Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Deuxième partie. Contestation et envers de la fête : acteurs et partis politiques

Fêtes célébrées, fêtes supprimées : les indépendances de la Fédération du Mali et du Sénégal

Susann Baller

Texte intégral

  • 1 Quand nous parlons de l’actuelle République du Mali, nous employons le terme « Soudan » ou la « Ré (...)
  • 2 Abdoulaye Wade, « Message à la nation à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de l’indé (...)

1Le 4 avril 2010, le Sénégal célèbre le cinquantenaire de son accession à l’indépendance – à l’instar de seize autres pays africains, dont treize anciennes colonies françaises1. Le président sénégalais Abdoulaye Wade, dans son message à la nation, se réjouit de fêter cet anniversaire avec la France et tous les États africains qui ont accédé à la souveraineté nationale en 1960. Dans la même perspective, le gouvernement français avait décidé d’inviter les chefs d’État des pays africains francophones à la fête nationale du 14 juillet 2010 en l’honneur de la commémoration des indépendances. De plus, les chefs d’État africains avaient aussi prévu de se rendre à tour de rôle aux fêtes des cinquantenaires respectifs de leur pays. Wade appréciait le fait que le Sénégal fût le premier pays sur le calendrier en 2010. La fête de commémoration fut marquée par des défilés civils et militaires, l’inauguration de l’immense Monument de la renaissance africaine et l’annonce de la dissolution des anciennes bases militaires françaises installées sur le territoire du Sénégal – un geste présenté dans le message du Président de la République comme le dernier pas d’une indépendance jusque-là incomplète2.

  • 3 « Indépendance en juin annonce le président Senghor », Paris-Dakar, no 7354, 4 avril 1960, p. 1.
  • 4 « Accord particulier portant transfert des compétences de la Communauté », 4 avril 1960 (Blaustein(...)
  • 5 Archives nationales du Sénégal (ANS) : Fédération du Mali (FM) 00112, « Un an du Mali », Paris-Dak (...)
  • 6 Voir aussi « Le Mali : Léopold Senghor et Modibo Keïta respectivement président de l’Assemblée et (...)
  • 7 « Le Gouvernement de la République française reconnait officiellement la République du Sénégal », (...)
  • 8 « Le Soudan a proclamé son indépendance et s’appellera République du Mali », Afrique nouvelle, no (...)
  • 9 « Mali : premier anniversaire de l’indépendance », Afrique nouvelle, no 738, 27 septembre 1961, p. (...)

2Le 4 avril 1960 a été une journée calme à Dakar. Léopold Sédar Senghor, alors président de l’assemblée fédérale de la Fédération du Mali, accompagné de sa famille, arrive le matin par avion régulier d’Air France à l’aéroport de Dakar. Il revient de Paris où il a assisté aux négociations franco-maliennes sur l’indépendance de la Fédération du Mali, réunissant le Sénégal et le Soudan. À sa descente d’avion, de nombreuses personnalités l’accueillent. Dans la salle de réception de l’aéroport, il annonça l’indépendance de la Fédération du Mali pour le mois de juin suivant. Ensuite il déclara : « Et l’Indépendance ne nous sera pas offerte, c’est nous qui proclamerons l’Indépendance du Mali et la France sera la première à nous reconnaître3. » Au même moment, le Premier ministre français, Michel Debré, Modibo Keïta, chef du gouvernement de la Fédération du Mali et premier ministre du Soudan, ainsi que Mamadou Dia, vice-président de la Fédération et premier ministre du Sénégal, signent les accords de transfert de compétences de la Communauté française à la République du Sénégal et à la République soudanaise, groupée au sein de la Fédération du Mali4. Une année auparavant, le 4 avril 1959, le gouvernement de la Fédération du Mali avait été investi par l’assemblée fédérale à Dakar5. Par la suite, la Fédération avait adhéré à la Communauté française, créée par le referendum de septembre 1958 (Roche, 2001 : 115)6. Elle avait déclaré son indépendance le 20 juin 1960, après la ratification des accords du 4 avril. De grandes festivités sont programmées pour le 17 janvier 1961 mais celles-ci n’eurent jamais lieu car la Fédération du Mali ne dura pas. À la veille du 20 août 1960, la Fédération éclata et le Sénégal proclama son indépendance (Roche, 2001 : 229-230). Le gouvernement français reconnut la République du Sénégal peu après7. La République indépendante du Mali (ancien Soudan) est proclamée, elle, le 22 septembre et reconnue ensuite par le Sénégal et la France8. Le Sénégal prévoit une fête officielle de commémoration de l’indépendance pour le 4 avril 1961, premier anniversaire de la signature des accords sur le transfert des compétences. Les dirigeants de la République du Mali retiennent la date du 22 septembre pour leur fête nationale. En 1961, ils soulignent qu’ils ont voulu donner « un caractère simple et populaire aux fêtes de l’anniversaire de l’indépendance ». À la même occasion, l’espoir fut exprimé qu’un jour la population du Sénégal (re)joindrait celle de la République du Mali9.

3Comment les responsables politiques de l’époque procédèrent-ils alors pour programmer, organiser et célébrer les fêtes de l’indépendance dans un contexte où la Fédération puis les deux républiques du Sénégal et du Mali acquièrent leurs indépendances dans un laps de temps de quelques mois seulement ? Comment la population locale et les invités internationaux ont-ils participé à ces fêtes ? Quelle était la portée symbolique de ces fêtes ? Et comment hommes politiques et population relevèrent-ils le défi de construire une mémoire nationale face à ces méandres de fêtes programmées, célébrées et supprimées sur le chemin de l’indépendance ? Notre hypothèse est que si les fêtes de l’indépendance sont généralement mises en scène pour célébrer les nouveaux « États-nations », une analyse plus fine peut permettre de relever d’autres récits historiques moins visibles. Une fête de l’indépendance peut être considérée comme une des premières étapes de la construction d’une mémoire nationale qui, ensuite, sera inculquée à la population par une commémoration récurrente à l’occasion de la fête nationale annuelle. En 2010, le Sénégal a célébré son cinquantenaire comme unique fête nationale. En 1960, comme nous allons le voir, la situation était beaucoup plus complexe et l’évolution future n’était pas encore clairement déterminée.

  • 10 Et non en République du Mali, ancien Soudan français qui constitue un autre champ d’observation.

4Cet article est consacré aux fêtes de l’indépendance célébrées au Sénégal autour des proclamations de la Fédération du Mali d’abord, et de la République du Sénégal ensuite10. Il est question ici, dans le sens de Clifford Geertz (1983), d’une « description dense » des cérémonies pour mieux discerner leur portée symbolique, mais aussi leurs significations ambivalentes qui renvoyaient à un avenir ouvert, dépassant en partie le projet de l’État-nation. L’analyse suit trois thèmes : elle commence par un « tour des fêtes de l’indépendance » qui situe le contexte des célébrations prévues pour la Fédération du Mali, voire sénégalaises. La question des similitudes et des différences entre les fêtes de l’indépendance en 1960 est abordée en faisant d’abord l’hypothèse que l’idée de l’État-nation gagne du terrain au cours de l’été 1960 sous l’effet de la multiplication des fêtes nationales. Dans un deuxième temps, les fêtes célébrées, programmées et supprimées de la Fédération du Mali sont examinées. Enfin, l’article analyse l’éclatement de la Fédération du Mali et la fête (de l’anniversaire) de l’indépendance du Sénégal, le 4 avril 1961.

5La recherche est basée sur la presse ouest-africaine, précisément du quotidien sénégalais Paris-Dakar (devenu Dakar-Matin en 1961), de l’hebdomadaire Afrique nouvelle et du quotidien soudanais L’Essor. Par ailleurs, des extraits de films de la télévision française, disponibles à l’Institut national de l’audiovisuel (INA) ont été utilisés. Ces données sont complétées par des documents d’archives, consultés aux Archives nationales du Sénégal, à savoir des discours, rapports, procès-verbaux et lettres officielles ou privées envoyées au gouvernement à l’occasion des indépendances. Cependant, une remarque nous semble opportune par rapport à ces données. En fait, elles reflètent toutes une perspective proche du pouvoir. Paris-Dakar/Dakar-Matin était un quotidien subventionné par l’État sénégalais. Afrique nouvelle était un hebdomadaire catholique et plutôt conservateur. La critique était permise, mais encadrée. L’Essor était l’organe de presse de l’Union soudanaise/Rassemblement démocratique africain (RDA) et ainsi aussi du gouvernement du Soudan. Concernant les documents d’archive, ils ressortent de la documentation administrative du gouvernement. Toutefois, une lecture attentive et surtout la confrontation des différentes sources permettent de mettre en évidence des points critiques et des ruptures dans la construction d’une narration qui était, par ailleurs, enthousiaste et consensuelle. Si les fêtes nationales entrent dans le sens du « pouvoir sur scène » où tout doit se soumettre à l’assise théâtrale et tout est mis en scène (Balandier, 2006 : 19-20), nous allons démontrer aussi que les célébrations d’indépendance sont loin de toujours suivre un scénario préétabli.

Le tour des fêtes : du Ghana à la Mauritanie

  • 11 « L’indépendance de Ghana : M. le Haut-Commissaire Cusin est parti pour assister aux cérémonies d’ (...)
  • 12 Sur l’attitude de F. Mitterrand voir la préface de ce volume par Catherine Coquery-Vidrovitch.
  • 13 Ibid. et « Représentant Elizabeth II, Reine de Ghana, la duchesse de Kent préside les fêtes de l’i (...)
  • 14 « Venant d’Accra M. Balafrej, ministre marocain des affaires étrangères passe la journée à Dakar » (...)

6Andrew Apter (2008 : 8) remarque que pour Nkrumah, comme pour d’autres, l’indépendance du Ghana symbolisait « le début de la fin du colonialisme ». Apter (2010 : 21) parle d’une « rupture historique » qui donnait à l’Afrique, au moins pour un moment, un rôle actif sur la scène internationale. La fête de l’indépendance du Ghana était une célébration en grande pompe, très coûteuse, bien médiatisée, avec un nombre élevé des délégations internationales et environ 250 journalistes venus du monde entier11. La duchesse de Kent était présente, tout comme le vice-président américain Richard Nixon. Une délégation afro-américaine incluait Martin Luther King et, à la tête de la délégation française, se trouvait François Mitterrand, ministre d’État, garde des Sceaux, en dépit de ses réserves12. S’y ajoutent des représentants africains, tel que le président tunisien Habib Bourguiba, le premier ministre du Togo, Nicolas Grunitzky et le roi du Buganda. Le Haut-commissaire Gaston Cusin était à la tête de la délégation de l’Afrique-Occidentale française (AOF) composée entièrement de Français13. Les responsables politiques et économiques à Dakar se réjouirent de la visite éclair de plusieurs délégations qui firent escale dans la capitale aofienne au retour d’Accra14.

  • 15 « Télégrammes : Sénégal. Dahomey », Afrique nouvelle, no 552, 7 mars 1958, p. 3.
  • 16 « Points de vue sur les fêtes de l’indépendance du Ghana », Afrique nouvelle, no 553, 14 mars 1958 (...)
  • 17 Ibid.

7Une année plus tard, comme pour souligner le poids politique et symbolique de l’accès à l’indépendance, le gouvernement ghanéen invite à célébrer le premier anniversaire de la fête nationale. Cette année-là, un nombre important d’hommes politiques africains des pays de l’Union française participèrent à la fête, entre autres, le vice-président du conseil de gouvernement du Dahomey, Sourou Migan Apithy, le ministre sénégalais de l’éducation et de la culture et secrétaire général du Parti de la convention africaine (PCA), Amadou Moctar Mbow15. À son retour, Mbow remarquait que le jeune État du Ghana avait « surgi du mouvement général de libération des peuples d’Afrique noire », ce qui attestait la capacité des peuples africains à se gouverner eux-mêmes. Et il concluait : « Nous avons plus que jamais la conviction que la liberté, que fête avec un si grand enthousiasme le peuple du Ghana, gagnera l’ensemble du continent africain16. » Le secrétaire général du PCA affirmait aussi sa conviction que les Africains seraient « capables de se gouverner eux-mêmes » : « J’ai été enthousiasmé par les fêtes auxquelles j’ai assisté et heureux de lire dans les regards ghanéens la fierté que donne le sentiment de l’indépendance. La réussite de l’expérience du Ghana doit avoir une influence déterminante sur l’avenir des territoires voisins17. »

  • 18 « Communauté franco-africaine ou indépendance ? », Paris-Dakar, no 6737, 14 mars 1958, p. 4.
  • 19 « Au cours d’une conférence de presse à Dakar : “Indépendance et communauté ne sont pas inconcilia (...)
  • 20 « [Date of independence]: Letter from Sir J. Robertson to Mr. Lennox-Boyd, 27 August 1958 », in M. (...)
  • 21 Voir l’article de Babacar Fall dans ce volume, partie II.

8Quelques jours après, le quotidien du Sénégal titre : « Communauté franco-africaine ou indépendance18 ? » alors que Mamadou Dia, vice-président du Conseil de gouvernement du Sénégal, estimait qu’« indépendance et Communauté ne sont pas inconciliables19 ». Le processus de la décolonisation est complexe et les hommes politiques de l’époque ne partageaient pas toujours les mêmes visions pour l’avenir. Toutefois, l’indépendance du Ghana marquait une rupture importante. Le Nigéria commençait les pourparlers pour la date de l’indépendance dès juin 195720. Le Togo britannique votait en 1956 par referendum l’unification avec la Gold Coast et accédait ainsi à l’indépendance. Ceci mit la France sous pression. Elle devait trouver un nouveau statut pour le Togo français. Brian Digre (2004 : 194) démontre combien on craignait le début d’un « démembrement de l’Afrique française ». Dans l’Union française, une première réaction fut l’introduction de la Loi Cadre en 1956 offrant un statut de semi-autonomie des services territoriaux, tout en affaiblissant les institutions fédérales de l’AOF et de l’AEF21. Mais dès le début, la loi était critiquée par l’élite africaine. Senghor la dénonçait comme la principale cause d’une « balkanisation » de l’Afrique (Roche, 2001 : 170-174 ; Chafer, 2002 : 165-167).

  • 22 « Avec les autres, nous bâtirons la Communauté, déclare le général de Gaulle », Afrique nouvelle, (...)
  • 23 Voir l’article de Babacar Fall dans ce volume, partie II.
  • 24 Ibid.

9En 1958, Charles de Gaulle, nouveau chef du gouvernement, lance l’idée de créer la Communauté française. Le 28 septembre, un referendum est organisé : il faut décider entre « oui » ou « non » à la Cinquième République et à la Communauté. Le « oui » donnait une autonomie interne, mais dans le cadre de la Communauté. Le Président de la République française conservait, dans ce cas, les portefeuilles-clés de la défense, de la politique étrangère, de la monnaie et de la politique économique. Le « non » au référendum impliquait la sécession : le territoire « suivra sa route isolément », comme l’annonçait de Gaulle, « la Métropole et les autres territoires africains en tireront toutes les conséquences22 ». Lors de son voyage en Afrique en août 1958, de Gaulle fait campagne pour le « oui ». L’accueil était enthousiaste presque partout, mais à Conakry Sékou Touré déclare qu’« il n’y a pas de dignité sans liberté » et à Dakar une foule de jeunes et les syndicats23 réclament l’« Indépendance immédiate » et une « Confédération multinationale avec la France24 ». Seule la Guinée devait confirmer ce choix en votant « non » à la Communauté franco-africaine. Cependant, la nouvelle constitution permettait le transfert des compétences aux États membres sur la base d’accords particuliers (Roche, 2001 : 204). De fait, les gouvernements africains entamaient bientôt les négociations et, en 1960, quatorze anciens territoires français accédaient à l’indépendance.

  • 25 « Le Cameroun est indépendant », Paris-Dakar, no 7276, 1er janvier 1960, p. 1.
  • 26 Entre autres, « La préparation à Lomé des fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7371, 25 avri (...)
  • 27 « Jour de liesse à Madagascar qui proclamait son Indépendance », Paris-Dakar, no 7422, 17 juin 196 (...)

10Pour ceux qui devaient participer à toutes les fêtes de l’indépendance de 1960, l’année fut chargée. Le « marathon des fêtes » (Lentz, 2011 : 5) se reflète dans les coupures de la presse sénégalaise. Il commence dès le 1er janvier 1960 avec la nouvelle à la une « Le Cameroun est indépendant25 », suivi par une couverture dense des préparations et célébrations de l’indépendance du Togo le 27 avril26. Évidemment, l’événement majeur sous la plume des journalistes sénégalais est l’indépendance de la Fédération du Mali le 20 juin. Pendant plusieurs jours, voire semaines, on rapporte les préparatifs de la fête dans la capitale et aussi dans les moyennes et petites villes du Sénégal et du Soudan. Le 26 juin, c’est au tour de Madagascar de célébrer sa fête officielle le 30 juillet27. Du 1er au 17 août, huit États dont les membres de l’Entente (Dahomey, Niger, Haute-Volta et Côte d’Ivoire) et ceux de l’Union des Républiques d’Afrique centrale (groupant la République Centrafrique, le Congo, le Tchad et le Gabon) suivent. Ce n’est que quelques jours après que le Sénégal annonce l’échec de la Fédération du Mali et sa propre indépendance. Par conséquent, le Mali proclame aussi son indépendance le 22 septembre. S’y ajoutent d’autres pays non francophones, tel que la Somalie, le Congo et le Nigeria. C’est la Mauritanie qui clôture l’année des indépendances avec l’accès à la souveraineté internationale le 28 novembre 1960.

11D’après Richard Rathbone (2010 : 57), les fêtes de l’indépendance s’apparentent à « Tolstoi’s happy families ». Elles se ressemblent l’une l’autre ; des « occasions joyeuses », marquées par des défilés militaires, un feu d’artifice et un recueillement ému à minuit au moment du lever du nouveau drapeau, des fêtes imprégnées de promesses solennelles d’une amitié éternelle entre ceux qui auparavant furent des adversaires politiques. Hélène d’Almeida-Topor (1999 : 255) explique que ces cérémonies, « derrière leur apparente diversité », suivirent, dans les capitales ouest-africaines francophones, un plan chronologique et spatiale similaire : à la vieille de l’indépendance, le palais du Haut-Commissaire est cédé aux nouvelles autorités, les drapeaux français sont enlevés des bâtiments officiels, un message du général de Gaulle est déclamé et plusieurs réceptions sont offertes par le chef du nouvel État. À minuit, 101 coups de canon, le lever du drapeau et le son de l’hymne national annoncent le premier jour de l’indépendance. Ces célébrations, poursuit d’Almeida-Topor (1999 : 258-260), étaient des « vitrines de la cohésion nationale » et des occasions « d’affirmer l’unité du pays ». Elles étaient applaudies par le « peuple enthousiaste » et corroboraient le projet de « l’État-nation ».

  • 28 Voir les contributions de la partie III de cet ouvrage.
  • 29 « Cameroun : l’indépendance a été proclamée mais le sang continue à couler », Afrique nouvelle, no(...)

12Pourtant, quand on y regarde de plus près, force est de constater que ces fêtes ne furent pas toujours aussi insouciantes28. Au Cameroun, la presse annonce cent morts pendant les fêtes, des rues pour la plupart désertées au moment des 101 coups de canon à minuit, une cérémonie transmise par la radio avec « des auditeurs attentifs peut-être… mais invisibles »29, alors que la rébellion de l’UPC (Union des populations du Cameroun) était réprimée par la force depuis 1955 (Eckert, 2000 ; Michel, 1999). Au Congo, la fête fut enthousiaste, mais la crise s’annonçait bien avant le jour de l’indépendance le 30 juin 1960 et fut évidente avant la mi-juillet avec l’arrivée des milliers de soldats belges et la déclaration de la sécession du Katanga (Gondola, 2002 : 97-127). En fait, Rathbone (2010 : 57) nous rappelle que les fêtes de l’indépendance peuvent avoir un côté conflictuel. Elles peuvent être des « familles joyeuses » mais malheureuses. Bien que ces moments « malheureux » soient difficiles à commémorer, il existe d’autres récits historiques au-delà de celui de la nation triomphante. Rathbone (2010 : 59-61) s’interroge sur l’indépendance du Ghana : on connaît l’image et la voix de Kwame Nkrumah qui s’exclame à zéro heure le 6 mars 1957 « Ghana, your beloved country, is free forever » mais les tensions politiques étaient déjà bien présentes. Ceux qui se voyaient comme les perdants de l’indépendance et qui furent, plus tard, à l’origine du coup d’état de 1966 menaçaient déjà la bonne ambiance des célébrations. Cependant il convient de ne pas surinterpréter certains épisodes. Par exemple pour la Fédération du Mali, si le défilé militaire pour l’indépendance de la Fédération le 20 juin 1960 n’eut pas lieu, ce n’est pas parce que la Fédération du Mali n’était pas un « État-nation », comme le suggère H. d’Almeida-Topor (1999 : 259) mais parce que le défilé était prévu pour une fête officielle qui n’eut jamais lieu qui à cause de l’éclatement de la Fédération et de l’échec du rêve unitaire.

  • 30 « M. S. Olympio a proclamé l’indépendance du Togo », Afrique nouvelle, no 665, 4 mai 1960, p. 2.
  • 31 « De Gaulle accueilli à Washington par 250 000 Américain enthousiastes », Paris-Dakar, no 7371, 25 (...)
  • 32 Voir aussi INA : « Le voyage du Général de Gaulle et les dramatiques événements d’Algérie », Les A (...)
  • 33 Voir par exemple, « Le ‘triomphe londonien’ du général de Gaulle », Paris-Dakar, no 7359, 9 avril (...)

13Les fêtes de l’indépendance sont des moments d’espoir mais impliquent aussi une forme d’échec pour ceux qui n’accèdent pas au pouvoir ; elles sont des jours de grande pompe et de splendeur, mais relatent aussi d’autres histoires moins visibles. Ceux qui participaient aux fêtes en Afrique pouvaient être les témoins de spectacles grandioses mais ni le chef d’État français, ni les chefs d’État des pays africains n’étaient partout et tous présents. De Gaulle ne s’est déplacé à aucune fête. Il s’est fait représenter mais, en général, ce ne fut jamais à très haut niveau ministériel : les ministres se déplacent sont ceux techniquement en charge des territoires de la Communauté française. Le voyage, dit Martin Shipway (2010 : 100), n’aurait pas servi au chef de l’État français qui avait effectué à peine deux années auparavant sa tournée africaine pour promouvoir la Communauté comme cadre politique de l’avenir. Au Togo, on se réconfortait encore en avançant que de Gaulle avait eu « des “impératifs internationaux” qui avaient contraint le général à ne pas venir à Lomé30 ». De fait, à la veille de l’indépendance du Togo, un quotidien sénégalais notait : « De Gaulle accueilli à Washington par 250 000 Américains enthousiastes31. » Aux fêtes suivantes, on ne fait plus mention de l’absence du général. De Gaulle était pris par d’autres tâches politiques en 1960. Il se rend deux fois en Algérie, reçoit Khrouchtchev à Paris, se rend à Londres et parcourt le Canada et les États-Unis. S’y ajoutent plusieurs tournées en France et un voyage à la Guyane et aux Antilles. En Algérie, le deuxième voyage fut extrêmement contesté (Bernstein, 1993 : 47)32. Mais partout ailleurs, de Gaulle recevait un accueil enthousiaste33. Alors qu’on fêtait les indépendances en Afrique subsaharienne, de Gaulle suivait une autre stratégie en parcourant la scène internationale et en s’exclamant à San Francisco, à la Nouvelle Orléans, à Londres ou bien en France, « Vive la France, vive la République, vive… » (Béliard, 1996).

  • 34 « Cameroun : L’Indépendance a été proclamée mais le sang continue à couler », Afrique nouvelle, no(...)
  • 35 Max Jalade, « Après les fêtes de Lomé. Quelques échos pour une indépendance », Paris-Dakar, no 738 (...)
  • 36 ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, (...)
  • 37 « De retour de Cotonou, M. Ousmane Ba, ministre de la Fonction publique du Mali, nous parle des fê (...)
  • 38 Ibid.

14En revanche, en ce qui concerne les chefs d’État africains, on constate que les présidents des États de l’Entente faisaient l’honneur de leur présence à leurs alliés. Ceci est pareil pour les chefs d’État de l’Afrique centrale. Pour la fête de l’indépendance du Cameroun, on indique que la délégation malienne comprenait Modibo Keïta et Léopold Sédar Senghor34. Mamadou Dia s’est rendu à la fête de l’indépendance du Togo. On dit qu’il était ému de la « ferveur de la foule togolaise » et qu’il en profita pour avoir quelques entretiens politiques35. Il semblait impressionné par le monument de l’indépendance érigé à Lomé et proposait d’en inaugurer un lors de la fête officielle de l’indépendance de la Fédération du Mali36. En ce qui concerne les autres fêtes, on ne parle que peu des délégations maliennes. Ousmane Bâ, ministre de la fonction publique, était l’envoyé au Dahomey. Il se réjouit de l’accueil « courtois », voire cordial, et apprécia le fait qu’on avait accroché le drapeau de la Fédération du Mali sur la villa mise à sa disposition. Il profita aussi de l’occasion pour prendre des contacts avec des autorités africaines et lancer à la radio nationale du Dahomey un appel pour « l’unité des États africains37 » ; sans doute une manière implicite de regretter d’avoir vu S. M. Apithy et H. Maga opter pour le Conseil de l’Entente plutôt que pour une plus vaste fédération post-AOF. Au Niger et en Haute-Volta, la Fédération du Mali n’était pas représentée. Les dirigeants estimaient inopportun de « saluer des États dont les prisons sont bourrées de dirigeants et militants du PFA [Parti de la Fédération africaine]38 ».

La fête de l’indépendance de la Fédération du Mali : le rendez-vous qui n’a pas eu lieu

  • 39 ANS : FM 00112, « Un an du Mali », Paris-Dakar, numéro spécial, 16 janvier 1960, p. 1.
  • 40 ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, (...)
  • 41 ANS : FM 00513, Rapport en commission plénière pour l’organisation des fêtes de l’indépendance du (...)
  • 42 « Le premier Festival Mondial des Arts Nègres se tiendra à Dakar à l’occasion des fêtes du 17 janv (...)

15Pendant que Madagascar, les États de l’Entente et d’Afrique centrale célébraient leurs fêtes d’indépendance dès la fin juillet à un rythme presque journalier, une commission gouvernementale de la Fédération du Mali était en train d’élaborer le dossier préparatoire pour la fête officielle de la Fédération. Cette fête n’eut pourtant jamais lieu et resta à l’état de projet. Indépendante depuis le 20 juin, la Fédération du Mali avait fixé la date de la fête officielle au 17 janvier 1961, jour auquel la constitution avait été adoptée par l’assemblée fédérale deux années auparavant39. Les dirigeants de la Fédération du Mali souhaitaient une grande fête. Le comité d’organisation proposait d’inviter tous les pays membres de l’ONU ainsi que les pays qui n’y étaient pas représentés, tels que les deux Républiques allemandes et la République populaire de Chine40. On demandait que les lettres d’invitation « soient faites de façon solennelle » sur « papier de qualité » et avec « une calligraphie de luxe41 ». La fête devait durer trois jours, dont deux à Dakar et un à Bamako. Parallèlement, les autorités envisageaient l’organisation d’un premier « Festival des arts nègres », « symbole du renouveau nécessaire des civilisations nègres42 ».

  • 43 ANS : FM 00513, Rapport en commission plénière pour l’organisation des fêtes de l’indépendance du (...)

16En prélude à la fête de l’indépendance était prévue une retraite aux flambeaux, la veille du 16 janvier. Lors de la matinée du 16, l’inauguration de la Place de l’Indépendance (auparavant Place Colbert et Place Protêt) à Dakar était prévue, suivie d’une séance solennelle à l’Assemblée fédérale, la présentation des délégations étrangères et un déjeuner officiel offert par le Président de la Fédération. Le 17 janvier – jour véritable de la fête – devait s’ouvrir par l’hymne de la Fédération et 21 coups de canon annonçant le jour de la fête nationale, suivis par le défilé militaire et la prise d’armes au centre-ville de Dakar. Ensuite, la commission proposait l’inauguration d’un Monument de l’indépendance (sur une idée de Mamadou Dia). L’après-midi des 16 et 17 janvier était réservé à différentes réceptions officielles ou populaires : offices religieux, manifestations folkloriques et sportives, finale de la coupe théâtrale du Festival des arts nègres, ainsi que réjouissances populaires et bals publics en divers lieux. La soirée du 17 janvier devait être couronnée par un feu d’artifice. La réalisation du programme du 18 janvier était confiée à une sous-commission à Bamako43.

  • 44 Ibid., p. 12 et ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Daka (...)
  • 45 ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, (...)
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid., p. 5-6 et ANS : FM 00513, Tâches, à court et moyen terme, des diverses sous-commissions de (...)

17Il ne restait que quelques questions en suspens : qui devait procéder l’inauguration de la place de l’Indépendance ? Qui pourrait servir en tant qu’interprète pour les délégations étrangères ? Et surtout, comment organiser le trajet Dakar-Bamako44 ? Vu que les fêtes à Dakar devaient se terminer tard dans la nuit du 17 au 18 janvier, les rapports remarquent qu’un « véritable pont aérien serait nécessaire dans la nuit45 ». En fait, la commission d’organisation de Dakar suggérait que « la matinée du 18 soit réservée à l’acheminement des personnalités et que les manifestations soudanaises ne commencent que l’après-midi46 ». Il est évident que cela n’aurait pas laissé beaucoup de temps pour la fête officielle à Bamako. La réponse des Soudanais n’est pas encore connue. Les autres questions ouvertes concernaient le budget. La commission d’organisation demandait une caisse d’avance de 10 millions Francs CFA. Le ministère des Travaux publics sollicitait une somme de 15 millions pour la réfection de l’aéroport de Dakar. Et le ministère de l’Éducation et de la santé proposait un budget de 40 millions pour le projet du Festival des arts nègres. Les allocations n’étaient pas encore attribuées47.

  • 48 ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, (...)
  • 49 Ibid., p. 2-3.

18En outre, on n’avait pas encore pris de décision concernant un éventuel monument de l’indépendance. Deux suggestions circulaient. L’une, proposée par Dia, voulait un monument symbolique, édifié par les jeunes, ce qui aurait souligné la participation des jeunes à la construction nationale. L’autre désirait une « œuvre sculpturale à mettre au concours dont le motif s’inspirait de l’idéogramme du Drapeau du Mali », un projet qui aurait mis en avant la symbolique de la Fédération48. Un problème se posait aussi par rapport au défilé officiel des anciens combattants. Personne ne doutait du rôle-clé dans le défilé de ceux qui avaient fait la guerre pour la métropole en Afrique. Mais les anciens combattants étaient organisés en associations dont chacune avait un drapeau – et ceux-ci étaient des drapeaux français avec des inscriptions. La commission d’organisation était consciente de l’importance des drapeaux, « symboles propres » des différentes associations. Cependant, elle jugeait inopportun de magnifier des drapeaux français lors de la fête de l’indépendance ; en même temps elle considérait comme impossible de transposer les inscriptions sur des drapeaux maliens pour des raisons historiques et pratiques (une procédure « longue et dispendieuse »)49.

  • 50 ANS : FM 00513, Le chargé de mission pour les arts et lettres, responsable de la sous-commission d (...)
  • 51 « Dakar a fêté en Louis Armstrong l’un des fils authentiques du folklore d’Afrique noire », Paris- (...)

19Le dernier rapport sur les « fêtes de l’indépendance » fut transmis au secrétaire général adjoint du gouvernement du Mali le 18 août 196050 mais dans la nuit qui suivit, du 19 au 20 août, la Fédération n’existait plus. Le Soudan et le Sénégal se séparaient. Le 17 janvier 1961 passa donc inaperçu. Aucun journal local n’y fait allusion. Le Festival des arts nègres fut reporté. Il a eu lieu à Dakar du 1er au 24 avril 1966 pour la première fois, à l’occasion de la fête de l’anniversaire de l’indépendance du Sénégal. La seule trace qui pourrait témoigner de l’organisation de l’événement prévu pour janvier 1961 fut peut-être la venue de Louis Armstrong qui avait été invité au Festival. Il fut accueilli à Dakar à partir du 10 janvier 1961 comme « l’un des fils authentiques du folklore d’Afrique noire51 ».

La seule fête fédérale malienne : le 20 juin 1960

  • 52 Bergo, « L’arbre de la liberté », Paris-Dakar, no 7413, 15 juin 1960, p. 1.
  • 53 « Les autorités du Mali ont inclus dans le programme des cérémonies du 20 juin la plantation sur t (...)
  • 54 Ibid.

20Pourtant, tout avait commencé avec plein d’espoir. Le jour de l’indépendance conjointe des territoires du Sénégal et du Soudan, le 20 juin 1960, « l’arbre de l’indépendance » symbolisait cette espérance. Il s’inspire de « l’arbre de la liberté » planté par les révolutionnaires français de 1789 et 1848 comme symbole de l’espoir (Fechner, 1987). Lors de l’indépendance du Mali, la plantation est incluse dans le programme officiel des nombreuses villes sénégalaises et soudanaises, et tout citoyen est appelé de mettre en terre un plant, un noyau ou une graine de baobab, manguier, anacardier, rônier ou cocotier. Les commentateurs parlent de la valeur de l’arbre comme « source de richesse et de vie52 » et soulignent l’intérêt de la protection de la nature mise en avant par les responsables de la Fédération53. On explique que « l’indépendance nouvellement acquise est pareille à un jeune arbre lequel a besoin de soins toujours attentifs ; au début pour pouvoir s’implanter solidement dans le sol, puis grandir, prospérer, fructifier54 ». Ainsi, Senghor fait appel aux Sénégalais et Sénégalaises :

  • 55 « La plantation de l’arbre de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7416, 18 juin 1960, p. 8.

« Pour fêter dignement l’indépendance du Mali, pour montrer au monde notre courage et foi, pour préparer à nos fils des jours meilleurs, pour faire revivre notre terre du Sénégal, le 20 juin, nous planterons tous l’arbre de l’indépendance. Ensuite nous l’arroserons, nous le soignerons, le protégerons, pour qu’il grandisse avec notre indépendance et notre liberté55. »

  • 56 Jourdain, « L’arbre de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7414, 16 juin 1960, p. 3 et ANS : FM 00453 (...)
  • 57 « Le 20 juin : Plantation par chaque sénégalais de l’arbre de l’Indépendance », Paris-Dakar, no 74 (...)
  • 58 « Dans l’enthousiasme populaire le Mali est devenu indépendante », Afrique nouvelle, no 672, 22 ju (...)

21Planter un arbre était compris comme une « simple geste », mais au même moment, un acte concret symbolisant la « foi dans l’avenir56 ». Paris-Dakar annonce que « chaque Sénégalais plantera de ses mains l’arbre de l’indépendance, sur lequel il veillera ensuite, comme sur le symbole du développement du pays » et qui sera « dans quelques années la marque de l’effort et du sacrifice d’une génération57 ». Afrique nouvelle remarque qu’un peu partout dans les quartiers de Dakar, de la Médina au Point E, des femmes s’étaient regroupées pour planter en un endroit « “l’arbre de l’indépendance”, message du présent aux générations à venir58 ».

  • 59 ANS : Vice-présidence (VP) 00186, Lettre de Mody Diagne, chef de cabinet, à M. Omar Willane, Paris (...)
  • 60 ANS : FM 00508, Proclamation de l’indépendance, programme des manifestations des 19 et 20 juin 196 (...)
  • 61 « Le Sud Vietnam sera représenté aux fêtes de l’indépendance du Mali », Paris-Dakar, no 7415, 17 j (...)

22Le jour de l’indépendance, on n’avait voulu faire qu’une « simple proclamation solennelle59 ». Le programme était restreint : après un déjeuner offert par la délégation française, composée de Louis Jacquinot, Jean Foyer et Jacques Foccart, les accords de transfert de compétences ratifiés sont échangés et le palais de l’ex-Haut-commissariat général remis à la Fédération. Dans la nuit du 19 juin, à 23 heures, une séance nocturne de l’Assemblée fédérale vote l’indépendance. Heure zéro : proclamation de l’indépendance, 101 coups de canon, hymne national du Mali, lecture du message du général de Gaulle et déclaration du Président du gouvernement fédérale, Modibo Keïta. Dans la matinée du 20 juin, on poursuit avec l’envoi des couleurs du Mali, la remise des lettres de créance aux nouveaux ambassadeurs, des cérémonies religieuses, des réceptions et un feu d’artifice60. À part la présence de quelques ambassadeurs dans l’après-midi du 20 juin et un petit nombre d’envoyés spéciaux de différents pays, il n’y avait pas de délégations internationales, même si une longue liste de pays envoyait des messages de félicitation61.

  • 62 « La fête de l’indépendance à Saint-Louis – à Thiès – à Kaolack », Paris-Dakar, no 7420, 24 juin 1 (...)
  • 63 Ibid.
  • 64 « La fête de l’indépendance à Ouelessebougou », L’Essor, no 3418, 28 juin 1960, p. 1.
  • 65 « La télédiffusion de la proclamation de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7415, 17 juin 1960, p.  (...)
  • 66 « La fête de l’indépendance à Saint-Louis – à Thiès – à Kaolack », Paris-Dakar, no 7420, 24 juin 1 (...)
  • 67 Ibid.
  • 68 « Bamako a fêté dans l’enthousiasme le jour de l’Indépendance », Paris-Dakar, no 7418, 22 juin 196 (...)

23Selon les commentateurs, l’ambiance était enthousiaste parmi la population. Des nombreuses réjouissances populaires étaient programmées : des matchs de handball et de football, des courses cyclistes, des régates, des danses folkloriques, des grands tam-tams, des spectacles artistiques, des défilés, des concours de beauté et des élections de « Miss Indépendance » (comme à Saint-Louis, Linguère et Jaol) ainsi que des distributions de rafraîchissements et un repas populaire (à Oussouye et Bignona en Casamance)62. À Khombole (dans la région de Thiès) des cavaliers vêtus à la manière rappelant Lat Dior Ngoné Latyr, Alboury Ndiaye et Samba Laobé Fall – anciens souverains du Cayor et du Djolof – présentaient un spectacle à cheval63, et à Ouelessebougou (sud-ouest du Soudan) les griots chantaient la gloire de Soundiata Keïta, fondateur de l’empire du Mali à l’époque médiévale64. Partout sur le territoire sénégalais et soudanais, un réseau de transmission radiophonique était installé avec des haut-parleurs et des séances d’écoute collectives65. La foule était exubérante. À Thiès, disent les journalistes, « toute la population » était dehors dans la nuit du 19 au 20 juin et débordait des trottoirs66. À Kaolack, le service d’ordre pouvait à peine former les barrages « qui furent souvent défoncés par une foule en liesse67 ». Et dans la capitale du Soudan, à Bamako, dès neuf heures du premier jour de l’indépendance, « les artères centrales étaient envahies par les Bamakois » et une « foule compacte, étreinte par une émotion contenue » suivait le lever des couleurs maliennes au centre-ville68.

  • 69 « Dans l’enthousiasme populaire le Mali est devenu indépendant », Afrique nouvelle, no 672, 22 jui (...)
  • 70 « Le film des 19 et 20 juin », Paris-Dakar, no 7417, 21 juin 1960, p. 6 ; Bergo, « L’indépendance (...)
  • 71 « Dans l’enthousiasme populaire le Mali est devenu indépendant », Afrique nouvelle, no 672, 22 jui (...)
  • 72 Ibid.

24À Dakar, après le premier des 101 coups de canon, « c’est du délire69 ». Le lendemain, dès l’aube, les Dakarois viennent de tous les quartiers vers le « Palais de la Fédération » (palais de l’ancien Haut-commissaire et aujourd’hui palais de la République) où « il sera bientôt impossible de trouver une place ou de se frayer un passage », écrit Paris-Dakar, qui estime le nombre de personnes présentes à 20 000 ou 30 00070. Au moment de l’envoi des couleurs maliennes, c’est une « véritable marée humaine […] chantant, criant, se laissant bercer au rythme de nombreux tam-tams71 ». Le soir, la fête continue jusque tard dans la nuit. « La joie tourna au délire » écrit Afrique nouvelle. Les gens, partout dans les rues et sur les places « illuminées de lampions aux couleurs du Mali », dansaient sur le rythme de « l’âpre frénésie des tam-tams, balafons, koras, etc. » et des orchestres qui jouaient « de lancinantes musiques afro-brésiliennes pour la plus grande joie d’un public des plus disparates et des plus bigarrés72 ».

  • 73 ANS : VP 00186, Télégramme-arrivée de Bandiagara à Mamadou Dia, Dakar, 16 juin 1960.
  • 74 ANS : VP 00186, Cercle Dagana à Président du Conseil République du Sénégal, Dakar, 20 juin 1960.
  • 75 ANS : VP 00186, Madame Mama Sow, propriétaire, à Monsieur le Président de la République du Sénégal (...)
  • 76 ANS : VP 00186, Tall Cheikh Tidiane, marabout, à Mamadou Dia, Président du Conseil du Gouvernement (...)
  • 77 ANS : VP 00186, Mody Diakhaté, Sierra Léone, à Monsieur le Président Mamadou Dia, Yomandougou, 26 (...)

25Les innombrables lettres et télégrammes de félicitation envoyés aux responsables maliens à la suite de l’indépendance témoignent cette euphorie. Les courriers proviennent de Sénégalais et de non-Sénégalais, résidant sur le territoire sénégalais ou ailleurs. Ils comprennent des notes officielles, des lettres des représentants des régions, des messages d’associations et de sociétés et des lettres privées écrites par des représentants d’entreprises, des commerçants, des administrateurs, des enseignants, des marabouts, des particuliers ou des militants, anciens compagnons de lutte. Une grande partie des lettres et télégrammes se limite à des félicitations générales, même si elles reflètent le soutien comme cette note de l’Union soudanaise de Bandiagara : « Population Bandiagara vous adressent félicitations et remerciements pour indépendance Mali et affirment volonté inébranlable édifier avec vous nation malienne quels que soient sacrifices à consentir73. » D’autres missives ajoutent des vœux, encouragements et remerciements : « En ces heures historiques populations enthousiastes au cercle Dagana me charge vous exprimer sa profonde reconnaissance pour œuvre accompli », écrit un représentant de la ville de Dagana74. Une dame de Saint-Louis s’exprime : « Nous avons confiance en vous, et nous vous confions notre pays qui est encore jeune, et qui par vos entreprises s’épanouira à jamais dans le monde75. » Certains messages laissent transparaître un intérêt personnel, tel qu’un marabout qui offre au chef du gouvernement ses services ou un homme qui profite de l’occasion pour demander un prêt d’argent76. Mais beaucoup de lettres sont des témoignages individuels qui montrent la signification du 20 juin ; ainsi, pour un ressortissant malien, installé en Sierra Léone : « Lundi le 20 juin 1960 reste pour les Maliens et Maliennes un grand souvenir inoubliable77. » Et un ancien membre du parti au pouvoir décrit :

  • 78 ANS : VP 00186, Abdoulaye N’Gom, propriétaire du bar-restaurant le Gallard à Dagoudane-Pikine (ban (...)

« Le 20 juin 1960 a été le couronnement de mes luttes, de nos efforts, de notre engagement. […] Après dix années de lutte et d’espoir, j’ai vu que mon abnégation n’a pas été vaine. C’est ma seule récompense. Pour la construction nationale, soyez toujours certain de mon dévouement en toutes circonstances. Gloire au Mali ! Paix au peuple malien78. »

  • 79 INA : Michel Mitrani et Georges Penchenier, « Édition spécial : crise au Mali », Cinq Colonnes à l (...)

26Il est difficile de savoir aujourd’hui ce que la population pensait de la Fédération du Mali lors de l’indépendance. Un reportage de 1960 consacré à la fédération du Mali et réalisé par la télévision française propose quelques réponses des gens de la rue à la question « qu’est-ce qu’est le Mali ? ». Ces réponses vont de « c’est une fédération du Soudan et du Sénégal » jusqu’à « le Mali, c’est de RDA [Rassemblement démocratique africain] », « c’est un parti politique formé par des leaders africains » et « c’est un parti qui a été formé pour libérer l’Afrique79 ». Il est évident que nombre de messages envoyés au gouvernement fédéral à la suite de l’indépendance ne parlent que du Sénégal. Mais il y avait aussi des courriers venant du Soudan qui montrent que l’aire d’influence, notamment de la personne de Mamadou Dia, ne se limitait pas aux frontières du Sénégal. Qui plus est, il y avait beaucoup de lettres qui louaient la « nation malienne », ce qui nous rappelle que la Fédération du Mali était une réalité importante pour beaucoup de personnes et que son indépendance était vécue avec espoir et attente. Cependant, étant donné que la grande majorité des lettres était adressée à Mamadou Dia, vice-président de la Fédération et premier ministre du Sénégal, et qu’il répondait lui-même ou un de ses représentants à toutes ces lettres, ces correspondances reflètent aussi les premières étapes d’une construction nationale. Celle-ci passe moins par des faits que par la création graduelle d’un réseau de contacts personnels et de relations qui deviendront de plus en plus clientélistes. En même temps, il faut reconnaître que l’essentiel de ses contacts se concentrait sur les réseaux sénégalais qui, plus tard, furent activés lors de l’éclatement de la Fédération.

L’indépendance du seul Sénégal, célébrée le 4 avril 1961

  • 80 « Une déclaration du Président Lamine Guèye », Paris-Dakar, no 7466, 19 août 1960, p. 1.
  • 81 « Cette année plus que jamais, le Grand Magal de Touba a attiré la foule des fidèles Mourides », P (...)
  • 82 « Le Grand Magal de Touba », Paris-Dakar, no 7464, 17 août 1960, p. 1.

27Il n’est pas question ici d’analyser les raisons, le déroulement ou les conséquences de l’éclatement de la Fédération du Mali. L’élection du président de la Fédération était prévue pour le 27 août mais deux semaines auparavant, il n’y a pas encore de candidat. Il faut attendre le 19 août pour que Paris-Dakar publie une déclaration du président de l’assemblée législative du Sénégal, Lamine Guèye indiquant que Senghor sera le candidat de l’Union progressiste sénégalaise (UPS). Cependant, Guèye reconnaît que le président de la Fédération ne sera pas élu par le seul Sénégal ou le seul Soudan, tout en mettant en garde ses auditeurs « contre les déclarations tendancieuses qui veulent nous faire admettre que le Mali risque d’éclater à cause de cela80 ». Senghor et Dia étaient plus prudents et cherchaient évidemment à s’assurer le soutien populaire les jours précédents l’éclatement de la Fédération. Ainsi, Paris-Dakar relate que « les Présidents Senghor et Mamadou Dia se sont rendus au pèlerinage » du Grand Magal de Touba qui attire la grande majorité des fidèles mourides, confrérie importante du Sénégal81. Étant donné que Senghor était chrétien et Dia de la Tijaniyya, leur venue ne peut avoir que des raisons politiques. D’après la presse, Senghor y déclare que « le Sénégal est réuni ici » et « profite de l’occasion pour serrer les rangs82 ».

  • 83 Voir aussi les coupures de presse de Paris-Dakar, no 7467 et 7468, 20 et 22 août 1960, et de l’Afr (...)
  • 84 « L’Assemblée législative a proclamé cette nuit, l’indépendance du Sénégal », Paris-Dakar, no 7467 (...)
  • 85 « La nuit du 19 au 20 août », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.

28Le soir du 19 août, après une réunion restreinte du Conseil des ministres, Modibo Keïta proclame l’état d’urgence sur tout le territoire de la Fédération et suspend Mamadou Dia, vice-président du gouvernement fédéral et ministre de la défense, de ses fonctions. Senghor et Dia craignent un coup d’État. Dans une séance nocturne, l’assemblée législative sénégalaise décide de se retirer immédiatement de la Fédération du Mali (Roche, 2001 : 229-230)83. Le 20 août 1960, Paris-Dakar titre : « L’Assemblée législative a proclamé cette nuit, l’indépendance du Sénégal84. » Radio-Sénégal avait déjà fait des émissions pendant toute la nuit pour diffuser les déclarations des représentants politiques sénégalais85. Le Président du Conseil des ministres, Mamadou Dia, explique les décisions prises durant la nuit et fait « solennellement appel à toutes les Sénégalaises et à tous les Sénégalais » de se lever dans le calme et la discipline :

  • 86 INA : « Le Sénégal quitte la Fédération du Mali et devient indépendant », [20 août] 1960, 8 min 8 (...)

« C’est l’honneur sénégalais qu’il faut affirmer aujourd’hui à la face du monde. Mais je sais que chacun voudra être digne de l’avenir enfin libre, qui s’ouvre devant nous. En ce premier jour de notre Indépendance Nationale, avec vous, je salue Notre Liberté, reconquise, VIVE LE SÉNÉGAL86. »

  • 87 INA : « Mamadou Dia, Président du Sénégal, à Paris », JT NUIT, 23 août 1960, 4 min 24 s.

29Quelques jours après, il rajoute, dans une intervention à Paris, que « pour faire un jour l’unité africaine, il était indispensable que nous recouvrions d’abord notre liberté, notre indépendance87 ».

  • 88 « Une déclaration du secrétaire général de l’U.P.S. », Paris-Dakar, no 7467, 20 août 1960, p. 1.
  • 89 « Nombreux messages au Président Dia », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1 ; « Message au Pr (...)
  • 90 Macindoé, « Église protestante en Casamance », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.
  • 91 Mamadou Tall, « Des notabilités religieuses de Kolda », Paris-Dakar, no 7469, 23 août 1960, p. 3.
  • 92 El Hadj Falilou M’Backé, « Khalif général des mourides », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1
  • 93 Cheikh Tacko M’Backé, « Grand marabout Gavane », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.
  • 94 « La Collectivité léboue », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.
  • 95 ANS : VP 00189, Serigne Tienéba Ibrahima Fatou Seck, conseiller régional de Thiès au Président du (...)
  • 96 « Message de la section MJUPS et du bureau de l’Union régionale MJUPS de Thiès », Paris-Dakar, no (...)

30Dès le lendemain, toute la machinerie de propagande de l’UPS est mise en marche. Senghor avait déclaré le 20 août que « tous les militants et toutes les militantes, toutes les sections de l’UPS doivent se transformer immédiatement en milice populaire. […] Il s’agit aujourd’hui pour nous […] de défendre notre indépendance88 ». Les lettres et télégrammes de soutien, envoyés au gouvernement sénégalais et dont une large partie est reproduite dans les chroniques de Paris-Dakar, reflètent cette mobilisation. Des comités et sous-sections régionales et locales de l’UPS, des conseils municipaux et régionaux, des villages et communes, des associations ainsi que des notables et chefs religieux de toutes les régions du pays confirmaient et réaffirmaient leur « fidélité » et « attachement » au parti et au gouvernement, leur « indéfectible soutien », leur « entière confiance » et leur « détermination farouche [de] défendre [l’]honneur et [le] patrimoine [du] Sénégal89 ». Alors que le représentant de l’Église protestante en Casamance assurait le gouvernement de son soutien en affirmant que « nous sommes de tout cœur avec vous90 », les notables religieux de Kolda procédèrent « à prières [à la] grande Mosquée pour implorer miséricorde et paix pour [le] peuple sénégalais91 ». Le Khalife général des mourides renouvelait son « soutien total92 ». Un autre grand marabout déclarait que le gouvernement pourrait compter sur lui et « sur l’ensemble de [ses] talibés93 ». La « Collectivité lébou » de Dakar et banlieue se considérait mobilisée « pour combattre […] tous les ennemis de la nation94 ». Un conseiller régional de Thiès et chef religieux de Tienéba demandait à « tous les talibés de la confrérie de redoubler d’ardeur et de vigilance pour être toujours prêts à tout moment à exécuter les mots d’ordre du Parti95 ». Le mouvement des jeunes de l’UPS à Thiès proclamait rester mobilisé « pour démasquer tous les conspirateurs de l’intérieur » : « Nous […] faisons appel à tous nos camarades d’être plus que jamais vigilants et de se considérer comme soldats du parti et de la PATRIE96. » Le ton des discours politiques et des lettres de soutien au gouvernement sénégalais est décidemment nationaliste. Il est question de retrouver la « liberté » et l’« indépendance », alors que le pays était déjà indépendant depuis quelques mois. On évoque la « patrie » et le « parti », alors que peu de temps auparavant on célébrait encore la « nation malienne ».

  • 97 ANS : VP 00187, Conseil du gouvernement, Procès-verbal de la réunion du 3 décembre 1960, programme (...)
  • 98 Léopold Sédar Senghor, « Le message du Président de la République », Dakar-Matin, no 1, 5 avril 19 (...)
  • 99 ANS : VP 00187, Mamadou Dia, Déclaration devant l’Assemblée nationale et les délégations invitées (...)
  • 100 Ibid., p. 20.
  • 101 Ibid., p. 17.

31C’est dans ce contexte que le gouvernement sénégalais choisit paradoxalement de commémorer l’indépendance du Sénégal avec une fête officielle le 4 avril 1961, cérémonie solennelle qui devait imposer le nouvel État sur la scène internationale, inculquer l’esprit national – et partisan – à la population et servir de base au remodelage de la mémoire de la nation. Début décembre, la commission pour la préparation des fêtes de l’indépendance tient sa première réunion. Elle veut donner le « sens de la fête » en l’associant à « l’idée de la construction nationale » et propose une présentation solennelle du premier plan quadriennal à l’Assemblée nationale à l’occasion des festivités97. Le jour de la fête, Senghor souligne que l’indépendance est un « moyen », pas une « fin98 » et Dia ajoute que « l’indépendance est une phase de destruction et de restructuration. C’est une destruction créatrice99 ». Le plan quadriennal devait « réaliser le “décollage” de notre développement100 » et ainsi ouvrir une « voie progressive, mais implacable » de « notre construction nationale101 ».

32Le programme de la fête nationale ressemblait largement à celui prévu pour la fête supprimée du 17 janvier 1961 : retraite aux flambeaux, baptême de la Place de l’Indépendance, présentation des délégations étrangères, déjeuner officiel offert par le Président de la République et réceptions, prise d’armes et défilé, séance solennelle de l’Assemblée nationale, offices religieux et manifestations sportives et populaires. Seuls des détails diffèrent. Le 4 avril une salve de 101 coups de canon réveille la ville de Dakar, et non 21 coups. À la place d’un « cocktail », on annonce un « lunch debout » ; à la place du Festival des arts nègres, de plus grandes manifestations sportives sont organisées. L’inauguration d’un monument de l’indépendance est d’abord prévue, mais on se rend compte qu’il ne pourra pas être érigé à temps. En attendant, on opte pour la pose de la première pierre. Puis, on n’en parle plus ; l’inauguration du monument aura finalement lieu le 4 avril 1963.

  • 102 « Yoff s’apprête pour les fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7640, 11 mars 1961, p. 1.
  • 103 « En vue des fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7642, 14 mars 1961, p. 2.
  • 104 « Le monde entier aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7656, 31 mars 1961, p. 1.

33Le cadre des festivités est vaste. Des cérémonies se déroulent partout dans le pays. Dakar offre une scène majestueuse. L’aéroport est aménagé, le Centre National des Sports est agrandi102. Le gouvernement demande aux entreprises et habitants de pavoiser leurs immeubles aux couleurs sénégalaises, de nettoyer les trottoirs et de décorer leurs vitrines103. Quelques jours avant la fête, Paris-Dakar constate « la fièvre joyeuse » qui anime la population de la ville où les jeunes s’entraînent pour le défilé du 4 avril et où partout « sous le soleil, flottant au souffle du vent, […] les trois couleurs “vert, jaune, rouge” fleurissent dans nos rues et sur nos maisons104 ». Les jours de la fête, « la ville semblait ne pas vouloir dormir » :

  • 105 « L’an I de la République », Dakar-Matin, no 1, 5 avril 1961, p. 3.

« Taneber, Fobine, Jeux de faux-lion, les danses les plus prisées, les distractions populaires les plus coûteuses, réunirent dans la Médina à Pikine, à Ouakam et ailleurs, les Jeunesses Sénégalaises, les diverses associations, militants et militantes du parti, membres des délégations étrangères accompagnés de leurs guides105. »

  • 106 « La participation effective des militants UPS de Dakar aux fêtes de l’Indépendance », Paris-Dakar (...)
  • 107 « Convocations », Paris-Dakar, no 7657, 1er avril 1961, p. 3.
  • 108 « Samedi et dimanche : l’aviation nationale survolera le territoire », Paris-Dakar, no 7656, 31 ma (...)

34Le gouvernement sénégalais était soucieux de mobiliser la population pour qu’elle participe en masse aux festivités. L’UPS et ses sous-sections jouaient un rôle-clé. Tout le monde pensait qu’« une participation effective de tous les comités de l’Union Progressiste Sénégalaise » était nécessaire106. Paris-Dakar publia des convocations pour les préparatifs, informant la population qu’un grand match de football et un taneber étaient organisés sur le terrain du quartier de Derklé. Les membres et sympathisants de l’UPS d’un autre quartier étaient invités à une réunion générale à la vieille de la fête. De même, le secrétaire-général de la sous-section de l’UPS de Diamaguène convoqua tous les militants et habitants de son quartier107. Par ailleurs, l’aviation nationale et des hélicoptères survolaient le territoire sénégalais et larguaient des tracts dans des villes de toutes les régions108.

  • 109 « André Malraux à la tête de la délégation française aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, n(...)
  • 110 « Le cadeau officiel du Président Kennedy au Président Senghor », Dakar-Matin, no 8, 13 avril 1961 (...)
  • 111 « Le président de la République portugaise a offert un livre au président Senghor », Dakar-Matin, (...)
  • 112 « Bonn nous offre un camion-laboratoire », Dakar-Matin, no 4, 8 avril 1961, p. 8.
  • 113 Olivier Reverdin, « Sénégal, an II de l’indépendance », Journal de Genève, 5 août 1961, p. 1.
  • 114 Documents diplomatiques suisses : DoDiS-15536, Westafrikareise (Ende März-Anfang Mai 1961), Berne, (...)

3582 délégations internationales de 72 pays furent accueillies. La France était cette fois représentée à un haut niveau avec André Malraux, ministre d’État français proche de de Gaulle et Gaston Monnerville, président du Sénat, deuxième personnage de l’État dans l’ordre protocolaire français. Le vice-président américain Lyndon B. Johnson ainsi que plusieurs présidents d’États africains d’expression française font partie des hôtes les plus illustres. De nombreux ministres et ambassadeurs complètent la liste109. Les cadeaux offerts au gouvernement sénégalais sont parfois symboliques. Le président des États-Unis offre un vase de cristal posé sur un socle en ébène produit par la manufacture Steuben à New York110. Le chargé d’affaire du Portugal à Dakar remet les six volumes des Portugaliae Monumenta Cartografica, publiés en 1960, une collection des cartes des « temps des découvertes », incluant l’Afrique. Certes, ce cadeau renvoie au pays donateur, mais il ne manque pas aussi d’ambivalence pour un cadeau offert à l’indépendance111. La délégation de la République fédérale allemande, en revanche, souligne son intérêt économique. Son cadeau s’insère directement dans le sens d’une politique de développement : un camion-laboratoire pouvant servir de machine pour le traitement de l’eau. Le chef de la délégation allemande, Ernest Lemmer, par ailleurs ministre chargé des relations avec l’Allemagne de l’Est, se réjouit publiquement de l’utilité de ce don qui sera exposé sur la Place de l’Indépendance durant les fêtes112. E. Lemmer avait aussi annoncé le don de « plusieurs millions de marks au titre de l’assistance technique113 ». La délégation suisse apporte une « traditionnelle pendule Atmos » qu’on promet de poser au Palais du Président, ainsi que deux bourses d’études offertes par le gouvernement fédéral de la Confédération114.

  • 115 ANS : VP 00187, État résumé des travaux de préparation des fêtes de l’indépendance, 21 décembre 19 (...)
  • 116 « Tout sera prêt pour les fêtes de l’Indépendance », Paris-Dakar, no 7652, 27 mars 1961, p. 1.
  • 117 Documents diplomatiques suisses : DoDiS-15536, op. cit., p. 6.
  • 118 « Plus de 2000 personnes ont vécu au Palais de Justice une inoubliable soirée dans un cadre magnif (...)
  • 119 Olivier Reverdin, « Sénégal, an II de l’indépendance », Journal de Genève, 5 août 1961, p. 1.
  • 120 Ibid.

36Le gouvernement sénégalais s’efforça de recevoir les délégations étrangères avec très grande courtoisie. La commission d’organisation des fêtes proposa, entre autres, l’achat de douze petites villas et d’un immeuble ainsi que la location de villas particulières et d’un paquebot pour loger les invités115. La Compagnie Saharienne Hôtelière, chargée de l’hébergement et des réceptions, fit venir 100 marmites, 450 plateaux de service, 150 matelas, 200 paires de draps et une équipe de douze cuisiniers et maîtres d’hôtel de Paris assistés par quelque 150 cuisiniers et serveurs de Dakar116. Chaque invité bénéficiait d’une voiture avec chauffeur, accompagné d’une « hôtesse aimable », comme l’exprime un document diplomatique suisse117. Le 3 avril 1961 une réception est offerte par le gouvernement au Palais de Justice : 1 500 cartons d’invitation furent envoyés et plus de 2 000 personnes vinrent. Dakar-Matin est impressionné par « la foule élégante qui gravissait les marches et dans laquelle les robes de soirée européennes se mélangeaient aux magnifiques toilettes sénégalaises118 ». Olivier Reverdin, directeur du Journal de Genève, homme politique et professeur de langue et littératures grecques, se rappelle, de son côté : « Champagne, Poulet, Victuailles gauloises. (C’est la France qui paie !). Des larbins blancs servent. […] Une seule table avec des chaises. Elle est réservée aux Chefs d’État. Tous Africains119. » Peu après, il croise le ministre allemand, Lemmer, qui se plaint : « Wir, arme Europäer, was sind wir geworden » (Nous, pauvres Européens, que sommes-nous devenus ?)120. Bien que certains éléments de ce récit doivent être nuancés, vu le nombre des serveurs recrutés à Dakar, le journaliste offre un rapport détaillé de ses impressions.

  • 121 « Présent aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7644, 16 mars 1961, p. 1.
  • 122 Olivier Reverdin, « Sénégal, an II de l’indépendance », Journal de Genève, 5 août 1961, p. 1.
  • 123 « Plus de 2000 personnes ont vécu au Palais de Justice une inoubliable soirée dans un cadre magnif (...)
  • 124 « Présent aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7644, 16 mars 1961, p. 1.
  • 125 Ibid.
  • 126 Ibid.

37En particulier, à l’occasion de cette grande réception au Palais de Justice, le soir du 3 avril 1961, il s’attarde sur le baobab artificiel installé dans le patio du bâtiment. La Compagnie Saharienne Hôtelière, chargée des festivités, en avait eu l’idée : « Le montage de cet arbre a commencé, non pas par les racines, remarque Paris-Dakar, mais par les branches supérieures (de véritables branches avec leurs fruits) soutenues par un immense bâti121. » Olivier Reverdin raconte que les invités au Palais étaient « debout ou assis sur les marches et tournés vers l’étrange et symbolique baobab de carton-pâte qu’on a dressé pour la fête, au centre du patio. À travers ses branches, on est tout étonné d’apercevoir de vraies étoiles qui scintillent dans le ciel tropical122 ». Pour Paris-Dakar, ce « baobab stylisé évoquait avec bonheur l’arbre typique du Sénégal123 ». Ce baobab, symbole du Sénégal, jeune État célébré, « pousse mystérieusement au cœur du Palais de Justice124 ». On peut évoquer ici « l’arbre de l’indépendance », planté un peu partout le jour de l’indépendance de la Fédération du Mali dans les deux États-membres, le 20 juin 1960 mais le carton-pâte n’était pas annonciateur de prospérité et de croissance ! Le lendemain, quand O. Reverdin fait la queue pour la réception au Palais du Président de la République, il entend un Français en smoking blanc dire à sa femme : « Avant, on nous aurait pas obligés à attendre comme ça. Aujourd’hui, on nous fait encore la grâce de nous inviter. L’année prochaine, nous ne serons même plus priés. C’est le monde à l’envers125. » Un Sénégalais, avec qui le journaliste parlait, lui chuchota à l’oreille : « Moi je dirais plutôt : le monde à l’endroit126. »

  • 127 « Après les fêtes magnifiques de l’indépendance », Dakar-Matin, no 5, 10 avril 1961, p. 1.
  • 128 ANS : VP 00187, Ernest Lemmer, Bundesminister für gesamtdeutsche Fragen à Mamadou Dia, Bonn, 9 jui (...)
  • 129 ANS : VP 00187, Mahmoud Chaouch, conseiller municipal à Mamadou Dia, Monastir, 29 avril 1961.
  • 130 ANS : VP 00187, Gaston Monnerville, Président du Sénat à Mamadou Dia, Paris, 10 avril 1961.
  • 131 ANS : VP 00188, Diouf à Présidence du Conseil, télégramme, M’Backé, 6 avril 1961.
  • 132 ANS : VP 00187, Elhadj Cheikh Bâ Baïdy à Mamadou Dia, Thiès, 7 avril 1961.
  • 133 ANS : VP 00187, Bâ Moussa Aly, chef peintre, à Mamadou Dia, Saint-Louis, 14 avril 1961.
  • 134 ANS : VP 00187, Dia Mouhamadou Ramadan, agent technique de santé, à Mamadou Dia, Ziguinchor, 5 avr (...)

38Les réactions après les fêtes, rassemblées aux archives du Sénégal, sont toutes positives. Entre autres, Félix Houphouët-Boigny remercie « le gouvernement et le peuple sénégalais “de leur accueil inoubliable”127 ». L’allemand Lemmer, oubliant ses réserves de la veille, assure qu’il se souviendra « toujours avec plaisir de l’hospitalité du gouvernement128 ». Un invité tunisien promet de revenir en touriste dès que possible, appréciant « le confort matériel qui nous a été offert de si bon cœur129 ». Et Gaston Monnerville souhaite au Sénégal un destin « lumineux, et riche d’enseignements pour d’autres130 ». Du côté national, le Khalife Falilou Mbacké « rend compte que [les] fêtes [de l’]indépendance se sont déroulées avec enthousiasme et ferveur131 ». Un chef de service aux chemins de fer, représentant Serigne Cheikh Amadou Mbacké de Touba, estime que « le peuple sénégalais ne trouvera pas assez de termes élogieux pour vos mérites de ce que vous avez fait et réalisé pour la nation sénégalaise132 ». Un chef-peintre de Saint-Louis qui avait suivi les festivités « avec beaucoup d’attention », assure que « ce spectacle ne peut laisser tout Sénégalais digne de ce nom indifférent133 ». Et une lettre de Ziguinchor constate qu’« une fête de ce genre n’a jamais eu lieu depuis que le monde est monde à Dakar comme dans les derniers villages les plus reculés. Ici à Ziguinchor, ça dépassait une fête134 ».

  • 135 Voir les articles de B. Fall et de M. Gomez-Perez en partie I du présent ouvrage.
  • 136 ANS : VP 00188, M’Baye, Chef de surveillance des frontières à Kolda au directeur de la sureté du S (...)
  • 137 Voir, dans cet ouvrage, les contributions de M. Perez-Gomez et B. Fall, partie I.

39Il est difficile, voire presque impossible, de trouver la trace de voix critiques sur cette seconde fête de l’indépendance. L’euphorie domine dans tous les documents et éclipse le souvenir du 20 juin 1960. Étant donnée l’étroite collaboration dans l’organisation des festivités avec les sous-sections de l’UPS, on peut, toutefois, supposer une certaine réticence de la part de l’opposition à y contribuer135. Cependant, dans les dossiers sur les fêtes de l’indépendance, un seul document en parle. Un message du chef de la surveillance des frontières à Kolda prévient le directeur de la sûreté du Sénégal à Dakar que des membres du Parti du regroupement africain (PRA), Assane Seck, Massene Sène et Yoro Baldé, étaient en route de Vélingara à Kolda. Le 31 mars 1961, ils se rendent à Kounkane, un village sur le chemin, « où des réunions secrètes ont été tenues chez les nommés Douan Baldé et Baukoum ». Une dizaine de personnes seulement était présentes. Le groupe se rendit ensuite dans un autre village où « une réunion importante » eut lieu avec tous les habitants. Le « mot d’ordre » y est donné de s’abstenir de toute participation aux fêtes de l’indépendance. Ces mêmes militants du PRA passent ensuite dans d’autres villages. L’auteur du rapport manuscrit craint qu’ils n’aillent jusqu’à Kédougou et/ou Tambacounda et demande qu’on lui indique l’« attitude à prendre [en] cas [de] manifestation anti-gouvernementale quelconque ». Il ajoute qu’Assane Seck arrivé à Kolda, n’a pas été reçu à la maison où il voulait descendre et se propose de retourner à Tambacounda ou de continuer à Ziguinchor – « Surveillance continue. Stop136 ». Outre cette manifestation militante, d’autres citoyens ou groupes d’âge sont aussi restés en marge des fêtes d’indépendance au cours de ces deux années 1960 et 1961137.

*

40Finalement chacune des fêtes décrites, quand elles eurent lieu, se caractérisait par sa splendeur de la mise en scène et l’enthousiasme des populations. Le programme se répétait (coups de canon, lever des couleurs, réceptions, manifestations populaires…) dans un décor global pensé par le pouvoir. Cette image est si forte qu’on ne perçoit que fort peu de voix dissonantes qui pourtant existent. Toutefois, si l’on porte un regard plus précis sur ces fêtes de l’indépendance, on s’aperçoit qu’elles ne sont pas si semblables les unes aux autres et qu’elles peuvent servir de point de départ pour comprendre les tensions politiques qui accompagnèrent le processus de la décolonisation. Malgré le spectacle grandiose, il est possible de tracer des lignes de conflit entre visions et intérêts divergents.

  • 138 Abdoulaye Wade, « Message à la nation à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de l’indé (...)
  • 139 Cheikh Mbacké Guissé, « Cinquantenaire de l’indépendance du Mali. La troublante absence de Wade », (...)
  • 140 Papa Alioune Ndao, « Cinquantenaire des indépendances africaines : son Excellence Papa Alioune Nda (...)

41La création de la Fédération du Mali avait été négociée entre les hommes politiques du Sénégal et du Soudan pour contrecarrer la balkanisation de l’Afrique générée par la Loi-Cadre de 1956. Pourtant, ces mêmes hommes furent emportés par une « vague de nationalisme » mais ce nationalisme restait fragile (Cooper 1997 : 428). Au niveau externe, les deux États-membres de la Fédération devaient se partager une seule voix dans les organismes internationaux. Au niveau interne, leurs représentants politiques étaient pris dans des contraintes et des querelles politiques ; l’organisation même des fêtes prévues le 20 juin révèle les failles du fonctionnement de la fédération avec le développement des réseaux clientélistes nationaux qui jouaient déjà un rôle important ; on en voit les prodromes, notamment au Sénégal, dans la collaboration entre le gouvernement, l’UPS et les marabouts. Pour la fête du 4 avril 1961, les mêmes collaborations sont à l’œuvre. Sur cette base le Sénégal se construira plus tard comme « État-nation » (Cruise O’Brien, Diop et Diouf, 2002). À partir de là, la commémoration de la Fédération posait problème. Le 4 avril 2010, Abdoulaye Wade n’y fait nullement référence dans son message à la nation138. Le 22 septembre 2010, on note qu’il ne s’est pas rendu en République du Mali, comme prévu139. Concernant la date du 20 août, on en parle, mais seulement pour souligner une fois de plus que c’est « la véritable date de l’indépendance du Sénégal140 ». Cependant, même si les hommes politiques évitent de parler de la Fédération, la date de la fête nationale du Sénégal, le 4 avril, renvoie indubitablement à la fédération du Mali : n’est-elle pas la date de l’investiture du gouvernement fédéral en 1959 et de la signature des accords sur le transfert des compétences par Mamadou Dia et Modibo Keïta le 4 avril 1960 à Paris ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Almeida-Topor (d’) Hélène, « La ville magnifiée : les fêtes de l’indépendance dans les capitales ouest-africaines francophones », in Odile Goerg (dir.), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, p. 255-262.

Apter Andrew, « Ghana’s Independence: Triumph and Paradox », Transition, no 98 (2008), p. 6-22.

Balandier Georges, Le Pouvoir sur scènes, Paris, Librairie Arthème Fayard, 2006 [éditions revue et augmentée].

Béliard Jean, « Le voyage aux États-Unis en 1960 », Espoir, no 109 (1996), http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/de-gaulle-et-le-monde/de-gaulle-et-les-etats-unis/temoignages/jean-beliard-le-voyage-aux-etats-unis-en-1960.php (accès le 25 août 2011).

Bernstein, Serge, The Republic of de Gaulle 1958-1969, Cambridge, Cambridge University Press and Éditions de la Maison de Sciences de l’Homme, 1993.

Blaustein Albert P., Sigler Jay et Beede Benjamin R. (dir.), Independence Documents of the World, New York, Oceana Publications, 1977.

Cooper Frederick, « The Dialectics of Decolonization. Nationalism and Labor Movement in Postwar French Africa », in Frederick Cooper and Ann Laura Stoler (éd.), Tensions of Empire. Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley, Los Angeles et Londres, University of California Press, 1997, p. 406-435.

O’Brien Cruise, Donal Brian, Diop Momar Coumba et Diouf Mamadou, La construction de l’État au Sénégal, Paris, Karthala, 2002.

De Jong Ferdinand et Foucher Vincent, « La tragédie du roi Abdoulaye ? Néomodernisme et Renaissance africaine dans le Sénégal contemporain », Politique africaine, no 118 (2010), p. 187-204.

Chafer Tony, The End of Empire in French West Africa. France’s Successful Decolonization?, Oxford-New York, Berg, 2002.

Digre Brian, « The United Nations, France, and African Independence : A Case Study of Togo », French Colonial History, vol. 5 (2004), p. 193-206.

Eckert Andreas, « Dekolonisationskrieg und Erinnerungspolitik in Kamerun: die “UPC-Rebellion” », in Helmut Berding, Klaus Heller und Winfried Speitkamp (dir.), Krieg und Erinnerung. Fallstudien zum 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2000, p. 171-191.

Fechner Erik, « L’arbre de la liberté : objet, symbole, signe linguistique », Mots, no 15 (1987), p. 23-42.

Geertz Clifford, Dichte Beschreibung. Beiträge zum Verstehen kultureller Systeme, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1983.

Gondola Charles Didier, The History of Congo, Westport, Greenwood Press, 2002.

Lentz Carola, « Afrika@50. Der Feier-und Erinnerungsmarathon des Jahres 2010 », in Carola Lentz (dir.), Afrika@50. Vor-Ort-Berichte von den Unabhängigkeitsjubiläen in Kamerun, Madagaskar, DR Kongo, Benin, Côte d’Ivoire, Gabun, Mali, Nigeria und Burkina Faso (= Working Papers, no 126), Mainz: Institut für Ethnologie und Afrikastudien, 2011, p. 5-9, online : http://www.ifeas.uni-mainz.de/workingpapers/AP126.pdf (accès le 26 août 2011).

Michel Marc, « Une décolonisation confisquée ? Perspectives sur la décolonisation du Cameroun sous tutelle de la France 1955-1960 », Revue française d’histoire outre-mer, vol. 86, no 323/325 (1999), p. 229-258.

Rathbone Richard, « Casting “the Kingdome into another mold”: Ghana’s Troubled Transition to Independence », in Robert Holland, Susan Williams and Terry Barringer (dir.), The Iconography of Independence. « Freedoms at Midnight », London et New York, Routledge, 2010, p. 57-70.

Roche Christian, Le Sénégal à la conquête de son indépendance (1939-1960). Chronique de la vie politique et syndicale, de l’Empire français à l’Indépendance, Paris, Karthala, 2001.

Shipway Martin, « “Transfer of Destinies”, or Business as Usual? Republican Invented Tradition and the Problem of “Independence” at the End of the French Empire », in Robert Holland, Susan Williams and Terry Barringer (dir.), The Iconography of Independence. « Freedoms at Midnight », London-New York, Routledge, 2010, p. 99-111.

Notes

1 Quand nous parlons de l’actuelle République du Mali, nous employons le terme « Soudan » ou la « République du Mali ». Concernant la Fédération du Mali, en revanche, nous parlons de la Fédération du Mali (terme employé dans les sources) ou de la Fédération malienne.

2 Abdoulaye Wade, « Message à la nation à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance », Dakar, 3 avril 2010, online : http://www.gouv.sn/spip.php?article949 (accès le 10 août 2011). Pour la controverse autour du Monument de la renaissance africaine voir de Jong et Foucher 2010. Les bases militaires françaises ont été finalement démantelées en juillet 2011.

3 « Indépendance en juin annonce le président Senghor », Paris-Dakar, no 7354, 4 avril 1960, p. 1.

4 « Accord particulier portant transfert des compétences de la Communauté », 4 avril 1960 (Blaustein, Sigler et Beede, 1977 : 409). Voir aussi « Hier matin à Paris, MM. Michel Debré, Modibo Keïta et Mamadou Dia ont signé les accords sur l’Indépendance », Paris-Dakar, no 7355, 5 avril 1960, p. 1.

5 Archives nationales du Sénégal (ANS) : Fédération du Mali (FM) 00112, « Un an du Mali », Paris-Dakar, numéro spécial, 16 janvier 1960, p. 2.

6 Voir aussi « Le Mali : Léopold Senghor et Modibo Keïta respectivement président de l’Assemblée et chef du gouvernement fédéral », Paris Dakar, no 7056, 6 avril 1959, p. 1.

7 « Le Gouvernement de la République française reconnait officiellement la République du Sénégal », Paris-Dakar, no 7486, 12 septembre 1960, p. 1.

8 « Le Soudan a proclamé son indépendance et s’appellera République du Mali », Afrique nouvelle, no 686, 28 septembre 1960, p. 1.

9 « Mali : premier anniversaire de l’indépendance », Afrique nouvelle, no 738, 27 septembre 1961, p. 4.

10 Et non en République du Mali, ancien Soudan français qui constitue un autre champ d’observation.

11 « L’indépendance de Ghana : M. le Haut-Commissaire Cusin est parti pour assister aux cérémonies d’Accra », Paris-Dakar, no 6425, 4 mars 1957, p. 1.

12 Sur l’attitude de F. Mitterrand voir la préface de ce volume par Catherine Coquery-Vidrovitch.

13 Ibid. et « Représentant Elizabeth II, Reine de Ghana, la duchesse de Kent préside les fêtes de l’indépendance à Accra », Paris-Dakar, no 6427, 6 mars 1957, p. 1.

14 « Venant d’Accra M. Balafrej, ministre marocain des affaires étrangères passe la journée à Dakar », Paris-Dakar, no 6429, 8 mars 1957, p. 1.

15 « Télégrammes : Sénégal. Dahomey », Afrique nouvelle, no 552, 7 mars 1958, p. 3.

16 « Points de vue sur les fêtes de l’indépendance du Ghana », Afrique nouvelle, no 553, 14 mars 1958, p. 2.

17 Ibid.

18 « Communauté franco-africaine ou indépendance ? », Paris-Dakar, no 6737, 14 mars 1958, p. 4.

19 « Au cours d’une conférence de presse à Dakar : “Indépendance et communauté ne sont pas inconciliables” déclare M. Dia Mamadou », Paris-Dakar, no 6729, 5 mars 1958, p. 1.

20 « [Date of independence]: Letter from Sir J. Robertson to Mr. Lennox-Boyd, 27 August 1958 », in M. Lynn (dir.), Nigeria: Moving to Independence, 1953-1960 (British Documents on the End of Empire, Series B, vol. 7), London: The Stationary Office, 2001, p. 522-524.

21 Voir l’article de Babacar Fall dans ce volume, partie II.

22 « Avec les autres, nous bâtirons la Communauté, déclare le général de Gaulle », Afrique nouvelle, no 577, 29 août 1958, p. 1 et 4.

23 Voir l’article de Babacar Fall dans ce volume, partie II.

24 Ibid.

25 « Le Cameroun est indépendant », Paris-Dakar, no 7276, 1er janvier 1960, p. 1.

26 Entre autres, « La préparation à Lomé des fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7371, 25 avril 1960, p. 1 ; « Aujourd’hui le Togo devient officiellement indépendante », Paris-Dakar, no 7373, 27 avril 1960, p. 1 ; « 101 coups de canon de l’aviso français Paul Goffeney. Il est 0 heure le 27 Avril le Togo est indépendante », Paris-Dakar, no 7374, 28 avril 1960, p. 1.

27 « Jour de liesse à Madagascar qui proclamait son Indépendance », Paris-Dakar, no 7422, 17 juin 1960, p. 1 ; « Tananarive fête l’indépendance de la grande île », Paris-Dakar, no 7450, 30 juillet 1969, p. 1.

28 Voir les contributions de la partie III de cet ouvrage.

29 « Cameroun : l’indépendance a été proclamée mais le sang continue à couler », Afrique nouvelle, no 648, 8 janvier 1960, p. 1 et 2.

30 « M. S. Olympio a proclamé l’indépendance du Togo », Afrique nouvelle, no 665, 4 mai 1960, p. 2.

31 « De Gaulle accueilli à Washington par 250 000 Américain enthousiastes », Paris-Dakar, no 7371, 25 avril 1960, p. 6.

32 Voir aussi INA : « Le voyage du Général de Gaulle et les dramatiques événements d’Algérie », Les Actualités françaises, 14 décembre 1960, 5 min 12 s.

33 Voir par exemple, « Le ‘triomphe londonien’ du général de Gaulle », Paris-Dakar, no 7359, 9 avril 1960, p. 1.

34 « Cameroun : L’Indépendance a été proclamée mais le sang continue à couler », Afrique nouvelle, no 648, 8 janvier 1960, p. 1 et 2.

35 Max Jalade, « Après les fêtes de Lomé. Quelques échos pour une indépendance », Paris-Dakar, no 7380, 5 mai 1960, p. 1 et 6.

36 ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, p. 3.

37 « De retour de Cotonou, M. Ousmane Ba, ministre de la Fonction publique du Mali, nous parle des fêtes de l’Indépendance et de la nécessaire unité africaine », Paris-Dakar, no 7457, 8 août 1960, p. 1 et 6.

38 Ibid.

39 ANS : FM 00112, « Un an du Mali », Paris-Dakar, numéro spécial, 16 janvier 1960, p. 1.

40 ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, p. 1.

41 ANS : FM 00513, Rapport en commission plénière pour l’organisation des fêtes de l’indépendance du 17 janvier 1961, séance du vendredi 5 août 1960, p. 11.

42 « Le premier Festival Mondial des Arts Nègres se tiendra à Dakar à l’occasion des fêtes du 17 janvier 1961 », Paris-Dakar, no 7450, 30 juillet 1960, p. 6.

43 ANS : FM 00513, Rapport en commission plénière pour l’organisation des fêtes de l’indépendance du 17 janvier 1961, séance du vendredi 5 août 1960, p. 2-4.

44 Ibid., p. 12 et ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, p. 2 ; Décisions prises par le Conseil des ministres, s. d. [août 1960], p. 2 ; Tâches, à court et moyen terme, des diverses sous-commissions de travail, s. d. [août 1960].

45 ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, p. 4.

46 Ibid.

47 Ibid., p. 5-6 et ANS : FM 00513, Tâches, à court et moyen terme, des diverses sous-commissions de travail, s. d. [août 1960], p. 3.

48 ANS : FM 00513, Présidence du gouvernement, Rapport en Conseil des ministres, Dakar, 11 août 1960, p. 3.

49 Ibid., p. 2-3.

50 ANS : FM 00513, Le chargé de mission pour les arts et lettres, responsable de la sous-commission des manifestations culturelles à Monsieur le secrétaire général adjoint du Gouvernement du Mali, Dakar, 18 août 1960.

51 « Dakar a fêté en Louis Armstrong l’un des fils authentiques du folklore d’Afrique noire », Paris-Dakar, no 7590, 12 janvier 1961, p. 1 et « Louis Armstrong à Dakar », Paris-Dakar, no 7589, 11 janvier 1961, p. 1.

52 Bergo, « L’arbre de la liberté », Paris-Dakar, no 7413, 15 juin 1960, p. 1.

53 « Les autorités du Mali ont inclus dans le programme des cérémonies du 20 juin la plantation sur toute l’étendue de la fédération de l’arbre de l’indépendance », L’Essor, no 3412, 18 juin 1960, p. 3.

54 Ibid.

55 « La plantation de l’arbre de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7416, 18 juin 1960, p. 8.

56 Jourdain, « L’arbre de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7414, 16 juin 1960, p. 3 et ANS : FM 00453, Notre indépendance, s. d., p. 2.

57 « Le 20 juin : Plantation par chaque sénégalais de l’arbre de l’Indépendance », Paris-Dakar, no 7411, 13 juin 1960, p. 1.

58 « Dans l’enthousiasme populaire le Mali est devenu indépendante », Afrique nouvelle, no 672, 22 juin 1960, p. 2.

59 ANS : Vice-présidence (VP) 00186, Lettre de Mody Diagne, chef de cabinet, à M. Omar Willane, Paris, 10 juin 1960.

60 ANS : FM 00508, Proclamation de l’indépendance, programme des manifestations des 19 et 20 juin 1960.

61 « Le Sud Vietnam sera représenté aux fêtes de l’indépendance du Mali », Paris-Dakar, no 7415, 17 juin 1960, p. 1 ; « L’envoyé spécial de la Chine nationaliste a remis un cadeau souvenir au président Modibo Keïta », Paris-Dakar, no 7421, 25 juin 1960, p. 1 ; Bergo, « L’indépendance du Mali proclamée hier est déjà reconnue par de nombreux États », Paris-Dakar, no 7417, 21 juin 1960, p. 1 ; « Du monde entier les félicitations arrivent au gouvernement du Mali », Paris-Dakar, no 7419, 23 juin 1960, p. 3.

62 « La fête de l’indépendance à Saint-Louis – à Thiès – à Kaolack », Paris-Dakar, no 7420, 24 juin 1960, p. 3 ; « À travers le Sénégal : les fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7423, 28 juin 1960, p. 3.

63 Ibid.

64 « La fête de l’indépendance à Ouelessebougou », L’Essor, no 3418, 28 juin 1960, p. 1.

65 « La télédiffusion de la proclamation de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7415, 17 juin 1960, p. 3.

66 « La fête de l’indépendance à Saint-Louis – à Thiès – à Kaolack », Paris-Dakar, no 7420, 24 juin 1960, p. 3.

67 Ibid.

68 « Bamako a fêté dans l’enthousiasme le jour de l’Indépendance », Paris-Dakar, no 7418, 22 juin 1960, p. 3.

69 « Dans l’enthousiasme populaire le Mali est devenu indépendant », Afrique nouvelle, no 672, 22 juin 1960, p. 1-2.

70 « Le film des 19 et 20 juin », Paris-Dakar, no 7417, 21 juin 1960, p. 6 ; Bergo, « L’indépendance du Mali proclamée hier est déjà reconnue par de nombreux États », Paris-Dakar, no 7417, 21 juin 1960, p. 1.

71 « Dans l’enthousiasme populaire le Mali est devenu indépendant », Afrique nouvelle, no 672, 22 juin 1960, p. 1-2. Voir aussi INA : « À Dakar l’indépendance du Mali », Les Actualités françaises, 29 juin 1960, 1 min 19 s.

72 Ibid.

73 ANS : VP 00186, Télégramme-arrivée de Bandiagara à Mamadou Dia, Dakar, 16 juin 1960.

74 ANS : VP 00186, Cercle Dagana à Président du Conseil République du Sénégal, Dakar, 20 juin 1960.

75 ANS : VP 00186, Madame Mama Sow, propriétaire, à Monsieur le Président de la République du Sénégal, Saint-Louis, 3 juillet 1960.

76 ANS : VP 00186, Tall Cheikh Tidiane, marabout, à Mamadou Dia, Président du Conseil du Gouvernement du Sénégal, Gao, 19 juillet 1960 et Mamadou Djité à Mamadou Dia, Dakar, 30 juin 1960.

77 ANS : VP 00186, Mody Diakhaté, Sierra Léone, à Monsieur le Président Mamadou Dia, Yomandougou, 26 juin 1960.

78 ANS : VP 00186, Abdoulaye N’Gom, propriétaire du bar-restaurant le Gallard à Dagoudane-Pikine (banlieue de Dakar) à Monsieur Mamadou Dia, Dagoudane-Pikine, 21 juin 1960.

79 INA : Michel Mitrani et Georges Penchenier, « Édition spécial : crise au Mali », Cinq Colonnes à la une, 24 août 1960, 15 min 53 s.

80 « Une déclaration du Président Lamine Guèye », Paris-Dakar, no 7466, 19 août 1960, p. 1.

81 « Cette année plus que jamais, le Grand Magal de Touba a attiré la foule des fidèles Mourides », Paris-Dakar, no 7463, 16 août 1960, p. 1.

82 « Le Grand Magal de Touba », Paris-Dakar, no 7464, 17 août 1960, p. 1.

83 Voir aussi les coupures de presse de Paris-Dakar, no 7467 et 7468, 20 et 22 août 1960, et de l’Afrique nouvelle, no 671, 24 août 1960.

84 « L’Assemblée législative a proclamé cette nuit, l’indépendance du Sénégal », Paris-Dakar, no 7467, 20 août 1960, p. 1.

85 « La nuit du 19 au 20 août », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.

86 INA : « Le Sénégal quitte la Fédération du Mali et devient indépendant », [20 août] 1960, 8 min 8 s ; voir aussi « Un appel du président Mamadou Dia », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.

87 INA : « Mamadou Dia, Président du Sénégal, à Paris », JT NUIT, 23 août 1960, 4 min 24 s.

88 « Une déclaration du secrétaire général de l’U.P.S. », Paris-Dakar, no 7467, 20 août 1960, p. 1.

89 « Nombreux messages au Président Dia », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1 ; « Message au Président », Paris-Dakar, no 7469, 23 août 1960, p. 3 ; « Messages au président Dia », Paris-Dakar, no 7471, 25 août 1960, p. 3 ; « Les messages aux présidents Senghor et Dia », Paris-Dakar, no 7472, 26 août 1960, p. 3.

90 Macindoé, « Église protestante en Casamance », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.

91 Mamadou Tall, « Des notabilités religieuses de Kolda », Paris-Dakar, no 7469, 23 août 1960, p. 3.

92 El Hadj Falilou M’Backé, « Khalif général des mourides », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.

93 Cheikh Tacko M’Backé, « Grand marabout Gavane », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.

94 « La Collectivité léboue », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.

95 ANS : VP 00189, Serigne Tienéba Ibrahima Fatou Seck, conseiller régional de Thiès au Président du Conseil du Gouvernement de la République et au Président Senghor, Tienéba, lettre arrivée le 9 septembre 1960.

96 « Message de la section MJUPS et du bureau de l’Union régionale MJUPS de Thiès », Paris-Dakar, no 7468, 22 août 1960, p. 1.

97 ANS : VP 00187, Conseil du gouvernement, Procès-verbal de la réunion du 3 décembre 1960, programme des fêtes de l’indépendance, p. 1.

98 Léopold Sédar Senghor, « Le message du Président de la République », Dakar-Matin, no 1, 5 avril 1961, p. 8.

99 ANS : VP 00187, Mamadou Dia, Déclaration devant l’Assemblée nationale et les délégations invitées aux fêtes de l’indépendance du Sénégal, Dakar, 4 avril 1961, p. 5-6.

100 Ibid., p. 20.

101 Ibid., p. 17.

102 « Yoff s’apprête pour les fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7640, 11 mars 1961, p. 1.

103 « En vue des fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7642, 14 mars 1961, p. 2.

104 « Le monde entier aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7656, 31 mars 1961, p. 1.

105 « L’an I de la République », Dakar-Matin, no 1, 5 avril 1961, p. 3.

106 « La participation effective des militants UPS de Dakar aux fêtes de l’Indépendance », Paris-Dakar, no 7640, 11 mars 1961, p. 6.

107 « Convocations », Paris-Dakar, no 7657, 1er avril 1961, p. 3.

108 « Samedi et dimanche : l’aviation nationale survolera le territoire », Paris-Dakar, no 7656, 31 mars 1961, p. 3.

109 « André Malraux à la tête de la délégation française aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7651, 25 mars 1961, p. 1 ; « Ils représentent leur pays aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7657, 1er avril 1961, p. 5.

110 « Le cadeau officiel du Président Kennedy au Président Senghor », Dakar-Matin, no 8, 13 avril 1961, p. 6.

111 « Le président de la République portugaise a offert un livre au président Senghor », Dakar-Matin, no 10, 15 avril 1961, p. 2.

112 « Bonn nous offre un camion-laboratoire », Dakar-Matin, no 4, 8 avril 1961, p. 8.

113 Olivier Reverdin, « Sénégal, an II de l’indépendance », Journal de Genève, 5 août 1961, p. 1.

114 Documents diplomatiques suisses : DoDiS-15536, Westafrikareise (Ende März-Anfang Mai 1961), Berne, 15 mai 1961, p. 6.

115 ANS : VP 00187, État résumé des travaux de préparation des fêtes de l’indépendance, 21 décembre 1960, p. 1-2.

116 « Tout sera prêt pour les fêtes de l’Indépendance », Paris-Dakar, no 7652, 27 mars 1961, p. 1.

117 Documents diplomatiques suisses : DoDiS-15536, op. cit., p. 6.

118 « Plus de 2000 personnes ont vécu au Palais de Justice une inoubliable soirée dans un cadre magnifique », Dakar-Matin, no 1, 5 avril 1961, p. 3.

119 Olivier Reverdin, « Sénégal, an II de l’indépendance », Journal de Genève, 5 août 1961, p. 1.

120 Ibid.

121 « Présent aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7644, 16 mars 1961, p. 1.

122 Olivier Reverdin, « Sénégal, an II de l’indépendance », Journal de Genève, 5 août 1961, p. 1.

123 « Plus de 2000 personnes ont vécu au Palais de Justice une inoubliable soirée dans un cadre magnifique », Dakar-Matin, no 1, 5 avril 1961, p. 3.

124 « Présent aux fêtes de l’indépendance », Paris-Dakar, no 7644, 16 mars 1961, p. 1.

125 Ibid.

126 Ibid.

127 « Après les fêtes magnifiques de l’indépendance », Dakar-Matin, no 5, 10 avril 1961, p. 1.

128 ANS : VP 00187, Ernest Lemmer, Bundesminister für gesamtdeutsche Fragen à Mamadou Dia, Bonn, 9 juin 1961.

129 ANS : VP 00187, Mahmoud Chaouch, conseiller municipal à Mamadou Dia, Monastir, 29 avril 1961.

130 ANS : VP 00187, Gaston Monnerville, Président du Sénat à Mamadou Dia, Paris, 10 avril 1961.

131 ANS : VP 00188, Diouf à Présidence du Conseil, télégramme, M’Backé, 6 avril 1961.

132 ANS : VP 00187, Elhadj Cheikh Bâ Baïdy à Mamadou Dia, Thiès, 7 avril 1961.

133 ANS : VP 00187, Bâ Moussa Aly, chef peintre, à Mamadou Dia, Saint-Louis, 14 avril 1961.

134 ANS : VP 00187, Dia Mouhamadou Ramadan, agent technique de santé, à Mamadou Dia, Ziguinchor, 5 avril 1961.

135 Voir les articles de B. Fall et de M. Gomez-Perez en partie I du présent ouvrage.

136 ANS : VP 00188, M’Baye, Chef de surveillance des frontières à Kolda au directeur de la sureté du Sénégal à Dakar, 1er avril 1961.

137 Voir, dans cet ouvrage, les contributions de M. Perez-Gomez et B. Fall, partie I.

138 Abdoulaye Wade, « Message à la nation à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance », Dakar, 3 avril 2010, online : http://www.gouv.sn/spip.php?article949 (accès le 10 août 2011).

139 Cheikh Mbacké Guissé, « Cinquantenaire de l’indépendance du Mali. La troublante absence de Wade », lasquotidien. info, 22 septembre 2010, online : http://xalimasn.com/cinquantenaire-del%2%80%99independance-du-mali-la-troublante-absence-de-wade-2/ (accès le 10 octobre 2011).

140 Papa Alioune Ndao, « Cinquantenaire des indépendances africaines : son Excellence Papa Alioune Ndao remet les pendules à l’heure », Xalima. com : Le portail du Sénégal, 23 décembre 2010, online : http://xalimasn.com/cinquantenaire-des-independances-africaines-son-excellence-papa-alioune-ndaoremet-les-pendules-a-l%E2%80 %99heure/ (accès le 10 octobre 2011).

Auteur

Docteure en histoire, assistante, université de Bâle, Suisse

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540