Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Deuxième partie. Contestation et envers de la fête : acteurs et partis politiques

Ablodé, Ablodé Gbadja, symbole d’une indépendance manquée au Togo ? L’exemple du cercle de Klouto, chef-lieu Kpalimé

Essohanam Batchana

Texte intégral

  • 1 Togo-Presse, no 8273, du mercredi 28 avril 2010.
  • 2 Mot mina ou éwé signifiant « indépendance » ou « liberté ». Ablodé Gbadja signifie « indépendance (...)
  • 3 L’opposition, représentée par la Juvento et le CUT, dénonça les conditions d’organisation de cette (...)

1Le 27 avril 2010, le Togo a célébré le jubilé d’or de son indépendance. Dans son discours, le président de la République, Faure Gnassingbé, invita les Togolais au pardon et à la réconciliation1, mais ne prononça pas Ablodé2, slogan qui avait fait recette en 1960. Des manifestations scientifiques furent organisées pour faire le bilan de 50 années d’indépendance et les universitaires furent unanimes pour dire que les Togolais auraient pu mieux faire s’ils n’avaient pas été englués dans des querelles politiciennes. En effet, entre 1946 et 1960, le débat au Togo a été animé par deux courants politiques : d’un côté les nationalistes avec le Comité de l’unité togolaise (CUT) et le mouvement de jeunesse Juvento et, de l’autre, les progressistes avec le Parti togolais du progrès (PTP) et l’Union des chefs et populations du Nord (UCPN). Ces deux coalitions s’opposèrent quant à la stratégie à adopter pour gagner l’indépendance. Le premier courant opta pour une indépendance immédiate avec les slogans Ablodé ou Ablodé Gbadja. Le second, estimant que les Togolais avaient encore à gagner au prolongement de la présence française, prôna une indépendance progressive. Ces deux courants s’opposèrent violemment à partir de 1951. Les partisans d’Ablodé, bien que victimes d’exactions de la part de l’administration et des Progressistes, gagnèrent les élections du 27 avril 1958, puis les municipales du 15 novembre 19593.

  • 4 La plupart des états en Afrique instituèrent un régime à parti unique après l’indépendance. Ce pas (...)

2Cette victoire du CUT ne fut pas celle de la démocratie. Selon un processus qui s’avéra général en Afrique au lendemain des indépendances4, le Comité de l’Unité Togolaise profita de sa position dominante pour éliminer l’opposition. Ses partisans les plus zélés se transformèrent en miliciens ayant recours aux bastonnades contre les adversaires politiques. Baptisé Parti de l’unité togolaise (PUT), la formation politique de S. Olympio se prononça en faveur d’un régime à parti unique. Lors du renouvellement de l’Assemblée nationale, le 9 avril 1961, il obtint 99 % des suffrages exprimés (Batoumaena, 2008) car l’opposition n’avait pas pu déposer la caution requise dans le délai fixé pour avoir le droit de se présenter. Cette situation conduisit au renversement du régime Olympio, le 13 janvier 1963, et à une évolution du sens des slogans Ablodé et Ablodé Gbadja qui, dans une certaine mesure, finirent par symboliser l’échec de l’indépendance du Togo.

  • 5 Les Ewé constituent l’un des principaux groupes de population du sud-Togo. Disséminé entre trois é (...)

3Cet article s’appuie sur les témoignages des acteurs de l’époque, les archives et surtout la presse de 1958 à 1963 et s’intéresse particulièrement au cercle de Klouto, l’un des fiefs du CUT. Il détaille l’organisation des partis dans ce cercle, l’engagement des Ewé5 de Klouto en faveur d’Ablodé ainsi que les difficultés liées à la proclamation de l’indépendance et aux exactions commises sur les progressistes après la victoire nationaliste du 27 avril 1958.

Klouto, un cercle riche, convoité par les partis politiques (1946-1958)

4Le Klouto était en 1950 l’un des cercles les plus riches du Togo et celui qui avait le plus fort taux de scolarisation du pays (85 %) ; l’argent du cacao permettait de payer les écoles missionnaires (Gayibor, 1997 : 176). Les partis politiques implantés dans ce cercle, s’organisèrent de façon remarquable : femmes, hommes et jeunes prirent part au débat contradictoire.

  • 6 Pour plus d’information sur ce cercle, se référer aux Archives nationales du Togo (ANT), sous-séri (...)

5Avec une superficie de 3260 km2, cette circonscription administrative comptait 67035 habitants en 1960 (Assima-Kpatcha 1997 : 21). Limitée au nord par l’Akposso-Plateau, à l’est par la subdivision d’Atapkamé et de Nuatja (actuel Notsè), au sud-est par le cercle de Tsévié, elle fait frontière avec le Ghana au sud-ouest et à l’ouest6.

Carte 1. – Le cercle de Klouto en 1960. Carte réalisée par l’auteur d’après Adaba (2010).

Les progressistes du PTP dans le Klouto

  • 7 Sur le plan national, le PTP, était dirigé par A. John Atayi, M. Segla, N. Grunitzky et le Dr Pédr (...)
  • 8 Cantonné dans le sud du territoire, son principal allié dans le nord était l’UCPN.

6Le PTP, dont la constitution a été autorisée par un arrêté local du 9 avril 1946, avait pour but de « resserrer les liens entre les habitants du Togo et de rechercher les moyens propres à assurer la collaboration franche et loyale avec la puissance mandataire en vue du progrès et du bien-être matériel et moral des Togolais » (Ajavon, 1989 : 21). De fait, ce parti milita en faveur d’une indépendance progressive du Togo. En 1947, le Parti togolais du progrès7 comptait 10 000 membres dont 500 à Lomé et 9 500 à l’intérieur. À partir de l’année 1951, il connut une montée fulgurante : 40 000 en décembre 1951, 80 000 en décembre 1952, 450 000 en décembre 1953 (Gayibor, 2005 : 578). Ces adhésions permirent à cette formation politique de s’organiser et de s’implanter dans tous les cercles du sud du territoire8. Dans le Klouto, il installa sa section locale en 1951.

Noms et prénoms

Postes occupés

Malm William

Président

Charles d’Almeida

Vice-président

Marcel Pofagi

Secrétaire général

Dotsè Hermann

Secrétaire adjoint

Codjie Stéphane

Trésorier

Tsogbe Joseph

Trésorier adjoint

Joseph Atayi

Trésorier adjoint

Houenon Justin

Conseiller

Bocco Alphonse

Conseiller

Raymond Ankou

Chef de file général

Sand Eugène

Commissaire aux fêtes

Alex Odenké

Commissaire aux fêtes

Zozo Paul

Secrétaire de la section

Nicolas Kponton

Secrétaire chargé de la propagande

Akapkpo Antoine

Secrétaire adjoint chargé de la propagande

Afolabi Oguntola

Représentant élu de la population yoruba

  • 9 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 50.

Tableau 1. – Bureau du PTP du cercle de Klouto en 19519.

  • 10 Peuplé essentiellement d’Ewé et victime des partages successifs du Togo entre les vainqueurs de la (...)

7Ce bureau local du PTP était composé de 16 membres dont un représentant élu de la communauté yoruba, Afolabi Oguntola10. Cette équipe était constituée, pour la plupart des fonctionnaires affectés dans le cercle. Pour atteindre un plus grand nombre de militants, le parti installa des sections cantonales et villageoises.

  • 11 Il serait fastidieux de reproduire les bureaux cantonaux et villageois du PTP à travers tout le ce (...)
  • 12 Ayévor Ebenezer, 73 ans, secrétaire du CUT d’Agou-Nyogbo, entretien du 22 décembre 2009 à Agou-Nyo (...)

8Dans le canton d’Agou11, la section cantonale créée le 27 janvier 195212, était constituée de trois membres : un président, qui était un conseiller de circonscription, un vice-président, planteur et un secrétaire, acheteur de produits agricoles. Dans ce cercle essentiellement rural, les planteurs et les acteurs économiques qui leur étaient liés bénéficiaient d’une certaine aisance financière qui leur donnait l’indépendance économique, préalable indispensable à une activité politique libre. Dans le cas des planteurs du PTP qui liaient leur prospérité à la situation politique du moment, l’indépendance rapide et les risques qu’elle représentait étaient incompatibles avec leurs intérêts économiques.

Noms et prénoms

Postes

Étienne Sapa

Président

KoffiKuma Alipotsè

Vice-président

Laurent Djidjonou

Secrétaire

  • 13 Tableau réalisé par l’auteur à partir des enquêtes de terrain.

Tableau 2. – Bureau du PTP du canton d’Agou13.

9Dans le canton de Kpélé, le bureau était composé de six membres dont deux avaient des responsabilités administratives : Emmanuel Adjaho était chef de canton de Kpélé et Gaze Paul était chef du village de Kpélé-Kayi. La présence de ces représentants de l’administration témoigne de l’implication des autorités locales dans la vie politique.

Noms et prénoms

Postes

Hermann Amefia

Président

Apédoh Ignace

Vice-président

Taku Christian

Secrétaire

Kpini Cephas

1er Conseiller

Adjaho Emmanuel

2ème Conseiller

Gaze Paul

3ème Conseiller et Trésorier

  • 14 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 50 : Organisation et fonctionnement du PTP.

Tableau 3. – Bureau du PTP du canton de Kpélé14.

  • 15 Le MPT, né le 16 août 1954 d’une scission intervenue au sein du PTP, est considéré comme un parti (...)

10Malgré l’appui de l’administration (Aduayom, 1975), le PTP eut du mal à mobiliser les populations du cercle de Klouto. Ses militants les plus zèlés étaient essentiellement des fonctionnaires dont l’intérêt pour une transition douce vers l’indépendance était compréhensible. Le PTP ne fut cependant pas la seule formation politique à occuper l’espace politique dans le cercle car les partis nationalistes15 étaient eux aussi solidement implantés.

Les nationalistes en quête d’Ablodé : une organisation parfaitement structurée

  • 16 Le Togo est l’un des rares territoires d’Afrique subsaharienne à avoir connu trois colonisateurs : (...)

11La population de Klouto, particulièrement touchée par la question de frontière16, milita au sein du CUT et de la Juvento, partis qui défendaient le mieux ses aspirations à cet égard ; en effet entre 1947 et 1963, le CUT défendait l’idée de la réunification du Togo allemand.

Le CUT, un parti bien organisé dans le Klouto

  • 17 Dénomination figurant sur les statuts du CUT approuvés par l’arrêté local no 131 définitif bis du (...)
  • 18 Ses leaders les plus connus sont A. de Souza, Sylvanus Olympio, J. S. de Tové, W. Fumey, A. B. C. (...)

12Le Comité de l’unité togolaise encore appelé Unitogo17, a été créé en mars 1941 par L. Montagné, commissaire de la République du Togo. Il s’agissait d’une sorte d’amicale ayant pour objectif essentiel de faire pièce aux revendications coloniales allemandes (Gayibor, 2005 : 570). Mais, le 26 avril 1946, cette association pro-française se transforma en un parti politique opposé à la présence française au Togo18. Fondé dans la capitale, le parti atteignit l’intérieur du pays par l’intermédiaire des voyageurs, des commerçants et de certains chefs locaux. Il rencontra un tel succès que dès 1947, on estimait le nombre de ses adhérents à 18 600, 40 000 en 1950, 200 000 en 1952, 235 000 en 1955 (Gayibor, 2005 : 572). Le cercle de Klouto fut l’un de ses bastions. En 1947, le parti y avait 4 000 adhérents (Kponton, 1977 : 79), sous la direction d’un bureau ainsi composé.

Noms et prénoms

Postes

H. K. Apétor II, roi de Kpalimé

Président

Attiogbé Emmanuel

1er vice-président

Sam Klu

2e vice-président

Otto Ametépé

Secrétaire général

Amégan Komi Henri

Secrétaire régional adjoint

John Bull

Conseiller

Tsogbé Joseph

Conseiller

Stéphane Ayekplé

Conseiller

  • 19 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 50 : Organisation et fonctionnement du PTP.

Tableau 4. – Bureau du CUT pour le cercle de Klouto19.

13La structure du CUT était très hiérarchisée et très centralisée. Les sections cantonales du parti étaient constituées des présidents de bureaux de villages et les bureaux de villages composés des présidents de bureaux de quartiers. Ces sections étaient chargées de coordonner les activités du parti, de transmettre les consignes et de diffuser les informations. Dans les cantons, le bureau cantonal était plus resserré.

Noms et prénoms

Postes

Agboklou Émile

Président

Awumey Marcus

1er vice-président

E. K. Peby

2e vice-président

Adakpo Amsbald

Conseiller

  • 20 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 23 : Rapport sur les activités du CUT.

Tableau 5. – Bureau du CUT pour le canton d’Agou20.

Noms et prénoms

Postes

Doh John

Président

Atsu Jonathan

Vice-président

Medengble Yaovi

Secrétaire

Akuagbi David

Conseiller

Agbokou Christophe

Conseiller

Womitso Ruben

Trésorier

  • 21 Source : ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 23 : Rapport sur les activités du CUT.

Tableau 6. – Bureau du CUT pour le canton de Kpélé21.

14Ces cadres locaux du CUT n’appartenaient pas à la fonction publique. Il s’agissait de propriétaires, de commerçants, de paysans, d’agents des professions libérales qui n’avaient pas à craindre les mesures de rétorsion utilisées habituellement contre les fonctionnaires. Le risque de licenciements, d’affectations punitives ou de mises à pied faisait préférer la discrétion aux fonctionnaires qui n’affichaient pas leur appartenance aux partis nationalistes. En revanche, les plus jeunes des Togolais n’hésitèrent pas à rejoindre la Juvento, un mouvement de jeunes qui seconda le CUT.

La Juvento, un parti allié au CUT, mais plus radical

  • 22 Article 4 des statuts de la Juvento.
  • 23 M. Aithson, A. Santos, B. Apaloo, N. Amégah, F. Abalo et Me F. Amorin.

15En 1951, de jeunes nationalistes, pour la plupart issus du CUT, décidèrent d’innover en créant leur propre parti, la Juvento. La nouvelle formation politique avait pour objectifs22 d’œuvrer pour la consolidation de l’indépendance, le triomphe de la démocratie et la réalisation de l’Unité africaine. La Juvento choisit, Ablodé comme mot d’ordre. Pour ce mouvement de jeunes, il s’agissait en effet, de réaliser le désir d’indépendance immédiate des populations togolaises (D’Almeida, 1998 : 93). Les leaders de ce parti23, plus jeunes, accusaient leurs aînés du CUT d’être timorés et de ne pas réclamer ouvertement l’indépendance du Togo (Kakou, 1972). C’était bien là une petite révolution dans le territoire, car les ambitions affichées par la Juvento tranchaient radicalement avec celles du CUT. Avant cela, personne n’avait jamais osé demander l’indépendance qui était en quelque sorte un sujet tabou. Dans le cercle de Klouto, le mouvement des jeunes s’implanta dès 1952, sous la conduite d’un bureau restreint mais actif.

Noms et prénoms

Postes

Mabudu Alphonse

Président

Tsrakassu William

Vice-président

d’Almeida Francis

Secrétaire

  • 24 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 23 : Rapport sur les activités du CUT.

Tableau 7. – Bureau de la Juvento pour le cercle de Klouto24.

16Le président et son vice-président étaient des propriétaires et le secrétaire, un moniteur d’agriculture. Cette fonction de moniteur était de nature à permettre à l’intéressé d’entrer en contact avec de nombreux paysans et de diffuser plus que son savoir agricole. Il s’agissait en effet de paysans qui avaient suivi une formation primaire en agriculture dans des écoles agricoles et qui étaient chargés de l’encadrement des paysans dans plusieurs villages. À leur proximité sociale avec leur auditoire, ces jeunes militants ajoutaient le prestige d’être lettrés. Ainsi, dans le canton d’Agou, les trois membres de la section locale étaient des cultivateurs sachant lire et écrire en français ou en éwé.

Noms et prénoms

Postes

Atsatsavuvu Sosthène

Président

Awudor Kodjo Pierre

Vice-président

Siativi Augustin

Secrétaire

  • 25 Tableau réalisé à partir des enquêtes de terrain.

Tableau 8. – Bureau de la Juvento pour le canton d’Agou25.

17Dans le canton de Kpélé, le parti put compter sur une équipe composée de cinq membres.

Noms et prénoms

Postes

Gabriel Nyuiadzi

Président

Alphonse Maboudou

Vice-président

Peter K. Ametozou

Secrétaire général

John K. Amettoe

Secrétaire

  • 26 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 37

Tableau 9. – Bureau de la Juvento du canton de Kpélé26.

18Tous contribuèrent largement, dans le cercle de Klouto, au succès des nationalistes partisans d’Ablodé auprès des électeurs.

L’engagement des Klouto en faveur d’Ablodé : une combativité à toute épreuve ?

19Dans le Klouto, toutes les couches socioprofessionnelles ont participé à la lutte pour l’indépendance. Des travaux (Gayibor, 2005 ; Etoh, 2011) ont montré la contribution des leaders politiques. Cet article souhaite s’arrêter sur celle des femmes, notamment à travers leur organisation et l’animation des meetings nationalistes.

Les femmes nationalistes de Klouto et la lutte pour l’indépendance

20Tous les cantons et villages du cercle avaient des sections féminines chargées de l’animation, de la diffusion des idées et de la propagande. Les activités des sections locales étaient coordonnées par le bureau de Kpalimé.

Noms et prénoms

Titre

Hunkpati Kayi Véronique

Présidente

Akpénou Reine

Vice-présidente

Alfred Kpedou

Secrétaire

Akpaloo Agnès

Trésorière

Mme Trédé

Trésorière adjointe

Djoulie Anipa

Propagandiste

N’Go Kossiwa

Conseillère

Habono

Conseillère

Awowou

Conseillère

  • 27 Tableau réalisé à partir des informations fournies par Alfred Kpédou, 80 ans, secrétaire du comité (...)

Tableau 10. – Bureau de la section féminine des nationalistes dans le Klouto27.

  • 28 Dekpo Komi, 83 ans, militant du CUT, entretien du 22 décembre 2009 à Agou Atigbé Dzogbéfémé.
  • 29 Nom du premier fils de Madame Goumenou Kossiwa. Gouménou Kossiwa, 80 ans, militant du CUT, entreti (...)
  • 30 Atitso Doumégan, 75 ans, militant du CUT, entretien du 22 décembre 2009 à Kpélé-Govié.
  • 31 Holodji Djadou IX, 69 ans, chef de Kpélé-Elé, militant du CUT, entretien du 1er mars 2010 à Kpélé- (...)

21Quelques femmes se démarquent de la masse des militantes par certains de leurs hauts faits ou les tâches dont elles avaient la responsabilité. Ainsi Djoulie Anipa était chargée de l’animation des meetings du parti et organisait les rencontres des femmes. Pour échapper à la vigilance de l’administration, les réunions politiques n’avaient jamais lieu au même endroit. Les femmes qui ne pouvaient pas se rendre aux réunions à pieds en raison de leur état de santé ou de leur âge, se tenaient au bord de la route pour donner de l’eau ou prévenir de la présence de la police, en criant Obé migbugbo va loo28 (on vous dit de revenir). Ces cris permettaient aux militants de contourner les forces de l’ordre. Chaque village avait son signal d’alerte : Dodowé29 à Agou-Atigbé, Edéa di loo30 (la noix de palme est mûre) à Kpélé-Govié, Adiba di loo31 (la papaye est mûre) à Kpélé-Elé, etc.

  • 32 Koumématso Togbé, 101 ans, militante du CUT, entretien du 21 mars 2010 à Kpalimé.
  • 33 Kpédou Alfred, 80 ans, secrétaire de la section féminine du CUT, entretien du 23 mars 2010 à Kpali (...)
  • 34 Une sorte de panier servant à vanner le grain.
  • 35 Kpédou Alfred, 80 ans, secrétaire de la section féminine du CUT, entretien du 23 mars 2010 à Kpali (...)

22Dans la quête d’Ablodé, la créativité les femmes nationalistes de Klouto fut notable. Ainsi, en 1955, lors de la visite d’une mission de l’ONU à Kpalimé, les autorités françaises ne voulaient pas qu’elle rencontre les militants de l’opposition. Une militante se fit donc passer pour morte. Elle fut transportée par d’autres militants et des femmes accompagnèrent le cortège « funèbre » dans la ville en pleurant32. Les forces de l’ordre le laissèrent passer croyant à un enterrement et les militants purent rencontrer les envoyés de l’ONU. En 1957, toujours autour d’une visite des envoyés de l’ONU, les femmes s’adaptèrent au contexte. En effet, seuls les membres officiels des bureaux exécutifs des partis dans le cercle étaient autorisés à prendre part à la réunion mais ils ne pouvaient pas porter sur eux de pétitions. Afin de remettre leurs pétitions (interdites) aux émissaires onusiens, Kpédebou Adjointa33 se déguisa en folle. Elle simula une grossesse à l’aide de pagnes usagés, portant un bébé sur le dos et un van34 enrobé d’une tunique sur sa tête. Son accoutrement dissimulait ainsi les pétitions. Elle se dirigea vers le lieu de réunion en insultant les nationalistes et put ainsi parvenir aux représentants onusiens35.

  • 36 Azouma Adjo, 67 ans, militante de la Juvento, entretien du 23 décembre 2009 à Agou Atigbé Dzogbéfé (...)
  • 37 Idem.
  • 38 Idem.
  • 39 Koffi Woumessi, 83 ans, militant du CUT, entretien du 22 mars 2010 à Kpalimé.

23Des slogans et chansonnettes très variés entrecoupaient les réunions : Egbé a ne mia katan yé la kou le Togo a Milon36 (Aujourd’hui si c’est nous tous qui allons mourir au Togo, nous acceptons). L’administration empêchant tout rassemblement partisan, les femmes diffusèrent les informations en faisant du porte à porte, en sillonnant les marchés et les lieux de mariages, de fêtes ou de funérailles (Kponton, 1977 : 109). Pour informer de l’heure d’une réunion, elles rentraient dans les maisons, discutaient et avant de partir, disaient : « Pourrais-je te voir ce soir, j’ai un petit problème37 » ou encore « as-tu le temps pour m’accompagner ce soir dans la grande famille, ma belle-mère est malade38 ». Pour informer du changement de lieux, elles disaient notamment : « Je suis passé chez Attiogbé mais, je ne l’ai pas vue, je compte aller voir chez Komi le tailleur39. » Ces stratagèmes militants illustrent combien Ablodé a représenté un réel combat pour la population du Klouto et les risques afférents qui pesaient sur elle.

Les Klouto, victimes de leur adhésion au CUT

24Le CUT, particulièrement implanté en milieu éwé (Gayibor, 2005 : 571-572), boycotta la plupart des élections organisées par la France à partir de 1952. Alors que le parti avait gagné toutes les élections organisées jusque-là, il perdit celles de 1951 et de 1952. Ses dirigeants conclurent au truquage des élections par la France (Kadanga, 2008 : 109) et le CUT se retira de toutes les compétitions électorales jusqu’en 1958 (Aduayom, 1975 ; Kponton, 1977 ; Gayibor, 2005). Le cercle de Klouto suivit la formation nationaliste dans son mouvement d’humeur contre l’administration française. Les chefs locaux furent particulièrement dynamiques dans la résistance. Meetings et campagnes en faveur de l’unification furent organisés avec leur bénédiction.

  • 40 Ce fut le cas de Tsally IV chef d’Agomé-Yo qui quitta le CUT (Kokoa, 2002 : 155).
  • 41 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier 23 : Rapport confidentiel du commandant de cercle de Klo (...)
  • 42 Idem.

25Très vite, les autorités coloniales contestées prirent des mesures préventives et/ou répressives qui fragilisèrent le CUT. Les meetings furent interdits et les déplacements des militants surveillés. Les chefs furent contraints de militer au sein du PTP, au risque d’être détrônés. La menace fut payante et certains d’entre eux, pour sauver leur trône, adhérèrent au PTP, favorable à l’administration40. La désignation de nouveaux chefs, entre autres villes, à Tové, à Danyi-sud, à Kpélé-Akata, à Kpélé-Bémé donna l’occasion à l’autorité de porter son choix sur des collaborateurs41. Bouaka, chef de Kpélé-Bémé fut détrôné et déféré au tribunal en novembre 1951 pour « incitation au refus d’obéir42 ». Le chef de Kpélé-Tsiko, pour avoir refusé de répondre à une convocation de la gendarmerie fut condamné à 15 jours de prison.

  • 43 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier 23 : Diffusion de fausses nouvelles anti-françaises.
  • 44 Les faits remontaient aux 22 et 23 mars 1952 à Kpalimé. Selon la version officielle, lors de la ca (...)

26Au harcèlement administratif dont étaient victimes les chefs, correspondaient la judiciarisation de l’activité politique pour les militants de base ou le refus de la justice de donner suite aux plaintes des opposants politiques victime de violences. Le 13 octobre 1951, le CUT perturba une soirée récréative organisée à l’occasion de la venue à Kpalimé du député N. Grunitzky. L’un de ses dirigeants, John Armatoé, molesté, porta plainte contre le commandant de brigade pour « coups et blessures ». Cette plainte fut classée sans suite par le Parquet43. En revanche, Sam Klu et Mathias Apaloo, deux militants en vue du CUT, furent arrêtés et condamnés le 23 juillet 1952 à neuf mois de prison ; on leur imposa 100 000 francs d’amende pour « incitation au désordre44 ». Sam Klu porta plainte contre le commissaire de police pour mauvais traitement et l’affaire fut classée sans suite par la justice en mars 1952. A contrario, la plainte déposée par le commissaire contre Sam Klu pour dénonciation calomnieuse fut acceptée. Bien qu’ayant déjà purgé sa peine de neuf mois de prison pour trouble à l’ordre public, il fut à nouveau condamné à six mois et le 4 mai 1953, cette peine fut portée à sept mois après appel du prévenu. S’y ajouta une amende de 6 000 francs (Kokoa, 2005 : 155) et cette dernière condamnation l’empêcha de se présenter aux élections du 27 avril 1958 (d’Almeida, 1998 : 59).

27Les populations profitèrent des élections du 27 avril 1958 auxquelles elles participaient de nouveau pour exprimer leur mécontentement contre l’administration et le PTP. Grâce à la supervision des délégués onusiens, le CUT put faire campagne pour une indépendance immédiate du Togo. Ses militants participèrent massivement au scrutin. Les résultats, proclamés le 3 mai 1958, par la commission de vote créditèrent le CUT d’une victoire éclatante.

  • 45 Réalisé à partir du rapport Dorsinville, 1958, p. 176-177.

Tableau 11. – Résultats des élections du 27 avril 1958 dans le cercle de Klouto45.

  • 46 Cependant, sur les 6 138 qui se sont abstenus, 5735 n’avaient pas retiré leur carte d’électeur.

28La lecture du tableau ci-dessus montre un fort taux d’abstention (6 138 au total soit 17 % des inscrits)46. Le nombre de bulletins nuls (157) était négligeable. Les candidats nationalistes obtinrent 28 494 voix, soit 93 % des suffrages exprimés. Le candidat du MPT, François Akué n’eut aucune voix à Klouto Centre. Quant à ceux du PTP, leurs scores furent marginaux avec un total de 1 470 voix, soit 7 % des suffrages exprimés. Cette victoire du CUT dans le Klouto confirma le raz-de-marée du parti de S. Oymplio au plan national. Sur 46 sièges à pourvoir, il enleva 29. L’UCPN ne remporta que 10 sièges et le PTP ne put en gagner que 3. Quatre indépendants qui siégèrent aux côtés des élus du CUT, firent aussi leur entrée à la Chambre des députés.

  • 47 Wognoyou Christine, 85 ans, militante du PTP, entretien du 30 mars 2010 à Danyi-Atigba.
  • 48 Agboï Atakuma, 60 ans, militante du PTP, entretien du 2 avril 2010 à Kpélé-Dafo.
  • 49 Idem.
  • 50 Djadou Holodji IX, 69 ans, chef de canton de Kpélé-Elé, militant du CUT, entretien du 1-04-2010 à (...)
  • 51 Codjie Alice, 73 ans, militante du PTP, entretien du 30 mars 2010 à Danyi-Atigba.
  • 52 Livre blanc sur les événements survenus au Togo entre le 27 avril 1958 et le coup d’État militaire (...)
  • 53 Représentant le coût de 3 béliers, 21 bouteilles de royal Scott Gin, un poulet, 3 Dames Jeannes de (...)
  • 54 Togbui Ezor I, 50 ans, chef du village de Kpélé-Govié Hoémé, entretien du 24 mars 2010 à Kpalimé.

29Au lendemain de cette victoire du 27 avril 1958, les nationalistes se vengèrent de leurs adversaires politiques. Les scènes de pillage et de lynchages, les incendies touchèrent tous les cantons du cercle dans lesquels les Progressistes furent traités en parias (Adaba, 2010)47. À Kpélé par exemple, ils n’eurent plus accès à la rivière pour se ravitailler en eau48. À Danyi Atigba, Amegan Christophe, président du camp progressiste, fut roulé dans une toile blanche et promené à travers le village. Ce cérémonial était destiné à le sortir des ténèbres progressistes pour l’amener la lumière nationaliste49. On simula son enterrement et il fut banni du village50. Codjie Stéphane connut le même sort à Avetonou et son moulin fut détruit51. La maison de Zozo Kofi Paul dit « Petit Kofi » fut démolie le 4 mai 1958. « Condamné » par une foule de près de 2 000 personnes, autoproclamée « tribunal populaire », il fut contraint à l’exil au Ghana52. À Woumé, Kokouvi Azouma paya une amende de 23 970 francs CFA53. À Kpalimé, le champ de cacao de Gambi Goka, fut occupé et lui-même fut renvoyé de sa ferme. À Kpélé-Dafo, Suza Dogbé, fut déshabillé et fessé en public. Raphaël Daké fut chassé de sa maison. À Kpélé-Atimé, Zogbédji perdit la vue après avoir été victime de violences54. À Kpélé-Akata, Amétépé Koledji passa trois mois à l’hôpital après avoir reçu des coups. K. Pierre Semegbo de Kpélé-Goudevé et Paul Gazé de Kpélé Kayi s’exilèrent.

30Des chansons témoignent de la violence dont furent victimes les Progressistes. Gbemumu, responsable progressiste de Kpélé-Dafo, perdit la vie suite aux exactions dont il avait été victime.

Ablodé ta eyi da looa

Je suis mort à cause de l’indépendance

Ablodé va Togo

L’indépendance est venue au Togo

Mano yoméké mano

Je serai dans ma tombe et de là je vais me

Kpélé niwo kom be.

moquer du peuple de Kpélé.

Ablodé vaTogo

Que l’indépendance est venue au Togo

Gbemumu be ablodé hun ta yi ku da loo

Gbemumu dit qu’il est mort à cause de l’indépendance

Ablodé va Togo

L’indépendance est venue au Togo.

Mano yomeke mano

Je serai dans ma tombe et de là je vais me

Kpélé viwo kom bé.

moquer du peuple de Kpélé

Ablodé va Togo

Que l’indépendance est venue au Togo

Ablodé ta yi ku da loo

Il dit qu’il est mort pour l’indépendance

Ablodé va Togo

L’indépendance est venue au Togo !

a. Agboï Atakuma, 60 ans, militante du PTP, entretien du 2 avril 2010 à Kpélé-Dafo.

31Une autre chanson est consacrée à Suza Dogbé, paralysé à la suite de violences exercées sur lui.

Nya wunu nam lob

Je suis dépassé par les événements

Novio mé do kpo gblogblo

Mes amis je peux plus parler

Suza kpo vié simé do morning loo

Suza, dans la soirée, a dit bonjour

Ebe nya yunu na yilo

Il dit qu’il est dépassé par les événements

Ne yi kua élavé doua éé

S’il mourait, le peuple sera triste

Ne mé kulé Ablodé hun nya mé

Si je meurs dans cette victoire nationaliste,

Ne mé kudé elavé doua éé

Le peuple sera triste

b. Agboï Atakuma, 60 ans, militante du PTP, entretien du 2 avril 2010 à Kpélé-Dafo.

32Ces exactions dont la liste n’est pas exhaustive entachèrent l’ambiance qui entoura l’avènement de l’indépendance dans le cercle. Dans un tel climat de violence, la marche vers l’indépendance s’annonçait donc difficile pour certains.

La proclamation de l’indépendance dans le Klouto : entre espoirs et peurs

33Les nouvelles autorités togolaises entamèrent les négociations avec la France, en vue de la proclamation de l’indépendance, dans un contexte extrêmement tendu. Le processus dura deux ans et les fêtes qui le couronnèrent n’eurent pas le même goût pour tous les Togolais. À Kpalimé, elles furent un succès en termes d’organisation et de fraternisation harmonieuse (de Menthon, 1993) mais, lors des nombreuses festivités qui marquèrenet l’événement, les Progressistes furent exclus.

34Les négociations franco-togolaises conduisirent les deux parties à faire le choix du 27 avril 1960 comme date de l’indépendance du Togo. Les nationalistes auraient pu proclamer l’indépendance dès 1958, mais deux jours après le scrutin, Sylvanus Olympio, rassura les autorités françaises sur les ondes de Radio Lomé :

  • 55 Togo Républicain du 30 avril 1958.

« Dans notre association, il y a des hommes âgés, nous ne sommes pas tous des jeunes et nous savons très bien que nous ne pouvons pas mener seuls notre pays, que nous avons besoin de techniciens pour ce pays. Il semble que c’est notre devoir le plus ordinaire, d’utiliser les techniciens et également de demander à la France de continuer à nous aider et à nous envoyer ses techniciens afin que nous puissions continuer le développement économique et social du pays55. »

35Il précisa en d’autres termes :

  • 56 Interview de S. Olympio, accordée au correspondant de l’Agence France Presse (AFP), parue dans Tog (...)

« Je pense que les chances de coopération réelle entre la France et le Togo, dans la franchise et l’égalité, n’ont pas diminué, mais au contraire ont été accrues par le scrutin du 27 avril 195856. »

36Aussi, dès le mois de septembre 1958, les nouvelles autorités togolaises engagèrent-elles avec la France des négociations afin de régler les problèmes laissés en suspens. Il s’agissait d’arrêter une date pour la proclamation de l’indépendance et en même temps d’étudier les modifications indispensables au statut en vigueur afin de l’adapter aux nouvelles circonstances de la période de transition (d’Almeida, 1998 : 102). Après un mois de discussions, un communiqué conjoint publié à Paris et à Lomé précisa :

  • 57 Togo Républicain, no 198 du mercredi 1er octobre 1958.

« Sur la base des engagements pris le 18 novembre 1957, devant l’Assemblée générale des Nations Unies par le Ministre de la France d’Outre-mer, aux termes desquels le gouvernement français n’exercerait plus au Togo que les attributions relatives à la diplomatie, la défense et la monnaie ; ainsi que les dispositions de résolutions no 1182 de l’Assemblée générale des Nations Unies en date du 29 novembre 1957 relative au transfert des pouvoirs et à l’avenir du Togo, le gouvernement français a donné acte au Premier ministre de la République du Togo de l’option du Togo en faveur de l’indépendance à l’issue du régime de tutelle. En conséquence de quoi, il a été convenu des modifications essentielles à apporter au statut actuel en vue de réaliser la dernière étape de l’évolution des institutions togolaises avant l’indépendance57. »

  • 58 Togo Républicain, no 200 du mercredi 8 octobre 1958.

37Dans une allocution à la Chambre des députés, le Premier ministre togolais précisa le contenu de cet accord avec la France : « Il s’agit des modifications à apporter au statut du 22 février 1958, de l’année 1960 arrêtée pour la proclamation de l’indépendance et de la levée de la tutelle58. » Il expliqua, le choix de l’année 1960, pour la proclamation de l’indépendance :

  • 59 Idem.

« L’année 1960 a été retenue non pas pour une raison spéciale mais plutôt pour des raisons d’opportunité. En effet, nous avons jugé nécessaire d’avoir quelques mois de préparation pour nous permettre de mettre en place les dispositions nécessaires avant de proclamer le territoire un pays indépendant et il a été estimé de tous les côtés qu’un an ou 18 mois seraient nécessaires pour mettre en place les dispositions dont j’ai parlé tout à l’heure59. »

  • 60 Résolution no 1253 de l’ONU, XIIIe session, 780e séance plénière, en date du 14 novembre 1958.
  • 61 Le 30 août est le jour anniversaire de la proclamation de la République autonome du Togo (RAT) don (...)

38Dans sa résolution de novembre 1958, l’Assemblée générale de l’ONU prit « acte du fait que les gouvernements de la France et de la République du Togo ont décidé d’un commun accord que le Togo accédera à l’indépendance en 1960, en conformité des vœux de la Chambre des députés togolaise60 ». Ainsi, le seul point laissé en suspens concernait le choix du jour et du mois de la proclamation de l’indépendance. Ce choix, laissé à la charge des députés ne se fit qu’en 1959, tellement les avis étaient partagés. La Juvento avait toujours été favorable à ce que l’indépendance intervienne très tôt, dès 1958 même. Quant aux progressistes, ils proposèrent le 30 août 195961. Mais, le Gouvernement proposa la date du 23 octobre, jour anniversaire de l’adoption de la déclaration de 1958 par la Chambre des députés. Finalement, le 30 avril 1959, la Chambre des députés arrêta, le 27 avril 1960, jour anniversaire des élections législatives de 1958 et de la victoire des nationalistes, donc un jour qui était nécessairement non consensuel.

  • 62 Tam-tam parlant et tam-tam de joie.
  • 63 Biakou Awla, 60 ans, militante de la Juvento, entretien du 23 mars 2010 à Agomé-Tomégbé.

39Ce 27 avril 1960 fut donc le jour des festivités dans le cercle de Klouto et, autant qu’on a pu en juger du côté des organisateurs, ce fut une fête locale réussie. Après le succès électoral du 27 avril 1958, les nationalistes du cercle s’organisèrent pour célébrer Ablodé Gbadja. Dans l’après-midi du 25 avril 1960, il y eut un dépôt de gerbes sur les tombes des nationalistes disparus. Le 26 avril 1960, les rues de Kpalimé furent prises investies par une foule manifestant sa joie par des cris de victoire. Les tam-tams (Atounpani, Atrikpè)62 résonnèrent. Femmes et hommes avaient aux poignets un morceau de toile blanche, signe de victoire. Un défilé fut organisé dans la ville de Kpalimé. Les leaders locaux du CUT, victimes de la répression de l’administration, furent décorés. Les chefs locaux, détrônés pour leur engagement en faveur d’Ablodé, furent ré-intronisés. Ainsi, le chef Apetor II fut-il décoré et transporté à travers la ville63.

  • 64 Yador Klu Awla, 74 ans, Ablodé Sodja, entretien du 23 mars 2010 à Agomé-Tomégbé.
  • 65 ANT-Lomé, 2APA du cercle de Klouto, dossier no 80 : Les élections du 27 avril 1958.

40Le lendemain, 27 avril 1960, une grande fête fut organisée. Les femmes enthousiastes, s’habillèrent de façon uniforme avec des pagnes conçus dans les mêmes tissus. Chants, danses, louanges aux leaders nationalistes se succédèrent. La fête fut rehaussée le lendemain, 28 avril, par l’arrivée à Kpalimé du Président de la République, S. Olympio accompagné de son épouse, Dina Olympio. Accueillis par des chants en leur honneur, ils furent portés en triomphe64. Une foire-exposition d’une semaine fut organisée à Kpalimé par les autorités locales afin de donner à voir les atouts économiques et culturels de la région. Les femmes firent valoir leurs savoir-faire. Elles exposèrent des poteries moulées, des bracelets de brindilles tressés, des napperons brodés de motifs tirés de la flore ou de la faune locale, des pull-overs artistiquement tricotés. Elles présentèrent aussi dans des stands les richesses de l’art culinaire local65. Cependant, cette joie fut de courte durée. À l’oppression persistante des Progressistes s’ajouta la déception des paysans de Klouto.

  • 66 Voir en deuxième partie l’article « Les acteurs de la décolonisation en confrontation : Mamadou Di (...)
  • 67 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier 81 : les conséquences des législatives de 1958 dans le c (...)
  • 68 Le budget de 1958 avait été voté avec un déficit d’environ 800 000 000 de francs CFA.
  • 69 Ainsi, les fonctionnaires togolais furent privés de toute augmentation de salaire en dépit d’une h (...)

41Cette fois, la déception fut essentiellement économique et l’agitation des paysans producteurs de café et de cacao préluda, en partie, au mécontentement général à venir. À l’atmosphère de revanche, s’ajouta la grogne née de la situation économique dégradée et de ses conséquences. Comme dans d’autres ex-colonies66, les mesures d’austérité budgétaire du gouvernement entamèrent la confiance des Togolais dans l’indépendance et la loyauté de l’armée à la République. En effet, les nationalistes avaient laissé penser qu’Ablodé résoudrait toutes les difficultés du Togo. Pour les populations, Ablodé Gbadja devait consacrer la fin des tracasseries, des brimades et des… impôts. Le 29 octobre 1958, Emmanuel Aho, un jeune nationaliste, le dit clairement au commandant de peleton, Michel Togbé, en mission de collecte des impôts : « Pourquoi perçoit-on encore l’impôt ? Ne savez-vous pas qu’il y a Ablodé et que chacun peut faire ce qu’il veut67 ? » Or, en raison de la situation économique dont il a hérité68, S. Olympio se consacra à ce qu’il considéra comme la question la plus urgente : l’équilibre budgétaire (Gayibor, 2005 : 665). Il imposa une politique d’austérité touchant également les fonctionnaires69. En outre, pour financer le budget de 1959, les nouvelles autorités votèrent l’augmentation des recettes fiscales. La pilule fut amère pour les populations qui avaient déjà consenties des sacrifices pour la liberté.

42Pour la région de Klouto, le coup décisif qui provoqua la colère vint de la taxe de 5 francs imposée à chaque kilo de cacao vendu. Les paysans de Klouto, producteurs de café et de cacao, exprimèrent ouvertement leur mécontentement en refusant de récolter leur produit ou en le vendant en territoire ghanéen (Etoh, 2009 : 54). Afin d’éviter que la situation ne dégénère, un comité de sages du cercle entreprit une mission de médiation, le 22 décembre 1962. Togbé Laclé de Womé, son porte-parole, Apetor II de Kpalimé, Notable Komi de Kpélé, Guehe Kossi de Hanyigba Todji et Togbé Tsally de Yo furent reçus par le Président de la République. Le comité de sages expliqua le mécontentement de la population de Klouto et proposa en vain que la taxe sur le cacao soit supprimée. N’ayant pas obtenu gain de cause, la délégation de Klouto entreprit une seconde mission le 13 janvier 1963 mais sa marche vers Lomé fut interrompue à mi-chemin par la nouvelle du coup d’État. Ainsi, avant même la mort de celui que certains Togolais appelaient déjà le père de l’indépendance (Agbobli, 1992 ; 2007), la flamme d’Ablodé s’était éteinte par étapes successives au point que la plupart des citoyens de Klouto n’en attendait déjà plus grand chose lorsque le colonel Eyadema plaça Nicolas Grunitzky au pouvoir.

*

  • 70 L’intervention militaire dans la vie politique du Togo se solda par l’assassinat du premier Présid (...)

43Finalement l’hostilité vengeresse à l’égard des Progressistes qui avait commencé en 1958 se poursuivit par delà la fête de 1960 et ne prit fin qu’avec le coup d’État militaire du 13 janvier 196370. Le 28 mai 1963, les nouvelles autorités créèrent, dans un souci de réconciliation (Kadanga, 2008), une commission « de réparation » chargée d’indemniser les victimes des événements politiques compris entre le 27 avril 1958 et le 13 janvier 1963. Des milliers de plaintes furent adressées aux commissions locales de réparation. À Klouto, les plaignants dénoncèrent la brutalité et les amendes dont ils avaient été victimes après les élections du 27 avril 1958. En termes symboliques, l’intervention de l’armée dans la vie politique fut lourde de conséquences ; les Togolais renièrent le 27 avril comme date commémorative de l’indépendance de leur pays ; en 2010, cinquante ans plus tard, la question du rapport que les Togolais entretiennent avec le souvenir d’Ablodé et cette date se posait toujours.

  • 71 Le 27 avril fut simplement mentionné comme date historique dans le texte de loi.
  • 72 L’une des principales formations politiques de l’opposition au Togo.

44Les nouvelles autorités du Togo cherchèrent à tourner la page et reprochèrent au régime déchu son autoritarisme. Le soutien apporté au président Eyadéma par la population de Klouto, fief du CUT et de la Juvento, qu’il ait été spontané ou non, montre que le peuple a, dans une certaine mesure, approuvé la chute du régime Olympio. Le 13 janvier, date anniversaire de son assassinat, érigé en « fête de la libération nationale », fut célébré avec faste, même à Kpalimé. À l’occasion, les « groupes d’animation » (Alaki, 2010) rivalisèrent d’ardeur et de slogans en faveur du nouveau pouvoir. Le 21 avril 1987, le président de l’Assemblée nationale, Valentin Mawupé Vovor, un fils de Klouto, introduisit un projet de loi supprimant le 27 avril de la liste des fêtes légales. Malgré certaines réticences (Agboyibo, 1999 : 28), le texte fut voté le 21 mai 198771. À l’aube de la décennie 1990, à la faveur de la démocratisation du pays, certains tentèrent de ressusciter Ablodé mais ces initiatives furent fraîchement accueillies. Des chanteurs populaires, à la suite d’hommes politiques, reprirent à leur compte ce slogan des années de lutte pour la liberté. Ce ne fut pas sans conséquences fâcheuses pour certains. Agboti Yao Mawuena, l’une des meilleures voix de la chanson togolaise composa Ablodé Gbadja et dut se réfugier au Ghana. Dans la sphère politique, Gilchrist Olympio, président national de l’Union des forces du changement (UFC)72 et fils de S. Olympio, tenta de donner un autre sens au terme Ablodé. Pour lui et ses partisans, le slogan devait incarner la lutte pour la reconquête du pouvoir dont son père avait été privé. Lors de l’élection présidentielle de juin 1998, Ablodé, Ablodé Gbadja fut le slogan de ralliement de l’UFC. Mais, il n’eut pas le succès attendu lors des élections de 2003 et 2005 avec Bob Aquitani. Enfin en 2010, l’échec de Jean-Pierre Fabre conduisit à l’éclatement du parti porteur du slogan réactualisé.

  • 73 Togo-Presse, no 8274, du jeudi 29 avril 2010.
  • 74 Togo-Presse, no 8273, du mercredi 28 avril 2010.
  • 75 Togo-Presse, no 8274, du jeudi 29 avril 2010.
  • 76 Pourtant, le 31 décembre 2009, le président Faure Gnassingbé avait dans un discours à la nation, r (...)

45C’est dans ce contexte que fut célébré le 27 avril 2010, dans « l’allégresse et l’espérance » selon la presse proche du régime du président Faure Gnassingbe, fils d’Eyadéma73, le cinquantenaire de l’indépendance du Togo. Pourtant, malgré « une importante parade militaire, des danses folkloriques74 » et un « vaste mouvement d’ensemble au stade de Kégué75 », le 27 avril 2010, comme en 1960, ne mobilisa pas tous les Togolais76. L’UFC convia ses militants à un recueillement au Stade du cimetière à Lomé et aucun chef d’État étranger n’assista à la cérémonie officielle. Ablodé et Ablodé Gbadja, cinquante ans après le 27 avril 1960, ont conservé toute leur ambiguïté et toute leur complexité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adaba Etonam, Femmes et partis politiques dans le cercle de Klouto : l’exemple du CUT 1946-1963, mémoire de maîtrise en histoire, université de Lomé, 2010.

Aduayom Adimado, Frontières contre peuples en Afrique noire : le cas éwé, thèse de doctorat de 3e cycle, université Paris I-Sorbonne, 1975.

Agadjou Issanidji, La vie politique à Blitta (1946-1963), mémoire de maîtrise en histoire, université de Lomé, 2007.

Agbobli Atsutsè, Sylvanus Olympio : Un destin tragique, Dakar, NEA Sénégal, 1992.

Agbobli Atsutsè, Sylvanus Olympio, le Père de l’indépendance togolaise, Lomé, Graines de Pensées, 2007.

Agboyibo Yawovi, Combat pour un Togo démocratique, Paris, Éditions Karthala, 1999.

Ajavon Robert, Naissance d’un État africain, le Togo, territoire pilote, Lumière et ombre (1951-1958). Lomé, NEA, 1989.

Alaki Piyabalo-Menfénoyou, L’État et la consolidation de l’unité nationale au Togo (1960-1990), mémoire de maîtrise en histoire, université de Lomé, 2010.

Almeida Kossi (d’), Les élections législatives du 27 avril 1958, mémoire de maîtrise en histoire, Lomé, université du Bénin, 1998.

Almeida Kossi (d’), La répression administrative et politique au Togo : 1951-1963, mémoire de DEA en histoire, université de Lomé, 2002.

Assima-Kpatcha Essoham, L’administration du Togo-Français de 1919 à 1960, mémoire de DEA en histoire, Lomé, université du Bénin, 1997.

Anani S. K. Combété, Musique moderne et musiciens à Lomé (1965-2000), mémoire de maîtrise en histoire, université de Lomé, 2009.

Batoumaen, E. Bakpatina, Les élections et le référendum du 9 avril 1961, mémoire de maîtrise en histoire, université de Lomé, 2008.

Bois de Gaudusson (du) Jean, « Trente ans d’institutions constitutionnelles et politiques. Points de repère et interrogations », in Trente années d’Afrique. Afrique contemporaine, no 164, 1992, p. 50-58.

Etoh Amouzou, Les élections législatives du 27 avril 1958 dans le cercle de Klouto, mémoire de maîtrise en histoire, université de Lomé, 2009.

Gayibor Nicoué (dir.), Le Togo sous domination coloniale (1884-1960), Lomé, Presses de l’université du Bénin, 1997.

Gayibor Nicoué (dir.), Histoire des Togolais de 1884 à 1960, Presses de l’université de Lomé, Lomé, vol. II, tome II, 2005.

Gligbé Mawuéna, Vivre le multipartisme à Lomé de 1945 à 1963 : le Parti togolais du progrès et le Comité de l’unité togolaise, mémoire de maîtrise en histoire, université du Benin, 1993.

Kadanga Kodjona, « La question des réparations des violences politiques du 27 avril 1958 au 13 janvier 1963 à Atakpamé (Togo) », Cahiers du CERLESHS, no 29, 2008, pp. 108-128.

Kakou Courier, Le mouvement nationaliste au Togo vu à travers la presse française et locale (1945-1960), mémoire de maîtrise en histoire, université Paris I, Panthéon-Sorbonne, 1972.

Kokoa Komsana, Le cercle de Klouto de 1890 à 1960, mémoire de maîtrise en histoire, université de Lomé, 2005.

Kpetsi Komi, Élections et violences politiques à Tsévié de 1946 à 1963, mémoire de maîtrise en histoire, université de Lomé, 2010.

Kponton Ginette, La décolonisation au Togo (1940-1960), thèse de doctorat de 3e cycle, université de Provence, vol. III, 1977.

Mayeda Ningui Wénssowa, Christianisation et mutations socio-culturelles du Togo septentrional au temps colonial : 1896-1960, thèse de doctorat unique en histoire, université de Lomé, 2009.

Menthon Jean (de), À la rencontre du Togo, Paris, L’Harmattan, 1993.

Tété-Adjalogo Godwin, La palpitante quête de l’Ablodé 1940-1960, Paris, NM 7, 2000.

Tété-Adjalogo Godwin, Le régime et l’assassinat de Sylvanus Olympio, Paris, 2002.

Toulabor Comi, Le Togo sous Eyadema, Paris, Éditions Karthala, 1986.

Annexes

SOURCES

Entretiens

Numéro d’ordre

Nom et prénoms

Âge

Qualité

Date et lieu de l’entretien

1

Klevo Amavi

89 ans

Militante de la Juvento, Cultivatrice

20 décembre 2009 à son domicile à Agou Apégamé

2

Ayevor Ebenezer

73 ans

Secrétaire du CUT d’Agou Nyogbo

22 décembre 2009 à son domicile à Agou Nyogbo

3

Edeh Kossi

52 ans

Cultivateur, fils d’un militant du CUT

23 décembre 2009 à son domicile à Agou Gare

4

Azouma Adjo

67 ans

Militante de la Juvento

23 décembre 2009 à son domicile à Agou Atigbé Dzogbéfeme

5

Togbe Koumématso

101 ans

Militant du CUT

21 mars 2010 à son domicile à Kpalimé

6

Woumessi Koffi

83 ans

Militant du CUT

22 mars 2010 à son domicile à Kpalimé

7

Kpedou Alfred

80 ans

Secrétaire de la section féminine du CUT de Klouto

23 mars 2010 à son domicile à Kpalimé

8

Togbui Ezo I

50 ans

Chef du village de Govié-Hoemé

24 mars 2010 à Kpalimé

9

Togbui Tsally X

76 ans

Militant du PTP, chef de canton d’Agomé Eyo

25 mars 2010 à son domicile à Agomé-Eyo

10

Yador Klu Awla

74 ans

Ablodé Sodja

26 mars 2010 à son domicile à Agomé-Tomégbé

11

Biakou Awla

60 ans

Militante de la Juvento

26 mars 2010 à Agomé-Tomégbé

12

Codjie Alice

73 ans

Militante du PTP

30 mars 2010 à son domicile à Danyi Atigba

13

Wognoyouko Christine

85 ans

Militante du PTP

30 mars 2010 à son domicile à Danyi Atigba

14

Djadou Holodji IX

69 ans

Militant du CUT

1er avril 2010 à son domicile à Kpélé-Elé

15

Amevor Ama

70 ans

Ablodé Sodja

1er avril 2010 à son domicile à Kpélé-Elé

16

Agbeko Akuélé

65 ans

Ablodé Sodja

1er avril 20 à son domicile à Kpélé-Elé

17

Agboï Atakuma

60 ans

Militante du PTP

2 avril 2010 à son domicile à Kpélé-Dafo

Archives : ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto

Dossier no 23 :
Rapport sur les activités du CUT.
Rapport confidentiel du commandant de cercle de Klouto au Commissaire de la République.
Diffusion de fausses nouvelles anti-françaises.

Dossier no 37 : Information en public par la Juvento et exclusion de certains membres du parti.

Dossier no 50 : Organisation et fonctionnement du PTP.

Dossier no 80 : Les élections du 27 avril 1958.

Dossier no 81 : Les conséquences des législatives de 1958 dans le cercle de Klouto.

Journaux et périodiques et publication du gouvernement

Togo Républicain du 30 avril 1958.

Togo Républicain, no 155 du 3 mai 1958.

Togo Républicain, no 198 du mercredi 1er octobre 1958.

Togo Républicain, no 200 du mercredi 8 octobre 1958.

Togo Républicain, no 205 du samedi 25 octobre 1958.

Présence Chrétienne, parution spéciale du 19 janvier 1963.

Togo-Presse, no 8195, du lundi 4 janvier 2010.

Togo-Presse, no 8272, du lundi 26 avril 2010.

Togo-Presse, no 8273, du mercredi 28 avril 2010.

Togo-Presse, no 8274, du jeudi 29 avril 2010.

Togo-Presse, no 8277, du mardi 4 mai 2010.

Gouvernement togolais : Livre blanc sur les événements survenus au Togo entre 27 avril 1958 et le coup d’État militaire du 13 janvier 1963.

Résolution no 1253 de l’ONU, XIIIe session, 780e séance plénière, en date du 14 novembre 1958.

Notes

1 Togo-Presse, no 8273, du mercredi 28 avril 2010.

2 Mot mina ou éwé signifiant « indépendance » ou « liberté ». Ablodé Gbadja signifie « indépendance totale ». Ce slogan de ralliement des nationalistes serait emprunté de la Bible éwé de 1913 qui est une œuvre de la Mission de Brême (Mayeda, 2009).

3 L’opposition, représentée par la Juvento et le CUT, dénonça les conditions d’organisation de cette élection municipale. Lire les journaux favorables à la Juvento, notamment La Vérité Togolaise, no 150 du 13 novembre 1959, et Togo Matin, no 36 du lundi 16 novembre 1959.

4 La plupart des états en Afrique instituèrent un régime à parti unique après l’indépendance. Ce passage du multipartisme au parti unique fut présenté comme nécessité pour construire plus aisément l’État national et sortir du sous-développement par la recherche du consensus. Des théories furent élaborées pour faire du parti unique « une nécessité organique, l’instrument par excellence de l’intégration » (Bois de Gaudusson, 1992 : 52).

5 Les Ewé constituent l’un des principaux groupes de population du sud-Togo. Disséminé entre trois états (Bénin, Togo, Ghana), ce peuple dénonça les frontières héritées du tracé des frontières et du partage du Togo entre les vainqueurs de la guerre éclair du Togo en août 1914. Les Ewé du cercle de Klouto furent particulièrement touchés par ces partages successifs.

6 Pour plus d’information sur ce cercle, se référer aux Archives nationales du Togo (ANT), sous-série, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 368 : Monographie du cercle de Klouto.

7 Sur le plan national, le PTP, était dirigé par A. John Atayi, M. Segla, N. Grunitzky et le Dr Pédro Olympio. Ce dernier, cousin de Sylvanus Olympio, a été un militant de première heure du parti pro-administration. L’engagement politique au Togo dépassait les considérations familiales.

8 Cantonné dans le sud du territoire, son principal allié dans le nord était l’UCPN.

9 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 50.

10 Peuplé essentiellement d’Ewé et victime des partages successifs du Togo entre les vainqueurs de la Première Guerre mondiale au Togo, Klouto est connu pour son adhésion en faveur des thèses nationalistes. Toutefois, le PTP put compter sur certains chefs et surtout, sur les populations non éwé (Haoussa, Djerma, Yoruba, Tchamba etc.) établies dans le cercle pour des raisons diverses. Aucun recensement n’ayant été fait avant 1958-1960, il est difficile de déterminer avec exactitude leur nombre. Cependant, le comité exécutif du PTP, lors d’une réunion en date du 24 juin 1955, salua leurs contributions financières. ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 50 : Organisation et fonctionnement du PTP, souscription PTP Klouto.

11 Il serait fastidieux de reproduire les bureaux cantonaux et villageois du PTP à travers tout le cercle. Dans le cadre de cet article, nous nous sommes intéressés aux cantons d’Agou et de Kpélé, connus pour être très disputés par les partis politiques.

12 Ayévor Ebenezer, 73 ans, secrétaire du CUT d’Agou-Nyogbo, entretien du 22 décembre 2009 à Agou-Nyogbo.

13 Tableau réalisé par l’auteur à partir des enquêtes de terrain.

14 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 50 : Organisation et fonctionnement du PTP.

15 Le MPT, né le 16 août 1954 d’une scission intervenue au sein du PTP, est considéré comme un parti chanière. Ce parti n’a pas joué un rôle important dans le cercle de Klouto.

16 Le Togo est l’un des rares territoires d’Afrique subsaharienne à avoir connu trois colonisateurs : les Allemands, les Britanniques puis les Français. En effet, protectorat allemand entre 1884 et 1914, le territoire fut l’objet de deux partages à la suite de la défaite allemande au Togo le 27 août 1914. Ces partages morcelèrent les populations, notamment les Ewé de Klouto.

17 Dénomination figurant sur les statuts du CUT approuvés par l’arrêté local no 131 définitif bis du 13 mars 1941.

18 Ses leaders les plus connus sont A. de Souza, Sylvanus Olympio, J. S. de Tové, W. Fumey, A. B. C. Lawson, C. Franklin, R. Thompson, etc.

19 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 50 : Organisation et fonctionnement du PTP.

20 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 23 : Rapport sur les activités du CUT.

21 Source : ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 23 : Rapport sur les activités du CUT.

22 Article 4 des statuts de la Juvento.

23 M. Aithson, A. Santos, B. Apaloo, N. Amégah, F. Abalo et Me F. Amorin.

24 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 23 : Rapport sur les activités du CUT.

25 Tableau réalisé à partir des enquêtes de terrain.

26 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier no 37

27 Tableau réalisé à partir des informations fournies par Alfred Kpédou, 80 ans, secrétaire du comité de la section féminine du CUT, entretien du 23 mars 2010 à Kpalimé.

28 Dekpo Komi, 83 ans, militant du CUT, entretien du 22 décembre 2009 à Agou Atigbé Dzogbéfémé.

29 Nom du premier fils de Madame Goumenou Kossiwa. Gouménou Kossiwa, 80 ans, militant du CUT, entretien du 22 décembre 2009 à Agou Atigbé Dzogbéfémé.

30 Atitso Doumégan, 75 ans, militant du CUT, entretien du 22 décembre 2009 à Kpélé-Govié.

31 Holodji Djadou IX, 69 ans, chef de Kpélé-Elé, militant du CUT, entretien du 1er mars 2010 à Kpélé-Elé.

32 Koumématso Togbé, 101 ans, militante du CUT, entretien du 21 mars 2010 à Kpalimé.

33 Kpédou Alfred, 80 ans, secrétaire de la section féminine du CUT, entretien du 23 mars 2010 à Kpalimé.

34 Une sorte de panier servant à vanner le grain.

35 Kpédou Alfred, 80 ans, secrétaire de la section féminine du CUT, entretien du 23 mars 2010 à Kpalimé.

36 Azouma Adjo, 67 ans, militante de la Juvento, entretien du 23 décembre 2009 à Agou Atigbé Dzogbéfémé.

37 Idem.

38 Idem.

39 Koffi Woumessi, 83 ans, militant du CUT, entretien du 22 mars 2010 à Kpalimé.

40 Ce fut le cas de Tsally IV chef d’Agomé-Yo qui quitta le CUT (Kokoa, 2002 : 155).

41 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier 23 : Rapport confidentiel du commandant de cercle de Klouto au Commissaire de la République.

42 Idem.

43 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier 23 : Diffusion de fausses nouvelles anti-françaises.

44 Les faits remontaient aux 22 et 23 mars 1952 à Kpalimé. Selon la version officielle, lors de la campagne électorale des législatives de 1952, une patrouille de police aurait essuyé des jets de pierres et de briques depuis la maison de Sam Klu le 23 mars. Après enquête, on découvrit que des harangues adressées la veille à la foule lors d’une réunion publique et qui constituaient de véritables appels à la révolte, étaient à l’origine des incidents. Les orateurs en cause dont Sam Klu furent arrêtés.

45 Réalisé à partir du rapport Dorsinville, 1958, p. 176-177.

46 Cependant, sur les 6 138 qui se sont abstenus, 5735 n’avaient pas retiré leur carte d’électeur.

47 Wognoyou Christine, 85 ans, militante du PTP, entretien du 30 mars 2010 à Danyi-Atigba.

48 Agboï Atakuma, 60 ans, militante du PTP, entretien du 2 avril 2010 à Kpélé-Dafo.

49 Idem.

50 Djadou Holodji IX, 69 ans, chef de canton de Kpélé-Elé, militant du CUT, entretien du 1-04-2010 à Kpélé-Elé.

51 Codjie Alice, 73 ans, militante du PTP, entretien du 30 mars 2010 à Danyi-Atigba.

52 Livre blanc sur les événements survenus au Togo entre le 27 avril 1958 et le coup d’État militaire du 13 janvier 1963, p. 28. Ce document a été édité en 1963 par le gouvernement issu du coup d’État du 13 janvier 1963.

53 Représentant le coût de 3 béliers, 21 bouteilles de royal Scott Gin, un poulet, 3 Dames Jeannes de vin de palme, plus 13 500 francs.

54 Togbui Ezor I, 50 ans, chef du village de Kpélé-Govié Hoémé, entretien du 24 mars 2010 à Kpalimé.

55 Togo Républicain du 30 avril 1958.

56 Interview de S. Olympio, accordée au correspondant de l’Agence France Presse (AFP), parue dans Togo Républicain, no 155 du 3 mai 1958.

57 Togo Républicain, no 198 du mercredi 1er octobre 1958.

58 Togo Républicain, no 200 du mercredi 8 octobre 1958.

59 Idem.

60 Résolution no 1253 de l’ONU, XIIIe session, 780e séance plénière, en date du 14 novembre 1958.

61 Le 30 août est le jour anniversaire de la proclamation de la République autonome du Togo (RAT) dont les progressistes ont été les instigateurs en 1956.

62 Tam-tam parlant et tam-tam de joie.

63 Biakou Awla, 60 ans, militante de la Juvento, entretien du 23 mars 2010 à Agomé-Tomégbé.

64 Yador Klu Awla, 74 ans, Ablodé Sodja, entretien du 23 mars 2010 à Agomé-Tomégbé.

65 ANT-Lomé, 2APA du cercle de Klouto, dossier no 80 : Les élections du 27 avril 1958.

66 Voir en deuxième partie l’article « Les acteurs de la décolonisation en confrontation : Mamadou Dia et les syndicats » consacré au Sénégal par Babacar Fall.

67 ANT-Lomé, 2APA, cercle de Klouto, dossier 81 : les conséquences des législatives de 1958 dans le cercle de Klouto.

68 Le budget de 1958 avait été voté avec un déficit d’environ 800 000 000 de francs CFA.

69 Ainsi, les fonctionnaires togolais furent privés de toute augmentation de salaire en dépit d’une hausse des prix de l’ordre de 20 % en deux ans.

70 L’intervention militaire dans la vie politique du Togo se solda par l’assassinat du premier Président de la République, S. Olympio et la fin de son régime.

71 Le 27 avril fut simplement mentionné comme date historique dans le texte de loi.

72 L’une des principales formations politiques de l’opposition au Togo.

73 Togo-Presse, no 8274, du jeudi 29 avril 2010.

74 Togo-Presse, no 8273, du mercredi 28 avril 2010.

75 Togo-Presse, no 8274, du jeudi 29 avril 2010.

76 Pourtant, le 31 décembre 2009, le président Faure Gnassingbé avait dans un discours à la nation, redéfini le calendrier républicain en annonçant que le 13 janvier sera désormais célébré sous le signe du recueillement. Il avait prévu aussi le retour au Togo des restes du président Sylvanus Olympio. Lire Togo-Presse, no 8195, du lundi 4 janvier 2010.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Le cercle de Klouto en 1960. Carte réalisée par l’auteur d’après Adaba (2010).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Tableau 11. – Résultats des élections du 27 avril 1958 dans le cercle de Klouto45.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Maître-assistant, histoire, université de Lomé, Togo

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540