Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Deuxième partie. Contestation et envers de la fête : acteurs et partis politiques

Les communautés mauriciennes face à l’indépendance (1960-1968)

Jérémy Chilin

Texte intégral

1Les années 1950-1960 sont marquées en Afrique par la décolonisation. Le Ghana accède à l’indépendance en 1957 puis, en Afrique orientale, le Tanganyika en 1961, l’Ouganda en 1962, le Kenya en 1963 et Zanzibar en 1963. L’île Maurice, autre possession britannique de la région, va faire elle aussi part de son souhait de devenir souveraine. Maurice fait partie des « vieilles colonies », constituées aux XVIIe et XVIIIe siècles dans les Caraïbes et dans l’océan Indien, peuplées autant par des Européens (principalement français), des descendants d’esclaves (majoritairement africains et malgaches) que des immigrants asiatiques (essentiellement des Indiens) qui vont progressivement devenir majoritaires. Les Indo-Mauriciens, surtout les Hindous, rêvent d’une Maurice indépendante, à l’exemple de l’Inde de 1947. Inversement, la Population Générale (regroupant les Franco-Mauriciens et les Créoles), les minorités indiennes (musulmane et tamoule), ainsi que les Sino-Mauriciens appréhendent fortement l’autonomie et le risque d’une prise de contrôle politique par les Indiens.

2La marche vers l’indépendance s’effectue donc dans un contexte communautaire tendu. L’île est caractérisée par l’existence d’une société pluriculturelle et un statut de small territory (aux yeux de Londres, territoire colonial trop fragile pour subvenir lui-même à son fonctionnement, trop petit pour accéder à la souveraineté et à l’autosuffisance économique). De ce fait, à l’instar d’autres colonies considérées comme des small territories (les Bahamas ou les Seychelles), la question de l’indépendance de Maurice n’était pas une priorité pour Londres. Cependant, face aux évolutions internes et au poids économique des colonies grevant le budget, les Britanniques décident de consulter et de réunir à plusieurs reprises dans les années 1960 les représentants mauriciens afin de s’assurer de la viabilité d’une île Maurice autonome. Lors des conférences londoniennes de 1961 et 1965, le destin et le fonctionnement politique du petit pays sont décidés.

3Aujourd’hui, beaucoup de Mauriciens pensent que le passage à l’indépendance en 1968 s’est fait dans de bonnes conditions, sans troubles majeurs or les évolutions politiques jalonnant la marche vers l’indépendance mauricienne ont été marquées par des moments de forte ébullition. De 1959 à 1968, les Mauriciens s’entre-déchirent sur la question cruciale de l’indépendance. Le politique prend alors une place centrale dans leur quotidien de plus en plus marqué par le combat entre l’alliance des pro-indépendantistes, regroupée autour du Parti Travailliste (PT) « indien », et celle des opposants à l’indépendance réunis autour d’un front surtout constitué de membres des minorités. Ceci accentue profondément les problèmes identitaires et les oppositions entre communautés, jusqu’à atteindre un paroxysme lors des violents affrontements de Port-Louis, la capitale, en janvier-février 1968. Ainsi la population de l’île Maurice se présenta en ordre dispersé à la négociation alors que la construction d’une nation unie derrière le désir d’autonomie paraissait nécessaire à sa concrétisation. En effet, le pays connut durant la décennie 1960 une forte accentuation de ses divisions internes communautaires. Comment l’expliquer ?

4Après une présentation du contexte socio-politique et des aspects pluriculturels, cet article évoque les mutations du statut de Maurice à la suite des discussions avec Londres de 1959 à 1965 puis analyse les années 1965-1968 qui voient se dérouler les élections décisives aboutissant à l’indépendance mais aussi s’épanouir la violence. L’indépendance acquise en mars 1968 s’inscrit par ailleurs dans un contexte où l’évolution institutionnelle et politique aux Caraïbes et sur le continent africain est omniprésente dans l’esprit du colonisateur comme des colonisés. La presse constitue une source essentielle de cette analyse, notamment trois des principaux organes francophones de l’île : Le Cernéen (lié à l’opposition), Advance (lié aux travaillistes) et La Vie catholique (hebdomadaire qui, malgré son titre, est plus neutre que les deux autres quotidiens).

Une île pluriculturelle, fragmentée et fragilisée économiquement

5Au milieu du XXe siècle, la viabilité de Maurice n’est pas assurée, car l’île est en situation difficile : forte croissance démographique, chômage en augmentation et tensions intercommunautaires de plus en plus vives. L’accession à la pleine souveraineté nationale ne semble donc pas aller de soi pour ce small territory (Chan Low, 2002 : 7).

Le « kaléidoscope1 » mauricien

  • 1 Le Cernéen, 6 juillet 1961.

6Depuis le début du XVIIe siècle, l’île a reçu des vagues successives d’immigrants provenant d’Europe, d’Afrique et d’Asie. Mais au XIXe siècle, l’arrivée massive de dizaines de milliers d’Indiens marque un tournant décisif dans l’histoire du pays. Dès la seconde moitié du XIXe siècle, ils forment la communauté majoritaire de l’île et les autres groupes redoutent leur possible hégémonie en cas d’indépendance. Les Franco-Mauriciens, descendants des colons français qui occupent l’île à partir du XVIIIe siècle, en forment l’élite politico-économique (Toussaint, 1936). Bien que minoritaires (1,5 %), ils contrôlent les postes clefs de la colonie comme ceux d’officiers dans les forces de police, ainsi que son conseil consultatif. Du fait d’un cens électoral élevé, ils parviennent à garder un ascendant certain sur les autres communautés d’autant qu’ils possèdent la majorité des plantations de canne à sucre qui fournissent la plus grande part des ressources de l’île (90 % de la surface arable sont consacrés à cette culture ; Battistini, 1967). Ce groupe s’oppose à l’indépendance. Il y voit la fin de son hégémonie et redoute de voir les Indo-Mauriciens gérer l’État et nationaliser ses plantations. Grâce aux journaux qu’il contrôle majoritairement mais aussi à ses relais en Europe, notamment en France, il tente à tout prix d’empêcher l’accession de Maurice à la pleine souveraineté.

Carte 1. – Localisation des principales villes de l’île Maurice.

  • 2 Certains Créoles, souvent les plus métissés, constituent la classe des « Gens de couleur ». Il s’a (...)
  • 3 Cela se révélera exact avec le développement du « malaise créole », un phénomène identitaire de ma (...)

7Les Créoles constituent la deuxième communauté (28 %). Ils sont recensés dans la catégorie officielle de Population Générale avec les Franco-Mauriciens depuis le milieu du XIXe siècle, afin de différencier les Natives chrétiens des nouveaux arrivants indiens (Chazan-Gillig & Ramhota, 2009 : 33). Ils forment un ensemble fortement mêlé de descendants d’esclaves (africains ou malgaches) et d’individus issus de différents métissages (Gerbeau, 1999). Leur exogamie, très marquée, entre en contradiction avec les autres communautés qui forment des groupes endogames aux contours et à l’identité affirmés. Comme dans d’autres ex-sociétés esclavagistes, à La Réunion ou aux Antilles, les Créoles sont chrétiens et essayent, notamment par l’éducation et la façon de se vêtir, de se rapprocher de la société franco-mauricienne et de sa culture dominante. Ils résident principalement dans les villes et dans certaines zones rurales et côtières du sud et de l’ouest (surtout dans les districts de Port-Louis, des Plaines Wilhems et de Grand Port), après un départ massif des plantations (concentrées au nord et à l’est) lors de l’abolition de l’esclavage en 1835. Les Créoles se subdivisent en deux catégories (Gerbeau, 1999) : une petite élite bourgeoise urbaine2 et une catégorie plus vaste de gens au quotidien précaire. Cette élite entend, dès le XIXe siècle, concurrencer culturellement et politiquement les Blancs. Cependant, la grande majorité des Créoles vit dans la précarité et figure parmi les premiers affectés par les catastrophes naturelles, dont les épidémies successives qui touchent Maurice après 1860. Ce sont généralement ceux à l’ascendance africaine plus marquée, dénommés « Afro créoles » ou « Tit’créoles ». Ils forment un prolétariat urbain, constitué principalement d’artisans, de débardeurs, d’employés, de chauffeurs, de petits fonctionnaires. Dans les zones rurales et côtières, ils sont pêcheurs, petits maraîchers, journaliers. Dans les années 1950-1960, les Créoles redoutent l’indépendance, craignant l’hégémonie indo-mauricienne. Ils ont peur de perdre leurs emplois dans le tertiaire et la fonction publique au profit des Hindous qui pourraient instaurer un népotisme d’État. Ce changement modifierait profondément la société de l’île dont le modèle chrétien/occidental leur est plus propice, l’indépendance risquant d’accentuer leur précarité socio-économique3.

  • 4 Le communalisme est un fonctionnement particulier des rapports politiques inter-groupes exacerbés (...)

8Les Indo-Mauriciens, qui arrivent massivement à Maurice à partir du milieu du XIXe siècle, constituent le premier groupe de l’île mais il est très hétérogène. Pendant plusieurs décennies, des contingents de coolies (ou engagés) sont recrutés en Inde pour remplacer dans les plantations les anciens esclaves africains, fraîchement émancipés. Dès le début du XXe siècle, ils sont majoritaires (66 %). Pour la plupart de religion hindoue (50,5 % du groupe), ils aspirent à conserver au mieux leur mode de vie (Hazareensingh, 1976). Du fait des rudes conditions d’existence dans les établissements sucriers, ils ont tendance à former un groupe profondément endogame à l’identité communautaire affichée. « L’enracinement au sol des Indiens s’est joué […] à travers l’émergence d’édifices religieux que sont les temples qui ont été construits après que les cultes populaires ont été le point de départ de l’unification des groupes socio-familiaux et de la production des principales différences statutaires de castes » (Chazan-Gillig & Ramhota, 2009 : 43). Ils vivent essentiellement en zone rurale (surtout dans le nord, l’est et le centre de l’île notamment dans les districts de Pamplemousses, de Rivières du Rempart, de Flacq et de Grand Port) et ont des difficultés à s’adapter au modèle de la société des Franco-Mauriciens. Cependant, après des réformes agraires au début du XXe siècle, une petite élite accède à la propriété de terres sucrières et ainsi à une certaine aisance : les Indo-Mauriciens contrôlent 35 % des terres à canne à sucre en 1921 (Harmon, 2008 : 25). Ils forment peu à peu une petite bourgeoisie qui éduque ses enfants à l’occidentale, voire les envoie à l’école en métropole. Dans les années 1950, ce sont particulièrement les Indiens de cette classe sociale qui impulsent la revendication d’indépendance inspirée par le modèle de l’Inde en 1947. L’autonomie de l’île devrait leur assurer le contrôle politique du pays et une amélioration de leurs conditions de vie car la fin de la tutelle britannique et l’instauration de la démocratie devaient théoriquement abolir la mainmise politico-économique des Franco-Mauriciens peu nombreux à la différence des Indo-Mauriciens majoritaires eux dans le pays. Cependant des divisions d’origine régionale (Bihar, Marathi, Télégou, Tamoul, Gujerati) (Chazan-Gillig & Ramhota, 2009 : 27-28) et sociale (avec la survivance d’un système de castes) affaiblissent la cohésion de la « communauté » indienne même si (à l’exception des Tamouls) elle offre un front uni lors des confrontations/compétitions électorales face aux autres populations. L’autre composante du groupe indo-mauricien est formée par les Indiens musulmans. Moins nombreux que les Hindous (16 %), ils n’en forment pas moins une minorité dynamique et organisée, s’employant principalement en tant que négociants actifs dans le commerce avec l’Inde. Ils sont surtout concentrés dans la capitale et d’autres villes. Très endogames, attachés à leur religion et à ses valeurs, ils sont prêts à défendre ardemment leurs intérêts. Ils sont perçus comme particulièrement « communalistes4 » par les autres Mauriciens (Lau Thi Keng, 1991). Ils redoutent une possible hégémonie hindoue qui, à l’image de ce qui s’est passé en Inde avec la partition du pays et la création du Pakistan, pourrait ébranler leur communauté. Ils craignent de perdre leur mode de vie, leur négoce, et que la pratique de leur religion ne soit menacée.

9Les Sino-mauriciens (3,4 %) sont les derniers arrivés à Maurice, au début du XXe siècle, et constituent dans la capitale une communauté commerçante dynamique. Leur réseau d’affaires s’étend sur toute l’île. Leurs boutiques sont des lieux centraux de la vie quotidienne des Mauriciens. Très bien insérés dans le pays, les Chinois sont majoritairement chrétiens et entretiennent de bonnes relations avec les divers groupes (Arno & Orian, 1986). Comme les membres de la Population Générale, ils sont opposés à une indépendance qui pourrait menacer leurs affaires.

Indo-Mauriciens hindous

344 587 (50,5 %)

Population Générale (Créoles et Franco-Mauriciens)

203 652 (29,8 %)

Indo-Mauriciens musulmans

110 322 (16,1 %)

Chinois

23 058 (3,4 %)

Total

681 616

Tableau 1. – Population de l’île Maurice en 1963 (Moutou, 2000 : 238) (source : Bureau des statistiques mauriciennes).

10Ainsi, comme dans la colonie britannique de Trinité et Tobago, dont les sociétés présentent des ressemblances avec celles de Maurice (l’une chrétienne issue des sociétés de plantations esclavagistes et l’autre produit de l’engagisme indien), les différents groupes vivent côte à côte mais n’interagissent pas et évitent les relations exogames. « L’incompréhension réciproque, et même le mépris à l’égard de la culture et du mode de vie de l’autre, renforçaient ce faible niveau des relations » (Brereton, 2004 : 186). Un cloisonnement important maintient à distance les communautés, renforcé par le poids des traditions, les modes de vie divergents, les rapports de forces (politiques et économiques) et par la prégnance de la religion (l’hindouisme, le catholicisme, l’islam accentuent cette division) (Smith Simmons, 1982 : 11). Ainsi, lorsqu’au début de la décennie 1960, les travaillistes mauriciens tentent d’instituer un contrôle des naissances en raison d’une expansion démographique trop dynamique, les leaders chrétiens et musulmans s’y opposent âprement au nom de leurs principes moraux. Le député du Parti Mauricien, M. Piat, abonde en ce sens :

  • 5 Le Cernéen, 20 avril 1960.

« Si [le gouvernement] veut mettre en pratique un plan de contrôle des naissances, il devrait le faire en employant des moyens qui n’iraient pas à l’encontre de l’opinion des grandes sections de la population5. »

  • 6 Il s’agit d’« Une société où plusieurs segments ou communautés coexistent sous une autorité politi (...)

11La société mauricienne est donc pluriculturelle6 et ceci crée souvent incompréhension et méfiance réciproques. Chaque groupe est une société dans la société, en concurrence avec ses voisins ; les clivages sont poussés à l’extrême et les solidarités restent la plupart du temps internes (Arno & Orian, 1986).

  • 7 « Le multiculturalisme est une conception de l’intégration établissant qu’il est en quelque sorte (...)
  • 8 À cette époque, les premiers colons hollandais de l’île doivent déjà gérer des conflits avec leurs (...)
  • 9 « La différence culturelle est rarement socialement neutre ou indéterminée. Elle comporte générale (...)

12Le colonisateur britannique est bien conscient de ces cloisonnements et fait en sorte que les diverses composantes de l’île puissent vivre leurs différences sans se nuire, dans une perspective multiculturaliste7. Au cours de la décennie 1960, les fonctionnaires de Londres s’inquiètent du devenir de ce mode de fonctionnement. Ils veulent être sûrs que le futur État souverain continuera de garantir à chaque communauté ses libertés, mode de vie et une représentation en rapport avec son importance démographique. Surtout, Londres veut éviter un embrassement communautaire que provoquerait la question du contrôle du gouvernement dans l’île indépendante. En effet, les communautés séparées cohabitent la plupart du temps en bonne intelligence mais il arrive qu’elles s’affrontent parfois du fait, précisément, d’un fonctionnement communaliste. Ces frictions communautaires existent depuis le début de la colonisation au XVIIe siècle8. Au XIXe siècle, ce sont les nouveaux affranchis qui se sont opposés politiquement à leurs anciens maîtres. Les Indiens, eux, ont recours à la grève pour faire valoir leurs droits politiques et sociaux au début du XXe siècle9. Quand ces conflits deviennent trop forts, qu’une communauté se sent menacée par l’assise grandissante d’une autre, par exemple dans un quartier d’une ville, dans une zone rurale ou même à l’échelle nationale, la violence peut surgir, comme en 1968 lors des émeutes à Port-Louis. « Il y est question du contrôle du pouvoir et il n’est pas étonnant que les considérations d’appartenance communale jouent un rôle important » (Lau Thi Keng, 1991 : 6).

Le communalisme et les partis politiques

13La Grande-Bretagne essaie vainement de concilier les divers partis qui recoupent les divisions communautaires. Le parti travailliste mauricien (PT), créé en 1936 par un Créole, le docteur Maurice Curé, pour la défense des droits des travailleurs, est le principal parti de l’île. Il a connu une forte ascension dans les années 1940-1950, principalement soutenu par l’électorat ouvrier, créole et indo-mauricien. Dès 1947, il est au pouvoir, supplantant l’oligarchie franco-mauricienne. À la fin des années 1950, du fait de ses vues indépendantistes, il devient progressivement un parti à base et à leadership hindou. Principal interlocuteur de Londres, il est l’instigateur de la demande d’autonomie. Le Parti Mauricien (PM), constitué en 1955 et issu d’anciennes coteries conservatrices, regroupe les élites chrétiennes créoles, franco-mauriciennes et musulmanes. Dans les années 1950, sous l’égide de l’avocat franco-mauricien Jules Koenig, il tente sans succès de reprendre le pouvoir aux travaillistes. À partir de 1959, un nouveau leader créole, Gaëtan Duval, jeune avocat de retour de Londres, émerge et entraîne l’adhésion croissante des tit’créoles. Principal détracteur de l’indépendance, ce parti redoute l’ascension indienne. Bien que n’ayant à ses débuts que de faibles soutiens dans le pays, il dispose de bastions électoraux importants dans les villes et d’un fort appui financier des oligarques sucriers de l’île. Le Comité d’action musulman (CAM), crée en 1958 après une scission avec le PM et dirigé par un notable, Abdul Razack Mohamed, est le principal regroupement politique de la communauté musulmane dans l’île. C’est un parti d’orientation conservatrice et communautaire marquée, ayant sa principale assise dans la capitale. Durant les années 1950, il partage le point de vue du PM contre l’obtention de la souveraineté du pays. Le dernier grand parti de l’île est l’Independant Forward Bloc (IFB) créé en 1958 par Sookdeo Bissoondoyal, enseignant hindou entré en politique à la fin des années 1940. C’est un groupement politique hindou bien implanté dans les zones rurales et attaché à la défense de la communauté indienne, notamment vis-à-vis des intérêts sucriers. Son discours apparaît bien plus radical et conservateur que celui du PT. Son électorat est majoritairement hindou et rural.

Les doutes du gouvernement britannique et le lent processus de consultations (1959-1965)

14Au début des années 1960, le gouvernement conservateur britannique impulse une nouvelle politique coloniale. Il affiche la volonté d’accorder une indépendance à moyen terme pour la quasi-totalité de ses colonies africaines et caribéennes. Le 3 février 1960 au Cap, Harold Macmillan, Premier ministre britannique, pourtant conservateur, fait un discours où il célèbre le « vent du changement » :

  • 10 « The wind of change is blowing through this continent. Whether we like it or not, this growth of (...)

« Le vent du changement souffle sur ce continent. Que nous le voulions ou non, cette poussée de la conscience nationale est un fait politique10. »

15Il s’agit de conduire les colonies vers une démocratie effective sans trop de remous par une politique prudente et pragmatique (Chassaigne, 1996 : 363). On donne à des assemblées locales élues le contrôle du budget et des secteurs publics, en dehors de la politique étrangère et de la sécurité nationale. Le but est de préparer des gouvernements capables de prendre les choses en main à l’indépendance. Vu sa condition de Small territory et sa lointaine proximité avec d’autres colonies de l’Océan Indien, Maurice aurait pu participer à une fédération, comme celle tentée pour les ex-colonies des Caraïbes (Bourliche, 1989). La perspective d’un État souverain ne paraît pas, de ce fait, aller de soi pour ce pays à la fin de la décennie 1950. Le communalisme grandissant à Maurice suscite lui aussi maintes inquiétudes. Cependant, les victoires électorales du PT et sa bonne gestion du pays pendant plusieurs années représentent des atouts décisifs pour la demande faite au gouvernement britannique d’entamer le processus de décolonisation.

Les inquiétudes de Londres face à une possible indépendance mauricienne

  • 11 Le Cernéen, 11 août 1959.

16Deux principaux doutes poussent cependant les Britanniques à se méfier d’une indépendance précipitée, voire d’une indépendance tout court pour l’île Maurice. Tout d’abord, la possibilité d’une guerre civile ou d’un coup d’État après l’indépendance n’est pas à écarter. Pour J. Chan Low, dès la fin des années 1950, Londres était lucide sur le risque de conflits intercommunautaires, principalement lors des élections. Des hauts fonctionnaires du Colonial Office et d’autres ministères appelaient à la prudence (Chan Low, 2002 : 280). On redoute un possible renversement du pouvoir mené par la Population Générale sous la conduite de Gaëtan Duval. Les Créoles (fragiles économiquement et inquiets de la situation postindépendance), alliés à l’élite sucrière blanche, pourraient franchir le Rubicon et prendre le pouvoir une fois les Britanniques partis (Chan Low, 2002 : 282-284). Les Créoles pourraient perpétrer un coup d’État comme cela est le cas à Zanzibar en 1964 ou en Ouganda en 1966 car ils sont très nombreux dans l’administration et représentent la majorité des effectifs des forces de sécurité11 et des anciens combattants.

  • 12 Le Cernéen, 2 avril 1958.

17La deuxième difficulté pour l’île Maurice tient à la fragilité de sa situation socio-économique. Sa croissance démographique s’accélère au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1950, l’accroissement naturel est de 3,6 % par an et l’on estime qu’en 1962 54 % de la population a moins de 20 ans (Widmer, 2005 : 60). Le quotidien est difficile pour nombre de Mauriciens touchés par la précarité. Dès les années 1950, le problème récurrent du logement, mais aussi celui de la cherté de la vie (alimentation, transport…) et de l’endettement des ménages est aussi préoccupant12. Ces difficultés, qui affectent surtout les Créoles et Indo-Mauriciens des couches populaires, s’accentuent lors de la décennie suivante. Elles sont amplifiées par un fort chômage. En 1958, 15 % des 300 000 travailleurs mauriciens sont sans emploi. Les ouvriers des villes et des zones agricoles sont les plus touchés (Lehembre, 1984 : 80). Ce sont les jeunes qui sont les premières victimes du manque d’embauche : « Le rapport [Luce] constatait que 26,6 % des chômeurs avaient moins de 21 ans et soulignait que chaque année plus de 10 000 personnes entrer [aien]t sur le marché du travail mais avec de très faibles chances de trouver un emploi » (Chan Low, 2002). Un trop grand nombre de jeunes adultes désœuvrés pouvait être un facteur déstabilisant important et déboucher sur une instrumentalisation politique. Les cyclones des années 1960 fragilisent encore plus les milieux populaires aux logements vétustes. Le PM utilise régulièrement cet argument dans son plaidoyer contre l’indépendance qui signifierait la fin du soutien économique direct de la métropole si précieux pour assister les 80 000 familles victimes des cyclones Alix et Carol (en 1960) et Jenny (en 1962).

L’ascension du parti travailliste mauricien : la victoire de 1959 et la question de l’indépendance

  • 13 D’abord sous le gouvernement d’union nationale régissant le pays durant la Seconde Guerre mondiale (...)
  • 14 Advance, 13 mars 1959.
  • 15 À l’inverse, ses adversaires conservateurs ont encore du mal à s’adapter aux récents changements p (...)

18Peu après la Seconde Guerre mondiale, Maurice connaît de profonds changements dans la gestion des affaires locales. Pendant plus de dix années, le parti travailliste a progressivement renforcé ses soutiens électoraux, montrant qu’il peut efficacement gérer les affaires et ce jusqu’à sa victoire à la déterminante élection de 1959. À l’instar de ce qui se passe dans les colonies britanniques des Caraïbes (Bourliche, 1989), l’ancienne oligarchie de planteurs blancs doit céder sa place à une nouvelle élite issue des groupes majoritaires asiatiques et/ou créoles, à la suite de défaites électorales et/ou de pressions de la métropole. Soutenue jusque-là par Londres et sa politique de l’Indirect Rule, l’élite blanche perd le contrôle des affaires locales après 1945, avec la montée des travaillistes en métropole13. La politique coloniale est réorientée vers un nouveau type de relations, celui du Partnership, défini par Harold Macmillan, alors ministre délégué aux Colonies (Grimmal, 1971 : 290). On veut préparer les territoires coloniaux à plus d’autonomie mais on ne veut pas encore parler de véritable indépendance. À cette fin, la Grande-Bretagne encourage la constitution d’une élite autochtone, capable de prendre part à la gestion des affaires locales sous la direction des gouverneurs. À Maurice, cela se traduit par la montée de figures politiques issues de la majorité hindoue. Seewoosagur Ramgoolam, médecin indo-mauricien en est l’exemple le plus frappant. Durant ses études à Londres (1921-1935), il a rencontré les grands leaders indépendantistes indiens Gandhi et Nehru et domine la scène politique pendant 40 années. Dès 1947, grâce à un abaissement du cens électoral, son parti, le PT, s’impose. En 1958, une nouvelle évolution politique majeure autorise le scrutin universel pour les Mauricien (ne)s de moins de 21 ans ; grâce à cela le PT obtient une écrasante victoire l’année suivante. En 1959, 24 des 40 sièges de la nouvelle assemblée lui reviennent14. Forts de l’appui des classes ouvrières créoles et indo-mauriciennes, les travaillistes l’emportent aisément sur les candidats indépendants et sur les conservateurs chrétiens et musulmans, avec un programme clair, un leader, S. Ramgoolam, très apprécié du public, et une bonne assise dans les villes et les campagnes, aussi bien dans les communautés hindoue que créole15.

  • 16 Le Cernéen, 17 mai 1961.

19Cependant, bien vite, les dissensions entre Créoles et Indiens apparaissent. Les Créoles voient s’accentuer la prise de contrôle par les Indo-Mauriciens du parti qu’ils ont créé. Malgré leur respect pour Ramgoolam, la plupart des leaders créoles du PT se détache de lui une fois qu’il révèle ses aspirations indépendantistes16. Ceci fait basculer la majorité de l’électorat populaire créole dans l’opposition. Les positions du Chief Minister Ramgoolam, qui galvanise la quasi-totalité des Hindous effraient les minorités, surtout les chrétiens. Jules Koenig, leader du PM jusqu’en 1964, exprime cette crainte à plusieurs reprises :

  • 17 Le Cernéen, 3 juillet 1961.

« Les droits des minorités sont en danger d’être balayés par les Hindous dont l’exclusivisme va croissant si les choses continuent sur une base communautaire17. »

20Ainsi les rapports se tendent entre les communautés dans un pays coupé en deux : les zones urbaines, majoritairement musulmanes et chrétiennes, s’opposent à l’indépendance à la différence des campagnes massivement hindoues, beaucoup plus favorables à cette évolution.

Le jeu des consultations, le renforcement de l’opposition et l’obtention des modalités de l’indépendance

  • 18 Le Cernéen, 29 juin 1961.
  • 19 Le Cernéen, 6 juillet 1961.
  • 20 Ainsi les Créoles redoutent les conséquences exprimées dans les propos virulents de certains leade (...)
  • 21 Cf. Recensement présenté dans Le Cernéen du 10 août 1963.

21Le Colonial Office multiplie les rencontres avec les principaux acteurs politiques au cours de la décennie 1960 afin de tenter de régler ces difficultés avant d’accorder l’indépendance. Le Royaume-Uni est conscient que la présence d’une élite blanche influente peut, à certains égards, compliquer l’indépendance, comme dans d’autres colonies d’Afrique orientale (Dudley, 1984 : 61). Deux réunions clefs se tiennent à Londres en 1961 et 1965 qui mettent pleinement en lumière les divergences entre les différents participants. Lors de la première grande consultation qui a lieu de juin à juillet 1961, le Parti Travailliste mauricien souhaite l’annonce par le gouvernement britannique d’un début de processus devant conduire à l’indépendance pour 1964. Face à cela, les opposants tentent de faire entendre leurs craintes : « D’abord le PM ne pense pas que l’île Maurice soit mûre pour l’indépendance. Il y a beaucoup trop de méfiance entre les différentes communautés de l’île, et l’indépendance ne ferait qu’exacerber ce sentiment18. » L’argument principal du premier parti d’opposition est que cette question excite trop les passions et menace de faire exploser le « kaléidoscope19 » mauricien20. Pour cette raison, le PM réclame à Londres un système d’assemblée basée sur une représentation proportionnelle, afin de sauvegarder les intérêts de chaque groupe. Les travaillistes mauriciens préfèrent le suffrage universel grâce auquel ils sont sûrs de l’emporter. Finalement, les Britanniques se rangent du côté des travaillistes même si l’indépendance ne leur est pas accordée pour l’année 1964. Cette concession du Colonial Office altère de façon décisive les alliances politiques dans l’île. Au cours de la conférence, le principal leader musulman, Abdul Razack Mohamed, change de camp. Il abandonne ses alliés du PM, pour rallier le PT en échange de garanties sur la préservation du mode de vie de sa communauté et sur une représentation assurée du CAM à l’assemblée et au gouvernement (Smith Simmons, 1982 : 136). Les Mauriciens favorables à l’indépendance passant potentiellement de 50 % à 66 % de la population si l’on se base sur un probable vote ethnique des Indo-Mauriciens, Hindous et Musulmans, pour l’accession à la souveraineté nationale21, la légitimation de la décolonisation en sort accrue.

  • 22 Ainsi l’élection anticipée de 1963, voulue par S. Ramgoolam, est certes remportée par son camp mai (...)
  • 23 Le Cernéen, 6 décembre 1965.

22Face à l’indépendance annoncée par Londres, le PM use de toutes ses ressources pour en empêcher la concrétisation. Il présente l’Association définitive au Royaume-Uni comme seule alternative viable à l’indépendance et mobilise les foules en ce sens. Autour de Gaëtan Duval, le PM revient sur le devant de la scène et met de plus en plus en danger le PT22. Grâce à sa personnalité charismatique et à l’orientation plus sociale qu’il insuffle à son parti à partir de 1964 ; il est alors rebaptisé Parti Mauricien Social démocrate (PMSD) et rallie beaucoup d’électeurs. Par ses discours hostiles à l’indépendance et axés sur le quotidien des gens, surtout celui du petit peuple des villes auxquels il donne une portée nationale, il obtient la confiance des Créoles mais aussi celles de nombreux membres des minorités musulmanes, tamoules et sino-mauriciennes. Sa principale arme politique est la tenue régulière de meetings géants, véritables messes politiques de l’opposition. Ces manifestations rendent très visible la force électorale du PMSD Ainsi, en décembre 1965, dans la ville de Curepipe, Duval qui suscite des réactions passionnées des foules présentes réunit jusqu’à 200 000 personnes. Cela ne s’était encore jamais vu à Maurice qui compte à l’époque environs 700 000 habitants. C’est une façon de faire comprendre aux Britanniques que ce serait une erreur de concéder l’indépendance car un trop grand nombre de Mauriciens y sont opposés23. Surtout, dans ces foules bigarrées regroupées par le PMSD, toutes les communautés sont représentées : l’opposition se montre ainsi « nationale », transcendant les différences entre groupes. Cela contraste avec le PT qui apparaît comme trop indo-mauricien dans cette île pluriculturelle.

  • 24 Le Cernéen, 6 juillet 1967.
  • 25 La visite d’envoyés ou d’élus britanniques devient dès lors un prétexte pour montrer le soutien im (...)

23Le PMSD affine aussi son discours face à Londres et, plutôt qu’une simple opposition à l’indépendance, il suggère une alternative, celle de l’Association définitive au Royaume-Uni24. Il lui faut convaincre le gouvernement britannique qu’il y a une autre option plus viable25. Il s’inspire de la situation de « l’île sœur », La Réunion, qui, depuis la départementalisation de 1946, connaît un développement socio-économique et une amélioration du niveau de vie des habitants (Widmer, 2005 : 221). L’Association au Royaume-Uni permettrait aussi d’éviter la domination politique par une seule des communautés. De plus, les milieux sucriers de l’oligarchie franco-mauricienne, bailleurs de fonds du PMSD, voient dans cette union des avantages économiques que laisse entrevoir le probable rattachement du Royaume-Uni au Marché commun européen (Bernstein & Milza, 1996 : 287). Surtout pour Duval, au vu de la situation difficile que connaît l’île, le Royaume-Uni apparaît comme un soutien nécessaire. De plus, cette association faciliterait l’émigration vers l’Europe de Mauriciens, notamment des Créoles qui espèrent y trouver des conditions d’existence plus favorables (Dinan, 1995). Cependant, dans un contexte d’économies au Royaume-Uni et d’inquiétude croissante face à l’augmentation de l’immigration, notamment venant des ex-colonies (Grimmal, 1971 : 392), cette proposition ne peut que provoquer des réticences à Londres, poussant plus aisément le gouvernement britannique à poursuivre sur la voie de l’indépendance et du projet travailliste plus réaliste à ses yeux. Si la conférence de 1961 a officialisé l’idée d’indépendance, c’est lors de celle de septembre 1965, à Lancaster House, qu’est fixée la date de l’élection et que sont précisées les modalités.

  • 26 Cette amputation territoriale est amèrement critiquée par le Parti Mauricien ; cf. note 57.

24Malgré les réticences de la majorité des communautés mauriciennes et l’opposition virulente mais vaine du PMSD, le gouvernement britannique décrète la tenue d’élections, annoncées comme décisives, pour août 1967. En cas de victoire, les travaillistes mauriciens et leurs alliés pourront faire voter à l’Assemblée une motion demandant l’indépendance de l’île qui serait, par la suite, accordée par le Royaume-Uni. Dans cette éventualité, après moult consultations et enquêtes de terrain, Londres divulgue la future constitution. Celle-ci fait du nouvel État souverain un membre du Commonwealth, dirigé par un Premier ministre nommé par le Parlement, sur le modèle dit « de Westminster ». Ce dernier, élu au suffrage universel direct, compterait 62 députés (trois députés élus pour chacune des 20 circonscriptions de l’île auxquelles se rajoutent deux sièges pour les représentants de Rodrigues, la principale dépendance de Maurice). De plus, les fonctionnaires britanniques prévoient huit sièges correctifs, dits de best losers (les meilleurs perdants), afin de s’assurer que, malgré l’ascendant de l’élément hindou, les autres communautés puissent bénéficier d’une représentation minimale. Londres use habilement des effets de la forte mobilisation de l’opposition contre l’indépendance pour se maintenir dans la région. S. Ramgoolam doit céder aux Britanniques l’archipel des Chagos, une dépendance de Maurice, pour s’assurer de l’obtention de « son indépendance » (Chan Low, 2002 : 285)26. Surtout, les travaillistes se voient accorder deux concessions majeures qui vont révéler leur importance quelques années plus tard. D’abord, ils s’assurent le soutien des troupes britanniques en cas de soulèvement intérieur ou d’agression extérieure grâce à un traité de défense. En effet, la nouvelle constitution mentionne l’impossibilité de créer une force de sécurité de type militaire afin d’éviter les coups d’État que redoutent le PT et le Colonial Office. La deuxième concession est la certitude que l’indépendance ne sera pas décidée à l’issue d’un référendum mais d’une élection générale ce qui se révélera déterminant.

Une indépendance mise à mal (1965-1968)

25La question de l’indépendance et surtout son corollaire, celle de savoir qui gèrera le futur État, sont au cœur des soubresauts socio-politiques qui affectent le pays de 1965 à 1968. Comme dans certains autres pays, Congo en 1959 (Coquery-Vidrovitch, 1992 : 112) ou Guyana dans les années 1950 – 1960 (Bourliche, 1989 : 205), les diverses communautés s’affrontent directement, échauffées par les enjeux électoraux locaux pour le contrôle de la mairie de Brazzaville ou nationaux pour le contrôle du futur État guyanais. Indiens et Créoles, notamment, vont se mesurer dans des émeutes sanglantes qui marquent profondément les mémoires mauriciennes. Le point d’orgue de ces situations explosives est la « guerre de gangs » de Port-Louis au début de l’année 1968, quelques semaines avant la célébration de l’indépendance.

L’aggravation des violences inter-communautaires : une décolonisation à risque

26Les dissensions internes à la société mauricienne s’accentuent en effet à l’approche de l’indépendance. « Chacun veut protéger son groupe afin d’assurer l’avenir de ses enfants et quand il y a injustice ou népotisme, surgissent alors la rancœur et le fiel du communalisme » (Dinan, 1995 : 31). Dans un contexte où beaucoup de Mauriciens, victimes du chômage et des cyclones, peinent à retrouver une situation stable, il est crucial de savoir quel parti et, derrière lui, quelles communautés gèreront le futur état. La presse, si importante dans le quotidien des Mauriciens, est aussi un facteur de clivages sérieux. On lui reproche ses affiliations politiques trop prononcées et son manque flagrant d’impartialité. « La polarisation pro ou anti-indépendance au cours de la décennie allait se faire largement sur une base communale. La presse se faisant l’écho, et participant aux confrontations directes » (Paroomal, 2007 : 130). Ainsi Advance, lié aux travaillistes, affirme clairement son ralliement à l’indépendance, alors que le Cernéen, sous la plume de « fer » de son directeur, le très conservateur Marrier Noël d’Unienville, fait tout pour attiser la peur des chrétiens en agitant inlassablement l’épouvantail du « péril hindou ». Lorsque les Mauriciens n’ont pas à se rendre à un meeting, ils retrouvent néanmoins quotidiennement les joutes que se livrent les deux camps dans leurs journaux.

  • 27 Le Cernéen, 19 octobre 1963.
  • 28 La Vie Catholique, 22 février 1964.
  • 29 Ainsi Le Cernéen du 16 octobre 1963 parle des « exploits » des factieux du PM, vraisemblablement c (...)

27C’est au moment des élections que ces rivalités entre groupes et partis adverses se manifestent le plus. « La campagne électorale a été marquée par des meetings souvent houleux et maints incidents fâcheux. Souhaitons que le scrutin, lui, se déroule dans le calme et l’ordre le plus absolu27. » « C’est vrai que nous nous remettons mal de la poussée de fièvre des dernières élections et que « l’entité mauricienne » fait des pas de géant… en arrière28. » Après 1959, chaque consultation électorale rapproche de l’indépendance mais pousse un peu plus les Mauriciens dans le jeu communautaire : « La logique de la catégorisation communautaire devient désormais essentielle dans les stratégies de ralliement de l’électorat » (Boudet, 2003 : 325). Deux fronts principaux se constituent : les Sino-Mauriciens, Franco-Mauriciens, Créoles, Tamouls se regroupent sous l’étendard chrétien afin de faire barrage aux Hindous. Les Indiens (hindous et musulmans), eux, transcendent leurs différences religieuses pour s’unir et concrétiser l’indépendance. Véritable paradoxe : l’image de l’unité nationale mauricienne recule à mesure que l’indépendance se rapproche. En outre, au-delà de l’accentuation des dissensions idéologiques et identitaires, les élections entraînent une multiplication des bagarres dont les journaux, toutes tendances confondues, se font de plus en plus souvent l’écho au cours des années 196029.

  • 30 Le Cernéen, 10 juin 1965.
  • 31 Depuis plusieurs années, on perçoit en effet une hausse de la délinquance : trafic de drogue, baga (...)

28À partir de 1965, la violence sort clairement du cadre des simples bagarres de militants autour des scrutins, de véritables émeutes touchent des zones rurales où Indo-Mauriciens et Créoles vivent les uns à côté des autres, dans l’est de l’île par exemple. À Trois Boutiques, dans la région de Mahébourg, dès le 11 mai 1965, de violents affrontements causent plusieurs dizaines de blessés et quelques morts : « Une centaine de personnes se tenaient des deux côtés de la route, armées de bâtons et de barres de fer. Cette foule hostile signala à l’automobiliste de s’arrêter30. » Des villageois indiens, excédés par l’impuissance de la police à dominante créole et « léthargique » selon certains politiciens ou membres du PT, créent une « proto-milice » et s’en prennent aux automobilistes et aux Créoles accusés d’être des brigands en puissance31. La situation est si explosive que S. Ramgoolam, toujours Premier ministre, se résout à demander l’aide de l’armée britannique. Le 14 mai 1965, quelques mois avant la réunion décisive de Lancaster House, l’état d’urgence est déclaré pour la première fois ; des troupes britanniques sont envoyées pour mettre fin aux rixes entre Indo-Mauriciens et Créoles. Malgré ce signal fort d’un potentiel embrasement communautaire, les Britanniques accordent l’indépendance, garantissant la future paix de l’île par la signature d’accords de défense avec le gouvernement mauricien.

L’élection décisive de 1967, une île plus divisée que jamais

  • 32 Durant la décolonisation, ce phénomène se retrouve aussi dans d’autres pays d’Afrique où les jeune (...)
  • 33 Le Cernéen, 29 avril 1967.
  • 34 Advance, 17 mai 1967.
  • 35 Le Cernéen, 23 août 1967.

29Les discours précédant les élections de 1967 se font de plus en plus agressifs dans les deux camps. En effet, face à un Duval en pleine ascension, les travaillistes redoutent une défaite possible et surtout un coup d’État. À partir de 1966, on voit se multiplier les affrontements entre supporters du PT et du CAM d’une part et ceux du PMSD d’autre part, à Port-Louis principalement. Le gouvernement et Advance pointent du doigt les Jeunesses PMSD constituées par Duval et qui sont au cœur de ses meetings géants. Ils jouent le rôle de force de sécurité et de chauffeurs de salle, scandant chansons et slogans à la gloire du « Roi Créole », Gaëtan Duval32. « Cette unité de choc ne se compose que d’une centaine de jeunes durs mais beaucoup d’autres encore seront appelés à s’y joindre dans un proche avenir33. » Outre les perturbations électorales, les travaillistes redoutent que ces jeunes organisés soient utilisés comme force de frappe en cas de putsch de Duval et ils arguent de cela pour demander la présence des soldats britanniques lors des élections d’août 1967 afin d’empêcher toute tentative de coup de force34. Les Travaillistes et leurs alliés du CAM et de l’IFB, rallié après 1965, constituent le Parti de l’Indépendance et finissent par emporter l’élection décisive d’août 1967. Le Parti de l’Indépendance recueille 55,55 % des voix et obtient 43 députés (une fois les sièges correctifs attribués). L’opposition PMSD, avec ses 42,7 %, dispose de 27 sièges dans la nouvelle assemblée. Les villes, surtout peuplées de chrétiens et de musulmans, ont voté majoritairement pour l’opposition et les campagnes à dominante hindoue ont soutenu principalement l’alliance au pouvoir. La différence s’est jouée sur le vote des Musulmans conservateurs qui, regroupés autour de A. R. Mohamed, permettent à S. Ramgoolam d’obtenir une majorité déterminante. Sur cette lancée victorieuse, le PT peut annoncer l’imminence de l’indépendance prévue pour mars 1968. L’opposition, elle, affiche son amertume et sa volonté de résister à cette indépendance « diktat » voulue par la seule majorité indienne. Gaëtan Duval en tête, le PMSD donne de la voix en ce sens à l’Assemblée dès les premières réunions de rentrée : « Une communauté majoritaire ne peut imposer aux minorités ce que ces communautés rejettent35. » Le PMSD peut se présenter comme une force politique à l’allure bien plus nationale que le Parti de l’Indépendance, bénéficiant du soutien de communautés variées, sans avoir cependant la force nécessaire pour l’emporter. Une fois l’élection passée, il ne peut plus que mener un combat d’arrière-garde en essayant d’infléchir Londres dans sa décision et en poussant les travaillistes à la faute.

Ville

Campagne

National

Parti de l’Indépendance

46,4 %

64,7 %

55,55 %

Parti Mauricien Social Démocrate

53 %

32,4 %

42,7 %

Autres

0,6 %

2,9 %

1,75 %

Total électeurs

132 417

134 101

266 518

  • 36 Le Cernéen, 12 août 1967.

Tableau 2. – Pourcentage de voix obtenues par les partis politiques dans les régions rurales et urbaines de Maurice pour l’élection d’août 196736

  • 37 « Violente réaction des relief workers licenciés, émeute à Port-Louis : le ministre Bissoondyal bl (...)
  • 38 Le Cernéen, 10 octobre 1967.
  • 39 Seule la ville de Quatre Bornes est acquise au PT dans l’agglomération des Plaines Wilhems.
  • 40 Le PMSD y obtient la majorité des voix lors de toutes les grandes élections dans les années 1950-1 (...)
  • 41 Dans les années 1950-1960, les Britanniques ont beaucoup de mal à gérer la situation de Chypre où (...)

30Malgré la victoire du Parti de l’Indépendance, les tensions demeurent, voire s’aggravent, entre les opposants et le nouveau gouvernement, entre les communautés. Des chômeurs multiplient les mouvements de mécontentement (Chan Low 1, 2002 : 13). Ils demandent une révision de leurs aides et une plus grande offre de petits travaux journaliers rémunérés par l’état dans la voirie ou les travaux publics. En septembre 1967, la situation dégénère en une petite émeute. Ces journaliers, les relief workers, s’en prennent à un membre du gouvernement et aux forces de sécurité37. Ces derniers et le PMSD qui les soutient activement, accusent le nouveau gouvernement de réaliser une politique clientéliste pro indo-mauricienne dans l’attribution des revenus sociaux et des offres d’emplois. Le conflit dure plusieurs semaines nécessitant, à plusieurs reprises, l’usage des unités anti-émeutes pour disperser les manifestants38 ; cela accentue l’ambiance délétère qui règne dans les relations inter-communautaires post-scrutin. Les positions de l’opposition sont confortées après l’écrasante victoire du PMSD aux élections municipales de décembre 1967 ; elle l’emporte dans la plupart des grandes cités de Maurice : Port-Louis, Rose Hill, Beau Bassin, et Curepipe où Duval est réélu maire39. Les villes apparaissent plus que jamais comme un bastion de ce parti farouchement opposé à l’indépendance. Pour la journée de célébration du 12 mars, G. Duval appelle à une très forte mobilisation, malgré les risques de débordements, afin de signifier à nouveau aux Britanniques leur « erreur40 ». Il souhaite montrer une fois encore à Londres que si l’indépendance se concrétise ce serait dans un pays réellement coupé en deux, avec le risque d’un nouveau Chypre41.

L’explosion de l’underworld42 port-louisien

  • 42 L’usage de ce terme britannique signifiant « pègre » ou « milieu » n’est pas anodin car ce sont le (...)
  • 43 Le Cernéen, 22 janvier 1968.
  • 44 Ces quartiers se situent principalement dans le nord, nord-est de la ville.
  • 45 Advance, 3 octobre 1967.
  • 46 Le Cernéen, 13 janvier 1968.
  • 47 Advance, 20 janvier 1968.
  • 48 Le Cernéen, 18 octobre 1963.
  • 49 Le Cernéen, 22 octobre 1963.
  • 50 Le Cernéen, 9 août 1968.
  • 51 Le Cernéen, 10 juin 1965.

31Trois mois avant l’indépendance de violentes émeutes plongent la capitale mauricienne dans un profond chaos. « Les désordres à Port-Louis ont continué entre la communauté musulmane et la Population Générale dans les localités de la Plaine Verte, de Roche Bois et de Sainte Croix43 », des quartiers de la capitale à forte prédominance musulmane et créole44. Dès octobre 1967, des rixes entre des bandes de jeunes entraînent de « graves désordres » et les pouvoirs ecclésiastiques, entre autres par la voix de l’évêque, en appellent déjà au calme45. Le 13 janvier 1968, Le Cernéen et d’autres journaux tirent la sonnette d’alarme et exhortent les autorités à réagir : « Port-Louis devenait de plus en plus le théâtre de toutes sortes de scènes de violences, allant de simples voies de fait à des attaques à main armée46. » Les bagarres de rue se multiplient mais aussi les rixes, les agressions et les incendies de domiciles. L’un des éléments déclencheurs semble être l’agression par des individus masqués, le 19 janvier, de jeunes Musulmans liés au CAM, grand allié des travaillistes. Ces agresseurs seraient de jeunes Créoles proches du PMSD, voulant se venger d’une précédente attaque47. Une des raisons de cet affrontement est liée à leur forte proximité résidentielle dans la capitale. C’est dans le district de Port-Louis que les musulmans sont les plus nombreux (33 855 sur les 110 322 recensés dans l’île en 1962) et que beaucoup de Créoles résident (44362 sur les 203 652 recensés dans l’Ile en 1962)48. C’est dans la capitale que leur antagonisme politique présente le plus de risque de basculer dans la violence. C’est à Port-Louis aussi que le CAM dispose de son principal bastion électoral et ses plus forts soutiens : en 1963, sur six sièges de députés réservés à la ville, il en obtient deux49. La cité est une place stratégique aussi pour le PMSD : en 1967, il emporte trois des quatre sièges de députés de la ville50 et y possède le centre de ses groupes de jeunesses51. C’est donc à Port-Louis que les règlements de compte post-électoraux sont les plus probables entre Musulmans pro-CAM confortés par leur victoire d’août 1967 et Créoles inquiets de l’inéluctable indépendance qu’ils rejettent.

  • 52 Advance titre « Douze personnes tuées dans des bagarres raciales », 22 janvier 1968.
  • 53 La Vie catholique, 25 février 1968.

32À partir de cette agression, la violence explose, les vengeances et contre-attaques entre jeunes musulmans et jeunes créoles s’enchaînent pendant plusieurs semaines notamment à travers une « guerre » de bandes. Le nombre de victimes s’accroît rapidement52. Les rues de Port-Louis ne sont plus sûres et les quartiers précités deviennent des zones de non-droit où le conflit affecte tous les habitants dont beaucoup fuient la capitale au profit d’autres villes de l’île. La rupture est consommée entre Créoles et Musulmans qui ne se regardent plus de la même façon et n’habitent désormais plus, pour une majorité d’entre eux, dans les mêmes quartiers. Les autres parties de l’île n’ont été que très peu affectées par ces émeutes mais la méfiance et la crainte s’emparent néanmoins de très nombreux Mauriciens. Les autres groupes, hindous et sino-mauriciens, ne sont pas touchés directement par les affrontements mais ils vivent également dans la peur et attendent l’arrêt des violences. Comme on peut le lire dans La Vie catholique, « la peur est contagieuse. Les communautés hindoues et chinoises n’ont pas été mêlées aux troubles et pourtant, elles aussi, sont perpétuellement sur le qui-vive, craignent qu’une étincelle vienne mettre le feu aux maisons53 ». Sur ce petit territoire, ce qui touche une partie de la population affecte son ensemble et ce malgré les barrières que les groupes tentent d’ériger entre eux :

« Ce conflit a créé une tension au sein des différentes communautés et une méfiance s’est installée dans la population. Depuis, les tentatives pour ramener la confiance entre les différentes communautés n’ont pas eu le succès escompté » (Ramharai, 2002 : 111).

  • 54 En réaction à l’intervention britannique qui empêche les confrontations directes, débute une campa (...)
  • 55 Le Cernéen, 5 mars 1968.

33Il faut attendre une nouvelle déclaration d’état d’urgence et l’intervention militaire britannique pour que les violences cessent lentement. En février 1968, l’armée britannique rétablit l’ordre, en recourant parfois à la force pour séparer les membres des deux factions et pratique des fouilles intensives afin de découvrir des caches d’armes. Surtout, elle occupe le terrain, effectue des patrouilles, crée des barrages filtrants, impose un couvre-feu, vient en aide aux victimes et limite les confrontations possibles entre les deux groupes. Si nécessaire, elle aide aussi des familles, surtout créoles, à déménager vers des zones moins dangereuses, notamment vers les Plaines Wilhems. Indirectement, en réalisant à des fins de sécurité ce nécessaire travail d’interposition entre Musulmans et Créoles, les Britanniques renforcent la démarcation entre les deux groupes54. Le bilan de ces journées d’émeutes est d’une trentaine de morts, une centaine de blessés et des dizaines de maisons brûlées55, sans compter les milliers de déplacés. Du jamais vu dans ce petit territoire où aucune violence majeure, à l’exception des échauffourées des années précédentes, ne s’était produite depuis les guerres napoléoniennes. De ce fait, ces événements, baptisés depuis « bagarres communales », imprègnent durablement les mémoires. Ils illustrent la complexité de l’événement « indépendance » dans les empires coloniaux et le caractère mythique d’une unanimité et d’un enthousiasme trop longtemps mis en avant dans les processus de construction nationale.

Une déclaration d’indépendance sous haute sécurité

34La cérémonie d’indépendance se déroule sous haute protection en mars 1968 dans un Port-Louis encore hébété par les récentes émeutes. Le 5 mars 1968, G. Duval prononce un discours important à l’Assemblée qui résume bien les récents événements et l’ambiance du moment. Il exhorte une nouvelle fois le Premier ministre S. Ramgoolam à reporter la déclaration de l’indépendance. Comment créer un véritable État, comment parler d’une véritable nation, alors que 40 % de sa population s’entredéchire ? Il déclare que le « mauricianisme » est mort-né, cet idéal pour un pays « Arc-en-Ciel », pluriculturel, n’est pas encore réalisé et est encore loin de pouvoir l’être. Le communalisme est bien trop présent, le fonctionnement multiculturel de la société mauricienne est bien trop fragilisé pour que l’autorité britannique quitte l’île à ce moment-là. Comment imaginer que l’État puisse fonctionner de manière autonome lorsqu’on a besoin des troupes britanniques pour maintenir la paix entre les différentes parties de sa population ? Et, face à un nouveau refus du gouvernement, le PMSD ne peut que réitérer ses appels au boycott de la cérémonie.

  • 56 Elle a déjà présidé les cérémonies d’indépendance au Nigeria en octobre 1960.

35Les Créoles ne se rendront pas aux festivités et perdront pour longtemps leur foi dans le système politique. Le 12 mars 1968, en présence du gouverneur britannique, Sir John Rennie, et du nouveau chef de l’État mauricien indépendant, S. Ramgoolam, la cérémonie de passation de pouvoir a lieu au Champ-de-Mars de la capitale. Le grand rêve du vieux leader travailliste se concrétise enfin. Des milliers d’Indo-Mauriciens ont fait le déplacement pour fêter l’événement et exprimer leur joie. Cependant la célébration est flétrie par trois faits. D’abord la nécessaire présence des soldats britanniques et des forces de police qui quadrillent la ville pour éviter que d’autres débordements communautaires ne ternissent ce moment. Ensuite l’absence de la princesse Alexandra, préposée aux indépendances56, gâche la fête. Cette parente de la reine Élisabeth II devait par sa présence donner un retentissement international à ce moment clef de l’histoire mauricienne et apporter une touche glamour à l’entrée de Maurice dans le Commonwealth. Mais, effrayée par les événements des mois précédents, elle refuse de se rendre dans l’île. Enfin, les Chrétiens, ce qui était prévisible, brillent par leur absence ; ils préfèrent rester dans leurs quartiers, suivant le mot d’ordre de Duval. Les Créoles ont ressenti cette « indépendance diktat » comme profondément injuste et la voient uniquement comme une appropriation ethnique de l’État et de la nation par les seuls Indiens. Au cours des mois suivants, un très grand nombre d’entre eux, notamment ceux issus de la bourgeoisie, prennent le chemin de l’exil vers l’Europe ou l’Australie, trop inquiets pour leur avenir dans un pays « indien » (Chan Low, 2003 : 17). Ceux qui restent perdent pour longtemps confiance dans les instances dirigeantes qu’ils perçoivent comme uniquement animées par le groupe hindou (Lau Thi Keng, 1991 : 91). En leur absence, ce n’est qu’une partie de la population de Maurice qui célèbre sa nouvelle liberté. L’indépendance apparaît alors plus que jamais comme le résultat de la volonté des seuls Indo-Mauriciens.

*

36L’indépendance à Maurice est donc marquée du sceau de la division et du communalisme. Avant la décennie 1960, les Mauriciens sont déjà séparés en communautés aux identités et frontières bien délimitées mais la question de l’avènement de la pleine souveraineté de l’île, aux mains des Indo-Mauriciens numériquement majoritaires, déclenche des tensions communalistes jamais ressenties jusqu’alors. Les Chrétiens s’unissent autour d’un discours national malgré leurs dissensions socio-économiques latentes afin de s’opposer de toutes leurs forces au PT et à ses projets supposés néfastes pour leurs intérêts. À l’inverse, les Indo-Mauriciens, toutes religions confondues, innovent et se rassemblent afin de pouvoir enfin accéder au contrôle de l’état dont ils ont été exclus depuis leur arrivée. Paradoxalement le front indien communautaire reçoit l’approbation de Londres alors que l’opposition s’affiche supra-communautaire et appelle à une véritable union des Mauriciens afin de s’associer définitivement avec le Royaume-Uni. Ces visions opposées sur le devenir de l’île et les tensions qu’elles génèrent poussent les divers groupes mauriciens à des violences inédites dans l’île qui culminent en 1965 à Trois Boutiques ou en janvier 1968. De ce fait, la fête est ternie par l’atmosphère de guerre civile qui plane sur la capitale, marquant profondément les mémoires collectives.

  • 57 Cf. note 26 ; suite à la cession aux Britanniques des Chagos en 1965, l’archipel fut transformé pa (...)

37Il faut attendre encore plusieurs mois après la déclaration d’indépendance pour voir la situation s’apaiser vraiment. En octobre 1969, G. Duval, suite à la main tendue par S. Ramgoolam et sous l’égide de Michel Debré, accepte de faire rentrer le PMSD dans un gouvernement de coalition avec les travaillistes. Cette alliance pragmatique a été l’un des moteurs de l’importante croissance que connut le pays par la suite. Toutefois, nombre de cicatrices de cette « douloureuse » indépendance comme le « Malaise créole » ou la question des exilés des Chagos57, sont toujours bien ouvertes dans l’île Maurice d’aujourd’hui.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arno Toni, Orian Claude, L’île Maurice, une société multiraciale, Paris, L’Harmattan, 1986.

Battistini Renée, L’Afrique Australe et Madagascar, Paris, PUF Magellan, 1967.

Bernstein Serge, Milza Pierre, Histoire du XXe siècle. Tome 2 : 1945-1973, Le monde entre guerre et paix, Paris, Initial-Hatier, 1996.

Boudet Catherine, L’émergence de la démocratie consociative à Maurice (1948-1968), in Annuaire des pays de l’océan Indien, noxvii, 2001-2002, Aix-en-Provence, Presse universitaires d’Aix-Marseille, 2003.

Bourliche Jean-Paul, Les Antilles britanniques : de l’époque coloniale aux indépendances, Paris, Mondes antillais : Recherches et documents, L’Harmattan, 1989.

Brereton Bridget : Organisation sociale et conflit de races et de cultures à Trinidad au XIXe siècle, in M. Diouf, U. Bosma (dir.), Histoires et identités dans la Caraïbe Trajectoires plurielles, Paris, Karthala – Sephis, 2004.

Chan Low Jocelyn, La Grande Bretagne et la décolonisation inachevée de l’île Maurice, La Réunion, Association historique internationale de l’océan Indien, 2002.

Chan Low Jocelyn, « L’île Maurice dans les années soixante un survol », Revue historique des Mascareignes, no 4, 2002, p. 7-15.

Chan Low Jocelyn, « Être métis dans une île pluriethnique », in Annuaire des pays de l’océan Indien, noxvii, 2001-2002, Aix-en-Provence, Presse universitaires d’Aix-Marseille, 2003.

Chassaigne Pierre, Histoire de l’Angleterre, Paris, Aubier Histoires, 1996.

Chazan-Gillig Suzanne et Ramhota Pavitranand, L’hindouisme mauricien dans la mondialisation : cultes populaires indiens et religion savante, Paris IRD – Karthala – MGI, 2009.

Coquery-Vidrovitch, Catherine, « Gestion urbaine et décolonisation en Afrique noire française de la municipale à l’émeute à l’émeute », in C.-R. Ageron, M. Michel (dir.), L’Afrique noire française : l’heure des indépendances, Paris, CNRS éditions, 1992, p. 71-86.

Dinan Monique, Une île éclatée, Analyse de l’émigration mauricienne (1960-1982), Paris, 1995.

Dudley Billy-J., « Decolonisation and the problems of independence », in The Cambridge History of Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 54-95.

Gerbeau Hubert, « La communauté créole de l’île Maurice un combat pour l’histoire, l’histoire d’un combat », in Annuaire des pays de l’Océan Indien, no xv, 1997-1998, Aix-en-Provence, Presse universitaires d’Aix-Marseille, 1999.

Grimmal Henri, De l’Empire britannique au Commonwealth, Paris, Armand Colin, 1971.

Harmon Jimmy, L’espérance créole, progrès et dignité, île Maurice, éditions Marye-Pike, 2008.

Hazareensingh Kissoonsingh, Histoire des Indiens à l’île Maurice, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1976.

Lau Thi Keng Jean-Claude, Inter-ethnicité et politique à l’île Maurice, Paris, L’Harmattan, 1991.

Lehembre Bernard, L’île Maurice, Paris, Karthala, 1984.

Ly Omar-T., « La structuration du concept de Jeunesse dans les discours de l’Union Soudanaise du RDA (1947-1962) », in H. d’Almeida-Topor, C. Coquery Vidrovitch, O. Goerg et F. Guitart (éd.), Les Jeunes en Afrique : la politique et la ville, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 85-99.

Moutou Benjamin, île Maurice : récits de son histoire contemporaine, Riche Terre, Alfran Co. Ltd, Tarbay Bayroad, 2000.

Moutou Benjamin, Les chrétiens de l’île Maurice, Port-Louis, 1996.

Paroomal Mayila, « Vers une citoyenneté mauricienne : la construction d’un discours national mauricien dans la presse à la fin des années 1950 », in Revue historique de l’océan Indien, La Réunion, no 3, 2007, p. 112-130.

Ramharai Vicram, « La littérature des années 1960 à Maurice : reflet ou refus d’une société en mutation », in Revue historique des Mascareignes, no 4, 2002, p. 107-115.

Savidan Patrick, Le multiculturalisme, Paris, PUF, 2009.

Smith Simmons Adele, Modern Mauritius: The Politics of Decolonization, Bloomington, Indiana University Press, 1982.

Widmer Isabelle, La Réunion et Maurice, Paris, Les Cahiers de l’INED – INED, 2005.

Toussaint Auguste, Port-Louis, deux siècles d’histoire, 1735-1935, Port-Louis, 1936.

Wieworka Michel, « Culture, société et démocratie », in M. Wieworka (dir.), Une société fragmentée ? Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte/Poche, 1996-1997, p. 11-60.

Notes

1 Le Cernéen, 6 juillet 1961.

2 Certains Créoles, souvent les plus métissés, constituent la classe des « Gens de couleur ». Il s’agit d’une petite bourgeoisie très dynamique ayant acquis une solide culture. Elle devient progressivement francophile. Elle est très présente dans les métiers libéraux (journalisme, médecine) et le fonctionnariat.

3 Cela se révélera exact avec le développement du « malaise créole », un phénomène identitaire de mal-être socio-économique qui s’affirme depuis la décennie 1990. Les Créoles revendiquent notamment un meilleur partage des revenus de la forte croissance économique de l’île mais aussi un meilleur accès aux postes publics, fortement occupés depuis 1968 par la communauté indo-mauricienne.

4 Le communalisme est un fonctionnement particulier des rapports politiques inter-groupes exacerbés durant lequel chaque communauté se replie fortement sur elle-même et peut entrer en conflit avec l’une de ses voisines, à cause de contentieux politiques ou d’intérêts socio-économiques, voire culturels ou religieux.

5 Le Cernéen, 20 avril 1960.

6 Il s’agit d’« Une société où plusieurs segments ou communautés coexistent sous une autorité politique unique. Chaque communauté conserve les religions, coutumes, langues, cultures, et traditions qui sont les siennes et ne se mélange pas avec les autres communautés » (Lau Thi Keng, 1991 : 31).

7 « Le multiculturalisme est une conception de l’intégration établissant qu’il est en quelque sorte du devoir de l’État démocratique de « reconnaître », d’une part, la multiplicité des groupes ethnoculturels qui composent de manière significative sa population, et de chercher, d’autre part, à accommoder dans la mesure du possible, sur la base de principes clairement identifiables, cette diversité culturelle » (Savidan, 2009 : 17).

8 À cette époque, les premiers colons hollandais de l’île doivent déjà gérer des conflits avec leurs esclaves, notamment ceux dits « marrons », réfugiés dans les bois qui lancent des attaques contre leurs établissements.

9 « La différence culturelle est rarement socialement neutre ou indéterminée. Elle comporte généralement une charge de conflictualité » (Wieworka, 1996-1997 : 11).

10 « The wind of change is blowing through this continent. Whether we like it or not, this growth of national consciousness is a political fact. »

11 Le Cernéen, 11 août 1959.

12 Le Cernéen, 2 avril 1958.

13 D’abord sous le gouvernement d’union nationale régissant le pays durant la Seconde Guerre mondiale, puis sous le gouvernement travailliste à partir de 1947.

14 Advance, 13 mars 1959.

15 À l’inverse, ses adversaires conservateurs ont encore du mal à s’adapter aux récents changements politiques et à obtenir l’audience des électeurs hors des centres urbains qui concentrent l’essentiel de leurs électorats issus de la bourgeoisie chrétienne et musulmane.

16 Le Cernéen, 17 mai 1961.

17 Le Cernéen, 3 juillet 1961.

18 Le Cernéen, 29 juin 1961.

19 Le Cernéen, 6 juillet 1961.

20 Ainsi les Créoles redoutent les conséquences exprimées dans les propos virulents de certains leaders travaillistes qui veulent les chasser de la fonction publique, leur réservoir d’emplois : « Bientôt nous obtiendrons l’indépendance. Quand nous l’aurons obtenue, nous foutrons aux Créoles des coups de pieds aux fesses. » (Le Cernéen, 19 décembre 1960), propos attribués au leader travailliste Veerasamy Ringadoo.

21 Cf. Recensement présenté dans Le Cernéen du 10 août 1963.

22 Ainsi l’élection anticipée de 1963, voulue par S. Ramgoolam, est certes remportée par son camp mais de façon bien moins écrasante qu’en 1959 : 19 des 40 sièges vont au PT (contre 23 précédemment), le PM avec 8 sièges revient dans la course. Le reste des sièges est partagé entre le CAM, les indépendants et l’IFB, parti conservateur hindou alors hostile à Ramgoolam. Cette courte victoire pousse S. Ramgoolam à former un gouvernement de coalition avec le PM afin de montrer aux Britanniques que le pays peut fonctionner correctement sans blocage permanent à l’Assemblée. Malgré des succès, par exemple la gestion des conséquences des cyclones Carol et Alix, ce gouvernement d’unité nationale explose après la réunion de la Lancaster House de 1965. Le PMSD préfère alors se retirer du gouvernement pour préparer les élections de 1967, espérant encore, par une victoire, infléchir le cours des événements. Il est remplacé par l’IFB qui s’est rallié entre-temps à Ramgoolam pour constituer un front uni des Indo-Mauriciens capable d’emporter l’Indépendance. L’IFB, le CAM et le PT forment le Parti de l’Indépendance, groupement au fort accent communautaire indien.

23 Le Cernéen, 6 décembre 1965.

24 Le Cernéen, 6 juillet 1967.

25 La visite d’envoyés ou d’élus britanniques devient dès lors un prétexte pour montrer le soutien important dont bénéficie l’opposition. Cela semble plus efficace que des rencontres dans les salons des hôtels ou ministères londoniens dans lesquels les ministres travaillistes mauriciens ont l’ascendant. Ainsi, peu de temps avant la rencontre de Lancaster House, le 6 avril 1965, 200 000 partisans du PMSD attendent le secrétaire d’État aux Colonies, Anthony Greenwood, sur son parcours (Le Cernéen, 6 avril 1965.) et 100 000 autres font le déplacement pour manifester leur hostilité à l’indépendance lors de la visite du député britannique Johnson en mai 1967 (Le Cernéen, 2 mai 1967).

26 Cette amputation territoriale est amèrement critiquée par le Parti Mauricien ; cf. note 57.

27 Le Cernéen, 19 octobre 1963.

28 La Vie Catholique, 22 février 1964.

29 Ainsi Le Cernéen du 16 octobre 1963 parle des « exploits » des factieux du PM, vraisemblablement créoles : « Mirabelle et ses trois amis saccagèrent une épicerie et un estaminet dont le tenancier est un sympathisant du parti travailliste. » On peut supposer que, dans ce cas, les agresseurs sont issus de la Population Générale du fait du nom mentionné. En effet, « Mirabelle » est un prénom ou un sobriquet en général attribué à Maurice à un descendant d’esclaves ou à un Créole. De plus, ils s’en prennent à un établissement tenu par un supporter travailliste. Le PM est d’ailleurs très fréquemment accusé d’user de méthodes d’intimidation pré-électorale : « Conduits par des irresponsables du Parti Mauricien, des irresponsables se livrent à des actes de violence dans les rues de Port-Louis » (Advance, 20 novembre 1963) et cela principalement dans les villes où il peut compter sur l’appui de bandes de jeunes ou de désœuvrés majoritairement créoles.

30 Le Cernéen, 10 juin 1965.

31 Depuis plusieurs années, on perçoit en effet une hausse de la délinquance : trafic de drogue, bagarres de bar et cambriolages. Des maisons, souvent indiennes, la plupart du temps situées dans le centre et le sud-est de l’île, à la périphérie des zones urbaines créole et dans les campagnes indiennes, ainsi que dans les faubourgs de Port-Louis, sont visitées par des cambrioleurs, souvent créoles. Le Cernéen, 9 février 1964.

32 Durant la décolonisation, ce phénomène se retrouve aussi dans d’autres pays d’Afrique où les jeunes sont des éléments essentiels des partis de masse de l’âge des indépendances (Ly, 1992).

33 Le Cernéen, 29 avril 1967.

34 Advance, 17 mai 1967.

35 Le Cernéen, 23 août 1967.

36 Le Cernéen, 12 août 1967.

37 « Violente réaction des relief workers licenciés, émeute à Port-Louis : le ministre Bissoondyal blessé, une jeep de la police et deux autobus endommagés, 29 arrestations » (Le Cernéen, 30 septembre 1967).

38 Le Cernéen, 10 octobre 1967.

39 Seule la ville de Quatre Bornes est acquise au PT dans l’agglomération des Plaines Wilhems.

40 Le PMSD y obtient la majorité des voix lors de toutes les grandes élections dans les années 1950-1960.

41 Dans les années 1950-1960, les Britanniques ont beaucoup de mal à gérer la situation de Chypre où les communautés turque et grecque s’affrontent violemment.

42 L’usage de ce terme britannique signifiant « pègre » ou « milieu » n’est pas anodin car ce sont les gangs port-louisiens liés notamment au contrôle de la prostitution qui vont être à l’origine et au cœur des fortes violences que connaît la ville pendant les trois premiers mois de l’année 1968.

43 Le Cernéen, 22 janvier 1968.

44 Ces quartiers se situent principalement dans le nord, nord-est de la ville.

45 Advance, 3 octobre 1967.

46 Le Cernéen, 13 janvier 1968.

47 Advance, 20 janvier 1968.

48 Le Cernéen, 18 octobre 1963.

49 Le Cernéen, 22 octobre 1963.

50 Le Cernéen, 9 août 1968.

51 Le Cernéen, 10 juin 1965.

52 Advance titre « Douze personnes tuées dans des bagarres raciales », 22 janvier 1968.

53 La Vie catholique, 25 février 1968.

54 En réaction à l’intervention britannique qui empêche les confrontations directes, débute une campagne d’incendies nocturnes. Des groupes s’en prennent aux maisons appartenant à des personnes de l’autre communauté, toujours dans le but de les chasser de tel ou tel quartier (Advance et Le Cernéen, 18 mars 1968). Tout cela dure plusieurs semaines, les Britanniques ayant bien plus de mal à stopper les incendiaires et à instaurer la paix dans la ville la nuit.

55 Le Cernéen, 5 mars 1968.

56 Elle a déjà présidé les cérémonies d’indépendance au Nigeria en octobre 1960.

57 Cf. note 26 ; suite à la cession aux Britanniques des Chagos en 1965, l’archipel fut transformé par les États Unis dans le contexte de la Guerre froide en base militaire primordiale pour la surveillance de l’Océan Indien. Les quelques milliers d’habitants de cette zone, les Ilois, furent déportés à Maurice pour des raisons de sécurité. Ils y forment toujours, notamment dans les faubourgs de Port-Louis, une classe de citoyens de seconde zone déracinée et bien souvent marginalisée.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Localisation des principales villes de l’île Maurice.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/112268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

Doctorant en histoire, SEDET, université Paris 7-Denis Diderot

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540