des forces hostiles à la construction nationale camerounaise, au même titre que l’UPC (Torrent, 2011). Évocations d’une image éternelle d’une grande nation camerounaise, appel à la mémoire collective et portrait de retrouvailles futures parcoururent le discours d’Ahidjo qui fondait l’identité nationale camerounaise autant – sinon plus – sur le Cameroun septentrional absent que sur la réalité d’une réunification avec le Cameroun méridional, à une époque où les modalités même de l’État réunifié n’avaient pas encore été officiellement négociées40.

  • 41 TNA, CO 852/2035, Brief for the Colonial Secretary, Cabinet, Colonial policy Committee, Commonweal (...)
  • 42 TNA, CO 554/2266, CTE Ewart-Briggs à M. Emmanuel, 10 août 1961 (traduction de l’auteure).

24Dans l’immédiat pourtant, l’hostilité de Yaoundé semblait avoir convaincu le Royaume-Uni d’adopter une attitude conciliante mais détachée vis-à-vis du Cameroun – et le contentieux joua ainsi en faveur de la République du Cameroun. Alors que les questions de ségrégation raciale en Afrique australe, suite au départ de l’Afrique du Sud du Commonwealth en mai 1961, s’aggravaient et que les Britanniques prédisaient des transferts de pouvoir agités dans la Fédération d’Afrique Centrale, préserver leur réputation en Afrique occidentale et équatoriale était fondamental. Les débats parlementaires et la correspondance diplomatique de 1961 démontrent que la nécessité de sauvegarder la réputation britannique fut un facteur important dans la décision de juillet 1961 de maintenir la préférence impériale au Cameroun méridional après le 1er octobre, au prix de tensions avec le Nigeria et les Antilles britanniques. Certes, la dépendance de l’économie du Cameroun méridional sur la préférence impériale, les pressions de la France qui ne pouvait absorber le surplus de production comptèrent également dans la décision britannique41. Mais la crainte que le Royaume-Uni ne soit accusé d’abandonner le Cameroun méridional et fasse figure de « méchante belle-mère42 » fut un argument récurrent au sein de l’administration britannique. Si certaines concessions économiques furent ainsi plus facilement obtenues du Royaume-Uni, le rapport de force politique joua en pratique en faveur du Cameroun francophone.

  • 43 AN, AG/5 (FPU)/467, Télégramme de l’ambassadeur de France à Yaoundé à la Direction des Affaires af (...)

25Au cœur de la capitale du Cameroun anglophone, Buea, le déroulement des festivités de la réunification marqua le rapport de forces complexe entre les élites francophones et les Britanniques, les élites francophones et anglophones, les élites politiques et la population. Selon les Britanniques, les manifestations, moins festives qu’ils ne l’escomptaient, confirmèrent que l’appréhension manifestée dans les pétitions envoyées à l’ONU dépassait le cadre des élites locales (Torrent, 2011). S’il semble que les moyens aient manqué aux élites anglophones et au gouvernement pour organiser les festivités, la distance physique et culturelle qui continuait de séparer les deux Cameroun peut également expliquer l’atmosphère de Buéa, entre euphorie et appréhension. Au niveau officiel en revanche, la domination d’Ahidjo semble avoir été totale. Arrivé à minuit, Ahidjo utilisa le 1er octobre pour signifier que la souveraineté camerounaise était transférée aux autorités de Yaoundé. Son ascendant sur le nouveau vice-président de la Fédération, John Foncha, fut, selon les Britanniques, totale (Torrent, 2010). Le témoignage de l’ambassadeur de France à Yaoundé fait état des mêmes sentiments : centralité d’Ahidjo lors d’un aller-retour entre Yaoundé et Buea lui permettant d’orchestrer les cérémonies dans les deux parties de la nouvelle Fédération ; conscience des risques sécuritaires représentés par l’UPC ; et sentiment d’une atmosphère en demi-teinte. Sur l’ensemble du territoire, écrivit l’ambassadeur à quelques jours de la réunification, « la population reste très calme et aucune inquiétude, comme d’ailleurs aucun enthousiasme particulier, ne s’est exprimée encore43 ». L’organisation des cérémonies du 1er octobre renforça ainsi le processus de la « construction de l’état bicommunautaire par le haut » (Nkoum-Me-Ntseny, 1997-1998 : 48) et la marginalisation populaire, corrélat de l’état clientéliste analysé par Jean-François Médard (Médard, 1982) et Jean-François Bayart (Bayart, 1985).

  • 44 TNA, FO 371/161622, F. Vallat à Sir Harold Kent, Trésor, 17 janvier 1962.

26Au début de l’année 1962, Londres continuait de percevoir l’affaire du Cameroun septentrional comme « de la dynamite politique, [demandant] à être manipulée avec un tact tout particulier44 ». Ceci était d’autant plus crucial que, ni la nature des relations diplomatiques que le Royaume-Uni entretenait avec le Cameroun, ni le montant de l’assistance technique qu’il lui octroyait, ne pouvait se comparer aux relations fortes qui continuaient de lier Yaoundé à Paris. Le détachement relatif du Royaume-Uni vis-à-vis du Cameroun s’explique par ses intérêts politiques et économiques dans le cadre plus large de ses relations avec la France, mais l’attitude changeante des dirigeants camerounais – y compris au Cameroun méridional, devenu Cameroun occidental après le 1er octobre – contribua également à la mise en place de rapports ambigus au lendemain de la réunification. Contraints d’accepter la perte définitive du Cameroun septentrional suite au jugement de la Cour internationale de justice le 2 décembre 1963 (Kombi, 1996 : 193), les dirigeants camerounais continuèrent en réalité de condamner directement Londres pour avoir privé le peuple du Cameroun septentrional de son droit à l’autodétermination – accusation d’autant plus préjudiciable pour le Royaume-Uni que tous les territoires sous domination ou sous tutelle britannique n’avaient pas encore accédé à l’indépendance, et que les modalités des transferts de pouvoir n’avaient pas été entièrement réglées.

  • 45 MAEE, Nantes, Yaoundé (Ambassade), 743PO/2/5, C.I.1.c., Lettre du consul de France à Buéa à l’amba (...)
  • 46 MAEE, Nantes, Yaoundé (Ambassade), 743PO/2/4, C.I.1.c., Lettre du consul de France à Buéa au minis (...)

27Les relations entre le Royaume-Uni et la Fédération camerounaise demeuraient ainsi complexes, marquées par la méfiance et la susceptibilité. Les responsables camerounais fédéraux, « obéiss[ant] à une dialectique du soupçon, […] ne cro[yaient] pas aux bonnes intentions de l’ancienne puissance tutrice45 », acceptant l’assistance britannique mais craignant qu’elle ne constitue un frein à la construction nationale, en singularisant le Cameroun occidental. Lors des cérémonies du 1er octobre 1962 à Buea, le consul français sur place rapporta que les ressortissants britanniques « commentèrent non sans aigreur le défilé des troupes au son de La Madelon et de la Marche de la 2e DB, ainsi que le survol en rase-mottes du terrain par deux Broussards aux cocardes camerounaises46 ». En réalité, l’omniprésence des matériels et symboles français était autant destinée aux Camerounais occidentaux qu’aux Britanniques et l’inclusion dans les discours officiels de l’UPC et du Royaume-Uni comme destructeurs, par les armes ou par les urnes, de la nation camerounaise, constitua en réalité un des moyens d’asseoir la domination de Yaoundé, capitale fédérale, sur Buea, capitale fédérée.

*

28La guerre contre l’UPC investit durablement le discours politique de part et d’autre du fleuve Mungo, de multiples façons, entre l’indépendance du Cameroun en janvier 1960, les référendums sur la réunification en février 1961 et les célébrations puis les commémorations de la réunification après le 1er octobre 1961. Si elle imposa la réunification parmi les dirigeants de Yaoundé, elle divisa l’élite politique du Cameroun méridional et constitua une source d’appréhension palpable au sein d’une partie de la population – sentiment qui persistait au moment des célébrations du 1er octobre. Les relations diplomatiques avec les anciennes puissances tutrices sont fondamentales dans l’analyse des dynamiques identitaires de l’indépendance et des contraintes qui pesèrent sur l’œuvre de construction nationale camerounaise. Favorable à l’union des Cameroun avec le Nigeria, dénoncé comme un obstacle à la reformation totale d’un ancien Cameroun allemand mythifié, le Royaume-Uni contribua néanmoins à l’œuvre de construction nationale d’Ahidjo par les politiques mises en place au Cameroun au-delà des mises en scène diplomatiques et populaires de deuil de janvier à octobre 1961.

29Même s’il partageait l’hostilité d’Ahidjo à l’UPC dont il craignait les sympathies communistes, le Royaume-Uni était présenté comme une menace pour l’unité nationale car il entretenait des rapports privilégiés avec le Cameroun méridional et était amalgamé, de ce fait, à ladite UPC dans certains discours officiels. Cette situation ne pouvait durer. Le désir de ménager les intérêts politiques britanniques dans le contexte de la Guerre froide et de sa candidature à la CEE à l’été 1961, conduisit Londres à affirmer clairement son soutien à l’établissement d’une fédération stable pour rassurer Yaoundé. Dès octobre 1961, il apparaît ainsi que les élites fédérales devinrent des interlocuteurs privilégiés du Royaume-Uni. À la dialectique de la réunification asymétrique et à la relation asymétrique aux deux anciennes puissances tutrices succéda ainsi un discours et des relations plus équilibrés avec le Royaume-Uni et la France ; cependant les soupçons de séparatisme qui pesaient initialement sur la zone anglophone marquèrent durablement les rapports de force au sein de la Fédération.

Bibliographie

SOURCES

Entretiens

Entretien de l’auteur avec John Hare, Benenden (Kent), 23 août 2011.

Entretien de l’auteur avec Shirley Ardener, Oxford (Oxon), 30 août 2011.

Archives (Grande-Bretagne)

The National Archives (TNA)
CO 554/2266, CO 554/2338, CO 554/2439, CO 554/2440
CO 852/2035
DO 35/10454
FO 371/155352, FO 371/161622

Movement for Colonial Freedom (MCF), box 38, MCF/10/24, MCF/COU/021

Archives (Cameroun)

Archives nationales du Cameroun (ANC), Yaoundé, La Presse du Cameroun.

Cameroon National Archives (CNA), Annex (Buea), Cameroons Champion.

Archives (France)

Archives nationales (AN), AG/5 (FPU)/467.

Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE).
Afrique Levant, Cameroun, 40QO/6, 40QO/11 (La Courneuve).
Londres (Ambassade), 378PO/1/1453 (Nantes).
Yaoundé (Ambassade), 743PO/2/4, 743PO/2/5 (Nantes).

BIBLIOGRAPHIE

Ardener Edwin, « Crisis of confidence in the Cameroons », West Africa, 12 août 1961.

Ardener Edwin, « Cautious Optimism in West Cameroon », West Africa, 30 septembre 1961.

Bayart Jean-François, L’État au Cameroun, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, seconde édition revue et augmentée, 1985.

Delthombe T., Domergue M., Tatsitsa J., Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, Paris, La Découverte, 2010.

Fanso Verkijika, «The Latent Struggle for Identity and Autonomy in the Southern Cameroons, 1916-1946», in Verkijika Fanso & Ian Fowler, Encounter, Transformation, and Identity: Peoples of the Western Cameroon Borderlands, 1891-2000, New York-Oxford, Berghahn Books, 2009.

Joseph Richard, Radical Nationalism in Cameroun: social origins of the UPC rebellion, Oxford, New York, Clarendon Press, 1977.

Kombi Narcisse Mouelle, La politique étrangère du Cameroun, Paris, L’Harmattan, 1996.

Le Vine Victor T., « “P” Day in the Cameroons I & II », West Africa, 4 et 11 mars 1961.

Mbembe Achille, « La palabre de l’indépendance : les ordres du discours nationaliste au Cameroun (1948-1958) », Revue française de sciences politiques, 35, 3, juin 1985.

Mbile Nerius Namaso, Cameroon political story: memoirs of an authentic eye witness, Limbe, Cameroon, Presbyterian Print, 1999.

Médard Jean-François, L’État sous-développé en Afrique noire : clientélisme politique ou néo-patriomonialisme ?, Bordeaux, CEAN, 1982.

Ngoh Victor Julius, Southern Cameroons, 1922-1961: a constitutional history, Aldershot, Ashgate, 2000.

Nkoum-Me-Ntseny Louis-Marie, La dualité culturelle dans la politique étrangère : une étude comparative entre le Cameroun et le Canada, thèse, relations internationales, université de Yaoundé II-SOA-IRIC, 1997-1998.

Percival John, The 1961 Cameroon Plebiscite: Choice or Betrayal, Bamenda, Langaa Research and Publishing, 2008.

Torrent Mélanie, Diplomacy and Nation-Building in Africa: Franco-British relations and Cameroon at the end of Empire, Londres, I.B. Tauris, 2011.

Um Nyobé Ruben, Le problème national kamerunais, présenté par Achille Mbembe, Paris, L’Harmattan, 1984.

Um Nyobé Ruben, Écrits sous maquis, notes et introduction de Achille Mbembe, Paris, L’Harmattan, 1989.

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement John Hare et Shirley Ardener d’avoir accepté d’évoquer avec moi le temps des référendums et des transferts de pouvoir aux Cameroun britanniques, période dont ils furent les témoins. Shirley Ardener a dirigé, entre autres, Kingdom on Mount Cameroon, Studies in the History of the Cameroon Coast, 1500-1970 (Berghahn Books, 2002), qui rend également hommage aux travaux de son époux Edwin. En 2013, John Hare publiera les mémoires de sa carriere au Nigeria et au Cameroun septentrional, Last Man In (harecamel@aol.com).

2 Au Cameroun méridional, seuls 97 741 électeurs firent le choix nigérian, et au Cameroun septentrional, presque autant, 97 659 électeurs, firent le choix camerounais.

3 Entretien avec John Hare, 23 août 2011.

4 The National Archives (TNA), CO 554/2338, Southern Cameroons Plebiscite, 1961, The Two Alternatives.

5 Convaincus de la non-viabilité économique du territoire, le gouvernement britannique conclut entre 1959 et 1960 qu’une indépendance séparée pour le Cameroun méridional mènerait nécessairement à l’instabilité politique et économique de la région. À cette époque, le statut de small territory au sein du Commonwealth n’avait pas été accepté par peur d’infiltrations communistes en Afrique. De plus, pour Londres, les relations avec le Nigeria et la France étaient centrales et l’hypothèse d’un micro-État du Cameroun méridional semblait à la fois irréaliste et dangereuse car il leur aurait déplu (Torrent, 2011).

6 Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE), La Courneuve, Afrique Levant, Cameroun, 40QO/11, Relations du pays avec la France, relations militaires, Lettre de l’ambassadeur de France à Yaoundé au Premier ministre de la France, 14 juin 1960.

7 Archives du Movement for Colonial Freedom (MCF), box 38, MCF/10/24, MCF/COU/021, A brief look at the political, economic and social situation in the Cameroons, Bob Edwards, MP, Chairman, West African Committee, Movement for Colonial Freedom.

8 MAEE, La Courneuve, Afrique Levant, Cameroun, 40QO/6, Note sur la situation en pays bamiléké, 22 novembre 1960.

9 Ahmadou Ahidjo nourrissait en privé de graves réserves à l’égard du projet réunificateur à une époque où l’économie des territoires britanniques, beaucoup plus anémiée, risquait de compromettre les initiatives de développement de la jeune nation camerounaise. Ahidjo redoutait par ailleurs le résultat qui eut lieu, à savoir la réunification avec le seul Cameroun méridional, susceptible de détruire l’équilibre fragile qu’il avait pu instaurer entre le nord musulman et le sud chrétien et animiste du Cameroun francophone – sans compter les craintes relatives à l’inclusion des populations bamiléké du Cameroun méridional, réputées favorables à l’UPC et dont la domination politique et économique suscitait méfiance et soupçons.

10 Au Cameroun septentrional, John Hare rapporte que l’image de la bombe atomique, à une époque où les premiers tests nucléaires français entraînèrent la rupture des relations avec le Nigeria, fut utilisée contre la réunification.

11 MCF, box 38, MCF/10/24, MCF/COU/021, Union des Populations du Cameroun, Message sent to the Movement for Colonial Freedom for the Conference of January 1961.

12 L’urne accueillant les bulletins en faveur du Nigeria était verte ; voir Le Vine, I, 1961 ; Percival, 2008 : 77.

13 CPNC, Plebiscite Message to All Voters of the Cameroons (Ngoh, 2000 : 151).

14 La majorité a décidé de reporter la décision sur l’avenir du territoire à une date ultérieure.

15 John Hare, John Percival et Nerius Mbile s’accordent sur ce point.

16 Cameroon National Archives (CNA), Annex (Buea) : « Final plebiscite results : Nkambe, Kumba, Bakweris choose Nigeria », Cameroons Champion, 2 : 3, 18 février 1961.

17 CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, Our Guest Writer N.N. Mbile, « The Cameroons Experiment Fails », 25 février 1961.

18 Voir l’édition du 15 février, CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, 2 : 7.

19 Note datée du 12 février et publiée dans Cameroons Champion, 2 : 7.

20 Réunion du conclave des Bakweri à Membea, le 18 février 1961, CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, « Bakweri Molongo Says Never Ever to Unification », 2 : 9, 22 février 1961.

21 TNA, CO 554/2439, Petition from the People of Modelle to the Secretary General of the UNO General Assembly, 11 mars 1961.

22 TNA, CO 554/2439, Petition from Ngaw Iwisi Njesi & co. against the unfairness of the recent plebiscite in the Southern Cameroons and against the Aghem Tribe unifying with the Cameroun Republic, 11 mars 1961.

23 TNA, CO 554/2440, Petition from Esmibi Women, 13 avril 1961.

24 TNA, CO 554/2439, Petition from Chiefs and People of Wum West Clans Plebiscite District, 22 février 1961.

25 TNA, CO 554/2439, Petition from the Cameroon People’s National Convention, Bamenda, 7 February 1961.

26 Traduction de l’auteur ; voir aussi West Africa, 26 August 1961 ; voir également West African Review, October 1961.

27 CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, 2 : 46, 22 août 1961.

28 Même si, à l’été 1961, le Royaume-Uni était candidat à la Communauté Economique Européenne, gouvernement et hommes d’affaires britanniques étaient conscients de la grande emprise financière de la France sur ses anciens territoires et du faible développement économique du Cameroun britannique.

29 «Anxiety in the Cameroons: British troops to withdraw», «British families to leave S. Cameroons », The Times, 29 July 1961.

30 Edwin Ardener, « Cautious Optimism in West Cameroon », West Africa, 30 septembre 1961.

31 CNA, Annex (Buea), Cameroons Champion, 2 : 51, 15 septembre 1961.

32 Entretien avec l’auteur, 30 août 2011.

33 TNA, DO 35/10454, Lettre de l’ambassadeur de Grande-Bretagne au Ministre des Affaires étrangères, 23 août 1960.

34 TNA, CO 554/2338, Lettre du ministère des Affaires étrangères de la République du Cameroun à l’Ambassade du Royaume-Uni à Yaoundé, 6 janvier 1961.

35 Archives nationales du Cameroun (ANC), Yaoundé, La Presse du Cameroun, 19 février 1961.

36 ANC, Yaoundé, La Presse du Cameroun, 15 février 1961.

37 MAEE, Nantes, Londres (Ambassade), 378PO/1/1453, AL. 30.1, Cameroun, Situation d’ensemble, Rapport des entretiens franco-britanniques de mars 1961, 6 mars 1961.

38 TNA, FO 371/155352, ministère des Affaires étrangères de la République du Cameroun, 31 mai 1961.

39 Archives nationales (AN), AG/5 (FPU)/467, Télégramme de l’Ambassade de France (Yaoundé) au Premier ministre, 1er juin 1961.

40 En Afrique de l’Ouest, la Sierra-Leone accéda à l’indépendance en avril 1961, suivant ainsi le Ghana (1957) et le Nigeria (1960). L’avenir de la Gambie, le moment de son indépendance et la forme qu’elle prendrait, alors qu’un projet d’union sénégambienne était exploré, demeuraient incertains. Le retrait britannique d’Afrique fut à la fois extrêmement progressif et pragmatique, amenant l’ensemble des nouveaux États africains à adhérer au Commonwealth des Nations et fortement marqué par les questions sud-africaine et rhodésienne, suscitant au sein de ce même Commonwealth des tensions politiques, économiques et raciales extrêmes.

41 TNA, CO 852/2035, Brief for the Colonial Secretary, Cabinet, Colonial policy Committee, Commonwealth Preferences, 31 mai 1961.

42 TNA, CO 554/2266, CTE Ewart-Briggs à M. Emmanuel, 10 août 1961 (traduction de l’auteure).

43 AN, AG/5 (FPU)/467, Télégramme de l’ambassadeur de France à Yaoundé à la Direction des Affaires africaines et malgaches, Quai d’Orsay, 29 septembre 1961.

44 TNA, FO 371/161622, F. Vallat à Sir Harold Kent, Trésor, 17 janvier 1962.

45 MAEE, Nantes, Yaoundé (Ambassade), 743PO/2/5, C.I.1.c., Lettre du consul de France à Buéa à l’ambassade de France à Yaoundé, 29 juillet 1963.

46 MAEE, Nantes, Yaoundé (Ambassade), 743PO/2/4, C.I.1.c., Lettre du consul de France à Buéa au ministre des Affaires étrangères, 2 octobre 1962.

Table des illustrations

Légende Les territoires camerounais au début de 1961.Source: New Times, 27, 5 July 1961 (Movement for Colonial Freedom, 38, MCF/10/24, MCF/COU/021).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

Auteur

Maîtresse de conférence, UFR d’études anglophones, université Paris 7-Denis Diderot

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540