Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Deuxième partie. Contestation et envers de la fête : acteurs et partis politiques

Images de fêtes à Antananarivo (1958-1960). Quels sont les temps forts de l’indépendance pour les Malgaches ?

Helihanta Rajaonarison

Texte intégral

  • 1 Mahamasina, littéralement « qui rend sacré », fut, au temps de la royauté, un lieu d’intronisation (...)
  • 2 Antokon’ny Kongresy ho an’ny Fahaleovan-tenan’i Madagasikara ou Parti du congrès pour l’indépendan (...)
  • 3 Parti des Déshérités de Madagascar qui rassemble essentiellement des Malgaches originaires de régi (...)
  • 4 Parti social démocrate, créé par Philibert Tsiranana en 1956. Le PSD, principale formation de la P (...)
  • 5 Presque toutes les personnes, déjà adultes en 1958-60, que nous avons interviewées, étaient des sy (...)
  • 6 Ainsi, sans adhérer à un parti politique, Gisèle Ravoniharison a épousé la doctrine indépendantist (...)
  • 7 Un certain nombre de nos interlocuteurs ne voient dans ces actions de Tsiranana qu’une offensive d (...)

1Au cours de sa tournée de propagande en faveur de la Communauté franco-africaine, le général de Gaulle est à Antananarivo le 22 août 1958. Pointant du doigt le Palais de la Reine, il s’est alors adressé en ces termes à la foule rassemblée à Mahamasina : « Vous serez de nouveau un État comme vous l’étiez lorsque le palais de vos rois était habité1. » La présence du chef de l’État français et son discours ont marqué un public attentif. Néanmoins, si le « oui » l’emporte à plus de 77 % dans l’ensemble de Madagascar qui devient membre de la Communauté, les électeurs de la capitale se sont en majorité prononcés contre sa proposition. Cette discordance entre Antananarivo et le reste de l’île témoigne des divergences de vue entre l’homme fort de la ville, Richard Andriamanjato, chef du parti AKFM2 et leader du « non » à la Communauté d’une part, et Philibert Tsiranana, premier Président de la République malgache, issu du PADESM3 devenu le PSD4 d’autre part. Or une grande partie de la population d’Antananarivo est acquise à l’AKFM5 qui ne cesse de répéter que les principaux artisans de l’indépendance sont les parlementaires du MDRM, notamment le docteur Raseta. Élus à l’Assemblée nationale en 1946, celui-ci ainsi que Ravoahangy et Rabemananjara ont été exilés en France à la suite de l’insurrection de 1947. Martin Ranamison, un de nos interlocuteurs, témoin d’une réunion pour le « non » à la Tranompokonolona (salle commune) d’Analakely, se rappelle autant de la virulence des propos contre Tsiranana et son gouvernement que de la riposte, verbale et physique, des partisans du régime qui attendaient à la sortie6. Il s’en suivit une échauffourée entre les défenseurs du « oui » et ceux du « non ». Cependant, Tsiranana tenta de gagner les faveurs de la capitale par de fréquentes visites des marchés ou la présence à des fêtes publiques. Ces gestes appréciés ne modifièrent pas en profondeur l’opinion de ses compatriotes d’Antananarivo7.

  • 8 Voir la thèse que nous préparons à l’université d’Antananarivo, sous la direction du professeur Ga (...)

2Dans le prolongement du référendum du 28 septembre, le Congrès des assemblées provinciales du 14 octobre 1958 décida de la naissance de la République autonome malgache ; Philibert Tsiranana en devint le président. Puis le 26 juin 1960 eut lieu la proclamation officielle de l’indépendance du pays. Pourtant, plus d’un mois sépare cette annonce de la célébration de l’indépendance qui eut lieu seulement fin juillet. Entretemps, le 20 juillet, les anciens parlementaires du MDRM étaient rentrés d’exil ; ce retour fut un moment d’intense émotion dans la capitale qu’ils parcourent avec, à leurs côtés, Philibert Tsiranana. Aussi, l’accession de la Grande Île à l’indépendance a-t-elle donné lieu à trois célébrations qui renvoient chacune à l’un des temps forts de l’événement, tels que les ont perçus et vécus des habitants d’Antananarivo. L’article analyse ces fêtes aux tonalités différentes, en s’appuyant sur les témoignages de contemporains et sur des archives photographiques8.

  • 9 ANTA conserve à ce jour plus de 500 000 clichés répartis dans 600 albums. Une exposition, une conf (...)
  • 10 Ce dernier se souvient néanmoins que son père avait effectué le 26 juin 1960 des clichés restés in (...)
  • 11 Celle de l’ancien maire d’Antananarivo, Richard Andriamanjato, ou encore de Marthe Rasoanantenaina (...)
  • 12 Aujourd’hui âgés de 60 à 80 ans, mes interlocuteurs sont tous Malgaches. Douze étaient adolescents (...)

3Conscient de l’importance de la photographie, le nouveau pouvoir a fait du Service photographique hérité de l’administration française un de ses principaux organes de soutien. À Antananarivo comme à Conakry, dès les premiers mois, le nouveau gouvernement veut faire de l’agence photographique un outil à son service (Hersant, 1998 : 203). Créé en 1934, durant la colonisation, l’ancien Service Photographique de l’Information est rebaptisé en 1962 Agence Nationale Taratra ou ANTA. Cette institution, chargée de produire et de conserver des images couvrant l’actualité de l’île, a commencé dès 1958 à photographier le personnel politique à Antananarivo et en province9. Il faut également signaler le nombre considérable de photos réalisées par le photographe personnel de Philibert Tsiranana qui scrute les plus petits mouvements du président. Comme Sékou Touré, le Président, se veut proche de ses photographes, parmi lesquels Laurent Razafindrandretsa. Par leur masse, les images produites par ANTA ne peuvent trouver d’équivalent dans la production privée de photographies à partir de laquelle j’ai tenté de constituer un corpus. En effet, il me semblait nécessaire de croiser ces deux types de sources iconographiques pour avoir une idée, la plus juste possible, de l’atmosphère de la capitale or, après plusieurs mois d’intenses recherches, je n’ai réuni qu’un nombre réduit de photographies, même en m’adressant au fils d’un photographe qui avait un studio en ville10. Ainsi, neuf des douze photographies présentées dans cet article, proviennent d’ANTA. Seules trois font partie de collections privées11. J’ai complété mes sources par des enquêtes, en interrogeant une vingtaine de personnes habitant Antananarivo ou ses environs mais toutes présentes à la capitale au moment de festivités qui ont été vécues différemment par les uns et les autres, en fonction de leurs choix politiques12.

18 octobre 1958 : des fêtes octroyées pour célébrer la Première République

  • 13 Pour la présentation des témoins, voir à la fin de l’article. Andohalo, jouxtant le lycée Gallieni (...)

4Officiellement née le 14 octobre 1958, la Première République n’est célébrée que quatre jours plus tard. De fait, le 14 octobre fut un jour ordinaire qui passa presque inaperçu comme l’indique Gaby Rabesahala. L’adolescent qu’il était avait tout juste vu les élus malgaches « sortir de la salle des fêtes du lycée avant de rejoindre la place d’Andohalo vide d’hommes ! Le gouvernement était présenté aux rares passants et aux quelques lycéens curieux que nous étions13 » ! À l’inverse, d’après les photographies officielles, les festivités à l’initiative du pouvoir le 18 octobre semblent avoir eu du succès. Celui-ci sollicita des mpilalao, spécialistes de hira gasy, danses folkloriques, qui attirent un public, en général issu de milieux modestes. Une partie de la population, jeune ou moins jeune, assiste ici au spectacle donné au jardin d’Ambohijatovo, au centre-ville (photo 1). En soirée, les bals populaires organisés par quartier ont également connu une certaine affluence. Le photographe d’ANTA a fixé celui d’Andravoahangy, qui abrite une petite et moyenne bourgeoisie (photo 2). Sur la piste de danse, un couple de danseurs s’est bien apprêté pour un bal et pose pour le photographe. L’image est celle d’une entente franco-africaine, symbolisée par le militaire malgache et la femme européenne ou métisse, semble-t-il. Les enfants s’amusent qui esquissent des pas de danse s’amusent plus qu’ils ne se préoccupent de politique.

Photographie 1. – Hira gasy à Ambohijatovo, 18 octobre 1958, fonds ANTA.

Photographie 2. – Bal populaire à Andravoahangy, nuit du 18 octobre 1958, fonds ANTA.

Photographie 3. – Vue de la foule présente à Mahamasina le 26 juin 1960, fonds ANTA.

  • 14 Philibert Tsiranana célèbre la proclamation de la République, en grande pompe, chaque 14 octobre d (...)

5Ces réjouissances ont attiré des gens de tous âges, des civils comme des agents des forces de l’ordre, mais les femmes sont rares dans le groupe qui constitue un premier cercle autour de la piste. Temps de fête, le 18 octobre 1958 marque une rupture avec le quotidien, mais pas pour tout le monde. Le pouvoir octroie des fêtes, espérant sans doute associer la capitale à l’événement mais est-ce à dire que tous adhèrent au message qu’il veut transmettre : celui d’un retour à la souveraineté acquis par Philibert Tsiranana ? En tout cas, un détail : les habits ordinaires de ceux qui assistent aux fêtes laissent penser que, dans sa majorité, le public n’a pas jugé utile de soigner sa mise pour l’occasion. Il est peut-être là juste pour se détendre, à la différence de ceux qui durant la Première République fêtent le 14 octobre avec Philibert Tsiranana dans son village natal14.

26 juin 1960 : enthousiasme et détachement à Antananarivo à la proclamation de l’indépendance

  • 15 Séraphine Rasoanandrasana se souvient : « Dès 7 heures du matin, les rues étaient très animées et (...)
  • 16 Imongo vaovao, 1263 du 28 juin 1960.
  • 17 Gazety Hehy, 936, 1er juillet 1960. Spacensky estime à plus de 100 000 le nombre des personnes pré (...)

6Tous nos témoins s’accordent sur un point : le stade de Mahamasina n’aurait jamais accueilli autant de monde que le 26 juin 1960, jour de proclamation de l’indépendance15. La presse, elle aussi, l’affirme. « Des milliers de Tananariviens sont venus à Mahamasina pour écouter la déclaration officielle de l’indépendance de Madagascar16. » Ou encore : « Plusieurs heures avant la cérémonie, des milliers de gens ont rejoint Mahamasina et les vallées environnantes17. »

  • 18 Lucile Rabearimanana parle d’une « soif de malgachitude » (Rabearimanana : 1992).

7Certains Tananariviens ont assisté à la cérémonie, installés sur les hauteurs de la ville. Cette fois-ci, les femmes ont bien été associées à la célébration ; en témoigne le nombre impressionnant de parasols qui, déployés ou non, font partie, avec leslamba, de la panoplie de l’élégante. Le lamba, grande étole dans laquelle on se drape est assimilé par le Malgache au vêtement et représente, symboliquement, la personne elle-même. Alors que, depuis des décennies, les hommes de la ville avaient abandonné le lamba, sans s’être donné le mot, ce jour-là, chacun chercha à donner une touche malgache à sa tenue, arborant ce signe d’une identité malgache18. Le Maire de la ville, fervent défenseur de la cause de l’indépendance durant ses études en France au début des années 1950, en tant que militant de l’Association des étudiants d’origine malgache et, plus tard, à Madagascar, en tant que président de l’AKFM, marqua l’événement, se distinguant de la majorité des personnalités officielles (photo 4). De leur côté, les artistes de la troupe d’Odeam Rakoto posèrent devant l’un des symboles de la souveraineté malgache du temps passé, ce palais que le général de Gaulle évoquait dans son discours (photo 5). Tous ont revêtu leurs habits des grands jours.

Photographie 4. – Richard Andriamanjato, maire d’Antananarivo, 26 juin 1960, collection privée.

Photographie 5. – Troupe d’Odeam Rakoto, 26 juin 1960, collection privée.

  • 19 Ce dernier ne prit la parole qu’après Jean Foyer qui parla au nom de la France.
  • 20 Témoignage livré lors de la table ronde organisée en août 2010 par la faculté des lettres et scien (...)

8C’est surtout après les discours officiels que la foule en liesse générale laissa éclater sa joie. Jean-Louis Rafidy, reporter de Radio Madagascar chargé de couvrir l’événement, se rappelle qu’un « moment de silence absolu suivit le discours du président Tsiranana19 » avant que n’éclate un tonnerre d’applaudissements. Il dit avoir alors ressenti, comme d’autres témoins, une vive émotion20. À la sortie du stade, aux rires et à la joie vinrent s’ajouter cris, sifflements, klaxons : autant de manifestations d’enthousiasme selon le journal Gazety hehy du 1er juillet 1960.

  • 21 Imongo vaovao, 1263, 28 juin 1960.

9Cette adhésion d’une partie probablement importante de la population tananarivienne, pourtant critique à l’égard de Tsiranana, est confirmée par le journal d’opposition, Imongo vaovao qui écrit : « Le public venu nombreux écouter le général de Gaulle en 1959 était composé essentiellement d’écoliers et d’habitants des périphéries de la capitale pour lesquels on avait spécialement affrété des moyens de transport et sur les visages desquels se lisaient contrariété et manque de joie. Au contraire, la foule présente à la cérémonie du 26 juin, est bien d’Antananarivo. On n’est pas allé la chercher à 100 km à la ronde ; elle est venue spontanément consciente de l’importance de l’événement. Et les visages irradiaient de joie21. » Il faut ajouter que la célébration tombant quelques semaines après la moisson du riz, les paysans des environs, venus en ville effectuer leurs achats les plus importants de l’année, ont grossi le public des festivités.

  • 22 Enquête no 16.

10Pourtant, la proclamation de l’indépendance s’est faite dans un climat ambigu au point que l’historienne Lucile Rabearimanana évoque « un accueil mitigé des Antananariviens » malgré la présence d’une foule nombreuse mais disparate et aux sentiments mêlés (Rabearimanana, 1992 : 583). De plus, une partie des habitants est restée à l’écart de la célébration. Il en est ainsi d’opposants et de Malgaches ayant la citoyenneté française. Gaby Rabesahala se souvient être venu très tôt à Mahamasina en chef scout pour assurer le service d’ordre. Citoyen français, il dit avoir vécu l’événement avec quelque confusion et ajoute : « Ma seule motivation était que le mouvement scout malgache allait être cité dans le discours du Président parce que nous avions aidé les sinistrés des grandes inondations de 1959. Ce fut la seule chose qui occupait mon esprit et évidemment, je n’ai rien retenu des discours. D’ailleurs après le défilé, j’étais directement rentré à la maison où il n’y avait pas de fête et on ne parlait pas du tout de cette histoire d’indépendance. » Micheline Rasoamiaramanana, alors adolescente, dit avoir éprouvé un détachement par rapport à ce qui se passait : « De citoyenneté française, j’étais indifférente. Depuis chez nous (à Ambatonakanga), je voyais les gens descendre à Mahamasina mais cela ne me touchait pas22. »

11Des opposants au régime ont également pris une certaine distance par rapport à la célébration. Par exemple, le journal Basy Vava, quotidien proche de l’AKFM, n’évoque aucunement l’événement dans son numéro 816 du lendemain de la proclamation officielle de l’indépendance. Interrogée en 2010, Christiane Andriamirado, une proche d’un leader du « non » au référendum, se rappelle que chez elle personne ne s’était rendu à Mahamasina. De tels choix peuvent expliquer l’absence de photos privées car les habitants de la capitale connaissent la photographie depuis le XIXe siècle. En 1856, dignitaires et notables affluaient vers le Révérend William Ellis de la London Missionary Society, le premier photographe installé à la capitale (Rajaonarison : 2002). Plus tard durant la colonisation, des Malgaches ouvrirent des studios dont le succès durant l’entre-deux-guerres témoigne de l’engouement des citadins pour les portraits (Rajaonarison : 2010). Pour Gisèle Ravoniharoson, par exemple, qui a voté « non » au referendum, les photographies étaient d’abord réservées aux « grands événements familiaux ou religieux ». Mais elle ajoute une précieuse remarque : « En fait, c’était pour nous (ma famille et moi) un jour férié comme un autre mais avec les discours de Tsiranana en plus. Nous étions perplexes car c’est vrai que nous désirions l’indépendance mais pas comme “celle-là” [sic] ! L’idée de faire des photos ne nous a même pas effleuré l’esprit ! » Pour sa part, Armand Randrianasolo, fils de photographe, ne se souvient pas avoir vu des gens venir au studio de son père se faire photographier, en ce jour historique. « Je me souviens juste d’une photo de nous enfants avec une de mes cousines que mon père a faite à la maison. On tenait chacun une lettre pour former ensemble le mot fahaleovantena (« indépendance »). Tout le monde dans la famille se rappelle cette photo aujourd’hui introuvable ». La journée du 26 juin s’est estompée rapidement dans l’esprit des Malgaches de la capitale après l’annonce par Tsiranana du retour des anciens députés Ravoahangy, Raseta et Rabemananjara, prévu pour le 20 juillet. D’ailleurs, le président en escomptait bien un profit sur le plan politique.

20 juillet 1960 : Antananarivo honore les députés MDRM, héros de la lutte pour l’indépendance

  • 23 Bénéficiant d’une amnistie en 1956, ils étaient cependant soumis à résidence en France. Des tracta (...)

12Les députés qui avaient été condamnés pour « crime contre la France » à la suite de l’insurrection de 1947, étaient de retour à Madagascar, quelques semaines après la proclamation de l’indépendance23. C’est avec une joie indescriptible que les Tananariviens, acquis au MDRM puis à l’AKFM, les accueillirent. Rien d’officiel n’a été prévu mais la foule présente dans les rues de la capitale et tout le long du trajet depuis l’aéroport, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest d’Antananarivo. Ainsi au gros bourg de Fenoarivo, un public, composé presque exclusivement d’hommes, envahit littéralement la chaussée (photo 6) alors que dans la capitale les femmes se sont associées à la réjouissance, quitte à prendre avec elles de jeunes enfants, sinon des bébés (photo 7).

Photographie 6. – La foule à Fenoarivo, 20 juillet 1960, fonds ANTA.

  • 24 Le lac se trouve à proximité de Mahamasina.

Photographie 7. – Le public au bord du lac Anosy24, 20 juillet 1960, fonds ANTA.

  • 25 Notre interlocuteur habitait alors le quartier d’Ankadivato, à deux ou trois kilomètres à l’est-no (...)

13Ces citadins ont apporté un grand soin à leur mise, signe d’élégance, mais sans doute aussi du désir de marquer l’événement et de manifester le respect dû à leurs « grands hommes » qu’ils attendent avec dignité. En tout cas, plusieurs de nos témoins leur attribuent volontiers cette qualité. « Ravoahangy, Raseta, Rabemananjara étaient pour moi les vrais artisans de l’indépendance. Je me suis rendu à l’aéroport d’Arivonimamo de mon propre gré pour accueillir ces héros de la nation », nous a déclaré Martin Ranamison. Selon Marcelle Rajaonarivelo, qui était à Mahamasina lors du voyage de 1959 du général de Gaulle, la réception des ex-députés a revêtu plus d’éclat que celle réservée au président français. « J’étais encore jeune mais j’ai eu l’impression que tout Tananarive s’était déplacé à Arivonimamo. D’ailleurs en quittant la capitale, nous avions noté que toutes les fenêtres des maisons étaient fermées. » Rolland Raparivo, fils d’un membre du MDRM et d’une femme qui a péri lors de la fuite de civils dans la forêt de Moramanga (sur le gradin oriental), partage le même sentiment. À l’instar de beaucoup d’autres jeunes gens, Jean Rajaonarison est allé avec un groupe d’amis saluer ces « héros ». Il se souvient « avoir dû s’arrêter plusieurs fois depuis à Ambohijatovo à cause de la foule25 » (photo 8).

Photographie 8. – Dans une rue d’Ambohidahy le 20 juillet 1960, fonds ANTA.

14Par ailleurs, quoique le gouvernement n’ait pas décrété ce jour férié, toutes les activités, sauf celles de l’administration, ont été suspendues. Le personnel des bureaux ne pouvait cependant pas rater cet événement. Les employés du ministère de la Santé à Ambohidahy étaient bien placés pour voir passer le cortège. Une foule masculine disciplinée encadre la file de voitures qui transportent les députés accompagnés des personnalités officielles (photo 9).

  • 26 Gazety Hehy, 938, 22 juillet 1960.
  • 27 Témoignage de Ranamison Martin.

15Enfin, le clou des manifestations eut lieu en soirée devant l’Hôtel de ville. En effet, la Municipalité a organisé une fête pour saluer officiellement les trois parlementaires. Du public, cette fois majoritairement de jeunes, s’est exclamé d’une seule voix : « Misaotra e, misaotra e ! » (Merci ! Merci !)26. À qui ces remerciements s’adressent-il ? Aux anciens exilés pour leur engagement en faveur de l’indépendance dès 1946 ? À Tsiranana pour les avoir ramenés ? Au Maire pour avoir organisé ce rassemblement et pour son choix politique ? Difficile de trancher. Un témoin avoue ne pas avoir pensé à photographier l’événement ; mais, à son avis, les clichés publiés par la presse rendent bien compte d’une communion entre les acteurs, probablement plus franche que lors de la fête du 26 juin27.

Photographie 9. – La foule le long du ministère de la Santé à Ambohidahy, 20 juillet 1960, fonds ANTA.

Photographie 10. – Une partie du public devant l’Hôtel de Ville, 20 juillet 1960, fonds ANTA.

16Cependant contre toute attente, ce rassemblement se termine par des débordements. En effet, au milieu de la nuit, des groupes de jeunes armés de gourdins et de pierres cassent les vitres des maisons et des voitures aux alentours de l’Hôtel de Ville, dans une confrontation avec les forces de l’ordre. Il s’en suit une série d’arrestations et de gardes à vue. Les enquêtes menées peu après révèlent que les principaux inculpés sont des jeunes issus de quartiers défavorisés de la Ville basse. Ces derniers auraient été payés pour provoquer des troubles. Les incidents s’inscrivent dans la compétition qui existe depuis 1958 entre le PSD du président de la République et l’AKFM du maire de la capitale (Randriamaro : 2009). Afin d’apaiser les tensions, le gouvernement charge une « Commission officielle de la fête de l’indépendance » d’organiser une célébration à la capitale du 29 au 31 juillet. La commission bénéficie du soutien de la police qui assure la sécurité. De fait, durant ces trois jours et trois nuits, Antananarivo ne fut le théâtre d’aucun incident majeur. Est-ce à dire que ces dernières cérémonies et réjouissances sont le signe qu’un climat plus serein a finalement régné en ville ?

Les fêtes officielles de l’indépendance : 29, 30 et 31 juillet 1960

  • 28 Imongo vaovao, 1281, 20 Juillet 1960.

17Pour donner une légitimité à son programme ou éviter toute contestation, Emile Ramarosaona, commissaire général de la fête de l’Indépendance a invité partis, associations et autres groupements de toutes tendances à prendre part au comité de la célébration qui devait se dérouler à partir du vendredi 29 juillet28. Dès le début de la semaine, les concours de danses et de chants rassemblaient chaque soir place de l’Hôtel de Ville de jeunes spectateurs, issus de différents milieux. Nos interlocuteurs reconnaissent unanimement que ces fêtes qui se prolongeaient jusqu’à une heure avancée dans la nuit eurent lieu dans un climat de grande sécurité.

  • 29 Idem, 1290, 30 juillet 1960.
  • 30 Le journal Imongo Voavao (1286, 26 juillet 1960) rapporte : « Le samedi 30 juillet est décrété jou (...)
  • 31 Initialement nommée avenue Fallières, puis avenue de la Libération. Elle a été inaugurée la veille
  • 32 Imongo Vaovao, 1288, 28 juillet 1960.
  • 33 Gazety Hehy, 939, 26 juillet 1960, le programme officiel de la fête de l’indépendance.

18À partir du mercredi 27 juillet, des podiums furent érigés dans les quartiers populaires d’où étaient partis les jeunes casseurs de la semaine précédente. Jeudi, une banderole portant l’inscription « Arahaba tratry ny fahaleovantena » (« Félicitations car vous avez assisté à l’avènement de l’indépendance ») est accrochée à la façade de l’Hôtel de Ville ; vendredi, les drapeaux des pays invités aux festivités flottent Avenue de l’Indépendance. Jour après jour, l’ambiance est de plus en plus à la fête29. Des mesures spéciales sont prises pour que les salariés ne ratent pas les réjouissances30. Par ailleurs, les marchés restent ouverts plus longtemps et la municipalité délivre des autorisations d’abattre des animaux (porcs et moutons) destinés à la consommation familiale. Des particuliers prennent également des initiatives, comme le collectif des conducteurs de taxis qui assure des navettes gratuites le samedi 30 juillet de 7 h 30 à 8 h 30 de l’avenue de l’Indépendance à Analakely31 à la place de l’Indépendance à Antaninarenina où doit être inaugurée une stèle commémorative érigée à la place du monument à la gloire de Colbert et de la conquête32. Tous les journaux se chargent de publier les programmes officiels, dont nous donnons une traduction libre33 :

  • 34 Mouvement d’ensemble de jeunes garçons munis de petits boucliers et mimant des marches militaires.

PROGRAMME DE LA FÊTE DE L’INDÉPENDANCE à Tananarive
Vendredi 29 juillet 1960
8 h-12 h : Devant l’Hôtel de Ville : distribution de vivres par la Commune.
9 h : Mahamasina, fête des enfants précédée d’une distribution de vêtements par la Province.
15 h 30 : Palais d’Andafiavaratra : signature du Livre d’Or par les délégations étrangères.
18 h 30 : La « Retraite aux Flambeaux », au départ du Jardin d’Ambohijatovo, suivra les rues Bergé, Amiral Pierre, la Place de l’Indépendance et se terminera à la gare de Soarano.
14 h 30 : Ambohijatovo : fête des enfants lancée par le couple présidentiel.
14 h 45 : Podium de l’Hôtel de ville : concours de chants et « Danses des provinces ».
20 h 45 : Podium, Hôtel de ville, finale du concours de danse.
21 h 45 : Podium de l’Hôtel de ville : finale du concours de chants.
22 h : Podium de l’Hôtel de Ville : fin des concours. Repas. Bal populaire.
Samedi 30 juillet 1960
8 h 45 : Place de l’Indépendance : inauguration de la stèle de l’Indépendance.
9 h 15 : Devant l’Hôtel de Ville, inauguration de l’Avenue de l’Indépendance.
9 h 30-11 h 30 : Jardin d’Ambohijatovo : animations et jeux pour enfants.
10 h : Podium de l’Hôtel de Ville, finale du concours de danses folkloriques.
10 h 30 : Hôtel de Ville : Ouverture de la vente exposition d’artisanat malgache.
11 h : Ambohijatovo : Marakely.
11 h : À la Chambre de Commerce : réception des invités.
14 h-15 h : Jardin d’Ambohijatovo : fête pour les enfants.
15 h : Stade de Mahamasina, descente de parachutes légères et danses folkloriques avec la Troupe Odéam Rakoto : « Fahatsiarovana ny lasa ».
15 h : Podium de l’Hôtel de Ville : spectacle avec la Troupe Odéam Rakoto : « Ny telo soratra antsika. »
18 h 30 : Podium de l’Hôtel de Ville : chants et danses « Tour du monde ».
19 h 30 : Podium de l’Hôtel de Ville : Radio crochet.
20 h : Podium de l’Hôtel de Ville : Finale du concours de variétés.
21 h : Finale du concours d’interprétations de l’hymne national.
21 h 30 : Danses folkloriques.
22 h : Représentation de « Madagasikara omaly sy anio ». Bal.
18 h-20 h : Au Palais d’Andafiavaratra : réception des invités.
20 h 30 : Au gymnase de Mahamasina : tournoi de basket et volley-ball.
22 h : Dîner préparé pour les différentes associations.
Dimanche 31 juillet 1960
8 h : Office religieux.
9 h-11h : Jardin d’Ambohijatovo.
9 h 30 : Podium de l’Hôtel de Ville : radio crochet.
13 h 30 : Mahamasina, course de chevaux.
14 h : Stade d’Antanimena, tournoi de foot.
14 h-17 h : Jardin d’Ambohijatovo.
14 h 30 : Podium Hôtel de ville : marakely34, radio crochet, danses folkloriques.
17 h 45 : Concours de Miss Air-Mad.
18 h 15 : Danses malgaches.
18 h 45 : Concours de kabary.
18 h : À l’Hôtel de Ville : réception des invités de marque par la Municipalité, dîner.
21 h 30 : Mahamasina, animation par la cavalerie et feux d’artifice.
22 h : Podium de l’Hôtel de ville.
22 h 30 : Final du concours d’interprétation de l’hymne nationale.
23 h : Final de l’élection de Miss Air-Mad.
24 h : Final de tous les concours. Bal.

19Tous les ingrédients susceptibles de satisfaire différents milieux sociaux sont réunis, moins en rupture que dans la continuité de la période coloniale (F. Esoavelomandroso, 1990 : 155). De façon générale, la population d’Antananarivo devrait être satisfaite des choix officiels. En effet, malgré la diversité des points de vue sur les modalités d’accession à l’indépendance, un grand nombre de foyers ont participé d’une manière ou d’une autre à ces réjouissances publiques. Durant la semaine, beaucoup de jeunes, toutes catégories sociales confondues, affluent en direction du podium. Dans beaucoup de familles, quelquefois modestes, on marque l’événement en abattant au moins une volaille. Enfin, les enfants sont aussi de la fête.

  • 35 Instrument à cordes fabriqué avec du bambou.

20Certaines réjouissances ont été l’occasion de donner une touche politique à la célébration. C’est le cas pour la danse fixée sur la photographie no 11. L’intention pédagogique est évidente. Il s’agit de rappeler l’unité de la nation malgache, sans nier la diversité de ses composantes. Des danseuses antandroy (du sud) côtoient des femmes antakarana (du nord) qui battent du tambour, tandis qu’au dernier plan, des musiciens merina (du centre) jouent de la valiha35.

Photographie 11. – Sur le podium de l’Hôtel de Ville, 26 juin 1960, collection privée.

Photographie 12. – Départ de la retraite aux flambeaux à Antaninarenina, 25 juin 1962, fonds ANTA.

  • 36 Banque française en relation avec le gouvernement malgache depuis la reine Rasoherina (1865-1868).

21Réalisée en 1962, cette dernière image aurait pu être prise deux ans plus tôt. En effet, depuis les débuts de la République, dans la suite des pratiques de la période coloniale, tous les ans, militaires, pompiers, scouts, musiciens de la fanfare du gouvernement, ainsi que des jeunes des quartiers étaient chargés d’animer la retraite aux flambeaux. L’itinéraire du cortège est resté inchangé : de la place de l’Indépendance à Antaninarenina jusqu’à la gare de Soarano. La photographie no 12 montre le départ de la retraite aux flambeaux, place de l’Indépendance, où est encore visible l’enseigne de la banque française CNEP36 (Caisse nationale d’escompte de Paris) l’un des symboles économiques de la colonisation.

*

22Les quelques clichés analysés dans cette contribution sur les fêtes qui se sont déroulées entre 1958 et 1960, rendent compte du décalage entre les fonds officiels et les fonds privés. ANTA a bien couvert ces moments d’attente, d’émotion, de doute et souvent de joie. En revanche, les photographes de studio et amateurs semblent avoir délaissé leurs appareils. Sans doute, la plupart d’entre eux penchaient-ils plutôt pour l’opposition à Tsiranana et ont donc observé avec méfiance les célébrations qui ont marqué les débuts de sa présidence. Ces photographies offrent donc un regard partiel mais toujours révélateur. Quoique modestes, les festivités du 18 octobre 1958, marquant la naissance de la Première République quatre jours auparavant, préfigurent celles de la fin juillet 1960. Les clichés pris le 26 juin 1960 donnent l’image d’un public à l’air grave, partagé peut-être sur le sens de l’événement. En revanche, le retour des exilés, le 20 juillet 1960, parvient presque à faire l’unanimité. Tsiranana est salué, car il a « ramené » au pays ses compatriotes nationalistes. Ce succès politique et la tonalité des réjouissances susceptibles d’intéresser les milieux les plus modestes de la capitale expliquent le bon déroulement des dernières festivités des 29, 30, 31 juillet.

  • 37 Réalités malgaches, no 29, 11 octobre 1972.
  • 38 Sur cette commémoration se référer à la contribution de Carola Lentz dans cet ouvrage.

23Jusqu’à sa chute en 1972, Tsiranana perpétua la fête de la République autant que la fête nationale. En revanche, le gouvernement de Ramanantsoa qui accède au pouvoir à la suite de la Révolution de mai 1972 supprime la première de ces célébrations en octobre 197237. Cette première fête reste associée à Tsiranana comme l’indique une tentative de commémoration le 14 octobre 2008 dans son village natal. En revanche, le jubilé de l’Indépendance en 201038 a profondément marqué la population de la capitale par ses spectacles, où se sont produits des artistes internationaux, tout comme par les banquets offerts par le couple présidentiel. Cet anniversaire s’est doublé des cinquante ans de l’armée malgache, acteur devenu incontournable en politique.

Bibliographie

SOURCES

Entretiens

– Andriamambavola Hugues, 67 ans, enseignant, Antananarivo, novembre 2010.

– Andriamirado Christiane, 72 ans, documentaliste-enseignante, Antananarivo, septembre 2010.

– Andriantseheno Désiré, 70 ans, chef fokontany-adjoint, Amboditsiry, août 2010.

– Christine R., lavandière, 68 ans Antananarivo, aout 2010.

– Claudine R, 69 ans, lavandière à la retraite, Ambohitrombihavana, septembre 2010.

– Esoavelomandroso Manassé, enseignant, 68 ans, Antananarivo, septembre 2009.

– Fleur, artiste-chanteuse, 72 ans, Ambohitrombihavana, septembre 2010.

– Rabesahala Gaby, 69 ans, journaliste à la retraite, Antananarivo, octobre 2010.

– Raharimalala Ernestine, 74 ans, couturière, Antananarivo, juin 2009.

– Rajaonarison Jean, 67 ans, militaire à la retraite, Ambohitrombihavana, septembre 2010.

– Rajaonarivelo Marcelle, 66 ans, femme au foyer, Antananarivo, octobre 2010.

– Ranamison Martin, 73 ans, surveillant général de lycée à la retraite, Ambohitrombihavana, septembre 2010.

– Randrianasolo Armand, 62 ans, photographe, Antananarivo, octobre 2010.

– Rantoandro Gabriel, enseignant, 64 ans, Antananarivo, novembre 2010.

– Raparivo Rolland, artiste peintre, 78 ans, Anosy Avaratra, octobre 2010.

– Rasoamiaramanana Micheline, 73 ans, enseignante, Antananarivo, septembre 2010.

– Rasoanandrasana Séraphine, 83 ans, secrétaire d’administration à la retraite, Antananarivo, août 2010.

– Rasoanantenaina Marthe, 80 ans, artiste comédienne, Antananarivo, octobre 2010.

– Ravelonanahary Gabriel, 76 ans, fonctionnaire à la retraite, novembre 2010.

– Ravoniharoson Gisèle, 75 ans, infirmière à la retraite, Antananarivo, octobre 2010.

– Razafimandimby John, 65 ans magistrat, Antananarivo, septembre 2010.

– Razafitrimo Claude, photographe à la retraite, 67 ans, Ambohitrarahaba, février 2010.

BIBLIOGRAPHIE

Cousin Bernard, « Histoire et iconographie, état des lieux », Xoana, 1, 1993, p. 141-147.

Esoavelomandroso Faranirina, « Les 14 juillet à Antananarivo au temps de la colonisation », in Guy Jacob (dir.), Regards sur Madagascar et la Révolution française, Antananarivo, CNAPMAD, 1990, p. 145-158.

Galibert Didier, Les gens du pouvoir à Madagascar. État postcolonial, légitimités et territoire (1956-2002), Paris, Karthala, 2009, 575 p.

Hersant Guy, « Au temps de Sékou Touré », in Anthologie de la photographie africaine et de l’océan Indien, Revue noire, Paris, 1998, p. 203-219.

Mantaux Christian, « Madagascar 1896-1958 : indépendance perdue et retrouvée », Revue de Madagascar, p. 32-44.

Rabearimanana Lucile, « Les Tananariviens face à la proclamation de l’indépendance de Madagascar (26 juin-31 juillet 1960) », in L’Afrique à l’heure des indépendances, Paris, CNRS, 1992, p. 575-591.

Rajaonarison Helihanta, Se faire photographier à Antananarivo dans la deuxième moitié du XIXe siècle, mémoire de DEA, université d’Antananarivo, 2002, 105 p.

Rajaonarison Helihanta, « Patrimoine photographique et photographie contemporaine à Antananarivo », Africultures, 88, juin 2012, p. 133-144.

Rajaonarison Helihanta, « L’essor des photographies de studio à Antananarivo dans les années 1930 », Études océan Indien, CEROI, Inalco, 44, 2010, p. 99-119.

Rakotonoel Marc, « La République Malgache a 10 ans (1958-1968) », Revue de Madagascar, 43-44, 1968, p. 5-31.

Randriamaro Jean-Roland, « Aux origines des Zwam : les jeunes des bas quartiers de Tananarive de l’entre-deux-guerres jusqu’en 1972 », in D. Nativel et F. Rajaonah (dir.), Madagascar revisitée. En voyage avec Françoise Raison-Jourde, Paris, Karthala, 2009, p. 469-486.

Randriamarozaka, « Madagascar, an VIII (26 juin 1960-26 juin 1968) », Revue de Madagascar, 41-42, 1968, p. 7-16.

Spacensky Alain, Madagascar 50 ans de vie politique, Paris, les éd. Latines, 1970, 526 p.

Notes

1 Mahamasina, littéralement « qui rend sacré », fut, au temps de la royauté, un lieu d’intronisation des souverains et le Champ de Mars de l’armée. Cette vaste place se trouve au pied de la plus haute colline d’Antananarivo sur laquelle est perchée l’enceinte palatiale du Rova, dénommée « Palais de la Reine » après l’annexion de l’île par la France.

2 Antokon’ny Kongresy ho an’ny Fahaleovan-tenan’i Madagasikara ou Parti du congrès pour l’indépendance de Madagascar qui se veut l’héritier du MDRM (Mouvement démocratique pour la rénovation malgache), parti créé en 1946 et interdit à partir de 1947 car désigné par le pouvoir colonial comme responsable de l’insurrection.

3 Parti des Déshérités de Madagascar qui rassemble essentiellement des Malgaches originaires de régions autres que l’Imerina.

4 Parti social démocrate, créé par Philibert Tsiranana en 1956. Le PSD, principale formation de la Première République, est au pouvoir jusqu’à la chute du régime en 1972.

5 Presque toutes les personnes, déjà adultes en 1958-60, que nous avons interviewées, étaient des sympathisants de l’AKFM.

6 Ainsi, sans adhérer à un parti politique, Gisèle Ravoniharison a épousé la doctrine indépendantiste de l’AKFM. Elle s’est déclarée satisfaite de l’existence de l’isoloir qui lui a permis de voter tranquillement pour le « Non ».

7 Un certain nombre de nos interlocuteurs ne voient dans ces actions de Tsiranana qu’une offensive de charme pour réduire l’hostilité de la capitale à son égard.

8 Voir la thèse que nous préparons à l’université d’Antananarivo, sous la direction du professeur Gabriel Rantoandro, s’intitule « Société malgache et photographie à Tananarive (milieu XIXe-milieu XXe siècle) ».

9 ANTA conserve à ce jour plus de 500 000 clichés répartis dans 600 albums. Une exposition, une conférence-débat et des projections photographiques ont été organisées du 2 au 8 septembre 2012 dans ses locaux d’Ambohidahy, à l’occasion du cinquantenaire de l’agence.

10 Ce dernier se souvient néanmoins que son père avait effectué le 26 juin 1960 des clichés restés introuvables.

11 Celle de l’ancien maire d’Antananarivo, Richard Andriamanjato, ou encore de Marthe Rasoanantenaina, membre de la troupe Odeam Rakoto, groupe artistique phare choyé par le président Tsiranana sous la Première République.

12 Aujourd’hui âgés de 60 à 80 ans, mes interlocuteurs sont tous Malgaches. Douze étaient adolescents et dix adultes autour de 1960. Cinq affirment avoir déjà eu des opinions arrêtées en matière de politique à l’époque : deux personnes sont directement liées à des leaders politiques en faveur du « non » ou à l’ex-MDRM ; deux femmes sont, à l’inverse, des ex-activistes du « oui ». En dehors de deux anciennes lavandières, ces témoins sont issus de familles de la petite bourgeoisie de la capitale, seule capable d’accéder à la photographie au moment de l’indépendance. Enfin, tous ont « participé », d’une manière ou d’une autre, au moins à l’une des fêtes analysées.

13 Pour la présentation des témoins, voir à la fin de l’article. Andohalo, jouxtant le lycée Gallieni, est une place de la Ville Haute d’Antananarivo, qui abritait de grandes cérémonies, comme les discours des souverains, au temps de la royauté au XIXe siècle. La place aménagée en square par le gouvernement colonial accueillit le buste de Jean Laborde, « premier assistant technique » français sous le règne de Ranavalona Ire et consul de France. Andohalo fut associé à la proclamation de la République à l’issue de la cérémonie dont parle notre témoin.

14 Philibert Tsiranana célèbre la proclamation de la République, en grande pompe, chaque 14 octobre dans son village natal d’Anahidrano (situé à 400 kilomètres d’Antananarivo), avec une foule d’invités. La troupe d’Odeam Rakoto, bénéficiant d’un budget propre, l’y accompagne.

15 Séraphine Rasoanandrasana se souvient : « Dès 7 heures du matin, les rues étaient très animées et à Mahamasina, la foule était présente. »

16 Imongo vaovao, 1263 du 28 juin 1960.

17 Gazety Hehy, 936, 1er juillet 1960. Spacensky estime à plus de 100 000 le nombre des personnes présentes Cf. Spacensky, 1970 : 342.

18 Lucile Rabearimanana parle d’une « soif de malgachitude » (Rabearimanana : 1992).

19 Ce dernier ne prit la parole qu’après Jean Foyer qui parla au nom de la France.

20 Témoignage livré lors de la table ronde organisée en août 2010 par la faculté des lettres et sciences humaines d’Ankatso, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance.

21 Imongo vaovao, 1263, 28 juin 1960.

22 Enquête no 16.

23 Bénéficiant d’une amnistie en 1956, ils étaient cependant soumis à résidence en France. Des tractations leur ont ensuite permis de retourner à Madagascar (Randriamaro, 2009, p. 465).

24 Le lac se trouve à proximité de Mahamasina.

25 Notre interlocuteur habitait alors le quartier d’Ankadivato, à deux ou trois kilomètres à l’est-nord-est d’Ambohidahy où l’objectif d’un photographe d’ANTA le surprend.

26 Gazety Hehy, 938, 22 juillet 1960.

27 Témoignage de Ranamison Martin.

28 Imongo vaovao, 1281, 20 Juillet 1960.

29 Idem, 1290, 30 juillet 1960.

30 Le journal Imongo Voavao (1286, 26 juillet 1960) rapporte : « Le samedi 30 juillet est décrété journée chômée mais payée. Le gouvernement demande à tous les employeurs de bien vouloir payer leurs employés ou octroyer des “avances” sur salaire, au plus tard le 29 juillet, afin de leur permettre de participer à la fête. »

31 Initialement nommée avenue Fallières, puis avenue de la Libération. Elle a été inaugurée la veille.

32 Imongo Vaovao, 1288, 28 juillet 1960.

33 Gazety Hehy, 939, 26 juillet 1960, le programme officiel de la fête de l’indépendance.

34 Mouvement d’ensemble de jeunes garçons munis de petits boucliers et mimant des marches militaires.

35 Instrument à cordes fabriqué avec du bambou.

36 Banque française en relation avec le gouvernement malgache depuis la reine Rasoherina (1865-1868).

37 Réalités malgaches, no 29, 11 octobre 1972.

38 Sur cette commémoration se référer à la contribution de Carola Lentz dans cet ouvrage.

Table des illustrations

Légende Photographie 1. – Hira gasy à Ambohijatovo, 18 octobre 1958, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Photographie 2. – Bal populaire à Andravoahangy, nuit du 18 octobre 1958, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Photographie 3. – Vue de la foule présente à Mahamasina le 26 juin 1960, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Photographie 4. – Richard Andriamanjato, maire d’Antananarivo, 26 juin 1960, collection privée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Photographie 5. – Troupe d’Odeam Rakoto, 26 juin 1960, collection privée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Photographie 6. – La foule à Fenoarivo, 20 juillet 1960, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Photographie 7. – Le public au bord du lac Anosy24, 20 juillet 1960, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Photographie 8. – Dans une rue d’Ambohidahy le 20 juillet 1960, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Photographie 9. – La foule le long du ministère de la Santé à Ambohidahy, 20 juillet 1960, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Photographie 10. – Une partie du public devant l’Hôtel de Ville, 20 juillet 1960, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Photographie 11. – Sur le podium de l’Hôtel de Ville, 26 juin 1960, collection privée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Photographie 12. – Départ de la retraite aux flambeaux à Antaninarenina, 25 juin 1962, fonds ANTA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112280/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

Auteur

Doctorante en histoire, université d’Antananarivo, Madagascar

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540