Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les indépendances en Afrique

 | 
Odile Goerg
, 
Jean-Luc Martineau
, 
Didier Nativel

Deuxième partie. Contestation et envers de la fête : acteurs et partis politiques

Contestation et envers de la fête : acteurs et partis politiques1

Texte intégral

  • 1 Pour les références bibliographiques, voir la bibliographie en fin d’introduction générale.

1Dans la première partie de cet ouvrage, l’indépendance était abordée délibérément par ses périphéries pour faire droit à des positionnements politiques et sociaux marginalisés à la fois par l’historiographie dominante et les mémoires officielles. Les réactions de groupes sociaux spécifiques étaient étudiées pour elles-mêmes car leur positionnement respectif fut de peu d’effets sur le rythme ou les modalités de la marche vers l’émancipation. Certains observaient, d’autres tentaient en vain de peser sur le cours de choses, d’autres enfin accompagnaient simplement le mouvement de loin car ils avaient déjà compris qu’il ne fallait pas attendre trop du passage à la souveraineté nationale.

2Cette seconde partie propose de décrypter les scénarios de fête, parfois malmenés, voulus par les gouvernements (Sénégal et Cameroun) en même temps que d’appréhender les perceptions contrastées de l’événement par l’ensemble des citoyens des pays étudiés (Malgaches, Mauriciens, Camerounais, Togolais et Nigérians). Les auteurs sondent leurs réactions au cours des processus d’émancipation et pendant les célébrations. Bien entendu, les articles saisissent ces citoyens à travers le prisme de sous-groupes et de partis politiques qui les représentent. Leur point commun est d’être citoyens acteurs au cœur de l’action politique et en mesure d’influer sur les processus, de les accélérer ou au contraire de les ralentir. Pour ce faire, le vécu du jour de l’indépendance ne peut se comprendre sans un éclairage sur les contextes politiques et sociaux locaux.

3De manière générale, ce qui émerge des travaux est une rupture avec l’unanimisme mythifié du moment « indépendance », longtemps mis en scène par les pouvoirs ou les recherches historiques qui s’inscrivaient dans le courant des affirmations nationales post-indépendance. À regarder de plus près le comportement des individus et des communautés citoyennes face à l’émergence des nouveaux états, il est frappant de constater à quel point l’indépendance elle-même, parfois les formes qu’elle devait prendre, furent l’objet de contestations fortes, révélant un envers du décor où les acteurs, partis ou électeurs, façonnaient une année 1960 faite de manipulations électorales, de tiraillements, de conflits, voire de violences. Ceci renvoie précisément au fait que l’indépendance ne faisait pas l’unanimité.

4L’option de la départementalisation du Gabon ou celle d’une poursuite de l’épisode colonial au Nord Nigeria, le choix panafricain défendu par Kwame Nkrumah ou la solution fédérale un temps mise en avant par Léopold S. Senghor ou Sourou Migan Apithy sont connues mais elles ont vite été balayées par les faits. Elles furent reléguées au rang des souvenirs pittoresques dans de petits états balkanisés où le nationalisme, à l’échelle des unités territoriales de base du maillage colonial, l’emportait sur toute autre considération. En revanche, dans certains pays, les débats sur l’indépendance affectèrent les processus menant à la souveraineté et divisèrent durablement les nouveaux états. C’est le cas des quatre territoires (l’île Maurice, le Cameroun, le Togo, le Nigeria) dont des recherches de terrain récentes décryptent ici, à une échelle inédite, la complexité humaine et politique.

5L’intérêt des contributions qui suivent réside dans la place faite aux processus électoraux (consultations populaires diverses, élections nationales ou référendum) qui préludent à la manière dont les populations vécurent les fêtes d’indépendance. Ici ce sont moins les résultats électoraux globaux qui importent que la géographie électorale communautaire et les référents identitaires qu’ils révèlent ou mobilisent localement. C’est en ce sens qu’ils éclairent le déroulement des festivités qui eurent lieu : le clivage lors des cérémonies était d’autant plus marqué que le processus d’émancipation avait été conflictuel ou violent. Jérémy Chilin montre à quel point la marche vers la décolonisation a renforcé les tensions internes anciennes à Maurice, small territory insulaire. Il détaille comment les communautarismes qui structurent la société mauricienne ont nourri et se sont nourris des débats entourant le processus conduisant à l’indépendance. De 1959 à 1968, l’île a en effet vu sa population, ou plutôt ses populations, s’organiser sur la base de partis politiques qui ne dissimulaient pas leurs ancrages identitaires spécifiques. Cette société pluriculturelle, aux équilibres fragiles, s’exprima donc par la voix de partis politiques qui se mobilisèrent en fonction des rapports de forces électoraux et démographiques. Le parti travailliste, dominé par les Indiens hindous, s’opposa au parti mauricien conservateur, constitué des élites chrétiennes créoles, d’humbles descendants d’esclaves, de Franco-Mauriciens et de musulmans hostiles à l’indépendance. Un Comité d’action musulman s’en détacha en 1958 pour devenir le principal regroupement politique de la communauté musulmane. Les lignes bougèrent lorsque le parti travailliste attira de nouveaux venus, recrutés chez les Créoles modestes, tant dans les villes que dans les campagnes, avant que ceux-ci ne s’éloignent de nouveau pour rejoindre, à partir de 1964, le parti mauricien social démocrate. Au moment des échéances déterminantes, l’hostilité de ce parti à l’indépendance rassura car il axait son discours sur un statu quo pour le quotidien des gens du petit peuple des villes, Créoles mais aussi membres des minorités musulmanes, tamoules et sino-mauriciennes. L’ethnicisation du politique déboucha sur des violences communautaires qui consommèrent, entre autres, la rupture entre Créoles et Musulmans. Même les secteurs de l’île qui ne furent pas touchés par les violences vivaient dans la crainte et furent soumis à l’état d’urgence qui accompagna l’intervention militaire britannique en février 1968. Dans ces conditions, la fête d’indépendance du 12 mars 1968 ne pouvait rallier tous les citoyens mauriciens. Les Créoles et les chrétiens s’abstinrent de s’associer aux festivités car ils n’avaient plus foi dans le système électoral qui les avait desservis et leur imposait une « indépendance diktat ». En revanche, des milliers d’Indo-Mauriciens firent le déplacement au Champ-de-Mars de Port-Louis pour fêter l’événement.

6On retrouve, de manière aussi tranchée, un clivage net dans le cercle de Klouto (ouest du Togo) étudié par Essohanam Batchana. Comme à Maurice, ce territoire a été durablement marqué par une bipolarisation qui s’installa entre 1958 et 1960 entre partisans et adversaires de l’indépendance. Cela se traduisit par des violences physiques infligées aux progressistes, adeptes d’un courant réformiste, vaincus des processus électoraux, par les nationalistes vainqueurs jusqu’en 1966. L’auteur, complétant en cela l’article de K. Kouzan (première partie), souligne qu’au-delà de la réussite de la fête du 27 avril 1960, il y eut aussi bien des exclus que des déçus comme le montrent les violences post-indépendance.

7De la même manière, le déroulement des fêtes à Antananarivo est fortement contraint par le contexte politique et le positionnement électoral de la population au cours des mois qui ont précédé. L’angle choisi par Helihanta Rajaonarison pour en rendre compte croise, et c’est inédit, résultats électoraux et sources photographiques. Plus exactement, elle souligne que l’absence de traces photographiques est porteuse de sens, eu égard aux résultats électoraux antérieurs dans la capitale. Certes, il faut tenir compte de la faiblesse de l’équipement en appareils de photo ou caméras, quoiqu’il faille la nuancer selon les groupes sociaux. Les aléas du temps qui passe, de la conservation déficiente, voire des destructions, signalent le faible intérêt pour ces documents de la part des autorités, des individus ou des familles qui les détiennent. Pourtant, force est de constater que les fêtes des indépendances, privées ou publiques, ne sont pas toujours considérées par les citoyens malgaches comme dignes d’être fixées sur pellicule. La capitale Antananarivo, ayant voté à contre-courant de la majorité de l’île et opté en 1958 pour le « non » lors du référendum, ne livre donc que peu de photographies alors que la bourgeoisie aime à se faire immortaliser lors d’événements marquants et possède déjà des appareils. En effet, elle a boudé les cérémonies et ses tiroirs ne recèlent que peu de négatifs. Les images officielles dominent donc et témoignent seules des événements politiques. L’auteure souligne qu’à l’inverse les fêtes associées au retour triomphal des députés, exilés après l’insurrection de 1947, le 20 juillet 1960, ont pris bien plus d’ampleur, dans les faits et dans les mémoires, que les fêtes de l’indépendance organisées une semaine plus tard.

  • 2 L’IFRA-Ibadan, en même temps qu’un colloque consacré à l’indépendance du Nigeria, organisa en juil (...)

8Parfois cependant, ce ne sont pas les circonstances de la marche vers la souveraineté qui affectent le déroulement consensuel des célébrations mais des facteurs plus anciens. Dans le cas de l’espace yoruba nigérian étudié ici par Oluwasegun Mufutau Jimoh, on voit clairement que l’objectif de l’indépendance faisait l’unanimité à Epe. Si la ville se partage en deux secteurs pendant les fêtes, c’est qu’elle est constituée de deux communautés de peuplement attachées à des référents identitaires anciens et clivants. On s’y sent Ijebu-Epe ou Awori-Epe avant de s’y sentir Yoruba et, en 1960, cette dichotomie se pare des atours d’un bipartisme accentué par les récentes échéances électorales : les premiers suivaient l’Action Group d’Obafemi Awolowo, Premier ministre et chef de la majorité parlementaire régionale, quand les seconds regardaient du côté du NCNC (National Council of Nigerian and Cameroons) de N. Azikiwe. Ce que l’auteur décrit des rues et des places d’Epe ce 1er octobre 1960 n’est pas sans rappeler les modalités des célébrations décrites ailleurs au Nigeria2, voire dans le reste de l’Afrique (Almeida-Topor [d’], 1999 ; Coquery-Vidrovitch, 1999 : 208-209) : orchestres, danseurs, défilés d’écoliers, parades folkloriques, inaugurations de squares, places ou monuments, discours radiodiffusés… mais à Epe la fête fut double.

9La confusion régnant autour de la célébration de l’indépendance a pu avoir d’autres origines. Susann Baller s’intéresse aux stratégies mises en œuvre par le personnel politique sénégalais pour célébrer l’indépendance dans le contexte confus des rivalités et de la crise de confiance qui oppose Sénégalais et Maliens en 1960-1961. L’unique fête de l’indépendance, initialement prévue pour le 17 janvier 1961, était celle de la Fédération du Mali dont le Sénégal était l’une des deux composantes. L’échec de cette structure étatique fédérale conduisit les autorités de Dakar à repenser le contenu politique du calendrier des célébrations en s’appropriant la date du 4 avril qui correspond au vote d’investiture en 1959 du premier gouvernement de la Fédération du Mali par l’assemblée fédérale et en 1960 à la ratification des accords d’indépendance de la Fédération. Cela occultait la date du 20 juin 1960, indépendance effective et célébrée des deux territoires. Il faut donc attendre le 4 avril 1961 pour que la communauté nationale sénégalaise se retrouve seule pour la première fois pour fêter à la fois l’indépendance du Sénégal et son premier anniversaire. C’est donc à l’analyse de l’envers d’une non-célébration d’abord, puis d’une célébration caractérisée par un enthousiasme en demi-teinte, quoique soigneusement scénarisée, que nous sommes conviés essentiellement à travers le prisme d’une presse sous contrôle. C’est l’occasion aussi pour l’auteure de faire « un tour des fêtes » qui servirent de modèles à Dakar ce qui contribue en partie à la banalisation de la commémoration sénégalaise.

10Aspirations contradictoires des peuples et scénarios gouvernementaux ambigus se conjuguent au Cameroun où la contestation des formes prises par le processus d’émancipation fut plurielle et obèrent radicalement la possibilité de cérémonies consensuelles. Les contributions de M. Torrent et D. Abwa se penchent sur les multiples raisons qui pouvaient gâcher la fête. Les craintes associées à la violence politique à l’œuvre dans l’ouest et le centre du pays se doublaient des sentiments ambigus liés aux résultats des référendums qui s’étaient tenus dans les provinces sous tutelle britannique. Si le South Cameroons avait basculé du côté camerounais, le North Cameroons restait nigérian. Les résultats des référendums étaient suspectés, à juste titre, d’avoir été manipulés, les menaces de recours contre les résultats proclamés persistaient et les peurs communautaires qui avaient dominé les débats pré-référendaires demeuraient. Dans ce contexte, Daniel Abwa donne à voir un 1er janvier 1960 incontestablement festif dans les rues de Yaoundé et de Douala, mais il souligne que la peur le dispute à l’allégresse. L’ALNK (Armée de libération nationale du Kamerun, branche armée de l’UPC) mène campagne dans l’ouest bamiléké ou dans l’Adamaoua, les maquis sont loin d’être vaincus et la crainte d’actions violentes pèse sur l’organisation des cérémonies dans les deux grandes villes du pays. Cela n’empêche pas l’UPC (Union des populations du Cameroun) de créer le malaise en s’invitant à la fête le 2 janvier à Douala pour se joindre au cortège qui défile devant la tribune présidentielle.

  • 3 Voir le colloque sur le « Cinquantenaire de la réunification du Cameroun : bilan provisoire, défis (...)

11L’approche choisie par Mélanie Torrent rend compte de la multitude des situations liées à la proclamation de l’indépendance du Cameroun et à son étalement dans le temps entre 1959 (résolution onusienne sur l’organisation de référendums) et 1962 (fin effective de la tutelle britannique sur la province du sud). Il n’y eut pas une cérémonie mais des cérémonies qui chacune relevait d’une situation politique et géopolitique particulière. Ainsi, ce n’est plus l’indépendance que célèbre Buéa le 1er octobre 1962 mais une réunification qui affirme nettement sa dimension anti-britannique3. M. Torrent montre à quel point, dans les différents Cameroun aspirant à l’indépendance, la perception par les individus ou les communautés, médiatisée par des scrutins référendaires, des pétitions ou des manifestations diverses, fut bien plus complexe que ne le laissent supposer les grandes dates de l’histoire institutionnelle. Le rythme imposé en 1961 par deux grands moments festifs – le 1er janvier, premier anniversaire de l’indépendance de la République du Cameroun, et le 1er octobre, date de la réunification – et par une célébration en creux, un « deuil » mis en scène par les autorités de Yaoundé lors de l’union du Cameroun septentrional (North Cameroons) avec le Nigeria le 1er juin, ne pouvait conduire qu’à l’expression de sentiments contradictoires sur les événements. Ils eurent un impact durable sur le processus de construction nationale au Cameroun : les citoyens, tout comme les autorités de Yaoundé, durent intégrer l’ambivalence de cette naissance politique.

Notes

1 Pour les références bibliographiques, voir la bibliographie en fin d’introduction générale.

2 L’IFRA-Ibadan, en même temps qu’un colloque consacré à l’indépendance du Nigeria, organisa en juillet 2010 une exposition de photographies prises lors des fêtes de l’indépendance à Kano, à Ibadan et à Lagos autour du 1er octobre 1960. Les commentaires sollicités auprès d’universitaires ou d’enseignants en retraite, de témoins des célébrations (prof. Bolanle Awe, Dr Oladipo O. Olubomehin, prof. O. Njoku, prof. Ayo Banjo, Adebayo Faleti, Dr Kyari Mohammed, Dr Paul Osifodunrin…)… confirment l’effervescence évoquée par O.M. Jimoh, tant au Nigeria qu’au Royaume-Uni dans la communauté étudiante nigériane.

3 Voir le colloque sur le « Cinquantenaire de la réunification du Cameroun : bilan provisoire, défis et perspectives », organisé par l’université de Douala, en février 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540