Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Deuxième partie. Contestation et envers de la fête : acteurs et partis politiques

Le Cameroun, le 1er janvier 1960. Une proclamation de l’indépendance entre peur et allégresse

Daniel Abwa

Texte intégral

1Le Cameroun se singularise par une succession de statuts. Il est ainsi tour à tour protectorat allemand (1884-1916), condominium franco-britannique (1916-1919), territoire sous mandat de la SDN (1919-1945) et territoire sous tutelle des Nations Unies (1946-1960/1961). Anglais et Français se sont partagé ce territoire pendant la Première Guerre mondiale et les populations camerounaises ont réussi partiellement à reconstituer l’entité de l’époque allemande en devenant une République fédérale le 1er octobre 1961.

2Cette spécificité coloniale du Cameroun se manifeste également dans sa décolonisation car, ce pays est le seul, en Afrique subsaharienne française, à avoir connu une quête de l’indépendance à la fois violente et non violente, une proclamation de l’indépendance, le 1er janvier 1960, préparée pour l’allégresse mais vécue, dans certaines zones, dans la peur et dans d’autres dans le dépit ou l’insatisfaction.

Une proclamation de l’indépendance préparée pour l’allégresse

3Pierre Messmer, dans son récit Les Blancs s’en vont (Messmer, 1998 : 155) résume très bien les conditions dans lesquelles le Cameroun sous administration française a obtenu son indépendance le 1er janvier 1960 :

« Et la décolonisation du Cameroun sera aussi atypique que sa colonisation : la France accordera l’indépendance à ceux qui la réclamaient le moins, après avoir éliminé politiquement et militairement ceux qui la réclamaient avec le plus d’intransigeance ; dans les régions bassa et bamiléké, l’ordre n’est pas encore rétabli le 1er janvier 1960, lorsque le Cameroun, sous administration française, devient indépendant. »

4Consciente d’avoir refusé de négocier l’indépendance avec l’UPC (Union des Populations du Cameroun) qui la réclamait « avec le plus d’intransigeance » et de l’avoir octroyée au peuple camerounais à travers ses affidés « qui la réclamaient le moins », dont le premier fut Ahmadou Ahidjo qui a exigé et obtenu à cet effet « les pleins pouvoirs », la France, suivie en cela par ses collaborateurs camerounais, veut donner à la proclamation de l’indépendance toute sa solennité. Tout est préparé pour que grandeur et enthousiasme soient au rendez-vous ce jour-là, tant par la présence des invités qui devaient venir de tous les continents que lors de la cérémonie proprement dite dans toutes les régions du Cameroun.

5Afin de convaincre les populations du Cameroun de l’importance de la cérémonie programmée pour le 1er janvier 1960, La Presse du Cameroun quotidiennement relate, pendant les jours qui précèdent l’événement, les faits en rapport avec la cérémonie. C’est ainsi que dans sa livraison du mardi 29 décembre, sous le titre « Nouvelles réponses à l’invitation du Gouvernement camerounais », ce journal tient à faire savoir qu’à la fête de l’indépendance, on attend du « beau monde » et que ceux qui ne peuvent pas venir ont décidé de se faire représenter :

  • 1 Le message adressé à M. Ahidjo indique que M. Vorochilov s’excuse de ne pouvoir faire le déplaceme (...)

« De nombreux pays viennent de répondre favorablement à l’invitation du gouvernement camerounais de participer aux fêtes de l’indépendance. Parmi les dernières réponses parvenues, citons celles du Niger qui sera représenté par M. Ibra Fabre ; de la Côte d’Ivoire, représentant M. Denise, ancien président du gouvernement ; de l’Australie, du Portugal, du Liban, de la Bulgarie, représentant M. Boris Popov, ministre plénipotentiaire ; de la Tunisie, délégation composée de cinq membres conduite par M. Taleb Sahbani, ambassadeur, secrétaire général du ministère des affaires étrangères ; de l’URSS dont M. Vorochilov, président de Soviet Suprême, a adressé le message suivant à M. Ahidjo1… »

  • 2 Cette délégation comprend Robert Buron, ministre des Travaux publics, Hubert Guérin, ambassadeur d (...)
  • 3 Ibid.

6Il en est de même le jeudi 31 décembre 1959 sous le titre « Importante délégation française pour la fête » ; il détaille la composition de la délégation française conduite par Louis Jacquinot, ministre d’État2. Ce dernier, « président de la délégation française » est accueilli avec tous les honneurs dus à son rang à son arrivée au Cameroun3 :

« M. Jacquinot, ministre d’État, président de la délégation française… a été accueilli au terrain [le 30 décembre] par MM. Ahidjo, Mabaya, Torré et par le général Briand. Après avoir passé un détachement de troupes en revue tandis qu’étaient exécutés les hymnes français et camerounais, il salua les membres du gouvernement et de l’Assemblée Législative. Le cortège se rendit ensuite au palais où M. Jacquinot reçut aussitôt des personnalités camerounaises. »

  • 4 L'Effort Camerounais, 1960 : « Ils sont venus au Cameroun célébrer l’indépendance. »
  • 5 Auxquels s’ajoutaient Joseph C. Satterthwaite, Secrétaire d’État adjoint des USA pour les Affaires (...)

7La solennité liée à l’importance et à la qualité des invités à la fête de l’indépendance fut effectivement de mise car, outre l’impressionnante délégation française, dont M. Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères de France, le Premier ministre Ahmadou Ahidjo était entouré pour la circonstance des personnalités de renom international4 comme M. Dag Hammarskjöld, Secrétaire général de l’ONU, Mme Golda Meir, ministre des Affaires étrangères du gouvernement israélien, M. Modibo Kéita, Premier ministre du Soudan et Président du gouvernement du Mali, M. John Ngu Foncha, Premier ministre du Cameroun méridional ou M. Henri Cabot Lodge, représentant personnel du Président Eisenhower et chef de la délégation des USA à l’ONU5.

  • 6 La « Coupe de l’Indépendance » s’est jouée à Douala et a opposé Douala à Nkongsamba, sous l’arbitr (...)
  • 7 D’après La Presse du Cameroun du 5 janvier 1960, le titre de « Miss Indépendance » est décerné à « (...)

8À la solennité souhaitée devait s’ajouter l’allégresse populaire. C’est pourquoi il fut organisé, partout au Cameroun, les 1er, 2 et 3 janvier retenus comme jours de fête de l’indépendance, des activités devant attirer et réjouir les Camerounais. C’est ainsi que dans la capitale camerounaise, les grandes villes et pratiquement tous les chefs-lieux des préfectures et des arrondissements, un programme fut élaboré comprenant des retraites aux flambeaux, des défilés devant attirer non seulement les enfants des écoles, les forces armées mais aussi une foule de curieux. Des repas populaires devaient associer les hautes personnalités de la région et certaines populations bien ciblées. À cela s’ajoutaient des danses populaires dans les quartiers, des activités sportives dont les matchs de football6, des courses cyclistes, des courses de pirogue, des combats de boxe et des élections pour désigner les Miss Indépendance des régions avant que ne soit élue la Miss Indépendance du Cameroun7.

  • 8 La Presse du Cameroun du mardi 12 janvier 1960. Ce n’est qu’un exemple pris parmi tant d’autres ca (...)

9La Presse du Cameroun a rapporté, des jours durant, les échos de cette allégresse des fêtes de l’indépendance dans les différentes régions du pays. Nous pouvons prendre pour exemple la description dithyrambique que fait ce journal de ce qui s’est passé à Eséka, l’un des fiefs de l’UPC, sous le titre « Eséka. Les fêtes de l’indépendance8 » :

« Jamais notre ville n’a connu un tel émoi : des enfants, des vieillards, chacun était animé par une joie trouvant sa source au fond du cœur. Toute la ville était pavoisée aux couleurs camerounaises. À la veille de l’indépendance, après la retraite aux flambeaux, un concours de danse avait été organisé sous le patronage du sous-préfet M. Manfred Epooh à Eyike Bar. Le lendemain matin, toute la population se réunit sur la place de l’indépendance, où, en présence du député Mayi Matip, du préfet et de nombreuses personnalités civiles, militaires et religieuses. M. Kohn Albert, adjoint au préfet et maire de la ville, lut, sous des applaudissements frénétiques, le message adressé à la nation par M. le Premier ministre, chef du gouvernement camerounais. À 12 h, des vins d’honneurs furent offerts dans tous les quartiers de la ville. La soirée fut réservée à diverses danses coutumières et à des matchs de football. Le 2 janvier, le tout Eséka se retrouvait de nouveau au stade Henri Matip où des jouets furent distribués aux enfants par la Société des Bois du Cameroun… Le 3 janvier, la course cycliste était remportée cette fois-ci par Jon Joseph devant Jambea et Macous Jules. Une très importante manifestation fut la réception offerte par la Chambre de commerce et d’industrie à l’occasion de la proclamation de l’indépendance du Cameroun. Ce cocktail réunissait plus de 400 personnes parmi lesquelles on remarquait notamment M. Barrachette, préfet, M. Vetter, directeur de la Société des Bois du Cameroun, ainsi que de nombreux fonctionnaires, des personnalités religieuses et civiles. »

10Si l’on peut soupçonner ce journal de courtisanerie, puisque proche du pouvoir en place, et même penser qu’il force les traits de l’allégresse populaire au cours des fêtes d’indépendance pour magnifier la « fin » de l’œuvre de la France au Cameroun, d’autres sources attestent aussi de la véritable allégresse, parfois fortement nuancée par d’autres sentiments plus ambigus. C’est le cas du témoignage de Madame N. I. Ngapeth Biyong que personne ne peut considérer comme une proche du régime en place. En effet, elle a été, tour à tour, secrétaire générale de l’Union des femmes du Cameroun (UDEFEC), la branche féminine de l’UPC, trésorière de la Jeunesse Démocratique du Cameroun (JDC), la branche de la jeunesse de l’UPC, signataire de la « Proclamation commune » du 22 avril 1955, et exilée au Cameroun britannique et au Nigeria. Dans son ouvrage (Ngapeth Biyong, 2009), on retrouve ainsi pêle-mêle allégresse, mais aussi amertume et peurs ressenties lors des fêtes de l’indépendance, les 1er, 2 et 3 janvier 1960. Après avoir exprimé sa « douleur », sa « rancœur », sa « joie », son « orgueil » et sa fierté « d’avoir participé à cette lutte exaltante, à cette épopée fantastique, d’avoir le bonheur et le privilège providentiel d’assister […] à l’avènement de l’indépendance de mon pays, malgré toutes les imperfections de cet événement… », elle décrit avec force détails ce qui s’est passé dans les trois villes choisies pour les cérémonies grandioses de l’indépendance.

  • 9 . Ibid., p. 238-239.

11À Yaoundé, après avoir rassemblé ses enfants autour d’elle, elle suit, émerveillée, « les coups de canons qui, à intervalles réguliers égrènent leurs salves assourdissantes dans le lointain, pendant que dans les quartiers les plus reculés de la capitale, plongés dans les ténèbres, patrouillent les gendarmes français et leurs acolytes camerounais zélés, semant la mort sous le fallacieux prétexte de veiller à la sécurité d’illustres invités et hôtes de la nouvelle république… Ces coups de canon, 101 au total, annoncent au monde que le Cameroun est indépendant9 ». Le 1er janvier 1960, c’est à minuit qu’Ahidjo y prononce la phrase historique qui annonce au monde l’indépendance du Cameroun, « malgré le climat d’insécurité qui règne dans le pays ». Cette annonce lance les festivités d’indépendance qui se déroulent tout au long de cette journée à Yaoundé. Mme Ngapeth Biyong témoigne :

  • 10 Ibid., p. 239-240.

« La journée du 1er janvier est caractérisée par des cérémonies à la place de l’indépendance richement pavoisée aux couleurs nationales, cérémonies au cours desquelles un certain nombre de personnalités, une trentaine environ reçoivent de la grande Chancellerie des distinctions honorifiques, non pour la cause de l’indépendance […] mais pour des raisons générales comme s’il s’agissait de la fête du 14 juillet ou du 27 août en période coloniale. […] Un défilé grandiose des troupes à pieds et des troupes motorisées, d’enfants d’écoles, d’associations civiles, sportives et traditionnelles est suivi d’agapes organisées dans tous les restaurants de la ville et dans les salles de fêtes existantes à l’intention d’honorables invités étrangers, de milliers de notables camerounais piliers du régime colonial en mutation, ainsi que des milliers de fonctionnaires dociles serviteurs du régime colonial et qui marqueront la fin de cette phase de manifestations dans la capitale politique10. »

  • 11 Ibid., p. 240.
  • 12 Ibid., p. 240.

12Après la place de l’indépendance, ce sont des « danses traditionnelles et […] autres réjouissances dans certains quartiers tandis que dans d’autres, les familles pleurent les morts tombés sous les balles des gendarmes français au cours de cette nuit macabre dans les sous quartiers populeux11 ». Dans la soirée, il y a un grand gala organisé à la résidence du Haut-commissaire devenue, depuis la veille, la résidence du chef de gouvernement de la nouvelle république. Mme Ngapeth, bien que non invitée, est de la fête12 :

« De la résidence du Chef du Gouvernement montent des airs mélodieux les plus envoûtants, irrésistibles, dominés de temps en temps par des vivats des convives fous de joie et enivrés d’effluves les plus ensorcelants. À une heure avancée de la nuit, trompant la vigilance du protocole présidentiel distrait par l’ambiance égayée de cette foule emportée par le déhanchement de tout ce beau monde, ma jeune nièce et moi-même entrons furtivement dans le jardin fortement illuminé de mille feux où les invités en tenue d’apparat de grande soirée se délectent à l’envie : le spectacle est grandiose. »

  • 13 Ibid., p. 243.

13À Douala, lors des cérémonies à la place de l’indépendance, c’est la même effervescence faite de défilés des militaires à pieds et motorisés, des élèves des écoles et des associations diverses. Un fait insolite cependant vient tendre l’atmosphère : sans avoir été annoncée ni attendue, l’UPC s’invite à la fête13 :

« Cinq cents personnes environ, hommes et femmes en tenue frappée de l’effigie du Secrétaire général de l’UPC Ruben Um Nyobè, héros de la cause nationale, défilent dans l’ordre et dans le calme, mettant le Chef de l’État, ses hôtes et ses barons surpris dans une situation fort embarrassante, tandis que les forces de l’ordre médusées par cette apparition inattendue se mettent respectueusement au garde-à-vous, rendant visiblement l’hommage mérité au grand martyr camerounais, père incontesté et incontestable de la nation camerounaise en gestation, qui, contrairement à ses collaborateurs, n’a jamais voulu quitter le sol qui l’a vu naître, préférant subir le même sort, voire mourir de la même mort que des milliers de patriotes victimes de la répression colonialiste sur le champ de bataille pour la liberté et pour faire triompher le principe des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, quelles que soient les embûches dressées par l’ennemi. »

14Eugène Wonyu, qui réclame le mérite de cette action d’éclat, dit comment les autorités françaises ont essayé, à travers lui, de la récupérer politiquement :

  • 14 Il s’agit de M. Kosciusko-Morizet, ambassadeur de France et représentant de son pays auprès du Con (...)

« Le 2 janvier 1960, à Douala, au cours du grand défilé marquant l’accession de notre pays à la souveraineté internationale, les membres de l’UPC se réclamant de la Réconciliation, décidèrent de défiler eux aussi, pieds nus et torse nu pour les hommes, ceints d’un pagne, et les femmes, en kapa ngondo. Ils chantaient un slogan très répandu à l’époque, et qui disait à peu près ceci : “Nous voici à l’indépendance tant criée, nous espérons que Um Nyobe reviendra.” C’était chanté en basaà. Et, comme à l’époque j’étais le président du bureau du Comité de réconciliation de Douala, je devais donc conduire moi-même le défilé. Pour cette raison, je fus remarqué et contacté par M. l’Ambassadeur14, au nom de la France ! Cela se fit grâce au concours de feu mon cousin Nsang Oscar, commissaire de police, à l’époque […] :
– Vous êtes bien M. WONYU, Directeur du Collège Molière et Président du Comité de Réconciliation ?
Je dis “Oui !”
– C’est vous qui avez organisé le défilé de l’UPC ?
Je dis “oui !”
– Cela montre que vous êtes pour l’indépendance en accord avec la France ?
Je dis : “Non ! C’est plutôt pour nous désolidariser d’avec ceux qui continuent à tuer, car pour nous, la lutte armée s’est terminée avec les élections partielles de 1959 en Sanaga Maritime.” Alors il me dit : “J’ai appris que vous êtes un garçon intelligent et c’est pour cela que je vous ai appelé pour vous proposer ce qui suit : aujourd’hui, vous êtes indépendants ; au mois de février prochain (1960) on va rétablir officiellement votre parti l’UPC, les élections législatives auront lieu en avril 1960 ; on formera le gouvernement après l’élection du Président de la République, en mai, et c’est AHIDJO qui le sera. Si vous acceptez de composer avec nous, je vais vous mettre en contact avec le Premier ministre, donc M. AHIDJO, et l’on s’arrangera pour le nouveau gouvernement de juin prochain. Si vous êtes d’accord, je suis prêt à vous donner cette chance” » (Wonyu, 1985 : 63-64).

15À Garoua, ville qui n’a connu que très peu de remous consécutifs à la lutte pour l’indépendance, les festivités de l’indépendance ont lieu le 3 janvier 1960. C’était la ville qui avait vu naître Ahidjo et où résidaient nombre de ses partisans. Les festivités y furent grandioses et ne connurent pas de heurts. S’il ne fait aucun doute qu’il y a eu allégresse au Cameroun lors des cérémonies des fêtes de l’indépendance sous administration française les 1er, 2 et 3 janvier 1960, il n’y a non plus de doute que ces fêtes, dans certains quartiers, ont été vécues dans la peur.

Une proclamation d’indépendance vécue dans la peur

  • 15 SHAT 6H 258, Escadron de Gendarmerie de Dschang, période du 30 novembre au 6 décembre 1959.

16Ayant refusé l’indépendance proclamée par la France le 1er janvier 1960, l’UPC engage des actions devant inspirer la peur chez tous ceux qui devaient participer aux fêtes programmées. D’ailleurs, pendant tout le mois de décembre qui précède la proclamation de l’indépendance le 1er janvier 1960, la région bamiléké, le Moungo, le Mbam, le Nkam, la Sanaga Maritime sont déjà à feu et à sang et l’ambiance générale y est très tendue, comme en témoigne, pour le cas de la région bamiléké, un officier français de renseignements15 :

« Les actions de masse qui caractérisent la semaine ont eu une influence déprimante sur les milieux européens comme africains. La situation psychologique en région bamiléké ne fait que s’assombrir. Les milieux européens craignent des attaques massives et sanguinaires dans les agglomérations. Ils font confiance aux Forces de maintien de l’ordre et malgré les menaces d’attaques ils conservent un peu d’optimisme. Les plus touchés sont les Missionnaires, très impressionnés par les attaques successives de Bafang et de Bangang. Les écoles se ferment, les missions isolées sont abandonnées. Par idéal, ces missionnaires tiennent à rester dans le pays, mais ils n’en sont pas moins terrorisés. Dans les milieux africains, les réactions sont diverses. La masse s’est toujours laissée influencer. Les mots d’ordre terroristes sont suivis. L’exemple de la désertion de Bafang est flagrant. Les fonctionnaires isolés demandent à être relevés. Les postes de paysannat sont successivement fermés. Une ambiance générale de peur caractérise la situation psychologique en région bamiléké. »

17Outre le pays bamiléké, les régions du Moungo, du Nkam, du Mbam, de la Sanaga Maritime où la peur a envahi la presque totalité de la population à la veille de la proclamation de l’indépendance, l’ALNK concentre l’essentiel de ses actions armées dans deux des trois villes choisies pour l’organisation des festivités de l’indépendance, à savoir Douala et Yaoundé.

  • 16 Avant cette attaque, il y en avait eu une autre le 27 juin 1959.
  • 17 Mutations, 22 avril 2010.

18C’est à Douala, ville qui connaît une grande concentration de l’armée française et de la population européenne, que l’ALNK fait la preuve de sa grande intrépidité quelques heures seulement avant la proclamation de l’indépendance. L’attaque du camp de gendarmerie de Mboppi dans la nuit du 30 au 31 décembre 1959 le montre (Abwa, 2005 : 314-315)16. À Yaoundé, Eugène Wonyu, qui a assisté aux festivités en qualité d’interprète reconnaît que dans la nuit du 31 au 1er janvier 1960, des coups de fusils ont été tirés dans la ville (Wonyu, 1985 : 66). Mme Germaine Ahidjo, l’épouse du premier ministre de l’État sous tutelle du Cameroun, reconnaît elle aussi qu’il y a eu des coups de feu dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier à Yaoundé17. La presse écrite a également témoigné de la peur inspirée par les attaques orchestrées par l’Armée de Libération Nationale du Kamerun (ALNK) lors des fêtes organisées pour l’indépendance du Cameroun sous administration française. L’Agence Camerounaise de Presse (ACAP) dans sa livraison du 4 janvier 1960, indique qu’il y a eu des morts à Yaoundé et à Douala lors de la célébration de l’indépendance tout en les minimisant :

« Les récents incidents qui ont éclaté successivement à Douala, où ils ont fait 34 morts, et à Yaoundé où il y a eu 7 tués, survenant quelques heures avant la proclamation de l’indépendance du Cameroun, n’ont pas manqué de surprendre les nombreux délégués venus assister aux festivités organisées par le Gouvernement camerounais. On précise de source autorisée, au sujet des incidents de Yaoundé qu’au cours de la nuit du 31 décembre au 1er janvier, on a dû déplorer 3 morts au quartier de la Briqueterie, 1 mort au quartier Nlongkak, et 1 mort sur la route de Mbalmayo ainsi que 6 blessés dans ces divers quartiers. Durant la nuit du 1er au 2 janvier, les tueurs provoquaient 2 morts et 3 blessés. Ils n’ont jamais agi en bandes constituées et n’ont pu de ce fait être accrochés par les forces de l’ordre. Les malheureuses victimes appartiennent aux races et aux professions les plus diverses et elles n’ont été victimes que parce qu’elles se trouvaient sur leur chemin. On souligne en outre que le projet des agitateurs tendant à troubler les fêtes de l’indépendance dans la capitale a échoué, leur action ayant été extrêmement limitée (AFP). »

  • 18 Gérard Badel, envoyé spécial, Carrefour, 6 janvier 1960.

19La plupart des journaux français des 1er et 2 janvier décrivent également ce climat de terreur installé au Cameroun. Le Figaro, Le Parisien Libéré, Combat, Le Populaire, pour ne citer que ceux-là, y vont de leur commentaire, condamnant dans l’ensemble les actes perpétrés par l’UPC. Le journal français Carrefour du 6 janvier 1960 fait une description saisissante de la situation au Cameroun au cours de la même nuit18 :

« Le Cameroun est né à l’indépendance dans le sang. Le drapeau français n’était pas encore amené à Yaoundé, pour céder la place à l’oriflamme vert, rouge, jaune de la nouvelle République noire, que les émeutes éclatent à Douala, qui est à la fois le port principal et la plus grande du pays. […] L’ordre était à peine et péniblement établi que les terroristes lançaient un autre raid, cette fois à Yaoundé, la capitale. Alerté par les incidents de la veille, le premier ministre camerounais, M. Ahidjo, avait eu le temps d’ordonner des mesures de précautions. On a eu tout de même cinq morts à déplorer dans le quartier de la Briqueterie dont les populations terrorisées se sont calfeutrées dans leurs cases et ont obstinément refusé de donner un renseignement quelconque aux services de sécurité. […] C’est dans cette atmosphère lourde de terreur et de sang que la République du Cameroun a célébré, avec la fin de tutelle et de quarante ans de présence française, son accession à l’indépendance. »

  • 19 Mutations du 22 avril 2010. Nous soulignons.

20La personne qui a le mieux décrit ce climat de peur est Germaine Ahidjo, l’épouse de l’homme qui a prononcé, le 1er janvier 1960, à minuit, la phrase historique : « Camerounaises, Camerounais ! Le Cameroun est libre et indépendant ! » Interviewée par le journal Mutations, cinquante après l’événement, elle témoigne19 :

« Je vais vous raconter comme ça me revient. C’était le 31 décembre 1959, à la veille du jour de la proclamation de l’indépendance. On se préparait à recevoir les représentants des pays étrangers, dont celui de la France et ceux des pays africains. On était dans l’affolement parce que le palais venait d’être quitté par le Haut-commissaire français, il n’y avait plus rien. Tout avait été déménagé. C’était le vide ; même le personnel avait suivi le gouverneur. Il fallait pourtant recevoir de nombreuses personnalités, des leaders africains dont Senghor du Sénégal, Tombalbaye du Tchad, Modibo Keita du Mali, Moctar Ould Dada de Mauritanie […] étaient attendus. […] On savait que l’UPC s’agitait de son côté. […] Donc, le 31 décembre, il y a eu une cérémonie pour la remise du drapeau français. Il a été descendu, puis la Marseillaise fut jouée pour la dernière fois. Le drapeau plié, fut remis au Premier ministre Ahidjo qui l’a transmis au Haut-commissaire Xavier Torré qui ensuite l’a rendu au ministre de la France d’outre-mer, lequel l’a confié à Ahidjo. On n’avait pas encore sorti le drapeau camerounais. Le soir, il y a eu une réception au Cercle municipal. Toutes les personnalités s’y sont retrouvées. On a dîné et dansé. Pendant ce temps, dans la ville, on entendait de temps en temps des coups de feu.
Question : Ahidjo devait prononcer son premier grand discours pour annoncer l’indépendance. Comment l’avait-il préparé ?
Réponse : Je ne sais pas comment il l’avait préparé, ni avec qui. Je n’y étais pas. Le 1er janvier étaient également prévus une cérémonie et un déjeuner au palais. J’étais occupée par les préparatifs de ce repas de midi avec tous les invités de marque. Tenez ! Je vais vous raconter une anecdote qui résume un peu l’atmosphère du moment. Ahidjo m’avait demandé de rester au palais pour organiser la réception pendant qu’il serait, lui à la place de l’indépendance pour les cérémonies officielles. Pendant que j’étais dans les préparatifs, quelqu’un me dit que l’UPC avait annoncé que lorsque mon mari allait prononcer le mot “indépendance”, ils allaient bombarder la tribune. Ils devaient tirer sur tout le monde s’il osait prononcer le mot “indépendance”. Je vous assure que dès que j’ai entendu ça, je n’ai plus réfléchi à quoi que ce soit. J’ai appelé mon chauffeur, je me suis dit : “Si on doit tirer sur tout le monde à la tribune, je dois y être, nous allons mourir ensemble.” Et je suis partie sur un coup de tête. Je suis arrivée à la tribune. Le protocole me connaissait à peine. Ahidjo était déjà installé, il y avait à côté une tribune pour les dames vers laquelle je me suis dirigée. Il me regardait surpris, mais il ne pouvait me parler. Il ne comprenait pas pourquoi j’étais là. Et moi je ne pouvais pas dire aux gens pourquoi j’étais là. Je suis allée voir le protocole et on m’a donné un fauteuil. Lorsque Ahidjo a lu son discours et a prononcé la phrase historique : ‘‘Camerounais, Camerounaise, le Cameroun est libre et indépendant’’, moi j’attendais les coups de feu. Mais il n’y a rien eu. Il a fini son discours et il n’y a eu aucun incident. J’avais la conviction qu’on allait tirer sur la tribune. Et lorsqu’on s’est retrouvé au palais, il m’a attrapée et il m’a dit : “Mais tu ne devais pas aller à la cérémonie. Mais pourquoi tu y es allée ? » Je lui ai raconté ce qu’on m’avait rapporté. Il m’a regardée et m’a demandé : « Et les enfants, qui allait rester avec eux ? » Je n’y avais pas pensé du tout. Notre fille avait un an… »

  • 20 Auxquels il faut ajouter « La situation en Sanaga Maritime », « Le couvre-feu est rétabli dans le (...)

21Il n’y a pas meilleur témoignage de la psychose qui prévaut alors au Cameroun le 1er janvier 1960. Il faut ajouter que cette psychose s’est intensifiée les jours suivants. De nombreux titres de La Presse du Cameroun témoignent de cette intensification entre le jeudi 7 janvier – « Hier soir à Douala, nouvelle attaque terroriste contre le camp Mboppi » – et le vendredi 15 janvier 1960 – « Renforts militaires en pays bamiléké20 ».

*

22Finalement la proclamation d’indépendance et les festivités organisées du 1er au 3 janvier 1960 ont laissé aux Camerounais des sentiments confus où la joie se mêle à l’amertume et à la peur. Ces sentiments ambigus témoignent du paradoxe camerounais pays où la lutte se poursuit après la proclamation de l’indépendance. Entre 1960 et 1971, une bonne part de la population camerounaise rejeta l’indépendance proclamée le 1er janvier 1960 et revendiqua une « vraie indépendance » conduisant des Camerounais à prendre à nouveau les armes et à engager ce que j’appelle « la deuxième guerre d’indépendance » (Delthombe et al., 2011).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abwa Daniel, Ngouo Woungly-Massaga alias Commandant Kissamba : “Cameroun, ma part de vérité”, Éditions Minsi, 2005.

Delthombe T., Domergue M., Tatsitsa J., Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique 1948-1971, Paris, La Découverte, 2011.

Messmer Pierre, Les Blancs s’en vont, Paris, Albin Michel, 1998.

Ngapeth Biyong M. I., Cameroun, combats pour l’indépendance, Paris, L’Harmattan, 2009.

Wonyu E., Cameroun de l’UPC à l’UC, Paris, L’Harmattan, 1985.

Notes

1 Le message adressé à M. Ahidjo indique que M. Vorochilov s’excuse de ne pouvoir faire le déplacement du Cameroun et que le Soviet Suprême sera représenté par M. Filioubine Nicolaï, vice-ministre des affaires étrangères de l’URSS.

2 Cette délégation comprend Robert Buron, ministre des Travaux publics, Hubert Guérin, ambassadeur de France, conseiller diplomatique du gouvernement, Jean-Pierre Bénard, premier ambassadeur de France auprès du gouvernement camerounais, le général René Coigny, commandant en chef de la zone stratégique de l’Afrique centrale, Léon Pignon, gouverneur général, membre de la Cour arbitrale de la Communauté, M. Koscziusko-Morizet, délégué de la France au Conseil de tutelle, Marcel Waline, professeur à la faculté de droit de Paris, membre du Conseil supérieur de la magistrature, Robert Gillet, ministre plénipotentiaire, directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, François Luchaire, professeur à la faculté de droit de Paris, conseiller technique au cabinet de M. Jacquinot, Paul Marc Henri, chef du service de la coopération au ministère des Affaires étrangères, et M. Dahler, conseiller au ministère des Affaires étrangères.

3 Ibid.

4 L'Effort Camerounais, 1960 : « Ils sont venus au Cameroun célébrer l’indépendance. »

5 Auxquels s’ajoutaient Joseph C. Satterthwaite, Secrétaire d’État adjoint des USA pour les Affaires étrangères ; Dr Von Merkatz, ministre fédéral de l’Allemagne de l’Ouest ; M. Moktar Ould Daddah, Premier ministre de la Mauritanie ; M. Ljupco Arsov, membre du Conseil exécutif fédéral et président du Conseil exécutif de Macédoine (Yougoslavie) ; Prince Moulay Abdallah, fils du roi Mohammed V (Maroc) ; M. Victor Kpostra, ministre de la Santé (Togo) ; Dr Adnan al Pachachi, délégué permanent à l’ONU (Irak) ; Gl. Hamid Sayed Hussein, président de la délégation, commandant de la 1re Division irakienne ; M. Paolo Talarigo, ambassadeur à Khartoum (Italie) ; M. Henri Valloton, ministre plénipotentiaire, représentant la Suisse ; M. Paul Comtois, ministre des Mines (Ghana) ; M. Yang Chi Tsang, ministre des Affaires économiques de la Chine nationaliste ; M. Louis Rakatomalala, ministre malgache chargé des relations avec les États membres de la Communauté ; M. Ibra Cabre du Niger ; M. Denise de Côte d’Ivoire ; M. Boris Popov de Bulgarie ; M. Taieb Sahbani de Tunisie et M. N. Filioubine d’URSS.

6 La « Coupe de l’Indépendance » s’est jouée à Douala et a opposé Douala à Nkongsamba, sous l’arbitrage de M. Ekani venu de Yaoundé. C’est Douala qui l’a emporté sur le score d’un à zéro. La Presse du Cameroun du mardi 5 janvier 1960.

7 D’après La Presse du Cameroun du 5 janvier 1960, le titre de « Miss Indépendance » est décerné à « Miss Wouri » avec pour demoiselles d’honneur, « Miss Bamoum » et « Miss Nyong et Sanaga ».

8 La Presse du Cameroun du mardi 12 janvier 1960. Ce n’est qu’un exemple pris parmi tant d’autres car le journal couvre aussi les fêtes de l’indépendance à Kribi, Makak, Yabassi, Nkongsamba, Ebolowa, Obala, Mfou, Ambam, etc.

9 . Ibid., p. 238-239.

10 Ibid., p. 239-240.

11 Ibid., p. 240.

12 Ibid., p. 240.

13 Ibid., p. 243.

14 Il s’agit de M. Kosciusko-Morizet, ambassadeur de France et représentant de son pays auprès du Conseil de tutelle de l’ONU.

15 SHAT 6H 258, Escadron de Gendarmerie de Dschang, période du 30 novembre au 6 décembre 1959.

16 Avant cette attaque, il y en avait eu une autre le 27 juin 1959.

17 Mutations, 22 avril 2010.

18 Gérard Badel, envoyé spécial, Carrefour, 6 janvier 1960.

19 Mutations du 22 avril 2010. Nous soulignons.

20 Auxquels il faut ajouter « La situation en Sanaga Maritime », « Le couvre-feu est rétabli dans le département du Wouri », « La circulation de nuit des taxis, pousse-pousse et camions est interdite » (vendredi 8 janvier 1960) ; « Attaques de missions en pays Bassa », « Sauvages assassinats et pillages en région bananière » (samedi 9 et dimanche 10 janvier 1960) ; « Criminels incendies dans le Moungo », « Appel aux maquisards bamiléké » (mardi 12 janvier 1960) ; « Nouveaux incendies terroristes sur une plantation de Penja » (mercredi 13 janvier 1960) ; « Commando terroriste à Bazou », « Le couvre-feu est rétabli à Yaoundé » (jeudi 14 janvier 1960).

Auteur

Professeur, histoire, université de Yaoundé I, Cameroun

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540